20

N °

A

G

A

Z

I

N

E

ÉTÉ 2015

M

Plus de 200 livres chroniqués
par de vrais libraires 
et des extraits de romans
de la prochaine rentrée littéraire

INTERVIEWS

DIDIER VAN CAUWELAERT
BARBARA ABEL
DAVID FOENKINOS
FILIBER_20 DEF4.indd 1

25/06/2015 12:44

JOUEZ & GAGNEZ
NOUVEAU

CHEZ FILIGRANES
AV. DES ARTS, 42
1040 Bruxelles

T
E
K
C
I
T
E
R
T
ACHETEZ VO
A
T
E
L
L
I
B
E
R
T
OU VO
Z
E
T
N
E
T
T
E
R
GRATTE
!
E
C
N
A
H
C
E
R
VOT

FILIBER_20 DEF4.indd 2
06743_LOT_New ITVM comm kit_Insert_A4_FR_V2.indd 1

25/06/2015 12:44
15/06/15 16:25

6/15 16:25

EDI
TO
Été 2015

« Le secret du succès est de faire de ta
vocation tes vacances. »
Marc Twain

C

omme l’aurait si justement dit William Faulkner, ça
tombe bien. Ma vocation personnelle, en tant que prescripteur de
vos remèdes littéraires saisonniers,
ce sont vos vacances. Les prochaines pages de mon magazine
vous apporteront toutes les lectures qui en feront un succès, de
ces vacances.
Lire, lire, lire, lézarder, bouger, s’évader… À Knokke, par
exemple ! La librairie de votre été,
c’est Corman by Filigranes. LE
lieu littéraire de la côte, véritable
PHOTO : CHARLES CHOJNACKI
petit coin de paradis des bouquineurs face à la mer, Corman remise ses oripeaux et vous dévoile ses attributs
de naïade : vous visualisez le magasin de l’Avenue des Arts, bouillonnant, foisonnant, innovant ? Eh bien, imaginez-en un concentré passionné, concept
store ensablé, prêt à vous conseiller, prompt à vous récréer, à deux sauts de
l’eau ! Nos objets fétiches, ceux qui, originaux et ludiques, agrémentent les
rayons de la grande Filigranes, sont maintenant en vacances à la mer. Venez les
découvrir, et les essayer, avec Isabelle, Frédérique, Jean, nos libraires côtiers,
franchement bien épaulés par nos étudiants motivés !
Et si vous préférez l’ombre des platanes, buvez nos conseils de lecture en
échangeant avec les libraires bruxellois.

E
M AE N D
AK RAC
T M HT
ACHT

Quelle que soit la saison, quelles que soient vos envies, la librairie Filigranes vous accompagne et vous promet moult plaisirs 365% garantis !

IT
FA
ION CE
L'UN FOR
LA

nos magasins

NE PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE - ED. RESPONSABLE : MARC FILIPSON, AV. DES ARTS 39-42, 1040 BRUXELLES

Filibèrement vôtre,

FILIBER_20 DEF4.indd 3

avenue des arts 39 - 42 1040 bxl
+32 2 511 90 15
fax +32 2 502 24 68
lundi au vendredi de 8.00 à 20.00
samedi de 10.00 à 19.30
dimanche et jours fériés
de 10.00 à 19.00
info@filigranes.be

avenue lepoutre 2 1050 bxl
+32 2 343 42 70
lundi au jeudi de 7.00 à 19.00
vendredi de 7.00 à 20.00
samedi de 8.00 à 19.00
dimanche & jours fériés
de 10.00 à 17.00

zeedijk 777 8300
knokke - le - zoute
+32 50 60 18 28
mercredi au lundi
de 10.00 à 18.30
tous les jours pendant
les vacances scolaires

Presse - Tabac - Lotto
lautre@filigranes.be

corman@filigranes.be

avenue lepoutre, 21 1050 bxl
+32 2 343 01 70
mardi au vendredi de 10.00 à 21.00
samedi de 10.00 à 19.30
dimanche & jours fériés de
10.00 à 19.00

parvis st - pierre 10 1180 bxl
+32 2 343 69 01
lundi au vendredi
de 7.30 à 19.00
samedi, dimanche & jours fériés
de 8.30 à 19.00

corner@iligranes.be

info@lepetitfiligranes.be
25/06/2015 12:44

SOMMAIRE

JUILLET - AOÛT 2015

20

8 ITW DIDIER VAN CAUWELAERT

40 - 41 EXTRAIT : LE TESTAMENT
DE MARIE
CILM TÓIBÍN

9 ITW BARBARA ABEL

44 GADGETS

10 - 15 LITTÉRATURE

46 - 51 SCIENCES HUMAINES

16 - 17 LE PETIT FILIGRANES

52 - 53 EXTRAIT : CONFESSIONS D'UN
SERIAL TWEETER
MARCEL SEL

6 - 7 FOCUS KNOKKE

18 ITW DAVID FOENKINOS
19 AUDIO BOOKS
20 - 21 EXTRAIT : LA VARIANTE CHILIENNE
PIERRE RAUFAST

54 - 55 EXTRAIT : L'AMOUR PROPRE
BRUNO VIARD
56 - 59 BANDES DESSINÉES

EDITEUR RESPONSABLE
MARC FILIPSON
RÉALISATION
LE FILIBER EST RÉALISÉ PAR LA GRANDE
FAMILLE FILIGRANES.
MERCI, GRAZIE, GRACIAS, DANK U, THANK
YOU, OBRIGADO, TODA,...
CORRECTIONS
GRAND MERCI À ANNE
PUBLICITÉS
AZ@FILIGRANES.BE AVEC LA COMPLICITÉ
DE MARC
DISTRIBUTION : ZOOMONART

22 - 23 POLAR

60 - 64 BEAUX-ARTS

CRÉDIT PHOTOS

25 LITTÉRATURES DE L’IMAGINAIRE

63 LE PHOTOGRAPHE DE LA COUV.

F. ANDRIEU
ELISE ET CAROLINE
MARC FILIPSON

26 - 29 LA SÉLECTION DE MARC FILIPSON

66 - 68 VIE PRATIQUE

30 - 31 EXTRAIT : FAITS D’HIVER
CÉLINE MOINE

70 - 71 JOUETS

32 - 33 EXTRAIT : LA VIE SELON
FLORENCE GORDON
BRIAN MORTON
42 - 57 - 80 RENCONTRES
38 - 39 EXTRAIT : LA DERNIÈRE NUIT
DU RAÏS
YASMINA KHADRA

Retrouvez notre agenda

Rencontres
et dédicaces

72 - 73 FILIGAMES

© Filigranes, 2015

SUIVEZ - NOUS SUR
WWW.FILIGRANES.BE

72 - 74 JEUNESSE
78 - 79 EXTRAIT : L'ÉCOLE 10
ISMAËL SAIDI
80 - 81 INTERNATIONAL

OU DEVENEZ FAN SUR
NOTRE PAGE FACEBOOK
WWW.FACEBOOK.COM/FILIGRANES

Comme chaque année,
nous participons
à la Nuit du Zoute le 7 août

WWW.FILIGRANES.BE

SOMMAIRE
FILIBER_20 DEF4.indd 4

20
25/06/2015 12:44

IL ÉTAIT UNE FOIS

1977

Marc Filipson a 13 ans quand il récupère le job d’étudiant
d’un de ses frères aînés dans une petite librairie à Laeken.
Il commence alors à lire des romans, principalement Barjavel.
Au cours de ses études supérieures, il reprend un
job d’étudiant dans une petite librairie,
" La Providence "

1983

Marc Filipson rachète " La Providence " située rue de l'Industrie.
Dans cet espace minuscule (25 m2), il communique à ses clients sa passion
des livres et peaufine ses techniques commerciales. Il lance la formule
inhabituelle à l’époque du " satisfait ou remboursé "

1992

2012

2009

Un incendie ravage Filigranes qui rouvre,
quelques mois plus tard, modernisée.
La gestion informatique des stocks,
mise en place à ce moment - là,
sera l’une des clés du succès.

Filigranes fait le pari du numérique en créant une application pour iPhone
(une première dans le monde de la librairie francophone). Le nouveau
comptoir numérique propose des liseuses. Des livres numériques sont
vendus sur le site filigranes.epagine.fr ainsi qu’au magasin. Filigranes
est aussi très actif sur Facebook, sa page compte aujourd’hui environ
24 000 fans.
OUVERTURE EN OCTOBRE 2012

1974

Débauché par un des clients de la librairie,
il coupe des rouleaux de tissus pour les marchés,
ce qui lui permet de bien gagner sa vie.

1982
Son diplôme d’instituteur en poche, il enseigne
pendant quelques mois. Mais, insatisfait par son salaire,
il quitte l’enseignement lorsqu’une opportunité se présente.

1988

Exproprié, il déménage dans un local de 180m2, avenue des Arts.
La librairie, rebaptisée Filigranes est ouverte 7 jours sur 7, ce qui est alors
un pari risqué dans un quartier de bureaux.

2000

La librairie investit le 39 de l'Avenue des Arts
et passe à 1000m².

2007

La formule fonctionne si bien que la librairie s'agrandit.
Avec plus de 1.700 m², Filigranes est la plus grande de Belgique et la
plus grande de plain - pied au monde, Marc Filipson en a fait un des lieux
incontournables de Bruxelles, où l’on peut flâner dans les rayons, lire en
buvant un café ou écouter les auteurs lors des présentations et séances
de dédicaces.

2010

1972

La librairie fait des petits. Ouverture du Petit
Filigranes, Parvis Saint - Pierre à Uccle, et du Filigranes
Corner, avenue Lepoutre à Ixelles.

Rachat de la librairie Corman à Knokke. Elle s’appellera dorénavant
"Corman by Filigranes". Plus de 30 écrivains néerlandophones et
francophones se sont retrouvés le 4 août 2012 pour dédicacer leurs
ouvrages à quelques mètres de la plage  ; la première DIGUE DES
AUTEURS remporte un franc succès.

1900  -  -  - > 2600 m

Septembre   : Un nouveau souffle est donné aux éditions Filipson.
Contact   : charles@filigranes.be

2014

9 novembre   : la librairie passe de 1700 à 2600m².
11 novembre   : Filigranes fête ses 30 ans.
15 novembre   : Filigranes devient officiellement
Fournisseur Breveté de la Cour de Belgique.

2013

Filigranes s'exporte...
Filigranes se développe dans différentes provinces belges
Filigranes.com arrive, Amazon.com, attention nous voilà !

IL ÉTAIT UNE FOIS FILIGRANES
FILIBER_20 DEF4.indd 5

Marc Filipson est décoré Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.

Mais aussi

2015

AU 42

Filigranes comprend désormais une librairie internationale,
avec des livres en anglais, en italien, en espagnol en
allemand et l’introduction de livres en néerlandais.

2013

2

Ouverture de nombreux corners  : Lexon, Abodee, Boon,
Les Savonneries Bruxelloises, Cuberdons Léopold et bien d'autres...

20
25/06/2015 12:44

KNOKKE
“Toutes les bonnes choses qui existent
sont les fruits de l’originalité.”
J.S. Mill

P

our Corman by Filigranes, c’est la saison des récoltes.
L’originalité toute filigranesque a apporté ses arbres fruitiers, et les a plantés
dans le sable knokkois, pour le plus grand plaisir des lecteurs, des curieux et de
tous ceux qui aiment la librairie de l’Avenue des Arts.
Filigranes, du haut de son expérience trentenaire, a toujours su insuffler un
renouveau dans la conception même du métier de libraire. Dès son origine,
Filigranes était un lieu à haute valeur sociale, un lieu de rencontres, de socialisation, de découvertes littéraires et d’échanges autour du livre. Autour du livre,
c’est là où se développent nos corners objets, présents depuis juin au Zoute,
notre Cafffé, nos rencontres et dédicaces, nos lectures de contes, nos clubs de
lecture Ados… Et notre passion du partage.

6

Et comme l’originalité induit la renaissance, Corman by Filigranes fait peau
neuve, et se plie en cinq (Beaux-Arts, Vie Pratique, Littérature, Histoire,
Jeunesse et les désormais fameux corners) pour vous offrir toujours plus de
plaisir, toujours plus de choix et pour faire ce que Filigranes a toujours fait :
élargir les horizons. Le bébé Filigranes rejoint sa (maison-)mère dans le grand
univers du concept store littéraire.
Littéraire, d’abord, car les libraires vous ont concocté une sélection d’ouvrages
récents, pertinents, beaux, passionnants et – presque – waterproof.
Mais certainement pas sunproof ; avec nos lectures d’été, insolation assurée.
Les Beaux-Arts sont à la pointe des arts, la vie pratique très pratique (surtout
pour les repas légers et les barbecues, moins légers), la jeunesse super bath et la
bédé spécialement sélectionnée.

FOCUS KNOKKE
FILIBER_20 DEF4.indd 6

20
25/06/2015 12:44

Et, surtout, Corman by Filigranes est un lieu idéal de découvertes : le banc à l’étage vous
accueille pour quelques minutes de feuilletage, les yeux rivés sur les pages et l’océan en
paysage.
Concept store, ensuite, comme l’est Filigranes depuis que Marc Filipson a décidé d’y
installer ses quartiers de bouquineur insatiable. Aujourd’hui, Corman se met à la page.
Mettez les pieds – pleins de sable, c’est pas grave – dans notre échoppe, regardez à gauche
et admirez la production littéraire (attrapez les derniers Sacha Arango et Barbara Abel,
au passage, c’est du « satisfait ou remboursé »), tournez les yeux à droite, et une fois
passés les DVD (la dernière saison de Peaky Blinders est fascinante !), contemplez nos
nouveautés. Allez, je vous sens friands, voici une liste des exclusivités côtières : Kikkerland, Mark’s, Image Republic (les grands moments en images), Nanoblock (les Lego
nouvelle génération), Cortina, Legami, Lexon (les objets signés de grands designers), See
Concept. Tout pour le plaisir des petits, des grands, des moyens et des curieux. La montre
euclidienne vous fera tourner la tête, les Nanoblocks vous la creuseront, Lexon vous fera
rêver… Les plaisirs se déclinent chez Corman.
Corman vendra également cet été, en exclusivité, du rêve. Et du rêve sur mesure.
En effet, Continents Insolites investit la librairie et son étage à la vue imprenable, pour
vous proposer des voyages faits pour vous, par vous : le rêve customisé. Du mercredi 5 au
dimanche 16 août inclus, la célèbre agence de Travel Designers, membre du BEL (Brussels
Exclusive Label), présentera ses services « Architectes du Voyage ». Tout en restant dans
la librairie, cette année, « on vous emmène ailleurs ».
Par ailleurs, il existe un adage sur la côte belge : « Un bon été, c’est un été animé par
Filigranes ». Bon, je l’avoue, celui-là, on l’a peut-être inventé. Mais il n’en demeure pas
moins vrai ! Pour ne pas ruiner votre été, rassurez-vous, Corman by Filigranes l’anime.
Présente pendant la nuit du Zoute, la librairie restera ouverte jusque 22h et vous proposera quelques animations autour du livre dont elle a le secret… Gardez les yeux ouverts,
l’oreille tendue et l’attention affûtée. Ça vaudra le détour. Et, essaimés tout au long de
l’été, nos apéros littéraires, une grande nouveauté ! Des boissons triées sur le volet, des
cocktails bien préparés, maintenez-vous informés !

7

Filigranes, c’est une passion et une vision. Allez, c’est un peu suranné, mais pour Corman,
le changement, c’est maintenant.

FOCUS KNOKKE
FILIBER_20 DEF4.indd 7

www.filigranes.be
25/06/2015 12:44

Didier van Cauwelaert
Après avoir été poursuivi par ses fans pendant la présentation de son Jules,
l’auteur nous livre ses coups de cœur…

SES LECTURES
Pour commencer, Émilie de Turkheim m’impressionne. Elle a tout fait, cette femme : championne de natation, visiteuse de prisons. Avec La Disparition du nombril, elle parle de cul
comme jamais, à travers un vrai/faux journal de maternité.
LA DiSPARiTiON DU NOMBRiL, émilie de Thurkheim, Héloïse d’Ormesson
Un essai, ensuite : Cleve Bakster est un scientifique, tout ce qu’il y a de plus sérieux. C’est l’un
des inventeurs du détecteur de mensonges. Il a entrepris toute une série d’expériences sur les
plantes – 60 ans de recherche, quand même ! – pour démontrer leur capacité de perception. On
y découvre que les cellules vivantes sont sensibles. Sensibles au confort. Ça n’a l’air de rien,
mais il a pu démontrer le sentiment de confort chez les plantes.
L’iNTELLiGENCE ÉMOTiONNELLE DES PLANTES, Cleve Backster, Guy Trédaniel
Encore un essai ? La preuve par l’âme, de François de Witt. Encore un scientifique sérieux,
polytechnicien, économiste, chroniqueur à France Info. Il se penche sur la question
de l’immortalité.
LA PREUvE PAR L’ÂME, François de Witt, Guy Trédaniel
J’ai aimé La Porte du secret. Dans un décor de librairie à Montmartre, c’est l’histoire d’un ange
gardien en formation.
LA PORTE DU SECRET, Christel Noir, Héloïse d’Ormesson

8

UN DVD POUR DVC
Les grandes ondes, c’est l’histoire d’une équipe de la télé
suisse – une bande de pieds nickelés – qui part en 1974
pour faire un reportage sur l’entraide suisse au Portugal.
Ils embarquent dans un minibus VW et évidemment,
rien ne se passe comme prévu. Outre les relations
houleuses parmi l’équipe, leur sujet de reportage va être
contrarié, parce que 1974 au Portugal, c’est évidemment
la Révolution des Œillets.

À LA TÉLÉ…
J’adore les Enquêtes extraordinaires sur
M6. Ces enquêtes abordent des sujets
scientifiques, elles sont bien menées et
nourrissent mon imagination.

LES GRANDES ONDES, un film de Lionel Baier avec Valérie Donzelli, Michel Vuillermoz, Patrick Lapp…
en DVD et Blue Ray.

À QUOI JOUEZ-VOUS ?
❤ Un jeu de société ? Définitivement le Scrabble !
❤ Une application pour smartphone ? La lampe torche

INTERVIEW DIDIER VAN CAUWELAERT
FILIBER_20 DEF4.indd 8

20
25/06/2015 12:44

Barbara Abel

Barbara Abel se repose… C’est mérité !

Après la sortie de son Innocence des bourreaux, grand coup
de cœur de Marc et Guillaume, nos deux spécialistes ès-polars,
Barbara Abel se livre en quelques mots, et prépare ses vacances !

SON ACTU
« Cet été, c’est : VACANCES ! Le livre vient de sortir, et j’ai décidé d’en profiter et de ne me
remettre vraiment au travail qu’au mois de septembre. Rester avec mes enfants… Je serai peut-être
au Salon de Carnac, mais cette information doit encore être confirmée… »

SES LECTURES

PRÉSENTES, PASSÉES ET À VENIR
« Souvent, pendant les vacances, je lis les copains. Je voudrais lire Satan était
un Ange, de Karine Giebel et La voie des âmes, de Laurent Scalese.
La dernière lecture que j’ai vraiment adorée, c’était un livre bien conseillé par
Marc Filipson : Défendre Jacob, de William Landay. C’est vraiment le genre
d’histoire que j’aime. C’est complètement différent de ce que j’écris, mais en
même temps, pas tant que ça : c’est une famille ordinaire à qui il arrive une
chose extraordinaire. L’histoire suit un garçon de 14 ans accusé du meurtre
d’un de ses camarades, racontée par le biais du père, procureur de la ville…
C’est une histoire terrible, à laquelle je ne peux m’empêcher de m’identifier :
mon fils a lui aussi 14 ans ! »

9

SES FILMS
« Je suis plutôt une sériephile ! La dernière en date ? Better Call Saul, le spin-off de Breaking Bad, une série
de graaaaaaaaaande qualité !
Je n’ai pas encore vu la dernière saison de Homeland, mais j’adore…
Je dois encore voir la dernière saison de Game of Thrones, et je ne veux rien savoir !»

SA TÉLÉ

(QUAND ELLE EST ALLUMÉE…)
« Je regarde très rarement la télé… La seule émission que j’aime encore bien regarder, c’est
Un Soir à la Tour Eiffel. On aime ou pas Alessandra Sublet, moi je la trouve assez sympa, mais
surtout, j’aime sa façon de traiter les sujets, même ceux qui, a priori, ne m’intéressent pas.
À l’époque, et pour les lecteurs de Duelle, j’étais addict à l’émission Perdu de vue… »

QUESTIONS/RÉPONSES
À LA SAUCE BRUXELLOISE



Un restaurant ? Le Pavillon, Rue Defacqz, et le Chumadia, Rue d’Écosse.
Un magasin ? Dille & Kamille.
Un jeu de société en famille ? Uno.
Une appli smartphone ? Candy Crush.

INTERVIEW BARBARA ABEL
FILIBER_20 DEF4.indd 9

20
25/06/2015 12:44

Les sélections d’ Alice, Aurélie C., Aurélie D., Aurore,
Hugues, Isabelle, Marianne, Pascal et Sarah.

ON S’EST DÉJÀ VU
QUELQUE PART ?

LETTRES D’AMOUR 1928-1930

DERRIÈRE LA PORTE

RUBY

Mademoiselle S.
Gallimard - Versilio

Sarah Waters
Denoël

Cynthia Bond
Bourgois

En cette période de vacances, quoi
de mieux que de se plonger dans de
magnifiques lettres d’amour, mais
pas n’importe lesquelles. Ces lettres
nous emportent dans un amour
fusionnel mais surtout charnel. Des
lettres superbement écrites qui nous
livrent les désirs érotiques d’une
jeune femme parisienne des années
1920. En ces moments d’années
folles, nous nous plongeons dans
un univers assumé et complétement
libéré.

Au travers de son nouveau roman,
Sarah Waters nous emmène dans
la société bourgeoise anglaise après
la Première Guerre mondiale. Dans
cette société bien-pensante, Sarah
Waters va nous ouvrir la porte de
l’amour, de l’amour « interdit »
entre deux femmes. Si Sarah Waters est connue comme une auteure
de littérature homosexuelle, elle
n’est pas seulement cela mais elle
nous offre une critique saillante de
la société des convenances et des
non-dits.

Un grand roman lyrique qui revient
sur une page noire de l’histoire des
États-Unis. La ségrégation n’est
pourtant pas le thème privilégié
de cette fresque qui a pour cadre le
Sud. À travers la figure de Ruby,
c’est à une radiographie de l’âme
humaine que l’auteur se livre, sans
concession. L’écriture – onirique
et flamboyante – offre un souffle
magistral à cet immense roman.

ELLE

LA MAISON AU TOIT ROUGE

FIN DE MISSION

LE PARCOURS DU COMBATTANT

Harriet Lane
Plon

Kyoko Nakajima
Seuil

Phil Klay
Gallmeister

Michael malone
Sonatine

Déjà l’auteur de l’excellent
Le beau monde (qui paraît en
poche), Harriet Lane est une orfèvre
du roman psychologique. Dans cette
confrontation entre deux figures
féminines, elle nous prouve une
fois de plus qu’elle a un don tout
chabrolien pour le suspense et la
manipulation.

Adapté depuis au cinéma, ce roman
conte l’histoire de Taki, une jeune
femme modeste ayant émigré de
son village pour travailler comme
bonne dans une villa tokyoïte. Prise
entre sa loyauté pour sa maîtresse
et une intrigue amoureuse illicite,
c’est aussi à un portrait d’une ville
aux prémices de la guerre qu’elle
nous fait assister.

L’auteur, vétéran du corps des
Marines, nous offre un grand
roman sur la guerre et ceux qui
la font. Dans une prose sèche et
sans pathos, il nous emporte sur
les lignes du front en Irak et en
Afghanistan et nous dresse un
constat réaliste et lucide. Puissant !

Roman culte aux États-Unis,
Le parcours du combattant est enfin
disponible dans une traduction
française.
Héros malgré lui de ce road movie
déjanté, Raleigh Hayes quitte
une vie calme et bien rangée pour
partir à la recherche de son père ;
il emporte le lecteur dans ses
mésaventures burlesques, plus
invraisemblables les unes que les
autres. Hilarant.

O’Faolain
SW poche – nouvelle collection !

10

Un texte devenu un classique qui
mérite qu’on s’y (ré)attarde. Nous y
découvrons un parcours de femme
qui n’hésite pas à remettre en
cause l’ordre établi et à se poser des
questions sur son statut de femme
et sur sa sexualité dans une Irlande
conservatrice et catholique. C’est ce
que nous offrent les Éditions Sabine
Wespieser dans une collection poche
haute en couleur et en qualité, qui
publie également La maison du père
de Yanick Lahens (prix Femina 2014).

SÉLECTION LITTÉRATURE
FILIBER_20 DEF4.indd 10

20
25/06/2015 12:44

LES SANGS

CRÉATURES D’UN JOUR

PRÊTE À TOUT

LA FILLE DU PAPE

Audrée Wilhelmy
Grasset

Irvin Yalom
Galaade éditions

Joyce Maynard
Philippe Rey

Dario Fo
Grasset

Pépite littéraire dont la lecture est
réservée à un public averti.
Les sangs revisite l’histoire de
Barbe Bleue au travers des récits
poétiques et sulfureux de ses
victimes. Quand soumission et
pulsion de mort riment avec désir et
consentement.

Ces créatures sont des patients
rencontrés au long de la vie professionnelle du célèbre psychanalyste.
Celui-ci partage ses séances et s’interroge sur notre perpétuelle quête
de sens, la mort, les méandres de
l’âme. Il nous fait réfléchir et nous
apaise. Il nous rend peut-être même
un peu plus sages…

Suzanne, belle jeune fille coincée
dans sa petite ville de province, veut
être une célébrité. Lorsque son mari
est retrouvé mort, on ne peut s’empêcher de la croire impliquée. Ce
roman haletant à la structure admirable nous propulse dans une satire
sociale de l’Amérique moyenne.

Dario Fo, dramaturge nobélisé en 1997,
évoque dans son premier roman la
figure emblématique de Lucrèce Borgia.
Peut-être n’est-elle pas aussi odieuse et
choquante que son mythe veut bien nous
le faire croire. L’auteur nous plonge au
cœur de la Renaissance, en plein essor
des arts et alors qu’Église et Politique ne
font qu’un. Captivant.

MINIATURISTE

TOUT CE QUI FAIT BOUM

Jessie Burton
Gallimard

Kiko Amat
Asphalte

Premier roman d’une jeune anglaise,
cette histoire se passe à Amsterdam
en 1680. Une jeune fille a été mariée
à un riche marchand d’âge mûr.
Pour éviter qu’elle ne s’ennuie, son
mari lui a offert une reproduction en
miniature de leur maison. En décorant cette maison, elle découvre les
secrets et les hypocrisies de sa nouvelle famille. Un texte ambitieux.

Dans la lignée du cinéma
d’Almodovar, voici un roman
déjanté et rafraîchissant. Élevé
par une grand-mère anarchiste,
et habitué aux histoires d’amour
désastreuses, un jeune homme
excentrique et peu ancré dans la
réalité, est fasciné par quatre dandys
qui ont un projet mystérieux de
révolution. Absolument original.

Et bien sûr ...

LE MONDE À L’ENDROIT

POUR ROLAND BARTHES

Ron Rash
Points

Chantal Thomas
Seuil

SÉLECTION LITTÉRATURE
FILIBER_20 DEF4.indd 11

Andreï Kourkov
Liana Levi
Tous les ans, en septembre, les hippies
de Lviv rendent un culte païen à
Jimi Hendrix dont la main droite est
enterrée dans le cimetière de la ville.
Un prétexte pour ce grand auteur
ukrainien russophone pour nous
raconter avec tendresse et bienveillance le quotidien des habitants d’une
ville où des événements bizarres se
déroulent. Un écrivain à découvrir ou
à redécouvrir.

LA PETITE COMMUNISTE
QUI NE SOURIAIT JAMAIS

Lola Lafon
Babel

11

LE CONCERT POSTHUME
DE JIMI HENDRIX

GLOSSAIRE DES PRINCESSES

Vanessa Postec
La Muette / Le Bord de l’eau

20
25/06/2015 12:44

TOUTE LA LUMIÈRE
QUE NOUS NE POUVONS VOIR

LES QUATRE SAISONS DE L’ÉTÉ

Grégoire Delacourt
JC Lattès

Anthny Doerr
Albin Michel

Direction Le Touquet grâce à
Grégoire Delacourt qui nous offre
sa plus belle plage d’écriture,
empreinte de justesse, d’émotions,
d’amours pour faire rougir de
plaisir les plus frileux d’entre vous !

Direction Saint-Malo où vous serez
éblouis par le talent de conteur
d’Anthony Doerr qui met en situations
extraordinaires des êtres ordinaires, à
travers le vent de l’histoire avec ou sans
H majuscule...

MANIFESTE VAGABOND

Blanche de Richemont
Presses de la renaissance

BÉTON ARMÉ

Philippe Rahmy
Folio

Direction la fuite. Sous l’alibi
du voyage et de la découverte,
quelle fuite cachons-nous ?

Direction Shanghai où la fragilité de l’existence donne ses
lettres de noblesse à celui qui
sait regarder autrement...

VENISE N’EST PAS EN ITALIE

Ivan Calberac
Flammarion
Direction Venise en caravane, où derrière
des masques de tendresse transparaît un art
d’aimer que vous n’êtes pas prêts d’oublier !

12

enda
g
a
e
r
t
o
n
vez

Retrou

LIZ.T. AUTOBIOGRAPHIE

Jean-Paul Mangareno
POL
Un livre audacieux qui nous caresse
de phrases longues et planantes. Elizabeth Taylor scannée avec beauté,
une petite merveille littéraire qui
vous donne envie de vous replonger
dans les yeux bleus de Liz Taylor.

SÉLECTION LITTÉRATURE
FILIBER_20 DEF4.indd 12

caces
i
d
é
d
&
s
encontre

r

SUIVEZ MON REGARD

Anjelica Huston
L’Olivier
Anjelica Huston revient sans
détour sur ses amours et sa carrière.
Derrière la star, on découvre une
femme émouvante, non conformiste, douée d’un vrai sens de l’observation. Illustré de nombreuses
photos personnelles, cet autoportrait sensible est une peinture passionnante du nouvel Hollywood…
et de ses coulisses. (N.D.E.)

ES.BE

IGRAN
WW.FIL

W

DU MARIAGE CONSIDÉRÉ
COMME UN DES BEAUX-ARTS

Philippe Sollers et Julia Kristeva
Fayard
Du mariage considéré comme
un des beaux-arts rassemble
quatre dialogues (échelonnés de
1990 à 2014) entre Julia Kristeva
et Philippe Sollers, à travers
lesquels ils nous transmettent
leur expérience d’écrivains et
d’intellectuels engagés au regard
de la rencontre amoureuse et du
couple. Énorme coup de cœur !
« Je n’ai jamais songé à me marier.
Sauf une fois. Et une fois pour
toutes. Cette aventure singulière, et
très passionnée, méritait, je crois,
d’être racontée en détail. »
Philippe Sollers.

CHAMPION

Maria Pourchet
Gallimard
Troisième roman de notre jeune
auteure française « chouchoute »,
aussi réussi que les précédents.
Attachant, vif, souvent drôle, d’une
écriture qui pétille toujours autant,
Maria Pourchet confirme son talent
à travers l’histoire d’un adolescent
de 15 ans.

20
25/06/2015 12:44

Nos libraires
vous conseillent...
FRANCK SINATRA
DANS UN MIXEUR

Matthew Mc Bride
Gallmeister
Si vous aimez l’humour décalé,
un peu « tarantinesque », alors
ce roman noir est fait pour vous.
Lu dans un avion, je n’avais pas
remarqué que nous avions atterri
(et je n’avais plus autant ri depuis
longtemps)...

UN ÉTÉ À BLUEPOINT
Stuart Nadler
Albin Michel
Arthur Wise, avocat prospère,
achète une maison à Bluepoint. Au
cours de l’été 1952, son fils sympathise avec Lem Dawson, l’homme
de couleur chargé de l’entretien de
la maison. Arthur ne voit pas cette
amitié d’un bon œil. Les choses
tournent au drame quand son fils
tombe amoureux de la nièce de
Lem... L’intrigue est superbement
bien ficelée, les personnages super
intéressants : un vrai régal, vous ne
le lâcherez pas.

LA FILLE DU TRAIN

LA POUPÉE

EROICA

LES INTÉRESSANTS

QUE FAIRE DE CE CORPS
QUI TOMBE

DEUX BRÛLE-PARFUMS

FAILLIR ÊTRE FLINGUÉ

FAT CITY

Paula Hawkins
Sonatine

Pierre Ducrozet
Grasset

REBECCA

Daphné du Maurier
Albin Michel

LE CAILLOU
Sigolène Vinson
Le Tripode

Une nouvelle et belle traduction
qui redonne tout son relief à ce
roman gothique culte, paru en 1938.
Rebecca intrigue, passionne et fait
délicieusement frissonner. Ne vous
arrêtez pas à la jaquette criarde
qui pique un peu les yeux (elle
s’enlève, voilà tout son charme) et
laissez-vous envoûter. Addiction
garantie !

Comme souvent, c’est d’abord la
couverture, sublime, qui a éveillé ma
curiosité. Le résumé, lui, m’a définitivement convaincue : « C’est l’histoire
d’une femme qui voulait devenir
un caillou ». Comment résister à ça,
franchement ? Et point de déception
à la lecture de ce roman surprenant
dont l’écriture touchante et impertinente m’a vraiment séduite.
LA LETTRE À HELGA

Bergsveinn Birgisson
Points

Jim Fingal
Vies parallèles

Daphné Du Maurier
Albin Michel

Meg Wolitzer
Rue fromentin

13

Eileen Chang
Zulma

Un petit roman splendide, qui
porte en lui tout l’amour d’un vieil
éleveur de brebis pour la femme de
sa vie et pour cette terre d’Islande,
sauvage et puissante. Je l’ai lu un
soir, d’une traite, le souffle suspendu. Quand je l’ai refermé, il devait
être 3 heures du matin. Et malgré la
nuit, j’étais éblouie.

Céline Minard
Rivages Poche

Leonard Gardner
Tristram

SÉLECTION LITTÉRATURE
FILIBER_20 DEF4.indd 13

25/06/2015 12:44

… mais encore

LES REFLETS D’ARGENT

AU REVOIR LÀ-HAUT

Susan Fletcher
J’ai lu

Pierre Lemaitre
Livre de Poche

14

FILIBER_20 DEF4.indd 14

LES LIENS DU MARIAGE

REVOLVER

J. Courtney Sullivan
Livre de Poche

Nakamura Fuminori
Piquier Poche

DE LA TARTE AU CITRON,
DU THÉ ET DES ÉTOILES

C’EST LA VIE, CHARLIE BROWN

Fanny Ducasse
Thierry Magnier

Charles M. Schultz
Rivages

25/06/2015 12:44

Nederlands

COMPASSIE

EEN HEEL LEVEN

Stephan Enter
Van Oorschot

Robert Seethaler
De Bezige Bij

Korte roman over daten via
internet. Gevoelig en zonder
poespas geschreven.

Een klein boek maar het
omspant een heel bestaan.
Prachtig taalgebruik. Elk
woord, elke zin, alles staat
precies daar waar het hoort.
Ontroerend mooi!

CHECK POINT

JULIETTE DANS SON BAIN

Jean-Christophe Rufin
Gallimard

Metin Arditi
Grasset

Un convoi humanitaire dans la Bosnie
en guerre au cours de l’hiver 1995.
Une équipe de cinq personnes, une
seule femme et quatre hommes, doivent
se supporter le long d’un voyage périlleux. Un très bon roman d’aventure,
doux, poétique, percutant et violent.
Du tout beau Rufin !

Intrigue policière et satire sociale.
Peut-on s’enrichir sans trahir ?
Peut-on posséder le sens des
affaires et une réelle sensibilité artistique ? Un roman bien écrit pour
un bon moment de détente.

… et aussi

15

CATHARSIS

Luz
Futuropolis

SÉLECTION LITTÉRATURE
FILIBER_20 DEF4.indd 15

LA VIE EST FACILE,
NE T’INQUIÈTE PAS

LA FEMME AU CARNET
ROUGE

Agnès Martin-Legrand
Michel Lafon

Antoine Laurain
J’ai Lu

POUR VOUS SERVIR

Véronique Mougin
Flammarion

20
25/06/2015 12:44

Déjà 5 ans de Petit Filigranes ! 5 ans où nous avons partagé ensemble nos émotions, nos appétits de
lecture et de découverte, notre amitié... À travers l’échange entre nous, concrétisé très vite avec les
Apéros Coups de Cœur, à travers, aussi, les conseils de l’équipe qui s’est étoffée !

RE JOIGNE Z NOUS !

Tous les 1ers vendredis du mois, les Apéros Coups de Cœur ! Venez écouter, un verre de vin à la main, notre équipe vous conseiller
leurs coups de cœur du mois (littérature, Bds, DVDs et Cds) dans une ambiance décontractée et chaleureuse.

Les coups de cœur d’Olivier
Mais aussi…

JE SUIS LÀ

Clélie Avit
J.C. Lattès

16

LA MEILLEURE D’ENTRE NOUS

BILQISS

Sarah Vaughan
Préludes

Saphia Azzeddine
Stock

Un RÉGAL ! Ce roman délicieux
est une véritable gourmandise, un
petit bijou succulent, mais moins
léger qu’il n’y paraît ! On passe un
moment formidable, agréable, à la
lecture de ce roman qui comble notre
appétit ! N’hésitez pas !

Magnifique portrait de femme,
roman sans concession porté par
la plume fabuleuse de Saphia
Azzeddine, qui nous livre ici son
meilleur ouvrage. Fort, terrible,
nécessaire, humain, intelligent...
Une claque comme on les aime !

Quel beau premier roman ! Énorme
coup de cœur ! Pas un mot de trop,
hyper juste, touchant, beau et sensible
sans sensiblerie... Je vous le conseille
vivement ! Un roman dont on entendra
parler très vite partout !

LA COUR DES SECRETS

Tana French
Calmann-Lévy

Les coups de cœur CD et DVD de Luc

BROADCHURCH

BBC
PIERRE LAPOINTE

CYRIL MOKAÏESH

Paris Tristesse

L’amour qui s’invente

Entre mélancolie et tristesse, Pierre
Lapointe, immense star au Québec,
explore pour nous les sentiments
humains. « Sourions de nos propres
tristesses » pourrait être le slogan de
ses concerts. Cet album piano-voix
est un best of de ce génial chanteur
québécois et l’occasion d’enfin découvrir un artiste unique et injustement
méconnu chez nous. Vivement que la
Belgique y succombe aussi.
C’EST UNE EXCLUSIVITE
du PETIT FILIGRANES !

Après le sublimissime Du rouge et des
passions et en attendant le très très excitant projet Naufragés de cet automne,
Cyril Mokaïesh, digne héritier de Ferré,
Ferrat ou Renaud, et porteur d’un nouveau souffle de révolte et de passion,
revient avec sa dernière cuvée. Il y a
toujours ce savant mélange de rock et
de beaux textes osés et subversifs, de
romantisme et de saine colère. Les rencontres, les amours, les voyages sont
au menu de 12 chansons sous tension.
C’est rageur, fougueux et salutaire. Et
moi... j’aime l’artiste Mokaïesh !

SÉLECTION PETIT FILIGRANES
FILIBER_20 DEF4.indd 16

L’assassinat d’un jeune garçon bouscule la paisible ville côtière de Broadchurch. Les habitants commencent à
s’épier et à révéler les petits secrets
si bien gardés des uns et des autres.
Cette jolie série policière anglaise,
sorte de Twin Peaks, nous revient
pour une seconde saison. L’histoire
brille par de très grandes qualités de
narration, des décors naturels dans
cette splendide région du sud de l’île,
un découpage et un montage efficaces
et un casting parfait dominé par le
toujours étonnant et impeccable
David Tennant (Doctor Who). Mélancolie garantie !

ALORS VOUS NE SEREZ
PLUS JAMAIS TRISTE

Baptiste Beaulieu
Fayard

FRAGILE

Mylène Farmer
Anne Carrière

20
25/06/2015 12:44

parvis st - pierre 10 1180 bxl +32 2 343 69 01
lundi au vendredi de 7.30 à 19.00
samedi, dimanche & jours fériés 8.30 à 19.00

Les coups de cœur de Xavier

+ en Poche

AU SERVICE SURNATUREL
DE SA MAJESTÉ

Daniel O’Malley
Pocket
Quand X Files rencontre Chapeau melon et bottes de cuir.
DEMANDE ET TU RECEVRAS

EXÉCUTIONS À VICTORY

LITTLE AMERICA

Sam Lipsyte
Monsieur Toussaint Louverture

S. Craig Zahler
Néo Noir Gallmeister

Rob Swigart
Cambourakis

Milo Burke, la quarantaine et bedonnant, passe à côté de sa vie. Il perd son
boulot, son couple bat de l’aile, il se
fait traiter de pédale par son gamin
prépubère et, pour couronner le tout,
un vieil ami dont la vie semble n’être
qu’une succession de réussites, lui
confie une mission des plus étranges.
Dans cette brillante satire, Sam
Lipsyte dynamite le rêve américain
avec un humour qui vous fera grincer
des dents.

Quand on tire la chasse dans le Missouri,
c’est à Victory que ça débarque... Voilà un
roman noir à l’ambiance terriblement oppressante, aux personnages hors normes et
aux dialogues percutants comme des balles
dum dum. Sous le charbon d’Exécutions à
Victory se cache un diamant brut. En bonus, on vous conseillera de vous jeter sans
plus attendre sur le reste de la collection
Néo Noir, avec une mention spéciale pour
le très évocateur Frank Sinatra dans un
mixeur, de Matthew McBride, dont le titre
justifie à lui seul l’achat du bouquin !

Les courts chapitres composant ce récit d’une drôlerie jubilatoire s’imbriquent comme
les pièces d’une mécanique
d’horlogerie complètement
folle. Ce livre est une prouesse
de construction et d’humour,
à lire sans attendre.
L’OBSESSION

James Renner
Pocket

17

Un thriller qui vous
retournera la tête.

Coup de cœur de Damien
LE RAPPORT DE BRODECK

Larcenet/Claudel
Dargaud
Larcenet, auteur de BD de
plus en plus culte, adapte avec
brio le roman de Philippe
Claudel. Dans un village à
l’écart du monde et encore
meurtri par la guerre, Brodeck tente de se reconstruire
avec sa femme après avoir
survécu aux camps. Il rédige pour l’administration des
notices sur la faune et la flore que nul ne lit, mais lorsque se
produit « l’Eireigniës », le lynchage collectif de l’Anderer,
c’est vers lui que les villageois illettrés se tournent pour raconter l’inqualifiable et rédiger un rapport visant à obtenir le
pardon. Brodeck accepte la tâche, mais entame aussi discrètement la rédaction de sa vérité... En jouant sur les non-dits
et les sous-entendus, Claudel nous offrait une fable sombre
et universelle sur des thèmes tels que l’identité, la lâcheté, la
résilience, la barbarie et la peur de l’Autre. Larcenet s’en empare et, tout en respectant la construction en puzzle du récit,
nous impose son adaptation, à la fois personnelle et fidèle. Là
où la plume magistrale de l’écrivain portait le récit et nous
tenait en haleine, c’est le trait tantôt fin, tantôt grotesque,
que le dessinateur torture pour mieux coller à l’histoire. En
résulte un chef-d’œuvre glaçant, dérangeant et inoubliable,
qui nous fait réfléchir et nous donne envie de replonger
à nouveau dans la lecture du roman.. Tout simplement
exceptionnel !

SÉLECTION PETIT FILIGRANES
FILIBER_20 DEF4.indd 17

Coups de cœur de Claude
JE PENSE DONC JE DIS ?

Sam Touzani et Nadia Geerts,
Renaissance du livre
Indispensable ! À conseiller
et recommander tant pour les
jeunes que pour leurs parents,
un livre pour tous qui pose les
bonnes questions sur la liberté
d’expression, et apporte les réponses adéquates à cette pensée
si importante depuis les récents
évènements. Top!
DE L’HORRIBLE DANGER
DE LA LECTURE

Voltaire
Folio Sagesses

UN STAGIAIRE PRESQUE
PARFAIT

Shane Kuhn
10/18
Une gifle stratosphérique !

Où l’on se rend compte, s’il
fallait encore le démontrer, que
Voltaire était bien en avance
sur son temps et avait déjà tout
compris ! Un livre indispensable et nécessaire qui devrait
être lu par tous !

Le Petit Filigranes, c’est aussi la seule librairie
spécialisée dans le rugby. En septembre, venez
regarder la Coupe du Monde avec nous dans le
petit cafffé, et partager nos émotions !

L’INCROYABLE HISTOIRE
DE WHEELER BURDEN

Selden Edwards
10/18

20
25/06/2015 12:44

David Foenkinos
L’insatiable écrivain !
SON ACTU

ÉCRITURE, VACANCES, PÉTANQUE ?
« J’ai continué à voyager pour promouvoir Charlotte à l’étranger, et préparer les expositions à venir, et l’édition illustrée de mon roman que va publier Gallimard à l’automne. »

SES LECTURES

PRÉSENTES, PASSÉES ET CELLES DE L’ÉTÉ
« Je découvre Roberto Bolaño, sur les conseils d’Emmanuel Carrère. Extraordinaire. Je lis en ce
moment Le troisième Reich, et je viens d’acheter le très gros 2066 qui sera parfait pour l’été.
J’ai reçu également les livres de mes amies Amanda Sthers et Emilie Frèche qui publient leur
roman à la rentrée, que j’ai hâte de lire. »

18

SES FILMS DU MOMENT, EN DVD
« Je viens de voir Montage of Heck, le magnifique film sur Kurt Cobain, avec beaucoup d’images d’archives
et les interviews de tous ses proches. On y découvre un personnage fêlé, en souffrance, qui me fait penser à
Lennon à beaucoup d’égards. »

SA TÉLÉ

QUAND ELLE EST ALLUMÉE
« Je regarde la télé surtout en Replay, surtout
le Petit Journal sur Canal Plus. »

QUESTIONS/RÉPONSES
À LA SAUCE BRUXELLOISE

❤ Un restaurant ? : « Le Plasch. Un restaurant où je suis allé avec Marc, sur une très belle place ; on y mange des croquettes divines. Et j’y
ai vendu 25 Charlotte ! »
❤ Un magasin ? « De Bruxelles, je ne connais que Filigranes :) »
❤ Un jeu de société ? « Je ne joue plus beaucoup, mais je viens de prêter mon nom à un battle book réalisé par Jean-Baptiste Gendarme.
C’est un jeu littéraire où les anciens (équipe Zola) affrontent les modernes (équipe Foenkinos). C’est un jeu érudit et très drôle dans
l’esprit de la revue Décapage. »
❤ Une appli smartphone ? « Twitter, pas forcément pour tweeter mais pour suivre un tas de gens improbables, comme Yoko Ono par
exemple. »
INTERVIEW DAVID FOENKINOS
FILIBER_20 DEF4.indd 18

20
25/06/2015 12:44

Audio Books
Petit choix non exhaustif des nombreux livres à écouter.
Laissez-vous bercer, en voiture ou sur votre canapé !
Catalogues disponibles sur demande.

REBECCA

Daphné du Maurier
Lu par Virginie Méry
Audiolob. 9782356419385
AU REVOIR LÀ-HAUT

Pierre Lemaitre
Lu par l’auteur
Audiolib. 9782356417015
LE MARCHAND DE SABLE

ÇA PEUT PAS FAIRE DE MAL

CONSTELLATION

Lars Kepler
Lu par Thierry Janssen
Audiolib. 9782356419378

Guillaume Gallienne
Écoutez lire. 9782070148578

Adrien Bosc
Lu par Bernard Gabay
Audiolib. 9782356418562

19

20
FILIBER_20 DEF4.indd 19

25/06/2015 12:44

EXTRAIT

Photo : Molly Benn

La variante
chilienne

20

Ingénieur et informaticien, Pierre Raufast,
42 ans, vit et travaille à
Clermont-Ferrand. Son
premier roman,
La fractale des raviolis
(retenu par Cultura
comme « Talent à
découvrir » 2014) a
remporté un vif succès
public. Outre le plaisir
jubilatoire qu’il éprouve
à inventer des histoires
toutes plus incroyables
et crédibles les unes
que les autres, l’auteur
nous offre dans ce second roman une douce
réflexion sur le rôle des
souvenirs.
Pierre Raufast a eu le
prix du premier roman
au salon du livre de
Villeneuve-sur-Lot, et le
prix Jeune Mousquetaire du premier roman
(Nogaro, Gers).

Pierre Raufast

au capateros au café du Commerce.
J’avais réglé quelques affaires désagréables pour le patron. En échange,
il effaçait mon ardoise.
En mars 1998, j’ai joué la plus
Nous étions quatre à jouer très
longue partie de cartes de toute ma
régulièrement ensemble : l’avovie.
cat, l’érudit, le colonel et moi.
C’était une partie de capateros
Souvent, le vendredi, nous misions
– un jeu que j’avais appris au Chili.
LA VARIANTE
de l’argent. Des mises modestes
Elle débuta le vendredi soir après le
CHILIENNE
car mes partenaires vivaient chirepas et se termina le dimanche en
Pierre Raufast
chement. Mais, pour le frisson et
fin d’après-midi, juste avant le déAlma
pour nous sentir des hommes, nous
part de l’autocar de 17 h 03 pour les
déballions les quelques francs que
Ratanelles.
PARUTION:
nous avions. Celui qui gagnait comJ’avais quitté mon village naSEPTEMBRE 2015
mandait immédiatement une tourtal depuis de nombreuses années.
née au bar. Du coup, tout le monde
Sans réelles attaches, j’enchaînais
les boulots ici et là, mon manque d’émotion se moquait de perdre ou de gagner, certain de
me permettant d’exercer les métiers les plus boire une bière quoi qu’il advienne. Parfois,
ingrats. J’ai été, entre autres, fossoyeur, mi- l’un de nous élevait la voix, jetait ses cartes
litaire dans une unité d’intervention spéciale par terre ou faisait mine de se lever. Car il le
et bras droit d’un homme d’affaires crapuleux. fallait.
Nous nous occupions, voilà tout. Malgré les
Travailler n’a jamais été un problème.
Après une période intense passée à l’étran- crasses et les calembours, aucun d’entre nous
ger, j’avais amassé quelques deniers et dé- n’aurait quitté le jeu avant d’avoir marqué ses
couvert par hasard ce village perdu au fond mille points.
Une partie de capateros avec les règles
de la vallée de Chantebrie. Je me suis installé
chez une veuve pour qui je coupais du bois en chiliennes durait environ trois heures. Sauf
échange du toit et du couvert. C’était plus cha- quand l’avocat allait « travailler ». En réalité,
leureux qu’un hôtel et moins fatigant qu’une il n’était pas du tout avocat. On le surnommait
maison à soi. La journée, je réparais des bri- ainsi à cause de l’expression : « avocat au barcoles ; une ou deux fois, je lui ai même ramo- reau ». Ou plutôt à cause du barreau. C’était le
né sa cheminée. En somme, je l’aidais à pas- barreau qui avait fait l’avocat, pour tout dire.
ser l’hiver. Je me reposais. Le soir, je jouais Une drôle d’histoire.

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 20

La partie de cartes

20
25/06/2015 12:44

À quatorze ans, lors d’une corrida, il fut embroché par un
taureau. Son testicule droit éclata sous le choc. Il se retrouva
à l’hôpital, tout le bas-ventre déchiré. Le chirurgien fit un
travail remarquable. Malheureusement, à cause d’une artère endommagée, il dut composer avec une érection permanente. Depuis ce jour, il ne débanda pas une seconde. D’où
le surnom.
Quoi qu’en disent les jaloux, ce n’est pas facile de triquer
toute la journée. Deux ans après l’accident, il découvrit qu’il
n’éprouvait aucun plaisir lors du coït : il pouvait s’échiner des
heures, aucune éjaculation, aucun orgasme. C’était comme
avoir un 357 Magnum sans les balles. Frustrant. Pourtant,
c’était un beau jeune homme et toutes les femmes qui
connaissaient sa mésaventure le regardaient par en dessous.
Rapidement, il devint la coqueluche de ces dames. Pensez,
c’était un coup en or : toujours prêt, sans risques et pouvant
s’interrompre dès que la femme avait tutoyé les anges. Une
telle aubaine ne se trouvait pas tous les jours …
Alors, il se mit à son compte en tant que gentleman-gigolo. En 1998, cela faisait plus de quinze ans que ce métronome
travaillait au bar où nous jouions aux cartes. Il avait sa petite clientèle qui venait d’un peu partout dans la vallée. Assis
dans la salle, il attendait en lisant des romans à l’eau de rose
(sa faiblesse). De temps en temps, le barman lui demandait
de monter à l’étage où l’attendait une cliente. Il se faisait
payer à la minute, c’était plus pratique pour tout le monde.
Il posait discrètement sa montre sur la table de chevet, se
déshabillait avec soin puis s’activait méthodiquement en
fonction des desiderata de la cliente. Elle en voulait pour sept
minutes ? Il lui en donnait pour sept minutes. Il lui en fallait
trois de plus pour rosir ? Il les lui facturait. Aussi simple que
cela. Il redescendait ensuite boire ses gains.
Un soir où nous bûmes plus que d’habitude, il nous confia
sa lassitude :
– Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point toutes les
femmes se ressemblent.
À une certaine heure de la nuit, tout le monde devenant
philosophe, je renchéris :
– Je te comprends. En voyageant, j’ai découvert que tous
les villages se ressemblent. La vie y est la même, qu’il pleuve,
qu’il vente ou qu’il fasse soleil.
– Le plaisir du changement est une illusion, c’est dans nos
têtes. La réalité, c’est que nous vivons sur une toute petite
planète.
Nous restâmes pensifs, désenchantés par le poids de cette
révélation. Bientôt, il repartit jouer sa gamme mille fois répétée. Voilà pourquoi nos parties étaient à géométrie variable.
Parfois, en plein milieu d’une manche, le barman s’approchait :
– L’avocat, on t’attend à la trois.
– Putain, l’avocat ! On est en pleine partie, là !
– Tu nous emmerdes avec ton boulot doublement à la con !
– Ça va, les gars ! À cette heure-ci, c’est sans doute la
Berthe. J’en ai pour cinq, dix minutes grand maximum.
– Finissons au moins le tour !

