Vous êtes sur la page 1sur 11

Les Cahiers de l’AARS

No. 19
2016-2017
Table des matières

Mohamed Benhamdoune & Jean-Louis Bernezat


L’abri de l’ăġelmam de Wa-n-Telōkat, Immīdir (Parc National et Culturel de l’Ăhaggar)…………………………  7
Friedrich Berger
Zur Lage von Jam………………………………………………………………………………………………………… 13
Jean-Louis Bernezat
L’abri Khamdi Sidha, Ăhélakan occidental (Parc national culturel du Tassili)  …………………………………… 21
Christian Dupuy
Chars sahariens préhistoriques et araires africains actuels. I. L’alimentation des animaux de trait …………… 29
Mohssine El Graoui & Susan Searight-Martinet
Contribution à la connaissance de la céramique néolithique du sud-marocain : le site de l’Adrar n’Metgourine … 45
Yves & Christine Gauthier, Francis & Françoise Auvray
Nouvel abri orné au Borkou (Tchad septentrional) …………………………………………………………………… 49
Yves & Christine Gauthier
Éole, le mauvais élève de la classe ? Remarques sur les peintures dites « archaïques » en Ennedi …………… 69
Du nouveau en Ennedi (Tchad) : remarques sur la chronologie des personnages du type «Niola Doha » … 105
Yves Gauthier & Jérôme Gayet
Une pipe gravée en Ennedi (Tchad)  …………………………………………………………………………………… 119
Pascale Hégy
Le site à peintures rupestres de Kéléo I (Ennedi, Tchad) ……………………………………………………………… 121
Benoît Hoarau, Abdelhadi Ewague & Laurent Auclair
Telouet: un jalon dans la chronologie des images rupestres du Haut-Atlas Marocain …………………………… 139
Nicole Honoré
Un aspect de la vie pastorale au Sahara néolithique : les signes du corps ………………………………………… 151
Julien d’Huy
Matriarchy and prehistory : a statistical method for testing an old theory………………………………………… 159
Gérard Lachaud
Ethnographie du Sahara : les armes traditionnelles des peuples nomades …………………………………………… 171
Suzanne & Gérard Lachaud
À propos de quelques représentations rupestres situées au Grande Riparo (région d’Archei, Ennedi, Tchad) … 193
Fabio Maestrucci & Gianna Giannelli
Montagne e spiriti del Sahara. Dall’Idinen ai Kel Essuf  ……………………………………………………………… 211
Mahmoud Marai & Hardy Böckly
Rock-Art sites and dry monuments in the Erdi. A journey through Northeastern Chad. ……………………… 221
Alain Rodrigue
Nouvelles gravures rupestres dans la région de Foum Zguit (Maroc) ……………………………………………… 237
Ursula Steiner & Friedrich Berger
Rings of stone circles in the Western Desert of Egypt. Addendum ……………………………………………… 241
Ursula Steiner & András Zboray
New rock art sites in the Wadi Wassa (Southern Gilf Kebīr) ………………………………………………………… 243
Claude-Noëlle Vaison
Gravures rupestres du plateau des Eglab (Nord-Ouest du Sahara algérien) ………………………………………… 247
Robert Vernet, Boutar ould el-Arby, Wim Van Neer, Veerle Linseele, Jean-François Saliège & Annabelle Gallin
Économie et milieu dans les plaines intérieures de Mauritanie occidentale à l’Holocène moyen
(Nouadhfat, Aouker occidental) ……………………………………………………………………………………… 253
András Zboray
Four elephant hunt scenes among the Iheren style paintings of Taġelahin,
Ăharhar Tasset and Tamrit (Tasīli-n-Ăjjer) . ………………………………………………………………………… 275
Notes de lecture ……………………………………………………………………………………………………………… 283
Carnets …………………………………………………………………………………………………………………… 299

