Vous êtes sur la page 1sur 210

Le mot

du président

2018 a vu la mise en place de la nouvelle norme sur continuons à développer les formations à l’international
les instruments financiers IFRS 9. Un certain nombre en mettant l’accent sur les formations en anglais dans tous
d’établissements de crédit ont publié leurs comptes au les domaines, afin d’assurer aux banques une homogénéité
30 juin 2018 en appliquant pour la première fois cette des formations de leurs équipes dans le monde.
norme. Nous accompagnerons en formation de nombreux Nous avons renforcé nos équipes de back-office afin
services de la banque dans la compréhension et la mise en d’assurer aux Directions de ressources humaines,
pratique de cette norme complexe. la meilleure qualité possible des dossiers de mise
2018 a vu aussi la mise à jour de « Pratique de la en place des formations. Enfin, nous avons accueilli de
comptabilité bancaire », ouvrage comptable de référence nouveaux associés, qui dans le domaine de l’assurance et
dans le domaine de la comptabilité bancaire. Ainsi, les de la maitrise des risques, vont nous permettre de mieux
dernières nouveautés comptables, notamment IFRS 9 répondre aux besoins de nos clients.
ont été intégrées. Nous espérons ainsi, par ces efforts de tous les instants,
En ce qui concerne les aspects prudentiels de la pouvoir vous accompagner dans votre volonté de former
règlementation, les textes CRDV et CRR2 vont se mettre en vos équipes pour s’adapter aux changements règlementaires
place au sein de l’Union européenne de manière progressive dans les meilleures conditions.
et seront suivis par des textes complémentaires.
L’équipe pédagogique d’Afges accompagne les équipes Hugues BEAUGRAND
de nos clients dans ces changements importants. Nous Président

Formations 2019 3

03-04-Mot du président_2019.indd 3 21/09/2018 14:55


03-04-Mot du président_2019.indd 4 21/09/2018 14:55
Sommaire
03. Mot du président
05. Sommaire
06. Calendrier
Formation
15. Formations hors catalogue Banque Finance
17. Formations distancielles
18. Certificat d’expertise en comptabilité bancaire
20. Certificat d’expertise en contrôle bancaire
2019
comptable 17 Formations distancielles
22. Certificat d’expertise en contrôle comptable 18 Certificats
des sociétés d’assurance 35 Comptabilité bancaire
24. Afges en bref 73 Comptabilité des assurances
24. Nos atouts 93 Contexte bancaire et réglementation
24. Notre organisation
101 Exigence prudentielle et reporting financier
25. Nos formations
25. Nos petits déjeuners 127 Audit et contrôle, risques
25. Nos références 153 Finance d’entreprise et de banque
25. Location de salles 157 Contrôle de gestion
26. Nos associés 169 Fiscalité
28. Nos intervenants 175 Gestion d’actif et services financiers
29. Nos partenariats 181 Activités de marché et back-office
30. Nos éditions

Informations pratiques
201. Conditions générales de prestation,
tarifs et conditions d’annulation
203. Bulletins d’inscription aux formations
Certificats et fiches de renseignements
209. Plan d’accès

05-05-SOMMAIRE_2019.indd 5 21/09/2018 14:56


Toutes nos
formations
Notre Inter sont
calendrier
de formations 2019
réalisables
en Intra, en
One-to-One
et en anglais

Comptabilité bancaire p. 35
page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
100 Initiation à la comptabilité 35
1er 3 9 25
1 jour l 844 € HT
101CECB1 Comptabilité bancaire : 36
opérations classiques 3-4 4-5 10-11 26-27
2 jours l 1 630 € HT
102 Lire et comprendre les comptes 37
d’une banque 20-22 9-11
3 jours l 2 247 € HT
103 Comptabilité bancaire : cycle long 39
17-21 9-13
5 jours l 3 147 € HT
104CECB4 Consolidation des 41
comptes : l’essentiel 11-12 17-18 19-20 5-6
2 jours l 1 630 € HT
105 IFRS sur les instruments 42
financiers (IFRS 9) : 19 15
les nouvelles règles comptables
1 jour l 844 € HT
106 IFRS dans les établissements 43
de crédit : l’essentiel 18 10
1 jour l 844 € HT
107 IFRS dans les établissements 44
de crédit : approfondissement 22-24 14-16 9-11
3 jours l 2 247 € HT
108 IFRS: the essentials 46
25 4
1 jour l 844 € HT
109 Banking accounting 47
27-28 21-22
2 jours l 1 630 € HT
110 Consolidation des comptes : 48
approfondissement 26-28 4-6
3 jours l 2 247 € HT
111 Opérations de crédit-bail 49
et de location 11-12 21-22
2 jours l 1 630 € HT
112 Comptabilité des opérations 50
de hors bilan 19 22
1 jour l 844 € HT
113 Dépréciations et provisions 51
13-14 14-15
2 jours l 1 630 € HT

N Nouvelle formation Cycle certifiant

6 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou em

06-17-Calendrier_2019.indd 6 21/09/2018 14:57


Notre calendrier de formations

Comptabilité bancaire
page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
114CECB2 Comptabilité des titres 52
et autres non-dérivés 4-5 6-7 12-13 7-8
2 jours l 1 630 € HT
115 Comptabilité des opérations 53
en devises 16-17 17-18
2 jours l 1 630 € HT
116CECB3 Comptabilité des produits 54
dérivés 8-10 12-14 16-18 2-4
3 jours l 2 247 € HT
117 Comptabilité des opérations 55
de marché : l’essentiel 20-22 9-11
3 jours l 2 247 € HT
118 Comptabilité des produits 57
et des opérations structurés 24-25 17-18
2 jours l 1 630 € HT
119 Élaboration et interprétation 58
du tableau de flux de trésorerie 5 27
1 jour l 844 € HT
120 Avantages au personnel, IAS 19 59
21 2
1 jour l 844 € HT
121 Bases des impôts différés 60
dans les établissements de crédit 29 27
1 jour l 844 € HT
124 Manuel des procédures comptables 61
26 5
1 jour l 844 € HT
125CECB6 Contrôle comptable bancaire 62
18 19 26 12
1 jour l 844 € HT
126 Audit comptable des 63
établissements de crédit 27-29 2-4 4-6
3 jours l 2 247 € HT
127CECBC1 Environnement comptable 64
et contrôle interne 4-5 4-5
2 jours l 1 630 € HT
128CECBC2 Crédits à la clientèle 65
15-17 16-18
3 jours l 2 247 € HT
129 Bank accounting audit 67
2-3
2 days l 1 630 € HT
130 IFRS 16 : contexte et impacts 68
28 2
1 jour l 844 € HT
131 Maîtrise des impacts IFRS 9 69
et Bâle III 23-24 14-15
2 jours l 1 630 € HT
N 132 Consolidation prudentielle : 71
spécificités 17 11
1 jour l 844 € HT

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 7

06-17-Calendrier_2019.indd 7 21/09/2018 14:57


Notre calendrier de formations 2019

Comptabilité des assurances p. 73


page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
150CECCA1 Fonctionnement, réglementation et 73
risques de l’assurance 18-19 12-13
2 jours l 1 630 € HT
151CECCA2 Comptabilité d’assurance 74
4-5 26-27
2 jours l 1 630 € HT
152CECCA3 Application des IFRS 75
aux sociétés d’assurance 15-16 17-18
2 jours l 1 630 € HT
153CECCA4 Opérations en devises 76
des sociétés d’assurance 13
1 jour l 844 € HT
154CECCA5 Bâtir le bilan économique 77
sous Solvency II 20-21 7-8
2 jours l 1 630 € HT
155CECCA6 Produire les états de reporting du 78 N
pilier 3 de Solvency II 27-29
3 jours l 2 247 € HT
156CECCA7 Consolidation des sociétés d’assurance 79
7-8
2 jours l 1 630 € HT N
157CECCA8 Fiscalité des opérations d’assurance 80
18
1 jour l 844 € HT
160 Risque opérationnel dans l’assurance 81
23-24
2 jours l 1 630 € HT
161 Audit d’une société d’assurance 82
6-7 4-5
2 jours l 1 630 € HT
162 Solvency II : l’essentiel 83
27 12
1 jour l 844 € HT
163 Gouvernance et gestion des risques : les 84
enjeux du pilier 2 de Solvency II 24-25
2 jours l 1 630 € HT
N 164 IFRS 17 – Contrats d’assurance 85
3 11
1 jour l 844 € HT
N 165 Application d’IFRS 9 à l’assurance 86
20 11
1 jour l 844 € HT
N 166 Gestion des risques et contrôle interne 87
dans l’assurance 16-17 8-9
2 jours l 1 630 € HT
N 167 Initiation à la réglementation 88
aux calculs et à la comptabilisation des 18-19 30 sept.-1er oct.
provisions techniques
2 jours l 2 165 € HT
N 168 Initiation à la gestion actif-passif en assurance 89
1er 3
1 jour l 1051 € HT
N 169 Initiation aux calculs réglementaires du 90
pilier 1 de Solvabilité 2 20-21 12-13
2 jours l 2 165 € HT
N 170 Découverte et sensibilisation 91
au monde de l’assurance 11-12 26-27
2 jours l 1 630 € HT
N 171 La conformité et le contrôle interne 92
dans le courtage d’assurance 22 13
1 jour l 844 € HT

8 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou em

06-17-Calendrier_2019.indd 8 21/09/2018 14:57


Notre calendrier de formations

Contexte bancaire et réglementation p. 93


page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
200 Réglementation bancaire 93
et financière : l’essentiel 18-19 25-26
2 jours l 1 630 € HT
201 Environnement de la banque 94
21-22 19-20
2 jours l 1 630 € HT
202 Protection des données 95
personnelles : quelles exigences
pour les établissements bancaires 27 25
et financiers
pour se conformer au RGPD ?
1 jour l 844 € HT
203 Panorama des évolutions 96
règlementaires 2 8
1 jour l 844 € HT
N 204 Pratiques commerciales bancaires 97
et protection 15-16 17-18
des intérêts des clients
2 jours l 1 630 € HT
N 205 Quels leviers pour améliorer 99
l’efficacité opérationnelle 24-25 23-24
dans la banque
2 jours l 1 630 € HT

Exigence prudentielle et reporting financier p. 101


page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
300 Bâle III (CRR, CRD 4) : l’essentiel 101
27 19 9 12
1 jour l 844 € HT
301 Bâle III (CRR, CRD4) : 102
approfondissement 5-7 25-27 4-6
3 jours l 2 247 € HT
302 Bâle III, Pilier 2 : ICAAP, stress tests 104
28 14
1 jour l 844 € HT
303 Bâle III (CRR CRD 4), fondamentaux 106
du risque de crédit 3-4 25-26
2 jours l 1 630 € HT
304 États COREP : l’essentiel 108
21 13
1 jour l 844 € HT
305 États FINREP 109
20 9
1 jour l 844 € HT
306 États COREP : risques de crédit 110
13-14 18-19
2 jours l 1 630 € HT
307 Bâle III, ratios de liquidité : 111
LCR, NSFR, ALMM 3 11
1 jour l 844 € HT
308 Ratio de solvabilité 112
5 27
1 jour l 844 € HT
309 Ratios prudentiels 113
et les règles de gestion 27-28 25-26
2 jours l 1 630 € HT

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 9

06-17-Calendrier_2019.indd 9 21/09/2018 14:57


Notre calendrier de formations 2019

Exigence prudentielle et reporting financier (suite)


page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
310 Reportings (SURFI/PROTIDE/BDP, 114
ANACRÉDIT) 28-29 16-17
2 jours l 1 630 € HT
311CECB5 Reporting réglementaire 115
et prudentiel : l’essentiel 15-16 20-21 23-24 9-10
2 jours l 1 630 € HT
312 Fonds propres : passage 117
du comptable au prudentiel 26 18
et pilotage financier des banques
1 jour l 844 € HT
313 Contrôle et révision des états prudentiels 118
(Corep, LCR, grands risques) 27-28 12-13
2 jours l 1630 € HT
314 Basel III (CRR, CRD 4): the basics 119
11
1 day l 844 € HT
N 315 Aspects comptables, réglementaires 120
et prudentiels des établissements de
paiement et des établissements 19-20 14-15
de monnaie électronique
2 jours l 1 630 € HT
N 316 Bâle III et sa finalisation 121 N
28-29 19-20
2 jours l 1 630 € HT
N 317 ANACREDIT 123 N
19 4
1 jour l 844 € HT
N 318 Fundamental Review 124
of the Trading Book (FRTB) 17 25
1/2 journée l 612 € HT N

319 États FINREP NG (National Gaap) 125


26 6
1 jour l 844 € HT
N

Audit et contrôle, risques p. 127


page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.

400 Comprendre les enjeux 127


du dispositif de contrôle interne 17 20
des établissements financiers
1 jour l 844 € HT
401 Savoir optimiser son dispositif 128
de contrôle permanent 8-9 18-19
2 jours l 1 630 € HT
402 Contrôles des prestations 129
essentielles externalisées 17 5
1 jour l 844 € HT
403 Savoir gérer sa communication 130
orale en audit 11-12 12-13
2 jours l 1 630 € HT
404 Savoir gérer sa communication 131
écrite en audit 13 14
1 jour l 844 € HT

10 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou em

06-17-Calendrier_2019.indd 10 21/09/2018 14:57


Notre calendrier de formations

Audit et contrôle, risques (suite)


page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
405 Lutte anti-fraude : guide opérationnel 132
16 6
1 jour l 844 € HT
406 LCB/FT : Comment adapter 133
son dispositif 29 8
1 jour l 844 € HT
407 Gestion de crise, plan d’urgence 134
et de poursuite de l’activité : 13 20
les bonnes pratiques
1 jour l 844 € HT
408 Audit du risque opérationnel 135
22 18
1 jour l 1630 € HT
409 Audit du risque de crédit 136
20-21 7-8
2 jours l 1 630 HT
410 Audit des activités de marché 137
6-7 12-13
2 jours l 1 630 € HT
411 Mise en œuvre opérationnelle du 138
dispositif de protection de la clientèle 3 15
1 jour l 844 € HT
412 Internal auditing in banking 139
27-28 16-17
2 days l 1 630 € HT
N 413 Les enjeux de fraude fiscale (FATCA et EAI) 140
11 7
1 jour l 844 € HT
N 414 Gérer les relations avec 141
les autorités administratives 26 25
et judiciaires
1 jour l 844 € HT
N 415 Risques de non-conformité 142
Gouvernance, organisation et maîtrise 1er-2 23-24
2 jours l 1 630 HT
N 416 LCB/FT et analyse financière 143
18-19 30 sept.-1er oct.
2 jours l 1 630 HT
420 Gestion actif/passif (ALM) : 144
l’essentiel 25-26 7-8
2 jours l 1 630 HT
421 Gestion actif/passif (ALM) : 145
approfondissement 16-17 18-19
2 jours l 1 630 HT
422 Mesure et gestion des risques 146
30 septembre -
de marché 10-12
2 octobre
3 jours l 2 247 HT
423 Mesure et gestion des risques 148
bancaires 8-9 3-4
2 jours l 1 630 HT
424 Savoir appréhender et maîtriser les 149
enjeux liés aux risques opérationnels 13-14 2-3
2 jours l 1 630 HT
425 Risques des systèmes d’information 150
3 8
1 jour l 844 HT
426 Sécurité des systèmes d’information 151
4 7
1 jour l 844 HT
427 Cartographie des risques 152
15 4
1 jour l 844 € HT

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 11

06-17-Calendrier_2019.indd 11 21/09/2018 14:57


Notre calendrier de formations 2019

Finance d’entreprise et de banque p. 153


page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
500 Initiation à l’analyse 153
des comptes de l’entreprise 21-22 16-17
2 jours l 1 440 € HT
501 Maîtriser et analyser les comptes 154
de l’entreprise 13-14 28-29
2 jours l 1 440 € HT
502 Analyse financière des 155
établissements de crédit 20-21 14-15
2 jours l 1 630 € HT
N 503 Les crédits syndiqués 156
10 7
1 jour l 844 € HT

Contrôle de gestion p. 157


page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
600 Le contrôle de gestion 157
dans la banque 8-9 3-4
2 jours l 1 630 € HT
601 Coût et rentabilité des services 158
et produits bancaires 20 16
1 jour l 844 € HT
602 Processus d’élaboration budgétaire 159
21 6
1 jour l 844 € HT
603 Tableau de bord des performances 160
de banque et d’agence 22 27
1 jour l 844 € HT
N 604 Analyse du Produit Net Bancaire 161
2 2
1 jour l 844 € HT
N 605 Améliorer votre maîtrise d’Excel 162
grâce au contrôle de gestion 3-4 2-3
2 jours l 1 630 € HT
N 606 Améliorer votre maîtrise d’Excel 164
en prototypant les concepts 25-26 26-27
ALM définis dans l’IRRBB
2 jours l 1 630 € HT
N 607 Suivi de la marge d’intérêt d’une 166
banque – approfondissement 21-22
2 jours l 1 630 € HT
N 608 Mettre en œuvre une démarche 167
ABC et ABB dans la banque 27-28
sous EXCEL
2 jours l 1 630 € HT

12 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou em

06-17-Calendrier_2019.indd 12 21/09/2018 14:57


Notre calendrier de formations

Fiscalité p. 169
page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
700CECB7 Fiscalité bancaire : l’essentiel 169
17 24 25 13
1 jour l 844 € HT
701 Résultat fiscal des établissements 170
de crédit et ses spécificités 27-28 28-29
2 jours l 1 630 € HT
702 Gestion et l’optimisation 171
de la TVA dans les activités
bancaires (et incidences sur 18-19 14-15
la taxe sur les salaires)
2 jours l 1 630 € HT
703 Contribution Économique Territoriale 172
12 21
1 jour l 844 € HT
704 Fiscalité bancaire : fondamentaux 173
et révision 3-5 20-22
3 jours l 2 147 € HT
705 Actualité fiscale du secteur financier 174
1er 10
1 jour l 844 € HT

Gestion d’actif et services financiers p. 175


page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
800 Fonds d’investissement : gestion 175
et comptabilité 1er-2 9-10
2 jours l 1 630 € HT
801 Fonds d’investissement 176
Audit et évaluation 20-21 23-24
1 jour l 844 € HT
802 Comprendre le métier 177
de contrôleur dépositaire d’OPC, 23-24 25-26
pourquoi, comment
2 jours l 1 630 HT
803 Fonds Commun de Titrisation : 178
gestion et comptabilité 13-14 5-6
2 jours l 844 € HT
804 MIF 2 / MIR 180
29 20
1 jour l 844 € HT

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 13

06-17-Calendrier_2019.indd 13 21/09/2018 14:57


Notre calendrier de formations 2019

Activités de marché et back-office p. 181


page mars avril mai juin sept. oct. nov. déc.
900 Fonctionnement des marchés 181
financiers 15-16 12-13
2 jours l 1 630 € HT
901 Le SEPA et les moyens 183
de paiement 13-14 4-5
2 jours l 1 630 € HT
902 Systèmes de paiement SEPA 184
et Target 2 15 6
1 jour l 844 € HT
903 Mathématiques financières : 185
les fondamentaux 28-29 19-20
2 jours l 1 630 € HT
904 Mode d’emploi des systèmes de 186
règlement/livraison et de paiement 25 18
1 jour l 844 € HT
905 Initiation aux produits dérivés : 187
caractéristiques, mécanismes 18 30
et utilisations
1 jour l 844 € HT
906 Comprendre le rôle, les mécanismes, 188
les instruments et les infrastructures 20 1er
des marchés financiers
1 jour l 844 € HT
907 Comprendre les activités 189
du back-office titres 24-25 10-11
2 jours l 1 630 € HT
908 Maîtriser les caractéristiques 190
et le fonctionnement des Opérations 3-4 28-29
Sur Titres (OST)
2 jours l 1 630 € HT
909 Gestion obligataire 191
17-18 9-10
2 jours l 1 630 € HT
910 Techniques de la titrisation 192
11-12 2-3
2 jours l 1 630 € HT
911 Produits de taux fermes et dérivés 194
13-15 12-14
3 jours l 2 247 € HT
912 Swaps de taux 196
21-22 7-8
2 jours l 1 630 € HT
913 Gestion des risques de positions 198
de taux (prêts, investissements,
dettes ou dérivés) et couverture 18-19 3-4
contre le risque de taux
2 jours l 1 630 € HT

14 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou em

06-17-Calendrier_2019.indd 14 21/09/2018 14:57


Notre calendrier de formations

Formations
hors catalogue

Une liste de formations réalisées en inter ou en intra chez nos clients, à prendre telles quelles ou à adapter
en fonction de vos besoins. Réalisables en inter à partir de deux participants, nous consulter pour des dates.

1. Comptabilité bancaire
5 Comptabilité des entreprises industrielles et commerciales approfondissement.
5 Impacts des IFRS dans l’analyse financière des Corporates.
5 Le Commissariat aux comptes des établissements de crédit.
5 Fusions : Régime juridique, fiscal et comptable.

2. Comptabilité des assurances


5 La mise en œuvre de la directive distribution en Assurance (DDA).
5 Initiation à l’actuariat assurance vie
5 Initiation à l’actuariat assurance Non vie
5 Les bases de l’actuariat.
5 La fonction actuarielle dans le cadre de Solvabilité II.
5 Qualité des données sous Solvabilité II.

3.Contexte bancaire et réglementation


5 Bilan et compte de résultat. SESSIONS
5 Le rôle d’une Banque Centrale et les modalités de ses interventions. ouvertes à partir
de 2 participants
4.Exigence prudentielle et reporting financier
5 Modélisation du risque de crédit et stress tests.

5. Audit et contrôle, Risques


5 Cybercriminalité.
5 Audit des exigences qualitatives et comptables des établissements de crédit.
5 Audit de la trésorerie.
5 Auditer le rapport ICAAP.
5 Audit de Bâle III.
5 Audit de la VAR.
5 Audit de l’ALM.
5 Audit de la conformité.
5 Audit des modèles internes du risque de crédit.
5 Audit des créances sur les professionnels de l’immobilier.
5 Audit des produits de taux et IRRBB
5 Audit des produits monétaires et obligataires
5 Sapin II.
5 Techniques d’entretien d’investigation.
5 Fraude documentaire.
5 Maîtriser Excel dans les fonctions d’audit, contrôle et risques.
5 Processus des Audits SI.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 15

06-17-Calendrier_2019.indd 15 21/09/2018 14:57


Formations
hors Catalogue

5 Gouvernance et gestion de la technologie de l’information.


5 Acquisition, développement et Implémentation des Systèmes d’Information.
5 Exploitation et Gestion des services des Systèmes d’Information.
5 Protection des actifs informationnels (sécurité de l’information).
5 La gestion des projets informatiques.
5 Audit des petites filiales sur la base d’une étude de cas.
5 Data Analytics et statistique appliquée à l’audit.

6. Finance d’entreprise et de banque


5 Project finance.
5 Crédits syndiqués.
5 Crédits documentaires.
5 Réforme des contrats de crédit immobilier.
5 Analyser un bilan concessionnaire.
5 Liquidité, financement et refinancement bancaire.
5 Analyse des états financiers des groupes français (non côtés) ?
5 Vocabulaire anglais pour le banquier.

7. Contrôle de gestion
5 Mettre en œuvre une démarche ABC.
5 Contrôle de gestion d’un centre de support d’une banque – Approfondissement.

8. Fiscalité
5 Sociétés holding principes juridiques et fiscaux.

9. Parcours administrateurs (2 jours)


5 Environnement règlementaire (2 heures).
5 Présentation et étude d’états financiers (5 heures).
5 Présentation des ratios (3 h 30).
5 La gestion des risques structurels (3 h 30).

POUR TOUTE INFORMATION


• Karim SBAI
• Directeur Commercial
• sbai@afges.com
• 01 70 61 48 66 • 06 71 31 87 36

16 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou em

06-17-Calendrier_2019.indd 16 21/09/2018 14:57


wei - fotolia

Formations distancielles

Visio formations tout en maintenant un contact visuel et suivi afin d’éviter


La visio-formation est une technique de formation à distance l’isolement des formations à distance.
mettant en présence des personnes situées en des lieux
géographiques différents grâce à une interface web. 1. Comment participer
Elle permet de multiplier les modalités d’apprentissage. Elle à une visio-formation?
propose des cours en ligne, des exercices, quiz, etc. S’inscrire sur notre site ou sur notre catalogue à l’aide du bulletin
Elle offre plusieurs avantages : d’inscription. Une convocation vous est adressée ainsi qu’une
 Une formation interactive, avec de grandes possibilités de invitation sur votre calendrier.
personnalisation selon la typologie des collaborateurs, le En pratique pour le participant :
thème, la culture de l’entreprise, etc.  En amont de la formation :
 Tournée vers l’opérationnel ou la spécialisation. − Recevoir et accepter une invitation sur votre calendrier.
 Des sessions courtes mais denses (1h30 maximum).  Le jour de la formation :
 Des gains de temps car les déplacements sont de fait réduits. − Se munir d’un casque et d’un micro devant son PC. La
 Un partage des applications et des contenus d’apprentissage. webcam n’est pas obligatoire.
 Un faible coût par session. − Exécuter le lien envoyé dans l’invitation et s’identifier.
 Un nombre de participants réduit (10 maximum).  Le participant est alors prêt à suivre la visio-formation.
 Une mise en œuvre simple (une planification est néanmoins à
prévoir : date et horaire fixe, inscription nécessaire). 2. Prix
 Inter : 99 € HT par session et par apprenant (ouverture
La visio-formation répond à un double objectif : garantie à 3 participants).
 Faciliter pour les animateurs l’interactivité et la flexibilité vis-  Intra : 780 € HT par session (10 apprenants maximum).
à-vis des apprenants tout en conservant les bénéfices de la
formation présentielle. 3. Dates
 Faire bénéficier les apprenants d’une souplesse dans l’écoute  Selon demande.

Micro learning Elearning


Artips est une société née il y a 5 ans. En parallèle de son Formalearning, créateur de ressources pédagogique, met à
activité B2C (premier média culturel en ligne en France votre disposition son expertise pédagogique vous accompagne
en termes d’audience), Artips a développé une solution dans la construction de parcours de formation digitale, sur-mesure
de micro-learning. La pédagogie de cette plateforme est ou via son catalogue. Au cœur de la transformation digitale
fondée sur le format court (sessions de 8 minutes) et le de l’entreprise, formalearning est un organisme de formation,
storytelling (chaque session est introduite par une anecdote adhérent à la ffp, spécialise dans les solutions de formation
mémorable envoyée par push) afin d’engager les apprenants distancielle. L’activité de FormaLearning consiste à concevoir et
et d’optimiser le taux de complétion. à réaliser des solutions de formation distancielles, de type QUIZ,
L’idée est de donner envie d’apprendre autrement, grâce à un flash learning, rapid learning, TV learn, e-learning, serious game.
univers ludique et chaleureux et un ton très accessible. Ces solutions de formation distancielles s’inscrivent dans une offre
Artips accompagne ses clients dans la création de formations plus globale d’ingénierie pédagogique et de gestion de la formation
sur mesure, de dispositifs de sensibilisation et d’acculturation. à distance.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 17

06-17-Calendrier_2019.indd 17 21/09/2018 14:57


Certificat
d’expertise
en comptabilité bancaire

16
jours

1. Objectif du parcours/certificat  AFGES, dont le rôle est notamment :


Le métier de comptable de banque présente des spécificités − De traduire les besoins de la profession en termes de
mises en exergue par des formations et des ouvrages dédiés modules de formations cohérents, pédagogiques et
depuis de très nombreuses années. Or, aucun certificat ne opérationnels.
vient sanctionner les compétences acquises dans ce métier. − De mettre en œuvre les formations.
Pour remédier à cette lacune, trois entités se sont regroupées − De proposer les épreuves d’examen et la grille de notation.
pour mettre en place un certificat d’expertise de comptabilité
bancaire sur 16 jours. 1.2. Qui peut présenter cet examen ?
Pour permettre à un large éventail de candidats de présenter
1.1. Un Certificat mis en place par trois partenaires l’examen, les conditions sont relativement souples. Les conditions
Pour assurer la qualité et la transparence de cet examen, trois minimales sont les suivantes :
partenaires se sont regroupés. − Être titulaire d’un BTS comptable, DUT, DEA, DECG ou
équivalent et avoir au moins une année d’expérience dans
 CNAM-INTEC (Institut National des Techniques Économiques et le service comptable d’un établissement de crédit ou d’une
Comptables du Conservatoire National des Arts et Métiers). Son entreprise d’investissement.
rôle est notamment : − Ou d’une expérience de huit ans dans le service comptable
− De valider le contenu de la formation, les épreuves, la grille d’un établissement de crédit ou d’une entreprise
de notation, le profil des candidats et des enseignants. d’investissement et sur examen de dossier.
− D’organiser l’examen. – Ou par le biais de la validation des acquis de l’expérience.
− De délivrer les certificats. Une demande d’homologation du Certificat d’expertise en
comptabilité bancaire est en cours auprès du Registre National
 ADICEF. Avec une centaine de membres, l’ADICEF regroupe des Certifications Professionnelles (RNCP).
les représentants des principaux établissements de crédit de
la place. Elle compte parmi ses membres des professionnels 1.3. Comment préparer cet examen ?
fortement engagés dans les processus d’élaboration des règles Pour réussir cet examen, il est proposé une solution souple,
comptables de l’IASB intervenant dans les groupes de travail adaptée aux différentes situations, offrant une grande liberté.
internationaux, européens et français.  Le parcours le plus simple est de suivre le cycle certifiant. À
Son rôle est notamment : l’issue de ce parcours, un examen est organisé (sur la dernière
− D’exprimer les besoins de la profession. demi-journée).
− De définir le contenu minimal des connaissances que doit  Pour les professionnels qui ne peuvent s’absenter sur une
acquérir un comptable de banque, sorte de « cahier des période aussi longue, il est possible de suivre ces différentes
charges ». formations à la carte, en toute liberté, car Afges les organise
régulièrement tout au long de l’année.

18 Formations 2019

18-23-certificats_2019.indd 18 21/09/2018 14:57


2. Thèmes  Parcours personnalisé : révision, préparation, entraînement
Voir tableau ci-dessous. et examen : 3 247 € HT + formations au choix au prix catalogue
avec une réduction de 10 %.
3. Tarifs
 Cycle complet de 16 jours y compris l’examen : 9 036 € HT dont 4. Examen et obtention du certificat
1 000 € de frais d’examen exonérés de TVA.  QCU.
 Révision, préparation, entraînement et passage de l’examen :  Questions fermées.
3 247 € HT dont 1 000 € de frais d’examen exonérés de TVA.  Questions ouvertes.

Thèmes
Px HT Nbre
Pages Dates
Réf. Titre des formations catalogue jours

101CECB1 Comptabilité bancaire : opérations classiques 1 630 € 36 2 3 au 4 avril 2019


4 au 5 juin 2019
10 au 11 septembre 2019
26 au 17 novembre 2019

114CECB2 Comptabilité des titres et autres non-dérivés 1 630 € 52 2 4 au 5 avril 2019


6 au 7 juin 2019
12 au 13 septembre 2019
7 au 8 novembre 2019

116CECB3 Comptabilité des produits dérivés 2 247 € 54 3 8 au 10 avril 2019


12 au 14 juin 2019
16 au 18 septembre 2019
2 au 4 décembre 2019

104CECB4 Consolidation des comptes : l’essentiel 1 630 € 41 2 11 au 12 avril 2019


17 au 18 juin 2019
19 au 20 septembre 2019
5 au 6 décembre 2019

311CECB5 Reporting réglementaire et prudentiel : l’essentiel 1 630 € 115 2 15 au 16 avril 2019


20 au 21 juin 2019
23 au 24 septembre 2019
9 au 10 décembre 2019

125CECB6 Contrôle comptable bancaire 844 € 62 1 18 avril 2019


19 juin 2019
26 septembre 2019
12 décembre 2019

700CECB7 Fiscalité bancaire : l’essentiel 844 € 169 1 17 avril 2019


24 juin 2019
25 septembre 2019
13 décembre 2019

122CECB8 Révision, préparation et entraînement à l’examen 2 247 € 2,5 25 au 27 juin 2019 matin
16 au 18 décembre 2019 matin

123CECB9 Examen CNAM 1 000 € 0,5 27 juin 2019 après-midi


18 décembre 2019 après-midi

Formations 2019 19

18-23-certificats_2019.indd 19 21/09/2018 14:57


Certificat
d’expertise
en contrôle bancaire
comptable

27
jours

1.Objectif du parcours/certificat de notation, le profil des candidats et des enseignants.


Le métier de contrôleur bancaire comptable exige des − D’organiser l’examen.
compétences de plus en plus pointues dans un environnement de − De délivrer les certificats.
plus en plus mouvant et complexe.
L’introduction des normes comptables internationales associées à  AFGES, dont le rôle est notamment :
des normes françaises spécifiques, suppose des compétences de − De traduire les besoins de la profession en termes de
plus en plus pointues et rend le contrôle particulièrement délicat. modules de formations cohérents, pédagogiques et
Le certificat d’expertise en contrôle bancaire comptable (créé en opérationnels.
2011 pour la Banque de France), en partenariat avec Afges et le − De mettre en œuvre les formations.
Cnam a pour objectif de certifier la compétence des agents dans − De proposer les épreuves d’examen et la grille de notation.
ces domaines, de faciliter la compréhension de la comptabilité
bancaire et savoir contrôler les états financiers d’un établissement 1.2. Qui peut présenter cet examen ?
de crédit.  3 ans d’expérience en contrôle bancaire.
Ce certificat se déroule sur un cycle de 27 jours pendant 8 mois.  Bac +3.
 Entretien de validation des acquis et de l’expérience si ces deux
1.1. Un certificat mis en place par deux partenaires premières conditions ne sont pas remplies.
Pour assurer la qualité et la transparence de cet examen, deux
partenaires se sont regroupés. 2. Thèmes
Voir tableau ci-contre.
 CNAM-INTEC (Institut National des Techniques Économiques et
Comptables du Conservatoire National des Arts et Métiers), son 3.Tarifs
rôle est notamment :  Cycle complet de 27 jours y compris l’examen : nous consulter
− De valider le contenu de la formation, les épreuves, la grille

20 Formations 2019

18-23-certificats_2019.indd 20 21/09/2018 14:57


4. Examen et obtention du certificat
 Contrôle continu dans cinq modules.
 Examen :
− QCU.
− Questions ouvertes.
− Questions fermées.
 Oral.

Thèmes
Nbre
Réf. Titre des formations Px HT catalogue Pages Dates
jours

127CECBC1 Environnement comptable et contrôle 1 630 € 64 2 4 au 5 avril 2019


interne 4 au 5 novembre 2019

128CECBC2 Crédits à la clientèle 2 247 € 65 3 15 au 17 mai 2019


16 au 18 octobre 2019

129CECBC3 Activité de marché : introduction, titres 5 Nous consulter


et devises

130CECBC4 Activité de marché : dérivés 5 Nous consulter

131CECBC5 Autres opérations bancaires 2,5 Nous consulter

705CECBC6 Fiscalité bancaire 1,5 Nous consulter

132CECBC7 États financiers individuels et consolidés 5 Nous consulter

133CECBC8 Révision, préparation et entrainement 2,5 Nous consulter


à l’examen

134CECBC9 Examen CNAM 1 000 € 0,5 Nous consulter

135CECBC10 Oral CNAM 500 € 30 mn Nous consulter

Formations 2019 21

18-23-certificats_2019.indd 21 21/09/2018 14:57


Certificat
d’expertise
en contrôle comptable
des sociétés d’assurance

18
jours

1. Objectifs du certificat 3. Validation du certificat


Le certificat d’expertise en contrôle comptable des sociétés − QCU.
d’assurance a pour but de former les contrôleurs comptables − Questions ouvertes.
intervenant au sein des groupes d’assurance ou de − Questions fermées.
bancassurance aux spécificités comptables et prudentielles de
l’assurance et aux contrôles de 1er et de 2ème niveau. 4. Thèmes
Cette formation doit permettre aux candidats de s’assurer de Voir tableau ci-contre.
la conformité des enregistrements comptables et du reporting
financier et prudentiel dans les trois référentiels suivants : 5.Tarifs
normes françaises, IFRS et Solvabilité 2.  Cycle complet de 18 jours y compris l’examen : 10 867,00 € HT
Ce certificat se déroule sur un cycle de 18 jours. dont 1 000 € de frais d’examen exonérés de TVA.
 Révision, préparation, entraînement et passage de l’examen :
2. Qui peut préparer cet examen ? 3 247 € ht dont 1 000 € de frais d’examen exonérés de TVA.
 3 ans d’expérience en contrôle comptable.  Parcours personnalisé : révision, préparation, entraînement et
 Bac +3. examen : 3 247 € HT + formations au choix au prix catalogue
 Entretien de validation des acquis et de l’expérience, si les avec une réduction de 10 %.
deux premières conditions ne sont pas remplies.

22 Formations 2019

18-23-certificats_2019.indd 22 21/09/2018 14:57


Thèmes

Prix H.T. Nombre


Réf. Titre des catalogue
Pages
de jours
Dates
formations

150CECCA1 Fonctionnement, réglementa- 1 630 € 73 2 18 au 19 mars 2019


tion et risques de l'assurance 12 au 13 septembre 2019

151CECCA2 Comptabilité d'assurance 1 630 € 74 2 4 au 5 avril 2019


26 au 27 avril 2019

152CECCA3 Application des IFRS à 1 630 € 75 2 15 au 16 avril 2019


l'assurance 17 au 18 octobre 2019

153CECCA4 Opérations en devises des 844 € 76 1 13 novembre 2019


sociétés d'assurance

154CECCA5 Bâtir le bilan économique 1 630 € 77 2 20 au 21 juin 2019


sous Solvabilité 2 7 au 8 octobre 2019

155CECCA6 Produire les états de reporting 2 247 € 78 3 27 au 29 novembre 2019


du pilier 3 de Solvabilité 2

156CECCA7 Consolidation des sociétés 1 630 € 79 2 7 au 8 novembre 2019


d'assurance

157CECCA8 Fiscalité des opérations 844 € 80 1 18 novembre 2019


d’assurance

158CECCA9 Révision, préparation et 2 247 € 2,5 16 au 18 décembre 2019 matin


entrainement à l’examen

159CECCA10 Examen 1 000 € 0,5 18 décembre 2019 après-midi

Formations 2019 23

18-23-certificats_2019.indd 23 21/09/2018 14:57


Afges
en bref
L’AFGES : une réponse réfléchie aux spécificités des métiers de la
banque, des instituts financiers et de l’assurance.
• Développement de 3 certifications :
j 2011 – Le certificat comptable bancaire.
j 2015 – Le certificat d’expertise en contrôle bancaire comptable.
j 2016 – Le certificat d’expertise en contrôle comptable
des sociétés d’assurances.

L’AFGES : une équipe compétente, soudée et dynamique


• Priorité : la qualité de nos prestations.
• Respect des délais et du process de nos partenaires.
• Objectif : aller au-delà des 95% de clients satisfaits (étude 2014).

L’AFGES : un centre de formation à dimension internationale


• Ouverture d’une filiale à l’étranger : Afges Maroc.
• Coordination et organisation de projets de formation à l’étranger.
• Cours de formation en langue anglaise sur la quasi-totalité des

Nos chiffres clés 2017 matières.


• Des partenaires dans plusieurs pays du monde : Algérie,
r Près de 70 animateurs Luxembourg et Afrique.
r 5 230 apprenants
r 1 200 jours de formation
r Cotation Banque de France G3+ Notre organisation
5 animateurs-associés se répartissent l’organisation
Créé en 1986 par des experts de la comptabilité bancaire, l’AFGES de nos principaux domaines d’intervention :
est un acteur majeur de la formation bancaire en France, ciblant le
monde de la finance et de l’assurance.
Près de 70 animateurs, experts reconnus et passionnés par la
formation professionnelle, assurent des formations chez nos clients, Comptabilité et risques comptables
en visio-conférence ou encore dans nos salles de cours équipées
des dernières technologies interactives, à deux pas de la Place de
l’Étoile à Paris. Les plus grands noms du secteur bancaire en France Prudentiel (Bâle III, CRR, CRD IV)
(BPCE, SG, Crédit Agricole, BNPP, ACPR…), de nombreux cabinets
d’audit ou encore les principales institutions financières publiques
nous font confiance pour dispenser des formations d’excellence et
Audit, risques et contrôle
participer ainsi au développement de l’expertise de leurs équipes.

Nos atouts Assurances

L’AFGES : une expertise reconnue :


• Une connaissance approfondie du terrain. Fiscalité
• Une anticipation permanente de la demande du marché
de la formation.
• À la pointe de l’information et de l’actualité comptable
et réglementaire.
• Des ouvrages de référence rédigés par nos animateurs Certificats
et nos associés.

24 Formations 2019

24-34-Qui sommes nous_2019.indd 24 21/09/2018 14:58


Qui sommes nous ?

Nos formations Nos références


5 Notre offre inter Les plus grands noms du secteur nous font confiance : BPCE, SG,
L’AFGES propose une offre catalogue de 127 formations avec une Crédit Agricole, BNPP, ACPR, LBP, CIC, HSBC, NSMD... Mais aussi
garantie de tenue de session à partir de 2 participants. des établissements de crédit, des organismes de financement,
des institutions financières publiques parmi lesquelles la Caisse
Vous êtes intéressé par une formation mais les dates proposées des Dépôts et Consignation, le Crédit national, l’Agence française
ne vous conviennent pas ? Dès lors que vous réunissez deux de développement…
participants, l’AFGES est en mesure d’ouvrir une nouvelle session sur Banques étrangères, organes centraux de Belgique, Suisse,
simple demande de votre part, à la période de votre choix. Luxembourg, Portugal, Grèce, Maroc, Tunisie, Algérie, Haïti, Liban,
Rwanda, Burundi, Cameroun... Auxquels il convient d’ajouter :
5 Notre offre sur-mesure  Des cabinets d’audit et de Commissariat aux Comptes, de conseil
L’AFGES conçoit des formations sur mesure, adaptées à vos besoins et d’organisation.
spécifiques.  Des sociétés de logiciels informatiques telles que SOPRA et MUREX.
À l’AFGES, l’identification de vos besoins passe par 5 étapes-clés :

Location de salles
 Diagnostic : situation actuelle, objectifs opérationnels, profil des
collaborateurs concernés, vos enjeux, vos contraintes.
 Mise en place de l’ingénierie pédagogique : élaboration d’un
Vous organisez une session de formation intra entreprise et ne
déroulé pédagogique extrêmement précis sous la supervision de
disposez pas de salle adéquate ?
l’animateur retenu.
L’AFGES met à votre disposition des salles de formation spacieuses
 Organisation logistique de la formation : mise des supports à
et en premier jour :
votre charte graphique si besoin, reprographie des supports,
• Pouvant accueillir de 2 à 15 participants.
location de salle…
• Équipées de tableaux blancs interactifs permettant l’enregistrement
 Animation de la formation.
et la restitution des prises de notes en fin de formation.
 Évaluation de l’atteinte des objectifs.
• Une de nos salles (Antoine Sardi) équipée en visio-conférence est
Nos animateurs interviennent aussi bien en France qu’à l’étranger,
idéale pour des formations à distance.
en français ou en anglais.
Des boissons chaudes (café et thé) ainsi que des jus de fruit,
viennoiseries sont à la disposition de vos participants.
5 Des formats variés
Vous souhaitez renforcer les compétences de l’un de vos
Salle Antoine Sardi Salle Champs-Elysées
collaborateurs ? L’AFGES vous propose des formations en one-to-
one :
• Des formations personnalisées très pointues.
• Des formations en one-to-one sur mesure induisant une plus
grande souplesse par rapport au programme défini.
• Des animateurs rompus à cet exercice de style. Capacité : 15 personnes Capacité : 12 personnes

Vous disposez de très peu de temps ? Depuis 2014, l’AFGES a Salle Victor Hugo Salle Washington
ouvert des classes virtuelles permettant de répondre aux exigences
de réactivité et de practicité.

Vous souhaitez former des salariés d’origine étrangère ? L’AFGES


propose des formations conçues spécifiquement en anglais. De plus,
Capacité : 10 personnes Capacité : 6 personnes
la majeure partie de nos formations sont déclinables en anglais.

Nos petits déjeuners


L’AFGES organise, tout au long de l’année des petits déjeuners
gratuits sur des thèmes d’actualité (IFRS, Bâle III, 5e Directive
Distribution Assurance, cybercriminalité…). Pour vous tenir informés,
inscrivez-vous à notre newsletter sur la page d’accueil de notre site
(www.afges.com) ou consultez notre rubrique Actualités.

Formations 2019 25

24-34-Qui sommes nous_2019.indd 25 21/09/2018 14:58


Nos associés

Hugues BEAUGRAND Moulay Gérard MAROT Pascal BROUTTIER


Président A. AMAZIRH Expert Comptable et Commissaire Expert Comptable et
Expert Comptable et Expert Comptable et aux Comptes, membre de l’Ordre Commissaire aux Comptes,
Commissaire aux Comptes, Commissaire aux comptes, des Experts Comptables. membre de l’Ordre des Experts
membre de l’Ordre des membre de l’Ordre des Ingénieur, Maitrise es sciences Comptables. Diplômé de l’École
Experts Comptables. Diplômé Experts Comptables. économiques, Maîtrise de gestion. Supérieure Libre des Sciences
de l’École Supérieure Libre Diplômé de l’Institut de Comptabilité bancaire, exigence Commerciales Appliquées.
des Sciences Commerciales Préparation aux Affaires, prudentielle, contrôle interne, Comptabilité bancaire
Appliquées (ESLSCA). Diplômé de l’Institut d’Études systèmes d’information, et fiscalité bancaire.
Comptabilité bancaire, audit Politiques. organisation.
et contrôle interne, exigence
prudentielle et ALM.

Hervé MANCERON Marie-Paule DEGEILH Philippe DARRÉ Béatrice BON


Expert Comptable et Expert Comptable et Commis- Expert Comptable et MICHEL
Commissaire aux Comptes, saire aux Comptes, membre Commissaire aux Comptes, Diplômée d’AUDENCIA et
membre de l’Ordre des de l’Ordre des Experts membre de l’Ordre des d’Études Comptables et
Experts Comptables. Diplômé Comptables et membre de Experts Comptables. Fiscales, Doctorat en sciences
ESCP, DEA de gestion. la commission BANQUE de Diplômé de l’École Supérieure de gestion, membre de
Comptabilité bancaire, la Compagnie Nationale des Libre des Sciences l’IFACI, de PRMIA et de Kortys
réglementation bancaire Commissaires aux Comptes. Commerciales Appliquées. Wg Gr.
et consolidation. Docteur d’État en Droit. Comptabilité bancaire, Contrôle périodique
Comptabilité bancaire. analyse financière et audit (audit interne) et contrôle
comptable. permanent, Risque
opérationnel dont risque
de non-conformité et risque
LCB/FT.

Gaël LÉGER Karim SBAÏ


MBA École nationale d’Assurance, Directeur général
Management de l’Entreprise et Directeur Commercial
d’Assurance, Ecole de Commerce
Clermont Ferrand, Option Finance
et Contrôle de gestion.
Comptabilité des Assurances en normes
françaises et IFRS, Solvency II, audit
comptable et contrôle interne de l’assurance.

26 Formations 2019

24-34-Qui sommes nous_2019.indd 26 21/09/2018 14:58


Le département administratif et commercial

Maxence Claude Sabrina FOSSION Stéphanie BOBINET Camille THIESSART


DUHAYON MUSAVYI Responsable administrative Assistante formation Assistante formation
Commercial Grands Commercial Grands INTRA/INTER INTER INTRA
Comptes Nord Europe Comptes Afrique fossion@afges.com bobinet@afges.com thiessart@afges.com
01 70 61 48 60 01 70 61 48 64 01 70 61 48 81

Nos intervenants Finance et produits de marché. Gestion


d’actifs et services financiers. Activités de
marché et backs office.
Catherine CLEMENT CHABAS
Certificat IFRS Essec-PwC. Diplôme
Expertise Comptable. Institut Commercial
de Nancy. Maîtrise de Sciences
et Techniques Comptables et Financières
Hervé AKOUN Evelyne BESSEAU Gary CANTOR Nancy II.
Actuaire, membre diplômé de l’Institut des Expert Comptable, Maîtrise Économie Expert Comptable (Londres), FCA MBA Comptabilité bancaire.
Actuaires Français (I.A.F.). ENSAE : École Paris II, membre administrateur de (Finance & Accounting).
Nationale de la Statistique et de l’Administration l’ADICECEI et enseignant à l’Université Comptabilité anglo-saxonne, IAS et
Économique. Division : Statisticiens Économistes (Angers et Rennes) en Comptabilité et française, comptes consolidés, analyse Marie COLLIN
et Administrateurs (S.E.A). audit bancaire. financière, fiscalité britannique, contrôle Formation ENM (École de Magistrature)
Finance. Comptabilité bancaire. de gestion, privatisation et bourse. pour être juge de proximité. 7° promotion
ESSEC Management (cours spécialisés
en Marketing). Préparation d’un doctorat
Yvan ALLIOLI Jean Philippe BORGIALLO Jean-François CARON Sciences Politiques. DEA de Sciences
Associé Fondateur du cabinet APS Risk, Maîtrise es Sciences économiques Diplômé de l’Université du Maine Politiques à Paris X. Maîtrise de Droit,
ancien Manager de PWC Management option Finance. (Le Mans) en Macroéconomie et option Droit Public à Paris X.
Consulting. Contrôle permanent et périodique. conjoncture économique. Conformité.
Risques Opérationnels, Cartographie LCB/FT. Certificat Risk Management Assurance
des risques, Lutte contre le risque de Exigences prudentielles. (CRMA).
fraude, Contrôle et Audit Interne, Plan de Pilotage financier, ALM, Contrôle Certified International Auditor (CIA). Ange CUBEDDU
Continuité d’Activité. de gestion bancaire. Diplôme d’Études Supérieures Comptables Cycle Matières Premières et Échanges
et Financières (DESCF). Internationaux CNAM
Diplôme d’Études Comptables et Diplôme d’organisateur Informaticien,
Patrick AUTEAU Marie Fleur Financières (DECF). I.E.S.T.O, CNAM
Diplôme de l’école des cadres du Groupe Contrôle périodique et permanent. DESS de gestion des entreprises, I.A.E, Paris
des Caisses d’Epargne (label HEC). DESS de BOUILLON BONTE Contrôle de gestion. Licence de mathématiques. Faculté
gestion des PME. Certification IFRS délivrée Expert comptable et auditeur chez
des Sciences de Nice.
par l’ESSEC. Diplôme d’expertise comptable. CIFRALEX, membre de l’Ordre des Experts
Opérations de commerce international.
Comptabilité bancaire et réglementation Comptables et de l’ICAEW (Institute Xavier CASAL
bancaire. of Chartered Accountant in England DES de droit public (Paris II), maîtrise de
and Wales). Licenciée en sciences droit, chargé d’enseignement en master Gérard DENIS
économiques, MBA de gestion option II de droit des affaires et en master II de Ingénieur, Diplôme Études Comptables
Gaëlle AZRIA finance, certificat IFRS (ESSEC). droit fiscal à l’université Paris Panthéon et Fiscales, Certificat d’Aptitude et
Expert comptable, Directrice associée Comptabilité bancaire. Audit comptable. Sorbonne. d’Administration des Entreprises (IAE Paris),
Conforméo, Diplômée de l’Institut Supérieur Commissariat aux Comptes des Fiscalité bancaire. DESS Contrôle de Gestion et Audit (IAE Paris)
du Commerce de Paris. Etablissements de Crédit. et DESS Systèmes d’Information (IAE Paris).
Conformité, gestion des risques Contrôle de gestion, Mathématiques
bancaires, audit et contrôle interne, Éric CHENEVIERE financières.
dispositif de contrôle permanent, Stéphane BOURDIN Diplôme d’Actuaire.
comptabilité bancaire et audit DESS Informatisation des Entreprises. D.E.U.G. de Sciences Économiques
comptable. MIAGE - Maîtrise d’Informatique Finance et produits de Marchés. Olivier DE VULPIAN
Appliquée à la Gestion des Entreprises. Réglementation et culture bancaire. Licencié es sciences économiques de la
Risques opérationnels. faculté de Paris X, ancien élève de l’Institut
Hicham BADDAG d’Études Politiques de Paris, Certifié par l’AIBD
Expert-comptable. Certifié CIPA de l’AAOIFI Patrick CHOPARD (association of international bond dealers).
(Bahreïn). Certifié CIFE d’Ethica Institute David BOYER Niveau II, Certificat de Gestion Analyse financière, financement des
of Islamic Finance (Dubai). Exécutive MBA HEC. De Patrimoine. entreprises, opération de haut de bilan.
Finance islamique. Exigences D.E.S.C.F. Droit civil, droit des sociétés et SCI,
prudentielles. Maîtrise d’Économie Appliquée, Université Immobilier..
Paris 9 Dauphine. Franck DOMENECH
Comptabilité, risques et audit de l’assurance. Diplômé de l’institut supérieur des affaires et
Christian BERTHEUIL Christophe CHOUARD de direction des entreprises à Paris.
MBA University of Oregon (USA). DESCAF Certification AMF 2011. Techniques et risques de l’assurance.
de l’Ecole Supérieure de Commerce Andréa BRIGNONE HEC - MBA 1986.
Poitiers. Doctorat sciences économiques. IAE. École Centrale Paris.
Management, communication et relation Collège Libre des sciences sociales et Licence Sciences Économiques Paris I. Diplômé Gilles DREYFUSS
client. économiques. de l’École Supérieure de Gestion de Paris. Certification AMF. Cycle d’Expertise
Gestion d’actifs et services financiers. Professionnelle Certifié – Expert métiers
Activités de marchés et back office. conformité du CFPB (en cours de formation).

Formations 2019 27

24-34-Qui sommes nous_2019.indd 27 21/09/2018 14:58


Nos intervenants
Institut Technique de Banque. Maitrise Véronique HAURANT Sandrine MOREAU droit des contrats et droit économique.
AES option Banque (IAE Lyon III). Diplôme Maîtrise Sciences de Gestion(MSG) à Master 1 de gestion des entreprises. Master LCB/FT
Universitaire de Droit et pratiques bancaires l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2 en gestion de patrimoine.
(IAE Lyon III). DESS de Contrôle de Gestion et Audit à Gestion de patrimoine, Défiscalisation.
Gestion d’actifs et Services financiers. l’IAE de Paris.
BRUNO RISSER
Master II IHFI – finance. ITB – ingénierie
Comptabilité bancaire.
Juliette MOREL MAROGER financière
Nicolas DUFOUR Qualification aux fonctions de Professeur Gestion des risques. Audit et contrôle
Doctorat Comptabilité-Contrôle-Audit – Henri JACOB des Universités. interne.
CNAM. Master 2 Assurance-Finance - ENASS Docteur en mathématiques, mention théorie Admissible au concours d’agrégation en
- 2009-2011. Master 2 Gestion - CNAM des graphes, à l’université de Paris VI, droit privé et sciences criminelles.
- 2009-2011. D.E.A. d’économie monétaire à l’université Qualification aux fonctions de Maître de
Véronique SAINT AMAND
Licence Droit des affaires-Gestion - Paris IX Diplômée de l’École Nationale
Paris-Dauphine, licence d’Histoire à conférences en droit privé.
Dauphine. d’Assurances. DEUG Lettres Classiques
l’Université Paris I, Économiste de marché. Doctorat en droit, Mention très honorable
LCB assurances. (préparation École normale supérieure).
Exigence prudentielle et gestion avec les félicitations du jury, obtenu à
Contrôle interne assurances.
des risques. l’Université Paris I Panthéon Sorbonne sous
la direction de P. Mayer.
Maxence DUHAYON
M2 Commerce - EM Strasbourg Michel KAELIN
DEA de Droit Privé - Université Paris I Stéphane SALLÉ
Panthéon-Sorbonne. Diplômé de l’École Nationale Supérieure
Maîtrise Sciences de Gestion - IAE Lille. Maîtrise de Sciences Juridiques Risques et LCB/FR. des Ingénieurs Électriciens de Grenoble,
Exigences prudentielles. Droit des Affaires.
Doctorat de l’Institut National Polytechnique
Diplômé en DESS Gestion et Finances de
de Grenoble en Automatique et Traitement
Meryem EL IDRISSI l’Institut d’Administration des Entreprises. Evelyne NGNOTUE du Signal, Certification d’Aptitude.
Diplôme d’études bibliques Université École Centrale Paris : Option
DSCG, cursus expert-comptable. Contrôle de Gestion. ACM. Risques
Domuni (Louvain-Belgique) 2015. mathématiques appliquées à la finance,
ESCP-Europe - Master in Management Grande de marché.
Analyse financière, financement des filière stratégie marketing finance.
École.
entreprises. École Supérieure d’Électricité (SUPELEC).
IFRS 16.
Lycée AUX Lazaristes (Classes Helen SPRAGGETT
préparatoires, obtention de l’équivalence Université d’Aston (GB), BSc (Hons) Gestion
François FAURE Edith LAQUENAIRE DEUG Physique. (1987). Diplômé Expertise Comptable,
Expert comptable. Maitrise de gestion, Exigences prudentielles.
Certified ISO 31000 Risk Management ICAEW (1991). Certificat Auditeur interne
DAUPHINE. DUT gestion des entreprises et
Professional C31000™. Approved ISO 31000 (CIA-2009).
des administrations, IUT de PARIS.
Risk Management Lead Trainer CT31000™. Audit et contrôle interne, Gestion des
CARM Institute ARM54 EISTI / ENA - Mastère
Comptabilité bancaire et analyse Michèle PESCHET risques.
financière. Diplôme d’Études Supérieures en économie,
spécialisé en gestion des risques sur les
Diplôme d’Études Comptables Supérieures,
territoires. UTC - Institut de Management de
L’Information (DESMI) Paris V - DESS Ergonomie Jean-Marie LAY
MBA HEC. Geoffroy SURBLED
Gestion des risques et ALM. Analyste financier SFAF.
Cognitive Paris XI Orsay - MST d’Ergonomie. Expert Comptable, Diplômé de L’ESSEC
Risques des SI, Sécurité du SI. Néoma Business School (ex ESC Rouen).
(École supérieure des sciences éco-
MBA New York University - Stern.
Plan de Continuité d’Activité. nomiques et commerciales). Activité de Daniel PION Analyse financière. Ingénierie financière.
Gestion de Crise. conseil Global Finance Expertise (GFE). HEC (1983). Science Po – Paris (1983).
Evaluation des sociétés. Fusions-
Comptabilité bancaire et exigence Mastère 1 de Droit privé international –
acquisitions et capital investissement /LBO.
prudentielle. Paris XI (1980).
Hubert FROUIN Gestion des risques financiers.
Ingénieur, Maîtrise es sciences
économiques et Institut des Études Chloé MARAIS Amal TAOUR
Expert-comptable et Commissaire aux
Économiques, Sociales et Techniques de DESS Actuariat de l’EURIA (EURo Institut Véronique PROSPER comptes. Master 2 - Droit et Fiscalité
l’Organisation (IESTO). d’Actuariat), Maîtrise d’ingénierie DESS en droit des affaires et fiscalité,
Organisation bancaire, Systèmes de de l’entreprise - Paris II Panthéon-Assas.
Mathématiques option Assurance. ancien auditeur et avocat en droit des
paiement et Instruments de paiement, SEPA. Audit et contrôle interne. Fiscalité. Droit.
Avantages au personnel, IAS19. affaires.
Fiscalité bancaire.
Alain GHNASSIA Philippe MARTINET Sonia VERRECCHIA
DESS en Gestion des Entreprises (CAAE-
Ingénieur de l’École Spéciale des Travaux Expert-comptable inscrit au tableau de Elisabeth RAISSON IAE) – Maîtrise en Droit
Publics (ESTP). Diplôme de Comptabilité l’Ordre de Paris, Diplômé de NEOMA EDHEC, Lille, spécialisation Finance
et de Gestion (DCG) (en cours). London Audit et contrôle interne. Relations
Reims Management School, Administrateur d’Entreprise.
Business School : Essentials of Leadership inter-personnelles et communication.
de l’ADICECEI, Consultant en systèmes Gestion d’actifs et services financiers.
Program. d’information bancaire et évaluation
Exigences prudentielles – Contrôle
périodique et permanent.
des produits financiers.
Teddy RAMANAKASINA Olivier VICTOR
Gestion d’actifs et services financiers. ESC Tours (ESCEM) : option Finance
Executive Education HEC, France.
Comptabilité, risques et audit
Executive MBA Audencia, France.
Aurélien GIRAUD VALÉRIAN Arnaud MAZOYER ÉSIG, École Supérieure d’Informatique de
de l’assurance.
Diplôme d’Ecole Supérieure de Commerce Université Evry Val D’Essonne, Evry. Gestion.
(Audencia Business School – Nantes)
University of Cincinnati : Master of
IUT GEII. Audit des Systèmes d’Information. Sarah WIGGETT
Gestion des risques. University of Birmingham (GB), Bachelor of
economics. Audit et contrôle interne. Commerce (Hons degree).
Prêts immobiliers (formation IOB SP). Guillaume RAMOND (1991) Associate Member Of The
Gestion de patrimoine. Produits bancaires Actuaire qualifié IA. Diplômé d’Expertise-
Association of Corporate Treasurers.
Fiscalité du particulier. Christine MERCURI comptable.Ingénieur SUPELEC. Diplômé
ACT (1994) SFA Securities & Derivatives
Gestion et Administration des Entreprises, de l’ESSEC
Representative (1998).
cycle G.A.E, ESC Reims. DESS RH Actuariat des assurances (tarification,
José GUIBERT Consultation et Formation dans les provisionnement, ALM, Solvabilité 2,
Corporate Treasury risk management.
HEC Executive MBA à Paris, Actuaire Foreign exchange and interest rate
organisations (Paris Dauphine). IFRS).
du Centre d’Études Actuarielles à Paris, derivatives.
Coach: LKB School of Coaching. Certifiée
Dese et cycle C Finance d’entreprise et Success Insights. Synergologue.
marchés, Conservatoire National des Arts Management / Management de projet. Luc RETAIL Hervé ZANY
et Métiers à Paris, Ingénieur, Institut des Relation client / Techniques de vente/ École Nationale Supérieure de la Police
ESCAE Amiens. Certified Fraud Examiner
Sciences de l’Ingénieur de Montpellier. Négociation. Prise de parole en public/ Nationale - Formation de commissaire de
(ACFE USA).
Risques de l’assurance et contrôle Conduite de réunion. Formation de police sur deux ans. École Supérieure des
Investigation financière.
interne. formateurs. Coaching individuel et Inspecteurs de Police - Formation d’inspecteur
collectif. de Police et Officier de Police Judiciaire. DEA

28 Formations 2019

24-34-Qui sommes nous_2019.indd 28 21/09/2018 14:58


Nos partenariats
OCBF
L’Office de Coordination Bancaire et Financière est une association professionnelle indépendante et ancrée dans
la place financière qui réunit des professionnels de la banque et de la finance pour des rencontres de Directions
Générales. Depuis plus de seize ans, nous entretenons des relations privilégiées avec OCBF Services et Formation
qui négocie pour ses adhérents des partenariats avec des prestataires et des formateurs, dont nous faisons partie,
spécialisés dans le monde bancaire.

Global Finance Algeria


G.F.A est une société de conseil et de formation spécialisée dans les métiers de la banque. Grace à des méthodes
didactiques adaptées et à un important réseau de consultants formateurs propres ou affiliés à ses partenaires,
ses clients bénéficient d’une formation ou de conseils de qualité leur permettant d’améliorer sans cesse leurs
compétences dans le domaine notamment de la gestion des risques, Comptabilité bancaire, IFRS, la réglementation
bancaire, Corporate finance, Trade finance, la finance islamique…).

PERFORMIUM Finance
Spécialisés en Risk Management & Relation Clients dans le domaine Banque Assurance, nos consultants experts
vous accompagnent sur des missions de Conseil - Formation - Recrutement.
Dans le cadre de notre partenariat avec l’AFGES, nous organisons des formations dans le Nord & l’Est de la France,
et au Benelux. Nos valeurs fondatrices : écoute, respect des engagements, réussite collective, résultats.
Nos références : SG, Cofidis, BPCE, Crédit Immobilier de France, Banque Accord, CA…

Artips
Artips est une société née il y a 5 ans. En parallèle de son activité B2C (premier média culturel en ligne en France en
termes d’audience), Artips a développé une solution de micro-learning. La pédagogie de cette plateforme est fondée sur
le format court (sessions de 8 minutes) et le storytelling (chaque session est introduite par une anecdote mémorable
envoyée par push) afin d’engager les apprenants et d’optimiser le taux de complétion. L’idée est de donner envie
d’apprendre autrement, grâce à un univers ludique et chaleureux et un ton très accessible.Artips accompagne ses
clients dans la création de formations sur mesure, de dispositifs de sensibilisation et d’acculturation.

Formalearning
Formalearning, créateur de ressources pédagogique, met à votre disposition son expertise pédagogique vous
accompagne dans la construction de parcours de formation digitale, sur-mesure ou via son catalogue. Au cœur de
la transformation digitale de l’entreprise, formalearning est un organisme de formation, adhérent à la ffp, spécialise
dans les solutions de formation distancielle. L’activité de FormaLearning consiste à concevoir et à réaliser des
solutions de formation distancielles, de type QUIZ, flash learning, rapid learning, TV learn, e-learning, serious game.
Ces solutions de formation distancielles s’inscrivent dans une offre plus globale d’ingénierie pédagogique et de
gestion de la formation à distance.

evalbox
evalbox, plateforme professionnelle de gestion et d’évaluation de connaissances (entrainements, évaluations,
examens, certification), qui permet de construire des tests et QCM en ligne ou sur papier (avec correction
automatique des scans) : Outil de formation et d’évaluation dans l’éducation, outil d’évaluation des connaissances et
compétences dans l’entreprise qui fait face aux nouvelles exigences de la réforme de la formation professionnelle,
outil de sélection dans les cabinets de recrutements qui doivent départager des candidats postulant à une offre
d’emploi, ou même outil de certification dans les sociétés agréées pour délivrer des formations certifiantes.

AFGES Maroc
En date du 23 février 2016, nous avons créé AFGES Maroc.
Filiale de facturation, cette entité vise un double objectif :
– Nous rapprocher de nos clients Marocains,
– Leur permettre de faire prendre en charge leurs formations par l’OFPPT,
tout en continuant à proposer des formations de qualité et en restant compétitifs.

Formations 2019 29

24-34-Qui sommes nous_2019.indd 29 21/09/2018 14:58


Nos
éditions
PRATIQUE DE LA COMPTABILITÉ BANCAIRE –
IFRS (ÉDITION 2018)
1072 pages • 110 €
Hugues BEAUGRAND
Au sein de l’Union Européenne, les établisse- activités bancaires (trésorerie, crédits, dépôts,
ments de crédit cotés sont depuis 2005 en IFRS titres, devises et produits dérivés) présente sys-
pour leurs comptes consolidés. En France, leurs tématiquement les points suivants :
comptes individuels restent en normes fran- 5 Les aspects économiques et techniques pour com-
çaises. Il nous a semblé nécessaire dans cette prendre la substance de l’opération et permettre ainsi
septième édition de cet ouvrage de séparer les une juste interprétation, non seulement de la compta-
règles en normes françaises pour les comptes bilisation, mais aussi des risques et de la rentabilité ;
sociaux et les règles IFRS pour les comptes 5 L’évaluation et la comptabilisation de chaque
consolidés. Cet ouvrage ne traite donc unique- transaction selon le référentiel IFRS ;
ment que des règles IFRS pour les comptes 5 De nombreux exemples pratiques avec des
consolidés des établissements de crédit. Les schémas comptables pour rendre claires et com-
normes françaises appliquées dans les comptes préhensibles des opérations parfois complexes.
sociaux en France sont traitées dans un ouvrage 5 Les prolongements prudentiels en environne-
séparé. La démarche adoptée pour chacune des ment Bâle 3 (CRR et CRD IV).

PRATIQUE DE LA COMPTABILITÉ BANCAIRE –


NORMES FRANÇAISES (ÉDITION 2018)
772 pages • 70 €
Hugues BEAUGRAND
Depuis 1981, date de la première publication de cet pour objectif de traduire une réalité économique dans
ouvrage, Antoine SARDI n’avait eu de cesse d’amé- toute sa richesse et sa diversité. Aussi, la démarche
liorer les différentes éditions. Sa disparition soudaine adoptée pour chacune des activités bancaires expose
nous a profondément touché et nous avons décidé systématiquement :
de continuer à poursuivre la publication de « Pra- 5 Les aspects économiques et techniques pour com-
tique de la comptabilité bancaire ». Cette septième prendre la finalité de l’opération et permettre ainsi
édition comprendra deux volumes, l’un concernant la une juste interprétation, non seulement de la compta-
comptabilité bancaire en normes françaises pour les bilisation mais aussi des risques et de la rentabilité ;
comptes sociaux et l’autre concernant la comptabilité 5 L’évaluation et la comptabilisation de chaque tran-
bancaire en normes IFRS pour les comptes consoli- saction selon le référentiel français, en particulier le
dés, tout au moins en France. Ce volume concerne règlement ANC 2014-07 ;
uniquement les normes françaises applicables sur 5 De nombreux exemples pratiques avec des sché-
les comptes sociaux des établissements de crédit mas comptables pour rendre claires et compréhen-
en France. Comme l’avait écrit Antoine SARDI, la sibles des opérations parfois complexes, avec leurs
comptabilité n’est pas une finalité mais un outil ayant conséquences fiscales s’il y a lieu.

À paraître SAVOIR CONJUGUER CONTRÔLE PERMANENT


ET EFFICACITÉ OPÉRATIONNELLE
Béatrice BON MICHEL
Dans un contexte où la gestion des risques s’in- Si ces principes paraissent évidents en théorie,
vite au sein de tous les processus et où les exi- dans la réalité de l’organisation, la superposition,
gences de conformité imprègnent les dispositifs depuis plusieurs années, d’exigences règlemen-
de contrôle, il est essentiel d’aborder les contrôles taires a réduit l’efficacité de certains contrôles au
permanents sous l’angle de l’efficacité opération- détriment de l’efficacité opérationnelle. Il s’agit
nelle. Les coûts des contrôles doivent s’apprécier ainsi de repenser ces dispositifs pour leur redon-
par rapport aux risques significatifs et toute la ner flexibilité et adéquation au service de la straté-
démarche, du plan de contrôle à la communication gie et des métiers et servir ainsi une gouvernance
doit servir le pilotage des objectifs opérationnels. par les risques.

30 Formations 2019

24-34-Qui sommes nous_2019.indd 30 21/09/2018 14:58


MON PRÊT IMMOBILIER
389 pages • 39 €
Aurélien GIRAUD VALÉRIAN
Ce guide présente de façon très pratique et concrète revenus ? Tous les prêts immobiliers : Quels sont ces
tout ce qu’il faut savoir sur le prêt immobilier et l’assu- montages qui font gagner de l’argent à la banque et
rance de prêt. S’appuyant sur plus de 220 exemples au client ? Comment emprunter 30 000 € de plus sur
concrets commentés, et plus de 310 astuces, il consti- la même durée, le même taux, tout en conservant la
tue un outil indispensable pour les futurs acquéreurs même mensualité ? Quelles sont les options à mai-
qui souhaitent optimiser la négociation de l’ensemble triser ? Pourquoi faut-il négocier la transférabilité ?
des éléments de leur prêt immobilier. Il a été rédigé Qu’est-ce que l’exonération des pénalités de rem-
par un professionnel du secteur bancaire et du finance- boursement anticipé ? Comment utiliser les options
ment : Aurélien GIRAUD VALERIAN. L’ouvrage s’appuie de modularités et de suspension de prêt ?
aussi sur les commentaires de professionnels réputés Les garanties de prêts immobiliers : Quelles sont les
du secteur : Caisse d’Épargne (Franck CAZE. Maxime garanties les plus adaptées et les moins chères selon
ROUSSEAUX, Laurent COLLET), Notaires (David PARENT les projets à financer ?
et François POURRI ER), Crédit Foncier de France (Agnès Les assurances de prêts immobiliers : Quelles assu-
BENNI et Inès WEICHERDING), Avocat fiscaliste (Valentin rances puis-je sélectionner ? Comment puis-je choisir
MATHIEU). Magnolia Assurance (Gérald LOOBUYCK et une assurance qui couvre mieux et qui coute moins
Astrid COUSIN), Assuréa (Cynthia AOUIZERATE), BRED cher ? Quelles sont les couvertures indispensables ?
Banque Populaire (Annie BELMONTE-MAUROIS), PAR- Tous les mécanismes des opérations de crédits :
TNERS FINANCES (Pascal CORMIER). etc. Ce livre déve- Quelle est la différence entre un prêt amortissable et
loppe de façon très approfondie et très pédagogique les un prêt in fine ? Quel est l’objectif d’un différé partiel
thèmes suivants : Le contrat d’avant-vente (Promesse et ou total ?
compromis de vente) : Quel formalisme choisir ? Faut-il Faire renégocier son prêt ou le faire racheter : com-
passer par un Notaire ? Pourquoi ? ment calculer le gain exact d’un rachat de prêt ?
La situation financière de l’emprunteur : Combien Comment connaître la date à partir de laquelle le
puis-je acquérir et emprunter ? Comment est étudié rachat devient « gagnant » en prenant en compte tous
l’endettement ? Comment sont analysés les différents les frais annexes?

LE PLAN COMPTABLE DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT Édition 2012


60 pages • 15 €
Antoine SARDI
Un petit manuel clair et pratique sur le plan comptable les commentaires essentiels sur chacun d’eux. Un
des établissements de crédit. La liste des comptes, manuel de référence à avoir en permanence sous
sous forme de tableaux, avec des explications et la main.

PRATIQUE DE LA COMPTABILITÉ BANCAIRE Édition


1450 pages • 110 € 2012
Antoine SARDI
La sixième réédition de l’ouvrage de référence de • Les aspects économiques et techniques pour comprendre
la comptabilité bancaire depuis 1981 est parue au la finalité de l’opération et permettre ainsi une juste inter-
quatrième trimestre 2012. Une édition entièrement prétation, non seulement de la comptabilisation, mais aussi
mise à jour avec les dernières nouveautés comptables des risques et de la rentabilité ;
internationales et françaises dont IFRS 9, les nouvelles • L’évaluation et la comptabilisation de chaque transaction
normes de consolidation et Bâle III. selon le référentiel IFRS et le référentiel français ;
Un ouvrage de près de 1600 pages qui couvre • De nombreux exemples pratiques avec des schémas
l’ensemble des domaines comptables et de la comptables selon le double référentiel pour rendre claires
surveillance prudentielle. et didactiques des opérations parfois complexes.
La nouvelle édition continue d’adopter la démarche qui À ce titre, l’ambition de cet ouvrage est de continuer à
a fait son succès. Chacune des activités bancaires est fournir un outil pratique pour aider les professionnels à
systématiquement traitée selon trois aspects : gérer le présent et à préparer le changement.

Formations 2019 31

24-34-Qui sommes nous_2019.indd 31 21/09/2018 14:58


Nos
éditions
Édition 2002 AUDIT ET CONTRÔLE INTERNE BANCAIRES
1100 pages • 145 €
Antoine SARDI
Aux risques traditionnels de l’activité bancaire, se sont par l’ensemble de la profession, et notamment par les
ajoutés depuis quelques années de nouveaux risques liés autorités de tutelle (par le règlement CRBF 97-02).
aux mutations du système bancaire et à l’émergence des Cet ouvrage, entièrement refondu en 2002, a l’ambition
nouveaux marchés. La maîtrise de ces risques, par la de contribuer modestement à l’édification de ce
mise en œuvre d’un dispositif de contrôle interne global dispositif. Il se veut résolument pratique pour mettre à la
et rigoureux, devient un objectif essentiel, mis en exergue disposition des acteurs du contrôle.

À paraître
FONDS D’INVESTISSEMENT, RÉGLEMENTATION,
Nouvelle édition ÉVALUATION, GESTION COMPTABLE
Philippe MARTINET et Hugues BEAUGRAND
Actuellement en Europe, les fonds d’investissement • Enfin, pour 2019, le règlement STS sur une titrisation
représentent une source de financement de plus de « Simple, Transparente, Standardisée », pour relancer
15 000 milliards d’euros, soit deux fois plus qu’en ce mode de refinancement spécial des banques.
2007. Les formes juridiques se sont à la fois transfor-
mées et complexifiées pour répondre aux demandes Dans ce contexte, cet ouvrage apporte aux profession-
sociétales et économiques des différents acteurs : nels les trois dimensions de maîtrise de l’Asset mana-
• La diversification de l’épargne : placements finan- gement :
ciers, réserve de trésorerie, complément de retraite, • Une synthèse des nouveaux dispositifs réglemen-
assurance-vie, plan d’intéressement des salariés, taires et juridiques ;
objectifs éthiques, financement des start-up ; • Les approches révisée de valorisation des parts de
• Le volet défiscalisation pour les revenus ou la for- fonds, suite aux crises financières ;
tune : FCPI, FCPR, OPCI, FIP… ; • Les modalités de comptabilisation des opérations,
• Le capital investissement pour accompagner le dévelop- en référence au règlement récent publié par l’Auto-
pement ou la transmission des PME/ETI ; rité des Normes Comptables sur les Organismes de
• La recherche de ressources financières au travers Placement Collectif à Capital Variable.
des OT (organismes de titrisation) ;
• Le financement à moyen/long terme des infras- Sont ainsi abordés, au travers de nombreux cas pra-
tructures et du tissus des ETI européennes. tiques et d’illustrations d’actualité :
Parallèlement à ces aspirations, deux méga-crises • Les objectifs de gestion des produits avec leurs
financières récentes (les subprimes et les dettes composants ;
souveraines en euros) puis l’affaire Madoff, ont • Les schémas de comptabilisation applicables aux
conduit les autorités de régulation à de vastes chan- OPC, pour certains dérogatoires aux principes du
tiers de réforme : PCG et aux normes IAS/IFRS ;
• Les directives UCITS IV et V sur les produits et les • Les recommandations de l’AMF sur l’organisation
dépositaires, avec notamment la mise en place du DICI des différentes fonctions des prestataires de service
(document d’information clé pour l’investisseur) et du d’investissement (établissement de crédit, entreprise
SRRI (indicateur synthétique de risque et de rende- d’investissement, sociétés de gestion).
ment) ;
• La directive AIFM sur les fonds d’investissement Un glossaire actualisé des acronymes et des termes
alternatifs ; financiers permet une vraie compréhension de l’as-
• Le nouveau corpus MIF 2 avec deux directives et un set management.
règlement applicables en 2018, afin de mieux organi- Cet outil de synthèse complet est à destination des
ser la protection des investisseurs et l’organisation des auditeurs, des RCCI/RCSI, des professionnels comp-
marchés ; tables, et d’une façon générale, de tous les acteurs
• Les produits PRIIPS - produits d’investissement pac- impliqués dans l’industrie spéciale des fonds d’in-
kagés et produits d’assurance pour le grand public ; vestissement.

32 Formations 2019

24-34-Qui sommes nous_2019.indd 32 21/09/2018 14:58


Légende

Certificat
One
to
One One to One
Présentiel

Français/Anglais
Visio formations

Formations 2019 33

24-34-Qui sommes nous_2019.indd 33 21/09/2018 14:58


24-34-Qui sommes nous_2019.indd 34 21/09/2018 14:58
Durée
1 jour
Prix
repas inclus
844 € HT
Animateurs
Philippe DARRÉ
Marie-Paule DEGEILH
Date
1er avril 2019
100
Initiation à la comptabilité
Comptabilité
bancaire

3 juin 2019
Gaëlle AZRIA 9 septembre 2019
Véronique HAURANT 25 novembre 2019

Initiation à la comptabilité One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Situer le rôle de la comptabilité dans son contexte économique. • Documentation en PowerPoint.
• Identifier les enjeux des différentes méthodes d’évaluation. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Traduire les opérations courantes en comptabilité. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Pratiquer la comptabilité des opérations courantes. et confirmer les acquis.
• Esquisser la construction d’un bilan et d’un compte de résultat.
• Appliquer par des exercices et cas pratiques. Connaissances requises
• Introduire la comptabilité dans un environnement bancaire. • Aucun prérequis n’est exigé.
• Se préparer à suivre des formations plus spécifiques (comptabilité
bancaire, titres, dérivés, devises, etc.).

Participants
• Personnes qui n’ont jamais fait de comptabilité, ou qui n’ont pas
pratiqué, et qui souhaitent acquérir les bases minimales pour mieux
comprendre leur environnement comptable et dialoguer avec les
comptables.
• Personnes qui souhaitent suivre des formations comptables et qui ont
besoin de bases.

PROGRAMME
 Pourquoi la comptabilité ? Pourquoi un crédit chez le banquier et un débit chez le client.
Illustration du jeu de miroir.
Les états financiers.
La réconciliation entre les deux comptes.
Pour quel usage ?
Quels sont les éléments du bilan et du compte de résultat ? Présentation
simplifiée.
 Principe de séparation des exercices
Quelques conventions de classement. Pourquoi le découpage d’une entreprise en périodes comptables ?
Les éléments : actifs, passifs, capitaux propres, charges et produits. Flux de trésorerie et comptabilité d’engagements.
Distinction entre un actif et une charge. Les deux approches « Accrual basis » versus « Cash basis »
et la technique qui en découle, le « cut-off ».
 Problématique centrale :
quelle méthode d’évaluation ?  Plan de comptes (ou plan comptable)
Cours historique versus juste valeur. Pourquoi un plan de comptes ?
Amortissements et dépréciations. Passage d’intitulés littéraires à des intitulés codifiés.
Application des deux méthodes pour un même patrimoine. Plan comptable général et plan de comptes des établissements
de crédit.
 Mécanique comptable
Le couple débit/crédit.
 Vers la comptabilité bancaire
La partie double. Les activités bancaires fondamentales.
Leur application au bilan et au compte de résultat. Leur traduction dans un bilan et un compte de résultat simplifiés
Les flux de trésorerie et les engagements ; application. d’une banque.
Quelques astuces pour construire un schéma comptable. Les fondamentaux qu’il ne faut perdre de vue pour passer
à la comptabilité bancaire.
 Comptabilité réciproque ou « miroir »
Actif chez l’un, dette chez l’autre !
Les relations du compte « banque » entre client et banquier.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 35

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 35 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire 101CECB1
Comptabilité bancaire : opérations classiques
Durée
2 jours
Prix
repas inclus
1 630 € HT
Animateurs
Marie-Paule DEGEILH
Philippe DARRÉ
Date
3 au 4 avril 2019
4 au 5 juin 2019
Gaëlle AZRIA 10 au 11 septembre 2019
Jean-Marie LAY 26 au 17 novembre 2019
Hervé MANCERON
Hugues BEAUGRAND
Véronique HAURANT

Cycle certifiant
Comptabilité bancaire :
opérations classiques
One
to
Objectif général Participants
One • Situer l’activité bancaire dans son environnement économique et • Responsables comptables, comptables, informaticiens,
réglementaire. organisateurs, équipes projet et auditeurs internes et
• Identifier les comptes du PCEC utilisés par ces opérations. externes.
• Traduire ces opérations sous forme de schémas comptables. • Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.
• Appliquer par des exercices et cas pratiques.
• Identifier les divergences entre référentiels IFRS et français. Supports et moyens pédagogiques
• Illustrer les principales opérations par les états financiers • Documentation en PowerPoint.
d’établissements bancaires. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Se préparer à suivre des formations plus spécifiques (titres, dérivés, • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
devises...). et confirmer les acquis.
• Plan Comptable des Établissements de Crédit (PCEC) offert.

Connaissances requises
• Bonne connaissance de la comptabilité générale ou avoir
assisté à la formation « Initiation à la comptabilité ».

PROGRAMME
 Introduction Le traitement du risque de crédit.
Les normes françaises :
L’activité bancaire et l’organisation de la profession.
− L’identification des créances douteuses.
Les normes comptables (IFRS et françaises).
− Les dépréciations individuelles.
Les états réglementaires (SURFI, COREP, FINREP).
− La norme IFRS 9 (même niveau que normes françaises).
Les principes de contrôle interne comptable.
– La notion d’Expected loss.
– Les trois étapes de la dépréciation en IFRS 9.
 Les activités bancaires classiques
Les dépôts de la clientèle :
Démarche pédagogique commune à toutes les activités − Aspects techniques et économiques.
bancaires classiques. Chacune des activités ci-après sera examinée − Comptabilisation.
sous 4 aspects : − La traduction de ces opérations dans le bilan des banques françaises.
 Les aspects économiques et techniques. − Les comptes du PCEC.
 La présentation du plan de comptes (PCEC). − Les caractéristiques de certains dépôts : comptes sur livret, d’épargne
 La comptabilisation en IFRS et en normes françaises. à régime spécial, comptes à terme, bons de caisse.
 Des exercices et cas pratiques avec les schémas comptables. − Les comptes à vue.
L’activité titres (présentation succincte) :
Les opérations interbancaires et de trésorerie : − Les portefeuilles titres en normes françaises.
− Les objectifs de la trésorerie d’une banque. − Les portefeuilles titres en normes IFRS.
− Le traitement comptable. − Opérations titres pour le compte de la clientèle.
Les crédits à la clientèle : Les moyens de paiement et les systèmes de règlement :
− Les aspects économiques des crédits clientèle : − Les moyens de paiement.
• Crédits commerciaux. − Les systèmes de paiement.
• Crédits de trésorerie. − Les commissions sur moyens de paiement.
• Crédits immobiliers. Les immobilisations (présentation succincte).
• Crédits consortiaux. Les provisions pour risques, fonds propres et divers.
• Locations financières. Récapitulation du hors bilan (les engagements de financement
• Autres. et de garantie ont déjà été examinés avec les crédits).
La formation du résultat.
− Le traitement comptable des crédits : Les états financiers.
• Les règles générales.
• La notion de taux d’intérêt effectif (TIE).

36 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 36 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs
Édith LAQUENAIRE
Date
102
Lire et comprendre
Comptabilité
bancaire
3 jours 20 au 22 mars 2019 les comptes d’une banque
2 247 € HT 9 au 11 octobre 2019
2019
019

Lire et comprendre les comptes One


to
One

d’une banque
Objectif général Participants
• Découvrir l’ensemble des états financiers que doivent produire • Personnes qui n’ont jamais fait de comptabilité bancaire et
les banques. qui ont besoin d’acquérir les bases minimales pour lire et
• Comprendre la présentation des comptes sociaux bancaires. comprendre les comptes des banques et ou dialoguer avec
• Se familiariser avec les contenus spécifiques du bilan et du compte les collaborateurs des directions financières des banques.
de résultat. • Personnes qui souhaitent suivre d’autres formations
• Savoir utiliser le Plan de Comptes des Établissements de Crédit (PCEC). comptables et qui ont besoin de bases.
• Se repérer dans l’organisation comptable des banques.
• Décrypter le processus d’arrêté des comptes. Supports et moyens pédagogiques
• Acquérir les bases de la comptabilité générale. • Documentation PowerPoint.
• Acquérir les bases pour comptabiliser des opérations simples, monter • Document de référence d’un établissement bancaire.
un bilan, un compte de résultat et un tableau de l’annexe. • Plan Comptable des Établissements de Crédit (PCEC) offert.
• Se préparer à suivre des formations spécifiques (comptabilité bancaire : • Alternance de théorie, d’illustrations et d’exercices
opérations classiques, titres, dérivés, devises, etc.). pratiques.
• QCU, synthèses, mises en situation, puzzles, tests,
questions/réponses
• Cas fil rouge d’une journée pour vérifier, réviser et
confirmer les acquis.

Connaissances requises
• Aucun prérequis n’est exigé.

PROGRAMME
 Les banques, des sociétés commerciales  Les comptes sociaux publiables des banques :
pas comme les autres contenu du bilan et du hors bilan
La banque : ses métiers, son rôle et ses obligations. Zoom sur les éléments spécifiques du bilan bancaire :
− Les titres.
 Les différents états financiers − Les provisions en moins de l’actif et au passif.
que doivent produire les banques − Présentation de l’aide-mémoire, contenus des postes du bilan.
Les comptes publiables : sociaux et consolidés.
Les reportings réglementaires : SURFI et FINREP.  Les comptes sociaux publiables des banques :
La liasse fiscale. contenu du compte de résultat
Zoom sur les éléments spécifiques du compte de résultat bancaire :
 Les documents constitutifs des états financiers, − Les commissions.
généralités − Le PNB.
Le bilan. − Le coût du risque.
Le hors bilan. − Présentation de l’aide-mémoire, contenus des postes du compte
Le compte de résultat de résultat.
L’annexe.
 Les méthodes d’évaluation des opérations
 Les comptes sociaux publiables des banques : Le coût historique.
présentation La valeur de marché.
Le coût amorti.
La présentation du bilan.
Incidences sur le bilan et le comptes de résultat.
La présentation du hors bilan.
La présentation du compte de résultat.
La présentation de l’annexe.
 Le Plan de Comptes des Établissements de Crédit
Les liens entre ces différents documents. (PCEC) et les attributs (dimensions, critères)
Zoom sur les différences de présentation avec les comptes sociaux Présentation du PCEC.
des sociétés commerciales non bancaires. Les différences entre le PCEC et le Plan de Comptes Général (PCG).
Les attributs : définition et pour quoi faire ?

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 37

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 37 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
102
Lire et comprendre
les comptes d’une banque

PROGRAMME
 L’organisation comptable des banques  Comptabiliser les opérations et procéder
Rôles et responsabilités des back-offices, des middle-offices, des aux écritures d’inventaire (suite)
directions comptables et de la direction financière en dehors et lors Correction avec le formateur.
des arrêtés de comptes.
 Monter la balance comptable de clôture
 Le processus d’arrêté des comptes à partir des écritures
dans les banques Présentation de l’exercice et définition du travail à réaliser.
L’organisation des arrêtés. En groupes, les participants montent la balance de clôture qui permettra
Les tâches à réaliser par toutes les sociétés bancaires de construire le bilan, le compte de résultat et un tableau de l’annexe.
et non bancaires. Correction avec le formateur.
Les tâches d’arrêté spécifiques aux banques.
 Construire le bilan et le compte de résultat
 Les bases de la comptabilité générale Présentation de l’exercice et définition du travail à réaliser.
Les 10 grands principes de la comptabilité française. En groupes, les participants montent le bilan et le compte de résultat
Les écritures comptables courantes et d’inventaire. à partir de la balance comptable de clôture.
Les documents comptables : journal, grand livre, balance, Correction avec le formateur.
états de synthèse.
La piste d’audit.  Construire le bilan et le compte de résultat (suite)
Correction avec le formateur.
 Comptabiliser les opérations et procéder
aux écritures d’inventaire  Construire un tableau de l’annexe
Présentation de l’exercice et définition du travail à réaliser. Présentation de l’exercice et définition du travail à réaliser.
En groupes, les participants comptabilisent les opérations proposées En groupes, les participants confectionnent un tableau de l’annexe à
dans le cas et procèdent aux éventuelles écritures d’inventaire à passer partir de la balance comptable et des hypothèses des cas écritures.
pour pouvoir arrêter les comptes. Correction avec le formateur.

38 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 38 21/09/2018 14:59


Durée
5 jours
Prix
repas inclus
Animateurs
Hervé MANCERON
Date
17 au 21 juin 2019
103
Comptabilité bancaire :
Comptabilité
bancaire
cycle long
3 147 € HT Marie-Paule DEGEILH 9 au 13 décembre 2019
Philippe DARRÉ
Jean-Marie LAY
Hugues BEAUGRAND
Gérard MAROT
Véronique HAURANT

Comptabilité bancaire : One


to
One

cycle long
Objectif général Participants
• Situer l’activité bancaire dans son environnement économique • Responsables et agents comptables et back-offices,
et réglementaire. informaticiens, auditeurs et inspecteurs.
• Souligner les aspects techniques et économiques des opérations. • Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.
• Traduire les opérations en comptabilité sous référentiels IFRS 9 et
français. Supports et moyens pédagogiques
• Identifier les divergences entre référentiels IFRS et français. • Documentation en PowerPoint.
• Appliquer par des exercices et cas pratiques. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques (cahier
• Il est à noter que de nombreux établissements continuent d’exercices avec corrigés).
à appliquer les dispositions d’IAS 39 pour la comptabilité • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
de couverture, comme IFRS 9 l’autorise. et confirmer les acquis.
• Plan Comptable des Établissements de Crédit (PCEC) offert.

Connaissances requises
• Bonne connaissance en comptabilité générale ou avoir
assisté à la formation « Initiation à la comptabilité ».

PROGRAMME
 Introduction Les dépôts de la clientèle :
– Les différents types de collecte.
L’activité bancaire et l’organisation de la profession.
– Le traitement comptable.
Les normes comptables (IFRS et françaises).
Les moyens de paiement et les systèmes de règlement.
Les états réglementaires (SURFI, COREP, FINREP).
Présentation synthétique :
Les principes de contrôle interne comptable.
– Des immobilisations, des provisions pour risques, fonds propres et divers.
– Du hors bilan.
 Les activités bancaires classiques
– Des états financiers.
Démarche pédagogique commune à toutes les activités
bancaires classiques. Chacune des activités ci-après sera examinée  Les titres et autres non dérivés
sous 4 aspects :
 Les aspects économiques et techniques.
La comptabilisation des titres en normes françaises :
 La présentation du plan de comptes (PCEC).
– Les titres de transaction.
 La comptabilisation en IFRS et en normes françaises.
– Les titres de placement.
 Des exercices et cas pratiques avec les schémas comptables.
– Les titres d’investissement.
– Les titres de participation et parts dans les entreprises liées.
Les concepts de « business model » et de test SPPI.
Les opérations interbancaires et de trésorerie :
Les différentes catégories d’actifs financiers :
– Les objectifs de la trésorerie d’une banque.
– Les actifs au coût amorti.
– Le traitement comptable.
– Les actifs en juste valeur par OCI recyclable.
Les aspects économiques des crédits clientèle :
– Les actifs en juste valeur par résultat.
– Crédits commerciaux.
– Les actifs en juste valeur par OCI non recyclable.
– Crédits de trésorerie.
– L’option juste valeur par résultat à l’actif.
– Crédits immobiliers.
Les passifs financiers :
– Crédits consortiaux.
– Les portefeuilles.
– Locations financières.
– L’option juste valeur par résultat au passif.
– Autres.
– Le cas du risque de crédit propre.
Le traitement comptable des crédits :
Les opérations de pension :
– Les règles générales.
– Aspects économiques.
– La notion de Taux d’Intérêt Effectif (TIE).
– Aspects juridiques.
Le risque de crédit.
– Aspects comptables.
Les normes françaises :
Les prêts et emprunts de titres.
– L’identification des créances douteuses.
Les opérations de pension :
– Les dépréciations individuelles.
– Aspects économiques.
La norme IFRS 9 :
– Aspects juridiques.
– La notion d’« expected loss ».
– Aspects comptables.
– Les trois étapes de la dépréciation.
– Les prêts et emprunts de titres.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 39

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 39 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
103
Comptabilité bancaire :
cycle long

PROGRAMME
 Les opérations en devises Dérivés en normes françaises :
– Les textes applicables.
Les notions essentielles : position de change et position de trésorerie.
– Les quatre catégories :
Textes applicables et monnaie de comptabilité : IAS 21 et 39, ANC
• Microspéculation.
2014-07 (Ex. CRBF 89-01 et 90-01).
• Microcouverture.
La mécanique de la comptabilisation des opérations en devises :
• Macrocouverture.
– La comptabilité multi-devises.
• Gestion globale d’un portefeuille de transactions.
– Les comptes de position de change.
Comptabilisation des dérivés en IFRS : principes généraux :
– La réévaluation.
– Définition et champ d’application d’un dérivé.
Opérations de change au comptant :
– Principes généraux de comptabilisation en trading.
– Aspects techniques et économiques.
Il est à noter que de nombreux établissements continuent à appliquer les
– Marché des changes, cotation au certain, cotation à l’incertain.
dispositions d’IAS 39 pour la comptabilité de couverture, comme IFRS 9
– Évaluation et comptabilisation.
l’autorise.
Opérations de change à terme :
Comptabilisation des dérivés en IFRS : comptabilité de couverture :
– Aspects techniques et économiques.
– Principes généraux de la comptabilité de couverture.
– Cours du terme ; report et déport.
– Couverture de la juste valeur.
– Cotation des contrats de change à terme.
– Couverture des flux de trésorerie.
– Comptabilisation et évaluation selon les deux référentiels.
– Le « carve out ». Synthèse : évaluation des non-dérivés et dérivés en
– Couverture en IFRS et normes françaises.
comptabilité de couverture en IFRS.
Prêts et emprunts en devises :
– Synthèse : évaluation des non-dérivés et dérivés en comptabilité
– Caractéristiques techniques et économiques.
de couverture en IAS 39.
– Comptabilisation et évaluation ultérieures.
Les principes d’IFRS 9 en terme de couverture :
– Dépréciations des créances douteuses en devises.
– Les changements de la comptabilité de couverture.
NB : D’autres opérations en devises seront examinées
– Les nouvelles règles pour les dérivés incorporés.
dans la partie 5 « Produits dérivés ». Notamment les options
– Les impacts prévisibles.
de change et les swaps de devises.
Application à d’autres dérivés :
– Caps, floors, collars.
 Dérivés
– Futures.
Les swaps de taux d’intérêt : – FRA.
– Mécanisme d’un swap de taux d’intérêt et son usage en fonction – Autres.
des différentes stratégies.
– Esquisse de leur comptabilisation.
Valorisation d’un swap :
– Les étapes de la valorisation d’un swap.
– Approche simplifiée.

40 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 40 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
104CECB4 Consolidation
Comptabilité
bancaire
2 jours Hervé MANCERON 11 au 12 avril 2019 des comptes : l’essentiel
1 630 € HT Catherine CLEMENT CHABAS 17 au 18 juin 2019
19 au 20 septembre 2019
5 au 6 décembre 2019

Consolidation des comptes : Cycle certifiant

l’essentiel
Objectif général Supports et moyens pédagogiques One
to
One
• Maîtriser le processus d’ensemble de la consolidation. • Documentation en PowerPoint.
• Distinguer les différents types de contrôle. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Appliquer les différentes méthodes de consolidation associées. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Maîtriser les principales écritures propres à la consolidation. et confirmer les acquis.
• Présenter les états de synthèse consolidés.
Connaissances requises
Participants • Connaître l’essentiel des principes comptables bancaires
• Collaborateurs ayant récemment rejoint ou s’apprêtant à rejoindre français et IFRS.
un service de consolidation.
• Analystes financiers voulant comprendre les techniques de consolidation
utilisées dans les comptes qu’ils analysent.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Le cadre légal  Conversion des comptes des sociétés étrangères
Normes françaises et normes internationales IFRS. (IAS 21)
Le rôle clé de la monnaie de fonctionnement.
 Les différents types de contrôle Méthode du cours de clôture.
Définition du contrôle exclusif, du contrôle conjoint et de l’influence Méthode du cours historique.
notable (IFRS 10, 11 et IAS 28).
Traitement des entités structurées (IFRS 10).  Notions sur les impôts différés
Informations à fournir sur les intérêts dans les autres entités (IFRS 12). Présentation de la norme IAS 12.
Impôt exigible vs impôt différé.
 Pourcentage de contrôle et pourcentage d’intérêt Les sources d’impôt différé.
Définition, mode de calcul et utilité du % d’intérêt et du % de contrôle. Informations à fournir.

 Le périmètre de consolidation  Élimination des opérations réciproques


et des résultats internes
Les critères, les seuils, les exclusions possibles ou obligatoires.
Élimination des opérations internes sans impact sur le résultat.
 Les méthodes de consolidation  Élimination des titres consolidés : IFRS 3
Processus d’élaboration du bilan et du compte de résultat consolidés
La méthode de l’acquisition.
en fonction de la méthode applicable : intégration globale ou mise en
Déterminer le montant des titres à éliminer, les valeurs d’entrée des
équivalence.
actifs, des passifs, des minoritaires, du goodwill.
Spécificités des sociétés associées.
 Les retraitements préalables
Les retraitements d’homogénéité préalables : instruments financiers,  Les états de synthèse consolidés
provisions, amortissements, crédit-bail… Bilan, compte de résultat, annexe, tableau des flux de trésorerie,
L’ajustement des comptes réciproques. tableau de variation des capitaux propres.
Les retraitements d’homogénéité préalables : instruments financiers,
provisions, amortissements, crédit-bail…
L’ajustement des comptes réciproques.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 41

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 41 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
105
IFRS sur les instruments financiers
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
(IFRS 9) : les nouvelles règles
1 jour Evelyne BESSEAU 19 mars 2019
844 € HT Hugues BEAUGRAND 15 octobre 2019
comptables
Pascal BROUTTIER
Jean-Marie LAY
Véronique HAURANT
Hervé MANCERON

One
to
One IFRS sur les instruments
financiers (IFRS 9) :
les nouvelles règles comptables
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Identifier les changements récents et les projets en cours. • Documentation en PowerPoint.
• En évaluer les impacts. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Se préparer ainsi aux changements en les anticipant. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
et confirmer les acquis.
Participants
• Tout public intéressé par l’évolution des normes comptables IFRS pour Connaissances requises
les banques et des projets en cours. • Bonne connaissance des IFRS.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
Avertissement : le programme peut varier  IFRS 9 : dépréciation des actifs financiers
en fonction de l'actualité Les faiblesses du système actuel.
 Introduction Le modèle de pertes attendues vs le modèle des pertes avérées.
Expliquer l’environnement réglementaire. Les notions de pertes attendues (EL) à 12 mois et à maturité.
Les problématiques comptables : Les trois portefeuilles d’évaluation du risque de crédit.
– Coût amorti. Le cas particulier de la dépréciation du portefeuille en juste valeur
– Juste valeur. par OCI recyclable.
– Dépréciation.
Les faiblesses d’IAS 39.  IFRS 9 : comptabilité de couverture
Désignation des instruments de couverture.
 IFRS 9 : classement et évaluation Définition des éléments couverts :
des instruments financiers Les nouvelles conditions pour qualifier les opérations de couverture :
– Lien économique.
Les nouvelles catégories définies par IFRS 9 à l’actif :
– Quasi absence du risque de crédit.
– Le portefeuille au coût amorti :
– Ratio de couverture.
• Test sur le business model.
Les trois comptabilités de couverture :
• Instrument basique ou non basique (test SPPI sur les
– Fair value hedge.
caractéristiques de l’instrument financier).
– Cash-flow hedge.
– Le portefeuille en juste valeur par résultat.
– Net investment hedge.
– Le protefeuille en juste valeur par OCI recyclable.
Cas particuliers :
Les reclassements :
– La valeur temps des options.
– Synthèse de passage des anciennes catégories vers les nouvelles.
– Le report deport.
– Exemples de comptabilisation du passage d’IAS 39 vers IFRS 9.
Couverture d’un groupe d’éléments.
Les différents portefeuilles au passif :
Discussion paper sur la macro-couverture.
– Les passifs au coût amorti.
– Les activités de trading.
– Les différentes « options juste valeur ».
 Les autres points d’actualité
– Le cas du risque de crédit propre (own credit risk). Point sur l’actualité comptable en fonction des nouveaux textes
Le format des états financiers des banques en IFRS 9 (ANC 2017-02). et projets.

42 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 42 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
106
IFRS dans les établissements
Comptabilité
bancaire
1 jour Pascal BROUTTIER 18 mars 2019 de crédit : l’essentiel
844 € HT Marie-Paule DEGEILH 10 septembre 2019
Gérard MAROT
Hugues BEAUGRAND
Jean-Marie LAY
Véronique HAURANT
Hervé MANCERON

IFRS dans les établissements One


to
One

de crédit : l’essentiel
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre l’essentiel des normes comptables internationales • Documentation en PowerPoint.
(IFRS 9) dans l’environnement bancaire. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Identifier les principales divergences par rapport aux normes • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
locales. et confirmer les acquis.
• Il est à noter que de nombreux établissements continuent
à appliquer les dispositions d’IAS 39 pour la comptabilité Connaissances requises
de couverture, comme IFRS 9 l’autorise. • Connaissances générales de la banque et de la finance.

Participants
• Toute personne souhaitant avoir une vue d’ensemble
sur les IFRS, en comprendre l’essentiel sans avoir besoin
d’entrer dans le détail.

PROGRAMME
 Champ d’application et caractéristiques des IFRS  Instruments financiers : dérivés (IFRS)
L’organisation de l’IASB. La comptabilisation des dérivés en trading.
La mise en place des IFRS dans l’Union européenne. Les conditions pour qualifier un dérivé de couverture :
– Les tests d’efficacité.
 Instruments financiers non dérivés (IFRS 9) – La documentation.
Les deux grandes méthodes comptables La comptabilité de couverture :
– Le coût amorti. – La couverture en juste valeur.
– La juste valeur. – La couverture en flux de trésorerie.
La notion de « business model » et de test SPPI.
Les différents portefeuilles d’actifs :  Comptes consolidés
– Les actifs au coût amorti. Comptes des groupes de sociétés : IFRS 10/11/12 et IAS 28.
– Les actifs en juste valeur par OCI recyclable. Les trois modes de contrôle et les méthodes de consolidation associées.
– Les actifs en juste valeur par résultat.
– Les actifs en juste valeur par OCI non recyclable.  Provisions et avantages du personnel
– L’option juste valeur par résultat. Provisions, passifs et actifs éventuels, IAS 37 :
Les différents portefeuilles au passif : – Les conditions de comptabilisation des provisions.
– Les passifs au coût amorti. – Cas spécifiques.
– Les passifs en juste valeur par résultat. Avantages au personnel, IAS 19 :
– L’option juste valeur au passif. – Le coût des services rendus et le coût financier.
– Le cas de la comptabilisation du risque de crédit propre. – Les écarts actuariels.
Le traitement du risqué de crédit :
– La notion d’ « expected loss ».  Autres normes
– Les trois étapes de la dépréciation.
Les autres normes seront vues en fonction des demandes des
participants.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 43

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 43 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
107
IFRS dans les établissements
Durée Prix Animateurs Date
3 jours repas inclus Hugues BEAUGRAND 22 au 24 mai 2019
de crédit : approfondissement
2 247 € HT Jean-Marie LAY 14 au 16 octobre 2019
Véronique HAURANT 9 au 11 décembre 2019
Evelyne BESSEAU
Hervé MANCERON

One
to
One IFRS dans les établissements
de crédit : approfondissement
Objectif général Participants
• Utiliser les IFRS dans un environnement bancaire. • Responsables comptables, comptables, informaticiens,
• Souligner les normes plus particulièrement importantes pour les organisateurs, équipes projet et auditeurs internes et
établissements de crédit, IFRS 9 et IAS 39 (dérivés) notamment. externes, personnels des back et middle-offices, etc.
• Traduire ces normes en schémas comptables dans les situations • Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.
les plus courantes.
• Identifier les changements en cours pour mieux les anticiper. Supports et moyens pédagogiques
• Illustrer la pratique des IFRS par les états financiers d’établissements • Documentation en PowerPoint.
bancaires. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Il est à noter que de nombreux établissements continuent à appliquer et confirmer les acquis.
les dispositions d’IAS 39 pour la comptabilité de couverture, comme
IFRS 9 l’autorise. Connaissances requises
• Connaissance de comptabilité générale et de la banque.

PROGRAMME
 Champ d’application et caractéristiques des IFRS • L’activité de trading.
• Les options en juste valeur par résultat.
L’organisation des IFRS.
• Le cas du risque de crédit propre.
Processus d’adoption d’une norme.
La notion de perte attendue (Expected credit loss).
Convergence internationale.
Les trois étapes de la dépréciation :
Caractéristiques des IFRS.
– L’étape 1 et la perte attendue 12 mois.
Panorama des normes publiées et cadre conceptuel.
– L’étape 2 et la perte attendue à maturité.
– L’étape 3 et les actifs non performants.
 Instruments financiers
Champ d’application et définitions :  Instruments financiers : dérivés
– Présentation des normes concernées.
Les règles comptables générales :
– Définition d’un instrument financier.
– Le portefeuille de trading.
– Les méthodes comptables utilisées :
– Le concept de clean price et de dirty price.
• Le coût amorti.
– La CVA et DVA.
• La juste valeur (IFRS 13).
Il est à noter que de nombreux établissements continuent à appliquer les
• La dépréciation.
dispositions d’IAS 39 pour la comptabilité de couverture, comme IFRS 9
• Le coût.
l’autorise.
– Présentation d’IFRS 9.
Comptabilité de couverture :
Instruments financiers non dérivés :
– Principes généraux de couverture :
– Notion de « business model ».
• La problématique.
– Notion d’instrument basique (test SPPI) et non basique.
• Les tests d’efficacité.
– Actifs au coût amorti :
• La documentation.
• Définition.
– Couverture en juste valeur :
• Traitement comptable.
• Explication économique.
– Les actifs en juste valeur par résultat :
• Traitement comptable.
• Définition.
– Couverture en flux de trésorerie :
• Traitement comptable.
• Explication économique.
– Les actifs en juste valeur par OCI non recyclable :
• Traitement comptable.
• Les actions stratégiques.
• La notion de dérivé hypothétique.
• Traitement comptable.
– Couverture d’un investissement net à l’étranger :
– Les passifs au coût amorti.
• Explication économique.
– Les passifs en juste valeur par résultat :
• Traitement comptable.

44 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 44 21/09/2018 14:59


107
IFRS dans les établissements
Comptabilité
bancaire
de crédit : approfondissement

PROGRAMME
– La macro couverture :  Provisions et avantages du personnel
• Explication du risque global de taux.
Provisions, passifs et actifs éventuels, IAS 37.
• Traitement comptable du « carve out ».
Avantages au personnel, IAS 19 révisée.
 Immobilisations et dépréciations  Autres normes
Immobilisations corporelles, IAS 16.
En fonction des questions des participants :
Immeubles de placement, IAS 40.
– Impôts sur le résultat, IAS 12.
Immobilisations incorporelles, IAS 38.
– Tableau des flux de trésorerie, IAS 7.
Contrats de location, IAS 17 et IFRS 16.
– Présentation des états financiers.
– IFRS 15.
– Autres.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 45

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 45 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire 108
IFRS: the essential
Durée
1 day
Price Trainers
lunch included Hugues BEAUGRAND
844 € HT
Date
25 mars 2019
4 octobre 2019

One
to
One IFRS: the essential
General objectifs Training Supports
• Using IFRS in a banking environment. • PowerPoint documentation.
• Highlighting the standards that are particularly relevant for credit • Exercise materials and case studies with an answer key.
institutions. • Alternating examples and exercises and case studies.
• Translating those standards into accounting schemes in the most • Single-choice quiz, synthesis, Q&A, in order to check,
common situations. review and confirm the knowledge acquired.
• Assessing their impact on financial position and performance.
Pre-requisites
Participants • Familiarity with general accounting practices
• Accounting managers, accountants, IT specialists, organisers, project and the banking sector.
teams and internal and external auditors, back and middle-office staff,
etc.

PROGRAMME
 Scope of application and features of IFRS – Accounting schemes.
– Specific case of assets at fair value through non-recyclable OCI.
Aims of the IASB.
Assets at fair value through PL:
The choices made by the European Union.
– Content.
The French issue.
– Accounting schemes.
Situation in Europe and the rest of the world.
– Specific issue of the “fair value option”.
Overview of published standards.
Notion of “expected loss”.
The three buckets of the impairment.
 Financial instruments: definition
Liabilities at amortized cost.
and accounting principles Liabilities at fair value:
Defining financial instruments. – Trading.
The various methods: – Fair value option.
– Amortised cost. – The specific case of the own credit risk.
– Fair value.
– Impairment.  Derivative financial instruments
– Notion of business model and SPPI test.
Trading classification.
– Summarized overview of IAS 39.
Conditions for classifying a derivative as a hedging item.
The issue.
 Non-derivative financial instruments The three main conditions (imder IAS 39).
Assets at amortized cost: Fair value hedge:
– Conditions of classification. – Definition.
– Accounting schemes. – Accounting schemes.
Assets at fair value through OCI:
– Content.

46 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 46 21/09/2018 14:59


Duration Price
lunch included
Trainer
Hugues BEAUGRAND
Date
109 Bank
Comptabilité
bancaire
2 days 27 au 28 mai 2019 accounting
1 630 € HT 21 au 22 novembre 2019

Bank accounting One


to
One

General objectifs Training Supports


• Defining the main accounting rules defined by IFRS 9 in a bank environment. • PowerPoint documentation.
• Understanding the basic banking activities. • Alternating examples and exercises and case studies.
• Translating these activities into accounting entries. • Single-choice quiz, tests, questions, answers to verify, revise and
• Being able to understand the main features of the financial statements. confirm the experiences.
• Preparing to follow more complex trainings.
Pre-requisites
Participants • General knowledge about accounting and banking.
• Beginners in banking accounting.
• IT and administrative staff, internal and external auditors, management
control department.
• Generally, people who want to have a general overview of the banking
accounting without entering into the most complex details.

PROGRAMME
 Banking accounting environment  Other transactions and accounts
Basic rules of banking accounting. Means of payment.
Individual and consolidated financial statements: Notion of suspense accounts.
– Targets of the different financial statements. Provisions.
– Content of the banking accounts. Tangible and intangible assets.
Different used accounting methods:
– The amortized cost method.  The classification and measurement
– The fair value method. The different portfolios defined by IFRS 9:
– The impairment method. – Assets at amortized cost,
– Presentation of IFRS 9. • Notion of “business model”.
• SPPI test.
 Lending transactions – Assets at fair value through OCI (recyclable and non-recyclable).
Lending operations: – Assets at fair value through PL:
– Short-term loans. • General rules.
– Equipment loans. • Specific case of the fair value option.
– Housing loans. – Liabilities at amortized cost.
– Liabilities at fair value:
 The credit risk • Trading.
The notion of “expected loss”. • Fair value option.
The three buckets of impairment. • The own credit risk.

 Customer accounts  Introduction to derivatives


Customer accounts: Economic approach of a swap.
– Current accounts. Notion of value of a swap.
– Special savings accounts. Derivatives classified as held-for-trading.
– Time deposit accounts. Fair value hedge accounting.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 47

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 47 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
110
Consolidation des comptes :
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
approfondissement
3 jours Hervé MANCERON 26 au 28 juin 2019
2 247 € HT Catherine CLEMENT CHABAS 4 au 6 décembre 2019

One
to
One Consolidation des comptes :
approfondissement
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Maîtriser les problèmes soulevés par la conversion des comptes des • Documentation en PowerPoint.
sociétés étrangères, les impôts différés et les variations de pourcentage • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
de participation. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Établir le tableau de variation des capitaux propres. et confirmer les acquis.

Participants Connaissances requises


• Responsables comptables et leurs collaborateurs en charge • Celles correspondant à la formation « Consolidation
des opérations de consolidation. des comptes : l’essentiel ».
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Rappel de l’essentiel  Première entrée d’une entreprise
Les obligations imposées par les différents textes : état de l’art et dans le périmètre IFRS 3
évolutions. Coût d’acquisition des titres.
Pourcentage d’intérêt/pourcentage de contrôle. Juste valeur des actifs et passifs acquis.
Périmètre de consolidation. Option pour le traitement des minoritaires.
Méthodes de consolidation (IFRS 10, 11 et IAS 28). Traitement du goodwill.
Retraitements d’homogénéité. Spécificités des entreprises associées.
Ajustement et élimination des comptes réciproques. Evaluation postérieure.
Élimination des opérations internes.
 Les variations de pourcentage d’intérêt :
 Conversion des comptes des sociétés étrangères IFRS 10, IFRS 11, IAS 28
(IAS 21) Augmentation du pourcentage d’intérêt sans changement de méthode.
Le rôle clé de la monnaie de fonctionnement. Augmentation du pourcentage d’intérêt avec changement de méthode.
Méthode du cours de clôture. Diminution du pourcentage d’intérêt sans changement de méthode.
Diminution du pourcentage d’intérêt avec changement de méthode.
 Mise en œuvre des impôts différés (IAS 12)
Les principes : approche bilantielle, conception étendue, report variable.  Le tableau de variation des capitaux propres
Définitions : impôt exigible/impôt différé ; valeur comptable/fiscale des (TVCP)
actifs et des passifs. Les composantes du tableau.
Les sources d’impôt différé. Principes d’élaboration.
Évaluation et comptabilisation.
Présentation au bilan et informations à fournir en annexe.

48 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 48 21/09/2018 14:59


Durée
2 jours
Prix
repas inclus
Animateurs
Meryem EL IDRISSI
Date
11 au 12 avril 2019
111
Opérations de crédit-bail
Comptabilité
bancaire
et de location (IFRS 16)
1 630 € HT Philippe MARTINET 21 au 22 novembre 2019

Opérations de crédit-bail One


to
One

et de location (IFRS 16)


Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Maîtriser les mécanismes des comptabilités financières et sociales • Documentation en PowerPoint.
spécifiques aux sociétés de crédit-bail et de location. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques : calculs
• Appliquer des exemples en normes françaises et IFRS en anticipant les financiers, schémas comptables, détermination de la
impacts IFRS 16 et IFRS 9. réserve latente.
• Approche événementielle exhaustive sur la vie des contrats
Participants de location.
• Responsables et collaborateurs des fonctions comptables, • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
contrôleurs de gestion, auditeurs internes. et confirmer les acquis.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.
Connaissances requises
• Bonnes notions de comptabilité bancaire.

PROGRAMME
 Les marchés de la location financière  Contrats de location, règles internationales
Les différents contrats de location et les chiffres clés. IAS 17/IFRS 16 et autres
Les variétés de contrats de location :
 Contrats de location – Règles françaises – Locations de véhicules.
Textes de référence. – Formes particulières de location.
Applications en « comptabilité sociale » : – Lease back.
– Schémas comptables détaillés. – Types de montages avec des opérations de crédit-bail.
– Événements antérieurs à la mise en loyer. – Aspects fiscaux des contrats de location pour les preneurs.
– La mise en loyer. IFRS 16 - Contrats de lease :
– Événements postérieurs à la mise en loyer. – Définitions et points de repères.
– Modalités d’application des règles d’IFRS 16.
 Contrats de location – Approche financière – Illustrations (y compris effets FTA).
– Comptabilisation des locations financement.
Déclassement en douteux. – Comptabilisation des locations opérationnelles.
Résiliation. Options de comptabilisation et impacts :
ITNL - Immobilisations Temporairement Non Louées. – Identification et contrôle des actifs.
Récupération du matériel - vente - solde de dossier. – Choix des durées.
Option d’achat (levée anticipée ou à l’échéance). – Taux d’actualisation.
Applications en « comptabilité financière » : – Ré-estimations annuelles.
– Principes de la comptabilité financière. – Traitement des coûts liés aux contrats.
– Exemple du suivi parallèle entre « social » et « financier ».
 Enjeux et évolutions
 Les reportings réglementaires
IFRS et système d’information.
Place des contrats de location dans le déclaratif réglementaire. Dispositions transitoires.
États SURFI. Nouvelles données à gérer.
Reporting COREP et FINREP. Liens avec IFRS 9 sur les instruments financiers :
Impacts sur les ratios prudentiels : solvabilité, liquidité. – Classification évaluation et dépréciation.
Nouvelles dispositions du MSU.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 49

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 49 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
112
Comptabilité des opérations
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
de hors bilan
1 jour Gérard MAROT 19 juin 2019
844 €HT 22 novembre 2019

One
to
One Comptabilité des opérations
de hors bilan
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Découvrir le contenu du hors bilan (classe 9). • Documentation en PowerPoint.
• Connaître les règles et principes de comptabilisation. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Approfondir et illustrer l’enregistrement comptable des principales • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
opérations de hors bilan. et confirmer les acquis.
• Faire le lien avec l’approche IFRS au bilan (valorisation des
engagements et des éventuelles provisions sur engagements). Connaissances requises
• Comptabilité de base.
Participants
• Responsables et collaborateurs comptables.
• Personnel des back-offices, des services audit, inspection et contrôle.

PROGRAMME
 Présentation générale du hors bilan Les engagements sur titres.
Les opérations en devises.
Les différentes sous-classes du hors bilan : définitions et contenu.
Les instruments financiers à terme.
Les comptes rattachés à chaque sous-classe.
Les attributs d’identification du hors bilan.
Les principaux états périodiques relatifs au hors bilan.
 La prise en compte du hors bilan dans les ratios
Ratio de solvabilité.
 Principes généraux de comptabilisation Grands risques.
des opérations de hors bilan
Mécanisme comptable.
 Les informations à fournir dans les comptes
Exemple de comptabilisation. annuels
Les difficultés spécifiques à la comptabilisation et au contrôle Liste des informations à fournir.
du hors bilan.
 Le hors bilan et les IFRS
 Comptabilisation des opérations de hors bilan Relation entre le hors bilan et les IFRS (valorisation).
Les engagements de financement.
Les engagements de garantie.

50 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 50 21/09/2018 14:59


Durée
2 jours
Prix
repas inclus
1 630 € HT
Animateurs
Gérard MAROT
Date
13 au 14 juin 2019
113
Dépréciations et provisions
Comptabilité
bancaire

Jean-Marie LAY 14 au 15 octobre 2019

Dépréciations et provisions One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Présenter le cadre réglementaire applicable aux dépréciations et aux • Documentation en PowerPoint.
provisions. • Alternance d’illustrations, et cas pratiques.
• Approfondir et illustrer les différents traitements liés à ces provisions : • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
– Évaluation. et confirmer les acquis.
– Comptabilisation en normes françaises et normes IFRS.
– Fiscalité. Connaissances requises
• Connaître les informations financières à communiquer et les impacts • Une connaissance de la comptabilité bancaire
sur les principaux ratios. est souhaitée.

Participants
• Responsables et collaborateurs des services comptables, contentieux,
exploitation et back-office.
• Personnel des services audit, inspection et contrôle.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction  Les provisions (de passif)
Évolution et situation des dépréciations et des provisions Principales définitions : risques pays, FRBG, provisions pour risques et
dans les établissements de crédit. charges, provisions réglementées.
Les différentes catégories de dépréciations et de provisions. Évaluation, comptabilisation et traitement fiscal des provisions.
Le traitement de chaque type de provision sera illustré par un exemple
 Cadre réglementaire, comptable et fiscal après avoir présenté les règles applicables.
Les textes comptables français en vigueur : – Provisions pour risques et charges :
– Comptabilisation initiale. • Provisions pour engagements de retraites.
– Identification et traitement du risque de crédit. • Provisions pour risques pays.
Les normes IAS/IFRS applicables. • Provisions pour engagements par signature.
Traitement IFRS 9 : définition, classification et calcul. • Les engagements sur les contrats d’épargne logement.
Les règles fiscales. • Les risques opérationnels.
Rappel des obligations liées aux dépréciations et aux provisions dans le – FRBG.
cadre du contrôle interne. – Provisions réglementées.

 Les dépréciations (normes françaises et IFRS)  Informations à communiquer


Principales définitions : créances douteuses, impayées, restructurées, etc. Dans les comptes sociaux et les comptes consolidés.
Évaluation, comptabilisation et traitement fiscal des dépréciations. Dans les états réglementaires (situation et tableaux annexes).
Le traitement de chaque type de dépréciation sera illustré par un exemple Analyse du contenu de documents de référence d’établissements de
après avoir présenté les règles applicables : crédit.
– Traitement des créances douteuses.
– Traitement des créances douteuses compromises.  Impacts sur les ratios
– Traitement des créances restructurées. Ratio de solvabilité.
Dépréciation des titres. Grands risques.
Dépréciation des immobilisations (et notamment le risque immobilier).

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 51

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 51 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
114CECB2
Comptabilité des titres
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
et autres non-dérivés
2 jours Marie Paule DEGEILH 4 au 5 avril 2019
1 630 €HT Hugues BEAUGRAND 6 au 7 juin 2019
Hervé MANCERON 12 au 13 septembre 2019
Evelyne BESSEAU 7 au 8 novembre 2019
Jean-Marie LAY
Véronique HAURANT

Cycle certifiant
Comptabilité des titres
et autres non-dérivés
One
to
One
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Définir les différentes natures de titres et les concepts. • Documentation en PowerPoint.
• Situer l’activité titres dans son environnement financier et comptable. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Traduire l’activité en comptabilité IFRS 9 et normes françaises. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Appliquer et pratiquer la comptabilité titres. et confirmer les acquis.
• Évaluer les impacts sur le résultat et les risques.
• Évaluer les changements en cours pour les anticiper (IFRS 9). Connaissances requises
• Illustrer l’activité titres dans les états financiers. • Bonne connaissance de la comptabilité générale ou avoir
assisté à la formation « Initiation à la comptabilité » ou
Participants « Comptabilité bancaire : opérations classiques ».
• Responsables et collaborateurs de la comptabilité, des back-offices, de
l’inspection et du contrôle de gestion dans les établissements de crédit.
• Responsables administratifs ayant la charge du portefeuille titres.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction aux titres et autres non dérivés – Les actifs en juste valeur par OCI non Recyclable :
• Les actions stratégiques.
Présentation du référentiel comptable IFRS et « French ».
• Traitement comptable.
Différentes natures de titres en fonction de caractéristiques économiques.
– Les passifs au coût amorti.
Présentation du cadre comptable (PCEC).
– Les passifs en juste valeur par résultat :
Les différentes méthodes de comptabilisation :
• L’activité de trading.
– Coût amorti.
• Les options en juste valeur par résultat.
– Juste valeur.
Le cas du risque de crédit propre.
– Dépréciation.
Présentation d’IFRS 9.
 Le risque de crédit en IFRS 9
 La comptabilisation des titres en normes La notion de perte attendue (Expected credit loss).
françaises Les trois étapes de la dépréciaton :
– L’étape 1 et la perte attendue 12 mois.
Les titres de transaction.
– L’étape 2 et la perte attendue à maturité.
Les titres de placement.
– L’étape 3 et les actifs non performants.
Les titres d’investissement.
Les parts dans les entreprises liées.
Les titres de participation et autres titres détenus à long terme.
 Cession et transfert de titres et autres non-dérivés
Les opérations de pensions (Repo).
 La comptabilisation des titres en normes IFRS 9 Les opérations de prêts et emprunts de titres.
Les opérations de titrisation.
Instruments financiers non dérivés :
Les critères de comptabilisation et de décomptabilisation.
– Notion de business model ».
– Notion d’instrument basique (test SPPI) et non basique.
– Actifs au coût amorti :
 Informations relatives aux instruments financiers,
• Définition. filtres prudentiels et divers
• Traitement comptable. Présentation (IAS 32) et informations IFRS 7.
– Les actifs en juste valeur par OCI recyclable : Les filtres prudentiels sous Bâle III.
• Définition. Comptabilité espèces et systèmes de règlement livraison.
• Traitement comptable.
– Les actifs en juste valeur par résultat :
• Définition.
• L’option juste valeur due à la distorsion comptable.
• Traitement comptable.

52 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 52 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
115
Comptabilité des opérations
Comptabilité
bancaire
2 jours Hervé MANCERON 16 au 17 mai 2019 en devises
1 630 € HT Hugues BEAUGRAND 17 au 18 octobre 2019
Jean-Marie LAY
Véronique HAURANT
Evelyne BESSEAU

Comptabilité des opérations One


to
One

en devises
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Expliquer le mécanisme des opérations en devises et son impact • Documentation en PowerPoint.
sur le risque et le résultat de change. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Traduire l’activité devises en comptabilité IFRS et normes françaises. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Appliquer et pratiquer la comptabilité en devises. et confirmer les acquis.
• Évaluer les impacts sur le résultat et les risques.
Connaissances requises
Participants • Bonnes bases de comptabilité générale ou avoir assisté
• Responsables et collaborateurs des services comptables et back et à la formation « Initiation à la comptabilité »
middle-offices, de l’audit, du contrôle de gestion, de l’informatique, de ou « Comptabilité bancaire : opérations classiques ».
l’étranger et de l’international.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Position de change et position de trésorerie  Prêts et emprunts en devises
Les notions essentielles : position de change et position de trésorerie Caractéristiques techniques et économiques.
selon l’approche patrimoniale et l’approche opérationnelle. Comptabilisation et évaluation ultérieures.
Les objectifs de l’activité devises. Dépréciations des créances douteuses en devises.
Principes de contrôle interne et de gestion du risque de change.
 Titres en devises
 Mécanique comptable des opérations de change Exceptions au principe général en IFRS.
Mécanisme de transfert des devises. Exceptions au principe général en normes françaises.
Mécanisme des comptes, techniques de position de change
et contrevaleur de position de change.  Swaps de devises
Réévaluation des opérations de bilan et hors bilan. Swap de trésorerie ou swap de change.
Swap financier de devises.
 Évaluation et comptabilisation Comptabilisation et évaluation.
Textes applicables et monnaie de comptabilité : IAS 21, IAS 39 et IFRS 9,
règlement ANC 2014-07 (ex. CRBF 89-01).  Intérêts implicites
Usage de comptes techniques de position de change et contrevaleur de Définition des intérêts implicites :
position de change. – Expression du report-déport dans les deux devises.
Distinction entre éléments monétaires et éléments non monétaires en IAS – Impact dans la position de change de la valeur actuelle de
21 et éléments immobilisés et autres éléments en normes françaises. l’engagement.
Principes de comptabilisation et d’évaluation. – Conséquence sur les schémas comptables du change à terme.
Couverture des intérêts non courus en devises.
 Opérations de change au comptant
Aspects techniques et économiques des opérations de change au comptant.  Options de change
Marché des changes, cotation au certain et à l’incertain. Caractéristiques techniques et économiques.
Comptabilisation et évaluation selon les deux référentiels. Paramètres et principe de valorisation.
Opérations de couverture. Quelques options de change exotiques (barrières, asiatiques...).
Comptabilisation initiale.
 Opérations de change à terme Évaluation et comptabilisation ultérieures.
Aspects techniques et économiques des opérations de change à terme.
Cours du terme ; report et déport.  Opérations clientèle en devises
Cotation des contrats de change à terme. Contexte.
Comptabilisation et évaluation selon les deux référentiels. Particularités des opérations clientèle.
Couverture en IFRS et normes françaises. Comptabilisation des opérations clientèle.
Il est à noter que de nombreux établissements continuent à appliquer
les dispositions d’IAS 39 pour la comptabilité de couverture, comme
IFRS 9 l’autorise.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 53

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 53 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
116CECB3
Comptabilité
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
des produits dérivés
3 jours Evelyne BESSEAU 8 au 10 avril 2019
2 247 € HT Hugues BEAUGRAND 12 au 14 juin 2019
Hervé MANCERON 16 au 18 septembre 2019
Jean-Marie LAY 2 au 4 décembre 2019
Véronique HAURANT

Cycle certifiant
Comptabilité des produits
dérivés
One
to
One
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Expliquer le mécanisme économique et technique des produits dérivés • Documentation en PowerPoint.
et leur usage. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Traduire l’activité en IFRS et en normes françaises selon les stratégies • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
trading ou couverture. et confirmer les acquis.
• Appliquer et pratiquer la comptabilité des produits dérivés.
• Il est à noter que de nombreux établissements continuent à appliquer Connaissances requises
les dispositions d’IAS 39 pour la comptabilité de couverture, comme • Bonnes bases de comptabilité et notions sur les produits
IFRS 9 l’autorise. dérivés.

Participants
• Responsables et collaborateurs de la comptabilité, des back
et middle-offices, de l’inspection, du contrôle de gestion,
de l’informatique, du back-office et de l’étranger.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction : instruments et marchés Les nouvelles conditions de la mise en place de la comptabilité
de produits dérivés de couverture.
Les cas particuliers :
Différentes natures d’instruments financiers.
– La valeur temps des options.
Différents types de marchés de produits dérivés.
– Le report-déport.
Caractéristiques des marchés réglementés et des marchés de gré à gré.
– L’option juste valeur et le risque de crédit.
Usage des contrats.

 Les swaps de taux d’intérêt  Comptabilisation des dérivés


en normes françaises
Environnement économique des swaps de taux.
Les quatre catégories :
Principes de valorisation.
– Microspéculation.
Détermination de la juste valeur selon IFRS 13.
– Microcouverture.
Les trois niveaux hiérarchiques.
– Macrocouverture.
– Gestion globale d’un portefeuille de transaction.
 Comptabilisation des dérivés en IFRS
Le traitement des soultes.
Principes généraux :
– Principes généraux de comptabilisation.  Application aux autres contrats
– Schémas comptables de base : changements de juste valeur, flux
Présentation économique des options.
d’intérêt, intérêts courus.
Présentation simplifiée du modèle Black-Scholes.
Comptabilité de couverture :
Les grecs des options.
– Principes généraux de la comptabilité de couverture.
Le traitement comptable des options.
– Couverture de juste valeur.
Les autres dérivés.
– Couverture de flux de trésorerie.
Cap, floor, collar.
– Tests d’efficacité : méthode du swap hypothétique.
Options sur swaps de taux (swaption).
– Synthèse : évaluation des non-dérivés et dérivés en comptabilité
Les futures de taux.
de couverture.
Les FRA.
Macro couverture.
Autres dérivés.
Couverture d’un investissement net dans une entité étrangère.
Dérivés incorporés. Séparer ou pas ? (Bifurcation).
 Présentation des dérivés et des informations
 Le remplacement d’IAS 39 : IFRS 9 à fournir dans les états financiers
Il est à noter que de nombreux établissements continuent à appliquer les Problème de la compensation (netting) (IAS 32).
dispositions d’IAS 39 pour la comptabilité de couverture, comme IFRS 9 Les principales informations à fournir dans les états financiers (IFRS 7).
l’autorise.
Les changements proposés pour la comptabilité de couverture.

54 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 54 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
117
Comptabilité des
Comptabilité
bancaire
3 jours Hervé MANCERON 20 au 22 mai 2019 opérations de marché : l’essentiel
2 247 € HT Hugues BEAUGRAND 9 au 11 octobre 2019
Jean-Marie LAY
Evelyne BESSEAU
Véronique HAURANT

Comptabilité des opérations One


to
One

de marché : l’essentiel
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Définir les différentes natures d’instruments financiers et les concepts. • Documentation en PowerPoint.
• Situer l’activité de marché dans son environnement financier • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
et comptable. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Traduire l’activité en comptabilité IFRS 9, IAS 39 (dérivés) et confirmer les acquis.
et en normes françaises.
• Appliquer par des exercices et cas pratiques. Connaissances requises
• Évaluer les impacts sur le résultat et les risques. • Connaissance de la comptabilité générale ou avoir assisté
• Évaluer les changements en cours pour les anticiper (IFRS 9). à la formation « Initiation à la comptabilité ».
• Illustrer l’activité titres dans les états financiers.
• Il est à noter que de nombreux établissements continuent à appliquer
les dispositions d’IAS 39 pour la comptabilité de couverture, comme
IFRS 9 l’autorise.

Participants
• Personnel des services comptables, back-offices, d’audit
et d’organisation.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Les titres et autres non dérivés  Les opérations en devises
Présentation du référentiel comptable IFRS et « french ». Présentation des notions essentielles de position de change et position
Définition d’un instrument financier. de trésorerie par l’approche patrimoniale et l’approche opérationnelle.
Différentes natures de titres en fonction de caractéristiques Présentation des comptes techniques de position de change
économiques. et de contrevaleur de position de change.
Présentation du cadre comptable (PCEC) et du poids des titres dans le Réévaluation des opérations de bilan et hors bilan.
bilan consolidé des banques françaises. Opérations de change au comptant :
Les méthodes comptables utilisées : – Aspects techniques et économiques.
– Le coût amorti. – Marché des changes, cotation au certain, cotation à l’incertain.
– La juste valeur. – Comptabilisation et évaluation selon les deux référentiels.
– La dépréciation. Opérations de change à terme :
Les titres en normes françaises : – Aspects techniques et économiques.
– Les titres de transaction. – Cours du terme ; report et déport.
– Les titres de placement . – Cotation des contrats de change à terme.
– Les titres d’investissement. – Comptabilisation et évaluation selon les deux référentiels.
Les titres en normes IFRS 9 : – Couverture en IFRS et normes françaises.
– Notions de « business model ». Prêts et emprunts en devises et titres en devises :
– Définition des tests SPPI (instruments basiques) et notion de dérivés – Aspects techniques et économiques.
incorporés. – Comptabilisation et évaluation ultérieures.
Les portefeuilles d’actifs en IFRS 9 : – Dépréciations des créances douteuses en devises.
– Les actifs au coût amorti.
– Les actifs en juste valeur OCI recyclable. NB : d’autres opérations en devises seront examinées
– Les actifs en juste valeur. dans la partie 3 « Produits dérivés ». Notamment les options
– Les actifs en juste valeur par OCI non recyclable. de change et les swaps de devises.
– L’option juste valeur pour les passifs.
Les passifs financiers en IFRS 9 :  Dérivés
– Les passifs au coût amorti. Introduction :
– Les passifs en juste valeur : – Les différentes natures d’instruments financiers et les différents types
• Les activités de trading. de marchés de produits dérivés.
• Les options « juste valeur ». – Caractéristiques des marchés réglementés et des marchés de gré à gré.
• Le cas de la comptabilisation du risque de crédit-propre. – Usage des contrats.
Les nouvelles règles de dépréciation : – Poids des dérivés dans le bilan (et le hors bilan) dans les banques.
– La notion de pertes attendues (EL) 12 mois et à maturité. Les swaps de taux d’intérêt :
– Les trois étapes de la dépréciation. – Mécanisme d’un swap de taux d’intérêt et son usage en fonction
Les opérations de pension livrée. des différentes stratégies.
Les prêts et emprunts de titres. Valorisation d’un swap :

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 55

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 55 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
117
Comptabilité des
opérations de marché : l’essentiel

PROGRAMME
– Les étapes de la valorisation selon méthode obligataire et du coût – Les nouvelles règles pour les dérivés incorporés.
de remplacement. – Les impacts prévisibles.
Les conventions-cadre de compensation (master agreement). – Synthèse : évaluation des non-dérivés et dérivés en comptabilité de
Comptabilisation des dérivés en IFRS : principes généraux hors couverture en fonction d’IFRS 9.
couverture : Comptabilisation des dérivés en normes françaises :
– Définition et champ d’application d’un dérivé. – Les textes applicables.
– Principes généraux de comptabilisation. – Les quatre catégories : micro-spéculation (cat a), micro-couverture
– Schémas comptables de base : changements de juste valeur, flux (cat b), macro-couverture (cat c), gestion globale d’un portefeuille de
d’intérêt, coupon courus. transaction (cat d).
Comptabilisation des dérivés en IFRS : comptabilité de couverture : Application aux autres contrats : les options :
– Principes généraux de la comptabilité de couverture. – Options : mécanisme et valorisation.
– Couverture de la juste valeur. – Présentation simplifiée du modèle Black-Scholes.
– Couverture des flux de trésorerie. – Aperçu sur les options exotiques.
– Tests d’efficacité prospectifs et rétrospectifs. Application aux autres contrats : les autres contrats :
– Synthèse : évaluation des non-dérivés et dérivés en comptabilité – Cap, floor, collar.
de couverture en IAS 39. – Options sur swaps de taux (swaption).
Autres couvertures et dérivés incorporés : – Contrats sur actions et sur indices boursiers sur marchés réglementés.
– Macro couverture. – Options sur matières premières (commodities).
– Couverture d’un investissement net dans une entité étrangère. – Contrats sur marchés organisés de taux (contrat notionnel et Euribor).
– Dérivés incorporés. Séparer ou pas ? (bifurcation). – Options de change.
Il est à noter que de nombreux établissements continuent à appliquer les – Dérivés de crédit.
dispositions d’IAS 39 pour la comptabilité de couverture, comme IFRS 9 – Swap financier de devises.
l’autorise. – Equity swaps, FRA.
Le remplacement d’IAS 39 : IFRS 9 (phase 3) :
– Les changements pour la comptabilité de couverture.

56 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 56 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
118
Comptabilité des produits
Comptabilité
bancaire
2 jours Jean-Marie LAY 24 au 25 juin 2019 et des opérations structurés
1 630 € HT 17 au 18 octobre 2019

Comptabilité des produits One


to
One

et des opérations structurés


Objectif général Participants
• Acquérir des éléments de méthodologie pour appréhender l’économie • Responsables et collaborateurs de la comptabilité, de la
des produits et opérations structurés, leur décomposition en opérations gestion des titres, de l’inspection, du contrôle de gestion,
élémentaires et leur prise en compte efficace dans les systèmes du contrôle interne, de l’informatique, du middle-office,
d’information et de contrôle de la banque. du back-office et des opérations avec l’étranger.
• Maîtriser les principes fondamentaux de classification, de comptabilisation • Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.
et de valorisation des produits structurés en comptabilité (norme comptable
IFRS 9 applicable depuis le 1er janvier 2018 et normes comptables Supports et moyens pédagogiques
françaises) en partant de leur économie et des opérations sous-jacentes. • Documentation en PowerPoint.
• Identifier les différents types de risques à maîtriser dans le cadre • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
du traitement et du contrôle des produits et opérations structurés. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
et confirmer les acquis.

Connaissances requises
• Bonnes bases de comptabilité générale bancaire et notions
sur l’économie des produits structurés.

PROGRAMME
 Présentation des produits et opérations structurés – L’analyse de l’économie des opérations et la problématique de
l’homogénéisation de l’évaluation des opérations élémentaires du
Présentation économique des produits et opérations structurés.
portefeuille ou de la stratégie.
Éléments de méthodologie d’analyse de l’économie des produits et
– Les différentes méthodes comptables (juste valeur, coût amorti et
opérations structurés (identification des opérations sous-jacentes, etc.).
dépréciation).
Typologie de produits et opérations structurés.
– Les différents portefeuilles comptables.
Les acteurs et les volumes dans les établissements de crédit.
– Instruments en juste valeur par résultat ( non SPPI, non HTC et FVO).
– Classifications coût amorti, juste valeur par OCI recyclable ou non
 Présentation des produits sous-jacents
recyclable par résultat et juste valeur par résultat (par défaut ou sur
Les supports. option).
Les options. – Les autres dettes.
Les éléments de valorisation des options. – La problématique des dérivés incorporés.
Les « grecs » des options. En normes comptables françaises.
Les différentes options. Analyse critique pratique d’une stratégie et de son traitement comptable
Les autres produits sous-jacents. par les services de la banque.

 Les différentes stratégies proposées aux clients  Le contrôle des risques


Les objectifs de gestion des clients. Les risques de marché.
Les produits sans garantie de capital. Calcul du risque sur les positions de la banque.
Les produits garantissant le capital. Le risque comptable.
Les autres risques (liés à la couverture, à l’organisation,
 Le traitement comptable au débouclement, etc.).
En normes comptables internationales (norme IFRS 9 applicable depuis
le 1er janvier 2018) et en lien avec l’économie des produits structurés :

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 57

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 57 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
119
Elaboration et interprétation
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
du tableau de flux de trésorerie
1 jour Evelyne BESSEAU 5 juin 2019
844 € HT 27 septembre 2019

One
to
One Élaboration et interprétation
du tableau de flux de trésorerie
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Le tableau de flux de trésorerie consolidé est un état obligatoire en • Documentation en PowerPoint.
normes IFRS. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Sa lecture apporte des informations extrêmement précieuses sur • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
les flux de l’année d’un groupe, en les éclatant entre les opérations et confirmer les acquis.
d’exploitation, d’investissement et de financement.
• L’objectif de cette formation est de savoir : Connaissances requises
– Élaborer le tableau de trésorerie en règles françaises • Connaissance générale des IFRS et maîtrise des
et en normes IFRS. principes de consolidation française.
– Savoir l’interpréter.

Participants
• Consolideurs, responsables administratifs et financiers, comptables
impliqués dans l’établissement d’une consolidation aux normes IFRS.

PROGRAMME
 Réglementation Impact des éliminations des prestations intragroupe :
– Les flux réciproques.
Rappel de la réglementation française et IFRS.
– Les contrats internes.
Identifier les obligations en matière de publication.
– Les dividendes.
Faire une analyse comparative des différents référentiels.
Incidence des variations de périmètre :
– Les acquisitions et les cessions d’entreprises.
 Choix de la méthode de présentation
– Les acquisitions complémentaires de titres.
Méthode directe ou indirecte. Les fusions et autres opérations de restructuration :
– Prendre en compte les sociétés mises en équivalence.
 Construction du tableau des flux de trésorerie
consolidé  Informations complémentaires à fournir en annexe
Ventilation des flux, exploitation, investissement, financement. Présentation des informations complémentaires à fournir en annexe.
Incidence des retraitements de consolidation :
– Les contrats de location financement.  Revue des pratiques de présentation des groupes
– Les impôts différés.
Présentation des TFT de certains groupes bancaires.
– Les méthodes d’évaluation.

58 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 58 21/09/2018 14:59


Durée
1 jour
Prix
repas inclus
Animateurs
Chloé MARAIS
Date
21 mai 2019
120 Avantages
Comptabilité
bancaire
au personnel, IAS 19
844 € HT 2 décembre 2019

Avantages au personnel, IAS 19 One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Définir les principaux concepts des avantages au personnel en norme • Documentation en PowerPoint.
IAS 19. • Exercices pratiques.
• Maîtriser la méthodologie générale de calcul. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Savoir apprécier les hypothèses actuarielles retenues et à retenir. et confirmer les acquis.
• Évaluer des engagements tels que les IFC.
• Calcul des écarts actuariels. Connaissances requises
• Comprendre les principes généraux de la comptabilisation des avantages • Avoir suivi la formation « IFRS dans les établissements de
au personnel en normes IAS 19. crédit : l’essentiel » ou un niveau équivalent.

Participants
• Responsables et collaborateurs comptables.
• Commerciaux des compagnies d’assurance, agents généraux, courtiers
spécialisés en retraite.
• Directeur des ressources humaines, Compensation and Benefit Manager.
• Actuaire, chargé d’études actuarielles, chargés d’études de produits
de retraite collective.
• Directeur financier, directeur administratif et financier,
Directeurs généraux.
• Responsables de fonds de pension.

PROGRAMME
 Introduction  Hypothèses d’évaluations actuarielles
Enjeux et passifs sociaux en France. Principe.
Normes en contexte international. Hypothèses internes à l’entreprise.
IFRS et normes IAS. Hypothèses externes à l’entreprise.
Application de la norme IAS 19. Données salariales.
Recommandations de l’Autorité des Normes Comptables. Impacts des hypothèses sur l’engagement.

 Définitions et principes IAS 19  Comptabilisation en IAS 19


Principe.
Champ couvert par la norme.
Comptabilisation au bilan.
Classification des avantages au personnel selon la norme. Comptabilisation au compte de résultat.
Couvertures admises des engagements. Principes des écarts actuariels.
Principes de traitements des événements exceptionnels.
 Calculs des engagements en IAS 19 Informations à fournir en annexes.
Lexique.
Principes d’évaluation.  Cas pratiques
Règle d’attribution des droits. Exercices et cas pratiques.
Méthodologie d’évaluation des engagements.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 59

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 59 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
121
Bases des impôts différés dans
Durée Prix Animateurs Date
les établissements de crédit
1 jour repas inclus Catherine CLEMENT CHABAS 29 mai 2019
844 € HT 27 novembre 2019

One
to
One Bases des impôts différés
dans les établissements de crédit
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre le concept de détermination des impôts différés et savoir • Documentation en PowerPoint.
l’appliquer à la banque. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Identifier et maîtriser les principales difficultés. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Mesurer l’impact des normes de consolidation françaises et IFRS et confirmer les acquis.
(IAS 12) sur les impôts différés.
• Intégrer les conséquences de l’intégration fiscale sur les impôts différés. Connaissances requises
• Etablir une Preuve d’impôts. • Notions de fiscalité et de banque.
• Notions de comptabilité en normes IFRS ou de consolidation.
Participants
• Responsables et collaborateurs des services comptables
et de consolidation.
• Responsables et collaborateurs fiscaux de la banque.

PROGRAMME
 Grands principes  Spécificités bancaires
Norme IAS 12. Instruments financiers (JVR non recyclable-JVR recyclable, dérivés).
Impôt exigible et impôt différé. Prêts conclus à des conditions hors marché.
Approche bilantielle.
Report variable.  Cas de synthèse
Cas pratique d’ensemble.
 Détermination de l’impôt/Comptabilisation
de l’impôt
Impôt différé en IFRS.

 Impacts sur les traitements consolidés


Opérations de consolidation.
L’intégration fiscale et ses conséquences sur l’impôt différé.

60 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 60 21/09/2018 14:59


Durée
1 jour
Prix
repas inclus
844 € HT
Animateurs
Gérard MAROT
Date
26 juin 2019
124
Manuel des procédures comptables
Comptabilité
bancaire

5 novembre 2019

Manuel des procédures One


to
One

comptables
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Définir le manuel de procédures comptables et rappeler les obligations • Documentation en PowerPoint.
comptables et réglementaires. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Proposer un contenu et fixer les limites. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Donner des règles pour la constitution et la mise à jour. et confirmer les acquis.
• Illustrer son contenu par des exemples.
Connaissances requises
Participants • Aucune connaissance particulière n’est exigée.
• Personnel des services comptables, de contrôle,
d’audit et d’organisation.

PROGRAMME
 Contexte et environnement – Définir l’objectif.
– Fixer les règles de mise à jour.
Un cadre normatif.
Le contenu du manuel sera défini en tenant compte :
Des grandes fonctions obligatoires.
– Des applicatifs et du système d’information.
Des organes de contrôle.
– De l’organisation comptable existante et de ses objectifs.
Le contrôle interne.
– Des contraintes réglementaires définies par l’arrêté du
3 novembre 2014 concernant le contrôle interne.
 Cadre légal et réglementaire
Conseils et recommandations.
Le cadre comptable. Documents illustrant la présentation des différentes composantes du
Le cadre réglementaire et prudentiel. manuel des procédures comptables.
Les contraintes fiscales.
 Paramétrage comptable
 Objectifs du manuel comptable
Présentation de l’organisation générale des traitements.
Les objectifs du manuel. Identification des différentes étapes conduisant au paramétrage.
Liste des prérequis.
 Public concerné Contrôles à mettre en place.
Le public concerné. Les 10 règles clés pour assurer un bon paramétrage.

 Proposition de contenu
Démarche préalable à l’élaboration du manuel des procédures
comptables :

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 61

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 61 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire 125CECB6
Contrôle comptable bancaire
Durée
1 jour
Prix
repas inclus
844 € HT
Animateurs
Gaëlle AZRIA
Hugues BEAUGRAND
Date
18 avril 2019
19 juin 2019
26 septembre 2019
12 décembre 2019

Cycle certifiant
Contrôle comptable bancaire
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Souligner le rôle et les enjeux du contrôle interne comptable. • Documentation en PowerPoint.
One
to
One • Identifier les différentes obligations liées au contrôle interne comptable. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Définir le positionnement adéquat d’un contrôle comptable de 2eme niveau. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Partager les bonnes pratiques dans la mise en place d’un dispositif de et confirmer les acquis.
contrôle interne comptable adapté.
• Dégager des axes de contrôle par nature de comptes et d’opérations. Connaissances requises
• Environnement bancaire et financier.
Participants
• Comptables, contrôleurs internes permanents et comptables, auditeurs
internes, membres de l’inspection générale.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Environnement général du contrôle interne  La mise en œuvre du contrôle interne comptable
Les risques majeurs inhérents à l’activité bancaire. par famille de comptes et par activité
Acteurs et organisation du contrôle interne. Chacune des activités sera examinée selon la méthodologie suivante :
Le cadre légal et réglementaire, l’arrêté du 3 novembre 2014. – Les risques et les objectifs du contrôle comptable.
Définition et objectifs du contrôle interne. – Les comptes du PCEC.
Principes du dispositif de contrôle interne (permanent et périodique). – Par nature de compte, un aperçu des contrôles possibles de premier
et de deuxième niveau et les programmes de contrôle associés.
 Les exigences et bonnes pratiques – Le Hors Bilan et les comptes de résultat seront traités au fur
du contrôle interne comptable et à mesure des activités les concernant.
Le risque comptable.
Spécificités de la comptabilité bancaire. N.B. Un rappel des règles comptables de chaque activité selon
Organisation de la fonction comptable. le référentiel français et les IFRS sera effectué (mais elles sont
Objectifs et organisation du contrôle interne comptable. présumées connues des participants.
Principes organisationnels et répartition des responsabilités entre
les acteurs internes et externes. – Les opérations avec la clientèle (crédits, créances douteuses, dépôts).
La piste d’audit. – Les opérations interbancaires et de trésorerie.
Manuel de procédures comptables. – Les titres.
Procédure de justification des comptes. – Les autres actifs et passifs.
Les techniques de justification des comptes. – Les comptes de régularisation et autres comptes à risque.
Typologie des comptes selon une approche par les risques :
mise en place de la classification des risques comptables.
Les outils du contrôle comptable (boîte à outils) : présentation
des programmes standards de contrôle.

62 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 62 21/09/2018 14:59


Durée Prix Animateurs Date
126
Audit comptable
Comptabilité
bancaire
3 jours repas inclus Hugues BEAUGRAND 27 au 29 mai 2019 des établissements de crédit
2 247 € HT Philippe DARRÉ 2 au 4 octobre 2019
Gaëlle AZRIA 4 au 6 décembre 2019
Marie Fleur BOUILLON BONTE

Audit comptable One


to
One

des établissements de crédit


Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Identifier les risques bancaires dans un environnement comptable. • Documentation en PowerPoint.
• Construire une démarche d’audit adaptée aux risques comptables. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Construire un programme d’audit. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Pratiquer l’audit comptable des principales activités bancaires. et confirmer les acquis.
• Souligner les normes comptables plus particulièrement importantes pour
les établissements de crédit, IFRS 9 notamment. Connaissances requises
• Bonnes connaissances bancaires ou comptables
Participants ou d’audit.
• Auditeurs, inspecteurs et contrôleurs internes/contrôleurs comptables.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Environnement bancaire et financier – Évaluation du montant de la dépréciation (ou provision).
Comptabilisation des créances douteuses et dépréciées.
L’activité bancaire et financière.
L’audit des créances douteuses et dépréciées.
L’organisation de la profession, le nouveau dispositif européen.

 Environnement comptable  Audit de l’activité de marché


Approche préalable : robustesse du système de contrôle interne.
Les normes comptables IFRS et françaises.
Dispositif applicable à toutes les opérations de marché :
Les spécificités de la comptabilité bancaire.
– Les dispositions de l’arrêté du 3 novembre 2014.
Le Plan Comptable des Établissements de Crédit (PCEC).
– Les points sensibles de l’audit comptable.
Le système de collecte d’information (SURFI, FINREP, COREP).
Les opérations interbancaires et les pensions :
– Présentation du marché interbancaire.
 Environnement de l’audit comptable
– Définition d’une pension.
Le contrôle interne comptable et l’arrêté du 3 novembre 2014. – Comptabilisation.
Les « meilleures pratiques » du contrôle interne comptable bancaire : – Audit.
– Les différents niveaux de contrôle : Les titres :
• La révision comptable. – Notion de « business model ».
• Le contrôle permanent. – Notion d’instrument basique (test SPPI) et non basique.
• Le contrôle périodique. – Catégories de titres selon IFRS 9 :
– La notion de compte sensible. • Actifs au coût amorti.
– Le manuel de procédures comptables. • Actifs en juste valeur par OCI recyclable.
Les différents types de contrôle et des outils : sondages, examen • Actifs en juste valeur par résultat.
analytique, contrôle de substance, lettrage, etc. • Actifs en juste valeur par OCI non recyclable.
Démarche et techniques d’audit comptable (boîte à outils) : – Évaluation et comptabilisation selon la catégorie.
– Présentation des programmes standards d’audit comptable. – Audit des titres.
Les dérivés :
Méthodologie d’audit commune à toutes les activités – Définition d’un dérivé.
Chacune des activités sera examinée selon la méthodologie suivante : – Comptabilisation des dérivés en IFRS : principe général.
– Caractéristiques économiques et techniques de l’activité. – Comptabilisation des dérivés en IFRS : comptabilité de couverture.
– La comptabilisation. – Choix de maintenir l’application d’IAS 39 ou d’opter pour IFRS 9 en matière
– Les risques et les objectifs de l’audit comptable. de documentation de la comptabilité de couverture et de tests d’efficacité.
– Les contrôles possibles et les programmes de contrôle associés. – Audit des dérivés.
Les opérations en devises (présentation succincte) :
 Audit de l’activité de crédit – Comptabilisation des devises dans les deux référentiels.
Crédits : – Audit des opérations en devises.
– Présentation de l’activité de crédit.
– Typologie des crédits.  Audit des autres activités
– Comptabilisation des crédits. Les dépôts et comptes de la clientèle.
– Audit comptable des crédits Les services d’investissement.
– Contrôles spécifiques sur certains types de crédits. L’activité internationale.
Créances douteuses et dépréciées : Les provisions pour risques.
– Critères de classement des créances douteuses et dépréciées. Les immobilisations.
– La notion de perte attendue (Expected credit loss). Les capitaux propres.
Les trois étapes de la dépréciation selon IFRS 9 : Les comptes de régularisation et autres comptes.
• L’étape 1 et la perte attendue 12 mois. Les comptes suspens.
• L’étape 2 et la perte attendue à maturité. Les opérations hors bilan.
• L’étape 3 et les actifs non perfomants. Le compte de résultat.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 63

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 63 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
127CECBC1
Environnement comptable
Durée Prix
repas inclus
Animateurs
Gaëlle AZRIA
Date
et contrôle interne
2 jours 4 au 5 avril 2019
1 630 € HT Hugues BEAUGRAND 4 au 5 novembre 2019

Cycle certifiant
Environnement comptable
et contrôle interne
One
to
One
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Identifier les exigences de la règlementation bancaire en matière • Documentation en PowerPoint.
de contrôle comptable. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Appréhender le double référentiel comptable. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Définir les risques comptables. et confirmer les acquis.
• Maîtriser la méthodologie de contrôle des différents risques comptables. • Travaux en sous-groupes notés et études de cas.
• Souligner le rôle des acteurs du dispositif de contrôle interne comptable.
Conditions d’accès
Participants • 3 ans d’expérience en contrôle bancaire.
• Responsables et collaborateurs des structures de contrôles (inspection • Bac +3.
et audit, contrôle permanent et risques), des services de comptabilité, • Entretien de validation des acquis et de l’expérience
des back et middle-offices, du contrôle de gestion. si ces deux premières conditions ne sont pas remplies.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 L’environnement comptable – Les relations avec les organes externes de contrôle (inspection du
groupe, commissaires aux Comptes, ACPR, BCE, etc.)
L’activité bancaire et l’organisation de la profession.
– Typologie des différentes faiblesses constatées.
Les normes comptables IFRS :
– Les meilleures pratiques.
– Les acteurs : IFRS Fondation, IASB, IFRS Interpretation Committee.
Typologie des comptes selon une approche par les risques. Notation
– Processus d’adoption d’une norme par l’IASB.
des comptes par niveau de risque (comptes sensibles) : définition
– Les acteurs européens : EFRAG, Comité d’examen des avis sur
et exemples. Alimentation manuelle. Comptes de stocks et comptes
les normes comptables, ARC, Commission et Parlement européens.
suspens.
– Processus d’adoption d’une norme en Europe.
La piste d’audit : approche statique et approche dynamique. Impacts
– Caractéristiques des IFRS.
pratiques de ces deux notions pour les inspecteurs.
– Présentation générale des IFRS en vigueur et en préparation.
Manuel de procédures comptables :
– Focus sur la norme IFRS 9
– Organisation comptable de l’établissement (charte comptable).
– Les IFRS dans le monde.
– Plan de comptes et fiches de comptes (cœur du dispositif).
Le Cadre conceptuel IFRS.
– Système d’information comptable et financier.
Méthodes comptables, changements d’estimations et erreurs (IAS 8).
– Normes comptables.
Les normes comptables françaises :
– Schémas comptables.
– Spécificités de la comptabilité bancaire.
– Organisation de la justification des comptes.
– Les acteurs successifs du référentiel comptable français.
La communication des établissements de crédit dans leurs états
– Présentation des principaux règlements et avis spécifiques
financiers sur le risque comptable : les meilleures pratiques.
aux établissements de crédit.
Le cadre légal et réglementaire, l’arrêté du 3 novembre 2014.
– Évolutions passées et prévisibles.
Les différents types de contrôle et des outils : sondages, examen
– Critères de sélection des textes comptables.
analytique, contrôle de substance, lettrage, etc.
Le plan comptable des établissements de crédit (PCEC).
Les référentiels d’audit : Normes d’Exercice Professionnel (NEP), COSO, etc.
Les états réglementaires (SURFI, FINREP, COREP).
Démarche et techniques d’audit comptable (boîte à outils) :
Présentation des états financiers des principaux groupes bancaires.
– Quatre techniques pour justifier les comptes.
– Trois étapes pour réaliser un audit comptable.
 Environnement du contrôle interne comptable
– Huit programmes standards à la disposition de l’auditeur.
Les risques majeurs inhérents à l’activité bancaire. La mise en œuvre de l’audit comptable :
Dispositif général du contrôle interne : définition du contrôle interne, – Objectifs, risque d’audit, limites.
les acteurs du contrôle interne, composantes du contrôle interne selon – Prise de connaissance, importance de la bonne compréhension
l’arrêté du 3 novembre 2014. de l’activité et des risques.
Le risque comptable et ses conséquences : – Évaluation de la qualité du contrôle interne.
– Comptes non justifiés : exemples, conséquences, notion de « contrôles généraux ». – Planification de la mission.
– Mauvaise application des normes comptables : exemples, – Le programme d’audit.
conséquences, notion de « contrôles spécifiques ». – Étapes de l’audit comptable.
Spécificités de la comptabilité bancaire et l’organisation de la fonction – Synthèse de la mission.
comptable qui en découle. – Prérequis de l’auditeur.
Dispositif de contrôle interne comptable :
– Les trois niveaux de contrôle : qui fait quoi ? Définition, rôle de chaque  Contrôle continu (si cycle certifiant)
acteur, les critères d’évaluation.
Travaux en atelier sur un cas au choix.
– Le rôle des fonctions « contrôles comptables » et « contrôle permanent ».
Exposé oral de chaque sous-groupe.
– Niveau 3 : le contrôle périodique : définition, rôle.
Débriefing avec l’animateur et les participants.
– Les relations hiérarchiques et fonctionnelles entre les différents niveaux de
Notation faisant partie de la note finale.
contrôle.

64 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 64 21/09/2018 14:59


Durée
3 jours
Prix
repas inclus
Animateurs
Jean-Marie LAY
Marie-Paule DEGEILH
Date
15 au 17 mai 2019
128CECBC2 Crédits à la clientèle
Comptabilité
bancaire

9 2 247 € HT 16 au 18 octobre 2019


Hugues BEAUGRAND
Véronique HAURANT

Crédits à la clientèle Cycle certifiant

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Rappeler les aspects économiques et techniques des crédits • Documentation en PowerPoint.
One
à la clientèle. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques. to
One
• Définir et appliquer les modalités de comptabilisation et d’évaluation • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
de ces opérations selon les normes comptables françaises et confirmer les acquis.
et internationales (IFRS). • Travaux en sous-groupes notés et études de cas.
• Appréhender les particularités économiques et comptables de certains
types de crédits (opérations hors marché, découverts, factoring, crédits Conditions d’accès
à la consommation, etc.). • 3 ans d’expérience en contrôle bancaire.
• Maîtriser les impacts de la norme comptable IFRS 9 en matière • Bac +3.
de dépréciation des actifs sains (comptabilisation des pertes attendues • Entretien de validation des acquis et de l’expérience si
dès l’engagement hors bilan et la production des crédits). ces deux premières conditions ne sont pas remplies.
• Maîtriser le concept de créance douteuse et le fait générateur de la
dépréciation des créances (risque de crédit avéré).
• Maîtriser le risque comptable de ces opérations et identifier les points
de contrôle fondamentaux.
• Intégrer les outils, procédures et techniques de contrôle.

Participants
• Responsables et collaborateurs des structures de contrôle (inspection et
audit, contrôle permanent et risques), des services de comptabilité, des
back et middle-offices, du contrôle de gestion.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Les crédits : principes généraux – Découverts.
– Cessions de créances professionnelles.
Définition d’un crédit selon le Code monétaire et financier et IAS 39.
– Affacturage.
Aspects techniques et économiques d’un crédit.
– Crédits consortiaux.
La traduction de ces opérations dans le bilan des banques françaises.
– Crédits à la consommation et revolving.
Les comptes du PCEC relatifs aux crédits.
– Prêts à l’habitat et à taux zéro.
La comptabilisation des crédits :
– Crédit-bail et locations : dans les comptes sociaux, dans les comptes
– Comptabilisation initiale : les commissions et frais payés ou reçus
consolidés, IAS 17. Les caractéristiques d’IFRS 16.
relatifs aux crédits.
IFRS 9 : les nouveaux portefeuilles (modèles de gestion) :
– Comptabilisation ultérieure : méthode du coût amorti (cas général).
– Coût amorti.
– Règles générales de traitement comptable des commissions
– Juste valeur par OCI recyclable par résultat.
(syndication, engagements, garantie, etc.).
– Juste valeur par résultat.
Sélection de l’échantillon à contrôler (y compris les engagements de
Les nouveaux concepts :
financement et de garantie) : segmentation des crédits :
– Le business model.
– Échantillon des corporates.
– Les tests SPPI (instrument financier basique).
– Échantillon de la clientèle de détail.
Les particularités de certains crédits seront examinées sous le double
– Échantillon des autres crédits.
aspect technique/économique et comptable :
Démarche en trois étapes de l’audit comptable des crédits :
– Engagements de garantie : garanties financières, dérivés de crédit pour
– Existence, justification, classification, exhaustivité : les moyens
le vendeur et l’acheteur de protection.
d’atteindre cet objectif. Points de vigilance : crédits fictifs, classification
– Prêts hors marché et engagements de prêter à un taux hors marché.
des crédits, engagements de financement et de garantie. Focus sur le
– Prêts à la juste valeur par résultat détenus à des fins de transaction ou
programme G6 (hors bilan).
désignés à la juste valeur par option.
– Évaluation correcte des crédits. Application du programme de contrôle.
– Financements spécialisés : typologie Bâle III, spécificités.
Points de vigilance : autorisation des encours, notation des crédits,
– Financements structurés : caractéristiques, comptabilisation.
qualité de l’analyse financière et du dossier administratif, crédits à
Contrôles spécifiques portant sur certains types de crédits : opérations
risque, déclassement des créances douteuses. Conclusions : qualité
hors marché ou évaluées à la juste valeur, découverts, crédits spéciaux,
des portefeuilles de crédit, ajustements éventuels.
créances subordonnées, opérations de location, affacturage, etc.
– Résultat : focus sur le programme G5 (résultat). Points de vigilance :
rentabilité des crédits, capitaux moyens, taux moyens.
 Les crédits : pertes attendues, créances douteuses
 Les crédits : caractéristiques de certains crédits et dépréciations
Les particularités de certains crédits seront examinées sous le double Modèle IFRS 9 et norme française (ex. CRC 2002-03) :
aspect technique/économique et comptable : – Définition selon les référentiels IFRS, français, Bâle III.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 65

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 65 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire 128CECBC2
Les crédits à la clientèle

PROGRAMME
– Notion de douteux compromis. d’atteindre cet objectif. Points de vigilance : exhaustivité des créances
– Intérêts sur créances douteuses ou dépréciées. douteuses (relation avec l’audit des crédits).
– Dépréciations : estimation, prise en compte des garanties, actualisation. – Évaluation correcte des dépréciations et provisions. Application du
– Reprises liées à l’amélioration des perspectives de recouvrement. programme de contrôle. Points de vigilance : évaluation prudente
– Reprises liées au passage du temps. des montants recouvrables, actualisation, robustesse et prudence
– Passage en pertes. du système de dépréciations des portefeuilles de petites créances
– Créances restructurées. homogènes. Risque de traitement comptable des créances
– Provisions pour risques des engagements de financement ou de restructurées.
garantie. – Résultat : focus sur le programme G5 (Résultat). Points de
– Provisions fiscales ou comptables en normes françaises. comparaison : historique, autres établissements comparables, moyenne
– Les règles définies par IFRS 9. de la profession.
– Modèle de dépréciation : pertes attendues, provisions ex ante. Risque de non permanence des méthodes de calcul des dépréciations
– Paramètres bâlois pour estimer la perte attendue et la perte et des provisions (analyse de l’évolution des composantes du « coût du
inattendue. risque »).
– Quels PD, LGD, EAD ? Approche Bâle III. Risque de mauvaise prise en compte des dépréciations et provisions
– Les trois statuts (buckets) d’IFRS 9. dans le calcul des pertes attendues à déduire des fonds propres (Bâle III).
– Ajustement prudentiel pertes attendues/provisions et dépréciations
Bâle III.  Contrôle continu (si cycle certifiant)
Sélection de l’échantillon à contrôler (y compris les engagements Travaux en atelier sur un cas au choix.
douteux). Exposé oral de chaque sous-groupe.
Démarche en trois étapes de l’audit comptable des créances douteuses Débriefing avec l’animateur et les participants.
sur base individuelle : Notation faisant partie de la note finale.
– Existence, justification, classification, exhaustivité : les moyens

66 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 66 21/09/2018 14:59


Durée Prix Animateurs
lunch included Hugues BEAUGRAND
Date
129
Activité de marché :
Comptabilité
bancaire
2 days 2 au 3 décembre 2019 dérivés
1 630 € HT

Bank accounting audit One


to
One

General objectifs Training Supports


• Defining the main accounting rules defined by IFRS 9 in a bank • PowerPoint documentation.
environment. • Alternating examples, practical exercises and case studies.
• Understanding the accounting risks. • Single-choice quiz, synthesis, questions/answers to verify,
• Being able to propose improvements in the accounting organization. revise and confirm the experiences.
• Being a credible partner for the financial departments of the bank.
Pre-requisites
Participants • General knowledge about accounting and banking.
• Statutory auditors and their co-workers, auditors, internal inspectors and
internal controllers.

PROGRAMME
 Banking environment Suspense accounts.
Other activities:
Individual and consolidated financial statements:
– Tangible and intangible assets.
– Targets of the different financial statements.
– Miscellaneous debtors and creditors.
– Content of the accounts.
– Overhead costs.
Main principles of bank accounting:
– Amortized cost.
– Fair value.
 Treasury
– Impairment. Loans and borrowings:
– Without guarantee.
 Principles of accounting internal control – Securities sold or purchased under repurchased agreement (REPO).
Assets at amortized cost:
The different levels of controls (definition and links):
– Notion of business model.
1. Operational control of the accounts.
– “SPPI” test.
2. Permanent control.
Assets at fair value through OCI (recyclable and non-recyclable)
3. Periodic control.
Assets at fair value through PL:
Definition of “account justification”.
– General rules.
Typology of accounts (sensitive accounts).
– The fair value option.
Accounting procedures manual.
Liabilities:
– Liabilities at amortized cost.
 Retail and corporate bank
– Liabilities at fair value:
Lending operations: • Trading.
– Short-term loans. • Fair value option.
– Equipment loans. • The own credit risk.
– Housing loans.
– Finance lease.  Derivatives
The credit risk:
Derivatives classified as HFT:
– Definition of the “expected credit loss”
– CVA and DVA.
– The three buckets of the impairment.
– Clean price vs dirty price.
– Checking the classification of assets and their impairment.
Conditions to classify a derivative as a hedging financial instrument.
Customer accounts:
The fair value hedge.
– Current accounts.
The cash flow hedge.
– Special savings accounts.
The other derivatives (briefly).
– Other accounts.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 67

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 67 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire
130
IFRS 16 : Durée Prix Animateurs Date
contexte et impacts 1 jour repas inclus Meryem EL IDRISSI 28 mars 2019
844 € HT Philippe MARTINET 2 octobre 2019

One
to
One IFRS 16 : contexte et impacts
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Situer les impacts de la nouvelle norme IFRS 16 sur les contrats • Documentation en PowerPoint.
de location. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques : calculs
• Maîtriser le contenu des nouveaux agrégats financiers attendus : « droit financiers sur le droit d’utilisation et les dettes de loyers,
d’utilisation » et « obligation locative ». schémas comptables.
• Analyser les impacts sur l’activité des sociétés financières. • Approche événementielle exhaustive sur la vie des contrats
de location.
Participants • QCU, tests, questions/réponses pour vérifier, réviser et
• Responsables des fonctions comptables, contrôleurs de gestion, confirmer les acquis.
auditeurs internes.
Connaissances requises
• Bon niveau en comptabilité bancaire.
• Notions sur les IFRS.

PROGRAMME
 Pourquoi et comment des normes internationales ? – Choix des durées.
– Taux d’actualisation.
Les acteurs de conception : IASB et FASB.
– Traitement des coûts liés aux contrats.
Le processus d’élaboration : les exposés-sondages.
Disclosures et informations annexes.
Les instances de validation européennes.
Le cadre conceptuel de l’IASB.
Les principales normes applicables aux établissements financiers.
 Impacts d’IFRS 16 chez les bailleurs
Dispositions transitoires.
 IFRS 16 - Contrats de location Modification des clauses contractuelles.
Refonte des échéanciers.
Analyse d’impact et macro-chiffrage.
Communication financière aux preneurs.
Comparaison par rapport à la situation actuelle.
Évolution des traitements comptables :
Synthèse d’IFRS 16 selon les 4 phases :
– Déclassement en douteux.
– Recognition.
– Résiliation.
– Measurement.
– ITNL - immobilisations temporairement non louées.
– Presentation.
– Récupération du matériel - vente - solde de dossier.
– Disclosure.
– Option d’achat (levée anticipée ou à l’échéance).
Approche par les « droits d’utilisation » et les « dettes de loyers »
– Traitement des réserves latentes.
actualisées. Distinction des montants entre loyers et services.
Liens avec IFRS 9 sur les instruments financiers :
Impacts sur l’EBITDA et sur les ratios d’endettement des preneurs.
– Classification évaluation et dépréciation.
 IFRS 16 - Contrats de location chez les preneurs
Présentation des options de la norme :
– Identification et contrôle des actifs.

68 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 68 21/09/2018 14:59


Durée
2 jours
Prix
repas inclus
1 630 € HT
Animateurs
Jean-Marie LAY
Date
23 au 24 mai 2019
131
Maîtrise des impacts IFRS 9 et Bâle III
Comptabilité
bancaire

14 au 15 octobre 2019

Maîtrise des impacts IFRS 9 One


to
One

et Bâle III
Objectif général Participants
• Expliciter les grands principes des normes IFRS en matière de • Collaborateurs comptables.
comptabilisation et d’évaluation des instruments financiers (norme • Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.
comptable IFRS 9, essentiellement).
• Identifier les principales divergences par rapport aux normes et principes Supports et moyens pédagogiques
comptables applicables en France (PCG et ex règlements CRC relatifs aux • Documentation en PowerPoint.
titres, aux opérations en devises et aux swaps financiers de taux d’intérêts). • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Appréhender les principaux retraitements des capitaux propres • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
comptables IFRS pour déterminer les fonds propres prudentiels selon et confirmer les acquis.
les règles Bâle III (règlement CRR).
• Appliquer en pratique les mécanismes de l’exigence de fonds propres Connaissances requises
sous différentes approches en faisant précisément le lien entre la • Bonne connaissance de la banque.
logique prudentielle et les conventions comptables (en particulier sous • Bases de comptabilité bancaire.
l’angle de la marge permettant de faire face au coût des fonds propres
nécessaires au titre du risque de crédit).
• Prendre connaissance des nouveaux ratios (LCR, NSFR et de levier)
prévus par le dispositif Bâle III (règlement CRR).

PROGRAMME
 IFRS - Champ d’application, caractéristiques Modalités pratiques de comptabilisation (dérivé de couverture et élément
et cadre conceptuel couvert).
Option juste valeur.
Caractéristiques des normes IFRS.
Traitement des dérivés incorporés.
Champ d’application des normes IFRS.
Principales normes et évolutions en cours.
Les caractéristiques du cadre conceptuel des normes comptables IFRS :
 Norme comptable IFRS 9
– Caractéristiques qualitatives. Contexte et date d’application de la norme.
– Comptabilisation des 5 éléments des états financiers. Grands principes de classement et d’évaluation des actifs financiers (coût
amorti ou juste valeur par résultat).
 IFRS - traitement des instruments financiers non Juste valeur par OCI.
dérivés Comptabilité de couverture.
Dépréciation dès l’engagement (expected loss / incured loss).
Normes applicables.
Définition et caractéristiques des instruments financiers.
 Fondements de BÂLE II et principaux changements
Définition de la juste valeur et de la hiérarchie de détermination de la
juste valeur.
introduits par BÂLE III
Traitement comptable des titres et des autres instruments financiers non Fondements des règles prudentielles Bâle II.
dérivés; comparaison avec les normes françaises (ex règlement CRBF Contexte de l’évolution et principales modifications introduites par le
90-01). dispositif Bâle III.
Présentation des classements IFRS 9 selon le modèle de gestion et le
caractère basique ou non de l’instrument financier (coût amorti, juste  Détermination des fonds propres
valeur par OCI recyclable ou par résultat) Fondements de l’approche prudentielle (fonds propres et maîtrise de la
Dépréciation des actifs financiers. Prise en compte des pertes attendues solvabilité effective à un an).
dès l’origine, y compris lors de l’engagement. Incidence de l’augmentation du niveau des fonds propres et solutions
Traitement des passifs financiers. permettant d’accroître les fonds propres.
Composition des fonds propres, éligibilité des ressources et niveau de
 IFRS - traitement des instruments financiers ratio «fonds propres / risques pondérés» à respecter.
dérives Logique de la pondération à 1250% et de l’option pour la déduction des
Définition d’un dérivé. fonds propres.
Economie générale des stratégies ou des portefeuilles incluant des dérivés. Notion de pertes attendues et de pertes non attendues.
Règles générales d’évaluation et de comptabilisation des dérivés. Principales déductions des capitaux propres comptables et filtres
Objectifs et conditions de la couverture. prudentiels.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 69

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 69 21/09/2018 14:59


Comptabilité
bancaire 131
Maîtrise des impacts IFRS 9 et Bâle III

PROGRAMME
Évolutions du contenu des fonds propres et des déductions ou filtres  Ratios de liquidité (LCR ET NSFR)
prudentiels entre Bâle II et Bâle III (pertes et profits latents, en particulier).
Présentation du numérateur (actifs liquides de très bonne qualité) et le
Particularités des fonds propres prudentiels en règles françaises (FRBF et
dénominateur (sorties nettes de trésorerie à un mois) du ratio de liquidité
provision pour risques généraux).
à un mois : LCR (Liquidity Coverage Ratio).
Explicitation des règles et modalités pratiques de détermination du ratio
 Risque de crédit et marge minimale sur la base d’un exemple chiffré (cf. exercice).
Détermination des expositions au risque de crédit. Incidence du coût Présentation des composants du ratio de ressources stables : NSFR (Net
amorti. Stable Funding Ratio).
Modalités de détermination des risques pondérés en approche standard.
Modalités et conditions de mise en oeuvre de l’approche basée sur la  Ratio de levier
notation interne (IRB - Internal rating based).
Contexte du ratio.
Mécanismes d’atténuation du risque de crédit et incidence sur
Détermination des composantes du dénominateur du ratio (actifs et
l’exposition au risque de crédit.
engagements pondérés).
Prise en compte des pertes attendues (expected losses / dépréciations
comptables) et impact de la norme IFRS 9 qui modifie les règles de
dépréciation comptable.

70 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 70 21/09/2018 14:59


Durée
1 jour
Prix
repas inclus
844 € HT
Animateurs
Catherine CLEMENT
CHABAS
Date
17 avril 2019
132
Consolidation prudentielle : spécificités
Comptabilité
bancaire

11 décembre 2019
Hervé MANCERON

Consolidation prudentielle : NOUVEAUTÉ

spécificités One
to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Comprendre et maîtriser les spécificités de la consolidation prudentielle • Documentation en PowerPoint.
telles que précisées dans le règlement UE n° 575/2013 du 26 juin • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
2013 du Parlement et du Conseil (ci-dessous le « CRR ») par rapport à • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
la consolidation comptable. et confirmer les acquis.

Participants Connaissances requises


• Consolideurs comptables désireux de connaître ou de s’ouvrir • Avoir suivi la formation « La consolidation des comptes :
aux spécificités de la consolidation prudentielle. l’essentiel » ou des connaissances avérées en
• Auditeurs internes et externes et leurs collaborateurs voulant consolidation.
se familiariser avec les exigences posées par le CRR par rapport
à la consolidation comptable dans le cadre de futures missions.

PROGRAMME
 Le cadre légal et réglementaire  Les états de synthèse consolidés
Consolidation comptable : normes françaises et normes internationales Les états publiés (rappel rapide) : bilan, compte de résultat, annexe,
IFRS (rappel). tableau des flux de trésorerie, tableau de variation des capitaux propres.
Consolidation prudentielle : CRR et normes techniques associées. Les états prudentiels FINREP : bilan, compte de résultat et capitaux
propres.
 Les différents types de liens entre les sociétés
d’un même groupe  Passage des capitaux propres comptables
Liens de contrôle traités par les normes comptables (rappel) : contrôle aux fonds propres prudentiels
exclusif, contrôle conjoint et influence notable. Composition des fonds propres (CT1/AT1/T2) et exigences de fonds
Autres liens contenus dans le CRR. propres : rappel rapide
Retraitements issus de la technique des comptes consolidés qui
 Le périmètre de consolidation permettent de passer des capitaux propres comptables au fonds propres
Les critères, les seuils, les exclusions possibles ou obligatoires : prudentiels consolidés : écrêtement des minoritaires, goodwill, impôts
– Rappel rapide IFRS. différés actifs, titres mis en équivalence.
– Dispositions contenues dans le CRR.
 Informations à publier dans le cadre du pilier 3
 Les méthodes de consolidation Principes généraux.
Les différentes alternatives en fonction de la nature des liens entre les Tableau de passage du périmètre comptable au périmètre prudentiel.
sociétés du groupe. Exigences de publication relatives aux fonds propres consolidés.
Processus d’élaboration du bilan et du compte de résultat consolidés
propres à chaque méthode :
– Intégration globale (rappel rapide).
– Mise en équivalence (rappel rapide).
– Autres méthodes prudentielles : intégration proportionnelle
et agrégation.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 71

35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 71 21/09/2018 14:59


35-72-BLOC100A132_compta_bancaire_2019_P.indd 72 21/09/2018 14:59
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
150CECCA1 Fonctionnement, réglementation
Comptabilité
des assurances
2 jours José GUIBERT 18 au 19 mars 2019 et risques de l’assurance
1 630 € HT Gaël LEGER 12 au 13 septembre 2019

Fonctionnement, réglementation Cycle certifiant

et risques de l’assurance
Objectif général Supports et moyens pédagogiques One
to
One
• Connaître les normes applicables à l’assurance. • Documentation en PowerPoint.
• Comprendre le fonctionnement d’une société d’assurance. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Analyser les impacts de la mise en place des IFRS et de Solvabilité II • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
pour une société d’assurance. et confirmer les acquis.

Participants Connaissances requises


• Tous les collaborateurs d’une compagnie notamment ceux des services • Aucune.
comptables, contrôle interne, risques ou financiers.

PROGRAMME
 La dimension juridique de l’assurance  Le cadre règlementaire
Le schéma général de l’assurance. Les provisions techniques en non vie et en vie.
Précisions de vocabulaire. Comparaison.
Classification des garanties.
Typologie des sociétés d’assurance et principe de spécialisation.  Le cadre prudentiel des entités non soumises
à Solvabilité II
 Les dimensions statistique et économique Les placements et leur évaluation.
Mécanisme de compensation des risques et mutualisation. Les règles et limitations.
Loi des grands nombres et conditions d’application. La marge de solvabilité.
La place de l’assurance dans l’économie.
L’organisation du contrôle des assurances.  Le nouveau cadre prudentiel (Solvabilité II)
Les risques et les types d’actuariat. Définitions.
Mécanisme d’élaboration.
 Comptabilité et assurances Processus de calcul, modèle standard versus modèle interne, premières
Les comptes annuels : bilan, compte de résultat. analyses d’impacts.
L’enregistrement des opérations. Le système de gouvernance, les exigences du système de gouvernance,
Le principe de prudence. le contrôle interne, la supervision prudentielle.
La comptabilité en partie double, journal et grand livre. Les trois types de reporting, le calendrier de livraison du reporting.
Exemples.

 L’analyse des comptes


Les ventilations possibles du compte de résultat.
La représentation des engagements.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 73

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 73 21/09/2018 14:59


Comptabilité
des assurances
151CECCA2
Comptabilité
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
d’assurance
2 jours David BOYER 4 au 5 avril 2019
1 630 € HT Gaël LEGER 26 au 27 septembre 2019

Cycle certifiant
Comptabilité d’assurance
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
One
to
• Connaître le cadre réglementaire de la comptabilité d’assurance. • Documentation en PowerPoint.
One • Connaître les règles d’enregistrement comptable des opérations • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
d’assurance. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
et confirmer les acquis.
Participants
• Collaborateurs des services comptables ou financiers Connaissances requises
sans expérience de la comptabilité d’assurance. • Comptabilité générale.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction  Les normes relatives à la comptabilisation
Les grands principes de l’assurance. du résultat des sociétés d’assurance
La classification des opérations d’assurance. L’enregistrement des opérations.
Rappels sur les principes généraux comptables. Les agrégats du compte de résultat.
Spécificité de la comptabilité d’assurance. Les ratios d’analyse de la performance.

 Le cadre réglementaire spécifique de l’assurance  La comptabilité des opérations de coassurance


Le Code des Assurances. et de réassurance
Les règles en vigueur depuis le 1er janvier 2016. La comptabilité de la coassurance.
Structure du plan comptable 2016. La comptabilité de la réassurance.
La cinématique des flux comptables et leur transcription dans les états
financiers.  Les opérations en devises
Comptabilité mono-devise.
 Les normes relatives à la comptabilisation Comptabilité multi-devises.
des actifs des sociétés d’assurance
Les placements des sociétés d’assurance et le principe de la personne  La comptabilité des opérations hors bilan
prudente. Avals, cautions et garanties (reçus ou donnés).
Nomenclature et classification des actifs. Les valeurs reçues en nantissement.
Évaluation, comptabilisation et présentation des instruments financiers. Les instruments financiers à terme.
 Les normes relatives à la comptabilisation  Les règles comptables applicables aux comptes
des opérations avec les tiers consolidés des sociétés d’assurance
Opérations réalisées avec les assurés. Les textes de référence.
Opérations réalisées avec les intermédiaires. Les principaux retraitements de consolidation.
Opérations réalisées avec les agents.
 Les règles relatives à l’information prudentielle
 Les normes relatives à la comptabilisation à destination de l’ACPR
des passifs des sociétés d’assurance
Les états de reporting trimestriels.
Les grands principes d’enregistrement des engagements vis-à-vis des Les états de reporting annuels et les rapports narratifs.
assurés :
– Les provisions techniques d’assurance vie.
– Les provisions techniques d’assurance dommages.
– Les autres provisions techniques.

74 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 74 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
152CECCA3 Application des IFRS
Comptabilité
des assurances
2 jours David BOYER 15 au 16 avril 2019 aux sociétés d’assurance
1 630 € HT Gaël LEGER 17 au 18 octobre 2019
Olivier VICTOR

Application des IFRS Cycle certifiant

aux sociétés d’assurance


Objectif général Supports et moyens pédagogiques One
to
One
• Connaître les normes applicables à l’assurance. • Documentation en PowerPoint.
• Analyser les impacts de la mise en place des IFRS pour un groupe • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
de sociétés d’assurance ou de bancassurance. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
et confirmer les acquis.
Participants
• Collaborateurs des services comptables ou financiers. Connaissances requises
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs. • Comptabilité générale, comptabilité d’assurance.
• Collaborateurs des services de consolidation.

PROGRAMME
 Introduction Séparation des composantes d’un contrat.
Comptabilisation des passifs des contrats régis par IFRS 4.
Rappel du champ d’application des normes IFRS en France.
Comptabilité reflet : le mécanisme de la participation aux bénéfices
Recensement des normes applicables.
différée.
Une norme spécifique aux opérations d’assurance : IFRS 4.
Le test de suffisance des passifs.
Comptabilisation des passifs des contrats soumis à IAS 39 / IFRS 9.
 Contexte spécifique de l’assurance
IFRS 17 : principaux concepts et évolutions par rapport à la norme
Rappel des spécificités de l’assurance : cycle de production inversé, actuelle.
adossement actif passif, contraintes réglementaires.
IFRS 4 phase 1 : une norme provisoire.  Les normes relatives à la réalisation des comptes
consolidés
 Les normes relatives à la comptabilisation
Les principes de consolidation en normes françaises.
des actifs des sociétés d’assurance Impacts d’IFRS 10, 11 & 12.
Classification IFRS des actifs et passifs financiers et règles de valorisation Conversion des comptes des entreprises étrangères (IAS 21).
associées selon IAS 39*. Regroupements d’entreprises (IFRS 3).
(*NB : les assureurs peuvent, sur option, différer l’application d’IFRS 9 Impôts sur le résultat (IAS 12).
au 1er janvier 2021)
Évaluation, comptabilisation et présentation des actifs immobiliers.  Les normes relatives à la présentation
Dépréciation. de l’information financière
Dérivés.
Opérations de couverture. La norme IAS 1 : Présentation des états financiers.
Les évolutions induites par la norme IFRS 9. La norme IAS 7 : Tableau des flux de trésorerie.
La norme IFRS 8 : Information sectorielle.
 Les normes relatives à la comptabilisation La recommandation du CNC 2013-05.
des passifs des sociétés d’assurance
Rappel sur les règles de comptabilisation des engagements d’assurance.
La notion de risque significatif d’assurance et la classification
des contrats.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 75

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 75 21/09/2018 14:59


Comptabilité
des assurances
153CECCA4
Opérations en devises
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
des sociétés d’assurance
1 jour Gaël LEGER 13 novembre 2019
844 € HT

Cycle certifiant
Opérations en devises
des sociétés d’assurance
One
to
One
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Connaître les règles de comptabilisation des opérations en devises • Documentation en PowerPoint.
dans les sociétés d’assurance. • Règlement ANC 2015-11 du 26 novembre 2015 relatif aux
• Identifier, mesurer et analyser les impacts de change dans le bilan comptes annuels des entreprises d’assurance, titre IV.
et le compte de résultat. • Norme IAS 21.
• Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
Participants • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Collaborateurs des services comptables ou financiers traitant et confirmer les acquis.
des opérations en devises étrangères.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs. Connaissances requises
• Comptabilité générale.

