Vous êtes sur la page 1sur 79
INERIS Expert en prévention des risques Intégration de la probabilité dans les EDD Christophe BOLVIN

INERIS Expert en prévention des risques

Intégration de la probabilité dans les EDD

Christophe BOLVIN et Clément LENOBLE Direction des Risques Accidentels

Formation RA47

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Objectif de la formation • Introduction et connaître les méthodes de quantification probabiliste. • Savoir
Objectif de la formation
• Introduction et connaître les méthodes de quantification probabiliste.
• Savoir déterminer les données d’entrée nécessaires à la
quantification d’un phénomène dangereux et d’un accident majeur.
• Être capable d'agréger l'ensemble de ces fréquences et probabilités
pour déterminer la probabilité d’occurrence d'un phénomène
dangereux et d'un accident majeur.
2/84
© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009
Les définitions issues du « Petit Robert » et de la norme FD ISO GUIDE
Les définitions issues du « Petit Robert » et de la
norme FD ISO GUIDE 73
• Fréquence : « Caractère de ce qui arrive plusieurs fois »
• Fréquence : nombre d’évènements ou d’effets par unité de temps donnée.
• Probabilité : « Grandeur par laquelle on mesure le caractère aléatoire (possible
et non certain) d’un évènement, d’un phénomène par l’évaluation du nombre
d
e c ances
h
d’
en o
bt
en r
i
l
a r
é
a sa
li
ti
on
»
• Probabilité : mesure de la possibilité d’occurrence exprimée par un chiffre
entre 0 et 1, 0 indiquant une impossibilité et 1 une certitude absolue.
• Déterminisme : « principe scientifique suivant lequel les conditions d’existence
d’un phénomène sont déterminées, fixées absolument de telle façon que, ces
conditions étant posées, le phénomène ne peut pas ne pas se produire ».
3/84
© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009
Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire Arrêté du 29 septembre 2005

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

Arrêté du 29 septembre 2005 dit arrêté PCIG

Circulaire du 10 mai 2010 récapitulant les règles méthodologiques applicables aux études de dangers, à l’appréciation de la démarche de réduction du risque à la source et aux plans de prévention des risques technologiques (PPRT) dans les installations classées en application de la loi du 30 juillet 2003

Arrêté ministériel du 10 mai 2000

4/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire • Glossaire technique des risques

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

• Glossaire technique des risques technologiques

Harmonisation du vocabulaire utilisé par les services d'inspection des installations classées

Probabilité d occurrence : La probabilité d occurrence d un accident est assimilée à sa fréquence d’occurrence future estimée sur l’installation considérée.

Probabilité d’occurrence d’un phénomène dangereux : Cette probabilité est obtenue par agrégation des probabilités des scénarios conduisant à un même phénomène, ce qui correspond à la combinaison des probabilités de ces scénarios selon des règles logiques (ET/OU)

5/84

de ces scénarios selon des règles logiques (ET/OU) 5/84 © Ce document est la propriété de

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire Glossaire technique des risques technologiques

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

Glossaire technique des risques technologiques (1/3) :

Fonction de sécurité : Fonction ayant pour but la réduction de la probabilité d'occurrence et/ou des effets et conséquences d'un événement non souhaité dans un système = empêcher, éviter, détecter, contrôler, limiter. Les onctions de sécurité identi iées

f

f

peuvent être assurées à partir de barrières techniques de sécurité, de barrières organisationnelles (activités humaines), ou plus généralement par la combinaison des deux. Une même

fonction peut être assurée par plusieurs barrières de sécurité. Mesure de sécurité (ou barrière de sécurité ou mesure de maîtrise des risques) : Ensemble d'éléments techniques et/ou organisationnels nécessaires et suffisants pour assurer une fonction de sécurité.

6/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire Glossaire technique des risques technologiques

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

Glossaire technique des risques technologiques (2/3) :

Prévention : Mesures visant à prévenir un risque en réduisant la probabilité d'occurrence d'un événement redouté central. Protection : Mesures visant à limiter l'étendue ou/et la gravité des conséquences d'un accident sur les éléments vulnérables, sans modifier la probabilité d'occurrence du phénomène dangereux correspondant. Limitation : Mesures visant à limiter les effets d'un phénomène dangereux, sans en modifier la probabilité d'occurrence. Efficacité : Capacité à remplir la mission/fonction de sécurité qui lui est confiée pendant une durée donnée et dans son contexte d'utilisation. Cette efficacité est évaluée par rapport aux principes de dimensionnement adapté et de résistance aux contraintes spécifiques.

7/84

adapté et de résistance aux contraintes spécifiques. 7/84 © Ce document est la propriété de l

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire Glossaire technique des risques technologiques

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

Glossaire technique des risques technologiques (3/3) :

Temps de réponse : Intervalle de temps requis entre la sollicitation et l'exécution de la mission/fonction de sécurité. Ce temps de réponse est inclus dans la cinétique de mise en œuvre

d'une fonction de sécurité cette dernière devant être en

,

adéquation [significativement plus courte] avec la cinétique du phénomène qu'elle doit maîtriser. Niveau de confiance : Le niveau de confiance est l'architecture (redondance éventuelle) et la classe de probabilité, inspirés des normes NF EN 61-508 et CEI 61-511, pour qu'une barrière, dans son environnement d'utilisation, assure la fonction de sécurité pour laquelle elle a été choisie.

8/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire • Arrêté du 29 septembre

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

• Arrêté du 29 septembre 2005 (PCIG) : Évaluation et à la prise en compte

de la probabilité d'occurrence, de la cinétique de l 'intensité des effets et de la gravité des conséquences des accidents potentiels dans les études de dangers des installations classées soumises à autorisation

Règles minimales pour la prise en compte de la probabilité dans les études de dangers.

9/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire • Arrêté du 29 septembre

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

Arrêté

du

29

septembre

2005

(PCIG)

:

l’intégration de la probabilité :

Règles

générales

sur

Article 2 - La méthode d’évaluation de la probabilité « utilise des éléments qualifiés et quantifiés tenant compte de la spécificité de l'installation considérée. »

Article 3 - « Quelle que soit la méthode employée, l’exploitant doit justifier le positionnement des phénomènes dangereux et accidents potentiels dans l’échelle de l’annexe 1. »

10/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire • Arrêté du 29 septembre

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

• Arrêté du 29 septembre 2005 (PCIG) : Règles générales sur l’intégration de la probabilité :

« L’évaluation de la probabilité peut s'appuyer sur la fréquence des événements initiateurs spécifiques ou génériques et sur les niveaux de confiance des mesures de maîtrise des risques agissant en prévention ou en limitation des effets ». « A défaut de données fiables, disponibles et statistiquement représentatives, il peut être fait usage de banques de données internationales reconnues, de banques de données relatives à des installations ou équipements similaires mis en œuvre dans des conditions comparables, et d'avis d'experts fondés et justifiés ». « Ces éléments sont confrontés au retour d'expérience relatif aux incidents ou accidents survenus sur l'installation considérée ou des installations comparables ».

11/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire • Arrêté du 29 septembre

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

Arrêté

du

29

septembre

2005

(PCIG)

:

Règles

générales

l’intégration de la probabilité

Echelle de

E

 

D

 

C

 

B

 

A

probabilité

       
 

« événement

 

« événement improbable » : un événement similaire déjà rencontré dans le secteur d’activité ou dans ce type d’organisation au niveau mondial, sans que les éventuelles corrections intervenues depuis apportent une garantie de réduction significative de sa probabilité

« événement probable sur site » : s’est produit et/ou peut se produire pendant la durée de vie des installations

« événement courant » : se produit sur le site considéré et/ou peut se produire à plusieurs reprises pendant la durée de vie des installations, malgré d’éventuelles mesures correctives

Qualitative (si le REX est suffisant)

possible mais non rencontré au niveau mondial » :

n’est pas impossible au vu des connaissances actuelles

« événement très improbable » :

s’est déjà produit mais a fait l’objet de mesures correctives réduisant significativement la probabilité de ce scénario

Semi-

Cette échelle est intermédiaire entre les échelles qualitative et quantitative, et permet de tenir compte de la cotation des mesures de maîtrise des risques mises en place

quantitative

Quantitative (par unité et par an)

         
   

10

-5

   

10

-4

 

10

-3

   

10

-2

 
     

12/84

   

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

sur

est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans
Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire • Arrêté du 29 septembre

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

• Arrêté du 29 septembre 2005 (PCIG) : Règles spécifiques aux mesures de maîtrise des risques

Article 2 - L'évaluation de la probabilité […] peut s'appuyer sur la fréquence des événements initiateurs […] et sur les niveaux de confiance des mesures de maîtrise des risques agissant en prévention ou en limitation des effets.

Article 4 - Pour être prises en compte dans l’évaluation de la probabilité, les mesures de maîtrise des risques doivent être efficaces, avoir une cinétique de mise en œuvre en adéquation avec celle des évènements à maîtriser, être testées et maintenues de façon à garantir la pérennité du positionnement précité.

13/84

garantir la pérennité du positionnement précité. 13/84 © Ce document est la propriété de l ’INERIS

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire • Cf. circulaire du 10

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

Cf. circulaire du 10 mai 2010 - 1.2 Règles (ou précisions) spécifiques :

Rappel de la Liste des événements initiateurs externes pouvant ne pas être pris en compte dans l’étude de dangers : annexe IV de l’arrêté du 10 mai 2000 (Exemple : chute d’avion hors des zones de proximité d’aéroport ou aérodrome (au delà de 2000 mètres)).

Liste d’événements initiateurs pour lesquels : « La probabilité d’occurrence de l’événement initiateur ne sera pas évaluée et il ne sera pas tenu compte de cet évènement initiateur dans la probabilité du phénomène dangereux, […]. »

14/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire Fiche n°7 - MMR fondées

Intégration de la probabilité dans les EDD - Point réglementaire

Fiche n°7 - MMR fondées sur une intervention humaine :

• Mesure constituée d’au moins une activité humaine (une ou plusieurs

opérations) qui s’oppose à l’enchaînement d’évènements susceptibles

d ’aboutir à un accident.

• La formation générale des agents, leur entraînement et les plans de

secours généraux [

à

] ne sont pas des mesures de maîtrise des risques

part entière. Maintien dans le temps de la formation et des compétences Indépendance : par rapport à la conduite du processus industriel et par rapport aux autres mesures de réduction du risque à la source. Niveau de Confiance : NCmax de respectivement 2 ou 1 pour les mesures de pré-dérive fondées sur l’intervention respectivement d’un tiers ou d’un seul opérateur et de 1 pour les mesures de rattrapage de dérive.

15/84

et de 1 pour les mesures de rattrapage de dérive. 15/84 © Ce document est la

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Intégration de la probabilité dans les EDD - Apport théorique ETAPE 1 Méthode retenue pour

Intégration de la probabilité dans les EDD - Apport théorique

ETAPE 1

Méthode retenue pour la quantification probabiliste

SCENARIOS

Ein 1 ET EI Ei n 2 Ein 3 OU EI Ein 4 OU Ein
Ein 1
ET
EI
Ei
n
2
Ein 3
OU
EI
Ein 4
OU
Ein 5
ET
EI
EC 6
Ein 7
OU
EI
EIn 8
EM Ph D EM ERS Ph D ERC EM Ph D EM ERS EM Ph
EM
Ph D
EM
ERS
Ph D
ERC
EM
Ph D
EM
ERS
EM
Ph D
EM

Prévention

Barrières de défense

Protection

Arbre de défaillances

Arbre d’événements

CLASSECLASSE CLASSECLASSE dddd

eeee ProbabilitéProbabilitéProbabilitéProbabilité d’occurrenced’occurrenced’occurrenced’occurrence desdesdesdes phénomènesphénomènesphénomènesphénomènes dangereuxdangereuxdangereuxdangereux

DonnéesDonnéesDonnéesDonnées d’entréed’entréed’entréed’entrée ((((

DonnéesDonnéesDonnéesDonnées d’entréed’entréed’entréed’entrée

((((FréquenceFréquenceFréquenceFréquence desdesdesdes EI,EI,EI,EI, PFDPFDPFDPFD desdesdesdes MMR)MMR)MMR)MMR)

ETAPE 2

PFDPFDPFDPFD desdesdesdes MMR)MMR)MMR)MMR) ETAPE 2 ETAPE 3 Règles d’agrégation pour la quantification

ETAPE 3 Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste

Données d’entrée de l’évaluation probabiliste

Données d’entrée de l’évaluation probabiliste 16/84 © Ce document est la propriété de l ’INERIS

16/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Choix d’une méthode pour mener la quantification probabiliste (1) ETAPE 1 • Plusieurs méthodologies possibles

Choix d’une méthode pour mener la quantification probabiliste (1)

ETAPE 1

• Plusieurs méthodologies possibles pour aboutir à la quantification probabiliste des phénomènes dangereux

• Méthodes les plus répandues :

Approche dite semi-quantitative ou approche barrière

Approche dite quantitative

17/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Choix d’une méthode pour mener la quantification probabiliste (2) Quelques rappels sur le nœud papillon

Choix d’une méthode pour mener la quantification probabiliste (2)

Quelques rappels sur le nœud papillon

probabiliste (2) Quelques rappels sur le nœud papillon • Approche semi-quantitative ou approche barrière

• Approche semi-quantitative ou approche barrière

Estimation de la probabilité d’occurrence des phénomènes dangereux ou accidents à partir : des classes de fréquence des EI, des niveaux de confiance des MMR, des classes de probabilité des événements secondaires

Développement des séquences accidentelles de l’EI jusqu’aux phénomènes dangereux en passant par l ’ERC, les mesures de maîtrise des risques (en prévention & en protection) et les événements secondaires : Représentation sous forme de nœud papillon

18/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Choix d’une méthode pour mener la quantification probabiliste (3) • Approche quantitative Estimation de la

Choix d’une méthode pour mener la quantification probabiliste (3)

• Approche quantitative

Estimation de la probabilité d’occurrence des phénomènes dangereux ou accidents à partir de données quantifiées :

fréquence d’occurrence des EI, fréquence d’occurrence de l ’ ERC, PFD des MMR en protection, probabilité des événements secondaires

Le développement des séquences accidentelles est souvent restreint : développement de l’ERC jusqu’aux phénomènes dangereux en passant les mesures de maîtrise des risques (en protection) et les événements secondaires : Représentation sous forme d ’arbre d ’événement

19/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Synthèse Traitement Evènements extrêmes déterministe Traitement spécifique guidé par la réglementation
Synthèse
Traitement
Evènements extrêmes
déterministe
Traitement
spécifique guidé
par la
réglementation
Certains évènements
initiateurs
ERC
Les autres, y compris
les effets dominos …
- Groupe de
travail;
Bases
de
- Bases
de
Approche par les EI
Approche par les ERC
données
données
20/84
© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009
Une fois la méthode d’estimation retenue et avant de débuter la quantification… • Identifier les

Une fois la méthode d’estimation retenue et avant de débuter la quantification…

• Identifier les événements initiateurs à ne pas retenir dans la quantification probabiliste :

évènements extrêmes : séisme, chute d’avion … - approche qualitative et/ou déterministe; « Certains évènements initiateurs » - cf 1.2 Règles (ou précisions) spécifiques.

