Vous êtes sur la page 1sur 52

Biotechnologie alimentaire :

Guide du communiquant visant à améliorer la compréhension


3ème édition

www.foodinsight.org
Biotechnologie alimentaire :
Guide du communiquant visant à améliorer la compréhension

3ème édition

Merci à ceux qui ont révisé et/ou contribué à l’élaboration de ce guide:


Contributeurs
Mary Lee Chin, MS, RD
Lindsey Field, MS, RD, LD
Jennifer Schmidt, MS, RD
Rebecca Scritchfield, MA, RD, ACSM HFS
Cheryl Toner, MS, RD
Réviseurs
Christine M. Bruhn, PhD, University of California, Davis
Lowell B. Catlett, PhD, New Mexico State University
Mary Lee Chin, MS, RD, Nutrition Edge Communications
Marsha Diamond, MA, RD, M. Diamond, LLC
Connie Diekman, MEd, RD, LD, FADA, Washington University in St. Louis
Terry D. Etherton, PhD, The Pennsylvania State University
Martina Newell-McGloughlin, DSc, University of California, Davis

Design par Boomerang Studios, Inc.

©Avril 2013, Fondation du Conseil international d’information alimentaire

Ce document a été préparé en vertu d’un accord de partenariat entre le Département de l’Agriculture
des États-Unis (USDA), le Foreign Agricultural Service (FAS) et la Fondation du Conseil international
d’information alimentaire (IFIC) pour fournir des éléments essentiels à la communication sur la
biotechnologie alimentaire. Cet accord de partenariat n’a en aucun cas pour but de promouvoir les
produits ou organisations qui peuvent soutenir l’IFIC ou la Fondation de l’IFIC.

www.foodinsight.org
SOMMAIRE

1
INTRODUCTION
chapitre
Introduction et synthèse du programme................................................................................................... 1

LANGAGE
chapitre
2 Développer votre message................................................................................................................................... 3
Messages clés ............................................................................................................................................................... 4
Mots à utiliser et Mots à éviter.......................................................................................................................12

PRÉSENTATION
chapitre
3 Préparation de la présentation.......................................................................................................................17
Astuces pour communiquer avec impact...............................................................................................18
Répondre aux questions difficiles................................................................................................................19

DOCUMENTS DE PRÉSENTATION
chapitre
4 Fiche technique sur la biotechnologie alimentaire.........................................................................24
Chronologie de la biotechnologie alimentaire...................................................................................26

ASTUCES CONCERNANT LES MÉDIAS


chapitre
5 Lignes directrices concernant l’interaction avec les médias.................................................29
Améliorer la compréhension du public : Lignes directrices pour communiquer
sur les sciences émergentes en nutrition, sécurité alimentaire et santé....................38

RESSOURCES COMPLÉMENTAIRES
chapitre
6 Répertoire des organismes scientifiques, sanitaires et gouvernementaux ayant
des ressources sur la biotechnologie alimentaire..........................................................................43

GLOSSAIRE DES TERMES DE L’ALIMENTATION ET DE LA


chapitre
7 BIOTECHNOLOGIE AGRICOLE........................................................................................................47

www.foodinsight.org
CHERS COLLÈGUES,
Au fur et à mesure que les agriculteurs et autres producteurs d’aliments décou-
vrent les possibilités offertes par la biotechnologie alimentaire, l’on constate
un intérêt croissant pour la sécurité et la durabilité de ces aliments. Bien que
1
des aliments issus de la biotechnologie aient été consommés en toute sécurité INTRODUCTION
depuis plus de 15 ans, ils font encore l’objet de controverse à travers le monde,
certaines personnes soulevant des questions quant à la sécurité, l’impact envi-
ronnemental et la réglementation de ces aliments.
Pour comprendre la complexité des enjeux, l’accès à des informations à jour, • Introduction et synthèse du programme
scientifiquement valables et compréhensibles par les consommateurs sur la
biotechnologie alimentaire est indispensable. Pour aider à communiquer sur ce
sujet souvent confus et controversé, la Fondation de l’IFIC fournit une docu-
mentation approfondie : Biotechnologie alimentaire : Le Guide du communi-
quant visant à améliorer la compréhension, 3ème édition, qui s’adresse aux
dirigeants et autres communiquants dans les communautés de l’alimentation, de
l’agriculture, de la nutrition et de la santé.
Que vous donniez une présentation de la science ou que vous communiquiez
aux médias, le Guide contient des des ressources et des éléments clés sur la
biotechnologie alimentaire pour vous aider à adapter votre message à votre
public spécifique. Dans ce Guide, vous trouverez les dernières informations
scientifiques et compréhensibles par le consommateur sous la forme de points
de discussion, de documents, d’un glossaire, d’une présentation PowerPoint, de
conseils pour échanger avec les médias, etc.
La question de la biotechnologie dans la production alimentaire interpelle un
grand nombre de personnes, souvent à un niveau émotionnel, ce qui donne lieu
à d’importantes divergences d’opinion. Conscients que les discussions peuvent
se transformer en débats houleux, nous vous proposons des conseils pour vous
aider à vous préparer à de telles situations et à vous sentir confiant lorsque vous
devrez répondre aux questions difficiles sur la sécurité et les avantages de la
biotechnologie.
Nous espérons que ce Guide sera une ressource utile lorsque vous travaillerez
pour améliorer la compréhension de la biotechnologie alimentaire au profit des
générations futures. Pour accéder à la version en ligne du Guide et aux res-
sources supplémentaires, veuillez visiter www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx.

David B. Schmidt Marianne Smith Edge, MS, RD, LD, FADA


PDG Vice-Présidente Sénior,
Nutrition & Food Safety

www.foodinsight.org

–1–
2
soyez clair LANGAGE
et bref

• Développer votre message

• Messages clés

• Mots à utiliser et Mots à éviter

Développer votre message


Le thème de la biotechnologie alimentaire* peut être complexe et déroutant.
Pour les personnes ayant de fortes convictions personnelles vis-à-vis de
la nourriture, il peut représenter un sujet très émotionnel. Par conséquent,
votre façon de communiquer est aussi importante que ce que vous dites.

Tout d’abord, ce chapitre donnera sélectionner quelques points de


quatre messages clés sur la bio- discussion avec des faits et des
technologie alimentaire en mettant exemples spécifiques qui per-
l’accent sur la sécurité, les avantages mettent d’ajouter de la profondeur
pour les consommateurs, la durabilité et du sens au message clé.
et la capacité à nourrir la planète de
• Un point de discussion princi-
celle-ci. Quelques points à retenir sur
pal peut fonctionner pour plus
les messages clés :
d’un message clé, moyennant
• Les messages clés et les principaux quelques retouches mineures. Par
points de discussion ne constituent exemple, bien que la réduction
pas un script. Comme on le verra de l’utilisation de pesticides soit « Ma conclusion aujourd’hui est
dans le chapitre sur la prépara- avant tout un exemple du rôle de très claire : le débat sur les
tion de la présentation (voir aussi la biotechnologie dans le dével- aliments GM [génétiquement
modifiés] est clos. Vous êtes plus
la barre latérale dans ce chapitre, oppement durable, plus des trois susceptible d’être touché par un
Astuces pour communiquer avec quarts (77%) des consommateurs astéroïde que de tomber malade
impact), vous devez adapter votre disent qu’ils sont plus susceptibles du fait d’aliments GM. »
langage à votre situation. d’acheter des aliments issus de la Mark Lynas, écrivain et écologiste
britannique. Conférence agricole
biotechnologie, s’ils sont cultivés d’Oxford, Université d’Oxford, 3 janvier
• Les principaux points de discussion
avec moins de pesticides, selon une 2013.
constituent un « menu de mes-
enquête menée par l’IFIC en 2012.
sages » à partir duquel vous pouvez
*Consultez le glossaire pour la définition des termes et de plus amples informations qui pour-
ront s’avérer utiles pour vous-même ou votre public lors de l’utilisation des messages clés.

–3–
2 Langage Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Voici également un message pour le


consommateur !
Messages clés
Astuces pour • Il est utile de renforcer votre mes- Message N°1 :
communiquer sage par les répétitions, tout en >> Sécurité alimentaire
avec impact répondant soigneusement aux
Les aliments produits par la
préoccupations du public.
biotechnologie actuellement
• Reconnaissez que la biotechnologie proposés sur le marché sont
(Voir le Chapitre 3 pour plus de détails sur alimentaire n’est qu’un des nom- sans danger pour les humains et
ces conseils.)
breux outils à la disposition des la planète, et dans certains cas
1. Posez vous à la fois en individu agriculteurs et des producteurs cette technologie peut être utili-
et en professionnel.
d’aliments pour assurer un approvi- sée pour améliorer la sécurité.
2. E xprimez de l’empathie pour sionnement alimentaire sûr, abord-
les autres et montrez que vous
able, abondant, savoureux, nutritif,
Principaux points de
vous souciez de la question discussion
posée. pratique et durable.
3. Connaissez votre auditoire • De nombreuses études menées au
• Consultez régulièrement le site
et préparez-vous en cours des trois dernières décen-
Web de la Fondation IFIC,
conséquence. nies ont soutenu la salubrité
www.foodinsight.org/foodbioguide.
4. Soyez simple, clair et concis. des aliments produits grâce à la
aspx pour des mises à jour concer-
5. Ayez confiance en vous biotechnologie.1-7
nant la recherche, la réglementa-
lorsque vous répondez aux
tion, le développement de produits • Les consommateurs mangent
questions.
et la disponibilité des produits. des aliments biotechnologiques
en toute sécurité depuis 1996,
Deuxièmement, l’importance du choix
« Notre Association reconnaît sans aucune preuve de préjudice
des mots est analysée, y compris
les nombreux avantages offerts démontré où que ce soit dans le
les Mots à utiliser et les Mots à
par les cultures et les aliments monde.5
éviter sur la biotechnologie alimen-
transgéniques, n’est pas pour
un moratoire sur la plantation taire testée par les consommateurs. • Le Congrès américain, le départe-
de cultures transgéniques, ment américain de l’agriculture
et encourage les progrès (USDA), la Food and Drug Admin-
continus de la recherche en istration (FDA) et l’Environmental
biotechnologie alimentaire. »
Protection Agency (EPA) coor-
American Medical Association,
Politique sur les cultures alimentaires donnent la réglementation et
génétiquement modifiées, 2012. proposent des lignes directrices
pour les tests de sécurité des cul-
tures agricoles et des animaux
« Il n’y a aucune preuve que issus de la biotechnologie ainsi
les aliments transgéniques
actuels posent un risque pour que des aliments qui en sont
les humains. Les tests de dérivés. Ceci garantit la sécurité
sécurité alimentaire menés par de l’approvisionnement alimen-
les producteurs de semences taire américain. Ces règlements
transgéniques et autres ... examinent les répercussions sur
n’ont trouvé aucune preuve de
l’alimentation humaine, animale, et
préjudice, y compris de réactions
allergiques. » l’environnement.1,4,8
Greg Jaffe, Center for Science
in the Public Interest. Rapport:
« Parlons franchement des aliments
génétiquement modifiés : réponses
aux questions fréquemment posées »,
avril 2012.

–4–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer Langage 2
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

• Des organisations scienti- grâce à la biotechnologie, si un provenant d’animaux élevés à


fiques internationales telles que ou plusieurs des principaux al- l’aide du génie génétique sont
l’Organisation mondiale de la santé lergènes alimentaires (lait, œufs, proposés, les régulateurs fé-
(OMS) ou la Food and Agriculture blé, poisson, crustacés, noix, déraux disposent d’un proces-
Organization (FAO) des Nations soja, ou arachides) est introduit, sus en place pour en évaluer la
Unies, ont évalué les éléments de le potentiel allergène du produit sécurité au cas par cas.10,11
preuve concernant la sécurité et doit être testé.1
o La FDA a conclu que l’utilisation
les avantages de la biotechnolo-
o La FDA exige un étiquetage par- du clonage dans l’élevage des
gie alimentaire et chacune appuie
ticulier pour tout aliment, qu’il vaches, des chèvres et des porcs
l’utilisation responsable de la bio-
soit ou non issu de la biotechnol- est une pratique agricole sans
technologie pour ses effets positifs,
ogie, si une protéine provenant danger, et que la viande et le lait
aujourd’hui comme demain, sur
de l’un ou de plusieurs des huit provenant de ces animaux sont
l’insécurité alimentaire, la malnutri-
principaux allergènes alimen- les mêmes que ceux des autres
tion et le développement durable. 7,9
taires, est présente.1 animaux.12,13
• Les aliments issus de la biotechnol-
• La biotechnologie animale est une o La sécurité du lait et des au-
ogie ont été étudiés en profondeur
technique sûre pour la production tres produits laitiers provenant
étudiés et jugés sûrs par un large
de viande, de lait et d’œufs. de vaches auxquelles avait été
éventail d’organismes de réglemen-
administré du rbST a été établie
tation, des scientifiques, des pro- o Contexte : La biotechnologie
et renforcée par des décennies de
fessionnels de la santé et d’autres animale comporte un certain
recherche.14
experts, aux États-Unis et partout nombre de pratiques d’élevage
dans le monde.1-5,7,8 sélectif avancées, telles que le o Les aliments pour animaux
génie génétique ou le clonage, contenant des cultures biotech-
• Des organisations de santé dignes
ainsi que l’utilisation de produits nologiques, sont les mêmes que
de confiance telles que l’American
tels que l’hormone protéique so- ceux provenant de cultures
Medical Association ont approuvé
matotropine bovine recombinante conventionnelles, tout comme
l’utilisation responsable de la bio-
(STbr) administrée aux vaches la viande, le lait et les œufs sont
technologie pour augmenter les
laitières. identiques que l’animal soit
niveaux de production alimentaire.
nourri avec des aliments biotech-
o Les aliments issus d’animaux
• Consommer des aliments issus de nologiques ou conventionnels.1
génétiquement modifiés ne sont
la biotechnologie est sans danger
actuellement pas commerciali- • La biotechnologie peut contribuer
pour les enfants et les femmes qui
sés aux Etats-Unis. Lorsque de à améliorer la sécurité alimentaire
sont enceintes ou qui allaitent.2,7,9
nouveaux produits alimentaires en réduisant la présence de toxines
• Pour les personnes souffrant d’origine naturelle et d’allergènes
d’allergies alimentaires, l’utilisation dans certains aliments.
de la biotechnologie n’augmente
o Grâce à la biotechnologie, des
pas le potentiel d’un aliment de
scientifiques ont mis au point
provoquer une réaction allergique
une pomme de terre qui produit
ou une nouvelle allergie alimen-
moins d’acrylamide lorsqu’elle est
taire. L’étiquette d’un aliment est le
chauffée ou cuite. Ce produit est
meilleur guide pour les consomma-
en cours d’examen par les autori-
teurs qui doivent éviter les ingrédi-
tés réglementaires américaines.15
ents auxquels ils sont allergiques.1
o Du lait à faible teneur en lactose
o Durant l’examen approfondi
est actuellement produit plus
mené par la FDA sur un nouveau
efficacement avec des enzymes
produit alimentaire développé
issus de la biotechnologie, ce qui

–5–
2 Langage Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

représente un avantage important o Alors que près de la moitié (53%)


pour les personnes souffrant des consommateurs évitent
d’intolérance ou de sensibilité au certains aliments ou ingrédients,
lactose.16 aucun ne dit éviter les aliments
issus de la biotechnologie. 20
o À l’avenir, les scientifiques pour-
ront peut-être éliminer les proté- Message N°2 :
ines qui provoquent des réactions >> Les avantages pour le
allergiques à des aliments comme consommateur
le soja, le lait ou les arachides,
La biotechnologie alimentaire
rendant ainsi les denrées alimen-
est utilisée pour améliorer la
taires plus sûres pour les per-
nutrition, relever la sécurité et la
« Je pense que tout cela est sonnes allergiques.17-19
qualité des aliments, et pour pro-
fascinant. Il n’y a pas de réponse
toute faite. La technologie est • Selon une enquête menée par téger les cultures vivrières et les
là. Si l’on peut me proposer de l’IFIC en 2012, la majorité (69%) animaux contre des maladies qui
meilleures tomates, je suis pour. » des consommateurs américains sinon menaceraient la stabilité,
Julia Child, Toronto Star, sont confiants quant à la salubrité le côté abordable et le caractère
27 octobre 1999. de l’approvisionnement alimentaire sain de notre approvisionnement
américain.20 alimentaire.
« Cela fait des millénaires que o Lorsque les consommateurs font Principaux points de
nous faisons pousser des état de leurs préoccupations en discussion
plantes ... afin d’obtenir des fruits
matière de sécurité alimentaire,
et légumes qui soient sains et • L’amélioration de la protection
sans danger. A présent nous celles-ci ne concernent que
contre les maladies des cultures à
utilisons la dernière génération rarement la biotechnologie, qui
travers la biotechnologie permet
de la biotechnologie pour ... les n’est mentionnée que par 2% des
rendre encore plus sûrs. »
d’obtenir une récolte plus fiable,
consommateurs. En revanche,
Ronald Kleinman, MD, médecin
assurant ainsi à tous les consomma-
près d’un tiers sont préoccupés
en chef, Massachusetts General teurs un accès ininterrompu à des
par les maladies et la contamina-
Hospital for Children, 2012. aliments peu chers.21-25
tion d’origine alimentaire (29%) et
près d’un quart sont préoccupés o Les défenses naturelles des
par une mauvaise manipulation ou plantes peuvent être améliorées
préparation des aliments (21%).20 par la biotechnologie, donnant

–6–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer Langage 2
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

des plantes plus résistantes et méthodes de lutte contre le virus


augmentant les rendements. A ont échoué, la biotechnologie a
titre d’exemple, citons la papaye sauvé les cultures et l’industrie
protégée contre le virus ringspot de la papaye à Hawaii grâce au « L’application de la
(sur le marché), ainsi que les développement de papayes résis- biotechnologie moderne à
prunes protégées contre le virus tantes aux virus.31 la production alimentaire
présente de nouveaux défis
de la sharka et les haricots proté- et opportunités pour la santé
• Grâce à un élevage sélectif de
gés contre le virus de la mosa- humaine et le développement ...
pointe, les scientifiques ont mis au
ïque dorée (tous deux en cours amélioration de la qualité et des
point des aliments et des ingrédi-
d’examen réglementaire).26-29 caractéristiques nutritionnelles
ents contenant une proportion plus et de traitement, ce qui peut
o Le maïs protégé contre les élevée de graisses saines qui peu- contribuer directement à
insectes est également pro- vent contribuer à améliorer la santé l’amélioration de la santé
tégé contre les moisissures, cardiaque et cérébrale. D’autres ali- humaine et au développement. »
qui peuvent sinon se dévelop- ments et ingrédients sont en cours Département de la Sécurité
alimentaire de l’Organisation
per dans les trous créés par d’élaboration. mondiale de la Santé 2005.
les organismes nuisibles aux
o La sélection avancée et la pro-
végétaux et produire des tox-
duction alimentaire moderne ont
ines qui menacent la sécurité
été utilisées pour développer des
alimentaire. Par conséquent, des
huiles de canola, de soja et de
recherches sur d’autres cul-
tournesol qui ne produisent pas
tures, comme le riz et la canne
d’acides gras trans.32-36
à sucre, sont en cours pour
qu’il soit possible de bénéficier o Des huiles de soja et de canola
de cet avantage sur l’ensemble sont en cours de traitement bio-
de l’approvisionnement technologique pour founir les
alimentaire.24,30 acides gras oméga-3 spécifiques
les plus protecteurs pour la santé
o Dans les années 1990, la culture
cardiaque. En l’état, le soja et le « Les progrès du génie génétique
de papaye hawaïenne a été pr- des plantes ont apporté
canola sont déjà riches en acides
esque intégralement dévastée par d’énormes avantages pour les
gras oméga-3. Ces avancées visent
le virus ringspot de la papaye, qui agriculteurs américains. »
à offrir des possibilité supplémen-
aurait pu éliminer la seule source Barack Obama, candidat aux
taires en matière de santé cardi- présidentielles des Etats-Unis.
américaine d’approvisionnement
aque à partir d’aliments à base de Débat scientifique 2008.
de ce fruit. Alors que d’autres
plantes.33,35-37

–7–
2 Langage Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

o Les chercheurs ont reproduit avec ont bon goût, et des recherches consommateurs (69%) déclarent
succès des porcs et des vaches par en biotechnologie sont en cours qu’ils achèteraient des aliments
clonage et le génie génétique pour pour développer des aliments plus améliorés grâce à la biotechnologie
produire de la viande comportant savoureux et qui restent frais plus pour qu’ils aient meilleur goût.20
des niveaux plus élevés d’acides longtemps.
gras oméga-3. Si ces produits Message N°3 :
o Les scientifiques ont mis au point
étaient disponibles sur le marché, >> Durabilité
grâce à la biotechnologie des
les consommateurs auraient plus
tomates, des melons, et des papa- La biotechnologie contribue à la
de choix pour relever le niveau de
yes qui mûrissent au bon moment durabilité sociale, économique
ces acides gras si sains dans leur
pour offrir au consommateur un et environnementale de
régime.38,39
produit frais et plus savoureux l’agriculture.
o Selon une enquête menée par (non disponibles dans les magas-
Principaux points de
l’IFIC en 2012, la majorité des ins aujourd’hui).16,41
discussion
consommateurs seraient sus-
o Les chercheurs ont développé
ceptibles d’acheter des aliments • La biotechnologie contribue à
des pommes et des pommes de
améliorés grâce à la biotechnolo- la durabilité environnementale
terre qui conservent leur couleur
gie pour améliorer leur nutrition de l’agriculture en améliorant
d’origine plus longtemps après un
(69%), consommer des matières l’utilisation sûre et efficace des
tranchage ou une manipulation
grasses plus saines (71%), et ab- pesticides, en réduisant la quan-
brutale (ils ne s’abîment pas aussi
sorber moins de graisses saturées tité d’insecticide utilisée sur les
facilement), et restent croquants
(68%).20 cultures, en réduisant les gaz à
plus longtemps que leurs ho-
effet de serre, en préservant et en
• La biotechnologie est utilisée pour mologues traditionnels. Le gène
améliorant la qualité du sol et en
améliorer la nutrition dans une responsable du brunissement est
réduisant les pertes de récoltes
variété d’aliments dans le but de tout simplement désactivé, ou «
à la fois sur le terrain et après la
lutter contre la grave malnutrition mis sous silence » dans ces ali-
récolte.21,25,43-48
dont souffre la planète.40 (Voir ments, ce qui les rend plus attray-
message Nourrir le monde en ants pour les fournisseurs et les • La biotechnologie et d’autres tech-
page 12) consommateurs.6,42 La pomme est nologies agricoles de précision (par
en cours d’examen par l’USDA. exemple, le labour de conservation,
• Par-dessus tout, les consomma-
la gestion intégrée des ravageurs
teurs veulent des aliments qui o Selon une enquête menée par
[IPM], et les systèmes automati-
l’IFIC en 2012, une majorité de
sés d’agriculture à l’aide de GPS
informatisés [système de posi-
tionnement global]) contribuent
à augmenter la quantité de nour-
riture qui peut être récoltée par
acre de terre ou par animal, ce qui
réduit le besoin d’utiliser de plus
en plus de terres pour nourrir une
population croissante.
o Les cultures tolérantes aux
herbicides permettent aux agri-
culteurs de mieux lutter contre
les mauvaises herbes, ce qui aide
les cultures à prospérer.21

–8–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer Langage 2
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

o Avec les cultures protégées con-


tre les insectes, les agriculteurs
sont en mesure de récolter plus
de produits sains et sans dom-
mages par unité de surface.43
o Avec l’utilisation de la rbST et une
bonne gestion, cinq vaches peu-
vent produire la même quantité de
lait qu’à une certaine époque six
vaches, ce qui permet de réduire
la quantité de nourriture pour
plus une menace, même pour
animaux utilisée et de méthane « Les nouvelles science et
le maïs non-Bt dans les champs technologie, y compris les outils
(gaz à effet de serre) produit par
environnants.53 de la biotechnologie, seront
les troupeaux laitiers.49
nécessaires pour développer des
o Avec l’adoption de cultures
o La biotechnologie a joué un cultures plus aptes à résister aux
tolérantes aux herbicides, les contraintes climatiques telles que
rôle important dans la réduc-
agriculteurs ont plus de choix en la sécheresse, la chaleur et les
tion et la plus grande précision
matière de gestion durable des inondations. Une telle recherche
de l’utilisation des pesticides, contribuera également à aider
mauvaises herbes, et peuvent
ainsi que dans l’utilisation le monde à se préparer aux
sélectionner des herbicides qui
d’herbicides plus respectueux de futurs effets du réchauffement
se décomposent plus rapidement planétaire sur la production. »
l’environnement.44,45
et ont donc moins d’impact sur Norman Borlaug, scientifique
o De 1996 à 2011, les cultures bio- l’environnement que les anciens spécialiste des plantes et lauréat du
technologiques ont collectivement herbicides.21 prix Nobel de la paix. Wall Street
Journal, 2007.
réduit les applications mondiales
o Les cultures ayant été domes-
de pesticides de 1,04 milliards de
tiquées pour la première fois
livres d’ingrédient actif.50
voici des siècles, les insectes, les
o Les cultures de Bacillus thuringi- mauvaises herbes et les maladies
ensis (Bt) sont développés pour des plantes se sont adaptés aux
cibler uniquement les insectes efforts des agriculteurs pour les
qui se nourrissent de ces cul- gérer, que les cultures soient
tures, plutôt que les abeilles ou biologiques, conventionnelles, ou
les prédateurs naturels des rava- biotechnologiques. De nouveaux
geurs des cultures, ce qui est bon types de maïs et de soja tolérants « Nous croyons que la
pour l’écosystème.46 aux herbicides ont été dévelop- biotechnologie a un rôle
pés pour permettre de relever crucial à jouer pour accroître
o Etant donné que les agri-
les défis en cours quant à la la productivité agricole, en
culteurs ne sont pas obligés particulier à la lumière du
résistance de certaines mauvaises
de pulvériser de l’insecticide changement climatique. Nous
herbes aux herbicides.54
aussi souvent avec les cultures croyons également qu’elle
Bt ceux-ci sont protégés contre • La biotechnologie et les bonnes peut aider à améliorer la valeur
nutritionnelle des aliments de
l’empoisonnement accidentel.51,52 pratiques agricoles améliorent la
base. »
qualité du sol et réduisent la pollu-
o Grâce à la plantation à grande Hillary Rodham Clinton,
tion en permettant aux agriculteurs 67èmeSecrétaire d’Etat des Etats-
échelle du maïs Bt, la pyrale du
de labourer (ou de travailler méca- Unis et ancienne Sénatrice de New
maïs (ravageur important des York. World Food Day Conference
niquement le sol), moins souvent
cultures de maïs) a été suppri- Call, 16 octobre 2009.
ou pas du tout.25,48
mée si bien que le ravageur n’est

–9–
2 Langage Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

o Point de fond : Le labourage du o Grâce à la possibilité d’appliquer o Les émissions de carbone prov-
sol, en vue de le préparer aux des pesticides moins souvent aux enant de la consommation de
semis et de lutter contre les mau- cultures biotechnologiques, les carburant sont plus basses dans
vaises herbes, peut faire s’envoler agriculteurs n’ont pas à conduire les exploitations qui utilisent la
ou durcir la couche arable. Un leurs tracteurs dans les champs biotechnologie, puisque la pos-
sol dur n’absorbe pas bien l’eau, aussi souvent, évitant ainsi sibilité d’appliquer des pesticides
ce qui fait que les sédiments, les l’agglomération et le durcisse- et de labourer moins souvent fait
engrais et les produits chimiques ment du sol.25 que les agriculteurs n’ont pas à
se déversent dans les eaux sou- conduire leurs tracteurs dans les
o L’augmentation des rendements
terraines. Un travail excessif du champs aussi fréquemment. En
agricoles issus de la biotechnolo-
sol est également moins propice 2011, on estime que les réduc-
gie réduit la nécessité de planter
au développement de cultures tions de dioxyde de carbone dues
sur des terres moins propices à
saines et réduit la capacité de la à la biotechnologie représentaient
l’agriculture (par exemple, les
terre à soutenir les insectes et les 2 milliards de kilos, ce qui équiv-
terrains accidentés plutôt que les
micro-organismes bénéfiques qui aut à plus de 800 000 voitures
terrains plats). Cette terre, ainsi
vivent dans le sol.25 retirées de la circulation.25,47,50
que les forêts, peut continuer à
o Le labour de conservation, qui servir d’habitat pour la faune. o L’adoption de l’agriculture
réduit la perturbation du sol, a sans labour et du labour de
• La biotechnologie permet de
été largement adopté, puisque conservation, soutenue par la
réduire l’« empreinte carbone » de
63% de toutes les terres agricoles biotechnologie, a empêché le
l’agriculture puisque moins de car-
aux États-unis sont traitées avec rejet de 21 milliards de kilos de
bone est rejeté dans l’air et plus de
cette technique. 25,47,48,55 dioxyde de carbone du sol vers
carbone est retenu dans le sol.
l’atmosphère. Ce qui revient à
o En 2009, les deux tiers (65%) des
o Le renforcement de la lutte retirer 9,4 millions de voitures de
graines de soja étaient cultivés
contre les mauvaises herbes la circulation.50
par labour de conservation, ce
par la mise en place de cultures
qui a entraîné une baisse de 93% • La biotechnologie et les pratiques
tolérantes aux herbicides permet
de l’érosion des sols et la préser- agricoles modernes renforcent la
aux agriculteurs de laisser les
vation d’environ 1 milliard de viabilité économique des exploita-
résidus de récoltes sur le terrain,
tonnes de terre arable.47 tions familiales aux Etats-Unis et
piégeant ainsi le carbone contenu
partout dans le monde, quelle que
o Une pratique appelée « agricul- dans le sol.47
soit de la taille de l’exploitation.21
ture sans labour », qui élimine
le travail du sol, a augmenté de
35% depuis l’introduction de la
biotechnologie. Cette méthode
est particulièrement adaptée aux
cultures tolérantes aux herbi-
cides, car elle élimine ou réduit
considérablement le besoin de
labourer pour désherber.
o Depuis l’introduction du soja résis-
tant aux herbicides, le pourcentage
de champs de soja non labourés
aux Etats-Unis a augmenté de 27 à
39%.25

–10–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer Langage 2
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

o La biotechnologie permet de o La sécurité alimentaire (ou


réduire les coûts d’exploitation, l’accès régulier à la nourriture)
y compris les coûts de main- est essentielle à la stabilité
d’œuvre, de pesticides, de car- globale d’une nation. Il a été
burant et d’engrais. Elle a aussi suggéré que l’augmentation de
pour conséquences la baisse du la sécurité alimentaire, en partie
nombre de récoltes perdues par grâce à l’utilisation de la biotech-
suite de maladie ; la réduction de nologie, pourrait contribuer à
pertes d’aliments récoltés suite accroître la fréquentation scolaire
à leur contamination pendant (moins d’enfants ayant besoin
le transport et le stockage ; et de travailler à la ferme, et donc
l’augmentation du revenu agri- encouragés à aller à l’école), ce
cole grâce à des rendements plus qui conduit à l’amélioration de
élevés et à des cultures exemptes l’infrastructure et de la stabilité
de maladies.21 du pays.52
o Les agriculteurs des pays en o Des projets tels que le « maïs
développement ont bénéficié économe en eau pour l’Afrique »
économiquement de la biotech- (WEMA) ou le Projet Biosorghum
nologie grâce à la baisse des Afrique, sont des exemples de
coûts de production et à la plus projets de biotechnologie diri-
grande fiabilité des récoltes.43 gés par et destinés à répondre « Nous pouvons aider les
aux besoins des agriculteurs et agriculteurs pauvres à augmenter
• Les efforts en matière de biotech- leur productivité de manière
des familles pauvres en res- durable afin qu’ils puissent
nologie agricole dans les pays en
sources dans les nations en se nourrir eux-mêmes ainsi
développement se poursuivent
développement.58,60 que leurs familles. Ce faisant,
sous la direction et avec la collabo-
ils contribueront à la sécurité
ration des communautés locales alimentaire mondiale. Mais cela
afin de assurer un impact social ne se produira que si nous
positif.52,56-59 privilégions l’innovation agricole. »
Bill Gates, co-fondateur, Fondation
Bill & Melinda Gates. Lettre
annuelle 2012, janvier2012.

–11–
2 Langage Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Message N°4 :
>> Nourrir le monde
La biotechnologie a un rôle à
jouer pour assurer que des ali-
ments sains et abondants puis-
sent être produits sur les terres
agricoles existantes afin de
répondre aux besoins croissants
de la population croissante de la
planète.
Principaux points de
discussion
• La biotechnologie permet aux agri-
culteurs de récolter plus de nourri-
ture en utilisant les terres agricoles
disponibles, une nécessité absolue protégées contre les insectes.62
pour nourrir une population mon-
o L’augmentation des rendements
diale croissante.
de cultures vivrières de base dans
o La population mondiale devrait les pays en développement est
augmenter de 9 milliards de essentielle pour s’assurer que les
personnes d’ici l’an 2050, cré- personnes les plus défavorisées
ant des besoins alimentaires à travers le monde aient un meil-
mondiaux qui nécessiteront une leur accès à la nourriture.18,63
augmentation de la production
• La biotechnologie a le potentiel de
alimentaire de 70%.61,62. Il est
renforcer les cultures contre les
important d’utiliser les terres
températures extrêmes, la sécher-
agricoles existantes et l’eau plus
esse et le mauvais état des sols.
efficacement, tout en préservant
Ces progrès sont essentiels dans
les autres terres pour la faune.63
les pays en développement, où les
o De 1996 à 2010, la biotechnologie pertes de récolte peuvent s’avérer
a conduit à l’ajout de 97,5 mil- dévastatrices pour la santé et
lions de tonnes de soja et 159,4 l’économie.
millions de tonnes de maïs à la
o Des recherches sont menées
récolte, augmentation qui était
pour développer du maïs, du blé
« Le monde doit utiliser l’énorme nécessaire pour répondre aux
potentiel de la biotechnologie
et du riz qui puissent résister au
besoins alimentaires mondiaux.21
pour mettre un terme à la faim. » changement des conditions de
George W. Bush, président des o Il a déjà été démontré que la bio- croissance induit par le change-
États-Unis. Sommet du G-7/8, 22 technologie permet d’augmenter ment climatique, dans le but de
juillet 2001. les rendements en réduisant protéger l’approvisionnement
les pertes de récoltes dues aux alimentaire contre les baisses de
ravageurs par l’utilisation de cul- production et de disponibilité qui
tures tolérantes aux herbicides et pourraient en résulter.18

–12–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer Langage 2
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Exemples de Mots à utiliser et de Mots à éviter


Lorsque cela est possible et suffisamment précis, les Mots à utiliser doivent être préférés aux Mots à éviter. Lorsque
vous êtes contraint d’utiliser les mots à éviter, donnez suffisamment de contexte pour permettre à votre public de vous
comprendre.

Mots à utiliser Mots à éviter


absolument éventuellement, peut-être
mieux, bien génétique, parfait
amélioré génétiquement modifié
protection des cultures pesticides
de 1ère qualité, fraîcheur prolongée chimique, transgénique, longue durée, conservé
qualificatifs
naturel, vert scientifique, chimique
nourrissant, nutrition des enfants, sain, valeur nutritionnelle enrichi en vitamines/fortifié
abondant, bio résistant aux insectes/à la sécheresse, pesticides
sans danger, de 1ère qualité peut comporter, peut contenir
durable, responsable rentable, économie, exploitant
idéal, amélioré, utilisant des techniques agricoles traditionnelles expérimental, révolutionnaire, amélioré

ancêtres, tradition ADN, changement


biotechnologie, biologie OGM, génétiquement modifié
générosité, récolte rendement des cultures, résistance
sélection végétale, sélection de caractéristiques, pesticides,
meilleures semences, récoltes, agriculture
organismes
noms
choix, durabilité économies de coûts, efficacité
communs
engagement, inspiré progrès scientifiques, technologie
communauté, nous clients, consommateurs, vous
exploitations agricoles, agriculture, producteurs, agriculteurs/
technologie, scientifiques, industrie
producteurs
fruits, légumes, produits frais organismes

tenir à, s'engager à coûter


verbes découvrir, cultiver expérimenter, épisser
soutenir, responsabiliser, choisir séparer
tous les aliments sont cultivés pour fournir le meilleur à la planète et
économies d'échelle, rentable, à grande échelle
votre famille
nourrir le monde, les pays en développement génie génétique, pays du "tiers monde"
offrir le choix de soutenir un monde plus vert dangereux pour l'environnement
thèmes pas un danger direct pour la santé humaine ; la plupart des
proposer des cultures sûres, saines et durables
recherches n'ont pas constaté d'effet négatif
pesticides plus inoffensifs appliqués de manière plus judicieuse transgénique, ingénierie, résistance aux insectes
favoriser la santé, éradiquer la faim, réduire la malnutrition produire de la nourriture plus efficacement
ensemble, notre, pour la planète vous, moi

Pour communiquer avec impact (voir Astuces communiquer avec impact au Chapitre 3), vos mots doivent venir
de vous et de personne d’autre. Le but de ces listes est de vous sensibiliser aux mots dont il a été constaté
Note : qu’ils suscitent des réactions positives ou négatives de la part des consommateurs. Bien que les Mots à éviter
soient parfois nécessaires, une compréhension de leur impact potentiel sur certains groupes peut vous aider à
avoir des conversations plus productives avec ces groupes.

–13–
2 Langage Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

o Un cinquième de la popula-
tion mondiale lutte contre la
o Pour résoudre le problème de la
cécité invalidante et de la mort
Mots à utiliser et
pénurie d’eau et un autre quart
ne dispose pas d’infrastructure
due à une VAD graves, deux
types de « riz doré » et un type
Mots à éviter
pour transporter l’eau la où elle de maïs génétiquement modi- La biotechnologie est souvent abor-
est nécessaire.64 L’agriculture fié pour donner plus de bêta- dée en termes scientifiques qui sont
représente actuellement 70% de carotène (que le corps utilise trop techniques pour le consom-
l’utilisation mondiale totale d’eau pour fabriquer de la vitamine mateur moyen. Le jargon technique,
douce.65 La biotechnologie est A) sont en cours de développe- bien que précis, peut être inquiétant
utilisée pour développer du soja, ment. 40,55,68 Le riz doré devrait et source de confusion pour le grand
du maïs et du riz tolérants à la être approuvé aux Philippines en public, ce qui conduit à des malen-
sécheresse, qui puissent amé- 2014. Il est aussi actuellement à tendus au niveau des objectifs, des
liorer la production alimentaire, l’étude en Chine, au Vietnam et utilisations et des avantages de la
même lorsque l’eau est rare.66 au Bangladesh.50 biotechnologie. Par conséquent, dans
le cadre de la communication avec
o Plus de 10 millions d’hectares de o Le Projet Biosorghum Afrique les consommateurs au sujet de la
terres agricoles ont été perdus du œuvre pour améliorer la qualité biotechnologie, il est important de
fait de leur haute salinité (teneur nutritionnelle du sorgho, l’une mettre l’accent sur la relation entre
en sel), résultat d’une mauvaise des cultures vivrières les plus im- l’alimentation et les personnes, et de
irrigation. La biotechnologie est portantes de l’Afrique, afin de lut- dire que les aliments issus de la bio-
utilisée dans le développement ter contre la malnutrition grave. technologie sont de vrais aliments qui
des cultures tolérantes au sel, qui Le sorgho classique ne contient sont cultivés dans le sol, tout comme
peuvent prospérer dans les sols pas de vitamine A, et les quan- d’autres aliments - ils ont juste été
salés.66,67 tités minimales de fer et de zinc améliorés pour fournir des avantages
qu’il contient sont mal absorbées. supplémentaires aux agriculteurs et
• Les spécialistes de la biotechnolo-
Le sorgho renferme également aux consommateurs.
gie cherchent des moyens pour
des protéines de plus mauvaise
fortifier les cultures vivrières de Un moyen important par lequel les
qualité que les autres grains.
base (aliments qui contribuent de intervenants peuvent renforcer la
Grâce au génie génétique et à
manière significative à la consom- confiance et gagner en crédibilité
d’autres techniques de sélection
mation d’une communauté) avec auprès de leur public est d’utiliser un
avancées, des progrès ont été
des nutriments essentiels afin langage simple, authentique et auquel
réalisés en vue de l’augmentation
d’améliorer la santé publique en ce dernier puisse s’identifier. La com-
de la teneur en vitamine A, en
général.19 préhension des consommateurs et
fer, et en zinc du sorgho, de
o Contexte : L’OMS rapporte que l’amélioration de la qualité des leur acceptation de toute idée nou-
190 millions d’enfants d’âge protéines, et d’une plus grande velle dépend énormément du langage
préscolaire et 19 millions de disponibilité de nutriments pour employé. Par exemple, imaginez être
jeunes femmes enceintes ont des l’organisme.58 un consommateur qui ne connaît rien
carences en vitamine A (CVA). de la biotechnologie alimentaire :
L’incidence est la plus élevée en seriez-vous convaincu du bien-fondé
Asie, où plus d’un tiers (33,5%) de l’idée d’avoir des « organismes
de tous les enfants d’âge présco- génétiquement modifiés » dans vos
laire souffrent de CVA. 59 céréales ? C’est peu probable. Vous
comprendriez cela plus facilement
si l’on vous disait que la teneur en
vitamines de vos céréales a augmenté
grâce à l’utilisation de la biotechnolo-
gie, vous assurant ainsi une meilleure
nutrition.

–14–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer Langage 2
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Voici une liste de Mots à utiliser et 7. Organisation mondiale de la santé (OMS). 20. IFIC. Etude des perceptions des
Biotechnologie moderne, santé humaine et consommateurs concernant la technologie
de Mots à éviter lorsque vous com-
développement : une étude basée sur des alimentaire. 2012; http://www.foodinsight.org/
muniquez sur la biotechnologie ali- preuves. 2005; http://www.who.int/foodsafety/ Resources/Detail.aspx?topic=2012ConsumerPe
mentaire. Cette liste s’appuie sur les biotech/who_study/en/index.html. rceptionsofTechnologySurvey.
études menées par l’IFIC et d’autres 8. USDA, APHIS. Biotechnologie. 2012; http:// 21. Brookes G, Barfoot P. L’impact mondial
organismes auprès des consomma- www.aphis.usda.gov/biotechnology/. des cultures biotechnologiques : Effets
teurs - y compris ceux qui sont scep- sur l’environnement, 1996–2010. Cultures
9. Food and Agriculture Organization (FAO) et aliments GM : Biotechnologie dans
tiques à propos de la biotechnologie. des Nations Unies. Déclaration de la FAO sur l’agriculture et la chaîne alimentaire.
Les Mots à éviter ont tendance à la biotechnologie. 2000; http://www.fao.org/ 2012;3(2):129-137.
biotech/fao-statement-on-biotechnology/en/.
présenter un caractère technique ou 22. Gianessi L, Sankula S, Reigner N.
scientifique, à sembler peu familiers 10. FDA. Animaux transgéniques. 2012; Biotechnologie des plantes : impact potentiel
http://www.fda.gov/AnimalVeterinary/
et à évoquer l’incertitude, le risque DevelopmentApprovalProcess/
pour améliorer la lutte contre les ravageurs
dans l’agriculture européenne. Centre national
ou le danger. Les Mots à utiliser sont GeneticEngineering/ pour la politique agricole et alimentaire,
familiers, rassurants et établissent GeneticallyEngineeredAnimals/default.htm. Washington, DC : 2003;
une relation personnelle. Dans la 11. FDA. Réglementation des animaux 23. Giddings LV, Chassy BM. Déclencher
liste fournie, les Mots à utiliser appa- transgéniques. 2012; http://www.fda.gov/ l’innovation agricole : prescriptions de
raîssent aux côtés des Mots à éviter ForConsumers/ConsumerUpdates/ucm048106. politique biotechnologique pour une
htm. nouvelle administration. Science Progress.
correspondants.
12. FDA. Guide pour l’utilisation 2009; http://scienceprogress.org/2009/07/
References industrielle des animaux clonés et de leur igniting-agricultural-innovation/.
descendance des clones pour l’alimentation 24. Brookes G. L’impact de l’utilisation du
1. Food and Drug Administration humaine et animale. 2008; http://www.
américaine (FDA). Plantes génétiquement maïs GM résistant aux insectes en Europe
fda.gov/downloads/AnimalVeterinary/ depuis 1998. Journal international de
modifiées pour l’alimentation des GuidanceComplianceEnforcement/
animaux et des hommes. 2012; http:// biotechnologie. 2008;10:148-166.
GuidanceforIndustry/UCM052469.pdf.
www.fda.gov/Food/GuidanceRegulation/ 25. Centre d’information des technologies de
GuidanceDocumentsRegulatoryInformation/ 13. FDA. Clonage des animaux. 2010; http:// préservation (CTIC). Faciliter les pratiques
Biotechnology/ucm096126.htm. www.fda.gov/AnimalVeterinary/SafetyHealth/ agricoles propices à la préservation et améliorer
AnimalCloning/default.htm. la durabilité de l’environnement avec la
2. American Medical Association. Cultures
et aliments transgéniques. 2012; https://ssl3. 14. FDA. Somatotropine bovine. 2011; http:// biotechnologie agricole. CTIC, West Lafayette,
ama-assn.org/apps/ecomm/PolicyFinderForm. www.fda.gov/AnimalVeterinary/SafetyHealth/ IN : 2010.
pl?site=www.ama-assn.org&uri=%2fresources ProductSafetyInformation/ucm055435.htm. 26. Mendoza EMT, Laurena AC, Botella JR.
%2fdoc%2fPolicyFinder%2fpolicyfiles%2fHnE
15. Rommens C, Yan H, Swords K, Richael C, Ye Récentes avancées dans le développement
%2fH-480.958.HTM.
J. Frites et chips à faible teneur en acrylamide. de la technologie de la papaye transgénique.
3. Centre pour la science dans l’intérêt du Plant Biotechnol Journal. 2008;6(8):843-853. In : El-Gewely MR, ed. Revue annuelle de
public. Aliments transgéniques : parlons-en biotechnologie. Vol 14 : Elsevier; 2008:423-462.
clairement. 2012; 16. Fondation du Conseil international pour
l’information sur les aliments (IFIC). Questions 27. Scorza R, Ravelonandro M. Lutte contre
4. Agence américaine pour la protection et réponses à propos de la biotechnologie le virus de la sharka par l’utilisation des
de l’environnement (EPA). Site web unifié alimentaire. 2011; http://www.foodinsight.org/ plantes transgéniques. Bulletin OEPP/EPPO.
des agences américaines de biotechnologie. Resources/Detail.aspx?topic=Questions_and_ 2006;36:337-340.
2012; 2012; http://usbiotechreg.epa.gov/ Answers_About_Food_Biotechnology. 28. USDA, Services de recherche agricole
usbiotechreg/.
17. Lehrer SB, Bannon GA. Risques (ARS). Pruniers HoneySweet : réponse
5. Massengale RD. Biotechnologie : Au-delà des de réactions allergiques aux protéines trangénique au problème du sharka. 2009;
OGM. Technologie des aliments. Novembre biotechnologiques présentes dans les http://www.ars.usda.gov/is/br/plumpox/.
2010:30-35. aliments : perception et réalité. Allergie. 29. Tollefson J. Le Brésil invente le haricot
2005;60(5):559-564. transgénique. Nature. 2011;478(7368):168.
6. Département américain de l’agriculture
(USDA), Service d’inspection de la santé 18. Newell-McGloughlin M. Cultures améliorées 30. Rajasekaran K, Cary JW, Cleveland
vétérinaire et phytosanitaire (APHIS). sur le plan nutritif. Physiologie des plantes. TE. Prévention de la contamination par
Questions et réponses : la pomme d’Okanagan 2008;147:939-953. les aflatoxines avant la récolte par le génie
Specialty Fruits qui ne brunit pas (Evénements
19. Université des Nations-Unies, Institut de génétique. Mycotox Res. 2006;22(2):118-124.
GD743 et GS784). 2012; http://www.aphis.
usda.gov/publications/biotechnology/2012/ hautes études. Biotechnologie des aliments et 31. Gonsalves D. La papaye trangénique
faq_okanagan_apple.pdf. de la nutrition : réalisations, perspectives et résistante au virus aide à sauver l’industrie
perceptions. 2005. hawaïenne. California Agriculture
2004;58(2):92-93.

–15–
32. Crawford AW, Wang C, Jenkins DJ, Lemke 43. Park JR, McFarlane I, Phipps RH, Ceddia 55. USDA, Agricultural Research Services
SL. Estimation de l’effet, sur l’absorbtion G. Le rôle des cultures transgéniques dans (ARS). Amélioration du riz, aliment de base
des acides gras, du remplacement des huiles le développement durable. Journal de dans le monde entier. Agricultural Research
liquides par une huile de soja peu saturée, très biotechnologie des plantes. 2011;9:2-21. Magazine. May/June 2010;58(5):4-7.
oléique et faiblement linoléique. Nutrition
aujourd’hui. 2011;46(4):189-196. 44. Osteen C, Gottlieb J, Vasavada U, 56. Fondation africaine pour la technologie
(eds.).Ressources agricoles et indicateurs agricole. 2012; http://www.aatf-africa.org/.
33. Mermelstein NH. Améliorer l’huile de soja. environnementaux, 2012.EIB-98, USDA,
Technologie des aliments. Août 2010:72-76. Economic Research Service (ERS),August 57. Institut international de l’agriculture
2012. tropicale. 2012; http://www.iita.org/.
34. Tarrago-Trani MT, Phillips KM, Lemar
LE, Holden JM. Huiles et graisses nouvelles 45. USDA, ERS. Utilisation des pesticides & 58. Projet Africa Biofortified Sorghum (ABS).
et existantes utilisées dans les produits à marchés. Novembre 2012; http://www.ers. Projet ABS : progrès technologique. 2012;
teneur réduite en acides gras trans. Journal usda.gov/topics/farm-practices-management/ http://biosorghum.org/abs_tech.php.
de l’association américaine de diététique. chemical-inputs/pesticide-use-markets.aspx. 59. Organisation mondiale de la santé (OMS).
2006;106(6):867-880. Prévalence mondiale de la carence en vitamine
46. Conseil national pour la recherche. Impact
35. Damude H, Kinney A. Améliorer les huiles des cultures transgéniques sur la durabilité A chez les populations à risque 1995-2005 :
de graines de plante pour la nutrition humaine. des exploitations agricoles aux États-Unis. The Base de données mondiale de l’OMS sur la
Physiologie des plantes. 2008;147(3):962-968. National Academies Press, Washington, DC : carence en vitamine A. 2009; http://www.who.
2010. int/vmnis/database/vitamina/x/en/index.html.
36. DiRienzo MA, Lemke SL, Petersen BJ,
Smith KM. Effet du remplacement de l’huile 47. Conseil de la science et de la technologie 60. Fondation africaine pour la technologie
de soja hydrogénée par de l’huile de soja acide agricole. durabilité de la production américaine agricole. Maïs économe en eau pour l’Afrique
faiblement linoléique et hautement stéarique de soja : analyse comparative. Special (WEMA). http://wema.aatf-africa.org/
sur l’absorption d’acides gras. Lipides. Publication 30. April 2009. about-wema-project.
2008;43(5):451-456. 61. FAO des Nations-Unies. Nourrir le monde,
48. Fawcett R, Towery D. Le labour de
37. Lichtenstein AH, Matthan NR, Jalbert SM, conservation et la biotechnologie végétale : éliminer la faim. Document présenté au
Resteghini NA, Schaefer EJ, Ausman LM. Comment les nouvelles technologies peuvent Sommet mondial sur la sécurité alimentaire.
Les nouvelles huiles de soja avec différents améliorer l’environnement en réduisant la 2009.
profils d’acides gras modifient les facteurs nécessité de labourer. CTIC, West Lafayette, 62. Godfray H, Beddington J, Crute I,
de risque de maladies cardiovasculaires chez IN : 2002; et al. Sécurité alimentaire : Le défi de
les sujets modérément hyperlipidémiques. nourrir 9 milliards de personnes. Science.
American Journal of Clinical Nutrition. 49. Capper JL, Castañeda-Gutiérrez E, Cady
RA, Bauman DE. L’impact environnemental de 2010;327(5967):812-818.
2006;84(3):497-504.
l’utilisation somatotropine bovine recombinante 63. Edgerton MD. L’augmentation de la
38. Lai L, Kang JX, Li. R., et al. Production (STbr) en production laitière. PNAS. productivité des cultures pour répondre aux
de porcs transgéniques clonés riches en 2008;105(28):9668-9673. besoins mondiaux des aliments pour animaux,
acides gras oméga-3. Nature Biotechnology. de la nourriture et du carburant. Plant
2006;24(4):435-436. 50. James C. Global Statut des cultures biotech/
GM commercialisées. ISAAA Brief No. 44. Physiology. 2009;149(1):7-13.
39. Wu X, Ouyang H, Duan B, et al. Production Ithaca, NY : ISAAA; 2012. 64. Département des affaires économiques
de vaches transgéniques clonées exprimant et sociales des Nations Unies (UNDESA).
des acides gras oméga-3. Transgenic Research. 51. Pray CE, Huang J., Hu R., Rozelle S. Cinq
ans de coton Bt en Chine - les avantages Rareté de l’eau. 2010; http://www.un.org/
2012;21(3):537-543. waterforlifedecade/scarcity.shtml.
continuent à se faire sentir. The Plant
40. Floros JD, Newsome R, Fisher W, et al. Journal. 2002;31(4):423-430. 65. FAO des Nations-Unies. Faire face à
Nourrir le monde d’aujourd’hui et de demain la pénurie d’eau : Un cadre d’action pour
: L’importance de la science et technologie 52. Fondation Bill & Melinda Gates.
Développement agricole : aperçu de la l’agriculture et la sécurité alimentaire. FAO,
des aliments. Examen scientifique de l’IFT. Rome:2012.
Comprehensive Reviews in Food Science stratégie. 2013; http://www.gatesfoundation.
and Food Safety. 2010;9:572-599. org/agriculturaldevelopment/Pages/why-we- 66. Newell-McGloughlin M. Les cultures
fund-research-in-crop-biotechnology.aspx. transgéniques, prochaine génération.
41. Service international pour l’acquisition In : Meyers RA, ed. Encyclopedia of
d’applications de biotechnologie agricole 53. Hutchison WD, Burkness EC, Mitchell
PD, et al. Suppression régionale de la pyrale Sustainability Science and Technology. Vol
(ISAAA). Pocket K No. 12 : Technologie de 15. New York : Springer Science + Business
maturation retardée. ISAAA, Manila : 2004. du maïs avec des économies sur la récolte de
maïs Bt pour les producteurs de maïs non-Bt. Media, LLC; 2012:10732-10765.
42. Pétition pour la détermination du statut Science 2010;330(6001):222-225. 67. Owens S. Sel de la Terre : Le génie
non réglementé : pomme ArcticTM (Malus génétique peut aider à récupérer des terres
x domestica); Evénements GD743 and 54. Conseil national de recherches des
académies nationales. Sommet national sur agricoles perdues à cause de la salinisation.
GS784. 2012; http://www.aphis.usda.gov/brs/ EMBO Reports. 2001;2(10):877-879.
aphisdocs/10_16101p.pdf. les stratégies pour la gestion des mauvaises
herbes résistantes aux herbicides : Actes 68. International Rice Research Institute
d’un colloque. The National Academies Press, (IRRI). Projet Riz doré. 2012;
Washington, DC : 2012. http://www.irri.org/goldenrice/.
3
PRÉSENTATION

• Préparation de la présentation

• Astuces pour communiquer avec


impact

• Répondre aux questions difficiles

• Présentation PowerPoint
(disponible uniquement en ligne:
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Préparation de la présentation
Ce chapitre propose des Astuces pour communiquer avec impact, qui
guideront non seulement la façon dont vous formulerez vos messages, mais
également la manière de vous préparer pour des interviews avec les médias,
des présentations ou toute autre forme de dialogue sur la biotechnologie
alimentaire. Les Astuces apparaissent et réapparaissent sans cesse dans le
Guide- elles sont extrêmement importantes !

En outre, la présentation intitulée Une présentation réussie, une


« Le rôle de la biotechnologie interview, ou même une discus-
« Il existe aujourd’hui un
dans notre alimentation » a été sion à table sur la biotechnologie consensus scientifique clair
mise au point vous vous aider à discu- n’est pas terminée tant que vous selon lequel les cultures
ter de la biotechnologie alimentaire* n’avez pas effectivement abordé les transgéniques et les pratiques
avec le public. Très visuelle, elle questions soulevées. Si certaines agricoles écologiques peuvent
contient les dernières informations questions peuvent susciter la réflex- coexister, et si nous voulons
vraiment bâtir une agriculture
disponibles et doit vous aider à inté- ion, d’autres seront guidées par
durable pour demain, il doit en
resser vos auditeurs. Dans les pages l’émotion ou par des valeurs et des être ainsi. »
de notes de la présentation Power- croyances personnelles. Ce chapitre Pam Ronald, co-auteur, «La
Point, vous trouverez les points clés présente quelques suggestions pour table de demain: Agriculture
pour chaque diapositive à utiliser lors Répondre aux questions diffi- biologique, génétique et avenir de
l’alimentation.» Débat d’économistes
de votre présentation (voir la barre ciles à l’aide des Astuces communi- sur la biotechnologie, 2010.
latérale pour l’adresse du site).† quer avec impact.

† Nous comprenons que vous puissiez préférer utiliser une ou plusieurs diapositives tirées
de la présentation « Le rôle de la biotechnologie dans notre alimentation » et que vous
souhaitiez les ajouter à votre propre présentation. Si vous choisissez de le faire, nous vous
demandons seulement de citer la Fondation de l’IFIC comme la source de l’information, et
de ne pas modifier les informations telles qu’elles apparaissent sur la diapositive.

–17–
3 PRÉSENTATION Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Astuces pour crédibilité et des rapports cor-


diaux avec le public.
communiquer 3. Connaissez votre auditoire

avec impact et préparez-vous en con-


séquence. Rendez votre infor-
1. Posez vous à la fois en indi- mation pertinente pour le public
vidu et en professionnel. Par- et intégrez des analogies qui
lez de vous-même comme d’une résonneront auprès de votre
personne qui a des intérêts autres auditoire. Anticipez les questions
que sa seule carrière. Notam- que votre public est susceptible
ment une famille, des loisirs, des de soulever. Évaluez les aspects
centres d’intérêt, etc. Partagez de votre présentation qui pour-
également votre expertise profes- raient susciter des questions et
sionnelle, car elle fait aussi partie répondez à celles-ci de manière
de ce que vous êtes en tant que proactive en intégrant des infor-
personne qui a une histoire à mations de réfutation dans votre
partager. présentation.
« Je suis une fervente partisane
de la puissance de la 2. Exprimez de l’empathie pour 4. Soyez simple, clair et concis.
biotechnologie pour accroître la les autres et montrez que Répondez à la question, sans
production alimentaire et lutter vous vous souciez de la ques- répéter les termes ou les expres-
contre la faim et la pauvreté dans
tion posée. Ne vous contentez sions à connotation négative.
le monde en développement. »
pas de réciter des faits et des Corrigez les mauvaises interpré-
Dr. Florence Wambugu,
Fondatrice d’Africa Harvest et statistiques. Les gens ont besoin tations de ce que vous avez dit ou
phytopathologiste. Soumis à de savoir que leurs préoccupa- les hypothèses que vous ne part-
la commission de l’agriculture, tions vous tiennent à coeur, avant agez pas.
Chambre des représentants des
États-Unis le 26 mars 2003. qu’ils ne se préoccupent de ce 5. Ayez confiance en vous
que vous savez. Soyez honnête lorsque vous répondez aux
et ouvert. Cela vous permettra questions. Veillez à ce que
d’établir et d’entretenir votre tous les intervenants aient la

–18–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer PRÉSENTATION 3
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

possibilité de participer en proposées, ainsi que des exemples avancée de la sélection, une exten-
répondant succinctement, en pour développer et étayer vos sion du processus d’élaboration de
rompant le contact visuel et en réponses. Il est important que vous la nourriture nous donnant de nou-
vous éloignant de la personne qui adaptiez votre réponse à votre exper- veaux aliments aux caractéristiques
pose la question, pour ensuite tise, ainsi qu’à votre expérience per- attrayantes avec plus de précision
demander si d’autres participants sonnelle. Des références fondées sur que la sélection traditionnelle.1
ont des questions. Soyez prêt à la science sont également proposées
Exemple :
poser et répondre à une question pour les auditeurs qui veulent connaî-
L’ancêtre sauvage du maïs est une
qui se rapporte à vos points de tre la source de vos informations.
plante mexicaine appelée téosinte,
présentation clés. Enfin, sachez
Remarque : Bien que les questions qui porte une petite rangée d’à peine
quand il est temps de mettre
suivantes soient formulées d’une une douzaine de grains enveloppés
fin à la séance de questions et
manière qui peut paraître conflic- dans une coque extrêmement dure.
réponses, en invitant ceux qui ont
tuelle ou difficile, il est important L’élevage sélectif et les croisements au
encore des questions à discuter
de vous tenir aux Astuces pour fil du temps ont conduit à l’élaboration
avec vous après la séance.
communiquer avec impact. Il est du maïs moderne, qui présente un
également important d’éviter de épi plus long, des rangées de grains
Répondre aux répéter des propos incendiaires. plus nombreuses, un goût plus juteux
et une taille agrandie, des quantités
questions difficiles Question difficile : d’amidon plus importantes, ainsi
N’y a-t-il pas un danger inhérent qu’une capacité de croissance dans
Voici des exemples de certaines des
à modifier génétiquement les des climats et sols divers et variés.2,3
questions difficiles les plus courantes
aliments pour obtenir quelque
qui se posent à propos de la biotech-
nologie alimentaire, avec les réponses chose que la nature ne pourrait Question difficile :
jamais créer ? Ne faudrait-il pas que les ali-
ments OGM soient étiquetés afin
Réponse :
que les consommateurs sachent
Je comprends votre préoccupa-
ce que contient leur nourriture ?
tion. Bien que cela ne semble pas
naturel, en réalité, pendant des mil- Réponse :
liers d’années toutes les cultures L’accès à une alimentation saine et à
ont été « modifiées génétiquement des informations sur l’innocuité des
» par rapport à leur état d’origine, aliments est une chose à laquelle je
par la domestication, la sélection suis très sensible en tant que [parent
et l’élevage traditionnel. Les agri- / grand-parent / personne préoccupée
culteurs ont pratiqué l’élevage sélec- de ma santé]. Heureusement, la FDA
tif, le choix des plantes et des graines a des exigences d’étiquetage pour
comportant des caractéristiques tous les aliments, y compris les ali-
préférées, lesquelles sont conservées ments biotechnologiques. Un produit
et replantées lors des prochaines biotechnologique doit être étiqueté si
saisons prochains saisons. Lorsque le son contenu ou sa composition nutri-
savoir-faire scientifique s’est dével- tionnelle a changé ou si un problème
oppé, les agriculteurs se sont essayes de sécurité alimentaire, comme un
aux croisements de plantes pour potentiel allergène, a été identifié.
produire des récoltes ayant des traits L’étiquetage inclurait tous les change-
plus désirables tels que des variétés ments nutritionnels ou les problèmes
plus juteuses, savoureuses et des de sécurité alimentaire. La plupart
meilleurs rendements. La biotechnol- des consommateurs déclarent être
ogie n’est rien d’autre que la dernière satisfaits de cette politique de la FDA,

–19–
3 PRÉSENTATION Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

selon un sondage réalisé par le Con- Exemple : la qualité de l’eau dans les exploita-
seil international pour l’information Il sera important d’utiliser toutes les tions agricoles, des progrès qui sont
sur les aliments. Etant donné qu’il est techniques de production d’aliments tous bons pour l’environnement. Et
impossible de distinguer les produits disponibles afin de répondre aux en augmentant la production sur les
alimentaires issus de la biotechnologie futurs besoins alimentaires mondiaux terres arables, il est moins nécessaire
des aliments conventionnels (sauf s’ils de 9 milliards d’humains en 2050. d’empiéter sur de nouveaux ter-
répondent aux critères ci-dessus), Si la technologie n’est pas mise à ritoires, limitant ainsi la perte de la
l’étiquetage de la méthode de produc- profit pour améliorer notre efficacité biodiversité et des habitats naturels,
tion utilisée (par exemple., la biotech- et nous permettre produire plus de comme les forêts, de la faune.
nologie) pourrait détourner l’attention nourriture sur la même quantité de
Exemple :
des consommateurs des informa- terre, l’augmentation de la demande
La biotechnologie a déjà considérable-
tions nutritionnelles et de sécurité, va probablement forcer les prix à la
ment réduit la libération de gaz à effet
plus importantes, qui figurent sur hausse et conduire à des pénuries
de serre provenant de l’agriculture en
l’étiquette.4,5 alimentaires, en particulier dans les
réduisant l’utilisation des combusti-
pays en développement.6-8
Exemple : bles fossiles. En 2011, la réduction de
Les producteurs peuvent étiqueter la quantité de dioxyde de carbone due
un produit comme « non-GM » tant à une moindre utilisation des combus-
que la nourriture ne contient pas tibles fossiles dans l’agriculture était
d’ingrédients issus de la biotechnolo- estimée à 2 milliards de kilos, ce qui
gie. En outre, les produits biologiques équivaut au retrait de plus de 800.000
certifiés par l’USDA contiennent au voitures de la circulation. En outre,
moins 95% d’ingrédients biologiques. avec l’utilisation de la rbST, hormone
Par définition, les produits bio ne con- de protéine génétiquement modi-
tiennent pas d’ingrédients résultant fiée donné aux vaches laitières, cinq
du génie génétique; par conséquent, vaches peuvent maintenant produire
ceux qui souhaitent éviter les aliments la même quantité de lait que six
biotechnologiques disposent de cette vaches à une époque, en consommant
informations. moins d’aliments, ce qui permet de
réduire les émissions de GES.9,10
Question difficile : Question difficile :
Ne faites-vous pas des affirma- Plutôt que d’aider Question difficile :
tions exagérées sur le rôle des l’environnement, la biotechnolo- Les cultures biotechnologiques ne
cultures génétiquement modifiées gie ne risque-t-elle pas de causer risquent-elles pas de contaminer
dans la lutte contre la faim dans des problèmes environnemen- les cultures biologiques et con-
le monde ? taux imprévus ? ventionnelles, compromettant
Réponse : ainsi l’intégrité des semences ?
Réponse :
Bien que je souhaite qu’il y ait une Il semble que vous attachiez de Réponse :
solution miracle à la faim dans le l’importance à la protection de Bien qu’il semble que ce serait là
monde, nous savons qu’il n’en est l’environnement. Elle est importante un problème, les producteurs de
rien. Ce que nous savons, c’est que à mes yeux également, ainsi que pour semences ont élaboré des lignes
la biotechnologie est un outil, parmi les scientifiques qui développent des directrices et des meilleures pratiques
d’autres, que nous pouvons utiliser semences biotechnologiques et les en matière de contrôle de la qualité
pour aider à combattre la faim et la agriculteurs qui les plantent. Ce que et de la pureté des semences pour
malnutrition dans le monde. nous savons au sujet de la biotech- s’assurer que cela ne se produise pas.
nologie agricole est qu’elle a contribué Les lignes directrices tiennent compte
à réduire l’utilisation d’insecticides des mouvements de pollen par le
et l’érosion des sols et à améliorer de vent et les insectes, de comment les

