LE CADRE D’ELABORATION DU BUDGET DE L’ETAT.

Le cadre juridique du budget Le nouveau cycle budgétaire La loi de finance initiale La règle des 4 temps alternés Il s’agit du texte débutant le cycle budgétaire de chaque année civile. Elle détermine et fixe la nature, le montant et Le rôle de l’exécutif Le rôle du législatif l’affectation des ressources et charges de l’Etat. • Préparation du budget (1) • Le vote du budget (2) • Exécution du budget (3) • Contrôle du budget (4) La loi de finance se décompose en deux parties : Ces 4 temps alternées peuvent être regroupés en deux partie : - La première partie vise à autoriser la perception des ressources de l’Etat, à en fixer les montant, mais - l’élaboration du budget également à autoriser et à fixer le plafond des dépenses du budget général, des budgets annexes et des - l’exécution du budget comptes spéciaux. Le nouveau cycle et le chaînage vertueux - La seconde partie vise à détailler les dépenses et notamment les autorisation d’engagement et les crédits de L’idée de la LOLF était de relier la dernière phase du budget précédent paiement, le plafond d’autorisation d’emploi et le montant du plafond des rapports. (contrôle) avec la premier phase du budget qui suit (préparation). Article 34 de la LOLF détaille le contenu de la loi de finance : - des dispositions relèvent du domaine obligatoire de la loi de finance - des dispositions relèvent du domaine exclusif de la loi de finance - des dispositions relèvent du domaine facultatif de la loi de finance. Les lois de finances rectificatives ou collectifs budgétaires Elles ont une triple fonctionnalité définie à l’article 35 de la LOLF : - la loi de finance ne peut être modifiée en cours d’exécution que par une loi rectificative qui constitue la continuité logique de l’autorisation budgétaire. - Elles peuvent venir approuver les mesures règlementaires prises en cours d’exécution et qui viennent modifier la loi de finance. - Ediction de mesures législatives nouvelles. La loi de règlement Elle achève le cycle budgétaire initié par la loi de finance de l’année et de constater les résultats budgétaire de l’exercice. Elle dispose d’un régime distinct de la loi de finance initiale et des lois de finances rectificatives. La LOLF a eu pour objectif de revaloriser les lois de règlements tant dans leurs contenu (opérations de trésoreries) que dans sa fonction. Les lois de finances spéciales (article 45 de la LOLF) Elles sont la conséquence d’un dépôt tardif du projet de loi de finance. Il en existe deux types : - Celles dont le Gouvernement demande l’adoption avant le 11 décembre : il s’agit alors d’une loi partielle qui obligera le vote ultérieur de la seconde partie de la loi de finance. - Celles qui seront déposées par le Gouvernement avant le 19 décembre : elle autorise simplement la perception de l’impôt jusqu’au vote de la loi de finance pour l’année. Elles sont une nouveauté de la LOLF et crée un dispositif pour pallier au problème de 1979. La loi de finance de 1980 avait été entièrement censurée par le Conseil constitutionnel et le Gouvernement a donc du adopter une loi autorisant la perception de l’impôt pour ne pas porter atteinte au principe de continuité. Cela permet d’orienter la préparation du budget en fonction des résultats obtenus pour l’exercice précédent. Article 41 : instaure le chaînage vertueux. En pratique l’article 41 n’est pas véritablement appliqué puisque ce ne sont pas deux exercices consécutifs qui sont reliés, mais deux exercices avec une année d’intervalle. En d’autres termes ce sont les phases de contrôle et d’adoption qui sont liées et non pas la phase de contrôle et de préparation.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful