Vous êtes sur la page 1sur 264

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE

RAPPORT FINANCIER ANNUEL


2018

SPIE, l’ambition partagée


SOMMAIRE

INTRODUCTION
Entretien avec Gauthier Louette,
Président-directeur général de SPIE 2
Profil et implantations 4
SPIE aujourd'hui 6
Gouvernance 10
Acquisitions 11
Selection de réalisations 12

1 5
PRÉSENTATION DU GROUPE GOUVERNEMENT
ET DE SES ACTIVITÉS D’ENTREPRISE RFA
1.1 Historique 16 5.1 Les organes de direction 203
1.2 Forces et atouts concurrentiels RFA 17 5.2 Le conseil d’administration : composition, préparation
1.3 Stratégie RFA 21 et organisation des travaux 204
1.4 Marchés et position concurrentielle RFA 23 5.3 Rémunérations en avantages 218
1.5 Les activités du groupe RFA 25 5.4 Autres informations 226
1.6 Organigramme RFA 31
1.7 Recherche et Développement, brevets et licences RFA 33
1.8 Dispositif industriel et patrimoine immobilier 33

6
2 6.1
6.2
ACTIONNARIAT
Actionnariat
RFA

Calendrier indicatif de communication financière


228
233
FACTEURS DE RISQUES 6.3 Dividendes 233
ET CONTRÔLE INTERNE RFA 6.4
6.5
Informations sur le capital
Éléments susceptibles d’avoir une incidence
234
2.1 Facteurs de risques 36 en cas d’offre publique 239
2.2 Assurance et couverture des risques 50
2.3 Contrôle interne et gestion des risques 51

3 7
INFORMATIONS
PERFORMANCE
COMPLÉMENTAIRES
EXTRA-FINANCIÈRE RFA
7.1 Principales dispositions légales et statutaires 242
3.1 Présentation de la stratégie RSE 7.2 Environnement législatif et réglementaire 247
(vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux 7.3 Informations sur les participations 250
et objectifs) 58 7.4 Contrats importants 250
3.2 Salariés / Présentation 74 7.5 Opérations avec les apparentés  RFA 251
3.3 Accords de participation et d’intéressement 78 7.6 Informations provenant de tiers, déclarations d’experts
et déclarations d’intérêts 254
7.7 Documents accessibles au public 254
7.8 Personnes responsables
du Document de référence  RFA 254
7.9 Responsables du contrôle des comptes  RFA 255

4
ANALYSE DE L’ACTIVITÉ
ET ÉTATS FINANCIERS RFA TABLES DE CONCORDANCE 256
4.1 Analyse des résultats consolidés 82
4.2 Évènements postérieurs à la clôture 100
4.3 Tendances et objectifs 100
4.4 Comptes consolidés 101
4.5 Comptes sociaux 173
4.6 Résultats (et autres éléments caractéristiques)
de la sociéte SPIE SA au cours des 5 derniers exercices 198
4.7 Informations sur les délais de paiement
des fournisseurs 199

LES ÉLÉMENTS DU RAPPORT FINANCIER ANNUEL SONT CLAIREMENT IDENTIFIÉS DANS LE SOMMAIRE À L’AIDE DU PICTOGRAMME RFA

II SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


DOCUMENT
DE RÉFÉRENCE
2018
Incluant le rapport financier annuel

Leader européen indépendant des services multitechniques dans les domaines


de l’énergie et des communications, SPIE accompagne ses clients
dans la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance d’installations économes
en énergie et respectueuses de l’environnement.

La société SPIE SA, société anonyme de droit français, au capital identifiés ou considérés comme non significatifs par le Groupe,
social de 73 107 536,03 euros, dont le siège social est sis 10, avenue pourraient avoir le même effet négatif.
de l’Entreprise, 95863 Cergy-Pontoise, France, immatriculée sous le
Le présent Document de référence contient des informations sur
numéro d’identification 532 712 825 (RCS Pontoise) est dénommée
les marchés du Groupe et ses positions concurrentielles, y compris
la « Société » dans le présent Document de référence. L’expression
des informations relatives à la taille des marchés. Les éléments
le « Groupe » ou le « groupe SPIE » désigne, sauf précision contraire
sur lesquels sont fondées les déclarations du Groupe proviennent
expresse, la société ainsi que ses filiales et participations.
principalement d’estimations réalisées par le Groupe ainsi que
Le présent Document de référence contient des indications sur les d’études et statistiques de tiers indépendants et d’organisations
perspectives et axes de développement du Groupe. Ces indications professionnelles ou encore de chiffres publiés par les concurrents,
sont parfois identifiées par l’utilisation du futur, du conditionnel et de les fournisseurs et les clients du Groupe (en particulier, les
termes à caractère prospectif tels que « considérer », « envisager classements du Groupe par rapport à ses principaux concurrents
», « penser », « avoir pour objectif », « s’attendre à », « entend », sont fondés sur les chiffres d’affaires publiés par ceux-ci au cours
« devrait », « ambitionner », « estimer », « croire », « souhaite », de l’exercice clos le 31 décembre 2018). Certaines informations
« pourrait », ou, le cas échéant, la forme négative de ces termes, contenues dans le présent Document de référence sont des
ou toute autre variante ou terminologie similaire. Ces informations informations publiquement disponibles que la société considère
ne sont pas des données historiques et ne doivent pas être comme fiables mais qui n’ont pas été vérifiées par un expert
interprétées comme des garanties que les faits et données énoncés indépendant. La société ne peut garantir qu’un tiers utilisant des
se produiront. Ces informations sont fondées sur des données, méthodes différentes pour réunir, analyser ou calculer des données
hypothèses et estimations considérées comme raisonnables par sur les segments d’activités obtiendrait les mêmes résultats. La
le Groupe. Elles sont susceptibles d’évoluer ou d’être modifiées société ne prend aucun engagement ni ne donne aucune garantie
en raison des incertitudes liées notamment à l’environnement quant à l’exactitude de ces informations. Il est possible que ces
économique, financier, concurrentiel et réglementaire. En outre, la informations s’avèrent erronées ou ne soient plus à jour. Le Groupe
matérialisation de certains risques décrits au chapitre 2 « Facteurs ne prend aucun engagement de publier des mises à jour de ces
de risques » du présent Document de référence est susceptible informations, excepté dans le cadre de toute obligation légale ou
d’avoir un impact sur les activités, la situation et les résultats réglementaire qui lui serait applicable.
financiers du Groupe et sa capacité à réaliser ses objectifs.
Certaines données chiffrées (y compris les données exprimées en
Les investisseurs sont invités à prendre attentivement en milliers ou millions) et pourcentages présentés dans le présent
considération les facteurs de risques décrits au chapitre 2 « Document de référence ont fait l’objet d’arrondis. Le cas échéant,
Facteurs de risques » du présent Document de référence. La les totaux présentés dans le présent Document de référence
réalisation de tout ou partie de ces risques est susceptible d’avoir un peuvent légèrement différer de ceux qui auraient été obtenus en
effet négatif sur les activités, la situation ou les résultats financiers additionnant les valeurs exactes (non arrondies) de ces données
du Groupe. En outre, d’autres risques, non encore actuellement chiffrées.

SPIE SA
Société anonyme au capital de 73 107 536,03 euros
Siège social : 10, avenue de l’Entreprise, 95863 Cergy-Pontoise, France
532 712 825 R.C.S. Pontoise

Le présent document de référence a été déposé auprès de l’Autorité des marchés financiers (l’« AMF ») le 17 avril 2019,, conformément à
l’article 212-13 de son règlement général. Ce document ne peut être utilisé à l’appui d’une opération financière que s’il est complété par une
note d’opération visée par l’AMF. Il a été établi par l’émetteur et engage la responsabilité de ses signataires.
Des exemplaires du présent document de référence sont disponibles sans frais auprès de SPIE, 10, Avenue de l’Entreprise, 95863 Cergy-Pontoise, France, ainsi
que sur les sites Internet de SPIE (www.spie.com) et de l’Autorité des marchés financiers (www.amf-france.org).

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 1


E N T R E T I E N A V E C L E P. - D . G .

Un modèle d’entreprise
solide et résilient, ancré
dans l’économie réelle
GAUTHIER LOUETTE
PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL DE SPIE

SPIE ABORDE L’ANNÉE 2019 AVEC UNE ORGANISATION


OPTIMALE ET BÉNÉFICIE DE LA CONVERGENCE
ENTRE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ET NUMÉRIQUE.

VOUS AVEZ ENGAGÉ D’IMPORTANTES de 6 %. Enfin, le ratio de cash conversion a été


TRANSFORMATIONS EN 2017 QUI SE de 116 %, avec un cash-flow opérationnel
SONT POURSUIVIES EN 2018. QUEL BILAN
de 460 millions d’euros.
TIREZ-VOUS DE CES TRANSFORMATIONS ?
La dette de SPIE a baissé de presque
En 2018, nous avons achevé
200 millions et notre levier financier, constitué
les transformations initiées en 2017,
du rapport de la dette nette sur l’EBITDA
principalement en Allemagne, en France
pro forma, est descendu à 3.
et au Royaume-Uni. SPIE est en ordre
Le chiffre d’affaires acquis en 2018 atteint
de marche et notre cash-flow w ne sera
95 millions d’euros, en baisse comme
plus affecté par des frais de restructuration
prévu par rapport à la moyenne des années
en 2019. précédentes. Après une année 2017 très
Après avoir réalisé la plus importante active en termes de croissance externe
réorganisation de ses activités en France bolt-on, nous avons donné la priorité
depuis 15 ans et la plus grande acquisition en 2018 à l’intégration des entreprises
de son histoire, SPIE est aujourd’hui une récemment acquises, telle que Ziut aux
entreprise très différente de ce qu’elle était Pays-Bas. Nous envisageons de renouer
il y a encore seulement trois ans. À partir en 2019 avec le rythme moyen annuel de
de ces bases solides, SPIE va aborder croissance externe des années précédente,
2019 dans des conditions favorables, soit environ 200 millions d’euros de chiffre
poursuivre la mise en œuvre de son d’affaires acquis.
modèle d’entreprise et consolider ses
positions de leader européen indépendant QUEL REGARD PORTEZ-VOUS SUR
L’ANNÉE 2018 ET QUELS EN ONT ÉTÉ
de son secteur.
LES ÉVÉNEMENTS PRINCIPAUX ?
COMMENT ONT ÉVOLUÉ LES PRINCIPAUX
Le contexte économique en Europe
MARQUEURS DE LA PERFORMANCE continentale a été et reste porteur.
FINANCIÈRE DE SPIE EN 2018 ? En particulier dans nos deux principaux
SPIE a tenu ses objectifs de production, pays que sont la France et l’Allemagne.
de marge et de cash conversion. Avec une En France, SPIE a profité du bon
production de 6,7 milliards d’euros en 2018, dynamisme observé dans les domaines
la croissance de l’activité à taux constant de l’industrie et des réseaux, notamment
est très satisfaisante et s’élève à 9,2 %. de la fibre optique. Nous sommes restés
La croissance organique s’établit quant très sélectifs dans le domaine tertiaire,
à elle à 2,6 %. L’EBITA du Groupe atteint fidèles à notre approche de privilégier
400 millions d’euros soit une marge d’EBITA les marges par rapport au volume.

2 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


En Allemagne, dans un contexte
de pénurie de compétences, la relation avec
nos clients s’est renforcée, aboutissant
au renouvellement de nombreux contrats
de maintenance pluriannuels, gage
de leur confiance et de leur fidélité.
En Belgique, nous avons complété notre
portefeuille d’activités grâce à l’acquisition
et à l’intégration de Systémat, devenue
la division ICS de SPIE Belgium, porteuse
de l’offre de services numériques de la filiale.
Nous avons réalisé une très bonne année
dans l’industrie et les systèmes de transport.
Aux Pays-Bas, SPIE a également bénéficié
d’une activité soutenue dans l’industrie
et les infrastructures fluviales tandis qu’au
Royaume-Uni, le contexte reste difficile pour
l’ensemble des acteurs de notre profession.
En Suisse, où nous avons renouvelé notre
plus gros contrat d’infogérance avec
le Canton de Berne pour une durée de
15 ans, l’activité a été conforme aux objectifs
tant en ce qui concerne nos activités
multitechniques que dans les services
numériques.
Après plusieurs années de décroissance
conjoncturelle, notre activité de services
pétroliers s’est stabilisée et nous avons
retrouvé de la croissance au second
semestre grâce à de beaux contrats
remportés en Afrique de l’Ouest. Toujours
dans le secteur de l’énergie, SPIE a
connu une année de bonne activité dans
le nucléaire et nous continuons à réaliser
un grand nombre de travaux liés au Grand
Carénage dans les centrales nucléaires
françaises.
Outre notre positionnement d’acteur
de premier plan sur les marchés en fort
développement et notre capacité à intégrer
continuellement l’innovation technologique
dans nos offres, la puissance et la résilience
du modèle d’entreprise de SPIE sont avant
tout fondées sur la qualité de la relation
entretenue avec nos clients et notre
engagement à leurs côtés dans la durée
pour développer, maintenir et pérenniser
leurs installations et infrastructures.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 3


PROFIL ET IMPL ANTATIONS

Déployer notre
réseau d’expertises
à travers l’Europe
PROFIL

WE ARE SPIE*
Leader européen indépendant des services
multi-techniques dans les domaines de l’énergie
et des communications, SPIE accompagne
ses clients dans la conception, la réalisation,
l’exploitation et la maintenance d’installations
économes en énergie et respectueuses
de l’environnement.
Nous sommes plus de 46 000 hommes et femmes
engagés pour réussir avec nos clients la transition
énergétique et numérique.

www.spie.com

SPIE, UNE ENTREPRISE CENTENAIRE

1900 / Création 1968 / SPIE fusionne 1997 / Rachat


de la Société Parisienne avec la Société de SPIE Batignolles,
pour l’Industrie de Construction rebaptisée SPIE,
des Chemins de Fer des Batignolles par son personnel
et des Tramways pour former associé au groupe
Electriques Spie Batignolles AMEC minoritaire

1946 / La Société Parisienne


pour l’Industrie des Chemins
de Fer et des Tramways
Electriques est renommée 1982 / Acquisition de Trindel
la Société Parisienne pour et création de la Division
l’Industrie Electrique (SPIE) Electricité et Nucléaire

* Nous sommes SPIE.

4 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


22 PAYS
HORS D’EUROPE
EUROPE
pour les activités
Oil & Gas Services
ALLEMAGNE
BELGIQUE
FRANCE
HONGRIE
PAYS-BAS
POLOGNE
ROYAUME-UNI
SUISSE

IMPLANTATIONS 2018

2003 / AMEC 2006 / AMEC cède 2011 / Prise de contrôle 2017 / SPIE acquiert
prend le contrôle AMEC SPIE au fonds de SPIE par un consortium le groupe SAG, leader
de SPIE d’investissement composé Clayton, allemand de la fourniture
qui devient PAI Partners, Dubilier & Rice, LLC, de services
AMEC SPIE l’entreprise reprenant AXA Private Equity et de systèmes
le nom de SPIE et la Caisse de Dépôt pour les réseaux
et Placement du Québec d’électricité, de gaz, d’eau
et de télécommunications

2003 / AMEC SPIE cède sa filiale 2007 / Acquisition par SPIE 2015 / Introduction
spécialisée dans la construction, de la division ingénierie en Bourse de SPIE
Spie Batignolles, à ses dirigeants électrique d’AMEC,
rebaptisée SPIE Matthew Hall

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 5


SPIE AUJOURD’HUI

Chiffres clés

PRODUCTION

6,7
milliards d’euros
EBITA
millions d’euros
2018
400

5 EFFECTIFS
31 décembre 2018

ACQUISITIONS
en Allemagne,
CHIFFRE
D’AFFAIRES ACQUIS
en millions d’euros 46 400 35 %
95
collaborateurs des salariés
Belgique et France de SPIE sont
actionnaires

PRODUCTION
par segment de reporting 2018
(proforma)

%
%
32 38 %
France
23 Germany and
Central Europe
7% North-Western
Europe
Oil & Gas
and Nuclear
Campagne européenne
des résultats 2018

Lire le communiqué
de presse des
résultats 2018.

6 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


Smart city Industry
Contribuer à un modèle
durable de développement services
urbain et territorial Accompagner
le développement de chaque
• Éclairage public intelligent secteur industriel
• Connectivité et
télécommunications • Ingénierie de proximité
• Protection vidéo • Installations mécaniques
• Transport et mobilité
• Infrastructures éducatives
36 % et électriques
• Instrumentation,
automatismes et systèmes
et de santé de gestion de la production
• Équipements de service public • Optimisation de la
• Traitement des eaux et des consommation d’énergie dans
déchets les procédés industriels

17 %
marchés
Energies
Favoriser la transition
énergétique à travers
le monde
28 % e-fficient
• Extraction et production
d’hydrocarbures buildings
• Cycle nucléaire et production
d’énergie
19 % Optimiser la performance
immobilière dans la durée
• Énergies thermiques • Installations électriques
et renouvelables et climatiques à haute
• Réseaux de transport et performance énergétique
de distribution de l’électricité • Systèmes d’information
et de communication
• Systèmes de contrôles
et de sécurité
• Services multi-techniques
énergétiques

%
28 34 %
20% 18%
domaines
d’excellence Information
& Communications
Technical
Facility
Mechanical
& Electrical
Transmission
& Distribution
Technology Services Management Services Services
(ICT) (Tech FM) (M&E) (T&D)

Un accompagnement
sur tout le cycle de vie
des installations NEW FACILITIES 17 %
de nos clients
• Ingénierie
et approvisionnement
• Installation
ASSET SUPPORT 83 % • Conseil et design
• Remplacement
• Mises à niveau
et modifications
• Maintenance et services

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 7


SPIE AUJOURD’HUI

Indicateurs extra-financiers

ACHATS RESPONSABLES

100 %
des achats réalisés
ACTIONNARIAT SALARIÉ
FOCUS / L’opération SHARE FOR YOU 2018
a été un succès avec plus de 6 000 employés
ayant souscrit des actions, particulièrement
parmi les nouveaux collaborateurs du Groupe.

35
avec les fournisseurs Au total, ce nouvel apport à des conditions
stratégiques du Groupe
ont été évalués % préférentielles représente 21 millions d’euros.

sur leur performance RSE,
une priorité de SPIE.
des salariés de SPIE
sont actionnaires
de leur entreprise,
alors que le taux minimum
requis par l’indice FAS IAS
est de 15 %.
FOCUS / Inscrite dans la politique
RSE du Groupe, la démarche
« achats responsables » repose
sur plusieurs objectifs ambitieux :
40 % des dépenses doivent
être évaluées par un organisme
indépendant et externe et 100 %
des acheteurs doivent être formés
à l’éthique des affaires.

Économie
Environnement
VÉHICULES

593
véhicules électriques
et hybrides dans la flotte BILAN CARBONE
du Groupe, avec un taux

227
moyen d’émissions CO2
de 122g/Km pour le parc
renouvelé dans l’année. g
FOCUS / En Suisse, un pays fortement de CO2 par euro de chiffre d’affaires
engagé dans la mobilité durable,
SPIE dispose de la plus grande flotte chez SPIE (scopes 1 et 2),
de véhicules fonctionnant au gaz naturel/ soit la mesure de l’intensité carbone
biogaz. La filiale helvétique compte du Groupe, en 2017.
économiser 21 tonnes de CO2
sur la durée d’exploitation
de ses 30 véhicules Seat Leon et réduire
fortement les émissions nocives, FOCUS / De l’efficacité énergétique au captage
comme les particules fines et les NOx. et au stockage du carbone, les métiers de SPIE
contribuent largement à améliorer le bilan carbone
de ses clients. En Allemagne, les solutions
déployées en 2018 leurs ont ainsi permis
d’économiser quelque 200 000 tonnes de CO2.

8 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


Social
SÉCURITÉ

6,3
RECRUTEMENT

FOCUS / Toutes les filiales


du Groupe développent
des partenariats avec les écoles
et universités : en témoigne
au Royaume-Uni la création
5 386
salariés ont été recrutés
C’est le taux de fréquence
des accidents de travail
avec des écoles partenaires avec arrêt chez SPIE,
en 2018, en dehors des effectifs un chiffre qui figure
d’un atelier « Future So’SPIE
Ladies », destiné à susciter l’intérêt liés aux sociétés acquises : parmi les plus faibles
des jeunes filles de 14-18 ans le Groupe compte au total de sa profession.
pour les métiers liés aux nouvelles 46 400 collaborateurs.
technologies.

FOCUS / En juin 2018,


la Journée Sécurité a été reconduite
pour la 8e année consécutive :
un événement qui a lieu dans toutes
les filiales, animé par des responsables
opérationnels. Cette année,
les thèmes portaient principalement
sur les phases de préparation
du travail et de réalisation quotidienne
des interventions.

PARITÉ FEMMES-HOMMES

15 %
de femmes parmi les cadres
chez SPIE, dans le cadre
d’une politique globale
de féminisation des effectifs.

Société FOCUS / Pour optimiser sa recherche


de prospects et de talents, SPIE a mis
FOCUS / SPIE encourage la mixité en place des équipes de sourcing
femmes-hommes à travers le réseau dans les filiales et renforcé sa politique
« So’SPIE Ladies », en place
GÉNÉRATIONS
de « pépinières » grâce à l’apprentissage,
depuis 2015 dans l’ensemble l’alternance, les V.I.E. et les stages. En 2018,
de ses filiales. Composé de femmes SPIE a recruté 641 nouveaux alternants
et d’hommes, ce réseau développe
de nombreuses initiatives
telles que les actions de mentoring
au féminin, l’organisation
d’événements marquants,
9%
de l’effectif de SPIE a moins
en France et 278 en Allemagne, bénéficiant
d’un solide accompagnement de tuteurs
formés par l’entreprise.

les campagnes de recrutement de 26 ans et pratique


lors des forums professionnels
et sur les réseaux sociaux. des métiers marqués
par les nouvelles ruptures
technologiques et numériques,
dans un environnement
international.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 9


GOUVERNANCE

Gouvernement d'Entreprise
LE CONSEIL D’ADMINISTRATION EST ACTUELLEMENT COMPOSÉ DE 10 MEMBRES :

Gauthier Louette Sir Peter Mason Regine Stachelhaus Michel Bleitrach


Président du conseil Administrateur Référent Indépendant Administrateur Indépendant Administrateur Indépendant
d’administration Président du Comité d’Audit Président du Comité Président du Comité
des Nominations des Rémunérations
Membre du Comité
des Nominations et de la Gouvernance
et de la Gouvernance

Nathalie Palladitcheff FFP Invest Tanja Rueckert Sophie Stabile


Administrateur Représentée par Bertrand Finet Administrateur Indépendant Administrateur Indépendant
Membre du Comité d’Audit Administrateur Indépendant Membre du Comité Membre du Comité d’Audit
Membre du Comité Membre du Comité d’Audit des Nominations
et de la Gouvernance Membre du Comité
des Rémunérations Membre du Comité des Rémunérations
des Nominations
et de la Gouvernance

Daniel Boscari Gabrielle Van Klaveren-Hessel


Administrateur représentant Administrateur représentant
des salariés les salariés actionnaires
Membre du Comité Membre du Comité d’Audit
des Rémunérations

10 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ACQUISITIONS

Poursuivre le déploiement
de notre réseau de proximité
Alors que la consolidation du marché s’accélère dans les services multitechniques,
SPIE a réalisé cinq nouvelles acquisitions en Belgique, France et Autriche :
une opération qui lui permet de poursuivre l’extension de son réseau européen
de proximité, le plus important de sa profession.

Acquisitions
En Europe, cinq sociétés régionales de proximité
ont rejoint SPIE durant l’année, pour un chiffre Systemat – 70 M€
d’affaires acquis de 95 millions d’euros. Belgique
Actif en Belgique
et au Luxembourg,
le groupe Systemat
est un prestataire global
de solutions informatiques
liées à la gestion
Siétar & Vti – 6 M€ des équipements,
France des logiciels
et des nouveaux outils
Société bretonne implantée à Pluneret sur le marché
dans le Morbihan, Siétar est experte des technologies
en tuyauterie et chaudronnerie industrielle de l’information
pour les process liquides, auprès et de la communication (ICT).
des entreprises de l’industrie agroalimentaire.

Buchet – 13 M€
France FLM Freileitungsmontagen
GmbH – 4 M€
Principalement active Autriche
dans la région Provence-
Alpes-Côte d’Azur Basée à Lienz en Autriche
et bénéficiant et opérant principalement
d’un fort ancrage local, en Allemagne, FLM est spécialisée
Buchet est une société dans la mise à disposition
spécialisée de monteurs de lignes électriques
dans l’installation aériennes haute tension.
électrique auprès
du secteur tertiaire
et du logement.

Fluigetec – 2 M€
France
Basée à Pierrelatte dans la Drôme, Fluigetec
est spécialiste de l’installation, du contrôle
et de la maintenance des réseaux de distribution
de gaz en milieu industriel, avec un savoir-faire
spécifique dans le secteur nucléaire.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 11


RÉALISATIONS

Sélection
de réalisations
Information
& Communications Technology Ville hyperconnectée
hyperc
Le déploiement
éploiem
- France
d’une solution dite hyperconvergée
Services (ICT) pour le
l stockage
k et la sauvegarde
et la sauvegarde des données municipales
municipales,
marque une nouvelle étape dans la stratégie digitale
d’Issy-les-Moulineaux.

Technical
Facility Management Site tertiaire
tertiair complexe - Allemagne
Commerzbank
mmerzba compte sur l’expertise de SPIE
(Tech FM) pour continuer
pour continuer
i à améliorer la gestion globale
de son site central de Francfort,
l’une des plus importantes salles de marchés en Europe.

Mechanical
& Electrical Services Hornsea
nsea Pr
Sur le
Project One - Royaume
e plus grand
g parc éolie
o -Uni
éolien offshore du monde,
(M&E) SPIE
Ea a été
été
é é choisie
h par Wilto
Wilton Engineering Services (WESL)
pour installer les équipements électriques et mécaniques
de 20 turbines éoliennes.

Transmission & Distribution


(T&D) Innovation
ovation et
La suspension
e Environnement - Pays-Bas
uspensio d’un câble entre deux pylônes haute tension
à l’aide
d d’un
d’ drone permet de préserver les sols
et de protéger la faune et la flore.

12 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


Sallle blanche informatique - Royaume-Uni Smart
art Parking
Par - Suisse Ilot de palettisation
pa - France
Nexxt Generation Data (NGD), opérateur du plus La solution Smart Parking Manager Chez
ez Jean
Jea Floch’s, un groupe alimentaire breton
grand Data center d’Europe
d Europe, a confi
confié é à SPIE de SPIE permet dede transformer
transformer spécialisé
é i li é dans la transformation de
de la
la viande
la conception et l’installation de trois salles un simple parking en véritable lieu de porc, la nouvelle plateforme de palettisation
informatiques, chacune dotée de plus d’accueil des visiteurs, grâce à un large est équipée d’une table de séparation multi-voies,
de 400 racks de stockage. choix d’applications IoT personnalisées. permettant d’augmenter les cadences
et de mieux manipuler les produits de salaison.

Inte
ervention sur site - Allemagne Énergie
ergie d’avenir
d - France Laboratoire
borato sous contrôle - Royaume-Uni
Afin de poursuivre ses activités durant Sur le site international
i d’ITER Au Pirbright
Pirbrig Institute, centre d’excellence mondial
l rénovation
la é de son laboratoire à Cadarache,
à Cadarache
d h SPIE associe en recherche
h et surveillance
et surveillance de maladies virales
et de ses bureaux de Hambourg, ses expertises tertiaires, industrielles transmissibles de l’animal à l’homme, le nouveau
Philips Healthcare a choisi avec SPIE et nucléaires pour une maintenance laboratoire respecte les normes de sécurité
une approche innovante : l’infrastructure optimale des bâtiments les plus strictes. SPIE a coordonné l’ensemble
du bâtiment est entièrement dissociée et infrastructures. des installations, services et équipements,
des systèmes d’alimentation complexes, y compris un système d’éclairage intelligent
sans aucune interruption de la recherche reproduisant le lever et le coucher du soleil
en radiologie, ni de la production pour l’élevage de volailles.
des technologies médicales.

Qua alité de l’air - France Mobilité


bilité intelligente
in - Belgique Vidéosurveillance
éosur avancée - Hongrie
A l’Hôpital d’Aix-en-Provence, les services Destinée
tinée à fluidifier le trafic routier Déployé
ployé ssur tous les points de vente
climatiques
li de SPIE englobent
englobent le chauffage,
le chauffage en influant
inflfluant sur les feux tricolores,
tricolores du groupe de distribution TESCO,
TESCO un système
un système
la ventilation, la climatisation et le désenfumage, la solution « AISY » (Audio Identification ultramoderne de vidéosurveillance sur réseau IP
ainsi que le traitement de l’air dans toutes System) de SPIE équipe en Flandres (Internet Protocol) associe caméras de surveillance
les zones sensibles. quelque 4 500 véhicules De Lijn et analyse intelligente des données recueillies.
et 1 200 carrefours.

Postte Haute Tension - Pays-Bas Ligne


ne électrique
élec compacte - Allemagne Aménagement
ménage du territoire - Pologne
Réallisé pour l’opérateur TenneT, Nouvelle
velle al
alternative aux lignes à haute tensio
tension de Destinée
stinée à garantir la sécurité d’approvisionnement
lle poste de 380 kV à Rilland 400 kV
kV, lla lligne pilote compactLine offre une capacité électrique
i dans les régions de Poméranie
vise à augmenter les capacités de transmission accrue et un espace plus réduit, et de Cujavie, la nouvelle ligne à très haute tension
du réseau d’électricité en hauteur comme en largeur. Déployée par SPIE de 120 km a fait l’objet d’une évaluation exhaustive
dans la province de Zélande. sur 1,8 km dans l’Est de la Saxe-Anhalt, cette ligne de son empreinte écologique, sur un vaste territoire
d’avenir résulte d’une collaboration de trois ans avec naturel à préserver.
50 Hertz et d’autres partenaires publics et privés.
SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 13
14 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018
PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
1
1.1 HISTORIQUE 16 1.4 MARCHÉS ET POSITION CONCURRENTIELLE RFA 23
1.4.1 France 23
1.2 FORCES ET ATOUTS CONCURRENTIELS RFA 17 1.4.2 Germany and Central Europe 23
1.2.1 Un leader européen des services multitechniques 17 1.4.3 North-Western Europe 24
1.2.2 Un modèle économique fondé 1.4.4 Oil & Gas and Nuclear 24
sur des revenus récurrents 18
1.2.3 La mise en œuvre de procédures et contrôles stricts 1.5 LES ACTIVITÉS DU GROUPE RFA 25
afin de s’assurer de la forte performance des équipes 1.5.1 Présentation générale 25
de management locales 18
1.5.2 France 26
1.2.4 Des facteurs de croissance structurelle à long terme
1.5.3 Germany & Central Europe 27
sur lesquels capitaliser 19
1.5.4 North-Western Europe 28
1.2.5 Un historique d’acquisitions intégrées avec succès,
démontrant la capacité du Groupe à participer 1.5.5 Oil & Gas and Nuclear 29
à la consolidation du secteur 19
1.6 ORGANIGRAMME RFA 31
1.2.6 Une performance financière attractive et à forte visibilité 20
1.6.1 Organigramme juridique du Groupe 31
1.2.7 Une culture d’entreprise solide, soutenue par une équipe
dirigeante très expérimentée 20 1.6.2 Filiales et participations 32

1.3 STRATÉGIE RFA 21 1.7 RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT,


BREVETS ET LICENCES RFA 33

1.8 DISPOSITIF INDUSTRIEL


ET PATRIMOINE IMMOBILIER 33

© NewCold

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 15


1 PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Historique

1.1 HISTORIQUE

La Société Parisienne pour l’Industrie des Chemins de Fer et des le Groupe a annoncé, en décembre 2018, la signature d’un accord
Tramways a été créée en 1900 et a été renommée Société Parisienne avec Royal Boskalis Westminster N.V. (« Boskalis ») pour la cession
pour l’Industrie Électrique (SPIE) en 1946. En 1968, la Société de de son activité de cablage sous-marin en Allemagne ; cette activité
Construction des Batignolles (fondée en 1846) et SPIE ont fusionné constituant la majeure partie de la division Gas & Offshore acquise
sous l’appellation SPIE Batignolles. Le principal actionnaire de SPIE avec SAG en mars 2017. Sous réserve de la réalisation des conditions
Batignolles était alors le Groupe Empain, qui devint par la suite le usuelles, cette transaction devrait être finalisée au cours du premier
Groupe Empain-Schneider. trimestre 2019.
En 1997, Empain-Schneider a vendu SPIE Batignolles à ses salariés Parallèlement, le Groupe a poursuivi sa croissance externe en tant
et à une société britannique, AMEC, spécialisée dans l’ingénierie, que fournisseur indépendant de services multitechniques grâce à
la gestion de projet et le conseil. En 1998 SPIE Batignolles a l’acquisition d’autres sociétés présentes dans son secteur d’activité,
été renommée SPIE ; elle intervenait alors dans trois secteurs telles que Matthew Hall et Controlec en 2007, au Royaume-Uni et aux
d’activités : (i) SPIE Batignolles, spécialisée dans le marché de la Pays-Bas. Plus récemment, le Groupe a réalisé plusieurs acquisitions
construction ; (ii) SPIE Enertrans, spécialisée dans le transport/trafic en Europe du Nord-Ouest, Allemagne et Europe Centrale. Ainsi, le
ferroviaire et le marché de l’énergie et (iii) SPIE Trindel, spécialisée Groupe a acquis en 2012 les sociétés néerlandaises Klotz B.V. et
dans l’ingénierie électrique et les services locaux. Gebr. Van der Donk, respectivement pour renforcer sa position dans
les services multitechniques du bâtiment et sur le marché des
En 2003, AMEC a racheté les parts des actionnaires minoritaires et
réseaux câblés. En 2013, le Groupe a acquis la branche d’activités
SPIE est ainsi devenue la division Europe Continentale d’AMEC, sous
IS&P (installation, maintenance et gestion des infrastructures de
la dénomination AMEC SPIE. La même année, AMEC SPIE a continué
communication pour data et voix et pour les data center – centres
à développer son activité pétrolière grâce à l’acquisition d’Ipedex et a
de données) de l’opérateur néerlandais KPN, lui permettant ainsi
cédé SPIE Batignolles, filiale spécialisée dans la construction, à ses
de renforcer ses activités et sa présence aux Pays-Bas. En outre,
dirigeants. En 2006, AMEC SPIE a été vendue au fonds PAI partners.
le Groupe a acquis, la même année, les activités Service Solutions
Depuis lors, le Groupe exerce son activité sous la dénomination SPIE.
d’Hochtief (services multitechniques), faisant de l’Allemagne le plus
En août 2011, un Consortium composé d’un fonds d’investissement
grand marché du Groupe hors de France.
géré par Clayton, Dubilier & Rice, LLC, d’un fonds d’investissement
géré par Ardian (anciennement AXA Private Equity) et la Caisse de En mai 2015, dans le cadre d’une augmentation de capital d’un
Dépôt et Placement du Québec a pris le contrôle de la Société pour montant total d’environ 700 millions d’euros, SPIE a été introduite
un montant d’environ 2,1 milliards d’euros. en Bourse et ses actions ont été admises à la négociation sur le
compartiment A du marché réglementé d’Euronext Paris.
À partir de l’année 2002, le Groupe a recentré sa stratégie pour
devenir un des leaders sur le marché des services multitechniques. En mars 2017, le Groupe a réalisé l’acquisition du groupe SAG, un
Entre 2002 et 2006, le Groupe a vendu ou abandonné cinq de ses leader allemand de la fourniture de services et de systèmes pour
activités, notamment ses activités dans la branche de génie civil (en les réseaux d’électricité, de gaz, d’eau et de télécommunications. Le
2002), le marché français de la construction (en 2003), le marché Groupe a financé cette acquisition par un emprunt obligataire d’un
des projets énergétiques (en 2004), des pipelines (en 2006) et celui montant de 600 millions d’euros. Les obligations sont admises aux
du rail (en 2007). Le Groupe poursuit cette politique de cession négociations sur le marché réglementé d’Euronext Paris.
de ses activités n’entrant plus dans son cœur de métier. À titre
SPIE a principalement, en France et à l’étranger une activité de
d’exemple, en juillet 2011, le Groupe a cédé ses filiales espagnoles,
société holding détenant des participations financières sous quelque
en juillet 2015 ses activités en Grèce opérées par la société SPIE
forme que ce soit (minoritaires ou majoritaires) dans des sociétés et
Hellas SA, en novembre 2015 sa filiale en Hongrie SPIE Hungaria
entreprises françaises et étrangères. Au 16 avril 2019, la capitalisation
Kft et en juillet 2016 sa filiale portugaise TECNOSPIE SA. En 2018,
boursière de SPIE s’établit à plus de 2,5 milliards d’euros.
le Groupe a également cédé ses activités au Maroc. Par ailleurs,

16 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Forces et atouts concurrentiels

1.2 FORCES ET ATOUTS CONCURRENTIELS RFA

1
Le Groupe est le leader européen indépendant des services multitechniques (génie électrique, mécanique et climatique
et des systèmes de communication) (1). Le Groupe est également un acteur majeur des services techniques spécialisés
dédiés au secteur Pétrole-Gaz et à celui de l’énergie nucléaire.

1.2.1 UN LEADER EUROPÉEN DES SERVICES ses services et d’accompagner ses clients au niveau local, régional
MULTITECHNIQUES et international. En outre, de par sa taille, le Groupe dispose d’un
pouvoir de négociation plus étendu vis-à-vis de ses fournisseurs,
lui permettant de réaliser des économies d’échelle dans le cadre
de sa politique d’achats.
LE LEADER EUROPÉEN INDÉPENDANT DES SERVICES
MULTITECHNIQUES (1)
UNE OFFRE DE SERVICES MULTITECHNIQUES
Le Groupe fournit des services multitechniques dans les domaines
CONCENTRÉE SUR DES ACTIVITÉS À FORTE TECHNICITÉ
du génie électrique, mécanique et climatique et des systèmes de
communication, ainsi que des services spécialisés liés à l’énergie. Grâce à l’expertise de ses équipes, le Groupe offre à ses clients des
Le Groupe se distingue des autres principaux acteurs des services prestations de services critiques pour leurs activités et concentrées
multitechniques en ce qu’il opère ses activités de manière sur les services à forte technicité, telles que la maintenance et
indépendante par rapport à un groupe impliqué dans l’énergie, le génie la gestion de data centers dans le secteur bancaire ou encore la
civil, la construction ou les activités de concession. Historiquement, maintenance et le support à l’exploitation de plateformes off-shore
le Groupe a en effet fait le choix de concentrer ses activités sur les dans le secteur pétrolier. Les prestations du Groupe couvrent
services multitechniques et a progressivement étendu sa présence l’ensemble du cycle de vie des installations de ses clients (allant
géographique et élargi sa gamme d’offre de services. L’homogénéité de la conception et de l’installation aux services de maintenance et
de son portefeuille d’activités, sa cohérence et sa concentration sur de support à l’exploitation), dans les domaines du génie électrique,
les services multitechniques lui ont permis de se focaliser avec mécanique et climatique et des systèmes de communication, ainsi
succès sur le développement de ces activités et le renforcement de que dans les domaines spécialisés de l’énergie.
leur rentabilité, en s’appuyant sur des collaborateurs directement
associés à la réussite de cette stratégie. En outre, l’indépendance
vis-à-vis d’un groupe plus étendu, tout en lui donnant une grande UNE OFFRE DE SERVICES TECHNIQUES S’APPUYANT
flexibilité opérationnelle, lui permet d’affecter ses cash-flows au SUR UN RÉSEAU LOCAL DENSE
développement cohérent de ses activités. Le Groupe offre ses services en s’appuyant sur un réseau local
dense de plus de 800 sites dont l’essentiel se situe dans six pays
UNE OFFRE DE SERVICES MULTITECHNIQUES principaux (la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas,
la Belgique et la Suisse). Le Groupe considère que, dans le secteur
DE PREMIER PLAN SUR LES MARCHÉS EUROPÉENS
des services multitechniques, les prestations doivent s’adapter
LES PLUS ATTRACTIFS
aux besoins spécifiques de chaque client, et que la proximité est
Le Groupe est le leader européen indépendant des services essentielle pour comprendre et anticiper les besoins du client et
multitechniques (1), avec un positionnement stratégique axé sur les délivrer ainsi des services de qualité dans des délais très courts.
régions où la structure du marché et les dynamiques de croissance En outre, le Groupe estime que sa large présence dans certains
correspondent à son modèle économique et permettent d’atteindre pays conjuguée à une approche globale du client, lui permettent de
des positions de premier plan. À la date du présent Document de répondre à la tendance croissante des grands clients à externaliser
référence, le Groupe est le premier acteur indépendant en France, les services techniques complexes n’entrant pas dans leur cœur
dans un marché caractérisé par la coexistence de grands acteurs de métier auprès de prestataires capables de prendre en charge
nationaux et d’un grand nombre d’acteurs locaux  (1). En outre, le l’ensemble de leurs implantations, ainsi qu’aux attentes de ces clients
Groupe bénéficie d’une présence solide en Allemagne (renforcée en termes de qualité et de services offerts. Une forte présence locale
en 2017 par l’acquisition du groupe SAG), aux Pays-Bas, en Belgique, est également un facteur essentiel de performance et d’efficacité
au Royaume-Uni et en Suisse, marchés sur lesquels il estime faire permettant au Groupe d’optimiser et d’accroître ses ressources.
partie des principaux acteurs (1).
Sa forte présence sur les marchés européens et son offre de services UNE MARQUE FORTE ET UNE EXPERTISE TECHNIQUE
multitechniques de premier plan devraient permettre au Groupe (i) RECONNUE, PORTÉES PAR DES ÉQUIPES
de se différencier des acteurs locaux, le mettant ainsi en position TRÈS QUALIFIÉES, MOTIVÉES ET ASSOCIÉES
de participer à la consolidation du secteur, et (ii) d’accroître ses AUX PERFORMANCES DE L’ENTREPRISE
parts de marchés notamment auprès des clients internationaux à
la recherche de prestataires de services pour l’ensemble de leurs Fort d’une expérience de plus de 100 ans, le Groupe considère
implantations européennes, en répondant à leurs besoins croissants bénéficier auprès de ses clients d’une forte image de marque et
d’expertise multi-technique. Le Groupe est en mesure de fournir d’une réputation de grande qualité de service. Son offre de services
est soutenue par des équipes qualifiées et motivées. Le niveau de

(1) Estimation de la Société sur la base de sa production 2018 et du chiffre d’affaires publié par les principaux concurrents du Groupe pour l’exercice clos le 31 décembre 2018.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 17


1 PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Forces et atouts concurrentiels

qualification de ses employés lui permet de fournir des services à Par ailleurs, le modèle économique du Groupe vise à favoriser les
valeur ajoutée. petits projets faisant parfois partie de contrats-cadre plus importants
et pluriannuels et éviter les grands contrats ponctuels qui présentent
Le Groupe a notamment mis en place plusieurs centres de formation
un niveau de risque plus élevé.
afin de partager son expertise technique à travers ses différentes
filiales et de l’exploiter dans l’ensemble des secteurs constituant Enfin, le modèle économique du Groupe, ainsi que la diversification
son corps de métier et des pays dans lesquels il est présent. Il de son portefeuille de clients et des marchés sur lesquels il opère,
associe également étroitement ses collaborateurs aux résultats de lui ont historiquement apporté une protection dans les périodes
l’entreprise en s’appuyant notamment sur un actionnariat salarié fort de ralentissement économique touchant un segment d’activité ou
(plus de 6 000 salariés du Groupe ont participé à l’augmentation de une zone géographique sur lesquels il opère. Au titre de l’exercice
capital qui leur était réservée en 2018) et une politique de recours clos au 31 décembre 2018, les 10 premiers clients du Groupe
à des rémunérations variables étroitement liées à la performance représentaient ainsi seulement 17 % de sa production consolidée.
financière de l’entreprise (EBIT et cash-flows de l’unité opérationnelle En outre, les relations du Groupe avec ses clients les plus importants
considérée) mais également à la performance du Groupe en matière se répartissent sur différents contrats, segments d’activité et zones
de sécurité. géographiques, diminuant ainsi sa dépendance commerciale.
Le Groupe considère que son large portefeuille de clients
UNE PRÉSENCE STRATÉGIQUE DANS DES SEGMENTS (comprenant plus de 25 000 clients), sa concentration limitée sur
SPÉCIALISÉS DE L’ÉNERGIE, À FORTE CROISSANCE des marchés spécifiques, ses relations durables avec ses clients,
ET MARGES ÉLEVÉES l’importance de ses contrats de maintenance ainsi que la taille
limitée des commandes moyennes, lui permettent de bénéficier
Le Groupe est présent dans le secteur des services techniques aux d’un modèle économique diversifié et d’être bien positionné afin de
opérateurs de l’énergie qui constitue un marché attractif bénéficiant générer des revenus récurrents et, comme il l’a démontré au cours
d’un fort potentiel de croissance à long terme. Il y a considérablement des dernières années, de faire face efficacement aux périodes de
renforcé sa présence en 2017 avec l’acquisition du groupe allemand ralentissement économique.
SAG. Le Groupe considère par ailleurs être l’un des acteurs mondiaux
majeurs dans ses marchés de référence du secteur du pétrole et du
gaz  (1), pour lequel il fournit des prestations de services à forte
technicité et critiques pour les activités de ses clients (notamment 1.2.3 LA MISE EN ŒUVRE DE PROCÉDURES
le support à l’exploitation et la maintenance des installations ET CONTRÔLES STRICTS AFIN
pétrolières et le développement des compétences et la formation DE S’ASSURER DE LA FORTE
des équipes pour le compte de ses clients). Dans l’industrie du
PERFORMANCE DES ÉQUIPES
nucléaire, les prestations de services proposées par le Groupe
couvrent l’ensemble du cycle de vie des centrales nucléaires. Le
DE MANAGEMENT LOCALES
Groupe estime être parmi les principaux acteurs en France des
services spécialisés à cette industrie (1), qui bénéficie de facteurs de Avec plus de 800 sites, principalement concentrés dans six
croissance à long-terme, en raison notamment de la décision principaux pays, le Groupe opère ses activités à travers un réseau
annoncée de prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires local dense en mettant en œuvre des procédures communes afin
existants et d’un environnement de plus en plus complexe et de s’assurer de la cohésion et de la forte performance des équipes
réglementé nécessitant l’intervention d’un personnel hautement locales de management. La direction du Groupe veille étroitement au
qualifié et expérimenté. déploiement et à la mise en œuvre de ces procédures ; en particulier
lors de l’intégration de nouvelles sociétés, le Groupe s’assure de
la mise en œuvre, au sein des entités nouvellement acquises, des
pratiques qui lui sont propres, notamment une gestion proactive des
1.2.2 UN MODÈLE ÉCONOMIQUE FONDÉ risques par la mise en place de procédures financières communes,
SUR DES REVENUS RÉCURRENTS de contrôles des équipes de direction locales et des systèmes
développés de reporting.
Le Groupe a développé une large gamme de services techniques Le Groupe a développé des pratiques standardisées, notamment
intégrés afin de répondre aux besoins de clients très divers opérant en matière de gestion du besoin en fonds de roulement et du mode
sur différents marchés, en mettant en place un modèle économique de facturation, dans tous ses pays d’implantation. Grâce à une
de croissance axé sur la génération de revenus récurrents offrant structuration rigoureuse des contrats ainsi qu’à des procédures de
une forte visibilité. facturation strictes, le Groupe assure un recouvrement efficace de ses
Reconnu pour la qualité et la fiabilité de ses services, le Groupe créances, contribuant ainsi à la génération de flux de trésorerie élevés.
a noué avec ses clients des liens de confiance qui lui permettent La stratégie du Groupe vise à mettre l’accent sur la flexibilité, la
de bénéficier d’une multitude de relations commerciales de longue prise de décision au niveau local et la responsabilité des directions
durée ainsi que d’une rétention élevée de ses clients. En outre, les d’activités, afin de s’adapter aux conditions propres à chaque marché
prestations de maintenance, généralement associées aux services et saisir efficacement les opportunités de développement, tout en
d’intégration proposés, lui offrent une forte visibilité sur l’évolution s’appuyant sur les pratiques et l’expertise partagées par l’ensemble
de ses revenus, avec des contrats généralement conclus pour des du Groupe. Ainsi, sous le contrôle de la Direction générale du Groupe,
périodes de trois ans ou d’un an mais avec tacite reconduction. Les les équipes de management locales sont habilitées et incitées à se
prestations de maintenance ont représenté, pour l’exercice clos le concentrer sur leurs marchés locaux et rechercher les opportunités
31 décembre 2018, environ 56 % de la production consolidée du d’acquisition (selon des critères précis et des limites strictes définis
Groupe. Le développement des contrats de maintenance constitue au niveau du Groupe) et sont directement responsables de la réussite
ainsi un élément clé du modèle économique du Groupe. de l’intégration au Groupe de ces nouvelles acquisitions.

(1) Estimation de la Société sur la base de sa production 2018 et du chiffre d’affaires publié par les principaux concurrents du Groupe pour l’exercice clos le 31 décembre 2018.

18 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Forces et atouts concurrentiels

La compétence et l’expérience de ses équipes de management grandissantes concernant les changements climatiques, les
au niveau local ont permis au Groupe de développer une culture
d’entreprise fondée sur une forte performance et une stricte gestion
des risques et veillant à récompenser le travail d’équipe, le mérite
autorités locales et nationales, les entreprises clientes et les
consommateurs en général sont de plus en plus attentifs à une
consommation d’énergie socialement responsable. Le Groupe
1
et les initiatives individuelles par des mécanismes incitatifs pour estime que les nombreuses solutions techniques qu’il propose ainsi
les collaborateurs. Le Groupe estime que cette profonde culture que les offres de services innovantes qu’il développe, notamment
de management au niveau local, favorisant l’engagement des dans le domaine de l’énergie nucléaire, de la production d’énergie
salariés à tous les niveaux de la hiérarchie, est essentielle pour la renouvelable, de l’installation et la rénovation d’infrastructures, des
mise en œuvre de sa stratégie et l’atteinte de ses objectifs (voir le systèmes énergétiques intelligents et d’optimisation des systèmes de
paragraphe 1.3 du présent Document de référence). communication, maximisent l’efficacité énergétique et les économies
d’énergie. Le Groupe dispose en outre d’une expertise reconnue
s’agissant des services techniques nécessaires à l’amélioration de
l’efficacité environnementale. Il considère ainsi être bien positionné
1.2.4 DES FACTEURS DE CROISSANCE pour profiter du fort potentiel de croissance de l’«  économie
STRUCTURELLE À LONG TERME verte », avec des clients pour lesquels l’efficacité énergétique et le
SUR LESQUELS CAPITALISER développement durable sont une réelle préoccupation.

Le Groupe estime que ses offres de services intégrés et sa position


de leader européen indépendant  (1) lui permettent de saisir des
opportunités de développement en capitalisant sur les facteurs de 1.2.5 UN HISTORIQUE D’ACQUISITIONS
croissance à long terme et les tendances sectorielles des différents INTÉGRÉES AVEC SUCCÈS,
marchés sur lesquels il est présent. En outre, il estime être bien DÉMONTRANT LA CAPACITÉ
positionné pour bénéficier de la croissance anticipée de certains DU GROUPE À PARTICIPER
marchés (particulièrement en Europe et dans le domaine des À LA CONSOLIDATION DU SECTEUR
services techniques liés à l’énergie).
Ces facteurs de croissance et tendances sectorielles incluent, (i) le Le Groupe estime que le secteur des services techniques dans
renforcement des normes environnementales et la préoccupation lequel il opère demeure structurellement fragmenté, offrant
croissante pour une consommation eco-responsable de l’énergie, un champ considérable d’opportunités de consolidation et de
(ii) une attention accrue portée à l’efficacité énergétique, (iii) croissance externe, grâce à l’acquisition potentielle d’acteurs locaux,
la transformation du mix de production et de distribution en particulier au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Allemagne et en
énergétiques, (iv) le déploiement de nouvelles technologies et de Europe du Nord.
services innovants, (v) le développement de l’automatisation et Depuis 2006, le Groupe a réalisé avec succès 125 acquisitions (dont
des équipements communicants dans les bâtiments, ainsi que la 122 acquisitions ciblées dites bolt-on) permettant une création de
convergence technologique des systèmes de communication (avec valeur significative. Les acquisitions bolt-on ont représenté au total
notamment le cloud computing et l’hébergement externalisé pour depuis 2006 une production acquise de plus de 2,1 milliards d’euros et
lesquels la demande devrait être importante), (vi) le renouvellement un montant cumulé d’investissement d’environ 700 millions d’euros,
et l’amélioration des infrastructures et (vii) une évolution générale grâce à une approche très sélective des différentes opportunités
des entreprises en faveur de l’externalisation des services techniques d’investissements et l’application de critères financiers stricts,
tels que ceux proposés par le Groupe. reflétés notamment par un multiple d’EBITA moyen d’acquisition
En raison de la tendance à long terme à la raréfaction de l’énergie de 5,7x pour les acquisitions ciblées dites bolt-on (8,1x toutes
fossile et à l’augmentation de son prix, ainsi qu’aux préoccupations acquisitions confondues).

Le tableau ci-après présente les acquisitions ciblées dites bolt-on réalisées par le Groupe depuis 2006 :

2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018

Nombre d’acquisitions ciblées dites


bolt-on 2 10 18 11 10 14 11 6 6 8 10 11 5
Production acquise
(en millions d’euros) 14 113 217 99 79 125 167 221 212 184 263 321 95
Coûts d’acquisition
(en millions d’euros) 7 51 89 33 34 52 45 77 74 51 79 112 32
Croissance résultant des
acquisitions ciblées dites bolt-on
(en %) 1,9 5,0 3,2 4,3 1,2 2,9 3,2 5,4 4,4 3,4 3,6 7,1 3,6

Conduit par une équipe dédiée et expérimentée s’appuyant sur (ii) le renforcement de son offre pour les entités opérationnelles
une implication forte des équipes locales dans l’identification et existantes et (iii) l’acquisition de plateformes disposant d’une masse
l’intégration des entités acquises, le Groupe se concentre sur (i) le critique suffisante afin d’assurer la poursuite du développement sur
développement de la densité géographique de ses implantations, les marchés où il n’a pas encore de présence locale.

(1) Estimation de la Société sur la base de sa production 2018 et du chiffre d’affaires publié par les principaux concurrents du Groupe pour l’exercice clos le 31 décembre 2018.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 19


1 PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Forces et atouts concurrentiels

La réalisation et le succès de la politique de croissance externe du de procédures financières et de reporting ainsi qu’à améliorer la
Groupe sont favorisés par sa connaissance approfondie des marchés performance financière, en particulier en matière de génération
et de ses différents acteurs, qui lui ont notamment permis de réaliser de cash-flows d’exploitation. Fort de sa capacité à intégrer avec
la majorité de ses acquisitions de gré-à-gré (et non dans le cadre succès les acquisitions réalisées et à identifier précisément les
de processus compétitifs), ainsi que de disposer d’un réservoir de opportunités potentielles d’acquisitions, le Groupe considère qu’il est
cibles clairement identifiées et constamment mis à jour. En outre, bien positionné pour saisir les opportunités de croissance externe
la génération de cash-flows disponibles élevés a permis au Groupe et participer encore plus activement à la consolidation du secteur.
d’autofinancer l’essentiel de sa croissance externe au cours des
En mars 2017, le Groupe a franchi une nouvelle étape dans sa
trois dernières années.
politique de croissance externe et de développement de sa présence
Depuis 2007, le Groupe a démontré sa capacité à intégrer rapidement en Allemagne et en Europe Centrale avec l’acquisition du groupe SAG,
et efficacement ses acquisitions et à améliorer l’efficacité leader allemand de la fourniture de services et systèmes pour les
opérationnelle post-acquisition avec une capacité éprouvée à mettre réseaux d’électricité, de gaz, d’eau et de télécommunications (voir
en œuvre systématiquement ses pratiques standardisées en matière le paragraphe 4.1.3 du présent Document de référence).

1.2.6 UNE PERFORMANCE FINANCIÈRE ATTRACTIVE ET À FORTE VISIBILITÉ


Le Groupe estime avoir démontré années après années sa capacité à faire croître sa production et son EBITA, ainsi qu’à maintenir un ratio
de cash conversion de près de 100 %.
La production du Groupe est passée de 2,7 milliards d’euros en 2006 à 6,7 milliards d’euros en 2018, l’EBITA passant de 97 millions d’euros
à 400 millions d’euros et la marge d’EBITA passant de 3,7 % à 6,0 % sur la même période.

Indicateur de performance 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018

Production(en millions d’euros) 2 652 3 116 3 625 3 664 3 661 3 984 4 115 4 563 5 220 5 264* 4 941* 6 127 6 671
EBITA (en millions d’euros) 97 129 166 197 220 243 262 298 334 353* 342* 388 400
Ratio de cash conversion (en %) N/A 176 156 96 124 106 100 110 102 105 122 102 116
* Retraitements en application de la norme IFRS 5 « Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées » (voir la note 11 de l’annexe aux comptes
consolidés pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 inclus au paragraphe 4.4.1 du document de référence 2018).

Cette performance du Groupe a pu être réalisée notamment grâce 1.2.7 UNE CULTURE D’ENTREPRISE
à (i) une gestion volontariste de son portefeuille d’activités, qui lui SOLIDE, SOUTENUE PAR UNE ÉQUIPE
a permis de se concentrer sur les segments de marché les plus
attractifs et profitables, (ii) une optimisation permanente de son
DIRIGEANTE TRÈS EXPÉRIMENTÉE
organisation, notamment grâce à la simplification de la structure
Le Groupe est dirigé par une équipe composée, outre le Président-
hiérarchique du Groupe, (iii) un renforcement du maillage de
directeur général, de 12 membres du Comité Exécutif ayant une
son réseau, lui permettant d’offrir une plus large couverture à
solide expérience dans l’industrie des services multitechniques.
ses clients et d’accroître sa réactivité face à la demande locale,
Sous l’impulsion de cette équipe, le Groupe a développé une culture
ainsi que sa productivité, (iv) une politique de benchmarking de
d’entreprise forte s’appuyant sur des fondamentaux solides,
performance stricte au sein de chacune des filiales du Groupe,
incluant :
(v) une organisation des achats plus performante, (vi) une grande
adaptabilité de sa base de coûts, ainsi qu’à (vii) une politique de ● des équipes étoffées de managers locaux, opérationnels comme
croissance externe volontaire et efficace qui lui a permis de prendre fonctionnels, soutenues par des salariés très qualifiés disposant
pied dans des nouveaux marchés et régions et enrichir son offre. d’expertises techniques reconnues à tous les niveaux ;
En outre, le secteur des services multitechniques dans lequel le ● l’importance accordée au développement professionnel et à la
Groupe opère est caractérisé par des dépenses d’investissement sécurité. La mise en place de formations institutionnalisées et la
en immobilisations limitées. Grâce à sa politique financière reconnaissance des compétences et des meilleures procédures
historiquement axée sur la rentabilité et le maintien d’un besoin santé/sécurité, assurent ainsi un environnement de travail
en fonds de roulement négatif, le Groupe estime qu’il bénéficie favorable et un niveau élevé de fidélisation des salariés par
d’une génération de cash-flows élevés, qui lui a permis de réduire rapport aux concurrents ; et
rapidement son ratio d’endettement et lui permettra à l’avenir de ● un alignement des intérêts avec les salariés (dont environ 34 %
poursuivre sa stratégie de croissance externe créatrice de valeur. sont actionnaires de la Société), associé à une politique globale
d’intéressement de tous les salariés, participant à la construction
d’une vision commune de la stratégie et des objectifs du Groupe.
Le Groupe estime que l’expérience et la connaissance du secteur
de son équipe dirigeante, les compétences de ses équipes locales
et leur capacité de réaction, contribueront à la mise en œuvre d’une
stratégie de croissance créatrice de valeur pour le Groupe.

