Vous êtes sur la page 1sur 5

 Veille    

Collaboratif  L'intelligence collective


au service de la veille

“L’intelligence collective” . Le phénomène est en marche.


Elements de réflexion avec Christian Langevin
et Ludovic Bour du groupe de travail IE du GFII

Christophe Marnat, Animateur du groupe de travail Méthodes et outils Un peu d’histoire


du GFII Intelligence Economique et économie de la pour le déploiement de
connaissance, Directeur du Développement d'AMI Depuis l’avènement des démarches de
Software. démarches d’intelligence veille et d’intelligence économique au
collective autour de la veille début des années 1990, celles-ci ont
Dans le cadre de ses missions de suivi et d’étude des surtout été l’apanage d’équipes
pratiques et des usages liés à l’intelligence économique
spécialisées au sein des entreprises, à
et à la veille, le GFII a été amené à s’intéresser à un
phénomène émergent qu’était celui de « Intelligence
Qu’est ce que l’intelligence collective ? savoir cellules de veille, centres de
collective ». Ce concept sur lequel nous allons revenir Plusieurs définitions existent concernant documentation, directions de la
dans cet article s’avère d’autant plus important qu’il l’intelligence collective. Une d’entre elles stratégie, individus ou micro-équipes
marque l’appropriation par l’ensemble des métiers des émanant d’un sociologue spécialisé au sein de directions opérationnelles
notions d’intelligence économique et de veille sur son dans l’impact des nouvelles technolo- ou fonctionnelles, « Monsieur
environnement.L’information se veut en effet de plus gies nous a semblé appropriée : Intelligence Economique », etc.
en plus transverse, elle tend à être mieux partagée et la « L’intelligence collective consiste à
mutualisation des connaissances et des expertises mobiliser au mieux et à mettre en Ces équipes fonctionnaient générale-
commence à être vue comme étant créatrice de valeur.
synergie les compétences des individus » ment de façon assez cloisonnée au sein
C’est en partant de ces postulats que le groupe de travail
(P. Lévy ; http://fr.wikipedia.org/wiki/ des entreprises et elles sous-estimaient
Intelligence Economique et Economie de la connais- Pierre_L%C3%A9vy) et/ou méconnaissaient les aspects
sance du GFII a organisé une demi-journée de liés à la diffusion des résultats de la
travail le 27 novembre 2007 dont le titre était : En effet l’intelligence collective est veille et au partage des informations
« Quels processus collaboratifs pour une démarche une intelligence partout distribuée, issues des démarches d’intelligence
de veille et d'intelligence économique ? Retours sans cesse valorisée, coordonnée en économique.
d'expériences ». Les présentations sont en ligne sur temps réel et qui aboutit à une
le site du GFII (www.gfii.asso.fr). mobilisation effective des compétences Emergence du collaboratif
individuelles au service d’un projet
Les deux articles présentés ci-après reprennent quant
à eux des éléments de réflexion sur les méthodes et
commun. Lors de la première génération de
outils pour le déploiement de démarches d’intelligence dispositifs de veille, on a souvent
collective autour de la veille qui avaient été présentés observé au sein des entreprises la
par deux membres du groupe de travail : Christian
Langevin, Directeur des Opérations, Qwam Content
Intelligence et Ludovic Bour, Responsable du
Département IE & Innovation, ACFCI.
R.IE # 25 • Avril/Mai/Juin 20082  47 
 Veille     L'intelligence collective et la veille
à i-expo
faible diffusion et appropriation des typologies d’utilisateurs (veilleurs, Une date à retenir sur le sujet : i-expo – le salon de
informations issues de la veille : le experts techniques ou métier, utilisa- l’information numérique, de la veille et de l'intelligence
retour sur investissement de ces teurs finaux, directions opérationnelles, économique les 28 et 29 mai prochain sur le thème
dispositifs était selon les directions etc.) et donc leur collaboration au Stratégies d'information et intelligence collective - la
générales clairement insuffisant. sein d’une démarche plus globale. révolution numérique 2.0.
Deux conférences plénières en accès libre, s'intéresseront
Or, on observe depuis 2005-2006 On synthétise dans le schéma fonc- à:
une multiplication des démarches tionnel ci-après le processus de veille - L'individu, l'entreprise et les réseaux de connaissance
collaboratives au sein des organisations tel qu’il est généralement admis. - Comment les réseaux construisent l'intelligence
sous l’effet de plusieurs facteurs : collective des territoires
— la généralisation des technologies
web et des outils d’information dans
Intégration au cycle de Plusieurs ateliers s'intéresseront à l'intelligence collective
et la veille :
les entreprises (intranet et autres), l’information - Le management des communautés de pratique
— l’apparition de démarches collectives - Le processus collaboratif au service de la veille
sur le web (Wikipedia, etc.), En reprenant le schéma générique du - Quels outils, des plus traditionnels aux plus novateurs,
— la plus grande réactivité nécessaire cycle de l’information, nous avons utiliser au service d'une démarche KM ?
pour la bonne marche des entreprises, - Veille image et analyse de la résonance médiatique :
indiqué par un pictogramme (repré-
la généralisation de la concurrence et retours d'expériences
sentant un groupe de personnes), les
la mondialisation. principales étapes au sein desquelles Plus d'information sur : www.i-expo.net
les processus collaboratifs et les
Cette demande pour une approche contributions d’utilisateurs multiples
collaborative se retrouve bien sûr apparaissent. — au niveau de la surveillance et de la
dans le cadre des activités de veille et collecte d’informations
d’intelligence économique. Comme exemples de processus • les remontées terrain et la collecte
Enfin sous l’effet des demandes et collaboratifs, on peut citer : d’informations informelles ou très
besoins d’informations des collabora- — au niveau du sourcing : spécialisées relèvent d’un processus
teurs des organisations, les dispositifs • la contribution collective des collaboratif ; il permet d’enrichir le
de veille et d’intelligence prennent de utilisateurs permet d’enrichir les axes dispositif de veille et d’impliquer les
l’ampleur en terme de nombre de veille par des contributeurs ayant collaborateurs concernés
d’utilisateurs actifs au sein des des connaissances de sources moins • les informations collectées via les
organisations et se doivent donc connues mais adaptées à des besoins automates de collecte des solutions
d’intégrer les usages de plusieurs très spécifiques logicielles peuvent faire l’objet d’un
processus collaboratif de validation
collective de l’information par des
spécialistes ou experts

_ au niveau du traitement de
l’information, les processus collaboratifs
peuvent s’appliquer à :
• l’analyse des contenus issus de la
veille par l’intervention d’experts et
spécialistes métier qui peuvent qualifier
et annoter les contenus par rapport
Source : Christian Langevin, Qwam Content Intelligence

aux problématiques de l’entreprise


• la mise en perspective et la validation
des contenus par les utilisateurs concer-
nés afin d’aboutir à la production de
connaissances et d’informations à
valeur ajoutée utiles aux décideurs

— au niveau de la diffusion et du
partage de l’information, les proces-
Les processus collaboratifs au sein du cycle de l’information : schéma fonctionnel. sus collaboratifs permettent de :

 48  R.IE # 25 • Avril/Mai/Juin 2008


 Veille    

Une itération continue


et évolutive
Les processus collaboratifs sont
eux-mêmes des processus cognitifs de
production de connaissances. Les
Source : Christian Langevin, Qwam Content Intelligence

processus et les outils qui les


sous-tendent sont en permanente
évolution. On insistera sur le fait qu’il
n’y a pas de dichotomie entre les
processus et les outils et qu’il ne s’agit
pas de commencer par l’un ou par
l’autre comme on l’entend trop
souvent ; parmi les écueils à éviter on
rappellera que :
— définir ses processus sans avoir d’ou-
Exemple de solutions de veille intégrant des processus collaboratifs.
tils ne permettra pas de lesstructurer
— mettre en place des outils sans
avoir réfléchi aux processus n’aboutit
pas généralement à une performance
satisfaisante
Nous proposons le schéma suivant
qui représente le cycle d’évolutions
vertueux ainsi que les process
connexes associés.

L’émergence des processus collaboratifs


au sein des dispositifs et solutions de
veille est une tendance de fond. Les
organisations qui mettront en place
de tels dispositifs seront les mieux
armées dans l’ère de l’économie de la
connaissance pour tirer partie des
gisements d’information et des
opportunités d’innovation et de
développement.

Outils de veille et processus collaboratifs : une itération continue et évolutive  Christian Langevin
Directeur des Opérations, Qwam
• créer des produits d’information performance de chaque collaborateur, Content Intelligence, membre du groupe
à destination de populations contribue à une amélioration collective de travail du GFII
“Intelligence Economique et Economie
d’utilisateurs ciblés substantielle et donc à une bien
de la Connaissance”, intervenant à l’Ecole
• diffuser les contenus de façon meilleure performance globale. Les
Européenne d’Intelligence Economique
transversale au sein des communautés solutions de veille les plus évoluées
d’utilisateurs commencent à intégrer des fonctions
collaboratives. Une illustration est
Cette logique collaborative est un axe fournie ci-dessous avec un processus
majeur des solutions de veille et collaboratif concernant la validation
d’intelligence économique sachant et la diffusion d’informations scienti-
qu’à l’heure de l’économie de la fiques et techniques au sein d’une
connaissance, l’augmentation, même direction R&D.
minime, des connaissances et donc de la

