Vous êtes sur la page 1sur 28
Match gala Le Buteur-Madjer-Unesco J-1 Les stars débarquent Fernando Couto : «Quand Madjer m’a sollicité,
Match gala Le Buteur-Madjer-Unesco J-1
Les stars débarquent
Fernando Couto : «Quand Madjer m’a
sollicité, j’ai immédiatement accepté»
Karembeu : «Je ne pouvais pas
dire non pour une cause juste»
DIMANCHE 22 AVRIL 2012
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 1902 PRIX 20 DA
MCA
Ghrib écorche
Loungar
«Si je l’attends,
les joueurs vont
crever de faim»
«Il n’a pas le droit de parler
au nom du Mouloudia»
JSK
CRB
La grève
HendouHendouHendouHendouconvoitéconvoitéconvoitéconvoité HendouHendou convoitéconvoité
évitée
de
justesse
Driouèche défend Hannachi
«Lorsque j’ai reçu une offre
du Golfe, il ne s’est pas
opposé à mon départ»
USMH
USMA
Grave accusation de Laïb
On parle
de Geiger
«Raouraoua
a ordonné
à Benouza
d’éliminer
El Harrach»
De notre envoyé spécial en Angleterre
Guedioura se confie au Buteur
«J’aimerais bien voir des cassettes des matchs de mon père»
●●«J’ai fêté la qualification de
l’Algérie pour le Mondial chez
moi, à Charleroi !»
●●«Je n’oublierai jamais
la finale de l’USMA
contre Mecheria»

Corrigé aziz

t

C

o

u

o

o

d

n

a

n

r

e

F

MATCH GALA SOUS L’ÉGIDE DE L’UNESCO Tous au 5-Juillet Aidons les enfants de l’Afrique le
MATCH
GALA
SOUS
L’ÉGIDE
DE
L’UNESCO
Tous au 5-Juillet
Aidons les enfants
de l’Afrique
le 23 avril !

Vitor Baia, Fernando Couto et Rui Barros

depuis hier à Alger Couto, Baia et Barros au salon d’honneur de l’aéroport d’Alger.
depuis hier à Alger
Couto, Baia et Barros au salon
d’honneur de l’aéroport d’Alger.

E prévision de

n

la rencontre de

charité prévue pour demain à 17h30, au stade

du 5-Juillet, organisée par Rabah Madjer, ambassa- deur de l’Unesco, en par- tenariat avec les deux journaux Le Buteur et El Heddaf, trois stars portu- gaises sont arrivées hier à Alger. Il s’agit de Vitor Baia, Fernando Couto et Rui Barros. Ces trois joueurs, qui ont évolué dans les plus grands championnats d’Europe et anciens internationaux, sont donc les premiers à atterrir à Alger, en atten- dant les autres. Attendus à 15h45, Vitor Baia, Fer- nando Couto et Rui Bar- ros sont arrivés à 16h20, soit avec 35 minutes de re- tard.

Le représentant du MJS les a accueillis avec des fleurs

En plus des représen- tants des deux journaux Le Buteur et d’El Heddaf, les trois anciens joueurs portugais ont été accueillis par un représentant du ministère de la Jeunesse et des Sports qui leur a offert des fleurs, en signe de bienvenue sur le sol algé- rien. Les trois hôtes de l’Algérie se sont montrés heureux de l’accueil qui leur a été réservé à l’aéro- port d’Alger.

Baia se débrouille bien dans la langue de Molière

Après leur avoir sou- haité la bienvenue, on a entamé une petite discus- sion avec nos hôtes, pour leur communiquer le pro- gramme qui les attend pendant leur séjour en Al- gérie entre autres. Grande fut notre surprise en dé- couvrant que l’ex-portier de la sélection portugaise se débrouille bien dans la langue de Molière, dire qu’il n’a pas joué dans le championnat français pendant toute sa carrière, contrairement à Rui Bar- ros qui a passé quatre ans

dans l’Hexagone, entre

Monaco et Marseille. In- terrogé à ce sujet, Vitor Baia nous dira : «J’ai appris le français à l’école.»

Madjer aux

nouvelles

L’ancien attaquant des Verts, Rabah Madjer, ac- tuellement ambassadeur de l’Unesco, nous a de- mandé de l’appeler et de l’assurer de l’arrivée des trois anciens joueurs por- tugais. Ce que nous avons fait, en lui passant même Vitor Baia au téléphone avec lequel il a discuté un bon moment.

«L’Algérie est en pleine progression»

La première vitrine d’un pays pour les étrangers est incontestablement l’aéro- port où ils descendent. En effet, dès leur arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediène, les trois Portugais ont déduit que l’Algérie a connu un certain progrès ces der- nières années. «D’après ce qu’on voit déjà à l’aéro- port, on sent une certaine avancée», nous ont-ils ras- surés», ce à quoi nous avons répliqué : «Oui, le pays est en voie de dévelop- pement et vous aurez l’oc- casion de le découvrir de vous-même pendant votre séjour ici en Algérie.»

«On a ramené le soleil du Portugal»

L’arrivée des trois an- ciens joueurs portugais a coïncidé avec l’améliora- tion des conditions clima- tiques dans la capitale. Nos trois interlocuteurs nous ont demandé quel temps il faisait ces der- niers jours à Alger. Nous leur avons appris qu’après certaines perturbations climatiques des derniers jours, le climat s’est amé- lioré et qu’il faisait meil- leur depuis hier. «Nous avons ramené le soleil avec nous du Portugal», plai- sentent-ils.

Les Portugais veulent découvrir Alger

En se rendant compte qu’ils avaient un après- midi libre à l’occasion de leur séjour en Algérie, les trois joueurs portugais ont émis le souhait de profiter de l’occasion pour décou- vrir d’autres aspects, no- tamment culturels et historiques d’Alger. «On ne veut pas que notre voyage se limite que dans un cadre professionnel, on aimerait bien découvrir autre chose dans votre pays», nous ont-il dit.

Ils ne voulaient pas rater le Clasico

Dans le programme d’hier, on a prévu des in-

terviews avec les trois an- ciens joueurs du Portugal. Ces derniers se sont ren- seignés sur le décalage ho- raire pour se fixer sur l’heure de la rencontre qui

a opposé, hier, le FC Bar-

celone au Real Madrid. Il n’était pas question pour les trois joueurs de rater le Clasico de la Liga espa- gnole. Les trois hommes

ont demandé d’avancer les interviews afin de leur permettre de suivre le match prévu à 19h, heure algérienne. En arrivant à leur hôtel, grande fut la

frustration de nos hôtes d’apprendre les chaînes de télévision devant retrans- mettre le match n’étaient pas disponibles dans

l’établissement hôtelier. C’est alors qu’on leur

a proposé d’aller

dans un restaurant

chez un particu- lier où ils pou- vaient suivre le Clasico. Ce qu’ils ont ac- cepté avec plai- sir. A noter que Vitor Baia (1996-1999) et

Fernando

Couto (1996- 1998) ont tous les deux évolué au sein du club cata- lan.

«Est-ce qu’on a changé ?»

Fernando Couto nous a

demandé, par ailleurs, s’il

a changé physiquement,

ainsi que ses deux compa- triotes. «Non, pas vrai-

ment, on vous a vite reconnus», leur a-t-on as- suré. Fernando Couto, qui avait une longue tignasse,

a les cheveux plus courts.

«Ce sera la sélection algérienne contre le reste du monde»

Les joueurs portugais se sont, par la suite, rensei- gnés sur la rencontre et la composition des deux équipes. «Comment allons- nous jouer ? Ce sera reste du monde contre l’Europe ou comment ?», nous a de- mandé l’un d’eux. «Non, ce sera la sélection de l’Algérie contre le reste du monde», leur a-t-on répondu. «Et

quelle est la moyenne d’âge de nos adversaires ?», a renchéri un deuxième. «Ce sont des anciens inter- nationaux, le plus jeune a pas moins de quarante ans», les a-t-on rassurés, puisqu’ils nous ont avoué qu’ils ne s’entraînaient pas régulièrement.

M. S.

Karembeu «Je ne peux pas dire non à Madjer»

Karembeu en compagnie de nos journalistes.
Karembeu en compagnie
de nos journalistes.

L’ ancien international français

Christian Karembeu est ar-

rivé, hier à Alger, à 17h30, en

provenance de Paris via la ca-

pitale polonaise Varsovie. L’ancien Madri- lène a participé à une opération de promotion pour la Coupe d’Europe 2012 qui se déroulera en Pologne et en Ukraine, afin de susciter déjà l’engouement du pu- blic pour cette manifestation européenne. Karembeu a donc effectué un long voyage juste pour répondre à la sollicitation de Madjer. Ce dernier lui a souhaité la bienve- nue au téléphone. «Je suis bien arrivé, je sais que vous êtes occupé, on se verra plus tard», lui a dit Karembeu au bout du fil. Le champion du monde de 1998 a été accueilli chaleureusement au salon d’hon- neur de l’aéroport Houari-Boumediène par des cadres du ministère de la Jeunesse et

des Sports et des représentants des deux journaux Le Buteur et El Heddaf. L’ancien joueur du Real Madrid ne pouvait pas s’empêcher de parler du Clasico d’hier entre le FC Barcelone et le Real. Karem- beu a pronostiqué un match nul, non sans souhaiter que son ancien club l’emporte.

«Je ne peux pas dire non à Madjer»

«Je suis très content d’être là sur cette belle initiative de Rabah Madjer qui a donné beaucoup pour les enfants algé- riens. Personnellement, je suis engagé pour la cause juste. C’est donc un geste naturel en faveur des enfants d’Algérie et d’Afrique.»

F. A-S.

Karembeu, sitôt arrivé, sitôt les premières photos souvenir
Karembeu, sitôt arrivé, sitôt les premières photos souvenir
Le trio portugais accueillis avec des fleurs
Le trio portugais accueillis avec des fleurs

Les billets d’entrée dans les agences Mobilis

Bonne nouvelle pour les amateurs de football désirant assister au match de gala or- ganisé par Rabah Madjer sous l’égide de l’Unesco, ils n’auront pas à se déplacer

jusqu’au stade du 5-Juillet pour acquérir le billet d’entrée pour cette rencontre. Grâce à Mobilis, c’est le billet qui viendra à eux ! En effet, l’opérateur de téléphonie a décidé de mettre à leur disposition le fameux sésame à travers ses 17 agences

commerciales de la wilaya d’Alger.

travers ses 17 agences commerciales de la wilaya d’Alger. «Quand Madjer m’a sollicité, j’ai répondu sans
«Quand Madjer m’a sollicité, j’ai répondu sans réfléchir» «J’avais une proposition pour entraîner en
«Quand
Madjer m’a
sollicité, j’ai répondu
sans réfléchir»
«J’avais une proposition pour entraîner en
Inde pour un mois et demi. J’étais très tenté du
fait que je voulais découvrir une autre culture,
mais ça ne s’est pas fait. Et comme à quelque
chose malheur est bon, Madjer m’a sollicité
entre temps, et j’ai répondu sans réfléchir.
C’est pour une cause noble et j’espère qu’on
réunira beaucoup d’argent pour les en-
fants de l’Afrique. Nous les hommes
publics devons mettre notre noto-
riété au service de telles initia-
tives.»
M. S.
Fernando Couto livre ses premières impressions au Rédacteur en chef du Buteur
Fernando Couto livre ses premières
impressions au Rédacteur en chef du Buteur
N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 De notre envoyé spécial à Nottingham (Angleterre) Farid Aït
N° 1902 Dimanche 22 avril 2012
De notre envoyé spécial
à Nottingham (Angleterre)
Farid Aït Saâda
Coup d’œil Entretien

03

Guedioura «J’aimerais

«Bizarrement, mon premier club, Taverny, était habillé en rouge et noir !»
«Bizarrement,
mon premier
club, Taverny,
était habillé en
rouge et
noir !»

Nottingham est une ville qui vous convient, à en croire vos performances avec votre club, puisque, aujourd’hui aussi, 14 avril 2012, vous avez été élu homme du match face à Blackpool. Qu’est-ce qui fait que vous vous êtes bien retrouvé à Nottingham Fo- rest ? Premièrement, le fait de jouer, ce qui est très impor- tant, parce que, quand on ne joue pas, on ne peut s’exprimer ni avoir le plaisir de jouer. Deuxièmement, que ce soit le staff technique, l’entraîneur, les joueurs et les supporters aussi, tout le monde a été très im- portant dans mon adaptation ici. Ils m’ont très vite adopté et m’ont vraiment aidé à m’adap- ter très rapidement. J’ai vrai- ment été vite accepté. Mes bonnes performances ont contribué aussi à ce que ça se passe bien. A vous voir jouer actuelle- ment, on ne peut s’empê- cher de se rappeler le début de l’année 2010 où, arrivé de Belgique, vous vous étiez rapidement imposé à Wol- verhampton, alignant les belles performances au

bien regarder

des cassettes

des matches de mon père»

Adlène Guedioura, un joueur qui ne communique pas souvent. Non pas par suffisance, encore moins
Adlène Guedioura, un joueur qui ne communique pas souvent. Non pas par suffisance, encore moins par
arrogance, mais c’est juste que c’est quelqu’un d’organisé et de réservé qui préfère la vérité du terrain à
celles qu’il pourrait débiter. En acceptant, finalement, de nous recevoir à Nottingham samedi passé, il
lève un coin de voile sur sa personnalité. Nous découvrons, alors, un homme attachant, très sensé, d’une
courtoisie extrême et, surtout, au sourire ineffaçable. Sous sa carapace de personnage inaccessible, se
cache un être qui sait ce qu’il fait et où il va et qui, surtout, ne s’enflamme pas et tient à raison garder
dans tout ce qu’il entreprend. Aujourd’hui, nous publions le long entretien qu’il nous a accordé au cours
d’une rencontre très conviviale, en attendant de vous faire découvrir, demain, des aspects méconnus,
voire même inconnus, du parcours atypique de l’international algérien de Nottingham Forest.
«Je n’oublierai jamais la finale de l’USMA contre Mecheria et le moment où le stade
«Je n’oublierai jamais la
finale de l’USMA contre
Mecheria et le moment où le
stade s’était
éteint»

vous au moment où vous avez appris votre sélection ? J’étais à Wolverhampton, une semaine avant la fin du championnat d’Angleterre. Ma famille était venue me voir jouer. Tout le monde était content, moi le premier. Les joueurs de Wolverhampton, l’entraîneur et tous les mem- bres du staff m’avaient félicité. C’était un bonheur immense. Vous l’avez appris par télé- phone, par un proche ou bien par quelqu’un de la Fé- dération algérienne de foot- ball ? Non, je l’ai su par le biais du site officiel de la FAF. On suppose qu’à cette époque, vous étiez un as-

sidu de ce site, dans l’espoir d’une convocation ! Oui, c’est vrai, dans le sens où c’est le moyen officiel d’avoir des informations. Même si d’autres journaux, que ce soit Le Buteur ou autre, ou des sites internet annon- cent une nouvelle, j’aime bien aller voir à la source et, géné- ralement, la FAF est une bonne source puisqu’elle ne donne que l’officiel. En lisant sur le site de la FAF que j’étais convoqué, ça m’a fait plaisir. Jouons le jeu de la franchise : est-ce que vous vous y at-

tendiez ? Oui et non. C’est bizarre, mais je ne m’y attendais pas forcément, car il y avait un groupe qui avait réussi à se qualifier de manière héroïque et qui avait fait quelque chose d’unique. C’est vraiment très beau ce qu’ils ont fait, que ce soit au niveau sportif en lui- même, parce que c’était un événement, mais aussi au ni- veau humain parce qu’ils sont allés se battre en Egypte, puis au Soudan. En tant qu’Algé- rien, j’étais leur premier sup-

porter et je les suivais tout le temps, même si je ne

faisais pas partie de l’aventure. Donc, je ne m’attendais pas forcé- ment à être pris pour le Mondial, mais je m’y attendais quand même un petit peu. Plus exactement, j’es-

pérais être pris car c’était plus une espé- rance. J’avais fait six bons mois à Wolverhampton qui était en Premier League, le meilleur championnat au monde. Il faut toujours espérer quand on joue dans le meil- leur championnat du monde. Avant d’aller en sélection, est-ce que vous aviez croisé des Algériens qui jouaient, à ce moment-là, en Premier League, à savoir Nadir Bel- hadj, Hassan Yebda et Kamel Ghilas ? J’ai croisé Ghilas lorsque nous avions joué contre Hull City. Nous avions échangé deux mots car, quand on est dans le match, ça passe vite. Nadir, je l’avais eu au télé- phone car nous nous connais- sions depuis le temps où nous étions ensemble à Sedan. Le jour où nous avions joué contre Portsmouth, Hassan et lui étaient tous deux blessés et se soignaient afin d’être prêts

pour la finale de la Cup à Wembley. Donc, je n’avais pas pu les voir lors de ce match. Première sélection pour vous et premier contact avec la sélection à Crans- Montana, avec une arrivée à l’aéroport de Genève où des centaines de supporters al- gériens vous attendaient, ainsi que vos coéquipiers. Qu’est-ce que ça vous avait fait ? Ça m’avait fait chaud au cœur. Là, on s’est vraiment rendu compte de l’impact qu’il

y avait à être sélectionné et re- présenter son pays. C’était vraiment une fierté. C’est dans ces moments-là qu’on se rend

compte qu’il va falloir se don- ner à fond pour l’Equipe na- tionale. C’était impressionnant

! Que ce soit en Suisse ou ail-

leurs, chaque jour à l’hôtel, il y avait 200 à 300 supporters chaque jour qui chantaient «1, 2, 3 ! Viva l’Algérie !» Ça tour- nait dans nos têtes à chaque moment, matin, midi et soir. C’était quelque chose de fan- tastique. Je pense qu’il n’y a aucune équipe, aucune nation au monde qui a des supporters comme ça. Je pense qu’il n’y a jamais eu ça dans l’histoire de la Coupe du monde.

Vous avez été supporter des Verts avant d’en être joueur. Est-ce que vous étiez des in- nombrables Algériens qui étaient sortis dans les rues des villes françaises pour fêter la qualification de l’Al- gérie au Mondial-2010 ?

A ce moment-là, je jouais à

Charleroi, en Belgique. Il y

avait une petite communauté algérienne, mais elle est sortie dans la rue pour fêter la quali- fication. Malheureusement, j’avais un match le lendemain

et

je ne pouvais pas me per-

mettre de sortir dehors très tard. En tout cas, je l’ai fêté

tout en étant chez moi. Je pense que mes voisins s’en

point de vous faire remarquer et d’être retenu pour la Coupe du monde. Peut-on dire que ce début d’année 2012 ressemble au début de l’année 2010 ? Non, c’est un peu différent. C’est vrai, on va dire que ça se passe bien pour moi actuelle- ment, mais, aujourd’hui, j’ai deux ans de plus, plus d’expé- rience et une meilleure connaissance de l’Angleterre. C’est aussi un autre club, donc c’est un peu différent aussi. Pourquoi entre ces deux pé- riodes, je n’ai pas pu exploser ou jouer à mon meilleur ni- veau ? C’est tout simplement parce que, durant l’année 2010, j’ai eu une très grave blessure qui m’a un peu coupé dans mon élan parce qu’il était prévu que je joue avec Wolver- hampton et faire une belle sai- son. La blessure était arrivée au début de la saison et elle a été longue à guérir. Mainte- nant, cela fait partie du passé. Aujourd’hui, il y a des choses qui ont évolué et l’expérience qui est arrivée, que ce soit avec la sélection nationale, Wolver- hampton ou Nottingham Fo- rest. C’est sûr que ça fait du bien de retrouver le plaisir de jouer et, surtout, d’enchaîner les matches et aligner les belles performances.

