Vous êtes sur la page 1sur 14

Hormones hypophysaires

I] Rappels

Le système hypothalamo hypophysaire joue un rôle très important


- Contrôle l’activité de la thyroïde, des glandes surrénales et des gonades
- Croissance, métabolisme de l’eau, lactation
- Relation primordiale avec le système nerveux central

L’hypothalamus régule en plus ou en moins les sécrétions hypophysaires

On trouve 2 hypophyses :

- Antérieure : Endocrine (80%) influencée par les facteurs hypothalamiques via


un système porte
- Postérieure : Nerveuse, lieu de terminaison des axones de l’hypothalamus
antérieur

II] Hypothalamus

¤ Rôle :
- Thalamus
Zone d’intégration des signaux en provenance - Substance réticulée
- Système limbique (comportement)

=> Modulation fonctionnement Hypophysaire

=> Libération d’hormone hypophysaire - Acétylcholine / Sérotonine


(noyau hypothalamique)
H submétabolisées
- Dopamine, Gaba, endorphine
(éminence médiane)

¤ Mode de sécrétion
-
Précurseurs
-
2 modalités => Pulsatile : GnRH
=> Circadien : CRF

¤ Mode d’action
-
Récepteurs membranaires
-
2nd messager : AMPc, IP3, Ca ++

Principales hormones hypothalamiques

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 1


TSH
TRH
Prolactine
N Para ventriculaire
ACTH
CRH β endorphine
β et γ lipotropine

GnRH ------> LH – FSH


N Arqué GHRH ------> GH (+)
PIF ------> Prolactine (-)

N Periventriculaire Somatostatine GH (-)

Remarque ; la somatostatine agit sur : - tout le névraxe


- les îlots de Langerhans (cellules D)
- la muqueuse gastro intestinale

III] Les hormones antéhypophysaires

Par immuno histochimie on compte 5 types cellulaires différents


-
Corticotrope
-
Thyréotrope
-
Gonadotrope
-
Somatotrope
-
Mammotrope

3.1) Hormones de croissance (GH)

¤ Rôle :
- Stimule la croissance et le développement post natal
- Action sur les métabolismes

¤ Structure et spécificité :
-
191 AA
-
Spécificité très importe
-
Production possible d’hormone recombinante
-
Antigénicité importante

¤ Dosage :
- Radio immunologique
- Sujet normal à jeun et au repos : 1 à 5 ng/ml

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 2


¤ Synthèse et modulation de la sécrétion

- La GHRH stimule la synthèse


- La somatostatine les inhibe.

¤ Facteurs de variations

- Hypoglycémie - Arginine
- Diminution des acides gras libres - Catécholamine
- Cortisol - Différents types de stress
- Sommeil - Exercice physique

Tous ces facteurs entraînent l’augmentation de la sécrétion

¤ Action de la GH

 Mise en évidence de façon expérimentale

 Hypophysectomie totale :
- Animal jeune : nanisme harmonieux
- Animal âgé : trouble métabolique

 Injections répétées de GH
- Animal jeune : gigantisme
- Animal adulte : acromégalie
> Elargissement généralisé des os
> Troubles métaboliques, diabète sucré

GH possède : - une action sur la croissance


- une action sur le métabolisme

¤ Effet de l’hormone de croissance

 Action sur les os :

 Cartilage de conjugaison :

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 3


- Hyperplasie des chondroblastes, élargissement des cartilages
- Augmentation de la vascularisation
- augmentation de l’activité ostéoblastique
=> Allongement des os diaphysaires

La GH stimule la maturation des cartilages de conjugaison mais stimule de manière beaucoup


plus intense la prolifération ostéoblastique

 Périoste :

- Augmentation de la croissance en épaisseur des os longs et plats

 Action sur les métabolismes :

 Protides :
- Hypertrophie et hyperplasie de tous les organes et des muscles (dopage)
- Action anabolisante = > Bilan azoté positif
> Diminution des AA circulants
> Diminution de l’azote urinaire

- Mécanisme d’action = > Stimulation de la synthèse protéique


> Activation du passage des AA à travers les
membranes cellulaires

 Lipides :
- Effet lipolytique
- Début de l’injection de GH  > Diminution des Ac Gras libre
> Action lipogénique

- Fin de l’injection de GH > TG font augmenter les Ac Gras libre

Modification du lieu d’action de la GH au cours du temps

 Glucides :
- Effet hyperglycémiant
- Effet rapide : hypoglycémiant (cataglykine)
- Effet prolongé : hyperglycémiant (somantine)

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 4


 Action sur le métabolisme minéral
- Rétention de phosphore
- Augmentation de l’élimination de calcium
- Diminution de l’excrétion fécale de calcium
=> Bilan calcique positif

 Action sur le foie :


- Effets métaboliques par action directe de la GH
- Anabolisme général et croissance par l’action d’intermédiaires d’origine
hépatiques
=> Somatomédine ou IFG
- Peptide de 7kDa, structure proche de l’insuline
- ½ vie longue (liaison à une protéine de transport)

¤ IFG1
- Lié à l’administration et à la sécrétion de l’hormone de croissance
- Pendant la puberté corrélation avec la croissance
- Action au niveau des cellules sur des récepteurs membranaires analogues à
ceux de l’insuline

3.2) Les autres hormones antéhypophysaires

3.2.1) La TSH ou l’hormone thyréotrope


-
Hormone glycoprotéique de 28kDa
-
Stimule la synthèse de T3-T4
-
Composé de 2 sous unité :> α de 96 AA commune à FSH, LH, HCG
> β de 110 AA spécifique

¤ Sécrétion

Rythme circadien I (sécrétion max pendant la nuit)


¤ Action
-
1 organe cible : la thyroïde
-
Stimulation de toutes les étapes de la sécrétion
-
Stimulation de la croissance et du développement glandulaire par augmentation de
l’AMPc

3.2.2) L’ACTH

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 5


-
Contrôle la sécrétion de cortisol
-
Contrôle la croissance du cortex surrénalien

¤ Synthèse
-
Un seul gène : propionomélanocortine
-
Maturation protéolytique => ACTH, β et γ lipotropine, βendorphine

¤ Sécrétion 

- Pulsatile : > Pics dans les dernières heures de la nuit


> Nadir (battiphase) en soirée

 Stimulation circadienne du taux de cortisol

Chir
¤ Action de l’ACTH
-
Stimule la croissance de la cortico surrénale
-
Augmente la sécrétion des stéroïdes (glucocorticoïdes)
-
Augmente la lipolyse
-
Action sur les lymphocytes
-
Augmentation de la pigmentation cutanée par stimulation de la synthèse de
mélanine.

3.2.3) La Prolactine

¤ Rôle :
-
Stimule la croissance de la glande mammaire
-
Stimule la production de lait

¤ Sécrétion :

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 6


-
Pendant la grossesse : augmentation de la sécrétion de prolactine due à
l’augmentation de la sécrétion d’œstrogène.
-
Après la gestation : maintient de la sécrétion par succion du mamelon.

¤ Action :
-
Développement de la glande mammaire
-
Sécrétion de lait
-
Synergie avec les autres hormones : > Œstrogène
> Progestérone
> Cortisol
> Insuline
-
Augmentation de la prolactine inhibe la GnRH :
> Diminution spermatogénèse
> Diminution des ovulations, aménorrhèes
de lactation

3.2.4) Les hormones gonadotropes (cf module


reproduction)

IV] Les Hormones post hypophysaires

=> 2 Peptides de 9 AA : - ADH (vasopressine)


- Ocytocine

4.1) ADH

¤ Sécrétion

Apports hydriques - + Hyperosmolarité (perte H2O)

ADH

Ethanol - + Hémorragie, hypovolémie


α mimitique ADH Hypotension, nicotine, opiacés
GABA Barbiturique

¤ Action

=> Globale : - Au niveau du rein > Réabsorption d’eau (TCD et tube collecteur)
=> Augmentation de l’osmolarité urinaire

- Autres organes : > Vasoconstriction FML artériolaire

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 7


> Augmentation de la glycogénolyse
> Augmentation de l’agrégation plaquettaire

=> Cellulaire : 3 types de récepteurs V1, V2, V3

- Au niveau du rein : > Récepteur V2, au niveau de la membrane


basolatérale du tube collecteur
=> Modification de la perméabilité à l’eau
(aquaporine 2) spécifique de la médullaire rénale

¤ Pathologie
-
Diabète insipide haut : défaut de ADH
-
Diabète insipide néphrogénique : insensibilité à ADH

4.2) Ocytocine

Production provoquée par la succion du mamelon

¤ Action
-
Contraction de cellules myoépithéliales des alvéoles de la glande mammaire et
éjection de lait
-
Contraction du myomètre

¤ Remarque
-
Déclenchement de l’accouchement
-
Concentration identique chez l’homme et la femme, quel rôle chez l’homme ?

#Cours écrit par le groupe 28

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 8


Glandes Surrénales
2 entités fonctionnelles :

- cortex surrénalien : Cortico surrénale. 80% des sécrétion surrénaliennes


sécrètion d’hormones stéroides (Cortisol endogène)
- Médullo surrénale : d’origine neuroectodermique, considérée comme un
pseudoganglion sympathique. Sécrétion de catécholamines.
(cf cours P1

1. Généralités
1.1. Anatomie

Situées au pole sup des reins, rétropéritonéales. Proches de la corticale rénales (en font
presque partie). Ce sont des petites glandes ( env. 50g) qui sont richement vascularisées
comme toute glande endocrine.
La cortico surrénale présente 3 zones/
- zone glomérulée : sécrétion de minéralocorticoïdes (Aldostérone)
- zone fasciculée : sécrétion de glucocorticoïdes
- zone réticulée : sécrétion d’hormones surrénales à activité sexuelle (androgènes)
Rmq : si prolifération de la zone réticulée chez la femme=> syndrome de virilisation

1.2. Données expérimentales

Surrénalectomie bilatérale :
- avant intervention : préparation par injection de cortisone (sinon l’animal meurt
pendant l’intervention et on ne peut pa voir les effets a moyen terme)
- après intervention/
o Période de latence : 2 à 3 j : ne se passe rien grâce aux corticoïdes
exogenes
o Période d’apparition des troubles : 4 à 5j :
 Faiblesse, fatigabilité
 Hypotension artérielle (diminution de fréquence card)
 Troubles gastrointestinaux (nausées, vomissements)
 Troubles rénaux  (oligurie)
 Prostration
 Diminution de la résistance aux agressions
 Troubles de la régulation thermique (diminution de la température
rectale)
 Manifestions humorales :
 Augmentation de la concentration sanguine ( diminution
volémie, augmentation de viscosité)
 Diminution de la natrémie
 Augmentation de la kaliémie
 Hypoglycémie
 Hyperazotémie

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 9


 mort en 7-10 jours !!

CCL : les hormones surrénaliennes , et plus spécifiquement celles de la cortico surrénale sont
indispensabes à la vie.
2. Synthèse et Métabolisme des hormones surrénaliennes
2.1. Synthèse
Précurseur = cholestérol (cf cours biochimie)
2.2. Métabolisme
- CORTISOL :
80% lié à la transcortine
20% libre ce qui représente la forme active
½ vie = 90 min
C’est le régulateur principal des hormones corticostéroïdes
Métabolisme essentiellement hépatique
Excrétion unrinaire

- ALDOSTERONE :
Liée à la globuline, transcortine, albumine ( liaison moins spécifique que le cortisol)
½ vie = 20 min
Métabolisme hépatique

- ANDROGENES :
Métabolisme hépatique

3. Actions des hormones

3.1. Actions des glucocorticoïdes

3.1.1 Mode d’action


- Direct :
Cortisol  Récepteur cytosolique (HSP)  noyau  ADN

- Complexe :
Action permissive par ex. du Glucagon (même rôle hyperglycémiant) . Cortisol agit en
synergie avec d’autres hormones
- rythme circadien avec un maximum a 8h et un minimum l’après-midi

Cortisolémie= 140 +/- 70 ng/ ml


Mais, un dosage isolé de la cortisolémie n’a aucun intérêt
Le cortisol permet de résister aux agressions, c’est donc le matin qu’on est le plus résistant.

3.1.2. Effet anti-stress


- On stresse un animal par des agents nocifs, toxiques  on observe :
o Hypertrophie surrénalienne
o Augmentation des produits de dégradation : 17 OH stéroïdes dans le sang
et les urines
Ccl : les surrénales sont sollicitées en réponse à une agression.
- Surrénalectomie bilat chez l’animal  pas d’adaptation au stress (test de nage
chez le rat)

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 10


 le cortisol est nécessaire pour lutter contre une agression !
- agents physiques (froid, chaleur, fatigue)
- agents chimiques (toxiques, poisons)
- agents infectieux
- peur, émotions
- exercice physique
 Provoquent une augmentation du Cortisol

3.1.3. Actions sur les métabolismes


- Glucides :
# Expérience :
 surrénalectomie bilat  hypoglycémie
 injection de glucocorticoïdes  hypergly
 diabète expérimental : amélioration par surrénalectomie
 syndrome d’hypercorticisme  diabète associé

 Action HYPERGLYCEMIANTE
# Mode d’action :
 augmentation de la production de glucose et de glycogène à
partir des AA circulants : néoglucogénèse
 augmentation de l’absorption intestinale de glucose
 augmentation de la libération hépatique de glucose
 effet antagoniste à l’insuline

- Protides :
Action CATABOLISANTE et donc libération d’ AA ds la circulation
Tissus les plus sensibles : muscles, os, tissu conjonctif
Myopathie cortisonique : muscles affaiblis après traitement aux corticoides prolongé
Hypercorticisme vergetures car atteinte du TC
Traitement par corticoides pdt de nombreuses années favorise ostéoporose surtout chez la
femme.

Injection cortisol à doses +++ 


- augmentation de l’azote urinaire (bilan azoté négatif)
- aug. des AA circulants
- aug. de la créatinine urinaire
- atrophie musculaire et cutanée
- ostéoporose

- Lipides :
>Action sur la différenciation des adipocytes et de la lipogénèse : modif du développement
des adipocytes dans certaines zones du corps. Donc, on observe une « obésité facio-
tronculaire » en cas d’un excès de cortisol (traitement ou hypercorticisme) qui se traduit par
une accumulation de tissu adipeux dans la partie supérieure du corps.
>Action LIPOLYTIQUE  augmentation des acides gras circulants, hyperlipidémie,
hypercholestérolémie (mais pas très spécifique)

3.1.4 Action anti-inflammatoire


Utilisé en médecine mais cet effet n’est présent que pour des doses thérapeutiques et pas pour
les taux circulants.

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 11


Méca. D’action :
- répression de la cyclooxygénase 2
- inhibe la migration des leucocytes
- diminution de l’activité phagocytaire
- diminution de la réponse immunitaire ( diminution des LT4)

3.1.5 Action sur la diurèse


- action physio : cortisol endogène a un effet diurétique
o augmentation de la filtration glomérulaire
o inhibe l’ADH
o fait passer l’eau du compartiment intracellulaire vers extracellulaire
- à fortes doses (lors des traitements) , il favorise la rétention de sodium et donc on
voir apparaître des oedèmes.

3.1.6 Action sur le système nerveux


- action stimulante très importante (système limbique) (personne agitée)
- diminution de l’acuité visuelle, gustative, olfactive.
3.2. Actions des androgènes surrénaliens
Action après conversion locale en testostérone. Action cellulaire
Méca d’action est le même que celui de la testo.
Action physio faible :
- pas de suppléance si ablation testiculaire
- à l’origine des poussées d’acné à la puberté
- syndrome de virilisation lors de tumeurs hypersécrétantes

3.2. Actions des minéralocorticoïdes : Aldostérone


- Mode d’action : 2 possibilités :
>Action génomique : liaison à récepteur action sur ADN ce qui provoque :
 Augmentation des canaux ioniques
 Augmentation des synthèses enzymatiques :
 Na+/K+ ATPase
 Citrate synthase

>Action non génomique : stimule l’échangeur Na+/H+


- Action sur le rein :
o Stimule la réabsorption de Na+
o Stimule l’élimination de K+ et H+
o Stimule la rétention d’eau mais limité puisqu’il existe un phénomène
d’échappement faisant intervenir le peptide atrial natriurétique (PAN) qui
est sécrété en réponse à une hypervolémie au niveau des oreillettes.

- Action en dehors du rein :


Réabsorption de Na+ : glandes salivaires, glandes sudoripares, colon
4. Régulation des sécrétions :
4.1. Régulation des glucocorticoïdes
- sous le contrôle exclusif de l’axe hypothalamo-hypophysaire : CRF et ACTH
- si absence d’ACTH on observe une atrophie des surrénales et dc une diminution
de la cortisolémie
Rmq. : un traitement régulier par des corticoïdes entraîne un taux d’ACTH très bas. On
prescrit les corticoïdes le matin pour ne pas aggraver le rétrocontrôle. On peut aussi les

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 12


prendre 1 jour sur 2. Il ne faut jamais arrêter ce traitement d’un coup sinon les surrénales
n’ont pas le temps de reprendre ce qui est responsable d’une fatigue +++
- L’ACTH stimule toutes les étapes de la synthèse et de la libération d’hormone.
C’est une stimuline essentielle.
4.2. Régulation des Androgènes surrénaliens
Les cellules de la zone réticulée possèdent des récepteurs pour l’ACTH qui contrôle la
synthèse des androgènes surrénaliens.  syndrôme de virilsation
Rythme circadien.
4.3. Régulation des minéralocorticoïdes
L’aldostérone a un triple contrôle :
- ACTH
- SRA
- Equilibre hydrominéral (notamment du Na+ et K+)

ACTH :
Stimule faiblement la production d’Aldostérone
Transitoire (2-3 jours)
Na+ et K+ :
Le suivi du rapport Na+/K+ est important . Une diminution de ce rapport entraîne une
augmentation de l’aldostérone .
- Régime sans sel  augmentation de l’aldostérone
Un régime sans sel provoque une diminution de la volémie dc stimulation du SRA  Aldo ce
qui permet une rétention de Na+
- si augmentation de K+, il y a une action directe sur la couche glomérulée 
augmentation de l’Aldo.
SRA : cf. cours
5. Syndromes cliniques liés à une anomalie de la sécrétion des hormones surrénaliennes

5.1. Hypercorticisme : Syndrome de CUSHING


- obésité facio-tronculaire
- diabète
- HTA
- Myopathie
- Faiblesse musculaire
- vergetures pourpres
- agitation, irritabilité
- ostéoporose

Origine : Primaire : hyperfonctionnement de la surrénale : cancers, adénomes hypersécrétants


Secondaire : hypersécrétion d’ACTH = Maladie de CUSHING (problème
hypophysaire)
5.2. Insuffisance en glucocorticoïdes : insuffisance surrénalienne
- Maladie d’Addison : insuffisance corticosurénalienne chronique
o Fatigabilité
o Mélanodermie : hyper coloration des téguments . c’est pourquoi cette
maladie est appelée maladie « bronzée ». ACTH stimule également la
synthèse de mélanine
o HypoTA
o Hypoglycémie
o Troubles digestifs (anorexie, diarrhées, vomissements)

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 13


- Insuffisance surrénalienne iatrogène (induite par la thérapeutique)
Si ttt par corticoïdes de longue durée  dysfonctionnement, blocage de l’axe
hypothalamo-hypophysaire.
Corticothérapie : 3 règles :
- le matin
- éventuellement jours alternés
- arrêt progressif

MI 6 – Hormones hypophysaires et surrénaliennes – Mercier 14