Vous êtes sur la page 1sur 97

PORPHYRE.

PRINCIPES DE LA THÉORIE
DES INTELLIGIBLES
DISTRIBUÉS DANS
L'ORDRE DES ENNÉADES.

XLV

PRINCIPES DE LA THÉORIE DES

INTELLIGIBLES PAR PORPHYRE
SUIVIS DE FRAGMENTS D'AMMONIUS ET DE
NUMÉNIUS
XLVI

TABLEAU

Indiquant la concordance des numéros que portent
les 44 paragraphes
DES PRINCIPES DE LA THÉORIE DES
INTELLIGIBLES DANS LA TRADUCTION FRANÇAISE,
DANS L'ÉDITION DE CREUZER ET DANS CELLE
D'HOLSTENIUS.

Tr

Cr

ad. fr.

euzer.

I

Il

XIV

V

IX

IX

XX

XXVI

VII

II
XX
XV

III

VI

XX
IV

VI

VIII

II

V

I

XXXI

VI

I

VI

enius.

XX

II

IV

Holst

XI

XX

XVIII

XXV

XIX

II

X
IX

X

XI

Vll
XX

XX

XXIII

II

X

I
Xl

X

XI

XII

I
XI

V

XX
VI

X
V
X
VI
X
VII
X
VIII
XI
X
X
X
X
XI

XXII

I

XI

ll

VII

I

I

I

II

II

III

III

IV

IV

V

V

VI

VI

XX
VIII

XXVI

XXIX

X XII XX XXX IX X XIII XX XII X XIV II XV II X XV XV I X XI XVI X XVII XX V X XVIII XI V X XIX Xll l X XX XX X X XXI XL II X XXII XL IV X XV XXIII X XXIV XX III XXXI XVII XVI XI XXVI XIV XIII XXXI XLIII XLV XV XXIV .

C'est.X XL XXV XLIV IV X XX XXVI XXX XV V X XX XXVII XXX XVI X VII XX XXVIII XXX XVII X VIII XX XXIX XL XIX X L X LI XL XLI XX XXX XIII X VI XX LII XXIX XVIII X XX LIII XXXI XI X I XL LIV XLII I XLVII AVERTISSEMENT. un ensemble de morceaux qui ont été composés par . Parmi les documents dont la lecture est propre à faciliter l'étude des Ennéades de Plotin et à leur servir d'introduction. comme nous l'expliquons ci-dessous. Principes de ta théorie des intelligibles. intitulé Ἀφορμαὶ intelligibilia un des plus utiles est l'écrit πρὸς τὰ νοητά (01) (Sententiae ad ducentes).

au lieu de l'obscurité ordinaire à Plotin. et sous le titreἈφορμαὶ πρὸς τὰ νοητά. XXXVI. le texte grec de 28 paragraphes de cet ouvrage. f°). XXXVI. 59-79) comprend 33 paragraphes. I-XX. 1641. Franciscum Barberinum. ejusdem Sententiae ad intelligibilia ducentes. les Principes de la théorie des intelligibles sont divisés en XLVIII trois parties. En 1548. dans lesquelles est renfermé presque tout ce que nous savons de la doctrine de Porphyre sur la nature des principes. Parisiis. Sur ces 33 paragraphes. Victorius fit paraître pour la première fois à Florence. qu'il a tirés de Stobée (04). XXXVII-XL. Marsile Ficin les avait précédemment traduits en latin sous ce titre : De occasionibus sive causis ad intelligibilia ducentibus (Ficini opera. Ces 28 paragraphes furent dans la suite publiés plusieurs fois. Les Sentences (ἀφορμαὶ). Dans ce volume. Typis Vaticanis. XXXIII. XV.. à la suite du traité de Porphyre Sur l'Abstinence des viandes. seulement il y règne. 870. XII-XXXIII.Porphyre pour résumer ou pour commenter les livres les plus importants des Ennéades. Romae. il y en a 5 d'ajoutés par Holstenius à ceux qu'on connaissait avant lui. XXXV. 80-98) contient 6 paragraphes. Ad Illustrissimum et Reverendissimum S. De Antro nympharum Holstenius quod in Odyssea Hamburgensis describitur. une édition beaucoup plus complète de l'écrit de Porphyre dans un volume intitulé: Porphyrii philosophi liber De vita Pythagorae. présentent en abrégé celle des Ennéades. tirés d'un manuscrit du Vatican . XIV. Ravaisson (02). cette heureuse clarté qu'on remarquait dans tous les ouvrages de Porphyre. Card. et ad vitam Pythagorae. qui fit paraître. savoir IX. La 2e partie (p. E. en 1630.Lucas latine vertit. P. R. et les principes fondamentaux de la doctrine Néoplatonicienne y sont mis dans une lumière toute nouvelle. La Ière (p. dit M. observationes adjecit. mais sans rien gagner en étendue. Dissertationem De vita et scriptis Porphyrii (03). MDCXXX. XXXIV. jusqu'à Holstenius. II.

Didot à Paris. quae nunc primum ex Vaticano codice prodit). bien que réimprimés en 1855 à Cambridge. pour la traduction. les Principes de la théorie des intelligibles. La 3e partie (p. en se contentant de rectifier les numéros des paragraphes (05). tirés d'un autre manuscrit du Vatican (Alia appendix eruta ex M. Creuzer les a laissés placés dans l'ordre tout fortuite de leur découverte. V. Les additions ainsi faites par Holstenius sont très importantes. Enfin. en 1855. A. et que cela soit dit sans manquer au respect que nous devons à cet illustre savant. en numérotant les paragraphes. a omis le numéro XXI). et on y retrouve des contresens qu'il eût été facile de corriger. qui les a publiés en tête de l'édition des Ennéades qui a paru chez M. Il y a en tout 44 paragraphes (et non 45 comme on pourrait le croire en lisant la traduction d'Holstenius qui. XLI-XLV. tels qu'ils se trouvaient dans Holstenius. M. Aloysius Lolinus Bellunensis Episcopus Bibtiothecae Vaticanae legavit). Malheureusement. 136-147) contient 5 paragraphes. D'abord. codice. nous nous sommes appliqué à la mettre en harmonie avec celle des Ennéades en rendant les termes techniques avec la . n'ont été l'objet d'aucun travail particulier jusqu'à M. Nous avons maintenant à rendre compte de notre propre travail. il a encore laissé beaucoup à faire à ses successeurs. Depuis Holstenius. F. Il a amélioré le texte grec en consultant l'édition de Cambridge et en se servant des connaissances spéciales que lui donnait son précédent travail sur Plotin. quem Cl. La ponctuation est restée vicieuse dans plusieurs endroits. au lieu de grouper les paragraphes d'une façon rationnelle d'après l'analogie des matières et la liaison des idées.(Secunda pars. Il est loin d'avoir tiré parti de toutes les ressources qu'offrait l'étude du texte de Plotin pour corriger les imperfections des manuscrits. Creuzer. elles comprennent les morceaux les plus étendus et les plus précieux. La traduction latine n'a pas été mise en harmonie avec les améliorations qu'a reçues le texte grec. Fr.-F. S.

mais encore des Arguments (ἐπιχειρήματα). p. en ajoutant qu'elle se trouve dans le Commentaire de Porphyre. 32) des indications précieuses données par Porphyre lui-même sur la nature du travail qu'il fit en revoyant les Ennéades: « Voilà. 82. 467-476). en suivant l'ordre dans lequel ils ont été publiés. qui sont compris dans le nombre des sommaires. Ravaisson a consacrées à Porphyre dans son savant Essai sur la Métaphysiqued'Aristote (t. p. A l'appui de son opinion. soit desSommaires et des Arguments composés par Porphyre. En outre. M. Vacherot sur ce même philosophe dans son Histoire de l'École d'Alexandrie (t. nous trouvons dans la Vie de Ptotin (§ 24. pour satisfaire quelques-uns de nos amis qui désiraient avoir des éclaircissements sur certains points. . p. 11-55). II. il dit qu'Olympiodore. dans son Commentaire sur le Phédon (p. Nous avons ajouté à plusieurs d'entre eux des Commentaires sans suivre un ordre régulier (Καταβεβλήμεθα καὶ εἴς τινα αὐτ῵ν ὑπομνήματα ἀτάκτως(06)).plus grande fidélité qu'il nous a été possible Les pages que M. II. il démontre que le mot Ἀφορμαὶ est l'équivalent de ἐπιχειρήματα (07). dit-il. Fr. De ce passage. cite une phrase du § XLIV. Du reste. Pour le premier point. nous ont été d'un grand secours. nous avons rédigé non seulement des sommaires séparés pour chaque livre. et en comment publiant nous avons distribué en six Ennéades les cinquante-quatre livres de Plotin. Nous avons fait des Sommaires (κεφάλαια) pour tous les livres. à l'exception du livre Du Beau. et surtout l'excellent travail de M. B). dont nous ne connaissions pas l'époque. Nous avons en outre essayé de résoudre deux questions importantes: XLIX 1° Quelle est l'origine et la destination des Principes de ta théorie des intelligibles de Porphyre ? 2° Dans quel ordre convient-il de disposer les fragments qui composent cet écrit ? 1. Creuzer a déduit que les Principes de la théorie des intelligibles sont des débris soit des Commentaires.

dans les morceaux les plus étendus et les plus importants. Pour compléter cette introduction à l'étude des Ennéades. que nous avons extrait de Némésius et d'Eusèbe. Par ces recherches. En le comparant à celui de Plotin. Les explications précédentes nous dispensent de justifier longuement l'ordre dans lequel nous avons rangé les 44 paragraphes qui composent les Principes de la théorie des intelligibles. Fr. mais encore à signaler. Fr. LÉVÊQUE. s'il y a lieu. Eub. Puisque ces morceaux étaient destinés soit à résumer. 1 Voici les titres des trois traités de Porphyre dont les fragments sont traduits intégralement ci-après : Des Facultés de l'âme: . nous sommes parvenu non seulement à indiquer à quel livre des Ennéades se rapporte chaque paragraphe de Porphyre (08). soit à expliquer la doctrine contenue dans lesEnnéades. Creuzer n'avait qu'ébauché dans son Introduction (10) et qui était cependant nécessaire pour l'intelligence de l'oeuvre de Plotin aussi bien que pour celle de Porphyre. nous espérons avoir achevé un travail que M. en mettant en tête de ces fragments des titres propres à en montrer la destination et à en faciliter l'intelligence. ainsi que des fragments précieux d'Ammonius Saccas et de Numénius.Adoptant l'opinion de M. nous avons essayé d'en démontrer la vérité par de nouvelles preuves. L C'est aussi celui que nous avons adopté. qui seront complétées dans les volumes suivants. le seul ordre qui fût rationnel consistait à les disposer d'après le plan qui a été suivi par Porphyre lui-même pour classer les livres auxquels ils se rapportent. Nous les avons cherchées dans le texte même que nous avions à traduire. nous avons ajouté aux Principes de la théorie des intelligibles d'autres morceaux de Porphyre qui nous ont été conservés par Stobée et par Némésius. Creuzer sur l'origine des Principes de la théorie des intelligibles. les phrases que notre auteur emprunte littéralement à son maître pour les éclaircir et les commenter (09). II.