PROGRAMME
 Introduction – Immobilisations incorporelles ou corporelles autres que les immeubles.
– Provisions techniques et réserves spécifiques (valorisation en date
Origine du texte.
d’inventaire et impact en résultat).
Contraintes réglementaires associées aux opérations en devises
– Autres éléments du résultat.
dans le Code des Assurances.
Définitions.
 Comptes consolidés relevant du règlement
 Comptabilité mono-monétaire du CRC n°2000-05
Principe général. Conversion des comptes d’entreprises établissant leurs comptes en
Opérations en devises non significatives. monnaies étrangères :
Règles de conversion des opérations en devises. – Méthode de conversion.
– Entreprises situées dans des pays à forte inflation.
 Comptabilité pluri-monétaire – Couvertures.
– Informations à faire figurer dans l’annexe.
Principe général.
Éléments structurels :  Comptes consolidés en IFRS
– Titres de participation.
– Dotations aux succursales étrangères. Présentation de la norme IAS 21 « Effets des variations des cours
Éléments opérationnels : des monnaies étrangères » :
– Placements financiers et immobiliers (acquisition, valorisation en date – Définitions.
d’inventaire, cession, produits et charges associés). – Principe général.
– Opérations de change au comptant. – Principaux retraitements par rapport aux normes françaises.
– Instruments financiers à terme (entrant ou pas dans le cadre
de stratégies autorisées).

76 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 76 21/09/2018 14:59


Durée Prix Animateurs Date
154CECCA5 Bâtir le bilan économique
Comptabilité
des assurances
2 jours repas inclus José GUIBERT 20 au 21 juin 2019 sous Solvency II
1 630 € HT Gaël LEGER 7 au 8 octobre 2019

Bâtir le bilan économique Cycle certifiant

sous Solvency II
One
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
to
One

• Construire, à partir des référentiels comptables en normes françaises et • Documentation en PowerPoint.


IFRS, le bilan économique Solvency II. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
Participants et confirmer les acquis.
• Collaborateurs des directions comptables ou financières.
• Consolideurs et responsables du reporting comptable et prudentiel. Connaissances requises
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs. • Comptabilité d’assurance.
• Normes IFRS appliquées à l’assurance.

PROGRAMME
 Introduction  Valorisation des provisions techniques
La genèse et les objectifs de Solvency II. dans Solvency II
L’architecture de la nouvelle norme : les 3 piliers. Rappel sur les règles de valorisation des provisions techniques.
Les règles de valorisation des éléments du bilan selon Solvency II. Présentation de la formule standard.
Conséquences sur les données comptables. Principes spécifiques de comptabilisation et de valorisation.
L’obligation de réconciliation entre comptabilité et Solvency II : comptes Rubriques du bilan économique concernées par les retraitements
sociaux et comptes consolidés. d’harmonisation entre normes françaises, IFRS et Solvency II.

 L’organisation préalable à la production  Valorisation des passifs éventuels et des passifs


du bilan économique financiers dans Solvency II
Réconciliation multi-normes et production du reporting prudentiel. Rappels sur la notion d’actifs et passifs éventuels.
Les nouveaux états de reporting prudentiel. Principes spécifiques de comptabilisation et de valorisation.
L’approche bilancielle. Rubriques du bilan économique concernées par les retraitements
Conséquences sur les données, les outils et les processus. d’harmonisation entre normes françaises, IFRS et Solvency II.

 Valorisation des actifs et passifs ne faisant pas  Valorisation des impôts différés dans Solvency II
l’objet de principes de valorisation spécifiques Notion d’impôt différé.
dans Solvency II Principes spécifiques de comptabilisation et de valorisation.
Principes génériques de comptabilisation et de valorisation. Rubriques du bilan économique concernées par les retraitements
Rubriques du bilan économique concernées par les retraitements d’harmonisation entre normes françaises, IFRS et Solvency II.
d’harmonisation entre normes françaises, IFRS et Solvency II.
 Composition et hiérarchie des fonds propres
 Valorisation des actifs incorporels dans Solvency II dans Solvency II
Principes spécifiques de comptabilisation et de valorisation. Hiérarchie (niveau de qualité) des fonds propres définie par Solvency II.
Rubriques du bilan économique concernées par les retraitements Composition de chaque niveau de fonds propres et critères d’admissibilité
d’harmonisation entre normes françaises, IFRS et Solvency II. à la couverture de la marge de solvabilité.
Principes spécifiques de comptabilisation et de valorisation.
 Valorisation des participations dans Solvency II Rubriques du bilan économique concernées par les retraitements
Principes spécifiques de comptabilisation et de valorisation. d’harmonisation entre normes françaises, IFRS et Solvency II.
Notion de participations stratégiques et cohérence avec la notion
de participation en comptabilité.  Consolidation sous Solvency II
Rubriques du bilan économique concernées par les retraitements Définition du périmètre de consolidation.
d’harmonisation entre normes françaises, IFRS et Solvency II. Règles de consolidation applicables.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 77

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 77 21/09/2018 14:59


Comptabilité
des assurances
155CECCA6
Produire les états de reporting Durée Prix Animateurs Date
du pilier 3 de Solvency II 3 jours repas inclus Gaël LEGER 27 au 29 novembre 2019
2 247 € HT

Cycle certifiant
Produire les états de reporting
du pilier 3 de Solvency II
One
to
One Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Connaître les états de reporting prudentiel du pilier 3 de Solvency II. • Documentation en PowerPoint.
• Identifier les informations nécessaires à la réalisation du reporting. • Documentation e-SURFI Assurance (ACPR).
• Réconcilier les états avec les données comptables. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
Participants et confirmer les acquis.
• Collaborateurs des services comptables ou financiers
des sociétés d’assurance. Connaissances requises
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs. • Comptabilité d’assurance.

PROGRAMME
 Introduction à Solvency II S.14.01.01 (annuel, solo et consolidé) : obligations.
S.15.01.01 (annuel, solo et consolidé) : variable annuities.
La genèse et les objectifs de Solvency II : pourquoi un cadre harmonisé
S.19.01.01 (annuel, solo et consolidé) : variation des PSAP.
européen ?
S.20.01.01 (annuel, solo et consolidé) : triangles de liquidation.
L’architecture de la nouvelle norme : les 3 piliers.
S.21.02.01 (annuel, solo et consolidé) : risques non vie.
Les enjeux de Solvency II pour les sociétés d’assurance.

 Le reporting prudentiel selon le pilier 3  Les Quantitative Reporting Templates trimestriels


de Solvency II et annuels – Les états relatifs à la détermination
de la marge
Les objectifs du reporting réglementaire.
La fréquence et le contenu du reporting : trimestrielle et annuelle. S.05.01.01 (annuel, solo) : activité par pays.
Les états quantitatifs (Quantitative Reporting Templates), solo et S.05.02.01 (annuel et trimestriel, solo et consolidé) : primes, sinistres
consolidés et frais annuels.
Les reporting narratifs : le reporting à destination du public (Solvency
and Financial Conditions Reporting) et celui à destination du régulateur
 Les Quantitative Reporting Templates trimestriels
(Regular Supervisory Reporting). et annuels – Les autres états (réassurance …)
S.30.01.01 et S.30.02.01 (annuel, solo et consolidé) : 10 plus forts
 Les Quantitative Reporting Templates trimestriels risques cédés en facultative.
et annuels S.30.03.01 et S.30.04.01 (annuel, solo et consolidé) : programme de
Cartographie du reporting par échéance, solo et consolidé. réassurance de N+1.
Identification des principales informations contenues dans ces rapports S.31.01.01 (annuel, solo et consolidé) : part des réassureurs.
(bilan, inventaire des placements, structure des fonds propres, provisions S.31.02.01 (annuel, solo et consolidé) : cession à des entités ad hoc.
techniques, marge de souscription, montant de fonds propres minimal et S.23.01.01 (annuel et trimestriel, solo et consolidé) : synthèse des fonds
montant de fonds propres cible). propres.
S.02.01.01 (annuel et trimestriel, solo et consolidé) : bilan économique.
 Les Quantitative Reporting Templates trimestriels S.02.02.01 (annuel, solo et consolidé) : actifs et passifs par devises.
S.03.01.01 (annuel et trimestriel, solo et consolidé) : hors bilan.
et annuels – Les états relatifs aux actifs
S.06.02.01 et S.06.02.04 (trimestriel, solo et consolidé) : liste des actifs.  Les états de reporting nationaux complémentaires
S.07.01.04 (annuel, solo et consolidé) : placements structurés. ACPR
S.08.01.01 et S.08.01.04 (trimestriel, solo et consolidé) : dérivés.
S.09.01.01 et S.09.01.04 (annuel et trimestriel, solo et consolidé) : Contexte et justification du maintien.
rendement. Liste des états nationaux statistiques.
S.06.01.01 et S.06.01.04 (annuel et trimestriel, solo et consolidé) : fonds
(transparisation).
 Le Regular Supervisory Report
S.10.01.01 et S.10.01.04 (annuel et trimestriel, solo et consolidé) : prêts/ Les principales rubriques du reporting.
emprunts et pensions de titres. L’organisation relative à la production du reporting.
S.11.01.01 et S.11.01.04 (annuel, solo et consolidé) : actifs détenus en Détail du contenu.
garantie. Délais de production.

 Les Quantitative Reporting Templates trimestriels  Le Solvency and Financial Conditions Report
et annuels – Les états relatifs aux provisions Les principales rubriques du reporting.
techniques L’organisation relative à la production du reporting.
S.12.02.01 (annuel et trimestriel, solo et consolidé) : par LOB et par pays. Détail du contenu.
S.13.01.01 (annuel, solo et consolidé) : cash flows futurs. Délais de production.

78 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 78 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
156CECCA7 Consolidation des sociétés
Comptabilité
des assurances
2 jours Gaël LEGER 7 au 8 novembre 2019 d’assurance
1 630 € HT

Consolidation des sociétés Cycle certifiant

d’assurance
Objectif général Supports et moyens pédagogiques One
to
One
• Connaître les principes de consolidation des sociétés d’assurance. • Documentation en PowerPoint.
• Appliquer les techniques de consolidation aux opérations d’assurance. • Règlement CRC 2000-05.
• Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
Participants • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Collaborateurs des services comptables ou financiers. et confirmer les acquis.

Connaissances requises
• Comptabilité générale, comptabilité d’assurance.

PROGRAMME
 Introduction  Choix de la méthode de consolidation
Les grands principes de l’assurance. et conséquences pratiques
La classification des opérations d’assurance. Conséquences de l’intégration globale (accès aux données, compatibilité
Spécificité de la comptabilité d’assurance. avec les délais d’arrêté, processus opérationnel).
Conséquences de la mise en équivalence (impact sur les agrégats des
 Le règlement CRC 2000-05 : principes de états financiers, valorisation de la quote-part de situation nette…).
consolidation et principaux retraitements en Quelle méthode de consolidation en cas de contrôle conjoint ?
normes françaises
Présentation des principes généraux relatifs à la consolidation.  Présentation et publication des états financiers,
Présentation des techniques de consolidation (intégration globale, mise individuels et consolidés, en normes françaises
en équivalence). et en IFRS
Principaux retraitements de consolidation, en assurance vie et en Les états financiers (IAS 1, recommandation 2013-R-05 de l’Autorité
assurance dommages. des Normes Comptables).
Focus sur la note 1 « Principes et méthodes comptables ».
 Définition et mode de calcul du contrôle exclusif, Annexes spécifiques à l’assurance.
du contrôle conjoint et de l’influence notable (IFRS
10, IFRS 11 et IAS 28)  Consolidation sous Solvency II
Rappel sur les critères d’analyse du contrôle en normes françaises. Principes généraux relatifs à la consolidation prudentielle.
Définition du contrôle selon IFRS 10. Définition du périmètre de consolidation prudentielle.
Déclinaison de la notion de contrôle aux entités traditionnelles et aux Titres de participation stratégique.
entités structurées. Principaux retraitements de consolidation.
Cas particulier des fonds support des contrats d’assurance.
 Consolidation des filiales d’assurance
 Définition du périmètre de consolidation (critères, d’un groupe bancaire
seuils) et des informations à fournir sur les Principaux retraitements.
intérêts détenus dans d’autres entités (IFRS 12) Problématiques opérationnelles.
Définition des seuils de consolidation.
Justification de la non consolidation en application du principe
d’importance relative.
Les contraintes d’information induites par IFRS 12.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 79

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 79 21/09/2018 14:59


Comptabilité
des assurances
157CECCA8
Fiscalité des opérations
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
d’assurance
1 jour Gaël LEGER 18 novembre 2019
844 € HT

Cycle certifiant
Fiscalité des opérations
d’assurance
One
to
One Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Connaître les règles fiscales applicables aux opérations d’assurance. • Documentation en PowerPoint.
• Identifier, mesurer et analyser les impacts de ces règles dans le bilan • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
et le compte de résultat. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
et confirmer les acquis.
Participants
• Collaborateurs des services comptables des sociétés Connaissances requises
d’assurance. • Comptabilité générale.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs. • Notions de fiscalité.

PROGRAMME
 Introduction  Autres impôts, taxes et contributions diverses
Origine du texte. associées à l’activité d’assurance
Contraintes réglementaires associées aux opérations en devises Taxe sur les excédents de provisions des sociétés d’assurance
dans le Code des Assurances. dommages.
Définitions. Contribution aux frais de contrôle ACPR.
Contributions au Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires et au
 Fiscalité de l’assurance vie Fonds de Garantie des Assurances de Personnes.
Principe général. Taxes et contributions diverses (attentats, catastrophes naturelles…).
Prélèvements sociaux sur la rémunération des contrats d’épargne.
Gestion des prélèvements libératoires.  Détermination du résultat fiscal
Fiscalisation des plus-values réalisées. Principe général de déductibilité des provisions techniques.
Principales déductions et réintégrations relatives aux opérations
 Taxes sur les conventions d’assurance d’assurance.
(assurance dommages)
Principe général.  Impôts différés, contrôle et preuve d’impôt
Inventaire des garanties soumises à la taxe sur les conventions Règles relatives aux impôts différés en normes françaises.
d’assurance. Présentation de la norme IAS 12 et de l’interprétation IFRIC 21.
Règles de comptabilisation (fait générateur de l’inscription en Inventaire des principaux retraitements entraînant la constatation
comptabilité, paiement). d’un impôt différé.

80 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 80 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
160
Risque opérationnel
Comptabilité
des assurances
2 jours José GUIBERT 23 au 24 mai 2019 dans l’assurance
1 630 € HT

Risque opérationnel One


to
One

dans l’assurance
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Maîtriser le nouveau contexte réglementaire. • Documentation en PowerPoint.
• Appréhender les évènements de risques récemment subis par la • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
communauté financière. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Réussir la mise en place du dispositif de gestion du risque opérationnel. et confirmer les acquis.
• Choisir des méthodes et des outils appropriés.
Connaissances requises
Participants • Aucune connaissance particulière n’est exigée.
• Directeurs des risques.
• Directeurs audit, auditeurs.
• Responsables conformité.
• Responsables et correspondants risques opérationnels.
• Fonctions contrôle permanent et périodique.
• Responsables des assurances.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Maîtriser les enjeux et le contexte réglementaire Difficultés pratiques : incidents à longue durée de vie, risques frontières,
incidents multiples, etc.
Illustration de la matérialisation du risque opérationnel au travers
Lien entre anomalie de contrôle permanent et incident.
d’incidents récents.
Réconciliation avec les bases existantes.
Les directives Solvabilité II, les textes de l’EIOPA.
La définition du risque opérationnel.
La pyramide du contrôle.
 Mesurer les risques opérationnels : quelles
L’évaluation du risque opérationnel selon la formule standard méthodologies
de la réforme Solvabilité II. Les différentes méthodologies quantitatives et qualitatives : Loss
Les saines pratiques. Distribution Approach, Scorecards, Key Risk Indicators, etc.
Le déploiement de ces méthodologies : laquelle choisir, quelle évolution
 Mettre en place une organisation dédiée avec la maturité acquise…
au traitement des risques opérationnels La valeur ajoutée d’un dispositif de management des risques
opérationnels et du dispositif de contrôle permanent.
Filières Risque Opérationnel : les différents acteurs et leurs rôles.
Les fonctions en adhérence avec les fonctions clés « Gestion des risques
et contrôle permanent et conformité » : missions, articulations.
 La gouvernance des risques opérationnels
Les correspondants « Contrôle interne » au sein des directions : missions. Rôles et responsabilités des différents acteurs.
Coordination avec les fonctions de contrôle (permanent/conformité/ Notion de risque majeur : quel seuil ? Argumentation.
périodique). Tableau de bord des principaux risques majeurs.

 Cartographier les risques opérationnels  Suivre et maîtriser les risques opérationnels


L’approche par processus. Tableau de bord des principaux risques majeurs (suite).
Le modèle de données sous-jacent ou la modélisation des risques Les éléments constitutifs du dispositif de maîtrise des risques
opérationnels. opérationnels : dispositif de contrôle, Plan de Continuité d’Activité,
Un exemple de nomenclature des risques opérationnels. assurabilité des risques opérationnels, etc.
Les risques de non-conformité. Les indicateurs clés par type de risque opérationnel : typologie, définition
Les risques frontières. et mise en œuvre.
Les priorités dans le déploiement des contrôles. Exemple de cartographie.

 Mettre en place une base de pertes et d’incidents  Appréhender les outils et les systèmes
Définitions et périmètre : pertes, presque pertes, manque à gagner, etc. à mettre en place
Organiser la base de collecte des données d’incidents : rôles et Les fonctionnalités clés : évaluation, collecte, quantification, reporting
responsabilités, seuils de collecte, etc. interne et réglementaire.
Proposition d’un workflow de collecte des incidents. Panorama des outils existants sur le marché.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 81

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 81 21/09/2018 14:59


Comptabilité
des assurances
161
Audit d’une société
Durée
2 jours
Prix
repas inclus
Animateurs
Gaël LEGER
Date
6 au 7 juin 2019
d’assurance
1 630 € HT 4 au 5 novembre 2019

One
to
One Audit d’une société
d’assurance
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Connaître et appliquer la démarche d’audit. • Documentation en PowerPoint.
• Identifier les risques propres à l’activité d’assurance. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Bâtir un programme d’audit pour une société d’assurance. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
et confirmer les acquis.
Participants
• Auditeurs et responsables de contrôle interne. Connaissances requises
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs. • Outre la connaissance de l’activité d’assurance et
des grands schémas organisationnels de l’activité, la
connaissance des règles comptables (françaises et IFRS)
applicables à l’activité d’assurance est souhaitable.

PROGRAMME
 Introduction Gestion des renouvellements.
Gestion des rachats et résiliations.
Présentation du modèle économique de l’assurance.
Cartographie des risques associés à l’activité d’assurance.
Nomenclature des opérations d’assurance.
 La gestion des sinistres
Introduction à Solvabilité II et aux contraintes réglementaires liées au Analyse du processus de traitement administratif des déclarations de
contrôle interne et à la maîtrise des risques. sinistres (modes de déclaration, délais...).
Analyse du processus d’évaluation des sinistres (détermination de la
 Les placements des sociétés d’assurance responsabilité, application des garanties et exclusions, expertises…).
Revue des dossiers de sinistres et des provisions pour sinistres à payer.
Sélection, valorisation et comptabilisation des placements (acquisition,
Contrôle des règlements de sinistres effectués.
valeur d’inventaire, cession).
Détermination statistique des sinistres tardifs (IBNR).
Focus sur la gestion actif/passif en assurance vie (étude des
Analyse macro de la sinistralité (coût des sinistres, frais de gestion…),
problématiques spécifiques aux placements des sociétés d’assurance).
par portefeuille, branche, garantie… (triangles de liquidation en non vie).
Étude de la rentabilité des placements.
Provisions pour risques croissants, provisions d’égalisation.
Analyse des dossiers sinistres litigieux ou contentieux.
 La tarification et la souscription des contrats
Modalités de prévention et de détection des fraudes.
Revue du processus de souscription (canaux de distribution – notamment
Internet –, information précontractuelle, respect de la réglementation de  Le programme de réassurance
la consommation, pièces justificatives...).
Étude du programme de réassurance (nature des contrats, par garantie,
Analyse des critères de tarification (par risque, par garanties, exclusions,
branche ou portefeuille).
franchises...), revue des dossiers rejetés.
Détermination du résultat de souscription brut et net de réassurance.
Revue des provisions techniques.
Analyse de la solidité financière des réassureurs et des garanties reçues.
Focus sur certaines provisions techniques : provision globale de gestion
et provision pour aléa financier en assurance vie, provisions pour risques
en cours en assurance non vie.
 Indicateurs financiers et comptables
Revue des provisions techniques (y compris la part des réassureurs).
 La gestion administrative des contrats Analyse de la marge technique et financière.
Gestion des avenants au contrat.
Quittancement des primes.

82 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 82 21/09/2018 14:59


Durée
1 jour
Prix
repas inclus
844 € HT
Animateurs
José GUIBERT
Date
27 mars 2019
162
Solvency II : l’essentiel
Comptabilité
des assurances

Gaël LEGER 12 novembre 2019

Solvency II : l’essentiel One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Comprendre les objectifs poursuivis par Solvency II. • Documentation en PowerPoint.
• Identifier les problématiques comptables associées à la mise en place • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
de la directive Européenne Solvency II. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Analyser les principales évolutions méthodologiques liées à Solvency II. et confirmer les acquis.

Participants Connaissances requises


• Collaborateurs des directions comptables ou financières. • Sensibilisation à l’environnement comptable et
• Consolideurs et responsables du reporting comptable et prudentiel. réglementaire de l’assurance et/ou de la banque.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction Le schéma général de gouvernance défini par Solvency II.
Les responsabilités des dirigeants effectifs et des responsables
La genèse et les objectifs de Solvency II : pourquoi un cadre harmonisé
de fonctions-clés.
européen ?
Le rapport sur les risques propres et la solvabilité (rapport ORSA).
L’architecture de la nouvelle norme : les 3 piliers.
Les enjeux de Solvency II pour les sociétés d’assurance.
Les effets de la transposition de la Directive dans le droit français.
 Le pilier 3 de Solvency II et les exigences relatives
au reporting prudentiel
 Le pilier 1 de Solvency II et les exigences La cartographie des différents reportings quantitatifs (états QRT, rapport
quantitatives BCE, état sur la stabilité financière, états nationaux spécifiques).
Les rapports narratifs à destination du régulateur (RSR) et du public
Identification des garanties incluses dans le périmètre.
(SFCR).
Calcul des provisions techniques selon la méthode du best estimate.
Les règles de valorisation des éléments du bilan économique Solvency II.
Définition de la marge de risque.
La composition des fonds propres sous Solvency II et les règles de
Présentation de la formule standard.
couverture, l’exigence de capital minimum et de capital cible.
Calibrage des différents risques de la formule standard.
L’obligation de réconciliation entre le référentiel local et Solvency II :
Le recours aux modèles internes.
comptes sociaux et comptes consolidés.
 Le pilier 2 de Solvency II et les exigences relatives
à la gestion des risques et à la gouvernance
La définition du profil de risque spécifique de l’entité d’assurance.
La mise en œuvre de l’approche Entreprise Risk Management et le
dispositif d’atténuation des risques.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 83

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 83 21/09/2018 14:59


Comptabilité
des assurances
163
Gouvernance et gestion des risques :
Durée
2 jours
Prix
repas inclus
Animateurs
José GUIBERT
Date
24 au 25 juin 2019
les enjeux du pilier 2 de Solvency II
1 630 € HT

One
to
One Gouvernance et gestion des
risques : les enjeux du pilier 2
de Solvency II
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre les objectifs poursuivis par Solvency II en matière de • Documentation en PowerPoint.
gouvernance et de gestion des risques. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Identifier les problématiques associées à la mise en place d’une • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
organisation et d’un contrôle interne approprié des organismes et confirmer les acquis.
d’assurance.
Connaissances requises
Participants • Sensibilisation à l’environnement comptable et
• Collaborateurs des directions financières ou des directions des réglementaire de l’assurance et/ou de la banque.
risques.
• Auditeurs internes ou externes.
• Administrateurs des organismes d’assurance (sociétés, mutuelles
et institutions de prévoyance).

PROGRAMME
 Introduction Les trois lignes de défense.
Les dirigeants effectifs.
La genèse et les objectifs de Solvency II : pourquoi un cadre harmonisé
Les responsables des fonctions-clés (actuariat, gestion des risques,
européen ?
conformité, audit).
L’architecture de la nouvelle norme : les 3 piliers.
L’organe d’administration, de gestion et de supervision.
Les enjeux de Solvabilité II pour les sociétés d’assurance.
Les effets de la transposition de la Directive Solvency II dans le droit français.
 Les rôles respectifs des responsables de fonctions
 La cartographie des risques liés à l’activité clés, des dirigeants effectifs et des administrateurs
d’assurance Rôle et prérogatives des responsables des fonctions clés.
Point sur le cumul et la sous-traitance des fonctions clés.
Rappels sur le modèle économique de l’assurance.
Rôle et prérogatives des dirigeants effectifs.
Les risques liés aux placements.
Rôle et prérogatives des administrateurs.
Les risques liés aux garanties octroyées aux assurés.
Le risque opérationnel dans l’assurance.
Les risques liés aux techniques de transfert des risques.
 Les politiques écrites et la mise en œuvre
du contrôle interne
 Le dispositif de contrôle et d’atténuation Le socle minimal absolu : gestion des risques, contrôle interne, audit
des risques interne, externalisation (article L354-1 du Code des assurances).
Les politiques écrites nécessaires : conformité, compétence et
La mise en œuvre de l’approche Entreprise Risk Management.
honorabilité, ORSA, actuariat, gestion du risque de souscription,
La définition du dispositif de contrôle interne.
provisionnement, réassurance, communication d’informations à
Les techniques d’atténuation des risques.
destination du public et aux fins de contrôle, rémunérations.
Les techniques de transfert des risques (réassurance, titrisation…).
Les autres politiques écrites : gestion du risque opérationnel, contrôle
Le dispositif de suivi et de contrôle des risques.
interne, continuité d’activité, sous-traitance, conformité, gestion actif-
passif, gestion du risque d’investissement, gestion du capital…
 L’impact du contrôle des risques sur l’exigence
Qualité des données (gouvernance associée, dispositif de contrôle
de fonds propres permanent).
Les principes génériques de détermination du besoin en fonds propres Sous-traitance (exigences de la Directive, procédures de sélection
selon Solvency II. et de supervision des prestataires importants ou critiques).
Les différents modules de risques pris en compte dans la formule
standard.  Le rapport sur l’évaluation interne des risques
Les leviers de pilotage de l’exigence de fonds propres par l’atténuation et de la solvabilité (ORSA)
des risques.
Évaluation du besoin global de solvabilité.
La gestion des fonds propres.
Conformité continue avec les exigences réglementaires de capital.
Conformité continue avec les provisions techniques.
 Le schéma général de gouvernance
Écarts par rapport aux hypothèses qui sous-tendent le calcul du capital
Le principe des quatre yeux. de solvabilité requis.
Le principe de la personne prudente. Lien avec le processus de gestion stratégique et le cadre décisionnel.
Le principe de proportionnalité.

84 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 84 21/09/2018 14:59


Durée
1 jour
Prix
repas inclus
844 € HT
Animateurs
Gaël LEGER
Date
3 avril 2019
164
IFRS 17 – Contrats d’assurance
Comptabilité
des assurances

11 septembre 2019

IFRS 17 – Contrats d’assurance NOUVEAUTÉ

Objectif général Supports et moyens pédagogiques One


to
One
• Comprendre les objectifs poursuivis par la norme IFRS 17. • Documentation en PowerPoint.
• Identifier les problématiques comptables associées à la mise en place • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
de la norme IFRS 17. • QCU, tests, questions/réponses pour vérifier, réviser et
• Comparer la norme avec le référentiel Solvabilité II. confirmer les acquis.

Participants Connaissances requises


• Collaborateurs des directions comptables ou financières. • Connaissance des IFRS.
• Consolideurs et responsables du reporting comptables et prudentiels. • Sensibilisation à l’environnement comptable et
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs. réglementaire de l’assurance.

PROGRAMME
 Introduction Effets de variations du best estimate et de l’ajustement pour risque.
Modalités de reconnaissance de la marge contractuelle de services.
IFRS 4 : une norme provisoire.
Effets de première application.
La genèse et les objectifs d’IFRS 17.
IFRS 17 – Solvabilité II : divergences et convergences.
Les problématiques associées à IFRS 17 : périmètre d’application,
méthodes de valorisation des engagements vis-à-vis des assurés,
modalités de reconnaissance du résultat.
 La reconnaissance du résultat d’assurance
et les informations annexes
 Classement et évaluation initiale des contrats Calcul du résultat de souscription :
d’assurance – Détermination du produit d’assurance.
– Constatation des sinistres survenus.
Identification des contrats inclus dans le périmètre d’IFRS 17.
– Évaluation des frais directement imputables aux contrats.
Critères de classement des contrats d’assurance.
Calcul du résultat opérationnel :
L’approche des blocs (building blocks approach).
– Évaluation des frais non directement imputables aux contrats.
L’approche de la commission variable (variable fee approach).
– Produits financiers et charge d’intérêt.
L’approche simplifiée (premium allocation approach.
Détermination du résultat courant.
Les contrats dits onéreux.
Informations à communiquer en annexe.
 Valeur des contrats à la date d’inventaire et effets
de première application
Principes de calcul du best estimate.
Principes de calcul de l’ajustement pour risque.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 85

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 85 21/09/2018 14:59


Comptabilité
des assurances
165
Application d’IFRS 9
Durée
1 jour
Prix
repas inclus
Animateurs
Gaël LEGER
Date
20 mars 2019
à l’assurance
844 € HT Olivier VICTOR 11 octobre 2019

NOUVEAUTÉ Application d’IFRS 9


One
to
One
à l’assurance
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre les objectifs poursuivis par la norme IFRS 9. • Documentation en PowerPoint.
• Identifier les problématiques comptables associées à la mise en place • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
de la norme IFRS 9 chez un assureur. • QCU, tests, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Comprendre les enjeux relatifs au report d’application obtenu et confirmer les acquis.
par les assureurs.
Connaissances requises
Participants • Connaissance des IFRS.
• Collaborateurs des directions comptables ou financières. • Sensibilisation à l’environnement comptable
• Consolideurs et responsables du reporting comptables et prudentiels. et réglementaire de l’assurance.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Genèse de la norme et principales divergences Le modèle des pertes attendues.
avec IAS 39 Calcul de la dépréciation.
Comptabilisation de la dépréciation.
Origine et structure de la norme.
Principales divergences avec IAS 39.
 Instruments financiers à terme et comptabilité
 Classement et évaluation des instruments de couverture
financiers Objectifs et champ d’application.
Critères d’applicabilité de la comptabilité de couverture.
Arbre de décision de classement des instruments financiers.
Comptabilisation des relations de couverture.
Principes généraux.
Actifs financiers au coût amorti.
Actifs financiers en juste valeur par OCI recyclable.
 Première application et report d’application
Actifs financiers en juste valeur par résultat. Conséquences comptables de l’application rétrospective.
Actifs financiers en juste valeur par OCI non recyclable sur option. Enjeux du report d’application.
Passifs financiers. Gestion actif-passif : interactions avec IFRS 4 et IFRS 17.
Reclassements ultérieurs.

 Dépréciation selon le modèle des pertes attendues


Caractéristiques générales.
Les trois étapes de la dépréciation.

86 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 86 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
166
Gestion des risques et Contrôle
Comptabilité
des assurances
2 jours Véronique 16 au 17 avril 2019 interne dans l’assurance
1 630 € HT SAINT-AMAND 8 au 9 octobre 2019

Gestion des risques et Contrôle NOUVEAUTÉ

interne dans l’assurance One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Connaître les exigences liées au pilier 2 de Solvency 2, présentation • Documentation en PowerPoint.
de l’environnement réglementaire. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Identifier et évaluer les principaux risques opérationnels liés • QCU, tests, questions/réponses pour vérifier, réviser
aux processus majeurs d’une entreprise d’assurances. et confirmer les acquis.
• Mettre en place une démarche de contrôle pour les maîtriser.
Connaissances requises
Participants • Sensibilisation aux risques liés aux activités d’assurance
• Responsables opérationnels ou responsables de gestion des risques et à l’environnement de contrôle au sein d’une entreprise
et/ou des fonctions de contrôle. d’assurances.

PROGRAMME
 Introduction – La 1ère ligne : les opérationnels.
– La 2ème ligne : les fonctions de contrôle ( risque et conformité ).
Solvency 2 : 3 piliers.
– La 3ème ligne : l’audit interne.
Le pilier 2 : les activités de contrôle.

 Environnement règlementaire et exigences  Les typologies de contrôle


du contrôle interne La priorisation des contrôles en fonction des risques majeurs.
Les contrôles de conformité.
Conformité du système de contrôle interne au COSO.
Les contrôles à enjeux techniques.
Rôle de l’Autorité de tutelle : ACPR.
Les « input » de la planification des contrôles de l’année.
Missions, compétences, sanctions.

 Connaître ses processus et identifier ses risques  Dérouler une mission de contrôle
opérationnels La phase de cadrage et de démarrage :
– La compréhension de la thématique.
Identifier les processus principaux d’une entreprise d’assurance :
– La délimitation du périmètre et l’identification des zones de fragilité.
opérationnels, supports et stratégiques.
– La détermination des points de contrôle et des modes de contrôle.
Définition d’un risque opérationnel (causes et conséquences).
– La rédaction d’un rapport de contrôle et de recommandations destinées
Identifier les risques opérationnels majeurs liés aux processus.
à minorer les risques.
Evaluer ces risques en prenant en compte leur intensité et leur fréquence
de survenance.

 Organisation d’un dispositif de gestion des risques


Principes et gouvernance.
Les différentes lignes de défense :

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 87

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 87 21/09/2018 14:59


Comptabilité
des assurances
167
Initiation à la réglementation, aux calculs
Durée
2 jours
Prix
repas inclus
Animateurs
Guillaume RAMOND
Date
18 au 19 mars 2019
et à la comptabilisation des provisions techniques
2 165 € HT 30 septembre
au 1er octobre 2019

NOUVEAUTÉ Initiation à la réglementation,


aux calculs et à la comptabilisation
des provisions techniques
One
to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Connaître les grands principes comptables du secteur • Documentation en PowerPoint.
• Connaître le plan comptable en vigueur • Alternance de notions théoriques et de cas pratiques
• Connaître le calcul des provisions techniques à chaque fin de séquence.
• Savoir résoudre des cas pratiques sur quelques difficultés comptables • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier,
et/ou actuarielles réviser et confirmer les acquis.

Participants Connaissances requises


• Collaborateurs des directions comptables, directions des risques, • Comptabilité générale.
directions contrôle de gestion, directions actuariat et directions
financière
• Commissaires aux Comptes, Experts-comptables
et leurs collaborateurs

PROGRAMME
 Principaux aspects juridiques, comptables  Présentation de l’évaluation des provisions
et fiscaux du secteur de l’assurance techniques de primes non vie
Un secteur d’activité réglementé. Les opérations de régularisation sur primes.
Le cadre réglementaire de la comptabilité des assurances. Les provisions pour risques d’insuffisance de primes.
Introduction aux principales spécificités fiscales du secteur de l’assurance. Les provisions d’égalisation.

 Présentation de la comptabilisation des principales  Présentation de l’évaluation des provisions


opérations techniques techniques de sinistres non vie
Les particularités du plan comptable des assurances. Les provisions pour sinistres à payer.
La comptabilisation des principales opérations techniques courantes. Autres provisions de sinistres.
La comptabilisation des principales opérations techniques d’inventaire.
La comptabilisation des frais généraux.
 Présentation de l’évaluation des provisions
 Présentation de la comptabilisation mathématiques vie et de la provision globale
et de l’évaluation des placements financiers de gestion
Les règles d’évaluation et de comptabilisation des actifs R343-9. Provisions mathématiques des contrats à capital différé.
Les règles d’évaluation et de comptabilisation des autres actifs R343-10. Provision mathématique des contrats d’épargne.
L’allocation des produits financiers aux comptes techniques et non Provisions mathématiques des rentes de survie.
technique. Provisions mathématiques des contrats temporaires décès.
Provision globale de gestion.
 Présentation des états financiers d’une entreprise
d’assurance
Présentation du bilan.
Présentation du compte de résultat.
Présentation du hors bilan et de l’annexe.

88 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 88 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
168
Initiation à la gestion
Comptabilité
des assurances
1 jour Guillaume RAMOND 1er avril 2019 actif-passif en assurance
1 051 € HT Emmanuel KIZILIAN 3 octobre 2019

Initiation à la gestion NOUVEAUTÉ

actif-passif en assurance One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Comprendre les principaux risques ALM liés à l’environnement • Documentation en PowerPoint.
comptable, réglementaire et financier. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Définition des indicateurs ALM statiques et introduction à l’analyse • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier,
multivariée. réviser et confirmer les acquis.
• Initiation aux indicateurs ALM dynamiques.
Connaissances requises
Participants • Comptabilité des placements financiers en assurance.
• Collaborateurs des services comptables ou financiers. • Finance de marché.
• Contrôleurs de gestion. • Mathématiques financières ou en probabilité.
• Auditeurs.
• Actuaires.

PROGRAMME
 Introduction aux risques ALM – Les techniques classiques bancaires :
• Impasse de taux.
Présentation des enjeux comptables :
• Impasse de liquidité.
– Provisions à caractère financier :
Introduction à l’analyse multivariée :
• Provision pour dépréciation durable.
– Analyse bivariée taux – crédit :
• Provision pour risque d’exigibilité.
• Illustration par une analyse SCR marché brut.
• Provision pour aléas financiers.
– Réserves comptables :
• Réserve de capitalisation.
 Introduction à l’analyse rendement/risque
• Provision pour participations aux bénéfices. Le modèle de Markowitz : application aux problématiques d’allocations
• Provision d’égalisation. stratégiques :
– Décomposition de la Marge financière : – Les effets de la diversification de portefeuille.
• Projection de Revenus. – Construction d’une frontière efficiente :
• Participation aux bénéfices et intérêts techniques distribués. • Filtre par l’appétence aux risques.
• Equilibre comptable. Optimisation rendement risque d’une poche obligataire :
• Externalisation de PVL. – Formulation d’un programme d’optimisation multi- objectifs.
Présentation des enjeux réglementaires – Reprise du cas pratique taux-crédit.
– Minimum de Participation aux bénéfices réglementaire :
• Impact sur l’objectif de marge financière.  Construire des indicateurs ALM dynamiques
• Particularité de la branche obsèques. Construction d’indicateurs dynamiques :
– Ratio réglementaire : – Indicateurs d’optimisation :
• Focus sur le SCR de marché. • Marge financière.
Présentation des risques ALM : • Free Surplus.
– Risque comptable. – Indicateurs « filtre » :
– Risque de taux (contractuel et commercial). • Taux de rendement comptable.
– Risque de liquidité. • Taux servis.
– Risque inflation. Formulation de la problématique rendement-risque :
– Risque de crédit. • Mesure de la performance (scénario central).
• Mesure du Risque (scénario adverse).
 Les principales modélisations ALM statiques Pour aller plus loin : Indicateurs stochastiques :
Immunisation contre le risque de taux : • Mesure de la performance (espérance mathématique).
– Les techniques classiques assurancielles : • Mesure du Risque (VAR, CVAR).
• L’adossement en duration.
• L’adossement en trésorerie.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 89

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 89 21/09/2018 14:59


Comptabilité
des assurances
169
Initiation aux calculs réglementaires
Durée
2 jours
Prix
repas inclus
Animateurs
Karim LARID
Date
20 au 21 mai 2019
du pilier 1 de Solvabilité 2
2 165 € HT Guillaume RAMOND 12 au 13 septembre 2019

NOUVEAUTÉ Initiation aux calculs


réglementaires du pilier 1
de Solvabilité 2
One
to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Connaître le cadre réglementaire Solvabilité 2. • Documentation en PowerPoint.
• Comprendre les aspects quantitatifs du pilier 1 de Solvabilité 2. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
Participants et confirmer les acquis.
• Collaborateurs des services comptables, actuariat, risque
ou financiers. Connaissances requises
• Contrôleurs de gestion. • Mathématiques financières ou en probabilité.
• Auditeurs.

PROGRAMME
 Solvabilité 2 comme nouveau cadre réglementaire  La comptabilité des opérations de coassurance
Présentation de l’ancien cadre réglementaire. et de réassurance
Souligner les principales différences entre Solvabilité 2 et les autres Type de capital.
régimes de régulation. Qualité du capital.
Présenter et appréhender les risques liés à l’activité d’assurance. Définition du MCR et SCR : le capital comme une variation de fonds
Retour sur les problématiques adressées par la directive S2 et mise en propres.
place de la directive. Horizon et niveau de confiance.
Expliquer comment les différentes notions introduites dans le second et Modèle interne et formule standard.
troisième pilier sont censées améliorer et renforcer la gouvernance au Agrégation et corrélation.
sein des entreprises d’assurance. Évaluation des différents risques.

 Évaluation économique des engagements  Solvabilité 2 et la réassurance


d’assurance Présenter les effets de la réassurance dans l’environnement S2.
Présenter la structure de la directive, les règles et paradigmes de
calculs ainsi que la structure modulaire d’évaluation des risques et leur  Revue de Solvabilité 2 et dernières actualités
agrégation. Pourquoi revoir S2 après 2 ans de mise en œuvre.
Comment passer du bilan comptable statutaire au bilan prudentiel Questions posées et sujets soumis à revue en 2018 et en 2020.
Solvabilité 2.
Présenter le calcul des engagements en vision économique.  Échanges, Q/A et conclusion
 Évaluation des risques d’assurance Les états de reporting trimestriels.
Les états de reporting annuels et les rapports narratifs.
Quel montant de capital doit détenir un assureur ?
Quel type de capital détenir : hard capital, soft capital, dettes.

90 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 90 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
170
Découverte et sensibilisation
Comptabilité
des assurances
2 jours Franck DOMENECH 11 au 12 avril 2019 au monde de l’assurance
1 630 € HT 26 au 27 septembre 2019

Découverte et sensibilisation NOUVEAUTÉ

au monde de l’assurance One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Comprendre le marché de l’assurance et ses mécanismes. • Documentation en PowerPoint.
• Identifier les différents acteurs et leurs importances. • Alternance d’illustrations, d’exercices pratiques et
• Distinguer les principaux contrats et garanties. échanges d’expériences.
• QCU, tests, questions/réponses pour vérifier, réviser
Participants et confirmer les acquis.
• Collaborateurs au sein d’une compagnie d’assurance
ou d’un intermédiaire. Connaissances requises
• Collaborateurs au sein d’une agence bancaire ou d’un établissement • Aucune.
financier.
• Toute personne venant d’intégrer une structure assurance.

PROGRAMME
 Introduction Les assurances de responsabilités.
Les assurances dommages.
La genèse de l’assurance de l’antiquité à nos jours.
Le contrat auto et la Multirisque Habitation.
Rôle économique et définitions.
Les autres assurances IARDT.
Évolutions.
Les assurances de personnes : contrats collectifs santé et vie, contrats
individuels vie, maladie et accidents corporels.
 Organisation et marchés
Chiffres marché français et reste du monde.  Mécanismes
Assurances dommages et assurances de personnes.
Principes : principes forfaitaires, indemnitaires et subrogation de
Différentes structures des entreprises d’assurances et caractéristiques.
l’assureur.
Modes de distribution.
Modes de gestion : capitalisation et répartition.
Réglementation des assureurs.
Coassurance et réassurance : définition et fonctionnement.
Obligation des intermédiaires.
Caractéristiques du contrat.
Organismes professionnels.
Parties prenantes.
Directives Européennes.
Conditions.
Clauses.
 Principes
Primes.
Principes : principes forfaitaires, indemnitaires et subrogation
de l’assureur.
Modes de gestion : capitalisation et répartition.
Coassurance et réassurance : définition et fonctionnement.
Les différents contrats : assurances de biens et de responsabilités.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 91

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 91 21/09/2018 14:59


Comptabilité
des assurances
171
La conformité et le contrôle interne
Durée
1 jour
Prix
repas inclus
Animateurs
Nicolas DUFOUR
Date
22 mars 2019
dans le courtage d’assurance
844 € HT Béatrice BON MICHEL 13 septembre 2019

NOUVEAUTÉ La conformité et le contrôle


interne dans le courtage
d’assurance
One
to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Maîtriser les différents enjeux du contrôle interne et de la conformité • Support power point
dans le cadre de l’activité de courtier distributeur et délégataire • Alternance d’illustrations, d’exercices pratiques et de jeux
d’assurance. de rôle.
• Comprendre les différentes problématiques réglementaires et leurs • QCU, tests, questions/réponses pour vérifier, réviser
impacts au sein d’un cabinet de courtage d’assurance. et confirmer les acquis.
• Avoir une vision précise des contrôles et actions à mettre en œuvre
en vue de la maîtrise des risques et de la conformité du dispositif d’un Connaissances requises
cabinet de courtage. • Aucune

Participants
• Collaborateurs des directions comptables, directions des risques,
directions contrôle de gestion, directions actuariat et directions
financière.
• Responsables opérationnels ou responsables de gestion des risques
et/ou des fonctions de contrôle.

PROGRAMME
 Les enjeux mission, collecte documentaire, préparation des entretiens, réponse aux
rapports provisoire, traitement et suivi des recommandations.
La politique de contrôle interne et de conformité.
Gestion documentaire et réponse aux différents audits.
Les conventions de distribution et de sous-traitance : point sur
les clauses de contrôle interne.
Le contrôle exercé sur les sous-traitants critiques courtiers
 Étude de cas – La gestion et remontée d’incidents
et délégataires. opérationnels
La protection de la clientèle dans la distribution : devoir d’information Quels dispositifs et quels incidents remonter aux assureurs ?
et conseil, misselling. Quel traitement au niveau du cabinet de courtage/délégataire
La lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du Mise en situation sur 3 types d’incidents : Fuite de donnée, réclamations
terrorisme, qu’est-il attendu des courtiers et délégataires ? sensibles, fraude externe.
Les évolutions réglementaires récentes : DDA, RGPD, LCB-FT-, etc.
Focus sur les sanctions ACPR de courtiers, détail des griefs et points
d’attention.