20 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Stratégie

1.3 STRATÉGIE RFA

1
Le Groupe concentre son développement et son offre sur quatre ciblées dites bolt-on, principalement en Europe, comme il a pu le faire
thèmes stratégiques  : Smart city, qui couvre l’aménagement au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2018 avec par exemple,
« intelligent » des villes, notamment en terme d’infrastructures de les acquisitions de la société Systemat en Belgique, spécialiste
communication, de mobilité, d’équipements collectifs et de sécurité ; de la gestion d’équipements, de logiciels et d’infrastructures ICT
E-fficient buildings, qui couvre une offre de services en performance et de Buchet, une société spécialisée dans l’installation électrique
énergétique allant de la conception à l’exploitation et la maintenance et principalement active dans la région Provence-Alpes-Côte
de bâtiments basse consommation ; Energies, qui couvre les services d’Azur (France). Enfin, dans certains cas, le Groupe peut réaliser
offerts par le Groupe dans les domaines de l’énergie, notamment des acquisitions plus structurantes afin de renforcer sa présence
l’énergie nucléaire et les énergies renouvelables mais aussi le internationale ou sa présence dans certains secteurs d’activités, à
pétrole-gaz ; et Industry services, qui couvre les différents domaines l’image de l’acquisition en 2017 du groupe SAG, leader allemand de la
des services à l’industrie. fourniture de services et de systèmes pour les réseaux d’électricité,
de gaz, d’eau et de télécommunications.
Fort de son expertise dans chacune de ses activités, le Groupe
articule sa stratégie autour des principaux axes suivants :
Accompagner le développement de l’« économie verte »
Le Groupe entend accompagner et bénéficier du développement de
(I) CAPITALISER SUR LES FACTEURS STRUCTURELS l’« économie verte », favorisé par l’augmentation à long terme du
DE CROISSANCE À LONG TERME prix de l’énergie et les préoccupations nationales et internationales
en matière de changement climatique, qui poussent les entités
Capitaliser sur les opportunités de croissance publiques et privées à mettre en œuvre des systèmes d’optimisation
sur ses marchés clés de la dépense énergétique. Il est ainsi fortement mobilisé sur les
Fort de la qualité de ses offres de services intégrés et de sa position problématiques d’efficacité énergétique et d’économies d’énergies.
de leader européen indépendant (1), le Groupe entend capitaliser sur Le Groupe souhaite se concentrer sur les services visant à
les opportunités de croissance attractives offertes sur les différents valoriser les biens immobiliers de ses clients, diminuer leur
marchés sur lesquels il opère. Le Groupe entend notamment profiter facture énergétique et répondre à leurs enjeux de développement
de la tendance croissante à l’externalisation des services techniques durable. Il continuera ainsi à développer ses expertises dans des
dans le secteur industriel et commercial par les entreprises domaines de pointe comme l’efficacité énergétique, les réseaux
soucieuses de réduire la part de leurs coûts fixes, d’augmenter la électriques intelligents, ou encore les systèmes d’information et de
visibilité sur leurs budgets de maintenance et de limiter les travaux communication permettant de travailler ensemble tout en limitant
coûteux et risqués de maintenance internes. les déplacements.
Par ailleurs, le Groupe poursuit la diversification de ses activités. En outre, avec l’essor des énergies renouvelables, le Groupe
Cette diversification couvre d’abord les marchés finaux visés par le continue de développer une offre de services dans les domaines
Groupe afin d’étendre encore son champ d’intervention. Ainsi, avec le de l’hydroélectricité, du solaire ou encore de l’éolien, mais aussi de
recours croissant à la technologie dans l’équipement des bâtiments, techniques comme la méthanisation et la combustion des déchets.
notamment en ce qui concerne l’automatisation, les dispositifs de
sécurité et de confort communicants et l’efficacité énergétique, Capitaliser sur les tendances sectorielles dynamisant
le Groupe se positionne sur l’externalisation accrue des services les segments de spécialité
techniques rendue nécessaire par la complexité des installations.
Dans le secteur nucléaire, le Groupe s’est vu attribuer en 2016
Le Groupe souhaite également bénéficier du développement de la et à l’issue d’un processus d’appel d’offres de 4 ans, un contrat
demande de « solutions intelligentes » (smart solutions), combinant comprenant la rénovation des systèmes de protection contre les
technologies d’informations et de communication, et équipements radiations de toutes les centrales nucléaires en France dans le
électriques et mécaniques, avec par exemple le développement des cadre de la mise en œuvre du plan « Grand Carénage », programme
systèmes intelligents permettant une optimisation de la dépense d’investissement déployé sur la période 2015-2035 par EDF, client
énergétique. pour lequel le Groupe intervient depuis de nombreuses années. Le
En outre, le Groupe entend poursuivre la diversification géographique Groupe joue un rôle clé dans le déploiement de ce plan, qui vise à
de ses activités en saisissant les opportunités offertes dans les améliorer la sûreté et la disponibilité des centrales nucléaires ainsi
régions ou pays où sa présence est limitée ou inexistante, à l’exemple que d’en prolonger la durée de vie au-delà de 40 ans.
du renforcement de sa présence en Suisse au cours des dernières En outre, le Groupe entend capitaliser sur la demande créée par
années. Ainsi, le Groupe a annoncé la signature, le 1er avril 2019, d’un le durcissement des exigences de sécurité des installations et
accord pour acquérir la société Christof Electrics GmbH & Co KG, plus généralement de l’encadrement des activités nucléaires, et
société qui propose des solutions complètes dans les domaines en particulier dans le cadre de la mise aux normes imposée par
de l’ingénierie électrique, de l’automatisation, des technologies de l’Autorité de sûreté nucléaire française à la suite de l’accident de
mesure, de contrôle et de régulation. Cette acquisition permettra Fukushima au Japon et qui concerne l’ensemble des sites nucléaires.
au Groupe de s’implanter en Autriche et d’y offrir une part importante
Enfin, le Groupe compte développer son offre en matière de
de son portefeuille de services. La clôture finale de la transaction est
démantèlement et réhabilitation des installations, marché sur lequel
attendue d’ici mai 2019 et est soumise à l’approbation des autorités
le Groupe s’attend à une demande croissante de la part de ses clients
de la concurrence. Le Groupe souhaite par ailleurs continuer à
notamment en raison du vieillissement du parc nucléaire.
réinvestir une partie de sa trésorerie disponible dans des acquisitions

(1) Estimation de la Société sur la base de sa production 2018 et du chiffre d’affaires publié par les principaux concurrents du Groupe pour l’exercice clos le 31 décembre 2018.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 21


1 PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Stratégie

Dans le secteur du pétrole et du gaz, en dépit d’une contraction que son réseau n’est pas assez dense ou dont la gamme de ses
du marché en 2016 et 2017 suite à la baisse du prix du pétrole, produits doit être complétée. Cette stratégie s’inspire de l’exemple
le Groupe entend accompagner l’augmentation attendue à long français où le Groupe dispose à la fois d’un réseau dense dans la
terme de la demande, tant en terme de besoin de maintenance en plupart des régions et d’une offre de services riche.
raison des forts taux d’utilisation des sites de production, que des
Le Groupe bénéficie de l’expérience de son équipe dédiée aux
besoins en matière de nouvelles technologies et de services plus
opérations d’acquisitions qui s’appuie sur des équipes régionales en
complexes en matière d’exploration et d’extraction. Le Groupe entend
charge de l’identification et l’analyse des cibles locales potentielles
renforcer sa présence sur toute la chaîne de production, du support
et veille au succès de l’intégration des sociétés acquises au sein
à l’exploitation, sur des sites on-shore et off-shore, ainsi que dans
du Groupe.
l’aval pétrolier.
Bénéficiant d’un réservoir de cibles potentielles clairement
Le Groupe se positionne également pour répondre à l’exigence
identifiées, le Groupe continuera d’analyser ainsi les opportunités
croissante d’efficacité et de sécurité de la production. En outre, il
de croissance externe à travers un processus rigoureux de sélection,
entend accompagner l’évolution de la production et du transport
audit et suivi permettant de s’assurer que les acquisitions effectuées
des énergies fossiles.
sont ensuite intégrées avec succès et leur efficacité opérationnelle
accrue, faisant de la croissance externe une source essentielle de
(II) POURSUIVRE UNE POLITIQUE DE création de valeur.
GESTION OPÉRATIONNELLE RIGOUREUSE,
EN SE CONCENTRANT SUR LA GÉNÉRATION (IV) CONSERVER UN FLUX DE REVENUS RÉCURRENTS
DE RÉSULTATS ET DE CASH-FLOWS ET À FORTE VISIBILITÉ
Le Groupe entend conserver et développer davantage l’efficacité de Le Groupe a pour objectif de conserver un niveau élevé d’activités
sa gestion opérationnelle et la qualité de ses services, afin d’accroître récurrentes, notamment en continuant à se concentrer sur les
la valeur de son offre prestations d’asset-support et de maintenance, qui offrent une forte
À cet effet, le Groupe renforcera encore sa politique rigoureuse de visibilité sur l’évolution des revenus tout en permettant une certaine
sélection des projets sur lesquels il intervient, ainsi que la gestion protection face aux aléas de la conjoncture économique.
des contrats. Il a également pour objectif d’améliorer ses procédures Au-delà des prestations d’asset-support et de maintenance, le
et conditions d’achats, afin de gérer mieux encore sa structure de Groupe entend accroître la récurrence de ses activités en continuant
coûts. Il souhaite continuer à renforcer le suivi des réponses aux à développer ses capacités au niveau local et en renforçant ses
appels d’offres et, plus généralement, mettre en œuvre une gestion relations à long terme avec les clients. Il s’appuiera notamment sur
plus étroite des coûts et des risques associés à la mise en œuvre la force et le dynamisme de ses équipes locales qui, au travers de
des contrats et à la gestion des projets dans leur ensemble. plus de 800 sites, peuvent accompagner les clients du Groupe dans
Le Groupe entend associer étroitement l’ensemble de ses 30 pays à travers le monde.
collaborateurs à cette politique de gestion rigoureuse, orientée sur Par ailleurs, le Groupe entend s’appuyer sur les revenus générés
la performance financière, afin de maîtriser ses coûts, optimiser ses grâce à ces activités récurrentes afin de maintenir une génération
investissements et maîtriser son besoin en fonds de roulement pour de cash-flows élevée et de poursuivre sa politique de croissance
renforcer ses cash-flows. Il continuera ainsi à mettre en œuvre une externe dynamique et ainsi de renforcer et diversifier ses activités.
politique de rémunération variable incitative pour ses collaborateurs,
assise notamment sur la performance financière et la performance
en matière de sécurité du Groupe. (V) CONTINUER À ASSOCIER LARGEMENT SES
COLLABORATEURS À LA PERFORMANCE DU GROUPE
(III) RENFORCER SA PRÉSENCE EN PARTICIPANT Un facteur clé de la réussite du Groupe est l’adhésion de ses
À LA CONSOLIDATION DU SECTEUR collaborateurs au projet de l’entreprise et le partage de valeurs
communes. Le Groupe a donc souhaité associer largement ses
Si le marché des services techniques a connu une certaine salariés à la performance de l’entreprise en mettant en œuvre
consolidation au cours des dernières années, il présente une structure des dispositifs d’actionnariat salarié en 2006, en 2011, en 2015 et
encore fragmentée avec de nombreux acteurs de petite taille ou en 2018 ; lors de cette dernière opération, plus de 6 000 salariés ont
de taille moyenne, et offre un champ important d’opportunités de participé à l’augmentation de capital qui leur était réservée.
croissance externe pour le Groupe, en particulier en Allemagne et
globalement sur l’ensemble des marchés. Une politique active d’actionnariat salarié constitue un axe
stratégique pour soutenir le développement rentable du Groupe. À cet
Fort de sa capacité à autofinancer ses opérations de croissance effet, la Société entend poursuivre sa politique de participation des
externe, le Groupe entend poursuivre le renforcement de sa salariés au capital et continuer d’élargir le champ des instruments
couverture du marché et élargir sa gamme d’offres, essentiellement d’intéressement mis en place pour ses collaborateurs.
par des acquisitions de taille limitée, dans les régions où il considère

22 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Marchés et position concurrentielle

1.4 MARCHÉS ET POSITION CONCURRENTIELLE RFA

1
Le Groupe est le leader européen indépendant des services ENVIRONNEMENT CONCURRENTIEL
multitechniques (1), avec un positionnement stratégique axé sur les
régions où la structure du marché et les dynamiques de croissance Le marché français des services multitechniques est structuré
correspondent à son modèle économique et permettent d’atteindre autour de quatre types d’acteurs :
des positions de premier plan. Le marché européen des services ● les grandes filiales des principaux groupes français de bâtiment-
multitechniques est un marché caractérisé par des disparités travaux publics (Vinci Énergies, Eiffage Énergie, Bouygues E&S) ;
importantes selon les pays ; le Groupe présente donc ci-après une ● les filiales de groupes de fournisseurs d’énergie (Engie, EDF) ;
analyse de ses marchés par rapport à ses principaux pays
d’implantation. ● les grands acteurs nationaux indépendants (SPIE, SNEF) ;
● un grand nombre d’entreprises de petite et moyenne taille, locales
À la date du présent Document de référence, le Groupe est le premier
et régionales, dont la stratégie est basée sur la proximité et la
acteur indépendant en France  (1), dans un marché relativement
relation avec les clients ou sur des niches d’expertises.
consolidé où les grands acteurs nationaux occupent une place
prépondérante mais où il existe encore un nombre important Les principaux acteurs offrent aujourd’hui tous types de services et
d’acteurs locaux. Le Groupe est également l’un des premiers acteurs couvrent tous les secteurs d’activité. En 2018, sur un marché français
en Allemagne, pays dans lequel il a connu un fort développement toujours fragmenté, bien que plus consolidé que les autres marchés
en  2017. Le Groupe est également implanté aux Pays-Bas, en européens, le Groupe estime être l’un des trois premiers acteurs (1).
Belgique, au Royaume-Uni et en Suisse, marchés sur lesquels il
considère être un des principaux acteurs.
Le Groupe développe son offre de services multitechniques en 1.4.2 GERMANY AND CENTRAL EUROPE
France, en Allemagne, en Suisse, en Europe Centrale (Pologne,
Hongrie, Slovaquie, République Tchèque) ainsi qu’en Europe du
Nord-Ouest (Pays-Bas, Royaume-Uni et Belgique). Dans chacun de (I) ALLEMAGNE
ces pays, le marché des services multitechniques est composé des
principaux segments de clientèle suivant :
Tendances de marché
● le secteur tertiaire, qui comprend notamment les immeubles de Avec les acquisitions de SAG et Lück en  2017, le Groupe a
bureaux, la vente au détail et la santé ; considérablement renforcé sa présence en Allemagne, le deuxième
● le secteur industriel, qui comprend notamment la pharmacie, la marché du Groupe. Après plusieurs années de croissance régulière,
pétrochimie, l’automobile et l’industrie aérospatiale ; le marché allemand des services multitechniques devrait continuer
● les infrastructures, qui comprennent notamment l’énergie, les à croître dans les années à venir, de 2 % à 4 % par an en moyenne (2).
transports ainsi que les infrastructures de télécommunications Cette évolution est favorisée par le développement de l’externalisation
exploitées principalement par de grandes entreprises nationales ; et de la sous-traitance des services techniques, ainsi que par les
besoins de remise à neuf et de modernisation dans les bâtiments,
● les collectivités publiques, qui comprennent notamment tous les
installations et infrastructures. En effet, les clients présents sur ces
bâtiments publics (à l’exclusion des hôpitaux) et les infrastructures
marchés optent de plus en plus pour des fournisseurs de services
appartenant aux collectivités locales (écoles, centres de recherche,
multitechniques afin de regrouper leurs contrats de sous-traitance
bibliothèques, mairies, éclairages publics, etc.) ; et
et construire des relations contractuelles durables.
● l’immobilier résidentiel, sur lequel le Groupe n’a qu’une présence
limitée et qui est principalement traité par les petits acteurs Environnement concurrentiel
locaux.
Le fort développement du Groupe en Allemagne depuis 2013 a
considérablement renforcé sa position sur ce marché. Le Groupe
estime être aujourd’hui le deuxième acteur sur le marché allemand
1.4.1 FRANCE des services multitechniques. Ce marché, d’un volume estimé à
100 milliards d’euros, est extrêmement fragmenté et structuré
autour de trois catégories :
TENDANCES DE MARCHÉ ● les grands acteurs multinationaux (Vinci Energies, SPIE, Apleona,
Strabag, Engie), qui représentent moins de 10 % du marché ;
Après avoir connu une inflexion en 2017, le marché français des
services multitechniques a montré des tendances positives, ● les acteurs multinationaux ou nationaux de taille moyenne :
notamment dans les segments de marché industrie et • maintenance technique / efficacité énergétique : Gegenbauer /
infrastructures, alors que les tendances sont demeurées moins RGM, Wisag, Getec, fournisseurs d’énergie régionaux,
bonnes dans les services d’installation pour le secteur tertiaire. Les
• Mechanical & Electrical Services : Caverion, R+S Group, Elevion,
expertises multitechniques ont été renforcées par le déploiement
des nouvelles technologies désormais opérationnelles (Internet des • Transmission et Distribution : CTeam, EQOS, Freitag-Gruppe, LTB
objets, systèmes de supervision). et fabriquants d’équipement d’origine (ABB, GE, Siemens), et

(1) Estimation de la Société sur la base de sa production 2018 et du chiffre d’affaires publié par les principaux concurrents du Groupe pour l’exercice clos le 31 décembre 2018.
(2) Sources : Lünendonk-Study 2018 « Facility Service-Unternehmen in Deutschland », Interconnection « IC Market Tracking Facility Services in Deutschland 2018 », Statista,
Bitkom-Study 2018, ZVEI 2018, ZV SHK 2018 ; SPIE estimates.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 23


1 PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Marchés et position concurrentielle

• Information & Communication Services  : Computacenter, (III) BELGIQUE


Euromicron, Telcat.
● les nombreux acteurs de petite taille, régionaux et souvent Tendances de marché
spécialisés sur un segment de marché spécifique. En 2018, le marché belge des services multitechniques a connu
La pression concurrentielle demeure un enjeu majeur sur le marché une croissance plus prononcée grâce à une amélioration de
allemand dans un contexte où les différents acteurs ont tendance la conjoncture et une confiance généralisée des acteurs dans
à vouloir pénétrer progressivement les domaines de services de les différents marchés du Groupe : industrie, building systems,
leurs concurrents. infrastructure ou encore services.

Environnement concurrentiel
Le marché belge des services multitechniques est principalement
1.4.3 NORTH-WESTERN EUROPE couvert par des groupes internationaux. En 2018, le Groupe estime
être le troisième acteur du marché belge (1).

(I) ROYAUME-UNI

Tendances de marché 1.4.4 OIL & GAS AND NUCLEAR


En 2018, le marché des services multitechniques au Royaume-
Uni est resté hésitant, dans un contexte d’incertitude économique
générale. 1.4.4.1 PÉTROLE-GAZ

Environnement concurrentiel Tendances de marché


Le marché britannique des services multitechniques est structuré Le marché des services techniques à l’industrie pétrolière et gazière
autour de quatre types d’acteurs : couvert par le Groupe (Afrique, Moyen-Orient et Asie-Pacifique,
principalement) a poursuivi son recul sur la première partie de
● les groupes de construction intégrés (Balfour Beatty, Skanska,
l’année 2018 et s’est stabilisé sur la seconde, montrant quelques
Laing O’Rourke) ;
signes d’amélioration
● les groupes spécialisés dans le secteur des services
multitechniques (NG Bailey, SPIE, Forth Electrical, Imtech, T. Clarke, Environnement concurrentiel
Lorne Stewart) ;
En 2018, le Groupe estime qu’il est l’un des principaux acteurs
● les opérateurs présents sur d’autres secteurs de services mais sur les marchés des services de mise en service des installations
proposant une offre de services en ingénierie mécanique et (amont et aval), de la maintenance et de l’exploitation. Le marché
électrique (SSE, InterServe) ; et de l’assistance technique reste très fragmenté, avec un nombre très
● de nombreuses entreprises de moyenne et petite taille, locales élevé de petits acteurs locaux et régionaux, ainsi que d’entreprises
et régionales. d’intérim spécialisées.
Le marché britannique des services multitechniques est très
fragmenté. 1.4.4.2 NUCLÉAIRE

(II) PAYS-BAS Tendances de marché


Le marché français des services multitechniques générés par la
Tendances de marché production d’électricité nucléaire a affiché de bonnes tendances
En 2018, le marché néerlandais des services multitechniques a en 2018 et devrait continuer de croître au cours des prochaines
bénéficié d’un bon contexte macroéconomique ainsi que de tendances années grâce, notamment, aux travaux de rénovation liés à la
favorables liées à la transition énergétique et au développement des prolongation de vie des centrales (le plan « Grand Carénage »).
infrastructures, avec d’importants investissements publics réalisés Ce marché est caractérisé par une forte concentration des clients,
dans ces domaines. Dans l’ensemble, tous les secteurs bénéficient EDF, ORANO et le Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies
d’un bon climat économique avec une croissance nationale forte de alternatives étant les trois principaux acteurs.
2,5 % et un taux de chômage sous la barre des 3,5 %, son plus bas
niveau historique. Environnement concurrentiel
Le marché est assez concentré, peu d’acteurs disposant des
Environnement concurrentiel compétences et des habilitations nécessaires pour travailler dans
Le Groupe estime être le deuxième acteur sur le marché néerlandais l’environnement spécifique des îlots conventionnels de centrales
des services multitechniques, qui est relativement fragmenté (1). nucléaires. En 2018, le Groupe estime être parmi les principaux
Il  estime en particulier être le leader sur le marché des services acteurs sur le marché des services multitechniques pour l’industrie
à l’énergie et sur celui des services aux infrastructures fluviales. nucléaire en France (1).

(1) Estimation de la Société sur la base de sa production 2018 et du chiffre d’affaires publié par les principaux concurrents du Groupe pour l’exercice clos le 31 décembre 2018.

24 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Les activités du groupe

1.5 LES ACTIVITÉS DU GROUPE RFA

1
Le Groupe fournit des services multitechniques, dans les domaines Génie électrique
du génie électrique, climatique et mécanique, dans trois zones Dans le domaine du génie électrique, les services proposés par le
géographiques : la France, l’Allemagne & l’Europe Centrale et Europe Groupe comprennent la fourniture d’installations de haute et basse
du Nord-Ouest. De plus, le Groupe offre sur ces mêmes zones tension. Le Groupe intervient aussi dans le domaine de la production
géographiques, des services et solutions dédiées aux infrastructures d’énergies renouvelables, notamment sur les centrales éoliennes ou
de systèmes d’information et de communication, aux réseaux de photovoltaïques pouvant être l’objet d’une fourniture clef en main
télécommunications fixe et mobile et à la sécurité et la sûreté des de la totalité des installations, y compris le raccordement au réseau
bâtiments. de transport d’électricité. Par ailleurs, le Groupe intervient comme
Par ailleurs, le Groupe offre dans le cadre de ses activités Pétrole- intégrateur dans le domaine de l’éclairage public.
Gaz et Nucléaire des services et son expertise technique dans les Il propose alors l’installation de points lumineux intelligents, pouvant
secteurs spécialisés de l’industrie pétrolière, gazière et nucléaire. Le être pilotés à distance par des systèmes de régulation permettant
Groupe opère ses activités Pétrole-Gaz dans près de 21 pays alors une optimisation de l’éclairage et donc de la dépense énergétique. Il
que les activités nucléaires sont principalement exercées en France. intervient aussi dans la mise en valeur du patrimoine architectural,
notamment par des aménagements de mise en lumière. Il assure
la mise en place de feux tricolores de circulation, ainsi que de
1.5.1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE systèmes de vidéo-protection comprenant l’installation des caméras
et la fourniture de systèmes de stockage d’images. En outre, les
services du Groupe comprennent l’installation de bornes de
La principale activité du Groupe consiste à fournir des services
recharges pour véhicules électriques, de systèmes de balisage de
multitechniques (activités Mechanical and Electrical Services - M&E,
pistes aéroportuaires, de panneaux routiers d’informations, ainsi que
qui couvrent la conception, l’installation, l’extension et la rénovation
d’équipements autoroutiers pour les péages et les tunnels.
des systèmes mécaniques, électriques et de chauffage, ventilation et
climatisation, et Technical Facility Management - Tech.FM, qui couvrent À l’intérieur des bâtiments, les services du Groupe concernent
l’exploitation et la maintenance techniques des installations de ses l’ensemble des équipements électriques depuis les transformateurs
clients dans trois zones géographiques : la France, l’Allemagne & jusqu’à l’alimentation des prises de courant, en passant par des
l’Europe Centrale et l’Europe du Nord-Ouest). Il fournit également tableaux de distribution. Pour palier d’éventuelles défaillances du
des services dans le domaine des infrastructures IT et réseaux réseau, le Groupe est en mesure de proposer des alimentations
de communication (installation, amélioration et maintenance sécurisées grâce à la mise en place d’onduleurs équipés de batteries
de systèmes de communications voix, données, images et et de groupes électrogènes. En outre, le Groupe assure la mise en place
d’informations), des infrastructures de télécommunications fixe et de systèmes d’éclairage « intelligents » (aussi bien dans le domaine
mobile, des technologies du bâtiment (sécurité et sûreté intégrées) tertiaire qu’industriel et du logement) permettant l’optimisation de la
et de l’ingénierie et l’installation de process (instrumentation, consommation énergétique grâce à des détecteurs de présence ou
automatismes, robotique, informatique industrielle, gestion des de luminosité ambiante. Par ailleurs, le Groupe propose des services
systèmes de transport) - (activités Information & Communications liés à la distribution des courants faibles destinés aux systèmes
Technology Services - ICT), principalement en France et en Europe de sécurité et de contrôle des bâtiments ainsi qu’aux réseaux de
du Nord-Ouest. Enfin, avec l’acquisition de SAG, le Groupe s’est téléphonie et informatiques.
fortement développé dans les services aux infrastructures de Dans le secteur industriel, le Groupe propose l’ensemble des
transmission et de distribution d’énergie (activités Transmission & prestations d’alimentation électrique des machines, moteurs, vannes,
Distribution Services), en particulier en Allemagne. ainsi que la mise en place sur les lignes de production d’instruments
Pour l’exercice clos le 31 décembre 2018, les activités Mechanical de mesure et de régulation, des systèmes d’automatisation
and Electrical Services, Technical Facility Management, Information & permettant la gestion et la supervision des process industriels.
Communications Technology Services et Transmission & Distribution
Services ont représenté respectivement 34 %, 28 %, 20 % et 18 % Génie climatique
de la production consolidée du Groupe. Le Groupe dispose d’une expertise dans le domaine du génie
climatique. Il offre principalement des services de conception,
MECHANICAL AND ELECTRICAL SERVICES d’installation et de rénovation de systèmes de chauffage, de
ventilation et de climatisation. Plus particulièrement, le Groupe
Le Groupe accompagne ses clients dans la conception, la réalisation, intervient dans la réalisation de chaufferies fonctionnant notamment
l’extension et la rénovation de leurs installations, grâce à son au bois ou au gaz mais aussi à base de matières recyclées, telles
expertise dans les domaines du génie électrique, climatique et que les ordures ménagères ou encore les biogaz issus de processus
mécanique. Par le biais de ces services, le Groupe apporte des industriels ou agricoles.
solutions permettant à ses clients de maîtriser leur consommation
Il installe des centrales de production de froid, compresseurs, pompes
d’énergie, notamment grâce à des technologies adaptées, un
à chaleur ou géothermie et assure l’acheminement et la distribution
arbitrage entre énergies fossiles et renouvelables et au support à
du fluide ou de l’air chaud ou froid grâce à des réseaux de tuyauterie
l’exploitation, ce qui permet de réduire leurs dépenses énergétiques
ou de gaines, de ventilateurs et de pompes. Le Groupe assure aussi
jusqu’à 50 % notamment dans le cadre de contrats de « performance
la mise en place des équipements terminaux de diffusion et de
énergétique », aux termes desquels le Groupe s’engage envers ses
régulation de la chaleur (puissance, température). L’ensemble de
clients sur un niveau de réduction de ces dépenses.
ces installations est piloté par des capteurs de température et de

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 25


1 PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Les activités du groupe

débit afin d’assurer un confort optimal aux utilisateurs dans toutes En particulier, le Groupe propose à ses clients des services et des
les configurations climatiques. solutions de communications unifiées voix, données, images, des
services et des solutions d’infrastructures techniques des systèmes
En outre, le Groupe propose l’intégration des systèmes
d’informations. Le Groupe propose en outre des solutions intégrées,
règlementaires de ventilation et désenfumage (aussi bien dans les
cohérentes et sécurisées pour les systèmes de communications et
tunnels autoroutiers que dans les sites industriels et tertiaires).
d’informations. Enfin, le Groupe intègre les « objets connectés » dans
Il intervient aussi dans les process industriel nécessitant un très
ses services et plus particulièrement dans le secteur de la santé avec
haut degré de contrôle de l’empoussièrement, notamment dans les
les applications de télémédecine et de surveillance des patients.
domaines agroalimentaires et pharmaceutiques.
Par ailleurs, le Groupe s’appuie sur une solide maîtrise des services
Enfin, le Groupe assure la conception et la mise en œuvre des
tels que l’audit et le conseil en architecture et sécurité des réseaux
systèmes de refroidissement, de filtration et de ventilation
informatiques IP, l’intégration et la maintenance d’équipements de
d’ouvrages techniques fortement générateurs de chaleur, tels que
réseau et sécurité IP, le support aux utilisateurs, la gestion et le
les centres informatiques et les cœurs de réseaux des opérateurs
support à l’exploitation des réseaux et des systèmes.
de télécommunication.
De plus, le Groupe offre des services en matière d’infrastructures de
Génie mécanique centres de données (data center) tels que la conception, l’installation,
Dans le domaine du génie mécanique, le Groupe opère soit grâce la maintenance et le support à l’exploitation desdits centres.
à ses propres ateliers qui lui permettent de proposer des services Afin d’avoir une offre complète sur cette activité, les prestations
de fabrication, de réparation et de reconditionnement de pièces d’installation de systèmes de contrôle d’accès et de surveillance
mécaniques, soit en intervenant directement sur les sites de de locaux informatiques font partie intégrante des savoir-faire du
ses clients. Les services du Groupe comprennent notamment la Groupe. Le Groupe poursuit par ailleurs son développement dans le
réalisation de pièces sur-mesure, le reconditionnement de vannes, domaine des prestations de services d’infogérance et de maintien en
le rembobinage de moteurs électriques, le reconditionnement de conditions opérationnelles. Ces services sont délivrés dans le cadre
moteurs diesel, ainsi que le transfert de sites client. En particulier, de contrats pluriannuels comprenant un engagement de résultats
dans le domaine des carrières et des sablières, le Groupe conçoit, sur le niveau de service atteint (service level agreement).
fabrique et installe ou rénove des tapis transporteurs, des cribles,
des broyeurs, ainsi que des godets et des silos de stockage. TRANSMISSION & DISTRIBUTION SERVICES
Dans le domaine de l’aéronautique, il assure la conception ou la
modernisation d’équipements de logistique, de portiques et de Le Groupe fournit une gamme complète de services aux
robots incorporés aux lignes d’assemblage. Enfin, dans le domaine infrastructures de transmission et de distribution d’énergie, en
de l’hydraulique, le Groupe assure le dimensionnement et la mise premier lieu électrique (ligne à haute-tension, sous-stations, réseaux
en place d’ouvrages mécaniques dans les stations de traitement de distribution). Ces services incluent planification, conception,
d’eau potable ou usée, tels que des pompes, réseaux de fluides, ingénierie, installation, mise en service, ainsi que des prestations
vannes et compacteurs. de support à l’exploitation et de maintenance. Cette activité a été
significativement renforcée dans le portefeuille de services du
Groupe avec l’acquisition de SAG en mars 2017. Le Groupe est
TECHNICAL FACILITY MANAGEMENT désormais le premier acteur en Allemagne et dispose par ailleurs
Sur l’ensemble de ses métiers dans les domaines du génie électrique, de parts de marché significatives aux Pays-Bas, en France et en
climatique et mécanique, les prestations du Groupe incluent outre Europe Centrale.
l’installation, le support à l’exploitation et le maintien en condition
opérationnelle (entretien, maintenance corrective et préventive,
réparation, petite rénovation), ce qui lui permet d’accompagner ses
clients sur l’ensemble du cycle de vie de leurs équipements. Le
1.5.2 FRANCE
Groupe propose ainsi une large palette de prestations d’audit et de
En France, le Groupe estime être parmi les trois premiers acteurs
diagnostic, de maintenance mono ou multitechniques nécessaires
des services multitechniques. (1)
au fonctionnement des installations de ses clients, combinant
ingénierie électrique, climatique et mécanique. Sa maîtrise des Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2018, le segment France a
installations techniques permet au Groupe de s’engager sur des taux représenté une production de 2 523 millions d’euros, soit 38 % de la
de disponibilité des installations ainsi que sur leurs performances. production consolidée du Groupe, et un EBITA de 158 millions d’euros,
Dans les contrats de performance énergétique, le Groupe s’engage soit 39,5 % de l’EBITA consolidé du Groupe, s’appuyant sur plus de
aussi sur la performance énergétique des installations dont il a la 16 500 collaborateurs.
charge.
MECHANICAL AND ELECTRICAL SERVICES ET TECHNICAL
INFORMATION & COMMUNICATIONS TECHNOLOGY FACILITY MANAGEMENT
SERVICES
Le Groupe offre ses services en s’appuyant un réseau dense
Le Groupe fournit une large gamme de solutions et de services d’implantations locales sur le territoire français. Afin d’enrichir son
aux systèmes d’information et de communication, de la conception offre de services, le Groupe étudie les opportunités d’acquisitions
jusqu’à l’infogérance, ainsi qu’une offre de services opérés qu’il pourrait saisir. Le Groupe a ainsi réalisé en 2018 l’acquisition de
et de cloud computing, en France, en Suisse, aux Pays-Bas, la société Buchet, qui lui a permis de renforcer son offre technique
en Allemagne et en Belgique. Une grande partie des activités dédiée au marché des logements collectifs neufs.
Information  &  Communications Technology Services du Groupe
En 2017, le Groupe opérait à travers sept filiales, dont cinq filiales
correspond à des activités d’infrastructures de communication et
régionales (SPIE Ile-de-France Nord-Ouest, SPIE Ouest-Centre,
de technologies de l’information.

(1) Estimation de la Société sur la base de sa production 2018 et du chiffre d’affaires publié par les principaux concurrents du Groupe pour l’exercice clos le 31 décembre 2018.

26 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Les activités du groupe

SPIE Sud-Ouest, SPIE Sud-Est et SPIE Est), ainsi que deux filiales En 2017, le Groupe a acquis la société S-Cube, une société spécialisée
spécialisées : SPIE Facilities, pour les services de facility management
et la maintenance des bâtiments, et SPIE CityNetworks, pour les
services aux infrastructures de télécommunication les réseaux
dans la conception, l’intégration et la maintenance d’infrastructures
digitales, avec une expertise particulière dans les solutions pour
data centers et l’hyper-convergence. L’intégration réussie de cette
1
extérieurs d’énergie, et l’e-Mobilité. société en 2018 contribue à la croissance et à la l’expertise de SPIE
sur ce marché.
Dans le cadre de son projet d’entreprise « Ariane » initié en 2017,
SPIE a créé en date du 1er janvier 2018, une société Holding « SPIE Le Groupe maîtrise les solutions et les services nécessaires à la
France » filiale de SPIE Operations qui a pour but de donner une conception, à la mise en œuvre et à l’infogérance de systèmes
autonomie de fonctionnement à la France comparable à celle des d’information et de communication durables et évolutifs. Il
filiales dans les autres pays (Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, accompagne ses clients dans la définition et la mise en œuvre de leur
Belgique, Suisse). système d’information et de communication, dans son optimisation,
son exploitation et son appropriation par les utilisateurs. En 2018,
Dès le 1er janvier 2018, la société SPIE France, en tant que société de
le CEA-CESTA confie à SPIE France la refonte totale des moyens
tête des activités de SPIE en France, s’est vue attribuer les moyens
de contrôle-commande et supervision des différents centres
centraux nécessaires à l’animation de l’ensemble des filiales
d’essais ainsi que la cybersécurité. Par son choix, le CEA confirme
françaises qui lui ont été juridiquement rattachées dès le deuxième
les bénéfices de l’approche intégrée et de la complémentarité
trimestre 2018. Cette structure permet d’assurer le développement
des expertises du Groupe pour lui assurer une solution fonctionnelle
du segment « France » en liaison avec le Groupe et en synergie avec
et fiable. En 2018, l’activité cloud et services managés de SPIE ICS a
les autres pays.
obtenu la certification ISO 27001. L’obtention de cette certification,
Dans le cadre du projet d’entreprise « Galiléo », le Groupe a par dédiée à la sécurité des systèmes d’information, est l’aboutissement
ailleurs fusionné au 30  juin  2018 ses cinq filiales régionales de la mise en place d’un système de management de la sécurité de
de proximité en une seule filiale dénommée «  SPIE Industrie l’information (SMSI) performant et fiable au sein de cette activité.
et Tertiaire » qui comprend deux Business Unit (BU) : la BU Industrie
Le Groupe entend apporter à ses clients de nouveaux services en les
et la BU Tertiaire.
accompagnant dans la conception, la mise en œuvre et l’infogérance
Cette réorganisation dote le segment « France » d’une nouvelle filiale d’infrastructures plus économes en énergie et plus respectueuses
nationale pour mieux répondre à l’attente des clients industriels et de l’environnement.
tertiaires du Groupe, à savoir :
Une partie des services ICT sont proposés par le Groupe par
● permettre à SPIE France d’apporter des réponses globales et une l’intermédiaire d’une autre filiale que SPIE ICS : SPIE CityNetworks. Il
qualité de service homogène sur l’ensemble du territoire national ; s’agit de services propres aux infrastructures de télécommunications
● regrouper les expertises et innovations spécifiques pour partager tels que l’installation de points haut de téléphonie mobile, le
l’excellence du savoir-faire SPIE ; déploiement d’infrastructures très haut débit, le raccordement
clients en fibre optique (notamment dans le cadre des programmes
● capitaliser sur les relations de proximité avec les clients et
Ftth Fiber to the Home), ou encore les systèmes pour les postes
partenaires du Groupe.
de supervision et de contrôle du trafic ferroviaire ou routiers. Le
Le Groupe s’adresse à l’ensemble des acteurs de l’économie et à Groupe fournit en outre des services de maintenance pour de grands
tous les secteurs (industrie, tertiaire, ministères, administrations). opérateurs de télécommunication tels qu’Orange.
Parmi les principaux clients Grands Comptes auxquels le Groupe Les contrats conclus par le Groupe en tant qu’intégrateur comportent
fournit des services d’ingénierie électrique, figurent notamment EDF, dans la quasi-totalité des cas une activité de maintenance associée à
Total, SFR, Orange, Free, Airbus, SNCF ou encore BNP Paribas. Dans la fourniture des services d’intégration. Ces contrats sont conclus de
les domaines du génie climatique et mécanique, les clients du Groupe manière générale pour une durée d’un an avec reconduction tacite
sont respectivement des entités du secteur tertiaire et des sociétés ou pour une durée de trois ans. Les contrats par lesquels le Groupe
du secteur industriel et des infrastructures dont, par exemple Airbus fournit des prestations d’infogérance ont une durée comprise entre
Group, Société Générale, Renault, Michelin, Peugeot, Naval group, trois et six ans.
GSK, Boehringer Ingelheim ou encore Sanofi. En 2018, SPIE ICS
et SPIE CityNetworks associent leurs savoir-faire complémentaires Le Groupe sert des milliers de clients répartis en deux catégories : les
et remportent le marché de la Ville de Courbevoie. Les nouveaux Entreprises de Tailles Intermédiaires (comptant entre 500 et 5 000
services « Safe and Smart City » répondent parfaitement aux utilisateurs), marché sur lequel le Groupe entend se développer
besoins des citoyens et aux enjeux de la ville en matière de vidéo davantage, et les Grands Comptes (incluant des grandes sociétés
surveillance urbaine, d’infrastructures de communication (mise en cotées telles qu’Airbus Group, Société Générale, des ministères et
place de réseau de communication dans la ville, du haut débit et de des administrations comme le Ministère français de la Défense et
la fibre optique ainsi que du WIFI dans 28 bâtiments). Pôle Emploi par exemple, de grandes centrales d’achat hospitalières
publiques comme UNIHA).

INFORMATION & COMMUNICATIONS TECHNOLOGY


SERVICES
1.5.3 GERMANY & CENTRAL EUROPE
En France, le Groupe propose tous les services liés aux systèmes
de l’information et de communication, notamment des services
Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2018, le segment Germany
contribuant à co-construire et intégrer l’environnement de travail
& Central Europe a généré une production de 2 164 millions d’euros,
digital puis à l’infogérer et l’optimiser comme l’accompagnement
soit 32 % de la production consolidée du Groupe, et un EBITA de
dans la transition vers le cloud, la cybersécurité, la valorisation et
133 millions d’euros, soit 33,4 % de l’EBITA consolidé du Groupe.
la gestion des données.
En s’appuyant sur sa filiale SPIE Deutschland & Zentraleuropa
Le Groupe opère dans des secteurs variés tels que l’aéronautique,
(« SPIE DZE »), le Groupe opère principalement en Allemagne,
la grande distribution, la banque et assurance, la santé, ou encore
Pologne, République Tchèque, Hongrie et Slovaquie. SPIE DZE
les collectivités locales et les services de l’Etat.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 27


1 PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Les activités du groupe

offre une gamme de services comprenant la gestion technique des les actifs et employés relatifs à l’activité de câblage sous-marin, ainsi
installations, des solutions d’efficacité énergétique, des services que les obligations contractuelles au titre des opérations futures,
techniques aux réseaux de transmission et de distribution de soient transférés à Boskalis. Sous réserve de la réalisation des
l’énergie, ainsi que dans les domaines de l’électricité et de la sécurité, conditions usuelles, la transaction devrait être finalisée au cours
du génie climatique et des technologies de l’information et de la du premier semestre 2019. Le reste de la division Gas & Offshore
communication. En Allemagne le Groupe compte désormais environ inclut principalement une activité de construction plus traditionnelle,
12 200 collaborateurs au 31 décembre 2018 (en excluant les activités pour laquelle un processus de cession distinct est en cours.
Gas & Offshore).
Le 1er avril 2019, le Groupe a annoncé la signature d’un accord pour
Le Groupe est présent dans toutes les grandes régions acquérir la société Christof Electrics GmbH & Co KG, société qui
métropolitaines industrielles allemandes (Basse-Saxe, Hambourg, propose des solutions complètes dans les domaines de l’ingénierie
Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Rhin-Neckar, Saxe, Stuttgart, Munich, électrique, de l’automatisation, des technologies de mesure, de
Nuremberg Berlin, etc.). contrôle et de régulation. Cette acquisition permettra au Groupe
de s’implanter en Autriche et d’y offrir une part importante de
Les clients du Groupe en Allemagne sont issus d’une grande
son portefeuille de services. La clôture finale de la transaction est
diversité de secteurs : finance, santé, immobilier, transports, semi-
attendue d’ici mai 2019 et est soumise à l’approbation des autorités
conducteurs, automobile, opérateurs de réseaux de transmission et
de la concurrence.
de distribution d’électricité, et incluent des acteurs privés et publics,
tels que 50Hertz, Amprion, Commerzbank, Daimler, Deutsche Bahn, En dehors de SPIE DZE, le Groupe opère en Suisse où il propose, en
E.ON, ENBW, EWE, Innogy, Lufthansa, MunichRE, Siemens, Tennet s’appuyant sur environ 500 collaborateurs (au 31 décembre 2018),
ainsi que plusieurs administrations publiques. une offre globale de services multitechniques.
La croissance s’est poursuivie, à la fois grâce à la prolongation ou
au renouvellement de contrats existants ainsi qu’à la signature de
nouveaux contrats. Dans les domaines de la gestion technique des 1.5.4 NORTH-WESTERN EUROPE
installations et de l’efficacité énergétique, BMW, Commerzbank et
Daimler ont renouvelé leur partenariat avec SPIE DZE en 2018.
Le segment North-Western Europe inclut les activités du Groupe aux
Dans le domaine de la Transmission et de la Distribution, plusieurs
Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Belgique.
contrats cadres avec des clients de longue date ont été renouvelés
avec succès. Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2018, le segment North-
Western Europe a généré une production de 1 498 millions d’euros,
Dans le domaine des services M&E, SPIE DZE a étendu sa relation
soit 22 % de la production consolidée du Groupe, et un EBITA de
commerciale avec l'opérateur de data centers Interxion, qui a
53 millions d’euros, soit 13,3 % de l’EBITA consolidé du Groupe.
confié à SPIE DZE la mise en œuvre technique complète de son
nouveau data center « FRA14 » à Francfort-sur-le-Main. SPIE DZE
fournira l’ensemble des équipements techniques et des installations (I) PAYS-BAS
intérieures du futur data center, qui s’étendra sur 4 600 m2. L’éventail
Grâce à sa filiale SPIE Nederland, le Groupe intervient aux Pays-Bas
des services comprend la planification du projet, la construction
depuis 1997 dans des phases de conception, de construction et de
sèche et intérieure technique, les travaux électriques en tant
maintenance dans différents environnements : systèmes de réseaux
qu’entrepreneur principal, les systèmes de sécurité et la mécanique.
(FttX), lignes aériennes à haute tension, installations énergétiques,
Dans le domaine d’activité d’ICS, le Groupe s’est vu confier par énergies renouvelables, infrastructures de transport (ponts, écluses,
Deutsche Messe Hannover de nouveaux contrats en sécurité tunnels) et d’éclairage public, sites industriels,bâtiments, avec
incendie et équipement multimédia. Les deux sociétés intensifient notamment des compétences en matière de protection incendie et
leur fructueuse collaboration qui couvre également l’alimentation de services aux systèmes d’information et de communication. Il offre
électrique et les équipements de sécurité. SPIE poursuivra le également des services de conseil en maintenance et développe
remplacement des installations d’alarme incendie du parc des des logiciels d’inspection et de maintenance pour les installations
expositions d’Hanovre et prendra en charge leur maintenance pour industrielles et les réseaux.
cinq ans. SPIE installera également de nouveaux équipements
Le Groupe dispose au 31  décembre  2018 d’environ 4  300
multimédia dans les locaux de la Deutsche Messe AG.
collaborateurs.
Le 6 novembre 2018, SPIE a finalisé avec succès l’acquisition de
Le Groupe intervient aux Pays-Bas pour des clients issus du
FLM Freileitungsmontagen GmbH (« FLM »). Créée en 2007 et basée
secteur privé et du secteur public, tels que KPN, Rijkwaterstaat,
à Lienz en Autriche, FLM opère principalement en Allemagne dans
des collectivités locales, TenneT, BP, Vopak, Dow, Exxon, DSM, Ahold,
l’installation de lignes électriques aériennes. Cette acquisition
Schiphol, Erasmus Medical Center et Sitech.
permet à SPIE de renforcer son expertise dans le secteur des
réseaux de distributions électriques en milieu difficile. Les grimpeurs En 2018, SPIE Nederland a participé à la réalisation d’un pont
industriels de FLM sont spécialement entrainés à opérer en milieu cyclable mobile construit à partir de matières premières naturelles
alpin et préalpin. La société génère une production de l’ordre de dans la province de la Frise (Pays-Bas). Plus léger et nécessitant
4 millions d’euros. moins d’entretien, ce pont pour vélos conçu en matière plastique
renforcée de fibres, remplacera le pont actuel sur le canal de Van
Le 21 décembre 2018 le Groupe a annoncé la signature d’un accord
Harinxma et garantira un passage sécurisé et facilité pour les plus
avec Royal Boskalis Westminster N.V. (‘Boskalis’) pour la cession de
gros navires.
son activité de câblages sous-marin en Allemagne. Cette activité
constitue la majeure partie de la division Gas & Offshore acquise avec Par ailleurs, en 2018 SPIE Nederland a installé le premier poste
SAG en mars 2017 et pour laquelle un processus de cession avait été de transformation souterrain des Pays-Bas sous la place Vrijthof
initié peu de temps après. Cette cession s’inscrit dans la stratégie à Maastricht. SPIE Nerderland a été chargée de la conception, de
de SPIE de se concentrer sur son cœur de métier, caractérisé par l’installation, de la mise en service et des opérations de maintenance
des contrats de services multi techniques récurrents, de taille du système et des activités connexes, le tout sans perturber la
unitaire limitée et à faible risque. La transaction prévoit que tous circulation.

28 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Les activités du groupe

En 2018, SPIE Nederland a accompagné la municipalité de Schagen pour les secteurs industriels et des infrastructures, ainsi que sur
dans la réalisation de ses objectifs d’efficacité énergétique et
de neutralité carbone, en remplaçant plus de 11 000 systèmes
d’éclairage public par des luminaires LED sur l’ensemble de la
les services multitechniques pour le secteur commercial et depuis
mai 2018 aussi dans les métiers des systèmes d’information et
de communication. Dans le secteur industriel, le Groupe intervient
1
ville. Cette opération majeure a permis à Schagen de réduire auprès d’acteurs industriels majeurs tels que Total, J&J, Solvay,
ses émissions de CO2, ainsi que sa consommation et ses coûts BASF, Exxon, GSK et AKZO Nouryon et financiers comme ING, pour
énergétiques. des travaux de maintenance et des projets d’ingénierie. En outre,
le Groupe intervient pour une multitude de PME. Dans le domaine
des infrastructures, les régions (Bruxelles, Flandre, Wallonie) et le
(II) ROYAUME-UNI transport public (la STIB à Bruxelles, De Lijn en Flandre et la SNCB
Le Groupe opère au Royaume-Uni via sa filiale SPIE UK, qui compte au niveau national) sont les principaux clients du Groupe, aussi bien
au 31  décembre  2018 plus de 3  000 collaborateurs, et offre pour des projets d’ingénierie que pour des travaux récurrents.
une gamme de services techniques et d’assistance couvrant la Les services proposés par le Groupe concernent notamment la
conception mécanique et électrique, l’installation, les tests et les maintenance des installations techniques dans les bâtiments et
mises en service, ainsi que la maintenance et le facility management dans les infrastructures de transport (notamment tunnels, systèmes
sur le long terme. d’information trafic), l’installation et la maintenance d’ascenseurs et
Les clients du Groupe au Royaume-Uni sont des entités du secteur le montage et remplacement des compteurs d’électricité et de gaz.
privé mais également des entités du secteur public ; ils incluent En outre, le Groupe est un acteur majeur dans le métier du génie
notamment Unite, NDG, Co Op, Royal Mail Group, Pirbright Institure, climatique et bénéficie d’une position d’ingénierie solide dans les
Gatwick, Heathrow ainsi que Tate. secteurs hospitalier et bancaire et dans la rénovation de bâtiments
de bureaux.
En 2018, SPIE UK a développé une solution technique sur mesure lors
de la réalisation de travaux sur l’infrastructure de refroidissement et En 2018, Elia, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité
du remplacement d’équipements-clés au sein du Shell Centre situé à haute tension en Belgique, est resté un client très important du
dans le quartier londonien de South Bank. Ce mécanisme unique Groupe. Beaucoup d’investissements sont prévus dans le cadre de
exploite la Tamise adjacente à des fins de rejet de la chaleur grâce la transformation énergétique et le transport des courants haute
à l’élaboration d’un système distinctif de filtration et de pompage. tension des pays voisins.
En qualité de maître d’œuvre principal et concepteur, SPIE UK a Par ailleurs en 2018, le marché de l’E-Mobility a démarré notamment
significativement réduit les coûts pour Shell, diminué l’empreinte grâce à la conclusion de contrats avec IONITY (dans le cadre d’un
carbone de l’immeuble, et offert une solution écologique. appel d’offre Européen) et le groupe D’Ieteren, importateur de toutes
Egalement en 2018, SPIE UK a signé un contrat avec The Pirbright les marques du groupe Volkswagen.
Institute, un centre d’excellence de classe mondiale spécialisé dans
la recherche et la surveillance des maladies virales des animaux
d’élevage et des virus transmissibles de l’animal à l’homme. Les
travaux prévoient la conception, l’installation et la mise en service 1.5.5 OIL & GAS AND NUCLEAR
des équipements intérieurs d’un nouveau laboratoire exempt
d’organismes pathogènes spécifiques (EOPS) et s’étaleront sur Le segment Oil & Gas and Nuclear a généré au cours de l’exercice
sept mois. clos le 31 décembre 2018 une production de 487 millions d’euros,
soit 7 % de la production consolidée du Groupe, et un EBITA de
En 2018, SPIE UK a remporté un contrat avec Next Generation Data 46 millions d’euros, soit 11,5 % de l’EBITA consolidé du Groupe.
(NGD), l’opérateur du plus grand datacentre de niveau « tier 3+ »
d’Europe, pour la conception et l’installation de trois nouvelles
salles informatiques. Les travaux s’inscrivent dans le cadre de (I) OIL & GAS
l’investissement de plusieurs millions de livres sterling récemment
Le Groupe propose une large gamme de services dans le secteur
consenti par NGD afin de poursuivre le développement de son
Oil & Gas afin d’accompagner sa clientèle, composée de majors du
infrastructure d’envergure mondiale et d’entamer sa toute dernière
secteur pétrolier, de compagnies pétrolières nationales, de sociétés
phase d’expansion de plus de 23 000 m2 supplémentaires.
industrielles et d’ingénierie, relevant notamment de l’industrie
chimique et pétrochimique.
(III) BELGIQUE Le marché des services techniques à l’industrie pétrolière et
Le Groupe opère en Belgique et au Luxembourg par le biais gazière couverts par le Groupe est composé des segments d’activité
de sa filiale SPIE Belgium, qui dispose au total d’environ 1 850 suivants :
collaborateurs pour pouvoir proposer une offre globale de services ● la production et la maintenance, qui comprennent l’exploitation
multitechniques et ICS. et l’entretien des installations de production pour le compte de
La Belgique est un des plus anciens marchés du Groupe, avec compagnies pétrolières (main-d’œuvre et équipement) ainsi que
une présence depuis 1946. Cette position s’est renforcée dans les services de formation connexes ;
les dernières années à travers plusieurs acquisitions. En 2018, le ● les projets de nouvelles constructions, qui comprennent
Groupe a acquis le groupe Systemat, spécialisé dans les services l’ingénierie, l’approvisionnement et la construction de nouvelles
aux systèmes d’information et de communication. installations de production on-shore et off-shore ainsi que les
services de formation connexes ;
Le portefeuille de clients du Groupe est équilibré et ceux-ci opèrent
dans le secteur privé comme dans le secteur public. Les services ● les projets de rénovation, qui comprennent l’ingénierie,
fournis par le Groupe sont centrés sur l’électricité haute tension, l’approvisionnement et la construction relatifs à la mise aux
basse tension et courants faibles, l’instrumentation et la tuyauterie normes des installations de production on-shore et off-shore
existantes ainsi que les services de formation connexes ;

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 29


1 PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Les activités du groupe

● les prestations liées au démarrage de nouvelles unités ou de d’autres acteurs majeurs de l’industrie pétrolière et gazière tels que
nouvelles installations (pré-commissioning, commissioning, Chevron, ENI, ExxonMobil et Shell. Ses clients incluent également
et démarrage) incluant l’expertise de nos spécialistes et le des sociétés pétrolières indépendantes, telles que Maurel & Prom ou
déploiement de méthodologies dédiées ; et Perenco, des sociétés pétrolières nationales, comme la Sonatrach
● les services d’assistance aux activités d’exploration et de forage (Algérie), Qatargaz (Qatar) KNPC (Koweit), ou encore Sonangol
(ateliers, équipement, etc.). (Angola). Enfin, il intervient pour des sociétés d’ingénierie, des
sociétés de construction, des sociétés de services, et des sociétés
En outre, le Groupe offre des services d’ingénierie et délivre des
pétrochimiques et industrielles.
solutions destinées aux installations on-shore et off-shore durant
toutes les phases d’un projet. Il s’agit notamment de prestations de
conseil et d’audit, d’installation et de support technique portant sur (II) NUCLÉAIRE
les systèmes de télécommunications et des systèmes de contrôle et
Le Groupe est un acteur de longue date de la filière nucléaire
de sécurité des installations de production et de pipelines.
française, ayant notamment participé à la construction des 58
Le Groupe propose une vaste gamme de services destinés au support réacteurs nucléaires français. Au travers de sa filiale SPIE Nucléaire,
à l’exploitation et à la maintenance des installations pétrolières le Groupe accompagne depuis plus de trente ans les opérateurs du
on-shore et off-shore. Il intervient ainsi lors de la mise en service cycle du combustible nucléaire en France comme à l’international.
des sites d’exploitation en fournissant du personnel, des logiciels
Par les prestations proposées, le Groupe intervient sur la quasi-
permettant d’accélérer le développement de la documentation du
totalité du cycle du combustible nucléaire : de la fabrication au
projet et de faciliter la gestion durant l’exécution de ce dernier. Le
retraitement-recyclage du combustible nucléaire, de la production
Groupe offre en outre des services de maintenance. L’intervention
d’électricité, du conditionnement et du stockage des déchets,
du Groupe dans le domaine de la maintenance peut également être
jusqu’au démantèlement d’installations nucléaires.
associée au support à l’exploitation de la production (démarrage de la
production, contrôle qualité, etc.) Enfin, le Groupe fournit des services Plus particulièrement, le Groupe propose des solutions d’ingénierie
de maintenance et rénovation dédiés aux machines tournantes et sur l’ensemble du cycle de vie des installations et dans les métiers
des solutions de traitement des sols contaminés et de nettoyage du génie électrique, génie mécanique, génie climatique et génie
de bacs pétroliers. nucléaire. Ainsi, son offre couvre les domaines d’activités suivants :
les travaux neufs, les travaux sur site en exploitation (centrales
En novembre  2018, le groupe multinational de pétrole et gaz
nucléaires, usines du cycle du combustible), la maintenance et le
ENI a confié à SPIE Oil &Gas Services la maintenance de ses
démantèlement.
équipements sur ses sites onshore au Congo et au Ghana. Le
contrat de maintenance multi-métiers portant sur ses sites on- En constructions neuves, le Groupe participe aux côtés d’EDF, depuis
shore a démarré le 1er août 2018 pour une durée de 3 ans plus 2007, à la construction de l’EPR sur le site de Flamanville en France,
2 options de 1 an chacune. 208 collaborateurs sont mobilisés réacteur nucléaire de troisième génération, où il est en charge
pour assurer cette prestation, dont 204 employés congolais et 4 des installations électriques générales comprenant les études,
expatriés. Les équipements concernés sont notamment les turbines, les approvisionnements, les montages (structures de chemins
compresseurs, systèmes de contrôle, instruments, machines de câbles, tirage et raccordements des câbles). Il a par ailleurs
tournantes, équipements électriques, tuyauterie. De même, SPIE Oil accompagné ORANO, ex-Areva, de 2008 à 2013 sur la construction
& Gas Services Ghana a remporté un contrat de maintenance multi- de ses nouvelles installations de la vallée du Rhône (telles que l’usine
métiers portant sur les sites on-shore de ENI Ghana. Ce contrat de d’enrichissement d’uranium Georges Besse II).
maintenance mobilise une équipe permanente de 15 collaborateurs.
Le Groupe intervient par ailleurs sur des travaux d’amélioration ou
Par ailleurs, le Groupe développe et fournit des solutions de de réinvestissement sur les sites en exploitation. Dans ce domaine,
développement des compétences, notamment en prenant en le Groupe s’est vu attribuer en 2016 et à l’issue d’un processus
charge le recrutement et la formation des équipes pour le compte d’appel d’offres de 4 ans, un contrat comprenant la rénovation des
de nombreux groupes internationaux pétroliers et/ou gaziers. Le systèmes de protection contre les radiations de toutes les centrales
Groupe a notamment développé des processus de sélections de nucléaires en France dans le cadre de la mise en œuvre du projet
candidats pour un nombre important de projets complexes qui « Grand Carénage », programme d’investissement majeur déployé
couvrent tous les métiers de l’exploitation et de la maintenance. par EDF pour améliorer la sûreté et la disponibilité de ses centrales
Par ailleurs, le Groupe a développé une offre comprenant la création nucléaires en vue d’obtenir les autorisations de prolonger la durée
de centres de formation, en particulier destinés aux entreprises de vie des installations au-delà des 40 ans. Ce programme inclut
pétrolières qui, dans de nombreux pays, sont soumises à une forte notamment le remplacement des générateurs de vapeur, la maîtrise
pression pour diminuer leur dépendance au personnel expatrié et du risque incendie, la modernisation du contrôle commande, ou
augmenter le recours aux équipes nationales. encore l’obsolescence des matériels. Le Groupe a également obtenu
plusieurs contrats dans ce domaine et remplacera notamment plus
Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2018, le Groupe a mobilisé
de 200 Groupes Froids dans les dix années à venir, sur l’ensemble
plus de 3 100 personnes pour offrir ses services dans près de 21
du parc électronucléaire français.
pays à travers des filiales et succursales présentes dans quatre
régions du monde : Europe (France et Belgique), Afrique (notamment Par ailleurs, le Groupe accompagne également la mise aux normes
en Algérie, Angola, Congo, Gabon et Nigeria) où le Groupe réalise imposée par l’Autorité de sûreté nucléaire (l’« ASN ») à la suite de
la plus grande partie de sa production de ses activités Pétrole- l’accident de Fukushima, qui concerne l’ensemble des exploitants
Gaz, Asie-Pacifique (notamment en Australie, Indonésie, Malaisie, nucléaires, et plus particulièrement EDF, exploitant les centrales
Bangladesh, Myanmar et Thaïlande) et Moyen-Orient (notamment électronucléaires françaises. Les principaux travaux qui en
Émirats Arabes Unis, Irak, Qatar et Arabie Saoudite et Koweït). résultent concernent des aménagements des installations visant
à garantir dans des conditions extrêmes l’alimentation électrique
Le développement des activités du Groupe dans le secteur Pétrole-
des installations, le maintien des fonctions de refroidissement
Gaz est en partie dû aux liens historiques que le Groupe entretient
(avec la mise en place de réserves d’eau), l’intégrité des barrières
avec le groupe Total, qui demeure le premier client du Groupe sur
de protection (vérification de la tenue au séisme) et les capacités de
ce secteur. Le Groupe dispose par ailleurs de liens solides avec
conduite des installations et d’intervention des secours (construction

30 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Organigramme

de centres de crise locaux, et mise en place de la force d’action notamment des prestations d’études de scénarios de démantèlement
rapide nucléaire).
Pour l’ensemble de ses clients, le Groupe assure des prestations
de maintenance sur tous les domaines de l’électricité, de
ou d’études de sûreté ainsi que des prestations complètes de
démantèlement. Actuellement, le Groupe intervient sur les sites
EDF de Bugey et Creys Malville, ainsi que sur les sites ORANO de
1
Pierrelatte, du Tricastin et de La Hague.
l’instrumentation, du contrôle commande et de la mécanique.
En 2018, SPIE Nucléaire et SPIE Facilities ont remporté un contrat Par ailleurs, le Groupe propose des services d’ingénierie tels que la
de maintenance multi-technique des bâtiments et infrastructures du fabrication et la mise en service d’ensembles mécaniques (boîtes
site d’ITER, à Cadarache (Bouches-du-Rhône) pour les cinq années à à gants, nucléarisation d’équipements industriels) et d’outillage
venir. Jusqu’à la mise en service prévue en 2030, le périmètre confié spécialisé (robots d’intervention, outils de découpe) répondant à
par ITER va progressivement intégrer les 60 bâtiments tertiaires et des exigences ou des scénarios d’intervention en milieu hostile et/
nucléaires et leurs utilités. ou confiné.
En 2018 le Groupe a acquis la société Fluigetec, spécialisée dans Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2018, le Groupe a mobilisé
l’installation, contrôle et maintenance des réseaux de distribution de sa filiale dédiée SPIE Nucléaire, soit 2 000 personnes pour répondre
gaz en milieu industriel pour renforcer la couverture des services aux besoins de ses clients, dont les principaux sont EDF, ORANO et
attendus par nos clients. le Commissariat à l’Énergie Atomique et aux Énergies Alternatives.
Les services à l’industrie nucléaire sont ainsi principalement fournis
Enfin, le Groupe est présent sur les activités et les problématiques
par le Groupe en France.
liées au démantèlement d’installations. Le Groupe propose

1.6 ORGANIGRAMME RFA

1.6.1 ORGANIGRAMME JURIDIQUE DU GROUPE

ORGANIGRAMME SIMPLIFIÉ DU GROUPE AU 31 DÉCEMBRE 2018


Les pourcentages indiqués dans l’organigramme ci-dessous représentent une détention en capital de la Société au 31 décembre 2018 :

Caisse des Dépôts


et Placement Actionnariat
FFP Invest Management Public
du Québec Salarié

12,06 % 4,74 % 4,35 %

5,46 % SPIE SA 73,39 %


RCS 532 712 825

100 %

Financière SPIE
RCS 490 683 463

100 %

SPIE Operations
RCS 399 258 755

100 %

Filiales opérationnelles

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 31


1 PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Organigramme

1.6.2 FILIALES ET PARTICIPATIONS ● SPIE Oil and Gas Services est une société par actions simplifiée
de droit français, au capital de 14 426 000 euros, dont le siège
social est situé 10 avenue de l’Entreprise, 95863 Cergy-Pontoise,
et immatriculée sous le numéro 709 900 245 du Registre du
(I) PRINCIPALES FILIALES AU 31 DÉCEMBRE 2018
commerce et des sociétés de Pontoise. Elle est la société holding
Les principales filiales directes ou indirectes de la Société sont du Groupe pour les activités pétrolière et gazière ;
décrites ci-après : ● SPIE Belgium est une société anonyme de droit belge, au capital de
● SPIE France est une société par actions simplifiée de droit français, 15 100 000 euros, dont le siège social est situé Rue des Deux Gares
au capital de 87 506 181,92 euros, dont le siège social est situé 150, 1070 Bruxelles, Belgique, et immatriculée sous le numéro
10 avenue de l’Entreprise, 95863 Cergy-Pontoise, et immatriculée 1139014-73. Elle est la société holding du Groupe pour les activités
sous le numéro 823 461 611 au Registre du commerce et des de services multitechniques en Belgique ;
sociétés de Pontoise. Elle est la société holding du Groupe pour ● SPIE Nederland B.V. est une société anonyme (Besloten
les activités en France ; Vennootschap) de droit néerlandais, au capital de 57 450 000 euros,
● SPIE Nucléaire est une société par actions simplifiée de droit dont le siège social est situé à Huifakkerstraat 15, 4815 PN Breda,
français, au capital de 1 458 976 euros, dont le siège social est situé Pays-Bas, et immatriculée sous le numéro NL 804695234B16. Elle
10 avenue de l’Entreprise, 95863 Cergy-Pontoise, et immatriculée est la société holding du Groupe pour les activités de services
sous le numéro 662 049 287 au Registre du commerce et des multitechniques aux Pays-Bas ;
sociétés de Pontoise. Elle est la société holding du Groupe pour ● SPIE UK Limited est une société à responsabilité limitée (Limited
les activités liées à l’industrie nucléaire ; company) de droit anglais, au capital de 50 000 002 livres sterling,
● SPIE ICS est une société par actions simplifiée de droit français, dont le siège social est situé 33 Gracechurch Street, Londres EC3V
au capital de 16 240 000 euros, dont le siège social est situé 53 0BT, Royaume Uni et immatriculée sous le numéro 07201157. Elle
boulevard de Stalingrad, 92247 Malakoff, et immatriculée sous le est la société holding du Groupe pour les activités de services
numéro 319 060 075 au Registre du commerce et des sociétés de multitechniques ainsi que les activités liées à l’industrie nucléaire
Nanterre. Elle est la société holding du Groupe pour les activités au Royaume-Uni ;
de communication ; ● SPIE Deutschland & Zentraleuropa est une société à responsabilité
● SPIE Industrie & Tertiaire est une société par actions simplifiée limitée (Gesellschaft mit beschränkter Haftung) de droit allemand,
de droit français, au capital de 81 070 272 euros, dont le siège au capital de 10 000 000 euros, dont le siège social est situé
social est situé 4 avenue Jean Jaurès, BP 19, 69320 Feyzin, Balcke-Dürr-Allee 7, 40882 Ratingen, Allemagne, et immatriculée
et immatriculée sous le numéro 440 055 861 au Registre du sous le numéro HRB 80683. Elle est la société holding du Groupe
commerce et des sociétés de Lyon. Elle est la société holding du pour les activités de services multitechniques en Allemagne ;
Groupe pour les activités de services multitechniques en France ● SPIE Schweiz AG est une société anonyme (Aktiengesellschaft) de
dans les domaines de l’Industrie et du Tertiaire ; droit suisse, au capital de 1 100 000 francs suisses, dont le siège
● SPIE Facilities est une société par actions simplifiée de droit social est situé Industriestrasse 50a, 8304 Wallisellen, Suisse, et
français, au capital de 35 277 460,44 euros, dont le siège social est immatriculée sous le numéro CHE-443.369.585. Elle est la société
situé 1/3 place de la Berline, 93287 Saint-Denis, et immatriculée holding du Groupe pour les activités de services multitechniques
sous le numéro 538 700 022 au Registre du commerce et des en Suisse.
sociétés de Bobigny. Elle est la société holding du Groupe pour La note  27 des comptes consolidés pour l’exercice clos le
les activités de maintenance du bâti et de facility management ; 31 décembre 2018, tels qu’inclus au paragraphe 4.4.1 du présent
● SPIE CityNetworks est une société par actions simplifiée de droit Document de référence, détaille l’ensemble des sociétés entrant
français, au capital de 35 704 166,12 euros, dont le siège social est dans le périmètre de consolidation du Groupe.
situé 1/3 place de la Berline, 93287 Saint-Denis, et immatriculée
sous le numéro 434 085 395 au Registre du commerce et des
(II) ACQUISITIONS ET CESSIONS RÉCENTES
sociétés de Bobigny. Elle est la société holding du Groupe pour les
activités de réseaux extérieurs et de services télécom ; Les acquisitions et cessions récentes du Groupe sont décrites au
paragraphe 4.1.3 du présent Document de référence.