«J’ai fêté la qualification de l’Algérie chez moi, à Charleroi, et mes voisins s’en souviendront
«J’ai fêté la
qualification de
l’Algérie chez
moi, à Charleroi, et
mes voisins s’en
souviendront !»

C’est en jouant en Angle- terre que vous vous êtes fait

remar-

quer et que vous avez été sélectionné pour le Mon- dial. Où étiez-

«El hamdou li Allah, j’ai une bonne frappe du droit et j’essaye de l’utiliser à
«El
hamdou li
Allah, j’ai une
bonne frappe du
droit et j’essaye
de l’utiliser à
bon escient»

«La blessure

2010 m’avait

dans mon élan»

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup d’œil Entretien De notre envoyé spécial à Nottingham
N° 1902 Dimanche 22 avril 2012
Coup d’œil Entretien
De notre envoyé spécial
à Nottingham (Angleterre)
Farid Aït Saâda
de
coupé

curés énormément d’occasions de but. A aucun moment les Tanzaniens ne nous avaient

mis en danger, mis à part sur

le but qu’ils avaient inscrit sur

coup franc. Nous avions eu 15

à 20 occasions de marquer. Il y

a des jours comme ça où ça ne

rentre pas. Moi, j’ai tenté une frappe de loin et c’est rentré, mais le ballon a refusé d’entrer en seconde mi-temps.

Contre les Etats-Unis, vous aviez été incor-

«ancien» dans la sélection ou bien parce que les consignes du sélectionneur vous convenaient bien, ou

alors tout simplement, parce que les conditions de

jeu vous étaient favorables ?

Je vous remercie de dire que j’ai fait un bon match. Je dirai tout simplement que, physi- quement, je me sentais bien. Déjà, contre la République centrafricaine, j’avais fait une bonne prestation aussi. Le fait que je ne sois pas titularisé souvent a aussi contribué à mettre en exergue ma presta- tion en Gambie, où j’en étais à mon cinquième match seule- ment en tant que titulaire (Ir- lande du Sud, Gabon, Tanzanie à Blida, République centrafricaine à Alger et Gam- bie, ndlr). A chaque titularisa- tion, je faisais quelque chose :

passe décisive contre le Gabon, but contre la Tanzanie, but refusé face à la Gambie… Le coach nous donne des consignes et j’essaye de les ap- pliquer au mieux. Je me suis préparé comme il se doit men- talement et physiquement, d’abord au sein de mon club où j’avais enchaîné les matches. Cependant, je pense que c’est tout le groupe, que ce soit le coach ou les joueurs, qui avait vraiment envie de ga- gner ce match-là parce que, si nous n’avions pas gagné, je pense qu’on nous aurait un peu descendus. Le coach l’a dit : ça a été un match charnière et tout le monde voulait s’y préparer. Tout le monde avait tiré dans le même sens et c’est ce qui avait contribué à ma bonne prestation.

Sincèrement, aviez-vous douté à la mi-temps en étant menés 1-0 ? Pas du tout. Nous

«Ce n’était pas évident d’entrer dans un groupe qui a eu un vécu, mais ça
«Ce
n’était pas
évident
d’entrer dans un
groupe qui a eu un
vécu, mais ça n’a
pas été
compliqué non
plus»
?

poré en deuxième mi- temps et vous aviez tenté plu- sieurs frappes de loin. Etaient-ce des consignes du sélectionneur ou bien une ini- tiative personnelle

Les gens savent au- jourd’hui que, el hamdou li Allah, j’ai une bonne frappe du pied droit. A chaque fois, j’es- saye de l’utiliser à bon escient. Les entraîneurs connaissent nos spécificités et notre façon de jouer et ils nous disent que, s’il y a une possibilité de frap- per, il faut tenter. Moi, je sais que, si j’ai une occasion de frapper, je ne vais pas la man- quer.

Votre distance préférée pour tirer, c’est 20-25 mè- tres ? Peu importe la distance, l’es- sentiel est que je sois bien placé, même à 5 mètres du but (rires). Contre la Gambie, on a vu un Adlène Guedioura dans son élément.

Est-ce parce

«En 2010, j’avais consulté le site officiel de la FAF pour m’assurer que j’étais bien
«En 2010,
j’avais consulté
le site officiel de
la FAF
pour
m’assurer que
j’étais bien pris
pour le
Mondial»

que vous

êtes à

présent

un

étions menés 1 à 0, mais nous dominions le match. Nous sa- vions qu’un but allait venir, surtout qu’on nous en avait re- fusé un. J’ai bien aimé ce match-là parce que c’était une victoire mentale, au courage. Ça va encore plus nous souder et nous pourrons aborder les autres matches avec plus de sé- rénité. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de travail à accomplir, mais il y aura plus de sérénité. La tactique prônée par Vahid Halilhodzic, avec une projection vers l’avant, vous convient-elle dans la mesure où elle soulage la défense du poids du match ? Tout ce qui est technique ou tac-

tique, je n’en parle pas. Il y a un entraîneur pour parler de ces aspects. Moi, je suis ce que le coach

dit. Je suis joueur, pas entraî- neur. Le jour où je serai entraîneur ou mem- bre du staff, je donnerai mon avis. En tant que joueur, je me contente de me sacrifier et me donner à fond sur le terrain.

de s’intégrer. L’intérêt premier, c’est l’Equipe nationale et tout le monde met son ego de côté et s’investit pour la sélection. Ces joueurs viennent pour nous donner un coup de main. Nous les accueillons à bras ou- verts, mais, dans le fait, ce n’est pas en tant que joueurs que nous le faisons, mais en tant que sélection nationale. Ça se passera toujours bien pour tout nouveau joueur qui vien- dra car c’est un groupe très chaleureux. Nous sommes entre Algériens et je ne vois pas pourquoi ça se passerait mal. Avec Djamel Mesbah, qui joue à l’AC Milan, Sofiane Feghouli, qui est demi-fina- liste de l’Eu-

«Je ne m’attendais pas à être pris pour le Mondial, je l’espérais seulement»
«Je
ne
m’attendais
pas à être pris
pour le Mondial,
je l’espérais
seulement»

ropa League avec Valence, Rafik Djeb- bour et Dja- mel Abdoun, qui sont cham- pion de Grèce

avec Olympiacos, il y avait de plus en plus d’Algériens qui jouent dans le haut niveau. Pensez-vous que cela est susceptible de tirer les in- ternationaux vers le haut ? Oui. A nous de bien nous comporter dans les clubs où l’on joue car ce n’est pas tou- jours facile. Il nous faut nous imposer dans nos clubs et ou-

vrir la porte à d’autres joueurs algériens. L’Equipe nationale aura tout à gagner là-dedans et le peuple al-

Deux nouveaux joueurs, Liassine Cadamuro-Ben- taïba et Sofiane Feghouli,

ont rejoint le groupe. Avez- vous veillé à les accueillir et les aider à s’intégrer comme, vous-même, on vous avait aidé à vous intégrer à votre ar- rivée parmi les

04

aidé à vous intégrer à votre ar- rivée parmi les 0 4 souviendront (rires). A Charleroi,

souviendront (rires). A Charleroi, il y a une forte communauté marocaine qui, on le présume, s’est so- lidarisée avec l’Algérie… Oui, c’est vrai, mais il y avait aussi des Tunisiens et même des Turcs qui s’étaient joints à la communauté algérienne et fêté la qualification ensemble. C’était beau parce que la quali- fication était belle. Lors de votre premier stage en Suisse, vous a-t-on fait sentir que vous étiez le nou- veau débarqué qui a pris la place d’un autre ou bien avez-vous été adopté natu- rellement et spontanément par le groupe ? Il y avait beaucoup de nou- veaux qui étaient arrivés à ce moment-là. Nous avons été accueillis à bras ouverts. Tous les nouveaux vous le diront. Cela dit, c’est vrai que, person- nellement, et je pense que c’est le cas d’autres aussi, c’était dif- ficile d’entrer dans un groupe, qui a eu un vécu et une his- toire ensemble, ayant abouti à une qualification pour la Coupe du monde. Cela n’a pas été difficile, bien au contraire, mais c’est juste que ce n’était pas évident d’entrer dans un groupe qui a vécu de telles choses. Ce n’était pas compli- qué non plus. En tout cas, on nous a accueillis à bras ou- verts. D’ailleurs, je connaissais la moitié des joueurs. Je pense que tous les nouveaux joueurs étaient arrivés humblement. Nous avons essayé de nous faire tout petits car il y avait de grands joueurs en Equipe na- tionale à cette période-là. Vous avez joué des bribes de matches au Mondial. Avec du recul, quel souve- nir gardez-vous de la parti- cipation algérienne ? Le souvenir qui me marque, ce sont les supporters. Fran- chement, ça m’avait fait chaud au cœur. J’en ai encore des fris- sons. Franchement, quand vous voyez des Algériens venir de l’autre bout du monde, que ce soit d’Algérie ou d’ailleurs, de France, de Montréal, de tous les pays où il y a une communauté algérienne, pour se joindre à nous à la fête, c’est formidable. Partout où on al- lait, c’était vraiment une belle ambiance et, ça, je ne l’oublie- rai pas. C’est ça vraiment qui m’a marqué.

Après, on ne s’est pas qualifiés pour le deuxième tour, mais je retiens que ça s’était joué de justesse. Une Coupe du monde reste une Coupe du monde, un événement qu’on n’oubliera ja- mais. Et sur le plan du jeu ? Le match contre l’Angle- terre est historique pour tous les Algériens. Je pense que nous méritions plus. Même contre les Etats-Unis, en dépit de la défaite 1-0, nous avions eu des occasions de but qui auraient pu nous permettre de gagner ce match. Contre la Slovénie, nous aurions pu faire un bon résultat car nous avions la maîtrise du jeu. Je pense que nous pouvions mieux faire. Cela se fera incha Allah lors de la prochaine Coupe du monde. En tant que joueur de la Premier League anglaise à l’époque, pensez-vous qu’il

avait possibilité de battre l’Angleterre ? Si je vous disais ce que je pen-

sais à ce mo- ment-là, vous serez peut-être étonné. La Coupe du monde est un tournoi

avec la partici- pation de grandes et de petites équipes et tout est possible. Le Ghana au- rait pu aller en demi-finale et peut-être même en finale et, qui sait, gagner la Coupe du monde. C’est un tournoi où on joue un maximum de 7 matches. Ce n’est pas impossi- ble d’aller loin en Coupe du monde. Moi, j’avais la convic- tion de gagner tous les matches. Quand on com- mence un match, on ne doit pas se dire «Là, ça va être dur, il faudra penser à faire match nul». Il y avait vraiment la possibilité de faire quelque chose.

Un certain jour de septem- bre 2010, ça vous dit quelque chose ? Oui ! Le match face à la Tanzanie à Blida. C’était le match où vous

aviez inscrit votre premier but en sélection, même s’il

y

«Je n’ai eu que 5 titularisations, mais il s’est souvent passé quelque chose gérien, pas-
«Je
n’ai eu que
5
titularisations,
mais il
s’est
souvent passé
quelque chose
gérien, pas-
sionné de
foot, aussi.
Mon vœu est
que tous les
joueurs algé-
riens signent
dans de
grands clubs.
dans ces
matches»

Verts ? Ils vous le di- ront par eux- mêmes : dans ce groupe-là, il est très facile

y avait le regret d’avoir

concédé le match nul. Pen- sez-vous que vous pou- viez faire mieux ce jour-là ? Oui, je m’en souviens. Déjà, c’était un beau but (rires). Si l’on revoit le match, on verrait que nous nous étions pro-

«Avec notre équipe, on peut faire quelque chose de grand»
«Avec
notre
équipe, on
peut faire
quelque chose
de grand»

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup d’œil Entretien 0 5 «Il n’y a aucune équipe,

Coup d’œil Entretien

05

«Il n’y a aucune équipe, aucune nation au

monde, qui a un public comme le nôtre»

On va parler avenir. Il manque, dans l’absolu, 2 points à Nottingham Forest pour assurer son maintien en Cham- pionship alors que le club auquel vous appar- tenez, Wolverhampton, va descendre. Entre ces deux clubs qui seront en Championship la saison prochaine, où évoluerez-vous ? A moins qu’il y ait une autre option avec, peut- être, un club de Pre- mier League… Pour l’instant, il reste trois matches à jouer avec Nottingham Forest et je me concentre dessus. Nous ne sommes pas en- core à la période des transferts. Je ne peux me permettre de me pronon- cer là-dessus, même si j’aurais une préférence personnelle, parce que j’appartiens toujours à Wolverhampton. S’il y a du nouveau, je vous avise- rai au moment opportun. Cela dit, il y a de grandes chances que vous restiez en Angle- terre, dont le football vous convient bien… Vous savez, en football, on ne sait jamais ce qui peut se passer. Mainte- nant, mon souhait est de rester en Angleterre. C’est un football qui me convient ; la Premier League est le meilleur championnat au monde avec celui de l’Espagne. Même une expérience dans la Liga espagnole ne vous dirait rien ? Certes, s’il y a un bon club espagnol avec un bon projet qui se mani- feste, pourquoi pas ? Cependant, pour l’ins- tant, je ne peux pas me prononcer là-dessus.

Votre père, Nacer Gue- dioura, était un ancien footballeur de l’USM Alger et aussi un ancien internatio- nal. Avez-vous regardé des matches où il jouait ? J’ai retrouvé des photos de lui en tant que joueur, mais je n’ai pas trouvé de cassettes. J’aimerais bien en trouver. J’ai vu un match une fois, mais c’était sur VHS, à l’ancienne. Aujourd’hui, tout est sur DVD ou sur carte mémoire. Malheureusement, je n’ai pas en- core vu mon père jouer. Est-ce une curiosité pour vous ? Oui, bien sûr ! Mon père qui jouait à l’USMA, c’est un plaisir de voir ça. Lorsque les médias algériens ont commencé à parler de vous, on vous présentait comme le fils de Nacer Guedioura. Cela vous gênait-il qu’on fasse référence à votre père lorsqu’on parlait de vous ? Non, pas du tout. Mon père était un ancien inter- national algérien qui a gagné des titres, notamment une Coupe d’Algérie avec l’USMA après avoir perdu 7 finales. Quand on est fils d’un ancien joueur, c’est sûr qu’on parlera du père. C’est le cheminement lo- gique. En même temps, il y a aujourd’hui plein de «fils de» qui jouent au football, dont le milieu de ter- rain du Barca, Sergi Buskets. Moi, je fais abstraction de ça. Mon père a fait une belle carrière et je suis fier de lui. Maintenant, à mon tour (rires) ! Peut-on dire que, naturellement, votre club pré- féré en Algérie est l’USMA ? J’aime bien les Rouge et Noir, c’est sûr (rire) ! Bi- zarrement, mon premier club, Taverny, portait les couleurs rouge et noir, en rayures, comme l’USMA. Ce n’est peut-être pas innocent que votre père se soit installé à Taverny lorsqu’il est parti en France (rire) ! Peut-être, c’est possible (rire). Cela dit, j’aime bien l’USMA. Quand j’étais jeune, j’allais voir l’équipe jouer à Alger. Je me souviens même avoir assisté à une finale de Coupe d’Algérie gagnée par l’USMA contre une équipe de deuxième division. Il y avait

«Mon souhait est de rester en Angleterre dont le football me convient»
«Mon
souhait est
de rester en
Angleterre dont
le football me
convient»

mal.

Rabah Madjer organisera un match gala sous l’égide de l’UNESCO en faveur de l’enfance africaine. Appré- ciez-vous cette initiative, une première sur le sol algé- rien ? Oui, naturellement. En tant que footballeurs, nous sommes des privilégiés qui vivons un métier et en même temps une passion. C’est vraiment impor- tant de pouvoir donner aux gens qui n’en ont pas ce qu’on nous a donné grâce au foot. A nous d’aider les gens du mieux qu’on peut ! L’initiative de Rabah Madjer est plus qu’ho- norable. C’est même très bien. J’espère que ça se passera bien et qu’il y aura une belle am- biance. Encouragez-vous les gens à venir massivement au stade du 5-Juillet ?

Oui, absolument ! Ce sera une fête et c’est aussi une occasion de regarder en vrai des stars qu’ils re- gardaient à la télévision. C’est une chose qui ne se passe pas tous les jours. Il faut aller voir ce match et

Des débuts en 10 «comme tous les Algériens !»

Quand on est fils de footballeur, on est tenté de jouer au même poste que son père, à plus forte raison si le poste est médiatiquement très ex- posé comme celui d’attaquant. Gue- dioura n’a pas dérogé à la règle et a commencé enfant au poste d’atta- quant. «Plutôt, j’ai débuté en 10, comme tous les Algériens !», nous a- t-il affirmé en riant. «Le rêve de chaque enfant est de porter le nu- méro 10, ce numéro mythique qui confère à son porteur le rôle gratifiant de meneur de jeu. C’était aussi mon rêve et je faisais tout pour être soit meneur de jeu soit attaquant, comme l’était mon père.»

«C’est Farid Guerfi qui m’a placé en milieu récupérateur»

Il a vécu ce rêve jusqu’à l’âge de 15 ans, où l’un de ses compatriotes s’était fait un devoir de lui remettre les pieds sur terre. «C’était à l’époque où j’étais en formation au Racing Club de Paris. Mon entraîneur alors était Farid Guerfi (un formateur connu sur la scène parisienne, originaire d’Algé- rie, ndlr) et il m’avait placé en milieu récupérateur en me disant : «C’est à ce poste que tu joueras et que tu donneras le meilleur de toi-même.» L’avenir a fini par lui donner raison puisque je suis footballeur profession- nel et international de surcroît.» Continue-t-il de rêver de jouer un jour en 10 ? «Non, car je préfère jouer à mon poste que de chauffer le banc à un poste où il y a meilleur que moi.»

F. A.-S.

«Il ne faut jamais se dire : ‘Là, ça va être dur, il faut jouer
«Il ne faut
jamais se dire
: ‘Là, ça
va être
dur, il faut jouer
pour le nul’»

ce serait un beau geste pour les associations qui s’occupent des enfants africains et aussi pour eux-mêmes parce qu’ils vont se faire plaisir.

Une chose à ajouter ? J’aimerais revenir sur la sélection nationale pour dire que l’Algérie
Une chose à ajouter ?
J’aimerais revenir sur
la sélection nationale
pour dire que l’Algérie
est, aujourd’hui, une
grande nation de foot-
«Les
gens
doivent aller
voir le match de
Madjer,
ça leur
permettra de voir
des stars qu’ils
regardaient à
la télé»
ball. Elle l’a toujours été,
d’ailleurs. J’ai vu derniè-
rement le classe-
ment FIFA. Elle est
la troisième sur le
plan africain. Ce-
pendant, il n’y a plus
de petites équipes en
Afrique. Toutes les
sélections se sont
professionnalisées. Si
l’on se qualifie à la
CAN-
2013 et au
Mondial-
2014, ce sera
certainement quelque
chose de magique. Je
pense qu’on peut faire
quelque chose de
grand. Il y a un bel
avenir pour la sélec-
tion. Je suis serein et
optimiste.
Entretien réalisé à
Nottingham par Farid
Aït Saâda
Son
rêve :
Du
basket,
du tennis, du
ping-pong…
même en vacances
Nadal
plutôt
La
rencontrer
que Federer
pastilla,
Baggio
son plat
préféré
C’est connu : les An-
glais ont inventé beaucoup de
choses et sont à la pointe dans
beaucoup de domaines, mais…
sont nuls en cuisine. On devine
Comme tout footballeur,
voire comme tout amateur de foot-
ball, Guedioura a une idole, mais ce n’est
ni Maradona ni Pelé, ni Zidane, ni
Messi. Il s’agit de Roberto Baggio,
autre magicien du ballon que l’inter-
national algérien suivait assidu-
En amateur de tennis
qu’il est, Guedioura a une
préférence entre l’Espagnol
Rafael Nadal et le Suisse
Roger Federer, les deux ten-
nismen qui se partagent l’es-
time des amoureux de ce
sport. «Question tennis, les
deux sont très bons,
aisément que, lorsque Adlene
Guedioura prend ses repas, il ne
peut s’empêcher d’avoir une
pensée pour les plats bien de
chez nous que lui concoctait
sa maman avant que ses
obligations profession-
nelles ne l’obligent à
quitter le foyer. Juste-
ment, il a un
ment les prestations dans les
années 1990, que ce soit en sé-
lection d’Italie ou à la Juven-
tus et l’AC Milan. «Je me
rappelle encore de sa tech-
nique, de sa clairvoyance
dans le jeu et de son
sens du but et aussi de
sa chevelure allon-
gée. S’il y a bien
mais j’ai une préfé-
rence pour Nadal
pour une raison bien
simple : son oncle a
joué au foot (au
Barça et en sélec-
tion d’Espagne
dans les an-
nées 1990,
ndlr).»
plat préféré :
la pastilla
préparée par
les mains de
fée de sa
mère.
un joueur que je
rêve de rencontrer
un jour, c’est bien
Baggio», nous
a-t-il confié.
Très peu de gens le savent,
mais Guedioura est omnisport,
que ce soit comme pratiquant ou
comme spectateur. «En dehors du
football, j’aime le basket-ball et
pas seulement parce que ma
mère l’a pratiqué. J’aime aussi le
tennis et le tennis de table car, en
bas de chez moi, en France, il y
avait une table de ping-pong et
j’y jouais souvent avec mes co-
pains. En face de chez moi, il y
avait aussi des courts de ten-
nis et j’ai appris à m’intéres-
ser à ce sport. En fait, j’aime
pratiquer tous les sports,
même en vacances. Je ne
peux pas m’arrêter. Je
peux me reposer ou me re-
lâcher en allant par exemple
à la plage, mais je dois pra-
tiquer un peu de sport et
jouer un peu au foot.»
pra- tiquer un peu de sport et jouer un peu au foot.» «Je demande au public
«Je demande au public algérien d’arrêter la violence et d’apprécier le foot comme un plaisir»
«Je
demande
au public
algérien d’arrêter
la violence et
d’apprécier le
foot comme un
plaisir»

même un fait qui m’avait mar- qué : à un certain moment, le stade s’était éteint.

C’était en 2001, contre Mecheria, avec une vic- toire 1 à 0… Je me rappelle le score, mais pas du but car je ne l’avais

pas vu, tellement j’étais dans l’am- biance du match. Quand le stade s’était éteint, nous avions eu un petit peu peur car c’était une période difficile, mais les specta- teurs ont tout de suite allumé des briquets et des bouts de papier et ont, donc, «rallumé» le stade à leur manière et cela a donné une ambiance extraor- dinaire, jusqu’à ce que la panne soit réparée. Je n’ou- blierai jamais cela.

Vous convenez, donc, que les supporters algé- riens sont uniques ?

Oui, parfaitement. A chaque fois que l’Algérie joue, tous les Algériens, partout dans le monde, se mettent devant leur écran. Je me rappelle moi- même l’avoir fait quand j’étais supporter. Je suis même allé au Stade de France le jour de France-Algérie (le 6

octobre 2001, ndlr).

Les supporters algé- riens sont formida- bles. Cependant,

j’ai vu ces derniers temps qu’il y

avait un peu de violence dans les stades algériens. C’est dommage car le stade est un endroit où l’on vient pour se faire plaisir et apprécier du football. Si je peux me permettre de leur lan- cer un message, je de- manderai au public algérien de savoir ap- précier le football en tant que plaisir. C’est dommage qu’il y ait de la violence avec des morts. Ça fait toujours

précier le football en tant que plaisir. C’est dommage qu’il y ait de la violence avec

06

0 6 N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup d’œil Équipe nationale Blessé à la cheville

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

Coup d’œil Équipe nationale

Blessé à la cheville

Ziani incertain face à Al Rayan

E n prévision de la deuxième demi-finale de la Coupe du trône entre Al Jaish et Al Rayan, Karim Ziani est incertain. Le mi- lieu de terrain algérien s’est blessé à la cheville au cours de la séance d’entraîne-

ment d’avant-hier, vendredi. Meilleur passeur du championnat qatari avec 14 passes décisives, la blessure dont souffre le joueur algérien pourrait l’empêcher d’être présent à ce rendez-vous impor- tant pour son équipe, surtout qu’il s’agit d’une place en finale. Si l’absence du joueur se confirme, ce sera un coup dur pour l’équipe d’Al Jaïsh, même si l’en- traîneur récupérera le meilleur buteur du cham- pionnat, le Brésilien Adriano, qui était blessé.

Il a interrompu la séance

La blessure qu’a contractée Karim Ziani, le milieu de terrain d’Al Jaïsh, l’a contraint à interrompre la

séance d’entraînement de vendredi. Selon le journal Al Raya, la blessure du joueur n’est pas inquiétante. Par conséquent, Ziani pourrait être aligné à l’occa- sion de cette rencontre décisive pour la formation d’Al Jaïsh. Sa participation devrait être tranchée, au- jourd’hui, le jour du match, par le staff médical.

Adriano : «Ziani est le cerveau de l’équipe»

L’attaquant brésilien d’Al Jaïsh, Adriano, a, lors d’une déclaration accordée au journal Echarq, parlé de Karim Ziani. «Karim Ziani est un grand joueur. C’est un élément très important au sein de notre équipe. Il réalise un grand travail en permettant aux attaquants de marquer des buts. Vous savez, quand il ne joue pas, son absence se fait ressentir.»

M.T.

Première victoire de Yahia, mais… Yahia réussi remporter sa pre- victoire sous les couleurs de
Première
victoire de
Yahia, mais…
Yahia
réussi
remporter
sa
pre-
victoire
sous
les
couleurs
de
Kaiserslau-
en
allant
battre
Hertha
Berlin,
lui,
sur
score
de
deux
buts
C’était
a choc chez
des
à mière tern, relégables, 2,
mais
malgré
ce
à un. succès, Antar
le
défenseur
le al-
gérien
et
son
la le équipe
évo-
le après lueront
saison
prochaine
en
Bundesliga
que
le
FC
Co-
logne
eut
réussi
un
match
nul face au
VFB Stuttgart.
Il est à signaler que le
incorporé à la
joueur algérien a été
89’, après
avoir
été titularisé lors
des
cinq derniers
matchs.

«J’ai laissé 20 000 dollars uniquement pour récupérer mon passeport»

Concernant son expérience avec Al Qadissiya, Saïd Bou- chouk a expliqué comment il a réussi à regagner le pays, après avoir été bloqué en Arabie saoudite : «J’ai dû me désister de mon argent pour récupérer mon passeport que j’avais remis aux di- rigeants du club, à l’instar des autres joueurs. J’ai laissé en tout 20 000 dollars pour pouvoir revenir.»

«J’ai beaucoup appris de cette expérience à Al Qadissiya»

Toujours concernant cette expé- rience avec le club saoudien, le joueur pense que ce fut une expérience enri- chissante qui va lui permettre d’ap-

expérience enri- chissante qui va lui permettre d’ap- 18 e match de Guedioura Adlane Guedioura a

18 e match de Guedioura

18 e match de Guedioura Adlane Guedioura a disputé, hier, son 18 e match avec sa

Adlane Guedioura a disputé, hier, son 18 e match avec sa nouvelle équipe, Nottingham Forest, en jouant les 90’ face à Hull City. Mal- gré une bonne presta- tion, son équipe s’est inclinée sur le score de deux buts à un.

Bouazza

toujours absent

sur le score de deux buts à un. Bouazza toujours absent Hameur Bouazza est toujours absent

Hameur Bouazza est toujours absent aux matchs de son équipe, Milwall. L’attaquant al- gérien n’a pas été ali- gné pour la quatrième fois d’affilée, à l’occa- sion du match face à Ipswich Town. La sai- son pour Milwall prendra fin la semaine prochaine, à l’occasion de la réception de Blackpool. Une ren- contre que Bouazza ne devrait pas jouer. Au- trement dit, il est déjà en vacances.

Bouchouk «J’espère que

Halilhodzic m’accordera

ma chance»

Equipe nationale pour les prochaines rencontres prévues au mois de juin. Concernant l’EN, le joueur a déclaré : «Je ne vous cache pas que j’es- père que Vahid Halilhod- zic me donnera une autre chance. J’ai déjà joué 25 minutes lors du match d’application au stade du 5-Juillet et j’ai démontré que je pou- vais apporter un plus. J’ai démontré que j’étais capable de m’imposer en sélec- tion.» Interrogé sur le fait qu’il n’a pas trop joué, ces der- niers temps, il a ré- pliqué : «Certes, je n’ai pas joué ces derniers temps, mais il ne faut pas oublier aussi que j’ai déjà plus d’une vingtaine de matchs dans les jambes.»

prendre à se conduire avec les respon- sables des clubs. Il annonce même que s’il devait retourner là-bas pour jouer, il ne s’engagerait que pour l’un des qua- tre grands clubs du royaume saoudien :

«Cette expérience avec Al Qadissiya m’a beaucoup appris. En fin de compte, je réalise qu’elle me sera utile à l’avenir. Dorénavant, je ne jouerai que pour l’un des quatre grandes équipes d’Arabie saoudite.»

N. S.

Saïd Bouchouk est revenu au pays, il y a trois jours, après une ex- périence, disons, ratée avec la forma- tion d’Al Qadissiya. Toutefois, l’ex-attaquant du CA Batna ne perd toujours pas l’espoir d’être retenu en

Sredojevic «On a eu des problèmes financiers et d’ordre organisationnel»

Milutin Sredojevic, le sélectionneur du Rwanda, ne cesse de crier son ras-le-bol suite aux problèmes qu’affronte son équipe pour préparer le match face à l’Algérie. Il a évoqué, hier, au cours d’une déclaration à Radio Internationale, des problèmes financiers et d’ordre organisation- nel : «L’Algérie a de la chance de préparer le match des éliminatoires de la Coupe du monde prévu contre nous dans de très bonnes conditions, mais surtout avec beaucoup de moyens, contrairement à nous qui souffrons du manque d’argent, sans

omettre de parler des problèmes d’ordre organisa- tionnel. C’est très délicat pour nous, dans la mesure où le premier match des éliminatoires est toujours très impor- tant.»

match des éliminatoires est toujours très impor- tant. » «Je veux jouer la Tunisie ou la

«Je veux jouer la Tunisie ou la Libye, mais… »

Milutin Sredojevic parle aussi de l’impossibilité d’organiser un match amical face à une équipe maghrébine, pour préparer l’Algé- rie. Le sélectionneur du Rwanda ne cache pas sa déception : «J’au- rais aimé préparer le match de l’Al-

gérie en programmant une rencontre amicale face à une équipe nord-africaine, comme la Tunisie ou la Libye, mais à cause du problème financier, ce sera chose impossible. C’est difficile pour

nous. Je n’ai pas de chance, comparativement à Vahid Halilhodzic qui bénéficie de tous les moyens.»

«Je vais affronter l’Algérie avec des joueurs qui ont moins de 20 ans»

Pour conclure, le sélectionneur du Rwanda annonce que quinze joueurs dont l’âge ne dépasse les vingt ans seront présents face à l’Algérie : «On a quinze joueurs dont l’âge ne dépasse pas les vingt ans. Les autres, ils jouent tous dans le championnat local. On est en train d’étudier la possibilité de préparer le match de l’Algérie en Tunisie, maintenant si on ne peut pas le faire, on sera obligés de se préparer au Rwanda et rejoindre Alger par la suite.»

H. R.

Hamidou Djibrilla

(pdt Fédération nigérienne de football)

«C’est Courbis qui dirigera le Niger face à l’Algérie»

les négociations avec lui ? A vrai dire, les négocia- tions ont été achevées. On est déjà d’accord avec Ro- land Courbis pour qu’il soit le sélectionneur du Niger. On s’est entendus avec lui

avec la Fédération nigérienne de football par contrat jusqu’à la fin de l’année 2013. Mais il y a un club algérien, à savoir le Mouloudia d’Alger, qui le courtise. D’après ce qui se dit, Courbis aurait donné son accord aux futurs proprié- taires du club pour s’engager avec le club algérien en ques- tion… Non, c’est une information dé- nuée de tout fondement. M. Courbis nous a donné son accord pour diriger la sélection nationale du Niger. Le challenge est beau- coup plus intéressant que d’entraî- ner un club. Pour revenir à votre question, on n’est pas au courant de ces prétendus contacts entre un club algérien et notre sélec- tionneur. Pour nous, il est avec le

Niger. Il nous a rassurés et on n’est guère inquiets au sujet de cette af- faire. Je suis formel et catégorique : Roland Courbis est avec nous. La signature du contrat de- vrait se faire quand ? Elle aura lieu dans les pro- chains jours, seulement, je suis désolé de ne pas pouvoir vous donner la date exacte. C’est un se- cret professionnel que je ne peux divulguer. Donc, ce sera M. Courbis qui dirigera le match amical Algé- rie-Niger du 26 mai prochain, à ce qu’on comprend… Oui, Incha Allah (il le dit en arabe). M. Courbis devrait diriger la rencontre amicale face à l’Algé- rie.

Entretien réalisé par Hamza R.

Face aux spéculations concernant la venue de Roland Courbis pour diriger le Mouloudia d’Alger, nous avons tenu à prendre attache avec le président de la Fédération nigérienne de football, le colonel Hima Hamidou Djibrilla. Ce dernier affirme que l’ex-entraîneur de l’Olympique de Marseille sera sur le banc du Niger, le 26 mai prochain.

sur tous les détails. Donc, le contrat a été signé ? Non, pas encore. Je peux vous assurer que le contrat n’a pas en- core été signé entre les deux par- ties. Mais une chose est sûre, c’est qu’il sera le nouveau sélection- neur du Niger.

Quelle durée aura ce contrat? Roland Courbis sera notre en- traîneur durant les éliminatoires de la CAN 2013 et ceux de la Coupe du monde 2014. C’est pour cet objectif qu’on a engagé M. Courbis. De ce fait, il sera lié

qu’on a engagé M. Courbis. De ce fait, il sera lié Avec l’officialisation du match amical

Avec l’officialisation du match amical face à l’Algérie, on veut savoir s’il y a du nouveau concernant le sélectionneur qui sera à la tête du Niger… Il n’y a pas de nouveau, sauf que Roland Courbis, qui était déjà conseiller de notre équipe durant la der- nière CAN, sera le nouveau sé- lectionneur. Avez-vous entamé

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup bas USMH 0 7 Laïb ouvre le feu sur

Coup bas USMH

07

Laïb ouvre le feu sur les dirigeants de la FAF

«Benouza a été chargé d’une mission ; il a exécuté les ordres»

Hier, relâche

Après

coach la Charef

défaite a face

à l’Entente,

le

décidé

d'accorder

deux journées de repos à ses capés.

C'est donc demain mardi, dans

la ma-

tinée à 10h, que Hendou et

ses proté-

gés ont rendez-vous pour reprise, en prévision

la séance de

du match de

championnat contre la JSMB.

Les joueurs sont arrivés à 4h du matin à El Harrach

Après avoir disputé

leur match dans

la soirée face à l’Entente dans

des

conditions particulières,

les joueurs

ont pris le chemin

du retour à Alger,

juste après le coup de sifflet

final de

M. Benouza. Les Harrachis ont, en effet, rallié la ville d’El Harrach

par

route. Il leur a fallu plus de 5h, avant

d'arriver à El Harrach. Inutile de dire

que les joueurs étaient

épuisés.

Legraâ : «Je n’ai pas fait exprès de toucher Djabou»

La Télévision pouvait bien nous re- passer l’action litigieuse de la faute sur Djabou qui a permis à l’Entente de mar- quer sur penalty. Et la loupe ne mon- trait rien, absolument rien. Que du flou. La preuve ? Tous les observateurs que nous avons contactés ont été unanimes à dire que Djabou avait simulé un pe- nalty et qu’il méritait un carton jaune sur l’action. Journalistes, dirigeants de club, agents de joueurs agréés par la FAF, tous sans exception ont dit qu’il n’y avait pas faute. Mais la seule personne qui pouvait dire s’il y avait réellement une faute ou pas, c’est le défenseur Le- graâ. On n’est pas là pour défendre le diable, mais la réponse de Legraâ va faire taire la polémique, au moins à pro- pos du 3e but de l’ESS : «Je courrais à côté de Djabou, quand le pied de l’atta- quant a touché le mien. Je n’ai pas fait

exprès de le faire tomber ou de le toucher. Ce n’était pas un geste prémédité. En plus, il ne se dirigeait pas vers le but. L’arbitre Benouza aurait pu ne pas siffler penalty.» Après le coup de sifflet de Be- nouza indiquant le penalty et à la suite des réclamations vaines des joueurs de l’USMH, Griche et Legraâ ont eu une discussion. Ce dernier nous confiera le contenu de l’échange entre les deux hommes : «Griche m’avait dit que le ballon se dirigeait vers la sor-

tie du but.»

«Benouza était loin sur le premier penalty, il ne pouvait donc pas voir s’il y avait faute»

il ne pouvait donc pas voir s’il y avait faute» C' est un président très déçu

C' est un président très déçu que nous avons joint, hier, en fin d’après- midi, pour nous

faire un commentaire suite à l’éli- mination de son équipe en demi- finale de la Coupe d’Algérie. «Excusez-moi, mais je ne peux parler parce que je suis malade et, donc, je n’ai pas la force pour le faire. Tout ce que j’ai à dire, c'est de vous faire part de ma dé- ception de voir mon équipe se faire éliminer non par l’ESS, mais par un arbitre à qui on a confié cette mission. J’avoue qu'il a bien

accompli sa mission», nous dira le président de l’USMH, avant

d’enchaîner : «C'est un scandale auquel tous les Algériens ont as- sisté en direct et qui n’honore point l’image de notre nation où le football a une place prépondé- rante dans le cœur de chaque Al- gérien.»