.. (Macrobe commencement a tiré du de ce chapitre 12 dernier du traité livre I son Commentaire sur le Songe de Scipion. LXVI (note 1). (note 1). p. LIV (note 3).... LII (note 3) .. LXXXVI. p.... 2° De la mémoire.. LXXVII (note 1). p. p. p. Du Retour de l'âme à Dieu. De l'Antre des Nymphes... LXVII (note 1). LXX (note ). 542 (note 5). DISTRIBUÉS DANS L'ORDRE DES ENNÉADES. De la Sensation. De l'Abstinence des viandes. p.1° Des parties et des facultés de l'âme. Ἄλλαι αἱ ἀρεταὶ PREMIÈRE le de ...... Du Styx. Les autres traités de Porphyre qu'on trouvera cités ou mentionnés dans ce volume sont: Lettre à Marcella.) PRINCIPES DE LA THÉORIE DES INTELLIGIBLES PAR PORPHYRE. LV (note 1). LVII (note 4).. CVIII (note3). Ι.. p. p... p.. LXXXVII.. 140 (note 3).. Du précepte : Connais-toi toi-méme.. Mélanges (Union de l'âme et du corps). LXII (note 3). p.

ces vertus étant de nous σωφροσύνη ὁμολογίᾳ δὲ ἐν καὶ συμφωνίᾳ ἐπιθυμητικοῦ λογισμόν. πρὸς δικαιοσύνη rendre bienveillants dans notre nos commerce avec semblables. autres enfin vertus de sont les l'intelligence pure. Καὶ ἔστι φρόνησις μὲν περὶ τὸ et à suivre rationnelles devoir (λογισμὸς du τοῦ λογιζόμενον. Le but de περὶ τὸ θυμούμενον. καὶ ἄλλαι αἱ τοῦ ἤδη τελείου I. διὰ τοῦτο λεγομένου θεωρητικοῦ. raison. πρὸς βλέπουσαι ἀβλαβ῅ πλησίοον ἐκ autres encore sont les vertus de celui qui contemple l'intelligence. qui est complètement séparée de l'âme. à la . autres ἤδη les vertus de l'homme θεατοῦ. le courage. Autres sont les vertus du citoyen. ἀνδρία δὲ καθήκοντος). κοινωνίας dans ses actions les lois πολιτικαὶ λέγονται. πολιτικοῦ τῶ contemplation. πρὸς LIVRE DEUXIÈME. on appelle esprit contemplatif. 1° Αἱ μὲν τοῦ ἐν μετριοπαθείᾳ κείμεναι ἕπεσθαι καὶ ἀκολουθεῖν τῶ λογισμῶ τοῦ καθήκοντος κατὰ τὰς πράξεις· διὸ κοινωνίαν τὴν pour cette et que. elles sont appeléesciviles parce qu'elles unissent les δὲ ἟ ἑκάστου τούτων citoyens entre eux. « La ὁμοῦ prudence se rapporte à οἰκειοπραγία ἀρχ῅ς πέρι καὶ τοῦ la partie ἄρχεσθαι.τοῦ πολιτικοῦ. raisonnableLII de notre âme. καὶ ἄλλαι αἱ qui tâche de s'élever à la θεωρητικοῦ καὶ τοῦ νοῦ. 1° Les civiles (12) τ῵ν πολιτικοῦ) τοῦ être vertus (ἀρεταὶ τοῦ consistent modéré dans à ses συναγελασμοῦ καὶ τ῅ς passions. καθ᾽ ὃ νοῦς καὶ ἀπὸ ψυχ῅ς καθαρός. θεωρίαν ἀνιόντος καὶ DES VERTUS (11). ἄλλαι αἱ τοῦ καὶ ENNÉADE.

« la pruden . Elles commandent nous de nous abstenir des actes qui mettent en jeu les organes et des affections qui se rapportent au προηγουμένως . τὸ δὲ μὴ s'abstenir des actes dans φοβεῖσθαι lesquels le corps joue le ἀφισταμένην τοῦ σώματος ὡς εἰς κενόν τι καὶ μὴ ὂν τὴν rôle principal.διὸ ἐν corps. τὸ δέ γε μὴ ὁμοπαθεῖν que L'objet les de vertus ces civiles sont l'ornement de la vie mortelle et préparent aux vertus purificatives. ἀλλὰ μόνην ἐνεργεῖν ὑφίστησι τὸ φρονεῖν. ces dernières commandent à l'homme συνίστησι qu'elles embellissent de τὸ σωφρονεῖν.2° Αἱ δὲ τοῦ πρὸς partie irascible. dans les vertus purificatives. Tandis συνδοξάζειν τῶ σώματι. ἐν ἀποχῆ θεωρούμεναι τ῵ν μετὰ concupiscible et de la raison. ὃ διὰ καθαρ῵ς τοῦ νοεῖν τελειοῦται. soit pour καὶ συμπαθει῵ν τ῵ν obéir (13). » πρὸς αὐτό. Aussi. la justice enfin. dans l'accomplissement par toutes ces facultés de la fonction propre à chacune d'elles. θεωρίαν tempérance προκόπτοντος dans θεωρητικοῦ ἐν ἀποστάσει κεῖνται τ῵ν ἐντεῦθεν· διὸ καὶ καθάρσεις αὗται λέγονται. ταῖς καθάρσεσι τὸ μὲν vertus est d'élever l'âme μὴ à l'être véritable. τ῅ς consiste l'accord τοῦ σώματος πράξεων γὰρ la 2° soit Les l'homme pour vertus de tâche de qui ἀφισταμένης πρὸς τὸ s'élever ὄντως δὲ contemplation consistent πολιτικαὶ τὸν θνητὸν à se détacher des choses ἄνθρωπον d'ici-bas: ὄν. Αὗται μὲν ψυχ῅ς et l'harmonie de la partie commander. αἱ κατακοσμοῦσι πρόδρομοί - καὶ γε αἱ πολιτικαὶ τ῵ν καθάρσεων· δεῖ γὰρ κοσμηθέντα κατ᾽ αὐτὰς ἀποστ῅ναι σώματιι τοῦ σὺν πράττειν τι à la aussi les appelle-t-on des purifications (καθάρσε ι) (14).

μηδενὸς ἀντιτείνοντος ἀρετὰς à le pas la par pensée soipure. Mais. «puisque la purification et la pureté . ἟ κεκαθαρμένων.ἀλλ᾽ ἐπεὶ τὸ de humaine. la nature Les vertus contemplatives arrachent de l'âme les passions: elles ont pour but de rendre l'homme semblable à Dieu (15). plongeait l'homme dans ἟ le δὲ κατὰ τὰς vide et le néant. Ἡ μὲν même. » civiles modèrent les passions : elles ont pour δὲ but de nous apprendre à αἱ vivre conformément aux ἄμφω θεωροῦνται τὰ τ῅ς καθάρσεως· καθαίρουσί τε γὰρ τὴν ψυχὴν καὶ καθαρθείσῃ lois τοῦ καθαίρειν . ἔχουσα τέλος τὸ ζ῅ν ὡς agir corps. ce qui est l'œuvre οὖν κατὰ τὰς πολιτικὰς de διάθεσις ἐν μετριοπαθείᾳ θεωρεῖται. le courage. Aussi les vertus purificatives (καθαρτικαὶ κεκαθάρθαι ἀφαίρεσις ἀρεταὶ) peuvent. comme ἦν la καθαίρειν παντὸς τοῦ purification elle- ἀλλοτρίου. commandent θεωρητικὰς ἖πεὶ δὲ κάθαρσις ἟ μέν τις καθαίρουσα.ἀνδρίαν. Les vertus obéies. ἧς τέλος ἟ la raison et l'intelligence πρὸς θεὸν ὁμοίωσις. être considérées ἕτερον τοῦ sous deux points de vue καθήραντος· ὡς εἴ γε : elles purifient l'âme.τέλος γὰρ τὸ κεκαθάρθαι soient ἦν καθαρτικαὶ ἀρεταὶ κατ᾽ σημαινόμενα et Autre chose est se purifier. à ne pas craindre d'en être séparé. comme si la mort ἄνθρωπον κατὰ φύσιν. τὸ ἟ κάθαρσις ἀρκεῖ. et ἂν εἴη πρὸ τ῅ς ἀκαθαρσίας ἀγαθὸν ἦν καθαιρόμενον. à ne pas partager les passions du corps. ἟γουμένου δὲ ce consiste λόγου opiner καὶ νοῦ καὶ à ne avec mais ἟ δικαιοσύνη. autre chose être καὶ pur. ἐν lajustice enfin exige que ἀπαθείᾳ. τὸ ἀγαθὸν même. la tempérance. parce que le but de la purification est la pureté. σύνεισι . Ἀλλ᾽ elles ornent l'âme qui est purifiée.

forme. elle peut seulement participer. aux pour choses espèces : l'une. il lui suffirait de se purifier. c'est τοίνυν de καθηραμένην αὐτὴν passions. Mais l'âme ὑστέροις.ἀρκέσει μὲν ἟ τὸ δὲ καταλειπόμενον ἔσται κάθαρσις. κάθαρσις. mal. οὐχ Ἀλλ᾽ consistent à s'être séparé de toute chose étrangère. le bien est ἟ autre chose que l'âme ἟ qui se purifie. s'abandonner Les aux vertus civiles doivent leur nom de vertus et leur prix à ce qu'elles affranchissent l'âme d'une de ces deux espèces de mal [des ἥπερ ἐστὶν ἐν γνώσει passions]. ἀλλ᾽ ὅτι premières. οὖν ἀγαθὸν αὐτῆ ἐν τῶ resterait συνεῖναι purification. Καὶ διπλ῅ γε κακία· τό τε τούτοις συνεῖναι μετὰ καὶ παθ῵ν ὑπερβολ῅ς. c'est d'être unie à ἀπαλλάττουσαι ἀρεταὶ son auteur. Si l'âme ψυχ῅ς φύσις οὐκ ἦν ἀγαθόν. son mal. l'autre. τὸ ἀγαθόν. τῶ γεννήσαντι· καὶ ἀρετὴ ἄρα αὐτ῅ς μετὰ τὴν ἐπιστροφὴν bien au mal. καὶ εἰδήσει τοῦ ὄντος. serait pas tombée dans πολιτικαὶ ἀρεταὶ μιᾶς le γοῦν κακίας l'âme. ce serait le τῶ ce qui lui après γεννήσαντι. τοῖς purification. il y en a deux Δεῖ συνεῖναι Le αὕτη. en y avoir la elle ne sinon. Διόπερ αἱ et la non la n'est pas le bien . κακία δὲ τὸ bien. Τὸ même. purificatives sont οὐχ ὅτι οὐκ ἔχει παρ᾽ supérieures αὐτῆ ταύτην. αἱ s'unir δὲ inférieures (16). c'est de s'unir aux choses inférieures . dans ce cas ἐγένετο ἐν κακῶ. ἀλλ᾽ ἀγαθοῦ μετέχειν δυνάμενον καὶ ἀγαθοειδές· οὐ γὰρ ἂν qui eût se LIII purifie possédé le bien avant de perdre sa pureté. » Quant αὐτὴν καθαρτικαὶ τιμιώτεραι καὶ τ῅ς ὡς ψυχὴν κακίας ἀπαλλάττουσαι. de ἐκρίθησαν καὶ τίμιαι. en ce qu'elles ἄνευ τοῦ πρὸ αὐτ῅ς affranchissent l'âme de Les vertus aux l'espèce de mal qui lui .

