Vous êtes sur la page 1sur 40

Les radiations ionisantes

Plan
I. Definitions
II. Exposition aux rayonnements ionisants.
III. Facteurs influençant l’effet des radiations
ionisantes.
VI. Effets biologiques des RI.
VII.Effets pathologiques des RI.
VIII. Prévention.
IX. Mesure .
X. Limites d’exposition.
XI. Conclusion.
Radiations ionisantes

1. Définition 

Rayonnement ionisant

• RI rayonnement qui produit des ionisations dans la


matière qu'il traverse.
• Maîtrisés bcp d'usages pratiques bénéfiques (domaines
de la santé, industrie…), mais st potentiellement dangereux
voire mortels pour les organismes vivants.
• De natures et sources variées; leurs propriétés dépendent
en particulier de la nature des particules constitutives du
rayonnement et de leur énergie.
Radiations ionisantes

1. Définition 

Rayonnement ionisant

• Particules ou rayonnements énergétiques ayant la capacité de


transmettre,particulaire
Rayonnement à la matière irradiée
chargé son énergie.
électriquement
• La matière, dès pénétration des radiations ionisantes, est ionisée
(atomes composant la matière deviendrons soit négatifs soit positifs).
• Il en

est beta
Alpha, de même 
- /+ en ce qui concerne les molécules composées par ces
atomes. Cette irradiation est susceptible également d'aboutir à une
recombinaison ou à une réaction chimique au sein de la matière.
• Rayonnement
C’est donc un rayonnement
d’origine cosmique qui possède suffisamment d’énergie pour
arracher des électrons périphériques aux atomes ou aux molécules,
lorsqu’il frappe ou traverse une substance.

X, gamma et neutrons
Radiations ionisantes

1. Définition 
Rayonnement non
ionisant

• Tt rayonnement électromagnétique qui n’a pas assez


d’E pour modifier les élts constitutifs de la matière et
des êtres vivants (atomes, molécules).
• Ex : ondes radioélectriques, UV visible et infrarouge.
• Sources : UV, les micro-ondes des fours, les rayons
des lampes IR et les bancs solaires, les lasers, les
émissions des téléphones cellulaires…
Radiations ionisantes

2. Différents
types de RI
RI peuvent être :
• Directement ionisant particules chargées : e-,
P,, particules α ionisent directement le milieu ;
• Indirectement ionisant particules non chargées
(neutron), photon (X et gamma) ionisent
indirectement le milieu/ mise en mvt de particules
directement ionisants  proton dans le cas des
neutrons, électrons dans le cas des photons.
Radiations ionisantes

3. Propriétés des
RI

Les rayonnements ionisants sont particulièrement dangereux


La matière pour est
traversée/RI l’homme
ionisé pour trois
le long de
raisons :
la trajectoire des radiations : s/ l’impact de
collision, les atomes perdent e- ↔ cations ;
Pouvoir de ou les e- st arrachés et captés/d’autres
pénétration atomes ↔ anions

Pouvoir ionisant

Non détectés/
organes sensoriels
IV. Expositions aux rayonnements ionisants :
Exposition aux RI

1. Types de
sources de RI

scellés

Sources radioactives, solidement incorporées ds matières solides inactives ou
scellées ds 1 enveloppe inactive.

CPG détecteur à capture d’e- avec source radioactive (9 % des équipements),


Leur présentation et leur conditionnement normal d’emploi ne permettent pas de

Non scellés ●
prévenir toute dispersion de substances radioactives.
Source en général conditionnée dans des conteneurs facilement ouvrables,
souvent à l'état liquide ou gazeux.


Ce sont des appareils construits en vue de produire des radiations.
Générateurs de RX ●


Exp: le radiodiagnostic médical.
N'émettent des radiations que s'ils sont branchés au réseau.
Exposition aux RI

2. Mode
d’exposition aux RI
Exposition externe

A lieu qd l’homme est exposé à des sources de


rayonnements qui lui sont extérieures
(substances radioactives sous forme de nuage…)
Si la source se situe à distance de la personne on
parlera d’irradiation externe.
Si la source se trouve au contact de la peau on
parlera de contamination externe qui entraine
une irradiation externe aussi.
Exposition aux RI

2. Mode
d’exposition aux RI
Exposition interne

• Est possible lorsque des substances radioactives se trouvent à


l’intérieur de l’organisme irradiation interne.
• Pénétration/ inhalation, ingestion, blessure distribution ds
l’organisme contamination interne.

• Ne cesse que qd substances radioactives ont disparu de


l’organisme /élimination naturelle et décroissance radioactive
ou par traitement.
Exposition aux RI

3. Source d’expo.
aux RI
Exposition naturelle
Origine cosmique

• Source :soleil, explosion d’étoiles


• Entrent en collision avec nx atmosphérique cascade de
particules secondaires.
• Certaines atteignent le niveau du sol, et constituent une
source de rayonnement.
• Annuellement, la dose effective de rayonnement cosmique
reçue par individu est d'environ 0.38 mSv mais elle varie en
fonction de l'altitude.
Exposition aux RI

3. Source d’expo.
humaines aux RI
Exposition naturelle
Origine tellurique

• Principaux élts participant radioactivité naturelle:potassium-40, thorium-232


et 3 isotopes de l'uranium 234, 235 et 238.
• Radon -222 :gaz s’échape du sol(émetteur de particule alpha) (uranium,
granit…).
• En émettant leur radioactivité, ces éléments se transmutent spontanément en
éléments plus "légers" et moins radiotoxiques .
• Présents ds l'écorce terrestre et certains types de sols, dt la concentration varie
en fonction du socle où ils se sont formés.
L'organisme humain contient une faible part de radioéléments qui sont
apportés par l'alimentation et l'eau de boisson et participent à l'exposition
naturelle interne, surtout le potassium 40.
Exposition aux RI

3. Source d’expo.
humaines aux RI
Exposition artificielle
Exposition du public 

• Exposition médical :
Radiodiagnostic et radiothérapie.

• Exposition domestique :
exp.: objets luminescents avec des peintures au tritium

• Exposition d’origine nucléaire et accident nucléaire:


une partie de la radioactivité présente dans l’environnement aujourd’hui est due à des rejets
importants de matières radioactives survenus dans le passé. Ces rejets sont d’une certaines façons
accidentelles.
Exposition aux RI

3. Source d’expo.
humaines aux RI
Exposition artificielle Exposition
professionnelle

Externe, plus rarement interne. Travailleurs les plus exposés :

• Professions médicales et paramédicales (activités de - radiologie,


stérilisation des matériels médicaux, de curiethérapie…)
• Travailleurs des centres de recherche utilisant des sources radiactives.
• Travailleurs de l'industrie nucléaire.
• Travailleurs des mines d'uranium ( exposition interne par inhalation de
poussières radioactives).
• Travailleurs de secteurs industriels utilisant des sources scellées ou non
scellées.
VI. Effets biologiques des rayonnements
ionisants :

Entre l’interaction proprement dite du rayonnement


avec la cellule et l’apparition des effets biologique, il
se produit toute une suite d’événements que l’on
peut répartir en 4 grandes étapes de durées
inégales : physique, physicochimique, cellulaire et
tissulaire.
Effets biologiques des RI

1. Interactions physiques RI
– matière 

Les interactions physiques matière/particules directement ionisantes ou


celles mises en mouvement par les rayonnements indirectement ionisants
sont de 3 types:

E non suffisante pour E rayonnement ≥ E


arracher l’e- , mais liaison électrons e-
suffisante pour faire est arraché au cortège
passer e- d1 n électronique.
énergétique
fondamental à 1
niveau supérieur
si E non suffisante pour exciter
(couche moins liée),
l'atome, elle peut ↗ son énergie
l'atome est dit excité.
cinétique de translation, de rotation
et de vibration transferts
thermiques.
Effets biologiques des RI

2. Réaction physico-
chimique

Lésion direct :Radiolyse de


l’eau et génération de RLhn+ H2O ---> e- + H2O+
H2O+ ---> H+ + OH° Résulte de
l’intéracion
e- + H2O ---> H° + OH- Direct eau (80%)-
OH° + OH° ---> H2O2 matiére

H° + O2 ---> OOH°
e- + O2 ---> O2°-

H2Oest
L'eau , est extrêmement
ionisée si E > 5,16
L'ion H2 2O+projeté
L’e-présence
arraché
L'électron
En estàd’oxygène→
instable
la molécule
peut et se
réagir
eV, qui est
toxique pour l'énergie
la deest
cellule la
d’eau
radical vahydroperoxyle
avec
dissocie réagir
l'eau avec
:   :O2
sur place
liaison
généré H-OH
Effets biologiques des RI

2. Réaction physico-
chimique

Lésions induites/ transfert


indirect d'énergie

• La «Collision » entre RI et la matière  libération é de leur orbite.


• L’atome cible perd un é et devient un ion (+).
• Les é libérés percutent d’autres é le long de leur trajet formation
d’autres ions
• Actuellement, on pense que c'est cette effet qui prédomine.
En effet, en raison de leur courte durée de vie (10-6 secondes) les
radicaux libres migrent à de faibles distances. En conséquence, seuls
ceux qui sont formés à proximité d'une molécule peuvent la léser.
Effets biologiques des RI

3. Lésion moléculaire

Lésion de l’ADN Effet direct ou


indirect

Toutes les molécules biologiques sont des cibles.


Effets biologiques des RI

3. Lésion moléculaire

Lésion de l’ADN
Effet direct

ionisation1 atome de la molécule d’ADN


recombinaison avec un autre atome,
modifiant la structure chimique de l’ADN
(radiation alpha +++)
Effets biologiques des RI

3. Lésion moléculaire

Lésion de l’ADN
Effet indirect

Radiolyse de l’eau+++d’oxygène  RL
Effets biologiques des RI

3. Lésion moléculaire

Lésion de l’ADN
Altérations de l’ADN

Les principales altérations de l'ADN sont :


• Les cassures de chaines d’ADN ;
• Les modifications de la structure chimiques des bases puriques
et pyrimidiques ;
• La création de sites abasiques ;
• Altération des sucres ;
• Formation de pontage ADN-protéines ;
• Formation d’adduits.
Effets biologiques des RI

4. Effets tissulaire

Tissus radiosensibles :
• Tissus compartimentaux ;
• Cellules souches (hématopoïétique),
• Cellules en voie de maturation (perte de capacités à se diviser : peau,
gonades, embryon et fœtus),
• Cellules fonctionnelles (ne se divisent plus : la vessie, l'intestin et les
yeux).

Tissus radiorésistants :
•Les cellules fonctionnelles ont gardé la capacité de se diviser mais comme
leur durée de vie est en général très longue (1 an pour l'hépatocyte), l'activité
mitotique des cellules est très faible.
VII. Effets pathologiques des RI
Effets pathologiques des RI

Irradiation aigu du corps


entier

Effets immédiats st dus à la mort des cellules


parenchymateuses inflammation et/ou
nécrose en fonction de la dose.
Effets retardés sont dus à la destruction des
cellules de soutien une fibrose
atrophique.
Effets pathologiques des RI

Irradiation aigu du corps


entier

• Schématiquement :
20 Sv : décès en qlq h ; f. neurologique, avec un coma d'emblée,
au delà de 6 Sv : 95% de décès au cours de la deuxième semaine,
de 4 à 6 Sv : 50% de décès dans les 30 jours suivant l'irradiation,
de 2,5 à 4 Sv : 5% de décès, presque toujours tardifs, survenant au delà de la 4ème
semaine,
de 0,75 à 2,5 Sv : pas de décès, les troubles observés (sanguins et cutanés) sont
mineurs.