• S’assurer que les effets domino sont pris en compte

• Vérifier que les évènements secondaires sont pris en compte (source d’inflammation, pluie, vent, autre fuite….)

21/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Exercice Vous disposez d’une analyse de risque Sans prendre en considération les dispositifs de maîtrise

Exercice

Vous disposez d’une analyse de risque

Exercice Vous disposez d’une analyse de risque Sans prendre en considération les dispositifs de maîtrise des
Exercice Vous disposez d’une analyse de risque Sans prendre en considération les dispositifs de maîtrise des
Exercice Vous disposez d’une analyse de risque Sans prendre en considération les dispositifs de maîtrise des
Exercice Vous disposez d’une analyse de risque Sans prendre en considération les dispositifs de maîtrise des
Exercice Vous disposez d’une analyse de risque Sans prendre en considération les dispositifs de maîtrise des
Exercice Vous disposez d’une analyse de risque Sans prendre en considération les dispositifs de maîtrise des

Sans prendre en considération les dispositifs de maîtrise des risques identifiés dans l’analyse de risque : Construire le nœud papillon associé. Ce nœud papillon servira de support à l’estimation probabiliste

Objectif : Savoir construire un nœud papillon

22/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Une fois la méthode d’estimation retenue et avant de débuter la quantification…(2) • Attention au

Une fois la méthode d’estimation retenue et avant de débuter la quantification…(2)

• Attention au choix des barrières de sécurité / MMR à retenir pour l’estimation probabiliste

23/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (1/6) Exclusions : Standard et spécification

Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (1/6)

Exclusions :

Standard et spécification de conception et de réalisation Plan Opération Interne, Plan de Prévention, Habilitations, Procédure opératoire, de sécurité, Maintenance, Procédure de gestion des modifications, etc….

F

ti

t

î

t

orma on, en ra nemen ,

24/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (2/6) La performance d'une barrière de

Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (2/6)

La performance d'une barrière de sécurité doit être évaluée dans son contexte d'utilisation.

• Ce qui est valable dans une configuration peut ne pas l’être dans toutes les configurations notamment en ce qui concerne :

L’efficacité, L’adéquation cinétique de mise en œuvre / cinétique de l’accident, L’architecture de sécurité. Attention à ne pas traiter les barrières de sécurité de manière générique quelque soit le scénario d’accident.

25/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (3/6) Typologie des barrières de sécurité

Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (3/6)

Typologie des barrières de sécurité

Capteur(s)

Barrières de

sécurité

de sécurité Capteur(s) Barrières de sécurité Traitement(s) Barrières humaines Action opérateur sur

Traitement(s)

Barrières humaines

Action opérateur sur alerte visuelle

Barrières techniques

Barrières techniques

Barrières techniques
Barrières techniques
Systèmes Instrumentés de Sécurité
Systèmes Instrumentés de Sécurité
Systèmes Instrumentés de Sécurité

Systèmes Instrumentés de Sécurité

Systèmes à Action Manuelle de Sécurité

Actionneur(s)

Isolement des installations par déclenchement BAU par opérateur

Dispositifs de

sécurité

Sécurité de pression très haute déclenchant via un automate de sécurité l'isolement des installations

Cuvette de rétention

Passifs

Actifs

Soupape

26/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (4/6) • Indépendance : vis à

Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (4/6)

Indépendance :

vis à vis du scénario d'accident, des barrières de sécurité entre elles (pour l’agrégation). Cas des BHS :

des tâches de vérification : elles ont pour but de vérifier que les conditions de sécurité sont effectives, préalablement à une ’

activité à risques. L indépendance peut être obtenue si l action de

vérification est réalisée par une autre personne ou dans une séquence de travail différente. des tâches de rattrapage de dérives : elles ont pour but de détecter une dérive et d’en limiter les effets - elles s’inscrivent dans la cinétique de la séquence incidentelle ou accidentelle. La BHS est indépendante si l’opérateur en charge de la barrière et les éléments techniques dont il se sert sont indépendants de la cause du scénario ou du scénario lui-même.

27/84

de la cause du scénario ou du scénario lui-même. 27/84 © Ce document est la propriété

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (5/6) • Efficacité : [Aptitude à

Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (5/6)

Efficacité :

[Aptitude à remplir la fonction de sécurité pour laquelle elle a été choisie, dans son contexte d’utilisation et pendant une durée de fonctionnement (en %)] dimensionnement adapté (notes calculs, standards, REX, tests)

BHS/BTSBHS/BTSBHS/BTSBHS/BTS

BHSBHSBHSBHS

BHSBHSBHSBHS

• aptitude des actions de sécurité prévues par rapport à la réalisation de la fonction sécurité dans le contexte

• aptitudes de l’opérateur conforme aux aptitudes requises,

• adaptation des éléments techniques à l’homme - accessibilité & manœuvrabilité des outils, lisibilité et clarté des procédures.

résistance au contraintes spécifiques

BHSBHSBHSBHS

BHS/BTSBHS/BTSBHS/BTSBHS/BTS

• protection des opérateurs vis-à-vis du contexte accidentel - EPI, positionnement des moyens d’intervention,

• résistance du matériel aux contraintes environnementales.

Positionnement, accessibilité

28/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (6/6) • Cinétique de mise en

Prise en compte des mesures de maîtrise des risques (6/6)

Cinétique de mise en œuvre des barrières de sécurité A comparer avec la cinétique du phénomène Temps de réponse : [Intervalle de temps entre le moment ou une barrière est sollicitée et le moment où la fonction est réalisée dans son intégralité (détection + traitement + réalisation action)].

Attention : Le temps de réponse n'intègre pas le temps nécessaire pour que le flux de danger atteigne ou sollicite le capteur (technique ou humain). Cas des actions réalisées à une fréquence donnée (rondes de surveillance) : inclure la périodicité de la ronde dans le temps de détection.

Temps de réponse obtenu à partir des données constructeurs, d'évaluation qualitative, du REX, des essais et des exercices. Pour BHS :

Doit inclure toutes les étapes préalables nécessaires à la réalisation de l’action de sécurité - revêtir les EPI, déployer les moyens, temps de communication et de coordination en cas d’actions impliquant plusieurs acteurs,

en cas d’actions impliquant plusieurs acteurs, 29/84 © Ce document est la propriété de l ’INERIS

29/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Une fois la méthode d ’estimation retenue et avant de débuter la quantification…(3) • Attention

Une fois la méthode d ’estimation retenue et avant de débuter la quantification…(3)

• Attention à la position des barrières sur l’arbre (la bonne barrière pour le bon scénario + attention aux barrières positionnées sur plusieurs chemins).

• Vérifier la prise en compte des scénarios engendrés par le fonctionnement des barrières de sécurité.

