Vous êtes sur la page 1sur 2

Biographie

Arthur Rimbaud est né le 20 octobre 1854, à Charleville-Mézières, dans les Ardennes.


Son enfance est marquée par la présence autoritaire de sa mère, qui dut élever seule ses quatre
enfants. Cette autorité n'exclue pas d'ailleurs une réelle affection.

Rimbaud se montre à l'école un élève sage et brillant. Il compose tôt ses premiers
poèmes, inspirés au début par l'école parnassienne. En classe de rhétorique il rencontre un
jeune professeur, Izambard, qui l'aide à mieux découvrir à littérature française. Les poèmes
composés pendant cette période d'adolescence s'affranchissent progressivement des
conventions littéraires.

En 1870 éclate la guerre entre la France et la Prusse. C'est l'époque des premières
fugues vers Paris et la Belgique car Rimbaud étouffe dans l'univers dérisoire et mesquin de sa
ville natale.

En 1871, Rimbaud compose la Lettre du Voyant, et son poème Le Bateau ivre. Ces
textes sont essentiels pour comprendre la dimension radicalement nouvelle que Rimbaud veut
donner à sa poésie. Séduit par Paris, fasciné par Verlaine qui l'y invite, Rimbaud coupe avec
Charleville et se lance dans l'univers de la bohème littéraire de son époque.

Madame Verlaine prend l'ombrage de l'amitié de son mari et de Rimbaud. Au début,


Rimbaud accepte de s'éloigner, puis Verlaine finit par le suivre en Belgique. En septembre
1872, ils partent tous deux en Angleterre. Cette période correspond à un moment intense de
création littéraire, Rimbaud écrivant alors ses poèmes des Illuminations quoique les dates
exactes de composition n'aient pu être précisées.

La relation de Verlaine et de Rimbaud est très souvent orageuse. La rupture se fait en


1873 quand, à l'occasion d'une dispute, Verlaine tire sur Rimbaud et le blesse légèrement.
Rentré chez lui, Rimbaud compose sa dernière œuvre, Une Saison en enfer , sorte de
confession autobiographique qu'il publie à compte d'auteur.

La deuxième partie de la vie de Rimbaud commence. Les voyages le mènent


successivement en Italie, en Hollande, en Afrique, en Suède, au Danemark, à Chypre. Mais
Rimbaud revient assez régulièrement passer la saison d'hiver à Charleville.

La dernière partie de la vie de Rimbaud se passe en Abyssinie. Il renie complètement


son passé ainsi que toute forme de littérature. Il s'y livre à des activités d'exploration et de
commerce. En 1891, il est obligé de rentrer à Marseille parce que son genou droit est atteint
du cancer. Il est amputé. Il fait un dernier séjour dans les Ardennes, retourne à Marseille et y
meurt le 10 novembre 1891.
Schéma narratif

Situation initiale : la vie au château avant l’arrivée du bohémien.


Elément perturbateur : l’arrivée du bohémien avec sa harpe et son corbeau luisant.
Dynamique de l’action : Edwige est séduite par le bohémien, la naissance d’Oluf avec les
yeux noirs du bohémien, la dualité d’Oluf, la mort de ses parents, l’amour d’Oluf pour
Brenda.
L’action équilibrante : le combat d’Oluf avec son double et la disparition de chevalier à
l’étoile rouge et de ses corbeaux.
Situation finale : La victoire du bien sur le mal ; le retour d’Oluf à son château avec sa fiancée
et la métamorphose de la couleur de ses yeux

Charles Baudelaire

Charles-Pierre Baudelaire est né le 9 avril 1821 à Paris. À six ans, il perd son père et tombe
sous l'autorité de son beau-père. Le destin de Charles est donc lié à celui de cet homme
ambitieux dont la carrière sera extrêmement brillante. Baudelaire découvre alors la solitude.
En 1837, il remporte le 2e prix des vers latins au Concours général. Le jeune bachelier
s'inscrit à la faculté pour faire son droit.

Il se mêle aux écrivains, aux poètes, aux peintres, jouant le rôle d'un personnage cynique et
désabusé en quête de toutes les provocations. Baudelaire apprend à formuler et à connaître ce
Mal intérieur qui le ronge.

Il s'embarque en juin 1841 pour Calcutta mais n'ira pas plus loin que l'île Bourbon et sera
rentré au bout de six mois. À son retour, il réclame l'héritage que lui a laissé son père. Il
échappe ainsi à l'emprise familiale.

Il s'installe à Paris dans l'île Saint Louis et se lie avec Sainte-Beuve, Théophile Gautier et
Victor Hugo. Baudelaire commence à dépenser sa fortune, menant une vie de jeune dandy. Sa
famille le dote d'un conseil judiciaire. Rejeté dans un état d'éternelle irresponsabilité et pour
échapper à la misère, il devient critique d'art et traduit les œuvres d'Edgar Poe.

En 1857, il publie son premier recueil, Les Fleurs du Mal. L'accueil réservé au livre est
mitigé. La saisie du livre est ordonnée. Baudelaire comparait devant le tribunal. L'ouvrage est
condamné pour « offense à la morale et aux bonnes mœurs ». Il doit retirer six poèmes et
s'acquitter d'une amende.

Il commence à publier dans les journaux certains textes en prose. En 1864, Les Poèmes en
prose paraissent sous le titre Le Spleen de Paris. Il tente vainement d'être élu à l'Académie
française et doit fuir ses créanciers en Belgique. Les premiers signes du délabrement de sa
santé se font sentir.

En 1866, c'est l'aphasie et l'hémiplégie. L'agonie sera lente, Baudelaire s'éteint le 31 août
1867. Il sera, comble de l'ironie cruelle, inhumé au cimetière Montparnasse aux côtés de son
beau-père.