Vous êtes sur la page 1sur 28

Le magazine des journalistes scientifiques.

université Saad Dahleb de Blida - juillet 2006

de l'eau
La faim
V
ous allez parcourir et, nous l'espérons les "JS " comme on les appelle, ont suivi une année
lire, un numéro spécial consacré à de spécialisation après un premier cursus d'étu-
l'usage que font les hommes de l'eau. des scientifiques.
Ce travail est le fruit d'une " intensive" qui a eu lieu Certains d'entre eux possèdent d'ores et déjà une
du 3 au 16 juillet 2006 au sein de la filière " première expérience professionnelle.
Journalisme scientifique " de l'université de Cette quinzaine qui porte bien son qualificatif
Blida. "d'intensive " s'est déroulée dans de très bonnes
conditions : du matériel opérationnel, des étu-
Née d'un partenariat avec l'Ecole supérieure de diants volontaires, désireux de pousser très loin
journalisme de Lille et l'université des Sciences et les exigences de rigueur dans tout le processus de
techniques de Lille 1, la première promotion des production d'un tel document, … et des enca-
journalistes scientifiques entend répondre à une drants particulièrement satisfaits du travail
double attente des médias en Algérie et un peu fourni par le groupe.
partout dans le monde : trouver des jeunes journa- Alors à présent, entrez dans ces pages, oubliez le
listes formés aux réalités du métier, capables de contexte dans lequel elles ont été réalisées, lisez-
traiter dans les meilleures conditions les nom- les et jugez-les avec la même exigence que lorsque
breux sujets que suscitent chaque jour les sciences vous
et les techniques. Encadrés à la fois par des profes- parcourez une publication scientifique grand
seurs et des formateurs algériens et français, issus public, ou un " news-magazine ".
de l'université et d'une école de journalisme parmi Vous verrez : vous ne serez pas déçus, vous en
les plus anciennes et les plus réputées en Europe, redemanderez même…

Nous tenons à adresser nos remerciements à tous ceux qui ont permis la réalisation de cette publication :

Monsieur Abdellatif Baba-Ahmed,


recteur de l'université Saad-Dahleb de Blida.
Madame Saliha Oukid Khouas,
vice-recteur de l'université de Blida, chargée des relations extérieures, de la coopération,
de l'animation et de la communication et des manifestations scientifiques.
Monsieur Mohamed Bezzina,
doyen de la faculté des sciences de Blida.
Monsieur Abderrahmane Malki,
coordonnateur de la formation
L'ensemble des enseignants de la filière " Journalisme scientifique ", en particulier
Monsieur Lakhdar Zella,
maître de conférences, expert en eau et environnement.
Monsieur Bernard Maitte,
professeur des universités, université des sciences et technologies de Lille 1 (USTL).
Monsieur Ahmed Djebbar,
professeur des universités, USTL.
Monsieur Daniel Deloit,
directeur général de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ).
Messieurs Thierry Guidet et Christian Tua, ESJ.
Monsieur Gilles Denis,
maître de conférences, USTL.
Nos partenaires du Haut Conseil Franco-Algerien Universitaire et de Recherche.

© Université Saad Dahleb de Blida - juillet 2006


Sommaire
Présentation de l’eau
Buvez sans souci p. 02
La bouteille, privilégiée p. 03
Thermalisme p. 04
Utilisation de l’eau p. 06

Les cultures de l’eau


L’oasis île du désert p. 08
Tipaza la convoitée p. 09
Ablutions et religions p. 14
L’hygiène au fil du temps p. 15

La nature orfèvre p.16

Paroles de Sages p.24

Pollution de l’eau
Planète en danger p. 17
Des polluants partout p. 18
L’ eau stagne p. 20
Une nécéssité de l’âge p. 21
Forages illicites p. 22
Barrages dans la boue p. 23
Buvez sans souci
De la source à la consommation, l’eau produite doit
être potable et conforme aux normes de l’OMS.

L
a vie des citoyens est tent des défis et contraintes à pallier des robinets des abonnés. Ces prélève-
étroitement liée à l'eau pour minimiser les fuites allant jusqu 'à ments sont quotidiens et les tests de
qu'ils boivent. Cette 40% du volume total. chlore sont faits régulièrement dans le
eau doit être potable. L’eau produite est analysée au niveau souci de contrôler et fournir une eau de
Son abondance et sa qualité sont du laboratoire central de la nouvelle qualité et de répondre aux normes en
deux facteurs clés à assurer à la entreprise SEAAL, chargée de gérer le vigueur selon l'OMS. Dans le cas d'une
population, depuis la source secteur de l'eau au niveau d'Alger. éventuelle suspicion on procède à la
jusqu'au robinet. Ce laboratoire est ultra sophistiqué fermeture du secteur et on déclenche
La production de l'eau potable passe avec une équipe de biologistes compé- une enquête pour détecter l'agent
par un long processus de diver- contaminant. En général il s'agit
ses étapes qui sont le prélève- Avant la distribution aux abonnés , d'infiltration des eaux usées dans
ment à la source, l'adduction et l’eau est traitée l'eau potable.
transfert, puis le traitement et Il est à noter qu'une analyse com-
et analysée tant en amont qu’en aval
enfin la distribution. Le contrôle plète, physico-chimique, minérali-
de la potabilité de cette eau produite tents et expérimentés. sation globale et analyse fine (hydro-
est régulier. Il s'effectue en amont et Les tests d’analyse effectués sont de carbure, rejet toxique), est effectuée
en aval afin de mieux servir une popu- deux natures; physico-chimique et tous les trois mois. La responsable du
lation en eau tant quantitative que bactériologique, avec vérification de laboratoire Dr L. Farah, affirme que
qualitative, avec une dotation de 150 l’absence de traces de germes viraux l'eau produite est potable selon les
litres par jour et par habitant. (coliformes totaux, coliformes fécaux, normes recommandées de l'OMS,
Quand l’eau produite provient des les streptocoques fécaux). Les prélève- mieux encore, cette eau produite est
eaux superficielles collectées à partir ments sont effectués tout le long du quasiment une eau minérale. Alors
des barrages, elle nécessite un traite- processus de production ou carrément buvez avec confiance dit-elle !
ment en raison de la pollution organi-
que comme le nitrate et les pesticides.
Le taux de nitrate ne doit pas dépasser
les 50 mg/l. Les eaux souterraines sont
en général moins polluées. L'eau
recueillie dans les stations de traite-
ment subit systèmatiquement un ajout
des réactifs notamment le chlore.
Cette eau présente un taux de chlora-
tion selon les normes de l'OMS, de 0.6
à 1 mg/l. Par contre le taux de chlora-
tion au niveau de la distribution varie
entre 0.1 et 0.6 mg/l.
Le transfert de quantités d'eau vers les
points de distribution représentés par
des réservoirs ou châteaux d’eaux se
fait selon la topographie de l'agglomé-
ration desservie. Le gaspillage et les
pertes dans les réseaux d'adduction et La production d’eau potable, depuis la source jusqu’à la distribution dans
de distribution dûs à leur vétusté res- les robinets des abonnés. Le traitement et l’analyse sont primordiaux

2
Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006
La bouteille, privilégiée
Connaître les caractéristiques et les vertus des sels
minéraux et oligo-éléments vous permettra de mieux
apprécier les eaux embouteillées.

