Vous êtes sur la page 1sur 5

Qualification du projet

Finalités du projet
Cette grille doit permettre de formaliser les finalités du projet TICE ou FOAD tant pour l’équipe de direction que
pour chacun des acteurs, c’est à dire expliciter les raisons de l’implication de l’institution et de chaque acteur
dans le projet.
Pour mettre en route un projet et le mener à ses fins, il faut y mettre des moyens économiques, humains,
techniques, etc. En général, il y a des finalités stratégiques définies par le ou les décideurs ou l’équipe de
direction et des finalités opérationnelles, qui sont les objectifs que se fixent les acteurs opérationnels du projet :
les enseignants, techniciens/administratifs, etc.
Toutes ces finalités sont sources de mobilisation sur un projet, sans que les unes soient « supérieures » aux
autres ; l’une des « conditions de réussite » est d’assurer la compatibilité, l’articulation, la dynamique entre les
finalités des différents acteurs, en particulier décideur et formateur.
Ainsi, lorsqu’un acteur est porteur d’un projet individuel, il est plus que souhaitable de faire inscrire ce projet
dans la stratégie de l’institution. Lorsque l’on est responsable d’institution, il faut savoir s’appuyer sur les
novateurs, en leur laissant la marge de manœuvre nécessaire tout en veillant à ce que leurs projets servent la
stratégie de l’établissement.

Finalités énoncées par une équipe de direction


De nombreuses finalités peuvent être formulées par des équipes de direction pour des projets FOAD, en
fonction de la vision "politique" de cette équipe et des attendues du projet pour l’établissement. L’équipe
de direction de l’université peut annoncer que ce projet vise des finalités économiques, d’images, de
qualité ou de relations humaines… telles que :
 Garantir la pérennité de l'université
 Donner une image de marque liée à la modernité ou transformer l’image de marque
 Améliorer l'efficience pédagogique
 Mettre en place la démarche qualité
 Améliorer la visibilité de l'offre universitaire
 Répondre aux obligations et incitations politiques
 Assurer une rentabilité durable des activités
  - Réorganiser
- Etre innovant, expérimenter ou standardiser/ automatiser
- Améliorer l'efficience pédagogique
- Satisfaire le client et/ou les commanditaires (temps et lieux de la formation)
- Optimiser les coûts
 Préserver l'emploi du personnel
  - Augmenter la motivation des enseignants : à venir, à rester dans l'établissement
- Former le personnel
- Offrir des plans de carrière
 Conduire le développement et soutenir la croissance
  - Augmenter sa zone de chalandise, jusqu'à la mondialisation
- Augmenter le nombre d'étudiants ou éviter la baisse continuelle
- Faire progresser la réussite des étudiants
 Anticiper les mutations de l'environnement afin d'y adapter l'université
  - Se confronter à la concurrence
- Construire l'Europe
- Augmenter les partenariats locaux, européens, mondiaux
- Rendre visible le capital de ressources pédagogiques de l’université
Finalités énoncées par des acteurs d’un projet FOAD
Voici une liste de finalités que peuvent se donner les acteurs opérationnels d’une institution de façon
individuelle : enseignants, étudiants, chef de projet, techniciens/administratifs… ou collective : collectifs
d’enseignants ou d’acteurs. Ces finalités sont soit à l’origine du projet, soit émergent à l’annonce du
projet, car aucun acteur ne peut s’intégrer à un projet sans lui donner un sens et sans y gagner quelque
chose :
 Etre efficace
 Etre moderne
 Répondre à la demande
 Sauvegarder », renforcer ou développer son activité
 Promouvoir et/ ou mettre en valeur son activité, ses compétences ou soi-même
 Innover, changer, transformer, faire autrement
 Explorer des champs nouveaux, rechercher…
 Différencier
 Mieux suivre la formation
 Mieux travailler
 Intégrer la société de l’information
 Apprendre
 Aller vers la modernité
 Développer ses compétences
Indicateurs
En règle général, pour mesurer la réussite d’un projet, des indicateurs sont mis en place pour voir si le
changement va dans le sens que l’on souhaite et s’il y a une avancée vers les finalités. Par exemple, si le projet
a comme finalité «conduire le développement et soutenir la croissance», on peut observer l’indicateur «nombre
d’étudiants recrutés à cause du projet», ou encore si la finalité du projet est de «répondre à la demande des
élèves d’utiliser les TICE dans leur formation», alors l’indicateur « nombre de supports numériques utilisés dans
chaque année de formation» pourra être intéressant. Pour des projets complexes, des tableaux de bord
comprenant plusieurs indicateurs peuvent être tout à fait appropriés et peuvent permettre de communiquer sur
le projet et son évolution.

Stratégie du projet

Chaque projet laisse à voir la stratégie visée par l’université souvent par la voix des décideurs, c’est à dire la
ligne directrice générale du projet et donc les éléments organisationnels fondamentaux du projet. Les stratégies
individuelles dans une organisation sont en général dangereuses, car la stratégie fournit l’axe du travail collectif
de l’université. Mais souvent la stratégie de l’établissement dépend des stratégies des acteurs. Il est possible
aujourd’hui de repérer des stratégies fort diversifiées pour les projets TICE ou FOAD des universités :

Stratégie éditoriale :
Le décideur incite les enseignants à la formalisation de leurs supports de cours, leur capitalisation et leur
mutualisation, ce qui permet de rendre visible une partie du capital de l’établissement. Une politique de
numérisation des ressources pédagogiques est lancée soit de façon très cadrée par une charte graphique et une
équipe d’infographistes pour la mise en forme soit de façon très libre sur la forme des documents mais avec
une description précise de ceux-ci pour permettre à chacun de les retrouver facilement grâce à la banque de
données des ressources.

Stratégie documentaire et de communication :


Le décideur incite et donne les moyens de mettre à disposition les supports et la documentation des cours et
d'instaurer une communication entre enseignants et étudiants, en dehors des heures de cours. Quelquefois il
vise une meilleure réussite des étudiants par un environnement plus riche. Pour cela, un intranet ou extranet a
été mis en place et est administré pour être disponible à distance 24h sur 24. Les étudiants peuvent préparer le
cours en amont ou retrouver les ressources utilisées pendant le cours après le cours ; ils peuvent aussi
compléter leurs connaissances grâce aux ressources documentaires et à la webographie. Ils peuvent
s’autoévaluer grâce aux quiz, évaluations et annales corrigées mises en ligne. Enfin ils peuvent trouver auprès
de leurs enseignants et de leurs camarades, en dehors des cours, la réponse à leurs questions, recherches ou
difficultés grâce principalement au mél.

Stratégie de substitution :
Le décideur incite au remplacement d'enseignement en face à face par des temps d'autoformation tutorée, pour
améliorer la flexibilité des dispositifs, prendre en compte la disponibilité des étudiants, utiliser les enseignants à
des fonctions d’accompagnement ou de suivi ou encore de création de ressources pédagogiques… La
bibliothèque ou des salles multimédias sont mises en place pour permettre à chaque étudiant d’utiliser de façon
autonome les ressources multimédias plus ou moins interactives. Les étudiants ont une flexibilité plus
importante de leur emploi du temps, ils s’organisent pour travailler avec les outils proposés par les enseignants
soit sur place à l’université, soit à distance sur l’intranet prévu à cet effet et faire le travail demandé pour la
date donné par l’enseignant.

Stratégie centre de ressources :


Il s'agit d'une stratégie de création d'un environnement pédagogique soit de type physique (centre de
ressources), soit virtuelle (environnement d'apprentissage à distance ou centre de ressource numérique).
Le décideur incite à la désynchronisation des activités entre l’enseignant et l’étudiant et donc à leur
organisation avec des ressources variées. En présence ou à distance, l’étudiant peut joindre un tuteur qui peut
le dépanner en cas de besoin, mais n’est pas spécialiste de la matière ou son enseignant. L’université est
intéressée par le fait de pouvoir montrer son dispositif avec ses moyens techniques et organisationnels forts.

Stratégie d'ouverture :
Le décideur incite à proposer une offre de formation diplômante diversifiée en direction de publics contraints :
disponibilité en temps, distance, accessibilité aux ressources etc. La valeur ajoutée est dans la communication
autour du projet et de sa nouveauté donnant une image moderne à l’université. Les conditions de formation
sont contractualisées avec l’étudiant qui connaît la destination de ce temps de formation mais aussi les
exigences de l’enseignant et qui crée chaque jour son chemin dans les ressources et les objectifs de la
formation. L’enseignant accompagne l’étudiant en faisant des points réguliers avec lui soit en présence ou à
distance.

Stratégie de mise à distance :


  Le décideur souhaite que l’offre de formation de son institution puisse être utilisée par des étudiants éloignés
de l’université. L’objectif est aussi de donner la possibilité d’atteindre toutes les ressources de son
institution : cours et enseignants, depuis des lieux distants de l’université. La volonté est d’atteindre des
publics de plus en plus nombreux sans limite de territoire ou de zone géographique.
   
Stratégie d’innovation :
  Le décideur souhaite qu’on repère son université pour ses innovations pédagogiques et/ou techniques et en
général, il en fait la base de sa communication externe pour recruter et se faire connaître.
   
Stratégie d’adaptation à l’étudiant ou d’individualisation :
  Le décideur souhaite par son projet TICE ou FOAD montrer que son université peut s’adapter aux étudiants
grâce à une offre diversifiée, numérisée et une équipe enseignante capable d’accompagner et de guider les
étudiants dans des projets professionnels individualisés ou personnalisés.

Cette liste n’est pas exhaustive et peut être complétée…

Pédagogie du projet

Tout projet autour des TICE ou de la FOAD formalise, rend visible ou met au grand jour la pédagogie d’un
établissement ou d’un formateur. Cette grille doit vous amener à expliciter la pédagogie défendue par votre
établissement, le projet ou la vôtre plus précisément. Pour cela, nous utiliserons deux outils afin de caractériser
une pédagogie. Tout d’abord le modèle du triangle pédagogique de Houssaye qui permet de préciser quelle est
la posture formative valorisée, puis la méthode pédagogique valorisée qui influe sur le choix des ressources
pédagogiques

Le triangle pédagogique de Jean Houssaye

Les méthodes pédagogiques


Une méthode pédagogique décrit le moyen pédagogique adopté par l’enseignant pour favoriser
l’apprentissage et atteindre son objectif pédagogique. Tout comme les postures décrites ci-dessus, en
règle général un établissement ou un enseignant valorise plus à un instant donné une méthode qu’une
autre ; bien sûr la méthode unique imposée ou obligatoire serait une erreur, car elle appartient au libre
choix de l’enseignant ou de l’étudiant et est souvent affaire de cisrconstances. Historiquement, il y a eu
des effets de mode ou la croyance à certains moments en une méthode-miracle qui permettrait
l’apprentissage de tous. Permettant la facilitation de l’apprentissage et la médiation du savoir, il est
important de ne pas céder aux illusions pédagogiques et donc régulièrement de faire le point sur la
méthode pédagogique qu’un acteur ou une institution valorise à un moment précis. Cette représentation
forte influe de toutes façons sur le choix des TICE ou des ressources d’un projet.
Il est d’usage de distinguer cinq méthodes pédagogiques : expositive, démonstrative, interrogative, de
découverte et expérientielle. Elles peuvent être pratiquées dans une séquence pédagogique soit
individualisée soit en petits ou grands groupes avec la médiation d’outils pédagogiques ou sans et des
rôles des acteurs bien différents.

 Méthode expositive, transmissive, passive ou magistrale


L’enseignant maîtrise un contenu structuré et transmet ses connaissances sous forme
d’exposé : c’est le cours magistral qui laisse peu de place à l’interactivité avec l’apprenant.
Dans le triangle de Jean Houssaye, cela correspond à la relation privilégiée enseignant-
savoir où l’enseignant est un expert du contenu, un détenteur de vérité qui transmet
l’information de façon univoque. Il est souvent difficile que le discours magistral en tant que
tel puisse permettre d’apprendre quoi que ce soit, sauf dans le cas ou il est articulé à
d’autres activités : TD, TP etc. qui permettront un véritable travail cognitif.

 Méthode démonstrative
L’enseignant détermine un chemin pédagogique : il montre, fait faire ensuite et fait formuler
l’étudiant pour évaluer le degré de compréhension. Cette méthode suit l’enchaînement
suivant : montrer (démonstration), faire faire (expérimentation) et faire dire
(reformulation). Cette méthode est souvent utilisée dans les TD ou l’étudiant acquiert un
savoir-faire par simple imitation.

 Méthode interrogative ou maïeutique


L’étudiant est reconnu comme possèdant des éléments de connaissance ou des
représentations du contenu à acquérir. A l’aide d’un questionnement approprié, l’enseignant
permet à l’étudiant de construire ses connaissances par lui-même ou de faire des liens et de
donner du sens à ces éléments épars. L’étudiant ou un groupe d’étudiant est incité à
formuler ce qu’il sait, ce qu’il pense, ce qu’il se représente…

 Méthode active ou de découverte


L’enseignant crée un scénario pédagogique avec du matériel qui permet d’utiliser les essais,
les erreurs et le tatônnement pour apprendre. Il mobilise l’expérience personnelle de
l’étudiant ou celle d’un groupe d’étudiants pour apprécier la situation et résoudre le
problème avec leurs moyens. Le travail intracognitif et le travail co-élaboratif entre pairs
sont favorisés. Cette méthode suit l’enchaînement suivant : faire faire à l’étudiant, faire dire
à l’étudiant puis l’enseignant reformule.
 Méthode expérientielle
De nombreuses disciplines ou savoirs ne peuvent s’enseigner mais s’apprennent en faisant avec
des personnes qui savent faire comme par exemple, la médecine ou l’art. Aujourd’hui, de
nouveaux métiers ou fonctions et certains savoirs ne sont pas encore formalisés dans des écrits ou
reconnus comme tels car trop jeunes: risk manager, spécialiste qualité, formateur avec les TICE,
webmaster etc. Dans ce cas, ce savoir est acquis par l’étudiant dans et par l’action en règle
général dans un projet réel. L’enseignant incite à la formalisation du savoir-faire par l’étudiant qui
est le vrai producteur du savoir qu’il partage et réélabore avec d’autres.
Etat des lieux et bilan prospectif des conditions nécessaires au projet

Dans le domaine des TICE et de la FOAD, les points d'attention aux conditions du projet avec un état des lieux
actuel, et projetés de celles-ci, sont primordiaux sur plusieurs facettes de celui-ci et doivent s'articuler à la
vision stratégique du projet. Fréquemment il y a décalage entre le projet et les ressources qui pourraient lui
permettre de se faire, c'est pour cela que nous avons regroupé sur cette fiche un inventaire des conditions
jugées importantes. Nous vous demandons de faire le point sur celles qui sont déjà réunies aujourd’hui et celles
qui vous semblent nécessaires au projet demain quand il sera mis en route.
Bien sûr, en équipe projet, vous pouvez aller un peu plus loin avec cette fiche en décrivant les moyens
nécessaires pour atteindre le résultat envisagé du projet : date de planning, budget, compétences… sur les
conditions nécessaires au projet demain.

Nous vous demandons de mettre des croix dans les cases correspondantes sur chaque ligne des conditions

  On l’a   On en a
Description de la situation ou inventaire des conditions déjà besoin
  oui non   oui non
Pour la préparation des cours, les enseignants ont un ordinateur équipé des outils
   
bureautiques : Word, Excel, PowerPoint
Une salle pour les enseignants est équipée d’un ordinateur avec une connexion
   
Internet et un lecteur de cédérom
Le centre de ressources est équipé d’ordinateurs multimédias avec cédéroms
   
d’autoformation et ressources pédagogiques numériques diverses

Des évaluations formatives sont faites pendant les cours    

Les enseignants font participer les étudiants dans les cours et échangent avec eux    

Les enseignants dialoguent avec les étudiants à distance par mails, forum et chat    

Les enseignants font un travail pédagogique de réécriture des contenus de


   
formation en multimédia
Chaque ressource multimédia est mise en valeur en fonction de ces valeurs
   
ajoutées pédagogiques

Un vidéo-projecteur est présent dans chaque salle de cours    

Une prise Internet existe dans chaque salle de cours    

Un ordinateur équipé des outils bureautique (Word, Excel, PWP et d’une connexion
   
Internet est présent dans chaque salle de cours
Les enseignants sont disponibles en dehors des heures de cours en salle pour
   
répondre à distance aux questions des étudiants
Les enseignants remettent en forme leurs contenus de cours pour qu’ils soient
   
facilement lisibles à distance
Une équipe de techniciens est disponible pour les enseignants dans le cas de
   
problème
Une équipe de techniciens est disponible pour les étudiants dans le cas de
   
problème

Une équipe de techniciens entretient le matériel de l’établissement et des acteurs    

Une équipe d’infographistes est à disposition des enseignants    

Une adresse mail est attribuée à chaque enseignant et chaque étudiant    

Les enseignants peuvent créer des espaces virtuels de travail sur un Intranet en
   
fonction de leur besoin
Une plate-forme existe à l’université et les enseignants peuvent créer des parcours
   
de formation pour les étudiants
Chaque étudiant et enseignant ont un ordinateur à disposition avec une connexion
   
Internet

Les ressources pédagogiques sont classées dans une base de données    

Les enseignants dispensent leurs cours à distance et en salle    

L’équipe pédagogique réalise un travail d’ingénierie pédagogique : analyse de


   
besoin, définition des objectifs pédagogiques, choix des méthodes…

La direction de l’université a défini un projet et le pilote    

L’équipe pédagogique a défini un projet et le pilote    

Une équipe composée d’enseignants, de techniciens informatiques, de décideurs et


   
d’un chef de projet est disponible pour le projet
Le chef de projet a mis en place un planning de réalisation en respectant les
   
différentes phases du projet : préparation, mise en place et test du dispositif
Une progression pédagogique prenant en compte l’individualisation de formation
   
des étudiants et mise en place par l’équipe
Le système d’inscription des étudiants à la plate-forme de formation est en lien
   
avec le système existant à l’université

Les enseignants sont formés au tutorat à distance    

Le chef de projet a réalisé un cahier des charges organisationnel, technique et


   
pédagogique du dispositif

Le chef de projet à défini les compétences nécessaires à son projet    

Des manuels d’utilisation du dispositif sont remis à chacun des acteurs :


   
enseignants-tuteurs, étudiants, techniciens