Vous êtes sur la page 1sur 38

Chargement

Un solide ou un système de
solides est soumis à des actions
extérieures : le premier
objectif de la mécanique est de
déterminer la totalité des
actions extérieures.
Réactions des appuis

Le second objectif est de moment


déterminer comment se
répartissent les efforts à
l’intérieur du solide. x

Le troisième objectif est de


N x
G
dimensionner le solide en
équilibrant les contraintes et en
limitant les déformations.
1) LES ACTIONS

2) LES SOLLICITATIONS

3) CONTRAINTES ET
DEFORMATIONS
NATURE DES ACTIONS MECANIQUES
AGISSANT
SUR LES STRUCTURES

Les charges Les actions à


verticales composante
de horizontale ou
pesanteur verticale
ascendante

1
CHARGES VERTICALES DE PESANTEUR

Charges
permanentes
(poids propre
des ouvrages ou
matériaux les
G neige (Sn)
NF P 06.004
surchargeant)

Q
charges d’expoitation (Q)
Charges liées à
l’exploitation des Poids propre (G)
bâtiments (public,
mobilier, stockages,
surcharges liées à
NF P 06.001 l’entretien)

Sn
Charges
climatiques de
neige

1
NV65 et N84
ACTIONS A COMPOSANTE HORIZONTALE
OU VERTICALE ASCENDANTE
Pressions ou
dépressions
dues au vent W NV65 révisé 2000

Pression du vent (W)


Pressions des Poussée
des terres

rh
terres, liquides
ou des matières
ensilées

vibrations (w)
Poussée (ρh)
Séisme : accélérations
des masses se traduisant
en efforts horizontaux

1
AnPS92
Vibrations et
machines tournantes w accélération (An)
Exemple de descente de charges
1- La couverture subit les
actions climatiques verticales sur les éléments porteurs
(neige).
2- La charpente porte la
couverture et le plafond.
Neige
3- Les murs supportent les
charges verticales précédentes.
4- Le plancher, outre son COUVERTURE
propre poids, porte les CHARPENTE
charges d’exploitation
(mobilier, personnes etc..).
5- Les murs de soubassement PLAFOND
transmettent à leur tour les
charges aux fondations. MURS
6- Les fondations
répartissent les SOUBASSEMENT PLANCHER
pressions sur le sol et
assurent l’équilibre
statique de la SEMELLES
construction.
SOL DE
FONDATION

Actions ascendantes du sol porteur


Exemple d’actions à
composante horizontale Versant au vent Versant sous le vent
sur les éléments
porteurs d’un bâtiment
R+2

Dépression
Pression due au vent
Etage n°2
du vent

Efforts du vent Efforts du vent


appliqués aux appliqués aux
nœuds nœuds
Etage n°1

Vent

Turbulences
Rez-de-chaussée

accélération (An)
Exemple d’actions a composante horizontale ou verticale ascendante
sur les éléments porteurs

Versant au vent Versant sous le vent

Pression
du vent
Turbulences

Vent Dépression
due au vent

Rez-de-chaussée

Poussée des Poussée


terres Sous-sol des terres

Poussées hydrostatique
LA DESCENTE DE CHARGES

La descente de charges permet de connaître,


niveau par niveau, élément par élément, le
cheminement ou la distribution des actions
mécaniques extérieures à travers toute la
construction, en partant du point le plus haut du
bâtiment, vers les fondations et le sol.

L’ouvrage dans sa globalité ainsi que les éléments


de cet ouvrage, doivent être conçus pour être
stables et résister à ces actions.
La descente de charges est à la base du
dimensionnement des structures porteuses et
notamment des fondations.
1
COMMENT DETERMINER LES ACTIONS
EXTERIEURES INCONNUES ?
Une fois que les actions extérieures dues au
chargement sont définies, il faut déterminer les
actions extérieures de liaisons (inconnues) en
faisant l’équilibre statique du système.

Chargement défini

Réactions des appuis


inconnues

1
COMMENT DETERMINER LES ACTIONS
EXTERIEURES INCONNUES ?
Une fois que les actions extérieures dues au
chargement sont définies, il faut déterminer les
actions extérieures de liaisons (inconnues) en
faisant l’équilibre statique du système.

Les actions extérieures représentées par des


vecteurs sont de deux types :
• des forces
• des moments
Dans le plan, on simplifie :
Fx Valeur algébrique
F M définie par un
Fy sens de rotation
1
LIAISONS DU GENIE-CIVIL
L’APPUI SIMPLE

Une seule inconnue de


liaison : Y
Y
1
LIAISONS DU GENIE-CIVIL
L’ARTICULATION

X
Deux inconnues de liaison :
X et Y
Y
1
LIAISONS DU GENIE-CIVIL
L’ENCASTREMENT

X
Trois inconnues de liaison :
X, Y et M
Y
1
M
DEFINITION DE L'EQUILIBRE STATIQUE
Un solide indéformable ou un système de solides est en équilibre (ou
au repos) par rapport à un repère fixe, si chaque point du solide à
une vitesse nulle par rapport à ce repère.

PRINCIPE FONDAMENTAL DE LA
STATIQUE - (P.F.S)
Un solide indéformable ou un système de solides est en équilibre sous
  
l'action d'un système de forces (F 1, F 2, ...,F n)
si le torseur des forces extérieures au solide ou au système de solides
est nul en tous points du repère.

(F ) R , M = 0 , 0

ext I
 
II
 

le point I défini dans le repère fixe Oxyz.

NOTA : Le PFS seul permet de résoudre les systèmes isostatiques. Si les


systèmes sont hyperstatiques, il faut trouver d’autres équations avec des
méthodes de calculs plus approfondies (méthode énergétique, méthode des
forces, équation de Clapeyron…)

1
Le premier objectif est atteint, les actions
extérieures de liaisons sont maintenant connues.

Chargement

Réactions des appuis

1
LES SOLLICITATIONS
Soit un solide en équilibre dont on sait calculer toutes les
actions extérieures. On veut maintenant connaître ce qu’il se
passe à l’intérieur, pour cela on va effectuer une coupure fictive
de ce solide.

On coupe le solide orthogonalement à l’axe moyen [G,X) ; on


obtient ainsi deux tronçons celui de gauche et celui de droite.

On isole fictivement le tronçon de gauche, il est en équilibre


sous l’effet des actions extérieures et des actions de continuité
du tronçon de droite.

2
Le tronçon de droite exerce sur le tronçon de gauche des
actions de continuité, nous pouvons les modéliser par un torseur
dit torseur de cohésion et définir ces éléments de réduction au
centre de gravité G de S(X).
Ces actions de continuité sont des efforts intérieurs du solide.

Torseur de cohésion

coh R 
MGG

2
On appelle sollicitations, les composantes sur [G,X,Y,Z) (repère
local associé à la section S(X)) des éléments de réduction du
torseur de cohésion .

RN I VY J VZ K


N : effort normal : projection de sur [GX)

V : effort tranchant avec 2 composantes


Vy projection de sur [GY)
Vz projection de sur [GZ)

MGM X I MY J M Z K
Mx : moment de torsion : projection de sur [GX)

M : moment de flexion avec 2 composantes


My projection de sur [GY)
Mz projection de sur [GY)

2
DIFFERENTS ETATS DE SOLLICITATIONS

CISAILLEMENT

VY  0
et / ou V  0
 Z

N  0
M X  M Y  M Z  0

2
DIFFERENTS ETATS DE SOLLICITATIONS

COMPRESSION SIMPLE si N<0

N  0

VY  VZ  0
M  M  M  0
 X Y Z

TRACTION SIMPLE si N>0

2
DIFFERENTS ETATS DE SOLLICITATIONS

FLEXION PURE
Zone de flexion pure

M Y  0 ou M Z  0

 N  VY  VZ  0
M  0
 X

C’est un cas très rare.

2
DIFFERENTS ETATS DE SOLLICITATIONS

FLEXION SIMPLE

VY  0 M Z  0 VZ  0 M Y  0
 
 N  0 VZ  0 ou  N  0 VY  0
M  M  0 M  M  0
 X Y  X Z

2
DIFFERENTS ETATS DE SOLLICITATIONS

TORSION

M X  0

 N  VY  VZ  0
M  M  0
 Y Z

Dans la réalité, on a aussi un effort normal.

2
DIFFERENTS ETATS DE SOLLICITATIONS

FLEXION COMPOSEE

VZ  0 VY  0 VZ  0 VY  0
 
M Y  0 M Z  0 ou M Y  0 M Z  0
M  0 N  0 M  0 N  0
 X  X

2
DIFFERENTS ETATS DE SOLLICITATIONS

FLEXION DEVIEE

VZ  0 VY  0

M Y  0 M Z  0
M  0 N  0
 X

2
DIFFERENTS ETATS DE SOLLICITATIONS

FLEXION COMPOSEE DEVIEE

C’est la cas d’une panne qui transmet en


compression les efforts du vent à une travée
de stabilité.

VZ  0 VY  0

M Y  0 M Z  0
M  0 N  0
 X

2
GRAPHIQUES DES SOLLICITATIONS
y
F F
pu

x
A 4,700
B
900 900
Le
Vy(x) (kN) deuxième
8
objectif
6
6,392 est
4
4,458
atteint, on
2 x connaît la
0
distribution
-2
-4
des
-6
-4,458 efforts
-8
-6,392
dans le
Mz(x) solide.
(kN.m) 8
6 4,605
4
2
x
0
-2
-4 -2,906 -2,906
-6

2
-8
DIMENSIONNEMENT
Le troisième objectif est de dimensionner le solide en équilibrant les
contraintes et en limitant les déformations.
C’est le domaine de la résistance des matériaux.

Hypothèses sur le matériau : Hypothèses géométriques :

Continuité : Le matériau ne présente pas de En RdM, les déplacements de la ligne


discontinuité de structure à l’intérieur des moyenne sont petits devant les
pièces considérées. dimensions de la poutre. On calcule
Homogénéité : La composition physico- les sollicitations dans la configuration
chimique reste inchangée quelque soit le initiale.
volume élémentaire considéré au sein du
matériau. Navier et Bernouilli : Les sections
droites planes restent planes et
Isotropie: Les propriétés mécanique sont perpendiculaires à la ligne moyenne
les mêmes dans toutes les directions. déformée dans la déformation de la
poutre.

Saint-Venant : Si l’on connaît les


sollicitations N, V et M à gauche d’une
section , on peut y déterminer ses
contraintes.

3
Contrainte et Déformation
Si on prend un point quelconque dans un solide, son état de contrainte ou
de déformation spatial, c’est pourquoi on représente la contrainte et la
déformation par un tenseur.

 x  yx  zx   x  xy  xz 
   
()   xy  y  zy       xy  y  yz 
  yz  z    yz  z 
 xz  xz
Tenseur des contraintes Tenseur des déformations

y x

z
Loi de Hooke généralisée :    1       S I 
E E
3
Contrainte et Déformation
COMPRESSION
La contrainte qui
y s’exerce sur la section
N(x) droite est
x
N (x )
z G σ= A

x
La déformation de la
section droite est

N (x )
ε=
E.A
y y

x y
σ z
σ
G
G

Dans l’espace Dans le plan

Attention aux instabilités, risque de flambement !

3
Contrainte et Déformation
TRACTION
La contrainte qui
y s’exerce sur la face
N(x) droite est
x
N (x )
z G σ= A

x
La déformation de la
face droite est

N (x )
ε=
E.A
y
y
y
x
σ z σ
G
G

Dans l’espace Dans le plan

3
Contrainte et Déformation
FLEXION SIMPLE
La contrainte qui
Vy(x) s’exerce sur la section
y droite est

x
MZ (x )
z
σ = IGz ×y
G Mz(x)
La déformation de la
x section droite est

Mz.y
ε=
y E.IGZ
y y
La courbure de la
x section droite est
σ z
σ
G dwz =Mz (x)
G
dx E.IGZ

Dans l’espace Dans le plan

3
Contrainte et Déformation
FLEXION DEVIEE
La contrainte qui
Vy(x) s’exerce sur la section
My(x)
y droite est

x Mz.y
z Vz(x)
G σ= IGz +My .z
IGy
Mz(x)
La déformation de la
x section droite est

Mz.y
y ε= + My.z
E.IGZ E.IGY
y
La courbure de la
x
section droite est
σ z

G dwz =Mz (x)


dx E.IGZ

Dans l’espace
dwy =My(x )
dx E.IGY

3
Contrainte et Déformation
FLEXION COMPOSEE
La contrainte qui
Vy(x) s’exerce sur la section
y droite est

MZ (x )
x N(x) N (x )
z σ = A + IGz ×y
Mz(x)
La déformation de la
x section droite est

Mz.y
N (x )
ε= +
y E.A E.IGZ
y y
x

σ z
σ
G
G

Dans l’espace Dans le plan

3
Contrainte et Déformation
CISAILLEMENT
La contrainte qui
Vy(x) s’exerce sur la section
y droite est

Vy.MS
x

τ=
z
IGz .b(y)
x

Le déplacement du au
y cisaillement est

x y
z dvv = Vy
dx G.S1
τ
G

Dans le plan

3
DIMENSIONNEMENT

Pour le dimensionnement des éléments, il suffit de vérifier que

□ les contraintes ou les sollicitations calculées avec les


chargements restent inférieures ou égales à celles que peut
supporter l’élément.

Scal ou σcal ≤ Sadm ou σadm

□ les déplacements calculés avec les chargements restent


inférieurs ou égaux à ceux donnés dans les règlements.
fcal ≤ fadm