L
'eau, élément constitutif du corps
humain, représente 65% du poids
Les eaux moyennement miné-
d'un homme adulte, qui devrait ralisées sont facilement assi-
boire environ 2 litres d'eau par milées, rapidement diffu-
jour. De plus en plus, on privilégie les eaux sées dans l'organisme et
en bouteille, considérées de meilleure qua-
lité.
éliminées par les reins
Les dénominations "eau de source" ou dont elles favorisent le
"eau minérale" sont strictement régle- fonctionnement (diu-
mentées. Issues de nappes d'eaux sou- rèse) accélérant ainsi
terraines non polluées, les eaux dites
de source sont des eaux naturellement
l'élimination des toxi-
potables. Les seuls traitements qu'il nes.
est permis de leur appliquer, sont
l'aération, la décantation et la filtra- des vertus thérapeutiques et leur compo-
tion. Les eaux naturellement gazeu- sition est stable dans le temps. Comme
ses, qui contiennent du gaz carboni- les eaux de source, elles ne peuvent être
que dissous, peuvent être regazéi- traitées.
fiées avant d'être embouteillées. Les Dans les pays industrialisés, les consom-
eaux minérales quant à elles, sont mateurs cherchent à retrouver la sécu-
des eaux de source ayant des pro- rité alimentaire perdue suite aux nom-
priétés particulières, elles ont des breux scandales de l'agro-industrie.
teneurs en minéraux et en oligo-élé- Dans les pays en développement tel que
ments susceptibles de leur conférer l'Algérie, ils veulent plutôt se protéger
contre les maladies hydriques. Les
consommateurs préfèrent parfois
Les sels minéraux et dépenser jusqu'à 1000 fois plus pour
oligo-éléments sont boire de l'eau en bouteille plutôt que de
indispensables au l'eau du robinet en raison de son goût et
de son odeur mais aussi parfois parce
bon fonctionnement qu'ils n'osent plus se fier à sa qualité.
de l'organisme. Ils La consommation d'eau en bouteille pro-
jouent un rôle de gresse en moyenne de 12% par an, s'élève à
constitution, d'activa- 15 litres par personne par an dans le monde,
ce qui explique le dynamisme de ce secteur.
tion et de régulation des Les Européens sont les principaux consom-
réactions enzymatiques, mateurs avec une moyenne de 107 litres par
physiologiques hormona- personne et par an. Les Italiens sont les cham-
les et augmentent notre pions du monde avec une moyenne de 183 litres,
suivis par les Mexicains (170 litres). Les Algériens
vitalité. sont loin derrière (16.5 litres) !

3
Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006
La médecine que la
Thermalisme

nature nous a léguée


La richesse de l'Algérie en eaux thermominérales est connue depuis longtemps.
Des vestiges de thermes datant de l'époque punique sont visibles à Hammam
Meskhoutine.
En 1911, le docteur Hanriot, professeur agrégé de la Faculté de Médecine, chargé
d'étudier sur place les eaux minérales, publia un important mémoire sur le sujet.

La baraka
de Sidi
Slimane
M elouana, fille du dey
Hussein, selon les
anciens, était paralysée. Elle
retrouve l'usage de ses jam-
bes après plusieurs bains au
hammam qui, depuis se
nomme
'' Hammam Melouane ''.
Son père aménagea le vieux
bain et construisit une coupole pour
Entrée du bain traditionnel de Sidi Slimane
plus de propreté. En 1927, les Français, après analyses,
Le marabout de sidi Slimane date de ont confirmé ces bienfaits et ont
cette époque. équipé le site en station thermale avec
Depuis, le hammam a drainé de plus des bains individuels.
en plus de monde.

Elle est conseillée pour les rhuma-


Les bienfaits tismes, les douleurs nerveuses et
musculaires, les maladies de
de Hammam l'intestin, les maladies du sang,
du foie, du pancréas, des reins et
Melouane également les convalescences et la
sénilité.
Un tourisme populaire de villégia-
E au très minéralisée selon
les dernières analyses de ture et de santé se réinstalle
l'Agence Nationale des Ressources surtout en période estivale.
Hydrauliques. Des centaines de personnes,
Son goût est salé et sa température de tout âge, affluent quotidienne-
est de 40°c. ment surtout en été. Entrée des bains modernes

Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


4
Les techniques thermales
sis en particulier) ou un trauma-
tisme de celle-ci (brûlures,…).
- Une intensification circulatoire
Hydrothérapie interne gement des douleurs articulaires. réactionnelle après l'arrêt du trai-
Notamment pour les atteintes réna- Des effets réparateurs en cas d'in- tement.
les et digestives. suffisance circulatoire peuvent aussi L'association Bain/Douche :
En cure de boisson : à distance résulter. - Des jets de gaz sous pression le
des repas et à doses progressives. Effets spécifiques de l'eau : long des parois de la baignoire
En lavement, goutte à goutte rec- - Le gaz carbonique contenu est un réalisent un massage, favorisant
tal, irrigations, et douches "ascen- puissant vasodilatateur périphéri- la décontraction musculaire et le
dantes" ou entérodigestives que retour sanguin veineux.
- Massage mécanique et détente
Hydrothérapie externe
Pourquoi les bains chauds ?
La balnéothérapie générale La balnéothérapie locale ou
Les bains chauds soulagent les
L'immersion du corps entraîne : segmentaire
douleurs (en particulier les crampes
Effets de l'immersion : Les bains locaux :
ou l'arthrite), calment les convul-
- La pression physique entraîne une - Chauds ou tièdes, ils entraînent un
sions et favorisent le sommeil. Ils
réduction des troubles liés à la stase effet sédatif du système nerveux
augmentent la transpiration, ce qui
veineuse. général.
bénéficie aux reins.
- Relaxation musculaire. Les douches thermales :
On distingue : les eaux hyperther-
Effets thermiques du bain : - Décapage des lésions liées à une
males (48°c-81°c), méso thermales
- Décontraction musculaire et soula- maladie de la peau (eczéma, psoria-
(25°c-34°c), et froides (8°c-15°c).

Classes des eaux thermales La crénothérapie


et vertus thérapeutiques C'est l'utilisation thérapeutique
d'une eau thermale à proximité du
Bicarbonatées : Utilisées dans les maladies de l'enfant (hypotrophie, griffon (la source), ce qui évite les
affections gastro-intestinales et hépa- affections respiratoires), les affections altérations qui surviennent parfois
tobiliaires. du système nerveux et la gynécologie. très rapidement dès que l'eau est
Sulfatées : Intéressantes pour les Très utiles aussi pour la rééducation transportée.
affections du rein, du foie et des voies physique.
biliaires.
Sulfurées : riches en hydrogène sul-
Eaux à minéralisation spéciale : un
élément non prédominant a un rôle
Mon
furé (H2S). Recommandées pour le thérapeutique important.
Par exemple, le fer, le cuivre,le sélénium
expérience
traitement des affections des voies res-
piratoires, de la peau, les rhumatismes, pour les affections dermatologiques. du hammam
et accessoirement la gynécologie. Oligo-métalliques : aucun élément ne
Chlorurées sodiques : le chlorure de prédomine. Généralement peu char- mmi Ayache, convaincu, est for-
sodium peut être a la limite de solubi- gées, (concentration totale inférieure à A mel : " Un enfant est arrivé dans
lité. Leurs indications intéressent les 1 g/l). les bras de son père. Après sa
cure, il est reparti sur ses pieds ".
A son tour, le gérant de la station me
propose courtoisement un bain. Je
tente l’expérience.
La température de l'eau du bain est
très agréable. Je me relaxe. La durée
du bain est fixée à une demi-heure
qui me semble beaucoup trop courte.
Je sors du bain, revigoré, m'essuie et
me rhabille. Aussitôt, en ancien du
métier, Ammi Ayache me rappelle
qu'il faut laisser l'eau agir pendant
au moins 15 minutes avant de s'es-
Les stations thermales en Algérie du nord suyer. Ce sera pour la prochaine fois.