32 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS
Dispositif industriel et patrimoine immobilier

1.7 RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT,


BREVETS ET LICENCES RFA 1
Le Groupe n’a pas d’activité significative en recherche et commerciaux, marques de services ou marques commerciales
développement et ne possède pas de brevet ou licence significatif. n’est essentiel à son activité. Toutes les marques du Groupe sont
protégées en France et au sein de l’Union Européenne. Le Groupe
Le Groupe utilise différents noms commerciaux, marques et noms de
a également déposé divers noms de domaines, en particulier
domaine dans le cadre de son activité. À l’exception de la marque et
www.spie.com, dont l’extension a été déclinée pour couvrir les
du logo « SPIE », le Groupe considère qu’aucun de ses autres noms
principaux pays européen (notamment « .fr », « .be » et « .de »).

1.8 DISPOSITIF INDUSTRIEL


ET PATRIMOINE IMMOBILIER

La majorité des sites du Groupe sont des bureaux et des entrepôts valeur au bilan des terrains et constructions du Groupe était de
ou magasins. En matière immobilière, la politique du Groupe est de 52,2 millions d’euros. Le Groupe estime que ces biens immobiliers
louer les biens immobiliers, plutôt que de les acquérir, de préférence sont suffisants pour couvrir ses besoins actuels et que des espaces
en prenant des baux commerciaux. Le Groupe est ainsi locataire de adaptés supplémentaires pourraient être disponibles si cela s’avère
son siège social à Cergy-Pontoise. nécessaire.
Au cours de l’exercice clos le 31  décembre  2018, le Groupe a De manière générale, les métiers du Groupe n’exigent pas
consacré 74,4 millions d’euros au titre de ses loyers et charges d’investissements significatifs en équipements ; ses principaux
locatives et 23,6 millions d’euros pour la maintenance de ses biens besoins en équipements et en fournitures incluent les véhicules et
immobiliers. La plupart de ces dépenses sont relatives à des baux engins ainsi que la location de matériels légers.
dont le terme se situe à plus d’un an. Au 31 décembre 2018, la

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 33


1 PRÉSENTATION DU GROUPE ET DE SES ACTIVITÉS

34 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


2
FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE RFA

2.1 FACTEURS DE RISQUES 36 2.3 CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DES RISQUES 51


2.1.1 Risques liés aux secteurs d’activités du Groupe 36 2.3.1 Présentation du dispositif de contrôle interne
2.1.2 Risques liés aux activités du Groupe 38 et de gestion des risques 51
2.1.3 Risques liés à la Société 42 2.3.2 Les principaux acteurs du contrôle interne
2.1.4 Risques de marché 44 et de la gestion des risques et de leur pilotage 53
2.1.5 Risques juridiques 47 2.3.3 Efficacité du dispositif de contrôle interne
et de gestion des risques 54
2.1.6 Risques liés à la modification des normes comptables 50
2.3.4 Procédure de contrôle interne et de gestion des risques
2.2 ASSURANCE ET COUVERTURE DES RISQUES 50 mises en place par la Société relatives à l’élaboration
et au traitement de l’information financière et comptable 55

© Igor Stevanovic

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 35


2 FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

2.1 FACTEURS DE RISQUES

Les investisseurs, sont invités à examiner l’ensemble des informations contenues dans le présent Document de référence,
y compris les facteurs de risques décrits ci-dessous. Ces risques sont, à la date du présent Document de référence, ceux
dont la Société estime que la réalisation serait susceptible d’avoir un effet défavorable significatif sur le Groupe, son
activité, sa situation financière, ses résultats ou ses perspectives. L’attention des investisseurs est toutefois attirée sur
le fait que la liste des risques présentée au paragraphe 2.1 du présent Document de référence n’est pas exhaustive et
que d’autres risques, inconnus ou dont la réalisation n’est pas considérée, à la date du présent Document de référence,
comme susceptible d’avoir un effet défavorable significatif sur le Groupe, son activité, sa situation financière, ses résultats
ou ses perspectives, peuvent ou pourraient exister ou survenir.

2.1.1 RISQUES LIÉS AUX SECTEURS des exploitations, l’assistance technique et la fourniture de tubulaires
D’ACTIVITÉS DU GROUPE pour les forages et installations pétrolières, dites activités OCTG (Oil
Country Tubular Goods) opérées en Angola par la société SONAID. Bien
que cette situation ait déjà eu un impact sur les résultats du Groupe
en 2017 et 2018, le prix du pétrole pourrait, s’il devait se maintenir à
2.1.1.1 RISQUES LIÉS AUX CONDITIONS ÉCONOMIQUES ce niveau ou diminuer davantage, continuer à impacter négativement
ET LEUR ÉVOLUTION les activités des clients du Groupe dans le secteur Oil & Gas, et par
L’évolution de la demande en services est, de façon générale, liée à conséquent affecter de manière significative les activités, la situation
celle des conditions macroéconomiques, notamment à l’évolution du financière, les résultats et les perspectives du Groupe.
produit intérieur brut dans les pays où le Groupe exerce son activité Enfin, à la suite de la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union
ainsi qu’au niveau des dépenses privées et publiques en matière européenne (Brexit), le Groupe a été négativement impacté en 2018
d’installations et équipements nouveaux ou existants. De manière par un recul de l’activité au Royaume-Uni dans un contexte
générale, les périodes de récession ou de déflation sont susceptibles d’incertitude économique et politique générale. Pour l’exercice clos
d’avoir un impact négatif sur la demande en services (voir les le 31 décembre 2018, la production du Groupe réalisée au Royaume-
paragraphes 1.4.1 et 4.1.1 du présent Document de référence). Au Uni a représenté environ 6 % de sa production consolidée. Le Groupe
cours de l’exercice clos le 31 décembre 2018, le Groupe a réalisé ne peut exclure que cette décision n’ait pas d’autres impacts négatifs
96 % de sa production en Europe, dont 41 % en France. À la date sur son activité et ses résultats, notamment en cas de dégradation
d’enregistrement du présent Document de référence, la croissance de la conjoncture économique au Royaume-Uni.
reste limitée dans l’Union européenne, et notamment en France,
même si elle montre une amélioration notoire sur la période récente.
Les prévisions de croissance du Fonds Monétaire International 2.1.1.2 RISQUES LIÉS AU NIVEAU DES DÉPENSES
pour l’année 2019 sont de 1,6 % dans l’Union européenne et de PUBLIQUES
1,5 % en France) (source : FMI, Perspectives de l’économie mondiale,
Le secteur public constitue une part importante de la clientèle
janvier 2019).
du Groupe, en particulier en France. Il a ainsi représenté environ
Généralement, pendant les périodes de récession économique, 13 % de la production consolidée du Groupe pour l’exercice clos le
les clients diminuent de façon significative leurs dépenses en 31 décembre 2018 et 13 % pour l’exercice clos le 31 décembre 2017.
équipements, ce qui affecte la capacité du Groupe à vendre les Le marché du secteur public est impacté par les orientations et
services associés aux projets de construction ou d’extension de décisions politiques et administratives concernant le niveau des
nouveaux équipements ou d’infrastructures. En particulier, certaines dépenses publiques. Au cours des dernières années, la situation
industries, notamment la construction immobilière et l’industrie économique a affecté significativement les ressources des
lourde, ont réduit fortement leur niveau d’activité au cours des gouvernements et autres entités publiques et conduit à la mise en
dernières années. En outre, le Groupe a fait face à une baisse de place de politiques strictes de réduction des dépenses publiques.
la demande en services d’installation, en particulier de la part des Ces politiques pourraient menacer la poursuite de certains
producteurs d’acier, des constructeurs automobiles et de leur chaîne investissements dans lesquels le Groupe est impliqué et entraver
d’approvisionnement. Par ailleurs, certains clients du Groupe peuvent la mise en œuvre de nouveaux projets d’investissements significatifs
connaître des difficultés financières pouvant entraîner des retards de par les acteurs publics. Enfin, certains de ces acteurs, dans un
paiement, voire des impayés. Si la conjoncture économique actuelle contexte de crise économique et d’endettement élevé, pourraient
devait perdurer, voire se dégrader, cela pourrait donc avoir un effet ne pas être en mesure d’effectuer leurs paiements dans les délais
défavorable significatif sur le Groupe, son activité, sa situation convenus ou plus généralement de faire face à leurs engagements.
financière, ses résultats et ses perspectives.
Si les difficultés de certains acteurs publics devaient s’accroître et
Par ailleurs, bien que le prix du pétrole, ait progressivement augmenté la tendance à la réduction significative des dépenses publiques se
au cours des exercices clos les 31 décembre 2017 et 2018, il reste à un poursuivre, cela pourrait avoir un effet défavorable significatif sur
niveau bas. Cette situation affecte négativement, par des réductions le Groupe, son activité, sa situation financière, ses résultats et ses
de dépenses d’exploitation et des baisses d’investissements et perspectives.
particulièrement dans le domaine du forage et des géosciences,
les activités du Groupe dans le secteur Oil & Gas i.e. la maintenance

36 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

2.1.1.3 RISQUES LIÉS À L’ENVIRONNEMENT appels d’offres, sans aucune assurance d’être finalement retenu.
CONCURRENTIEL Même dans les cas où un contrat lui est attribué, les profits réalisés
peuvent être inférieurs aux prévisions initiales ou les ventes peuvent
Le Groupe fait face à une concurrence intense de la part d’acteurs s’avérer insuffisantes pour assurer la rentabilité du projet concerné.
divers. Parmi les concurrents du Groupe figurent notamment des Plus généralement, les conditions de réalisation peuvent s’avérer
grandes entreprises internationales aux ressources plus importantes différentes de celles prévues lors de l’élaboration de l’offre dans
et dont les autres branches d’activité leur permettent de disposer d’une la mesure où elles dépendent de nombreux paramètres, parfois
clientèle accessible pour leurs activités de services techniques. Par difficilement prévisibles, tels que l’accessibilité au chantier, la
ailleurs, certains services, à moindre valeur technique, peuvent être disponibilité de personnels qualifiés, les intempéries, la hausse des
fortement concurrencés localement par de plus petits concurrents prix du pétrole et des matières premières utilisés dans les matériaux
qui disposent d’un fort relationnel et d’une présence locale établie.
En outre, le secteur des services techniques est très fragmenté, en
particulier en dehors de la France, et la capacité du Groupe à s’appuyer
sur, et conserver, un réseau local dense est essentiel au développement
qu’achète le Groupe pour les installer sur les sites des clients (le
cuivre pour les câbles, par exemple) sans que ces coûts puissent
être répercutés sur les clients. La difficulté à prévoir la réalité des
coûts et les conditions de réalisation finale peuvent ainsi affecter
2
du Groupe. Un mouvement de consolidation des différentes activités fortement les marges réalisées sur ses projets, et ainsi avoir un
des concurrents du Groupe, qu’ils soient internationaux, nationaux, effet défavorable significatif sur l’activité du Groupe, sa situation
régionaux ou locaux pourrait accroître la concurrence dans les financière, ses résultats et ses perspectives.
secteurs d’activités dans lesquels intervient le Groupe, modifier le
paysage concurrentiel de l’industrie des services techniques et, en
particulier si le Groupe ne pouvait prendre part à cette consolidation, 2.1.1.5 RISQUES LIÉS AUX PARTENARIATS
entraîner des pertes de parts de marché, une diminution du chiffre PUBLIC-PRIVÉ
d’affaires du Groupe et/ou une baisse de sa rentabilité.
Dans le cadre de ses activités, le Groupe peut être amené à conclure
Cette forte concurrence oblige le Groupe à fournir des efforts des partenariats public-privé (« PPP »). Les PPP (à l’exemple des
constants en matière de compétitivité afin de convaincre ses clients Private Finance Initiatives au Royaume Uni) permettent d’attribuer à des
de la qualité et de la valeur ajoutée de ses services. Le Groupe est entreprises privées des missions de construction ou de transformation,
également tenu de développer régulièrement de nouveaux services d’entretien, de maintenance, d’exploitation ou de gestion d’ouvrages,
afin de maintenir ou améliorer sa position concurrentielle. En dépit d’équipements ou de biens immatériels nécessaires au service public,
de ces efforts, si les clients du Groupe ne discernaient pas la qualité ainsi que tout ou partie de leur financement. Après un développement
et la valeur ajoutée de ses offres, notamment par rapport à celles important au cours des dernières années, dans un contexte de crise
de ses concurrents, ou si celles-ci ne correspondaient pas à leurs financière, de réduction des dépenses publiques et de maîtrise de
attentes, l’activité du Groupe et ses résultats financiers pourraient l’endettement des collectivités publiques, le développement des PPP
en être significativement affectés. connait actuellement un certain ralentissement. Certains contrats
Enfin, les clients se concentrent de plus en plus sur la maîtrise du coût publics du Groupe peuvent néanmoins être conclus ou réattribués,
global de leurs installations. Aussi, les prix proposés sont un facteur à leur terme, sous la forme de PPP. Dans certains cas, ces contrats
important pour la reconduction des contrats à leurs échéances, en confient au partenaire privé une mission globale comprenant
particulier pour les contrats pluriannuels, et dans le cadre des appels différentes activités dont certaines dans lesquelles le Groupe n’est
d’offres pour de nouveaux contrats. Le Groupe peut ainsi être soumis pas présent, comme celles relevant du bâtiment-travaux publics
à une pression sur les prix de ses services. (hôpitaux, bâtiments). Le Groupe peut ainsi être confronté à un risque
de perte ou de non-obtention de certains contrats, les acteurs publics
Ces pressions concurrentielles pourraient entraîner une réduction de préférant se tourner vers des acteurs multidisciplinaires, notamment
la demande pour les services fournis par le Groupe et le contraindre des groupes de construction qui disposent de leurs propres branches
à diminuer ses prix de vente ou à engager des investissements de services techniques, ce qui peut les avantager pour l’obtention
importants afin de conserver le niveau de qualité de service attendu des projets PPP.
par ses clients, ce qui pourrait avoir un effet défavorable significatif sur
son activité, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives. Si le Groupe ne parvenait pas à s’adapter aux exigences des clients
en matière de PPP ou plus généralement s’il ne parvenait pas à
pénétrer suffisamment le marché des PPP, cela pourrait avoir un
2.1.1.4 RISQUES LIÉS AUX APPELS D’OFFRES effet défavorable significatif sur son activité, sa situation financière,
ses résultats et ses perspectives.
Les contrats conclus par les sociétés du Groupe sont souvent
attribués à l’issue d’un processus concurrentiel, sous forme
d’appels d’offres, en particulier dans le cadre des marchés publics. 2.1.1.6 RISQUES LIÉS AUX ÉVOLUTIONS
L’attribution du contrat dépend notamment de la perception des DES TECHNOLOGIES
clients concernant les prix et la qualité des services proposés par ET DES NORMES INDUSTRIELLES
les acteurs consultés ; ainsi le Groupe pourrait perdre des appels
d’offres s’il n’était pas en mesure de démontrer ses atouts, ce qui Les activités du Groupe requièrent un niveau de qualification
pourrait affecter significativement le développement de ses activités. technologique élevé sur une grande variété de prestations techniques.
De plus, les appels d’offres et les décisions prises dans ce cadre Le Groupe doit ainsi constamment adapter son expertise afin
peuvent faire l’objet de procédures, notamment contentieuses, visant d’identifier et intégrer les innovations technologiques, les nouvelles
à les remettre en cause ou à obtenir une indemnisation, susceptibles normes industrielles, les nouveaux produits et les nouvelles attentes
de perturber la mise en œuvre du contrat correspondant ou son des clients. Les nouvelles technologies ou les changements des
économie. Enfin, en cas de non-renouvellement des contrats publics, standards ainsi que les évolutions dans la demande de services
ceux-ci doivent généralement être remis en concurrence dans le sont susceptibles de rendre obsolètes ou non viables les offres
cadre de nouveaux appels d’offres. de services du Groupe. Afin de rester toujours en première ligne
des entreprises du secteur en anticipant les attentes des clients,
Par ailleurs, le Groupe est susceptible d’engager des sommes et des le Groupe doit en permanence améliorer son savoir-faire ainsi que
moyens humains importants afin de préparer et de participer à ces l’efficacité et la rentabilité de ses offres, ce qui peut le conduire à

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 37


2 FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

accroître ses charges opérationnelles ou à réaliser des dépenses soumis à une forte exposition médiatique (notamment les activités
d’investissement importantes sans assurance de les rentabiliser Pétrole-Gaz et Nucléaire).
dans les conditions anticipées.
Le succès du Groupe au cours des dernières années est largement
Si le Groupe ne parvenait pas à anticiper et intégrer à temps les lié à sa réputation en tant qu’entreprise figurant parmi les leaders du
évolutions des technologies et des normes industrielles, cela pourrait marché et fiable sur une large gamme de prestations, en particulier
affecter sa relation avec ses clients et sa position concurrentielle ce pour des services nécessitant un degré d’expertise élevé. Cette
qui pourrait avoir un effet défavorable significatif sur son activité, sa réputation a permis de consolider la position du Groupe et a contribué
situation financière, ses résultats et ses perspectives. fortement à son développement. Bien que le Groupe contrôle
étroitement la qualité de ses prestations, il ne peut garantir qu’il
ne rencontrera pas dans certains secteurs d’activités et/ou zones
2.1.1.7 RISQUES LIÉS AUX TENDANCES EN MATIÈRE géographiques des difficultés liées à la qualité ou la fiabilité de ses
D’EXTERNALISATION prestations ou plus généralement à sa capacité à fournir le niveau
Au-delà de la conjoncture économique, l’augmentation de la demande de service annoncé à ses clients. La survenance de tels événements,
en services techniques est également influencée par certaines en particulier en cas de couverture médiatique importante, pourrait
tendances générales du marché, notamment la tendance croissante affecter fortement la réputation du Groupe, notamment auprès de
à l’externalisation, en particulier sur certains marchés du Groupe où ses clients, et ainsi avoir un effet défavorable significatif sur son
le taux d’externalisation est faible par rapport à des marchés plus activité, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives.
matures comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne.
Le développement de l’externalisation des services techniques est 2.1.2.2 RISQUES LIÉS À LA GESTION DE PROJETS
néanmoins susceptible d’être affecté par des décisions politiques,
Le Groupe propose un large éventail de prestations techniques
telles que la mise en œuvre des nouvelles réglementations, qui
dans le cadre de ses projets. Afin de s’assurer que ses projets sont
pourraient affecter la demande publique et privée dans ce domaine
conduits de manière efficace, le Groupe s’appuie sur une expertise
et ainsi en freiner le développement, voire affecter des contrats
importante en gestion de projets et de chantiers, notamment pour
existants. En outre, le Groupe ne peut, de manière générale, garantir
évaluer les coûts de ses prestations et optimiser leur réalisation
que cette tendance à l’externalisation perdurera à l’avenir ; en
pendant la durée du contrat. Les compétences déterminantes pour
particulier, certains acteurs économiques, publics ou privés,
la performance et la rentabilité d’un projet sont la capacité du
pourraient être conduits à réinternaliser certains services techniques
Groupe à prévoir de manière précise les coûts du projet, à évaluer
afin d’en rependre directement la maîtrise. Si l’évolution vers une
correctement les différentes ressources (notamment humaines)
plus grande externalisation devait se ralentir, voire s’interrompre,
nécessaires à sa réalisation, à gérer efficacement les prestations
cela pourrait avoir un effet défavorable significatif sur l’activité, la
des sous-traitants, et à prendre en charge des événements d’ordre
situation financière, les résultats et les perspectives du Groupe.
technique qui pourraient affecter et retarder la conduite du projet. En
pratique, une mauvaise gestion de projet peut ainsi générer des coûts
2.1.1.8 RISQUES LIÉS AU DÉVELOPPEMENT de réalisation additionnels significatifs et des délais supplémentaires
DE L’« ÉCONOMIE VERTE » entraînant des retards dans le paiement de ses prestations ou encore
portant atteinte à sa réputation. En outre, pour la réalisation de
Le Groupe entend accompagner le développement de l’« économie certains projets, notamment pour les projets les plus importants, le
verte », notamment en proposant des solutions techniques d’efficacité Groupe est conduit à intervenir dans le cadre de groupements ou de
énergétique et une offre de services dédiée aux énergies renouvelables. consortiums, dont le bon fonctionnement nécessite la coordination
Le développement de l’« économie verte » dépend en grande partie de leurs différents membres. Des divergences peuvent survenir entre
des politiques nationales et internationales de soutien aux économies les membres de ces groupements ou des défaillances de certains
d’énergie et à ces sources d’énergie (notamment les réglementations membres se produire, rendant difficile la gestion, voire la réalisation
en matière d’exigences d’efficacité énergétique des bâtiments, ou du projet. De tels événements pourraient avoir un effet défavorable
encore les quotas et mesures fiscales incitatives pour les énergies significatif sur l’activité, la situation financière, les résultats et les
de source renouvelable), ainsi que de la prise de conscience par les perspectives du Groupe.
entreprises des enjeux environnementaux. Bien que ces dernières
années aient été marquées par une sensibilité croissante des acteurs
économiques à ces problématiques, le Groupe ne peut exclure, 2.1.2.3 RISQUES LIÉS À LA SÉCURITÉ ET À LA SANTÉ
notamment compte tenu des politiques de réduction des coûts des AU TRAVAIL
acteurs publics et privés, que ce soutien puisse se ralentir, voire, dans
Les ressources humaines constituant le fondement de l’activité
une certaine mesure, s’interrompre. Un tel événement pourrait avoir
du Groupe, la réglementation en matière de droit du travail, et
un effet défavorable significatif sur les activités, la situation financière,
notamment en matière de sécurité et de santé au travail, affecte
les résultats et les perspectives du Groupe.
particulièrement son activité. Bien que le Groupe déploie des efforts
significatifs pour veiller à la conformité à cette réglementation, il ne
peut garantir l’absence d’éventuels manquements. Le non-respect
2.1.2 RISQUES LIÉS AUX ACTIVITÉS par le Groupe, ses salariés ou ses sous-traitants de ces obligations
pourrait entraîner des amendes d’un montant significatif, des
DU GROUPE
réclamations à l’encontre du Groupe et de l’entreprise employeur
liées à la violation de ces dispositions ou la perte d’habilitations et
qualifications. Par ailleurs, cette réglementation est sujette à des
2.1.2.1 RISQUES LIÉS À LA RÉPUTATION DU GROUPE évolutions régulières en vue de son renforcement ; l’adaptation de
La réputation du Groupe est essentielle dans la présentation de ses l’organisation du Groupe afin de s’y conformer est susceptible de
offres de services et afin de fidéliser ses clients et d’en conquérir de générer des coûts additionnels significatifs.
nouveaux. Par ailleurs, le Groupe opère dans des domaines d’activité Le Groupe est exposé au risque d’accidents de ses salariés, sur
leurs lieux de travail ou lors de trajets. Les salariés du Groupe

38 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

travaillant dans les activités Pétrole-Gaz et du nucléaire sont en défavorable significatif sur son activité, sa situation financière ses
outre particulièrement exposés aux risques liés à leurs lieux et résultats et ses perspectives.
conditions de travail, par nature dangereux. Certains salariés du
En outre, le Groupe recourt pour certaines de ses activités à un
Groupe travaillent dans ou à proximité d’installations nucléaires,
nombre important de salariés intérimaires. Il ne peut garantir
pétrolières ou gazières et sont par conséquent potentiellement
que ces salariés intérimaires ont dans tous les cas des niveaux
sujets à des risques liés à des incidents ou accidents affectant
de formation, qualification et fiabilité strictement identiques à ceux
ces installations. En dépit de l’attention portée à la sécurité et aux
de ses salariés permanents, ce qui peut entrainer une baisse de
conditions de travail, le Groupe ne peut exclure l’accroissement, en
qualité des prestations ou encore un taux plus important d’accidents
fréquence comme en quantité, d’accidents du travail et maladies
du travail susceptibles d’affecter négativement la réputation et les
liées au travail.
activités du Groupe.
Enfin, de nouvelles technologies, ainsi que la mise en place de
nouvelles procédures, services, outils et machines pourraient avoir
des effets non anticipés sur les conditions de travail des salariés du
2.1.2.6 RISQUES LIÉS AUX ACQUISITIONS
2
Groupe. Par ailleurs, ses salariés sont susceptibles d’être exposés En complément de sa croissance organique, le Groupe s’est
à des matériaux qui, même s’ils sont considérés comme inoffensifs développé au cours des dernières années par le biais de l’acquisition
aujourd’hui, pourraient dans le futur être réputés dangereux pour la de nombreuses sociétés de services régionaux telles que,
santé, comme ce fut le cas pour l’amiante dans le passé. L’insécurité en 2018, la société Systemat en Belgique, spécialiste de la gestion
des conditions de travail peut également conduire à un turnover d’équipements, de logiciels et d’infrastructures ICT et de Buchet, une
important, accroître le coût des projets pour les clients et augmenter société spécialisée dans l’installation électrique et principalement
les coûts d’exploitation du Groupe de manière significative. active dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (France), ainsi
La survenance de tels événements pourrait avoir un effet défavorable que par de nombreuses acquisitions de petite taille, qui lui ont
significatif sur l’activité, la situation financière, les résultats et les permis de consolider son offre et sa présence sur ses marchés
perspectives du Groupe. géographiques. En 2017, le Groupe a en outre procédé à l’acquisition
du groupe allemand SAG, fournisseur de services et de systèmes
pour les réseaux d’électricité, de gaz et de télécommunications, qui a
2.1.2.4 RISQUES LIÉS AU RECRUTEMENT réalisé en 2016 un chiffre d’affaires consolidé de 1,3 milliard d’euros.
ET AU MAINTIEN DE PERSONNELS CLÉS Le Groupe entend poursuivre son développement et étendre ses
ET TECHNIQUES activités grâce à l’acquisition de sociétés, principalement de petite
et moyenne taille, qui correspondent à ses critères stratégiques et
Dans les activités de services techniques, le succès dépend de la
financiers. Dans le cadre de sa stratégie de croissance, le Groupe
capacité à identifier, attirer, former, retenir et motiver un personnel
peut notamment rencontrer les difficultés suivantes :
hautement qualifié. Le Groupe est ainsi confronté dans ses secteurs
d’activité à une vive concurrence. Le Groupe pourrait ainsi ne pas ● l’identification de cibles appropriées, en ligne avec la stratégie de
être en mesure d’attirer, intégrer ou conserver un nombre suffisant croissance externe du Groupe, pourrait s’avérer difficile ;
de salariés qualifiés, ce qui pourrait nuire à ses activités et son ● l’intégration de nouvelles sociétés pourrait engendrer des coûts
développement. substantiels, ainsi que des retards ou d’autres difficultés d’ordre
En outre, le développement des activités du Groupe requiert financier et opérationnel ;
l’acquisition, le maintien et le renouvellement d’une grande variété ● les synergies financières et opérationnelles attendues pourraient
de compétences afin d’être en adéquation avec les évolutions et prendre plus de temps que prévu, voire ne pas se réaliser en tout
les attentes du marché. Le Groupe pourrait ne pas être en mesure ou partie ;
de trouver des candidats qualifiés, de former son personnel aux ● les acquisitions pourraient nécessiter une attention accrue des
nouvelles technologies ou encore de recruter et former les dirigeants dirigeants du Groupe au détriment de la gestion de ses autres
nécessaires dans les zones géographiques ou secteurs d’activité activités ;
dans lesquels il intervient. En outre, en période de croissance forte,
● les acquisitions peuvent déclencher des clauses de changement
le Groupe pourrait rencontrer des difficultés à recruter et conserver
de contrôle dans les contrats auxquels la société cible est partie ;
son personnel qualifié avec un risque de hausse des coûts salariaux
et de baisse de la qualité des services qu’il fournit. ● les hypothèses avancées dans le plan d’affaires des sociétés
acquises pourraient s’avérer incorrectes, notamment en matière
Si le Groupe ne parvenait pas à faire face à ces défis posés par de synergies et performances ;
les ressources humaines, facteur clé pour son développement, cela
pourrait avoir un effet défavorable significatif sur son activité, sa ● les acquisitions effectuées pourraient conduire le Groupe à
situation financière ses résultats et ses perspectives. supporter des passifs plus importants que ceux évalués lors de
la phase de due diligence d’acquisition ;
● le Groupe pourrait être contraint de céder ou limiter la croissance
2.1.2.5 RISQUES LIÉS AUX SALARIÉS ET INTÉRIMAIRES externe de certaines entreprises afin d’obtenir les autorisations
De manière générale, les salariés du Groupe fournissent des services règlementaires nécessaires à ces acquisitions, notamment en
dans des locaux et dans des lieux appartenant ou exploités par matière de droit de la concurrence ;
ses clients. En conséquence, le Groupe pourrait être sujet à des ● l’acquisition d’une nouvelle société pourrait s’accompagner de la
réclamations en relation avec les éventuels dommages subis par perte de certains employés et contrats clés ; et
des clients au titre soit de leurs actifs, soit de l’exercice de leurs ● l’acquisition de nouvelles sociétés pourrait générer des contraintes
activités, soit de l’utilisation non autorisée ou du comportement juridiques imprévues.
fautif ou tout acte délictuel commis par des salariés du Groupe
ou toute autre personne ayant accédé de façon non autorisée aux De manière générale, les bénéfices attendus des acquisitions futures
locaux de clients dans le cadre de l’exécution de ses prestations. ou réalisées pourraient ainsi ne pas se concrétiser dans les délais
Ces réclamations pourraient être significatives et pourraient en et aux niveaux attendus, ce qui pourrait avoir un effet défavorable
outre affecter la réputation du Groupe, ce qui pourrait avoir un effet significatif sur l’activité, la situation financière, les résultats et les
perspectives du Groupe.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 39


2 FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

2.1.2.7 RISQUES LIÉS À LA CORRUPTION réputation et avoir un effet défavorable significatif sur son activité,
ET À L’ÉTHIQUE sa situation financière, ses résultats et ses perspectives.

Dans le cadre de ses activités, le Groupe peut être confronté à des


risques liés à la corruption, en particulier à travers son activité 2.1.2.10 RISQUES LIÉS AUX CONTRATS RELEVANT
Pétrole-Gaz pour laquelle le Groupe est présent dans des pays dont DU SECTEUR PUBLIC
certains connaissent un niveau élevé de corruption. Le Groupe a
Une part importante des activités du Groupe est réalisée avec des
mis en place des politiques, procédures et formations pour ses
entités du secteur public, notamment au Royaume-Uni et en France
salariés en matière d’éthique et de règlementation anti-corruption.
et, dans une moindre mesure, en Belgique, en Allemagne et aux Pays-
Cependant, il ne peut pas garantir que ses salariés, fournisseurs,
Bas. Le secteur public a représenté environ 13 % de la production
sous-traitants ou autres partenaires commerciaux se conformeront
consolidée du Groupe au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018.
aux exigences de son code de bonne conduite, à son éthique ainsi
qu’aux règlementations et exigences légales en vigueur. S’il n’était En raison des règlementations concernant les marchés publics,
pas en mesure de faire respecter ses politiques et procédures telles que les règles de l’Union européenne en matière d’appels
anticorruption, le Groupe pourrait faire l’objet de sanctions civiles d’offres, et de la nature des contrats conclus avec les entités du
et pénales, notamment d’amendes dont les montants peuvent être secteur public, certaines clauses contractuelles, notamment celles
importants, voire d’exclusions de certains marchés. La survenance relatives au prix, à la durée, à la faculté pour un sous-traitant de
de tels événements pourrait avoir un effet défavorable significatif céder/transférer ses créances sont beaucoup plus encadrées
sur sa réputation, son activité, sa situation financière, ses résultats que les clauses similaires des contrats de droit privé. Certains de
et ses perspectives. ces contrats contiennent également des clauses exorbitantes du
droit commun, permettant, dans certains cas et sous certaines
limites (notamment sous condition d’indemnisation), à l’entité
2.1.2.8 RISQUES LIÉS AUX SOUS-TRAITANTS cocontractante de procéder à une modification unilatérale, voire une
Un certain nombre des services fournis aux clients du Groupe le résiliation des contrats concernés. Enfin, pour un nombre limité de
sont par l’intermédiaire de sous-traitants agissant au nom et pour contrats, eu égard au principe de continuité du service public, le
le compte du Groupe qui demeure responsable des prestations Groupe pourrait ne pas être en mesure de rompre unilatéralement
exécutées par ces sous-traitants. En conséquence, il est exposé un contrat jugé non rentable.
au risque lié à la gestion de ces sous-traitants et au risque que
ces derniers ne réalisent pas leur mission de façon satisfaisante 2.1.2.11 RISQUES LIÉS AUX ACTIVITÉS
ou dans les temps impartis. Une telle situation pourrait mettre en
DANS LE SECTEUR PÉTROLE-GAZ
cause la capacité du Groupe à tenir ses engagements, à respecter les
règlementations en cours ou à satisfaire les attentes de ses clients. L’activité Pétrole-Gaz est principalement déployée dans des pays
Dans certaines situations extrêmes, une mauvaise exécution par les émergents, et plus particulièrement en Afrique, au Moyen Orient et en
sous-traitants de leurs prestations pourrait entraîner la résiliation Asie du Sud Est. Au cours des dernières années, un certain nombre
par le client du contrat le liant au Groupe. Une telle situation pourrait de pays localisés dans ces régions ont fait face, à des degrés divers,
nuire à la réputation du Groupe et à sa capacité à obtenir de nouveaux à une instabilité économique et politique, des guerres civiles, ou
contrats ainsi que conduire à la mise en cause de sa responsabilité. encore des conflits et troubles sociaux violents. L’instabilité politique
Par ailleurs, en cas de défaillance des sous-traitants, le Groupe inclut notamment des changements significatifs de législation ou de
pourrait être contraint de réaliser des travaux non prévus ou de règlementation fiscale, des restrictions monétaires, la renégociation
fournir des services supplémentaires afin d’assurer la prestation ou encore l’annulation de contrats en cours, de permis, baux et
pour laquelle il s’est engagé. autres autorisations. De plus, l’activité pétrolière et gazifière peut
faire l’objet de nationalisation et d’expropriation dans certains pays
En outre, le Groupe est exposé au risque lié au contrôle opérationnel
où le Groupe est présent.
de ses sous-traitants, au regard de la qualification de leurs salariés
ainsi que de leur respect des lois en matière de droit du travail et de Par ailleurs, les installations et les salariés du Groupe font face
l’immigration. Enfin, certains sous-traitants pourraient se révéler ne à de nombreux risques en matière de sécurité dans ces régions,
pas être assurés ou ne pas disposer des ressources suffisantes pour tels que des actes de violence et de terrorisme et des atteintes à
faire face aux réclamations des clients résultant des dommages et la propriété ou à leur intégrité physique. Bien que le Groupe ait mis
pertes liés à leurs prestations. en place les mesures qu’il estime nécessaires afin de prévenir ce
type d’événements, il ne peut pas garantir que ces mesures seront
Ainsi, le non-respect par les sous-traitants du Groupe de leurs
totalement efficaces.
obligations contractuelles ou légales est susceptible de nuire à sa
réputation et d’avoir un effet défavorable significatif sur son activité, Dans le cadre de ses activités Pétrole-Gaz, le Groupe est exposé aux
ses résultats, sa situation financière et ses perspectives. fluctuations du prix du pétrole qui affectent son niveau d’activités
auprès de ses clients. En particulier, les acteurs du secteur Pétrole-
Gaz, en raison du faible niveau du prix du pétrole et de l’évolution
2.1.2.9 RISQUES LIÉS À DES RÉSILIATIONS ANTICIPÉES des conditions économiques, ont tendance à réduire leurs
OU À UNE NON-RECONDUCTION DE CONTRATS investissements, ce qui impacte négativement certains projets dans
SIGNIFICATIFS lesquels le Groupe est impliqué et, plus généralement, les activités
Une part importante des activités de maintenance et services du du Groupe, notamment celle, de fourniture de tubulaires pour les
Groupe est constituée de contrats à durée déterminée prévoyant forages et installations pétrolières, dites activités OCTG (Oil Country
une clause de résiliation anticipée au gré du client. Le Groupe ne Tubular Goods) opérées en Angola par la société SONAID.
peut garantir que les clients n’exerceront pas leur droit de résiliation La survenance de tels événements pourrait avoir un effet défavorable
anticipée ou qu’ils reconduiront bien leurs contrats à leur expiration. significatif sur les activités, la situation financière, les résultats et
La résiliation anticipée ou la non-reconduction à leur échéance de les perspectives du Groupe.
contrats importants du Groupe pourrait affecter négativement sa

40 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

2.1.2.12 RISQUES LIÉS AUX ACTIVITÉS 2.1.2.14 RISQUES LIÉS À LA DÉPENDANCE VIS-À-VIS
DANS L’INDUSTRIE NUCLÉAIRE DE CERTAINS CLIENTS
Dans le cadre de son activité dans le secteur du nucléaire, le Groupe Dans le cadre de ses activités dans le secteur Pétrole-Gaz et Nucléaire,
fournit des services à des opérateurs de l’industrie nucléaire, pour le Groupe réalise une part significative de sa production consolidée
l’essentiel situés en France. Le Groupe est, comme ses clients dans avec un nombre restreint de clients. Dans le secteur Pétrole-Gaz, les
cette industrie, soumis à des normes restrictives très nombreuses trois premiers clients représentent ainsi approximativement 40 % de
imposées par la France, l’Union européenne et d’autres organismes la production consolidée du Groupe dans ce secteur pour l’exercice
nationaux et internationaux s’agissant du fonctionnement et de la clos le 31 décembre 2018, alors que dans le secteur nucléaire, le
sécurité des installations nucléaires. En outre, de manière générale, Groupe réalise la quasi-totalité de sa production consolidée avec
et de manière encore accrue depuis les incidents survenus sur le trois clients.
site de Fukushima au Japon, le cadre règlementaire de l’industrie
nucléaire devient de plus en plus strict et difficile à mettre en œuvre,
ce qui accroît les ressources financières consacrées à la mise en
Plus généralement, les dix principaux clients représentent environ
17 % de la production consolidée du Groupe pour l’exercice clos le
2
31 décembre 2018. Bien que le Groupe entretienne généralement
conformité avec ces règlementations. Enfin, une règlementation
des relations commerciales de longue durée avec ses principaux
plus rigoureuse pourrait avoir des conséquences défavorables
clients, il n’est cependant pas en mesure de garantir que celles-ci,
sur la croissance à long-terme de l’industrie nucléaire, ce qui
de même que tous ses autres contrats et relations commerciales,
aurait nécessairement des conséquences défavorables sur le
seront effectivement renouvelées, et, plus généralement, qu’elles
développement des activités du Groupe dans ce secteur. Par
ne seront pas interrompues.
ailleurs, toute suspension prolongée de l’activité de ses clients pour
des raisons réglementaires, tels que des fermetures temporaires La perte d’un ou de plusieurs des clients ou contrats principaux du
des installations lors des contrôles périodiques de sécurité, peut Groupe (en cas de non renouvellement ou de résiliation anticipée
entraîner des temps importants d’arrêt de travail de ses équipes, par exemple), notamment dans les secteurs mentionnés ci-dessus,
dont les coûts pourraient ne pas être répercutés contractuellement. une réduction significative de ses prestations pour ces clients, un
changement substantiel des conditions régissant ses relations
Enfin, dans le cadre de ses activités dans le secteur nucléaire, le
commerciales avec eux ou encore la défaillance d’un de ses clients
recours à la sous-traitance étant étroitement limité, le Groupe se
pourraient avoir un effet défavorable significatif sur les activités,
repose essentiellement sur son propre personnel pour fournir ses
la situation financière, les résultats et les perspectives du Groupe.
services en raison des exigences des clients concernant la qualification
du personnel ayant accès à leurs installations, ce qui lui impose de
maintenir des salariés hautement qualifiés dans cette activité. 2.1.2.15 RISQUES LIÉS AUX RELATIONS AVEC CERTAINS
FOURNISSEURS
2.1.2.13 RISQUES LIÉS À LA PRÉSENCE DANS Le Groupe peut, pour certains services très spécifiques, s’appuyer
LES PAYS ÉMERGENTS sur un nombre limité de fournisseurs. C’est en particulier le cas dans
le cadre de son activité de communication, notamment en raison de
Bien qu’une part importante de sa production consolidée soit réalisée
la concentration des acteurs sur ce marché. En conséquence, toute
dans des pays d’Europe occidentale, le Groupe exerce aussi ses
pénurie ou augmentation significative des prix par ces fournisseurs
métiers sur d’autres marchés, notamment certains pays d’Europe
ainsi que toute dégradation ou modification des relations avec ces
Orientale, d’Afrique et d’Asie du Sud-Est.
fournisseurs ou encore toute défaillance de ces fournisseurs pourrait
D’une manière générale, les activités du Groupe dans ces pays avoir un effet défavorable significatif sur les activités, la situation
comportent des risques plus élevés que dans des pays d’Europe financière, les résultats ou les perspectives du Groupe.
occidentale, notamment une volatilité du produit intérieur brut,
une relative instabilité économique (les taux d’inflation y sont
fréquemment plus importants et fluctuants), un commerce informel
2.1.2.16 RISQUES LIÉS AUX RELATIONS SOCIALES
et non réglementé, des modifications parfois importantes de la Dans des activités faisant largement appel aux ressources humaines,
règlementation ou son application imparfaite, la nationalisation ou le maintien de relations harmonieuses avec les salariés et les
l’expropriation de biens privés (sans indemnités suffisantes pour institutions représentatives du personnel constitue un enjeu majeur.
reconstruire l’outil à l’identique), des difficultés de recouvrement, Bien que le Groupe veille étroitement au bon fonctionnement de
des difficultés à conserver les salariés, des troubles sociaux, ces relations et qu’il n’a pas connu par le passé de mouvements
d’importantes fluctuations des taux d’intérêt et de change, des sociaux significatifs, il ne peut garantir qu’aucune grève, action
risques de guerre, de troubles publics ou d’actes de terrorisme, des de revendication ou autre mouvement social ne viendra perturber
réclamations des autorités locales remettant en cause le cadre fiscal ses activités à l’avenir. De tels événements sont susceptibles de
initial ou l’application de stipulations contractuelles, des mesures de provoquer des interruptions d’activités et de nuire à la réputation
contrôle des changes et interventions ou restrictions défavorables du Groupe ; plus généralement, leur survenance pourrait avoir un
imposées par les gouvernements (notamment des limitations dans effet défavorable significatif sur les activités du Groupe, sa situation
le versement de dividendes ou de tout autre paiement provenant des financière, ses résultats et ses perspectives.
filiales étrangères, des retenues à la source ou toute autre imposition
assise sur des paiements ou des investissements réalisés par les
filiales étrangères et toute autre restriction imposée par les pouvoirs 2.1.2.17 RISQUES LIÉS À LA NON FORMALISATION
publics étrangers). DES CONTRATS
Bien que les activités du Groupe dans les pays émergents ne Conformément aux usages du commerce et des pratiques en vigueur
soient pas concentrées dans un seul pays, la survenance de tels sur les marchés sur lesquels le Groupe opère, un nombre important
événements ou circonstances dans l’un des pays émergents dans des accords conclus par le Groupe avec ses clients, en particulier
lesquels le Groupe est présent pourrait avoir un effet défavorable de petite taille, sont peu formalisés et consistent généralement en
significatif sur les activités, la situation financière, les résultats et des accords tarifaires périodiquement renégociés entre les parties
les perspectives du Groupe. ou en des bons de commande.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 41


2 FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

En conséquence, les conditions de renouvellement ou de importante résultant d’un incident, d’un virus informatique, d’une
reconduction de ces contrats ne sont pas formalisées et dépendent attaque informatique ou d’une autre cause aurait un effet négatif
dans une large mesure de la relation commerciale avec les clients sur la conduite de ses activités. Par ailleurs, le Groupe externalise
concernés. En outre, cette souplesse de fonctionnement peut se la fourniture de certains de ses systèmes d’information dans le but
traduire par une définition moins précise des droits des parties et, d’optimiser la gestion de ses ressources, et d’améliorer l’efficacité
en cas de désaccord entre les parties sur le contenu de leur accord, de son infrastructure informatique. Il s’appuie ainsi sur la qualité
conduire à des contestations, différends ou conflits qui pourraient du travail de ses prestataires de services et est donc, en dépit du
avoir un effet défavorable sur les activités, la situation financière, soin apporté à la sélection de ces partenaires, exposé au risque
les résultats et les perspectives du Groupe. de défaillance de leur part dans la réalisation de leurs obligations.
La survenance de tels événements pourrait ainsi avoir un effet
défavorable significatif sur les activités du Groupe.
2.1.2.18 RISQUES LIÉS AUX ENGAGEMENTS
DE RÉSULTAT PRIS DANS CERTAINS CONTRATS
Dans le cadre de ses activités, le Groupe conclut un certain nombre
de contrats aux termes desquels il prend un engagement de résultat
2.1.3 RISQUES LIÉS À LA SOCIÉTÉ
à l’égard de ses co-contractants. Tel est le cas notamment dans les
contrats de performance énergétique proposés par le Groupe, dans
le cadre desquels il s’engage sur un certain niveau de réduction 2.1.3.1 RISQUES LIÉS À LA STRUCTURE
des coûts énergétiques du client, ou encore de certains contrats de DE SOCIÉTÉ HOLDING
services techniques, dans le cadre desquels il s’engage sur un niveau
La Société est la société mère du Groupe ; en tant que société
de qualité de service mesuré par des indicateurs de performance.
holding, ses principaux actifs consistent donc en des participations
Le non-respect par le Groupe de son engagement de résultat directes ou indirectes dans ses différentes filiales qui génèrent les
pourrait donner lieu à une réduction, voire une suppression, de sa flux de trésorerie du Groupe. À cet égard, les revenus de la Société
rémunération ou encore à la résiliation anticipée du contrat. Si le proviendront essentiellement des dividendes reçus de ses filiales, de
Groupe ne parvenait ainsi pas à se conformer à ses engagements la facturation de prestations de services effectuées pour le compte
de résultat sur plusieurs contrats, cela pourrait ainsi avoir un effet des filiales, des intérêts et remboursements de prêts intragroupe par
défavorable significatif sur ses activités, sa situation financière, ses les filiales, ainsi que du produit d’intégration fiscale en tant que tête
résultats et ses perspectives. du groupe d’intégration fiscale et ses filiales françaises (directes ou
indirectes) détenues à 95 % et plus. De ce fait, les comptes sociaux
de la Société et leur évolution d’une année sur l’autre ne traduiront
2.1.2.19 RISQUES LIÉS À LA STRUCTURE que partiellement la performance du Groupe et ne reflèteront pas
DÉCENTRALISÉE DU GROUPE nécessairement les mêmes tendances que les comptes consolidés.
Le Groupe est organisé selon une structure de gestion décentralisée. En outre, la capacité des filiales à effectuer ces versements au profit
La stratégie du Groupe consiste en effet à privilégier la prise de de la Société peut être remise en cause en fonction de l’évolution
décisions et de responsabilités au niveau local afin de permettre une de leur activité ou de limites réglementaires. Les distributions
meilleure adaptation aux besoins locaux de ses clients. La croissance de dividendes ou les autres flux financiers peuvent également
du Groupe a été historiquement assurée grâce à des acquisitions, qui être limités en raison de l’existence d’engagements divers tels
ont nécessité l’intégration d’entreprises et équipes aux pratiques et que des conventions de crédit conclues par ces filiales (voir le
politiques très variées. Le Groupe ne peut garantir qu’il parviendra à paragraphe 2.1.3.3 du présent Document de référence) ou en raison
uniformiser et mettre en œuvre les meilleures pratiques qu’il s’est de contraintes fiscales rendant les transferts financiers plus difficiles
efforcé de développer pour ses activités en France. Compte tenu de ou plus coûteux.
l’étendue des activités du Groupe en Europe, en Afrique, en Asie et
au Moyen-Orient et de l’autonomie qu’il laisse à ses entités locales, il Toute réduction des dividendes versés par les filiales du Groupe à
ne peut exclure que des difficultés puissent survenir à l’avenir, telles la Société, soit à raison d’une dégradation de leurs résultats, soit à
que des dysfonctionnements dans le reporting au sein du Groupe. raison de contraintes règlementaires ou contractuelles, pourraient
Si le Groupe ne parvenait pas à gérer efficacement cette structure ainsi avoir un effet défavorable significatif sur les résultats, la
décentralisée, cela pourrait avoir un effet défavorable significatif sur situation financière et les perspectives du Groupe.
ses activités, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives
et affecter sa réputation. 2.1.3.2 RISQUES LIÉS AUX ÉQUIPES DE MANAGEMENT
Le succès du Groupe dépend dans une large mesure de la continuité
2.1.2.20 RISQUES LIÉS À UNE ÉVENTUELLE et des compétences de son équipe dirigeante actuelle, en particulier
DÉFAILLANCE DES SYSTÈMES INFORMATIQUES M. Gauthier Louette, Président-directeur général de la Société. En
DU GROUPE cas d’accident ou de départ de l’un ou plusieurs de ces dirigeants
ou d’autres personnels clés, le Groupe pourrait ne pas être en
Le Groupe s’appuie sur ses systèmes d’information pour assurer la
mesure de les remplacer facilement, ce qui pourrait affecter sa
conduite de ses activités (notamment pour le suivi et la facturation de
performance opérationnelle. Plus généralement, la concurrence
ses prestations, la communication avec ses clients, la gestion de son
pour le recrutement de cadres dirigeants est forte et le nombre
personnel et la fourniture des informations nécessaires aux différents
de candidats qualifiés est limité. Le Groupe pourrait ne pas être en
responsables opérationnels pour la prise de décisions). La gestion
mesure de retenir les services de ses dirigeants ou personnels clés,
de son activité est ainsi de plus en plus dépendante des systèmes
ou à l’avenir, attirer et garder des dirigeants et des salariés clés
d’information. Malgré une politique de renforcement continu de
expérimentés. En outre, dans le cas où ses dirigeants ou d’autres
la résilience et de la sécurisation des systèmes d’information et
salariés clés rejoindraient un concurrent ou créeraient une activité
des infrastructures informatiques, une panne ou une interruption

42 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

concurrente, le Groupe pourrait perdre des clients, une partie de son 2.1.3.3.2 Risques liés aux clauses restrictives
savoir-faire et des salariés clés qui les suivraient. Ces circonstances des contrats de financement
pourraient avoir un effet défavorable significatif sur les activités,
Le Contrat de Crédit Senior impose au Groupe de se conformer à
la situation financière, les résultats et les perspectives du Groupe.
des covenants, notamment financiers, et des ratios spécifiques (voir
le paragraphe 4.1.2 « Cash-flow et structure financière » du présent
2.1.3.3 RISQUES LIÉS À L’ENDETTEMENT ET AUX Document de référence). Ces covenants limitent, entre autres, la
CLAUSES RESTRICTIVES DES FINANCEMENTS capacité du Groupe à :
● procéder à des acquisitions et des investissements dans le cadre
2.1.3.3.1 Risques liés à l’endettement du Groupe de joint-ventures ;
Au 31 décembre 2018, le montant total de l’endettement net du
Groupe s’élevait à 1 349,1 millions d’euros (voir les notes 20.3 et
20.4 de l’annexe aux comptes consolidés pour l’exercice clos le


procéder à des prêts d’une quelconque façon ;
contracter tout endettement ou octroyer des garanties ;
constituer des suretés ;
2
31 décembre 2018 inclus au paragraphe 4.4.1 du présent Document
de référence). ● verser des dividendes ou d’autres paiements non autorisés ;
L’endettement du Groupe peut avoir des conséquences négatives, ● vendre, transférer ou céder des actifs ;
telles que : ● fusionner ou se regrouper avec d’autres sociétés ; et
● exiger du Groupe qu’il consacre une part significative des flux ● conclure des transactions avec des entités apparentées.
de trésorerie provenant de ses activités opérationnelles à la Les restrictions contenues dans le Contrat de Crédit Senior et les
rémunération et au remboursement de sa dette, réduisant ainsi la contrats relatifs aux programmes de titrisation de créances du
capacité du Groupe à affecter les flux de trésorerie disponibles pour Groupe pourraient affecter sa capacité à exercer ses activités, et
financer sa croissance organique, réaliser des investissements et limiter sa capacité à réagir en fonction des conditions du marché ou
pour d’autres besoins généraux de l’entreprise ; encore à saisir des opportunités commerciales qui se présenteraient.
● augmenter la vulnérabilité du Groupe au ralentissement de À titre d’exemple, ces restrictions pourraient affecter la capacité du
l’activité ou aux conditions économique ; Groupe à financer les investissements de ses activités, procéder
à des acquisitions stratégiques, des investissements ou des
● placer le Groupe dans une situation moins favorable par rapport
alliances, restructurer son organisation ou financer ses besoins en
à ses concurrents qui ont moins de dette par rapport à leurs flux
capitaux. De plus, la capacité du Groupe à respecter ces clauses
de trésorerie ;
restrictives pourrait être affectée par des événements indépendants
● limiter la flexibilité du Groupe pour planifier ou réagir aux de sa volonté, tels que les conditions économiques, financières
changements de ses activités et de ses secteurs ; et industrielles. Un manquement de la part du Groupe à ses
● limiter la capacité du Groupe à engager des investissements engagements ou ces restrictions, pourrait entrainer un défaut aux
destinés à sa croissance ; termes des conventions susvisées.
● limiter la capacité du Groupe à réaliser sa politique de croissance En cas de défaut auquel il ne serait pas remédié ou renoncé, les
externe ; et créanciers concernés pourraient mettre fin à leur engagement et/ou
● limiter la capacité du Groupe et de ses filiales à emprunter des exiger que tous les montants en cours deviennent immédiatement
fonds supplémentaires ou à lever des capitaux à l’avenir, et exigibles. Cela pourrait activer les clauses de défaut croisé d’autres
augmenter les coûts de ces financements supplémentaires. prêts du Groupe. Ce type d’événements pourrait avoir un effet
Par ailleurs, la capacité du Groupe à honorer ses obligations, à significatif défavorable pour le Groupe, jusqu’à entraîner la faillite
payer les intérêts au titre de ses emprunts ou encore à refinancer ou la liquidation du Groupe.
ou rembourser ses emprunts selon les modalités qui y sont prévues,
dépendra de ses performances opérationnelles futures et pourra 2.1.3.4 RISQUES LIÉS AU MAINTIEN D’UN BESOIN
être affectée par de nombreux facteurs (conjoncture économique, EN FONDS DE ROULEMENT NÉGATIF
conditions du marché de la dette, évolutions réglementaires, etc.)
dont certains sont indépendants du Groupe. Au cours des dernières années, les besoins en fonds de roulement
du Groupe ont été structurellement négatifs, ce qui lui a permis de
En cas d’insuffisance de liquidités afin d’assurer le service de sa s’autofinancer notamment dans le cadre de sa croissance externe.
dette, le Groupe pourrait être contraint de réduire ou de différer Le Groupe ne peut garantir qu’il parviendra à conserver à l’avenir
des acquisitions ou des investissements, de céder des actifs, de un fonds de roulement négatif.
refinancer son endettement ou de rechercher des financements
complémentaires, ce qui pourrait avoir un effet défavorable sur En situation de conjoncture économique peu favorable, le Groupe
son activité ou sa situation financière. Le Groupe pourrait ne pas pourrait en effet faire face à un allongement des délais de paiement,
être en mesure de refinancer son endettement ou d’obtenir des retardant le recouvrement de ses créances auprès de certains clients.
financements complémentaires à des conditions satisfaisantes. À l’inverse, le Groupe pourrait se voir imposer par ses fournisseurs
des délais de paiement raccourcis. En outre, le Groupe pourrait
Le Groupe est également exposé aux risques de fluctuation des taux rencontrer des difficultés à facturer des avances sur commande,
d’intérêt dans la mesure où la rémunération d’une grande partie de ou à facturer aux conditions initialement négociées avec ses clients,
sa dette est à taux variable égal à l’Euribor augmenté d’une marge notamment en raison de difficultés que pourrait rencontrer le
(voir le paragraphe 2.1.4.2 du présent Document de référence). Groupe lors de l’exécution de ses obligations contractuelles et la
réalisation des travaux. La survenance de tels événements pourrait
compromettre le maintien d’un besoin en fonds de roulement négatif,
et ainsi avoir un effet défavorable significatif sur les activités, la
situation financière et les perspectives du Groupe.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 43


2 FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

2.1.3.5 RISQUES LIÉS AUX ÉCARTS D’ACQUISITION Au 31 décembre 2018, les impôts différés actifs au bilan consolidé
D’ACTIFS (GOODWILLS), AUX AUTRES du Groupe s’élevaient à 299,6 millions d’euros. Ces impôts différés
IMMOBILISATIONS INCORPORELLES actifs sont comptabilisés au bilan du Groupe pour un montant
ET À D’AUTRES ACTIFS que le Groupe estime être en mesure de recouvrer dans un délai
raisonnable (estimé à 5 ans) et, en tout état de cause, avant l’expiration
Au 31 décembre 2018, les écarts d’acquisition (goodwills) s’élevaient éventuelle des déficits pour la part des impôts différés actifs liés à
à 3 102,7 millions d’euros dont 85,9 millions d’euros provenaient des des déficits fiscaux reportables. Néanmoins, le Groupe pourrait se
acquisitions réalisées au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2018 retrouver dans l’incapacité de réaliser le montant prévu d’impôts
(voir la note 14 de l’annexe aux comptes consolidés pour l’exercice différés si ses revenus taxables futurs et les impôts connexes étaient
clos le 31 décembre 2018 inclus au paragraphe 4.4.1 du présent moins importants que ceux initialement prévus. Le Groupe fonde
Document de référence). Le Groupe ne peut exclure que la également ses prévisions quant à l’utilisation des impôts différés
survenance d’événements futurs soit susceptible d’entraîner une sur sa compréhension de l’application de la réglementation fiscale,
dépréciation de certaines immobilisations incorporelles et/ou des laquelle pourrait néanmoins être remise en cause soit du fait de
écarts d’acquisition (goodwills). En raison du montant important des changements dans la réglementation fiscale et comptable, soit
immobilisations incorporelles et des écarts d’acquisition (goodwills) du fait de contrôles ou contentieux fiscaux de nature à affecter le
figurant dans son bilan, d’éventuelles dépréciations significatives montant de ses impôts différés. Si le Groupe considérait qu’il ne
pourraient avoir un effet défavorable significatif sur la situation pouvait pas, dans les années à venir, réaliser ses impôts différés, il
financière et les résultats du Groupe pour l’exercice au cours duquel devrait ne plus reconnaître au bilan ces actifs, ce qui aurait un effet
de telles charges viendraient à être enregistrées. défavorable significatif sur ses résultats et sa situation financière.

2.1.4 RISQUES DE MARCHÉ

2.1.4.1 RISQUE DE LIQUIDITÉ


Le tableau ci-après présente la ventilation des passifs financiers au 31 décembre 2018 par échéance contractuelle :

Total au
En milliers d’euros < 1 an 2 à 5 ans > 5 ans 31 décembre 2018

EMPRUNTS AUPRÈS
DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT
Emprunt obligataire - - 600 000 600 000
Tranche A du Contrat de Crédit Senior - 1 200 000 - 1 200 000
Revolving - - - -
Autres 10 174 1 177 - 11 351
Capitalisation des frais d’emprunts (3 824) (14 181) (234) (18 239)
Titrisation 298 658 - - 298 658
DÉCOUVERTS BANCAIRES
Découverts bancaires 3 019 - - 3 019
Intérêts courus sur les découverts 166 - - 166
AUTRES EMPRUNTS ET DETTES
FINANCIÈRES
Locations financières 9 096 8 578 - 17 675
Intérêts courus sur emprunts 14 733 - - 14 733
Autres emprunts et dettes financières 367 417 647 1 432
Instruments financiers dérivés 76 - - 76
ENDETTEMENT FINANCIER 332 466 1 195 991 600 413 2 128 871

Le Groupe a conclu en 2015 un Contrat de Crédit Senior avec un du présent Document de Référence). Les obligations sont admises
syndicat bancaire (voir le paragraphe 4.1.2.1 du présent Document aux négociations sur le marché réglementé d’Euronext Paris.
de référence).
Pour plus d’informations sur les sources de liquidité du Groupe,
Le Groupe dispose également de lignes de crédit renouvelables voir le paragraphe 4.1.2 « Cash-flow et structure financière » du
qu’il peut tirer pour un montant total de 400 millions d’euros. La présent Document de référence.
disponibilité de ces lignes de crédit renouvelables est soumise à
Par ailleurs, le Groupe a renouvelé son programme de cession de
des covenants et d’autres engagements usuels.
créances commerciales de 300 millions d’euros avec la possibilité de
Par ailleurs, le Groupe a émis le 22  mars  2017 un emprunt porter le montant à 450 millions d’euros à échéance du 11 juillet 2022,
obligataire à maturité 2024, d’un montant de 600 millions d’euros pour une durée de 5 ans à compter du 11 juillet 2017 (sauf survenance
afin de financer l’acquisition du groupe SAG (voir le paragraphe 4.1.2 d’un cas de résiliation anticipée ou d’une résiliation amiable).

44 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

Les principales modalités de ce programme de cession de créances Le Groupe gère le risque de liquidité au moyen de réserves adaptées,
commerciales sont les suivantes : de lignes de crédit bancaires et de lignes d’emprunt de réserve, en
établissant des prévisions de flux de trésorerie et en surveillant les
● neuf filiales du Groupe participent en qualité de cédants au
flux de trésorerie réels en les comparant aux prévisions, ainsi qu’en
programme de cession à un fonds commun de titrisation
essayant d’aligner au mieux les profils d’échéances des actifs et des
dénommé « SPIE Titrisation » ;
passifs financiers.
● SPIE Operations intervient dans ce programme de titrisation en
qualité d’Agent centralisateur pour le compte du Groupe vis-à-vis Les principales stipulations des contrats de financement existants
de la banque dépositaire Société Générale. du Groupe (notamment covenants, clauses de défaut, cas de
remboursement anticipé) sont présentées au paragraphe 4.1.2 du
Ce programme de cession de créances prévoit pour les sociétés
présent Document de référence.
participantes de céder en pleine propriété au fonds commun
de titrisation « SPIE Titrisation » leurs créances commerciales
permettant l’obtention d’un financement d’un montant total
maximum de 450 millions d’euros (voir la note 20.3 de l’annexe
À la date d’enregistrement du présent Document de référence, et ce
depuis son introduction en Bourse en 2015, la Société est notée par
les agences de notation Moody’s Investors Services et Standard &
2
aux comptes consolidés pour l’exercice clos le 31 décembre 2018). Poor’s. Au moment de l’introduction en Bourse, la Société s’était vu
attribuer la note de BB (perspective stable) par Standard & Poor’s et
L’objectif de ce programme, outre l’optimisation de la gestion des
de Ba3 (perspective stable) par Moody’s Investors Services. Compte
créances et de leur recouvrement, est de permettre au Groupe
tenu du niveau d’endettement de la Société, en mars 2018, Moody’s
de disposer de la trésorerie nécessaire au financement de son
Investors Services et Standard & Poor’s ont modifié la notation de la
exploitation et de sa croissance externe.
Société pour la passer respectivement de Ba3 (perspective stable)
L’utilisation de ce programme est assortie de clauses de à Ba3 et de BB (perspective stable) à BB (perspective négative). En
remboursement anticipé de certains emprunts bancaire. septembre 2018, Moody’s Investors Services a relevé la notation
de la Société pour la passer de Ba3 à Ba3 (perspective stable). Les
Au 31  décembre  2018, les créances cédées représentent un
notations ci-dessous font l’objet de revues régulières et le Groupe
montant de 558,2 millions d’euros, pour un financement obtenu de
ne peut assurer que celles-ci seront maintenues.
298,7 millions d’euros.

Agences Notations

Moody’s Investors Services Ba3 (perspective stable) (1)


Standard & Poor’s BB perspective négative (2)
(1) Cette note a été attribuée le 17 juillet 2018 par Moody’s Investors Services.
(2) Cette note a été attribuée le 30 mars 2018 par Standard & Poor’s.

2.1.4.2 RISQUES LIÉS AUX TAUX D’INTÉRÊT Les actifs ou passifs financiers à taux fixes ne font pas l’objet
d’opérations destinées à les transformer en taux variables. Les
Le Groupe est exposé au risque de fluctuation des taux d’intérêt en risques de taux sur des sous-jacents à taux variables font l’objet
vertu de certaines de ses dettes dont les taux d’intérêt sont indexés d’un examen au cas par cas par le Groupe. Lorsqu’il est décidé de
sur le taux interbancaire offert européen (« Euribor »), augmenté couvrir ces risques, ceux-ci sont couverts par SPIE Operations au
d’une marge. L’Euribor pourrait augmenter considérablement travers d’une garantie de taux interne aux conditions du marché.
à l’avenir, entrainant une charge d’intérêts supplémentaire pour Le Groupe se couvre sur le marché en contrepartie des garanties
le Groupe, réduisant les flux de trésorerie disponibles pour les internes données. Ces swaps ne sont conclus que du 1er janvier au
investissements et limitant sa capacité à honorer le service de ses 31 décembre de chaque année (et donc dénoués au 31 décembre).
dettes. Les dettes du Groupe ne contiennent généralement pas de
clauses l’obligeant à couvrir tout ou partie de l’exposition au risque Au 31 décembre 2018, compte tenu de l’évolution des taux variables
de taux. Au 31 décembre 2018, l’encours de la dette à taux variable (Euribor négatifs), aucun swap de taux n’a été mis en place pour
du Groupe s’élevait à 1 481,7 millions d’euros et l’encours de la dette couvrir la dette existante. Le Groupe étudie la possibilité de mise en
à taux fixe du Groupe s’élevait à 647,1 millions d’euros. place de nouveaux swaps au cours du premier semestre de 2019.

