Vous êtes sur la page 1sur 101

INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

FA100284 ISSN 0335-3931

norme européenne NF EN 15037-1


Septembre 2008

Indice de classement : P 19-810-1

ICS : 91.060.30 ; 91.080.40 ; 91.100.30

Produits préfabriqués en béton


Systèmes de planchers à poutrelles
et entrevous
Partie 1 : Poutrelles

E : Precast concrete products — Beam-and-block floor systems — Part 1: Beams


D : Betonfertigteile — Balkendecken mit Zwischenbauteilen — Teil 1: Balken
© AFNOR 2008 — Tous droits réservés

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR le 6 août 2008 pour prendre effet
le 6 septembre 2008.

Correspondance La Norme européenne EN 15037-1:2008 a le statut d’une norme française.

Analyse Le présent document définit les spécifications relatives aux poutrelles préfabriquées,
fabriquées en béton de granulats courants armé ou précontraint, utilisées,
conjointement avec des entrevous et avec ou sans béton coulé en place (dalle
rapportée), pour la construction de systèmes de planchers et toitures de bâtiment et
pour des ouvrages de génie civil. Les conditions de marquage sont incluses.

Descripteurs Thésaurus International Technique : élément préfabriqué, produit en béton,


plancher en béton, plancher en béton armé, poutrelle i, entrevous, définition,
matériau, acier pour précontrainte, caractéristique mécanique, résistance des
matériaux, positionnement, dimension, tolérance de dimension, tolérance de
position, état de surface, aspect, résistance au feu, propriété thermique, propriété
acoustique, durabilité, essai, mesurage de dimension, essai de conformité,
marquage CE.

Modifications

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) — 11, rue Francis de Pressensé — 93571 La Plaine Saint-Denis Cedex
Tél. : + 33 (0)1 41 62 80 00 — Fax : + 33 (0)1 49 17 90 00 — www.afnor.org

© AFNOR 2008 AFNOR 2008 1er tirage 2008-09-P


INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

Produits industriels en béton BNIB PIB

Membres de la commission de normalisation


Président : M COLLOT
Secrétariat : M HENRY — BNIB

M ABDALLAH SERVICE TECHNIQUE DES BASES AERIENNES


M ALEXANDRE BUREAU VERITAS
M BALOCHE CSTB
M BARTHOU CERIB
M BATAILLE BATAILLE MATÉRIAUX
M BERNARDEAU CERIB
M BERNARDI RECTOR
M BESOZZI UNFOHLM
M BOURDAIS-MASSENET ACOB
M BRIN CEP — CONTRÔLE ET PRÉVENTION
M BRY LCPC/BNSR
M CHENAF CSTB
M COLINA ATILH/BNLH
M COLLOT M COLLOT
M COLSON AFBA — PLANCHERS ACOR
M COSTE AIPCR
M CRETON BNACIER
M DALL'ACQUA EUROBÉTON
M DAUBILLY FNTP
M DAOUDI CETEN APAVE
M DELMAS SEAC GUIRAUD FRÈRES
M DELORT ATILH
M DUPONT CTTB
M ETIENNE SOTUBEMA
M FAUCON CERIB
M FILLOUX SERCE
M GRANIER BUREAU VERITAS
MLE GUYOT CEBTP
M HENRI BONNA SABLA
M HESLING AFNOR
MME KAMMACHER BMI
MME KAMMACHER CSFSBA
M LAINÉ FIB
M LANNOY L'INDUSTRIELLE DU BÉTON
M LARBOT SNCF
M LEBLANC SETRA
M LEMOINE UMGO
M MAHEUT CAPEB
MME OQUAB MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE
M PAILLE SOCOTEC
MME PERO BNSR
M PESCATORE BNCM/CTICM
M PINÇON BNTEC
M PONTHIER AIMCC
M PY KP1
M ROQUE OTEP
M SENIOR UNSFA
M TANNOUS SOPREL
M TOURTIER CRAM
MME VALLADEAU-RONCIN FIB
M VALLÈS M VALLES
MLE VINCENSINI AFNOR CERTIFICATION
M WEBER FRANCE TELECOM
M WIELEZYNSKI CTBA/BNBA
M ZURESCO STRADAL
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

—3— NF EN 15037-1:2008

Avant-propos national

Références aux normes françaises


La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises
identiques est la suivante :
EN 1990 : NF EN 1990 (indice de classement : P 06-100-1)
EN 1992-1-1 : NF EN 1992-1-1 (indice de classement : P 18-711-1)
EN 1992-1-2 : NF EN 1992-1-2 (indice de classement : P 18-712-1)
EN 10080 : NF EN 10080 (indice de classement : A 35-010)
EN 12390-4 : NF EN 12390-4 (indice de classement : P 18-441)
EN 13369 : NF EN 13369 (indice de classement : P 19-800)
prEN 15037-2 : prNF EN 15037-2 (indice de classement : P 19-810-2)
prEN 15037-3 : prNF EN 15037-3 (indice de classement : P 19-810-3)

La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Bibliographie» et les normes françaises identiques est
la suivante :
EN 1365-2 : NF EN 1365-2 (indice de classement : P 92-120-2)
EN 1991-1-1 : NF EN 1991-1-1 (indice de classement : P 06-111-1)
EN 1998 : NF EN 1998 (indice de classement : P 06-030)
EN 12354-2 : NF EN 12354-2 (indice de classement : S 31-004-2)
EN 13225 : NF EN 13225 (indice de classement : P 19-812)
prEN 15037-4 : prNF EN 15037-4 (indice de classement : P 19-810-4)
prEN 15037-5 : prNF EN 15037-5 (indice de classement : P 19-810-5)

Le présent document définit les spécifications relatives aux poutrelles préfabriquées, fabriquées en béton de
granulats courants armé ou précontraint, utilisées, conjointement avec des entrevous et avec ou sans béton coulé
en place (dalle rapportée), pour la construction de systèmes de planchers et toitures de bâtiment et pour des
ouvrages de génie civil.
Des dispositions complémentaires notamment en termes de conception et de réalisation sont fournies dans la norme
NF DTU «Planchers à poutrelles et entrevous» en cours d’élaboration
En France, pour le marquage CE des poutrelles préfabriquées en béton, il est habituellement retenu les méthodes 1
(déclaration des données géométriques et des propriétés des matériaux) et 3 (déclaration de conformité à un dossier
de conception donné) ; de même, pour l’enrobage des armatures tel que défini en 4.3.7 du présent document, il est
appliqué l’EN 1992-1-1 et son annexe nationale NF EN 1992-1-1/NA.
Dans le cas de la méthode 2 de marquage CE (§ ZA.3.3) et pour les performances déterminées par le calcul, le
producteur ou son représentant habilité doit tenir à disposition :
— une déclaration en français que la méthode de calcul est conforme à la présente norme harmonisée,
— un document en français donnant les résultats du calcul et expliquant sur quelles bases les résultats ont été
obtenus pour être en conformité avec les exigences de la présente norme harmonisée.
Le règlement du Comité Européen de Normalisation (CEN) impose que les Normes européennes adoptées par ses
membres soient transformées en normes nationales au plus tard dans les six mois après leur ratification et que les
normes nationales en contradiction soient annulées.
Dans le cadre de cette norme, le CEN a fixé une période transitoire permettant l’adaptation des produits à cette
nouvelle norme, période durant laquelle les membres du CEN ont l’autorisation de maintenir les normes nationales
en vigueur.
En conséquence la norme européenne EN 15037-1 reste en vigueur jusqu’en avril 2011.
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

NORME EUROPÉENNE EN 15037-1


EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Avril 2008

ICS 91.100.30

Version Française

Produits préfabriqués en béton - Systèmes de planchers à


poutrelles et entrevous - Partie 1: Poutrelles

Betonfertigteile - Balkendecken mit Zwischenbauteilen - Precast concrete products - Beam-and-block floor systems
Teil 1: Balken - Part 1: Beams

La présente Norme européenne a été adoptée par le CEN le 30 juin 2007.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, qui définit les conditions dans lesquelles
doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la Norme européenne. Les listes mises à jour et les références
bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être obtenues auprès du Centre de Gestion du CEN ou auprès des membres
du CEN.

La présente Norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une version dans une autre langue faite
par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue nationale et notifiée au Centre de Gestion du CEN, a le même
statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie,
Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte,
Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède et Suisse.

COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION


EUROPÄISCHES KOMITEE FÜR NORMUNG
EUROPEAN COMMITTEE FOR STANDARDIZATION

Centre de Gestion: rue de Stassart, 36 B-1050 Bruxelles

© 2008 CEN Tous droits d'exploitation sous quelque forme et de quelque manière que Réf. n° EN 15037-1:2008 F
ce soit réservés dans le monde entier aux membres nationaux du CEN.
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Sommaire Page

La numérotation des articles suit strictement celle de l'EN 13369 : Règles communes pour les produits
préfabriqués en béton, au moins pour les trois premiers chiffres. Si un article de l'EN 13369 n'est pas pertinent
ou est inclus dans une référence plus générale de la présente norme, son numéro est omis et cela peut
provoquer une discontinuité dans la numérotation.

Avant-propos.......................................................................................................................................................4
Introduction .........................................................................................................................................................6
1 Domaine d’application ..........................................................................................................................7
2 Références normatives .........................................................................................................................7
3 Termes et définitions.............................................................................................................................8
4 Prescriptions ....................................................................................................................................... 10
4.1 Matériaux ............................................................................................................................................. 10
4.2 Production ........................................................................................................................................... 11
4.3 Prescriptions relatives aux produits finis ........................................................................................ 16
5 Méthodes d’essai ................................................................................................................................ 24
5.1 Essais sur le béton ............................................................................................................................. 24
5.2 Mesurage des dimensions et des caractéristiques de surface ..................................................... 24
5.3 Poids des éléments ............................................................................................................................ 25
5.4 Mise en précontrainte......................................................................................................................... 25
6 Évaluation de la conformité............................................................................................................... 26
6.1 Généralités .......................................................................................................................................... 26
6.2 Essais de type ..................................................................................................................................... 26
6.3 Contrôle de la production en usine .................................................................................................. 26
7 Marquage ............................................................................................................................................. 26
8 Documentation technique.................................................................................................................. 26
Annexe A (normative) Plans de contrôle des poutrelles .............................................................................. 28
A.1 Généralités .......................................................................................................................................... 28
A.2 Contrôle du procédé........................................................................................................................... 28
A.3 Contrôle des produits finis ................................................................................................................ 28
Annexe B (informative) Typologie des systèmes de planchers à poutrelles et entrevous ....................... 30
B.1 Généralités .......................................................................................................................................... 30
B.2 Systèmes de planchers avec dalle de compression rapportée coulée en place ......................... 30
B.3 Systèmes de planchers avec dalle de compression composite.................................................... 31
B.4 Systèmes de planchers avec dalle de compression partielle........................................................ 32
B.5 Planchers avec poutrelles autoportantes ........................................................................................ 33
Annexe C (informative) Monolithisme des systèmes de planchers composites........................................ 34
C.1 Généralités .......................................................................................................................................... 34
C.2 Résistance de l’armature de couture................................................................................................ 36
C.3 Ancrage de l’armature de couture .................................................................................................... 36
Annexe D (informative) Dispositions constructives pour les appuis appuis et pour l’ancrage des
armatures............................................................................................................................................. 39
D.1 Généralités .......................................................................................................................................... 39
D.2 Construction des appuis.................................................................................................................... 39
D.3 Ancrage des armatures...................................................................................................................... 47

2
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe E (informative) Calcul de systèmes de planchers composites .......................................................49


E.1 Généralités ...........................................................................................................................................49
E.2 Section résistante du système de plancher fini...............................................................................49
E.3 Valeur de calcul du moment de flexion à mi-portée à l’ELU (MRd) .................................................53
E.4 États limites de service.......................................................................................................................54
E.5 Vérification de la résistance à l'effort tranchant dans les systèmes composites ........................58
Annexe F (informative) Calcul des poutrelles autoportantes........................................................................66
F.1 Généralités ...........................................................................................................................................66
F.2 Valeur de calcul du moment de flexion à l’état limite ultime ..........................................................66
F.3 État limite de service des poutrelles précontraintes .......................................................................66
F.4 Valeur de calcul de l’effort tranchant résistant ................................................................................67
Annexe G (informative) Comportement en diaphragme ................................................................................68
G.1 Généralités ...........................................................................................................................................68
G.2 Cas des bâtiments de faible hauteur.................................................................................................69
Annexe H (normative) Essais pour déterminer les portées de mise en œuvre...........................................70
H.1 Généralités ...........................................................................................................................................70
H.2 Détermination de la portée de mise en œuvre .................................................................................70
H.3 Appareillage .........................................................................................................................................72
H.4 Dispositif d’essai .................................................................................................................................72
H.5 Procédure de chargement ..................................................................................................................73
H.6 Interprétation des résultats ................................................................................................................74
H.7 Rapport d’essai....................................................................................................................................76
Annexe J (informative) Résistance du béton au transfert .............................................................................77
J.1 Généralités ...........................................................................................................................................77
Annexe K (informative) Résistance au feu ......................................................................................................79
K.1 Généralités ...........................................................................................................................................79
K.2 Résistance au feu des systèmes de planchers à poutrelles et entrevous ....................................79
K.3 Détermination par les essais..............................................................................................................79
K.4 Évaluation par le calcul ......................................................................................................................79
K.5 Valeurs tabulées ..................................................................................................................................81
Annexe L (informative) Isolation acoustique ..................................................................................................83
L.1 Généralités ...........................................................................................................................................83
L.2 Isolation acoustique au bruit aérien..................................................................................................83
L.3 Isolation acoustique aux bruits d’impact..........................................................................................83
Annexe Y (informative) Choix de la méthode de marquage CE ....................................................................85
Y.1 Généralités ...........................................................................................................................................85
Y.2 Méthode 1.............................................................................................................................................85
Y.3 Méthode 2.............................................................................................................................................85
Y.4 Méthode 3.............................................................................................................................................85
Annexe ZA (informative) Relations entre la présente Norme européenne et les exigences
essentielles de la Directive UE 89/106/CEE, Directive européenne Produits de
Construction ........................................................................................................................................86
ZA.1 Domaine d'application et caractéristiques applicables ..................................................................86
ZA.2 Procédure d'attestation de conformité des poutrelles pour systèmes de planchers à
poutrelles et entrevous .......................................................................................................................88
ZA.3 Marquage CE et étiquetage ................................................................................................................90
Bibliographie.....................................................................................................................................................98

3
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Avant-propos
Le présent document (EN 15037-1:2008) a été élaboré par le Comité Technique CEN/TC 229 “Produits
préfabriqués en béton”, dont le secrétariat est tenu par AFNOR et a été examiné et approuvé par un groupe
de travail conjoint désigné par le Groupe de liaison CEN/TC 229-TC 250, notamment pour ce qui est de sa
compatibilité avec les Eurocodes structuraux..

Cette Norme européenne devra recevoir le statut de norme nationale, soit par publication d'un texte identique,
soit par entérinement, au plus tard en octobre 2008, et toutes les normes nationales en contradiction devront
être retirées au plus tard en avril 2011.

Le présent document a été élaboré dans le cadre d'un mandat donné au CEN par la Commission Européenne
et l'Association Européenne de Libre Echange et vient à l'appui des exigences essentielles de la (de)
Directive(s) CE.

Pour la relation avec la (les) Directive(s) CE, voir l'Annexe ZA, informative, qui fait partie intégrante du présent
document.

La présente norme relative aux systèmes de planchers à poutrelles et entrevous est constituée de 5 parties :

⎯ EN 15037-1, Produits préfabriqués en béton — Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous —


Partie 1 : Poutrelles

⎯ prEN 15037-2, Produits préfabriqués en béton — Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous —


Partie 2 : Entrevous en béton 1)

⎯ prEN 15037-3, Produits préfabriqués en béton — Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous —


Partie 3 : Entrevous en terre cuite 1)

⎯ prEN 15037-4, Produits préfabriqués en béton — Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous —


Partie 4 : Entrevous en polystyrène 1)

⎯ prEN 15037-5, Produits préfabriqués en béton — Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous —


Partie 5 : Entrevous légers 1)

La présente norme fait partie d'une série de normes de produits destinées aux produits préfabriqués en béton.

Pour les aspects généraux, il est fait référence à l’EN 13369: Règles communes pour les produits
préfabriqués en béton, de laquelle sont également tirées les exigences applicables de l’EN 206-1: Béton —
Partie 1 : Spécification, performances, production et conformité.

Les références à l’EN 13369 par les normes de produits du CEN/TC 229 sont destinées à les rendre
homogènes et à éviter les répétitions d’exigences similaires.

Les Eurocodes servent de référence commune en termes de conception. La mise en œuvre de certains
produits structurels préfabriqués en béton est régie par l’ENV 13670-1: Exécution des ouvrages en béton —
Partie 1 : Tronc commun, qui a pour le moment le statut d'une Prénorme européenne. Dans tous les pays,
elle peut être accompagnée de variantes d'application nationale et il convient de ne pas la considérer comme
une Norme européenne.

1) A élaborer.

4
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Le programme de normes destinées aux produits structurels préfabriqués en béton comprend les normes
suivantes, composées dans certains cas de plusieurs parties :

EN 1168, Produits préfabriqués en béton — Dalles alvéolées

EN 12794, Produits préfabriqués en béton — Pieux de fondation

EN 12843, Produits préfabriqués en béton — Mâts et poteaux

EN 13224, Produits préfabriqués en béton — Éléments de plancher nervurés

EN 13225, Produits préfabriqués en béton — Éléments de structure linéaires

EN 13693, Produits préfabriqués en béton — Éléments spéciaux de toiture

EN 13747, Produits préfabriqués en béton — Prédalles pour systèmes de planchers

EN 13978, Produits préfabriqués en béton — Garages préfabriqués en béton

EN 14843, Produits préfabriqués en béton — Escaliers

EN 14844, Produits préfabriqués en béton — Cadres enterrés

EN 14991, Produits préfabriqués en béton — Éléments de fondation

EN 14992, Produits préfabriqués en béton — Éléments de murs

EN 15050, Produits préfabriqués en béton — Éléments de ponts

prEN 15258, Produits préfabriqués en béton — Éléments de murs de soutènement

La présente norme définit, dans l'Annexe ZA, les méthodes d'apposition du marquage CE sur des produits
dimensionnés en utilisant les Eurocodes EN applicables (EN 1992-1-1:2004 et EN 1992-1-2:2004). Lorsque
les ouvrages visés ne remplissent pas les conditions d'applicabilité des Eurocodes EN et que des dispositions
de dimensionnement autres que celles des Eurocodes EN sont utilisées en matière de résistance mécanique
et/ou de résistance au feu, les conditions d'apposition du marquage CE sur le produit sont celles décrites
en ZA.3.4.

Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les instituts de normalisation nationaux des pays suivants
sont tenus de mettre cette Norme européenne en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie,
Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie,
Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie,
Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède et Suisse.

5
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Introduction
L'évaluation de la conformité décrite dans la présente norme s’applique aux éléments préfabriqués finis mis
sur le marché et couvre toutes les opérations de production effectuées à l'usine.

Pour les règles de calcul, il est fait référence à l'EN 1992-1-1:2004. Des règles complémentaires sont fournies
si nécessaire.

Des recommandations concernant les systèmes de planchers à poutrelles et entrevous sont présentées dans
les annexes informatives relatives au monolithisme des systèmes de planchers composites (Annexe C), aux
dispositions constructives pour les appuis et pour l’ancrage des armatures (Annexe D), au calcul des
systèmes de planchers composites (Annexe E), au calcul des poutrelles autoportantes (Annexe F), au
comportement en diaphragme (Annexe G), à la résistance au feu (Annexe K) et à l'isolation acoustique
(Annexe L).

Conformément au 1.2 de l'EN 1992-1-1:2004, les règles complémentaires données dans les annexes
informatives de la présente norme sont conformes aux principes applicables de l'EN 1992-1-1.

La justification expérimentale étant essentiellement basée sur des éléments de hauteur et de largeur limitée,
la présente norme s'applique à des éléments dont les dimensions satisfont ces limites. Cette limitation ne vise
pas à interdire l'utilisation d'éléments de dimensions supérieures, mais l'expérience est encore insuffisante
pour pouvoir établir des règles de calcul normalisées.

Dans les paragraphes 4.2.3, 4.3.2, 4.3.3 et 4.3.4, la présente norme donne des dispositions spécifiques
issues de l’application des règles de l’EN 1992-1-1:2004 et de l’EN 1992-1-2:2004, élaborées de manière
spécifique pour le produit concerné. L’utilisation de ces dispositions est cohérente avec le calcul d’ouvrages
réalisé conformément à l’EN 1992-1-1:2004 et à l’EN 1992-1-2:2004.