L'effet létal s'établit grossièrement comme suit :


* D.L. 0 (Dose Létale O : pas de décès) : < 2,5 Sv,
* D.L. 50 (50% de décès) : 4 Sv,
* D.L. 100 (100% de décès) : 6,5 Sv.
Effets pathologiques des RI

Irradiation globale
fractionné

• C'est le " mal des rayons ", consécutifs à des


irradiations plus faibles de tout le corps, ou d'une
fraction importante. Le tableau observé associe
diversement : nausées, troubles du transit,
céphalées, atteinte hématopoïétique modérée.
Effets pathologiques des RI

Irradiation partielle de
l'organisme 

Accidents hématologiques

* un syndrome infectieux,
* des troubles de la coagulation,
* des désordres métaboliques dus en partie
à l'abondance des déchets cellulaires que
doit éliminer l'organisme.
Effets pathologiques des RI

Irradiation partielle de
l'organisme 

Accidents oculaires

- conjonctivite et/ou kératite.


- cataracte : survient après une latence de
plusieurs années, après une irradiation de 5
à 8 Sv, surtout s'il s'agit de rayons
neutronique.
Effets pathologiques des RI

Irradiation partielle de
l'organisme 

Atteintes des gonades

Testicules : stérilité définitive si dose > 3 Sv.


(azoospermie possible dès > 0,25 Sv).
- Ovaires : stérilité et ménopause précoce si
dose > 12 Sv.
Effets pathologiques des RI

Irradiation partielle de
l'organisme 

Atteintes foetales

avant 3° semaine : rien ou mort de


l'embryon (tout ou rien),
3° semaine au 3° mois : rien ou
tératogénicité (mort de l'embryon ou
malformations) période de radiosensibilité
maximale,
3° mois à la naissance : rien ou foeto-toxicité
: cancers, retard mental, retard staturo-
pondéral, malformations, voire décès ante-
ou périnatal.
Effets pathologiques des RI

Irradiation partielle de
l'organisme 

cancérogénèse

- atteintes des organes hématopoïétiques :


syndromes myélo-prolifératifs (leucémie
myéloïde chronique+++)
- atteintes cutanées
- atteintes pulmonaires : (mineurs uranium)
- atteintes osseuses : sarcome des maxillaires
des ouvriers manipulant des peintures
luminescentes.
- cancer thyroïdien.
- cancer du sein
VIII. Prévention et radioprotection
Prévention et
radioprotection

Schéma général de prévention


Evaluer les dangers et les risques
Intégrer la sécurité en amont
Organiser le travail
Limiter les conséquences
Informer sur les risques et leur prévention
Former à la sécurité
IX. Mesure
Mesure

1. Exposition du personnel

Dosimètre
Densimétrie
photographique

• Repose sur noircissement produit / rayonnements dans


les émulsions photographiques, ce noircissement
dépend de la nature et de l‘En des rayonnements en
cause.
• La lecture se fait /comparaison avec films étalons
identiques en sensibilité et ayant reçus des expositions
croissantes à une énergie bien déterminée.
• Se porte à différents endroits du corps.
Mesure

2. Matériels de contrôle de
la contamination surfacique

Détecteurs électriques à
gaz ou tubes à décharge 

Constitués d'une enceinte contenant un gaz et renfermant deux


électrodes reliées à une source de courant continu.

Au moment de l'exposition, les particules incidentes créent des


ionisations dans le gaz. Les ions positifs se dirigent vers la
cathode, les électrons libérés vers l'anode. Des courants
électriques prennent naissance et leur mesure permet de
déterminer l'exposition reçue par le tube.
Grandeur Unité SI Définition Anc. Facteur de
unité conversion
Activité Becquerel Nombre de Curie 1 Ci=37 GBq
Bq désintégration par (Ci)
1 Bq=1/s unité de temps

Dose Gray la quantité d'énergie rad 1 rad=10-2 Gy


d’énergie, Gy communiquée à la
dose matière / unité de
1 GY=1J/kg masse
absorbée
(D)

Equivalent Sievert Dose d’énergie rem 1 rem.=10-2 Sv


de dose Sv multipliée par le
(H) Sv=1J/kg .Q coefficient d’efficacité
biologique relative (Q)