–20–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer PRÉSENTATION 3
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

plantes utilisent le pollen pour se importance à mes yeux. Ce qu’il est


reproduire; de la possible présence de rassurant de garder à l’esprit est que
mauvaises herbes et de l’équipement l’homme pratique la reproduction
utilisé pour semer, récolter et trans- sélective des plantes et des animaux
porter les graines. Les agriculteurs depuis qu’il est sorti des cavernes,
testent régulièrement leurs cultures et qu’il a peu à peu transformé leur
pour s’assurer de leur intégrité.11-13 profils génétiques, sans que cela n’ait
d’effets néfastes sur la santé. Au con-
Exemple :
traire, notre nourriture est plus sûre et
La coexistence de différents types
plus nourrissante qu’il y a 2 000 ans.
de cultures a été réussie grâce à
des pratiques agricoles sensées Il existe un large consensus scienti-
comme l’espacement entre cul- fique selon lequel les aliments issus
tures différentes, la planification de de la biotechnologie actuellement
l’ensemencement afin d’assurer des sur le marché sont bons à manger.
périodes de pousse différentes, et Les produits alimentaires biotech-
surtout, la communication entre agri- nologiques sont plus strictement
culteurs voisins. réglementés que tout autre aliment
à ce jour et, en presque deux décen-
Question difficile : nies de contrôles gouvernementaux,
« Parce que tant de gens ont
Existe-t-il des études à long terme universitaires et industriels stricts, pas faim et souffrent, notamment en
sur les effets sanitaires des ali- un seul cas d’effets néfastes pour la Afrique, les attaques contre la
ments génétiquement modifiés ? santé, la sécurité ou l’environnement science et la biotechnologie sont
n’a été confirmé concernant une cul- particulièrement pernicieuses. »
Je crains que ces aliments n’aient
ture biotech mise sur le marché sur le Jimmy Carter, Ancien président
pas été suffisamment testés. des Etats-Unis, Wall Street Journal,
marché.14-17 14 octobre 2005.
Réponse :
Il est compréhensible que les gens Exemple :
ne veuillent pas prendre le risque de La communauté scientifique inter-
mettre leurs familles ou de se mettre nationale, notamment l’Organisation
eux-mêmes en danger. En tant que mondiale de la santé, l’Organisation
[parent / grand-parent / personne de l’alimentation et de l’agriculture
préoccupée de sa santé], la salubrité des Nations Unies, et l’American Med-
de nos aliments revêt la plus haute ical Association ont toutes examiné

–21–
3 PRÉSENTATION Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

la santé et la sécurité environnemen- sont bien connus. Comme la quantité 10. Service international pour l’acquisition des
applications d’agro-biotechnologie, SEAsia
tale des cultures biotechnologiques de saumons provenant de sources
Center. La biotechnologie agricole (bien
et conclu que ces aliments sont naturelles diminue, les poissons plus que de simples cultures génétiquement
sans danger pour la consommation d’élevage conventionnel constitu- modifiées). Août 2010; http://www.isaaa.
humaine et animale.14-17 ent déjà une source importante du org/resources/publications/agricultural_
biotechnology/download/agricultural_
saumon sain pour le cœur dont nous biotechnology.pdf.
jouissons actuellement.19
Question difficile : 11. Département de l’Agriculture des États-
Le saumon génétiquement modi- RÉFÉRENCES Unis (USDA), Service de commercialisation
agricole, programme biologique national.
fié n’est-il pas dangereux pour 1. Wieczorek AM, Wright MG. Histoire de Production biologique et normes de
nos océans et nos cours d’eau la biotechnologie agricole : Comment le manutention. Mis à jour le 5 février 2013;
ainsi qu’une menace pour le développement des cultures a évolué. Nature http://www.ams.usda.gov/AMSv1.0/nop.
Education Knowledge. 2012;3(10):9.
saumon sauvage ? 12. American Seed Trade Association.
2. International Rice Research Institute and Pratiques de production en vigueur dans
Réponse : International Maize and Wheat Improvement l’industrie des semences aux Etats-Unis
Tout comme vous, je tiens à avoir Center. Téosinte–L’ancêtre sauvage du maïs qui rendent possible la coexistence. Juin
Site web de la Cereal Knowledge Bank. 2007; 2011. http://www.amseed.org/pdfs/ASTA-
l’assurance que la nature est pro-
http://www.knowledgebank.irri.org/ckb/extras- CoexistenceProductionPractices.pdf
tégée. Les poissons à croissance maize/teosinte-maizes-wild-ancestor.html.
rapide issus de la biotechnologie, 13. USDA Advisory Committee on
3. Wang H, Nussbaum-Wagler T, Li B, Zhao Q, Biotechnology and 21st Century Agriculture
s’il sont autorisés sur le marché, Vigourous Y, et al. L’origine des grains de maïs (AC21). Renforcer la coexistence: Rapport de
seront élevés dans des réservoirs nus. Nature. 2012;436:714-19. l’AC21 à l’attention du Secrétaire américain
situés à l’intérieur des terres, dotés à l’agriculture. 19 novembre 2012; http://
4. McHughen, A. L’étiquetage des aliments
www.fda.gov/Food/FoodScienceResearch/
de multiples barrières biologiques, génétiquement modifiés (GM). Site web de la
Biotechnology/
physiques et environnementales. A biotechnologie agricole. 22 juin 2008; http://
www.agribiotech.info/details/McHugen- 14. U.S. Food and Drug Administration
titre de précaution supplémentaire, Labeling%20sent%20to%20web%2002.pdf. (FDA). Plantes génétiquement modifiées pour
les saumons sont tous des femelles l’alimentation humaine et animale. 2012;
5. Conseil international d’information
stériles. Ils sont élevés loin du saumon alimentaire. Enquête sur les Perceptions des
http://www.fda.gov/Food/
FoodScienceResearch/Biotechnology/.
sauvage indigène et ne menacent pas consommateurs concernant les technologies
les espèces de saumon sauvage. Les alimentaires. Mai 2012; http://www.foodinsight. 15. American Medical Association. Cultures
org/Resources/Detail.aspx?topic=2012Consum et aliments génétiquement modifiés. 2012;
installations situées à l’intérieur des erPerceptionsofTechnologySurvey. https://ssl3.ama-assn.org/apps/ecomm/
terres ont également une empreinte PolicyFinderForm.pl?site=www.ama-assn.org&
6. Alexandratos N, Bruinsma J. L’agriculture
environnementale plus faible que les mondiale vers 2030/2050: La révision de 2012.
uri=%2fresources%2fdoc%2fPolicyFinder%2f
parcs en filet utilisés dans l’élevage du policyfiles%2fHnE%2fH-480.958.HTM.
Food and Agriculture Organization of the
saumon conventionnel. United Nations. juin 2012; http://www.fao.org/ 16. Organisation mondiale de la santé.
docrep/016/ap106e/ap106e.pdf. Biotechnologie moderne, santé et
Le saumon biotechnologique proposé développement: une étude basée sur des
7. Chassy B, Hlywka J, Kleter G, Kok E,
est capable d’atteindre la taille march- preuves. 2005; http://www.who.int/foodsafety/
Kuiper H, et al. Évaluations nutritionnelles
publications/biotech/biotech_en.pdf.
ande plus rapidement sans que ses et de sécurité des aliments et aliments
autres qualités ne s’en trouvent affec- pour animaux ayant subi des améliorations 17. FAO des Nations Unies. Déclaration
nutritionnelles grâce à la biotechnologie. de la FAO sur la biotechnologie.
tées, ce qui permet d’élever plus de Comprehensive Reviews in Food Science 2012; http://www.fao.org/biotech/
saumons avec moins d’aliments que and FoodSafety. 2008;7:50-113. fao-statement-on-biotechnology/en/.
l’élevage de saumon classique. Actu- 8. Food and Agriculture Organization (FAO) 18. FDA, Center for Veterinary Medicine.
ellement en attente d’autorisation des Nations Unies. L’état de l’insécurité Projet d’évaluation environnementale
de commercialisation aux Etats- alimentaire dans le monde. 2012; http://www. d’AquAdvantage® Salmon. Mai 4; http://
fao.org/docrep/016/i3027e/i3027e00.htm. www.fda.gov/downloads/AnimalVeterinary/
Unis, il s’agit là d’une manière plus
DevelopmentApprovalProcess/
écologique d’élever le saumon.18 9. Brookes G, Barfoot P. Culture des
GeneticEngineering/GeneticallyEngineered
OGM: Impacts socio-économiques et
Animals/UCM333102.pdf.
Les bienfaits pour la santé de la con- environnementaux dans le monde
1996-2010. PG Economics Ltd. Mai 19. Kris-Etherton P, Harris W, Appel L.
sommation de poisson riche en acides 2012; www.pgeconomics.co.uk/ Consommation de poisson, huile de poisson,
gras oméga-3, comme le saumon, pdf/2012globalimpactstudyfinal.pdf. acides gras oméga-3 et maladies cardiovasculaires.
Circulation. 2002;106:2747-57.

–22–
4
DOCUMENTS DE
PRÉSENTATION

• Faits à propos de la biotechnologie


alimentaire

• Chronologie de la biotechnologie ali-


mentaire

« Les plus grandes innovations


DOCUMENTS DE PRÉSENTATION du XXIe siècle seront au
croisement de la biologie et de
Cette section contient des documents pour votre auditoire à emporter après la technologie. Une nouvelle ère
s’ouvre. »
votre présentation. Ils complètent ce que vous allez présenter, en renforçant
Steve Jobs à son biographe Walter
les points clés et en traitant des sujets que vous n’aurez peut-être pas le Isaacson, 2011.
temps de couvrir. Veuillez également imprimer des copies du glossaire et/
ou d’autres sections du Guide, en fonction de ce qui sera le plus utile à votre
public.
Gardez à l’esprit que ces documents peuvent également être utiles lorsque
vous parlez à des patients individuels ou à des étudiants qui ont soulevé des
questions au sujet de la biotechnologie, ou lors de réunions avec d’autres
membres de la communauté.
Rendez-vous à l’adresse www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx pour té-
lécharger ces documents et les imprimer, ainsi que pour consulter la liste de
référence contenant les liens directs.

« Les 50 dernières années ont été la


période la plus productive de l’histoire
agricole mondiale, conduisant à la
plus grande réduction de la faim dans
le monde jamais vue ... Cependant, la
science agricole est de plus en plus
l’objet d’attaques. »
Jimmy Carter, ancien président des Etats-
Unis, Wall Street Journal, 14 octobre 2005.

–23–
DOCUMENTS DE PRÉSENTATION www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Faits à propos de la biotechnologie alimentaire


FAIT : La consommation d’aliments sol, protégeant ainsi la qualité des sols, particulier des aliments est exigé en
issus de la biotechnologie ne pose réduisant la pollution de l’eau ainsi que cas: d’introduction d’un allergène
pas de danger. la l’empreinte carbone de l’agriculture alimentaire majeur ; de changement
De nombreuses études menées au pour les générations à venir. Grâce du contenu nutritionnel de l’aliment ;
cours des trois dernières décennies ont en partie à la biotechnologie, les agri- ou en cas d’autres modifications con-
apporté leur soutien à la sécurité des culteurs peuvent se permettre d’utiliser séquentes apportées à la composition
aliments issus de la biotechnologie, et moins d’insecticides. de l’aliment.
les consommateurs mangent des ali-
ments biotechnologiques en toute sécu- FAIT : La réglementation des ali- FAIT : Les aliments produits via la
rité depuis 1996, avec aucune preuve ments issus de la biotechnologie biotechnologie végétale sont large-
de préjudice, fait démontré partout est coordonnée par la FDA, l’EPA ment cultivés et consommés à la fois
dans le monde. Consommer des ali- et l’USDA pour assurer la sécurité aux États-Unis et dans le monde.
ments issus de la biotechnologie est sûr de l’approvisionnement alimentaire En 2012, 17,3 millions d’agriculteurs
pour les enfants, ainsi que les femmes américain. dans 28 pays faisaient pousser des
qui sont enceintes ou qui allaitent. En 1993, la FDA a déterminé que cultures biotechnologiques sur 170,3
En outre, un large éventail de scienti- l’alimentation humaine et animale millions d’hectares. Il est important
fiques, d’organismes de réglementation, issue de la biotechnologie est sûr. Ces de noter que plus de 15 millions de
de professionnels et d’organisations aliments sont tenus de respecter les ces agriculteurs étaient des petits
de la santé conviennent qu’il est sûr mêmes normes de sécurité rigoureuses agriculteurs pauvres en ressources
de consommer des aliments issus de que tous les autres aliments. En outre, dans des pays en développement. Les
la biotechnologie. En voici quelques la FDA, l’EPA et l’USDA coordonnent la agriculteurs américains ont planté
exemples: l’Organisation mondiale de réglementation, y compris l’évaluation 69,5 millions acres de variétés biotech-
la Santé (OMS), l’Organisation des précoce de la sécurité alimentaire, les nologiques de soja, de maïs (maïs), de
Nations Unies pour l’alimentation et essais sur le terrain, l’étiquetage, et plus coton, de betterave à sucre, de colza,
l’agriculture (FAO), l’American Medi- encore. de courge, de papaye, de luzerne. Les
cal Association (AMA), la US Food and aliments et les ingrédients complets
Drug Administration (FDA), l’US Envi- FAIT : La biotechnologie a empêché issus de cultures biotechnologiques
ronmental Protection Agency (EPA) des cultures vivrières entières sont devenus disponibles aux États-
et le Département de l’Agriculture des d’être détruites par des parasites Unis dans les années 1990. L’on estime
États-Unis (USDA). ou des maladies. que 70% des rayons d’épiceries améri-
Quand il n’y avait tout simplement caines sont stockés avec des aliments
FAIT : Les technologies agricoles, pas d’autre solution aux maladies des qui contiennent des ingrédients issus de
y compris la biotechnologie, sont plantes qui détruisaient celles-ci, la cultures biotechnologiques, telles que
actuellement source d’avantages biotechnologie a été utilisée pour dével- le soja, le maïs et le canola. Les aliments
pour les consommateurs, les agri- opper des prunes et des papayes hawa- complets sont également disponibles,
culteurs et l’environnement, et ce ïennes protégées contre les virus qui y compris le maïs sucré génétiquement
de par le monde. menacent ces cultures. Les scientifiques modifié pour être protégé contre les
Les cultures plus résistantes, exemptes d’employer la biotechnologie pour lut- insectes, et la papaye protégée contre
de maladies permettent de maintenir ter contre les conditions climatiques les virus ringspot de la papaye.
des prix stables pour les consomma- extrêmes telles que la sécheresse,
teurs et d’assurer un approvisionnement qui est une préoccupation crois- FAIT : L’utilisation de la biotech-
fiable en aliments nutritifs et sains. Dans sante en parallèle avec le changement nologie ne provoque pas d’allergies
les pays en développement, où une climatique. alimentaires et n’augmente pas le
mauvaise récolte fait que l’agriculteur potentiel allergène d’un aliment.
ne peut pas acheter de la nourriture FAIT : Les consommateurs sont Pendant l’examen approfondi de la FDA
et d’autres produits essentiels pour informés grâce à des exigences d’un nouveau produit alimentaire bio-
sa famille, la biotechnologie permet d’étiquetage pour tous les ali- technologique, la présence de l’un des 8
d’améliorer la qualité et la régularité de ments, y compris ceux issus de la principaux allergènes alimentaires (lait,
la récolte. En outre, les cultures toléran- biotechnologie. œufs, blé, poissons, crustacés, noix,
tes aux herbicides permettent une meil- La FDA exige un étiquetage fondé soja, ou arachides) déclencherait des
leure gestion des mauvaises herbes, ce sur la nutrition et la sécurité des tests approfondis. Pour que le produit
qui est synonyme de choix et de flexi- aliments, plutôt que la façon dont soit autorisé à la vente un étiquetage
bilité pour les agriculteurs. Il leur per- ils ont été produits. Un étiquetage allergène particulier est obligatoire pour
met également de réduire le travail du alerter les consommateurs allergiques.
DOCUMENTS DE PRÉSENTATION www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

FAIT : Les aliments issus de la bio- les vétérinaires de l’élevage pour aider 2050, ce qui augmenterait les besoins
technologie sont aussi nutritifs que à prévenir et traiter les maladies chez alimentaires de 70%. La biotechnologie
les aliments conventionnels, et le les animaux d’élevage. L’utilisation devra être une partie de la solution, car
sont même plus en ce qui concerne- d’antibiotiques à la ferme est étroite- elle encourage les pratiques agricoles
certains nutriments. ment régulée pour assurer la sécurité durables pour protéger les ressources
Une étude indépendante, soumise à une pour les animaux et pour les gens de non renouvelables précieuses. En outre,
inter évaluation, ainsi qu’un examen qui consomment de la viande, du lait les cultures tolérantes aux herbicides
réglementaire, ont confirmé que les ali- et des œufs. En outre, une période et aux insectes et protégées contre
ments actuels développés en utilisant la d’attente est appliquée pour s’assurer les maladies peuvent prospérer grâce
biotechnologie fournissent la même val- que les animaux d’élevage ne contien- au renforcement de la lutte contre les
eur nutritive que les aliments conven- nent aucun antibiotique avant d’entrer mauvaises herbes et les insectes, ce qui
tionnels, sauf lorsque des améliorations dans la chaîne alimentaire. permet aux agriculteurs de récolter des
nutritionnelles ont été réalisés, comme produits sains, non endommagés, en
pour les huiles de cuisson qui offrent FAIT : Les cultures biotech- grandes quantités. Toujours en dével-
plus de matière grasse saine. nologiques, conventionnelles et oppement sont les cultures qui peuvent
biologiques peuvent coexister. croître même dans les régions où l’eau
FAIT : La biotechnologie animale, Le risque que le pollen voyage et est rare, ou les régions où le sol et l’eau
telle que le génie génétique ou transmette des traits d’une plante à contiennent des niveaux élevés de sel.
le clonage, est un moyen sûr de l’autre est le même avec l’agriculture
produire du poisson, de la viande, biotechnologique, conventionnelle ou
du lait ou des œufs. biologique. De nombreux essais sur le RÉFÉRENCES CHOISIES
La biotechnologie animale comporte un terrain ont été réalisés par des cher-
American Medical Association. Position:
certain nombre de pratiques de sélec- cheurs industriels, gouvernementaux Bioengineered (genetically engineered) crops
tion avancées, ainsi que des produits et universitaires pour déterminer les and foods. 2012; www.ama-assn.org.
tels que l’hormone de protéine donnée distances acceptables entre les cul-
aux vaches laitières, la somatotropine tures biotechnologiques et les autres Bill & Melinda Gates Foundation. Why
bovine recombinante (rbST). La sécu- afin de préserver les caractéristiques the Foundation funds research in crop
biotechnology. 2012; www.gatesfoundation.
rité du lait et des autres produits laitiers uniques des différentes cultures et des
org.
provenant de vaches ayant reçu du techniques agricoles. Les agriculteurs
rbST a été établie et renforcée par des voisins communiquent aussi entre eux Brookes G, Barfoot P. Global impact of biotech
décennies de recherche. La viande et le afin de planifier de façon à minimiser la crops: Environmental effects, 1996–2010.
lait provenant d’animaux clonés ont été pollinisation croisée. GM Crops and Food: Biotechnology
déclarées par la FDA comme étant aussi in Agriculture and the Food Chain.
2012;3(2):129-137.
sûrs que et identiques à la viande et au FAIT : La biotechnologie n’augmente
lait provenant d’autres vaches. Les ali- pas la prévalence de « super mau- Food and Agriculture Organization (FAO)
ments issus d’animaux génétiquement vaises herbes ». of the United Nations. FAO statement on
modifiés ne sont actuellement pas dis- Les insectes et les mauvaises herbes biotechnology. 2012; www.fao.org.
ponibles aux consommateurs, mais les peuvent devenir tolérants à une tech- United States Regulatory Agencies Unified
régulateurs fédéraux ont un processus nique de lutte contre les parasites, Biotechnology Website. 2012; usbiotechreg.
en place pour évaluer leur sécurité au qu’elle soit utilisée en biotechnologie, epa.gov.
cas par cas. Les exemples comprennent dans l’agriculture conventionnelle
World Health Organization (WHO). 20
le saumon modifié pour arriver plus ou dans l’agriculture biologique. De questions on genetically modified foods. 2012;
rapidement à maturité (actuellement nombreux systèmes sont en place, y www.who.int.
dans les étapes finales de l’examen compris la rotation des cultures et des
par la FDA) et les porcs dont la viande plantes, et la gestion intégrée des rava- National Academy of Sciences (NAS). Impact
contient une proportion plus élevée geurs - afin de décourager les insectes of genetically engineered crops on farm
d’acides gras oméga-3. sustainability in the United States. The National
et les mauvaises herbes de développer
Academies Press, Washington, DC: 2010.
une résistance, et afin de résoudre ces
FAIT : Avec autant de discussion problèmes au fur et à mesure qu’ils Voir www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx
autour des antibiotiques dans surviennent. pour consulter la liste complète des articles
l’élevage des animaux, il est impor- référencés et les liens directs.
tant de noter qu’il n’y a aucun FAIT : La biotechnologie augmente
lien entre les aliments issus de la la quantité de nourriture qui peut
biotechnologie et la résistance aux être produite sur la même quantité
antibiotiques. de terre.
Les antibiotiques approuvés par la FDA L’on estime que la population mondiale
sont disponibles aux agriculteurs par atteindra 9 milliards de personnes d’ic
DOCUMENTS DE PRÉSENTATION www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Chronologie de la
biotechnologie alimentaire
La chronologie ci-dessous présente l’évolution de la biotechnologie alimentaire de la plus ancienne
domestication des plantes et des animaux à des méthodes modernes et efficaces de sélection et de
production des plantes et des animaux dotés des qualités les plus désirées. Ces dates sont des mo-
ments marquantsde percées scientifiques et réglementaires et mettent en évidence le rôle important de
la biotechnologie alimentaire, une façon moderne d’améliorer les cultures, la nourriture et les animaux.