6
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

1 Domaine d’application
La présente Norme européenne spécifie les prescriptions, les critères de performance de base et l’évaluation
de la conformité des poutrelles préfabriquées en béton armé ou précontraint de granulats de masse
volumique normale conformément à l’EN 1992-1-1:2004, avec ou sans coque en terre cuite, utilisées
conjointement avec des entrevous conformes au prEN 15037-2, au prEN 15037-3, au prEN 15037-4 ou au
prEN 15037-5, avec ou sans béton coulé en place pour la construction de systèmes de planchers et de
toitures à poutrelles et entrevous. L’Annexe B donne des exemples de la typologie de différents systèmes de
planchers et de toiture correspondants.

Il est essentiel que la hauteur totale de la poutrelle soit comprise entre 60 mm et 500 mm et que l'entraxe des
poutrelles ne dépasse pas 1,00 m.

Pour des hauteurs supérieures, il est essentiel que les poutrelles préfabriquées en béton soient conformes à
l'EN 13225.

Les produits couverts par la présente norme sont destinés à être utilisés comme systèmes structurels de
planchers et de toitures (non soumis à charge de fatigue), y compris pour le stationnement des véhicules
légers avec un trafic de catégorie F selon l’EN 1991-1-1:2002.

Les produits peuvent être utilisés dans des zones sismiques à condition qu’ils répondent aux prescriptions
spécifiques à cette utilisation.

2 Références normatives
Les documents de référence suivants sont indispensables pour l'application du présent document. Pour les
références datées, seule l'édition citée s'applique. Pour les références non datées, la dernière édition du
document de référence s'applique (y compris les éventuels amendements).

EN 1990:2002, Eurocode — Bases de calcul des structures.

EN 1992-1-1:2004, Eurocode 2 : Calcul des structures en béton — Partie 1-1 : Règles générales et règles
pour les bâtiments.

EN 1992-1-2:2004, Eurocode 2: Calcul des structures en béton — Partie 1-2 : Règles générales — Calcul du
comportement au feu.

EN 10080:2005, Aciers pour l’armature du béton — Aciers soudables pour béton armé — Généralités.

EN 12390-4:2000, Essais pour béton durci — Partie 4 : Résistance à la compression — Spécifications pour
les machines d'essai.

EN 13369:2004, Règles communes pour les produits préfabriqués en béton.

prEN 15037-2, Produits préfabriqués en béton — Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous —


Partie 2 : Entrevous en béton.

prEN 15037-3, Produits préfabriqués en béton — Systèmes de planchers à poutrelles et entrevous —


Partie 3 : Entrevous en terre cuite.

7
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

3 Termes et définitions
Pour les besoins du présent document, les termes et définitions donnés dans l’EN 13369:2004 ainsi que les
termes et définitions suivants s'appliquent.

3.1
poutrelle
élément structurel linéaire de petite section transversale, constitué de béton armé ou précontraint,
entièrement ou partiellement préfabriqué

NOTE Il peut comprendre des éléments pouvant contribuer ou non à sa résistance (par exemple talon en terre cuite,
coques en terre cuite) comme l’illustre la Figure 1.

a) poutrelles en T renversé b) poutrelle en I

c) poutrelles à treillis

d) poutrelles à coques en terre cuite

Figure 1 — Exemples de poutrelles

3.2
poutrelle en béton précontraint
poutrelle précontrainte par armatures prétendues constituant le ferraillage principal du système de plancher

8
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

3.3
poutrelle en béton armé
poutrelle dont l’armature longitudinale, en acier pour béton armé, constitue l’armature principale du système
de plancher

3.4
poutrelle autoportante
poutrelle en béton armé ou précontraint qui assure la résistance finale du système de plancher
indépendamment de tout autre élément constitutif du système

3.5
poutrelle non autoportante
poutrelle en béton armé ou précontraint qui assure la résistance finale du plancher conjointement avec du
béton coulé en place, et éventuellement avec les entrevous

3.6
entrevous
élément en béton normal ou léger, en terre cuite, en polystyrène, en plastique alvéolaire ou en bois
reconstitué, placé entre les poutrelles (voir également prEN 15037-2, prEN 15037-3, prEN 15037-4 et
prEN 15037-5)

3.7
armature de couture
armature ancrée des deux côtés de l’interface entre la poutrelle et le béton coulé en place

NOTE Elle peut être constituée des diagonales des raidisseurs à treillis, d’armatures individuelles ou d’armatures
continues en forme de boucles, avec éventuellement une barre longitudinale soudée au sommet et/ou à la base (voir
Figure 2)

a) raidisseur à treillis b) armature en boucles

Figure 2 — Exemples d’armatures de couture

3.8
armature d’effort tranchant
armature formant un angle compris généralement entre 45° et 90° par rapport à l’axe longitudinal des
poutrelles

NOTE Elle est dite "interne" si elle ne fournit qu’une résistance à l’effort tranchant de la poutrelle seule. En pratique,
elle est formée de raidisseurs à treillis, d’armatures en boucles, d’étriers, etc.

3.9
raidisseur à treillis
structure métallique bi- ou tri-dimensionnelle comprenant une membrure supérieure, une ou plusieurs
membrures inférieures et des diagonales continues ou discontinues qui sont soudées ou assemblées
mécaniquement aux membrures

9
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

NOTE La Figure 3 illustre quelques exemples de raidisseurs à treillis.

a) diagonales continues b) diagonales discontinues

Figure 3 — Exemples de raidisseurs à treillis

3.10
système de planchers à poutrelles et entrevous
plancher réalisé en combinant des poutrelles parallèles et des entrevous placés entre celles-ci,
éventuellement avec une dalle rapportée coulée en place qui peut servir ou non de dalle de compression

3.11
dalle de compression
membrure supérieure comprimée d'une section de plancher porteur

NOTE Il peut s'agir d'une dalle de répartition liée aux nervures ou de la membrure supérieure des entrevous
résistants et de la partie supérieure de la nervure

3.12
dalle de répartition
dalle en béton armé monolithique coulée en place sur toute la surface du plancher afin de répartir sur les
nervures les charges concentrées ou pour assurer la résistance à la flexion de la dalle entre les nervures

4 Prescriptions

4.1 Matériaux

4.1.1 Généralités

Le paragraphe 4.1.1 de l’EN 13369:2004 s’applique.

4.1.2 Matériaux constitutifs du béton

Le paragraphe 4.1.2 de l’EN 13369:2004 s’applique.

4.1.3 Acier pour béton armé

4.1.3.1 Barres, couronnes et treillis soudé

Le paragraphe 4.1.3 de l’EN 13369:2004 s’applique.

4.1.3.2 Raidisseurs à treillis

Les raidisseurs à treillis doivent être conformes à l'EN 10080.

4.1.3.3 Armatures de couture

Les armatures de couture autres que les raidisseurs à treillis doivent être en acier à verrous, à empreintes ou
lisse et être conformes aux normes appropriées. Lorsque leur aptitude peut être démontrée, des fils ou des
torons de précontrainte peuvent également être utilisés.

10
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Leur diamètre doit être compris entre 4 mm et 8 mm, au sens large.

4.1.4 Acier pour béton précontraint

Le paragraphe 4.1.4 de l’EN 13369:2004 s’applique.

Seules des armatures de précontrainte (fils ou torons) d’un diamètre inférieur à 13 mm doivent être utilisées.

NOTE D'autres aciers pour béton précontraint conformes aux prescriptions nationales peuvent être utilisés tant que
des spécifications européennes ne sont pas disponibles.

4.1.5 Inserts et connecteurs

Le paragraphe 4.1.5 de l’EN 13369:2004 s’applique.

4.2 Production

4.2.1 Fabrication du béton

Le paragraphe 4.2.1 de l’EN 13369:2004 s’applique.

NOTE Pour les poutrelles en béton armé, les valeurs du Tableau 1 de l'EN 13369:2004 peuvent être réduites, avec
une résistance minimale à la compression de 4 MPa (mesurée sur cylindre) à la fin de la cure.

4.2.2 Béton durci

4.2.2.1 Classes de résistance

Le paragraphe 4.2.2.1 de l’EN 13369:2004 s’applique.

4.2.2.2 Résistance à la compression

Le paragraphe 4.2.2.2 de l’EN 13369:2004 s’applique. En outre, la résistance à la compression minimale du


béton à la livraison ne doit pas être inférieure à 20 MPa pour les poutrelles en béton armé et à 25 MPa pour
les poutrelles précontraintes.

NOTE Dans le cas des poutrelles en béton précontraint pour lesquelles on donne la résistance minimale du béton au
transfert de la précontrainte, il n'est pas nécessaire de vérifier la résistance du béton à la date de la livraison.

La classe du béton ne doit pas être inférieure à C25/30 pour les poutrelles en béton armé et à C30/37 pour
les poutrelles précontraintes.

4.2.3 Armatures structurales

4.2.3.1 Préparation de l’acier pour béton armé

Le paragraphe 4.2.3.1 de l’EN 13369:2004 s’applique.

4.2.3.2 Mise en tension et en précontrainte

4.2.3.2.1 Contraintes de tension initiales

Le paragraphe 4.2.3.2.1 de l’EN 13369:2004 s’applique.

11
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

4.2.3.2.2 Précision de la mise en tension

Le paragraphe 4.2.3.2.2 de l’EN 13369:2004 s’applique.

4.2.3.2.3 Résistance minimale du béton au transfert

Lors du transfert de la force de précontrainte, le béton doit avoir une résistance minimale en compression,
fcmin,p, d’au moins (5/3) σcp où σcp est la contrainte de compression développée dans la fibre inférieure de la
poutrelle sous la force de précontrainte finale, ou d'au moins 20 MPa si cette valeur est supérieure.

La résistance minimale du béton au transfert doit être vérifiée conformément à 5.1.

4.2.3.2.4 Rentrée des armatures de précontrainte

En complément du paragraphe 4.2.3.2.4 de l’EN 13369:2004, il convient de déduire les valeurs maximales de
rentrée des armatures de précontrainte dépassantes du Tableau 1. Si la contrainte de tension initiale, σ0, est
inférieure à la valeur maximale de la contrainte de tension, σ0max, comme défini en 4.2.3.2.1 de
l’EN 13369:2004, les valeurs du Tableau 1 doivent être réduites dans un rapport σ0 / σ0max.

Tableau 1 — Valeurs maximales de rentrée des armatures de précontrainte dépassantes, ΔLo, en mm

Fils Torons

diamètre fcmin,p = 20 MPa fcmin,p = 30 MPa diamètre fcmin,p = 20 MPa fcmin,p = 30 MPa

∅4 2,0 2,0 ∅ 5,2 2,5 2,5


∅5 2,2 2,0 ∅ 6,85 2,8 2,5
∅6 2,4 2,0 ∅ 9,3 3,0 2,5
∅7 2,6 2,3 ∅ 12,5 3,5 3,0

NOTE De "bonnes" conditions d’adhérence sont obtenues dans le cas d'éléments extrudés, filés ou moulés. Pour la
description des "bonnes" et "mauvaises" conditions d’adhérence, la Figure 8.2 de l’EN 1992-1-1:2004 s’applique.

La rentrée des armatures de précontrainte doit être vérifiée conformément à 5.4.2.

4.2.3.2.5 Valeurs limites pour la force de précontrainte

La valeur de la force de précontrainte est limitée par les deux conditions suivantes :

a) Précontrainte minimale

La valeur de la contrainte de compression résultant uniquement de l’action de la force de précontrainte finale


ne doit pas être inférieure à 2 MPa en moyenne dans la section transversale et à 4 MPa dans la fibre
inférieure de la poutrelle.

b) Précontrainte maximale

La contrainte de traction maximale dans la fibre supérieure du béton résultant de l’action de la force de
précontrainte et du poids propre de la poutrelle doit être limitée.

NOTE Une valeur de 0,30 fcmin,p2/3 peut être utilisée, où fcmin,p est la résistance du béton au transfert.

La résistance minimale en compression doit être vérifiée conformément à 4.2.3.2.3

12
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

4.2.3.2.6 Pertes de précontrainte

La force de précontrainte finale, Pm,∞, est égale à la force de précontrainte initiale, Po, moins les pertes totales
ΔP après un temps infini.

Pour la détermination des pertes de précontrainte, en l’absence de calcul plus précis, il convient de déduire
les valeurs du Tableau 2 ci-après.

Tableau 2 — Pertes de précontrainte finales

Contrainte initiale dans les Pertes finales au bout d'un temps infini, en
armatures de précontrainte pourcentage de la force de précontrainte initiale
(σ0max) (ΔP/P0 %)

min (0,85 fpk; 0,95 fp0,1k) 22 %

0,80 fpk 21 %

0,75 fpk 20 %

0,70 fpk 19 %

0,65 fpk 17 %

4.2.4 Positionnement des armatures

4.2.4.1 Transfert de la contrainte d’adhérence

Lorsqu’il existe un talon en terre cuite ou une coque en terre cuite, la distance entre la surface extérieure de
l’armature longitudinale et la face interne de l’élément en terre cuite la plus proche ne doit pas être inférieure
aux valeurs indiquées ci-dessous :

⎯ ∅ mm ou 5 mm, si cette valeur est supérieure, dans le cas d’une armature précontrainte ;

⎯ ∅ mm ou 8 mm, si cette valeur est inférieure, dans le cas d’une armature passive ;

avec ∅ diamètre de la barre.

4.2.4.2 Bétonnage et compactage corrects du béton

Sauf si cela peut être justifié autrement, l’espacement nominal libre entre les barres ou les paquets de barres
constituant le ferraillage principal doit être au moins égal à ceux illustrés par la Figure 4, où dg est la
dimension du plus gros granulat.

Dans le cas des entrevous à coques en terre cuite, la forme extérieure des poutrelles correspond à la forme
intérieure des coques.

13
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions nominales en millimètres

a) poutrelle en béton armé b) poutrelle précontrainte

c ≥ cv si α ≥ 45°
c ≥ ch + 5 mm si α < 45°

c) poutrelle en béton armé et précontraint

Légende
(1) Diamètre de la plus grosse armature

Figure 4 — Espacement nominal libre pour un bétonnage et un compactage corrects

Afin d’assurer un compactage correct du béton coulé en place autour de l’armature de couture, la distance
libre entre la surface supérieure de la poutrelle et la face inférieure des boucles ou des étriers ne doit pas être
inférieure à 35 mm. Dans le cas d’une barre longitudinale soudée au sommet des boucles ou des étriers, il
convient de réduire cette distance à 20 mm (voir Figure 5).

14
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions nominales en millimètres

a) boucles sans armature b) boucles avec armature c) raidisseur à treillis


longitudinale longitudinale soudée

Figure 5 — Positionnement de l’armature de couture pour un bétonnage et un compactage corrects

4.2.4.3 Prescriptions particulières relatives aux armatures de couture et d'effort tranchant

Lorsque des armatures de couture ou d'effort tranchant sont utilisées :

⎯ les brins ou les diagonales de l'armature de couture doivent être en acier à verrous, à empreintes ou
lisse ;

⎯ le diamètre nominal des brins ou des diagonales de l’armature de couture ou de l'armature d'effort
tranchant doit être compris entre 4 mm et 8 mm, limites incluses ;

⎯ le fabricant doit déclarer la résistance à l’arrachement de l’armature de couture du béton de la poutrelle


sur la base d’un calcul ou d’essais ;

⎯ la résistance de l’assemblage soudé doit être garantie ;

⎯ sous réserve de vérification, l’armature de couture ou l'armature d'effort tranchant peuvent également
être fabriquées en fils de précontrainte, en limitant la résistance à la traction à 500 MPa.

4.2.4.4 Prescriptions particulières relatives au positionnement des armatures de précontrainte

Une distance minimale, cmin, doit être maintenue entre la surface extérieure de l’armature de précontrainte par
prétention et la surface de béton la plus proche pour éviter le risque de fissuration longitudinale des
poutrelles.

En l’absence de calculs ou d’essais spécifiques, l’enrobage minimal des armatures, cmin, entre la surface
extérieure de l’armature de précontrainte et la surface de béton la plus proche doit être au moins égal aux
valeurs suivantes (voir Figure 6) :

⎯ lorsque l’entraxe nominal des armatures de précontraintes ≥ 3 ∅ : cmin = 1,5 ∅ ;

⎯ lorsque l’entraxe nominal des armatures de précontraintes ≤ 2,5 ∅ : cmin = 2,5 ∅.

pour les valeurs intermédiaires de l'entraxe nominal, il convient de déduire cmin par interpolation linéaire entre
les valeurs calculées précédentes.

NOTE 1 Si des armatures de diamètres différents sont utilisées, le diamètre pris en compte pour la condition sur les
entraxes nominaux est le diamètre moyen.

15
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Figure 6 — Dimension minimale pour éviter la fissuration du béton des poutrelles précontraintes

NOTE 2 Lorsqu’il existe un talon en terre cuite ou une coque en terre cuite, et si les joints entre les éléments en terre
cuite sont bien remplis de béton dans leur partie inférieure, on peut considérer qu’une épaisseur de x mm de terre cuite
est équivalente à un enrobage des armatures égal à x mm (pour les armatures actives et passives).

4.3 Prescriptions relatives aux produits finis

4.3.1 Géométrie

4.3.1.1 Généralités

Le paragraphe 4.3.1 de l'EN 13369:2004 s’applique, complété des paragraphes suivants.

Pour la documentation technique, voir l'Article 8.

4.3.1.2 Tolérances de fabrication

4.3.1.2.1 Généralités

Les écarts maximaux sur les dimensions nominales spécifiées, mesurés conformément à 5.2, doivent
satisfaire les prescriptions ci-après.

4.3.1.2.2 Tolérances dimensionnelles

a) longueur nominale du béton : ± 25 mm

b) hauteur nominale h : (− 5 ; + 10) mm si h ≤ 100 mm

(− 5h/100 ; + 10) mm si 100 ≤ h ≤ 200 mm

(− 10 ; + 10) mm si 200 ≤ h ≤ 500 mm

c) largeur du talon ± 5 mm

d) autres dimensions transversales :

⎯ poutrelles autoportantes et poutrelles non autoportantes sans contre-dépouille (− 5 ; + 10) mm ;

⎯ poutrelles non autoportantes avec contre-dépouille (− 5 ; + 5) mm.

NOTE Les conditions pour considérer qu'il y a contre-dépouille sont données dans le Tableau 3 (type c2b).

16
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

e) rectitude des poutrelles précontraintes dans le plan horizontal : ≤ 1/250e de la longueur du béton

4.3.1.2.3 Tolérances relatives au positionnement des armatures

a) Armature longitudinale passive :

⎯ position dans la section transversale : verticalement : ± 5 mm, pour chaque armature


individuellement ;

⎯ position longitudinale : ± 15 mm

⎯ longueur de dépassement : [- 20 mm ; + 50 mm]

NOTE La tolérance sur la position longitudinale peut être augmentée si des dispositions spécifiques garantissent un
niveau de sécurité équivalent.

b) Armature de précontrainte active

⎯ position dans la section transversale : verticalement : ± MIN[5% hc ; 10 mm], pour chaque


armature individuellement

± MAX[hc/40 ; 3 mm] sur le centre de


gravité des armatures tendues

où hc est la hauteur de la poutrelle, raidisseur à treillis exclus (voir Figure 7)

horizontalement : ± 10 mm pour chaque armature


individuellement

⎯ longueur de dépassement : [- 20 mm ; + 50 mm]

c) Armatures transversales (armatures de couture et armatures d’effort tranchant)

⎯ position dans la section transversale : verticalement ± 10 mm

horizontalement : ± 10 mm pour chaque armature


individuellement

⎯ position longitudinale : ± 30 mm

4.3.1.3 Dimensions minimales

En complément du paragraphe 4.3.1.2 de l’EN 13369:2004, les paragraphes suivants s’appliquent. Les
dimensions doivent être vérifiées conformément à 5.2.2.

a) Hauteur

⎯ poutrelles autoportantes : 100 mm ≤ h ≤ 500 mm

⎯ poutrelles non autoportantes : 70 mm ≤ h ≤ 500 mm

⎯ poutrelles non autoportantes sans raidisseur à treillis et sans âme : h ≥ 60 mm

17
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

b) Largeurs

⎯ largeur talon bo ≥ 85 mm

⎯ largeur âme bw ≥ 40 mm

a) poutrelle en T renversé b) poutrelle à treillis

c) poutrelles avec coques en terre cuite

Figure 7 — Définitions des dimensions de poutrelle

c) Dimensions de la feuillure d’appui (voir Figure 8)

⎯ largeur d'appui bf ≥ 20 mm

⎯ hauteur hf ≥ Max [0,9 bf ; 30 mm]

⎯ angle αf ≤ 35°

18
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions nominales en millimètres

hf ≥ max (0,9 bf ; 30)

Figure 8 — Dimensions de la feuillure d’appui

NOTE La distance de 10 mm entre le becquet de l'entrevous et la diagonale du raidisseur à treillis est une valeur
minimale (enrobage).