 

Soupapes

détection

évacuant

gaz =>

à l’atm

isolement

Montée en

Rupture

Nuage

X

personnes

pression

capacité

toxique

impactées

 

Nuage

Y

personnes

toxique

impactées

Nuage

Z

personnes

toxique

impactées

30/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Prise en compte des barrières engendrant un nouveau scénario Soupape Surpression Fuite d’un réservoir

Prise en compte des barrières engendrant un nouveau scénario

Soupape

Surpression Fuite d’un réservoir d’ammoniac

Surpression

Surpression Fuite d’un réservoir d’ammoniac
Surpression Fuite d’un réservoir d’ammoniac
Surpression Fuite d’un réservoir d’ammoniac
Surpression Fuite d’un réservoir d’ammoniac
Surpression Fuite d’un réservoir d’ammoniac
Surpression Fuite d’un réservoir d’ammoniac
Surpression Fuite d’un réservoir d’ammoniac

Fuite d’un réservoir d’ammoniac

Surpression Fuite d’un réservoir d’ammoniac

PPPP

P’P’P’P’

Fuite

 

gazeuse

Dispersion

Fuite

 

gazeuse

Dispersion

Fuite liquide Invasion du milieu naturel

Fuite liquide

Fuite liquide
Fuite liquide Invasion du milieu naturel
Fuite liquide Invasion du milieu naturel
Fuite liquide Invasion du milieu naturel
Fuite liquide Invasion du milieu naturel
Fuite liquide Invasion du milieu naturel
Fuite liquide Invasion du milieu naturel

Invasion du milieu naturel

Invasion du milieu naturel
Fuite liquide Invasion du milieu naturel

31/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

P,G3P,G3P,G3P,G3

P,G1P,G1P,G1P,G1

P’,G1P’,G1P’,G1P’,G1

P,G2P,G2P,G2P,G2

P’,G2P’,G2P’,G2P’,G2

accord - 2009 P,G3P,G3P,G3P,G3 P,G1P,G1P,G1P,G1 P’,G1P’,G1P’,G1P’,G1 P,G2P,G2P,G2P,G2 P’,G2P’,G2P’,G2P’,G2
Exercice (suite) Vous disposez d’une analyse de risque. Vous avez construit un premier nœud papillon
Exercice (suite)
Vous disposez d’une analyse de risque.
Vous avez construit un premier nœud papillon sans y intégrer les
MMR.
Mettre à jour ce NP en intégrant les MMR.
32/84
© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009
Objectif de la formation • Introduction et connaître les méthodes de quantification probabiliste. • Savoir
Objectif de la formation
• Introduction et connaître les méthodes de quantification probabiliste.
• Savoir déterminer les données d’entrée nécessaires à la
quantification d’un phénomène dangereux et d’un accident majeur.
• Être capable d'agréger l'ensemble de ces fréquences et probabilités
pour déterminer la probabilité d’occurrence d'un phénomène
dangereux et d'un accident majeur.
33/84
© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009
ETAPE 2 Données d’entrée pour la quantification ? • Fréquence d’occurrence annuelle des EI :

ETAPE 2

Données d’entrée pour la quantification ?

• Fréquence d’occurrence annuelle des EI : Classe ou valeur

• Probabilité de défaillance à la sollicitation des barrières / MMR :

Classe ou valeur

• Fréquence d’occurrence annuelle des ERC (si quantification à partir de l’ERC) : Classe ou valeur

• Probabilité d’occurrence conditionnelle des ES

34/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Synthèse Traitement Evènements extrêmes déterministe Traitement spécifique guidé par la réglementation
Synthèse
Traitement
Evènements extrêmes
déterministe
Traitement
spécifique guidé
par la
réglementation
Certains évènements
initiateurs
ERC
Les autres, y compris
les effets dominos …
- Groupe de
travail;
Bases
de
- Bases
de
Approche par les EI
Approche par les ERC
données
données
35/84
© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009
Données d’entrée : les fréquences des EI (1/2) • Causes d’accidents d’origine externe site Causes

Données d’entrée : les fréquences des EI (1/2)

Causes d’accidents d’origine externe site

Causes externes liées à l’activité humaine

– Effets domino : utilisation des données de probabilité des sites voisins

– Risques liés à des voies de circulation ou des canalisations de transport à proximité du site : utilisation du REX

36/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Données d’entrée : les fréquences des EI (2/2) • Causes d’origine interne : Évaluées en

Données d’entrée : les fréquences des EI (2/2)

Causes d’origine interne : Évaluées en absence de barrières de sécurité Constitution d’un groupe de travail formé d’experts (Production, Maintenance, Sécurité)

Attribution de fréquences aux EI par le groupe de travail sur la base :

• Du retour d’expérience du site industriel, du secteur d’activité (syndicats professionnels, GT…)

• De l’expérience des experts

• De données génériques issues de banques de données reconnues.

Plages de fréquence retenues :

F-2

10 +1 /an < Fréquence < 10 +2 /an.

10 à 100 fois/an

F-1

1/an < Fréquence < 10 +1 /an.

1 à 10 fois/an

F0

10 -1 /an < Fréquence < 1/an.

1 fois tous les 1 à 10 ans

F1

10 -2 /an < Fréquence < 10 -1 /an.

1 fois tous les 10 à 100 ans

F2

10 -3 /an < Fréquence < 10 -2 /an.

1 fois tous les 100 à 1000 ans

Fx 10 -(x+1) /an < Fréquence < 10 -x /an.
Fx
10 -(x+1) /an < Fréquence < 10 -x /an.

37/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Pourquoi une échelle spécifique pour la fréquence ? • Dans la plupart des cas utiliser

Pourquoi une échelle spécifique pour la fréquence ?

• Dans la plupart des cas utiliser l’échelle de probabilité de l’arrêté PCIG ou une échelle de fréquences spécifique ne modifie pas les résultats finaux. Il y a néanmoins quelques exceptions. L’utilisation d’une échelle de fréquence est conseillée pour les raisons suivantes:

Echelle inadaptée pour les événements fréquents : L’échelle de probabilité du ministère décrit des événements dont la probabilité est de 0 à 1. Un événement qui se produira plusieurs fois dans l’année (exemple 10 fois ou 100 fois) aura toujours une probabilité de 1. Cette échelle ne peut donc pas décrire des événements très fréquents.

Ajout d’une barrière sur un événement de classe A : La classe la plus probable (A) décrit des événements dont la probabilité est de 0 à 10 /an . Un événement dont la probabilité est comprise entre 1 fois par an et 10 -1 /an sera dans la classe A. Attention, dans ce cas si une barrière de NC1 est présente, la probabilité de survenue du scénario n’est pas B.

Définition qualitative des classes de probabilité : la classe de probabilité des événements initiateurs peut difficilement être définie à partir des descriptions qualitatives de l’arrêté PCIG. Celle-ci s’applique aux accidents: « un accident majeur courant » est compris différemment par les opérateurs qu’une « défaillance de pompe courante ».

Rigueur mathématique : La grandeur utilisée dans les nœuds-papillons est généralement la fréquence. Les règles de calculs se basent sur cette hypothèse.

-2

38/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des risques (1/6) Probabilité de défaillance

Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des risques (1/6)

Probabilité de défaillance (facteur de réduction de risque)

• Principe de sécurité positive (si pertinent)

• Principe de concept éprouvé (élément connu, ayant prouvé son efficacité et régulièrement utilisé = bon REX)

• Tolérance aux anomalies matérielles (redondances, watch dog,…)

• Facilité du diagnostic

• Complexité des tâches à réaliser / Complexité de l'élément technique

• Formation / Habilitation

• Maintenance / Test

• Entraînement (en condition réaliste) / Recyclage / Exercices

39/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des risques (2/6) • Système Instrumenté

Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des risques (2/6)

Système Instrumenté de Sécurité Pour chacun des éléments : Peut s’appuyer sur les tableaux de la Norme 61508 qui définissent une contrainte architecturale des systèmes pour un niveau de SIL (Niveau d’intégrité de sécurité) donné.