3° est propre [de son union Ἄλλο οὖν γένος τρίτον ἀρετ῵ν μετὰ τὰς καθαρτικὰς avec les inférieures] (17). il faut l'unir à son auteur : καὶ πολιτικάς. ἀντακολουθοῦσί καὶ αἱ ἄλλαι. δικαιοσύνη οἰκειοπραγία πρὸς ἐν τὸν ἐνεργεῖν. mais parce δὲ que. de est par . Donc.οὐχ ὁρᾷ τὰ αὐτ῅ς. ψυχ῅ς ἐνεργούσης· σοφία ὧν vertu. ἐπιστήμη δὲ ἟ νόησις. ὧν αἱ τ῅ς ψυχ῅ς ἦσαν ὁμοιώματα· νοῦς μὲν contient la justice sa fonction propre. κρείττους οὖσαι τ῵ν est pour l'âme de remplir ψυχικ῵ν καὶ τούτων παραδείγματα. connaissance. l'intelligence. ἟ troisième espèce δὲ vertus. qui ἀνδρία καθ᾽ ἀπάθεια ὁμοίωσιν τοῦ πρὸς ὃ βλέπει ἀπαθὲς ὂν τὴν φύσιν. après sa consiste dans la connaissance et μὲν φρόνησις choses καὶ ἐν θεωρίᾳ νοῦς la science de l'être véritable. l'âme vers l'intelligence. les vertus γε de l'âme qui contemple l'intelligence (ἀρεταὶ τ῅ς αὗται ἀλλήλαις ὥσπερ ψυχ῅ς νοερ῵ς ἐνεργούσης). c'està-dire de s'attacher à l'intelligence et de diriger vers elle son activité. Καὶ sont supérieures aux vertus civiles aux vertus et purificatives. νοερ῵ς sa τ῅ς conversion. elle ne voit ἀκολουθίᾳ καὶ τὸ πρὸς pas ce qu'elle possède νοῦν (18). que αἵπερ ἦσαν ἐν τῶ νῶ. sans le principe qui τῆ lui est supérieur. 4° « Ici la prudence et Τέταρτον δὲ la sagesse consistent à εἶδος ἀρετ῵ν τὸ τ῵ν contempler les essences παραδειγματικ῵ν. σωφροσύνη δὲ ἟ εἴσω 3° Il y a une de πρὸς νοῦν στροφή. sans νοῦν l'intelligence. non que l'âme n'ait pas cette ἔχει. la tempérance est la ἐν ᾧ ἅμα τὰ ὥσπερ conversion παραδείγματα. quand l'âme est pure. le intime courage l'impassibilité.

semblable à ce qu'elle τὸ δὲ πρὸς l'âme devient αὐτὸν ἟ σωφροσύνη. en vertu de sa ἐλάττους. Οὐκέτι μέντοι supériorité (20). » Il y quatrième Τέτταρα τοίνυν Ces vertus ont entre elles le 4° περιουσίαν. puisque a une espèce de ἀρετ῵ν γένη πέφηνεν. même enchaînement que les autres. contemple. persévérance à sa rester μὲν ἔχων τὰς μείζους pure.» Il y a ainsi quatre τὰς espèces de vertus : 1° ἐλάττους ὁ ἔχων τὰς les vertus exemplaires. οὐ μὴν τὸ ἔμπαλιν. Elles ont sur les vertus de l'âme la supériorité qu'a le type sur l'image : car l'intelligence contient à la fois toutes les essences qui sont les types choses καθαιρομένης qui LIV des inférieures. « Dans l'intelligence. τῶ ἔχειν καὶ propres à l'intelligence. la vers soi- la justice est l'accomplissement de sa fonction le courage est de Καὶ la propre. concentrée en elle- ἐξ ἀνάγκης ἔχει καὶ τὰς même. αἱ δὲ ψυχ῅ς πρὸς νοῦν ἐνορώσης ἤδη καὶ πληρουμένης ἀπ᾽ αὐτοῦ. αἱ δὲ ψυχ῅ς ἀνθρώπου τε καὶ dans l'intelligence. la tempérance est conversion même. la sagesse est καὶ ἀλόγων παθ῵ν. vertus. καθαρθείσης ἀπὸ la prudence est σώματος τ῵ν science . νοῦ. les vertus exemplaires (ἀρεταὶ ὧν αἱ μὲν ἦσαν τοῦ παραδειγματικαί). résident αἱ παραδειγματικαὶ καὶ σύνδρομοι αὐτοῦ τῆ οὐσίᾳ. sa ἟ δὲ ἀνδρία ἟ ταυτότης καὶ τὸ ἐφ᾽ ἑαυτοῦ μένειν καθαρὸν διὰ δυνάμεως nature (19). αἱ δὲ ψυχ῅ς ἀνθρώπου κατακοσμούσης ἄνθρωπον μέτρα τὸν διὰ τῆ τὸ ἀλογίᾳ ἀφορίζειν καὶ μετριοπάθειαν ἐνεργάζεσθαι. τὸ δὲ οἰκεῖον ἔργον ἟ l'âme est impassible par οἰκειοπραγία. la ὁ pensée.σοφία δὲ γινώσκων ὁ laquelle νοῦς. â . l'identité l'intelligence.

Les buts. « Celui τ῵ν παθ῵ν εἰς ἔννοιαν τ῵ν dans préférera pas se servir des vertus inférieures par cela seul qu'il les possède. Τ῵ν μὲν γὰρ πολιτικ῵ν μέτρον vers de sa contemplation. Ἄλλοι l'intelligence et remplie γὰρ οἱ σκοποί. détacher l'âme . ὥσπερ εἴρηται. en effet. ὁ δὲ κατὰ (22). 3° les vertus de l'âme qui se purifie ou qui s'est purifiée des brutales passions propres au ἐπιθεῖναι τοῖς πάθεσι corps. αὐτοῦ ἀλλὰ οὐσίᾳ [en les vertus Mais la νοῦν réciproque n'a pas lieu τὴν [21] ». μηδὲν πρὸς ἐχουσ῵ν ἐνέργειαν. ὁ δὲ κατὰ τὰς παραδειγματικὰς θε῵ν πατήρ. l'espèce modérer pour nos de humaine. 4° les vertus qui πρὸς τὰς ἐν τοῖς κατὰ embellissent l'homme en φύσιν ἐνεργείας· τ῵ν renfermant δὲ καθαρτικ῵ν τελέως d'étroites limites l'action τ῵ν παθ῵ν ἀποστ῅σαι de la partie irraisonnable ᾽τὸ τέως μέτρον λαμβανόντων· τ῵ν δὲ πρὸς νοῦν ἐνεργ῅σαι μηδὲ τοῦ ἀποστ῅σαι ἐκ et en modérant qui possède de les nécessairement ἐρχομένων· inférieures. 2° ἐλάττους προηγουμένως. καὶ κατὰ γένος διαφέροντες. οὖν ἖πιμελητέον μάλιστα τ῵ν vertus. il les emploiera seulement quand les ἦν circonstances l'exigeront ἄνθρωπος. ἀλλὰ les de vertus laquelle de l'âme μόνον κατὰ περίστασιν tournée τ῅ς γενέσεως. Διὸ καὶ ὁ μὲν κατὰ τὰς πρακτικὰς ἐνεργ῵ν σπουδαῖος vertus l'ordre supérieur possède puissance] δὲ les passions. des vertus de notre conforme la but passions rendre conduite lois Le aux nature celui purificatives.μείζους ἐνεργήσει κατὰ l'essence τὰς elles appartiennent. Celui qui possède τῆ les vertus supérieures ne εἰς συνδρομὴν ἀφιγμένων **. τὰς diffèrent καθαρτικὰς selon δαιμόνιος ἄνθρωπος ἠ des καὶ δαίμων ἀγαθός. ὁ des vertus civiles est de δὲ κατὰ μόνας τὰς πρὸς τὸν νοῦν θεός.

καθαρτικ῵ν ἟μῖν σκεψαμένοις. ὅτι complètement des passions. qui consiste à se séparer du corps et σώματος καὶ τοῖς μὲν à τόποις. D'abord. des celui τούτων μὲν ἟ τεῦξις ἐν vertus τῶ d'appliquer βίῳ τούτῳ. le dieu. πάντως γε μὴν mouvement ἀπαθ῵ς de la partie irrationnelle. les καὶ σώματος τ῅ς παθητικ῅ς ἀλόγου κινήσεως. songeant en que nous cette vie. et que leur Δεύτερον δὲ τὸ ἀπὸ τούτου ὁρμώμενον αὑτὸν nous pouvons les acquérir dès συνδεδεμένον. Διὸ θεωρητέον. ἖νεργ῵ν Mais μὲν γάρ τις συνεχ῵ς purifier κατ᾽ αἴσθησιν. les vertus puriticatives. les vertus Πρ῵τον μὲν οἷον contemplatives. l'âme aux opérations intellectuelles. διὰ τούτων δὲ καὶ ἟ εἰς τὰς τιμιωτέρας ἄνοδος. τ῅ς le Père des dieux. πείσματος devons τοῦ συνάγειν ἀπὸ τοῦ possession conduit aux vertus supérieures. enfin. au point de n'avoir plus besoin de songer à s'affranchir des passions . celui desvertus exemplaires a de κάθαρσις· ἔστι μὲν γὰρ l'analogie avec le but des ἀπόστασις autres vertus. Il faut donc pousser aussi loin que possible la purification. Ainsi. κἂν μὴ μετὰ προσπαθείας καὶ τ῅ς τοῦ ἀπολαύσεως ἥδεσθαι τοῦτο de passionné comment l'âme tout peut-on Jusqu'où peut aller la purification ? Voilà deux questions que nous allons examiner. Π῵ς δ᾽ ἂν γένοιτο καὶ μέχρι τίνος. πρὸς αὐτὸ s'affranchir διατιθέμενον. vertus pratiques font l'homme vertueux . ῥητέον. le . l'homme divin ou le bon démon. ἄχρι τίνος καὶ ἐπὶ πόσον οἵα τε παραλαμβάνεσθαι ἟ contemplatives. θεμέλιος καὶ ὑποβάθρα les vertus exemplaires. Nous καθάρσεως τὸ γν῵ναι ἑαυτὸν ψυχὴν ὄντα ἐν ἀλλοτρίῳ πράγματι καὶ ἑτεροουσίῳ surtout appliquer aux vertus puriticatives.

à l'empêcher d'être importun (24b). Elle s'affranchira des . κατὰ ταύτην γινόμενος. καὶ sert αἰσθήσεις un et ἀναγκαίας τ῵ν ἟δον῵ν τὰς à différente (23). πράως οἰστέον ἐλάττους τιθέντα τῶ μὴ attachement et sans plaisir. εἰ καὶ τὰς LV être d'essence est Ensuite. Les douleurs et les plaisirs produits parles sensibles l'âme objets exercent une sur grande συμπάσχειν. quand on persuadé de cette vérité. προθυμίᾳ καὶ ἐπινεύσει συμπαθεῖ· ἀφ᾽ ἧς δὴ liée de Celui trop ses qui se souvent des ἰατρείας ἕνεκα μόνον sens. LVI ce elle n'accordera au corps que les plaisirs qui lui sont nécessaires. ἵνα μὴ ἐμποδίζοιτο. Ἀφαιρετέον δὲ καὶ τὰς ἀλγηδόνας· εἰ δὲ μὴ οἷόν τε εἴη. ἄλλου ἀλλ᾽ εἶναι ἀπροαίρετον. συναφὴς αὐτῶ se connaître soi-même. à le délasser de » ses fatigues. μὴ αὐτὸν γοῦν συναναμιγνύναι τὴν προαίρεσιν. c'est de σ῵μα. Il est important καὶ εἰ δυνατὸν πάντῃ· εἰ δὲ μή. τὸ τὸ δ᾽ ἀπροαίρετον ἀσθενὲς καὶ ὀλίγον· φόβον τὸν πάντῃ· περὶ οὐδενὸς φοβήσεται δὲ γὰρ - τὸ δ᾽ d'ôter à pareille l'âme une disposition (24) » Dans but. qui servent à le guérir de ses souffrances. Τοῦτο δ᾽ ἂν γένοιτο. il faut se recueillir en soi-même en se détachant du corps et en s'affranchissant complètement passions. est distrait cependant par le soin du corps et y est enchaîné parla sensibilité. de savoir qu'on est une προςπάσχων δὲ ταῖς âme ἐσκέδασται τ῵ν περὶ αἰσθημάτων ἟δοναῖς ἠ λύπαις σὺν étranger μάλιστα διαθέσεως αὐτὸν προσήκει καθαίρειν. ἀλλ᾽ οὖν fondement et la base de τὸ la purification. bien qu'il le fasse τις sans παραλαμβάνοι ἠ ἀπαλλαγ῅ς πόνων.ποιῆ. Τὸν δὲ influence et lui inspirent θυμὸν ὅσον οἷόν τε de l'inclination pour le ἀφαιρετέον corps.

ἂν ὅλως l'amour. du τ῵ν φυσικ῵ν οὐδὲ τὸ moins. ὥστε la crainte (24d) que si c'est καὶ τὰς κινήσεις εὐθύς un τε λύεσθαι τῆ γειτνιάσει nature à l'approche d'un τοῦ λογιζομένου. si cela n'est pas ἐνταῦθα . si cela ne se peut ἀπροαίρετον· δ᾽ pas. ὃν τὸ χεῖρον satisfaction αἰδέσεται. elle n'en jouira κινηθῆ. οὐκ αὐτὸς ἕξει ᾗπερ elle essaiera même de la αὐτός. et ἄρα. elle ne λοιπὸν παρὼν ὁ λόγος recherchera ἀρκέσει. elle n'y participera en μέχρι rien par sa volonté.χρηστέον δὲ en son pouvoir. elle παθ῵ν comprimera tout brusque κινεῖσθαι mouvement. tout en y restant étrangère. les ἖πιθυμίαν δὲ παντὸς consentant φαύλου ἐξοριστέον. elle les ἄρα supportera patiemment et καὶ θυμῶ καὶ φόβῳ ἐν νουθετήσει. elle n'écoutera καὶ ἀπροσέκτως. partager.ἀπροαίρετον καὶ douleurs . ἀφροδισίων δὲ supprimer entièrement . ἀλλὰ avertissement de la rien de honteux : dans le boire et le manger. εἰ ὅσον δὲ αὐτὴ πάντων ἟ μὲν ψυχὴ νοερὰ ἟ τοῦ diminuera en ne à les pas animale] encore (24c) réduisant affaiblissant et le plus καθαιρομένου τούτων possible les mouvements ἔστω involontaires. du . laissant φαντασίας προπετοῦς à une autre nature [à la τ῅ς κατὰ τοὺς ὕπνους. Elle sera Βουλέσθω δὲ καὶ τὸ inaccessible à la crainte. καθαρά. Οὐκ danger. nature Ὅλως l'emportement irréfléchi. ὅτι μὴ ἟συχίαν même ἦγε involontairement παρόντος τοῦ pas . Elle ne désirera ἔσται absolument ἀσυμπαθ῵ς τοίνυν μάχη προκοπτούσης τ῅ς καθάρσεως. κινούμενον n'ayant plus rien à redouter πρὸς ἄλογον τὸ τ῵ν σωματικ῵ν : là encore. Elle apaisera la Σίτων δὲ καὶ ποτ῵ν colère autant que possible . αὐτὸ ὥστε τὸ καὶ χεῖρον Quant aux que » d'un la besoin plaisirs de δυσχερᾶναι.

de cette manière. ὅτι πάθος τὴν ἐλάμβανε καὶ elle ces voudra les passions κίνησιν irrationnetles du corps les τοῦ perçoive sans être agitée. » Tant que l'âme éprouve encore des passions.δεσπότου. passions. elle ne dépassera pas les élans de ἐπιτιμ῅σαι. s'il quelque éprouve agitation qui puisse troubler le repos de son maître. λογισμοῦ τὸ ἐνδόσιμον par διὰ abandonner. Καὶ αὗται l'imagination qui se joue μὲν ἔτι μετριοπάθειαι dans les songes. Dans ἐπίτασιν εἰς ἀπάθειαν l'homme puriflé. ῥοπ῅ς elles sans si irrationnelle même et à s'y vient elle- éprouver des émotions. celles-ci seront promptement calmées par la présence de la raison. il lui reste à faire des devenir progrès impassible. Il n'y aura donc pas de lutte quand on aura fait des progrès dans la purification. même modérées. Il suffira que la raison soit présente. pour Ce . καὶ ἀσθένειαν ἑαυτῶ moins. σύνεστι τὸ même que la partie qui τὸ ressent τούτῳ ἀπαθές. la partie τ῅ς παρεσχηκότος. le principe inférieur la respectera au point de se fâcher contre lui-même et de se reprocher sa propre faiblesse. la partie λαμβάνουσαι· ὅταν δὲ intellectuelle de l'âme sera παντελ῵ς pure τὸ de toutes συμπαθὲς ἐκκαθαρθῆ.

c'était que la raison lui lâchait les rênes par suite de sa propre inclination. ψυχὴ δὲ ἑαυτὴν λύει ἀπὸ σώματος. ὁ δὲ τ῵ν φιλοσόφων λυομένης τ῅ς ψυχ῅ς ἀπὸ τοῦ σώματος· καὶ οὐ πάντως ὁ ἕτερος τῶ ἑτέρῳ ἕπεται. (23y) Ce que la nature a lié. mais c'est l'âme qui s'est liée elle-même au corps. l'âme le délie. Ὁ II. (23z) II y a une double mort : l'une. Ce que l'âme a lié.n'est que lorsqu'elle a cessé complète. résulte de la séparation de l'âme d'avec le corps (24y). ὁ μὲν οὖν l'âme elle-même qui se détache du corps. II. La nature a lié le corps à l'âme . En effet. DU SUICIDE. connue de tous les hommes. Donc il appartient à la nature seule de détacher le corps de l'âme. III. Celle-ci . Φύσις μὲν ἄρα λύει σ῵μα ἐκ ψυχ῅ς. Ὃ ἔδησεν ἟ φύσις. ψυχὴ δὲ ἑαυτὴν ἐν σώματι. συνεγνωσμένος λυομένου τοῦ σώματος ἀπὸ τ῅ς ψυχ῅ς. la nature le délie.LVII ment de partager les passions du corps qu'elle est réellement impassible. consiste dans la séparation du corps d'avec l'âme . ce qui permettait à la passion de s'agiter. l'autre. τοῦτο αὐτὴ λύει· ἔδησε δὲ φύσις μὲν σ῵μα ἐν ψυχῆ. tandis que c'est θάνατος διπλοῦς. ἟ τοῦτο καὶ φύσις ὃ ἔδησεν ψυχή. propre aux philosophes. De la séparation de l'âme et du corps (23x). LIVRE NEUVIÈME. III. λύει.

ὄν. προεννοοῦμεν ἐχόμενοι τοῦ ὄντος· ὡς εἴ γε χωρισθείημεν τοῦ ὄντος. δὲ IV. DEUXIÈME LVIII ENNÉADE. [l'Un]. οὐ προεννοοῦμεν τὸ ὑπὲρ τὸ ὂν μὴ ὄν. ἀλλὰ γενν῵μεν πάθος ψευδὲς τὸ engendrons pensée Nous par la le non-être [la matière] en nous séparant de l'être.n'est nullement la conséquence de celle-là. τὸ la matière. mettons τοῦ dans l'état[d'indétermina ὄν. Nous concevons aussi le Nonêtre [l'Un] (26) en restant unis avec l'être. LIVRE QUATRIÈME. tion] dans lequel on se trouve en sortant de soimême. de même [en se . DE LA MATIERE. Καὶ nous ne concevons pas γὰρ le Non-être qui αἴτιος μὴ (25) ἕκαστος. mais par nous la engendrons pensée quelque chose de nous nous mensonger. De même que chacun peut réellement et par soi-même s'élever au Non-être qui est audessus de l'être [à l'Un] . ἐκστάντα ἑαυτοῦ. Μὴ ὂν τὸ μὲν De la conception de γενν῵μεν χωρισθέντες τοῦ ὄντος. IV. ᾧπερ ὄντως καὶ δι᾽ ἑαυτοῦ ἐν῅ν ἀναχθ῅ναι ἐπὶ τὸ ὑπὲρ τὸ ὂν μὴ ὂν καὶ παραχθ῅ναι ἐπὶ τὸ κατάπτωμα ὄντος μὴ est au- dessus de l'être. si nous συμβεβηκὸς περὶ τὸν nous séparons de l'être. Par conséquent.