8500–5500 avant Jésus-Christ Les gens 1800 avant Jésus-Christ Les Babyloniens
commencent à se sédentariser et à faire pousser des améliorent la qualité des dattiers en pollinisant
plantes et élever des animaux, le meilleur de leur récolte des arbres femelles avec le pollen d’arbres mâles
étant conservé pour servir de semence l’année suivante. présentant des caractéristiques désirées.

1863 En observant des plantes de pois


1875 Création du premier
dans un jardin, le célèbre scientifique Mendel
grain hybride blé-seigle, plus
conclut que certaines « particules invisibles
résistant et présentant un
» (qui deviendront par la suite des gènes)
rendement plus élevé.
transmettent des traits de génération en
génération d’une manière prévisible les lois de
l’hérédité commencent à être comprises.

1953 La structure de l’ADN est décrite par 1973 Les scientifiques Cohen et
Watson et Crick. Boyer transfèrent avec succès du
matériel génétique d’un organisme à un
autre.

1961 L’USDA
enregistre le Bacillus 1986 L’EPA approuve la culture commerciale des
thuringiensis (Bt), premières plantes génétiquement modifiées culture du
premier biopesticide. tabac résistant au virus de la mosaïque du tabac.

1992 La FDA instaure une politique stipulant que des


aliments provenant de plantes biotechnologiques seraient
réglementés de la même manière que les autres aliments.
La consultation pré-commercialisation auprès de la FDA est
encouragée, conformément aux pratiques de l’industrie.
DOCUMENTS DE PRÉSENTATION www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

1993 L’utilisation de la somatotropine bovine


recombinante (rbST)—protéine naturelle reproduite
au moyen de la biotechnologie—et utilisée chez les
vaches afin d’augmenter la production de lait—est
approuvée aux États-Unis.

1994 Les premiers aliments 1998 La papaye résistante aux virus, mise au
produits par la biotechnologie, la point grâce à la biotechnologie pour sauver la
tomate FlavrSavr ®, fait son entrée culture de la dévastation, est plantée à Hawaï.
sur le marché après que la FDA Le maïs doux protégé contre les insectes est
a émis son avis consultatif sur la également planté.
sécurité. La courge résistante aux
virus est également plantée.
1999 L’EnviropigMC™ est
1996 Des variétés biotechnologiques de soja, de génétiquement modifié au
coton, de maïs, de colza, de tomate et de graines de Canada pour produire une
pomme de terre sont plantées sur 4,5 millions d’acres enzyme dans sa salive qui
en Argentine, en Australie, au Canada, en Chine, au doit lui permettre d’obtenir
Mexique et aux Etats-Unis. plus de phosphore à partir
de son alimentation. Cela
1996 La brebis Dolly doit permettre de réduire
est le premier clone l’écoulement de phosphore
d’animal à naître. dans les cours d’eau.

2008 La FDA publie son évaluation du risque sur


les clones d’animaux, concluant que la nourriture 2012 Des
produite à partir de clones est aussi sûre que chercheurs rapportent
d’autres aliments. que la première vache
« hypoallergénique »,
Daisy, a été
2008 La betterave à sucre génétiquement
produite par la biotechnologie modifiée pour
est commercialisée. supprimer une protéine qui peut déclencher
des allergies au lactosérum chez les humains.

2011 Les variétés de soja riche en acide oléique aux 2012 Les cultures biotechnologiques sont
plantés sur 170,3 millions d’acres par 17,3
niveaux plus élevés de matières grasses mono-insaturées
millions d’agriculteurs dans 28 pays. Plus
bonnes pour la santé du cœur sont disponibles aux États-Unis.
de 90% des agriculteurs qui plantent des
2011 Des aliments complets semences biotechnologiques sont de petits
agriculteurs pauvres en ressources des pays
supplémentaires améliorées par
la biotechnologie sont soumis à en développement.
l’examen du gouvernement, y compris
les pommes non brunissantes et les
pommes de terre à faible teneur en
acrylamide.
Lignes directrices pour l’interaction avec
les médias
L’importance d’experts pour les reportages sur la biotechnologie
5
alimentaire dans les médias ASTUCES
La biotechnologie alimentaire est un sujet intéressant et les complexe, CONCERNANT
et les informations sur les applications actuelles et potentielles de la bio-
technologie apparaissent régulièrement dans tous les types de médias :
LES MÉDIAS
journaux, radio, télévision et Internet, ainsi que les médias sociaux. Pour
construire leurs reportages, les journalistes sont souvent à la recherche
d’experts en la matière afin d’aider à répondre aux questions, de donner • Lignes directrices pour l’interaction avec
des détails supplémentaires, et / ou de répondre aux arguments contre les les médias
aliments issus de la biotechnologie. Ces autorités expertes ne font pas que • Renforcer la compréhension du public :
fournir des informations très utiles, mais apportent également un équilibre lignes directrices pour communiquer en
et une crédibilité au reportage. Les experts peuvent aider à rendre le sujet matière de sciences émergentes sur la
complexe de la biotechnologie alimentaire plus simple aux yeux du consom- nutrition, sécurité alimentaire et santé

mateur en expliquant les progrès scientifiques et techniques d’une manière


facilement compréhensible par le grand public.

VOUS POUVEZ ETRE L’EXPERT


Développer des relations efficaces
avec les médias est l’une des meil-
leures façons de vous positionner
en expert sur le sujet. De solides
relations avec les représentants des
médias appropriés augmentent aussi
la probabilité que votre message ou
votre information va générer une
couverture médiatique et attein-
dre votre auditoire-cible, le public.
En tant qu’autorité sur la biotech-
nologie alimentaire, vous serez en
mesure d’informer les médias sur les tise dans le cadre d’un reportage
dernières avancées, corriger la désin- destiné à un segment particulier de la
formation, et dissiper les mythes. population.
Les journaux et magazines papier et VOUS POUVEZ ETRE LA
en ligne, la télévision et la radio ont PREMIERE SOURCE
de grands réseaux dont la puissance Si vous venez à apprendre qu’un
de distribution peut apporter des organe de presse prépare un report-
informations importantes directement age sur le sujet, vous pouvez aug-
sur votre public cible. La clé est de menter vos chances d’être entendu(e)
savoir quelle (s) forme (s) de média en prenant l’initiative de les contacter
sont les meilleures pour communi- directement et de leur proposer votre
quer votre message, et quels médias « expertise, avant qu’ils n’aillent cher-
gardiens » ont besoin de votre exper- cher ailleurs.

–29–
5 ASTUCES CONCERNANT Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Astuces pour
participer aux
médias
sociaux
QUI VOUS DEVEZ ATTEINDRE 3. Les histoires qui sont populaires à
grande échelle
• Ceux qui produisent et rapportent
les nouvelles (éditeurs, cherch- 4. Des angles et rebondissements
❏ Entraînez-vous nouveaux
eurs et écrivains / reporters pour
❏ Soyez transparent l’impression, producteurs, cherch- 5. Réactivité aux dernières
❏ Prévoyez du temps pour les eurs et journalistes pour la diffu- nouvelles
médias sociaux sion), et
ENGAGEZ LE DIALOGUE AVEC
❏ Communiquez • Ceux qui conçoivent des émissions LES MEDIAS
sur les affaires de la communauté Les journalistes, les reporters et les
et gèrent les messages d’intérêt consommateurs se tournent régu-
public [Il n’existe pas vraiment lièrement vers les canaux de médias
d’équivalent pour le “public service sociaux pour obtenir des informa-
broadcasting” en France) respon- tions. En outre, s’engager sur diverses
sables des chaines d’État. plateformes de médias sociaux est
essentiel pour toucher un public qui,
Quels que soient les types de médias
auparavant, n’étaient peut-être pas
et les activités que vous décidez
accessibles.
d’utiliser, il est essentiel de dével-
opper une relation avec les profes- MÉDIAS SOCIAUX
sionnels des médias à travers la
En plus des médias traditionnels
compréhension et la satisfaction de
« mainstream », les médias sociaux
leurs besoins.
ont émergé comme un outil efficace
CE QUE DOIT CONTENIR VOTRE pour communiquer directement avec
ARTICLE le public et les membres des médias.
Que vous puisiez dans les nouvelles, Avec une présence dans les médias
la programmation de la fonction pub- sociaux bien établis, vous pouvez
lique ou les médias de divertissement, toucher un large public avec votre
les journalistes et les producteurs message en quelques minutes.
cherchent des éléments de reportage
Les médias sociaux ont conçus pour
similaires:
que les gens puissent tisser des
1. Attrait pour le public et la perti- liens les uns avec les autres. Comme
nence pour les lecteurs dans toute communauté, les médias
2. Les questions qui stimulent le sociaux sont un moyen d’entretenir
débat, la controverse, et même la ces relations.
polémique, en bref, le spectacle

–30–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer ASTUCES CONCERNANT 5
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Les médias sociaux sont disponibles • Partager de nouvelles recherches et Prenez du temps pour les médias
à toute heure du jour ou de la nuit, informations sur la biotechnologie ? sociaux : Il faut du temps pour
du moment que vous avez une con- construire une présence efficace
• Surveiller les conversations et les
nexion Internet, ce qui vous permet sur les médias sociaux. Pour pren-
sentiments sur des sujets particuli-
de communiquer quand ça vous dre l’habitude d’utiliser les médias
ers et la corriger la désinformation?
convient. sociaux, bloquez un créneau dans
• Organiser des discussions régu- votre agenda chaque jour et faites-
L’un des défis des médias sociaux est
lières sur les développements de la en une partie de votre routine
de vérifier la source ou l’exactitude
biotechnologie ? quotidienne.
de l’information. En conséquence,
la désinformation peut se répan- • Influencer mon public cible en util- Il existe des outils pour vous aider
dre comme une traînée de poudre. isant les médias sociaux ? à gagner du temps sur les médias
Cependant, avoir une présence dans sociaux. Par exemple, HootSuite
Bien qu’il soit facile de se s’essayer
les médias sociaux vous permet de (www.HootSuite.com) a un pro-
aux médias sociaux, il est impor-
participer à la conversation, dissiper gramme en ligne gratuit pour les
tant de répondre à ces questions
les mythes et / ou partager des infor- tweets de planification, les messages
en vue de former une approche
mations supplémentaires qui peuvent blog et les messages. La technologie
stratégique et d’intégrer les médias
aider à assurer un équilibre important évolue rapidement. Il est donc recom-
sociaux à la planification globale de
au sein du dialogue. mandé de consulter est donc recom-
communication.
mandé d’applications pour trouver les
Votre stratégie sur les médias
Astuces pour participer aux derniers outils. Les différentes plate-
sociaux
médias sociaux formes de médias sociaux peuvent
Il existe de nombreux types de La pratique : Plus vous participez également être intégrés afin que vous
médias sociaux, ce qui peut être aux médias sociaux, le plus à l’aise, puissiez publier une seule fois pour
accablant pour quelqu’un qui débute. vous deviendrez. Commencez par que le message apparaisse sur toutes
Concentrer vos efforts sur un ou deux créer des comptes et d’expérimenter vos pages.
types de médias sociaux dans un pre- avec eux. Lorsque vous vous sentez
Communiquez : Si vous envoyez des
mier temps pour vous mettre à l’aise. prêt, vous pouvez « annoncer » votre
messages au nom d’une organisation,
présence.
Vous serez en mesure de prendre de assurez-vous de respecter sa politique
meilleures décisions sur où et com- Soyez transparent : Peu importe sur les médias sociaux. Votre organ-
ment vous passez votre temps sur les la plateforme que vous utilisez, il est isation a probablement un règlement
médias sociaux si vous développez important d’avoir un profil en ligne concernant la divulgation dans sa poli-
une stratégie. Demandez-vous : fort. Vous n’avez que quelques mots tique sur les médias sociaux. En règle
Quel est mon objectif en utilisant les pour donner une première impression générale, divulguez les potentiels
médias sociaux? S’agit-il de : et inciter les gens à « suivre », à conflits d’intérêts au préalable. D’une
vous « suivre » ou vous demander en manière générale, soyez conscient des
• Collaborer avec les médias ou les
« ami », à « aimer » votre page ou à implications juridiques de tout le tra-
personnes ayant de l’influence sur
s’inscrire à votre blog. vail des médias que vous faites.
le net ?
Si possible, ajoutez une photo ou un Gestion des sujets controversés
logo professionnels et fournissez des Il existe beaucoup d’opinions diver-
informations sur vos titres de com- gentes au sujet de la biotechnolo-
pétences, votre formation, expertise, gie alimentaire entre les différents
intérêts et / ou votre rôle au sein de groupes et individus. Par conséquent,
votre organisation. Pensez à vous au fur et à mesure que sortiront les
démarquer des autres de de manière nouvelles en rapport avec la biotech-
à attirer un public. nologie alimentaire, auront lieu dans
les médias sociaux. C’est là une occa-
sion d’engager un dialogue avec le

–31–
5 ASTUCES CONCERNANT Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

que ce que vous souhaitez partager. « Les individus s’envoient des


Mettre une touche de « personnel » demandes d’ajout à la liste d’amis et
de temps à autre (mais pas trop) ren- « aiment » les pages d’organisations. »
force le côté humain.
Pinterest (www.Pinterest.com)
APPLICATIONS DE MEDIAS est un site de partage de photos qui
SOCIAUX permet aux utilisateurs de créer et
Twitter (www.Twitter.com) est de gérer des collections thématiques
conçu pour être un échange rapide telles que des événements, des lieux
de pensées et d’idées. Par con- ou des choses, des intérêts, des
séquent, les messages sont limités à recettes, et plus encore. La mission de
140 caractères. Ces courtes rafales Pinterest est de « connecter le monde
d’information sont appelées « tweets » sur la base d’intérêts communs. »
public et de fournir des informations ». L’utilisateur peut inclure des liens Les utilisateurs peuvent parcourir les
fondées sur la science pour permettre vers des images et d’autres contenus Favoris des autres pour s’inspirer,
la compréhension du consommateur. et entrer des « hashtags » en utilisant « rajouter des » images à leurs propres
le signe « # » comme un moyen de collections et « aimer » des photos.
À un moment donné vous aurez sans
catégoriser les messages et de pren- Vous pouvez créer des « tableaux »
doute affaire à quelqu’un qui n’est
dre part à des conversations (par basés sur des sujets d’intérêt, tels que
pas d’accord avec vous. La meilleure
exemple : #foodbiotech ou #durable). » la biotechnologie alimentaire », par
façon de traiter les remarques néga-
Les médias en particulier utilisent exemple. Vous pouvez partager des
tives est d’y répondre de manière
Twitter pour diffuser les dernières vidéos et des liens vers des contenus
professionnelle et courtoise, fournis-
nouvelles. Si vous aimez le tweet sur le web, y compris les messages de
sant des liens et des références.
d’un autre utilisateur, vous pouvez blog, tant qu’il y apparait une image.
S’il n’y a toujours pas de résolution,
« re-tweeter » cette information. Si
acceptez d’être en désaccord. Cer- Blogs Un blog est une série d’entrées
d’autres re-tweetent votre informa-
taines personnes cherchent juste à régulières ou « posts » publiés sur le
tion, leurs abonnés peuvent décider
vous faire réagir ou à vous discréditer. Web dans lun ordre chronologique
de vous suivre. C’est ainsi que vous
Vous perdez votre temps à essayer inversé par un individu ou un groupe.
construisez une base d’abonnés.
de raisonner avec eux. Si vous sentez Les blogueurs qui réussissent à
que l’on essaye de vous faire sortir Lorsque vous créez un compte Twit- faire des adeptes ont un ou plus-
de vos gonds, attendez quelques ter, l’une des premières choses que ieurs thèmes au sujet desquels qu’ils
heures avant de répondre et / ou vous allez faire est de choisir un postent régulièrement, et leurs postes
demandez à un ami ou un collègue pseudo Tweeter. Tous les pseudos sont uniques, personnels et intéres-
de lire votre réponse et d’offrir des Twitter commencent par le signe « @ sants à lire. Vous pouvez avoir votre
suggestions. Cela permettra d’éviter ». Si vous voulez parler à quelqu’un propre blog personnel ou vous pouvez
les messages intempestifs envoyés à sur Twitter, utiliser son pseudo dans être invité à contribuer au blog de
chaud. Rappelez-vous que, comme votre tweet. Par exemple : votre organisation.
avec les médias traditionnels, les « @JoeSmith Vous pourriez être inté-
Les articles de blog peuvent être
messages dans les médias sociaux ne ressé par ce blog sur biotechnologie #
de n’importe quelle longueur, mais
peuvent pas toujours être facilement alimentaire (lien) »
gardez à l’esprit que les gens sont
supprimés.
Facebook (www.Facebook.com). Sur occupés et que les messages courts
Se dévoiler indiscret sur les médias Facebook, les individus et les organ- prennent moins de temps à lire. Vous
sociaux isations peuvent créer des pages où pouvez écrire plus succinctement ou
Même si les médias sociaux ont pour ils peuvent publier des informations, découper un sujet en plusieurs mes-
objet le partage et le tissage de liens des questions, des faits amusants, des sages courts. En général, la longueur
personnels, certaines personnes hési- vidéos et des photos dans leur « Mise idéale est de 500 à 700 mots, ce qui
tent quant aux limites de cette ouver- à jour de statut » pour communiquer vous donne assez d’espace pour
ture de soi. Vous ne devez partager avec leurs « amis » ou « fans ». présenter vos points clés, fournir des

–32–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer ASTUCES CONCERNANT 5
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

conseils précieux au lecteur, et don- • Organisez / participez à des « chats


ner des liens vers des informations » sur Twitter ou Facebook pour
supplémentaires. « rencontrer » de nouvelles per-
sonnes et partager votre expertise.
Remarque à propos des pages
web personnelles : Nombre de gens • Rédigez des articles ou des com-
utilisent également leur blog comme mentaires sur la biotechnologie ali-
leur site web, avec des pages sup- mentaire ou l’agriculture moderne.
plémentaires pour les rubriques « Qui Incluez des liens et des images, ainsi
suis-je », « Contact » etc. Il existe des que des anecdotes personnelles,
sites gratuits qui vous permettent comme une expérience récente
de créer votre propre blog / site web dans une ferme, pour établir une
(www.wordpress.com). Sinon, vous connexion avec le lecteur.
pouvez toujours opter pour l’achat de • Lisez d’autres blogs et de les Tissez des liens
votre propre adresse Web (ou nom de commentez-les—n’oubliez pas de avec les médias
domaine) et avoir un site Web conçu complimenter et de partager une
pour y inclure un blog. information équilibrée. Faites plus
Idées pour utiliser les médias que simplement corriger ; encour-
sociaux agez ceux qui font du bon travail, ❏ Identifiez un contact presse
• Communiquez avec les médias, afin qu’ils continuent ! au sein de chaque organisa-
tion
les collègues et les personnes TISSEZ DES RELATIONS
d’influence qui vous intéressent. ❏ Tissez des liens
AVEC LES MEDIAS
• Établissez des relations avec des ❏ Gardez le contact
L’une des choses les plus importantes
contacts en communiquant souvent qu’il faut garder à l’esprit lorsque ❏ Soyez cohérent
et en partageant des informations l’on tisse des liens avec les médias, ❏ Proposez d'autres contacts
utiles. il n’existe pas un ensemble d’étapes ❏ Donnez une place aux
• Vous pouvez utiliser toutes les unique et standard qui garantisse médias
plateformes de médias sociaux une couverture médiatique. Souvent, ❏ Laissez les reporters faire
pour partager des messages de la couverture, ou l’absence de celle- leur travail
blog et des liens vers des articles ci, est le fruit du travail effectué, ou
❏ Prenez l’initiative
de recherche, des photos, ou toute non, au préalable pour tisser des liens
autre chose sur le web qui aide à avec les professionnels des médias, et ❏ Faites votre travail de rensei-
gnement
vous identifier comme étant comme ceci bien avant que vous n’alliez leur
un expert crédible. Plus vous par- présenter une information nouvelle. ❏ Rendez-vous indispensable
lez de la biotechnologie alimentaire
Vos relations avec les médias doivent
et référencez la documentation de
être des partenariats. Vous souhaitez
recherche convaincante, plus les
toucher le public et ce sont les médias
gens seront à l’aise avec le concept.
qui peuvent vous fournir cet accès.
• Parlez de ce que vous faites, De même, les médias veulent capter
comme la participation à des évé- l’attention du public, et vous avez des
nements et des conférences. Trou- informations importantes qui peuvent
vez quel est le « hashtag » pour les aider à le faire.
l’événement et utilisez-le.
Voici quelques conseils pour vous
• Pour accéder au contenu qui vous aider à établir et maintenir des rela-
intéresse, suivez des personnes et tions avec les médias. Gardez à
hashtags sur Twitter et vous abon- l’esprit, cependant, que les procé-
nez-vous aux blogs. dures de votre organisation doivent

–33–
5 ASTUCES CONCERNANT Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

primer, alors n’oubliez pas de vous


familiariser à fond avec le règlement
du service responsable des rela-
tions publiques et médiatiques, ainsi
qu’avec leurs méthodes préférées de
communication avec les médias.
• Identifiez un contact perti-
nent au sein de chaque organe
de presse : Tout comme vous
êtes une ressource locale sur la
biotechnologie alimentaire, vous
aurez besoin d’un contact constant
que vous pouvez appeler avec un
sujet ou une réponse à reportage
sur les aliments ou l’agriculture
biotechnologique (par exemple, un sages cohérents sur l’importance [date], [heure] » en haut de la page
journaliste qui traite régulièrement de la biotechnologie alimentaire. pour que les journalistes sachent
des sujets tels que la nourriture, Désignez un porte-parole pour que l’information ne peut être offi-
la santé ou qui relate des histoires votre organisation afin de pouvoir ciellement rendue publique avant
de consommateurs). Le journaliste toujours présenter un visage fami- cette date-là. Dans tous les cas,
en charge d’un thème particulier lier aux médias. soyez sélectif et prudent avec ce
au sein d’un organe de presse peut que vous diffusez prématurément.
• Proposez d’autres contacts :
changer de poste régulièrement.
démontrez un peu plus encore votre • Aidez les reporters à faire leur
Il est donc important de constam-
valeur en tant que ressource pour les travail : Rappelez-vous que, dans
ment entretenir ces relations.
médias en recommandant d’autres une certaine mesure, les journali-
• Tissez des liens : Profitez des bons contacts d’organisations qui stes comptent sur les experts en
occasions pour nourrir des rela- contribuent de manière positive à la alimentation comme vous pour
tions positives avec les médias. question de la biotechnologie alimen- des idées d’articles, des informa-
Envoyez-leur régulièrement de taire et qui viennent compléter votre tions en temps opportun et l’accès
nouvelles informations ou des domaine d’expertise. à des interviews, généralement
articles d’intérêt pour leur rappeler dans des délais restreints. Une des
• Prévenez les médias à l’avance
que vous êtes une bonne ressource meilleures façons d’établir des rela-
: Les reporters apprécient d’avoir
pour la biotechnologie alimentaire. tions productives, donc, est d’aider
des conseils pour développles con-
• Restez en contact : Compli- les journalistes à atteindre leurs
seils lorsqu’ils construisent leurs
mentez les médias quand ils objectifs. Si vous êtes préparé et
reportages, mais ils ont besoin de
publient un reportage précis et pouvez rendre la vie plus facile à
préavis pour pouvoir les prendre
approfondi sur une question qui journaliste, on se souviendra de
en compte. Quand vous êtes au
vous est prioritaire. Si un jour- vous comme étant une source utile
courant d’une annonce ou d’un
naliste vous a cité, ou a cité votre et complète en ce qui concerne la
événement anticipés, prévenez
organisation, envoyez-lui un mot de biotechnologie alimentaire.
prévenez les médias à l’avance
remerciement pour le ou la féliciter afin qu’ils aient suffisamment de • Prenez l’initiative : Fournissez
de son bon travail. temps pour couvrir votre histoire. des documents de référence avant
• Soyez cohérent : développez Le cas échéant, utilisez les règles l’interview. La plupart des journali-
des points de messages clés de de base de l’embargo lors d’appels stes apprécient recevoir une liste
sorte à ce que n’importe qui dans conférence ou de webdiffusions. de points concis qu’ils peuvent rap-
votre organisation en contact avec Sur les communiqués de presse, idement transformer en questions
les médias puisse livrer des mes- indiquez « sous embargo jusqu’au d’interview.

–34–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer ASTUCES CONCERNANT 5
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

• Renseignez-vous auparavant • Ne dites pas quelque chose que


: Avant de planter leur histoire, la vous ne voudriez pas voir sur
recherche du journaliste histoires Internet ou YouTube : Soyez
antérieures sur le sujet pour éviter le conscients que tout ce que vous
tangage quelque chose qui est trop dites peut être diffusé, même avant
semblable. Vous serez également en ou après l’entretien.
mesure de déterminer la position du • Ne prenez pas « non » comme
journaliste sur la question. seule réponse : Si un journaliste
• Rendez-vous indispensable : rejette une idée de reportage, prof-
Quand les journalistes vous recon- itez de l’occasion pour lui demand-
naissent comme une source erquel type d’information il ou elle
précieuse pour les reportages sur serait en mesure d’utiliser dans une
la biotechnologie alimentaire, ils reportage.
sont plus susceptibles de prêter • Ne ne vous engagez pas à répondre
attention à vos suggestions. Une • Soyez réactif : Sachez que tous à une interview ou paraître dans un
façon de devenir indispensable est les médias opèrent dans des délais reportage si vous ne vous en sentez
de se présenter comme un expert, courts. Répondez rapidement pas capable.
ou une personne ayant accès à aux demandes d’information ou
des experts, sur la biotechnologie d’interviews. Si possible, répondez DIFFERENCES ENTRE LES
alimentaire. Par exemple, compilez dans l’heure. Etre joignable est MEDIAS D’INFORMATIONS
la recherche et les statistiques en essentiel pour vous imposer comme Lorsque vous ciblez des médias pour
matière de biotechnologie les plus une source fiable et précieuse aux une histoire, gardez à l’esprit que
convaincantes et envoyez-les aux yeux des médias. chaque organe de presse a son propre
journalistes avec une note intro- format et son propre public, et ue le
• Soyez honnête : si vous ne con-
ductive. Une autre façon est de même sujet n’intéressera pas force-
naissez pas la réponse, dites-le et
garder une liste d’orateurs informés ment tout le monde. Le texte qui suit
annoncez que vous vous rensei-
et de faits couramment demandés propose une présentation des divers
gnerez. Si vous ne pouvez pas le
sous la main afin de pouvoir les formats, rôles et délais standards par
savoir, dites-le.
fournir rapidement. type de média.
• Soyez préparé : Soyez prêt à
À FAIRE ET À NE PAS FAIRE Médias diffusés sur les ondes
fournir des renseignements et
LORSQUE VOUS INTERAGISSEZ • Télévision
répondre aux questions une fois
AVEC LES MEDIAS • Radio
que vous avez suscité l’intérêt d’un
À FAIRE : journaliste. Journaux et magazines imprimés et
• Soyez bref : Les reportages exi- en ligne
À NE PAS FAIRE :
gent des messages concis qui puis- • Journaux (nationaux, régionaux,
• Ne faites pas cavalier seul : uti-
sent facilement être transformés locaux)
lisez le réseau pour diffuser l’accès
en « petites phrases » et courtes • Magazines et lettres
à l’expertise et des angles dif-
citations. d’information (loisirs, éducatives,
férents mais commencez par bien
professionnelles)
• Soyez accessible : La modestie et vous préparer. Les collègues du
la responsabilité sont des qualités réseau n’aiment pas les surprises et
attrayantes, tout comme la capacité apprécient être prévenus à l’avance Médias diffusés sur les
à s’identifier aux lecteurs ou aux lorsque vous préparez un reportage ondes
téléspectateurs d’un organe de avec les médias.
Télévision
presse. Admettre vos erreurs vous • Ne donnez pas de vieilles infor- La télévision est un moyen très visuel,
aidera à bâtir la confiance. mations : Éloignez-vous des de il faut produire des images qui ren-
vieilles informations. dront l’histoire plus intéressante ou

–35–
5 ASTUCES CONCERNANT Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

plus facile à comprendre. Selon le Lorsque l’on travaille avec des jour- • Les informations
type d’histoire, vous avez les possibili- nalistes de télévision, gardez les con-
• Les émissions où les auditeurs
tés suivantes pour la couverture : seils suivants à l’esprit :
appellent
• Segments des nouvelles locales et • Communiqués de presse vidéo,
• Les émissions de radio destinées
nationales B-roll, et autres graphiques sont
aux gens qui partent au travail le
souvent utilisés par les producteurs
• Les programmes de réseau, talk matin et qui en reviennent le soir
de télévision pour aider les
shows et débats sur le câble
téléspectateurs à mieux compren- • Les messages d’intérêt public
• Segments payants avec interviews dre l’information fournie dans le (annonces de 10 -, 30 - ou 60
segment. Si vous en avez, propo- secondes)
• Messages d’intérêt public (10 -, 30 -
sez-les toujours aux producteurs.
ou 60 secondes) Lorsque vous cherchez à transmettre
• Les nouvelles à de la télévision un message à la radio, il est utile de
Lorsque vous cherchez à obtenir un
sont de courte durée, réduisant connaître :
reportage à la télévision, il est utile de
souvent la durée des segments à
connaître : • Le directeur de l’information, qui
30 secondes à l’aide de courts «
est le principal gardien et aussi
• Le producteur / chercheur du extraits sonores. » Si vous organi-
souvent le rédacteur en chef des
programme, qui contrôle la pro- sez une interview à la caméra,
nouvelles.
grammation pour chaque diffu- n’oubliez pas que ce qui est bref est
sion de reportage (par exemple, mieux. (Les interviews enregistrées • Le directeur des programmes, qui
il / elle peut concevoir la biotech- au préalable sont souvent réduites vous dirigera vers un contact ou
nologie comme une accroche pour à une ou deux petites phrases un hôte de talk show s’il considère
enchaîner sur une série de seg- courtes noyées dans le segment. votre sujet intéressant.
ments sur la nutrition et la santé. Les interviews en direct à l’antenne
• Le responsable des missions, qui
sont généralement limitées à moins
• L’éditeur responsable des missions, génère des idées de reportages,
de trois minutes.)
qui décident au jour le jour quelles souvent avec les producteurs de
histoire méritent une couverture et • La télévision est un média visuel. talk-show ou le directeur des nou-
lesquelles n’en méritent pas. Vous Chaque fois que cela vous est pos- velles, trouve des angles et des
pouvez aussi vous adresser directe- sible, fournissez un visuel pour particularités pour ajouter de la
ment au journaliste concerné, qui ajouter de l’intérêt et de l’attrait à variété aux bulletins d’information.
décidera s’il y a lieu de présenter votre entrevue.
• Un reporter, qui couvre des sujets
l’histoire à l’éditeur de mission si il
Date limite : ASAP pour les sur place.
ou elle est intéressée.
dernières nouvelles, le plus souvent
Lorsque vous réfléchissez aux façons
• Les présentateurs de journaux avant 10 heures du matin pour appa-
d’aborder les stations de radio avec
locaux reguliers, qui développent raître au journal de 18 heures Les
des idées, gardez les conseils suivants
et mènent à bout de plus en plus messages d’intérêt public exigent
à l’esprit :
les reportages. habituellement de deux à quatre
semaines pour passer sur un cycle • Les heures de grande écoute (6
de rotation radio / TV. Les talk-shows h à 9 h et de 15 à 18 heures) sont
ont un délai allant d’une ou deux bonnes pour cibler la couverture.
semaines jusqu’à deux mois.
• Pour des entrevues radiophoniques
Radio enregistrées, comme la télévision,
Le format de la radio nécessite un flux vous devez être capable de parler
constant mais varié de nouvelles et en « petites phrases » brèves (10-
d’information. Cela vous offre donc de 15 secondes). Et, parce que la radio
nombreux canaux pour la diffusion de ne fournit qu’une seule dimension
votre message, y compris : de la personne interrogée, sa voix,

–36–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer ASTUCES CONCERNANT 5
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

son ton, sa fermeté et son manque • Les nouvelless sur l’univers de la DIFFUSION DE L’INFORMATION
d’hésitation à répondre aux ques- consommation Votre information, qu’elle soit
tions contribuent à la crédibilité du d’actualité, intéressante ou non, n’ira
• Les courriers au rédacteur en chef
message. nulle part si elle n’est jamais lu ou
• Les éditoriaux vu par qui que ce soit. Malheureuse-
• Assurez-vous que l’entrevue, que
Lorsque vous cherchez à placer un ment, le moyen privilégié de contact
ce soit par téléphone ou en per-
article dans un journal ou un maga- (par exemple, e-mail, téléphone, etc.)
sonne, est menée sans distractions
zine, il est utile de connaître : varie d’un organe de presse à l’autre
sonores (tels que les froissements
et d’un journaliste à l’autre. Toutefois,
de papiers, les collègues de bureau • L’éditeur de rédaction, qui s’occupe l’identification des préférences indivi-
qui parlent ou les bruits de commu- des histoires locales dans la commu- duelles est un processus très simple
nication téléphonique afin d’assurer nauté et est probablement votre pre- et apprécié.
une bonne qualité sonore. mier contact pour les événements.
Une façon logique d’aborder cette
Date limite : Cela dépend ddu • Les journalistes qui reçoivent des question lorsque vous communiquez
reportage, mais le jour Jest générale- missions des éditeurs et couvrent avec un grand nombre de médias
ment acceptable pour les dernières un sujet spécifique (comme des est de choisir un moyen de distribu-
nouvelles. En revanche, un préavis événements communautaires, la tion, de diffuser l’information, et
de plusieurs jours est nécessaire pour nutrition et la santé, la nourriture, ensuite dans votre appel de suivi,
l’annonce d’un événement public. Les la science et les problèmes médi- de demander au journaliste si il ou
talk-shows, comme à la télévision, ont caux), vont rédiger votre article, et elle a reçu l’information et si ou elle
un délai allant d’une à deux semaines, peuvent demander des interviews. préfère être contacté(e) une autre
parfois plus.
• L’éditeur esponsable de la photog- façon. Notez la préférence, et vous
raphie, qui peut vouloir assister serez préparé et organisé pour la
Journaux et magazines prochaine fois.
à des événements qui offrent des
imprimés et en ligne visuels attrayants pour une belle Comme avec tous les autres aspects
Les journaux et les magazines, tant séance photos. des relations avec les médias, établir
imprimés qu’en ligne, peuvent fournir Gardez les conseils suivants à l’esprit : des relations est la clé. Au fur et à
une couverture en profondeur d’un mesure que vous travaillez avec les
sujet, bien que les entrevues puissent • Offrez des graphismes simples médias de votre région et prenez note
subir d’importantes révisions. De plus et suggérer des possibilités de de chaque contact, vous établirez
en plus, les nouvelles de commu- séances photos qui vous aideront à des relations personnelles qui vous
nautés sont considérées comme une expliquer ou à ajouter de la profon- permettront de mieux anticiper les
nécessité pour maintenir l’équilibre deur à votre histoire. besoins de chacun.
dans la couverture des nouvelles, • Demandez de quels graphiques
ce qui améliore vos chances de voir votre contact a exactement besoin
votre information imprimée. Jour- et donnez-en lui un accès facile.
naux et magazines ont besoin de vos
nouvelles. Les opportunités pour la Date limite : Les délais pour les
couverture de la biotechnologie ali- journaux et magazines varient.
mentaire comprennent : Cependant, le cycle de vie des jour-
naux évolue très rapidement. La date
• Les rubriques et nouvelles sur limite pour un journal peut être de
l’alimentation/la nutrition quelques heures à quelques semaines.
• Les rubriques et nouvelles Les magazines des délais plus longs,
scientifiques le plus souvent autour de six mois.
• Les nouvelles agricoles
• Les nouvelles urbaines

–37–
5 ASTUCES CONCERNANT Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

presque pas un jour ne passe sans


qu’un reportage sur les aliments que
nous mangeons ne fasse pas les gros
titres.
Le public est pris d’un vif intérêt
pour sa nourriture, et en raison de sa
nature personnelle et émotionnelle,
les reportages sur la nourriture font
sensation.
Cependant, il est vrai que la science
émergente peut être déroutante.
Selon l’enquête sur l’alimentation et
la santé menée en 2012 par la Fonda-
tion de l’IFIC trois consommateurs
sur quatre (76%) estiment que les
changements dans les conseils nutri-
tionnels, font qu’ il est difficile de
savoir à quoi s’en tenir. La façon dont
Renforcer la compréhension du public : la science émergente est communi-
Lignes directrices pour la diffusion de quée et par qui peut avoir un effet
puissant sur la compréhension, le
la science émergente sur la nutrition, la comportement et le bien-être.

sécurité alimentaire et de la santé Pour examiner ces questions et aider


au processus de communication,
Pour les journalistes, les scientifiques et tous les en 1998 la Harvard School of Public
autres COMMUNIQUANTS Health et la Fondation IFIC ont con-
voqué un groupe consultatif d’experts
Basé sur un groupe consultatif éminents à une série de huit tables
convoqué par la Harvard School of rondes à travers le pays, impliquant
« Ces lignes directrices ne peuvent
Public Health et la Fondation de faire une différence si on les plus de 60 autres chercheurs en nutri-
l’IFIC laisse sur une étagère. Mettre tion, spécialistes de l’alimentation,
D’abord publié par Oxford Uni- ces recommandations en pratique éditeurs de journaux, attachés de
pourrait bien faire une différence presse des universités, journali-
versity Press dans le Journal
dans la compréhension du public de
de l’Institut national du cancer stes dans l’audiovisuel ou le papier
l’alimentation et de la santé. Je vous
(4 Février 1998, Volume 90, groupes de consommateurs, et cadres
invite à les lire, à les partager, ne les
numéro 3). Veuillez utiliser la de l’industrie alimentaire.
oubliez pas et utilisez-les. Après tout,
citation originale si vous réim- je pense que ce que le public veut, Basé sur les contributions du groupe,
primez l’intégralité ou une de ce c’est que nous soyons honnêtes vis- un ensemble de principes directeurs
document. à-vis de chaque étude telle qu’elle se pour communiquer sur la science
présente et essayions de mettre les
Voir aussi : « La nutrition : par- émergente a été mis en place. Au
choses en perspective, sans cesser
lons-en clairement, » Le Journal cœur de ces principes est la croyance
de rappeler aux gens que c’est la
de l’American Medical Association totalité des preuves telles qu’elles se
que la science liée à l’alimentation
(JAMA), le 11 Février 1998 dévoilent, qui mérite leur attention. peut effectivement être communi-
Timothy Johnson, MD, MPH, Rédacteur
quée d’une manière qui facilite la
Voici vingt-cinq ans, une étude sur les compréhension du public.
médical, ABC Good Morning America
aliments et la santé ne serait jamais
paru au journal du soir. Maintenant,

–38–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer ASTUCES CONCERNANT 5
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Avez-vous évité une approche trop En expliquant un risque alimentaire,


simpliste qui pourrait faussement avez-vous établi la distinction entre
caractériser certains aliments, supplé- les estimations au niveau de la popu-
ments ou ingrédients comme bon ou lation et le risque individuel ? Avez-
mauvais ? Avez-vous aidé le public à vous cité des statistiques sur le risque
comprendre comment la nourriture, absolu et pas seulement les risques
des ingrédients ou des suppléments relatifs, par exemple, l’expression
peuvent être consommés dans le d’une augmentation de l’incidence de
cadre d’un régime alimentaire global « un sur un million à trois sur un mil-
sain, ou pourquoi il ne doit pas l’être ? lion », et pas seulement « un risque
multiplié par trois » ?
Avez-vous correctement représenté
les conclusions générales de l’étude 3. L’étude ou ses conclusions ont-
et et évité de diffuser des résultats elle été examinées par des pairs ?
sélectifs qui, à eux seuls, pourraient
L’étude a-t-elle été évaluées par des
présenter une image trompeuse ?
scientifiques indépendants ou publiés
2. Avez-vous placé les résultats dans une revue évaluée par les pairs
Les lignes directrices sont conçues de l’étude dans leur contexte ? ? En même temps, avez-vous com-
pour aider à assurer que la science pris que, bien que ce genre d’inter-
Si les résultats sont préliminaires et
fiable et une compréhension publique évaluation soit important, elle ne
non concluants, l’avez-vous fait savoir ?
améliorée en fin de compte guident garantit pas des résultats définitifs ou
quoi et comment nous communiquons Si les résultats diffèrent des études concluants?
et aident les communiquants à ajouter précédentes, avez-vous indiqué et
Si une étude n’a pas été revue par
du contexte à de nouvelles études en expliqué pourquoi ? Si les résultats
des pairs (par exemple, un document
posant des questions qui les aideront réfutent des résultats précédemment
présenté lors d’une réunion ou con-
à mettre les études en contexte et publiés, fournissez-vous des preuves
grès), sont les résultats si importants
identifier les traiteurs les meilleurs dont la valeur probante est compa-
qu’ils doivent être communiqués au
éléments à en retirer pour informer le rable à celle des résultats antérieurs ?
public avant examen par les pairs ?
public.
Avez-vous précisé à qui les résultats
Avez-vous fait la distinction entre les
LIGNES DIRECTRICES s’appliquent-ils ? Avez-vous évité
conclusions réelles de l’étude et des
GÉNÉRALES POUR TOUTES la généralisation des effets lorsque
éditoriaux ou des commentaires qui
LES PARTIES PRENANT l’étude a été limitée aux populations
pourraient avoir été écrits au sujet
PART AU PROCESSUS DE d’un certain âge, de sexe ou présent-
de l’étude ? Avez-vous précisé que
COMMUNICATION ant des conditions de prédispositions
l’éditorial est l’expression d’opinions
particulières, qu’elles soient géné-
1. Est-ce que votre communi- personnelles et n’a pas toujours été
tiques, environnementales ou autres ?
cation permet d’accroître la révisé par des pairs ? Avez-vous
compréhension du public de Avez-vous inclus des informations étudié à quel point ces opinions sont
l’alimentation et de la santé? sur les compromis risques / avan- partagées ou si l’éditorial représente
tages que peuvent comporter la une opinion peu répandue ?
L’étude est-elle suffisamment crédible
consommation ou non de certains
pour attirer l’attention du public ? 4. Avez-vous communiqué les faits
aliments, ingrédients ou suppléments
importants au sujet de l’étude ?
Avec les informations que vous avez ? Avez-vous évalué l’importance de
fournies, le public sera-t-il en mesure ces risques et avantages comparée Avez-vous fourni des informations
d’évaluer correctement l’importance à d’autres facteurs (par exemple, le adéquates sur le but de l’étude origi-
des résultats et si ceux-ci devraient niveau d’activité physique, l’histoire nale, la conception de la recherche et
avoir une incidence immédiate sur génétique) qui peuvent également les méthodes de collecte et d’analyse
leurs choix alimentaires ? contribuer à la santé ? des données ?