4.3.2 Etat de surface

4.3.2.1 Feuillure d'appui

Les surfaces des poutrelles sur lesquelles s'appuient les entrevous doivent être planes.

NOTE Si des talons en terre cuite sont placés sur la face inférieure du béton lors de la fabrication, la terre cuite peut
être rainurée pour permettre la liaison.

4.3.2.2 Surface supérieure et côtés

Pour tenir compte de l’adhérence entre les poutrelles et le béton coulé en place lors du contrôle du
monolithisme du système de plancher composite constitué de poutrelles non autoportantes (voir Annexe C),
les caractéristiques de surface de l’interface des poutrelles avec le béton coulé en place doivent faire l’objet
d’une déclaration et doivent être garanties.

Cette surface doit être propre et exempte de tout corps étranger qui pourrait nuire à l’adhérence. Elle doit être
vérifiée conformément à 5.2.3.

Les poutrelles à coque en terre cuite doivent comporter une partie en béton rugueux et une partie en terre
cuite fortement rainurée.

Le Tableau 3 indique, en fonction des différents états de surface qui sont actuellement obtenus dans la
pratique pour les poutrelles précontraintes, la valeur de calcul de la contrainte de cisaillement à l’interface
correspondant à l’état limite ultime, k1νRdi, et la valeur du coefficient de frottement k2μ, en prenant pour k1 et k2
les valeurs recommandées k1 = k2 = 1,0.

19
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Tableau 3 — États de surface des poutrelles précontraintes (sommet et côtés)

Valeurs pour νRdi (MPa)

Type États de surface de la poutrelle Classes de béton coulé en place μ

C20/25 C25/30 ≥ C30/37


c1 — Le sommet et les côtés de la poutrelle sont filés ou
extrudés (pas de contre-dépouille).

0,41 0,48 0,54 0,6

c2a — Le sommet de la poutrelle est rugueux (surface avec


des aspérités d'au moins 3 mm, espacées au plus
de 20 mm) ou rainuré ou ondulé transversalement. Les
côtés de la poutrelle sont moulés, filés ou extrudés (pas
de contre-dépouille).

— Pour les poutrelles en terre cuite avec âme, les côtés


sont rainurés et la hauteur du plancher est égale à la
hauteur de la poutrelle.

0,46 0,55 0,63 0,7

c2b — Le sommet et les côtés de la poutrelle sont filés ou


extrudés et sont amincis vers le talon avec une contre-
dépouille supérieure à 4 mm et un angle d’au moins 6 %
sur une hauteur supérieure à 2/3 de la hauteur utile de la
liaison hu

«à suivre»

20
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Tableau 3 (fin)

Valeurs pour νRdi (MPa)

Type États de surface de la poutrelle Classes de béton coulé en place μ

C20/25 C25/30 ≥ C30/37


— La poutrelle est comme décrit en c2b et le sommet est
c3a
rugueux, comme défini en c2a

0,58 0,69 0,79 0,8

c3a — Pour les poutrelles en terre cuite avec une âme, le


sommet est rugueux, comme défini en c2a, les côtés sont
rainurés et le plancher est complété par une dalle
rapportée.
— Pour les poutrelles en terre cuite sans âme, le
sommet est rugueux, comme défini en c2a,

0,58 0,69 0,79 0,8

c3b — La section transversale est semblable à la forme


décrite en c2b. Le sommet et les côtés de la poutrelle sont
non traités et les surfaces des côtés ont un aspect
taloché.
c4 — La poutrelle est comme décrit en c3b et le sommet est
0,60 0,75 0,83 0,8
rugueux comme défini en c2

c5 — Le sommet et les côtés de la poutrelle sont crantés


transversalement comme défini en 6.2.5 de
l’EN 1992-1-1:2004

0,60 0,75 0,90 0,9

NOTE 1 Pour la vérification dans des situations accidentelles, les valeurs de νRdi peuvent être majorées de 25 %.

NOTE 2 Les éléments en terre cuite (poutrelles et entrevous) peuvent être humidifiés juste avant de couler le béton en
place.

4.3.3 Résistance mécanique

4.3.3.1 Généralités

Le paragraphe 4.3.3.1 de l’EN 13369:2004 s’applique.

Pour la documentation technique, voir l'Article 8.

21
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

4.3.3.2 Vérification par le calcul

Le paragraphe 4.3.3.2 de l’EN 13369:2004 s’applique.

4.3.3.3 Vérification par le calcul assisté par des essais

En complément du paragraphe 4.3.3.3 de l'EN 13369:2004, les prescriptions ci-après s'appliquent.

Pour les situations transitoires, le modèle de calcul utilisé pour calculer la résistance des poutrelles en béton
armé ou précontraint doit être au préalable validé par des essais.

Pour la validation d'un modèle de calcul, une méthode d'essai est donnée à l'Annexe H.

Après validation du modèle de calcul, des essais de contrôle doivent être réalisés sur les poutrelles, selon le
même mode opératoire que les essais de type initiaux. Les poutrelles doivent être calculées avec l'hypothèse
donnée en H.2.

Pour les poutrelles d'une hauteur supérieure à 150 mm, les essais de contrôle peuvent être omis si le modèle
de calcul utilisé tient compte des tolérances géométriques.

4.3.3.4 Vérification par les essais

Sans objet

4.3.3.5 Coefficients de sécurité

Le paragraphe 4.3.3.5 de l'EN 13369:2004 s'applique.

4.3.3.6 Situations transitoires

En complément du paragraphe 4.3.3.6 de l'EN 13369:2004, les prescriptions ci-après s'appliquent.

Les situations transitoires couvertes par ce paragraphe se rapportent au stockage, à la manutention, au


transport et à la mise en oeuvre.

La résistance et les propriétés de la poutrelle en béton à considérer dans les situations transitoires sont celles
qui sont spécifiées par le fabricant au moment de la livraison.

Les longueurs d'appui effectives, les distances entre appuis définitifs et entre appuis provisoires (étais par
exemple), ainsi que les charges prises en compte pour leur détermination, doivent être déclarées.

La documentation technique doit fournir les plans de pose recommandés.

Les méthodes de stockage et de transport, ainsi que la position des points d’appui doivent être indiqués dans
la documentation fournie.

La position des points de levage doit être déterminée de manière à limiter la contrainte de traction à des
valeurs appropriées sous l’action du poids propre de la poutrelle multiplié par un coefficient dynamique.

Le fabricant doit indiquer la position des points de levage (des exemples sont donnés sur la Figure 9).

22
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions en mètres

Légende
1 Points de levage

Figure 9 — Exemples de position des points de levage

4.3.4 Résistance et réaction au feu

4.3.4.1 Résistance au feu

La résistance au feu, qui concerne la résistance des poutrelles pour systèmes de planchers à poutrelles et
entrevous, exprimée en classes, doit être déclarée conformément aux paragraphes 4.3.4.1 à 4.3.4.3 de
l'EN 13369:2004.

NOTE 1 Pour la vérification par des essais de la résistance au feu normalisé, il convient d'appliquer l'EN 1365-2. La
méthode donnée à l'Annexe K peut être utilisée pour déterminer la résistance au feu du système de plancher.

NOTE 2 Le calcul au feu du système de plancher peut être fourni par le fabricant dans la documentation technique
(voir Article 8).

4.3.4.2 Réaction au feu

Le paragraphe 4.3.4.4 de l’EN 13369:2004 s’applique.

4.3.5 Propriétés acoustiques

Le paragraphe 4.3.5 de l’EN 13369:2004 s’applique.

NOTE Les performances acoustiques dépendent du système de plancher fini (type d'entrevous, éléments rapportés
par-dessus et/ou en sous-face etc.). Pour les besoins du calcul, l’isolation acoustique au bruit aérien et l'isolation
acoustique aux bruits d'impact peuvent, en l’absence de résultats d'essai, être estimées conformément à l'Annexe L.

4.3.6 Propriétés thermiques

Le paragraphe 4.3.6 de l’EN 13369:2004 s’applique.

23
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

NOTE Les performances thermiques dépendent du système de plancher fini (type d’entrevous, éléments rapportés
par-dessus et/ou en sous-face du plancher, etc.).

4.3.7 Durabilité

En complément du paragraphe 4.3.7 de l’EN 13369:2004, les prescriptions ci-après s’appliquent.

Selon les classes d'exposition, la distance minimale entre la surface de l'armature et la face exposée de la
poutrelle dans la partie structurale du plancher (face inférieure) peut être satisfaite avec les valeurs données
pour les dalles dans le Tableau A.2 de l'EN 13369:2004.

La distance minimale entre la surface de l'armature et la face non exposée peut être conforme à la classe
d'exposition B selon l'Annexe A de l'EN 13369:2004. Lorsque la poutrelle est utilisée avec des entrevous en
béton ou en terre cuite, l'enrobage minimal peut être réduit de 5 mm.

Les conditions alternatives décrites à l'Annexe A de l'EN 13369:2004 peuvent être appliquées.

Sauf spécification contraire, les salles de bains dans les maisons individuelles ou les appartements ainsi que
les vides sanitaires ventilés peuvent être dimensionnés pour la classe d'exposition B, selon l'Annexe A de
l'EN 13369:2004.

NOTE Lorsqu’il existe un talon en terre cuite ou une coque en terre cuite, et si les joints entre les éléments en terre
cuite sont bien remplis de béton dans leur partie inférieure, on peut considérer qu’une épaisseur de x mm de terre cuite
est équivalente à un enrobage des armatures égal a x mm (pour les armatures de béton actives et passives).

4.3.8 Autres prescriptions

Le paragraphe 4.3.8 de l’EN 13369:2004 s’applique.

5 Méthodes d’essai

5.1 Essais sur le béton

Le paragraphe 5.1 de l’EN 13369:2004 s’applique.

NOTE Si la résistance du béton au transfert de la précontrainte est déterminée par écrasement d’éprouvettes
cubiques ou cylindriques, le mode opératoire décrit dans l’Annexe J peut être appliqué.

5.2 Mesurage des dimensions et des caractéristiques de surface

En complément du paragraphe 5.2 de l’EN 13369:2004, les paragraphes suivants s’appliquent.

5.2.1 Positionnement des armatures

a) Mode opératoire

Les mesurages doivent être réalisés soit sur le banc, lorsque le produit atteint la fin du processus de
fabrication, soit sur l'aire de stockage.

Les mesurages suivants doivent être réalisés :

⎯ position de l’armature longitudinale et enrobage ;

⎯ longueur de dépassement des barres ;

⎯ position des armatures transversales.

24
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Les résultats des mesurages doivent être enregistrés.

b) Interprétation des résultats

Les résultats doivent satisfaire aux prescriptions de 4.2.4 et aux valeurs de tolérance définies en 4.3.1.2.3.

5.2.2 Dimensions des poutrelles

a) Mode opératoire

Les mesurages doivent être réalisés soit lorsque le produit atteint la fin du processus de fabrication, soit sur
l'aire de stockage. Les mesurages suivants doivent être réalisés :

⎯ longueur ;

⎯ rectitude de la poutrelle précontrainte ;

⎯ dimensions de la section transversale.

Les mesurages doivent être enregistrés.

b) Interprétation des résultats

Les résultats doivent satisfaire aux prescriptions de 4.3.1 et aux valeurs spécifiées par le fabricant, dans la
plage de tolérances donnée en 4.3.1.2.2.

5.2.3 Etat de surface

Si des dispositions spéciales (rugosité, formes des poutrelles comme décrit dans le Tableau 3) sont requises
pour démontrer le monolithisme entre les poutrelles et le béton coulé en place, ces dispositions doivent être
soumises à des vérifications appropriées :

⎯ contrôle visuel de rugosité par rapport à un échantillon de référence ;

⎯ contrôle dimensionnel du profil.

5.3 Poids des éléments

Le poids des produits est généralement évalué sur la base de la masse volumique théorique et des
dimensions nominales des poutrelles. Lorsque le contrat exige le pesage, il est réalisé conformément à
l'EN 13369.

5.4 Mise en précontrainte

5.4.1 Force de précontrainte initiale

a) Mode opératoire

La force de précontrainte est déterminée en mesurant la force ou l’allongement et l'on vérifie l'un par rapport à
l'autre.

b) Interprétation des résultats

La force de traction correspondant à l’allongement mesuré de l’armature de précontrainte doit être déduite du
diagramme allongement-force fourni par le fabricant de l’armature de précontrainte.

25
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

La différence entre la force de précontrainte initiale obtenue par mesurage direct et celle déduite du mesurage
de l’allongement doit être inférieure à 10 %.

Les résultats doivent être enregistrés.

5.4.2 Rentrée des armatures de précontrainte

a) Mode opératoire

Indépendamment de la méthode de fabrication, la rentrée des armatures de précontrainte doit être mesurée
au moyen d’un appareil de mesurage approprié précis à 0,1 mm près.

b) Interprétation des résultats

La rentrée des armatures de précontrainte doit être limitée aux valeurs indiquées en 4.2.3.2.4.

Pour les torons sciés aux extrémités des poutrelles, la valeur individuelle de rentrée du toron est déterminée
en prenant la moyenne pour trois fils (pris sur une diagonale) du toron.

6 Évaluation de la conformité

6.1 Généralités

Le paragraphe 6.1 de l’EN 13369:2004 s’applique.

6.2 Essais de type

Le paragraphe 6.2 de l’EN 13369:2004 s’applique.

6.3 Contrôle de la production en usine

Le paragraphe 6.3 de l’EN 13369:2004, sauf 6.3.6.5, s’applique avec les prescriptions supplémentaires de
l’Annexe A.

7 Marquage
L’Article 7 de l’EN 13369:2004 s’applique.

Une poutrelle livrée doit être identifiable et traçable individuellement jusqu’à sa mise en œuvre, pour ce qui
est de son lieu et de ses données de fabrication. À cet effet, le fabricant doit marquer les produits ou les
documents de livraison de manière à pouvoir faire le lien avec les enregistrements qualité correspondants
requis dans la présente norme. Le fabricant doit conserver ces enregistrements pendant la période
d’archivage requise et les mettre à disposition sur demande.

NOTE Pour le marquage CE, il est recommandé de se référer à l'Annexe ZA.

8 Documentation technique
Les dispositions constructives de l’élément, concernant les données géométriques, complétées des propriétés
des matériaux et des inserts, doivent être fournies dans la documentation technique, qui inclut les données de
construction, comme les plans de préconisation de pose recommandés, les dimensions, les tolérances, la
disposition des armatures, l’enrobage des armatures, les conditions d’appui provisoires et finales attendues et
les conditions de levage.

26
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Les poutrelles doivent être utilisées uniquement avec des entrevous pour lesquels la compatibilité dans le
système de plancher final a été démontrée. Les critères de compatibilité sont indiqués dans la documentation
technique.

Les informations nécessaires au concepteur de l'ouvrage pour le calcul dans la situation finale peuvent être
fournies par le fabricant dans la documentation technique.

Le calcul du système de plancher peut également être fourni par le fabricant dans la documentation
technique.

Des recommandations concernant le dimensionnement des systèmes de planchers à poutrelles et entrevous


sont présentées dans les annexes informatives relatives au monolithisme des systèmes de planchers
composites (Annexe C), aux dispositions constructives des appuis et de l'ancrage des armatures (Annexe D),
au calcul des systèmes de planchers composites (Annexe E), au calcul des poutrelles autoportantes
(Annexe F), au comportement de diaphragme (Annexe G), à la résistance au feu (Annexe K) et à l'isolation
acoustique (Annexe L).

Le contenu de la documentation technique est donné à l’Article 8 de l’EN 13369:2004.

27
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe A
(normative)

Plans de contrôle des poutrelles

A.1 Généralités
Les articles pertinents de l’Annexe D de l’EN 13369:2004 s’appliquent, complétés des plans suivants.

A.2 Contrôle du procédé


Le Tableau A.1 complète le point D.3.2 du Tableau D.3 de l’EN 13369:2004.

Le fabricant peut opter entre la résistance potentielle, pour laquelle le point 1 du Tableau A.1 remplace le
point 8 du Tableau D.3.1 de l'EN 13369:2004, ou pour la résistance structurale, pour laquelle le point 9 du
Tableau D.3.1 de l’EN 13369:2004 s'applique.

Tableau A.1 — Contrôle du procédé

Objet Méthode Objectif a Fréquence a


Béton
1 Résistance à la Essai de résistance Résistance mécanique Une fois par jour de
compression du mécanique sur des du béton au transfert de fabrication, 3 éprouvettes
béton éprouvettes en béton moulé la force de précontrainte (au moins) doivent être
ou autres méthodes (voir 4.2.3.2.3) réalisées :
(voir 5.1)
Résistance à la livraison — 3 éprouvettes pour
(voir 4.2.2.2) chaque unité de
production (hall) et chaque
type de béton en l’absence
de traitement thermique
— 3 éprouvettes pour
chaque banc et chaque
type de béton en cas de
traitement thermique.
Dans le cas des poutrelles
à treillis, cette fréquence
peut être réduite à une fois
par semaine.
Autres objets du procédé
2 Force de Mesurage direct de la force Vérification des valeurs Une fois par jour de
précontrainte initiale du vérin ou de l’allongement indiquées fabrication, sur une
des armatures de armature de précontrainte
précontrainte (voir 5.4.1). par unité de production
(hall)
a Les essais et les fréquences indiqués peuvent être adaptés ou même supprimés si des informations équivalentes sont
obtenues directement ou indirectement du produit ou du procédé.

A.3 Contrôle des produits finis


Le Tableau A.2 complète le point D.4.1 du Tableau D.4 de l’EN 13369:2004.

28
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Tableau A.2 — Contrôle des produits finis

Objet Méthode Objectif a Fréquence a


Essai du produit
1 Rentrée des armatures de Mesurage de la rentrée Conformité à la valeur Une fois par jour de
précontrainte des armatures de maximale fabrication, trois
précontrainte pour les (voir 4.2.3.2.4) mesurages par banc
éléments non sciés
(voir 5.4.2)
Contrôle visuel des Contrôle visuel des
éléments sciés et éléments et, s’il n’y a pas
mesurage de doute, mesurage de
trois armatures de
précontrainte par jour de
fabrication. En cas de
doute, mesurage de tous
les armatures de
précontrainte concernés
2 Dimensions : Mesurage conformément Conformité au plan et Tous les 5 jours de
à 5.2.1 et 5.2.2 aux tolérances fabrication, avec un
— longueur
spécifiées (voir 4.3.1) minimum d'1 par
— hauteur semaine, sur (au moins)
— section transversale une poutrelle prise au
hasard, d’un type différent
— rectitude des arêtes à chaque fois
— enrobage
(positionnement des
armatures)
— armatures dépassantes
3 Extrémités d’éléments Contrôle visuel Fissures de fendage Chaque extrémité sciée
4 Etat de surface : Contrôle visuel Rugosité pour le Pour chaque banc
(voir 5.2.3) monolithisme
— rugosité
(voir 4.3.2)
— aspect général
5 Résistance des poutrellesc Tel que décrit dans Conformité aux Sur chaque type de
pendant les situations l’Annexe H (voir prescriptions de la poutrellesc, après
transitoires b également 4.3.3.3) norme et aux valeurs lancement de la première
spécifiées ou production ou en cas de
déclarées modification importante
du type de raidisseur à
treillis ou de la méthode
de fabrication.
Pendant la fabrication,
pour les poutrellesc sans
raidisseur à treillis, à l’âge
de la livraison, une fois
tous les 20 jours de
fabrication, sur une
poutrelle de chaque
hauteur, à chaque fois
une poutrelle avec un
type d’armature différent
a Les essais et les fréquences indiqués peuvent être adaptés ou même supprimés si des informations équivalentes sont
obtenues directement ou indirectement du produit ou du procédé.
b Les essais préalables réalisés avant la date de publication de la présente norme peuvent être pris en compte s’ils satisfont aux
prescriptions de la présente norme. Les résultats des essais peuvent être ceux donnés par le fabricant des raidisseurs à treillis.
c Ne s'applique pas aux poutrelles dimensionnées conformément à 4.3.3.2

29
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe B
(informative)

Typologie des systèmes de planchers à poutrelles et entrevous

B.1 Généralités
Les poutrelles sont fabriquées en usine par moulage, filage ou extrusion. Elles peuvent être groupées pour
renforcer le plancher.

Les paragraphes ci-après donnent des recommandations quant à la disposition correcte des systèmes de
planchers.

B.2 Systèmes de planchers avec dalle de compression rapportée coulée en place

B.2.1 Généralités

Les planchers avec dalle de compression rapportée coulée en place sont composés de poutrelles et
d’entrevous non résistants ou semi-résistants tels que définis dans le prEN 15037-2, le prEN 15037-3, le
prEN 15037-4 ou le prEN 15037-5, et de béton coulé en place constituant la dalle de compression du système
de plancher fini (voir Figure B.1).

a) poutrelle en T b) poutrelle à treillis

Légende
1 Entrevous non résistants ou semi-résistants

Figure B.1 — Plancher avec dalle de compression rapportée coulée en place

B.2.2 Avec entrevous non résistants

Il convient que les épaisseurs nominales de la dalle rapportée en béton coulé en place, e1 au-dessus des
poutrelles et e2 au-dessus des entrevous, soient telles que :

⎯ e1 ≥ 30 mm et e2 ≥ 40 mm si l’entraxe des poutrelles est ≤ 700 mm ;

⎯ e1 ≥ 30 mm et e2 ≥ 50 mm si l’entraxe des poutrelles est > 700 mm.

30
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Si la charge d’exploitation appliquée ne dépasse pas 2,5 kN/m2 et si l’entraxe des poutrelles est inférieur
à 700 mm, il convient que le ferraillage de la dalle rapportée soit constitué d’un treillis soudé avec une aire de
section transversale perpendiculaire à la portée des poutrelles de 0,5 cm2/m.

Si l’une des conditions ci-dessus n’est pas remplie, il convient de déterminer l’aire de la section transversale
du treillis soudé à mettre en œuvre dans la dalle rapportée coulée en place en fonction du poinçonnement-
flexion et de la flexion transversale.

Si la charge d'exploitation ne dépasse pas 2,5 kN/m2 et si la portée libre du plancher est inférieure à 6,00 m,
le treillis métallique de la dalle rapportée coulée en place peut, sous réserve qu'il ne soit pas prévu pour les
moments négatifs, être remplacé par des fibres de renfort, par exemple en polypropylène.

B.2.3 Avec entrevous semi-résistants

Il convient que les épaisseurs nominales de la dalle rapportée coulée en place, e1 au-dessus des poutrelles
et e2 au-dessus des entrevous, soient telles que :

⎯ entraxe des poutrelles ≤ 700 mm : e1 ≥ 30 mm

e2 ≥ 40 mm si la valeur déclarée de la résistance au


poinçonnement-flexion des entrevous est supérieure
ou égale à 2,0 kN

e2 ≥ 30 mm si la valeur déclarée de la résistance au


poinçonnement-flexion des entrevous est supérieure
ou égale à 2,5 kN

⎯ entraxe des poutrelles > 700 mm : e1 ≥ 30 mm

e2 ≥ 50 mm si la valeur déclarée de la résistance au


poinçonnement-flexion des entrevous est supérieure
ou égale à 2,0 kN

e2 ≥ 40 mm si la valeur déclarée de la résistance au


poinçonnement-flexion des entrevous est supérieure
ou égale à 2,5 kN

Si la charge d’exploitation ne dépasse pas 2,5 kN/m2 et si la portée libre du plancher est inférieure à 6,00 m,
le treillis de la dalle rapportée coulée en place peut, sous réserve qu’il ne soit pas prévu pour les moments
négatifs, être remplacé par des fibres de renfort, par exemple en polypropylène.

Si l’entraxe des poutrelles est supérieur à 700 mm, ou si la charge d’exploitation est supérieure à 2,5 kN/m2, il
convient que la dalle rapportée coulée en place soit renforcée transversalement par un treillis soudé noyé
dans la dalle rapportée ou par des barres posées à cet effet dans des nervures transversales
perpendiculairement aux poutrelles.

B.3 Systèmes de planchers avec dalle de compression composite


Dans le cas de systèmes de planchers avec dalle de compression composite, la dalle de compression est
composée d’une part du béton coulé entre les poutrelles et les entrevous et d’autre part de la paroi supérieure
des entrevous (voir Figure B.2).

Il convient que l’épaisseur nominale de la dalle de compression au-dessus des poutrelles (béton coulé en
place), e1, soit supérieure à 30 mm.

31
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

a) poutrelle en T b) poutrelle à treillis

Légende
1 Entrevous résistants jointoyés

Figure B.2 — Plancher avec dalle de compression composite

Il convient que la résistance au poinçonnement-flexion des entrevous soit supérieure ou égale à 2,5 kN, et
que le critère de compression longitudinale donné dans le prEN 15037-2 pour les entrevous en béton et dans
le prEN 15037-3 pour les entrevous en terre cuite soit satisfait. Les entrevous sont jointoyés entre eux.

La dalle de compression composite peut être réalisée avec des entrevous avec paroi supérieure
dissymétrique si l'on fait tourner les entrevous de 180°.

Dans certains cas particuliers (fonction diaphragme et distribution transversale des charges non requises),
aucune nervure transversale n’est nécessaire si la charge d’exploitation n’est pas supérieure à 2,5 kN/m2 et
que la portée libre du plancher est inférieure à 6,00 m.

Si des nervures transversales sont nécessaires, il convient qu’elles soient disposées avec des entraxes
inférieurs à 2,50 m.

B.4 Systèmes de planchers avec dalle de compression partielle


Dans le cas de systèmes de planchers avec dalle de compression partielle, la dalle de compression est
composée du béton coulé entre les poutrelles et les entrevous. Il convient d’utiliser des entrevous de classe
SR, c’est-à-dire soit semi-résistants soit résistants non jointoyés (voir Figure B.3).

Il convient que l’épaisseur nominale du béton coulé en place au-dessus des poutrelles, e1, soit supérieure
à 30 mm.

L’utilisation d’entrevous semi-résistants est limitée aux planchers sur vide sanitaire.

32
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

a) poutrelle en T b) poutrelle à treillis

Légende
1 Entrevous semi-résistants ou résistants non jointoyés

Figure B.3 — Planchers avec dalle de compression partielle

Dans certains cas particuliers (fonction diaphragme et distribution transversale des charges non requises),
aucune nervure transversale n’est nécessaire si la charge d’exploitation est inférieure à 2,5 kN/m2 et que la
portée du plancher est inférieure à 5,00 m.

Si des nervures transversales sont nécessaires, il convient qu’elles soient disposées avec des entraxes
inférieurs à 2,50 m.

B.5 Planchers avec poutrelles autoportantes


Dans les planchers avec poutrelles autoportantes, les poutrelles assurent à elles seules la résistance du
système de plancher fini. Il convient d’utiliser des entrevous de classe SR, à savoir semi-résistants ou
résistants non jointoyés. Ces planchers sont complétés par un revêtement de sol tel qu’une chape ou un
parquet posé directement sur le béton, ou une dalle flottante.

Figure B.4 — Plancher avec poutrelles autoportantes

33
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe C
(informative)

Monolithisme des systèmes de planchers composites

C.1 Généralités
Il convient que la valeur de calcul de la contrainte de cisaillement à l’interface soit conforme au 6.2.5 de
l’EN 1992-1-1:2004, avec les valeurs données dans le Tableau 3, pour toutes les charges appliquées au
plancher.

La résistance au cisaillement du système de plancher composite, telle que calculée, ne peut être supérieure à
la résistance au cisaillement de la dalle monolithique ayant les mêmes caractéristiques, et ne peut être
supérieure à 0,03 fck.

NOTE On peut procéder à un calcul phase par phase.

Aucune armature de couture n’est requise si les entrevous utilisés sont conformes à la Figure C.1, si la
surface de la poutrelle est telle que définie en 4.3.2.2 et si la poutrelle fait l’objet d’une évaluation de la qualité
telle que définie à l’Article 6.

Lorsque des armatures de couture sont nécessaires, elles sont disposées dans les tiers extrêmes des
poutrelles.

34
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions nominales en millimètres

a) cas de poutrelles isolées

b) cas de poutrelles jumelées

c) cas de poutrelles sans raidisseur à treillis et sans nervure

Figure C.1 — Définition du profil efficace de l’interface (le profil efficace, bj, est hachuré)

35
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

C.2 Résistance de l’armature de couture

La résistance de calcul de l’armature de couture, pour deux brins diagonaux formant des angles α et α' par
rapport à l’interface (voir Figure C.2), est égale à :

FRwd,1 = Asw fywd (μ sin α + μ sin α' + cos α)

Asw est l’aire de la section transversale du brin considéré, en mm2 ;

fywd est la limite d’élasticité de calcul de l’acier avec lequel le brin est fabriqué, en MPa ;

μ est le coefficient de frottement donné dans le Tableau 3 ;

α et α' sont les angles des brins considérés, en radians, avec π/4 ≤ α ≤ π/2 et cos α ≥ 0
π/2 ≤ α' ≤ 3 π/4

Figure C.2 — Définition de FRwd,1

C.3 Ancrage de l’armature de couture


Il convient de calculer l’ancrage de l’armature de couture dans le béton de la poutrelle et dans la dalle
rapportée - à l’état limite ultime -, soit conformément à 8.4 et 8.5 de l’EN 1992-1-1:2004 soit par des essais.
Cet ancrage est fourni par :

⎯ une jonction soudée ou mécanique, dans le cas de diagonales discontinues (voir Figure C.3) :

⎯ l’ancrage est alors considéré comme satisfaisant s’il satisfait aux règles relatives aux armatures
d’effort tranchant (voir 8.5 de l’EN 1992-1-1:2004) et si la résistance de la soudure est conforme
au 7.2.4.2 de l'EN 10080:2005 ;

⎯ pour les poutrelles à treillis, il convient d'appliquer une réduction de 50 % aux valeurs données dans
l’EN 1992-1-1:2004.

36
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Légende
R Résistance de la jonction soudée (garantie par le fabricant)

Figure C.3 — Jonction soudée

⎯ une boucle, dans le cas d’une armature de couture avec boucles, sans armature longitudinale soudée. La
résistance d’ancrage peut être déterminée par des essais ou conformément à 8.4 de l’EN 1992-1-1:2004.
A des fins de simplification, il est possible d'utiliser les valeurs données dans le Tableau C.1 pour une
classe de béton C20/25 :

Figure C.4 — Définition de FRwd,2

37
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Tableau C.1 — Valeurs de la résistance d’ancrage des boucles

Diamètre de l’armature en boucles (mm) 4 5 5 6 6 6 7 8


Longueur minimale de dépassement des boucles
50 50 60 60 70 80 80 80
au-dessus de la poutrelle (mm)
Longueur minimale de boucle ancrée dans la poutrelle
80 80 80 80 100 120 120 120
(mm)
Espacement (distance entre les sommets des boucles
80 80 80 80 90 100 120 120
(mm))
Section de l’armature en boucles pour une longueur
2 310 490 490 710 630 570 640 840
de 1 m (mm )
Résistance à l'état limite ultime par boucle (kN)
— fyk = 235 MPa 5,1 8,0 8,0 11,6 11,6 11,6 15,7 20,4
— fyk = 400 MPa ou 500 MPa 8,0 8,0 11,6 11,6 15,7 19,7 20,4 20,4
Résistance ultime au cisaillement par poutrelle (kN) en
fonction du bras de levier z (mm)
— fyk = 235 MPa 0,064z 0,10z 0,10z 0,15z 0,13z 0,12z 0,13z 0,17z
— fyk = 400 MPa ou 500 MPa 0,10z 0,10z 0,15z 0,15z 0,18z 0,20z 0,17z 0,17z

Lorsque l’épaisseur de béton coulé en place au-dessus de la poutrelle n’est pas suffisante pour la longueur de
dépassement minimale de la boucle, il convient d'utiliser des armatures en boucles avec une barre continue
soudée au sommet des boucles (ayant la même nuance d’acier et le même diamètre). Dans ce cas, il
convient de réduire la longueur minimale de dépassement des boucles de la poutrelle en appliquant un
facteur égal à 0,6, les valeurs de la résistance à l'état limite ultime restant inchangées.

Si les boucles inférieures dans la poutrelle sont au niveau des armatures longitudinales les plus basses, les
longueurs d’ancrage données dans le Tableau C.1 ne sont pas requises.

Il est possible d’utiliser des boucles avec un espacement inférieur aux valeurs données dans le Tableau C.1
sous réserve de satisfaire les conditions suivantes :

⎯ l'espacement n'est pas inférieur à 80 mm ;

⎯ prendre pour ces boucles la résistance à l'état limite ultime donnée dans le Tableau C.1 pour une boucle
ayant le même diamètre et la même longueur de dépassement, avec un espacement inférieur ou égal à
l’espacement considéré.

Si la classe de résistance du béton coulé en place est supérieure à C20/25 (c'est-à-dire fck > 20 MPa), il est
possible :

⎯ d'augmenter les résistances à l’état limite ultime par boucle dans un rapport de 1,5/fctk,0,05 sans dépasser
la résistance correspondant à la limite d’élasticité de calcul de l’armature (fctk,0,05 est la résistance
caractéristique à la traction directe du béton coulé en place) ;

⎯ de réduire la longueur d’ancrage de la boucle dans un rapport de f ctk ,0,05 / 1,5 .

La résistance ultime au cisaillement est égale à la résistance à l’état limite ultime par boucle multipliée par le
rapport du bras de levier z à l’espacement entre les sommets des boucles.

38
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe D
(informative)

Dispositions constructives pour les appuis appuis et pour l’ancrage des


armatures

D.1 Généralités
Il convient d'indiquer les détails de mise en œuvre et d’assemblage dans les spécifications du projet.

NOTE L’armature principale peut être assemblée à des éléments porteurs soit au niveau de la poutrelle soit aux
extrémités de la poutrelle, par la partie en attente de l’armature principale.

D.2 Construction des appuis

D.2.1 Appui direct

Il convient d’appuyer les poutrelles sur des éléments porteurs.

Si les poutrelles possèdent une armature dépassant aux extrémités d'une longueur a, il convient que la
longueur d’appui minimale effective des poutrelles pendant la phase temporaire, b, soit égale aux valeurs
ci-après (voir Figure D.1 a) :

⎯ appui en béton armé ou en acier : classe A : b ≥ 20 mm

classe B : b ≥ 40 mm

⎯ appui en maçonnerie : b ≥ 50 mm

Sauf dans le cas de calculs ou d’essais particuliers, il convient que la longueur d’ancrage sur l’appui, (a + b),
soit au moins égale à 100 mm.

Si les poutrelles n’ont pas d’armature dépassante à leurs extrémités, la longueur d’appui minimale effective
des poutrelles résulte de la vérification de l’ancrage en situations permanentes et accidentelles, avec un
minimum de 60 mm (voir Figure D.1 b).

Dans le cas de poutrelles à treillis, il convient que l’assemblage d’extrémité entre les diagonales et la
membrure inférieure soit situé au dessus de l’appui ou sur l’étai de rive ou encore à une distance du bord
intérieur de l'appui qui soit inférieure ou égale à 10 cm (voir Figure D.1 c).

39
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions en millimètres

a) poutrelle avec armature dépassante b) poutrelle sans armature dépassante

c) poutrelle à treillis

Légende
1 Nœud inférieur
2 ≤ 10 cm ou nœud au-dessus de l’appui

Figure D.1 — Dispositions pour un appui direct

D.2.2 Appui indirect

Si, au moment de la mise en œuvre, les longueurs d’appui spécifiées en D.2.1 ne sont pas respectées, il
convient de placer un étai linéaire de rive à une distance inférieure à 650 mm du bord intérieur de l’appui (voir
Figure D.2).

Si la longueur d’ancrage n’est pas suffisante, il convient de retenir une des dispositions suivantes pour ancrer
la poutrelle sur ses appuis (voir Figures D.3, D.4 et D.5).

40
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions nominales en millimètres

Figure D.2 — Étai linéaire de rive

NOTE La poutrelle peut avoir une armature dépassante.

Dimensions nominales en millimètres

Légende
1 Suspentes
2 Extrémité rugueuse
3 a ≥ longueur d’ancrage

Figure D.3 — Appui indirect – cas avec armature dépassante (principe)

NOTE Un étrier est nécessaire et il est essentiel que l'appui équilibre le moment résultant du déport de la charge.

41
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions nominales en millimètres

D.4 a) : avec raidisseur à treillis D.4 b) : avec armature

Légende
1 Raidisseur à treillis supplémentaire sur la poutrelle
2 Armature supplémentaire sur la poutrelle

Figure D.4 — Appui indirect – cas avec raidisseur à treillis ou armature (principe)

42
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions nominales en millimètres

Légende
ls Longueur de recouvrement de calcul selon 8.7.3 de l’EN 1992-1-1:2004

Figure D.5 — Appui indirect – cas sans armature dépassante (principe)

Il convient que la disposition constructive illustrée par la Figure D.5 ne soit envisagée que si toutes les
conditions suivantes sont respectées :

⎯ il convient que le type d'état de surface des poutrelles, comme défini dans le Tableau 3, corresponde au
moins à c3a ou c3b ;

⎯ il convient que les armatures ancrées pour reprendre la force de traction, VEd, soient situées près de la
poutrelle ;

⎯ la forme des entrevous permet de se passer d’armatures de couture ;

43
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

⎯ la longueur de pénétration de la poutrelle, lb, dans le béton coulé en place est telle que :

VEd
lb ≥
VRdi b j

VEd est la valeur de calcul de l’effort tranchant agissant ;

Vrdi est l'effort tranchant résistant de calcul comme spécifié dans le Tableau 3 ;

bj est le contour de l’interface défini en C.1.

NOTE Pour les poutrelles rectangulaires précontraintes sans raidisseur à treillis, l’appui indirect n’est possible
qu’avec une armature dépassante.

D.2.3 Autres dispositions constructives

Les Figures D.6 à D.8 illustrent des exemples de dispositions constructives qui peuvent être retenues dans le
cas de poutrelles supportées par une poutre principale noyée dans l'épaisseur du plancher ou située
au-dessus de celui-ci.

44
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions nominales en millimètres

a) sur poutre de rive

Légende
1 Cadre utilisé comme suspente
2 Extrémité rugueuse

b) sur poutre intermédiaire

Légende
2 Extrémité rugueuse

Figure D.6 — Appui sur poutres noyées dans l'épaisseur du plancher – poutrelles avec armature
dépassante (principe)

NOTE Si l’espacement entre les étriers est supérieur à 15 cm, il convient d’ajouter des suspentes supplémentaires à
l’intérieur de la poutre noyée.

45
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions nominales en millimètres

a) charges courantes

Légende
1 Poutre principale
2 Suspentes
3 Treillis soudé
4 Poutre avec armatures de précontrainte dépassantes

b) charges lourdes

Légende
1 Poutre principale
2 Suspentes
3 Treillis soudé
4 Poutre avec armatures de précontrainte dépassantes
5 Entrevous ouverts
6 Barres supplémentaires

Figure D.7 — Appui sur poutres principales au-dessus du plancher – poutrelles avec armature
dépassante (principe)

46
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions nominales en millimètres

a) sur poutre de rive

b) sur poutre intermédiaire

Légende
1 Armature supplémentaire

Figure D.8 — Appui sur poutres noyées dans l'épaisseur du plancher – poutrelles sans armature
dépassante (principe)

Il convient que la disposition constructive illustrée par la Figure D.7 ne soit envisagée que si les conditions de
la Figure D.5 sont respectées.

D.3 Ancrage des armatures

D.3.1 Ancrage sur l’appui d’extrémité

Le paragraphe 8.4 de l'EN 1992-1-1:2004 s'applique.

47
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Ce qui suit s'applique sous réserve d'une validation par des essais. Dans le cas de poutrelles avec armature
dépassante sur appui direct (voir Figure D.1), la vérification est effectuée en considérant un ancrage de
l’armature dans le béton armé sur une distance a, en prenant la valeur suivante comme valeur de calcul de la
contrainte ultime d'adhérence sous l'effet d'une pression transversale :

fbd = k fctk0,05

k est un coefficient dépendant du type d'armature :

k = 1,30 pour les armatures de béton armé lisses ou à empreintes et pour les armatures de
précontrainte à empreintes ou ondulées

k = 2,6 pour les armatures de béton armé à verrous et pour les armatures de précontrainte (fils ou
torons) torsadés

Pour les appuis indirects, il convient d'évaluer la valeur de calcul de la contrainte ultime d'adhérence
conformément au paragraphe 8.4 de l'EN 1992-1-1:2004.

D.3.2 Moments négatifs et armature sur appui

Les sections d’extrémité dans les systèmes de poutrelles avec continuité sur les appuis sont calculées
conformément à l’EN 1992-1-1:2004, en considérant la section résistante définie en E.2.6.

Afin de limiter la fissuration dans la fibre supérieure des poutrelles du fait de la création éventuelle de
moments indésirables sur les appuis, il convient que l’armature supérieure utilisée soit capable de reprendre
un moment forfaitaire de 0,15 Mo, où Mo est le moment maximal dû à la charge appliquée sur la portée
correspondante considérée comme isostatique. Cette disposition n’est pas obligatoire lorsque la charge
d’exploitation est inférieure à 2,5 kN/m2 et que la portée considérée est inférieure à 4,50 m.

NOTE On rappelle que l’armature supérieure sur appui améliore les conditions d’ancrage sur les appuis.

48
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe E
(informative)

Calcul de systèmes de planchers composites

E.1 Généralités
Il convient d’utiliser l’EN 1992-1-1:2004 pour dimensionner les systèmes de planchers à poutrelles et
entrevous, en tenant compte :

⎯ des sections résistantes indiquées en E.2 ;

⎯ des propriétés du matériau de la poutrelle spécifiées par le fabricant ;

⎯ du coefficient partiel de sécurité spécifié par le fabricant pour la poutrelle en béton (voir Annexe C de
l’EN 13369:2004) ;

⎯ des coefficients partiels de sécurité de l’EN 1992-1-1:2004 pour le calcul du système de plancher fini ;

⎯ de la classe de béton coulé en place (il convient qu’elle soit au moins égale à C20/25) ;

⎯ de la continuité au-dessus de l’appui le cas échéant ;

⎯ de la portée utile minimale, prise égale à (L + 5 cm), où L est la distance libre entre les faces des appuis.

La résistance du béton de la poutrelle et les caractéristiques dont il faut tenir compte dans les phases
permanentes et accidentelles sont celles qui sont garanties par le fabricant à 28 jours.

NOTE Dans le cas où une partie de la charge pourrait provoquer des chocs ou des phénomènes de fatigue, il
convient de procéder à une justification spécifique, en tenant compte de ces effets. Si une analyse plus rigoureuse n’est
pas requise, ces effets peuvent être pris en compte implicitement en multipliant les actions statiques et/ou les valeurs de
résistance correspondantes par des coefficients appropriés (voir 4.1.5 de l’EN 1990:2002).

E.2 Section résistante du système de plancher fini

E.2.1 Généralités

Sous réserve que le monolithisme soit vérifié comme indiqué en C.2, les sections résistantes du système de
plancher fini à considérer dans le calcul en flexion des systèmes de planchers composites sont indiquées
ci-après.

E.2.2 Systèmes de planchers avec dalle de compression rapportée coulée en place

La largeur participante, beff, à considérer dans les calculs de dimensionnement est l’entraxe des entrevous
situés de part et d’autre de la poutrelle ou des poutrelles (voir Figure E.1).

49
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Légende
1 Membrure comprimée
2 Axe neutre

Figure E.1 — Définition de la largeur participante des systèmes de planchers avec dalle de
compression rapportée coulée en place

E.2.3 Systèmes de planchers avec dalle de compression composite

a) Entrevous résistants en béton ou en terre cuite non soumis à un essai de compression longitudinale

Si les entrevous résistants en béton ou en terre cuite ne sont pas soumis à un essai de compression
longitudinale et s’ils sont utilisés dans les conditions définies en B.3, il convient que la largeur participante,
beff, de la membrure comprimée du système de plancher à prendre en compte pour la flexion à l’état limite de
service et à l’état limite ultime soit définie comme suit, pour les cas courants (voir Figure E.2) :

1
beff = bo + b1
3

bo est la largeur au sommet de la "nervure de raidissement" en béton, coulée en place entre les
entrevous ;

b1 est la largeur du sommet des entrevous ;

e est la hauteur de la membrure comprimée des entrevous.

50
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Légende
1 Axe neutre
2 Membrure comprimée

Figure E.2 — Définition de la largeur participante des systèmes de planchers avec dalle de
compression composite (cas a)

b) Entrevous résistants en béton ou en terre cuite soumis à un essai de compression longitudinale

Si les entrevous résistants en béton ou en terre cuite sont soumis à un essai de compression longitudinale
comme défini en 5.2.2 du prEN 15037-2 et s’ils sont utilisés dans les conditions définies en B.3, il convient
que la largeur participante, beff, de la membrure comprimée du système de plancher à prendre en compte
pour la flexion à l’état limite de service et à l’état limite ultime soit l'entraxe des entrevous (voir Figure E.3) :

beff = bo + b1

Légende
1 Axe neutre
2 Membrure comprimée

Figure E.3 — Définition de la largeur participante des systèmes de planchers avec dalle de
compression composite (cas b)

51
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

E.2.4 Systèmes de planchers avec dalle de compression partielle

La largeur participante, beff, à prendre en compte pour l'état limite de service et l'état limite ultime est la largeur
au sommet, bo, de la "nervure de raidissement" en béton, coulée en place entre les entrevous (voir
Figure E.4).

Légende
1 Chape monolithique (facultative)
2 Axe neutre
3 Membrure comprimée

Figure E.4 — Définition de la largeur participante des systèmes de planchers avec dalle de
compression partielle

NOTE Si une chape monolithique en béton est coulée en même temps que la nervure de raidissement, elle peut être
prise en compte pour la largeur, bo, de la nervure de raidissement en béton coulée en place entre les entrevous.

E.2.5 Planchers avec poutrelles autoportantes

La membrure comprimée est celle des poutrelles (voir Figure E.5).

Légende
1 Axe neutre
2 Membrure comprimée

Figure E.5 — Définition de la membrure comprimée des planchers avec poutrelles autoportantes

E.2.6 Section à considérer en cas de moment négatif

Il convient que la section résistante en cas de moment négatif, dans la zone considérée du système de
plancher, soit comme indiqué à la Figure E.6 (aire hachurée).

52
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Dimensions en millimètres

Légende
1 Axe neutre
2 Membrure comprimée

Figure E.6 — Section résistante à considérer

E.3 Valeur de calcul du moment de flexion à mi-portée à l’ELU (MRd)


La valeur de calcul du moment de flexion à mi-portée à l’ELU, MRd (en Nm), est déterminée comme indiqué
en 6.1 de l’EN 1992-1-1:2004.

En cas de rupture due à la défaillance de l’armature principale, la valeur de calcul du moment de flexion à
l’ELU, MRd, peut être déterminée à l’aide de l’équation suivante :

1 ⎛ 1 FA ⎞
M Rd = FA × ⎜⎜ d − ⎟ avec FA = (np Fpk + Frk)

γR ⎝ 2 b eff f cd ⎠

γR est le coefficient de sécurité global pour le moment ultime (γR = 1,10) ;

d est la distance entre le centre de gravité de la force FA et la membrure comprimée


supérieure, en mm ;

beff est la largeur participante de la membrure comprimée de la section résistante définie


en E.2, en mm ;

fcd est la valeur de calcul de la résistance en compression du matériau le plus faible


dans la membrure comprimée de la section composite pour l’état limite ultime,
en MPa

np est le nombre d’armatures de précontrainte actives dans la poutrelle

Fpk est la force de rupture garantie pour chaque armature de précontrainte, en N

Frk = As fyk pour les armatures pour béton armé, As étant l'aire totale de la section d'armatures,
en N

53
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Frk = n’pApfp0,1k pour les armatures de précontrainte, n’p étant le nombre d'armatures utilisées
comme armatures passives, en N

E.4 États limites de service

E.4.1 Limitation des contraintes et maîtrise de la fissuration

Il convient de déduire l’état limite de service relatif à la limitation des contraintes et à la maîtrise de la
fissuration des paragraphes 7.2 et 7.3 de l’EN 1992-1-1:2004.

Pour les poutrelles en béton précontraint, les contraintes σc,sup dans la fibre supérieure du système de
plancher et σc,inf dans la fibre inférieure des poutrelles sont déterminées en considérant une section non
fissurée, l'aire de la section des armatures pouvant être remplacée par une aire de béton équivalente
moyennant l'application du coefficient d'équivalence Es/Ec, en prenant la résistance caractéristique en
compression du matériau le plus faible.

E.4.2 Limitation de la flèche

E.4.2.1 Principe

La vérification de l’état limite de déformation des systèmes de planchers à poutrelles et entrevous implique la
limitation de la flèche active afin d’éviter des désordres (fissuration, décollement, etc.) dans les ouvrages
supportés par le plancher.

La flèche active est due à :

⎯ la partie de la charge permanente appliquée au système de plancher fini avant la construction des
ouvrages supportés - résultant d’un fluage de longue durée et considérée comme une action à long
terme , pour laquelle on effectue la vérification ;

⎯ la charge permanente appliquée après la construction des ouvrages supportés - considérée comme une
action à long terme , pour laquelle on effectue la vérification ;

⎯ les charges variables appliquées après la construction des ouvrages supportés - considérées comme une
action à court terme , pour lesquelles on effectue la vérification ;

⎯ la partie du retrait différentiel entre la poutrelle en béton et le béton coulé en place et considérée comme
une action à long terme, qui intervient après la construction des ouvrages supportés ;

⎯ et, pour les poutrelles précontraintes, l’action différée de la force de précontrainte, considérée comme
une action à long terme.

E.4.2.2 Valeurs limites de la flèche

La valeur limite de la flèche active dépend du type d’ouvrage supporté par le plancher (fragilité des cloisons et
du revêtement de sol, etc.). La flèche active est limitée à :

⎯ pour les cloisons en maçonnerie et/ou les revêtements de sol fragiles : L/500

⎯ pour les autres cloisons et/ou les revêtements de sol non fragiles : L/350

⎯ pour les éléments de toiture : L/250

où L est la portée du plancher.

54
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

E.4.2.3 Calcul de la flèche active

E.4.2.3.1 Calcul

Lorsqu’une limitation de la flèche du plancher est nécessaire vis-à-vis des éléments supportés, on peut utiliser
les méthodes simplifiées indiquées ci-après pour les charges uniformément réparties.

Les notations suivantes sont utilisées dans les expressions de la flèche active :

g1 est le poids propre de la ou des poutrelles, par mètre linéaire de poutrelle, en kN/m ;

g2 est le poids propre du système de plancher moins le poids propre de la ou des poutrelles, par
mètre linéaire de poutrelle, en kN/m ;

ga est la charge permanente correspondant aux éléments supportés (cloisons, revêtements de sol
etc.) pour lesquels la flèche active est vérifiée, par mètre linéaire de poutrelle, en kN/m ;

gv sont les charges permanentes appliquées au plancher avant la charge ga, par mètre linéaire de
poutrelle, en kN/m ;

gp sont les charges permanentes appliquées sur le plancher après la charge ga, par mètre linéaire
de poutrelle, en kN/m ;

gq est la partie permanente (si elle existe) des charges d’exploitation appliquées au plancher, par
mètre linéaire de poutrelle, en kN/m ;

q est la partie variable des charges d’exploitation appliquées au plancher, par mètre linéaire de
poutrelle, en kN/m ;

L est la portée libre du plancher, en mm ;

Ec,eff est le module d’élasticité à long terme du béton, en MPa ;

ka est un coefficient tenant compte de l’augmentation de rigidité due aux entrevous ; il convient que
sa valeur soit comprise entre 1 (entrevous non résistants) et 1,20 (entrevous en béton ou en
terre cuite, résistants ou semi-résistants) ;

α est le rapport de la charge d’exploitation sur la charge totale (charge d’exploitation et charge
permanente) ;

gq + q
α =
g1 + g 2 + g V + g a + g p + g q + q

m est le moment statique de la section totale Sp de la poutrelle par rapport à l’axe neutre du
système de plancher fini, en mm3 : m = Sp (Vi – vi), où Vi et vi sont respectivement les distances
de l’axe neutre de la section du plancher et de l’axe neutre de la section de la poutrelle à la fibre
inférieure ;

εcs est la déformation totale de retrait du béton coulé en place conformément au 3.1.4 de
l'EN 1992-1-1:2004. A moins d'un calcul plus précis, dans des conditions normales,
εcs = 3,5 10-4 ;

ns est la contrainte de traction due au retrait supposé empêché du béton coulé en place
(ns = 3,0 MPa) ;

55
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

d est la hauteur utile de la section transversale, en mm ;

Pm,o est la force de précontrainte finale, en N ;

ep est la valeur absolue de l’excentricité de la force de précontrainte par rapport à l’axe neutre de la
section résistante du système de plancher fini, en mm ;

δw, δe sont les rapports des moments au niveau des appuis gauche et droit respectivement (en valeur
absolue) sur le moment à mi-portée de la portée isostatique correspondante (en valeur
absolue) :

Mw Me
δw = et δ e =
M0 M0

a est un coefficient tenant compte de la réduction de la flèche due à la continuité :

⎛δ +δ ⎞
a = 1 – 1,2 ⎜ w e
− 0,3α ⎟ a pour une travée continue et 1 pour une travée indépendante
⎜ 2 ⎟
⎝ ⎠

E.4.2.3.2 Systèmes de planchers avec poutrelles en béton armé

La méthode ci-après peut être employée pour déterminer la flèche active, en mm, due à des charges
uniformément réparties lorsque le plancher est exécuté en utilisant des étais.

La flèche active fa est la différence entre la flèche totale wt et la flèche wa évaluée immédiatement après la
pose des éléments supportés, selon la déformation vérifiée :

fa = wt - wa

La flèche totale wt est égale à :

L2 ⎡ (1 − ζ t ) ζ t ⎤ ⎡⎛ 1 ⎞ a L2 ⎤ ε L2
wt = ⎢ + ⎥ ⎢⎜ g1 + g 2 + g v + g a + g p + g q + q ⎟ ⎥ + cs
8 k a E c, eff ⎣ Ι uc Ι fc ⎦ ⎢⎣⎝ 3 ⎠ 9 ,6 ⎥⎦ 8d

Ec,eff est le module d’élasticité à long terme du béton, conformément à 7.4.3 de l'EN 1992-1-1:2004 ;

E cm
Ec,eff = , et ϕ(∞,t0) = 2
1 + ϕ (∞,t 0 )

Ecm est le module d'élasticité sécant du béton coulé en place conformément au Tableau 3.1 de
l' EN 1992-1-1:2004 ;

Iuc est le moment d’inertie uniforme de la section non fissurée, en mm4 ;

Ifc est le moment d’inertie uniforme de la section totalement fissurée, en mm4 ;

le coefficient d'équivalence effectif acier-béton est pris égal à 15 ;

56
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

le coefficient d'équivalence effectif béton préfabriqué - béton coulé en place est pris égal à 1
pour le calcul sur la base d'une section non fissurée.

ζt = 0 si M0 ≤ Mcr, et

M cr
ζt = 1 - si M0 > Mcr
M0

L2
M0 = (g1 + g2 + gv + ga + gp + gq + q) ;
8

Mcr est le moment de fissuration correspondant à une contrainte en traction du béton fctm dans la
section homogénéisée ;

⎯ La flèche wa est calculée en fonction de la durée t entre le retrait des étais et la mise en œuvre du
revêtement de sol fragile :

wa = w1 + ψ (w2 – w1)

ψ est un coefficient d’interpolation compris entre 0 et 0,5. Sauf pour des calculs plus précis, il
convient de prendre pour ψ :

t
ψ = 0,50 pour t ≤ 90 jours (avec t en jours)
90

ψ = 0,50 pour t > 90 jours

⎯ Si la mise en œuvre des ouvrages fragiles supportés se produit immédiatement après le retrait des étais :

L2 ⎡ (1 − ζ ) ζ ⎤ ⎡ a L2 ⎤ 2 ε cs L
2
w1 = ⎢ + ⎥ ⎢( g 1 + g 2 + g v + g a ) ⎥+
8 k a E cm ⎣ Ι uc Ι fc ⎦ ⎢⎣ 9 ,6 ⎥⎦ 5 8d

⎯ Si la mise en œuvre des ouvrages fragiles supportés se produit longtemps après le retrait des étais :

L2 ⎡ (1 − ζ ) ζ ⎤ ⎡⎛ 1 ⎞ aL
2 ⎤ ε L2
w2 = ⎢ + ⎥ ⎢⎜ g 1 + g 2 + g v + g a ⎟ ⎥ + cs
8 k a E c,eff ⎣ Ι uc Ι fc ⎦ ⎢⎣⎝ 3 ⎠ 9 ,6 ⎥⎦ 8d

ζ=0 si MGv+Ga ≤ Mcr, et

M cr
ζ=1- si MGv+Ga > Mcr
M Gv +Ga

L2
MGv+Ga = (g1 + g2 + gv + ga)
8

57
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Pour les poutrelles à treillis, cette flèche peut être minorée au moyen d'un coefficient (supérieur ou égal
à 0,85) qui peut être établi par des essais. On peut soumettre à essai deux poutrelles identiques (type de
béton, dimensions, etc.), la seule différence étant l’absence d’armature diagonale. La flèche des poutrelles est
comparée afin de démontrer l’influence positive du raidisseur à treillis.

E.4.2.3.3 Systèmes de planchers avec poutrelles en béton précontraint

Les déformations sont calculées avec les caractéristiques mécaniques des sections non fissurées et pour une
poutrelle ou un groupe de poutrelles.

NOTE 1 En raison des phénomènes complexes intervenant dans ces planchers, de la mise en œuvre en plusieurs
phases et avec différents composants, la formule simplifiée suivante donne une estimation de la flèche probable en
permettant de choisir ou d’adapter le montage du plancher en fonction des flèches d’exploitation admissibles.

Dans le cas d’une portée chargée uniformément reposant librement sur ses appuis, la flèche active, en mm,
peut être exprimée par l’équation suivante :

L2 ⎡⎛ 1 ⎞ a L2 ⎤
⎢⎜ k1 g1 + g2 + (g v + ga ) + gp + g q + q ⎟ ×
1 2
fa = + ks m ns − kp Pm,0 ep ⎥
8 ka Ec,eff Ι ⎢⎣⎝ 2 3 3 ⎠ 9,6 ⎦⎥

Ec,eff est le module d’élasticité à long terme des bétons considérés pour le montage après un temps
infini, en MPa. En l’absence de calcul plus précis tenant compte de l’homogénéisation des
sections, Ec,eff peut être pris égal à 13 000 MPa ;

I est le moment d'inertie de la section non fissurée du plancher prise en compte pour le calcul en
flexion, dans le cas de planchers à poutrelles non autoportantes, en mm4.

NOTE 2 Dans le cas d'un système de plancher avec poutrelles autoportantes, lorsque la hauteur des entrevous est
supérieure à la hauteur des poutrelles, I est le moment d’inertie de la section de la poutrelle et du béton coulé en place ; I
est le moment d’inertie de la section de la poutrelle seule dans les autres cas.

k1, ks, kp sont des coefficients qui tiennent compte de l’effet différé des différentes actions dont les
valeurs figurent au Tableau E.1.

Tableau E.1 — Valeurs pour les coefficients k1, ks et kp

Temps de stockage de la poutrelle a k1 ks kp

stockage normal > 3 semaines 1/10 1/3 1/10

stockage court ≤ 3 semaines 1/5 1/5 1/5


a Le temps de stockage est le temps entre la fin de la fabrication et la mise en œuvre des poutrelles.

E.5 Vérification de la résistance à l'effort tranchant dans les systèmes composites

E.5.1 Généralités

Les systèmes de planchers composites avec dalle de compression rapportée coulée en place (voir
Annexe B), les systèmes de planchers avec dalle de compression composite et les systèmes de planchers
avec dalle de compression partielle et éléments de superstructure suffisamment rigides pour répartir sur
plusieurs poutrelles une charge concentrée ou linéaire ne nécessitent pas d’armature d’effort tranchant.

Pour les planchers continus, l'augmentation de l'effort tranchant peut être négligée sous réserve que la
différence entre les moments par rapport aux appuis n'excède pas 50 % du moment isostatique de la travée
considérée.

58
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Il convient de tenir compte de l’épaisseur, e, des parois des entrevous pour le calcul de la largeur résistante
au niveau de vérification considéré (voir Figure E.7), en prenant les valeurs suivantes :

⎯ entrevous semi-résistants ou résistants (entrevous alvéolés en béton ou en terre cuite) : e = 1 cm

⎯ entrevous pleins en béton : e = 3 cm

⎯ autres cas (par exemple entrevous en polystyrène, entrevous en plastique) : e = 0 cm

E.5.2 Système de plancher avec poutrelles en béton armé ou précontraint

La résistance à l'effort tranchant des systèmes de planchers composites à poutrelles et entrevous est vérifiée
comme suit (voir Figure E.7) :

⎯ au-dessous du niveau aa' où l’espace libre entre la poutrelle et les entrevous est égal à 20 mm ou
à 1,2 dg si cette valeur est supérieure, la résistance à l'effort tranchant est déterminée en tenant compte
du béton de la poutrelle seule ;

NOTE 1 Le niveau critique est généralement situé au niveau ‘aa'. Pour les poutrelles avec contre-dépouille, le niveau
le plus bas dans la nervure peut être moins favorable.

⎯ le long de la ligne de moindre résistance, correspondant au sommet de la poutrelle et à la plus courte


distance entre le bord supérieur de la poutrelle et l’entrevous, la résistance à l'effort tranchant est
déterminée en tenant compte du béton coulé en place (voir Figure E.7).

Dimensions en millimètres

Légende
1 Ligne de moindre résistance
2 Niveau aa''

Figure E.7 — Définition des niveaux de vérification pour les poutrelles en béton armé et en béton
précontraint

59
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Aucune armature d’effort tranchant n’est nécessaire si la valeur de calcul de la contrainte de cisaillement, τsd,
au niveau considéré est telle que :

VSd
τsd = ≤ 0,03 fck
bz

τsd est la valeur de calcul de la contrainte de cisaillement, en MPa

b est la largeur de la section transversale de la poutrelle au niveau considéré ou la longueur de la ligne


de moindre résistance, en mm

z est le bras de levier à l’ELU, z = 0,9 d pour les poutrelles en béton armé, en mm
z = I/S pour les poutrelles en béton précontraint, en mm (S est le
moment statique calculé au niveau considéré)
d est la hauteur utile, en mm

fck est la résistance caractéristique en compression du béton (béton de la poutrelle ou béton coulé en
place) au niveau considéré, en MPa

Si τsd > 0,03 fck, il convient qu’une armature d’effort tranchant soit placée sur la hauteur de la section
résistante et ancrée au-delà de ce point. Le pourcentage d’armature d’effort tranchant est évalué
conformément à 6.2.3 de l’EN 1992-1-1:2004.

Si des armatures d'effort tranchant sont nécessaires dans les poutrelles en béton précontraint, elles sont
disposées :

⎯ sur une longueur de 50 cm ou lpt/2 si cette valeur est supérieure, dès lors que les armatures
transversales sont rendues nécessaires du fait du dépassement de la contrainte admissible du béton de
la poutrelle ; et

⎯ sur la longueur pour laquelle la contrainte admissible du béton coulé sur site est dépassée.

NOTE 2 Seule l’armature traversant la fissure probable due à l'effort tranchant est à prendre en compte.

E.5.3 Système de plancher avec poutrelles à treillis

E.5.3.1 Zones de vérification

Il est nécessaire de vérifier les contraintes ultimes de cisaillement du béton à tous les niveaux de la section
ainsi que les résistances que peuvent équilibrer les diagonales du raidisseur à treillis. Ceci entraîne plusieurs
vérifications, correspondant chacune à une résistance à l'effort tranchant.

La Figure E.8 décrit les zones où il convient d’effectuer les différentes vérifications (uniquement pour un
raidisseur à treillis avec armature longitudinale à haute adhérence dans le talon), avec :

Vcu, Vc’u résistance à l'effort tranchant, limitée par la contrainte de cisaillement du béton dans la
nervure ;

Vwu résistance à l'effort tranchant à l’interface, limitée par la résistance des soudures de la
diagonale du raidisseur à treillis ;

Vdu résistance à l'effort tranchant, limitée par la résistance des soudures de la diagonale du
raidisseur à treillis ;

60
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

ycu distance depuis la sous-face de l’armature supérieure assurant l’ancrage des diagonales du
raidisseur à treillis, égale à :

2 cm si la résistance des soudures supérieures est égale à la résistance des diagonales ;

3 cm si la résistance des soudures supérieures est égale à 60 % de la résistance des


diagonales.

NOTE L’interpolation linéaire peut être admise pour les valeurs intermédiaires.

Légende
1 Axe neutre

Figure E.8 — Définition des niveaux de vérification pour les poutrelles à treillis

Il convient de vérifier la contrainte de cisaillement sur la épaisseur de la feuillure d’appui (notée a sur la
Figure E.8) lorsque la poutrelle comprend une armature de renfort non rattachée aux diagonales du raidisseur
à treillis. La contrainte de cisaillement est limitée à τcu comme défini en E.5.3.2. Si la valeur de calcul est
supérieure à τcu, il convient d’ajouter une armature de couture horizontale.

E.5.3.2 Calcul des résistances à l'effort tranchant

a) Contrainte de cisaillement du béton de la nervure

La vérification de Vc’u n’est pas nécessaire lorsque la barre supérieure de la poutrelle est entièrement située à
au moins ycu cm au-dessus :

⎯ de l’axe neutre de la section (exemple de la Figure E.9a)) ;

⎯ ou du niveau de la sous-face de la paroi supérieure des entrevous alvéolés résistants (Figure E.9b) ;

⎯ ou du sommet des entrevous non résistants Figure E.9c).

61
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

a) b)

c)

Légende
1 Axe neutre

Figure E.9 — Cas où la vérification n’est pas nécessaire

Vcu = τcu b z Vc'u = τcu b' z

τcu = 0,03 fck

fck est la résistance caractéristique en compression du béton coulé en place ;

62
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

b est la plus petite largeur horizontale de la nervure augmentée de l’épaisseur de paroi conventionnelle
des entrevous, en mm

b' est la largeur de la nervure, mesurée à 2 cm sous le diamètre de la barre supérieure, augmentée de
l’épaisseur de paroi conventionnelle des entrevous, en mm

z est le bras de levier à l'ELU, z = 0,9 d, en mm ;

d est la hauteur utile de la section, en mm.

b) Contrainte de cisaillement à l’interface entre les deux bétons

Les poutrelles avec talon préfabriqué en béton requièrent une vérification de la contrainte de cisaillement à
l’interface entre les deux bétons. Ce monolithisme est assuré par les diagonales des raidisseurs à treillis (si
l’angle avec l’interface est supérieur à 45°) et, si nécessaire, par une armature transversale complémentaire.

Cette vérification n’est pas nécessaire lorsque l’armature est noyée directement et entièrement dans le béton
coulé en place (pas de joint de construction).

Les deux diagonales, l’une dans une direction favorable et l’autre dans une direction défavorable, sont prises
en compte.

Il convient que la résistance des soudures des diagonales avec les armatures inférieures soit déterminée
systématiquement par des essais dans le cadre d’un contrôle interne supervisé. En général, il s’agit d’un
essai de traction sur une diagonale, dans sa direction, l’armature inférieure étant immobilisée sans possibilité
de rotation.

La valeur R est déterminée à partir d’un grand nombre d’essais (au moins cent), avec un fractile 95 % (valeur
garantie).

L’effort admissible dans une diagonale, Fd, est la plus petite des deux valeurs :

f yk R
Ad et
γs γs

Figure E.10 — Raidisseur à treillis de type "WARREN"

Figure E.11 — Raidisseur à treillis de type "PRAT"

63
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

sd espacement entre deux diagonales parallèles.

c) Contrainte de cisaillement dans la zone armée avec raidisseur à treillis

z
Vdu = Fd (cos α + sin α) + 0,35 fctk0,05 b z
sd

E.5.3.3 Renforcement par raidisseur à treillis

Dans les Figures E.12 et E.13, les indices 1 et 2 sont associés à Vwu et Vdu selon que les résistances à l'effort
tranchant sont équilibrées par les diagonales du raidisseur à treillis ou par les armatures de renforcement.

Lors du calcul de la résistance à l'effort tranchant totale, Vdu, soit (Vdu1 + Vdu2), il convient que la contribution
du béton ne soit prise en compte qu’une seule fois.

Légende
1 Axe neutre
(A) (calculé avec b’)
(B) (calculé avec b)

Figure E.12 — Cas de raidisseurs à treillis superposés ancrés dans le béton

64
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Légende
1 Axe neutre
(A) (calculé avec b’)
(B) (calculé avec b)

Figure E.13 — Cas de raidisseurs à treillis superposés posés sur le béton

65
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe F
(informative)

Calcul des poutrelles autoportantes

F.1 Généralités
Le calcul des planchers avec poutrelles autoportantes implique de vérifier la résistance de la poutrelle vis-à-
vis des combinaisons de charges considérées dans les conditions d’état limite ultime et d’état limite de service
pour des situations permanentes et des situations accidentelles. Il convient de dimensionner les poutrelles
autoportantes soit par le calcul conformément à l’EN 1992-1-1:2004 et aux dispositions de la présente
annexe, soit par des essais de type, conformément à 4.3.3.3.

F.2 Valeur de calcul du moment de flexion à l’état limite ultime


Il convient que la valeur de calcul du moment de flexion à l’état limite ultime, MRd, soit déterminée
conformément à 6.1 de l’EN 1992-1-1:2004, en tenant compte des propriétés du matériau, des coefficients
partiels de sécurité et des tolérances dimensionnelles déclarées par le fabricant, conformément à 4.3 de la
présente norme.

F.3 État limite de service des poutrelles précontraintes

F.3.1 Limitation des contraintes et maîtrise de la fissuration

Il convient, pour les poutrelles autoportantes précontraintes, d'appliquer la méthode donnée en E.4.1.

F.3.2 Limitation de la flèche

Il convient, pour les poutrelles précontraintes autoportantes, d'appliquer le principe énoncé en E.4.2.1 afin de
limiter la flèche active conformément à E.4.2.2. La vérification de la déformation implique de limiter aussi la
flèche totale.

66
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Il convient de limiter la flèche à flim = L/250, voire à L/500 si la flèche peut endommager des parties voisines
de la structure. Il convient d'évaluer la flèche totale, wt, estimée à partir de la mise en œuvre du plancher, au
moyen de l’équation suivante :

L2 ⎡⎛ 1 ⎞ L2 ⎤
wt = ⎢⎜ β g1 + g2 + g v + ga + gp + gq + q ⎟ − β Pm,0 ep ⎥
8 Ec,eff Ι ⎢⎣⎝ 3 ⎠ 9 ,6 ⎦⎥

E cm
Ec,eff est le module d’élasticité à long terme selon 7.4.3 de l’EN 1992-1-1:2004, Ec,eff = = ;
1 + ϕ (∞, t 0 )

β est le coefficient tenant compte de l’action à long terme du poids propre des poutrelles et de la force
de précontrainte (voir 7.4.3 de l’EN 1992-1-1:2004).

NOTE Les autres définitions sont données en E.4.2.3.

F.4 Valeur de calcul de l’effort tranchant résistant


Il convient de calculer l’effort tranchant des poutrelles autoportantes conformément à 6.2 de
l’EN 1992-1-1:2004.

67
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe G
(informative)

Comportement en diaphragme

G.1 Généralités
Les systèmes de planchers à poutrelles et entrevous avec une dalle de compression rapportée coulée en
place peuvent agir comme un diaphragme pour la transmission des forces horizontales aux structures
verticales de contreventement.

Pour la prise en compte de l’action de diaphragme dans les conditions normales (contreventement
uniquement), les sections d’armature à utiliser sont les sections minimales utilisées couramment.

Dans les zones sismiques, il convient de respecter les règles suivantes :

⎯ il convient que l’épaisseur minimale de la dalle rapportée soit au moins égale à l’épaisseur définie dans
l’Annexe B ;

⎯ il convient que la dalle rapportée soit armée par un treillis soudé continu, totalement ancré sur les appuis
de rive. Il convient que l’aire de la section transversale des armatures perpendiculaires à la portée des
poutrelles, A1, et l’aire de la section transversale des armatures parallèles à la portée des poutrelles A2
soient au moins telles que :

⎯ dans les régions de sismicité faible ou moyenne selon l’EN 1998 : A1 ≥ 1,0 cm2/m et A2 ≥ 0,5 cm2/m ;

⎯ dans les régions de sismicité forte selon l’EN 1998 : A1 ≥ 1,4 cm2/m et A2 ≥ 0,7 cm2/m.

Pour la détermination de l’épaisseur de la dalle rapportée, h0, et de l’aire de la section transversale des
armatures, As (pour une largeur de plancher de 1 m), il convient de vérifier les règles suivantes :

Vsd ≤ Vrd1 + Vrd3 et Vsd ≤ Vrd2

avec

Vrd1 = 0,23 fctk,0,05 hef

Vrd3 = 0,72 As fyk

Vrd2 = 0,20 fck hef

Vsd est l’effort de cisaillement horizontal développé pour 1 m de longueur sous l’effet de l’action
sismique, en kN/m ;

fck est la résistance caractéristique en compression du béton coulé en place, mesurée sur cylindre
à 28 jours, en MPa (en l’absence d’information spécifique, fck = 25 MPa) ;

fctk,0,05 est la résistance caractéristique à la traction directe du béton coulé en place, en MPa ;

68
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

fyk est la limite caractéristique d’élasticité de l’armature, en MPa ;

hef = h0 + 10 pour les entrevous en béton et les entrevous en terre cuite ; pour les autres (entrevous non
résistants), hef = h0, en mm.

G.2 Cas des bâtiments de faible hauteur


Lorsque la fonction diaphragme est peu importante, comme dans le cas des bâtiments de faible hauteur, la
dalle rapportée coulée en place peut être négligée - uniquement pour les régions à sismicité faible ou
moyenne - en adoptant les dispositions suivantes :

⎯ les entrevous sont des entrevous résistants en béton ou en terre cuite et sont jointoyés ;

⎯ un système de chaînages horizontaux est prévu, avec des nervures (section minimale de 160 cm2)
disposées perpendiculairement à la portée des poutrelles et espacées au plus de 2 m. L’aire de la section
transversale des armatures de ces nervures est d’au moins 2 cm2 ;

⎯ des armatures sont disposées au-dessus des poutrelles et parallèlement à ces dernières, au niveau des
appuis intermédiaires, avec une section transversale au moins égale à 1 cm2/m (pour une largeur de
plancher de 1 m) et une longueur des deux côtés de l’appui égale à la longueur de recouvrement
augmentée de la hauteur de la poutrelle.

69
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe H
(normative)

Essais pour déterminer les portées de mise en œuvre

H.1 Généralités
L’objectif de ces essais est de déterminer les portées de mise en œuvre en fonction des critères suivants :

⎯ résistance à la flexion à mi-portée : détermination de la charge de rupture et de la rigidité en flexion


(vérification de la déformation) ;

⎯ résistance à la flexion et appui : détermination de la charge de rupture.

Ces essais de type initiaux doivent être réalisés sur chaque type de poutrelle (aire de la section transversale
et disposition des armatures uniques) au moment de la première production ou lorsque les méthodes de
production sont modifiées.

Ces essais de type initiaux sont destinés à vérifier la fiabilité du modèle admis pour le calcul.

NOTE 1 L’interpolation est admise lorsque les configurations des poutrelles et du ferraillage sont similaires.

NOTE 2 La vérification de la flèche est facultative dans le cas des poutrelles précontraintes.

H.2 Détermination de la portée de mise en œuvre

H.2.1 Généralités

La portée de mise en œuvre, ler, doit satisfaire à la fois aux critères de rupture et de flèche, en tenant compte
des systèmes statiques illustrés à la Figure H.1, qui donnent les valeurs maximales de contrainte dans les
portées et sur les appuis.

combinaison 1

70
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

combinaison 2

combinaison 3

Figure H.1 — Systèmes statiques à prendre en compte

H.2.2 Calcul à la rupture

Il doit être vérifié, par un calcul initial, que la charge correspondant à l’état limite ultime pour la flexion et
l’effort tranchant est au moins égale à celle due à la combinaison d’actions :

γGpl (Gpl + Gb) + γQco Qco + γQs Qs

Gpl est le poids propre de la poutrelle ;

Gb est le poids propre des entrevous associés aux poutrelles ;

Qco est le poids du béton coulé en place ;

Qs sont les charges temporaires pendant la construction du plancher.

NOTE Tant que la réglementation européenne n’a pas fixé la valeur de Qs, on peut retenir une valeur de 1,5 kN,
appliquée au centre de la portée de mise en œuvre.

71
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

H.2.3 Vérification de la flèche

Dans le cas de poutrelles en béton armé, la flèche à mi-portée entre étais ou entre appuis ne doit pas
dépasser ler/500 par rapport à l’horizontale pour la combinaison d’actions (Gpl + Gb + Qco).

NOTE Cette vérification est effectuée sans prendre en compte la charge Qs, qui est considérée comme une charge
accidentelle.

H.3 Appareillage
La machine d’essai doit être au moins une machine de classe 3 conformément à l’EN 12390-4:2000.

Le dispositif de chargement doit être articulé. Les comparateurs utilisés pour mesurer la flèche doivent avoir
une précision de mesurage de 0,1 mm.

H.4 Dispositif d’essai

H.4.1 Généralités

Les essais doivent être réalisés par le fabricant, dans un laboratoire d'essais ou en usine.

L’essai doit être réalisé à une température comprise entre 0 °C et 40 °C. La température doit être enregistrée.

Le corps d’épreuve doit être la poutrelle seule. L’âge du corps d’épreuve doit être au plus de 7 jours.

La poutrelle doit être supportée par des rouleaux (au moins l’un d’eux doit tourner librement) avec des
plaques de répartition de 50 mm ± 5 mm de large et de 10 mm ± 3 mm d’épaisseur si la face inférieure de la
poutrelle est irrégulière.

La charge (P) doit être appliquée, comme l’illustrent la Figure H.2 pour les essais de flexion et la Figure H.3
pour les essais de cisaillement, au moyen de deux plaques de répartition de 10 mm ± 3 mm d’épaisseur
capables d’absorber toute irrégularité de surface.

Les portées d’essai doivent être adaptées au type d’essai réalisé de telle sorte que, dans un essai de flexion,
la rupture de la poutrelle se fasse en flexion et dans un essai de cisaillement, la rupture se fasse par
cisaillement.

H.4.2 Essais de flexion

a) sur deux appuis d’extrémité (poutrelles b) avec un appui intermédiaire


autoportantes)

Figure H.2 — Disposition de chargement pour les essais de flexion

72
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

NOTE Il convient que les portées, L, soient semblables à celles estimées pour les portées de mise en œuvre.

H.4.3 Essais de cisaillement

Dimensions en millimètres

a) poutrelle en béton armé b) poutrelle précontrainte

c) détail d’un appui

Figure H.3 — Disposition de chargement pour l’essai de cisaillement

H.5 Procédure de chargement


Une charge allant jusqu’à 10 % de la charge maximale attendue doit être appliquée puis retirée pour asseoir
la poutrelle (charge d’assise) et le chargement doit alors être appliqué comme suit :

a) Chargement pour vérifier uniquement la charge de rupture

La poutrelle doit être chargée progressivement et par paliers jusqu’à la rupture. La charge de rupture, PR, est
la charge maximale à laquelle la poutrelle peut résister.

b) Chargement pour vérifier la charge de rupture et la flèche :

1) chargement progressif et par paliers. Après chaque palier de charge (25 %, 50 %, 75 % et 100 % de
Pflim), la flèche à mi-portée du corps d’épreuve doit être mesurée et corrigée pour tenir compte du
tassement des appuis qui doit être mesuré en même temps que la flèche à mi-portée ;

2) lorsque la flèche à mi-portée, corrigée pour tenir compte du tassement des appuis, a atteint L/500, la
charge appliquée à ce moment doit être enregistrée (Pflim). La flèche à mi-portée et le tassement des
appuis correspondants doivent être enregistrés ;

3) dans le cas de raidisseurs à treillis en acier, la charge doit être retirée et la déformation résiduelle
doit être mesurée (le retrait de la charge est facultatif dans les autres cas) ;

73
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

4) après 5 min à 10 min sans charge (le cas échéant), la poutrelle doit être chargée jusqu’à la rupture,
en utilisant la même vitesse de chargement que précédemment. La charge de rupture, PR, est la
charge maximale à laquelle la poutrelle peut résister.

Pendant ces phases de chargement, le chargement doit être interrompu s’il se produit un événement
nécessitant une analyse.

H.6 Interprétation des résultats

H.6.1 Poutrelles non autoportantes

La flèche mesurée pendant l’essai sous la combinaison des actions indiquée en H.2.3 ne doit pas
dépasser ler/500.

Une indication de la résistance à la flexion et de la résistance à l’effort tranchant, pour l’utilisation prévue, peut
être donnée par les conditions suivantes :

⎯ il convient que la résistance à la flexion calculée sous la combinaison des actions indiquée en H.2.2 ne
soit pas supérieure à M(PR)/γE ;

⎯ il convient que l’effort tranchant résistant calculé sous la combinaison des actions indiquée en H.2.2 ne
soit pas supérieur à V(PR)/ γE ;

ler est la portée d’essai ;

M(PR) est le moment de rupture de la section critique, obtenu au cours de l’essai ;

V(PR) est l'effort tranchant à la rupture de la section critique, obtenu au cours de l’essai ;

γE est le coefficient partiel qui tient compte du coefficient de variation relatif à la résistance des
matériaux, au modèle de calcul et à la géométrie.

