Vous êtes sur la page 1sur 3

II.

Faire face aux menaces

A. La Guadeloupe, une île menacée par le changement climatique ?

Dossier « La Guadeloupe, une île menacée par le changement climatique ? », pp. 86
et 87 du manuel Géographie 2nde, Paris, Hachette, 2019.

Travail sur la fiche 3

a. Après avoir lu l’introduction et analysé les documents, trouvez une problématique


adaptée au travail.

Comment la Guadeloupe met en place des politiques de prévention et d’adaptation à


toutes les échelles pour faire face au changement climatique ?
Le changement climatique est une modification durable du climat de la Terre qui se
traduit actuellement par un réchauffement d’une grande partie du globe.

b. Compléter le tableau proposé à la page 87.

Échelle de la Guadeloupe Échelle locale


Exemple de Petit-Bourg
(Basse-Terre)
Menaces et - Recul du trait de côte (montée du Quartier littoral menacé par le
conséquences niveau de la mer) (doc. 1 et 3). recul du trait de côte et les
- Risques d’inondation côtière et inondations (doc. 4).
renforcement des cyclones (doc. 1
et 3).
- Conséquences sur l’agriculture
(canne à sucre), le tourisme.
Acteurs - Région de la Guadeloupe (doc. 2 La municipalité (conseil
concernés et 3). municipal)
- ADEME (Agence Française de
l’Environnement et de la Maîtrise
de l’Énergie) (doc. 3).
- Réseau Adaptation au
changement climatique en
Guadeloupe qui regroupe tous les
acteurs concernés du monde
économique, institutionnel ou
associatif (doc. 3).
Actions et limites - Mesure d’atténuation (doc. 2) Mesure d’adaptation
Favoriser un accueil plus durable Projet d’un écoquartier pour
des touristes=> réduire la reloger les habitants à l’arrière
consommation d’énergie. du trait de côte.
- Mesures pour mieux connaître le
phénomène et ses conséquences
Une meilleure connaissance des
phénomènes liés au réchauffement
climatique (doc. 3).
Étude sur le coût des impacts
littoraux (doc. 3).
Facilité les échanges
d’informations et les
connaissances (doc. 3).
- Mesures d’adaptation
Étude sur une agriculture climato-
résiliente

Précision :
La Guadeloupe doit faire face également à d’autres risques naturels : sismique,
volcanique (la Soufrière) ; et aussi à des risques technologiques, avec par exemple le
transports de produits dangereux liés à l’industrie…

B. Les risques en France

- Les risques naturels

Carte « Risques et ressources des milieux » page 76 du manuel Géographie 2nde,


Paris, Hachette, 2019.

c. Quels sont les risques et les contraintes du territoire français ?

Les risques et contraintes Les milieux


Tempêtes et cyclones Littoral atlantique et DROM
Risques sismiques DROM et massifs montagneux
Volcan DROM
Vallée inondable Vallées

d. Après avoir réalisé une légende pour ces contraintes et risques, complétez le
croquis. Pour une meilleure lisibilité, n’identifiez pas les espaces concernés.

(Voir la carte en plus grand dans le corrigé de la fiche 3)


La France est exposée à l’ensemble des aléas naturels qui existent sur la planète. Un
aléa est un événement d’origine naturelle, technologique ou sanitaire qui peut se
produire à tout moment. Le risque est un danger susceptible d’affecter une société.
La métropole connaît surtout des risques climatiques : de crues, de tempêtes et de
submersion marine (notamment sur la façade atlantique), de canicule et de sécheresse
(incendies de forêt) ou encore des épisodes de froid. En outre-mer, les aléas sont
nombreux et d’une force supérieure : cyclones dans les îles tropicales, risques
sismiques (tremblements de terre et activité volcanique : explosive en Martinique et
en Guadeloupe, effusive donc plus spectaculaire mais peu dangereuse à la Réunion).

- Les risques anthropiques


Les risques anthropiques sont également nombreux. Il s’agit de différentes pollutions
qui peuvent provenir de l’industrie, de l’agriculture intensive (notamment en
Bretagne), ou bien des transports (marée noire, pollution atmosphérique), mais aussi
de gros accidents industriels (usine AZF à Toulouse en 2001). La France est
également exposée à un risque nucléaire majeur. Elle est en outre confrontée en 2020
à un risque dont elle avait oublié depuis longtemps l’existence : le risque sanitaire
avec l’épidémie de COVID-19 qui entraîne le confinement généralisé de la
population.

- Une vulnérabilité variable


La concentration des hommes et des activités favorise la vulnérabilité. La
vulnérabilité est le fait pour une population d’être exposée à un danger (accrue avec
la densité de population et le manque de moyens). L’urbanisation ou la littoralisation
renforce la fragilité de certains territoires (crues et inondations). Le changement
climatique pourrait accentuer l’intensité des aléas. Certains cyclones et certaines
tempêtes se renforcent en raison du réchauffement climatique (réchauffement des
eaux de surface).
Ces catastrophes ont un coût financier important, voire parfois un coût humain quand
elles provoquent des morts). Une catastrophe est la réalisation d’un risque se
traduisant par d’importants dégâts matériels et de lourdes pertes humaines. Avec plus
de 38 milliards d’euros entre 1998 et 2017, la France se situe au 10 e rang mondial. En
2017, l’ouragan Irma a dévasté les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy pour
un coût total de 1,9 milliard d’euros.