L’exposition au risque de taux du Groupe est principalement liée à son endettement financier net. La répartition de la dette financière du
Groupe entre taux fixes et taux variables après couverture s’analyse comme suit au 31 décembre 2017 et 2018 :

En milliers d’euros 31 décembre 2018 31 décembre 2017

SYNTHÈSE DES DETTES AVANT COUVERTURE


Taux fixes 647 130 618 085
Taux variables 1 481 741 1 449 394
TOTAL 2 128 871 2 067 479
SYNTHÈSE DES DETTES APRÈS COUVERTURE
Taux fixes 647 130 618 085
Taux variables 1 481 741 1 449 394
TOTAL (APRÈS COUVERTURE) 2 128 871 2 067 479

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 45


2 FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

2.1.4.3 RISQUES LIÉS AUX TAUX DE CHANGE (principalement en dollars américains). Une variation du taux de
change dans un sens défavorable peut impacter le coût de tels
Dans le cadre de ses activités à l’international hors de la zone Euro, achats.
le Groupe est exposé à un risque de change opérationnel.
Les risques de change de transactions des filiales françaises
Au 31 décembre 2018, 13,3 % du produit des activités ordinaires du sont gérés de façon centralisée par la holding intermédiaire SPIE
Groupe a été réalisé en devises autres que l’euro, principalement Operations :
en livres sterling et en francs suisses, représentant respectivement
5,8 % et 2,0 % du produit des activités ordinaires du Groupe. Le ● au travers d’une convention de garantie de déficit de change
Groupe présente ses états financiers consolidés en  euros. En interne pour les flux en devises correspondant à 100 % des
conséquence, lorsqu’il prépare ses états financiers consolidés, opérations internes au Groupe ;
il doit convertir en euros les actifs, passifs, revenus et dépenses ● en intermédiation pour les flux en devises correspondant à des
évalués en monnaies étrangères en prenant en compte les taux de opérations en participation.
change applicables. Par conséquent, la variation du taux de change Dans les deux cas SPIE Operations se couvre elle-même par la mise
peut affecter la valeur de ces éléments dans ses états financiers en place de contrats à terme. D’autre part, concernant les appels
consolidés, même si leur valeur intrinsèque reste inchangée. Le d’offres, les risques de change sont également couverts à chaque
Groupe procède également à des achats en monnaie autre que l’euro fois que possible à travers des polices COFACE.

Le tableau ci-dessous présente l’exposition du Groupe au risque de change sur le dollar américain, le franc suisse et la livre sterling au
31 décembre 2018 :

31 décembre 2018
Devises USD CHF GBP
En milliers d’euros (Dollar Americain) (Franc Suisse) (Livre Sterling)
Cours de clôture 1,1371 1,1287 0,8985
Exposition (5 646) 6 462 135 173
Couverture 5 761 - (5 365)
Positions nettes hors options 116 6 462 129 808
SENSIBILITÉ DU COURS DE LA DEVISE DE - 10 %
PAR RAPPORT À L’EURO
Impact Compte de résultat (648) 718 14 379
Impact Capitaux propres (619) - n/a
SENSIBILITÉ DU COURS DE LA DEVISE DE + 10 %
PAR RAPPORT À L’EURO
Impact Compte de résultat 530 (587) (11 764)
Impact Capitaux propres 507 - n/a

Bien que le Groupe contrôle et évalue sur une base régulière les problèmes de concentration du risque clients non significatifs au
tendances en matière de variation du taux de change, et qu’il se niveau du bilan consolidé du Groupe.
protège de telles expositions en utilisant des instruments financiers
Le Groupe conclut par ailleurs des contrats de couverture avec des
dérivés, il ne peut néanmoins exclure qu’une évolution défavorable
institutions financières de premier rang et considère actuellement
des taux de change des devises susvisées puisse avoir un effet
que le risque de manquement par ses contreparties à leurs
défavorable sur sa situation financière consolidée et ses résultats.
obligations est très faible, puisque l’exposition financière de chacune
de ces institutions financières est limitée.
2.1.4.4 RISQUES DE CRÉDIT ET/OU DE CONTREPARTIE
Le risque de crédit et/ou de contrepartie correspond au risque 2.1.4.5 RISQUES LIÉS À LA BAISSE DES NOTATIONS
qu’une partie à un contrat conclu avec le Groupe manque à ses DE CRÉDIT
obligations contractuelles entraînant une perte financière pour le
À la date d’enregistrement du présent Document de référence, et
Groupe.
ce depuis son introduction en Bourse en 2015, la Société est notée
Les instruments financiers qui pourraient exposer le Groupe à des par les agences de notation Moody’s Investors Services et Standard
concentrations de risque de contrepartie sont principalement les & Poor’s. Au moment de son introduction en Bourse, la Société
créances sur ses clients, la trésorerie et les équivalents de trésorerie, s’était vu attribuer la note de BB (perspective stable) par Standard
les investissements et les instruments financiers dérivés. Dans & Poor’s et de Ba3 (perspective stable) par Moody’s Investors
l’ensemble, la valeur comptable des actifs financiers enregistrée Services. Compte tenu du niveau d’endettement de la Société, en
dans les comptes consolidés du Groupe au titre des exercices clos mars 2018, Moody’s Investors Services et Standard & Poor’s ont
les 31 décembre 2018 et 2017, nette des dépréciations, représente modifié la notation de la Société pour la passer respectivement
l’exposition maximale du Groupe au risque de crédit. de Ba3 (perspective stable) à Ba3 et de BB (perspective stable) à
Le Groupe estime qu’il a une exposition très limitée aux BB (perspective négative). En septembre 2018, Moody’s Investors
concentrations de risque de crédit relatives aux créances clients. Services a relevé la notation de la Société pour la passer de Ba3 à
Le nombre important et la forte dispersion des clients rendent les Ba3 (perspective stable). Une notation peut être modifiée ou retirée

46 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

par les agences de notation à tout moment. Tout changement négatif significatives sur sa situation fiscale, son taux d’imposition effectif
d’une notation de crédit applicable à la Société pourrait affecter ou le montant des impôts auxquels il est assujetti. En outre, les
négativement le Groupe et en particulier sa capacité à obtenir un règlementations fiscales des différents pays dans lesquels le Groupe
financement et/ou les coûts liés à ce financement. est implanté peuvent faire l’objet d’interprétations très diverses. Le
Groupe n’est dès lors pas en mesure de garantir que les autorités
fiscales concernées seront en accord avec son interprétation de la
législation applicable. Une contestation de la situation fiscale du
2.1.5 RISQUES JURIDIQUES Groupe par les autorités concernées pourrait conduire au paiement
par le Groupe d’impôts supplémentaires, à des redressements et
amendes potentiellement importants ou encore à une augmentation
2.1.5.1 RISQUES LIÉS À LA RÈGLEMENTATION
ET SON ÉVOLUTION
Les activités du Groupe sont soumises à diverses réglementations en
des coûts de ses produits ou services aux fins de collecter ces
impôts, ce qui pourrait avoir un effet défavorable significatif sur
son activité, ses résultats, sa situation financière et ses perspectives.
2
France et à l’étranger, notamment en matière de normes industrielles,
sécurité, santé, hygiène ou encore en matière environnementale. En 2.1.5.4 RISQUES LIÉS À LA CAPACITÉ DU GROUPE
particulier, ses activités dans le secteur Pétrole-Gaz et l’industrie À DÉDUIRE FISCALEMENT LES INTÉRÊTS
nucléaire font l’objet de réglementations très strictes, dont la bonne
Pour se conformer à la directive européenne anti-évasion fiscale
application est étroitement surveillée. Ces normes sont complexes
(« ATAD 1 »), la loi de finances pour 2019 a instauré de nouvelles
et susceptibles d’évoluer. Bien que le Groupe porte une attention
règles de limitation de la déductibilité des intérêts en France.
particulière au respect de la réglementation en vigueur, il ne peut
exclure tout risque de non-conformité. En outre, le Groupe pourrait À compter du 1er janvier 2019, en vertu de l'article 212 bis
être conduit à engager des frais importants afin de se conformer paragraghe II du Code général des impôts, les intérêts débiteurs
aux évolutions de la réglementation et ne peut garantir qu’il sera nets ne sont déductibles du revenu imposable d'une société que
toujours en mesure d’adapter ses activités et son organisation à ces dans la mesure où ils ne dépassent pas le plus élevé des deux seuils
évolutions dans les délais nécessaires. Par ailleurs, des changements suivants: (i) 3 millions d'euros ou (ii) 30,0 % du revenu imposable
dans l’application et/ou l’interprétation des normes existantes par ajusté de la société (soit le revenu imposable avant déduction des
les administrations et/ou les tribunaux sont également susceptibles pertes fiscales et sans tenir compte des frais financiers nets et,
d’intervenir à tout moment. dans une certaine mesure, des amortissements, des provisions et
des gains/pertes en capital).
L’incapacité du Groupe à se conformer et à adapter ses activités aux
nouvelles réglementations, recommandations, normes nationales, La société, membre d'un groupe consolidé, peut en outre déduire
européennes et internationales pourrait avoir un effet défavorable 75 % du montant des charges financières nettes non admises en
significatif sur ses activités, ses résultats, sa situation financière et déduction sur la base du critère décrit ci-avant lorsque le ratio entre
ses perspectives. ses fonds propres et l'ensemble de ses actifs est égal ou supérieur
à ce même ratio déterminé au niveau du groupe consolidé auquel
elle appartient.
2.1.5.2 RISQUES LIÉS À LA RÈGLEMENTATION
EN MATIÈRE DE DROIT DE LA CONCURRENCE Si la société était sous-capitalisée et dépassait un ratio d'endettement
spécifique de 1,5 fois, cette disposition ne s'appliquerait pas et les
Le Groupe est soumis à la réglementation en matière de droit de la intérêts débiteurs nets liés à une dette envers des entités liées
concurrence, au niveau national et international. Dans les marchés supérieures à 1,5 fois les capitaux propres ne seraient déductibles
où le Groupe dispose d’une présence forte, cette réglementation peut que dans la mesure où ils ne dépassent pas le plus élevé des deux
réduire sa flexibilité opérationnelle et limiter sa capacité à procéder seuils suivants: (i) 1 million d’euros ou (ii) 10 % du revenu imposable
à de nouvelles acquisitions significatives et à mettre en œuvre sa ajusté susmentionné (collectivement, les « seuils révisés »).
stratégie de croissance.
Les intérêts débiteurs qui seraient exclus des charges déductibles
Le Groupe est impliqué dans plusieurs procédures en matière d’un exercice donné pourraient être reportées indéfiniment, sous
de droit de la concurrence (voir le paragraphe 2.1.5.6 du présent réserve des restrictions susmentionnées. Si la société est sous-
Document de référence). Bien que le Groupe ait mis en place des capitalisée, les intérêts soumis aux seuils révisés ne peuvent être
lignes directrices internes strictes, un dispositif éthique et un reportés qu’à concurrence d’un tiers de leur montant.
programme de conformité afin de s’assurer de la conformité à
la réglementation, il ne peut exclure que des actes ou opérations Lorsque, pour un exercice donné, une société n’utilise pas pleinement
puissent aller à l’encontre des instructions données, et enfreindre, sa capacité de déduction (c’est-à-dire que le montant des intérêts
par inadvertance ou délibérément, la réglementation applicable. débiteurs nets est inférieur aux seuils susmentionnés), la partie
De telles pratiques pourraient nuire à la réputation du Groupe et, inutilisée de la capacité de déduction (correspondant à la différence
s’il en était tenu responsable, l’exposer à des amendes ou autres positive entre les seuils applicables et les intérêts débiteurs nets)
sanctions importantes (exclusion de certains marchés par exemple). peut être reportée aux cinq exercices suivants. Toutefois, cette
La survenance de tels événements pourrait ainsi avoir un effet capacité de déduction inemployée ne peut être utilisée pour déduire
défavorable significatif sur l’activité du Groupe, ses résultats et sa des charges financières en report.
situation financière. Le Groupe estime que ces nouvelles règles devraient le priver d’une
faculté de déduction en base de l’ordre de 7 millions d’euros en 2019,
soit un montant équivalent à celui supporté au titre du précédent
2.1.5.3 RISQUES LIÉS À LA FISCALITÉ
dispositif de l’article 223 B bis du CGI (sur la base des règles
ET SES ÉVOLUTIONS en vigueur et des informations disponibles à la date du présent
Le Groupe est soumis à une législation fiscale complexe et évolutive document de référence).
dans les différents pays dans lesquels il est présent. Les évolutions de De plus, la déductibilité des intérêts versés à une partie liée au sens
la législation fiscale pourraient avoir des conséquences défavorables de l’article 39.12 du Code général des impôts est soumise à une

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 47


2 FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

limitation en vertu de l’article 212 paragraphe 1, b du Code général futur de nouvelles procédures, connexes ou non aux procédures en
des impôts. La déduction des intérêts sera soumise à une condition cours, relatives aux risques identifiés par le Groupe ou liées à de
supplémentaire: si le prêteur est une partie liée à l'emprunteur au nouveaux risques, soient engagées à l’encontre de l’une des sociétés
sens de l'article 39.12 du Code général des impôts, l'emprunteur du Groupe. Enfin, bien que le Groupe considère que plusieurs des
français doit démontrer, à la demande de l'administration fiscale procédures auxquelles il est partie sont couvertes par des garanties
française, que le prêteur est, pour l'exercice en cours et à l'égard de passif, il ne peut garantir que leur mise en œuvre ne sera pas
de l'intérêt concerné, soumis à un impôt sur le revenu d'un montant contestée ou que, tant dans leur calendrier de versement que dans
au moins égal à 25 % de l'impôt sur les sociétés déterminées leur montant, les indemnisations correspondantes seront suffisantes
selon les règles fiscales françaises. Dans le cas où le prêteur pour ne pas impacter négativement le Groupe.
apparenté est domicilié ou établi hors de France, l'impôt sur les
Ces procédures, si elles connaissaient une issue défavorable,
sociétés déterminées selon les règles fiscales françaises en vigueur
pourraient ainsi avoir un effet défavorable significatif sur l’activité,
s'entendra de ce à quoi il aurait été redevable en France des intérêts
les résultats, la situation financière et les perspectives du Groupe.
perçus s'il avait été domicilié ou établi en France. Conformément
aux dispositions de la directive de 2017 modifiant ATAD 1 en ce
Procédures judiciaires et d’arbitrage
qui concerne les dispositifs hybrides (« ATAD 2 »), cette limitation
posée par l'article 212 paragraphe 1, b du Code général des impôts En raison de la nature complexe des services fournis par le Groupe
est susceptible d'être modifiée à partir du 1er janvier 2020. Les et de la multiplicité de ses clients, le Groupe peut être impliqué
modifications sont inconnues à ce stade. On ne peut exclure qu’elles dans des procédures judiciaires, arbitrales, administratives ou
viendront limiter la capacité du Groupe à déduire ces intérêts. réglementaires dans le cours normal de ses activités. Une provision
est enregistrée par le Groupe dès lors qu’il existe une probabilité
L’impact de ces règles sur la capacité du Groupe à déduire fiscalement suffisante que de tels litiges entraînent des coûts à la charge de la
les intérêts payés de son revenu imposable au titre de l’impôt sur les Société ou de l’une de ses filiales et que le montant de ces coûts
sociétés pourrait augmenter la pression fiscale à laquelle le Groupe peut être raisonnablement estimé.
est soumis et ainsi avoir une incidence défavorable significative sur
ses résultats et sa situation financière. À la date du présent Document de référence, le Groupe n’a pas
connaissance de procédures gouvernementales, judiciaires
ou d’arbitrage (y compris toute procédure dont le Groupe a
2.1.5.5 RISQUES LIÉS À LA CAPACITÉ DU GROUPE connaissance, qui est en suspens ou dont le Groupe est menacé)
À UTILISER SES DÉFICITS FISCAUX autres que celles mentionnées ci-dessous, susceptibles d’avoir ou
ayant eu, au cours des douze derniers mois, des effets significatifs
Le Groupe dispose de déficits fiscaux importants. La faculté d’utiliser
sur la situation financière ou la rentabilité de la Société ou du Groupe.
effectivement ces pertes dépendra d’un ensemble de facteurs, au
nombre desquels (i) la faculté de dégager un bénéfice fiscal sur Au 31 décembre 2018, le montant total des provisions pour litiges
lequel le déficit reportable peut être imputé, (ii) aux termes de du Groupe s’élevait à 49,3 millions d’euros.
l’article 209 du Code général des impôts, la limitation générale du
montant des déficits fiscalement reportables pouvant être utilisés Recours de la Région Île-de-France - Lycées
pour compenser les bénéfices imposables d’un exercice donné à, d’Île-de-France
1 million d’euros majoré d’un montant équivalent à 50 % de la part de Par une décision de mai 2007, le Conseil de la concurrence, devenu
ces bénéfices imposables excédant ce seuil d’1 million d’euros ; ainsi l’ADLC a condamné plusieurs entreprises, dont certaines sociétés
que certaines restrictions plus spécifiques relatives à l’utilisation de du Groupe, aux motifs qu’elles auraient mis en œuvre, entre 1991
certaines catégories de déficits et (iii) les conséquences de contrôles et 1996, des pratiques anticoncurrentielles lors d’appels d’offres
ou contentieux fiscaux présents ou futurs qui pourraient remettre en relatifs à la construction ou la réhabilitation de plusieurs lycées en
cause l’utilisation ou l’existence desdits déficits fiscaux. Île-de-France. En février 2010, sur le fondement de cette décision,
L’impact de ces facteurs pourrait augmenter la pression fiscale à la Région Île-de-France a saisi le Tribunal de Grande Instance de
laquelle le Groupe est soumis et ainsi avoir un effet défavorable sur Paris en vue d’obtenir la condamnation des entreprises et des
la trésorerie, le taux effectif d’imposition, la situation financière et personnes physiques mises en cause à lui payer in solidum la
les résultats du Groupe. somme de 358,8 millions d’euros, montant réduit par la suite à
232,1 millions d’euros, assorties des intérêts au taux légal depuis
juillet 1997, en réparation du préjudice qu’elle aurait subi du fait
2.1.5.6 RISQUES LIÉS AUX CONTENTIEUX ET ENQUÊTES de ces ententes illicites. En décembre 2013, le Tribunal de Grande
EN COURS Instance de Paris a déclaré prescrite l’action de la Région Île-de-
Dans le cours normal de leurs activités, les sociétés du Groupe France et déclaré irrecevables ses demandes. La Région Île-de-
peuvent être impliquées dans un certain nombre de procédures France a fait appel du jugement en janvier 2014 devant la Cour
judiciaires, administratives, pénales ou arbitrales notamment d’appel de Paris.
en matière de responsabilité civile, de concurrence, de propriété En octobre 2014, le Préfet de Paris et de la Région Île-de-France a
intellectuelle, fiscale ou industrielle, environnementale  et de adressé au Procureur de la République près la Cour d’appel de Paris
discrimination. Les litiges les plus significatifs en cours ou pour un déclinatoire de compétence en lui demandant de le transmettre
lesquels le Groupe a reçu des notifications sont détaillés au présent au Président de la Cour d’appel de Paris et d’inviter les parties à se
paragraphe. Dans le cadre de certaines de ces procédures, des pourvoir devant la juridiction administrative. Par un arrêt de juin 2015,
réclamations pécuniaires d’un montant important sont faites ou la Cour d’appel de Paris a rejeté le déclinatoire de compétence.
pourraient être faites à l’encontre d’une ou de plusieurs sociétés Par un arrêté de juillet 2015, le Préfet de la Région Île-de-France
du Groupe. Les provisions éventuelles correspondantes, que le a ensuite élevé le conflit. Par une décision de novembre 2015, le
Groupe serait amené à enregistrer dans ses comptes, pourraient Tribunal des Conflits a confirmé l’arrêté de conflit pris par le Préfet
se révéler insuffisantes. En outre, il ne peut être exclu que dans le de la Région Île-de-France et déclaré nuls et non avenus la procédure

48 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Facteurs de risques

engagée devant la Cour d’appel de Paris et l’arrêt rendu par cette l’exception de certaines d’entre elles, et la SNCF, aux termes duquel
cour d’appel en juin 2015. les parties se sont désistées de leurs demandes. Par un jugement de
mai 2016, le Tribunal administratif de Paris a donné acte aux parties
Le Tribunal des Conflits ayant retenu la compétence des juridictions
à l’accord transactionnel de leur désistement d’instance et d’action
administratives, le Tribunal administratif a été saisi du litige.
et a rejeté la demande de la SNCF d’indemnisation du préjudice
Entre mars et juin 2017, la Région Ile-de- France a déposé 88 qu’elle estime avoir subi du fait des pratiques anticoncurrentielles.
requêtes (reçues entre mai et août) devant le Tribunal administratif
En juillet  2016, la SNCF a déposé une requête devant la Cour
de Paris.
administrative d’appel de Paris afin d’obtenir l’annulation du
En effet, la Région Île-de-France a déposé une requête en jugement du Tribunal administratif de Paris en tant qu’il a rejeté
indemnisation et demande d’expertise par marché. ses demandes indemnitaires à l’encontre des entreprises non partie
Le total des demandes de la Région Ile-de France s’élève à
293 361 362 euros (hors intérêts et article L. 761-1 du code de
justice administrative).
à l’accord transactionnel et demandé leur condamnation à réparer
le préjudice subi au titre des pratiques susvisées. Ces entreprises
ont elles aussi déposé une requête devant la Cour administrative
2
d’appel de Paris afin d’obtenir l’annulation du jugement du Tribunal
Le Groupe considère qu’il dispose d’arguments forts pour contester administratif de Paris en tant qu’il a donné acte à la SNCF et aux
l’existence et le montant des dommages prétendument causés par le parties à l’accord transactionnel de leur désistement et de confirmer
Groupe à la Région Île-de-France. Par ailleurs, le Groupe considère le rejet de la demande indemnitaire de la SNCF.
que cette procédure est couverte par la Garantie de Passif AMEC.
Par arrêts du 29 décembre 2017, la Cour administrative d’appel
Recours de la SNCF - EOLE de Paris a confirmé le jugement du Tribunal administratif de Paris
en ce qu’il avait donné acte à la SNCF et aux entreprises parties à
Par une décision de mars  2006, le Conseil de la concurrence, l’accord transactionnel de leur désistement et en ce qu’il avait rejeté
devenu l’ADLC, a condamné plusieurs entreprises, dont SPIE la demande indemnitaire de la SNCF dont l’action était prescrite. La
Operations, aux motifs qu’elles auraient mis en œuvre des pratiques SNCF a formé un pourvoi en cassation à l’encontre de ces arrêts
anticoncurrentielles lors d’appels d’offres relatifs au secteur des rendus par de la Cour administrative d’appel de Paris et à la date du
travaux publics dans la Région Île-de-France. Sur le fondement de présent Document de référence, la procédure est toujours en cours.
cette condamnation, qui a été confirmée par un arrêt de la Cour
de cassation en octobre 2009, la SNCF a introduit en mars 2011 Le Groupe considère que cette procédure est couverte par la Garantie
un recours devant le Tribunal administratif de Paris afin que les de Passif AMEC.
entreprises condamnées en 2006 soient solidairement condamnées
à lui payer la somme de 59,6 millions d’euros, en réparation du
2.1.5.7 RISQUES LIÉS AUX RÉCLAMATIONS
préjudice qu’elle aurait subi du fait des pratiques anticoncurrentielles
relatives aux marchés conclus pour la construction de la ligne Le Groupe peut rencontrer des difficultés dans l’exécution de ses
EOLE. En juillet 2014, le greffe du Tribunal administratif de Paris a obligations contractuelles. En outre, il s’appuie sur des partenariats,
adressé aux entreprises concernées, qui comprennent des filiales des fournisseurs et des sous-traitants pour la réalisation de ses
du Groupe, un nouveau mémoire complémentaire et récapitulatif projets. Le Groupe peut faire l’objet de réclamations de la part
de la SNCF. La SNCF a modifié ses demandes et formé une action de clients, fournisseurs ou sous-traitants ; il peut également être
en nullité du marché public relatif à des travaux de génie civil conduit à initier des réclamations à leur encontre. Ces réclamations
nécessaires à la réalisation de la gare souterraine Magenta dans peuvent faire l’objet de contre-réclamations pour non-respect des
le cadre du projet EOLE (Lot 34B) et demandé, en conséquence, la conditions contractuelles ou toute autre conséquence matérielle,
condamnation solidaire des entreprises concernées, dont la société travail incomplet ou malfaçon, manquement aux garanties et/
SPIE Operations, à lui verser environ 197,7 millions d’euros, somme ou de délai et réclamations pour l’annulation de projets. Les
assortie des intérêts au taux légal, capitalisés, depuis mars 2011, réclamations et les contre-réclamations peuvent impliquer l’octroi
correspondant aux sommes payées par la SNCF à ces entreprises de dommages-intérêts ou le règlement de sommes convenues
au titre de ce lot. La SNCF a également formé une action en nullité contractuellement (telles que des pénalités). Si les réclamations
du marché public relatif à des travaux de génie civil nécessaires à ne sont pas abandonnées dans le cadre d’accords commerciaux
la réalisation de la gare souterraine Saint-Lazare Condorcet dans ou de transactions, elles peuvent alors faire l’objet de procédures
le cadre du projet EOLE (Lot 37B) et demandé, en conséquence, la judiciaires ou arbitrales, longues et onéreuses. Les coûts et les
condamnation solidaire des entreprises concernées, dont la société charges financières associés à ces réclamations, ou le défaut de
SPIE Operations, à lui verser environ 281,4 millions d’euros, somme recouvrement des dommages-intérêts ou de sommes suffisantes
assortie des intérêts au taux légal, capitalisés, depuis mars 2011, leur correspondant sont susceptibles d’avoir un effet défavorable
correspondant aux sommes payées par la SNCF à ces entreprises significatif sur l’activité, les résultats, la situation financière et les
au titre de ce lot. La SNCF a demandé également au Tribunal perspectives du Groupe.
administratif de Paris, à des fins d’indemnisation du préjudice
correspondant au surcoût qu’elle estime avoir subi en conséquence
du comportement anticoncurrentiel des autres entreprises ayant
2.1.5.8 RISQUES LIÉS AUX ASSURANCES
participé à la procédure d’appel d’offres mais non titulaires des Le Groupe a souscrit des polices d’assurance qui couvrent un large
lots concernés, la condamnation solidaire desdites entreprises éventail de risques et s’efforce de maintenir un niveau d’assurance
à garantir le paiement des condamnations demandées dans la approprié à la nature de son activité. Néanmoins, les polices
limite dudit surcoût, soit 33,9 millions d’euros pour le lot 34B et d’assurance sont soumises à des limitations usuelles (franchises,
37,2 millions d’euros pour le lot 37B. plafonds). En outre, tous les sinistres ne sont pas pris en charge et le
Un accord transactionnel est intervenu en février  2016 entre Groupe ne peut exclure qu’il soit confronté à un incident majeur non
l’ensemble des entreprises (dont les sociétés du Groupe), à couvert par l’une ou l’autre de ses polices d’assurance. De plus, la

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 49


2 FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Assurance et couverture des risques

survenance de plusieurs incidents au cours d’une même année et les pour l’exercice clos le 31 décembre 2019 et les exercices suivants
demandes d’indemnisations importantes y afférentes peuvent avoir n’est pas encore entièrement connu et ne peut être estimé car il
un effet défavorable significatif sur l’activité et la situation financière dépendra des instruments financiers que le Groupe détient et des
du Groupe. Par ailleurs, le prix de ces polices peut croître au regard conditions économiques au moment de l’application de cette norme
de l’historique de réclamations du Groupe ou en répercussion à une par le Groupe, ainsi que des décisions comptables que le Groupe
hausse générale des prix sur le marché des assurances. Aussi, le prendra à l’avenir.
Groupe ne peut garantir qu’il parviendra à conserver son niveau de
La norme IFRS 16 prévoit un régime comptable unique applicable au
couverture actuel, le cas échéant à un coût raisonnable.
locataire qui exige la comptabilisation de la location au bilan sauf si
celle-ci a un terme inférieur à douze (12) mois ou porte sur un actif
de faible valeur. La norme IFRS 16 se substitue à l’approche de la
2.1.6 RISQUES LIÉS À LA MODIFICATION norme IAS 17, qui traite la location financière et la location simple
séparément. Le Groupe a démarré les travaux de détermination des
DES NORMES COMPTABLES impacts de la norme IFRS 16 sur ses états financiers mais n’est pas
encore en mesure de fournir une information quantitative sur ces
Les états financiers consolidés du Groupe sont préparés et présentés
impacts autre que ceux estimés et mentionnés en note 2.2 de l’annexe
selon les normes IFRS. Toute modification de ces normes comptables
aux comptes consolidés pour l’exercice clos le 31 décembre 2018
pourrait avoir un impact significatif sur la présentation des résultats
inclus au paragraphe 4.4.1 du présent Document de référence. À ce
et de la situation financière du Groupe. Certaines normes IFRS ont été
stade, les principaux impacts attendus portent sur une augmentation
récemment révisées par l’International Accounting Standards Board.
des dettes financières et des droits d’utilisation de l’actif au bilan, sur
En particulier, la mise en œuvre des normes IFRS 9 « nstruments
une amélioration du résultat opérationnel et une augmentation des
Financiers » et 16 « Locations » pourraient avoir un impact sur la
charges financières au compte de résultat. Les modifications des
manière dont le Groupe prépare et présente ses états financiers.
principes comptables résultant de l’adoption de la norme IFRS 16
La norme IFRS 9 modifie en profondeur les règles actuelles de seront dans l’ensemble appliquées dès le 1er janvier 2019. Le Groupe
classement et d’évaluation des actifs financiers, ainsi que le modèle a adopté la norme IFRS 16 pour la préparation de ses états financiers
de dépréciation des actifs financiers. La norme IFRS 9 s’applique consolidés pour l’exercice ouvert à compter du 1er janvier 2019.
aux exercices ouverts à compter du 1er  janvier 2018. À la date
Outre ces nouvelles normes, l’International Accounting Standards
d’enregistrement du présent Document de référence, le Groupe a
Board pourrait à l’avenir adopter de nouveaux changements ou
adopté la norme IFRS 9 dans ses états financiers consolidés pour
compléments aux normes IFRS, que le Groupe devra obligatoirement
l’exercice annuel débutant le 1er janvier 2018. Toutefois l’impact réel
adopter et dont l’impact sera initialement incertain.
de l’application de cette norme IFRS 9 sur les résultats du Groupe

2.2 ASSURANCE ET COUVERTURE DES RISQUES

La politique d’assurance du Groupe est coordonnée par la Direction Les programmes d’assurance du Groupe prennent la forme de
juridique et assurances du Groupe. polices maîtresses complétées par des polices locales souscrites,
si nécessaire, dans certains pays où les polices maîtresses, seules,
Chaque société du Groupe a la charge de fournir à la Direction
ne sont pas autorisées. Les polices d’assurance maîtresses ont
juridique et assurances du Groupe les informations nécessaires à
vocation à s’appliquer aux activités du Groupe au niveau global,
l’identification et à la qualification des risques assurés ou assurables
en donnant notamment une protection complémentaire de la
relevant du Groupe et de mettre en œuvre les moyens utiles pour
responsabilité civile au-delà des premiers niveaux de garanties
assurer la continuité des activités en cas de sinistre. Sur ces bases,
souscrites par les filiales, une protection de la responsabilité civile
la Direction juridique et assurances négocie avec les acteurs
des mandataires sociaux et une protection de la responsabilité civile
majeurs de l’assurance pour mettre en place les couvertures les
environnementale. Les polices locales sont aussi souscrites pour
plus adaptées aux besoins de couvertures de ces risques.
tenir compte des spécificités ou contraintes législatives locales du
Les entités locales souscrivent aussi à des polices d’assurance ou des pays concernés. Les principales polices du Groupe, souscrites
locales afin de couvrir des risques adaptés à une couverture locale auprès de compagnies d’assurance de réputation internationale,
comme par exemple les assurances automobiles. sont notamment celles de :
La mise en place des polices d’assurance est fondée sur la ● responsabilité civile garantissant les dommages corporels,
détermination du niveau de couverture nécessaire pour faire face à la matériels et immatériels aux tiers y compris les clients ou maîtres
survenance, raisonnablement estimée, de risques de responsabilité, d’ouvrage dont pourraient être responsables les sociétés du
de dommages ou autres. Cette appréciation prend en compte les Groupe ;
évaluations faites par les assureurs en tant que souscripteurs des ● dommages aux biens et pertes d’exploitation ; et
risques. Les risques non assurés sont ceux pour lesquels il n’existe
pas d’offre de couverture sur le marché de l’assurance ou ceux pour ● responsabilité des dirigeants sociaux.
lesquels l’offre d’assurance a un coût disproportionné par rapport Pour faire face à de nouvelles menaces qui se sont développées,
à l’intérêt potentiel de l’assurance ou encore ceux pour lesquels le Groupe a souscrit début 2019 une police d’assurance spécifique
le Groupe considère que le risque ne requiert pas une couverture couvrant les risques de cyber-attaques.
d’assurance.

50 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Contrôle interne et gestion des risques

2.3 CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DES RISQUES

Le dispositif de contrôle interne mis en œuvre au sein du Groupe Cette politique est destinée à fournir une assurance raisonnable,
est présenté au présent paragraphe du Document de référence. En qui ne constitue pas une garantie absolue, quant à la réalisation des
outre, des informations détaillées sont disponibles dans le rapport principaux objectifs suivants :
du conseil d’administration sur le gouvernement d’entreprise prévu
● fiabilité des informations financières ;
par l’article L. 225-37 du Code de commerce, inclus au chapitre 5 du
présent Document de référence.
Dans l’exercice de ses activités, le Groupe est exposé à des risques
de natures multiples au sein des différents pays dans desquels il


conformité aux lois, aux règlements et aux politiques internes
en vigueur ; et
efficacité et efficience des processus internes du Groupe.
2
intervient (voir les paragraphes 2.1.1 à 2.1.6 du présent Document Le Groupe construit des relations de confiance durable avec ses
de référence). Dans cette perspective, le Groupe conduit une politique clients en leur apportant des services de proximité et notamment
active d’identification, de gestion et de contrôle des risques de sur sa capacité à gérer les risques que ces derniers lui transfèrent.
toutes natures visant à assurer au mieux le développement et la En mettant en place un dispositif coordonné d’identification,
protection de son patrimoine et de sa réputation, ainsi qu’à protéger de gestion et de contrôle des risques, le Groupe prend toute la
les intérêts de ses actionnaires, salariés, clients, partenaires et mesure d’un enjeu fondamental pour son développement, dans un
fournisseurs, mais aussi ceux de l’environnement et de ses autres contexte d’émergence de risques plus nombreux, plus complexes,
parties prenantes. interconnectés et plus diversifiés, voire plus extrêmes que par le
Cette politique globale et coordonnée d’identification, de gestion et passé. Pour faire face aux risques inhérents à la conduite de ses
de contrôle des risques s’applique aux filiales du Groupe consolidées activités, le Groupe a mis en place une organisation décentralisée
par intégration globale. et des procédures lui permettant de les sécuriser et d’en limiter les
impacts négatifs, le cas échéant.

2.3.1 PRÉSENTATION DU DISPOSITIF DE CONTRÔLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES

ORGANISATION DU DISPOSITIF DE CONTRÔLE INTERNE, DE GESTION DES RISQUES ET D’AUDIT INTERNE

MESURER

AUDIT
INTERNE
Programme Référentiel
d’audit des procédures
et contrôles

Evaluation et mise à
Évaluation du niveau
jour de la cartographie
de contrôle interne
des risques

ANTICIPER MAÎTRISER
CONTRÔLE CONTRÔLE
DES RISQUES INTERNE

Traitement des non Adaptation des


conformités contrôles aux risques

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 51


2 FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Contrôle interne et gestion des risques

Le dispositif de contrôle interne et de gestion des risques contribue de les recommandations de l’AMF, aux évolutions de l’environnement
façon complémentaire, avec l’audit interne, à la maîtrise des activités, économique et règlementaire de SPIE, ou encore à celles de son
à l’optimisation de leur performance technique et opérationnelle et organisation ou de ses activités. Il intègre les dispositions de
in fine à l’atteinte des objectifs stratégiques du Groupe. l’ordonnance n° 2017-1162 du 12 juillet 2017 et s’appuie enfin sur
les recommandations de l’AMF publiées en novembre 2017 dans
Le dispositif de gestion des risques a pour objet d’anticiper les
son rapport sur le gouvernement d’entreprise, la rémunération des
risques, afin de préserver la valeur, les actifs et la réputation de
dirigeants, le contrôle interne et la gestion des risques.
SPIE. Il permet, au niveau du Groupe, l’identification, l’analyse
et la hiérarchisation des événements susceptibles d’influer
significativement sur les objectifs du Groupe. Il favorise la définition PÉRIMÈTRE DE DÉPLOIEMENT DU DISPOSITIF
et le suivi des plans d’action corrélatifs à ces risques. DE CONTRÔLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES
Le dispositif de contrôle interne regroupe l’ensemble des dispositifs Le dispositif de contrôle interne et de gestion des risques SPIE est
permanents, mis en œuvre à tous niveaux de SPIE, qui participent conçu pour couvrir l’ensemble du Groupe, c’est-à-dire la société
au traitement des risques (standards de contrôle interne, points de mère, ainsi que toutes les filiales consolidées par intégration
contrôle, etc.). Il contribue également à assurer la conformité aux globale, en tenant compte des spécificités locales éventuelles et
lois, règlements et normes internes du Groupe. Il participe ainsi à des règlementations particulières en vigueur.
la maîtrise des activités du Groupe, à l’efficacité de ses opérations
et à l’utilisation efficiente de ses ressources. Au cas particulier des entités dernièrement acquises, le dispositif de
contrôle interne et de gestion des risques du Groupe doit s’appliquer
L’audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à dans les dix-huit mois qui suivent leur intégration au Groupe.
la Direction générale une assurance sur le degré de maîtrise de ses
opérations et lui apporte ses conseils pour les améliorer, en fonction
d’un programme annuel de travail. L’audit interne a également la LIMITES DU DISPOSITIF DE CONTRÔLE INTERNE
responsabilité d’évaluer périodiquement la pertinence, l’effectivité ET DE GESTION DES RISQUES
et l’efficacité des systèmes de contrôle interne et de gestion des
Au sein de SPIE, le contrôle interne et la gestion des risques sont
risques du Groupe.
l’affaire de tous. Le dispositif de contrôle interne et de gestion des
risques est mis en œuvre de façon permanente par la Direction
RÉFÉRENTIEL DE CONTRÔLE INTERNE ET DE GESTION générale, l’encadrement, le management de proximité et in fine les
DES RISQUES équipes opérationnelles de SPIE. Ce dispositif ne peut toutefois pas
fournir une garantie absolue que les objectifs de la Société seront
Le dispositif de contrôle interne et de gestion des risques du Groupe atteints. Les principales limites de ce dispositif portent sur les aléas
est adapté à ses orientations stratégiques et à son développement et l’évolution du monde extérieur ; sur l’erreur de jugement ou la
à l’international. Le Groupe a choisi d’appliquer les principales défaillance humaine dans la prise de décision et/ou dans sa mise
recommandations proposées par le cadre de référence et les guides en œuvre.
d’application de l’AMF, mis à jour en juillet 2010, les recommandations
du Rapport du groupe de travail sur le Comité d’audit, également Par ailleurs, de manière à prendre en compte la réalité économique
publié en juillet 2010 et le guide de l’information périodique des de la vie des sociétés du Groupe, mais aussi à garantir le secret
sociétés cotées sur un marché réglementé publié le 26 octobre 2016 des affaires et la protection de ses savoir-faire, la Société a tenu
par l’AMF (DOC-2016-05). Le dispositif du Groupe est également compte des intérêts légitimes des filiales du Groupe au regard
cohérent avec les référentiels américains COSO (Committee Of des conséquences possibles qu’aurait la divulgation de certaines
Sponsoring Organizations Of the Tradeway Commission) I et II. informations. Toutefois, lorsqu’elle est pratiquée dans le présent
Document de référence, l’omission volontaire de certaines
Le dispositif de contrôle interne et de gestion des risques de SPIE informations est toujours faite dans le respect de la correcte
est en constante évolution, de façon à s’adapter, en cohérence avec information des actionnaires, du marché et des investisseurs.

52 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Contrôle interne et gestion des risques

2.3.2 LES PRINCIPAUX ACTEURS DU CONTRÔLE INTERNE ET DE LA GESTION DES RISQUES


ET DE LEUR PILOTAGE

LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES

COMITÉ D’AUDIT / CONSEIL D’ADMINISTRATION

2
DIRECTION GÉNÉRALE / COMITÉ EXÉCUTIF

1re LIGNE 2e LIGNE 3e LIGNE


DE MAÎTRISE DES RISQUES DE MAÎTRISE DES RISQUES DE MAÎTRISE DES RISQUES

Assurances

AUDIT EXTERNE

RÉGULATEURS
Conformité

Contrôle interne

Contrôle financier

Management Contrôle de gestion Audit


opérationnel Interne
Finance

Gestion des Risques

Juridique

QHSE

R.H.

Systèmes d’information

...

L’organisation du Groupe repose sur la Direction générale, des la définition d’objectifs individuels partagés entre la direction et
directions fonctionnelles corporate et sur des directions de filiales, chaque salarié du Groupe, pour atteindre les objectifs fixés par le
aux périmètres définis en termes d’activité ou de géographie. conseil d’administration et la Direction générale.
Le dispositif de contrôle interne et de gestion des risques de SPIE est
ainsi mis en œuvre au niveau le plus approprié de l’organisation du LE COMITÉ EXÉCUTIF
Groupe, sous la surveillance des organes de gouvernance du Groupe
et plus spécialement du Comité d’audit du conseil d’administration, Le Président-directeur général de SPIE s’appuie sur un Comité
dont la mission inclut notamment le suivi de l’efficacité des exécutif au sein duquel sont représentés l’ensemble des filiales
systèmes de contrôle interne et de gestion des risques, (voir le du Groupe. À la date du présent Document de référence, le Comité
paragraphe 5.2.2 du présent Document de référence et le rapport exécutif est composé de douze membres. Le Comité exécutif répond
du conseil d’administration sur le gouvernement d’entreprise à la volonté d’améliorer les synergies et le fonctionnement en groupe
figurant au chapitre  5 du présent Document de référence). À intégré et coté, dans le respect de l’autonomie de gestion des filiales.
titre d’illustration, SPIE place la sécurité des collaborateurs de Ce Comité exécutif est une instance de réflexion, de concertation
l’entreprise au cœur de ses préoccupations ; des dispositifs de et de décision sur les sujets stratégiques et opérationnels majeurs
prévention des risques d’accidents sont donc systématiquement du Groupe. Le Comité exécutif se réunit en principe une fois par
adoptés sur les sites d’exploitations et sur les chantiers, mais mois ; il examine également une fois par an l’évaluation du niveau
aussi au siège des filiales, à toute entité intégrant le Groupe et, de contrôle interne du Groupe ; par ailleurs, il se réunit également
dans la mesure du possible, aux sous-traitants et fournisseurs du deux fois par an en comité des risques, pour examiner le dispositif
Groupe. SPIE a ainsi mis en place un dispositif global et coordonné de gestion des risques du Groupe (cartographie des risques majeurs
de contrôle interne et de gestion des risques qui repose in fine sur et suivi des plans d’actions correctrices).

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 53


2 FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Contrôle interne et gestion des risques

LA DIRECTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIÈRE par les directeurs généraux du Groupe, elle propose une vision
consolidée du portefeuille de risques, pour instruire la décision
La Direction administrative et financière a la responsabilité de la sur le niveau de risque accepté et pour construire l’allocation des
fonction finance dans l’ensemble du Groupe, directement par le biais ressources nécessaires à la prise de risques assumés (risques /
de fonctions centralisées (communication financière, comptabilité rentabilité). La Direction du contrôle des risques et de l’audit interne
et fiscalité, contrôle financier, contrôle de gestion, juridique et travaille en étroite collaboration avec les filiales et organisations
assurances, trésorerie et financement) et au travers de liens opérationnelles auxquelles elle apporte son expertise et son appui
fonctionnels avec les directeurs financiers des différentes filiales technique tout en assurant le suivi des risques majeurs présenté
du Groupe qui lui reportent. chaque année en comité des risques.
Le Directeur administratif et financier reporte au Président-directeur
général ; il est membre du Comité exécutif et administrateur de SPIE.
AUTRES ACTEURS DU CONTRÔLE INTERNE
Les principaux responsables des fonctions financières corporate et
filiales sont rassemblés au sein du Comité de Direction financière
ET DE LA GESTION DES RISQUES
Groupe qui se réunit mensuellement. Dans leurs domaines respectifs, les responsables hiérarchiques
opérationnels des filiales sont également des acteurs majeurs du
contrôle interne et de la gestion de risques au quotidien, avec l’appui
LA DIRECTION DU CONTRÔLE DES RISQUES
des fonctions centrales concernées (finance, ressources humaines,
ET DE L’AUDIT INTERNE achats, développement durable, juridique, sécurité, systèmes et
La Direction du contrôle des risques et de l’audit interne a été créée technologies d’Informations, etc.).
en 2015 afin de renforcer la capacité du Groupe à anticiper, identifier, Par ailleurs, le comité Go/No go, compétent pour la validation
analyser, et pondérer les risques auxquels il peut être exposé, quelle d’engagements pour des projets significatifs présentés par les
que soit leur nature, dans son exploitation quotidienne et dans ses filiales ; le Comité d’éthique du Groupe et le comité de conformité
choix stratégiques. Elle est rattachée au Président-directeur général du Groupe, répliqués dans chaque filiale participent également
de SPIE et rend compte au Comité d’audit du conseil d’administration. activement au pilotage du contrôle interne et à sa surveillance
Elle coordonne les trois fonctions de gestion des risques, de contrôle permanente.
interne et d’audit interne.
L’action de l’audit interne s’inscrit dans le cadre d’un plan annuel
validé par le Président-directeur général de SPIE, réalisé à partir
d’une analyse multicritères (production, EBITA, risques, etc.) et 2.3.3 EFFICACITÉ DU DISPOSITIF
prenant en compte les observations des Commissaires aux comptes, DE CONTRÔLE INTERNE
ainsi que les résultats des revues d’autoévaluations du contrôle ET DE GESTION DES RISQUES
interne par les filiales. Ce programme repose sur trois principaux
types de missions : des missions de maîtrise du développement Outre le pilotage réalisé par les principaux acteurs décrits ci-dessus,
(missions d’intégration d’acquisition et missions post acquisition) ; l’efficacité du dispositif de contrôle interne et de gestion des risques
des missions de contrôle interne ; des missions transverses au sein au sein de SPIE repose également sur quatre autres composantes
du Groupe (missions de maîtrise des risques majeurs et missions principales :
d’optimisation de l’efficacité) ; le cas échéant, ce plan d’audit peut être
● l’environnement de contrôle, qui correspond, pour l’essentiel, aux
adapté en cours d’année pour y intégrer des missions d’assurance
valeurs diffusées dans le Groupe ;
ou de conseil à la discrétion de la Direction générale, du Comité
d’audit du conseil d’administration ou du Comité d’éthique du Groupe. ● l’évaluation des risques ;
Les missions d’audit interne se déroulent dans toutes les filiales ● les activités de contrôle, définies comme les règles et procédures
du Groupe et conformément au Code de déontologie et aux normes mises en œuvre pour traiter les risques ; et
internationales de la profession (Institut français de l’audit interne ● la diffusion de l’information.
– IFACI et The Institute of Internal Auditors).
L’action du contrôle interne est d’abord d’élaborer et de faire évoluer ENVIRONNEMENT DE CONTRÔLE
en cohérence avec les recommandations de l’AMF, les standards
de contrôle interne du Groupe, en collaboration avec les directions L’environnement de contrôle de SPIE s’appuie à titre principal sur
fonctionnelles corporate et les correspondants de contrôle interne les éléments suivants, largement diffusés dans toutes les filiales et
dans chaque filiale. Son action consiste également à animer le accessibles sur l’Intranet du Groupe :
réseau des quelques cent cinquante pilotes des dix-huit processus ● la charte de déontologie boursière et les recommandations
de contrôle interne SPIE, répartie en filiales et au siège du Groupe. d’application liées à sa mise en œuvre ;
Enfin, l’action du contrôle des risques est d’identifier, d’analyser, ● l’affirmation des valeurs de SPIE : la proximité, la performance
de prévenir et contrôler les principaux risques (menaces et et la responsabilité. Chacune de ces valeurs s’inscrit dans une
opportunités), quelle que soit leur nature, auxquels peut être exposé perspective opérationnelle, concernant aussi bien les aspects
le Groupe dans son exploitation quotidienne et dans le choix de ses économiques et managériaux que culturels, environnementaux
grandes orientations stratégiques. et sociaux ;
La Direction du contrôle des risques et de l’audit interne a en charge ● les dix principes directeurs sur lesquels SPIE s’appuie pour mener
la cohérence globale du processus de gestion des risques au sein du avec succès son projet d’entreprise, principes conducteurs qui
Groupe. Elle propose des solutions pour réduire l’effet potentiel que structurent sa démarche : comportement éthique, protection
la survenance des risques identifiés pourrait avoir sur le Groupe. Elle de l’environnement, santé et prévention sécurité, respect des
s’assure de l’alignement des travaux de gestion des risques avec collaborateurs, formation et investissement, prise en compte
les objectifs stratégiques du Groupe. Au travers d’une cartographie de la diversité, engagement local, écoute du client, sens des
des risques majeurs du Groupe reposant sur l’impact potentiel, la responsabilités, maîtrise des risques ;
fréquence possible et le niveau de maîtrise des risques identifiés

54 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Contrôle interne et gestion des risques

● SPIE a adhéré dès 2003 au Pacte mondial des Nations unies (UN ACTIVITÉS DE CONTRÔLE
Global Compact) et veille à l’application de ses principes en matière
de droits de l’homme, de normes du travail, d’environnement et De façon générale, au-delà des missions génériques décrites ci-
de lutte contre la corruption. Ses performances dans ce domaine dessus, chaque organisation au sein de SPIE est associée aux
sont régulièrement évaluées par une agence indépendante de activités de contrôle du Groupe de manière telle qu’elle s’assure que
mesure de la responsabilité sociale ; les règles, les instructions et les procédures SPIE sont déployées,
comprises et appliquées.
● la conduite éthique des affaires constitue un élément fondamental
de la démarche de SPIE qui considère que la performance À partir de 2013, le Groupe a déployé un référentiel de contrôle
économique d’une entreprise est indissociable de sa responsabilité interne initialement appelé « les normes SPIE ». Au terme d’un
éthique. Dans cet esprit, le Groupe a établi ses huit principes de premier enrichissement en 2014, ce référentiel est ensuite devenu
conduite éthique des affaires pour encadrer son activité. Un guide
d’application des principes éthiques a également été élaboré,
visant à éclairer les collaborateurs de SPIE sur la bonne conduite
« les standards de contrôle interne du Groupe » et a donné lieu à
une première campagne d’auto-évaluation en filiales, de leur niveau
de contrôle interne. Une campagne d’auto-évaluation du niveau de
2
à tenir par rapport à certaines situations pouvant comporter des contrôle interne est désormais réalisée chaque année en filiales.
risques significatifs pour les collaborateurs et pour SPIE ; En 2018, l’audit interne de SPIE a procédé en filiales à une revue de
la quatrième auto-évaluation du niveau de contrôle interne en filiales.
● la politique de gestion des ressources humaines et le Comité
Cette auto-évaluation portait sur 190 contrôles clé et 133 contrôles
d’évaluation et de eéveloppement des ressources humaines de
standards répartis en 18 processus de management. Chaque contrôle
l’entreprise (CEDRE). Il s’agit d’une démarche collégiale, déclinée
est évalué et revu soit « conforme », soit « partiellement conforme »,
annuellement pour chaque niveau de l’entreprise : service, agence,
soit non conforme » ou enfin exceptionnellement « non applicable ».
département et jusqu’à la Direction générale, suivant un processus
Cette quatrième évaluation a été présentée fin août  2018 aux
commun qui vise à assurer au plan collectif, l’adéquation entre la
directeurs généraux du Groupe, puis aux administrateurs membres
performance de l’unité opérationnelle et ses ressources humaines
du Comité d’audit du conseil d’administration de SPIE, ainsi qu’aux
et au plan individuel, le développement personnel et professionnel
Commissaires aux comptes. Elle ne comportait aucune faiblesse
de chaque collaborateur.
matérielle. Depuis, des plans d’actions pragmatiques et concrets ont
été imaginés en filiales ; des mesures de renforcement du contrôle
ÉVALUATION DES RISQUES interne ont également été engagées, par exemple en matière de
séparation des tâches, de retour d’expériences et de partages de
Depuis 2010, le Groupe réalise périodiquement une cartographie des
bonnes pratiques entre les filiales.
risques qui donne au Comité exécutif du Groupe, ainsi qu’au Comité
d’audit du conseil d’administration, la photographie instantanée
datée des risques majeurs auquel le Groupe peut être exposé, c’est- DIFFUSION DE L’INFORMATION
à-dire ceux pouvant compromettre la réalisation de ses objectifs ou
perturber ses activités, dégrader durablement son image ou encore Les informations de contrôle interne sont systématiquement mises à
le processus clé de fonctionnement du Groupe. la disposition de l’ensemble des membres salariés SPIE sur l’Intranet
du Groupe. Elles sont également communiquées aux personnes qui
En 2017, la Direction du contrôle des risques et de l’audit interne ont à en connaître par les directions fonctionnelles au travers de leur
a réalisé une nouvelle cartographie des risques majeurs du réseau de correspondants en filiales. En outre, certaines procédures
Groupe, à partir d’une méthodologie parfaitement conforme ou normes peuvent faire l’objet de campagnes de diffusion ad hoc.
aux recommandations du groupe de travail de l’AMF concernant Dans un souci de cohérence avec l’organisation décentralisée du
l’adaptation du cadre de référence à la gestion de risques et au Groupe, la diffusion de l’information passe toujours par l’organisation
contrôle interne. Cette démarche a été engagée selon une méthode managériale ou fonctionnelle, pour être optimale.
de travail homogène et commune aux dix-sept dirigeants du Groupe,
interrogés sur la base d’un guide méthodologique formalisé et
diffusé avant chaque entretien. Les risques ont été identifiés par
familles (stratégie, opérations, conformité, finances) et sous-familles 2.3.4 PROCÉDURE DE CONTRÔLE INTERNE
(18) au travers du registre des risques du Groupe. Pour chaque ET DE GESTION DES RISQUES MISES
risque identifié, ses causes et ses conséquences possibles ont été EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ RELATIVES
décrites ; l’impact, la fréquence et les niveaux de maîtrise actuelle
et escomptée ont également été évalués.
À L’ÉLABORATION ET AU TRAITEMENT
DE L’INFORMATION FINANCIÈRE
Les risques cités ont finalement été consolidés par regroupement ET COMPTABLE
des risques aux problématiques similaires et en vertu du principe
« un personne, une voix » pour calculer les criticité et niveau de
L’information financière est issue d’un processus rigoureux et
maîtrise de chacun des risques majeurs. Finalement, chacun d’eux a
complet de planification financière. Ce processus intègre notamment :
fait l’objet d’une fiche individuelle détaillée prévoyant notamment un
plan d’action précis attribué à un « propriétaire de risque », membre ● un plan stratégique moyen terme ;
du Comité exécutif du Groupe, avec un calendrier de réalisation. ● un budget annuel ;
Chaque risque majeur est également lié à un ou plusieurs point(s)
● deux ré-estimations complètes des indicateurs financiers projetés
de contrôle interne et à un ou plusieurs indicateur(s) de risque(s),
à fin d’année ;
lorsque possible.
● des arrêtés mensuels ;
En 2018, le Comité exécutif du Groupe s’est réuni à deux (2) reprises
● des mises à jour mensuelles de prévisions de certains indicateurs
en comité des risques et a examiné des propositions de plans
financiers projetés à trois mois ; et
d’actions concernant les risques considérés comme majeurs. Les
propositions qui ont été validées ont été déployées ou sont en cours ● des réunions mensuelles de comités de direction de chaque filiale
de déploiement dans le Groupe. au cours desquelles les indicateurs sont revus et commentés.
Les règles et méthodes comptables du Groupe sont accessibles
sur l’Intranet SPIE.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 55


2 FACTEURS DE RISQUES ET CONTRÔLE INTERNE
Contrôle interne et gestion des risques

La Direction des comptabilités, rattachée à la Direction administrative aux normes comptables en vigueur et à la correcte traduction
et financière du Groupe, est responsable de l’intégrité et de la comptable des opérations significatives ;
fiabilité des informations financières de SPIE (comptes sociaux et ● le pilotage du système d’information financière du Groupe ; et
consolidés), diffusées à l’intérieur et à l’extérieur du Groupe.
● la fixation du calendrier et des instructions de clôture pour la
Afin de produire les comptes sociaux et consolidés du Groupe, la préparation des comptes semestriels et annuels.
Direction des comptabilités assure : Après avoir recueilli les lettres d’affirmation auprès des directions
● l’établissement, la validation et l’analyse des comptes semestriels des filiales et du siège, les Commissaires aux comptes présentent
et annuels, sociaux et consolidés du Groupe, ainsi que des données leurs observations sur les comptes semestriels et annuels aux
prévisionnelles ; membres du Comité d’audit, puis au conseil d’administration de la
● du recensement, la consolidation et le suivi des engagements hors Société.
bilan des filiales du Groupe ; Enfin, depuis son introduction en Bourse en 2015, le Groupe est
● l’établissement, la diffusion et le contrôle des procédures soumis au contrôle de l’AMF.
comptables au sein du Groupe en s’assurant de leur conformité

56 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
3 RFA

3.1 PRÉSENTATION DE LA STRATÉGIE RSE 3.2 SALARIÉS / PRÉSENTATION 74


(VISION, GOUVERNANCE RSE, 3.2.1 Nombre et répartition des salariés 74
PRÉSENTATION DES ENJEUX ET OBJECTIFS) 58 3.2.2 Emploi et conditions de travail 76
3.1.1 Modèle de création de valeur et stratégie RSE 58 3.2.3 Formation 77
3.1.2 Principaux risques extra-financiers 61 3.2.4 Politique de rémunération 77
3.1.3 Politiques et résultats relatifs aux principaux risques 3.2.5 Relations sociales 77
extra-financiers de SPIE 62
3.1.4 Informations obligatoires 69 3.3 ACCORDS DE PARTICIPATION
3.1.5 Note méthodologique 69 ET D’INTÉRESSEMENT 78
3.1.6 Limites 2018 70 3.3.1 Accords de participation 78
3.1.7 Contrôles et vérification 70 3.3.2 Accords d’intéressement 78
3.1.8 Rapport de l’un des commissaires 3.3.3 Plans d’épargne d’entreprise et plans assimilés 78
aux comptes, désigné organisme tiers 3.3.4 Avantages postérieurs à l’emploi 78
indépendant, sur les informations sociales, 3.3.5 Facteurs environnementaux susceptibles d’influencer
environnementales et sociétales consolidées l’utilisation des immobilisations corporelles du Groupe 79
figurant dans le rapport de gestion 71

© Stefan Wildhirt

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 57


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

3.1 PRÉSENTATION DE LA STRATÉGIE RSE


(VISION, GOUVERNANCE RSE,
PRÉSENTATION DES ENJEUX ET OBJECTIFS)

3.1.1 MODÈLE DE CRÉATION DE VALEUR ET STRATÉGIE RSE

3.1.1.1 MODÈLE DE CRÉATION DE VALEUR SPIE

3 valeurs : PROXIMITÉ, PERFORMANCE, RESPONSABILITÉ


Nos préalables à l’action : ÉTHIQUE, EXPERTISE, SANTÉ-SECURITÉ

Ressources SPIE, L’AMBITION PARTAGÉE Valeur créée / impacts


Une entreprise pérenne au service d’un monde durable

4
CAPITAL HUMAIN CAPITAL HUMAIN
❯ 46 398 collaborateurs ❯ 5 386 embauches en 2018
Leader européen indépendant des services Multi-techniques,

dont 88 % en CDI


Activités ❯ Intégrité physique :
dans les domaines de l’énergie et des communications

taux d’accidents
❯ MECHANICAL AND ELECTRICAL SERVICES de 30 % < au marché (SERCE)
❯ INFORMATION & COMMUNICATIONS TECHNOLOGY SERVICES ❯ 34 % des salariés
CAPITAL ❯ TECHNICAL FACILITY MANAGEMENT actionnaires de SPIE
MANUFACTURIER
❯ TRANSMISSION & DISTRIBUTION
❯ 3,4 Mds d'€ d’achats
de matériaux (câbles,
composants, etc.) CAPITAL FINANCIER

4
❯ Flotte de ❯ 6,7 Mds d’€ de production
16 300 véhicules consolidée et

Marchés stratégiques ❯ 400 M€ d’EBITA consolidé

CAPITAL SOCIÉTAL
❯ Environ 157 000 Smart city e-fficient buildings CAPITAL SOCIÉTAL
fournisseurs Contribuer à un modèle Optimiser durablement
durable de développement la performance ❯ Notation Gold EcoVadis SPIE
❯ Intérim et sous- (76/100)
urbain et territorial immobilière
traitance : 1,6 Mds d'€
(1/3 du CA des achats) ❯ 32 % des fournisseurs SPIE
Énergies Industry services évalués par EcoVadis
Favoriser la transition Accompagner ❯ 1er prix RSE
énergétique à travers le développement de catégorie SBF 80 (Agefi)
le monde chaque secteur industriel
CAPITAL NATUREL
❯ Consommation
d’électricité et de
gaz des bâtiments : Valeur ajoutée CAPITAL NATUREL
99,1 millions kWh ❯ Intensité carbone
❯ Être le lien entre les demandes clients et le marché fournisseurs de 19 g CO2/€ de chiffre
❯ Consommation
❯ Disposer d’une offre complète d’activités de services à offrir aux clients d’affaires (scopes 1 & 2)
de carburant :
❯ Assurer une rigueur de gestion et d’exécution des affaires
28 millions litres ❯ Classement Carbon Clean 200
❯ Conjuguer efficacité énergétique, innovation et performance pour le client

Ambition : LEADER EUROPÉEN INDÉPENDANT


STRATÉGIE DE CROISSANCE EXTERNE / PROFITABILITÉ / ÉTHIQUE

58 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

3.1.1.1.1 Segments et activités SPIE dispose d’une offre de services multitechniques de 1er plan
Le Groupe est le leader européen indépendant des services sur les marchés européens les plus attractifs, concentrée sur des
multitechniques dans les domaines de l’énergie et des activités à forte technicité et s’appuyant sur un réseau local dense.
communications. SPIE tire de ces atouts sa valeur ajoutée : être le lien entre les
demandes clients et le marché fournisseurs et offrir une multitude
Avec plus de 46 000 collaborateurs dans le monde au 31 décembre de services à ses clients.
2018, le Groupe accompagne ses clients dans la conception, la
réalisation, l’exploitation et la maintenance d’installations économes Ce robuste modèle de création de valeur que SPIE a su construire
en énergie et respectueuses de l’environnement. repose notamment sur de la proximité, synonyme pour le Groupe
de récurrence. C’est cette récurrence du modèle SPIE qui est un axe
La production du Groupe se répartit en quatre segments de reporting : de différenciation majeur pour le Groupe.
● France (38 % de la production consolidée) ; En outre, la poursuite d’une politique de gestion opérationnelle
● Germany and Central Europe (32 % de la production consolidée) ; rigoureuse et d’une discipline financière permet et permettra à SPIE
● North-Western Europe (23 % de la production consolidée) ; et d’exécuter sa stratégie de croissance externe et ainsi d’enrichir son
offre pour répondre à l’ambition du Groupe d’être le leader européen
● Oil & Gas and Nuclear (7 % de la production consolidée). indépendant de son secteur.
L’activité du Groupe couvre quatre domaines d’excellence :
Pour mettre en œuvre une entreprise pérenne au service d’un
● Mechanical and Electrical Services, qui couvre les activités monde durable, SPIE privilégie la cohérence et la continuité de ses
d’installation et d’amélioration des systèmes mécaniques, démarches.
électriques et de chauffage, ventilation et climatisation ;
Pour davantage d’informations se référer au chapitre 1 « Présentation
Information & Communications Technology Services, qui couvre

3
● du Groupe et de ses Activités » du présent document de référence.
les activités d’installation, d’amélioration, d’aide à l’exploitation
et de maintenance de systèmes de communication voix, données
et images ; 3.1.1.2 STRATÉGIE RSE
● Technical Facility Management qui couvre la gestion technique
d’installations ainsi que des services nécessaires à leur 3.1.1.2.1 Gouvernance RSE
fonctionnement ; et SPIE aspire à être une entreprise citoyenne tant par ses pratiques
● Transmission & Distribution Services qui couvre le service aux internes qu’externes, en fournissant des solutions innovantes et en
infrastructures de transmission et de distribution d’énergie. prenant en compte les attentes de ses différentes parties prenantes.
Les services proposés par le Groupe couvrent l’ensemble du cycle «  Proximité  » avec ses équipes, clients et partenaires,
de vie des installations de ses clients, allant de la conception et « Performance » à tous les niveaux, « Responsabilité » (y compris
l’installation (new facilities, services qui représentent environ 17 % de sociale et environnementale) sont les valeurs de SPIE. A travers
la production consolidée) jusqu’au support à l’exploitation, l’entretien ces trois notions, SPIE intègre sa démarche RSE dans sa stratégie.
et le réaménagement (« asset-support », services qui représentent Un comité RSE Groupe propose et pilote la stratégie RSE de SPIE.
environ 83 % de la production consolidée et qui correspondent à Il est composé de membres des comités de direction des filiales
peu près à la moitié à des activités d’extension et de rénovation des ainsi que de deux membres du Comité exécutif du Groupe, et se
équipements). réunit à une fréquence régulière. Plusieurs comités complètent le
dispositif de gouvernance RSE du Groupe : des comités RSE locaux,
3.1.1.1.2 Création de valeurs et perspectives un comité éthique Groupe et des comités éthiques locaux, un comité
SPIE agit pour : achats responsables, un Comité handicap, des groupes de travail
inter filiales sur des sujets spécifiques de sécurité.
● valoriser le cadre de vie : promotion des transports durables
et sûrs, accompagnement du développement des territoires, De plus, SPIE s’est doté d’un important réseau de collaborateurs
aménagement de bâtiments où il fait bon vivre ; chargés de la gestion des questions liées à la qualité-hygiène-
● conjuguer les énergies  : acteur engagé dans la recherche sécurité-environnement (QHSE) couvrant l’ensemble des
de solutions contre le réchauffement climatique et dans la thématiques et animé par la direction du développement durable.
préservation des ressources naturelles, SPIE participe à la L’intégralité des politiques menées sur les différents sujets est
transition énergétique mondiale en mettant ses expertises au relayée au niveau local afin d’assurer la mise en œuvre des actions
service d’un mix énergétique équilibré et pérenne ; de proximité.
● développer la performance des entreprises : intervention sur tous SPIE communique également diverses données liées aux
les métiers grâce à un réseau de proximité, présence sur toute thématiques de développement durable dans son Document de
la chaîne de valeur industrielle, optimisation des performances référence et dans son rapport annuel, complémentaires à la présente
grâce à un savoir-faire global. déclaration de performance extra-financière (DPEF). La DPEF a pour
Les activités du Groupe contribuent activement au développement principal objectif de répondre à la directive européenne 2014/95/
d’une économie verte et à la transition vers une économie décarbonée, UE relative à la publication d’informations extra-financières par les
un engagement qui repose notamment sur l’amélioration de entreprises, transposée en France par l’ordonnance n° 2017-1180
l’efficacité énergétique et sur le recours aux énergies renouvelables du 19 juillet 2017 et complétée notamment par le décret n° 2017-
ainsi que sur l’innovation technologique et numérique. Chaque année, 1265 du 9 août 2017.
les services de SPIE contribuent à économiser plusieurs milliers de
tonnes de CO2 chez ses clients.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 59


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

3.1.1.2.2 Politique RSE ● social : Le service étant au cœur des métiers du Groupe, ses
Engagée depuis plus d’une dizaine d’années dans des actions de collaborateurs sont sa principale richesse. Le Groupe est
responsabilité sociétale d’entreprise (RSE), notamment dans les attentif à garantir la sécurité de ses collaborateurs sur leur
domaines de la diversité, du développement des compétences, lieu de travail, à leur proposer des opportunités de formation et
de la santé et de la sécurité, de l’économie verte et des achats d’évolution professionnelle et à développer des relations sociales
responsables ; SPIE a formalisé sa politique RSE autour de quatre constructives ;
axes : social, économie, société et environnement. ● économie  : SPIE vise la performance économique tout en
respectant des exigences éthiques élevées dans la conduite de
Chacun de ces axes est décliné en trois thèmes avec l’objectif de
ses affaires et en privilégiant une confiance réciproque et des
permettre à l’ensemble des parties prenantes d’avoir une vision
relations durables avec toutes ses parties prenantes ;
globale et claire des engagements RSE du Groupe :
● société : SPIE favorise la diversité et incite ses collaborateurs
● environnement : SPIE s’efforce de réduire son empreinte carbone à consacrer du temps au service du développement durable.
ainsi que celle de ses clients et partenaires grâce à ses initiatives Le Groupe est engagé en faveur d’un avenir meilleur autour de
internes et ses solutions en faveur de l’économie verte ; valeurs partagées de proximité et de responsabilité.

SANTÉ ET
SÉCURITÉ
DÉVELOPPEMENT RELATIONS
DES COMPÉTENCES SOCIALES

PROJETS SOCIAL
D’EFFICACITÉ
ÉNERGÉTIQUE ÉTHIQUE
POUR NOS CLIENTS DES AFFAIRES
T
IRONNEMEN

ÉCON IE

TRANSITION
VERS
UNE ÉCONOMIE
RSE de ACHATS
RESPONSABLES
OM

BAS-CARBONE
SPIE
V
EN

RÉDUCTION ACTIONNARIAT
DE NOTRE SALARIÉ
EMPREINTE
CARBONE
S O C IÉ T É
DÉVELOPPEMENT
DIVERSITÉ
DURABLE DES
COLLECTIVITÉS
MÉCÉNAT
LOCALES
DE COMPÉTENCES

60 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

3.1.2 PRINCIPAUX RISQUES Conscient de sa responsabilité envers ses collaborateurs et


EXTRA-FINANCIERS partenaires, le Groupe inscrit son engagement pour la santé et la
sécurité dans chacune de ses actions, faisant du « zéro accident »
un objectif concret.
3.1.2.1 MÉTHODOLOGIE D’ANALYSE DE RISQUES Les impacts en cas d’accident de travail pouvant être lourds (perte
EXTRA-FINANCIERS de production, perte financière, perte humaine, risque d’image et
de réputation, risque social, poursuites judiciaires), le risque lié à
SPIE a mis en place en 2018 une démarche d’analyse de risques la sécurité au travail représente ainsi pour SPIE un enjeu majeur et
extra-financiers pragmatique afin d’identifier ses principaux risques est au cœur de ses préoccupations.
(classés en quatre catégories : social, environnemental, sociétal et
économique). Les thématiques de l’article L. 225-102-1 ainsi que 3.1.2.2.3 Risque lié à la sous-traitance
celles du R. 225-105 du Code de commerce ont été prises en compte
SPIE travaille avec plus de 155 000 fournisseurs et un tiers des
dans la démarche d’identification des risques.
achats du Groupe, soit 1,6 milliard d’euros, correspond à de la sous-
Les risques RSE du Groupe ont été appréciés lors de la consultation traitance. La grande majorité des sous-traitants du Groupe sont de
de plusieurs directeurs fonctionnels et opérationnels en France en taille moyenne ou petite.
appliquant la méthodologie de la Direction du contrôle des risques et
Par ailleurs, la demande croissante des clients amène SPIE à être
de l’audit interne. Les risques RSE ont ainsi été évalués en fonction
en recherche permanente de nouveaux sous-traitants, et ce, dans
des cinq critères suivants : applicabilité, impact, fréquence, niveau de
un contexte de raréfaction de l’offre.
maîtrise et de terme. Les différents entretiens menés ont également
été l’occasion de recenser des propositions d’actions pour traiter Ainsi, identifier et contracter avec des sous-traitants adéquats afin
chaque risque. de pouvoir répondre à un marché est un véritable enjeu, et ne pas
La cartographie des risques extra-financiers du Groupe et la liste
des six principaux risques ont été validées par deux membres du
pouvoir saisir toutes les opportunités commerciales est un premier
risque.
3
Comité exécutif. L’application stricte des lois internationales et nationales et des
standards SPIE, en particulier développement durable, chez les sous-
traitants est une priorité, pour des questions évidentes de sécurité
3.1.2.2 PRINCIPAUX RISQUES EXTRA-FINANCIERS notamment. Dans le même temps, la supervision opérationnelle des
Les principaux risques RSE identifiés par SPIE sont les suivants : sous-traitants notamment de petite taille est complexe compte tenu
de leur grand nombre, le risque de non-respect des législations et
● le risque lié au recrutement ;
des standards du Groupe existe.
● le risque lié aux conditions de santé-sécurité au travail et aux
accidents du travail ; 3.1.2.2.4 Risque lié à la corruption
● le risque lié à la sous-traitance ; SPIE maintient des exigences éthiques élevées dans la conduite de
● le risque lié à la corruption ; ses affaires. Le Groupe peut cependant être confronté à des risques
● le risque lié à la qualité/satisfaction client ; liés à la corruption dans le cadre de ses activités pouvant provoquer
des sanctions financières et/ou pénales, voire l’exclusion de certains
● le risque lié aux émissions de gaz à effet de serre (GES). marchés ainsi qu’un risque d’atteinte à l’image du Groupe.
3.1.2.2.1 Risque lié au recrutement
3.1.2.2.5 Risque lié à la qualité/satisfaction client
En tant que leader européen indépendant des services multitechniques
La qualité du service rendu et la satisfaction des clients sont pour
dans les domaines de l’énergie et des communications, la capacité
SPIE des fondamentaux synonymes de performance.
à identifier puis à former, retenir et motiver des collaborateurs
hautement qualifiés est essentielle et synonyme de succès. Ceci Leur suivi représente une véritable opportunité de fidélisation clients
est d’autant plus important que SPIE évolue sur un marché à vive et de développement commercial.
concurrence, où les profils techniques et les profils d’ouvriers et de
techniciens se font de plus en plus rares, notamment en Allemagne 3.1.2.2.6 Risque lié aux émissions de gaz
et aux Pays-Bas mais aussi en France. à effet de serre (GES)
Les sujets du recrutement et de la fidélisation des ressources Acteur éco-responsable, SPIE lutte contre le changement climatique
humaines sont ainsi des préoccupations majeures pour le Groupe. en s’efforçant de diminuer son impact environnemental (plus
S’ils n’étaient pas correctement pris en compte et traités, cela particulièrement par la réduction des émissions de GES de ses
pourrait nuire aux activités du Groupe et à son développement. bâtiments et véhicules), ainsi qu’en réduisant l’empreinte carbone de
ses clients et partenaires grâce à une offre de solutions techniques
3.1.2.2.2 Risque lié aux conditions de santé et de sécurité d’efficacité énergétique et une offre de services dédiée aux énergies
au travail, et aux accidents du travail renouvelables.
La variété des secteurs et contextes professionnels dans lesquels Ne pas assumer cette responsabilité climatique pourrait exposer le
SPIE évolue nécessite une vigilance permanente. En effet certaines Groupe à un risque d’image.
activités métiers du Groupe sont à risque et peuvent engendrer une SPIE est également conscient que l’évolution des réglementations
forte accidentologie, avec des accidents de travail potentiellement en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre,
graves. pourraient générer des opportunités et/ou des risques, comme un
changement de comportement des clients.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 61


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

3.1.3 POLITIQUES ET RÉSULTATS Par ailleurs, différents moyens et outils ont été renforcés et/ou créés
RELATIFS AUX PRINCIPAUX RISQUES tels que :
EXTRA-FINANCIERS DE SPIE ● le développement, dans chaque pays, d’une politique des
« pépinières » grâce à l’apprentissage, l’alternance, les V.I.E. et
les stages. En 2018, SPIE a recruté 641 nouveaux alternants en
3.1.3.1 RECRUTEMENT France et 278 en Allemagne, portant le nombre total d’alternants
actuellement chez SPIE France à 965 et chez SPIE Allemagne
SPIE employait 46 398 personnes au 31 décembre 2018, contre à 779 ;
46 650 personnes au 31 décembre 2017 (tous types de contrats
● la mise en place de programmes de cooptation dans les filiales ;
CDD, CDI, apprentis), soit, à périmètre constant, une hausse de 1,2 %
(+ 525 personnes). ● le développement de partenariats avec les universités et le
renforcement de la relation avec les écoles ;
Pour davantage d’informations se référer au paragraphe 3.2.1
● la dynamisation d’un réseau d’ambassadeurs métiers qui
« Nombre et répartition des salariés » du Document de référence.
accompagnent les collaborateurs RH dans les différents forums
auxquels SPIE participe ;
3.1.3.1.1 Les employés, premier atout de SPIE
● la réalisation d’actions dédiées aux femmes pour les sensibiliser
L’ambition du Groupe est d’attirer, développer et fidéliser les
aux métiers techniques de SPIE qui sont souvent perçus comme
talents pour être et rester le leader européen indépendant des
réservés aux hommes.
services multitechniques dans les domaines de l’énergie et des
communications. Enfin, le Groupe a renforcé sa communication institutionnelle
pour faire connaître plus largement la marque SPIE, sa culture
SPIE a défini en 2018 sa politique RH, avec un plan stratégique sur d’entreprise et ses valeurs, par notamment :
trois ans, reposant sur trois piliers :
● l’élaboration d’un plan media 2018 pour les réseaux sociaux avec
● faire de SPIE un employeur de choix ; des objectifs et des thématiques très ciblées telles que la mixité,
● soutenir la transformation (digital, outils & process, innovation) ; la diversité, le digital ou encore le bien-être au travail ;
● accompagner la croissance du Groupe. ● une communication ciblée en interne et sur les réseaux sociaux :
Cette politique, validée et portée par le Comité exécutif, a été diffusion hebdomadaire d’une interview d’un employé de SPIE
communiquée à l’ensemble de la communauté RH du Groupe parlant de son métier, et publication de vidéos mettant en avant
et a été présentée à l’occasion d’une convention RH Groupe en un métier et un talent particulier ;
novembre 2018. ● l’inscription « SPIE recrute » sur les véhicules de service en
La politique recrutement s’inscrit dans le premier volet de cette France ;
politique RH, et est soutenue par les deux autres axes ; les entreprises ● un renforcement de sa présence et de la communication dans
menant une politique de bien-être au travail, de digitalisation et de les forums étudiants, dans les « job fairs », et dans les écoles.
croissance améliorant les recrutements. Ces actions concourent à la promotion de la marque employeur et
Pour devenir un employeur de choix, SPIE met en place trois ainsi contribuent à renforcer l’attractivité et la notoriété de SPIE.
priorités : Ainsi, en 2018, 5 386 nouveaux salariés ont été recrutés par le
● fidéliser les collaborateurs, attirer avec une marque employeur Groupe en contrat à durée indéterminée.
forte et développer une expertise technique et des talents pour
répondre aux besoins de l’entreprise et préparer les leaders de 3.1.3.1.3 Le développement RH, moyen de fidéliser
demain ; et d’attirer les talents
● susciter un engagement fort des collaborateurs grâce à un La proximité et le développement RH sont prioritaires dans la
leadership inspirant, fondé sur les valeurs et principes de SPIE, politique RH de SPIE telle que définie en 2018, pour compléter les
notamment l’attitude « One SPIE » ; atouts et pour renforcer la notoriété et l’attractivité du Groupe.
● promouvoir l’égalité et la diversité. La gestion des compétences des collaborateurs de SPIE et le
développement de leur potentiel et de leur employabilité sont une
3.1.3.1.2 L’intensification et la professionnalisation façon de répondre à l’enjeu du recrutement en limitant les départs,
de la recherche de candidats (« sourcing ») en développant les expertises en interne et en réduisant ainsi les
La raréfaction des expertises et des profils techniques représente besoins en recrutement.
pour SPIE un vrai défi. C’est pour cette raison que la fidélisation Chaque filiale organise ses formations de leadership et de
des collaborateurs et le développement de la marque employeur développement. En plus de ces programmes par pays, des
sont des priorités de taille, tout comme l’efficacité du recrutement. programmes de formation internationaux sont gérés au niveau
Pour y répondre, SPIE se fixe comme objectif l’intensification et la du Groupe. Il s’agit notamment d’«  Ambition Manager  », de
professionnalisation de la recherche de candidats. Pour ce faire, « SPIE Talents » et de « Business Unit Manager » ; programmes
l’organisation des équipes, les moyens, les outils ainsi que la internationaux de développement du leadership pour préparer les
communication ont été revus et adaptés. futurs leaders du Groupe.
En 2018, SPIE a en effet repensé son organisation et a mis en place La politique de formation et de développement professionnel
des équipes de recherche de candidats dans la plupart des filiales s’appuie par ailleurs sur deux outils principaux :
afin d’optimiser ses résultats.
● STARS (SPIE Talents Appraisal Recruitment Solution), déployé
dans la majorité des filiales, permet de rendre accessibles à

62 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

l’ensemble des collaborateurs du Groupe, les offres d’emploi 3.1.3.1.5 Une fidélisation par l’actionnariat salarié
en lien avec les sites de recherche d’emploi. STARS permet L’actionnariat salarié est également une façon de fidéliser les
également aux managers et employés de suivre les objectifs, la équipes et de contribuer à l’attractivité du Groupe.
performance et les souhaits de développement et d’évolution.
Enfin, il soutient la mise en œuvre, chaque année, d’une revue des SPIE souhaite continuer à associer ses collaborateurs à l’actionnariat
talents (CEDRE) permettant d’évaluer et de gérer les compétences de l’entreprise, après la dynamique liée à l’introduction en Bourse
des collaborateurs ; de juin 2015 et le succès de l’opération « Share For You 2015 ».
Au-delà de la possibilité pour tout collaborateur du Groupe d’effectuer
● SMILE (SPIE My Intensive Learning Experience), plateforme
des versements volontaires dans le FCPE SPIE Actionnariat 2015,
de e-learning déployée dans toutes les filiales, permet une
SPIE a ainsi ouvert en 2017 la possibilité aux collaborateurs français
nouvelle forme d’apprentissage plus flexible en complément du
d’investir leurs primes d’intéressement et/ou de participation dans
présentiel, une autonomie proposée aux utilisateurs qui peuvent
le compartiment SPIE Actionnariat 2015 du FCPE SPIE Actionnariat.
s’auto-former et des formations accessibles à l’ensemble des
SPIE se place aujourd’hui parmi les sociétés européennes dont la
collaborateurs dont plusieurs formations dédiées à la sécurité.
proportion de salariés actionnaires est au-dessus de la moyenne
SPIE s’engage à assurer le bon développement des connaissances européenne (1), ce qui se traduit par l’intégration du Groupe à l’indice
digitales de ses équipes, grâce à un programme de «  digital Euronext FAS IAS qui regroupe les sociétés dotées de solides
reverse mentoring » lancé en 2017 dans le cadre duquel de jeunes structures d’actionnariat salarié.
collaborateurs forment des dirigeants aux outils numériques. En
2018, on compte une cinquantaine de binômes de mentors (cadres de En mai 2018, SPIE a de nouveau réalisé une opération d’actionnariat
moins de 35 ans) et de mentees (membres du Comité exécutif et des salarié ce qui a permis à tous les collaborateurs ayant intégré le
comités de direction) qui se réunissent lors de séances mensuelles Groupe plus récemment d’y adhérer.
pour un accompagnement individuel et personnalisé. Les objectifs
sont multiples : favoriser les interactions intergénérationnelles,
valoriser les populations juniors, développer la culture numérique
des équipes, sensibiliser aux enjeux de la transformation numérique
À fin 2018, 34 % des collaborateurs sont actionnaires du Groupe.

3.1.3.2 SANTÉ-SÉCURITÉ AU TRAVAIL ET ACCIDENTS


3
et favoriser la remontée d’informations venant du terrain. DU TRAVAIL
Pour davantage d’informations se référer au paragraphe 3.2.3
3.1.3.2.1 Une politique santé-sécurité au travail qui fait
« Formation » du présent Document de référence.
du « zéro accident » un objectif concret
3.1.3.1.4 Diversité et égalité de traitement, La première responsabilité de SPIE est de garantir la santé et la
atouts de SPIE sécurité des collaborateurs et des autres intervenants. Il s’agit là d’un
enjeu primordial pour le Groupe. Conscient de cette responsabilité,
Pour SPIE, agir sur la diversité, et notamment la mixité femmes-
SPIE décline une politique dédiée dans l’ensemble de ses filiales
hommes, c’est aussi agir sur la marque employeur et donc sur
et impose des standards de sécurité élevés SPIE s’est engagé
l’attractivité du Groupe.
pour atteindre le 0 accident. Des objectifs de réduction des taux
La mixité femmes-hommes est un enjeu de premier ordre pour le de fréquences sont en place dans chacune des filiales du Groupe.
Groupe. SPIE poursuit ses engagements en la matière à travers le SPIE veille au développement de systèmes de management de
réseau « So’SPIE Ladies », en place depuis 2015 dans l’ensemble sécurité performants et certifiés selon des référentiels reconnus
des filiales. Ce réseau, composé de femmes et d’hommes, a pour tels que OHSAS 18001, VCA et MASE. Ainsi au 31 décembre 2018,
objectifs de faire grandir l’égalité professionnelle et d’augmenter les certifications OHSAS 18001 ou équivalent concernent 92 % du
la mixité des équipes, favoriser un meilleur développement de la périmètre contre 84 % au 31 décembre 2017.
carrière des femmes et sensibiliser les collaborateurs à la mixité.
Compte tenu de la nature des activités principales de SPIE, les
En 2018, le Groupe a reconduit ses actions de 2017 comme par
risques majeurs identifiés sont les risques électriques, les risques
exemple l’organisation de petits déjeuners « Mixité » au sein d’écoles
routiers, les risques liés au travail en hauteur et les risques liés
d’ingénieurs, de filières techniques et d’écoles de management pour
aux activités de levage. Un code prévention sécurité propose
attirer davantage de profils féminins, la participation à des forums
des mesures opérationnelles pour répondre à ces risques et
de recrutement dédiés aux femmes ingénieures ou encore la mise
appréhender les phases de préparation du travail et d’intervention.
en place d’animations dans les différentes entités lors de la journée
Ce code, créé en 2016 et disponible sur l’Intranet, est déployé en
internationale des droits des femmes, le 8 mars.
plusieurs langues dans l’ensemble des filiales et distribué à tous
En 2018, SPIE a renouvelé sa participation à la course La Parisienne et les nouveaux arrivants.
environ 240 collaboratrices participantes de tous les pays du Groupe
En complément de ce code et pour renforcer la prévention
ont été accueillies par le Président-directeur général de SPIE, présent
des accidents graves liés aux risques majeurs, SPIE travaille à
à cet événement.
l’élaboration de règles vitales de sécurité à suivre avant de débuter
Par ailleurs, « So’SPIE Ladies » mènent des actions sur les réseaux n’importe quelle activité à risque élevé. Cinq groupes de travail
sociaux avec des forums de recrutement en ligne dédiés aux femmes internationaux portés par des responsables QHSE pays ont été
ingénieures et des campagnes de recrutement ciblées sur des profils définis pour mener à bien ce projet. Le projet fait partie du plan
« ingénieures » ou « techniciennes » notamment. d’action sécurité 2019 validé par le Comité exécutif. Ces règles seront
déployées en 2019 dans le groupe SPIE.
Enfin, le Groupe a étendu cette année à l’ensemble de ses filiales
un programme de mentoring des femmes par les membres des L’année 2018 aura été marquée par les efforts entrepris par le
comités de direction. management pour fédérer les équipes internationales, à travers la
co-construction notamment, et ainsi avoir l’adhésion de l’ensemble

(1) Au 31/12/18, 4,34 % du capital est détenu par les salariés ce qui est nettement au-dessus de la moyenne de 1,72 % calculée dans le recensement de l’actionnariat européen
en 2017.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 63


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

des collaborateurs. L’année 2019 sera l’année de la mise en œuvre ● une procédure de gestion des accidents a été établie. Les notions
opérationnelle. d’accidents graves et d’évènements potentiellement graves ont été
définies et sont maintenant suivi au niveau du Groupe.
Le management réaffirme sa volonté de décliner opérationnellement
les standards de sécurité afin de garantir l’appropriation des règles SPIE poursuit les actions déjà lancées les années précédentes
par les collaborateurs et de dynamiser les mises en œuvre au niveau démontrant son engagement en matière de prévention :
local sur tous les sites du Groupe. ● la réalisation de visites d’observation préventives sur les chantiers
Plusieurs actions phare ont été menées par SPIE en 2018 : par les encadrants ;
● en juin 2018, la Journée Sécurité a été reconduite pour la 8e année ● la mise en place de formations sur la posture du manager vis-à-
consécutive. Cet évènement de sensibilisation aux enjeux de vis de la sécurité ;
sécurité pour l’ensemble des collaborateurs a lieu dans l’ensemble ● l’attention particulière portée à l’équipement et à l’entretien des
des filiales tous les ans. Animée par pays et par des opérationnels véhicules utilisés dans le cadre des missions afin de limiter le
selon un mode opératoire défini par le Groupe, la Journée Sécurité risque routier.
2018 a porté sur les sujets liés aux phases de préparation du L’ensemble de ces actions est porté par la ligne opérationnelle qui
travail et de réalisation des interventions : comprendre et contrôler s’appuie sur l’expertise et le support d’une fonction QHSE structurée
les risques au quotidien ; et dûment identifiée au sein de chaque filiale et au niveau du siège.
● en France, SPIE a créé en 2018 des Écoles Mobiles de Sécurité En 2018, le SERCE et l’OPPBTP ont décerné le 2e prix du jury à SPIE
(EMS) avec pour objectif de sensibiliser et former les équipes au (SPIE Sud-Ouest, SPIE Sud-Est) récompensant ainsi les engagements
plus près du terrain. Un programme basé sur le code prévention du Groupe et ses filiales en matière de sécurité. De plus, SPIE Est
sécurité, alternant théorie et pratique, et porté par le management a reçu le 1er prix du jury sur le thème de la « Formation Sécurité ».
local a été élaboré. Dès 2019, dans les filiales, ces écoles
itinérantes iront au contact des collaborateurs de SPIE et des Par ailleurs, le comité QHSE Groupe poursuit ses travaux pour
clients et favoriseront ainsi l’échange et le partage sur les sujets l’élaboration en 2019 d’un «  Plan d’intégration en sécurité  »
de santé et de sécurité ; permettant d’assurer une intégration robuste et rapide des nouvelles
acquisitions aux standards sécurité de SPIE.
● un recensement des bonnes pratiques en matière de santé/
sécurité a été réalisé au cours de l’année auprès du réseau QHSE
du Groupe. Ces bonnes pratiques seront revues et priorisées
pour actions en 2019 ;

3.1.3.2.2 Les accidents du travail et les maladies professionnelles


2017 2018

Taux de fréquence absolu en nombre d’accidents par million d’heures travaillées 11,24 11,41
Taux de fréquence avec arrêt en nombre d’accidents par million d’heures travaillées 6,18 6,29
Taux de gravité des accidents de travail pour les employés 0,22 0,17

Les taux sont calculés avec les acquisitions incluses au prorata du risque de sous-traitance fait partie des sujets récurrents suivis
temporis. par le comité achats Groupe en 2018.
SPIE a déploré 2 accidents mortels en 2018.
3.1.3.3.2 Le Plan Stratégique Achats et le Plan d’actions
Les indicateurs de performance sécurité intégrant les intérimaires Achats annuel
sont publiés dans le rapport annuel.
Le plan stratégique achats 2017-2020 a été élaboré en 2017 par
Les maladies professionnelles sont liées principalement à des le comité achats Groupe, en lien avec les directions fonctionnelles
troubles musculosquelettiques. Celles-ci sont réduites grâce à une concernées dont la direction QHSE. Il a été approuvé par le Comité
démarche de prévention visant à diminuer les situations à risques exécutif du Groupe. Le plan comprend six priorités :
notamment grâce à l’acquisition de matériels plus performants.
● la réduction du coût total de possession (TCO) ;
● la gestion de la relation fournisseur, en particulier la gestion du
3.1.3.3 SOUS-TRAITANCE risque fournisseurs et la capture de l’innovation fournisseurs ;
● les achats durables et l’éthique ;
3.1.3.3.1 La gouvernance Achats
● le développement des équipes ;
À l’image du Groupe, la fonction achats est décentralisée. Chaque
● une organisation et des processus plus efficaces ;
filiale est responsable de la sélection finale de ses fournisseurs, de
son plan de performance annuel achats et de sa mise en conformité ● l’informatisation et la digitalisation.
aux réglementations en vigueur. Chaque priorité a été déclinée en leviers concrets, objectifs
Le comité achats Groupe réunit les directeurs achats des filiales et stratégiques chiffrés ainsi qu’en un plan d’actions. La gestion du
a pour mission l’élaboration, le déploiement et la mise à jour du plan risque fournisseurs, dont le risque sous-traitants, y a été intégrée.
stratégique achats, l’élaboration et le déploiement du plan d’action Le plan stratégique achats est décliné chaque année en un plan
achats annuel commun (qui sert de base aux plans d’actions achats d’actions annuel achats Groupe, qui lui-même est décliné en plan
annuels filiales), et le pilotage des actions inter-filiales. La gestion d’actions annuel achats filiales.

64 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

La gestion du risque de sous-traitance est intégrée aux plans Les thèmes de la charte sont : l’éthique, les règles de sécurité, le
d’actions annuels des filiales depuis quelques années. Depuis 2018, respect du droit du travail (prévention du travail forcé et du travail
la direction achats Groupe a été missionnée par le Comité exécutif illégal/prévention de la discrimination/prévention du travail des
Groupe pour renforcer cette gestion des risques. enfants/durée du travail/charges/impôts/salaires/dispositions
propres à la sous-traitance) ainsi que l’environnement.
3.1.3.3.3 La gestion du risque de sous-traitance
Le comité de gestion des risques SPIE (le Comité exécutif) a identifié Evaluation des fournisseurs et sous-traitants
fin 2017 la sous-traitance parmi les risques majeurs du Groupe. Des critères de sélection et d’évaluation en matière de développement
Un membre du Comité exécutif a été nommé sponsor de ce risque. durable des fournisseurs et des sous-traitants sont prévus dans les
Début 2018, sous l’autorité d’un des membres du Comité exécutif, processus achats des filiales.
le directeur des achats groupe a mis en place, avec l’implication Certaines filiales disposent d’un outil d’évaluation « post-work
du comité achats groupe et la direction QHSE, une équipe multi- assessment » des sous-traitants et fournisseurs. Les Business Review
filiales et multifonctions (achats et opérationnels). La mission de organisées avec les fournisseurs stratégiques au niveau du Groupe
cette équipe est d’améliorer les plans d’actions existants de gestion ou des filiales incluent le sujet de la performance achats durables.
de la sous-traitance, en particulier en identifiant et transférant
Par ailleurs, la société EcoVadis est chargée d’évaluer la performance
les bonnes pratiques. Cette équipe a deux objectifs : améliorer et
en matière d‘achats durables des fournisseurs et sous-traitants en
sécuriser encore plus le sourcing des sous-traitants afin de répondre
tant que tiers indépendant. En 2017, des fournisseurs représentant
à la demande des clients et réduire le risque de non-conformité aux
plus de 770 millions d’euros d’achats ont été évalués, pour un
lois et standards QHSE en matière de santé et sécurité.
volume d’achats externes total de 2,8 milliards d’euros soit environ
Une première liste de bonnes pratiques de gestion du risque de un taux de couverture de 27  % des achats externes. En 2018,
sous-traitance a été formalisée. Chaque pays a aussi réalisé une
première auto-évaluation de son niveau de maturité par rapport à la
mise en place de ces bonnes pratiques. En 2019, la liste de bonnes
environ 900  millions d’euros ont été évalués soit + 28 % d’activité
fournisseurs et sous-traitants évaluée. Compte tenu des acquisitions
de 2017 et 2018, le volume achats 2018 a été de 3,4 milliards d’euros.
3
pratiques sera finalisée pour être déployée. Le taux de couverture « brut » d’évaluation de la performance QHSE
L’amélioration de la gestion du risque de sous-traitance est intégrée 2018 est ainsi de 29 % et de 32 % pro forma (hors acquisitions il y
au plan d’action achats 2019. Une action de cartographie des risques a moins de 24 mois), pour un objectif Groupe de 31 %. Le Groupe a
fournisseurs et sous-traitants, avec un chapitre RSE détaillé a donc dépassé son objectif en 2018.
également été initiée en 2018. Elle sera réalisée en 2019, à partir Le plan stratégique achats prévoit de renforcer et généraliser
de la méthodologie de cartographie des risques du Groupe et avec l’ensemble des actions existantes.
l’aide d’un prestataire expert en gestion des risques fournisseurs.
La sous-traitance y est identifiée comme une catégorie à traiter en Éthique
tant que telle est prioritaire.
SPIE renforce depuis 2017 son dispositif de formation du réseau
achats à l’éthique des affaires. Les directions juridiques de chaque
3.1.3.3.4 Les autres actions « achats durables »
filiale s’assurent de la mise à jour des formations en fonction de
Au-delà de la gestion du risque lié à la sous-traitance, de l’évolution des législations. Deux nouveaux objectifs ont été fixés :
nombreuses actions « achats durables » sont en place depuis une formation à l’éthique des affaires doit être réalisé à minima tous
plusieurs années et ont été renforcées dans le Plan Stratégique les trois ans par l’ensemble des acheteurs, et tout nouvel acheteur
Achats 2017-2020. doit avoir été formé dans les 6 mois après son arrivé.

Gouvernance et mobilisation Achats auprès du secteur adapté


Le comité achats durables, auquel participe un membre du Comité SPIE a mis en place un plan d’achats auprès d’établissements du
exécutif Groupe, et en lien avec le comité RSE Groupe, fixe les secteur adapté dans tous les pays. En France, en 2018, les achats
objectifs annuels et s’assure de la mise en œuvre des décisions. auprès du secteur adapté ont représenté 2 millions d’euros.
Un directeur achats de filiale anime au niveau du Groupe et de
manière transversale cette priorité achats durables. Il anime le Contribution à la baisse de consommation d’énergie
comité achats durables, les directeurs achats de filiales et le réseau chez les clients
de référents achats durables filiales (nommés par chaque directeur Dans chaque filiale, les acheteurs et en particulier les Category
achats de filiale) afin de promouvoir la politique achats durables et Managers ont pour mission d’identifier les innovations fournisseurs
suivre le déploiement du plan annuel. qui vont permettre à SPIE de proposer à ses clients des produits et des
Il est demandé aux Category Managers et aux acheteurs opérationnels solutions plus écologiques notamment en termes de consommation
de s’approprier la politique d’achats durables et la traduire d’énergie. Pour cela ils évaluent le cycle de vie des produits et des
en actions concrètes et critères de sélection et performance dans services : fabrication, transport, utilisation, maintenance et fin de vie.
leurs relations avec les fournisseurs qu’ils gèrent. Les journées innovation fournisseurs sont aussi l’opportunité de
réunir des fournisseurs sur le thème des innovations écologiques.
La charte fournisseurs et sous-traitants de SPIE
Une charte fournisseurs et sous-traitants a été élaborée en 2015 Réduction de l’empreinte carbone de SPIE
avec l’ambition d’être partie intégrante de tout nouveau contrat avec Les directions achats, tant au niveau du Groupe que des filiales,
un fournisseur ou un sous-traitant dans l’ensemble du Groupe. La sont en train d’élaborer, en lien avec les parties prenantes dont la
charte fixe les règles attendues de la part des fournisseurs et sous- direction QHSE, une politique d’achats visant à réduire l’empreinte
traitants en matière de développement durable. carbone de SPIE. Par exemple, les politiques flotte véhicules de
chaque pays intègrent le critère d’émission de CO2 des véhicules et
proposent des véhicules hybrides et électriques.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 65


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

3.1.3.4 LUTTE CONTRE LA CORRUPTION 3.1.3.5 QUALITÉ ET SATISFACTION CLIENT


SPIE a pour ambition de structurer sa démarche qualité et
3.1.3.4.1 Politique et comité éthique pour lutter contre satisfaction client, aujourd’hui ponctuelle et décentralisée. L’objectif
la corruption est d’avoir une gestion efficace et proactive de la relation client.
Politique Éthique S’il n’existe pas encore de politique formalisée en la matière, la
réflexion a été initiée fin 2018 et la gouvernance et le périmètre sont
La politique en matière d’éthique est définie dans le code « Principes
en cours de validation par le Comité exécutif.
de Conduite Éthique des affaires ». Les axes principaux de ce code
sont : respect des législations, sincérité des comptes-paiements, Des actions significatives ont également été menées fin 2018, 2019
confidentialité, ententes, normes de travail, corruption, respect sera l’année du déploiement et de la standardisation des initiatives
des biens, conflits d’intérêts. Le Comité exécutif de SPIE porte cet jusqu’alors locales et ponctuelles.
engagement.
Ainsi, SPIE a décidé de mettre en place un Client Management
Un guide d’application de ce code est disponible en plusieurs Program (CMP) afin de gérer les rendez-vous clients, les bilans de
langues et est accessible via l’Intranet du Groupe. Ce guide décline performance, etc. et ainsi suivre efficacement la relation client tout
les principes de la charte en recommandations pratiques. Il a été au long de la vie du contrat.
diffusé auprès de l’ensemble des collaborateurs pour faciliter la
Par ailleurs, pour avancer sur le sujet de la qualité et de la satisfaction
compréhension des principes et l’adoption des bons comportements.
client, SPIE a mis en place un groupe de travail rassemblant des
Pour répondre aux nouvelles exigences réglementaires, une refonte représentants des différentes filiales. En 2018, trois ateliers de
des principes éthiques, du guide d’application et de la procédure travail ont ainsi été menés afin de réfléchir aux différentes actions
d’alerte a été engagée en 2018. À titre d’exemple, certaines à déployer en matière de gestion de la relation client.
thématiques comme les droits de l’Homme et la protection des
Une première action menée en 2018 a été la définition des principes
données personnelles sont traitées plus en détail. Le code, le guide
de mise en œuvre d’enquêtes de satisfaction clients. En s’inspirant
d’application et la nouvelle procédure d’alerte mis à jour seront
d’initiatives locales dans le Groupe (Angleterre et Pays-Bas, SPIE
diffusés en 2019.
travaille à la détermination d’une méthodologie ayant pour objectif
Par ailleurs, des formations à l’éthique seront relancées après la mesure de huit indicateurs clé de performance, sélectionnés par
parution du code éthique. le groupe de travail. A travers la définition d’indicateurs communs
standards, SPIE souhaite réaliser des benchmarks et des analyses
Comité Éthique client à partir de données consolidées. Ces indicateurs, présentés
Les principales filiales du Groupe sont dotées d’un Comité d’éthique, aux directeurs commerciaux en fin d’année, ont été proposés pour
présidé par le Directeur général de la filiale et composé de 3 à 5 approbation au Comité exécutif de janvier 2019.
membres. Le rôle du comité est d’adapter et piloter le programme Des campagnes d’enquêtes sont d’ores et déjà prévues en 2019 au
d’éthique des affaires au sein de sa filiale. Selon les pays, les Royaume-Uni, aux Pays-Bas ainsi qu’en Allemagne. Des pilotes sont
instructions générales du Groupe peuvent être durcies ou précisées. aussi en cours de finalisation en Belgique et en France.
Un réseau de Compliance Officers, présent dans les principales
filiales, s’assure de la déclinaison des procédures définies en 3.1.3.6 ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE
concertation avec le Comité d’éthique.
L’engagement de SPIE en matière d’environnement, un des quatre
3.1.3.4.2 Des actions concrètes et des contrôles axes de la politique RSE de SPIE, se traduit par la réalisation de
projets aidant nos clients à réduire leur empreinte carbone mais
Lutte contre la corruption aussi par des actions visant à réduire nos émissions de CO2.
SPIE s’engage à lutter contre toutes les formes de corruption. Des Une fonction QHSE structurée et dûment identifiée est en place
procédures sont en place visant à prévenir le risque de corruption, pour accompagner les opérationnels dans la prévention des risques
notamment en application de la politique sur le recours à des environnementaux. En outre, les filiales disposent de politiques
intermédiaires, en matière de sponsoring et de dons, de cadeaux RSE locales et d’engagements environnementaux locaux. À titre
d’affaires et d’invitations du Groupe. d’exemple, SPIE Nederland, avec la participation du directeur de
la division SPIE Industrie, contribue au groupe de réflexion de la
En 2018, l’encadrement des invitations externes ainsi que des
climat table de l’industrie, qui fait partie de l’Accord sur le Climat
invitations reçues par les collaborateurs a été renforcée. Une
néerlandais. Cet accord global contient des accords avec des
note diffusée par le Group Compliance Officer précise les nouvelles
secteurs spécifiques sur la manière dont les objectifs climatiques
modalités : mise en place d’un processus de validation, définition
peuvent être atteints. Les secteurs impliqués sont les suivants :
de seuils de montants et de types d’invitation, en précisant plus
l’industrie, le secteur de l’électricité, l’environnement bâti, le secteur
particulièrement le cas de toute personne détenant une charge
des transports et l’agriculture. La climat table de l’industrie regroupe
publique. Cette procédure est en cours de déploiement dans
les 10 entreprises néerlandaises ayant les émissions de CO2 les
l’ensemble des filiales du Groupe.
plus élevées. Le rôle de ce groupe de réflexion est de proposer des
solutions et d’évaluer la faisabilité technique de chaque solution.
Contrôle interne
Le gouvernement national néerlandais est en train de finaliser les
Depuis plusieurs années, des audits internes dédiées à la prévention accords pour achever les plans pour les années à venir.
et à la détection des faits et comportements possiblement non
En 2018, un code environnement a été développé par un groupe
conformes aux principes éthiques de SPIE sont régulièrement
de travail inter filiales, regroupant des experts en environnement.
réalisés dans tout le Groupe. Plusieurs filiales sont ainsi auditées
Une fois validé, ce code sera déployé en 2019. Il couvre les thèmes
sur ces bases chaque année.
suivants  : la gestion des déchets, de l’énergie, des produits
dangereux, la prise en compte des sujets environnementaux lors
de la préparation et de la réalisation des activités. À destination des

66 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

collaborateurs, ce code sera également disponible pour les sous- ● SPIE Belgium, lors de son challenge innovation fournisseurs a mis
traitants et les clients. à disposition des véhicules électriques et des véhicules roulant
au gaz naturel afin de sensibiliser les participants ;
3.1.3.6.1 Réduction de l’empreinte carbone SPIE ● SPIE Oil & Gas Services participe, comme l’année dernière, à
Depuis 2009, SPIE réalise son bilan carbone afin d’identifier et de l’initiative de l’association Planète Urgence qui consiste à planter
quantifier les postes significatifs d’émissions de gaz à effet de serre un arbre pour chaque billet d’avion acheté. En 2018, 1 536 arbres
liées à ses activités et d’engager des actions en vue de réduire ses ont ainsi pu être plantés. Dès 2019, la filiale proposera des
émissions. subventions pour l’achat de vélos électriques.
Lors des bilans carbones réalisés en 2009, 2011 et 2014 les Réflexion sur les implantations et les bâtiments
émissions dites « scope 1, 2 et 3 » ont été prises en compte, c’est-
à-dire les émissions directes, liées aux consommations d’énergie SPIE suit sa consommation d’énergie notamment celle de ses
de la flotte de véhicules et des sites de SPIE, et également les bâtiments (chauffage, climatisation, ventilation, éclairage et
consommations indirectes (telles que l’énergie nécessaire à la équipements de bureautique).
fabrication ou l’acheminement des produits acquis par SPIE ou le En 2018, la consommation d’électricité s’élève à environ 48,3 millions
déplacement des collaborateurs). de kWh et la consommation de gaz à environ 50,8 millions de kWh.
En 2018, comme en 2017, un bilan carbone sur les scopes 1 et 2 a été SPIE a mis en place différentes actions pour améliorer l’efficacité
réalisé. Les émissions de gaz à effet de serre équivalent carbone CO2 de ses consommations d’énergie que ce soit à travers son parc
se montent à environ 86 300 tonnes, ce qui représente une intensité immobilier ou automobile.
carbone de 19 grammes de CO2 par euro de chiffre d’affaires.
Une démarche est menée par la direction immobilière pour
Au niveau Groupe, le plan d’action déployé pour réduire l’empreinte
carbone de SPIE porte principalement sur les thématiques suivantes
pour 2018 :
s’efforcer de choisir des bâtiments plus économes en énergie en
cas de déménagements. Toujours dans l’optique d’économiser
la consommation d’énergie du parc immobilier, SPIE profite du
3
● optimisation de la flotte de véhicules et de sa consommation de renouvellement des bâtiments pour rassembler plusieurs sites.
carburant ; Par exemple, le siège du groupe SPIE rassemble les filiales SPIE
● réflexion sur les implantations immobilières ; Operations, SPIE Oil & Gas Services, SPIE Nucléaire, SPIE France
● collecte et recyclage des déchets ; dans un bâtiment respectant la norme HQE Construction. L’accent
a particulièrement été mis sur la performance énergétique tout au
● promotion des éco-gestes auprès des collaborateurs sur ces long de l’exploitation. Cela s’est traduit par le choix d’une pompe à
thématiques. chaleur avec un captage géothermique, associée à un réseau qui
alimente les planchers chauffants et rafraîchissants des halls, le
Optimisation de la flotte de véhicules et de la consommation
tout étant complété par des plafonds rayonnants réversibles dans
de carburant
les bureaux pour le chaud et le froid. Entre 2014 (ancien site) et
Chaque filiale dispose de sa politique véhicules, celle-ci impose 2018, grâce à ce nouveau site, la consommation d’électricité et de
notamment la prise en compte d’un plafond d’émission de CO2 afin gaz a ainsi pu être diminuée de 49 %, baisse liée en grande partie
de limiter les émissions. à la réduction de la surface des bureaux mais aussi aux nouvelles
Afin d’optimiser la flotte de véhicules et la consommation de technologies du bâtiment.
carburant, SPIE travaille sur deux axes : Un autre exemple est celui des futurs bureaux de SPIE Belgium. Les
● le changement de la composition de sa flotte ; travaux pour la construction du nouveau bâtiment de SPIE Belgium
à Aalter ont commencé en septembre 2018. Ce bâtiment sera un
● la sensibilisation à l’éco-conduite, avec par exemple la mise en
immeuble Q-ZEN (Quasi zéro énergie) doté de tous les équipements
place d’un e-learning sur les gestes à adopter pour changer sa
modernes : usage de panneaux solaires et de pompes à chaleur,
façon de conduire.
éclairage LED à commande crépusculaire, accessibilité et possibilités
Une étude est en cours au niveau du Groupe pour mettre en place de stationnement pour les vélos, bornes de recharge électriques, ou
des véhicules de fonction moins polluants chez SPIE France et SPIE encore la combinaison de bureaux flexibles et fixes. Il offrira aussi un
Operations. Une limite à l’initiative d’ores et déjà identifiée pourrait accès facile pour les personnes handicapées. Ce nouvel immeuble
être celle du manque de diversité de modèles de véhicules électriques sera construit sur la base d’un concept BIM (Building Information
et hybrides disponibles actuellement sur le marché français. SPIE Modeling - modélisation des informations du bâtiment).
compte désormais 414 véhicules électriques ou hybrides dans son
parc automobile. La consommation de carburant au 31 décembre Enfin, SPIE déploie le concept de bureau intelligent en mettant en
2018 s’élève à 27 953 301 contre 33 162 045 pour l’année 2017. place le premier système d’éclairage en réseau via Alimentation par
Ethernet (PoE) en Allemagne. Cette solution de bureau intelligent
Parmi les initiatives 2018 en faveur de la réduction d’émissions de déployée par SPIE Deutschland & Zentraleuropa permet d’améliorer
CO2, on peut mentionner : l’efficacité énergétique du bâtiment et d’optimiser le confort des
● SPIE Switzerland dispose depuis 2017 d’une flotte de 30 véhicules utilisateurs. Le système d’éclairage intelligent ne nécessite aucun
roulant au biométhane en remplacement de ses modèles diesel, interrupteur, les collaborateurs contrôlent les lampes grâce à une
ce qui a permis d’économiser 21 tonnes de CO2 sur la durée application sur leur smartphone et peuvent régler la luminosité
d’exploitation. De plus, SPIE Switzerland participe à l’action selon leurs besoins. Le gestionnaire de l’installation peut piloter le
nationale Bike to work, campagne de promotion du vélo comme bâtiment à distance. Une collecte continue de données permet une
moyen de déplacement pour se rendre au travail ; gestion efficace de l’installation.
● SPIE Nederland est certifié au niveau le plus haut (niveau 5) sur
Prévention, recyclage et élimination des déchets
l’échelle de performance CO2. C’est un outil qui aide les entreprises
à réduire leurs émissions CO2 en interne et en externe à travers SPIE est une entreprise favorisant la collecte et le tri des déchets
les projets mis en place pour leurs clients ; par ses équipes y compris pour le compte de ses clients. Ces

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 67


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

déchets sont notamment des déchets d’équipements électriques plus écologique en utilisant au maximum la durabilité et les
et électroniques (« DEEE »). À cet égard, SPIE met en place des innovations ;
containers de tri sur ses différents chantiers et implantations. Le ● en 2018, SPIE Nederland a été choisi pour remplacer plus de
pourcentage de sites couverts par une aire de tri est un indicateur 11  000 systèmes d’éclairage public par des luminaires LED
suivi par le Groupe et publié dans le rapport annuel. Les déchets économes en énergie sur l’ensemble de la ville de Schagen aux
sont par la suite traités par des prestataires agréés. Pays-Bas. Cette opération majeure va permettre à la ville de
Pour sensibiliser les collaborateurs au recyclage et à la réduction réduire ses émissions de CO2, ainsi que sa consommation et ses
des déchets produits en interne, des actions ponctuelles sont mises coûts énergétiques ;
en œuvre au sein du Groupe. Ainsi, la division Industrie de SPIE ● début 2018, le plus grand hôpital du sud de la Thuringe en
Industrie et Tertiaire a organisé une opération de recyclage des Allemagne, le SRH Zentralklinikum de Suhl, a décidé de
casques et des vêtements de travail en fin de vie. La division Industrie poursuivre sa collaboration fructueuse avec SPIE Deutschland &
de SPIE Industrie et Tertiaire a également organisé, comme l’année Zentraleuropa, qui sera ainsi en charge des opérations de gestion
précédente, une collecte de piles en partenariat avec le Téléthon technique du bâtiment et d’efficacité énergétique jusqu’en 2025.
dans le cadre de l’opération « une pile = un don, de l’énergie pour SPIE Deutschland & Zentraleuropa assure le bon fonctionnement
le Téléthon ! ». Cette opération a permis de récolter 667 kg de piles des installations techniques de l’hôpital de Suhl depuis 2007, en
en 2018. fournissant l’ensemble des services de gestion technique du
Par ailleurs, des causeries qui rappellent les consignes de tri aux bâtiment, maintenance et réparations comprises. En 2012, SPIE
collaborateurs sont organisées dans les filiales. a également installé une centrale de cogénération qui, outre les
économies financières, permet une réduction des émissions de
Les déchets dangereux sont traités conformément à la réglementation CO2 d’environ 2 400 tonnes par an, soit l’équivalent des émissions
applicable dans chaque pays. de 270 foyers standard ;
Les autres déchets générés par SPIE s’apparentent dans la majorité ● SPIE CityNetworks, en partenariat avec une start-up, innove et
des cas à des déchets industriels banals (« DIB »). Les données propose une offre, s’adressant aux entreprises, aux collectivités et
relatives aux DIB sont consolidées à l’occasion du bilan carbone aux acteurs de l’immobilier, qui combine énergie solaire et mobilité
scope 3 effectué périodiquement. électrique. Le principe consiste à utiliser des étendues de parking
Des partenariats spécifiques et exigeants sont mis en place pour les pour installer des ombrières dotées de panneaux photovoltaïques,
déchets provenant de la filiale SPIE Nucléaire afin de se conformer pouvant couvrir 10 à 40 places et à les équiper pour permettre
aux cahiers des charges des clients ainsi qu’à la réglementation. l’implantation de bornes de recharges pour véhicules électriques.
SPIE fait aujourd’hui partie des deux seules entreprises cotées à la
3.1.3.6.2 Projets d’efficacité énergétique/ville durable Bourse de Paris qui figurent dans le classement Carbon Clean 200,
chez les clients SPIE qu’elle a intégré en 2017 (30e au troisième trimestre 2018). C’est
une reconnaissance de l’engagement de longue date de SPIE pour
SPIE conçoit et met en œuvre des solutions de long terme pour
développer avec ses clients des solutions techniques innovantes
répondre aux défis énergétiques et environnementaux. Les activités
afin de réduire leur empreinte carbone.
du Groupe contribuent ainsi activement au développement d’une
économie verte, qui repose sur l’amélioration de l’efficacité
énergétique et le recours aux énergies renouvelables. SPIE cherche 3.1.3.7 LUTTE CONTRE L’ÉVASION FISCALE
non seulement à réduire en interne son impact quotidien sur
l’environnement, mais accompagne également ses clients dans leur De par son implantation géographique et la nature de ses activités,
démarche de transition énergétique. tangibles et très locales, le risque d’évasion fiscale est limité pour
SPIE.
Plusieurs projets SPIE d’envergure illustrent cette démarche :
Par ailleurs, SPIE a mis en place une organisation précise et des
● en 2018, SPIE a été retenue pour réaliser l’installation de stations initiatives ciblées, dans le respect de la réglementation, afin de
de recharge rapide de voitures dans toute l’Europe pour Ionity, réduire ce risque :
joint-venture de cinq constructeurs de voitures. Ce projet vise à
accroître l’accessibilité et la commodité des stations de recharge ● SPIE dispose d’une politique de prix de transfert ;
rapide avec le déploiement de 400 stations à haute puissance dans ● tous les ans, la direction fiscalité SPIE réalise un Country-by-
toute l’Europe, placées à des intervalles de 120 km, d’ici 2020. Il Country Reporting, conformément à la mesure du projet BEPS
répond à l’ambition de SPIE d’œuvrer pour une mobilité urbaine (Base Erosion and Profit Shifting) de l’OCDE ;
durable via la mobilité électrique notamment ; ● des fiscalistes présents dans chaque zone géographique du
● SPIE Belgium a contribué en 2018 au développement de l’énergie Groupe contrôlent les opérations.
renouvelable en participant à la réalisation de la centrale de Enfin, une organisation externe réalise annuellement une revue
géothermie profonde de l’institut flamand pour la recherche fiscale des pays, à la demande de SPIE. Les résultats de cette
technologique, spécialisé dans les technologies propres et le initiative volontaire du Groupe répondent à l’objectif de sécurisation
développement durable (VITO). SPIE y a installé 9 aéroréfrigérants des opérations et valident les processus de contrôle interne. Aucune
adiabatiques. Ces refroidisseurs utilisent l’air ambiant et un alerte majeure n’a été identifiée à ce jour. Au cours de cette revue, la
pré-refroidissement par pulvérisation d’eau pour refroidir l’eau correcte application de la politique de prix de transfert et le Country-
de traitement et permettent ainsi une économie considérable by-Country Reporting, notamment, sont contrôlés et ce, dans une
d’énergie dans le processus ; démarche d’amélioration continue. Des plans d’actions sont mis en
● SPIE Nederland a installé une passerelle pour vélos biocomposite place pour atténuer les éventuels risques identifiés.
dans la province de la Frise, à Ritsumasyl. La passerelle, fabriquée
à partir de fibres 100 % naturelles (lin) et de résines à 80 % bio, est
novatrice et répond aux normes en vigueur pour les passerelles
3.1.3.8 RESPECT DES DROITS DE L’HOMME
classiques. Un exemple qui montre comment SPIE s’efforce, Dès 2003, afin de démontrer sa volonté et en accord avec ses
en tant que prestataire multi-technique, de proposer un avenir valeurs, SPIE s’est engagé auprès des Nations Unies en signant le

68 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

Pacte Mondial. Cette adhésion vient officialiser la volonté d’inscrire Certains sites, représentant moins de 1 % des consommations
l’ensemble des actions de SPIE dans une démarche responsable énergétiques, n'ont pu être inclus dans les consommations d'énergie
et transparente. De ce fait, SPIE s’est engagé à adopter, soutenir et et les émissions de gaz à effets de serre.
appliquer les dix valeurs fondamentales du Pacte portant sur les
quatre domaines que sont les Droits de l’Homme, les Normes du 3.1.5.1.2 Périmètre indicateurs
travail, l’Environnement, la lutte contre la corruption. Certaines consommations des clients de SPIE sont incluses (lorsqu’il
SPIE s’engage quotidiennement en faveur des droits de l’Homme y a un bail) ; les déchets apportés sur les sites SPIE sont également
et cela se traduit concrètement par de multiples  actions dont inclus.
notamment : Cas particuliers :
● la mise en place du code « Principes de Conduite Éthique des ● les indicateurs « nombre de véhicules électriques ou hybrides »
affaires » (voir le paragraphe 3.1.3.4 « Lutte contre la corruption » et « consommation de carburant » couvrent le périmètre Europe ;
du présent document de référence) ;
● l’indicateur «  Pourcentage des achats effectués avec des
● l’existence d’une charte fournisseurs et sous-traitants ainsi que fournisseurs évalués » couvre le périmètre de 83 % des achats.
l’évaluation des fournisseurs sur les sujets de la responsabilité Sont exclus cette année : SAG, Vigilec et Thepault.
sociale, environnementale et sociétale (voir le paragraphe
Les données collectées couvrent la période du 1 er  janvier au
3.1.3.3 « Sous-traitance » du présent document de référence) ;
31 décembre de l’année de référence, à l’exception des acquisitions
● l’existence d’une politique de sécurité du travail déployée à et cessions de filiales effectuées pendant l’année, intégrées à
l’international (voir le paragraphe 3.1.3.2 « Santé, Sécurité au compter de la date d’entrée ou de sortie du périmètre.
travail et accident du travail » du présent document de référence) ;
ou encore Certains indicateurs clés de performance ne sont pas présentés cette
● la mise en place d’une politique de non-discrimination.
année car ils sont en cours de construction. Il s’agit des indicateurs
liés à la sous-traitance, la corruption et la qualité et satisfaction
client.
3
3.1.4 INFORMATIONS OBLIGATOIRES 3.1.5.2 COLLECTE DES DONNÉES
Les engagements sociétaux en faveur de l’économie circulaire, de la Les procédures de collecte, de calcul et de consolidation des
lutte contre le gaspillage alimentaire, de la lutte contre la précarité indicateurs présents dans ce rapport ont été formalisées dans
alimentaire, du respect du bien-être animal et d’une alimentation deux guides mis à disposition de l’ensemble des personnes
responsable, équitable et durable, les accords collectifs conclus impliquées dans le processus de reporting. L’objectif est de garantir
dans l’entreprise et leurs impacts sur la performance économique l’harmonisation des méthodologies dans l’ensemble des filiales ainsi
de l’entreprise ainsi que sur les conditions de travail des salariés, que la fiabilité des données.
les actions visant à lutter contre les discriminations et promouvoir Le guide de reporting précise notamment l’organisation du processus
les diversités et les mesures prises en faveur des personnes de collecte, de validation et de consolidation des indicateurs et
handicapées ne font pas partie des risques principaux retenus l’utilisation de l’outil.
par SPIE dans le cadre de l’analyse de risques extra-financiers du
Groupe. Le guide de définition des indicateurs précise les méthodes de calcul,
les règles d’estimation, et définit les périmètres de reporting ainsi
Ces thématiques ne sont donc pas traitées dans le cadre de la DPEF que les principes de prise en compte des variations de périmètre
2018. (cessions, acquisitions).

3.1.5.3 PRÉCISIONS MÉTHODOLOGIQUES


3.1.5 NOTE MÉTHODOLOGIQUE
3.1.5.3.1 Absence de données
En cas d’absence de données, les méthodes d’estimation utilisées
3.1.5.1 PÉRIMÈTRE DE REPORTING sont les suivantes :

3.1.5.1.1 Périmètre filiales ● pour les indicateurs « consommations de gaz en millions de kWh »
et « consommations d’électricité en millions de kWH », les données
SPIE Deutschland & Zentraleuropa a un périmètre de reporting sont extrapolées à partir de la moyenne des consommations des
particulièrement complexe à consolider en raison du nombre de autres sites et des surfaces pour lesquelles les données sont
sites, pays, sources de données et acquisitions. Par conséquent, manquantes ;
cette année, la filiale n’est pas incluse dans les chiffres consolidés
de la consommation du carburant, des émissions de gaz à effet de ● pour tous les indicateurs, l’extrapolation est effectuée au prorata
serre et du nombre de véhicules, indicateurs qui sont, par ailleurs, temporis à partir de la donnée existante.
audités pour la première fois par l’organisme tiers indépendant cette
3.1.5.3.2 Changement de méthode
année. SPIE Deutschland & Zentraleuropa se structure davantage
afin d’être en mesure de les publier l’année prochaine. En 2018, la donnée relative au nombre de recrutements est une
donnée absolue qui comptabilise l’ensemble des recrutements
En outre, cette année, SPIE Poland n’est pas incluse dans les chiffres réalisés sur l’exercice. En 2017, ce chiffre ne comptait que les
consolidés de la consommation d’énergie. recrutements de salariés encore présents dans le Groupe en fin
Les autres données présentées concernent l’ensemble des filiales d’année.
du groupe SPIE en France et à l’étranger.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 69


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

3.1.5.3.3 Bilan carbone 3.1.7 CONTRÔLES ET VÉRIFICATION


Selon le GHG Protocol, norme de comptabilisation et de déclaration
des émissions de gaz à effet de serre, la communication Les données sont collectées et consolidées via l’outil groupe de
d’informations d’émission de GES se fait selon trois périmètres dits reporting en ligne, Enablon qui intègre plusieurs options permettant
Scope 1, Scope 2 et Scope 3. un processus de validation des données au niveau des filiales (tests
de cohérence, etc.). La direction du développement durable groupe
En 2018, le Groupe continue de suivre le standard GHG Protocol et
pilote la campagne de reporting et effectue des contrôles pour
utilise les bases de données de l’Agence française de l’Environnement
vérifier la cohérence globale des données, le respect des méthodes
et de la Maîtrise de l’Énergie (www.ademe.fr/) pour les facteurs de
de calcul et les périmètres.
conversion :
Cette déclaration de performance extra-financière a fait l’objet
● Scope 1 : Celui-ci correspond aux émissions directes résultant
d’une vérification par l’un des Commissaires aux comptes de
de la combustion d’énergies fossiles, pour les consommations
SPIE SA, PricewaterhouseCoopers Audit, désigné organisme tiers
énergétiques de nos bâtiments et de notre flotte. Les facteurs de
indépendant.
conversions de GES ont été mis à jour selon la base de données
de l’ADEME. Par ailleurs, en dehors de l’essence, du gazole et du Rapport de l’un des Commissaires aux comptes, désigné
fioul lourd, les autres carburants (GPL et GNC) ne sont pas pris organisme tiers indépendant, sur les informations sociales,
en compte dans le calcul des émissions de CO2 (20 071 litres au environnementales et sociétales consolidées figurant dans le
titre de l’exercice 2018 pour l'ensemble de la flotte) ; rapport de gestion
● Scope 2 : Celui-ci est relatif aux émissions indirectes liées à Exercice clos le 31 décembre 2018
la consommation de l’électricité des bâtiments et de la flotte.
Annexe : Liste des informations que nous avons considérées
Les émissions Scope 2 ont été calculées selon la méthode de
comme les plus importantes
localisation du Protocole de GES. Les facteurs de conversion
pour l’électricité ont été mis à jour selon les bases de données de Informations sociales :
l’ADEME. Les facteurs d'émission 2018 relatifs à la consommation ● effectif total et répartition des salariés par sexe, par âge et par
d'électricité pour l'Afrique et la zone « Moyen Orient et Asie » zone géographique ;
correspondent à la moyenne des facteurs d'émission des pays
d’implantation de SPIE ; ● le bilan des accords collectifs ;

● Scope 3 : Celui-ci correspond aux autres émissions indirectes ● les accidents du travail, notamment leur fréquence et leur gravité,
liées à l’achat des produits et services, le fret, les déplacements ainsi que les maladies professionnelles ;
professionnels et domicile-travail des collaborateurs, les déchets ● le nombre total d’heures de formation ;
et les immobilisations. Le Scope 3 est calculé tous les deux ans. ● les mesures prises en faveur de l’égalité entre les femmes et
les hommes.
Informations environnementales :
3.1.6 LIMITES 2018 ● la consommation d’énergie, les mesures prises pour améliorer
l’efficacité énergétique et le recours aux énergies renouvelables ;
Consommation d’électricité 2018 de SPIE Deutschland &
● l’adaptation aux conséquences du changement climatique.
Zentraleuropa :
Informations sociétales :
Conformément à la loi allemande sur le bail commercial, les
propriétaires sont tenus de fournir aux locataires des factures dans ● l’importance de la sous-traitance et la prise en compte dans
un délai de cinq ans. Le groupe SPIE Deutschland & Zentraleuropa les relations avec les fournisseurs et les sous-traitants, de leur
a donc accès à peu de données de consommation réelle pour 2017. responsabilité sociale et environnementale ;
SPIE a donc développé une méthode d’estimation basée sur des ● les actions engagées pour prévenir la corruption.
études majeures, des documents scientifiques et des données
gouvernementales officielles relatives à la consommation d’énergie
et prix de l’énergie en Allemagne.