 Étude de cas – Préparation d’audit de conformité


et contrôle interne
Appréhender les audits des assureurs divers.
Mise en situation au travers d’un audit de courtier délégataire : lettre de

92 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

73-92-BLOC150A171_assurances_2019_P.indd 92 21/09/2018 14:59


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
200
Réglementation bancaire
Contexte
bancaire et
réglementation
2 jours Béatrice BON MICHEL 18 au 19 avril 2019 et financière : l’essentiel
1 630 € HT Hervé MANCERON 25 au 26 novembre 2019

Réglementation bancaire One


to
One

et financière : l’essentiel
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Présenter sous forme synthétique l’ensemble des textes réglementaires • Documentation en PowerPoint.
applicables au secteur bancaire et financier. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Expliquer leur structure. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Identifier leurs sources et comprendre leur hiérarchie. et confirmer les acquis.
• Se familiariser avec un vocabulaire et un environnement réglementaires
complexes. Connaissances requises
• Aucune connaissance particulière.
Participants
• Toute personne sur le point de rejoindre le secteur bancaire et financier.
• Collaborateurs récemment recrutés dans ce secteur.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
Introduction : le métier de banquier  Focus sur le règlement CRR
La banque de détail, la banque d’investissement, la gestion d’actifs… Pilier 1 : les fonds propres, le ratio de solvabilité
Risques de liquidité, d’insolvabilité, de marché, de non-conformité… Le contrôle des grands risques, les coefficients de liquidité (LCR et
NSFR), les outils complémentaires (ALMM) et les funding plans.
 Les sources des textes législatifs Le ratio de levier.
et réglementaires français Pilier 2 : SREP/ICAAP/ILAAP.
Les textes et instances internationaux. Pilier 3 : informations à publier.
Les textes et instances européens. Les états COREP.
Les textes et instances français. Finalisation des accords de Bâle III : TLAC/MREL, output floor…

 Le code monétaire et financier  Les textes règlementaires financiers


Les instruments financiers et les produits d’épargne. MIF II et principaux règlements attachés (MIFIR…).
Les opérations de banque et connexes et les services de paiement. EMIR.
Les services d’investissement et connexes et les services de PRIIPS.
communication de données (APA, ARM…). Règlement général de l’AMF.
Les marchés : les plates-formes de négociation, les chambres de
compensation et les dépositaires centraux.  SEBC, BCE, BDF et politique monétaire
Les prestataires de services bancaires, de paiement et d’investissement. Les instruments : opérations d’open market, les facilités permanentes.
Les institutions en matière bancaire et financière. Les contreparties et les actifs éligibles.
Les procédures : appels d’offres et opérations bilatérales.
 Les textes réglementaires bancaires Les réserves obligatoires.
Les conditions d’exercice : agrément, système de contrôle interne,
prévention et résolution (MRU/FRU), systèmes de garantie, lutte contre  Ce qu’il faut retenir du code de la consommation
l’évasion fiscale (FATCA, EAR, CRS…), pratiques commerciales, Dispositions concernant le crédit : crédit conso et crédit immobilier.
protection des données (RGPD). Traitement des situations de surendettement.
Organisation des services communs : Centrale des risques, Anacrédit,
FICP.  Collectes PROTIDE et balance des paiements
Les caractéristiques des opérations : collecte des ressources et Balance des paiements : présentation générale de la collecte et
conditions de rémunération, blanchiment des capitaux. définitions.
Organisation du marché interbancaire et des TCN. PROTIDE : Présentation générale de la collecte et définitions.
Les reportings sociaux et consolidés (publiés, SURFI, FINREP).
Les normes comptables France et IAS/IFRS.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 93

93-100-BLOC200A205-contexte_bancaireetreglemtation_2019_P.indd 93 21/09/2018 15:00


Contexte
bancaire et
réglementation
201
Environnement
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
de la banque
2 jours Olivier DE VULPIAN 21 au 22 mars 2019
1 630 € HT 19 au 20 septembre 2019

One
to
One Environnement de la banque
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Familiariser les entrants dans l’établissement, à la culture bancaire • Documentation en PowerPoint.
générale nécessaire à : • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• La bonne compréhension de l’organisation de la profession. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• La connaissance de base de la réglementation bancaire. et confirmer les acquis.
• Le rôle de la profession dans le monde économique actuel.
Connaissances requises
Participants • Une bonne culture générale économique de base.
• Nouveaux arrivants, jeunes diplômés n’ayant pas ou peu
de connaissances des nombreux métiers de la banque.
• Juristes, communicants, informaticiens, etc

PROGRAMME
 Introduction : l’environnement bancaire  Le marché interbancaire, son rôle et ses acteurs
Historique. Les intervenants du marché interbancaire.
Évolution. La notion de refinancement des banques par les pensions.
Aspects législatifs. L’équilibre des trésoreries bancaires.

 Le rôle économique de la banque, les activités et  Le rôle de la BCE et des BCN


les métiers dans le contexte mondial et européen La masse monétaire et ses composants.
Activité et métiers bancaires. La politique d’appels d’offre de la BCE.
Trois pôles majeurs d’activités. La régulation et le prix de l’argent banque centrale.
Les services rendus à l’économie. Les politiques non conventionnelles.
Les cibles de clientèle.
 Les différents taux d’intérêts, leur composition,
leur choix et les instruments de couverture
 L’intermédiation bancaire
L’EONIA et ses dérivés.
Les sept métiers de la banque universelle. L’EURIBOR et ses dérivés.
Les trois métiers de la banque d’investissement. Les taux fixes et la notion de signature.
Les différentes ressources des banques et la collecte des dépôts. Les principaux instruments de couverture.
La notion de marge d’intermédiation et la constitution d’un taux de prêt.
 Première approche du compte de résultat
 La prestation de services connexes d’une banque
Assurer la relation clientèle. La notion de marge d’intermédiation.
Améliorer le PNB et ses composantes. Que représentent les commissions.
Opérations de change. La notion de produit net bancaire.
Les conséquences sur la rentabilité des défauts de paiements.
 La prestation de service d’investissement
Que recouvrent les PSI ?  Les contraintes règlementaires attachées
Quel est leur poids dans l’activité et la rentabilité des banques ? à l’activité bancaire : agréments, contrôles
Faut-il fixer des limites à leurs interventions pour compte propre ? Le rôle des autorités de tutelle.
Les raisons de l’obligation de l’agrément.
 Les marchés financiers, organisation, Les nombreux organismes professionnels.
rôles et intervenants
Schéma des marchés financiers.  Les principaux ratios contraignant l’activité
Le marché unifié des capitaux. bancaire
Le décloisonnement des marchés. La couverture à taux fixe.
Le rôle des marchés et celui des banques dans les marchés. La division des risques.
La liquidité.
 Le marché monétaire et ses dérivés Les réserves obligatoires.
Le rôle central du marché monétaire pour assurer la liquidité de Bâle III.
l’économie. Quelles techniques possibles d’amélioration des ratios ?
Les produits, les maturités et les contraintes du marché monétaire.

94 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

93-100-BLOC200A205-contexte_bancaireetreglemtation_2019_P.indd 94 21/09/2018 15:00


Durée
1 jour
Prix
repas inclus
Animateurs
Gaëlle AZRIA
Date
27 mars 2019
202
Protection des données personnelles : quelles
Contexte
bancaire et
réglementation
844 € HT exigences pour les établissements bancaires et
9 25 septembre 2019
financiers pour se conformer au RGPD ?

Protection des données One


to
One

personnelles : quelles exigences


pour les établissements
bancaires et financiers
pour se conformer au RGPD ?
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre les enjeux et les évolutions de la règlementation en matière • Documentation en PowerPoint.
de protection des données personnelles. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Comprendre les exigences du Règlement (UE) 2016/679 du 27 avril • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
2016 sur la protection des données (« GDPR »). et confirmer les acquis.
• Prouver sa mise en conformité.
• Connaître l’étendue des pouvoirs des autorités de protection et leurs Connaissances requises
moyens de contrôle. • Connaissance de l’environnement bancaire et financier.
• Savoir cartographier les risques « Data Protection » et mener des Etudes
d’Impacts sur la Vie Privée (PIA).

Participants
• (CIL) Correspondants Informatique & Libertés et Correspondant Données
Personnelles.
• Délégués à la Protection des Données / Data Protection Officer (DPO).
• Collaborateurs des filières Conformité/Risques Opérationnels.
• RCSI/RCCI.
• RSSI et équipes des Systèmes d’Information.
• Auditeurs internes, contrôleurs permanents.
• Juristes.
• Auditeurs externes, consultants.

PROGRAMME
 Environnement et réglementation en matière La mise en œuvre des Packs Conformité (ou Labels / Certifications).
de protection des données La réalisation d’une cartographie des risques «données personnelles» par
l’élaboration du registre des traitements et tenant compte de :
Présentation du contexte et des enjeux de la protection des données.
– L’identification des risques en lien avec les risques opérations (sécurité
Synthèse des principales composantes du Règlement européen (UE)
des systèmes d’information, cybercriminalité) et risques de non-
2016/679 sur la Protection des données (RGPD/GDPR).
conformité.
Sources internationales et européenne du droit local.
– L’évaluation des risques.
Rappel des définitions en la matière.
– La gestion et le pilotage des risques.
Les risques encourus et leur « saine » gestion.
– Prise en compte dans la cartographie des risques de non-conformité.
Présentation de la CNIL en tant qu’autorité de protection nationale.
Quelles conséquences sur les PIA (Privacy Impact Analysis) ?
Étendue et limites des missions des autorités de protection.

 L’application du règlement au sein  Le rôle des acteurs


de l’organisation Formation et sensibilisation des collaborateurs.
Gouvernance du dispositif : implication des dirigeants et comitologie des
Les attentes quant au rôle de Délégué à la Protection des Données
acteurs : audit interne, déontologue, DP CIL.
(DPO) (fiche de poste).
Le pilotage des différents acteurs : DPO/CIL, contrôles permanents/
Les obligations réglementaires :
périodiques, Direction de la conformité, déontologues.
– Garantir les droits aux personnes concernées.
– Tenue du registre des traitements.
 La mise en œuvre d’un dispositif de contrôle
– Analyse d’impacts sur la vie privée (PIA).
– Demandes d’autorisation pour les traitements « sensibles ». Anticiper et prévenir les contrôles des Autorités de protection.
– Maintenir les niveaux de sécurité grâce aux mesures techniques et Les éléments de réponse en cas de contrôles sur pièces.
organisationnelles adéquates. Comment prouver sa conformité ?
– Mettre en place le principe de « Privacy by design ». Publicité du rapport, sanctions pénales, jurisprudence.
– Encadrement des transferts internationaux.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 95

93-100-BLOC200A205-contexte_bancaireetreglemtation_2019_P.indd 95 21/09/2018 15:00


Contexte
bancaire et
réglementation
203
Panorama des évolutions
Durée
1 jour
Prix
repas inclus
844 € HT
Animateurs
Béatrice BON MICHEL
Date
2 avril 2019
règlementaires Alain GHNASSIA 8 octobre 2019

One
to
One Panorama des évolutions
règlementaires
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Se familiariser avec les différentes évolutions règlementaires actuelles • Documentation en PowerPoint.
et avoir une vue d’ensemble. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Maîtriser les principales composantes de ces règlementations. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Comprendre leur logique et les enjeux spécifiques pour la banque. et confirmer les acquis.
• Chaque thème règlementaire fait l’objet d’une fiche
Participants de synthèse des éléments clés de la règlementation.
• Tout collaborateur de la banque souhaitant comprendre ce que certains
thèmes recouvrent (Bâle III, EMIR, FATCA, etc.). Connaissances requises
• Connaissances de la banque.

PROGRAMME
 Introduction Les acteurs.
Les impacts sur le circuit des dérivés.
Les principales composantes de l’Union bancaire.
Les enjeux pour les banques.
Les rôles de la BCE et de l’ABE.
Les similitudes avec la loi Dodd Franck (DFA).
Les enjeux comptables, prudentiels et de liquidité.

 De Bâle II vers Bâle III et CRD 4  La directive AIFM


Les périmètres de la directive n°2011/61/UE du Parlement et du Conseil
Faiblesse de Bale II, objectifs de Bâle III.
du 8 juin 2011.
Les exigences de fonds propres :
Les acteurs.
– Des exigences de qualité.
Les principales composantes de la directive.
– Des exigences de montant.
L’influence de la directive sur le rôle des acteurs (dont les conservateurs
La finalisation de Bâle III (évolution des méthodes).
dépositaires).
Le ratio d’effet de levier.
Les liens AIFM et UCITS V.
Les coefficients de liquidité (LCR et NSFR).

 Les nouvelles exigences informationnelles  La sécurité financière


Le contenu de la 4e directive et 8e directive.
Les exercices d’AQE.
Le règlement sur les virements de fonds.
Le SREP de l’ABE.
Les principales recommandations et les évolutions à venir.
Les états COREP.
FATCA et AEOI.
L’article 78 de l’ABE.
Le pilier 3.
 La protection et sécurité des données
 De MIF I vers MIF II Le nouveau règlement concernant la protection des données
personnelles (RGPD) (2018).
Pourquoi MIF II ?
La Loi de Programmation Militaire (LPM) du 18 décembre 2013.
Les principales composantes de MIF II.
Les points d’attention sur le suivi de la mise en oeuvre.

 EMIR
Le périmètre du règlement n° 648/2012 du Parlement européen
et du Conseil du 4 juillet 2012.

96 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

93-100-BLOC200A205-contexte_bancaireetreglemtation_2019_P.indd 96 21/09/2018 15:00


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
204
Pratiques commerciales bancaires
Contexte
bancaire et
réglementation
2 jours Gaëlle AZRIA 15 au 16 avril 2019 et protection des intérêts des clients
1 630 € HT 17 au 18 octobre 2019

Pratiques commerciales NOUVEAUTÉ

bancaires et protection One


to
One

des intérêts des clients


Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Analyser le périmètre des activités et des produits distribués • Documentation en PowerPoint.
par les institutions bancaires. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Connaître la législation et réglementation encadrant la • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
commercialisation des produits et services bancaires, y compris et confirmer les acquis.
le processus de promotion et de démarchage.
• Comprendre les obligations qui en découlent et identifier les risques Connaissances requises
engendrés par des pratiques commerciales non-conformes commises • Connaissance de l’environnement bancaire et financier.
par l’établissement bancaire lui-même ou par ses intermédiaires. • Connaissances de base des règles de bonne conduite
• Appréhender les axes de contrôle permettant de s’assurer entre l’établissement financier et la clientèle.
de la conformité et de l’efficacité des dispositifs en place.

Participants
• Collaborateurs et responsables de la direction de la conformité.
• Contrôleurs permanents et périodiques/auditeurs internes et membres de
l’Inspection générale.
• Collaborateurs en charge du traitement des réclamations.
• RCSI/RCCI.
• Collaborateurs en charge de la gestion des risques.

PROGRAMME
 Produits et activités des établissements /  Dispositifs de commercialisation et répartition
Dispositions législatives et réglementaires des responsabilités entre les acteurs
Produits et services distribués par les établissements bancaires / Relations entre mandants et intermédiaires (IOBSP et Intermédiaires en
Dispositions législatives et réglementaires y afférents. Assurance) : répartition des responsabilités.
Description des produits distribués aux clients Particuliers et Conditions d’honorabilité, de compétence, d’habilitation et de protection
Professionnels et les exigences réglementaires associées (souscription d’assurance et garantie).
– Comptes de dépôt. Points de vigilance sur la promotion, le démarchage et la vente à
– Gestion et mise à disposition des moyens de paiement. distance.
– Monnaie électronique. Les cas d’externalisation et les points d’attention spécifiques pour les
– Comptes d’épargne (épargne réglementée, comptes à terme, …). contrôleurs.
– Comptes d’instruments financiers et de parts sociales (comptes Les actions en réponse des associations professionnelles : Charte AFECEI
support et segmentation des produits). relative à l’inclusion bancaire et à la prévention du surendettement,
– Crédits (découverts, crédits à la consommation, crédits immobiliers, recommandations FBF (en matière de mobilité, par exemple).
autres crédits) en mettant en évidence les points suivants : La création de l’Observatoire de l’Inclusion Bancaire (OIB).
• Distinction entre contrats antérieurs à la réforme du code de la La mission dévolue à la Direction du Contrôle des Pratiques
consommation et contrats postérieurs. Commerciales (DCPC) au sein de l’ACPR.
• Distinction entre un prêt personnel et un crédit renouvelable. Rôle du pôle ABE IS (Assurance Banque Épargne Info Services).
• Particularités du nouveau crédit immobilier.
• Garanties et cautions.  Dispositifs de commercialisation et répartition
• Regroupement de crédits. des responsabilités entre les acteurs
Identification des risques par thème :
Ces produits seront présentés à travers notamment les dispositions – Connaissance de la clientèle.
législatives et réglementaires suivantes : – Information clients.
– Loi de séparation et de régulation des activités bancaire (Loi Moscovici). – Devoir de conseil.
– Loi relative au compte dormant et en déshérence (Loi Eckert). – Protection des données personnelles.
– Loi relative au crédit à la consommation (Loi Lagarde). – Prévention du surendettement.
– Loi sur la consommation (Loi Hamon). – Traitement des réclamations clients.
– Ordonnance n° 2016-351 du 25 mars 2016 et Décret n° 2016-607 Risques provenant d’activités externalisées en lien avec la
du 13 mai 2016 portant sur les contrats de crédit immobilier aux commercialisation et la relation clientèle.
consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d’habitation. Mesure, gestion et surveillance de ces risques.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 97

93-100-BLOC200A205-contexte_bancaireetreglemtation_2019_P.indd 97 21/09/2018 15:00


Contexte
bancaire et
réglementation
204
Pratiques commerciales bancaires et protection
des intérêts des clients

PROGRAMME
Présentation d’une méthode d’analyse de la qualité des cartographies en Cas spécifique du traitement des réclamations :
évaluant notamment la prise en compte d’indicateurs de risque pertinents – Identification des points de vérification à mettre en œuvre de la
et adaptés. réception de la réclamation à son traitement en mettant l’accent
notamment sur :
 Cas pratique • Typologie des motifs et recevabilité.
À partir de la cartographie réalisée, identification des éléments essentiels • Circuit de prise en charge des réponses et indemnisation (éventuelle).
du dispositif de contrôle interne que le contrôleur doit trouver sur place : • Médiation.
– L’environnement de contrôle avec les éléments suivants : • Prise en compte des axes d’amélioration sur le ou les processus
• Les procédures opérationnelles nécessaires : entrée en relation, visé(s) par la réclamation.
ouverture des comptes, proposition des produits, octroi des
services (crédits), suivi de la relation commerciale, clôture des
comptes.  Documentation et obligations de reporting
• Traitement des réclamations clients. Description des reporting suivants :
• Des règles de déontologie formalisées dans un code de bonne – Rapport annuel sur le contrôle interne et la maîtrise des risques.
conduite et prévoyant des règles de gestion des conflits d’intérêts, – Questionnaire ACPR sur les pratiques commerciales et la protection
l’octroi d’habilitations. de la clientèle (QPC²).
• Une politique de rémunération adéquate pour les personnels – Reporting en direction de l’OIB.
chargés de la commercialisation des produits (ref code de la Utilisation effective des contrôles de cohérence « inter Reporting ».
conso et standards EBA). Réalisation de recoupements entre le reporting et la réalité du terrain.
• Un processus de validation des nouveaux produits.
• Un dispositif de contrôle des campagnes publicitaires.

98 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

93-100-BLOC200A205-contexte_bancaireetreglemtation_2019_P.indd 98 21/09/2018 15:00


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
205
Quels leviers pour améliorer l’efficacité
Contexte
bancaire et
réglementation
2 jours Daniel PION 24 au 25 juin 2019 opérationnelle dans la banque
1 630 € HT 23 au 24 septembre 2019

Quels leviers pour améliorer NOUVEAUTÉ

l’efficacité opérationnelle One


to
One

dans la banque
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre comment l’environnement économique et réglementaire • Documentation en PowerPoint.
ainsi que les évolutions continues technologiques et sociétales mettent • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
sous pression les modèles opérationnels établis de la banque. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Intégrer la nécessité de renouveler le modèle traditionnel. et confirmer les acquis.
• À partir de cas concrets et de missions de conseil menées dans
ce domaine, identifier et détailler les différents leviers envisageables Connaissances requises
de l’amélioration opérationnelle : • Aucune connaissance particulière.
• Alignement de l’organisation.
• Optimisation des processus métiers.
• Rationalisation des infrastructures IT.
• Pilotage de la performance.
• Gestion des ressources humaines.
• Mettre en perspective ces différents leviers (la durée et le niveau
des résultats obtenus n’étant pas identiques d’un levier à l’autre).

Participants
• Responsables et collaborateurs des back et middle-offices, de l’inspection
et de l’audit interne dans les établissements de crédit.
• Responsables métiers de la banque.

PROGRAMME
 Des back offices de plus en plus sous pression Renforcement de la responsabilisation des équipes sur les processus
end-to-end et la gestion par processus.
Présentation des différents challenges auxquels sont confrontés les back
Straight Through Processing (STP).
offices bancaires :
Agilité, amélioration continue, Lean Management Six Sigma.
– Améliorer la qualité de service.
Dématérialisation, virtualisation, Robotic Process Automation (RPA).
– Accroître l’efficacité opérationnelle.
Sécurisation des traitements & réduction des risques opérationnels.
– Rationaliser les organisations.
– Diminuer les risques opérationnels.
– Améliorer la motivation et l’implication des collaborateurs du back office.
 Levier 3 = Rationalisation des infrastructures IT
– Développer l’expertise et les compétences des collaborateurs. Mise en place de solutions On shore, Offshore et/ou Near-Shore.
Efficacité de l’infrastructure IT et cybersécurité.
 Présentation des leviers de l’amélioration Modernisation de l’architecture IT (utilisation de solutions techniques
de l’efficacité opérationnelle innovantes : BPM, SOA, APisation, intégration de systèmes et de
nouvelles technologies).
Alignement de l’organisation & du modèle de prestation de services.
Mise à niveau de la qualité et de la fiabilité des données et amélioration
Optimisation des processus métiers.
de la gestion de l’information : exploitation des données clients (customer
Rationalisation des infrastructures IT.
analytics).
Pilotage de la performance.
Capital humain.
 Levier 4 = Process analytics, pilotage
 Levier 1 = Alignement de l’organisation de la performance
& du modèle de prestation de services Pilotage financier, ABC/ABM.
Pilotage commercial.
Rationalisation des organisations (transversalisation des back offices,
Pilotage risques.
Shared Services Centers, centre de compétences…).
Pilotage qualité.
Externalisation des fonctions support / partenariats.
Pilotage de l’activité.
Socialisation des processus.
Customer Experience Factory.
Simplification des structures juridiques.
 Levier 5 = Capital humain
Transformation des modes de travail.
 Levier 2 = Optimisation des processus métiers Évolution du rôle des managers.
Culture digitale, innovation et service client.
Réduction des coûts de traitement des opérations tout en standardisant
Développement et gestion du capital humain.
les processus, les outils et les modes opératoires.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 99

93-100-BLOC200A205-contexte_bancaireetreglemtation_2019_P.indd 99 21/09/2018 15:00


93-100-BLOC200A205-contexte_bancaireetreglemtation_2019_P.indd 100 21/09/2018 15:00
Durée
1 jour
Prix
repas inclus
Animateurs
Henri JACOB
Date
27 mars 2019
300
Bâle III (CRR, CRD 4) :
Exigence
prudentielle
et reporting
l’essentiel financier
844 € HT Jean-Marie LAY 19 juin 2019
Gérard MAROT 9 septembre 2019
Evelyne NGNOTUE 12 novembre 2019

Bâle III (CRR, CRD 4) : l’essentiel One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Acquérir une compréhension d’ensemble de l’essentiel du dispositif • Documentation en PowerPoint.
Bâle III. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Situer les enjeux de la réglementation issue de Bâle III : « Capital • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
Requirements Regulation (CRR) », « Capital Requirements Directive et confirmer les acquis.
(CRD 4) » et actes délégués.
• Rappeler l’approche comptable et le passage à l’approche prudentielle Connaissances requises
de la solvabilité (fonds propres, risques attendus et non attendus, etc.). • Connaissances générales bancaires.
• Expliquer les principaux mécanismes, les concepts sous-jacents et les enjeux.
• Introduire aux évolutions réglementaires à venir (finalisation de Bâle III ;
décembre 2017).

Participants
• Toute personne souhaitant maîtriser les aspects fondamentaux
de Bâle III et l’impact du dispositif prudentiel sur l’économie générale
des banques.
• Équipes des fonctions Finance et Risques des banques (approche
du pilotage financier).
• Contrôleurs internes et externes.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction : contexte, mise en œuvre, perspectives  Risques de marche (portefeuille de négociation)
De Bâle I à Bâle III. Périmètre et évaluation du portefeuille de négociation (trading book).
Transposition en Europe : Capital Requirements Regulation (règlement Exigence de fonds propres en approche standard.
CRR) et Capital Requirements Directive (CRD 4) et actes délégués. Approche modèles internes : notion de Value-at-Risk (VAR).
Régulation et supervision en Europe. Les nouvelles exigences et pondérations introduites par Bâle II.5 - CRR.
Exigences de déclarations : COREP, FINREP... Présentation synthétique des réformes de finalisation de Bâle III sur
Perspectives : Finalisation de Bâle III. le risque de marché (Fundamental Review of the trading book - FRTB).

 Fonds propres Bâle III - CRR  Risque opérationnel


Mécanisme du ratio de solvabilité et mécanisme de pondération. Définition et méthodologies.
Composantes des fonds propres : Common Equity Tier 1 Capital (CET 1), Approche de base (Basic Indicator Approach).
Additional Tier 1 Capital (AT1) et Tier 2 Capital (T2 capital). Approche standard.
Le ratio minimal ; les coussins de protection, contracyclique et Approche avancée (Advanced Measurement Approach ou AMA).
systémique. Synthèse des réformes de finalisation de Bâle III sur le risque
Calendrier de mise en œuvre et mesures transitoires. opérationnel.
Ratio de levier.
 Ratios de liquidité
 Risque de crédit Contexte.
Principes généraux. Ratio de liquidité à court terme (LCR).
Approche standard : synthèse des principales pondérations. Ratio de financement stable (NSFR).
Approche IRB : systèmes de notations internes, facteurs de risque Calendrier de mise en œuvre.
(PD, LGD, EAD, M), classes d’actif et fonctions de pondérations
associées.  Piliers 2 et 3
Présentation synthétique de l’essentiel des autres aspects : Objectifs et contexte de la revue prudentielle.
– Techniques d’atténuation du risque de crédit. Évaluation de l’adéquation du capital interne (ICAAP) et de la liquidité
– Pertes attendues et provisions/dépréciations associées : modalités de interne (ILAAP).
calcul et d’ajustement des fonds propres. Revue du processus par le superviseur (SREP).
– Actions selon l’approche IRB. Stress tests.
– Titrisation (Bâle II et la réforme Bâle II.5). Pilier 3 : Informations à publier.
– Risque de contrepartie et risque CVA (Bâle II et la réforme Bâle III).
Présentation synthétique des réformes de finalisation de Bâle III sur
le risque de crédit.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 101

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 101 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
301
Bâle III (CRR, CRD 4) : Durée Prix Animateurs Date
financier approfondissement 3 jours repas inclus Henri JACOB 5 au 7 juin 2019
2 247€ HT Jean-Marie LAY 25 au 27 septembre 2019
Gérard MAROT 4 au 6 décembre 2019
Evelyne NGNOTUE

One
to
One Bâle III (CRR, CRD 4) :
approfondissement
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : • Documentation en PowerPoint.
« Capital Requirements Regulation (règlement CRR) », « Capital • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
Requirements Directive (CRD 4) » et actes délégués. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Intégrer les changements essentiels introduits par ces textes. et confirmer les acquis.
• Rappeler l’approche comptable et le passage à l’approche prudentielle.
• Expliquer les mécanismes, les concepts sous-jacents et les enjeux Connaissances requises
des différentes approches. • Bonne connaissance de l’économie de la banque.
• Appliquer les mécanismes de l’exigence de fonds propres sous • Bases de la comptabilité bancaire.
différentes approches.
• Expliquer les ratios de liquidité et le ratio de levier prudentiels.
• Identifier les impacts sur les risques pondérés de la « finalisation de Bâle III »
(texte de décembre 2017 applicable essentiellement à partir de 2022).

Participants
• Comptables, contrôleurs de gestion, gestionnaires des risques,
inspecteurs, auditeurs internes, trésoriers.
• Responsables financiers, responsables des fonctions ALM et Risques.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction : contexte, mise en œuvre, Systèmes de notations internes.
perspectives Facteurs de risque : PD, LGD, EAD, M.
Classes d’actifs dans l’approche IRB et fonctions de pondération
De Bâle I à Bâle III.
associées.
Transposition en Europe : Capital Requirements Regulation (règlement
CRR), Capital Requirements Directive (CRD 4) et actes délégués.
Régulation et supervision en Europe.
 Risque de crédit : pertes attendues et dépréciations/
Exigences de déclarations : COREP, Grands risques, FINREP, etc. provisions
Finalisation de Bâle III (applicable essentiellement en 2022). Les pertes attendues : modalités de calcul.
Les provisions et les dépréciations associées. L’impact de la comptabilisation
 Fonds propres - CRR des « expected credit losses » dès l’origination ou l’acquisition des actifs
(norme comptable IFRS 9 applicable depuis le 1er janvier 2018).
Mécanisme du ratio de solvabilité.
Le traitement de l’insuffisance ou de l’excédent de dépréciations/
Mécanisme de pondération.
provisions (par rapport aux pertes attendues) par l’ajustement des fonds
Contenu des fonds propres comptables et passage aux fonds propres
propres.
prudentiels.
Composantes des fonds propres : Common Equity Tier 1 Capital (CET 1),
Additional Tier 1 Capital (AT1) et Tier 2 Capital (T2 capital).
 Risque de crédit : techniques d’attenuation
Ajustements réglementaires des fonds propres. du risque de crédit
Traitement des primes d’émission, des intérêts minoritaires, des actifs Objectifs.
d’impôt différé et des participations. Protection de crédit financée : définition, instruments éligibles, approches
Le ratio minimal ; les coussins de protection, contracycliques et simple et générale, approches IRB.
systémiques. Protection de crédit non financée : définition, éligibilité des fournisseurs
Calendrier de mise en œuvre et mesures transitoires. de protection, instruments éligibles, approche standard et approche IRB.

 Risque de crédit : approche standard  Risque de crédit : actions


Principes généraux. Principes et définitions.
Les organismes externes d’évaluation. Méthode de pondération simple.
Grilles de pondération en fonction de la nature des expositions Méthode PD/LGD.
et de leur notation externe. Méthode des modèles internes.
Synthèse des principales pondérations.
Modalité de reconnaissance et d’utilisation des organismes de notation  Risque de crédit : titrisation
externes. Périmètre et définitions.
Exclusion des actifs titrisés par l’établissement originateur.
 Risque de crédit : approche IRB Approche standard.
Principes généraux. Approche notation interne.

102 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 102 21/09/2018 15:00


301
Bâle III (CRR, CRD 4) :
Exigence
prudentielle
et reporting
Approfondissement financier

PROGRAMME
Les nouvelles exigences et pondérations introduites par Bâle II.5- CRR.  Ratios de liquidité Bâle III - CRR
Risque de crédit transféré.
Introduire des ratios de liquidité :
– Ratio de liquidité à court terme (LCR).
 Risque de crédit : risque de contrepartie et risque CVA – Ratio de financement stable (NSFR).
Périmètre et définitions. Calendrier de mise en œuvre.
Les quatre méthodes de calcul de l’exigence de fonds propres.
Risque d’ajustement de l’évaluation de crédit (credit value adjustment -  Ratio de levier
CVA).
Objectifs.
Les nouvelles exigences et pondérations introduites par Bâle III - CRR.
Composition.
Calendrier de mise en œuvre.
 Risque de crédit : finalisation de Bâle III L’essentiel de la réforme de finalisation de Bâle III sur le ratio de levier.
Objectif des réformes.
L’essentiel de l’approche standard révisée.  Piliers 2 et 3
L’essentiel de l’approche IRB révisée.
Objectifs et contexte de la revue prudentielle.
L’essentiel des modifications sur les techniques ARC.
Évaluation de l’adéquation du capital interne (ICAAP) et de la liquidité
L’essentiel des modifications sur le risque de contrepartie.
interne (ILAAP).
Revue du processus par le superviseur (SREP).
 Risque opérationnel Stress tests.
Définition et méthodologies. Pilier 3 : Informations à publier et relation avec IFRS 7.
Approche de base (basic indicator approach).
Approche standard.
Approche avancée (Advanced Measurement Approach ou AMA).
L’essentiel de la réforme de finalisation de Bâle III sur le risque
opérationnel.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 103

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 103 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
302
Bâle III, Pilier 2 : ICAAP, Durée Prix Animateurs Date
financier stress tests 1 jour repas inclus Henri JACOB 28 juin 2019
844 € HT 14 octobre 2019

One
to
One Bâle III, Pilier 2 :
ICAAP, stress tests
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Avoir une vision d’ensemble du pilier 2 de Bâle III et de ses impacts. • Documentation en PowerPoint.
• Acquérir un niveau d’expertise permettant de manipuler aisément dans • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
son activité opérationnelle les concepts d’ICAAP et d’ILAAP, de revue • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
prudentielle (SREP), de risques traités dans le pilier 2, de stress tests. et confirmer les acquis.
• Savoir utiliser les calculs du pilier 2 et notamment les stress tests dans
le pilotage de l’établissement. Connaissances requises
• Comprendre les aspects essentiels du dispositif Bâle III. • Bonnes connaissances du pilier 1 de Bâle III.

Participants
• Contrôleurs de gestion. Financiers.
• Gestionnaires des risques et ALM.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Principes généraux du pilier 2 Sanctions imposées par les superviseurs si les ratios ne sont pas
respectés.
Objectifs et contexte de la revue prudentielle.
L’accent renforcé depuis 2016 sur l’ICAAP et l’ILAAP.
Principes du pilier 2 : responsabilité de la banque quant au processus
interne d’évaluation des fonds propres, principaux secteurs de risques
traités sous le pilier 2, meilleures pratiques.
 Risques traités par le pilier 1
Modifications du pilier 2 avec les nouvelles règles Bâle III - CRR-CRD 4 : Le risque de concentration : définition, principes, méthodes de mesure
coussins de fonds propres, MMD (Montant Maximum Distribuable). (ratios, modèles) :
– Définition.
 Objectifs de L’ICAAP et de L’ILAAP – Principes.
– Méthode de mesure (ratios, modèles).
Évaluer le montant des fonds propres et de la liquidité en interne.
Les risques résiduels liés aux techniques de réduction du risque de
Analyser les risques les plus importants.
crédit : définition, procédures de contrôle :
Planifier les mesures à prendre si les risques sont trop importants.
– Définition.
Projeter la situation financière et stratégique et la robustesse du bilan.
– Procédures de contrôle.
L’utilisation du pilier 2 dans l’activité de l’établissement.
– Actions correctrices demandées par les autorités de supervision en cas
Un exemple : l’ICAAP à la Deutsche Bank.
de maîtrise insuffisante des risques résiduels.
Rapports entre l’ICAAP et le Risk Appetite Framework (RAF).
Les risques liés aux opérations de titrisation :
– Définition.
 Revue du processus par le superviseur et attentes
– Risques visés par le Comité de Bâle.
de la BCE et de l’ACPR – Traitement de ces risques en pilier 2.
Le processus. Le risque de liquidité :
Autorisation des approches avancées. – Définition.
Méthodologie du système d’évaluation des risques. – Le coût de liquidité ou spread de liquidité.
Demandes des autorités de contrôle en 2016 en matière de pilier 2 : – La mesure du risque de liquidité : le gap ou impasse de liquidité.
– Évaluer la quantité et la composition du capital interne comparées aux – La réglementation Bâle III (pilier 1) : contexte, ratio de liquidité à court
fonds propres réglementaires du pilier 1. terme (LCR), ratio de financement stable (NSFR).
– Montrer l’adéquation des processus de gestion des risques. Réglementation concernant le risque de liquidité (pilier 2).
– Renforcer l’environnement de contrôle et de gestion des risques.
– Réduire les risques auxquels les banques sont exposées.  Facteurs non traités sous le pilier 1
– Améliorer les processus ICAAP et ILAAP.
Le risque stratégique et le risque lié à l’activité :
– Constituer un coussin de fonds propres en plus des normes minimum,
– Définition.
ou améliorer la qualité de leurs fonds propres.
– Principes de gestion de ce risque.
Les niveaux d’exigences en capital exigés en 2015 (ainsi que la fixation
Le risque de réputation :
du montant maximum distribuable et lien avec les exigences de fonds
– Définition.
propres du pilier 1).
– Principes de gestion de ce risque.
Principes d’un coussin des fonds propres du pilier 2 imposé par
Risque de taux d’intérêt du portefeuille bancaire :
le superviseur et qui vient s’ajouter aux coussins de fonds propres
– Définition.
réglementaires du pilier 1 : le « Pillar 2 Requirement » (P2R).

104 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 104 21/09/2018 15:00


302
Bâle III, Pilier 2 :
Exigence
prudentielle
et reporting
ICAAP, stress, tests financier

PROGRAMME
– Incidence de la variation des taux d’intérêt sur le résultat de la banque Stress tests : attentes de l’ACPR.
et sur sa valeur économique. Les cinq catégories de stress tests les plus répandues en pilier 2.
– Les sources de risque de taux d’intérêt : non-adossement entre Risques de marché :
ressources et emplois en matière de type de taux, déformation de la – Définition du trading book.
courbe des taux, risque de base, options cachées. – VaR normale.
– Banking book et trading book. – VaR stressée et stress tests.
– Les différentes mesures de risque de taux d’intérêt : méthode des Développement d’un programme effectif de stress tests : questions à
impasses, méthode de la duration, méthode des simulations. considérer, considérations techniques, pratiques courantes dans les
Principes de maîtrise du risque de taux d’intérêt. banques, meilleures pratiques.
– Notamment transformation d’un scénario de stress macroéconomique
 Stress tests ou financier en hypothèses sur les variables de risque (corrélations
Objectifs. entre variables macroéconomiques et paramètres Bâle II-III).
Contexte. Utilisation des stress tests dans le pilotage de l’établissement : diffusion
Stress tests aux USA (FED). des résultats dans l’entreprise, notamment au management, analyse des
Stress tests en Europe (ABE et BCE). résultats et prise de décisions adéquates pour réduire les expositions et
Stress test de l’ACPR. les concentrations de risques jugées excessives.
Principaux types de stress tests : analyse historique, analyse de
scénarios, analyse de sensibilité, reverse stress tests.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 105

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 105 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
303
Bâle III CRR CRD 4, fondamentaux
Durée
2 jours
Prix
repas inclus
Animateurs
Henri JACOB
Date
3 au 4 juin 2019
financier du risque de crédit
1 630 € HT 25 au 26 novembre 2019

One
to
One Bâle III (CRR CRD 4), fondamentaux
du risque de crédit
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : • Documentation en PowerPoint.
« Capital Requirements Regulation (règlement CRR) » et « Capital • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
Requirements Directive (CRD 4) ». • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Intégrer les changements essentiels introduits par ces textes. et confirmer les acquis.
• Maîtriser les approches standard et IRB du risque de crédit.
• Appliquer les mécanismes de l’exigence de fonds propres sous les Connaissances requises
différentes approches. • Bonne connaissance de la banque.
• Appréhender les techniques d’atténuation du risque de crédit. • Bases de la comptabilité bancaire.

Participants
• Comptables, contrôleurs de gestion, gestionnaires des risques,
inspecteurs, auditeurs internes, trésoriers.
• Responsables financiers, responsables de la fonction ALM et risques.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction : généralites sur le risque de crédit  Risque de crédit : approche standard
Les risques bancaires : définition, principaux risques bancaires. Principes généraux.
Les fonds propres économiques et prudentiels pour faire face à ces Les organismes externes d’évaluation.
risques. Grilles de pondération en fonction de la nature des expositions et de
L’approche des autorités de contrôle. leur notation interne.
Le risque de crédit : définition, lien avec les autres risques. Synthèse des principales pondérations.
Risque de défaut et risque de migration. Modalité de reconnaissance et d’utilisation des organismes de notation
Typologie des crédits. externes.

 Modèles de risque de crédit  Risque de crédit : approche IRB


Notations : agences de ratings, notation interne, méthodologie de Principes généraux.
notation (analyse financière, credit-scoring). Systèmes de notations internes : exigences minimales.
Facteurs de risque : PD, LGD, EAD, M. Facteurs de risque : exigences minimales sur PD, LGD, EAD, M.
Modèles de risque de crédit : objectifs et démarche, les principaux Classes d’actif dans l’approche IRB et fonctions de pondérations
modèles (CreditMetrics, CreditRisk+, KMV, CreditportfolioView, autres associées.
modèles).
 Risque de crédit : pertes attendues
 La règlementation Bâle III-CRR et dépréciations / provisions
De Bâle I à Bâle III. Les pertes attendues : modalités de calcul.
Transposition en Europe : Capital Requirements Regulation (règlement Les provisions et les dépréciations associées : normes et
CRR) et Capital Requirements Directive (CRD 4). procédures comptables françaises et IFRS, règles de calcul des
Le rôle de l’Autorité bancaire européenne (ABE), le mécanisme de provisions, approche IFRS 9, calcul des provisions de l’approche IR.
supervision unique (MSU) et le mécanisme de résolution unique Le traitement de l’insuffisance ou de l’excédent de dépréciations/
(MRU). provisions (par rapport aux pertes attendues) par l’ajustement des
Les contrôles de l’ACPR, de l’ABE et de l’ESMA. fonds propres.
Exigences de déclarations : COREP, FINREP, etc.
Mécanisme du ratio de solvabilité.  Risque de crédit : techniques d’atténuation
Mécanisme de pondération. du risque de crédit
Contenu des fonds propres comptables et passage aux fonds propres
Objectifs.
prudentiels.
Protection de crédit financée : définition, instruments éligibles,
Composantes des fonds propres : Common Equity Tier 1 Capital
approches simple et générale, approche IRB.
(CET 1), Additional Tier 1 Capital (AT1) et Tier 2 Capital (T2
Protection de crédit non financée : définition, éligibilité des fournisseurs
capital).
de protection, instruments éligibles, approche standard
Ajustements réglementaires des fonds propres.
et approche IRB.
Le ratio minimal, les coussins de protection, contracycliques et
systémiques.
Calendrier de mise en œuvre et mesures transitoires.

106 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 106 21/09/2018 15:00


303
Bâle III CRR CRD 4, fondamentaux
Exigence
prudentielle
et reporting
du risque de crédit financier

PROGRAMME
 Risque de crédit : titrisation  Ratios de liquidité Bâle III - CRR
Périmètre et définitions. Introduire des ratios de liquidité :
Exclusion des actifs titrisés par l’établissement originateur. – Ratio de liquidité à court terme (LCR).
Approche standard. – Ratio de financement stable (NSFR).
Approche notation interne. Calendrier de mise en œuvre.
Les nouvelles exigences et pondérations introduites par Bâle II.5-CRR.
 Piliers 2 et 3
 Risque de crédit : risque de contrepartie Objectifs et contexte de la revue prudentielle.
et Risque cva Évaluation de l’adéquation du capital et de la liquidité internes (ICAAP
Périmètre et définitions. et ILAAP).
Les quatre méthodes de calcul de l’exigence de fonds propres. Revue du processus par le superviseur (SREP).
Risque d’ajustement de l’évaluation de crédit (credit value adjustment - Les principaux risques du pilier 2 (non traités en pilier 1) : risque de
CVA). concentration, risque résiduel des techniques de réduction du risque de
Les nouvelles exigences et pondérations introduites par crédit, risque de titrisation.
Bâle III -CRR. Stress tests.
Pilier 3 : Informations à publier, relation avec IFRS 7.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 107

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 107 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
financier
304
États COREP : l’essentiel
Durée
1 jour
Prix
repas inclus
Animateurs
Gérard MAROT
Date
21 mars 2019
844 € HT Hervé MANCERON 13 novembre 2019

One
to
One États COREP : l’essentiel
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre et connaître l’essentiel des états relatifs au ratio de • Documentation en PowerPoint.
solvabilité, dénommés « états COREP ». • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Connaître les règles, les principes et les caractéristiques générales des • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
états COREP. et confirmer les acquis.
• Approfondir et illustrer les modalités d’élaboration et de contrôle
de ces états. Connaissances requises
• Une connaissance des opérations bancaires est
Participants souhaitée.
• Responsables et collaborateurs des services comptables chargés de
l’élaboration et/ou des contrôles, personnel ayant en charge l’adaptation
des systèmes permettant l’automatisation de ces états.
• Collaborateurs des services audit, inspection et contrôle.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction Rappel sur les règles de calcul du risque de crédit :
– Risque de contrepartie.
De Bâle I à Bâle III.
Examen des états COREP « CR » : CR SA, CR IRB, CR GB, CR SETT...
Les 3 piliers du dispositif et les différentes approches.
Le rôle de l’EBA et de la BCE.
Présentation générale des états COREP : liste, périodicité, délais et
 Les états COREP relatifs aux risques de marché
modalités de transmission. Rappel sur les principes de calcul des risques de marché :
– Définition du PTF de négociation.
 Les états COREP relatifs aux fonds propres – Seuils.
– Les différents risques et principes de calcul.
Rappel sur les fonds propres :
Examen des états COREP « MKR » : MKR TDI, MKR EQU...
– Composantes et contenu des fonds propres.
Examen de l’état COREP « CVA ».
– Niveau de fonds propres.
– Période transitoire.
Examen des états COREP « CA » : CA1, CA2, CA3...
 Les états COREP relatifs aux risques
opérationnels
 Les états COREP relatifs au risque de crédit Rappel sur les règles de calcul des risques opérationnels :
Rappel sur les règles de calcul du risque de crédit : – Définition du risque opérationnel.
– Approche standard. – Les différentes approches : base, standard et avancée.
– Approche IRB. Examen des états COREP « OPR » : OPR Detail...
– Atténuation des risques de crédit : protection de crédit financée,
protection de crédit non financée.

108 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 108 21/09/2018 15:00


Exigence

Durée
1 jour
Prix
repas inclus
844 € HT
Animateurs
Gérard MAROT
Date
20 mars 2019
305 États FINREP
prudentielle
et reporting
financier
Hicham BADDAG 9 octobre 2019

États FINREP One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Connaître la réglementation, les enjeux et les principales • Documentation en PowerPoint.
caractéristiques des états FINREP, adapté à la norme IFRS 9. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Présenter les états FINREP. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Identifier et définir les données nécessaires. et confirmer les acquis.

Participants Connaissances requises


• Responsables et collaborateurs des services comptables et de consolidation • Une connaissance générale de la comptabilité en IFRS
chargés de l’élaboration et/ou des contrôles des états FINREP. est souhaitable.
• Collaborateurs des services audit, inspection et contrôle.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction Code NACE.
La ventilation des prêts et avances par type de produit, sûreté, objet,
Origine du dispositif FINREP.
et garantie.
Champ d’application et périmètre.
« Write-off » et « produits sur encours précédemment comptabilisés »
Principes généraux relatifs à la structure et à la composition des états :
Variation cumulée négative de la juste valeur due au risque de crédit.
– Numérotation.
Couverture économique.
– Codification.
POCI (ou « actifs financiers dépréciés dès leur acquisition »).
– Contenu des zones et lien avec les normes…
Non Performing Exposure (NPE).
Périodicité et délais.
Forbearance Exposure.
Valeur brute comptable.
 Textes et documents disponibles
Etc.
Présentation générale des normes IFRS.
Norme IFRS 9 : classification et évaluation.  Les états FINREP
Directives européennes.
Analyse des différents états et identification des différentes données
Règlements.
nécessaires.
Reportings et instructions.
Pour chaque état, seront précisés les caractéristiques générales et les
points d’attention.
 Le cadre réglementaire
Instruments financiers par nature.
Nomenclature des secteurs d’activités des contreparties.
Pays de résidence de la contrepartie.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 109

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 109 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
306
États COREP :
Durée Prix Animateurs Date
financier risques de crédit
2 jours repas inclus Gérard MAROT 13 au 14 mai 2019
1 630 € HT Hervé MANCERON 18 au 19 novembre 2019

One
to
One États COREP :
risques de crédit
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Permettre à tout participant de se familiariser avec les états COREP • Documentation en PowerPoint.
relatifs au risque de crédit. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Comprendre le dispositif et les concepts. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Maîtriser les modalités d’élaboration et de contrôle de ces états, et et confirmer les acquis.
être capable de porter une appréciation sur la qualité des informations
adressées à l’ACPR. Connaissances requises
• Une connaissance minimale des opérations bancaires est
Participants souhaitée.
• Personnel de la comptabilité, du contrôle de gestion,
du back-office, du contrôle et de l’audit en charge de l’établissement ou
du contrôle des états COREP.
• Toute personne souhaitant mesurer le lien entre son activité et les fonds
propres nécessaires.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction  Approche standard
De Bâle I à Bâle III. Principes généraux.
Les 3 piliers du dispositif et les différentes approches. Catégories d’exposition et pondérations associées.
Le rôle de l’EBA et de la BCE. Principes d’élaboration et analyse de l’état COREP « CR SA ».
Les enjeux et les raisons des dernières évolutions. Cas pratique avec l’état COREP « CR SA ».
Contrôles à effectuer.
 Le dispositif
Les textes et mesures associées (CRR et CRD 4).  Approche IRB
Champ d’application et périmètre. Principes et conditions d’utilisation de l’approche IRB.
Contrainte réglementaire. Les facteurs de risque : PD, LGD, EAD, M.
États et périodicité. Système de notation interne et classes d’actifs.
Délais et modalités de transmission. Le traitement des pertes attendues.
Analyse des états COREP « CR IRB ».
 Le calcul des fonds propres Contrôles à effectuer.
Les textes.
Champ d’application.  Examen des autres états relatifs
Composition : T1 (CET1, AT1), Tier 2. aux risques de crédit
Ajustements. Examen des états :
Traitement des intérêts minoritaires, des actifs d’impôts différés et des – CR GB : répartition par zone géographique.
participations. – CR SETT : risque de règlement/livraison.
Le niveau de fonds propres et les coussins. – CR EQU IRB : risque action.
Période transitoire. – CR SEC : titrisation.
Examen des états COREP « CA » (CA1, CA2, CA3...).
Cas pratique avec les états COREP « CA ».  Rappel sur les risques opérationnels
Les différentes approches : de base, standard et avancée.
 Méthodologie générale de calcul Analyse des états « OPR » et « OPR Détail ».
des risques de crédit
Principes de calcul.  Les informations à publier sur le risque de crédit
Types d’exposition : éléments de bilan, éléments de hors bilan, au titre du pilier 3
instruments dérivés… Liste des informations à publier.
Catégories d’exposition.
Techniques de réduction du risque de crédit (protection de crédit  Évolutions
financé, protection de crédit non financé).
Risque de contrepartie. Évolutions prévues pour le risque de crédit.

110 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 110 21/09/2018 15:00


Durée Prix Animateur Date
307
Bâle III, ratios de liquidité :
Exigence
prudentielle
et reporting
1 jour repas inclus Gérard MAROT 3 avril 2019 LCR, NSFR, ALMM financier
844 € HT 11 novembre 2019

Bâle III, ratios de liquidité : One


to
One

LCR, NSFR, ALMM


Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Connaître et comprendre les ratios de liquidité définis par Bâle III. • Documentation en PowerPoint.
• Approfondir le contenu du ratio de liquidité court terme (LCR), du ratio • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
structurel à long terme (NSFR) et des outils de suivi supplémentaires • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
(ALMM, AMT). et confirmer les acquis.
• Être en mesure d’identifier les impacts dans son établissement.
Connaissances requises
Participants • Une connaissance minimale des opérations bancaires est souhaitée.
• Personnel de la comptabilité, de la trésorerie, du contrôle de gestion,
du back-office, du contrôle et de l’audit en charge de l’établissement
ou du contrôle des ratios.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.
• Toute personne concernée par les ratios des banques et leurs
évolutions.

PROGRAMME
 Introduction Modalités de calcul.
Périodicité, période d’observation, date d’application.
Origine du dispositif de liquidité Bâle III.
Présentation générale du dispositif.
Textes.
 Les outils de suivi supplémentaires
(modèle ALMM)
 Le ratio de liquidité court terme (LCR) Introduction et textes relatifs aux outils de suivi.
Présentation générale du LCR : objectif, contrainte réglementaire, Liste des tableaux, périodicité, niveau d’application, date de mise en
niveau d’application, mise en œuvre et période transitoire… œuvre, période transitoire.
Coussin de liquidité : Définition, objectifs et composition de chaque outil de suivi :
– Définitions. – États pour les outils supplémentaires de suivi (AMT) :
– Caractéristiques : exigences générales et exigences opérationnelles. • C66 : Tableau d’échéances.
– Composition et pondérations associées. • C67 : concentration des financements par contrepartie.
Sorties de trésorerie : • C68 : concentration des financements par type de produit.
– Taux de retrait. • C69 : prix pour différentes durées de financement.
Entrées de trésorerie : • C70 : refinancements.
– Taux d’entrée. – États pour la concentration de la capacité de rééquilibrage :
Sorties nettes de trésorerie. • C71 : concentration de la capacité de rééquilibrage par
émetteur/contrepartie.
 Le ratio structurel de liquidité long terme (NSFR)
 Cas pratique
Objectif et contrainte réglementaire.
Composition. Calcul du ratio de liquidité court terme à partir d’un cas.
Mise à jour du reporting LCR.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 111

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 111 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
financier
308
Ratio de solvabilité
Durée
1 jour
Prix
repas inclus
844 € HT
Animateurs
Hervé MANCERON
Gérard MAROT
Date
5 juin 2019
27 novembre 2019

One
to
One Bâle III, ratio de solvabilité
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Découvrir le ratio de solvabilité (Bâle III) applicable aux établissements • Documentation en PowerPoint.
de crédit. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Connaître les composantes des fonds propres (CET1, AT1, T1, T2). • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Connaître les méthodologies de calcul des exigences de fonds propres et confirmer les acquis.
relatifs aux différents risques (crédit, marché et opérationnel).
Connaissances requises
Participants • Une connaissance des opérations bancaires est
• Tout collaborateur de banque. souhaitée.
• Prestataires informatiques.

PROGRAMME
 Le contexte – Le traitement des dérivés.
Approche IRB :
Identification des risques liés à l’activité bancaire.
– Les conditions d’utilisation et les spécificités.
Présentation des mesures de suivi mis en place par les autorités
de contrôle.
 Les risques de marché
 Le dispositif général Définition et évaluation du portefeuille de négociation.
Les grands principes du calcul de l’exigence de fonds propres au titre
Contexte et objectif.
des risques de taux, de variation des titres de propriété, du risque de
Les textes et la documentation disponible (CRR, CRD 4).
change…
Les 3 piliers du dispositif.
Établissements assujettis et ratio minimum.
Le reporting : périodicité, délais…
 Les risques opérationnels
Définitions et méthodologies.
 Les fonds propres Définition et caractéristiques de chaque approche : de base,
standard et avancée.
Objectifs, textes et champ d’application.
Contraintes réglementaires.
Composition : CET1, T1, T2, ajustements, traitement spécifiques…
 Informations à publier
Niveau de fonds propres et coussins. Liste des informations à publier (pilier 3).
Période transitoire.
 Évolutions
 Les risques de crédit Les évolutions prévues dans le cadre de la finalisation Bâle III.
Approche standard :
– Les principes de calcul et les pondérations appliquées.
– Les techniques de réduction du risque de crédit.

112 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 112 21/09/2018 15:00


Durée
2 jours
Prix
repas inclus
Animateurs
Hervé MANCERON
Date
27 au 28 mai 2019
309
Ratios prudentiels
Exigence
prudentielle
et reporting
et règles de gestion financier
1 630 € HT Gérard MAROT 25 au 26 novembre 2019

Ratios prudentiels One

et règles de gestion
to
One

Objectif général • Toute personne qui veut comprendre l’impact de son


• Se familiariser avec les outils de suivi et de mesure des risques des activité sur les ratios réglementaires.
établissements de crédit et des entreprises d’investissement. • Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.
• Comprendre les aspects économiques et réglementaires de chaque
ratio transmis aux autorités de contrôle. Supports et moyens pédagogiques
• Connaître la composition de chaque ratio. • Documentation en PowerPoint.
• Être capable de les contrôler et de les valider. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Découvrir les dernières évolutions. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
et confirmer les acquis.
Participants
• Responsables et collaborateurs en charge de l’élaboration ou du Connaissances requises
contrôle des ratios. • Une connaissance minimale des opérations bancaires
est souhaitée.
PROGRAMME
 Le contexte  Le ratio de solvabilité : risques opérationnels
Présentation des différents ratios, de leurs origines économiques, des Définitions et méthodologies.
objectifs et des modalités d’application. Les différentes approches.
Modalités de calcul des ratios sur base consolidée : mise en évidence
des différences entre les approches comptables et prudentielles.  Informations à publier
Liste des informations à publier (pilier 3).
 Le ratio de solvabilité
 Le ratio de solvabilité : le dispositif général  Les ratios de liquidité
Contexte, objectif, les 3 piliers du dispositif et les différentes approches. Présentation générale du dispositif (Bâle III).
Les textes et documents disponibles : CRR, CRD 4… Le ratio de liquidité à court terme à 1 mois (Liquidity Coverage Ratio (LCR)) :
Établissements assujettis et ratio minimum. – Définition.
Les états : périodicité, délais, modalités de transmission… – Objectifs.
– Coussin de liquidité : composition.
 Le ratio de solvabilité : fonds propres – Sortie de trésorerie : les taux de retrait.
Objectifs, textes et champ d’application. – Entrée de trésorerie : les taux d’entrée.
Contraintes réglementaires et modalités de calcul. – Sorties nettes de trésorerie.
Composition : CET1, AT1, T1, T2. Le ratio à long terme (Net Stable Funding Ratio (NSFR)) :
Ajustements (déductions et filtres prudentiels) et retraitements spécifiques – Définition.
(intérêts minoritaires, participations, actifs d’impôts différés). – Objectifs.
Niveau de fonds propres. – Composition.
Traitements pendant la période transitoire. Les outils supplémentaires de suivi de liquidité : liste des tableaux,
Présentation des états COREP « CA ». périodicité, niveau d’application, date de mise en œuvre, période
Mise à jour des états COREP « CA » à partir des données de l’exercice transitoire.
sur les fonds propres.
 Les grands risques
 Le ratio de solvabilité : risque de crédit Présentation générale :
Les principes de calcul. – Objectifs et périmètre.
Les techniques de réduction du risque de crédit. – Définitions et textes.
Le traitement des dérivés (risque de contrepartie). – Modalités de calcul.
La méthodologie générale de calcul de l’approche standard : Le reporting.
– Principes généraux.
– Expositions.  Le ratio de levier
– Catégories d’exposition. Présentation générale :
– Principales pondérations. – Objectifs et périmètre.
– Présentation de l’état COREP « CR-SA ». – Définitions et textes.
Approche IRB : – Modalités de calcul.
– Les principales caractéristiques des approches IRB. Le reporting.
– Examen de l’état COREP « CR-IRB ».
 TLAC, MREL
 Le ratio de solvabilité : risques de marché Présentation générale :
Définition et évaluation du portefeuille de négociation. – Objectifs et périmètre.
Les différents types de risques et les règles générales de calcul des – Définitions et textes.
exigences de fonds propres au titre des risques de taux, de variation – Modalités de calcul.
des titres de propriété, du risque de change…
Revue des états à remplir.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 113

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 113 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
310
Reportings (Surfi/Protide/BDP, Durée Prix Animateurs Date
financier Anacrédit) 2 jours repas inclus Gérard MAROT 28 au 29 mars 2019
1 630 € HT Hervé MANCERON 16 au 17 septembre 2019

One
to
One Reportings (SURFI/PROTIDE/
BDP, ANACRÉDIT)
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre le dispositif SURFI. • Documentation en PowerPoint.
• Connaître et approfondir les modalités d’élaboration et de contrôle des • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
états périodiques SURFI destinés à l’ACPR. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Aider les participants à concevoir et à mettre en œuvre l’organisation et et confirmer les acquis.
les contrôles nécessaires.
Connaissances requises
Participants • Une connaissance de la comptabilité bancaire est
• Comptables et responsables de l’élaboration et/ou de la vérification des souhaitée.
états SURFI destinés à l’ACPR. • A défaut, la participation à la formation « Comptabilité
• Personnel des services audit, inspection et contrôle. bancaire » est conseillée.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction  Focus sur les tableaux monétaires SURFI
Historique. Cadre juridique (textes BCE et BDF).
Objectifs du dispositif. Modalités techniques de déclaration et de contrôle des remises.
Principales caractéristiques du dispositif. Les évolutions récentes.
Présentation générale du dispositif.
 Les statistiques balance des paiements
 Cadre réglementaire et position extérieure
Principes généraux d’élaboration des reportings SURFI/PROTIDE/BDP. Cadre juridique.
Les règles comptables applicables : Méthodologie : concepts clés, définitions, structures et rubriques
– Aux comptes sociaux. de la balance des paiements et de la position extérieure.
– Aux comptes consolidés. Modalités techniques de déclaration (notes techniques DGS).
Les exigences à remplir au titre du contrôle interne. Cohérence SURFI/BDP.

 Le reporting SURFI : présentation générale  Les statistiques de détention de titres (PROTIDE)


Présentation générale des tableaux : Cadre juridique.
– Plan de comptes PCEC. Présentation générale de la collecte.
– Identification et définition des principaux attributs. Identification et description des données collectées.
Principes de codification, règles de contrôle... Cohérence PROTIDE/SURFI.
Liste des tableaux à remettre.
Textes et documentation disponible.  Les aspects organisationnels et informatiques
Les systèmes de remise : tronc commun, seuils par activité. Présentation des différentes organisations.
Périodicité et délais.
 ANACREDIT
 Étude détaillée de certains tableaux SURFI
Définition.
Analyse des tableaux les plus délicats. Objectifs.
Mise en exergue des évolutions récentes et en cours. Présentation générale de la collecte et des données.
Mise en place.
 Cas pratique SURFI
Présentation du cas : données, hypothèses…  Contrôles et vérifications à effectuer
Sélection de quelques tableaux clés à remplir. Les contrôles avant/pendant/après les traitements SURFI.

114 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 114 21/09/2018 15:00


Durée Prix Animateurs Date
311CECB5 Reporting réglementaire
Exigence
prudentielle
et reporting
2 jours repas inclus Gérard MAROT 15 au 16 avril 2019 et prudentiel : l’essentiel financier
1 630 € HT Hervé MANCERON 20 au 21 juin 2019
Henri JACOB 23 au 24 septembre 2019
9 au 10 décembre 2019

Reporting réglementaire Cycle certifiant

et prudentiel : l’essentiel
Objectif général Supports et moyens pédagogiques One
to
One
• Inventorier les différents reporting comptables • Documentation en PowerPoint.
et prudentiels à transmettre à l’ACPR. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Comprendre le dispositif actuel. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Connaître le contenu de chaque reporting. et confirmer les acquis.
• Découvrir les dernières évolutions.
Connaissances requises
Participants • Une connaissance des opérations bancaires est
• Personnel de la comptabilité, du contrôle de gestion, souhaitée.
du back-office, du contrôle et de l’audit en charge
de l’établissement ou du contrôle des ratios.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction – Principes généraux.
– Expositions.
Historique.
– Catégories d’exposition.
Synthèse des reportings.
– Principales pondérations.
Respect du contrôle interne (Arrêté du 3 novembre 2014).
L’essentiel de l’approche IRB.
Risque de contrepartie.
 Le reporting SURFI
Réducteurs de risque.
Objectifs et champ d’application. Présentation des états.
Cadre réglementaire.
Présentation générale du dispositif.  Le calcul des risques de marché
Textes et documentation disponible.
Principes de calcul.
Les dimensions (attributs).
Composition du portefeuille de négociation.
Liste des états à remettre.
Seuils d’assujettissement.
Présentation des dernières évolutions.
Méthode générale de calcul des exigences de fonds propres.
Système de remise : tronc commun, seuils par activité.
Périodicité et délais.
 Le calcul des risques opérationnels
 Les états FINREP Définitions et méthodologies.
Les différentes approches.
Définitions, objectifs et champ d’application.
Cadre réglementaire.
Présentation générale du dispositif FINREP.
 Liste des informations à publier
Liste des informations à publier (Pilier 3).
 Les états COREP
 Présentation général du dispositif COREP  Le ratio de levier
Bâle I à Bâle III, les 3 piliers et les différentes approches du dispositif. Présentation générale :
Le dispositif général : – Objectifs et périmètre.
– Textes et contraintes réglementaires. – Définitions et textes.
– Les états : périodicité, délais… – Modalités de calcul.
Le reporting.
 Le calcul des fonds propres
Composition des fonds propres : T1 (CET1, AT1) et T2.
 Les ratios de liquidité
Ajustements et traitements spécifiques. Présentation générale du dispositif (Bâle III) :
Niveau de fonds propres et période transitoire. – Ratio de liquidité à court terme à 1 mois (Liquidity Coverage Ratio
Présentation générale des états COREP « CA ». (LCR)) : définition et objectifs, composition.
– Ratio à long terme (Net Stable Funding Ratio (NSFR)) : définition et
 Le calcul des risques de crédit objectifs, composition.
– Éléments de suivi de liquidité.
Champ d’application, périmètre et définitions.
Les états relatifs à la liquidité.
Principe de calcul.
Approche standard :

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 115

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 115 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
311CECB5
Reporting réglementaire
financier et prudentiel : l’essentiel

PROGRAMME
 Les grands risques  Les Asset Encumbrance
Présentation générale : Présentation générale :
– Objectifs et périmètre. – Objectif du reporting et textes.
– Définitions et textes. – Définition, objectifs et contenu de chaque état.
– Modalités de calcul. Le reporting.
Le reporting.

116 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 116 21/09/2018 15:00


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
312
Fonds propres: passage du comptable au
Exigence
prudentielle
et reporting
1 jour Jean-Marie LAY 26 juin 2019 prudentiel et pilotage financier des banques financier
844 € HT Henri JACOB 18 septembre 2019

Fonds propres : passage One


to
One

du comptable au prudentiel
et pilotage financier des banques
Objectif général Participants
• Rappeler les concepts sous-jacents de la comptabilité générale • Toute personne souhaitant comprendre les aspects
et la notion de capitaux propres. fondamentaux de Bâle III en matière de fonds propres et
• Acquérir l’essentiel du dispositif Bâle III en matière de fonds propres leur impact sur le pilotage financier d’une banque.
prudentiels (nouvelle réglementation Bâle III « Capital Requirements • Collaborateurs des fonctions finances, risques, contrôle,
Regulation – CRR »). audit, back et middle-office des banques.
• Expliciter le passage des capitaux propres comptables aux fonds propres • Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.
prudentiels et la logique sous-jacente retenue par le régulateur.
• Identifier les conséquences de l’application de la norme IFRS 9 depuis Supports et moyens pédagogiques
le 1er janvier 2018 (impact de première application et incidence • Documentation en PowerPoint.
sur les fonds propres prudentiels ; traitement des instruments de • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
capitaux propres classés précédemment en « disponible à la vente ; • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
enregistrement de dotations pour pertes attendues sur l’ensemble des et confirmer les acquis.
actifs sains »).
• Expliquer les principaux mécanismes à mettre en œuvre pour déterminer Connaissances requises
le coût des fonds propres et le coût du risque de crédit • Connaissances générales de l’économie bancaire.
dans le cadre du pilotage financier d’une banque.
• Comprendre l’organisation du pilotage financier des principales banques
et l’évolution connue depuis la crise de 2007-2008.

PROGRAMME
 Capitaux propres comptables – Non valeurs.
et concepts sous-jacents – Résultat de valorisation non transformable ultérieurement en
trésorerie (cash flow hedge).
Définition des capitaux propres et concepts sous-jacents.
– Résultat latent IFRS.
Approche par l’actif net ou la situation nette.
Actifs non recouvrables en situation de pire scénario.
Position de subordination des actionnaires et conséquences comptables
Résultat volatil IFRS.
(rémunération aléatoire, principe comptable de prudence, etc.).
Incidence de la norme comptable IFRS 9 applicable le 1er janvier 2018
Enregistrement de la rémunération des porteurs de dettes externes
(enregistrement des dotations pour pertes attendues sur l’ensemble
et de celle des actionnaires. Coût des fonds propres et distribution de
des actifs sains évalués au coût amorti ou en juste valeur par OCI
dividendes.
recyclable par résultat).
Pertes attendues au titre du risque de crédit non appréhendées par la
 Approche des fonds propres prudentiels comptabilité en approche « lincured Llosses », etc.
et de la notion de solvabilité
Économie d’une banque et rôle des fonds propres (approche en pire  Lien entre la rentabilité minimale et le coût
scénario à horizon d’un an). des fonds propres et du risque de crédit
Cercle vertueux de la solvabilité (approche par les risques pondérés ou
Lien entre distribution, rémunération et niveau des fonds propres
par l’emploi des fonds propres).
nécessaires pour couvrir un niveau donné de risques pondérés.
Appréhender l’origine des exigences de fonds propres (risque de crédit
Appréhender avec un exemple l’impact marginal de la production
non attendu, risque de marché et risque opérationnel).
nouvelle sur les fonds propres et la marge minimale nécessaire pour
Maîtriser le lien entre les exigences de fonds propres et les risques
continuer à respecter un niveau donné de ratio de solvabilité.
pondérés.
Appréhender avec un exemple l’impact sur la rentabilité des différents
types de garanties (incidence sur les facteurs de risque PD, LGD et
 Fonds propres Bâle III - CRR EAD).
Périmètre de consolidation comptable (IFRS 10) et prudentiel.
Mécanisme du ratio de solvabilité et mécanisme de pondération.  Organisation du pilotage financier
Composantes des fonds propres : Common Equity Tier 1 Capital dans les banques
(CET 1), Additional Tier 1 Capital (AT1) et, Tier 2 Capital (T2).
Positions antagonistes du régulateur et de l’actionnaire.
Impact de la norme comptable IFRS 9 applicable le 1er janvier 2018
Impact de l’évolution de la réglementation (sélectivité, productivité et
(impact de première application ; classification et évaluation).
recentrage sur les métiers de base rentables).
Le ratio minimal ; les coussins de protection, contracyclique et
Organisations en place dans les principales banques (synthèse des
systémique.
informations contenues dans les documents de référence – pilier 3 de
Calendrier de mise en œuvre et mesures transitoires.
Bâle III).
Analyse des principaux types de retraitement et de déduction.
Processus de pilotage financier.
Explicitation de la logique sous-jacente :

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 117

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 117 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
313
Contrôle et révision des états prudentiels
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
financier (Corep, LCR, grands risques)
2 jours Gérard MAROT 27 au 28 juin 2019
1 630 € HT 12 au 13 décembre 2019

One
to
One Contrôle et révision des états
prudentiels (Corep, LCR, grands
risques)
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Connaître les obligations réglementaires relatives aux contrôles • Documentation en PowerPoint.
des ratios. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Être capable de mettre en œuvre une démarche de révision • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
des états prudentiels. et confirmer les acquis.
• Présenter une démarche de contrôle et des modèles de grilles
de contrôle. Connaissances requises
• Connaissance générale des ratios prudentiels.
Participants
• Tout collaborateur de banque ayant un lien avec l’élaboration et le
contrôle des ratios prudentiels.
• Auditeurs et réviseurs.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Le contexte – 1er niveau.
– 2ème niveau.
Importance des ratios et de la qualité des informations transmises aux
Proposition de modèles de grilles de contrôle.
autorités de contrôle.
Identification des risques.
Objectifs et champ d’application.
 Révision et contrôle des états COREP
Rappel du contenu des états « COREP ».
 Les obligations réglementaires Objectifs et champ d’application des contrôles.
Contrôles à effectuer :
Les textes :
– 1er niveau.
– Arrêté du 3 novembre 2014.
– 2ème niveau.
– Textes BDF : normes minimales de qualité.
Proposition de modèles de grilles de contrôle.
Les obligations réglementaires :
– Les 3 niveaux de contrôle.
– Piste d’audit.
 Révision et contrôle du ratio de liquidité (LCR)
– Qualité de l’information. Rappel de la composition du ratio « LCR ».
Rôle, fonctions et qualités du réviseur. Rappel du contenu des états « LCR ».
Objectifs et champ d’application des contrôles.
 La démarche de contrôle Contrôles à effectuer :
– 1er niveau.
Objectifs des contrôles : 1er niveau et 2ème niveau.
– 2ème niveau.
Démarche et méthodologie de contrôle.
Proposition de modèles de grilles de contrôle.
Les différents types de contrôle.
Planification et réalisation des contrôles.
Les différentes étapes du contrôle : préparation, contrôle, formalisation,
 Révision et contrôle des grands risques
suivi. Rappel des règles relatives aux grands risques.
Rappel du contenu des états « LE ».
 Les outils et moyens de contrôle Objectifs et champ d’application des contrôles.
Contrôles à effectuer :
Les moyens et outils de contrôle.
– 1er niveau.
– 2ème niveau.
 Contrôle et révision
Proposition de modèles de grilles de contrôle.
 Révision et contrôle des fonds propres
Rappel de la composition des fonds propres.  Cas pratique
Rappel du contenu des états « CA ». Cas pratique en sous-groupes.
Objectifs et champ d’application des contrôles. Correction du cas pratique.
Contrôles à effectuer :

118 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 118 21/09/2018 15:00


Duration Price Trainers
lunch included Henri JACOB
Date
314
Basel III (CRR, CRD 4):
Exigence
prudentielle
et reporting
1 day 11 septembre 2019 the basics financier
844 € HT

Basel III (CRR, CRD 4): the basics One


to
One

General objectives Training Supports


• Acquiring the basics of the Basel III framework. • PowerPoint documentation.
• Identifying the changes introduced by the Basel III Capital Requirements • Alternating examples and practical drills.
Regulation (CRR) and Capital Requirements Directive (CRD 4). • Single-choice quiz, tests, Q&A, in order to check, review
and confirm the knowledge acquired.
Participants
• Anyone wishing to master the fundamental aspects of basel III and the Pre-requisite
impact of the prudential system on the general economy of the banks. • Knowledge of the bank’s activities.
• Accountants and finance professionals.
• Financial controllers and ALM managers.
• Risk managers.

PROGRAMME
 Introduction: background, implementation,  Market risks (trading book)
prospects Trading book scope and requirements.
From Basel I to Basel III. The Standardised Approach.
Transposition in Europe: Capital Requirements Regulation (CRR) and The Internal Model Method: the Value-at-Risk concept.
Capital Requirements Directive (CRD 4). The new requirements introduced by Basel II.5 - CRR.
Regulation and supervision in Europe. Synthetic presentation of the Basel III finalisation reforms on market
Reporting requirements (COREP/FINREP in accordance with CRR). risks (Fundamental Review of the Trading Book).
Finalisation of Basel III prospects.
 Operational risk
 Own funds Basel III – CRR Definition and methodologies.
Mechanics of the solvency ratio and of weighting. The Basic Indicator Approach.
Own Funds components: Common Equity Tier 1 Capital (CET1), The Standardised Approach.
Additional Tier 1 Capital (AT1), and Tier 2 Capital (T2). The Advanced Measurement Approach (AMA).
Comparing Basel II and Basel III own funds. Synthetic presentation of the Basel III finalisation reforms
The minimum ratios, the capital buffers (conservation, countercyclical on operational risk.
and systemic capital buffers).
Chronology from Basel I to Basel III.  Liquidity ratios and other aspects of basel III
Background.
 Credit risk The Liquidity Coverage Ratio (LCR).
General principles. The Net Stable Funding Ratio (NSFR).
The Standardised Approach: summary of the main risk weights. Implementation schedule.
The IRB approach: the internal rating system, the risk factors (PD, LGD, Introducing a leverage ratio.
EAD, M), the exposure classes and their risk weight functions.
Synthetic presentation of the other aspects.  The second and third pillars
– Credit risk mitigation. The Internal Capital and Liquidity Adequacy Assessment Processes
– Expected loss amount and credit risk adjustments: calculation and (ICAAP and ILAAP).
own funds adjustment. The Supervisory Review and Evaluation Process (SREP).
– Equity exposures under the IRB approach. Stress tests.
– Securitisation: Basel II and the new requirements introduced by Basel Third Pillar: Information to be published.
II.5 – CRR.
– Counterparty credit risk and CVA risk: Basel II and the new
requirements introduced by Basel III – CRR.
Synthetic presentation of the Basel III finalisation reforms on credit risk.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 119

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 119 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
315
Aspects comptables, réglementaires et prudentiels
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
financier des établissements de paiement et des établissements
2 jours Patrick AUTEAU 19 au 20 juin 2019
1 630 € HT 14 au 15 novembre 2019
de monnaie électronique

NOUVEAUTÉ
Aspects comptables,
One
réglementaires et prudentiels
des établissements de paiement
to
One

et des établissements
de monnaie électronique
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Maîtriser les principes de la comptabilité bancaire et des Reporting • Documentation en PowerPoint.
réglementaire et prudentiel applicables aux établissements de paiement • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
et aux établissements de monnaie électronique. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
et confirmer les acquis.
Participants
• Toute personne devant participer à la comptabilisation des opérations Connaissances requises
et à l’établissement des états publiables, réglementaires et prudentiels • Connaissance de la comptabilité générale.
d’un établissement de paiement ou d’un établissement de monnaie
électronique.

PROGRAMME
 Introduction – Contenu et structure.
– Les blocs de tableaux.
Les textes européens.
– Les taxonomies.
Les textes de transposition française.
– Les contrôles.
Les activités d’un établissement de paiement.
– Le portail ONEGATE.
Définition et liste des services de paiement autorisés.
Le Reporting COREP
Les activités d’un établissement de monnaie électronique.
– Les principes de la réglementation prudentielle.
– Champ d’application de la réglementation.
 Le référentiel comptable applicable au secteur
– Structure du Reporting COREP.
bancaire – Structure des principaux états.
Le règlement ANC N°2014-07 applicable au secteur bancaire.
Analyse de la structure du PCEC (Plan Comptable des Établissements  Les obligations de Reporting SURFI applicables
de Crédit). aux établissements de paiement et aux
établissements de monnaie électronique
 La présentation des états publiables des
Le Reporting SURFI d’un EP et EME :
établissements de paiement et des établissements – Les tableaux du socle commun.
de monnaie électronique – Les tableaux relatifs aux blocs d’activité.
Présentation des états financiers des établissements dont la seule – Les tableaux divers.
activité est la fourniture de services de paiement ou l’émission et la – Les tableaux spécifiques aux EP.
gestion de monnaie électronique. – Les tableaux spécifiques aux EME.
Présentation des états financiers des établissements exerçant des
activités de nature hybride.  Les obligations de Reporting COREP applicables
aux établissements de paiement et aux
 La réglementation prudentielle applicable aux établissements de monnaie électronique
établissements de paiement et aux établissements Le Reporting COREP
de monnaie électronique – Les états CA.
Les obligations de cantonnement. – Les états CRSA.
Les exigences de fonds propres. – L’état CR_SEC_SA.
Le dispositif de contrôle interne applicable au secteur bancaire. – L’état CR_SEC_Details.
Le Reporting anti-blanchiment. – Les états spécifiques aux EP et EME :
La balance des paiements (CRT). • CA_EP.
Le rapport annuel de contrôle interne. • CAEFP_EME.
Le questionnaire de protection de la clientèle.

 Les obligations de Reporting réglementaire


applicables au secteur bancaire
Le Reporting SURFI :

120 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 120 21/09/2018 15:00


Exigence

Durée
2 jours
Prix
repas inclus
1 630 € HT
Animateurs
Henri JACOB
Date
28 au 29 mars 2019
316
Bâle III et sa finalisation
prudentielle
et reporting
financier
Jean-Marie LAY 19 au 20 septembre 2019
Gérard MAROT

Bâle III et sa finalisation NOUVEAUTÉ

Objectif général Supports et moyens pédagogiques One


to
One
• Expliquer et comprendre les réformes à venir (Finalisation de Bâle III) • Documentation en PowerPoint.
avec les nouvelles obligations réglementaires en cours et à venir. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de « Bâle IV » • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
(finalisation de Bâle III : projets de CRR2, CRD5, BRRD1, BRRD2). et confirmer les acquis.
• Intégrer les changements essentiels introduits par ces textes.
• Expliquer les mécanismes, les concepts sous-jacents et les enjeux des Connaissances requises
différentes approches. • Bonne connaissance obligatoire de Bâle III.
• Appliquer les mécanismes de l’exigence de fonds propres sous
différentes approches.

Participants
• Comptables, contrôleurs de gestion, gestionnaires des risques,
inspecteurs, auditeurs internes, trésoriers.
• Responsables financiers, responsables des fonctions ALM et Risques.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction : contexte, mise en œuvre, – Ratio de financement stable (NSFR) : définition, caractéristiques,
perspectives composition.
Périodicité, période d’observation, date d’application.
De Bâle III à « Bâle IV » (Finalisation de Bâle III).
Architecture de Bâle III : mécanisme du ratio de solvabilité, les trois piliers.
Principaux textes en Europe de « Bâle IV » : proposition de la Commission
 Évolutions à venir de Bâle III : risque de crédit
Européenne (23 novembre 2016) : CRR2, CRD5, BRRD1, BRRD2. L’approche standard Bâle III – CRR du risque de crédit :
Résumé des principales réformes : TLAC et MREL, révision du calcul de Rappels succincts :
l’exigence de fonds propres, des risques pondérés et du ratio de levier, – Principes généraux.
introduction d’un plancher de fonds propres (« output floor »). – Les organismes externes d’évaluation.
– Grilles de pondération en fonction de la nature des expositions
 Fonds propres - CRR et de leur notation externe.
Les modifications prévues dans la nouvelle approche standard
Rappels sur les fonds propres Bâle III :
envisagée (« Finalisation de Bâle IIII »).
– Composantes des fonds propres : Common Equity Tier 1 Capital (CET
Impacts.
1), Additional Tier 1 Capital (AT1) et Tier 2 Capital (T2 capital).
Nouvelle approche standard (suite).
– Ajustements réglementaires des fonds propres.
Rappels succincts sur l’approche IRB.
– Les ratios de solvabilité minimums ; les coussins de protection, de
Comparaison des taux de pondération moyens de l’approche standard
conservation, contracyclique et systémique.
et de l’approche IRB.
Le ratio de levier :
L’approche IRB révisée (finalisation de Bâle III) :
– Contexte.
– Restriction du périmètre.
– Textes.
– Nouveaux planchers sur les facteurs de risque (« input floors »).
– Composantes.
Titrisation :
– Révision du ratio de levier.
– Rappels succincts sur la titrisation dans Bâle II – Bâle II.5 : périmètre
– Calendrier de mise en œuvre.
et définitions, approche standard, approches notation interne, les
Le ratio TLAC :
exigences et pondérations introduites par Bâle II.5- CRR.
– Objectifs.
– Les nouvelles réglementations, en particulier la titrisation STS : texte,
– Textes.
définition de la titrisation STS, périmètre.
– Composition.
Risque de contrepartie :
– Composantes.
– Rappels succincts sur le risque de contrepartie dans Bâle III-CRR.
– Calendrier de mise en œuvre.
– Nouvelle méthode de calcul de l’exposition au risque de contrepartie
Le ratio MREL :
sur les dérivés (SA-CCR) dans le CRR2.
– Contexte.
– Texte.
– Périmètre.
 Évolutions à venir de Bâle III : risque opérationnel
– Composantes. Rappels succincts sur le risque opérationnel dans Bâle III :
– Calendrier de mise en œuvre. – Définition et méthodologies.
– Approche de base (basic indicator approach).
 Ratios de liquidité Bâle III – CRR – Approche standard.
– Approche avancée (Advanced Measurement Approach ou AMA).
Introduire des ratios de liquidité :
Nouvelles approches envisagées (non entérinées au Comité de Bâle) :
– Ratio de liquidité à court terme (LCR) : définition, caractéristiques,
une nouvelle approche standard :
composition.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 121

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 121 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
financier
316
Bâle III et sa finalisation

PROGRAMME
– Un nouvel indicateur de référence, en remplacement du revenu brut – Horizons de liquidité différents par type d’actifs.
positif. – Révision de l’approche standard : la « Sensitivity-Based approach »
– Suppression de la référence aux lignes d’activité, remplacée par (SBA) : notions de capital charge, default risk charge, residual risk
des tranches déterminées en fonction du niveau de l’indicateur de add-on.
référence. – Révision des mesures de risque de marché : le remplacement de
– Application de coefficients marginaux aux tranches. la VaR par l’ES, notions de « Incremental Default Risk » (IDR), de «
Suppression de l’approche AMA. Capital add-on ».
Impacts. – Renforcement des règles de validation des modèles internes de
risque de marché : en particulier exigences de backtesting au niveau
 Évolutions à venir : risque de taux d’intérêt du desk de trading.
du portefeuille bancaire – Revue du risque CVA.
Définition de l’IRRBB. – Exigences de publication plus détaillées sur les charges en fonds
Rappels sur le risque de taux d’intérêt. propres pour risque de marché (pilier 3).
Texte de réforme sur l’IRRBB. – Impacts.
Nouveaux scénarios de stress sur l’IRRBB.
Harmonisation des reportings.  Évolutions à venir : dispositif de résolution
Le calcul de la charge en fonds propres. Le plan de résolution, le bail-in, la garantie des dépôts.
Les attentes concernant la supervision. La BRRD1.
La BRRD2 :
 Évolutions à venir : risque de marché et FRTB – Définition.
Définition de la FRTB. – Objectifs.
Texte. – TLAC et MREL.
Principes généraux. MREL, Loss Absorption Amount (LAA) et Recapitalization Loss Amount
Principaux changements : (RCA).
– Modification de la frontière banking book – trading book selon le type
de portefeuille.

122 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 122 21/09/2018 15:00


Exigence

Durée
1 jour
Prix
repas inclus
844 € HT
Animateurs
Gérard MAROT
Date
19 mars 2019
317ANACREDIT
prudentielle
et reporting
financier
4 novembre 2019

ANACREDIT NOUVEAUTÉ

Objectif général Supports et moyens pédagogiques One


to
One
• Comprendre le dispositif de collecte « ANACREDIT ». • Documentation en PowerPoint.
• Connaître et approfondir les données ou informations à transmettre. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
Participants et confirmer les acquis.
• Comptables et responsables de l’élaboration et/ou de la vérification des
états SURFI destinés à l’ACPR. Connaissances requises
• Personnel des services audit, inspection et contrôle. • Une connaissance des opérations bancaires est
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs. souhaitée.

PROGRAMME
 Introduction Seuil de déclaration.
Transmission à la BCE (par la BDF).
Définition.
Origine et objectifs.
Principes.
 Études de points spécifiques
Textes. Les encours :
Planning. – Opérations intra-groupe.
– Prêts, Titres.
 Présentation générale du système – Traçabilité.
Les défauts et qualités des contreparties.
Présentation générale :
Les instruments de protection.
– Informations à déclarer.
Les garanties et gages.
– Les tables et modèles.
Période référence.
– Les types et données.
– Collecte des données et niveau de déclaration.
– Mise en place progressive.
 Processus de collecte
Textes et documents. Soumission.
Les déclarants. Compte-rendu d’anomalies.
Modalités de déclaration. Délai de correction.
Informations complémentaires demandées par la BDF.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 123

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 123 21/09/2018 15:00


Exigence
prudentielle
et reporting
318
Fundamental Review
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
financier of the Trading Book
1/2 journée Henri JACOB 17 avril 2019
612 € HT 25 septembre 2019

NOUVEAUTÉ Fundamental Review


One
to
One
of the Trading Book (FRTB)
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre les raisons de la réforme. • Documentation sous forme PowerPoint.
• Acquérir une compréhension d’ensemble de l’essentiel du dispositif • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
FRTB. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Expliquer les principaux mécanismes et les concepts sous-jacents. et confirmer les acquis.

Participants Connaissances requises


• Responsables et collaborateurs des fonctions comptables, audit, gestion • Connaissances sur les risques de marché et le dispositif
des risques, ALM et contrôle de gestion. Bâle III.
• Toute personne souhaitant maîtriser les aspects fondamentaux
de la FRTB.

PROGRAMME
 Introduction : contexte, mise en œuvre, pour les expositions hors titrisation : delta CSR, véga CSR, risque de
perspectives courbure CSR.
Définition et calcul des facteurs de risque sur actions : delta sur
Pourquoi la réforme de la FRTB ?
actions, véga sur actions, risque de courbure sur actions.
Textes.
Définition et calcul des facteurs de risque sur produits de base : delta
Calendrier d’application.
sur produits de base, véga surproduits de base, risque de courbure sur
Principales modifications introduites par la FRTB.
produits de base.
Définition et calcul des facteurs de risque de change : delta sur change,
 Révision de la frontière banking book – trading véga sur change, risque de courbure sur change.
book Coefficients de pondération et de corrélation réglementaires des
Objectifs. risques delta, véga et de courbure : pour les risques RTG, CSR des
Nouvelle définition du trading book. positions hors titrisation, actions, sur produits de base, de change.
Nouvelle définition du banking book. Exigence de fonds propres en regard du risque de défaut : montant
Principales différences avec les définitions précédentes. des pertes de chaque instrument soumis au risque de défaut,
Traitement des transferts entre le banking book et le trading book. compensations pour un même débiteur, pondérations réglementaires
associées, calcul final de la charge pour risque de défaut. Exemple sur
 Nouvelle approche standard (SA-TB) des positions hors titrisation, sur des actions.
Principes de base.
Fréquence de calcul et de reporting.  Nouvelle approche fondée
Les différents risques traités par l’approche SA-TB : sur les modèles internes
– Risque de taux d’intérêt global (RTG). Les raisons de la réforme ou les limites de la Value-at-Risk à 10 jours.
– Risque de spread de crédit hors titrisation. Les trois composantes du calcul de l’exigence de fonds propres :
– Risque de spread de crédit de titrisation. – Calcul de l’Expected Shortfall qui remplace la VaR.
– Risque de spread de crédit pour le portefeuille de négociation en – Calcul d’une charge pour risques de défaut.
corrélation. – Calcul d’un add-on.
– Risque de change. Introduction d’horizons de liquidité distincts par types de risque et par
– Risque actions. type de sensibilité.
– Risque sur produits de base. Exigences minimales générales.
Principes de calcul d’exigence de fonds propres : Exigences minimales qualitatives, dont :
– Charge pour le risque linéaire : risque delta, risque véga. Calculs de – Unité indépendante de contrôle des risques.
l’exigence de fonds propres en regard des risques delta et véga : – Validation des modèles au moins une fois par an.
• Sensibilité delta et véga à chaque facteur de risque. Exigences minimales quantitatives, dont :
• Sensibilité pondérée par tranches. – L’Expected Shortfall doit être calculé quotidiennement.
• Calcul des risques delta et véga en agrégeant les tranches. – Seuil de confiance de 97,5%.
– Charge pour le risque de courbure. Calculs d’exigence de fonds – Formule pour calculer l’Expected Shortfall.
propres en regard du risque de courbure. Critères de validation du modèle.
– Scénarios de corrélation et agrégation des exigences de fonds Définition et critères d’admissibilité des pupitres de négociation.
propres en regard des risques. Définition des facteurs de risque.
– Charge pour le risque de défaut. Calcul d’exigence de fonds propres. Modèle interne pour calculer l’exigence en fonds propres pour risque
– Majoration pour risque (add-on) résiduel. de défaut : exigences minimales (sur le modèle, sur PD, sur LGD, …).
Définition et calcul des facteurs de risque RTG : facteurs de risque delta
RTG, facteurs de risque véga RTG, facteurs de risque de courbure RTG.
Définition et calcul des facteurs de risque sur écart de rendement (CSR)

124 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 124 21/09/2018 15:00


Exigence

Durée
1 jour
Prix
repas inclus
844 € HT
Animateurs
Gérard MAROT
Date
26 mars 2019
319
États FINREP NG (National Gaap)
prudentielle
et reporting
financier
Hicham BADDAG 6 novembre 2019

États FINREP NG (National Gaap) One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Connaître la réglementation, les enjeux et les principales caractéristiques • Documentation en PowerPoint.
des états FINREP NG (National Gaap), à remettre par les établissements • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
utilisant le référentiel comptable national. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Présenter les états FINREP. et confirmer les acquis.
• Identifier et définir les données nécessaires.
Connaissances requises
Participants • Une connaissance générale de la comptabilité
• Responsables et collaborateurs des services comptables est souhaitable.
et de consolidation chargés de l’élaboration et/ou des contrôles
des états FINREP NG.
• Collaborateurs des services audit, inspection et contrôle.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Introduction – Contenu des zones et lien avec les normes…
Architecture des états.
Origine du dispositif FINREP.
Principales ventilations utilisées et les définitions.
Champ d’application et périmètre.
Évolution et extension du système d’origine.
Les différents systèmes de remise.
 Analyse des états FINREP NG
Périodicité et délais. Présentation générale des différents états (ou tableaux) inclus dans le
FINREP NG et identification des différentes données nécessaires :
 Textes et documents disponibles – F01 00_NG Bilan.
– F02 00_NG Etat du résultat net.
Norme IFRS / Comptabilité française.
– F04 00_NG Ventilation des actifs financiers par instrument et par
Directives européennes : nomenclatures économiques
secteur de contrepartie.
Règlements.
– ...
Notes et instructions.
Pour chaque état, seront précisés les caractéristiques générales,
les données nécessaires, les liens avec les autres états et les points
 Caractéristiques générales
d’attention.
Principes généraux relatifs à la structure et à la composition des états :
– Numérotation.
– Codification.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 125

101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 125 21/09/2018 15:00


101-126-BLOC300A318_Gestion des risques et Bale II_2019_P.indd 126 21/09/2018 15:00
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
400
Comprendre les enjeux du dispositif de contrôle
Audit et
contrôle,
risques
1 jour Béatrice BON MICHEL 17 juin 2019 interne des établissements financiers
844 €HT Gérard MAROT 20 novembre 2019

Comprendre les enjeux One


to
One

du dispositif de contrôle interne


des établissements financiers
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Acquérir les bases essentielles en matière de contrôle interne • Documentation en PowerPoint.
des établissements financiers. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Connaître et maîtriser les différentes obligations liées au contrôle • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
interne. et confirmer les acquis.
• Comprendre l’articulation contrôle vs risque dans la banque.
• Faciliter la compréhension des dispositifs de contrôle interne Connaissances requises
mis en place. • Une connaissance minimale des opérations bancaires est
souhaitée.
Participants
• Tout collaborateur des établissements de crédit (manager, contrôleurs,
auditeurs, etc.).
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.
• Administrateurs.

PROGRAMME
 La notion de contrôle interne La complémentarité contrôle permanent-périodique.
Le rôle des différents comités (comité d’audit et des risques, comité
Le concept de contrôle interne (définition et éléments du dispositif,
des risques et du contrôle interne, etc.)
Cf. Coso).
Le contrôle interne par rapport aux autres notions de contrôle/risque.
Les spécificités du contrôle interne bancaire.
 Les principaux risques de la banque
et les contrôles associés
 Connaître les principales exigences réglementaires Les principaux risques dits financiers :
relatives au dispositif – Risque de crédit.
– Risque de marché.
Présentation des principales évolutions liées à l’arrêté du 3 novembre
– Risque de liquidité.
2014, la nécessaire cohérence entre maîtrise des risques et capital :
– Risque de taux.
– L’intégration des exigences prudentielles.
Les risques opérationnels :
– La gouvernance par les risques.
– Risque de non-conformité (dont LCB/FT).
– Les enjeux des facteurs de risque
– Le PUPA (Plan d’urgence et de Poursuite des Activités).
La notion de contrôle permanent/contrôle périodique.
– Le pilotage des PSEE.
Les sujets spécifiques :
– Autres risques opérationnels.
– Les enjeux de conformité.
Risque stratégique et risque de réputation.
– Les prestations externalisées.
– Le contrôle interne des états financiers et extra-financiers
Les principaux états traitant du contrôle interne :
 L’articulation risque et contrôle permanent
– Rapport annuel sur le contrôle interne. De la cartographie des risques au contrôle permanent.
– Rapport sur la surveillance des risques. Les types de contrôle permanent.
Les modalités de réalisation des contrôles permanents.
 Organisation du dispositif de contrôle Les restitutions du contrôle permanent.
De la conformité des contrôles à l’efficacité des contrôles.
Les différentes structures organisationnelles.
Le rôle du contrôle périodique.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 127

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 127 21/09/2018 15:01


Audit et
contrôle,
risques
401
Savoir optimiser son dispositif
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
de contrôle permanent
2 jours Béatrice BON MICHEL 8 au 9 avril 2019
1 630 € HT 18 au 19 novembre 2019

One
to
One Savoir optimiser son dispositif
de contrôle permanent
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre la place du contrôle permanent au sein du dispositif de • Documentation en PowerPoint.
contrôle interne (notamment au regard du contrôle périodique). • Cas pratique qui sert de fil conducteur sur la deuxième
• Maîtriser les différentes méthodes permettant de déployer un dispositif journée.
efficace à partir d’un référentiel de contrôle. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Acquérir des réflexes permettant de piloter son dispositif de contrôle • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
permanent. et confirmer les acquis.
• Savoir communiquer et convaincre sur les dysfonctionnements
significatifs. Connaissances requises
• Bonnes connaissances de banque ou d’audit.
Participants
• Collaborateurs en charge des contrôles en banque ou société de
gestion.
• Collaborateurs des filières contrôle permanent et périodique.

PROGRAMME
 Introduction : les nouveaux enjeux  Les outils du contrôleur permanent
du contrôle interne La démarche analytique.
Des risques de mieux en mieux identifiés. La piste d’audit.
Un équilibre devenu nécessaire entre formalisation et efficacité. Le test de cheminement.
Les attentes du régulateur sur le contrôle permanent. Le brainstorming.
La technique d’échantillon.
 La compréhension du contexte La documentation des constats.
Les éléments de l’environnement de contrôle :
– Objectifs.  Savoir construire son plan de contrôle
– Responsabilités. Les informations à disposition (rapports d’audit, information direction des
– Fiches de poste. risques, etc.).
– Délégation – limite – autorisation. La prise en compte des contrôles de niveau 1.
Le contexte opérationnel. L’approche par les risques pour bâtir un contrôle 1 et 2 efficace.
Activité et performance (notamment notion de KPI). De l’identification du dysfonctionnement au plan d’action.

 L’approche par les risques  Savoir piloter son dispositif


Identification des risques potentiels. Le rôle des différents indicateurs de suivi des risques et des contrôles.
Mesure des risques. Les éléments permettant la mise à jour du dispositif.
Gestion des risques. La formalisation des informations : exemple de documents de reporting.
Pilotage des risques. Les indicateurs pour évaluer la qualité de son dispositif.

 Risque et contrôle  La communication sur le dispositif de contrôle


Les liens risque – contrôle (impact x fréquence). permanent
La typologie des contrôles (préventif – détectif – correctif). La nécessité de rédiger efficace.
L’identification des facteurs de risque. Les pièges à éviter.
Les bonnes pratiques en matière de rédaction.
 L’analyse causale À partir des différents éléments structurés lors des cas pratiques, jeux de
L’apport des référentiels de contrôle (ex. Référentiel Coso). rôle pour savoir ce qu’il faut communiquer aux différents interlocuteurs :
Les différents types de cause. hiérarchie, collaborateurs, instance exécutive.
L’importance de l’analyse causale pour préciser les plans d’actions.

 Les atouts du contrôle permanent


Une professionnalisation des équipes et une traçabilité des travaux
de contrôle.
Les difficultés du contrôle permanent : entre empathie et indépendance.

128 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 128 21/09/2018 15:01


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
402
Contrôles des prestations
Audit et
contrôle,
risques
1 jour Yvan ALLIOLI 17 mai 2019 essentielles externalisées
844 €HT 5 décembre 2019

Contrôles des prestations One


to
One

essentielles externalisées
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre le dispositif réglementaire et normatif. • Documentation en PowerPoint.
• Savoir déployer des méthodologies d’identification et d’évaluation • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
des risques liés à l’externalisation compte-tenu du contexte règlementaire. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Connaître les modalités de mise en œuvre d’un dispositif de supervision et confirmer les acquis.
permanent et périodique des services externalisés et savoir les mettre
en œuvre. Connaissances requises
• S’appuyer sur les meilleures pratiques de place. • Aucune connaissance particulière n’est exigée.

Participants
• Fonctions contrôle permanent, contrôle périodique, conformité.
• Directeurs des risques.
• Responsables risques opérationnels.

PROGRAMME
 Les principales notions attachées à la notion de PEE Les principaux éléments constitutifs du périmètre de contrôle :
– Conformité contractuelle.
Enjeux de l’externalisation pour l’industrie bancaire.
– Situation financière du prestataire.
Définitions.
– Agréments, certifications et qualité.
Contexte réglementaire : Arrêté du 3 Novembre 2014 relatif au contrôle
– Dispositif général de gouvernance et de contrôle interne.
interne.
– Contrôle interne de la prestation fournie.
Principales obligations : contrats et dispositif de contrôle.
– Dispositif de traitement des incidents relatifs à la prestation.
Gouvernance et examen du contrôle des PEE.
– Fiabilité des états de suivi et de reporting.
Travaux de place et éléments normatifs.
– Systèmes d’information et continuité d’activité.
 Éligibilité, classification, approche par les risques
 Mise en œuvre du contrôle permanent
Critères d’éligibilité. et périodique des prestations essentielles
Principes de classification. externalisées
Typologie de risques associés à l’externalisation.
Approche par les risques des PEE : Rôle et responsabilités des différents organes de contrôle et des
– Critères quantitatifs. opérationnels en charge de la prestation.
– Risques qualitatifs. Définition d’un niveau de surveillance adapté.
Lien avec les cartographies des risques existantes. Typologie des contrôles sur pièces et sur place.
Élaboration d’un plan de contrôle permanent des PEE.
 Périmètre du contrôle interne des prestations Élaborer un plan et guide d’audit des PEE.
Particularités des audits de PEE.
essentielles externalisées
Audits dédiés vs audits mutualisés.
Contrôle de conformité et contrôle opérationnel. Suivi des recommandations d’audit des PEE.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 129

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 129 21/09/2018 15:01


Audit et
contrôle,
risques
403
Savoir gérer sa communication
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
2 jours Béatrice BON MICHEL 11 au 12 juin 2019
orale en audit
1 630 € HT Sonia VERRECHIA 12 au 13 novembre 2019

One
to
One Savoir gérer sa communication
orale en audit
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Acquérir un plus grand professionnalisme dans la conduite • Documentation en PowerPoint.
des entretiens et des réunions menés pendant la mission d’audit. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Faire adhérer les audités aux constats et recommandations. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Désamorcer les situations de tensions et confirmer les acquis.
• Appliquer des techniques de négociation et de dynamique de groupe • Les cas pratiques s’inscrivent dans une logique
lors des réunions d’audit pédagogique d’entrainement et d’identification d’axes
de progrès individuels. Entretiens d’investigation, entretiens
Participants de négociation de validation de constats. L’auditeur
• Auditeurs et Inspecteurs juniors et seniors. identifiera le « profil » de l’audité et devra adapter ses
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs. questionnement et comportement.

Connaissances requises
• Avoir déjà préférablement participé à quelques missions
d’audit et réalisé des entretiens.

PROGRAMME
 Réunir les conditions d’une bonne communication  Utiliser des outils méthodologiques
L’écoute, l’empathie, le piège de l’apparence. et comportementaux
S’appuyer sur la valeur ajoutée de l’auditeur pour traiter les objections Identifier « le profil ou le style » des interlocuteurs pour adapter
liées à l’image de l’audit. sa communication.
Présenter ce qu’est un état d’esprit « win-win ».
L’iceberg de la relation.  Anticiper les situations de tensions
Apport technique et méthodologique pour permettre d’identifier les
 Conduire la réunion d’ouverture de la mission raisons ou les causes d’insatisfaction qui rendent la situation difficile.
Comprendre et organiser l’enjeu de la réunion d’ouverture. Mise en œuvre d’une communication et d’un comportement « assertifs ».
Les idées-clés d’une réunion d’ouverture. Identification de ses attitudes pièges lors d’un entretien difficile.
Les sujets à traiter en priorité. Développer ses capacités relationnelles.
Les points à clarifier dès le départ.
 Conduire un entretien de validation
 Conduire un entretien d’investigation Les différentes étapes de l’entretien de validation : démarrage,
Les différentes étapes de l’entretien d’investigation : présentation hiérarchisée des constats et des préconisations.
– La préparation. Traitement des objections et argumentation.
– Les figures imposées de l’ouverture structurée à la conclusion. Conclusion.
– La prise de notes fiables et l’exploitation des informations. Les techniques de négociation pour faire passer ses constats et ses
– Le compte-rendu d’entretien. recommandations.
– Les points d’attention dans le cadre de l’entretien d’audit. Distinction entre l’essentiel et l’accessoire.
Mises en situation avec débriefing détaillé des observateurs et de
l’animateur - Points de force et axes de progrès individuels.  Gérer la réunion de clôture de la mission
Identification des conditions de réussite forme/fond.
 Utiliser des outils méthodologiques Gestion des difficultés relationnelles au regard des aspects
et comportementaux de dynamique de groupe ; l’influence du groupe ; les pressions
L’acquisition d’outils permettant de récupérer des informations utiles à potentielles (même implicites).
la mission Gestion de sa propre neutralité.
– L’écoute attentive.
– Le vocabulaire à utiliser et les pièges à éviter.
– La pertinence du questionnement.
– La reformulation et les synthèses partielles.

130 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 130 21/09/2018 15:01


Durée
1 jour
Prix
repas inclus
Animateurs
Béatrice BON MICHEL
Date
13 juin 2019
404
Savoir gérer sa communication
Audit et
contrôle,
risques
écrite en audit
844 €HT Sonia VERRECCHIA 14 novembre 2019

Savoir gérer la communication One


to
One

écrite en audit
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre les enjeux de la communication écrite en audit. • Documentation en PowerPoint.
• Enrichir son expression écrite pour satisfaire aux impératifs d’un écrit • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
utile. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• S’entraîner à la rédaction pour développer sa technique. et confirmer les acquis.
• Prendre en compte les attentes des différents destinataires.
Connaissances requises
Participants • Connaissance de base en audit interne.
• Auditeurs et Inspecteurs juniors et seniors.

PROGRAMME
 Les objectifs de l'écrit Les différentes parties :
– Les 3 fonctions de l’introduction.
Les différents écrits en matière d’audit.
– Les caractéristiques du développement (corps du rapport).
La construction des paragraphes.
– La synthèse ou conclusion.
L'articulation des phrases.
L'enchaînement des idées.
 La technique d’écriture
La ponctuation.
 L'articulation des idées Les termes qui rendent compte du rapport entre les idées.
Les objectifs de l’écrit et les buts à atteindre. Les termes qui permettent d’articuler le discours.
Ce qui se cache derrière les mots (les faits, le sens littéral, la connotation, Les erreurs à éviter.
les opinions, les interprétations…).
 La rédaction d’un rapport : procédés d'écriture
 Les fiches de constat L’importance du titre qualifiant.
Les préalables à l’écrit : organiser sa pensée, surpasser les freins à La rédaction de la synthèse.
l’écriture, identifier ses cibles et leurs attentes potentielles. La logique de raisonnement selon la significativité du risque.
Les enjeux des fiches de constats.
La structuration des idées pour présenter des constats clairs.

 La rédaction de synthèse
La fiche de pré-diagnostic.
Les éléments du rapport.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 131

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 131 21/09/2018 15:01


Audit et
contrôle,
risques
405
Lutte anti-fraude :
Durée Prix Animateurs Date
guide opérationnel
1 jour repas inclus Yvan ALLIOLI 16 mai 2019
844 €HT Béatrice BON MICHEL 6 décembre 2019
Luc RETAIL

One
to
One Lutte anti-fraude :
guide opérationnel
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Cerner les principaux enjeux relatifs à la lutte contre la fraude au sein • Documentation en PowerPoint.
des établissements. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Appréhender les évènements de fraude récemment subis par la • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
communauté financière pour savoir anticiper le risque futur. et confirmer les acquis.
• Mettre en place et optimiser son dispositif de lutte anti-fraude.
• Savoir choisir et mettre en œuvre des méthodes et des outils appropriés. Connaissances requises
• Aucune connaissance particulière.
Participants
• Directeurs des risques.
• Responsables des risques opérationnels.
• Responsables conformité.
• Responsables filière fraude.
• Fonctions audit et contrôle permanent.
• Collaborateurs d’établissements financiers.

PROGRAMME
 Le cadre réglementaire et les acteurs clés  Le dispositif anti-fraude
Textes et accords internationaux. Prévention et moyens à mettre en place :
Présentation des moyens de prévention de la fraude au niveau international. – Organisation et procédures.
Environnement normatif du domaine. – Sécurité logique et physique.
Prise en compte dans le cadre de la réglementation bancaire : Bâle III, – Charte anti-fraude.
Arrêté du 3 Novembre 2014 relatif au contrôle interne. Fraude et dispositif de contrôle interne :
– Lien entre fraude et contrôle interne.
 La notion de fraude – Évaluation de l’origine des anomalies.
Définitions et notions voisines de la fraude (détournement de fonds, – Tests de procédures confirmant ou non les anomalies.
blanchiment, abus de biens sociaux, corruption, conflits d’intérêt, etc.). Surveillance et détection :
Typologies de fraude (interne/externe, logique/physique, cyber-attaque etc.). – Surveillance.
Profils des fraudeurs et motivations. – Indicateurs d’exposition.
Coût de la fraude dans le secteur bancaire. – Outils de détection.
– Systèmes d’alertes.
 L’exposition au risque de fraude Traitement du cas de fraude :
– Procédures.
Diagnostiquer les vulnérabilités. – Communication.
Cartographier le risque de fraude interne et externe. – Mesures conservatoires d’urgence, etc.
Spécificités des cartographies sur le risque de fraude.

132 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 132 21/09/2018 15:01


Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
406
LCB/FT : Comment adapter
Audit et
contrôle,
risques
1 jour Béatrice BON MICHEL 29 mai 2019 son dispositif de lutte
844 €HT Luc RETAIL 8 novembre 2019

LCB/FT : Comment adapter One


to
One

son dispositif
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Maîtriser les principaux enjeux et les points clés de la lutte contre le • La matinée sera construite autour de quiz portant sur les princi-
blanchiment/financement du terrorisme (intégrant la fraude fiscale et la paux thèmes. Les réponses au quiz permettront d’appréhender
corruption). de manière ludique et précise les contextes règlementaires et
• Comprendre, dans ce contexte, la règlementation et ses récentes évolutions les attentes des régulateurs.
(transferts de fonds, monnaie électronique, renforcement de l’approche par • Documentation en PowerPoint.
les risques). • Alternance d’illustrations et d’exercices et de cas pratiques.
• Intégrer les spécificités liées à la transposition de la 4e et 5e directive • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser et
et à la règlementation sur les transparences des données à enjeu fiscal. confirmer les acquis.
• Accéder aux meilleurs pratiques et être capable de mettre en place
un dispositif efficace de LCB/FT. Connaissances requises
• Connaissance générale en banque.
Participants
• Contrôleurs permanents ou périodiques.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.
• Collaborateurs en charge de la conformité.
• Autres collaborateurs concernés par les dispositifs LCB/FT.

PROGRAMME
Les parties 1, 2 et 3 seront abordées à partir de quiz Les lignes directrices de l’ACPR.
support aux échanges et à l’explicitation des enjeux Les principaux enseignements des sanctions du régulateur :
réglementaires. – Bénéficiaire effectif.
– PPE.
– Atypicité des flux.
 Généralités : les composantes du blanchiment – Documentation et traçabilité.
et financement du terrorisme
Les définitions et les processus de blanchiment de capitaux.  Les éléments-clés des dispositifs
Les définitions et les techniques de financement du terrorisme. Les dispositifs clés :
Les techniques de corruption. – La classification des risques : le cœur du dispositif.
Notion de fraude fiscale et de paradis fiscaux. – Renforcement des exigences en matière d’identification client.
– Approche par les risques clients/opérations.
 Le cadre légal et réglementaire international – Bénéficiaire effectif.
La 4e directive européenne. – Suivi de la relation.
La lutte contre le terrorisme. – Tierce introduction.
Le dispositif de gel des avoirs. Le rôle des outils de profilage.
Les évolutions internationales relatives à la réduction
de l’évasion fiscale (FATCA, AEOI).  Savoir déployer un dispositif de contrôle efficace
La loi du 3 juin 2016 (financement du terrorisme). Le dispositif de prévention (les acteurs, les procédures, la formation, le
La règlementation sur les virements internationaux. suivi, la documentation et leur conservation).
Les recommandations du GAFI. Le contrôle permanent du dispositif (niveau 1 et 2).
Les reportings règlementaires. Le dispositif déclaratif (COSI et TRACFIN).

 Les attentes du régulateur


Les évolutions de l’arrêté du 3 novembre 2014 et du RG AMF.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 133

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 133 21/09/2018 15:01


Audit et
contrôle,
risques
407
Gestion de crise, plan d’urgence
Durée Prix Animateurs Date
et de poursuite de l’activité : les bonnes pratiques
1 jour repas inclus Teddy RAMANAKASINA 13 mai 2019
844 €HT 20 novembre 2019

One
to
One Gestion de crise, plan d’urgence
et de poursuite de l’activité :
les bonnes pratiques
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Maîtriser les concepts et le contexte réglementaire. • Documentation en PowerPoint.
• Réussir la mise en place d’un PUPA (Plan d’urgence et de Poursuite de • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
l’Activité). • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Comprendre les étapes du processus de la gestion de crise. et confirmer les acquis.
• Appréhender les postures associées.
Connaissances requises
Participants • Aucune connaissance particulière n’est exigée.
• Responsables PUPA (business continuity manager).
• Directeurs des risques.
• Directeurs des risques opérationnels.
• Correspondants PUPA et risques opérationnels.
• Fonction contrôle permanent et périodique.
• Directeurs des systèmes d’Information.
• Responsable de la sécurité des systèmes d’information.

PROGRAMME
 Le contexte réglementaire – Les tests de place, l’intégration des prestataires de services essentiels
externalisés.
Système de management pour la GCA (Norme ISO22301).
Obligation de l’arrêté du 3 novembre 2014.
Bâle II, saines pratiques en matière de gestion des risques opérationnels.
 Le processus de la gestion de crise
Cadre normatif et éléments de terminologie : PUPA, PSI, PSM, DMIA, et les postures associées
PDMA, etc. Les bonnes pratiques de la gestion de crise :
– Réduire le temps de réponse initial, évaluer la crise, mobiliser les
 La mise en œuvre d’un PUPA organisations et les hommes, occuper le terrain et communiquer.
Les différents acteurs et leurs rôles : la filière PUPA. Les étapes du processus de gestion de crise :
Le Business Impact Analysis (BIA) : – Principes de politique de gestion de crise : réception d’une alerte et
– L’approche processus critiques, grilles d’analyses d’impacts. analyse de l’incident.
– La définition des scénarii de sinistre. – Activation de la cellule de crise.
– Exercices d’applications. – Coordination et activation des dispositifs de secours.
La définition d’une stratégie de continuité : – Retour à la normale et clôture de la crise.
– L’analyse des besoins en continuité. Définir, sur la base de scénarios de sinistre élaborés par les participants,
– Le cahier des charges PUPA. la posture à adopter à partir des 5 questions clés :
– Internalisation vs externalisation/les solutions mixtes. – De quoi s’agit-il ?
La documentation du PUPA : – Où sont les pièges, les erreurs à éviter ?
– La documentation « idéale » et les difficultés de maintenance. – Quels sont les acteurs ?
– Les typologies de procédures PUPA : alerte, contournement, repli, – Quelles sont les décisions à prendre ?
continuité en mode dégradée, retour. – Quelles sont les actions à lancer ?
– Le plan de communication de crise, interne et externe. Les objectifs de cette simulation sont de permettre :
Les tests PUPA : – La bonne compréhension et la bonne application des règles de gestion
– Le plan de test. de crise.
– L’organisation, le pilotage, et le debriefing. – La maîtrise des principes de fonctionnement.
– Le caractère probant des tests. – La maîtrise des procédures d’urgence.

134 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 134 21/09/2018 15:01


Durée Prix Animateurs Date
408 Audit du risque
Audit et
contrôle,
risques
1 jour repas inclus Béatrice BON MICHEL 22 mai 2019 opérationnel
844 €HT Jean-François CARON 18 septembre 2019

Audit du risque opérationnel One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Comprendre les enjeux liés à la gestion du risque opérationnel. • Documentation en PowerPoint.
• Maîtriser les évolutions règlementaires en matière • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
de risque opérationnel. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Savoir élaborer une méthodologie adaptée aux spécificités du risque et confirmer les acquis.
opérationnel selon les métiers.
• Être capable d’apprécier la pertinence et l’efficacité des dispositifs mis Connaissances requises
en place. • Connaissances de la banque et de la démarche générale
d’audit.
Participants
• Collaborateurs travaillant pour les contrôles permanents/contrôles
périodiques, auditeurs externes.

PROGRAMME
 Les éléments constitutifs du risque opérationnel – Méthode de base.
– Méthode standard.
Le contexte réglementaire :
– Méthode avancée.
– Définition et composantes du risque.
– Évolution vers la Méthode Standard Avancée (SMA).
– Les méthodes d’évaluation.
Les différents types de risque opérationnel et les indicateurs d’évaluation
L’intégration de la gestion du risque au sein de la gouvernance.
du risque (Key Risk Indicator-KRI).
L’articulation de la gestion du risque et les contrôles permanents.
Les modalités de pilotage du risque opérationnel.
Les spécificités des exigences de conformité.
 Identifier les principaux risques liés au risque
opérationnel  Mise en œuvre d’une démarche
La gouvernance du dispositif :
Appréciation des éléments du dispositif.
– La comitologie.
Démarche d’audit sur les différentes composantes.
– Les acteurs.
Recherche de preuve(s).
– Risque opérationnel et SREP.
Construction d’un Questionnaire de Contrôle Interne (QCI) et définition
Les éléments du dispositif risque opérationnel : collecte des pertes
du programme de travail.
internes et externes, évaluation des facteurs de risque, élaboration de
scénario.
L’utilisation des données selon les méthodes retenues dans le cadre des
exigences prudentielles.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 135

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 135 21/09/2018 15:01


409
Audit et
contrôle, Durée Prix Animateurs Date
risques 2 jours repas inclus Béatrice BON MICHEL 20 au 21 juin 2019
Audit du risque de crédit
1 630 € HT Jean-François CARON 7 au 8 novembre 2019

One
to
One Audit du risque de crédit
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Maîtriser les enjeux de la gestion du risque de crédit. • Documentation en PowerPoint.
• Connaître les exigences prudentielles en matière de risque de crédit. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Savoir auditer la pertinence des méthodes d’évaluation des fonds • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
propres. et confirmer les acquis.
• Appréhender les différentes étapes du processus crédit et le rôle des
différents acteurs. Connaissances requises
• Savoir apprécier la conformité et la fiabilité des dispositifs de contrôle • Connaissances de la banque et de la démarche générale
interne de la filière crédit. d’audit.

Participants
• Collaborateurs travaillant pour les contrôles permanents/contrôles
périodiques, auditeurs externes.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Les enjeux des exigences prudentielles, de Bâle II  Les différentes caractéristiques des crédits
vers Bâle III Les différents types de crédit : leurs caractéristiques, les risques
Architecture de Bâle II. spécifiques pour la banque : risque de crédit et connexe.
Transposition en France.
De Bâle II à Bâle III puis finalisation Bâle III.  Comprendre les enjeux de la règlementation
Les principes essentiels de l’arrêté du 3 novembre 2014.
 La méthode standard Les enjeux en matière de dispositif de contrôle.
Principes généraux.
Les organismes de notation externes.  Savoir analyser les enjeux en matière
Calcul de l’exposition au risque de crédit. de gouvernance
Taux de pondération par catégorie d’exposition. Cas pratique sur un thème d’audit au niveau d’une direction des risques
Les évolutions attendues quant à la méthode standard. de crédit.
 Les méthodes IRB  Le processus crédit
Principes généraux. Les différents risques sur les étapes du processus (crédit, opérationnel).
Systèmes de notation interne. Le dispositif de contrôle interne attendu (approche par l’arrêté du
Facteurs de risque : PD, LGD, EAD, M. 3 novembre 2014) et les guides pratiques de l’Autorité Bancaire
Classes d’actifs dans l’approche IRB : Européenne).
– Les différentes classes d’actifs.
– La fonction de pondération corporate.  La comptabilisation des crédits
– Les fonctions de pondération de la clientèle de détail (habitat, revolving,
autres crédits de détail). Les principes comptables essentiels (bilan, hors bilan et compte de
Pertes attendues et provisions. résultat).
La gestion des douteux/contentieux.
 Les techniques de réduction du risque de crédit Les crédits restructurés.
Le coût du risque.
Les différentes catégories de réducteurs de risque.
Sûretés réelles ou collatéraux : les différentes approches, les sûretés  L’audit des événements sur crédit
éligibles et leur traitement.
Compensations de bilan. L’audit des découverts.
Sûretés personnelles ou garanties : les différentes approches, garants L’audit des douteux-contentieux.
éligibles et traitement des sûretés personnelles.

136 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 136 21/09/2018 15:01


Durée Prix Animateurs Date
410
Audit des activités
Audit et
contrôle,
risques
2 jours repas inclus Béatrice BON MICHEL 6 au 7 juin 2019 de marché
1 630 € HT Jean-François CARON 12 au 13 novembre 2019

Audit des activités de marché One


to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Appréhender les différentes composantes de l’activité d’une salle de • Documentation en PowerPoint.
marché et le rôle des différents acteurs. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Maîtriser les enjeux de la gestion du risque de marché. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Connaître les exigences règlementaires (en termes de fonds propres et et confirmer les acquis.
de dispositifs de contrôle interne).
• Détailler, à partir d’exercices et cas pratiques, les différentes Connaissances requises
composantes d’une mission d’audit appliquée aux activités de marché. • Connaissances de la banque et de la démarche générale
d’audit.
Participants • Connaissances de base en mathématique financière.
• Collaborateurs travaillant pour les contrôles permanents/contrôles
périodiques, auditeurs externes.
• Commissaires aux Comptes et leurs collaborateurs.

PROGRAMME
 Les éléments constitutifs du risque de marché  Mesure du risque actions
Les différents instruments. Return et volatilité d’une action, d’un portefeuille actions.
Les différents modes de gestion. Le modèle de marché et les bêtas.
Les différents marchés.
Les composantes de leur valorisation.  Mesure du risque options
Définition d’une option.
 La valorisation des instruments Valeur d’une option : valeur intrinsèque et valeur-temps.
La valorisation des instruments de taux. Paramètres de sensibilité de la valeur d’une option : les grecques.
La valorisation des instruments à revenus variables. Modèles d’évaluation de la valeur d’une option et des grecques : Cox-
(Les options seront vues en J2). Ross-Rubinstein et Black-Scholes.

 Connaître le cadre réglementaire  La value-at-risk


Les exigences en matière de surveillance prudentielle. Origine de la VaR.
Le dispositif de contrôle selon l’arrêté du 3 novembre 2014. Définition de la VaR.
Limites de la VaR.
 Identifier les principaux risques liés à l’activité de L’usage de la VaR : détermination des limites internes, calcul de
marché l’exigence de fonds propres.
L’organisation d’une salle des marchés. Le modèle RiskMetrics :
La gestion des risques de la salle des marchés (organisation, acteurs, processus). – Principes de base et hypothèses du modèle.
Les différents dispositifs mis en place : rôle du back et du middle-office. – Calcul de la VaR pour un actif.
– Calcul de la VaR pour un portefeuille diversifié.
 Cas pratique – Approche RiskMetrics pour les instruments de taux d’intérêt.
– Avantages et inconvénients du modèle RiskMetrics.
Structuration de la démarche selon les différents thèmes intéressants L’analyse historique :
l’audit des activités de marché (contrepartie, marché, résultats, etc.). – Principes et hypothèses.
Définition des référentiels de contrôle. – Exemple.
Illustrations des contrôles à mener sur place. – Avantages et inconvénients de l’approche historique.
Les simulations Monte-Carlo :
 Mesure du risque de taux d’intérêt – Principes et hypothèses.
Sources et effets du risque de taux d’intérêt. – Exemple.
Évaluation du risque de taux d’intérêt : valeur actuelle d’un instrument de – Avantages et inconvénients de la méthode.
taux, duration, sensibilité. Exigences minimales dans le calcul de l’exigence en fonds propres de
Bâle II par la méthode des modèles internes (méthodes VaR) :
 Mesure du risque de change – Le dispositif Bâle II sur le calcul de l’exigence en fonds propres.
Les opérations de change : au comptant, à terme, options de change, – Les exigences minimales pour utiliser les modèles internes (modèles
swaps de devises. VaR).
La position de change. – Les modifications de Bâle III sur le calcul de l’exigence de fonds propres en
méthode des modèles internes et leur impact en matière de fonds propres.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 137

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 137 21/09/2018 15:01


Audit et
contrôle,
risques
411
Mise en œuvre opérationnelle
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
du dispositif de protection de la clientèle
1 jour Gaëlle AZRIA 3 avril 2019
844 €HT 15 novembre 2019

One
to
One Mise en œuvre opérationnelle
du dispositif de protection
de la clientèle
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Comprendre les enjeux d’un dispositif de protection des intérêts • Documentation en PowerPoint.
de la clientèle. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Appréhender les contraintes organisationnelles induites • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
par les exigences législatives et réglementaires. et confirmer les acquis.
• Maintenir à jour les procédures opérationnelles et de contrôle
des risques de non-conformité associées à la protection de la clientèle. Connaissances requises
• Savoir répondre au questionnaire ACPR sur les pratiques commerciales • Connaissance de l’environnement bancaire et financier.
et la protection de la clientèle. • Connaissances de base des règles de bonne conduite
entre l’établissement financier et la clientèle.
Participants
• Collaborateurs et responsables de la direction de la conformité.
• Contrôleurs permanents et périodiques/auditeurs internes et membres
de l’Inspection générale.
• Collaborateurs en charge du traitement des réclamations.
• RCSI/RCCI.
• Collaborateurs en charge de la gestion des risques.

PROGRAMME
 Présentation du socle légal et réglementaire – Devoir de conseil.
relative à la protection de la clientèle – Traitement des réclamations.
– Focus sur la procédure de traitement des réclamations clients en
Dispositions législatives et réglementaires entourant la protection des
réponse à la recommandation ACPR du 14 novembre 2016).
intérêts des clients :
– Gestion des incidents de paiement.
– Code de la Consommation.
Cartographie des risques relatifs à la protection de la clientèle.
– Code Monétaire et Financier.
– Loi de Séparation et de Régulation des Activités Bancaires.
– Loi sur la consommation (Loi « Hamon »).
 Dispositifs opérationnels de contrôle permanent
Loi relative au compte dormant et en déshérence (loi Eckert) : entourant les pratiques de protection des intérêts
– Transposition de la directive européenne sur le crédit immobilier. du client
– Orientations de la Commission Européenne, etc. Bonnes pratiques au sein des établissements bancaires et financiers :
Les actions en réponse des associations professionnelles. des initiatives adaptées à la catégorie de clients, la protection des clients
Une mission dévolue à l’Autorité de Contrôle Prudentiel « fragiles », des démarches « responsables ».
et de Résolution (ACPR). Inventaire des procédures opérationnelles concernées.
Rôle du pôle ABE IS (Assurance Banque Épargne Info Services). Dispositifs de conformité et de déontologie.
Implications pour les contrôleurs permanents (1er et 2ème niveaux) et
 Description des obligations qui en découlent périodiques.
et des risques associés Gouvernance et reporting interne.
Questionnaire ACPR sur les pratiques commerciales et la protection
Typologie d’obligations :
de la clientèle (QPC2).
– Identification et connaissance de la clientèle.
– Devoir d’information précontractuelle et contractuelle.

138 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 138 21/09/2018 15:01


412
Audit et
Duration Price Trainers Date contrôle,
2 days lunch included Béatrice BON MICHEL 27 au 28 juin 2019 risques
Internal auditing in banking
1 630 € HT 16 au 17 septembre 2019

Internal auditing in banking One


to
One

General objective Training Supports


• Understanding risks in financial world : know key areas of banking to • PowerPoint documentation.
ensure that one could appreciate the inherent risks link to banking • Exercise materials and case studies with an answer key.
activities • Alternating examples and exercises and case studies.
• Identify key points of control. • Single-choice quiz, synthesis, Q&A, in order to check,
• Understand the internal audit role within the bank organization. review and confirm the knowledge acquired.
• Acquire skills to conduct internal audit assignments according to these
various risks. Pre-requisite
• Knowledge of basic audit techniques and banking
Participants operations.
• Internal and external auditors, internal controllers, risk managers,
compliance officers and controllers.

PROGRAMME
 The major risks of the banking activity  Specific audit methodologies according
The traditional risks in a bank credit, market, operational and compliance. to the different bank risks
The role of the corporate governance. Every activity of the bank will be detailed according to the
various risks to ensure that one could appreciate the risks
 Internal control inherent in the activities conducted.
The definition of Internal Auditing Field studied:
The Pivotal Document for Change (COSO) – The market activities.
The recommendations of the Basel Committee. – The operational processes linked to the market activities.
Critical analysis and explanation of the text. Field studied:
– The credit activities: specific internal control activities.
 Internal audit – Capital requirement (Basel II and III): another way to analyze credit
activities.
The role and key issues of internal audit. Field studied:
The importance of the internal audit plan: a wide view across the range of – Operational risk specificity (human by nature).
risks within the organization. – Ways to evaluate operational risk managing process.
The internal audit and the other actors of the evaluation. – Operational risk management (from risk assessment to the reporting to
Periodic control and permanent controls: complementary steps. the Top Management).
Methodology of an internal auditing mission. Field studied:
Presentation of the different guidelines used by the auditor. – Compliance risk components: an old subject with new methods.
– A specific internal audit approach.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 139

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 139 21/09/2018 15:01


Audit et
contrôle,
risques
413
Les enjeux de fraude fiscale
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
(FATCA et EAI)
1 jour Béatrice BON-MICHEL 11 avril 2019
844 €HT 7 octobre 2019

NOUVEAUTÉ
Les enjeux de fraude fiscale
One
to
One
(FATCA et EAI)
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Connaître le dispositif réglementaire relatif à FATCA et EAI (Echange • Documentation en PowerPoint.
Automatique d’Information). • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Savoir appliquer dans la relation client les attendus en termes de lutte • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
contre la fraude fiscale. et confirmer les acquis.
• Savoir identifier les points essentiels de contrôle liés à ces
règlementations. Connaissances requises
• Connaissance bancaire requise.
Participants
• Fonctions Conformité, Back et middle office, commerciaux.
• Fonction contrôles (permanent et périodique)

PROGRAMME
 Le contexte règlementaire Les changements de circonstance.
Les responsabilités du client.
Les enjeux de la fraude fiscale.
Situer ce sujet dans le cadre global de la Sécurité Financière.
Les réponses des pays :
 Les enjeux de reportings
– La réponse américaine : FATCA. La périodicité des déclarations.
– La réponse OCDE : EAI-CRS (Directive DAC2). Le contenu des déclarations.
– Les différences FATCA et AEOI. Les contrôles en amont des déclarations.
Le cas de la retenue à la source punitive (Fatca)
 Les enjeux dans le processus d’entrée en relation Les contrôles par les administrations fiscales.
et la gestion des référentiels Les sanctions potentielles.
Ce qui est attendu des établissements financiers.
La notion de résidence fiscale.
 Les liens FATCA et Qualified intermediairy (QI)
Les différentes situations de résidence fiscale selon l’histoire personnelle Le rôle des établissements en tant que QI.
du client. Les nouvelles exigences du QI.
La détermination des statuts dans le cadre des personnes morales (entité L’imbrication entre FATCA et QI : un effet de levier en termes de risque.
financière, non financière, active, passive etc.) :
– Les critères de détermination.  Mise en œuvre du contrôle permanent
Le renforcement des exigences liées au bénéficiaire effectif (personne(s) et périodique
contrôlante(s)). Les contrôles au niveau des Groupes Affiliés Etendus (GAE)
Les documents à collecter. Les contrôles au niveau des back et middle office, référentiel et équipe Taxe.
Les contrôles de cohérence à réaliser. La démarche de contrôle permanent.

140 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 140 21/09/2018 15:01


Durée Prix Animateurs Date
414
Gérer les relations avec
Audit et
contrôle,
risques
1 jour repas inclus Luc RETAIL 26 mars 2019 les autorités administratives et judiciaires
844 €HT 25 septembre 2019

Gérer les relations avec NOUVEAUTÉ

les autorités administratives


et judiciaires
One
to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Anticiper et gérer les différents contrôles des autorités de tutelle • Documentation en PowerPoint.
et administratives. • Alternance d’illustrations et d’exemples.
• Gérer les demandes et actes des autorités répressives et judiciaires. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Connaitre les droits et les obligations de chacun dans le cadre et confirmer les acquis.
de ces relations avec l’administration et la justice.
Connaissances requises
Participants • Aucune.
• Membres des instances de gouvernance.
• Collaborateurs en charge de la conformité et des risques.
• Contrôleurs permanents ou périodiques.

PROGRAMME
 Introduction – Gestion des besoins et demandes des contrôleurs.
– Le suivi du contrôle.
Le principe des demandes et interventions de l’administration au sein des
La phase finale.
entreprises.
Eléments statistiques.
Les différents types de contrôle interventions et demandes
 Les relations avec les autorités répressives
d’administrations : et judiciaires
– Objets et finalités de ces demandes et interventions. Rappel des différentes procédures judiciaires et leurs impacts dans les
relations avec les services judiciaires et répressifs.
 Les droits et obligations respectives Les réquisitions et demandes de renseignements :
lors d’un contrôle – Les différents types de demandes et leur coût.
– Les mentions obligatoires.
Les principes de bonne conduite inhérents à toute mission
– La gestion et le traitement des réquisitions (délais et contenu).
Les chartes de conduite et déontologiques des missions sur place :
– Anticipation et approche par les risques.
– Pouvoirs et obligations des agents administratifs et judiciaires.
Les perquisitions et saisies :
– Droits et obligations des personnes physiques et morales.
– Les obligations et devoirs des parties prenantes.
– La gestion du stress des collaborateurs et la communication interne et
 Anticipation, préparation et gestion d’un contrôle
externe.
administratif Les auditions et interrogatoires :
Les méthodes d’anticipation des contrôles – Les différents types d’auditions et interrogatoires (témoins et mis en
La préparation du contrôle cause).
La gestion du contrôle : – Préparation et gestion d’une audition.
– Gestion du temps. – Cas particulier de la garde à vue.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 141

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 141 21/09/2018 15:01


Audit et
contrôle,
risques
415
Risques de non-conformité
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
Gouvernance, organisation et maîtrise
2 jours Gaëlle AZRIA 1er au 2 avril 2019
1 630 € HT 23 au 24 septembre 2019

NOUVEAUTÉ Risques de non-conformité


Gouvernance, organisation
et maîtrise
One
to
One

Objectif général Supports et moyens pédagogiques


• Comprendre les enjeux du risque de non-conformité pour les établisse- • Documentation en PowerPoint.
ments bancaires et financiers. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• Connaître les composantes des principales règlementations. • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
• Connaître l’organisation et les dispositifs à mettre en place au sein et confirmer les acquis.
des établissements.
• Savoir appréhender les points de contrôle-clé selon les axes Connaissances requises
de la conformité. • Connaissance de l’environnement bancaire et financier.

Participants
• Collaborateurs et responsables de la direction de la conformité.
• Contrôleurs permanents et périodiques/auditeurs internes et membres
de l’Inspection générale.
• RCSI/RCCI.
• Collaborateurs en charge de la gestion des risques.

PROGRAMME
 Introduction qui doivent prendre en compte des règlementations dans divers
environnements juridiques.
Illustrations par quelques scandales qui ont défrayé la chronique.
Les enjeux du risque de non-conformité (réputation, règlementaire,
sanctions etc.).
 Organisation du dispositif en interne
Compréhension de l’évolution des enjeux depuis quelques années. Le responsable de la conformité.
Rôle et responsabilité (notamment dans le cadre de supervision
 Définitions et positionnement du risque internationale).
de non-conformité Des procédures spécifiées dans les textes :
– Formation-sensibilisation.
Définition du risque de non-conformité.
– Remontée des dysfonctionnements.
Les liens entre éthique, déontologie et non-conformité.
– Nouvelles activités-produits.
Les interactions avec le dispositif de contrôle interne.
– Règles de conservation et d’archivage (en référence aux
Contexte.
recommandations de la CNIL concernant l’archivage).
– L’influence du Comité de Bâle (les 12 principes en matière de contrôle
Les différents reportings issues de la Direction de la Conformité.
interne, de gestion des risques et de conformité).
Les interactions avec les autres acteurs du dispositif de contrôle interne
– Arrêté du 3/11/2014.
et de gestion des risques (Direction du contrôle permanent, équipes du
Pour chacun des thèmes suivants et par rapport au périmètre, les
contrôle périodique, Direction Juridique, Responsable de la fonction de
principaux enjeux seront définis :
gestion des risques) : exemples d’organisation.
– La Sécurité Financière.
– La déontologie des collaborateurs.
– La déontologie vis-à-vis des marchés.
 Cartographie des risques de non-conformité
– Protection de la clientèle et des épargnants. et plans de contrôle
Positionnement du risque de réputation : risque à part entière ou impact ? Mise en œuvre d’une démarche générale de cartographie au sein
d’un établissement de crédit (gouvernance du dispositif, qualité des
 Gouvernance et conformité procédures, dispositif d’information et de communication, pilotage
notamment).
Les implications des instances de gouvernance : rôle des dirigeants
Comment à partir de la cartographie des risques de non-conformité
effectifs et de l’organe de surveillance.
appréhender les contrôles permanents et périodiques nécessaires aux
Le « tone from the top » et sa traduction concrète.
vues du profil, des activités, métiers, organisation et appétit pour les
La comitologie (3 comités obligatoires selon le paquet Bâle III en fonction
risques des établissements assujettis contrôlés.
de la taille des établissements).
Les enjeux de gouvernance pour les grands groupes internationaux

142 Formations 2019 Renseignement par téléphone au 01 70 61 48 60 - fax 01 47 27 07 63 ou ema

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 142 21/09/2018 15:01


416
Audit et
Durée Prix Animateurs Date contrôle,
2 jours repas inclus Luc RETAIL 18 au 19 avril 2019 risques
LCB/FT et analyse financière
1 630 € HT 30 septembre au 1er octobre 2019

LCB/FT et analyse financière NOUVEAUTÉ

Objectif général Supports et moyens pédagogiques One


to
One
• Connaître la documentation comptable et les aspects juridiques et • Documentation en PowerPoint.
fiscaux des sociétés. • Alternance d’illustrations, d’exercices pratiques
• Comprendre la logique générale de la comptabilité, d’un bilan et d’un • QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
compte de résultat. et confirmer les acquis.
• Connaitre les principaux schémas de blanchiment et de fraudes fiscales
dans le milieu de l’entreprise. Connaissances requises
• Etre capable de procéder à des analyses financières sur des clients • Aucune
« entreprises et personnes morales » présentant une anomalie ou un
risque LCB-FT, à partir de ces documents comptables, de la connais-
sance client et des relevés et opérations bancaires.

Participants
• Analystes Compliance LCB-FT.
• Expert-comptable, Commissaires aux Comptes.

PROGRAMME
 Comprendre les mécanismes comptables Éléments de fiscalité :
et financiers de l’entreprise – Les différents régimes fiscaux.
– La TVA.
Revue des différents statuts.
Fraudes fiscales et Carrousels TVA :
La finalité des types de sociétés :
– Schémas types de fraudes et carrousels TVA.
– Aspects juridiques et fiscaux.
– Représentants légaux et associés/actionnaires & bénéficiaires effectifs.
Les documents comptables obligatoires.
 L’analyse financière & les risques LCB-FT
Étude des flux de l’entreprise : Indicateurs de risques et connaissance client :
– Capital social. – Types et historiques des sociétés et représentants légaux et associés.
– Charges/produits. – Noms commerciaux, enseignes et marques.
– Les investissements. – Activités et Situation géographique.
– Les opérations d’inventaire. Indicateurs de risques au regard des comptes produits et opérations.
Présentation de la liasse fiscale Principes méthodologiques de l’analyse financière.
Explication du fonctionnement : Les pièces justificatives relatives à l’identification et la connaissance client.
– Actif/passif. Le dossier d’analyse financière :
– Capitaux propres. – Les éléments d’analyse (bilan, comptes, opérations …).
– Compte de résultat. – Les interrogations et informations externes (NAF FIBEN
INFOGREFFE FCC…).
 Analyser les documents financiers Les éléments complémentaires :
– Les justificatifs demandés au client.
Identification des principaux points et indicateurs d’anomalies et de
– Les appels interbancaires.
risques à la lecture d’une liasse fiscale :
Présentation de différents dossiers et recherche par les participants des
– Principales incohérentes, discordances et anomalies.
éléments significatifs pour se prononcer sur les risques LCB-FT ou de
– Les comptes courants associés.
fraudes fiscales.

ou email contact@afges.com Bon de commande en page 203 de ce catalogue Formations 2019 143

127-152-BLOC400A427_audit controle interne_2019_P.indd 143 21/09/2018 15:01


Audit et
contrôle,
risques
420
Gestion actif/passif (ALM) :
Durée Prix
repas inclus
Animateurs Date
l’essentiel
2 jours Hugues BEAUGRAND 25 au 26 mars 2019
1 630 € HT Henri JACOB 7 au 8 novembre 2019
Michèle PESCHET
Stéphane SALLÉ

One
to
One Gestion actif/passif (ALM) :
l’essentiel
Objectif général Supports et moyens pédagogiques
• Appréhender la gestion globale du bilan à l’aide de cas pratiques. • Documentation en PowerPoint.
• Maîtriser les mécanismes de mise en œuvre. • Alternance d’illustrations et d’exercices pratiques.
• QCU, synthèses, questions/réponses pour vérifier, réviser
Participants et confirmer les acquis.
• Dirigeants de banques, responsables ou futurs responsables de la
fonction ALM, trésoriers, responsables financiers, contrôleurs de Connaissances requises
gestion, responsables d’études