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 21

– D’accord. Marcel, dis-lui que je monte dans trente secondes. Qu’elle commence à se chauffer...
Et nous finissions le tour, nullement gênés par l’incongruité de la situation.
Pendant l’absence de l’avocat, le colonel y allait de sa misogynie par salves d’aphorismes scabreux. Le pauvre…
Florin fit à nouveau rouler le caillou dans sa main. Nous
regarda, Margaux et moi, hochant la tête.
Le pauvre…
Oui, le colonel mourut dans des circonstances particulières.
Il faut vous dire aussi qu’il n’était pas plus colonel que
l’avocat n’était avocat. Le colonel n’avait pas dépassé le grade
de major. Il avait fait la guerre Iran-Irak en tant que pilote
d’hélicoptère. « Les majors sont les derniers à avoir encore des
couilles », aimait-il à répéter.
En 1981, son appareil fut touché par des frappes ennemies
et s’écrasa dans le désert. Il en sortit indemne mais les six autres
étaient morts. Le colonel se les mit sur la conscience. Depuis
ce jour, il ne fut plus jamais le même. Il refit mille fois dans sa
tête le vol de ce matin-là, cherchant la manœuvre qui aurait
pu éviter l’accident. À force, il devint à moitié fou et fut renvoyé au pays dans un hôpital psychiatrique où il resta douze
longues années. En 1993, il fit valoir ses droits à la retraite ce
qui lui permit d’en sortir. Le hasard des routes et des destins
le conduisit ici, dans ce village de la vallée de Chantebrie où il
bricola quelque temps avant de monter l’affaire du siècle.
Personne ne sait trop comment, il acheta un vieil hélicoptère Robinson qui avait appartenu au groupe montagne des
sapeurs-pompiers d’Altuchberg. Son idée n’était pas bête :
il vendait ses services aux propriétaires des noyeraies qui
s’étendent dans la vallée. À cette époque, on cueillait encore
les noix à la main. Le jour des récoltes, il grimpait dans son
appareil et tournait au-dessus des arbres à une petite dizaine
de mètres d’altitude. Le vent des pales faisait instantanément
tomber toutes les noix, il n’y avait plus qu’à se baisser pour les
ramasser. Ce procédé, qu’il fut sans doute le premier à expérimenter, permit aux cultivateurs de gagner un temps précieux.
Son procédé était d’une telle efficacité que le salaire engrangé
en quelques jours lui permettait de se reposer le reste de l’année, sans rouler sur l’or, bien entendu, mais à un certain âge
l’argent compte moins que la tranquillité.

21

20
25/06/2015 12:44

Polar
La sélection de Guillaume

PERFIDIA

James Ellroy
Rivages

22

Los Angeles, le 6 décembre 1941,
une enquête est ouverte suite à l’assassinat d’une famille américano-japonaise. Le lendemain, l’attaque de
Pearl Harbour conduit les États-Unis
à entrer en guerre contre le Japon
et bouleverse totalement la donne.
L’affaire Watanabe cristallise maintenant toutes les tensions d’un pays
au bord de la crise de nerfs.
Fresque historique et politique, personnages grandioses, critique sociale,
le Dog est de retour pour notre
plus grand plaisir et signe là un
roman noir magistral, premier
volume d’un nouveau quatuor
de Los Angeles.

DIABLES AU PARADIS

GROSSIR LE CIEL

Franco Di Mare
Le Livre de Poche

Franck Bouysse
La manufacture de livres

Un livre de poche pour l’été ?
Diables au Paradis de Franco Di
Mare ! Les tribulations de Carmine Cacciapuoti, tueur à gages
malgré lui pour le compte de la
mafia napolitaine. Roman coup
de poing sur une ville de Naples
au double visage, où la Camorra
n’épargne personne.

Gus et Abel vivent dans deux
fermes voisines, perdues au fin fond
des Cévennes. Un matin, Gus aperçoit Abel au loin, en train de creuser
un trou avec une pelle maculée de
sang. La tension monte entre les
deux amis de toujours, prélude à
une issue mémorable.
Une intrigue taiseuse, une écriture
parfaitement maîtrisée, Bouysse nous livre un magnifique
roman sur la vie paysanne, la
nature, l’amitié et les non-dits.
Un grand coup de coeur et un
auteur à suivre...

DANDY

L’ENFER DE CHURCH STREET

Jake Hinkson
Néonoir - Gallmeister
La confession de Geoffrey Webb, diacre
évangéliste impie à la conscience tout
sauf légère. Premier roman traduit
en français pour Jake Hinkson, des
débuts très prometteurs qui ne sont pas
sans nous rappeler l’univers d’un Jim
Thompson, rien que ça !

Richard Krawiec
Tusitala
Chronique de la vie du couple
formé par Jolene et Artie, deux
laissés-pour-compte qui tentent
de survivre dans une société qui
ne leur a pas laissé de place. Un
très beau roman noir sur l’Amérique des bas-fonds, dont la lecture évoque
souvent David Goodis. À découvrir !

BRUXELLES NOIR

Collectif sous la direction de Michel Dufranne
Asphalte
13 auteurs bruxellois & 13 quartiers de Bruxelles
pour 13 nouvelles noires à savourer au gré de vos
balades. À consommer sans modération !

On vous
conseille

TOUS LES DÉMONS
SONT ICI

Craig Johnson
Gallmeister

SÉLECTION POLAR
FILIBER_20 DEF4.indd 22

LES INITIÉS

Thomas Bronnec
Gallimard Série Noire

TOUTES LES VAGUES
DE L’OCÉAN

Victor Del Arbol
Actes Noirs Actes Sud

20
25/06/2015 12:45

xelles
de vos

EN JUIN 2016, FILIGRANES ORGANISERA LA 1ÈRE ÉDITION
DU QUAI DU POLAR MADE IN BRUXELLES

MISSING : NEW YORK

Don Winslow
Seuil
Frank Decker est flic à
Lincoln dans le Nebraska.
Son job, retrouver
les enfants disparus.
Lorsqu’une petite fille
de cinq ans, Hailey Hansen, se volatilise alors
que sa mère ne la lâche des yeux que pendant
cinq minutes, la vie et la carrière de Frank
basculent. Un style fluide et sans fioriture, des
dialogues percutants, du rythme et un suspense
implacable. Un excellent Don Winslow !

23

YERULDELGGER

Ian Manook
Livre de Poche

Guillaume en bonne compagnie
au Quai du Polar

PANDEMIA

Franck Thilliez
Fleuve Noir

OR NOIR

Dominique Manotti
Gallimard Série Noire

Coups
de cœur
COUPABLE VOUS ÊTES

Lorenzo Lunar
Asphalte

SÉLECTION POLAR
FILIBER_20 DEF4.indd 23

X

J. J. Connolly
Sonatine

CRY FATHER

Benjamin Whitmer
Néonoir - Gallmeister

20
25/06/2015 12:45

LA RENTRÉE D’ALMA

L’AMOUR
PROCHAIN

L’AMOUR
COPAINS

L’AMOUR
MÉTROPOLITAIN

AVEC LUI.

LA VARIANTE

KAFKA À PARIS

NATHALIE
POITOUT

CHILIENNE

PIERRE RAUFAST

XAVIER
MAUMÉJEAN

978-2-36279-154-3
16 € - 144 p.
20 août 2015

978-2-36279-156-7
18 € - 264 p.
20 août 2015

978-2-36279-158-1
18 € - 268 p.
20 août 2015

3 NUANCES D’AMOUR...
FILIBER_20 DEF4.indd 24

25/06/2015 12:45

La sélection de Laure-Anne

A

S

de l’imaginaire
MONOLITHE NOIR 1 :
RETIS GALACTICA

PRIME TIME

BLOOD SONG 2 :
LE SEIGNEUR DE LA TOUR

Jay Martel
Super 8

Bertrand Passegué
Critic
En Australie apparaît un ovni. Si les aliens
tentent d’entrer en contact avec les humains,
ils ne révèleront pas leurs intentions aussi
facilement. Tentative de conquête, de contact
amical ou simple curiosité ? Un incontournable à ne pas manquer.

Anthony Ryan
Bragelonne

Et si, du jour au lendemain, vous réalisiez
que nous ne sommes que les figurants de
plusieurs émissions de télé-réalité réalisées
à l’intention d’un peuple alien victime de
l’ennui ? Un récit critique et incisif, plein
d’humour, dans la veine de H2G2.

De la fantasy comme on en lit rarement !
Découvrez la suite des aventures de Vaelin
Al Sorna, le Sombrelame, frère du sixième
ordre, le tueur d’espoir. Un récit épique
aussi haletant que Game of Thrones, aussi
prenant que le Nom du Vent.

25

LE PARIS DES MERVEILLES

Pierre Pevel
Bragelonne
Dans un Paris aux décors haussmanniens, un mage enquêtant sur le
trafic d’objets enchantés se retrouve mêlé à une série de meurtres.
Pierre Pevel développe avec brio une city fantasy originale et pleine
de charme.

N

..

24 25 FILMS ET WY PRODUCTIONS
PRÉSENTENT

LE FILM EST ACTUELLEMENT EN SALLE
SORTIE DVD LE 24 JUILLET
SÉLECTION LITTÉRATURE DE L’IMAGINAIRE
FILIBER_20 DEF4.indd 25

20
25/06/2015 12:45

Les choix de Marc

Les livres référencés ici jouissent tous des labels
« Insolation ou Nuit blanche assurée » et « Addiction totale »

L’INNOCENCE DES BOURREAUX

Barbara Abel
Belfond
Apparemment, une histoire simple...
Un junkie, une prise d’otage qui tourne mal et
surtout une mise en présence qui nous empêche
de déposer ce livre avant la dernière page.
À NOTER, LA RÉÉDITION DE DUELLE,
VOIR L’INTERVIEW DE BARBARA ABEL P. 9

LEÇONS D’UN TUEUR

Saul Black
Les Presses de la Cité

26

NE DEVIENS JAMAIS
PAUVRE !

NE DEVIENS JAMAIS
VIEUX !

Daniel Rabbi Friedman
Sonatine

J’ai Lu

Buck Schatz, ancienne légende de la police, devrait couler
une retraite paisible, mais n’arrive pas à décrocher…
Le roman se passe en 1965 et 2009. Enormément de
références aux grands classiques (Hammett, Chandler).
Ce vieux flic, qui se déplace à l’aide d’un déambulateur et
qui souffre de pertes de mémoire, vous fera, je l’espère,
rire autant que moi. C’est peut-être bien par le biais de ces
pertes de mémoire que Friedman entretient… le devoir de
mémoire. Son personnage rend en effet hommage à son
grand-père, survivant de la Shoah, qui fut un flic actif à
Memphis jusqu’à sa mort à 97 ans.

Terrifiant ! Valérie Hart, inspectrice à la criminelle, enquête depuis des années sur une série
d’homicides, sans succès. Il s’agit de femmes,
retrouvées à des époques différentes, torturées
et à chaque fois retrouvées avec un objet caché
ou dépassant de leur corps…
L’auteur réussit à nous faire croire que nous sommes parfois la victime, parfois le tueur…
UN LONG MOMENT DE SILENCE

Paul Colize
Folio
Chose rare, je n’avais pas lu ce livre à sa parution.
C’est l’auteur himself qui m’a vivement conseillé
de le lire. Et ma foi, il a eu raison. Cette histoire
se passe entre 1945 et 2012 avec de nombreux
flashes-back. Sujet souvent emprunté par ce genre
de littérature : la chasse aux nazis… Excellent !

LA VÉRITÉ ET AUTRES MENSONGES

Sascha Arango
Albin Michel
Tromperie, mensonge, meurtre, imposture et
amoralité... Henry Hayden est un écrivain à
succès, sympathique et manipulateur. On sait,
dès le début, qu’il n’écrit pas ses livres : il se
contente de signer le travail de son épouse.
Il pense à se séparer de sa maîtresse – son éditrice –, mais les choses ne sont pas aussi simples. Complètement tordu !

AM STRAM GRAM

M.J. ALDRIDGE
Les escales noires
LE livre, VOTRE livre de l’été.
« Qui de nous deux doit mourir ? » –
« Qui de nous deux doit vivre ? »
Du grand suspense.

SÉLECTION MARC
FILIBER_20 DEF4.indd 26

L’INCISEUR

Sébastian Fitzek et Michaël Tsokos
L’Archipel
Fitzek est probablement l’auteur allemand le plus déjanté du moment. Course poursuite du docteur Paul Herzfeld pour sauver sa
fille retenue prisonnière par un psychopathe ; alors qu’il pratique
l’autopsie d’une jeune femme atrocement mutilée, il découvre dans
son crâne une capsule métallique renfermant un message... Sa course
sera jonchée de cadavres renfermant à chaque fois un nouveau message. Horrible et angoissant.

20
25/06/2015 12:45

Sorties et rééditions récentes en format poche
INCONTOURNABLES cet été

JE SUIS PILGRIM

Terry Hayes
Livre de Poche
ZE livre !

LA FAUTE

TANTE MAME

LA SOURCE

Ivan Zinberg
Points

Paula Daly
Pocket

Patrick Dennis
J’ai Lu

James A. Michener
Pavillon Poche / Robert Laffont

Premier livre hyper
réussi d’un « flic »
français.

Culpabilité, quand
tu nous tiens…

Le SEUL roman qui
fait autant rire qu’un
Gaston Lagaffe.

Le BIJOU réédité à ma demande.

JEU D’OMBRES

LE DESTIN DE MR CRUMP

Ludwig Lewisohn
Libretto Poche
C’est parfois pire chez les
autres… Livre de chevet de
Sigmund Freud, et de moi…
ENFIN réédité.

LA VÉRITÉ SUR L’AFFAIRE
HARRY QUÉBERT

Joël Dicker
De Fallois Poche

SHANGAI LA JUIVE

Michèle Kahn
Le Passage

Ben oui, le « Dicker »

27

SÉLECTION MARC
FILIBER_20 DEF4.indd 27

20
25/06/2015 12:45

Pour rappel…
HANNS ET RUDOLF

RADIOACTIF

CES LIEUX SONT MORTS

Thomas Harding
Flammarion

Vincent Crouzet
Belfond

Patrick Graham
Pocket

S’il ne faut qu’UN livre
d’Histoire… Récit qui se
dévore comme un roman.
Période : 40/45

Attention ! Sarkho, le
retour ! Scandale d’État
autour de l’uranium.

Déstabilisant, troublant,
intéressant…

LA FEMME AUX FLEURS
DE PAPIER

VENGEANCE, IMPAIR ET PASSE

Donato Carrisi
Calmann-Lévy

Jeffery Deaver
Les Deux Terres
Dans la peau d’un « berger »…

Surprenant. À travers une
rencontre en 1915 dans les
tranchées austro-italiennes,
une histoire d’amour digne
des plus belles pages de la
littérature.

SOUMISSION

Michel Houellebecq
Flammarion
Encore et toujours d’actualité.

28

TIM WILLOCKS

DERNIÈRE MINUTE… DERNIÈRE
MINUTE…DERNIÈRE MINUTE…
DERNIÈRE MINUTE…

Le nouveau roman de Joël Dicker
Le Livre des Baltimore
sera en librairie le 30 septembre !

DVD
LA SÉRIE PEAKY BLINDERS,
SAISON 1
Birmingham, 1919, Winston
Churchill mobilise les forces
spéciales pour contenir les
menaces de révolutions
politiques et criminelles dans le
paysage industriel de l’aprèsguerre.

THE RIOT CLUB / LONE SCHERFIG
Le Riot Club Oxford est réservé à l’élite
de la nation.
J’ai retrouvé l’ambiance d’Orange
Mécanique ou O Lucky Man tous deux
avec Malcolm McDowell

SÉLECTION MARC
FILIBER_20 DEF4.indd 28

20
25/06/2015 12:45

Jeux de société
Rummikub,
Triominos,
Color Addict,
Uno, Buggle et les
incontournables
dés de Poker

classiques à emporter

J’ai découvert, voilà quelques mois,
RUZZLE dans la boutique app-store.
ADDICTION TOTALE !

29

FILIBER_20 DEF4.indd 29

25/06/2015 12:45

EXTRAIT

Faits d’hiver
Photo © Parscale Lourmand / Kero

Alice Moine

[…]

Alice Moine est née
en 1971. Elle est chef
monteuse pour le
cinéma et la publicité.
Elle vit à Paris.
30

Quelque part dans la
ville, un immeuble
se tient droit sur ses
fondations. Plus pour
longtemps si l’on en
juge par la forte odeur
de gaz qui s’échappe
d’un appartement. Avant
que la flamme d’un
briquet n’embrase les
cinq étages, dix histoires
d’hommes et de femmes
s’y entrecroisent. Qui
sont-ils ? Par quels
hasards et coïncidences
échapperont-ils à ce
rendez-vous fatal ? Alice
Moine nous offre un
premier roman tout en
délicatesse, dessinant
grâce à un claquement
de porte ou un bruit de
talon le microcosme
d’un immeuble, avec ses
joies et ses peines.

Peut-être que le coup de fil de
L’autre soir, Véro m’a dit :
Soso m’avait été fatal ? Cette façon
« Carole, t’as pas vu le vent tourdésinvolte de m’annoncer qu’elle
ner. »
avait un dîner jeudi et qu’on allait
Ça m’a mise dans une rage folle.
devoir annuler notre soirée cinoche.
Sur le coup, je n’ai rien dit. On a
Comme si elle ne se doutait pas
terminé nos sushis et Véro a reque je savais.
fusé le saké offert par la maison
Comme si elle me pensait suffiparce qu’elle devait rentrer pour sa
samment détachée.
baby-sitter. Quand je suis arrivée
FAITS D’HIVER
Bref, j’ai pris une décharge en
chez moi, j’aurais tout cassé.
Alice Moine
Kero
devinant que Soso, toujours sur la
Au lieu de cela, j’ai ouvert « son »
touche depuis son divorce, jamais inplacard encore plein de tous les vêvitée nulle part et qu’on devait toutements qu’il n’était jamais venu
PARUTION:
jours se coltiner dans les soirées pour
chercher. J’ai pris mes ciseaux et j’ai
SEPTEMBRE 2015
faire sa B.A., la Soso, donc, allait fesattaqué.
toyer à la crémaillère de Fred et de
Quand j’ai enfin terminé, il était
l’autre blondasse.
4 h 55.
Peut-être avait-elle naïvement imaginé que
J’ai mis le réveil à 7 heures et je me suis enje n’étais pas informée ? Ou que j’étais sourde dormie comme un bébé pour la première fois
aux nombreuses gaffes de mon entourage ?
depuis deux mois.
Qui n’était pas au courant que leur nouvel
Le lendemain, j’étais reposée mais, à la viappart était somptueux, que ladite blondasse sion de la pyramide de fringues lacérées au miavait un chalet familial à Châtel et qu’ils avaient lieu du salon, je me suis dit que j’étais bonne
beau se connaître depuis une seconde et demie, pour l’asile de fous ou l’art contemporain. Ça
Fred était si bien adopté par tous ses potes qu’il tombait bien, j’avais une réunion hyper-impors’apprêtait à lui présenter les siens en bravant tante ce matin-là et tout le monde au boulot a
toutes les règles élémentaires de période d’es- trouvé que j’avais été meilleure que jamais.
sai ?
Eh bien, moi, jeudi prochain, je n’y serai pas.
Non, j’aurai bien mieux à faire… Comme
[…]
un grand ménage de printemps, une vidange des
placards pleins à craquer.
Dans la boutique de location, j’ai pris le déUne jouissance du vide à défaut d’autre guisement le plus cher.
chose.
L’étoffe est belle, on dirait vraiment une
reine égyptienne. Avec le masque, je suis méconnaissable. Ma Cléopâtre brille de mille feux
et ce soir, les pros de la bédé n’auront plus qu’à
choisir leur camp entre Uderzo et Lenaerts.

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 30

[…]

20
25/06/2015 12:45

Le loueur m’a dit que la seule arme que j’aurais pu porter,
c’était un sceptre en or, mais il était en rupture (et c’était bien
à propos).
Moyennant finances, il a fini par piquer l’épée de Merlin
l’Enchanteur.
Je ne connaissais pas la Cat Woman qui m’a ouvert avec sa
coupe de champagne à la main. Tout à fait le genre de fille avec
qui j’aurais pu devenir copine avant. Je me suis faufilée dans
la pièce bondée. Je regardais partout à travers mon masque
égyptien. Tout ici me plaisait : la déco, les tableaux aux murs,
le canapé d’angle, la cuisine super élégante.
Et plus que tout le reste, la chambre cosy que j’apercevais
au bout du couloir.
Je n’ai pas pu m’en empêcher, j’y suis entrée et j’ai fermé
la porte derrière moi. On entendait encore les « boum boum »
de la sono au loin.
Ça suintait l’harmonie.
Il n’y avait que très peu de meubles : un lit immense, de
beaux draps de lin gris, une table de nuit avec quelques livres
et, plus loin, une console sur laquelle traînaient des produits
de maquillage.
Dans le coin, un portant métallique qui imitait la forme
d’un corps : j’ai immédiatement reconnu ta veste. Ça m’a fait
un choc.
Pendant les premières secondes, j’avais eu l’impression
d’être chez elle.
En réalité, c’était chez eux.
Quand je suis sortie, la veste ressemblait à un poulpe recouvert d’algues.
Des lamelles de tissu sombre s’étalaient sur la moquette
épaisse jusqu’au seuil.
Ça devenait symptomatique, cette manie des lambeaux,
comme un rituel enfoui qui n’attendait que la trahison pour
s’exprimer au grand jour.

[…]
Je dansais près d’eux.
J’ai imaginé planter mon arme dans le cœur de la blondasse.
Elle se prenait pour Marguerite de Valois : c’était ridicule.
Fred en Corto Maltese avait tellement plus d’allure.
J’ai fantasmé sur le cri qu’elle pousserait si… Même si
l’arme était en plastique, j’ai imaginé avoir suffisamment de
force pour l’enfoncer et qu’on n’en parle plus. Sa robe était
déjà tachée de sang, ce qui facilitait mes divagations. Fred
prendrait alors son corps inanimé dans les bras en criant…
Mais ce scénario était un brin tragique et convenu.
Alors, j’ai imaginé que c’était elle qui me plantait cruellement l’épée droit au cœur. Que Fred tentait de me secourir,
qu’il découvrait mon visage sous le masque et hurlait de désespoir. C’est à ce moment-là qu’un remix techno a bombardé
l’assemblée d’impulsions binaires tribales.
Les temps modernes n’étaient plus à la tragédie.

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 31

Son dressing jouxtait la salle de bains.
Par chance, il y avait un verrou sur la porte du couloir pour
que je puisse agir au calme. Je suis montée sur l’escabeau et j’ai
fait valser tout le contenu de la penderie. Dans mon allégresse,
j’ai perdu l’équilibre.
En me relevant, j’ai senti ma cheville qui brûlait.
J’ai tassé l’intégralité de sa penderie au fond de la baignoire
entre les sacs à glaçons et les bouteilles de champagne. J’ai
trempé mon pied quelques instants pour calmer la douleur.
Au beau milieu du tas, j’ai reconnu la très jolie robe qu’elle
portait au cours de ce dîner où Fred l’avait qualifiée d’éditrice
visionnaire dans le taxi du retour.
Sous le lavabo, il y avait tout à portée de main : eau oxygénée, dissolvant, vernis et colle à tapisser. J’ai touillé la potion
avec la tringle à rideaux que j’ai eu grand‑peine à desceller du
mur.
Ma recette manquait de liquide, j’y ai donc ajouté le contenu des vingt‑deux bouteilles de champagne dans un concert de
bouchons, et assaisonné de berlingots de Javel.
J’ai tassé les manteaux des invités dans le videordures, histoire de griller définitivement son aura.
En passant près du buffet, j’ai constaté qu’il n’y aurait
bientôt plus rien à boire.
J’ai viré tous les plombs du vieux compteur électrique à
l’entrée.
Plus de lumière, plus de son. Certains se sont naïvement
aventurés dans un Happy birthday dissonant. Puis ça a commencé à râler sec.
J’ai claqué la porte de l’appartement, ni remords ni regrets.
J’ai donné deux tours avec la clef qui traînait sur la console
– j’avais bien pris soin de prendre tous les jeux similaires – et
je suis descendue lentement, ignorant les invités qui s’agglutinaient sur le balcon comme s’ils avaient peur du noir.
Tout ce joli petit monde du neuvième art pris au piège chez
un auteur inconnu au bataillon et sa maîtresse échangiste. On
a beau être ouvert d’esprit, s’insurger contre la politique culturelle du gouvernement et disserter sur les ouvrages subversifs
à la mode, on n’en reste pas moins attaché à certaines convenances.

31

J’ai balancé tous les trousseaux dans le caniveau : longtemps, ils allaient devoir se supporter là‑haut à moitié ivres et
tassés comme des sardines dans le noir.
Pour savourer mon coup, je me suis installée dans le parc,
face au balcon. J’ai massé ma cheville.
Il faisait froid. Je me suis blottie dans mon manteau en
tweed et j’ai attendu tranquillement que les renforts arrivent.
Ces longues silhouettes au loin faisant les cent pas à la
lueur des bougies, on aurait dit du Voutch. J’ai cru te voir
dans un groupe de fumeurs, mais il faisait trop sombre. Alors,
comme ça, tu as repris la cigarette ? C’est tellement has been.
Même Lucky Luke a fini par arrêter.
Bien après les autres, tu es resté sur le balcon à me fixer du
regard si intensément que j’ai fini par baisser les yeux.
Quand j’ai relevé la tête, il n’y avait plus personne, mais
était‑ce toi seulement ?

20
25/06/2015 12:45

EXTRAIT

La vie selon
Florence Gordon
Brian Morton

1

32

Brian Morton vit à New
York où il enseigne la
littérature à l’université.
La Vie selon Florence
Gordon est son
cinquième roman, le
premier publié chez
Plon.

Florence essayait d’écrire ses mémoires, mais elle devait compter avec deux
handicaps : elle était vieille et elle était intellectuelle. Qui donc, se demandait-elle
parfois, aurait envie de lire un livre sur une
vieille intellectuelle ?
Trois handicaps peut-être, parce que,
en plus, elle était une intellectuelle féministe. Ce qui signifiait que si elle arrivait à
finir le livre, les critiques lui reprocheraient
forcément son ton « aigre » et « strident ».
Si vous êtes une vieille féministe, tout
ce que vous dites a, par définition, un ton
aigre et strident.
Elle ferma son ordinateur portable.
Ça n’en vaut pas la peine, pensa-t-elle.
Mais elle le rouvrit.

3

Ses mémoires débutaient aux premiers
jours du Mouvement de libération des
femmes – le Mouvement de libération des
Brian Molton
femmes modernes, son mouvement à elle,
PLON
celui qui était né dans les années 1970. Si
feux croisés
elle les terminait, ce serait son septième
livre.
PARUTION:
Chacun d’eux avait posé des difficulSEPTEMBRE 2015
tés. Pour celui-ci, la difficulté était qu’il lui
2
était impossible de redonner vie au passé.
Sa mémoire était bonne, elle se souvenait des dates, des
Elle ne se sentait ni aigre ni stridente. Elle ne se sen- faits et des acteurs. Mais elle avait du mal à se rappeler
tait même pas vieille.
la texture du passé.
De toute façon la vieillesse n’était plus ce qu’elle
Ce soir-là, elle avait enfin réussi, se dit-elle, à percer
était – du moins, elle aimait à se le répéter.
le mur. Un instant auquel elle n’avait pas pensé pendant
Son raisonnement était le suivant : elle avait des années lui était revenu à l’esprit. Juste un instant,
soixante-quinze ans ; à une autre époque, oui, cela au- sans réelle importance. Précisément parce qu’elle n’y
rait fait d’elle une vieille dame, mais pas aujourd’hui. avait pas pensé depuis si longtemps, il surgit dans toute
Elle avait été une jeune femme dans les années 1960 et, sa fraîcheur, et elle espéra avoir enfin ouvert la porte qui
quand vous avez été jeune dans les années 1960 (« le la mènerait au passé.
bonheur en cette aube était de vivre »), vous avez le senElle avait toute la nuit devant elle. Pour pouvoir restiment que vous ne vieillirez jamais. Vous étiez là quand ter chez elle et travailler, elle avait annulé, non sans une
les Beatles sont partis en Amérique ; vous étiez là quand secrète délectation, un dîner prévu avec des amis. Il était
on a découvert la sexualité ; vous étiez là quand l’idée sept heures du soir, un vendredi du début du mois de
de libération est née. Même si vous finissez en vieille mai ; elle n’avait plus d’engagements universitaires, son
dame grognon, fière de son passé activiste mais qui ne esprit était clair.
demande plus qu’une chose, qu’on la laisse tranquille à
Et cette soirée où elle venait enfin, enfin, de progreslire, écrire et penser, même si vous finissez comme ça, en ser, était la plus heureuse qu’elle ait eue depuis longvotre âme, quelque chose reste vert.
temps.
Elle n’était pas femme à tenter de paraître plus jeune
Sauf que Vanessa ne cessa d’appeler.
que son âge – cela vaut d’être noté. Elle ne se teignait
Vanessa, son amie, ne cessa d’appeler et Florence ne
pas les cheveux, elle ne s’intéressait pas au Botox, elle cessa de laisser sonner. Au cinquième coup de fil, elle
ne se blanchissait pas les dents. Ses dents brutes à l’an- pensa que Vanessa devait avoir des ennuis, au sixième,
cienne, grossières, honnêtes et sans retouche étaient as- elle décrocha.
sez bonnes pour elle.
— Dieu merci, tu es là, dit Vanessa. J’ai un proElle n’était pas femme à vouloir retrouver sa jeu- blème.

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 32

nesse parce qu’elle estimait sa vie actuelle
très intéressante.
C’était donc une femme forte, fière, indépendante d’esprit qui acceptait son âge et
qui pourtant se sentait encore très jeune.
Elle était aussi, à en croire ceux qui la
connaissaient et même ceux qui l’aimaient,
une vraie emmerdeuse.

LA VIE SELON
FLORENCE GORDON

20
25/06/2015 12:45

— Que se passe-t-il ?
— Rien de très grave, non. Ce n’est pas dramatique mais je viens de
me faire voler et je n’ai plus rien sur moi, sauf mon portable. J’ai besoin
d’argent pour rentrer.
— Où es-tu ?
— C’est pour ça que je t’appelle. À trois rues de chez toi.
Elle donna le nom d’un restaurant.
— Bon, je suis à la maison, dit Florence. Monte.
— C’est gentil mais la situation est un peu compliquée.
— Pourquoi ?
— Ruby et Cassie étaient pressés, je suis restée pour payer l’addition
et alors je me suis aperçue que je n’avais plus mon sac. Le patron ne veut
pas me laisser partir. Il ne veut pas prendre le risque de me voir filer.
— Vanessa, tu es une dame d’allure parfaitement respectable. Une
très vieille dame. Il est clair que tu ne vas pas t’enfuir. Dis-lui que tu n’es
pas Bonnie Parker.
— C’est ce que je lui ai dit. Exactement. Je ne suis pas Bonnie Parker,
mais il n’est pas très compréhensif. Il doit croire que je suis Bonnie Parker. Je suis désolée mais cela ne te prendra qu’une minute.
Les gens, pensa Florence en mettant ses chaussures. Pourquoi ai-je
encore besoin d’eux ?
Il a peur de la laisser filer. En attendant l’ascenseur, Florence marmonnait toute seule. Elle se rappela Popeye le marin.
Elle traversa la rue, toujours marmonnant, serrant et desserrant les
poings.
C’était parce qu’elle avait un problème à sa main gauche. Syndrome
du canal carpien. Ses doigts sautillaient parfois comme s’ils étaient dotés
de cinq petits cerveaux. Un neurologue lui avait conseillé d’acheter un
clavier ergonomique et une souris ergonomique et une attelle de poignet
ergonomique ; elle avait acheté tout cela et fait consciencieusement les
exercices qu’il lui avait prescrits mais elle n’en ressentait toujours pas
les effets.
À marmonner, serrer et desserrer les poings, je dois avoir l’air d’une
folle, pensa-t-elle.
4
Le restaurant se trouvait sur 67th Street, entre Columbus et Central
Park West. Elle entra, ne vit pas Vanessa.
C’était un établissement luxueux, cher, assez prétentieux. Apparemment pas le genre de lieu où le patron vous retient en otage.
Le maître d’hôtel, un homme à la mine sombre, lui demanda s’il pouvait l’aider.
— Je cherche une amie. Une femme de mon âge, elle n’a pas pu payer
l’addition, vous voyez ?
— Oh oui. Je vois. Elle est dans la salle du fond.
Ils l’ont mis dans la salle du fond, pensa Florence. Ils la tiennent à
l’œil.
Il conduisit Florence dans un couloir, et elle avança vers une porte
derrière laquelle la pièce était inexplicablement noire. Elle fit un pas, les
lumières s’allumèrent ; la salle était pleine de gens criant « Surprise ! ».
Surprise.
Des amis de l’université de New York, des amis du Mouvement, des
amis du monde littéraire. Même sa famille était là : sa belle-fille, sa petite-fille.
Vanessa l’étreignit.
— C’était le seul moyen de t’avoir et de te fêter.
— Ce n’est pas mon anniversaire.
— J’ai pensé que si nous le faisions trop près de la date, nous perdrions l’élément de surprise. Tu aurais su ce qui se préparait et tu ne
serais jamais venue. Ça a été une opération aussi délicate que de capturer
le mythique yeti. Nous voulions te sortir de ton appartement pour que
tu t’amuses.
C’est étonnant comme les gens se connaissent mal, y compris les
vieux amis. Je m’amusais, pensa Florence. Assise chez moi, je m’amusais
à tenter de comprendre notre vie, notre vie collective. Je m’amusais à
BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 33

faire en sorte que mes phrases tombent juste. Je m’amusais à essayer de
garder vivant un petit moment passé.
Et voilà, c’était fini. Elle avait presque réussi à voir les choses clairement mais cela avait été si précaire, si fragile. Comment savoir si cet
éclair de clarté serait encore là, au matin.
Janine, sa belle-fille, et Emily, sa petite-fille, étaient à côté d’elle.
Elles étaient à New York depuis des mois mais Florence n’avait rien fait
pour les voir. Un instant, elle se sentit coupable puis elle pensa que cette
culpabilité n’était qu’une sorte de tribut dû aux conventions (en fait, elle
n’avait pas eu envie de les voir, tout simplement) et sa culpabilité s’évanouit.
— Joyeux anniversaire, ou à peu près, dit Janine.
— Surtout que tu n’as pas l’air tellement joyeux, dit Emily.
— J’aurais bien aimé que quelqu’un étouffe ça dans l’œuf.
— J’ai essayé, j’ai essayé dit Janine. Je leur ai expliqué que c’était
une mauvaise idée mais… Vanessa. C’est une force de la nature, presque
autant que toi.
Oh Jésus ! Il y avait même Saul.
Il la prit par l’épaule. Il semblait à moitié ivre.
— Je ne pouvais pas ne pas être là, dit-il. Littéralement. Ton amie
n’aurait pas admis un non pour réponse.
Quelqu’un, dont Florence ne se souvenait que vaguement, se matérialisa devant elle et entreprit de lui expliquer par le menu comme il
avait eu du mal à venir ici depuis Rockland County. Quelqu’un d’autre
lui raconta comme il avait eu du mal à s’arracher à son adorable chiot qui
n’était pas encore propre. Pendant que Florence souriait, acquiesçait, faisait semblant d’écouter, elle s’efforçait de retrouver ce moment de clarté
qui lui était advenu à sa table de travail et elle n’avait qu’une envie, rentrer chez elle.
Dans les toilettes, elle regarda la fenêtre, à trois mètres au-dessus du
sol. Peut-être que si je montais sur la cuvette des W.-C. je pourrais me
hisser là-haut…
Non. Trop lâche. Trop indigne.
Elle revint dans la salle où l’ambiance s’échauffait, prit un verre et le
frappa avec un couteau jusqu’à ce que tout le monde se tût.
— Mes amis, dit-elle, je suis touchée par votre initiative. Touchée et
honorée. Qu’a dit Yeats, déjà ? Quelque chose comme « Voyez où commence et où finit en général la gloire de l’homme / Et dites-vous que ma
gloire fut d’avoir de tels amis ».
Il y eut un murmure d’approbation.
— Une des choses que je trouve magnifique chez vous tous, c’est
que vous me comprenez. Je sais que je ne suis pas commode. Je suis une
femme difficile.
— Tu es une femme superbement difficile, dit Vanessa (avec elle,
c’étaient toujours des effusions) et les autres firent des bruits d’assentiment.
— Eh bien, je vous remercie mais que je sois superbement difficile
ou simplement difficile, chacun de vous a trouvé le moyen de s’entendre
avec moi, ce qui prouve votre générosité, votre tolérance, votre inventivité. Parce que je vous ai demandé de supporter beaucoup de choses.
— Maintenant je vais vous demander de supporter une chose de plus.
Je suis enchantée de cette fête surprise mais je vais vous quitter car il faut
que je retourne à ma table de travail. J’apprécie vraiment tout cela, j’espère que vous n’en doutez pas, et je serai avec vous par la pensée. J’espère
aussi que vous passerez une excellente soirée.
Elle se tourna et partit. Elle aurait aimé pouvoir éviter de croiser un
regard ou un autre mais il était plus important de tenir la tête haute, de
sorte qu’en passant elle vit le visage de quelques amis. Ils avaient l’air de
se demander si ce n’était pas une blague.
Elle avait laissé son ordinateur allumé et, à peine rentrée, elle se réinstalla devant l’écran. La brume mit du temps à se dissiper (la brume de
la gêne, de l’ambivalence ou quoi qu’elle ait pu éprouver) mais au bout
d’un moment elle s’aperçut qu’elle ne s’était pas tellement écartée de là
où elle s’était interrompue. Elle travailla le reste de la nuit avec satisfaction, sans une pensée pour ses amis et soutiens.

33

20
25/06/2015 12:45

EXTRAIT
Tout ce qui est solide
se dissout dans l’air
Darragh McKeon

d’un moment, la beauté religieuse de ce laLe premier jour, résignée à un avenir
beur lui est apparue. La précision, l’exactitude
morne et répétitif, elle s’est étonnée du rénécessaire à la manipulation du tour. Quelle
confort que lui procurait la foule, de cette improfondeur peut avoir une action ? Quel depression d’avoir un objectif commun, chaque
gré de perfection un être humain peut-il atindividu participant à la vie collective.
teindre ? Maria travaille au millième de milliL’échelle est stupéfiante : dix mille emmètre. Au micron, dit-on. Au micron.
ployés. Et il y a d’autres sites d’industrie
Et tout se répète.
chimique tout proches, dont une usine de
Et tout se répète.
fabrication d’ammoniaque ; depuis la ville
Et tout se répète.
s’opère un vaste mouvement migratoire en
Elle guide le bras articulé comme si c’était
bus, en trolley, en marchroutka, et elle en fait
le sien.
partie, marchant de concert avec des hordes
Avec le temps, elle s’est aperçue que son
de femmes entortillées dans des foulards et
corps s’habituait à cette action. Il l’a adoptée,
d’hommes encapuchonnés.
TOUT CE QUI EST
absorbée. Quand elle se lève pour aller boire
Parfois elle se demande si elle n’est pas
SOLIDE SE DISSOUT
un verre d’eau à la cuisine en pleine nuit, le
née pour ça, si ce n’était pas là son destin.
DANS L’AIR
geste de son bras pour ouvrir le robinet décrit
N’est-ce pas ainsi que vivent vraiment les
DarraghMcKeon
le même arc que lorsqu’elle travaille. Sa main
gens : pointer au travail, voler une soirée en
Belfond
serre le verre avec une régularité dont elle
douce le vendredi, faire un repas de roi le diseule a conscience.
manche ?
PARUTION:
Parfois, elle travaille les yeux fermés.
La première fois qu’elle a vu l’usine, elle
SEPTEMBRE 2015
Pratique dangereuse, sur une machine dangeest restée clouée sur place, puis elle a dû rereuse, mais elle sent la précision de l’acte avec
voir complètement son sens des proportions.
Lorsqu’elle a franchi les énormes portes massives, hautes une clarté qui ne cesse de l’émerveiller.
M. Chalamov se retourne et désigne une chaise.
comme six personnes, son supérieur est venu à sa rencontre
« Je vous en prie. »
pour lui assener quelques chiffres : la chaîne mesure un kiElle s’assied, résistant à l’envie de sortir un mouchoir
lomètre de long, une nouvelle voiture est produite toutes
pour le poser sur le siège, de crainte d’y mettre de la
les vingt-deux secondes à chaque minute, chaque heure,
poussière.
chaque jour.
« Mme Brovkina. Merci d’être venue. »
Une mer de métal calibré, de vagues industrielles filant
Mme Brovkina. C’est toujours son nom, bien sûr, et
de l’avant avec une précision de temps méticuleuse, une
elle le voit souvent écrit. Seulement nul ne l’appelle ainsi.
constellation d’outils tournoyants.
Ça lui fait bizarre d’être encore liée à Grigori, cela l’attriste
Le rez-de-chaussée de l’usine.
Une sorte de ronron irritant vibrait dans ses pieds et de l’entendre, car cela a pour elle un parfum d’échec.
« C’est bien normal.
Maria savait qu’elle finirait par épouser ce son. Elle a su
— J’ai consulté votre dossier. »
d’emblée qu’elle le ramènerait chez elle, dormirait avec lui
Elle ne se rappelle aucune erreur commise dans son
durant des années, peut-être jusqu’à la mort. Il existait là
une chronologie définitive qui lui était auparavant étran- travail, mais évidemment cela ne signifie pas que personne
gère. Il y avait des pendules, une pointeuse. Pointer en arri- n’en ait constaté, voire ne lui impute des fautes inventées.
« Le camarade Popov dit grand bien à votre sujet. Il a
vant, pointer en repartant. Son supérieur
lui a remis une carte en l’informant que tricher avec le déclaré que vous étiez une travailleuse très fiable. En fait,
votre taux de productivité culmine dans les premiers centemps constituait un délit passible d’une peine de prison.
Il avait personnellement déjà veillé à l’arrestation de tiles. »
Elle reste tendue. Tout cela n’est qu’un prélude. Il est
certains employés. La pointeuse trace des trous parfaiterompu à ce processus, bien plus qu’elle.
ment symétriques, juste au centre des cases.
« Je fais de mon mieux pour contribuer à l’effort colIl y a une fente pour le jour et une autre pour l’heure,
imprimés en relief. Son nom est imprimé en relief. Maria lectif.
— Naturellement. Comme nous tous. »
Nikolaïevna Brovkina. Et elle utilise cette carte cinq fois par
Elle a parlé trop tôt, s’est singularisée, à l’entendre on
semaine, depuis trois ans. Pointer le matin, pointer le soir,
calibrer le temps. Elle a pris sur elle pour s’habituer à cette pourrait conclure que certains ne contribuent pas à l’eftâche, et au bout du compte elle a trouvé du réconfort dans fort collectif. Elle pourrait revenir sur ce qu’elle a dit, mais
l’arbre à cames. Il lui a fallu des mois pour y arriver – c’est mieux vaut en rester là. Qu’il aille au bout de ce qu’il a à
répétitif, sans fin, terriblement abrutissant – mais au bout lui dire.

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 34

20
25/06/2015 12:45

ELSON
JESSICA L. N

34

Né en 1979, Darragh
McKeon a grandi dans
un village des environs
de Dublin. Passionné
de théâtre, il dirige une
troupe, puis prend la
direction d’un théâtre
et voyage en Europe
au gré des différentes
de la compagnie.
Parallèlement, il entame
la rédaction de ce qui
deviendra Tout ce qui est
solide se dissout dans
l’air. Immédiatement
salué par ses pairs,
Colum McCann et Colm
Tóibín en tête, et par
la critique littéraire,
Tout ce qui est solide
se dissout dans l’air
révèle un immense
talent littéraire. Darragh
McKeon vit aujourd’hui
à New York.

TA MARIA
RENAUD SAN

Traduit par Carine Chichereau

— Il semblerait que vous ayez développé un certain intérêt pour l’ingénierie.
— Oui, monsieur.
— Alors pourquoi n’assistez-vous pas aux conférences ? Vous estimez-vous trop savante pour y trouver intérêt ?
— Non, monsieur, j’avais d’autres engagements.
— Ah oui. Je vois. Oui, c’est ici. Il est noté que vous enseignez l’anglais
au Lomonossov ?
— Oui, monsieur. Deux soirs par semaine.
— Une ancienne journaliste qui deux soirs par semaine enseigne l’anglais à l’université. Si l’on juxtapose ces faits, cela conduit à penser certaines
choses. Dites-moi, madame Brovkina, trouvez-vous que votre emploi chez
nous est indigne de vous ?
— Non, monsieur. Bien sûr que non. C’est un emploi honorable. J’en
suis très fière.
— Bien. Alors pourquoi revenez-vous à votre ancien domaine ? Cela appartient à votre passé désormais, bien sûr. »
Elle prend le temps de réfléchir à la réponse ; elle ne peut pas s’exposer
à ce qu’on lui reproche de ne pas s’intéresser suffisamment aux progrès de
l’usine.
« On manque de spécialistes de l’anglais. Un de mes anciens professeurs
m’a demandé d’apporter mon aide. Je pense qu’il est de mon devoir de participer à l’effort collectif de toutes les manières possibles.
— Madame Brovkina, comme je l’ai déjà dit, on ne peut rien reprocher à
votre travail. Toutefois, certaines personnes pourraient s’interroger sur votre
engagement sur ce terrain particulier. »
Elle ne répond pas. Elle attend qu’il assène ses conclusions.
Il ne peut pas lui demander d’abandonner ce poste alors qu’on a besoin
de ses compétences, même s’il s’agit seulement de deux cours par semaine.
Le nom du Lomonossov a du prestige dans les cercles les plus éminents. M.
Chalamov hésitera à se lancer dans un duel administratif avec des gens qui
détiennent davantage d’autorité que lui.
« Je ne vous ai jamais interrogée sur les activités que vous meniez avant
d’arriver chez nous. »
L’épée de Damoclès que les bureaucrates hypocrites pourront toujours
brandir au-dessus de sa tête.

35

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ

FILIBER_20 DEF4.indd 35

OLO
PAOLO DI PA

IOLKAS

YUYUN LI

CHRISTOS TS
CKEON
DARRAGH M

ASTRID MAN

JESSICA L. N

ELSON

FREDI

ICEBERG SLIM

TA
RENAUD SAN

MARIA

Il décline la liste des principaux renseignements à son sujet. Dates de
formation. Sa promotion, l’année dernière. Elle ne peut s’empêcher de songer
à Zhenya et Alina, à la taille de leur appartement. Elle n’arrivera pas à rentrer
à la maison si elle est renvoyée. Elle ne peut davantage peser sur eux.
Il pose le dossier.
« Dites-moi, qu’avez-vous pensé de la conférence, le mois dernier, sur
l’histoire de la construction automobile en Union soviétique ? »
C’est donc ça.
« Malheureusement, monsieur Chalamov, je n’ai pas pu y assister.
— Oui, bien sûr. Je le vois à présent dans la liste des personnes présentes.
Très bien, et la conférence sur le thème : “Contributions majeures à l’effort
du génie civil” ?
— Je n’ai pas pu y assister non plus.
— Ah oui. Bien entendu. Par simple curiosité personnelle, seriez-vous
capable de citer le nom d’un scientifique qui ait fait avancer notre pays de
manière décisive dans le domaine de l’ingénierie ? »
Elle a le choix : se montrer arrogante, ou ignorante.
Non, il ne s’agit pas d’arrogance. Mais de connaissance.
Pourquoi aurait-elle peur d’une chose pareille ?
« Je sais que Konstantin Khrenov fut un pionnier de la soudure sous-marine.»
Il se rassoit et acquiesce, impressionné. Ils savent tous les deux que peu
d’employés seraient capables de citer pareil nom ex nihilo.
« Son nom n’apparaissait pas dans nos conférences, madame Brovkina.
Vos connaissances sont très pointues. J’ai entendu parler de M. Khrenov au
cours de ma seconde année de spécialisation. Et vous ? »
Ils vous tirent les vers du nez. Voilà leur méthode. Poser une simple
question. Aller droit au but. Cela l’agace de devoir se livrer à cette danse à
travers un champ de mines. Elle se rappelle qu’il vaut mieux marquer une
pause. Aucune trace de frustration ne doit être décelable dans sa voix.
« Dans mon emploi précédent, j’ai été en contact avec des personnes qui
pratiquaient la soudure sous-marine. Elles m’ont longuement parlé de ce procédé et de son histoire.
— Cela me semble très intéressant, madame Brovkina.
C’était à l’époque où vous étiez journaliste.
— Oui.

20
25/06/2015 12:45

AUDUR JÓNSDÓTTIR

TATAMKHULU AFRIKA

VEA KAISER

FILIBER_20 DEF4.indd 36

25/06/2015 12:45

FILIBER_20 DEF4.indd 37

25/06/2015 12:45

EXTRAIT
La dernière nuit du Raïs
Yasmina Khadra

Syrte, District 2
Nuit du 19 au 20 octobre 2011

38

Yasmina Khadra est salué
dans le monde entier. Sa
trilogie Les Hirondelles
de Kaboul, L’Attentat et
Les Sirènes de Bagdad a
largement contribué à sa
renommée. La plupart de
ses romans, dont À quoi
rêvent les loups, L’Écrivain et Cousine K, sont
traduits dans 42 pays. Ce
que le jour doit à la nuit –
meilleur livre de l’année
2008 pour le magazine
Lire et prix France Télévisions 2008 – a été adapté
au cinéma par Alexandre
Arcady en 2012. L’Attentat a reçu, entre autres, le
prix des Libraires 2006
et a été traduit dans 36
pays. Son adaptation
cinématographique par
le réalisateur Ziad Doueiri est sortie sur les écrans
en 2013 et a reçu le prix
du Public à Bastia et
l’Étoile d’or à Marrakech.

brave sur terre. Je lui avais demandé de
me montrer le mien. Son doigt avait désigné la lune, sans hésitation, comme s’il
Quand j’étais enfant, il arrivait à
s’agissait d’une évidence.
mon oncle maternel de m’emmener dans
Depuis, chaque fois que je levais les
le désert. Pour lui, plus qu’un retour aux
yeux au ciel, je voyais la lune pleine.
sources, cette excursion était une abluToutes les nuits.
tion de l’esprit.
Ma pleine lune à moi. Jamais égraJ’étais trop jeune pour comprendre ce
tignée. Jamais voilée. Éclairant ma voie.
qu’il cherchait à m’inculquer, mais j’adoSi belle qu’aucune féerie ne lui arrivait à
rais l’écouter.
la cheville. Si rayonnante qu’elle faisait
Mon oncle était un poète sans gloire
de l’ombre aux astres alentour. Si grande
LA DERNIÈRE NUIT
et sans prétention, un Bédouin pathéqu’elle paraissait à l’étroit dans l’infini.
DU RAÏS
tique d’humilité qui ne demandait qu’à
Mon oncle jurait que j’étais l’enfant
Yasmina Khadra
dresser sa tente à l’ombre d’un rocher
béni
du clan des Ghous, celui qui restiJulliard
et tendre l’oreille au vent surfant sur le
tuerait à la tribu des Kadhafa ses épopées
sable, aussi furtif qu’une ombre.
oubliées et son lustre d’antan.
PARUTION:
Il possédait un magnifique cheval bai
Ce soir, soixante-trois ans plus tard,
SEPTEMBRE 2015
brun, deux sloughis alertes, un vieux fuil me semble qu’il y a moins d’étoiles
sil avec lequel il chassait le mouflon, et
dans le ciel de
savait mieux que personne piéger la gerboise, prisée
Syrte. De ma pleine lune, il ne subsiste qu’une
pour ses vertus médicinales, ainsi que le fouette- éraflure grisâtre à peine plus large qu’une rognure
queue, qu’il revendait au souk, empaillé et verni.
d’ongle. Toute la romance du monde est en train de
Lorsque tombait la nuit, il allumait un feu de suffoquer dans les fumées s’échappant des maisons
camp et, après un repas sommaire et un verre de thé incendiées tandis que l’air, chargé de poussière et de
trop sucré, il se laissait absorber par ses rêveries. Le baroud, s’amenuise misérablement dans le souffle des
regarder communier avec le silence et la nudité des roquettes. Le silence qui, autrefois, berçait mon âme
regs était pour moi un instant de grâce.
a quelque chose d’apocalyptique, et la mitraille, qui le
Par moments, il me semblait que son esprit s’ex- chahute par endroits, s’évertue à contester un mythe
tirpait de son corps pour ne me laisser, en guise de hors de portée des armes, c’est-à-dire moi, le frère
compagnie, qu’un épouvantail aussi inexpressif que Guide, le visionnaire infaillible né d’un miracle, que
l’outre en peau de chèvre pendouillant à l’entrée de l’on croyait farfelu et qui demeure debout comme
la guitoune. Je me sentais alors seul au monde et, re- un phare au milieu d’une mer démontée, balayant
doutant brusquement les mystères du
de son bras lumineux et les ténèbres traîtresses et
Sahara qui gravitaient autour de moi telle une l’écume des vagues en furie.
escouade de djinns, je le secouais du bout des doigts
J’ai entendu un de mes gardes retranchés dans
pour qu’il me revienne. Il émergeait de son apnée, les l’obscurité dire que nous étions en train de vivre la
yeux étincelants, et me souriait. Jamais je ne connaî- nuit du doute et se demander si l’aube allait nous protrais sourire plus beau que le sien, ni sur le visage des jeter sous les feux de la rampe ou bien nous livrer aux
femmes que j’honorai ni sur celui des courtisans que flammes du bûcher.
j’élevai dans mon estime.
Ses propos m’ont navré, mais je ne l’ai pas rapRéservé, presque effacé, mon oncle avait le geste pelé à l’ordre. Ce n’était pas nécessaire. Avec un milent et l’émotion discrète. Sa voix était à peine per- nimum de présence d’esprit, il se serait abstenu de
ceptible, pourtant, lorsqu’il s’adressait à moi, elle proférer pareils blasphèmes. Il n’est pire affront que
résonnait à travers mes fibres comme un chant. Il de douter en ma présence. Si je suis encore en vie,
disait, les yeux perdus dans le scintillement du fir- c’est la preuve que rien n’est perdu.
mament, qu’il y avait là-haut un astre pour chaque

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 38

20
25/06/2015 12:45

Je suis Mouammar Kadhafi. Cela devrait suffire à garder la foi.
Je suis celui par qui le salut arrive.
Je ne crains ni les ouragans ni les mutineries.
Touchez donc mon cœur ; il cadence déjà la débandade programmée des félons...
Dieu est avec moi !
Ne m’a-t-Il pas élu parmi les hommes pour tenir la dragée haute
aux plus grandes puissances et à leur voracité hégémonique ? Je
n’étais qu’un jeune officier désabusé dont les coups de gueule ne dépassaient guère le contour de ses lèvres, mais j’ai osé dire non au fait
accompli, crier « Ça suffit ! » à l’ensemble des abus, et j’ai renversé
le cours du destin comme on retourne les cartes qu’on refuse de servir. C’était l’époque où l’épée tranchait toute tête qui dépassait, sans
procès et sans préavis. J’étais conscient des risques et je les ai assumés avec une froide désinvolture, certain qu’une cause juste se doit
d’être défendue puisque telle est la condition majeure pour mériter
d’exister.
Parce que ma colère était saine et ma détermination légitime, le
Seigneur m’a élevé par-dessus les étendards et les hymnes pour que
le monde entier me voie et m’entende.
Je refuse de croire que le glas des Croisés sonne pour moi, le musulman éclairé qui a toujours triomphé des infamies et des complots
et qui sera encore là lorsque tout sera dévoilé. Ce qui me conteste
aujourd’hui − ce simulacre d’insurrection, cette guerre bâclée que
l’on mène contre ma légende − n’est qu’une épreuve de plus sur ma
feuille de route. Ne sont-ce pas les épreuves qui forgent les dieux ?
Je sortirai du chaos plus fort que jamais, tel le phénix renaissant
de ses cendres. Ma voix portera plus loin que les fusées balistiques ;
je ferai taire les orages rien qu’en tapant du doigt sur le pupitre de
ma tribune.

Je suis Mouammar Kadhafi, la mythologie faite homme. S’il y a
moins d’étoiles ce soir dans le ciel de Syrte et que ma lune paraît aussi
mince qu’une rognure d’ongle, c’est pour que je demeure la seule
constellation qui compte.
Ils peuvent m’envoyer tous les missiles dont ils disposent, je ne
verrai que des feux d’artifice me célébrant. Ils peuvent soulever les
montagnes, je ne percevrai dans leurs éboulis que les clameurs de
mes bains de foule. Ils peuvent déchaîner contre mes anges gardiens
tous leurs vieux démons, aucune force maléfique ne me déviera de
ma mission puisqu’il était écrit, avant même que le village de Qasr
Abou Hadi ne m’accueille dans son berceau, que je serais celui qui
vengerait les offenses faites aux peuples opprimés, en mettant à genoux et le Diable et ses suppôts.
− Frère Guide...
Une étoile filante vient de traverser le ciel. Et cette voix ! D’où
sort-elle ?
Un frisson me parcourt de la tête aux pieds. Un tumulte d’émotions se déclenche à travers mon être. Cette voix...
− Frère Guide...
Je me retourne.
Ce n’est que l’ordonnance, roide d’obséquiosité, debout dans
l’embrasure de la porte qui fut celle d’une salle de séjour heureuse.
− Oui ?
− Votre dîner est prêt, monsieur.
− Apporte-le-moi ici. Il serait préférable de le prendre dans la
pièce d’à côté. Nous avons obstrué les fenêtres et allumé des cierges.
Ici, la moindre lueur trahirait votre présence. Il y a peut-être des snipers dans les immeubles d’en face.

39

E ROUART

DRA
YASMINA K
HA

SOROUR K
ASMAÏ

JEAN-MARI

JEAN SUAUDEAU

N
JEAN D’ORMESSO

ÍN
COLM TÓIB
FILIBER_20 DEF4.indd 39

ANNE AKRICH

ROBERT LAFFONT

25/06/2015 12:45

EXTRAIT
Le Testament
de Marie
Colm TÓibÍn

40

Auteur irlandais
reconnu dans le
monde entier, Colm
Tóibín a été trois
fois dans la dernière
sélection du Booker
Prize. Aux éditions
Robert Laffont,
dans la collection
« Pavillons », ont été
publiés La Couleur
des ombres (2014),
Brooklyn (2011),
L’Épaisseur des âmes
(2008) et Le Maître
(2005).

elle a franchi le seuil de cette
Ils déplacent les objets quand
pièce à une époque où j’avais
ils viennent, mes deux visiteurs,
désespérément besoin de pencomme si cette maison leur appartenait, comme si le fait de
ser aux années où j’avais connu
l’amour. J’ai décidé qu’elle resperturber la disposition des lieux
terait vide. Elle appartient à la
leur donnait du pouvoir et du
mémoire, elle appartient à un
plaisir mieux que toute autre
LE TESTAMENT
DE
MARIE
homme qui ne reviendra pas,
occupation. Quand je leur deColm TÓibÍn
mande de remettre les choses à Pavillons / Robert Laffont dont le corps est poussière mais
qui avait autrefois une puissance
leur place, pousser la table contre
PARUTION:
dans le monde. Il ne reviendra
le mur, ramasser les cruches et
SEPTEMBRE 2015
pas. La chaise est pour lui, car il
les aligner sur l’étagère où je les
ne reviendra pas. Je ne lui garde
range d’habitude – ils échangent
un regard. Puis ils me toisent, manière de ni eau, ni nourriture, ni une place dans
me faire sentir qu’ils ne m’obéiront pas, mon lit, ni bribes d’information suscepqu’ils useront de toute l’autorité dont ils tibles de l’intéresser. Je veille seulement à
disposent, y compris la plus infime, qu’ils ce que cette chaise reste vide. Ce n’est pas
ne s’inclineront devant personne. Je les une grande occupation. Parfois je la retoise en retour, espérant qu’ils liront dans garde en passant et c’est tout ce que je suis
mon regard le mépris ou un reflet de leur capable de faire. Peut-être est-ce assez, et
propre bêtise – alors qu’en réalité c’est peut-être y aura-t-il un temps où je n’aupresque de la joie que je ressens tant cela rai pas besoin d’avoir près de moi un objet
m’amuse de les voir ainsi, deux petits gar- qui me le rappelle. Tout à la fin de mes
çons prêts à tout pour montrer qui c’est jours, le souvenir de lui se retirera peutqui commande et qui est le plus fort. Je être plus profondément dans mon cœur et
me moque bien du mobilier, ils peuvent tout secours extérieur deviendra superflu.
le triturer tant qu’ils veulent, cela ne me Je savais, par leur indélicatesse, leur façon
concerne pas. Alors je retourne à mes d’entrer comme s’ils envahissaient l’esoccupations comme si j’acceptais piteu- pace de la pièce, qu’à un moment donné
sement ma défaite. Et puis j’attends. Il y l’un des deux choisirait cette chaise. Il le
a une chaise ici qui n’a jamais servi. Ail- ferait avec désinvolture, comme s’il n’y
leurs, peut-être, oui, dans le passé, mais avait aucun enjeu, de manière à déjouer

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 40

20
25/06/2015 12:45

ma résistance. Mais j’étais prête.
«  Pas celle-là, ai-je dit, aussitôt qu’il a écarté la
table et tiré la chaise, que j’avais pris soin de coincer
contre le mur.
— Quoi ?
— L’autre oui, mais pas celle-là.
— À quoi sert une chaise, sinon à s’asseoir ? Je n’ai
pas le droit de m’asseoir sur une chaise ? »
Le ton était plus insolent que menaçant, mais il
contenait un élément de menace.
« Personne ne s’assoit sur cette chaise, ai-je dit à
voix basse.
— Personne ? »
J’ai encore baisse la voix.
«  Personne. »
Mes visiteurs se sont entreregardés. J’ai attendu
sans tourner la tête. J’essayais de paraître inoffensive,
quelqu’un qu’il ne vaut pas la peine de défier, surtout
sur un point tel que celui-là, un caprice, une toquade
de bonne femme.
«  Et pourquoi donc ? » a-t-il repris avec une douceur ironique.
« Pourquoi ? » a-t-il insisté, comme s’il s’adressait
à une enfant.
Je pouvais à peine respirer. J’ai posé les mains sur
le dossier de la chaise la plus proche, mon cœur avait
presque cesse de battre et j’ai senti qu’il ne faudrait pas
longtemps pour que toute vie en moi, le peu qu’il en
reste, s’en aille, tout simplement, comme une flamme
s’éteint par un jour de grande chaleur – une brise légère, un tremblement soudain, et puis fini, plus rien,
comme si elle n’avait jamais brûlé.
«  Pas cette chaise, ai-je dit.
— Je veux une explication.
— Cette chaise est là pour quelqu’un qui ne reviendra pas.
— Mais il reviendra.
— Non. Il ne reviendra pas.
— Ton fils reviendra.
— Cette chaise est pour mon mari. »
J’ai répondu comme si l’imbécile, cette fois, c’était
lui. J’étais contente en le disant, comme si le simple fait
de prononcer le mot «  mari » avait fait surgir dans la
pièce quelque chose, ou l’ombre de quelque chose, qui
était suffisant pour moi, mais pas pour eux. Et puis il
BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 41

s’est avancé, il a empoigné la chaise. Il me tournait le
dos. J’étais prête. Sur la table, il y avait un couteau affûté. Je m’en suis emparée. La lame n’était pas dirigée
vers eux, mais mon mouvement pour le saisir avait été
si vif que j’ai capté leur attention. Je les ai regardés à
tour de rôle.
«  J’en ai un autre caché, ai-je dit. Si vous touchez de
nouveau à cette chaise, si vous la touchez, j’attendrai,
et ensuite je viendrai la nuit, aussi silencieuse que l’air,
vous n’aurez pas le temps de crier. Croyez-moi, je le
ferai, n’en doutez pas un instant. »
Je me suis détournée comme si j’avais du travail.
J’ai lavé deux cruches qui n’avaient pas besoin d’être
lavées, puis je leur ai demandé d’aller me chercher de
l’eau. Je savais qu’ils avaient envie d’être seuls. Après
leur départ, j’ai replacé la chaise contre le mur, et la
table devant la chaise. Le temps était peut-être venu
d’oublier l’homme que j’avais épousé, puisque je ne
tarderais pas à le rejoindre, de toute façon. Peut-être
fallait-il rendre cette chaise à son insignifiance, mais
je le ferais un jour où ce ne serait plus un enjeu. Je
romprais son pouvoir au moment que j’aurais moimême choisi. Je vis à présent entre les objets de ce
monde qui sont précis, aigus et proches, et une poignée de réflexions amères. Le jour du shabbat, après
les prières, après que Dieu avait été remercie et loue, il
restait toujours du temps pour s’interroger sur ce qui
existait au-delà de nous, dans le ciel et dans les profondeurs. Parfois, après des heures de silence, je croyais
sentir la présence de ma mère. Elle s’efforçait d’attirer
mon attention. Elle venait d’un endroit obscur et tendait les bras comme si elle me suppliait de la nourrir
ou de lui donner à boire. À la tombée du jour, je la
voyais s’enfoncer dans un immense espace caverneux,
béant ; des formes voletaient au-dessus d’elle ; sous ses
pieds on entendait gronder les entrailles de la terre. Je
ne sais pas pourquoi j’imaginais ces choses, il aurait
été plus simple de l’imaginer retournant peu à peu à la
poussière dans la terre chaude, proche des lieux qu’elle
aimait. Et il m’était toujours facile de quitter ces rêveries, ces lieux souterrains que je me représentais, et de
revenir au quotidien avec ses activités absorbantes, ses
menus incidents, ses silhouettes qui frappaient à ma
porte dans la lumière du jour.

41

20
25/06/2015 12:45

42

RENCONTRES CHEZ FILIGRANES
FILIBER_20 DEF4.indd 42

20
25/06/2015 12:45

VILLA MASSA TONICA
Italiaanse verfrissing met de authentieke limoncello
Rafraîchissement italien à base de l’authentique limoncello

T ON I C

1/3 Villa Massa limoncello

2/3 Tonic Premium

Garneer met verse basilicum
Garnir avec du basilic frais

www.villamassa.be
Ons vakmanschap drink je met verstand.
Notre savoir-faire se déguste avec sagesse.

FILIBER_20 DEF4.indd 43

25/06/2015 12:45

Gadgets

AQUA JOE

ALIFE’
LEXON HOOP

CHIC TATOOS METALLICS

44
BONE POWER

MINI SELFIE
BONE BIKE HORN 6

BEZU BALLZ
MY BYKE HORN

DONKEY FOR KIDS

NANOBLOCK
SÉLECTION GADGETS
FILIBER_20 DEF4.indd 44

20
25/06/2015 12:45

01/07

WHEN MARNIE WAS THERE
REEDS VERKRIJGBAAR
DÉJÀ DISPONIBLE
www.lumiere.be
FILIBER_20 DEF4.indd 45

25/06/2015 12:45

Les sélections de Dulia, Marc, Sylvia et Thomas

LA PEAU
TOTEM ET TABOU

LES SENS DU POIL (GREC)

Pierre Brulé
Les Belles Lettres

Christine Bergé
Le murmure

46
C’est l’été et comme beaucoup de
poils vont disparaître de la surface
de vos peaux, il est temps de leur
rendre un discret mais néanmoins
chaleureux hommage qu’incarne
cette magnifique anthologie du
poil grec (antique) dans laquelle
nous retrouverons moult anecdotes
insolites et croustillantes. Poilant !

Sous les poils qui désormais jonchent
le sol de votre salle de bains, votre
peau, prête à recevoir ses premiers
rayons ultra-violets de l’année [sic].
C’est de votre épiderme dont il est
maintenant question, à travers ces
quatre petites psychanalyses, où l’on
apprend qu’il existe des livres en
peau de femmes… entre autres.

EN D’ATROCES SOUFFRANCES

Antoine de Baecque
Alma
S’épiler, c’est sûr, c’est douloureux.
Mais voilà ici de quoi vous faire relativiser : En d’atroces souffrances est
une petite anthologie des différents
« usages » de la douleur à travers
les âges. Ce petit livre, très beau,
est le neuvième titre de la collection
Pabloïds, consacrée aux thèmes
fondamentaux de l’art selon Pablo
Picasso.

LE REPORTER ENRAGÉ
LA CARTE PERDUE DE JOHN SELDEN

Timothy Brooks
Payot
En 2008, une carte datant du XVIIe siècle est
retrouvée dans les réserves de la Bodleian
Library à Oxford, et devient un personnage
historique. Commence alors une enquête
captivante, qui entraîne les lectrices et lecteurs
de la mer de Chine jusqu’en Angleterre, et
décrit un monde en pleine mutation.

SÉLECTION SCIENCES HUMAINES
FILIBER_20 DEF4.indd 46

Egon Erwin Kisch
Cent Pages
Ces articles d’une plume
singulière sont à la fois engagés,
amusants, déconcertants,
grinçants et picaresques. Entrez
dans les arcanes de l’Histoire,
vivez un pèlerinage à Lourdes,
rencontrez Chaplin dans son
studio, le tout confortablement
installé(e) dans votre
Chesterfield préféré !

20
25/06/2015 12:45

GENRE OU LIBERTÉ : VERS UNE FÉMINITÉ REPENSÉE

Sophie Heine
Academia
La domination n’est pas compatible avec la liberté. Les stéréotypes sur le genre féminin ne cessent pourtant de
l’alimenter.
Sophie Heine les déconstruit méthodiquement sans privilégier ni la théorie essentialiste cautionnant l’explication
naturaliste des différences entre les sexes, ni celle constructiviste qui les attribue exclusivement à la construction
sociale. Ce livre novateur propose une troisième voie qui redéfinit le « féminin » afin de le rendre plus compatible
avec l’objectif de liberté qui réfute toute objectification de la femme.
« Agis de telle sorte que tu traites toute l’humanité (…) toujours en même temps comme une fin, jamais seulement
comme un moyen. » Kant

LE RÉVEIL SONNE : PREMIÈRE HUMILIATION DE LA JOURNÉE

Collectif
L’insomniaque
144 raisons d’abolir le travail salarié ? En voici quatre qui, assurément, vous convaincront !
« Le cerveau est un merveilleux organe. Il démarre au moment où vous vous levez et ne s’arrête qu’au moment où
vous arrivez au bureau. » Robert Frost
« De toutes les calomnies, la pire est celle qui vise notre paresse, qui en conteste l’authenticité. » Cioran
« Ne remets pas à demain ce que tu peux faire après-demain. » Alphonse Allais
« La nuit est destinée au sommeil, le jour au repos et l’âne au travail. » proverbe afghan
À suivre…

47

WINSTON CHURCHILL

François Kersaudy
Tallandier
La biographie de référence sur « Le Colosse Britannique » qui représente l’homme dans toutes ses contradictions…
et qui se transcende finalement pour prendre possession de son siècle.
À voir également le superbe catalogue Churchill/de Gaulle, pour découvrir la relation fusionnelle entre W. et le
grand Charles…
« Je suis prêt à rencontrer mon Créateur. Quant à savoir s’il est préparé à l’épreuve de me voir, c’est une autre
histoire. » Churchill

CHEZ SOI,
UNE ODYSSÉE DE L’ESPACE DOMESTIQUE

Mona Chollet
Zones sensibles
Se lancer dans la lecture de cet essai, c’est un peu comme s’installer dans son fauteuil favori, et donner du temps au
temps, à l’évasion. On ne se sent plus coupable de rester chez soi, au contraire on se laisse absorber page après page,
envahir par des odeurs et des sensations familières.

SÉLECTION SCIENCES HUMAINES
FILIBER_20 DEF4.indd 47

20
25/06/2015 12:45

L’ABEILLE (ET LE) PHILOSOPHE, ÉTONNANT VOYAGE DANS LA RUCHE DES SAGES

Pierre-Henri Tavoillot ; François Tavoillot
Odile Jacob
Plus qu’un insecte l’abeille est une inspiration, l’âme d’une civilisation. Comme si l’homme attendait d’elle qu’elle lui livre les
réponses au sens de sa propre existence.
Tour à tour animal mythologique, divin ou symbole politique, la vie de l’abeille et de la ruche furent récupérées par toutes les
époques et tous les régimes pour justifier des actions, répandre des croyances ou diffuser une idéologie.
L’abeille fascine parce qu’elle allie la vie sauvage naturelle à la rigueur du rationnel.
À l’heure où on s’inquiète de plus en plus de son avenir et donc du nôtre, les auteurs nous font le cadeau de cet ouvrage d’une extrême clarté .Entre le traité philosophique, le recueil de fables mythologiques et d’histoire et le manuel d’introduction à l’apiculture,
voici un livre qui vous donnera envie de vous perdre pour en savoir toujours plus…

ZOMBIS

Philippe Charlier
Tallandier
Films hollywoodiens et séries télé à succès ont façonné l’imaginaire collectif et les fantasmes qui nourrissent notre vision du
« mort-vivant » classique.
Pourtant, la réalité nous dirige vers Haïti, sa terre de naissance où son existence fait partie de la culture, voire du quotidien.
Un zombi (mot d’origine bantoue) est un adepte du vaudou qui, en raison de son mauvais comportement, a été jugé puis condamné
par les sociétés secrètes.
Aux confluents de la toxicologie, la médecine, la magie et la religion, l’enquête médico-anthropologique de Philippe Charlier se
déroule au plus près de cette riche et fascinante culture haïtienne et tente de nous en dévoiler, quelque peu, un de ses pans les plus
troublants.

48
À DEUX JEUNES FILLES QUI VOUDRAIENT COMPRENDRE LA RELIGION DES CHINOIS

Jacques Pimpaneau
Piquier poche
Si la spiritualité chinoise vous fascine mais que vous ne savez pas par où commencer, alors ce livre est pour vous.
Sous la forme d’un dialogue très éclairant, l’auteur explore la culture et l’histoire chinoise pour raconter et mettre en lumière les
différences entre confucianisme, taoïsme et bouddhisme tout en les contrastant, sans les comparer aux spiritualités occidentales.
Pédagogique et intelligent.

SÉLECTION SCIENCES HUMAINES
FILIBER_20 DEF4.indd 48

20
25/06/2015 12:45

Nos libraires vous conseillent...

LES CHEVAUX CÉLESTES

Jacques Pimpaneau
Piquier Poche

JE HAIS LE FOOTBALL

Claude Javeau
Le Bord de l’eau

UNE PLANÈTE
TROP PEUPLÉE ?

Ian Angus ; Simon Butler
Ecosociété

49

L’ART DE L’UNIVERS :
ARTS ET SCIENCES

John D. Barrow
Actes Sud

LA DICTATURE DU CHAGRIN

Stig Dagerman
Agone
Nous sommes plongés tantôt dans le Paris
d’après-guerre, tantôt au congrès pour
la paix de Sheffield… La clairvoyance et
l’engagement réunis dans ce recueil le
rendent intemporel. Stig Dagerman a le génie
de ceux qui rendent les émotions palpables…

SÉLECTION SCIENCES HUMAINES
FILIBER_20 DEF4.indd 49

DU SILENCE

David Le Breton
Métailié

LETTRE OUVERTE AUX GOUROUS DE
L’ÉCONOMIE QUI NOUS PRENNENT
POUR DES IMBÉCILES

Bernard Maris
Points
« Si l’économie est une science qui prédit
l’avenir, alors le plus grand économiste est
Madame Soleil ». Maris, avec humilité et
humour, démonte en 18 points la science du
marché et les prévisions d’économistes qu’il
compare parfois à des « chamanes ».

POUR UNE THÉORIE GÉNÉRALE
DE L’EXPLOITATION

Christine Delphy
Syllepse

VIVRE COMME UN PRINCE

Henri David Thoreau
Flammarion
Thoreau se pose ici, avec beaucoup de maturité
malgré son jeune âge (en effet, il n’a que 17 ans),
comme la voix du non conformisme, de la
contestation et de la lutte contre l’ordre établi.
Sa lucidité nous embarque et nous heurte à
travers les 27 textes qui composent ce recueil.

20
25/06/2015 12:45

Mais encore…

TON PÈRE HONORERAS,
UNE ENQUÊTE
DE GAY TALESE

BERTRAND RUSSEL,
DÉDALE ET ICARE

COMMENT TOUT PEUT S’EFFONDRER :
PETIT MANUEL DE COLLAPSOLOGIE
À L’USAGE DES GÉNÉRATIONS PRÉSENTES

J.B.S. Haldane
Allia

Talese
Éditions du sous-sol

Pablo Servigne et Raphaël Stevens
Seuil

50

L’ÉCRITURE COMMENCE
OÙ FINIT LA PSYCHANALYSE

JÉSUS DE NAZARETH

Paul Verhoeven
Aux Forges de Vulcain

OUVREZ QUELQUES CADAVRES

Philippe Charlier
Buchet Chastel

SÉLECTION SCIENCES HUMAINES
FILIBER_20 DEF4.indd 50

Serge André
La Muette

BOSS WANG

Jim Yardley
Globe

RINGOLEVIO

Emmett Grogan
L’échapée

20
25/06/2015 12:45

Uniques et inégalés !

:
tre
ti
s
ue
aq page
h
C 4
6

Des mini stages de bien-être
à réaliser chez soi

Rosette Poletti
et Barbara Dobbs

9

7,5

Anne Marrez
et Maggie Oda
Alia Cardyn

Anne van Stappen
Marc de Smedt

Patrice Ras

Yvon Dallaire
Ilios Kotsou

Erik Pigani

Actuellement chez Filigranes, le Petit Cahier Juste pour moi
offert pour l’achat de deux exemplaires de la collection !
FILIBER_20 DEF4.indd 51

25/06/2015 12:45

EXTRAIT

Confessions d'un
serial tweeter

#Avertissement :
L’avertissement est à la fin de
ce livre.

52

À @BSzlezinger, ou plutôt,
Boruch Szlezinger, rescapé
de Buchenwald et des
marches de la mort qui a,
le 19  avril 1945, prêté le
serment des survivants de
Buchenwald  d’œuvrer à
ce que jamais l’épouvante
des camps nazis ne tombe
dans l’oubli. Il ouvrit un
compte Twitter en mars
2012 et y publia son dernier
témoignage le 12 avril 2015.
Le 20 avril de la même année,
il nous quitta, demandant
aux générations suivantes de
continuer son combat.
Dans ces réseaux sociaux qui
peuvent être haineux, sordides, parfois même insoutenables, sa voix nous rappelle
que l’humain est capable du
pire comme du meilleur, et
que ce meilleur peut même
naître du pire. #Aveu

DANS TOUTES
LES LIBRAIRIES
EN OCTOBRE

Marcel Sel
MARCEL SEL

Confessions
d ’un serial tweeter

Lecteur, maman, ma femme, mes enoui, parce que Twitter, comme la plupart
fants, mon père, rabbi, imam, mes amis,
des réseaux sociaux, est un vecteur de
mon bourgmestre, mon président, mon
gloriole, qui est une maladie d’enfance
gourou, mes trolls, j’avoue ! Oui ! Je suis
proche de la rubéole ou de la rougeole, mais
twittoridien. Et, oui, depuis avril 2009, je
dont les boutons apparaissent sur le clavier
me lève, et je la bouscule, elle ne se réveille
de votre intelliphone plutôt que sur votre
pas, et comme d’habitude, je m’empare de
peau. On ne les porte pas sur le visage, c’est
CONFESSIONS D'UN
mon téléphonintelligent, j’enclenche la 3G
déjà ça !
SERIAL TWEETER
(et désormais la 4G), j’ouvre Twitter et je
J’avoue. À table, en famille, au café, en
Marcel Sel
m’abreuve du flot de messages de 140 caracplein milieu de la fête d’anniversaire de ma
Marque Belge
tères maximum qui, sans cesse, se rafraichit
tante Thérèse ou juste après l’échange de
et s’allonge.
consentements d’un mariage gai, il m’est
PARUTION:
J’avoue. Tous les jours, je prends mon
impossible de ne pas regarder de temps en
OCTOBRE 2015
petit déjeuner la tête suspendue au-dessus
temps l’écran de ma machine. Histoire de
de ce petit appareil qui est devenu une exvoir si quelqu’un m’a répondu. Histoire de
croissance de moi-même et je remonte la
voir mon score. De vérifier si le serial twitligne du temps — la taïmelaïne, comme
teur que je suis n’est pas en train de perdre
on dit en twittérien moderne — autrement dit, l’inter- pied. De savoir si mon absence de deux heures ne m’a pas
minable liste de petits messages envoyés par les gens déjà valu d’être oublié des autres personnes de ma race,
auxquels je suis abonné. Après plus d’une heure de lec- celle des Twittos. Eh oui, les gens qui sont sur Twitter
ture, j’arrive enfin au bout de la queue, pour constater se sont même donné un gentilé ! Et donc, discrètement,
qu’il y en a autant qui se sont ajoutés en tête de liste j’épie mon téléphonintelligent que je tiens dessous la
pendant que je lisais les autres. Twitter est mon tonneau table, m’obligeant à une gymnastique oculaire et capudes Danaïdes, une punition céleste à laquelle je me suis tienne (de caput, capitis : la tête) proche du gymkhana.
condamné. J’ai pris déjà six ans fermes, juste pour savoir
Pour la dix-huitième fois de la soirée, une personne
avant les autres ce que des millions de gens savent avant que j’aime profondément, in real life, me fait alors, les
moi. Twitter, c’est la comédie humaine en 140 caractères. dents serrées : « mais putain, arrête de twitter ! ». Et
J’avoue. Je suis devenu asocial. Une fois ma première ce, au moment précis où je fais ce constat terrible pour
séance de twits1 terminée, je rattrape le temps perdu à ga- un Twittos : n’ayant rien envoyé sur le réseau depuis
zouiller (to tweet signifie gazouiller ou pépier), en m’en- quarante-six minutes chrono, je n’ai reçu qu’un seul
fonçant la tête dans l’écran de mon ordinateur portable message d’autrui ! Une heure sans twitter et tu n’es plus
pour travailler enfin, en m’isolant pour me concentrer. qu’un anonyme. Deux jours sans twitter, et tu es mort !
J’ai besoin de bosser vite pour rattraper ma faute, ma très Voilà la mécanique de l’addiction au réseau.
Du coup, ouais, j’avoue. J’ai raté des films sublimes,
grande faute. Mea twitta, mea twitta, mea maxima twitta. Alors, quand on me parle, je n’entends pas. Ça énerve des moments extraordinaires de vie et d’amitié, d’amour,
mon entourage. Mais c’est la rançon de la gloriole. Eh de tendresse. J’ai failli me faire écraser plusieurs fois parce que je regardais mon téléfun plutôt que la route, ce
1
J’écris twit, twitter et non tweet parce que ee n’est pas un son
smartphone dont la prétendue intelligence devient vite
français et que le réseau s’appelle Twitter, avec i.

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 52

20
25/06/2015 12:45

inversement proportionnelle à celle de celui qui y prend goût.
J’avoue ! J’avoue ! J’ai gâché des soirées, oublié une écharpe en cachemire chez un pote, égaré pour toujours un Stetson auquel je tenais beaucoup (parce qu’il me permettait de twitter sans que mon intelliphone ne
prenne la pluie quand je promenais mon chien) ; j’ai raté l’occasion de lire
au moins cent dix-huit romans indispensables, sans compter les émissions
de radio que j’ai écoutées d’une oreille absente parce que j’étais obnubilé
par le besoin de chasser l’info rare, étonnante, et cependant nécessaire à la
bonne marche du monde, dans une jungle où des milliers de messages me
tendent les bras chaque jour.
Et à cause de ce besoin étrange de voir si j’étais toujours aimé autant
que haï sur ta Toile, j’ai acquis des tics de TOCqué, comme celui de plonger
ma main dans la poche de mon jeans pour en sortir vivement l’iPhone
sous une table, épier ma taïmelaïne vite fait, sourire d’un message drôle,
et me redresser brusquement parce que quelqu’un face à moi rugissait…
— Non, mais tu twittes encore !
J’avoue. La plupart du temps, j’ai répondu que non. J’ai même développé une palette extraordinaire d’excuses aussi crétines les unes que les
autres…
— Mais non, je checke mes mails parce que j’attends une réponse
urgente à un truc super important d’un client hyper crucial.
(Sachant que le 15 août, les clients sont à la plage.)
— Mais pourquoi tu crois toujours que je ne fais que twitter ? Je regardais la météo, c’est tout !
(Sachant que je le fais tous les matins et qu’en quatre heures, elle ne
risque pas de changer beaucoup.)
— Mais qu’est-ce que tu vas imaginer ? C’est ma tante Nini qui m’envoie un message Facebook !
(Sachant qu’elle n’est pas sur Facebook.)
— Ouais, non, j’ai juste reçu un message privé de Joëlle Milquet !
(Sachant que Joëlle Milquet n’est pas sur Twitter.)
— Mais arrête ! J’ai eu une alerte news d’AFP Nantes, tu sais bien,
il y avait la journée de la jupe ! J’écris un article dessus demain sur mon
blog. Oui, oui, c’est payé.
(Sachant que mon blog ne paye pas.)
Et puis, un jour, tentant de parer la même attaque légitime, j’ai relevé
une tête hébétée, et j’ai dit presque machinalement :
— Non. Euh… Enfin oui. C’est Charlie Hebdo ! Merde !
Dix minutes après que Twitter m’eut annoncé qu’il y avait eu un
attentat à la rédaction de Charlie Hebdo, quelqu’un m’appelait pour me
l’annoncer. Je ne pus m’empêcher de me consoler en ânonnant : « je sais,
j’ai eu l’info il y a dix minutes sur Twitter ! » C’est bête, la fierté, dans
ces moments-là. Mais rendez-vous compte : j’avais dix minutes d’avance
sur mon interlocutrice ! Dix minutes ! Incroyable, non ? Dix minutes
d’avance sur le téléphone, cinq minutes sur le premier flash info radio de
la RTBF ! C’est tout de même indispensable, ça, à l’heure où on traite un
milliard de dollars à la nanoseconde à Wall Street ? Hein ? Dix minutes !
Bien sûr, certains vont me dire qu’avoir dix minutes d’avance sur l’information la plus marquante en France depuis Mohamed Merah, c’est nul.
Ces rétrogrades ne comprennent pas que le temps n’est plus une qualité
(se promener, bavarder avec un voisin, prendre l’air ou le soleil) mais une
quantité (savoir avant tout le monde, collectionner les informations à la
vitesse vévéprime, être le premier à repartager une info, même si elle n’a
pas le moindre intérêt, compter le nombre de gens qui la retransmettent).
Au final, Twitter, c’est comme un conjoint dont on ne sait plus si on
l’aime. Il suffit d’une journée d’absence pour se rendre compte qu’on ne
peut pas vivre sans. Les symptômes du manque apparaissent très vite. Il
y a d’abord des clignements d’yeux. Une nervosité inhabituelle. Des tics
BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 53

précis, comme celui de mettre la main à la poche ou de soulever le pouce
qu’on utilise pour libérer la couverture de protection du téléphonintelligent. Puis des râles, parfois un peu d’écume à la bouche. La tête se met à
osciller de plus en plus vite, les paupières vibrent, les yeux s’écarquillent
et tout à coup, le malade court vers son veston, au porte-manteaux, dans
lequel il avait promis de laisser son smartphone pour la journée chez les
beaux-parents.
La journée entière ! Non, mais vous imaginez ?
Alors, j’avoue. Depuis le 27 avril 2009 exactement — date attestée de
mon premier pépiement, comme le prouve le document ci-contre —, je
torture mon entourage, mes yeux et mon cou, en passant quelques heures
par jour à lire des messages d’un intérêt terriblement variable, et souvent
terriblement nul, à les retwitter2 à mes abonnés — mes followeuws, en
haut twittérien occidental — quand je les trouve intéressants, et une fois
sur deux, à ajouter un commentaire court et parfois sanglant. De temps
en temps, une idée me traverse le ciboulot, une idée dont je n’aurais rien
fait il y a cinq ans. Et je l’envoie sur le réseau, comme un aphorisme instantané à consommer immédiatement. Je signe alors #espritdesel. Ou
#mauvaisespritdesel. J’ai quelques autres variantes, comme le délicieux
#saintespritdesel quand je m’en prends aux religions. Ou #épouvantableespritdesel quand j’envoie une horreur, une Guillonnerie3.
Je suppose que je fais tout ça plus ou moins bien : un peu plus de
huit mille personnes suivent le fil d’information que je bâtis ainsi en rebondissant sur ce que les autres ont pondu. Le Twittos est un animal à
mi-chemin entre l’araignée et la charogne à lunette. Certains de mes twits
ont été partagés par plus de mille autres Twittos et vus par des dizaines de
milliers de gens, certains ont été publiés dans des journaux. On m’a même
déjà interviewé suite à un de mes pépiements de 140 caractères ! Ça donne
le vertige. Un drôle de vertige, sachant que la masse de gens qui auront lu
mon œuvrette m’aura oublié dans la seconde suivante.
Peu importe. Twitter, c’est aussi une histoire de chiffres. Mais comme
tous le reste, ils sont fragiles. Évanescents, même. En 2010, j’étais 5e journaliste le plus influent sur Twitter en Belgique, et premier journaliste indépendant. L’année suivante, j’étais tombé à la soixantième place. Twitter
est une putain irrespectueuse et franchement peu reconnaissante.
Bon, j’avoue. Même le titre de ce livre n’est pas de moi. C’est Arnaud
Ruyssen, de la RTBF, qui m’a appelé le Serial Twitteur. C’est comme ça
qu’il me présentait quand je passais dans son émission Ce Qui Fait Débat
sur la Première. Pascal Vrebos, lui, me pose souvent la même question
quand il me voit traîner dans un studio de BelRTL : « Mais comment tu
fais pour twitter comme ça ? » D’autres me demandent s’il m’arrive de
dormir. Pourtant, Twitter n’est pas mon activité principale, loin de là.
J’y consacre entre une heure et trois heures par jour, mais si, je vous le
jure ! Mettons que ça fasse quatre ou cinq. Mais pas plus. Allez, au pire,
six, quand je suis désœuvré. Ou sept. Toujours est-il qu’en six ans, j’ai
envoyé la bagatelle de 140.000 twits. J’écris vite. Souvent trop vite. Et
parfois mal. De quoi même faire très mal. Pour rédiger ce petit opus, j’ai
relu plusieurs milliers de mes gazouillis. J’ai souvent fait la moue. Quoi ?
J’ai écrit un truc aussi con ? Ou aussi mal torché ? Mais putain ! Qu’est-ce
qui m’a pris ?
Eh bien, ce qui m’a pris, c’est l’urgence. La boulimie. Le besoin d’en
envoyer même quand l’idée n’est pas mûre. Pas de temps pour se relire.
Faire du chiffre. Et au final, de tout ça, il reste quoi ? Des messages de
140 caractères suspendus dans la toile, pour la plupart oubliés, desséchés,
effacés, même. Ça peut faire un recueil ? Je me posais la question. J’ai
tenté le truc. Tu l’as en main. Oui, on va se dire tu.

53

Mais là, je te laisse, ça fait tout de même une bonne heure que je
n’ai pas regardé si quelqu’un m’a envoyé un twit admiratif. Du genre :
« Haha, tu m’as encore fait rire ». Ou à l’inverse, une critique acerbe du
style « Marcel Sel est vraiment un gros con ».
2
3

action de « partager » un message de sorte que ses abonnés puissent le lire.
ne me dites pas que vous ne connaissez pas Stéphane Guillon ?

20
25/06/2015 12:45

EXTRAIT

Amour propre

54

Déménagement dans
l’inconscient ! Bruno
Viard propose d’y
placer les blessures de
l’amour-propre en lieu
et place du sexe et de
l’Œdipe. Où l’on voit que
les blessures d’amourpropre commandent
les vicissitudes de la
sexualité. L’amourpropre surdéterminant
largement l’appétit
des biens matériels
autant qu’il surdétermine le désir sexuel, la
psychanalyse se trouve
décloisonnée et peut
enfin communiquer
avec la sociologie.
Bruno VIARD, spécialiste de la littérature
romantique et des idées
sociales au XIXe siècle,
est Professeur de
littérature française à
l’université d’Aix-Marseille. Il collabore à la
revue Psychologie de la
motivation et à la Revue
du MAUSS. Il a publié
notamment : À la source
perdue du socialisme
français (Desclée de
Brouwer) ; Les trois
neveux ou l’altruisme
et l’égoïsme réconciliés
(Pierre Leroux, Marcel
Mauss, Paul Diel) (PUF) ;
Anthologie de Pierre
Leroux. Inventeur du
socialisme (Le Bord de
L’eau).

Des choses connues depuis
le commencement du monde

Bruno Viard
L’amour-propre dans un angle mort

Nous savons bien, au xxi e siècle, que
cela n’était qu’une illusion. Le comL’acte fondateur de la sociolomunisme est mort de sa belle mort,
gie, accompli par Auguste Comte et
non d’une agression extérieure
confirmé par Émile Durkheim, fut de
comme les dinosaures : immense
congédier toute psychologie, réputée
leçon d’anthropologie infligée par
individualiste et trompeuse, pour se
l’histoire dans la chair même de l’huconsacrer exclusivement à l’échelle
manité. Il n’est pas sûr que toutes les
du social. « Le tout, dit Durkheim,
conséquences en aient été tirées. Le
AMOUR PROPRE
pense, sent, agit tout autrement que
refus des hommes concrets de parDES CHOSES
ne feraient ses membres s’ils étaient
ticiper à une entreprise de collectiCONNUES DEPUIS LE
isolés. » Bien sûr qu’un bon père de COMMENCEMENT DU visation systématique de l’économie
famille, un adolescent timide, etc.,
n’avait pas été anticipé par Babeuf,
MONDE
peuvent se déchaîner dans un lynpar Enfantin, par Cabet, par Marx.
Bruno Viard
Le Bord de l’eau
chage ou dans une tournante. Il est
C’est pourtant ce qui est arrivé avec
bien vrai que le tout est autre que
les peuples des 44 pays où fut tentée
PARUTION:
la somme de ses parties. Mais le
l’expérience au xxe siècle. Le réforJUILLET
2015
tout n’est pas tout ! S’il est vrai que
mateur ne peut donc faire l’économie
la foule excite et désinhibe, il reste
d’une connaissance attentive de ce
à expliquer l’excitabilité et l’inhibition. Il faut que peut et de ce que ne peut pas la personne
bien que le comportement cruel – ou adorateur humaine, de ses résistances et de ses abîmes.
– d’une foule ait quelque racine dans le cœur des L’organe trop oublié de l’amour-propre y aidera
sujets singuliers.
beaucoup.
Marx écrivait dans sa célèbre IVe Thèse sur
L’amour-propre se moque des découpages
Feuerbach : « L’essence humaine n’est pas une disciplinaires. Son action est aussi effective dans
abstraction inhérente à l’individu isolé ; dans sa la psyché que dans le social. D’ailleurs, quelle
réalité, elle est l’ensemble des rapports sociaux. » différence y a-t-il entre la psychanalyse et la soL’idée a été répandue tout au long du xxe siècle ciologie ? On répondra : une différence d’échelle
qu’il n’y avait qu’à changer la société pour venir puisque dans les deux cas, il s’agit d’évaluer les
à bout des violences de toutes sortes qui affli- interactions de la personne avec son entourage.
geaient l’humanité. Si ça n’a jamais marché, ce La psychanalyse réduit le cercle à l’immédiat, la
n’est pas faute d’avoir multiplié les tentatives sociologie prend en compte la totalité des intesous toutes les latitudes et toutes les longitudes. ractions possibles. L’existence de l’inconscient

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 54

20
25/06/2015 12:45

introduit-elle une solution de continuité entre les disciplines ?
Ce n’est pas sûr. Après tout, il existe un inconscient sociologique comme il existe un inconscient psychanalytique. S’ils
n’utilisent pas le mot, c’est bien ce que signifient Comte, Marx
ou Durkheim en refusant l’auto-observation et en affirmant
que le tout est autre que la somme des parties. Bourdieu a forgé
le concept d’illusio pour dire que les agents n’ont pas conscience
de l’origine des habitus qu’ils ont incorporés. Ils prennent pour
personnels ou au contraire pour universels les placements auxquels ils sont soumis par le milieu. La question est alors de
savoir s’il existe une différence de nature entre l’inconscient
sociologique et l’inconscient psychologique. Ce n’est pas sûr
non plus. Après tout, le tout, ce sont les autres, le rapport aux
autres. En ce point, il faudrait pour progresser dans cette discussion fracturer la boîte noire de l’inconscient psychanalytique et celle de l’inconscient sociologique et comparer leurs
contenus. C’est exactement sur ce terrain que nos réflexions
vont essayer de se tenir.
Avec sa problématique sexualiste, Freud a tordu le bâton du
holisme dans l’autre sens, collaborant à sa façon à la coupure
instituée par la sociologie. Le phallus ne suffit pas à accrocher
les questions de société autour de la personne. Ainsi, bien que
contemporain de Lénine, et bien qu’il fût hostile à la révolution
bolchévique, Freud n’a rien su dire de pertinent à partir de ses
théories sur l’entreprise de collectivisation qui était en train ou
qui allait diviser l’Europe entière et bientôt le monde. Herbert
Marcuse et William Reich ont fait tout leur possible pour faire
sortir le freudisme de l’impasse où il s’était enfermé, non en
remettant en débat les prémisses de Freud mais, au contraire,
en poussant à fond l’hypothèse sexualiste au point de l’appliquer à la politique et à l’économie. C’est le sexe des prolétaires
qui serait brimé par le capitalisme et qui se défoulerait dans la
Révolution ! La société de consommation deviendra libidinale,
joyeusement perverse, polymorphe et réconciliée avec le Travail pourvu qu’on l’affranchisse de la tyrannie du Rendement,
explique Marcuse. L’hypostase de la Répression dans les années 60 est sortie de là. Que reste-t-il de cette utopie ?
Une troisième hypothèse
La relecture du Discours sur l’origine de l’inégalité de JeanJacques Rousseau permettra de formuler une troisième hypothèse, de caractère synthétique. Troisième hypothèse qui est
en fait la première puisqu’elle fut exprimée en 1755. L’intérêt
de l’analyse de Rousseau pour notre sujet est qu’elle se situe
exactement à la frontière du singulier et du pluriel, cette zone
désertée par l’individualisme méthodologique, qui ne prend
en compte que le seul sujet, autant que par le holisme, qui n’a
d’yeux que pour le grand tout social. Rousseau, au contraire, se
concentre sur la zone de frottement entre les individus pluriels,
sur le regard que chacun porte sur l’autre. C’est ce souci du
regard de l’autre qu’il baptise du nom d’amour-propre, modifiant significativement le sens d’un ancien vocable utilisé par
les théologiens inspirés par Saint Augustin et retravaillé par
les moralistes jansénistes que nous appellerons les psychanalystes du xviie siècle. Une fois installé sur cette zone frontière,

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 55

on peut aussi bien descendre dans le cœur de la personne que
remonter par capillarité vers le fonctionnement de tout le corps
social livré à des rivalités et à des concurrences de toutes sortes
quand les amours-propres s’intriquent et s’entrechoquent ou
s’amalgament les uns aux autres. Rousseau réussit donc à jeter
un pont entre l’échelle micro et l’échelle macro du lien social.
Bien qu’il commence par abolir le péché originel, et par affirmer que l’homme est bon par nature, Rousseau ne détourne
absolument pas son regard du mal. Sa description de la violence
sociale n’a rien à envier à celle de Hobbes, mais il se livre à un
léger décalage : la violence n’est pas première, mais seconde :
elle n’est pas enracinée dans le cœur de l’homme, dans le sein
de chaque nouveau-né, elle résulte de l’interaction puisque
l’amour-propre est par définition un sentiment qui s’alimente
au point de contact des consciences et des regards. Chez Hobbes,
la vainglory était encore une fatalité causée par la nature. Chez
Rousseau, le pas est franchi : ce n’est que dans l’interaction que
l’homme se corrompt.
L’hypothèse rousseauiste mérite d’être nommée troisième par différence avec l’hypothèse naturaliste augustino-freudienne et par différence avec l’hypothèse sociale
marxo-durkheimienne. On pourrait montrer que l’instinct de
mort et les pulsions parricides et incestueuses que Freud situe
au début de l’activité psychique se situent dans le prolongement
du péché originel augustinien autant par leur morbidité que
par leur universalité. Encore une fois, la violence selon Rousseau n’est pas première mais seconde, à cheval entre la nature
et le social. Comme elle naît de l’interaction, on est tenté de
dire qu’elle est sociale, mais en même temps, il faut bien qu’il
existe une disposition de l’homme à entrer dans des luttes de
prestige avec ses semblables. Cette disposition n’est autre que
l’excitabilité de l’amour-propre. On peut l’appeler vulnérabilité.
La vulnérabilité mérite d’être érigée à la dignité d’un concept.
Elle est, indispensable pour penser le basculement de l’innocence naturelle du côté de la violence sociale. La vulnérabilité
se tient à l’interface de l’intime et du social. Elle possède, pour
peu qu’on la retravaille de façon adéquate, une souplesse qui
la rend à la fois universelle et susceptible de variations selon
les dispositions natives de chacun et selon l’ambiance où il est
projeté. Pas plus que les bêtes, les dieux n’éprouvent le besoin
de rendre le mal pour le mal. Les hommes, eux, sont trop vulnérables pour ne pas déclencher de redoutables mécanismes de
défense quand la vie les a trop mis en danger.
La vulnérabilité et les réponses qu’elle entraîne, de l’ordre
du ressentiment et de l’agressivité, constituent une origine de
la violence susceptible de rivaliser victorieusement avec les notions paresseuses de péché originel ou d’instinct, qu’il s’agisse
de la violence ouverte ou des violences qui rongent sourdement
le cœur. Une telle origine de la violence permet d’aborder aussi
bien la question de l’angoisse que celle du sadisme le plus terrifiant. Manque-t-il quelque chose ?

55

20
25/06/2015 12:45

Les sélections de Jim, Sophie, Tiffany et Thomas

LA RÉPUBLIQUE DU CATCH

Nicolas De Crécy
Casterman

La république du catch est un manga
commandé à Nicolas de Crécy par un des
plus gros éditeurs japonais, et pré-publié
en épisodes à la sauce nipponne dans Ultra
Jump. C’est toujours notre De Crécy, plein
d’allégories, d’un doux cynisme parfois,
et d’une drôle de poésie à chaque page.
Toujours lui, mais beaucoup plus aussi :
des codes narratifs ultra dynamiques
empruntés aux Japonais, des références
mythologiques nippones qui côtoient des
standards de notre littérature et de notre
culture occidentale... L’exercice avait d’ailleurs déjà plutôt bien réussi à Vivès & co
avec Lastman. Distraction garantie !

MEGG, MOGG & OWL # 1 ET 2

Simon Hansemann
Misma

56

Une sorcière et un chat défoncés à longueur de journée. Owl, leur
souffre-douleur aux neurones grillés. Une sombre mélancolie de
l’enfance et de l’adolescence transcrite à travers des strips acerbes,
déroutants et irrésistibles.

LE VOLEUR DE LIVRES

Alessandro Tota et Pierre Van Hove
Futuropolis
Daniel Brodin a pas mal de soucis.
Le principal (dont découlent tous les autres) est que notre jeune étudiant en droit a du mal à savoir à quel
saint vouer son ambition débordante. Il va donc la bringuebaler et la maltraiter (et nous avec) dans le Paris
germanopratin des années ‘50, de rades à poètes maudits en salons littéraires bourgeois sans oublier la case
artistes anarchistes avant-gardistes nihilistes... Un récit aux rythmes envoûtants et à la tonalité piquante et
audacieuse ! Une lecture à ne pas laisser passer !

LES ESCLAVES OUBLIÉS
DE TROMELIN

Sylvain Savoia
Dupuis

SÉLECTION BANDES DESSINÉES
FILIBER_20 DEF4.indd 56

ZAI ZAI ZAI ZAI

Fabcaro
Six pieds sous terre

ALLO, DR LAURA ?

Nicole J. Georges
Cambourakis

20
25/06/2015 12:45

DEUX FRÈRES

Gabriel Bá, Fábio Moon
d’après Milton Hatoum
Urban comics
Yakub revient au Brésil après 5 ans passés à l’étranger. Il retrouve sa
mère, son père et son frère jumeau avec qui il est en discorde depuis
des années.
On n’imagine pas au début être aussi renversé par cette histoire de
frères que tout sépare. Mais la tragédie est tellement complexe qu’on
est complètement envoûté !

LA FAVORITE

Matthias Lehmann
Actes Sud BD
Constance est élevée par ses grands-parents, enfermée dans leur énorme
maison. Elle est obligée de servir d’enfant de substitution à leur fille disparue. Toute l’histoire respire la stagnation, même le graphisme, travaillé
comme de la gravure. On pourrait croire que l’on va s’ennuyer autant
que Constance, mais c’est sans compter sur un scénario étonnant qui nous
emmène dans un coin où l’on ne s’attendait pas à aller…

57
4 FEMMES

Wang Shushui
Éditions Fei
Après un destin personnel marqué par la soumission, Wang Shushui nous
offre 4 récits de femmes d’une finesse remarquable.
Dans un style très réaliste, elle nous emporte dans les amours contrariés.
Les valeurs traditionnelles qui étouffent les cœurs, les révoltes et les
passions, dont la seule issue est la mort, un plongeon dans la culture
orientale qui ne peut que vous séduire.

L’ARABE DU FUTUR 2

Riad Sattouf
Allary

Il ne faut pas être prophète pour deviner que L’Arabe du Futur 2 est la suite
de L’Arabe du Futur 1 et qu’il précède la suite que l’on attend déjà, qui
s’appellera… L’Arabe du Futur 3. Riad Sattouf racontait dans le premier
tome son enfance en Bretagne et sa découverte de la Syrie. Dans Une
jeunesse au Moyen-Orient (sous-titre de ce tome 2), il nous emmène sur les
bancs d’une école publique de la région de Homs, sous le régime de Al Assad
père. On a mal pour lui, à voir s’égréner au long des pages les coups de bâton
de la maîtresse d’école sur ses petits doigts pourtant bien préservés, à en
juger par la grâce de son dessin. Un livre de fond.

SÉLECTION BANDES DESSINÉES
FILIBER_20 DEF4.indd 57

20
25/06/2015 12:46

BERNADETTE

El Don Guillermo
Les Requins Marteaux
Bernadette a l’esprit ouvert, alors quand arrive l’été, c’est les gars
du camping du Dauphin qui sont contents de la retrouver.

Rejoignez-nous

Album pièce montée : El Don Guillermo en rajoute une couche à
chaque page.
Rire et ambiance débridée assurés.

LE SCULPTEUR

Scott McCloud
Rue de Sèvres

Celui qui nous fixe est David Smith, un parmi d’autres. De peur que ce nom banal ne puisse être
accompagné d’une existence futile, il ne vit qu’à travers la sculpture, sa seule issue, pourtant insatisfaisante. Son salut lui viendra d’un pacte lui permettant de façonner à mains nues le monde qui l’entoure,
avant de s’en aller. Mais lorsque la vie trouve son sens dans l’amour enfin trouvé, le héros en perd ses
convictions.
Scott McCloud fait preuve d’une grande maîtrise de la narration tout en préservant un aspect libéré
grâce aux tourments de son héros. Pour réinterpréter le mythe de Faust, ses représentations imagées
subtiles nous font comprendre la beauté des choses mieux que les mots ne le feraient, et des procédés
graphiques ingénieux structurent l’histoire. C’est ici que la nécessité de la grande BD prend tout son
sens…

58
LES ENFANTS DE LA RÉSISTANCE #1 – PREMIÈRES ACTIONS

Ers et Dugomier
Le Lombard

L’histoire nous raconte comment des enfants de 10 à 13 ans, du
haut de leurs petites jambes, vont résister à l’armée allemande.
N’ayant comme moyen que leur courage, François, Eusèbe et Lisa
vont tout tenter pour mettre des bâtons dans les roues de l’armée
d’occupation et refuser de se soumettre. Que faire pour déstabiliser un adversaire si puissant quand on a que 10 ans ?
Une histoire passionnante à découvrir rapidement, accompagnée
d’un dossier sur la Résistance qui n’est pas pour nous déplaire !

Nos libraires vous conseillent...

PÈRE OU IMPAIRS

Seb Piquet

KERSTEN, MÉDECIN D’HIMMLER,
TOME 1 : PACTE AVEC LE DIABLE

Perna / Bedouel

SÉLECTION BANDES DESSINÉES
FILIBER_20 DEF4.indd 58

LE ROY DES RIBAUDS

Brugeas / Toulhoat

20
25/06/2015 12:46

RENCONTRES CHEZ FILIGRANES
FILIBER_20 DEF4.indd 59

20
25/06/2015 12:46

Les sélections d’Anna, Bernard, David et Laurent

CHARLEROI, IL EST CLAIR
QUE LE GRIS EST NOIR

Véronique David et Laurence de Finance
Lienart et Cité de l’Architecture et du Patrimoine

Stephan Vanfleteren
Hannibal

L’essor du vitrail au lendemain de la Seconde
Guerre mondiale entraîne l’ouverture des
arts dits sacrés aux artistes d’avant-garde
de l’époque, mouvement qui n’a cessé de
s’amplifier au cours de ces dernières années.
Contemporain, le vitrail n’investit pas uniquement églises, cathédrales ou abbayes : on
commence à en trouver dans l’architecture
civile, conclusion de cet ouvrage richement
documenté.

Par ces quelques mots, le photographe
flamand, adepte convaincu du noir et
blanc, donne le ton de son livre, ce qui
ne l’empêche pas d’être extrêmement
chaleureux. Il s’agit d’une véritable
déclaration d’amour à la ville et à son
environnement post-industriel, mais
peut-être encore plus à ses habitants
dont il nous offre quelques portraits
saisissants de vitalité.

CLOUDS

Michèle Moutashar
Actes Sud
Publié à l’occasion de l’exposition
éponyme qui se tient tout cet été au
Château du Rœulx (Mons 2015),
l’ouvrage traite de la représentation
et de l’évocation du nuage dans l’art
du XXe siècle, depuis Jean Arp et
Magritte, jusqu’aux créations les
plus contemporaines réalisées en
partie pour l’occasion. La dimension
poétique est omniprésente et l’on
sort des sentiers battus au propre
comme au figuré.

MEHDI-GEORGES LAHLOU

Textes de Pierre Giquel, Stéphane Léger, Bernard Marcelis et Barbara Vanderlinden
La Muette / Le Bord de l'eau
EXPOSITION AU MUSÉE IN FLANDERS FIELDS (YPRES)
À PARTIR DU 3 JUILLET
Mehdi-Georges Lahlou n’improvise jamais. Pas plus qu’il n’enferme ses
propositions. Avec l’air de plaisanter, il s’est toujours présenté comme un
interprète de l’ambiguïté. Il offre le baiser de l’infidèle, tellement drôle
qu’on peut croire qu’il signerait aisément sa rédemption, diffusant l’image
d’une débilité telle qu’il semble que Dieu ait fui lui-même, si les hommes
dans leur sollicitude affairée ne s’étaient chargés de lui rappeler les devoirs
de son inégalable existence.

SÉLECTION BEAUX-ARTS
FILIBER_20 DEF4.indd 60

20
25/06/2015 12:46

www.cultiverlinattendu.com / © PascalMannaerts

60

CHAGALL, SOULAGES, BENZAKEN...:
LE VITRAIL CONTEMPORAIN

FILIBER_20 DEF4.indd 61

25/06/2015 12:46

www.cultiverlinattendu.com / © PascalMannaerts

60° 43’ NORD

ART OF THE BOOK

Molécule
Co-édition : Classic et Mille Feuilles

Préface de Paul Bailey
Gingko Press

Romain Delahaye, alias Molécule,
s’est embarqué cinq semaines à bord
d’un chalutier avec son home studio
afin d’enregistrer des sons qu’il capte
sur le bateau et qu’il remixe dans sa
cabine. En résulte un livre-cd étonnant regroupant son journal de bord
photographique et l’album audio. Un
splendide voyage sonore au cœur de
l’Atlantique Nord.