«Raouraoua et ses adjoints sont à l’origine de ce scandale»

Prié de nous situer les responsa- bilités ou les responsables de ce scandale, le premier responsable de l’USMH nous dira : «A votre avis, qui peut donner un tel ordre à un arbitre pour avantager une équipe au détriment d’une autre

si ce n’est le premier responsable de la Fédération et tous ses ad- joints ? Pour moi, c'est clair :

l’USMH est victime de ces diri- geants qui ont tout prévu pour que notre équipe ne passe pas en finale, et j’en suis même convaincu.»

«Pourquoi Haïmoudi a-t-il été sanctionné

Prié de nous donner certains dé- tails qui prouvent que les respon- sables sont à l’origine de l’élimination de l’USMH, le pre- mier responsable de l’USMH nous a affirmé : «Je dois, d’abord,

revenir en arrière et rappeler que le tirage au sort n’a pas été effec- tué de façon réglementaire. D’ha- bitude, ce sont les présidents des clubs concernés qui tirent les boules en présence du président chargé de l’organisation de la Coupe d’Algérie. Cela n’a pas été le cas. Le tirage des boules a été fait par le secrétaire général de la FAF. C'est une première depuis très longtemps. En plus, je me pose des questions pourquoi Haï- moudi a été sanctionné alors qu'il ne l’a pas été quand il nous a sa- botés dans un match de cham- pionnat.»

«On a tout fait pour une finale CRB-USMA mais… »

Pour conclure, nous avons de- mandé à Laïb de nous donner son avis sur les raisons qui ont poussé les responsables à agir de la sorte, en sanctionnant Haïmoudi, le pré- sident de l’USMH dira : «A mon avis, on a tout fait pour avoir une finale CRB-USMA. Mais comme Haïmoudi n’a pas voulu marcher dans la stratégie, il a été sanctionné pour avoir déjoué les plans des res- ponsables. L’USMH a battu l’USMA sans un coup de pouce de l’arbitre. Donc, vous voyez que Be- nouza n’est qu'un élément à qui on a confié une mission, celle de sabo- ter l’USMH. Je n’incrimine pas uni- quement l'arbitre mais aussi et, surtout, ceux qui lui ont ordonné de faire cette sale besogne.»

N. R.

Le grand match de Tatem S'il y a un joueur parmi les jeunes de l’USMH
Le
grand match
de Tatem
S'il y a un joueur parmi les jeunes de l’USMH
qui a réussi à s'imposer de fort belle manière depuis
quelques journées maintenant, soit depuis qu'il est de-
venu titulaire, c'est bien le jeune milieu de terrain, Islam
Tatem. Après ce qu'il a démontré face à l'ASO et l’USMA en
quart de finale, Charef lui a fait encore une fois confiance,
avant-hier. Ce joueur est en train de s'illustrer en affichant ses
qualités physiques et techniques. Sa bonne condition retrouvée
lui a permis de faire bonne figure lors des dernières rencontres
qu'il a jouées, dans la récupération et l'animation, comme il l'a
dans la récupération et l'animation, comme il l'a Salim Rebah (chargé de communication) «C'est

Salim Rebah (chargé de communication) «C'est scandaleux !»

●●Au lendemain de la défaite de leur équipe contre l’ESS, les suppor- ters de l'USMH n'arrivent pas à oublier cet échec qui, selon eux, est dû surtout à la partialité de l'arbitre. Certains parmi ceux que nous avons rencontrés au stade Lavigerie, hier matin, n'arrivaient pas à

contenir leur déception. Ils étaient encore dans tous leurs états. L'un d'entre eux, Salim Rebah, le chargé de communication au sein de la CSA/USMH, nous a livré ses impressions sur le match ainsi que son avis sur l'arbitrage de Benouza qui était catastro- phique. «Je pense sincèrement qu'on méritait un bien meilleur sort. Nous avons fait un très bon match, nous avons dominé notre adversaire tout au long de la partie. Mais il faut dire qu'avec un ar- bitre pareil, et heureusement que tout le monde l'a vu, on ne pou- vait pas espérer mieux. L'arbitre de la rencontre a été tout

Moh Kezouit (supporter harrachi) :

«Si l'USMH dérange, qu'on nous le dise»

●●A la question de savoir si ce mauvais résultat n'est pas dû à une baisse de régime, Moh Kezouit, un quinquagé- naire habitant le quartier Belfort sur les hauteurs d’El Harrach, nous dira : «Je suis en train de suivre tous les matches de mon équipe et croyez-moi que je n'ai remarqué aucune baisse de régime. Mais il y a une remarque qui me vient à l'esprit. En début de saison, jamais nous ne nous sommes plaints de l'arbitrage, parce que les arbitres étaient corrects et cela nous a permis d'occuper les premières loges. Peut-être que notre position au classement dérange cer- tains clubs. Du moins, c'est ce que j'en déduis. Un club comme l'USMH, avec un petit budget, qui caracole en tête, cela fait mal à certains. Donc, je comprends le malaise de certains responsables de club. Maintenant, si c'est cela la véritable raison, qu'on nous le dise clairement.» N. R.

si bien fait face à l’ESS. Ce dernier a été aussi l’auteur de la passe
si bien fait face à l’ESS. Ce dernier a été aussi l’auteur de la
passe qui a permis à Ziane-Cherif d’ouvrir le score. Même
s’il doit savoir gérer ses efforts, Tatem s'est déjà imposé
à son poste. Tous les observateurs s'accordent à
dire qu’Islam a beaucoup progressé par rap-
port à la phase aller et pourrait encore
Legraâ ne pouvait pas
s’empêcher de revenir sur
l’action qui avait permis à
l’Entente d’égaliser un but
partout. Benouza avait sifflé
un penalty et Legraâ estime
être plus performant dans les
jours à venir.
que l’arbitre n’était pas près de l’ac-
tion. «En ce qui concerne, le premier
but de l’ESS, l’arbitre n’était pas près de
l’action. Il ne pouvait pas voir s’il y avait
un penalty. Il aurait dû attendre une
réaction de son juge de touche.»
«On ne voulait pas de
nous en finale»
Malgré ses aveux, le défenseur de
l’USMH est persuadé que son équipe a
été victime d’une conspiration. Comme
il le dit : «On a usé de tous les moyens
pour nous empêcher de passer en finale.
On ne voulait pas de nous au 5- Juillet.
Je ne trouve pas d’autres explications. A
chacun de comprendre quelles en sont
les raisons.»
Entretien réalisé par
Mouloud B.
Anniversaire
La famille Hadi ont célébré
hier l’anniversaire de leur pe-
tite princesse Malika qui a
souffle sa quatrième bougie.
En cette heureuse occasion,
son papa, sa maman ainsi que
grand-père Rachid Sokri lui
souhaitent une longue vie
pleine de bonheur et de réus-
site

simplement contre nous, il a tout fait pour nous déstabiliser. Il leur a d’ailleurs offert deux penalties. Il nous était donc impossible de gagner ce match, car, dans de telles conditions, aucune équipe n’aurait pu faire mieux. En un mot, cet arbitre nous a lésés et privés d'une victoire. C'est vrai-

ment scandaleux», a-t-il dit

Ziane-Cherif : «L'arbitre nous a privés d'une autre finale»

Le milieu de terrain Ziane-Cherif était outré par l'arbitrage du match qui a opposé son équipe à l’ESS, un arbitrage qu'il qualifie de scanda- leux. Avec son franc-parler qu’on lui connaît, il a tiré à boulets rouges sur l'arbitre du match.

Finalement, votre équipe ne jouera pas la finale de la Coupe d’Algérie, après cette défaite contre l’ESS. Un mot sur cette élimination ? Comment voulez-vous qu'on aspire à un résultat positif avec un arbi- trage aussi scandaleux. Nous avons fait un meilleur match par rapport à celui disputé face à l'USMA en quart de finale et on aurait pu prétendre à la victoire, si l'arbitre avait été à la hauteur. Que reprochez-vous exactement à l'arbitre du match ? Je ne suis pas du genre à trouver des échappatoires ou faire un réquisi- toire sur les arbitres, mais celui-là a été très vicieux et nous a pénalisés en offrant deux penaltys à notre ad- versaire. C'est du jamais vu. Quand

les joueurs allaient vers lui pour contester ses décisions, il les mena- çaient de leur sortir des cartons. D'ailleurs, nous joué à 10. Vous voulez dire que l'arbitre est la cause de votre élimination… Je dirai que l'arbitre a faussé la par- tie, après avoir accordé aux Sétifiens deux penaltys qui n'étaient pas vala- bles. ll nous a vraiment énervés, c'était franchement inconcevable de constater que le directeur de jeu sif- flait continuellement en notre défa- veur, surtout après notre premier but. Et le plus grave dans tout cela, c'est qu'il a accordé un penalty ima- ginaire aux Sétifiens. C'est vraiment rageant tout cela. En somme, il a eu raison de notre concentration par ses coups de sifflet à tort et travers. Tout le monde reconnaît que l’USMH a fourni une très belle prestation… Après notre défaite à Batna contre le CAB, nous avons décidé de relever le défi en coupe et faire un bon ré- sultat devant l’ESS pour gagner plus en confiance. Ce que nous avons

réalisé en jouant cette rencontre avec une grande volonté et beaucoup de courage aussi. Mais c'était difficile quand même, n'est-ce pas ? Exactement, ce fut un match très serré, on a eu beaucoup de difficultés devant cette coriace équipe sétifienne qui avait tous les atouts de son côté. Lors de ce match, vous avez été l'une des satisfactions de votre équipe, un commentaire ? Cela, c'est vous qui le dites… Je pense que j'ai donné le meilleur de moi- même. J'ai essayé de faire de mon mieux et de contribuer à la réussite de mon équipe. Pour le moment, je me sens très bien et j'espère que je serai en- core plus performant à l'avenir. Entretien réalisé par NacerEddine RATNI

08

0 8 N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup neuf JSK Il lance un appel aux

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

Coup neuf JSK

Il lance un appel aux supporters

dou est sur les tablettes des responsables et les négociations seront en- tamées une fois
dou est sur les tablettes
des responsables et les
négociations seront en-
tamées une fois la saison
terminée.
L. A.
La fin de saison
approche et le pré-
sident Hannachi n’a
toujours pas rencontré
les joueurs en fin de
contrat, pour les
convaincre de renouve-
ler leurs baux pour une
autre saison supplé-
mentaire. Après le cas
Nessakh, qui n’attendait
que le retour du président
pour essayer de trouver
une solution, plusieurs
éléments reçoivent
des offres chaque
jour. Parmi eux,
on peut citer l’ar-
rière droit, Bel-
kacem
Remache. Ce
dernier, en fin
de contrat dès
le mois pro-
chain, est sol-
licité par
plusieurs
clubs de

Asselah« Soyez

Il figure sur les tablettes de la direction kabyle

Hendou en route

nombreux contre le MCS,

on a besoin de vous ! »

face au MCS que vous devez coûte que coûte gagner ? Oui, nous sommes prêts pour cette empoignade, dont les trois points sont très importants. Nous allons reprendre demain les entraînements (entretien réa- lisé hier) Nous aurons presque une semaine pour nous apprêter. Espérez-vous évoluer dans un stade archicomble contre les Saïdis ? Inch’Allah. C’est ce que nous souhaitons, nous les joueurs. On

a hâte de livrer un match devant des gradins pleins. D’ailleurs, je profite de cette occasion pour lancer un appel à tous les sup- porters de la JSK

pour qu’ils soient très nombreux face au MCS. Vous êtes en fin de contrat, comp- tez-vous rempiler ? Je suis pour la stabilité. Je ne suis pas contre le fait de

rempiler et conti- nuer à défendre les couleurs de la JSK. Si la direction aura tou- jours besoin de moi, je suis prêt à rester sans le moindre problème.

Entretien réalisé par Saïd D.

Quelques jours après le match amical livré face aux Issers, nous avons pris at- tache avec le gardien de but, Malik Asselah, pour nous parler de cette joute et des prochaines rencontres de championnat. Ce dernier qui s’est montré confiant, en a profité pour s’adresser aux supporters et les inviter à en- vahir le stade du 1er-Novem- bre contre le MC Saïda.

vers la JSK !

A lors qu’ils sont nom- breux les joueurs de la JSK qui se trouveront en fin de contrat dès le mois de juin prochain, plusieurs d’entre eux

ne seront même pas sollicités pour rempiler, leur rendement jugé insuffisant cette saison. La JSK, qui joue pour la deuxième année de suite son maintien en Ligue I, veut frapper fort la saison prochaine et cela ne passera pas sans le renforcement qualitatif de ses troupes par des joueurs de ta-

lent qui sauront redonner au club son image de marque. Sur le mar- ché national, ils sont plusieurs joueurs qui ont brillé de mille feux dans leurs clubs respectifs et qui constituent les priorités de la JSK pour la saison prochaine. Même si, pour l’heure, toute la concentration de l’équipe diri- geante en place se focalise uni- quement sur la gestion de cette fin de saison durant laquelle l’ef- fectif est appelé à engranger le maximum de points, le volet contacts n’est pas relégué au se- cond plan et il se fait de manière très discrète et ce, afin de ne pas perturber les joueurs en question et les laisser honorer leur contrat dignement au sein de leur forma- tion. Ce n’est un secret pour per- sonne que la JSK se trouve très bien nantie en défense, ce qui n’est pas le cas en attaque qui manque de joueurs de qualité. Selon une source digne de foi, la JSK est sur la piste du jeune Hen- dou qui évolue depuis deux sai- sons à l’USMH. Il est vrai que cela fait une année que la JSK est derrière cet élément mais sa si- tuation administrative vis-à-vis des Jaune et Noir a freiné les contacts. Le joueur a confié à ses proches qu’il souhaitait rallier la JSK Pour ceux qui ne le savent pas encore, le jeune Ukrainien est d’origine algérienne et porte bien son nom puisqu’il est tiré de son village d’origine, Hendou, dans la région d’Azzazga (Tizi Ouzou). Selon les proches du joueur aux-

quels il s’est confié tout récem- ment à l’occasion de la cérémonie conviviale qui a été organisée en son honneur dans son village d’origine, le joueur harrachi au- rait modestement confié à son entourage familial qu’il veut jouer à la JSK, comme tout Kabyle, ré- vélant qu’il a joué la finale l’an dernier avec un sentiment assez particulier. Les révéla- tions de

Hendou

ont

énormé-

Profitant de l’arrêt que le championnat a observé à cause des demi-finales de la

Coupe d’Algérie, l’entraîneur en chef a programmé un match amical contre les Is- sers. Comment s’est déroulée

«Je suis

prêt à

renouveler

mon

contrat.

Personnelle

ment, je

préfère la

stabilité»

cette partie dont vous n’avez joué qu’une seule mi- temps ? Effectivement, je n’ai joué que la seconde mi-temps contre les Issers mais ça m’a permis de retrouver la com-

ment fait plaisir à cette forte assistance com- posée de supporters de la JSK et devant laquelle le joueur algérien s’est exprimé. Il a été annoncé en grande pompe l’hiver dernier Le jeune milieu offensif har- rachi a déjà été annoncé en grande pompe à la JSK l’hiver dernier. Son nom a bel et bien circulé dans les rouages du club

pétition. Cette joute amicale a été l’occasion pour les joueurs et surtout les at- taquants de retrouver des sensations.

Avec cette rencontre, êtes- vous prêts pour le match

kabyle, surtout qu’à un certain moment le joueur ne se sentait plus à l’aise à l’USMH suite à un différend avec son entraî- neur en chef, différend vite aplani, ce qui a convaincu le jeune Kabyle d’aller au bout de

Des contacts de partout pour Remache

lement, pour qu’il rempile, il doit d’abord rencontrer son président pour pouvoir négo- cier. Si les deux parties trou- vent un accord, Remache restera canari la saison pro- chaine, du moment qu’il nous a déjà révélé qu’il cherche avant tout la stabilité. Les supporters contre son départ Ce n’est pas seulement le joueur qui souhaite prolonger son contrat avec la JSK. Même les supporters de la JSK, qui re- connaissent parfaite- ment les joueurs qui mouillent le maillot, exi- gent du président Han- nachi de convaincre son arrière droit de res- ter. Ce qui est certain, le président Hannachi ne tardera pas à convoquer chaque élément en fin de contrat pour les négocia- tions d’usage. S. Djoudi

Ligue 1, qui le suivent depuis plusieurs mois. L’ex-joueur de l’ASK et l’USMAn, qui est en train d’effectuer une saison re- marquable avec la JSK, attend avec impatience le face-à-face avec le premier responsable du club, pour pouvoir trouver un accord. Renseignement pris, les clubs qui veulent enrôler Remache occupent les pre- mières places du classement. Le joueur veut rester à la JSK, mais… Il semble très clair que Bel- kacem Remache, qui a été convoqué récem- ment pour le stage des locaux, désire renou- veler son contrat avec la JSK. En effet, une source proche du joueur nous a fait savoir que Remache se sent à son aise à la JSK et qu’il ne compte pas changer d’air. Seu-

son contrat avec les Harrachis. Cependant, les responsables de

la

préférant tout de même atten- dre la fin de saison pour re- prendre contact. C’est le milieu de terrain qu’il faut à la JSK De l’avis de nombreux obser- vateurs, Hendou est en train de

JSK n’ont pas écarté la piste,

s’illustrer chez l’USMH et son rendement est jugé positif par

tous les spécialistes. Avant-hier, face à l’ESS, le milieu harrachi

a

prestation et c’est le joueur qui

été crédité d’une superbe

et c’est le joueur qui été crédité d’une superbe manque à la JSK dans un com-

manque à la JSK dans un com- partiment qui n’a malheureu- sement pas donné satisfaction cette saison. Selon une source proche

de la direction, Hen-

Tous les joueurs sont remis sur pied

V oilà ce qui devrait réjouir le staff tech-

nique pour cette deuxième semaine

de préparation du mach face au MCS,

le retour de tous les éléments, y compris les internationaux au nombre de deux (Belka- lem et Tedjar) qui reprendront ce matin.

Aucun joueur ne se trouve à l’infirmerie, selon le médecin du club qui se dit soulagé d’avoir remis tout le monde sur pied. A cinq matches de la fin de la saison, la disponibi-

La concurrence relancée dans tous les compartiments

lité de tout le monde sera un atout de plus pour la JSK qui a largement la possibilité de se hisser en haut du tableau si les cama- rades de Rial arrivent à faire le plein à Tizi lors des trois matches restant à domicile (MCS, NAHD et enfin l’ASO) tout en tentant de revenir avec deux résultats positifs des deux déplacements, chez la JSMB et l’ESS. L’entraîneur en chef de la JSK a pris avec lui tous ses joueurs, excepté les deux interna-

tionaux et Metref, le week-end dernier aux Issers où la JSK a livré un match amical face à la JSI locale. La présence de tout le monde a été saluée par le staff technique qui se dit rassuré de terminer la saison sur une bonne note. Par ailleurs, la disponibi- lité de tous les joueurs fera que la concur- rence à un poste dans le onze sera encore plus difficile et chaque joueur aspirant à fi- gurer dans les plans de Karouf sait donc ce

qui l’attend cette semaine. En défense, au milieu de terrain comme en attaque, Karouf a désormais le choix et aura toute une se- maine pour trancher sur le onze qui débu- tera la rencontre face au MCS samedi prochain à Tizi.

Nessakh a repris et sera reconduit face au MCS

Laissé sur le banc pendant plusieurs matches, le latéral gauche, Nessakh, a re-

pris avec le rythme de la compétition face au CSC lors de la précédente journée. Lors du dernier match amical, Nessakh s’est bien exprimé, parvenant même à scorer en début de match face aux Issers. Pour le prochain match, Karouf va certainement re- conduire Nessakh sur le côté gauche de la défense.

L. A.

MATCH GALA SOUS L’ÉGIDE DE L’UNESCO Tous au 5-Juillet Aidons les enfants de l’Afrique le
MATCH
GALA
SOUS
L’ÉGIDE
DE
L’UNESCO
Tous au 5-Juillet
Aidons les enfants
de l’Afrique
le 23 avril !
Rabah Madjer
N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup sûr JSK
N° 1902 Dimanche 22 avril 2012
Coup sûr JSK
N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup sûr JSK 0 9 Hemani «Nous n’avons plus le

09

Hemani «Nous n’avons

plus le droit à l’erreur»

Yousfi répond à Kerrouche et lance un nouveau défi

«Qu’il sache que j’ai des

pétitions de soutien et

je lui interdis de s’attaquer

à ma personne de nouveau»

Le président de la commission de réflexion de la JSK, Mourad Yousfi, a tenu à
Le président de la commission
de réflexion de la JSK, Mourad
Yousfi, a tenu à répondre à la
déclaration de Kerrouche publiée
sur ces mêmes colonnes, le 7
avril dernier, à travers laquelle il
a défié Yousfi de rassembler
deux supporters dans son village
pour le soutenir dans sa cam-
pagne de contestation de l’actuel
bureau de la JSK. Ainsi, l’ex-pré-
sident de la JSK, Yousfi, a tenu à
collecter pas moins de deux
cents signatures pour le soutien
de la commission et de la ca-
ravane qui sillonne la Ka-
bylie dans son village
natal, Taguersift,
dans la com-
mune de
Fréha. Plus
de trois se-
maines
après, Yousfi
dira : «Suite à
la déclaration
faite par Ker-
rouche,
en
dront
à
date du 7
avril, et à tra-
vers laquelle
il m’a lancé
un défi de ras-
sembler deux
supporters dans
mon village, Ta-
guersift, appartenant à
la communauté des Ath Dje-
nad, je veux qu’il sache que
les supporters eux-mêmes et
après avoir entendu cela, ont
collecté pas moins de 200 si-
gnatures dans un seul village
soutenant la commission, et
je profite l’occasion pour
lui interdire à lui (il veut
dire Kerrouche) et à d’au-
tres personnes de porter
atteinte à ma personne
et à ma famille.»
«Tout ce qui
nous
préoccupe,
c’est de sauver la
JSK, pas plus !»
«Je ne veux entrer en conflit
avec personne ; ce qui nous
préoccupe c’est uniquement la

crise que vit le club kabyle et il est de notre devoir d’intervenir pour apporter des solutions. Tout le monde sait que nous avons créé la commission de réflexion suite à la demande des suppor- ters qui ont réagi à la suite des mauvais résultats, comme je sai- sis cette occasion pour exprimer tout notre soutien aux joueurs en leur confirmant que nous sommes à leurs côtés. Leur mis- sion se limite à défendre les cou- leurs de la JSK sur le terrain.»

Pour commencer, comment se porte le groupe après une semaine de préparation ? Je considère que la situation s’améliore progressivement. Certes, personne ne peut passer l’éponge sur la situation com- plexe vécue depuis le début de saison lorsque l’on sait que même le classement qu’occupe actuellement l’équipe n’est pas celui que tout le monde atten- dait. Néanmoins, je dois vous si- gnaler que les joueurs affrontent cette situation avec la détermi- nation nécessaire. J’estime que le mach nul obtenu à Constantine a fait renaître en nous la volonté de continuer à nous battre jusqu’au bout pour améliorer notre situation. Sur le plan moral, le groupe se porte mieux et nous sommes maintenant convaincus qu’il va falloir en- chaîner. Vous avez bouclé la première semaine de préparation par un match amical ; cela a dû vous servir pour rester dans le bain de la compétition n’est-ce pas ? Honnêtement, le match a été d’une grande utilité. Une au- baine pour nous tous de travail- ler encore l’aspect physique, ce dont ont besoin les joueurs en cette fin de saison. Aussi, le match a-t-il constitué une occa- sion pour travailler plus l’organi- sation tactique vu que l’objectif principal était de retrouver aussi l’efficacité qui nous a fait cruelle- ment défaut cette année. En citant l’efficacité, vous

êtes parvenus à scorer sept buts, serait-ce le véritable ré- veil de la ligne attaque de la JSK ? Le fait de marquer autant de buts a rassuré tout le monde, no- tamment nous les joueurs de l’at- taque. Nous avons beaucoup souffert du manque d’efficacité, raison principale qui a fait que le club occupe aujourd’hui la place actuelle. Même si le résultat technique n’a pas une grande importance dans un match ami- cal, il reste quand même que cela va nous motiver davantage en prévision des matches de com- pétition officielle, à commencer par le MCS, samedi prochain. Ce dimanche matin, vous entamerez une deuxième se- maine de préparation, pen- sez-vous que l’équipe sera prête ce samedi ? On est dans l’obligation de l’être. Tout le monde est conscient de la situation que tra- verse l’équipe et du besoin de ré- cupérer le maximum de points. On a profité de ces dernières quarante-huit heures pour mieux récupérer et, dès di- manche, on reprendra la prépa- ration avec comme objectif de gagner samedi. Nous n’avons au- cune autre alternative si ce n’est d’empocher les trois points. J’es- père que nous retrouverons l’effi- cacité comme en match amical car sauver le club est impératif. L’effectif va enregistrer le re- tour de plusieurs éléments cette semaine, ce qui consti- tue une force de plus… Chaque équipe a besoin de tous ses joueurs, surtout en pa- reille situation. La fin de saison

s’annonce très délicate pour tout le monde et le retour de tous mes partenaires est une excellente chose. Cela permettra d’une part au staff technique d’avoir beau- coup de solutions et de compter inéluctablement sur tout le monde pour avancer. Comment se présente selon vous cette confrontation face au MCS ? Tous les matches qui res- tent seront considérés comme des matches de Coupe. Nous savons pertinemment que le MCS traverse des moments cruciaux et se bat pour sa survie. Les Saïdis se ren-

«Nous demanderons aux supporters de venir nombreux face au MCS»

«Pour prouver que nous sommes venus dans l’intérêt du club, je confirme que nous allons adresser des appels aux suppor- ters dans les qua- tre coins de la Kabylie pour venir très nom- breux soutenir l’équipe lors de son prochain match face au MCS. La JSK a be- soin de leur soutien et ils doivent rester aux côtés des joueurs dans ces moments difficiles.»

Tizi en vue de nous surprendre, d’où notre vigilance. Vous serez en fin de contrat à partir du mois de juin prochain, avez-vous commencé à songer à votre avenir avec la JSK ? Franchement, ça ne m’a ja- mais effleuré l’esprit. Pour l’instant, tout ce qui m’im- porte c’est de me concentrer sur mon travail et de contri- buer au retour de la JSK en haut du tableau. Je ne pour- rais ajouter rien de plus concernant ce volet d’au- tant que, même du côté de la direction, à ce jour, personne n’a évoqué la question avec moi. Entretien réalisé par Lyès A.

«Nous attendons toujours le face-à- face avec Hannachi, et la caravane ne s’arrêtera pas»

En guise de conclusion, Yousfi

a déclaré : «Jusqu’à présent, nous attendons toujours de ren- contrer le président Hannachi et discuter avec lui sur toute cette situation qui perdure depuis un moment. Nous n’avons jamais pensé à le pousser à sortir par la petite porte ; malheureusement, il s’oppose au dialogue et il n’a qu’à assumer les conséquences. Nous avons le soutien des sup- porters et pour preuve, leur pré- sence massive dans la caravane, dont la dernière escale est pré- vue à Boghni est reportée à une date ultérieure.»

S. A.

à Boghni est reportée à une date ultérieure.» S. A. Driouèche «Lorsque j’ai reçu une offre

Driouèche «Lorsque j’ai reçu une offre du Golfe,

Hannachi ne s’est pas opposé à mon départ»

A près Hamid Berguiga et Mounir Dob, que nous avons sollicité dernière- ment, nous avons
A près Hamid Berguiga et
Mounir Dob, que nous
avons sollicité dernière-
ment, nous avons pris at-
tache, hier, avec
l’ex-défenseur de la JSK,
Noureddine Driouèche. Ce dernier
qui a été récompensé pendant son
parcours avec les Jaune et Vert, par
trois Coupes de la CAF, a ré-
pondu aimablement à nos
questions concernant la si-
tuation actuelle de la JSK
ainsi que son long passage
dans le club kabyle.
Comme tout le monde le
sait, Noureddine Driouèche
qui a brillé sous le maillot
Jaune et Vert a réussi à décro-
cher un contrat profession-
nel dans les pays du Golfe.
Même s’il était l’un des
meilleurs défenseurs en
Algérie à cette époque, le
président Hannachi ne s’est
pas opposé à son départ. Au
contraire, Noureddine nous a fait
savoir que le chairman kabyle lui
a même laissé les portes du club
ouvertes : «Sincèrement, je n’ai ja-
mais eu de problème avec le président
Hannachi que je respecte beaucoup. Je me
rappelle que lorsque j’ai reçu l’offre pour
jouer au Golfe, il ne s’est pas la moindre
seconde opposé à mon départ. Au
contraire, il m’a même dit que les portes
de la JSK restaient toujours ouvertes de-
vant moi».
« Je me mets à la place des
joueurs actuels, c’est difficile
pour eux d’enchaîner avec les
bons résultats »
Pendant notre entretien, Driouèche
n’a pas manqué d’évoquer la situation
difficile que la JSK traverse cette saison.
Selon lui, c’est difficile pour les joueurs
actuels d’enchaîner avec les bons résul-
tats et de jouer les premiers rôles alors
qu’il y a plusieurs conflits entre les sup-
porters, l’opposition et la direction du
club. D’ailleurs, il n’a pas manqué d’ajou-
ter : «Des fois, je me mets à la place des
joueurs. Croyez bien que c’est difficile
pour eux d’enchaîner avec des résultats
positifs et de jouer les premiers rôles. A ce
niveau, même avec beaucoup d’argent, les
résultats pourraient ne pas suivre. Le se-
cret de la réussite, c’est le moral au beau
fixe des joueurs. On ne peut pas l’acheter
avec tout l’or du monde».
« Que tout le monde sache que
le club est le seul perdant dans
tout ça »
Suivant ses déclarations concernant la
mauvaise période que le club kabyle tra-
verse ces derniers temps, le solide dé-
fenseur dit que le grand et unique
perdant dans cette histoire n’est autre
que la JSK. «Je l’ai déjà dit, ce n’est pas du
tout le moment pour réclamer le change-
ment à la direction. Le championnat n’est
pas encore fini. Qu’on attende la fin de
saison pour tirer tout cela au clair, car le
seul perdant dans cette histoire, c’est la
JSK. Autrement dit, il faut mettre l’intérêt
du club avant tout.»
dent Hannachi a décidé de se retirer de
la Coupe de la CAF. Lorsque nous avons
cherché à connaître l’avis du défenseur,
ce dernier n’a pas manqué de nous ré-
vélé que les premiers rôles et la partici-
pation à la coupe d’Afrique sont une
tradition à la JSK : «Les supporters de la
JSK sont exigeants et aiment plus que tout
« Avec cet effectif, la JSK
aurait pu jouer les premiers
rôles si… »
Revenant aux résultats que la JSK en-
registre depuis l’entame de la saison,
l’ancien Canari juge que le club ren-
ferme un bon effectif qui aurait pu
concurrencer les meilleurs clubs du
championnat, n’était ce conflit qui est le
quotidien de l’équipe depuis plusieurs
mois : «Que tout le monde le sache, la
JSK renferme un bon effectif. Il y a de la
qualité chez les joueurs actuels qui possè-
dent beaucoup de capacités physiques et
techniques. D’ailleurs, n’était le conflit
leur équipe. Donc, il faut se mettre à leur
place. Les premiers rôles et la Coupe
d’Afrique sont une tradition à la JSK».
entre la direction actuelle et l’opposition,
l’équipe aurait pu facilement jouer les pre-
miers rôles. A mon avis, le niveau est le
même, que ce soit chez le premier du clas-
sement ou bien le sixième».
« Les incidents de Saïda m’ont
vraiment affecté. C’est
décevant ! »
Avant de conclure, Driouèche est re-
venu sur les incidents de Saïda où plu-
sieurs joueurs usmistes ont été victimes
d’agressions. L’ancien défenseur qui a
passé deux saisons au MCS, juge que les
autorités doivent frapper d’une main de
fer pour stopper ce genre de violence
dans les stades car poignarder un joueur
constitue un grave précédent : «Tout ce
qui s’est passé à Saïda m’a vraiment bou-
leversé. Les responsables du football algé-
rien doivent réagir et frapper avec une
main de fer. Toutefois, je tiens à vous dire
« Les supporters kabyles sont
exigeants, les premiers rôles
et la Coupe d’Afrique sont une
tradition »
Nul doute que la colère des suppor-
ters fut inimaginable lorsque le prési-
que les supporters saïdis sont des gens
bien et les coupables ne sont qu’une mi-
norité».
S. Djoudi
Il a décidé de se défendre contre les attaques de Chaouchi Bracci : «Je ne

Il a décidé de se défendre contre les attaques de Chaouchi

Bracci : «Je ne pouvais pas laisser Sayoud sur le banc alors qu’il a été recruté au prix fort»

Depuis son évic- tion le 11 février dernier, François Bracci a décidé de se ressourcer à Tipasa. Deux mois se sont écoulés sans que le coach corse ne soit intervenu dans la presse. Mais lorsqu’on s’attaque ouvertement à lui comme vient de le faire Fawzi Chaou- chi, il est évident que l’ex-entraîneur du Mouloudia réagisse pour se défendre. Le

premier sujet qui fait une nouvelle fois polémique concerne le cas Amir Sayoud qui souffre des adducteurs, suite à son utilisation jugée abusive par le por- tier des Verts. A ce propos, Bracci nous dira sans détour : «Je suis outré qu’on s’attaque à moi, alors que j’ai quitté le club il y a deux mois. Je vois que rien n’a changé au Mouloudia. On m’accuse d’être à l’origine des sou- cis physiques de Sayoud. Il faut se mettre dans le contexte du moment. Vous croyez que j’allais laisser sur le banc un joueur qui a été recruté au prix fort et que tous les supporters étaient venus voir ? N’importe quel entraîneur à ma place aurait fait la même chose.»

ceptant d’encaisser les coups pour pro- téger ses troupes. «Chaouchi m’accuse d’avoir perdu des points à domicile. Certes, et je suis le premier à être navré. Mais il oublie aussi que si nous avons perdu des points à Bologhine, c’est à cause de la mauvaise entente entre Zeddam et lui qui nous avait coûté l’égalisation contre le CSC. Sayoud aussi

avait la balle du but dans le temps additionnel contre la JSMB qu’il a vendangée. Et lorsqu’on fait les comptes, les joueurs aussi sont tout aussi responsables des points que nous avons lâchés en cours de route.»

«La venue de Loungar remettra de l’ordre dans la maison, mais il y aura toujours des opposants»

Connaissant parfaitement la mai- son mouloudéenne, nous avons voulu connaître l’avis de Bracci sur la venue prochaine d’Eddir Loungar. Le technicien corse estime que le sauvetage du Mouloudia passe par de gros investisseurs qui lui permet- tront de disposer de toute la logis- tique pour jouer les premiers rôles. «Le Mouloudia est un grand club qui mérite d’avoir un investisseur de la trempe de Haddad. C’est une bonne chose que d’avoir un homme d’affaires motivé et déterminé à racheter le club. Loungar pourra remettre de l’or- dre dans la maison et redorer le bla- son du club, même si je sais qu’il y aura toujours des personnes qui vou- dront lui mettre les bâtons dans les roues», nous dira Bracci en conclu- sion, lui qui est en train de se faire une petite cure de jouvence dans la ville côtière de Tipasa qui lui fait rappeler l’île de Beauté.

T. Che

de Tipasa qui lui fait rappeler l’île de Beauté. T. Che «Chaouchi oublie que si nous

«Chaouchi oublie que si nous avons perdu des points à domicile, c’est aussi à cause du but qu’il a encaissé face au CSC»

Après avoir remporté quatre vic- toires de suite en championnat, les supporters et mêmes les joueurs ont commencé à regretter les points per- dus à domicile face à la JSK, au CSC et à la JSMB. Chaouchi avait repro- ché à Bracci d’avoir mal géré la si- tuation, ce qui a privé le Doyen de jouer le titre. Bracci n’a pas mâché ses mots pour se défendre, lui qui a toujours été très protecteur, en ac-

10

lui qui a toujours été très protecteur, en ac- 1 0 N° 1902 Dimanche 22 avril

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

Coup de vent MCA

La présence de Ghrib à Sétif

a fait naître les plus folles

rumeurs du côté de Soustara

L a présence du coordinateur de section, Omar Ghrib, avant-hier au stade du 8-Mai-45 aux côtés de Hacen Hammar, n’est pas du

tout passée inaperçue. Cela a fait naître les plus folles rumeurs sur les intentions du Mouloudia de servir les intérêts de l’Entente de Sétif dans sa quête de décro- cher le titre de champion d’Algérie. Ayant un match derby capital à disputer face à l’ennemi juré qui se profile à l’horizon, forcément les supporters de l’USMA craignent que le Doyen ne cherche par tous les moyens à briser leur rêve de voir

leur équipe remporter le championnat. Sauf que les Usmistes ont tendance à ou- blier que le Mouloudia, après sa victoire

remportée face à l’ASK, aspire à décro- cher une place sur le podium. A partir de là, que ce soit staff technique, joueurs ou dirigeants, ils n’ont qu’un seul objectif en tête : battre l’USMA pour réussir la passe de cinq. Un enchaînement devenu le leit- motiv de Ghrib qui veut revenir sur le devant de la scène internationale.

Ghrib : «Nous n’allons faire de cadeau ni à l’USMA ni à Sétif»

Et pour écarter toute mauvaise inter- prétation, Omar Ghrib est intervenu sur nos colonnes, au lendemain du match de coupe remporté par l’Entente face à

l’USMH. «J’ai été invité par mon ami Hammar pour assister au match. Je me suis déplacé avec Hadj Ahmed pour ré- pondre à cette invitation. Et je tiens à pré- ciser que je l’aurais fait s’il y avait l’USMA ou une autre équipe. Maintenant, je veux préciser une chose très importante. Le Mouloudia s’est relancé en rejouant pour une place africaine qui est devenue notre objectif majeur. Et nous ferons tout pour atteindre ce but qu’on s’est fixés. C’est dire que je ne ferai de cadeau ni à l’USMA ni à Sétif, même si se sont tous mes amis. C’est le terrain et pas autre chose qui tran- chera», dira Ghrib sur un ton ferme. T. Che

Reprise cet après-midi au 5-Juillet

C’est cet après-midi, à 16h, que les partenaires de Zeddam reprendront le chemin des entraînements, après avoir bénéficié d’une journée de repos. Tout le monde ou presque devra répondre présent au cours d’une séance qui sera axée sur le volet technico-tactique. Le coach Bouhellal profitera de l’occasion pour faire un debriefing du match test disputé jeudi passé contre l’IBKEK, à Khemis El Khechna.

Sayeh : «Une place sur le podium passe automatiquement par une victoire face à l’USMA»

Meilleur buteur de son équipe avec neuf réalisations au compteur, Réda Sayeh espère bien améliorer ses statistiques, en dépit du fait qu’il évolue comme joueur de couloir. Face à l’USMA, l’enfant de Ouargla entend bien faire secouer les filets des Rouge et Noir.

Vous avez battu l’IBKEK sans trop convaincre, du moins en se- conde mi-temps. Cela est-il in- quiétant avant le match derby face à l’USMA ? Pas du tout. Et puis, il reste encore du temps avant de disputer le match face à l’USMA. Et c’est pour rester parfaitement en jambes que cette rencontre amicale a été programmée face à l’IBKEK. Il ne faut surtout pas se fier au résultat, même si la vic- toire fait toujours du bien pour le moral des troupes. Meilleur buteur de votre équipe avec neuf réalisa- tions, on attend beaucoup de vous lors du match derby ? Le plus important lors de ces matches, c’est d’être au top physique- ment, car ça va être une rude bataille sur le terrain où la moindre erreur se paye cash. Maintenant, si je marque face à l’USMA, ce sera la ce- rise sur le gâteau mais le plus important est d’empoche les trois points et d’enchaîner, ainsi, avec une cinquième victoire de suite. En provenance, en tout début de saison de Mekhadma, est-ce que vous estimez que vous avez déjà réussi une saison bien ac- complie ? C’est sûr que personne ne m’atten- dait à ce niveau de la compétition. Qui aurait pu croire que j’allais ins- crire, pour ma première saison en

Ligue une, au sein du Mouloudia, neuf buts, à cinq journées de la fin du championnat ? C’est quelque chose d’exceptionnel. Mais dans le football, le plus dur ce n’est pas d’ar- river mais de rester au plus haut ni- veau. Et cela, il faudra que je travaille très dur cet aspect de mon jeu pour rester constant en termes de performance. Qu’avez-vous à dire sur ce match derby qui fait déjà beaucoup parler de lui ? Même si nous compatis- sons à la douleur des Us- mistes, qui traversent des moments très dif- ficiles suite aux événements de Saïda, cela ne nous empêchera pas de nous donner à fond pour dé- fendre les intérêts de notre club. Et on sait qu’une place sur le po- dium passe bien évidemment par une victoire face à l’USMA tout en sachant qu’une défaite de notre ad- versaire hypothéquerait ses chances dans la course au titre. Un mot sur cette vague de vio- lence qui déferle sur nos stades ? Sincèrement, je ne m’attendais à ce qu’une équipe puisse vivre une telle violence comme celle vécue par les joueurs de l’USMA à Saïda. Ce sont des choses qu’il faudrait bannir de nos stades. Et cela ne sera fera que s’il y a une volonté commune d’éra- diquer cette violence, car il faudra tout faire pour éviter de revivre les scénarios cauche- mardesques de Saïda. Entretien réalisé par Tarek-Che

mardesques de Saïda. Entretien réalisé par Tarek-Che MATCH GALA SOUS L’ÉGIDE DE L’UNESCO Tous au
MATCH GALA SOUS L’ÉGIDE DE L’UNESCO Tous au 5-Juillet Aidons les enfants de l’Afrique le
MATCH
GALA
SOUS
L’ÉGIDE
DE
L’UNESCO
Tous au 5-Juillet
Aidons les enfants
de l’Afrique
le 23 avril !
Rabah Madjer

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup de sabre MCA 1 1 Des décisions ont été

Coup de sabre MCA

11

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup de sabre MCA 1 1 Des décisions ont été

Des décisions ont été prises hier lors de la réunion

Zedek décidé à investir la villa de Chéraga

Comme prévu, le groupe de Zedek a tenu, hier matin, une réunion à laquelle ont pris part les membres de son bureau, d’an- ciens joueurs, ainsi que des membres de l’AG qui étaient réha- bilités dans leurs droits. Lors de cette réunion, plusieurs points ont été débat- tus, dont l’installation de Zedek dans ses fonctions. Une déci- sion a été prise à l’unanimité par les présents de cette réu- nion, celle de la né- cessité de prendre les rênes du club le plutôt possible. Ainsi, le pré- sident du CSA/MCA, Abdelhamid Zedek, se rendra ce lundi chez l’huissier de justice pour fixer la date de sa rentrée à la villa de Chéraga.

Le recours aux forces de l’ordre n’est pas écarté

A croire ce qui se dit dans l’entourage du groupe de Zedek, on laisse croire que ce der- nier sera accompagné par le secrétaire géné- ral du club, en l’occur- rence Mehdi Aïzel, et l’huissier de justice, le jour où il se rendra à la villa pour prendre ses fonctions de président. Si maintenant les pen- sionnaires de Chéraga vont refuser à Zedek l’accès, à ce moment, il remettra le rapport de l’huissier de justice au procureur qui l’autori- sera à avoir recours aux

forces de l’ordre public.

Les membres de l’AG s’opposent à ce que le club soit cédé à bas prix

Outre l’installation de Zedek dans ses fonc- tions, lors de cette réu- nion, ils étaient unanimes à s’opposer à ce que le club soit cédé à bas prix pour Eddir Loungar. Le groupe de Zedek refuse de cau- tionner ce qui se passe actuellement au sein du club, mais cela ne veut nullement dire qu’ils s’opposent aux bonnes volontés qui veulent investir au MCA.

Un groupe d’industriels prêt à investir

Lors de cette réunion, des membres de l’AG ont réitéré l’engagement de certains industriels qui sont prêts à former un groupe pour investir au Mouloudia. On annonce même des surprises à l’avenir, du fait que maintenant, les choses sont plus ou moins claires au MCA au sujet de la dette du club qui est de l’ordre de 12, 4 milliards de centimes. C’est le chiffre qui a été d’ailleurs communiqué officiellement à Eddir Loungar par la SSPA/MCA. Ainsi, le groupe de Zedek se pré- pare à prendre le CSA/MCA, mais aussi investir dans le club, au moment où à la villa de Chéraga on n’a prêté au- cune attention à cette réunion, et ses pension- naires prétendent que ces tentatives sont vaines.

K. M.

Condoléances

Les familles Hadj Rabia et Abba ont l’im- mense regret de faire part du décès de Kahla- rass Amina, à l’âge de 26 ans, des suites d’une longue maladie. En cette douloureuse circons- tance, elles prient le Tout-Puissant d’accueillir la défunte en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

Ghrib : «Si j’attends Loungar, les joueurs vont crever de faim»

J usqu'à présent, les choses n’ont pas évo- lué d’un iota pour l’investisseur Eddir Loungar qui s’est

même engagé à payer les

joueurs du Mouloudia. Pour connaître les nouveaux re- bondissements de cette af- faire, après la réunion de mercredi passé, nous avons joint Ghrib qui nous dira : «Je ne veux pas parler de ce sujet, car la balle est dans le camp de Loungar. Pour notre part, nous avons veillé à mettre à sa dis- position tous les documents

nécessaires qu’il a réclamés, et

nous avons même répondu à sa proposition qui est chez son avocat. Mais pour l’instant, il n’y a rien de nouveau. Ce qui m’intéresse le plus, c’est de veil- ler à ce que l’équipe soit dans de bonnes conditions. La se- maine dernière, j’ai payé un mois de salaire aux joueurs comme prévu. Si j’attends Loungar pour les payer, les joueurs vont crever de faim.» Faut-il rappeler que Ghrib ne s’est pas opposé, lors de la réunion, au projet de Loun- gar, pour ne pas être accuse de vouloir lui faire barrage. «On attend la réponse de Loungar et c’est tout le monde

qui s’est montré disposé à l’ai- der. Mais tant que rien n’a été signé, nous allons continuer à gérer l’équipe de manière ordi- naire. Maintenant s’il prend le club, à ce moment-là, les don- nées vont changer», a-t-il ajouté.

«Tant qu’il n’a rien signé, il n’a pas le droit de parler au nom du Mouloudia»

Quant aux changements que Loungar annonce, que cela soit au niveau de l’effectif ou de l’encadrement tech- nique, lui qui a parlé de re-

cruter des stars et des techni- ciens de renommée, Omar Ghrib nous dira : «Tant que Loungar n’a rien signé, il n’a pas le droit de parler au nom du Mouloudia, excepté les diri- geants qui sont au MCA. Je pense que les choses sont claires. Une fois que Loungar aura pris le club en main et s’il réussit à honorer ses engage- ments, à ce moment-là, il sera libre d’agir comme bon lui semble.» Le coordinateur de la section football du MCA nous a confié que jusqu'à preuve du contraire, il n’a pris attache avec aucun joueur. K. M.

Il emboîte le pas à Amrous

Tafat s’oppose à ce que le Mouloudia soit bradé

La réunion du conseil d’adminis- tration du Mouloudia, qui s’est déroulée mercredi dernier au siège du club, continue de faire l’actualité dans l’entourage du club. Contrairement à ce que cer- tains veulent faire croire, le PV de la réunion n’est en réalité qu’une réponse à la proposition de Eddir Loungar qui, lors de sa dernière visite à Alger, voulait faire signer le protocole d’accord aux mem- bres du conseil d’administration. Parmi eux, M. Tafat, qui occupe le poste de conseiller au sein de la SSPA/MCA qui est aussi l’un des plus anciens dirigeants du MCA, refuse d’entendre parler de la si- gnature d’aucun document, avant que Loungar n’apporte des garanties finan- cières nécessaires. Il veille ainsi à préser- ver les intérêts du MCA et se dit prêt à faire barrage aux membres du CA qui veulent brader le club.

La plate-forme du protocole d’accord sera établie par des juristes spécialisés

Affichant clairement sa position, Tafat n’a aucunement l’intention de s’opposer aux bonnes volontés. Au contraire, il tient à aider toute bonne initiative qui permettra au club d’avoir les moyens de sa politique. Ce n’est qu’une fois que

les moyens de sa politique. Ce n’est qu’une fois que Loungar aura apporté des garanties fi-

Loungar aura apporté des garanties fi- nancières nécessaires pour son projet que les membres du CA débattront de la fina- lisation du protocole d’accord. Cepen- dant, M. Tafat compte solliciter les services de juristes spécialisés dans le do- maine financier et des sociétés par ac- tions, pour l’établissement du protocole d’accord en question, afin que les droits du club soient préservés. Ce qui explique d’ailleurs le refus de certains membres de signer le protocole d’accord que Loungar voulait faire signer à l’hôtel Hilton.

Il a refusé de participer au putsch de 1976 contre Bellamane

Ceux qui connaissent bien Ahmed Tafat,

son attitude est loin d’être surprenante, lui qui a mis l’intérêt du club au-dessus de toute autre considé- ration, et ce n’est pas la première fois qui le fait d’ailleurs. En effet, et lorsque le Mouloudia a offert son premier titre continental en 1976, à l’époque où le club était présidé par un grand Monsieur, en l’occurrence M. Fer- hat Bellamane, cer- taines personnes ont voulu faire à l’époque un putsch au prési- dent en exercice. Ils voulaient même faire de son absence à la réunion du conseil, au même titre que M. Mustapha Ka- trandji qui occupait le poste de vice-pré- sident, un abandon de poste et réussir leur putsch. Finalement, le coup n’a pas marché, car deux membres du comité di- recteur n’ont pas voté à l’époque, dans l’un d’entre eux n’est autre que Ahmed Tafat qui avait fait valoir l’intérêt du MCA. On pourra même revenir sur cette histoire de putsch avec plus de détails, si cela s’avère nécessaire. Trente six ans après, Tafat a donc fait valoir une nou- velle fois l’intérêt du MCA pour éviter que le MCA ne soit bradé.

K. M.

MATCH GALA SOUS L’ÉGIDE DE L’UNESCO Tous au 5-Juillet Aidons les enfants de l’Afrique le
MATCH
GALA
SOUS
L’ÉGIDE
DE
L’UNESCO
Tous au 5-Juillet
Aidons les enfants
de l’Afrique
le 23 avril !
Rabah Madjer

Anep : 912877 - Le Buteur du 22-04-2012

12

Anep : 912877 - Le Buteur du 22-04-2012 1 2 N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

Publicité

du 22-04-2012 1 2 N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Publicité N° 1902 Dimanche 22 avril

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

22 avril 2012 Publicité N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup de manivelle ASO 1 3

Coup de manivelle ASO

13

prime du MCEE perçue La Les joueurs ont reçu leur prime de match, qui s’élève
prime
du
MCEE
perçue
La Les
joueurs
ont
reçu
leur
prime
de
match,
qui
s’élève
à trois
millions,
la gagné
face
au
MCEE,
chose
qui
prouve
vo-
lonté de la direction
de Medouar d’être à
jour avec les indemnités
des joueurs afin
de les mettre dans les meilleures condi-
match du
tions morales pour préparer le
Hilal. Les joueurs
ont eu leur argent
jeudi soir avant
de prendre un repos d’un
jour.
Zazou avec le groupe
L’arrière gauche de l’ASO, Samir
Zazou, qui souffrait d’une
élongation au
niveau
de la cuisse, a pu poursuivre, hier,
les préparatifs pour le match du CRB
qu’il veut jouer. Le
joueur a travaillé
nor-
malement avec le groupe, chose qui a ré-
conforté l’entraîneur qui n’a pas encore
tranché sur sa participation.
Il le veut
prêt pour le match
de Ligue des cham-
pions et ne veut pas le
perdre encore
une
fois mais, s’il rechute, Sellama
et Bouha-
fer pourraient le remplacer pour ce
match.
Aouamri opérationnel
Une
autre bonne nouvelle
pour le staff
c’est le re-
technique et les supporters,
tour de Mohamed Amine Aouamri qui
fait son retour à
la compétition dès ce
mardi après presque deux
mois d’ab-
blessure de la
sence suite à une vilaine
nor-
cheville. Le joueur, qui s’entraîne
malement avec le groupe, veut repren-
dre la compétition ce mardi et risque
même d’intégrer le onze si Saâdi lui fait
confiance pour remplacer
Samir Zazou
qui revient tout juste de blessure.
Les espoirs en stage
à Zéralda
reprendront l’entraînement en
solo demain ou au plus tard
lundi mais ne seront pas concer-
nés par le match de mardi. Leur
retour s’effectuera face au Hilal
du Soudan, un match capital
pour la formation de Saâdi qui
veut tout de même piéger le
CRB et arracher un bon résultat
qui relancera encore plus la
course au titre pour les Chéli-
fiens qui veulent partir au Sou-
dan avec un troisième bon
résultat.
Les Lionceaux
de
l’ASO,
qui ont une fi-
entrer dès
nale à jouer ce mardi, devront
aujourd’hui dans un stage bloqué de
48
heures afin de préparer
le match de la
mardi
finale des U21 qui se déroulera ce
face à l’équipe de la JSMB. Une occasion
une troi-
pour l’école de l’ASO d’arracher
sième Coupe d’Algérie
cette saison après
celles des U15 et U20. La direction de
pour mettre
l’ASO a tout mis en œuvre
condi-
cette catégorie dans les meilleures
tions pour bien préparer
ce rendez-vous.
A. F.

Kouadri : «Prêt pour jouer face au CRB»

comment voyez-vous vos chances ? C’est un match très difficile pour les deux clubs qui ont fourni de gros efforts lors de leurs derniers matches. Le CRB pense plus à sa fi- nale de Coupe d’Algérie et nous à notre match de Ligue des cham- pions. Chaque équipe veut les trois points sans dégâts concernant les suspensions ou les blessures. Je crois que ce match sera plus tactique que physique et se jouera sur des détails et nos chances sont très grandes de réaliser un bon résultat. Vous avez beaucoup de chances de rester dans les buts lors de ce match, comment préparez-vous ce match ? Je suis très à l’aise mentalement, surtout que j’ai pu garder la virginité de mes buts lors du dernier match. Je suis très motivé de jouer ce match et aider mon équipe à réaliser un bon résultat la veille de notre départ au Soudan. C’est pour cette raison que j’essaye de me préparer avec le plus grand sérieux afin d’être prêt si l’entraîneur me fait confiance pour jouer cette rencontre capitale pour moi et pour l’équipe. L’ASO pourra-t-elle gérer les deux compétitions en même temps en ce si court laps de temps ? C’est une question de volonté. Les joueurs doivent relever le défi et prouver que nos ambitions ont grandi avec l’équipe et que l’équipe est capable de terminer la saison très fort comme elle l’a fait la saison der- nière. C’est vrai qu’on traversera une programmation infernale mais tout peut se passer, alors on fera tout afin de se qualifier à la phase de poules et, pourquoi pas, défendre notre titre de champion. Entretien réalisé par Ahmed Feknous

En attendant Seguer et Ghalem

Achiou reprend du service

A près un jour de repos, les poulains de Saâdi ont repris le chemin de l’entraîne- ment, hier, en fin

d’après-midi, pour préparer leurs prochaines échéances, à commen- cer par le match du CRB, ce mardi. Une semaine décisive pour les Chélifiens en championnat et en Coupe d’Afrique aussi. Saâdi, qui a pu augmenter la charge en fin de semaine dernière, se penchera, dès aujourd’hui, sur le plan tactique, cherchant ainsi une équipe qui soit capable de ramener un bon résul- tat du premier déplacement vers Alger pour jouer le match en re- tard face au CRB. Les poulains de Saâdi, qui se trouvent, eux aussi, dans de bonnes conditions mo- rales, veulent prendre leur re- vanche sur cette équipe qui les a éliminés en Coupe d’Algérie. Tou- tefois, entraîneur les a mis en garde pour éviter l’engagement et les blessures car il aura besoin d’eux dans le prochain match de fin de semaine en Ligue des cham- pions. De retour au travail, l’entraî- neur a pu récupérer les services de Hocine Achiou et de Maâmar Youcef, qui ne se sont pas entraî- nés ces derniers jours, le premier à cause d’une blessure de la cheville et l’autre à cause d’une angine. En attendant le retour de Mohamed Seguer et Mohamed Ghalem, ils

Pub

Comment se déroulent les préparatifs pour le prochain match ? Nous sommes en train de nous y préparer surtout qu’on a bénéficié de dix jours sans com- pétition, chose qui nous a per- mis de retrouver toute notre fraîcheur physique et a permis aux joueurs blessés de revenir à temps. Cela fait longtemps qu’on n’a pas eu cette occasion et on sait que ce sera la dernière avant la ligne droite. Un tel repos ne vous fera-t-il pas perdre le rythme ? On revient de deux succès qui nous ont permis de redresser la barre, de retrouver la confiance et de nous remettre en de bonnes conditions. Ce repos est venu à temps pour nous et s’il était ad- venu plus tôt, on n’aurait perdu ni en Coupe d’Algérie ni en cham- pionnat. Maintenant, il faut profi- ter pleinement de cette période afin de retrouver toutes nos quali- tés physiques car la prochaine étape sera déterminante pour nos objectifs. Croyez-vous toujours au titre de champion ? Et pourquoi pas ? On tient tou- jours nos chances et rien n’est joué en championnat. Chaque équipe qui joue les premiers rôles y croit toujours et nous devons tout mettre en œuvre pour ramener le maxi- mum de points pour ne pas avoir de remords. Il faut exploiter ses chances et essayer de revenir en haut du tableau. C’est encore plus difficile mais pas impossible et tout peut se passer dans les prochains matches. Le match du CRB sera une occasion pour vous de revenir à la pression en haut du tableau ;

dans les prochains matches. Le match du CRB sera une occasion pour vous de revenir à
14 Un contrat de deux ans aurait été proposé à Messaoudi Le défenseur cen- tral
14
Un contrat
de deux ans
aurait été
proposé à
Messaoudi
Le défenseur cen-
tral du WA Tlem-
cen, Abdelkader
Messaoudi, serait
l’une des convoitises
de l’USMA pour la
saison prochaine.
Selon nos informa-
tions, l’agent du
joueur aurait ren-
contré récemment
un dirigeant des
Rouge et Noir pour
discuter du sujet. Il
semble même que
l’USMA serait très
intéressée,
puisqu’on apprend
qu’un contrat de
deux ans aurait été
proposé à Mes-
saoudi qui, faut-il le
préciser, est en fin
de contrat avec le
WAT. Il est à noter
que le joueur, avant
d’atterrir au WAT,
avait failli signer à
l’USMH, mais lors
d’un match amical
où il n’avait pas
montré grand-
chose, les suppor-
ters harrachis
l’auraient vexé, suite
à quoi il a décidé de
ne plus revenir.
C’est Abdelkader
Amrani, qui a été
son entraîneur à
Annaba, qui a mis la
main sur lui pour le
faire venir à Tlem-
cen, club où il de-
viendra un titulaire
à part entière.
B. M.

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

Coup neuf USMA

Abdallah Charchar «Mon

éducation et mon honnêteté m’interdisent de heurter la sensibilité de nos supporters»

Réagissant à ce communiqué, le secrétaire de l’USMA, Abdallah Charchar, s’est dit à son tour surpris et étonné qu’on ait pu porter de telles accusations à son encontre, tout en rejetant tous les reproches qui lui ont été faits, indiquant par là même que ses propos ont été très mal interprétés. «Je n'ai ja- mais déclaré que les agents de sécurité ont été recrutés aux fins de "chasser" les supporters us- mistes qui viennent demander de l'argent aux joueurs. Il se trouve que, dans tous les hôtels où descend la délégation us- miste, il y a des jeunes qui se présentent, qui pour demander un maillot de l'équipe, qui pour solliciter une aide financière. Néanmoins, il ne s'agit pas d'Usmistes, car les supporters qui nous accompagnent à tra- vers tous les stades du pays sont connus. Dois-je préciser que ces

les stades du pays sont connus. Dois-je préciser que ces derniers se sacrifient pour le club

derniers se sacrifient pour le club et que leur mission dépasse parfois celle d'encourager l'équipe dans les tri- bunes ?» A propos de l’accueil à Saïda, Char- char précise : «Il m'est reproché également d'avoir déclaré que «nous avions bien été accueillis à Saïda». Franchement, comment pour- rais-je faire une telle déclara- tion alors que je suis l'une des victimes de la horde sauvage saïdie ? Je vous conseille de re- voir l'émission, car il me semble bien avoir déclaré que les Saïdis nous réservaient un accueil chaleureux avant celui de sa- medi dernier». Tout en appor- tant ces précisions, le secrétaire de l’USMA, pour qui c’était la première télé, tient toutefois à s’excuser auprès des supporters s’il a pu heurter leur sensibilité car, dira-t-il, «mon éducation et mon honnêteté me l’interdi- sent.»

B. M.

R. Haddad : «Ce n’est pas le moment de polémiquer»
R. Haddad : «Ce n’est pas le moment de polémiquer»
R. Haddad : «Ce n’est pas le moment de polémiquer»

R. Haddad : «Ce n’est pas le moment de polémiquer»

Sollicité par nos soins afin de nous donner la position de la direction par rapport à ce sup- posé dérapage de Abdallah Charchar, le numéro 2 de l’USMA, Rebouh Haddad, nous a indiqué que «ce n’est pas le mo- ment de polémiquer et de créer des tensions à l’intérieur même du club, au moment où l’équipe est toujours fragilisée par ce qui lui est arrivé à Saïda. Charchar aurait dû toutefois faire atten- tion à ses propos en évoquant le

par ce qui lui est arrivé à Saïda. Charchar aurait dû toutefois faire atten- tion à

rôle de nos agents de sécurité. Il aurait pu se contenter de dire que c’est pour protéger les joueurs sans rentrer dans les dé- tails. Quand on fait une décla- ration officielle au nom du club, on doit faire très attention à ses propos, ce n’est pas la même chose que lorsqu’on parle à son propre nom. Je dis que c’est une simple erreur de communication et ce n’est pas la peine d’en faire une montagne, nous n’avons pas besoin de cela en ce moment.»

de communication et ce n’est pas la peine d’en faire une montagne, nous n’avons pas besoin

Belmellat pressenti chez la sélection nationale U17

Geiger aurait

été approché

peut-être pas l’utilité, si ce n’est de rajouter de la pression sur les joueurs, aurait refusé. Rebouh Had- dad n’en revenait pas, et ce serait d’ailleurs la raison par laquelle il n’ pas effectué le déplacement à Saïda, alors qu’il a l’habitude d’accompa- gner l’équipe dans tous ses déplace- ments. Voilà pourquoi le courant ne passe plus entre les deux hommes. Et apparemment, la direc- tion ne compte pas reconduire Ighil la saison prochaine. La même source nous confie que dans la fou- lée, un émissaire usmiste aurait pris attache avec Alain Geiger pour lui proposer l’idée de prendre l’USMA la saison prochaine. Une informa- tion à prendre avec des pincettes, car on ne sait pas s’il s’agit d’un contact officiel de la direction du club ou d’une démarche indivi- duelle de Rebouh Haddad. En tout cas, ce différend n’est pas pour ar- ranger les choses en cette fin de sai- son qui s’annonce très difficile pour les Rouge et Noir qui ont plutôt be- soin de sérénité que d’autre chose, comme ces querelles qui ne pour- ront que compliquer la situation ou cette maladresse d’aller approcher un entraîneur, juste parce que le sien n’a pas vu l’utilité d’une réu- nion avec les joueurs.

B. M.

I l semble

qu’effective-

ment, le cou- rant ne passe plus entre Meziane Ighil

est ses responsables, particulièrement avec Rebouh Had- dad. Nous avions révélé, en effet, dans notre édi- tion de vendredi dernier que l’en- traîneur de l’USMA, qui n’avait pas assisté au dîner offert mercredi passé en l’honneur des joueurs, aurait fait exprès d’éviter ses responsables en quittant le stade juste après l’entraînement. Un fait qui nous a interrogé sur les raisons qui ont poussé Ighil à faire l’im- passe sur cette cérémonie. Deux jours plus tard, une source très proche au club nous confie que Rebouh Haddad avait été froissé par son entraîneur la veille du déplacement à Saïda. Et pour cause, en prévision de cette im- portante rencontre, le numéro 2 des Rouge et Noir aurait envi- sagé de se réunir avec les joueurs, ce que Meziane Ighil, n’en voyant

Il n’a pas fait le déplacement à Saïda

Yekhlef «Le soir du match, je ne savais pas que c’était aussi grave»

Mohamed Yekhlef était chez lui à Tlemcen, lorsque ses coéquipiers se faisaient lyn- cher à Saïda à l’issue du match contre le MCS. Suspendu pour cumul de cartons, il n’a donc pas fait le déplacement. Il nous raconte comment il a vécu ces incidents.

sais pas que c’était aussi grave. Je croyais que c’était de simples dépassements, des menaces et des intimidations, comme cela se produit partout quand il s’agit de matchs aussi impor- tants. Quand vous êtes-vous rendu compte que c’était très grave ? Je vous l’ai dit, c’était le lendemain car, la veille, je ne voulais pas trop déranger les joueurs qui n’étaient pas en état de parler long- temps au téléphone. Et ce n’est que lorsque j’ai rejoint l’équipe pour la reprise des en- traînements que j’ai vu l’étendue des dé- gâts. On m’a alors tout raconté, avec tous les détails et, franche- ment, je n’arrivais pas à en croire mes oreilles. Là, je me suis dit que le foot- ball, c’est terminé en Algérie. Vous avez été choqué

Pour cause de suspension, vous n’avez pas été du voyage à Saïda. Comment avez- vous vécu ce qui est arrivé à votre équipe ? Je n’ai pu me rendre compte de la gravité des faits que le lendemain de la rencontre à travers ce que j’avais pu lire dans les jour- naux et des informations qui me parve- naient d’un peu partout, particulièrement de mes coéquipiers. Pourquoi jusqu’au lendemain, vous n’avez pas pu savoir ce qui s’est passé le soir du match ? Si, mais je ne savais pas que c’était aussi grave. Le jour du match, j’étais chez moi, à Tlemcen. Quelqu’un que je connais à Tlemcen, un supporter de l’USMA, est allé à Saïda pour assister au match. J’étais en contact permanent avec lui au téléphone. A cinq minutes de la fin, il m’a dit qu’il allait quitter le stade, car la situation avait com- mencé à déborder. Je ne sa- vais même pas que l’USMA avait égalisé. Par la suite, j’ai essayé de joindre les joueurs, mais avec ce qui se passait à ce moment-là, il était difficile de les avoir au téléphone. Mais j’ai pu parler à quelques dirigeants qui m’ont fait savoir que les joueurs ont été agressés, qu’on les a tabassés et qu’ils avaient du mal à quitter le stade. Et vous avez pu avoir les joueurs par la suite au téléphone ? Oui, j’ai pu parler à quelques-uns d’entre eux plus tard. Ils m’ont ra- conté ce qui s’est passé, mais jusque-là, même après avoir dis- cuté avec les joueurs, je ne pen-

Actuellement entraîneur des gardiens de but des U21 de l’USMA, Farid Belmellat est pressenti pour intégrer le staff de la sélection nationale des U17. Il faut dire que l’excellent tra- vail que l’ex-international est en train d’effectuer avec les jeunes usmistes n’est pas passé inaperçu chez le staff de la sé- lection nationale qui veut profiter de sa longue expérience. Sous contrat avec les Rouge et Noir, Belmellat attendra la fin de saison pour discuter avec la direction de l’éventualité de partir, surtout qu’il s’agira de servir la sélection nationale.

Le groupe Ouled El Bahdja indigné par les récentes déclarations de Charchar

Le groupe de supporters de l’USMA, Ouled El Bahdja, très proche de l’entourage du club et très influent parmi les fans des

son déplacement à Saïda, aurait expli- qué que les agents en question ont été recrutés pour pro- téger les joueurs de quelques suppor- ters qui viennent les déranger à leur hôtel lors des mises au vert ou même au stade. Le groupe Ouled El Bahdja accuse Charchar d’avoir porté at- teinte au supporter usmiste en faisant savoir que les fans viennent demander de l’argent aux joueurs, estimant que cela, même s’il s’avère vrai, ne de- vait pas être dit pu- bliquement et que ça devait rester à l’intérieur du club. «Le supporter de

l’USMA n’est pas un mendiant, il a sa fierté et sa dignité», pouvait-on lire entre autres dans le communiqué. Aussi, et toujours selon ce groupe de supporters, Abdal- lah Charchar aurait parlé d’un bon ac- cueil des Saïdis. Choqués, ces sup- porters s’interro- gent : «Comment peut-il remercier des gens qui ont essayé de nous tuer ?» Enfin, le groupe Ouled El Bahdja interpelle la direc- tion de l’USMA à ce sujet afin qu’elle puisse prendre les mesures qu’il faut en exigeant des ex- cuses publiques.

Rouge et Noir, s’est dit indigné et consterné par la sortie médiatique de Abdallah Char- char, secrétaire du club, avant-hier, vendredi, sur le plateau de l’émis- sion «Bidoun Tana- zoul». Dans le communiqué dudit groupe de suppor- ters, ces derniers se disent indignés de- vant les propos tenus par Charchar qui, pour justifier la présence d’agents de sécurité autour de l’équipe lors de

?
?

Plus que ça, vous vous rendez compte qu’on a es- sayé de tuer les joueurs ? Quelle était l’intention de celui qui a poignardé Laïfaoui ou de celui qui avait porté un coup de couteau à Djediat qui avait pu le barrer avec son bras ? C’est très grave ! Un joueur quitte son domicile pour aller jouer un match de football et il n’est pas sûr de pouvoir revenir chez lui vivant. Quel est l’état des lieux à présent ? Ça va beaucoup mieux. Psychologiquement, les joueurs se portent mieux et se sont tous remis au travail. On essaye d’oublier ce qui s’est passé même si ces incidents ne doivent ja- mais être oubliés. Entretien réalisé par M. Zerrouk

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup risqué CRB 1 5 La grève évitée de justesse

Coup risqué CRB

15

La grève évitée de justesse

2012 Coup risqué CRB 1 5 La grève évitée de justesse F inalement la menace de

F inalement la menace de grève brandie par les joueurs a vite été évitée par le prési- dent Azzedine Gana qui n’a pas réussi à honorer oppor-

tunément ses engagements vis-à-vis de ses joueurs, ces derniers ont choisi après une longue attente de ne plus s’entraîner jusqu’à satisfaction de leurs revendications. Le premier responsable du club a bien évidemment gagné du temps en reportant souvent le paye- ment, mais pour faire revenir ses joueurs à de meilleurs sentiments, il n’aura qu’à trouver l’argent nécessaire. Certains dirigeants trouvent cette dé- marche irresponsable au moment où l’équipe est appelée à se concentrer sur une importante rencontre face à l’ASO ce mardi et la finale de la coupe d’Algé- rie, une semaine après. Mais l’incapa-

cité itérative de la direction à se mettre

à jour financièrement avec ses salariés a

d’ailleurs ébranlé la confiance et poussé les joueurs à se rebeller pour toucher leur dû. Dans l’attente d’une subvention étatique ou une éventuelle contribution salvatrice de sponsors, Gana reste sus- pendu à ces options pour payer les mensualités de l’équipe qui ont atteint plusieurs milliards de centimes alors que le CRB a déjà consommé 1 milliard 250 millions de centimes du MJS, le

milliard destiné à l’achat d’un bus, cinq millions de dinars de Frico ainsi que l’apport de Nedjma et de la CNEP. Le CSA a également contribué à désamor- cer la crise au début de cette saison en remettant à la SSPA un chèque de cinq millions de dinars de Bellat sous forme de prêt. Aux dernières nouvelles, Gana

a promis à ses joueurs de les rencontrer

aujourd’hui à la reprise pour leur re- mettre des chèques et apaiser la ten- sion. Les joueurs ne veulent plus de discussions stériles et exigent du concret.

Gana : «Comme convenu, ils seront payés»

«J’ai toujours tenu un discours franc avec les joueurs, je leur ai dit il y a quelques semaines qu’ils recevraient un mois de salaire et ils l’auront de- main (entretien réalisé samedi). Il n’y a pas lieu de s’alarmer, nous avons dû occasionner un léger retard mais nous sommes presque dans les temps. Concernant la prime de qualification en finale, je me déplacerai à l’entraîne- ment et à l’issue duquel je me réunirai avec les joueurs et le staff technique et ensemble on fixera le montant qu’ils devront percevoir.»

Menad : «C’est rassurant

pour tout le monde»

Le Chabab de Belouizdad a réussi à se hisser en finale de la coupe d’Algérie après un parcours sans faute. l’entraî- neur belouizdadi a misé sur cette ren- contre pour assurer le premier objectif de l’équipe tout en exerçant une pres- sion sur la direction quant à la régula- risation salariale, il a déclaré à l’issue de la rencontre : «Il fallait gagner, il ne fallait pas jouer, généralement c’est en fi- nale qu’on peut s’attendre à de grosses productions. Nous concernant, il est vrai qu’on avait manqué de maîtrise, notam- ment en première mi-temps où mon équipe a péché sur le plan offensif parce que nous pouvions aisément matériali- ser les nombreuses occasions qu’on s’était créées, mais force est de constater que la

sérénité et le sang froid devant la cage nous ont énormément fait défaut, on a dû en revanche se contenter de l’unique but inscrit par Rebih sur coup franc suf- fisant pour aller en finale, je pense que globalement nous méritons amplement

Le trophée à portée de main

P remier ob-

jectif atteint

pour Menad

et les

joueurs, en disposant d’une équipe constan- tinoise par la plus pe- tite des marges (1-0) «mal inspirée et qui n’a rien fait pour ga- gner cette demi- fi- nale», dixit Yacine Bezzaz —, la forma- tion belouizdadie de- vait composter son billet pour la finale sans pour autant se soucier de la manière. «Ces matchs-là, il faut les gagner, peu importe la production, mais on tâchera de montrer un

autre visage en finale», réplique l’entraîneur belouizdadi après la qualification de son équipe. Le CRB évo- luera désormais le 1er mai au stade du 5- Juillet pour décrocher la septième coupe d’Algérie et égaler par conséquent le nombre de trophées remportés par son futur adver- saire, l’ESS. Les Be- louizdadis, loin d’être imposants, n’ont pas fait étalage des quali- tés qu’on leur connais- sait, mais cela suffit à leur bonheur. Le CRB retrouvera donc la fi- nale trois saisons

après son dernier sacre sur la pelouse de Tchaker en disposant du CABBA aux tirs au but. Une victoire, une seule, sépare le Cha- bab de son rêve, le rêve devenant réalité après avoir passé tous les tours sans encom- bres et sans encaisser le moindre but : ESM (2-0), JS Sidi Salem (5-0), MCS (0-0) et CSC (1-0), mais sur- tout revenir parmi les ténors car les coéqui- piers de Mammeri sentent vraiment le grand coup. D. A.

cette qualification, que nous dédions à notre fabuleux public».

«On pourra maintenant se préparer sereinement»

Las d’attendre, les joueurs du Chabab devaient passer à l’acte en mettant leur menace à exécution aujourd’hui en fai- sant l’impasse sur la séance de reprise. Ce dernier recours pour toucher leur ar- gent était déjà perceptible dans le groupe depuis quelques jours, mais les chal- lenges actuels des Belouizdadis ont fait repousser cette échéance après avoir composté le billet pour la finale. A ce propos, Djamel Menad nous dira : «Il faut savoir que toute l’équipe était dans le flou total, la grève était la seule alterna- tive pour les joueurs de se faire entendre, heureusement que le président Gana est intervenu pour rassurer tout le monde, les joueurs en premier lieu car il a laissé en- tendre qu’il remettrait un chèque repré- sentant un mois de salaire à chaque joueur. Cette régularisation partielle est nécessaire pour conserver cet état d’esprit. Le club risquait de tout perdre en cette pé- riode de la saison, le danger nous guette et seuls les responsables pourront sauver ce que nous avons réussi à faire et qui sera réalisable dans un proche avenir».

«Ce que j’ai vécu vendredi est exceptionnel»

«Je crois que la situation est alar- mante car les joueurs et le staff tech- nique n’ont rien à se reprocher, nous

avons atteint notre objectif. Mais ne voyant rien venir, l’inquiétude s’est em- parée du groupe d’où le recours à la grève. Certains éléments sont en at- tente de leur argent depuis plusieurs mois, d’autres moins. Mais on peut certes se montrer patients, indulgents et compréhensifs tout en faisant parfai- tement notre travail, mais la patience a des limites désormais, c’en est trop pour l’équipe d’endosser seule la crise financière. A propos de cette qualifica- tion en finale, c’est la meilleure chose qui me soit arrivée dans ma vie d’en- traîneur car je ne me rappelle pas avoir ressenti la même sensation aupara- vant, c’était magnifique, nous nous sommes imposés dans cette compétition et méritons notre place en finale. Le

« Face à l’ESS, ce sera autre chose »

«En finale devant l’Entente de Sétif, ce sera une rencontre d’un autre genre car au bout de la confrontation, il y aura la coupe d’Algérie à soulever. Cette équipe que nous avons battue récemment ne ressemblera pas à celle qui viendra le 1er mai, mais on va préparer une stratégie adéquate pour prendre le dessus et décrocher une septième consécration, j’espère que la formation du Chabab rééditera la même qualité de jeu, bien que la finale se jouera sur une pelouse en gazon naturel, et que les joueurs seront dans leur jour.»

« Face au CSC, nous

devions préserver le

score »

«Que devais-je faire à quelques mi- nutes de la fin ? Prendre des risques inutiles en jouant l’offensive, se décou- vrir ou tout simplement contrecarrer les desseins de Belhout qui, faut-il le rappeler, a incorporé trois attaquants ? La logique était donc de renforcer le compartiment défensif par Benabder- rahmane car je savais que les Constantinois allaient opérer par de longues passes mais je persiste à dire qu’on pouvait corser l’addition si on avait cette maîtrise technique.»

«La pression était palpable »

«On peut également expliquer le ren- dement en demi-teinte de l’équipe par la pression pesante par rapport à l’en- jeu et surtout la peur de mal faire. En coupe, le plus important est de passer tous les écueils car la coupe, ça se gagne. Le CSC était mieux que nous en première mi-temps sur le plan organi- sationnel défensivement et dans l’entre- jeu, mais offensivement Bouguerra était isolé comme d’ailleurs Slimani, mais malgré cela, nous avons réussi à nous créer des occasions de buts.»

Djamel A.

La reprise ce matin au 20-Août Les joueurs ont bénéficié d’un jour de repos avant
La
reprise ce
matin au 20-Août
Les joueurs ont bénéficié d’un jour de
repos avant de retourner à l’entraînement ce
matin au 20-Août. Une reprise qui intervien-
dra deux jours avant le match que livreront les
Belouizdadis aux Chélifiens. Le staff technique
entamera rapidement la préparation de la
rencontre de mardi car le résultat final aura
un impact certain au classement,
puisque les deux adversaires sont en-
core en course pour une place
sur le podium et le titre.

CRB n’a pas montré son vé- ritable visage mais c’est cela le charme de la coupe, regardez le match au sommet Chelsea-Bar- celone, les Catalans ont outrageusement dominé la rencontre, mais il n’aura suffi qu’une seule occasion aux Blues pour inscrire l’unique but victorieux, le nôtre nous propulse en finale.»

Les Belouizdadis paralysés par l’enjeu

Les Belouizdadis paralysés par l’enjeu

S outenue indéfecti- blement par une galerie des grands jours, la formation

belouizdadie a su toutefois se défaire du piège constantinois grâce à la patte de Rebih qui offrit la victoire à son équipe en transformant magistrale- ment un coup franc ren- trant du côté droit. L’enjeu était palpable en ce début de match où les deux anta- gonistes s’observaient avec un échange de balles per- dues, un jeu décousu et beaucoup de fautes com- mises. Les Belouizdadis n’arrivaient pas à produire du jeu tandis que les Sana- fir se contentaient de dé- fendre tout en opérant par des contres, d’ailleurs l’un

d’eux a failli faire mouche en première mi-temps, Bahloul qui s’est retrouvé seul devant Ousserir n’a pas réussi à secouer les fi- lets, sa balle mollement tirée a facilement été in- terceptée au grand dam des Constantinois. En pre- nant l’avantage, les hommes de Menad ont es- sayé de se mettre à l’abri par une autre réalisation que Slimani, Ammour et Rebih n’ont pu concrétiser, mais les changements ef- fectués par Belhout en in- corporant les attaquants Efossa, Dahmane et Ferhat dans l’espoir de revenir au score ont conduit Menad à changer sa stratégie afin de préserver le score en faisant rentrer à dix mi-

afin de préserver le score en faisant rentrer à dix mi- nutes de la fin le

nutes de la fin le défenseur Benabderrahmane à la place de Aoued et Benald- jia pour renforcer le pre- mier rideau défensif. Le CRB avec son billet acquis pour la finale, peut d’ores et déjà se préparer à la dernière bataille contre

l’ESS et la suite du cham- pionnat de manière se- reine. Son adversaire du jour, le CSC, n’a pas su ri- valiser et continue sa quête de points pour jouer la saison prochaine parmi l’élite.

D. A.

16

1 6 N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup fort ESS Et de huit pour Sétif

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

Coup fort ESS

Et de huit pour Sétif !

22 avril 2012 Coup fort ESS Et de huit pour Sétif ! «A cœur vaillant, rien

«A cœur vaillant, rien d’impossible», dit l’adage et il pourrait s’appliquer à cette formation de Sétif avec ce qu’elle a montré vendredi soir. La forma- tion sétifienne avait, avant de jouer son match de coupe, trébuché à deux reprises sur son ter- rain. La dernière fois ce fut contre le MCO qui, il faut le dire, a fait le dé- placement à Sétif pour engranger le point du nul et c’est tout. Vendredi soir, contrairement à ce qui était attendu, l’ESS s’est présentée au coup d’envoi du match dans une configuration plutôt défensive. Trois défen- seurs centraux ont été ali- gnés par Geiger. L’équipe de Sétif s’est aussi donné les moyens de gagner la bataille du milieu et c’était essentiel face aux redoutables animateurs de l’USMH. Cela se fera, cependant, au détriment du potentiel offensif qui se retrouvera amputé d’un attaquant. Ce sera pratiquement dans cette configuration que les Sé-

tifiens aborderont la ren- contre face aux Harra- chis. Le plan de Geiger consistera à faire en sorte, d’abord, de ne pas encais- ser. Raté ! Ziane-Cherif enverra un missile des vingt mètres que Benha- mou ne verra que passer.

Quand les

remplaçants

sonnent la

charge

La révolte sera sonnée par certains joueurs, comme Meguenni, Ka- raoui ou Ferrahi, qui, de- puis le début de saison, se voyaient barrés au niveau de leur poste de prédilec- tion. Ils commencent à trouver leurs marques dans l’équipe dont ils de- viendront à coup sûr des titulaires à part entière. Ceux qui croient que les protégés de Serrar sont en perte de vitesse vont sûre- ment un peu trop vite en besogne. Il y a, certes, beaucoup de déchets dans le jeu des Sétifiens, surtout

dans les phases offensives mais tout cela rentrera dans l’ordre avec le retour de Delhoum et Aoudia.

Le «plan» de Geiger a fonctionné à merveille !

Bien sûr, la victoire des Sétifiens, vendredi passé, ne constitue pas une véritable surprise. Les plus pessimistes des inconditionnels de l’ESS prédisaient, dans le meil- leur des cas, la séance des tirs au but. Ce succès est venu couronné les efforts des joueurs sur le terrain, cela est indéniable, mais ces derniers avaient pour arriver à leurs fins à évo- luer selon un schéma tac- tique bien déterminé. Alain Geiger, comme on dit, a bien préparé son coup. Il a choisi un onze de départ totalement iné- dit en titularisant, pour la première fois de la saison, trois nouveaux joueurs à des postes clés. En plus

de cela, il a opté pour un schéma tactique pour le moins novateur.

Karaoui, Ferrahi et Cyril, les «surprises du chef»

Karaoui, Ferrahi et Cyril ont tous trois fait leur première apparition en tant que titulaires sous les couleurs de leur club vendredi passé. En les ti- tularisant d’entrée, Alain Geiger a totalement révo- lutionné son équipe. Ka- raoui a été très précieux en défense où, avec Me- guenni et Belkaïd, il a constitué un rempart in- franchissable. Les atta- quants harrachis n’ont eu aucune liberté d’action et cela que ce soit pour les balles à terre ou dans le domaine aérien. Un autre élément a ra- tissé tout ce qui passait dans sa zone et a joué un très précieux rôle d’es- suie-glace devant sa dé- fense, il s’agit de Ferrahi. Ce dernier a rempli à merveille la mission qui lui a été dévolue par Gei- ger et celle-ci consistait à empêcher les meneurs de jeu harrachis de sévir. La dernière (bonne) surprise de Geiger est de titulariser Cyril à la pointe de l’attaque. En plus d’être un véritable poison pour les défen- seurs de l’USMH, le Ca- merounais a marqué un but plein d’opportunisme. Geiger a su choisir le bon moment pour effec- tuer une véritable méta- morphose et le moins que l’on puisse dire, est que celle-ci a été couron- née de succès.

Deux stoppeurs et pas de libéro, c’est nouveau

En faisant une petite analyse de la composante de la formation sétifienne qui s’est présentée à l’ap- pel de l’arbitre vendredi passé, on se rend compte qu’aucun joueur n’a pour poste de prédilection celui de libéro. Il y avait bien deux défenseurs axiaux mais tous sont plutôt des stoppeurs de métier. Belkaïd, Me- guenni sont comme on dit, des spécialistes du marquage de l’attaquant adverse le plus avancé.

«La baraque» était bien tenue

Jouer dans une telle configuration présente bien sûr des risques et Geiger les a pris. Le sort du match a donné raison au coach sétifien, car les redoutables attaquants harrachis que sont Yaya, Tatem et autres Bouned- jah n’ont que très rare- ment inquiété le portier de l’ESS. La «baraque» étant bien tenue, derrière, rien n’empêchait les Ben- moussa, Cyril et consorts de sévir et ils ne s’en pri- veront pas car pour ce qui est des deux gardiens qui étaient sur le terrain, ce fut plutôt Doukha qui a eu le plus à s’employer. Au lendemain du nul concédé face au MCO, Geiger nous avait promis des changements, mais nul ne pensait qu’ils al- laient être aussi impor- tants.

S. B.

La victoire des Ententistes est nette et sans bavures

Plusieurs supporters de l’ESS,

qui n’ont pas vu le match, nous

ont fait par de certaines inquiétudes. Ils veulent savoir si vraiment leur équipe a été aidée par l’arbitre pour se qualifier en finale. Certes, il y a eu deux penaltys de sifflés en faveur de l’ESS, mais les images vidéos mon- trent que Benouza était à chaque fois très près de l’action. Au vu du match, les occasions les plus tranchantes étaient pour les Sétifiens, ce qui n’en- lève en rien le mérite d’une équipe de l’USMH qui s’est battue avec ses moyens. Elle a eu, tout simplement, la malchance de tomber sur plus fort qu’elle, c’est tout.

Ambiance de fête à Sétif

La qualification acquise par leur équipe pour la finale de la

Coupe d’Algérie a été fêtée comme il se doit à Sétif. Juste après la fin du match, un long cortège de voitures s’est formé et fanions au vent et toutes sirènes hurlantes, les suppor- ters parcourant les artères de la ville. La fête se poursuivra tard dans la nuit.

Un jeune supporter sétifien poignardé

Bien avant l’ouverture des portes, un groupe important de

supporters harrachis a défoncé un des portails d’entrée au stade du 8- Mai. Des échauffourées se déclenche- ront et un jeune supporter de l’ESS sera poignardé. Il sera transporté en sang vers l’hôpital. Ce genre d’acte se répète trop souvent et il est la néga- tion même du football.

Benhamou et Belkaïd aux soins

Deux joueurs sont venus s’ajouter à la longue liste des

blessés du côté de l’ESS. Benhamou n’a joué qu’une mi-temps. Il se plain- dra de douleurs à la cuisse qui ont entraîné son remplacement par Ber- guiga. Belkaïd a dû aussi quitter le terrain à deux minutes du coup de sifflet final.

S. B.

Geiger «C’est pour ces moments de joie que je fais ce métier»

Alain Geiger est ravi pour son équipe et les suppor- ters après la qualification de l’ESS. Intervenue dans une période très délicate, Alain Geiger accueille avec une immense joie cette qualification pour la finale de la Coupe d’Algérie. L’entraîneur de l’ESS se dit très heureux pour ses joueurs et pour les suppor- ters.

Le bonheur doit vous envahir après cette qualification pour la finale de la Coupe d’Algérie, n’est-ce pas ? Oui, c’est simple le bonheur parfois. Quand on gagne des matchs, qu’on se qualifie, surtout à la fin comme ça, car l’adver- saire n’a pas le temps de revenir. C’est fabuleux, nous avons fait un gros match. Nous avons peut-être été un peu timides of- fensivement, mais nous leur avons fait mal. Après une pé- riode difficile en championnat, ça va être un peu la folie à Sétif.

Cette qualification a-t-elle une saveur particulière ?

Oui, évidemment, car on a une saison qui a été très compli- quée dès le départ. Aussi parce que nous venions de vivre une période difficile en championnat et en plus avec cette équipe de l’USMH en face de nous. Donc, évidemment que cette qualifica- tion nous ouvre des possibilités. C’est dur car en face, il y a beau- coup de qualités et de talent, donc on doit compenser par du mental, une agressivité et force collective. Ce soir, je pense que nous avons fait un bon match, il nous a manqué un petit peu de présence offensive et un peu plus de profondeur pour vraiment les mettre en difficulté. Mais c’est une grosse satisfaction. En tant qu’entraîneurs, on vit à travers nos joueurs, je suis content pour eux car je crois que beaucoup d’entre eux n’ont pas connu de fi- nale de Coupe d’Algérie. Je suis content aussi pour le public, qui est venu très nombreux. C’est aussi pour ces moments-là que je fais ce métier, même si beau- coup de moments sont plus dif- ficiles et pénibles.

A quoi avez-vous pensé

quand, à un certain moment, vous étiez dominés ? J’ai dit «calme» aux joueurs car il y avait la possibilité d’avoir une réaction et je savais qu’en face, l’adversaire commençait à douter et à reculer. L’objectif res- tait le même, c’était de bien dé- fendre et de pouvoir marquer un but. En marquant, on s’ouvrait la qualification. S’il avait fallu aller en prolongation, on y serait allé, mais c’est une bonne chose d’avoir marqué à ce moment-là, même s’il y a eu certains épi- sodes en notre défaveur. Même si j’avais plusieurs joueurs qui étaient menacés et donc sous le coup d’une suspension, c’est la satisfaction qui prime avec cette qualification.

Cyril vous avait-il vraiment dit qu’il allait marquer ? Oui, c’est exact. Cyril m’a dit :

«Coach, je vais marquer, j’en suis sûr.» Il nous en a mis quelques- uns avant, mais celui-là il compte.

Comment allez-vous gérer toutes les échéances qui vous attendent désormais, entre la

finale de la Coupe d’Algérie et le championnat ? C’est un plaisir, on ne va pas se plaindre. Là, je vais savourer, et après on basculera. Nous avons un match de champion- nat mardi, ça va s’enchaîner.

Et pour ce qui est de vos chances en finale ? Nous verrons le moment venu. Il y aura plusieurs para- mètres à prendre en compte. Quoi qu’on dise, une finale de- mande une préparation spéciale. Je ne parle pas de motivation car, les joueurs seront hyper motivés. Dès le départ, votre équipe était fortement diminuée. Il y a eu ensuite la blessure de Benhamou. Avez-vous éprouvé certaines craintes ? Des craintes, non car, tous ces aléas font partie de notre job, nous les entraîneurs. J’étais plus préoccupé à prédisposer mon équipe et aussi gérer ce qui res- tait de la partie. Dans ces cas là, on n’a pas le temps de gamber-

ger, vous savez. Entretien réalisé par K. L.

la partie. Dans ces cas là, on n’a pas le temps de gamber- ger, vous s

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012

N° 1902 Dimanche 22 avril 2012 Coup d’œil Ligue 1 1 7 MCS Addad i :

Coup d’œil Ligue 1

17

MCS

Addadi : «Le maintien sera

difficile, mais pas impossible»

la rencontre, l’USMA a marqué son but à un mo- ment où tout le monde s’attendait à notre victoire, mais l’arbitre en a voulu autrement.

Si on comprend bien, il vous a privés d’une victoire sûre Exactement. L’arbitre a faussé cette rencontre, car le MCS se dirigeait vers une victoire, mais ce refe- ree a ajouté plus de dix mi- nutes de temps additionnel. Il a laissé jouer jusqu’à ce que l’USMA inscrive son but, et après, il a sifflé la fin. C’était bien préparé et l’ar- bitre nous a privés des trois points de la victoire dans un match que nous avons dominé jusqu’à la fin.

Ne pensez-vous pas qu’après ce semi-échec le MCS a mis un pied en D2 ? Il est vrai que ce nul à domicile nous a fait beau- coup de mal, du moment où nous avons tablé sur trois points. En fin de compte, nous avons pris juste un point, et cela com- plique notre situation en bas du tableau, sans ou- blier que nous allons jouer le reste du championnat en dehors de notre terrain et sans public. Tous les para- mètres seront contre nous lors des prochains matchs. malgré la difficulté de cette tâche, le MCS se battra jusqu’à l’ultime journée

pour se maintenir.

Ainsi, vous allez redoubler d’efforts… Il nous reste encore cinq match à jouer ; et nous ne sommes pas encore reléga- bles du moment qu’il reste 15 points à prendre et en football, tout est possible. On devra juste gérer comme il se doit et aller chercher ces points. Nous allons jouer le reste du par- cours à fond et pas ques- tion de baisser les bras.

Ne pensez-vous pas que c’est une mission impossible ? Vu que nous jouerons les matchs en dehors de nos bases après la sanction de la Ligue, nous n’avons rien à perdre même si notre mission est très difficile. Le plus important est de nous battre jusqu’au bout, et notre équipe devra jouer pour le maillot et l’honorer jusqu’a la fin du parcours.

Comment se présente le prochain match face à la JSK ? C’est un match très im- portant pour les deux

équipes. Pour notre part, nous sommes dos au mur et on devra nous racheter et récupérer les deux points que nous avons per- dus à Saïda. De l’autre côté, il y aura la JSK qui jouera chez elle et qui ne doit pas, elle aussi, rater cette confrontation puisque au-