Vous êtes sur la page 1sur 4

WWW.FEB.

BE
>INFORFEB
La newsletter pour décideurs
[ 14 AVRIL 2011 – N° 14 ]

Les hauts salaires et les bonus échauffent les esprits


Ne pas céder à la surenchère
tendances en matière de rémunération pour portun que l'on pose aujourd'hui, en toute
de multiples fonctions et secteurs. Par sérénité, la question de savoir si, dans le
ailleurs, on peut se demander si l'on a pris contexte de la politique des bonus, l'attention
dans ce cadre une juste proportion de PME et prêtée au rôle de modèle et à la fonction
d'entreprises de plus grande taille. Quoi qu’il d'exemple du CEO est bien suffisante.
en soit, je ne me rappelle pas avoir jamais vu
ce type d'informations servir à revoir les pac- La surenchère est contre-
kages salariaux à la baisse. Aujourd'hui, des productive et ne sert qu'à
La transparence sur la rémunération des CEO, informations plus circonstanciées sur les souffler sur les braises de la
que nous avons à l'époque introduite nous- rémunérations des CEO sont mises à disposi- ‘réglementite’, de la jalousie
mêmes dans le Code de gouvernance d’entre- tion. Dans les sociétés cotées, cette situation et de l'envie.
prise, a eu de nombreux effets bénéfiques, génère inévitablement davantage de pression.
mais recèle parallèlement un double risque de Une pression pour attirer et conserver les Au sein de nos entreprises, c'est certainement
surenchère. meilleurs éléments en leur offrant une rétribu- la règle plutôt que l'exception, sans parler de
Tout d'abord, dans un monde où le talent fait tion qui soit attractive par rapport au ‘mar- l'importante part des bonus qui s'envole vers
de plus en plus souvent la différence, l'appari- ché’… le Trésor public et la sécurité sociale, l’un et
tion de listes de ‘personnalités de haut vol’ Les comités de rémunération des sociétés l’autre ayant pour effet de rattacher la
dans un nombre croissant de pays implique cotées doivent prendre conscience qu'ils ris- Belgique au groupe des pays les plus égali-
immanquablement un risque d'emballement quent très vite de devenir eux-mêmes un fac- taires d'Europe. Mais c'est surtout à l'échelon
et de dynamique haussière. Par ailleurs, un teur de pression à la hausse exercée sur ‘le international que la surenchère doit être
second danger de surchauffe menace : celui marché’. La surenchère guette bien souvent enrayée, surtout parmi les têtes brûlées de
de voir se démultiplier les initiatives législa- lors du recrutement d'un CEO, a fortiori Wall Street et de la City londonienne, où l'on
tives et les prises de position relatives à cette lorsque l'oiseau rare doit être déniché dans un trouve encore des bonus à sept zéros en dépit
thématique dans certains milieux politiques et laps de temps très court et plus encore si l'en- des récentes débâcles. La FEB a du reste
syndicaux. Il y a lieu d'endiguer autant que treprise traverse une période de turbulences. insisté, par le biais de l’organisation patronale
possible ce double danger de surenchère. Dans ce genre de situations, il est crucial que européenne BUSINESSEUROPE, pour que ce
Depuis toujours, les directeurs du personnel le comité de rémunération compte en ses point soit inscrit en meilleure place à l'agenda
sont confrontés aux tableaux que leur oppo- rangs des personnes à l'envergure suffisante, du G8 et du G20.
sent les associations d'ingénieurs ou autres des gens qui ne s'attachent pas seulement à Le second risque de surenchère résulte du
quant à la rétribution ‘conforme au marché’ ce qui serait acceptable pour les actionnaires, populisme que l'on voit surgir chez un certain
de leurs membres et l'on a vu apparaître tous mais qui tiennent aussi compte d'un contexte nombre d'hommes politiques et de leaders
azimuts une pratique de consultance sur les plus large. À cet égard, il n'est donc pas inop- syndicaux. Ils amalgament tout pêle-mêle et si >

À ÉPINGLER LE CHIFFRE DE LA SEMAINE


> > Pour un programme
GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE
national de réforme ambitieux ! Travailleurs occupés dans des entreprises multirégionales
ÉNERGIE > Vers une vision commune Il ressort des bilans sociaux que 1.147 entre-

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE
de l’Union européenne

HEBDOMADAIRE — BUREAU DE DÉPÔT : SINT-NIKLAAS — P409959


> Une nouvelle consultation
510.101 prises possèdent des établissements dans 2
ou plusieurs régions du pays. Ces entreprises
occupent 510.101 travailleurs, soit 18% de
l'emploi privé.

www.feb.be > publications > chiffres et faits


[ INFOR FEB 14 — 14 AVRIL 2011 ]

> l'on pousse leur raisonnement un peu plus publics montre que, parmi les plus de 120 salaires à la loupe et qu’une intervention légis-
loin, il faudrait que les CEO belges des grands sociétés cotées, 11 ont quand même opté lative est revendiquée coûte que coûte…
groupes mondiaux gagnent un salaire qui ne pour l’octroi d’une rémunération variable, dont Ces deux formes de surenchère – à l'échelle
représenterait qu'une fraction de celui des 8 expliquent pourquoi elles le font. internationale pour certaines catégories de
managers américains qu'ils chapeautent. À Que constate-t-on ? Il s'agit généralement de hauts salaires et à l'échelon national au
cela s’ajoute la surenchère d'initiatives législa- jeunes entreprises biotechnologiques qui, en niveau du populisme que cette situation sus-
tives. Prenons l'exemple de la rémunération agissant de la sorte, entendent rétribuer leurs cite – sont contre-productives et ne servent
variable des administrateurs non exécutifs. Le dirigeants sans devoir puiser dans les liquidités qu'à souffler sur les braises de la ‘réglementi-
Code de gouvernance d’entreprise préconise disponibles dont elles ont un besoin vital. Y a-t- te’, de la jalousie et de l'envie, toutes choses
de ne pas y avoir recours et stipule que si on il le feu au lac ? En aucune façon. Mais l'un de qui n'ont jamais rendu un homme, une organi-
le fait malgré tout, il faut en expliquer la rai- ces cas a été grossi, si bien qu’il est désormais sation ou une société meilleur(e).
son. Une étude réalisée par les pouvoirs de bon ton, au parlement, d’examiner les RUDI THOMAES, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ

> ÉNERGIE biennale. Les ministres organiseront également portun que les ministres profitent de ces ren-
des états généraux en vue d’identifier les obs- contres pour fixer un modèle de marché pour
Vers une vision commune tacles aux investissements, tout en proposant les bornes de rechargement pour véhicules
des solutions en vue d’accélérer et de faciliter électriques.
Le 28 mars dernier, les ministres belges de l’É-
les investissements en matière énergétique. Olivier Van der Maren – ovm@vbo-feb.be
nergie (fédéral et régionaux) ont décidé de réa-
Ces états généraux porteront sur les méca-
liser une évaluation socio-économique de
nismes de soutien, les procédures administra-
l’impact des politiques énergétiques par caté-
tives et 'l’état du marché' et rassembleront tous > GOUVERNANCE
gorie de consommateurs. L'objectif est de
les acteurs impliqués. Enfin, les ministres sou- D'ENTREPRISE
mettre en place un processus d’évaluation
haitent, d’une part, établir une liste des capa-
Une nouvelle consultation
cités de production existantes et de leur
évolution et, d’autre part, réaliser un scénario de l’Union européenne
permettant à notre pays d’être approvisionné à La Commission européenne vient de lancer une
100% par des sources d’énergie renouvelables consultation publique (*) sur la gouvernance
à l’horizon 2050. d'entreprise. L’objectif est de voir comment en
La FEB est ravie que les différents améliorer certains aspects. Le débat s’articule
ministres de l’Énergie agissent ensemble et autour de trois axes. Le premier concerne les
favorisent de la sorte l’émergence d’une vision moyens d’assurer le bon fonctionnement des
commune et cohérente dans le domaine éner- conseils d’administration : mixité des genres,
gétique. L’évaluation socio-économique est une coexistence de nationalités, disponibilité et
occasion unique de faire prendre conscience rémunération des administrateurs… Le deuxiè-
au monde politique de l’impact des politiques me a trait aux techniques visant à améliorer
fédérales et régionales – qui, en termes de l’implication des actionnaires dans la gouver-
coûts, ont tendance à s’additionner – sur nos nance d’entreprise : comment éviter les com-
entreprises. Par ailleurs, il serait plus qu’op- portements à court terme ou encore comment >

ACTION FEB

> La Commission PME reçoit > Institutions et procédures fesseur Fernando Castillo de la Torre (Commis-
le MR, la N-VA et le PS du droit de la concurrence sion européenne, Service juridique) et le
Comme chaque premier jeudi du mois, la Le fait qu’une matière soit difficile n’entame en professeur Luis Ortiz Blanco (Garrigues LLP).
Commission PME de la FEB s’est réunie le 7 rien son caractère indispensable. Il renforce plu- Pour les participants, c’est un atout majeur qui
avril. Des représentants de la ministre des PME tôt la position de celui qui la maîtrise. La pro- permet d’affiner l’évaluation d’une situation au
(Carole de Vergnies), de la N-VA (Karel cédure en droit européen de la concurrence en regard des règles de concurrence.
Uyttersprot et Sven De Neef) et du PS est une bonne illustration. Sa complexité trou- Pierre Sabbadini – psa@vbo-feb.be

(Christophe Collignon et Philippe Boïketé) ont ve son origine dans le fait qu’elle doit articuler
été invités à présenter la vision de la ministre ou l’intervention des autorités nationales et celle de > L’Association belge des rela-
de leur parti sur l’importance des PME dans le la Commission ainsi que le contrôle juridiction- tions de travail à la FEB
tissu économique belge, la compétitivité des nel des décisions qui en découlent. Pour acqué- L’Association belge des relations de travail était
PME et les principaux défis futurs dans ce rir une bonne connaissance de la matière, les invitée à la FEB le 31 mars dernier. Des repré-
domaine. L’interaction avec les membres de la participants au programme de la Brussels sentants du monde universitaire, des partenaires
commission fut des plus passionnantes. School of Competition (BSC) ont bénéficié de sociaux, de hauts fonctionnaires et des magis-
Frederic Teerlynck – ft@vbo-feb.be l’expérience de deux praticiens aguerris, le pro- trats s’y penchent régulièrement sur des sujets
[ INFOR FEB 14 — 14 AVRIL 2011 ]
> GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE

Pour un programme national de réforme ambitieux !


Le 6 avril dernier, une rencontre a été organisée au Cabinet du Premier sance. À cet égard, le PNR ne peut consister en un simple inventaire
ministre en présence des membres du Conseil central de l’Économie, de mesures existantes mais doit faire montre d’une vision claire pour
du Conseil national du Travail ainsi que du Conseil fédéral du déve- 2020, assortie d’objectifs ambitieux à réaliser aux niveaux tant fédéral
loppement durable. La FEB y a fait part de ses préoccupations relatives que régional. Le PNR doit, plus précisément, répondre aux 10 défis
au ‘Programme national de réforme’ (PNR), que la Belgique doit pré- identifiés par la Commission européenne dans son ‘Annual Growth
senter prochainement à la Commission européenne. Strategy’ ainsi que les 4 priorités définies dans le ‘Pacte pour l’Euro
La FEB a rappelé son soutien en faveur des initiatives de la Plus’. Cela concerne notamment le coût unitaire de la main-d’œuvre,
Commission européenne visant à réduire les déficits macro-écono- dont la Belgique doit démontrer à l’UE sa capacité d’en maîtriser l’évo-
miques, à assainir les finances publiques ainsi qu’à stimuler la crois- lution. Un débat relatif à l’indexation ne peut, à cet égard, plus être évi-
té. Par ailleurs, force est de
constater que peu de mesures ont
été prises jusqu’ici pour se prépa-
rer au vieillissement de la popula-
Force est de constater que tion. Si l’on veut éviter de
peu de mesures ont été transmettre les coûts du vieillisse-
prises jusqu’ici pour se ment aux générations futures, il
préparer au vieillissement s’agit de débattre impérativement
de la population. des systèmes de fin de carrière et
de pension.
Arnaud Thysen – at@vbo-feb.be

> promouvoir la coopération entre actionnaires sera présentée en automne et c'est sur cette (BeSaCC-VCA), des Pays-Bas (VCA), de France
d’une même société ? Enfin, la troisième par- base que la Commission décidera si des pro- (MASE), d’Allemagne (SCC) et d’Autriche
tie a trait à l’amélioration du suivi et de l’ap- positions législatives sont nécessaires. (SCC) ont conclu des accords en vue de la
plication des codes nationaux de gouvernance Christine Darville – cda@vbo-feb.be création d’une organisation coupole interna-
d’entreprise. Les explications fournies par les tionale. L’objectif est d’élaborer une approche
(*) La consultation est disponible sur le site
entreprises qui ne se conforment pas aux http://ec.europa.eu/internal_market/company harmonisée dans laquelle tous les systèmes
recommandations des codes doivent-elles être répondant à un certain nombre de critères
régies par des règles plus détaillées ? Faut-il minimums seraient considérés comme équi-
renforcer les compétences des organismes de > SÉCURITÉ ET SANTÉ valents et pourraient coexister.
contrôle nationaux en ce qui concerne les De cette manière, les donneurs d’ordre sau-
déclarations de gouvernance d’entreprise ? La Des accords internationaux raient avec certitude quels sont les systèmes
consultation est ouverte jusqu’au 22 juillet pour une sous-traitance équivalents et les sous-traitants éviteraient des
2011. La FEB y participera. Une synthèse obligations redondantes. Les entreprises du
sûre
réseau pour la sécurité et la santé de
Lors d’une réunion qui s’est tenue le 4 avril à l’Organisation internationale du travail (OIT)
Francfort, les organisations nationales de ges- se sont réjouies de cette nouvelle démarche
d’actualité sociale, comme la réforme des juri- tion des systèmes de management de la sécu- lors de leur réunion des 7 et 8 avril à Paris, pla-
dictions du travail et les discussions en cours rité des sous-traitants de Belgique cée sous le signe des comportements sûrs et >

sur l’index. Conformément à la tradition, la FEB,


hôtesse du jour, s’est chargée d’introduire COMMENT PRÉPARER LES ÉLECTIONS SOCIALES 2012
quelques points d’intérêt social. Bart Buysse a DANS VOTRE ENTREPRISE ?
notamment exposé les difficultés de la concer-
tation sociale et commenté l’image négative La FEB vous apporte son expertise !
dont souffrent abusivement les employeurs qui Les prochaines élections sociales pour le conseil d'entreprise (CE) et le comité de prévention et de
sont pourtant créateurs d’emploi et de prospé- protection au travail (CPPT) se tiendront probablement entre le 7 et le 20 mai 2012. Pour vous permettre
rité. Il a appelé au sens des responsabilités pour de mieux vous y préparer, la FEB vous propose un package unique, enrichi de son expertise : brochure,
les négociations qui seront menées prochaine- séminaires et flashes d'information se suivront à un rythme régulier entre mai 2011 et mai 2012.
ment au niveau des secteurs et des entreprises, • Save already the first date! 16 mai 2011
mais par la suite aussi, vu les réformes fonda- • LIEU : FEB, Bruxelles
• INFO : Nathalie Petit, T 02 515 09 64, np@vbo-feb.be
mentales dont notre pays a besoin. • www.feb > Manifestations & séminaires
Bart Buysse – bb@vbo-feb.be
[ INFOR FEB 14 — 14 AVRIL 2011 ]

AGENDA Specialised Study Programme (LL.M.) in Competition Dates and theme: Venue: FEB, Brussels
Law and Economics 29 April, 6, 13 May – Information & Inscription:
Competition Law and the www.brusselsschoolofcompetition.eu,
This course is divided into 12 'learning blocks': with 15 hours of taught Regulation of Network info@brusselsschoolofcompetition.eu
seminar for each learning block, this programme seeks to offer the Industries
strongest possible training in the various disciplines of competition From 12.30 p.m. to 6.30 p.m.
policy. From October 2010 to June 2011.

Dates et lieux : Info : Laurent Sempot,


Comment remplir correctement votre bilan social ?
13 mai – FEB, Bruxelles T 02 515 09 83, ls@vbo-feb.be
En collaboration avec le CRFRT 19 mai – Mont-Saint-Guibert
Il est essentiel de compléter correctement le bilan social, car les
employeurs doivent démontrer que, tous ensemble, ils consacrent au
moins 1,9% de la masse salariale à la formation.

9th EUROPEAN BUSINESS SUMMIT Date and theme: Venue: Brussels


18 & 19 May – Information: www.ebsummit.eu
Europe's key meeting place for business leaders and Europe in the World:
decision makers leading or lagging?
Join us with Jürgen R. Thumann, President BUSINESSEUROPE,
Herman Van Rompuy, President European Council, Viktor Orbãn,
Prime Minister Hungary, and Connie Hedegaard, European
Commissioner for Climate Change.

Plus d’infos > www.feb.be > Manifestations

> de la sécurité des contractants. Au vu de l’in- > ENTREPRENEURIAT l’intention des étudiants. Ce fut l’occasion
térêt concret manifesté par l’Espagne, la pour la FEB de souligner que notre pays
Grande-Bretagne et les États-Unis, ainsi que La FEB soutient le projet compte trop peu d’entrepreneurs, comme l’a
quelques entreprises multinationales, la voie “CTRL-ALT-START' encore démontré l’édition 2010 du Global
semble définitivement ouverte pour une Entrepreneurship Monitoring. Notre pays
Dans le cadre du soutien qu’elle apporte à
approche plus effective et plus efficace des compte moins de 3% de sa population entre
des projets en faveur de l’entrepreneuriat dans
risques lors de travaux ou d’entretiens réalisés 18 et 64 ans propriétaire d'une entreprise,
notre pays, la FEB a accueilli le lancement du
par des sous-traitants. contre 7% en moyenne dans les pays indus-
portail 'CTRL-ALT-START' (C-A-S) créé par
trialisés, et il se situe juste dans la moyenne
Kris De Meester – kdm@vbo-feb.be GUIDO, une plateforme de communication, à
en ce qui concerne les candidats entrepre-
neurs. De plus, comme l’a rappelé la FEB, en

Fast Forward
raison du départ à la retraite progressif des
CEO 'papy-boomers', des milliers d’entreprises
devront dans les 5 à 10 années à venir trou-

to Growth ver un successeur ou un repreneur sous pei-


ne de disparaître.
La FEB a plaidé à cette occasion pour
Renforcez la position concurrentielle de votre PME et favorisez votre croissance ! un changement de mentalité à l’égard de l’ac-
Dolce, La Hulpe | 14 juin 2011 - de 14H00 à 18H00 te d’entreprendre, de même que pour une for-
mation spécifique sur la création ou la reprise
d’une entreprise dans les cursus, pour des
Une initiative de : Avec le soutien de :
efforts de communication sur les opportunités
www.kmofocuspme.be
Graphisme et production : The Mailshop – tél. 03 771 12 30 – mail@themailshop.be

liées à la reprise d’entreprises existantes, et


pour plus d'audace à l’international. Afin de
contribuer à ce vaste défi sociétal, la FEB
Le prochain Infor FEB paraîtra le vendredi 29 avril 2011 publiera prochainement, en collaboration avec
BDO, une brochure consacrée à la transmis-
FEB – Fédération des Entreprises de Belgique ASBL sion d’entreprise. Par ailleurs, elle actualise
rue Ravenstein 4 – 1000 Bruxelles – tél. 02 515 08 11 – fax 02 515 09 15
fréquemment son portail (*), lancé en 2007
RÉDACTION : Anne Michiels – tél. 02 515 09 44 – am@vbo-feb.be
Thérèse Franckx – tél. 02 515 09 50 – tf@vbo-feb.be et destiné aux candidats entrepreneurs.
ÉDITEUR RESPONSABLE : Olivier Joris – rue du Wolvenberg 17 – 1180 Bruxelles
PUBLICATION MANAGER: Stefan Maes – tél. 02 515 08 43 – sm@vbo-feb.be Olivier Joris – oj@vbo-feb.be
ANNEXES PUBLICITAIRES : ADeMar bvba – tél. 03 448 07 57 – nele.brauers@ademaronline.com
CHANGEMENTS D’ADRESSE : FEB – Service mailing – tél. 02 515 09 06 – fax 02 515 09 55 – mailing@vbo-feb.be (*) www.ta-propre-entreprise.be
COPYRIGHT : Reproduction autorisée moyennant mention de la source

L’Infor est imprimé sur du papier issu de la gestion durable des forêts. La gestion durable des forêts tient compte de l'écosystè-
me forestier, respecte les aspects sociaux (droits des populations indigènes et des travailleurs forestiers*) et est
responsable d'un point de vue économique.