Vous êtes sur la page 1sur 88

Communauté française de Belgique

Module 207 ENSEIGNEMENT À DISTANCE Série 1 de 7

Chimie minérale
Jury de l’enseignement secondaire supérieur Niveaux A et B

Entrée du module

Juin 2008
© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique
207 Chimie minérale - JESS Série 1 Contenu

Table des matières


1 Motivation pour suivre le module 3

2 Objectifs généraux du module 4

3 Plan du module 4

4 Présentation des tests 12

4.1 But des tests 12


4.2 P
 rétest sur les objectifs du module 12
4.2.1 Test d’autocontrôle 12
4.2.2 Corrigé du test d’autocontrôle 15
4.3 Prérequis du module 15
4.3.1 Liste des prérequis généraux 15
4.3.2 Test d’autocontrôle sur les prérequis
généraux 15
4.3.3 C orrigé commenté du test d’autocontrôle 18
4.3.4 L iste des prérequis particuliers du
module 20
n Unités 21
n Multiples et sous-multiples des unités 21
n états de la matière 22
n Atomes, molécules, ions 25
n Masse atomique, masse moléculaire
et masse molaire 26
n Modèle atomique de Bohr 27
n éléments chimiques 27
n Mélanges, corps purs et corps composés 29
n Liaisons chimiques 31
n Réactions chimiques 32
n Oxydation, réduction, combustion 36
n Oxydes 37
n électrolytes 39
n Acides, bases, sels 39

5 évaluation de la série 41

5.1 Travaux d’autocontrôle (T.A.C.) 41


5.2 Corrigé commenté des T.A.C. 44
5.3 Devoir de fin de série 48

L’Enseignement à Distance s’est efforcé de respecter les prescriptions légales relatives aux droits d’auteur et de contacter les ayants droit.
Toute personne qui se sentirait lésée et qui souhaiterait faire valoir ses droits est priée de se faire connaître.

Éditeur responsable Direction de l’Enseignement à Distance


M. Denis Van Lerberghe Téléphone : 02/690 82 82
Directeur Courriel : ead@cfwb.be

Ministère de la Communauté française de Belgique - Administration générale de l’Enseignement et de la Recherche scientifique


Boulevard du Jardin Botanique 20-22 – 1000 Bruxelles

Dépôt légal : D/2006/10.930/01

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée P. 1

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Le cours dont vous entreprenez l’étude est le produit d’une équipe motivée. Elle a veillé à vous présenter
un matériel pédagogique de qualité. Vous y trouverez des indications de travail qui ne prêtent à aucune
confusion. Vous progresserez donc facilement dans ce cours qui a plusieurs buts :

► il prépare aux épreuves du JESS (jury de l’enseignement secondaire supérieur);


► il peut servir de remise à niveau en vue d’une entrée dans l’enseignement supérieur;
► il est utile pour pouvoir suivre les cours de promotion sociale;
► il est un bon outil d’autoformation.

Pouvons-nous profiter de cette lettre pour vous demander de communiquer régulièrement à votre
professeur votre point de vue sur le cours et l’encadrement qui l’accompagne ? Dans quelle mesure
cette formation a-t-elle répondu à vos besoins ? Aidez l’équipe pédagogique à améliorer ce produit
d’enseignement.

D’avance, nous vous en remercions.

Nous vous souhaitons bien des satisfactions dans la maîtrise de ces matières et vous
adressons tous nos encouragements.

L’Inspecteur des cours scientifiques et techniques

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 2 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée

La réalisation de ce cours est un travail d’équipe.

Ont collaboré à cette tâche :

CONCEPTION - RÉDACTION

Cathy Pardoen

ÉDITION ET GRAPHISME

Patrick Kerz
Guy Louvet
Pascal Plees

RELECTURE

Michel Damay
Josette Dauchot
Jacques Debeck
Giuseppe Di Pietrantonio
Pierre Gosselain
Frédéric Gourmet
Jacqueline Jungen
Sonia Lebrun
Louisette Lhoir
Marie-Claire Mahieu
Simonne Mezier
Catherine Vandermiers
Liliane Van Overstraeten

DIRECTION DU PROJET

Freddy Duchesne
Guy Severs

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée P. 3

1 Motivation pour suivre le module


Depuis toujours, l’Homme a tenté de percer le secret de la matière, d’en permettre la transformation et
de la rendre utilisable.

Un des précurseurs de la chimie est le Français Lavoisier (1743-1794) qui, par son raisonnement et ses
expériences, en a permis le véritable essor.

En Belgique, c’est J.F. Cooppal qui fut un des premiers à créer, en 1776, une véritable fabrique du secteur
chimique à Wetteren près de Gand. Il s’agissait d’une manufacture de poudres destinée à approvisionner
les carrières du Tournaisis et à alimenter l’armée impériale. Plus tard, quatre entreprises se sont lancées
dans la production d’acide sulfurique et Gustave Levis a ouvert, en 1831, à Vilvorde, la première usine
de fabrication de peintures et vernis.
Néanmoins, le véritable essor de la chimie en Belgique ne s’est produit qu’en 1861 avec Ernest Solvay
qui a mis au point le procédé de production du carbonate de soude, indispensable à l’industrie du verre.
À la même époque, on a vu s’installer les usines de la Sambre.

Après la première guerre mondiale, avec le développement de l’agriculture, les besoins en engrais se
sont accrus. L’usine Carbochimique à Tertre (Hainaut) a, dès lors, lancé la fabrication de l’ammoniac à
partir de l’azote de l’air et d’hydrogène extrait du gaz de houille provenant des cokeries.
Au cours des années 50, la pétrochimie a véritablement pris une grande expansion en Belgique,
notamment près du port d’Anvers. Parallèlement, une chimie plus fine s’est installée et a contribué au
développement du secteur.
De 1974 à 1983, la Belgique a nettement ressenti les conséquences des chocs pétroliers et une
restructuration s’est fait sentir. On a, dès lors, assisté à une conversion vers des produits chimiques à
plus haute valeur ajoutée comme les médicaments et les emballages plastiques.
La croissance du secteur a repris entre 1983 et 1989, pour aboutir à une nouvelle crise dès 1990.
1993 fut l’année la plus noire que l’industrie chimique belge ait connue.

C’est grâce à la prise d’une série de mesures efficaces et à une amélioration de la conjoncture à l’échelle
mondiale, que la chimie belge semble à présent sortie de l’impasse.
En effet, de nos jours, la chimie traite les problèmes d’environnement, le traitement des maladies, la
recherche du bien-être matériel, physique et psychique. Bien que l’industrie chimique soit accusée de
nombreux préjudices, il faut reconnaître que ces reproches sont plus émotionnels que rationnels et que les
chimistes, au même titre que les autres acteurs de la société, ont contribué à son évolution et continuent
à le faire.

Par ailleurs, la construction de l’Union européenne, la conclusion des accords du GATT, les boulever-
sements intervenus dans les pays de l’Europe de l’Est et le développement industriel des pays du Sud-
Est asiatique sont autant de facteurs qui font de la chimie un secteur sans frontières. Bien qu’étant un
pays très petit, la Belgique prend sa place au niveau européen et même mondial. L’existence du port
d’Anvers et le fait que Bruxelles soit la capitale de l’Europe ont amené de grandes multinationales du secteur
chimique à s’installer dans notre pays. Dans ce contexte, les jeunes chimistes doivent constamment res-
ter compétitifs en innovant, en améliorant les techniques et produits.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 4 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée

2 Objectifs généraux du module


Les innombrables substances différentes dans l’Univers se composent, en réalité, d’une centaine d’élé-
ments, tous repris dans le tableau périodique. La structure et les propriétés de chacune de ces substances
sont un reflet de la combinaison de leurs atomes, et les réactions chimiques dans lesquelles sont impli-
quées les diverses molécules sont multiples. Au terme de ce module, vous serez capable de :
- restituer de manière précise et concise les notions théoriques étudiées;
- appliquer la théorie à des exemples précis;
- résoudre les problèmes numériques en relation avec la matière;
- interpréter un résultat.

3 Plan du module
SÉRIE 1 : Entrée DU MODULE
1 Motivation pour suivre le module 3 nA  tomes, molécules, ions 25
nM  asse atomique, masse moléculaire
2 Objectifs généraux du module 4 et masse molaire 26
n Modèle atomique de Bohr 27
3 Plan du module 4 n éléments chimiques 27
n Mélanges, corps purs et corps
4 Présentation des tests 12 composés 29
n Liaisons chimiques 31
4.1 But des tests 12 n Réactions chimiques 32
4.2 Prétest sur les objectifs du n Oxydation, réduction, combustion 36
module 12 n Oxydes 37
4.2.1 Test d’autocontrôle 12 n électrolytes 39
4.2.2 Corrigé du test d’autocontrôle 15 n Acides, bases, sels 39
4.3 Prérequis du module 15
4.3.1 Liste des prérequis généraux 15 5 évaluation de la série 41
4.3.2 Test d’autocontrôle sur les
prérequis généraux 15 5.1 Travaux d’autocontrôle (T.A.C.) 41
4.3.3 Corrigé commenté du test 5.2 Corrigé commenté des T.A.C. 44
d’autocontrôle 18 5.3 Devoir de fin de série 48
4.3.4 Liste des prérequis particuliers
du module 20
n Unités 21
n Multiples et sous-multiples
des unités 21
n états de la matière 22

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée P. 5

ANNEXES
I. Référentiels 3 IV. Glossaire 8
n Le savoir 3 V. Formulaire et tables 12
n Le savoir-faire 4 n Formulaire 12
II. Méthode de travail 5 n Unités et facteurs de conversion 13
III. Structure du module 7 n Tables 14
n Organisation des séries 7 VI. Bibliographie 23
n Organisation des leçons 7

SÉRIE 2 : L’ÉQUILIBRE CHIMIQUE


1 Présentation de la série 1  rincipe de Le Chatelier : le déplace-
P
ment de l’équilibre chimique 22
1.1 Motivation 1 Variation de la température 23
1.2 Objectifs de la série 1 Variation des concentrations 24
1.3 Place de la série dans le module 1 Variation de la pression totale 27
1.4 Plan de la série 2 Généralisation : la loi de Le
1.5 Prérequis de la série 2 Chatelier 29
Un cas particulier : la règle de
2 Développement des leçons 4 Berthollet 30
2.2.2 Corrigé des activités 31
Leçon 1 - Principe de Le Chatelier 2.3 Synthèse de la leçon 36
Loi d’action de masse 2.4 Évaluation de la leçon 38
2.4.1 Travaux d’autocontrôle 38
2.1 Introduction 4 2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 43
2.1.1 Motivation 4
2.1.2 Objectifs de la leçon 4 Leçon 2 - Applications des
2.1.3 Plan de la leçon 4 déplacements d’équilibre
2.1.4 Prérequis de la leçon 5
2.2 Contenu de la leçon 5 2.1 Introduction 46
2.2.1 Leçon 5 2.1.1 Motivation 46
L’équilibre chimique : définition 5 2.1.2 Objectifs de la leçon 46
Loi de Guldberg et Waage ou loi 2.1.3 Plan de la leçon 46
d’action de masse 10 2.1.4 Prérequis de la leçon 46
Facteurs d’évolution spontanée 2.2 Contenu de la leçon 47
des réactions chimiques 18 2.2.1 Leçon 47
Un premier facteur à prendre en Résines échangeuses d’ions 47
considération, l’enthalpie de Lampe à iode 49
réaction 18 Lampe ordinaire 49
Un second facteur à prendre en Lampe à iode 50
considération, l’entropie de Synthèse de l’ammoniac 51
réaction 19 2.3 Synthèse de la leçon 53

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 6 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée

2.4 Évaluation de la leçon 54 Vitesse des réactions chimiques 69


2.4.1 Travaux d’autocontrôle 54 Vitesse moyenne 70
2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 55 Vitesse instantanée 71
Facteurs influençant la vitesse
3 Synthèse de la série 56 d’une réaction 73
La nature des substances
4 Évaluation de la série 57 réagissantes 73
La concentration des réactifs 74
4.1 Travaux d’autocontrôle 57 La température 75
4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 59 Les catalyseurs 75
4.3 Devoir de fin de série 61 Grandes théories cinétiques 76
Théorie des collisions 76
Annexe - Cinétique chimique Théorie du complexe activé 78
Indispensable pour le jury (niveau A) Corrigé des activités 81

SÉRIE 3 : LES RÉACTIONS DE PRÉCIPITATION


1 Présentation de la série 1 Relation entre Kc, et la
concentration en électrolyte 10
1.1 Motivation 1 Règle d’Ostwald 12
1.2 Objectifs de la série 1 2.2.2 Corrigé des activités 14
1.3 Place de la série dans le module 1 2.3 Synthèse de la leçon 15
1.4 Plan de la série 2 2.4 Évaluation de la leçon 17
1.5 Prérequis de la série 2 2.4.1 Travaux d’autocontrôle 17
2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 19
2 Développement des leçons 3
Leçon 2 - La solubilité
Leçon 1 - Solutions aqueuses Le produit de solubilité
Notion d’électrolyte et de non-électrolyte
2.1 Introduction 21
2.1 Introduction 3 2.1.1 Motivation 21
2.1.1 Motivation 3 2.1.2 Objectifs de la leçon 21
2.1.2 Objectifs de la leçon 3 2.1.3 Plan de la leçon 22
2.1.3 Plan de la leçon 3 2.1.4 Prérequis de la leçon 22
2.1.4 Prérequis de la leçon 4 2.1.5 Matériel didactique 22
2.2 Contenu de la leçon 4 2.2 Contenu de la leçon 23
2.2.1 Leçon 4 2.2.1 Leçon 23
Notion d’électrolyte et de Nature des solutions 23
non-électrolyte 4 Notion de solubilité 23
La constante de dissociation 8 Aspect dynamique d’une solution
Degré de dissociation et force des saturée 25
électrolytes 9 Expression du produit de solubilité 26

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée P. 7

 alcul de la solubilité d’un composé


C Réaction de transfert d’ions 45
à partir de la valeur de son Ks 27 2.2.2 Corrigé des activités 48
Comparaison de la solubilité de 2.3 Synthèse de la leçon 49
deux composés à partir de leurs Ks 28 2.4 Évaluation de la leçon 50
Influence de la température sur la 2.4.1 Travaux d’autocontrôle 50
solubilité 30 2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 52
Effet d’un ion commun 31
2.2.2 Corrigé des activités 33 3 Synthèse de la série 54
2.3 Synthèse de la leçon 34
2.4 Évaluation de la leçon 35 4 Évaluation de la série 56
2.4.1 Travaux d’autocontrôle 35
2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 38 4.1 Travaux d’autocontrôle 56
4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 58
Leçon 3 - Les réactions de précipitation 4.3 Devoir de fin de série 61

2.1 Introduction 40 Annexe - Réactions de précipitation


2.1.1 Motivation 40 dans la vie courante
2.1.2 Objectifs de la leçon 40
2.1.3 Plan de la leçon 40  e calcaire dans l’eau
L 67
2.1.4 Prérequis de la leçon 40 La précipitation des savons dans
2.2 Contenu de la leçon 41 les eaux dures 67
2.2.1 Leçon 41 L’utilité des sels de bain 68
Réaction de précipitation entre La formation des os 68
deux solutions contenant chacune Les calculs biliaires et rénaux 69
un électrolyte 41 La goutte 69
Prévision de la formation d’un
précipité à partir des concentrations Questionnaire de satisfaction 70
des réactifs 44

SÉRIE 4 : LES RÉACTIONS ACIDE-BASE


1 Présentation de la série 1 Leçon 1 - Réactions acide-base :
interprétations selon Arrhénius
1.1 Motivation 1 et selon Brönsted
1.2 Objectifs de la série 1
1.3 Place de la série dans le module 1 2.1 Introduction 3
1.4 Plan de la série 2 2.1.1 Motivation 3
1.5 Prérequis de la série 2 2.1.2 Objectifs de la leçon 4
2.1.3 Plan de la leçon 4
2 Développement des leçons 3 2.1.4 Prérequis de la leçon 4

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 8 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée

2.2 Contenu de la leçon 4 Leçon 3 - Calcul du pH de solutions


2.2.1 Leçon 4 aqueuses d’acides et de bases
n Définition des acides et des bases
selon Arrhénius 5 2.1 Introduction 59
n Limites de la théorie d’Arrhénius 7 2.1.1 Motivation 59
n Définition des acides et des bases 2.1.2 Objectifs de la leçon 59
selon Brönsted et Lowry 7 2.1.3 Plan de la leçon 59
n Réaction entre un acide et une base 9 2.1.4 Prérequis de la leçon 59
2.2.2 Corrigé des activités 13 2.2 Contenu de la leçon 60
2.3 Synthèse de la leçon 15 2.2.1 Leçon 60
2.4 Évaluation de la leçon 17 n pH des solutions acides 60
2.4.1 Travaux d’autocontrôle 17  Étude du pH des solutions
2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 19 d’acides forts 60
 Étude du pH des solutions
Leçon 2 - Équilibre d’autoprolyse de l’eau d’acides faibles 61
Définition du pH - Échelle de pH n pH des solutions basiques 62
 Étude du pH des solutions de
2.1 Introduction 21 bases fortes 62
2.1.1 Motivation 21  Étude du pH des solutions de
2.1.2 Objectifs de la leçon 21 bases faibles 62
2.1.3 Plan de la leçon 21 2.2.2 Corrigé des activités 64
2.1.4 Prérequis de la leçon 22 2.3 Synthèse de la leçon 66
2.2 Contenu de la leçon 23 2.4 Évaluation de la leçon 67
2.2.1 Leçon 23 2.4.1 Travaux d’autocontrôle 67
n Réaction d’autoprotolyse de l’eau 23 2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 69
n Définition du pH, échelle de pH 25
n Moyens de mesurer le pH des 3 Synthèse de la série 71
solutions aqueuses 28
 Les indicateurs colorés 28 4 Évaluation de la série 74
 Le pH-mètre 34
n Force des acides et des bases 35 4.1 Travaux d’autocontrôle 74
n Expression quantitative de la force 4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 78
des acides et des bases 37 4.3 Devoir de fin de série 80
 Les acides 37
 Les bases 40 Annexe 1 - pH des solutions de sels
n Utilisation de l’échelle des pKa Indispensable pour le jury (niveau A)
pour la prévision des réactions
acide-base 42 n Étude des sels à caractère acide 85
2.2.2 Corrigé des activités 46 n Étude des sels à caractère basique 86
2.3 Synthèse de la leçon 49 n Étude des sels à caractère inactif 86
2.4 Évaluation de la leçon 52 n Étude des sels ampholytes 87
2.4.1 Travaux d’autocontrôle 52 n Étude des sels formés d’un acide
2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 55 faible et d’une base faible 87
Corrigé des activités 89

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée P. 9

Annexe 2 - Les tampons Annexe 3 : L’acidité dans la vie courante


Indispensable pour le jury (niveau A)
n Importance des acides et des bases 96
n L’effet tampon 91 n I mportance du pH 98
Corrigé des activités 94
Annexe 4 : L’électrode de verre 99

SÉRIE 5 : LES RÉACTIONS RÉDOX

1 Présentation de la série 1 2.1 Introduction 22


2.1.1 Motivation 22
1.1 Motivation 1 2.1.2 Objectifs de la leçon 22
1.2 Objectifs de la série 1 2.1.3 Plan de la leçon 22
1.3 Place de la série dans le module 1 2.1.4 Prérequis de la leçon 22
1.4 Plan de la série 2 2.2 Contenu de la leçon 23
1.5 Prérequis de la série 2 2.2.1 Leçon 23
n Les nombres d’oxydation 23
2 Développement des leçons 3  c  aractéristiques d’un nombre
d’oxydation 23
Leçon 1 - La réaction rédox  c  alcul du nombre d’oxydation 24
 V  ariation du nombre d’oxydation
2.1 Introduction 3 lors d’une réaction rédox 26
2.1.1 Motivation 3 n Influence des conditions expéri-
2.1.2 Objectifs de la leçon 3 mentales sur l’évolution des
2.1.3 Plan de la leçon 3 réactions rédox 27
2.1.4 Prérequis de la leçon 3  E  n milieu acide 28
2.2 Contenu de la leçon 4  E  n milieu basique 31
2.2.1 Leçon 4 2.2.2 Corrigé des activités 33
n La réaction rédox 4 2.3 Synthèse de la leçon 37
n Force des oxydants et des réducteurs 8 2.4 Évaluation de la leçon 38
n Prévision des réactions rédox 9 2.4.1 Travaux d’autocontrôle 38
2.2.2 Corrigé des activités 13 2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 40
2.3 Synthèse de la leçon 16
2.4 Évaluation de la leçon 17 Leçon 3 - Les réactions électrochimiques
2.4.1 Travaux d’autocontrôle 17
2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 19 2.1 Introduction 44
2.1.1 Motivation 44
Leçon 2 - Analyse et équilibration d’équa- 2.1.2 Objectifs de la leçon 44
tions ioniques de réactions rédox en 2.1.3 Plan de la leçon 44
milieux neutre, acide et basique 2.1.4 Prérequis de la leçon 44

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 10 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée

2.2 Contenu de la leçon 45 Annexe 1 - Principe de dosage


2.2.1 Leçon 45 Indispensable pour le jury (niveau A)
n Les piles 45
 Principe général 45 n Dosage acido-basique 75
 Fabrication d’une pile 46  P  rincipe 75
 Description de deux piles usuelles 49  B  ilan de la réaction et variation
n L’électrolyse 50 du pH lors du titrage 76
 L’électrolyse de l’eau 51 n Dosage rédox 80
 application de l’électrolyse à  Titrage iodométrique 80
l’échelle industrielle 52  T  itrage manganimétrique 81
n Les accumulateurs 54 Corrigé des activités 82
n Application : formation de la
rouille 55
Annexe 2 - Le potentiel standard
2.2.2 Corrigé des activités 56
2.3 Synthèse de la leçon 57
n Classement des couples rédox en
2.4 Évaluation de la leçon 58
fonction du potentiel standard 84
2.4.1 Travaux d’autocontrôle 58
n spontanéité des réactions
2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 60
d’oxydoréduction : E0 > 0 85
n un cas particulier, les réactions de
3 Synthèse de la série 61
dismutation 86
4 Évaluation de la série 63

4.1 Travaux d’autocontrôle 63


4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 65
4.3 Devoir de fin de série 69

SÉRIE 6 : THERMOCHIMIE


1 Présentation de la série 1 DH de réaction par calorimétrie 9
n Calcul du DH° de réaction à partir
1.1 Motivation 1 des tables d’enthalpies standard
1.2 Objectifs de la série 1 de formation 12
1.3 Place de la série dans le module 1  Un seul réactif se transforme en
1.4 Plan de la série 1 un seul produit 14
1.5 Prérequis de la série 2  Plusieurs réactifs se transforment
en plusieurs produits 14
2 Contenu de la série 3 n Calcul du DH° de réaction à partir
des tables d’énergies de liaison 15
2.1 Leçon 3 2.2 Corrigé des activités 17
n Loi de conservation de l’énergie 3
n Détermination expérimentale du 3 Synthèse de la série 20

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée P. 11

4 Évaluation de la série 21

4.1 Travaux d’autocontrôle 21


4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 23
4.3 Devoir de fin de série 25

Annexe - La loi de Hess 31


Indispensable pour le jury (niveau A)
Corrigé des activités 32

SÉRIE 7 : SORTIE DU MODULE


1 Synthèse des séries 2 à 6 1

1.1 Formulaire 1
1.2 Exercices 3
1.3 Corrigé commenté des exercices 8

2 évaluation du module 16

2.1 Post-test sur les objectifs du


module 16
2.1.1 Test d’autocontrôle 16
2.1.2 Corrigé commenté du test
d’autocontrôle 21
2.2 Devoir de fin de module 25

Questionnaire de satisfaction 35

Conseils d’orientation 39

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 12 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée

4 Présentation des tests


4.1 But des tests
Voici un test qui va vous permettre de vous situer dans l’étude de la chimie minérale de niveau secondaire
supérieur. Si vous répondez correctement à toutes les questions, le module 207 ne vous est pas destiné.
Si vous ne répondez pas correctement à ces questions ou seulement à quelques-unes, nous vous con-
seillons alors de suivre le module. De toute façon, signalez votre score à votre professeur. Peut-être
pourra-t-il vous faire supprimer l’une ou l’autre série de ce module.

4.2 Prétest sur les objectifs du module


4.2.1 Test d’autocontrôle
Question 1

Soit l’équation équilibrée :

SO2(g) + NO2(g) SO3(g) + NO(g) ∆H = – 42 kJ

1) La constante d’équilibre relative à cette équation s’écrit :

[NO(g)].[SO3(g)]
a.
[SO2(g)].[NO2(g)]
[NO2(g)].[SO2(g)]
b.
[SO3(g)].[NO(g)]
[NO2(g)].[SO3(g)]
c.
[SO2(g)].[NO(g)]

2) Lors d’une augmentation de température, l’équilibre :
a. est déplacé vers la droite
b. est déplacé vers la gauche
c. n’est pas influencé

3) Lors d’une diminution de pression, l’équilibre :


a. est déplacé vers la droite
b. est déplacé vers la gauche
c. n’est pas influencé

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée P. 13

4) Lors d’une augmentation de la concentration en SO3(g), l’équilibre :


a. est déplacé vers la droite
b. est déplacé vers la gauche
c. n’est pas influencé

5) Lors de l’addition d’un catalyseur, l’équilibre :


a. est déplacé vers la droite
b. est déplacé vers la gauche
c. n’est pas influencé

Question 2

L’équation acide-base entre l’acide du couple CH3COOH/CH3COO– et la base du couple H3O+/H2O est
a. CH3COO–(aq) + H3O+(aq) CH3COOH(aq) + H2O(l)
b. CH3COOH(aq) + H3O+(aq) CH3COO–(aq) + H2O(l)
c. CH3COOH(aq) + H2O(l) CH3COO–(aq) + H3O+(aq)

Question 3

La combustion complète du méthane se traduit par l’équation :

CH4(g) + 2 O2(g) CO2(g) + 2 H2O(g)

1) E
 n utilisant la table des énergies de liaison (à 25°C en kJ/mol), on obtient pour ∆H de combustion une
valeur de :

LIAISONS EL
O=O 498 a. – 814 kJ
C–H 413 b. – 2648 kJ
C=O 803 c. – 3462 kJ
H–O 464

2) La réaction est donc :


a. endothermique
b. exothermique
c. athermique

Question 4

Parmi les transformations suivantes, identifiez celle qui n’est pas un phénomène rédox :
a. S2– devient S8
b. S2O3 devient
2–
S4O2–6
c. SO2–3
devient SO 2

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 14 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Entrée

Question 5

1) Une lame de plomb trempée dans une solution de sulfate de cuivre(II) se recouvre de cuivre.
Une lame de cuivre trempée dans une solution de nitrate d’argent se recouvre d’argent.
Une lame de zinc trempée dans une solution de nitrate de plomb se recouvre de plomb.
Les 4 couples rédox évoqués sont :
a. Pb2+/Cu // Cu2+/Pb // Ag+/Zn // Zn2+/Ag
b. SO2–
4
/H2SO3 // Cu2+/Cu // NO–3/NO // Ag+/Ag
c. Cu2+/Cu // Pb2+/Pb // Ag+/Ag // Zn2+/Zn

2) Dans le cas de la lame de cuivre, l’équation d’oxydoréduction est :


a. Cu(s) + 2 Ag+(aq) Cu2+(aq) + 2 Ag(s)
b. Cu2+(aq) + 2 Ag+(aq) Cu(s) + 2 Ag(s)
c. Cu (aq) + 2 Ag(s)
2+
Cu(s) + 2 Ag+(aq)

Question 6

Une solution de NaClO est traitée par du NaI en milieu acide (H2SO4) : il se forme de l’I2, du NaCl et du
Na2SO4.
Quelle est la proposition incorrecte ?
Pour chaque mole de I2 formée :
a. 1 mole de H2O est produite
b. 1 mole de NaI est oxydée
c. 1 mole de NaCl est produite

Question 7

On ajoute 1 litre d’hydroxyde de sodium de concentration égale à 0,01 mol/l à 1 litre de nitrate de ma-
gnésium de concentration égale à 1,0.10–4 mol/l. Y a-t-il précipitation de l’hydroxyde de magnésium qui
est un composé peu soluble ?
a. oui
b. non
c. impossible à déterminer

Question 8

Combien de fois une solution de pH = 2 est-elle plus acide qu’une solution de pH = 4 ?
a. 2 fois
b. 100 fois
c. ½ fois

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 15

4.2.2 Corrigé du test d’autocontrôle


Question 1 : 1) réponse a
2) réponse b
3) réponse c
4) réponse b
5) réponse c
Question 2 : réponse c
Question 3 : 1) réponse a
2) réponse b
Question 4 : réponse c
Question 5 : 1) réponse c
2) réponse a
Question 6 : réponse b
Question 7 : réponse a
Question 8 : réponse b

4.3 Prérequis du module


4.3.1 Liste des prérequis généraux
Pour suivre aisément ce module, vous devez être capable de :
- trouver la définition d’un mot dans le dictionnaire;
- retirer des observations d’un schéma d’une expérience;
- interpréter un graphique;
- résoudre une équation du second degré à une inconnue.

4.3.2 Test d’autocontrôle sur les prérequis généraux


Un test vous permettra de vérifier si vous possédez les aptitudes nécessaires citées plus haut. Il ne de-
mande aucune connaissance particulière en chimie. Il s’agit uniquement d’un test de recherche d’infor-
mation, d’interprétation et d’observation.
Nous espérons vous voir atteindre le maximum.
Réfléchissez avant d’arrêter votre choix et évitez surtout de répondre au hasard; ce test est destiné à vous
aider en vous permettant une autoévaluation et non à vous juger ou vous noter.
Si vous n’obtenez pas toutes les bonnes réponses, résolvez vos problèmes de connaissances et de
compréhension en vous aidant du corrigé et des prérequis avant d’aborder la suite.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 16 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

1. En vous aidant du dictionnaire, donnez la définition des mots suivants, en ne retenant que celle qui
est en relation avec la chimie :

atome : …………………………………………………………………………………………………....
……………………………………………………………………………………………………………
molécule : ………………………………………………………………………..……………….……....
……………………………………………………………………………………………………………
ion : …….…………………………………………………………………………………..…..………....
……………………………………………………………………………………………………………
Mendeleïev : ……………………………………………………………………………………………...
……………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………….

2. Voici le schéma d’un dispositif expérimental :

a. Pouvez-vous décrire le matériel utilisé ?


……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
b. Quel est le but de l’expérience ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 17

3. Les graphiques suivants représentent tous, pour des réactions différentes, la quantité m (en grammes)
de produit obtenu en fonction du temps t (en secondes) de réaction.

MG MG
 



 

 TS  TS
       
GRAPHIQUE GRAPHIQUE

MG MG
 





 
 
 TS  TS
       
GRAPHIQUE GRAPHIQUE

1. Pour une des expériences, l’expérimentateur a démarré son chrono alors que l’expérience était déjà
commencée. À quel graphique cela correspond-il ?
………………………………………………………………………………....................………........
2. Le(s)quel(s) de ces graphiques montre(nt) que m est proportionnel à t ?
………………………………………………………………………………....................………........
3. Dans le graphique 1, quel temps de réaction faut-il pour obtenir 80 g de produit ?
………………………………………………………………………………....................………........
4. Dans le graphique 3, quel temps de réaction faut-il pour obtenir 4 g de produit ?
………………………………………………………………………………....................………........
5. Dans le graphique 2, quelle est la quantité de produit obtenue après 10 secondes de réaction ?
………………………………………………………………………………....................………........
6. Dans le graphique 4, quelle est la quantité de produit obtenue après 15 secondes de réaction ?
………………………………………………………………………………....................………........

4. Résolvez l’équation du second degré suivante :

0,1 x2 + 0,5 x – 2 = 0

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 18 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

4.3.3 Corrigé commenté du test d’autocontrôle


1. Source : « Le Petit Larousse Grand Format 2005 ».
Atome : n.m. (gr. atomos, qu’on ne peut diviser).
Constituant élémentaire de la matière, assemblage de particules fondamentales.
Molécule : n.f. (lat. moles, masse).
Assemblage d’atomes de composition fixe, de taille et de géométrie bien définies, identique pour
toute portion d’un corps pur.
Ion : n.m. (mot angl, du gr. ion, allant).
Atome ou groupe d’atomes ayant gagné ou perdu un ou plusieurs électrons.
Mendeleïev : (Dimitri Ivanovitch). Tobolsk 1834 - Saint Pétersbourg 1907, chimiste russe.
Il est l’auteur de la classification périodique des éléments chimiques (1869).

2. a. Le matériel utilisé pour réaliser l’expérience est :


• un bec bunsen;
• une toile métallique;
• un ballon;
• un thermomètre;
• un réfrigérant;
• un flacon collecteur;

thermomètre

réfrigérant
ballon
sortie d'eau
toile entrée d'eau
métallique
bec bunsen flacon collecteur


b. L’objectif de l’expérience est de réaliser une distillation. Le mélange à distiller est chauffé et le com-
posant le plus volatil se vaporise, se recondense et est recueilli sous forme de distillat.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 19

3. 1. Cette situation correspond au quatrième graphique. 5 g de produit sont déjà formés au temps 0.

2. Seuls les graphiques 1 et 2 montrent que la quantité de produit m est proportionnelle à la durée de
réaction t. En effet, ce sont les seuls graphiques qui représentent une droite qui passe par l’origine
des axes (0,0). Les graphiques 3 et 4 montrent que les grandeurs ne sont pas proportionnelles car
ce ne sont pas des droites passant par l’origine des axes.

3. La durée est de 20 secondes.


MG





 TS
   
GRAPHIQUE

4. La durée est de 15 secondes.


MG





 TS
   
GRAPHIQUE


5. Après 10 secondes, la quantité de produit obtenue est de 20 g.
MG






 TS
   
GRAPHIQUE

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 20 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

6. Après 15 secondes de réaction, on obtient 5 g de produit. Il en est de même après 20 s,


30 s … La réaction est donc déjà terminée lorsque l’expérimentateur prend son chrono.
MG






 TS
   
GRAPHIQUE

4. Rappelons que pour l’équation du second degré :


ax² + bx + c = 0
∆ = b2 – 4 ac

les racines se calculent : x1 = – b +2 ab² – 4 ac x = – b – b² – 4 ac


2 2a
L’équation qui nous concerne est :
0,1 x2 + 0,5 x – 2 = 0
Nous avons donc :
∆ = 0,52 – 4 . 0,1 . (–2)
∆ = 0,25 + 0,8 = 1,05
√∆ = 1,024
– 0,5 + 1,024 – 0,5 – 1,024
x1 = = 2,62 x2 = = –7,62
2 . 0,1 2 . 0,1

4.3.4 Liste des prérequis particuliers du module


Le module de chimie 207 fait suite au module de chimie 406 dont les notions constituent un prérequis
indispensable.
Le module de chimie 207 s’adresse donc à des apprenants ayant déjà des notions de chimie.

Ils doivent pouvoir :


- représenter la configuration électronique d’un atome à l’aide du tableau périodique;
- caractériser la structure, les liaisons, la géométrie spatiale d’une substance simple ou binaire à partir
de sa formule;
- exprimer la concentration d’une solution dans diverses unités;

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 21

- différencier les mélanges, les corps purs simples et composés;


- associer la formule, la fonction, le nom d’une substance;
- pondérer une équation;
- résoudre un problème stœchiométrique;
- reconnaître une réaction rédox et une réaction non rédox.

Rappelons d’abord les principales unités, leurs multiples et sous-multiples.

n Unités
Grandeur physique Unité SI Correspondance des unités
Nom Symbole Nom Symbole
Longueur l mètre m
Masse m kilogramme kg 1 g = 1.10–3 kg = 0,001 kg
Temps t seconde s 1 min = 60 s
1 h = 60 min = 3600 s
Température T kelvin K q °C = T K – 273,15
Volume V mètre cube m3 1 l = 1 dm3 = 1.10–3 m3
1 ml = 1 cm3 = 1.10–3 l
Pression P pascal Pa 1 atm = 101,325 kPa

n Multiples et sous-multiples des unités

Facteur Préfixe Symbole Facteur Préfixe Symbole Facteur Préfixe Symbole


109 giga- G 10 déca- da 10–3 milli- m
106 méga- M 10–1 déci- d 10–6 micro- μ
103 kilo- k 10–2 centi- c 10–9 nano- n
1 1
103 = 1000 106 = 1 000 000 10–3 = = 0,001 10–6 = = 0,000 001
1000 1 000 000

L’exposé suivant se veut être un récapitulatif succinct des notions importantes vues dans le module de
chimie 406. Rien de neuf n’y sera apporté.
Ces prérequis ont pour objectifs de vous rappeler brièvement ces notions fondamentales et de vous tester
avant d’aborder le module proprement dit. À la fin de cette série, vous serez donc capable de résoudre
tous les types d’exercices portant sur le module 406.
Le test sur ces prérequis fera l’objet du devoir de cette série 1.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 22 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

n États de la matière

Un mur de pierre , l’eau de pluie , le vent qui souffle …

Ces trois substances si différentes sont pourtant toutes constituées de matière. Le fait est que, dans
chacun des cas, cette matière prend une forme différente.
Le mur est à l’état solide, la pluie à l’état liquide et le vent à l’état gazeux.

Les liquides, les solides et les gaz ont des propriétés différentes.

 Les solides
Les solides gardent leur forme quel que soit le récipient qui les contient.
Leur volume est déterminé et leurs molécules présentent une grande cohésion.
Les solides ne sont pas toujours rigides ou durs. Ils peuvent être élastiques ou mous.
Ils restent néanmoins très peu compressibles.
Un solide peut être écrasé ou coupé en petits morceaux.

 Les liquides
Les liquides peuvent être transvasés. Ils prennent la forme du récipient qui les contient, mais gardent
leur volume propre.
La surface d’un liquide est toujours horizontale.
Les liquides ne sont que très faiblement compressibles.

 Les gaz
Un gaz n’a pas de forme propre; il faut le mettre dans un récipient fermé pour empêcher qu’il s’en
échappe.
Il est expansible, c’est-à-dire qu’il occupe tout le volume qu’on lui offre.
Les molécules d’un gaz ne présentent aucune cohésion.
Un gaz est compressible et élastique.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 23

Vision microscopique

Imaginez un instant que vous possédiez un microscope qui vous permet-


trait de voir de quoi se compose la matière. Si un tel instrument existait,
vous observeriez des molécules qui sont, en quelque sorte, de minuscules
briques dont toute la matière est composée. Ces molécules se compor-
tent de manière différente si elles constituent un solide, un liquide ou un
gaz.

C’est du solide !

Dirigeons notre super-microscope vers un


caillou, un morceau de sucre ou une barre
de fer. Nous observons des molécules
serrées les unes contre les autres. Ces
molécules paraissent presque immobiles.

Le secret de cette cohésion ? Un esprit de famille, car les molécules


s’attirent mutuellement et s’organisent. Si certains matériaux sont si résistants et durs, c’est parce que
rester ainsi serrés et organisés crée des liens ... solides. Si nous voulons casser cette belle entente, il
faudra faire des efforts, c’est-à-dire donner beaucoup d’énergie aux molécules.
En regardant encore de plus près, on constate que les molécules ont un peu la bougeotte. Elles ne sont
donc pas vraiment immobiles et elles sautillent sur place comme si elles attendaient qu’on leur donne
enfin l’énergie nécessaire pour s’échapper.

Ainsi font, font, font ... ainsi fond, fond, fond ...

Jouons à présent au grand libérateur en donnant à nos molécules


cette énergie tant attendue. C’est, par exemple, le cas lorsqu’on sort
un glaçon du congélateur et qu’on le laisse reposer sur la table. L’air
ambiant va transmettre son énergie sous forme de chaleur au cube de
glace. Celui-ci va fondre. Admirez le travail !
Que se passe-t-il, à ce moment, au sein de la matière ?

Suite au réchauffement, les molécules d’eau s’agitent tellement qu’elles


quittent leur position. Elles ne sont cependant pas libres comme l’air et
s’attirent encore mutuellement. Les molécules roulent en fait les unes
sur les autres, ce qui leur permet de s’ébattre librement dans ce nouvel
état de la matière : l’état liquide.

« Ça gaze » !

Pour étancher leur soif de liberté, les molécules veulent toujours accroître
leur agitation. Pour ce faire, ces affamés minuscules ne se rassasient que

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 24 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

d’un seul carburant : l’énergie.


Encore plus d’énergie, voilà la clef de la liberté ! En effet, si l’on élève la température d’un liquide, l’agi-
tation des molécules va tellement augmenter qu’elles ne resteront plus serrées les unes contre les autres.
Chacune va s’évader joyeusement et suivre sa propre route. Il n’y aura pratiquement plus d’attraction
mutuelle. Bref, ça gaze !

Et voilà ! Nous avons fait le tour des différents états de la matière en nous situant au niveau des molécules
qui la constituent. Une substance peut donc, sans problème, changer d’état. Une histoire d’énergie et
« d’esprit de famille ».

Changements d’état

Le passage de l’état solide à l’état liquide, et puis à l’état gazeux, se traduit par une agitation et une
désorganisation croissantes des molécules.
On peut représenter cela par le schéma suivant :
Température

'
Attraction mutuelle des molécules

3
La flèche rouge va dans le sens de la température croissante.
La flèche verte va dans le sens d’une attraction mutuelle croissante entre molécules.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 25

FUSION VAPORISATION
chaleur chaleur
SOLIDE LIQUIDE GAZ
froid froid
SOLIDIFICATION (congélation) CONDENSATION (liquéfaction)

Un changement d’état moins connu est le passage direct de l’état solide à l’état gazeux. Ce changement
d’état porte le nom de sublimation.
L’évaporation est une vaporisation lente d’un liquide dans une atmosphère gazeuse. Elle se produit à
toute température et uniquement à la surface libre du liquide.

n Atomes, molécules, ions


L’atome est la plus petite entité de matière qui se conserve au cours d’un phénomène chimique.
L’atome est constitué : - d’un noyau formé de protons et de neutrons
- d’un nuage électronique constitué d’électrons gravitant à grande distance
autour du noyau
Le noyau est chargé d’électricité positive et constitue à plus de 99,9% la masse de l’atome.
Chaque électron porte une charge négative. L’atome est électriquement neutre.

Le proton a une charge électrique


positive, égale en valeur absolue à
celle de l’électron.

Le neutron n’est pas chargé


électriquement. Sa masse est très proche
de celle du proton.
Dans un même élément, le nombre de
neutrons peut différer d'un atome à l'autre
(voir isotopes).

L’électron a une charge électrique négative, égale en valeur


absolue, mais opposée à celle du proton.
Sa masse est très petite (environ 1/1840 de celle du proton).
Dans un atome, il y a le même nombre de protons et d’électrons.
La charge électrique globale de l’atome est donc nulle.

Le nombre (numéro) atomique Z est le numéro d’ordre d’un élément chimique dans le tableau
périodique. Il est égal au nombre de protons, et donc, au nombre d’électrons dans l’atome.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 26 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

Le nombre de masse A est le nombre de nucléons (protons + neutrons) constituant un noyau.


L’atome d’un élément est représenté par un symbole.

Nombre de masse → A
X → Symbole de l’élément
Nombre atomique → Z

Les isotopes sont des atomes d’un même élément (même nombre de protons) ayant des nombres
différents de neutrons. Ils ont donc des nombres atomiques Z identiques, mais des nombres de masse A
différents.

La molécule est l’assemblage ordonné d’un nombre illimité d’atomes liés les uns aux autres. Elle est
représentée par une formule qui indique l’espèce d’atomes (symbole) et leur nombre (indices).

Un ion est un atome, ou un groupement d’atomes, chargé électriquement.


 
Les cations sont des ions positifs. Les anions sont des ions négatifs.

L’apparition de charge(s) ne peut s’expliquer que par la perte ou le gain d’un ou plusieurs électrons.

Formation de cation : + +

M M+ e– M+ M2+ e–

Formation d’anion : + +

X e– X– X– e– X2–

n Masse atomique, masse moléculaire et masse molaire


La masse atomique d’un élément (ma) s’exprime en unités de masse atomique dont le symbole est u.
1 u = 1,661.10–27 kg.

La masse atomique relative (Ar) d’un atome est le rapport entre la masse de cet atome et 1/12 de la
masse de l’isotope 12 du carbone, le 12C, choisie comme masse-étalon. Ar est un nombre pur.

La masse moléculaire (mm) est la somme des masses atomiques des atomes constitutifs d’une molécule.
mm s’exprime en u.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 27

La masse moléculaire relative (Mr) d’une molécule est le rapport entre la masse de cette molécule et
1/12 de la masse de l’isotope 12 du carbone, le 12C, choisie comme masse-étalon. Mr est un nombre pur.
La masse moléculaire relative est égale à la somme des masses atomiques relatives des atomes compo-
sant la molécule, multipliées par leur indice respectif.

Une mole de n’importe quel élément ou corps pur contient toujours 6,022.1023 atomes ou molécules. Ce
nombre est appelé nombre d’Avogadro.

La masse molaire (M) d’une particule (molécule, atome, ion ...) est la masse d’une mole de ces parti-
cules. Elle s’exprime en g/mol.

n Modèle atomique de Bohr


Le modèle atomique de Bohr nous donne une idée de
la répartition des électrons (chargés négativement) Les trois premiers
autour du noyau (chargé positivement car constitué de niveaux d’énergie.
neutrons et de protons). Les électrons se situent sur n=1
des couches distinctes correspondant à des niveaux
d’énergie différents : n=2
- couche K => niveau d’énergie n = 1 n=3
- couche L => niveau d’énergie n = 2
et ainsi de suite.

Le nombre maximal d’électrons que l’on retrouve sur chaque couche est égal à 2 n2.
Ainsi, le 1e niveau peut contenir 2 électrons, le 2e peut en contenir 8, le 3e peut en contenir 18, le 4e peut
en contenir 32, ...

n Éléments chimiques
Les molécules sont des associations de particules appelées : atomes et l’ensemble des atomes qui ont le
même nombre atomique Z est un élément chimique.
Mendeleïev a classé les éléments dans un tableau appelé tableau périodique des éléments.
Cette classification n’est pas le fruit du hasard mais le résultat d’une longue réflexion et de nombreuses
manipulations.
● Une période est constituée par les éléments d’une ligne horizontale. Les périodes sont numérotées de
1 à 7.
● Une famille est un groupe d’éléments présentant des similitudes de propriétés. Les familles sont nu-
mérotées de I à VIII.

Afin d’écrire correctement les formules moléculaires, il est important de connaître la valence des élé-
ments chimiques.
La valence d’un élément est le nombre d’atomes d’hydrogène (H) ou de chlore (Cl) qui peuvent se com-
biner à un atome de cet élément.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 28 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

Tableau des valences de quelques éléments

I II III IV V
monovalents divalents trivalents tétravalents pentavalents
hydrogène H oxygène O azote N carbone C phosphore P
chlore Cl soufre S aluminium Al soufre S azote N
sodium Na fer Fe fer Fe silicium Si
potassium K calcium Ca phosphore P
argent Ag magnésium Mg
cuivre Cu cuivre Cu
baryum Ba
zinc Zn

 le soufre est parfois hexavalent, c’est-à-dire qu’il peut avoir la valence VI.

Valences des familles a famille Ia valence I


famille IIa valence II
famille IIIa valence III
famille IVa valence IV
famille Va valence V ou III
famille VIa valence VI, IV ou II
famille VIIa valence VII ou I

Le tableau périodique classe également les éléments en métaux et non-métaux selon leurs caractéristi-
ques. De manière générale, on peut dire que :

Les métaux sont Les non-métaux sont


solides (sauf le mercure qui est liquide) solides, liquides ou gazeux
assez denses (masse volumique > 2,5 g/cm3) peu denses (masse volumique < 2,5 g/cm3)
brillants ternes
malléables non malléables
bons conducteurs électriques mauvais conducteurs électriques

L’électronégativité d’un atome mesure sa capacité d’attirer les électrons de liaison.


On peut établir une échelle d’électronégativité :

Métaux Non-métaux
Cs H F
0,8 2,2 4,0

K Na Li Ca Mg Be Al B P C S I Br N Cl O

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 29

n Mélanges, corps purs et corps composés


Corps pur : corps formé d’une seule sorte de molécules.
Corps pur simple : corps pur dont chaque molé- Corps pur composé : corps pur dont chaque molé-
cule est constituée d’atomes identiques. cule est constituée d’atomes de plusieurs espèces.

néon diazote eau gaz carbonique


Ne N2 H2O CO2

ozone tétraphospore ammoniac méthane


O3 P4 NH3 CH4

Mélange : juxtaposition de molécules différentes.


Mélange homogène : mélange dans lequel tous les Mélange hétérogène : mélange dont les différents
constituants sont dans la même phase. Dans un constituants sont dans deux ou plusieurs phases.
mélange homogène, les propriétés et la composi- Dans un mélange hétérogène, les propriétés et la
tion sont identiques en tout point du mélange. composition varient d’un endroit à l’autre.
phase phase nom du phase phase nom du
dissolvante dissoute mélange dispersante dispersée mélange
gaz gaz gaz gaz liquide aérosol, brouillard
solide fumée
liquide gaz solution liquide gaz mousse
liquide solution liquide émulsion
solide solution solide suspension
solide solide alliage solide gaz mousse plastique
solide minéral

Analyse immédiate : ensemble des procédés de séparation des constituants d’un mélange.
Ces procédés sont basés sur les différences de propriétés physiques des constituants.

 Procédés de séparation des constituants d’un mélange hétérogène :


solides : triage - tamisage (différence d’aspect extérieur ou de dimensions);
dissolution (différence de solubilité);
séparation de particules ferromagnétiques (différence de propriétés magnétiques);
solide - liquide : décantation, filtration, centrifugation;
liquides : décantation, centrifugation;
gaz - solide : lavage, filtration, précipitation électrostatique.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 30 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

 Procédés de séparation des constituants d’un mélange homogène :


• cristallisation : évaporation du solvant;
• d istillation : différence de température d’ébullition des constituants (vaporisation du liquide le plus
volatil suivie de la condensation de sa vapeur);
• extraction à l’aide d’un solvant;
• chromatographie : différence des vitesses de progression des constituants entraînés par un solvant
mobile à travers une phase fixe.

 Critères qui permettent de différencier mélange et corps pur :


Un corps pur résiste à tous les essais de séparation de l’analyse immédiate.
Critères de pureté : masse volumique, température de fusion, température d’ébullition.

Remarque : les mélanges possèdent une masse volumique, une température de fusion et une température
d’ébullition qui dépendent des proportions des constituants qui les composent.

Comparaison mélange et combinaison


 

Mélange Combinaison
Phénomène physique Phénomène chimique

Pas d’altération de la nature intime des corps. Altération de la nature intime des corps.
Juxtaposition de particules de nature différente. Formation de nouvelles molécules constituées
d’atomes de nature différente.
On obtient un mélange. On obtient un corps composé.

Un mélange est une juxtaposition de particules Un corps composé est un corps formé de
de nature différente. molécules constituées d’atomes de nature
différente.

Caractéristiques : Caractéristiques :
♦ les constituants ont gardé leurs propriétés; ♦ les molécules du corps composé ont des
propriétés différentes de celles des éléments
qui le constituent;
♦ les proportions des constituants sont ♦ les proportions des éléments combinés sont
quelconques; invariables;
♦ les constituants sont séparables par un procédé ♦ les éléments combinés ne sont séparables que
physique : analyse immédiate. par un procédé chimique : analyse élémentaire.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 31

Mélange physique
(atomes ou molécules séparés)
Mélange

Réaction chimique
Synthèse

Composé chimique
(atomes ou molécules
liés chimiquement)

Réaction chimique
Synthèse
Ceci est la schématisation, d’une part, d’un mélange physique, et, d’autre part, de la formation d’un
composé chimique suite à une réaction chimique. Lorsqu’à partir de deux constituants différents, on
obtient des atomes ou molécules chimiquement liés, on parle également de synthèse.

Les phénomènes physiques et chimiques :


La matière peut subir certaines transformations qui modifient son aspect et ses propriétés.
On appelle ces transformations des phénomènes.
Les phénomènes physiques ne modifient pas la nature de la matière. Ils laissent intactes les particules
constituant la matière. Les phénomènes physiques sont réversibles.
Exemples de phénomènes physiques : solidification, fusion, dissolution, cristallisation, vaporisation, li-
quéfaction, filtration, distillation ...
Les phénomènes chimiques modifient la nature de la matière. Ils modifient les particules des corps
réagissants ou réactifs.
Exemples de phénomènes chimiques : combustion, fermentation, oxydation ...

Les propriétés physiques et chimiques :


Les propriétés physiques sont générales, c’est-à-dire qu’elles se retrouvent lors de l’étude de tous les
corps.
Exemples de propriétés physiques : densité, solubilité, malléabilité, ductilité …
Les propriétés chimiques sont spécifiques, c’est-à-dire qu’elles sont particulières à un corps
déterminé ou à une série de corps déterminés.
Exemples de propriétés chimiques : combustibilité, oxydabilité, acidité …

n Liaisons chimiques
Les atomes se lient entre eux de façon à obtenir le maximum de stabilité, c’est-à-dire une énergie mi-
nimale. Cette stabilité est réalisée lorsque les atomes possèdent 8 électrons sur leur couche externe.
C’est la règle de l’octet. Pour atteindre la stabilité, les atomes peuvent se lier par des liaisons ioniques,
covalentes pures ou covalentes polarisées.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 32 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

La liaison ionique ou électrovalence est la liaison qui résulte de l’attraction électrostatique entre ions
de signes opposés.
Exemple : NaCl (Na+ Cl–)

La liaison covalente ou covalence est la liaison qui résulte de la mise en commun de deux
électrons célibataires et du partage de cette paire d’électrons
 
entre deux atomes de même électronégativité entre deux atomes d’électronégativités différentes
pour la covalence pure. pour la covalence polarisée.
Exemples : I2, Cl2, H2 Exemple : HCl

Les liaisons hydrogène s’établissent entre molécules lorsque :
- u ne molécule contient un atome d’hydrogène fortement polarisé positivement (δ+),
- l’autre molécule contient un atome F, O ou N, fortement électronégatif et porteur d’au moins une paire
électronique libre.
La force des liaisons hydrogène est, en première approximation, 10 fois inférieure à celle des liaisons
covalentes ou électrovalentes.

n Réactions chimiques
Les atomes qui constituent la matière de l’univers ont été créés il y a des milliards d’années (big bang),
ils se combinent entre eux au cours de processus qu’on appelle réactions chimiques.
Des corps vont donc entrer en réaction, les réactifs, pour former d’autres corps appelés produits.
Lors de ces réactions chimiques, la nature intime de la matière est transformée. Il y a rupture des liaisons
existantes au sein des réactifs et formation de nouvelles liaisons pour former les produits. Dans les réac-
tions chimiques, il n’y a ni création, ni disparition d’atomes.

Toute réaction chimique peut être représentée par une équation chimique.

Sens de l’évolution de la réaction


Premier membre Second membre
Réactifs Produits

Prenons l’exemple de la réaction de combustion du carbone. Les réactifs sont le carbone et le


dioxygène. Le produit est le dioxyde de carbone.

C(s) + O2(g) CO2(g)

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 33

Le but de cette forme d’écriture est d’établir une équation pondérée ou équilibrée, ou encore une équation
bilan, dans laquelle chaque espèce doit être identique dans les deux membres de l’équation. On pondère
une équation chimique à l’aide de coefficients placés devant les formules chimiques. Ces coefficients,
appelés coefficients stœchiométriques, doivent être des nombres premiers entre eux.

Exemple :
Équation non équilibrée
Réactifs Produits

CH4(g) + O2(g) CO2(g) + H2O(l)

+ +

Équation équilibrée
Réactifs Produits

CH4(g) + 2 O2(g) CO2(g) + 2 H2O(l)

+ +

De part et d’autre de l’équation chimique, il y a 1 atome de carbone, 4 atomes d’hydrogène et 4 atomes


d’oxygène.

La lecture de l’équation peut se faire de différentes manières :

1. lecture moléculaire ou atomique :


« 1 molécule de CH4 réagit avec 2 molécules d’O2 pour former 1 molécule de CO2 et 2 molécules de
H2O ».

2. lecture molaire :
« 1 mole de molécules de CH4 réagit avec 2 moles de molécules d’O2 pour former 1 mole de molécu-
les de CO2 et 2 moles de molécules de H2O ».

3. lecture pondérale et volumique :


« 16 g de CH4 réagissent avec 44,8 l d’O2 pour former 22,4 l de CO2 et 36 g de H2O ».

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 34 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

POUR RAPPEL
L’établissement d’un bilan de matière dans les réactions chimiques repose sur quelques notions simples
souvent associées au nom de chimistes bien connus dans l’histoire de la chimie :

Loi de la conservation de la matière - Lavoisier (1743-1794) : « La somme des masses des produits de
réaction est égale à la somme des masses des réactifs ».

Loi des proportions massiques définies - Proust (1754-1826) : « Les masses des réactifs consommés
sont dans des rapports constants pour un (ou des) produit(s) final(aux) donné(s) ».

Loi des proportions volumétriques définies - Gay-Lussac (1778-1850) : « Les gaz se combinent entre
eux selon des rapports volumétriques simples ».

Hypothèse d’Avogadro (1776-1856) : « Des volumes égaux de gaz, pris à la même température et à la
même pression, contiennent le même nombre de molécules (et donc de moles) ».

Volume molaire d’un gaz : dans les CNTP (conditions normales de température : 0°C = 273,15 K et de
pression : 101 325 Pa = 1 atm) le volume occupé par 1 mol de gaz parfait Vm = 22,414 l.mol-1
masse obtenue
Rendement d’une réaction chimique = . 100%
masse théorique
Méthode de résolution des problèmes stœchiométriques
1. Lire attentivement l’énoncé du problème.
2. Déterminer les réactifs et les produits de la réaction. Écrire l’équation chimique pondérée.
3. Souligner dans l’équation chimique les substances utiles à la résolution du problème.
4. Calculer la masse molaire des substances soulignées.
5. Présenter l’exercice sous forme de tableau en n’y indiquant que les substances utiles à la résolution du
problème et un « x » dans la colonne de l’inconnue.

données inconnues

nombre de nombre de
masse m volume V masse m volume V
moles n moles n

Noter que :
- d ans une équation pondérée, le nombre de moles est indiqué par le coefficient stœchiométrique;
- la masse d’une substance XY est calculée à l’aide de la relation m(XY) = n(XY) . M(XY) où n(XY)
est le nombre de moles et M(XY) est la masse molaire;
- p our effectuer un calcul, toutes les masses doivent être exprimées dans les mêmes unités;
- le volume V d’un gaz XY est calculé à l’aide de la relation V(XY) = n(XY) . Vm où n(XY) est le
nombre de moles et Vm est le volume molaire;
- pour effectuer un calcul, tous les volumes doivent être exprimés dans les mêmes unités.
6. Effectuer les calculs proportionnels.
7. Donner la réponse : la valeur numérique accompagnée de l’unité correcte.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 35

EXEMPLE
Soit la réaction de préparation de 1 kg d’eau au départ d’hydrogène gazeux et d’oxygène gazeux :
H2(g) + 1/2 O2(g) H2O
On demande :
- quelle masse d’oxygène m(O2) exprimée en kg est nécessaire ?
- quel volume d’oxygène V(O2) exprimé en litres, mesuré à 0°C et sous 1 atm, est nécessaire ?
- quelle masse d’hydrogène m(H2) exprimée en kg est nécessaire ?
- quel volume d’hydrogène V(H2) exprimé en litres, mesuré à 0°C et sous 1 atm, est nécessaire ?

Solution
H2(g) + 1/2 O2(g) H 2O
M(H2) = 2,016 g.mol-1; M(O2) = 31,998 g.mol-1; M(H2O) = 18,015 g.mol-1

H2(g) O2(g) H2O

nombre nombre nombre


masse volume masse volume masse
de de de
m V m V m
moles n moles n moles n

1 2,016 g 22,4 l 1/2 15,999 g 11,2 l 1 18,015 g

z 2y x y 1 kg = 1000 g

Calculs proportionnels :
15,999 g 18,015 g
=  15,999 g . 1000 g = x . 18,015 g  x = 888 g = 0,888 kg
x 1000 g

11,2 l 18,015 g
=  11,2 l . 1000 g = y . 18,015 g  y = 622 l
y 1000 g
2 y = 2 . 622 l = 1244 l
2,016 g 18,015 g
=  2,016 g . 1000 g = z . 18,015 g  z = 112 g = 0,112 kg
z 1000 g
Réponses : pour préparer 1 kg d’eau, on a besoin de
- 0,888 kg d’oxygène qui occupent un volume de 622 litres à 0°C et sous 1 atm et de
- 0,112 kg d’hydrogène qui occupent un volume de 1244 litres à 0°C et sous 1 atm.
On pouvait aussi trouver la masse d’hydrogène par 1 kg – 0,888 kg = 0,112 kg

Attention ! Dans l’équation stœchiométrique donnée plus haut, nous avons volontairement omis de noter
l’état physique de l’eau, produit de la réaction, car il n’a pas été précisé quel volume lui était accessible.
Le plus souvent, une partie de cette eau sera sous forme liquide H2O(l) et le complément sous forme de
vapeur, c’est-à-dire de gaz H2O(g).

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 36 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

n Oxydation, réduction, combustion


Le nombre d’oxydation (NO) d’un atome est la valeur algébrique de la charge qu’il porterait si toutes
les liaisons auxquelles il participe étaient de nature ionique.
Lorsqu’un atome perd un ou plusieurs électrons partiellement ou totalement, l’atome acquiert une ou
plusieurs charges positives, son NO augmente.
Lorsqu’un atome gagne un ou plusieurs électrons partiellement ou totalement, l’atome acquiert une ou
plusieurs charges négatives, son NO diminue.

NO d’un atome dans un corps simple = 0.


NO d’un ion monoatomique = charge de l’ion.
Molécule neutre : ∑ (NO) = 0.
Ion polyatomique : ∑ (NO) = charge de l’ion.
En considérant que :
• NO(O) = –2, sauf - dans la molécule OF2 où NO(O) = +2.
- dans les peroxydes, ex : H2O2 où NO(O) = –1.
• NO(H) = +1, sauf si l’hydrogène se lie avec des métaux, alors NO(H) = –1.
• NO (famille Ia) = +1. NO (famille IIa) = +2. NO (famille IIIa) = +3.

Oxydoréduction
Réduction
+2 électrons
Réducteur
Mg + H2O MgO + H2
0 +1 –2 +2 –2 0
Oxydant
–2 électrons
Oxydation
L’oxydation consiste en une perte d’électron(s) (augmentation du NO). L’oxydation est subie par le
réducteur car il est donneur d’électron(s).
La réduction consiste en un gain d’électron(s) (diminution du NO). La réduction est subie par l’oxydant
car il est accepteur d’électron(s).
Une oxydation accompagne toujours une réduction et réciproquement.

Combustion
La combustion est une réaction chimique entre un combustible (ou carburant) et un comburant, souvent
l’oxygène. Les réactions de combustion sont des réactions d’oxydoréduction.
 La combustion vive.
La combustion vive est une réaction rapide accompagnée d’une forte élévation de température et d’une
production de lumière. La combustion vive est une réaction exothermique, c’est-à-dire qui libère de la
chaleur.
 La combustion lente.
La combustion lente se produit sans élévation notable de température et sans production de lumière.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 37

n Oxydes
Définition
Les oxydes sont des composés constitués de deux éléments dont l’un est toujours l’oxygène.
L’oxygène occupe la seconde position dans la formule de l’oxyde.

Formules chimiques
Formule générale d’un oxyde métallique : Formule générale d’un oxyde non métallique :
MxOy M’xOy
M : élément métallique. M’ : élément non métallique.
x et y : indices. x et y : indices.
Exemples : CaO, Cu2O, CuO, Fe2O3 Exemples : SO2, SO3, Cl2O7

Formation des oxydes par réaction de combustion


1. Équation chimique de la combustion vive et lente des métaux
métal + oxygène oxyde métallique
x M + y/2 O2 MxOy

La corrosion d’un métal résulte de l’oxydation du métal par l’oxygène de l’air en présence d’humi-
dité. L’humidité est indispensable pour amorcer la corrosion.

2. Équation chimique de la combustion des non-métaux


non-métal + oxygène oxyde non métallique
x M’ + y/2 O2 M’xOy

Propriétés physiques des oxydes


métalliques non métalliques
• solides diversement colorés • solides, liquides ou gaz
• pas conducteurs du courant électrique • pas conducteurs du courant électrique

Propriétés chimiques des oxydes

1. Propriétés chimiques des oxydes métalliques


Parmi les oxydes métalliques, certains réagissent avec l’eau pour former des bases :
ils sont appelés oxydes basiques.

oxyde basique + H2O base

Les métaux alcalins (IA) et alcalino-terreux (IIA) forment des oxydes basiques.
Exemples : Na2O + H2O 2 NaOH
CaO + H2O Ca(OH)2

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 38 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

2. Propriétés chimiques des oxydes non métalliques


Les oxydes non métalliques qui réagissent avec l’eau pour former des oxacides sont appelés oxydes
acides.

oxyde acide + H2O oxacide

Exemples : P2O5 + 3 H2O 2 H3PO4


CO2 + H2O H2CO3

Les oxydes CO, NO, N2O ne réagissent pas avec l’eau, on les appelle oxydes neutres.

Nomenclature des oxydes

1. Nomenclature des oxydes métalliques


oxyde de + nom du métal
Exemple : CaO = oxyde de calcium

si le métal possède deux valences :


oxyde de + nom du métal + (valence du métal)
Exemples : CuO = oxyde de cuivre(II)
Cu2O = oxyde de cuivre(I)

2. Nomenclature des oxydes non métalliques


préfixe + oxyde de + nom du non-métal
nombre d’atomes d’oxygène
Préfixes Exemples
nombre d’atomes de non-métal
mono 1/1 CO (monoxyde de carbone)
hémi 1/2 N2O (hémioxyde d’azote)
di 2/1 CO2 (dioxyde de carbone)
hémitri 3/2 N2O3 (hémitrioxyde d’azote)
hémipent 5/2 N2O5 (hémipentoxyde d’azote)
tri 3/1 SO3 (trioxyde de soufre)
hémihept 7/2 Cl2O7 (hémiheptoxyde de chlore)

3. Étapes pour déterminer la formule d’un oxyde


Étape 1 : d éterminer le type d’oxyde.
S’agit-il d’un oxyde métallique ou d’un oxyde non métallique ?

Étape 2 : é tablir la formule chimique du composé.


1. Écrire les symboles représentant les éléments et déterminer la valence de ceux-ci.
2. Établir la formule en tenant compte :
• des valences (pour les oxydes métalliques);
• du préfixe (pour les oxydes non métalliques).

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis P. 39

n Électrolytes
- Un électrolyte est une substance qui, mise en solution, permet le passage du courant grâce à la mobilité
d’ions provenant d’une dissociation ionique.
- Un non électrolyte est une substance qui, mise en solution, ne permet pas le passage du courant.
- Le phénomène de décomposition d’une substance par le courant électrique s’appelle une électrolyse.
Lors de cette électrolyse, il y a transformation d’énergie électrique en énergie chimique et en énergie
calorifique.

n Acides, bases, sels


Selon leur formule générale, les corps inorganiques peuvent être classés en 3 catégories :

1. les acides - binaires ou hydracides HM’


soit acide + nom du non-métal + hydrique
soit nom du non-métal + ure d’hydrogène
- ternaires ou oxacides HM’O
soit acide + nom du non-métal + ique (valence forte) ou eux (valence faible)
soit nom du non-métal + ate (valence forte) ou ite (valence faible) d’hydrogène
2. les bases ou hydroxydes M(OH)y
hydroxyde + nom du métal (+ valence du métal)
3. les sels - binaires ou sels d’hydracides MM’
nom du non-métal + ure de + nom du métal (+ valence du métal)
- ternaires ou sels d’oxacides MM’O
nom du non-métal + ate (ou ite) de + nom du métal (+ valence du métal)

La force d’une base est sa tendance à céder un ou plusieurs ions OH–.


La force d’un acide est sa tendance à céder son ou ses protons H+.

Réactions des bases :


- avec les acides :
base + acide sel + eau
Exemple : NaOH(aq) + HCl(aq) NaCl(aq) + H2O(l)

- avec les oxydes acides :


hydroxyde + oxyde acide sel d’oxacide + eau
Exemple : 2 KOH(aq) + SO3(g) K2SO4(aq) + H2O(l)

- avec un sel :
hydroxyde1 + sel1 sel2 + hydroxyde2
Ca(OH)2(aq) + Na2CO3(aq) CaCO3(s) + 2 NaOH(aq)

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 40 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Prérequis

Réactions des acides :


- avec les métaux :
acide + métal sel + dihydrogène
Exemple : 2 HCl(aq) + Zn(s) ZnCl2(aq) + H2(g)

- avec les oxydes métalliques :


acide + oxyde métallique sel + eau
Exemple : 2 HCl(aq) + CuO(s) CuCl2(aq) + H2O(l)

- avec un sel :
acide1 + sel1 acide2 + sel2
Exemple : HCl(aq) + AgNO3(aq) HNO3(aq) + AgCl(s)

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation P. 41

5 Évaluation de la série
5.1 Travaux d’autocontrôle (T.A.C.)
n Consignes de travail
Votre leçon étant terminée, voici votre test d’autocontrôle. Il vous permettra de faire le point sur vos
connaissances.
Il comprend vingt questions sur les notions que vous devez maîtriser sans difficulté pour aborder la suite
du cours.
Nous espérons vous voir atteindre le maximum.
Réfléchissez avant d’arrêter votre choix et évitez surtout de répondre au hasard; ce test est destiné à vous
aider en vous permettant une autoévaluation et non à vous juger ou vous noter.
Si vous n’obtenez pas toutes les bonnes réponses, résolvez vos problèmes de connaissances et de
compréhension en vous aidant du corrigé et des prérequis avant d’aborder la suite.

Bon travail !
n Questionnaire
1. Le nom de l’élément Ca est le :
a. carbone
b. calcium
c. caesium

2. La réaction du carbone avec l’oxygène est une (2 réponses) :


a. carbonisation
b. oxydation
c. combustion

3. La substance représentée par la formule « H3PO3 » est un :


a. oxyde
b. acide
c. base

4. La substance représentée par la formule « Na2SO4 » est un :


a. oxyde
b. acide
c. sel ternaire

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 42 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation

5. Dans la réaction représentée par l’équation CuO + H2 Cu + H2O l’hydrogène joue le rôle de :
a. combustible
b. réducteur
c. catalyseur

6. On souhaite obtenir une solution de chlorure de sodium de concentration égale à 1 mol/l. La quantité
de NaCl à dissoudre dans 1 litre est :
a. 58,5 g
b. 28 g
c. 5,85 g

7. La formule de la substance formée de K et O est :


a. KO2
b. KO
c. K2O

8. Parmi les propriétés physiques suivantes, celle qui est spécifique aux métaux (sauf le mercure) est :
a. état solide
b. état gazeux
c. état liquide

9. Le chlore a la valence I, son ion s’écrit :


a. Cl–
b. Cl+
c. Cl

10. La loi de LAVOISIER est la loi de la conservation des :


a. réactifs
b. volumes
c. masses

11. La molécule qui présente une liaison covalente polarisée est :
a. HCl
b. Cl2
c. NaCl

12. Le volume d’air nécessaire à la combustion complète de 4 dm3 d’hydrogène est :


a. 1 dm3
b. 2 dm3
c. 10 dm3

13. Dans la réaction représentée par l’équation : SiO2 + C Si + CO2, l’accepteur d’électrons est :
a. SiO2
b. C
c. Si

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation P. 43

14. Le volume d’oxygène obtenu, dans les CNTP, par la réaction de 100 g d’oxylithe Na2O2 avec l’eau
est :
a. 22,4 l
b. 14,3 l
c. 28,7 l

15. L’ammoniac (NH3) s’obtient industriellement par réaction de l’hydrogène (H2) avec l’azote (N2). La
masse d’hydrogène nécessaire à la fabrication de 610 kg d’ammoniac est :
a. 108 kg
b. 217 kg
c. 72 kg

16. L’équation pondérée traduisant la préparation de l’oxyde de calcium est :


a. Ca + O CaO
b. Ca + O2 CaO
c. 2 Ca + O2 2 CaO

17. Le nom de la substance représentée par la formule Fe2O3 est :


a. oxyde de fer(III)
b. trioxyde de fer
c. hémitrioxyde de fer

18. Parmi les réactions suivantes, celle qui donne lieu à la formation d’un sel, après évaporation de l’eau,
est :
a. SO2 + H2O
b. Cu2O + H2O
c. LiOH + HCl

19. Parmi les équations suivantes, celle qui traduit une réaction de combustion est :
a. 2 Zn + O2 2 ZnO
b. 2 HgO 2 Hg + O2
c. 2 Cl2 + 2 H2O 4 HCl + O2

20. La liaison résultant d’une mise en commun de deux électrons célibataires appartenant à deux atomes
identiques est une liaison :
a. électrovalente
b. covalente polarisée
c. covalente pure

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 44 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation

5.2 Corrigé commenté des T.A.C.


1. La proposition correcte est la proposition b.
Le calcium a comme symbole chimique Ca.

2. Les propositions correctes sont les propositions b et c.


La réaction entre le carbone et l’oxygène est une combustion et une oxydation. L’équation est :
C(s) + O2(g) CO2(g)
0 0 +4 –2

3. La proposition correcte est la proposition b.


H3PO3 est un acide ternaire car il répond à la formule générale HM’O.

4. La proposition correcte est la proposition c.


Na2SO4 est un sel ternaire répondant à la formule générale MM’O.

5. La proposition correcte est la proposition b.


L’hydrogène passe du nombre d’oxydation 0 au nombre d’oxydation +1. Il y a augmentation du NO.
L’hydrogène subit l’oxydation, il est donc réducteur.

6. La proposition correcte est la proposition a.


On veut obtenir 1 litre de solution de NaCl de concentration 1 mol/l, c’est-à-dire contenant
1 mol de NaCl.
Or, M(NaCl) = 23,0 + 35,5 = 58,5 g.mol-1
On mettra donc 58,5 g de NaCl dans un récipient jaugé de 1 litre et on ajoutera de l’eau jusqu’au trait
de jauge.

7. La proposition correcte est la proposition c.


La substance formée par les éléments K et O est K2O.
K a la valence I et O la valence II.
On utilise la méthode du chiasma (= croisement) : on écrit la valence de l’élément en dessous de son
symbole, on croise ces nombres et on les transcrit en indice :
K O
K2O
I II

8. La proposition correcte est la proposition a.


L’état solide est une propriété physique spécifique aux métaux.

9. La proposition correcte est la proposition a.


Le chlore a la valence I. C’est un non-métal (famille VIIa). Il forme un ion négatif, c’est-à-dire Cl–.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation P. 45

10. La proposition correcte est la proposition c.


La loi de Lavoisier est la loi de « la conservation des masses ».
Elle s’énonce comme suit : « Au cours d’une réaction chimique se produisant dans un système fermé,
la masse de l’ensemble des produits est égale à la masse de l’ensemble des réactifs ».

11. La proposition correcte est la proposition a.


HCl possède une liaison covalente polarisée.
Ce type de liaison résulte de la mise en commun de 2 électrons célibataires et du partage de cette
paire d’électrons entre deux atomes H et Cl d’électronégativités différentes.
Cl étant plus électronégatif que H, il attirera vers lui les électrons de la liaison et ceux-ci appartien-
dront davantage à l’atome Cl qu’à l’atome H.

12. La proposition correcte est la proposition c.


2 H2(g) + O2(g) 2 H2O
M(H2) = 2,016 g.mol-1; M(O2) = 31,998 g.mol-1

H2(g) O2(g)

nombre de moles n volume V nombre de moles n volume V

2 44,8 l 1 22,4 l

4 dm3 = 4 l x

Calcul proportionnel :
44,8 l 22,4 l
=  44,8 l . x = 4 l . 22,4 l  x=2l
4l x
Un volume de 2 litres, donc 2 dm3 d’oxygène, est nécessaire à la combustion de 4 dm3 d’hydrogène.
Puisque l’air renferme 21% d’oxygène, le volume d’air nécessaire vaut :
100
2 dm3 . = 10 dm3
21

13. La proposition correcte est la proposition a.

Oxydant
C + SiO2 Si + CO2
+4 0

+ 4 e–
Réduction

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 46 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation

14. La proposition correcte est la proposition b.


2 Na2O2(s) + 2 H2O(l) 4 NaOH(aq) + O2(g)
M(Na2O2) = 78,0 g.mol-1; M(O2) = 32,0 g.mol-1 

Na2O2(s) O2(g)
nombre de moles n masse m nombre de moles n volume V
2 156 g 1 22,4 l
100 g x

Calcul proportionnel :
156 g 22,4 l
=  156 g . x = 100 g . 22,4 l  x = 14,3 l
100 g x
La réaction de 100 g d’oxylithe avec un excès d’eau permet d’obtenir 14,3 litres d’oxygène dans les
CNTP.

15. La proposition correcte est la proposition a.


N2(g) + 3 H2(g) 2 NH3(g)
M(H2) = 2,016 g.mol-1 et M(NH3) = 17,031 g.mol-1

H2(g) NH3(g)
nombre de moles n masse m nombre de moles n masse m
3 6,048 g 2 34,062 g
x 610 kg = 610.103 g

Calcul proportionnel :
6,048 g 34,062 g
=  6,048 g . 610.103 g = x . 34,062 g  x = 108.103 g
x 610.103 g
La masse d’hydrogène nécessaire à la fabrication de 610 kg d’ammoniac est de 108 kg.

16. La proposition correcte est la proposition c.


L’équation pondérée traduisant la préparation de l’oxyde de calcium est :

2 Ca + O2 2 CaO (l’oxygène est une molécule diatomique)


2 Ca et 2 O 2 Ca et 2 O

17. La proposition correcte est la proposition a.


Fe2O3 = oxyde de fer(III)

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation P. 47

18. La proposition correcte est la proposition c.


LiOH + HCl LiCl + H2O
base acide sel eau

19. La proposition correcte est la proposition a.


La réaction de combustion est :
2 Zn + O2 2 ZnO

20. La proposition correcte est la proposition c.


La liaison résultant d’une mise en commun de deux électrons célibataires appartenant à deux atomes
identiques est une liaison covalente pure.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 48 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation

5.3 Devoir de fin de série


n Consignes de travail
Lisez attentivement la brochure « Guide de travail » que l’EAD vous a fait parvenir. Nous vous
rappelons encore que :

1. Vous devez absolument faire parvenir ce devoir à votre professeur par l’intermédiaire du ser-
vice de l’EAD. Sans l’envoi de ce devoir, vous ne recevrez pas les séries suivantes.
2. Vous devez répondre UNIQUEMENT sur le formulaire prévu.
3. Dans le but de vous éviter divers menus travaux d’écriture, une feuille de devoir portant votre
nom, votre code-barre et votre adresse est jointe à chaque devoir. N’oubliez surtout pas de
l’AGRAFER au formulaire. C’est sur cette feuille que votre professeur vous fera part de ses
commentaires et des remédiations éventuelles.
4. Au moment d’envoyer votre devoir, prenez la peine d’indiquer la date de son envoi sur le for-
mulaire de réponse. Faites de même lorsque vous recevrez votre devoir corrigé. Cette seconde
information est fort utile à l’inspecteur.

Si vous voulez juger l’état de vos connaissances prérequises, nous vous proposons de répondre à ce
questionnaire. Il est constitué de questions à choix multiple.

Le formulaire de réponse à renvoyer au service se trouve à la fin de cette série.

Attention : vous devez obtenir un score de 80% soit 18 bonnes réponses.

Une bonne réponse est le choix correct de l’option du questionnaire à choix multiple.

Comment répondre ?

Exemple :
1. Calculez en m2 la mesure de l’aire d’un rectangle de longueur 6 m et de largeur 4 m.
Choisissez la réponse correcte parmi les propositions suivantes :
a. 10
b. 2
c. 24

Réponse :
La bonne réponse étant la c, il suffit de cocher la case de la feuille de devoir portant la lettre c.

1. a b c

Bon travail !

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation P. 49

n Questionnaire
Gouttelettes d'eau
1. Quel phénomène physique se cache derrière ce schéma ?
a. évaporation
b. condensation
c. fusion
Carafe sortie
2. Le nombre atomique Z du fluor vaut : du congélateur
a. 9
b. 19
c. 7

3. L’isotope 31 de l’atome de phosphore comprend :


a. 15 p+ / 15 e– / 16 n°
b. 16 p+ / 16 e– / 15 n°
c. 15 p+ / 15 e– / 31 n°

4. La molécule constituée d’un atome de calcium et de deux groupements OH correspond à la formule
moléculaire :
a. Ca2(OH)
b. Ca(O2H2)
c. Ca(OH)2

5. Un cation est un atome ou un groupement d’atomes :


a. chargé positivement
b. chargé négativement
c. non chargé

6. La masse moléculaire relative de Ba3(PO4)2 vaut :


a. 232 g
b. 602
c. 602 u

7. La formule moléculaire de la substance dont les molécules sont constituées d’atomes H et de grou-
pements PO4 est :
a. H3PO4
b. HPO4

c. H3(PO)4

8. La formule moléculaire de la substance dont les molécules sont constituées d’atomes de zinc et
d’atomes de chlore est :
a. ZnCl
b. Zn2Cl
c. ZnCl2

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 50 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation

9. Les câbles électriques sont constitués de cuivre car le cuivre est :


a. un métal bon conducteur d’électricité
b. un solide isolant
c. non malléable

10. Parmi les différents échantillons de matière suivants, le mélange hétérogène est :
a. eau + grenadine
b. air
c. eau + sable

11. Pour séparer les divers liquides d’un mélange de liquides miscibles, il faut nécessairement :
a. décanter
b. distiller
c. filtrer

12. La combustion est :


a. un phénomène chimique
b. un phénomène physique
c. une propriété chimique

13. Parmi les équations suivantes, celle qui n’est constituée que de corps composés est :
a. C12H22O11 12 C + 11 H2O
b. N2 + 3 H2 2 NH3
c. CaCO3 CaO + CO2

14. L’équation pondérée représentant une réaction de décomposition est :


a. 2 H2O 2 H2 + O2
b. H2O H2 + O2
c. N2 + 3 H2 2 NH3

15. La masse de SO3(g) formée lors de l’oxydation de 200 dm3 (CNTP) de SO2(g) en présence d’O2(g)
est (avec un rendement de 100%) :
a. 714 g
b. 8,92 g
c. 80 g

16. Parmi les oxydes suivants, l’oxyde basique est :


a. N2O3
b. CaO
c. CO

17. L’équation représentant une réaction non rédox est :


a. 2 NaOH + H2SO4 Na2SO4 + 2 H2O
b. Zn + H2SO4 ZnSO4 + H2
c. 2 Li + S Li2S

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation P. 51

18. Dans la réaction représentée par l’équation  : H2 + CuO H2O + Cu, le produit de l’oxydation
est :
a. H
b. CuO
c. H2O

19. La masse d’oxyde de calcium obtenue par la combustion de 20,04 g de calcium est :
a. 36,06 g
b. 28,04 g
c. 14,02 g

20. Une liaison covalente polarisée résulte de la mise en commun de 2 électrons célibataires et du partage
de cette paire d’électrons :
a. entre deux atomes d’électronégativité différente
b. entre un atome et une molécule d’eau
c. entre deux atomes d’électronégativité équivalente

21. Le LiBr se dissocie en solution aqueuse en :


a. Li+ + OH–
b. Li– + Br+
c. Li+ + Br–

22. La proposition correcte est :


a. lors d’une électrolyse, il y a transformation d’énergie électrique en énergie chimique
b. lors d’une électrolyse, il y a transformation d’énergie chimique en énergie électrique
c. lors d’une électrolyse, il y a transformation d’énergie calorifique en énergie électrique

23. Sachant qu’il a fallu ajouter 35,6 ml d’une solution aqueuse d’hydroxyde de sodium de concentration
0,165 mol.l–1 pour neutraliser 25,0 ml d’une solution d’acide nitrique, la concentration molaire de
cette dernière solution vaut :
a. 6,6 mol/l
b. 0,235 mol/l
c. 0,165 mol/l

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 52 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Évaluation

Cochez l’alternative correcte sur la grille suivante et recopiez soigneusement ce choix sur la feuille de
devoir à renvoyer à l’EAD.

1. a b c 9. a b c 17. a b c

2. a b c 10. a b c 18. a b c

3. a b c 11. a b c 19. a b c

4. a b c 12. a b c 20. a b c

5. a b c 13. a b c 21. a b c

6. a b c 14. a b c 22. a b c

7. a b c 15. a b c 23. a b c

8. a b c 16. a b c

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Devoir

Complétez ce formulaire :

NOM : .......................................................................... Prénom : .......................................................


Adresse : Rue ..................................................................................................... N° ..........................
Code postal : . .............. Localité : . .....................................................................................................
N° d’inscription EAD : . .................................... Numéro du professeur : ..........................................
Ce devoir est envoyé le : .....................................................................................................................

Reportez vos réponses sur cette feuille.


Avez-vous agrafé en page 1 la feuille éditée par le Service et reprenant vos adresse et code à barres ?

Ce devoir est arrivé chez votre professeur le : ....................................................................................


Devoir de la série 1
Cochez l’alternative correcte :

1. a b c 9. a b c 17. a b c

2. a b c 10. a b c 18. a b c

3. a b c 11. a b c 19. a b c

4. a b c 12. a b c 20. a b c

5. a b c 13. a b c 21. a b c

6. a b c 14. a b c 22. a b c

7. a b c 15. a b c 23. a b c

8. a b c 16. a b c

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


Cette feuille vous est réservée
Vous pouvez y inscrire vos remarques, suggestions, questions, critiques, ...

.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
Fiche INDIVIDUELLE
N° d’inscription :

À remplir avec soin et à JOINDRE AU PREMIER DEVOIR


1. Nom : .....................................................................................................................................................
Prénom : ................................................................................................................................................
Adresse :................................................................................................................................................
Code postal : ...................... Commune : ...............................................................................................
E-mail : ..................................................................................................................................................
Date de naissance : ....................................... N° de tél. : .....................................................................
État civil : ..................................................... Nbre d’enfants : ............................................................
Profession ou occupations : ..................................................................................................................
Études faites : ........................................................................................................................................
Diplôme(s) obtenu(s) : ..........................................................................................................................

2. Pourquoi avez-vous choisi ce cours ?


...............................................................................................................................................................
...............................................................................................................................................................
...............................................................................................................................................................
Est-ce : de votre propre initiative ? oui/non (1)
sur le conseil de votre employeur ? oui/non (1)

Ce cours peut-il apporter une amélioration ou une promotion dans le cadre de votre travail ?
oui/non (1)
De combien de temps disposez-vous par semaine pour l’étude de cette matière ?
Avez-vous quelqu’un dans votre entourage qui puisse vous aider ? oui/non (1)

3. A) Avez-vous déjà suivi un cours de chimie ? oui/non (1)


à quel niveau ? (exemple : rénové, technique)
À quand remonte cette (ces) formation(s) ?

B) Signalez à votre professeur les particularités vous concernant qui sont susceptibles d’influencer
vos études (notamment handicap physique, maladie, difficultés professionnelles, économiques,
langue maternelle autre que le français, etc.)
…………………………………………………………………………………………................

(1) Biffez la mention inutile.


Communauté française de Belgique

Module 207 ENSEIGNEMENT À DISTANCE Annexes

Chimie minérale
Jury de l’enseignement secondaire supérieur Niveaux A et B

Annexes au module 207

à joindre au premier fascicule

Juin 2008
© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique
207 Chimie minérale - JESS Annexes Contenu

Table des matières


I. Référentiels 3
n Le savoir 3
n Le savoir-faire 4
II. Méthode de travail 5
III. Structure du module 7
n Organisation des séries 7
n Organisation des leçons 7
IV. Glossaire 8
V. Formulaire et tables 12
n Formulaire 12
n Unités et facteurs de conversion 13
n Tables 14
VI. Bibliographie 23

L’Enseignement à Distance s’est efforcé de respecter les prescriptions légales relatives aux droits d’auteur et de contacter les ayants droit.
Toute personne qui se sentirait lésée et qui souhaiterait faire valoir ses droits est priée de se faire connaître.

Éditeur responsable Direction de l’Enseignement à Distance


M. Denis Van Lerberghe Téléphone : 02/690 82 82
Directeur Courriel : ead@cfwb.be

Ministère de la Communauté française de Belgique - Administration générale de l’Enseignement et de la Recherche scientifique


Boulevard du Jardin Botanique 20-22 – 1000 Bruxelles

Dépôt légal : D/2006/10.930/01

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Annexes Référentiels P. 3

I. Référentiels
Le module 207 couvre les matières prévues au programme du Jury de l’Enseignement secondaire
supérieur général de la Communauté française et de l’enseignement de promotion sociale en ce qui
concerne la chimie minérale. La chimie organique fait l’objet du module 208.
Attention ! Les épreuves du Jury de l’Enseignement secondaire supérieur reprennent les matières
des modules 207 et 208.

n Le savoir
Le programme de chimie peut être abordé soit au niveau A (3), soit au niveau B (1).
Dans le module 207, comme dans le module 208, le contenu des leçons correspond aux notions à
connaître au niveau B.
Pour atteindre les objectifs du niveau A, en plus de toutes les leçons, il faut également étudier le contenu
de certaines annexes qui sont facilement repérables grâce à la notation « indispensable pour le jury
(niveau A) » en dessous de leur titre.

Niveau B Niveau A Notions à connaître


Équilibres moléculaires et équilibres ioniques :
  - réactions réversibles et lois de déplacement d’équilibre 
  - principe de Le Chatelier, loi d’action de masse
  - réactions de précipitation, solubilité et produit de solubilité
  - réactions acide-base : définitions d’Arrhénius et de Brönsted
  - définition du pH et échelle de pH
  - calcul du pH de solutions aqueuses de bases et d’acides forts
  - pH de solutions de sels mélangés avec des acides ou des bases (effet
tampon)
  - réactions rédox : interprétation à l’aide de notions de transfert d’électrons,
de réducteur, oxydant, réduction, oxydation
  - détermination des nombres d’oxydation et de leur variation
  - analyse et équilibration d’équations ioniques de réactions en milieux
neutre et acide
  - principes de dosages :
a) d ’acides par les bases et réciproquement (courbes de neutralisation),
choix des indicateurs
b) d ’oxydo-réduction
Thermochimie :
  - réactions endothermiques, exothermiques, athermiques : exemples et
interprétation à l’aide de la notion d’enthalpie
  - enthalpie de réaction, loi de Hess
Cinétique :
  - vitesse de réaction, facteurs permettant de la faire varier

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 4 207 Chimie minérale - JESS Annexes Référentiels

n Le savoir-faire
Tout au long des leçons, les récipiendaires seront interrogés sur leur capacité à :
- restituer (c’est-à-dire reproduire de mémoire) des termes, des règles, des formules, des définitions
avec leurs propres mots;
- trouver une (ou des) information(s) en rapport avec un problème posé ou un phénomène étudié,
dans un texte, un schéma;
- expliquer un phénomène, une situation donnée, en se référant à des notions, des règles, des lois;
- décrire une expérience permettant d’établir une propriété, une formule, une loi donnée;
- appliquer une règle, une formule, une procédure, une loi dans une situation donnée.

Remarques

Dans le cas particulier de la résolution d’un problème de chimie, le récipiendaire doit être capable de :
- distinguer les données utiles des inconnues;
- faire le lien entre le problème posé et les notions théoriques évoquées;
- décrire les étapes de la résolution;
- effectuer les transformations des formules et des unités ainsi que les différentes opérations
mathématiques;
- fournir la (les) réponses(s) attendue(s) et discuter de sa (leur) pertinence.

Et plus particulièrement :

1. Équilibres moléculaires et équilibres ioniques :


Être capable de :
- interpréter l’effet sur l’équilibre réactionnel de la température, de la pression, de la masse, de la
concentration;
- établir l’équation de dissociation ionique de sels, d’acides, de bases;
- établir l’expression du produit de solubilité;
- utiliser l’expression du produit de solubilité pour prévoir une précipitation éventuelle;
- établir l’expression du pH de solutions d’acide fort, de base forte, d’acide faible et de base faible;
- calculer le pH de ces solutions;
- utiliser l’échelle de pH pour vérifier la concordance entre les résultats calculés et les caractéristiques
de la solution.

2. Thermochimie :
Être capable d’interpréter un graphique de variation d’enthalpie au cours de la réaction.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Annexes Méthode P. 5

II. Méthode de travail


Nous vous conseillons de bien respecter l’ordre des séries, de même que l’ordre des leçons dans chaque
série. Chaque série constitue un prérequis pour l’étude de la série suivante.
Soyez rigoureux quand vous apprendrez les notions élémentaires, respectez bien l’écriture des symboles
et étudiez en refaisant les exercices rencontrés dans le cours.
1. Nous vous suggérons de vous définir un rythme de travail, ni trop rapide (car votre étude ne serait
que superficielle), ni trop lent (car l’étude est alors inutile). Étudier une série toutes les trois semaines
nous semble un bon rythme.
2. Suivez rigoureusement le « chemin d’étude » qui vous est proposé :
- les séries étant divisées en leçons, prenez connaissance de cette division avant de commencer
l’étude d’une série donnée;
- pour vous familiariser avec la série ou la leçon que vous allez étudier, lisez d’abord le plan qui vous
est présenté. En prendre connaissance vous aidera dans votre apprentissage.
3. Lorsque vous êtes prêt à aborder une leçon :
- établissez un plan (horaire) d’étude et respectez-le;
- étudiez dans le calme et le silence;
- lisez et relisez le contenu, ne l’abandonnez que lorsque vous en aurez bien compris le sens;
- étudiez tout particulièrement le résumé; la maîtrise de cette synthèse conditionnera l’apprentissage
de la leçon suivante.
L’étude de chaque leçon comporte trois stades :
a) compréhension du texte;
b) mémorisation des définitions et des notions principales vues au cours de la leçon;
c) résolution de problèmes.
Comme la chimie s’étudie plus facilement lorsque l’on peut l’expérimenter soi-même, nous vous
conseillons de le faire chaque fois que cela est signalé dans le cours.
N’oubliez pas de vous rendre compte de l’utilisation de votre acquis et de contrôler votre travail par
la réalisation des exercices (activités) que vous devez faire par écrit.
Comparez ensuite vos réponses à celles fournies dans le corrigé.
4. Abordez ensuite les travaux d’autocontrôle (T.A.C.) :
- lorsque vous arrivez aux travaux d’autocontrôle en fin de leçon, faites-les immédiatement, ne les
remettez pas à plus tard;
- avant de les faire, relisez le résumé de la leçon correspondante;
- dans tous les cas, vous devrez avoir fait les travaux d’autocontrôle et les avoir réussis avec un score
d’au moins 8/10 avant de passer à la leçon suivante;
- comparez toujours vos réponses à celles qui se trouvent dans le corrigé commenté qui suit les tra-
vaux d’autocontrôle. Après chaque corrigé, vous trouverez des explications qui vous permettront de
comprendre et de corriger vos erreurs.
À la fin de chaque série, nous vous proposons un devoir que vous enverrez à l’EAD.
Après réception du devoir corrigé, vous pourrez examiner les corrections et éventuellement revoir la
théorie correspondante.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 6 207 Chimie minérale - JESS Annexes Méthode

5. Les devoirs
a. Chaque série se termine par un DEVOIR que vous devrez effectuer puis renvoyer à l’EAD (pour
votre correcteur).

Ne renvoyez qu’un seul devoir à la fois et attendez le retour du devoir corrigé précédent
pour envoyer le devoir suivant.

L’envoi du devoir conditionne la poursuite du cours. En effet, dès sa réception, vous recevrez la
série suivante.

b. L’énoncé des devoirs se trouve à la fin de la série. Cochez l’alternative correcte sur la grille prévue
à cet effet et recopiez ce choix sur la feuille de DEVOIR que vous renverrez à l’EAD.

c. Pour chaque devoir, vous trouverez une feuille sur laquelle votre code à barres est imprimé (ainsi
que votre adresse). Vous devez également joindre cette feuille en l’agrafant à la feuille du devoir.
Un emplacement y est d’ailleurs réservé pour l’appréciation et un commentaire de votre profes-
seur. C’est aussi sur cette feuille comportant votre code à barres que votre professeur répondra à
vos questions éventuelles.

Les devoirs comportent :


- le numéro de la série;
- le cadre à compléter avec votre nom, votre adresse, votre numéro d’inscription à l’EAD, le numéro
du professeur correcteur ainsi que la date d’envoi du devoir;
- les numéros des questions et, en général, 3 propositions de réponses pour chaque question.
Vous devez en choisir une parmi celles qui vous sont proposées;
- au verso de la feuille du devoir, vous pouvez inscrire vos remarques, suggestions, questions,
critiques ...

 Lors de votre premier devoir, vous renverrez également votre fiche individuelle que vous
remplirez avec soin. Elle se trouve juste après la feuille du devoir.

 Le premier devoir à envoyer comportera trois feuilles : la feuille avec votre code à barres, la
feuille du devoir et la feuille relative à votre fiche individuelle.

 Les autres devoirs ne comporteront que deux feuilles : la feuille avec votre code à barres et la
feuille du devoir.

Remarques générales pour la rédaction des devoirs :

=> Lisez attentivement l’énoncé des questions afin d’éviter une mauvaise interprétation.

=> La rédaction du devoir doit s’effectuer manuel fermé. Notez au brouillon les éléments de votre
réponse puis vérifiez-les à partir de vos notes de cours. Ensuite cochez la réponse choisie sur la
feuille du devoir.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Annexes Structure P. 7

III. Structure du module


Le module 207 est divisé en 7 séries. Chaque série contient une ou plusieurs leçons.
Un glossaire de chimie minérale est à votre disposition dans cette annexe.
Toutes les unités utilisées dans ce cours sont des unités légales dans le système international (SI).
Elles sont définies par la loi du 16 juin 1970, mise en vigueur par l’arrêté royal du 14 septembre 1970
(moniteur du 02.09.1970 et du 27.11.1970). Il est en effet fondamental que tout le monde puisse utiliser
les mêmes symboles et les mêmes unités afin que l’on puisse se comprendre et échanger des informations
scientifiques. Vous trouverez dans cette annexe un récapitulatif des différentes unités utilisées dans ce
cours.

n Organisation des séries


Toutes les séries présentent la même organisation :

1. En première partie, la présentation de la série, les objectifs et leur justification avec des arguments
de motivation pour les atteindre, la place de cette série dans le module, le plan et les prérequis de
celle-ci.

2. En deuxième partie, les développements des différentes leçons de la série.

3. En troisième partie, une synthèse de la série rassemble les principaux éléments de connaissance
étudiés.

4. En quatrième partie, l’évaluation de la série avec les travaux d’autocontrôle et leur corrigé com-
menté, et enfin un devoir de fin de série à renvoyer à l’EAD.

n Organisation des leçons


Les séries comportent une ou plusieurs leçons structurées, elles aussi, selon le même canevas.
Chaque leçon débute par une introduction (motivation, objectifs, plan de la leçon, prérequis de la leçon)
suivie du contenu avec l’exposé de la matière et la synthèse.
À la fin de chaque leçon, vous aurez la possibilité d’évaluer votre apprentissage par le biais de travaux
d’autocontrôle et de leur corrigé commenté.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 8 207 Chimie minérale - JESS Annexes Glossaire

IV. Glossaire
Acide : voir Arrhénius et Brönsted (acide de). Utilisé seul, « acide » signifie en général acide de
Brönsted.
Acide (fort, faible) : voir Fort (acide) et Faible (acide).
Anion : ion chargé négativement.
Anode : électrode où se produit l’oxydation.
Aqueuse (solution) : solution dans laquelle le solvant est l’eau.
Arrhénius (acide d’) : composé qui libère des ions hydrogène H+ dans l’eau.
Arrhénius (base d’) : composé qui libère des ions hydroxyde OH– dans l’eau.
Atome : plus petite quantité d’un élément qui possède les propriétés chimiques caractéristiques de cet
élément. C’est un noyau entouré d’électrons.
Avogadro (nombre d’) : nombre d’objets NA dans une mole (NA = 6,022.1023).
Base : voir Arrhénius et Brönsted (base de). Employé seul, « base » signifie en général base de
Brönsted.
Base (forte ou faible) : voir Forte (base) ou Faible (base).
Brönsted (acide de) : donneur de protons (source d’ions hydrogène).
Brönsted (base de) : accepteur de protons (substance capable de fixer les ions hydrogène).
Brönsted (équilibre de) : équilibre
acide 1 + base 2 base 1 + acide 2

Capacité calorifique : constante de proportionnalité qui relie la quantité de chaleur fournie à un objet à
l’augmentation de température produite.
Catalyseur : substance qui augmente la vitesse d’une réaction sans être consommée par la réaction.
Cathode : électrode où se produit la réduction.
Cation : ion chargé positivement.
Chaleur : énergie transférée entre un système et son environnement à cause d’une différence de
température ou d’une réaction exo- ou endothermique.
Cinétique chimique : étude de la vitesse des réactions et de l’influence des conditions expérimentales
sur ces réactions.
Combustion : réaction chimique entre un combustible et un comburant, souvent l’oxygène. Les com-
bustions sont des réactions d’oxydo-réduction.
Concentration massique : masse de soluté par litre de solution.
Concentration molaire : nombre de moles de soluté par litre de solution.
Conditions normales (de température et de pression) : en abrégé NTP (ou CNTP) : 0°C
(273,15 K) et 1,013.105 Pa (1 atm).
Conjugué (acide) : acide de Brönsted, formé lorsqu’une base de Brönsted accepte un proton.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Annexes Glossaire P. 9

Conjuguée (base) : base de Brönsted, formée lorsqu’un acide de Brönsted cède un proton.
Constante d’acidité Ka : constante d’équilibre relative à la dissociation ionique d’un acide de Brönsted.
C’est une mesure de la force de l’acide.
Constante de basicité Kb : constante d’équilibre relative à la dissociation ionique d’une base de
Brönsted. C’est une mesure de la force de la base.
Constante d’équilibre Kc : constante caractéristique de la composition à l’équilibre d’un mélange
réactionnel. Sa forme est donnée par la loi d’action de masse.
Corrosion : oxydation d’un métal par l’oxygène de l’air en présence d’humidité.
Demi-réactions : réactions hypothétiques au cours desquelles une oxydation ou une réduction ont lieu
séparément. La somme des équations des deux demi-réactions est l’équation de la réaction globale.
Dissociation : rupture d’une liaison chimique.
Dissociation ionique : séparation des ions constituant un composé ionique se produisant dans un solvant
polaire.
Dissociation ionique d’un acide : don d’un proton par une molécule d’acide neutre et formation de la
base conjuguée de l’acide (un anion dans ce cas).
Dynamique (équilibre) : état dans lequel un processus (changement d’état, réaction chimique) et son
inverse se produisent tous deux à des vitesses égales.
Électrochimie : branche de la chimie qui traite de la production d’électricité à l’aide de réactions
chimiques, de la force relative des oxydants et des réducteurs, et de l’utilisation de l’électricité pour la
production d’effets chimiques.
Électrode : l’un des deux contacts reliant une cellule électrochimique et un circuit électrique extérieur.
Électrolyse : processus au cours duquel le passage d’un courant électrique à travers une substance ou sa
solution produit une réaction chimique.
Électrolyte : composé dont la solution est conductrice du courant électrique, grâce aux ions qu’elle
contient. Un électrolyte faible se dissout dans l’eau en se dissociant partiellement en ions, alors qu’un
électrolyte fort se dissout en se dissociant totalement en ions.
électronégativité : tendance d’un atome à attirer les électrons de la liaison dans laquelle il est engagé.
Endothermique (réaction) : réaction qui consomme de la chaleur (∆H > 0).
Énergie : capacité à produire du travail ou de la chaleur. L’énergie cinétique est l’énergie due au
mouvement, l’énergie potentielle est l’énergie qui résulte de la position et de l’interaction mutuelle des
différentes particules.
Enthalpie (variation d’) ∆H : chaleur mise en jeu lors d’une réaction à pression constante.
Enthalpie standard de formation ∆H°f : enthalpie standard de la réaction de synthèse d’une mole de
la formule stœchiométrique d’une substance, à partir de ses éléments pris dans leur état le plus stable et
sous une pression égale à 1,013.105 Pa.
Enthalpie standard de réaction ∆H° : différence d’enthalpie entre les produits d’une réaction dans leur
état standard et les réactifs dans leur état standard.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 10 207 Chimie minérale - JESS Annexes Glossaire

Entropie : une mesure du désordre du système.


Exothermique (réaction) : réaction qui produit de la chaleur (∆H < 0).
Faible (acide ou base) : caractère d’un acide (ou d’une base) dont la constante Ka (Kb) est très inférieure
à 1 et qui n’est pas dissocié(e) de façon appréciable en solution.
Fonction d’état : propriété qui ne dépend que des conditions initiales et finales d’une transformation
chimique ou physique, et pas du chemin suivi (conditions expérimentales) pour la transformation.
Fort(e) (acide ou base) : acide (ou base) qui se dissocie totalement en solution.
Gaz parfait : gaz dont la pression P, le volume V et la température T vérifient la loi
P.V = n.R.T où n est le nombre de moles de gaz.
Hess (loi de) : l’enthalpie d’une réaction est la somme des enthalpies de toute série de réactions (à la
même température et à la même pression) en laquelle on peut décomposer la réaction citée.
Hydrophile : substance qui attire l’eau.
Hydrophobe : substance qui repousse l’eau.
Indicateur coloré : substance qui possède deux formes de couleurs différentes. Par exemple, une forme
acide et une forme basique (indicateur acide-base) ou une forme oxydée et une forme réduite (indicateur
rédox).
Ion : atome ou groupe d’atomes qui porte une ou plusieurs charges électriques unitaires positives ou
négatives.
Ion commun (effet d’) : diminution de la solubilité d’un sel en présence d’un autre sel, lorsque les deux
sels possèdent un ion commun.
Ion spectateur : ion présent dans un milieu réactionnel et ne prenant pas part à la réaction.
Ionisation : réaction d’arrachement d’un électron à une espèce gazeuse isolée (atome, ion, molécule)
pour donner l’espèce ionisée correspondante.
Loi de conservation de l’énergie : l’énergie ne peut être ni créée, ni détruite.
Loi d’action de masse : soit la réaction a A + b B c C + d D, à l’équilibre, les
concentrations vérifient :
[C]c [D]d
Kc =
[A]a [B]b
Masse atomique : masse moyenne des atomes dans un échantillon naturel de l’élément.
Masse moléculaire : masse moyenne d’une molécule d’un composé moléculaire.
Mélange : coexistence de différentes substances, séparables par des méthodes physiques.
Molaire : rapporté à une mole. Exemple : la masse molaire est la masse d’une mole, le volume molaire
est le volume d’une mole.
Molarité : concentration molaire d’une solution.
Mole : nombre d’atomes contenus dans exactement 12 g de carbone 12. C’est le nombre d’Avogadro.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Annexes Glossaire P. 11

Oxydant : substance qui provoque l’oxydation (et se trouvant elle-même réduite) au cours d’une
réaction rédox.
Oxydation : réaction avec augmentation du nombre d’oxydation par perte d’un ou de plusieurs
électrons. L’oxydation est subie par le réducteur.
Oxydoréduction : voir rédox.
pH (d’une solution) : opposé du logarithme décimal de la concentration de l’ion hydronium dans cette
solution; pH = – log [H3O+]. Une solution acide a un pH < 7, une solution basique a un pH > 7, une so-
lution neutre a un pH = 7.
Précipitation : processus au cours duquel le produit d’une réaction apparaît dans la solution sous forme
d’un composé solide finement divisé, qu’on appelle « précipité ».
Pression : force exercée par unité de surface.
Pression partielle : pression qu’un gaz d’un mélange exercerait sur les parois du récipient s’il
occupait seul ce récipient.
Principe de Le Chatelier : dans un système en équilibre, toute modification d’un des facteurs
régissant cet équilibre le modifie dans un sens qui tend à s’opposer à cette modification.
Produit de solubilité Ks : produit des concentrations molaires des ions d’une solution saturée. C’est la
constante d’équilibre de la dissolution d’un sel.
Rédox (couple) : substances réduites et oxydées qui prennent part à une demi-réaction de réduction ou
d’oxydation. On symbolise le couple par Ox/Red, dans lequel Ox est l’oxydant et Red le réducteur.
Rédox (réaction) : réaction au cours de laquelle ont lieu simultanément une oxydation et une réduction,
c’est-à-dire un transfert d’électron(s) entre un réducteur, donneur d’électron(s), et un oxydant, accepteur
d’électron(s).
Réducteur : substance qui provoque la réduction (et devient elle-même oxydée) au cours d’une
réaction rédox.
Réduction : réaction avec diminution du nombre d’oxydation par gain d’un ou de plusieurs électrons. La
réduction est subie par l’oxydant.
Saturé : voir solution saturée.
Solubilité s (d’une substance) : concentration molaire d’une solution saturée d’une substance.
Soluté : substance dissoute dans un solvant.
Solution : mélange homogène liquide, en général d’une petite quantité d’une substance (le soluté) et
d’une grande quantité d’une autre substance (le solvant).
Solution aqueuse : solution dans laquelle le solvant est l’eau.
Solution saturée : solution dans laquelle on ne peut pas dissoudre plus de soluté. Le soluté dissous et le
soluté non dissous y sont en équilibre dynamique.
Solvant : constituant le plus abondant d’une solution.
Solvaté : entouré de molécules de solvant et lié à elles (hydraté est un cas particulier dans lequel le
solvant est l’eau).
Stœchiométrique (coefficient) : nombre qui précède la formule chimique d’une substance dans une
équation chimique.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 12 207 Chimie minérale - JESS Annexes Formulaire

V. Formulaire et tables
n Formulaire
[C]c . [D]d
La constante d’équilibre  Kc =
[A]a . [B]b
pour l’équilibre : aA+bB cC+dD
ndiss .C
2
Le coefficient de dissociation = 0< <1 Kc =
ntot 1–
Le produit de solubilité Ks = [Ma+]m . [Am–]a (mol/l)m+a
pour l’équilibre : MmAa(s) m Ma+(aq) + a Am–(aq)

Le produit ionique de l’eau  Kw = [H3O+] . [OH–] = 10–14 (mol/l)2 à 25°C

[A–] . [H3O+]
La force d’un acide HA Ka = et pKa = – log Ka
[HA]

[BH+] . [OH–]
La force d’une base B Kb = et pKb = – log Kb
[B]

La force d’un acide HA et de sa base conjuguée A–  : pKa + pKb = pKw = 14

pH  = – log [H3O+]


Acide fort : pH = – log Ca Base forte : pH = 14 + log Cb
Acide faible : pH = 0,5 pKa – 0,5 log Ca Base faible : pH = 7 + 0,5 pKa + 0,5 log Cb

L’oxydo-réduction :
Le plus fort déplace le plus faible.
Force des oxydants Force des réducteurs
Ox1 Red1
Transfert d’e–
Ox2 Red2

L’enthalpie molaire de réaction



Q . Msubstance
par calorimétrie :Q = c . m . ∆θ et ∆H = Qmolaire =
msubstance
par calcul ∆H° = [x . ∆Hf°(X) + y . ∆Hf°(Y) + ...] – [a . ∆Hf°(A) + b . ∆Hf°(B) + ...]
ou ∆H° = énergie fournie (réactifs) – énergie dégagée (produits)

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Annexes Formulaire P. 13

n Unités et facteurs de conversion


Préfixes relatifs aux diverses puissances de 10

Puissance Préfixe Symbole Puissance Préfixe Symbole


10–1 déci d 101 déca da
10–2 centi c 102 hecto h
10–3 milli m 103 kilo k
10–6 micro µ 106 méga M
10–9 nano n 109 giga G
10–12 pico p 1012 téra T
10–15 femto f 1015 péta P
10 –18
atto a 10 18
exa E

Unités de base du Système International (SI)

Grandeur Symbole de la Symbole de


Unité
physique grandeur l’unité
longueur l mètre m
masse m kilogramme kg
temps t seconde s
température T kelvin K
quantité de matière n mole mol
volume V litre l (1 l = 10–3 m3)
énergie E joule J
chaleur Q joule J
enthalpie H joule J
pression p pascal Pa

Facteurs de conversion relatifs aux unités de température


°C = degré Celsius θ(°C) = T(K) – 273,15
°F = degré Fahrenheit t(°F) = 1,8 θ(°C) + 32

Facteur de conversion relatif aux unités d’énergie : 1 cal = 4,184 J

Facteurs de conversion relatifs aux unités de pression : 1 atm = 1,013.105 Pa = 1,013 bar

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 14 207 Chimie minérale - JESS Annexes Formulaire

n Tables
Tableau qualitatif de la solubilité dans l’eau à 25°C de quelques sels et hydroxydes

Cations
NH+4 Li+ Na+ K+ Mg2+ Ca2+ Ba2+ Al3+ Cu+ Cu2+
Anions
Acétate CH3COO– + + + + + + + X X +
Nitrate NO–3 + + + + + + + + X +
Chlorure Cl– + + + + + + + + + +
Bromure Br– + + + + + + + + + +
Iodure I– + + + + + + + + + +
Sulfate SO2–4
+ + + + + – – + X +
Sulfite SO2–3
+ + + + + – – X – –
Sulfure S2– + + + + X – X X – –
Carbonate CO2–3
+ + + + – – – X – –
Oxalate C2O2– 4
+ + + + – – – – X –
Hydroxyde OH– + + + + – – + – X –
Phosphate PO3–4
+ + + + – – – – X –
Chromate CrO2– 4
+ + + + + + – X X –

Cations
Fe2+ Fe3+ Ni2+ Zn2+ Hg2+ Hg2+ Ag+ Sn2+ Pb2+
Anions 2

Acétate CH3COO– + – X + + + + X +
Nitrate NO–3 + + + + X + + X +
Chlorure Cl– + + + + – + – + –
Bromure Br– + + + + – + – + –
Iodure I– + X + + – – – + –
Sulfate SO2–4
+ + + + – X – + –
Sulfite SO2–3
+ X – – X X – X –
Sulfure S2– – X – – – – – – –
Carbonate CO2–3
– X – – – – – X –
Oxalate C2O2– 4
– + – – – – – X –
Hydroxyde OH –
– – – – X – – – –
Phosphate PO3–4
– – – – X – – – –
Chromate CrO2– 4
X + X – – X – X –

+ : Soluble – : Peu soluble (insoluble) X : N’existe pas ou se décompose dans l’eau

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Annexes Formulaire P. 15

Valeurs de Ks de quelques composés à 25°C

AgBr 7,7.10–13 CuS 6,3.10–36


AgCl 1,6.10–10 FeC2O4 2,1.10–7
AgI 1,5.10–16 Fe(OH)2 1.10–15
Ag2S 6,3.10–50 FeS 3,2.10–18
AgOH 2.10–10 Fe(OH)3 3,8.10–38
AgBrO3 5,8.10–5 Hg2Br2 1,3.10–21
Ag2CO3 6,1.10–12 Hg2Cl2 2.10–18
Ag2CrO4 1,1.10–12 Hg2I2 1,2.10–28
Ag2Cr2O7 2.10–7 HgS 4.10–53
Ag3PO4 1,3.10–20 Li2CO3 1,7.10–3
AgSCN 1,2.10–12 MgCO3 1.10–5
Ag2SO4 7,7.10–5 MgC2O4 . 2 H2O 8,6.10–5
Al(OH)3 3,7.10–33 Mg(OH)2 5.10–12
BaF2 1,7.10–6 MnS 1,4.10–15
BaCO3 8.10–9 Mn(OH)2 4.10–14
BaC2O4 . 2 H2O 1,6.10–7 NiS 2.10–26
BaCrO4 2,4.10–10 PbBr2 9,1.10–6
BaSO4 1,1.10–10 PbCl2 1,6.10–5
CaCO3 8,7.10–9 PbI2 1,1.10–9
CaC2O4 2,6.10–9 PbS 2,5.10–27
CaF2 4.10–11 PbC2O4 3,2.10–11
Ca3(PO4)2 9,8.10–26 PbCO3 1,5.10–13
CaSO4 6,1.10–5 PbCrO4 1,8.10–14
CdS 7,9.10–27 PbSO4 2,2.10–8
CoS 2.10–25 SnS 1,10–25
CuBr 4,9.10–8 Sn(OH)2 5.10–26
CuCl 1,9.10–6 SrCO3 1,1.10–10
CuI 1,1.10–12 SrC2O4 3,5.10–5
Cu2S 2,5.10–48 SrSO4 2,8.10–7
Cu(IO3)2 . H2O 1,4.10–7 ZnS 1,2.10–23
CuC2O4 2,9.10–8 ZnC2O4 . 2 H2O 7,5.10–9
Cu(OH)2 5,6.10–20 Zn(OH)2 1.10–17

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 16 207 Chimie minérale - JESS Annexes Formulaire

Zones de virage de quelques indicateurs colorés

Changement de couleur Zone d’opération


Indicateurs
lorsque le pH augmente (point de virage)

Violet de méthyle jaune é violet 0,2 – 2,0


Orange de méthyle rouge é jaune 3,0 – 4,4
Bleu de bromophénol jaune é violet 3,0 – 4,6
Vert de bromocrésol jaune é bleu 3,8 – 5,4
Rouge de méthyle rouge é jaune 4,4 – 6,2
Para-nitrophénol incolore é jaune 5,0 – 7,0
Violet de bromocrésol jaune é violet 5,2 – 6,8
Bleu de bromothymol jaune é bleu 6,0 – 7,6
Rouge de phénol jaune é rouge 6,4 – 8,2
Violet de méta-crésol jaune é violet 7,6 – 9,2
Phénolphtaléine incolore é rouge 8,2 – 10,0
Jaune d’alizarine jaune é lilas 10,1 – 11,1
Carmin d’indigo bleu é jaune 12,0 – 14,0

Valeurs de Ka et de pKa de quelques acides à 25°C

Noms des acides Formules Bases conjuguées Ka pKa

Acide perchlorique HClO4 ClO–4 ~= 4.1010 ~= – 10,6


Iodure d’hydrogène HI I– ~= 1010 ~= – 10
Bromure d’hydrogène HBr Br– ~= 108 ~= – 8
Chlorure d’hydrogène HCl Cl– ~= 106 ~= – 6
Acide sulfurique(I) H2SO4 HSO–4 ~= 104 ~= – 4
Acide nitrique HNO3 NO–3 ~= 102 ~= – 2
Ion hydronium H 3O + H2O 55,5 – 1,74
Acide trichloracétique Cl3CCOOH Cl3CCOO– 2.10–1 0,7
Acide iodique HIO3 IO–3 1,6.10–1 0,8
Acide chromique(I) H2CrO4 HCrO–4 1,6.10–1 0,8
Acide hypoposphoreux(I) H3PO2 H2PO–2 1.10–1 1,0
Acide oxalique(I) H2C2O4 HC2O–4 5.10–2 1,3
Acide dichloracétique Cl2CHCOOH Cl2CHCOO– 5.10–2 1,3
Acide sulfureux(I) H2SO3 HSO–3 1,6.10–2 1,8
Acide phosphoreux H3PO3 H2PO–3 1,5.10–2 1,82
Acide sulfurique(II) HSO–4 SO2–4
1,25.10–2 1,9

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Annexes Formulaire P. 17

Noms des acides Formules Bases conjuguées Ka pKa

Acide chloreux HClO2 ClO–2 1.10–2 2,0


Acide arsénique(I) H3AsO4 H2AsO–4 6,3.10–3 2,2
Acide orthophosphorique(I) H3PO4 H2PO–4 6,3.10–3 2,2
Acide chloracétique ClCH2COOH ClCH2COO– 1,25.10–3 2,9
Fluorure d’hydrogène HF F– 6,3.10–4 3,2
Acide nitreux HNO2 NO–2 5.10–4 3,3
Acide formique HCOOH HCOO– 1,8.10–4 3,75
Acide benzoïque C6H5COOH C6H5COO– 6,3.10–5 4,2
Acide oxalique(II) HC2O–4 C2O2– 4
5.10–5 4,3
Acide acétique CH3COOH CH3COO– 1,8.10–5 4,75
Acide propionique CH3CH2COOH CH3CH2COO– 1,25.10–5 4,9
Acide phosphoreux(II) H2PO–3 HPO2– 3
7.10–7 6,2
Acide carbonique(I) H2CO3 HCO–3 4.10–7 6,4
Acide chromique(II) HCrO–4 CrO2– 4
3,2.10–7 6,5
Acide arsénique(II) H3AsO4 H2AsO–4 1.10–7 7,0
Sulfure d’hydrogène(I) H 2S HS– 1.10–7 7,0
Acide sulfureux(II) HSO–3 SO2–3
6,3.10–8 7,2
Acide orthophosphorique(II) H2PO–4 HPO2– 4
6,3.10–8 7,2
Acide hypochloreux HClO ClO– 3,2.10–8 7,5
Ion ammonium NH+4 NH3 6,3.10–10 9,2
Acide borique H3BO3 H2BO–3 6.10–10 9,2
Cyanure d’hydrogène HCN CN– 5.10–10 9,3
Phénol C6H5OH C6H5O– 3,2.10–10 9,5
Acide silicique H2SiO3 HSiO–3 2.10–10 9,7
Acide carbonique(II) HCO–3 CO2–3
5.10–11 10,3
Acide orthophosphorique(III) HPO2–4
PO4 3–
5.10–13 12,3
Sulfure d’hydrogène(II) HS– S2– 1,25.10–13 12,9
éthanal CH3CHO CH3CO– 3,2.10–15 14,5
Eau H 2O OH– 1,8.10–16 15,7
éthanol CH3CH2OH CH3CH2O– 1,25.10–16 15,9
Phosphine PH3 PH–2 ~= 10–27 ~= 27
Ammoniac NH3 NH–2 ~= 10–35 ~= 35

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 18 207 Chimie minérale - JESS Annexes Formulaire

Potentiels rédox standard à 25°C

Couple Ox/Red Demi-équation de réduction E0 (volts)

F2/F– F2 + 2 e– F– 2,87
S2O2–
8
/SO2–
4 S2O2–
8
+ 2 e– SO2–
4
2,05
Co3+/Co2+ Co3+ + e– Co2+ 1,84
H2O2/H2O H2O2 + 2 H+ + 2 e– 2 H2O 1,78
HClO/Cl2 2 HClO + 2 H+ + 2 e– Cl2 + 2 H2O 1,63
HBrO/Br2 2 HBrO + 2 H+ + 2 e– Br2 + 2 H2O 1,59
BrO–3/Br2 BrO–3 + 6 H+ + 5 e– ½ Br2 + 3 H2O 1,52
Au3+/Au Au3+ + 3 e– Au 1,50
MnO–4/Mn2+ MnO–4 + 8 H+ + 5 e– Mn2+ + 4 H2O 1,49
ClO–3/Cl2 ClO–3 + 6 H+ + 5 e– ½ Cl2 + 3 H2O 1,49
PbO2/Pb2+ PbO2 + 4 H+ + 2 e– Pb2+ + 2 H2O 1,46
Cl2/Cl– Cl2 + 2 e– 2 Cl– 1,36
Cr2O2–
7
/Cr3+ Cr2O2–
7
+ 14 H+ + 6 e– 2 Cr3+ + 7 H2O 1,33
O2/H2O O2 + 4 H+ + 4 e– 2 H2O 1,23
MnO2/Mn2+ MnO2 + 4 H+ + 2 e– Mn2+ + 2 H2O 1,21
IO–3/I2 IO–3 + 6 H+ + 5 e– ½ I2 + 3 H2O 1,19
Br2/Br– Br2 + 2 e– 2 Br– 1,07
NO–3/NO NO–3 + 4 H+ + 3 e– NO + 2 H2O 0,96
ClO–/Cl– ClO– + 2 H+ + 2 e– Cl– + H2O 0,90
Hg2+/Hg Hg2+ + 2 e– Hg 0,85
Ag+/Ag Ag+ + e– Ag 0,80
Fe3+/Fe2+ Fe3+ + e– Fe2+ 0,77
O2/H2O2 O2 + 2 H+ + 2 e– H2O2 0,68
MnO–4/MnO2 MnO–4 + 2 H2O + 3 e– MnO2 + 4 OH– 0,58
I2/I– I2 + 2 e– 2 I– 0,54
Cu+/Cu Cu+ + e– Cu 0,52
H2SO3/S H2SO3 + 4 H+ + 4 e– S + 3 H2O 0,45