70 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

3.1.8 RAPPORT DE L’UN DES COMMISSAIRES AUX COMPTES, DÉSIGNÉ ORGANISME TIERS


INDÉPENDANT, SUR LES INFORMATIONS SOCIALES, ENVIRONNEMENTALES ET SOCIÉTALES
CONSOLIDÉES FIGURANT DANS LE RAPPORT DE GESTION
Exercice clos le 31 décembre 2018 NATURE ET ÉTENDUE DES TRAVAUX
A l’assemblée générale de la société SPIE Nos travaux décrits ci-après ont été effectués conformément aux
Parc Saint-Christophe - Pôle Vinci dispositions des articles A. 225-1 et suivants du code de commerce
95863 Cergy Pontoise Cedex déterminant les modalités dans lesquelles l’organisme tiers
En notre qualité de commissaire aux comptes de la société SPIE indépendant conduit sa mission et selon la doctrine professionnelle
(ci-après « l’entité ») désigné organisme tiers indépendant, accrédité de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes relative
par le COFRAC sous le numéro 3-1060 rév.2 (portée d’accréditation à cette intervention ainsi qu’à la norme internationale ISAE 3000 -
disponible sur le site www.cofrac.fr), nous vous présentons notre Assurance engagements other than audits or reviews of historical
rapport sur la déclaration consolidée de performance extra- financial information.
financière relative à l’exercice clos le 31 décembre 2018 (ci-après Nous avons mené des travaux nous permettant d’apprécier la
la « Déclaration »), présentée dans le rapport de gestion du groupe conformité de la Déclaration aux dispositions réglementaires et la
en application des dispositions légales et réglementaires des articles sincérité des Informations :
L. 225-102-1, R. 225-105 et R. 225-105-1 du code de commerce.
● nous avons pris connaissance de l’activité de l’ensemble des
entreprises incluses dans le périmètre de consolidation, de
RESPONSABILITÉ DE L’ENTITÉ l’exposé des principaux risques sociaux et environnementaux
Il appartient au Conseil d’administration d’établir une Déclaration
conforme aux dispositions légales et réglementaires, incluant une
présentation du modèle d’affaires, une description des principaux
liés à cette activité, et de ses effets quant au respect des droits
de l’homme et à la lutte contre la corruption et l’évasion fiscale,
ainsi que des politiques qui en découlent et de leurs résultats ;
3
risques extra-financiers, une présentation des politiques appliquées ● nous avons apprécié le caractère approprié du Référentiel au
au regard de ces risques ainsi que les résultats de ces politiques, regard de sa pertinence, son exhaustivité, sa fiabilité, sa neutralité
incluant des indicateurs clés de performance. et son caractère compréhensible, en prenant en considération, le
cas échéant, les bonnes pratiques du secteur ;
La Déclaration a été établie en appliquant les procédures de l’entité,
● nous avons vérifié que la Déclaration couvre chaque catégorie
(ci-après le « Référentiel ») dont les éléments significatifs sont
d’information prévue au III de l’article L. 225-102-1 en matière
présentés dans la Déclaration et sur demande au siège de la société.
sociale et environnementale ainsi que de respect des droits de
l’homme et de lutte contre la corruption et l’évasion fiscale ;
INDÉPENDANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ ● nous avons vérifié que la Déclaration comprend une explication
Notre indépendance est définie par les dispositions prévues à des raisons justifiant l’absence des informations requises par le 2e
l’article L. 822-11-3 du code de commerce et le code de déontologie alinéa du III de l’article L. 225-102-1 ;
de la profession. Par ailleurs, nous avons mis en place un système ● nous avons vérifié que la Déclaration présente le modèle d’affaires
de contrôle qualité qui comprend des politiques et des procédures et les principaux risques liés à l’activité de l’ensemble des entités
documentées visant à assurer le respect des règles déontologiques, incluses dans le périmètre de consolidation, y compris, lorsque
de la doctrine professionnelle et des textes légaux et réglementaires cela s’avère pertinent et proportionné, les risques créés par ses
applicables. relations d’affaires, ses produits ou ses services ainsi que les
politiques, les actions et les résultats, incluant des indicateurs
clés de performance ;
RESPONSABILITÉ DU COMMISSAIRE AUX COMPTES
DÉSIGNÉ OTI ● nous avons vérifié, lorsqu’elles sont pertinentes au regard des
principaux risques ou des politiques présentés, que la Déclaration
Il nous appartient, sur la base de nos travaux, de formuler un avis présente les informations prévues au II de l’article R. 225-105 ;
motivé exprimant une conclusion d’assurance modérée sur : ● nous avons apprécié le processus de sélection et de validation
● la conformité de la Déclaration aux dispositions prévues à l’article des principaux risques ;
R. 225-105 du code de commerce ; ● nous nous sommes enquis de l’existence de procédures de
● la sincérité des informations fournies en application du 3° du I contrôle interne et de gestion des risques mises en place par
et du II de l’article R. 225-105 du code de commerce, à savoir l’entité ;
les résultats des politiques, incluant des indicateurs clés de ● nous avons apprécié la cohérence des résultats et des indicateurs
performance, et les actions, relatifs aux principaux risques, clés de performance retenus au regard des principaux risques et
ci-après les « Informations ». politiques présentés ;
Il ne nous appartient pas en revanche de nous prononcer sur : ● nous avons vérifié que la Déclaration couvre le périmètre
● le respect par l’entité des autres dispositions légales et consolidé, à savoir l’ensemble des entreprises incluses dans le
réglementaires applicables, notamment, en matière de plan de périmètre de consolidation conformément à l’article L. 233-16
vigilance et de lutte contre la corruption et l’évasion fiscale ; avec les limites précisées dans la Déclaration ;
● la conformité des produits et services aux réglementations ● nous avons apprécié le processus de collecte mis en place par
applicables. l’entité visant à l’exhaustivité et à la sincérité des Informations ;

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 71


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

● nous avons mis en œuvre pour les indicateurs clés de performance Nous avons fait appel, pour nous assister dans la réalisation de nos
et les autres résultats quantitatifs que nous avons considérés les travaux, à nos spécialistes en matière de développement durable
plus importants et dont la liste est donnée en annexe : et de responsabilité sociétale. Nous avons mené une douzaine
• des procédures analytiques consistant à vérifier la correcte d’entretiens avec les personnes responsables de la préparation
consolidation des données collectées ainsi que la cohérence de la Déclaration, représentant notamment les directions générale,
de leurs évolutions, conformité, ressources humaines, santé et sécurité, environnement,
développement du business et ventes, et achats.
• des tests de détail sur la base de sondages, consistant à
vérifier la correcte application des définitions et procédures et
à rapprocher les données des pièces justificatives. Ces travaux CONCLUSION
ont été menés auprès d’une sélection d’entités contributrices,
Sur la base de nos travaux, nous n’avons pas relevé d’anomalie
à savoir SPIE GmbH, SPIE SAG GmbH et SPIE Nederland,
significative de nature à remettre en cause le fait que la déclaration
et couvrent entre 20 et 47 % des données consolidées des
consolidée de performance extra-financière est conforme aux
indicateurs clés de performance et résultats sélectionnés pour
dispositions réglementaires applicables et que les Informations,
ces tests,
prises dans leur ensemble, sont présentées, de manière sincère,
● nous avons consulté les sources documentaires et mené des conformément au Référentiel.
entretiens pour corroborer les informations qualitatives (actions
et résultats) que nous avons considérées les plus importantes et
dont la liste est donnée en annexe ; COMMENTAIRES
● nous avons apprécié la cohérence d’ensemble de la Déclaration Sans remettre en cause la conclusion exprimée ci-dessus et
par rapport à notre connaissance de l’ensemble des entreprises conformément aux dispositions de l’article A. 225-3 du code de
incluses dans le périmètre de consolidation. commerce, nous formulons les commentaires suivants :
Nous estimons que les travaux que nous avons menés en exerçant ● pour les indicateurs «  Émissions de gaz à effets de serre
notre jugement professionnel nous permettent de formuler une (scopes  1 et  2)  », «  Intensité carbone par  euro de chiffre
conclusion d’assurance modérée  ; une assurance de niveau d’affaires », « Nombre de véhicules électriques ou hybrides »
supérieur aurait nécessité des travaux de vérification plus étendus. et « Consommation de carburant », le périmètre de reporting
n’inclut pas les activités de SPIE Deutschland & Zentraleuropa
MOYENS ET RESSOURCES et ne couvre que 67 % des effectifs consolidés ;
● aucun indicateur clé de performance n’a été présenté sur les
Nos travaux ont mobilisé les compétences de 7 personnes et se
sujets en lien avec la lutte contre la corruption, la qualité et
sont déroulés entre septembre 2018 et avril 2019 sur une durée
satisfaction des clients et la sous-traitance.
totale d’intervention de 7 semaines.

Neuilly-sur-Seine, le lundi 8 avril 2019

L’un des Commissaires aux comptes PricewaterhouseCoopers Audit

Yan Ricaud Sylvain Lambert


Associé Associé du Département Développement Durable

72 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Présentation de la stratégie RSE (vision, Gouvernance RSE, présentation des enjeux et objectifs)

ANNEXE

LISTE DES INFORMATIONS QUE NOUS AVONS CONSIDÉRÉES COMME LES PLUS IMPORTANTES

Indicateurs clefs de performance et autres résultats quantitatifs

Évolution du nombre d’employés ;


% certifié OSHAS (% des effectifs) ;
Taux de fréquence absolue ;
Taux de fréquence ;
Taux de gravité ;
Intensité carbone par euro de CA ;
Nombre de nouveaux salariés recrutés en CDI ;
Nombre de binômes Digital reverse monitoring ;
Nombre de participantes à la course la Parisienne ;
% de salariés actionnaires du groupe ;
Nombre d’accidents mortels ;
Taux de couverture du volume d’achat évalué par Ecovadis.
Informations qualitatives (actions et résultats)
3
Projets d’efficacité énergétique/ville durable chez les clients SPIE ;
Réduction de l’empreinte carbone SPIE ;
Recrutement ;
L’intensification et la professionnalisation du sourcing ;
Une politique santé-sécurité au travail qui fait du « zéro accident » un objectif concret ;
La gestion du risque de sous-traitance ;
Qualité et satisfaction client ;
Lutte contre la corruption

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 73


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Salariés / Présentation

3.2 SALARIÉS / PRÉSENTATION

3.2.1 NOMBRE ET RÉPARTITION DES SALARIÉS

(I) PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES EFFECTIFS


Au 31 décembre 2018, le Groupe employait un total (tout type de contrats confondus) de 46 398 personnes contre 46 650 personnes au
31 décembre 2017, soit une baisse de 252 salariés. À périmètre constant l’effectif au 31 décembre 2018 est en hausse de 1,2 % comparé
au 31 décembre 2017.

(II) RÉPARTITION DES EFFECTIFS


Le tableau ci-dessous présente la répartition des effectifs du Groupe par pays aux 31 décembre 2018 et 2017 :

Pays 2018 2017

France 18 979 18 722


Belgique (effectifs OGS inclus) 1 825 1 699
Allemagne 13 100 12 855
Royaume-Uni (effectifs OGS inclus) 3 073 3 516
Pays-Bas 4 261 4 198
Suisse 513 532
Pologne 1 014 943
Hongrie 377 383
Slovaquie 420 447
Total Europe 43 562 43 295
Maroc (1) 0 826
Reste de l’Afrique 851 736
Total Afrique 851 1 562
Moyen Orient 1285 1 020
Asie 700 773
(2)
Autres  0 0
TOTAL 46 398 46 650
(1) Cession de SPIE Maroc le 28/02/2018.
(2) Amérique du Nord, Amérique du Sud.

74 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Salariés / Présentation

Le tableau ci-dessous présente la répartition des effectifs du Groupe pour ses principales filiales (effectifs > 1 000) aux 31 décembre 2018
et 2017 :

Filiales 2018 2017

SPIE Ouest-Centre 0 1 632


SPIE Sud-Ouest 0 1 396
SPIE Ile-de-France Nord-Ouest 0 1 489
SPIE Est 0 1 216
SPIE Sud-Est 0 1 659
SPIE Nucléaire 2 020 1 887
SPIE ICS 3 071 2 912
SPIE CityNetworks 3 590 3 562
SPIE Facilities 2 495 2 444
SPIE Industrie & Tertiaire division industrie 3 474 0
SPIE Industrie & Tertiaire division tertiaire 3 785 0
Total France 18 435 18 197
SPIE Oil & Gas Services
SPIE Belgium
3 168
1 816
2 912
1 678 3
SPIE Nederland 4 261 4 198
SPIE UK 3 073 3 516
(1)
SPIE DZE (ex SPIE Holding GmbH) (y compris Lück)  7 234 6 903
(2)
SPIE SAG  7 677 7 725
TOTAL (3) 45 664 45 129
(1) Inclut l’Allemagne, la Pologne, la Hongrie.
(2) SAG : Allemagne, Pologne, Hongrie, Tchéquie/Slovaquie.
(3) Exclut SPIE Operations, SPIE France et SPIE ICS AG.

Le tableau ci-dessous présente, par catégories socioprofessionnelles, la répartition des effectifs du Groupe aux 31 décembre 2018 et 2017 :

Catégories Socioprofessionnelles 2018 2017

Cadres 6 518 6 741


(1)
ETAM  20 607 20 190
Ouvriers 19 273 19 719
TOTAL 46 398 46 650
(1) Employés, techniciens et agents de maîtrise.

Le tableau ci-dessous présente la part des femmes dans les effectifs inscrits du Groupe aux 31 décembre 2018 et 2017 :

2018 2017 2018 2017


Part des femmes (Europe) (Europe) (Monde) (Monde)

Part des femmes dans l’effectif 14 % 13 % 13 % 13 %


Part des femmes cadres 15 % 14 % 15 % 14 %
Part des femmes ETAM 23 % 22 % 21 % 21 %
Part des femmes ouvrières 4 % 4 % 4 % 4 %

Le tableau ci-dessous présente la répartition des effectifs du Groupe par types de contrat aux 31 décembre 2018 et 2017 :

2018 2017 2018 2017


Part des types de contrat (Europe) (Europe) (Monde) (Monde)

Contrats à durée indéterminée 84 % 85 % 81 % 82 %


(1)
Autres  16 % 15 % 19 % 18 %
Dont intérimaires 55 % 57 % 42 % 44 %
(1) CDD, apprentis et intérimaires.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 75


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Salariés / Présentation

Le tableau ci-dessous présente la pyramide des âges pour les effectifs du Groupe en contrats à durée indéterminée aux 31 décembre
2018 et 2017 :

2018 2017 2018 2017


Pyramide des âges (Europe) (Europe) (Monde) (Monde)

- de 25 ans 7 % 7 % 7 % 7 %


25 – 40 ans 35 % 35 % 36 % 36 %
41 – 55 ans 40 % 41 % 40 % 41 %
56 – 60 ans 12 % 12 % 11 % 11 %
> 60 ans 6 % 5 % 6 % 5 %

3.2.2 EMPLOI ET CONDITIONS DE TRAVAIL


Le tableau ci-dessous présente l’évolution de l’emploi au sein du Groupe au cours des deux derniers exercices en Europe :

Emploi 2018 2017

Turnover en CDI (1) 13,86 % 12,56 %


Turnover volontaire en CDI 8,01 % 7,30 %
Taux d’embauche en CDI 10,09 % 8,61 %
Pourcentage handicapés/ effectif inscrit (2) 5 % 5,1 %
(1) Hors mutations internes.
(2) France.

Le tableau ci-dessous présente l’évolution de l’absentéisme et des heures supplémentaires au cours des deux derniers exercices en France :

Conditions de travail 2018 2017

Taux d’absentéisme (1) 5,62 % 5,38 %


Heures supplémentaires 466 737 145 094
(1) Nombre de jours d’absence sur le total des jours de travail théoriques.

Le tableau ci-dessous présente l’évolution de la sécurité au travail au cours des deux derniers exercices (accidents du travail - salariés du
Groupe) :

Sécurité au travail 2018* 2017*

Nombre d’accidents du travail mortels 2 1


Taux de fréquence avec arrêt* 6,29 6,18
Taux de gravité 0,17 0,22
* Le taux de fréquence avec arrêt correspond au nombre d’accidents du travail par million d’heures travaillées.

LA DIVERSITÉ, FACTEUR DE DÉVELOPPEMENT ● la répartition harmonieuse des générations ; et


ET DE PROGRÈS ● la pluralité des origines.
Partie intégrante des principes directeurs du Groupe et de ses
valeurs de management, la diversité s’inscrit dans le projet LA RECHERCHE D’UNE MEILLEURE MIXITÉ
d’entreprise « SPIE, l’ambition partagée ». Elle relève pleinement de FEMMES / HOMMES
la responsabilité sociale de l’entreprise et contribue à l’amélioration
Le Groupe s’engage à suivre l’évolution des carrières des
du climat de confiance et des conditions de travail.
collaboratrices et mène des actions afin de favoriser l’intégration
SPIE a signé sa Charte de la Diversité en 2008, et crée un Comité des femmes, en particulier dans les métiers techniques et les
diversité Groupe, avec l’objectif de renforcer l’engagement dans la fonctions de management. Une attention particulière est d’ailleurs
prévention des discriminations et pour l’égalité des chances. portée aux évolutions de carrières des femmes lors du processus
Au sein du Groupe, la promotion de la Diversité comme « facteur de comités carrières.
de développement » passe par des actions concrètes autour de À l’extérieur, le Groupe continue de déployer des rencontres dans
quatre axes prioritaires : des écoles ciblées, afin de mieux faire connaître les métiers du
● la recherche d’une meilleure mixité femmes-hommes ; Groupe aux jeunes ingénieures.
● l’amélioration de l’emploi des travailleurs en situation de
handicap ;

76 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Salariés / Présentation

3.2.3 FORMATION
Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018, 2,36 % de la masse salariale a été consacrée à la formation des salariés du Groupe (périmètre
Europe).

Formation 2018 2017

Dépenses totales de formation (en euros) 39 830 105 41 699 398


Salariés ayant bénéficié de formation (1) 22 208 24 136
(1) Hors Suisse.

La formation : conjuguer compétences et performances 3.2.5 RELATIONS SOCIALES


Au sein du Groupe, le plan de formation est alimenté par les
indications opérationnelles liées aux plans stratégiques et budgets, Les salariés des sociétés du Groupe sont représentés à différents
aux besoins en ressources exprimées par la Gestion Prévisionnelle niveaux (Groupe/entreprise/établissements) par les représentants
des Emplois et des Compétences (GPEC), ainsi que par la prise en des organisations syndicales représentatives, le Comité d'entreprise
compte de l’accompagnement individuel mis en exergue pendant et/ou le Comité central d'entreprise, le Comité d’hygiène, de sécurité
les entretiens annuels et les revues de salariés (talent review). et des conditions de travail et le Comité de Groupe.
Chaque pays dispose de programmes de formation annuels Le Comité d’entreprise Européen est composé de représentants
visant à développer les compétences de ses salariés sur le plan des différents Etats membres dans lesquels le Groupe est présent ;
technique, managérial et développement personnel. En plus de
ces programmes par pays, des programmes internationaux de
développement du Leadership sont gérés au niveau du Groupe :
son fonctionnement est conforme à la réglementation européenne
applicable (Directive européenne 2009/38/CE relative à l’institution
d’un Comité d’entreprise européen en date du 6 mai 2009).
3
« Ambition Manager », « SPIE Talents » et « Business Unit Manager ».
Au 31 décembre 2018, le Groupe employait 46 398 personnes,
dont certaines sont membres d’organisations syndicales. Le
Groupe considère dans l’ensemble avoir des relations de travail
3.2.4 POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION satisfaisantes avec ses employés et leurs représentants. Dans
l’ensemble du groupe, 112 accords collectifs ont été signés sur
Les cadres des sociétés du Groupe sont éligibles à une rémunération l’année 2018 avec les représentants des organisations syndicales
annuelle variable. représentatives. Au niveau européen, les règles de constitution et
de fonctionnement du Comité d’entreprise Européen ont fait l’objet
La rémunération annuelle variable des cadres est la suivante :
d’un accord unanime.
● de 10 % à 30 % du salaire de base annuel pour la population
La composition du Comité d’Entreprise Européen a été revue fin
cadre ; et
2018 afin de prendre en compte l’évolution de l’effectif du Groupe
● de 30 % à 40 % pour les cadres membres des comités de direction et a fait l’objet d’un accord unanime.
des filiales.
Les objectifs sont à la fois quantitatifs et qualitatifs, collectifs et
individuels comme suit :
● critères d’exploitation  : EBITA et cash-flow de l’entité de
rattachement ; et
● critères de développement individuels.
Les résultats des critères d’exploitation sont pondérés par un
coefficient sécurité directement lié à la performance sécurité du
Groupe.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 77


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Accords de participation et d’intéressement

3.3 ACCORDS DE PARTICIPATION ET D’INTÉRESSEMENT

3.3.1 ACCORDS DE PARTICIPATION Le montant total brut distribué aux salariés bénéficiaires au titre de
l’intéressement pour l’exercice 2018 s’élevait à 12 274 649 euros.
En France, les salariés des sociétés du Groupe dont l’effectif est
égal ou supérieur à 50 salariés bénéficient de la participation dans
le cadre d’un accord collectif conclu le 6 juin 2005. Dans le cadre
de cet accord, signé à l’unanimité par les organisations syndicales
3.3.3 PLANS D’ÉPARGNE D’ENTREPRISE
représentatives, la participation, qui varie selon la performance ET PLANS ASSIMILÉS
des entreprises du Groupe qui sont incluses dans le périmètre de
l’accord du 6 juin 2005, fait l’objet d’une mutualisation de l’ensemble Le Groupe dispose d’un Plan d’Épargne Groupe (PEG) et d’un Plan
des réserves spéciales de participation positives de chacune des d’Épargne de Groupe International (PEGI) qui servent, notamment,
entreprises du périmètre (réserve spéciale globale de participation). depuis leur mise en place, de support à l’accession des salariés du
La réserve spéciale globale de participation fait l’objet, à hauteur de Groupe au capital de la Société à l’occasion des différentes opérations
30 % de son montant, d’une répartition uniforme pour l’ensemble qui se sont succédées (en particulier le rachat d’entreprise par les
des salariés inclus dans le périmètre de l’accord du 6 juin 2005 au Salariés en 1997 puis les Leveraged Buy Out de 2006 et de 2011 et
prorata du temps de présence sur l’année de référence et à hauteur enfin l’introduction en Bourse de 2015).
des 70 % restant, d’une répartition proportionnelle au salaire perçu Le PEG, mis en place par acte unilatéral le 8 décembre 1997, permet,
sur l’année de référence. depuis le 24 novembre 2009, aux salariés du Groupe d’investir
La réserve spéciale globale de participation brute au titre de dans des parts de fonds investis dans des entreprises solidaires
l’exercice 2018 s’élevait ainsi à 7 122 767 euros. conformément à l’article L. 3332-17 alinéa 1 du Code du travail.
Le PEG accueille, depuis le 26 décembre 2012, des fonds issus de
l’accord de participation du Groupe du 6 juin 2005 conformément à
la loi n° 2010-1330 du 9 novembre 2010.
3.3.2 ACCORDS D’INTÉRESSEMENT
Le PEGI a été mis en place par acte unilatéral le 24 octobre 2006.
En France, les salariés des sociétés du Groupe dont l’effectif est
égal ou supérieur à 50 salariés bénéficient d’un intéressement aux
résultats de leur entreprise dans le cadre d’un accord collectif conclu
le 10 avril 2013.
3.3.4 AVANTAGES POSTÉRIEURS À L’EMPLOI
L’intéressement est calculé selon des modalités semblables en Le montant des sommes dues par le Groupe au titre des avantages
fonction des résultats et des performances propres à des sous-groupes postérieurs à l’emploi est passé de 694 millions d’euros environ
identifiés. Un rapport EBIT/chiffre d’affaires déterminé par la Société au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017 à 689 millions
constitue la première condition pour bénéficier de l’intéressement. d’euros environ au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018.
Lorsque cela est le cas, le versement de l’intéressement est alors Cette baisse est essentiellement due aux cotisations payées aux
fonction de la croissance du rapport EBIT/chiffre d’affaires (versement fonds externalisés en Suisse, ainsi qu’aux prestations payées
normal) ou de la décroissance du rapport EBIT/chiffre d’affaires principalement en Allemagne et en France.
(versement avec application de pénalités) par rapport à l’année
précédente sur le périmètre de référence. La déclaration de performance extra-financière prévue par
l’article L. 225-102-1 du Code de commerce, qui présente des
La répartition de l’intéressement entre les salariés est effectuée informations sociales additionnelles, figure au chapitre 3 du présent
de manière uniforme en tenant uniquement compte du temps de Document de référence.
présence effectif au cours de l’exercice considéré.

78 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE
Accords de participation et d’intéressement

3.3.5 FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX Un grand nombre de sociétés du Groupe ont mis en place des
SUSCEPTIBLES D’INFLUENCER systèmes de management environnemental ainsi que des systèmes
de management santé et sécurité au travail. Au 31 décembre 2018,
L’UTILISATION DES IMMOBILISATIONS 77  % des effectifs du Groupe sont employés de filiales certifiées
CORPORELLES DU GROUPE selon la norme internationale environnementale ISO  14001 et
92  % selon une norme internationale pour la santé et la sécurité
La majorité des sites du Groupe sont des bureaux et des entrepôts au travail OHSAS 18001, ILO OSH 2001 ou VCA au Benelux. Le
de matériels ou d’équipements. Certains sites disposent néanmoins Groupe s’est doté d’un important réseau QHSE (Qualité, Hygiène,
d’ateliers utilisés pour la maintenance d’équipements mécaniques et Sécurité, Environnement) de collaborateurs affectés à la gestion
pour la préparation d’équipements préalablement à leur installation des questions qualité, santé, sécurité et environnement couvrant
sur les différents sites des clients. L’activité sur la plupart des l’ensemble du périmètre du Groupe et animé par une équipe dédiée
sites du Groupe est donc peu susceptible d’entraîner des impacts au développement durable située à Cergy-Pontoise, son siège
sensibles sur l’environnement (pollutions). social. À ce jour, aucune certification des systèmes de management
Parmi ces sites en France, au 31 décembre 2018, 23 incluent des environnemental ou pour la santé et la sécurité au travail n’a été
installations classées pour la protection de l’environnement selon perdue ou refusée par les auditeurs des organismes de certification
la règlementation française (ICPE). Selon la nature et l’importance correspondant.
des activités réalisées sur ces installations classées, l’entreprise En raison de la nature des activités du Groupe, la conformité
exploitante doit effectuer des démarches auprès des autorités réglementaire en matière environnementale concerne
administratives locales (notamment la préfecture) lesquelles peuvent particulièrement la gestion des déchets et le stockage de produits
consister soit en une simple déclaration, soit un enregistrement, soit dangereux (solvants, produits chimiques) (voir le paragraphe 7.2 du
une demande d’autorisation. 2 des sites du Groupe en France ayant présent Document de référence).
des installations classées n’ont nécessité qu’une simple déclaration ;
seules les filiales Gemco et ATMN exploitent des installations
classées nécessitant une autorisation.
La déclaration de performance extra-financière prévue par
l’article L. 225-102-1 du Code de commerce, qui présente des
3
informations environnementales additionnelles, est inclus au
chapitre 3 du présent Document de référence.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 79


3 PERFORMANCE EXTRA-FINANCIÈRE

80 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


4
ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS RFA

4.1 ANALYSE DES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 82 4.5 COMPTES SOCIAUX 173


4.1.1 Activité et compte de résultat 82 4.5.1 Comptes sociaux annuels de la société au titre
4.1.2 Cash-flow et structure financière 91 de l’exercice clos le 31 décembre 2018 173
4.1.3 Investissements 99 4.5.2 Rapport des Commissaires aux comptes
sur les comptes sociaux annuels de la Société
4.2 ÉVÈNEMENTS POSTÉRIEURS À LA CLÔTURE 100 de l’exercice clos le 31 décembre 2018 195

4.3 TENDANCES ET OBJECTIFS 100 4.6 RÉSULTATS (ET AUTRES ÉLÉMENTS


CARACTÉRISTIQUES) DE LA SOCIÉTE SPIE SA
4.4 COMPTES CONSOLIDÉS 101 AU COURS DES 5 DERNIERS EXERCICES 198
4.4.1 Comptes consolidés du Groupe au titre de l’exercice
clos le 31 décembre 2018 102 4.7 INFORMATIONS SUR LES DÉLAIS DE PAIEMENT
4.4.2 Rapport des Commissaires aux comptes sur les comptes DES FOURNISSEURS 199
consolidés de l’exercice clos le 31 décembre 2018 169

© Vincent Jacques

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 81


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

4.1 ANALYSE DES RÉSULTATS CONSOLIDÉS

4.1.1 ACTIVITÉ ET COMPTE DE RÉSULTAT ● Germany & Central Europe, qui regroupe les activités du Groupe en
Allemagne ainsi qu’en Pologne, Hongrie et Suisse dans les services
multitechniques et qui a représenté 32,4 % de la production
consolidée et 33,4 % de l’EBITA consolidé pour l’exercice clos le
INTRODUCTION
31 décembre 2018 ;
Le Groupe est le leader européen indépendant des services ● North-Western Europe, qui regroupe les activités du Groupe au
multitechniques dans les domaines du génie électrique, mécanique, Royaume-Uni, en Belgique et aux Pays-Bas dans les services
et climatique et des systèmes de communications ainsi que des multitechniques et qui a représenté 22,5 % de la production
services spécialisés liés à l’énergie  (1). Le Groupe accompagne ses consolidée et 13,3 % de l’EBITA consolidé pour l’exercice clos le
clients dans la conception, la réalisation, l’exploitation et la 31 décembre 2018 ; et
maintenance d’installations économes en énergie et respectueuses
● Oil & Gas and Nuclear, qui regroupe les activités du Groupe dans
de l’environnement.
les secteurs du pétrole et du gaz à travers le monde ainsi que
Le Groupe utilise la segmentation suivante pour ses besoins de dans le secteur nucléaire en France et qui a représenté 7,3 %
reporting : de la production consolidée et 11,5 % de l’EBITA consolidé pour
● France, qui regroupe les activités françaises du Groupe dans les l’exercice clos le 31 décembre 2018.
services multitechniques et la communication et qui a représenté Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2018, le Groupe a réalisé
37,8 % de la production consolidée et 39,5 % de l’EBITA consolidé une production consolidée de 6 671,3 millions d’euros et un EBITA
pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 ; consolidé de 400,0 millions d’euros.

ANALYSE DES RÉSULTATS POUR LES EXERCICES CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2018 ET LE 31 DÉCEMBRE 2017


Compte de résultat consolidé
En milliers d’euros 2018 2017

Produits des activités ordinaires 6 693 693 6 127 993


Autres produits de l’activité 56 029 56 612
Charges opérationnelles (6 428 810) (5 864 742)
Résultat opérationnel courant 320 913 319 863
Autres produits et charges opérationnels (41 821) (56 798)
Résultat opérationnel 279 092 263 065
Profit/ (perte) des participations mises en équivalence (MEE) 489 490
Résultat opérationnel après quote-part du résultat net des MEE 279 581 263 555
Coût de l’endettement financier net (66 265) (57 694)
Autres produits et charges financiers * (25 838) (18 083)
Résultat avant impôt 187 478 187 778
Impôts sur les résultats (25 485) (72 273)
Résultat net des activités poursuivies 161 993 115 505
Résultat des activités arrêtées ou en cours de cession (70 583) (4 033)
RESULTAT NET 91 410 111 472
Résultat net des activités poursuivies attribuables :
Aux actionnaires de la Société 162 024 114 435
Aux intérêts ne conférant pas le contrôle (32) 1 070
161 993 115 505
Résultat net attribuable :
Aux actionnaires de la Société 91 442 110 402
Aux intérêts ne conférant pas le contrôle (32) 1 070
91 410 111 472
* Pour le détail des « Autres produits et charges financiers », voir la note 9 de l’annexe aux comptes consolidés pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 inclus au
paragraphe 4.4.1 du présent Document de référence.

(1) Estimation de la Société sur la base de sa production 2018 et du chiffre d’affaires publié par les principaux concurrents du Groupe pour l’exercice clos le 31 décembre 2018.

82 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

4.1.1.1 PRODUIT DES ACTIVITÉS ORDINAIRES 4.1.1.2 PRODUCTION


Le produit des activités ordinaires consolidé a augmenté de 9,2 %, soit La production a augmenté de 8,9 %, soit de 544,4 millions d’euros,
de 565,7 millions d’euros, passant de 6 128,0 millions d’euros au titre passant de 6 126,9 millions d’euros au titre de l’exercice clos le
de l’exercice clos le 31 décembre 2017, à 6 693,7 millions d’euros au 31 décembre 2017, à 6 671,3 millions d’euros au titre de l’exercice
titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018. Cette variation résulte clos le 31 décembre 2018 en raison principalement de la contribution
principalement de l’augmentation relative à la croissance externe. en année pleine des acquisitions réalisées en 2017 dont notamment
SAG.
La croissance organique a augmenté de 2,6 %, avec une contribution
positive dans tous les segments, dont notamment +  4,2  % en
Germany and Central Europe.

Le tableau ci-dessous détaille la répartition de la production par segment opérationnel pour les exercices clos les 31 décembre 2018 et 2017 :

Germany & North-Western Oil & Gas


En millions d’euros France Central Europe Europe and Nuclear Total

Production 2018 2 523,1 2 163,6 1 498,0 486,6 6 671,3


Production 2017 2 406,9 1 891,4 1 336,4 492,2 6 126,9

France clos le 31  décembre  2018, en raison principalement de la


La production du segment France a augmenté de 4,8  %, dont contribution des acquisitions de 2017 et 2018.
+ 3,9 % au titre des acquisitions, soit de 116,2 millions d’euros, La croissance organique du segment a augmenté de 3,7 % à taux
passant de 2 406,9 millions d’euros au titre de l’exercice clos le de change constants, impactée principalement par une activité
31 décembre 2017, à 2 523,1 millions d’euros au titre de l’exercice soutenue aux Pays Bas dans l’énergie, avec de nombreux contrats
clos le 31 décembre 2018. liés à des investissements dans la transition énergétique, ainsi que
Avec une croissance organique de 1,0 % sur l’ensemble de l’année, dans l'industrie.
la production en France a profité d’une activité soutenue dans les En Belgique, l’activité a été très dynamique dans la plupart des
infrastructures de télécommunication, les activités industrielles divisions et au Royaume Uni, nos activités se sont montrées très
et les services liés aux technologies de l’information et de la résilientes dans un environnement incertain et ont enregistré
communication. Parallèlement, SPIE a activement réduit son
exposition au secteur très concurrentiel de l’installation tertiaire,
à travers une forte sélectivité dans la prise de contrats. Hors
une croissance organique modeste, soutenue par des contrats de
service aux data centers. 4
installation tertiaire, la croissance organique du segment a atteint Oil & Gas and Nuclear
+ 2,7 %. La croissance provenant des acquisitions a été soutenue, La production du segment Oil & Gas and Nuclear a diminué de 1,1 %,
avec l’intégration réussie des activités françaises de SPIE SAG et soit 5,6 millions d’euros, passant de 492,2 millions d’euros au titre
celle de S-Cube, spécialiste de l’ICT. Par ailleurs, deux nouvelles de l’exercice clos le 31 décembre 2017 à 486,6 millions d’euros
acquisitions «  bolt-on  » réalisées en 2018 ont enrichi l’offre de au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018, principalement en
services de SPIE France et renforcé la densité de son réseau raison d’un impact négatif des variations de change.
d’implantations locales.
La croissance organique pour l’ensemble du segment a augmenté
Germany & Central Europe de 0,4 % à taux de change constants en 2018.
La production du segment Germany & Central Europe a connu Dans les activités nucléaires, la production liée au Grand Carénage
une hausse de 14,4  %, soit 272,2  millions  d’euros, passant a été soutenue en 2018 et le contrat pour l’EPR de Flamanville a
de 1  891,4  millions  d’euros au titre de l’exercice clos le généré plus de production qu’initialement prévu.
31 décembre 2017, à 2 163,6 millions d’euros au titre de l’exercice Dans le pôle Pétrole-Gaz, après un troisième trimestre  2018
clos le 31  décembre  2018, en raison principalement de la positif, la croissance organique a accéléré au quatrième trimestre,
contribution en année pleine des acquisitions de 2017 dont SAG atteignant + 8,1 % et s’établissant à un niveau légèrement positif
et Lück. sur l’ensemble de l’année. La croissance au second semestre a été
La croissance organique sur ce segment a été de 4,2 % à taux de principalement tirée par les activités de maintenance pour l’amont
change constants, dont 4,0 % en Allemagne où SPIE bénéficie de pétrolier en Afrique de l’Ouest, où SPIE a tiré avantage de solides
positions de premier plan dans le Technical facility management et positions pour remporter des contrats, dans un marché montrant
dans les services aux réseaux de Transmission et de Distribution, une certaine amélioration. Les activités aval au Moyen-Orient sont
sur des marchés où la demande pour les services techniques a demeurées robustes.
continué de progresser de façon régulière en 2018.
En Europe centrale, la production a fortement progressé, tirée par 4.1.1.3 CHARGES OPÉRATIONNELLES
les services aux réseaux de Transmission et de Distribution.
Les charges opérationnelles du Groupe ont augmenté de
North-Western Europe 564,1 millions d’euros, soit 9,6 %, passant de 5 864,7 millions d’euros au
titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017 à 6 428,8 millions d’euros
La production du segment North-Western Europe a connu au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018, essentiellement
une hausse de 12,1  %, soit 161,6  millions  d’euros, passant en raison de leur corrélation avec l’augmentation du produit des
de 1  336,4  millions  d’euros au titre de l’exercice clos le activités ordinaires. Cette variation résulte à la fois de la croissance
31 décembre 2017, à 1 498,0 millions d’euros au titre de l’exercice organique et de la contribution des acquisitions.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 83


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

Le tableau ci-dessous présente la répartition des charges opérationnelles pour les exercices clos les 31 décembre 2017 et 31 décembre 2018 :

En milliers d’euros 2018 2017

Achats consommés (974 766) (858 785)


Charges externes (3 031 814) (2 700 205)
Charges de personnel (2 370 150) (2 225 489)
Impôts et taxes (47 957) (42 266)
Dotations nettes aux amortissements et provisions (60 573) (101 974)
Autres produits et charges d’exploitation 56 449 63 977
TOTAL CHARGES OPÉRATIONNELLES (6 428 810) (5 864 742)

Achats consommés 4.1.1.4 RÉSULTAT OPÉRATIONNEL DU GROUPE


Les achats consommés  (1) du Groupe ont augmenté de APRÈS QUOTE-PART DU RÉSULTAT NET
116,0 millions d’euros, soit 13,5 %, passant de 858,8 millions d’euros DES MISES EN ÉQUIVALENCE
au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017 à 974,8 millions d’euros Le résultat opérationnel du Groupe a augmenté de
au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018. 16,0 millions d’euros, soit 6,1 %, passant de 263,6 millions d’euros au
titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017 à 279,6 millions d’euros
Charges externes au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018. Cette augmentation
Les charges externes du Groupe ont augmenté s’explique par les principales variations suivantes :
de 331,6  millions  d’euros, soit 12,3  %, passant de
● le résultat opérationnel courant qui augmente de 1,0 million d’euros,
2  700,2  millions  d’euros au titre de l’exercice clos le
soit 0,3 %, passant de 319,9 millions d’euros au titre de l’exercice
31 décembre 2017, à 3 031,8 millions d’euros au titre de l’exercice
clos le 31 décembre 2017 à 320,9 millions d’euros au titre de
clos le 31 décembre 2018.
l’exercice clos le 31 décembre 2018 ;
L’évolution de 12,6  % des achats consommés et des charges ● les autres produits et charges opérationnels qui s’établissent
externes entre l’exercice clos le 31 décembre 2017 et celui clos le à (41,8)  millions  d’euros au titre de l’exercice clos le
31 décembre 2018, reste corrélée à l’augmentation du produit des 31 décembre 2018 et qui incluent pour l’essentiel :
activités ordinaires.
• le montant des amortissements des goodwills affectés
Charges de personnel au titre de l’acquisition en  2017 de SAG, à hauteur de
(41,1) millions d’euros ; et
Les charges de personnel ont augmenté de 144,7 millions d’euros,
soit 6,5 %, passant de 2 225,5 millions d’euros au titre de l’exercice • les coûts relatifs aux réorganisations en France pour
clos le 31 décembre 2017, à 2 370,2 millions d’euros au titre de (9,9) millions d’euros et à l’intégration du groupe SAG pour
l’exercice clos le 31 décembre 2018. Cette augmentation résulte (17,6) millions d’euros.
pour l’essentiel à la fois de la croissance organique et de la
contribution des acquisitions. 4.1.1.5 EBITA ET MARGE D’EBITA
L’EBITA consolidé du Groupe a augmenté de 3,1 %, passant de
Dotations nettes aux amortissements et provisions
388,0 millions d’euros pour l’exercice clos le 31 décembre 2017 à
Les dotations nettes aux amortissements et provisions ont diminué 400,0 millions pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 en raison
de 41,4 millions d’euros, passant de 102,0 millions d’euros au titre notamment de la croissance de la production.
de l’exercice clos le 31 décembre 2017, à 60,6 millions d’euros au
titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018. La marge d’EBITA a elle diminué de 30 points de base
passant de 6,3 % de la production au titre de l’exercice clos le
Cette baisse résulte pour l’essentiel de reprises de provisions 31 décembre 2017 à 6,0 % de la production au titre de l’exercice clos
pour risques d’exploitation, consommées au cours de l’exercice. le 31 décembre 2018, reflétant l’impact négatif de la consolidation
Les dotations incluent notamment un accroissement des en année pleine de certaines acquisitions de 2017 et notamment
amortissements des goodwills affectés pour 60,2 millions d’euros de SAG et de Ziut.
au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018. Ces dotations
aux amortissements de goodwills affectés s’élevaient à Comparée au niveau pro forma de  2017 (5,9  %), la marge
59,8 millions d’euros au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017. d’EBITA 2018 est ressortie en légère hausse (+ 10 points de base).

(1) Les achats consommés comprennent les achats de matières premières, de fournitures et autres approvisionnements consommables, ainsi que les achats de matériels
et fournitures incorporés à la production.

84 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

Le tableau suivant présente l’EBITA et la marge d’EBITA (en pourcentage de la production) par segment opérationnel pour les périodes
indiquées :

Germany & North-Western Oil & Gas


En millions d’euros France Central Europe Europe and Nuclear Holdings Total

EXERCICE 2018
EBITA 158,2 133,5 53,3 46,1 9,0 400,0
EBITA (en % de la production) 6,3 % 6,2 % 3,6 % 9,5 % n/a 6,0 %
EXERCICE 2017
EBITA 151,7 120,0 54,3 48,9 13,1 388,0
EBITA (en % de la production) 6,3 % 6,3 % 4,1 % 9,9 % n/a 6,3 %

France North-Western Europe


L’EBITA pour le segment France a augmenté de 6,5 millions d’euros, L’EBITA pour le segment North-Western Europe a diminué de
soit 4,3 %, passant de 151,7 millions d’euros au titre de l’exercice 1,0 million d’euros, soit - 1,8 %, passant de 54,3 millions d’euros au
clos le 31 décembre 2017 à 158,2 millions d’euros au titre de titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017 à 53,3 millions d’euros
l’exercice clos le 31 décembre 2018. pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 principalement en raison
de l’impact négatif lié à la contribution en année pleine de Ziut.
La marge d’EBITA s’est élevée à 6,3 %, stable par rapport à la marge
de 2017 et en légère progression par rapport au niveau pro forma La marge d’EBITA du segment a diminué de 50 points de base,
de 2017 (6,2 %). La diminution du CICE a été plus que compensée passant de 4,1 % en 2017 à 3,6 % en 2018 et elle recule de 10 points
par une amélioration de la performance opérationnelle au niveau de base par rapport au niveau pro forma de 2017 (3,7 %).
de la plupart des divisions, reflet des gains d’efficience induits par
la nouvelle organisation. Oil & Gas and Nuclear
L’EBITA pour le segment Oil & Gas and Nuclear a diminué de
Germany & Central Europe 2,8 millions d’euros, soit 5,7 %, passant de 48,9 millions d’euros au
L’EBITA pour le segment Germany & Central Europe a augmenté de titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017 à 46,1 millions d’euros
13,5 millions d’euros, soit 11,3 % passant de 120,0 millions d’euros au au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018.
titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017 à 133,5 millions d’euros
au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018.
La marge d’EBITA du segment a diminué de 10 points de base,
passant de 6,3 % en 2017 à 6,2 % en 2018 mais elle s’affiche en
La marge d’EBITA du segment a diminué de 40 points de base,
passant de 9,9 % en 2017 à 9,5 % en 2018.
4
forte hausse par rapport au niveau pro forma de 2017 (5,5 %). Les
4.1.1.6 COÛT DE L’ENDETTEMENT FINANCIER NET
progressions résultent principalement de la réalisation complète Le coût de l’endettement financier net a augmenté de
plus rapidement que prévu des 20 millions d’euros de synergies 8,6  millions  d’euros, soit une augmentation de 14,9  %,
de coûts, ainsi qu’à une performance opérationnelle robuste en passant de (57,7) millions d’euros au titre de l’exercice clos le
Allemagne. En Suisse, SPIE a continué d’appliquer une grande 31 décembre 2017 à (66,3) millions d’euros au titre de l’exercice clos
sélectivité dans sa prise de contrats, avec un impact positif sur le 31 décembre 2018. Cette augmentation résulte pour l’essentiel de
les marges. la reconnaissance en compte de résultat de la part non amortie des
coûts d’emprunts liés aux anciennes dettes suite au refinancement
du Groupe (voir note 20.3 de l’annexe aux comptes consolidés de
la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 inclus au
paragraphe 4.4.1 du présent Document de référence).

Le tableau ci-dessous détaille l’évolution du coût de l’endettement financier net pour les exercices clos les 31 décembre 2018 et
31 décembre 2017 :

En milliers d’euros 2018 2017

Charges d’intérêts et pertes sur équivalents de trésorerie (66 825) (58 275)


Produits d’intérêts sur les équivalents de trésorerie 560 575
Produits nets de cessions de VMP - 6
Coût de l’endettement financier net (66 265) (57 694)

4.1.1.7 RÉSULTAT AVANT IMPÔT 31 décembre 2017 à 187,5 millions d’euros au titre de l’exercice clos


le 31 décembre 2018. Cette diminution s’explique essentiellement
Le résultat avant impôt hors l’impact des activités arrêtées par l’accroissement du coût de l’endettement financier et des autres
ou en cours de cession a diminué de 0,3  million  d’euros, charges financières partiellement compensé par la croissance du
passant de 187,8 millions d’euros au titre de l’exercice clos le résultat opérationnel en 2018.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 85


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

4.1.1.8 IMPÔT SUR LES RÉSULTATS 34,7 millions d’euros. La diminution de la charge d’impôt courant
s’explique essentiellement par des reprises de provisions fiscales de
Les charges relatives à l’impôt sur les résultats ont diminué de l’exercice relatives à des contrôles fiscaux suivis de dégrèvements
46,8 millions d’euros, passant de 72,3 millions d’euros au titre de reçus, chez SAG France pour 15,5 millions d’euros et chez SPIE
l’exercice clos le 31 décembre 2017 à 25,5 millions d’euros au titre SAG Group pour 2,1 millions d’euros. La diminution de la charge
de l’exercice clos le 31 décembre 2018. Cette variation s’explique par d’impôts différés résulte essentiellement de l’activation de déficits
une diminution de la charge d’impôt courant de 12,1 millions d’euros en 2018 antérieurement non activés pour 21,1 millions d’euros liés
et par une diminution de la charge d’impôts différés de principalement aux entrées de périmètre en Allemagne.

La charge d’impôt se détaille comme suit :

En milliers d’euros 2018 2017

CHARGE D’IMPÔT AU COMPTE DE RÉSULTAT


Impôt courant (52 272) (64 373)
Impôt différé 26 787 (7 900)
(Charge)/ produit d’impôt au compte de résultat (25 485) (72 273)
CHARGE D’IMPÔT DANS LES AUTRES ÉLÉMENTS DU RÉSULTAT GLOBAL
Produit/ (perte) net sur les dérivés des flux de trésorerie 130 (127)
Produit/ (perte) net sur les avantages postérieurs à l’emploi 86 (9 640)
(Charge)/ produit d’impôt au compte de résultat global 216 (9 767)

4.1.1.9 RÉSULTAT NET secteurs de l’industrie et de l’énergie. En conséquence le Groupe a


fait face, au cours des trois derniers exercices, et principalement
Le résultat net a diminué de 20,1  millions  d’euros. Il est de dans le secteur des services multitechniques, à une baisse de la
91,4 millions d’euros au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018 demande en services d’installation, en particulier de la part des
contre 111,5  millions  d’euros au titre de l’exercice clos le producteurs d’acier, des constructeurs automobiles ainsi que
31 décembre 2017. Cette évolution s’explique principalement par de leur chaîne d’approvisionnement. De plus, l’intensification de
l’augmentation du résultat opérationnel de 16,0 millions d’euros, la concurrence entre fournisseurs pendant ces périodes affecte
une augmentation du coût de la dette et des autres produits et les résultats du Groupe (avec, par exemple, la renégociation des
charges financiers de 16,3 millions d’euros, une diminution des conditions tarifaires à l’occasion des renouvellements de contrats
charges fiscales de 46,8 millions d’euros, et une diminution de ou encore une forte pression sur les prix dans le cadre des appel
66,6 millions d’euros du résultat des activités abandonnées ou des d’offres). Pendant ces périodes de récession, alors que les clients
activités vendues. réduisent leurs dépenses d’investissement, la demande en services
de maintenance n’est néanmoins pas affectée, permettant ainsi de
4.1.1.10 PRINCIPAUX FACTEURS AYANT UNE INCIDENCE conserver une source prévisible de revenus (pour l’exercice clos le
SUR LES RÉSULTATS 31 décembre 2018, les prestations de maintenance ont représenté
56 % de la production consolidée du Groupe, contre 52 % pour
Certains facteurs clés ainsi que certains événements passés et l’exercice 2017).
opérations ont eu, et pourraient continuer à avoir une incidence
sur les activités et les résultats d’exploitation du Groupe présentés 4.1.1.10.2 Les acquisitions, cessions et changements
ci-dessous. Les principaux facteurs ayant une incidence sur les de périmètre
résultats du Groupe comprennent (i) les conditions économiques
générales sur les marchés où le Groupe est présent, (ii) les Acquisitions
acquisitions, cessions et changements de périmètre, (iii) la structure
Au cours des dernières années la croissance externe a contribué
de coûts du Groupe, (iv) les achats de fournitures et équipements, (v)
significativement à la croissance globale de l’activité du Groupe ; le
la gestion du portefeuille contractuel, (vi) la saisonnalité du besoin
Groupe entend poursuivre sa stratégie d’acquisitions afin d’accroître
en fonds de roulement et de la trésorerie et (vii) la fluctuation des
ses parts de marché, d’élargir son offre de services, et d’augmenter
taux de change. Une description plus détaillée de chacun de ces
sa capacité d’intervention.
facteurs est présentée ci-dessous.
Conformément à sa stratégie, lorsque des opportunités se
4.1.1.10.1 Les conditions économiques générales présentent, le Groupe réalise des acquisitions de taille moyenne
sur les marchés où le Groupe est présent dans le but de s’établir dans des pays où le Groupe n’est pas présent
ou dispose d’une présence limitée. En outre, il peut réaliser des
La demande en services est fonction des conditions économiques,
acquisitions plus structurantes afin de renforcer sa présence
notamment de la croissance du PIB des pays dans lesquels le
internationale ou étendre son offre de services.
Groupe exerce son activité. Pendant les périodes de forte croissance
du PIB, l’activité du Groupe est alimentée par les investissements De manière générale, au cours des deux derniers exercices, le
industriels ainsi que par les projets de construction dans les Groupe a procédé à de nombreuses acquisitions.
secteurs public et tertiaire. En période de croissance très limitée,
En 2018, le Groupe a signé ou réalisé 5 acquisitions, représentant
voire de récession, l’activité de conception et de construction
une production acquise totale d’environ 95 millions d’euros. À titre
diminue en raison de la baisse des dépenses d’investissements
d’exemple, le Groupe a notamment réalisé l’acquisition de Systemat
des clients du Groupe, notamment en raison de la diminution de
en Belgique.
la demande des entités publiques ainsi que des entreprises des

86 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

En 2017, le Groupe a signé ou réalisé 11 acquisitions, représentant maintenance génèrent plus de revenus que les services d’installation,
une production acquise totale d’environ 321 millions d’euros. À ces dépenses sont nécessairement plus faibles, les services de
titre d’exemple, le Groupe a notamment réalisé l’acquisition de maintenance nécessitant un moindre emploi de fournitures et
la société Lück Verwaltungs GmbH en Allemagne, spécialiste des d’équipements. Les achats consommés (achats de fournitures et
services multitechniques pour le secteur tertiaire qui a réalisé un d’équipements) ont représenté 15,2 % de la totalité des charges
chiffre d’affaires d’environ 130 millions d’euros en 2016, et la société opérationnelles du compte de résultat au titre de l’exercice clos le
Ziut BV aux Pays-Bas, spécialiste de l’installation, la gestion et la 31 décembre 2018 et 15 % de la totalité des charges opérationnelles
maintenance des réseaux d’éclairage public ayant réalisé un chiffre du compte de résultat au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017.
d’affaires d’environ 114 millions d’euros en 2016. En décembre 2017,
il a procédé à l’acquisition de S-Cube, société spécialisée dans la 4.1.1.10.5 La gestion du portefeuille contractuel
conception, l’intégration et la maintenance d’infrastructures digitales, Le modèle économique du Groupe est fondé sur des revenus
avec une expertise particulière dans les solutions pour data centers récurrents tirés d’un nombre important de petits projets sur un
et l’hyper-convergence, qui a généré en 2016 un chiffre d’affaires éventail large de marchés. Par conséquent, la production du Groupe
d’environ 47 millions d’euros, permettant à SPIE ICS France d’étendre n’est en général pas sujette à de fortes variations d’une période sur
son offre de services dans le domaine des solutions à destination des l’autre. Cependant, l’évolution des marchés dans lesquels opèrent
data centers et créant des opportunités commerciales significatives. les principaux clients du Groupe peut avoir un impact sur le niveau
Enfin, au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2017, le Groupe de la demande de services et donc sur les résultats du Groupe.
a également réalisé plusieurs acquisitions de sociétés de taille
plus limitée qui ont généré un chiffre d’affaires compris entre 1 et 4.1.1.10.6 La saisonnalité du besoin en fonds
6 millions d’euros en 2016. de roulement et de la trésorerie
Cessions Les besoins en fonds de roulement du Groupe sont saisonniers, bien
qu’ils soient négatifs en raison de la structure des contrats conclus
Au cours des dernières années, le Groupe a procédé à diverses avec les clients et de la politique dynamique du Groupe en matière de
cessions de filiales, soit parce que celles-ci ne s’inscrivaient pas dans facturation et de recouvrement des créances. Généralement, le flux
le cœur de métier du Groupe, soit parce qu’elles étaient implantées de trésorerie du Groupe est négatif au cours du premier semestre
dans des pays où le Groupe n’entendait pas se développer davantage. de l’exercice en raison de la saisonnalité de l’activité du Groupe (qui
est généralement moindre au cours du premier semestre) ainsi que
Changements de périmètre du cycle de paiement de certaines charges de personnel et charges
De façon plus générale, les résultats du Groupe peuvent être sociales.
affectés par des changements de périmètre, tels qu’une acquisition À l’inverse, le flux de trésorerie est généralement positif au second
significative (voir ci-dessus pour l’entrée dans le périmètre de semestre en raison du niveau d’activité plus élevé impliquant une
consolidation en avril 2017 du groupe SAG) ou une modification
des méthodes de consolidation d’une société.
facturation et des encaissements plus élevés.

4.1.1.10.7 La fluctuation des taux de change


4
4.1.1.10.3 La structure de coûts du Groupe
Les états financiers consolidés du Groupe sont présentés en euro.
Le Groupe s’efforce de constamment réduire la part de ses coûts Cependant, dans chacun des pays où il exerce ses activités, le
fixes par la mise en place d’initiatives visant à améliorer sa structure Groupe réalise généralement des ventes et engage des dépenses
de coûts, notamment en externalisant certains services à des sous- en monnaies locales. Par conséquent, ces opérations doivent être
traitants, en ayant recours à des contrats à durée déterminée et converties en euros lors de la préparation des états financiers.
au travail intérimaire et, en ajustant en permanence ses effectifs. S’agissant du compte de résultat, cette conversion est effectuée en
La mise en place de ces initiatives a permis au Groupe d’être en faisant la moyenne des taux de change applicables en fin de mois
mesure de maintenir ses marges pendant les périodes de récession. pour chaque période concernée. S’agissant du bilan, cette conversion
Les coûts variables constituent la majeure partie des dépenses est effectuée en prenant les taux de change applicables à la date
opérationnelles du Groupe (notamment les coûts liés aux achats de clôture du bilan. Ainsi, même si le Groupe est relativement peu
de fournitures et d’équipements incorporés à l’ouvrage et à la sous- exposé au risque de transactions effectuées en monnaies locales,
traitance). Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018, les coûts les variations de taux de change peuvent avoir un impact sur la
de personnel ont représenté 36 % de la structure de coûts du Groupe, valeur en euros de la production du Groupe, de ses charges et de
les coûts liés aux achats 22 %, les coûts liés à la sous-traitance ses résultats (voir le paragraphe 2.1.4.3 du présent Document de
24 % et au travail intérimaire 4 %. Au total, les coûts variables référence).
ont représenté environ 58 % et les coûts fixes environ 42 % de la
structure de coûts du Groupe. La grande majorité des ventes et dépenses réalisées en devises
autres que l’euro du Groupe est réalisée en livres sterling, en
4.1.1.10.4 Les achats de fournitures et d’équipements francs suisses ou en dollars américains. Pour l’exercice clos
le 31 décembre 2018, 13,3 % de la production du Groupe était
Le Groupe achète des fournitures et autres équipements comptabilisé en devises autres que l’euro, dont 5,8 % en livres
spécifiques afin de fournir ses services aux clients. Le montant des sterling et 2,0 % en francs suisses.
dépenses afférentes à ces achats, enregistrées comme « charges
opérationnelles », fait l’objet de variations en fonction de l’évolution
de l’activité du Groupe. Pendant les périodes de forte croissance
économique, de telles dépenses constituent une part plus importante
du total des coûts car les services d’installation, qui nécessitent
d’acquérir davantage de fournitures et d’équipements, constituent
une part plus importante du montant total des ventes du Groupe.
En période de ralentissement économique, alors que les services de

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 87


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

4.1.1.10.8 L’évolution du prix du pétrole trésorerie ainsi que des charges et produits nets des cessions
Dans le cadre de ses activités Pétrole-Gaz, le Groupe est exposé aux de valeurs mobilières de placement ;
fluctuations du prix du pétrole qui affectent son niveau d’activités ● le résultat avant impôt est égal au résultat opérationnel incluant
auprès de ses clients, notamment celui des activités de fourniture les sociétés mises en équivalence, augmenté des produits
de tubulaires nécessaires aux forages et installations pétrolières, financiers et diminué des charges financières ;
dites activités OCTG (Oil Country Tubular Goods), opérées en Angola ● l’impôt sur les résultats représente la charge d’impôts de
par la société SONAID. En 2018, la contribution des activités OCTG à l’exercice constituée de l’impôt sur les sociétés exigible ou différé,
la production du Groupe s’est élevée à 1,8 million d’euros (comparé de la contribution à la valeur ajoutée des entreprises françaises et
à 7,8 millions d’euros en 2017), en net recul par rapport à l’exercice des dotations et reprises des provisions pour impôts ;
précédent au regard des prix continuellement bas du pétrole. Le bas
● le Groupe comptabilise des impôts différés sur les différences
niveau du prix du pétrole a affecté les activités OCTG et dans une
temporelles entre les valeurs comptables des actifs et passifs
moindre mesure, les activités d’assistance technique, à travers à la
et leurs bases fiscales et sur les déficits fiscaux lorsque leur
fois des réductions des dépenses d’exploitation et des diminutions
recouvrement est probable. Les impôts différés ne sont pas
d’investissements particulièrement dans le domaine du forage et des
actualisés ;
géosciences. Son impact a été beaucoup plus limité sur les activités
de maintenance d’exploitations. ● le résultat net représente le résultat avant impôts, diminué de
l’impôt sur les résultats et augmenté ou diminué du résultat net
des activités arrêtées ou en cours de cession.
4.1.1.11 PRINCIPAUX POSTES DU COMPTE DE RÉSULTAT
Les principaux postes du compte de résultat des comptes consolidés 4.1.1.12 PRINCIPAUX INDICATEURS DE PERFORMANCE
du Groupe, sur lesquels s’appuie la direction du Groupe pour analyser
Le Groupe utilise comme principaux indicateurs de performance la
ses résultats financiers consolidés sont décrits ci-dessous :
production, l’EBITA et le ratio de cash conversion.
● le produit des activités ordinaires représente le montant des
La production, telle que présentée dans le reporting interne,
travaux réalisés pendant la période concernée. Le produit est
représente l’activité opérationnelle réalisée par les sociétés du
comptabilisé dès lors qu’il peut être estimé de façon fiable. Le
Groupe, notamment en intégrant proportionnellement les filiales
résultat d’une transaction peut être estimé de façon fiable lorsque
comportant des actionnaires minoritaires ou étant consolidées par
le montant du produit des activités ordinaires peut être évalué de
mise en équivalence.
façon fiable, qu’il est probable que les avantages économiques
associés bénéficieront à l’entreprise, que le degré d’avancement L’EBITA représente le résultat opérationnel ajusté avant
de la transaction à la date de clôture peut être évalué de façon amortissement des goodwills affectés, avant impôt et résultat
fiable et que les coûts encourus pour la transaction et les coûts financier. L’EBITA n’est pas un agrégat comptable standardisé
pour achever la transaction peuvent être évalués de façon fiable répondant à une définition unique généralement acceptée. Il ne doit
(voir la note 3.4 des comptes consolidés pour l’exercice clos pas être considéré comme un substitut au résultat opérationnel,
le 31 décembre 2018 inclus au paragraphe 4.4.1 du présent au résultat net, aux flux de trésorerie provenant de l’activité
Document de référence) ; opérationnelle ou encore à une mesure de liquidité. D’autres
● les charges opérationnelles comprennent les achats consommés, émetteurs pourraient calculer l’EBITA de façon différente par rapport
les charges externes, les charges de personnel, les impôts et à la définition retenue par le Groupe.
taxes, les dotations nettes aux amortissements et provisions et Le ratio de cash conversion de l’exercice correspond au ratio du
les autres produits et charges d’exploitation ; cash-flow des opérations de l’exercice rapporté à l’EBITA de
● le résultat opérationnel du Groupe est composé du produit l’exercice. Le cash-flow des opérations correspond à la somme de
d’exploitation et d’autres revenus diminué des charges l’EBITA de l’exercice, de la charge d’amortissement de l’exercice et
d’exploitation qui relèvent de l’activité de l’entreprise. Il comprend de la variation du besoin en fonds de roulement et des provisions de
également les autres revenus et dépenses, incluant les coûts des l’exercice liée aux charges et produits intégrés à l’EBITA de l’exercice,
croissances externes ; diminuée des flux d’investissements (hors croissance externe) de
● le coût de l’endettement financier net est composé des charges l’exercice.
et produit d’intérêts au titre des emprunts, des équivalents de

Indicateurs de performance 2018 2017

Production (en millions d’euros) 6 671,3 6 126,9


EBITA (en millions d’euros) 400,0 388,0
Ratio de cash conversion 116 % 102 %

88 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

TABLEAU DE RAPPROCHEMENT ENTRE PRODUCTION ET PRODUIT DES ACTIVITÉS ORDINAIRES


En millions d’euros 2018 2017

Production 6 671,3 6 126,9


SONAID (1) (1,8) (7,8)
(2)
Activités Holdings  22,6 17,8
Autres (3) 1,6 (8,9)
Produit des activités ordinaires 6 693,7 6 128,0
(1) La société SONAID est comptabilisée selon la méthode de la mise en équivalence dans les comptes consolidés et en proportionnel (55 %) dans la production.
(2) Chiffre d’affaires hors Groupe de SPIE Operations et autres entités non opérationnelles.
(3) Refacturation des prestations effectuées par les entités du Groupe vers des co-entreprises non gérées ; refacturation hors Groupe ne relevant pas de l’activité opérationnelle
(principalement refacturation de dépenses pour compte) ; retraitement de la production réalisée par des sociétés précédemment intégrées par mise en équivalence ou
récemment acquises et pas encore consolidées.

TABLEAU DE RAVPROCHEMENT ENTRE EBITA ET RÉSULTAT OPÉRATIONNEL DU GROUPE APRÈS QUOTE-PART DU RÉSULTAT NET DES
MISES EN ÉQUIVALENCE
En millions d’euros 2018 2017

EBITA 400,0 388,0


Amortissement des goodwills affectés (1) (60,2) (59,8)
(2)
Restructurations  (32,3) (44,5)
Commissions de nature financière (1,7) (1,6)
Impact des sociétés mises en équivalence (4,3) (1,6)
(3)
Autres  (21,9) (16,9)
RÉSULTAT OPÉRATIONNEL DU GROUPE APRÈS QUOTE-PART DU RÉSULTAT NET
DES MISES EN ÉQUIVALENCE 279,6 263,6
(1) Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017, le montant des « amortissements des goodwills affectés » comprend 41,1 millions d’euros au titre de SAG.
(2) Les coûts liés aux « restructurations » incluent les éléments suivants :
— Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017 :
a. des coûts de restructuration en France pour 13,3 millions d’euros ;
4
b. des coûts de restructuration au sein de l’activité l’Oil & Gas pour 13,5 millions d’euros ;
c. des coûts de restructuration liés à l’intégration de SAG pour 16,2 millions d’euros.
— Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018 :
a. des coûts de restructuration en France pour 9,9 millions d’euros ;
b. des coûts de restructuration liés à l’intégration de SAG pour 17,6 millions d’euros.
(3) Les « autres éléments non-récurrents » correspondent essentiellement :
— Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017 :
a. aux coûts liés aux projets de croissance externe (notamment ceux liés à l’acquisition de SAG) pour 8,9 millions d’euros ;
b. aux coûts relatifs aux plans d’attribution d’actions gratuites du Groupe en application de la norme IFRS 2 (5,1 millions d’euros).
— Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018 :
a. aux coûts liés aux projets de croissance externe pour 2,8 millions d’euros ;
b. aux coûts relatifs aux plans d’attribution d’actions de performance du Groupe en application de la norme IFRS 2 (2,9 millions d’euros) ;
c. aux coûts relatifs à la vente de l’activité « services aux réseaux de distribution » (pour la partie réseau électrique (14,1 millions d’euros).

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 89


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

TABLEAU DE RAPPROCHEMENT ENTRE LE RÉSULTAT NET AJUSTÉ, PART DU GROUPE, LE RÉSULTAT NET PART DU GROUPE ET L’EBITA
Afin de fixer le niveau du dividende qu’il entend distribuer au titre d’un exercice considéré, le Groupe procède au calcul d’un résultat net
ajusté, part du Groupe, afin d’en neutraliser les éléments non-récurrents. S’agissant de l’exercice clos le 31 décembre 2018, le résultat net
part du Groupe a ainsi été déterminé de la façon suivante :
Le résultat net ajusté au titre de l’exercice 2018 exclut ainsi les éléments suivants :
● l’amortissement des goodwills affectés, s’agissant d’une charge sans impact en trésorerie ;
● les éléments exceptionnels ; et
● l’impact sur le taux d’impôt effectif des variations exceptionnelles d’impôts différés liées principalement à l’activation de reports déficitaires
en Allemagne et aux Pays Bas ainsi qu’à des reprises de provisions fiscales
En millions d’euros 2018

EBITA 400,0
Coût de l’endettement financier net (66,3)
Autres produits et charges financiers (27,5)
Impôt normatif (90,0)
Intérêts minoritaires 0,0
Résultat net ajusté, part du Groupe 216,2
Amortissement des goodwills affectés (1) (60,2)
(2)
Restructurations  (32,3)
Autres (3) (26,2)
Normalisation impôts 64,5
Résultat des activités en cours de cession (70,6)
RÉSULTAT NET PART DU GROUPE 91,4
(1) Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018, le montant des « amortissements des goodwills affectés » comprend (41,1) millions d’euros au titre de SAG.
(2) Les coûts liés aux « restructurations » incluent les éléments suivants :
— Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017 :
a. des coûts de restructuration en France pour 13,3 millions d’euros ;
b. des coûts de restructuration au sein de l’activité l’Oil & Gas pour 13,5 millions d’euros ;
c. des coûts de restructuration liés à l’intégration de SAG pour 16,2 millions d’euros.
— Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018 :
a. des coûts de restructuration en France pour 9,9 millions d’euros ;
b. des coûts de restructuration liés à l’intégration de SAG pour 17,6 millions d’euros.
(3) Les « autres éléments non-récurrents » correspondent essentiellement :
— Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017 :
a. aux coûts liés aux projets de croissance externe (notamment ceux liés à l’acquisition de SAG) pour 8,9 millions d’euros ;
b. aux coûts relatifs aux plans d’attribution d’actions gratuites du Groupe en application de la norme IFRS 2 (5,1 millions d’euros).
— Au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018 :
a. aux coûts liés aux projets de croissance externe pour 2,8 millions d’euros ;
b. aux coûts relatifs aux plans d’attribution d’actions de performance du Groupe en application de la norme IFRS 2 (2,9 millions d’euros) ;
c. aux coûts relatifs à la vente de l’activité « services aux réseaux de distribution » (pour la partie réseau électrique (14,1 millions d’euros).

TABLEAU DE RAPPROCHEMENT ENTRE CASH-FLOW DES OPÉRATIONS ET FLUX DE TRÉSORERIE NET GÉNÉRÉ PAR L’ACTIVITÉ (IFRS)
En millions d’euros 2018

Cash-flow des opérations 462,4


Impôts payés (61,5)
Acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles, nettes des cessions 42,4
(1)
Impact trésorerie des éléments de réconciliation  EBITA/Résultat opérationnel (77,7)
FLUX DE TRÉSORERIE NET GÉNÉRÉ PAR L’ACTIVITÉ (IFRS) 365,6
(1) L’impact trésorerie des éléments de réconciliation EBITA/Résultat opérationnel inclut les éléments suivants :
— les coûts de restructuration pour (36,4) millions d’euros correspondant principalement aux coûts relatifs aux réorganisations en France et en Allemagne ;
— l’impact de trésorerie des activités non poursuivies pour (32,3) millions d’euros ;
— des commissions financières pour (1,7) millions d’euros, des coûts d’acquisition pour (2,0) millions d’euros ; et
— autres éléments pour le solde.

90 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

TABLEAU DE RAPPROCHEMENT ENTRE CASH-FLOW DES OPÉRATIONS ET LE FREE CASH-FLOW


En millions d’euros 2018

Cash-flow des opérations 462,4


Impôts payés (61,5)
Intérêts financiers nets versés (55,5)
Autres (1) (57,1)
Free cash-flow 288,3
(1) Inclut l’impact sur la trésorerie des coûts de restructuration, des activités non poursuivies.

4.1.1.13 CROISSANCE ORGANIQUE en 2018 à l’occasion du refinancement du contrat de crédit mis en


place lors de son introduction en Bourse ainsi que par emprunts
Dans le cadre du présent chapitre du présent Document de référence, obligataires. En mars 2017, dans le cadre de l’acquisition de SAG
le Groupe présente notamment l’évolution de sa production en (voir le paragraphe 4.1.3 du présent Document de référence), la
termes de croissance organique. Société a ainsi procédé à l’émission d’un emprunt obligataire d’un
La croissance organique correspond à la production réalisée au montant de 600 000 000 euros, aux fins principalement de financer
cours des douze mois de l’exercice n par l’ensemble des sociétés du ladite acquisition. Les obligations, d’une maturité de 7 ans et portant
périmètre de consolidation du Groupe au titre de l’exercice clos au intérêt à 3,125 % l’an, ont été admises aux négociations sur le
31 décembre de l’année n-1 (à l’exclusion de toute contribution des marché réglementé d’Euronext Paris (code ISIN FR0013245263).
sociétés éventuellement acquises durant l’exercice n) par rapport En application de l’article 28-1 du règlement (CE) n°809/2004, les
à la production réalisée au cours des douze mois de l’exercice n-1 informations relatives à la trésorerie et aux capitaux du Groupe
par les mêmes sociétés, indépendamment de leur date d’entrée pour l’exercice clos le 31 décembre 2017 figurant au chapitre 10
dans le périmètre de consolidation du Groupe. « Trésorerie et capitaux du Groupe » du Document de Référence 2017
sont incluses par référence dans le présent Document de référence.

4.1.2 CASH-FLOW ET STRUCTURE 4.1.2.1 RESSOURCES FINANCIÈRES ET PASSIFS


FINANCIÈRE FINANCIERS

INTRODUCTION
4.1.2.1.1 Aperçu
Par le passé, le Groupe a eu principalement recours aux sources
de financement suivantes :
4
Les principaux besoins de financement du Groupe incluent ses
besoins en fonds de roulement, ses dépenses d’investissement ● les flux nets de trésorerie générés par l’activité, qui se sont élevés
(notamment les acquisitions), ses paiements d’intérêts et ses respectivement à 297,4 millions d’euros et 365,6 millions d’euros
remboursements d’emprunts. pour les exercices clos les 31 décembre 2017 et 2018 ;
La principale source de liquidités régulières du Groupe est ● la trésorerie disponible avec la trésorerie totale et les
constituée de ses flux de trésorerie opérationnels. La capacité équivalents de trésorerie incluant les actifs détenus en vue de
du Groupe à générer à l’avenir de la trésorerie par ses activités la vente aux 31 décembre 2017 et 2018 se sont respectivement
opérationnelles dépendra de ses performances opérationnelles élevés à 520,1 millions d’euros et 779,8 millions d’euros (voir
futures, elles-mêmes dépendantes, dans une certaine mesure, la note 4 de l’annexe aux comptes consolidés pour l’exercice
de facteurs économiques, financiers, concurrentiels, de marchés, clos le 31 décembre 2018 inclus au paragraphe 4.4.1 du présent
réglementaires et autres, dont la plupart échappent au contrôle Document de référence) ;
du Groupe, (notamment les facteurs de risques au paragraphe 2.1 ● l’endettement, qui comprend le Contrat de Crédit Senior,
« Facteurs de risques » du présent Document de référence). Le l’emprunt obligataire émis dans le cadre de l’acquisition de SAG,
Groupe utilise sa trésorerie et ses équivalents de trésorerie pour les emprunts directs auprès des banques et autres prêteurs,
financer ses besoins courants. La trésorerie du Groupe est libellée le programme de titrisation (voir le paragraphe 4.1.2.1.2.1 du
en euros. présent Document de référence), les intérêts courus sur le Contrat
Le Groupe se finance également par le recours à l’endettement, de Crédit Senior et l’emprunt obligataire ainsi que les lignes de
essentiellement dans le cadre du Contrat de Crédit Senior conclu crédit bancaire à court terme.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 91


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

4.1.2.1.2 Passifs Financiers


Les passifs financiers du Groupe s’élevaient respectivement à 2 067,5 millions d’euros et 2 128,9 millions d’euros aux 31 décembre 2017
et 2018. Le tableau ci-après présente la répartition de la dette brute du Groupe aux dates indiquées :

En millions d’euros Au 31 décembre 2018 Au 31 décembre 2017

EMPRUNTS AUPRÈS DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDITS


Emprunt obligataire – acquisition SAG (maturité 22 mars 2024) 600,0 600,0
Tranche A du Contrat de Crédit Senior 1 200,0 1 125,0
Revolving (maturité 11 mai 2020) - -
Autres 11,4 0,7
Capitalisation des frais d’emprunts (18,2) (13,9)
Titrisation 298,7 298,4
DÉCOUVERT BANCAIRES
Découvert bancaires 3,0 18,8
Intérêts courus sur les découverts bancaires 0,2 0,1
AUTRES EMPRUNTS ET DETTES FINANCIÈRES
Locations financières 17,7 21,2
Intérêts courus sur emprunt 14,7 14,9
Autres emprunts et dettes financières 1,4 2,2
Instruments financiers dérivés 0,1 0,1
ENDETTEMENT FINANCIER 2 128,9 2 067,5

Aux 31 décembre 2018 et 2017, le ratio dette nette/EBITDA du Les ratios ci-dessus sont calculés sur la base d’un EBITDA ajusté.
Groupe s’élevait respectivement à 3,0 x et 3,3x (1). L’EBITDA ajusté représente le résultat dégagé sur 12 mois par les
opérations pérennes du Groupe avant impôt et résultat financier
Au 31 décembre 2018, le Groupe respecte l’intégralité de ses
y compris l’effet sur 12 mois des acquisitions. Il se calcule avant
covenants au titre des contrats de financement décrits dans la
amortissement des immobilisations et des goodwills affectés.
présente section.

Le tableau ci-après présente le rapprochement entre l’EBITA et l’EBITDA ajusté pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 :

En millions d’euros Au 31 décembre 2018 Au 31 décembre 2017

EBITA Groupe 400,0 388,0


Amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles (hors goodwills affectés) 52,6 51,4
EBITDA 452,6 439,4
Ajustement (effet 12 mois des acquisitions) 1,1 18,9
EBITDA ajusté 453,7 458,3

L’ajustement de 2017 comprenait 17 millions de synergies liées à l’intégration de SAG.

(1) Sur la base des comptes de gestion des entités acquises pour les périodes comprises entre le 1er janvier 2018 et leurs dates d’acquisition respectives.

92 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

Le tableau ci-après présente le passage de la ventilation des passifs financiers au 31 décembre 2018 :

Total au Total au
En milliers d’euros 31 décembre 2018 Diminution Augmentation 31 décembre 2017

EMPRUNTS AUPRÈS DES


ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT
Emprunt obligataire 600 000 - - 600 000
Tranche A du Contrat de Crédit Senior
(maturité 11 juin 2020) - (1 125 000) - 1 125 000
Tranche A du Contrat de Crédit Senior
(maturité 7 juin 2023) 1 200 000 - 1 200 000 -
Revolving (maturité 11 mai 2020) - - - -
Revolving (maturité 7 juin 2023) - - - -
Autres 11 351 - 10 648 703
Capitalisation des frais d’emprunts (18 239) 10 608 (14 979) (13 868)
Titrisation 298 658 - 288 298 370
DÉCOUVERTS BANCAIRES
Découverts bancaires 3 019 (15 749) - 18 768
Intérêts courus sur les découverts 166 30 136
AUTRES EMPRUNTS ET DETTES
FINANCIÈRES
Locations financières 17 675 (3 506) 21 181
Intérêts courus sur emprunts 14 733 (164) - 14 897
Autres emprunts et dettes financières 1 432 (720) - 2 152
Instruments financiers dérivés 76 (64) - 140
ENDETTEMENT FINANCIER 2 128 871 (1 134 595)

Les principaux éléments constituant les passifs financiers du Groupe sont détaillés ci-après.
1 195 987 2 067 479
4
4.1.2.1.2.1 Contrat de Crédit Senior ● une ligne de crédit revolving (le « Contrat de Crédit Revolving »)
Dans le cadre du refinancement de l’endettement de la Société, d’un montant de 600 millions d’euros, d’une maturité de cinq ans
au titre de la convention de crédit senior conclue par la Société à compter du 7 juin 2018, non utilisée au titre de l’exercice clos
lors de son introduction en Bourse en 2015, SPIE SA a conclu le le 31 décembre 2018.
7 juin 2018 en qualité d’emprunteur, un Senior Credit Facilities
Intérêts et Frais
Agreement (le « Contrat de Crédit Senior ») avec un syndicat de
banques internationales (les « Prêteurs »), dont BNP Paribas, Crédit Les prêts contractés en vertu du Contrat de Crédit Senior portent
Agricole Corporate and Investment Bank, HSBC France, ING Bank NV intérêt à un taux variable indexé sur l’Euribor dans le cas d’avances
(agissant à travers sa filiale française), Natixis et Société Générale libellées en euros, sur le LIBOR dans le cas d’avances libellées dans
Corporate and Investment Bank agissant en tant que banques une devise autre que l’euro, et sur tous taux de référence approprié
coorganisatrices (Global Coordinators). dans le cas d’avances libellées en couronnes norvégiennes,
suédoises, danoises ou francs suisse, majoré dans chaque cas de
Lignes de crédit la marge applicable. Les marges applicables sont les suivantes :
Le Contrat de Crédit Senior prévoit deux lignes de crédit d’un ● pour la tranche A : entre 2,25 % et 1,25 % par an, selon le niveau
montant total de 1 800 millions d’euros se décomposant de la du ratio d’endettement du Groupe au cours du dernier exercice
manière suivante : clos ; et
● une convention de prêt à terme de premier rang (la ● pour le Contrat de Crédit Revolving : entre 1,95 % et 0,85 % par
« Tranche A ») d’un montant de 1 200 millions d’euros, entièrement an, selon le niveau du ratio d’endettement du Groupe au cours
tiré, d’une maturité de cinq ans à compter du 7 juin 2018 ; et du dernier exercice clos.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 93


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

Le tableau ci-dessous présente l’échelonnement des taux de chacune des lignes de crédit en fonction du ratio dette nette/EBITDA du Groupe.
Au 31 décembre 2018, le ratio dette nette/EBITDA du Groupe s’élevait à 2,97x :

Ratio de levier (dette nette/EBITDA) Contrat de Crédit Revolving Tranche A

>4,0x 1,95 % 2,25 %


≤4,0x et >3,5x 1,60 % 2,00 %
≤3,5x et >3,0x 1,30 % 1,70 %
≤3,0x et >2,50x 1,15 % 1,55 %
≤2,5x et >2,00x 1,00 % 1,40 %
≤2,0x 0,85 % 1,25 %

Sûretés Cas d’exigibilité anticipée


Le Contrat de Crédit Senior ne contient pas d’obligations pour le Le Contrat de Crédit Senior prévoit un certain nombre de cas
Groupe de constituer des sûretés. d’exigibilité anticipée relativement usuels pour ce type de
financement, incluant notamment les défauts de paiement, la
Garanties cessation d’activité, le non-respect des engagements financiers
Le Contrat de Crédit Senior ne contient pas d’obligations pour le ou de toute autre obligation ou déclaration, des défauts croisés,
Groupe de constituer des garanties. certains cas d’amortissement anticipé dans le cadre du Programme
de Titrisation, une procédure d’insolvabilité, un contentieux
Engagements et clauses restrictives significatif ou l’existence de réserves par les Commissaires aux
comptes du Groupe sur la continuité de l’activité.
Le Contrat de Crédit Senior contient certains engagements de ne
pas faire, notamment ne pas: 4.1.2.1.2.2 Emprunt obligataire à échéance 2024
● procéder à un changement de la nature de l’activité du Groupe ; Le 22 mars 2017, dans le cadre de l’acquisition de SAG (voir le
● supporter un endettement financier supplémentaire ; paragraphe 4.1.3 du présent Document de référence), la Société
a procédé à l’émission d’un emprunt obligataire d’un montant
● fournir des aides financières illégales ;
de 600 000 000 euros, aux fins principalement de financer ladite
● réaliser des fusions (à l’exception de celles qui n’impliquent pas acquisition. Les obligations ont une maturité de 7 ans (échéance le
la Société elle-même) ; 22 mars 2024) et portent un coupon annuel de 3,125 %. Elles ont
● céder des actifs. été admises aux négociations sur le marché réglementé d’Euronext
Le Contrat de Crédit Senior contient également des engagements Paris sous le code ISIN FR0013245263 et sont notées BB par
de faire comme le maintien de polices d’assurance, le paiement des l’agence de notation Standard & Poor’s Ratings Services et Ba3
taxes et impôts applicables, la conformité avec les lois applicables, par l’agence de notation Moody’s Investors Service. Cet emprunt
le maintien de l’emprunt à son rang. obligataire est garanti par 17 filiales de la Société. En outre, les
modalités des Obligations prévoient notamment une clause de
Enfin, le Contrat de Crédit Senior impose le respect d’engagements changement de contrôle qui permet à chaque porteur d’Obligations
financiers, notamment le maintien de certains ratios financiers, qui de demander le remboursement anticipé ou, au choix de la Société,
limiteront considérablement le montant de la dette pouvant être le rachat de ses Obligations en cas de changement de contrôle de
contractée par les membres du Groupe. En particulier, le Groupe la Société (prise de contrôle de la Société par une personne ou un
est tenu de maintenir un ratio d’effet de levier (défini comme le groupe de personnes agissant de concert).
rapport entre le montant total de la dette nette et l’EBITDA) de
4,50 : 1 jusqu’au 31 décembre 2018 (inclus), de 4,00 : 1 jusqu’au 4.1.2.1.2.3 Programme de Titrisation de Créances
31 décembre 2019 (inclus) : 1 par la suite et qui est calculé tous
Dans le cadre de leurs activités, SPIE SA et certaines de ses filiales
les ans en prenant en compte le montant total de la dette nette à
françaises et belges (ensemble, les « Cédants ») et SPIE Operations,
cette date et l’EBITDA ayant prévalu sur une période continue de
en qualité d’agent centralisateur, ont mis en place le 17 avril 2007 un
douze mois.
programme de titrisation de créances qui utilise un fonds commun
de créances (le « FCC »). Le FCC a été constitué par Paris Titrisation
Cas de remboursement obligatoire anticipé
en qualité de société de gestion et Société générale agissant en tant
La dette contractée en vertu du Contrat de Crédit Senior est que dépositaire (le « Programme de Titrisation »).
automatiquement remboursable (sous réserve de certaines
Le Programme de Titrisation a été renouvelé en 2015 aux conditions
exceptions) en tout ou partie en cas de survenance de certains
suivantes :
évènements habituels, tels qu’un changement de contrôle, une vente
de tout ou d’une partie substantielle de l’activité ou des actifs du ● durée du programme de 5 années à compter du 11 juin 2015 (sauf
Groupe, le non-respect de la législation en vigueur. survenance d’un cas de résiliation anticipée ou d’une résiliation
amiable) ;
L’endettement contracté en vertu du Contrat de Crédit Senior peut
également être volontairement remboursé par anticipation par les ● montant maximum du financement de 300 millions d’euros avec
emprunteurs en tout ou partie, sous réserve de montants minimums possibilité de porter le financement jusqu’à 450 millions d’euros.
et du respect d’un délai de préavis.

94 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

Les principales caractéristiques du Programme de Titrisation tel qu’en vigueur au 31 décembre 2018 sont résumées dans le tableau
ci-dessous.

Montant du Encours des Montant brut des


financement au créances titrisées au créances titrisées au
Cédants Devises 31 décembre 2018 31 décembre 2018 31 décembre 2018 Échéance Taux d’intérêt
Coûts du
Certaines entités financement du
françaises et papier commercial/
belges du groupe Euribor/EONIA
SPIE Euro 300,0 millions 298,7 millions 558,2 millions Juin 2020 +Marge + Frais

Depuis juin 2014, les parties prenantes au programme de titrisation 4.1.2.2 PRÉSENTATION ET ANALYSE DES
sont convenues de placer le FCC sous le régime des fonds commun PRINCIPALES CATÉGORIES D’UTILISATION
de titrisation (« FCT »). Le FCT constitue un fond commun de DE LA TRÉSORERIE DU GROUPE
titrisation régi par les articles L. 214-167 à L.214-186 et R.214-
217 à R.214-235 du Code monétaire et financier. 4.1.2.2.1 Dépenses d’investissement
Le FCT est un fonds commun de créances de droit français et Les dépenses d’investissement du Groupe se répartissent entre
ne fait pas partie du Groupe. Le FCT, avant la survenance d’un les catégories suivantes :
cas de défaut, acquiert les créances auprès des Cédants (sous
réserve de leur conformité aux critères d’éligibilité) à la valeur ● les acquisitions de nouvelles sociétés dans le cadre de la politique
faciale des créances. Avant la survenance d’un cas de défaut, les de croissance externe du Groupe ;
encaissements relatifs aux créances continuent d’être versés ● le renouvellement des immobilisations corporelles et
par les clients sur des comptes d’affectation spéciale de l’entité incorporelles, notamment le matériel ; et
cédante et sont virés périodiquement sur le compte bancaire du FCT ● l’investissement, net du produit de cessions, en actifs financiers,
(sous réserve de compensation avec le prix de cession dû pour les les variations des prêts et les avances accordées et les dividendes
créances nouvellement cédées, sauf en cas de défaut). Les Cédants, reçus.
en leur qualité de recouvreurs des créances cédées au FCT, restent
Les dépenses d’investissement du Groupe pour les exercices clos les
notamment responsables du versement des encaissements et de
31 décembre 2017 et 2018 se sont élevées à 219,3 millions d’euros
la gestion des impayés et arriérés relatifs aux créances.
et 14,0 millions d’euros respectivement. Cette diminution s’explique
Le FCT se finance au moyen (i) de l’émission de titres qui sont
4
d’une part par moins d’acquisitions et d’autre part par le produit
souscrits par des entités qui procèdent à l’émission de papier de la cession des activités au Maroc. Pour plus d’informations
commercial (lesquelles bénéficient de lignes de liquidité octroyées concernant les dépenses d’investissements historiques, en cours
par des institutions financières) et (ii) pour la partie qui n’est pas de réalisation et futures du Groupe, voir le paragraphe 4.1.3 du
financée par lesdites institutions financières, indirectement par présent Document de référence.
SPIE Operations.
Le Programme de Titrisation (destiné à financer l’achat des créances 4.1.2.2.2 Paiement d’intérêts et remboursement
nouvellement générées), arrivera à échéance le 11 juin 2020, sous d’emprunts
réserve du renouvellement annuel de la ligne de liquidité octroyée Une partie importante des flux de trésorerie du Groupe est affectée
par l’institution financière dans le cadre du programme d’émission de au service et au remboursement de son endettement. Le Groupe
papier commercial adossé. Le Programme de Titrisation est soumis a versé des intérêts d’un montant de 47,5 millions d’euros et
à l’absence de survenance de certains événements de nature à 59,0 millions d’euros, respectivement, au cours des exercices
empêcher le financement à venir de créances nouvellement cédées clos les 31 décembre 2017 et 2018. Il a par ailleurs versé, au titre
et le remboursement anticipé du montant en principal existant de du remboursement de ses emprunts, 513,3 millions d’euros et
la dette financière résultant du Programme de Titrisation. Ces 1 497,9 millions d’euros, respectivement, au cours des exercices
événements comprennent notamment des événements relatifs clos les 31 décembre 2017 et 2018.
au rendement des créances, le manquement à des engagements
financiers prévus par le Contrat de Crédit Senior, un volume restreint 4.1.2.2.3 Financement des besoins en fonds
de créances titrisées et à une clause d’exigibilité anticipée au titre du de roulement
Contrat de Crédit Senior ou faisant suite à la résiliation du Contrat Le besoin en fonds de roulement correspond principalement à la
de Crédit Senior, ou à un endettement dépassant la somme de valeur des stocks augmentée des créances clients et des autres
250 millions d’euros. créances opérationnelles et diminuée des dettes fournisseurs et
Le recours direct contre les Cédants est limité au rachat des des autres dettes opérationnelles.
créances concernées qui sont cédées au FCT au titre de la garantie Le besoin en fonds de roulement du Groupe a été négatif pour
ainsi qu’au paiement d’une indemnité s’agissant des créances pour les exercices clos les 31 décembre 2017 et 2018 contribuant
lesquelles une dévalorisation est intervenue (dont notamment une significativement au financement de l’activité notamment grâce à
diminution de la valeur des créances en raison de remboursements, la faiblesse de ses stocks, à la structure des contrats conclus avec
de crédit ou de compensations). Le programme et/ou l’institution ses clients et à sa politique dynamique en termes de facturation et
financière ayant octroyée la ligne de liquidité bénéficie également de recouvrement des créances.
de réserves de trésorerie fournies par SPIE Operations au moyen
d’un rehaussement de crédit. Le besoin en fonds de roulement s’est élevé à (458,4) millions d’euros
au 31  décembre  2017, et à (587,6)  millions  d’euros au
31 décembre 2018.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 95


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

4.1.2.3 FLUX DE TRÉSORERIE CONSOLIDÉS

4.1.2.3.1 Flux de trésorerie du Groupe pour les exercices clos les 31 décembre 2017 et 2018
Le tableau ci-dessous résume les flux de trésorerie du Groupe pour les exercices clos les 31 décembre 2017 et 2018 :

Exercice clos au 31 décembre


En millions d’euros 2018 2017
Flux de trésorerie net généré par l’activité 365,6 297,4
Flux de trésorerie net lié aux opérations d’investissement 14,0 219,3
Flux de trésorerie net lié aux opérations de financement 93,7 60,1
Incidence de la variation des taux de change et des changements de principes comptables 1,8 (16,4)
VARIATION NETTE DE TRÉSORERIE 259,6 1,6

4.1.2.3.2 Flux de trésorerie net généré par l’activité


Le tableau suivant présente les éléments des flux de trésorerie du Groupe résultant de l’activité au titre des exercices clos les 31 décembre 2017
et 31 décembre 2018 :

Exercice clos au 31 décembre


En millions d’euros 2018 2017
Capacité d’autofinancement 283,3 378,9
Impôts payés (61,5) (62,4)
Incidence de la variation du besoin en fonds de roulement 143,3 (19,5)
Dividendes reçus des sociétés mises en équivalence 0,4 0,4
FLUX DE TRÉSORERIE NET GÉNÉRÉ PAR L’ACTIVITÉ 365,6 297,4

Les flux de trésorerie générés par l’activité se sont élevés à ainsi que la Contribution sur la Valeur Ajoutée des Entreprises
297,43 millions d’euros pour l’exercice clos au 31 décembre 2017 et (CVAE) en France.
à 365,6 millions d’euros pour l’exercice clos au 31 décembre 2018.
Le montant des impôts payés au titre de l’exercice clos au
Cette augmentation de 68,2  millions  d’euros provient pour
31  décembre  2018 s’est élevé à 61,5  millions  d’euros, soit
l’essentiel de la variation du besoin en fonds de roulement qui
0,9 millions d’euros de moins qu’au cours de l’exercice clos le
passe de (19,5) millions d’euros en 2017 à 143,3 millions d’euros
31 décembre 2017. Cette évolution s’explique pour l’essentiel
en 2018, compensée partiellement par une diminution de la capacité
par une diminution de 6,3  millions  d'euros d’impôts sur les
d’autofinancement qui passe de 378,9 millions d’euros en 2017 à
sociétés acquittés en 2018 et compensée par une augmentation
283,3 millions d’euros en 2018.
de 5,4 millions d’euros de CVAE payée en 2018 par rapport à
l’année 2017 qui avait été impactée d’une baisse ponctuelle des
Capacité d’autofinancement taux de taxation pratiqués.
La capacité d’autofinancement s’est élevée à 378,9 millions d’euros
et 283,3 millions d’euros au cours des exercices clos respectivement Variation du besoin en fonds de roulement lié à l’activité
aux 31 décembre 2017 et 31 décembre 2018. Cette variation tient
La variation du besoin en fonds de roulement lié à l’activité a
principalement à l’évolution du résultat opérationnel courant
représenté une augmentation de trésorerie de 143,3 millions d’euros
en  2018 après élimination des produits et charges calculés
au titre de l’exercice clos au 31 décembre 2018 contre une diminution
(amortissements et provisions).
de trésorerie de 19,5 millions d’euros au titre de l’exercice clos au
31 décembre 2017, soit une différence de 162,8 millions d’euros
Impôts payés entre les deux exercices (voir la note 19 de l’annexe aux comptes
Les impôts payés comprennent l’impôt sur les sociétés payé dans consolidés pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 inclus au
toutes les zones géographiques dans lesquelles le Groupe opère, paragraphe 4.4.1 du présent Document de référence).

96 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

4.1.2.3.3 Flux de trésorerie net lié aux opérations d’investissement


Le tableau suivant présente les éléments des flux de trésorerie liés aux opérations d’investissement pour les exercices clos les
31 décembre 2017 et 31 décembre 2018.

Exercice clos au 31 décembre


En millions d’euros 2018 2017
Incidence des variations de périmètre 32,0 (185,6)
Acquisition d’immobilisations corporelles et incorporelles (53,1) (44,8)
Acquisition d’actifs financiers - (0,1)
Variation des prêts et avances consentis 1,5 2,5
Cession d’immobilisations corporelles et incorporelles 5,6 8,7
Cession d’actifs financiers - -
Dividendes reçus - -
FLUX DE TRÉSORERIE NET LIÉ AUX OPÉRATIONS D’INVESTISSEMENT (14,0) (219,3)

Les flux de trésorerie liés aux opérations d’investissement clos au 31 décembre 2018 contre une sortie de 44,8 millions d’euros
représentent une sortie de trésorerie de 14,0 millions d’euros au au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2017.
cours de l’exercice clos au 31 décembre 2018 et une sortie de
En  2018, les acquisitions d’immobilisations corporelles
trésorerie de 219,3 millions d’euros au cours de l’exercice clos
ont représenté un montant de 44,7  millions  d’euros contre
au 31 décembre 2017. Cette variation de 205,3 millions d’euros
38,8 millions d’euros en 2017.
s’explique essentiellement par une diminution de l’incidence des
variations de périmètre de consolidation de 217,6 millions d’euros, En  2018, les acquisitions d’immobilisations incorporelles
une augmentation des acquisitions d’immobilisations corporelles et ont représenté un montant de 8,3   millions  d’euros contre
incorporelles de 8,3 millions d’euros et une diminution des cessions 6,0 millions d’euros en 2017.
d’immobilisations corporelles et incorporelles. Ces investissements représentent pour l’essentiel les coûts de
d’implémentation de logiciels d’optimisation des processus de
Incidence des variations de périmètre gestion et de contrôle.
L’incidence des variations de périmètre a conduit à une sortie de
trésorerie de 185,6 millions d’euros et à une entrée de trésorerie
nette de 32,0  millions  d’euros au cours des exercices clos
respectivement aux 31 décembre 2017 et 31 décembre 2018.
Variation des prêts et avances consentis
La variation des prêts et avances consentis a représenté une entrée
4
de trésorerie de 1,5 million d’euros au titre de l’exercice clos au
La sortie de trésorerie pour l’exercice 2017 s’explique principalement 31 décembre 2018, contre un accroissement de trésorerie de
par l’acquisition du groupe SAG, Luck et PMS en Allemagne, des 2,5 millions d’euros au titre de l’exercice clos au 31 décembre 2017.
sociétés MMC, S-Cube, JM Electricité et Probia en France, des Ces changements proviennent principalement de la variation des
sociétés AD Bouman, Mer Ict, Ziut, Alewijnse retail et Inmeco aux créances financières relatives aux contrats de Partenariat Public-
Pays-Bas, ainsi que par des compléments de prix payés au titre de Privé.
sociétés acquises antérieurement.
L’entrée de trésorerie nette pour l’exercice  2018 s’explique Cession d’immobilisations corporelles et incorporelles
principalement par le produit de la cession des activités au Maroc La trésorerie générée par la cession d’immobilisations corporelles
et l’acquisition de la société Systémat en Belgique, des sociétés et incorporelles a diminué de 3,2 millions d’euros, passant de
Fluigetec et Buchet en France, ainsi que par des compléments de 8,7 millions d’euros au titre de l’exercice clos au 31 décembre 2017 à
prix payés au titre de sociétés acquises antérieurement. 5,5 millions d’euros au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018.

Acquisition d’immobilisations corporelles et incorporelles La variation de 5,5 millions d’euros constatée sur l’exercice 2018


s’explique par le montant des cessions d’immobilisations
L’acquisition d’immobilisations corporelles et incorporelles a conduit corporelles.
à une sortie de trésorerie 53,1 millions d’euros au titre de l’exercice

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 97


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

4.1.2.3.4 Flux de trésorerie net générés par opérations de financement


Le tableau suivant présente les éléments des flux de trésorerie consolidés liés aux opérations de financement au titre des exercices clos
aux 31 décembre 2017 et 31 décembre 2018.

Exercice clos au 31 décembre


En millions d’euros 2018 2017
Augmentation de capital 20,4 -
Emission d’emprunts 1 531,9 607,3
Remboursement d’emprunts (1 498,0) (513,3)
Intérêts financiers nets versés (59,0) (47,5)
Dividendes payés aux actionnaires du groupe (88,1) (106,3)
Dividendes payés aux minoritaires (1,0) (0,3)
Autres flux liés aux opérations de financement - -
FLUX DE TRÉSORERIE NET LIÉ AUX OPÉRATIONS DE FINANCEMENT (93,7) (60,1)

La trésorerie nette provenant des opérations de financement Remboursements d’emprunts


représentait un décaissement net de 93,7 millions d’euros au cours
Les remboursements d’emprunts ont conduit à des
de l’exercice clos au 31 décembre 2018 contre un décaissement
décaissements nets d’un montant de 513,3 millions d’euros et
net de 60,1  millions  d’euros au titre de l’exercice clos au
1 498,0 millions d’euros au cours des exercices clos respectivement
31 décembre 2017.
aux 31 décembre 2017 et 31 décembre 2018.
Les principales évolutions de l’exercice 2018 s’expliquent par le
En  2017, la trésorerie décaissée pour les remboursements
refinancement de la dette du Groupe en date du 7 juin 2018. Un
d’emprunts d’un montant de 513,3  millions  euros s’explique
nouveau contrat de Credit Senior « Facility A » (maturité 7 juin
essentiellement par le remboursement d’emprunts pour un
2023), pour un montant de 1 200 millions d’euros de nominal a été
montant de 471,8 millions d’euros figurant au bilan de SAG à
tiré et l’emprunt à terme « Facility A » (maturité 11 juin 2020) de
date de prise de contrôle, par le remboursement d’emprunts d’un
1 125 millions d’euros a été remboursé par anticipation. La variation
montant de 25,9 millions d’euros figurant au bilan de la société
de l’exercice 2018 s’explique également par l’augmentation de capital
Luck à date d’acquisition, par le paiement de locations financières
de 20,4 millions d’euros résultant du plan d’actionnariat salarié, et
pour un montant de 9,4 millions d’euros et les remboursements de
par une diminution des dividendes payés de 18,2 millions d’euros
prêts bancaires liés aux activités opérationnelles courantes pour
comparativement à l’année 2017 au cours duquel un acompte sur
6,2 millions d’euros.
dividendes avait été payé pour la première fois en supplément des
dividendes 2016 payés intégralement cette même année 2017. En  2018, la trésorerie décaissée pour les remboursements
d’emprunts d’un montant de 1 498,0 millions euros s’explique
Augmentation de capital essentiellement par le remboursement anticipé de l’emprunt à
terme « Facility A » (maturité 11 juin 2020) de 1 125 millions d’euros
Il n’y a pas eu d’augmentation de capital au cours de l’exercice clos
dans le cadre du refinancement de la dette du Groupe, par les tirages
le 31 décembre 2017, comparativement à l’augmentation de capital
du « Revolving Credit Facility » à hauteur de 340 millions d’euros
de 20,4 millions d’euros pour l’exercice clos le 31 décembre 2018,
et intégralement remboursés au 31  décembre  2018, par le
résultant de la mise en place du plan d’actionnariat salarié SHARE
remboursement d’emprunts pour un montant de 8,1 millions d’euros
FOR YOU 2018.
figurant au bilan de Systemat en Belgique à date de prise de
contrôle, par le paiement de locations financières pour un
Émissions d’emprunts
montant de 21,9 millions d’euros et les remboursements de prêts
La trésorerie consolidée générée par les émissions d’emprunts bancaires liés aux activités opérationnelles courantes à hauteur
s’est élevée à 607,3 millions d’euros et 1 531,9 millions d’euros au de 3,0 millions d’euros.
cours des exercices clos respectivement aux 31 décembre 2017
et 31 décembre 2018. Intérêts financiers nets versés
En  2017, la trésorerie générée par les émissions d’emprunts Les intérêts financiers nets versés ont conduit à des décaissements
correspond à l’emprunt obligataire d’un montant de d’un montant de 47,5 millions d’euros et 59,0 millions d’euros au
600 millions d’euros émis le 22 mars 2017, aux fins principalement cours des exercices clos respectivement aux 31 décembre 2017
de financer l’acquisition de SAG en Allemagne et par l’augmentation et 31 décembre 2018.
du tirage sur le programme de titrisation des créances clients.
En 2017, les intérêts nets payés au titre de la Tranche A du Contrat
En  2018, la trésorerie générée par les émissions d’emprunts de Crédit Senior du 15 mai 2015 s’élèvent à 26,0 millions d’euros.
correspond essentiellement au refinancement de la dette du Groupe. Les intérêts payés au titre du Contrat de Crédit Revolving s’élèvent
SPIE SA a signé en date du 7 juin 2018 un nouveau contrat de Credit à 3,8 millions d’euros. Les autres intérêts payés concernent le
Senior « Facility A » (maturité 7 juin 2023), pour un montant de programme de titrisation pour un montant de 2,5 millions d’euros,
1 200 millions d’euros de nominal, ainsi qu’un « Revolving Credit ainsi que les intérêts payés sur les découverts bancaires et les
Facility » de 600 millions d’euros tirés et remboursés à hauteur de locations financières.
340 millions au cours de l’exercice 2018.
En 2018, les intérêts nets payés au titre de la Tranche A du Contrat
de Crédit Senior du 15 mai 2015 s’élèvent à 12,5 millions d’euros.
Les intérêts nets payés au titre de la tranche A du Contrat de

98 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Analyse des résultats consolidés

Crédit Senior du 7 juin 2018 s’élèvent à 11,7 millions d'euros. Les concentre principalement sur le service aux réseaux de transport
intérêts payés au titre du Contrat de Crédit Revolving du 15 mai 2015 et de distribution d’énergie. Les compétences techniques de SAG
s’élèvent à 1,4 million d’euros. Les intérêts payés au titre du Contrat couvrent l’ensemble de la chaîne de valeur des infrastructures
de Crédit Revolving du 7 juin 2018 s’élèvent à 1,8 million d’euros. Les d’énergie, y compris le design, l’ingénierie et l’installation ; la société
autres intérêts payés concernent le programme de titrisation pour un offre également un éventail complet de services d’asset-support. SAG
montant de 2,5 millions d’euros, ainsi que les intérêts payés sur les est leader sur son marché en Allemagne, où elle génère près de 75 %
découverts bancaires et les locations financières. Les intérêts payés de son chiffre d’affaires, et dispose d’une présence forte en Slovaquie,
au titre de l’emprunt obligataire s’élèvent à 18,8 millions d’euros. en République Tchèque, en Pologne, en Hongrie et en France. Elle
emploie environ 8 000 collaborateurs hautement qualifiés répartis
Dividendes payés aux minoritaires sur plus de 170 implantations, dont 120 en Allemagne. L’acquisition
Le Groupe a payé des dividendes aux minoritaires d’un montant de s’est effectuée sur une valorisation d’environ 850 millions d’euros.
0,3 million d’euros et de 1,0 million d’euros pour les exercices clos L’acquisition de SAG a été financée par une émission obligataire
respectivement aux 31 décembre 2017 et 31 décembre 2018. de la Société d’un montant total de 600 millions d’euros réalisée
en mars 2017 (voir le paragraphe 4.1.2 du présent Document de
En 2017, les dividendes payés aux minoritaires concernent des référence). L’entrée de SAG dans le périmètre de consolidation du
filiales étrangères de SPIE Oil & Gas Services pour un montant de Groupe est effective depuis le 1er avril 2017, l’acquisition ayant été
0,3 million d’euros. réalisée le 31 mars 2017.
En 2018, les dividendes payés aux minoritaires concernent la filiale Par ailleurs, le Groupe a poursuivi en  2018 sa politique
française Buchet pour un montant de 0,5 million d’euros, deux filiales d’acquisitions bolt-on avec 5  acquisitions signées ou réalisées par
en Allemagne pour 0,4 million d’euros et des filiales étrangères de le Groupe, représentant une production acquise totale d’environ
SPIE Oil & Gas Services pour un montant de 0,1 million d’euros. 95 millions d’euros. À titre d’exemple, le Groupe a notamment réalisé
l’acquisition de la société Systemat en Belgique, spécialiste de la
gestion d’équipements, de logiciels et d’infrastructures ICT, générant
4.1.2.4 ÉCARTS D’ACQUISITIONS D’ACTIFS (GOODWILL)
un chiffre d’affaires de l’ordre de 70 millions d’euros et de Buchet, une
Au 31 décembre 2018, les écarts d’acquisition (goodwill) s’élevaient société spécialisée dans l’installation électrique et principalement
à 3 102,7 millions d’euros. active dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (France), qui a
généré un chiffre d’affaires d’environ 13 millions d’euros en 2017.
En outre, le Groupe a procédé à l’acquisition de Fluigetec en France,
4.1.2.5 OBLIGATIONS CONTRACTUELLES ET spécialiste de l’installation, du contrôle et de la maintenance des
ENGAGEMENTS HORS BILAN réseaux de distribution de gaz en milieu industriel, qui a réalisé une
Les obligations contractuelles et engagements hors bilan du Groupe production d’environ 2 millions d’euros en 2017, Siétar & Vti SAS en
sont présentés en note 24 de l’annexe aux comptes consolidés
de la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 inclus au
paragraphe 4.4.1 du présent Document de référence.
France, société spécialisée dans la tuyauterie et la chaudronnerie
industrielle pour les process liquides, qui a réalisé un chiffre d’affaires
d’environ 6 millions d’euros en 2017, et FLM Freileitungsmontagen
4
GmbH en Autriche, spécialiste dans la mise à disposition de
grimpeurs industriels pour la construction de lignes électriques
aériennes, qui génère une production d’environ 4 millions d’euros.
4.1.3 INVESTISSEMENTS Enfin, au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2018, le Groupe
a également réalisé plusieurs acquisitions de sociétés de taille
plus limitée qui ont généré un chiffre d’affaires compris entre 1 et
INVESTISSEMENTS RÉALISÉS EN 2017 ET 2018 6 millions d’euros en 2017.

En 2017, le Groupe a réalisé l’acquisition du groupe allemand SAG Au-delà des acquisitions de sociétés, le Groupe procède par
(« SAG »), un fournisseur de services et de systèmes pour les ailleurs chaque année à des acquisitions ou à du renouvellement
réseaux d’électricité, de gaz, d’eau et de télécommunications qui se d’immobilisations corporelles et incorporelles.

Le tableau ci-dessous détaille le montant total des investissements du Groupe au cours des deux derniers exercices :

Exercice clos le Exercice clos le


En millions d’euros 31 décembre 2018 31 décembre 2017

Incidence des variations de périmètre 31,9 (185,6)


Acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles (53,0) (44,8)
Acquisitions d’actifs financiers 0 (0,1)
TOTAL (21,1) (230,5)

Les modalités de financement de ces investissements sont détaillées au paragraphe 4.1.2 du présent Document de référence.

PRINCIPAUX INVESTISSEMENTS RÉALISÉS POST-CLÔTURE PRINCIPAUX INVESTISSEMENTS FUTURS


DE L’EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2018
Le Groupe entend poursuivre sa politique de croissance externe
Aucun investissement n'a été réalisé post-clôture de l'exercice clos dynamique afin de renforcer sa couverture de marché et élargir
le 31 décembre 2018. sa gamme d’offres, soit par des acquisitions de taille limitée, dans
les régions où il considère que son réseau n’est pas assez dense
ou dont la gamme de ses produits doit être complétée, soit par
des acquisitions plus importantes lui permettant d’étendre sa
couverture internationale ou de diversifier son offre.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 99


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Évènements postérieurs à la clôture

4.2 ÉVÈNEMENTS POSTÉRIEURS À LA CLÔTURE

À la connaissance de la Société, il n’est pas survenu de changement significatif de la situation financière ou commerciale du Groupe depuis
le 31 décembre 2018.

4.3 TENDANCES ET OBJECTIFS

OBJECTIFS DU GROUPE POUR L’EXERCICE CLOS Ces objectifs reposent principalement sur les hypothèses
LE 31 DÉCEMBRE 2019 suivantes pour 2019 :
● la poursuite des tendances observées en 2018 dans chacun des
marchés du Groupe ;
HYPOTHÈSES ● un taux de change de 1 euro pour 1,20 dollar américain et un taux
Les objectifs présentés ci-dessous sont fondés sur des données, des de change de 1 euro pour 0,89 GBP.
hypothèses et des estimations considérées comme raisonnables par Par ailleurs, ces objectifs ne prennent pas en compte l’impact de
le Groupe à la date du présent Document de référence. Ces données et l’application de la norme comptable IFRS 16, effective à partir de
hypothèses sont susceptibles d’évoluer ou d’être modifiées en raison l’exercice 2019.
des incertitudes liées notamment à l’environnement économique, Sur la base des hypothèses décrites ci-dessus, le Groupe se fixe
financier, concurrentiel, réglementaire et fiscal ou en fonction d’autres pour objectifs pour 2019 :
facteurs dont le Groupe n’aurait pas connaissance à la date du présent
Document de référence. En outre, la matérialisation de certains ● une croissance de sa production comprise entre 2,5 % et 4,5 % à
risques décrits au paragraphe 2.1 « Facteurs de risque » du présent change constant, y compris acquisitions « bolt-on » ;
Document de référence pourrait avoir un impact sur les activités, la ● un chiffre d’affaires annualisé total acquis au travers d’acquisitions
situation financière, les résultats ou les perspectives du Groupe et « bolt-on » de l’ordre de 200 millions d’euros ;
donc remettre en cause ces objectifs. Par ailleurs, la réalisation des ● une marge d’EBITA consolidée d’au moins 6,0 % ;
objectifs suppose le succès de la stratégie du Groupe. Le Groupe ne
prend donc aucun engagement ni ne donne aucune garantie quant à ● un ratio de Cash conversion autour de 100 % et une poursuite de
la réalisation des objectifs figurant à la présente section. la réduction de son levier financier.
S’agissant du dividende, le taux de distribution restera autour de
Le Groupe a construit ses objectifs pour l’exercice clos le 31 décembre
40 % du Résultat net ajusté (1) part du Groupe.
2019 conformément aux méthodes comptables appliquées dans les
comptes consolidés relatifs à l’exercice clos le 31 décembre 2018.

(1) Ajusté de l’amortissement du goodwill affecté et des éléments exceptionnels.

100 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

4.4 COMPTES CONSOLIDÉS


En application de l’article 28-1 du Règlement (CE) n°809/2004, les états financiers suivants sont incorporés par référence dans le présent
document de référence :
● les états financiers consolidés relatifs à l’exercice clos le 31 décembre 2017 ainsi que le rapport correspondants des commissaires aux
comptes, figurant au chapitre 20 « Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l’émetteur »
du document de référence de la Société enregistré par l’AMF le 26 avril 2018 sous le numéro R.18-023 ; et
● les états financiers consolidés relatifs à l’exercice clos le 31 décembre 2016 ainsi que le rapport correspondants des commissaires aux
comptes, figurant au chapitre 20 « Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l’émetteur »
du document de référence de la Société enregistré par l’AMF le 18 avril 2017 sous le numéro R.17-017.

SOMMAIRE

NOTE 1 INFORMATION GÉNÉRALE 107 NOTE 14 GOODWILLS 130

NOTE 2 PRINCIPES COMPTABLES 107 NOTE 15 IMMOBILISATIONS INCORPORELLES 132

NOTE 3 RÉSUMÉ DES PRINCIPES COMPTABLES NOTE 16 IMMOBILISATIONS CORPORELLES 134


SIGNIFICATIFS ET DES MODALITÉS
DE PRÉPARATION 108
NOTE 17 CAPITAUX PROPRES 136

NOTE 4 AJUSTEMENTS SUR EXERCICES ANTÉRIEURS 115


NOTE 18 PROVISIONS 136

NOTE 5 ÉVÈNEMENTS SIGNIFICATIFS DE LA PÉRIODE 115


NOTE 19 BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT 142

NOTE 6 ACQUISITIONS ET CESSIONS 116

NOTE 7 INFORMATION SECTORIELLE 119


NOTE 20 ACTIFS ET PASSIFS FINANCIERS

NOTE 21 GESTION DES RISQUES FINANCIERS


144

151
4
NOTE 8 AUTRES PRODUITS ET CHARGES OPÉRATIONNELS 121
NOTE 22 NOTES SUR LE TABLEAU DES FLUX
DE TRÉSORERIE 153
NOTE 9 COÛT DE L’ENDETTEMENT FINANCIER NET ET
AUTRES PRODUITS ET CHARGES FINANCIERS 124
NOTE 23 TRANSACTIONS AVEC LES PARTIES LIÉES 154

NOTE 10 IMPÔTS 124


NOTE 24 OBLIGATIONS CONTRACTUELLES
ET ENGAGEMENTS HORS BILAN 155
NOTE 11 ACTIFS EN COURS DE CESSION
ET ACTIVITÉS ABANDONNÉES 128
NOTE 25 HONORAIRES DES COMMISSAIRES AUX COMPTES 156

NOTE 12 RÉSULTAT PAR ACTION 129


NOTE 26 ÉVÈNEMENTS POSTÉRIEURS À LA CLÔTURE 157

NOTE 13 DIVIDENDES 130


NOTE 27 PÉRIMÈTRE DE CONSOLIDATION 158

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 101


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

4.4.1 COMPTES CONSOLIDÉS DU GROUPE AU TITRE DE L’EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2018

4.4.1.1 COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ


En milliers d’euros Notes 2018 2017

Produits des activités ordinaires 7 6 693 693 6 127 993


Autres produits de l’activité 56 029 56 612
Charges opérationnelles 8.1 (6 428 810) (5 864 742)
Résultat opérationnel courant 320 913 319 863
Autres charges opérationnelles (52 825) (67 922)
Autres produits opérationnels 11 004 11 123
Autres produits et charges opérationnels 8 (41 821) (56 798)
Résultat opérationnel 279 092 263 065
Profit/ (perte) des participations mises en équivalence (MEE) 7.1 489 490
Résultat opérationnel après quote-part du résultat net des MEE 279 581 263 555
Charges d’intérêts et pertes sur équivalents de trésorerie (66 825) (58 275)
Revenus des équivalents de trésorerie 560 581
Coût de l’endettement financier net 9 (66 265) (57 694)
Autres charges financières (47 793) (32 902)
Autres produits financiers 21 954 14 819
Autres produits et charges financiers 9 (25 838) (18 083)
Résultat avant impôt 187 478 187 778
Impôts sur les résultats 10 (25 485) (72 273)
Résultat net des activités poursuivies 161 993 115 505
Résultat des activités arrêtées ou en cours de cession 11 (70 583) (4 033)
RÉSULTAT NET 91 410 111 472
Résultat net des activités poursuivies attribuable :
1 Aux actionnaires de la Société 162 024 114 435
1 Aux intérêts ne conférant pas le contrôle (32) 1 070
161 993 115 505
Résultat net attribuable :
1 Aux actionnaires de la Société 91 442 110 402
1 Aux intérêts ne conférant pas le contrôle (32) 1 070
91 410 111 472
Résultat net part du Groupe par action 12 0,59 0,72
Résultat net part du Groupe dilué par action 0,59 0,71
Dividende par action (proposition pour 2018) 0,58 0,56

102 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

4.4.1.2 ÉTAT DU RÉSULTAT GLOBAL CONSOLIDÉ


En milliers d’euros 2018 2017

Résultat net 91 410 111 472


Écarts actuariels sur les engagements postérieurs à l’emploi 4 333 33 343
Impact fiscal 86 (9 640)
Éléments du résultat global non recyclables ultérieurement en résultat net 4 419 23 703
Variation des écarts de conversion 3 171 (8 328)
Variation de juste valeur des flux de trésorerie futurs (406) 368
Autres
Impact fiscal 130 (127)
Éléments du résultat global recyclables ultérieurement en résultat net 2 895 (8 087)
TOTAL RÉSULTAT GLOBAL 98 724 127 088
Attribuable :
1 Aux actionnaires de la société 98 783 125 964
1 Aux intérêts ne conférant pas le contrôle (59) 1 124

4.4.1.3 BILAN CONSOLIDÉ


En milliers d’euros Notes 31 décembre 2018 31 décembre 2017

ACTIFS NON COURANTS


Actifs incorporels 15 1 028 308 1 075 590
Goodwills 14 3 102 689 3 015 955
Actifs corporels 16 174 087 180 446
Titres mis en équivalence
Titres non consolidés et prêt à long terme
20
20.7
3 151
45 377
3 062
65 081
4
Autres actifs financiers non courants 5 908 5 142
Impôts différés actifs 10 299 645 288 778
Total actifs non courants 4 659 165 4 634 054
ACTIFS COURANTS
Stocks 19 43 149 37 281
Créances clients 19 1 877 875 1 850 370
Créances d’impôt 29 408 41 586
Autres actifs courants 19 271 960 246 642
Autres actifs financiers courants 20.7 6 961 7 881
Actifs financiers de gestion de trésorerie 20 4 051 4 800
Disponibilités et équivalents de trésorerie 20 780 446 538 541
Total actifs courants des activités poursuivies 3 013 850 2 727 101
Actifs destinés à être cédés 11 117 352 396 069
Total actifs courants 3 131 202 3 123 170
TOTAL ACTIFS 7 790 367 7 757 224

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 103


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

En milliers d’euros Notes 31 décembre 2018 31 décembre 2017

CAPITAUX PROPRES
Capital Social 17 73 108 72 416
Primes liées au capital 1 190 120 1 170 496
Autres réserves 118 886 86 085
Résultat net - part du Groupe 91 442 110 402
Capitaux propres - part du Groupe 1 473 556 1 439 399
Intérêts ne conférant pas le contrôle 2 449 2 949
Total capitaux propres 1 476 005 1 442 348
PASSIFS NON COURANTS
Emprunts et dettes financières 20 1 796 406 1 729 928
Provisions non courantes 18 53 173 69 833
Engagements envers le personnel 18 714 975 721 147
Autres passifs long terme 19 6 520 7 281
Impôts différés passifs 10 348 790 369 134
Passifs non courants 2 919 864 2 897 324
PASSIFS COURANTS
Fournisseurs 19 1 101 956 990 477
Emprunts et concours bancaires (part à moins d’un an) 20 332 466 337 552
Provisions courantes 18 143 061 139 502
Dettes d’impôt 19 34 052 34 355
Autres passifs courants 19 1 647 164 1 579 973
Total passifs courants des activités poursuivies 3 258 700 3 081 859
Passifs liés à un groupe d’actifs destinés à être cédés 11 135 798 335 694
Total passifs courants 3 394 498 3 417 553
TOTAL PASSIFS ET CAPITAUX PROPRES 7 790 367 7 757 224

104 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

4.4.1.4 TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE CONSOLIDÉ


En milliers d’euros Notes 2018 2017

TRÉSORERIE D’OUVERTURE 520 113 518 534


OPÉRATIONS D’EXPLOITATION
Résultat net total consolidé 91 410 111 472
Élimination du résultat des mises en équivalence (489) (490)
Élimination des amortissements et provisions 80 918 128 658
Élimination des résultats de cession et des pertes et profits
de dilution 1 418 (1 071)
Élimination des produits de dividendes - (1)
Élimination de la charge (produit) d’impôt 29 799 77 209
Élimination du coût de l’endettement financier net 69 706 59 476
Autre produits et charges sans incidence en trésorerie 10 563 3 704
Capacité d’autofinancement 283 326 378 958
Impôts payés (61 484) (62 403)
Incidence de la variation du BFR 143 340 (19 507)
Dividendes reçus des sociétés mises en équivalence 400 350
Flux de trésorerie net généré par l’activité 365 582 297 398
OPÉRATIONS D’INVESTISSEMENTS
Incidence des variations de périmètre 22.2 31 974 (185 627)
Acquisition d’immobilisations corporelles et incorporelles (53 057) (44 819)
Acquisition d’actifs financiers - (59)
Variation des prêts et avances consentis 1 536 2 491
Cession d’immobilisations corporelles et incorporelles
Cession d’actifs financiers
5 550
-
8 711
8
4
Dividendes reçus - -
Flux de trésorerie net liés aux opérations d’investissement (13 997) (219 295)
OPÉRATIONS DE FINANCEMENT
Augmentation de capital 20 428 11
Émission d’emprunts 1 531 858 607 325
Remboursement d’emprunts (1 497 914) (513 278)
Intérêts financiers nets versés (59 045) (47 549)
Dividendes payés aux actionnaires du groupe (88 074) (106 312)
Dividendes payés aux minoritaires (993) (344)
Flux de trésorerie liés aux activités de financement (93 740) (60 147)
Incidence de la variation des taux de change 1 795 (16 377)
Incidence des changements de principes comptables - -
Variation nette de trésorerie 259 638 1 579
TRÉSORERIE DE CLÔTURE 22 779 751 520 113

NOTES AU TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE


Le tableau de flux de trésorerie présenté ci-dessus inclut les activités abandonnées ou en cours de cession, dont l’impact est fourni en note 22.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 105


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

4.4.1.5 TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES CONSOLIDÉS


Intérêts
Réserves Capitaux ne
Nombre Primes de Réserves Autres propres, conférant
En milliers d’euros, excepté d’actions en liées au Réserves conversion de réserves part du pas le Capitaux
pour le nombre d’actions circulation Capital capital consolidées groupe couverture et OCI groupe contrôle propres

AU 31 DÉCEMBRE 2016 154 076 156 72 416 1 170 496 242 063 (991) 25 (68 919) 1 415 088 2 160 1 417 248
Résultat net 110 402 110 402 1 070 111 472
Autres éléments
du résultat global (8 383) 241 23 703 15 561 54 15 615
Résultat global 110 402 (8 383) 241 23 703 125 963 1 124 127 088
Dividendes (106 312) (106 312) (357) (106 669)
Émission d’actions
Variations de périmètres
et autres 539 539 22 561
Autres mouvements 4 121 4 121 4 121
AU 31 DÉCEMBRE 2017 154 076 156 72 416 1 170 496 246 153 (8 835) 266 (41 095) 1 439 399 2 949 1 442 348
Résultat net 91 442 91 442 (32) 91 410
Autres éléments
du résultat global 3 199 (276) 4 419 7 342 (28) 7 314
Résultat global 91 442 3 199 (276) 4 419 98 784 (59) 98 724
Dividendes (88 073) (88 073) (483) (88 556)
Émission d’actions 1 471 793 692 19 693 20 385 20 385
Variations de périmètres
et autres 7 7 43 50
Autres mouvements (69) 3 124 3 055 (1) 3 055
AU 31 DÉCEMBRE 2018 155 547 949 73 108 1 190 120 249 522 (5 630) (10) (33 551) 1 473 556 2 449 1 476 005

NOTE AU TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES CONSOLIDÉS


Cf. note 17.

106 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

NOTES AUX ÉTATS FINANCIERS

NOTE 1 INFORMATION GÉNÉRALE

Le groupe SPIE, qui opère sous la marque commerciale SPIE, est La société SPIE SA est une société anonyme, immatriculée à Cergy
le leader indépendant européen des services en génie électrique, (France), cotée sur le marché réglementé d’Euronext Paris depuis
mécanique et climatique, de l’énergie et des systèmes de le 10 juin 2015.
communication.
Les comptes consolidés du groupe SPIE ont été arrêtés par le
conseil d’administration du 11 mars 2019.

PRINCIPES COMPTABLES ET MÉTHODES D’ÉVALUATION

NOTE 2 PRINCIPES COMPTABLES

2.1 DÉCLARATION DE CONFORMITÉ Le Groupe a adopté la norme IFRS 15 au 1er janvier 2018, date


d’entrée en vigueur au sein de l’Union européenne. Au regard des
En application du règlement européen 1606/2002 du 19 juillet impacts peu significatifs identifiés, la norme IFRS 15 a été appliquée
2002 sur les normes internationales, les états financiers de façon rétrospective aux contrats en cours, selon la méthode de
consolidés du groupe SPIE sont préparés en conformité avec les transition dite « rétrospective simplifiée ».
normes comptables internationales (IFRS) telles qu’adoptées par
l’Union européenne au 31 décembre 2018. Le Groupe applique à compter du 1er janvier 2018 les dispositions
de la norme IFRS  9 «  Instruments financiers  ». Cette norme
Les principes retenus pour l’établissement de ces informations expose les dispositions à suivre pour la comptabilisation et
financières résultent de l’application : l’évaluation des actifs, passifs financiers et de certains contrats
● de toutes les normes et interprétations adoptées par d’achat ou vente d’éléments non financiers. Elle remplace IAS 39


l’Union  européenne et d’application obligatoire au
31 décembre 2018 ;
de normes pour lesquelles le Groupe a décidé d’une application
« Instruments financiers : comptabilisation et évaluation » qui
a été appliquée jusqu’au 31 décembre 2017. Le Groupe a choisi
l’approche « simplifiée » correspondant au paragraphe 7.2.15
d’IFRS 9 pour la classification et l’évaluation des actifs financiers
4
anticipée ;
et leur dépréciation, ainsi que pour les passifs financiers. Le
● de positions comptables retenues en l’absence de dispositions Groupe a décidé de maintenir les dispositions d’IAS 39 en matière
prévues par le référentiel normatif. de comptabilité de couverture. Il n’a pas été constaté d’impact
Les normes comptables internationales comprennent les IFRS, significatif dans les capitaux propres d’ouverture au 1 janvier 2018
les IAS et leurs interprétations développées par le Standards lié à l’adoption d’IFRS 9.
Interpretation Committee (SIC) et l’International Financial Reporting
La réconciliation des actifs et passifs financiers au 1 janvier 2018
Interpretation Committee (IFRIC).
est présentée dans la note 20.9.
Le Groupe n’a pas identifié d’impact significatif lors de la mise en
2.2 NORMES ET INTERPRÉTATIONS APPLICABLES œuvre des autres normes et amendements.
Les principes comptables utilisés pour l’élaboration des états
financiers consolidés du Groupe sont décrits dans la note 3. Ils 2.2.2 Normes et interprétations émises
ont été appliqués de manière homogène sur tous les exercices mais d’application non encore obligatoire
présentés. au 1er janvier 2018
Les normes, interprétations et amendements déjà publiés par l’IASB
2.2.1 Normes et interprétations nouvelles mais non encore adoptés par l’Union européenne sont les suivants :
applicables à compter du 1er janvier 2018
● IFRS 14 « Comptes de report réglementaires » ;
● Amendement IFRS 2 « Classification et évaluation des transactions
● IFRS 16 « Contrats de locations » ;
dont le paiement est fondé sur des actions » ;
● IFRS 17 « Contrats d’assurances » ;
● Amendement IFRS 4 sur les contrats d’assurance « Appliquer la
norme IFRS 9 Instruments financiers avec IFRS 4 » ; ● Amendement à IFRS 9 « clauses de remboursement anticipé
prévoyant une compensation négative » ;
● IFRS 9 « Instruments financiers » ;
● Amendements IFRS 10/ IAS 28 « Vente ou apport d’actifs entre
● IFRS  15 et Clarifications d’IFRS  15 «  Produits des activités
un investisseur et une entité associée ou JV » ;
ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients » ;
● Amendement IAS 12 « Impôt sur le résultat » ;
● Amendement IAS 40 « Transfert des immeubles de placement » ;
● Amendements IAS 19 « Modification, réduction ou liquidation
● IFRIC 22 « Transactions en monnaies étrangères et contrepartie
d’un régime » ;
anticipée » ;
● Amendement IAS 23 « Coûts d’emprunt » ;
● Amendement IAS 28 « Intérêts à long terme dans des entreprises
associées et des coentreprises ».

