Vous êtes sur la page 1sur 2

COMPARAISON

Une comparaison rapproche deux idées ou deux objets (ou encore un objet et une
idée) : c’est-à-dire un rapport d’analogie entre deux éléments.
La comparaison rhétorique comporte trois éléments essentiels
 un comparant (appelé parfois le « phore ») : ce qui sert à comparer;
 un comparé (appelé parfois le « thème ») : ce que l’on compare;
 un mot de comparaison, appelé aussi parfois mot-outil, ou « comparatif »,
très souvent « comme ».
Ex : Cette bougie brille comme une étoile
Dans l'exemple précédent, "bougie" est le comparé, "étoile" le comparant et
"comme" l'outil de comparaison.
Une comparaison s’opère grâce à un terme comparant (comme, tel, semblable à,
pareil à, aussi, ainsi que, de même que, ressembler à, etc.).
В создании сравнения принимают участие различные лексико-
грамматические средства языка.
С точки зрения грамматики сравнение может быть создано с помощью
различных частей речи: существительных (ressemblance, similitude), глаголов
(paraître, sembler, avoir l’air), прилагательных (tel, semblable à), союзов и
союзных оборотов (ainsi que, comme), предлогов (en, de – le nez en trompette,
une tête de poisson).
On distingue deux types de comparaison selon Bernard Dupriez :
 comparaison simple : une comparaison qui n’est pas une image littéraire,
elle n’a rien de figuratif. Exemple : “La mère est plus grande que son fils”.
 comparaison figurative : cette comparaison a une dimension réthorique et
met l’accent sur le comparant. Lorsqu’on parle de figure de style, on évoque
ce type de comparaison. Ex La Terre est bleue comme une orange
Les comparaisons peuvent etre classées selon le comparé utilisé ou l’usage ou non
d’un verbe associé au comparant :
 la comparaison nominale où le comparé est un nom : « La mer est si bleue
qu’il n’y a que le sang qui soit plus rouge. »
 la comparaison adjectivale où le comparé est un adjectif : « Cependant, qui
l’eût bien examiné l’eût trouvé plus sérieux, plus pâle, plus maigre et comme
spiritualisé ».
 la comparaison verbale où le comparant contient un verbe : « Tous vos nerfs
tressaillent comme des cordes de lyre. »
Divers moyens lexicaux et grammaticaux participent à la création de la
comparaison.
On utilise différentes parties du discours: noms (ressemblance, similitude), verbes
(paraître, sembler, avoir l'air), adjectifs (tel, semblable à), conjonctions (ainsi
que, comme), prépositions (une tête de poisson).

La métaphore, n'indiquant pas la présence de similitude, encourage la recherche de


qualités communes d'objets. La comparaison indique directement la présence d'une
telle similitude.
PERSONNIFICATION
La personnification consiste à donner des traits propres aux êtres humains comme
la parole, la pensée à des animaux ou à des objets inanimés.
Pour construire cette figure de style, on utilise souvent la métaphore ou la
comparaison qui servent à rendre explicite l’assimilation de la chose comparée
aux traits humains.
Les marques de la personnification :
 S’adresser à un élément. L’apostrophe par exemple. Avec quelle rigueur,
destin, tu me poursuis !
 Faire parler un élément. La prosopopée par exemple : Platon fait ainsi parler
les lois dans le Criton.
 Mettre l’élément à la place du sujet auquel se rapporte un verbe réservé aux
humains. Par exemple : C'est un coin de verdure où chante une rivière.
 Mettre une majuscule à l’élément. Attention, ce n’est pas un signe
incontestable de personnification. Vivez, froide Nature, et revivez sans cesse
Sur nos pieds, sur nos fronts, puisque c’est votre loi ;
Un soir, j’ai assis la Beauté sur mes genoux.
l’Habitude venait de me prendre dans ses bras et me portait jusqu’à mon lit
comme un petit enfant.
 On peut aussi personnifier sans mettre de majuscule. Attention, ce n’est pas
un signe incontestable de personnification. Par exemple, dans : « L’Idéal,
c’est la Famille, c’est la Patrie, c’est l’Art » (Queneau, Le Chiendent), il n’y
a pas personnification.