5 Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


Réinventer l’usage
Les combats pour l'eau pure et pour une autre agriculture.

A
l'échelle mondiale, de l'eau a permis d'augmenter la pro-
l'apport d'eau et ductivité - ou la production de "récol-
l'emploi raisonné de tes par goutte d'eau" - d'environ 100%
cet élément sont un depuis 1960.
moyen déterminant pour Les 30 années qui viennent apporte-
accroître la productivité de ront de nouveaux défis. Avec la crois-
l'agriculture. sance de la population mondiale - qui
devrait atteindre 8,3 milliards en 2030
Depuis un demi siècle, les gains de pro- - l'agriculture doit faire face à l'évolu-
ductivité considérables obtenus dans tion de la demande alimentaire, lutter
l'agriculture ont protégé certains pays contre l'insécurité alimentaire et la
de pénuries alimentaires et écarté la pauvreté dans les zone rurales et dis- visant à "ré-inventer" la gestion de
menace de la famine. La gestion de puter à d'autres utilisateurs des res- l'eau dans le secteur agricole, qui
l'eau, dans l'agriculture pluviale sources rares. repose sur la modernisation des infra-
comme dans l'agriculture irriguée, a Les politiques agricoles devront utiliser structures de l'irrigation et des institu-
été déterminante pour obtenir ces toutes les possibilités que peuvent tions, la participation entière des usa-
gains. L'un des éléments fondamen- offrir les pratiques de gestion de l'eau gers des eaux dans la répartition des
taux des technologies de la révolution pour augmenter la productivité, pro- coûts et des bénéfices, et la relance de
verte, caractérisée par l'application mouvoir un accès équitable à l'eau et l'intérêt pour l'investissement dans les
d'engrais est l'utilisation de variétés à préserver la ressource de base. Il est maillons déterminants de la chaîne de
rendement élevé. La gestion améliorée temps de mettre en place une stratégie production agricole.

Eau pure, lait de qualité


La laiterie de Beni Tamou utilise des méthodes
modernes de production

S
ituée à quelques kilomè- de production et nous disposons d'un 20.000 litres chacun.
tres au nord du chef lieu de personnel très qualifié ". Depuis 1990, la laiterie de Beni Tamou
la wilaya de Blida, la laite- L'eau est indispensable pour toutes les dispose de sa propre station d'épura-
rie de Beni Tamou est l'une étapes de la production. Pour assurer tion des eaux usées et des déchets de
des sociétés de production en agro-ali- l'autosuffisance en eau, la laiterie de produits laitiers qui nuisent à l'envi-
mentaire les plus importantes du pays. Beni Tamou dispose de deux puits de ronnement, " et un environnement
Appartenant au groupe " Giplait " forage qui pompent l'eau en perma- sain est important pour des produits
groupe industriel des productions lai- nence à 12 litres par seconde. L'eau bio ".
tières, la laiterie de Beni Tamou avec puisée est aussitôt traitée et canalisée Deux bassins de traitement permet-
une superficie globale de six hectares pour la production. L'eau résiduelle tent de préserver la zone à vocation
et quelque 300 travailleurs a pu est utilisée dans le réseau anti-incen- agricole des effets de la pollution. Reste
conquérir le marché algérien grâce à sa die. Rien n'est jeté. à trouver des agriculteurs pour utiliser
gamme de produits laitiers, mais aussi L'eau potable accompagne tout le pro- cette eau dans l'irrigation.
grâce à la qualité de l'eau utilisée pour cessus de production: une partie est Actuellement l'eau traitée par la station
la production, dira M. Boumerzoug utilisée pour produire de la vapeur, d'épuration est versée dans la nature,
Sid Ahmed le directeur de l'adminis- l'autre est utilisée pour produire de la elle est donc perdue alors qu'elle peut
tration générale. Il ajoute: " nos pro- glace. Les deux formes sont nécessai- constituer une opportunité pour la
duits sont très appréciés par le res à la pasteurisation du lait après le région régulièrement déficitaire et sou-
consommateur algérien car nous utili- mélange eau et poudre de lait dans des vent frappée par des sécheresses.
sons les méthodes les plus modernes tanks de stockage d'une capacité de

6
Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006
Gouttes précieuses
N'attendons pas la clémence du ciel.
Sauvegardons nos ressources en eau.

L
a désertification gagne façons de faire très développées
du terrain dans le ont été introduites, comme la
monde pourtant, à mise en place de nouvelles
certains endroits, on techniques d'irrigation assis-
ne s'en remet pas à la fatalité et on tées par ordinateur. Des sondes
ne reste pas les bras croisés. sont utilisées pour fournir des
Pour beaucoup, les précipitations informations sur l'humidité,
sont la principale ressource d'eau; permettant ainsi le déclenche-
cependant une grande partie ment automatique d'un sys-
s'évapore, une autre s'écoule en tème d'irrigation chaque fois
bas des lits des fleuves et le reste que c'est nécessaire.
s'infiltre dans le sol. Pour éviter La génétique aussi intervient
les déperditions de cette eau on pour diminuer la quantité
aménage des installations de d'eau utilisée dans l'irrigation
drainage vers des retenues. et faire tolérer à une plante
D'autres ressources d'eau peu- l'eau saumâtre ou saline ainsi
vent être exploitées. Ainsi, l'eau que réduire son taux de trans-
usagée traitée devient de plus en piration.
plus importante pour l'agriculture Le rendement agricole pourra
et l'industrie. augmenter tout en diminuant
Rien n'est omis ni l'ensemence- la consommation de l'eau.
ment des nuages, ni le dessale- Voila donc des exemples de
ment des eaux saumâtres ou de solutions déjà expérimentées
l'eau de mer. avec succès pour économiser
Le secteur le plus gourmand en l'eau.
eau reste l'agriculture. Pour opti- Tant qu'il y a de l'eau il y a la
miser l'utilisation de l'eau et éviter vie mais seul le travail préser-
le gaspillage en irriguant, des vera les deux.

Elles le sont
encore plus pour
ceux
dont les robinets
sont à sec

7 Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


L'oasis, île du désert
“Si tu crois que le désert est vide, c'est que tu ne
sais pas le regarder.” (proverbe Targui)

L
akhdar Zella, docteur d’Etat
en agronomie, enseignant
chercheur à l’université de
Blida, a étudié la probléma-
tique de l’irrigation au sud algérien. Il
nous livre ici son point de vue.

Comment expliquez-vous la rela-


tion de l'oasis avec le désert ?
Evoquer le désert, c'est penser à l'oasis:
un havre de vie en équilibre fragile, né de
la conjonction du soleil, de l'homme, de
Un patrimoine historique ingénieux qui date des 10e et 11e siècles
l'eau, du palmier dattier et du droma-
daire. La vie oasienne est un effort per- brées assurant une répartition propor- Quel a été l'impact des forages
manent de maintien de cet équilibre. tionnelle de l'eau aux jardins des diffé- modernes sur ces systèmes tradi-
En Algérie, le désert occupe 84% du ter- rents quartiers. tionnels ?
ritoire. Toute la région du Souf est constellée de Le mode de vie urbain s’est avéré fatal à
Ghouts, excavations circulaires profon- l’équilibre des oasis.
Comment se caractérise la vie dans
des d'une dizaine de mètres, creusées de Les forages abusifs dans les nappes fos-
ces oasis ?
main d'homme. Les racines des palmiers siles tel que l’Albien ont induit deux
La maîtrise du facteur vital qu'est l'eau a
plantés au fond baignent dans les hori- effets néfastes et contradictoires.
nécessité un effort collectif. Les oasiens
zons humides du sol.
ont mis au point des techniques adap-
Les Foggaras dominent dans le Touat-
tées aux conditions locales et des structu-
Gourara, faiblement déprimé. Les eaux
res sociales de l’époque. Le contrôle de
de la nappe sont drainées par des galeries
l'eau constitue un pivot dans cette orga-
souterraines de faible pente jusqu'au
nisation collective très hiérarchisée.
point bas ou elles émergent. Le nombre
Pouvez-vous nous parler de la de Foggaras actives en Algérie, s'élève à
place de l'eau dans les oasis ? 572, totalisant 1377 km de linéaire et un
L'eau y est plus importante que la terre. débit global de 2942 l/s susceptible d'ir-
On distingue quatre grands types d'oasis riguer 3000 ha.
Peigne de répartition des eaux
dans le sud algérien. dans une foggara
A Ouargla, l'eau d'irrigation était extraite
des puits traditionnels à balancier. Le Dans le Souf et la région de Ouargla, l'ir-
partage de l'eau dans la communauté se rigation abondante conjuguée à un drai-
fait en unité de temps, selon la technique L’albien fossile nage insuffisant conduit à des excédents
d'eau qui noient les palmeraies. La nappe
des tours d'eau. Un même propriétaire Nappe découverte en 1957.
peut avoir des parts dans plusieurs puits Superficie : 600.000 km2 d'eau remonte, la salinité des terres aug-
parfois éloignés de sa palmeraie, ce qui Eau artésienne : 250 l/s mente, les rejets d'eaux usées dus à la
entraîne des réseaux de rigoles très Profondeur : 800-22600 m croissance démographique et l'urbanisa-
enchevêtrés. et plusieurs centaines de tion effrénée polluent la nappe exploitée.
Plusieurs oasis ont déjà rendu l'âme.
mètres d'épaisseur.
Tout le contraire pour le M'zab et le
Au M'zab, confluence d'oueds sahariens, Capacité : 60 000 milliards de m3
un ensemble de digues stockent et cana- Touat-gourara, qui souffrent d'assèche-
lisent les eaux des crues vers des canaux ment des nappes et de dépérissement
souterrains munis d' ouvertures cali- des jardins.

8
Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006
Tipaza la convoitée
" Au printemps Tipaza est
habitée par les dieux et les
dieux parlent dans le soleil et
l'odeur des absinthes, la mer
cuirassée d'argent, le ciel bleu
écru, les ruines couvertes de
fleurs et la lumière à gros
bouillons dans les amas de
pierres... A peine au fond du
paysage puis-je voir la masse
noire du Chenoua qui prend
racine dans les collines autour
du village et s'ébranle d'un
rythme sûr et pesant pour
aller s'accroupir dans la mer",

Albert Camus,
"Noces à Tipaza"

Des ruines qui tombent dans l’eau bleu turquoise


Aux
Les thermes de la cité antique de Tipaza

bains
romains
Peuple fondateur des plus célèbres monuments de
l'Europe de l'Ouest, les Romains maitrisaient la gestion
de l'eau. Outre les nombreux édifices qui témoignent de
leur don architectural, ils attachaient une grande impor-
tance à leur corps, comme en témoigne la présence de
nombreux thermes dans les cités. Ainsi, on retrouve le
précieux liquide dans differents domaines : la mytholo-
gie, l'architecture, le délassement et la médecine.
L'importance de l'eau douce et sa supériorité sur l'eau de
mer est un des éléments essentiels dans la civilisation
Romaine .
De l’eau, il en fallait pour boire évidement, mais aussi
pour laver les vêtements, nettoyer les maisons ou appro- C'est au temps des Romains que le bain acquiert ses lettres
visionner les thermes. Il existait des puits, ou plutôt des
de noblesses avec les fameuses thermes. Ils sont publics et
sources, car les nappes devaient se trouver près de la
surface, l'eau s'offrait pure et nullement altérée par le fréquentés par toute la société. Au-delà de l'hygiène, c'est un
voisinage si rapproché de la mer. rituel très précis passant par la vapeur, puis le bain glacé
dans des installations d'une modernité époustouflante.
Les Romains allaient régulièrement aux bains publics, que
l'on appelait également thermes.
Les villes, et même les bases militaires de l'Empire, possé-
daient des bains. Les Romains s'y lavaient et y retrouvaient
des amis. Certains faisaient de l'exercice, jouaient au ballon
ou traitaient des affaires.

Un des nombreux puits du site


La recherche et la distribution de l'eau étaient une priorité
pour les Romains , non seulement dans les grands ouvrages
qui déplaçaient de grandes quantités d'eau pour la consom-
mation des villes mais aussi le prélèvement des sources dans le
terrain pour l'utilisation dans les villas. On trouve de grandes
citernes et des galeries pour recueillir l'eau de pluie et capter
l'eau souterraine.
Le chateau d’eau et les bassins d’antan

Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


10
ses vêtements), ensuite il rentrait dans le frigidarium (bassin d'eau
froide), puis il disposait du tepidarium (bassin d'eau tiède), puis du
caldarium (bassin d'eau chaude) et enfin du sudatorium (bain de
vapeur). L'eau des bassins tièdes et chauds était chauffée par une
invention romaine : l'hypocauste. Le plancher du bain était surélevé
de quelques mètres au-dessus du sol sur des piliers de pierres. On
trouvait à ce niveau un fourneau au charbon : le praefurnium. Dans
les villas romaines le bain était suspendu au dessus du four à pain.

Et les eaux usées dans tout ça ?


Elles partaient dans les égouts et
rejoignaient le collecteur principal
qui était sous la route, et s'en allaient.

Hommes et femmes venaient séparément, les


matinées étaient réservées aux femmes.
Les esclaves apportaient des serviettes et des san-
dales à semelles de bois, indispensables car le sol
était souvent chauffé par un système souterrain.
Ils apportaient leurs services de massage, épila-
tion à leur maître.
Ils maintenaient aussi en permanence le feu dans Canal principal d’évacuation des eaux usées
les sous-sols pour chauffer l'air qui circulait dans
les conduites et les briques creuses des murs. Les Romains qui utilisaient beaucoup d'eau, ont inventé les égoûts
Les Romains utilisaient de l'huile d'olive en guise pour recueillir les eaux usées. Les premières canalisations apparu-
rent au premier siècle avant J- C, elles étaient en bois. Puis les
de savon. Ils s'en frottaient et l'enle- canalisations en plomb firent leur apparition dans la première moi-
vaient avec un instrument de métal tié du premier siècle après J- C. L'eau sale pouvait s'écouler grâce
courbe, le strigile. Les thermes aux caniveaux jusqu'aux égouts en passant par un collecteur.
comprenaient des salles de gym-
nastique, des jardins, des salles de
réunion, des vestiaires, des saunas,
divers bassins et même des biblio-
thèques.
La structure des thermes était stan-
dardisée et on y trouvait en général
des bains semblables, même si
leurs agencements étaient diffé-
rents. La tradition dictait l'ordre
d'utilisation des bains : en premier
le Romain rentrait dans l'apodyte-
rium (vestiaire ou le citoyen pend Bouche d’égout

11 Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


“ et fait
de l’eau
toute
chose
vivante ”
partie du verset 30 el Anbiyaa (les prophètes)
Source de traduction UOIF
(Union des Organisations Islamiques de France)

Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


Ablutions et religions
L'eau :
un élément de purification pour toutes les religions.

L
es grandes religions du immersion totale dans une source
monde ont souvent fait de naturelle, une rivière, ou un bain rituel
l'eau un élément sacré, un pour purifier les personnes ou les
symbole de vitalité magi- objets rendus impurs par un contact
que. Les ablutions purificatrices ont direct ou indirect avec diverses sources
existé de tout temps. L'eau sacrée d'impureté.
transmet la force divine à l'humain,
aux animaux et aux objets. Elle est L'islam connaît deux types d'ablu-
purificatrice ou bienfaitrice dans pres- tions: les grandes et les petites ablu-
que toutes les religions, en particulier tions. Elles visent à purifier le corps et
dans les trois religions monothéistes surtout l'âme, nullement à se laver. Ce
(christianisme, judaïsme et islam). rite religieux peut aussi se pratiquer Ablutions sur les rives du Gange
avec du sable (ablutions sèches).
La petite ablution (Le wudhû) est prati- après la période des menstrues.
Le christianisme ne retient des
Egalement au début du pèlerinage à La
ablutions que leur sens symbolique queé obligatoirement pour le musul-
Mecque, après un rapport sexuel,
man avant la prière et la circumambu-
avant de prononcer la chahada pour le
lation, ou (tawaf), autour de la Kaaba..
nouveau converti. À sa mort, le musul-
Elles sont recommandées notamment
man doit être entièrement lavé.
avant de dormir, avant de commencer
Comme pour la petite ablution, il faut
les grandes ablutions ou avant l'invoca-
prendre soin de ne pas gaspiller l'eau et
tion de Dieu (qu'Il soit exalté). La
n'utiliser que la quantité dont on a
grande ablution (Le ghusl) consiste en
besoin.
un lavage complet du corps. Il est
notamment obligatoire pour la femme

On me lave à l’eau bénite...

dans le rite du baptême.


Selon l'Église concernée ce rite consiste
en une simple aspersion d'eau sur le
front ou à une immersion complète
dans un bassin. Les catholiques se
signent traditionnellement après avoir
trempé leurs mains dans l'eau bénite à
l'entrée de l'église de même durant
l'eucharistie, le prêtre associe le vin et
l'eau au moment de la communion.

Le judaïsme, la purification rituelle


va de l'immersion de tout le corps
jusqu'à une simple aspersion d'eau sur
Les ablutions avant la prière
les mains. La Torah prescrivait une

14
Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006
Hygiène au fil du temps
L’eau, le corps et le pouvoir : une histoire trouble.

D
ans la préhistoire déjà, la
notion d'hygiène était
perçue mais par rapport
à l'expérience vécue. On
évitait ainsi de manger systémati-
quement tout ce qui tombait sous la
main.

Dans l'antiquité gréco-romaine, les


bains étaient nombreux et certains
très luxueux. L'on utilisait, les crè-
mes parfumées, les massages.
L'hygiène à cette époque avait un
sens purificateur. Ces coutumes
s'étendaient jusqu'en Orient avec les
bains turcs ou les hammams.

Au Moyen âge, les bains publics


étaient des lieux de rencontre, de
détente et de plaisir, l'hygiène cor-
porelle était devenue un rituel régu-
lier dans les villes. Dans la rue, l'hy-
giène est moins présente: c'est Le petit Mehdi s’amuse comme un poisson dans l’eau
l'époque du "tout-à-la rue".
même, on incite les habitants des Aujourd'hui, les usages dits domes-
L'époque de la Renaissance où l'on villes à jeter leurs ordures dans les tiques de l'eau sont très variés.
a une perception différente du corps tombereaux affectés à cet effet. On En plus de la boire, les hommes uti-
et avec l'apparition de graves mala- découvre aussi le chlore. L'eau de lisent l'eau quotidiennement pour
dies telles que la syphilis et la peste, Javel fait son apparition par la leur hygiène et les tâches ménagères
l'hygiène est accusée car on croyait à suite. de nettoyage, rinçage, cuisson ou
tort que l'eau pénétrait dans le corps Ce n'est cependant qu'au XIXe siècle arrosage. Pour la plupart, ces usages
par les pores de la peau et transmet- que l'on commence à s'intéresser à exigent une eau de qualité.
tait la maladie. On privilégie alors la la qualité de l'eau, suite aux drama- Se laver régulièrement le corps, et
toilette sèche, qui consiste à utiliser tiques épidémies de choléra qui notamment les mains, avec une eau
toutes sortes d'onguents, de pou- sévirent au cours de la première non souillée est un acte fondamental
dres, de crèmes ou de pommades et moitié de ce siècle, tuant des dizai- d'hygiène en cela qu'il protège des
l'on s'habille de vêtements propres. nes de milliers de personnes. Siècle maladies dues aux bactéries et aux
Paradoxalement, l'eau est utilisée à du renouveau de l'hygiène, on uti- microbes, et permet ainsi d'enrayer
des fins thérapeutiques. lise les fosses sceptiques et on pré- leur propagation. Bien qu'au-
Le XVIIIème siècle voit réapparaître voit un mécanisme d'évacuation des jourd'hui de nombreuses maladies
les latrines collectives dans les mai- eaux usées jusqu'à l'égout pour toute aient disparu des pays industriali-
sons, et l'interdiction de jeter ses nouvelle construction. C'est le début sés, l'hygiène demeure indispensa-
excréments par la fenêtre. De du tout-à-l'égout. ble au maintien d'une bonne santé
des populations.

15 Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


La nature orfèvre
L’eau, l’art
et les phénomènes
naturels nous
émerveillent
car ils sont
sources de richesse
et de beauté.
Majestueuses, les stalactites des grottes merveilleuses de Jijel

C es chefs-d'œuvre ont mis des siècles à se for-


mer pour notre plaisir, régalons nos yeux et notre
cœur avec ces colonnes d'eau riche en calcaire qui
brillent dans des endroits féeriques.

Les stalactites et les stalagmites

Couleur
du ciel, couleur Myosotis herbe d’amour
de notre terre

Comme
Capté
les pétales
dans le saphir
d’une rose
de la goutelette La lumière de notre
ces cristallisa-
d’eau âme dans un écrin
tions sont formées à partir
de l’évaporation de l’eau
infiltrée dans le sable

L’eau est également source d’inspiration pour la Joaillerie.

Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006 16


Planète en danger
La pollution de l’eau, phènomène hérité

I
l est facile de se due au lessivage des déchets
débarrasser des miniers est apparue, suivie au tour- Ce qu'il faut savoir
déchets en les jetant nant du XXe siècle par un début de
dans une rivière ou pollution métallique liée au déve-
dans un lac. loppement industriel. Plus de 60 % de notre consomma-
Mais avec l'augmentation de la tion d'eau ne signifie pas l'utilisation
En petite ou en grande quantité, population, l'urbanisation crois- d'une eau potable
jetés intentionnellement ou acci- sante, l'industrialisation, et l'inten- En dépit de la pollution atmosphé-
dentellement, ils peuvent être sification de l'agriculture, les usa- rique, l'eau de pluie est 10 fois, 100
emportés par le courant, mais ils ges de l'eau se sont multipliés et sa fois, parfois 1000 fois moins chargée
ne disparaissent jamais. consommation a connu un extraor- que les réserves d'eau exploitées par
La pollution de l'eau c'est toute dinaire accroissement. Ce dévelop- les sociétés distributrices
altération chimique, physique ou pement s'est accompagné d'une
Environ 100 millions de tonnes
biologique de l'eau. Il y a en général inévitable augmentation des rejets
d’hydrocarbures transitent chaque
des conséquences néfastes pour ménagers, agricoles et industriels :
année près des côtes algériennes…
notre santé. au fil du temps, les taux de pollu-
50 millions de tonnes d'hydrocar-
Les pollutions les plus anciennes tion des milieux aquatiques se sont
bures sont chargées à partir des ports
sont celles dues aux matières féca- accrus et de nouveaux types de pol-
nationaux...
les et organiques. Puis une certaine lution sont apparus telles les pollu-
salinisation des eaux continentales 10 000 tonnes par an de pertes sont
tions radioactives et thermiques.
évaluées au cours de ces opéra-
tions…
Un litre de pétrole peut contaminer
jusqu'à 2 millions de litres d'eau et un
gramme de BPC (biphényle poly-
chloré : produit chimique manufac-
turé qui dure de nombreuses années)
peut rendre jusqu'à 1 milliard de
litres d'eau impropres à la vie aquati-
que en eau douce.
Un gramme de 2,4-D (herbicide
d'usage domestique courant) peut
contaminer 10 millions de litres d'eau
potable.
Une goutte d'huile peut rendre
impropre à la consommation jusqu'à
25 litres d'eau.
80% des maladies sont dues à l'eau,
dans les pays en voie de développe-
ment.

Chronologie des sources de pollution

17 Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


Des polluants partout
Nous seuls,sommes coupables de la détérioration
de notre milieu naturel

D ifférents types de
polluants influent
sur notre santé…

Les matières organiques fermentes-


cibles (MOF) constituent la pre-
mière cause de pollution des res-
sources en eaux. La première consé-
quence de cette pollution réside
dans l'appauvrissement en oxygène
des milieux aquatiques, avec des
effets marquants sur la subsistance
de la faune.

Les micro-organismes : êtres


microscopiques responsables de
nombreuse maladies infectieuses, ce
sont principalement les bactéries,
les virus, les protozoaires et les vers
parasites qui se développent dans Les sources de pollution : un vrai embarras
les égouts et les eaux usées non trai-
tées. Les nutriments tels que les nitrates trouve dans l'eau potable, ils peu-
et les phosphates hydrosolubles qui vent entraîner la mort des enfants
Polluants inorganiques hydrosolu- entraînent une croissance excessive en bas âge.
bles, tels que les acides, les sels et les des algues et des plantes aquatiques,
métaux toxiques. De grandes quantités ce qui diminue la quantité d'oxygène Les hydrocarbures peuvent conta-
de ce type de composés rendent l'eau dans l'eau. Les poissons meurent, et miner également les ressources en
impropre à la consommation et entraî- lorsque ce type de polluants se eau.
nent la mort de la vie aquatique.

Les différentes
origines
C
hacun d'entre nous est en partie responsable de
la pollution de l'eau, quand il l'utilise directe-
ment et quand il consomme des produits agrico-
les et industriels.
Elle se manifeste principalement, dans les eaux de sur-
face par une pollution chimique ou par des virus et des
bactéries pathogènes. Les origines de la pollution de l'eau
sont variées et intimement liées aux activités humaines :
pollutions domestiques, urbaines, industrielles et agrico-
les.
Faisons attention : tout va à l’eau

18
Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006
La pollution domestique
Elle provient des utilisations quoti-
diennes de l'eau à la maison (eau des
toilettes et des lavages). Aux eaux
domestiques traditionnelles s'ajoutent
les eaux de pluie et les eaux "collecti-
ves" de lavage des rues, des marchés,
des commerces, des bâtiments scolai-
res, des hôpitaux... Les eaux usées
domestiques et collectives représen-
tent 400 litres par jour et par habitant.
Elles peuvent être responsables de l'al-
tération des conditions de transpa-
rence et d'oxygénation de l'eau, ainsi
que du développement de l'eutrophisa-
tion dans les rivières.
Les déchets toxiques déversés dans la nature
Un Algérien consomme environ 150
litres par jour, l'Algérie se situe parmi des métaux (traitements de sur-
les pays les plus pauvres en matière de face, métallurgie)
potentialités hydriques avec 100 m3 /
L'EUTROPHISATION ?
C'est la prolifération anarchique des acides, bases, produits chimi-
habitant / an. ques divers (industries chimiques,
des végétaux d'eau douce. Cela
provoque une diminution de tanneries...)
La pollution industrielle l'oxygène et l'asphyxie des pois- des eaux chaudes (circuits de
sons. Ce phénomène est dû à un
refroidissement des centrales ther-
Les rejets industriels sont caractéri- apport excessif d'éléments nutri-
tifs d'origine naturelle ou acci- miques),
sés par leur très grande diversité, des matières radioactives (centra-
dentelle (rejet d'engrais).
suivant l'utilisation qui est faite de les nucléaires, traitement des déchets
l'eau au cours de la chaîne indus- radioactifs).
trielle. graisses (abattoirs, industries agro-
Selon l'activité industrielle, on va alimentaires...), La pollution agricole
donc retrouver des pollutions aussi des hydrocarbures (industries
diverses que : pétrolières, transports) L'agriculture constitue la première
des matières organiques et des cause des pollutions diffuses des
ressources en eau..
Dans la quasi-totalité des pays où
l'agriculture les emploie, les engrais
et les pesticides ont contaminé les
nappes d'eau souterraines et les
eaux superficielles.
Aux Etats-Unis, des produits chimi-
ques agricoles, des sédiments libérés
par l'érosion et des déchets animaux
ont dégradé 280.000 kilomètres de
voies d'eau. On dit que l'agriculture
est responsable de 70 % de la pollu-
tion actuelle de l'eau aux USA .
Les pesticides utilisés pour le traite-
ment des cultures sont également
une source connue de dégradation
des ressources en eau et peuvent
L'agriculture est le premier responsable de la pollution affecter la santé des êtres vivants.

19 Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


Le Paludisme
Maladie parasitaire potentiellement mortelle
transmise par des moustiques. Elle concerne
environ 40% de la population mondiale. Il tue
Elle stagne !
un enfant africain toutes les 30 secondes. Non traitée, l’eau est source
Le choléra
Infection intestinale aiguë due à une bactérie : de graves maladies
le vibrion « cholerae ». Il en résulte une diar- La présence de plans d'eau stag- Elle comporte en effet certains
rhée abondante, aqueuse et indolore avec des
vomissements, qui provoque rapidement une nante constitue une source de parasites ou virus qui utilisent des
déshydratation grave entraînant la mort en nombreuses maladies hydriques. animaux vecteurs vivant ou se
l’absence de traitement . Mais plus de 90 % reproduisant dans ou prés de cette
des épisodes sont bénins ou de gravité modé-
rée. Le paludisme, première eau. Ces animaux vecteurs sont
cause de mortalité dans essentiellement des insectes
La typhoide (moustiques, moucherons, mou-
Infection bactérienne transmissible, habituel- le monde concerne plus ches).
lement provoquée par la salmonelle, que l'on de deux milliards Les maladies transmises sont le
trouve dans le lait, la nourriture ou l'eau conta-
minés. d'hommes, vivant en paludisme, la fièvre jaune, la den-
gue, le chikungunya et la maladie
La fièvre jaune
quasi totalité dans les du sommeil ou trypanosomiase
Maladie virale à l'origine de vastes épidémies pays pauvres. due à la mouche tsé-tsé.
en Afrique et dans les Amériques. Les mani-
festations cliniques de l'infection peuvent aller
de symptômes bénins à une maladie grave Des techniques de prévention
potentiellement mortelle. Elle constitue de
nouveau un grave problème de santé publique. ou d'élimination des insectes
vecteurs permettent de limiter
L’hépatite E ces maladies : utilisation de pes-
L'hépatite E est une maladie à support hydri-
que . La consommation de l'eau de boisson ticides, de moustiquaires, intro-
ayant subi une contamination fécale a provo- duction de prédateurs naturels
qué des épidémies et la consommation de
fruits de mer crus a été à l'origine de cas spo- et d'insectes stériles et surtout
radiques dans les zones d'endémie. assainissement ou élimination
La meningite de ces eaux stagnantes. Des
Inflammation des méninges le plus souvent mesures d’hygiène simples
d'origine infectieuse.Les plus fréquentes sont
virales et bénignes. Les méningites bactérien- comme se laver les mains avant
nes sont graves de manger, constitueraientt un
La tuberculose moyen de prévention éfficace.
Maladie infectieuse provoquée par le bacille
de Koch (BK). Elle tue encore près de deux L’oued de Mazafran à l’ouest d’Alger pullule de parasites source de
millions de personnes chaque année dans le nourriture des moustiques vecteur de maldies potentielles. Les rejets
monde.
industriels constituent également une source de pollution, alors
La polio qu’on utilise encore son eau pour l’irrigation dans certaines cultures.
La poliomyélite est une maladie infectieuse
aiguë qui s'attaque à la substance grise de la
moelle épinière.
Le chikunguya
Le virus Chikungunya est à l’origine de la « fiè-
vre de Chikungunya », et de la vaste épidémie
qui survient actuellement à La Réunion. Il
entraîne une maladie virale caractérisée par
une arthrite localisée aux genoux, aux chevil-
les et aux petites articulations.
Les maladies diarrhéiques
Chaque jour, les maladies diarrhéiques cau-
sent la mort de 6000 personnes, et les princi-
pales victimes sont les enfants de moins de
cinq ans.

20
Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006
Une nécessité de l’âge
Leur sensation de soif est atténuée, les personnes
âgées doivent boire suffisamment d’eau minérale.

L
a déshydratation chez
les personnes âgées est
très fréquente. Elle
peut être la cause de
décès. Leur sensation de soif est
très atténuée, c'est pourquoi il
faut les faire boire 1,5 l par jour
d'eau minérale pour compenser
le déficit .
Le corps humain est composé de 60 à
75% d'eau. Les besoins de base sont
estimés à 2,5 l/j. Ils sont couverts par
des apports exogènes (1.3 l pour l'eau
des boissons, 1 l pour l'eau contenue
dans les aliments), et par la production
endogène d'eau par le métabolisme, où
toutes les réactions biochimiques
nécessaires à l'activité enzymatique se
passent en présence de l'eau. Les personnes âgées doivent impérativement compensr la déshydrata-
La déshydratation est causée soit par tion par la chaleur avec l’eau minérale. C’est le cas de cette personne.
transpiration, perte digestive ou perte meilleur moyen d'éviter des carences éléments sont beaucoup plus nom-
urinaire. Si l’eau perdue n'est pas rem- demeure préventif, par une nourriture breux. Ce sont par exemple le fer, le
placée, c'est la déshydratation. Elle saine fraîche et diversifiée sans oublier zinc le cuivre, le manganèse, l'iode, le
s'accentue chez les sujets ayant une la ration quotidienne suffisante en eau sélénium et le chrome.
diarrhée, infection urinaire, diabète ou (de préférence minérale), fait remar- A cet état de fait, la solution la plus évi-
une fièvre. En période caniculaire quer le Dr.Mohamed Makrelouf, dente est de faire boire les personnes
l'élévation d'un seul degré de médecin biochimiste du CHU de Bab âgées abondamment l'eau minérale
température au dessus de 37°C El Oued à Alger. naturelle, et d'une manière systémati-
fait augmenter ces besoins hydri- que pour compenser le manque d'ali-
ques de 300 ml d'eau. Avec l'âge la
Le meilleur moyen d’éviter ments, mais surtout la compensation
diminution de l'appétence ou du goût des carences demeure du déficit hydrique.
se traduit par une malnutrition aux Il s'avère donc important de dévelop-
préventif. per le réflexe de boire même si on n'a
conséquences graves. Les personnes
âgées sont très sensibles au risque de
Contre la déshydration il pas soif. Chez les personnes âgées le
déshydratation. faut boire régulièrement maintien de l'équilibre hydrominéral
Toutefois, chez les sujets âgés des défi- est indispensable à la vie.
cits vitaminiques et en éléments miné- La perte en eau provoque également Le meilleur traitement contre la déshy-
dratation chez les personnes âgées
raux sont fréquents notamment chez l'élimination de sels minéraux et de
reste la prévention. Pour veiller à l'état
des personnes souffrant de troubles substances dissoutes comme les
de leur santé, on doit impérativement
digestifs ou de la qualité (et de la quan- micronutriments, les macroéléments
les faire boire régulièrement (1/2 litre
tité) de la nourriture au quotidien. et les oligo-éléments.
chaque 2 heures) une eau riche en sels
Malheureusement, ces carences ne Les macroéléments sont le sodium, le
minéraux.
déclenchent pas de signaux d'alarmes, potassium, le chlore, le calcium, le
Un peu de gentillesse et d'attention.
et demeurent ignorées et masquées. Le phosphore et le magnésium. Les oligo-

21 Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


Forages illicites
Ain-Defla : La traque aux forages illicites

L
e forage illicite a causé que nous a
des dommages considé- révèle que
rables à la nappe phréati- durant la
que notamment du côté p é r i o d e
de la plaine de Cheliff. Les premiè- 2002/2005,
res mesures fermes et radicales pour 204 décisions
lutter contre ce phénomène ont de fermetures
étaient entamées durant l'année de puits pour
1995. Beaucoup a été dit ou écrit en forage illicite
cette période sur le laxisme des ser- ont été pro-
vices concernés. noncées dont
Avec cette reprise en main des cho- 105 ont été
ses, le secteur de l'hydraulique est exécutées. Le
sous les feux de la rampe. Les auto- forage tradi-
risations de forage ont été suspen- tionnel (à
dues pour les agriculteurs et la prio- l'aide de sup- Ces forages qui échapent à tout controle
rité donnée à l'alimentation d'eau presseur) à
potable (AEP). Puis apparaîtra un l'exclusion de la sonde a été autorisé durant l'exercice 2005, il a été
autre phénomène, celui des forages pour 16 communes du territoire de recensé 96 procès-verbaux de pom-
dans les centres urbains pour la la wilaya. Toujours dans ce chapitre pages illicites effectués à partir des
consommation au sein des ménages des saisies de matériel, il est à noter oueds. Là également ce sont 25 sai-
et l'arrosage des petits vergers. que 19 ont été opérées et des pour- sies de matériel qui ont été opérées.
La lecture des chiffres communi- suites judiciaires également enga-
qués par la direction de l'hydrauli- gées. Dans un autre volet et toujours

Source de vie et de conflit


Les besoins toujours croissants en eau font
de son accès un enjeu économique et politique
es besoins toujours croissants et en Amérique latine, et la population

L en eau font de son accès un


enjeu économique et politi-
privée d'eau potable s'élèvera à 3,5 ou 4
milliards d'individus. " La première
Le problème ne concerne pas seule-
ment les pays pauvres. Il touche aussi
que. Des désaccords sur la répartition raison de cette politique est donc des pays d'Europe occidentale. Comme
de cette ressource déclenchent réguliè- undroit à la vie ". en Italie du Sud, par exemple, où 74 %
rement des conflits dans le monde. L'eau de source de vie risque d'être la de population n'a pas un accès régulier
Sur 5 milliards d'êtres humains ; 1,4 source des conflits des prochaines et suffisant à l'eau. Pourtant, il s'agit
milliard n'ont pas d'eau potable ; 2 décennies. d'un pays dit riche, membre du G8. Ce
milliards n'ont pas accès aux services L'eau devient de plus en plus rare dans problème s'explique par un non-res-
sanitaires, 3 milliards ne bénéficient une grande partie de la planète. L es pect des lois, en premier lieu par les
pas encore du traitement des eaux responsables en sont l'industrialisation politiciens locaux. Le problème de
usées. Dans vingt ans, nous serons 8 qui s'est intensifiée au cours du XXème l'eau, dernièrement baptisée " l'or bleu
milliards sur terre. La population se siècle, et le réchauffement dû à l'effet ", touchera toute la planète pour les
concentrera surtout en Afrique, en Asie de serre. générations à venir.

22
Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006
Barrages dans la boue
Ils sont dans une situation critique, leur exploitation reste
en dessous de leur capacité réelle.

I
l est vrai qu'on recense
en Algérie 114 barrages
dont 52 sont en exploita-
tion. Mais leur capacité de
stockage n'est que de 5.2 (Mrds) m3
comparativement au potentiel en eau
récoltée par les précipitations estimées
à 12.5 milliards (Mrds) m3.
Actuellement on exploite 1.3 Mrds
m3/an (source: Agence nationale des
ressources hydrauliques ANRH).
En effet, nos barrages connaissent de
graves problèmes dont le plus épineux
reste l'envasement, conséquence
directe de l'érosion des bassins ver-
sants (la quantité d'envasement est de
32 millions m3/an, soit un taux de
0.6%). Pour lutter contre ce phéno-
mène, plusieurs solutions sont propo-
sées:
Le reboisement, restauration des tion, cas de Djorf E'torba à Bechar où
sols, confection de banquettes, planta- le volume évaporé dépasse la quantité
Barrage de Ouled Mellouk
tion des cultures suivant les courbes de d'eau destinée à l'AEP et à l'irrigation.
d'une capacité de 127M m3
niveau et fixation des berges des oueds. dont les fuites cet hiver ont
Réalisation de barrages de décanta- Les fuites : en raisons des fortes atteint 10 M m3 en raison
tion. poussées hydrostatiques exercées sur de l'existence de failles
surélévation des barrages. le fond et les berges d'un barrage, un menant aux galeries d'une
Les barrages dans les zones à climat volume d'eau important s'infiltre, ce ancienne mine de fer limi-
aride présentent une forte évapora- qui provoque les fuites. Le problème trophe au lit du barrage.
est d’autant plus grave qu’il s'agit de la
Cette eau perdue peut déstabilisation de l'ouvrage.
Le volume perdu entre 1992 et 2002 aquatique et l'appauvrissement en oxy-
être récupée et utilisée gène dissous entravant la photosyn-
sur les 22 barrages étudiés est de
dans l'agriculture et dans 350 millions m3. thèse.
l'alimentation des nappes Lutter contre tous ces facteurs permet-
par un lâchage constant L'eutrophisation de leur eau : elle trait nettement d'optimiser les capaci-
entraîne des déséquilibres écologiques tés de stockage de ces ouvrages.
en effectuant
comme la prolifération de la végétation
des soutirages réguliers.

23 Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


Un proverbe a valeur de
conseil, de verité, de bon sens
ou d’expérience populaire. Il ne convient
Il faut se
Les proverbes existent dans pas de boire
méfier de l’eau
toutes les sociétés et sont une et de
qui dort.
fermer le puits.
part importante de la tradi-
tion orale.
L’eau, élément indissociable L’eau du
de la vie, s’y retrouve souvent. fleuve ne retourne
Dans le pas à sa source.
désert, toute eau
fera l’affaire Afrique
N'insultez pas
un crocodile lorsque Etats Arabes
vos pieds sont encore
dans l'eau. Il ne faut pas
puiser au ruisseau
Afrique du sud quand on peut puiser

Claire
comme l’eau
Paroles à la source.

France

C'est
Algerie

de toujours l'eau
qui dort qui
noie.

L’assoiffé qui ne
rencontre nulle
source est assurément
fort aise de trouver une
flaque d’eau.
Sages On ne
connait la valeur
de l’eau que
lorsque le puits
Passe
Un ruisseau a est à sec.
par l’eau
nombreuses sour-
tumultueuse, et ne
ces ne tarit jamais.
passe pas par l’eau
dormante.
Cameroun
Dans la descente du L’eau sale ne
Etats Arabes
courant on peut se faire peut
des amis, mais dans la En buvant l’eau
du puits, n’oubliez pas être lavée.
montée c’est impossible.
pas ceux qui l’ont
creusé. Togo
Afrique
Chine

Journalisme scientifique Blida, 1ère promo juillet 2006


24
Les pieds dans l’eau et la tête dans les nuages.

Directeur de publication
Baba Ahmed Abdellatif
Equipe de rédaction
Directeur de la rédaction
Frédéric Baillot Ahmed Messaoud Rachid, Azzouz
Dhahia, Benguerba Diouani, Dédicaaces
Rédactrice en chef
Karima Menoueri Boudjella Abdelkader, Bouzertit
Rédacteurs en chef adjoints Naima, Haddadi Nabila, Krider L'équipe de rédaction “JS”
Nadjia Ouadjina Chérif, Menoueri Karima, Miliani rend un hommage
Diouani Benguerba particulier à Madame
Zoheir, Ouadjina Nadjia, Selt
Rédactrice en chef technique Nadia Mimoune,
Mohamed Taieb, Zerrouki Halim.
Nabila Haddadi ex-recteur de l'Université
de Blida en lui dédiant
Iconographie ce magazine.
Rachid Ahmed Messaoud
Mise en page
Nabila Haddadi
Chefs de rubrique
Chérif Krider, Zoheir Miliani, Halim Zerrouki et Med Taieb Selt
Au plus profond de ses Molécules
L'Eau a cette Beauté rassurante
Qui fait que les noirs Démons reculent
Devant cette Eau calme qui enchante
Même lorsque ses Lèvres écument
Crachant violemment toute sa Haine
Même lorsque ses Entrailles fument
Vomissant la Chaleur de ses Peines
L'Eau sait réconforter sous son Sein
Avec un Calme si maternel
Les Pleurs des Enfants et des Lutins
Et leur offre des Baisers de Miel
Car l'Eau renferme dans ses Poumons
Un Souffle féminin déferlant
Depuis les Sommets de l'Élotion
Jusque dans les Arcanes du Temps

n M ot
u
Sans nte déjà
cha rmes
L'Eau ie des La ntagnes
Sy m phon r les Mo mais
La euve s e ja
br ais
co u lent a n ne conn rts
Qui e l'Océa ir des Dés
e
qu
Pour e Désespo
L

Centres d'intérêt liés