Scindé en trois chapitres (structure, matériaux, technique), cet
ouvrage se veut une synthèse
de l’édition contemporaine de
beaux livres. Richement illustré, agrémenté de commentaires
des designers et explorant des
exemples innovants, ce livre
s’adresse aux professionnels et
amateurs passionnés par le livre
en tant qu’objet d’art.

MODERNITÉS,
PHOTOGRAPHIE BRÉSILIENNE

CECI N’EST PAS QU’UN TABLEAU

Bernard Lahire
La découverte

Collectif
Chandeigne
Le Brésil de la seconde moitié du XXe siècle
est un pays en pleine mutation. L’élan de
la modernisation se faisait sentir dans tous
les domaines de la vie sociale. Les quatre
photographes d’exception présentés ici
donnent à voir cette société mouvante,
jonglant entre son désir de modernité et
son extrême richesse sociale.

Un tableau de Poussin, peint en
1657, disparaît pendant plusieurs
siècles avant de réapparaître à
la fin du XXe siécle sans que son
origine ni sa valeur ne puissent être
authentifiées avec certitude.
À partir de ce qui pourrait être le
début d’un roman policier, Bernard
Lahire interroge la place du sacré
– non seulement dans l’art mais
aussi dans la politique ou l’économie – cette puissance supérieure qui
transforme la copie d’un tableau en
chef-d’œuvre éternel.

62
LA BANDE DU BAUHAUS

Nicholas Fox Weber
Fayard

MÉLANCOLIE

Peter Nadas
Le bruit du temps

Le biographe de Van Gogh ou Le Corbusier s’attaque
cette fois à la biographie collective de six des enseignants
de la célèbre école de Weimar, armé des archives qu’Anni
et Josef Albers ont mis à sa disposition. Utopie sociale et
volonté pluridisciplinaire d’un art global sont servies par
une frénésie créatrice contagieuse. Plus qu’une histoire de
l’art : l’histoire d’une communauté qui a changé l’art et
notre façon de l’aborder.

À partir d’une marine de Caspar David Friedrich, conservée dans un
musée de Berlin, l’écrivain hongrois nous invite à contempler « le plus
vaste des espaces inimaginables », le vide qui lui paraît résider au cœur
même du mot hongrois qui désigne la mélancolie, « Melabu ». De sa
contemplation des quelques scènes d’atelier de Friedrich, il tire une
description bouleversante du processus créatif et se laisse guider vers
une méditation tourbillonnante comme les nuages peints par l’artiste.

Nos libraires vous conseillent...

DRAWING PEOPLE, THE HUMAN FIGURE
IN CONTEMPORARY ART

Robert Malbert - Ed. Thames & Hudson

SÉLECTION BEAUX-ARTS
FILIBER_20 DEF4.indd 62

100 GREAT CHILDREN’S PICTURE BOOKS

Martin Salisbury
Ed. Laurence King

MONOCHROME GRAPHICS,
MAXIMUM CREATIVITY WITHIN
A MINIMUM BUDGET

Ling Shijian - Ed. Promopress

20
25/06/2015 12:46

Les classiques de la photographie
de David & Laurent

MISE AU JOUR

Johan Van der Keuken
Willemn Van Zoetendaal
Willem van Zoetendaal, graphiste et commissaire d’expositions de photographie, publie depuis les débuts des années 90 des livres de photographie à l’élégance toute hollandaise. Ce recueil
de photographies prises entre 1956 et 1982 par
Van der Keuken au Leica M3, à l’édition limitée
à 750 exemplaires, vaut le détour autant pour les
photographies inédites exhumées ici que pour la
qualité de l’impression et la stupéfiante sobriété
de la mise en page.

THE MUSHROOM COLLECTOR

Jason Fulford
The Soon Institute
Voici réédité ce livre photo introuvable et
devenu culte en moins de cinq ans, sélectionné
par Martin Parr et Gerry Badger (cf. Le livre de
photographies : volume III), et élu le meilleur
livre de l’année 2010 par Alec Soth (LITTLE
BROWN MUSHROOM BLOG). Avec sa
construction intuitive, faisant de l’ordinaire
quelque chose d’extraordinaire, Le collectionneur
de champignons s’impose comme un contre-pied
aux tendances de la photographie contemporaine.

KODACHROME

Luigi Ghirri
Mack
Contemporain d’Harry Gruyaert, Luigi Ghirri
partage avec notre compatriote la volonté d’expérimenter à l’époque une photographie documentaire en couleur. La subtilité de son approche,
son attrait pour le “presque rien” qui touche à
l’absence, le tout baignant dans la douce lumière
italienne, ne sont pas sans rappeler les toiles de
son comparse le peintre Morandini.
La réédition de ce livre, paru pour la première
fois en 1978 et devenu culte depuis, fait partie de
nos indispensables !

63

Le photographe de la couverture
CHARLES CHOJNACKI
C’est un livre très ensoleillé que le photographe Charles Chojnacki
s’apprête à publier à l’automne dans la nouvelle maison d’édition
Mar©que Belge.
Passionné par les années ‘50 et le rockabilly, Charles a parcouru le
monde et les festivals consacrés à cette insouciante époque qui a
vu défiler de belles mécaniques et dont les rythmes nous habitent
encore.

50

’s Today

Une belle préface de Patrick Roegiers rend hommage à son travail
et… aux pin ups.
La photo de couverture de ce Filiber d’été est extraite de Fifties
Today, que Charles et Patrick viendront présenter chez Filigranes
en avant-première en novembre. Cela fait longtemps que les
fifties nous manquent, nous patienterons encore un peu pour les
retrouver en images…

Charles
Chojnacki
P réface de

Patrick
Roegiers

SÉLECTION BEAUX-ARTS
FILIBER_20 DEF4.indd 63

20
25/06/2015 12:46

Et aussi…

BRUCE NAUMAN

Fondation Cartier
pour l’art contemporain

MARKUS LÜPERTZ,
UNE RÉTROSPECTIVE

LEIRIS & CO

Musée d’art moderne de la ville de Paris

Centre Pompidou Metz

UGLY BELGIAN HOUSES

GLOSSAIRE DU DJ

Hanes Coudenys
Borgerhoff&Lamberigts

Serge Coosemans
La Muette / Le Bord de l’eau

Voyager en Belgique ne se présente pas
a priori comme une expérience particulièrement exotique, et pourtant, comment ne pas s’émouvoir devant tant de
richesses sur un si petit territoire ? Dans
la veine de Belgian Solution, le blogeur
H.C. fait un choix de maisons particulières qui peut faire sourire comme face
à un miroir convexe, mais devant un tel
chaos, il semble surtout nous demander :
« Mais pourquoi ? ».

Si vous vous êtes déjà trouvé désemparé
face à une rencontre de nuit vous affirmant
que « ce track est super, mais il est pitché
sur un beat Detroit, tu vois ; et avec ce
sample trop Hi-NRG, on dirait un mashup en mood new-beat », alors ce livre est
fait pour vous. Avec son inimitable ton
« sortie de route », Serge Coosemans vous
donne toutes les armes pour affronter vos
amis « teufeurs » et bouger votre « booty »
sur les « floorfillers » de tous styles.

64

MEHDI-GEORGES LAHLOU
Artist-in-residence 2015
Musée In Flanders Fields

EVEN THE DUST REMAINS

(photo: Birger Stichelbaut)

4 juillet 2015 › 3 janvier 2016

FILIBER_20 DEF4.indd 64

Halle aux draps - Grote Markt 34 - B 8900 Ypres
www.inflandersfields.be

25/06/2015 12:46

“Sortir à Bruxelles sans eux ? Jamais !”
“Op stap in Brussel zonder deze gidsen ? Nooit !”
“Going out in Brussels without them ? Never !”

U
POUR LE PLAISIR DE VOS SORTIES À BRUXELLES
DÉCOUVREZ LES ADRESSES INCONTOURNABLES : SHOPPING - RESTAURANTS - BARS - DISCOTHÈQUES
GENIET OPTIMAAL VAN JE UITSTAPJES IN BRUSSEL
: WINKELS - RESTAURANTS - BARS - DISCOTHEKEN

S

EN ONTDEK DE BESTE ADRESJES

FOR THE PLEASURE OF YOUR OUTINGS IN BRUSSELS
DISCOVER THE TOP ADDRESSES : SHOPPING - RESTAURANTS - BARS - NIGHTCLUBS
DISPONIBLES CHEZ FILIGRANES
VERKRIJGBAAR BIJ FILIGRANES
AVAILABLE AT FILIGRANES

I NFOS : T O D EAL - 02/512.17.27-

INFO @ TODEAL . BE

BRUSSELS MIDNIGHT
POCKET MAGAZINE

Annonce Filigranes.indd 1

FILIBER_20 DEF4.indd 65

-

WWW . FUNINBRUSSELS . COM

POCKET MAGAZINE

22/6/15 2:26:25 PM

25/06/2015 12:46

Les sélections de Camille, Emmanuelle, Frédéric, Jean-Philippe et Silvia

JE RÉUSSIS TOUTES
MES CULTURES EN POTS !

LE GUIDE CLAUSE

Collectif
Lucien Clause chez Nathan

66

L’été est là, c’est le moment de réinvestir votre jardin. Vous rêvez d’un jardin
gourmand plein de bons légumes, rempli
de fleurs ou encore de belles plantes dans
votre maison ? N’hésitez plus, le Guide
Clause est fait pour vous et confirme,
pour sa 37ème édition, qu’il demeure LA
référence pour toutes les générations de
jardiniers.

SEXE, DROGUE ET NATATION

Amaury Leveaux
Fayard

Brigitte Lapouge-Déjean & Serge Lapouge
Terre vivante
Cour, jardin, terrasse ou balcon ?
Dans cet ouvrage, découvrez tout ce qu’il faut
savoir pour obtenir de belles plantations en
pots ! Jardinons pour agrémenter balcon ou
bords de fenêtres, faire pousser des aromates
ou, tout simplement, pour changer de décor !
Apportez des touches de couleur au fil des
saisons, chez vous.

Il a été champion olympique, champion du
monde du relais 4x100 m et recordman du
monde du 100 mètres nage libre. Amaury
Leveaux reste toutefois méconnu du grand
public. Pourquoi ? La faute à une mauvaise
réputation largement véhiculée par les
médias. Sans tabou ni langue de bois, l’ancien
nageur raconte pour la première fois sa vérité
sur le monde impitoyable de la natation.

Sur les routes d’Europe avec les chemins de Compostelle
LES VOIX DE COMPOSTELLE, DE SAINT AUGUSTIN
À JEAN-CHRISTOPHE RUFIN

Antoine de Baecque
Omnibus
Rentrons dans le mystère et la légende du Chemin ! De Saint Augustin
à Jean-Christophe Rufin, d’Aymery Picaud à Alix de Saint-André en
passant par Shirley McLaine et Garcia Lorca, 65 textes réunis pour un
livre incontournable, guide de randonnée en même temps que pèlerinage
littéraire et spirituel.
COMPOSTELLE RECETTES DU CHEMIN

COLLECTION
COMPOSTELLE EN POCHE

Anne Marie Minvieille et Francoise Desgrandchamps
La Martinière

Auteurs collectifs
Rando éditions
Ce topo présente les étapes des
chemins vers Saint-Jacques de
Compostelle. Pour chaque étape,
les renseignements pratiques, la
description de la ville de départ,
un schéma de dénivelé, une carte
en couleurs de l’itinéraire et une
description complète du chemin
et sa durée. Quelques photos en
couleurs accompagnent la lecture.

SÉLECTION VIE PRATIQUE
FILIBER_20 DEF4.indd 66

COLLECTION
MIAM MIAM DODO

Auteurs collectifs
Éditions du vieux crayon
Tous les renseignements pour trouver
de quoi manger et dormir le long des
differents chemins. Ce vocable qui
prête à sourire signifie MInister AMat
DOminum – « Le serviteur aime son
Maître », et provient d’une légende
liée au chemin !

En suivant 25 étapes du chemin du Puy-en-Velay, cet ouvrage propose « une cinquantaine de recettes locales, des
éclairages historiques et culturels, des citations littéraires
et spirituelles et un très beau reportage photo » pour le
souvenir, ou pour se donner envie de partir...
CARNET DU MARCHEUR DE COMPOSTELLE

Philippe Lemonnier, Éditions Ouest France
Véritable compagnon de route, ce carnet façon Moleskine
enrichi de textes accompagnera une « aventure humaine
rare, forte, unique et extraordinaire, qui confine au
voyage initiatique ; une pérégrination au cours de
laquelle la marche du chemineau se transforme en
démarche et sa conquête en quête ».

20
25/06/2015 12:46

TRONCHES DE VIN –
LE GUIDE DES VINS
QU’ONT D’LA GUEULE

Collectif. Préface : Jonathan Nossiter.
Les éditions de l’Epure
Conçu par un collectif de blogueurs indépendants, ce guide présente une très belle
sélection de vignerons travaillant en agriculture biologique ou en biodynamie, dans
12 pays différents. Une réjouissante série
de portraits d’artisans libres, anticonformistes, et engagés dans une démarche plus
globale de respect de l’environnement et du
consommateur.

BRUNCH
ET PETITS DÉJEUNERS

Collectif
Larousse

LE BA.BA DU TEX-MEX

Jonas Cramby
Marabout

67
67

DICTIONNAIRE ENCYCLOPÉDIQUE DES
CÉPAGES ET DE LEURS SYNONYMES

Pierre Galet
Libre & Solidaire
Cet amusant petit classique nous projette
avec légèreté et nostalgie dans la France
d’avant la loi Evin, dans une société qui
considérait le vin comme la plus saine des
boissons. À chaque affliction, son flacon.
Un Pauillac plutôt qu’un Prozac !

SALADE DU JOUR

Williams-Sonoma
Les Éditions de l’Homme
LA BIBLE DU BARBECUE

Jamie Purviance
Larousse

L’ART DES COCKTAILS –
L’AVENIR DU BAR

Stephan Hinz
Terres Editions
Mixologue plusieurs fois récompensé,
Stephan Hinz vous emmène dans le monde
merveilleux des cocktails et vous dévoile
toute la complexité d’un art proche de
la grande cuisine. L’histoire des alcools,
les accords majeurs, les ustensiles, le savoir-faire et 100 recettes de haut vol, tout
est fait pour stimuler votre créativité, du
curieux au barman aguerri.
SÉLECTION VIE PRATIQUE
FILIBER_20 DEF4.indd 67

GUARDIOLA ÉLOGE DU STYLE

Whibaud Duplat
Hugo&Sport

100% DÉCO – PALETTES –
FAITES VOS MEUBLES

Aurélie Drouet
Chêne

20
25/06/2015 12:46

UN FESTIN DE NATURE

Erin Gleeson
La Martinière
Passionnée de cuisine veggie
et photographe, Erin Gleeson
vous propose une sublimation
des produits de la terre et une
véritable ode au « manger
sain ». En effet, découvrez
près de 100 recettes originales,
saines et simples ! Et surtout,
concoctées à partir de produits
issus de modes de production
durable ! Bref, un coup de
cœur de l’équipe Filigranes.

EAUX DÉTOX

Sonia Lucano
Hachette Pratique

68

Les smoothies, c’est
bien… Avec l’arrivée
des beaux jours, les eaux
détox, c’est mieux !
En plus d’être bonnes
pour la santé – car sans
sucre –, elles sont très
faciles à faire !
Des fruits, de l’eau,
des glaçons, un bocal
et le tour est joué !
Découvrez 30 recettes
d’eaux détox. C’est simple, c’est la nouvelle boisson healthy
et rafraîchissante du moment !

Les conseils
de
Jean-Philippe
Notre sommelier

Toscane :
Antinori - rosé « Cipresseto » 2014

TOUT SUR LES VIANDES,
LES POISSONS
ET LES FRUITS DE MER

Collectif
Québec-Amérique
Quelle bonne idée de réunir dans un même
livre culinaire des données aussi diverses
que l’apport et la valeur énergétique de
chaque aliment, les conseils de cuisson et
de conservation mais aussi les astuces afin
d’acheter malin. Un ouvrage indispensable,
complet, didactique mais pointu destiné à
tous les amateurs de viandes et / ou
de poissons.

Loire :
Château de Sancerre
Sancerre blanc 2013
Rouge 2011
(100% Sauvignon blanc)
Nez intense, au profil floral (fleurs d’oranger…)
entrecoupé de minéralité et de notes de raisin
frais. La bouche est riche, complexe, et sa
belle tension nous dévoile une finale longue
et fraîche, sur la pêche de vigne et les notes
d’agrumes. Fruits de mer ou poissons nobles
exigés.

Bordeaux : Château Martet
« Réserve de la Famille » rouge 2011
(100% Merlot – élevé 18 mois en fûts de chêne
neufs) BIO
Rond et puissant, sur les fruits rouges, la prune,
la truffe ou le cuir, ce vin est onctueux, sensuel,
avec une grande souplesse en bouche.
Un vin haut de gamme qui épatera vos invités, ou
qui reposera une bonne décennie en cave.

(85% Sangiovese – 15% cépages complémentaires)
Ce vin possède un nez intensément
fruité : cerise, baies rouges, framboise.
Une bouche gourmande et fraîche fera
de ce rosé de qualité le compagnon idéal
de vos apéritifs et barbecues estivaux.

SÉLECTION VIE PRATIQUE
FILIBER_20 DEF4.indd 68

20
25/06/2015 12:46

êne

une,
uel,

tés, ou

FILIBER_20 DEF4.indd 69

25/06/2015 12:46

Les sélections d’Anne-Sophie, Gersende et Lauranne

Jouets

Bienvenue au pays des jouets… Pays de l’émerveillement…
Suivez-nous toute une journée pour un doux retour en enfance

LE MATIN
Au réveil on joue seul et on laisse les
parents au pays des rêves…
Avec les 3 petits cochons de chez
Smart Games avant que papa et
maman ne se réveillent. Des défis
malins pour aider nos petits à
jongler avec des casse-têtes subtils
avec joie, humeur, plaisir…
(À PARTIR DE 3 ANS)

Et la journée continue… Hop la hop la bille fait son
circuit ! Vous désirez passer un bon moment de
complicité en famille ? Révéler les architectes
qui sommeillent en vous ! Découvrez le circuit
de bille nouvelle génération ! Construisez et
imaginez votre propre circuit en papier recyclé
c’est léger, fun et rigolo.
(À PARTIR DE 10 ANS)

Nos lapins malins plongent dans le grand lac ! Notre grande famille des
Sylvanian se prépare à partir au soleil et vivre une belle croisière !
Bonnes vacances les petits lapinous !

70

APRÈS MIDI
Profitons de cette belle matinée ensoleillée, sortons nos jeux d’été !
Molkky, croquet, jokari et quilles….

SÉLECTION JOUETS
FILIBER_20 DEF4.indd 70

20
25/06/2015 12:46

Pour nos forbans pirates sans foi ni loi, un nouvel abordage les attend ! Ola moussaillon ! Dans Piratoons, pas de jambe de bois ! Chaque joueur est un aspirant pirate
de légende de la Dent du Pélican… Chacun va devoir agrandir son bateau et l’équiper
de manière appropriée. Soyez vif et rapide sinon votre trésor vous perdrez…
N’oubliez pas que pour être un bon pirate il vous faut être opportuniste et fourbe,
jouez au bluff! Un jeu malin, accessible et dynamique pour toute la famille!
(À PARTIR DE 8 ANS)

Un atout majeur pour la magnificence de nos gracieuses princesses !
Être une vraie princesse jusqu’au bout des ongles ? Namaki lance les vernis à
ongles bio et pelables pour enfants. Respectueux de la peau des enfants, ces vernis sont à base d’eau et se retirent par simple friction, plus besoin de dissolvant
pour respecter la délicatesse des petits petons. Un vrai jeu d’enfant pour faire
comme les grandes !

Après la chirurgie plastique… voici le plastique magique !
C’est le grand retour du plastique magique dans les bricolages
pas seulement réservés aux filles, les garçons peuvent y jouer
aussi ! On dessine, on colorie, quelques minutes dans le four et le
tour est joué ! Figurines, bijoux, porte-clés, quelle que soit votre
envie de créer, chez filigranes vous la comblerez !

LE SOIR
Et plus près du pays des songes….
Quand le soleil se couche, le calme revient à
l’atelier avec les constructions des créatures
fantastiques. Un peu de savoir-faire manuel
donnera vie à ces personnages en 3D tout en
bois.

71
Et nous regardons sauter les grenouilles de nénuphars en
nénuphars !
Magnez-vous les
cuisses les filles, les
passerelles se défont
à votre passage ! Un
jeu de stratégie pour
avancer ou bloquer
les grenouilles sautillantes. (À PARTIR
DE 7 ANS)

Un peu de poésie avec l’oiseau bateau
Voulez-vous offrir du rêve, transporter vos enfants dans un
monde magique ? Alors les schlumpeters, les triplés et triplettes,
les spirales et les mobiles gros z’énormes les feront voyager
dans un monde ludique et décalé.

LA NUIT

Sans oublier les lampes plus colorées, vives et intemporelles
pour éclairer leurs nuits si douces.
Les cartables personnalisables prolongeront la magie de l’enfant
à l’école.

SÉLECTION JOUETS
FILIBER_20 DEF4.indd 71

20
25/06/2015 12:46

fi ligames

La sélection de Laure-Anne et Mélissa

SPÉCIAL VACANCES
KOBAYAKAWA

Jun Sasaki
Superlude
Un jeu minimaliste ultra-efficace plus
simple que le poker et aussi prenant !
Dans un paquet de cartes de valeurs
entre 1 et 15, celui qui obtiendra la carte
la plus élevée remportera la manche.
Mais si vous êtes à la traîne, il y a la
carte bonus !
CACAO

Phil Walker-Harding
Filosofia

72

Un jeu de tuiles aux mécaniques simples à expliquer mais avec une grande dimension stratégique. Collectez des fèves de cacao et revendez-les au plus offrant. Placez
vos tuiles de façon à ne pas avantager inutilement vos adversaires !

BOOM BOKKEN

Henri Kermarrec, Gorobei
Playad
Vous voyez Uno ? Et bien ce n’est pas la
même chose ! On a des suites de cartes,
des couleurs et une défausse, certes. Mais
ça se joue en équipe, il faut être observateur, rapide, et favoriser la bonne personne
au bon moment. Cartes + chaos =fun !

SÉLECTION GAMES
FILIBER_20 DEF4.indd 72

20
25/06/2015 12:46

2 Août 1914

- Sur la grand-place du village, le groupe d’amis inséparables contemple,
incrédule, l’ordre de Mobilisation Générale placardé sur la mairie. Depuis plusieurs semaines,
la lecture de la presse était devenue très inquiétante mais la brutalité de l’annonce surprend
tout le monde. Sans avoir la moindre idée de l’enfer dans lequel ils vont être plongés, ils se font
la promesse de rester solidaires pour revenir tous ensemble quoi qu’il advienne. Malheureusement,
la réalité qu’ils vont affronter sera bien au-delà de leurs pires craintes.

LES POILUS

Fabien Riffaud, Juan Rodriguez et Tignous
Sweet Games
Tout nouveau petit jeu coopératif dans un univers sensible et original. 100 ans après la guerre
des tranchées, Fabien Riffaud, Juan Rodriguez et Tignous nous proposent de nous glisser
l’espace d’un moment dans la peau de poilus, dont certains ont réellement existé. Ce petit jeu
coopératif est un symbole ludique unique en son genre qui nous plonge dans l’univers psychologique de la terrible guerre des tranchées.

MYTHOTOPIA

Martin Wallace
Three FrogGames
Dans Mythotopia, il faudra
prendre le contrôle d’un
maximum de territoires,
envoyer des armées écraser
vos ennemis et collecter les
succès de quêtes. Entre risk et
deckbuilding, peu de hasard et
beaucoup de réflexion !

WELCOME TO THE DUNGEON

Masato Uesugi, Paul Mafayon
Iello
Dans un premier temps, vous faites entrer
des monstres dans le donjon, ensuite, le plus
téméraire d’entre vous incarnera le héros,
rentrera dans le donjon et combattra les
monstres. Le gagnant est le premier qui ressort
deux fois victorieux.
Prise de risque et bluff, ambiance médiévale
fantastique en petite boite Iello, ce jeu est
simple et efficace !

CASTING

73

Romaric Galonnier
In ludo veritas
Le réalisateur va auditionner sept acteurs sur les 96, et leurs agents vont
devoir dévoiler des informations à leur sujet afin que le réalisateur découvre
les liens entre acteurs et agents. Un jeu d’ambiance dans lequel il faudra
laisser parler son imagination !

ARTIFICIUM

Timofey Shargorodskiy
Asmodée
À l’aide de vos cartes, faites évoluer vos ressources
pour obtenir des points de victoire et réaliser la
combinaison la plus rentable. Un jeu stratégique,
court et familial, doté de graphismes agréables,
évoquant l’univers de Age of Empires.

20
FILIBER_20 DEF4.indd 73

25/06/2015 12:46

Les sélections d’Agnès, Carmela, Evelyne, Julie et Loïc

Dès 18 mois

ALBUMS À PARTIR DE 4 ans

AUTO

J.M. Vroum, Jan Bajtlik
La joie de lire

74

Vroum vroum ! Une auto rouge,
un papa bricoleur et un petit garçon
plein d’imagination pour un album
très coloré traduit du polonais.
En voiture tout le monde !

MON BÉBÉ CROCO

MONSIEUR HULOT À LA PLAGE

Gaëtan Dorémus
Albin Michel Jeunesse

David Merveille
Le Rouergue

Un crocodile prend un petit
chevalier pour un bébé crocodile,
armure oblige. Ne voulant pas
le contrarier, le garçon va vivre
la dure vie de reptile malgré
les bonnes intentions du vieux
croco. Bien que démasqué, ils
deviennent amis. Un album
réjouissant qui parle de méfiance
et de confiance envers l’autre.

Après Le Jacquot de monsieur
Hulot (2006) et Hello monsieur
Hulot (2012), David Merveille
revient avec un troisième album
mettant en scène le célèbre
personnage du « grand » cinéaste
Jacques Tati. Tout en restant
fidèle à l’univers poétique,
décalé et drôlissime du maître du
burlesque, David Merveille nous
offre un album original sans texte
illustré en noir et blanc.

albums
DÈS 6 ans

YELLOW YELLOW

L’ENCIELLEMENT DE MAMAN

Frank Asch illustré par Mark Alan Stamaty
Actes Sud junior

Roxane Lumeret
Albin Michel Jeunesse

Un matin, un petit garçon découvre un casque jaune,
parmi l’indémêlable désordre qu’offre un chantier au
coin d’une rue, et décide de se l’approprier. Dès lors,
sa vie lui paraît bien plus belle. Ce court récit trivial
dévoile un quotidien heureux et farfelu à travers des
dessins fourmillants de détails et d’humour.

La maman de la petite biche part en voyage
interstellaire mais un accident survient avec
son vaisseau spatial et le papa est bouleversé.
La petite biche, quant à elle, la voit apparaître dans sa chambre, gelée, avec les étoiles
qu’elle lui avait promis de lui rapporter. Un
livre étrange et fascinant qui parle du deuil
avec une incroyable délicatesse.

SÉLECTION JEUNESSE
FILIBER_20 DEF4.indd 74

DANS UN JARDIN

Atak
Thierry Magnier
Il faut ouvrir le livre pour pénétrer
dans le jardin, observer les découpes
qui se cachent dans les pages et les
ouvrir une par une pour découvrir
un chat derrière une porte, un
singe caché dans l’arbre, une souris
au cœur d’une fleur et un tigre
derrière les fourrés. Les surprises se
dissimulent sous les feuilles, parfois
sous les couches de peinture, avec le
temps qui passe.

LES MOUS - Les fabuleuses aventures des
Mous

Delphine Durand
Le Rouergue
Les mous sont des drôles de petites bestioles à
qui il arrive plein d’aventures.
Dans cet album hilarant, vous apprendrez à
reconnaître les Mous des Durs et à vous en occuper lorsque vous en avez un à la maison. Leurs
bêtises vont vous attendrir et vous ne pourrez
plus vous passer de leur humour !

