Vous êtes sur la page 1sur 6

Translation Studies: Retrospective and Prospective Views

ISSN 2065-3514
(2008) Year I, Issue 1
Galaţi University Press
Editors: Elena Croitoru and Floriana Popescu (First volume)
Proceedings of the Conference Translation Studies: Retrospective and
Prospective Views
9 – 11 October 2008 “Dunărea de Jos” University of Galaţi, ROMANIA
pp. 168 - 173

UNE APPROCHE DIDACTIQUE SUR LE REGISTRE FAMILIER –


TYPES D’ACTIVITES EN CLASSE DE FLE

Florentina Ibănescu
“Marin Coman” Highschool, Galaţi, Romania

Les utilisateurs d’une même langue ne communiquent pas


de la même façon et cela dépend de son niveau d’étude ou du
cadre dans lequel a lieu la communication. Le français connaît
quatre registres de langue1 :
- le registre vulgaire : Ex. : « Hé ! radine ! »
- le registre familier : Ex. : « Allez ! amène-toi ! »
- le registre courant : Ex. : « Viens, s’il te plaît ! »
- le registre soutenu : Ex. : « Approchez, s’il vous plaît ! »
La même personne peut utiliser plusieurs registres selon ses
interlocuteurs. Un jeune s’exprimera différemment devant un
adulte qu’il ne connaît pas, devant un ami intime ou devant un
public. L’utilisation d’un certain registre de langue dépend du
contexte socioculturel, de l’âge des interlocuteurs et des liens
d’entre eux ou du but que l’on fixe à la communication. Ainsi,
avec une personne inconnue il utilise le registre courant qui est le
registre le plus utilisé et qui correspond aux situations les plus
fréquentes. Le vocabulaire de ce registre contient des mots
courants, compris par tous et les phrases respectent les règles de
la grammaire. Avec un ami intime il peut utiliser le registre
familier (ou même vulgaire) qui est employé surtout à l’oral. Le
vocabulaire est réduit, comporte des déformations, des
abréviations, des mots populaires, une prononciation rapide,
moins soignée, des tournures grammaticales incorrectes. Devant
un public, dans une conférence, le registre parlé est celui
soutenu, qui est employé dans un milieu social cultivé. Le
vocabulaire contient des mots rares et des figures de style
recherchées, la construction grammaticale est impeccable.
Les différences entre les quatre registres de langue sont
observable dans :
1
Eterstein C., Lesot A. – Pratique du français, Ed. Hatier, Paris, 1986, p. 91
168
- la phonétique : la façon dont est prononcé l’énoncé et dont
il est transcrit à l’écrit :

familier courant soutenu


T’as pt’ê’ben raison Tu as pt’être bien Tu as peut-être bien
raison raison

- le lexique :
familier courant soutenu
J’en ai marre de ce J’en ai assez de cet Cet enfant a le don
mioche enfant de m’énerver

- la syntaxe : les constructions es phrases et l’ordre des mots


familier courant soutenu
Et Paul, il est pas Est-ce que Paul Paul n’est-il pas
venu ? n’est pas venu ? encore venu ?

- la morphologie : l’imparfait du subjonctif est réservé au


registre soutenu tandis que les autres registres utilisent le
subjonctif présent ou même le présent de l’indicatif (le registre
familier) ou l’utilisation du passé composé ou du plus-que-parfait
au lieu du passé simple:
familier courant soutenu
Mais les cris Mais les cris Mais les cris
approchaient approchaient approchaient
comme s’ils étaient comme s’ils étaient comme s’ils fussent
venus de la banlieue venus de la venus de la banlieue
vers le centre. banlieue vers le vers le centre.
(André Malraux, La centre. (André (André Malraux, La
condition humaine, Malraux, La condition humaine,
e
2 partie, Gallimard condition humaine, 2e partie, Gallimard
e
1933) 2 partie, Gallimard 1933)
1933)

- la stylistique : apparaît dans les œuvres littéraires et


l’utilisation des différents registres est déterminée par le style de
l’écrivain ou par le genre littéraire.
Ex. : « Pardine ! je n’ai pas peur. Cet été, j’aurai faim, cet
hiver, j’aurai froid. Sont-ils farces, ces bêtes d’hommes, de croire
qu’ils font peur à une fille ! De quoi ? Peur ?Ah ! ouiche,
joliment. » (Victor Hugo, Les misérables, Partie VII, ch. 4)
Il y a quelques marques grammaticales qui font le registre
familier spécial comme, par exemple, l’omission du ne dans la
phrase négative : Ex. : On est pas plus avancés. Je peux quand
même pas te laisser tout seul. J’en ai pas d’autre. Je fume pas.
169
L’omission du pronom il en début des propositions : Ex. : Y
a personne. Y a quelqu’un à la porte.
La contraction du pronom devant un verbe à initiale
vocalique : Ex. : T’as vu ce gars ?, T’es une canaille !
La régularisation du verbe ALLER à la 1ère personne du
singulier selon le modèle de la 2e et de la 3e personne : Ex. : Je
vas te le dire.
La prononciation est plus rapide et, de plus, marquée par
l’élision de nombreux e muets : Ex. : Chérie, qu’est-ce tu f’ras ç’t
aprém ?
Les manuels de la nouvelle didactique traitent ce sujet dans
une leçon pour chaque année. Les élèves sont très réceptifs aux
activités centrées sur les exercices qui ont comme sujet le
registre familier. Ils s’intéressent à la manière de parler des
jeunes français et ils veulent apprendre un grand nombre de
mots. Comme se travail traite le sujet du registre familier du point
de vue didactique, je vais mentionner quelques types d’exercices
réalisés dans la classe de FLE.
Lisez le texte et relevez les mots qui appartiennent au
registre familier :
« T’as vu ton look ?
La liberté de s’habiller comme on veut s’obtient parfois au
prix d’un affrontement coriace : « T’as vu comment t’es habillé, tu
ne trouveras jamais ta copine ! », a lancé, un jour, sa mère à Jean.
Mais il résiste consciencieusement : « Si j’écoutais ma mère, je
serais toujours en polo bleu et pantalon à pinces. Bref, je serais
toujours un bébé »… Il va même repêcher dans la poubelle le jean
« bien crade, avec plein d’inscriptions », que sa mère a jeté en
douce. Il y tient trop. Parce que, pour lui, les fringues, ça vit, c’est
plein de souvenirs. Jean a tout testé dans l’éventail de la mode
masculine ; il a tout essayé… Il vient de trouver son style à soi.
C’est-à-dire d’avoir le courage de dire « je suis moi » et trouver sa
place petit à petit, dans le monde des adultes : « J’ai compris qu’il
y a des limites, qu’il y a des choses que les autres n’acceptent
pas. Je suis plus posé. »2
C’est une conversation assez banale, entre un adolescent
et sa mère, mais intéressante pour ceux qui apprennent le
français, du point de vue du vocabulaire : les fringues, crade,
copine. Un exercice utile serait de réécrire le texte dans le
registre courant.
Un autre exercice serait d’observer dans un texte qui
appartient au registre familier, les éléments de vocabulaire ou de
syntaxe qui le caractérisent :
« Je te dis tout ça, reprend l’homme, parce que c’est la
2
Groza, D., belabed, G.- Limba franceza L2, Ed. Corint, 2006
170
vraie vérité. S’il y a un mot de trop, que je ne bouge pas d’ici. Des
fois, comme ça, dans la vie, ça vous empêche d ‘être blousé.
Parce que, avec des êtres comme ça, plus on est bon, plus on est
vite ratiboisé, alors, pas vrai, il vaut mieux qu’on sache. Parce
que, une fois qu’on est prévenu, il faut qu’on soit andouille pour
qu’on se laisse faire. Pas vrai ? » (Jean Giono, Regain, Grasset,
1930).3
Du point de vue du vocabulaire il y a quelques mots qui
font partie du registre familier : blousé, ratiboisé, andouille.
Blousé est un adjectif qui vient du verbe blouser qui signifie
tromper quelqu’un. L’expression être dans la blouse signifie être
trompé. Ratiboisé, adjectif qui vient du verbe ratiboiser - ruiner
quelqu’un au jeu de cartes. Andouille, dans la langue populaire,
signifie sot, stupide. Le pronom démonstratif ça est utilisé
fréquemment dans la langue parlée au lieu de cela. En ce qui
concerne les phrases elles sont incomplètes, dans le registre
courant ou soutenu on donnerait plus d’information. Par exemple,
la phrase « Des fois, comme ça, dans la vie, ça vous empêche
d’être blousé » pourrait prendre une autre forme dans le registre
courant : « Dans la vie, cela pourrait, par hasard, vous empêcher
d’être trompé ».