R.IE # 25 • Avril/Mai/Juin 20082  49 


 Veille    

Optimiser le cycle de Faut-il voir dans cette rupture dans la éléments collectés, mais aussi dans
chaîne de fourniture des matières leur analyse, qu’il s’agisse a minima
l’information premières entrant dans la production d’une annotation, de commentaires et
en stimulant les pratiques de l’entreprise visée une logique de de notes plus élaborées, mais aussi
collaboratives déstabilisation ? Probablement. Mais d’un croisement des divers signaux
l’analyse des inputs dont disposait qui mis en commun produiront du
l’entreprise visée révèle que l’infor- sens.
Une entreprise du quart nord ouest mation était présente en son sein. Elle
développe des composants plastiques était dans l’entreprise, mais éclatée Alors, si le socle technologique est
pour la sous-traitance industrielle. sur une multitude d’acteurs dont les nécessaire, mais non suffisant, il
Les relations commerciales qu’elle commerciaux et vendeurs, qui de par convient de s’interroger sur les stimuli
entretient avec ses fournisseurs de la relation client qu’ils entretiennent qui vont favoriser dans l’entreprise
matières plastiques lui remontent des avec les donneurs d’ordre avaient – l’intermédiation et l’échange entre les
données sur l’évolution des cours par intuition – émis l’hypothèse de divers utilisateurs de l’information et
pour l’achat des matières premières. l’arrivée d’un nouvel entrant. l’impact du cycle de l’information sur
Le responsable achat en relation avec Cependant, le lien n’avait pas été fait les divers métiers dans l’entreprise.
les fournisseurs note sur une durée avec l’évolution sur le cours des
donnée des fluctuations « anormales » matières premières nécessaires au Ces stimuli sont d’autant plus
des prix ou tout du moins non justifiées processus de production. nécessaires que les nouvelles (web)
par la conjoncture du moment. applications émergentes répondent
L’information remonte jusqu’à la Des signaux identifiés de plus en plus à des principes
DG qui demande d’organiser une d’organisation dont l’objectif est de
surveillance sur ces fluctuations mais non partagés gérer à l’avenir davantage de flux que
constatées. Les prix étant orientés à la de stocks (d’information). Cette
baisse, le département achat ne juge Il est facile de constater a posteriori les nouvelle dynamique de l’information
pas prioritaire de formaliser cette dysfonctionnements qui ont conduit permet aux individus dans les organi-
surveillance. C’est une erreur qui va au scénario tel que décrit ci-dessus. On sations de développer des stratégies
s’avérer fatale pour l’entreprise en peut cependant, penser que nombre de collecte de données, de traitement
question. d’entreprises ont repensé leur mode et de diffusion de l’information. Il
d’organisation pour y injecter des devient donc déterminant pour
Explication : un nouvel entrant sur le pratiques collaboratives de gestion de l’entreprise d’organiser la stimulation
marché de l’entreprise visée a pour l’information. On voit dans le cas de collective de l’intelligence individuelle.
stratégie de pénétration de ce marché cette entreprise que la résolution
de développer une nouvelle norme individuelle du problème était vaine, Il convient donc dès lors de resituer la
qualité sur les matières produites. si tant est qu’il y ait eu perception du question des pratiques collaboratives
Cette norme – bien sûr – est supposée problème. Les signaux existaient dans en matière d’intelligence économique
donner un avantage concurrentiel l’entreprise, mais ils étaient stockés dans un contexte dynamique soumis
décisif à ce nouvel entrant qui seul sur une multitude de capteurs sans à l’évolution des métiers et des
dispose du savoir faire pour y répondre. que ceux-ci n’interagissent. publics qui manipulent (utilisent)
Cette stratégie est complétée par une l’information, à l’excroissance des
action auprès des principaux donneurs Le cas exposé révèle que l’entreprise données disponibles, au développement
d’ordre pour leur faire adopter la doit probablement se repenser dans d’outils et applications qui optimisent
norme en question. Lorsqu’un de ces ses modalités d’organisation, mais l’action des « travailleurs du savoir »
donneurs d’ordre adopte cette nouvelle aussi dans les outils qui permettront tout au long du cycle de l’information.
norme, la demande en matière plastique d’optimiser le partage et la gestion des
initiale diminue et donc le prix flux d’information et plus en amont Il ne s’agit pas – dans cette tribune -
d’achat de la matière première. C’est de capture et de collecte. Car pour d’ouvrir le champ des possibles qu’offre
ainsi que l’approvisionnement en reprendre le cycle de l’information, la les nouvelles applications réputées
matière première de l’entreprise s’est collaboration débute dans le choix sociales ou dans la mouvance du web
éteint sous l’action d’un nouvel des axes de surveillance, se poursuit 2.0. Mais force est de constater que du
entrant qui a « asséché » l’offre des dans la répartition de la collecte, dans fait des interactions qui se construisent
fournisseurs de l’entreprise. l’organisation et la catégorisation des entre les acteurs (permises par les

 50  R.IE # 25 • Avril/Mai/Juin 2008


 Veille    

nouvelles fonctionnalités qu’offrent d’annotation et de mots clés attachés stratégiques pour l’entreprise est déjà
ces outils) les consommateurs de puis rediffusés dans l’organisation présente à l’intérieur de l’entreprise et
l’information ont la capacité à deve- pour traitement sous forme de rapport qu’un cadre passe environ un tiers de
nir acteurs. D’un rôle de récepteur, ils d’étonnement, synthèse, relevé pour son temps à rechercher de l’informa-
deviennent émetteurs. Ce changement prise de décision, revue de presse. tion. La veille collaborative (bien qu’il
radical de paradigme qui se diffuse faille étendre la collaboration à
dans les entreprises et les organisations Favoriser les stimuli l’ensemble du cycle de l’information)
ne peut être ignoré. Il convient d’avoir vise ni plus ni moins à optimiser
aujourd’hui une approche attentive L’intérêt de ces « nouveaux outils » l’ensemble des tâches qui consiste à
pour ne pas dire attentionnée sur ces tient aussi à ce qu’ils distillent auprès gérer l’information pour au final,
tendances. On assiste – dans une des utilisateurs de nouveaux compor- apporter la bonne information au
certaine mesure - à une injection tements. On parlera de sérendipité ou bon moment au bon destinataire.
régulière et continue de fonctionnalités processus cognitif qui développe la Cette tendance au développement des
réputées « sociales » dans les appli- capacité à trouver quelque chose que pratiques collaboratives ne peut que
cations de recherche d’information et l’on ne cherche pas. On passe de la s’accentuer avec l’hypertrophie des
de catégorisation. Où l’on parle de consommation d’une information données disponibles et l’hétérogénéité
folksonomies comme processus escomptée à un contenu suggéré. des ces sources qui obligent les
d’indexation, de système de notation Les modèles de l’innovation sont travailleurs du savoir à s’organiser
pour qualifier la pertinence de certaines réactualisés. Il s’agit dès lors de stimuler davantage entre données structurées et
informations, de moteurs sociaux, de la créativité et révéler les idées et non structurées. Les outils deviennent
favoris partagés, etc. concepts novateurs dans les organisa- alors essentiels dans cette organisation
tions et les entreprises susceptibles de toute orientée vers le collaboratif.
La liste de ces applications dédiées à conférer un avantage compétitif. Reste à définir pour les organisations
l’optimisation du cycle de l’information les modalités de la stimulation des
s’allonge quotidiennement ; il serait En tout état de cause, nous sommes à pratiques collaboratives en leur sein.
vain de vouloir la dresser. On ne une étape charnière des modalités
retiendra qu’à titre illustratif pour d’accès à la connaissance. On assiste à Dans ce contexte de mutation, le GFII
envisager cette convergence entre les une inversion du modèle d’innovation (Groupement Français de l’Industrie
pratiques collaboratives dans le dans le secteur de l’information de l’Information) au sein de ses groupes
traitement de l’information et professionnelle : un avant où l’initiative de travail, mène des réflexions pour
l’environnement des outils réputés des évolutions technologiques était le éclairer les divers acteurs du secteur de
web 2.0 : fait de groupes industriels et de groupes l’information numérique (utilisateurs,
de presse en particulier ; un demain prestataires, fournisseurs de contenus
1) le projet OpenCalais qui permet dans lequel on assiste à l’émergence et de solutions).
d’appliquer à un texte donné des d’un modèle où les applications
métadonnées catégorisées automati- grand public innervent le secteur de
quement. Cette plateforme d’indexation l’information professionnelle. C’est une  Ludovic Bour
automatique est développée sur l’outil logique de production collaborative qui Responsable du Département Intelligence
d’analyse sémantique ClearForest. se diffuse chez les éditeurs et diffuseurs Economique & Innovation, Assemblée
L’initiative est menée par Reuters : de contenus à partir d’outils grand des Chambres Françaises de Commerce
et d’Industrie, membre du groupe de
acteur majeur s’il en est dans le public tels les weblogs, les wikis, soit
travail du GFII “ Intelligence
domaine de la production de contenu un ensemble d’espaces collaboratifs Economique et Economie de la
à usage professionnel. Un indice qui qui favorisent l’échange et la production Connaissance”, administrateur du GFII
laisse apprécier la convergence en cours de connaissance. Les entreprises sont
entre les producteurs de contenus et les aujourd’hui confrontées au risque de
fournisseurs de solutions de recherche voir les collaborateurs utiliser leurs
propres outils dont l’efficacité peut
2) XWiki Watch qui permet d’organiser dépasser celle que propose le système
une veille collaborative sur la base de d’information de l’entreprise et dont
flux RSS. Les flux ainsi surveillés au la gratuité renforce l’adoption.
niveau d’une communauté dans l’entre- En conclusion, il est opportun de rap-
prise sont enrichis de commentaires, peler que la plupart des informations

R.IE # 25 • Avril/Mai/Juin 20082  51