NOTE γE peut être pris tel que γE = γFγS si la rupture est due à l’acier, γE = γFγC si elle est due au béton. Les valeurs
de γF, γS et γC peuvent être prises des parties concernées des Eurocodes.

Pour la calibration du modèle de calcul (vérification par le calcul assisté par les essais – voir 4.3.3.3), des
essais de type initiaux doivent être réalisés sur trois corps d'épreuve pour chaque dispositif d'essai. Les
résultats doivent être considérés comme positifs si les conditions suivantes sont satisfaites :

⎯ pour l’essai de flexion :

M(PR)/Mcalc ≥ 0,95 pour chaque corps d'épreuve soumis à l’essai ;

Moy{M(PR)/Mcalc} ≥ 1,0 pour la valeur moyenne du rapport pour les trois essais ;

⎯ pour l’essai de cisaillement :

V(PR)/Vcalc ≥ 0,95 pour chaque corps d'épreuve soumis à l’essai ;

Moy{V(PR)/Vcalc} ≥ 1,0 pour la valeur moyenne du rapport pour les trois essais ;

74
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Mcalc et Vcalc sont respectivement le moment résistant et l’effort tranchant résistant calculés pour la
section critique du corps d'épreuve dans le dispositif d’essai, pour les dimensions et les
propriétés des matériaux réelles, avec γS = γC = 1.

Pour les essais de contrôle, un seul essai doit être réalisé. Le résultat doit être considéré comme positif si la
condition suivante est satisfaite : V(PR) > 0,95 Vcalc.

Le mode de rupture observé dans l’essai doit correspondre au modèle pris comme hypothèse dans les
calculs.

H.6.2 Poutrelles autoportantes

Si l’essai est un essai de flexion, la charge en fonction de la flèche à mi-portée doit être enregistrée, en
appliquant une correction de flèche pour tenir compte du tassement des appuis. Un exemple d’un tel
diagramme est illustré à la Figure H.4.

Les essais doivent être interprétés conformément à l’Article 5 et aux Annexes C et D de l’EN 1990:2002, en
tenant compte des résultats d’essais réalisés préalablement, à la date de première fabrication (ou de
modification du procédé de fabrication) pour le type de poutrelles étudié, et des résultats d’essais réalisés
dans le cadre du programme de contrôle qualité.

Légende
1 Charge appliquée
2 Flèche à mi-portée
3 Pour les poutrelles à treillis
4 Charge d’assise
PR Charge de rupture
fr Flèche résiduelle

Figure H.4 — Diagramme de la charge en fonction de la flèche à mi-portée

75
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

H.7 Rapport d’essai


Le rapport d’essai doit indiquer :

⎯ l’identification du corps d’épreuve ;

⎯ la portée de la poutrelle ou de l’éprouvette ;

⎯ la date de fabrication ou tout autre code ;

⎯ la date et le lieu des essais ;

⎯ le laboratoire et la personne chargée des essais ;

⎯ les caractéristiques des matériaux nécessaires pour les essais ;

⎯ la méthode d’essai ;

⎯ les appareils de mesure utilisés ;

⎯ la charge d’assise et la flèche résiduelle (le cas échéant) ;

⎯ la valeur de Pflim (le cas échéant) ;

⎯ toute observation concernant l’essai et toute détérioration constatée (fissures, etc.) ;

⎯ la valeur de la charge de rupture, PR ;

⎯ le type de rupture ;

⎯ le diagramme de la charge en fonction de la flèche pour les poutrelles autoportantes uniquement


(facultatif) ;

⎯ une déclaration indiquant que les essais ont été réalisés en conformité avec la présente norme, ainsi que
toute modification ayant été apportée.

76
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe J
(informative)

Résistance du béton au transfert

J.1 Généralités

J.1.1 Mode opératoire

Il convient de vérifier la résistance minimale à la compression que le béton doit atteindre avant le transfert de
la force de précontrainte (relâchement) en procédant à l'écrasement d’éprouvettes cubiques ou cylindriques.
Si les éprouvettes soumises à essai sont différentes des cylindres normalisés de 150 mm × 300 mm, il
convient d’appliquer des coefficients de corrélation.

Il convient de prélever les éprouvettes pendant la fabrication, de leur faire subir le même traitement thermique
que les poutrelles et de les stocker dans le même environnement jusqu’au moment de l’essai de résistance à
la compression.

NOTE La résistance du béton au moment du transfert de la force de précontrainte peut être déterminée par d’autres
méthodes (scléromètre, vitesse de propagation du son et maturométrie) après corrélation au moyen d’essais de
laboratoire.

J.1.2 Interprétation des résultats

Après la période de temps considérée comme nécessaire pour que le béton ait une résistance suffisante pour
commencer la mise en précontrainte, il convient d’appliquer le mode opératoire décrit à la Figure J.1.

D’autres méthodes appropriées peuvent également être appliquées sous réserve que la résistance minimale
en compression requise, fcmin,p, lors du relâchement soit celle indiquée en 4.2.3.2.3 de la présente norme.

Il convient d’enregistrer les résultats.

77
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Figure J.1 — Mode opératoire d’essai avant relâchement

78
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe K
(informative)

Résistance au feu

K.1 Généralités
Il convient que les parties constitutives des systèmes de planchers à poutrelles et entrevous soient telles que
la résistance au feu du système de plancher fini (résistance mécanique et/ou valeur coupe-feu) soit conforme
à la durée requise par la réglementation en matière d’incendie, en tenant compte de l’application prévue du
plancher. En outre, il convient que les parties constitutives ne soient pas à l’origine du feu et qu'elles ne
contribuent pas à sa propagation.

K.2 Résistance au feu des systèmes de planchers à poutrelles et entrevous


Il convient de déterminer la résistance au feu des systèmes de planchers à poutrelles et entrevous par des
essais, par le calcul ou à partir de valeurs tabulées.

Il convient d’effectuer les vérifications par des essais, par le calcul, ou par une combinaison des deux
méthodes.

K.3 Détermination par les essais


La résistance au feu peut être justifiée en tenant compte des résultats d’essais précédents sur des systèmes
de planchers similaires au système de plancher proposé, conformément à l’EN 1365-2.

Si cela n’est pas possible (systèmes nouveaux ou systèmes dont les caractéristiques sont significativement
différentes de celles des systèmes soumis à essai précédemment), il convient de réaliser deux essais pour
chaque mode de rupture prévu (rupture en flexion, rupture en cisaillement).

Si, pour un type d’essai donné, la plus courte durée de résistance au feu enregistrée est inférieure à 0,8 fois
la durée la plus longue, il convient de réaliser un troisième essai.

La résistance au feu à déclarer correspond à la durée minimale enregistrée, sauf si le résultat


exceptionnellement faible de l’essai peut être justifié.

Pour un type de système de plancher donné, il convient d’extrapoler les résultats obtenus à différentes
sections résistantes, différentes portées ou différents cas de charge, sous réserve que cette extrapolation soit
corroborée par des méthodes de calcul appropriées.

NOTE Si les résultats du premier essai sont au moins 20 % supérieurs à la durée de résistance au feu requise, un
seul essai par type de rupture sera suffisant.

K.4 Évaluation par le calcul

K.4.1 Généralités

Il convient de déterminer la résistance au feu par le calcul conformément à l’EN 1992-1-2:2004. Pour la
résistance à l'effort tranchant, la vérification n’est pas nécessaire.

79
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Le critère d'étanchéité est considéré comme vérifié si la dalle rapportée est armée avec un treillis.

K.4.2 Résistance mécanique

Pour le degré de stabilité au feu de 15 min, le système de plancher est assimilé à une dalle pleine.

Pour les degrés de stabilité au feu de 30 min et 60 min, le calcul des températures dans la partie inférieure de
la poutrelle (armature) est réalisé en deux étapes en distinguant les entrevous selon leur hauteur :

 hauteur d’entrevous < 15 cm ;

La cloison inférieure est supposée demeurer intacte pendant 15 min. Les 15 premières min sont calculées en
assimilant les entrevous à une dalle pleine et, après 15 min, le calcul prend en compte le profil résiduel
retenant les cloisons des entrevous en contact avec la dalle rapportée en béton coulé en place (voir
Figure K.1) :

 hauteur d’entrevous ≥ 15 cm

La cloison inférieure est supposée demeurer intacte pendant 30 min. Les 30 premières min sont calculées en
assimilant les entrevous à une dalle alvéolée et, après 30 min, le calcul prend en compte le profil résiduel (voir
Figure K.1).

Figure K.1 — Profil résiduel retenu (section hachurée)

NOTE Il convient de traiter les systèmes de planchers à poutrelles et entrevous comportant un revêtement de
protection d’une épaisseur suffisante, es, en sous-face, comme des dalles pleines d’une épaisseur égale à l’épaisseur
totale du système de plancher (mais en utilisant son poids réel pour le calcul des forces et des moments), y compris
l’épaisseur du revêtement (avec ses propriétés thermiques) ou l’épaisseur de béton équivalente (voir Figure K.2).

Légende
1 Béton

Figure K.2 — Épaisseur de béton équivalente

80
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

K.4.3 Protection supplémentaire

Il convient d’obtenir le degré coupe-feu requis en ajoutant des matériaux de protection appropriés, adhérant
correctement à la structure qu’ils protègent. Il convient que les systèmes de collage ou de fixation soient
couverts par des essais concluants.

Ces matériaux sont caractérisés par leur épaisseur de béton équivalente.

NOTE En l’absence d’essais démontrant la protection assurée par ces dispositions, les valeurs équivalentes
suivantes peuvent être adoptées :

⎯ 1 cm de mortier de ciment : 0,67 cm de béton ;

⎯ 1 cm de vermiculite : 2,5 cm de béton ;

⎯ 1 cm de laine de roche : 2,5 cm de béton ;

⎯ 1 cm de plâtre ordinaire : 2,5 cm de béton.

K.5 Valeurs tabulées


À titre indicatif, le Tableau K.1 donne les degrés de résistance au feu minimale pour les différents types de
systèmes de planchers courants proposés dans l’Annexe B. Ces valeurs ont été déduites de résultats
d’essais réalisés sur des systèmes de planchers finis sous des charges d’habitation.

Les degrés de résistance au feu considérés sont définis par les critères suivants :

⎯ résistance mécanique ;

⎯ isolation thermique (augmentation de la température moyenne et maximale respectivement de 140 °C et


de 180 °C, sur la face non exposée au feu) ;

⎯ étanchéité au feu et absence d’émanation de gaz inflammables depuis la face exposée au feu.

NOTE Une continuité sur appui peut être utilisée afin d’augmenter le degré de résistance au feu.

81
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Tableau K.1 — Degrés de résistance au feu de différents types de planchers composites pour
habitations, avec poutrelles courantes (sans enduit de plâtre en sous-face)

Degré de
Types de planchers
résistance au feu
(voir Annexe B) (en minutes)

Système de plancher avec dalle de compression rapportée coulée en


place :
— avec entrevous en polystyrène a 30
— avec entrevous alvéolés en béton ou en terre cuite 30
— avec entrevous pleins en béton ou en terre cuite 60
Système de plancher avec dalle de compression composite 30
Système de plancher avec dalle de compression partielle (par exemple 30
avec dalle flottante)
Système de plancher à poutrelles autoportantes
— avec entrevous en polystyrène 15
— avec entrevous semi-résistants 30
a À la lumière des connaissances actuelles sur le comportement au feu, ces systèmes de planchers
doivent être utilisés exclusivement comme planchers sur vides sanitaires.

NOTE Un degré de résistance au feu supérieur peut être obtenu en appliquant un enduit de plâtre à la sous-face du
plancher.

82
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe L
(informative)

Isolation acoustique

L.1 Généralités
Les performances acoustiques dépendent du système de plancher fini considéré. En l'absence de plafond fixé
et avec ou sans enduit en sous-face, les systèmes de planchers à poutrelles et entrevous ont des
performances d’isolation acoustique légèrement inférieures (jusqu’à 4 dB, selon les alvéoles des entrevous) à
celles d’une dalle pleine de même masse.

L.2 Isolation acoustique au bruit aérien


Comme alternative aux résultats d’essai, on peut évaluer l’isolation acoustique au bruit aérien à partir de la
masse surfacique comme suit (en dB) :

3 ⎛ MR ⎞
Rw = 40 log (MR) – 56 + ⎜ ⎟
⎜ h ⎟
8 ⎝ t ⎠

MR est la masse du plancher, en kg/m2 ;

ht est la hauteur du plancher, en cm (sans tenir compte du revêtement de sol ou de la dalle flottante).

L.3 Isolation acoustique aux bruits d’impact


Comme alternative aux résultats d’essai, on peut évaluer l’isolation acoustique aux bruits d’impact à partir de
la masse surfacique comme suit (en dB) :

⎯ Plancher avec entrevous pleins en béton :

Ln,w = 165 – 35 log (MR)

⎯ Plancher avec entrevous alvéolés (béton, terre cuite, polystyrène, etc.) :

Ln,w = 170 – 35 log (Mep)

⎯ Plancher supportant un revêtement lourd (dallettes en béton, par exemple) ou une dalle flottante :

Ln,w = 170 – 35 log (Mep + Ms)

⎯ Plancher supportant une dalle flottante sur film plastique :

Ln,w = 170 – 35 log (Mep + Ms)

83
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

⎯ Plancher supportant une dalle flottante sur une couche résiliente :

Ln,w = Ln,w plancher – ΔLw

MR est la masse du plancher, en kg/m2 ;

Mep est la masse équivalente du plancher, en kg/m2 ;

Mep = MR – Mr avec Mr = 80 (h/H) pour les entrevous en béton et en terre cuite et Mr = 15 pour les
entrevous en polystyrène ;

h hauteur de l’entrevous alvéolé, en cm ;

H hauteur totale du plancher, en cm ;

Ms poids du revêtement de sol ou de la dalle flottante, en kg/m2 ;

ΔLw réduction pondérée du niveau sonore de bruit de choc par le revêtement de sol, en dB ;

5 dB < ΔLw ≤ 35 dB (à partir d’essais ou par le calcul conformément à l’EN 12354-2).

84
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe Y
(informative)

Choix de la méthode de marquage CE

Y.1 Généralités
Il convient que le fabricant choisisse d’appliquer, pour le marquage CE, une des méthodes décrites en ZA.3,
sur la base des conditions ci-après.

Y.2 Méthode 1
La déclaration des données géométriques et des propriétés des matériaux, comme spécifié en ZA.3.2, peut
être appliquée dans les cas suivants :

⎯ produits disponibles en stock et produits sur catalogue.

Y.3 Méthode 2
Il convient d’appliquer la déclaration des propriétés du produit déterminées selon la présente Norme et les
Eurocodes EN, comme spécifié en ZA.3.3, dans le cas suivant :

⎯ produit préfabriqué dont les propriétés sont déclarées par le fabricant.

Y.4 Méthode 3
La déclaration de conformité avec une spécification donnée comme spécifié en ZA.3.4 peut être appliquée
dans les cas suivants :

⎯ tous les cas autres que Y.2 et Y.3.

85
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Annexe ZA
(informative)

Relations entre la présente Norme européenne et les exigences


essentielles de la Directive UE 89/106/CEE, Directive européenne
Produits de Construction

ZA.1 Domaine d'application et caractéristiques applicables

La présente Norme européenne a été élaborée dans le cadre du mandat M/100 2) «Produits préfabriqués en
béton» donné au CEN par la Commission Européenne et l'Association Européenne de Libre Échange.

Les articles de la présente Norme européenne énoncés dans la présente annexe, satisfont aux exigences du
mandat donné dans le cadre de la Directive européenne Produits de Construction (89/106/CEE).

La conformité avec ces articles confère une présomption d'aptitude au service des poutrelles pour systèmes
de planchers à poutrelles et entrevous couverts par la présente annexe pour les applications prévues
indiquées ci-après ; il convient de faire référence aux informations accompagnant le marquage CE.

AVERTISSEMENT — D'autres exigences et d'autres Directives UE ne portant pas sur l'aptitude au


service pour les applications prévues peuvent être applicables aux poutrelles pour systèmes de
planchers à poutrelles et entrevous relevant du domaine d'application de la présente norme.

NOTE 1 Outre les articles spécifiques relatifs à des substances dangereuses contenus dans la présente norme,
d'autres exigences peuvent être applicables aux produits relevant du domaine d'application de cette dernière (par
exemple, transpositions de législations européennes ou de dispositions législatives, réglementaires et administratives
nationales). Afin de satisfaire aux dispositions de la Directive européenne Produits de Construction, ces exigences doivent
également être satisfaites, à condition qu’elles s’appliquent.

NOTE 2 Une base de données informative des dispositions européennes et nationales relatives aux substances
dangereuses est disponible sur le site internet de la Construction EUROPA (accessible par le lien
http://europa.eu.int/comm/enterprise/construction/internal/dangsub/dangmain.htm).

La présente annexe fixe les conditions de marquage CE des poutrelles fabriquées en béton armé ou
précontraint (avec ou sans coque de terre cuite) pour systèmes de planchers à poutrelles et entrevous,
utilisées pour la construction des structures de bâtiments et d’autres ouvrages de génie civil, à l’exception des
ponts, et mentionne les articles applicables y afférant.

La présente annexe a le même domaine d'application que l'Article 1 de la présente norme, comme défini par
le Tableau ZA.1.

2) modifié

86
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Tableau ZA.1 — Articles applicables aux poutrelles préfabriquées en béton utilisées dans les
systèmes de planchers à poutrelles et entrevous

Niveaux
Articles des exigences dans la
Caractéristiques essentielles et/ou Notes et unités
présente norme
classe(s)
Résistance à la 4.2.1 Production du béton
Toutes 2
compression (du Aucun N/mm
méthodes 4.2.2 Béton durci
béton)
Résistance ultime à la 4.1.3 Acier pour béton armé
traction et limite Toutes 2
4.1.4 Acier pour béton Aucun N/mm
d’élasticité en traction méthodes
(de l’acier) précontraint

Géométrie et
Méthode 1 Information indiquée en ZA.3.2 Aucun
matériaux
Résistance mécanique
(par calcul) Méthode 2 4.3.3 Résistance mécanique Aucun kNm, kN, kN/m
Méthode 3 Dossier de conception Aucun
Géométrie et
Méthode 1 Information indiquée en ZA.3.2 R
matériaux
Résistance au feu
(pour la capacité Essais, données
Méthode 2 4.3.4.1 Résistance au feu R
portante) tabulées, calculs
Méthode 3 Dossier de conception R
Isolation acoustique
au bruit aérien et
transmission des
bruits d'impact Toutes
4.3.5 Propriétés acoustiques Aucun dB
(lorsque le produit est méthodes
également destiné à
des applications
acoustiques)
4.3.1 Géométrie mm
Dispositions Toutes
4.3.2 Etat de surface Aucun Types
constructives méthodes
8 Documentation technique /
Toutes Conditions
Durabilité 4.3.7 Durabilité Aucun
méthodes d’environnement

Méthode 1 = déclaration des données géométriques et des propriétés du matériau (voir ZA.3.2) ;

Méthode 2 = déclaration de la valeur des propriétés du produit (voir ZA.3.3) ;

Méthode 3 = déclaration de conformité avec le dossier de conception défini (voir ZA.3.4).

Il convient que le fabricant choisisse quand il applique chaque méthode selon l’Annexe Y.

L’exigence relative à une caractéristique particulière n’est pas applicable dans les États Membres où il
n'existe pas d’exigences réglementaires portant sur cette caractéristique pour l’application prévue du produit.
Dans ce cas, les fabricants des produits mis sur le marché dans ces États Membres ne sont pas tenus de
déterminer ou de déclarer les performances de leurs produits pour cette caractéristique et la mention
«performance non déterminée» (PND) peut figurer dans les informations accompagnant le marquage CE
(voir ZA.3). La mention PND ne peut cependant pas être utilisée si la caractéristique est soumise à un niveau
seuil.