6
Nouvelles gravures rupestres
dans la région de Foum Zguit (Maroc)

Alain Rodrigue *

Résumé : À la suite des prospections effectuées dans Abstract : Following the survey led in the region
la région de Foum Zguit (Foum Zguid) et en complé- of Foum Zguit (Foum Zguid) and in addition to the
ment des résultats déjà obtenus (Rodrigue 2002, 2008, results already obtained (Rodrigue 2002, 2008, 2013)
2013), un nouveau gisement de gravures rupestres de a new open air rock petroglyphs site is mentioned and
plein air est signalé et documenté. Les gravures, toutes documented. These unpublished engravings can be
inédites, s’inscrivent stylistiquement dans le contexte regarded as an extension of the local stylistic context
local décrit par ailleurs (Nami 2006 ; Nami et al. 2007). described elsewhere (Nami 2006 ; Nami et al. 2007).

Contexte
À vingt-sept kilomètres au sud-ouest de
Foum Zguit, le Jbel Haidouriya, culminant
à 838 mètres, verrouille la plaine de l’Oued
Zguit. Au-delà, et après les collines jumelles
des Glab (Glab Sghrir et Glab Kebir), com-
mence la ḥammāda de Tissint, dans un contexte
archéologique très riche et qui s’étend large-
ment vers le sud, le long de l’Oued Mâllah et
jusqu’au Dra, zone qui a été très peu prospec-
tée. À cinq kilomètres au nord-nord-est du
Glab Sghrir et appartenant donc à l’ensemble
des foyers rupestres publiés jusqu’à nos jours
(Nami 2006, Nami et al. 2007), une petite ride,
fortement ensablée et constituée de blocs et
d’affleurements gréseux, porte une vingtaine
de gravures, en deux ensembles distincts, mais
peu éloignés l’un de l’autre. Les gravures ont tours se terminant par un retour du trait, barre ver- Fig. 2. Motif
toutes été obtenues par piquetage assez régu- ticale joignant le centre de la spirale à la spire ter- foliacé et spirale.
lier et peu profond. Elles sont légèrement pati- minale. Piqueté assez régulier, peu profond.
nées. Le tableau ci-dessous en donne l’inven-
Gravure n° 2 (Fig. 3) – Bloc de gauche : motif
taire (Fig. 1).
foliacé, légèrement patiné. Piquetage peu profond.
Bloc de droite : petite spirale double, légèrement
SUJET NOMBRE
patinée, serpentiforme et cupules, même patine.
Indéterminé 9 Surcharge récente d’écriture arabe, non patinée.
Bovidé 7 Gravure n° 3 (Fig. 4) – Girafe à robe réticulée. La
Serpentiforme 5 queue est relevée et semble inachevée. Cinq protubé-
rances céphaliques (oreilles et ossicônes ?). Piqueté
Spirale 4
large, peu profond. Patine partielle. Cette image
Girafe 1 fait tout l’intérêt de cette station assez modeste :
Zoomorphe indéterminé 1 elle montre les réticules de la robe, ce qui est assez
Fig. 1. Tableau récapitulatif. rare parmi les représentations de girafe au Maroc
(Rodrigue 1993). Les proportions sont assez bien
respectées, ainsi que certains détails anatomiques
Description des gravures (bosse à l’épaule), à la différence des animaux
Gravure n° 1 (Fig. 2) – Bloc de gauche : motif relevés dans la zone par Mustafa Nami (2006), qui
foliacé. Piqueté assez régulier, peu profond. Légère évoquent plus des reptiles géants antédiluviens que
patine. Bloc de droite : spirale sinistrogyre à trois des girafes.

* Adresse : 9, rue de Metz, Castres. Courriel : arodriguelvh@yahoo.fr

Cahiers de l’AARS — n° 19 (2016-2017), p. 237-239. 237


Alain Rodrigue

Gravure n° 4 (Fig. 5) – Boviné très stylisé, queue


tombante, puis deuxième queue plus petite (trait pos-
térieur, moins profond). La tête est à peine suggérée.
La corne est haute est recourbée à son extrémité. Une
ligne sinueuse court au niveau de l’épaule (pelage ?).
Piqueté régulier, légère patine. Un bœuf de même
style existe sur le site principal du Glab Sghrir.
Gravure n° 5 (Fig. 6) – Zoomorphe indéterminé.
La queue enroulée au-dessus de l’arrière-train n’est
pas celle d’un bœuf. Une oreille est ronde tandis que
le mufle est allongé et carré. Un trait adventice relie
les deux trains. À l’arrière de ce zoomorphe appa-
raît un minuscule boviné peut-être monté. Le tout
est exécuté en trait piqueté peu profond, régulier, peu
patiné.
Gravure n° 6 (Fig. 7) – Bovinés. Piquetage assez
fruste, irrégulier, peu profond. Patine légère. La dis-
position de composition est évidente (vache et son
veau ?). Cette imbrication de deux animaux est tout
à fait originale pour la région.
Gravure n° 7 (Fig. 8) – Boviné. Piqueté assez
fruste, patine légère. L’arrière-train est inachevé.
La disposition des cornes tordues existe ailleurs
au Maroc.
Commentaires
Le site rupestre du Jbel Haidouriya est modeste
(vingt-sept sujets) mais il montre une indéniable
unité dans le style comme dans la technique. Les
dessins indéterminés, parmi lesquels se comptent
les spirales et les serpentiformes, représentent
66 % du total des gravures. Viennent ensuite les
bovinés, toujours présents sur les sites relative-
ment anciens dans cette zone et rappelant ceux du
Fig. 3. Motif
foliacé, spirale,
cupules.

Fig. 4. Girafe.

Fig. 5. Boviné.

238
Nouvelles gravures rupestres dans la région de Foum Zguit (Maroc)

site principal de Glab Sghrir. De même, la girafe


d’Haidouriya, assez naturaliste, se distingue net-
tement de celles, schématiques, du site d’Amzrou,
au nord du Bani (Nami 2006). Celles-ci sont
associées à des cavaliers menaçant ces curieuses
girafes à l’aide d’arcs et de flèches : ce qui est tout
à fait nouveau et que les auteurs n’ont pas assez
souligné, mais qui confirme la présence de cette
espèce animale tardivement dans cette région.

Mes vifs remerciements à Francis Auvray, Jean-Pierre


Levallois et Mado Villet pour leur amicale et effi-
cace coopération sur le terrain.
Tous les clichés sont de l’auteur.

Bibliographie

Nami Mustapha 2006. «  Découverte d’une station


rupestre d’un style particulier au Sud marocain. »
Sahara 17, pp. 158-162.
Nami Mustapha Mustapha Atki & Mohamed Belatik,
2007. « Quelques stations rupestres de la région de
Foum Zguid (Tata, Maroc). » Sahara 18 : 159-167.
Rodrigue Alain 1993. « La girafe dans l’art rupestre du
Sud marocain. » Bulletin de la Société d’Histoire
Naturelle de Toulouse 129 : 107-112.
Rodrigue Alain 2002. « Le gisement atérien d’El Glab
Sghrir (Maroc saharien). » Archeologia Africana 7 :
51-57.
Rodrigue Alain 2008. « La station rupestre du Glab
Sghrir (Maroc). » Sahara 19 : 200-202.
Rodrigue Alain 2013. « Un monument lithique excep-
tionnel au Maroc. » Sahara 24 : 237-238.

Fig. 6. Zoomorphe.

Fig. 7. Bovinés.

Fig. 8 Boviné.

239
240
Association des amis de l’Art Rupestre Saharien
Association (loi de 1901) fondée en 1991 et dont le but social est de « promouvoir
les études sur l’art rupestre saharien, faire connaître les documents s’y rapportant, et
toutes les opérations liées directement ou indirectement à cet objet. L’association se
propose en particulier de réunir périodiquement les personnes, amateurs et/ou pro-
fessionnels de la recherche, intéressés à des titres divers par l’art rupestre saharien ;
communiquer tous renseignements utiles, par échange d’informations et d’opinions,
au sein de l’association ou par des publications ; publier une Lettre de l’AARS infor-
mant les membres de tous les événements, scientifiques ou autres, liés à cet objet. »

