Vous êtes sur la page 1sur 2

Grasser 4°2

Sélyan

1.
En 1789 le jeune Bonaparte est lieutenant et âgé de 19 ans, il se trouve à l’école royal
d’artillerie à Auxone dans le régiment de La Fère on lui confit notaient la répression de la première
émeute de faim dans la ville, il participe en Corse à la lutte de clans face au paoliste soutenant une
monarchie à l’anglaise. Il obtient ainsi son grade de lieutenant colonel avant d’être nommé capitaine
en 1792, ce brevet de capitaine est d’ailleurs son dernier acte publique. Les désaccord entre Paoli et
les Bonaparte font définitivement quitté la Corse au corse et sa famille.
Suite à cela le premier coup d’éclat de Bonaparte a lieu, il s’agit du siège de Toulon où les
royaliste ait livré la ville et la flotte aux anglais. Il refusa de s’occuper de la répression de la Vandée
que la convention lui avais proposé en 1794 puis la Convention en 1795. Il joue un rôle déterminant
face à l’insurrection royaliste contre la convention nationale lui ayant permis de réalisé un acensions
impressionnante en devenant un des personnage très important de la capitale en quelque jours :
Napoléon est nommé général en chef de l’armée de l’intérieure en 1795 sous le nouveau Directoire.
Sa promotion 2 mars 1796, Napoléon obtient sa promotion de général en chef de la petite
armée d’Italie, cette dernière aais pour objectif d’être un simple front de diversion. Il y met en place
un système divisionnaire permettant de vaincre succesivement 7 armées sarde et autrichienne en
l’espace d’une année cela avec une force initialement deux fois plus faible. Cet campagne de front
secondaire a ainsi permis la dissolution de la première coalition.
Dans l’objectif d’atteindre l’Anglettre maintenant les hostilités face à la France
révolutionnaire par le biais de financement, le directoire décida de mettre en place la Campagne
d’Egypte, campagne militaire certes, mais aussi campagne culturelle. Elle a pour objectif de couper
la route de l’Inde à la Grande Bretagne. Cette dernière est un désastre militaire mais une réussite
culturelle.
Fin 1799, le classe dirigante pense qu’il faut en finir avec les inssertitude afin d’ateindre une
stablilitée politique. Ces derniers, méné par Seiyès, mebre de l’actuel Directoire mettent en place le
coup d’état du 18 Brumaire dont Napoléon prend la tête.
Comme on a plus l’abborder a cours de cette période Napoléon vas exceller en tant que
stratège militaire grâce à sa fabuleuse campagne d’Italie et vas ainsi obtenir la reconnaisance du
peuple français. De plus, il montra également ses qualitées politiques grâce à l’administratuin de ses
conquête fesant de lui la personne choisit à la tête du futur pouvoir,

2.
Oui, tout au long de sont règne il propagea les idée révolutionnaires au sein de l’Europe, mettant
ainsi fin à la féuodalité. Napoléon a arêté le roman de la révolution pour en écrire l’Histoire

3,
Comme indiqué précédament il prit le pouvoir lors du coup d’état du 18 Brumaire 1799. Ainsi
Napoléon Bonaparte devient premier consul de la République Française, titre qu’il porta jusqu’en
1804. On peut néanmoins distinguer deux periodes : le consulat suivi par le consulat à vie
promulgué à partir du 4 Août 1802.

4.
Au vu de complot royaliste visant à abattre les acquis de la révolution en s’attaquant à celui sur qui tout
repose, le Tribunat émis l’idée de nommer Napoléon empereur des Français. Ainsi, la dignité impériale
peut-être déclaré héréditaire dans sa famille. Napoléon Bonaparte devient donc Napoléon 1er, Sa Majesté
Impériale l'Empereur des Français lors du sacre du 2 décembre 1804 en la Cathédrale Notre-Dame de
Paris.