Un autre exercice serait d’associer les mots :

L’ami Le pote
L’enfant Le bouffe
Le travail Le fric
Les vêtements La clope
Le policier Le toubib
Les aliments Le flic
L’argent Le gosse
Le médecin Le boulot
La cigarette Les fringues

Réécrire les phrases familières dans un registre courant :


Quand c’est qu’il arrive ? J ‘avais la trouille de monter dans cette
bagnole. J’ai pas dit que t’étais mioche. T’as trop bossé ! Qu’est-
ce t’en dis ? Ça boume ?

De chacune des quatre colonnes suivantes choisissez le


mot convenable pour faire des phrases qui appartiennent à
chaque registre :

L’enfant hurlait comme un fou


3
Eterstein C., Lesot A. – Pratique du français, Ed. Hatier, Paris, 1986, p. 92
171
Le gosse criait comme un sot
Le gamin gueulait comme un
piqué

Complétez le texte suivant avec les mots du registre


familier : mordu, esquinter, paumer, la frousse, le tuyau :
Tu as reçu ………….. ? il aime bien c’tte fille, il est ……………
d’elle. Il parle trop, il m’……………… V’la le flic, j’ai une ………. La
bete de lui, il a ………….la figure à son frère.
Utilisez les mots suivants dans des phrases selon les
registres courant, familier et soutenu : livre, bouquin ; fortune,
veine, chance ; type, mec, homme.
Groupez les mots suivants selon les trois registres de
langue : apathique, paresseux, cossard ; fringué, élégant, chic,
B.C.B.G. (bon chic bon genre) ; ennuyeux, barbant, embêtant,
assommant.

Groupez les mots des deux colonnes :

Tuer Chouraver
Détester Spolier
Exclure Clamser
Priver Occire
Mourir Abhorrer
voler obstraciser

Remplacez les mots du registre familier par des mots du


registre courant : « Hier, avec mes potes, on s’est bien marré. Luc
avait proposé d’aller bouffer au restaurant, alors nous avons pris
sa bagnole. Elle est vachement vieille, sa caisse, mais il dit
toujours qu’il s’en fout. »4
De nos jours il est intéressant de décoder les paroles des
internautes. Dans les deux colonnes groupez les mots selon le
sens :

@2m1 C’est ça
HT C’était
AprM Cadeau
B1 D’accord
Kdo C’est pas grave
C Ca À demain
C pa grave Bien
7 Fête
4
http://www.generation5.fr/produits/pdf/fiche_n_12.pdf
172
CT Cet, cette
6né Cinéma
Dak Après-midi
fet acheter

Réalisez un dialogue entre deux adolescents qui parlent sur


l’internet, en utilisant le langage des ados : Gnial, bjr, auj, mek,
1posibl, 1viT, koi29, stp.
Les exercices ci-dessus peuvent très bien être utilisés dans
les classes des français pour enrichir le vocabulaire des élèves. Ils
n’apprendront seulement des mots qui appartiennent au registre
familier mais aussi des mots courants qu’ils ne connaissaient pas.
De plus, le sujet est attractif pour les jeunes. L’enseignement du
registre familier peut constituer le sujet d’un cours optionnel de
français. Les adolescents s’intéressent beaucoup à la façon de
parler des ados français.

Références
Eterstein, C., Lesot, A. (1986). Pratique du français, Hatier, Paris.
Popa, M., Soare, A. (2008). Limba franceza L2, Manual pentru
clasa a X-a, Bucureşti: Humanitas.
Groza, D., Belabed, G. (2007). Limba franceza L2, Manual
pentru clasa a XII-a, Bucureşti: Corint.
Groza, D., Belabed, G. (2005). Limba franceza L2, Manual
pentru clasa a X-a, Bucureşti: Corint.

http://www.editions.educagri.fr/publication/extrait_pdf/e_CIB025.pd
f
http://www.generation5.fr/produits/pdf/fiche_n_12.pdf

173