Vous êtes sur la page 1sur 168

Contenus

Articles

Fruit tropical

Quelques fruits tropicaux

Abricotier des Antilles Acajou AcÄrola Blighia sapida Ananas Attier Avocat (fruit) Banane Barbadine FÅve de cacao Carambolier Cerisier de Cayenne Annona cherimola Lime (fruit) Corossol Durian Arbre Ç pain Goyave Grenade (fruit) Grenadelle Grenadille Icaque Jacquier Jambosier rouge Cucumis metulifer Kumquat Litchi Longane Mangoustanier Mangue Melon (plante)

1

7

7

9

11

14

16

23

25

29

37

37

39

41

42

45

47

49

55

62

63

69

71

76

76

79

81

83

86

94

97

99

103

Prunier mombin

109

Badamier

111

NÅfle du Japon

114

Noix de cajou

116

Noix de coco

124

Papaye

130

Passiflore

132

Pitaya

138

Pomme de lait

141

Prunier de CythÅre

143

Ramboutan

145

Salak

146

Sapote

148

Sapotillier

148

Girembellier

150

Tamarillo

152

Tamarin (fruit)

155

Taxo

157

RÄfÄrences

Sources et contributeurs de lÄarticle

158

Source des images, licences et contributeurs

160

Licence des articles

Licence

166

Fruit tropical

Fruit tropical

1

Un fruit tropical est dÅfini comme un fruit provenant de rÅgions au climat tropical ou subtropical. Les fruits tropicaux ont comme caractÅristique commune de ne pas supporter le froid [1] et peuvent Çtre endommagÅs ou voir leur dÅveloppement altÅrÅ lorsque la tempÅrature chute en dessous de 4ÉC

[2] .

Les pays exportateurs de fruits tropicaux se trouvent en ExtrÇme-Orient, en AmÅrique latine, dans les CaraÑbes et dans une moindre mesure en Afrique. Les quatre principaux fruits, en volume d'exportation, sont la mangue, l'ananas, la papaye et l'avocat.

sont la mangue , l'ananas, la papaye et l'avocat. Exem p les de fruits tro p

Exemples de fruits tropicaux : ramboutan, durian, fruit de l'arbre Ä pain, ananas, noix de macadamia, jamalac, noix de pili, mangoustan, cerise des Barbades, papaye et grenadille

Les fruit tropicaux sont souvent appelÅs Ö fruits exotiques Ü dans les pays oá ils sont importÅs et consommÅs bien que ce terme ne recouvre aucune rÅalitÅ biologique [3] et ne dÅsigne pas de fruit provenant d'un habitat particulier.

Habitat

Par dÅfinition, le climat tropical est un type de climat prÅsent entre les tropiques, jusqu'Ä 15 Ä 25 degrÅs de latitude nord et sud mais les fruits tropicaux ne sont pas cantonnÅs Ä ces zones. Il existe des rÅgions Ä des latitudes supÅrieures dont les conditions climatiques sont similaires aux rÅgions tropicales. Pour ces raisons, il est admis que le climat tropical s'Åtend jusqu'au trentiâme parallâle [4] .

Ce qui caractÅrise les fruits tropicaux n'est pas tant la zone gÅographiques oá ils poussent que le climat environnant. De nombreux fruits tropicaux poussent dans des rÅgions qui ne sont pas qualifiÅes de

tropicales ou subtropicale mais qui ont un climat chaud, une tempÅrature constante ainsi qu'une humiditÅ ÅlevÅe. Ces zones sont caractÅrisÅes par une tempÅrature moyenne de 27ÉC, avec une diffÅrence de quelques degrÅs seulement entre le mois le plus chaud et celui le plus froid et avec une diffÅrence de tempÅrature entre le jour et la nuit supÅrieure Ä la diffÅrence entre le mois le plus chaud et celui le plus froid ainsi qu'une faible variation annuelle de la durÅe du jour et de la nuit, le jour ne dÅpassant pas treize heures [5] . Les fruits tropicaux nÅcessitent Ågalement un environnement humide.

tropicaux nÅcessitent Ågalement un environnement humide. RÅpartition des climats tropicaux (vert pàle) dans le

RÅpartition des climats tropicaux (vert pàle) dans le monde.

Fruit tropical

2

Production

98 % des pays producteurs de fruits tropicaux sont des pays en

dÅveloppement tandis que les pays dÅveloppÅs reprÅsentent environ 80

% des pays importateurs de ces fruits [6] . Cette part des pays en

dÅveloppement Åtait de 96 % en 1988-1990 et devrait passer Ä 99 % en 2010. Les fruits tropicaux reprÅsentent environ 75 % des exportations de produits frais tropicaux [7] .

En 2004, la production mondiale de fruits tropicaux a ÅtÅ estimÅe Ä 67,7 millions de tonnes, parmi lesquelles quatre fruits, appelÅs Ö fruits tropicaux majeurs Ü, reprÅsentent la majeure partie : la mangue 24,3 millions de tonnes, 36 % de la production), l'ananas (15,5 millions de tonnes et 23 %), la papaye (8,5 millions de tonnes et 12,6 %) et l'avocat

(3,3 millions de tonnes et 4,8 %) [8] . Ces quatre fruits reprÅsentent 75

% de la production mondiale de fruits tropicaux et 90 % des

exportations [9] . Le reste de la production, qualifiÅe de Ö produits tropicaux mineurs Ü regroupe le litchi, le durian, le ramboutan, la goyave et le fruit de la passion pour un total de 16 millions de tonnes

[8] .

le ramboutan, la goyave et le fruit de la passion pour un total de 16 millions
le ramboutan, la goyave et le fruit de la passion pour un total de 16 millions

Ananas.

le ramboutan, la goyave et le fruit de la passion pour un total de 16 millions

Avocat.

Fruit tropical

3

Fruit tropical 3 Papaye. Productions de fruit tropicaux (en milliers de tonnes) [ 8 ]  

Papaye.

Productions de fruit tropicaux (en milliers de tonnes) [8]

 

1999-2001

2002

2003

2004

PRINCIPAUX FRUITS

46457

50899

50425

51599

Mangue

22254

24554

23864

24337

-Inde

10184

11345

10800

10800

1598

1750

1750

1750

1548

1413

1362

1655

Ananas

14540

15144

15053

15480

1581

1636

1696

1700

-ThaÑlande

2200

2035

1700

1700

1234

1244

1348

1475

Avocats

2634

2998

3106

3276

-Mexique

909

897

905

1040

-IndonÅsie

138

238

256

270

192

181

213

200

Papaye

7029

8232

8401

8505

-Inde

1670

2590

2600

2600

1444

1598

1600

1600

-Mexique

705

689

720

791

FRUITS MINEURS

13370

14913

15612

16102

-Philippines

2978

3200

3300

3300

-IndonÅsie

1353

2210

2832

3200

-Inde

2850

2800

2900

2900

Production Totale

59827

65812

66037

67701

Fruit tropical

4

Exportations

Les fruits tropicaux reprÅsentent une source de nourriture dans les pays producteurs mais leur exportation constitue une importante source de revenus. 90 % de la production est consommÅe sur place, 5 % exportÅe sous forme de fruits frais et 5 % sous forme de produits transformÅs. En 2003, la valeur des fruit tropicaux exportÅs (frais et transformÅs) s'est ÅlevÅe Ä 3,9 milliards de dollars. En 2004, l'AmÅrique Latine et les CaraÑbes reprÅsentent 61 % des exportations de fruits tropicaux frais, l'ExtrÇme-Orient 22 % et l'Afrique 10 %. Sur le marchÅ de fruits transformÅs, l'ExtrÇme-Orient reprÅsente 75 % des exportations (chiffres pour l'annÅe 2003) [8] .

Importations

Les principaux marchÅs d'importations des fruits tropicaux sont les ätats-Unis, l'Union europÅenne et le Japon et dans une moindre mesure le Canada et certains pays asiatiques (Singapour, CorÅe du Sud, Chine, Hong Kong, etc). 81 % (dont 41 % pour les ätats-Unis et 32 pour l'UE) des principaux fruits tropicaux ont ÅtÅ exportÅs vers des pays dÅveloppÅs [8] .

Liste non exhaustives de fruits tropicaux

ã Abricot des Antilles ou Abricot-pays

ã Acajou

ã AcÅrola

ã Ananas

ã Attier ou Pomme cannelle

ã Avocat

ã Banane

ã Barbadine

ã Cacao (fâves)

ã Carambole

ã Cherimoya

ã Corossol

ã Durian

ã Fruit-Ä-pain

ã Goyave

ã Grenade

ã Grenadelle

ã Grenadille, Maracudja ou Fruit de la passion

ã Icaque

ã Jacque

ã Kiwano

ã Kumquat

ã Litchi

ã Longane

Fruit de la passion ã Icaque ã Jac q ue ã Jambose rouge ã Kiwano ã

Cherimoya

Fruit de la passion ã Icaque ã Jac q ue ã Jambose rouge ã Kiwano ã

Goyave

Fruit tropical

5

ã Mangue

ã Melon

ã Mombin

ã Myrobolan

ã Nâfle du Japon

ã Noix de cajou

ã Noix de coco

ã Papaye

ã Passiflore ou Grenadille sucrÄe

ã Pepino

ã Physalis

ã Pitaya

ã Pomme de lait

ã Prune de Cythâre

ã Quenette

ã Ramboutan

ã Salak

ã Sapote

ã Sapotille

ã Surelle, ou girembelle

ã Tamarillo

ã Tamarin

ã Taxo

[1] Nouvelles formulations d'enrobages pour la conservation des fruits tropicaux (http://technofruits2001.cirad.fr/fr/baldwin.htm), Elizabeth Baldwin, Conservation et transformation des fruits : nouveaux enjeux, nouvelles techniques. [2] Norbert P. Psuty, Paul Sanford Salter, Land-Use Competition on a Geomorphic Surface: The Mango in Southern Florida, Annals of the Association of American Geographers, Vol. 59, No. 2. (Jun., 1969), p. 264

[3]

DÅfinition (http://granddictionnaire.com) de l'adjectif Ö exotique Ü du Grand dictionnaire terminologique.

[4]

Henry Y. Nakasone and Robert E. Paull, Tropical Fruits, Centre for Agriculture and Biosciences International, p.1.

[5]

Samson, J. A. Tropical Fruits. 2d ed. New York: Longman, 1986.

[6]

[8] (fr) Situation actuelle et perspectives Ä moyen terme pour les fruits tropicaux (http://www.fao.org/es/esc/common/ecg/ 108849_fr_Sit_web_f.pdf), Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. [9] Groupe intergouvernementales sur la banane et les fruits tropicaux : rÅseau sur les fruits tropicaux (http://www.fao.org/DOCREP/ MEETING/004/Y1939F.HTM), Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Fruit tropical

6

Bibliographie

ã Henry Y. Nakasone and Robert E. Paull, Tropical Fruits (Crop Production Science in Horticulture , No 7), Centre for Agriculture and Biosciences International, 1998, ISBN 0851992544.

Lien externe

ã (en) Tropical and Subtropical Fruit (http://www.answers.com/topic/tropical-and-subtropical-fruit), www.answers.com.

ã (fr) recherche et dÅveloppement de lÄarboriculture fruitiâre tropicale (http://caribfruits.cirad.fr/) de la CIRAD

7

Quelques fruits tropicaux

Abricotier des Antilles

Abricotier des Antilles

Abricotier des Antilles

tropicaux Abricotier des Antilles Abricotier des Antilles Fruit Classification de Cronquist Râgne Plantae Sous-râgne

Fruit

Mammea americana

L.

L'abricotier des Antilles ou abricotier-Pays (Mammea americana) est un arbre fruitier originaire des grandes Antilles [rÅf.ånÅcessaire] . Son fruit est appelÅ abricot pays ou encore mamey.

Abricotier des Antilles

8

Description botanique

Mammea americana est une plante dicotylÅdone de la famille des ClusiacÅes des rÅgions tropicales d'AmÅrique. C'est un arbre de taille moyenne (10-15m) qui peut atteindre 25m de hauteur. Sa cime forme une large couronne arrondie. Le tronc a une Åcorce brun foncÅ.

MalgrÅ son nom, il n'a rien Ä voir avec l'abricotier (Prunus armeniaca L) connu en Europe qui est un arbre de plus petite taille de la famille des rosacÅes.

Fruit et utilisation

L'abricot-pays est un fruit Ä noyau comestible Ä la chair sucrÅe qui peut atteindre 25 cm de diamâtre et peser 4 kg. Sa chair est orange et sa peau grise-brune est relativement Åpaisse. La chair est notamment utilisÅe pour la confection de glace.

Le bois de l'abricotier-pays est dur, lourd et rÅsistant. Il possâde d'excellentes propriÅtÅs mÅcaniques et peut Çtre utilisÅ comme bois d'çuvre.

Origine et distribution

Originaire de la CaraÑbe et plus particuliârement des éles de Cuba, Hispaniola et la JamaÑque, on le trouve maintenant dans l'ensemble de l'AmÅrique Tropicale. On peut aussi le rencontrer dans des jardins Ä la RÅunion.

Noms vernaculaires

ã En : pyÅ-zabriko pÅyi

ã En anglais : mammee apple tree

ã En espagnol : mammey de Santo Domingo,

ã En allemand : Mammeiapfelbaum

C'est un arbre des forÇts tropicales humides qui aime la lumiâre et que l'on retrouve dans les plaines et clairiâres.

Acajou

Acajou

9

Nom vernaculaire ou nom normalisÄ ambigu : Le terme Ö Acajou Ü s'applique, en franèais,
Nom vernaculaire ou
nom normalisÄ ambigu :
Le terme Ö Acajou Ü s'applique, en franèais,
Ä plusieurs taxons distincts.
Acajou
Bois d'acajou
Famille concernÅe:
ã
Meliaceae, dont des acajous
Plusieurs genres
ã Cedrela
ã Entandrophragma
ã Khaya
ã Swietenia

L'acajou est un nom vernaculaire ambigu qui dÅsigne un ensemble d'arbres tropicaux de la famille des MÅliacÅes, dont la caractÅristique principale est d'avoir un bois de couleur rose pàle ou rouge. Les fruits de l'acajou sont des akânes. Il y a deux variÅtÅs principales d'acajou : l'acajou d'Afrique (le genre Khaya) et l'acajou d'AmÅrique (le genre Swietenia).

Etymologie

Le nom Ö acajou Ü vient probablement de la langue tupi [1] . En portugais, acaju dÅsigne l'anacardier, qui donne la noix de cajou. Par confusion, le mot acajou dÅsigne en franèais l'arbre donnant le bois d'ÅbÅnisterie :

ã Ö acajou Ä pommes Ü : l'anacardier (Anacardium occidentale) qui donne la noix de cajou.

ã acajou : bois rouge obtenu Ä partir de ces arbres

ã acajou : couleur correspondant Ä une nuance entre le brun et le rouge.

Acajou

10

Note: Certains noms peuvent correspondre Å une mÇme espÉce botanique.

ã Acajou Ä grandes feuilles - voir Acajou du Honduras

ã etc.

Utilisation

Le bois prÅcieux d'acajou est notamment utilisÅ en ÅbÅnisterie et en marqueterie, la lutherie des guitares modernes fait aussi appel Ä cette essence pour les manches et les corps. Il est Ågalement utilisÅ en modÅlisme naval pour la rÅalisation de modâles rÅduits de bateaux statiques ou radiocommandÅs. Sa teinte est homogâne, son grain fin, sa duretÅ moyenne. Sa masse volumique est comprise entre 560 et 1060 kg/m .

Sa masse volumique est comprise entre 560 et 1060 kg/m . MalgrÅ une protection internationale, l'acajou

MalgrÅ une protection internationale, l'acajou Ä grandes feuilles (Swietenia macrophylla) est toujours pillÅ de faèon dramatique par une exploitation illÅgale. Le manque de contrêle de son commerce international conduit l'espâce vers l'extinction. En 2007, la plupart des forÇts d'AmÅrique centrale, du Mexique et des CaraÑbes n'ont plus cet

acajou. [rÅf.åsouhaitÅe]

Selon des teintes et le fil du bois [2] :

ã Acajou d'Afrique

ã Acajou bassam - acajou de Cête d'Ivoire [3]

ã Acajou de Cête-d'Ivoire

ã Acajou de Guadeloupe

ã Acajou du Honduras : Swietenia macrophylla et Swietenia humili [4]

ã Acajou de Martinique

ã Acajou paumelÅ

ã Acajou RayonnÅ - Kossipo (Entandrophragma Candollei) [5]

Acajou d'Haiti

ã etc.

Acajou

11

Symbolique

Les noces d'acajou symbolisent les 27 ans de mariage dans le folklore franèais.

[2]

ÖåAcajouåÜ du CNRTL. Essences commenèant par A (http://www.retroplane.net/bois/html/a.htm)

[3]

P. Marotte. L'industrie du placage en France, les bois tropicaux. Dans la revue Bois et ForÇts des Tropiques nÉ61, Septembre-octobre 1958,

[4]

[5]

Malpighia glabra Syn. Malpighia punicifolia

AcÅrola

12

LÄ (Malpighia punicifolia L., synonyme de Malpighia glabra L.) est un arbre dont le fruit est appelÅ cerise des Barbades ou cerise des Antilles car ressemblant beaucoup Ä la cerise.

Le nom "acÅrola" viendrait de l'arabe 'az-zou'roër ou 'az-zucrur' et a ÅtÅ donnÅ Ä la plante par les conquistadores

espagnols [rÅf.ånÅcessaire] .

LÄacÅrola est une source naturelle remarquable de vitamine C.

Description

Arbuste de la famille des Malpighiaceae, l'acÅrola pousse spontanÅment dans les rÅgions tropicales d'AmÅrique du Sud, notamment au PÅrou et dans les forÇts amazoniennes du BrÅsil et du Venezuela. Il est aussi prÅsent aux Antilles oá il est appelÅ cerisier-pays.

Les feuilles sont opposÅs, ovales ou elliptiques et terminÅes par une pointe aiguí.

Les fleurs, de couleur rouge vif, s'ouvrent trois fois par an. Elles sont groupÅes en inflorescences axillaires.

Le fruit de l'acÅrola est comestible, de goët acidulÅ et agrÅable. Les fruits arrivent Ä maturitÅ peu de temps aprâs la floraison. Sensibles Ä la chaleur, leur conservation nÅcessite de grandes prÅcautions.

Composition

Le fruit de l'acÅrola contient 20 Ä 30 fois plus de vitamine C que l'orange. Ceci en fait un des fruits le plus riche en vitamine C (1000åmg Ä 2000åmg/100åg), aprâs le fruit du Terminalia ferdinandiana (50x) et celui du Camu-Camu (Myrciaria dubia) (30-40x) [1] . Il est Ågalement riche en vitamine B6, en vitamine B1 et en vitamine A ainsi qu'en flavonoÑdes et en minÅraux (fer, calcium, phosphore, potassium et magnÅsium).

Son intÅrÇt comme source de vitamine C a retenu l'attention des scientifiques dâs les annÅes 1950. Toutefois, l'acÅrola n'est pas uniquement une source exceptionnelle de vitamine C, il contient Ågalement des concentrations ÅlevÅes de phosphore et de calcium, de vitamines du groupe B (thiamine, riboflavine, piridoxine), ainsi que des facteurs antioxydants, notamment flavonoÑdes et anthocyanines [2]

Indications

Les extraits dÄacÅrola de par leur richesse en vitamine C sont utilisÅs pour leur propriÅtÅs tonifiantes et anti-infectieuses. Leur richesse en minÅraux apporte des propriÅtÅs reminÅralisantes. Leur concentration ÅlevÅe en flavonoÑdes et anthocyanines donne des propriÅtÅs antioxydantes.

et anthocyanines donne des propriÅtÅs antioxydantes. Gros plan sur les fleurs et fruits verts Emplois Au

Gros plan sur les fleurs et fruits verts

Emplois

Au BrÅsil, oá l'arbre est cultivÅ, les fruits sont consommÅs sous forme de jus. Les Indiens de la forÇt amazonienne l'utilisent contre les diarrhÅes et les troubles hÅpatiques.

En mÅdecine, le fruit de l'acÅrola est utilisÅ sous forme de poudre et est indiquÅ dans les asthÅnies fonctionnelles et pour faciliter la reprise de poids aprâs un amaigrissement. D'une faèon gÅnÅrale, il est prescrit lors des refroidissements et contre la fatigue [3] .

AcÅrola

13

[1]

University of Florida: Acerola (http://edis.ifas.ufl.edu/MG041)

[2]

Mezadri T, Fernìndez-Pachîn MS, Villaïo D, Garcña-Parrilla MC, Troncoso AM, The acerola fruit: composition, productive characteristics and economic importance (http://www.scielo.org.ve/scielo.php?script=sci_abstract&pid=S0004-06222006000200001&lng=es& nrm=iso&tlng=en), Arch Latinoam Nutr. 2006 Jun;56(2):101-9 (article en espagnol)

[3] PhytothÄrapie, la santÄ par les plantes, SÅlection du Reader's Digest et äditions Vidal, 2007 ((ISBNå978-2-7098-1851-3))

Liens externes

Malpighia punicifolia

Malpighia glabra

Blighia sapida

Blighia sapida

14

L , ou aki, est un arbre moyen de la famille des SapindacÅes originaire d'Afrique occidentale et cultivÅ dans les rÅgions tropicales pour son fruit, comestible mais non sans dangers. C'est une espâce proche du litchi.

Le nom gÅnÅrique, Blighia, est dÅdiÅ au capitaine William Bligh, hÅros de la mutinerie du Bounty, qui aurait introduit cette plante de GuinÅe dans la rÅgion des Antilles, en particulier Ä la JamaÑque en 1793. Selon d'autres sources (William Harris), cette introduction serait antÅrieure (1778).

Depuis cette Åpoque, ce fruit est devenu un ingrÅdient typique des diverses cuisines des Antilles, et il est Ågalement, plus ou moins, cultivÅ dans toutes les rÅgions tropicales du globe.

Il porte divers noms vernaculaires : aki, akÅe, daki, kaha, surnommÅ aussi Ö ris de veau Ü ou Ö arbre Ä fricassÅe Ü, en anglais : ackee, akee, akee apple, achee ou vegetable brain, en espagnol : akÑ, huevo vegetal, seso vegetal, en portugais castanheiro do Africa.

Blighia sapida

15

Description

C'est un arbre moyen, pouvant atteindre 10 Ä 12 mâtres de haut, avec un tronc court et un houppier dense.

Les feuilles alternes, persistantes, coriaces, sont composÅes paripennÅes comptant 6 Ä 10 folioles oblongues-ovales, mesurant chacune de 8 Ä 12 cm de long sur 5 Ä 8 de large.

Les fleurs, màles ou bisexuÅes, sont petites, blanches et odorantes. Elles sont groupÅes en grappes axillaires de 15 Ä 20 cm de long.

Le fruit, en forme de poire rouge brillant Ä jaune orangÅ est une capsule dÅhiscente Ä trois loges s'ouvrant Ä maturitÅ pour laisser apparaétre une Ä trois grosses graines oblongues Ä sphÅriques, de couleur noir luisant, surmontÅes d'une arille molle, crÅmeuse ou spongieuse, Ä chair blanc jaunàtre. L'ensemble des arilles Åvoque du ris de veau ou la cervelle d'un petit animal.

Distribution

Elle a ÅtÅ rÅpandue par la culture dans toutes les rÅgions tropicales. Elle prospâre surtout dans les rÅgions chaudes et humides, Ä basse altitude jusqu'Ä 700 m d'altitude.

Le fruit contient une toxine, l'hypoglycine qui est un amino-acide mÅthylcyclopropyl-proprionique. Cette substance provoque aprâs ingestion une diminution sensible de la glycÅmie, provoquant des vomissements incoercibles, sans diarrhÅe, pouvant entraéner des convulsions et la mort, en particulier chez les enfants. C'est un antagoniste de la riboflavine ou vitamine B2. Sa toxicitÅ diminue grandement avec l'exposition Ä la lumiâre (aprâs ouverture du fruit) mais n'est pas ÅliminÅe par la cuisson. Les accidents dus Ä la toxicitÅ de ce fruit sont un problâme rÅcurrent notamment Ä la JamaÑque et Ä HaÑti, mais aussi en Cête d'Ivoire, au Togo ou au Burkina-Faso.

Composition nutritionnelle des arilles, pour 100 g :

ã Eau : 58 g

ã Fibres : 3,45 g

ã Glucides : 9,6 g

ã Lipides : 18,8 g

ã ProtÅines : 8,8 g

ã Phosphore : 98 mg

ã Fer : 0,5 mg

ã Calcium : 83 mg

ã Niacine : 3,7 mg

ã Vitamine C 65 mg

Utilisation

Alimentation

Le fruit de l'aki n'est pas comestible en totalitÅ : seules les arilles charnues surmontant les graines sont comestibles, tandis que le reste du fruit ainsi que les graines sont toxiques. Le fruit ne doit Çtre rÅcoltÅ qu'Ä complâte maturitÅ, lorsqu'il s'ouvre naturellement, et il doit Çtre frais et pas blet. Les fruits verts ou trop mërs sont Ågalement vÅnÅneux. Le fruit, mÇme mër, est la cause d'une maladie frÅquente Ä la JamaÑque, la Maladie des vomissements de la JamaÑque, caractÅrisÅe par des vomissements et de l'hypoglycÅmie.

Blighia sapida

16

L'aki Ä la morue est le plat national de la JamaÑque. La morue salÅe est sautÅe avec les akis, du saindoux, des oignons, des piments, des tomates, des fines herbes, et peut Çtre garni de lard frit et de tomates fraéches.

L'huile extraite de l'arille de l'aki contient de nombreux nutriments importants, notamment des acides gras. L'huile d'aki contribue de faèon importante Ä l'alimentation de nombreux JamaÑcains.

Plante ornementale

L'aki est utilisÅ aussi pour son aspect ornemental et plantÅ sur les places publiques et le long des rues, notamment en Afrique occidentale.

Bois

Le bois durable et insensible aux termites est utilisÅ localement comme matÅriau de construction.

Symbole

L'aki est le fruit national de la JamaÑque.

Bibliographie

ã Les plantes alimentaires chez tous les peuples et Å travers les Öges, vol. II PhanÄrogames fruitiÉres, DÅsirÅ Bois, äd. Paul Lechevallier, Paris, 1928.

Ananas

Ananas

17

L'ananas (Ananas comosus) est une plante xÅrophyte, originaire d'AmÅrique du Sud (nord du BrÅsil), d'AmÅrique Centrale, et des CaraÑbes. Il est connu principalement pour son fruit comestible, qui est en rÅalitÅ une infrutescence. Le mot ananas vient du tupi-guarani nanÜ nanÜ, qui signifie Öparfum des parfumsÜ.

Description

nanÜ , qui signifie Öparfum des parfumsÜ. Description Plantation dans le Queensland , en 1897 Plantation

Plantation dans le Queensland, en 1897

Description Plantation dans le Queensland , en 1897 Plantation de rejets au Sri Lanka . L'espâce

Plantation de rejets au Sri Lanka.

L'espâce Ananas comosus appartient Ä la famille des bromÅliacÅes, et au genre Ananas. Il est une espâce terrestre de plante herbacÅe pouvant atteindre 1åm Ä 1.50åm en tous sens, avec de longues feuilles lancÅolÅes de 50åcm Ä 1.80åm, dentÅes en gÅnÅral, et parfois lisses.

La floraison de l'ananas est caractÅristique des BromÅliacÅes, prÅsentant au bout d'une tige, gÅnÅralement unique, une couronne de feuilles courtes surmontant un ensemble de fleurs bleues ÅphÅmâres (ne vivant qu'une journÅe), donnant de nombreux fruits coniques, qui grossissent individuellement jusqu'Ä se rejoindre, formant Ä maturitÅ l'ananas que nous connaissons. Le fruit est allongÅ et peut avoir plus d'une trentaine de centimâtres de longueur; son Åcorce, composÅe de motifs hexagonaux en Åcailles, est de couleur variable selon la variÅtÅ. Sa chair, trâs juteuse, est Ågalement de couleur variable, gÅnÅralement blanche ou jaune.

Ananas comosus est une plante CAM, c'est la seule espâce du genre Ananas Ä Çtre autostÅrile. Les graines sont donc rares et il faut que deux variÅtÅs diffÅrentes cohabitent. Cette plante se reproduit donc principalement par rejets (bulbilles), qu'elle donne en grand nombre.

Le poids du fruit est proportionnel au poids du pied au moment de la floraison : l'art du planteur consiste donc Ä le faire Ö fleurir Ü au bon moment.

Culture

L'ananas est une plante tropicale qui meurt si elle est exposÅe Ä une tempÅrature infÅrieure Ä 10åÉC : c'est pour cette raison qu'on ne doit pas conserver le fruit au rÅfrigÅrateur. Elle requiert un sol bien drainÅ, riche et acide. Un pH de l'ordre de 4,5 Ä 5,5 est important pour une bonne croissance: les maladies originaires du sol sont ainsi rÅduites. L'ananas n'apprÅcie pas du tout l'eau stagnante, d'oá l'importance du drainage.

LÄananas tolâre une faible fertilitÅ du sol, mais on obtient une meilleure production sur sol fertile riche en matiâres organiques et en potassium. De hauts niveaux dÄaluminium et de manganâse soluble dans le sol sont tolÅrÅs.

Un ananas nÅcessite quatorze Ä vingt mois de la plantation Ä la rÅcolte: six Ä huit mois pour la phase vÅgÅtative, et cinq Ä six mois du forèage Ä la rÅcolte. Le mÇme plant fructifie gÅnÅralement deux, voire trois fois : une premiâre fois aprâs vingt mois, et une seconde fois quinze mois aprâs.

Quand un petit fruit est dÅsirÅ pour le marchÅ des fruits frais, la culture peut Çtre forcÅe plus têt que quand un gros fruit est requis, comme pour la mise en conserve. Plus la plante est grande au moment du forèage, plus grosse sera la

Ananas

18

taille de son fruit.

Multiplication

Dans la nature, lÄananas est pollinisÅ par les oiseaux-mouches. De petites graines brunes se forment alors dans le fruit. Pour Åviter la prÅsence de ces graines affectant le goët du fruit, les cultivateurs Åloignent les oiseaux-mouches des plantations, et interdisent lÄexportation dans les rÅgions qui ne sont pas un habitat naturel pour ces oiseaux, comme les éles Hawaii.

LÄananas est multipliÅ plus souvent par division des rejets formÅs Ä la base de la plante, ou par bouturage de la couronne de feuilles portÅe par le fruit [1] . On dit que la plante a une multiplication vÅgÅtative.

. On dit que la plante a une multiplication vÅgÅtative. Graines d'ananas. Histoire Plant d'ananas dans

Graines d'ananas.

Histoire

multiplication vÅgÅtative. Graines d'ananas. Histoire Plant d'ananas dans son milieu naturel. En rÅalitÅ

Plant d'ananas dans son milieu naturel. En rÅalitÅ cette plante n'est pas originaire de cette éle, mais le climat de Bali est identique Ä celui de son habitat naturel en AmÅrique tropicale

Pompei : Au cours de fouilles archÅologiques dans la villa de l'ÄphÉbe Ä PompÅi, une peinture murale fut dÅcouverte, qui reprÅsentait un fruit ayant l'aspect de l'ananas. Cette çuvre d'art est Ä prÅsent protÅgÅe dans le MusÅe archÅologique de Naples. Ce fruit Åtait-il donc connu dans l'AntiquitÅ romaine ? Si oui, qui furent les navigateurs qui rapportârent ce fruit d'AmÅrique du Sud ? Il s'agit plus probablement d'une plante de l'Ancien Monde, Ä l'aspect proche de celui de l'ananas, comme le Cycas ou le Sagoutier.

Christophe Colomb dÅcouvrit ce fruit lorsqu'il arriva en Guadeloupe, en 1493. En effet, pour les habitants, la tranche d'ananas Åtait un cadeau de bienvenue pour les navigateurs, afin qu'ils se dÅsaltârent, aprâs le long voyage sur l'eau salÅe. Les GuadeloupÅens se plaisaient aussi Ä en accrocher Ä l'entrÅe de leurs huttes, en signe d'hospitalitÅ.

Selon Christophe Colomb : Ö Il a la forme d'une pomme de pin, mais il est deux fois plus gros, et son goët est excellent. On peut le couper Ä l'aide d'un couteau, comme un navet, et il paraét trâs sain. Ü

L'ananas voyagea ensuite vers toute l'AmÅrique tropicale pour arriver

en Martinique, en 1548. Dans son Histoire gÄnÄrale des Antilles habitÄes par les Franáais en l'an 1667, le pâre Dutertre en vanta les qualitÅs, en parlant de lui comme du roi des fruits, car Dieu lui a mis une couronne sur la tÇte.

Les Hollandais le firent connaétre, sous forme confite, en Europe, et ils furent les premiers Ä le cultiver en serre, Ä Leyde. En 1672, ils le firent dÅcouvrir Ä Charles II, roi d'Angleterre. C'est d'ailleurs la ressemblance Ä la pomme de pin qui incita les Anglais Ä l'appeler pine apple.

Les Portugais le plantârent en Inde, Ä Java, oá le fruit a trouvÅ une terre d'asile, dont le climat Åtait proche de celui de son continent d'origine, et il se propagea dans tout l'ExtrÇme-Orient.

En France, on tenta de le cultiver Ä partir de 1702, et Louis XIV le fit cultiver Ä Choisy-le-Roi pour agrÅmenter Madame de Maintenon, sa maétresse. AbandonnÅe pendant un temps Ä cause de son coët, la culture fut reprise par Lenormand, le responsable du potager du chàteau de Versailles, mÇme si certaines rumeurs prÅtendaient que sa

Ananas

19

consommation rendait les femmes stÅriles.

Contrairement aux apparences, ce n'est qu'en 1790 que l'ananas fut introduit Ä Hawaii, et il a fallu attendre jusqu'au XX e åsiâcle pour que les ätats-Unis deviennent un gros producteur d'ananas, via la sociÅtÅ Dole Food Company, qui mit au point des mÅthodes industrielles de production, et fit produire Ä Hawaii, ainsi qu'aux Philippines, Ä trâs bas prix. Actuellement, il est Ågalement beaucoup exportÅ par la Cête d'Ivoire, la ThaÑlande et le Costa Rica.

Les cultivars d'ananas proviennent de six groupes reconnus pour le caractâre de leur feuillage, plus ou moins Åpineux, la localisation de leur culture, ainsi que leurs caractÅristiques morphologiques telles que le port du plant, sa propension Ä former des bulbilles et des cayeux, la hauteur du pÅdoncule par rapport Ä celle du fruit, la couleur des pÅtales, les caractâres du fruit et la rÅsistance aux maladies et parasites. Ces six groupes sont :

ã Cayenne lisse (en anglais : Sweet Cayenne ou Smooth Cayenne) Ferme, acide, Ä chair jaunàtre assez fibreuse, aux yeux plats. Il est assez gros, et est colorÅ d'orangÅ vers le plumet lorsqu'il atteint sa pleine maturitÅ. La variÅtÅ la plus cultivÅe, de faèon presque ÖmonopolistiqueÜ.

ã L'ananas bouteille, de Guadeloupe ; il y aurait ÅtÅ introduit anciennement par les Indiens caraÑbes, et il est le premier Ä avoir ÅtÅ dÅcrit par Christophe Colomb, en 1493, lors de son deuxiâme

par Christophe Colomb, en 1493, lors de son deuxiâme VariÅtÅ Victoria , óle de la RÅunion

VariÅtÅ Victoria, óle de la RÅunion

voyage. Cet ananas est spÅcifique Ä cette éle, oá il a acquis son originalitÅ par mutations successives ou par hybridations et sÅlections locales. On peut cependant le rapprocher dÄun certain nombre de variÅtÅs Åpineuses: Black Antigua et Sugar Loaf, des Antilles et du Branco au BrÅsil.

ã Spanish : peau pourpre, chair jaune pàle, fibreuse, et acidulÅe.

ã Mordilonus-Perolera-Malpure : gros et allongÅ, Ä chair sâche et cassante. Il peut avoir un poids de quatre kilogrammes. Il provient d'AmÅrique du Sud et d'AmÅrique Centrale.

ã Pernambuco : Ä chair jaune ou blanchàtre trâs sucrÅe, douce et peu acide; d'AmÅrique du Sud et Centrale, et de Malaisie.

ã Queen : moins connu, plus petit, avec des yeux proÅminents, et Ä chair jaune pàle; Ä saveur douce et texture croustillante. ò la RÅunion, on trouve le Queen Victoria, un ananas tout petit Ä feuilles dentelÅes trâs piquantes. Il est trâs acidulÅ et a un goët de bonbon.

Ananas

20

Production

Ananas 2 0 Production Champs d'ananas dans l'ätat du Veracruz , au Mexique Un fermier ghanÅen

Champs d'ananas dans l'ätat du Veracruz, au Mexique

d'ananas dans l'ätat du Veracruz , au Mexique Un fermier ghanÅen tenant un ananas Production en

Un fermier ghanÅen tenant un ananas

Production en tonnes. Chiffres 2003-2004 DonnÅes de FAOSTAT (FAO)

 

1

700 000

12

%

1 700 000

11

%

1 650 000

11

%

1 650 000

11

%

åChine Chine

1 316 280

9

%

1 475 000

10

%

åBrÅsil BrÅsil

1 400 190

10

%

1 435 600

9

%

åInde Inde

1 100 000

8

%

1

300 000

9

%

åNigeria Nigeria

889

000

6

%

889

000

6

%

725

224

5

%

725

224

5

%

åMexique Mexique

720

900

5

%

720

900

5

%

467

395

3

%

700

000

5

%

åKenya Kenya

600

000

4

%

600

000

4

%

405

901

3

%

390

000

3

%

383

922

3

%

380

000

2

%

Autres pays

3

257 267

25

%

2

655 689

15

%

Total

15 145 631

100 %

15 287 413

100 %

Il doit Çtre cueilli avant maturation pour supporter une expÅdition de quinze jours de bateau, c'est-Ä-dire lorsqu'il est encore assez dur, et, pour un voyage aÅrien, il peut Çtre cueilli mër. Fragile malgrÅ sa rudesse apparente, l'ananas ne doit pas subir de choc, car la moindre lÅsion entraéne une zone de pourriture: les emballages sont alvÅolÅs et trâs protecteurs.

Pendant la croissance, les couronnes ont ÅtÅ rÅduites Ä une taille convenable par suppression de leur cçur; ceci explique pourquoi une couronne d'ananas exportÅ ne repousse pas par bouturage, alors qu'Ä l'Åtat naturel, la couronne permet la reproduction du plant. Seule la couronne des ananas ayant ÅtÅ transportÅs en avion est susceptible d'Çtre intacte et de pouvoir repousser.

Les ananas sont plantÅs en champs, sur de petites buttes, car les racines pourraient Çtre affectÅes par l'excâs d'humiditÅ, et la terre est riche, fertile et bien aÅrÅe. C'est une plante adaptÅe aux climats arides: des cellules absorbantes sont situÅes Ä la base des feuilles au creux de la goulotte qu'elles constituent. Ces cellules rÅcupârent la moindre trace d'humiditÅ et on peut Ågalement y placer de l'engrais solide (ceci se fait Ä la petite cuillâre en Afrique). La densitÅ de plantation atteint 60000åpieds Ä l'hectare.

Ananas

21

C'est une plante dont l'humain a pu, Ä partir des annÅes 1970, contrêler complâtement la pousse en plein air en toute saison, par l'utilisation de produits chimiques. On dÅclenche la floraison des plants par aspersion d'Åthylâne sous forme de gaz dissous dans l'eau, ou dÅgagÅ par du carbure de calcium en morceaux, ou encore avec des produits dÅgageant de l'Åthylâne de type ETHREL. Ce produit permet Ågalement la coloration des fruits au moment opportun, et de faèon homogâne, plus commerciale.

Utilisation

Pour l'alimentation

Le jus d'ananas, du fait de ses vertus protÅolytiques (endopeptidase, hydrolase, cystÅine), peut Çtre utilisÅ pour attendrir la viande. Pour la mÇme raison, son jus est Ä dÅconseiller dans les desserts comportant de la gÅlatine. Les propriÅtÅs physicochimiques de ce fruit s'apparentent fortement Ä celles des agrumes, et les cuisiniers l'utilisent de la mÇme faèon, en accompagnement de viandes, de poisson ou en dessert.

Au Congo, on en fait une biâre locale.

L'ananas est trâs riche lorsqu'il est consommÅ frais :

est trâs riche lorsqu'il est consommÅ frais : Ananas   Ananas cru (valeur nutritive pour 100g)

Ananas

 

Ananas cru (valeur nutritive pour 100g)

 

eau : 87,24 g

fibres : 1,4 g

protÅines : 0,55 g

lipides : 0,13 g

glucides : 11,82 g

sucres simples : 8,29 g

   

calcium : 13åmg

fer : 0.25åmg

magnÅsium : 12åmg

phosphore : 9åmg

potassium : 125åmg

cuivre : 0.081åmg

sodium : 1åmg

zinc : 0.08åmg

   

vitamine C : 16.9åmg

vitamine B1 : 0.078åmg

vitamine B2 : 0.029åmg

vitamine B3 : 0.470åmg

vitamine B5 : 0.193åmg

vitamine B6 : 0.106åmg

vitamine B9 : 11 ôg

vitamine B12 : 0,00 ôg

vitamine A : 52 UI

rÅtinol : 3 ôg

vitamine E : 0,00 ôg

vitamine K : 0,7 ôg

   

saturÅs : 0,009 g

mono-insaturÅs : 0,013 g

poly-insaturÅs : 0,040 g

cholestÅrol : 0åmg

La tige de l'ananas [2] possâde une enzyme, la bromÅline, qui fait partie de la famille des protÅases: elle facilite la digestion. La bromÅline est aussi efficace contre la tendinite. La bromÅline peut aussi servir pour attendrir la viande.

Gràce Ä son pouvoir dÅsinfiltrant, il est conseillÅ dans les rÅgimes associÅs Ä la rÅtention d'eau, ou Ä la cellulite.

Ananas

22

Des vertus cosmÅtiques lui sont aussi attribuÅes, notamment pour faire diminuer l'acnÅ: se frotter un morceau d'ananas sur la peau neutraliserait les acides graisseux, mais enlâverait aussi la pellicule graisseuse faisant partie l'Åpiderme.

Prononciation

En France mÅtropolitaine et en Suisse romande, le ÖSÜ de ananas est gÅnÅralement prononcÅ, tandis qu'aux Antilles franèaises, Ä la RÅunion, en Belgique, en HaÑti et au QuÅbec, ce n'est pas le cas.

[1]

[2]

Bromelain, the Enzyme Complex of Pineapple ananas comosus and its Clinical Application. An Update (http://cat.inist.fr/

ã Le marchÅ mondial de l'ananas (http://passionfruit.cirad.fr/index.php/recherche/(produit)/9), CIRAD, Revue FruiTrop

ã RÅfÅrence GRIN (http://www.ars-grin.gov/) : espâce Ananas comosus (L.) Merr. (http://www.ars-grin.gov/ ~sbmljw/cgi-bin/taxon.pl?3074) (en)

Documentation

ã Le film Ananas (Pineapple) d'Amos GitaÑ, suit la production industrielle complâte de l'ananas, telle que l'a mise au point la sociÅtÅ Ö Dole Fruit Company Ü, Ä HawaÑ et aux Philippines.

Liens externes

ã (en) Croissance d'un ananas suivi sur 3 ans. (http://www.unirom.co.uk/nhaggett/MyPineapples/ mypineapples.html)

Attier

Attier

23

L'attier ou pommier cannelle (Annona squamosa) est un arbuste fruitier de la famille des Annonaceae originaire d'AmÅrique du Sud et de l'Afrique de l'Ouest (Mali).

Son fruit est appelÅ atte ou pomme cannelle. Il est gros comme une pomme. Sous ses Åcailles dures se trouve une chair blanche, tendre, sucrÅe et parfumÅe qui se mange telle quelle. Elle est criblÅe de pÅpins ronds et aplatis d'environ 1åcm de diamâtre.

Il est cultivÅ dans la plupart des rÅgions subtropicales : en AmÅrique latine, en Asie du Sud et du Sud-Est oá il a ÅtÅ introduit dâs le XVI e åsiâcle, autour de l'ocÅan Indien et de l'ocÅan Pacifique, aux Antilles (principalement en Martinique). ò la RÅunion, oá on le trouve surtout Ä Saint-Leu, on utilise Ågalement le terme zatte, sous l'influence du crÅole rÅunionnais. La pomme cannelle est Ågalement trâs prÅsente en Nouvelle-CalÅdonie oá on la trouve

Attier

24

frÅquemment le long des routes et en milieu sauvage.

2 4 frÅquemment le long des routes et en milieu sauvage. Illustration dans la Flore des

Illustration dans la Flore des Philippines de Francisco Manuel Blanco

Liens externes

ã RÅfÅrence Flora of North America [1] : Annona squamosa [2] (en)

ã RÅfÅrence Catalogue of Life : Annona squamosa [3] (en)

ã RÅfÅrence Tela Botanica (Antilles [4] ) : Annona squamosa L. [5] (fr)

ã RÅfÅrence Tela Botanica (La RÅunion [6] ): Annona squamosa L. [7] (fr)

ã RÅfÅrence ITIS : Annona squamosa L. [8] (fr) ( +version [9] (en))

ã RÅfÅrence NCBI : Annona squamosa [10] (en)

ã RÅfÅrence GRIN [11] : espâce Annona squamosa L. [12] (en)