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Annexes Formulaire P. 19

Couple Ox/Red Demi-équation de réduction E0 (volts)

O2/OH– 2 H2O + O2 + 4 e– 4 OH– 0,40


Cu2+/Cu Cu2+ + 2 e– Cu 0,34
SO2–
4
/H2SO3 SO2–
4
+ 4 H+ + 2 e– H2SO3 + H2O 0,20
Cu2+/Cu+ Cu2+ + e– Cu+ 0,15
Sn4+/Sn2+ Sn4+ + 2 e– Sn2+ 0,15
S/H2S S + 2 H+ + 2 e– H2S 0,14
S4O2–
6
/S2O2–
3 S4O2–
6
+ 2 e– 2 S2O2–
3
0,09
H+/H2 2H+ + 2 e– H2 0,00
Fe3+/Fe Fe3+ + 3 e– Fe – 0,04
CrO2–
4
/Cr(OH)3 CrO2–
4
+ 4 H2O + 3 e– Cr(OH)3 + 5 OH– – 0,12
Pb2+/Pb Pb2+ + 2 e– Pb – 0,13
Sn2+/Sn Sn2+ + 2 e– Sn – 0,14
Ni2+/Ni Ni2+ + 2 e– Ni – 0,23
Co2+/Co Co2+ + 2 e– Co – 0,28
Cd2+/Cd Cd2+ + 2 e– Cd – 0,40
Fe2+/Fe Fe2+ + 2 e– Fe – 0,41
Cr3+/Cr2+ Cr3+ + e– Cr2+ – 0,42
S/S2– S + 2 e– S2– – 0,51
Cr3+/Cr Cr3+ + 3 e– Cr – 0,74
Zn2+/Zn Zn2+ + 2 e– Zn – 0,76
H2O/H2 2 H2O + 2 e– H2 + 2 OH– – 0,83
Al3+/Al Al3+ + 3 e– Al – 1,71
Mg2+/Mg Mg2+ + 2 e– Mg – 2,38
Na+/Na Na+ + e– Na – 2,71
Ca2+/Ca Ca2+ + 2 e– Ca – 2,76
Ba2+/Ba Ba2+ + 2 e– Ba – 2,90
K+/K K+ + e– K – 2,92
Li+/Li Li+ + e– Li – 3,05

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 20 207 Chimie minérale - JESS Annexes Formulaire

Exemples d’enthalpies de combustion (∆H°c)

Substance Formule ∆H°c, kJ/mol


Acétylène C2H2(g) – 1300
Benzène C6H6(l) – 3268
Carbone graphite C(s, graphite) – 394
éthanol C2H6O(l) – 1368
Glucose C6H12O6(s) – 2808
Hydrogène H2(g) – 286
Méthane CH4(g) – 890
Méthanol CH3OH(l) – 726
Monoxyde de carbone CO(g) – 283
Octane C8H18(l) – 5471
Propane C3H8(g) – 2220
Saccharose C12H22O11(s) – 5645
Toluène C7H8(l) – 3910
Urée CH4ON2(s) – 632

Enthalpies standard molaires de formation de corps composés à 25°C

Composés organiques
Nom Formule état ∆H°f, kJ/mol
Méthane CH4 g – 75
Éthyne (acétylène) C2H2 g + 227
Éthène (éthylène) C2H4 g + 52
Éthane C2H6 g – 85
Propane C3H8 g – 104
n-butane C4H10 g – 125
Benzène C6H6 g + 83
Octane C8H18 l – 259
Chlorométhane CH3Cl g – 81
Méthanol CH3OH l – 239
g – 201
Éthanol C2H5OH l – 278
g – 235
Acide éthanoïque CH3COOH aq – 486

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Annexes Formulaire P. 21

Composés minéraux
Composés état ∆H°f, kJ/mol Composés état ∆H°f, kJ/mol
Aluminium Calcium
Al s 0 Ca s 0
AlCl3 CaCO3 s – 1207
s – 704
CaCl2 s – 796
aq – 1033
aq – 877
Al2O3 s – 1670 CaO s – 636
Argent Ca(OH)2 s – 986
Ag s 0 CaSO4 s – 1434
AgCl s – 127 Carbone
C s, graphite 0
AgNO3 s – 124
s, diamant +2
aq – 102 CO g – 111
Azote CO2 g – 394
N2 g 0 CS2 l + 90
NH3 g – 46 Chlore
Cl2 g 0
aq – 80
HCl g – 92
NH4Cl s – 314
aq – 167
aq – 300 Cuivre
NH4NO3 s – 366 Cu s 0
aq – 340 CuO s – 157
NO + 90 Cu2O s – 169
g
CuSO4 s – 771
NO2 g + 33
Fluor
N2O g + 82 F2 g 0
N2O4 g +9 HF g – 271
HNO3 l – 174 Hydrogène
Baryum H2 g 0
Iode
Ba s 0
I2 s 0
Ba(OH)2 s – 945 g + 62
BaSO4 s – 1473 aq + 23
Brome HI g + 26
Br2 l 0 Mercure
Hg l 0
g + 31
g + 61
aq –3
HgO s, rouge – 91

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 22 207 Chimie minérale - JESS Annexes Formulaire

Composés minéraux
Composés état ∆H°f, kJ/mol Composés état ∆H°f, kJ/mol
Oxygène Sodium
O2 g 0 Na s 0
H2O l – 286 g + 107
g – 242 NaBr s – 360
H2O2 l – 188 aq – 362
Phosphore Na2CO3 s – 1131
P4 s, blanc 0 NaCl s – 411
aq – 407
s, rouge – 18
NaI s – 288
P4O10 s – 3042
aq – 295
H3PO4 aq – 1277
NaNO3 s – 468
Plomb
aq – 447
Pb s 0
Na2O s – 414
PbCl2 s – 359
Na2O2 s – 511
PbI2 s – 175 NaOH s – 427
PbO s – 215 aq – 469
PbSO4 s – 920 Na2S s – 365
Potassium aq – 447
K s 0 Na2SO4 s – 1387
KBr s – 394 aq – 1390
aq – 374 Soufre
KCl s – 437 S s 0
aq – 420 g + 279
KI s – 328 H2S g – 21
aq – 306 aq – 40
KNO3 s – 495 SO2 g –297
SO3 g – 396
aq – 460
H2SO4 l – 814
K2SO4 s – 1434
aq – 909
aq – 1409
Zinc
Zn s 0
ZnCl2 s – 415
aq – 488

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Annexes Bibliographie P. 23

énergies de liaison à 25°C en kJ/mol

Molécules diatomiques Molécules polyatomiques


Molécule EL, Liaison Molécule EL moyenne
H–H 436 C–C 346
F–F 157 C=C 611
Cl – Cl 243 C≡C 835
Br – Br 194 C–H H – CH3 435
I–I 153 C–H H – C2H5 413
O=O 498 C – Cl Cl – CH3 351
N≡N 945 C – Br Br – CH3 293
H–F 568 C–I I – CH3 234
H – Cl 432 C–O HO – CH3 380
H – Br 366 C=O O=C=O 803
H–I 299 H–O H–O–H 464

VI. Bibliographie
Voici une liste d’ouvrages qui ont aidé à la réalisation du module. Vous pouvez les consulter si vous
désirez approfondir certaines notions ou trouver d’autres renseignements. Il va de soi que ces ouvrages
ne reprennent pas ce cours dans les mêmes termes, ni avec les mêmes exercices ou les mêmes exemples.
Cependant, certains chapitres peuvent vous aider.

ANGENAULT J., La chimie, dictionnaire encyclopédique, Dunod, 1995.

ATKINS P., Chimie générale, InterÉditions, 1992.

ATKINS P., JONES L., Chimie. Molécules, matière, métamorphoses, De Boeck Université, 1998.

BORDET H., CASTIN D., PIRSON P., Chimie Science expérimentale, 3e rénové, De Boeck, 1983.

BORDET H., MARTIN C., PIRSON P., Chimie Science expérimentale, 4e rénové, De Boeck, 1990.

BRIBOSIA A., MARTIN C., PIRSON P., TADINO A., Chimie Science expérimentale, 5e rénové,
De Boeck, 1988.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 24 207 Chimie minérale - JESS Annexes Bibliographie

D’HAINAUT L., BALIGAND F., DUCHESNE F., LEROY J., NOEL B., POOLS H., SCHMITZ
P., Recherche en éducation, Ministère de l’Éducation Nationale et de la Culture française, Direction
générale de l’organisation des Études, 1984.

FACULTÉS NOTRE-DAME DE LA PAIX, Questions à choix multiple, Chimie générale et


organique, Presses universitaires de Namur, 1982.

LAHAIE R., PAPILLON L., VALIQUETTE P., Éléments de chimie expérimentale, HRW LTEE, 1974.

Mc QUARRIE D., ROCK P., Chimie Générale, 3e édition, De Boeck Université, 1991.

MORIN F., JOSEPH B., Guide pédagogique et commentaires, Chimie tome 2, Chimie 562,
apprentissage individualisé, Hurtubise, 1976.

O’CONNOR, DAVIS, HAENISCH, McNAB, McCLELLAN, La Chimie : Expériences et Principes,


Centre éducatif et Culturel Inc., 1974.

PIMENTEL G., La Chimie Science Expérimentale, Lemeac Inc., 1974.

PIRSON P., BRIBOSIA A., MARTIN C., TADINO A., Chimie Sciences générales, 6e, De Boeck,
2003.

PIRSON P., BORDET H., CASTIN D., MARTIN C., Chimie Science expérimentale, 3e/4e, De Boeck,
1996.

PRUNET R., BAPT-BUDON S., PRUNIER L., PUIROUX E., Réaction chimique 1, Dunod, 1995.

WERTHEIM D., OXLADE C., WATERHOUSE J., Encyclopédie illustrée Chimie, Édité par Tony Pot-
ter et Corinne Stockley.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


Communauté française de Belgique

Module 207 ENSEIGNEMENT À DISTANCE Série 1 de 7

Chimie minérale
Jury de l’enseignement secondaire supérieur Niveaux A et B

Corrigé

Juin 2008
© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique
207 Chimie minérale - JESS Série 1 Corrigé P. 3

1. La proposition correcte est la proposition b.


La vapeur d’eau contenue dans l’air se condense au contact de la carafe givrée.
condensation
eau vapeur eau liquide

2. La proposition correcte est la proposition a.


Z = nombre de protons = nombre d’électrons
Z du fluor = 9

3. La proposition correcte est la proposition a.


L’isotope 31 de l’atome de phosphore comprend 15 électrons, 15 protons et 16 neutrons.

nombre atomique 15
2,19 électronégativité
répartition des électrons en 2
3 couches autour du noyau 8 P symbole chimique
5
masse atomique relative 30,9738

4. La proposition correcte est la proposition c.


L’atome de calcium est divalent. Il forme des ions Ca2+. Il faudra donc 2 ions OH- afin de respecter la
neutralité de la molécule.

5. La proposition correcte est la proposition a.


Un cation est un atome, ou un groupement d’atomes, chargé positivement.

6. La proposition correcte est la proposition b.


Masse moléculaire relative = somme des masses atomiques relatives.
Masse moléculaire relative de Ba3(PO4)2 = 3 . 137,3 + 2 . (31,0 + 4 . 16,0) = 601,9 ≈ 602
La masse moléculaire relative est un nombre sans unité.

7. La proposition correcte est la proposition a.


Il faut 3 ions H+ pour un ion PO3-4 afin de respecter la neutralité de la molécule.

8. La proposition correcte est la proposition c.


Le zinc est divalent et le chlore a la valence I. On utilise la méthode du chiasma : on écrit la valence de
l’élément en dessous de son symbole. On croise ces nombres et on les transcrit en indice.
Zn Cl

ZnCl2
valences : II I

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 4 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Corrigé

9. La proposition correcte est la proposition a.


Les câbles électriques sont en cuivre, car le cuivre est un métal et donc conducteur d’électricité.

10. La proposition correcte est la proposition c.


Un mélange hétérogène est un mélange dont les différents constituants sont dans deux ou plusieurs
phases. C’est le cas du mélange sable (phase solide), eau (phase liquide).
Par contre, l’eau et la grenadine constituent un mélange homogène liquide, alors que l’air est un mélange
homogène gazeux (environ 4/5 de N2 et 1/5 de O2).

11. La proposition correcte est la proposition b.


Si les liquides sont miscibles, ils ne forment qu’une phase. Il faudra donc recourir à la distillation pour
les séparer.

12. La proposition correcte est la proposition a.


La combustion est un phénomène chimique. La matière subit des transformations qui modifient sa
composition et ses propriétés. Il y a altération de la nature intime des corps et formation de nouvelles
molécules.

13. La proposition correcte est la proposition c.


CaCO3, CaO, CO2 sont des corps composés, car chaque molécule est formée d’atomes d’espèces dif-
férentes.

14. La proposition correcte est la proposition a.


2 H2O 2 H2 + O2
2 moles de molécules d’eau se décomposent en 2 moles de molécules de H2 et 1 mole de molécule d’O2.
La deuxième équation n’est pas pondérée. La troisième équation représente une réaction de combinai-
son.

15. La proposition correcte est la proposition a.


SO2(g) + 1/2 O2(g) SO3(g)
M(SO2) = 64,0 g.mol-1 et M(SO3) = 80,0 g.mol-1 

SO2(g) SO3(g)
nombre de moles n volume V nombre de moles n masse m
1 22,4 l 1 80,0 g
200 dm3 = 200 l x

Calcul proportionnel :
22,4 l 80,0 g
=  22,4 l . x = 200 l . 80,0 g  x = 714 g
200 l x
Lors de l’oxydation de 200 dm3 (CNTP) de SO2(g) en présence de O2(g), la masse de SO3(g) formé est
de 714 g si le rendement est de 100%.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 1 Corrigé P. 5

16. La proposition correcte est la proposition b.


CaO + H2O Ca(OH)2
CaO réagit avec l’eau pour donner une base. C’est un oxyde basique.

17. La proposition correcte est la proposition a.


a. 2 NaOH + H2SO4 Na2SO4 + 2 H2O
+1 –2 +1 +1 +6 –2 +1 +6 –2 +1 –2

b. Zn + H2SO4 ZnSO4 + H2
0 +1 +6 –2 +2 +6 –2 0

c. 2 Li + S Li2S
0 0 +1 –2

L’équation a est une réaction non rédox, car elle ne présente pas de changement dans les NO des divers
éléments. C’est une réaction acide-base.

18. La proposition correcte est la proposition c.


L’oxydation consiste en une perte d’électrons (augmentation du NO). L’oxydation est subie par le ré-
ducteur car il est donneur d’électrons. Le produit de l’oxydation est ici H2O (l’hydrogène passe du
NO = 0 dans H2 au NO = +1 dans H2O).

19. La proposition correcte est la proposition b.


Ca(s) + 1/2 O2(g) CaO(s)
M(Ca) = 40,08 g.mol  et M(CaO) = 56,08 g.mol-1 
-1

Ca(s) CaO(s)
nombre de moles n masse m nombre de moles n masse m
1 40,08 g 1 56,08 g
20,04 g x

Calcul proportionnel :
40,08 g 56,08 g
=  40,08 g . x = 20,04 g . 56,08 g  x = 28,04 g
20,04 g x
Lors de la combustion de 20,04 g de calcium, on obtient 28,04 g d’oxyde de calcium.

20. La proposition correcte est la proposition a.


Une liaison covalente polarisée résulte de la mise en commun de 2 électrons célibataires et du partage de
cette paire d’électrons entre deux atomes d’électronégativité différente.

21. La proposition correcte est la proposition c.


LiBr se dissocie en solution en ions Li+ et Br–.

22. La proposition incorrecte est la proposition a.


La transformation d’énergie électrique en énergie chimique correspond à une électrolyse.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 6 207 Chimie minérale - JESS Série 1 Corrigé

23. La proposition correcte est la proposition b.


HNO3(aq) + NaOH(aq) NaNO3(aq) + H2O(l)
Il s’agit ici de solutions et non de corps purs, le calcul des masses molaires est donc inutile. Par contre,
il faut se rappeler que, dans une solution, on calcule le nombre de moles n de soluté contenu dans un
volume V de solution de concentration c par la relation :
n(mol) = c(mol/l) . V(l)

Le nombre de moles de NaOH contenu dans 35,6 ml de solution 0,165 mol/l vaut :
n(NaOH) = 0,165 mol/l . 35,6.10-3 l = 5,87.10-3 mol de NaOH
Une mole de NaOH neutralise une mole de HNO3.
Par conséquent, 5,87.10-3 mol de NaOH vont neutraliser les 5,87.10-3 mol de HNO3 qui se trouvaient
dans 25,0 ml de solution.
La concentration molaire de HNO3 dans cette solution vaut donc :
n(HNO3) 5,87.10-3 mol
c(HNO3) = = = 0,235 mol/l
V(HNO3) 25,0.10-3 l

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique