Vous êtes sur la page 1sur 207

INTRANORMES pour : EIFFAGE

Avant-projet de norme soumis à enquête probatoire jusqu’au :


05 Décembre 2007

Pr NF EN 1520

Indice de classement : P 19-102

T1

T2 Composants préfabriqués en béton cellulaire autoclavé armé ou en béton de


granulats légers à structure ouverte

T3

E : Prefabricated reinforced components of lightweight aggregate concrete with open


structure

D:

Avant-projet de norme française homologuée

Remplace la norme homologuée NF EN 1520, de juin 2003.

Correspondance

Analyse

Modifications

Par rapport au document remplacé, révision de la norme.


INTRANORMES pour : EIFFAGE

CEN/TC 177
Date: 2007-08

prEN 1520:2007

CEN/TC 177

Secrétariat: DIN

Composants préfabriqués en béton cellulaire autoclavé armé ou en béton de


granulats légers à structure ouverte
Prefabricated reinforced components of lightweight aggregate concrete with open structure

ICS :

Descripteurs :

Type de document : Norme européenne


Sous-type de document :
Stade du document : Enquête CEN
Langue du document : F

M:\dp\AA_Production\CEN\00177037\03_TRAD_Enquete\Doc traduit\EN_1520_(F).doc STD Version 2.2


INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Sommaire Page

Avant-propos.......................................................................................................................................................5
1 Domaine d'application...........................................................................................................................7
2 Références normatives .........................................................................................................................8
3 Définitions, symboles et abréviations .............................................................................................. 10
3.1 Termes et définitions.......................................................................................................................... 10
3.2 Symboles ............................................................................................................................................. 10
3.3 Unités ................................................................................................................................................... 17
4 Propriétés des matériaux et prescriptions....................................................................................... 18
4.1 Éléments constitutifs ......................................................................................................................... 18
4.2 Paramètres du béton à granulats légers........................................................................................... 18
4.3 Acier pour armatures ......................................................................................................................... 28
5 Propriétés des éléments et prescriptions ........................................................................................ 28
5.1 Généralités .......................................................................................................................................... 28
5.2 Types d’éléments................................................................................................................................ 30
5.3 Dispositions constructives, prescriptions techniques et propriétés déclarées .......................... 32
5.4 Prescriptions additionnelles pour les éléments de toiture, de plancher, et pour les
poutres................................................................................................................................................. 34
5.5 Prescriptions supplémentaires pour les éléments de mur ............................................................ 36
5.6 Durabilité ............................................................................................................................................. 37
6 Évaluation de la conformité............................................................................................................... 41
6.1 Introduction ......................................................................................................................................... 41
6.2 Essais initiaux de type de l’élément ................................................................................................. 42
6.3 Contrôle de la production en usine .................................................................................................. 43
6.4 Inspection initiale de l’usine et du contrôle de la production en usine ........................................ 45
6.5 Surveillance, évaluation et acceptation du contrôle de la production en usine.......................... 45
6.6 Actions à entreprendre en cas de non conformité.......................................................................... 46
7 Base pour le dimensionnement ........................................................................................................ 51
7.1 Méthodes de dimensionnement ........................................................................................................ 51
7.2 États limites......................................................................................................................................... 51
7.3 Actions................................................................................................................................................. 52
8 Marquage, étiquetage et désignation ............................................................................................... 52
8.1 Désignation standard ......................................................................................................................... 52
8.2 Renseignements supplémentaires dans les documents d’accompagnement ............................ 53
Annexe A (normative) Dimensionnement des éléments par le calcul ...................................................... 55
Annexe B (normative) Dimensionnement des éléments par essai............................................................ 79
Annexe C (informative) Valeurs recommandées pour les coefficients partiels de sécurité................... 87
Annexe ZA (informative) Dispositions relatives au marquage CE des éléments armés
préfabriqués en béton de granulats légers à structure ouverte dans le cadre de la
Directive UE sur les produits de construction ................................................................................ 88
Bibliographie .................................................................................................................................................. 111

2
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Figures

Figure 1 — Détermination de la conductivité thermique à l’état sec λ10dry ...............................................26

Figure 2 — Exemples de dalles pleines (c), de dalles alvéolées (b) et de dalles multicouches (a)
(concernant les armatures transversales, voir en 5.4.2.1) ..............................................................35
Figure 3 — Longueur d’appui ao .....................................................................................................................36

Figure 4 — Valeur minimale requise de la largeur totale .............................................................................36


Figure A.1 — Diagramme bi-linéaire contrainte-déformation en compression du LAC, pour le
calcul de la section transversale .......................................................................................................58
Figure A.2 — Diagramme contrainte-déformation pour l’acier des armatures..........................................59
Figure A.3 — Diagrammes de déformation à l’état limite ultime .................................................................59
Figure A.4 — Limites du rapport d’élancement S des murs porteurs et des poteaux..............................65
Figure A.5 — Distribution de la charge concentrée......................................................................................72
Figure A.6 — Ancrage des barres d’armature lisses....................................................................................77
Figure A.7 — Ancrage des barres d’armature crantées ...............................................................................78
Figure B.1 — Définition de la portée d’effort tranchant ls ............................................................................81

Figure B.2 — Diagramme d’interaction simplifié N/M de la section transversale représentant les
résultats de trois séries d’essais.......................................................................................................85
Figure ZA.1 — Exemple de marquage CE à l’aide de la méthode 1 ..........................................................105
Figure ZA.2 — Exemple de marquage CE à l’aide de la méthode 2 ..........................................................107
Figure ZA.3 — Exemple de marquage CE à l’aide de la méthode 3 ..........................................................109
Figure ZA.4 — Exemple d’étiquetage simplifié ...........................................................................................110

Tableaux

Tableau 1 — Tolérances sur la valeur moyenne déclarée de la masse volumique sèche du LAC .........18
Tableau 2 — Classes de masse volumique du LAC .....................................................................................19
Tableau 3 — Détermination de la résistance caractéristique fk et de la résistance minimale exigée
fmin ........................................................................................................................................................19

Tableau 4 — Coefficient statistique Kn pour la détermination de la résistance caractéristique.............20


Tableau 5 — Coefficients de réduction pour la résistance à la compression de carottes de
longueur égale au diamètre, ou de cubes de différentes tailles ....................................................20
Tableau 6 — Coefficients pour la conversion des résultats d’essai de résistance des éprouvettes
de référence effectués sur éprouvettes coulées (carottes forées ayant 100 mm de
diamètre et de longueur, ou cubes de 100 mm)...............................................................................21
Tableau 7 — Classes de résistance et prescriptions de résistance pour le LAC......................................21
Tableau 8 — Coefficient η4 pour l’évaluation du coefficient de fluage final du LAC ................................24

Tableau 9 — Conductivité thermique λ10dry du LAC pour 50 % et 90 % de la production avec un


niveau de confiance γ = 90 % (compilée conformément à l’EN 1745)............................................27
Tableau 10 — Valeurs de base du taux d’humidité et du coefficient de transformation de
l’humidité du LAC (compilés conformément à l’EN ISO 10456) .....................................................29
Tableau 11 — Types d'éléments .....................................................................................................................31
Tableau 12 — Tolérance maximale admissible sur l’équerrage dans le plan des éléments ....................33

3
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 13 — Pourcentage minimal d'armatures R ..................................................................................... 34


Tableau 14 — Description des classes d’exposition (pour plus d’informations, voir l’EN 206,
Tableau 1) ............................................................................................................................................ 38
Tableau 15 — Enrobage dans du LAC - Enrobage minimal de béton en mm et méthode d’essai
pour les essais de type initiaux et CPU............................................................................................ 39
Tableau 16 — Revêtement avec un enduit à base de ciment - Enrobage minimal de l'armature en
mm et méthode d’essai pour les essais de type initiaux et CPU................................................... 39
Tableau 17 — Enrobage dans une zone de béton C ou LC à structure fermée – Enrobage de
béton minimal en mm......................................................................................................................... 40
Tableau 18 — Revêtement de zinc appliqué par galvanisation à chaud - Enrobage de béton
minimal en mm.................................................................................................................................... 41
Tableau 19 — Utilisation d’acier inoxydable - Enrobage de béton minimal en mm ................................. 41
Tableau 20 — Essais initiaux de type des éléments en LAC ...................................................................... 46
Tableau 21 — Contrôle de la production en usine — Essais sur produit fini — Éléments en LAC
pour usage structural......................................................................................................................... 48
Tableau 22 — Contrôle de la production en usine — Essais du produit fini — Éléments en LAC à
usage non porteur .............................................................................................................................. 50
Tableau A.1 — Dimensions exigées pour les poutres sans vérification de la capacité portante ........... 73
Tableau A.2 — Limites de l’armature des éléments de plancher et de toiture utilisée dans le cas
d’un dimensionnement par calcul (acier courant, avec une limite élastique
caractéristique fyk ≤ 220 MPa) ........................................................................................................... 77

Tableau C.1 — Coefficients de sécurité partiels γcomp pour les propriétés des matériaux ..................... 87

Tableau C.2 — Coefficients de sécurité partiels γcomp pour les éléments ................................................ 87

Tableau ZA.1a — Clauses harmonisées relatives aux éléments de mur porteurs ................................... 89
Tableau ZA.1b — Articles harmonisés relatifs aux éléments de mur de soutènement ........................... 91
Tableau ZA.1c — Clauses harmonisées relatives aux éléments de plancher........................................... 92
Tableau ZA.1d — Clauses harmonisées relatives aux éléments de plancher .......................................... 93
Tableau ZA.1e — Clauses harmonisées relatives aux éléments linéaires ................................................ 95
Tableau ZA.1f — Clauses harmonisées relatives aux éléments de murs non porteurs .......................... 96
Tableau ZA.1g — Clauses harmonisées relatives aux éléments de bardage............................................ 98
Tableau ZA.1h — Clauses harmonisées relatives aux éléments pour caniveaux techniques ................ 99
Tableau ZA.2a — Systèmes d’attestation de la conformité....................................................................... 100
Tableau ZA.2b — Attribution des tâches d'évaluation de la conformité (éléments structuraux)
dans le système 2+a.......................................................................................................................... 101
Tableau ZA.2c — Attribution des tâches d'évaluation de la conformité (éléments non structuraux
ou structuraux légers) dans le système 4a .................................................................................... 101

4
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Avant-propos
Le présent document (prEN 1520:2007) a été élaboré par le Comité Technique CEN/TC 177 “Composants
préfabriqués en béton cellulaire autoclavé armé ou en béton d'aggrégats légers à structure ouverte”, dont le
secrétariat est tenu par DIN.

Ce document est actuellement soumis à l’Enquête CEN.

Le présent document est destiné à remplacer l’EN 1520:2002.

Le présent document a été élaboré dans le cadre d'un mandat M100 donné au CEN par la Commission
Européenne et l'Association Européenne de Libre Échange et vient à l'appui des exigences essentielles de la
Directive 89/106/CEE.

Pour la relation avec la (les) Directive(s) CE, voir l'Annexe ZA, informative, qui fait partie intégrante du présent
document.

Le présent document utilise les méthodes indiquées dans le Document Guide L, paragraphe 3.3, de la
Commission européenne.

La présente Norme européenne est utilisée avec un document d’application nationale. Le document
d’application nationale peut seulement contenir des informations sur les paramètres laissés, dans la présente
Norme européenne, à la discrétion de chaque pays, sous la désignation de Paramètres Déterminés au niveau
National, à utiliser pour le dimensionnement des produits de construction et travaux de génie civil réalisés
dans le pays concerné ; il s’agit de :

 valeurs et/ou de classes là où des alternatives figurent dans la présente Norme européenne ;

 valeurs à utiliser là où seul un symbole est donné dans la présente Norme européenne ;

 données propres à un pays (géographiques, climatiques, etc.), par exemple carte de neige ;

 la procédure à utiliser là où des procédures alternatives sont données dans la présente Norme
européenne.

Elle peut contenir :

 des décisions sur l’application des annexes informatives ;

 des références à des informations complémentaires non contradictoires pour aider l'utilisateur à appliquer
la présente Norme européenne.

La cohérence est nécessaire entre ce document pour les produits de construction et les règles techniques
pour les ouvrages. Cela signifie que pour toute information accompagnant le Marquage CE des Produits de
Construction il convient de faire apparaître clairement quels Paramètres Déterminés au niveau National ont
été pris en compte.

L'EN 1520 décrit les principes de calcul et les exigences de sécurité, l’aptitude au service et la durabilité des
éléments préfabriqués armés en béton de granulats légers à structure ouverte. La valeur de calcul des
éléments est fondée sur le concept d'état limite, utilisé conjointement avec les coefficients partiels de sécurité.

L'EN 1520 est destinée à être utilisée avec les Eurocodes EN 1990, EN 1991 et EN 1998.

5
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Des valeurs numériques pour les facteurs de sécurité partiels ainsi que pour d’autres paramètres de fiabilité
sont recommandés en tant que valeurs de base de manière à fournir un niveau de fiabilité acceptable. Ces
valeurs ont été retenues en supposant qu’un niveau approprié d'exécution et de gestion de la qualité serait
appliqué.

La présente Norme européenne donne des valeurs avec des notes indiquant lorsque des choix nationaux
peuvent être effectués. Il convient par conséquent de doter la norme nationale transposant l'EN 1520 d’une
annexe Nationale contenant l’ensemble des Paramètres Déterminés au niveau National, qui devront être
utilisés pour le calcul d’éléments armés préfabriqués en béton de granulats légers à structure ouverte
destinés à être utilisés dans le pays considéré.

Des choix nationaux sont admis dans l'EN 1520 aux paragraphes suivants :

A.2 A.7.1.1

A.3.2 B.2.3

A.3.3 B.3.3.1

A.4.1 B.3.3.3

A.4.2 Annexe C

A.5.1

Les classes réglementaires sont uniquement fournies pour la « réaction au feu » et la « résistance au feu ».
Toutes les autres classes utilisées dans la présente Norme européenne, c’est-à-dire la classe de masse
volumique et la classe de résistance, sont des classes techniques.

Les Annexes A et B sont normatives.

L'Annexe C est informatif.

Le présent document inclut une Bibliographie.

6
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

1 Domaine d'application
La présente Norme européenne s’applique aux éléments préfabriqués armés en béton de granulats légers
(LAC) à structure ouverte destinés à être utilisés pour la construction de bâtiments en :

a) éléments structuraux :

 éléments de murs porteurs (pleins, creux ou multicouches) ;

 éléments de mur de soutènement (solides) avec ou sans surcharge ;

 éléments de toiture (pleins, alvéolés ou multicouches) ;

 éléments de plancher (pleins, alvéolés ou multicouches) ;

 éléments linéaires (poutres ou poteaux) ;

b) éléments non-structuraux :

 éléments de murs non porteurs (par exemple : cloisons) ;

 éléments de bardage (sans supports de montage) destinés à être utilisés en façades de bâtiments ;

 cadres enterrés de petites dimensions pour constituer des caniveaux techniques ;

 éléments d’écrans acoustiques.

Selon le type et l’utilisation prévue d’éléments constitués à partir de ces composants, ces derniers peuvent
être employés - outre leur fonction porteuse ou de façade - pour assurer des fonctions de résistance au feu,
d’isolation acoustique et d’isolation thermique, selon les articles correspondants de la présente Norme
européenne.

Les éléments traités dans cette norme sont seulement destinés à supporter des actions essentiellement non
dynamiques, sauf si des mesures particulières sont incluses dans les articles correspondants de la présente
Norme européenne.

Le terme « armé » concerne aussi bien les armatures utilisées en usages structuraux que les armatures non
structurales.

La présente Norme européenne ne traite pas :

 des règles d’application de ces éléments dans des structures ;

 des joints (à l’exception de leur résistance) ;

 des fixations ;

 des finitions des éléments extérieurs tels que carrelages.

NOTE Les éléments en LAC (béton de granulats légers) peuvent être utilisés dans les écrans acoustiques s'ils sont
conçus pour satisfaire également aux exigences du prEN 14388.

7
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

2 Références normatives
Les documents de référence suivants sont indispensables pour l'application du présent document. Pour les
références datées, seule l'édition citée s'applique. Pour les références non datées, la dernière édition du
document de référence s'applique (y compris les éventuels amendements).

EN 206-1:2000, Béton — Partie 1 : Spécification, performances, production et conformité.

EN 990, Méthodes d’essai pour la vérification de la protection contre la corrosion des armatures dans le béton
cellulaire autoclavé et le béton de granulats légers à structure ouverte.

EN 991, Détermination des dimensions de composants préfabriqués armés en béton cellulaire autoclavé ou
en béton de granulats légers à structure ouverte.

EN 992, Détermination de la masse volumique sèche d’un béton de granulats légers à structure ouverte.

EN 1352, Détermination du module d'élasticité statique en compression du béton cellulaire autoclavé et du


béton de granulats légers à structure ouverte.

EN 1354, Détermination de la résistance à la compression du béton de granulats légers à structure ouverte.

EN 1355:1996, Détermination du fluage en compression du béton cellulaire autoclavé et du béton de


granulats légers à structure ouverte.

EN 1356, Essai de performance sous charges transversales des éléments préfabriqués armés de béton
cellulaire autoclavé ou de béton de granulats légers à structure ouverte.

EN 1364-1, Essais de résistance au feu des éléments non porteurs — Partie 1 : Murs.

EN 1365-1, Essais de résistance au feu des éléments porteurs — Partie 1 : Murs.

EN 1365-2, Essais de résistance au feu des éléments porteurs — Partie 2 : Planchers et toitures.

EN 1365-3, Essais de résistance au feu des éléments porteurs — Partie 3 : Poutres.

EN 1365-4, Essais de résistance au feu des éléments porteurs — Partie 4 : Poteaux.

EN 1521, Détermination de la résistance à la flexion du béton de granulats légers à structure ouverte.

EN 1739, Détermination de la résistance au cisaillement des jonctions entre des éléments préfabriqués
réalisés en béton cellulaire autoclavé ou en béton de granulats légers à structure ouverte, sous l'effet de
forces agissant dans le plan des éléments.

EN 1740, Détermination de la résistance des éléments préfabriqués réalisés en béton cellulaire autoclavé ou
en béton de granulats légers à structure ouverte sous charge longitudinale prédominante (éléments
verticaux).

EN 1741, Détermination de la résistance au cisaillement des jonctions entre les éléments préfabriqués
réalisés en béton cellulaire autoclavé ou en béton de granulats légers à structure ouverte, sous l'effet de
forces agissant en dehors du plan des éléments.

EN 1742, Détermination de la résistance au cisaillement entre les différentes couches d'éléments


multicouches réalisés en béton cellulaire autoclavé ou en béton de granulats légers à structure ouverte.

EN 1745, Maçonnerie et éléments de maçonnerie — Détermination des valeurs thermiques de calcul.

EN 1793-1, Dispositifs de réduction du bruit du trafic routier — Méthode d'essai pour la détermination de la
performance acoustique — Partie 1 : Caractéristiques intrinsèques relatives à l'absorption acoustique.

8
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

EN 1793-2, Dispositifs de réduction du bruit du trafic routier — Méthode d'essai pour la détermination de la
performance acoustique — Partie 2 : Caractéristiques intrinsèques relatives à l'isolation aux bruits aériens.

EN 1992-1-1, Eurocode 2 : Calcul des structures en béton — Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les
bâtiments.

EN 10002-1, Matériaux métalliques — Essai de traction — Partie 1 : Méthode d'essai à température


ambiante.

EN 10025, Hot-rolled products of non alloy structural steels — Technical delivery conditions.

EN 10080, Aciers pour l'armature du béton — Aciers soudables pour béton armé — Généralités.

EN 12354-1, Acoustique du bâtiment — Calcul de la performance acoustique des bâtiments à partir de la


performance des éléments — Partie 1 : Isolement acoustique aux bruits aériens entre des locaux.

EN 12354-2, Acoustique du bâtiment — Calcul de la performance acoustique des bâtiments à partir de la


performance des éléments — Partie 2 : Isolement acoustique au bruit de choc entre des locaux.

EN 12524, Matériaux et produits pour le bâtiment — Propriétés hygrothermiques — Valeurs utiles tabulées.

EN 12664, Performance thermique des matériaux et produits pour le bâtiment — Détermination de la


résistance thermique par la méthode de la plaque chaude gardée et la méthode fluxmétrique — Produits secs
et humides de moyenne et basse résistance thermique.

EN 12667, Performance thermique des matériaux et produits pour le bâtiment — Détermination de la


résistance thermique par la méthode de la plaque chaude gardée et la méthode flux métrique — Produits de
haute et moyenne résistance thermique.

EN 12939, Performance thermique des matériaux et produits pour le bâtiment — Détermination de la


résistance thermique par la méthode de la plaque chaude gardée et la méthode flux métrique — Produits
épais de haute et moyenne résistance thermique.

EN 13055-1, Granulats légers — Partie 1 : Granulats légers pour béton et mortier.

EN 13501-1, Classement au feu des produits et éléments de construction – Partie 1 : Classement à partir des
données d'essais de réaction au feu.

EN 13501-2, Classement au feu des produits de construction et éléments de bâtiment — Partie 2 :


Classement à partir des données d'essais de résistance au feu à l'exclusion des produits utilisés dans les
systèmes de ventilation.

EN 20354, Acoustics — Measurement of sound absorption in a reverberation room (ou bien ISO 354:2003).

EN ISO 140-3, Acoustique — Mesurage de l'isolation acoustique des immeubles et des éléments de
construction — Partie 3 : Mesurage en laboratoire de l'affaiblissement des bruits aériens par les éléments de
construction.

EN ISO 140-6, Acoustique — Mesurage de l'isolation acoustique des immeubles et des éléments de
construction — Partie 6 : Mesurage en laboratoire de la transmission des bruits de choc par les planchers.

EN ISO 717-1, Acoustique — Évaluation de l’isolement acoustique des immeubles et des éléments de
construction — Partie 1 : Isolation contre le bruit aérien.

EN ISO 717-2, Acoustique — Évaluation de l’isolement acoustique des immeubles et des éléments de
construction — Partie 2 : Protection contre le bruit de choc.

EN ISO 6946, Composants et parois de bâtiments — Résistance thermique et coefficient de transmission


thermique — Méthode de calcul.

9
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

EN ISO 10456, Matériaux et produits du bâtiment — Procédures pour la détermination des valeurs
thermiques déclarées et utiles.

EN ISO 12572, Performance hygrothermique des matériaux et produits pour le bâtiment — Détermination des
propriétés de transmission de la vapeur d'eau.

ISO 1000, Unités SI et recommandations pour l'emploi de leurs multiples et de certaines autres unités.

ISO 1000/A1, Unités SI et recommandations pour l'emploi de leur multiples et de certaines autres unités —
Amendement 1.

3 Définitions, symboles et abréviations

3.1 Termes et définitions

Pour les besoins du présent document, les termes et définitions suivants s'appliquent.

3.1.1
granulats légers (LWA)
granulats constitués de grains à structure poreuse et ayant une masse volumique réelle maximale de
2 000 kg/m3, ou une masse volumique apparente en vrac maximale de 1 200 kg/m3

3.1.2
béton de granulats légers (LAC)
béton à structure ouverte ayant une masse volumique, après séchage au four, maximale de 2 000 kg/m3. Il
est fabriqué exclusivement ou partiellement avec des granulats légers (LWA)

3.1.3
structure ouverte
structure interne d’un béton constitué de telle manière qu’une partie de son volume présente des vides entre
les granulats (ces vides sont dus à une teneur réduite en granulats fins et/ou en matériaux à base de ciment
ou sont créés par des adjuvants)

3.1.4
élément porteur
élément qui est essentiel à la stabilité d’ensemble de la structure

3.1.5
élément non porteur
élément qui n’est pas essentiel à la stabilité d’ensemble de la structure. L’élément supporte son poids propre.
Les éléments exposés à l’action du vent sont considérés comme porteurs

3.2 Symboles

3.2.1 Symboles généraux

A surface ;

b largeur d’un élément ;

d hauteur utile ou épaisseur utile de l’élément ;

E module d'élasticité ;

e excentricité ;

10
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

f résistance ;

h hauteur ou épaisseur de l’élément ;

I moment d’inertie ;

i rayon de giration ;

k coefficient, facteur ;

l longueur, hauteur de l’élément de mur, portée des éléments de toiture ou de plancher ;

M moment fléchissant ;

N force axiale de compression ;

t temps ;

V effort tranchant ;

γ coefficient partiel de sécurité, niveau de confiance ;

ε déformation ;

σ contrainte normale ;

τ contrainte de cisaillement.

3.2.2 Indices

a ancrage ;

c paramètre pour le béton, compression ;

comp élément ;

cr critique ;

d valeur de calcul ;

dry à l’état sec ;

eff valeur effective ;

fl en flexion ;

g valeur déclarée ;

h horizontal ;

hum à l’état humide ;

k valeur caractéristique ;

M matériau ;

m moyenne, mandrin ;

11
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

R résistance ;

S section ;

s paramètre pour l’acier, cisaillement ; retrait de séchage ;

t traction ;

u ultime (à l’état limite ultime ULS) ;

w soudé ; nervure (armature de cisaillement) ; axe de plus faible inertie ;

y limite élastique (pour l’acier) ;

0 valeur effective.

3.2.3 Symboles utilisés dans la présente Norme européenne

Ac surface de la section de béton de granulats légers ; surface de la zone comprimée de la


section transversale ;

As1 section de l’armature tendue ;

As2 section transversale de l'armature de compression ;

Asw section de l’armature d’effort tranchant ;

a dimension d’un appui perpendiculaire au plan du mur, largeur d’un trou dans des éléments
alvéolés ;

a0 longueur minimale d'appui ;

b largeur d’un élément ;

b0 largeur minimale résiduelle de la section transversale d’une dalle ;

bw largeur minimale de la section dans la hauteur utile, largeur minimale de la section dans la
zone comprimée ;

CRd paramètre de la résistance au cisaillement ;

cd enrobage ;

d épaisseur effective d’une section transversale ;

Ecm valeur moyenne du module d'élasticité du béton ;

Es module d'élasticité de l'armature en acier ;

e base du logarithme naturel (= 2,718) ;

ea excentricité additionnelle de l’action longitudinale due aux imperfections géométriques ;

ec excentricité additionnelle due au fluage ;

12
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

eg excentricité déclarée en partie supérieure d’un l’élément v e r t i c a l perpendiculaire à son


plan, c’est-à-dire l’excentricité utilisée dans les essais opérationnels ;

em excentricité du premier ordre due à la charge transversale ;

eN excentricité de la force longitudinale située dans le plan de l’élément ;

e0 excentricité du premier ordre de l’action longitudinale ;

etot excentricité totale de la force de compression axiale de calcul Nd ;

e1 excentricité résultante du premier ordre de la charge longitudinale perpendiculaire au plan


de l’élément, prise comme étant la somme de e0 et ea ;

e2 excentricité résultante du second ordre ;

fcd valeur de calcul de la résistance à la compression du LAC ;

fck résistance caractéristique à la compression du LAC ;

fck,g résistance caractéristique à la compression déclarée du LAC ;

fc,n résistance à la compression minimale exigée pour une série d’essais comportant n ≥ 6
éprouvettes ;

fc,3 résistance à la compression minimale exigée pour chaque groupe de trois éprouvettes
consécutives ;

fk valeur caractéristique des paramètres de résistance ;

fmin résistance minimale exigée ;

fm,n valeur moyenne de n résultats d’essais de résistance ;

ft,fld valeur de calcul de la résistance à la flexion du LAC ;

ft,flk résistance caractéristique à la flexion du LAC ;

fu coefficient de transformation de l’humidité ;

fyd valeur de calcul de la limite élastique de l’acier ;

fyk valeur caractéristique de la limite élastique de l’acier ;

fywd valeur de calcul de la limite élastique de l’acier d’effort tranchant ;

fywk valeur caractéristique de la limite élastique de l’acier d’effort tranchant ;

h hauteur de l’élément de toiture ou de plancher ou de la poutre, valeur de calcul de


l’épaisseur d’un poteau ou d’un mur ;

h1 épaisseur de la membrure supérieure d’une dalle alvéolée ou multicouches ;

13
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

h2 épaisseur de la membrure inférieure d’une dalle alvéolée ou multicouches ;

hw épaisseur totale d’un élément en direction de l’axe de plus faible inertie ; hauteur de
l’armature d’effort tranchant ;

Ic moment d’inertie de la zone comprimée ;

ic rayon de giration de la zone comprimée de la section transversale ;

iw rayon de giration dans la direction de l’axe de plus faible inertie ;

Kn coefficient statistique pour la détermination de la résistance caractéristique ; (λ est utilisé


dans l’EN 206-1) ;

k coefficient pour la résistance au cisaillement ;

ks coefficient de flambement ;

ksg coefficient de flambement pour les essais opérationnels ;

l longueur de la portée ou hauteur ;

la longueur d’ancrage ;

lh longueur horizontale d’un mur ;

lh,eff longueur horizontale effective d’un mur ;

lh,g longueur horizontale déclarée de l’élément, c’est-à-dire la longueur horizontale de l’élément


utilisée dans les essais opérationnels ;

lo longueur de recouvrement ;

ls portée d’effort tranchant (distance entre une charge ponctuelle ou linéaire et l’axe de
réaction du support) ;

l0 hauteur effective tenant compte du flambement, de la longueur de flambement ;

l0g hauteur déclarée d’un mur ou d’un poteau, c’est à dire la hauteur utilisée dans des essais
opérationnels ;

lw longueur horizontale effective de la section transversale ;

M moment fléchissant ;

Mh moment en flexion résultant des actions horizontales ;

MRd valeur de calcul de la résistance à la flexion de l’élément ;

MRk résistance caractéristique en flexion de l’élément ;

MR1 résistance minimale à la flexion ;

14
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

MR2 résistance maximale à la flexion ;

N force de compression axiale dans la section considérée ;

Ncr valeur de calcul de la force de compression axiale critique déterminée pour l’excentricité ea ;

Nd valeur de calcul de la force de compression axiale ;

NRd valeur de calcul de la capacité portante axiale en compression ;

NRg capacité portante axiale en compression déclarée ;

NRk capacité portante axiale en compression caractéristique ;

NSd valeur de calcul de la force axiale de compression dans la section ;

n nombre d’éprouvettes dans un échantillon, nombre de résultats d’essai ;

R rapport de la section de l’armature transversale sur la section de l’armature


longitudinale ;

S rapport d’élancement ;

s espacement des armatures d’effort tranchant ;

sn écart-type de n résultats d’essai ;

VRd contribution du LAC à la valeur de calcul de la résistance au cisaillement d’un élément ;

VRd1 valeur de calcul de la résistance au cisaillement d’un élément sans armature d’effort
tranchant ;

VRd2 valeur de calcul de la résistance à l’écrasement due à l’effort tranchant (effort tranchant
maximal qui peut être supporté sans écrasement des bielles de compression fictives dans le
béton) ;

VRd3 valeur de calcul de la résistance au cisaillement d’un élément avec armature d’effort
tranchant ;

VRd4 valeur de calcul de la résistance au cisaillement des éléments soumis à des forces
longitudinales s’exerçant essentiellement de manière centrée et excentrée ;

VRk valeur caractéristique de la résistance au cisaillement ;

VSd valeur de calcul de l’effort tranchant dans la section ;

Vwd contribution à la valeur de calcul de la résistance au cisaillement, de toute armature


verticale d’effort tranchant ;

vmind résistance minimale au cisaillement ;

x hauteur de l’axe neutre ;

z hauteur de la zone de cisaillement ; bras de levier des forces internes ;

15
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

α coefficient de réduction pour les effets à long terme de la résistance à la compression


du LAC ;

α 2, α 6, α 7 coefficients pour les longueurs d’ancrage ;

β coefficient pour la position de C dans le diagramme des déformations conforme à la


Figure A.3 ;

γB coefficient partiel de sécurité pour les éléments chargés transversalement avec rupture
fragile ;

γC coefficient partiel de sécurité pour le béton (également pour le LAC) ;

γcomp coefficient partiel de sécurité pour l’élément (général) ;

γD coefficient partiel de sécurité pour les éléments chargés transversalement avec rupture
ductile ;

γM coefficient partiel de sécurité pour le matériau (général) ;

γS coefficient partiel de sécurité pour l’acier des armatures ;

γW coefficient partiel de sécurité pour les éléments chargés longitudinalement avec rupture
fragile ;

εcu déformation de compression ultime du LAC ;

εs1 déformation de l’armature tendue ;

εs2 déformation de l’armature comprimée ;

εsuk valeur caractéristique de la déformation ultime de l’acier ;

η1 coefficient conforme à l’équation (2) ;

η2 coefficient conforme à l’équation (4) ;

η3 coefficient conforme à l’équation (6) ;

η4 coefficient conforme au Tableau 8 ;

λ conductivité thermique ;

λ10dry conductivité thermique à l’état sec, déterminée à une température moyenne d’essai
de 10 °C ;

λd valeur de calcul de la conductivité thermique à l’état humide, à un taux d’humidité µm ;

µm taux d’humidité rapporté à la masse ;

ν coefficient d’efficacité (voir équation (A.14)) ;

ρ masse volumique sèche du LAC ;

16
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

ρ1 pourcentage d’armatures ;

ρ3 coefficient de réduction de la valeur de calcul de la résistance au cisaillement dans le cas de


longueurs d’ancrage courtes ;

ρw pourcentage d’armatures d’effort tranchant ;

σcd valeur de calcul de la contrainte de compression dans les fibres extrêmes du béton ;

σsd valeur de calcul de la contrainte d’une barre d’armature ancrée à l’extrémité du


recouvrement ;

θ angle de la bielle de compression ;

τRd résistance au cisaillement de base ;

τRk valeur caractéristique de la résistance au cisaillement ;

ϕLAC (∞, t0) valeur de calcul du coefficient de fluage final du LAC, conforme à l’équation (5) ;

ϕ0 (∞, t0) coefficient de fluage final du béton à masse volumique normale de classe de force C25/30,
conforme à l’EN 1992-1-1:2004-12, 3.1.4 ;

φ diamètre ;

φm diamètre du mandrin (voir Figure A.6) ;

φs diamètre d’une barre d’armature.

3.2.4 Abréviations

LC béton léger ;

LWA granulat léger

LAC béton de granulats légers à structure ouverte ;

RH humidité relative ;

SLS état limite de service ;

ULS état limite ultime.

3.3 Unités

Les unités doivent être utilisées conformément à l’ISO 1000 et à l’ISO 1000/A1. Pour les calculs, les unités
suivantes sont recommandées :

 forces et charges : kN, kN/m, kPa (= kN/m2) ;

 masse volumique : kg/m3 ;

 poids unitaire : kN/m3 ;

17
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

 contraintes et résistances, module d’élasticité : MPa (= N/mm2 or MN/m2) ;

 moment (... en flexion) : kNm.

4 Propriétés des matériaux et prescriptions

4.1 Éléments constitutifs

4.1.1 Généralités

Le LWA doit satisfaire à l’EN 13055-1.

Les matériaux constitutifs du LAC doivent satisfaire à l’EN 206-1:2000, 5.1.

4.1.2 Émission de substances dangereuses

Le LAC ne doit libérer aucune substance dangereuse à des niveaux critiques lors de l’usage prévu.

Le fabricant doit s’assurer, à partir des fiches de sécurité des produits du fournisseur, que l’émission de
substances dangereuses provenant des matériaux constitutifs n’est pas supérieure à ce qui est défini dans la
législation communautaire et les règlements nationaux applicables sur le lieu d’utilisation.

4.2 Paramètres du béton à granulats légers

4.2.1 Masse volumique sèche

4.2.1.1 Généralités

La masse volumique sèche, déterminée conformément à l’EN 992, doit être indiquée par le fabricant, soit
comme valeur moyenne déclarée, soit comme une classe de masse volumique déclarée.

4.2.1.2 Masse volumique sèche moyenne déclarée

Le fabricant peut déclarer la masse volumique sèche en tant que valeur moyenne. Les tolérances pour la valeur
moyenne déclarée sont indiquées dans le Tableau 1. La valeur moyenne déclarée de la masse volumique
sèche du LAC doit être d’au moins 400 kg/m3 et ne doit pas être supérieure à 2 000 kg/m3.

Tableau 1 — Tolérances sur la valeur moyenne déclarée de la masse volumique sèche du LAC
Masse volumique sèche en kg/m3

Valeur moyenne déclarée de la masse volumique sèche ≤ 1 000 > 1 000

Écart maximal entre la valeur moyenne effective de


50 100
l’échantillon et la valeur moyenne déclarée

Écart maximal entre les valeurs individuelles de


100 150
l’échantillon et la valeur moyenne déclarée

4.2.1.3 Classe de masse volumique déclarée

Le fabricant peut déclarer la masse volumique sèche conformément aux classes de masse volumique du
Tableau 2. La valeur moyenne doit être comprise entre les limites indiquées, mais des valeurs individuelles
peuvent dépasser les limites indiquées de 50 kg/m3 maximum.

18
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 2 — Classes de masse volumique du LAC


Masse volumique sèche en kg/m3

Classe de
masse 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1,0 1,2 1,4 1,6 1,8 2,0
volumique
Masse ≤ 400 > 500 > 600 > 700 > 800 > 900 > 1 000 > 1 200 > 1 400 > 1 600 > 1 800
volumique
sèche ≤ 500 ≤ 600 ≤ 700 ≤ 800 ≤ 900 ≤ 1 000 ≤ 1 200 ≤ 1 400 ≤ 1 600 ≤ 1 800 ≤ 2 000
moyenne

4.2.2 Valeurs caractéristiques des résistances

La valeur caractéristique fk des paramètres de résistance du LAC ou des éléments en LAC, tels que la
résistance à la compression ou à la traction par flexion du matériau, ou la résistance obtenue par des essais
fonctionnels d’éléments conformément à l’Annexe B, doit être déterminée à partir de la valeur moyenne fm,n et de
l’écart type sn des n résultats d’essais selon le Tableau 3. Les valeurs Kn, qui dépendent du nombre n de
résultats d’essai, doivent être extraites du Tableau 4.

Tableau 3 — Détermination de la résistance caractéristique fk et de la résistance minimale exigée fmin

Nombre de résultats n n<6 6≤n≤9 n ≥ 10

fk 0,8 fm,n fm,n - Kn × sn

fmin ≥ 0,90 fk ≥ 0,75 fk ≥ 0,67 fk

4.2.3 Résistance à la compression

4.2.3.1 Généralités

La résistance à la compression du LAC doit être indiquée par le fabricant, soit comme une résistance
caractéristique à la compression déclarée conformément au 4.2.3.3, soit comme une classe de résistance
déclarée conformément au 4.2.3.4.

4.2.3.2 Valeur caractéristique de la résistance à la compression

La valeur caractéristique de la résistance à la compression est déduite de la résistance de carottes de


longueur égale au diamètre ou de cubes, dans les deux cas avec une dimension minimale de 100 mm, qui
sont prélevés des éléments préfabriqués et testés conformément à l’EN 1354. Ceux-ci constituent les
éprouvettes de référence des essais.

Au cas où des éprouvettes ayant d’autres dimensions, extraites des éléments préfabriqués, sont utilisées pour
la vérification de la résistance à la compression, les résultats doivent être convertis par multiplication par les
coefficients de réduction indiqués dans le Tableau 5, à moins que d’autres coefficients résultant d’essais
soient disponibles.

Lorsque des éprouvettes coulées sont utilisées, les résultats d’essais de résistance de ces éprouvettes,
convertis à la résistance de cylindres ayant un diamètre de 100 mm et une longueur égale (ou à celle de
cubes d’arêtes de 100 mm donnant la même valeur), doivent être au moins 1/0,85 fois supérieurs aux
résultats prescrits pour les éprouvettes ayant les dimensions ci-dessus, extraites d’éléments préfabriqués.

Pour les opérations de conversion, la résistance des éprouvettes coulées doit être multipliée par les
coefficients de conversion du Tableau 6, à moins que d’autres coefficients résultant d’essais soient
disponibles.

19
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

4.2.3.3 Résistance caractéristique à la compression déclarée

Si le fabricant déclare la résistance caractéristique à la compression fck,g, la résistance caractéristique


effective à la compression fck déterminée à partir des résultats d’essais doit être égale ou supérieure à la
valeur déclarée, et la valeur individuelle minimale fcmin doit satisfaire aux exigences du Tableau 3. La valeur
de la résistance caractéristique à la compression déclarée du LAC doit être d’au moins 2 MPa et ne doit pas
dépasser 25 MPa.

4.2.3.4 Classe de résistance déclarée

Si le fabricant déclare la résistance à la compression en termes d’une classe de résistance déclarée, la


résistance effective à la compression déterminée conformément à l’EN 1354 (lorsqu’elle est convertie à la
résistance des éprouvettes de référence si approprié, voir en 4.3.3.2) doit satisfaire aux exigences du
Tableau 7.

Tableau 5 — Coefficients de réduction


Tableau 4 — Coefficient statistique Kn
pour la résistance à la compression de
pour la détermination de la résistance
carottes de longueur égale au diamètre,
caractéristique
ou de cubes de différentes tailles

Nombre de résultats Diamètre ou longueur Coefficient de


Kn
d’essais n mm réduction

6 1,87 > 100 1,00


7 1,77 90 0,98
8 1,72 80 0,96
9 1,67 70 0,94
10 1,62 60 0,92
11 1,58 50 0,90
12 1,55 40 0,88
13 1,52
14 1,50
≥ 15 1,48

20
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 6 — Coefficients pour la conversion des résultats d’essai de résistance des éprouvettes de
référence effectués sur éprouvettes coulées (carottes forées ayant 100 mm de
diamètre et de longueur, ou cubes de 100 mm)

Coefficient de
Forme et dimension des éprouvettes coulées
conversion
Cubes - 150 mm 1,00
Cubes - 200 mm 1,05
Cylindres 150 mm/300 mm,
dépendant de la résistance
MPa
2 1,05
4 1,05
6 1,06
8 1,07
10 1,08
12 1,10
15 1,12
20 1,15
25 1,18

Tableau 7 — Classes de résistance et prescriptions de résistance pour le LAC


Résistance à la compression en MPa

Classe de
LAC 2 LAC 4 LAC 6 LAC 8 LAC 10 LAC 12 LAC 15 LAC 20 LAC 25
résistance
fck 2 4 6 8 10 12 15 20 25

fc,3 a ≥4 ≥7 ≥9 ≥ 11 ≥ 13 ≥ 15 ≥ 18 ≥ 24 ≥ 29

fc,n b ≥ fck + Kn × sn d

fcmin c pour
≥ 1,5 ≥ 3,5 ≥ 5,5 ≥ 7,0 ≥ 9,0 ≥ 11 ≥ 14 ≥ 19 ≥ 24
n<6

fcmin c pour
≥ 1,5 ≥ 3,0 ≥ 4,5 ≥ 6,0 ≥ 7,5 ≥ 9,0 ≥ 12 ≥ 17 ≥ 22
6≤n≤9

fcmin c pour
≥ 1,5 ≥ 3,0 ≥ 4,0 ≥ 5,5 ≥ 7,0 ≥ 8,0 ≥ 11 ≥ 16 ≥ 21
n ≥ 10
a Résistance à la compression moyenne exigée, pour chaque groupe de trois éprouvettes consécutives.
b Résistance à la compression moyenne exigée, pour une série d’essais comportant n ≥ 6 éprouvettes. Les valeurs K , qui
n
dépendent du nombre n d’éprouvettes d’essai, doivent être extraites du Tableau 4.
c Valeur individuelle minimale de la résistance à la compression d’une série d’essais sur n éprouvettes.
d sn est l’écart-type de résistance à la compression d’une série d’essais avec n résultats d’essais.

21
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

4.2.4 Résistance à la flexion

La résistance à la traction par flexion peut être estimée comme suit :

ft,flk = 0,42 fck 2/3 × η1 (1)

η1 = 0,4 + 0,6 (ρ / 2 200) pour ρ > 1 400 kg/m3 (2a)

η1 = 0,78 pour ρ ≤ 1 400 kg/m3 (2b)

ft,flk est la résistance caractéristique à la flexion du LAC, en mégapascals ;

ρ est la valeur moyenne de la masse volumique sèche du LAC en kilogrammes par mètre cube ;

fck est la résistance caractéristique à la compression du LAC conformément au 4.2.3, en


mégapascals.

La résistance à la flexion peut être obtenue également par des essais conformes à l’EN 1521, la valeur
caractéristique étant déterminée conformément au 4.2.2.

4.2.5 Diagramme contrainte-déformation

Le diagramme contrainte-déformation idéalisé pour le LAC, consiste en une relation linéaire entre la
contrainte et la déformation jusqu’à une déformation de compression de 0,002 au niveau de la valeur de
calcul de la résistance, continuant à un niveau constant de contrainte jusqu’à l’état limite ultime de la
déformation; la valeur ultime de la déformation dépend de la masse volumique sèche du LAC (voir en A.3.2 et
la Figure A.1).

4.2.6 Module d’élasticité

Le module d’élasticité peut être estimé comme suit :

Ecm = 10 000 fck × η2 (3)

Ecm est la valeur moyenne du module d'élasticité, en mégapascals ;

fck est la résistance caractéristique à la compression conformément au 4.2.3, en mégapascals ;

η2 est un coefficient conforme aux équations (4a) ou (4b) ;

η2 = (ρ / 2 200)2 pour ρ > 1 400 kg/m3 (4a)

η2 = 0,64 (ρ / 2 200) pour ρ ≤ 1 400 kg/m3 (4b)

ρ est la valeur moyenne de la masse volumique sèche, en kilogrammes par mètre cube.

Le module d’élasticité peut être obtenu également par essais conformément à l’EN 1352.

22
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

4.2.7 Coefficient de Poisson

Dans les calculs, le coefficient de Poisson pour les déformations élastiques peut être pris égal à 0,2. Lorsque
des fissures dans le béton tendu sont autorisées le coefficient de Poisson peut être pris égal à 0,0.

4.2.8 Coefficient de dilatation thermique

Dans les calculs, le coefficient de dilatation thermique peut être pris égal à 8 × 10-6 K-1.

4.2.9 Retrait

La valeur moyenne du retrait peut être considérée comme égale à 0,75 mm/m pour un élément d’une
épaisseur d’au moins 75 mm, exposé à un environnement avec une humidité relative de (45 ± 5) %. De
manière alternative, la valeur moyenne du retrait peut être déterminée grâce à des essais.

NOTE 1 Les essais peuvent être réalisés conformément à l’EN 1335 comme décrit pour les mesures de retrait sur les
éprouvettes de contrôle non chargées, avec les écarts suivants :

 il convient d’utiliser trois éprouvettes ;

 il convient de les découper dans un élément préfabriqué deux jours après le coulage ;

 jusqu’à ce que des éprouvettes y soient prélevées, il convient de protéger l’élément préfabriqué contre toute perte
d’humidité et de le stocker à une température de (20 ± 2) °C ;

 il convient que le prélèvement et la préparation des éprouvettes (mesure, fixation de la jauge tampon etc.) soient
réalisés de manière à éviter des changements du taux d’humidité et de la température du LAC dans la mesure du
possible ;

 sans conditionnement supplémentaire des éprouvettes, il convient de fixer les points de la jauge immédiatement
après avoir découpé les éprouvettes, et il convient de prendre le relevé zéro du dispositif de mesure des
changements de longueur le plus tôt possible ;

 il est recommandé de procéder au relevé de déformation après un stockage de 1 j, 2 j et 7 j dans un environnement à


une température de (20 ± 2) °C et une humidité relative de (60 ± 5) % ou (45 ± 5) %, et ensuite à des intervalles
appropriés jusqu’à ce que le retrait soit inférieur ou égal à 0,02 ‰ par semaine. Le relevé du jour 2 est considéré
comme le relevé zéro ;

 le retrait εcs,t est défini comme la déformation totale (changement de longueur divisé par la longueur entre repères)
des éprouvettes de contrôle non chargées à partir du relevé zéro à deux jours jusqu’à la période t considérée. Il
convient que le retrait soit indiqué dans le rapport d’essai pour chaque éprouvette ainsi que comme valeur moyenne
des trois éprouvettes ;

 il est recommandé d’illustrer le développement du retrait par une courbe représentant la valeur moyenne des
trois éprouvettes.

Le retrait peut de manière alternative être soumis à essai conformément aux normes en vigueur sur le lieu
d’utilisation des éléments en LAC.

23
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

4.2.10 Fluage

La valeur de calcul du coefficient de fluage final φLAC (∞, to) peut être calculée comme le produit de φo (∞, t0)
et des coefficients η3 et η4 suivant la formule :

φLAC (∞, t0) = φ0 (∞, t0) η3 η4 (5)

φ0 (∞, t0) est le coefficient de fluage final du béton de masse volumique normale de classe C25/30,
selon l’EN 1992-1-1:2004-12, 3.1.4 ;

η3 est le rapport du module d'élasticité du LAC conformément à l’équation (3) sur le module
d’élasticité du béton de masse volumique normale de classe C25/30, selon l’EN 1992-1-
1:2004, Tableau 3.1, correspondant à :

η3 = 0,32fck1/3η2 (6)

et où

η2 est un coefficient conforme à l’équation (4) ;

η4 est un coefficient conforme au Tableau 8.

Tableau 8 — Coefficient η4 pour l’évaluation du coefficient de fluage final du LAC

Classe de
LAC 2 LAC 4 LAC 6 LAC 8 LAC 10 LAC 12 LAC 15 LAC 20 LAC 25
résistance
η4 1,8 1,8 1,8 1,5 1,5 1,3 1,3 1,0 1,0

L’interpolation linéaire est permise dans le Tableau 8. Des valeurs plus précises peuvent être obtenues par
des essais conformes à l’EN 1355 et peuvent être déclarées en tant que valeurs moyennes.

4.2.11 Conductivité thermique

4.2.11.1 Généralités

La valeur de la conductivité thermique λ10dry du LAC doit être établie simultanément avec la masse volumique
sèche. Dans le cas d’éléments multicouches en matériaux différents, la valeur de calcul de la conductivité
thermique et la masse volumique sèche de chaque matériau doivent être déterminées. Des valeurs de calcul de
la conductivité thermique peuvent être, soit calculées à partir de mesures effectuées lors d’essais, soit extraites
de tableaux et elles doivent être corrigées pour l’humidité conformément au 4.2.11.8.

La déclaration doit inclure la conductivité thermique avec indication du pourcentage de la production à


laquelle elle se réfère (par exemple λ10dry (50 %) ou λ10dry(90 %)).

4.2.11.2 Procédure pour la détermination par essais de la conductivité thermique à sec

Lorsque des essais sont réalisés, il y a lieu de suivre le mode opératoire 4.2.11.3 à 4.2.11.6.

24
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

4.2.11.3 Méthode d’essai

Les méthodes d’essai de référence sont spécifiées dans l’EN 12664. Pour le LAC, la température d’essai de
référence moyenne doit être de 10 °C. D’autres méthodes d’essai, pouvant nécessiter l’emploi d’éprouvettes
de taille et de conditionnement différents, peuvent être utilisées, si la corrélation entre les résultats de la
méthode d’essai de référence et de la méthode d’essai alternative peut être indiquée.

4.2.11.4 Éprouvettes

Les éprouvettes doivent être homogènes. Les dimensions des éprouvettes et les conditions de planéité
dépendront des dimensions de l’appareil utilisé et de la conductivité thermique du matériau. Les éprouvettes ne
doivent pas contenir d’armatures.

4.2.11.5 Conditionnement des éprouvettes

Les éprouvettes doivent être conditionnées à masse constante à (23 ± 2) °C et à (50 ± 5) % d’humidité relative.
La masse est considérée constante lorsque l’écart entre deux pesées consécutives, à 24 h d’intervalle, ne
dépasse pas 0,2 %.

D’autres conditions d’essai (par exemple état séché au four) peuvent être utilisées si la corrélation entre les
conditions de référence et les conditions de substitution peut être précisée.

4.2.11.6 Détermination de la valeur moyenne à l’état sec et des valeurs limites

Afin de s’assurer que les résultats sont représentatifs du matériau en cours de production, des essais doivent
être réalisés sur des éprouvettes prélevées dans trois lots de production différents, dont la masse volumique
déclarée correspond au produit considéré. La valeur moyenne des résultats des trois essais de conductivité
thermique doit être calculée et corrigée pour un taux d’humidité égal à zéro comme spécifié en 5.1.4. La
masse volumique sèche de chacune des trois éprouvettes doit être déterminée conformément à l’EN 992, et
la valeur moyenne des trois résultats doit être calculée.

Un diagramme représentant la conductivité thermique λ10dry (W/mK) et la masse volumique sèche ρ (kg/m3)
est tracé en utilisant les valeurs tabulées définies en 4.2.11.7. La valeur moyenne mesurée λ10dry est tracée
par rapport à la masse volumique sèche moyenne mesurée (voir point A dans la Figure 1). Une ligne parallèle
à la ligne représentant les valeurs tabulées est tracée en passant par ce point. À partir de cette ligne, les
valeurs moyenne et limite de la conductivité thermique peuvent être déterminées comme une fonction de la
masse volumique sèche moyenne du produit et le fractile 10 % et 90 % de la masse volumique sèche du
produit fabriqué avec un niveau de confiance γ = 90 % selon l’EN ISO 10456.

25
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Légende
1 Limite supérieure
2 Valeur moyenne
3 Limite inférieure
4 Point A : moyenne des résultats d’essai
5 Plage de la masse volumique sèche fabriquée
6 Masse volumique sèche moyenne fabriquée
7 90 % de la production
8 10 % de la production
9 Ligne parallèle passant par le point A
10 Ligne représentant les valeurs tabulées

Figure 1 — Détermination de la conductivité thermique à l’état sec λ10dry

4.2.11.7 Utilisation des valeurs tabulées pour la conductivité thermique

En l’absence de résultats d’essai, la conductivité thermique doit se baser sur les valeurs fournies dans le
Tableau 9 pour l’état sec.

26
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 9 — Conductivité thermique λ10dry du LAC pour 50 % et 90 % de la production avec un niveau


de confiance γ = 90 % (compilée conformément à l’EN 1745)

Masse volumique Conductivité thermique λ10dry


sèchea moyenne W/mK
kg/m3 50 % 90 %
400 0,10 0,12
500 0,12 0,15
600 0,16 0,18
700 0,19 0,21
800 0,22 0,25
900 0,26 0,28
1 000 0,30 0,32
1 100 0,34 0,36
1 200 0,39 0,41
1 300 0,43 0,46
1 400 0,48 0,51
1 500 0,53 0,56
1 600 0,60 0,63
1 700 0,67 0,70
1 800 0,76 0,80
1 900 0,86 0,90
2 000 0,96 1,00
NOTE 1 Des valeurs intermédiaires peuvent être
obtenues par interpolation.
NOTE 2 Les performances thermiques sont obtenues
en utilisant la conductivité thermique sèche moyenne
λ10dry(50 %)
a Voir la Figure 1.

4.2.12 Perméabilité à la vapeur d’eau

La valeur de calcul du coefficient de résistance à la vapeur d’eau peut être respectivement égale à 5 ou 15.
La valeur la plus faible doit être considérée dans le cas de diffusion vers l’intérieur d’un élément (mouillage),
et la valeur la plus importante pour la diffusion vers l’extérieur d’un élément (séchage).

Des valeurs plus précises pour la perméabilité et le coefficient de perméance à la vapeur d’eau peuvent être
déterminées par essais conformément à l’EN ISO 12572.

4.2.13 Étanchéité à l'eau

Du fait de sa structure ouverte, le LAC est normalement très perméable à l’eau et, pour cette raison, les
éléments fabriqués avec ce matériau ne sont pas imperméables à l’eau. Lorsque l'étanchéité à l’eau est
exigée, par exemple dans le cas des murs extérieurs et des toitures, les éléments doivent être protégés contre
la pénétration, par exemple par un enduit approprié, un revêtement, un bardage ou des finitions.

27
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

4.3 Acier pour armatures

En général l’armature des éléments en LAC est réalisée en acier pour armatures (c’est-à-dire barres,
couronnes et treillis soudés).

L’acier des armatures doit être conforme à l'EN 10080 ou aux dispositions appropriées de l’EN 10025 (pour
les ronds lisses).

NOTE L'acier pour armatures conforme à l'EN 10080 doit être identifié dans le document d’application nationale
(NAD) par la classe technique avec le numéro de produit conformément à la spécification de produit xxx (spécification
nationale).

5 Propriétés des éléments et prescriptions

5.1 Généralités

5.1.1 Résistance mécanique

Les éléments satisfont aux exigences de résistance mécanique s’ils sont évalués conformément à l’Annexe A
ou à l’Annexe B de la présente Norme européenne.

5.1.2 Isolation acoustique

5.1.2.1 Réduction du bruit aérien

La réduction du bruit aérien des éléments dépend principalement du poids par aire de surface.

Pour les éléments de mur, de toiture et de plancher, la réduction du bruit aérien doit être mesurée
conformément à l’ISO 140-3 et exprimée sous forme de valeur unique pour l’évaluation conformément à
l’EN ISO 717-1 (méthode de référence) lorsque cela est requis.

Pour les dispositifs de réduction du bruit du trafic routier, la réduction du bruit aérien peut être déterminée
selon l’EN 1793-2.

Il convient d’effectuer des essais sous conditions d’utilisation normalisée avec jointoiement des
assemblages entre les éléments et sans finition, à l’exception de l’épaisseur minimale de chape sur les
planchers (le cas échéant). Les résultats dérivés de tels essais sont applicables à des éléments de toute
surface, de spécification identique ou supérieure.

En variante aux essais, il est possible d’évaluer la réduction du bruit aérien conformément à l’EN 12354-1.

5.1.2.2 Isolation au bruit de chocs

Pour les planchers réalisés à partir d’éléments, l’isolation aux bruits d’impact doit être déterminée
conformément à l'EN ISO 140-6 et exprimée sous forme de valeur unique pour l’évaluation conformément à
l’EN ISO 717-2 (méthode de référence), lorsque cela est requis.

Il convient d’effectuer des essais sous conditions d’utilisation normalisée avec une épaisseur minimale de
chape (le cas échéant) et sans finition de plafond. Les résultats dérivés de tels essais sont applicables à des
planchers, qui possèdent des spécifications identiques ou supérieures, quelle que soit leur surface.

Il est également possible d’évaluer l’isolation aux bruits d’impact conformément à l’EN 12354-2.

28
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

5.1.2.3 Absorption acoustique

L’absorption acoustique dépendra principalement de la texture de surface. Lorsque cela est requis, elle doit
être déterminée selon l'EN 20354.

Pour les dispositifs de réduction du bruit du trafic routier, la caractéristique d’absorption acoustique peut être
déterminée selon l’EN 1793-1.

5.1.3 Réaction au feu et résistance au feu

5.1.3.1 Réaction au feu

Lorsque cela est requis, le LAC doit être soumis à l’essai et classé comme spécifié dans l’EN 13501-1. Si la
teneur en matériau organique est inférieure à 1 % en masse ou en volume (la valeur la plus élevée étant
retenue), le LAC1) est classé dans l’Euroclasse A1 sans qu’il soit nécessaire de procéder à des essais.

Le LAC ne produit pas de quantité significative de gaz toxiques lorsqu’il est chauffé si la teneur en matériau
organique est inférieure à 1 %.

5.1.3.2 Résistance au feu

Lorsqu’il est nécessaire de déclarer la résistance au feu des éléments en LAC , elle doit être classée sur la
base des résultats d’essais et doit être déclarée par le fabricant.

Les éléments doivent être soumis à l’essai et classés conformément à l'EN 13501-2.

NOTE Les méthodes d’essai applicables aux différents types d’éléments sont spécifiées dans l'EN 13501-2. Il s’agit
des : EN 1364-1 pour les essais sur des murs non porteurs, EN 1365-1 pour les essais sur des murs porteurs, EN 1365-2
pour les essais sur des planchers et sur des toitures, EN 1365-3 pour les essais sur des poutres et enfin, EN 1365-4 pour
les essais sur des poteaux.

5.1.4 Valeurs de calcul de la résistance thermique et de la conductivité thermique

Afin de déterminer la performance thermique de la toiture, du plancher ou du mur dans lesquels sont utilisés
des éléments, il est nécessaire de déterminer leur résistance thermique de calcul. La valeur de calcul de la
résistance thermique doit être calculée conformément à l’EN ISO 6946 en utilisant les dimensions des
éléments avec les vides éventuels (par ex. éléments alvéolés) conjointement avec la conductivité thermique
de calcul.

Tableau 10 — Valeurs de base du taux d’humidité et du coefficient de transformation de l’humidité du


LAC (compilés conformément à l’EN ISO 10456)

Coefficient de
Masse volumique sèche
conversion pour
du LAC Taux d’humidité µm (rapport de masse) à l'humidité

kg/m3 fu

23 °C / 50 % RH 23 °C / 80 % RH
400 – 799 0,02 0,03 2,6
799 – 2 000 0,02 0,03 4,0

1) Décision de la Commission 96/603/CEE, modifiée par la décision 2000/605/CEE, Matériaux à considérer comme
présentant une réaction au feu de classe A1 sans que des essais soient nécessaires.

29
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Dans le cas de LAC avec une matrice expansée, le taux d'humidité dans le Tableau 10 doit être multiplié par
un facteur de 2,5.

La valeur de calcul de la conductivité thermique λd est déduite à partir de la conductivité thermique à l’état
sec λ10dry, par correction pour tenir compte de l’humidité conformément à l’équation (7), tenant compte du taux
d’humidité du LAC µm à prévoir dans les conditions finales d’exploitation ainsi que du coefficient de conversion
de l’humidité fu (voir Tableau 10).

λd = λ10dry e fu µm (7)

e est la base des logarithmes naturels (2,718) ;

λd est la valeur de calcul de la conductivité thermique à l’état humide, pour un taux d’humidité de
µm,en watts par mètre kelvin ;

λ10dry est la conductivité thermique à l’état sec, en watts par mètre kelvin (voir la NOTE) ;

µm est le taux d’humidité à l’état humide rapporté à la masse (voir Tableau 10) ;

fu est le coefficient de conversion pour l’humidité rapporté à la masse (voir Tableau 10).

La correction de l’humidité peut être établie également par des mesures dans des conditions spécifiées.
L’équation (7) peut être utilisée pour la correction de l’humidité des résultats d’essais de conductivité
thermique comme spécifié en 4.2.11.6.

NOTE Les performances thermiques sont obtenues en utilisant la conductivité thermique moyenne λ10dry (50 %).

5.2 Types d’éléments

5.2.1 Généralités

Les éléments préfabriqués conformes à la présente Norme européenne sont subdivisés en éléments porteurs
et non porteurs conformément aux types indiqués dans le Tableau 11.

30
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 11 — Types d'éléments

Désignation Notationa
Élément de mur porteur (plein) WLS
Élément de mur porteur (alvéolé) WLH
Élément de mur porteur (multicouche) WLM
Élément de mur non porteur (plein) WNS
Élément de mur non porteur (alvéolé) WNH
Élément de mur non porteur (multicouche) WNM
Élément de mur de soutènement (plein) WRS
Élément de toiture (plein) RLS
Élément de toiture (alvéolé) RLH
Élément de toiture (multicouche) RLM
Élément de plancher (plein) FLS
Élément de plancher (alvéolé) FLH
Élément de plancher (multicouche) FLM
Poutre (pleine) BLS
Poutre (alvéolée) BLH
Poteau (plein) PLS
Élément de bardage (plein) CNS
Élément pour caniveaux techniques (alvéolé) BNH
Élément pour écrans acoustiques NB
a W = mur, L = porteur, S = plein, H = alvéolé, M = multicouche, N = non porteur,
R = soutènement ou toiture, F = plancher, B = poutre ou caisson ou écran, P = poteau,
C = bardage, NB = écran acoustique.

5.2.2 Éléments de toiture et de plancher

Les éléments de plancher et de toiture sont fabriqués comme suit :

 éléments pleins réalisés en LAC ayant partout la même masse volumique ;

 éléments de dalles alvéolées en LAC avec des alvéoles longitudinales dans la section ;

 éléments multicouches composés d’une couche en LAC et d’une ou plusieurs couches en LAC ayant une
autre composition, ou un autre type de béton ;

 éléments en LAC comme ceux décrits ci-dessus mais comportant des ouvertures ou des pièces
d’ajustement.

5.2.3 Éléments de mur

Les éléments de murs sont fabriqués comme suit :

 éléments pleins réalisés en LAC ayant partout la même masse volumique ;

 éléments réalisés en LAC comportant des alvéoles longitudinales filantes ;

31
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

 éléments multicouches composés d’une couche en LAC et d’une ou plusieurs couches en LAC d’une
autre composition ou d’un autre type de béton ;

 éléments en LAC comme ceux décrits ci-dessus mais comportant des ouvertures ou des pièces
d’ajustement.

Si nécessaire, des parties de l’élément, comme les encadrements de fenêtre sous haute contrainte
(piédroits, poutres), peuvent être composés d’autres matériaux, par exemple de béton de granulats légers à
structure fermée, de béton de masse normale ou d’acier. Ces parties de l’élément doivent être prises en compte
lors de l’évaluation de l’isolation thermique, de la résistance au feu et de toutes autres propriétés essentielles
de l’élément susceptibles d’être affectées.

5.2.4 Poutres et poteaux

Les poutres et les poteaux en LAC sont fabriqués avec une même masse volumique répartie de manière
homogène, que leur section transversale soit pleine ou alvéolée.

5.2.5 Autres éléments préfabriqués

D’autres types d’éléments en LAC sont fabriqués pour des utilisations spéciales, tels que les éléments pour
écrans acoustiques ou pour cadres enterrés de petite dimension.

5.3 Dispositions constructives, prescriptions techniques et propriétés déclarées

5.3.1 Dispositions constructives

Lorsque cela est exigé, le fabricant doit fournir des plans contenant des informations permettant de vérifier la
résistance mécanique de l’élément. Ces plans doivent inclure au moins les informations suivantes : vues en
plan, en élévation, sections transversales nécessaires avec détail des armatures.

NOTE Généralement ceci n’est pas nécessaire si les éléments sont conçus pour une application spécifique
(prenant en compte des facteurs de sécurité applicables sur les lieux d’utilisation et des conditions de charge réelles.

5.3.2 Dimensions et tolérances

Les principales dimensions (longueur ou hauteur, épaisseur et largeur) doivent être déterminées
conformément à l’EN 991 et doivent être déclarées par le fabricant (voir note).

À la livraison, les écarts sur les dimensions (valeurs individuelles) des éléments, par rapport aux dimensions
déclarées, ne doivent pas dépasser les valeurs suivantes :

 épaisseur ± 5 mm ;

 longueur, largeur, hauteur ± 8 mm.

Les tolérances des éléments de mur sur la planéité des surfaces, mesurées avec une règle sur une longueur
de 2 m, ne doivent pas dépasser de plus de 5 mm.

Pour les éléments portant à l'horizontale destinés à être posés à sec, la tolérance maximale sur la planéité
des surfaces portantes ne doit pas dépasser 2 mm dans le sens de la largeur et 4 mm dans le sens de la
longueur.

32
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Les essais de planéité des rives longitudinales peuvent être effectués à l'aide d'une règle en acier ou en
aluminium, qui doit mesurer au moins 2 m de long, et d'un ensemble de cales d'épaisseur, capables de
mesurer à une précision de 0,1 mm. La règle est placée de manière répétée sur la longueur des diagonales
de la surface à mesurer et l'écart entre la surface de l'élément et la règle est déterminé. Dans le cas d'une
courbure concave, la distance maximale par rapport à la règle doit être mesurée. Dans le cas d'une surface
convexe, la règle doit être placée sur la surface de telle sorte que les distances maximales par rapport à la
surface soient à peu près identiques de part et d’autre du point de contact. Les distances doivent être
mesurées et arrondies au dixième de millimètre le plus proche. L'écart des surfaces portantes planes
nominales par rapport au parallélisme est calculé à partir de la différence maximale entre les différentes
valeurs des largeurs mesurées individuellement sur l'élément.

La tolérance sur l’équerrage dans le plan d’éléments rectangulaires, de manière nominale déterminée en
conformité avec l'EN 991, ne doit pas dépasser les valeurs du Tableau 12.

Tableau 12 — Tolérance maximale admissible sur l’équerrage dans le plan des éléments

Largeur de l'élément Tolérance


m mm/0,5 m
≤ 1,0 3
> 1,0 2

NOTE Les éléments sont en général rectangulaires et d’épaisseur constante. Des profils avec rainure et languette
ou avec d’autres systèmes de joints peuvent être réalisés.

5.3.3 Masse des éléments

La masse sèche et la masse comprenant l’humidité à la livraison des éléments, doivent être établies comme
valeurs moyennes.

5.3.4 Fléchissement

Lorsque cela est requis, le fléchissement doit être vérifié par calcul ou par essais.

5.3.5 Résistance des joints

Lorsque cela est requis dans le cadre des calculs, la résistance des joints entre éléments doit être déclarée
par le fabricant sur la base des résultats déterminés à partir des essais selon l’EN 1739 (méthode de
référence) pour le cisaillement dans le plan et selon l’EN 1741 (méthode de référence) pour le cisaillement
hors du plan. De manière alternative, pour des types de joints spécifiques, la résistance du joint doit être
déterminée par le calcul.

5.3.6 Classes d’environnement

La classification suivant l’environnement doit être effectuée en accord avec le Tableau 1 de l’EN 206-1:2000.
Pour une classification de la durabilité, voir en 5.6.

5.3.7 Prescriptions minimales

Les éléments doivent satisfaire à un nombre de prescriptions additionnelles, qui dépendent du type d’élément
(voir 5.4 et 5.5).

33
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

5.4 Prescriptions additionnelles pour les éléments de toiture, de plancher, et pour les
poutres

5.4.1 Dimensions minimales

L’épaisseur h des éléments de toiture ou de plancher doit être d’au moins 60 mm. La hauteur totale h des
poutres doit être d’au moins 100 mm.

Dans le cas des dalles alvéolées (voir Figure 2(b)) l’épaisseur de la membrure supérieure (h1) doit être d’au
moins h/4. L’épaisseur de la membrure inférieure (h2) doit être d’au moins h/5. La largeur résiduelle minimale
de la section transversale, après avoir retranché la largeur totale des trous, b0 = b - Σ a, doit être au moins
égal à b/3.

5.4.2 Exigences minimales pour l’armature structurale

5.4.2.1 Généralités

Les éléments doivent comporter une armature suffisante pour éviter des ruptures fragiles en flexion , en
s’assurant que la résistance à la flexion de la section transversale fissurée est supérieure à la résistance à la
flexion de la section transversale non fissurée. Ceci doit être vérifié soit par le calcul, soit par essais.

Les poutres sont généralement conçues comme éléments sur appuis simples avec armature d’effort
tranchant, sauf pour les poutres situées au dessus d'ouvertures dans les murs, qui peuvent être produites
sans armature d’effort tranchant conformément aux règles de l'Annexe A.7.2.1.3.

Les éléments de toiture et de plancher sont généralement dimensionnés comme éléments sur appuis simples,
armés dans une direction et sans armature d’effort tranchant. Le rapport R entre la section de l’armature
transversale et la section de l’armature longitudinale doit être au moins égal à celui qui est spécifié dans le
Tableau 13.

Tableau 13 — Pourcentage minimal d'armatures R

Largeur b de l'élément
Classe de
b ≤ 625 mm 625 mm < b ≤ 1 250 mm 1 250 mm < b
résistance
LAC 2 à LAC 6 0 0,20 0,20
LAC 8 à LAC 12 0 0,10 0,20
LAC 15 à LAC 25 0 0 0,20

Dans le cas de charges d'exploitation réparties, aux valeurs caractéristiques supérieures à 3,5 kN/m2 , le
pourcentage minimal d'armatures doit être augmenté de 0,10. Le pourcentage minimal requis ne doit,
cependant, pas dépasser 0,20 dans tous les cas.

5.4.2.2 Espacement des barres

L’espacement entre deux barres longitudinales adjacentes ne doit pas dépasser deux fois l’épaisseur utile de
l’élément, ou 200 mm, (la valeur la plus faible étant retenue). La distance jusqu’aux rives longitudinales de
l’élément ne doit pas être supérieure à la moitié de cette distance.

Chaque élément doit comporter au moins trois barres longitudinales, excepté les éléments ayant une largeur
inférieure à 300 mm, pour lesquels deux barres sont suffisantes. Dans le cas des dalles alvéolées, les barres
longitudinales doivent être disposées entre les alvéoles et non pas à proximité de celles-ci à moins qu'un
contrôle de la connexion au type de dalle de la membrure tendue et de l'alvéole ait été effectué et qu'une
armature transversale soit incluse.

34
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Légende NOTES
1 Haut La distance entre les barres d’armature longitudinales ne
2 Bas doit pas être :
**) supérieure à 200 mm ni à 2h ;
*) supérieure à 100 mm ni à h.

Figure 2 — Exemples de dalles pleines (c), de dalles alvéolées (b) et de dalles multicouches (a)
(concernant les armatures transversales, voir en 5.4.2.1)

5.4.3 Longueur d’appui

Le fabricant doit déclarer la longueur d’appui minimale ao s’il y a lieu.

Les barres longitudinales doivent être continues d’un appui au suivant, sans recouvrement.

35
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Légende
1 Chanfrein
2 Élément de toiture/plancher
3 Appui

Figure 3 — Longueur d’appui ao

5.5 Prescriptions supplémentaires pour les éléments de mur

5.5.1 Généralités

L’épaisseur minimale d’un élément de mur non structural doit être de 50 mm.

L’épaisseur minimale d’un élément de mur structural doit être de 70 mm.

L’épaisseur minimale d’un élément alvéolé non structurel doit être de 65 mm.

L’épaisseur minimale d’un élément alvéolé structurel doit être de 100 mm ; toutefois, les exigences minimales
spécifiées en 5.4.1 pour les dalles alvéolées doivent également être satisfaites.

La largeur totale mesurée entre les rives longitudinales de l’élément doit être d’au moins 500 mm comme
indiqué à la Figure 4.

dqs

Figure 4 — Valeur minimale requise de la largeur totale

Des pièces de raccordement avec une largeur ou une hauteur totales inférieures à 500 mm doivent contenir
au moins deux barres longitudinales.

36
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Les piédroits des portes et des fenêtres sans disposition destinée à prévenir le flambement doivent avoir une
section transversale d’au moins 25 000 mm2 et une largeur (longueur horizontale) d’au moins 150 mm, et être
armés d’au moins deux barres longitudinales.

NOTE Les règles nationales peuvent limiter l’utilisation de ces éléments à différentes applications structurelles ; de
telle manière que par exemple, différentes épaisseurs minimales sont requises ou différentes limites maximales
d’élancement sont spécifiées pour certaines applications structurelles.

5.5.2 Exigences minimales relatives aux armatures

5.5.2.1 Prescriptions générales

Les éléments de mur doivent comporter la quantité d’armature nécessaire pour limiter l’ouverture des fissures
dues au transport et à la manutention.

Les bords des ouvertures doivent être prévues avec l’armature nécessaire pour limiter la largeur des fissures
provenant du retrait, du fluage et du transport.

5.5.2.2 Exigences pour l’armature structurale

L’armature consiste en une armature longitudinale et une armature transversale. Cette dernière n’est pas
exigée tant que la largeur des éléments ne dépasse pas 625 mm. Le rapport entre la section de l’armature
transversale et la section de l’armature longitudinale exigée doit être égal à au moins 0,1 mm pour des
largeurs ≤ 1 250 mm et à 0,2 mm pour des largeurs supérieures à 1 250 mm.

Dans le cas de barres isolées, ces dernières doivent être continues d’un appui au suivant sans recouvrement.

5.6 Durabilité

5.6.1 Généralités

Dans le présent contexte, la durabilité peut être définie comme la capacité de l’élément à satisfaire, pendant
toute sa durée de vie, ses fonctions concernant l’aptitude au service, la résistance et la stabilité, sans perte
significative de ses performances et sans nécessiter une maintenance excessive.

Les éléments ne doivent pas être exposés à des conditions d’environnement auxquelles ils ne peuvent
résister pendant leur durée de vie escomptée. Dans certaines conditions, une protection de la surface du
béton peut être nécessaire. La protection de l’armature doit être prise en compte afin de garantir la capacité
portante.

L’influence des effets à long terme sur la résistance à la compression du LAC et le comportement sous
charge des éléments est prise en compte dans l’évaluation par le calcul, en utilisant le coefficient α (voir
A.3.2) et dans l’évaluation par essais en augmentant les coefficients de sécurité partiels γcomp (voir B.2.3).

Si elles sont pertinentes les déformations à long terme dues au fluage (voir 4.2.10) et au retrait (voir 4.2.9) du
LAC, doivent être prises en compte.

5.6.2 Classes d’exposition

À moins de prévoir des mesures de protection spéciales en dehors du domaine d’application de la présente
norme, les éléments en LAC doivent être déclarés aptes uniquement pour l’utilisation conforme aux classes
d’exposition X0, XC1, XC2, XC3, XA1, XD1, XF1 et XF2 du Tableau 1 de l’EN 206-1:2000.

37
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 14 — Description des classes d’exposition (pour plus d’informations, voir l’EN 206, Tableau 1)

Désignation de la Exemples informatifs où des classes d’exposition


Description de l’environnement
classe peuvent se produire
Pour le béton sans armature ni métal enrobé :
toutes les expositions sauf gel/dégel, abrasion
X0 ou attaque chimique.
Pour le béton sans armature ni métal enrobé : Béton à l’intérieur des bâtiments avec un taux d’humidité très
très sec faible
Béton à l’intérieur des bâtiments avec un taux d’humidité
XC1 Humide en permanence ou sec faible
Béton immergé en permanence dans l’eau
Surfaces en béton soumis à un contact prolongé avec de
XC2 Humide, rarement sec l’eau
Nombreuses fondations
Béton à l’intérieur des bâtiments avec un taux d’humidité de
XC3 Taux d’humidité modéré l’air élevé ou modéré
Béton à l’extérieur à l’abri de la pluie
Environnement légèrement agressif selon
XA1 -
l’EN 206-1:2000, Tableau 2
Saturation en eau modérée sans produit de
XF1 Surfaces en béton verticales exposées à la pluie et au gel
dégivrage
Surfaces en béton exposées aux chlorures en suspension
XD1 Taux d’humidité modéré
dans l’air
Surfaces en béton verticales de la structure des routes
Saturation en eau modérée avec produit de
XF2 exposées au gel et aux produits de dégivrage en suspension
dégivrage
dans l’air

Le fabricant doit déclarer les classes d’exposition pour lesquelles son produit mis sur le marché convient.

5.6.3 Protection de l’armature contre la corrosion

5.6.3.1 Généralités

Dans les conditions d’environnement où la corrosion de l’armature structurale et non structurale peut causer
l’endommagement des éléments ou la perte de la sécurité structurale, les méthodes suivantes s’appliquent :

 enrobage dans du LAC ;

 couche de protection avec un enduit à base de ciment ;

 revêtement de peinture ;

 enrobage dans une zone de béton C ou LC à structure fermée ;

 revêtement de zinc ;

 utilisation d’un acier inoxydable approprié.

Il n’existe pas d’exigences pour la protection de l’armature contre la corrosion lors du transport.

38
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

5.6.3.2 Enrobage minimal au regard de l’adhérence

Au regard de l’adhérence, l’enrobage minimal sur l’armature structurelle, y compris les cadres, doit
correspondre à au moins 1,5 fois le diamètre du plus grand des granulats, sans être inférieur à 10 mm, afin
d’assurer une répartition des fissures et un ancrage des armatures adéquats.

5.6.3.3 Enrobage dans du LAC

L’enrobage dans du LAC peut être utilisé dans les classes d’exposition X0, XC1, XC3 et XA1.

L’armature doit être entièrement enrobée dans du béton LAC ayant une masse volumique d’au moins
1 400 kg/m3 , comme défini dans la présente norme.

Tableau 15 — Enrobage dans du LAC - Enrobage minimal de béton en mm et méthode d’essai pour les
essais de type initiaux et CPU

Classe d’exposition
Type d’élément XO XC2
(voir le Tableau 11) XC1 XD1
XC3 XA1 a
XF1
XF2
Tous types d’éléments 10 20 20 -
Méthode d’essai dans
Méthode 2 ou 3 Méthode 2 ou 3 Méthode 2 ou 3 -
l’EN 990
a La protection de l’armature contre la corrosion par enrobage dans du LAC dans la classe d’exposition XA1 est admise
uniquement pour les bâtiments agricoles.

5.6.3.4 Revêtement de l’armature

Un revêtement peut être utilisé dans les classes d’exposition X0, XC1, XC2, XC3, XF1, XA1, XD1 et XF2.

L’armature doit être enrobée entièrement avec le revêtement. La formule du revêtement ainsi que la
procédure d’application doivent être documentés dans le CPU.

Tableau 16 — Revêtement avec un enduit à base de ciment - Enrobage minimal de l'armature en mm et


méthode d’essai pour les essais de type initiaux et CPU

Type d’élément Classe d’exposition


(voir Tableau 11) XO XC2 XA1 XD1
XC1 XC3 XF1 XF2
Tous types d’éléments 10 10 10 10
Méthode d’essai dans
Méthode 2 ou 3 Méthode 2 ou 3 Méthode 2 ou 3 Méthode 1
l’EN 990

Le revêtement de l’armature avec de la peinture anti-corrosion peut être utilisé comme une protection
contre la corrosion conformément aux règles du Tableau 16, à condition que l’enrobage soit
augmenté à 25 mm.

39
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

5.6.3.5 Évaluations associées aux essais conformes à l’EN 990

Un système de protection conforme à 5.6.3.3 et 5.6.3.4 est considéré apte à l’emploi s’il satisfait au moins à
l’un des trois essais à court terme de l’EN 990 proposés en alternative. Le résultat de l’essai est considéré
satisfaisant :

 si la surface de l’acier n’est pas corrodée, ou si seuls les premiers signes de corrosion (flocons de rouille
ou piqûres de corrosion) sont visibles à des endroits différents, suivant une répartition à peu près
uniforme sur les barres, mais sans couvrir plus de 5 % de la surface de l’acier de chacune des
éprouvettes ; ou

 si la surface corrodée de chacune des éprouvettes ne dépasse pas de plus de 5 % celle qui est
constatée sur les barres témoins correspondantes stockées dans une atmosphère non corrosive à
humidité relative ≤ 70% ;

 si, dans le cas d’une couche de protection impossible à retirer, du fait de sa très forte adhérence, pour
pouvoir examiner le phénomène de corrosion à la surface de l’acier, aucun signe de corrosion n’est
visible à la surface de la couche de protection.

5.6.3.6 Enrobage dans une zone de béton C ou LC à structure fermée

L’enrobage dans une zone de béton C ou LC à structure fermée peut être utilisé dans une classe d’exposition
X0, XC1, XC2, XC3, XF1, XA1, XD1 et XF2.

L’armature doit être complètement enrobée dans du béton à structure fermée tel que défini dans l’EN 206-1.
Le rapport efficace eau /ciment doit être conforme à l’EN 206-1.

Tableau 17 — Enrobage dans une zone de béton C ou LC à structure fermée –


Enrobage de béton minimal en mm

Type d’élément Classe d’exposition


(voir Tableau 11) XO XC2 XA1 XD1
XC1 XC3 XF1 XF2
Tous types d’éléments 10 20 20 30

NOTE En l’absence d’informations (sur la base de résultats d’essai ou de l’expérience locale) sur la durabilité
appropriée du LAC dans des conditions d’exposition respectivement conformes aux classes XF1 ou XF2, il est
recommandé que les surfaces exposées des éléments soient protégées contre la saturation en eau, par exemple en
appliquant un enduit ou un bardage durable et hydrofuge.

5.6.3.7 Revêtement de zinc appliqué par galvanisation à chaud

Le revêtement de zinc appliqué par galvanisation à chaud peut être utilisé dans les classes d’environnement
X0, XC1, XC2, XC3, XF1 et XA1.

La galvanisation à chaud doit être effectuée conformément à l’EN ISO 1459, l’EN ISO 1460, l’EN ISO 1461,
avec un enrobage de zinc de 100 µm – 200 µm. La température dans l’acier doit être de 440 °C – 460 °C
pendant le processus de galvanisation.

40
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 18 — Revêtement de zinc appliqué par galvanisation à chaud -


Enrobage de béton minimal en mm

Type d’élément Classe d’exposition


(voir le Tableau 11) XO XC2 XA1 XD1
XC1 XC3 XF1 XF2
Tous types d’éléments 10 10 10 10

5.6.3.8 Utilisation d’acier inoxydable

De l’acier inoxydable peut être utilisé dans les classes X0, XC1, XC2, XC3, XF1, XA1, XD1 et XF2. L’acier
inoxydable doit être conforme aux réglementations en vigueur dans le lieu d’utilisation.

Tableau 19 — Utilisation d’acier inoxydable - Enrobage de béton minimal en mm

Type d’élément Classe d’exposition


(voir Tableau 11) XO XC2 XA1 XD1
XC1 XC3 XF1 XF2
Tous types d’éléments 10 10 10 10

5.6.4 Résistance au gel et au dégel

Lorsque les éléments sont exposés à des conditions de gel et de dégel selon les classes d’exposition XF1 et
XF2, le fabricant doit déclarer une résistance au gel/dégel correspondant à l’expérience dans le lieu
d’utilisation des éléments, jusqu’à ce qu’une Norme européenne adéquate en matière d’essais de résistance
au gel/dégel soit disponible.

6 Évaluation de la conformité

6.1 Introduction

Le schéma pour l’évaluation de la conformité des éléments structuraux (voir article 1) doit comprendre les
tâches suivantes :

a) essais initiaux de type (voir 6.2) ;

b) contrôle de la production en usine (voir 6.3) ;

c) inspection initiale de l’usine et du contrôle de production en usine (voir 6.4) ;

d) surveillance continue, évaluation et approbation du contrôle de la production en usine (voir 6.5).

Le schéma pour l’évaluation de la conformité des éléments non structuraux (voir article 1) doit comprendre les
tâches suivantes :

 essais initiaux de type (voir 6.2) ;

 contrôle de la production en usine (voir 6.3).

Aussi bien pour les éléments structuraux que pour les éléments non structuraux, le fabricant doit démontrer
qu’un contrôle de production en usine est réalisé, afin d’assurer que les éléments sont produits en conformité
avec les prescriptions indiquées aux articles 4 et 5, conformément aux valeurs de performance déclarées par
le fabricant.

41
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

6.2 Essais initiaux de type de l’élément

6.2.1 Généralités

Des essai initiaux de type sont définis comme la série complète d’essais ou d’autres procédures (par exemple
calcul) décrits dans la présente norme européenne, qui déterminent la performance des échantillons des
produits représentatifs du type de produit, pour les caractéristiques couvertes par le mandat.

Lorsqu’un fabricant produit le même produit sur plusieurs lignes ou unités de production, ou dans plusieurs
usines, il n’est pas forcément nécessaire de répéter l’essai de type initial pour ces diverses lignes ou unités de
production (le fabricant est chargé de s’assurer que les produits sont vraiment identiques). La nécessité de
répéter les essais initiaux de type dépend de l’influence que peuvent avoir l’équipement de production utilisé
dans l’usine et/ou de la ligne ou unité de production sur les performances déclarées dans le cadre du
marquage CE.

Le fabricant peut confier tout ou partie des essais initiaux de type à un tiers équipé et qualifié pour mener ces
essais portant sur le produit concerné, à condition que toutes les règles adéquates en matière d’attestation de
conformité soient appliquées correctement.

Des essais de type initiaux appropriés doivent être effectués au début de la production d’un produit nouveau
fabriqué en conformité avec la présente Norme européenne, ou chaque fois qu’un changement majeur
intervient sur un produit existant.

Des modifications significatives dans le procédé de fabrication (par exemple équipements nouveaux,
nouveaux types de matières premières) peuvent avoir comme conséquence qu’un produit existant soit
considéré comme un produit nouveau devant faire l’objet d’essais initiaux de type. Lorsque seulement une
partie des aspects définis dans la présente Norme européenne est différente, alors les essais de type initiaux
peuvent être limités aux seuls aspects concernés.

Dans le cas de produits qui ne diffèrent des produits existants que par des aspects sans conséquence sur les
propriétés définies dans la présente Norme européenne, ceux-ci ne constituent pas des produits nouveaux et,
pour cette raison, ne sont pas soumis à des essais de type initiaux.

Dans le cadre des essais de type initiaux , les propriétés indiquées dans le Tableau 20 doivent être
déterminées afin de démontrer la conformité avec les valeurs déclarées par le fabricant. Les résultats des
essais de type initiaux doivent être enregistrés.

Le fabricant doit déclarer les valeurs pour les propriétés concernées.

Tant que le produit reste le même, il n’est pas nécessaire de procéder à de nouveaux essais de type initiaux.

NOTE Pour les besoins du présent article, un nouveau type de produit est défini comme un groupe d’éléments dont
les propriétés essentielles diffèrent de manière significative des mêmes propriétés de tout autre groupe, par exemple la
résistance à la compression et/ou la masse volumique pour des éléments ayant une certaine épaisseur, dans les limites
d’une classe de résistance et/ou de masse volumique.

42
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

6.2.2 Partage des résultats de l’essai de type initial

Un fabricant peut utiliser les résultats d’un essai de type initial obtenus par une tierce personne (par exemple,
par un autre fabricant, sous la forme d’un service commun aux fabricants, ou par un développeur de produits),
désignés ci-après par « résultats d’un essai de type initial réalisé par une autre partie », pour justifier sa
propre déclaration de conformité concernant un produit fabriqué selon la même conception (par exemple des
dimensions) à partir de matières premières, de composants et de méthodes de fabrication du même type, à
condition que :

 la validité des résultats soit reconnue pour les produits présentant les mêmes caractéristiques de
performance ;

 outre les informations essentielles permettant de confirmer que le produit présente des caractéristiques
du même type, l’autre partie qui a réalisé ou fait réaliser l’essai de type initial ait expressément accepté
de communiquer au fabriquant les résultats et le rapport d’essai relatifs au dernier essai de type initial
réalisé, ainsi que les informations portant sur les moyens de production et sur le processus de contrôle
de la production, qui peuvent être prises en compte dans le contrôle de la production en usine ;

 le fabricant exploitant les résultats d’un essai initial de type réalisé par une autre partie accepte de
conserver la responsabilité de la conformité du produit avec toutes les dispositions de la DPC, incluant la
conception et la fabrication du produit ;

 le fabricant garantisse que le produit possède les mêmes caractéristiques de performance que le produit
soumis à l’essai de type initial, et que les moyens de production et le processus de contrôle de production
utilisés ne présentent pas de différence significative par rapport à ceux utilisés pour le produit soumis à
l’essai de type initial ; et

 qu'il conserve à disposition une copie du rapport de l’essai de type initial qui contient les informations
nécessaires pour vérifier que le produit est fabriqué selon la même conception et à partir de matières
premières, de composants et de méthodes de fabrication du même type.

6.3 Contrôle de la production en usine

6.3.1 Généralités

Le fabricant doit établir et maintenir un système documenté de contrôle de la production en usine comprenant
les objectifs qualité. Le système doit permettre la traçabilité du produit et permettre de confirmer que les
produits fabriqués sont conformes à la présente Norme européenne.

Le système de contrôle de la production en usine doit être constitué des procédures écrites et/ou instructions
suivantes concernant :

a) les inspections et essais, l’utilisation des résultats de contrôle de l’équipement, des matières premières
ou des matériaux incorporés, et du procédé de fabrication ;

b) les inspections et essais sur le produit fini lui-même. Les résultats de l’inspection et des essais doivent
être enregistrés.

Le mode opératoire des essais pour les propriétés des matières premières et des produits finis y compris la
fréquence des essais doit être précisé dans le manuel de contrôle de la production de l’usine.

43
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

6.3.2 Modalités de contrôle

Les sujets devant être traités dans le manuel de contrôle de la production de l’usine, liés au système de
contrôle, sont indiqués ci-après.

6.3.2.1 Matières premières

Le fabricant doit définir les critères de réception des matières premières (y compris les matériaux pour
l’armature), par des essais effectués, soit par le fabricant, soit par le fournisseur des matériaux, ainsi que les
procédures qu’il met en œuvre pour assurer le respect de ces critères.

Tous les bons de livraison des matériaux fournis doivent être vérifiées afin de garantir que les spécifications
sont correctes. Un contrôle visuel doit être effectué afin de s’assurer que les matériaux livrés sont conformes
au bon de livraison.

Lors de la première livraison de LWA provenant d’une source nouvelle, il y a lieu de réaliser une vérification
par analyse granulométrique, ainsi qu’une vérification de la masse volumique en vrac.

6.3.2.2 Procédé de fabrication

Les caractéristiques importantes de l’usine et du procédé de fabrication doivent être définies en précisant la
fréquence des inspections et des essais de l’équipement et des travaux en cours, avec les valeurs et les
critères exigés. Les mesures à prendre lorsque les valeurs et les critères ne sont pas atteints, doivent être
également précisées. L’équipement de pesage, de mesure et de fabrication doit être étalonné avec précision.
La fréquence de l’étalonnage doit être indiquée dans le manuel de contrôle de la production en usine.

6.3.3 Produits finis

6.3.3.1 Essais sur les produits finis

Le système de contrôle de la production en usine comporte un plan d’échantillonnage, conformément au


manuel de contrôle de la production en usine. La fréquence minimale de l’échantillonnage et des essais doit
être conforme aux Tableaux 21 et 22. Les résultats de l’échantillonnage et des essais doivent être enregistrés
et des analyses statistiques des résultats d’essais doivent être effectuées lorsque cela est approprié.

À défaut de données statistiques déduites d’un système de contrôle de la production en usine, les
informations contenues dans les Tableaux 21 et 22 doivent être utilisées par le fabricant comme base pour
établir les plans d’échantillonnage et la fréquence des essais. Les plans d’échantillonnage dépendent du type
de la composition et de la production, du processus de fabrication, des dimensions, du rendement et de la
complexité.

6.3.3.2 Essais de substitution

Lorsqu’un essai est réalisé de manière alternative, cet essai ainsi que le mode opératoire utilisé et sa
corrélation avec l’essai de référence doivent être enregistrés.

6.3.3.3 Équipement d’essai

L’équipement d’essai doit être étalonné à des intervalles réguliers afin d’assurer la précision prescrite.

6.3.3.4 Identification et suivi

Le système de contrôle du stock des produits fabriqués doit être indiqué dans le manuel de contrôle de la
production en usine. Ceci doit comprendre les méthodes de traitement des produits non conformes (voir 6.5).

La documentation de livraison doit permettre le suivi de ces produits.

44
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

6.4 Inspection initiale de l’usine et du contrôle de la production en usine

6.4.1 Information à fournir

Lorsque cela est exigé, le fabricant doit mettre tous les détails du système de contrôle de production de son
usine à la disposition de l’organisme responsable de l’inspection.

Lorsque le contrôle de production en usine fait l’objet d’une inspection initiale, le fabricant doit fournir des
informations sur le contrôle de la production en usine et sur l’équipement à utiliser pour produire les éléments
en LAC.

6.4.2 Inspection

Le fabricant doit fournir à l’organisme responsable de l’inspection tous les moyens nécessaires pour :

a) confirmer que le manuel de contrôle de la production en usine respecte les prescriptions de 6.3 ;

b) établir que l’équipement de fabrication est conforme au manuel de contrôle de la production en usine, et
qu’il est en mesure d’assurer la capacité à satisfaire aux prescriptions de cette EN ;

c) établir que l’équipement du laboratoire est en conformité avec le manuel de contrôle de la production en
usine et adapté au contrôle de la production en usine.

Une inspection particulière peut se révéler nécessaire dans le cas d’un type nouveau d’élément en LAC dans
une usine existante.

6.4.2 Rapports

Un rapport d’inspection doit être établi.

6.5 Surveillance, évaluation et acceptation du contrôle de la production en usine

6.5.1 Tâches de l’inspection

Lorsque cela est exigé, l’organisme responsable de l’inspection doit effectuer la surveillance continue,
l’évaluation et l’acceptation du contrôle de la production en usine réalisé par le fabricant. Le fabricant doit
informer l’organisme responsable de l’inspection de tout changement majeur intervenu dans le manuel de
contrôle de la production en usine, dans un délai d’un mois à compter de sa mise en œuvre.

L’organisme responsable de l’inspection doit vérifier si le contrôle de la production en usine est en conformité
avec les prescriptions du 6.3.

6.5.2 Fréquence des inspections

Les inspections doivent être effectuées au moins une fois par an.

6.5.3 Rapports

Un rapport doit être établi après chaque inspection visant à vérifier la conformité au 6.3.

45
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

6.6 Actions à entreprendre en cas de non conformité

Le fabricant doit déterminer immédiatement la quantité affectée, prendre les mesures appropriées pour
prévenir son expédition et informer tous les clients visés si un tel élément a été livré. Le fabricant doit en plus
déterminer immédiatement les causes de la non conformité, réaliser des actions correctives et entreprendre
une révision de la gestion de toutes les procédures de contrôle de la production en usine. Toutes ces actions
et constats doivent être enregistrés de manière appropriée.

Les rapports consécutifs à la surveillance, à l’évaluation et à l’acceptation du contrôle de la production en


usine (voir 6.5.3) doivent constituer la base de toute décision/action à entreprendre et doivent être considérés
au cas par cas.

Tableau 20 — Essais initiaux de type des éléments en LAC

Type de l’élément a

à usage structural à usage non structural


Essai de
Propriété Type de l’essai WLS RLS, FLS BLS WNS référence /
inspection
WLH WRS RLH, FLH BLH PLS CNS WNH BNH NB

WLM RLM, FLM WNM

Masse volumique LACh x x x x x x x x x EN 992

Résistance à la
compression LACh x x x x x x x x EN 1354

Résistance à la flexion LACh xb xb xb xb xb xb xb xb xb EN 1521

Module d’élasticité LACh xb xb xb xb xb xb xb xb xb EN 1352

Fluage LACh xb xb xb xb xb EN 1355

Enrobage de l’armature Élément x x x x x x x x x Mesure physique

Protection contre la
corrosion
Élément xe xe xe xe xe xe xe xe xe EN 990

Résistance au gel-dégel LACh xb xb xb xb xb xb xb xb j

Dimensions Élément x x x x x x x x x EN 991

Acier : EN 10080

- limite élastique EN 10002-1 ou


Acier x x x x x x x x x vérification du
- résistance à la traction certificat si cela
est pertinent (voir
4.2.2)

Capacité portante sous


Élément x x x EN 1356
charge transversale

Capacité portante sous


charges longitudinales Élément x x x x EN 1740
prédominantes

EN 1355, valeurs
obtenues sur des
Retrait de séchage LACh xd xd xd xd xd xd xd xd xd éprouvettes pour
retrait

EN 12664,
EN 12667 ou
EN 12939
Conductivité thermique LACh xc xc xc xc (EN 992 pour la
masse volumique
en cas de valeur
tabulée pour le λ)

« à suivre »

46
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 20 (fin)

Type de l’élément a

à usage structural à usage non structural


Essai de
Propriété Type de l’essai WLS RLS, FLS BLS WNS référence /
inspection
WLH WRS RLH, FLH BLH PLS CNS WNH BNH NB

WLM RLM, FLM WNM

EN 1364-1

EN 1365-1

Résistance au feu Élément x x x x x x x x EN 1365-2

EN 1365-3

EN 1365-4

Réaction au feu Élément xf xf xf xf xf xf xf xf xf EN13501-1

EN 1793-2g

EN ISO 140-3
Réduction du bruit aérien Élément xb xb xb xb xb
EN ISO 717-1

EN 12354-1

EN ISO 140-6
Réduction du bruit
d’impact
Élément xb EN ISO 717-2

EN 12354-2

EN 1793-1g
Absorption acoustique Élément xb xb xb xb xb xb xb xb
EN 20354

EN 1739
Résistance du joint Élément xb xb xb xb xb xb xb xb xb
EN 1741

Résistance au
cisaillement entre les
couches des éléments LACh xh xh x EN 1742
multicouche

a Type de l'élément : notation conformément au Tableau 11.


b Seulement si utilisé dans le calcul sur la base d’une valeur déclarée obtenue à partir des mesures.
c Non nécessaire lorsque les valeurs de conductivité thermique sont obtenues à partir de tableaux agréés.
d Non nécessaire lorsque le retrait de séchage est déterminé selon l’équation(5).
e Nécessaire seulement pour les éléments structuraux armés, où l’armature est enrobée dans du LAC.
f L’essai de la réaction au feu n’est nécessaire que si la teneur en matériau organique est supérieure à 1 % en masse ou en volume
(selon la valeur la plus élevée).
g Seulement pour les éléments antibruit pour la circulation routière.
h Lorsque le même matériau est utilisé dans une gamme d’éléments il ne faut soumettre le matériau à l’essai que pour un seul type
d’élément.
i Selon la méthode d’essai applicable sur le lieu d’utilisation des éléments.

47
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 21 — Contrôle de la production en usine — Essais sur produit fini —


Éléments en LAC pour usage structural

Type d’élément a

WLS RLS, FLS BLS Essai de


Propriété Type d’essai référence / Fréquence Observations
WLN WRS RLH, FLH BLH PLS inspection

WLM RLM, FLM

Masse Tous les 250 m3 ou Pour chaque type de


volumique LACc x x x x x EN 992
LAC
deux fois par mois

Résistance à Tous les 250 m3 ou Pour chaque type de


la compression LACc x x x x x EN 1354
LAC
deux fois par mois

Résistance à Pour chaque type de


la flexion LACc xb xb xb EN 1521 Deux fois par an
LAC

Acier : EN 10002-1 ou
vérification du
-limite certificat, le cas
élastique Acier x x x x x échéant Chaque livraison

-résistance à
(voir 4.2.2)
la traction

Enrobage de Une fois par


Élément x x x x x Mesure physique
l’armature semaine

EN 990 Une fois par an Inspection visuelle


justifiée seulement si
Durabilité vis- Inspection Une fois par jour l’armature n’est pas
à-vis de la visuelle
Élément x x x x x enrobée dans du
corrosion (de
béton courant et que
l’armature)
de l’acier inoxydable
n’est pas utilisé

Une fois par


Dimensions Elément x x x x x EN 991
semaine

Capacité Se rapporte
Toutes les
portante sous uniquement au
Élément x x x EN 1356 1 000 unités ou
charge dimensionnement par
deux fois par mois
transversale essais

Capacité
Se rapporte
portante sous Toutes les
uniquement au
charges Élément x x x EN 1740 1 000 unités ou
dimensionnement par
longitudinales deux fois par mois
essais
prédominantes

Voir 5.3.1, dimensions,


EN 991,
enrobage, nombre,
Dispositions inspection Une fois par
Élément x x x x x diamètre et
constructives visuelle, mesure semaine
emplacement des
physique
barres d’armature

EN 1355,
valeurs obtenues
Une fois par
Retrait LAC xd xd xd sur des
semaine
éprouvettes pour
retraits

EN 12664
Calcul à partir de la
Résistance
thermique
Élément xe xe xe xe xe EN 12667 ou Une fois par an conductivité thermique
et dimensions
EN 12939

Voir les
paramètres
pertinents
Résistance au (masse Voir les paramètres
LAC, élément x x x x x
feu volumique, pertinents
résistance à la
compression,
dimensions)

« à suivre »

48
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 21 (fin)

Type d’élément a

WLS RLS, FLS BLS Essai de


Propriété Type d’essai référence / Fréquence Observations
WLN WRS RLH, FLH BLH PLS inspection

WLM RLM, FLM

Réaction au
feu
LAC xf xf xf xf xf

Adéquation du
Perméabilité à Hautement perméable
revêtement
la vapeur Élément xg xg xg lorsque cela est
Une fois par an en raison de la
d’eau structure ouverte
exigé

Hautement perméable
Adéquation du en raison de la
Perméabilité à
l’eau
Élément xg xg xg revêtement s’il y Une fois par an structure ouverte . A
a lieu protéger si cela est
exigé.

Résistance au À protéger pour les


gel-dégeli ou classes d’exposition
Résistance au adéquation du XF1 et XF2, à moins
gel-dégel
Élément xf xf xf xg xg - que la résistance au
revêtement
lorsque cela est gél dégel de LAC n’est
exigé été vérifiée par essaisi

Contrôle de la
Isolation au
masse Voir masse
bruit aérien Élément xh xh xh xh volumique sèche volumique
direct
selon l’EN 992

Contrôle des
propriétés et
Isolation au Voir les propriétés
bruit de chocs
Élément xh dimensions
pertinents
pertinents du
matériau

Emission de
substances LAC x x x x x - Voir note en ZA.1
dangereuses

NOTE Il n’est pas possible d’évaluer la réduction aux bruits aériens et aux bruits d’impact sur un élément isolé.
a Type d’élément : notation conformément au Tableau 11.
b Seulement si le dimensionnement prescrit est basé sur les résultats d’essais ou de flexion.
d Non nécessaire lorsque le retrait est déterminé selon l’équation (5).
e Seulement si utilisé dans le dimensionnement sur la base d’une valeur déclarée.
f Seulement pour les applications exposées.
g Pour applications sur murs extérieurs.
h Seulement lorsque le produit est destiné également à des applications acoustiques.
i Selon la méthode d’essai applicable sur le lieu d’utilisation de l’élément.

49
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 22 — Contrôle de la production en usine — Essais du produit fini —


Éléments en LAC à usage non porteur

Type d’élément a

WNS Essai de
Propriété Type d’essai référence / Fréquence Observations
CNS WNH BNH NB inspection

WNM

Se rapporte à des
propriétés comme la
Tous les 250 m3 ou conductivité thermique,
Masse volumique LACb x x x x EN 992
deux fois par mois l’ancrage de
l’armature, etc. Pour
chaque type de LAC

Résistance à la Tous les 250 m3 ou Pour chaque type de


compression LACb x x x x EN 1354
deux fois par mois LAC

Résistance à la Pour chaque type de


flexion LACb xc xc EN 1521 Deux fois par an
LAC

Résistance ultime à
la traction et limite Vérification de
élastique Acier xd xd xd xe certificat
Chaque livraison

strength

Enrobage de
l’armature
Élément xe xd xe xe Mesure physique Une fois par semaine

EN 990 Une fois par an Inspection visuelle


justifiée seulement si
Durabilité vis-à-vis de l’armature n’est pas
la corrosion (de Élément xe xd xe xe Inspection enrobée dans du béton
l’armature) Une fois par jour courant et que de
visuelle
l’acier inoxydable n’est
pas utilisé

Dimensions Élément x x x x EN 991 Une fois par semaine

Capacité portante Se rapporte seulement


Toutes les 1 000 unités ou
sous charge Élément x x EN 1356 à l’évaluation par
deux fois par mois
transversale essais

Capacité portante Se rapporte


sous charges Toutes les 1 000 unités ou uniquement au
Élément x EN 1740
longitudinales deux fois par mois dimensionnement par
prédominantes essais

Adéquation du
Hautement perméable
Perméabilité à la revêtement
vapeur d’eau
Élément xg xg x
lorsque cela est
Une fois par an en raison de la
structure ouverte
exigé

Hautement perméable
Adéquation du
en raison de la
revêtement
Perméabilité à l’eau Élément xg xg x
lorsque cela est
Une fois par an structure ouverte . A
protéger si cela est
exigé
exigé.

Essai de Pour les classes


gel-dégelk ou d’exposition XF1 et
Durabilité vis-à-vis du adéquation du XF2, à protéger sauf si
gel-dégel
Élément xh xh x Une fois par an
la résistance du LAC
revêtement
lorsque cela est au gel-dégel a été
exigé vérifiée par des essais.

Classe A1, seulement


Réaction au feu Élément xh xh x - - lors de l’essai de type
initial

Contrôle des
propriétés
Résistance au feu
pertinents
(dans les conditions Élément x x x Voir masse volumique
(masse
d’utilisation finale)
volumique et
dimensions)

« à suivre »

50
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau 22 (fin)

Type d’élément a

WNS Essai de
Propriété Type d’essai référence / Fréquence Observations
CNS WNH BNH NB inspection

WNM

Contrôle de la Calculé à partir de


Résistance masse volumique la conductivité
thermique
Élément xi xi sèche et des
Voir masse volumique
thermique et des
dimensions dimensions

Indice d’isolation Contrôle de la Apparenté à la


au bruit aérien Élément xj xj masse volumique Voir masse volumique masse par m2 de
direct sèche l’élément

Coefficient
Seulement lors de
d’absorption Élément x EN 20354 -
l’essai de type initial
acoustique

Emission de
substances LAC x x x - - Voir note en ZA.1
dangereuses

NOTE Il n’est pas possible d’évaluer l’indice direct d’isolation aux bruits aériens et aux bruits d’impact, sur un élément isolé.
a Type d’élément : notation conformément au Tableau 11.
b Lorsque le même matériau est utilisé dans une gamme d’éléments il ne faut soumettre le matériau à l’essai que pour un seul type
d’élément.
c Seulement si le dimensionnement prescrit est basé sur les résultats d’essais ou de flexion.
d Seulement en cas de charges horizontales et imposées.
e En cas d’élément armé.
g Pour murs extérieurs.
h Seulement pour les applications exposées.
i Seulement lorsque le produit est destiné également pour des applications thermiques.
j Seulement lorsque le produit est destiné également à des applications acoustiques.

7 Base pour le dimensionnement

7.1 Méthodes de dimensionnement

Le dimensionnement structural peut être soit basé sur le calcul (Annexe A), soit documenté par des essais
fonctionnels des éléments (Annexe B). Le fabricant doit déclarer la méthode de dimensionnement utilisée.

NOTE Les méthodes de dimensionnement sont fondées sur le concept exposé dans l’EN 1992-1-1.

7.2 États limites

Les états limites sont des états au-delà desquels la structure ne satisfait plus aux exigences de performance
pour lesquelles elle a été conçue. Les états limites sont classés en :

 états limites ultimes (ULS) ;

 états limites de service (SLS).

51
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Les états limites ultimes sont associés à l’effondrement de la structure, ou à d’autres formes de ruine
structurale qui peuvent mettre en danger la sécurité des personnes. Les états précédant la ruine de la
structure qui, pour des raisons de simplification, sont considérés à la place de la ruine proprement dite, sont
également traités comme des états limites ultimes. Les états limites ultimes qui peuvent être à considérer
comprennent notamment :

 la perte d’équilibre de la structure ou de l’une de ses parties, considérée comme un corps rigide ;

 la ruine par déformation excessive, rupture, ou perte de stabilité de la structure ou d’une de ses parties, y
compris les appuis et les fondations.

Les états limites de service correspondent aux états au-delà desquels les critères spécifiés d’exploitation ne
sont plus satisfaits. Les états limites de service qui peuvent être à considérer comprennent notamment :

 les déformations ou flèches affectant l’aspect ou l’exploitation réelle de la construction (y compris le


dysfonctionnement des machines ou des services) ou provoquant des dommages aux finitions ou aux
éléments non structuraux ;

 les vibrations incommodant les occupants, endommageant le bâtiment ou son contenu, ou limitant son
efficacité fonctionnelle ;

 la fissuration du béton susceptible de compromettre l’aspect, la durabilité ou l’étanchéité à l’eau ;

 en cas de compression excessive, l’endommagement du béton susceptible d’engendrer une perte de


durabilité.

7.3 Actions

Les actions à considérer avec leurs effets, par exemple les forces internes, les contraintes, etc., sont les
suivantes :

 permanentes :

actions dues à la gravité, à la poussée des terres, aux déformations lors de la construction ;

 variables :

actions imposées sur les toitures, planchers et murs ; vent, neige et glace ; actions dues à la
température ; poids des véhicules sur les planchers de parkings ;

 accidentelles :

chocs, explosions, actions dues au feu.

NOTE Ces actions sont basées sur l’EN 1990 et l’EN 1991 (toutes les parties). Pour connaître les actions à prendre
en compte dans un pays, se reporter aux réglementations nationales.

8 Marquage, étiquetage et désignation

8.1 Désignation standard

Les éléments préfabriqués armés en LAC doivent être identifiés au moins par les désignations suivantes :

a) la référence de la présente Norme européenne ;

b) le type d’élément (pour les abréviations, voir Tableau 11) ;

52
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

c) la résistance à la compression déclarée (exprimée comme une valeur caractéristique ou comme une
classe de résistance à la compression) ;

d) la masse volumique sèche déclarée du LAC (exprimée comme une moyenne ou comme une classe de
masse volumique) ;

e) les dimensions (longueur, épaisseur, largeur).

Lorsque cela est exigé, en fonction du produit et de son utilisation projetée, les données techniques suivantes
doivent être ajoutées :

f) la capacité portante ;

g) la réaction au feu ;

h) la résistance au feu ;

i) la conductivité thermique ou la résistance thermique ;

j) l’isolation acoustique et l’absorption du son ;

k) la classe d’exposition ;

l) l’utilisation prévue.

Il est possible d’utiliser une codification dérivée d’un système de codification permettant de communiquer une
ou plusieurs prescriptions sur la base de cette norme européenne. L’explication du système de codification
doit être donnée.

EXEMPLE 1 Élément de mur porteur (plein) [300 × 2 500 × 2 650] conforme à la présente Norme européenne, de
classe de résistance LAC 10, classe de masse volumique 1,2, réaction au feu conforme à l’Euroclasse A1, résistance au
feu 60 min, conductivité thermique λ10dry = 0,39 W/mK (ρ = 50 %).

EN 1520 - WLS/ LAC 10/1,2/A1/REI 60/0,39/300 × 2 500 × 2 650

EXEMPLE 2 Poutre [240 × 250 × 2 750] conforme à la présente Norme européenne de résistance caractéristique à la
compression déclarée 7,0 MPa, masse volumique sèche déclarée 950 kg/m3, réaction au feu conforme à l’Euroclasse A1,
résistance au feu 90 min.

EN 1520 - BLS /7,0 MPa/950 kg/m3/A1/R 90/10 kN/m/240 × 250 × 2 750

EXEMPLE 3 Élément de mur porteur (plein) [300 × 2 500 × 2 650] conforme à la présente Norme européenne, de
classe de résistance LAC 10, classe de masse volumique 1,2, réaction au feu conforme à l’Euroclasse A1, résistance au
feu 60 min, conductivité thermique λ10dry = 0,39 W/mK (ρ = 50 %).

EN 1520 — WLS/LAC 10/1,2/Code

Code : A1/REI 60/0,39/300 × 2 500 × 2 650

8.2 Renseignements supplémentaires dans les documents d’accompagnement

Le fabricant peut fournir d’autres informations, qui peuvent être contenues dans des catalogues de produits
ou les documents commerciaux d’accompagnement, par exemple sur les articles et les propriétés suivantes :

a) information sur le dimensionnement (par exemple méthode de dimensionnement conforme à l’Annexe A


ou à l’Annexe B) ;

b) adhérence ;

53
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

c) masse de l’élément ;

d) indice de réduction direct du bruit aérien ;

e) niveau de pression du bruit d’impact ;

f) classe d’exposition ;

g) retrait de séchage ;

h) expansion thermique ;

i) fluage ;

j) tolérances et équerrage.

NOTE Pour le marquage et l’étiquetage CE, voir l’article ZA.3 de l’Annexe ZA.

54
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Annexe A
(normative)

Dimensionnement des éléments par le calcul

NOTE 1 Le dimensionnement par le calcul est fondé dans la mesure du possible sur les notions développées dans
l’ENV 1992-1-1. Certaines modifications ont été apportées afin de prendre en compte les propriétés/le comportement
spécifiques des matériaux du LAC.

NOTE 2 Les valeurs de dimensionnement à utiliser peuvent être déterminées conformément aux dispositions de la
présente Annexe A, en utilisant les coefficients partiels de sécurité appropriés.

NOTE 3 Les valeurs des propriétés peuvent être déterminées sur la base de calculs et être indiquées comme valeurs
déclarées dans le marquage CE, conformément aux dispositions correspondantes de l’Annexe ZA. Les valeurs déclarées
sont fondées sur l’une des trois méthodes indiquées dans le document guide L, paragraphe 3.3.3.2 (a).

A.1 Généralités
(1) P Selon la nature de chacune des clauses, une distinction est faite dans la présente annexe entre les
Principes et les Règles d’application.

(2) P Les Principes comprennent :

 des indications générales et des définitions ne présentant aucune alternative ; ainsi que

 des exigences et des modèles analytiques pour lesquels aucune alternative n'est admise, à moins
d'indications spécifiques contraires.

(3) P Dans la présente annexe, les Principes sont précédés d’un numéro entre parenthèses suivi de la
lettre P.

(4) P Les Règles d'Application sont des règles généralement reconnues qui respectent les Principes et sont
conformes à leurs exigences.

(5) P Dans la présente annexe, les Règles d’Application sont précédées d’un numéro entre parenthèses qui
n’est pas suivi de la lettre P.

(6) P L’évaluation par calcul doit être fondée sur les paramètres documentés du matériau, à l’aide de
méthodes analytiques qui décrivent de manière adéquate le comportement structural des éléments.

(7) P Il y a lieu d’utiliser les dimensions nominales dans les calculs, auxquelles on doit ajouter ou déduire les
tolérances spécifiées, qui conduisent à la situation la plus défavorable.

(8) Les articles A.3 à A.6 décrivent des procédés de calcul généraux qui peuvent être utilisés pour les
éléments soumis à la flexion, au cisaillement, ou à la compression axiale. L’article A.7 donne des règles
spécifiques applicables aux différents types d’éléments.

(9) P Des analyses plus détaillées peuvent être effectuées sur la base des hypothèses de calcul données en
A.3.1.

NOTE Le calcul des éléments exige également un examen minutieux de la stabilité et de la rigidité du bâtiment dans
son ensemble. Si la rigidité et la stabilité de la structure ne sont pas évidentes, une vérification analytique des raidisseurs
aussi bien horizontaux que verticaux est nécessaire. Dans le cas d’une déformabilité importante des éléments raidisseurs,
il y a lieu de tenir compte de l’influence de leur déformation sur l’effet des actions (effets du second ordre).

55
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

A.2 Coefficients de sécurité partiels


Les coefficients de sécurité partiels sont déterminés conformément aux documents d’application nationaux.

NOTE Un exemple est donné dans l’Annexe informative C.

A.3 États limites ultimes — Calcul à la flexion et à la flexion avec compression axiale

A.3.1 Hypothèses de calcul

(1) P Les hypothèses de calcul ci-dessous doivent être utilisées :

a) les sections planes restent planes ;

b) la déformation de l’armature est la même que celle du LAC qui l’entoure ;

c) la résistance à la flexion du LAC est en général ignorée. Elle peut être prise en compte dans les éléments
de mur, dans le cas de flexion due aux actions du vent s’exerçant simultanément à des actions
verticales ;

d) les contraintes de compression dans le LAC sont déduites du diagramme de calcul


contrainte-déformation de la Figure A.1 ;

e) les contraintes dans l’armature sont déduites du diagramme de calcul contrainte-déformation de la Figure
A.2 ;

f) les déformations et les effets du second ordre sont calculés en utilisant les valeurs moyennes des
propriétés des matériaux (telles que Ecm conforme au 4.2.6). Pour le calcul de la section transversale, les
valeurs de calcul des propriétés des matériaux sont utilisées ;

g) pour les sections transversales sollicitées en compression longitudinale centrée, la déformation de


compression du LAC est limitée à 0,002 ;

h) pour les sections transversales partiellement comprimées, la limite de déformation en compression du


LAC est indiquée par l’équation (A.1). Dans des situations intermédiaires, la répartition de la déformation
est définie en supposant que la déformation de compression est de 0,002 à un niveau égal à
(εcu - 0,002)/εcu de la hauteur de la section à partir de la face la plus comprimée ;

i) l’adoption des hypothèses ci-dessus conduit à la série de diagrammes de déformations potentielles


indiqués dans la Figure A.3 ;

j) l’effet de l’armature longitudinale présente dans la zone comprimée n’est pas pris en compte dans le
calcul de la capacité portante sous charges axiales, à moins que les barres d’armature soient
suffisamment reliées à l’armature principale dans la zone tendue, par exemple par des cadres.

56
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

A.3.2 Diagramme contrainte-déformation pour le LAC

(1) Le diagramme contrainte-déformation pour le calcul de la section transversale du LAC est indiqué dans la
Figure A.1, dans laquelle la déformation de compression ultime εcu est donné par l’équation :

εcu = 0,003 5 η1 ≥ 0,002 (A.1)

η1 = 0,40 + 0,60 ρ / 2 200 (voir équation (2a)) ;

ρ est la masse volumique sèche du LAC, en kilogrammes par mètre cube.

La valeur de calcul de la résistance à la compression du LAC est définie par :

fcd = fck / γC (A.2)

fcd est la valeur de calcul de la résistance à la compression du LAC, en mégapascals ;

fck est la résistance caractéristique à la compression du LAC, en mégapascals ;

γC est le coefficient de sécurité partiel pour le béton (et pour le LAC) conformément à A.2.

NOTE La valeur de γc à utiliser dans un pays peut être trouvée dans le document d’application nationale
correspondant. Les valeurs d’utilisation recommandées sont spécifiées dans le Tableau C.1.

(2) Tenant compte des effets à long terme pour la résistance à la compression du LAC, la valeur de calcul de
la résistance est réduite également par un coefficient α dont la valeur peut être considérée en général égale à
0,80.

NOTE La valeur de α à utiliser dans un pays peut être trouvée dans le document d’application nationale
correspondant. La valeur recommandée de α à utiliser est de 0,85. Il est recommandé de réduire cette valeur α à 0,80
lorsque la largeur de la zone comprimée diminue vers la fibre la plus comprimée.

57
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Légende
1 Diagramme idéalisé
2 Diagramme de calcul

Figure A.1 — Diagramme bi-linéaire contrainte-déformation en compression du LAC, pour le calcul de


la section transversale

A.3.3 Diagramme contrainte-déformation pour l’acier des armatures

(1) P La valeur de calcul de la limite élastique de l’acier d’armature est définie par l’équation (A.3) :

fyd = fyk / γS (A.3)

fyd est la valeur de calcul de la limite élastique pour l’acier des armatures ;

fyk est la limite élastique caractéristique pour l’acier des armatures ;

γS est le coefficient de sécurité partiel pour l’acier des armatures.

NOTE La valeur de γS à utiliser dans un pays peut être trouvée dans le document d’application nationale
correspondant. Les valeurs d’utilisation recommandées sont spécifiées dans le Tableau C.1.

(2) Le diagramme de calcul contrainte-déformation pour l’acier de l’armature est indiqué à la Figure A.2.
D’autres diagrammes de contraite-déformation établis peuvent être utilisés. Es est le module d’élasticité de
l’acier pour armatures (par exemple 2 × 105 MPa).

58
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Légende
1 Diagramme idéalisé
2 Diagramme de calcul

Figure A.2 — Diagramme contrainte-déformation pour l’acier des armatures

Légende
1 Axe neutre
La valeur de β est égale à (εcu – 0,002)/ εcu, où εcu est calculé avec l’équation (A.1).

Figure A.3 — Diagrammes de déformation à l’état limite ultime

59
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

A.4 État limite ultime induit par le cisaillement

A.4.1 Calcul au cisaillement pour des éléments soumis à des charges transversales
prédominantes ne nécessitant pas d’armature de cisaillement

(1) P Les conditions suivantes doivent être respectées :

VSd < VRd1 (A.4a)

VSd < VRd2 (A.4b)

VSd est la valeur de calcul de l’effort tranchant dans la section ;

VRd2 est la valeur de calcul de la résistance à l’écrasement due à l’effort tranchant (effort tranchant
maximal qui peut être supporté sans écrasement des bielles de compression fictives dans le
béton), qui est donnée par l’équation (A.14) ;

VRd1 est la valeur de calcul de la résistance au cisaillement d’un élément sans armature d’effort
tranchant.

Il n’est pas nécessaire de vérifier la valeur de calcul de l’effort tranchant à une distance de moins de d/2.par
rapport à l’appui.

NOTE La valeur de VRd1 peut être estimée à l’aide de l’équation (A.5) ou (A.10) tel qu’indiqué dans l’annexe
nationale.

(2) La valeur de calcul de la résistance au cisaillement peut être estimée comme suit :

VRd1 = CRd k . η1(100 ρ1fck)1/3 bw d (A.5a)

avec un minimum de

VRd1 = vmind bw d (A.5b)

As1 est la section de l’armature longitudinale, ancrée comme indiqué en A.8 ;

bw est la largeur minimale de la section dans la hauteur utile, en millimètres ;

CRd est un paramètre de la résistance au cisaillement ;

d est la hauteur utile des sections transversales, en millimètres ;

vmind est la résistance minimale au cisaillement du LAC ;

ρ1 est le pourcentage d’armature ρ1 = As1/(bw d) ≤ 0,02.

NOTE Les valeurs de CRd et vmind sont indiquées dans l’annexe nationale. Les valeurs recommandées sont les
suivantes :

CRd = 0,145 / γC (A.6)

60
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

vmind = 0,30.k2/3.fck1/2 (A.7)

k = 1 + (200/ d)1/2 ≤ 2,0 (A.8)

η1 = 0,40 + 0,60 ρ/2 200 (A.9)

(3) La valeur de calcul de la résistance au cisaillement peut être estimée comme suit :

VRd1 = τRd k (1,2 + 40 ρ1) bw d (A.10)

τRd = τRk / γC (A.11)

τRk = 0,125 ft,flk (A.12)

k = 1,6 - d ≥ 1 (A.13)

As1 est la section de l’armature longitudinale, ancrée comme indiqué en A.8 ;

bw est la largeur minimale de la section dans la hauteur utile ;

d est la hauteur utile de la section transversale, en mètres ;

ft,flk est la valeur caractéristique de la résistance à la flexion du LAC, (voir 4.2.4) ;

z est la hauteur de la zone cisaillée, qui est considérée comme la distance entre les centres de la
zone comprimée et de l’armature longitudinale (bras de levier des forces internes). Celle-ci peut
être prise égale à 0,9d dans les calculs courants, mais pas supérieure à la hauteur (hw) de
l’armature de cisaillement ;

τRd est la valeur de calcul de la résistance au cisaillement du LAC ;

τRk est la valeur caractéristique de la résistance au cisaillement du LAC ;

ρ1 est le pourcentage d’armature ρ1 = As1/(bw d) ≤ 0,02.

(4) La valeur de calcul de la résistance à l’écrasement due au cisaillement est donné par :

VRd2 = 0,5 η1 bw z v fck / γC (A.14)

hw est la hauteur de l’armature de cisaillement ;

z est la hauteur de la zone cisaillée, qui est considérée comme la distance entre les centres de la zone
comprimée et de l’armature longitudinale (bras de levier des forces internes). Celle-ci peut être prise
égale à 0,9d dans les calculs courants, mais pas supérieure à la hauteur (hw) de l’armature de
cisaillement ;

v est le coefficient d’efficacité, qui doit être pris égal à 0,6.

61
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

A.4.2 Calcul au cisaillement pour des éléments soumis à des charges transversales
prédominantes nécessitant une armature de cisaillement

(1) P Les conditions suivantes doivent être respectées :

VSd < VRd3 (A.15a)

VSd < VRd2 (A.15b)

VSd est la valeur de calcul de l’effort tranchant dans la section ;

VRd2 est la valeur de calcul de la résistance à l’écrasement due à l’effort tranchant (effort tranchant
maximal qui peut être supporté sans écrasement des bielles de compression fictives dans le
béton), qui est donnée par l’équation (A.14) ;

VRd3 est la valeur de calcul de la résistance (ou capacité) au cisaillement d’un élément avec armature
de cisaillement.

Il n’est pas nécessaire de vérifier la valeur de calcul de l’effort tranchant à une distance de moins de d/2 par
rapport à l’appui.

NOTE La valeur de VRd3 peut être estimée à l’aide de l’équation (A.16) ou (A.17) tel qu’indiqué dans l’annexe
nationale.

(2) Pour les poutres avec une armature d’effort tranchant verticale (en forme d’échelle), la résistance au
cisaillement VRd3 est :

VRd3 = (Asw/s).z.fywd.cotθ (A.16)

Asw est la section de l’armature d’effort tranchant ;

fywd est la valeur de calcul de la limite élastique de l’armature de cisaillement (fywd = fywk/γS) ;

hw est la hauteur de l’armature d’effort tranchant ;

s est l’espacement des barres d’armature d’effort tranchant ;

z est la hauteur de la zone cisaillée, qui est considérée comme la distance entre les centres de la
zone comprimée et de l’armature longitudinale (bras de levier des forces internes). Celle-ci peut
être prise égale à 0,9d dans les calculs courants, mais pas supérieure à la hauteur (hw) de
l’armature d’effort tranchant ;

et où le pourcentage minimal d'armatures d’effort tranchant ρw pour les poutres est d’au moins :

ρw = 0,51 % pour fck ≤ 12 Mpa

ρw = 0,60 % pour fck ≤ 15 Mpa

ρw = 0,70 % pour fck ≤ 20 Mpa

62
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

ρw = 0,83 % pour fck ≤ 25 Mpa

fck est la valeur caractéristique de la résistance à la compression du LAC ;

L’armature d’effort tranchant doit être verticale et soudée à l’armature longitudinale ;

(3) Pour les poutres avec une armature d’effort tranchant verticale (en forme d’échelle), la résistance au
cisaillement VRd3 est :

VRd3 = VRd1 + Vwd (A.17)

où VRd1 est la valeur de calcul de la résistance au cisaillement d’un élément sans armature d’effort tranchant,
donnée par l’équation (A.10), et Vwd est estimé par l’équation (A.18) comme suit :

Vwd = 0,8 (Asw / s) z fywd (A.18)

Asw est la section de l’armature d’effort tranchant ;

d est la hauteur utile de la section transversale, en mètres ;

fywd est la valeur de calcul de la limite élastique de l’armature d’effort tranchant (fywd = fywk/γS) ;

fywk est la valeur caractéristique de la limite élastique de l’acier de cisaillement ;

hw est la hauteur de l’armature d’effort tranchant ;

s est l’espacement des barres d’armature d’effort tranchant ;

z est la hauteur de la zone cisaillée, qui est considérée comme la distance entre les centres de la
zone comprimée et de l’armature longitudinale (bras de levier des forces internes). Celle-ci peut
être prise égale à 0,9d dans les calculs courants, mais pas supérieure à hw ;

γS est le coefficient de sécurité partiel pour l’acier des armatures.

L’armature d’effort tranchant doit être verticale et soudée à l’armature longitudinale.

(4) Il convient que la valeur de fywk soit limitée.

NOTE Les valeurs limites de fywk sont indiquées dans l’annexe nationale. La valeur recommandée est fywk < 400
MPa.

(5) Il convient que l’angle θ soit limité.

NOTE La valeur limite de cotθ est indiquée dans l’annexe nationale. Les limites recommandées sont 1 ≤ cotθ ≤ 2,5.

A.4.3 Calcul au cisaillement des éléments soumis à des forces de compression


longitudinales centrées et excentrées prédominantes, par exemple murs et poteaux

(1) P Seules les zones de la section transversale non soumises à des contraintes de traction sous la
combinaison pertinente de charges à l’état limite ultime, sont considérées comme capables de résister à des
contraintes dans le béton dues au cisaillement.

63
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

(2) La valeur de calcul de la résistance au cisaillement est la suivante :

VRd4 = τRd bw x / 1,5 (A.19)

τRd = 0,125 ft,flk / γS (A.20)

bw est la largeur minimale de la section dans la zone comprimée ;

ft,flk est la valeur caractéristique de la résistance à la flexion du LAC, (voir 4.3.4) ;

x est la position de l’axe neutre x ≤ h calculée en utilisant la théorie du premier ordre ;

h est la hauteur totale de la section transversale ;

τRd est la résistance au cisaillement de base du LAC.

Dans les sections transversales dans lesquelles la zone de décompression à l’état limite ultime s’étend plus
loin que le centre de la section transversale, il doit être vérifié que :

NSd = / VSd ≥ 2,0 (A.21)

NSd est la valeur de calcul de la force de compression axiale dans la section ;

VSd est la valeur de calcul de l’effort tranchant dans la section.

A.5 État limite ultime atteint par déformation structurale (flambement)

A.5.1 Généralités

(1) P Lorsque l’on détermine la capacité portante des éléments élancés en LAC soumis à la flexion ou à la
flexion avec compression axiale, on doit tenir compte des effets de la déformation structurale et des
excentricités existantes perpendiculairement au plan des éléments ainsi que de leur influence sur le
flambement de l’élément.

64
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

(2) Deux méthodes sont indiquées en A.5.2 et A.5.3. Elles sont toutes deux adaptées pour calculer les
éléments verticaux porteurs en LAC pouvant être classés comme poteaux isolés élancés, et sont pour la
plupart soumis à une charge longitudinale centrée ou excentrée, et éventuellement par une charge
transversale (par exemple les charges horizontales dues au vent, la poussée des terres). Le rapport
d’élancement S des éléments ne doit pas dépasser les valeurs indiquées dans la Figure A.4,

S est le rapport d’élancement ; S = l0/iw ≤ 121 ;

l0 est la hauteur de flambement de l’élément, en mètres. Elle dépendra des conditions d’appui mais,
dans le cas d’un mur simplement appuyé au sommet et à la base, elle peut être prise comme
correspondant à 0,9 fois la hauteur totale du mur ;

iw est le rayon de giration dans la direction de l’axe de la plus faible inertie (iw = 0,289h pour des
sections rectangulaires solides), en mètres ;

h est l’épaisseur totale de l’élément dans la direction de l’axe de plus faible inertie, en mètres ;

ρ est la valeur moyenne de la masse volumique sèche du LAC, en kilogrammes par mètre cube.

Légende
S Rapport d’élancement
ρ Masse volumique sèche moyenne

Figure A.4 — Limites du rapport d’élancement S des murs porteurs et des poteaux

NOTE Les règles nationales peuvent limiter l’utilisation de ces éléments à différentes applications structurales ; ainsi,
par exemple, différentes épaisseurs minimales sont requises ou différentes limites maximales d’élancement sont
spécifiées pour certaines applications structurales.

65
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

A.5.2 Méthode fondée sur la formule d’Euler

(1) La capacité portante axiale de calcul NRd doit être déterminée comme la capacité portante de la part de
la section transversale qui peut être considérée chargée par des forces centrées, c’est-à-dire :

NRd = ks.α. fcd Ac (A.22)

α est le coefficient de réduction pour l’effet de long terme conformément au A.3.2 ;

fcd est la valeur de calcul de la résistance à la compression du LAC ;

Ac est la surface de la zone comprimée de la section transversale ;

ks est un coefficient réducteur qui tient compte du risque de flambement conforme à l’équation (A.23).

1
ks = (A.23)
f ck l 
1+ ⋅  0 

Ecmπ 2  ic 

Ecm est le module d’élasticité moyen du LAC conformément au 4.2.6 ;

fck est la résistance caractéristique à la compression du LAC ;

l0 est la longueur de flambement de l’élément. Elle dépendra des conditions d’appui mais, dans le cas
d’un mur simplement appuyé au sommet et à la base, elle peut être prise comme correspondant à
0,9 fois la hauteur totale du mur ;

ic est le rayon de giration de la zone comprimée de la section transversale, c’est-à-dire. ic = (Ic/Ac)½ ;

Ic est le moment d’inertie de la zone comprimée de la section transversale.

Pour les sections transversales rectangulaires ou pour celles qui peuvent être assimilées à une section
rectangulaire équivalente on peut utiliser :

Ac = Iw (h – 2e1) (A.24)

ic = (h – 2e1)/√12

h est l’épaisseur de dimensionnement de l’élément qui, pour un mur plein, est égale à l’épaisseur du
mur ;

e1 est l’excentricité du premier ordre perpendiculaire au mur, prise égale à la somme de l’excentricité du
premier ordre de la charge longitudinale à l’intérieur du tiers central de la hauteur du mur (e0) et de
l’excentricité additionnelle de la force longitudinale, due à des imperfections géométriques (ea).
L’imperfection géométrique doit être considérée comme égale à 1/500 de la hauteur totale de
l’élément.

lw est la longueur horizontale effective de la section transversale.

66
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

L’absence d’écrasement dans les sections au sommet et à la base du mur doit être vérifiée dans le cas de
moments fléchissants plus importants au sommet et à la base que le moment dans le tiers central du mur.
Cette vérification est effectuée à l’aide de la formule (A.22) avec ks=1,0.

A.5.3 Méthode modifiée du poteau modèle

A.5.3.1 Généralités

(1) P Lorsque l’on détermine la capacité portante, on doit tenir compte de l’effet de l’élancement ainsi que de
tous les moments et excentricités existants et de leur influence sur le flambement de l’élément de mur.

(2) P Dans le cas de compression excentrée dans le plan de la structure, les éléments doivent être analysés
pour le flambement suivant l’axe de plus faible inertie.

(3) P Pour les structures qui sont suffisamment bloquées à l’horizontale, on peut tenir compte des
contraintes de compression en lien avec les contraintes dues à toute action transversale agissant
simultanément. Ceci est obtenu en analysant les sections transversales, avec l’excentricité maximale de
l’action résultante à l’intérieur du tiers central de la hauteur des éléments. Lorsque l’on détermine l’excentricité
résultante, on doit tenir compte des excentricités des actions, du pré-flambement, et de l’action transversale
suivant les deux axes principaux.

(4) P Pour les combinaisons d’actions se limitant uniquement aux charges verticales ou pour des
combinaisons d’actions avec des charges verticales prédominantes, le dimensionnement des murs doit
généralement se faire en utilisant la résistance à la compression déclarée du LAC. Au cas où la déclaration
comprend une résistance déclarée de l’élément, la capacité portante peut être déterminée sur cette base.

A.5.3.2 Effet de l'élancement

A.5.3.2.1 Excentricité totale

(1) L’excentricité totale est estimée comme suit :

etot = e0 + em + ea + e2 + ec (A.26)

e0 est l’excentricité du premier ordre de la charge longitudinale à l’intérieur du tiers central de la hauteur
de l’élément de mur ;

em est l'excentricité du premier ordre causée par la flexion due à une charge horizontale estimée
comme suit : em = Mh/Nd, où Mh est la valeur de calcul du moment fléchissant dû à la charge
transversale et Nd est la valeur de calcul de la charge de compression axiale ;

ea est l’excentricité due aux imperfections géométriques, qui peut être considérée comme égale à 1/500
de la hauteur totale de l’élément ;

e2 est l’excentricité du second ordre ;

ec est l’excentricité due au fluage, qui peut être considérée comme égale à zéro pour les charges à
court terme et à 0,002 l0 ϕLAC (e0/h)½ pour les charges à long terme.

67
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

A.5.3.2.2 Excentricité du second ordre

L’excentricité du second ordre d’une section structurale armée peut être considérée comme égale à :

e2 = (Nd / (Ncr - Nd)( e0 + ea + em + ec) (A.27)

Nd est la valeur de calcul de la force de compression axiale ;

Ncr est la valeur de calcul de la force de compression axiale critique déterminée conformément à
l’équation (A.14) en supposant l’excentricité égale à ea.

A.5.3.3 Calcul d’une section transversale critique pour la compression et la flexion

A.5.3.3.1 Généralités

(1) L’effet d’élancement et de chargement transversal est pris en compte en utilisant etot (voir en A.5.3.2)
comme excentricité de la force de compression axiale de calcul. La section transversale critique est
dimensionnée pour la force de compression axiale Nd et le moment de flexion Md = Nd etot, où etot est
l’excentricité totale conformément à l’équation (A.26).

A.5.3.3.2 Section transversale structurale armée

(1) Les estimations doivent être basées sur les diagrammes et les hypothèses de calcul présentés en A.3.
L'armature dans la zone comprimée ne doit pas être prise en compte.

A.5.3.3.3 Section transversale structurale non armée

(1) Une distribution de contraintes linéaire-élastique du LAC est supposée avoir lieu. Les exigences
suivantes dans (2) ou (3) doivent être satisfaites.

(2) Sections transversales structurales non armées, non résistantes à la tension :

Sections partiellement fissurées (0,4h ≥ etot > h / 6) :

La valeur de calcul de la compression dans la fibre extrême σcd doit satisfaire à l'exigence suivante :

σcd = 2 Nd/(3 lh,eff (h/2 - etot) ≤ fck/γC (A.28)

68
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Section non fissurée (etot ≤ h 6) :

σcd = Nd/(lh,eff h) + 6Md/(lh,eff h2) ≤ fck/γC (A.29)

h est l’épaisseur de calcul ;

Md est la valeur de calcul du moment fléchissant ;

lh,eff est la longueur horizontale effective du mur ou du poteau ;

etot est l’excentricité totale de la force de compression axiale de calcul conformément à l’équation
(A.26) ;

fck est la résistance caractéristique à la compression du LAC ;

γC est le coefficient partiel de sécurité du LAC.

(3) Sections transversales non armées structuralement, résistantes à la tension :

On doit vérifier que les valeurs de calcul de la contrainte de traction (σtd) et de la contrainte de compression
(σcd) dans les fibres extrêmes sont les suivantes :

σtd = -Nd/(lh,eff h) + 6Md/(lh,eff h2) ≤ ft,flk/γC (A.30a)

σtd = Nd/(lh,eff h) + 6Md/(lh,eff h2) ≤ fck/γC (A.30b)

Si cette résistance est déterminée par essais conformément à l’EN 1521, elle doit, à défaut de valeurs plus
précises, être multipliée par un coefficient égal à 0,8 si elle est utilisée dans l’équation (A.30).

A.6 États limites de service

A.6.1 État limite de service de fissuration

(1) P Le calcul de l’ouverture des fissures afin d’assurer une protection suffisante contre la corrosion de
l’armature structurelle n’est pas nécessaire dans le cas des éléments en LAC, lorsque la protection contre la
corrosion est réalisée, conformément au 5.6.3.

(2) P Le calcul de l’ouverture des fissures afin d’assurer une protection suffisante contre la corrosion n’est
pas nécessaire dans le cas des éléments de toiture et de plancher qui satisfont aux prescriptions du 5.3.1.

A.6.2 État limite de service de déformation

A.6.2.1 Généralités

(1) P La déformation d’un élément de structure ne doit pas affecter de manière défavorable ses
performances ou son aspect.

(2) P Il convient d’utiliser, dans le dimensionnement structurel, des valeurs limites appropriées pour le
fléchissement, tenant compte de la nature de la structure, des finitions, des cloisons et fixations, ainsi que de
la fonction de la structure.

69
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

(3) P Les états de déformation suivants doivent être vérifiés dans des conditions où des hypothèses
réalistes :

 déformations à long terme dues aux combinaisons d’actions permanentes ou quasi-permanentes ;

 déformations actives, c’est-à-dire les déformations qui peuvent causer des dommages à d’autres
éléments structuraux, ou être nuisibles pour l’utilisation des éléments.

4) P Les déformations des éléments de toiture ou de plancher et celles des poutres doivent être limitées de
telle manière que des effets nuisibles soient empêchés.

A.6.2.2 Hypothèses de calcul

(1) P Les hypothèses de calcul ci-dessous doivent être utilisées :

 les sections planes restent planes ;

 la déformation de l’armature est la même que celle du LAC qui l’entoure ;

 les contraintes dans le LAC et dans les armatures sont déduites de la valeur moyenne des propriétés des
matériaux ;

 les déformations sont calculées à partir des valeurs moyennes des propriétés des matériaux (telles que
Ecm conforme au 4.2.6). Le module d’élasticité du LAC est réduit pour tenir compte du fluage lorsqu’on
calcule les déformations dues aux actions permanentes et quasi-permanentes.

A.7 Prescriptions pour les éléments

A.7.1 Éléments de toiture et de plancher

A.7.1.1 Champ d’application

(1) P Les éléments de toiture et de plancher (voir 5.4 et la Figure 2) sont définis comme portant dans une
seule direction et simplement supportés :

 élément pleins ;

 éléments alvéolés ;

 éléments multicouches.

(2) P Les porte-à-faux porteurs (c’est-à-dire : balcons, etc.) doivent être calculés.

(3) P Des mesures particulières doivent être prises dans les cas où prédominent les charges dynamiques
(rampes carrossables, vibrations dues à des machines lourdes, actions sismiques, etc.) ou des charges
concentrées importantes. Ces mesures comprennent l’utilisation d’armatures d’effort tranchant, d’armatures
transversales, et excluent l’utilisation du LAC de faible masse volumique ou de faible résistance, etc..

(4) P Les rives longitudinales doivent être conçues de manière à ce que les forces de cisaillement puissent
être transmises entre composants adjacents.

70
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

(5) P La résistance caractéristique à la flexion d’une section transversale fissurée doit être supérieure à la
résistance caractéristique de flexion des sections transversales non fissurées, afin d’éviter des ruptures
fragiles, en prévoyant un pourcentage minimal d’armatures. Dans cette vérification, la résistance à la traction,
dans une section transversale non fissurée, doit être prise égale à la résistance à la flexion du LAC
conformément au 4.2.4.

NOTE La longueur d’appui minimale requise pour l’élément est déclarée par le fabricant ; toutefois, la longueur
d’appui réelle peut dépendre du calcul structural et des exigences nationales.

A.7.1.2 Calcul structurel

(1) P La portée est définie comme la distance entre les réactions des appuis.

(2) P Pour le montage et lors de l’exploitation, une charge ponctuelle de 1,0 kN placée dans le centre de la
portée doit être considérée.

(3) P Une réduction de la zone comprimée (par exemple dans le cas des rainures) doit être prise en compte
dans le calcul des éléments.

(4) P Dans le cas d’éléments alvéolés soumis à la flexion pure, les vides peuvent être négligés lors du calcul
de la résistance à la compression de la section transversale.

A.7.1.3 Joints soumis au cisaillement

(1) P La transmission des forces de cisaillement agissant dans le plan d’un élément à un autre élément est
assurée s’il est démontré que la valeur de calcul des forces de cisaillement dans le joint ne dépasse pas la
valeur de calcul de la résistance au cisaillement du joint.

(2) P La résistance du joint doit être déterminée soit par le calcul, soit par essais conformément à l’EN 1741.

A.7.1.4 Poinçonnement

(1) P Pour les charges concentrées, agissant sur des éléments pleins ou multicouches, le poinçonnement
n’est pas à considérer si toutes les conditions suivantes sont respectées :

 charge ≤ 5 kN ;

 épaisseur de l’élément ≥ 150 mm ;

 surface chargée ≥ 10 000 mm2.

Dans les autres cas, la résistance au poinçonnement d’éléments solides ou multicouche peut être évaluée en
distribuant la charge selon un rapport de 1:1 dans le béton jusqu ‘à la base de l’armature tendue comme
indiqué dans la Figure A.5. Dans le cas d’éléments multicouche, la résistance minimale des couches est
utilisée dans les estimations.

Dans le cas d’éléments alvéolés, la résistance au poinçonnement requiert une évaluation spéciale qui n’est
pas traitée dans cet article.

71
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Légende
1 Armature

Figure A.5 — Distribution de la charge concentrée

La valeur de calcul de la résistance au cisaillement VRd dans la section I-I peut être évaluée conformément
aux équations (A.4) ou (B.2).

A.7.1.5 Torsion

(1) P La résistance à la torsion de l’élément est suffisante lorsque :

 aucun trou ou creux ne dépassent de plus de 50 % la largeur de l’élément ; et

 l’élément est supporté ou adjacent à d’autres éléments le long des rives longitudinales.

Dans les autres situations la résistance à la torsion doit être assurée par des supports (par exemple poutres
en acier), ou être justifiée par calcul ou par des essais.

A.7.2 Éléments de mur

A.7.2.1 Éléments avec armature non structurelle

A.7.2.1.1 Calcul structurel

(1) P Les éléments de mur doivent transférer leurs charges étage par étage. Ils peuvent prendre la forme de
panneaux dont la hauteur est égale à celle d’un étage ou jointés horizontalement dans la hauteur d’étage. Si
des joints horizontaux se trouvent dans la hauteur d’étage, ils doivent être entièrement remplis de mortier.

(2) P Le calcul structurel des éléments de mur doit satisfaire aux exigences de A.5. En outre, la stabilité
globale du bâtiment doit être vérifiée.

(3) P Il est possible de ne pas prendre en compte le transfert des forces de cisaillement dû à l’action du mur
de contreventement à moins que des précautions spéciales soient prises à cet effet.

A.7.2.1.2 Rainures

(1) P Des rainures horizontales ou inclinées doivent être prises en compte dans l’analyse de la structure.
Néanmoins, les rainures verticales, dont l’épaisseur ne dépasse pas 30 mm ou le sixième de l’épaisseur du
mur, ayant un entraxe d’au moins 1,0 m peuvent être négligées dans l’analyse de la structure.

(2) P La somme des largeurs des rainures autorisées sans analyse de la structure ne doit pas
dépasser 20 % de la longueur horizontale du mur.

72
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

(3) P Sans analyse de la structure, les rainures ne doivent pas être disposées par rapport aux rives de
l’élément de mur à moins de 1,5 fois l’épaisseur. Les rainures doivent être réalisées par introduction de
baguettes dans le moule ou par usinage. La réalisation de rainures par martelage des murs terminés n’est
pas autorisée.

A.7.2.1.3 Ouvertures

(1) P La vérification de la capacité portante des poutres au dessus des ouvertures, doit être effectuée
conformément à A.3 et A.4.

(2) P La vérification de la capacité portante n’est pas nécessaire si toutes les conditions suivantes sont
satisfaites :

 portée libre de l’ouverture ≤ 1,5 m ;

 poutres coulées simultanément avec l’élément du mur et constituant un tout avec ce dernier ;

 charges de plancher uniquement d’un côté ;

 valeur de calcul des charges d’exploitation du plancher ≤ 2,75 kN/m2 ;

 pas de charges concentrées sur la poutre ;

 dimensions et armatures conformes au Tableau A.1.

Tableau A.1 — Dimensions exigées pour les poutres sans vérification de la capacité portante

Portée libre de Hauteur Largeur


l’ouverture du mur Direction de la porté minimale minimale Armature minimale
du plancher
m mm mm
≤ 1,00 Perpendiculaire à la 200
poutre 2 barres,
> 1,00 400 120
As ≥ 300 mm2
≤ 1,50 Parallèle à la poutre 300

Pour les poutres ayant une largeur inférieure à 120 mm, la vérification de la capacité portante n’est pas
exigée si les autres prescriptions du Tableau A.1 sont satisfaites et si les charges sont réduites
proportionnellement à la largeur réelle du mur.

A.7.2.2 Éléments avec armature structurale

A.7.2.2.1 Calcul structural

(1) P Le calcul structural des éléments de mur doit satisfaire aux exigences de A.3 et A.4. L'armature dans la
zone comprimée de la section ne doit pas être prise en compte.

(2) Les éléments de murs qui sont placés entre ou devant différents systèmes porteurs sont généralement
fixés horizontalement par leur plus petit coin ou rive. Les éléments peuvent être installés horizontalement ou
verticalement. Les éléments installés horizontalement doivent disposer d’un appui vertical permanent, par
exemple au niveau des fondations, sur des appuis simples ou sur les consoles du système porteur principal,
jouant le rôle d’une poutre pour la charge verticale et celui d’une dalle pour la charge horizontale. Ils subissent
principalement des charges horizontales , par exemple les charges dues au vent ou à la poussée des terres,
et verticales sous l’effet de leur propre poids, de celui des éléments situés au dessus d’eux et/ou celui des
charges supplémentaires, par exemple avec les toits ou les planchers.

73
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

(3) P Pour les éléments avec des appuis discrets, permettant par exemple de les fixer au système porteur
dans son ensemble, l’ancrage de l’armature conforme à celui des planchers (A.8) est considéré comme
suffisant si l’élément est fourni avec une armature au niveau des rives.

A.7.2.2.2 Rainures

(1) P Les exigences correspondantes de A.7.2.1.2 sont applicables.

A.7.3 Éléments pour écrans acoustiques

A.7.3.1 Champ d’application

(1) P Les éléments pour écrans acoustiques (selon 5.2.5) pris en compte dans ce contexte concernent des
éléments pour applications extérieures (par exemple le long de voies de circulation) et non des éléments de
bâtiment. Ils sont uniquement chargés par leur poids propre et par les charges directes de l’action du vent.

A.7.3.2 Calcul structural

(1) P Les exigences correspondantes de A.7.1 sont applicables.

(2) P Les éléments pour écrans acoustiques exposés à la charge exercée par le vent doivent être
dimensionnés conformément à A.3 et A.4.

A.8 Dispositions constructives relatives


(1) P L’armature structurale doit présenter une adhérence ou un ancrage suffisant dans l’élément.

(2) Ceci peut être assuré par l’une des modalités suivantes :

a) par l’ancrage de toutes les barres d’armature lisses dans les éléments de toiture ou de plancher, comme
indiqué dans la Figure A.5. Le diamètre des barres et la quantité d’armatures utilisée dans le
dimensionnement par calcul ne doivent pas dépasser les limites du Tableau A.2. La valeur
caractéristique de la limite élastique de l’acier utilisée dans les calculs des armatures ne doit pas être
considérée supérieure à 220 Mpa ;

Dans les zones d’extrémité, les barres doivent être enrobées sur tous les côtés par au moins 10 mm de
béton à structure fermée sur une longueur d’au moins 500 mm.

Lorsque la longueur d’ancrage est inférieure à 50 mm, la capacité au cisaillement utilisée pour calcul de
l’élément doit être réduite par un coefficient ρ3 conformément à l’équation (A.31).

ρ3 = (la / 25 – la2) / 2 500) (A.31)

la est la longueur d’ancrage, en millimètres.

b) lorsque l’on utilise des treillis soudés sans crochets ou coudes, au moins une barre transversale doit être
située au-delà de l’extrémité d l’appui. La distance entre les barres transversales ne doit pas dépasser
250 mm. La valeur caractéristique de la limite élastique de l’acier prise en compte dans le
dimensionnement par calcul ne doit pas dépasser 500 MPa, le diamètre maximal des barres ne doit pas
dépasser 8 mm et la proportion d’armature ne doit pas dépasser 0,25 % de la section transversale de
l’élément. Les treillis soudés doivent être enrobés sur les deux côtés par au moins 10 mm de béton ayant
une masse volumique sèche d’au moins 1 200 kg/m3 ;

74
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

c) lorsque l’on utilise des barres crantées dans les éléments de toiture ou de plancher, comme indiqué dans
la Figure A.6, la valeur caractéristique de la limite d’élasticité de l’armature ne doit pas être considérée
supérieure à 550 MPa dans le calcul, et le diamètre des barres utilisées ne doit pas dépasser 12 mm
pour le calcul. Les barres doivent être enrobées sur tous les côtés par au moins 10 mm de béton ayant
une masse volumique sèche d’au moins 1 200 kg/m3. Les longueurs d’ancrage la doivent être toujours
d’au moins 45 mm ;

d) en fixant à l’armature de l’échelle une longueur d’appui d’au moins 200 mm pour les poutres armées avec
une portée allant jusqu’à 2,5 m. L’armature de l’échelle est munie de barres transversales soudées à
l’armature prévue pour la résistance à la traction avec au moins une barre transversale sur l’appui. Le
rapport entre la section des barres transversales sur l’appui et la section de l’armature de résistance à la
traction doit être supérieur à 0,2. La valeur caractéristique de la limite d’élasticité de l’acier prise en
compte dans le dimensionnement par calcul ne doivent pas dépasser 550 MPa, la barre ne doit pas
dépasser 10 mm, l’enrobage doit être d’au moins 10 mm et la valeur caractéristique de la résistance à la
compression du LAC doit être d’au moins 6 Mpa ;

e) l’ancrage de l’armature de résistance à la flexion dans les poutres peut être calculé comme faisant partie
des échelles de cisaillement avec au moins deux barres transversales sur l’appui, la longueur d’ancrage
étant lb > 30 φ, où φ est le diamètre des barres. Le soudage (tailles des barres, diamètres, espacement et
enrobage du béton) doit être conforme à la Figure 8.5 de EN 1992-1:2004-12. De manière alternative,
des barres d’armature crantées avec une longueur droite de lb > 30 φ au dessus de l’appui et des
crochets de fond supplémentaires peuvent être utilisés pour servir d’armature de résistance à la flexion
bien ancrée, lorsqu’en outre deux étriers entourent l’armature de résistance à la traction longitudinale au
dessus de l’appui. Le diamètre des étriers ne doit pas être inférieur à 0,4φ. Dans les deux cas, les barres
doivent être enrobées par au moins 10 mm de béton, ayant une masse volumique sèche d’au moins
1 200 kg/m3 ;

f) en cas d’utilisation d’une nappe d’armature non structurelle composée de barres droites crantées, la
longueur de recouvrement doit être d’au moins 400 mm et d’au moins une maille, à condition que le
diamètre des barres ne soit pas supérieur à 6 mm et que la nappe d’armature soit enrobée dans du béton
ayant une résistance caractéristique à la compression d’au moins 6 MPa pour un enrobage d’au moins
30 mm ;

g) en cas d’utilisation de nappes d’armature structurelle composées de barres droites crantées dans les
éléments de mur, les mailles doivent avoir un recouvrement d’au moins une maille et une longueur de
recouvrement lo d’au moins :

lo ≥ α2α6α7.(2φ /9).(σsd/ft,fld) ≥ lo,min (A.32)

75
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

lo,min = max{0,067 α6φ σsd/ ft,fld ; 15φ ; 200 mm} (A.33)

α2 = 1 - 0,15.(cd -φ)/φ, mais pas moins de 0,7 et pas plus de 1,0 ;

α6 = 1,5 ;

α7 = 1,5 ;

ft,fld = ft,flk/γC ;

et

cd est l’enrobage du béton ;

ft,fld est la valeur de calcul de la résistance à la flexion du LAC ;

ft,flk est la valeur caractéristique de la résistance à la f flexion du LAC ;

γC est le coefficient partiel de sécurité du LAC ;

φ est le diamètre des barres ;

σsd est la valeur de calcul de la contrainte d’une barre d’armature ancrée à l’extrémité du
recouvrement (< fyd) ;

fyd est la valeur de calcul de la limite élastique pour l’acier des armatures.

La longueur d’ancrage peut être moins importante si la maille est soudée et que la résistance de la soudure
est déclarée.

h) en utilisant d’autres valeurs ou dispositifs d’ancrage. Ces valeurs différentes doivent être basées sur des
essais à l’échelle 1/1 conformément à l’EN 1356, la mise en contrainte s’effectuant de manière à assurer
une rupture par cisaillement ou de l’ancrage. Ceux-ci doivent toujours comporter des limitations sur la
masse volumique ou la résistance du béton, la limite élastique de l’acier d’armature et le diamètre des
barres, ainsi qu’une quantité maximale d’armature dans les éléments. Le comportement à long terme doit
être pris en compte.

76
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau A.2 — Limites de l’armature des éléments de plancher et de toiture utilisée dans le cas d’un
dimensionnement par calcul (acier courant, avec une limite élastique
caractéristique fyk ≤ 220 MPa)

Valeur caractéristique de la
Diamètre maximal des Section transversale maximale
résistance à la compression du
barres des armatures
LAC
fck φs As

MPa mm mm2/m
2 6 443
4 8 785
6 10 943
8 10 1 357
≥ 10 12 1 847

Dimensions en millimètres

Légende
φm ≥ 2,5 φs
φs Diamètre des barres d'armature
la Longueur d'ancrage disponible

Figure A.6 — Ancrage des barres d’armature lisses

77
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Dimensions en millimètres

Figure A.7 — Ancrage des barres d’armature crantées

78
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Annexe B
(normative)

Dimensionnement des éléments par essai

NOTE 1 Les valeurs de calcul à utiliser peuvent être déterminées conformément aux dispositions de la présente
Annexe B, en utilisant les coefficients partiels de sécurité applicables.

NOTE 2 Les valeurs des propriétés peuvent être déterminées sur la base d’essais et être données comme valeurs
déclarées dans le marquage CE, conformément aux dispositions pertinentes de l’Annexe ZA. Les valeurs déclarées sont
fondées sur l’une des trois méthodes indiquées dans le document guide L, paragraphe 3.3.3.2 (a).

B.1 Généralités
(1) P Selon la nature de chacune des clauses, une distinction est faite dans la présente annexe entre les
Principes et les Règles d’application.

(2) P Les Principes comprennent :

 des indications générales et des définitions ne présentant aucune alternative ; ainsi que

 des exigences et des modèles analytiques pour lesquels aucune alternative n'est admise, à moins
d'indications spécifiques contraires.

(3) P Dans la présente annexe, les Principes sont précédés d’un numéro entre parenthèses suivi de la lettre
P.

(4) P Les Règles d'Application sont des règles généralement reconnues qui respectent les Principes et sont
conformes à leurs exigences.

(5) P Dans la présente annexe, les Règles d’Application sont précédées d’un numéro entre parenthèses qui
n’est pas suivi de la lettre P.

(6) P Dans la présente annexe, il est supposé que les capacités portantes caractéristiques, le type de
rupture à l’état limite ultime, et/ou d’autres propriétés caractéristiques de l’élément soumis au contrôle par
essais continus ou par l’essai initial de type sont déclarés.

(7) P Pour les éléments de structure représentatifs de la production courante, on peut utiliser les résultats
d’essais du contrôle afin d’établir la base statistique pour les valeurs caractéristiques, en conformité avec la
présente norme.

(8) Des méthodes d’évaluation basées entièrement sur les valeurs caractéristiques déclarées pour les
matériaux sont précisées dans l’Annexe A.

(9) P L’évaluation par essais peut remplacer l’évaluation par calcul pour une, ou plusieurs, propriétés des
éléments si l’évaluation est effectuée en conformité avec les prescriptions de la présente annexe. La
combinaison réelle des méthodes d’évaluation en relation avec la gamme d’éléments doit être établie par le
fabricant.

NOTE Des indications pour le dimensionnement par essais sont contenues dans l’EN 1991-1.

79
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

B.2 Évaluation de la sécurité

B.2.1 Généralités

(1) P L’évaluation de la sécurité de l’élément à dimensionner est prise en compte par des coefficients de
sécurité partiels aux états limites.

(2) P Dans l’analyse à l’état limite ultime, le coefficient de sécurité partiel doit prendre en compte tous
aspects appropriés de la sécurité, c’est-à-dire des classes de sécurité selon les conséquences de la rupture,
du niveau de contrôle de production en usine, des effets à long terme, de la fiabilité des méthodes d’essai ou
de dimensionnement, et du type de rupture lors de l’essai de performance.

B.2.2 Rupture fragile et ductile

(1) P Les aspects de sécurité du type de rupture pendant l’essai de performance sont pris en compte par
différents coefficients de sécurité partiels.

NOTE Pour ce qui concerne les coefficients de sécurité partiels, voir B.2.3 et l’Annexe informative C.

(2) P Pour les éléments chargés transversalement, il est nécessaire de faire la différence entre la rupture
ductile et la rupture fragile conformément à l’EN 1356.

B.2.2.1 Éléments chargés transversalement

(1) Rupture ductile : Il est supposé que la rupture est ductile lorsqu’au moins un des états suivants est réalisé

 rupture de l’élément due à la plastification de l’armature ;

 rupture après l’apparition de fissures distribuées suivant un schéma approprié à la charge appliquée ;

 fléchissement avant rupture ≥ (3/200) L, où L est la portée (entre les centres des appuis, voir Figure B.1).

(2) P Rupture fragile : Dans tous les autres cas, la rupture est considérée fragile.

B.2.2.2 Éléments chargés longitudinalement

(1) P La rupture des éléments chargés longitudinalement doit toujours être considérée comme étant fragile.

B.2.3 Coefficients de sécurité partiels

(1) P Les coefficients de sécurité partiels sont déterminés conformément aux réglementations nationales.

NOTE Un exemple est donné dans l’Annexe informative C.

B.3 États limites ultimes

B.3.1 Généralités

(1) P Il y a lieu de vérifier que la capacité de calcul, déterminée conformément à ce chapitre est supérieure
ou égale à la valeur de calcul des effets dus aux actions appliquées.

(2) P Lorsque dans la pratique, l’application des charges est différente par rapport à l’essai, il convient de
démontrer par calcul que les valeurs maximales de l’effet des actions permettent d’atteindre un niveau de
sécurité égal ou supérieur à celui obtenu par l’essai.

80
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

(3) Des indications permettant d’extrapoler les résultats d’essais à des éléments d’autres dimensions mais
soumis à des cas de charge similaires à ceux des éléments essayés peuvent être fournies par le fabricant.

B.3.2 Éléments chargés transversalement

B.3.2.1 Capacité portante

(1) P La capacité portante des éléments chargés transversalement doit être déterminée sur la base de la
méthode d’essai présentée dans l'EN 1356. Le fabricant doit exprimer la capacité portante soit comme charge
uniformément distribuée, soit comme des valeurs distinctes pour la résistance à la flexion et la résistance au
cisaillement.

(2) P Pour tous les types de rupture, la capacité portante est déterminée par rapport à la charge appliquée à
la rupture.

(3) P La résistance à la flexion et au cisaillement peuvent être calculées à partir des résultats d’essai et de la
position des charges appliquées lors de l’essai. Ces résistances peuvent être utilisées pour toutes les
situations de chargement dans lesquelles la charge est symétrique par rapport à l’axe longitudinal de
l’élément.

(4) P Pour déterminer la résistance caractéristique au cisaillement, on peut choisir d’autres positions pour les
charges linéaires que celles utilisées pour déterminer la résistance à la flexion. Pour des actions
uniformément réparties, la portée d’effort tranchant (voir Figure B.1) peut être supposée égale au quart de la
longueur.

(5) P Pour les situations de chargement dans lesquelles des charges linéaires et ponctuelles agissent
simultané- ment, la valeur caractéristique de la résistance au cisaillement d’un élément peut être utilisée
entièrement pour toutes les portées d’effort tranchant inférieures à celles ayant fait l’objet de l’essai, à
condition que le nombre, le diamètre et la position des barres transversales dans la zone d’ancrage, soient les
mêmes.

a) Appuis sur un mur ou une poutre b) Situation de l'essai

Figure B.1 — Définition de la portée d’effort tranchant ls

B.3.2.2 Valeurs de dimensionnement de la résistance à la flexion et de la résistance au cisaillement

(1) P Les valeurs de calcul de la résistance à la flexion et la résistance au cisaillement peuvent être
déterminées à partir des valeurs caractéristiques déclarées déduites des résultats d'essai selon le paragraphe
B.3.2.1.

NOTE Pour ce qui concerne les coefficients de sécurité partiels γcomp, voir le Tableau C.2 de l’Annexe informative C.

81
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

La valeur de calcul de la résistance à la flexion doit être calculée comme suit :

MRd = MRk/γcomp (B.1)

MRk est la valeur caractéristique déclarée de la résistance à la flexion calculée à partir des séries
d’essais, incluant le poids propre et avec des charges placées normalement à des points situés
dans les quarts extrêmes de la portée ;

γcomp est le coefficient partiel de sécurité pour la capacité portante de l’élément.

La valeur de calcul de la résistance au cisaillement doit être calculée comme suit :

VRd = VRk/γcomp (B.2)

VRk est la valeur caractéristique de la résistance au cisaillement calculée à partir des séries d’essais
incluant le poids propre et avec des charges appliquées dans les positions prescrites.

B.3.2.3 Critères de conception et dimensionnement

(1) P Afin de satisfaire au niveau de sécurité requis, la longueur de l’appui des éléments chargés
transversalement doit être égale au moins à celle utilisée lors de l’essai de performance.

(2) P Les trous, les creux ou les rainures sont autorisés sans une analyse détaillée, seulement si un essai de
performance, avec des trous, des creux et des rainures identiques ou plus défavorables a été réalisé.

B.3.3 Éléments chargés longitudinalement

B.3.3.1 Capacité portante

(1) P La capacité portante des éléments chargés longitudinalement doit être déterminée conformément à
l’EN 1740. Dans le cas d’armature asymétrique l’excentricité doit être choisie de manière à ce qu’elle affecte
défavorablement le côté le plus faible.

(2) P La capacité portante selon des valeurs caractéristiques établies NRk, et également l’excentricité
correspondante (en partie supérieure et inférieure) utilisée dans les essais doivent être déterminées et
déclarées.

NOTE La valeur de γcomp pour son utilisation dans un pays peut être trouvée dans le document d’application
nationale correspondant. Les valeurs d’utilisation recommandées sont spécifiées dans le Tableau C.2.

B.3.3.2 Critères de conception et dimensionnement

(1) P Lorsque l’on détermine la capacité portante, l’effet de l’élancement ainsi que des moments et
excentricités qui surviennent et qui influencent le flambement des éléments chargés longitudinalement,
doivent être pris en compte.

(2) P Les rainures horizontales ou en diagonale doivent être prises en compte dans le dimensionnement de
la structure. Toutefois, les rainures verticales dont l’épaisseur ne dépasse pas 30 mm, ou un sixième de
l’épaisseur du mur, et qui sont situées à au moins 1,0 m les unes des autres, peuvent ne pas être prises en
compte. La somme des largeurs des rainures, qui est autorisée sans vérifier l’influence de ces dernières sur la
capacité portante, ne doit pas dépasser 20 % de la longueur horizontale du mur.

82
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

(3) P L’épaisseur de dimensionnement h d’un mur homogène ne doit pas être supérieure à l’épaisseur
déclarée.

(4) P La résistance déclarée d’un élément à partir de l’essai de type ou l’essai de performance n’est pas
applicable aux sections ou aux poteaux dont la largeur est inférieure à la dimension normale utilisée pour
l’essai.

(5) P La capacité portante des sections plus petites peut être déduite à partir du rapport des sections, affecté
par un coefficient de forme.

B.3.3.3 Capacité portante de dimensionnement sous charges de compression centrées et


excentrées

(1) P Lorsque l’épaisseur et l’excentricité de l’élément considéré diffèrent de celles utilisées dans les essais,
la capacité portante de dimensionnement peut être déterminée par l’équation (B.3) si les deux conditions
suivantes sont respectées :

e1 ≤ (2/3) eg et

0,85 l0g ≤ l0 ≤ 1,15 l0g

(2) La valeur de calcul de la résistance en compression axiale peut être déterminée comme suit :

NRd = (NRk/γcomp) × (d - 2 e1)/[ d – (4/3) eg] × (lh,eff/lh,g) × (ks/ ksg) (B.3)

l0 est la hauteur effective du mur, en fonction des conditions d’appui ;

d est l’épaisseur de dimensionnement (pour un mur plein d = h, h étant l’épaisseur du mur) ;

e1 est l’excentricité du premier ordre perpendiculaire au mur, définie comme la somme de


l’excentricité du premier ordre des charges (e0) et de l’excentricité additionnelle de la force de
compression longitudinale due aux imperfections géométriques (ea). L’imperfection
géométrique peut être prise égale à 1/500 de la hauteur totale de l’élément ;

eg est l’excentricité déclarée pour la partie supérieure de l’élément et perpendiculaire à son plan,
c’est-à-dire l’excentricité utilisée à l’essai ;

l0g est la hauteur déclarée du poteau ou du mur, c’est-à-dire la hauteur utilisée dans les essais
opérationnels ;

lh,eff est la longueur horizontale effective de l’élément égale à lh – 2 eN ;

lh est la longueur horizontale de l’élément ;

eN est l’excentricité de la force de compression longitudinale dans le plan de l’élément ;

lh,g est la longueur horizontale déclarée d’un élément, c’est-à-dire la longueur horizontale de
l’élément utilisé pour l’ essai ;

NRk est la capacité portante longitudinale en compression caractéristique de l’élément pour des
forces de compression excentrées (eg) ;

γcomp est le coefficient partiel de sécurité pour la capacité portante de l’élément.

83
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

et où, en l’absence d’autre décision (voir les équations (A.15) et (A.16)), ks et ksg, peuvent être définis comme
suit :

1
ks = (B.4)
2
− 4  l0 
1 + 12 ⋅ 10  d − 2e 
 1

1
ks = (B.5)
2
 
 l 
−4  0g 
1 + 12 ⋅ 10
 4 
 d − e g 
 3 

NOTE La valeur de γcomp pour son utilisation dans un pays peut être trouvée dans le document d’application
nationale correspondant. Les valeurs d’utilisation recommandées sont spécifiées dans le Tableau C.2.

B.3.4 Éléments simultanément chargés transversalement et longitudinalement

B.3.4.1 Généralités

(1) P Le dimensionnement des éléments sous l’effet de forces de compression transversales et


longitudinales agissant simultanément peut être basé sur un diagramme d’interaction N/M simplifié
(voir Figure B.2), obtenu pour une section transversale d’un élément. Le diagramme dépend de variables
comme l’armature, la résistance à la compression et la section transversale de l’élément.

(2) P Dans les cas où la section transversale de l’élément est constante, ce diagramme est valable pour
toute la longueur de l’élément, à l’exception de la plage des forces de traction dans l’armature. Dans cette
zone, le moment fléchissant admissible doit être réduit.

84
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

NR1 est la capacité portante longitudinale de compression sous un chargement purement longitudinal
conformément au B.3.3.3 ;

NR2 est la capacité portante longitudinale de compression sous un chargement simultanément


transversal et longitudinal, calculée et vérifiée ensuite par essai, conformément à l’EN 1740
(l’essai doit être poursuivi jusqu’à ce que la résistance à la flexion MR2 soit atteinte) ;

MR1 est la résistance minimale à la flexion pour des moments fléchissant dus aux excentricités sous
chargement longitudinal conformément à B.3.3.1 ;

MR2 est la résistance maximale à la flexion en l’absence de chargement longitudinal conformément


à B.3.2.1.

Figure B.2 — Diagramme d’interaction simplifié N/M de la section transversale représentant les
résultats de trois séries d’essais

B.3.4.2 Capacité portante

(1) P La capacité portante des éléments chargés transversalement et longitudinalement doit être déterminée
conformément aux méthodes d’essai EN 1356 et EN 1740.

85
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

B.4 États limites de service

B.4.1 Déformations élastiques

(1) P Les déformations élastiques sous charges de service sont indiquées dans le rapport d’essai (voir
EN 1740 ou EN 1356, respectivement).

(2) P Le fabricant doit présenter sur demande les valeurs pour les flèches des éléments de toiture et de
plancher ainsi que des poutres.

B.4.2 Déformations différées

(1) P Les déformations différées peuvent être estimées sur la base des déformations élastiques et des
valeurs nominales du coefficient de fluage et du retrait de séchage (voir article 4)

86
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Annexe C
(informative)

Valeurs recommandées pour les coefficients partiels de sécurité

NOTE Les coefficients partiels de sécurité et les niveaux de fiabilité peuvent être déterminés conformément aux
réglementations nationales (voir le document d’application nationale). Il est recommandé d’utiliser les valeurs suivantes.

C.1 États limites ultimes (ULS)

Si d’autres valeurs ne sont pas spécifiées, les coefficients de sécurité partiels γM conformes au Tableau C.1
peuvent être utilisés pour l’évaluation par calcul et les coefficients de sécurité partiels γcomp conformes
au Tableau C.2 peuvent être utilisés pour l’évaluation par essais.

Tableau C.1 — Coefficients de sécurité partiels γcomp pour les propriétés des matériaux

Coefficients de sécurité partiels ULS Actions accidentelles

Acier pour armatures γS 1,15 1,00

LAC Éléments armés γC 1,40 1,20

Éléments non armés ou γC 1,70 1,40


peu armés

Tableau C.2 — Coefficients de sécurité partiels γcomp pour les éléments

Actions
Coefficients de sécurité partiels γcomp a ULS
accidentelles
Rupture ductile γD 1,20 1,10
Éléments chargés transversalement
Rupture fragile γB 1,50 1,20

Rupture fragile γWc 1,80 1,40


Éléments chargés longitudinalementb
Rupture fragile γWd 2,40 1,70
a Il convient de choisir les coefficients de sécurité partiels en fonction du type de rupture identifié lors de l’essai. Au cas où
différents modes de rupture sont atteints dans une série d’essais, ou si les résultats de deux ou plusieurs séries d’essais font
l’objet d’une interpolation, il convient de choisir le coefficient de sécurité partiel correspondant le plus élevé.
b La rupture des éléments chargés longitudinalement est toujours considérée fragile.
c Cas de dimensionnement où le fluage n’est pas important.
d Cas de dimensionnement où le fluage est important.

C.2 États limites de service (SLS)


Le coefficient de sécurité partiel à l’état limite de service peut être considéré comme égal à,
respectivement, γM = 1,0 pour l’évaluation par calcul et à γcomp = 1,0 pour l’évaluation par essais.

87
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Annexe ZA
(informative)

Dispositions relatives au marquage CE des éléments armés préfabriqués


en béton de granulats légers à structure ouverte dans le cadre de la
Directive UE sur les produits de construction

ZA.1 Clauses de la présente Norme européenne corroborant les dispositions de la


Directive UE sur les produits de construction
Cette Norme européenne et la présente Annexe ZA ont été préparées sous le Mandat M100 « Produits
préfabriqués en béton » amendé et donné au CEN par la Commission européenne et l’Association
Européenne de Libre-Échange.

Les clauses de la présente Norme européenne indiquées dans cette annexe satisfont aux prescriptions du
mandat en question donné sous la Directive UE sur les Produits de Construction (89/106/CEE).

La conformité à la présente Annexe ZA confère aux éléments préfabriqués armés en béton de granulats
légers à structure ouverte couverts par la présente Norme européenne (voir article 1 et Tableau 14) une
présomption d’aptitude aux utilisations prévues ; il y a lieu de se reporter aux informations accompagnant le
marquage CE.

AVERTISSEMENT — D’autres prescriptions ou Directives UE, qui ne visent pas l’aptitude aux
utilisations projetées, peuvent être applicables à un produit de construction relevant du domaine
d’application de cette Norme européenne.

NOTE 1 Outre les éventuelles dispositions particulières de la présente norme se rapportant à des substances
dangereuses, il se peut que d’autres exigences s’appliquent aux produits entrant dans son domaine d’application (par
exemple législation européenne transposée, lois, règlements et dispositions administratives nationales). Afin de satisfaire
aux dispositions de la Directive UE relative aux produits de construction, ces prescriptions doivent également être
satisfaites, lorsqu'il y a lieu.

NOTE 2 Une base de donnée d’information sur les dispositions européennes et nationales relatives aux substances
dangereuses est accessible sur le site web EUROPA (à l’adresse
http://europa.eu.int/comm/enterprise/construction/internal/dangsub/dangmain.htm).

La présente annexe définit les conditions du marquage CE des éléments armés préfabriqués en béton de
granulats légers à structure ouverte dont l’utilisation prévue est indiquée aux Tableaux ZA.1a à ZA.1h et
présente les articles/paragraphes applicables :

Le domaine d’application de la présente annexe est identique à celui de l’article 1 de la présente norme. Il est
défini par le(s) Tableau(x) ZA.1a à ZA.1h.

88
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.1a — Clauses harmonisées relatives aux éléments de mur porteurs

Éléments de murs porteurs (WLS, WLH, WLM) tels que prévus dans le domaine
Produit(s) de construction :
d’application de cette Norme européenne
Utilisation(s) prévue(s) : Structurales
Clause(s)
Niveau(x)
Prescriptions/Caractéristiques provenant contenue(s) dans
et/ou classe(s) Notes, unités
du mandat la présente Norme
mandaté(s)
européenne
Valeur déclarée en MPa ou
Résistance à la compression (du béton) 4.2.3 -
classe de résistance déclarée

Valeur déclarée en kg/m3 ou


Masse volumique 4.2.1 - classe de masse volumique
déclarée
Résistance ultime à la traction et limite
4.3 - Valeur déclarée en MPa
élastique (de l’acier)

Perméabilité à la vapeur d’eau (pour murs Coefficient déclaré ou valeur


4.2.12 -
extérieurs) déclarée en g.m/(MN.s)
En cas de
dimensionnement par
calcul :
Résistance mécanique
5.1.1 (Annexe A), Valeur La méthode de
exprimée en termes de : -
7.1 (Annexe A) déclarée dimensionnement
flexion, traction,
compression, cisaillement, par calcul
Résistance
torsion ou poinçonnement (Annexe A) ou
mécanique
le cas échéant par essais
(Annexe B) doit
Valeur être déclarée.
En cas de déclarée
5.1.1 (Annexe B),
dimensionnement par - en kN,
7.1 (Annexe B)
essais : Capacité portante kNm ou
kN/m2
Dessins de production
Détails 5.3.1, 5.3.2 ou 5.5 - significatifs, lorsque cela est
exigé
Valeur déclarée à partir
Retrait au séchage (dans des conditions
4.2.9 - d’essais, en mm/m ou
d’utilisation finale)
0,75 mm/m
Pour les classes d’exposition
XF1 et XF2, à protéger sauf si
Durabilité en fonction de : gel-dégel
5.6.4 - la résistance du LAC au
(seulement pour les applications exposées)
gel-dégel a été vérifiée par
des essais.
Revêtement de protection des
barres d’armature ou
Durabilité en fonction de : corrosion 5.6.3 -
enrobage dans du béton à
structure fermée
Réaction au feu (seulement pour les
5.1.3.1 Euroclasses Classe A1
applications exposées)
Résistance au feu (dans les conditions RE, REI,
5.1.3.2 -
d’utilisation finale) REI-M
« à suivre »

89
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.1a (fin)

Éléments de murs porteurs (WLS, WLH, WLM) tels que prévus dans le domaine
Produit(s) de construction :
d’application de cette Norme européenne
Utilisation(s) prévue(s) : Structurales
Clause(s)
Niveau(x)
Prescriptions/Caractéristiques provenant contenue(s) dans
et/ou classe(s) Notes, unités
du mandat la présente Norme
mandaté(s)
européenne

Résistance thermique (seulement si le Valeur déclarée en m2.K/W


produit est projeté également pour des 4.2.11, 5.1.4 - ou λ10dry en W/mK basée sur
applications thermiques) la résistance thermique
Indice d’isolation au bruit aérien direct
(seulement si le produit est prévu également 5.1.2.1 - Valeur déclarée en db A
pour des applications acoustiques)
Voir les alinéas
Émission de substances dangereuses 4.1.2 - correspondants en ZA.1
et ZA.3
Rigidité des joints 5.3.5 - Valeur déclarée

90
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.1b — Articles harmonisés relatifs aux éléments de mur de soutènement


Éléments de murs de soutènement (WLS, WLH, WLM) tels que prévus dans le
Produit(s) de construction :
domaine d’application de cette Norme européenne
Utilisation(s) prévue(s) : Structurales
Clause(s) Niveau(x)
Prescriptions/Caractéristiques provenant contenue(s) dans et/ou
Notes, unités
du mandat la présente Norme classe(s)
européenne mandaté(s)
Valeur déclarée en MPa ou
Résistance à la compression (du béton) 4.2.3 -
classe de résistance déclarée
Valeur déclarée en kg/m3 ou
Masse volumique 4.2.1 - classe de masse volumique
déclarée
Résistance ultime à la traction et limite
4.3 - Valeur déclarée en MPa
élastique (de l’acier)
En cas de
dimensionnement par
calcul :
Résistance mécanique
5.1.1 (Annexe A), Valeur La méthode de
exprimée en termes de : -
7.1, Annexe A déclarée dimensionnement
flexion, traction,
compression, cisaillement, par calcul
Résistance
torsion ou poinçonnement (Annexe A) ou
mécanique
le cas échéant par essais
(Annexe B) doit
Valeur être déclarée.
En cas de déclarée
5.1.1 (Annexe B),
dimensionnement par - en kN,
7.1 (Annexe B)
essais : Capacité portante kNm ou
kN/m2
Dessins de production
Détails 5.3.1, 5.3.2 ou 5.5 - significatifs, lorsque cela est
exigé
Valeur déclarée à partir
Retrait au séchage (dans des conditions
4.2.9 - d’essais, en mm/m ou
d’utilisation finale)
0,75 mm/m
Pour les classes d’exposition
XF1 et XF2, à protéger sauf
Durabilité en fonction de : gel-dégel
5.6.4 - si la résistance du LAC au
(seulement pour les applications exposées)
gel-dégel a été vérifiée par
des essais.
Revêtement de protection
des barres d’armature ou
Durabilité en fonction de : corrosion 5.6.3 -
enrobage dans du béton à
structure fermée
Réaction au feu (seulement pour les
5.1.3.1 Euroclasses Classe A1
applications exposées)
Résistance au feu (dans les conditions
5.1.3.2 RE, REI -
d’utilisation finale)

Résistance thermique (seulement si le Valeur déclarée en m2.K/W


produit est projeté également pour des 4.2.11, 5.1.4 - ou λ10dry en W/mK basée sur
applications thermiques) la résistance thermique
Voir les alinéas
Émission de substances dangereuses 4.1.2 - correspondants en ZA.1 et
ZA.3
Rigidité des joints 5.3.5 - Valeur déclarée

91
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.1c — Clauses harmonisées relatives aux éléments de plancher


Éléments de toiture sous forme de dalles (WLS, WLH, WLM) tels que prévus dans le
Produit(s) de construction :
domaine d’application de cette Norme européenne
Utilisation(s) prévue(s) : Structurales
Clause(s)
Niveau(x)
Prescriptions/Caractéristiques provenant contenue(s) dans
et/ou classe(s) Notes, unités
du mandat la présente Norme
mandaté(s)
européenne
Valeur déclarée en MPa ou
Résistance à la compression (du béton) 4.2.3 -
classe de résistance déclarée
Valeur déclarée en kg/m3 ou
Masse volumique 4.2.1 - classe de masse volumique
déclarée
Résistance ultime à la traction et limite
4.3 - Valeur déclarée en MPa
élastique (de l’acier)
En cas de
dimensionnement par
calcul :
Résistance mécanique
5.1.1 (Annexe A), Valeur La méthode de
exprimée en termes de : -
7.1, Annexe A déclarée dimensionnement
flexion, traction,
compression, cisaillement, par calcul
Résistance
torsion ou poinçonnement (Annexe A) ou
mécanique
le cas échéant par essais
(Annexe B) doit
Valeur être déclarée.
En cas de déclarée
5.1.1 (Annexe B),
dimensionnement par - en kN,
7.1 (Annexe B)
essais : Capacité portante kNm ou
kN/m2
Dessins de production
Détails 5.3.1, 5.3.2, 5.4 - significatifs, lorsque cela est
exigé
Valeur déclarée à partir
Retrait au séchage (dans des conditions
4.2.9 - d’essais, en mm/m ou
d’utilisation finale)
0,75 mm/m
Pour les classes d’exposition
XF1 et XF2, à protéger sauf si
Durabilité en fonction de : gel-dégel
5.6.4 - la résistance du LAC au
(seulement pour les applications exposées)
gel-dégel a été vérifiée par
des essais.
Revêtement de protection des
barres d’armature ou
Durabilité en fonction de : corrosion 5.6.3 -
enrobage dans du béton à
structure fermée
Réaction au feu (seulement pour les
5.1.3.1 Euroclasses Classe A1
applications exposées)
Résistance au feu (dans les conditions
5.1.3.2 RE, REI -
d’utilisation finale)
Résistance thermique (seulement si le Valeur déclarée en m2.K/W
produit est projeté également pour des 4.2.11, 5.1.4 - ou λ10dry en W/mK basée sur
applications thermiques) la résistance thermique
Indice d’isolation au bruit aérien direct
(seulement si le produit est prévu également 5.1.2.1 - Valeur déclarée en db A
pour des applications acoustiques)
Voir les alinéas
Émission de substances dangereuses 4.1.2 - correspondants en ZA.1
et ZA.3
Rigidité des joints 5.3.5 - Valeur déclarée

92
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.1d — Clauses harmonisées relatives aux éléments de plancher

Éléments de murs de soutènement (WLS, WLH, WLM) tels que prévus dans le
Produit(s) de construction :
domaine d’application de cette Norme européenne
Utilisation(s) prévue(s) : Structurales
Clause(s)
contenue(s) dans Niveau(x)
Prescriptions/Caractéristiques
la présente et/ou classe(s) Notes, unités
provenant du mandat
Norme mandaté(s)
européenne
Valeur déclarée en MPa ou
Résistance à la compression (du béton) 4.2.3 -
classe de résistance déclarée

Valeur déclarée en kg/m3 ou


Masse volumique 4.2.1 - classe de masse volumique
déclarée
Résistance ultime à la traction et limite
4.3 - Valeur déclarée en MPa
élastique (de l’acier)
En cas de
dimensionnement par
calcul :
Résistance mécanique
exprimée en termes de : 5.1.1 (Annexe A), Valeur La méthode de
- dimensionnement
flexion, traction, 7.1, Annexe A déclarée
compression, par calcul
Résistance
cisaillement, torsion ou (Annexe A) ou
mécanique
poinçonnement le cas par essais
échéant (Annexe B) doit
être déclarée.
En cas de Valeur
dimensionnement par 5.1.1 (Annexe B), déclarée en
-
essais : Capacité 7.1 (Annexe B) kN, kNm ou
portante kN/m2
5.1.1, 7.1, B.1,
Capacité portante (en cas de vérification Valeur déclarée en kNm ou
B.2.1, B.2.2.1, -
par essais) kN/m2
B.3.1, B.3.4
Dessins de production
Détails 5.3.1, 5.3.2, 5.4 - significatifs, lorsque cela est
exigé
Valeur déclarée à partir
Retrait au séchage (dans des conditions
4.2.9 - d’essais, en mm/m ou
d’utilisation finale)
0,75 mm/m
Pour les classes d’exposition
Durabilité en fonction de : gel-dégel XF1 et XF2, à protéger sauf si
(seulement pour les applications 5.6.4 - la résistance du LAC au
exposées) gel-dégel a été vérifiée par des
essais.
Revêtement de protection des
barres d’armature ou enrobage
Durabilité en fonction de : corrosion 5.6.3 -
dans du béton à structure
fermée
Réaction au feu (seulement pour les
5.1.3.1 Euroclasses Classe A1
applications exposées)
Résistance au feu (dans les conditions
5.1.3.2 RE, REI -
d’utilisation finale)
« à suivre »

93
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.1d (fin)

Éléments de murs de soutènement (WLS, WLH, WLM) tels que prévus dans le
Produit(s) de construction :
domaine d’application de cette Norme européenne
Utilisation(s) prévue(s) : Structurales
Clause(s)
contenue(s) dans Niveau(x)
Prescriptions/Caractéristiques
la présente et/ou classe(s) Notes, unités
provenant du mandat
Norme mandaté(s)
européenne

Résistance thermique (seulement si le Valeur déclarée en m2.K/W ou


produit est projeté également pour des 4.2.11, 5.1.4 - λ10dry en W/mK basée sur la
applications thermiques) résistance thermique
Indice d’isolation au bruit aérien direct 5.1.2.1
Valeur déclarée en db A
(seulement si le produit est prévu
- (obtenue soit lors d’essais soit
également pour des applications 512.2
par calcul)
acoustiques)
Voir les alinéas correspondants
Émission de substances dangereuses 4.1.2 -
en ZA.1 et ZA.3
Rigidité des joints 5.3.5 - Valeur déclarée

94
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.1e — Clauses harmonisées relatives aux éléments linéaires

Éléments linéaires (BLS, PLS) tels que prévus dans le domaine d’application de cette
Produit(s) de construction :
Norme européenne
Utilisation(s) prévue(s) : Structurales
Clause(s)
Niveau(x) et/ou
Prescriptions/Caractéristiques contenue(s) dans
classe(s) Notes, unités
provenant du mandat la présente Norme
mandaté(s)
européenne
Valeur déclarée en MPa ou
Résistance à la compression (du béton) 4.2.3 - classe de résistance
déclarée

Valeur déclarée en kg/m3 ou


Masse volumique 4.2.1 - classe de masse volumique
déclarée
Résistance ultime à la traction et limite
4.3 - Valeur déclarée en MPa
élastique (de l’acier)
En cas de
dimensionnement par
calcul :
Résistance mécanique
exprimée en termes de : 5.1.1 (Annexe A), Valeur
- La méthode de
flexion, traction, 7.1 (Annexe A) déclarée
compression, dimensionnement
Résistance cisaillement, torsion ou par calcul
mécanique poinçonnement le cas (Annexe A) ou par
échéant essais (Annexe B)
doit être déclarée.
Valeur
En cas de
déclarée
dimensionnement par 5.1.1 (Annexe B),
- en kN,
essais : Capacité 7.1 (Annexe B)
kNm ou
portante
kN/m2
Dessins de production
5.3.1, 5.3.2, 5.4 ou
Détails - significatifs, lorsque cela est
5.5
exigé
Revêtement de protection
des barres d’armature ou
Durabilité en fonction de : corrosion 5.6.3 -
enrobage dans du béton à
structure fermée
Réaction au feu (seulement pour les
5.1.3.1 Euroclasses Classe A1
applications exposées)
Résistance au feu (dans les conditions
5.1.3.2 R -
d’utilisation finale)
Voir les alinéas
Émission de substances dangereuses 4.1.2 - correspondants en ZA.1
et ZA.3

95
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.1f — Clauses harmonisées relatives aux éléments de murs non porteurs

Éléments de mur non porteurs (WNS, WNH, WNM) tels que prévus dans le domaine
Produit(s) de construction :
d’application de cette Norme européenne
Utilisation(s) prévue(s) : Structurales
Clause(s)
Niveau(x)
contenue(s)
Prescriptions/Caractéristiques provenant et/ou
dans la présente Notes, unités
du mandat classe(s)
Norme
mandaté(s)
européenne
Dans le cas de charges
horizontales et d’impacts :
Résistance à la compression (du béton) 4.2.3 -
valeur déclarée en MPa ou
classe de résistance déclarée

Valeur déclarée en kg/m3 ou


Masse volumique 4.2.1 - classe de masse volumique
déclarée
Dans le cas de charges
Résistance ultime à la traction et limite
4.3 - horizontales et d’impacts :
élastique (de l’acier)
valeur déclarée en MPa

Perméabilité à la vapeur d’eau (pour murs Coefficient déclaré ou valeur


4.2.12 -
extérieurs) déclarée en g.m/(MN.s)
En cas de dimensionnement
Dans le cas
par calcul :
de charges
Résistance mécanique
horizontales
exprimée en termes de : 5.1.1 (Annexe A),
- et
flexion, traction, 7.1 (Annexe A)
d’impacts :
compression, cisaillement, La méthode de
valeur
torsion ou poinçonnement le dimensionnement
déclarée
cas échéant par calcul
Résistance
mécanique Dans le cas (Annexe A) ou
de charges par essais
horizontales (Annexe B) doit
En cas de dimensionnement et être déclarée.
5.1.1 (Annexe B),
par essais: - d’impacts :
7.1 (Annexe B)
Capacité portante valeur
déclarée en
kN/m ou
kN/m2
Dessins de production
Détails 5.3.1, 5.3.2, 5.5 - significatifs, lorsque cela est
exigé
Valeur déclarée à partir
Retrait au séchage (dans des conditions
4.2.9 - d’essais, en mm/m ou
d’utilisation finale)
0,75 mm/m
Réaction au feu (seulement pour les
5.1.3.1 Euroclasses Classe A1
applications exposées)
Résistance au feu (dans les conditions
5.1.3.2 E, EI ; EI-M -
d’utilisation finale)

Résistance thermique (seulement si le Valeur déclarée en m2.K/W ou


produit est projeté également pour des 4.2.11, 5.1.4 - λ10dry en W/mK basée sur la
applications thermiques) résistance thermique
« à suivre »

96
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.1f (fin)

Éléments de mur non porteurs (WNS, WNH, WNM) tels que prévus dans le domaine
Produit(s) de construction :
d’application de cette Norme européenne
Utilisation(s) prévue(s) : Structurales
Clause(s)
Niveau(x)
contenue(s)
Prescriptions/Caractéristiques provenant et/ou
dans la présente Notes, unités
du mandat classe(s)
Norme
mandaté(s)
européenne
Indice d’isolation au bruit aérien direct
(seulement si le produit est prévu également 5.1.2.1 - Valeur déclarée en db A
pour des applications acoustiques)
Voir les alinéas correspondants
Émission de substances dangereuses 4.1.2 -
en ZA.1 et ZA.3
Rigidité des joints 5.3.5 - Valeur déclarée

97
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.1g — Clauses harmonisées relatives aux éléments de bardage


Éléments de bardage (CNS) tels que prévus dans le domaine d’application de cette
Produit(s) de construction :
Norme européenne
Utilisation(s) prévue(s) : Structurales
Clause(s) Niveau(x)
Prescriptions/Caractéristiques provenant contenue(s) dans et/ou
Notes, unités
du mandat la présente Norme classe(s)
européenne mandaté(s)
Dans le cas de charges
horizontales et d’impacts :
Résistance à la compression (du béton) 4.2.3 -
valeur déclarée en MPa ou
classe de résistance déclarée
Valeur déclarée en kg/m3 ou
Masse volumique 4.2.1 - classe de masse volumique
déclarée
Dans le cas de charges
Résistance ultime à la traction et limite
4.3 - horizontales et d’impacts :
élastique (de l’acier)
valeur déclarée en MPa
Perméabilité à la vapeur d’eau (pour murs Coefficient déclaré ou valeur
4.2.12 -
extérieurs) déclarée en g.m/(MN.s)
En cas de
dimensionnement par
calcul :
Résistance mécanique La méthode de
5.1.1 (Annexe A), Valeur
exprimée en termes de : - dimensionnement
7.1 (Annexe A) déclarée
Résistance flexion, traction, par calcul
mécanique compression, cisaillement, (Annexe A) ou par
torsion ou poinçonnement essais (Annexe B)
le cas échéant doit être déclarée.
En cas de Résistance
5.1.1 (Annexe B),
dimensionnement par - en flexion
7.1 (Annexe B)
essais : Capacité portante seulement
Valeur déclarée à partir
Retrait au séchage (dans des conditions
4.2.9 - d’essais, en mm/m ou
d’utilisation finale)
0,75 mm/m
Pour les classes d’exposition
XF1 et XF2, à protéger sauf si
Durabilité en fonction de : gel-dégel
5.6.4 - la résistance du LAC au
(seulement pour les applications exposées)
gel-dégel a été vérifiée par des
essais.
Revêtement de protection des
barres d’armature ou enrobage
Durabilité en fonction de : corrosion 5.6.3 -
dans du béton à structure
fermée
Réaction au feu (seulement pour les
5.1.3.1 Euroclasses Classe A1
applications exposées)
Résistance au feu (dans les conditions
5.1.3.2 E, EI ; EI-M -
d’utilisation finale)
Résistance thermique (seulement si le Valeur déclarée en m2.K/W ou
produit est projeté également pour des 4.2.11, 5.1.4 - λ10dry en W/mK basée sur la
applications thermiques) résistance thermique
Indice d’isolation au bruit aérien direct
(seulement si le produit est prévu également 5.1.2.1 - Valeur déclarée en db A
pour des applications acoustiques)
Voir les alinéas correspondants
Émission de substances dangereuses 4.1.2 -
en ZA.1 et ZA.3
Rigidité des joints 5.3.5 - Valeur déclarée

98
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.1h — Clauses harmonisées relatives aux éléments pour caniveaux techniques

Éléments pour petits caniveaux techniques (CNS) tels que prévus dans le domaine
Produit(s) de construction :
d’application de cette Norme européenne
Utilisation(s) prévue(s) : Structurales
Clause(s)
Niveau(x)
Prescriptions/Caractéristiques provenant contenue(s) dans
et/ou classe(s) Notes, unités
du mandat la présente Norme
mandaté(s)
européenne
Valeur déclarée en MPa ou
Résistance à la compression (du béton) 4.2.3 -
classe de résistance déclarée

Valeur déclarée en kg/m3 ou


Masse volumique 4.2.1 - classe de masse volumique
déclarée
Résistance ultime à la traction et limite
4.3 - Valeur déclarée en MPa
élastique (de l’acier)
En cas de
dimensionnement par
calcul :
Résistance mécanique
5.1.1 (Annexe A), Valeur La méthode de
exprimée en termes de : -
7.1 (Annexe A) déclarée dimensionnement
flexion, traction,
Résistance compression, cisaillement, par calcul
mécanique torsion ou poinçonnement le (Annexe A) ou par
cas échéant essais (Annexe B)
doit être déclarée.
En cas de
dimensionnement par 5.1.1 (Annexe B), Valeur
-
essais : 7.1 (Annexe B) déclarée
Capacité portante
Dessins de production
Détails 5.3.1, 5.3.2 - significatifs, lorsque cela est
exigé
Valeur déclarée à partir
Retrait au séchage (dans des conditions
4.2.9 - d’essais, en mm/m ou
d’utilisation finale)
0,75 mm/m
Pour les classes d’exposition
XF1 et XF2, à protéger sauf
Durabilité en fonction de : gel-dégel
5.6.4 - si la résistance du LAC au
(seulement pour les applications exposées)
gel-dégel a été vérifiée par
des essais.
Revêtement de protection
des barres d’armature ou
Durabilité en fonction de : corrosion 5.6.3 -
enrobage dans du béton à
structure fermée
Voir les alinéas
Émission de substances dangereuses 4.1.2 - correspondants en ZA.1 et
ZA.3

La prescription relative à une caractéristique particulière n’est pas à appliquer dans les états membres où une
telle caractéristique ne fait pas l’objet d’une réglementation. Dans ce cas, les fabricants désireux de placer
leurs produits sur le marché de ces états membres ne sont pas tenus de définir ni de déclarer la performance
de leurs produits à l’égard de cette caractéristique et la mention « performance non définie » (NPD) peut être
ajoutée dans les informations accompagnant la marque CE (voir article ZA.3).

La mention NPD peut ne pas être utilisée lorsque la caractéristique fait l’objet d’un niveau seuil.

99
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

ZA.2 Procédures pour l’attestation de la conformité des produits

ZA.2.1 Système d’attestation de la conformité

Le système d’attestation de la conformité des 17 éléments préfabriqués armés en béton de granulats légers à
structure ouverte indiqués dans les Tableaux ZA.1a à ZA.1h est indiqué dans le Tableau ZA.2a pour la (les)
utilisation(s) projetées, conformément aux décisions de la Commission du 14 juin 1995 (95/204/CE) et
du 25 janvier 1999 (1999/94/CE) publiées dans le Journal officiel des Communautés européennes et figurant
dans l’Annexe 3 du mandat pour la famille de produits « Produits préfabriqués en béton
courant/léger/cellulaire autoclavé ».

Tableau ZA.2a — Systèmes d’attestation de la conformité

Système(s)
d’attestation
Produis(s) Utilisation(s) prévue(s) Niveau(x) ou classe(s)
de la
conformité
Pour utilisation structurale - 2+
Éléments préfabriqués armés en béton de Pour utilisation non
granulats légers à structure ouverte structurale ou pour utilisation - 4
structurale légèrea
Système 2+ : Voir Directive 89/106/CEE, Annexe III (2)(ii), première possibilité, incluant la certification du contrôle de production en usine
par un organisme agréé, basée sur un contrôle initial de l’usine et sur le contrôle de la production de l’usine ainsi que sa surveillance
permanente, son évaluation et son approbation.
Système 4 : Voir Directive 89/106/CEE, Annexe III (2)(ii), troisième possibilité.
a L’utilisation structurale légère renvoie à des application qui, en cas de défaillance, ne sont pas censées provoquer l’effondrement de
l’ouvrage ou d’une partie de celui-ci, des déformation inadmissibles ou des accidents à l’égard des personnes (à définir par les Etats
membres).

L’attestation de la conformité des éléments de structure indiqués dans les Tableaux ZA.1a à ZA.1e doit être
fondée sur l’évaluation de la procédure de conformité indiquée dans les Tableaux ZA.2b et ZA.2c résultant de
l’application des articles de la présente Norme européenne qui y sont indiqués.

100
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Tableau ZA.2b — Attribution des tâches d'évaluation de la conformité (éléments structuraux)


dans le système 2+a

Tâches Portée de la tâche Paragraphes applicables


Paramètres relatifs à toutes les
Contrôle de la production en
caractéristiques pertinentes du 6.3 et 6.6
usine (FPC)
Tableau ZA.1
Essais de type initiaux par un
Réaction au feu 6.2
laboratoire d’essai notifié
Toutes les caractéristiques
Essais de type initiaux par le
pertinentes du Tableau ZA.1 6.2
fabricant
(excepté réaction au feu)

Tâches incombant Essais sur échantillons Toutes les caractéristiques


6.3 et 6.6
au fabricant prélevés en usine pertinentes du Tableau ZA.1
Inspection
Paramètres relatifs à toutes les
initiale de
Certification caractéristiques pertinentes du 6.3 et 6.4
l’usine et du
du Contrôle FPC Tableau ZA.1
de la
production en Surveillance
usine sur la continue, Paramètres relatifs à toutes les
base de évaluation et caractéristiques pertinentes du 6.3 et 6.5
approbation Tableau ZA.1
du FPC
a S’applique aux éléments de murs (WL), de murs de soutènement (WR), de toiture et de plancher (RF), aux poutres (BL) et aux
trumeaux (PL).

Tableau ZA.2c — Attribution des tâches d'évaluation de la conformité (éléments non structuraux ou
structuraux légers) dans le système 4a

Tâches Portée de la tâche Paragraphes applicables


Toutes les caractéristiques
Essais de type initiaux 6.2 et 6.6
pertinentes du Tableau ZA.1
Tâches du
fabricant Paramètres relatifs à toutes les
Contrôle de la production en
caractéristiques pertinentes du 6.3 et 6.6
usine
Tableau ZA.1
a S’applique aux éléments de bardage (CN), aux éléments de cloisons (WN), aux caniveaux techniques (BN) et aux élément
pour écrans acoustiques (SB).

ZA.2.2 Déclaration de conformité et certificat CE

Dans le cas de produits relevant du système 2+ : Après avoir établi la conformité aux conditions de la
présente annexe, une fois que l’organisme notifié a établi le certificat mentionné ci-dessous, le fabricant, ou
son agent établi dans l’EEE, doit préparer et conserver une déclaration de conformité autorisant l’apposition
du marquage CE. Cette déclaration doit comporter :

 le nom et l’adresse du fabricant ou de son représentant autorisé établi dans la CEE et le lieu de
production ;

 la description du produit (type, identification, utilisation, ...), et un exemplaire des informations


accompagnant le marquage CE ;

 les dispositions auxquelles le produit est conforme (par exemple, l’Annexe ZA de la présente EN) ;

 les conditions particulières applicables à l’usage du produit (par exemple dispositions pour l’emploi dans
certaines conditions) ;

101
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

 le numéro du certificat de contrôle de la production en usine qui est associé ;

 le nom et la position de la personne autorisée à signer la déclaration au nom du fabricant ou de son


représentant autorisé.

La déclaration doit s’accompagner d’un certificat de contrôle de la production en usine, établi par l’organisme
notifié, qui doit comprendre, outre les informations ci-dessus :

 le nom et l'adresse de l'organisme agréé ;

 le numéro du certificat de contrôle de la production en usine ;

 les conditions et la période de validité du certificat, le cas échéant ;

 le nom et la fonction de la personne habilitée à signer le certificat.

Pour les produits relevant du système 4 : Lorsque les conditions de la présente annexe sont respectées, le
fabricant ou son représentant établi dans l’EEE doit élaborer et conserver une déclaration de conformité
(déclaration de conformité CE) qui autorise le fabricant à apposer le marquage CE. Cette déclaration doit
comporter :

 le nom et l’adresse du fabricant ou de son représentant autorisé établi dans la CEE et le lieu de
production ;

 la description du produit (type, identification, utilisation, ...), et un exemplaire des informations


accompagnant le marquage CE ;

 les dispositions auxquelles le produit est conforme (par exemple, l’Annexe ZA de la présente EN) ;

 les conditions particulières applicables à l’usage du produit (par exemple dispositions pour l’emploi dans
certaines conditions) ;

 le nom et la position de la personne autorisée à signer la déclaration au nom du fabricant ou de son


représentant autorisé.

La déclaration et le certificat mentionnés ci-avant doivent être présentés dans la ou les langue(s) officielle(s)
de l’État membre où le produit est destiné à être utilisé.

ZA.3 Marquage CE et étiquetage

ZA.3.1 Généralités

Le fabricant ou son représentant autorisé établi dans la CEE ou l’AELE est responsable de l’apposition du
marquage CE. Il convient que le marquage soit apposé sur l’élément lui-même. Lorsque cela n’est pas
possible, il peut figurer sur l’étiquette qui l’accompagne ou sur les documents commerciaux
d’accompagnement, par exemple le bon de livraison.

Le symbole de conformité “CE” à apposer doit être conforme à la Directive 93/68/CEE et doit être
accompagné des informations suivantes (voir les exemples 1 à 3) :

 numéro d’identification de l’organisme notifié (seulement pour les produits relevant du système 2+) ;

 nom et marque d’identification du producteur ;

 adresse légale du producteur ;

102
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

 les deux derniers chiffres de l’année durant laquelle le marquage a été apposé ;

 le numéro du certificat de contrôle de la production en usine (seulement pour les produits relevant du
système 2+) ;

 référence à la présente Norme européenne ;

 description du produit : nom générique, matériau, dimensions, ... et utilisation prévue ;

 information sur les caractéristiques couvertes par le mandat ;

ou, s’il y a lieu ;

données et paramètres nécessaires pour déterminer la résistance mécanique et la résistance au feu du


produit selon les codes de calcul nationaux et les dispositions en vigueur sur les lieux d’utilisation/de
destination ;

ou

identification de la partie responsable du dimensionnement (fabricant ou autre partie) et des calculs, ainsi
que des plans de production les plus importants ;

 valeurs et, s’il y a lieu, niveau ou classe à déclarer pour chaque caractéristique couverte par le mandat
comme indiqué dans les clauses correspondantes de la présente norme européenne, indiquées dans les
Tableaux ZA.1a à ZA.1h ;

 une désignation normalisée peut être donnée comme autre solution, lorsque cela est possible,. Il convient
que cette désignation donne des informations sur toutes les caractéristiques. Si certaines caractéristiques
ne sont pas couvertes, les valeurs correspondantes doivent en être données en complément ;

 la mention « performance non définie » pour les caractéristiques le cas échéant.

La mention « Performance non définie » (PND) ne peut pas être utilisée lorsque la caractéristique est soumise
à un niveau seuil. Sinon, cette mention peut être utilisée lorsque, pour une utilisation prévue donnée, la
caractéristique n’est pas soumise à des exigences réglementaires dans l’État membre de destination.

ZA.3.2 Déclaration des données géométriques et des propriétés de matériaux

Cette méthode 1 détermine les propriétés associées aux exigences essentielles « résistance mécanique et
stabilité » et « résistance au feu ».

Les informations suivantes doivent être indiquées dans le marquage CE :

 résistance à la compression du LAC ;

 masse volumique du LAC ;

 limite élastique ultime de l'acier des armatures (le cas échéant) ;

 données géométriques (dimensions critiques et tolérances + quantité et emplacement de l’armature) ;

 longueur minimale d'appui ;

 classe environnementale prévue ;

 propriétés thermiques (le cas échéant) ;

103
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

 propriétés acoustiques (le cas échéant) ;

 réaction au feu (le cas échéant) ;

 résistance au feu (le cas échéant) ;

 retrait de séchage (le cas échéant).

La Figure ZA.1 fournit un exemple de marquage CE à l’aide de la méthode 1.

NOTE En outre, les informations suivantes sont requises :

À l’état limite ultime :

 effort tranchant des joints soudés de l’armature (si nécessaire pour le calcul) ;

 résistance à la flexion (si nécessaire pour le calcul).

À l’état limite de service :

 module d'élasticité ;

 fluage (si nécessaire pour le calcul).

NOTE La méthode 1 peut être appliquée pour les produits disponibles dans le commerce et sur catalogues.

104
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Marquage de conformité CE constitué du symbole


« CE » indiqué dans la Directive 93/68/CEE

0123-CPD-001 Identification de l’organisme notifié


Nom ou marque d’identification et adresse légale du
AnyCo Ltd, PO Box 21, B-1050 fabricant

Deux derniers chiffres de l’année d’apposition du


03
marquage

0123-CPD-00456 Numéro du certificat du FPC

EN 1520 Numéro et titre de la Norme européenne concernée


Éléments armés préfabriqués en béton de granulats légers à
Nom générique et utilisation prévue
structure ouverte

Élément de mur porteur (WLS)

Informations sur les caractéristiques du produit,


LAC :
couvertes par le mandat comprenant les détails
Classe de résistance : LAC 10
Classe de masse volumique : 1 400 (à adapter au produit particulier par le fabricant)

Maille en acier d’armatures : NOTE Les valeurs numériques sont indiquées à


Limite élastique en traction : 500 MPa titre d’exemple uniquement.

Câbles longitudinaux et transversaux :


As ........................................................................ 50 mm2/m
φs ........................................................................ 4 mm
a (espacement des câbles) 250 mm

L’armature à mailles se situe dans tiers central de la section

L’élément peut être utilisé dans la classe environnementale :


X0, XC1, XC3

L’élément doit être entièrement appuyé sur sa base

Dimensions et tolérances (mm) :


Épaisseur : 100 ± 5
Hauteur : 2 400 ± 8
Longueur : 4 800 ± 8

Pour les détails, le comportement thermique, acoustique et


le comportement au feu, voir les Informations techniques :
Catalogue produits ABC.2003 – article ii

Figure ZA.1 — Exemple de marquage CE à l’aide de la méthode 1

105
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

ZA.3.3 Déclaration des propriétés de produits

Cette méthode 2 détermine les propriétés associées aux exigences essentielles « résistance mécanique et
stabilité » et « résistance au feu ».

Les informations suivantes doivent être indiquées dans le marquage CE :

 résistance à la compression du LAC ;

 masse volumique du LAC ;

 limite élastique ultime de l'acier des armatures (le cas échéant) ;

 longueur minimale d'appui ;

 classe environnementale prévue ;

 propriétés thermiques (le cas échéant) ;

 propriétés acoustiques (le cas échéant) ;

 réaction au feu (le cas échéant) ;

 résistance au feu (le cas échéant) ;

 retrait de séchage (le cas échéant).

La Figure ZA.2 fournit un exemple de marquage CE à l’aide de la méthode 2. Elle indique un modèle de
marquage CE comprenant les informations nécessaires pour déterminer, conformément à la réglementation
valide sur le lieu d’utilisation en matière de dimensionnement, les propriétés associées à la résistance
mécanique et à la stabilité, y compris les aspects relatifs à la durabilité et au service.

NOTE La méthode 2 est utilisée pour la déclaration des propriétés de produits déterminés selon la présente Norme
et les Eurocodes EN.

106
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Marquage de conformité CE constitué du symbole


« CE » indiqué dans la Directive 93/68/CEE

0123-CPD-001 Identification de l’organisme notifié


Nom ou marque d’identification et adresse légale du
AnyCo Ltd, PO Box 21, B-1050 fabricant

Deux derniers chiffres de l’année d’apposition du


03
marquage

0123-CPD-00456 Numéro du certificat du FPC

EN 1520 Numéro et titre de la Norme européenne concernée


Éléments armés préfabriqués en béton de granulats légers
Nom générique et utilisation prévue
à structure ouverte

Élément de mur porteur (WLS)

Informations sur les caractéristiques du produit,


LAC :
couvertes par le mandat comprenant les détails
Classe de résistance : LAC 10
Classe de masse volumique : 1 400 (à adapter au produit particulier par le fabricant)

Maille en acier d’armatures : NOTE Les valeurs numériques sont indiquées à


Limite élastique en traction : 500 MPa titre d’exemple uniquement.

Résistance mécanique (valeurs de calcul) :


Calcul conforme à l’Annexe A :
Capacité résistante avec etot = yy mm: xx kN/m
Coefficients de sécurité du matériau appliqués au calcul de
la résistance mécanique :
Pour le LAC ................................................ γC = 1,40
Pour l’acier d’armature ............................... γS = 1,15
Résistance au feu REI : ...................................... 60 min
Réaction au feu .................................................. Classe A1
Résistance au feu ............................................. vvv m2K/W
Retrait de séchage
(dans des conditions d’utilisation finale) ......... 0,75 mm/m

Pour les données géométriques, les détails, la durabilité,


les paramètres d’isolation acoustique et les autres NDP,
voir la documentation technique

Documentation technique :
Numéro de position ........................................ nnnnnn

Figure ZA.2 — Exemple de marquage CE à l’aide de la méthode 2

107
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

ZA.3.4 Déclaration de conformité avec le dossier de dimensionnement défini

Cette méthode 3 détermine les propriétés associées aux exigences essentielles « résistance mécanique et
stabilité » et « résistance au feu ».

La méthode 3 s’applique aux situations suivantes :

i) Dans le cas où un élément ou un ensemble structural est produit conformément aux détails de
dimensionnement (plans, spécifications des matériaux, etc.) préparés par le concepteur des ouvrages

Annexe ZD Dans les cas où le producteur a dimensionné et produit un élément ou un ensemble structural
selon les dispositions de la commande du client.

Les informations suivantes doivent être indiquées dans le marquage CE :

 résistance à la compression du LAC ;

 masse volumique du LAC ;

 limite élastique ultime de l'acier des armatures (le cas échéant) ;

 référence au document de calcul relatif au dimensionnement structural et dessin de production ou


commande du client ;

 méthode de dimensionnement utilisée à l’Annexe A ou B ou dans les dispositions nationales ;

 classe environnementale prévue ;

 propriétés thermiques (le cas échéant) ;

 propriétés acoustiques (le cas échéant) ;

 réaction au feu (le cas échéant) ;

 résistance au feu (le cas échéant).

NOTE Cette méthode est applicable aux cas non couverts par les méthodes 1 et 2.

La Figure ZA.3 fournit un exemple de marquage CE à l’aide de la méthode 3. Elle indique, pour un élément de
mur porteur, un modèle de marquage CE dans le cas où le produit est fabriqué conformément à une
spécification de dimensionnement, dans laquelle les propriétés associées à la résistance mécanique et à la
stabilité sont déterminées au moyen de dispositions relatives au dimensionnement et applicables aux
ouvrages.

108
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Marquage de conformité CE constitué du symbole « CE »


indiqué dans la Directive 93/68/CEE

0123-CPD-001 Identification de l’organisme notifié

Nom ou marque d’identification et adresse légale du


AnyCo Ltd, PO Box 21, B-1050 fabricant

Deux derniers chiffres de l’année d’apposition du


03
marquage

0123-CPD-00456 Numéro du certificat du FPC

EN 1520 Numéro et titre de la Norme européenne concernée


Éléments armés préfabriqués en béton de granulats légers à
Nom générique et utilisation prévue
structure ouverte

Élément de mur porteur (WLS)

Informations sur les caractéristiques du produit, couvertes


LAC :
par le mandat comprenant les détails
Classe de résistance : LAC 10
Classe de masse volumique : 1 400

Maille en acier d’armatures : NOTE Les valeurs numériques sont indiquées à titre
Limite élastique en traction : 500 MPa d’exemple uniquement.

Pour les données géométriques, les détails, la résistance


mécanique et la durabilité, voir les spécifications relatives au
dimensionnement.

Spécifications relatives au dimensionnement :


Code de commande xxxxxx

Figure ZA.3 — Exemple de marquage CE à l’aide de la méthode 3

ZA.3.5 Étiquette simplifiée

L’étiquette simplifiée peut être utilisée dans la méthode 1, 2 et 3, à condition que les informations détaillées
soient fournies à la demande.

Dans le cas d’une étiquette simplifiée, les informations suivantes doivent être ajoutées au symbole de la
marque CE :

 le nom ou la marque distinctive et l’adresse légale du fabricant ;

 le numéro d’identification de l’unité (pour assurer la traçabilité) ;

109
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

 les deux derniers chiffres de l’année durant laquelle le marquage a été apposé ;

 le numéro du certificat CE de contrôle de la production en usine ;

 la référence à la présente Norme européenne.

Le numéro d’identification doit indiquer, dans les documents d’accompagnement, les informations relatives à
l’élément. La Figure ZA.4 fournit un modèle d’étiquette simplifié de marquage CE.

Marquage de conformité CE constitué du symbole


« CE » indiqué dans la Directive 93/68/CEE

AnyCo Ltd, PO Box 21, B-1050 Nom ou marque d’identification et adresse légale du
fabricant

WLS 123 Numéro d’identification de l’élément

02 Deux derniers chiffres de l’année d’apposition du


marquage

0123-CPD-0456 Numéro du certificat du FPC ou

EN 1520 Numéro de la présente Norme européenne

Figure ZA.4 — Exemple d’étiquetage simplifié

Pour les petits éléments ou pour des raisons liées à l’impression sur le produit, la taille peut être réduite en
supprimant la référence à la norme EN et/ou au certificat FPC.

ZA.3.6 Informations supplémentaires

Outre les éventuelles informations particulières relatives à des substances dangereuses mentionnées ci-
dessus, il convient que le produit soit également accompagné, là et quand cela est exigé, d’une
documentation, sous une forme appropriée, dressant la liste de toute autre législation sur les substances
dangereuses à laquelle le produit est déclaré conforme, ainsi que toute information requise par ladite
législation.

NOTE 1 Il n’est pas nécessaire de mentionner la législation européenne lorsqu’il n’y a pas de dérogations nationales.

NOTE 2 L'apposition du symbole CE sur un produit signifie, si un produit est soumis à plusieurs directives, que ce
dernier est conforme à toutes les directives applicables.

110
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (F)

Bibliographie

EN 1990, Eurocode structuraux — Bases de calcul des structures.

EN 1991-1 (toutes les parties), Actions sur les structures.

EN 1992-1-1, Eurocode 2 — Calcul des structures en béton — Partie 1-1 : Règles générales et règles pour
les bâtiments.

Document Guide L, Application et utilisation des Eurocodes.

111
INTRANORMES pour : EIFFAGE

EUROPEAN STANDARD DRAFT


NORME EUROPÉENNE prEN 1520
EUROPÄISCHE NORM
August 2007

ICS 91.100.30 Will supersede EN 1520:2002

English Version

Prefabricated reinforced components of lightweight aggregate


concrete with open structure

Vorgefertigte bewehrte Bauteile aus haufwerksporigem


Leichtbeton

This draft European Standard is submitted to CEN members for enquiry. It has been drawn up by the Technical Committee CEN/TC 177.

If this draft becomes a European Standard, CEN members are bound to comply with the CEN/CENELEC Internal Regulations which
stipulate the conditions for giving this European Standard the status of a national standard without any alteration.

This draft European Standard was established by CEN in three official versions (English, French, German). A version in any other language
made by translation under the responsibility of a CEN member into its own language and notified to the CEN Management Centre has the
same status as the official versions.

CEN members are the national standards bodies of Austria, Belgium, Bulgaria, Cyprus, Czech Republic, Denmark, Estonia, Finland,
France, Germany, Greece, Hungary, Iceland, Ireland, Italy, Latvia, Lithuania, Luxembourg, Malta, Netherlands, Norway, Poland, Portugal,
Romania, Slovakia, Slovenia, Spain, Sweden, Switzerland and United Kingdom.

Recipients of this draft are invited to submit, with their comments, notification of any relevant patent rights of which they are aware and to
provide supporting documentation.

Warning : This document is not a European Standard. It is distributed for review and comments. It is subject to change without notice and
shall not be referred to as a European Standard.

EUROPEAN COMMITTEE FOR STANDARDIZATION


COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION
EUROPÄISCHES KOMITEE FÜR NORMUNG

Management Centre: rue de Stassart, 36 B-1050 Brussels

© 2007 CEN All rights of exploitation in any form and by any means reserved Ref. No. prEN 1520:2007: E
worldwide for CEN national Members.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Contents

Foreword......................................................................................................................................................................5
1 Scope ..............................................................................................................................................................6
2 Normative references ....................................................................................................................................7
3 Definitions, symbols and abbreviations......................................................................................................9
3.1 Terms and definitions ...................................................................................................................................9
3.2 Symbols ..........................................................................................................................................................9
3.3 Abbreviations ...............................................................................................................................................15
3.4 Units ..............................................................................................................................................................15
4 Properties and requirements of materials ................................................................................................16
4.1 Constituents .................................................................................................................................................16
4.2 Lightweight aggregate concrete parameters............................................................................................16
4.3 Reinforcing steel..........................................................................................................................................24
5 Properties and requirements of components...........................................................................................25
5.1 General..........................................................................................................................................................25
5.2 Types of components..................................................................................................................................27
5.3 Detailing, technical requirements, and declared properties ...................................................................28
5.4 Additional requirements for roof and floor components and beams.....................................................29
5.5 Additional requirements for wall components .........................................................................................32
5.6 Durability ......................................................................................................................................................33
6 Evaluation of conformity.............................................................................................................................37
6.1 Introduction ..................................................................................................................................................37
6.2 Initial type-testing of the component.........................................................................................................37
6.3 Factory production control.........................................................................................................................39
6.4 Initial inspection of the factory and the factory production control ......................................................40
6.5 Surveillance, assessment and approval of the factory production control ..........................................40
6.6 Actions to be taken in the event of non-conformity.................................................................................41
7 Basis for design ...........................................................................................................................................47
7.1 Design methods ...........................................................................................................................................47
7.2 Limit states ...................................................................................................................................................47
7.3 Actions..........................................................................................................................................................47
8 Marking, labelling and designation............................................................................................................48
8.1 Standard designation ..................................................................................................................................48
8.2 Additional information on accompanying documents ............................................................................49
Annex A (normative) Design of components by calculation ................................................................................50
Annex B (normative) Design of components by testing .......................................................................................69
Annex C (informative) Recommended values for partial safety factors..............................................................75
Annex ZC (informative) Provisions for the CE marking of prefabricated reinforced components of
lightweight aggregate concrete with open structure under the EU Construction Products
Directive........................................................................................................................................................76
Bibliography ..............................................................................................................................................................95

2
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Figures

Figure 1 — Determination of dry thermal conductivity λ10dry.......................................................................................23


Figure 2 — Examples of solid slab (c), hollow core slab (b) and multilayer slab (a) (with respect to
transverse reinforcement, see 5.4.2.1).......................................................................................................................31
Figure 3 — Support length ao .....................................................................................................................................32
Figure 4. Required minimum of total width .................................................................................................................32
Figure A.A1 — Bi-linear stress-strain diagram for LAC in compression for cross-sectional of design ......................52
Figure A.A2 — Design stress-strain diagram for reinforcing steel .............................................................................53
Figure A.A3 — Strain diagrams in the ultimate limit state ..........................................................................................53
Figure A.A4 — Limits of slenderness ratio S of loadbearing walls and piers .............................................................58
Figure A.A5 — Distribution of concentrated load .......................................................................................................63
Figure A.A6 — Anchorage of smooth reinforcing bars ...............................................................................................67
Figure A.A7 — Anchorage of ribbed reinforcing bars.................................................................................................68
Figure B.B1 — Definition of shear span ls ..................................................................................................................71
Figure B.B2 — Simplified Ν/Μ interaction diagram of the cross-section, representing results of three test series ..74
Figure ZA.1 — Example of CE marking with Method 1 ..............................................................................................89
Figure ZA.2 — Example of CE marking with Method 2 ..............................................................................................91
Figure ZA.3 — Example of CE marking with Method 3 ..............................................................................................93
Figure ZA.4 — Example of simplified label.................................................................................................................94
Tables
Table 1 — Tolerances on declared mean value of dry density of LAC ......................................................................16
Table 2 — Density classes of LAC .............................................................................................................................17
Table 3 — Determination of the characteristic strength fk and required minimum strength fmin .................................17
Table 4 — Statistical coefficient Kn for determination of characteristic strength ........................................................18
Table 5 — Reduction factors for compressive strength of cores with equal length and diameter or of
cubes with different sizes............................................................................................................................................18
Table 6 — Conversion factors for conversion of test results of cast test specimens to the strength of
reference test specimens (drilled cores with 100 mm diameter and equal length or 100 mm cubes) .......................19
Table 7 — Strength classes and strength requirements for LAC ...............................................................................19
Table 8 — Coefficient η4 for evaluation of the final creep coefficient of LAC.............................................................22
Table 9 — Dry thermal conductivity λ10dry of LAC for 50% and 90% of production, with a confidence level
γ = 90 % (compiled according to EN 1745) ................................................................................................................24
Table 10 — Basic values for moisture content and moisture conversion coefficient of LAC
(compiled according to EN ISO 10456) ......................................................................................................................26
Table 11 — Types of components..............................................................................................................................27
Table 12 — Maximum permissible deviation from squareness in the plane of components .....................................29
Table 14 — Description of environmental classes (For more information see EN 206, Table 1) ..............................34
Table 15 — Embedding in LAC - Minimum concrete cover in mm and test method for initial type test and FPC. ....35
Table 16 — Coating by a cement based coating - Minimum concrete cover in mm and test method for by
initial type test and FPC..............................................................................................................................................35
Table 17 — Embedding in a zone of C concrete or LC concrete with closed structure - Minimum
concrete cover in mm. ..............................................................................................................................................36
Table 18 — Coating by zinc applied by hot dip galvanizing - Minimum concrete cover in mm. ...............................36
Table 19 — Use of stainless steel - Minimum concrete cover in mm. ....................................................................37
Table 20 — Initial type-testing of the LAC components .............................................................................................42
Table 21 — Factory production control, testing of the finished product, LAC components for structural uses .........43
Table 22 — Factory production control, testing of the finished product, LAC components for
non-loadbearing uses .................................................................................................................................................45
Table A.1 — Required dimensions of beams without verification of loadbearing capacity........................................64
Table A.2 — Limits of reinforcement in roof and floor components in the case of design by calculation
(plain steel, with characteristic yield strength fyk ≤ 220 MPa) .....................................................................................67
Table C.1 — Partial safety factors γM for material properties .....................................................................................75
Table C.2 — Partial safety factors γcomp for components............................................................................................75
Table ZA.1a — Harmonised clauses for loadbearing wall components.....................................................................77
Table ZA.1b — Harmonised clauses for retaining wall components..........................................................................78
Table ZA.1c — Harmonised clauses for roof components.........................................................................................79
Table ZA.1d — Harmonised clauses for floor components........................................................................................80
Table ZA.1e — Harmonised clauses for linear components ......................................................................................81
Table ZA.1f — Harmonised clauses for non-loadbearing wall components ..............................................................82
Table ZA.1g — Harmonised clauses for cladding components .................................................................................83
Table ZA.1h — Harmonised clauses for small box culvert components ....................................................................84

3
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table ZA.2a — Systems of attestation of conformity .................................................................................................85


1)
Table ZA.2b — Assignation of evaluation of conformity tasks (for structural components) under system 2+ .........85
Table ZA.2c — Assignation of evaluation of conformity tasks (for non structural or light structural
1)
components) under System 4 ...................................................................................................................................86

4
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Foreword
This document (prEN 1520:2007) has been prepared by Technical Committee CEN /TC 177, "Prefabricated
reinforced components of autoclaved aerated concrete or light-weight aggregate concrete with open structure", the
secretariat of which is held by DIN.

This document is currently submitted to the CEN Enquiry.

This document will supersede EN 1520:2002.

This European Standard has been prepared under mandate M100 given to CEN by the European Commission and
the European Free Trade Association and supports essential requirements of Directive 89/106/EEC.

For relationship with EU Directives, see informative annex ZA, which is an integral part of this standard.

This document uses the methods given in the Guidance Paper L, clause 3.3, of the European Commission.

This European Standard is used together with a national application document. The national application document
may only contain information on those parameters which are left open in this European Standard for national
choice, known as Nationally Determined Parameters, to be used for the design of the construction products and
civil engineering works to be constructed in the country concerned, i.e.:

 values and/or classes where alternatives are given in this European Standard;

 values to be used where a symbol only is given in this European Standard;

 country specific data (geographical, climatic, etc.), e.g. snow map;

 the procedure to be used where alternative procedures are given in this European Standard.

It may contain

 decisions on the application of informative annexes;

 references to non-contradictory complementary information to assist the user to apply this European Standard.

There is a need for consistency between this document for construction products and the technical rules for works.
That means all the information accompanying the CE Marking of the construction products should clearly mention
which Nationally Determined Parameters have been taken into account.

EN 1520 describes the design principles and requirements for safety, serviceability and durability of prefabricated
reinforced components of lightweight aggregate concrete with open structure. The design of the components is
based on the limit state concept used in conjunction with partial safety factors.

EN 1520 is intended to be used together with Eurocodes EN 1990, EN 1991 and EN 1998.

Numerical values for partial safety factors and other reliability parameters are recommended as basic values that
provide an acceptable level of reliability. They have been selected assuming that an appropriate level of
workmanship and of quality management applies.

This European Standard gives values with notes indicating where national choices may be made. Therefore the
National Standard implementing EN 1520 should be used with a national application document containing all
Nationally Determined Parameters to be used for the design of prefabricated reinforced components of lightweight
aggregate concrete with open structure to be constructed in the relevant country.

5
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

National choice is allowed in EN 1520 through the following clauses:

A.2 A.7.1.1

A.3.2 B.2.3

A.3.3 B.3.3.1

A.4.1 B.3.3.3

A.4.2 Annex C

A.5.1

Regulatory classes are only given for "Reaction to fire" and "Resistance to fire". All other classes used in this
European Standard, i. e. density classes and strength classes, are technical classes.

Annexes A and B are normative.

Annex C is informative.

This document includes a Bibliography.

1 Scope
This European Standard is for prefabricated reinforced components of lightweight aggregate concrete (LAC) with
open structure intended to be used in building constructions

a) for structural elements:

 loadbearing wall components (solid, hollow core or multilayer);

 retaining wall components (solid) with or without surcharge loading;

 roof components (solid, hollow core or multilayer);

 floor components (solid, hollow core or multilayer);

 linear components (beams or piers).

b) for non-structural elements:

 non-loadbearing wall components (e.g. for partition walls);

 cladding components (without fixtures) intended to be used for external facades of buildings;

 small box culverts used to form channels for the enclosure of services;

 components for noise barriers.

Depending on the type and intended use of elements for which the components are utilised, the components can
be applied - in addition to their loadbearing and encasing function - for purposes of fire resistance, sound insulation
and thermal insulation in the relevant clauses of this European Standard.

Components covered by this standard are only intended to be subjected to predominantly non-dynamic actions,
unless special measures are introduced in the relevant clauses of this European standard.

The term "reinforced" relates to reinforcement used for both structural and non-structural purposes.
6
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

This European Standard does not cover:

 rules for the application of these components in structures;

 joints (except their strength);

 fixtures;

 finishes for external components, such as tiling.

NOTE LAC components can be used in noise barriers if they are designed to fulfil also the requirements of prEN 14388.

2 Normative references
The following referenced documents are indispensable for the application of this document. For dated references,
only the edition cited applies. For undated references, the latest edition of the referenced document (including any
amendments) applies.

EN 206-1:2000, Concrete – Part 1: Specification, performance, production and conformity.

EN 990, Test methods for verification of corrosion protection of reinforcement in autoclaved aerated concrete and
lightweight aggregate concrete with open structure.

EN 991, Determination of the dimension of prefabricated reinforced components made of autoclaved aerated
concrete or lightweight aggregate concrete with open structure.

EN 992, Determination of the dry density of lightweight aggregate concrete with open structure.

EN 1352, Determination of static modulus of elasticity under compression of autoclaved aerated concrete or
lightweight aggregate concrete with open structure.

EN 1354, Determination of compressive strength of lightweight aggregate concrete with open structure.

EN 1355:1996, Determination of creep strains under compression of autoclaved aerated concrete or lightweight
aggregate concrete with open structure.

EN 1356, Performance test for prefabricated reinforced components of autoclaved aerated concrete or lightweight
aggregate concrete with open structure under transverse load.

EN 1364-1, Fire resistance tests for non-loadbearing elements − Part 1: Walls.

EN 1365-1, Fire resistance tests for loadbearing elements − Part 1: Walls.

EN 1365-2, Fire resistance tests for loadbearing elements − Part 2: Floors and roofs.

EN 1365-3, Fire resistance tests for loadbearing elements − Part 3: Beams.

EN 1365-4, Fire resistance tests for loadbearing elements − Part 4: Columns.

EN 1521, Determination of flexural strength of lightweight aggregate concrete with open structure.

EN 1739, Determination of shear strength for in-plane forces of joints between prefabricated components made of
autoclaved aerated concrete or lightweight aggregate concrete with open structure.

EN 1740, Performance test for prefabricated reinforced components made of autoclaved aerated concrete or
lightweight aggregate concrete with open structure under predominantly longitudinal load (vertical components).

EN 1741, Determination of shear strength for out-of-plane forces of joints between prefabricated components made
of autoclaved aerated concrete or lightweight aggregate concrete with open structure.

7
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

EN 1742, Determination of shear strength between different layers of multilayer components made of autoclaved
aerated concrete or lightweight aggregate concrete with open structure.

EN 1745, Masonry and masonry products – Methods for determining design thermal values.

EN 1793-1, Road traffic noise reducing devices – Test method for determining the acoustic performance – Part 1:
Intrinsic Characteristics of sound absorption.

EN 1793-2, Road traffic noise reducing devices – Test method for determining the acoustic performance – Part 2:
Intrinsic characteristics of airborne sound insulation.

EN 1992-1-1, Eurocode 2: Design of concrete structures - Part 1-1: General rules and rules for buildings.

EN 10002-1, Metallic materials – Tensile testing – Part 1: Method of test at ambient temperature.

EN 10025, Hot rolled products of non-alloy structural steels – Technical delivery conditions.

EN 10080, Steel for the reinforcement of concrete – Weldable reinforcing steel – General.

EN 12354-1, Building acoustics – Estimation of acoustic performance of buildings from the performance of
elements – Part 1: Airborne sound insulation between rooms.

EN 12354-2, Building acoustics – Estimation of acoustic performance of buildings from the performance of
elements – Part 2: Impact sound insulation between rooms.

EN 12524, Building materials and products - Hygrothermal properties - Tabulated design values.

EN 12664, Thermal performance of building materials and products – Determination of thermal resistance by
means of guarded hot plate and heat flow meter methods – Dry and moist products of medium and low thermal
resistance.

EN 12667 Thermal performance of building materials and products - Determination of thermal resistance by means
of guarded hot plate and heat flow meter methods - Products of high and medium thermal resistance.

EN 12939, Thermal performance of building materials and products – Determination of thermal resistance by
means of guarded hot plate and heat flow meter methods – Thick products of high and medium thermal resistance.

EN 13055-1, Lightweight aggregates – Part 1: Lightweight aggregates for concrete, mortar and grout.

EN 13501-1, Fire classification of construction products and building elements – Part 1: Classification using test
data from reaction to fire tests.

EN 13501-2, Fire classification of construction products and building elements – Part 2: Classification using test
data from fire resistance tests (excluding products for use in ventilation systems).

EN 20354, Acoustics – Measurement of sound absorption in a reverberation room, (alternatively ISO 354:2003)..

EN ISO 140-3, Acoustics - Measurement of sound insulation in buildings and of building elements - Part 3:
Laboratory measurements of airborne sound insulation of building elements.

EN ISO 140-6, Acoustics – Measurement of sound insulation in buildings and of building elements – Part 6:
Laboratory measurements of impact sound insulation of floors..

EN ISO 717-1, Acoustics – Rating of sound insulation in buildings and of building elements – Part 1: Airborne
sound insulation.

EN ISO 717-2, Acoustics – Rating of sound insulation in buildings and of building elements – Part 2: Impact sound
insulation.

EN ISO 6946, Building components and building elements – Thermal resistance and thermal transmittance –
Calculation method.

8
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

EN ISO 10456, Building materials and products - Procedures for determining declared and design thermal values.

EN ISO 12572, Hygrothermal performance of building materials and products – Determination of water vapour
transmission properties.

ISO 1000, SI units and recommendations for the use of their multiples and of certain other units.

ISO 1000 AMD 1, SI units and recommendations for the use of their multiples and of certain other units -
Amendment 1.

3 Definitions, symbols and abbreviations

3.1 Terms and definitions

For the purposes of this European Standard the following terms and definitions apply.

3.1.1
lightweight aggregate (LWA)
3
aggregate consisting of grains with a porous structure and with a particle density of not more than 2 000 kg/m or a
3
loose bulk density of not more than 1 200 kg/m

3.1.2
lightweight aggregate concrete (LAC)
3
concrete with an open structure having an oven-dry density of not more than 2 000 kg/m and made with
aggregates consisting entirely or partly of lightweight aggregates (LWA)

3.1.3
open structure
internal structure of a concrete composed in such a manner that a part of its volume consists of voids between the
aggregate grains (These voids are due to a reduced content of aggregate fines and/or cementitious material or are
created by admixtures.)

3.1.4
loadbearing component
component, which is essential to the overall stability of the structure

3.1.5
non loadbearing component
component, which is not essential to the overall stability of the structure. The component carries its own dead
weight. Components exposed to wind loads are considered to be loadbearing

3.2 Symbols

3.2.1 General symbols

A area;

b width of component;

d effective depth or thickness of component;

E modulus of elasticity;

e eccentricity;

f strength;

h depth or thickness of component;

I moment of inertia;
9
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

i radius of inertia;

k coefficient, factor;

l length, height of wall component, span length of a roof or floor component;

M bending moment;

N axial compression force;

t time;

V shear force;

γ partial safety factor, confidence level;

ε strain;

σ normal stress;

τ shear stress.

3.2.2 Subscripts

a anchorage;

c concrete parameter, compression;

comp component;

cr critical;

d design value;

dry dry state;

eff effective value;

fl flexural;

g declared value;

h horizontal;

hum in the moist state;

k characteristic value;

M material;

m mean, mandrel;

R resistance;

S section;

s steel parameter, shear; drying shrinkage;

t tension;

u ultimate (in the ultimate limit state ULS);

10
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

w welded, web (shear reinforcement), weak axis;

y yield value (for steel);

0 effective value.

3.2.3 Symbols used in this European Standard

Ac area of the lightweight aggregate concrete section; area of compression zone of the cross-section;

As1 area of tension reinforcement;

As2 cross-sectional area of compressive reinforcement;

Asw area of shear reinforcement;

a dimension of a support perpendicular to the plane of the wall, width of a cavity in hollow core
components;

a0 minimum support length;

b width of component;

b0 minimum residual cross-sectional width of a slab;

bw minimum width of the section over the effective depth, minimum width of the section in the compression
zone;

CRd parameter for shear capacity;

cd concrete cover;

d effective thickness of a cross-section;

Ecm mean value of the modulus of elasticity of concrete;

Es modulus of elasticity of reinforcing steel;

e basis of natural logarithm (= 2,718);

ea additional eccentricity of the longitudinal action due to geometrical imperfections;

ec additional eccentricity due to creep;

eg declared eccentricity at the top of a vertical component perpendicular to its plane, i.e. the eccentricity
used in the operational testing;

em first order eccentricity due to transverse load;

eN eccentricity of the longitudinal action in the plane of the component;

e0 first order eccentricity of the longitudinal action;

etot total eccentricity of the design axial compression force Nd;

e1 resulting first order eccentricity of the longitudinal load perpendicular to the plane of the component, taken
as the sum of e0 and ea;

e2 resulting second order eccentricity

fcd design value of the compressive strength of LAC;

11
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

fck characteristic compressive strength of LAC;

fck,g declared characteristic compressive strength of LAC;

fc,n required minimum compressive strength of a test set with n ≥ 6 test specimens;

fc,3 required minimum compressive strength of each test set of three consecutive test specimens;

fk characteristic value of strength parameters;

fmin required minimum strength;

fm,n mean value of n strength results;

ft,fld design value of flexural strength of LAC;

ft,flk characteristic flexural strength of LAC;

fu moisture conversion coefficient;

fyd design value of the yield strength of the steel;

fyk characteristic value of the yield strength of the steel;

fywd design value of the yield strength of the shear reinforcement;

fywk characteristic value of the yield strength of the shear reinforcement;

h thickness of roof or floor component or beam, design thickness of a pier or wall;

h1 thickness of the top layer of a hollow core or multilayer slab;

h2 thickness of the bottom layer of a hollow core or multilayer slab;

hw overall thickness of a component in the direction of the weak axis; height of the shear reinforcement;

Ic moment of inertia of the compressive zone;

ic radius of inertia of the compression zone of the cross-section;

iw radius of inertia in the direction of the weak axis;

Kn statistical coefficient for determination of characteristic strength; (λ is used in EN 206-1);

k factor for the shear strength;

ks column factor;

ksg column factor for operational testing;

l span length or height;

la anchorage length;

lh horizontal length of a wall;

lh,eff effective horizontal length of a wall;

lh,g declared horizontal length of the component, i.e. the horizontal length of the component used in
operational testing;

12
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

lo overlap lengt;

ls shear span (distance of a point load or line load from the axis of the support reaction);

l0 effective height with respect to buckling, buckling length;

l0g declared wall or pier height, i.e. the height used in operational testing;

lw effective horizontal length of the cross-section;

M bending moment;

Mh bending moment resulting from horizontal actions;

MRd design bending resistance of component;

MRk characteristic bending capacity of component;

MR1 minimum bending capacity;

MR2 maximum bending capacity;

N axial compression force in the section under consideration;

Ncr critical axial design compression force determined for the eccentricity ea;

Nd design axial compression force;

NRd resisting design axial compression force;

NRg declared resisting axial compression force;

NRk characteristic resisting axial compression force;

NSd design value of axial compression force in the section;

n number of test specimens in a sample, number of test results;

R ratio of the cross-sectional area of transverse reinforcement to that of the longitudinal reinforcement;

S slenderness ratio;

s spacing of the shear reinforcement bars;

sn standard deviation of n test results;

VRd contribution of the LAC to design shear resistance of a component;

VRd1 design shear resistance of a component without shear reinforcement;

VRd2 design shear crushing resistance (maximum shear force that can be carried without crushing of the
notional concrete compressive struts);

VRd3 design shear resistance of a component with shear reinforcement;

VRd4 design shear resistance of components under predominantly centric or eccentric longitudinal forces;

VRk characteristic value of shear resistance;

VSd design shear force in the section;

Vwd contribution to the design shear resistance from any vertical shear reinforcement;
13
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

vmind minimum shear strength;

x neutral axis depth;

z height of the shear zone, lever arm of internal forces;

α reduction factor for long term effects on the compressive strength of LAC;

α2,α6 α7 factors for anchorage lengths;

β coefficient for the situation of C in the strain diagram according to Figure A.3;

γB partial safety factor for transversely loaded components for brittle failure;

γC partial safety factor for concrete (also for LAC);

γcomp partial safety factor for component (general);

γD partial safety factor for transversely loaded components for ductile failure;

γM partial safety factor for material (general);

γS partial safety factor for reinforcing steel;

γW partial safety factor for longitudinally loaded components for brittle failure;

εcu ultimate compressive strain of LAC;

εs1 strain of tensile reinforcement;

εs2 strain of compression reinforcement;

εsuk characteristic value of ultimate steel strain;

η1 coefficient according to equation (2);

η2 coefficient according to equation (4);

η3 coefficient according to equation (6)

η4 coefficient according to Table 8;

λ thermal conductivity;

λ10dry thermal conductivity in the dry state, determined at a mean test temperature of 10 °C;

λd design value of thermal conductivity in the moist state, at a moisture content µm;

µm moisture content, related to mass;

v efficiency factor (see equation (A.14);

ρ dry density of LAC;

ρ1 reinforcement ratio;

ρ3 reduction factor for design shear capacity in the case of short anchorage length;

ρw shear reinforcement ratio;

14
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

σcd design value of concrete compressive edge stress;

σsd design stress of anchored bar at the end of the overlap;

θ angle of compressive strut;

τRd basic shear strength;

τRk characteristic shear strength;

ϕLAC (∞,t0) design value of final creep coefficient of LAC according to equation (5);

ϕ0(∞,t0) final creep coefficient of normal weight concrete of strength class C25/30 according

to EN 1992-1-1:2004-12, 3.1.4;

φ diameter;

φm diameter of mandrel (see Figure A.6);

φs diameter of reinforcing bar.

3.3 Abbreviations

LC lightweight concrete;

LWA lightweight aggregate;

LAC lightweight aggregate concrete with open structure;

RH relative humidity;

SLS serviceability limit state;

ULS ultimate limit state.

3.4 Units

Units shall be used in accordance with ISO 1000 and ISO 1000 AMD1.

For calculations, the following units are recommended:


2
 forces and loads: kN, kN/m, kPa (= kN/m );
3
 density: kg/m ;
3
 unit weight: kN/m ;
2 2
 stresses and strengths, modulus of elasticity: MPa (= N/mm or MN/m );

 moments (bending...): kNm.

15
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

4 Properties and requirements of materials

4.1 Constituents

4.1.1 General

The LWA shall comply with EN 13055-1.

The constituent materials of LAC shall comply with EN 206-1:2000, 5.1.

4.1.2 Release of dangerous substances

The LAC shall not release critical levels of any dangerous substance in its intended use.

The manufacturer shall ensure from suppliers product safety data sheets that the emission of dangerous
substances from constituent materials is not higher than defined in Community law and in national provisions
applicable in the place of use.

4.2 Lightweight aggregate concrete parameters

4.2.1 Dry density

4.2.1.1 General

The dry density, determined in accordance with EN 992, shall be indicated by the manufacturer, either as a
declared mean value or as a declared density class.

4.2.1.2 Declared mean dry density

The manufacturer may declare the dry density as a mean value. The tolerances on the declared mean value are
specified in Table 1. The declared mean value of dry density of LAC shall be at least 400 kg/m³ and not greater
than 2 000 kg/m³.

Table 1 — Tolerances on declared mean value of dry density of LAC


Dry density in kilograms per cubic metre

Declared mean value of dry density < 1 000 > 1 000


Maximum deviation between actual mean value
50 100
in sample and declared mean value
Maximum deviation between individual values
100 150
in sample and declared mean value

4.2.1.3 Declared density class

The manufacturer may declare the dry density in accordance with the density classes in Table 2. The mean value
3
shall be within the indicated limits, but individual values may be outside of the indicated limits by up to 50 kg/m .

16
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table 2 — Density classes of LAC

Dry density in kilograms per cubic metre


Density
0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1,0 1,2 1,4 1,6 1,8 2,0
class
≥ 400 > 500 > 600 > 700 > 800 > 900 > 1 000 > 1 200 > 1 400 > 1 600 > 1 800
Mean dry
density
≤ 500 ≤ 600 ≤ 700 ≤ 800 ≤ 900 ≤ 1 000 ≤ 1200 ≤ 1 400 ≤ 1 600 ≤ 1 800 ≤ 2 000

4.2.2 Characteristic strength values

The characteristic value fk of strength parameters of LAC or LAC components, as compressive strength or flexural
strength of the material or the strength from functional testing of components according to annex B, shall be
determined from the mean value fm,n and the standard deviation sn of n test results according to Table 3. The Kn-
values, depending on the number n of test results, shall be taken from Table 4.

Table 3 — Determination of the characteristic strength fk and required minimum strength fmin

Number of results n n<6 6≤n≤9 n ≥ 10


fk 0,8 fm,n fm,n − Kn x sn
fmin ≥ 0,90 fk ≥ 0,75 fk ≥ 0,67 fk

4.2.3 Compressive strength

4.2.3.1 General

The compressive strength of LAC shall be indicated by the manufacturer either as a declared characteristic com-
pressive strength according to 4.2.3.3 or as a declared strength class according to 4.2.3.4.

4.2.3.2 Characteristic compressive strength

The characteristic compressive strength is derived from the strength of cores with an equal length and diameter or
of cubes, both with a minimum dimension of 100 mm, which are taken from prefabricated components and tested
according to EN 1354. These are the reference test specimens.

If test specimens with other dimensions extracted from prefabricated components are used for the verification of
the compressive strength, the results shall be converted by multiplication by the reduction factors specified in
Table 5, unless other factors derived from tests are available.

If cast test specimens are used, the strength results of these test specimens, converted to the strength of cores
with a diameter of 100 mm and equal length (or of 100 mm cubes, giving the same value) shall be at least 1/0,85
times higher than that required from test specimens with the above dimensions extracted from prefabricated
components.

For the purpose of conversion, the strength of cast test specimens shall be multiplied by the conversion factors in
Table 6, unless other factors derived from tests are available.

4.2.3.3 Declared characteristic compressive strength

If the manufacturer declares the characteristic compressive strength fck.g, the actual characteristic compressive
strength fck, determined from test results, shall be equal to or greater than the declared value, and the minimum
individual value fcmin shall fulfil the requirements of Table 3. The declared characteristic compressive strength of
LAC shall be at least 2 MPa and not higher than 25 MPa.

17
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

4.2.3.4 Declared strength class

If the manufacturer declares the compressive strength in terms of a declared strength class, the actual compressive
strength determined in accordance with EN 1354 (converted to the strength of the reference test specimens when
appropriate, see 4.2.3.2) shall fulfil the requirements of Table 7.

Table 5 — Reduction factors for


Table 4 — Statistical coefficient Kn for compressive strength of cores with equal
determination of characteristic strength length and diameter or of cubes with
different sizes

Diameter or
Number of test Reduction
Kn length
results n factor
mm
6 1,87 > 100 1,00
7 1,77 90 0,98
8 1,72 80 0,96
9 1,67 70 0,94
10 1,62 60 0,92
11 1,58 50 0,90
12 1,55 40 0,88
13 1,52
14 1,50
≥ 15 1,48

18
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table 6 — Conversion factors for conversion of test results of cast test specimens to the strength of
reference test specimens (drilled cores with 100 mm diameter and equal length or 100 mm cubes)

Shape and size of cast test specimen Conversion factor


Cubes - 150 mm 1,00
Cubes - 200 mm 1,05
Cylinders 150 mm/300 mm,
depending on strength
MPa
2 1,05
4 1,05
6 1,06
8 1,07
10 1,08
12 1,10
15 1,12
20 1,15
25 1,18

Table 7 — Strength classes and strength requirements for LAC

Compressive strengths in megapascals


Strength
LAC 2 LAC 4 LAC 6 LAC 8 LAC 10 LAC 12 LAC 15 LAC 20 LAC 25
class
fck 2 4 6 8 10 12 15 20 25
fc,3 a
≥4 ≥7 ≥9 ≥ 11 ≥ 13 ≥ 15 ≥ 18 ≥ 24 ≥ 29
fc,n b ≥ fck + Kn x sn d
fcmin c for
≥ 1,5 ≥ 3,5 ≥ 5,5 ≥ 7,0 ≥ 9,0 ≥ 11 ≥ 14 ≥ 19 ≥ 24
n<6
fcmin c for
≥ 1,5 ≥ 3,0 ≥ 4,5 ≥ 6,0 ≥ 7,5 ≥ 9,0 ≥ 12 ≥ 17 ≥ 22
6≤n≤9
fcmin c for
≥ 1,5 ≥ 3,0 ≥ 4,0 ≥ 5,5 ≥ 7,0 ≥ 8,0 ≥ 11 ≥ 16 ≥ 21
n ≥ 10
a Required mean compressive strength of each test set of three consecutive test specimens.

b
Required mean compressive strength of a test series with n ≥ 6 test specimens. The Kn-values, depending on the number n of
test specimens, shall be taken from Table 4.
c Minimum individual value of compressive strength of a test series of n test specimens.

d s is the standard deviation of compressive strength of a test series with n test results.
n

19
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

4.2.4 Flexural strength

The flexural strength may be estimated as follows:


2/3
ft,flk = 0,42 fck x η1 (1)

η1 = 0,4 + 0,6 (ρ / 2 200) for ρ > 1 400 kg/m3 (2a)

η1 = 0,78 for ρ < 1 400 kg/m3 (2b)

where

ft,flk is the characteristic flexural strength of LAC, in megapascals;

ρ is the mean value of the dry density of LAC, in kilograms per cubic metre;

fck is the characteristic compressive strength of LAC according to 4.2.3, in megapascals.

The flexural strength may also be obtained by tests according to EN 1521, the characteristic value determined
according to 4.2.2.

4.2.5 Stress-strain diagram

The idealised stress-strain diagram for LAC consists of a linear relationship between stress and strain up to a
compressive strain of 0,002 at design strength level, continuing at a constant stress level up to the ultimate limit
state for the strain, the ultimate strain value depending on the dry density of the LAC (see A.3.2 and Figure A.1).

4.2.6 Modulus of elasticity

The modulus of elasticity may be estimated as follows:


1/3
Ecm = 10 000 fck x η2 (3)

where

Ecm is the mean value of the modulus of elasticity, in megapascals;

fck is the characteristic compressive strength according to 4.2.3, in megapascals;

η2 is a coefficient according to equation (4a) or (4b);

η2 = (ρ / 2 200)2 for ρ > 1 400 kg/m


3
(4a)

η2 = 0,64 (ρ / 2 200) for ρ ≤ 1 400 kg/m3 (4b)

where ρ is the mean value of the dry density, in kilograms per cubic metre.

The modulus of elasticity may also be obtained by testing according to EN 1352.

4.2.7 Poisson's ratio

For design purposes, Poisson's ratio for elastic strains may be taken as 0,2. If cracking is permitted in concrete in
tension, Poisson's ratio may be taken as 0,0.

4.2.8 Coefficient of thermal expansion


-6 -1
For design purposes, the coefficient of thermal expansion may be taken as 8 x 10 K .

20
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

4.2.9 Drying shrinkage

The mean value of the drying shrinkage may be taken as 0,75 mm/m for a component with a thickness of at least
75 mm exposed to an environment with a relative humidity of (45 ± 5) %. Alternatively the mean value of drying
shrinkage may be determined by testing.

NOTE 1 The tests can be carried out in accordance with EN 1355 as described for the shrinkage measurements on
unloaded control specimens, with the following deviations:

 Three test specimens should be used.

 They should be cut from a prefabricated component two days after casting.

 Until cutting of the test specimens, the prefabricated component should be protected against moisture loss and stored at
(20 ± 2) °C.

 Cutting and preparation of the test specimens (measurement, attachment of the gauge plugs etc.) should be such that
changes of the moisture content and the temperature of the LAC are avoided as far as possible.

 Without further conditioning of the test specimens, the gauge points should be attached immediately after cutting of the test
specimens, and the zero reading of the measuring device for the length changes should be taken as early as possible.

 Strain readings are recommended after 1, 2, and 7 d storage in an environment at (20 ± 2) °C and (60 ± 5) % or (45 ± 5) %
relative humidity and then at appropriate intervals until the shrinkage is less than or equal to 0,02 o/oo per week. The reading
on day 2 is considered as the zero reading.

 Drying shrinkage ε cs,t is defined as the total strain (length change divided by the gauge length) of the unloaded control
specimens from the zero reading at 2 d until the considered time t and should be indicated in the test report for each
individual test specimen and as the mean value of the three test specimens.

 It is recommended to illustrate the development of drying shrinkage by a curve representing the mean value of the three
test specimens.

Alternatively, drying shrinkage may be tested in accordance with standards approved in the place of use of the LAC-
components.

4.2.10 Creep

The design value of the final creep coefficient ϕLAC (∞,to) can be calculated as the product of ϕo(∞,t0) and the
coefficients η3 and η4 as:

ϕLAC (∞,t0) = ϕ 0(∞,t0) η3 η4 (5)

where

ϕ 0(∞,t0) is the final creep coefficient of normal weight concrete of strength class C25/30 according to EN 1992-1-
1:2004-12, 3.1.4

η3 is the ratio of the modulus of elasticity of LAC according to equation (3) to the modulus of elasticity of
normal weight concrete of strength class C25/30 according to EN 1992-1-1:2004, Table 3.1,
corresponding to:
1/3
η3 = 0,32fck η2 (6)

and where

η2 is a coefficient according to equation (4)

η4 is a coefficient according to Table 8.

21
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table 8 — Coefficient η4 for evaluation of the final creep coefficient of LAC


Strength
LAC 2 LAC 4 LAC 6 LAC 8 LAC 10 LAC 12 LAC 15 LAC 20 LAC 25
class

η4 1,8 1,8 1,8 1,5 1,5 1,3 1,3 1,0 1,0

Linear interpolation is permitted in Table 8. More accurate values may be obtained by tests according to EN 1355
and may be declared as mean values.

4.2.11 Thermal conductivity

4.2.11.1 General

The thermal conductivity λ10dry of LAC shall be stated along with the dry density. In the case of multilayer
components consisting of different materials the design thermal conductivity and the dry density of each material
shall be stated. Design thermal conductivity values may be either calculated from measurements carried out on test
specimens or taken from tables and shall be corrected for moisture in accordance with 4.2.11.8.

The declaration shall include the thermal conductivity with indication of the percentage of the production it intends
to refer to (e. g. λ10dry(50 %) or λ10dry(90 %)).

4.2.11.2 Procedure for determination of dry thermal conductivity by testing

Where tests are carried out, the procedure according to 4.2.11.3 to 4.2.11.6 shall be followed.

4.2.11.3 Test method

The reference test methods are specified in EN 12664. For LAC the mean test temperature shall be 10 C.
Alternative test methods which can require specimens of different size and different conditioning may be used if the
correlation between the results of the reference test method and of the alternative test method can be given.

4.2.11.4 Test specimens

The test specimens shall be homogeneous. Specimen sizes and requirements as to planeness will depend upon
the size of apparatus used and on the thermal conductivity of the material. Test specimens shall contain no
reinforcement.

4.2.11.5 Conditioning of test specimens

The test specimens shall be conditioned to constant mass at (23 ± 2) C and (50 ± 5) % RH. Constant mass is
considered to be obtained when the difference between two consecutive weighings, 24 h apart, does not exceed
0,2 %.

Other test conditions (e.g. oven-dry state) may be used if the correlation between the reference test conditions and
the alternative test conditions can be given.

4.2.11.6 Determination of dry mean value and limit values

In order to ensure that the results are representative of current material produced, tests shall be carried out on test
specimens selected from three different production batches within the stated density range of the product under
consideration. The mean value of the three test results of thermal conductivity shall be calculated and corrected to
zero moisture content as indicated in 5.1.4. The dry density of each of the three specimens shall be determined in
accordance with EN 992, and the mean value of the three results shall be calculated.

22
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

3
A graph of thermal conductivity λ10dry (W/mK) and dry density ρ (kg/m ) is plotted using the tabulated values given
in 4.2.11.7. The mean measured λ10dry value is plotted against the corresponding measured mean dry density (see
point A in Figure 1). A line parallel to the line representing the tabulated values is drawn through this point. From
this line the mean and the limit values of the thermal conductivity can be determined as a function of the mean dry
density of the product and the 10 % and 90 % fractile of the manufactured dry product density with a confidence
level of γ = 90 % according to EN ISO 10456.

Key

1 Upper limit
2 Mean value
3 Lower limit
4 Point A: average of test results
5 Manufactured dry density range
6 Mean manufactured dry density
7 90 % of production
8 10 % of production
9 Parallel line through point (A)
10 Line representing tabulated values

Figure 1 — Determination of dry thermal conductivity λ10dry

4.2.11.7 Use of tabulated values for thermal conductivity

In the absence of test results the thermal conductivity shall be based on the values given in Table 9 for the dry
state.

23
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table 9 — Dry thermal conductivity λ10dry of LAC for 50% and 90% of production
with a confidence level γ = 90 % (compiled according to EN 1745)

a
Mean dry density Thermal conductivity λ10dry
W/mK
3
kg/m 50 % 90 %
400 0,10 0,12
500 0,12 0,15
600 0,16 0,18
700 0,19 0,21
800 0,22 0,25
900 0,26 0,28
1 000 0,30 0,32
1 100 0,34 0,36
1 200 0,39 0,41
1 300 0,43 0,46
1 400 0,48 0,51
1 500 0,53 0,56
1 600 0,60 0,63
1 700 0,67 0,70
1 800 0,76 0,80
1 900 0,86 0,90
2 000 0,96 1,00
NOTE 1 Intermediate values can be obtained by
interpolation.

NOTE 2 The thermal performance is obtained using the


mean dry thermal conductivity λ10dry(50%).

a See Figure 1.

4.2.12 Water vapour permeability

The design value of the water vapour resistance factor may be taken as 5 or 15, respectively. The lower value shall
be taken for diffusion into a component (wetting) and the higher value for diffusion out of a component (drying).

More accurate values for water vapour permeability and water vapour resistance factor may be determined by tests
according to EN ISO 12572.

4.2.13 Water tightness

Due to its open structure LAC is normally highly permeable for water, and the components made of this material
are therefore not watertight. Where water tightness is required, e. g. for exterior walls or roofs, the components
shall be protected against penetration of water, e. g. by suitable rendering, coating, cladding, or finishes.

4.3 Reinforcing steel

In general the reinforcement in LAC components consists of reinforcing steel (i.e. bars, coiled rods, and welded
fabrics).

Reinforcing steel shall comply with EN 10080 or with the relevant clauses of EN 10025 (for plain smooth bars).

NOTE The reinforcing steel according to EN 10080 shall be identified in the National Application Document (NAD) by the
technical class with the product number according to the product specification xxx (national specification).

24
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

5 Properties and requirements of components

5.1 General

5.1.1 Mechanical resistance

The components fulfil the requirement to mechanical resistance if they are evaluated in accordance with annex A or
annex B of this European Standard.

5.1.2 Acoustic properties

5.1.2.1 Airborne sound reduction

The airborne sound reduction of the components will mainly depend on the weight per surface area.

When required, the airborne sound reduction of walls, floors and roofs constructed of components shall be
measured according to EN ISO 140-3 and expressed as single number quantity for rating according to EN ISO
717-1 (reference method).

For road traffic noise reducing devices the airborne sound reduction may be determined according to EN 1793-2.

Tests should be conducted in standardised end-use conditions with joints between components sealed and with no
finishes except for the minimum thickness of screed on floors (if applicable). The results derived from such tests
would be applicable to components of any area having the same or better specification.

As an alternative to testing, the airborne sound reduction may be estimated according to EN 12354-1.

5.1.2.2 Impact sound insulation

When required, the impact sound insulation of floors constructed of components shall be measured according to
EN ISO 140-6 and expressed as single number quantity for rating according to EN ISO 717-2 (reference method).

Tests should be conducted in standardised end-use conditions with a minimum thickness of screed (if applicable)
and without a ceiling finish. The results derived from such tests would be applicable to floors having the same or
better specification but of any area.

As an alternative to testing, the impact sound insulation may be estimated according to EN 12354-2.

5.1.2.3 Sound absorption

The sound absorption will mainly depend on the surface texture. When required, it shall be determined according to
EN 20354.

For road traffic noise reducing devices the sound absorption characteristic may be determined according to EN
1793-1.

5.1.3 Reaction to fire and resistance to fire

5.1.3.1 Reaction to fire

When required, the LAC shall be tested and classified as specified in EN 13501-1. If the content of organic material
is less than 1 % by mass or volume (whichever is the more onerous), the LAC1) is classified as Euroclass A1
without the need for testing.

1) Commission Decision 96/603/EEC as amended by decision 2000/605/EEC, Materials to be considered as reaction to fire
class A1 without the need for testing.

25
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

LAC does not give off significant amounts of toxic gases when heated if the content of organic material is less than
1 %.

5.1.3.2 Resistance to fire

When resistance to fire of LAC components is required, it shall be classified on the basis of test results and shall be
declared by the manufacturer.

Components shall be tested and classified according to EN 13501-2.

NOTE The test methods for the different types of components are specified in EN 13501-2. These are: EN 1364-1 for
testing of non loadbearing walls, EN 1365-1 for testing of loadbearing walls, EN 1365-2 for testing of floors and roofs,
EN 1365-3 for testing of beams, and EN 1365-4 for testing of piers.

5.1.4 Design thermal resistance and design thermal conductivity

In order to determine the thermal performance of the roof, floor or wall in which the components are used, it is
necessary to determine their design thermal resistance. The design thermal resistance shall be calculated in
accordance with EN ISO 6946 using the dimensions of the components, including any voids (e. g. hollow cores), in
conjunction with the design thermal conductivity.

Table 10 — Basic values for moisture content and moisture conversion coefficient of LAC
(compiled according to EN ISO 10456)
Dry density of LAC Moisture content µm (mass by mass) at Moisture conversion
kg/m³ coefficient
fu
23 °C / 50 % RH 23 °C / 80 % RH
400 – 799 0,02 0,03 2,6
799 – 2 000 0,02 0,03 4,0

In the case of LAC with a foamed matrix, the moisture contents in Table 10 shall be multiplied by a factor of 2,5.

The design value of thermal conductivity λd is derived from the dry thermal conductivity λ10dry by correction for
moisture according to equation (7) taking into account the moisture content µm of the LAC to be expected under
end use conditions and the moisture conversion coefficient fu (see Table 10).

λd = λ10dry efu µm (7)

where

e is the basis of natural logarithms (2,718);

λd is the design thermal conductivity in the moist state, at a moisture content µm in watts per metre Kelvin;

λ10dry is the thermal conductivity in the dry state, in watts per metre Kelvin (see NOTE);

µm is the moisture content in the moist state, mass by mass (see Table 10);

fu is the moisture conversion coefficient, mass by mass (see Table 10).

Moisture correction may also be established by measurements at specified conditions. Equation (7) can be used for
the correction to zero moisture content of the test results for thermal conductivity as required in 4.2.11.6.

NOTE The thermal performance is obtained by using the mean thermal conductivity λ10dry (50 %).

26
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

5.2 Types of components

5.2.1 General

Prefabricated components according to this European Standard are subdivided into loadbearing and non-
loadbearing components according to the types listed in Table 11.

Table 11 — Types of components


a
Designation Notation
Loadbearing wall component (solid) WLS
Loadbearing wall component (hollow core) WLH
Loadbearing wall component (multilayer) WLM
Non-loadbearing wall component (solid) WNS
Non-loadbearing wall component (hollow core) WNH
Non-loadbearing wall component (multilayer) WNM
Retaining wall components (solid) WRS
Roof component (solid) RLS
Roof component (hollow core) RLH
Roof component (multilayer) RLM
Floor component (solid) FLS
Floor component (hollow core) FLH
Floor component (multilayer) FLM
Beam (solid) BLS
Beam (hollow-core) BLH
Pier (solid) PLS
Cladding component (solid) CNS
Box culvert (hollow core) BNH
Component for noise barriers NB
a W = wall, L = loadbearing, S = solid, H = hollow core, M = multilayer, N = non-loadbearing,
R = retaining wall or roof, F = floor, B = beam or box culvert or barrier,P = pier, C = cladding,
NB = noise barrier

5.2.2 Roof and floor components

Roof and floor components are manufactured as

 solid LAC components having the same density throughout;

 hollow core LAC components having longitudinal holes in the core section;

 multilayer components comprising one layer of LAC and one or more layers of LAC of another composition or
of another type of concrete;

 LAC components of the above types but with openings and/or fitting pieces.

5.2.3 Wall components

Wall components are manufactured as

 solid LAC components having the same density throughout;

 hollow core LAC components having longitudinal holes in the core section;

 multilayer LAC components comprising of one layer of LAC and one or more layers of LAC of another
composition or of other type of concrete;

 LAC components of the above types but with openings and/or fitting pieces.

27
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

If necessary, parts of the component, such as highly stressed window piers or beams, may be made of other
materials, such as lightweight aggregate concrete with closed structure, normal weight concrete or steel.
Assessment of thermal insulation, fire resistance, and other essential characteristics of the component likely to be
affected shall be carried out including these parts of the component.

5.2.4 Beams and piers

LAC beams and piers are manufactured with the same density throughout, either with a solid or a hollow-core
cross-section.

5.2.5 Other prefabricated components

Other types of LAC components are manufactured for special applications, such as components for noise barriers
or small box culverts.

5.3 Detailing, technical requirements, and declared properties

5.3.1 Detailing

When required, the manufacturer shall provide drawings containing information enabling the verification of the
mechanical strength of the component. These drawings shall include at least the following: plans, elevations,
necessary cross-sections with reinforcement details

NOTE This is usually not necessary if the components are designed for a specific application (taking into account the
partial safety factors valid in the place of use and the actual load situation).

5.3.2 Dimensions and tolerances

The essential dimensions (length or height, thickness, and width) shall be determined in accordance with EN 991
and shall be declared by the manufacturer (see note).

On delivery the deviations of the dimensions (individual values) of the components from the declared dimensions
shall not exceed the following values:

 thickness ± 5 mm;

 length, height, width ± 8 mm.

Wall components shall not deviate from planeness of the surfaces when measured with a straight-edge over a
length of 2 m by more than 5 mm.

For horizontally spanning components intended to be laid dry, the maximum deviation from planeness of
loadbearing surfaces shall not exceed 2 mm in the transverse direction and 4 mm in the longitudinal direction.

The testing of the planeness of the longitudinal edges can be performed by means of a straight-edge made of steel
or aluminium, which shall have a length of at least 2 m and a set of feeler gauges, capable of measuring to an
accuracy of 0,1 mm. The straight-edge is repeatedly placed over the length of the diagonals of the surface to be
measured and the deviation of the surface of the component to the straight edge is determined. In the case of
concave curvature the maximum distance from the straight edge shall be measured. In the case of a convex
surface the straight edge shall be placed on the surface in such a way that the maximum distances from the
surface are approximately the same on both sides of the point of contact. The distances shall be measured and
rounded to the nearest 0,1 mm. The deviation of nominal plane load-bearing surfaces from parallellism is
calculated from the maximum difference between the individual values of the measured widths of the component.

The deviation of nominally rectangular components from squareness in their plane, determined in accordance with
EN 991, shall not exceed the values indicated in Table 12.

28
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table 12 — Maximum permissible deviation from squareness in the plane of components

Width of component Deviation


m mm/0,5 m
≤ 1,0 3
> 1,0 2

NOTE Components are generally rectangular and of uniform thickness. Tongued and grooved edge profiles or other
jointing systems can be provided.

5.3.3 Mass of the components

The dry mass and the mass including the delivery humidity of the components shall be stated as mean values.

5.3.4 Deflections

When required, deflections shall be checked by calculation or by testing.

5.3.5 Strength of joints

When required as part of the design, the strength of joints between components shall be declared by the
manufacturer on the basis of results determined from tests in accordance with EN 1739 (reference method) for in-
plane shear and in accordance with EN 1741 (reference method) for out-of-plane shear. Alternatively, for specific
joint types the joint strength shall be determined by calculation.

5.3.6 Environmental classes

Environmental classification shall be carried out in accordance with EN 206-1:2000, Table 1. For durability
classification see 5.6.

5.3.7 Minimum requirements

Components shall fulfil a number of additional requirements, depending on the component type (see 5.4 to 5.5).

5.4 Additional requirements for roof and floor components and beams

5.4.1 Minimum dimensions

The thickness h of roof or floor components shall be at least 60 mm. The total height h of beams shall be at least
100 mm.

In the case of hollow core slabs (see Figure 2(b)) the thickness of the top layer (h1) shall be at least h/4. The
thickness of the bottom layer (h2) shall be at least h/5. The minimum residual cross-sectional width, after
subtracting the total width of the cavities, b0 = b - Σa, shall be at least b/3.

5.4.2 Minimum requirements for structural reinforcement

5.4.2.1 General

Components shall have sufficient reinforcement to avoid brittle bending failure, by ensuring that the bending
capacity of the cracked cross-section is above the bending capacity of the uncracked cross-section. This shall be
verified either by calculation or by testing.

Beams are usually designed as simply supported components with shear reinforcement, except for beams over
openings in walls, which may be produced without shear reinforcement according to the rules in Annex A.7.2.1.3.

29
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Roof and floor components are usually designed as simply supported components, reinforced in one direction and
without shear reinforcement. The ratio R of the cross-sectional area of the transverse reinforcement to that of the
longitudinal reinforcement shall be at least that, which is specified in Table 13.

Table 13 — Minimum reinforcement ratio R

Width b of the component

Strength class b < 625 mm 625 mm < b < 1250 mm 1250 mm < b

LAC 2 to LAC 6 0 0,20 0,20


LAC 8 to LAC 12 0 0,10 0,20
LAC 15 to LAC 25 0 0 0,20

2
In the case of distributed live loads with characteristic values over 3,5 kN/m the minimum reinforcement ratio shall
be incresed by 0,10. The minimum ratio required shall, however, not exceed 0,20 in any case.

5.4.2.2 Bar spacing

The spacing between two adjacent longitudinal bars shall not exceed twice the effective thickness of the
component or 200 mm, whichever is the lower value. The distance to the longitudinal edges of the component shall
not be greater than half this distance.

Each component shall contain at least three longitudinal bars, except for components with a width less than
300 mm, where two bars are sufficient. In the case of hollow core slabs, the longitudinal bars shall be arranged in
the web area and not be near the cores unless a check of the slab-type connection of the tension chord and the
web has been performed and transverse reinforcement is provided.

30
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Key Notes
The distance between the longitudinal reinforcement bars shall be
1 Top **) not more than 200 mm and not more than 2h
2 Bottom *) not more than 100 mm and not more than h

Figure 2 — Examples of solid slab (c), hollow core slab (b) and multilayer slab (a)
(with respect to transverse reinforcement, see 5.4.2.1)

5.4.3 Support length

The manufacturer shall declare the minimum support length ao when relevant.

Longitudinal bars shall continue from one support to the next without lap splices.

31
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Key

1 Splay
2 Roof/floor component
3 Support

Figure 3 — Support length ao

5.5 Additional requirements for wall components

5.5.1 General

The minimum thickness of a non-structural wall component shall be 50 mm.

The minimum thickness of a structural wall component shall be 70 mm.

The minimum thickness of a non-structural hollow-core component shall be 65 mm.

The minimum thickness of a structural hollow-core component shall be 100 mm, however, the minimum
requirements in 5.4.1 for hollow-core slabs shall also be fulfilled.

The total width measured between the longitudinal edges of the component shall be at least 500 mm as shown in
Figure 4.

Figure 4. Required minimum of total width

Individual fitting pieces with a total width or total height less than 500 mm shall contain at least two longitudinal
bars.
2
Doors and window piers without buckling prevention shall have a cross-section of at least 25.000 mm and a width
(horizontal length) of not less than 150 mm and be reinforced with at least two longitudinal bars.

NOTE National rules may limit the use of these components for different structural applications so e.g. different minimum
thicknesses are required or different maximal slenderness limits are specified for certain structural applications.
32
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

5.5.2 Minimum requirements for reinforcement

5.5.2.1 General requirements

Wall components shall include the amount of reinforcement necessary for limiting the widths of cracks from
transportation and handling.

The edges of openings shall be provided with the reinforcement necessary for limiting the width of cracks from
shrinkage, creep, and transportation.

5.5.2.2 Requirements for structural reinforcement

Reinforcement consists of longitudinal and transverse reinforcement. The latter is not required as long as the width
of the components does not exceed 625 mm. The ratio of the cross-section of the transverse reinforcement to that
of the longitudinal reinforcement required shall be at least 0,1 for widths ≤ 1 250 mm and 0,2 for widths above 1
250 mm.

In the case of individual bars these shall continue from one support to the next without lap splices.

5.6 Durability

5.6.1 General

Durability in this context means that the component is able to fulfill its function with respect to serviceability,
strength, and stability without significant loss of performance or excessive maintenance throughout its service life.

Components shall not be exposed to environmental conditions they cannot withstand for their design life. Under
certain conditions protection of the concrete surface may be necessary. The protection of the reinforcement shall
be considered in order to ensure the load bearing capacity.

The influence of long term effects on the compressive strength of LAC and the load bearing behavior of
components is taken into account in evaluation by calculation by means of the α-factor (see A.3.2) and in
evaluation by testing by means of increased partial safety factors γcomp (see B.2.3).

If relevant, the long term deformations due to creep (see 4.2.10) and shrinkage (see 4.2.9) of the LAC shall be
considered.

5.6.2 Environmental classes

Unless special protective measures outside the scope of this standard are taken LAC components shall be
declared suitable for use only in exposure classes X0, XC1, XC2, XC3, XA1, XD1, XF1 and XF2 of Table 1 of EN
206-1:2000.

33
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table 14 — Description of environmental classes (For more information see EN 206, Table 1)

Class Informative examples where exposure classes


Description of the environment
designation may occur

For concrete without reinforcement or


embedded metal: All exposures except
where there is freeze/thaw, abrasion or
X0 chemical attack

For concrete with reinforcement or


embedded metal: Very dry Concrete inside buildings with very low humidity

Concrete inside buildings with low humidity


XC1 Dry or permanently wet
Concrete permanently submerged in water

Concrete surfaces subjected to long-term water


contact
XC2 Wet, rarely dry
Many foundations

Concrete inside buildings with moderate or high air


humidity
XC3 Moderate humidity
External concrete sheltered from rain

Slightly aggressive environment according to


XA1 -
EN 206-1:2000, table 2

Moderate water saturation without de-icing Vertical concrete surfaces exposed to rain and
XF1
agent freezing

XD1 Moderate humidity Concrete surfaces exposed to airborne chlorides

Moderate water saturation with de-icing Vertical concrete surfaces of roads structures
XF2
agent exposed to freezing and airborne de-icing agents

The manufacturer shall declare for which exposure classes his product, in the state as put to market, is suitable.

5.6.3 Corrosion protection of reinforcement

5.6.3.1 General

In environmental conditions, where corrosion of structural and non-structural reinforcement will cause damage to
the components or loss of structural safety, the following methods apply:

 Embedding in LAC

 Coating by a cement based coating

 Coating by painting

 Embedding in a zone of C concrete or LC concrete with closed structure

 Coating by zinc

 Use of suitable stainless steel

34
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

There are no requirements for the corrosion protection of reinforcement for transportation.

5.6.3.2 Minimum cover with respect to bond

With respect to bond the minimum cover on structural reinforcement, including stirrups, shall be at least 1,5 times
the maximum aggregate size, but not less than 10 mm in order to ensure adequate crack-distribution and
anchorage of reinforcement.

5.6.3.3 Embedding in LAC

Embedding in LAC may by used in environmental classes X0, XC1, XC3 and XA1.

The reinforcement shall be completely embedded in LAC concrete with a density of not less than 1 400
3
kg/m as defined in this standard.

Table 15 — Embedding in LAC - Minimum concrete cover in mm and test method for initial type test and
FPC.
Environmental class

Type of component XC2


(see Table 11) XO 1) XD1
XC3 XA1
XC1 XF1
XF2

All types of components 10 20 20 -

Test method in EN 990 Method 2 or 3 Method 2 or 3 Method 2 or 3 -

1) Corrosion protection of reinforcement by embedding in LAC in environmental class XA1 is


only allowed for agricultural buildings.

5.6.3.4 Coating of reinforcement

Coating may be used in environmental classes X0, XC1, XC2, XC3, XF1, XA1, XD1 and XF2.

The reinforcement shall be completely covered by the coating. The recipe of the coating and the application
procedure shall be documented in the FPC.

Table 16 — Coating by a cement based coating - Minimum concrete cover in mm and test method for by
initial type test and FPC
Type of component Environmental class
(see Table 11)
XO XC2 XA1 XD1
XC1 XC3 XF1 XF2

All types of components 10 10 10 10

Test method in EN 990 Method 2 or 3 Method 2 or 3 Method 2 or 3 Method 1

Coating of the reinforcement by anti-corrosive painting may be used as corrosion protection according to
the rules in Table 16, provided that the cover is increased to 25 mm.

35
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

5.6.3.5 Evaluations connected with test according to EN 990

A protective system according to 5.6.3.3 and 5.6.3.4 is considered to be suitable if it passes at least one of
the alternative short term tests in EN 990. A test is considered to have been passed:

 if the steel surface is free from corrosion or if only the first signs of corrosion (no flaky rust or pitting) are visible
in separate places which are approximately uniformly distributed over the bars and cover not more than 5 % of
the steel surface of each individual test specimen, or

 if the area of corrosion does not exceed, in each individual test specimen, by more than 5 % that observed on
bars of the corresponding companion specimens stored in a non-corrosive atmosphere at a relative humidity ≤
70%.

 if in the case of a protective coating, which adheres to the steel surface so strongly that it is not possible to
remove it in a way that the corrosion phenomena on the steel surface can be studied, no signs of corrosion are
visible on the surface of the protective coating.

5.6.3.6 Embedding in a zone of C concrete or LC concrete with closed structure

Embedding in a zone of C concrete or LC concrete with closed structure may be used in environmental classes X0,
XC1, XC2, XC3, XF1, XA1, XD1 and XF2.

The reinforcement shall be completely embedded in concrete with closed structure as defined in EN 206-1.
The effective water/cement ratio shall be in accordance with EN 206-1.

Table 17 — Embedding in a zone of C concrete or LC concrete with closed structure - Minimum concrete
cover in mm.
Type of component Environmental class
(see Table 11)
XO XC2 XA1 XD1
XC1 XC3 XF1 XF2

All types of components 10 20 20 30

NOTE If there is no information (on the basis of test results or local experience) on adequate durability of the LAC under
exposure conditions according to classes XF1 or XF2, respectively, it is recommended exposed surfaces of the components
are protected against water saturation, e.g. by the application of a water-repellent durable rendering or cladding.

5.6.3.7 Coating by zinc applied by hot dip galvanizing

Coating by zinc applied by hot dip galvanizing may be used in environmental classes X0, XC1, XC2, XC3, XF1
and XA1.

Hot dip galvanizing shall be carried out in accordance with EN/ISO 1459, 1460, 1461 with a zinc cover of 100 - 200
µm. The temperature in the steel shall be 440 – 460 °C during the galvanizing process.

Table 18 — Coating by zinc applied by hot dip galvanizing - Minimum concrete cover in mm.
Type of component Environmental class
(see Table 11)
XO XC2 XA1 XD1
XC1 XC3 XF1 XF2

All types of components 10 10 10 10

36
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

5.6.3.8 Use of stainless steel

Stainless steel may be used in environmental classes X0, XC1, XC2, XC3, XF1, XA1, XD1 and XF2.

The stainless steel shall be in accordance with regulations in the place of use.

Table 19 — Use of stainless steel - Minimum concrete cover in mm.


Type of component Environmental class
(see Table 11)
XO XC2 XA1 XD1
XC1 XC3 XF1 XF2

All types of components 10 10 10 10

5.6.4 Freeze and thaw resistance

When the components are exposed to freeze and thaw conditions according to exposure classes XF1 and XF2, the
manufacturer shall declare freeze/thaw resistance according to the experience in the place of use of the
components until an appropriate European Standard for testing the freeze and thaw resistance is available.

6 Evaluation of conformity

6.1 Introduction

The scheme for the evaluation of conformity for structural components (see clause 1) shall include the following
tasks:

a) initial type-testing (see 6.2);

b) factory production control (see 6.3);

c) initial inspection of the factory and of factory production control (see 6.4);

d) continuous surveillance, assessment and approval of factory production control (see 6.5).

The scheme for the evaluation of conformity for non-structural components (see clause 1), shall include the
following tasks:

Annex ZAinitial type-testing (see 6.2);

Annex ZBfactory production control (see 6.3).

For both structural and non-structural components the manufacturer shall demonstrate that factory production
control is performed, to ensure that the components produced conform to the requirements specified in clauses 4
and 5 in accordance with the performance values declared by the manufacturer.

6.2 Initial type-testing of the component

6.2.1 General

Initial Type Testing (ITT) is defined as the complete set of tests or other procedures (e.g. calculation) described in
this European Standard, to determine the performance of samples of products representative of the product type,
for the mandated characteristics.

Where a manufacturer produces the same product on more than one production line or unit, or in more than one
factory, there may be no need to repeat ITT for these different production lines or units (the manufacturer takes

37
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

responsibility for ensuring that the products are indeed the same). The need to repeat ITT depends on whether the
production equipment used in the factory, and/or the production line or unit, might influence the performance
declarations forming part of the CE marking.

The manufacturer may entrust the ITT or parts of it to any party equipped and qualified to undertake correct ITT for
the product concerned, provided that all rules relevant for the attestation of conformity will be properly applied.

Appropriate initial type-testing shall be carried out at the commencement of production of a new type of product
manufactured in accordance with this European Standard or whenever a significant change occurs in respect of an
existing product.

Significant changes in the manufacturing process (e. g. new processing equipment, new type of raw materials) may
have the consequence that an established product has to be considered as a new product that is subject to initial
type-testing. When only some of the aspects specified in this European Standard differ, then the initial type-testing
may be restricted to those aspects concerned.

In the case of products differing from established products only in aspects that do not influence the properties
specified in this European Standard, then these do not constitute new products and therefore are not subject to
initial type-testing.

For the purpose of initial type-testing the properties in Table 20 shall be determined to demonstrate compliance
with the manufacturers declared values. The results of initial type-testing shall be recorded.

The manufacturer shall declare the values for the relevant properties.

As long as the product remains unchanged, there is no need to repeat the ITT.

NOTE For the purpose of this clause a new type of product is defined as a group of components whose essential
properties are significantly different from the same properties of any other group, e.g. compressive strength and/or density for
components with a certain thickness within a strength and/or density class.

6.2.2 Sharing of results from ITT

A manufacturer may use ITT results obtained by someone else (e.g. by another manufacturer, as a common
service to manufacturers, or by a product developer), hereafter called ‘other party ITT results’, to justify his own
declaration of conformity regarding a product that is manufactured according to the same design (e.g. dimensions)
and with raw materials, constituents and manufacturing methods of the same kind, provided that:

 the results are known to be valid for products with the same characteristics relevant for performance

 in addition to any information essential for confirming that the product has such same characteristics, the other
party who has carried out the ITT testing concerned or has had it carried out, has expressly accepted to
transmit to the manufacturer the results and the test report to be used for the latter’s ITT, as well as information
regarding production facilities and the production control process that can be taken into account for FPC

 the manufacturer using other party ITT results accepts remaining responsible for the product being in
compliance with all the provisions of the CPD, including both the design and the manufacture of the product;

 he ensures that the product has the same characteristics relevant for performance as the one that has been
subjected to ITT, and that there are no significant differences with regard to production facilities and the
production control process compared to that used for the product that was subjected to ITT; and

 he keeps available a copy of the ITT report that contains the information needed for verifying that the product
is manufactured according to the same design and with raw materials, constituents and manufacturing
methods of the same kind.

38
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

6.3 Factory production control

6.3.1 General

The manufacturer shall establish and maintain a documented factory production control system including the
quality objectives. The system shall enable product traceability and be capable of enabling confirmation that the
products manufactured conform to this European Standard.

The factory production control system shall consist of the following written procedures and/or instructions
concerning all

a) inspections and tests and the utilisation of the results to control equipment, raw or incoming materials and the
production process;

b) inspections and tests on the finished product itself.

The results of inspection and tests shall be recorded.

The testing regime for raw material properties and finished products including test frequencies shall be included in
the factory production control manual.

6.3.2 Process control

The items to be addressed in the factory production control manual relating to the system of control are given
below.

6.3.2.1 Raw materials

The manufacturer shall define the acceptance criteria of raw materials (including reinforcing materials) either from
tests carried out by the manufacturer or the raw materials supplier and the procedures that he operates to ensure
that these are met.

All delivery notes for incoming materials shall be checked to ensure that the specification is correct. A visual
inspection shall be made to ensure that the materials delivered conform to the delivery note.

On the first delivery of LWA from a new source a check for grading by sieve analysis and a check of loose bulk
density shall be made.

6.3.2.2 Production process

Relevant features of the plant and production process shall be defined giving the frequency of the inspections and
tests on equipment and on work in progress together with the values or criteria required. Actions to be taken when
control values or criteria are not achieved shall be given. Weighing, measuring and production equipment shall be
calibrated for accuracy. The frequency of calibration shall be given in the factory production control manual.

6.3.3 Finished products

6.3.3.1 Tests on finished products

The factory production control system incorporates a sampling plan according to the factory production control
manual. The minimum frequency of sampling and testing shall conform to the Tables 21 and 22. The results of
sampling and testing shall be recorded and statistical analysis of test results shall be carried out, where
appropriate.

In the absence of any statistical data derived from a factory production control system, the tabulated information in
Table 21 and 22 shall be used by the manufacturer as a basis for establishing the sampling plans and the testing
frequencies. The sampling plans depend upon the production type and composition, the manufacturing process,
size, output and complexity.

39
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

6.3.3.2 Alternative tests

When an alternative test is used, the test and procedure together with its correlation with the reference test shall be
recorded.

6.3.3.3 Test equipment

Test equipment shall be calibrated at regular intervals to ensure the required accuracy.

6.3.3.4 Identification and traceability

The stock control system of manufactured products shall be given in the factory production control manual. This
shall include the methods of treating non-conforming products (see 6.5).

Delivery documentation shall allow traceability of the products.

6.4 Initial inspection of the factory and the factory production control

6.4.1 Information to be supplied

When required, the manufacturer shall make available full details of his factory production control system to the
body responsible for the inspection.

When the factory production control is subject to an initial inspection, the manufacturer shall provide information on
the factory production control and the equipment to be used to produce the LAC components.

6.4.2 Inspection

The manufacturer shall provide the body responsible for the inspection with the necessary means to

a) confirm that the factory production control manual complies with the requirements of 6.3;

b) assess that the production equipment is in accordance with the factory production control manual and in
relation to providing the ability to meet the requirements of this EN;

c) assess that the laboratory equipment is in accordance with the factory production control manual and is
suitable for factory production control.

A particular inspection can be necessary in the case of a new type of LAC component in an existing factory.

6.4.3 Reports

A report of the inspection shall be prepared.

6.5 Surveillance, assessment and approval of the factory production control

6.5.1 Inspection tasks

When required, the body responsible for inspection shall carry out continuous surveillance, assessment and
acceptance of the factory production control operated by the manufacturer. Any major change in the factory
production control shall be reported by the manufacturer to the body responsible for inspection at least within one
month of its implementation.

The body responsible for inspection shall verify that factory production control complies with the requirements of
6.3.

40
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

6.5.2 Frequency of inspections

Inspections shall be carried out at least once per year.

6.5.3 Reports

A report shall be prepared after each inspection carried out to verify compliance with 6.3.

6.6 Actions to be taken in the event of non-conformity

The manufacturer shall immediately determine the affected quantity, take appropriate action to prevent their
dispatch and inform any affected customer if such component has been released. In addition, the manufacturer
shall immediately determine the causes of such non-conformity, take corrective actions and undertake a
management review of all factory production control procedures. All such actions and findings shall be
appropriately recorded.

The reports following surveillance, assessment, and acceptance of the factory production control (see 6.5.3) shall
form the basis for any decisions/actions to be taken and shall be considered on a case by case basis.

41
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table 20 — Initial type-testing of the LAC components


Type of Reference test/
Property Type of component a
Testing inspection
for structural use For non structural use
WLS WRS RLS, FLS BLS PLS CNS WNS BNH NB
WLH RLH, FLH BLH WNH
WLM RLM, FLM WNM
Density LACh x x x x x x x x x EN 992
Compressive strength LACh x x x x x x x x EN 1354
Flexural strength LACh xb xb xb xb xb xb xb xb xb EN 1521
Modulus of elasticity LACh xb xb xb xb xb xb xb xb xb EN 1352
Creep LACh xb xb xb xb xb EN 1355
Reinforcement Physical
Component x x x x x x x x x
cover measurement
Corrosion
Component xe xe xe xe xe xe xe xe xe EN 990
protection
Durability against
LACh xb xb xb xb xb xb xb xb j
freeze-thaw
Dimensions Component x x x x x x x x x EN 991
EN 10080
EN 10002-1 or
Steel:
checking of the
-yield strength x x x x x x x x x
Steel certificate
-tensile strenght
when relevant
(see 4.2.2)
Loadbearing
capacity under Component x x x EN 1356
transverse load
Loadbearing
capacity under
Component x x x x EN 1740
predominantly
longitudinal load
EN 1355, values
h d d d d d d d d d obtained on
Drying shrinkage LAC x x x x x x x x x
shrinkage
specimens
EN 12664,
EN 12 667 or
EN 12939
Thermal conductivity LACh xc xc xc xc (EN 992 for
density in case
of tabulated
λ-value)
EN 1364-1
EN 1365-1
Resistance to fire Component x x x x x x x x EN 1365-2
EN 1365-3
EN 1365-4
Reaction to fire Component xf xf xf xf xf xf xf xf xf EN13501-1
EN 1793-2g
Airborne sound b b b b b EN ISO 140-3
Component x x x x x
reduction EN ISO 717-1
EN 12354-1
EN ISO 140-6
Impact sound b
Component x EN ISO 717-2
reduction
EN 12354-2
b b b b b b b b
Sound absorption x x x x x x x x EN 1793-1g
Component
coefficient EN 20354
b b b b b b b b b
Joint strength Component x x x x x x x x x EN 1739
EN 1741
h h
Shear resistance LACh x x x EN 1742
between layers of
multilayer
components
a Type of component: Notation according to Table 11.
b Only if used in design on the basis of a declared value derived from measurements..
c Not necessary when thermal conductivity values are obtained from approved tables.
d Not necessary when drying shrinkage is determined according to equation (5).
e Only necessary for structurally reinforced component, where reinforcement is embedded in LAC.
f Reaction to fire test is only necessary if the content of organic material is higher than 1% by mass or volume (whichever is higher).
g Only for road traffic noise reducing devices.
h Where the same material is used in a range of components, it is only necessary to test the material for one type of component.
i According to test method valid at the place of use of the components.

42
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table 21 — Factory production control, testing of the finished product, LAC components for structural
uses
Reference
Type Type of component a
Property test/ Frequency Remarks
of testing
inspection
WLS WRS RLS, FLS BLS PLS
WLN RLH, FLH BLH
WLM RLM, FLM
Every 250 m³
Density LACc x x x x x EN 992 or For each LAC type
twice per month
Com- Every 250 m³
pressive LACc x x x x x EN 1354 Or twice per For each LAC type
strength month
Flexural
LACc xb xb xb EN 1521 Twice per year For each LAC type
strength
Stell EN 10002-1 or
- tensile checking of
strength - Steel x x x x x the certificate Each delivery
yield when relevant
strength (see 4.2.2)
Reinforce- Physical
Component x x x x x Once per week
ment cover measurement
Visual inspection,
Durability only relevant when
against reinforcement is not
corrosion (of Component x x x x x EN 990 Once per year embedded in dense
reinforce- concrete and
ment) stainless steel is
not used
Visual in-
Once per day
spection
Dimensions Component x x x x x EN 991 Once per week
Loadbearing
capacity Every 1 000 Only relevant in the
under Component x x x EN 1356 units or twice per case of design by
transverse month testing
load
Loadbearing
capacity
Every 1 000 Only relevant in the
under pre-
Component x x x EN 1740 units or twice per case of
dominantly
month design by testing
longitudinal
load
See 5.3.1,
EN 991, visual dimensions,
Compo- inspection, concrete cover,
Detailing x x x x x Once per week
nent physical number, diameter,
measurement and position of
reinforcing bars
EN 1355,
values
Drying
LAC xd xd xd obtained on Once per year
shrinkage
shrinkage
specimens

43
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table 21 (continued)
Reference
Type Type of componenta
Property test/ Frequency Remarks
of testing
inspection
WLS WRS RLS, FLS BLS PLS
WLH RLH, FLH BLH
WLM RLM, FLM
EN 12664 Calculation from
Thermal Com-
xe xe xe xe xe EN 12667 or Once per year thermal conductivity
resistance ponentc
EN 12939 and dimensions
See relevant
parameters
Resistance to LAC, (density, See relevant
x x x x x
fire Component compressive parameters
strength,
dimensions)
Reaction to
LAC xf xf xf xf xf
fire
Water Suitability of Highly permeable
vapour Component xg xg xg coating when Once per year due to open
permeability required structure
Highly permeable
Suitability of due to open
Water
Component xg xg xg coating when Once per year structure. If
permeability
relevant required to be
protected
In exposure classes
Freeze-thaw XF1 and XF2 to be
Durability testi or protected unless
f f f g g
against Component x x x x x suitability of - the freeze-thaw
freeze-thaw coating when resistance of the
required LAC has been
verified by testsi
Direct Control of dry
airborne density
Component xh xh xh xh See density
sound according to
insulation EN 992
Control of
Impact relevant
See relevant
sound Component xh material
properties
insulation properties and
dimensions
Release of
dangerous LAC x x x x x - See note in ZA.1
substances
NOTE It is not possible to assess the airborne sound reduction and the impact sound insulation on individual
components.

a Type of component: Notation according to Table 11.


b Only if required design is based on results of flexural tests.
d Not necessary when drying shrinkage is taken from equation (5)
e Only if used in design on the basis of a declared value.
f Only for exposed applications.
g For application in external walls.
h Only when the product is intended also for acoustical applications.
i According to the test method valid at the place of use of the component.

44
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table 22 — Factory production control, testing of the finished product, LAC components for non-
loadbearing uses

Reference
Type Type of componenta
Property test/ Frequency Remarks
of testing
inspection
CNS WNS BNH NB
WNH
WNM
Relevant for
properties such as
Every 250 m³
thermal conductivity,
Density LACb x x x x EN 992 or
anchorage of
twice per month
reinforcement, etc.
For each LAC type
Every
Compressive
b 250 m³
strength LAC x x x x EN 1354 For each LAC type
or
twice per month
Flexural strength LACb xc xc EN 1521 Twice per year For each LAC type
Ultimate tensile
Checking of
strength and yield Steel xd xd xd xe Each delivery
the certificate
strength
Physical
Reinforcement
Component xe xd xe xe measure- Once per week
cover
ment
Durability against Visual inspection,
corrosion e d e e only relevant when
Component x x x x EN 990 Once per year
(of reinforcement) reinforcement is not
embedded in dense
concrete and
Visual
Once per day stainless steel is not
inspection
used
Dimensions Component x x x x EN 991 Once per week
Loadbearing
Only relevant in the
capacity Every 1 000 units or
Component x x EN 1356 case of evaluation
under transverse twice per month
by testing
load

45
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table 22 (continued)

Reference
Type Type of componenta
Property test/ Frequency Remarks
of testing
inspection
CNS WNS BNH NB
WNH
WNM
Loadbearing
capacity Only relevant in the
Every 1 000 units or
under Component x EN 1740 case of evaluation
twice per month
predominantly by testing
longitudinal load
Suitability of Highly permeable
Water vapour
Component xg xg x coating when Once per year due to open
permeability
required structure
Highly permeable
Suitability of
due to open
Water permeability Component xg xg x coating when Once per year
structure. If required
required
to be protected
In exposure classes
Freeze-thaw XF1 and XF2 to be
testk or protected unless the
Durability against
Component xh xh x suitability of Once per year freeze-thaw
freeze-thaw
coating when resistance of the
required LAC has been
verified by tests.
Class A1, only by
Reaction to fire Component xh xh x - -
initial type testing
Control of
Resistance to fire relevant
(in the end use Component x x x properties See density
conditions) (density and
dimensions)
Control of dry Calculated from
Thermal resistance Component xi xi density and See density thermal conductivity
dimensions and dimensions
Direct airborne Related to the
Control of dry
sound insulation Component xj xj See density weight of the
density
index component per m²
Sound absorption Only at initial type
Component x EN 20354 -
coefficient testing
Release of
dangerous LAC x x x - - See note in ZA.1
substances
NOTE It is not possible to assess the airborne sound insulation index on individual components.
a Type of component: Notation according to Table 11.
b Where the same material is used in a range of components it is only necessary to test the material for one type of component.
c Only if required design is based on results of flexural tests.
d Only in case of horizontal and imposed loads.
e Only in case of reinforced component.
g For external walls.
h Only for exposed applications.
i Only when the product is intended also for thermal applications.
j Only when the product is intended also for acoustical applications.

46
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

7 Basis for design

7.1 Design methods

The structural design may either be based on calculation (annex A) or documented through functional testing of
components (annex B). The design method used shall be stated by the manufacturer.

NOTE The design methods are based on the principles of EN 1992-1-1.

7.2 Limit states

Limit states are states beyond which the structure no longer satisfies the design performance requirements.

Limit states are classified into

 ultimate limit states (ULS);

 serviceability limit states (SLS).

Ultimate limit states are those associated with collapse or with other forms of structural failure which can endanger
the safety of people. States prior to structural collapse which, for simplicity, are considered in place of the collapse
itself are also treated as ultimate limit states. Ultimate limit states which can require consideration include

 loss of equilibrium of the structure or any part of it considered as a rigid body;

 failure by excessive deformation, rupture, or loss of stability of the structure or any part of it, including supports
and foundations.

Serviceability limit states correspond to states beyond which specified service requirements are no longer met.
Serviceability limit states which can require consideration include:

 deformations or deflections which affect the appearance or effective use of the structure (including the
malfunction of machines or services) or cause damage to finishes or non-structural elements;

 vibrations which cause discomfort to people, damage to the building or its contents, or which limit its functional
effectiveness;

 cracking of the concrete which is likely to affect appearance, durability or water tightness adversely;

 damaging of concrete in the presence of excessive compression which is likely to lead to loss of durability.

7.3 Actions

The actions and effects of actions, e. g. internal forces, stresses, to be considered are the following:

 permanent:

actions due to gravity, soil pressure, deformations during construction;

 variable:

actions imposed on roofs, floors and walls; wind, snow and ice; thermal actions; vehicular loading on parking
floors;

 accidental:

impact, explosions, actions due to fire.

47
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

NOTE The actions are based on EN 1990and EN 1991 (all parts). The actions for use in a country can be found in its
national regulations.

8 Marking, labelling and designation

8.1 Standard designation

Prefabricated reinforced components of LAC shall be identified by at least the following designations:

a) number of this European Standard;

b) type of component (abbreviations see Table 11);

c) declared compressive strength (expressed as characteristic value or as strength class);

d) declared dry density of the LAC (expressed as mean value or as density class);

e) dimensions (length, thickness, width).

If required, depending on the product and its intended use, the following technical information shall be given:

f) loadbearing capacity;

g) reaction to fire;

h) resistance to fire;

i) thermal conductivity or thermal resistance;

j) sound insulation and sound absorption;

k) exposure class;

l) intended use.

A code derived from a coding system by which one or more requirements are made available on the basis of this
European Standard can be used. The explanation of the coding system shall be supplied.

EXAMPLE 1 Loadbearing wall component (solid) [300 x 2 500 x 2 650] conforming to this European Standard of strength
class LAC 10, density class 1,2, reaction to fire according to Euroclass A1, resistance to fire 60 min, thermal conductivity
λ10dry = 0,39 W/mK (p = 50 %).

EN 1520 - WLS/ LAC 10/1,2/A1/REI 60/0,39/300 x 2 500 x 2 650

EXAMPLE 2 Beam [240 x 250 x 2 750] conforming to this European Standard of declared characteristic compressive
strength 7,0 MPa, declared dry density 950 kg/m³, reaction to fire Euroclass A1, resistance to fire 90 min.

EN 1520 - BLS /7,0 MPa/950 kg/m³/A1/R 90/10 kN/m/240 x 250 x 2 750

EXAMPLE 3 Loadbearing wall component (solid) [300 x 2 500 x 2 650] conforming to this European Standard of strength
class LAC 10, density class 1,2, reaction to fire according to Euroclass A1, resistance to fire 60 min, thermal conductivity
λ10dry = 0,39 W/mK (p = 50 %).

EN 1520 - WLS/LAC 10/1,2/Code

Code: A1/REI 60/0,39/300 x 2 500 x 2 650

48
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

8.2 Additional information on accompanying documents

The manufacturer may give further information, which can be contained in product catalogues or on the
accompanying commercial documents, on for instance the following items and properties:

a) background information on design (e.g. design method according to annex A or annex B);

b) bond;

c) mass of the component;

d) direct airborne sound reduction index;

e) impact sound pressure level;

f) environmental class;

g) drying shrinkage;

h) thermal expansion;

i) creep;

j) tolerances and squareness.

NOTE For CE marking and labelling see ZA.3 of annex ZA.

49
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Annex A
(normative)

Design of components by calculation

NOTE 1 The design of components by calculation is based on the concept of EN 1992-1-1 as far as possible. Some
modifications have been made in order to take into account the specific material properties/behaviour of LAC.

NOTE 2 Design values to be used can be determined according to the provisions of this annex A, using the relevant partial
safety factors.

NOTE 3 Values of the properties can be determined on the basis of calculation and can be given as declared values in the
CE-marking, according to the relevant provisions in annex ZA. The declared values are based on one of the three methods
expressed in Guidance Paper L, clause 3.3.3.2 (a).

A.1 General
(1)P Depending on the character of the individual clauses, distinction is made in this annex between Principles and
Application Rules.

(2)P The Principles comprise

 general statements and definitions for which there is no alternative and

 requirements and analytical models for which no alternative is permitted unless specifically stated.

(3)P In this annex the Principles are marked by a number in brackets followed by the letter P.

(4)P Application Rules are generally recognized rules which follow the Principles and satisfy their requirements.

(5)P In this annex Application Rules are marked by a number in brackets not followed by the letter P.

(6)P Evaluation by calculation shall be based upon documented material parameters, using analytical methods
that adequately describe the structural behaviour of the components.

(7)P Nominal dimensions shall be used in the calculations, to which those tolerances specified, which lead to the
most unfavourable calculation situation, shall be added or subtracted.

(8) A.3 to A.6 describe general calculation procedures that may be used for components subjected to bending,
shear, or axial compression. A.7 gives specific rules applicable to the different types of components.

(9)P More detailed analyses may be carried out on the basis of the design assumptions given in A.3.1.

NOTE The design of the components requires also a thorough consideration of the overall stability and stiffness of the
entire building. If the stiffness and the stability of the structure is not obvious, analytical verification of the stability of both
horizontal and vertical stiffening members is necessary. In the case of high deformability of the stiffening members allowance
should be made for the influence of their deformations on the effects of actions (second order effects).

A.2 Partial safety factors


Partial safety factors are determined according to national application documents.

NOTE An example is given in informative annex C.

50
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

A.3 Ultimate limit state - Design for bending and combined bending and axial
compression

A.3.1 Design assumptions

(1)P The design assumptions given below shall be used.

a) Plane sections remain plane.

b) The strain in the reinforcement is the same as that in the surrounding LAC.

c) The flexural strength of LAC is generally ignored. It may be taken into account in wall components for bending
as a result of wind actions in combination with vertical actions.

d) The stresses in LAC in compression are derived from the design stress-strain diagram given in Figure A.1.

e) The stresses in the reinforcement are derived from the design stress-strain diagram given in Figure A.2.

f) Deformations and second order effects are calculated using the mean values of the material properties (such
as Ecm according to 4.2.6). For cross-sectional design, the design values of the material properties are used.

g) For cross-sections subject to centric longitudinal compression, the compressive strain of LAC is limited to
0,002.

h) For cross-sections not fully in compression, the limiting compressive strain of LAC is given by equation (A.1). In
intermediate situations, the strain distribution is defined by assuming that the compressive strain is 0,002 at a
level (εcu - 0,002)/εcu of the height of the section from the most compressed face.

i) The adoption of the above assumptions leads to the range of potential strain diagrams shown in Figure A.3.

j) The effect of longitudinal reinforcement present in the compression zone is not taken into account when
calculating the axial load bearing capacity, unless the reinforcing bars are sufficiently restrained to the principal
reinforcement in the tension zone, e.g. by stirrups.

A.3.2 Stress-strain diagram for LAC

(1) The stress-strain diagram for LAC for cross-sectional design is shown in Figure A.1, where the ultimate
compressive strain εcu is given by the equation

εcu = 0,003 5 η1 ≥ 0,002 (A.1)

where

η1 = 0,40 + 0,60 ρ / 2 200 (see equation (2a));

ρ is the dry density of LAC, in kilograms per cubic metre.

The design value of the compressive strength of LAC is defined by

fcd = fck /γC (A.2)

where

fcd is the design value of the compressive strength of LAC, in megapascals;

fck is the characteristic compressive strength of LAC, in megapascals;

γC is the partial safety factor for concrete (also for LAC) according to A.2.

NOTE The value of γc for use in a country can be found in its national application document. The recommended values for
use are given in Table C.1.
51
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

(2) Giving allowance for long term effects on the compressive strength of LAC the design strength is further
reduced by the coefficient α which may generally be assumed to be 0,80

NOTE The value of α for use in a country can be found in its national application document. The recommended value of α
for use is 0,85. In cases where the compression zone decreases in width in the direction of the extreme compression fibre α is
recommended to be reduced to 0,80.

Key

1 Idealized diagram
2 Design diagram

Figure A.1— Bi-linear stress-strain diagram for LAC in compression for cross-sectional of design

A.3.3 Stress-strain diagram for reinforcing steel

(1)P The design value of the yield strength of reinforcing steel is defined by equation (A.3):

fyd = fyk/γS (A.3)

where:
fyd is the design value of the yield strength of reinforcing steel;

fyk is the characteristic yield strength of reinforcing steel;

γS is the partial safety factor for reinforcing steel.

NOTE The value of γS for use in a country can be found in its national application document. The recommended values for
use are given in Table C.1.

(2) The design stress-strain diagram for reinforcing steel is given in Figure A.2. Other established stress-strain
5
diagrams may be used. Es is the modulus of elasticity of reinforcing steel (e.g. 2 x 10 MPa).

52
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Key

1 Idealized diagram
2 Design diagram

Figure A.2 - Design stress-strain diagram for reinforcing steel

Key

1 Neutral axis

The value of β is equal to (εcu - 0,002)/εcu, where εcu is calculated from equation (A.1).

Figure A.3 - Strain diagrams in the ultimate limit state

53
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

A.4 Ultimate limit state induced by shear

A.4.1 Shear design for components predominantly under transverse load not requiring shear
reinforcement

(1)P The following conditions shall be met:

VSd < VRd1 (A.4a)

VSd < VRd2 (A.4b)

where

VSd is the design shear force in the section;

VRd2 is the design shear crushing resistance (maximum shear force that can be carried without crushing of the
notional concrete compressive struts), which is given by equation (A14);

VRd1 is the design shear resistance of a component without shear reinforcement.

The design shear force needs not to be checked at a distance of less than d/2 from the support.

NOTE: The value of Vrd1 can be estimated by equation (A.5) or (A.10) as specified in the National Annex.

(2) The design shear resistance can be estimated as:


1/3
VRd1 = CRd k⋅η1(100 ρ1fck) bw d (A.5a)

with a minimum of

VRd1 = vmind bw d (A.5b)

where

As1 is the cross-sectional area of the longitudinal reinforcement, anchored as described in A.8;

bw is the minimum width of the cross-section over the effective depth in millimetres;

CRd is a parameter for shear capacity;

d is the effective depth of the cross-section, in millimetres;

vmind is the minimum shear strength of LAC;

ρ1 is the reinforcement ratio ρ1 = As1/(bw d) ≤ 0,02.

NOTE The values of CRd and vmind can be found in the National Annex. The recommended values are

CRd = 0,145 / γC (A.6)


2/3 ½
vmind = 0,30⋅k ⋅fck (A.7)
½
k = 1 +(200/d) < 2,0 (A.8)

η1 = 0,40 + 0,60ρ /2 200 (A.9)

(3) The design shear resistance can be estimated as:

VRd1 = τRd k (1,2 + 40 ρ1) bw d (A.10)

τRd = τRk / γC (A.11)

54
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

τRk = 0,125 ft,flk (A.12)

k = 1,6 - d > 1 (A.13)

where

As1 is the cross-sectional area of the longitudinal reinforcement, anchored as described in A.8;

bw is the minimum width of the cross-section over the effective depth;

d is the effective depth of the cross-section, in metres;

ft,flk is the characteristic flexural strength of LAC (see 4.2.4);

z is the height of the shear zone, which is taken as the distance between the centres of the compression zone
and the longitudinal reinforcement (lever arm of internal forces). This may be set to 0,9d in normal designs, but
not more than the height (hw) of the shear reinforcement.

τRd is the design shear strength of LAC;

τRk is the characteristic shear strength of LAC;

ρ1 is the reinforcement ratio ρ1 = As1/(bw d) ≤ 0,02.

(4) The design shear crushing resistance is given by:

VRd2 = 0,5 η1 bw z ν fck / γC (A.14)

where

hw is the height of the shear reinforcement;

z is the height of the shear zone, which is taken as the distance between the centres of the compression zone
and the longitudinal reinforcement (lever arm of internal forces). This may be set to 0,9d in normal designs, but
not more than the height (hw) of the shear reinforcement;

ν is the efficiency factor, which shall be taken as 0,6.

A.4.2 Shear design for components predominantly under transverse load requiring shear
reinforcement

(1)P The following conditions shall be met:

VSd < VRd3 (A.15a)

VSd < VRd2 (A.15b)

where

VSd is the design shear force in the section;

VRd2 is the design shear crushing resistance (maximum shear force that can be carried without crushing of the
notional concrete compressive struts), which is given by equation (A.14);

VRd3 is the design shear resistance of the component with shear reinforcement.

The design shear force needs not to be checked at a distance of less than d/2 from the support.

NOTE The value of VRd3 can be estimated by equation (A.16) or (A.17) as specified in the National Annex.

(2) For beams with vertical shear reinforcement (ladder-shaped), the shear resistance VRd3 is

55
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

VRd3 = (Asw/s)⋅z⋅fywd⋅cotθ (A.16)

where

Asw is the cross-sectional area of shear reinforcement;

fywd is the design yield strength of the shear reinforcement (fywd = fywk/γS);

hw is the height of the shear reinforcement;

s is the spacing of the shear reinforcement bars;

z is the height of the shear zone, which is taken as the distance between the centres of the compression zone
and the longitudinal reinforcement (lever arm of internal forces). This may be set to 0,9d in normal designs, but
not more than the height (hw) of the shear reinforcement;

and where the minimum shear reinforcement ratio ρw for the beams is at least

ρw = 0,51 % for fck < 12 MPa


ρw = 0,60 % for fck < 15 MPa
ρw = 0,70 % for fck < 20 MPa
ρw = 0,83 % for fck < 25 MPa

where

fck is the characteristic compressive strength of LAC;

The shear reinforcement shall be vertical and welded to the longitudinal reinforcement;

(3) For beams with vertical shear reinforcement (ladder-shaped), the shear resistance VRd3 is

VRd3 = VRd1 + Vwd (A.17)

where VRd1 is the design shear resistance of a component without shear reinforcement given by equation (A.10),
and Vwd is estimated by equation (A.18) as

Vwd = 0,8 (Asw / s) z fywd (A.18)

where

Asw is the area of shear reinforcement;

d is the effective depth of the cross-section, in metres;

fywd is the design yield strength of the shear reinforcement (fywd = fywk/γS);

fywk is the characteristic value of the yield strength of the shear reinforcement;

hw is the height of the shear reinforcement;

s is the spacing of the shear reinforcement bars;

z is the height of the shear zone, which is taken as the distance between the centres of the compression zone
and the longitudinal reinforcement (lever arm of internal forces). This may be set to 0,9d in normal designs, but
not more than hw;.

γS is the partial safety factor for reinforcing steel.

The shear reinforcement shall be vertical and welded to the longitudinal reinforcement.

56
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

(4) The value of fywk should be limited.

NOTE: The limiting value of fywk can be found in the National Annex. The recommended value is fywk < 400 MPa.

(5) The angle θ should be limited.

NOTE: The limiting value of cotθ can be found in the National Annex. The recommended limits are 1 < cotθ < 2,5.

A.4.3 Shear design for components under predominantly centric or eccentric longitudinal
compression forces, e.g. walls and piers

(1)P Only the portions of the cross-section which remain without tensile stresses under the relevant load
combination in the ultimate limit state are considered to be capable of resisting concrete stresses due to shear.

(2) The design shear resistance is:

VRd4 = τRd bw x / 1,5 (A.19)

τRd = 0,125 ft,flk / γC (A.20)

where

bw is the minimum width of the section in the compression zone;

ft,flk is the characteristic flexural strength of LAC (see 4.3.4);

x is the neutral axis depth x ≤ h; calculated using first order theory;

h is the overall depth of the cross-section;

τRd is the basic shear strength of LAC;

In cross-sections where the zone of decompression in the ultimate limit state extends further than to the centre of
the cross-section it shall be verified that:

NSd / VSd ≥ 2,0 (A.21)

where

NSd is the design axial compression force in the section;

VSd is the design shear force in the section.

A.5 Ultimate limit state induced by structural deformation (buckling)

A.5.1 General

(1)P When determining the load-bearing capacity of slender LAC components subjected to compression or
combined bending and compression, account shall be taken of the effects of structural deformation and
eccentricities occurring perpendicular to the plane of the components and their influence on the buckling of the
components.

(2) Two methods are given in A.5.2 and A.5.3. They are both suitable for designing vertical loadbearing LAC
components which can be classified as slender isolated columns and are mainly loaded by a centric or eccentric
longitudinal load and possibly also by a transverse load (e.g. horizontal wind load, earth pressure). The
slenderness ratio S of the components shall not exceed the values indicated in Figure A.4,

where

S is the slenderness ratio; S = l0/iw ≤ 121;


57
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

l0 is the buckling length of the component, in metres. It will depend on the support conditions, but may for a wall
which is simply supported at the top and bottom be set to 0,9 times the total height of the wall;

iw is the radius of inertia in the direction of the weak axis (iw = 0,289h for rectangular solid cross-sections), in
metres;

h is the overall thickness of the component in the direction of the weak axis, in metres;

ρ is the mean value of the dry density of the LAC, in kilograms per cubic metre.

Key

S Slenderness ratio
ρ Mean dry density

Figure A.4 - Limits of slenderness ratio S of loadbearing walls and piers

Note: The national rules can limit the use of these components for different structural applications in such a manner as to say,
that e.g. different minimum thicknesses are required or different maximal slenderness limits are specified for certain structural
applications.

A.5.2 Method based on the Euler formula

(1) The resisting design axial compression force NRd shall be determined as the loadbearing capacity of that part of
the cross-section, which can be regarded as centrally loaded, i.e.:

NRd = ks·α· fcd Ac (A.22)

where

α is the long term factor according to A.3.2;

fcd is the design value of the compressive strength of LAC;

Ac is the area of the compression zone of the cross-section;

ks is the column factor according to equation (A.23);

1
ks = 2
(A.23)
f ck  
1+ ⋅  l 0 
2 
Ecm π  ic 
58
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

where

Ecm is the mean value of the modulus of elasticity of LAC according to 4.2.6;

fck is the characteristic compressive strength of LAC;

l0 is the buckling length of the component. This will depend on the support conditions, but may for a wall which is
simply supported at the top and bottom be set to 0,9 times of its total height.
½
ic is the radius of inertia of the compression zone of the cross-section, i.e. ic = (Ic/Ac) ;

Ic is the moment of inertia of the compression zone of the cross-section;

For rectangular cross-sections or those that can be converted into equivalent rectangular cross-sections the
following may be used:

Ac = lw (h - 2e1) (A.24)

ic = (h - 2e1)/√12 (A.25)

where

h is the design thickness of the component, which for a solid wall is equal to the thickness of the wall;

e1 is the first order eccentricity perpendicular to the wall taken as the sum of the first order eccentricity of the
longitudinal load in the middle third of the height of the wall (e0) and the additional eccentricity of the
longitudinal compression force due to geometrical imperfection (ea). The geometrical imperfection shall be
taken as 1/500 of the total component height.

lw is the effective horizontal length of the cross-section.

The cross-sections at the top and bottom of the wall need to be checked for crushing in the case of larger bending
moments at the top or bottom, than the moment in the middle third of the wall. This is checked by using the formula
(A.22) with ks=1,0.

A.5.3 Modified model column method

A.5.3.1 General

(1)P When determining the loadbearing capacity account shall be taken of the effect of slenderness and of any
moments and eccentricities occurring and their influence on the buckling of wall components.

(2)P In the case of eccentric compression in the plane of the structure, components shall be analysed for buckling
about the weak axis.

(3)P For structures which are sufficiently restrained in the horizontal direction account may be taken of compressive
stresses together with stresses due to any transverse action acting at the same time. This is obtained by analysing
the cross-sections with the largest resultant action eccentricity within the middle third of the height of the
components. When determining the resulting eccentricity account shall be taken of action eccentricities,
prebuckling, and transverse action about both main axes.

(4)P For combinations of actions with only vertical loads or for combinations of actions with predominantly vertical
loads, walls shall normally be designed using the declared LAC compressive strength. In cases where the
declaration includes a declared component strength, the loadbearing capacity may be determined on this basis.

59
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

A.5.3.2 Effect of slenderness

A.5.3.2.1 Total eccentricity

(1) The total eccentricity is estimated as

etot = e0 + em + ea + e2 + ec (A.26)

where

e0 is the first order eccentricity of the longitudinal load within the middle third of the height of the wall component;

em is the first order eccentricity caused by bending due to the horizontal load estimated as em=Mh/Nd, where Mh is
the design value of the bending moment due to the transverse load and Nd is the design value of the axial
compression load;

ea is the eccentricity due to the geometrical imperfections, which may be set to 1/500 of the total component
height;

e2 is the second order eccentricity;


½
ec is the eccentricity due to creep, which may be set to zero for short-term loads and to 0,002l0ϕLAC (e0/h)
for long-term loads.

A.5.3.2.2 Second order eccentricity

The second order eccentricity of a non-structurally reinforced cross-section may be taken as

e2 = (Nd / (Ncr - Nd))(e0 + ea + em + ec) (A.27)

where

Nd is the design axial compression force;

Ncr is the critical axial design compression force determined in accordance with equation (A.14) assuming the
eccentricity equal to ea;

A.5.3.3 Design of critical cross-section for compression and bending

A.5.3.3.1 General

(1) The effect of slenderness and transverse loading is taken into account by using etot (see A.5.3.2) as the
eccentricity of the design axial compression force. The critical cross-section is designed for the design axial
compression force Nd and the bending moment Md = Nd etot, where etot is the total eccentricity according to equation
(A.26).

A.5.3.3.2 Structurally reinforced cross-section

(1) Estimations shall be based on design assumptions and diagrams in A.3. The reinforcement in the compression
zone shall not be taken into account.

A.5.3.3.3 Non-structurally reinforced cross-section

(1) Linear elastic stress distribution of LAC is assumed. The following requirements in (2) or (3) shall be fulfilled.

(2) Non-structurally reinforced, non-tension resistant cross-sections:

Partially cracked cross-sections (0,4h > etot > h / 6):

The design compressive edge stress σcd shall fulfil the following requirement

60
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

σcd = 2 Nd / (3 lh,eff (h/2 – etot)) ≤ fck/γ C (A.28)

Uncracked cross-section (e tot ≤ h / 6):

σ cd = Nd /(lh,eff h) + 6 Md / (lh,eff h2) ≤ fck/ γ C (A.29)

where

h is the design thickness;

Md is the design bending moment;

lh,eff is the effective horizontal length of the wall, column or pier;

etot is the total eccentricity of the design axial compression force according to equation (A.26);

fck is the characteristic compressive strength of LAC;

γC is the partial safety factor for LAC.

(3) Non-structurally reinforced tension resistant cross-sections:

It shall be verified that the design edge stresses on the tensile side (σ td) and on the compressive side (σ cd) are as
follows:

σ td = –Nd /(lh,eff h) + 6Md /(lh,eff h 2) ≤ ft,flk /γC (A.30a)

σ cd = Nd /(lh,eff h) + 6Md /(lh,eff h 2) ≤ fck / γC (A.30b)

If the characteristic flexural strength ft,flk is determined by testing according to EN 1521, this value shall, in the
absence of more accurate data, be multiplied by a factor 0,8 if used in equation (A.30).

A.6 Serviceability limit states

A.6.1 Serviceability limit state of cracking

(1)P Calculation of crack widths in order to ensure sufficient corrosion protection of the structural reinforcement is
not necessary for LAC-components, where the corrosion protection is achieved according to 5.6.3.

(2)P Calculation of crack width in order to ensure sufficient corrosion protection is not necessary for roof and floor
components, which fulfil the requirements in 5.3.1.

A.6.2 Serviceability limit state of deformation

A.6.2.1 General

(1)P The deformation of a member of a structure shall not be such that it adversely affects its performance or
appearance.

(2)P Appropriate limiting values of deflection taking into account the nature of the structure, of the finishes,
partitions and fixings and upon the function of the structure should be used in structural design.

(3)P The following states of deformation shall be checked under realistic conditions or assumptions:

 long term deformations due to a permanent or quasi - permanent combination of actions;

 active deformations, i.e. such deformations that may cause damage to other structural components or be
detrimental to the use of the components.

61
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

(4)P Deflections of roof and floor components and beams shall be limited in such a way that harmful effects are
prevented.

A.6.2.2 Design assumptions

(1)P The design assumptions given below shall be used:

 Plane sections remain plane.

 The strain in the reinforcement is the same as in the surrounding LAC.

 Stresses in the LAC and in the reinforcement are derived from the mean values of the material properties.

 Deformations are calculated on the basis of the mean values of the material properties (such as Ecm according
to 4.2.6). The modulus of elasticity of LAC is reduced to allow for creep when calculating deformations due to
permanent or quasi-permanent actions.

A.7 Components requirements

A.7.1 Roof and floor components

A.7.1.1 Field of application

(1)P Roof and floor components (see 5.4 and Figure 2) are designed as one-way spanning, simply supported

 solid components;

 hollow core components;

 multilayer components.

(2)P Loadbearing overhangs (i.e. balconies etc.) shall be designed.

(3)P Special measures shall be introduced in case of predominantly dynamic loading (traffic ramps, vibration from
heavy machinery, seismic actions etc.) or large concentrated loads. These measures include the use of shear
reinforcement, transverse reinforcement, not using LAC with low density or low strength etc.

(4)P Longitudinal edges shall be designed in such a way that shear forces can be transferred between adjoining
components.

(5)P Characteristic bending capacity of a cracked cross-section shall be greater than the characteristic bending
capacity of an uncracked cross-section in order to avoid brittle failure by providing a minimum content of
reinforcement. For this control measure the tensile strength in an uncracked cross-section shall be taken as the
flexural strength of LAC according to 4.2.4.

NOTE The minimum support length required for the component is declared by the manufacturer, however, the actual
support length can depend on the structural design and national requirements.

A.7.1.2 Structural design

(1)P The span is defined as the distance between the support reactions.

(2)P For assembly and service purposes a point load of 1,0 kN in the centre of the span shall be assumed.

(3)P Reduction of the compression zone (e.g. by chases) shall be taken into account in the design of components.

(4)P In the case of hollow core components exposed to pure bending the cavities may be neglected when
calculating the compressive capacity of the cross-section.

62
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

A.7.1.3 Shear joints

(1)P The transfer of in-plane shear forces from one component to another is verified if it is demonstrated that the
design shear forces in the joint do not exceed the design shear resistance of the joint.

(2)P The joint strength shall be established, either by calculation or by testing according to EN 1741.

A.7.1.4 Punching

(1)P For concentrated loads, acting on solid or multilayer components, punching needs not to be considered if all
the following conditions are met:

 load < 5 kN;

 thickness of component > 150 mm;

 loaded area > 10 000 mm².

In other cases the resistance to punching of solid or multilayer components may be estimated by distributing the
load under 1:1 through the concrete to the plane of the tensile reinforcement as shown in Figure A.5. In the case of
muyltilayer components, the lowest strength of the layers is used in the estimations.

In case of hollow-core components, the punching shear capacity needs special assessment outside this clause.

Key

1 Reinforcement

Figure A.5 - Distribution of concentrated load

The shear capacity VRd in section I-I may be estimated according to equation (A.4) or (B.2).

A.7.1.5 Torsion

(1)P The component has sufficient torsional resistance when

 no hole or groove exceeds more than 50 % of the width of the component and

 the component is either supported or joined to other components along the longitudinal edges.

In other situations the torsional resistance shall be provided through supports (e.g. steel beams) or be established
either by calculation or by testing.

63
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

A.7.2 Wall components

A.7.2.1 Components with non structural reinforcement

A.7.2.1.1 Structural design

(1)P Wall components shall transfer their loads storey by storey. They can be storey-high panels or with horizontal
joints within the storey-height. If there are horizontal joints within the storey height these shall be filled completely
by mortar.

(2)P The structural design of the wall components shall fulfil the requirements of A.5. In addition the overall stability
of the building shall be verified.

(3)P Shear transfer due to shear wall action may not be taken into account across beams unless special
precautions are taken.

A.7.2.1.2 Chases

(1)P Horizontal or inclined chases shall be taken into account in the structural analysis, however, vertical chases
with a depth of not more than 30 mm or one-sixth of the wall thickness and at least 1,0 m apart may be ignored in
the structural analysis.

(2)P The sum of the widths of permitted chases without structural analysis shall not exceed 20 % of the horizontal
wall length.

(3)P Without structural analysis chases shall not be positioned less than 1,5 times the thickness from the edges of
wall components. Chases shall be formed by inserting battens in the form or by machining. Chasing of completed
walls by chiselling is not permitted.

A.7.2.1.3 Openings

(1)P Verification of the loadbearing capacity of the beams over the openings shall be carried out according to A.3
and A.4.

(2)P Verification of loadbearing capacity is not required if all of the following conditions are fulfilled:

 clear width of opening ≤ 1,5 m;

 beams cast monolithically and forming an integral part of wall components;

 floor loads from one side only;


2
 design value of imposed floor loads ≤ 2,75 kN/m ;

 no concentrated loads on the beam;

 dimensions and reinforcement according to Table A.1.

Table A.1 - Required dimensions of beams without verification of loadbearing capacity


Clear width of wall Minimum Minimum
Direction of floor Minimum
opening height width
span Reinforcement
m mm mm
≤ 1,00 Perpendicular to 200
2 bars,
> 1,00 beam 400 120 2
As ≥ 300 mm
≤ 1,50 Parallel to beam 300

For beams with a width below 120 mm, verification of loadbearing capacity is not required if the other requirements
in Table A.1 are fulfilled and loads are reduced in proportion to the actual width of the wall.

64
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

A.7.2.2 Components with structural reinforcement

A.7.2.2.1 Structural design

(1)P The structural design of the wall components shall fulfil the requirements of A.3 and A.4. The reinforcement in
the compressive zone of the cross-section shall not be taken into account.

(2) Wall components which are placed between or in front of different loadbearing systems generally are fixed
horizontally at their smaller edges or corners. The components may be installed horizontally or vertically.
Horizontally installed components shall be vertically supported continuously, e.g. on the foundation, or on single
supports or on corbels of the main loadbearing system, acting as a beam for vertical loading and as a slab for
horizontal loading. They are predominately loaded horizontally e.g. by wind loads or earth pressure and vertically
by their dead weight, the dead weight of the components above them and/or additional loads, e.g. by roofs or
floors.

(3)P For components with discrete supports , e.g to fix them at the loadbearing overall system, the anchorage of
the reinforcement in accordance to that of floors (A.8) is considered sufficient if the component is provided with
edge reinforcement.

A.7.2.2.2 Chases

(1) The relevant requirements of A.7.2.1.2 apply.

A.7.3 Components for noise barriers

A.7.3.1 Field of application

(1)P Components for noise barriers (according to 5.2.5) considered here are used for external applications (e.g.
along traffic lines) and not as building components. They are loaded only by their dead load and by direct wind
forces.

A.7.3.2 Structural design

(1)P The relevant requirements of A.7.1 apply.

(2)P Components for noise barriers exposed to wind loads shall be designed according to A.3 and A.4.

A.8 Detailing of reinforcement

(1)P Structural reinforcement shall have sufficient bond or anchorage in the component.

(2) This can be achieved in one of the following ways:

a) By anchoring all smooth reinforcing bars in roof or floor components as indicated in Figure A.5. The diameter of
the bars and the amount of reinforcement used in design by calculation shall not exceed the limits in Table A.2.
The characteristic yield strength of the reinforcing steel used in design shall not be taken as greater than 220
MPa.

In the end zone bars shall be covered on all sides with at least 10 mm of concrete with closed structure for a
length of at least 500 mm.

If the anchoring length is less than 50 mm, the design shear capacity of the component shall be reduced by a
factor ρ3 according to equation (A.31).

ρ3 = (la / 25 - la2 / 2 500) (A.31)

where

la is the anchoring length, in millimetres.

65
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

b) When using welded steel fabric mats without hooks or bends, at least one transverse bar shall lie behind the
front edge of the support. The distance between the transverse bars shall not exceed 250 mm. The
characteristic yield strength of the steel used in design by calculation shall not exceed 500 MPa, the maximum
bar diameter shall not exceed 8 mm, and the amount of reinforcement shall not exceed 0,25 % of the cross-
section of the component. The welded steel fabric mats shall be covered on both sides by at least 10 mm of
3
concrete having a dry density of at least 1 200 kg/m .

c) When using ribbed bars in roof or floor components as shown in Figure A.6, the characteristic yield strength of
the reinforcement used in design shall not be taken higher than 550 MPa, and the diameter of the bars used in
design shall not exceed 12 mm. The bars shall be covered on all sides by at least 10 mm of concrete having a
3
dry density of at least 1 200 kg/m . The anchorage length la shall always be at least 45 mm.

d) By securing at least 200 mm support length for beams with spans of up to 2,5 m reinforced with ladder
reinforcement. The ladder reinforcement has transverse bars welded to the tensile reinforcement with at least
one transverse bar over the support. The ratio between the cross-sectional area of the transverse bars over
the support and the cross-sectional area of the tensile reinforcement shall be greater than 0,2. The
characteristic yield strength of the steel used in design by calculation shall not exceed 550 MPa, the bar
diameter shall not exceed 10 mm, the cover shall be at least 10 mm and the characteristic compressive
strength of the LAC shall be at least 6 MPa.

e) The anchorage of the flexural reinforcement in beams can be designed as part of shear ladders with a
minimum of two transverse bars over the support, the anchorage length being lb >30 φ, where φ is the diameter
of the bars. The welding (bar sizes, diameters, spacing and concrete cover) shall comply with Fig. 8.5 of
EN 1992-1:2004-12. Alternatively ribbed reinforcement bars with a straight length of lb = 30 φ above the
support and additional end hooks can be used to serve as well anchored flexural reinforcement, when in
addition two stirrups enclose the longitudinal tension reinforcement above the support. The diameter of the
stirrups shall be not less than 0,4φ. In both cases, the bars shall be encased by at least 10 mm of concrete
3
with a dry density of not less than 1200 kg/m .

f) When using non-structural reinforcement meshes consisting of straight, ribbed bars, the overlap length shall be
at least 400 mm and at least one mesh, provided that the diameter of the bars is not larger than 6 mm and the
reinforcement meshes are embedded in concrete with a characteristic compressive strength of at least 6 MPa
with a cover of at least 30 mm.

g) When using structural reinforcement meshes consisting of straight, ribbed bars in wall components, the
meshes shall have an overlap of at least one mesh and an overlap length lo of at least

lo > α2α6α7⋅(2φ/9)⋅(σsd /ft,fld) > lo,min (A.32)

lo,min = max{0,067α6φ σsd /ft,fld; 15φ; 200mm} (A.33)

where

α2 = 1 - 0,15⋅ (cd-φ)/φ, but not less than 0,7 and not more than 1,0;

α6 = 1,5;

α7 = 1,5;

ft,fld = ft,flk/γC;

and

cd is the concrete cover;

ft,fld is the design value of the flexural strength of LAC;

ft,flk is the characteristic flexural strength of LAC;

γC is the partial safety factor for LAC;

66
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

φ is the bar diameter;

σsd is the design stress of the anchored bar at the end of the overlap (< fyd);

fyd is the design value of the yield strength of the reinforcing steel.

The anchorage length may be reduced if the structural reinforcement mesh is welded and the weld strength is
declared.

h) By using other values or anchorage arrangements. Such other values shall be based on full-scale tests
according to EN 1356 applying the load in such a way as to ensure shear or anchorage failure. These shall
always include limitations on density or strength of the concrete, yield strength of reinforcing steel and
diameter of the bars, and a maximum amount of reinforcement in the components. Long term behaviour shall
be taken into account.

Table A.2 - Limits of reinforcement in roof and floor components in the case of design by calculation
(plain steel, with characteristic yield strength fyk ≤ 220 MPa)

Characteristic compressive Maximum cross-sectional


Maximum bar diameter
strength of LAC area of reinforcement
fck
φs As
mm 2
MPa mm /m
2 6 443
4 8 785
6 10 943
8 10 1 357
≥ 10 12 1 847

Dimensions in millimetres

Key
φm ≥ 2,5 φs
φs Diameter of reinforcing bar
la Available anchorage length

Figure A.6 - Anchorage of smooth reinforcing bars

67
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Dimensions in millimetres

Figure A.7 - Anchorage of ribbed reinforcing bars

68
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Annex B
(normative)

Design of components by testing

NOTE 1 Design values to be used can be determined according to the provisions of this annex B, using the relevant partial
safety factors.

NOTE 2 Values of the properties can be determined on the basis of tests and be given as declared values in the CE-
marking, according to the relevant provisions in annex ZA. The declared values are based on one of the three methods
expressed in Guidance Paper L, clause 3.3.3.2 (a).

B.1 General
(1)P Depending on the character of the individual clauses, distinction is made in this annex between Principles and
Application Rules.

(2)P The Principles comprise:

 general statements and definitions for which there is no alternative and

 requirements and analytical models for which no alternative is permitted unless specifically stated.

(3)P In this annex the Principles are marked by a number in brackets followed by the letter P.

(4)P The Application Rules are generally recognised rules which follow the principles and satisfy their
requirements.

(5)P In this annex Application Rules are marked by a number in brackets not followed by the letter P.

(6)P In this annex it is assumed that the characteristic loadbearing capacities, type of failure in ultimate limit state,
and/or other characteristic properties of the component subject to control by continuous testing or initial type testing
are declared.

(7)P For structural components representative current production control test results can be utilised to establish the
statistical basis for the characteristic values in accordance with this standard.

(8) Evaluation methods based entirely on declared characteristic material properties are specified in annex A.

(9)P Evaluation by testing can replace evaluation by calculation for one or more of the properties of the
components if the evaluation is performed in accordance with the requirements in this annex. The actual
combination of evaluation methods in relation to the component range shall be stated by the manufacturer.

NOTE Guidance for design by testing can be found in EN 1991-1.

B.2 Safety evaluation

B.2.1 General

(1)P Evaluation of the safety of the component in design is taken into account by partial safety factors for limit
states.

(2)P In analysis of ultimate limit states the partial safety factor shall consider any relevant safety aspects, i.e.
safety classes from consequences of failure, level of factory production control, long term effects, reliability of test
or design methods, and type of failure during performance testing.

69
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

B.2.2 Brittle and ductile failure

(1)P The safety aspects of type of failure during performance testing are taken into account by different partial
safety factors.

NOTE With respect to partial safety factors see B.2.3 and informative annex C.

(2)P For transversely loaded components it is necessary to differentiate between ductile and brittle failure in
accordance with EN 1356.

B.2.2.1 Transversely loaded components

(1)P Ductile failure: Ductile failure is assumed when at least one of the following states is achieved:

 failure of the component due to yielding of the reinforcement;

 failure after appearance of cracks distributed in a pattern appropriate to the applied load;

 deflection before failure ≥ (3/200) L, where L is the span length (between the centres of supports, see Figure
B.1).

(2)P Brittle failure: In all other cases the failure is assumed to be brittle.

B.2.2.2 Longitudinally loaded components

(1)P Failure of longitudinally loaded components shall always be considered as brittle.

B.2.3 Partial safety factors

(1)P The partial safety factors are determined according to national regulations.

NOTE An example is given in informative annex C.

B.3 Ultimate limit states

B.3.1 General

(1)P It shall be verified that the design capacity determined in accordance with this section is higher than or equal
to the design effects of the actions applied.

(2)P Where, in practice, the application of loads differs from the test situation, it should be shown by calculation that
the maximum design effects of actions result in an equal or higher safety level than that derived from the test
results.

(3) Guidance for extending test results to components of other sizes and of similar load cases to those tested may
be supplied by the manufacturer.

B.3.2 Transversely loaded components

B.3.2.1 Loadbearing capacity

(1)P The loadbearing capacity of transversely loaded components shall be determined on the basis of test method
EN 1356. The loadbearing capacity shall be given either as uniformly distributed load or as separate values for
bending and shear capacity.

(2)P For all types of failure the loadbearing capacity is determined in relation to the applied load at failure.

70
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

(3)P Bending and shear capacity may be calculated from the test results and position of applied loads in the test.
These capacities may be used for any loading situation where the load is symmetrical with respect to the
longitudinal centre line of the component.

(4)P To determine the characteristic shear capacity, other positions of line loads to those used to determine the
bending capacity, may be chosen. For uniformly distributed actions, the shear span (see Figure B.1) may be
assumed to be one quarter of the length.

(5)P For loading situations where line and point loads occur simultaneously, the characteristic value for shear
resistance of a component may be fully utilised for all shear spans less than that tested, provided that the number,
diameter and position of transverse bars in the anchorage zone are the same.

a) Support on a wall or a beam b) Test situation

Figure B.1 - Definition of shear span ls

B.3.2.2 Design values for bending capacity and shear capacity

(1)P Design values for bending capacity and shear capacity may be determined from the declared characteristic
values derived from test results according to B.3.2.1.

NOTE With respect to partial safety factors γcomp see Table C.2 in informative annex C.

The design value of bending capacity shall be calculated as follows:

MRd = MRk /γcomp (B.1)

where

MRk is the declared characteristic value of bending resistance calculated from the test series including the
dead weight and with loads positioned normally at the outer quarter points of the span;

γcomp is the partial safety factor for loadbearing capacity of the component.

The design value of the shear resistance shall be calculated as follows:

VRd = VRk /γcomp (B.2)

where

VRk is the characteristic value of shear resistance calculated from the test series including the dead load and
with loads applied in the required positions.

71
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

B.3.2.3 Design criteria

(1)P In order to fulfil the required safety level the support length for transversely loaded components shall be at
least that used in performance testing.

(2)P Holes, grooves or chases are only allowed without detailed analysis if a performance test with the same or
more critical dimensions and locations of holes, grooves or chases has been conducted.

B.3.3 Longitudinally loaded components

B.3.3.1 Loadbearing capacity

(1)P The loadbearing capacity of longitudinally loaded components shall be determined in accordance with EN
1740. In the case of asymmetric reinforcement the eccentricity shall be chosen so that it affects the weakest side
unfavourably.

(2)P The loadbearing capacity by stated characteristic values, NRk, and also the corresponding eccentricity (at top
and bottom) used in the tests shall be determined and declared.

NOTE The value of γcomp for use in a country can be found in its national application document. The recommended values
for use are given in Table C.2.

B.3.3.2 Design criteria

(1)P When determining loadbearing capacity, the column-effect and any moments and eccentricities occurring
which influence buckling of longitudinally loaded components shall be taken into account.

(2)P Horizontal or inclined chases shall be taken into account in the structural design. However, vertical chases
with a depth of not more than 30 mm or one-sixth of the wall thickness and at least 1,0 m apart may be ignored.
The sum of the permitted chase widths without verification of their influence on the loadbearing capacity shall not
exceed 20 % of the horizontal wall length.

(3)P The design thickness h of a homogeneous wall shall not be greater than the stated thickness.

(4)P The declared resistance of components from type testing or performance testing is not applicable for sections
or piers of width less than the normal dimension used in testing.

(5)P The loadbearing capacity of smaller sections may be taken from the section ratio adjusted by a shape factor.

B.3.3.3 Design loadbearing capacity for centric and eccentric compression forces

(1) P If the thickness and the eccentricity of the component under consideration differs from that used in the tests,
the design loadbearing capacity may be determined from equation (B.3) if the following two conditions are met:

e1 ≤ (2/3) eg and

0,85 l0g ≤ l0 ≤ 1,15 l0g

(2) The resisting design longitudinal compression force may be determined from:

NRd = (NRk /γcomp) x (d – 2e1) / [d – (4/3)eg] x (lh,eff /lh,g) x (ks /ksg) (B.3)

where

l0 is the effective height of the wall, depending on the support conditions;

d is the design thickness (for a solid wall d = h where h is the wall thickness);

e1 is the first order eccentricity perpendicular to the wall taken as the sum the first order eccentricity of the loads
(e0) and the additional eccentricity of the longitudinal compression force due to geometrical imperfections
(ea). The geometrical imperfection may be set to 1/500 of total component height.
72
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

eg is the declared eccentricity at the top of the component perpendicular to its plane i.e. the eccentricity used in
the testing;

l0g is the declared pier or wall height, i.e. the height used in operational testing;

lh,eff is the effective horizontal length of the component equal to lh – 2eN;

lh is the horizontal length of the component;

eN is the eccentricity of the longitudinal compression force in the plane of the component;

lh,g is the declared horizontal length of the component, i.e. the horizontal length of the component used in the
testing;

NRk is the characteristic resisting longitudinal compression force of the component for eccentric (eg) compression;

γcomp is the partial safety factor for loadbearing capacity of the component;

and where, unless otherwise established (see equations (A.15) and (A.16)), ks and ksg may be taken as follows:

1 (B.4)
ks = 2
 l0 
1 + 12 ⋅ 10 − 4  
 d − 2 e1 

1 (B.5)
k sg = 2
 
 l 
−4  0g 
1 + 12 ⋅ 10
 4 
 d − eg 
 3 

NOTE The value of γcomp for use in a country can be found in its national application document. The recommended values
for use are given in Table C.2.

B.3.4 Simultaneously transversely and longitudinally loaded components

B.3.4.1 General

(1)P Component design for simultaneously acting transverse forces and longitudinal compression forces may be
based on a simplified N/M interaction diagram (see Figure B.2) obtained for a cross-section of a component. The
diagram depends upon variables like reinforcement, compressive strength, and cross-section of components.

(2)P In cases where the cross-section of the component is constant, this diagram is valid for the entire length of the
component, except for the range of the tensile forces in the reinforcement. In this range the allowable bending
moment shall be reduced.

73
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

NR1 is the resisting longitudinal compression force for pure longitudinal loading according to B.3.3.3;

NR2 is the resisting longitudinal compression force for simultaneous longitudinal and transverse load,
calculated and then verified by test in accordance with EN 1740 (the test shall continue until bending
capacity MR2 has been reached);

MR1 is the minimum bending capacity for bending moments from eccentricities under longitudinal loading
according to B.3.3.1;

MR2 is the maximum bending capacity in the absence of longitudinal loading according to B.3.2.1

Figure B.2 - Simplified Ν/Μ interaction diagram of the cross-section, representing results
of three test series

B.3.4.2 Loadbearing capacity

(1)P The loadbearing capacity of components loaded both transversely and longitudinally shall be determined in
accordance with test methods specified in EN 1356 and EN 1740.

B.4 Serviceability limit states

B.4.1 Elastic deformations

(1)P Elastic deformations under service loads are indicated in the test report (see EN 1740 or EN 1356,
respectively).

(2)P The manufacturer shall on request present the values for deflections of roof and floor components and beams.

B.4.2 Time dependent deformations

(1)P Time dependent deformations may be estimated using elastic deformation and nominal values for the creep
factor and drying shrinkage (see clause 4).

74
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Annex C
(informative)

Recommended values for partial safety factors

NOTE The partial safety factors and reliability levels may be determined according to national requirements (see national
application document). The following values are recommended for use.

C.1 Ultimate limit states (ULS)

If no other values are specified, the partial safety factors γM according to Table C.1 can be used for evaluation by
calculation and the partial safety factors γcomp according to Table C.2 can be used for evaluation by testing.

Table C.1 - Partial safety factors γM for material properties

Partial safety factors ULS Accidental actions


Reinforcing steel γS 1,15 1,00
Reinforced 1,20
components
γC 1,40
LAC
Plain or lightly
reinforced γC 1,70 1,40
components

Table C.2 - Partial safety factors γcomp for components


a Accidental
Partial safety factor γcomp ULS
actions
Ductile failure γD 1,20 1,10
Transversely loaded components
Brittle failure γB 1,50 1,20
b Brittle failure γWc 1,80 1,40
Longitudinally loaded components
Brittle failure γWd 2,40 1,70
a The partial safety factor should be selected for the recognized type of failure in the test. If different failure modes are
reached in a test series or if the results from two or more test series are used for interpolation, the highest relevant
partial safety factor should be chosen.
b Failure in longitudinally loaded components is always considered brittle.
c Design cases, where creep is not important.
d Design cases, where creep is important.

C.2 Serviceability limit states (SLS)

The partial safety factor for the SLS can be taken as γM = 1,0 for evaluation by calculation or γcomp = 1,0 for
evaluation by testing, respectively.

75
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Annex ZC
(informative)

Provisions for the CE marking of prefabricated reinforced components of


lightweight aggregate concrete with open structure
under the EU Construction Products Directive

ZA.1 Clauses of this European Standard addressing the provisions of EU Construction Products Directive

This European Standard and this annex ZA have been prepared under Mandate M100 “Precast Concrete
Products”, as amended and given to CEN by the European Commission and the European Free Trade Association.

The clauses of this European Standard shown in this annex meet the requirements of this Mandate given under the
EU Construction Products Directive (89/106/EEC).

Compliance with this annex ZA confers a presumption of the fitness for use of prefabricated reinforced components
of lightweight aggregate concrete with open structure covered by this European Standard (see clause 1 and Table
14) for its intended use(s) indicated herein; reference shall be made to the information accompanying the CE-
Marking.

WARNING — Other requirements and other EU Directives, not affecting the fitness for intended use(s), can
be applicable to a building product falling within the scope of this European Standard.

NOTE 1 In addition to any specific clauses relating to dangerous substances contained in this European Standard, there can
be any other requirements applicable to the products falling within its scope (e. g. transposed European legislation and national
laws, regulations and administrative provisions). In order to meet the provisions of the EU Construction Products Directive,
these requirements need also to be complied with, when and where they apply.

NOTE 2 An informative database of European and national provisions on dangerous substances is available at the
Construction web site on EUROPA (accessed through http://europa.eu.int/comm/enterprise/construction/internal/dangsub/
dangmain.htm).

This annex establishes the conditions for the CE marking of prefabricated reinforced components of lightweight
aggregate concrete with open structure intended for the uses indicated in Table(s) ZA.1a to ZA.1h and shows the
relevant clauses applicable:

This annex has the same scope as Clause 1 of this standard and is defined by Table(s) ZA.1a to ZA.1h

76
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table ZA.1a — Harmonised clauses for loadbearing wall components


Construction Product(s): Loadbearing wall components (WLS, WLH, WLM) as covered in the scope
of the European Standard
Intended use(s): Structural
Relevant Mandated
Requirements/characteristics clause(s) in this level(s)
Notes, units
from the mandate European and/or
Standard class(es)
Declared value in MPa or
Compressive strength (of concrete) 4.2.3 -
declared strength class
Declared value in kg/m³ or
Density 4.2.1 -
declared density class
Ultimate tensile strength and yield
4.3 - Declared values in MPa
strength (of steel)
Water vapour permeability (for external Declared factor or value in
4.2.12 -
walls) g·m/(MN·s)
In case of design by
calculation:
Mechanical strength, Method of
expressed in terms of: design by
5.1.1 (annex A), Declared calculation
flexural, tensile, -
7.1 (annex A) value (annex A)
compressive, shear,
Mechanical or by
torsional or punching
resistance testing
shear strength as (annex B)
relevant shall be
Declared declared.
In case of design by
5.1.1 (annex B), value in kN,
testing: -
7.1 (annex B) kNm or
Loadbearing capacity
kN/m²
5.3.1, 5.3.2 or Significant production
Detailing -
5.5 drawings if required
Declared value from
Drying shrinkage
4.2.9 - testing, in mm/m
(in end use conditions)
or 0,75 mm/m
In exposure classes XF1
Durability against: or XF2 to be protected
freeze-thaw 5.6.4 - unless the freeze-thaw
(only for exposed applications) resistance of LAC has
been verified by tests.
Coating of reinforcement
Durability against: bars or embedding in
5.6.3 -
corrosion concrete with closed
structure
Reaction to fire (only for exposed
5.1.3.1 Euroclasses Class A1
applications)
Resistance to fire (in the end use
RE, REI,
conditions) 5.1.3.2 -
REI-M
Thermal resistance (only when the Declared value in m²·K/W
product is intended also for thermal 4.2.11, 5.1.4 - or λ 10dry in W/mK based
applications) on thermal resistance
Direct airborne sound insulation index
(only when the product is intended also 5.1.2.1 - Declared value in db A
for acoustical application)
See relevant paragraphs
Release of dangerous substances 4.1.2 -
in ZA.1 and ZA.3
Rigidity of joints 5.3.5 - Declared value

77
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table ZA.1b — Harmonised clauses for retaining wall components


Construction Product(s): Retaining wall components (WRS) as covered in the scope of this European
Standard
Intended use(s): Structural
Relevant Mandated
Requirements/
clause(s) in this level(s)
characteristic Notes, units
European and/or
from the mandate
Standard class(es)
Compressive strength Declared value in MPa or
4.2.3 -
(of concrete) declared strength class
Declared value in kg/m³
Density 4.2.1 -
or declared density class
Ultimate tensile strength and yield
4.3 - Declared values in MPa
strength (of steel)
In case of design by
calculation:
Mechanical strength, Method of
expressed in terms of: design by
5.1.1 (annex A), Declared calculation
flexural, tensile, -
7.1, annex A value (annex A)
compressive, shear,
Mechanical or by
torsional or punching
resistance testing
shear strength as (annex B)
relevant shall be
Declared declared.
In case of design by
5.1.1 (annex B), value in
testing: -
7.1 (annex B) kN, kNm or
Loadbearing capacity
kN/m²
5.3.1, 5.3.2 or Significant production
Detailing -
5.5 drawings if required
Declared value from
Drying shrinkage (in end use conditions) 4.2.9 - testing, in mm/m
or 0,75 mm/m
In exposure classes XF1
Durability against: or XF2 to be protected
freeze-thaw 5.6.4 - unless the freeze-thaw
(only for exposed applications) resistance of LAC has
been verified by tests.
Coating of reinforcement
Durability against: bars or embedding in
5.6.3 -
corrosion concrete with closed
structure
Reaction to fire (only for exposed 5.1.3.1
Euroclasses Class A1
applications)
Resistance to fire (in the end use
5.1.3.2 RE, REI -
conditions)
Declared value in m²·K/W
Thermal resistance (only when the
or
product is intended also for thermal 4.2.11, 5.1.4 -
λ10dry in W/mK based on
applications)
thermal resistance
See relevant paragraphs
Release of dangerous substances 4.1.2 -
in ZA.1 and ZA.3
Rigidity of joints 5.3.5 - Declared value

78
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table ZA.1c — Harmonised clauses for roof components


Construction Product(s): Roof components (RLS, RLH, RLM) as slabs as covered in the scope of this
European Standard
Intended use(s): Structural
Relevant Mandated
Requirements/
clause(s) in this level(s)
Characteristic Notes, units
European and/or
from the mandate
Standard class(es)
Compressive strength Declared value in MPa or
4.2.3 -
(of concrete) declared strength class
Declared value in kg/m³ or
Density 4.2.1 -
declared density class
Ultimate tensile strength and yield
4.3 - Declared values in MPa
strength (of steel)
In case of design by
calculation: Method of
Mechanical strength, design by
expressed in terms of: calculation
5.1.1 (annex A), Declared
flexural, tensile, - (annex A)
7.1, annex A value
Mechanical compressive, shear, or by
resistance torsional or punching testing
shear strength as (annex B)
relevant shall be
In case of design by Declared declared.
5.1.1 (annex B),
testing: Loadbearing - value in kNm
7.1 (annex B)
capacity or kN/m²
Significant production
Detailing 5.3.1, 5.3.2, 5.4 -
drawings if required
Declared value from
Drying shrinkage (in end use
4.2.9 - testing, in mm/m
conditions)
or 0,75 mm/m
In exposure classes XF1
Durability against: or XF2 to be protected
freeze-thaw (only for exposed 5.6.4 - unless the freeze-thaw
applications) resistance of the LAC has
been verified by tests
Coating of reinforcement
Durability against: bars or embedding in
5.6.3 -
corrosion concrete with closed
structure
Reaction to fire (only for exposed 5.1.3.1
Euroclasses Class A1
applications)
Resistance to fire (in the end use
5.1.3.2 RE, REI -
conditions)
Thermal resistance (only when the Declared value in m²·K/W
product is intended also for thermal 4.2.11, 5.1.4 - or λ10dry in W/mK based
applications) on thermal resistance
Direct airborne sound insulation index
(only when the product is intended also
5.1.2.1 - Declared value in db A
for acoustical application)

See relevant paragraphs


Release of dangerous substances 4.1.2 -
in ZA.1 and ZA.3
Rigidity of joints 5.3.5 Declared value

79
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table ZA.1d — Harmonised clauses for floor components


Construction Product(s): Floor components (FLS, FLH, FLM) as covered in the scope of this European
Standard
Intended use(s): Structural
Relevant Mandated
Requirements/
clause(s) in this level(s)
Characteristic Notes, units
European and/or
from the mandate
Standard class(es)
Declared value in MPa or
Compressive strength (of concrete) 4.2.3 -
declared strength class
Declared value in kg/m³ or
Density 4.2.1 -
declared density class
Ultimate tensile strength and yield
4.3 - Declared values in MPa
strength (of steel)
In case of design by
calculation: Method of
Mechanical strength, design by
expressed in terms calculation
5.1.1 (annex A), Declared
of: flexural, tensile, - (annex A)
7.1 (annex A) value
Mechanical compressive, shear, or by
resistance torsional or punching testing
shear strength as (annex B)
relevant shall be
In case of design by Declared declared.
5.1.1 (annex B),
testing: - value in kNm
7.1 (annex B)
Loadbearing capacity or kN/m²
5.1.1, 7.1, B.1,
Loadbearing capacity (in case of Declared value in kNm or
B.2.1, B.2.2.1, -
verification by testing) kN/m²
B.3.1, B.3.4
Significant production
Detailing 5.3.1, 5.3.2, 5.4 -
drawings if required
Declared value from
Drying shrinkage (in end use
4.2.9 - testing, in mm/m
conditions)
or 0,75 mm/m
In exposure classes XF1 or
Durability against: XF2 to be protected unless
freeze-thaw (only for exposed 5.6.4 - the freeze-thaw resistance
applications) of the LAC has been
verified by tests.
Coating of reinforcement
Durability against: bars or embedding in
5.6.3 -
corrosion concrete with closed
structure
5.1.3.1
Reaction to fire (only for exposed
Euroclasses Class A1
applications)
Resistance to fire (in the end use
5.1.3.2 RE, REI -
conditions)
Thermal resistance (only when the Declared value in m²·K/W
product is intended also for thermal 4.2.11, 5.1.4 - or λ10dry in W/mK based on
applications) thermal resistance
Direct airborne sound insulation index
5.1.2.1
impact noise transmission index (only Declared value (either by
-
when the product is intended also for testing or by calculation)
5.1.2.2
acoustical application)
See relevant paragraphs in
Release of dangerous substances 4.1.2 -
ZA.1 and ZA.3
Rigidity of joints 5.3.5 Declared value

80
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table ZA.1e — Harmonised clauses for linear components


Construction Product(s): Linear components (BLS, PLS) as covered in the scope of this European
Standard
Intended use(s): Structural
Relevant Mandated
Requirements/
Clause(s) in this level(s)
Characteristic Notes, units
European and/or
from the mandate
Standard class(es)
Declared value in MPa
Compressive strength
4.2.3 - or declared strength
(of concrete)
class
Declared value in kg/m³
Density 4.2.1 -
or declared density class
Ultimate tensile strength and yield
4.3 - Declared values in MPa
strength (of steel)
In case of design by
calculation:
Mechanical strength,
expressed in terms Method of
5.1.1 (annex A), Declared design by
of: flexural, tensile, -
7.1 (annex A) value calculation
compressive, shear,
(annex A)
torsional or punching
Mechanical or by
shear strength as
resistance testing
relevant (annex B)
Declared shall be
value in declared.
In case of design by
5.1.1 (annex B), kNm or
testing: -
7.1 (annex B) kN/m
Loadbearing capacity
(beams) or
kN (piers)
5.3.1, 5.3.2, 5.4 or Significant production
Detailing -
5.5 drawings if required
Coating of reinforcement
Durability against: bars or embedding in
5.6.3 -
corrosion concrete with closed
structure
Reaction to fire (only for exposed 5.1.3.1
Euroclasses Class A1
applications)
Resistance to fire (in the end use
5.1.3.2 R -
conditions)
See relevant paragraphs
Release of dangerous substances 4.1.2 -
in ZA.1 and ZA.3

81
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table ZA.1f — Harmonised clauses for non-loadbearing wall components


Construction Product(s): Non-loadbearing wall components (WNS, WNH, WNM) as covered in the
scope of this European Standard
Intended use(s): Non-structural
Relevant Mandated
Requirements/
clause(s) in this level(s)
characteristic Notes, units
European and/or
from the mandate
Standard class(es)
In case of horizontal and
Compressive strength impact loads:
4.2.3 -
(of concrete) declared value in MPa or
declared strength class
Declared value in kg/m³ or
Density 4.2.1 -
density class
In case of horizontal and
Ultimate tensile strength and yield
4.3 - impact loads:
strength (of steel)
declared values in MPa
Water vapour permeability (for external Declared factor or value in
4.2.12 -
walls) g·m/(MN·s)
In case of design by
calculation:
Mechanical strength, In case of
expressed in terms of: horizontal and Method of
5.1.1 (annex A), design by
flexural, tensile, - impact loads:
7.1 (annex A) calculation
compressive, shear, declared
(annex A)
torsional or punching value
Mechanical or by
shear strength as
resistance testing
relevant (annex B)
In case of shall be
horizontal and declared.
In case of design by
5.1.1 (annex B), impact loads:
testing: -
7.1 (annex B) declared
Loadbearing capacity
value in kN/m
or kN/m²
Significant production
Detailing 5.3.1, 5.3.2, 5.5
drawings if required
Declared value from
Drying shrinkage (in end use conditions) 4.2.9 testing, in mm/m
or 0,75 mm/m
Reaction to fire (only for exposed Euro-
5.1.3.1 Class A1
applications) classes
Resistance to fire (in the end use
E, EI,
conditions) 5.1.3.2 -
EI-M
Thermal resistance (only when the Declared value in m²·K/W
product is intended also for thermal 4.2.11, 5.1.4 - or λ10dry in W/mK based on
applications) thermal resistance
Direct airborne sound insulation index
(only when the product is intended also
5.1.2.1 - Declared value in db A
for acoustical application)

See relevant paragraphs in


Release of dangerous substances 4.1.2 -
ZA.1 and ZA.3
Rigidity of joints 5.3.5 Declared value

82
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table ZA.1g — Harmonised clauses for cladding components


Construction Product(s): Cladding components (CNS) as covered in the scope of this European
Standard
Intended use(s): Non-structural
Relevant Mandated
Requirements/
clause(s) in this level(s)
Characteristic Notes, units
European and/or
from the mandate
Standard class(es)
In case of horizontal and
impact loads:
Compressive strength (of concrete) 4.2.3 -
declared value in MPa or
declared strength class
Declared value in kg/m³ or
Density 4.2.1 -
density class
In case of horizontal and
Ultimate tensile strength and yield
4.3 - impact loads:
strength (of steel)
declared values in MPa
Water vapour permeability (for external Declared factor or value in
4.2.12 -
walls) g·m/(MN·s)
In case of design by
calculation:
Mechanical strength, Method of
expressed in terms of: design by
5.1.1 (annex A), Declared calculation
flexural, tensile, -
7.1 (annex A) value (annex A) or
Mechanical compressive, shear,
by testing
resistance torsional or punching (annex B)
shear strength as shall be
relevant declared.
In case of design by Bending
5.1.1 (annex B),
testing: - capacity
7.1 (annex B)
Loadbearing capacity only
Declared value from testing,
Drying shrinkage (in end use
4.2.9 - in mm/m
conditions)
or 0,75 mm/m
In exposure classes XF1 or
Durability against: XF2 to be protected unless
freeze-thaw (only for exposed 5.6.4 - the freeze-thaw resistance
applications) of the LAC has been
verified by tests.
Coating of reinforcement
Durability against: bars or embedding in
5.6.3 -
corrosion concrete with closed
structure
Reaction to fire (only for exposed 5.1.3.1
Euroclasses Class A1
applications)
Resistance to fire (in the end use
conditions) 5.1.3.2 E, EI, EI-M -

Thermal resistance (only when the Declared value in m²·K/W or


product is intended also for thermal 4.2.11, 5.1.4 - λ10dry in W/mK based on
applications) thermal resistance
Direct airborne sound insulation index
(only when the product is intended also 5.1.2.1 - Declared value in db A
for acoustical applications)
See relevant clauses in
Release of dangerous substances 4.1.2 -
ZA.1 and ZA.3
Rigidity of joints 5.3.5 Declared value

83
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table ZA.1h — Harmonised clauses for small box culvert components


Construction Product(s): Box culvert components (BNH) as covered in the scope of this European
Standard
Intended use(s): Non-structural
Relevant Mandated
Requirements/
clause(s) in this level(s)
characteristic Notes, units
European and/or
from the mandate
Standard class(es)
Compressive strength Declared value in MPa or
4.2.3 -
(of concrete) declared strength class
Declared value in kg/m³
Density 4.2.1 -
or declared density class
Ultimate tensile strength and yield
4.3 - Declared values in MPa
strength (of steel)
In case of design by
calculation: Method of
Mechanical strength, design by
expressed in terms of: calculation
5.1.1 (annex A), Declared
flexural, tensile, - (annex A)
7.1 (annex A) value
Mechanical compressive, shear, or by
resistance torsional or punching testing
shear strength as (annex B)
relevant shall be
In case of design by declared.
5.1.1 (annex B), Declared
testing: -
7.1 (annex B) value
Loadbearing capacity
Significant production
Detailing 5.3.1, 5.3.2 -
drawings if required
Declared value from
Drying shrinkage (in end use
4.2.9 - testing or tabulated value,
conditions)
in mm/m
In exposure classes XF1
Durability against: or XF2 to be protected
freeze-thaw (only for exposed 5.6.4 - unless the freeze-thaw
applications) resistance of the LAC has
been verified by tests.
Coating of reinforcement
Durability against: bars or embedding in
5.6.3 -
corrosion concrete with closed
structure
See relevant paragraphs
Release of dangerous substances 4.1.2 -
in ZA.1 and ZA.3

The requirement on a certain characteristic is not of application in those Member States where there are no
regulations for such characteristic. In this case, manufactures willing to place their products in the market of these
Member States are not obliged to determine nor to declare the performance of their products with regard to this
characteristic and the option "no performance determined" (NPD) in the information accompanying the CE mark
(see clause ZA.3) may be used.

The NPD option may not be used where the characteristic is subject to a threshold level.

ZA.2 Procedures for the attestation of conformity of products

ZA.2.1 Systems of attestation of conformity

The system of attestation of conformity for the 17 types of prefabricated reinforced components of lightweight
aggregate concrete with open structure indicated in Tables ZA.1a up to ZA.1h is shown in Table ZA.2a for the
indicated intended use(s), in accordance with the Commission Decisions of 14 June 1995 (95/204/EC) and of 25
January 1999 (1999/94/EC) published in the Official Journal of the European Communities and given in Annex 3 of
the mandate for the product family "Precast normal/ lightweight/autoclaved aerated concrete products".
84
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table ZA.2a — Systems of attestation of conformity


Product(s) Intended use(s) Level(s) or class(es) Attestation
of
conformity
system(s)
Prefabricated reinforced components of for structural use - 2+
lightweight aggregate concrete with open for non-structural or light
1 4
structure structural use ( ) -
System 2+: See Directive 89/106/EEC, Annex III.2(ii), first possibility, including certification of the factory
production control by an approved body on the basis of initial inspection of factory and of factory production
control as well as of continuous surveillance, assessment and approval of factory production control.
System 4: See Directive 89/106/EEC, Annex III.2(ii), third possibility.
1
( ) Light structural use refers to applications that in case of failure are not supposed to cause the collapse of
the works or part of them, inadmissible deformations or injury to people (to be defined by Member States).

The attestation of conformity of the structural components in Tables ZA.1a up to ZA.1e shall be based on the
evaluation of conformity procedure indicated in Tables ZA.2b and ZA.2c resulting from application of the clauses of
this European standard indicated therein.

Table ZA.2b — Assignation of evaluation of conformity tasks (for structural components)


1)
under system 2+

Tasks Scope of the tasks Clauses to apply


Parameters related to all relevant
Factory production control
characteristics of relevant Table 6.3 and 6.6
(FPC)
ZA.1
Initial type testing by a
notified test lab Reaction to fire 6.2

Initial type testing by the All relevant characteristics in


manufacturer relevant Table ZA.1 (except 6.2
reaction to fire)
Testing of samples taken
Tasks under the at the factory All relevant characteristics of
6.3 and 6.6
responsibility of the relevant Table ZA.1
manufacturer
Initial
Parameters related to all
inspection of
relevant characteristics of 6.3 and 6.4
Certification factory and
relevant table ZA.1
of FPC by of FPC
the FPC Continuous
certification surveillance,
body on the Parameters related to all
assessment
basis of relevant characteristics of 6.3 and 6.5
and
relevant table ZA.1
approval of
FPC
1)
Applies to wall components (WL), retaining wall components (WR), roof and floor components (RF), beams (BL) and piers (PL).

85
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Table ZA.2c — Assignation of evaluation of conformity tasks (for non structural or light structural
1)
components) under System 4

Tasks Scope of the tasks Clauses to apply


All relevant characteristics
Initial type testing 6.2 and 6.6
in relevant Table ZA.1
Tasks for the
Parameters related to all
manufacturer
Factory production control relevant characteristics in 6.3 and 6.6
relevant Table ZA.1
1)
Applies to cladding components (CN), partition wall components (WN), box culverts (BN)
and components for sound barriers (SB).

ZA.2.2 EC Certificate and declaration of conformity

In case of products with system 2+: When compliance with the conditions of this annex is achieved, and once the
notified body has drawn up the certificate mentioned below, the manufacturer or his agent established in the EEA
shall prepare and retain a declaration of conformity, which entitles the manufacturer to affix the CE marking. This
declaration shall include:

 name and address of the manufacturer or his authorised representative established in the EEA, and the place
of production;

 description of the product (type, identification, use, ...) and a copy of the information accompanying the CE
marking;

 provisions to which the product conforms (i.e. annex ZA of this EN);

 particular conditions applicable to the use of the product (e.g. provisions for use under certain conditions);

 the number of the accompanying factory production control certificate;

 name of, and position held by the person empowered to sign the declaration on behalf of the manufacturer or
his authorised representative.

The declaration shall be accompanied by a factory production control certificate, drawn up by the notified body,
which shall contain, in addition to the information above, the following:

 name and address of the notified body;

 the number of the factory production control certificate;

 conditions and period of validity of the certificate, where applicable;

 name of, and position held by, the person empowered to sign the certificate.

In case of products with system 4: When compliance with this annex is achieved, the manufacturer or his agent
established in the EEA shall prepare and retain a declaration of conformity (EC Declaration of conformity), which
entitles the manufacturer to affix the CE marking. This declaration shall include:

 name and address of the manufacturer, or his authorised representative established in the EEA, and place of
production;

 description of the product (type, identification, use,...), and a copy of the information accompanying the CE
marking;

 provisions to which the product conforms (i.e. annex ZA of this EN);

 particular conditions applicable to the use of the product (e.g. provisions for use under certain conditions);

86
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

 name of, and position held by the person empowered to sign the declaration on behalf of the manufacturer or
of his authorised representative.

The above mentioned declaration and certificate shall be presented in the official language or languages of the
member state in which the product is to be used.

ZA.3 CE marking and labelling

ZA.3.1 General

The manufacturer or his authorised representative established within the EU or EFTA is responsible for the affixing
of the CE marking. The affixing should be done preferably on the component itself. When not possible it can be on
the accompanying label or on the accompanying documents, e.g. delivery note.

The CE conformity symbol to affix shall be in accordance with Directive 93/68/EEC and shall be accompanied by
the following information (see examples 1 to 3):

 identification number of the notified body (only for products under system 2+);

 name or identifying mark of the producer;

 registered address of the producer;

 the last two digits of the year in which the marking is affixed;

 number of the certificate of factory production control (only for products under system 2+);

 reference to this European Standard;

 description of the product: generic name, material, dimensions,…and intended use;

 information on the mandated characteristics

or, when relevant

data and parameters required to determine the mechanical strength and resistance to fire of the product
according to the national design codes and provisions in the place of use/destination

or

identification of the party responsible for the design (manufacturer or another party) and of the design
calculations and significant production drawings;

 values and, where relevant, level or class to declare for each mandated characteristic as indicated in the
relevant clauses in this European Standard in Tables ZA.1a up to 1h;

 as an alternative, where possible, standard designation may be given. This designation should give information
on all the characteristics, if all are not covered, then values for those not covered shall be additionally given.

 "No performance determined" for characteristics where this is relevant.

The "No performance determined" (NPD) option may not be used where the characteristic is subject to a threshold
level. Otherwise, the NPD option may be used when and where the characteristic, for a given intended use, is not
subject to regulatory requirements in the member state of destination.

87
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

ZA.3.2 Declaration of geometrical data and material properties

This method 1 determines properties relating to essential requirements "mechanical resistance and stability" and
"resistance to fire".

The following information shall be provided in the CE-marking:

 compressive strength of LAC;

 density of LAC;

 ultimate yield strength of reinforcing steel (if relevant);

 geometrical data (critical dimensions and tolerances + amount and location of reinforcement);

 minimum support length;

 environmental classes intended;

 thermal properties (if relevant);

 acoustical properties (if relevant);

 reaction to fire (if relevant);

 resistance to fire (if relevant);

 drying shrinkage (if relevant).

Figure ZA.1 gives an example of CE marking with method 1.

NOTE In addition following information is needed:

For ultimate limit state:

 shear force of welded joints of reinforcement (if needed in design);

 flexural strength (if needed in design).

For serviceability limit state:

 modulus of elasticity;

 creep (if needed in design).

NOTE The method 1 may be applied for products off the shelf and catalogue products.

88
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

CE conformity marking consisting of the


CE symbol given in directive 93/68/EEC

Identification of the notified body


0123-CPD-001
Name or identifying mark and registered
address of the producer
AnyCo Ltd, PO Box 21, B-1050
Last two digits of the year in which the marking
03 was affixed

0123-CPD-00456 Number of the FPC certificate


EN 1520 Number ant title of European standard
Prefabricated reinforced components of lightweight concerned
aggregate concrete with open structure
Generic name and intended use
Loadbearing wall component (WLS)
Information on product mandated
LAC: characteristics including detailing
Strength class: LAC 10
Density class: 1 400
(to be adapted to the specific product by the
manufacturer)
Reinforcing steel mesh:
Tensile yield strength: 500 MPa
NOTE: Numerical values are only as example.
Longitudinal and transverse wires:
As ................................................... 50 mm²/m
φs .......................................................... 4 mm
a (spacing of wires) 250 mm

The mesh reinforcement is situated in the middle third


of the cross-section

The component can be used in environmental class:


X0, XC1, XC3

The component shall be fully supported on its base

Dimensions and tolerances (mm):


Thickness: 100 ± 5
Height: 2400 ± 8
Length: 4800 ± 8

For detailing, thermal, acoustical, fire behaviour etc


see Technical Information:
Product Catalogue ABC.2003 – clause ii

Figure ZA.1 — Example of CE marking with Method 1

89
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

ZA.3.3 Declaration of product properties

This method 2 determines properties relating to essential requirements "mechanical resistance and stability" and
"resistance to fire".

The following information shall be provided in the CE-marking:

 compressive strength of LAC;

 density of LAC;

 ultimate yield strength of reinforcing steel (if relevant);

 minimum support length;

 environmental classes intended;

 thermal properties (if relevant);

 acoustical properties (if relevant);

 reaction to fire (if relevant);

 resistance to fire (if relevant);

 drying shrinkage (if relevant).

Figure ZA.2 gives an example of CE marking with method 2. It gives a model CE marking inclusive of the
information needed to determine, according to design regulation valid in the place of use, the properties related to
mechanical resistance and stability, including aspects of durability and serviceability.

NOTE The method 2 is used for the declaration of product properties determined following this standard and EN
Eurocodes.

90
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

CE conformity marking consisting of the


CE symbol given in directive 93/68/EEC

0123-CPD-001 Identification of the notified body

AnyCo Ltd, PO Box 21, B-1050 Name or identifying mark and registered
address of the producer

03 Last two digits of the year in which the marking


was affixed
0123-CPD-00456
Number of the FPC certificate
EN 1520
Prefabricated reinforced components of lightweight Number and title of European standard
aggregate concrete with open structure concerned

Loadbearing wall component (WLS) Generic name and intended use

LAC: Information on product mandated


Strength class: LAC 10 characteristics including detailing
Density class: ...... 1 400
(to be adapted to the specific product by the
Reinforcing steel mesh: manufacturer)
Tensile yield strength: .....................500 MPa

Mechanical resistance (design values):


Note: Numerical values are only as example.
Design according to Annex A:

Loadbearing capacity with etot = yy mm: xx kN/m

Material safety factors applied in calculation


of mechanical resistance:
For LAC ........................................... γC = 1,40
For reinforcing steel......................... γS = 1,15

Resistance to fire REI: .............................. 60 min


Reaction to fire.......................................Class A1
Thermal resistance .............................vvv m²K/W
Drying shrinkage
(in end use conditions)....................... 0,75 mm/m

For geometrical data, detailing, durability, acoustic


insulation parameters and other NDPs see the
Technical documentation

Technical documentation:
Position Number ...................................... nnnnnn

Figure ZA.2 — Example of CE marking with Method 2

91
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

ZA.3.4 Declaration of compliance with given design specification

This method 3 determines properties relating to essential requirements "mechanical resistance and stability" and
"resistance to fire".

The method 3 applies in the following situations:

i) For cases in which a structural component or kit is produced in accordance with the design details (drawings,
material specifications, etc.) prepared by the designer of the works

Annex ZDFor cases in which the producer has designed and produced a structural component or kit following the
provisions of the client's order

The following information shall be provided in the CE-marking:

 compressive strength of LAC;

 density of LAC;

 ultimate yield strength of reinforcing steel (if relevant);

 reference to structural design calculation document and production drawing or clients order;

 design method used of Annex A or Annex B or national provisions;

 environmental classes intended;

 thermal properties (if relevant);

 acoustical properties (if relevant);

 reaction to fire (if relevant);

 resistance to fire (if relevant);

NOTE This method is applicable for cases not covered by Methods 1 and 2.

92
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Figure ZA.3 gives an example of CE marking with method 3. It gives, for loadbearing wall component, the model
CE marking in the case the product is produced according to a design specification in which the properties related
to mechanical resistance and stability are determined by means of design provisions applicable to the works.

CE conformity marking consisting of the CE


symbol given in the directive 93/68/EEC

0123-CPD-001 Identification of the notified body

AnyCo Ltd, PO Box 21, B-1050 Name or identifying mark and registered
address of the producer

Last two digits of the year in which the marking


03 was affixed

Number of the FPC certificate


0123-CPD-00456

EN 1520
Prefabricated reinforced components of Number and title of European standard
lightweight aggregate concrete with open concerned
structure

Loadbearing wall component (WLS) Generic name and intended use

LAC: Information on product mandated


characteristics including detailing
Strength class: LAC 10
Density class: 1 400

Reinforcing steel:
Tensile yield strength: 500 MPa

Note: Numerical values are only as example.


For geometrical data, detailing, mechanical
strength and durability see the design speci-
fications.

Design Specification:
Order Code xxxxxx

Figure ZA.3 — Example of CE marking with Method 3

93
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

ZA.3.5 Simplified label

The simplified label can be used in method 1, 2 and 3, provided the detailed information is provided on request.

In the case of simplified label the following information shall be added to the CE marking symbol:

 name or identifying mark and registered address of the producer;

 identification number of the unit (to ensure traceability);

 the last two digits of the year in which the marking is affixed;

 number of the EC factory production control certificate;

 reference to this European Standard.

The same identification number shall mark, in the accompanying documents, the information related to the unit.

Figure ZA.4 gives a model for the simplified label for CE marking.

CE conformity marking consisting of the


CE symbol given in directive 93/68/EEC

AnyCo Ltd, PO Box 21, B-1050 Name or identifying mark and registered
address of the producer
WLS 123
Identification number of the component
02
Last two digits of the year in which the
marking is affixed

0123-CPD-0456 Number of the FPC certificate or

EN 1520 Number of this European Standard

Figure ZA.4 — Example of simplified label

For small components or for product stamping reasons, the size can be reduced by removing reference to EN
and/or to FPC certificate.

ZA.3.6 Additional information

In addition to any specific information relating to dangerous substances shown above, the product should also be
accompanied, when and where required and in the appropriate form, by documentation listing any other legislation
on dangerous substances for which compliance is claimed, together with any information required by that
legislation.

NOTE 1 European legislation without national derogations need not be mentioned.

NOTE 2 Affixing the CE marking symbol means, if a product is subject to more than one directive, that it complies with all
applicable directives.

94
INTRANORMES pour : EIFFAGE

prEN 1520:2007 (E)

Bibliography

EN 1990, Eurocode – Basis of structural design.

EN 1991-1 (all parts), Actions on structures.

EN 1992-1-1, Eurocode 2 - Design of concrete structures - Part 1-1: General rules and rules for buildings.

Guidance Paper L, Application and use of Eurocodes.

95