87
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

ZA.2 Procédure d'attestation de conformité des poutrelles pour systèmes de


planchers à poutrelles et entrevous

ZA.2.1 Système d’attestation de conformité

Le système d’attestation de conformité des poutrelles pour systèmes de planchers à poutrelles et entrevous,
pour les caractéristiques essentielles indiquées dans le Tableau ZA.1, conformément à la
décision 1999/94/CE de la Commission du 25 janvier 1999 donnée dans l’Annexe III du Mandat M/100
«Produits préfabriqués en béton», est décrit dans le Tableau ZA.2, pour les applications prévues et les
niveaux ou classes applicables :

Tableau ZA.2 — Système d’attestation de conformité

Application(s) Niveau(x) ou Système(s) d’attestation de


Produit(s)
prévue(s) classe(s) conformité
Poutrelles pour systèmes de
planchers à poutrelles et Structurelle - 2+
entrevous
Système 2+ : voir Annexe III.2 (ii) de la Directive 89/106 (DPC), première possibilité, comprenant la certification du
contrôle de la production en usine par un organisme notifié sur la base de l’inspection initiale de l'usine et du contrôle
de la production en usine ainsi que de la surveillance permanente, de l’évaluation et de l’approbation du contrôle de
la production en usine.

Il convient que l’attestation de conformité des poutrelles pour systèmes de planchers à poutrelles et
entrevous, en ce qui concerne les caractéristiques essentielles indiquées dans le Tableau ZA.1, soit basée
sur la procédure d’évaluation de la conformité indiquée dans le Tableau ZA.3, provenant de l’application des
articles de la présente norme ou d’autres Normes européennes indiquées ici.

88
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Tableau ZA.3 — Attribution des tâches d’évaluation de la conformité pour les poutrelles pour
systèmes de planchers à poutrelles et entrevous selon le système 2+

Articles d’évaluation
Tâches Contenu des tâches de la conformité
applicables
Toutes les caractéristiques 6.2 de
Essai initial de type
du Tableau ZA.1 a l’EN 13369:2004
6.3 de
Paramètres relatifs à toutes
Contrôle de la production en l’EN 13369:2004 et
Tâches incombant au les caractéristiques du
usine Annexe A de la
fabricant Tableau ZA.1
présente norme
Essais ultérieurs
Toutes les caractéristiques 6.2.3 de
d'échantillons prélevés à
du Tableau ZA.1 a l’EN 13369:2004
l'usine
− Résistance à la
compression (du béton)
− Résistance ultime à la
traction et limite
d'élasticité en traction 6.1.3.2. a) et 6.3 de
Inspection initiale de l'usine
l’EN 13369:2004 et
et du contrôle de la
− Dispositions constructives Annexe A de la
production en usine
présente norme
− Durabilité

Certification − Résistance au feu R (en


Tâches du contrôle de cas de vérification par les
incombant à la production essais)
l'organisme en usine sur − Résistance à la
notifié les bases compression (du béton)
suivantes :
− Résistance ultime à la
traction et limite
Surveillance permanente, d'élasticité en traction 6.1.3.2 b) et 6.3 de
évaluation et approbation l’EN 13369:2004 et
du contrôle de la production − Dispositions constructives Annexe A de la
en usine présente norme
− Durabilité
− Résistance au feu R (en
cas de vérification par les
essais)
a Pour la résistance au feu (en cas de vérification par les essais), il convient que les essais soient réalisés par un laboratoire
d'essais.

ZA.2.2 Certificat CE et déclaration de conformité

Lorsque la conformité avec les conditions de cette annexe est atteinte, et après délivrance par l’organisme
notifié du certificat ci-dessous mentionné, il convient que le fabricant ou son mandataire établi dans l’EEE
(Espace Économique Européen) produise et conserve une déclaration de conformité, qui donne au fabricant
le droit d’apposer le marquage CE. Cette déclaration doit indiquer :

⎯ le nom et l'adresse du fabricant, ou de son représentant autorisé établi dans l’EEE, et le lieu de
production ;

NOTE 1 Le fabricant peut aussi être la personne responsable de la mise sur le marché dans l'EEE s'il assume la
responsabilité du marquage CE.

⎯ la description du produit (type, identification, application, etc.), et une copie des informations
accompagnant le marquage CE ;

89
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

NOTE 2 Lorsque certaines informations requises pour la déclaration figurent déjà dans l'information accompagnant le
marquage CE, il n'est pas nécessaire de les répéter.

⎯ les dispositions auxquelles répond le produit (par exemple, l’Annexe ZA de la présente Norme
européenne) ;

⎯ les conditions particulières d'utilisation du produit (par exemple, les dispositions quant à l’utilisation sous
certaines conditions, etc.) ;

⎯ le numéro du certificat d’accompagnement relatif au contrôle de la production en usine ;

⎯ le nom et la qualité de la personne habilitée à signer la déclaration pour le compte du fabricant ou de son
représentant autorisé.

La déclaration doit être accompagnée d’un certificat de contrôle de la production en usine, délivré par
l’organisme notifié, qui doit indiquer, outre les informations ci-dessus, les points suivants :

⎯ le nom et l’adresse de l’organisme notifié ;

⎯ le numéro du certificat de contrôle de la production en usine ;

⎯ les conditions et la durée de validité du certificat, le cas échéant ;

⎯ le nom et la qualité de la personne habilitée à signer le certificat.

Le certificat et la déclaration de conformité mentionnés ci-dessus doivent être présentés dans la ou les
langues officielles de l'État Membre dans lequel le produit est destiné à être utilisé.

ZA.3 Marquage CE et étiquetage

ZA.3.1 Généralités

ZA.3.1.1 Apposition du marquage

Le fabricant ou son représentant autorisé établi dans l’EEE est responsable de l’apposition du marquage CE.
Le symbole du marquage CE doit satisfaire aux exigences de la Directive 93/68/CE et doit être apposé sur le
produit (ou, en cas d’impossibilité, il peut être placé sur l’étiquette jointe à celui-ci, sur l’emballage ou sur les
documents commerciaux d'accompagnement, par exemple un bon de livraison).

Les informations suivantes doivent accompagner le symbole du marquage CE :

⎯ le numéro d’identification de l’organisme de certification ;

⎯ le nom ou la marque d'identification et l’adresse enregistrée du fabricant ;

⎯ les deux derniers chiffres de l'année d'apposition du marquage ;

⎯ le numéro du certificat CE de contrôle de la production en usine ;

⎯ la référence à la présente Norme européenne ;

⎯ la description du produit : nom générique et application prévue ;

⎯ des informations sur les caractéristiques essentielles pertinentes figurant dans le Tableau ZA.1 et
indiquées en ZA.3.2, ZA.3.3 ou ZA.3.4 selon le cas ;

90
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

⎯ la mention «performance non déterminée» pour certaines caractéristiques, le cas échéant.

La mention «performance non déterminée» (PND) ne peut pas être utilisée si la caractéristique est soumise à
un niveau seuil. Par ailleurs, la mention PND peut être utilisée à condition que la caractéristique, pour une
application prévue déterminée, ne soit pas soumise à des exigences réglementaires dans l’État Membre de
destination.

Les paragraphes suivants décrivent les conditions pour l’application du marquage CE. La Figure ZA.1 illustre
l’étiquette simplifiée à apposer sur le produit, avec les informations minimales devant y figurer, et renvoie au
document d’accompagnement contenant les autres informations exigées. En ce qui concerne l’information
relative aux caractéristiques essentielles, certaines d’entre elles peuvent être données par une référence non
équivoque :

⎯ à l’information technique (catalogue du produit) (ZA.3.2) ;

⎯ à la documentation technique (ZA.3.3) ;

⎯ au dossier de conception (ZA.3.4).

Les informations minimales à faire figurer directement sur l’étiquette apposée ou dans le document
d’accompagnement sont indiquées dans les Figures ZA.2, ZA.3 et ZA.4.

ZA.3.1.2 Étiquette simplifiée

Dans le cas d’une étiquette simplifiée, les informations suivantes doivent être ajoutées au symbole du
marquage CE :

⎯ le nom ou la marque d'identification et l’adresse enregistrée du fabricant ;

⎯ le numéro d’identification de l'élément (pour assurer la traçabilité) ;

⎯ les deux derniers chiffres de l’année d’apposition du marquage ;

⎯ le numéro du certificat CE de contrôle de la production en usine ;

⎯ la référence à la présente Norme européenne.

Le même numéro d’identification doit indiquer, dans les documents d’accompagnement, les informations
relatives à l'élément.

Toutes les autres informations définies par la méthode de marquage CE appropriée dans l’un des
paragraphes ZA.3.2, ZA.3.3 et ZA.3.4 doivent être fournies dans les documents d’accompagnement.

La Figure ZA.1 donne l’étiquette simplifiée à apposer sur le produit, comprenant l'information minimum. Les
autres informations définies en ZA.3.1, non indiquées par l'étiquette simplifiée, doivent être fournies avec les
documents d'accompagnement.

91
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Marquage CE de conformité constitué par le


symbole CE donné dans la Directive 93/68/CEE

Nom ou marque d'identification et adresse


AnyCo Ltd, PO Bx 21, B-1050
enregistrée du fabricant
Numéro d'identification de l'élément et deux
45PJ76/07 derniers chiffres de l’année d’apposition du
marquage
Numéro du certificat de contrôle de la production
0123-CPD-0456
en usine
EN 15037-1 Numéro de la présente Norme européenne

Figure ZA.1 — Exemple d'étiquette simplifiée

NOTE Pour les petits éléments ou pour des raisons liées à l’impression sur le produit, la taille peut être réduite en
supprimant la référence à la Norme européenne et/ou au certificat de contrôle de la production en usine.

ZA.3.2 Déclaration des données géométriques et des propriétés des matériaux

(Méthode 1 de détermination des propriétés relatives aux exigences essentielles «résistance mécanique et
stabilité» et «résistance au feu».)

La Figure ZA.2 indique, pour un type de poutrelles pour systèmes de planchers à poutrelles et entrevous, le
modèle de marquage CE et les informations nécessaires pour déterminer, selon la réglementation en matière
de conception en vigueur sur le lieu d’utilisation, les propriétés relatives à la résistance mécanique, à la
stabilité et à la résistance au feu, y compris les aspects de durabilité et d’aptitude au service.

En référence au Tableau ZA.1 et aux informations indiquées dans la liste en ZA.3.1, les propriétés suivantes
doivent être déclarées :

 la résistance à la compression du béton ;

 la résistance ultime à la traction de l’acier pour béton armé ;

 la limite d'élasticité en traction de l’acier pour béton armé ;

 la résistance ultime à la traction de l’acier de précontrainte ;

 la limite conventionnelle d'élasticité en traction à 0,1 % de l'acier de précontrainte ;

 les données géométriques (uniquement les dimensions critiques) ;

 les conditions de durabilité ;

 la référence éventuelle à l’information technique (catalogue du produit) relative aux dispositions


constructives, à la durabilité et aux données géométriques.

92
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Marquage CE de conformité constitué par le


symbole CE donné dans la
Directive 93/68/CEE

0123 Identification de l’organisme notifié


Nom ou marque d'identification et adresse
AnyCo Ltd, PO Bx 21, B-1050
enregistrée du fabricant
Deux derniers chiffres de l’année
07
d’apposition du marquage
Numéro du certificat de contrôle de la
0123-CPD-0456
production en usine
EN 15037-1
Numéro et titre de la Norme européenne
Poutrelles pour systèmes de planchers à poutrelles et concernée
entrevous
POUTRELLES PRÉCONTRAINTES Nom générique et application prévue
Béton :
Résistance à la compression............ fck = 50 N/mm2
Informations relatives à la géométrie du
Acier de précontrainte : produit et aux caractéristiques des
matériaux, comprenant les dispositions
Résistance ultime à la traction.......... fpk = 2 060 N/mm2 constructives (à adapter au produit
spécifique par le fabricant)
Limite conventionnelle d'élasticité en traction à 0,1 %
....................................................... fp0,1k = 1 840 N/mm2

NOTE 1 Les valeurs numériques sont


données uniquement à titre d’exemple.

Dimensions en mm
Longueur L = (5 500 ± 25) mm NOTE 2 Le schéma peut être omis si des
informations équivalentes sont disponibles
Torons 3xY2060W3-5,2 dans une information technique clairement
identifiée (catalogue du produit) à laquelle il
Contrainte initiale σpi = 1 750 N/mm
2
est fait référence.

Longueur de dépassement des torons l = 10 mm


Pour les dispositions constructives et la durabilité, voir
l’information technique
Information technique :
Catalogue du produit ABC:2002 – Article ii

Figure ZA.2 — Exemple de marquage CE avec la méthode 1

93
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

ZA.3.3 Déclaration des propriétés du produit

(Méthode 2 de détermination des propriétés relatives aux exigences essentielles «résistance mécanique et
stabilité» et «résistance au feu».)

Pour toutes les données de dimensionnement, y compris les modèles et les paramètres utilisés lors du calcul,
il peut être fait référence à la documentation technique (dimensionnement).

En référence au Tableau ZA.1 et aux informations indiquées dans la liste en ZA.3.1, les propriétés suivantes
doivent être déclarées :

 la résistance à la compression du béton ;

 la résistance ultime à la traction de l’acier pour béton armé ;

 la limite d'élasticité en traction de l’acier pour béton armé ;

 la résistance ultime à la traction de l’acier de précontrainte ;

 la limite conventionnelle d'élasticité en traction à 0,1 % de l'acier de précontrainte ;

 la résistance mécanique ultime de l’élément (valeurs de calcul pour des situations transitoires) avec le
moment résistant de flexion et l’effort tranchant résistant des sections critiques ;

 les coefficients de sécurité pour le béton et l’acier utilisés dans le calcul ;

 la classe de résistance au feu R selon l’entrevous concerné ;

 l’indice d’isolation acoustique au bruit aérien et l’indice de transmission des bruits d'impact (uniquement
lorsque le produit est destiné à des applications acoustiques) ;

 d’autres paramètres déterminés au plan national (PDN) utilisés dans le calcul ;

 les conditions de durabilité ;

 une référence éventuelle à la documentation technique pour les données géométriques, les dispositions
constructives, la durabilité, d’autres PDN, les paramètres d’isolation acoustique et la résistance
thermique.

La Figure ZA.3 donne, pour les poutrelles en béton armé ou précontraint pour systèmes de planchers à
poutrelles et entrevous, le modèle de marquage CE dans le cas où les propriétés relatives à la résistance
mécanique, à la stabilité et à la résistance au feu sont déterminées par le fabricant au moyen des
Eurocodes EN.

Les valeurs de calcul de la résistance mécanique ultime de l’élément et de la classe de résistance au feu
doivent être calculées, pour les paramètres déterminés au plan national, à partir des valeurs recommandées
dans l’EN 1992-1-1 et l’EN 1992-1-2 ou des valeurs données dans l’annexe nationale des Eurocodes
applicables aux ouvrages.

94
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Marquage CE de conformité constitué par le


symbole CE donné dans la Directive 93/68/CEE

0123 Identification de l’organisme notifié


Nom ou marque d'identification et adresse
AnyCo Ltd, PO Bx 21, B-1050
enregistrée du fabricant
Deux derniers chiffres de l’année d’apposition
07
du marquage
Numéro du certificat de contrôle de la production
0123-CPD-0456
en usine
EN 15037-1
Numéro et titre de la Norme européenne
Poutrelles pour systèmes de planchers à poutrelles et concernée
entrevous
POUTRELLES EN BÉTON ARMÉ/PRÉCONTRAINT Nom générique et application prévue
Béton :
Résistance à la compression............ fck = xxx N/mm 2

Acier pour béton armé :


Résistance ultime à la traction.......... ftk = yyy N/mm2
Informations relatives aux caractéristiques
Limite d'élasticité en traction............. fyk = zzz N/mm
2 mandatées du produit comprenant les
dispositions constructives (à adapter au produit
Acier de précontrainte : spécifique par le fabricant)

Résistance ultime à la traction.......... fpk = uuu N/mm2

Limite conventionnelle d'élasticité en traction à 0,1 %


....................................................... fp0,1k = www N/mm2

Résistance mécanique (valeurs de calcul) :


Moment résistant de flexion
(de la section médiane) ....................................... uuu kN
Effort tranchant résistant (des sections d’extrémité)
.......................................................................... www kN
Résistance au feu R........................... RXX pour ηfi = 0,xx

......................................................... RYY pour ηfi = 0,yy

Pour les données géométriques, les dispositions


constructives, la durabilité, les paramètres d’isolation
acoustique, des informations complémentaires éventuelles
concernant la résistance au feu et d’autres PDN, voir la
documentation technique
Documentation technique :
Numéro ................................................................ xxxxxx

Figure ZA.3 — Exemple de marquage CE avec la méthode 2

95
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

ZA.3.4 Déclaration de conformité avec un dossier de conception défini

(Méthode 3 de détermination des propriétés relatives aux exigences essentielles «résistance mécanique et
stabilité» et «résistance au feu».)

La méthode 3 s'applique dans les cas suivants :

a) dans les cas où la poutrelle est fabriquée conformément au dossier de conception (plans, spécifications
des matériaux etc.) établi par le concepteur de l'ouvrage 3) dans le respect des dispositions nationales,
les hEN ou les ATE des composants doivent, le cas échéant, permettre que les informations
accompagnant le marquage CE et concernant les propriétés du produit soient fournies en faisant
référence, sans ambiguïté, aux documents de conception de l’ouvrage ;

b) dans les cas où le fabricant a conçu et fabriqué une poutrelle en respectant les spécifications de la
commande de son client et les dispositions nationales, les hEN ou les ATE des composants doivent, le
cas échéant, permettre que les informations accompagnant le marquage CE et concernant les propriétés
du produit soient fournies en faisant référence, sans ambiguïté, aux plans et aux spécifications des
matériaux associés à la commande du client.

La Figure ZA.4 donne, pour des poutrelles en béton armé ou précontraint pour systèmes de planchers à
poutrelles et entrevous, le modèle de marquage CE dans le cas où le produit est fabriqué selon un dossier de
conception dans lequel les propriétés relatives à la résistance mécanique, à la stabilité et à la résistance au
feu sont déterminées par des dispositions de dimensionnement applicables aux ouvrages. Ceci s’applique à
la fois aux spécifications de calcul élaborées par le concepteur des ouvrages (cas a) et à celles élaborées par
le fabricant (cas b).

En référence au Tableau ZA.1 et aux informations indiquées dans la liste en ZA.3.1, les propriétés suivantes
doivent être déclarées :

 la résistance à la compression du béton ;

 la résistance ultime à la traction de l’acier pour béton armé ;

 la limite d'élasticité en traction de l’acier pour béton armé ;

 la résistance ultime à la traction de l’acier de précontrainte ;

 la limite conventionnelle d'élasticité en traction à 0,1 % de l'acier de précontrainte.

Cette méthode s’applique également dans le cas d’un dimensionnement réalisé par des moyens autres que
les Eurocodes EN.

3) Ou par le concepteur de la partie concernée de l’ouvrage.

96
INTRANORMES pour : EIFFAGE - 06/11/2008

EN 15037-1:2008 (F)

Marquage CE de conformité constitué par le


symbole CE donné dans la Directive 93/68/CEE

0123 Identification de l’organisme notifié


AnyCo Ltd, PO Bx 21, B-1050 Nom ou marque d'identification et adresse
enregistrée du fabricant
07 Deux derniers chiffres de l’année d’apposition
du marquage
0123-CPD-0456 Numéro du certificat de contrôle de la production
en usine
EN 15037-1 Numéro et titre de la Norme européenne
concernée
Poutrelles pour systèmes de planchers à poutrelles et
entrevous
POUTRELLES EN BÉTON ARMÉ/PRÉCONTRAINT Nom générique et application prévue
Béton :
2
Résistance à la compression............ fck = xx N/mm

Acier pour béton armé :


2
Résistance ultime à la traction.......... ftk = yyy N/mm
2 Informations relatives aux caractéristiques
Limite d'élasticité en traction............. fyk = zzz N/mm mandatées du produit comprenant les
dispositions constructives (à adapter au produit
Acier de précontrainte :
spécifique par le fabricant)
2
Résistance ultime à la traction.......... fpk = uuu N/mm

Limite conventionnelle d'élasticité en traction à 0,1 %


2
p0,1k = www N/mm
............................................................. f

Pour les données géométriques, les dispositions


constructives, la résistance mécanique, la résistance au
feu, les paramètres d’isolation acoustique et la durabilité,
voir le dossier de conception
Dossier de conception :
Code de commande.............................................. xxxxxx

Figure ZA.4 — Exemple de marquage CE avec la méthode 3

En plus de toutes les informations spécifiques se rapportant aux substances dangereuses, il convient de
joindre également au produit, lorsque cela est exigé et sous la forme appropriée, la documentation recensant
toute autre législation portant sur les substances dangereuses avec laquelle le produit est réputé conforme,
ainsi que toutes les autres informations requises par la législation en question.

NOTE 1 En l’absence de dérogations nationales, il n’est pas nécessaire de mentionner la législation européenne.

NOTE 2 L'apposition du symbole du marquage CE signifie, si un produit est soumis à plus d'une directive, qu'il est
conforme à toutes les directives applicables.

97