Taux de défaillances sûres (SFF)

Tolérance aux anomalies matérielles

0

1

2

< 60 %

SIL 1

SIL 2

SIL 3

60 % < - < 90 %

SIL 2

SIL 3

SIL 4

90 % < - < 99%

SIL 3

SIL 4

SIL 4

>= 99 %

SIL 3

SIL 4

SIL 4

Tableau pour des sous-systèmes simples

40/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des risques (3/6) Taux de défaillances
Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des
risques (3/6)
Taux de
défaillances
sûres (SFF)
Tolérance aux anomalies matérielles
0
1
2
< 60 %
\
SIL 1
SIL 2
60 % < - < 90 %
SIL 1
SIL 2
SIL 3
90 % < - < 99%
SIL 2
SIL 3
SIL 4
>= 99 %
SIL 3
SIL 4
SIL 4
Tableau pour des sous-systèmes complexes
A noter que la norme est beaucoup plus complexe et la détermination
du SIL d’un système demande des données rarement disponibles.
On peut prendre un NC égal au SIL cible de ce tableau, si le système
est de concept éprouvé et à sécurité positive.
41/84
© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009
Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des risques (4/6) • Dispositif passif

Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des risques (4/6)

Dispositif passif : Peut être évalué à partir du REX, d’une AMDEC ou de Bases de données [Peu de données : LOPA NC = 2]. On peut prendre NC=2 à condition que la maintenance et la gestion des modifications soient réalisées correctement et que la fonction de sécurité à remplir soit toujours réalisée si la barrière est en état de fonctionner.

Dispositif actif : Faute d autres informations, on peut les assimiler à

1 seul système SIS (NC=1), éventuellement corrigé par le REX. A noter que les probabilités issues de la littérature sont très dispersées d’où la difficulté de les utiliser.

Périodicité tests et maintenance BTS dépend :

du REX de l’exploitant sur son installation ou des installations similaires du contexte d’utilisation “procédé” (T, P, humidité , vibration des agressions liées à l’environnement naturel,

42/84

)

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des risques (5/6) • Barrière humaine

Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des risques (5/6)

Barrière humaine de sécurité :

Un certain nombre de bases de données (Lees, US Atomic Energy Commission) et de méthode (TESEO, THERP) traitent de la fiabilité humaine => Dans le cas d’une barrière humaine de rattrapage et si tous les voyants sont verts, la probabilité de défaillance de l’action humaine peut aller jusqu’à 5.10 -3 (NC = 2) Dans le cas de barrière de vérification, il n ’y a pas de contrainte temporelle forte ni de stress, la probabilité de défaillance peut être inférieure et les valeurs dépendent énormément de la méthode ou de la base de donnée…. Quel que soit le type de barrière humaine, la probabilité de défaillance est dépendante d’un certain nombre de paramètres et peut « rapidement » monter à 1 (NC = 0)

43/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des risques (6/6) NCmax = 2.

Données d ’entrée : PFD des mesures de maîtrise des risques (6/6)

NCmax = 2. Mais ce NC peut être plus faible si les points suivants ne sont pas observés (si pertinents) :

• Information identifiable et perceptible

• Opérateur disponible pour recevoir ou aller chercher l’information

• Diagnostic facile avec une faible contrainte temporelle

• Choix d’action facile

• Faible contrainte temporelle pour réaliser l’action(s) de sécurité

• Simplicité de la tâche

• Définition préalable du rôle des acteurs, planification des tâches, possibilité de gestion des aléas en cours d'activité, …

• Utilisation de protocole clair de communication, de standards pour la désignation des équipements,

• Bonne qualité des outils de communication

• Formation, entraînement, exercices

de communication • Formation, entraînement, exercices 44/84 © Ce document est la propriété de l ’INERIS

44/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Banques de données utilisées dans les EDD (1/7) • Deux types de sources de données

Banques de données utilisées dans les EDD (1/7)

Deux types de sources de données :

Les données brutes issues du traitement statistique d’un retour d’expérience sur site(s)

Les données génériques : traitement de plusieurs données brutes et/ou génériques pondérées par avis d ’experts

45/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Quelques banques de données (2/7) Type de sources de données Perte de Fiabilité Accès confinement

Quelques banques de données (2/7)

Type de sources de données Perte de Fiabilité Accès confinement Reference manual BEVI risk assessment
Type de sources
de données
Perte de
Fiabilité
Accès
confinement
Reference manual BEVI risk
assessment
Générique
X
http://www.rivm.nl/milieuportaal/images/Reference-Manual-
Bevi-Risk-Assessments-version-3-2.pdf
Handbook for failure frequencies
Générique
X
http://www.lne.be/themas/veiligheidsrapportage/bestanden/b
estanden-richtlijnen/faalfrequenties/vr_hbff2009_english.pdf
DOROTE
Générique
X
X
/
CHARAD
Générique
X
/
Loss prevention in the process
industries
Brute/générique
X
X
Livre
ARAMIS
Brute/générique
X
X
http://mahb.jrc.it/index.php?id=416
DRA 34 – ope J – Intégration de la
dimension probabiliste dans les
analyses des risques - Partie 2:
Brute/générique
X
X
http://www.ineris. r/centredoc/dra34_operation_j_partie2.pd
f
f
données quantifiées
COVO
Brute/générique
X
X
/
OREDA
Brute
X
Livre
EIREDA
Brute/générique
X
Livre
Guideline PERD 1989
Générique
X
Livre
FRED 2
Générique
X
X
http://www.hse.gov.uk/landuseplanning/failure-rates.pdf
LAST FIRE
Brute
X
Livre
LOPA
Générique
X
X
Livre
Groupe de travail de l’ICSI
Générique
X
http://www.icsi-eu.org/download/ICSI-resume-FreqEv.pdf
Types de données utilisées dans les EDD (3/7) Les LOC (Loss Of Containment) ou fréquences

Types de données utilisées dans les EDD (3/7)

Les LOC (Loss Of Containment) ou fréquences de pertes de

confinement : utilisées pour quantifier les fréquences de fuites (exemple

fuites de capacités, canalisations

),

Les données de « fiabilité » sur des équipements ou sur des actions humaines utilisées principalement pour déterminer des niveaux de confiance ou des fréquences d ’événements initiateurs, (exemple :

défaillance d ’un équipement)

47/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Exemple de données (4/7) • Exemple de fréquences de perte de confinement: PURPLE BOOK ,

Exemple de données (4/7)

• Exemple de fréquences de perte de confinement:

PURPLE BOOK, canalisation d ’un diamètre < 75mm, fréquence de fuite de 10%:

• 5

10 -6

m -1

y -1 ,

• Exem le de donnée de fiabilité sur des é ui ements:

p

q

p

GUIDELINE PERD 1989, turbo-pompe, moyenne du nombre de défaillances pour 1000 demandes :

26.2

ICSI, Groupe de travail « fréquences des événements initiateurs d’accidents et disponibilité des barrières de protection et de prévention »: fréquence de la perte de la fonction agitation :

• de l’ordre de 1 à 10 -1 /an

48/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Limites des sources de données (5/7) Sources de données rares : Des données issues d’un

Limites des sources de données (5/7)

Sources de données rares : Des données issues d’un nombre d ’observations pas toujours statistiquement significatif

Nature des données rarement précisée : REX, Avis d’expert, Essais ?

Origine des données rarement identifiée : Type d’activité concerné? Configuration des sites étudiés? Age? Etat de l’art en terme de sécurité? Profil de maintenance?

Modes de défaillance pas toujours faciles à « décrypter »

En pratique des écarts sur certaines valeurs (facteur 1000 possible)

Fourniture de valeurs moyennes

Difficultés voire impossibilités de valider l’adéquation des valeurs au site

étudié - Difficulté du recalage de ces valeurs pour une meilleure adéquation au site étudié Indépendance des bases de données non assurée : la même source d’information peut alimenter diverses bases de données sans pour autant que cela soit mentionné

49/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Limites des sources de données (6/7) • Exemple Défaillance soupape Erreur de consigne ou erreur

Limites des sources de données (6/7)

Exemple

Défaillance

soupape

Erreur de consigne ou erreur humaine

Défaillance d'un jaugeur

en P ciel gazeux

en P ciel gazeux
en P ciel gazeux
en P ciel gazeux
Surremplissage
Surremplissage

Surremplissage

Ouverture soupape
Ouverture soupape

Ouverture

soupape

Niveau très haut RST

Niveau très haut RST

Donnée du Purple Book :

Fréquence de l’ERC « Libération au débit maximal permis par le dispositif de

montée en pression » : 2

10 -5 an -1

Absence d’information sur les causes prises en compte pour l’estimation de cette fréquence : Défaillances des soupapes ? Ouverture de soupape par sur remplissage ?

50/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Le choix d’une source de données - Principe (7/7) • Par ordre de préférence et

Le choix d’une source de données - Principe (7/7)

• Par ordre de préférence et selon la disponibilité des données:

1: Retour d’expérience du site étudié 2: Retour d’expérience du secteur d’activité 3: Données génériques

• Autres critères de décisions Age de la source de données, Dimension de l’échantillon utilisé pour fournir la donnée

51/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Exercice (suite) Vous reprenez le nœud papillon. Votre objectif est de quantifier ce nœud papillon
Exercice (suite) Vous reprenez le nœud papillon. Votre objectif est de quantifier ce nœud papillon

Exercice (suite)

Vous reprenez le nœud papillon. Votre objectif est de quantifier ce nœud papillon .

1 ère option : vous partez des EI - reprenez les fréquences des EI (cf. tableau APR) et proposez des NC.

2 ème option : vous partez de l’ERC – voir exercice (travail sur les bases de données).

52/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Objectif de la formation • Introduction et connaître les méthodes de quantification probabiliste. • Savoir

Objectif de la formation

• Introduction et connaître les méthodes de quantification probabiliste. • Savoir déterminer les données
• Introduction et connaître les méthodes de quantification probabiliste.
• Savoir déterminer les données d’entrée nécessaires à la
quantification d’un phénomène dangereux et d’un accident majeur.
• Être capable d'agréger l'ensemble de ces fréquences et probabilités
pour déterminer la probabilité d’occurrence d'un phénomène
dangereux et d'un accident majeur.
53/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Généralités (1/6) ETAPE 3 • Objectif de la

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste -

Généralités (1/6)

ETAPE 3
ETAPE 3

• Objectif de la quantification probabiliste : estimer la probabilité

d’occurrence d’un phénomène dangereux, d’un accident, période de temps donnée

• a p r ode de temps retenue est

L

é i

l’

é

ann e

sur une

• On cherche à estimer la Probabilité d’Occurrence Annuelle d’un phénomène dangereux, d’un accident,…

54/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Généralités (2/6) • POURQUOI LA PROBABILITE ? Compte

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Généralités (2/6)

• POURQUOI LA PROBABILITE ?

Compte tenu des connaissances, il n ’est pas possible de prédire de façon exacte l ’instant d ’occurrence du phénomène étudié absence de loi déterministe

L ’occurrence de l ’événement est alors traitée de façon aléatoire

La probabilité est le résultat d’un raisonnement dans lequel on évalue le nombre de chances d ’obtenir la réalisation de l ’événement

55/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Généralités (3/6) • ! Confusion entre les notions

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Généralités (3/6)

! Confusion entre les notions de fréquence et de probabilité

Probabilité d’occurrence d’un événement = modélisation de notre connaissance du processus d’occurrence de l’événement étudié.

Fréquence d’occurrence de l’événement : un paramètre qui traduit notre connaissance du processus d’occurrence de l’événement étudié (utilisation de données de retour d’expérience, d’avis d’expert).

Fréquence = données d’entrée à la quantification probabiliste au même titre que les probabilités de défaillance des barrières de sécurité et que les probabilités d’inflammation.

56/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Généralités (4/6) • ! Confusion entre les notions

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Généralités (4/6)

! Confusion entre les notions de fréquence et de probabilité

Probabilité :

• Plage de variation : entre 0 et 1

• Unité : donnée adimensionnelle

• Donnée inobservée

Fréquence :

Echelle de

E

 

D

 

C

B

 

A

probabilité

     

Quantitative (par unité et par an)

         
 

10

-5

 

10

-4

 

10

-3

 

10

-2

 
         

• Donnée observée de comptage ou attribuée par avis d’expert - Plage de variation : entre 0 et +infini

• Unité : en temps -1 , en opération -1 , selon la caractéristique étudiée

F-2

10 +1 /an < Fréquence < 10 +2 /an.

10 à 100 fois/an

F-1

1/an < Fréquence < 10 +1 /an.

1 à 10 fois/an

F0

10 -1 /an < Fréquence < 1/an.

1 fois tous les 1 à 10 ans

F1

10 -2 /an < Fréquence < 10 -1 /an.

1 fois tous les 10 à 100 ans

F2

10 -3 /an < Fréquence < 10 -2 /an.

1 fois tous les 100 à 1000 ans

Fx

10 -(x+1) /an < Fréquence < 10 -x /an.

 

57/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Généralités (5/6) • Passage de la notion de

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Généralités (5/6)

Passage de la notion de fréquence à la notion de probabilité :

Utilisation d’un modèle pour prédire le processus d’occurrence de l’événement étudié

t

Occurrence Evénement étudié

• Temps entre deux occurrences = Modèle exponentiel. La probabilité d’occurrence instantanée de l’événement est constante (indépendante du temps)

• Probabilité d’occurrence annuelle de l’événement (POA)

= 1-exp( - f

1)

Période d’observation, ici : 1 an

f : Fréquence en an -1

d’observation, ici : 1 an f : Fréquence en an - 1 58/84 © Ce document

58/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Généralités (6/6) • Soit un EI dont la

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Généralités (6/6)

Soit un EI dont la fréquence d’occurrence est 50 fois par an. La classe de fréquence de cet EI est donc F-2 : Sa fréquence est comprise entre 10 1 par an et 10 2 par an.

La probabilité d’occurrence de l’EI par an s’écrit :

Probabilité d’occurrence annuelle de l’EI = 1-exp(-50 1)=1

Comparaison entre fréquence et probabilité 1.2 1 0.8 0.6 0.4 0.2 0 0 2 4
Comparaison entre fréquence et probabilité
1.2
1
0.8
0.6
0.4
0.2
0
0
2
4
6
8
10
Fréquence par an
Probabilité d'occurrence
annuelle

Comparaison entre fréquence et probabilité

6 5 4 3 2 1 0 -3 -2 -1 0 1 2 3 4
6
5
4
3
2
1
0
-3
-2
-1
0
1
2
3
4
5
6
Classe de probabilit

Classe de fréquence

59/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

PPPP

ffff pourpourpourpour

ffff faiblefaiblefaiblefaible

(<0.1(<0.1(<0.1(<0.1 anananan --1--111 ))))

ffff faiblefaiblefaiblefaible (<0.1(<0.1(<0.1(<0.1 anananan - - 1 - - 1 1 1 ))))
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste EI   Ei EI EI EI EI   Ei

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste

EI

 

Ei

EI

EI

EI

EI

 

Ei

EI

EI : Événement initiateur Ei : Événement intermédiaire

ERC PhD 1 PhD 2
ERC
PhD 1
PhD 2

ES

60/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE OU (1/2) Travail sur des fréquences

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE OU (1/2)

Travail sur des fréquences et non des classes

f

porteOU

=

n

i = 1

f

i

fi sont les fréquences annuelles des EI n EI sont en amont de la porte OU

P (PorteOU) =1 exp( f

porteOU

1)

P porteOU

n

1

i

=

f

i

f

porteOU

1

si

f

porteOU

1 < 0.1an

-1

10101010 --2--222 anananan --1--111

10101010 --3--333 anananan --1--111

EI

EI

Ei

f

Porte OU

(

P Ei

)

=

10

2

an

f

Porte OU

61/84

1

1

+

10

10

3

an

2

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

1

=

10

2

an

1

la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE OU (2/2) • Travail sur des

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE OU (2/2)

• Travail sur des classes : Problématique d’agrégation au niveau de l’ERC

• Origine de la problématique Utilisation d’une approche semi- quantitative : Travail sur des classes et non sur des valeurs

• Cas simple :

F2F2F2F2

F3F3F3F3

EI1

EI2

Ei

Classe fréquence (Ei) = min (Classe fréquence (EI1), Classe fréquence (EI2))

Classe 2 OU Classe 3 --> Classe 2

62/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Cas d’une barrière s’appliquant à un EI EI

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - Cas d’une barrière s’appliquant à un EI

EI

EI
EI Ei
EI Ei
EI Ei
EI Ei
EI Ei

Ei

• Donnée d’entrée de l’événement initiateur : Fréquence d’occurrence annuelle ou classe de fréquence

• Donnée d’entrée de la barrière : Probabilité de défaillance à la sollicitation ou Niveau de confiance NC

• Si travail sur des valeurs :

=

10 NC

• Si travail sur des classes :

des valeurs : = 10 NC • Si travail sur des classes : P ( Ei

P (

Ei

)

=

1

exp(

f

EI

f

Ei

si

1)

f

EI

<

0.1

1

an

Classe de fréquence de Ei = Classe de fréquence de EI + NC

63/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE ET entre les EI (1/4) •

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE ET entre les EI (1/4)

• Portes les plus difficiles à traiter (Portes rares)

f A

EIA

Porte ET traduit la simultanéité des 2 événements

f

B

EIA

????

ProblèmeProblèmeProblèmeProblème d’unitéd’unitéd’unitéd’unité ::::

f A

f

B

• Traitement erroné

EIA

EIB

f A * f B

:::: f A f B • Traitement erroné EIA EIB f A * f B fA
:::: f A f B • Traitement erroné EIA EIB f A * f B fA

fA en an -1 fB en an -1 fA*fB : an -2 ???

fA en an - 1 fB en an - 1 fA*fB : an - 2 ???

P(EI A ET EI B)

P(occurrence simultanée)

ππππ

P (EI A) * P (EI B)

P(occurrence la même année)

π P ( EI A ) * P ( EI B ) P(occurrence la même année)

64/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE ET entre les EI (2/4) •

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE ET entre les EI (2/4)

• P (EI1 ET EI2) simultanés

<<

P (EI1) * P (EI2) = P occurrence la même année

• Travail sur des valeurs : si on alors on est très majorant.

p rend P(EI1 ET EI2) = P(EI1) * P(EI2)

• Travail sur des classes : si on prend classe P(EI1 ET EI2) = classe P (EI1) + classe P (EI2) on est majorant.

65/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE ET entre les EI (3/4) f

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE ET entre les EI (3/4)

f A

f

B

EIA

EIB

Ei

????

• 2ème cas : Cas de deux événements de durée non négligeable

EI A EI B
EI A
EI B

t

t

Évènements temporels qui se caractérisent souvent par une succession de phases où EI est présent et d’autres où EI non présent. Traitement complexe de la porte ET

66/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE ET entre les EI (4/4) •

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE ET entre les EI (4/4)

• Exemple : probabilité pour que deux réacteurs A et B (identiques) soient simultanément en phase critique de réaction

Si F est la fréquence annuelle de passage en phase critique d’un réacteur

F

F

A

F

B

(D

A

+

D

B

)

où D A et D B sont les durées de temps à l’année des phases critiques.

• Généralisation à plusieurs EI : Traitement complexe de la porte ET

67/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
La porte ET • ExempleExempleExempleExemple d’uned’uned’uned’une vraievraievraievraie porteporteporteporte

La porte ET

• ExempleExempleExempleExemple d’uned’uned’uned’une vraievraievraievraie porteporteporteporte ETETETET ::::

RéservoirRéservoirRéservoirRéservoir dededede récupérationrécupérationrécupérationrécupération

SoupapeSoupapeSoupapeSoupape dudududu réacteurréacteurréacteurréacteur AAAA

SoupapeSoupapeSoupapeSoupape dudududu réacteurréacteurréacteurréacteur BBBB

FFFF AAAA ==== fréquencefréquencefréquencefréquence d’ouvertured’ouvertured’ouvertured’ouverture //// anananan DDDD AAAA ==== duréeduréeduréedurée d’ouvertured’ouvertured’ouvertured’ouverture

OuvertureOuvertureOuvertureOuverture dededede lalalala soupapesoupapesoupapesoupape AAAA

FFFF BBBB ==== fréquencefréquencefréquencefréquence d’ouvertured’ouvertured’ouvertured’ouverture //// anananan DDDD BBBB ==== duréeduréeduréedurée d’ouvertured’ouvertured’ouvertured’ouverture

OuvertureOuvertureOuvertureOuverture dededede lalalala soupapesoupapesoupapesoupape BBBB

FFFF ==== FFFF AAAA **** FFFF BBBB (D(D(D(D AAAA ++++ DDDD BBBB ))))

EclatementEclatementEclatementEclatement dudududu réservoirréservoirréservoirréservoir

68/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE ET entre un ERC et un

Règles d’agrégation pour la quantification probabiliste - LA PORTE ET entre un ERC et un ES (1/1)

f

p

ERC

ES

PHD

????

Donnée d’entrée de l’événement secondaire : Probabilité

f

PHD

= f

ERC

P(

)

PHD

=

1

p

ES

exp(

f

PHD

1)

=1-exp(-

f

ERC

f

ERC

p

ES

si

p

69/84

ES

1)

f

ERC

p

ES

<

0.1

an

1

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Synthèse des règles d’agrégation f1f1f1f1 f2f2f2f2 f3f3f3f3 f4f4f4f4 f5f5f5f5 f6f6f6f6 EI EI EI

Synthèse des règles d’agrégation

f1f1f1f1

f2f2f2f2

f3f3f3f3

f4f4f4f4

f5f5f5f5

f6f6f6f6

EI

EI

EI

EI

EI

EI

f

Ei =

Ei

f

1

Ei

f

Ei

+

f

2

0

f

ERC =

f

1

+

f

2

+

f

3

+

f

4

ERC

   

PhD 1

   
 
 

P

PhD

1

=

f

PhD

1

s

   

PhD 2

 
 

P

PhD

2

=

f

PhD

2

s

ES

f

i

i

f

ERC

(1- p

ES

-1

PhD

1

=

f

PhD 1

f

PhD

2

< 0.1 an

p

ES

= f

ERC

f

PhD 2

< 0.1 an

-1

)

pppp ESESESES

70/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Exercices - Exercice n° 3 - Finalisation du NP « rupture guillotine du bras de

Exercices

- Exercice n° 3

Exercices - Exercice n° 3 - Finalisation du NP « rupture guillotine du bras de déchargement
Exercices - Exercice n° 3 - Finalisation du NP « rupture guillotine du bras de déchargement
Exercices - Exercice n° 3 - Finalisation du NP « rupture guillotine du bras de déchargement
Exercices - Exercice n° 3 - Finalisation du NP « rupture guillotine du bras de déchargement
Exercices - Exercice n° 3 - Finalisation du NP « rupture guillotine du bras de déchargement
Exercices - Exercice n° 3 - Finalisation du NP « rupture guillotine du bras de déchargement

- Finalisation du NP « rupture guillotine du bras de

déchargement camion » : Quantifier le nœud papillon

71/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Merci de votre attention 72/84 © Ce document est la propriété de l ’INERIS formation.

