Vous êtes sur la page 1sur 1

REJET du pourvoi formé par le procureur général près la cour d’appel de Montpellier, contre l’arrêt de la

chambre de l’instruction de ladite cour, en date du 28 juin 2007, qui a prononcé sur une ordonnance de taxe.

La rémunération de l’expert psychologue désigné par une juridiction civile,dont les


deux parties sont admises au bénéfice de l’aide juridictionnelle totale,relève des frais
avancés par le Trésor public, énumérés à l’article R. 93 9 o du code de procédure
pénale, qui sont, aux termes de l’article R. 214 du même code, taxés d’après le tarif
de chaque juridiction compétente.
Doit être rejeté le pourvoi du procureur général soutenant que la taxation de ces
frais d’expertise relève de l’article R. 120-2 dudit code.

Rejet, 12 février 2008, B. 37 p. 140, No 07-84.931

LA COUR,

Vu le mémoire produit ;
Sur le moyen unique de cassation, pris de la violation des articles 591 et R. 120-2 du
code de procédure pénale :

Attendu qu’il résulte de l’arrêt attaqué et des pièces de la procédure qu’après divorce
prononcé entre deux parties admises au bénéfice de l’aide juridictionnelle totale, le
juge aux affaires matrimoniales a ordonné un examen psychologique de l’enfant issu
du couple ; que l’expert commis a présenté un mémoire de frais d’un montant de 450
euros ; que le procureur de la République a requis que cette somme soit ramenée à 300
euros ; que le juge taxateur a retenu celle demandée par l’expert ;

Attendu que, statuant sur le recours du ministère public, la chambre de l’instruction,


pour fixer à 450 euros la rémunération de l’expert, énonce que, si les frais en cause
sont assimilés à des frais de justice criminelle, correctionnelle et de police, cette
assimilation n’entraîne nullement l’application du tarif prévu en pareille matière ;
que les juges retiennent qu’au contraire ils doivent être fixés, selon les dispositions de
l’article R. 214 du code de procédure pénale, ainsi qu’il est de règle en matière civile ;
qu’ils relèvent enfin que la somme sollicitée, conforme au tarif habituellement
appliqué par ces juridictions, correspond à la juste rémunération des travaux ;

Attendu qu’en prononçant ainsi, la chambre de l’instruction a justifié sa décision;

Qu’en effet, les frais d’expertise avancés par le Trésor public au titre de l’aide
juridictionnelle, énumérés à l’article R. 93 9o du code de procédure pénale, sont, aux
termes de l’article R. 214 du même code, taxés d’après le tarif de chaque juridiction
compétente ;
D’où il suit que le moyen, qui revient à remettre en question l’appréciation souveraine
de la juste rémunération due à la partie prenante, ne peut qu’être écarté ;
Et attendu que l’arrêt est régulier en la forme ;

REJETTE le pourvoi.