20
25/06/2015 12:46

ROMANS À PARTIR DE 7 ANS

documentaires

L’INCONVÉNIENT D’ÊTRE UN LAPIN

Bruno Gibert
École des Loisirs
Quatre contes animaliers, tous aussi croustillants
et drôles les uns que les autres. On y lira l’histoire du lapin, qui, découragé d’être chaque année
reconnu au bal masqué (à cause des oreilles qui
dépassent !) va s’y rendre sans costume, ce qui
lui vaudra les plus beaux des compliments…
UNE JOURNÉE AVEC MOUSSE

Claire Lebourg
École des Loisirs
Mousse mène une vie paisible au bord de la mer.
Ses journées sont une succession de petits plaisirs
tels que : respirer le grand air, se promener sur
le sable, tremper le bout des pattes dans l’eau,
attendre que la marée lui apporte les trésors du
jour... Mais sa vie de solitaire est chamboulée par
l’arrivée d’un drôle de mammifère marin un peu
sans gêne, qui échoue dans son salon...
MONSIEUR MOISANGE

Frédéric Bernard, illustrations Gwendal Le Bec
Albin Michel Jeunesse

DES FOURMIS DANS LES JAMBES

Ingrid Thobois,
illustrations Géraldine Alibeu
La Joie de lire

Pendant que les parents liront cet été une
chronique de l’écrivain-voyageur Nicolas
Bouvier, les plus jeunes pourront lire le
récit de sa vie ! Voyageons avec le jeune
écrivain, qui part à l’age de 23 ans à bord
d’une Fiat Topolino à travers l’Europe de
l’Est, l’Iran, le Pakistan... Un album-biographie qui ouvre sur le monde, et nous
rappelle qu’on a encore beaucoup à
découvrir.

MICROSCOPIQUE, LE MINIMONDE DES MICROBES

Nicolas Davies
Les Éditions des Éléphants

Cette toute jeune et prometteuse
maison d’édition française, propose un documentaire joliment
illustré pour tous les enfants
désireux d’en savoir plus sur le
monde invisible des microbes...
et si certains de ceux-ci rendent
les humains malades, la plupart
sont essentiels à la vie sur terre.

Le rêve de Pierre (« un drôle d’oiseau » paraît-il)
est exaucé : il se réveille un beau matin avec deux
ailes ! Pratique pour se rendre n’importe où :
livrer des paquets à l’autre bout du monde, ou
encore rendre leur liberté aux oiseaux de sa mère.
Une écriture pour s’envoler, où tout est question
d’oiseaux.

75

ROMANS À PARTIR DE 10 ANS

LES BALEINES PRÉFÈRENT
LE CHOCOLAT

Marie Colot
Alice deuzio
Lorsqu’Angelina entre dans sa nouvelle
classe, les moqueries fusent et les élèves
lui trouvent rapidement un surnom en
rapport avec son physique : Burger. Mais la
jeune fille pleine de vie s’en fiche et devient
rapidement populaire, à grand renfort de
bonbons et de sucreries. Alors, lorsqu’on la
retrouve noyée au milieu de la piscine, c’est
le branle-bas de combat. Mais l’inquiétude
plane : Violaine, la chipie de la classe, n’aurait-elle pas voulu lui faire du mal ?
Marie Colot signe ici son cinquième roman
pour la jeunesse avec toujours autant de
justesse et de sincérité.
SÉLECTION JEUNESSE
FILIBER_20 DEF4.indd 75

UN OURS DANS LA BERGERIE

LE MYSTÈRE DE LUCY LOST

Simon Quiterie
Thierry Magnier

Michael Morpurgo
Gallimard Jeunesse

Dans les Pyrénées, un jeune garçon
trouve derrière sa maison un ourson
orphelin.
Il voudrait bien le ramener chez lui
pour le nourrir, seulement son père
est éleveur de moutons et gronde
contre les défenseurs des ours. C’est
au cœur de ce conflit d’adultes qu’Élias
va trouver le courage de s’occuper
de son petit protégé avec toutes les
responsabilités que cela implique ! Une
très belle histoire d’amitié en pleine
nature, merveilleusement bien écrite.

Printemps 1915 au large des îles Scilly. Une famille de
pêcheurs trouve une fillette à moitié morte de faim et
mutique et décide de la recueillir. Qui est-elle ? Une
sirène comme celles qui peuplent leurs légendes, ou une
espionne de guerre au service des Allemands ? Quelques
mois plus tôt, de l’autre côté de l’Atlantique, la jeune
Merry embarque à bord du Lusitania afin de rejoindre son
père en Angleterre. Un roman à deux voix, qui emprunte
à la grande Histoire et nous embarque dans une aventure
touchante et terriblement humaniste.

20
25/06/2015 12:46

ROMANS POUR LES 13 ans et plus

CELLE QUI SENTAIT VENIR
L’ORAGE

Yves Grevet
Syros
1897, au nord-est de l’Italie. Frida,
une adolescente de seize ans, fuit sa
région natale en diligence. Ses parents,
qu’on accuse de crimes odieux, ont été
pendus deux jours plus tôt. La foule
réclame à présent la tête de celle qu’on
surnomme «la fille des démons».
Frida espère pouvoir trouver refuge
dans la demeure du docteur Grüber,
à Bologne, un médecin réputé qui
semble fasciné par son cas.

76

SÉLECTION JEUNESSE
FILIBER_20 DEF4.indd 76

PLUS DE MORTS QUE DE VIVANTS

Guillaume Guéraud
Le Rouergue
Un virus terrasse un à un les élèves
d’un collège mis en quarantaine.
Véritable scénario de film à suspense,
ce roman est des plus haletants tout au
long de l’histoire.
Les rares survivants à ce terrible
virus vont lutter pour ne pas être les
prochaines victimes. À qui le tour...

BROADWAY LIMITED
TOME 1 UN DÎNER AVEC CARY GRANT

Malika Ferdjoukh
École des loisirs
Malika Ferdjoukh nous embarque dans le premier
tome d’un roman palpitant de 600 pages truffées
de références historiques, cinématographiques,
musicales... se déroulant dans le New York de
l’après-guerre.
Automne 1948, Jocelyn Brouillard, un jeune
pianiste français, boursier, débarque à New York.
Il atterrit par erreur à la pension Giboulée, une
maison respectable où normalement seules les
jeunes filles sont acceptées, et obtient de louer
une chambre au sous-sol. Il se retrouve entouré
de jeunes pensionnaires aussi fascinantes que
belles et mystérieuses et qui rêvent de faire
carrière à Broadway.

20
25/06/2015 12:47

Une sélection d’histoires et de musique pour la voiture !

ICI BABA, MA MIE FORÊT

LE MYSTÈRE DES COULEURS

Da Silva, Françoiz Breut
Actes Sud Junior, Toto ou Tartare

LES GRENOUILLES

Steve Waring

77

HISTOIRES COMME ÇA

Rudyard Kipling lu par Dominique Pinon
Gallimard Jeunesse

SÉLECTION JEUNESSE
FILIBER_20 DEF4.indd 77

NIET POPOV

David Sire
Éditions des Braques

20
25/06/2015 12:47

EXTRAIT

L’école 10
Ismaël Saidi
Illustré par Aurélie Gravas

Ismaël Saidi, cinéaste,
scénariste, auteur
prolifique, est le
créateur de la pièce de
théâtre Djihad, odyssée
tragicomique sur le
radicalisme, que des
dizaines de milliers
d’élèves belges ont
adorée.

78
L’école 10 pourrait être
celle du Petit Nicolas.
Courts récits, innocence
de l’enfance et jeux de
garçons. Tel est l’univers
d’Ismaël, belge d’origine
marocaine.
Le père Noël est-il
raciste ? Les lapins sont-ils
musulmans ? Doit-on aller
aux toilettes lorsqu’on
est amoureux ? Voilà les
grandes questions que
le petit garçon se pose à
travers de courtes histoires
délicieuses, où éducation,
tradition et religion sont
abordées avec tendresse
et facétie.
DANS TOUTES
LES LIBRAIRIES
LE 21 SEPTEMBRE

LE PÈRE NOËL

— C’est un raciste !
J’avais demandé à papa quand estce qu’on pouvait écrire la lettre pour
le père Noël parce que c’est bientôt
Je me suis dit que c’était bien que
Noël et c’est la réponse que m’a donle père Noël s’était trompé pour le
née Zakaria.
cadeau de Dédé. C’est pas que j’étais
— C’est quoi un raciste ? ai-je
content que Dédé n’ait pas reçu de
dit, parce que je ne connaissais pas ce
pistolet, mais au moins, ça voulait
L’ÉCOLE 10
mot.
dire que le père Noël n’avait pas une
Ismaël Saidi
Marque Belge
— C’est quelqu’un qui nous aime
bonne mémoire et qu’il avait peutpas, m’a-t-il répondu.
être oublié mon adresse.
PARUTION:
— C’est pas possible, le père Noël
— Ah, moi, il ne s’est jamais
SEPTEMBRE 2015
aime tout le monde.
trompé, nous a dit Michel qui écou— Ah ouais ? Alors pourquoi esttait notre conversation.
ce qu’il vient pas chez nous ?
— Et il vient toujours chez toi ?
— Ben, il connaît pas notre
lui ai-je demandé.
adresse.
— Oui, toujours.
— C’est bizarre, y’a que notre adresse qu’il
— Et chez moi aussi, a dit Christophe.
ne connaît pas ? Et celle de tes copains, il la
— Et moi aussi, a dit Victoria.
connaît ?
Alors, j’ai demandé à tous les copains de
Il avait raison Zakaria, c’était bizarre. Alors la classe et le père Noël était passé toutes les
je me suis dit que j’allais demander à Dédé si le années chez eux aussi. Y’a que mon copain
père Noël venait chez lui.
Abdelaziz, qui lui n’est pas dans ma classe, mais
— Bien sûr, m’a-t-il répondu quand je lui ai dans la classe au-dessus, qui m’a dit qu’il n’avait
posé la question le lendemain à l’école.
jamais vu le père Noël.
— Et il n’a jamais oublié de venir chez toi ?
— Tu vois, m’a dit Zakaria lorsque je lui ai
— Non.
raconté ce que m’avaient dit les copains, il n’est
— Il vient toutes les années et il connait pas passé chez Abdelaziz non plus, donc c’est un
ton adresse ? ai-je demandé un peu inquiet que raciste.
Zakaria puisse avoir raison.
— Mais tu as dit que raciste, ça voulait dire
— Ben oui sauf que parfois il se trompe de qu’il ne nous aimait pas nous, alors pourquoi
cadeau.
est-ce qu’il ne va pas chez Abdelaziz ?

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 78

— Ah bon ?
— Oui, l’année passée, il m’a
amené un pull alors que je lui avais
demandé un pistolet laser.

20
25/06/2015 12:47

— Parce qu’Abdelaziz, il est comme nous. C’est un
musulman.
— Et alors ?
— Et bien le père Noël, c’est un raciste et du coup, il ne
vient pas chez les musulmans.

— Donne-moi ton journal de classe, je vais écrire un petit
mot à tes parents.
J’ai tendu mon journal de classe à monsieur Michiels.
— Bon, tout le monde lit l’article que je vous ai donné sur
le pôle Nord en attendant.

Je ne comprenais pas bien ce que me disait Zakaria.
Pourquoi est-ce que le père Noël ne nous aimait pas ? C’est
pas juste. Nous aussi on a été sages, bon, c’est vrai pas tout le
temps, et on a souvent été punis, mais les copains aussi ils font
des bêtises, alors pourquoi le père Noël veut bien passer chez
eux et pas chez nous. Alors comme je me sentais triste d’être
abandonné par le père Noël, j’ai commencé à pleurer et ma
maman, qui préparait le repas, est venue me consoler.
— Qu’est-ce qu’il y a, Ismaël ?
— C’est à cause du père Noël. Il ne va pas venir chez nous
parce qu’on est musulmans et c’est pas juste.
— Qui t’a dit ça ?
— Zakaria.
Maman a regardé Zakaria d’un air sévère et puis m’a pris
dans ses bras.
— Ce n’est pas pour ça que le père Noël n’est pas venu
chez nous.
— Alors pourquoi il n’est pas venu chez nous ?
— Et bien…
— Parce qu’il n’existe pas, a dit mon papa qui venait de
rentrer du travail.
— Quoi ? ai-je dit
— Le père Noël n’existe pas, c’est pour ça qu’il ne vient pas
chez nous. D’ailleurs, il ne va pas chez tes copains non plus,
c’est leurs parents qui leur déposent des cadeaux dans la cheminée. Maintenant, venez manger puis allez dormir.
Dans mon lit, je n’arrêtais pas de penser à ce que papa et
Zakaria m’avaient dit. Est-ce que le père Noël était raciste ou
est-ce qu’il n’existait pas ? J’allais demander à Dédé demain
qu’il demande à son papa, car son papa il sait toujours tout.
C’est parce qu’il regarde toujours la télévision.
— Comment ça, il n’existe pas ? m’a dit Dédé quand je lui
en ai parlé à la récréation.
— Ben c’est pas sûr, mais c’est ce que dit mon papa.
— Ton papa, il raconte n’importe quoi parce que j’ai vu le
père Noël l’année passée. Il partait après avoir déposé les cadeaux devant la cheminée et je l’ai vu refermer la porte.
— Tu es sûr ? lui ai-je demandé.
— Oui, j’en suis sûr, donc il existe le père Noël.
— Alors s’il existe, c’est qu’il est raciste.
— C’est quoi ça raciste ? m’a demandé Dédé.
Je lui ai expliqué que raciste c’était les gens qui n’aiment
pas les musulmans, et il a m’a promis de demander à son papa
si le père Noël est raciste. Après la récréation, nous avons eu
une leçon sur le pôle Nord.
— C’est le pays du père Noël, a dit monsieur Michiels.
— C’est un raciste, ai-je dit.
Je ne sais pas pourquoi j’ai dit ça, je crois que ça m’a échappé tellement j’étais en colère contre le père Noël.
— C’est quoi ces histoires, Ismaël ? a dit monsieur Michiels
en me regardant bizarrement.
Alors, je lui ai expliqué ce que m’avait dit mon grand frère
Zakaria.

Monsieur Michiels s’est installé devant son bureau et a
commencé à écrire dans mon journal de classe. J’avais très
peur, car quand monsieur Michiels prend le journal de classe
d’un élève, c’est très mauvais signe. Ça veut dire qu’il va recevoir une grande punition.
Quand la cloche a sonné et que tout le monde s’est levé
pour sortir, monsieur Michiels est venu près de moi et m’a
tendu le journal de classe.
— Je n’ai pas écrit directement dans ton journal de classe,
mais j’y ai mis une enveloppe. Tu ne l’ouvres surtout pas et tu
la donnes à ton papa, d’accord ?
— Oui, monsieur.
— Allez, va rejoindre tes camarades, m’a-t-il dit.
Je suis sorti de la classe et j’ai trouvé Dédé qui m’attendait.
— Alors, qu’est-ce qu’il a mis dans ton journal de classe ?
— Je ne sais pas, je n’ai pas le droit de le lire.
— Aïe, ça doit être grave.
— Tu crois ?
Dédé m’a fait un signe de la tête qui voulait dire que l’heure
était grave. Quand maman est venue me chercher, je n’ai rien
osé lui dire. À la maison, papa est rentré comme tous les soirs
à 19 h 30, juste avant le journal, et il m’a demandé d’aller lui
chercher sa Gandoura. En fait, tous les soirs, quand mon papa
rentre du travail, il nous envoie mon frère et moi chacun à
notre tour chercher sa Gandoura. Une Gandoura c’est comme
un pyjama, mais qui a la forme d’une jupe. Ça nous a toujours
fait rire Zakaria et moi de voir mon papa habillé comme une
fille, mais ce soir, je n’avais pas envie de rire. J’avais très peur.
Alors, pour que mon papa ne me gronde pas, j’ai glissé le journal de classe dans sa Gandoura, j’ai déposé la Gandoura sur
le fauteuil pendant que mon papa était aux toilettes et je suis
monté dans ma chambre. J’ai attendu super longtemps que
mon papa m’appelle pour me parler de la note de monsieur
Michiels, mais il ne m’a pas appelé. Je me suis endormi et le
matin quand je me suis réveillé, mon papa était déjà parti au
travail. Maman ne m’a rien dit sur la note et m’a emmené à
l’école comme tous les jours. Dans la cour, Dédé est venu me
voir dès qu’il m’a vu.
— Alors ?
— Ben rien.
— Quoi rien ?
— Mon papa ne m’a rien dit, lui ai-je répondu.
— Mmm, a dit Dédé en se grattant la tête (il faisait toujours ça quand il réfléchissait).
— C’est plus grave que je ne pensais.
— Tu crois ?
— C’est tellement grave que ton papa a décidé de ne plus
jamais te parler de sa vie.
— C’est pas possible, ai-je dit.
— Si ! J’ai un cousin à qui c’est arrivé. Son père ne lui a
plus parlé jusqu’au jour où il l’a emmené à l’internat.
— C’est quoi l’internat ?
— C’est la prison des enfants.

BONNES FEUILLES EN EXCLUSIVITÉ
FILIBER_20 DEF4.indd 79

79

20
25/06/2015 12:47

Gaétan, Miles et Natalja

80

HET NULPUNT

DE EERSTE FOUTE MAN

HET MEISJE IN DE TREIN

Jess Walter
Marmer

Miranda July
De Bezige Bij

Paula Hawkins
A.W. Bruna Uitgevers

Het Nulpunt is een intrigerende
psychologische roman over de chaotische dagen na de aanslag van 9/11.
Alles wat hij die dagen waarnam –
de onwerkelijke gebeurtenissen, de
idiote contrasten en de chaos – heeft
hij weten te boekstaven in dit boek.
Hij brengt zijn donkere, hilarische
verhaal met een grootse verbeeldingskracht in deze waanzinnig
scherpe politieke satire.

Als de alleenstaande Cheryl zich
laat strikken om de excentrieke
eenentwintigjarige dochter van
haar werkgevers een tijdje in huis
te nemen, wordt haar geordende
wereldje volledig op zijn kop gezet.
Toch slaagt uitgerekend de egoïstische, wrede, losbandige Clee erin
Cheryl met haar neus op de feiten
te drukken en haar onverwacht de
liefde van haar leven te bezorgen.

Het meisje in de trein, zinderend
thrillerdebuut, bestaat uit meerdere
goed uitgewerkte verhaallijnen, die
uiteindelijk allemaal samen komen
en bevat alle ingrediënten voor een
spannend verhaal. Hawkins heeft
met haar spannende schrijfstijl
heftige aangrijpende thema’s op
een mooie manier in haar verhaal
verweven.

SOS ALFABET
Al MacCuish, Luciano Lozano
Blloan

SÉLECTION INTERNATIONALE
FILIBER_20 DEF4.indd 80

DE TUIN ALS LUSTHOF
EN SLAGVELD
Gerda Bosman, Corlijn de Groot
Scriptum

RIJMPJES EN VERSJES
UIT DE OUDE DOOS
S.Abramsz , Bert Bouman
Meulenhoff

20
25/06/2015 12:47

FANTE
A MEMOIR

Dan Fante
Harper Perennial
Fante traces a family’s history
from the hillsides of Italy to the
immigrant neighbourhoods of
Los Angeles. John was a writer
whose literary contributions
were not recognised until the end
of his life. Dan was an alcoholic
saved by writing, who picked up
his father’s old typewriter to ease
the madness in his mind. Frank,
funny and extremely moving.

SATANTANGO

László Krasznahorkai
Atlantic Books

From the winner of the 2015
Man Booker International
Prize, Satantango is a
visionary masterpiece of
post-war Hungarian literature.
Bleak, brutal and brilliant,
Krasznahorkai’s 1985 debut
novel can stand comparison
with some of the best of
European literature.

BY GRAND CENTRAL STATION
I SAT DOWN AND WEPT

Elizabeth Smart
Harper Collins
Originally published in 1945, this
remarkable book is now widely
identified as a classic work of
poetic prose which, seven decades
later, has retained all of its searing
poignancy, beauty and power of
impact.
A love story both despairing and
triumphant, once read it stays in
the mind forever.

FLASH BOYS

Michael Lewis
Penguin Economics

81

LA GUERRA CIVIL ESPAÑOLA:
REVOLUCIÓN Y
CONTRARREVOLUCIÓN

Burnett Bolloten
Alianza Editorial
Estas 1.000 paginas pueden ser
consideradas como las mµas
actualizadas y completas que
tratan de los años mas negros de
la Historia de España.
¡ No su puede perder este gran
libro !

PROTESTAR EN
ESPAÑA, 1900 – 2013

Rafael Cruz
Alianza Editorial

SÉLECTION INTERNATIONALE
FILIBER_20 DEF4.indd 81

THE FIXER

LOS SURCOS DEL AZAR

Bernard Malamud
Atlantic Books

Paco Roca
Astiberri Ediciones

Tsars’ Russia, 1911. In a
time when the Jews were still
frequently accused of the ritual
murder of children, Yakov Bok
reveals to be the ideal one to
be blamed for a Russian boy’s
body found left in the snow…

L’histoire authentique -et méconnue- des libérateurs de Paris.
J’en entends déjà dire « Facile !
C’est Leclerc ! ». Faux. Ce sont
des républicains espagnols, ceux
de la « Nueve », la 9e division, qui
combattent le fascisme depuis 1936,
et que la République Française,
reconnaissante, a enfermé dans des
camps de concentration à la fin de la
Guerre Civile...

Rather than a good or an
important book, this one is an
essential one.

DER EUROPÄISCHE
LANBOTE

Robert Menasse
Zsolnay Verlag

GLI INCREATI

Antonio Moresco
Mondadori

THE ADVENTURES OF
TOM SAWYER AND
HUCKLEBERRY FINN

Mark Twain
Penguin Classics

THE HIGH WINDOW

Raymond Chandler
Penguin Crime Fiction

20
25/06/2015 12:47

M

A

G

A

Z

I

N

E

DISPONIBLE DANS PLUS DE 500 ENDROITS, DONT :

82

ASPRIA - ARTS LOI
RUE DE L’INDUSTRIE, 26
1040 BRUXELLES

DAVID LLOYD
DRÈVE DE LORRAINE, 41
1180 UCCLE

LE GRAND FORESTIER
AV. DU GRAND FORESTIER, 2
1170 WATERMAEL-BOITSFORT

LA QUINCAILLERIE
RUE DU PAGE, 45
1050 IXELLES

ASPRIA - LA RASANTE
RUE SOMBRE, 56
1200 BRUXELLES

DEGAND
AVENUE LOUISE, 415
1050 IXELLES

LADY GUILEMOT
RUE DU BAILLI, 98
1050 IXELLES

MAISON ROGER
RUE DE NAMUR, 86
1000 BRUXELLES

ASPRIA - LOUISE
AVENUE LOUISE, 71
1050 IXELLES

DELECTA
RUE LANNOY, 2
1050 IXELLES

LE GUIGNOL
CHAUSSÉE DE SAINT JOB, 334
1180 UCCLE

LE ROSEAU
RUE DU ROSEAU, 60
1180 UCCLE

AU ROI DES BELGE
RUE JULES VAN PRAET, 35-37
1000 BRUXELLES

DIANE VON FURSTENBERG
RUE DE GRAND CERF, 11
1000 BRUXELLES

JOUR DE FÊTE
BD. ANSPACH, 181
1000 BRUXELLES

RACING HOCKEY CLUB
AVENUE DU CHENE, 125
1180 BRUXELLES

L’AUTRE GRAIN
CHAUSSÉE DE VLEURGAT, 9
1050 IXELLES

ELEVENPARIS
RUE ANTOINE DANSART, 71
1000 BRUXELLES

MARCEL BURGER BAR
RUE AMÉRICAINE , 87
1050 IXELLES

RED GREEN
RUE SCHOLLE, 1
1070 ANDERLECHT

BAR DU MATIN
PLACE ALBERT
1190 FOREST

GINION GROUP
CHAUSSÉE DE BRUXELLES, 54
1410 WATERLOO

MC LAREN
AVENUE LOUISE , 229
1050 IXELLES

ROSE
RUE DE L’AQUEDUC, 56
1060 BRUXELLES

BELGA
PLACE FLAGEY, 18
1050 IXELLES

HOTEL AMIGO
RUE DE L’AMIGO, 1
1000 BRUXELLES

MERCEDES SABLON
RUE BODENBROEK, 22-24
1000 BRUXELLES

ROUGE TOMATE
AVENUE LOUISE, 190
1050 IXELLES

BMW
BOULEVARD DE WATERLOO, 23
1000 BRUXELLES

HÔTEL LE CHÂTELAIN
RUE DU CHATELAIN, 17
1000 BRUXELLES

MONTAIGNE
PLACE GEORGES BRUGMANN, 27
1050 IXELLES

THÉÂTRE DE POCHE
CHAUSSÉE DU GYMNASE, 1A
1000 BRUXELLES

BOUVY
AVENUE DE LA TOISON D’OR, 52
1060 ST. GILLES

HÔTEL MANOS 1ER
CHÉE DE CHARLEROI, 100-106
1060 ST-GILLES

OENA TK
RUE AFRICAINE, 31
1060 ST. GILLES

UCCLE OPTIQUE
RUE XAVIER DE BUE, 70
1180 UCCLE

BRASSERIE GEORGES
AV. WINSTON CHURCHILL, 259
1180 UCCLE

I FITNESS
CHAUSSÉE DE WATERLOO, 1333
1180 UCCLE

OPTIQUE PONCELET
CHAUSSÉE DE WATERLOO, 686 B
1180 UCCLE

VIEUX ST MARTIN
PLACE DU GRAND SABLON, 38
1000 BRUXELLES

CAFÉ MARIS
CHAUSSÉE DE WATERLOO, 1260
1180 UCCLE

ICON
NIEUWE GRAANMARKT, 5
1000 BRUXELLES

PEPETE ET RONRON
PLACE DU CHATELAIN, 40
1050 IXELLES

VILLA LORRAINE
AVENUE DU VIVIER D’OIE, 75
1000 BRUXELLES

CALLENS CAFÉ
AVENUE LOUISE, 480
1050 IXELLES

ISBEL
AVENUE LOUISE, 51/1
1050 IXELLES

PLASH BRUGMANN
PLACE GEORGES BRUGMANN, 55
1050 IXELLES

WARWICK BARSEY
AVENUE LOUISE, 381
1050 IXELLES

CHALET DE LA FORÊT
DRÈVE DE LORRAINE, 43
1180 UCCLE

LA GRANDE ÉCLUSE
BOULEVARD POINCARÉ, 77
1070 ANDERLECHT

PORSCHE DROGENBOS
GRAND ROUTE, 395
1620 DROGENBOS

FILIBER EST PRESQUE PARTOUT
FILIBER_20 DEF4.indd 82

ET BIEN
D’AUTRES...
20
25/06/2015 12:47

EN
ES...
RENCONTRES CHEZ FILIGRANES
FILIBER_20 DEF4.indd 83

20
25/06/2015 12:47

Une adresse incontournable
au cœur de Bruxelles

A deux pas de la Grand Place, l’Hotel Amigo se situe au cœur de la vie
culturelle de Bruxelles. Simple et sophistiquée à la fois, le BoCConi propose
une carte italienne authentique élaborée à partir des produits locaux raffinés.

Pour toute réservation ou demande d’information
merci de contacter le +32 2 547 47 07
ou d’envoyer un email à reservations.amigo@roccofortehotels.com
réservation en ligne : roccofortehotels.com/hotels-and-resorts/hotel-amigo
Luxury Hotels
and Resorts

Berlin, Brussels, Edinburgh, Florence, Frankfurt,
London, Munich, Rome, St Petersburg, Sicily.
Future Openings : Jeddah.
Le magazine Filiber est disponible toute l’année à l’Hotel Amigo

FILIBER_20 DEF4.indd 84

25/06/2015 12:47