5.
6.
Napoléon a forgé la France d’aujourd’hui par le biais de ce qu’on nomme les masses de granit. Il s’agit des
institutions et réformes voulues par Bonaparte pour consolider l'État et mettre ainsi fin à l'épisode
révolutionnaire qui a déstabilisé les structures du pays. Ces institutions et réformes fondamentales, dont la
plupart existe toujours aujourd’hui, sont de natures différentes : certaines sont des organes de l’État (le
Conseil d’État, les préfectures) ; d’autres sont des structures économiques (le franc germinal, la Banque de
France, les chambres de commerce, la cour des comptes) ; d’autres encore sont des codes de loi (le Code
civil) ; d’autres ont une portée sociale (le lycée, le baccalauréat, polytechnique, le Concordat, la Légion
d’honneur). Toutes visent à stabiliser le lien entre l’État et la société et à retrouver un climat apaisé dans le
pays après les bouleversements de la Révolution française. « Ma gloire n’est pas d’avoir gagné 40
batailles, Waterloo effacera le souvenir de tant de victoires. Ce que rien n’effacera, ce qui vivra
éternellement, c’est mon code civil, ce sont les procès-verbaux du conseil d’état. », dit-il. Et il avait raison,
car ses masses de Granit sont l’héritage napoléonien au coté de ces nombreux monuments et
dénominations affiché sur nos rues.

7.
Napoléon est considéré comme l’un des plus grands conquérant de tous les temps. Mais pourquoi
Napoléon faisait-il la guerre ? On peut distinguer deux grandes périodes dans cette suite de campagne : la
première jusqu’à la bataille de Friedland en 1807 qui sont essentiellement défensives : l’Empire français
est l’héritier de la révolution française donc l’Europe lui fait la guerre, pour ses idées nouvelles. En 1807,
Napoléon a vaincu l’Europe et fait la paix avec le Tsar Alexandre 1er qui adhère à son projet de blocus
continental. Après 1807, Napoléon est responsable des guerres de l’Empire mais celle-ci s’inscrive dans ce
fameux blocus. Il s’agit d’une guerre économique avec l’Angleterre cette dernière finançant les différentes
coalitions : la guerre de territoire étant impossible à cause l’absence de flotte conséquente. Au total, sept
coalitions se sont formés face à Napoléon et aux acquis de la révolution pour un retour de Louis XVIII et
la monarchie sur le trône de France. Il est a noté également que Napoléon est l’héritier de ce rêve de la
prépondérance française sur le continent né sous François 1er et perpétué jusqu’à lui, ayant précipité le
déclin de l’Empire à force de l’expansion du territoire nationale. A l’apogée de son règne l’empire français
réunis 134 départements et 44 millions d’habitant. Cette expansion permis l’abandon de la féodalité ainsi
que la propagation des idées révolutionnaire tel que l’abolition des privilèges imposés dans les états client.

8.
Après l'échec catastrophique de la campagne de Russie de 1812, la bataille des nations (ou bataille de
Leipzig) oppose une Grande Armée en partie reconstituée aux forces de la Russie, mais aussi de la Prusse,
de l'Autriche et de la Suède (dont le nouveau régent et futur roi est Jean-Baptiste Bernadotte ancien
maréchaux français, cette nouvelle dynastie est d’ailleurs encore la tête du pays aujourd’hui) qui ont
rejoint la Sixième Coalition contre Napoléon. Vaincue, la Grande Armée doit de nouveau battre en retraite,
mais réussit à traverser l'Allemagne et à regagner le territoire français. Cela mis fin à la campagne
d’Allemagne pour rentrer dans la dernière phase de la sixième coalition : la campagne de France.
Napoléon Ier tente ainsi d'arrêter l'invasion de la France et de conserver son trône. Face à des forces
coalisées très supérieures en nombre, l'armée française se compose largement de jeunes recrues, les
vétérans ayant péri dans la campagne de Russie de 1812 et la campagne d'Allemagne de 1813. Malgré
plusieurs victoire, Paris tombe le 31 mars et les maréchaux forcent l'Empereur à abdiquer. Suite à la
signature du traité de Fontainebleau, ratifié le 14 avril 1814, Napoléon est exilé sur l’île d’Elbe, érigée en
principauté de l'île d'Elbe, qui sera possédée par lui en toute souveraineté et propriété. Napoléon décide
néanmoins de retourner sur le continent pour reprendre le pouvoir. Du 1er au 20 mars 1815, il débarque à
Golfe-Juan avant de marcher de plus en plus triomphale vers Paris. Le « vol de l’Aigle » permet ainsi le
second règne impérial de Napoléon 1er, connu sous le nom des cent-jours (nommé l’empire libéral). Cette
période voit le rétablissement du contrôle de l'administration et de l'armée par Napoléon, la modification
de la Constitution avec l'Acte additionnel, et la reprise de la guerre contre les Alliés qui s’achève par la
défaite française à Waterloo face à la Septième Coalition, et l'abdication de l'empereur le 22 juin 1815. Il
est ainsi exilé à Sainte-Hélène pour les six dernières années de sa vie.