Siège social et adresse postale


Chez Jean-Loïc Le Quellec
Brenessard, F — 85540 – St-Benoist-sur-Mer

Conseil d’administration
Président : Jean-Loïc Le Quellec
Vice-Président : Frédérique Duquesnoy
Secrétaire : Sylvia Donon
Trésorière : Anne-Catherine Benchellah
Trésorière adjointe : Marie-Jean Nezondet
Responsable site Web : Sylvia Donon
Adjoint : Patrick Dumoulin
Assesseurs : Gérard Germond, Jean-Marc Rouzet

Tarifs 2018: La cotisation annuelle est de 35 €


Les chèques sont à libeller exclusivement à l’ordre de :
« Association des Amis de l’Art Rupestre Saharien »
et doivent être adressés à la trésorière :
Anne-Catherine Benchellah,
34, rue Boussingault, 75013 - Paris
annebenchelah@gmail.com

L’AARS publie comme auteur-éditeur


Conseils aux auteurs

Les articles adressés pour publication doivent être saisis, sans mise en pages, dans un
fichier au format .doc ou .rtf. On évitera les caractères insécables. Cartes, dessins au
trait et photographies doivent être sous forme de fichiers images, avec un document
et un numéro individuel pour chaque illustration (éviter les a, b, c dans les légendes).
Les fichiers images doivent avoir une densité d’au moins 300 dpi pour une largeur
d’au moins 20 cm, et doivent être sauvegardées au format JPG / JPEG en CMJN ou en
niveaux de gris. Textes et illustrations seront transmis soit par courrier (CD ou DVD
exclusivement) soit par courriel ou service de transfert à l’adresse ci-dessous. Voir les
articles de ce numéro pour le formatage bibliographique. Les envois ne respectant pas
ces recommandations ne seront pas pris en compte.
Tout membre de l’AARS à jour de sa cotisation peut participer aux publications
de l’association, sous réserve d’acceptation par le comité de lecture. Les articles
sont publiés sous la responsabilité exclusive des auteurs et ne représentent pas
forcément les positions de l’AARS.

Les propositions d’articles sont à envoyer à :


Jean-Loïc Le Quellec
Brenessard
F — 85540 – St-Benoist-sur-Mer
JLLQ@rupestre.on-rev.com

Datations 
Les datations mentionnées dans les articles sont exprimées soit par rapport à
l’ère commune (AEC pour « avant l’ère commune » et EC pour « de l’ère com-
mune »), en se référant au calendrier grégorien, soit en CalBP auxquelles il suffit
de retirer 1950 pour obtenir leur valeur par rapport à l’ère commune.
Orthographe et accords
En berbère, les noms commençant par un [t] étant féminins, les termes s’y
rapportant seront accordés en fonction (ex.: la Tasīli-n-Ăjjer). Les toponymes et
ethnonymes sahariens, souvent déformés sur les cartes et dans la littérature, seront
restitués dans la mesure du possible, sauf dans les citations, dont l’orthographe
originale sera respectée. Pour les termes arabes et touaregs, on utilisera les corres-
pondances du tableau suivant:
arabe tifinaγ AARS Description, valeurs, commentaires

‫ء‬ ’
Explosive glottale
(attaque vocalique comme dans «assez ! »)

‫ا‬ a ā Voyelle longue (â), souvent intermédiaire entre [a] et [e]

‫ب‬ b b Labiale occlusive sonore (comme dans bateau)

‫ت‬ t t Dentale occlusive sourde (comme dans tableau)

Interdentale spirante sourde


‫ث‬ ṯ (émise avec le bout de la langue entre les dents)

Spirante palatale sonore (comme dans jeune)


jÐ pouvant, selon les régions, être articulée dj (arti-
‫ج‬ j dj g culation affriquée connue notamment en touareg
Z de l’Ăjjer et en arabe algérien) ou g (en touareg de
l’Ăhaggar et en arabe égyptien)
arabe tifinaγ AARS Description, valeurs, commentaires
‫ح‬ h ḥ Spirante laryngale sourde
Fricative vélaire sourde
‫خ‬ x ḫ (comme dans l’allemand Buch)
Apico-dentale dentale occlusive sonore
‫د‬ d d (comme dans date)
Interdentale spirante sonore (émise avec le bout
‫ذ‬ ḏ de la langue entre les dents, comme le th anglais).
Vibrante linguale ( [r] « roulé » ou « liquide »)
‫ر‬ r r comme il peut l’être par exemple en italien
‫ز‬ z z Dentale spirante sonore (comme dans zéro)
‫س‬ s s Dentale spirante sourde (comme dans sortir)
‫ش‬ c š Palatale spirante sourde (comme dans chuinter)
‫ص‬ ṣ Dentale spirante sourde vélarisée ( s emphatique)
Interdentale spirante sonore vélarisée
‫ض‬ D ḍ ( [d] ou [ḏ] emphatiques)
‫ط‬ U ṭ Apico-dentale occlusive sourde ( [t] emphatique)
Interdentale spirante sonore vélarisée
‫ظ‬ Z ẓ ( [ḏ] ou [z] emphatiques)
‫ع‬ c Spirante pharyngale sonore
‫غ‬ p\ γ Vélaire spirante sonore ( [r] grasseyé du français)
Labiodentale spirante sourde (comme dans
‫ف‬ fṛ f «faux»)
‫ڤ‬ g g Occlusive vélaire sonore (comme dans «gamin»)
Occlusive arrière-vélaire sourde avec explosion
‫ق‬ qp q glottale (se prononce [g] en arabe libyen,
et [ ’] en arabe égyptien)
‫ك‬ k k Palatale occlusive sourde (comme dans kaolin)
Linguale correspondant au l français (comme dans
‫ل‬ l l loi). Peut être exceptionnellement emphatisée, et
se note alors avec un point souscrit [ ḷ ]
‫م‬ m m Bilabiale nasalisée (comme dans marteau)
‫ن‬ n n Dentale nasalisée (comme dans numéro)
Nasale vélaire voisée
í ñ (comme à la fin de parking)
Spirante sonore
‫ه‬ h h (comme dans le [h] anglais de « hello! »)
Voyelle longue (comme dans poule) ou spirante
‫و‬ u ū w labiovélaire (comme dans ouate ou tramway)
Consonne longue (comme dans pile)
‫ي‬ iy ī y ou semi-consonne (comme dans yeux, lien)

Remarques:
- Ă ă Ǝ ə: voyelles brèves; [e] se prononce toujours (comme un [é] ou un [è]);
- ā ē ī ō ū : voyelles longues; 
- ḍ ṭ ḷ ẓ ṣ : consonnes emphatiques;
- les consonnes palatisées seront notées dy ḍy ty ;
- r : c’est le [r] roulé, vibrant, alors que γ note le [r] fortement grasseyé, fricatif
et vélaire, souvent noté gh dans la littérature (ex. : l’oasis de Ghat / γāt) ;
- g note toujours le son [g] de « garder »;
- k note le ‫ ك‬arabe et le k touareg (ekk « aller »);
- q note le ‫ ق‬arabe et le q touareg (eqq « manger »);
- s se lit [ss] (jamais [z]); seules les consonnes tendues sont redoublées à l’écrit;
- š note la chuintante [ch] du français chapeau ;
- ḫ note le ‫ خ‬arabe et le x touareg (fricative vélaire sourde correspondant à la
jota de l’espagnol ou au son final de l’allemand « Bach ») souvent notés [kh]
dans la littérature (ex.: Takharkhouri / Taḫarḫūrī);
- ñ note la nasale uvulaire [ŋ] qui est rare (ex.: Ti-n-Abañher).
N.B.: Le même son peut être rendu par des caractères tifinaγ différents selon les
régions et les dialectes. Le tableau et les remarques qui précèdent ne visent pas à
l’exhaustivité, mais devraient permettre de faire face à la plupart des cas usuels.