Merci de votre attention

72/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Glossaire (1/1) Accident : Evènement non désiré […] résultant de développements incontrôlés […] qui entraîne

Glossaire (1/1)

Accident :

Evènement non désiré […] résultant de développements incontrôlés […] qui entraîne des conséquences / dommages […]. C ’est la réalisation d’un PHD, combinée à la présence de cibles vulnérables exposées aux effets de ce PH Barrière technique ayant pour objectif de remplir une fonction de sécurité sans apport d'énergie extérieure ni mise en œuvre de système mécanique (murs coupe feu, cuvette de rétention,…). Barrière technique ayant pour objectif de remplir une fonction de sécurité sans apport d'énergie extérieure avec mise en œuvre de système mécanique (soupape, clapet anti-retour,…). Barrière technique composée d'une combinaison de capteurs, d'unités de traitement et d'actionneurs Barrière constituée d'éléments techniques et organisationnels. Mesures qui ont pour vocation à prévenir un enchaînement non maîtrisé d’évènements. Elles permettent de vérifier de façon systématique que les conditions de sécurité sont effectives avant de commencer une activité à risques. Mesures qui prennent place au cours ou en aval de l ’activité ou du procédé susceptible de présenter de risques d’accident majeur et dont la fonction sera de détecter une dérive et de revenir dans une plage de fonctionnement en sécurité et/ou d ’agir en vue de limiter les effets du PH. Dispositif ou logiciel servant à surveiller un événement particulier et agissant (par exemple donnant l'alarme) en cas de dysfonctionnement.

Dispositif passif :

Dispositif actif :

Système Instrumenté de Sécurité :

Système à Action Manuelle de Sécurité :

Mesures de pré-dérive :

Mesures de rattrapage :

Watch Dog (Chien de garde)

: Mesures de rattrapage : Watch Dog (Chien de garde) 73/84 © Ce document est la

73/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Références • Rapport INERIS n°46036 27/03/2006 - Programme EAT-D RA 34 - Opération j -

Références

• Rapport INERIS n°46036 27/03/2006 - Programme EAT-D RA 34 - Opération j - Intégration de la dimension probabiliste dans l ’analyse de risque - Partie 2 : Données quantifiées

• Rapport INERIS n°46036 -02996A 20/12/2006 - Program me EAT-DRA 34 - Opération j - Intégration de la dimension probabiliste dans l ’analyse de risque - Méthode de quantification probabiliste dans l ’analyse de risques

• Rapport INERIS Ώ9 - Etude de dangers d'une installation classée- 2006

• Rapport INERIS Ώ10 - Evaluation des dispositifs de prévention et de protection utilisés pour réduire les risques d'accidents majeurs : Evaluation des Barrières Techniques de Sécurité - 2005

• Rapport INERIS Ώ20 - Démarche d’évaluation des Barrières Humaines de Sécurité - 2006

• Base de données relative aux barrières techniques de sécurité : BADORIS [http://badoris.ineris.fr]

• Fiche n°7 - EDD : Mesures de maîtrise des risques f ondées sur une intervention humaine - MEDD, 28/12/06

• Fiche n°8 - EDD : Traitement spécifique de certains événements initiateurs - MEDD, 28/12/06

74/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Quelques rappels sur le nœud papillon (1) Approche de type arborescente, largement utilisée (approche probabiliste

Quelques rappels sur le nœud papillon (1)

Approche de type arborescente, largement utilisée (approche probabiliste ou déterministe de la gestion des risques)

Combinaison

d’un

arbre

des

défaillances

et

d’un

arbre

d’évènements

Permet de décrire complètement les scénarios d’accident autour d’un même évènement redouté central

Permet de positionner les barrières de sécurité et favorise leur valorisation

75/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
SCENARIO Événement Redouté EIn 1 EFF ET EI Central Ph D EIn 2 EFF OU
SCENARIO
Événement Redouté
EIn 1
EFF
ET
EI
Central
Ph D
EIn 2
EFF
OU
EI
ERS
Phénomènes Dangereux
Évènement Initiateur
Ein 3
Ph D
ERC
Évènement Indésirable
OU
EIn 4
EFF
EI
EI
OU
ERS
Ph D
EFF
EC 5
Évènement Courant
Protection
Prévention
Effets
Arbre d’événements
Barrières de sécurité
Arbre de
défaillances
76/84
© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009
SCENARIO Véhicules Protection des racks Ein 1 Incendie EFF ET EI Ph D Inflammation rapide
SCENARIO
Véhicules
Protection des racks
Ein 1
Incendie
EFF
ET
EI
Ph D
Inflammation rapide
Ein 2
EFF
OU
EI
ERS
Chute d’une ligne
haute tension
Chocs sur canalisation
Moyens lutte incendie
Ph D
Ein 3
EI
OU
ERC
Foudre
Ein 4
Fuite
Explosion nuage
ET
EI
EC 5
EFF
OU
EI
ERS
Ph D
Ein 6
EFF
Erreurs opératoires
Inflammation retardée
OU
EI
EC7

Prévention

Arbre de défaillances

Protection

Arbre d’événements

Barrières de sécurité

Protection Arbre d’événements Barrières de sécurité 77/84 © Ce document est la propriété de l ’INERIS

77/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

Objectif de l’exercice • Mise en application des principes d’agrégation probabiliste 78/84 © Ce document

Objectif de l’exercice

Objectif de l’exercice • Mise en application des principes d’agrégation probabiliste 78/84 © Ce document est
Objectif de l’exercice • Mise en application des principes d’agrégation probabiliste 78/84 © Ce document est
Objectif de l’exercice • Mise en application des principes d’agrégation probabiliste 78/84 © Ce document est
Objectif de l’exercice • Mise en application des principes d’agrégation probabiliste 78/84 © Ce document est
Objectif de l’exercice • Mise en application des principes d’agrégation probabiliste 78/84 © Ce document est
Objectif de l’exercice • Mise en application des principes d’agrégation probabiliste 78/84 © Ce document est

• Mise en application des principes d’agrégation probabiliste

78/84

© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009

document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité
Quantification d ’un nœud papillon avec barrières (1/1) TSH sur Détection 10101010 --3--333 /an/an/an/an eau
Quantification d ’un nœud papillon avec barrières (1/1)
TSH sur
Détection
10101010 --3--333 /an/an/an/an
eau =>
incendie
arrêt
=>
Soupapes
introd.
F3F3F3F3
sprinkler
évacuant
Dimensionnement
quelque soit la cause ?
réactifs
Trop
à l’atm
F1F1F1F1
Feu sous
NCNCNCNC 1111
NCNCNCNC 1111
en
réactif A
capacité
hauteur
NCNCNCNC 2222
10101010 --5--555 /an/an/an/an
Perte
F1F1F1F1
refroidisst
Embalt
Montée en
Ruine
Nuage
réaction
pression
réacteur
toxique
E
rreur
F2F2F2F2
réactif B
F3F3F3F3
Explosion
NCNCNCNC 1111
Trop
Défaut
[trop[trop[trop[trop cata=0]cata=0]cata=0]cata=0]
F0F0F0F0
catalyseur
régul. T
10101010 --6--666 /an/an/an/an
PSH =>
Source
NCNCNCNC 3333
mise en
(2+1)(2+1)(2+1)(2+1)
sécurité
d'inflammation
NCNCNCNC 2222
réacteur*
Chef de
p=0.1p=0.1p=0.1p=0.1
[err[err[err[err réaréaréaréa BBBB ==== 0]0]0]0]
quart
contrôle
Suivi P et
T =>
injection
inhibiteur
Dimensionnement
quelque soit la cause ?
FréquenceFréquenceFréquenceFréquence
la
annuelleannuelleannuelleannuelle desdesdesdes
quantité
Dimensionnement
quelque soit la cause ?
* : sprinklage, arrêt introduction réactifs, refroidissement max
EiEiEiEi
+ analyse
labo
79/84
© Ce document est la propriété de l ’INERIS formation. Il ne peut pas être reproduit ou exploité sans son accord - 2009