Vous êtes sur la page 1sur 33

EFP Institut Spécialisé de Technologie Appliquée - NADOR

Filière Techniques de Réseaux Informatiques (TRI)

Formateur M. M. ZAZZA (mzazza.ofppt@gmail.com )

Module n°18 Administration de RI (Windows Server)

Chapitre n°10 Gestion de disques, volumes et partitions


Plan
2

1. Utilisation de l’outil Gestion des disques

2. Disques de base

3. Disques dynamiques

4. Technologie RAID

5. MBR et GPT
Utilisation de l’outil Gestion des disques
3

Mode liste

Gestion des disques

Numéro d'objet
Mode graphique

 DiskPart est une version ligne de commande de Gestion des disques

DiskPart est une version ligne de commande de Gestion des disques


01 Disques de base

a. Définition de disque de base

b. Partitions principales

c. Partitions étendues
Définition de disque de base
5

 Disque de base = une structure de disque sur laquelle des partitions principales et étendues
sont créés.

 Ajout d’un disque de base :

Avant l'ajout d'un disque Après l'ajout d'un disque

Ajouté
Définition de disque de base
6

 Disque de base = une structure de disque sur laquelle des partitions principales et étendues
sont créés.

 Cette opération consiste à réserver tout ou partie d’un disque physique puis à formater cet
espace avec le système de fichiers choisi (FAT, NTFS, …).

 Deux types de partitions sont possible sur les disques de base :

 Partitions principales

 Partitions étendues
Partitions principales
7

 il est possible de définir un maximum de 4 partitions principales sur un même disque dur.

 Une seule partition principale doit être active afin de permettre l’amorçage d’un système
d’exploitation.

 Au moins une partition principale doit être présente sur le premier disque dur.

 La partition principale est formaté avec un système de fichiers (FAT32, NTFS, ReFS).

 Création d’une partition principale :


Partitions principales
8

 Par défaut, la première partition principale du premier disque physique est marquée comme
étant active. C’est-à-dire que le secteur d’amorçage est recherché sur cette partition.

 Si plusieurs partitions principales existent sur un ou plusieurs disques, il est possible de


modifier le statut de chacune d’entre elles afin que l’amorçage soit réalisé à partir d’une
autre partition.

 Activation d’une partition principale : sélectionner la partition principale à activer => Action -
Toutes les tâches - Marquer la partition comme active.

 Exercice : donner les commandes DISKPART utilisées pour activer une partition principale.
Partitions étendues
9

 Partition étendue = peut recevoir un système d’exploitation mais ne pourra en assurer


l’amorçage direct.

 Une partition étendue n’est pas utilisable directement (= Elle doit être divisée en un ou
plusieurs lecteurs logiques).

 Chaque lecteur logique sera formater par un système de fichiers (FAT ou NTFS).

 Remarque : il est possible de créer une seule partition étendue par disque dur.

 Remarque : les lettres d’unités A, B et C sont réservées, il reste 23 possibilités pour les
lecteurs logiques.
Travaux Pratiques
10

 TP#1 : Création d’une partition principale

1. Sélectionner un espace non alloué sur un disque de base.

2. Créer une partition principale :

 Taille = 200Mo

 Lettre de lecteur = Z

 Système de fichiers = NTFS

3. Donner les commandes DISKPART permettant de créer cette partition principale en


ligne de commandes.
Travaux Pratiques
11

 TP#1 : Création d’une partition principale

1. Sélectionner un espace non alloué sur un disque de base.

2. Créer une partition principale :

 Taille = 2Go

 Lettre de lecteur = Z

 Système de fichiers = NTFS

3. Donner les commandes DISKPART permettant de créer cette partition principale en


ligne de commandes.
Travaux Pratiques
12

 TP#2 : Création d’une partition étendue et de lecteurs logiques

1. Sélectionner un espace non alloué sur un disque de base.

2. Créer une partition étendue :

 Taille = 4,5Go

 Lettre de lecteur = H

 Système de fichiers = NTFS

3. Donner les commandes DISKPART permettant de créer cette partition étendue en ligne
de commandes.
02 Disques dynamiques

a. Introduction

b. Conversion d’un disque de base en disque dynamique

c. Volume simple

d. Volume fractionné

e. Volume agrégé par bandes


Définition de disques dynamiques
14

 Disque dynamique = ne possède pas de partitions mais des volumes.

 Volume = une portion de disque fonctionnant comme un disque physique distinct.

 Remarque : les informations de disque dynamique ne sont pas enregistrées dans le registre
mais sur le disque lui-même.

 Avantages de l’utilisation des disques dynamiques :

 Pas de limite dans la création de volumes.

 Possibilité d’étendre des volumes NTFS.

 Un volume n’est plus limité au disque physique.

 Possibilité d’utiliser la tolérance de pannes (sans avoir à redémarrer l’ordinateur).


Définition de disques dynamiques
15

 Liste des volumes disponibles sur des disques dynamiques :

 Volume simple

 Volume d’agrégat par bandes (ou RAID 0)

 Volume réparti ou fractionné

 Volumes mis en miroir

 Volumes RAID 5

 Besoin en disques dynamiques (selon le type de volume à créer) :


Type de volume Nombre minimum de disques
Volume simple 1
Volume d’agrégat par bandes (ou RAID 0) 2
Volume réparti ou fractionné 1
Volumes mis en miroir 2
Volumes RAID-5 3
Conversion d’un disque de base en disque dynamique
16

 Lors de la conversion d’un disque de base en disque dynamique, les données sont
conservées, et les partitions sont converties comme suit :

 Une partition principale devient un volume simple.

 Tous les lecteurs logiques d’une partition étendue deviennent chacun un volume simple.

 L’espace libre d’une partition étendue deviendra de l’espace non alloué. Cet espace peut être
ensuite utilisé pour créer des volumes.

 Les miroirs de partition deviendront des volumes en miroir.

 Les agrégats par bande avec parités deviendront des volumes RAID-5.

 Les agrégats par bandes deviendront des volumes d’agrégats par bandes.

 Les agrégats de partitions deviendront des volumes répartis ou fractionnés.


Mise à jour vers un disque dynamique [2/2]
17

 Procédure de mise à jour : Gestion des disques => Sélectionner le disque de base à convertir
en disque dynamique => Action - Toutes les tâches - Convertir en disque dynamique.

 Exercice : donner les commandes DISKPART permettant de convertir un disque de base en


disque dynamique.

DISKPART
select disk n
convert dynamic

Remarque : la commande convert basic permet de revenir à un disque de base, à condition


que celui-ci soit dépourvu de volume.
Volume simple [2/2]
18

 il est possible d’étendre un volume simple en combinant l’espace de ce dernier


avec un ou plusieurs espaces non alloués. La taille du volume est alors une
addition de tous les espaces ajoutés et de l’espace initial du volume.

 Remarque : il n’est pas possible d’étendre un volume qui est le résultat d’une
conversion d’une partition vers un volume. Il faut que le volume soit créé à
l’origine sur un disque dynamique.

 Étendre un volume simple : sélectionner le volume à étendre => Action - Toutes


les tâches – Etendre le volume.

 Exercice : donner les commandes DISKPART à utiliser pour étendre un volume


simple.
Volume fractionné [2/2]
19

 Volume fractionné = un regroupement d’espaces libres situés sur deux disques


minimum et 32 disques maximum.

 Les données sont d’abord écrites sur le premier disque puis sur les extensions
lorsque le premier segment est rempli.

 Création d’un volume fractionné (MS2008) : sélectionner un espace non alloué =>
Menu Action - Toutes les tâches - Nom de volume => option Fractionné.

 Création d’un volume fractionné (DISKPART) :


DISKPART
select disk n
Create volume simple size=x
Select volume m
Extended size=y disk=z
Volume agrégé par bandes [1/2]
20

 Volume agrégé par bandes = réunir, dans un seul volume logique, des espaces libres
appartenant à au moins deux disques et 32 disques maximum.

 Les données sont écrites par bandes de 64 Ko, c’est-à-dire que 64 Ko sont écrits sur le
premier disque, les 64 Ko suivants sur le 2ème disque, et ainsi de suite.

 Remarque : ce type de volume optimise les accès en lecture et écriture. Cependant, il ne


fournit pas de tolérance de pannes (si un disque est défaillant, l’ensemble des données
écrites sur tous les membres composant l’agrégat est perdu).
Volume agrégé par bandes [2/2]
21

 Remarque #2 : comme les données sont écrites par bandes, les membres de l’agrégat
doivent disposer de la même quantité d’espace.

exemple : trois disques vont formés un agrégat par bande.

 Création d’un volume agrégé par bandes (MS2008) : sélectionner un espace non alloué =>
menu Action - Toutes les tâches - Nouveau nom => option Agrégé par bandes.

 Remarque : il est impossible ni étendre, ni mettre en miroir un volume agrégé par bandes.
03 Technologie RAID

a. Définition de RAID

b. RAID-0

c. RAID-1

d. RAID-5

e. Comparatif entre RAID-0, RAID-1 et RAID-5


Définition de RAID
23

 La technologie RAID permet d’implémenter une tolérance de panne sur les disques.

 RAID = Redundant Array of Inexpensive Disks

Idée de RAID = il est moins onéreux de disposer de plusieurs disques de coût restreint et contribuant
ensemble à une sécurité améliorée, que de tabler sur un seul disque de fabrication hautement qualifié.

 Il existe plusieurs niveaux RAID dont le numéro identifie la méthode de gestion employée
dont les principaux sont : RAID-1 et RAID-5

 Remarque : RAID 0 correspond à la mise en œuvre de l’agrégat par bandes et il ne s’agit pas
d’une solution de tolérance de pannes.
RAID-0
24

 RAID-0 = stripping.

 Une agrégat formé de 02 disques (minimum).

 Taille (disque virtuel) = somme des tailles des disques agrégés.

 Les données sont réparties équitablement sur l’ensemble des disques d’agrégat.

 Exemple 1 :

• Trois disques de même capacité (160 Go)


• Taille (disque virtuel) = 160 + 160 + 160 = 480 Go

Pour écrire un fichier de 300 Mo sur l’agrégat (disque virtuel), le


contrôleur RAID divise le travail entre les trois disques qui écriront
chacun 100 Mo.

Si RAID-0 est créé avec des disques possédant de caractéristiques


différentes, alors les caractéristiques .
RAID-1
25

 Une solution facile à mettre en œuvre et d’une gestion très simple mais onéreuse.

 Les données sont écrites sur deux disques de manière strictement identique et transparente
pour l’utilisateur.

 En cas d’incident, on procède au bris du miroir, au remplacement du membre défectueux,


puis rétablissement du miroir.

 La perte d’informations est donc nulle si le second membre est sain.

 Deux technologies possibles :

• Composé d’un seul contrôleur et de deux disques.


Mirroring
• Le risque de défaillance du contrôleur constitue un maillon vulnérable.

• Composé de deux contrôleurs et de deux disques, chacun piloté par son contrôleur.
Duplexing • La défaillance d’un contrôleur n’affecte pas l’autre partie du miroir.
• La fiabilité et les performances sont ainsi améliorées.
RAID-1
26

 Remarque : la réplication est réalisée au niveau du volume et non d’un disque.

 Un disque physique n’est pas la réplique exacte de son miroir si ce dernier comprend un seul
volume.

 Il est possible de définir plusieurs miroirs sur un même disque :

Disque 0 Disque 1 Disque 2

Volume en Égalité Volume en


miroir (1) miroir (1)

Volume en Volume en
Égalité miroir (2)
miroir (2)
RAID-5
27

 RAID-5 = agrégat par bandes avec parité.

 Nécessite trois disques (minimum).

 Les informations de parité doivent être stockées pour chaque bande de l’agrégat.

 Solution moins onéreuse due au miroir de disque, en terme d’espace disque occupé par des
informations de sécurité.

 Cette solution permet d’enregistrer des informations supplémentaires de parité calculées à


partir des données enregistrées.

 RAID-5 écrit alors simultanément les données sur plusieurs disques ce qui améliore les
performances en lecture/écriture.

 Capacité des disques utilisable = (taille de disque le plus petit)*(nombre de disques -1)
RAID-5
28

 Exemple :
Un grappe RAID-5 avec 04 disques durs
identiques ayant chacun 80 Go de capacité.
Au final, seulement 240 Go sont exploitables
(=3/4 de l’espace disque totale qui est de 320
Go). Les 80 Go restante sont utilisées pour
stocker les informations de parité.

Capacité utilisable = 80 Go*(4-1) = 240 Go


RAID-5
29

 Orthogonal RAID-5 = technique logicielle crée par IBM semblable au RID-5 dans toutes ses
fonctionnalités sauf qu’elle utilise un contrôleur par disque ==> Augmenter la sécurité des
données (même si un des contrôleurs tombe en panne les données sont sauves).
Comparatif entre RAID-0, RAID-1 et RAID-5
30

 Pour 10 disques durs d’une capacité unitaire de 120 Go et d’un débit réel en lecture/écriture
de 70/50 Mo/s :

RAID-5 est le mode RAID ayant le meilleur rapport capacité/performance/sécurité. C’est d’ailleurs lui le
plus utilisé en entreprise.
RAID 2, 3, 4, 6 et 7
31

 Les niveaux de RAID les plus intéressant sont 0, 1 et 5. les autres niveaux sont peu ou pas
utilisés car :

 RAID 2 = obsolète.

 RAID 3 et RAID 4 =utilisent un disque de parité ce qui crée un goulot d’étranglement.

 RAID 6 = onéreux.

 RAID 7 = onéreux et difficile à mettre en place.


RAID combinés
32

 RAID combiné = combiner deux niveaux de RAID entre eux.

 Exemples de combinaisons de RAID :

 RAID 01

 RAID 10

 RAID 50
… Conclusion

Merci de votre attention !