–39–
5 ASTUCES CONCERNANT Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

Avez-vous reconnu les limites ou les les limites de l’étude, y compris les Lignes directrices à
insuffisances que l’étude peut avoir ? méthodes de collecte de données ? l’attention des rédacteurs
Les mesures de santé objectives ont- en chef concernant
5. Avez-vous divulgué tous les
elles été utilisées pour aider à vérifier la communication
renseignements clés sur le
les auto-évaluations ? 1. Votre politique d’embargo
financement de l’étude ?
L’étude a-t-elle été menée chez des permet-elle d’améliorer la com-
Avez-vous divulgué publiquement munication publique ?
animaux ou des humains ? Les limita-
toutes les sources de financement de
tions des modèles animaux quant à Faites-vous en sorte que des copies
l’étude ?
leur applicabilité à l’homme ont-elles assujetties à l’embargo soient mises à
Êtes-vous raisonnablement confiant été constatées ? la disponibilité de tous les journalistes
dans l’objectivité et l’indépendance de qui s’engagent à respecter l’embargo,
Avez-vous attendu pour communiquer
l’étude ? et pas seulement un groupe restreint
les résultats jusqu’à ce que l’étude sois
Avez-vous pensé à ce que les bailleurs soumise à un examen indépendant de journalistes ?
de fonds pourraient avoir à gagner ou ? Si non, avez-vous divulguez aux Avez-vous avisez les scientifiques
à perdre dans le résultat de l’étude ? médias que les résultats sont prélimi- dont les études seront susceptibles de
naires et n’ont pas encore été exami- recevoir l’attention de la presse de la
Avez-vous laissé la validité de
nés par des pairs ? date à laquelle l’édition sous embargo
la science parler d’elle-même,
indépendamment du financement ? 2. Avez-vous clarifié les risques et sera mise à leur disposition ?
les avantages alimentaires ? Fournissez-vous les articles perti-
Lignes directrices
Avez-vous expliqué le lien entre le nents de la revue sous embargo aux
à l’attention des
dosage d’une substance, la quantité auteurs de l’étude afin qu’ils puissent
scientifiques concernant
de nourriture ou d’ingrédients, et visualiser d’autres travaux connexes
la communication
l’état de santé en résultant ? Cette au sujet, les aidant à répondre aux
1. Avez-vous fourni des rensei- questions ?
quantité raisonnablement consommée
gnements de contexte essentiels
par l’individu moyen ? 2. Encouragez-vous les médias
sur l’étude dans vos conclusions
écrites, ou à des journalistes ou Quel était le risque initial de dévelop- responsables à diffuser les résul-
d’autres personnes qui en ont per la maladie ? Avez-vous exprimé tats de l’étude ?
fait la demande, dans un langage le nouveau niveau de risque comme Si vous publiez un communiqué sur
compréhensible ? étant à la fois absolu et relatif ? un article dans votre journal, est-il
Avez-vous expliqué tous les détails 3. Avez-vous répondu aux besoins fidèle à la recherche sous-jacente ?
de l’étude, notamment sur le but, des médias ? Fournit-il des informations adéquates
l’hypothèse, le type et le nombre de quant au contexte ?
Êtes-vous disponible pour des entre-
sujets, la conception de la recherche, 3. Avez-vous envisagé l’effet des
vues le jour avant ou après la publi-
les méthodes de collecte des données, conclusions de l’étude sur les
cation ? Faites-vous tous les efforts
l’analyse et les conclusions principales ? consommateurs ?
possibles pour répondre rapidement
Est-ce que vous déclarez des résultats aux questions des médias ? Avez-vous pensé à ce qui pourrait être
de l’étude en cohérence avec l’objectif l’effet des conclusions de l’étude sur
Est-ce que le communiqué de presse
initial de la collecte des données ? le grand public ?
préparé pour l’étude communique
Les méthodes scientifiques appro- les principaux résultats fidèlement et Est-ce que l’étude justifie un édito-
priées d’enquête ont-elles été utilisés sans exagération ? Avez-vous examiné rial d’accompagnement pour aider à
? Avez-vous divulguez les lacunes ou et approuvé la version finale du com- mettre les résultats en perspective
muniqué de presse publié par votre ? Si c’est le cas, le contenu éditorial
institution ? figure-t-il dans l’article de presse ?

–40–
Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer ASTUCES CONCERNANT 5
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

4. Est-ce que votre politique de presse, rapports, ou d’autres sources Avez-vous appliqué les mêmes
soumission permet aux scienti- d’information secondaires ? normes critiques à toutes les sources
fiques de préciser les résultats d’information, des scientifiques, rela-
Après avoir examiné les résultats
des présentations abstraites avec tions publiques et organes de presse,
de l’étude et ses limites, avez-vous
les médias ? aux journaux, à l’industrie, aux con-
conclu qu’elle mérite toujours une
sommateurs et groupes d’intérêts
Est-ce que votre politique de sou- couverture ? Avez-vous objectivement
spéciaux ? Qu’est-ce que la source de
mission souligne bien que les sci- considéré la possibilité de ne pas cou-
l’information a à gagner si son point
entifiques présentant des résumés vrir l’étude ?
de vue est présenté ? Avez-vous
doivent soumettre le rapport complet
Les mots employés pour décrire les envisagé un éventail de possibilités,
à un examen par les pairs ? Avez-
résultats sont-ils appropriés à ce type de conflits d’intérêts au-delà des
vous souligné qu’ils ne doivent pas
d’enquête ? La cause et l’effet ne dollars ?
distribuer des copies du rapport com-
peuvent être présentés directement
plet de l’étude, ou des chiffres et des 3. Votre article donne-t-il des
que dans les études où l’intervention
tableaux de cette étude aux médias conseils pratiques aux consom-
est la seule variable modifiée entre
avant leur publication dans une revue mateurs ?
le groupe expérimental et le groupe
évaluée par les pairs ?
témoin. Avez-vous traduit les résultats en
Lignes directrices conseils de consommation courante ?
Le ton du bulletin d’information est-
à l’attention des Par exemple, si une étude porte sur
il adapté ? Evitez-vous d’utiliser des
journalistes concernant les effets d’un nutriment, avez-vous
mots qui surestiment les résultats,
la communication envisagé d’identifier les aliments dans
par exemple, « peut » ne signifie pas
lesquels il se trouve le plus souvent ?
1. Votre histoire est-elle exacte et « va » et « quelques » personnes ne
équilibrée ? signifie pas « tous » ou « la plupart » En quoi les mesures d’action con-
des gens ? cernent-elles le contexte plus large
Avez-vous établi la crédibilité de votre
des conseils diététiques existants
source principale ? Les titres, les photographies et les
(par exemple, Dietary Guidelines for
graphiques sont-ils compatibles avec
Avez-vous demandé à d’autres scien- Americans, la pyramide des aliments
les résultats et le contenu de votre
tifiques réputés et d’autres sources de de l’USDA, l’importance de l’équilibre,
article ?
santé de tiers s’ils jugent l’étude fiable la variété et la modération) ?
et significative ? Ces scientifiques ont- 2. Avez-vous appliqué un scepti-
Avez-vous fourni des ressources
ils examiné l’étude ? cisme sain à votre rapport ?
crédibles au niveau national, régional
Les sources tierces que vous citez En parlant aux sources et en lisant les et local, à partir desquelles les con-
représentent-elles la pensée scien- communiqués de presse, avez-vous sommateurs peuvent obtenir de plus
tifique dominante sur la question en fait abstraction de toute émotion ? amples informations ou une assis-
cause ? Si non, avez-vous clairement tance au sujet de l’alimentation et
Les résultats de l’étude semblent-ils
fait savoir que de tels commentaires de la santé, surtout si les résultats
plausibles ?
et opinions différent de la plupart des présentent une menace immédiate
perspectives scientifiques sur ce sujet Avez-vous utilisé des termes exagérés pour la santé et la sécurité publiques
? Si seulement un ou deux individus ou chargés dans le titre ou le corps (par exemple l’éruption de maladie
expriment ce point de vue opposé, la d’un rapport pour attirer l’attention d’origine alimentaire ou hydrique),
couverture donnée reflète-t-elle le fait du public comme, par exemple, « comme des brochures, numéros de
que ce sont clairement des opinions percée scientifique » ou « miracle téléphone gratuits, ou des ressources
minoritaires ? médical » ? Le rapport suggère-t-il en ligne ?
indirectement que la pilule, le traite-
Avez-vous reçu et examiné une
ment ou autre approche est un «
copie de l’étude, et pas simplement
miracle » ?
des résumés, communiqués de

–41–
5 ASTUCES CONCERNANT Biotechnologie alimentaire : Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
LES MÉDIAS
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

4. Votre rapport est-il fondé sur Lignes directrices 2. Adhérez-vous aux normes
une compréhension de base des pour l’industrie, les éthiques lorsque vous fournis-
principes scientifiques ? consommateurs et les sez de l’information sur
autres groupes d’intérêt l’alimentation et la santé ?
Etes-vous conscient de la différence
entre les preuves et l’opinion ? Si non, 1. Avez-vous fourni des informa- Respectez-vous l’embargo placé sur
avez-vous consulté des sources bien tions et des commentaires précis une étude, plutôt que de tenter de
informées ? aux médias ? récupérer et d’ « être le premier à
Votre communiqué de presse sur publier » la nouvelle ?
Connaissez-vous la méthode scienti-
fique d’investigation et divers termes l’étude est-il en accord avec les con- Avez-vous évité la promotion ou la
tels que tests d’hypothèses, groupes clusions, à savoir, êtes-vous certain rédaction de communiqués de presse
témoins, randomisation, ou étude en qu’il n’exagère ni ne simplifie, qu’il ne sur des études qui n’ont pas été
double aveugle ? Comprenez-vous et méprise ni ne dramatise, les résultats examinés par les pairs ? Avez-vous
expliquez-vous que la nature de la ? Apporte-t-il un nouvel éclairage et reconnu que les résultats qui n’ont
science est évolutive, pas révolution- aide-t-il à améliorer la compréhension pas été scientifiquement étudiés
naire ? des résultats de l’étude par le public ? sont des conclusions préliminaires et
Corrigez-vous avec tact la désinfor- n’appellent pas à un changement de
Êtes-vous familier avec les différents
mation que véhiculent les médias ? comportement ?
types d’études, pourquoi ils sont utili-
sés et les limites de chacun ? Expliquez-vous scientifiquement en Avez-vous identifié le point de vue et
quoi les trouvailles sont incorrectes, les sources de financement de votre
Vous tenez-vous au courant des sans simplement exprimer des opin- organisation ?
recommandations diététiques et de ions ou porter des jugements sur
santé de sorte à ce que vous puissiez quelques individus ? Entretenez-vous
aider à identifier la véritable significa- un suivi avec les journalistes pour
tion de nouvelles découvertes ? pouvoir leur reconnaitre un article
précis et perspicace ?

–42–
RESSOURCES DEPARTEMENT DE L’AGRICULTURE

6
DES ÉTATS-UNIS (USDA)
GOUVERNEMENTALES +1 (202) 720-2791 (Ligne d’information)
ET INTERNATIONALES +1 (202) 720-4623 (Bureau des
communications)
CENTRE D’INFORMATIONS SUR LE http://www.usda.gov
RÉSEAU DE L’AGRICULTURE (AGNIC)
+1 (301) 504-6780
Twitter : @USDA Ressources
http://www.agnic.org Service d’inspection vétérinaire et complémentaires
Twitter : @agnicalliance phytosanitaire (APHIS)
+1 (202) 720-3668
CENTRES POUR LA LUTTE ET LA +1 (301) 851-3877 (Services de
PREVENTION DES MALADIES (CDC • Répertoire des organisations
réglementation de la biotechnologie)
+1 (800) 232-4636 or (404) 639-3311 http://www.aphis.usda.gov scientifiques professionnelles,
TTY : (888) 232-6348 Twitter : @USDA_APHIS sanitaires et gouvernementales
http://www.cdc.gov proposant des ressources sur la
Twitter : @CDC_ehealth Centre d’information sur l’alimentation biotechnologie*
et la nutrition (FNIC)
AGENCE U.S. DE PROTECTION DE • Universitaires & experts scientifiques en
+1 (301) 504-5719
L’ENVIRONNEMENT (EPA) biotechnologie alimentaire, accessibles
http://www.nal.usda.gov/fnic
+1 (202) 260-2090 or (202) 272-0167 en ligne uniquement : www.foodinsight.
Twitter : @Nutrition_gov
TTY : (202) 272-0165 org/foodbioguide.aspx
http://www.epa.gov Service d’inspection de la sécurité
Twitter : @EPAgov alimentaire (FSIS)
+1 (202) 720-5604 ou
COMMISSION FÉDÉRALE DU +1 (800) 535-4555
COMMERCE (FTC)
Ligne d’informations sur la viande et la
+1 (877) 382-4357 or (202) 326-2222 volaille : +1 (888) MPHotline
(Consumer Response Center) (674-6854)
http://www.ftc.gov http://www.fsis.usda.gov
Twitter : @FTC Twitter : @FSIS
ORGANISATION POUR L’ALIMENTATION
Bibliothèque agricole nationale (NAL)
ET L’AGRICULTURE (FAO) DES NATIONS
+1 (301) 504-5755
UNIES (ONU)
http://www.nal.usda.gov
+39 06 57051
Twitter : @National_Ag_Lib
http://www.fao.org
Twitter : @FAOnews
ORGANISATION MONDIALE DE LA
SANTE (OMS)
U.S. FOOD AND DRUG
+41 22 791 21 11
ADMINISTRATION (FDA)
http://www.who.int
Téléphone : +1 (888) 463-6332
Twitter : @WHO
=& (301) 796-4540 (Bureau des affaires
publiques / Bureau de presse)
http://www.fda.gov
Twitter : @US_FDA

Centre pour la sécurité alimentaire et


la nutrition appliquée (CFSAN)
+1 (888) SAFE-FOOD /
+1 (888) 723-3366
http://www.fda.gov/Food/default.htm * Rendez-vous à l’adresse www.
Twitter : @FDArecalls foodinsight.org/foodbioguide.aspx
Vous y trouverez des liens directs
vers des informations concernant
la biotechnologie sur ces sites
web et sur d’autres, ainsi qu’une
liste d’experts.

–43–
6 Ressources Biotechnologie alimentaire Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
complémentaires
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

RESSOURCES RELATIVES RÉSEAU DE COMMUNICATIONS SUR RESSOURCES RELATIVES


LA BIOTECHNOLOGIE ALIMENTAIRE
AUX ORGANISATIONS (CANADA)
À L’INDUSTRIE ET AUX
DE RECHERCHE & http://www.foodbiotech.org GROUPES DE RESSOURCES
PROFESSIONNELLES AGRICOLES
SYSTÈME D’INFORMATION POUR LA
L’ACADÉMIE DE NUTRITION & BIOTECHNOLOGIE (ISB) ALLIANCE POUR NOURRIR L’AVENIR
DIÉTÉTIQUE http://gophisb.biochem.vt.edu www.alliancetofeedthefuture.org
+1 (800) 877-1600 ou Twitter : @AllianceToFeed
+1 (312) 899-0040 INSTITUT DES TECHNOLOGIES
http://www.eatright.org ALIMENTAIRES (IFT) FEDERATION AMERICAINE DU BUREAU
Twitter : @EatRight +1 (800) 438-3663 ou DES FERMIERS
+1 (312) 782-8424 +1 (202) 406-3600
AG-WEST BIOTECH, INC. (CANADA) http://www.ift.org http://www.fb.org
+1 (306) 975-1939 Twitter : @IFT Twitter : @FarmBureau
http://www.agwest.sk.ca
Twitter : @agwestbio FONDATION DU CONSEIL TRUST AMERICAIN DES TERRES
INTERNATIONAL POUR L’INFORMATION AGRICOLES
ACADEMIE AMERICAINE DE SUR LES ALIMENTS (IFIC) +1 (202) 331-7300
L’ALLERGIE, DE L’ASTHME ET DE +1 (202) 296-6540 http://www.farmland.org
L’IMMUNOLOGIE (AAAAI) http://www.foodinsight.org Twitter : @Farmland
(800) 822-2762 or (414) 272-6071 Twitter : @FoodInsight
http://www.aaaai.org Centre pour l’agriculture dans
INSTITUT DE RECHERCHE l’environnement
AMERICAN ACADEMY OF FAMILY INTERNATIONAL SUR LES POLITIQUES +1 (815) 753-9347
PHYSICIANS (AAFP) ALIMENTAIRES (IFPRI) http://www.aftresearch.org
+1 (800) 274-2237 ou +1 (202) 862-5600
+1 (913) 906-6000 http://www.ifpri.org/ ASSOCIATION AMÉRICAINE DU SOJA
http://www.aafp.org Twitter : @ifpri +1 (800) 688-7692 ou
Twitter : @aafp +1 (314) 576-1770
INSTITUT INTERNATIONAL DES www.soygrowers.com
ASSOCIATION MEDICALE AMERICAINE SCIENCES DE LA VIE (ILSI) Twitter : @ASA_News2
(AMA) +1 (202) 659-0074
+1 (800) 621-8335 ou http://www.ilsi.org ORGANISATION DE L’INDUSTRIE
+1 (312) 464-5000 Twitter : @ILSI_Global BIOTECHNOLOGIQUE (BIO)
http://www.ama-assn.org +1 (202) 962-9200
Twitter : @AmerMedicalAssn ACADEMIE NATIONALE DES SCIENCES http://www.bio.org/category/food-
(NAS) agriculture
CENTRE POUR L’INTÉGRITÉ DES Conseil national pour la recherche Twitter : @IAmBiotech
ALIMENTS (CFI) Conseil des aliments et de la nutrition,
+1 (816) 880-5360 Institut de médecine (IOM) CONSEIL POUR L’INFORMATION SUR
http://www.foodintegrity.org/ +1 (202) 334-2000 LA BIOTECHNOLOGIE (CBI)
Twitter : @foodintegrity http://www.nas.edu +1 (202) 962-9200
Twitter : @NASciences http://www.whybiotech.com
CONSEIL POUR LA SCIENCE ET LA Twitter : @agbiotech
TECHNOLOGIE AGRICOLES (CAST) ASSOCIATION NATIONALE DES
+1 (515) 292-2125 DEPARTEMENTS D’ETAT DE CROPLIFE AMERICA
http://www.cast-science.org L’AGRICULTURE (NASDA)
+1 (202) 296-1585
Twitter : @CASTagScience +1 (202) 296-9680
http://www.croplifeamerica.org
http://www.nasda.org
Twitter : @CropLifeAmerica
CENTRE DE SCIENCE DES PLANTES Twitter : @NASDAnews
DONALD DANFORTH CROPLIFE INTERNATIONAL
+1 (314) 587-1000 CENTRE DE BIOTECHNOLOGIE DE
+32 2 542 04 10
http://www.danforthcenter.org CAROLINE DU NORD
http://www.croplife.org/
Twitter : @DanforthCenter +1 (919) 541-9366
Twitter : @CropLifeIntl
http://www.ncbiotech.org
Twitter : @ncbiotech

–44–
Biotechnologie alimentaire Guide du communiquant visant à améliorer Ressources 6
la compréhension, 3ème édition
complémentaires
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

INSTITUT POUR LE MARKETING RESSOURCES RELATIVES


ALIMENTAIRE (FMI)
+1 (202) 452-8444
AUX INSTITUTIONS
http://www.fmi.org UNIVERSITAIRES
Twitter : @FMI_ORG
AGBIOSAFETY, UNIVERSITÉ DU
NEBRASKA – LINCOLN
ASSOCIATION DES FABRICANTS DE
PRODUITS D’EPICERIE (GMA) http://agbiosafety.unl.edu
+1 (202) 639-5900
http://www.gmaonline.org INSTITUT BOYCE THOMPSON POUR
LA RECHERCHE EN BIOLOGIE
Twitter : @GroceryMakers
VÉGÉTALE(BTI)
Affiliée à l’Université Cornell et au Conseil
ASSOCIATION NATIONALE DES
PRODUCTEURS DE MAÏS (NCGA)
national de la biotechnologie agricole
+1 (636) 733-9004 +1 (607) 254-1234
http://www.ncga.com/ http://bti.cornell.edu
Twitter : @NationalCorn
UNIVERSITÉ DE CALIFORNIE,
PROGRAMME DAVIS DE
INSTITUTION NATIONAL DES *Rendez-vous à l’adresse www.
BIOTECHNOLOGIE
PECHERIES
+1 (530) 752-3260 foodinsight.org/ foodbioguide.aspx
http://www.aboutseafood.com/
biotechprogram@ucdavis.edu pour des liens directs vers des
http://www.biotech.ucdavis.edu/ informations sur la biotechnologie
SERVICE NATIONAL DES PECHERIES
sur ces sites, ainsi que sur
MARINES
UNIVERSITÉ DE CALIFORNIE, d’autres, et pour consulter la liste
+1 (301) 713-2239
DAVIS : CENTRE DES ÉTUDES DE des experts.
http://www.nmfs.noaa.gov/
CONSOMMATION (CCR)
Twitter : @NOAAFisheries
+1 (530) 752-2774
ccr@ucdavis.edu
ASSOCIATION NATIONALE DES
http://ccr.ucdavis.edu/
RESTAURANTS
+1 (202) 331-5900
FACULTÉ DES SCIENCES DE
http://www.restaurant.org
L’ALIMENTATION, DE L’AGRICULTURE
Twitter : @WeRRestaurants ET DES RESSOURCES NATURELLES DE
L’UNIVERSITÉ DU MINNESOTA (CFANS)
AGRICULTEURS ET ÉLEVEURS +1 (612) 624-1234 (Réponses aux
AMÉRICAINS (USFRA) questions des étudiants/professeurs)
+1 (636) 449-5086 http://www.cfans.umn.edu/
http://www.fooddialogues.com/ Twitter : @CFANS
Twitter : @USFRA
CENTRE DE BIOTECHNOLOGIE
CONSEIL AMÉRICAIN DES GRAINS DE L’UNIVERSITÉ du WISCONSIN –
+1 (202) 789-0789 Cours en ligne sur la biotechnologie
http://www.grains.org alimentaire
Twitter :@USGC http://www.biotech.wisc.edu

–45–
Glossaire Des Termes De L’alimentation
Et De La Biotechnologie Agricole
Les termes sont définis ici seulement en ce qui concerne l’alimentation et
7
l’agriculture et peuvent avoir des applications dans d’autres secteurs (par ex- GLOSSAIRE
emple, les produits pharmaceutiques) qui ne sont pas abordées.
Pour d’autres définitions et plus de détails, se référer à au Glossaire des
termes de biotechnologie agricole de l’USDA, qui figure sur son site web
(www.usda.gov).

A animal antibiotics (antibiotiques pour


animaux)
acrylamide Médicaments qui traitent les maladies
Composé qui se forme dans certains infectieuses chez les animaux en inhibant
aliments pendant le processus de cuisson la croissance des micro-organismes qui
(par exemple, friture, rôtissage ou cuisson au provoquent la maladie ou en les éliminant.
four), du fait de l’interaction entre la chaleur, Les antibiotiques sont utilisés chez les
les sucres et un acide aminé naturellement animaux pour les mêmes raisons que chez
présent dans certains aliments. les êtres humains : pour traiter et prévenir la
propagation des maladies.
agriculture
La science, l’art et l’activité qui consistent à
produire des cultures et de l’élevage. B
Bacillus thuringiensis (Bt)
allergic reaction (réaction allergique) Micro-organisme du sol couramment
Réaction du système immunitaire du corps trouvé dans bioinsecticides utilisés par
après exposition à un allergène, souvent les agriculteurs, y compris les agriculteurs
une protéine. Les aliments peuvent contenir biologiques et les jardiniers amateurs, pour
des protéines qui induisent une réaction lutter contre les insectes moyennant un
immunitaire. Les symptômes allergiques impact minimal sur l’environnement. Voir
peuvent être, entre autres, des éruptions aussi : bioinsecticide. Voir aussi : Glossaire
cutanées, de l’urticaire, et dans les cas de l’USDA
extrêmes, l’essoufflement, la perte de
souffle ou l’évanouissement. Voir aussi : bioinsecticide
Glossaire de l’USDA Tout matériau utilisé dans la lutte contre les
insectes qui est dérivé d’organismes vivants,
Animal and Plant Health Inspection comme les bactéries, les cellules végétales,
Service (APHIS) (Service d’inspection ou les cellules animales. Parmi les exemples,
de la santé des animaux et des plantes citons la protéine bacillus thuringiensis (Bt)
(Animal and Plant Health Inspection (d’origine bactérienne), et le Pyrèthre (fait
Service ou APHIS)) à partir des capitules de certaines variétés
Agence gouvernementale qui fait partie du de chrysanthème), tous deux employés
Département de l’Agriculture des États-Unis pour la lutte contre les insectes. Voir aussi :
(USDA) et qui protège et promeut la santé bacillus thuringiensis(Bt)
des plantes et des animaux utilisés dans
l’agriculture et régit l’expérimentation des
cultures biotechnologiques agricoles.

–47–
7 Glossaire Biotechnologie alimentaire Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

biotechnology (biotechnologie)
Application de la science biologique pour
climate change (changement
climatique) E
améliorer les attributs des plantes, des Bien que le terme fasse généralement Environmental Protection Agency
animaux et d’autres organismes, ou pour référence à un changement significatif (EPA)
améliorer les méthodes de production d’un état climatique à l’autre, le Agence gouvernementale américaine dont
d’aliments. Comprend des techniques telles « changement climatique » a été utilisé la mission est de protéger la santé humaine
que la fermentation, la purification des de façon interchangeable avec le terme et de sauvegarder l’environnement naturel -
enzymes ou la reproduction sélective des « réchauffement global » pour désigner les air, eau et terres - dont dépend la vie. L’EPA
plantes et des animaux (technologie de importants changements à long terme du est l’une des trois agences qui examinent
l’ADN recombinant particulièrement).Voir climat et des conditions météorologiques de les nouveaux produits de la biotechnologie
aussi : ADN, génie génétique, technologie la terre. Voir aussi : empreinte carbone agricole qui expriment des pesticides
de l’ADN recombinant (ADNr). Voir aussi : végétaux incorporés (Bt), ainsi que
Glossaire de l’USDA cloning (clonage) l’utilisation des pesticides avec une nouvelle
Procédé utilisé pour créer une réplique variété végétale issue de la biotechnologie.
breeding (traditional or selective) génétique d’un fragment d’ADN ou d’un Voir aussi : USDA, FDA
(reproduction (traditionnelle ou organisme entier, sans reproduction sexuée.
sélective)) Voir aussi : Glossaire de l’USDA
Réalisation délibérée de croisements F
ou d’accouplements de plantes ou commodity (matière première agricole)
d’animaux pour que la progéniture ait des Produit de l’agriculture. Quelques exemples field test or trial (test ou essai de
caractéristiques particulières souhaitées de produits agricoles sont le blé, le riz, les terrain)
dérivées d’un ou des deux parents. Les betteraves, le maïs, le bœuf, le soja et le Test d’une nouvelle variété végétale, y
pratiques utilisées dans la sélection végétale café. compris les dérivés de la biotechnologie,
traditionnelle peuvent inclure des aspects réalisé en dehors du laboratoire avec
de la biotechnologie tels que la culture des exigences spécifiques concernant
de tissus, la sélection par mutations ou la D l’emplacement, la taille des parcelles, la
méthodologie, etc.
sélection assistée par marqueurs.
deregulation (déréglementation)
Processus ou acte de suppression Food and Drug Administration (FDA)
C des restrictions gouvernementales ou
réglementaires sur la plantation, l’importation
Agence réglementaire américaine chargée
d’assurer la sécurité et la salubrité de tous
carbon footprint (empreinte carbone) et/ou l’exportation. Les matières premières les aliments vendus dans le commerce
Quantité de gaz à effet de serre, notamment végétales sont déréglementées lorsque le interétatique hormis la viande, la volaille et
le dioxyde de carbone ou d’autres composés gouvernement reçoit et évalue les études les œufs (qui relèvent de la compétence
du carbone, émis par les particuliers, les scientifiques qui démontrent l’innocuité des du Département de l’Agriculture des
entreprises ou les pays (autrement dit, par aliments destinés à l’homme et à l’animal, États-Unis). L’une des trois agences qui
les activités d’une personne ou la fabrication ainsi que la faiblesse de leur impact sur examinent les nouveaux produits de la
et le transport d’un produit) pendant une l’environnement. Voir aussi : matière biotechnologie agricole qui sont destinés à
période de temps donnée. Indicateur de la première agricole l’approvisionnement alimentaire. Voir aussi :
qualité de l’air souvent utilisé pour mesurer USDA, EPA
l’impact environnemental d’une entité. Voir deoxyribonucleic acid (DNA) (acide
aussi : changement climatique désoxyribonucléique(ADN)) food security (sécurité alimentaire)
Véhicule les informations génétiques de la Disponibilité et accès régulier à une
chromosome plupart des organismes vivants. La molécule nourriture suffisante, à des aliments nutritifs,
Composés de protéines et d’une longue d’ADN comprend quatre protéines de base ainsi que le savoir et l’aptitude permettant de
molécule d’ADN, les chromosomes (adénine, cytosine, guanine et thymine) et choisir et préparer les aliments pour assurer
déterminent l’hérédité des caractères. Voir un squelette sucre-phosphate, disposé en une sécurité et une nutrition adéquates.
aussi : DNA, gène. Voir aussi : Glossaire deux brins reliés pour former sa double Antonyme : insécurité alimentaire.
de l’USDA hélice caractéristique. C’est le génome
(toute l’information génétique dans un
organisme vivant), plutôt que des molécules
d’ADN individuelles, qui détermine les
caractéristiques de l’organisme. Voir aussi
: chromosome, gène, hélice. Voir aussi :
Glossaire de l’USDA

–48–
Biotechnologie alimentaire Guide du communiquant visant à améliorer Glossaire 7
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

G glyphosate
Herbicide utilisé pour tuer les mauvaises I
gene (gène) herbes, telles que celles qui sont insecticide
L’unité fondamentale de l’hérédité. Un gène en concurrence avec des cultures Catégorie de spécialités chimiques pour la
contient les « plans » pour la construction commerciales. Il est également connu protection des cultures utilisées pour lutter
de protéines dans un modèle spécifique sous le nom commercial Roundup®. Les contre les insectes dans les exploitations
qui détermine les caractéristiques d’une agriculteurs préfèrent le glyphosate pour sa agricoles et les forêts, ainsi que des
plante, d’un animal ou autre organisme, et capacité à lutter contre de nombreux types applications non agricoles telles que les
la manière dont ces traits seront transmis de mauvaises herbes et sa faible toxicité par pelouses résidentielles, les terrains de golf
d’une génération à l’autre. Il constitue rapport à d’autres herbicides. Voir aussi : et les terrains publics. Voir aussi: pesticide
généralement un segment spécifique d’un herbicide, mauvaise herbe
chromosome. Voir aussi : chromosome, insect-protected crops (cultures
ADN. Voir aussi : Glossaire de l’USDA grains protégées contre les insectes)
Graines d’herbes de céréales telles que le Plantes ayant la capacité de résister,
genome (génome) blé, le maïs, l’avoine, l’orge, le seigle et le riz. dissuader, ou repousser les insectes,
Tout le matériel génétique contenu dans Les aliments à base de grains comprennent les empêchant ainsi de se nourrir de la
tous les chromosomes d’un organisme le pain, les céréales, le riz et les pâtes. plante. Les traits (gènes) qui déterminent
donné. la résistance peuvent être choisis par les
sélectionneurs de plantes par pollinisation
genomics (génomique) H croisée avec d’autres variétés de cette
Etude des génomes, y compris le helix (hélice) culture ou par l’introduction de gènes tels
séquençage du génome d’un organisme, Structure en spirale, ayant la forme d’un que le bacillus thuringiensis (Bt) grâce
et l’examen de la fonction spécifique de escalier avec un motif répété décrit par au génie génétique. Voir aussi: bacillus
chaque gène et de la manière dont les deux opérations simultanées (rotation et thuringiensis(Bt). Voir aussi: Glossaire de
gènes interagissent. translation). Voir aussi: ADN l’USDA

genotype (génotype) herbicide insecticide resistance (résistance aux


L’identité génétique d’un individu. Le Catégorie de spécialités chimiques pour insecticides)
génotype est souvent manifeste par des la protection des cultures utilisées pour Développement ou sélection de caractères
caractéristiques extérieures, mais peut aussi éliminer les mauvaises herbes dans les héréditaires (gènes) dans une population
se traduire par des moyens biochimiques fermes et les forêts, ainsi que dans les d’insectes qui leur permet de survivre à
plus subtils qui ne sont pas évidents applications non agricoles telles que les l’exposition à un insecticide qui, autrement,
visuellement. terrains de golf, les terrains publics et les affaiblirait ou les tuerait. La présence
les pelouses résidentielles. Voir aussi: de ces insectes résistants rend l’insecticide
genetic engineering (génie génétique) pesticide, mauvaise herbe moins utile pour la gestion des populations
Altération sélective et délibérée des gènes de ravageurs. Voir aussi: Glossaire de
d’un organisme à l’aide de la biologie herbicide-tolerant crops (cultures l’USDA
moléculaire moderne, notamment des tolérantes aux herbicides)
techniques de l’ADN recombinant. Parmi les Cultures qui ont été développées pour integrated pest management (IPM)
autres termes employés figurent l’épissage survivre (tolérer) à l’exposition à certains (gestion intégrée des ravageurs (IPM))
des gènes, la manipulation génétique, herbicides par l’incorporation de certains Utilisation coordonnée, sûre et économique
l’ADN recombinant (ADNr) et la technologie gènes, soit par génie génétique, soit par des informations sur les parasites et
transgénique. Voir aussi : technologie de les méthodes de sélection traditionnelles. l’environnement, ainsi que les méthodes
l’ADN recombinant (ADNr). Voir aussi : L’herbicide peut donc être appliqué sur le qui existent pour lutter contre les parasites
Glossaire de l’USDA terrain pour éliminer les mauvaises herbes (y compris les méthodes culturales,
sans endommager la récolte. Voir aussi: biologiques, génétiques et chimiques) visant
genetic modification (modification Glossaire de l’USDA à prévenir les dégâts inacceptables dus aux
génétique) parasites.
La production d’améliorations héréditaires hormone
des plantes ou des animaux pour des Substance chimique produite naturellement
usages spécifiques, soit par génie par le corps qui a une ou plusieurs des
génétique soit par d’autres méthodes plus trois fonctions de base: 1) permet et
traditionnelles. Certains pays autres que favorise le développement normal ; 2)
les États-Unis utilisent ce terme pour se permet et favorise l’ajustement du niveau
référer spécifiquement au génie génétique de performance ; et 3) joue un rôle dans le
Voir aussi : génie génétique Voir aussi : maintien en équilibre de certaines fonctions
Glossaire de l’USDA physiologiques.

–49–
7 Glossaire Biotechnologie alimentaire Guide du communiquant visant à améliorer
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

M P R
modern farming practices (pratiques pesticide ractopamine hydrochloride
agricoles modernes) Vaste classe de produits de protection des (chlorhydrate de ractopamine)
Pratiques agricoles qui maximisent la cultures, qui comprend quatre principaux Ingrédient de l’alimentation animale qui
quantité produite par unité (par acre ou par types: insecticides utilisés pour lutter contre sert à améliorer la qualité et la teneur en
animal) tout en préservant les ressources les insectes ; herbicides utilisés pour lutter protéines de la viande. Il est utilisé par
en sol et en eau. Peut comprendre contre les mauvaises herbes ; rodenticides certains éleveurs de porcs, de bétail et de
l’utilisation d’aides modernes approuvées utilisés pour lutter contre les rongeurs ; dindons pour produire des viandes maigres.
par le gouvernement (engrais, insecticides, et fongicides utilisés pour lutter contre La ractopamine augmente l’efficacité de
herbicides ou antibiotiques), qui subissent les moisissures et les champignons. Les l’alimentation, en réduisant la quantité
des tests de sécurité rigoureux avant agriculteurs et les consommateurs utilisent de fourrage et de grain nécessaire à la
approbation. Voir aussi: antibiotiques pour des pesticides à la maison ou à l’extérieur production de viande. La ractopamine est
animaux, herbicide, insecticide, pesticide pour lutter contre les termites et les blattes, un ingrédient de l’alimentation animale
les moisissures propres des rideaux de approuvé par la FDA. Il ne s’agit ni d’une
douche, arracher l’herbe de crabe de la hormone, ni d’un antibiotique, ni d’un
N pelouse, tuer les puces et les tiques sur les ingrédient génétiquement modifié.
animaux, désinfecter les piscines, etc. Voir
nanotechnology (nanotechnologie)
aussi: herbicide, insecticide, mauvaise recombinant bovine somatotropin
Science qui porte sur la conception et
herbe (rbST) (somatotropine bovine
l’application de structures, dispositifs et
recombinante (STbr))
systèmes à une très petite échelle, appelée
plant pests (parasites des plantes) Protéine produite par biotechnologie qui
l’échelle nanométrique, qui est de l’ordre
Organismes qui peuvent directement ou a le même patrimoine génétique que la
du milliardième de mètre, soit environ
indirectement causer des maladies, une somatotropine bovine (BST), hormone de
1 millionième de la grosseur d’une tête
détérioration ou des dommages aux plantes, protéine naturelle produite chez les vaches.
d’épingle. Les applications potentielles liées
à des parties de plantes, ou à des matériaux La somatotropine est également produite
à l’alimentation comprennent l’emballage
végétaux transformés. Parmi les exemples par les humains et la plupart des animaux à
et la transformation des aliments pour en
les plus courants figurent certains insectes, soutenir la santé des tissus, l’entretien et la
améliorer la sécurité et la qualité, ainsi que
acariens, nématodes, champignons, croissance. La FDA a approuvé l’efficacité
l’amélioration des profils de nutriments et
moisissures, virus et bactéries. Voir aussi: et l’innocuité de la STbr. Tout lait, quelle
d’ingrédients pour une meilleure santé.
Glossaire de l’USDA que soit sa méthode de production, est
sans danger et offre les mêmes avantages
nematodes (nématodes)
protein (protéine) nutritionnels. Voir aussi: biotechnologie,
Tous petits vers microscopiques, dont
Molécule composée d’acides aminés qui FDA, gène
certains, se nourrissent des racines des
jouent un rôle majeur dans la structure
plantes.
des tissus du corps, dans la formation des recombinant DNA technology (rDNA)
enzymes, des hormones et de divers liquides (technologie de l’ADN recombinant
O biologiques et sécrétions, ainsi que dans
le transport de certaines substances dans
(ADNr))
Technique d’élevage dans laquelle une
organic agriculture (agriculture le corps. Les protéines sont consommées copie d’un fragment d’ADN contenant un
biologique) dans les aliments, puis décomposées et ou plusieurs gènes est transférée entre les
Production agricole sans utilisation de utilisées par l’organisme pour construire organismes, ou « recombinée » au sein d’un
pesticides ou engrais synthétiques. Les des protéines entièrement différentes autre organisme. Voir aussi: biotechnologie,
standards biologiques de l’USDA proposent qui effectuent ces fonctions. Voir aussi: ADN. Voir aussi: Glossaire de l’USDA
une liste de pesticides (fongicides, Glossaire de l’USDA
insecticides et herbicides) et d’autres
additifs autorisés pour la production de
cultures biologiques, et actuellement ne
permettent pas l’utilisation de semences
génétiquement modifiées. Voir aussi:
matière première agricole, pesticide. Voir
aussi: Glossaire de l’USDA

–50–
Biotechnologie alimentaire Guide du communiquant visant à améliorer Glossaire 7
la compréhension, 3ème édition
www.foodinsight.org/foodbioguide.aspx

S tillage (labour)
Pratique qui consiste à préparer le terrain V
stacked traits (caractères empilés) pour la plantation et à lutter contre les variety, plant (variété, plante)
Processus de biotechnologie par lequel mauvaises herbes entre les plantations en Groupe de plantes individuelles qui est
plus d’un gène peut être transféré, donnant retournant ou en aérant le sol. Le labour uniforme, stable et distinct génétiquement
naissance à une plante dotée de deux ou classique peut conduire à un risque accru d’autres groupes d’individus de la même
plusieurs traits transgéniques. Généralement d’érosion ; par conséquent, le labour de espèce. On parle également de « cultivar ».
le résultat du croisement de deux plantes conservation a été de plus en plus adopté Voir aussi: Glossaire de l’USDA
transgéniques avec différents transgènes. pour préserver le sol, ressource non
Voir aussi: gènes, génie génétique, renouvelable. virus
biotechnologie des plantes, transgénique Parasite simple, non cellulaire, qui ne peut se
conservation tillage (labour de reproduire qu’à l’intérieur de cellules vivantes
staple crops (cultures vivrières) conservation) d’autres organismes. Les virus sont la cause
Cultures les plus courantes dans les régimes Pratique qui offre les avantages d’une grande variété de maladies chez les
alimentaires, comme le riz, le blé et le maïs d’aération du labour conventionnel, mais plantes, les animaux et les humains.
(maïs), qui fournissent 60% de l’apport qui ne renverse généralement pas le
énergétique alimentaire du monde. En règle sol. Le nombre de voyages de tracteur virus-protected (crops) (résistantes
générale, les cultures vivrières sont bien nécessaires sur le sol avant la plantation aux virus (cultures))
adaptées au climat dans lequel elles sont est également réduit. Au total, du temps Plantes ayant la capacité de résister aux
cultivées, et beaucoup sont tolérantes à et de l’argent sont économisés et l’impact maladies virales. Développées par l’élevage
la sécheresse, aux ravageurs ou aux sols environnemental est amélioré (par traditionnel ou par génie génétique (par
pauvres en éléments nutritifs. exemple, la conservation et l’amélioration exemple, papaye résistante au virus
de la qualité de la couche arable, ce qui « ringspot ») Voir aussi: élevage
sustainable agriculture (agriculture réduit le ruissellement de pesticides dans
durable) les eaux souterraines, ainsi que l’utilisation
Système intégré de pratiques de production de combustibles fossiles). W
végétale et animale qui, sur le long terme:
no tillage/no-till farming (agrigulture weed (mauvaise herbe)
satisfont les besoins en aliments et en fibres
sans labour) Plante qui se développe dans une zone
des êtes humains ; améliorent la qualité de
Le fait de planter les cultures directement indésirable et est en mesure de dépasser
l’environnement et la base de ressources
dans les résidus de la récolte de l’année d’autres plantes par le surpeuplement,
naturelles dont dépend l’économie agricole
précédente. Outre amplifier les avantages épuisant ainsi les nutriments du sol et
; rendent l’utilisation plus efficace des
de la conservation du sol, laisser des l’humidité qui seraient autrement disponibles
ressources non renouvelables et intègrent
résidus de culture intacts contribue pour les plantes ou les cultures préférées
les cycles et des contrôles biologiques
naturels ; assurent la viabilité économique également à conserver le carbone, gaz à
des exploitations agricoles ; et améliorent
la qualité de vie des agriculteurs et de la
effet de serre, dans le sol.
Y
société. yield (rendement)
U Quantité d’une culture agricole, telle que grain,
fruits, ou légumes, produite dans une saison.
T U.S. Department of Agriculture (USDA)
(Département de l’Agriculture des Elle peut se mesurer en livres ou en boisseaux
États-Unis (USDA)) par acre, ou en kilogrammes ou en tonnes
transgenic organism (organisme
Agence gouvernementale américaine métriques par hectare.
transgénique)
Plante, animal ou autre organisme ayant chargée de la surveillance agricole afin
les différents traits de l’organisme parent, de garantir un approvisionnement alimen-
résultant de l’utilisation des techniques de taire sûr, abordable, nutritif et accessible.
l’ADN recombinant pour insérer du matériel L’USDA travaille à améliorer la qualité de
génétique provenant d’un autre organisme. vie de la population américaine en souten-
Voir aussi: biotechnologie, ADN, gène, génie ant la production agricole ; en s’occupant de
génétique. Voir aussi: Glossaire de l’USDA l’agriculture, des forêts et des pâturages ; en
soutenant le développement rationnel de nos
communautés rurales ; en offrant des pos-
sibilités économiques aux résidents agricoles
et ruraux ; en élargissant les marchés mon-
diaux des produits et services agricoles et
forestiers ; et en œuvrant pour réduire la faim
aux États-Unis et à travers le monde.

–51–
www.foodinsight.org

Ce document a été rédigé dans le cadre d’un partenariat entre le Service agricole étranger (FAS) du Départment
américain de l’agriculture (USDA) et la Fondation IFIC pour fournir des informations vitales aux spécialistes de la
communication sur la biotechnologie alimentaire. Ce partenariat ne constitue pas une promotion des produits ou des
organisations qui soutiennent l’IFIC ou la Fondation IFIC.

© April 2013 IFIC Foundation