Vous êtes sur la page 1sur 51

Contenus

Articles
Survivalisme 1
Science-fiction post-apocalyptique 4
Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique 9
Liste de films post-apocalyptiques 19
Mad Max 30
Mad Max 2 34
Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre 37
Waterworld 40
Postman 42
Le Facteur (roman) 45

Références
Sources et contributeurs de l’article 47
Source des images, licences et contributeurs 48

Licence des articles


Licence 50
Survivalisme 1

Survivalisme
Le survivalisme est un terme qui désigne les méthodes utilisées par certains groupes ou individus qui veulent se
préparer à une hypothétique catastrophe locale ou plus globale dans le futur, voire une interruption de la continuité
sociétale ou civilisationnelle au niveau local, régional, national ou mondial. Les survivalistes se préparent en
apprenant des techniques de survie et des rudiments de notions médicales, en stockant de la nourriture, en
construisant des abris, ou en apprenant à se nourrir en milieu sauvage. Le survivalisme est devenu une sous-culture
présente dans le cinéma, la littérature ou la bande-dessinée.

Origines et historique
Dans les années 1960, aux États-Unis, l'inflation et la dévaluation ont
incité certaines personnalités à conseiller aux populations de se
préparer. En 1967, un architecte, Don Stephens commença à
populariser l'idée d'un nécessaire de survie.
Au cours des années 1970, au début de la crise pétrolière de 1973, un
livre de Howard Ruff "Famine et survie en Amérique" diffusait
l'information que différents métaux précieux, dont l'or, avaient plus de
valeur et devaient être favorisés dans le cas d'un imminent
effondrement économique. De nombreux livres de "survie" furent
publiés à la suite de celui-ci, dont celui de Kurt Saxon qui décrivait les
méthodes des pionniers du XIXe siècle. C'est Saxon qui utilisa le terme
"survivaliste" le premier et qui prétend l'avoir inventé[1] . Par la suite,
des auteurs comme Mel Tappan ("personal survival letter") publièrent
des ouvrages sur le même thème.

Dans les années 1980, John Pugsley publia La Stratégie Alpha[2] qui
Survival Under Atomic Attack, une publication
fut un best-seller et considéré encore aujourd'hui comme une référence
officielle des années 1960 aux É-U
parmi les survivalistes américains[3] ,[4] . Le livre Life After Doomsday
de Bruce Clayton apparaît à cette période de course à l'armement
nucléaire.
Dans les années 1990, le bogue de l'an 2000 a redonné une seconde vie au courant survivaliste.
L'événement du 11 septembre 2001 et la guerre contre le terrorisme a ravivé la crainte d'un désastre imminent avec
autant de force qu'à son origine dans les années 1960 et 1970. Le Tsunami de décembre 2004 a accentué le
phénomène ainsi que la crise financière de 2007-2009.
Plus récemment, le besoin pour des citoyens moyens, prévoyants[5] , de se distancier des connotations sectaires,
extrémistes[6] , et/ou ultra-individualistes[7] qui collent au survivalisme, en particulier aux Etats-Unis, a donné
naissance au terme "prepper" (de prepping[8] : diminutif informel de "se préparer"). Ainsi des réseaux de "preppers"
ont vu le jour au Canada et au Etats-Unis (ex.: American Preppers Network[9] ). Ces développements ont conduit
Gerald Celente, le fondateur du « Trends Research Institute », parfois appelé le Nostradamus américain, à relever
comme tendance pour 2010 et les années à venir, l'émergence de ce qu'il appelle le Neosurvivalisme. Il définit ce
phénomène dans une interview[10] accordée à Jim Puplava[11] le 18 décembre 2009 :
"(...) Quand on remonte aux derniers jours déprimants où nous étions dans un "mode survie", les plus récents, Y2K
(le bogue de l'an 2000) bien sûr, et avant ça les années '70, la seule chose que l'on voyait était seul un élément du
survivalisme : la caricature, le gars avec son AK-47, se dirigeant vers les collines avec assez de munition, de porc et
de haricots pour traverser la tempête. Le Neosurvivalisme est très différent de ça. On observe des citoyens ordinaires,
Survivalisme 2

prenant des initiatives futées, se diriger dans un sens intelligent afin de se préparer au pire. (...) Il s'agit donc d'un
survivalisme de toutes les façons possibles : cultiver soi-même, être auto-suffisant, faire autant que possible pour se
débrouiller aussi bien que possible par soi-même. Et cela peut se faire dans des zones urbaines, semi-urbaines ou à la
campagne. Cela veut dire également : devenir de plus en plus solidement engagé avec ses voisins, son quartier.
Travailler ensemble et comprendre que nous sommes tous dans le même bain. Le meilleur moyen d'avancer c'est en
s'aidant mutuellement.(...)"
Ce sont la prise de conscience des défis à venir par un grand nombre de gens issus de tous les horizons, leur
disposition à prendre des mesures pro-actives (simples pour les uns et plus radicales pour les autres) afin de s'en
prémunir, et ceci dans un esprit de communauté, qui ont donné naissance au Neosurvivalisme.

Types de catastrophes envisagées


Le survivaliste se prépare en fonction de la situation anticipée:
• Catastrophes naturelles (tornades et ouragans, tremblements de terre, blizzards, inondation...) ou d'origine
humaine mais avec le même effet (attaque terroriste, guerre)
• Conflits humains (Guerres nucléaires, bactériologiques)
• Catastrophe économique (Crash boursier etc.)
• Désordre consécutif à la catastrophe primaire : rupture d'approvisionnement en eau potable et en aliments sains,
en énergie, médicaments etc. ; dissolution de l'ordre social, développement de conflits autour des ressources
restantes

Perspective religieuse
Le survivalisme est parfois relié à des croyances religieuses diverses. Le courant New Age a mis en exergue la
menace d'un changement climatique sur notre planète. Certaines Églises évangéliques ont une interprétation de la
Bible connue sous le nom de temps de la grande tribulation et annonçant des événements auxquels il faudrait se
préparer. L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours a donné la consigne aux familles de stocker de la
nourriture[12] . La prédiction d'un changement radical en décembre 2012, issue d'une interprétation du calendrier
maya, a ravivé également les préparatifs des survivalistes religieux.

Les films survivalistes


• La Jetée (1962)
• Le Survivant (1971)
• Soleil vert (1973)
• Mad Max (1979)
• Malevil (1981)
• Les survivants (1993)
• Réactions en chaîne (1996)
• The Postman (1997)
• Le temps du loup (2003)
• Le Jour d'après (2004)
• Je suis une légende (2007)
• Babylon A.D. (2008)
• Cloverfield (2008)
• La Route (2009)
• Terminator Renaissance (2009)
• 2012 (2009)
Survivalisme 3

• Le Livre d'Eli (2010)

La littérature survivaliste
• Ravage de René Barjavel (1943)
• Je suis une légende de Richard Matheson (1954)
• Soleil vert de Harry Harrison (1966)
• Les survivants de Paul Piers Read (1973)
• Malevil de Robert Merle (1972)
• Le Facteur de David Brin (1985)
• La Route de Cormac McCarthy (2008)

Références
[1] http:/ / www. textfiles. com/ survival/ whatsurv
[2] Alpha Strategy (http:/ / www. biorationalinstitute. com/ zcontent/ alpha_strategy. pdf)
[3] http:/ / www. survivalblog. com/ 2008/ 04/ time_for_retreat_logistics_sta. html
[4] http:/ / www. survivalblog. com/ 2007/ 12/ coping_with_inflationsome_stra. html
[5] Hard times have some flirting with survivalism, MSNBC.com, 21/10/2008, Kari Huus (http:/ / www. msnbc. msn. com/ id/ 27244465/ )
[6] Survivalist or Prepper (http:/ / www. thesurvivalistblog. net/ uncategorized/ are-you-survivalist-or-prepper/ )
[7] Duck and Cover: It's the New Survivalism, New York Times, 6/4/2008, Alex Williams (http:/ / www. nytimes. com/ 2008/ 04/ 06/ fashion/
06survival. html?_r=1& oref=slogin)
[8] prepping (http:/ / www. thefreedictionary. com/ prepping)
[9] American Preppers Network (http:/ / www. americanpreppersnetwork. com/ )
[10] Interview Celente (http:/ / www. youtube. com/ watch?v=D9cPNu6tUjg)
[11] Puplava (http:/ / en. wikipedia. org/ wiki/ Jim_Puplava)
[12] Provident Living (http:/ / providentliving. org/ channel/ 0,11677,1706-1,00. html)

• (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Survivalism
(http://en.wikipedia.org/wiki/En:survivalism?oldid=) » (voir la liste des auteurs (http://en.wikipedia.org/wiki/
En:survivalism?action=history))
Science-fiction post-apocalyptique 4

Science-fiction post-apocalyptique
Le post-apocalyptique (parfois abrégé en « post-apo » ou « post-nuke ») est un sous-genre de la science-fiction qui
dépeint la vie après une catastrophe ayant rasé la civilisation : guerre nucléaire, collision avec une météorite,
épidémie, crise économique et énergétique, etc.
Parfois utilisé simplement pour ses aspects ultra-violents, le post-apocalyptique repose sur un délicat équilibre entre
une civilisation perdue et un chaos naissant. Il met en scène une confrontation de la réalité sociale (négociable,
relative, corrompue, de servitude et dépassant l'échelle d'un seul homme) à la dure réalité physique (immédiate,
intraitable, libre, individuelle). C'est à la fois la fin du monde et un nouveau départ. Une contradiction pleine de
richesse qui permet de développer un discours original sur le monde réel.
Le post-apocalyptique se distingue des fictions de catastrophe (film catastrophe), qui mettent en scène le cataclysme
lui-même.

Le genre post-apocalyptique
Les œuvres post-apocalyptiques se déclinent de façon assez vaste, mais
on retrouve une forme commune (l'esthétique post-apocalyptique) et
des thèmes très souvent abordés (le fond).

L'esthétique
Dans la multitude d'œuvres post-apocalyptiques, deux critères
essentiels se retrouvent à chaque fois :
• La société a été détruite
• Les protagonistes vivent dans les vestiges de l'ancienne civilisation.
Ces deux critères autorisent également un large panel de situations. La
plupart des œuvres offrent une vision où la société est détruite, ses
valeurs oubliées ou bafouées, et 90 % de l'humanité a disparue ; c'est le
cas des films classiques tels que Mad Max 2 ou A boy and his dog.
Mais d'autres auteurs privilégient un monde plus ambigu et plus proche La crainte de la guerre nucléaire a donné
du nôtre, où des sociétés ont été reconstruites, avec des lois et des naissance au genre Post-Apocalyptique
règles (le premier Mad Max, ou la bande dessinée Jeremiah) ou même
des situations identiques aux nôtres, où seule l'autorité centrale de l'état a disparu (Jericho). Les « vestiges de
l'ancienne civilisation » vont de la ville intacte de Jericho aux détails ensevelis de La planète des singes. Les deux
décors les plus représentés sont le désert et la ville en ruine ou abandonnée. Les survivants vivent parfois au milieu
de vestiges technologiques sans les comprendre (Niourk), et souvent les utilisent de façon détournée.
Science-fiction post-apocalyptique 5

Les thèmes abordés


Au-delà des thèmes classiques de la survie, de la violence, de
l'environnement hostile à l'homme, la plupart des œuvres
post-apocalyptiques se servent de ce décor pour amener une réflexion
sur la place de l'Homme par rapport à ses semblables et à la société.
Hors du carcan des lois, les Hommes révèlent leur vraie nature, et le
panel de caractères et de comportements « vrais » (non biaisés par la
société) créent une sorte de laboratoire social où l'auteur expérimente
sur les rapports humains. On trouve régulièrement les thèmes du
solitaire contre le groupe, de la coexistence des comportements
Une météorite s'écrasant sur la Terre pourrait
altruistes, égoïste et agressifs, ou le télescopage des nostalgiques de
provoquer la fin de la vie sous la forme actuelle.
l'ancienne civilisation, des aficionados de l'anarchie nouvelle, et des
visionnaires voulant créer une nouvelle manière de fonctionner.

Le choix du type d'apocalypse, finalement un détail secondaire, est également intéressant car il reflète les craintes de
la société à l'époque ou l'œuvre a été conçue, au même titre que les films catastrophe. La crainte du nucléaire pendant
la guerre froide, les catastrophes écologiques ou industrielles dans les années 1980, la pandémie dans les années
1990, tandis que les années 2000 semblent craindre les catastrophes naturelles ou les actes de terrorisme à grande
échelle.

Le « pré-apo » et autres genres proches


Certains films de science fiction traitent de ce qui a amené l'apocalypse (Les fils de l'homme, L'Armée des douze
singes) parfois appelés films «pré-apocalyptiques» ou de l'apocalypse elle-même (Le jour d'après de 2004), on peut
les rapprocher des films catastrophe.
Avec la généralisation du terme, d'autres films sont parfois qualifiés de «post-apocalyptiques» , parce qu'ils
présentent une vision de la société tranchant fondamentalement avec la nôtre, ou parfois parce qu'ils contiennent une
guerre nucléaire dans leur histoire ancienne, ou se déroulent dans une ville en ruine. Il y a pourtant une société tout à
fait valable et globale, il s'agit alors simplement de science-fiction. Dans les cas précédents, si ces œuvres sont
parfois appelées «post-apocalyptiques», il s'agit d'un abus de langage.
Quelques cas particuliers comme la série télévisée Dark Angel ou l'anime Evangelion utilisent une apocalypse
comme point de départ mais ne traitent pas du tout du sujet. La qualification de «post-apocalyptique» dépendra donc
de la considération du background ou du sujet.
Le post-apocalyptique peut également se mêler au genre de la robinsonnade en se focalisant essentiellement sur la
reconstruction de la civilisation dans un univers hostile, comme par exemple dans le roman Malevil.
Science-fiction post-apocalyptique 6

Les types de désastres


La fin du monde a été imaginée de multiples façons, mais de grands thèmes reviennent souvent. Les plus courants
sont les suivants:

L'apocalypse nucléaire
L'humanité s'est autodétruite dans une guerre impliquant des armes de
destruction massive. C'est l'apocalypse la plus classique : le genre
post-apocalyptique est né pendant la guerre froide, où la peur d'une
guerre totale qui détruirait la terre a engendré de nombreuses œuvres.
On notera de cette époque La Planète des singes[1] et ses suites, A Boy
and His Dog, Malevil en France, Le Jour d'après (1983), etc. Après
1986, Tchernobyl relancera la crainte du nucléaire et la production du
genre.

Les références du genre restent le film Mad Max 2 et plus récemment


le jeu Fallout. Aujourd'hui encore, des productions comme la série
Symbole indiquant un danger radioactif, l'un des
Jericho montrent que la crainte de l'apocalypse nucléaire reste dans les
dangers majeurs d'un monde détruit par l'arme
esprits. nucléaire.

L'apocalypse « naturelle »
Dans ce type d'apocalypse, ce sont les éléments naturels qui sont responsables de la disparition de l'humanité :
éruption de volcan (la saga Dragon Head), prédominance des océans (le film Waterworld), tsunami géant (le jeu de
rôle Cendres), collision d'un astéroïde avec la terre (le manga 7 Seeds), etc... Ces catastrophes reflètent les
cataclysmes réels et les craintes de notre époque.
Certaines œuvres envisagent un changement climatique en conséquence directe de l'action de l'homme sur la nature.
La glaciation était souvent utilisée dans les années 80, (la bande dessinée Le Transperceneige, les romans La
Compagnie des glaces, la bande dessinée Neige), tandis qu'aujourd'hui les auteurs s'appuient aussi sur la crainte de la
désertification (le jeu vidéo The Fall: Last Days of Gaia) ou celle d'une tempête mondiale et incontrôlée (le film Le
Jour d'après (2004)).
Certaines catastrophes naturelles possibles et peu connues (passage du système solaire dans un nuage de poussières
qui atténuerait la lumière solaire nous parvenant, éruption solaire un peu plus forte que les autres qui « grillerait »
l'intégralité des appareils électroniques de la planète) peuvent donner lieux à des effets comparables à ceux de
l'apocalypse nucléaire classique (respectivement hiver non-nucléaire et IEM ici).
Science-fiction post-apocalyptique 7

L'apocalypse biologique
Une des fins possibles de l'humanité serait l'apparition d'une pandémie
qui décimerait l'espèce humaine en très peu de temps. Plus traitée en
film catastrophe[2] qu'en post-apocalyptique, on trouve cependant le
livre de Richard Matheson publiée en 1954, Je suis une légende, où
une bactérie infecte l'humanité tout entière et la transforme en créatures
proches des vampires (sans doute l'un des premiers romans du genre).
On notera également Le Fléau (roman) de Stephen King, ou plus
récemment le film 28 Jours plus tard où les hommes sont infectés par
une maladie inconnue et se transforment en créatures enragées qui
s'attaquent violemment aux individus "sains".
Une pandémie, l'une des grandes peur de
l'humanité, ressentie par beaucoup comme l'une
L'apocalypse industrielle ou militaire des causes les plus probable d'apocalypse.

Certaines œuvres considèrent une catastrophe d'origine humaine autre


que nucléaire. Cela peut être une catastrophe industrielle de grande ampleur (Tchernobyl, explosion de la lune dans
La Compagnie des glaces), un désastre écologique massif (Le Troupeau aveugle de John Brunner), ou de façon
globale une pollution telle que l'homme ne peut plus vivre sur la surface de la terre (WALL-E de Pixar); de façon
plus rare, une guerre classique mais massive (Appleseed de Masamune Shirow).

L'apocalypse sociale
La chute de la société peut simplement être due à l'effondrement des liens sociaux, à une ruine économique massive,
un épuisement des ressources naturelles qui amène une asphyxie de la société, ou à des affrontements interethniques
ou religieux (Jeremiah, Simon du Fleuve ou Hombre). Sans doute une des apocalypse les moins violentes, les
conflits sont partout mais à l'échelle de la ville : le peuple contre l'autorité, résurgence des comportements égoïstes,
etc. Dans ces cas là, la société telle que nous la connaissons disparait peu à peu, en quelques années, sans
nécessairement de guerre ou conflit majeur.
Plus lente et moins spectaculaire, la fin de l'humanité peut également être due à l'impossibilité pour l'homme de se
reproduire (Les Fils de l'Homme). Elle peut être due à un phénomène qui stérilise hommes et/ou femmes (Les
hommes frénétiques) ou tout simplement à la mort de tous les représentants de l'un ou de l'autre sexe (le Dernier
Combat). La population, qui ne cesse de vieillir, se laisse lentement gagner par le désespoir, et peut sombrer dans la
violence pour un baroud d'honneur, ou au contraire devenir sage et passer ses dernières années à acquérir le bonheur
qu'elle n'a pas réussi à atteindre du temps de son apogée, ce que suggère Alan Weisman dans Homo disparitus.
Science-fiction post-apocalyptique 8

L'apocalypse zombie
L'invasion de zombies est parfois l'une des causes de la fin du monde,
qu'elle soit provoquée par un virus, des mutations radioactives, ou tout
simplement inexpliquée.
Peu de films de zombies sont également post-apocalyptiques. Le sujet
fait débat, du fait de la proximité des films de survival horror et des
films de post-apocalypse, mais on conviendra que dans les œuvres
concernées :
• l'invasion est globale (ou au moins à l'échelle d'un pays)
• les survivants sont seuls, ou rencontrent des groupes autonomes (la
police et l'armée ont disparu)
En effet, la disparition de la société et donc de l'État est un prérequis à
la situation de post-apocalypse. Par exemple, les deux premiers films
Resident Evil ne sont pas post-apocalyptiques, parce que l'infection
zombie ne concerne que la ville, et que le gouvernement et la police
sont toujours en place (en dehors de la ville). Dans Resident Evil :
Extinction, au contraire, l'humanité et la société ont intégralement
disparu, faisant du film une œuvre post-apocalyptique. Les œuvres où Une meute de zombies assoiffés de sang. Le mal
se transmet par morsure et se propage rapidement
l'action est très locale et qui ne donnent pas d'informations sur la
à l'ensemble de la population.
situation globale (jeux Left 4 Dead ou Hordes) ne permettent pas de
trancher sur le caractère post-apocalyptique. La classification reste
donc à l'appréciation de chacun.

Parmi les œuvres de zombies post-apocalyptiques, on notera 28 Jours plus tard, une partie des films de Romero[3] ,
la bande dessinée The Walking Dead, ou le roman World War Z.

Autres types d'apocalypse


De façon beaucoup plus anecdotiques, certaines œuvres post-apocalyptiques décrivent des mondes ravagés par des
extra-terrestres, machines ou puissances occultes (comme les Tripodes de la série de John Christopher), voire des
dragons (Le règne du feu). Dans Ravage de Barjavel, la technologie cesse simplement de fonctionner, en un instant,
sans raison. Il n'y a pas d'apocalypse à proprement parler, mais l'homme ne sait vivre qu'en étant assisté et les villes
sont devenues inhospitalières, amenant l'exacte configuration d'un roman post-apocalyptique.

Voir aussi
• Apocalypse
• Survivalisme

Notes et Références
[1] On notera que le roman originel de Pierre Boulle ne parle pas d'apocalypse nucléaire, la prise de pouvoir des singes restant un mystère. C'est
bien le film de 1968 qui amène ce paramètre pour choquer les consciences.
[2] La mort blanche de Frank Herbert, les films L'Armée des 12 singes ou Doomsday, s'intéressent plus à la gestion de l'épidémie et la
désagrégation de la société qu'à la vie après la disparition de l'humanité.
[3] Notamment Dawn of the Dead et son remake, ou Land of the Dead
Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique 9

Liste des œuvres de science-fiction


post-apocalyptique
Liste d'œuvres de Science-fiction post-apocalyptique.

Romans post-apocalyptiques
• À chacun ses dieux (1973), Clifford D. Simak
• A comme Alone (2005), Thomas Geha
• Alas,Babylon (1959), Pat Frank
• Des anges mineurs (1999), Antoine Volodine
• Armageddon (2005), Robert Rankin
• L'Aube du Visiteur (2005), Sheri S. Tepper
• La trilogie de L'Autoroute sauvage (1976), Gilles Thomas, alias
Julia Verlanger
• L'Autre Moitié de l'homme (1975), Joanna Russ
• La série Autumn, David Moody
• La Vérité avant-dernière, (The Penultimate truth), 1964, Philip K. Dick
• L'Aveuglement ( 1995 ) Jose Saramago
• Barbe-Grise (1964), Brian Aldiss
• Barrière mentale (1954), Poul Anderson
• The Big O: Paradigm Noise (2003), de Hiroki Taniguchi
• Blue (1982), Joël Houssin
• Brother in the Land (1984), Robert Swindells
• By the waters of Babylon (1937), Stephen Vincent Benét
• Quadrilogie Câblé (1986-1991), Walter Jon Williams
• Canyon Street (1978), Pierre Pelot
• Les Cavernes du Sommeil, Richard Cowper
• Cellulaire (Stephen King) ("Cell",2006), Stephen King
• Les Chaînes de l'avenir (1956), (The World Jones made), Philip K. Dick
• Le Cheval roux (1953), Elsa Triolet
• Chroniques du Pays des Mères (1992), Elisabeth Vonarburg
• Ciel brûlant de minuit (1995), Robert Silverberg
• Cité de la mort lente (2005), Daniel Walther
• La Cité et les Astres (1956), Arthur C. Clarke
• La trilogie:La cité surgie des cendres, Ceux qui viennent du ciel et Dernier espoir, Geoffrey Legrand
• City (1983), Joël Houssin
• La série La Compagnie des glaces (1982-2001), Georges-Jean Arnaud
• La Couronne de fer (roman) (2006), André Caroff
• CyberPan (2003), Fabrice Colin
• Cygnis (2010), Vincent Gessler
• Dans les larmes de Gaïa (2003), Nathalie Le Gendre
• Cygnis, L'Atalante, La Dentelle du cygne, mars 2010[1] .
• La série Deathlands (1986-2007), Christopher Lowder et Laurence James (sous le pseudonyme de James Axler),
non traduite en français
• Demain les chiens,("City", 1944),Clifford Donald Simak
Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique 10

• Demain les loups (1966), Fritz Leiber


• Le Dernier Homme (1805), Jean-Baptiste Cousin de Grainville
• Le Dernier Homme (2003), Margaret Atwood
• Le Dernier Homme (The Last Man, 1826), Mary Shelley
• Le Dernier Pilote (1984), Paul-Jean Hérault
• Le Dernier Rivage ou Sur la plage (On the Beach, 1957), Nevil Shute
• Les Derniers Hommes (1999-2000), Pierre Bordage
• Deus Irae (1976), Philip K. Dick et Roger Zelazny
• De Visu (2009), Jim Grace
• La série Doomsday Warrior, Ryder Stacy, non traduite en français
• Dr Bloodmoney (Doctor Bloodmoney, or How we got Along after the Bomb, 1965), Philip K. Dick
• Earth Abides (1949), George R. Stewart
• En approchant de la fin (Getting near the end, 2000), Andrew Weiner
• La série Endworld, David Robbins
• L'été-machine (Summer-engine, 1979), John Crowley
• L'exilé de Gandahar, (2005), Jean-Pierre Andrevon et Caza
• Le Facteur (roman) (1985), David Brin
• Fausse Aurore (roman) (1978), Chelsea Quinn Yarbro
• Les Fils de l'homme (1992), P.D.James
• La Fin du Rêve , Philip Wylie
• Final Blackout (1992), L. Ron Hubbard
• La série Fire Brats, Barbara Siegel et Scott Siegel, non traduite en français
• La Flamme noire (The Black Flame, 1934) , Stanley G. Weinbaum
• Le Fléau (The Stand, 1978), Stephen King
• La Forêt d'Iscambe, Christian Charrière
• La série Les Futurs Mystères de Paris (1996-2001), Roland C. Wagner
• Génocides (1965), Thomas Disch
• Le goût de l'immortalité (2005), Catherine Dufour
• Gros temps (1994), Bruce Sterling
• La Guerre des Mouches (1938), Jacques Spitz
• Le cycle de Hawkmoon (1967-1975), Michael Moorcock
• Hier, les oiseaux (1976), Kate Wilhelm
• Héritiers Des Etoiles (1977), Clifford D. Simak
• Homo disparitus (2007), Alan Weisman
• Horizon vertical (Farewell horizontal, 1989), K.W. Jeter
• Inferno, Fred Hoyle
• Inner City (roman) (1996), Jean-Marc Ligny
• Je suis une légende (1954), Richard Matheson
• Le Jeu de Cuse (2008), Wolfgang Jeschke
• Le cycle de Jherek Carnelian (1972-1976), Michael Moorcock
• La série L'Oiseau Blanc de la Fraternité, Richard Cowper
• Le Jour Des Fous (1966), Edmund Cooper
• Le Jour des Triffides (1951), John Wyndham
• La série The last Ranger, Craig Sargent, non traduite en français
• Le lendemain de la machine (1951), Francis G. Rayer
• Let out the beast, Leonard Fischer
• Limbo (roman) (1952), Bernard Wolfe
Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique 11

• Londres engloutie (1885), Richard Jefferies


• Lord Gamma (2003), Michael Marrak
• Lucifer's Hammer (1977), de Jerry Pournelle et Larry Niven
• Malevil (1972), Robert Merle
• Le Manuscrit Hopkins (The Hopkins Manuscript, 1939), R.C. Sherriff
• La mère des tempêtes (1994), John Barnes
• Le Monde aveugle (1961), Daniel Galouye
• la série Le Monde de Fernando (2005-2008), Hervé Thiellement
• Le Monde enfin (2006), Jean-Pierre Andrevon
• Le Monde vert (1962), Brian Aldiss
• Les Montagnes Du Soleil (1972), Christian Léourier
• La Mort blanche (1982), Franck Herbert
• La Mort de la Terre (1910), J.-H. Rosny aîné
• Mosa Wosa (2004), Nathalie Le Gendre
• Mr Adam (1946), Pat Frank
• Niourk (1957), Stefan Wul
• Niveau 7 (Level 7, 1959), Mordecai Roshwald
• la trilogie Océania (2007, 2007 et 2008), Hélène Montardre
• Out of the ashes, William W. Johnstone
• La série The Outsider, Richard Harding, non traduite en français
• Le palais du déviant (1987), Tim Powers
• La Parabole du semeur (1993), Octavia Butler
• Parole de message d'espoir, Stéphane Florent
• La Peste écarlate (1912), Jack London
• La Peur géante (1957), Stefan Wul
• La série Phoenix, David Alexander, non traduite en français
• La série Phoenix, Bernard Simonay
• Le cycle des Pierres de Sang (Chronicles of the Jerusalem Man, 1987-1994), David Gemmell
• Stalker (parfois sous-titré Pique-nique au bord du chemin) (1972), Arcadi et Boris Strougatski
• La Planète des singes (1963), Pierre Boulle
• le cycle Polaris (1997-2001), Philippe Tessier
• La Possibilité d'une île (2005), Michel Houellebecq
• Le Prophète perdu ("Some will not die"",1961), Algis Budrys
• Quand ton cristal Mourra.(Logan's Run,1967),traduit aussi sous le titre L'Âge de cristal,William F.Nolan et
George Clayton.
• Suites:Retour à l'Age de Cristal (Logan's World,1977); (inédit en français)
• Logan's Search (1980);Logan's Return (2000); (inédit en français)
• Logan's Chronicles (2003),William F. Nolan; (inédit en français)
• La série des Quatre catastrophes de James G. Ballard:
• Le Monde englouti (1962);
• Le vent de nulle part (1962);
• Sécheresse (1965);
• La Forêt de cristal (1966).
• La quadrilogie Radix (1981-1989), Alfred Angelo Attanasio
• La série Ranger, D.B.Drumm, pseudonyme de Ed Naha et John Shirley
• Ravage (1943), René Barjavel
• Le Rat Blanc (1972), Christopher Priest
Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique 12

• Rinocerox (1992), Serge Brussolo


• Le Rivage Oublié (1984), Kim Stanley Robinson
• Rouge sang (2002), Melvin Burgess
• Route 666, (Damnation Alley, aussi traduit sous le titre de Les
Culbuteurs de l'Enfer, Roger Zelazny, 1966)
• La route (The Road, 2006), Cormac McCarthy, Prix Pulitzer 2007
• Royaume Désuni (2003), James Lovegrove
• Salut l'Amérique ! (1981), James Graham Ballard
• Le Serpent du rêve (1978), Vonda McIntyre
• La Servante écarlate (The handmaid's tale, 1986), Margaret
Atwood
• Sheol (1976) , Jean-Pierre Fontana
• Soleil vert (roman) (Make Room!Make Room!,1966), Harry
Harrison
• La trilogie Spinoza encule Hegel (1983,1998 et 2006), Jean-Bernard
Pouy
• Sprague (2004), Rodolphe
• Star Man's Son (1952), Andre Norton
• La série Le Survivant (1985-1993), Jerry Ahern
• Les survivants de l'Humanité (2004), Jean-Marc Lofficier et Randy Lofficier
• Terre brulée (1956), John Christopher
• Terre,champ de bataille (1985), L. Ron Hubbard
• La Terre demeure (1949), George R. Stewart
• Toi l'immortel (1966), Roger Zelazny
• Les Tours de Samarante (2008), Norbert Merjagnan
• Traveler, D.B.Bruss
• Le Troupeau aveugle (1972), John Brunner
• Un cantique pour Leibowitz (1961), Walter M. Miller, suivi de L'Héritage de saint Leibowitz (1996-2000), Walter
M. Miller et Terry Bisson
• La vallée des 9 cités (2008), Bernard Simonay
• Le Voyage d'Anna Blume (1989), Paul Auster
• Vampire Winter, Loïs Tilton
• La veillée de Newton (2006), Ken MacLeod
• Vous avez dit virtuel? (Tea from an empty cup, 1998), Pat Cadigan
• Wonderful (2001), David Calvo
• World War Z (2006), Max Brooks
• Z comme Zacharie (1986), Robert C. O'Brien
• The Zone (1980-2007), série de 10 romans de James Rouch, non traduits en français
• World War Z (2006), roman de Max Brooks, sortie en France en 2009
Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique 13

Pièce de théâtre post-apocalyptique


• Pièces de guerre, d'Edward Bond

Guides de survie post-apocalyptiques


• Fallout Protection (1961), Département de la Défense et Office de la Défense Civile des États-Unis;
• Life after Doomsday:a survivalist guide to nuclear war and other major disasters. (1980), Bruce D. Clayton;
• Manuel de survie.Catastrophes naturelles,risques technologiques,attentats.Comment réagir. (2002), Yves
Tyrode, Jean-Luc Queyla, Noël Couesnon et Stéphane Bourcet;
• Nuclear War Survival Skills (1979), Cresson Kearny;
• Protect and Survive (1980), Gouvernement britannique;
• The Zombie Survival Guide: Complete Protection from the Living Dead. (2003), Max Brooks.

Livre-jeu post-apocalyptique
• Le Combattant de l'autoroute (1985), Ian Livingstone

Films post-apocalyptiques
Voir l’article Liste de films post-apocalyptiques

Séries et feuilletons télévisés post-apocalyptiques


• Æon Flux (USA/Corée du Sud, 1991-1995), série d'animation.
• L'Âge de cristal (USA,1977-1978)
• Ark II (USA,1976)
• The Big O (Japon, 1999-2000), puis The Big O 2 (Japon, 2003), série d'animation.
• La Compagnie des glaces (France/Belgique/Canada,2007)
• Conan, le fils du futur (Japon, 1978), série d'animation.
• L'épisode La Danse des morts (Dance of the Dead, Tobe Hooper, USA/Canada, 2005), de la série Les Maîtres de
l'horreur.
• Dark Angel (USA,2000), James Cameron et Charles H. Eglee
• The Day of the Triffids (Grande-Bretagne, 1981), 6 épisodes.
• Dead Set (Grande-Bretagne, 2008), 5 épisodes.
• Desert Punk (Japon, 2004-2005), série d'animation.
• Dominion Tank Police (Japon, 1988), puis New Dominion Tank Police (Japon, 1993-1994) et Tank S.W.A.T. 01
(Japon, 2006), série d'animation OAV
• Ergo Proxy (Japon,2006), série d'animation.
• Le Fléau (USA,1994), 6 épisodes de 60 minutes.
• Le futur sera sauvage (Grande-Bretagne, 2002), série d'animation.
• Gunnm (Japon, 1993)
• Highlander (France/Canada,1994)
• Jeremiah (USA,2002-2004), adaptation de la bande dessinée, Joe Michael Straczynski
• Jericho (USA,2006), Stephen Chbosky et Jon Turteltaubet
• Ken le survivant (Japon,1987-1997), série d'animation
• The Last Train ou Cruel Earth (Grande-Bretagne, 1999)
• Les Mondes engloutis (France, 1985), série d'animation.
• Neon Genesis Evangelion (Japon, 1995-1996), série d'animation.
• Les Nomades du futur (Australie,1999-2000),52 épisodes de 25mn, Jonathan M. Shiff
Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique 14

• L'Odyssée fantastique ou imaginaire (Canada, 1992-1994)


• Odyssey 5 (USA,2002-2004)
• La Planète des singes (série télévisée) (USA,1974), 14 épisodes de 47mn
• Play for Today (Grande-Bretagne, 1970-1984)
• RahXephon (Japon, 2002), série d'animation.
• Red Dwarf (Grande-Bretagne, 1988-1999)
• Return to the Planet of the Apes (USA, 1975), série d'animation en 13 épisodes de 30 mn.
• Skyland (France/Canada,2005)
• Spiral Zone (USA, 1987), série d'animation.
• Survivors (Grande-Bretagne, 1975-1977), remake avec le même titre en 2008.
• La Tribu (Grande-Bretagne/Nouvelle-Zélande,1999-2003).
• The Tripods (Grande-Bretagne/Australie, 1984-1985).
• The Walking Dead (USA, prévue pour 2010)
• Wolf's Rain (Japon,2003-2004),série d'animation.
• Woops! (USA, 1992)

Bandes dessinées post-apocalyptiques


• 7 Seeds de Yumi Tamura
• Afterburn, comic de Paul Ens et Scott Chitwood (scénario) et Wayne Nichols (dessin)
• L'Âge de cristal,série publiée par les éditions Arédit/Artima en 1978.
• Agharta de Takaharu Matsumoto
• Akira de Katsuhiro Otomo
• Animal'z d'Enki Bilal
• Apocalypse de Loïc Malnati
• Apocalypse Mania de Philippe Aymond et Laurent-Frédéric Bollée
• Appleseed de Masamune Shirow
• Après la bombe, série de Bonvi
• Ardeur, série de Daniel Varenne (scénario) et Alex Varenne (dessin)
• Arkeod de Nicolas Mitric
• Armalite 16, précédée de Marseil de Michel Crespin
• Axa comic de Avenell et Romero.
• Basara de Yumi Tamura
• Beatifica blues de Jean Dufaux (scénario) et Griffo (dessin)
• Biomega, série manga de Tsutomu Nihei
• Blue et Phantom de Joël Houssin (scénario) et Philippe Gauckler (dessin)
• BLAME ! de Tsutomu Nihei
• Les cavaliers de l'Apocalypse de Tarek et Angel Bautista
• Ceux qui ont des ailes manga de Natsuki Takaya
• Le Chasseur d'Eclairs, série de Kenny Ruiz
• Chats de Didier Convard
• Chirality manga de Satoshi Urushihara
• Chrome de Patrick Pion
• Chroniques de la terre fixe de Caza
• Chroniques de l'ère xénozoïque, série de Mark Schultz
• Les Chroniques de Magon de Jarry, Lapeyre, Brants
• La Cité des secrets de James Mc Kay
• La Compagnie des glaces (bande dessinée)
Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique 15

• Crache,le dernier homme sur Terre de Eric Gratien et Khéridine


• Les Croqueurs de sable, série de Joly Guth
• Curse of the Spawn de Alan McElroy (scénario) et Clayton Crain (dessin)
• Dans l'ombre du soleil, série de Thierry Smolderen et Colin Wilson
• Les Dérivantes de Laurent André
• La Dernière Récré, de Carlos Trillo (scénario) et Horacio Altuna (dessin)
• Le Déserteur (bande dessinée) de Obion et Kris
• Desert Punk manga de Masatoshi Usune
• Dominion de Masamune Shirow
• Doomsday Squad comic
• Dorohedoro manga de Q.Hayashida
• Dragger, série de Carlos Trillo (scénario) et Domingo Mandrafina (dessin)
• Dragon head manga de Minetaro Mochizuki
• Druuna de Paolo Eleuteri Serpieri
• Eatman, série manga de Akihito Yochitomi
• Les Eaux de Mortelune de Philippe Adamov et Patrick Cothias
• Eden manga de Hiroki Endo
• Edinalta de Didier Convard
• Les Enfants d'Ève, série de Bernard Werber (scénario) et Eric Puech (dessin)
• Entre-Monde, série de Yanouch (scénario) et (dessin)
• Étoile du Chagrin, série de Kazimir Strzepek
• Evangelion manga de Yoshiyuki Sadamoto
• Ex-Mutants comic de David Lawrence (scénario) et Ron Lim (dessin)
• Factory de Yacine Elghorri
• Felicidad, série de Thomas Mosdi (scénario) et Vincent Froissard (dessin)
• Finkel de Christian Gine (dessin) et Didier Convard (scénario)
• Gangrène de Carlos Trillo (scénario) et Juan Gimenez (dessin)
• Les Gardiens du Maser, série de Massimiliano Frezzato
• Gipsy, série de Thierry Smolderen (scénario) et Enrico Marini (dessin)
• Gone with the Blastwave de Kimmo Lemetti
• Gratin de Alec Severin
• Gunman de Gabriel Delmas (scénario) et Yacine Elghorri (dessin)
• Gunnm,Gunnm Gaiden et Gunnm Last Order mangas de Yukito Kishiro
• Hammerboy manga de Huh Young Man
• Highschool of the Dead, manga de Daisuke Sato (scénario) et Shouji Sato (dessins)
• Hombre, série de José Ortiz et Antonio Segura
• H.O.P.E. de Alain Janolle
• Hulk : Futur imparfait, de Peter David (scénario) et George Perez (dessin)
• Hybrides de Séraphine Claeys (dessins) et Thierry Smolderen (scénario)
• Iberland, série de O. De Angelis (scénario) et Franco Sandelli (dessin)
• L'Idole et le Fléau de Laurent-Frédéric Bollée (scénario) et Igor Kordey (dessin)
• Jason Muller de Claude Auclair (dessin) et Jean Giraud (scénario)
• Jeremiah, série de Hermann
• Judge Dredd de John Wagner et Carlos Ezquerra
• Just a Pilgrim de Carlos Ezquerra (dessin) et Garth Ennis (scénario)
• Kamandi, série de Jack Kirby
• Kamiyadori manga de Kei Sanbe
Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique 16

• Ken le survivant manga de Tetsuo Hara (dessin) et Buronson (scénario)


• Killraven
• Kronos de Loredano Ugolini
• The Last American comics
• Lettre aux survivants de Gébé
• Little Mad Max, parodie de Bill Griffith
• Lomm, série de TBC
• Marée Basse de Daniel Pecqueur (scénario) et Jean-Pierre Gibrat (dessin)
• Marvel Zombies comics
• Les Mémoires mortes, série de Denis Bajram et Valérie Mangin (scénario) et Lionel Chouin (dessin)
• Le Monde d'Arkadi de Caza
• Monde mutant, série de Jan Strnad et Richard Corben
• Les Mondes de Luz, série de Antonio Navaro
• Mother Sarah, série manga de Katsuhiro Otomo et Takumi Nagayasu
• Nausicaä de la vallée du vent, série de Hayao Miyazaki
• Neige, série de Christian Gine (dessin) et Didier Convard (scénario)
• Nosferatu de Philippe Druillet
• La Nuit de Philippe Druillet
• Omega Complex, manga de Izu (scénario) et Shonen (dessin)
• Passer l'hiver de Marc Lizano (scénario) et Vincent Rioult (dessin)
• Période glaciaire de Nicolas de Crécy
• Persécution de Fernando Rubio (dessin) et un collectif de scénaristes
• Phantom de Lee Ki-Hoon (scénario) et Cho Seung-Yup (dessin)
• La Planète des singes, série comics publiée par les éditions Lug dans les années 1970-1980
• Point de rupture de Carlos Trillo (scénario) et Eduardo Risso (dessin)
• La Porte écarlate , de Olivier Ledroit
• Le Prisonnier des étoiles, série de Alfonso Font
• Prophet, série de Xavier Dorison (scénario) et Mathieu Lauffray (dessin)
• Punisher : La Fin de Garth Ennis (scénario) et Richard Corben (dessin)
• Les Quatre Voyages de Juan Buscamares, série de Félix Vega
• Rage de Nicolas Tackian et Lim Kwang Mook
• Le Régulateur de Eric Corbeyran (scénario) et Marc Moreno (dessins)
• Relayer, série de Eric Liberge (scénario) et Vincent Gravé (dessin)
• Samba Bugatti, série de Jean Dufaux (scénario) et Griffo (dessin)
• Saraï, série de Masahiro Shibata
• Scout comics de Timothy Truman
• Septentryon, série de André Houot
• Seuls de Fabien Vehlmann (scénario) et Bruno Gazzotti (dessin)
• Simon du Fleuve, série de Claude Auclair
• Solitaire, de Bob Van Laerhoven (scénario) et Marvano (dessin)
• Sombre futur, de Zhang Xiaoyu
• A Spirit of the Sun, série manga de Kaiji Kawaguchi
• Stanle manga de Chang-Sheng
• Storm, série, dessins de Don Lawrence
• Stratos de Miguelanxo Prado
• Survivant, série de Takao Saito
• La Survivante, série de Paul Gillon
Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique 17

• Tanatha, série de Patrick Cothias (scénario) et Dominique Hé (dessin)


• Tank Girl de Jamie Hewlett (dessins) et Alan Martin (scénario)
• Le Temps des loups, série de Christophe Bec
• Une partie de la série Terminator (comics).
• La Terre de la bombe, série de René Durand (scénario) et Georges Ramaïoli (dessin)
• Les Toyottes, série de Raoul Cauvin (scénario) et Louis-Michel Carpentier (dessin)
• Le Transperceneige, série de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette
• Trigun, série manga de Yasuhiro Nightow
• Trinity Blood, série manga de Sunao Yoshida (scénario) et Kiyo Kyujo (dessin)
• Valérian et Laureline,série de Pierre Christin (scénario) et Jean-Claude Mézières (dessin)
• Vampyre I de Suehiro Maruo
• Vic et Blood, de Richard Corben et Harlan Ellison
• Violence Jack (バイオレンス ジャック - Baiorensu Jakku) de Go Nagai
• La Voie du silence de Nicolas Mitric
• V pour Vendetta de Alan Moore (scénario) et David Lloyd (dessin)
• Waki, de Claude-Jacques Legrand (scénario) et Luciano Bernasconi (dessins)
• The Walking Dead (comic) de Robert Kirkman (scénario) et Tony Moore (dessin)
• Witness 4, série de Erik Arnoux et Chrys Millien
• Yiu, série de Téhy et JmVee (scénario), Nicolas Guenet et Jérôme Renéaume (dessin)
• Y, le dernier homme, série de Brian K. Vaughan (scénario) et Pia Guerra (dessin)
• Les Zombies qui ont mangé le monde de Jerry Frissen (scénario) et Guy Davis (dessin)
• Zone sinistrée, série de Zalozabal

Jeux de rôle post-apocalyptiques


• After the Bomb, 1986/2001
• Aftermath, 1981
• Bitume, 1986
• Cendres, 2002
• Dark Earth, 2003
• Larmes de rouille, 2005
• Le jeu de rôle de la compagnie des glaces, 1986
• Polaris
• Rifts, 1990, et Chaos Earth, 2003
• Tribe 8
• Vermine, 2005

Jeux vidéo post-apocalyptiques


• Bad Max (1985)
• Wasteland (1988)
• Toute la saga Fallout (1997-2010)
• KKND (1997-1998)
• The Fall: Last Days of Gaia (2004)
• Shadow Vault (2006)
• Hellgate : London (2007)
• S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl (2007)
• Metro 2033 (2010)
Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique 18

Jeux sur Internet post-apocalyptiques


• Cybercity 2034
• Fractal : L'Ordre dans le Chaos
• L'ère de feu
• Second Eveil
• Apocalypse's Dove
• Hordes

Chansons post-apocalyptiques
• Computers don't blunder du groupe punk-rock The Exploited
• Plus rien des Cowboys Fringants
• Rose clouds of Holocaust du groupe néofolk-rock Death in June
• plusieurs titres du groupe Nuclear Assault
• Fais attention. du groupe punk-rock Oberkampf
• Casi el silencio du groupe Matmatah
• 28 ans plus tard, tirée de Coup de grisou de Redbong
• les chansons du groupe Space Jahourt
• Armageddon Le Peuple de l'Herbe
• Il y avait une Ville Claude Nougaro

Notes et références
[1] L'Atalante, «  Cygnis, Vincent Gessler (http:/ / www. l-atalante. com/ catalogue/ la_dentelle_du_cygne/ cygnis/ 48/ 653/ vincent_gessler/
detail. html) ». Consulté le 27 mars 2010
Liste de films post-apocalyptiques 19

Liste de films post-apocalyptiques


La Science-fiction post-apocalyptique a engendré nombre d'œuvres cinématographiques qui entendent proposer au
public des hypothèses d'un monde post-catastrophe : hiver nucléaire, catastrophe naturelle, catastrophe sanitaire,
pénurie alimentaire généralisée, etc.
Certains sont des extrapolations des problèmes politiques, sociaux ou économiques de notre monde actuel, et sont
souvent des moyens de montrer le résultat que peuvent avoir certaines actions politiques (la guerre, le manque de
souci écologique, l'obsession de la sécurité).
D'autres utilisent la « catastrophe » (qui n'est pas toujours expliquée précisément) pour faire table rase du passé et
montrer une civilisation en train de se reconstruire, c'est par exemple le cas de The Postman, de et avec Kevin
Costner, qui utilise le postier comme vecteur de civilisation.

Explosion nucléaire, hiver nucléaire, guerre nucléaire


Guerre chimique, technologique, bactériologique... (non nucléaire)
Catastrophe naturelle (astéroïde, tornade, volcan...)
Catastrophe sanitaire (virus, pollution...)
Apocalypse sociale (grèves massives, disparition du lien social...)
Invasion extraterrestre, ou autres créatures

Type Titre VF Titre VO Réalisateur Année Origine

20 Years After 20 Years After Jim Torres 2008  États-Unis

28 Jours plus tard 28 Days Later Danny Boyle 2002  Royaume-Uni

28 Semaines plus tard 28 Weeks Later Juan Carlos Fresnadillo 2007  Royaume-Uni

2019 après la chute de New York 2019 - Dopo la caduta di New Sergio Martino 1983  France
York  Italie

[1] 2020 Texas Gladiators Anno 2020 I Gladiatori Del Joe D'Amato 1983  Italie
Futuro

Absolon Absolon David DeBartolomé 2003  Canada


 Royaume-Uni

Æon Flux Æon Flux Karyn Kusama 2004  États-Unis

A feu battant Omega Cop Paul Kyriazi 1990  États-Unis

[2] Aftermath, The Aftermath, The Steve Barkett 1982  États-Unis

Aftershock Aftershock Franck Harris 1990  États-Unis

After the Apocalypse After the Apocalypse Yasuaki Nakajima 2004  États-Unis

Against the Dark Against the Dark Richard Crudo 2009  États-Unis

Age de cristal, L' Logan's Run Michael Anderson 1976  États-Unis


[3]

A.I. Intelligence artificielle Artificial Intelligence: A.I. Steven Spielberg 2001  États-Unis
[4]

Akira Akira Katsuhiro Otomo 1988  Japon

Akodos Akodos Mathias Chelebourg 2010  France

Alien Apocalypse Alien Apocalypse Josh Becker 2005  États-Unis

All Tomorrow's Parties All Tomorrow's Parties Yu Lik-wai 2004  Chine


Liste de films post-apocalyptiques 20

Altrove, L' [5] Ivan Zuccon 2001  Italie


L'Altrove

Amazon Warrior Amazon Warrior Dennis Devine 1998  États-Unis

America 3000 America 3000 David Engelbach 1986  États-Unis

[6] American Cyborg American Cyborg Boaz Davidson 1994  États-Unis

Animales racionales Animales racionales Eligio Herrero 1983  Espagne

A.P.E.X. A.P.E.X. Phillip J. Roth 1994  États-Unis

Apocalypse 2024 A Boy and His Dog L.Q. Jones 1975  États-Unis

Apocalypse and the Beauty Apocalypse and the Beauty Thomas Smugala 2005  États-Unis
Queen Queen

[7] Apocalypse Warriors: Raiders of Apocalypse Warriors: Raiders of Cirio H. Santiago 1992  Philippines
the Sun the Sun

Appleseed (OAV) Appleseed Kazuyoshi Katayama 1994  Japon

Appleseed Appleseed Shinji Aramaki 2004  Japon

Appleseed Ex Machina Appleseed Shinji Aramaki 2007  Japon

Ark, le dieu robot Ark Kenny Hwang 2004  États-Unis


 Corée du Sud

Ark - L'Exode Ark - The Exodus Grzegorz Jonkajtys 2004  Pologne


Marcin Kobylecki

Armée des morts, L' Dawn of the Dead Zack Snyder 2004  États-Unis

Assault Girls Asaruto Gâruzu Mamoru Oshii 2009  Japon

Atomic College Class of Nuke'Em High Lloyd Kaufman 1986  États-Unis

Atomic Cyborg Atomic Cyborg Sergio Martino 1986  Italie

Automatons Automatons James Felix McKenney 2006  États-Unis

Autumn: Fin du Monde Autumn Steven Rumbelow 2009  Canada

L'Avant dernier L'Avant dernier Luc Besson 1981  France

Battlefield Earth - Terre champ Battlefield Earth: A Saga of the Roger Christian 2000  États-Unis
de bataille Year 3000

BattleQueen 2020 BattleQueen 2020 Daniel d'Or 2001  États-Unis


 Canada

Beach Party at the Threshold of Beach Party at the Threshold of Jonny Gilette 2006  États-Unis
Hell, The Hell, The Kevin Wheatley

Beyond the Grave Porto dos Mortos Davi de Oliveira Pinheiro 2009  Brésil

Big Bang, Le Le Big Bang Picha 1984  Belgique


 France

Bleak Future Bleak Future Brian O'Malley 1997  États-Unis

Bloodfist 2050 Bloodfist 2050 Cirio Santiago 2005  Philippines

Body#82 Body#82 Ethan Rublee 2005  États-Unis

Bombe, La War Game, The Peter Watkins 1966  Royaume-Uni

Booby Trap Wired to Kill Francis Schaeffer 1986  États-Unis

Bronx Executioner Bronx Executioner Vanio Amici 1989  Italie

Bunker de la dernière rafale, Le Le Bunker de la dernière rafale Marc Caro 1981  France
Jean-Pierre Jeunet
Liste de films post-apocalyptiques 21

Burst City Bakuretsu Toshi Sogo Ishii 1982  Japon

Café Flesh Café Flesh Stephen Sayadian 1982  États-Unis

Café Flesh 2 Café Flesh II Antonio Passolini 1997  États-Unis

Café Flesh 3 Café Flesh III Anthony Lovett 2003  États-Unis

Camion de la mort, Le Warlords of the Twenty-First Harley Cokeliss 1983  Nouvelle-Zélande


Century

Captive Women Captive Women Stuart Gilmore 1952  États-Unis

Casshern キャシャーン Kazuaki Kiriya 2004  Japon

Challenge, The Kampfansage: der letzte Schüler Johannes Jaeger 2005  Allemagne

Chasse à l'homme Cold Harvest Isaac Florentine 1999  États-Unis

? Château dans le ciel, le Tenkū no Shiro Rapyuta Hayao Miyazaki 1986  Japon

Cherry 2000 Cherry 2000 Steve De Jarnatt 1987  États-Unis

Chevalier du monde perdu, Le I Predatori dell'anno Omega David Worth 1983  Italie
 États-Unis

Chevaliers du futur, Les Knights Albert Pyun 1993  États-Unis


[8]

Chosen survivors Chosen survivors Sutton Roley 1974  États-Unis

Le Cimetière des voitures Le Cimetière des voitures Fernando Arrabal 1983  France

Cinq Survivants, Les Five Arch Oboler 1951  États-Unis

Circuitry Man Circuitry Man Robert Lovy 1990  États-Unis


[9]
Steven Lovy

Circuitry Man 2: plughead Circuitry Man 2: plughead Robert Lovy 1994  États-Unis
[9]
rewired rewired Steven Lovy

La Cité de l'ombre City of ember Gil Kenan 2008  États-Unis

City Limits City Limits Aaron Lipstadt 1986  États-Unis


[10]

City of Rott City of Rott Frank Sudol 2006  États-Unis

Cl.One Cl.One Jason Tomaric 2005  États-Unis


 Royaume-Uni

Crazy Thunder Road Kuruizaki sanda rodo Sogo Ishii 1980  Japon

Creation of the Humanoïds, The Revolt of the humanoïds Wesley Barry 1962  États-Unis

Creepozoids Creepozoids David DeCoteau 1987  États-Unis

Cries of Ecstasy-Blows of Death Cries of Ecstasy-Blows of Death Lorenzo Onorati 1984?  Italie

Crime Zone Crime Zone Luis Llosa 1988  États-Unis

Cyborg Cyborg Albert Pyun 1989  États-Unis

Cyborg 2 Cyborg 2 : Glass Shadow Michael Schroeder 1993  États-Unis

Cyborg 3: The Recycler Cyborg 3: The Recycler Michael Schroeder 1994  États-Unis

Dakota Bound Dakota Bound/White Slave Lloyd A. Simandl 2001  Canada


Lovers

Dark Hour, The Hora fría Elio Quiroga 2006  Espagne

Day of the Dead Day of the Dead Steve Miner 2007  États-Unis

Day the World Ended Day the World Ended Roger Corman 1955  États-Unis

Daybreak, le métro de la mort Daybreak Jean Pellerin 2000  États-Unis


Liste de films post-apocalyptiques 22

Daybreakers Daybreakers Peter Spierig et Michael 2010  Australie


Spierig  États-Unis

Deadland Deadland Damon O'Steen 2009  États-Unis

Deadly Reactor Deadly Reactor David Heavner 1989  États-Unis

Dead Man Walking Dead Man Walking Gregory Dark 1988  États-Unis

Dead or Alive 3 Dead or Alive 3 Takashi Miike 2002  Japon

Deathlands: Homeward Bound Deathlands: Homeward Bound Joshua Butler 2003  États-Unis

Death Run Death Run Michael J. Murphy 1987  Italie

Def-Con 4 Defence Condition 4 Paul Donovan 1985  Canada

Delicatessen Delicatessen Marc Caro 1991  France


[11]
Jean-Pierre Jeunet

Deluge Deluge Felix Feist 1933  États-Unis

Demain les mômes Demain les mômes Jean Pourtalé 1976  France

Dernier Combat, Le Le Dernier Combat Luc Besson 1983  France

Dernier Homme, Le Le Dernier Homme Charles Bitsch 1967  France

Dernier Homme sur Terre, Le Last Man on Planet Earth, The Kenneth Bieler 1999  États-Unis

Dernier Missile, Le Radioactive Dreams Albert Pyun 1986  États-Unis


 Mexique

Dernier Rivage, Le On the Beach Stanley Kramer 1959  États-Unis

Dernier Survivant, Le Quiet Earth, The Geoff Murphy 1985  Nouvelle-Zélande


[12]

Dernier Testament, Le Testament Lynne Littman 1984  États-Unis

Dernière Femme sur Terre, La Last Woman on Earth Roger Corman 1960  États-Unis

Desert Warrior Desert Warrior Jim Goldman 1989  États-Unis

Diesel Diesel Robert Kramer 1985  France

Doom Runners Doom Runners Brendan Maher 1997  Australie

Doomsday Doomsday Neil Marshall 2008  Royaume-Uni

Doomwatch Doomwatch Peter Sasdy 1972  Royaume-Uni

Dragon Cop Karate Cop Alan Roberts 1991  États-Unis

Dragon Head Doragon heddo Jôji Iida 2003  Japon

Dream Warrior Dream Warrior Zachary Weintraub 2004  États-Unis


 Croatie

Driving Force Driving Force Andrew Prowse 1990  États-Unis


 Philippines

Dune Warriors Dune Warriors Cirio Santiago 1990  États-Unis


 Philippines

Earth Dies Screaming, The Earth Dies Screaming, The Terence Fisher 1965  Royaume-Uni

Empire of Ash 2 Empire of Ash 2 Michael Mazo 1988  Canada

Empire of Ash 3 Empire of Ash 3 Lloyd Simandl 1989  Canada

Empty World Leere Welt Wolfgang Panzer 1987  Allemagne

Encrypt Encrypt Oscar Costo 2003  Canada


 États-Unis
Liste de films post-apocalyptiques 23

Equilibrium Equilibrium Kurt Wimmer 2003  États-Unis

Escape from Safehaven Escape from Safehaven Brian T. Jones 1989  États-Unis
James McCalmont

Eternal fist Eternal fist Teddy Page 1991  États-Unis


 Hong Kong

Ever since the World ended Ever since the World ended Calum Grant 2001  États-Unis
Joshua Atesh Litle

Executioners Xian dai hao xia zhuan Johnnie To 1993  Hong Kong

[13] Exterminateurs de l'An 2000, Les Apocalypse Warriors: Equalizer Cirio H. Santiago 1986  Philippines
2000

Exterminateurs de l'An 3000, Les Exterminators of the Year 3000 Giuliano Carnimeo 1984  Italie

Ezra Crane Ezra Crane Matt Davids 2008  États-Unis

Facing Extinction Android Apocalypse Paul Ziller 2006  États-Unis


 Canada

Fando et Lis Fando y Lis Alejandro Jodorowsky 1967  Mexique

Fido Fido Andrew Currie 2006  Canada

Fin d'août à l'Hôtel Ozone Konec srpna v Hotelu Ozon Jan Schmidt 1967  Tchécoslovaquie

Fin du monde d'après Nosutoradamusu no daiyogen Toshio Masuda 1974  Japon


Nostradamus, La

Final Experiment Prototype Phillip J.Roth 1992  États-Unis

Final Fantasy VII Advent Fainaru Fantajī Sebun Adobento Tetsuya Nomura 2001  États-Unis
Children Chirudoren  Japon

Final Shot Final Shot Kristian Levring 1987  Danemark

Firebird 2015 A.D. Firebird 2015 A.D. David Robertson 1981  États-Unis
 Canada

Fire Fight Fire Fight Scott Pfeiffer 1988  États-Unis

Frogtown Hell Comes to Frogtown Donald G. Jackson 1987  États-Unis

Frogtown 2 Hell Comes to Frogtown 2 Donald G. Jackson 1993  États-Unis

Frogtown: Toad Warrior Frogtown: Toad Warrior Donald G. Jackson 1996  États-Unis

Frogtown: Frog Warrior Frogtown: Frog Warrior Donald G. Jackson 2002  États-Unis

The Frozen Atlantis Det frusna Atlantis Björn Kullander 1980  Suède

Fugue State Fugue State Tim Mc Clelland 2008  États-Unis

Future Force Future Force David Prior 1990  États-Unis

Future Kill Future Kill Ronald W. Moore 1985  États-Unis

Gangland 2010 : Les Barbares de Gangland Art Camacho 2000  États-Unis


l'Apocalypse

Gas-s-s-s Gas-s-s-s Roger Corman 1971  États-Unis

GiAnts GiAnts Carribou Seto 2003  États-Unis

Gladiateur du futur, Le Endgame: Bronx lotta finale Joe D'Amato 1983  Italie

Gladiateurs de l'an 3000, Les Deathsport Allan Arkush 1978  États-Unis

Gladiateurs de l'apocalypse, Les Robot Jox Stuart Gordon 1990  États-Unis

Gladiateurs du futur, Les Deathsport Allan Arkush 1978  États-Unis


Liste de films post-apocalyptiques 24

Glen and Randa Glen and Randa Jim McBride 1971  États-Unis

[14] Goodman Town Goodman Town Sakchai Sriboonnak 2002  Thaïlande

Guerrier de l'espace, Le Spacehunter: adventures in the Lamont Johnson 1983  Canada


Forbidden Zone  États-Unis

Gunslinger Grifter Logan, The Gunslinger Grifter Logan, The Steven Ruback 2009  États-Unis

Gwen, le livre de sable Gwen, le livre de sable Jean-François Laguionie 1985  France

Hard Knuckle Hard Knuckle Lex Marinos 1987  Australie

Hardware Hardware Richard Stanley 1990  Royaume-Uni

Hell Mountain Hell Mountain Mike Rohl 1998  République


tchèque
 Canada

Highlander : The Source Highlander : The Source Brett Leonard 2007  États-Unis

Hole, The Dong Tsai Ming-liang 1998  France


 Taïwan

La Horde La Horde Yannick Dahan et Benjamin 2010  France


Rocher

Hybrid Hybrid Fred Olen Ray 1997  États-Unis

I am Omega I am Omega Fred Olen Ray 2007  États-Unis

Idaho Transfert Idaho Transfert Peter Fonda 1973  États-Unis

I killed Einstein, gentlemen Zabil jsem Einsteina, panove Oldrich Lipsky 1970  Tchécoslovaquie

Impact final Post Impact Christoph Schrewe 2004  États-Unis


 Allemagne

Infectés Carriers Alex Pastor, David Pastor 2009  États-Unis

Interzone Interzone Joe D'Amato 1987  Italie

In the Aftermath In the Aftermath Carl Colpaert 1988  Japon


 Australie

In the year 2889 In the year 2889 Larry Buchanan 1967  États-Unis

Irkutz 88 Irkutz 88 Jean-Jacques Rousseau 2004  Belgique

It's All About Love It's All About Love Thomas Vinterberg 2003  Danemark

It's great to be Alive It's great to be Alive Alfred L. Werker 1933  États-Unis

Je suis une légende Last Man on Earth, The Sidney Salkow 1964  États-Unis
Ubaldo Ragona  Italie

Je suis une légende I am Legend Francis Lawrence 2007  États-Unis

Jetée, La La Jetée Chris Marker 1962  France

Jour d'après, Le Day After, The Nicholas Meyer 1983  États-Unis

Jour d'après, Le Day After Tomorrow, The Roland Emmerich 2004  États-Unis

Jour des morts-vivants, Le Day of the Dead George A. Romero 1985  États-Unis

Jour où la Terre prit feu, Le Day the Earth Caught Fire, The Val Guest 1961  Royaume-Uni

Judge Dredd Judge Dredd Danny Cannon 1995  États-Unis

Ken le survivant (anime) Fist of the North Star Toyoo Ashida 1986  Japon

Killer instinct Split second Tony Maylam 1992  Royaume-Uni


Ian Sharp
Liste de films post-apocalyptiques 25

Last Border, The Viimeisella Rajallah Mika Kaurismäki 1993  Finlande


 Suède
 Allemagne

The Last Island The Last Island Marleen Gorris 1990  Pays-Bas

Last Man, The Last Man, The James Arnett 2008  États-Unis

Last Man on Earth, The Last Man on Earth, The John G. Blystone 1924  États-Unis

Last of the Living Last of the Living Logan McMillan 2008  Nouvelle-Zélande

Last Rites Last Rites Duane Stinnett 2006  États-Unis

Lawless Land, The Lawless Land, The Jon Hess 1988  États-Unis

Lettres d'un homme mort Pisma myortvogo cheloveka Konstantin Lopouchanski 1986 Union soviétique

Live Freaky! Die Freaky! Live Freaky! Die Freaky! John Roecker 2006  États-Unis

Le Livre d'Eli The Book of Eli Albert et Allen Hughes 2010  États-Unis

Lost: Black Earth Lost: Black Earth James Cole 2004  Australie

Lost City Raiders Lost City Raiders Jean de Segonzac 2008  Allemagne

Lunar Cop Lunar Cop Boaz Davidson 1994  États-Unis

Machine à explorer le temps, La Time Machine, The George Pal 1960  États-Unis

Machine à explorer le temps, La Time Machine Simon Wells 2002  États-Unis

Mad Max 2 Mad Max 2 : The Road Warrior George Miller 1981  Australie

Mad Max : Au-delà du dôme du Mad Max Beyond Thunderdome George Miller 1985  Australie
tonnerre

Mad Warrior Clash of the Warlords Willie Milan 1985  Philippines

Malevil Malevil Christian de Chalonge 1981  France

Matrix Matrix Frères Wachowski 1999  États-Unis

Matrix Reloaded Matrix Reloaded Frères Wachowski 2002  États-Unis

Matrix Revolutions Matrix Revolutions Frères Wachowski 2003  États-Unis

Mémoires d'une Survivante Memoirs of a survivor David Gladwell 1982  Royaume-Uni

Men Who Fell, The Men Who Fell, The William L. Stewart 2007  États-Unis

Metalstorm : la Tempête d'acier Metalstorm: The Destruction of Charles Band 1983  États-Unis
Jared-Syn

Mindwarp (ou Brain Slasher) Mindwarp (ou Brain Slasher) Steve Barnett 1992  États-Unis

Monde des maudits, Le Land of Doom Peter Maris 1986  États-Unis

Monde, la Chair et le Diable, Le World, the Flesh and the Devil, Ranald MacDougall 1959  États-Unis
The

Mutant Chronicles Mutant Chronicles Simon Hunter 2008  États-Unis

Mutants Mutants David Morley 2009  France

Nausicaä de la vallée du vent Kaze no Tani no Naushika Hayao Miyazaki 1984  Japon

Neon City Neon City Monte Markham 1992  États-Unis


 Canada

Neon Genesis Evangelion Shin Seiki Evangelion Gekijoban Hideaki Anno 1997  Japon

New Women, The New Women, The Todd Hughes 2001  États-Unis

New York ne répond plus Ultimate Warrior, The Robert Clouse 1975  États-Unis
Liste de films post-apocalyptiques 26

Noah, The Noah, The Daniel Bourla 1975  États-Unis

North Star - La légende de Ken le Fist of the north star Tony Randel 1995  États-Unis
survivant

Nouveaux Barbares, Les I Nuovi barbari Enzo G. Castellari 1982  Italie

Nouveaux Conquérants, Les Future Hunters Cirio Santiago 1986  Philippines

Nuit de la comète, La Night of the Comet Thom Eberhardt 1984  États-Unis

Numéro 9 9 Shane Acker 2009  États-Unis

A nymphoid barbarian in A nymphoid barbarian in Brett Piper 1991  États-Unis


dinosaur hell dinosaur hell

O-Bi, O-Ba- The End of O-Bi, O-Ba- Koniec Cywilizacji Piotr Szulkin 1985  Pologne
Civilization

Oeuf de l'ange, L' Tenshi no Tamago Mamoru Oshii 1985  Japon

Omega Doom Omega Doom Albert Pyun 1996  États-Unis

Origine Gin-iro no kami no Agito Keiichi Sugiyama 2006  Japon

Osa Osa Oleg Egorov 1985  États-Unis

Pale Cocoon Aoi tamago Yasuhiro Yoshiura 2006  Japon

Panique Année Zéro Panic in the Year Zero! Ray Milland 1962  États-Unis

Parasite Parasite Charles Band 1982  États-Unis

Phoenix the Warrior Phoenix the Warrior Robert Hayes 1988  États-Unis

Planète des Singes, La Planet of the Apes Franklin J. Schaffner 1968  États-Unis

Secret de la planète des singes, Beneath the Planet of the Apes Ted Post 1970  États-Unis
Le

Bataille de la planète des singes, Battle for the Planet of the Apes J. Lee Thompson 1973  États-Unis
La

Planète des Singes, La Planet of the Apes Tim Burton 2001  États-Unis

Pollution mortelle Airtight Ian Barry 1999  États-Unis

Possibilité d'une île, La La Possibilité d'une île Michel Houellebecq 2008  France

Postman Postman, The Kevin Costner 1997  États-Unis

Prédateurs du Futur, Les I Predatori Di Atlantide Ruggero Deodato 1983  Italie

Prison Planet Prison Planet Armand Gazarian 1992  États-Unis

Quintet Quintet Robert Altman 1979  États-Unis

Raiders of the Damned Raiders of the Damned Milko Davis 2005  États-Unis

Rat Atomic War Bride Veljko Bulajic 1960  RFS de


Yougoslavie

Rats de Manhattan, Les Rats : notte di terrore Bruno Mattei 1984  Italie

Ravagers Ravagers Richard Compton 1979  États-Unis

Reactor Reactor David Heavener 1989  États-Unis

Recon 2020: the Caprini Recon 2020: the Caprini Christian Viel 2004  Canada
Massacre Massacre

Recon 2022: the Mezzo Incident Recon 2022: the Mezzo Incident Christian Viel 2007  Canada

Refuge de la peur, Le El Refugio del miedo José Ulloa 1974  Espagne


Liste de films post-apocalyptiques 27

Règne du feu, Le Reign of Fire Rob Bowman 2002  Royaume-Uni


 Irlande
 États-Unis

Resident Evil : Extinction Resident Evil: Extinction Russell Mulcahy 2007  Allemagne
 Royaume-Uni
 France
 Australie
 États-Unis

Resiklo Resiklo Mark Reyes 2007  Philippines

Rêves Dreams Akira Kurosawa & Ishirô 1990  Japon


Honda  États-Unis

Révolte des Triffides, La Day of the Triffids, The Steve Sekely & Freddie 1962  Royaume-Uni
Francis

Robot Holocaust Robot Holocaust Charles Band 2005  États-Unis


 Italie

Robot Monster Robot Monster Phil Tucker 1953  États-Unis

Rock & Rule Rock & Rule Clive Smith 1983  Canada

Roues de feu, Les Wheels of fire Cirio Santiago 1985  Philippines

Route, La Road, The John Hillcoat 2009  États-Unis

Rush Rush Tonino Ricci 1983  Italie

Rush 2 Rush 2 Tonino Ricci 1984  Italie

Sang des héros, Le Blood of Heroes, The David Webb Peoples 1989  Australie
 États-Unis

La Semence de l'homme Il seme dell'uomo Marco Ferreri 1969  Italie

Sexmission Seksmisja Juliusz Machulski 1984  Pologne

Shape of Things to Come, The Shape of Things to Come, The George McCowan 1979  Canada

She She Avi Nesher 1982  Italie

Sheperd Shepherd Peter Hayman 1999  Canada

Shepherd 2 Shepherd 2 Eli Necakov 1999  États-Unis

Signal, The Signal, The David Bruckner, Dan Bush, 2008  États-Unis
Jacob Gentry

Silent City, The Silent City, The Ruairi Robinson 2006  Irlande

Silent Running Silent Running Douglas Trumbull 1971  États-Unis

Sins of the Fleshapoids Sins of the Fleshapoids Mike Kuchar 1965  États-Unis

Sisterhood, The Sisterhood, The Cirio Santiago 1988  États-Unis


 Philippines

Six Reasons Why Six Reasons Why Campagna Brothers, The 2008  Canada

Six-String Samurai Six-String Samurai Lance Mungia 1998  États-Unis

Sky Has Fallen, The Sky Has Fallen, The Doug Roos 2009  États-Unis

Slipstream Slipstream Steven Lisberger 1989  États-Unis


 Royaume-Uni

Smoke'em if you got'em Smoke'em if you got'em Ray Boseley 1988  Australie

S.N.U.B! S.N.U.B! Jonathan Glendening 2010?  Royaume-Uni


Liste de films post-apocalyptiques 28

Solarbabies Solarbabies Alan Johnson 1986  États-Unis

Soleil vert Soylent Green Richard Fleischer 1973  États-Unis

Sorciers de la guerre, Les Wizards Ralph Bakshi 1977  États-Unis

Spirits of the Air, Gremlins of the Spirits of the Air, Gremlins of the Alex Proyas 1989  Australie
Clouds Clouds

Stalker Cmankep Andreï Tarkovski 1979 Union soviétique

Steel Dawn Steel Dawn Lance Hool 1987  États-Unis

Steel Frontier Steel Frontier Paul G.Volk & Jacobsen Hart 1995  États-Unis

Stryker : 2021 après la chute de Stryker Cirio Santiago 1984  Philippines


New-York

Sur le globe d'argent Na srebrnym globie Andrzej Zulawski 1987  Pologne


[15]

Surf Nazis Must Die Surf Nazis Must Die Peter George 1987  États-Unis

Survival Earth Survival Earth Peter McCubbin 1985  Canada

Survival Zone Survival Zone Percival Rubens 1983  Afrique du Sud

Survivant, Le Omega Man, The Boris Sagal 1971  États-Unis

Survivants de la fin du monde, Damnation Alley Jack Smight 1977  États-Unis


Les

Survivor Survivor Michael Shackleton 1987  Afrique du Sud


 États-Unis

Sweetwater Sweetwater Lasse Glomm 1988  Suède


 Norvège

Taking Tiger Mountain Taking Tiger Mountain Tom Huckabee 1983  Royaume-Uni
 États-Unis

Talking with Dog Talking with Dog Mark Roper 2008  États-Unis

Tank Girl Tank Girl Rachel Talalay 1995  États-Unis

TC 2000 TC 2000 T.J.Scott 1993  États-Unis

Teenage Caveman Teenage Caveman Roger Corman 1958  États-Unis

Teenage Caveman (Téléfilm) Teenage Caveman Larry Clark 2002  États-Unis

Tekken Tekken Dwight H. Little 2010  États-Unis


 Japon

Le Temps du loup Le Temps du loup Michael Haneke 2003  France


 Autriche

Terminal virus Terminal virus Dan Golden 1996  États-Unis

Terminator Renaissance Terminator Salvation McG 2009  États-Unis

Terror Within, The Terror Within, The Thierry Notz 1989  États-Unis

Terror Within II, The Terror Within II, The Andrew Stevens 1990  États-Unis

Threads Threads Mick Jackson 1984  Royaume-Uni

Time Travelers, The Time Travelers, The Ib Melchior 1964  États-Unis

Time Trooper Morgengrauen Peter Sämann 1985  Autriche

Toad Warrior Toad Warrior Donald G. Jackson 1996  États-Unis


Scott Shaw

Tooth And Nail Tooth And Nail Mark Young 2007  États-Unis
Liste de films post-apocalyptiques 29

Traqués de l'an 2000, Les Turkey Shoot Brian Trenchard-Smith 1982  Australie

Twilight of the Dogs Twilight of the Dogs John R.Ellis 1995  États-Unis

Ultime Garçonnière, L' Bed Sitting Room, The Richard Lester 1969  Royaume-Uni

Ultimo deseo Ultimo deseo Leon Klimovsky 1976  Espagne

Ultra Warrior Ultra Warrior Augusto Tamayo San Roman 1990  Pérou
Kevin Tent  États-Unis

Urban Warriors Urban Warriors Giuseppe Vari 1987  Italie

USS Charleston, dernière chance On the Beach Russell Mulcahy 2000  Australie
pour l'humanité  États-Unis

Vampire Hunter D : Bloodlust Vampire Hunter D : Bloodlust Yoshiaki Kawajiri 2000  Japon

Vanguard, The Vanguard, The Matthew Hope 2008  Royaume-Uni

Vie future, La Things to come William Cameron Menzies 1936  Royaume-Uni

Virus Fukkatsu no hi Kinji Fukasaku 1980  Japon

WALL-E WALL-E Andrew Stanton 2008  États-Unis

Warlords Warlords Fred Olen Ray 1988  États-Unis

Warlords 3000 Warlords 3000 Faruque Ahmed 1992  États-Unis

Warriors of the Apocalypse Warriors of the Apocalypse Bobby Suarez 1985  Philippines
 États-Unis

Waterworld Waterworld Kevin Reynolds 1995  États-Unis

Where Have All the People Gone Where Have All the People Gone John Llewellyn Moxey 1974  États-Unis

The wind of amnesia Kaze no na wa amunejia Kazuo Yamazaki 1993  Japon

W is War W is War Willie Milan 1983  Philippines

[16] Wonderful Days Wonderful Days Kim Moon-Saeng 2003  Corée du Sud

World gone wild World gone wild Lee H. Katzin 1988  États-Unis

World without end World without end Edward Bernds 1956  États-Unis

Wylds, The Wylds, The Andrew Wiest 2010?  États-Unis

Yor, le chasseur du futur Il Mondo di Yor Antonio Margheriti 1983  Italie

Zardoz Zardoz John Boorman 1974  Royaume-Uni


 États-Unis

Zone 39 Zone 39 John Tatoulis 1996  Australie

Zordax II : la guerre du métal Zordax II : la guerre du métal Syl Disjonk 2006  Canada
Liste de films post-apocalyptiques 30

Voir aussi
• Science-fiction post-apocalyptique

Notes et références
[1] (fr) 2020 Texas Gladiators (http:/ / www. nanarland. com/ Chroniques/ Main. php?id_film=2020texasgladiator) sur Nanarland.com
[2] (en) The Aftermath sur wikipédia anglophone.
[3] Monde supposé post-apocalyptique, mais qui, en réalité, ne l'est pas.
[4] Vers la fin du film, l'humanité à disparu. Raison : inconnue.
[5] (it) Wikipédia italophone
[6] (fr) American Cyborg (http://www.nanarland.com/Chroniques/Main.php?id_film=americancyborg) sur Nanarland.com
[7] (fr) Apocalypse Warriors: Raiders of the Sun (http://www.nanarland.com/Chroniques/Main.
php?id_film=apocalypsewarriorraidersofthesun) sur Nanarland.com
[8] Diverses cataclysmes. D'après (fr) Nanarland (http:/ / www. nanarland. com/ Chroniques/ Main. php?id_film=knights) - Consulté le
9 janvier 2009.
[9] (fr) Circuitry Man (http:/ / www. nanarland. com/ Chroniques/ Main. php?id_film=circuitryman) sur Nanarland.com - Consulté le
8 mars 2009. Monde pollué.
[10] (fr) un mal mystérieux... (http:/ / www. scifi-universe. com/ fiche_media. asp?media_id=14709)
[11] La nourriture se fait rare. Raison : inconnue.
[12] En manipulant une nouvelle source d'énergie, un scientifique fait disparaître toute trace de vie sur Terre ((fr) AlloCiné (http:/ / www.
allocine. fr/ film/ fichefilm_gen_cfilm=34845. html)).
[13] (fr) Les Exterminateurs de l'An 2000 (http:/ / www. nanarland. com/ Chroniques/ Main. php?id_film=apocalypsewarrior) sur
Nanarland.com - Consulté le 8 mars 2009.
[14] (fr) CineAsie (http:/ / www. cineasie. com/ GoodmanTown. html)
[15] (fr) Sur le globe d'argent (http:/ / www. malavidafilms. com/ malavida. php?page=film& film=93) sur le site du distributeur.
[16] (fr) « En 2142, la civilisation a été détruite par la guerre et la pollution » Cinefil (http:/ / www. cinefil. com/ film/ wonderful-days) -
Consulté le 10 mars 2009.

Mad Max
Mad Max

Réalisation George Miller

Acteurs principaux Mel GibsonJoanne SamuelSteve BisleyHugh Keays-Byrne

Scénario George Miller


James McCausland
Histoire
George Miller
Byron Kennedy

Direction artistique Jon Dowding

Costumes Clare Griffin

Photographie David Eggby

Musique Brian May

Production Byron Kennedy

Société(s) de production Kennedy Miller Productions

Société(s) de distribution Roadshow Entertainment American International Pictures Warner Bros.

Budget [1]
400000 dollar australien

Pays d’origine  Australie

Langue(s) originale(s) anglais
Mad Max 31

Format Image2.35:1 - 35mm - Couleur (Eastmancolor) SonMono

Genre ActionScience-fiction

Durée 88 minutes

Sortie 12 avril 1979 9 mai 1980 (L.A.) 13 janvier 1982

Mad Max est un film de science-fiction australien réalisé par George Miller en 1979.

Synopsis
Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.
Dans un futur proche, les grandes nations sont entrées en guerre pour le pétrole ; exaspérées par la situation de crise,
les populations se sont révoltées, les nations essaient de maintenir un semblant d'ordre tandis que des bandes de
délinquants sillonnent les routes[2] .
Max Rockatansky (Mel Gibson) est un policier de la route, un flic ("copper" en référence à sa plaque de service, en
cuivre). À bord de son Interceptor (une Ford Falcon XB sedan australienne, propulsée par un 351 Cleveland, 5,8
litres de cylindrée), il est chargé de faire régner l'ordre et de combattre les bandes de pirates de la route ; il fait équipe
avec le motard Jim « Mother Goose » (« Mère l'Oie », surnom traduit par « le Gorille » en français, incarné par Steve
Bisley). Sa meilleure arme est son sang-froid, qui lui permet de faire « craquer » ses adversaires lors
d'impressionnants face à face routiers.
Lors d'une poursuite automobile au début du film, un voyou se nommant lui-même le "Nightrider" (traduit en
français "l'Aigle de la Route"), se tue en tentant d'échapper à Max. Le Nightrider se trouve avoir pour ami un
dangereux gang de motards, dont le chef et frère décide de le venger. Quand le co-équipier de Max, Jim Goose, se
retrouve à l'hôpital grièvement brûlé par le gang, Max prend peur et décide de quitter son poste de policier
intercepteur. Il part alors vers le Nord avec sa femme et son bébé, loin de la violence routière. Mais les motards
parviennent à le retrouver et tuent sa femme et son bébé. Max, fou de rage, bascule dans la folie meurtrière, et part à
la poursuite des motards dans le seul but de les tuer.

Fiche technique
• Titre : Mad Max
• Réalisation : George Miller
• Scénario : James McCausland et George Miller, d'après une histoire
de George Miller et Byron Kennedy
• Musique : Brian May
• Producteur : Byron Kennedy
• Producteur associé : Bill Miller La voiture de Mel Gibson dans le film

• Montage : Cliff Hayes et Bill Paterson


• Directeur de la photographie : David Eggby
• Montage : Cliff Hayes et Tony Paterson
• Distribution des rôles : Mitch Consultancy
• Direction artistique : Jon Dowding
• Création des costumes : Clare Griffin
• Directeur de production : John Hipwell
• Pays d'origine : Australie
• Date de sortie :
Mad Max 32

•  Australie : 12 avril 1979
•  États-Unis : 9 mai 1980 (présentaion à Los Angeles), 6 juin 1980 (présentation à Minneapolis),
13 juin 1980 (présentation à New York)
•  France : 13 janvier 1982 ; 9 juillet 2008 (2e sortie en salles)
• Format : couleur, mono, 35 mm, 2.35:1
• Genre : Action, science-fiction, road movie post-apocalyptique
• Durée : 88 minutes
• Interdit en salles aux moins de 16 ans (-16)

Distribution
• Mel Gibson (VF : Patrick Floersheim) : « Mad » Max Rockatansky
• Steve Bisley (VF : Gérard Dessalles) : Jim « mother » Goose (« le Gorille
»), motard de la MFP
• Joanne Samuel (VF : Béatrice Delfe) : Jessie Rockatansky, sa femme
• Hugh Keays-Byrne (VF : Michel Vocoret) : Toecutter ("le chirurgien" en
VF) (le chef de la bande de motards)
• Tim Burns (VF : Éric Legrand) : Johnny the Boy
• Sheila Florence (VF : Marie Francey) : May Swaisey
• Geoff Parry : Bubba Zanetti
• Roger Ward (VF : Michel Barbey) : Fifi McAffee, le capitaine de la
MFP
• Lisa Aldenhoven : infirmière
• David Bracks : Mudguts
• Bertrand Cadart : Clunk
Mel Gibson en 1990
• David Cameron : Barry, le mécanicien de la MFP
• Robina Chaffey : chanteuse du club Sugartown
• Stephen Clark : Sarse
• Mathew Constantine : Toddler
• Jerry Day : Ziggy
• Reg Evans : chef de gare
• Brendan Heath : Sprog Rockatansky, leur fils
• Vincent Gil : Crawford « Nightrider » Montizano (l'Aigle de la Route)
• Lulu Pinkus : la copine du Nightrider

Commentaire
Le pays est indéterminé : on sait juste qu'ils parlent anglais et roulent à gauche, et que la police porte le nom de MFP,
Main Force Patrol, pas plus explicite[3] . George Miller a donc choisi de placer l'action n'importe où, c'est-à-dire ici
et demain ; le cadre général n'est pas connu, il ne sera présenté que dans Mad Max II et le pays identifié à la fin de
Mad Max III (cependant, un cadavre de kangourou est brièvement visible dans le deuxième opus), le film apparaît de
fait comme une évolution de la situation actuelle des pays développés.
La première image est celle du Halls of justice, ce qui introduit le thème de la justice et d'une société organisée. Mais
dès la première scène, on comprend que tout se délabre : les bâtiments sont en ruine, la radio de la police est occupée
en permanence par une opératrice donnant des recommandations naïves et des consignes décalées par rapport à la
réalité, tandis que la principale occupation des policiers consiste à se rincer l'œil avec la lunette de leur arme de
service.
Mad Max 33

En fait, la violence de la société reflète la violence de l'État, les représentants de l'État sont aussi fous que les
criminels, la seule différence est qu'ils ont une plaque de bronze au revers du blouson.
Bien que l'histoire soit très violente, George Miller a l'intelligence de n'en montrer quasiment rien (les deux seules
images réellement violentes ne durent que quelques secondes) et de laisser le spectateur deviner ce qui se passe, tout
est suggéré. On est bien loin de la violence esthétisée et complaisante (la violence n'est pas belle donc elle n'est pas
montrée, mais elle existe donc n'est pas ignorée), et des conventions aseptisées (pas de gentil ni de méchant, pas de
héros mais un fou, « Mad » Max).
Le film s'inspire sur plusieurs aspects du film Point limite zéro (Vanishing Point, 1971) de Richard Sarafian, ne
serait-ce que le nom du héros (Rockatansky dans Mad Max, Kowalski dans Point limite zéro), à tel point qu'on peut
le considérer comme un hommage à l'œuvre de Sarafian. La scène d'introduction notamment, où les deux policiers
cherchent en vain à intercepter le Knight Rider, est reprise presque plan pour plan d'une scène centrale de Point
limite zéro. Il n'est aussi pas sans ressemblances avec le livre Route 666 (Damnation Alley, 1966, aussi traduit sous le
titre Les Culbuteurs de l'Enfer) de Roger Zelazny, pionnier du post-apocalyptique, par l'environnement
post-apocalyptique lui-même et par la personnalité du héros.
George Miller eut beaucoup de problèmes avec son film, jugé trop violent et influent pour les jeunes. Voulant éviter
le classement X, la censure accepta de projeter le film en échange de quelques coupes, mais George décréta que,
mise à part des plans explicites de quelques secondes, que ce n'est pas le film qui est violent mais le climat général,
la brutalité ambiante. Malgré ça, le film fut interdit quelques années en France (il ne sortira qu'en 1982, soit trois ans
après sa sortie en Australie).

Autour du film
• Tourné avec un budget dérisoire de 350 000 dollars, Mad Max est devenu par la suite l'un des films les plus
rentables de l'histoire du cinéma avec 100 000 000 dollars dans le monde, dont 5 625 000 dollars en Australie, 8
750 000 dollars aux États-Unis et 2 549 462 entrées en France. [4] ,[5]
• Le film a révélé Mel Gibson au grand public, qui deviendra une star mondiale avec L'Arme fatale.
• Le film fut doublé en anglais américain pour sa distribution aux États-Unis (y compris Mel Gibson).

Suites
Deux suite seront réalisées par Georges Miller : Mad Max 2 en 1981 et Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre en
1985. Un quatrième film (Mad Max IV: Fury Road) est en projet ; il était initialement prévu pour 2006, puis le projet
fut abandonné et finalement prévu pour 2011[6] .

Voir aussi
• Cinéma australien
• Science-fiction post-apocalyptique
• Waterworld
Mad Max 34

Notes et références
[1] Mad Max : SE (http:/ / www. dvdtimes. co. uk/ content. php?contentid=4134), DVD Times, 2002-01-19. Consulté le 2009-03-12
[2] Ces éléments ne sont connus que dans Mad Max II
[3] certains ouvrages, comme le Larousse Nos films de toujours, désignent l'Australie
[4] Mad Max (1979) - Business (http:/ / french. imdb. com/ title/ tt0079501/ business) sur Internet Movie Database. Consulté le 3 septembre
2009.
[5] Box-office France 1982 (http:/ / fr. wikipedia. org/ wiki/ Box-office_France_1982) sur Wikipédia. Consulté le 3 septembre 2009.
[6] http:/ / french. imdb. com/ title/ tt1392190/

Liens externes
• (fr/en) Mad Max (http://www.imdb.fr/title/tt0079501/combined) sur l’Internet Movie Database - Version plus
complète en anglais (http:/ / akas. imdb. com/ title/ tt0079501/ combined)
• (fr) Mad Max - 1979 de George Miller (http://www.solaris-distribution.com/mad-max/) - Site consacré au
premier volet de la saga à l'occasion de sa ressortie en salles.
• (fr) MAD MAX de George Miller (http://www.cinetudes.com/MAD-MAX-de-George-Miller-1979_a102.
html) sur Cinetudes
• (fr) Mad Max (http://www.mad-movies.com/fiche.php?id=295) sur Mad Movies
• (fr) Erwelyn.com (http://www.erwelyn.com/) Site de bibliographies et filmographies thémathiques sur la
science-fiction comme les Dystopies : nos sociétés futures (http://www.erwelyn.com/dyxtopie.html) thème
auquel appartient Mad Max
• (fr) Fiche Mad Max (http://www.cinemotions.com/modules/Films/fiche/3426/Mad-Max.html)

Mad Max 2
Mad Max 2

Titre original Mad Max 2: The Road Warrior

Réalisation George Miller

Acteurs principaux Mel Gibson


Bruce Spence
Mike Preston
Vernon Wells

Musique Brian May

Société(s) de distribution Warner Bros. Pictures


(États-Unis)
Warner-Columbia Film (France)

Budget 4000000 dollars (Australie)


2000000 dollars (États-Unis)

Pays d’origine  Australie

Langue(s) originale(s) Anglais

Durée 91 min

Sortie 24 décembre 1981 (Australie)

Mad Max 2 est un film de science-fiction australien réalisé par George Miller en 1981.
Mad Max 2 35

Synopsis
Après avoir vu sa famille et son collègue massacrés par une bande de motards, Max Rockatansky vit désormais en
marge, sillonnant les routes de ce pays livré à la violence et à la loi du plus fort au volant de son bolide. Alors qu’il
recherche de quoi faire le plein de son véhicule, il est attaqué par un homme qui possède une autogire. Max réussit à
le maitriser et le fait prisonnier. L’homme en question l’informe qu’il pourrait trouver autant de carburant qu’il veut
dans une raffinerie gérée par une trentaine de personnes. Le pétrole étant devenu la ressource la plus précieuse et la
plus rare, la raffinerie est constamment assaillie par une bande mobile, menée par le Seigneur Humungus. Des
centaines de litres d’essence sont stockés dans une citerne. La petite communauté souhaite la déplacer afin
d’échapper au Seigneur Humungus et ses hommes. Max leur propose son aide : en échange de quelques litres, il leur
fournit un camion capable de tirer la citerne.

Fiche technique
• Titre : Mad Max 2
• Autres titres : Mad Max 2 : The Road Warrior • The Road Warrior (USA) • Mad Max 2: le défi (France)
• Réalisation : George Miller
• Scénario : George Miller, Terry Hayes et Brian Hannant
• Musique : Brian May
• Producteur : Byron Kennedy
• Directeur de la photographie : Dean Semler
• Montage : Michael Balson, David Stiven et Tim Wellburn
• Direction artistique : Graham 'Grace' Walker
• Création des costumes : Norma Moriceau
• Directeur de production : Patrick Clayton
• Pays d'origine :  Australie
• Format : couleur, mono, 35 mm et 70 mm (scènes d'explosion), format 2.20:1 (70 mm prints) et 2.35:1
• Genre : Action, science-fiction, "western" post-apocalyptique
• Durée : 91 minutes
• Date de sortie :
•  Australie : 24 décembre 1981
•  France : 11 août 1982
• Interdit en salles aux moins de 12 ans (-12)

Distribution
• Mel Gibson (VF : Patrick Floersheim) : « Mad » Max Rockatansky
• Bruce Spence (VF : Jacques Balutin) : le pilote de l'hélicoptère (Gyro Captain)
• Mike Preston (VF : Michel Beaune) : Pappagallo
• Max Phipps : Toadie
• Vernon Wells : Wez
• Kjell Nilsson (VF : Henry Djanik) : le seigneur Humungus
• Emil Minty : l'enfant sauvage
• Virginia Hey : la femme guerrière
• William Zappa : Zetta
• Arkie Whiteley : la copine du pilote
• Steve J. Spears : le mécanicien
• Syd Heylen : Curmudgeon
• Moira Claux : Big Rebecca
Mad Max 2 36

• David Downer : Nathan


• David Slingsby : l'homme tranquille
• Harold Baigent (VF : Dominique Paturel) : voix du narrateur

Commentaire
Contrairement au film précédent qui avait un contenu assez politique, on est ici dans un film de type
post-apocalyptique plus classique, où la violence est un peu plus explicite. Plus de trace d'un État organisé, on est
dans le cadre d'une guerre de clans, une sorte de western mécanisé.

Autour du film
• Parce qu'il était relativement peu connu aux États-Unis, les bande-annonces ne montraient pas Mel Gibson, elles
étaient plutôt focalisées sur les poursuites et les scènes d'action[1] .
• C'est le film qui a convaincu Steven Spielberg que George Miller serait un excellent choix pour réaliser un
segment du film La Quatrième dimension[1] .
• Le film a été tourné dans l'ordre chronologique du script[1] .
• Un morceau de la narration du film s'ouvre sur un montage d'images résumant ce qui s'est passé sur la planète.
Cela n'a pas été utilisé pour la version australienne[1] .
• Le budget du film était d'environ dix fois plus élevée que celui de son prédécesseur[1] .

Références culturelles
De par son statut de film culte, Mad Max 2 reçoit plusieurs clin d'oeil provenant de différentes manifestations
culturelles.
• Le jeu vidéo Fallout, possède une armure copiée du costume de cuir de Max.
• Dans South Park, la chambre de Stan possède une parodie du poster du film intitulé The Street Warrior.
• Dans South Park, toujours, l'épisode 7 de la saison cinq: Du bon usage du préservatif, fait très largement référence
à ce film. Dans cet épisode, une bande de garçon au volant de véhicules post-apocalyptiques (comprenant un
Butters-Humungus, un Cartman-Toadie et un Gamin-Wez) assiège un fort de filles défendu, entre-autre, par un
lance-flammes et une Barbara(Bebe) lanceuse de Boomerang à lames. L'objet du litige n'est, en l'occurrence, pas
le pétrole mais le fait d'apporter le SIDA.

Voir aussi
• Mad Max (1979), de George Miller
• Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre (1985), de George Miller et George Ogilvie

Notes
[1] Mad Max: The Road Warrior (1981) - Trivia (http:/ / www. imdb. com/ title/ tt0082694/ trivia) sur l'Internet Movie Database. Consulté le
29 juin 2010.

Lien externe
• (fr/en) Mad Max 2 (http://www.imdb.fr/title/tt0082694/combined) sur l’Internet Movie Database - Version plus
complète en anglais (http:/ / akas. imdb. com/ title/ tt0082694/ combined)
Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre 37

Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre


Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre

Réalisation George Miller


George Ogilvie

Acteurs principaux Mel Gibson


Tina Turner
Bruce Spence

Scénario George Miller


Terry Hayes

Musique Maurice Jarre

Société(s) de distribution Warner Bros. Pictures

Pays d’origine  Australie

Langue(s) originale(s) Anglais

Durée 107 min

Sortie 8 août 1985

Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre est un film de science-fiction australien réalisé par George Miller en
1985.

Synopsis
Une guerre nucléaire a achevé la société mourante, les hommes s'organisent sous la forme de tribus qui luttent pour
leur survie. Alors qu'il sillonne le désert dans son chariot tracté par des chameaux, Max se fait agresser et voler ses
biens. En poursuivant ses voleurs, il arrive dans une ville, Bartertown, littéralement « la ville du troc » (Trocpolis).
Cette ville, dédiée au commerce, est régie par Aunty Entity (Entité, Tina Turner), qui organise un début de
civilisation en remplaçant le vol par le troc. Dans cette ville, les conflits et querelles interpersonnels sont réglés par
un duel à mort dans une arène, le Dôme du Tonnerre (Thunderdome), afin d'éviter des vengeances, luttes de clans et
vendetta qui mèneraient à l'effondrement de cet embryon de société. La société est soumise à des règles simples
rédigées par Aunty Entity sous la forme de slogans : « two men enter, one man leave » (« deux hommes entrent, un
homme sort », pour les duels à mort dans le Dôme du tonnerre) ou encore « bash the deal, face the wheel » (« viole
l'accord, affronte la roue », la condamnation étant choisie au hasard par une parodie de loterie).
La ville est alimentée par du méthane créé à partir du lisier de porcs, élevés sous la ville. L'élevage et l'usine à
méthane sont dirigés par Master Blaster (« Maître Bombe »), un couple formé par un colosse intellectuellement
débile (Blaster) et un nain intelligent (Master) juché sur ses épaules. Lorsqu'il a un conflit avec Aunty Entity, Master
décrète un embargo et coupe l'alimentation en énergie de Bartertown.
Max découvre, en arrivant dans cette ville, que la renaissance de la civilisation s'accompagne de celle des intrigues
politiques. Y a-t-il un avenir au-delà du Dôme du Tonnerre, c'est-à-dire au-delà de Bartertown ? Mais aussi, doit-on
recréer une société similaire à celle qui a failli ?
Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre 38

Fiche technique
• Titre : Mad Max 3 : Au-delà du dôme du tonnerre (Mad Max
Beyond Thunderdome)
• Réalisation : George Miller et George Ogilvie
• Scénario : George Miller et Terry Hayes
• Chansons titres: We don't need another hero et One of the living par
Tina Turner
• Musique : Maurice Jarre
• Pays d'origine : Australie
• Format : couleur, mono, 35, 70 mm, format ?
• Genre : péplum post-apocalyptique
• Durée : 107 minutes
• Lieu de tournage :  Espagne Désert de Tabernas
• Date de sortie : Mad Max III se déroule après une guerre
nucléaire

•  Australie : 8 août 1985


•  États-Unis : 10 juillet 1985
•  France : 25 septembre 1985
• (ce)
• Pour tout public

Distribution
• Mel Gibson (VF : Jacques Frantz) : « Mad » Max Rockatansky
• Tina Turner : Entité (Aunty Entity)
• Bruce Spence (VF : Philippe Peythieu) : Jedediah, le pilote
• Adam Cockburn : Jedediah Jr.
• Frank Thring (VF : Henry Djanik) : le collectionneur
• Angelo Rossitto (VF : Marc De Georgi) : Master (le nain)
• Paul Larsson : Blaster (le colosse)
• Angry Anderson (VF : Pascal Renwick) : Ironbar
• Robert Grubb : le tueur de cochons
• George Spartels : Blackfinger
• Edwin Hodgeman (VF : Jean-Pierre Leroux) : Dr. Dealgood
• Bob Hornery : le marchand d'eau
• Andrew Oh : Ton Ton Tattoo
• Helen Buday : Savannah Nix
• Mark Spain : Mr. Skyfish

Tina Turner en 1985

Commentaire
Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre 39

Après avoir exploré le western, George Miller revisite le péplum. Le film paraît plutôt aseptisé par rapport aux deux
premiers opus, mais cela correspond aussi à la renaissance d'un monde civilisé. Au-delà du Dôme du Tonnerre, on
trouve une communauté isolée d'enfants, qui pourrait être inspirée par Sa Majesté des mouches de William Golding,
et qui incarne un espoir de fonder un monde neuf sans le passif qui aurait été transmis par les adultes.
Le film comporte plusieurs références au premier épisode de la série, comme le joueur de saxophone (la femme de
Max jouait du saxophone), ou bien l'évocation du métier de Max avant la guerre nucléaire ; il se conclut par la
chanson de Tina Turner, We Don't Need Another Hero (« nous n'avons pas besoin d'un nouveau héros »), qui fait
écho à la phrase du capitaine de la police « Fif » McAfee dans le premier film : We're gonna giv'em back their heroes
(« on va leur rendre leurs héros »).
Le film comporte quelques références à la culture française :
• un des gardiens de Bartertown chante l'air du torréador du Carmen de Bizet ;
• le disque écouté par les enfants lors de la fuite de Bartertown est un cours de français.
Le nom du pilote dont le retour est attendu par les enfants est Captain Walker. Or ce nom est celui du pilote, père de
Tommy, dans l'opéra-rock du même nom. Coïncidence à noter : Tina Turner jouait aussi dans le film issu de cet
album.
George Miller situe pour la première fois clairement le lieu de l'action, l'Australie, puisque l'on aperçoit les ruines de
l'Opéra de Sydney. Une référence plus discrète figurait toutefois déjà dans Mad Max 2, où un personnage exhibait
pour prouver l'existence d'une « terre promise » un dépliant publicitaire de la Sunshine Coast (tronçon de la côte est
australienne).
À la fin du film, on voit Max s'éloigner dans le « grand rien ». Mais que devient-il ensuite ?

Distinctions
Nomination au Saturn Award du meilleur film de science-fiction par l'Académie des films de science-fiction,
fantastique et horreur.

Références culturelles
Le rappeur 2Pac s'est inspiré du film pour son clip California Love.

Lien externe
• (fr/en) Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre [1] sur l’Internet Movie Database - Version plus complète en anglais [2]

Références
[1] http:/ / www. imdb. fr/ title/ tt0082694/ combined
[2] http:/ / akas. imdb. com/ title/ tt0082694/ combined
Waterworld 40

Waterworld
Waterworld, ou Un monde sans terre au Québec (Waterworld en version originale), est un film de science-fiction
post-apocalyptique américain réalisé par Kevin Reynolds, sorti le 28 juillet 1995 et mettant en vedette Kevin
Costner.

Synopsis
En 2500 la Terre est recouverte d'océans et les hommes ont désormais appris à s'adapter à ce nouvel environnement.
Une légende persiste, celle qu'une île, "Dryland", est restée préservée des eaux.

Fiche technique
• Titre : Waterworld
• Titre original : Waterworld
• Titre québécois : Un monde sans terre
• Réalisation : Kevin Reynolds
• Scénario : Peter Rader et David Twohy
• Production : Charles Gordon, Lawrence Gordon, Kevin Costner et John Davis
• Société de production : Universal Pictures
• Musique : James Newton Howard, Artie Kane et Mark Isham
• Photographie : Scott Fuller et Dean Semler
• Montage : Peter Boyle
• Pays d'origine : États-Unis
• Format :1.85 Couleurs - Dolby Digital
• Genre : Action, fantastique, science-fiction post-apocalyptique
• Durée : 176 minutes
• Date de sortie : 28 juillet 1995 (USA) ; 25 octobre 1995 (France)

Distribution
• Kevin Costner (VF : Gabriel Le Doze) : Mariner
• Dennis Hopper (VF : Bernard-Pierre Donnadieu) : Deacon (le "Diacre")
• Tina Majorino : Enola
• Jeanne Tripplehorn : Helen
• Michael Jeter : Le vieux Gregor
• Rick Aviles : Gatesman
• R.D. Call : Enforcer
• Zitto Kazann : Elder/Survivant
• Jack Black : Pilote
• Leonardo Cimino : Elder
• Zakes Mokae : Priam
• Luke Ka'ili Jr. : Boy
• Anthony DeMasters : Boy
• Willy Petrovic : Boy
• Jack Kehler : Banker
• Lanny Flaherty : Trader
• Chaim Girafi : Drifter
Waterworld 41

• Robert A. Silverman : Hydroholic


• Gerard Murphy : Nord
• Sab Shimono : Elder
• Rita Zohar : Atoller
• Henry Kapono Ka'aihue : Gatesman
• August Neves : Old atoller
• Tracy Anderson : Gatesman
• Neil Giuntoli : Hellfire gunner
• Robert Joy : Ledger guy
• John Fleck : Docteur
• David Finnegan : Toby
• Kim Coates : Drifter

Autour du film
• À noter qu'avec son budget de 175 millions de dollars, ce film disposait d'un des plus gros budgets du cinéma à sa
sortie et que les recettes d'exploitation n'ont pas suffi à recouvrer. L'échec commercial est à ce titre un des plus
retentissants que Hollywood ait connu. En raison d'une critique sévère, le film a sérieusement pâti de l'importante
médiatisation des déboires du tournage[1] , réputation qui n'est pas nécessairement justifiée.
• Une attraction a été tirée du film, elle met en scène des événements intervenant après la fin de celui-ci. On peut
voir cette attraction aux parcs Universal Studios Hollywood et Universal Studios Japan.
• Waterworld a connu son jeu vidéo, sorti en même temps que le film en salles, il fut édité sur Game Boy, Virtual
Boy et Super Nintendo. A noter qu'une version Megadrive était prévue mais sa sortie fut annulée quelques
semaines avant la date initiale sans doute parce que la console était en nette fin de vie[réf. souhaitée].

Notes et références
[1] Le Monde, 2 août 1995, Le tournage-catastrophe du « film le plus cher du monde » et dans la même édition Le spectaculaire naufrage de «
Waterworld »

Annexes

Liens externes
• Waterworld (http://french.imdb.com/title/tt0114898/) sur l'Internet Movie Database
• (fr) Waterworld (http://www.mad-movies.com/fiche.php?id=213) sur MadMovies
Postman 42

Postman
Postman

Titre québécois Le Facteur

Titre original The Postman

Réalisation Kevin Costner

Acteurs principaux Kevin Costner, Will Patton, Larenz Tate

Scénario Eric Roth et Brian Helgeland


(adaptation d'un roman de David Brin)

Photographie Stephen F. Windon

Montage Montage : Peter Boyle (II)

Musique James Newton Howard

Production Steve Tisch, Kevin Costner, Jim Wilson

Pays d’origine  États-Unis

Langue(s) originale(s) anglais

Format Couleur - 2,35:1 (Cinémascope) - DTS Stéreo - 35 mm

Genre science-fiction post-apocalyptique

Durée 178 minutes (2 h 58)

Sortie 12 décembre 1997 (Première aux USA)


25 décembre 1997 (Canada & USA)
25 février 1998 (France)
4 mars 1998 (Belgique)

Principale(s) récompense(s) plusieurs Razzie Awards

Postman (titre original : The Postman, au Québec : Le Facteur) est un film américain réalisé par Kevin Costner
sorti en 1997. Il est adapté d'un roman éponyme de David Brin, publié en 1985.

Synopsis
2013, le monde est devasté. Les rares survivants vivent comme ils peuvent sur les restes de la civilisation disparue.
Le Général auto-proclamé Bethlehem à la tête d'une armée conséquente décide d'imposer son pouvoir par la force.
Mais heureusement un voyageur solitaire va s'opposer à lui...

Chronologie de l'univers de Postman


• 1973 : Naissance du facteur
• 1997 : Début de la troisième guerre mondiale, montée en puissance de Nathan Holn et du mouvement holniste
• 1998-2001 : Hiver nucléaire consécutif à l'utilisation de telles armes
• 2013 : Reprise du service postal en Oregon sous l'égide - factice - du gouvernement des États-Unis Restaurés
d'Amérique. Au sud, proclamation de la République Restaurée de Californie.
• 2014 : Guerre entre holnistes et États-Unis restaurés, mort du général Bethleem. Le Facteur devient de facto chef
du clan holniste, qu'il dissout. Naissance d'Espérance
• 2043 : La société civile reprend ses droits. Le Facteur meurt cette année mais il est honoré par la construction
d'une statue en sa mémoire à Saint-Rose, Oregon.
Postman 43

Distribution
• Le Facteur : Kevin Costner
• Le Général Bethlehem : Will Patton
• John Stephens / Ford Lincoln Mercury : Larenz Tate
• Abby : Olivia Williams
• Idaho : James Russo
• Le shérif Briscoe : Daniel von Bargen
• Le Maire : Tom Petty
• Luke : Scott Bairstow
• Bandit 20 : Giovanni Ribisi
• Irene March : Roberta Maxwell
• Le colonel Getty : Joe Santos
• Le vieux George : Ron McLarty
• Ellen March : Peggy Lipton
• Woody Brian : Anthony Wilson
• Gibbs : Todd Allen
• Mercer : Rex Linn
• Billy : Shawn Hatosy
• Eddie March : Ryan Hurst
• Michael : Charles Esten

Réception
The Postman a généralement reçu des critiques plutôt négatives. Le New York Times parlant par exemple de
"sentimentalisme contrefait" ("bogus sentimentality") et de "jingoïsme excessivement sensible" ("mawkish
jingoism").[1] Sur sa page web de critiques cinématographiques, Roger Ebert a décrit The Postman comme
"bienveillant" ("good-hearted") et "absurde... et prétentieux" ("goofy... and pretentious"). Toutefois, il a également
déclaré que le film est une parabole ratée, pour laquelle il dit que "le spectateur ne doit pas leur reprocher d'avoir
essayé".[2] Lors de leur show télévisé At the Movies, Gene Siskel et Roger Ebert donnent tous deux au film "deux
pouces vers le bas" ("Two Thumbs Down" ), Siskel l'appelant même "Dances with Myself" ("Dance avec
moi-même", en référence à Danse avec les loups (Dances With Wolves) qui est le titre du film oscarisé de Kevin
Costner) au sujet de la scène avec la statue de bronze.[3]
Le film a reçu cinq Razzie Awards dans les catégories "Pire film", "Pire acteur" (pour Kevin Costner), "Pire
réalisateur", "Pire scénario" et "Pire bande originale", c'est-à-dire un prix pour chacune des catégories où il était
nommé, ce qui représente un record puisque c'est la seule et unique fois que cela est arrivé dans l'histoire des Razzie.
C'est à l'occasion de ce film que Costner a obtenu le surnom de "The Boomer". Will Patton co-acteur sur The
Postman et qui avait déjà partagé la vedette avec lui en 1987 dans Sens unique, a inventé le terme en déclarant que
Costner, plus que n'importe qui d'autre, a personnifié "le charme de gamin toujours-souriant, d'âge mûr de la
génération de baby-boomer." Le nom est resté.
Le film a également été un échec notable au box-office : produit sur un budget estimé à 80 millions de dollars, il n'en
a rapporté que 18.[4]
Postman 44

Anecdotes
Dans le film, on projette Universal Soldier sur écran géant en plein air. Les militaires mécontent de la
programmation jettent des pierres au projectionniste pour qu'il change de film. C'est La Mélodie du bonheur (1965,
avec Julie Andrews) qui sera alors projeté !

Notes et références
[1] (en)Stephen Holden, «  Movie Review: The Postman (http://movies.nytimes.com/movie/
review?res=9B02E5D7123EF937A15751C1A961958260) », The New York Times, 24 décembre 1997. Consulté le 3 août 2007
[2] (en)Roger Ebert, «  The Postman (R) (http:/ / rogerebert. suntimes. com/ apps/ pbcs. dll/ article?AID=/ 19971225/ REVIEWS/ 712250304/
1023) », 25 décembre 1997. Consulté le 3 août 2007
[3] (en)extrait vidéo de Siskel & Ebert At The Movies - The Postman (http:/ / bventertainment. go. com/ tv/ buenavista/ atm/ reviews.
html?sec=6& subsec=The+ Postman)
[4] http:/ / www. boxofficemojo. com/ movies/ ?id=postman. htm

Annexes

Articles connexes
• Le Facteur (The Postman) : roman de David Brin dont est adapté le film.

Liens externes
• (fr+en) The Postman (http://french.imdb.com/title/tt0119925/combined) sur l'Internet Movie Database
• (en) The Postman: The Movie, An Impression by the Author of the Original Novel (http://davidbrin.com/
postmanmoviearticle.html) : impression de David Brin sur son site officiel quant à l'adaptation de son roman par
Kevin Costner au cinéma.
Le Facteur (roman) 45

Le Facteur (roman)
Le Facteur

Auteur David Brin

Genre Science-fiction post-apocalyptique

Version originale
Titre original The Postman

Éditeur original Bantam Books

Langue originale Anglais

Pays d'origine  États-Unis

Lieu de parution original New York

Date de parution originale 1985

ISBN original ISBN 0-553-05107-5

Version française
Lieu de parution Paris

Éditeur J'ai lu

Collection Science-fiction

Date de parution 1987

Nombre de pages 443

ISBN ISBN 2-277-22261-5

Le Facteur (titre original : The Postman) est un roman de David Brin.


À l'origine, deux nouvelles intitulées The Postman et Cyclops sont parues dans le magazine Asimov's Science Fiction
en 1982 et 1984. Elles constituent les deux premières parties (sur quatre) du roman publié en 1985 sous le titre The
Postman.
Kevin Costner a adapté ce roman au cinéma en 1997, également sous le titre The Postman.

Résumé
L'histoire prend place en Oregon, dans un monde post-apocalyptique résultat d'une guerre nucléaire et
bactériologique. Un vagabond, Gordon Krantz, récupère un vieil uniforme du United States Postal Service et
redonne l'espoir à une communauté menacée par les chefs militaires locaux, usant de promesses factices d'aide des
« États-Unis d'Amérique Restitués ».

Distinctions
• Chacune des deux premières parties (The Postman et Cyclops) a été nommée pour le prix Hugo du meilleur
roman court et prix Locus du meilleur roman court, respectivement en 1983 et 1985, mais aucune n'a reçu ces
prix.
• Le roman (entier) a été nommé pour le prix Nebula du meilleur roman en 1985 et pour le prix Hugo du meilleur
roman en 1986, mais n'a reçu ni l'un ni l'autre. Par contre, il est lauréat du prix John Wood Campbell Memorial et
du prix Locus du meilleur roman de science-fiction en 1986.
Le Facteur (roman) 46

Traductions
• Français : « Le Facteur », 1987
• Japonais : « ポストマン » (« Le Facteur »), 1988, 1998
• Allemand : « Gordons Berufung » (« La Vocation de Gordon »), 1989
• Russe : « Почтальон » (« Le Facteur »), 1995, 1998, 2002, 2004
• Hongrois : « A jövő hírnöke » (« Le Messager du futur »), 1998
• Turque : « Postacı » (« Le Facteur »), 1998
• Italien : « L'uomo del giorno dopo » (« L'Homme du jour d'après »), 1987

Annexes

Articles connexes
• Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique

Liens externes
• Bibliography: The Postman [1] sur l'Internet Speculative Fiction Database.
• The Postman: The Movie, An Impression by the Author of the Original Novel [2] : impression de David Brin sur
son site officiel quant à l'adaptation de son roman par Kevin Costner au cinéma.

Références
[1] http:/ / www. isfdb. org/ cgi-bin/ title. cgi?1375
[2] http:/ / davidbrin. com/ postmanmoviearticle. html
Sources et contributeurs de l’article 47

Sources et contributeurs de l’article


Survivalisme  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=60621961  Contributeurs: Alex Chalifoux, Djidane39, Doch54, Dubgaet, Esprit Fugace, F.rodrigo, Gem, Grimlock, Gustave
Graetzlin, Jef-Infojef, Jerome66, Kraveunn, Kõan, La Corona, Lomita, Lucadeparis, Mariner, Mathuzalem, Morpheus1885, Necrid Master, Okki, Parch, Regseb, Tovi, 80 modifications anonymes

Science-fiction post-apocalyptique  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=61245959  Contributeurs: 120, Acélan, Adricube, Alamandar, Algarnas Tradgard, Alsy, Aostus, Appius
Psychopompos, Archeos, Ash Crow, Bilou, Bobodu63, Boeb'is, Boréal, Caspian 10, Cchantep, Cdang, Chrono1084, CommonsDelinker, Cr0vax, Cyberugo, David Berardan, Denniss, Domsau2,
Dosto, Ecclecticus, El Comandante, Enzino, Epopoi27, Erquiel, Esprit Fugace, EyOne, FR, Fandepanda, Forthommel, GaMip, Gaal, Garde-chiourme, Gonioul, Grook Da Oger, Hank, Harkle,
Holycharly, Hégésippe Cormier, Itzcoalt, Jean-no, Jerome66, Khayman, KoS, Kokoyaya, Kropotkine 113, L'amateur d'aéroplanes, Lazarux, Lien Rag 99, Linkinito, Loloveto, Luk,
M.A.D.company, Maidwarrior, Marv, Mister BV, Mister Cola, Mith, Mobilotek, Morburre, Mourial, Muad, Necrid Master, Nicolas.le-guen, Nono64, Nopira, Okki, Patangel, Patuto, Phe, Piku,
Pmx, Pok148, Raphael, Roberts, RomainPariset, Samaty, Sanao, Sebleouf, Shaddam 5, Sharl, Sisqi, Smiley, St James, StarGazer, Sub, Superpapy, Surréalatino, Thibault Taillandier, Tibauk, Van
Rijn, Wadzar, ZeroJanvier, 364 modifications anonymes

Liste des œuvres de science-fiction post-apocalyptique  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=61652628  Contributeurs: Annae, Archimëa, Chris a liege, Chrono1084, Cédric
Boissière, Dosto, Ecclecticus, Festanie, Gonioul, Grim Reaper, Khayman, KoS, Lgd, Lien Rag 99, Maidwarrior, Maurilbert, Mercurywoodrose, Mikefuhr, Mister BV, Nanosix, Nemoi,
Nolan.alenko, Patangel, Penjo, Pew99, Philofred, Scoopfinder, Stéphane33, Tarsonis, Tenshu, Viking59, Wanderer999, Xic667, Yanouch, Ælfgar, 113 modifications anonymes

Liste de films post-apocalyptiques  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=61288399  Contributeurs: Acélan, Airair, Antoine Loisel, Auxerroisdu68, Badmood, Bulat, Chaoborus,
Claudius33, CommonsDelinker, Crouchineki, Deep silence, Ecclecticus, Ertezoute, Es2003, Esprit Fugace, Gaaab, Gonioul, Grim Reaper, Hauru, Hector H, Infierno, Jacketgiang, Jean-Frédéric,
Jean-no, KoS, Lafargeparis, Lechat, Lien Rag 99, Maidwarrior, Marckl, Margelabarge, Mister Cola, Mith, Muad, Nono64, Okki, Ollamh, Phe, Piku, Pippobuono, Pok148, Raphael joly, Seb1878,
Sharl, Smiley, Stéphane33, Sub, Urhixidur, Varlaam, Vlaam, Xic667, 463 modifications anonymes

Mad Max  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=61733857  Contributeurs: Ae-a, Alexboom, Alno, Aloux, Andrei2006, Ash Crow, BARBARE42, Badmood, Bandito92, Bibi
Saint-Pol, Brunok, CalcXEF, Cdang, Cody B, Cr0vax, David Latapie, Doch54, DocteurCosmos, Dédélembrouille, Fm790, Fourvin, Gamerfan, Gilles Penso, Gonioul, Hashar, Hégésippe Cormier,
IAlex, IP 84.5, Ishmael, JM RNS, JoB, Kelson, Klinfran, KoS, Korg, Kropotkine 113, Leag, Lilyu, Manu1960, Markadet, Mister Cola, Mith, Mro, Nataraja, Orthogaffe, Philippe Kurlapski,
Raminagrobis, Raphael, Raphy000, Sebjarod, Sebleouf, Sinse59, SparTakiS, Sylfred1977, Sylvestre, Tibo29, Tom, TwoWings, Van Rijn, Vito Corleone, Vlad09, Vyk, Wikibouma, Z653z, 126
modifications anonymes

Mad Max 2  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=61293698  Contributeurs: Baffab, Cbigorgne, Ecclecticus, Ertezoute, Fourvin, JM RNS, K90, Sylfred1977, Vlad09, 23
modifications anonymes

Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=60747806  Contributeurs: Balerian, Bobbie, Cdang, Gz260, JM RNS, Jereck, Nico884, Sisyph,
The-Spider, TwoWings, Vlad09, 9 modifications anonymes

Waterworld  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=61846811  Contributeurs: Badmood, Bonanza-drix, Breogan2008, Charles Berg, Chehwbacca, Chicour, Dhatier, Former user 1,
GilliamJF, Gonioul, Jailen, Khayman, KoS, Korrigan, Koyuki, M-le-mot-dit, Markadet, Mith, Mr Patate, NeMeSiS, Oblic, Ocilya42, Olybrius, PrOxyd, Shreckk, Sérénade, Tomates Mozzarella,
23 modifications anonymes

Postman  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=60766743  Contributeurs: Arnaud.Serander, Ash Crow, Badmood, Clio64, CyrilBeaussier, Ebudae, Fourvin, Gaaab, Hybrid Soldier,
Hégésippe Cormier, IP 84.5, KoS, Mith, Mythe, Place Clichy, Yopohari, Zetud, 6 modifications anonymes

Le Facteur (roman)  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=58601053  Contributeurs: Aloux, Amphisbène, Cchene, Gaaab, Gothmarilyne, Litlok, Patangel, Scrabble, Voxhominis,
農近, 2 modifications anonymes
Source des images, licences et contributeurs 48

Source des images, licences et contributeurs


Image:SurvivalUnderAtomicAttack.jpg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:SurvivalUnderAtomicAttack.jpg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Original uploader
was Bolesjohnb at en.wikipedia
Image:Castle Romeo.jpg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Castle_Romeo.jpg  Licence: Public Domain  Contributeurs: United States Department of Energy
Fichier:Planetoid crashing into primordial Earth.jpg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Planetoid_crashing_into_primordial_Earth.jpg  Licence: Public Domain
 Contributeurs: w:Don Davis (artist)Don Davis (work commissioned by NASA)
Image:Radioactive.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Radioactive.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Bastique
Image:Biohazard.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Biohazard.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Bastique
Image:Groupofzombiesjoelf.jpg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Groupofzombiesjoelf.jpg  Licence: Creative Commons Attribution 2.0  Contributeurs: Joel Friesen
Image:AtomicEffects-p42a.jpg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:AtomicEffects-p42a.jpg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Greasedonky, J o, M9106TB,
Odysseus, Red devil 666, Sanao
Image:NTS Barrage Balloon.jpg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:NTS_Barrage_Balloon.jpg  Licence: Public Domain  Contributeurs: USDOE
Image:Radioaktivita.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Radioaktivita.svg  Licence: Creative Commons Attribution 3.0  Contributeurs: já - me
Image:Panzer aus Zusatzzeichen 1049-12.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Panzer_aus_Zusatzzeichen_1049-12.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs:
User:Purodha
Image:Isabel eye.jpg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Isabel_eye.jpg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Image, ISS007-E-14745, courtesy of Mike Trenchard,
Earth Sciences & Image Analysis Laboratory , Johnson Space Center.
Image:Biohazard_symbol_(red).svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Biohazard_symbol_(red).svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Silsor
Image:Appo3.jpg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Appo3.jpg  Licence: GNU Free Documentation License  Contributeurs: Trebolbit, 1 modifications anonymes
Image:Alien head.jpg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Alien_head.jpg  Licence: Public Domain  Contributeurs: user:LeCire
Fichier:Flag of the United States.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_the_United_States.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Dbenbenn,
User:Indolences, User:Jacobolus, User:Technion, User:Zscout370
Fichier:Flag of the United Kingdom.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_the_United_Kingdom.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Zscout370
Fichier:Flag of France.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_France.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: (en)
Fichier:Flag of Italy.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Italy.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: see below
Fichier:Flag of Canada.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Canada.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:E Pluribus Anthony, User:Mzajac
Fichier:Flag of Japan.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Japan.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Various
Fichier:Flag of the People's Republic of China.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_the_People's_Republic_of_China.svg  Licence: Public Domain
 Contributeurs: User:Denelson83, User:SKopp, User:Shizhao, User:Zscout370
Fichier:Flag of Spain.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Spain.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Pedro A. Gracia Fajardo, escudo de Manual de
Imagen Institucional de la Administración General del Estado
Image:Flag of the Philippines.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_the_Philippines.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Aira Cutamora
Fichier:Flag of South Korea.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_South_Korea.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Various
Fichier:Flag of Poland.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Poland.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Mareklug, User:Wanted
Fichier:Flag of Brazil.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Brazil.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Brazilian Government
Fichier:Flag of Belgium (civil).svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Belgium_(civil).svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Bean49, David Descamps,
Dbenbenn, Denelson83, Fry1989, Howcome, Ms2ger, Nightstallion, Oreo Priest, Rocket000, Sir Iain, ThomasPusch, Warddr, Zscout370, 4 modifications anonymes
Fichier:Flag of New Zealand.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_New_Zealand.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Adambro, Arria Belli, Bawolff,
Bjankuloski06en, ButterStick, Denelson83, Donk, Duduziq, EugeneZelenko, Fred J, Fry1989, Hugh Jass, Ibagli, Jusjih, Klemen Kocjancic, Mamndassan, Mattes, Nightstallion, O, Peeperman,
Poromiami, Reisio, Rfc1394, Shizhao, Tabasco, Transparent Blue, Väsk, Xufanc, Zscout370, 35 modifications anonymes
Fichier:Flag of Germany.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Germany.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Madden, User:Pumbaa80,
User:SKopp
Fichier:Flag of Australia.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Australia.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Ian Fieggen
Fichier:Flag of Mexico.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Mexico.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:AlexCovarrubias
Fichier:Flag of Croatia.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Croatia.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: AnyFile, Argo Navis, Denelson83, Denniss,
Dijxtra, Klemen Kocjancic, Kseferovic, Minestrone, Multichill, Neoneo13, Nightstallion, O, PatríciaR, Platonides, R-41, Rainman, Reisio, Rocket000, Suradnik13, Zicera, ZooFari, Zscout370, 5
modifications anonymes
Fichier:Flag of Hong Kong.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Hong_Kong.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Designed by (en)
Fichier:Flag of Czechoslovakia.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Czechoslovakia.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: (of code)
Fichier:Flag of Denmark.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Denmark.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Madden
Fichier:Flag of Sweden.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Sweden.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Jon Harald Søby
Image:Flag of Thailand.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Thailand.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Andy Dingley, Chaddy, Duduziq,
Emerentia, Fry1989, Gabbe, Gurch, Homo lupus, Juiced lemon, Klemen Kocjancic, Mattes, Neq00, Paul 012, Rugby471, Sahapon-krit hellokitty, TOR, Teetaweepo, Xiengyod, Zscout370, Δ, 23
modifications anonymes
Fichier:Flag of the Czech Republic.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_the_Czech_Republic.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: special
commission (of code): SVG version by cs:-xfi-. Colors according to Appendix No. 3 of czech legal Act 3/1993. cs:Zirland.
Fichier:Flag of the Republic of China.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_the_Republic_of_China.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: 555,
Bestalex, Bigmorr, Denelson83, Ed veg, Gzdavidwong, Herbythyme, Isletakee, Kakoui, Kallerna, Kibinsky, Mattes, Mizunoryu, Neq00, Nickpo, Nightstallion, Odder, Pymouss, R.O.C, Reisio,
Reuvenk, Rkt2312, Rocket000, Runningfridgesrule, Samwingkit, Sasha Krotov, Shizhao, Tabasco, Vzb83, Wrightbus, ZooFari, Zscout370, 72 modifications anonymes
Fichier:Flag of Finland.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Finland.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:SKopp
Fichier:Flag of the Netherlands.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_the_Netherlands.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Zscout370
Fichier:Flag of the Soviet Union.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_the_Soviet_Union.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: A1, Alex Smotrov, Alvis
Jean, Art-top, BagnoHax, Denniss, EugeneZelenko, F l a n k e r, Fred J, G.dallorto, Garynysmon, Herbythyme, Homo lupus, Jake Wartenberg, MaggotMaster, Ms2ger, Nightstallion, Pianist,
R-41, Rainforest tropicana, Sebyugez, Solbris, Storkk, Str4nd, Tabasco, ThomasPusch, Toben, Twilight Chill, Zscout370, Серп, 55 modifications anonymes
Fichier:Flag of SFR Yugoslavia.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_SFR_Yugoslavia.svg  Licence: inconnu  Contributeurs: Zscout370 at en.wikipedia
Fichier:Flag of Ireland.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Ireland.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:SKopp
Fichier:Flag of South Africa.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_South_Africa.svg  Licence: inconnu  Contributeurs: Adriaan, Anime Addict AA, AnonMoos,
BRUTE, Daemonic Kangaroo, Dnik, Duduziq, Dzordzm, Fry1989, Homo lupus, Jappalang, Juliancolton, Kam Solusar, Klemen Kocjancic, Klymene, Lexxyy, Mahahahaneapneap, Manuelt15,
Moviedefender, Ninane, Poznaniak, SKopp, ThePCKid, ThomasPusch, Tvdm, Ultratomio, Vzb83, Zscout370, 33 modifications anonymes
Fichier:Flag of Norway.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Norway.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Dbenbenn
Fichier:Flag of Austria.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Austria.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:SKopp
Fichier:Flag of Peru.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Flag_of_Peru.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: User:Dbenbenn
Image:07. Mad Max Car at Silverton Hotel, Silverton, NSW, 07.07.2007.jpg  Source:
http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:07._Mad_Max_Car_at_Silverton_Hotel,_Silverton,_NSW,_07.07.2007.jpg  Licence: GNU Free Documentation License  Contributeurs:
Source des images, licences et contributeurs 49

User:Jjron
Image:Mel Gibson 1990.jpg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Mel_Gibson_1990.jpg  Licence: Creative Commons Attribution 2.0  Contributeurs: Alan Light
Image:Tina turner 21021985 01 350.jpg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Tina_turner_21021985_01_350.jpg  Licence: Creative Commons Attribution 2.5
 Contributeurs: Helge Øverås
Fichier:Symbol thumbs down.svg  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:Symbol_thumbs_down.svg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Bennylin, Froghman,
Makele-90, Pratheepps, Quedel
Licence 50

Licence
Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported
http:/ / creativecommons. org/ licenses/ by-sa/ 3. 0/