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 107


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

● Amendements IAS 28 « Intérêts à long terme dans des entreprises Le Groupe réalise actuellement une analyse des impacts et des
associées et des coentreprises » ; conséquences pratiques de l’application des autres normes
● Amendement à IFRS 3 « Définition d’une entreprise » ; d’application non encore obligatoires au 1er janvier 2018.
● Amendements à IAS 1 et IAS 8 « Définition de significatif » ;
● IFRIC 23 « Risques fiscaux portant sur l’impôt sur le résultat ». 2.3 HYPOTHÈSES CLÉS ET APPRÉCIATIONS
La norme IFRS 16 entrera en vigueur dans les états financiers L’élaboration des états financiers consolidés en application des
ouverts à compter du 1er janvier 2019. Cette norme, qui remplacera normes IFRS repose sur des hypothèses et estimations déterminées
la norme IAS 17 et ses interprétations, va conduire à comptabiliser par la Direction pour calculer la valeur des actifs et des passifs à la
au bilan des preneurs la plupart des contrats de location selon un date de clôture du bilan et celle des produits et charges de la période.
modèle unique, sous la forme d’un droit d’utilisation de l’actif et d’une
Les principales sources d’incertitude relatives aux hypothèses clés
dette de location (abandon pour les preneurs de la classification en
et aux appréciations portent sur les pertes de valeur des goodwills,
contrats de location simple ou contrats de location-financement).
les avantages du personnel, la reconnaissance du revenu et de la
Le Groupe a poursuivi les travaux de détermination des impacts de marge sur les contrats de services à long terme, les provisions pour
cette norme sur ses états financiers et à ce stade, les principaux risques et charges et la reconnaissance des impôts différés actifs.
impacts attendus sur les comptes au 1er janvier 2019 portent sur une
La Direction revoit ses estimations et appréciations de manière
augmentation des dettes financières et des droits d’utilisation de
constante sur la base de son expérience passée ainsi que de divers
l’actif au bilan pour un montant estimé à 330 millions d’euros,
facteurs jugés raisonnables, qui constituent le fondement de ses
sur une amélioration du résultat opérationnel de 2019 de près de
appréciations de la valeur comptable des éléments d’actifs et de
3 millions d’euros et une augmentation des charges financières au
passifs. Ces estimations et appréciations sont susceptibles d’être
compte de résultat pour un montant d’environ 2,5 millions d’euros.
modifiées au cours des périodes ultérieures et d’entraîner des
ajustements du chiffre d’affaires et des provisions.

NOTE 3 RÉSUMÉ DES PRINCIPES COMPTABLES SIGNIFICATIFS ET DES MODALITÉS


DE PRÉPARATION

3.1 CONSOLIDATION classés en deux catégories généralement dépendantes de la forme


juridique de la société :
Les états financiers consolidés du Groupe incluent toutes les filiales
et participations de SPIE SA. ● les coentreprises : les parties qui exercent le contrôle conjoint ont
des droits sur l’actif net ; elles sont consolidées selon la méthode
Le périmètre de consolidation est constitué de 204 sociétés ; les de la mise en équivalence ;
pourcentages d’intérêt sont présentés dans le tableau figurant
note 27 du présent document. ● les activités conjointes : les parties qui exercent le contrôle
conjoint ont des droits directs sur les actifs et des obligations
Les principales modifications du périmètre de consolidation de directes au titre des passifs ; elles sont comptabilisées à hauteur
l’année sont présentées en note 6. des intérêts détenus dans leurs actifs, passifs, charges et produits.
La plupart des partenariats liés aux travaux publics sont organisés
3.1.1 Méthodes de consolidation sous forme de SEP (sociétés en participation) et entrent ainsi dans
Conformément à la norme IFRS 10 « États financiers consolidés », la catégorie des activités conjointes.
les entités contrôlées directement ou indirectement par le Groupe
sont consolidées par intégration globale. La notion de contrôle est Conformément à la norme IAS 28 R, les entités sur lesquelles SPIE
établie si les éléments suivants sont réunis : exerce une influence notable sont consolidées selon la méthode
de la mise en équivalence. Le résultat des entités consolidées
● SPIE dispose de droits substantifs lui permettant de diriger les acquises ou cédées durant l’année figure dans les états consolidés,
activités pertinentes de l’entité, SPIE est exposé aux rendements respectivement à partir de la date d’acquisition ou jusqu’à la date
variables de l’entité ; et de cession.
● SPIE peut utiliser son pouvoir pour influencer le niveau de ses
rendements variables. 3.1.2 Conversion des états financiers établis
Une analyse du contrôle a été réalisée pour l’ensemble des en devises des entités étrangères
sociétés détenues par le Groupe, directement ou indirectement en Les comptes consolidés du Groupe sont établis en euros.
considérant notamment tous les faits et circonstances permettant Dans la plupart des cas, la monnaie de fonctionnement des filiales
de statuer. étrangères correspond à la monnaie locale. Les états financiers des
La norme IFRS 11 « Partenariats » précise les modalités applicables filiales sont convertis aux cours de clôture pour le bilan et aux cours
dans le cadre des contrôles conjoints. Lorsque les décisions relatives moyens pour le compte de résultat. Les écarts de change résultant
aux activités pertinentes requièrent le consentement unanime des de la conversion des comptes sont portés en écarts de conversion
associés, le contrôle conjoint est établi. Alors les partenariats sont dans les capitaux propres consolidés.

108 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

Les taux de conversion utilisés par le Groupe pour ses principales devises sont les suivants :

2018 2017
Cours clôture Cours moyen Cours clôture Cours moyen
Euros – EUR 1 1 1 1
Dollar Américain – USD 1,1371 1,1830 1,1845 1,1236
Franc Suisse – CHF 1,1287 1,1584 1,1686 1,1088
Livre Sterling – GBP 0,8985 0,8837 0,8816 0,8731
Franc CFA – CFA 655,9570 655,9570 655,9570 655,9570

3.2 INFORMATION SECTORIELLE Des corrections ou ajustements peuvent être apportés à la


valeur des actifs et des passifs acquis dans les douze mois qui
Les secteurs opérationnels sont présentés sur les mêmes bases suivent l’acquisition (la « période d’allocation ») pour tenir compte
que celles utilisées dans le reporting interne fourni à la Direction d’évaluations ou de circonstances qui prévalaient à la date
du Groupe. d’acquisition. Il en résulte un ajustement du goodwill déterminé
Le Président-directeur général du Groupe examine régulièrement provisoirement. Ces ajustements de prix sont évalués à leur juste
les résultats opérationnels des secteurs pour évaluer leur valeur à la date d’acquisition par contrepartie des Capitaux Propres,
performance et décider de l’affectation des ressources ; il a été à chaque arrêté des comptes. Au-delà d’une période d’un an à
identifié comme le principal décideur du Groupe. compter de la date d’acquisition, tout changement ultérieur de cette
juste valeur, est constaté en résultat.
L’activité du Groupe est regroupée aux fins d’analyse et de prise
de décisions en quatre secteurs opérationnels qui se caractérisent
3.3.2 Postérieurement à la prise de contrôle
par un modèle économique très homogène, notamment en termes
de produits et services offerts, d’organisation opérationnelle, de Les acquisitions ou cessions d’intérêts minoritaires, sans
typologie de clients, de facteurs clefs de succès et de critères changement de contrôle, sont considérées comme des transactions
d’appréciation de la performance. Ces secteurs opérationnels sont avec les actionnaires du Groupe. En vertu de cette approche, la
les suivants : différence entre le prix payé pour augmenter le pourcentage d’intérêt
dans les entités déjà contrôlées et la quote-part complémentaire de
● France ; capitaux propres ainsi acquise est enregistrée en capitaux propres
● Germany and Central Europe ; du Groupe.


North-Western Europe ;
Oil & Gas and Nuclear.
De la même manière, une baisse du pourcentage d’intérêt du Groupe
dans une entité restant contrôlée est traitée comptablement comme
une opération de capitaux propres, sans impact sur le résultat.
4
Des informations chiffrées sont présentées en note 7.
Les cessions de titres avec perte de contrôle donnent lieu à la
constatation en résultat de cession de la variation de juste valeur
3.3 REGROUPEMENTS D’ENTREPRISES
calculée sur la totalité de la participation à la date de l’opération. La
ET GOODWILLS participation résiduelle conservée, le cas échéant, sera ainsi évaluée
Le Groupe applique «  la méthode de l’acquisition  » pour à sa juste valeur au moment de la perte de contrôle.
comptabiliser les regroupements d’entreprises telle que défini dans Dans le cas d’une prise de contrôle réalisée par étape, la
la norme IFRS 3R. Le prix d’acquisition aussi appelé « contrepartie participation antérieurement détenue dans l’entreprise acquise et
transférée » pour l’acquisition d’une filiale est la somme des justes qui ne conférait pas le contrôle est réévaluée à la juste valeur à la
valeurs des actifs transférés et des passifs assumés par l’acquéreur date de prise de contrôle. L’éventuel profit ou perte qui en découle
à la date d’acquisition et des instruments de capitaux propres émis est comptabilisé en résultat.
par l’acquéreur. Le prix d’acquisition comprend les compléments
éventuels du prix évalués et comptabilisés à leur juste valeur, à la 3.3.3 Traitement des garanties de passifs obtenues
date d’acquisition.
Dans le cadre des regroupements d’entreprises, le Groupe obtient
Par ailleurs : généralement une garantie de passifs.
● les intérêts minoritaires détenus dans l’entreprise acquise Les garanties de passifs qui peuvent être valorisées individuellement
peuvent être évalués soit à leur quote-part dans l’actif net donnent lieu à la comptabilisation d’un actif indemnitaire dans les
identifiable de l’entreprise acquise, soit à leur juste valeur. Cette comptes de l’acquéreur. La variation ultérieure de ces garanties est
option est appliquée au cas par cas pour chaque acquisition ; comptabilisée symétriquement au risque couvert. Les garanties
● les coûts directs liés à l’acquisition sont comptabilisés en charges de passifs ne pouvant pas être individualisées, des garanties
de la période. Ces charges sont présentées sur la ligne « Autres générales sont reconnues, dès lors qu’elles deviennent exerçables,
produits et charges opérationnels » du compte de résultat. en contrepartie du compte de résultat.
Les garanties de passifs sont comptabilisées en « Autres actifs
3.3.1 Goodwills
non courants ».
Les goodwills représentent la différence entre :
(i) le prix d’acquisition des titres des sociétés acquises 3.3.4 Test de perte de valeur des goodwills
éventuellement complété d’ajustements de prix éventuels ; et Les goodwills ne sont pas amortis. Ils font l’objet d’un test de
(ii) la part du Groupe dans la juste valeur de leurs actifs nets perte de valeur dès l’apparition d’indices de pertes de valeur et au
identifiables à la date des prises de contrôle. minimum une fois par an. Pour ce test, les goodwills sont affectés

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 109


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

aux unités génératrices de trésorerie (UGT) qui correspondent à des ● les charges des plans de restructuration ou de désengagement
ensembles homogènes générant conjointement des flux de trésorerie d’activités approuvés par la Direction du Groupe ;
identifiables. Les modalités des tests de perte de valeur des unités ● les charges de dépréciation exceptionnelles d’immobilisations ;
génératrices de trésorerie sont détaillées dans la note 3.10.
● les coûts d’acquisition et d’intégration des sociétés acquises par
le Groupe ;
3.4 RECONNAISSANCE DES PRODUITS ● tout autre produit et charge aisément individualisable, ayant un
DES ACTIVITÉS ORDINAIRES TIRÉS caractère inhabituel et significatif.
DES CONTRATS AVEC DES CLIENTS
À partir du 1er janvier 2018, le Groupe applique la norme IFRS 15 3.6 ACTIFS EN COURS DE CESSION ET ACTIVITÉS
pour la reconnaissance du produit des activités ordinaires tiré des ABANDONNÉES
contrats avec des clients (« produits des activités ordinaires »).
Dès lors qu’une opération abandonnée (cédée ou arrêtée) ou une
Le Groupe reconnaît le chiffre d’affaires sur la base du transfert opération détenue en vue de la vente est :
de contrôle des biens ou des services en continu ou à une date
précise. Le prix de la transaction traduit le montant auquel le vendeur ● soit une ligne d’activité ou une région géographique principale
s’attend à avoir droit en rémunération des différentes obligations de et distincte, ou fait partie d’un plan unique et coordonné pour
performance contenues dans chaque contrat identifié. se séparer d’une ligne d’activité ou d’une région géographique
principale et distincte ;
Lorsque le transfert de contrôle d’un bien ou d’un service
● soit une filiale acquise exclusivement en vue de la vente.
s’effectue progressivement, le Groupe évalue à chaque clôture le
degré d’avancement pour chaque obligation de prestation remplie Cette opération est présentée sur une ligne spécifique des états
progressivement. La reconnaissance du revenu a lieu lorsque financiers à la date de clôture.
l’obligation de performance est satisfaite, et si elle répond aux Lors de la classification initiale comme détenus en vue de la vente,
critères suivants : les actifs non courants et les groupes d’actifs destinés à être cédés
● le client reçoit et consomme simultanément tous les avantages sont comptabilisés au montant le plus faible entre leur valeur
générés par la prestation au fur et à mesure de sa réalisation ; comptable et leur juste valeur diminuée des coûts de la vente.
● le client obtient le contrôle de l’actif au fur et à mesure de sa La présentation des activités abandonnées ou en cours de cession
construction ; est décrite en note 11.
● l’actif final n’a pas d’utilité alternative pour le vendeur et il a un
droit exécutoire au paiement pour le travail réalisé à date. 3.7 CONTRATS DE LOCATION
Aucune marge à l’avancement n’est reconnue si le degré
d’avancement n’est pas suffisant pour avoir une visibilité précise 3.7.1 Contrats de location simple
du résultat à fin de contrat. Les contrats de location qui ne transfèrent pas au Groupe la quasi-
Dès qu’une prévision à fin d’affaire fait ressortir un résultat totalité des risques et des avantages inhérents à la propriété sont
déficitaire, une provision pour perte à terminaison est comptabilisée qualifiés de contrats de location simple, et donnent lieu à des
indépendamment de l’avancement de l’affaire, en fonction de paiements comptabilisés en charges pendant la durée du contrat
la meilleure estimation des résultats prévisionnels évalués de de location.
manière raisonnable. Les provisions pour pertes à terminaison sont
présentées au passif du bilan. 3.7.2 Contrats de location-financement
Dans le cas où le Groupe assume les avantages et les risques liés
3.4.1 Produits des activités ordinaires relatifs à la propriété, le contrat de location est alors qualifié de contrat
aux contrats de Partenariat public-privé (PPP) de location-financement et il est procédé à un retraitement afin de
Suivant les recommandations de la norme IFRIC 12, les produits des reconnaître, à l’actif, le montant le plus faible entre la juste valeur du
activités ordinaires annuels des contrats de PPP sont déterminés bien loué et la valeur actualisée des paiements futurs, et au passif,
par référence à la juste valeur des prestations accomplies dans la dette financière correspondante. Les paiements au titre de la
l’exercice, valorisée en appliquant aux coûts de construction et aux location sont ventilés entre la charge financière et l’amortissement
coûts d’entretien et de maintenance, les taux de marge respectifs de la dette de manière à obtenir un taux d’intérêt périodique constant
attendus pour les prestations de construction et les prestations sur le solde restant dû au passif. Les charges financières sont
d’entretien et de maintenance. comptabilisées directement au compte de résultat.
L’immobilisation est amortie sur sa durée d’utilité pour le Groupe, la
3.5 AUTRES PRODUITS ET CHARGES dette est amortie sur la durée du contrat de location-financement,
OPÉRATIONNELS et le cas échéant, des impôts différés sont reconnus.

Pour assurer une meilleure lisibilité de la performance de


l’entreprise, le Groupe présente un agrégat intermédiaire « résultat 3.8 IMMOBILISATIONS INCORPORELLES
opérationnel courant » au sein du résultat opérationnel, excluant Les actifs incorporels (principalement des marques, des relations
les éléments qui ont peu de valeur prédictive du fait de leur nature, clients et des carnets de commandes) acquis séparément ou dans le
de leur fréquence et/ou de leur importance relative. Ces éléments, cadre de regroupements d’entreprises sont enregistrés initialement
enregistrés en « autres produits opérationnels » et « autres charges au bilan à leur juste valeur. La valeur des actifs incorporels fait l’objet
opérationnelles », comprennent notamment : d’un suivi régulier afin de s’assurer qu’aucune perte de valeur ne
● les plus-values et moins-values de cessions d’immobilisations doit être comptabilisée.
ou d’activités ;

110 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

3.8.1 Marques et actifs liés aux clients 3.10 DÉPRÉCIATION DES GOODWILLS, DES ACTIFS
La valeur de la clientèle est déterminée en tenant compte d’un INCORPORELS ET CORPORELS
taux de renouvellement des contrats et amortie sur la durée de La valeur recouvrable des immobilisations corporelles et
renouvellement. incorporelles amortissables est testée dès l’apparition d’indices de
La durée d’amortissement du carnet de commandes est définie en pertes de valeur, examinés à chaque clôture.
fonction de chaque acquisition, après étude de celui-ci. S’agissant des goodwills et des actifs incorporels à durée indéfinie
Les marques acquises sont amorties sur leur durée estimée (catégorie limitée pour le Groupe à la marque SPIE) ce test doit être
d’utilisation, en fonction de la stratégie d’intégration de chaque effectué dès l’apparition d’indices de perte de valeur et au minimum
marque par le Groupe. Par exception, la marque SPIE a une durée une fois par an.
de vie indéterminée et ne fait pas l’objet d’un amortissement. Les goodwills ne génèrent pas de façon autonome des entrées de
trésorerie et sont, par conséquent, alloués à des unités génératrices
3.8.2 Actifs incorporels générés en interne de trésorerie (UGT) (cf. note 14).
Les frais de recherche sont comptabilisés au compte de résultat et
La valeur recouvrable de ces unités est définie comme étant la
constituent des charges de la période.
valeur la plus élevée entre la valeur d’utilité déterminée à partir de
Les frais de développement sont comptabilisés en immobilisations prévisions de flux futurs de trésorerie nets, actualisés, et la juste
incorporelles lorsque les critères suivants sont remplis : valeur diminuée des coûts de cession. Lorsque cette valeur est
● l’intention et la capacité financière et technique du Groupe de inférieure à la valeur nette comptable de ces unités, une perte de
mener le projet de développement à son terme ; valeur est enregistrée pour la différence ; elle est imputée en priorité
sur les goodwills.
● la probabilité que les avantages économiques futurs attribuables
aux dépenses de développement iront au Groupe ; Contrairement aux éventuelles pertes de valeur affectées aux actifs
corporels et incorporels amortissables, celles affectées à un goodwill
● l’évaluation fiable des coûts de cet actif.
sont définitives et ne peuvent être reprises au cours d’exercices
Les dépenses immobilisées incluent les coûts de personnel, les coûts ultérieurs.
des matières et services utilisés, directement affectés aux projets
concernés. Elles sont amorties à compter de la mise en service sur Les flux de trésorerie futurs des unités génératrices de trésorerie
leur durée d’utilisation prévue. (UGT) utilisés pour déterminer la valeur d’utilité (cf. note 14.2. « Test
de dépréciation des goodwills ») proviennent des budgets annuels, et
3.8.3 Autres immobilisations incorporelles projections pluriannuelles établis par le Groupe. La construction de
ces prévisions implique les différents acteurs des UGT, et fait l’objet
Les autres immobilisations incorporelles sont inscrites à l’actif à d’une validation par le Président-directeur général du Groupe. Ce
leur coût diminué du cumul des amortissements et pertes de valeur
éventuelles. Elles concernent principalement les logiciels et sont
amorties sur une durée de trois ans selon la méthode linéaire.
processus requiert l’utilisation d’hypothèses clés et d’appréciations,
notamment pour déterminer les tendances de marché, le coût des
matières et les politiques de fixation des prix. Les flux de trésorerie
4
futurs effectifs peuvent donc différer des estimations utilisées pour
3.9 IMMOBILISATIONS CORPORELLES déterminer la valeur d’utilité.

La valeur des immobilisations corporelles correspond à leur Des informations chiffrées sont présentées dans la note 14.
coût diminué du cumul des amortissements et pertes de valeur
éventuelles. 3.11 ACTIFS FINANCIERS
L’amortissement est calculé sur les différents composants identifiés Le Groupe classe ses actifs financiers selon les catégories suivantes :
des immobilisations corporelles suivant la méthode linéaire ou toute actifs disponibles à la vente, actifs évalués à la juste valeur par
autre méthode plus représentative de l’utilisation économique capitaux propres et par résultat, prêts et créances.
des composants sur la durée d’utilisation estimée. Les valeurs
résiduelles estimées en fin de période d’amortissement sont nulles. La ventilation des actifs financiers entre courants et non courants
est déterminée par leur échéance à la date d’arrêté selon qu’elle
Les principales durées moyennes d’utilisation retenues sont les est inférieure ou supérieure à un an
suivantes :
Tous les achats/ ventes normalisés d’actifs financiers sont
● constructions 20 à 30 ans ; comptabilisés à la date de transaction.
● matériel et outillage de chantier 4 à 15 ans ;
● matériel et outillage fixe 8 à 15 ans ; 3.11.1 Actifs disponibles à la vente
● véhicules de transport 4 à 10 ans ; Ils représentent les intérêts du Groupe dans le capital de sociétés
non consolidées. Ils sont comptabilisés au bilan à la juste valeur.
● matériels de bureau – Informatique 3 à 10 ans.
Les variations de valeur sont enregistrées en capitaux propres.
Les terrains ne sont pas amortis. Toutefois, s’il existe une baisse significative ou durable de la juste
Les durées d’amortissements sont revues annuellement. Elles valeur des actifs disponibles à la vente, la moins-value latente
peuvent être modifiées si les attentes diffèrent des estimations est reclassée des capitaux propres vers le résultat de l’exercice.
précédentes. S’agissant d’instrument de capitaux propres, si, au cours d’une
période ultérieure, la juste valeur d’un titre disponible à la vente
augmente, l’accroissement de la valeur est à nouveau inscrit en
capitaux propres.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 111


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

Lorsque ces actifs financiers sont décomptabilisés, les gains et Le montant financé de la transaction est défini comme étant égal au
pertes cumulés, précédemment constatés en capitaux propres, sont montant des créances cédées éligibles au programme de titrisation,
comptabilisés dans le compte de résultat de la période. diminué à titre de garantie du montant du dépôt subordonné et du
montant du dépôt additionnel senior retenus par le fonds commun
3.11.2 Prêts et créances de titrisation « SPIE Titrisation ».
Ils incluent les créances rattachées à des participations, les prêts Dans les comptes consolidés, les créances titrisées ont été
d’aide à la construction, les autres prêts et créances. Lors de leur maintenues à l’actif du bilan, les dépôts de garantie versés aux
comptabilisation initiale, ces prêts et créances sont comptabilisés fonds ont été annulés et en contrepartie une dette financière a été
à la juste valeur majorée des coûts de transaction directement enregistrée pour le montant du financement obtenu.
attribuables puis, aux dates de clôture, au coût amorti calculé à
Par ailleurs, la société SPIE DZE a signé en décembre 2013 un
l’aide du taux de rendement effectif. La valeur inscrite au bilan
contrat de cession de créances commerciales, sans recours et à titre
comprend le capital restant dû et la part non amortie des coûts de
d’escompte, sans limitation de durée. Ce programme a été étendu
transaction directement attribuables à l’acquisition. Ils font l’objet
à l’ensemble des sociétés allemandes acquises lors du rachat de
d’un test de dépréciation en cas d’indication de perte de valeur. Une
SAG par SPIE en mars 2017. Le montant des créances cédées au
perte de valeur est comptabilisée si la valeur comptable d’un actif
31 décembre 2018 s’élève à ce titre à 70 952 milliers d’euros et ne
est supérieure à sa valeur recouvrable. Les pertes de valeur sont
figurent plus à l’actif du bilan des comptes consolidés.
comptabilisées dans le compte de résultat.
La valeur recouvrable des prêts et créances est égale à la valeur des 3.11.5 « Prêts construction »
flux de trésorerie futurs estimés, actualisés au taux d’intérêt effectif
En France, les employeurs exerçant une activité industrielle ou
d’origine des actifs financiers (c’est-à-dire au taux d’intérêt effectif
commerciale et occupant au minimum 20 salariés doivent investir
calculé lors de la comptabilisation initiale).
dans la construction de logements pour leurs salariés au moins
Les créances dont l’échéance est proche ne sont pas actualisées. 0,45 % de la masse salariale ; cet investissement peut se faire
directement ou par une cotisation à un Comité Interprofessionnel
Les pertes de valeur antérieurement comptabilisées peuvent faire
du Logement (CIL) ou à une Chambre de Commerce et d’Industrie.
l’objet d’une reprise par compte de résultat en cas d’amélioration
de la valeur recouvrable des prêts et créances. La cotisation peut être acquittée soit sous forme d’un prêt inscrit
à l’actif du bilan, soit sous forme d’une subvention reconnue en
3.11.3 Créances relatives au contrat de Partenariat charges dans le compte de résultat.
Public-Privé (PPP) Les « prêts construction » ne portent pas d’intérêts et sont octroyés
Le Groupe a conclu, en tant qu’opérateur privé, des contrats de pour une période de 20 ans.
Partenariat Public Privé. Ce type de contrat de partenariat est venu
Les « prêts construction » constituent des avantages aux salariés.
compléter et enrichir des outils de commande publique.
En application de la norme IAS 39, ces prêts sont actualisés lors de
Un contrat de « PPP » présente trois critères déterminants aux vues leur comptabilisation initiale et la différence entre la valeur nominale
d’IFRIC 12 « Concessions » : du prêt et sa valeur actualisée est une charge représentative de
● en premier lieu, l’autorité publique fixe la nature des services que l’avantage économique accordé aux salariés.
l’opérateur privé est tenu de rendre grâce à l’infrastructure, ainsi La comptabilisation ultérieure s’effectue selon la méthode du coût
que les personnes susceptibles de bénéficier de ces services ; amorti qui consiste à reconstituer, au bout des 20 ans, la valeur de
● en second lieu, le contrat prévoit qu’à son terme, l’infrastructure remboursement du prêt par la comptabilisation de produits d’intérêts.
conserve une valeur à cette date, et que celle-ci est contrôlée par
la collectivité publique ; 3.11.6 Actifs à la juste valeur par le résultat
● en dernier lieu, le contrat prévoit la construction de l’infrastructure Il s’agit d’actifs financiers détenus par le Groupe à des fins de
par l’opérateur privé. réalisation d’un profit de cession à court terme. Ces actifs sont
évalués à la juste valeur avec enregistrement des variations de
La contrepartie des services fournis par le Groupe constitue des
valeur en résultat. Classés en actifs courants dans les équivalents
droits à recevoir un actif financier (créance client).
de trésorerie, ces instruments financiers comprennent notamment
Les créances sont évaluées pour chaque contrat signé en application les valeurs mobilières de placement.
de la méthode du coût amorti au taux d’intérêt effectif, correspondant
au taux de rentabilité interne du projet.
3.12 PASSIFS FINANCIERS
Ultérieurement, la désactualisation de chaque créance a pour effet
d’augmenter le montant de la créance par la contrepartie d’un Les passifs financiers sont ventilés entre courant et non courant
produit financier. en fonction de leur échéance à la date d’arrêté. Ainsi les passifs
financiers dont l’échéance est à moins d’un an sont présentés en
3.11.4 Programme de cession de créances passifs courants.
Dans le cadre de leur activité, certaines sociétés du Groupe ont mis Les passifs financiers sont constitués de dettes d’exploitation,
en place un programme de cession de créances commerciales à d’emprunts à moyen et long terme et d’instruments financiers
échéance du 11 juin 2020. dérivés.
Ce programme de titrisation de créances prévoit la faculté pour les Lors de leur comptabilisation initiale, les emprunts à moyen et
sociétés participantes de céder en pleine propriété au fonds commun long terme sont comptabilisés à la juste valeur, diminuée des
de titrisation « SPIE Titrisation » leurs créances commerciales coûts de transaction directement imputables. Ils sont, par la suite,
permettant l’obtention d’un financement d’un montant total de comptabilisés au coût amorti selon la méthode du taux d’intérêt
300  millions  d’euros, avec possibilité de porter ce montant à effectif. Le coût amorti est calculé en tenant compte de tous les coûts
450 millions d’euros. d’émission et toute décote ou prime de remboursement directement
rattachés au passif financier. La différence entre le coût amorti et la

112 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

valeur de remboursement est reprise en résultat selon la méthode 3.16.2 Impôts différés
du taux d’intérêt effectif sur la durée des emprunts. Des impôts différés sont constatés sur les différences temporelles
Les dettes d’exploitation ayant des échéances inférieures à un an, entre les valeurs comptables des actifs et passifs et leurs bases
leur valeur nominale peut être considérée comme très proche de fiscales, ainsi que sur les déficits fiscaux, selon la méthode bilancielle
leur coût amorti. du report variable. Les actifs d’impôts différés ne sont comptabilisés
que lorsque leur recouvrement est probable. En particulier, les
impôts différés actifs sont comptabilisés sur les déficits reportables
3.13 INSTRUMENTS FINANCIERS DÉRIVÉS du Groupe, en fonction de leur horizon probable de récupération. Les
Le Groupe utilise des instruments financiers dérivés (swap de taux et impôts différés ne sont pas actualisés.
contrats de change à terme) pour couvrir son exposition aux risques La détermination du niveau de reconnaissance des impôts différés
de taux d’intérêt et de change. actifs exige l’exercice du jugement de la Direction. Les sources
Les instruments dérivés sont comptabilisés au bilan en actifs et futures de résultat taxable et les effets des stratégies fiscales
passifs financiers courants ou non courants en fonction de leur d’ensemble du Groupe sont pris en considération pour cet exercice.
maturité et de leur qualification comptable. Ils sont évalués à la Cette évaluation est réalisée à partir d’une revue détaillée des impôts
juste valeur en date de transaction et réévalués à chaque clôture. différés par juridiction fiscale en prenant en compte la performance
opérationnelle passée, présente et à venir, associée aux contrats en
Dans le cas de couvertures de flux de trésorerie, l’instrument de carnet, le budget et les prévisions pluriannuelles, la durée du report
couverture est enregistré au bilan à sa juste valeur. La partie efficace en arrière et la date d’expiration des déficits fiscaux reportables en
du profit ou de la perte latente sur l’instrument financier dérivé avant, à un horizon de cinq ans.
est comptabilisée directement en capitaux propres et la partie
inefficace du profit ou de la perte est comptabilisée immédiatement Les hypothèses d’utilisation des déficits reportables sont basées
en résultat. Les montants enregistrés en capitaux propres sont repris sur des prévisions de résultats futurs validées par les directions
en compte de résultat symétriquement au mode de comptabilisation locales et revues par la Direction fiscale et comptable du Groupe.
des éléments couverts. Si le Groupe ne s’attend plus à ce que la
transaction couverte soit réalisée, le profit ou la perte cumulée latent 3.16.3 Résultats distribuables
qui avait été comptabilisé en capitaux propres (partie efficace) est L’horizon de récupération des bénéfices non distribués par les filiales
comptabilisé immédiatement en résultat. étrangères est contrôlé par le Groupe et le Groupe n’anticipe pas
d’impôt sur la distribution de résultats dans un futur proche.
Dans le cas de couvertures de juste valeur, l’instrument de couverture
est enregistré au bilan à sa juste valeur. Les variations de juste S’agissant des filiales françaises, la distribution de résultats est
valeur de l’instrument de couverture sont enregistrées en compte soumise à une taxation en base à hauteur de 1 % pour les filiales
de résultat symétriquement aux variations de la juste valeur de détenues à plus de 95 % (soit la majorité d’entre elles).
l’élément couvert, attribuables au risque identifié. Aucun impôt différé passif n’est à reconnaitre au titre des résultats
non distribués des filiales françaises et étrangères. 4
3.14 STOCKS
Les stocks, constitués essentiellement de fournitures de chantiers, 3.17 PROVISIONS
sont valorisés au plus faible du coût et de la valeur nette de Le Groupe identifie et analyse à fréquence régulière les réclamations
réalisation selon la méthode du « premier entré – premier sorti ». légales, les défauts et garanties, les contrats à perte et les autres
Les stocks sont dépréciés, le cas échéant, afin de les ramener à leur obligations. Une provision est comptabilisée lorsque, à la clôture
valeur nette probable de réalisation. de l’exercice, il existe une obligation du Groupe à l’égard d’un tiers
résultant d’un évènement passé dont le règlement devrait se traduire
pour l’entreprise par une sortie de ressources représentatives
3.15 TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE d’avantages économiques. Les provisions sont comptabilisées à
Au bilan, la trésorerie comprend les liquidités en comptes courants hauteur de leur meilleure évaluation du coût permettant d’éteindre
bancaires, les parts d’OPCVM de trésorerie et des titres de créances l’obligation à la date de clôture. Ces estimations sont effectuées sur
négociables, qui sont mobilisables ou cessibles à très court terme la base des informations disponibles et d’une analyse des différents
en un montant de trésorerie connu et ne représentant pas de risque règlements possibles.
significatif de changement de valeur. Tous les composants sont Dans le cas des restructurations, une obligation est constituée dès
évalués à leur juste valeur. lors que la restructuration a fait l’objet d’une annonce et d’un plan
Pour la préparation du tableau des flux de trésorerie consolidés, la détaillé ou d’un début d’exécution, avant la date de clôture.
trésorerie et les équivalents de trésorerie des activités en cours de
cession sont ajoutés et les découverts bancaires sont déduits de la 3.17.1 Provisions
trésorerie présentée au bilan. Les provisions font l’objet d’une actualisation financière si l’impact
de cette dernière est significatif.
3.16 IMPÔTS Selon la nature du risque, les estimations des coûts probables sont
réalisées avec les opérationnels en charge des contrats, les juristes
Le Groupe calcule ses impôts sur le résultat conformément aux législations
internes et externes et des experts indépendants dès que nécessaire.
fiscales en vigueur dans les pays où les résultats sont taxables.
Des informations chiffrées sont présentées dans la note 18.2.
3.16.1 Impôts courants
La charge d’impôt courante est calculée sur la base des législations 3.17.2 Passifs éventuels
fiscales adoptées ou quasi adoptées à la date de clôture des comptes Les passifs éventuels correspondent à des obligations potentielles
dans les pays où les filiales et les entreprises associées du Groupe résultant d’événements passés dont l’existence ne sera confirmée
exercent leurs activités et génèrent des revenus imposables. que par la survenance d’événements futurs incertains qui ne sont

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 113


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

pas sous le contrôle de l’entité ou à des obligations actuelles pour ● la comptabilisation en résultat des impacts afférents aux
lesquelles une sortie de ressources n’est pas probable. En dehors modifications de régimes ;
de ceux résultant d’un regroupement d’entreprises, ils ne sont pas ● la reconnaissance des impacts de ré estimation en autres
comptabilisés mais font l’objet le cas échéant d’une information éléments du résultat global (ou « OCI ») : gains et pertes actuariels
en annexe. sur l’engagement, surperformance (sous-performance) des actifs
du régime, c’est-à-dire l’écart entre le rendement effectif des
3.18 AVANTAGES DU PERSONNEL actifs du régime et leur rémunération calculée sur la base du
taux d’actualisation de la dette actuarielle, et variation de l’effet
Les avantages du personnel comprennent des régimes à cotisations du plafonnement de l’actif. Ces impacts sont présentés dans l’état
définies et des régimes à prestations définies. du résultat global consolidé.
Les régimes à cotisations définies désignent les régimes Ces régimes se caractérisent comme suit :
d’avantages postérieurs à l’emploi en vertu desquels le Groupe
● en France, il s’agit d’indemnités de fin de carrière qui sont des
verse des cotisations définies à différents organismes sociaux. Les
indemnités conventionnelles dues exclusivement dans le cadre
cotisations sont versées en contrepartie des services rendus par les
d’un départ à la retraite (calculées sur la base d’un pourcentage
salariés au titre de l’exercice. Elles sont comptabilisées en charges
du dernier salaire, en fonction de l’ancienneté et des conventions
lorsqu’elles sont encourues, le Groupe n’ayant aucune obligation
collectives applicables) ; Les droits des salariés français du Groupe
juridique ou implicite de payer des cotisations supplémentaires en
au regard des IFC sont définis par des conventions collectives.
cas d’insuffisance d’actifs.
Les IFC correspondent aux coûts d’indemnité de fin de carrière au
Les régimes à prestations définies désignent les régimes d’avantages bénéfice du personnel actif cadres et ETAM (Employés Techniciens
postérieurs à l’emploi autres que les régimes à cotisations définies, Agents de Maîtrise). Les indemnités de retraite des ouvriers sont
ces régimes constituant pour le Groupe une prestation future pour quant à elles couvertes par des assurances (régimes Caisse BTP/
laquelle un engagement est calculé. Le calcul de la provision CNPRO) ;
s’effectue en estimant le montant des avantages que les employés ● en Allemagne, il s’agit de régimes de retraite internes mis en place
auront accumulés en contrepartie des services rendus pendant au sein des sociétés du sous-groupe SPIE DZE ;
l’exercice et les exercices précédents.
● en Suisse, il s’agit de régimes de retraite internes mis en place
Au sein du Groupe, les avantages postérieurs à l’emploi et les autres au sein des sociétés suisses ;
avantages à long terme relèvent essentiellement de régimes à ● pour les filiales britanniques, les régimes sont financés au travers
prestations définies. de fonds de pensions indépendants et de ce fait, ne donnent pas
lieu à reconnaissance d’engagements de retraite.
3.18.1 Avantages postérieurs à l’emploi
La valeur inscrite au bilan au titre des avantages du personnel et
Les avantages postérieurs à l’emploi comprennent principalement des autres avantages à long terme correspond à la différence entre
les indemnités de fin de carrière « IFC » applicables en France, la valeur actualisée des obligations futures et la juste valeur des
et les régimes de retraites internes en vigueurs dans d’autres actifs du régime, destinés à les couvrir. L’obligation correspondant
pays  européens. Les autres avantages à long terme sont à l’engagement net ainsi déterminé est constatée au passif du bilan.
principalement relatifs à des médailles du travail.
La charge financière nette des IFC, incluant le coût financier et
Les régimes du Groupe sont composés de régimes à cotisations le rendement attendu des actifs du régime, est comptabilisée en
définies ainsi que des régimes à prestations définies qui prévoient, « Coût de l’endettement financier ». La charge opérationnelle est
en général, en complément de la part financée par l’entreprise, une comptabilisée en charges de personnel et comprend le coût des
cotisation de la part de chaque salarié, définie en pourcentage de services rendus au cours de l’exercice, ainsi que les effets de toute
sa rémunération. modification, réduction ou liquidation de régime.
L’évaluation de ces avantages est réalisée annuellement par des Les hypothèses actuarielles (économiques et démographiques) ont
actuaires indépendants. La méthode d’évaluation actuarielle utilisée été fixées selon les spécificités de chacun des pays concernés.
est la méthode des Unités de Crédit Projetées.
Des informations chiffrées sont présentées dans la note 18.1.
Les hypothèses retenues portent principalement sur le taux
d’actualisation, le taux d’évolution à long terme des salaires et l’âge 3.18.2 Autres avantages à long terme
de départ en retraite. Les informations statistiques sont, pour la
plupart, liées à des hypothèses démographiques telles que les taux Les autres avantages à long terme comprennent principalement
de mortalité, de rotation du personnel et d’incapacité. les gratifications d’ancienneté « médailles du travail ». Le Groupe
constitue une dette au titre des gratifications acquises par les
Le Groupe applique les dispositions de la norme IAS 19 amendée salariés. Cette provision est calculée selon des méthodes, des
« Avantages du personnel » qui introduit plusieurs modifications hypothèses et une fréquence identiques à celles retenues pour les
sur la comptabilisation des avantages postérieurs à l’emploi, dont évaluations des indemnités de fin de carrière.
notamment :
Les écarts actuariels issus de l’évaluation des gratifications
● la reconnaissance au bilan consolidé de l’intégralité des avantages d’ancienneté sont comptabilisés directement en résultat l’année
postérieurs à l’emploi accordés aux salariés du Groupe. L’option du de leur survenance.
corridor et la possibilité d’amortir en résultat le coût des services
passés sur la durée moyenne d’acquisition des droits par les 3.18.3 Accord d’intéressement Groupe
salariés sont supprimées ;
Des accords d’intéressement de sous-groupe au sein des entités
● les produits d’intérêts des actifs de couverture de régimes de françaises du Groupe ont été signés en 2013 et définissent la formule
retraite sont désormais calculés à partir du même taux que le taux de calcul et les modalités de répartition entre les bénéficiaires salariés.
d’actualisation de l’obligation au titre des régimes à prestations Une charge à payer est constatée en charges de personnel pour le
définies ; montant de l’intéressement de l’année payable l’année suivante.

114 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

3.18.4 Participation légale Les modalités d’évaluation et de comptabilisation du plan


La société SPIE Operations et l’ensemble de ses filiales dont le d’attribution d’actions de performance sont définies par la norme
siège social est en France, pour lequel elle détient directement ou IFRS 2 « Paiements fondés sur des actions ». L’attribution d’actions de
indirectement plus de 50 % du capital et quel que soit leur effectif performance représente un avantage consenti à leurs bénéficiaires
ont conclu un accord de Participation Groupe en date du 6 juin 2005 et constituent à ce titre un complément de rémunération supporté
en application des articles L. 442-1 et suivants du Code du travail. par SPIE (cf. note 8.2 « Charges de personnel »).
S’agissant d’opérations ne donnant pas lieu à des transactions
3.18.5 Actions de performance monétaires, les avantages ainsi accordés sont comptabilisés en
L’Assemblée générale des actionnaires de SPIE en date du 25 mai charges sur la période d’acquisition des droits en contrepartie d’une
2016 a, dans sa 20ème résolution à caractère extraordinaire, autorisé augmentation des capitaux propres. Ils sont évalués par un actuaire
sous certaines conditions l’attribution d’actions existantes ou à externe sur la base de la juste valeur, à la date d’attribution, des
émettre, au bénéfice des mandataires sociaux ou des membres du instruments de capitaux propres attribués (cf. note 17.2).
personnel salarié de la Société ou des sociétés qui lui sont liées dans Par ailleurs, leur évaluation n’est pas uniquement liée à la
les conditions prévues à l’article L. 225-197-2 du Code de commerce. performance des secteurs opérationnels. En conséquence, SPIE
La liste des bénéficiaires du Plan ainsi que le nombre d’Actions de a jugé nécessaire de ne pas inclure la charge correspondante
Performance attribuées à chacun d’eux ont été arrêtés par le conseil dans l’EBITA, tel que présenté dans le reporting interne, qui
d’administration, sur proposition du Comité des rémunérations, en constitue l’indicateur de mesure de la performance des secteurs
date du 28 juillet 2016. opérationnels, et de l’identifier sur une ligne séparée de l’état de
rapprochement entre EBITA et résultat opérationnel consolidé (cf.
note 7 « Information sectorielle »).

NOTE 4 AJUSTEMENTS SUR EXERCICES ANTÉRIEURS

En 2018, aucune activité supplémentaire n’a nécessité l’application de la norme IFRS 5 « Actifs non courants détenus en vue de la vente et
activités abandonnées » (cf. note 11), par conséquent les comptes de l’exercice 2017 n’ont pas été retraités.

NOTE 5 ÉVÈNEMENTS SIGNIFICATIFS DE LA PÉRIODE

5.1 PROJETS D’ENTREPRISE « ARIANE » ET « GALILEO » - SEGMENT FRANCE


4
Projet « ARIANE » Projet « GALILEO »
Dans le cadre de son projet d’entreprise « Ariane » initié en 2017, Le projet d’entreprise « Galiléo », dans la continuité du projet
SPIE a créé en date du 1 er  janvier  2018, une société Holding « Ariane », s’est concrétisé par la fusion au 30 juin 2018 des cinq
« SPIE France » filiale de SPIE Operations, destinée à donner une sociétés régionales multitechniques du segment France, en une
autonomie de fonctionnement à la France, comparable à celle des seule filiale dénommée « SPIE Industrie & Tertiaire ». Cette dernière
filiales dans les autres pays (Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, comprend deux Business Unit :
Belgique, Suisse).
● la BU Industrie ;
Dès le 1er janvier 2018, la société SPIE France, en tant que société ● la BU Tertiaire.
de tête des activités de SPIE en France, s’est vu attribuer les
Leurs activités sont respectivement dédiées aux environnements
moyens centraux nécessaires à l’animation de l’ensemble des
industriels et leurs process, ainsi qu’aux solutions multitechniques
filiales françaises qui lui ont été juridiquement rattachées en
dédiées aux bâtiments.
date du 29  juin  2018 (les cinq sociétés françaises régionales
multitechniques, les sociétés SPIE Citynetworks, SPIE Facilities, Avec 6  850 collaborateurs qui interviennent depuis 200
SPIE ICS et SPIE Nucléaire). Cette structure permet d’assurer le implantations sur l’ensemble du territoire national, SPIE Industrie
développement du segment « France » en liaison avec le Groupe & Tertiaire conçoit et met en œuvre des solutions innovantes et
et en synergie avec les autres pays. performantes pour soutenir le cœur de métier et le cycle de vie des
investissements de plus de 3 000 clients industriels et tertiaires.
SPIE Operations se recentre ainsi sur ses objectifs de consolidation
et d’animation de l’ensemble de ses filiales holdings européennes Ce projet dote le segment « France » d’une nouvelle filiale nationale
du Groupe, y compris la France. pour mieux répondre à l’attente de nos clients et à l’évolution d’un
marché attendu en croissance. Une UGT SPIE Industrie & Tertiaire
Cette organisation répond à la nécessité d’équilibrer clairement les
a été créée en conséquence (cf. note 14 « Goodwills »).
fonctions « corporate » sur l’ensemble du Groupe pour préparer le
développement futur.

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 115


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

5.2 REFINANCEMENT DE LA DETTE FINANCIÈRE maximum de 104,8 millions d’euros prime d’émission incluse (avant
EN DATE DU 7 JUIN 2018 décote) et a délégué au Président-directeur général les pouvoirs
nécessaires pour réaliser cette opération. Agissant dans le cadre de
En date du 7 juin 2018, dans le cadre du refinancement de sa cette délégation, le Président-directeur général a fixé les modalités
dette, le Groupe a procédé au remboursement de ses lignes de définitives de l’offre dans une décision en date du 25 mai 2018
financement « Facility A » et « Revolving Credit Facility (RCF) », et arrêté en particulier (i) les dates de la période de souscription
toutes deux initialement à échéance 2020. À la même date, le Groupe du 30 mai au 18 juin 2018 (inclus) et (ii) le prix de souscription
a signé un nouveau Contrat de Crédit Senior, pour un montant de d’une action SPIE à 14,33 euros après décote de 20 % appliquée sur
1 200 millions d’euros de nominal ainsi qu’un « Revolving Credit un prix de référence établi à 17,91 euros.
Facility » de 600 millions d’euros, non tirés au 31 décembre 2018
(cf. note 20.3). Dans une décision en date du 20 juillet 2018, le Président-directeur
général a constaté la réalisation définitive de cette augmentation
Ces lignes de crédit portent intérêt équivalent à l’Euribor augmenté de capital par émission d’un nombre total de 1 471 793 actions
d’une marge à date de départ de 1,70 % pour l’emprunt à terme et ordinaires nouvelles, au prix unitaire de 14,33  euros, soit une
de 1,30 % pour la ligne de crédit revolving, à comparer à 2,38 % et augmentation du capital social de SPIE SA de 692 milliers d’euros
2,28 % respectivement pour les lignes remboursées. et une prime d’émission de 19 693 milliers d’euros.
La décote à date de souscription des actions constitue une charge
5.3 PLAN D’ACTIONNARIAT SALARIÉ « SHARE FOR immédiate reconnue en intégralité dans le Compte de Résultat
YOU 2018 » – AUGMENTATION DU CAPITAL consolidé de la société émettrice. A ce titre, une charge de
SOCIAL LE 20 JUILLET 2018 937 milliers d’euros a été constatée en résultat opérationnel au
31 décembre 2018 au titre de la décote de 20 %.
Le conseil d’administration en date du 26  avril  2018, faisant
usage de la délégation qui lui a été consentie par l’Assemblée Déployées dans 16 pays, les souscriptions ont atteint un montant de
générale mixte des actionnaires en date du 16 mai 2017, a décidé 26,4 millions d’euros (avant décote). Plus de 6 000 salariés ont souscrit
du principe d’une augmentation du capital de la société SPIE SA des actions dans le cadre de « SHARE FOR YOU 2018 ». Aujourd’hui,
réservée aux salariés, anciens salariés et mandataires sociaux plus de 34 % des collaborateurs de SPIE sont actionnaires du Groupe.
éligibles de la Société et de ses filiales françaises et étrangères, Avec 4,3 % de son capital détenu par ses salariés, SPIE se classe
détenues directement ou indirectement, adhérentes d’un plan parmi les 20 sociétés du SBF 120 ayant le plus fort taux de détention
d’épargne d’entreprise du groupe SPIE, dans la limite d’un montant du capital par des salariés actionnaires.

NOTE 6 ACQUISITIONS ET CESSIONS

Les variations du périmètre de consolidation incluent : ● Le 14  novembre  2017, SPIE Nederland a acquis la société
néerlandaise Alewijnse Retail. Basée à Zaltbommel, Alewijnse
● les sociétés acquises durant la période ;
Retail emploie 20 collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires
● les sociétés acquises au cours de périodes précédentes et qui n’ont d’environ 6 millions d’euros en 2016. La société est spécialisée
pas les ressources nécessaires à la production d’informations dans la conception et la mise en place de plans de modifications de
financières conformes aux standards du Groupe dans les temps magasins ainsi que dans la maintenance, et collabore étroitement
impartis. Ces sociétés entrent dans le périmètre de consolidation avec ses clients afin de développer pour eux des solutions
dès que ces informations financières sont disponibles ; sur mesure. SPIE avait déjà fait en octobre 2016 l’acquisition
● les sociétés nouvellement créées ; d’un business unit du groupe Alewijnse (Alewijnse Technisch
● les sociétés sortant du périmètre. Beheer), spécialisé dans la gestion technique d’installations
liées au bâtiment. La contrepartie transférée s’est élevée à
2,7 millions d’euros.
6.1 VARIATION DE PÉRIMÈTRE
● Le 4  décembre  2017, SPIE Nederland a acquis la société
néerlandaise Inmeco. Fondée en 1996, la société Inmeco
6.1.1 Sociétés acquises au cours des exercices est spécialisée dans la mise en service, la prévention, la
précédents et consolidées en 2018 maintenance et la réparation de dispositifs d’instrumentation
● En  2018, SPIE a consolidé la société SAG Energy Systems industriels. La société a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de
Iberica filiale du Groupe SAG acquis le 31 mars 2017. Cette 820 milliers d’euros. Inmeco compte 4 salariés. La contrepartie
société située en Espagne est spécialisée dans l’installation de transférée s’est élevée à 0,4 millions d’euros.
ligne aériennes et sous terraines haute tension, l’équipement
● Le 20  décembre  2017, SPIE ICS France a acquis la société
de postes de transformation, des liaisons provisoires ainsi que
S-Cube. Basée à Vélizy, S-Cube est une société spécialisée dans
des fibres optiques. Elle a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires
la conception, l’intégration et la maintenance d’infrastructures
de 339 milliers d’euros et compte 24 salariés.
digitales, avec une expertise particulière dans les solutions
● Le 23 octobre 2017, le Groupe a acquis deux sociétés restées pour datacenters et l’hyperconvergence. S-Cube compte 42
inactives en 2017 et renommées respectivement « BoDo Shared employés et a généré en 2016 un chiffre d’affaires d’environ
Services » et « SPIE Gastechnischer Service ». Ces sociétés ont 47 millions d’euros. La contrepartie transférée s’est élevée à
fait l’objet au cours du premier semestre de 2018 d’un apport 25,5 millions d’euros.
partiel d’actifs en provenance de la société Bohlen & Doyen GmbH.
Ces sociétés ont été consolidées dès l’ouverture de l’exercice 2018.

116 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

6.1.2 Acquisitions de la période


Méthode de
Pays Type d’entrée Date d’entrée consolidation (1) % d’intérêt % de contrôle

NOUVELLES SOCIÉTÉS/ ACTIVITÉS DU GROUPE


Sous-Groupe Systemat
Systemat Eis SA Luxembourg Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Systemat Luxembourg Psf SA Luxembourg Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Inca Digital SA Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Systemat Belux SA Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Everun It S.P.R.L Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Shopmat S.P.R.L Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Syremat SA Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Systemat Expert SA Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Mimeos Logistics S.P.R.L Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Mimeos SA Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Systemat Numeric Support SA Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Systemat Digital Hub SA Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Systemat Sourcing Center SA Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Bizz4Partners SA Belgique Acquisition 27/04/2018 I.G. 100 100
Fluigetec France Acquisition 23/05/2018 I.G. 100 100
Buchet SAS France Acquisition 11/07/2018 I.G. 100 100
Siétar & VTI France Acquisition 01/08/2018 N.C. 100 100
FLM Allemagne Acquisition 06/11/2018 N.C. 100 100
(1) I.G. : Intégration globale, N.C. : Non consolidée.

Les entrées dans le périmètre de consolidation correspondant à pour les process liquides de l’industrie agro-alimentaire. Avec
4
des acquisitions en 2018, sont les suivantes : un effectif de 44 salariés, la société a réalisé en 2017 un chiffre
d’affaires de 6 millions d’euros. La contrepartie transférée s’est
● le 27 avril 2018, SPIE a finalisé l’acquisition de Systemat en
élevée à 2 millions d’euros.
Belgique. Systemat est un spécialiste de la gestion d’équipements,
de logiciels et d’infrastructures ICT. La société emploie environ ● Le 6 novembre 2018, SPIE DZE a acquis FLM Freileitungsmontagen
150 collaborateurs, avec un chiffre d’affaires annuel de l’ordre GmbH (« FLM »). Fondée en 2007 et basée à Lienz en Autriche,
de 70 millions d’euros. Cette acquisition permet à SPIE de se FLM opère majoritairement en Allemagne et se spécialise dans la
positionner sur le marché des services ICT en Belgique, et de mise à disposition de grimpeurs industriels pour la construction
compléter ainsi la large gamme de services que le Groupe offre de lignes électriques aériennes. Cette acquisition permet à
déjà dans ce pays. La contrepartie transférée s’est élevée à SPIE de renforcer son expertise dans le secteur des réseaux
11,1 millions d’euros ; de distributions électriques en milieu difficile. Les 34 grimpeurs
industriels (sur 44 employés) de FLM sont spécialement entrainés
● le 23  mai  2018, SPIE a acquis Fluigetec en France. Cette
à opérer en milieu alpin et pré-alpin. La société génère chiffre
acquisition permet à SPIE de compléter sa large gamme de
d’affaires de l’ordre de 4  millions  d’euros. La contrepartie
services proposés au secteur du nucléaire. Avec un effectif de
transférée s’est élevée à 0,4 millions d’euros.
19 salariés, la société a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de
près de 2 millions d’euros. La contrepartie transférée s’est élevée
6.1.4 Sociétés créées
à 1,9 millions d’euros ;
● Le Groupe a créé le 28 décembre 2017 la société SPIE Meppel B.V.,
● le 11 juillet 2018, SPIE Industrie & Tertiaire filiale de SPIE France,
située au Pays-Bas. La société a été consolidée au cours du
a finalisé l’acquisition de la société Buchet en France. Fondée
premier semestre de 2018.
en 1954, Buchet est une société spécialisée dans l’installation
électrique à destination du secteur tertiaire et du logement. La ● Le Groupe a consolidé à compter du 1er juin 2018 la société SPIE
société, basée à Nice et principalement active dans la région 162. Cette société était sans activité depuis sa création en 2016. En
Provence-Alpes-Côte d’Azur, bénéficie d’un fort ancrage sur un date du 31 mai 2018, cette société a été renommée ATMN Industrie.
marché local dynamique. Elle emploie 47 salariés et a généré Située en France, cette société a fait l’objet au cours du premier
un chiffre d’affaires d’environ 13 millions d’euros en 2017. La semestre de 2018 d’un apport partiel d’actifs en provenance de
contrepartie transférée s’est élevée à 2,8 millions d’euros. la société ATMN.
● Le Groupe a consolidé en 2018 la société SPIE Oil And Gas
6.1.3 Sociétés provisoirement détenues en tant Services Ghana Limited créée le 16 avril 2018.
qu’actifs financiers
● Le 1er août 2018, SPIE a acquis en France Siétar & VTI, une société
spécialisée dans la tuyauterie et la chaudronnerie industrielle

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 117


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

6.1.5 Sociétés cédées ou liquidées en 2018 ● le 20 décembre 2017, SPIE a signé un accord en vue de la cession
Au cours de l’année 2018, le Groupe a procédé à plusieurs cessions ou de ses activités au Maroc à ENGIE. SPIE Maroc compte plus de
liquidations de sociétés qui ne présentaient pas d’intérêt stratégique 1 000 collaborateurs et a généré en 2017 un chiffre d’affaires de
pour SPIE. Les opérations sont les suivantes : près de 60 millions d’euros. La cession définitive a été conclue
le 2 mars 2018.
● le 9 janvier 2018, la société SAG Finance B.V. située aux Pays-Bas
a été liquidée. Sans activité notable depuis décembre  2017, 6.1.6 Changements de méthode de consolidation
la liquidation n’a pas eu d’impact significatif sur les comptes Au cours de l’année  2018, le Groupe a déconsolidé la société
du Groupe ; SPIE OGS Venezuela sans activité depuis 2017 et entièrement
dépréciée du fait de la forte dévaluation du Bolivar Vénézuélien.

6.2 IMPACT DES NOUVELLES SOCIÉTÉS CONSOLIDÉES


L’impact des nouvelles sociétés consolidées sur le bilan consolidé est présenté ci-dessous :

Autres Total Ajustements PPA Total après


En milliers d’euros S-Cube Groupe Systemat acquisitions acquisitions 2018 (IFRS 3R) ajustements

Actifs incorporels 3 954 6 056 1 351 11 361 (740) 10 621


Actifs corporels 135 46 346 527 (189) 338
Immobilisations financières 14 249 26 289 - 289
Impôts différés 501 - 211 712 411 1 123
Autres actifs non courants - 45 - 45 - 45
Actifs courants 10 301 14 971 5 715 30 987 (4 743) 26 244
Trésorerie 8 240 846 2 585 11 671 - 11 671
Total actifs acquis évalués
à la juste valeur 23 145 22 213 10 234 55 592 (5 261) 50 331
Capitaux propres part
minoritaires - - 868 868 - 868
Dettes financières long
terme - (2 165) (61) (2 226) - (2 226)
Autres passifs non courants (634) (5 690) (306) (6 630) 353 (6 277)
Impôts différés (1 218) (1 599) (350) (3 167) - (3 167)
Dettes financières court
terme - (12 581) (19) (12 600) - (12 600)
Autres passifs courants (13 637) (14 488) (6 870) (34 995) (33 419) (68 414)
Total passifs repris évalués
à la juste valeur (15 489) (36 523) (6 738) (58 750) (33 066) (91 816)
Contrepartie transférée* 25 500 11 113 7 836 44 449 - 44 449
GOODWILLS CONSTATÉS 17 844 25 423 4 340 47 607 38 327 85 934
* (Cf. note 6.1.2.).

La colonne « ajustements PPA (IFRS 3R) » inclut notamment :


● les ajustements de goodwills liés aux travaux d’allocation du prix d’acquisition des entités et sous-groupes acquis au cours de l’exercice
précédent (cf. note 14.1) et en particulier des provisions complémentaires comptabilisées pour le groupe Ziut (12,6 millions d’euros) et
le groupe SAG (17,8 millions d’euros).

118 SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018


ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

NOTE 7 INFORMATION SECTORIELLE

L’information synthétique destinée à l’analyse stratégique et à la prise de décision de la Direction générale du Groupe (notion de principal
décideur opérationnel au sens de la norme IFRS 8) est articulée autour des indicateurs de production et d’EBITA déclinés par secteur
opérationnel.

7.1 INFORMATION PAR SECTEUR OPERATIONNEL


La production telle que présentée dans le reporting interne représente l’activité opérationnelle réalisée par les sociétés du Groupe, notamment
en intégrant proportionnellement les entités comportant des actionnaires minoritaires ou étant consolidées par mise en équivalence.
L’EBITA, tel que présenté dans le reporting interne, représente le résultat dégagé par les opérations pérennes du Groupe avant impôts et
résultat financier. Il se calcule avant amortissement des goodwills affectés (marques, carnets de commandes et clientèles). La marge est
exprimée en pourcentage de la production.

Germany and North-Western Oil & Gas


En millions d’euros France Central Europe Europe and Nuclear Holdings Total

2018
Production 2 523,1 2 163,6 1 498,0 486,6 - 6 671,3
EBITA 158,2 133,5 53,3 46,1 9,0 400,0
EBITA en % de la production 6,3 % 6,2 % 3,6 % 9,5 % n/a 6,0 %
2017
Production 2 406,9 1 891,4 1 336,4 492,2 - 6 126,9
EBITA 151,7 120,0 54,3 48,9 13,1 388,0
EBITA en % de la production 6,3 % 6,3 % 4,1 % 9,9 % n/a 6,3 %

7.1.1 Rapprochement entre production et produits des activités ordinaires tirés des contrats avec des clients des
états consolidés

En millions d’euros 2018 2017


4
Production 6 671,3 6 126,9
(1)
SONAID  (1,8) (7,8)
Activités holdings (2) 22,6 17,8
(3)
Autres  1,6 (8,9)
Produits des activités ordinaires 6 693,7 6 128,0
(1) La société SONAID est comptabilisée selon la méthode de la mise en équivalence dans les comptes consolidés et en proportionnel (55 %) dans la production.
(2) Chiffres d’affaires hors Groupe de SPIE Operations et autres entités non opérationnelles.
(3) Refacturation des prestations effectuées par les entités du Groupe à des coentreprises non gérées ; refacturations ne relevant pas de l’activité opérationnelle
(essentiellement refacturation de dépenses pour compte de tiers) ; retraitement de la production réalisée par des sociétés intégrées par mise en équivalence ou non
encore consolidées..

SPIE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2018 119


4 ANALYSE DE L’ACTIVITÉ ET ÉTATS FINANCIERS
Comptes consolidés

7.1.2 Rapprochement entre EBITA et résultat opérationnel consolidé

En millions d’euros Notes 2018 2017

EBITA 400,0 388,0


Amortissement des goodwills affectés (a) (60,2) (59,8)
Restructurations (b) (32,3) (44,5)
Commissions de nature financière (1,7) (1,6)
Impact des sociétés mises en équivalence (4,3) (1,6)
Autres éléments non-récurrents (c) (21,9) (16,9)
Résultat opérationnel 279,6 263,6

(a) Le montant des amortissements des goodwills affectés comprend (41,1) millions d’euros au titre de SAG en 2018 et 2017.
(b) En 2018, les restructurations correspondent essentiellement aux coûts relatifs aux réorganisations en France pour (9.9) millions d’euros
et aux coûts d’intégration du Groupe SAG pour (17.6) millions d’euros.
En 2017, les restructurations correspondaient essentiellement aux coûts relatifs aux réorganisations en France pour (13.3) millions d’euros,
dans l’activité Oil & Gas pour (13.5) millions d’euros, et à l’intégration du Groupe SAG pour (16.2) millions d’euros.
(c) En 2018, les « autres éléments non-récurrents » correspondent essentiellement aux coûts liés aux projets de croissance externe
pour (2,8) millions d’euros, à la charge reconnue sur le plan d’attribution d’actions de performance en application de la norme IFRS 2
pour (2,9) millions d’euros ainsi qu’aux coûts liés à la vente de l’activité « services aux réseaux de distribution » (pour la partie réseau
électrique) au Royaume-Uni pour (14,1) millions d’euros.
En 2017, les « autres éléments non-récurrents » correspondaient essentiellement aux coûts liés aux projets de croissance externe
pour (8,9) millions d’euros, à la charge reconnue sur le plan d’attribution d’actions de performance en application de la norme IFRS 2
pour (5,1) millions d’euros.

7.2 INDICATEURS PRO-FORMA


Les indicateurs pro-forma visent à fournir une vision économique plus complète en incorporant le compte de résultat sur 12 mois des
sociétés acquises en cours d’exercice, indépendamment de la date d’entrée en consolidation.

En millions d’euros 2018 2017

Production du Groupe