Καὶ τὰ μὲν l'intelligence et la raison πρὸ σωμάτων. on non-être qui arrive au est au- dessous de l'être. τὰ δὲ οὐκ abstraction ὄντα οὐ Aussi. τὰ δὲ ἀχώριστα· καὶ τὰ μὲν καθ᾽ ὑφεστηκότα. LIVRE SIXIÈME. existent sans le corps comme avec lui. Les incorporels doivent leur nom à ce στέρησιν· ὅθεν τὰ μὲν qu'on αὐτ῵ν ὄντα. les autres (comme la matière. la δεόμενα· καὶ τὰ μὲν forme sensible sans la ἐνεργείαις τὰ αὐτὰ καὶ matière. n'ont qu'une vie relative. τὰ δὲ discursive] εἶναι μετὰ σωμάτων· καὶ τὰ μὲν χωριστὰ σωμάτων. DE L'IMPASSIBILITÉ DES V. κατὰ πρὸς δὲ ψιλὴν τὰ De l'incorporel. (28) Le d'incorporel ne nom désigne pas un seul et même genre. οὐ κατὰ le lieu. ταῖς τὸ δὲ conçoit εἶναι δὲ εἰς ἑαυτὰ les ζωαῖς παρυφισταμέναις ταῖς ποιαῖς ἐνεργείαις. etc. ἄλλων τὰ du par corps. subsistent par eux-mêmes. ne subsistent que par . les uns [comme κεκώλυται. καὶ τὴν σώματα V. προσηγορία οὐ κατὰ κοινότητα ἑνὸς ταὐτοῦ γένους οὕτω προσηγόρευται καθάπερ τὰ σώματα. ζωαῖς αὐτοκινήτοις. Ἡ τ῵ν ἀσωμάτων CHOSES INCORPORELLES (27). Κατὰ γὰρ ἀπόφασιν ὧν οὐκ ἔστιν.séparant de l'être par la pensée]. sont unis au corps et en dépendent. comme le nom de corps.] le ne constituent pas des êtres véritables. LIX TROISIÈME ENNÉADE. existent par autrui. sont par eux-mêmes des actes et des vies. sont des êtres véritables. τὰ temps.

παρ᾽ ἑαυτ῅ς ἐχούσῃ τὸ De l'impassibilité de ζ῅ν κεκτημένη τὸ εἶναι. Διὸ changer. ἐν ζωῆ le nom d'incorporelles.παράστασιν ὧν ἐστι certains actes. sa mort consiste dans une vie d'une certaine nature et non dans l'entière privation de la vie (31) : car la passion que cette essence éprouve par la mort ne la conduit pas à la perte complète de la vie. καὶ ὁ θάνατος ἐν ποιᾷ incorruptible. Au affections contraire. en donnant à ces choses VI. προσηγόρευται. ὅτι μηδὲ τὸ VII. ἄλλο τ῵ν ἀσωμάτων· autre est la passion des τ῵ν μὲν γὰρ σωμάτων choses σὺν τροπῆ τὸ πάσχειν. les incorporelles. l'âme. VII. ζωῆ consiste dans une vie qui κεῖται. En effet. passions sont des vies. on indique ce qu'elles ne sont pas. ἄφθαρτος. ἄυλος. Pâtir pour les corps. et les passions propres à l'âme sont des actes qui n'ont rien de commun avec le refroidissement ou . VIII. Ἡ ψυχὴ οὐσία ἀμεγέθης. (30) Quand πάθος ἦν ὁδὸς εἰς τὴν l'être d'une essence est παντελ῅ la vie elle-même et que ἀζωίαν ἐπ᾽ ses αὐτ῅ς. son être est la vie elle même. ταύτης étendue. (29) L'âme est ἐν ζωῆ τὸ εἶναι καὶ ἧς une τὰ πάθη ζωαί. Ἄλλο τὸ LX VIII. οὐδὲν ἐοικυῖαι θερμάνσεσι καὶ ψύξεσι σωμάτων. ζω῅ς οὐκ ἐν καθάπαξ essence sans immatérielle. στερήσει. est la passion des corps. c'est τ῅ς δὲ ψυχ῅ς αἱ οἰκειώσεις καὶ τὰ πάθη ἐνέργειαι. (32) Autre πάσχειν τ῵ν σωμάτων. Τ῅ς οὐσίας ἧς VI. on ne dit pas ce qu'elles sont.

laquelle fait διὰ vibrer τὸ εἶναι ἐναρμόνιον. τὸ δὲ αἴτιον elles sont impassibles en elles-mêmes. corps. χορδὴ μουσικ῵ς. τὰ δὲ πληγέντα σώματα διὰ πάθος αἰσθητικὸν ταῖς ἟ρμοσμέναις χορδαῖς· καὶ γὰρ ἐκεῖ οὐχ ἟ d'elle-même les cordes mises à l'unisson. l'échauffement corps. effet. μὴ τ῅ς ἁρμονίας λεγούσης. c'est qu'il χωριστή. τὰ ἀσώματα· τὰ μὲν passion γὰρ ὕλης κεχωρισμένα toujours un changement. ἔοικεν ἟ essences qui touchent à μὲν la matière et aux corps. ressemble à harmonie des il une inséparable cordes. mais les sujets dans lesquels elles résident pâtissent. τοῦτο sons à son instrument parce qu'il a en lui-même une puissance harmonique. quant au corps. Le frappé corps l'impression par sensible ressemble à des cordes mises à l'unisson.εἴπερ τὸ πάντως πάσχειν σὺν τροπῆ. et sont identiques en ζῶον actes (33). quand l'animal sent. Quant aux αἰσθάνηται. ἀπαθ῅ ῥητέον πάντα si. εἰ καὶ ὁ μουσικὸς ἐβούλετο. Par conséquent. τὰ δὲ ὕλῃ πλησιάζοντα καὶ σώμασιν αὐτὰ μὲν pour des les la implique il faut dire que toutes les essences sont incorporelles impassibles. καὶ σωμάτων ἐνεργείαις ἦν τὰ αὐτά. Ainsi. Dans . τὰ δὲ ἐφ᾽ ὧν incorporelles θεωρεῖται toujours πάσχει. τὸ ζῶον. La cause pour laquelle l'âme meut ἁρμονία πέπονθεν ἟ l'être vivant. ἀλλ᾽ ἟ χορδή. οὐ μὴν des κινεῖ μὲν ἐκινήθη ἂν ἟ . l'âme ressemble à une διὰ τὸ εἶναι ἔμψυχον harmonie séparée de son ἀνάλογον τῶ μουσικῶ instrument. II y a ainsi Καὶ ὁ analogie entre l'âme et le μουσικὸς κατὰ τὴν ἐν musicien qui fait produire αὐτῶ ἁρμονίαν. est animé. les En essences immatérielles ἀπαθ῅. Ὅταν γὰρ τὸ ψυχὴ ἁρμονίᾳ χωριστῆ ἐξ ἑαυτ῅ς τὰς χορδὰς κινούσῃ ἟ρμοσμένας ἁρμονίᾳ ἀχωρίστῳ. τοῦ κιν῅σαι.

ἀλλ᾽ par ἀληθινὸν n'est pas être. elle n'est pas . X. ἀδύναμος. Elle se détache du corps en se détournant de ses passions (ἀπαθεία) (35). ἀλλὰ μὴ ὄν· καὶ est οὐχ ὅπερ κίνησις μὴ infinie. Διὸ οὐδὲ matière est incorporelle. ce καταδεῖται πρὸς σ῵μα n'est pas l'harmonie elle- τῆ ἐπιστροφῆ τῆ πρὸς même qui pâtit.IX.ἑτέρα γὰρ d'après les Anciens : « σωμάτων . lie IX. ἄζωος - La ἀρχαίους οὔτε γὰρ νοῦς οὔτε ψυχὴ οὐ ἑαυτό - ἄλογος. ἄπειρος. sans puissance. Elle ὄν. (34) L'âme se au corps tournant en vers se les passions qu'il éprouve (ἐπιστροφὴ πρὸς τὰ πάθη). Ψυχὴ la production du son. ζ῵ν . l'instrument ne produirait pas d'accords conformes aux lois de la musique. De l'impassibilité de ta matière. Cependant. καθ᾽ ἀνείδεος. variable. ni âme. εἴδωλον καὶ φάντασμα informe. ὂν ἠ στάσις μὴ ὄν. malgré la volonté du musicien. parce qu'elle diffère des corps.. rien de ce qui vit par soi. Τ῅ς ὕλης τὰ ἴδια κατὰ τοὺς X. si l'harmonie elle-même ne les dictait. conséquent. c'est la τὰ πάθη τὰ ἀπ᾽ αὐτοῦ corde. Le musicien la fait καὶ λύεται δὲ πάλιν διὰ résonner parce qu'il a en τ῅ς ἀπαθείας. (36) Voici les τάδε· propriétés de la matière ἀσώματος . elle non-être. parce qu'elle n'est ni intelligence. elle est μὴ ὄν. lui-même une puissance harmonique. Elle est sans vie.

ἐστιν· μέγα μικρόν οἷον γὰρ Si elle changement]. conséquent dans ce par elle ment qu'elle paraît être : si. Διὸ πᾶν ὃ ἐπαγγέλλεται ψεύδεται. δοκεῖ. ce n'est pas μένον οὐδ᾽ αὖ φεύγειν dans le repos [c'est dans δυνάμενον. sans παίγνιόν ἐστι φεῦγον persévérer jamais dans εἰς τὸ μὴ ὄν· ἟ γὰρ son état ni pouvoir en φυγὴ οὐ τόπῳ. Elle est l'impuissance. elle paraît grande. II en résulte que les images qui sont dans la matière ont pour sujet une C'est image un lequel inférieure. ἀεὶ γινόμενον καὶ οὐ persévère. comme un vain fantôme. le moins et le plus. miroir les présentent apparences dans objets des diverses . ὥσπερ ἐν κατόπτρῳ τὸ ἀλλαχοῦ ἱδρυμένον ἀλλαχοῦ tout être. πιμπλάμενον.ὄγκου. ὡς changement non par de un lieu. elle fuit et s'évanouit dans le non- φανταζόμενον· καὶ être. κἂν φαντασθῆ. ὅτι τὸ πρώτως le non-être de la manière ἐν ὄγκῳ τὸ ἀδύναμον· dont le mouvement est καὶ le ἔφεσις non-être. καὶ ἔχον οὐδὲν mais par le défaut de καὶ δοκοῦν τὰ πάντα. le défaut et l'excès. le grand et le petit. et un le est non- fantôme de l'étendue. ἀλλὰ sortir. réalité. par exemple. le désir de ἐλλεῖπον καὶ ὑπερέχον. μικρὸν καὶ μέγα καὶ ἧττον καὶ μᾶλλον. le ἔλλειψις παντὸς τοῦ ὄντος. parce qu'elle est le sujet premier de l'éten- LVI due. Elle devient toujours. elle paraît toujours renfermer en elle-même les contraires. Elle est le manque τῆ de ἐκ τοῦ ὄντος ἀπολείψει· ὅθεν καὶ τὰ ἐν αὐτῆ εἴδωλά ἐστιν ἐν εἰδώλῳ χείρονι. Elle est une image _ἐναντί_α ἀεὶ ἐφ᾽ ἑαυτοῦ φανταζόμενον. elle ὑποστάσεως καὶ ἑστὼς véritablement οὐκ ἐν στάσει καὶ τὰ être. l'existence. elle est petite.

περὶ ὃ XI. τινὰ c'est la passion conduit à la destruction. pâtir et être détruit appartiennent au même être. un miroir qui semble rempli quoiqu'il ne possède rien. Ὥστε οὔτε ἟ introduisent ὕλη πάσχει ἄποιος γὰρ pâtir καθ᾽ ἑαυτήν . Ce qui pâtit ne doit pas avoir cette impassible. καὶ τούτου τὸ φθείρεσθαι. ou elles ne sont pas. καὶ φθείρεσθαι ταῖς ποιότησι τ῵ν ἐπεισιόντων καὶ τὸ πάσχειν ἐμποιούντων· τῶ γὰρ ἐνόντι elles sont impassibles.οὔτε τὰ subsiste n'est pas altéré ἐπ᾽ αὐτ῅ς εἴδη εἰσιόντα καὶ ἐξιόντα. ἀλλ᾽ οἷον ἀλλοιοῦσθαι dans l'un et l'autre cas. Il en résulte que la matière est impassible : car elle qualité n'a par point de elle-même. et qui parait être toutes choses. ἀλλὰ τὸ πάθος περὶ τὸ συναμφότερον καὶ ᾧ τὸ εἶναι ἐν συναμφότερον· par choses : le qui s'y le font et car ce premier qui y objet venu. point ὥστε πάσχειν qui choses ne sont sujettes à οὐδέν· τὸ γὰρ πάσχον destruction : elles sont οὐ τοιοῦτον εἶναι δεῖ. (37) Les καὶ ἟ φθορά· ὁδὸς γάρ passions se rapportent à ἐστιν εἰς φθορὰν ἟ ce qui est sujet à la παραδοχὴ destruction : en effet.selon leurs positions. » De la passibilité du corps. Les δὲ αὐτ῵ν ἠ ἔστιν ἠ οὐκ incorporelles ἔστιν. τοῦ πάθους. οὗ καὶ τὸ πάσχειν· φθείρεται δὲ οὐδὲν ἀσώματον. Τὰ πάθη περὶ τοῦτο ᾽πάντα. τῶ Les formes qui ont la τουτὶ matière pour sujet sont γὰρ ἐν ταῖς ἐναντίαις également impassibles. XI. . nature mais être capable d'être altéré et détruit par les qualités ἀλλοίωσις παρὰ τοῦ des τυχόντος.

en vertu de leur passivité. c'est le est évidemment soumis à l'action des puissances contraires et des qualités des choses qui s'introduisent en lui et le font pâtir. κατὰ ζωὴν ἀνάγκη. Διὸ καὶ οἷς de la matière. ἐν τῶ συνθέτῳ τῶ ἐξ ὕλης τε καὶ εἴδους. vie et en la les sont conséquence. et non à la τοῦτο ἦν τῶ Πλάτωνι matière.. appartiennent au composé de l'âme et du corps. Ὡς d'autrui οὖν τὸ τρέπεσθαι καὶ lieu de la posséder par πάσχειν eux-mêmes. ὅπερ ἦν τὸ σ῵μα . éprouver passions qui αὐτοκίνητον. Rien de pareil ne saurait arriver à l'âme : car elle n'est pas une . vivre ou ne pas vivre. la LXII de même. τὸ οὐσίαν εἶναι καὶ recevoir la λόγον τ῅ς ψυχ῅ς τὸ perdre. au peuvent également. μένειν ὥσπερ τῆ qui pâtit. οὕτω καὶ τὸ ζ῅ν ἀποθνῄσκειν êtres qui tiennent l'existence. C'est pourquoi ἀζωίᾳ τὸ μὴ παθεῖν les καθ᾽ ὅσον ἀζωία. forme et de la matière. Il en résulte que changer et pâtir ne conviennent qu'au composé de la πρᾶγμα.οὐ μὴν τῆ ὕλῃ τοῦτο προσ῅ν . les êtres dont l'existence consiste dans καὶ une vie impassible ont καὶ nécessairement une vie πάσχειν κατὰ τοῦτο ἐν permanente. ὅτι οὐκ ἦν ἐξ ἀζωίας καὶ ζω῅ς συγκείμενον de même sont également impassibles en tant qu'elles ne vivent pas. τῶ συνθέτῳ ἐκ ψυχ῅ς les choses qui ne vivent καὶ σώματος θεωρεῖται· pas οὐ μὴν καὶ τῆ ψυχῆ κατὰ τοῦτο συμβαίνει. dont l'être τὸ ζ῅ν ἔξωθεν καὶ οὐ consiste dans l'union de παρ᾽ ἑαυτ῵ν.δυνάμεσι καὶ ποιότησι Ce τ῵ν ἐπεισιόντων composé de la forme et θεωρεῖται. ταῦτα τὸ ces deux choses : car il ζ῅ν καὶ τὸ μὴ ζ῅ν παθεῖν οἷά τε· οἷς δὲ τὸ εἶναι ἐν ζωῆ ἀπαθεῖ. ἀλλὰ ζωὴ μόνον· καὶ au corps. Au contraire.

μετ᾽ Autre est la vie de la παραπλησίαν plante. ἄλλη νοῦ. corps n'est pas le seul ἄλλη ψυχ῅ς. ἐν δὲ n'est τοῖς φυτοῖς partout : σπερματικ῵ς. qui ἄλλη τοῦ ἐπέκεινα· ζῆ plusieurs sens. parce que son essence est simple. la plante constitue figure séminale . autre la vie de τ῵ν αὐτῶ ζωὴν κέκτηται. DE XII. l'animal. εἰ καὶ se même prenne du dans mot vie. (39) La pensée ψυχῆ δὲ λογικ῵ς. DE LA NATURE. enfin. De la Vie. ἐν chaque essence. ἐν XII. Πάντα μὲν ἐν LA CONTEMPLATION ET DE L'UN (38). elle est la vie elle-même. ἀλλὰ καὶ ἟ supérieure à l'intelligence ζωὴ et à l'être. ἄλλη ἐμψύχου. ἄλλη XIII. ἐν suivant la δὲ pas la même elle diffère nature de σώμασιν εἰδωλικ῵ς. Οὐ μόνον ἐν τοῖς σώμασι τὸ qui surpasse toutes ces choses. Elle est δὲ intellectuelle τῶ ἐπέκεινα ἀνεννοήτως τε καὶ ὑπερουσίως. (40) Le mot νοεροῦ. μὲν γὰρ νοερ῵ς. ἄλλη φύσεως. τ῵ν πολλαχ῵ς· ἄλλη γὰρ ζωὴ φυτοῦ. autre la vie de l'âme. rationnelle dans dans l'âme. πᾶσιν. il en est γὰρ de μηδὲν αὐτὸ κἀκεῖνο. dans l'intelligence. ἀλλὰ οἰκείως τῆ ἑκάστου οὐσίᾳ· ἐν νῶ De la Pensée. une dans elle simple le corps.chose composée de vie et de non-vie (ἀζωία). autre la vie de . dans le principe XIII. elle est ὁμώνυμον. LIVRE HUITIÈME. et qu'elle se meut elle-même.

dont on parle jusqu'à un certain point à l'état de veille. une absence de pensée que par la pensée. LXIII QUATRIÈME ENNÉADE. καθεύδειν ἟ γν῵σις καὶ ἟ κατάληψις· τῶ γὰρ ὁμοίῳ De l'Un. πολλὰ δὲ τοῦ τὸ ὅμοιον γινώσκεται. (41) l'intelligence Par on dit beaucoup de choses du principe qui est supérieur à l'intelligence [de l'Un] (42). Il en est de cette idée comme de celle du sommeil. XV. mais dont n'acquiert la connaissance perception sommeil. la condition de toute connaissance est que le sujet devienne semblable à l'objet (43). Περὶ τοῦ ἐπέκεινα τοῦ νοῦ κατὰ μὲν νόησιν πολλὰ λέγεται. Mais on en a γν῵σις τοῦ γνωστοῦ l'intuition bien mieux par ὁμοίωσις. Πᾶν μὲν σ῵μα ἐν τόπῳ. XV. οὐδὲν DE L'ESSENCE DE L'ÂME (44). Tout corps est . les intelligibles sont vivants quoique les choses qui en procèdent ne possèdent pas une vie semblable à la leur. semblable on et que En la par le effet. LIVRE DEUXIÈME. ὅτι πᾶσα est supérieur à l'intelligence. καθεύδοντος διὰ μὲν ἐγρηγόρσεως qui XIV. le n'est connu que par le semblable. διὰ En effet.l'intelligence. autre la vie XIV. ὡς περὶ τοῦ du principe λέγεται. θεωρεῖται δὲ ἀνοησίᾳ κρείττονι νοήσεως.

n'étant pas présent αὐτοῖς ὅταν βούληται. l'incorporel partout sans occuper d'étendue. τοῖς manière locale. Ἡ μὲν ψυχὴ τ῅ς ἀμερίστου καὶ τ῅ς l'inclination l'incorporel περὶ constitue σώματα et τὰ μεριστ῅ς nature En effet. οὐ à tout corps et à tout lieu. Τὰ καθ᾽ ἀσώματα ὑποστάσει μὲν οὐσίᾳ πάρεστιν καὶ οὐδὲ συγκίρναται τοῖς σώμασι. est présent XVII. en tant que cela est dans sa nature. XIX. non plus que les τοιοῦτον ἐν τόπῳ. par cela même qu'il est supérieur Τὰ καθ᾽ ἀσώματα. L'incorporel en soi. c'est-àdire en inclinant vers lui. par son inclination pour le corps. L'incorporel en soi ne devient pas présent au corps en essence ni en substance. Cependant. αὑτὰ choses qui ont la même ᾧ κρείττονα παντός ἐστι οὐ en soi n'est pas en un lieu. corps. nature que lui. de (ῥοπή) une seconde [l'âme . Ἡ γὰρ ῥοπὴ il δευτέραν τινὰ δύναμιν communique ὑπέστησε puissance de lui-même προσεχ῅ engendre il lui une capable de s'unir avec le τοῖς σώμασιν.δὲ τ῵ν καθ᾽ αὑτὰ ἀσωμάτων ᾗ XVI. σώμασιν. au corps d'une manière τοπικ῵ς πρὸς αὐτὰ ῥέψαντα ᾗ πέφυκε ῥέπειν· καὶ τοπικ῵ς αὐτοῖς οὐ παρόντα. N'étant pas présent au corps d'une αὑτὰ οὐ locale. il lui est présent par sa disposition. πανταχῆ ἐστιν. διαστατ῵ς. Τὰ καθ᾽ αὑτὰ αὐτῶ τόπου. τῆ δὲ ἐκ τ῅ς ῥοπ῅ς ὑποστάσει τινὸς δυνάμεως μεταδίδωσι προσεχοῦς lui est présent quand il veut. παρόντα XVII. ἀλλ᾽ ἀμερ῵ς. L'incorporel en τοῖς σώμασι. d'une manière indivisible. ἀσώματα. XVIII. τῆ σχέσει πάρεστιν αὐτοῖς. πάρεστιν soi. XVI. dans un lieu. XVIII. Il ne se mêle pas avec lui.

Οὐδὲν πρὸς τὸ ἀσώματον τὸ καθ᾽ αὑτὸ ἟ τοῦ σώματος ἐμποδίζει ὑπόστασις πρὸς τὸ μὴ εἶναι ὅπου βούλεται καὶ ὡς θέλει. αἱ δὲ ποιότητες entre l'essence qui est καὶ τὰ ἔνυλα εἴδη περὶ indivisible τὰ σώματα μεριστά. (45) L'âme a μεριστὰ une nature intermédiaire μόνον. (46) Les choses qui agissent sur d'autres n'agissent point par LXIV rapprochement et par contact (πελάσει καὶ ἁφῆ). τὰ πελάσει καὶ ἁφῆ τι mais les qualités et les ποιοῦντα formes engagées dans la συμβεβηκὸς πελάσει κατὰ τῆ χρ῅ται. ὁ δὲ irraisonnable]. qui s'unit νοῦς avec le corps. τὰ δὲ σώματα XIX. et ce par n'est qu'accidentellement. Union de l'âme et du corps (47). XX. Οὐ πᾶν τὸ ποιοῦν εἰς ἄλλο union et avec l'essence les l'intelligence essence corps: est une absolument πελάσει καὶ ἁφῆ ποιεῖ indivisible. ἀμέριστος οὐσία μόνον. les corps sont ἃ seulement ποιεῖ. matière sont divisibles par leur union avec les corps. ἀλλὰ καὶ divisibles. qui est divisible par son XX. XXI. Quand elles agissent par rapprochement contact.οὐσίας μέσον τι. substance n'empêche (48) La corporelle pas l'incorporel en soi d'être où il veut et comme il . LIVRE TROISIÈME. DOUTES SUR L'ÂME. XXI.

l'incorporel. ἀλλ᾽ ἐκ τ῵ν παρουσία γίνεται ἔργων ἟ αὐτοῦ du monde.Ὡς γὰρ τῶ σώματι τὸ veut : car. Ce qui n'a ni étendue ni grandeur ne καὶ ἀμέγεθες ὑπὸ τ῵ν saurait être arrêté par la ἐν substance ὄγκῳ ἀκράτητον étendue τοπικ῅ς τε κινήσεως être ἄμοιρον. Διαθέσει τοίν changement υνποιᾷ ἐκεῖ εὑρίσκεται. manifeste . de même que ἄογκον ἄληπτον καὶ l'inétendu ne peut être οὐδὲν contenu par le corps.ὄγκῳ γὰρ de lieu : car il n'y a que συνυφίστατο τόπος - la substance étendue qui οὐδὲ occupe στενοχωρεῖται un lieu. L'incorporel ne se transporte pas où il veut par un changement βούλεται . οὕτω τῶ ἀσωμάτῳ τὸ même la substance ἔνογκον καὶ étendue ne fait ἀνεπιπρόσθητον καὶ ὡς μὴ ὂν κεῖται· οὐδὲ τοπικ῵ς διέρχεται τὸ ἀσώματον ὅπου point obstacle à l'incorporel et est pour lui comme le non-être. C'est seulement par ses œuvres qu'il sa présence. Ce séjour même ne le rend pas visible aux yeux. partout où il se trouve. de πρὸς αὐτό. οὐκ ὀφθαλμοῖς ὁρᾶται. Διὸ ποιᾷ διαθέσει ἠ ὑπὲρ nulle exposé à ni de part. τὸ δ᾽ ἄογκον παντελ῵ς n'est pas corps : car il n'y a que la substance étendue qui puisse être comprimée et déplacée. Étant partout et n'étant ὅπου καὶ διάκειται. un lieu. ne fait sentir sa présence que par une disposition οὐρανὸν ἠ ἐν μέρει d'une certaine nature (διαθέσει ποιᾷ). σωμάτων ὄγκῳ· τὸ γὰρ L'incorporel ὁπωσοῦν non plus comprimé par le ἐν ὄγκῳ στενοχωρεῖσθαι ἐδύνατο καὶ τοπικ῵ς ἐποιεῖτο τὴν μετάβασιν. τόπῳ ὂν πανταχοῦ καὶ οὐδαμοῦ. C'est par που cette τοῦ κεκράτηται· κόσμου ὅταν disposition qu'il δὲ s'élève au-dessus du ciel κρατηθῆ ἔν τινι μέρει ou qu'il descend dans un τοῦ coin κόσμου.

οὐδὲ n'est lui-même. Rien ne l'y attache si ce ἀλλ᾽ αὐτὸ ἑαυτό. ἀλλ᾽ αὐτὸ στραφὲν ἑαυτὸ ἐκ τ῅ς προσπαθείας. ce . Ce n'est λύει τοίνυν θραυσθὲν point le corps qui délie ἄλλο αὐτὸ τὸ σ῵μα καὶ φθαρέν. τὸ γ῅ς ἐπιβαίνειν ὡς τὰ même σώματα. De la Descente de XXIII. τὸ δὲ terre. (52) qu'être pour De sur la l'âme. l'incorporel par suite d'une lésion ou de sa corruption . c'est l'incorporel qui se délie lui-même en se détournant des passions du corps. C'est par ἑαυτοῦ ἟ εἰς σ῵μα Διὸ et le corps s'y LXV et enferme. ἐπὶ γ῅ς εἶναι ψυχ῅ς ἐστιν - οὐ XXIII. οὐ dans le corps. Il n'y est pas comprimé non plus comme de τι ἕλκειν ἠ πνεῦμα. αὐτὸ ὑποστ῅σαι δεῖ δυνάμεις Il produit des puissances qui du sein de τ῅ς son unité (50) rayonnent πρὸς αὐτὸ ἑνώσεως au dehors : c'est par ῥεπούσας ἀπὸ εἰς τὸ ἔξω.XXII. Ὥσπερ τὸ l'âme dans le corps et de l'Esprit. Τὸ ἀσώματον ἂν XXII. καταδεῖ. (49) Si ἐν l'incorporel est contenu σώματι κατασχεθῆ. qu'il οὐδ᾽ qu'il pénètre (51). αἷς δὴ κατιὸν συμπλέκεται τῶ σώματι· δι᾽ ἐκτάσεως οὖν ἀρρήτου τ῅ς elles qu'il descend dans le corps le cette ineffable extension de lui-même qu'il vient dans σύνερξις. il n'y est συγκλεισθ῅ναι δέει ὡς pas renfermé ἐν une bête ζωγρείῳ θηρίον· συγκλεῖσαι γὰρ αὐτὸ οὐδὲν οὕτω δύναται καὶ περιλαβεῖν σ῵μα οὐδ᾽ ὡς ἀσκὸς ὑγρόν comme dans une ménagerie : car il ne peut être renfermé ni embrassé par le corps. l'eau ou de l'air dans une ἀλλ᾽ outre.

ἐκ τ῅ς l'effet de son elle a développé telle ou telle faculté en vertu de laquelle elle avait une habitude pour tel sympathique ou tel corps pendant la vie (55). les même. ἖κ δὲ τ῅ς a reçu des sphères πρὸς célestes (54). ψυχὴ καίπερ ἀποσπωμένη εἴδωλον. προβεβλημένον. καθ᾽ μερικὸν ὃν σχέσιν ἔσχε πρὸς τὸ ποιὸν σ῵μα ἐν τῶ βιοῦν. Comme. pour l'âme (53).προεστάναι σώματος ὃ n'est point fouler le sol. elle imprime τ῅ς φαντασίας εἰς τὸ une forme à l'esprit par πνεῦμα la καὶ οὕτως ἐφέλκεται τὸ εἴδωλον· ἐν Ἅιδου δὲ λέγεται. quand l'âme quitte solide τ῵ν la οὐκ σώματος ἐκ de foule C'est pourquoi. σκότει δὲ τὴν ὑπόστασιν κεκτημένου· ὥστε εἰ ὁ Ἅιδης ὑπόγειός ἐστι τόπος σκοτεινός. τὸ σ῵μα προσπαθείας τὸν par λόγον ἐχούσῃ τὸν affection pour la matière. On dit que l'âme est dans l'enfer parce que l'esprit qui l'entoure se trouve avoir ainsi une . sans se séparer de l'être. καὶ ἐν Ἅιδου εἶναι ἔστι mais seulement présider ψυχῆ. τὸπνεῦμα συνομαρτεῖ. c'est présider à une image dont la nature est d'être dans un lieu et d'avoir essence une ténébreuse. οὕτω comme le fait le corps. γ῅ς ἐπιβαίνει . En effet. ὅτι τ῅ς ἀιδοῦς ἐτύγχανε τὸ φύσεως πνεῦμα de puissance imagination. descend dans l'enfer quand elle s'attache une image. φύσιν μὲν ἔχοντος εἶναι ἐν τόπῳ. ὅταν προεστήκῃ au εἰδώλου terre. elle reste unie à l'esprit (πνεῦμα) qu'elle συνελέξατο. par προσπαθείας suite ἐναπομόργνυται τύπος disposition. être enfers.. cette de et son elle s'attache ainsi une image (56). placé sous la terre est un τοῦ lieu τὸ ἖ξελθούσῃ ténébreux. σφαιρ῵ν l'âme. si l'enfer γὰρ αὐτῆ τοῦ στερεοῦ ὃ dans qui ἟ ὄντος ἐν Ἅιδου γίνεται ἐφελκομένη corps le corps auquel elle présidait.

l'état de καὶ τόποις οἰκείοις διωριςμένον· Ainsi. étant en . ἀλλ᾽ lieu. nature ἖πεὶ δὲ διήκει τὸ βαρὺ καὶ et. οὐχ ὅτι ἟ αὐτ῅ς οὐσία μεταβαίνει τόπους καὶ et ténébreuse. Enfin. non que l'essence même de l'âme change de lieu ou soit dans un ἐν τόποις γίνεται. à un corps éthéré. elle s'unit à un corps voisin de la nature immatérielle. πνεῦμα ἔνυγρον καὶ informe comme l'esprit et humide descend jusqu'aux lieux souterrains. quand elle tombe dans les corps terrestres. Lorsqu'elle descend du développement de la λόγου εἰς φαντασίας raison προβολὴν σύμφυτον l'imagination. ἄχρι τ῵ν pesant ὑπογείων τόπων. qui. Ὡς γὰρ ἂν dans elle entre διατεθῆ. δεχομένων αὐτὴν κατὰ τὰς ἐπιτηδειότητας τ῵ν τοιούτων σωμάτων ἐκ ce qui fait que l'âme. οὕτω αὕτη λέγεται χωρεῖν ὑπὸ γ῅ν. d'après sa disposition. ὅταν à celui de s'effémine et se prend d'amour pour les formes.καὶ σκοτειν῅ς. πεσούσῃ δὲ εἰς σώματα. un corps solaire. on dit que l'âme descend sous terre. elle reçoit τὸ ἟λιοειδές. δὲ lequel ἐκ pureté à supérieure. Si elle θηλυνθείσῃ δὲ καὶ παθαινομένῃ πρὸς τὸ εἶδος παράκειται τὸ σεληνοειδές. τὸ προελθούσῃ ὅπερ αἰθέριον. s'adjoint tel corps plutôt que tel autre (57) : car le rang et les qualités τ῅ς κατ᾽ αὐτὴν ποιᾶς particulières du corps διαθέσεως. εὑρίσκει σ῵μα dépendent de sa τάξει disposition. mais parce qu'elle ὅτι τ῵ν πεφυκότων contracte les habitudes σωμάτων τόπους des corps dont la nature καὶ est de changer de lieu et τόπου d'être dans un lieu. Διὸ καθαρώτερον μὲν διακειμένῃ σύμφυτον τὸ ἐγγὺς τοῦ ἀύλου ἐστὶ σ῵μα. C'est μεταβαίνειν εἰληχέναι σχέσεις ἀναδέχεται. elle revêt un corps lunaire.

κατὰ

τὸ

αὐτ῵ν

analogie

avec

son

ἄμορφον στῆ εἶδος, ἐξ

caractère

ὑγρ῵ν ἀναθυμιάσεων

se

συνεστηκότα,

vapeurs humides, il en

ἄγνοια

ἕπεται τοῦ ὄντος τελεία
καὶ

σκότωσις

καὶ

νηπιότης.

informe,

LXVIcomposent

résulte

pour

ignorante

de

elle

une

complète

de

l'être, une sorte d'éclipse
et une véritable enfance.

Καὶ μὴν καὶ ἐν τῆ

Au sortir d'un corps

ἐξόδῳ ἔτι κατὰ τὴν

terrestre,

δίυγρον

esprit encore troublé par

τὸ

ἀναθυμίασιν

πνεῦμα

ἔχουσα

cet

ayant

vapeurs

son

humides,

σκιὰν

elle s'attache une ombre

ἐφέλκεται καὶ βαρεῖται,

qui l'appesantit (58) :

χωρεῖν

car un esprit de cette

τεθολωμένον,

σπεύδοντος

τοῦ

τοιούτου

πνεύματος εἰς μυχὸν
τ῅ς γ῅ς φύσει, ἂν μὴ
ἄλλη τις αὐτὸ αἰτία

sorte tend naturellement
à

descendre

dans

les

profondeurs de la terre à
moins qu'il ne soit retenu
et relevé par une cause

ἀνθέλκῃ. Ὥσπερ οὖν

supérieure.

τὸ

que l'âme est attachée à

γε῵δες

ὄστρεον

De

περικειμένῃ ἀνάγκη ἐπὶ

la

γ῅ς ἐνίσχεσθαι, οὕτω

enveloppe terrestre; de

καὶ

même

ὑγρὸν

πνεῦμα

ἐφελκομένῃ

εἴδωλον

περικεῖσθαι

ἀνάγκη·

ὑγρὸν

δὲ

ἐφέλκεται,

ὅταν

συνεχ῵ς

μελετήσῃ

ὁμιλεῖν

terre

même

par

l'esprit

son

humide,

auquel elle est unie, lui
fait traîner après elle une
Image

qui

la

pesante.

rend

Or

s'entoure

de

elle
vapeurs

τῆ

humides quand elle vient

φύσει, ἧς ἐν ὑγρῶ τὸ

à se mêler à la nature

ἔργον

dont

καὶ

ὑπόγειον

μᾶλλον.

Ὅταν

μελετήσῃ

ἀφίστασθαι

φύσεως,

αὐγὴ

γίνεται,

ἄσκιος

δὲ
ξηρὰ
καὶ

ἀνέφελος· ὑγρότης γὰρ
ἐν

ἀέρι

νέφος

συνίστησι, ξηρότης δὲ

humide

le

travail
et

est

souterrain.

Mais si elle se sépare de
la nature, une lumière
sèche,
sans

sans

ombre

nuage,

et

brille

aussitôt autour d'elle. En
effet, c'est l'humidité qui
forme les nuages dans

ἀπὸ τ῅ς ἀτμίδος αὐγὴν

l'air; la sécheresse de

ξηρὰν

l'atmosphère produit une

ὑφίστησιν.

clarté sèche et sereine.

LIVRE SIXIÈME.
DE LA SENSATION
ET DE LA
MÉMOIRE (59)

XXIV.

ψυχὴ

De la Sensation.

ἔχει μὲν πάντων τοὺς

XXIV.

λόγους, ἐνεργεῖ δὲ κατ᾽
αὐτοὺς ἠ ὑπ᾽ ἄλλου εἰς

contient

τὴν

[essences]

προχείρησιν

ἐκκαλουμένη ἠ ἑαυτὴν
εἰς

αὐτοὺς

ἐπιστρέφουσα εἰς τὸ
εἴσω· καὶ ὑπ᾽ ἄλλου

de

toutes

provoquée à l'acte par un
objet

extérieur,

ou

qu'elle se tourne vers ces

πρὸς

repliant

τὰς

raisons

ces raisons, qu'elle soit

raisons

ἔξω

les

L'âme

choses. Elle opère selon

μὲν ἐκκαλουμένη ὡς
τὰ

(60)

LXVII

en

se

sur

elle-

αἰσθήσεις ἀποδίδωσιν,

même (61). Quand elle

εἰς δὲ ἑαυτὴν εἰσδῦσα

est provoquée à l'acte

πρὸς τὸν νοῦν ἐν ταῖς

par un objet extérieur,

νοήσεσι

γίνεται.

Καὶ

οὔτε αἴσθησις ἔξωθεν
οὔτε νόησις ἄλλη ποτὲ
δὲ

ὡς τῶ ζῴῳ οὐκ

ἄνευ

πάθους

αἰσθητικ῵ν

τ῵ν

ὀργάνων

elle y applique ses sens;
quand elle se replie sur
elle-même,

elle

s'applique aux pensées.
Il en résulte, dira-t-on
peut-être, qu'il n'y a pas
de

sensation

ni

αἱ αἰσθήσεις, οὕτω καὶ

pensée

αἱ νοήσεις οὐκ ἄνευ

imagination:

car,

φαντασίας· ἵν᾽ ᾖ τὸ

même

dans

ἀνάλογον,

ὡς

ὁ τύποςπαρακολούθημ
α

ζῴου

αἰσθητικοῦ,

οὕτω

de
sans

que,

de
la

partie animale, il n'y a
pas de sensation sans
une impression produite
sur les organes des sens;
de même, il n'y a pas de

τὸ φάντασμα ψυχ῅ς

pensée sans imagination.

ζῴου

Sans doute : il y a là

ἑπόμενον

νοήσει.
XXV.
οὐκ

ἔστι

σωτηρία,

μνήμη

φαντασι῵ν
ἀλλὰ

τ῵ν

μελετηθέντων ἐκ νέας

analogie. De même que
l'image sensible (τύπος)
résulte

de

l'impression

éprouvée

par

la

sensibilité

(62);

de

᾽προβάλλεσθαι

même
intellectuelle

προβολή.

résulte

de

l'image
(φάντασμα)
la

pensée

(63).
De la mémoire.
XXV. La mémoire ne
consiste pas à garder des
images. C'est la faculté
de

reproduire

conceptions

les

dont

notre

âme s'est occupée (64).

LXVIII

CINQUIÈME

ENNÉADE.
LIVRE DEUXIÈME.
DE LA
GÉNÉRATION ET DE
L'ORDRE DES CHOSES

XXVI.

QUI SONT APRÈS LE

Αἱ

PREMIER (65).

ἀσώματοι ὑποστάσεις
ὑποβαίνουσαι

μὲν

μερίζονται

καὶ

πληθύνονται
κατὰ

εἰς

ἄτομον

êtres.

τὰ

ὑφέσει

δυνάμεως,

XXVI.

εἰς

les

elles

se

δὲ

divisent, se multiplient,

τὸ

et

ἑνίζονται

καὶ

ὁμοῦ

ἀντιχωροῦσι

δυνάμεως περιουσίᾳ.
἖πὶ

Quand

substances incorporelles
descendent,

ὑπερβαίνουσαι

XXVII

De la Procession des

τ῵ν

ζω῵ν τ῵ν ἀσωμάτων

leur

puissance

s'affaiblit en s'appliquant
à

l'individuel.

elles

montent,

contraire,

elles

Quand
au
se

simplifient, s'unifient et
leur

puissance

εἴ γενέσεως γε μηδὲν ἀναιτίως γίνεται. parmi les choses engendrées. Ἀλλὰ est διὰ συνθέσεως produit sans génération ni corruption. doivent leur τῶ ἀπ᾽ αἰτίου τινὸς être à la simplicité de leur substance. Ainsi. Πᾶν changement.αἱ πρόοδοι μενόντων τ῵ν surabonde. elles sont . ἄλυτα ὄντα ἐστὶ μὲν ne cause de s'engendre sa sans cause. puisque rien φθαρτά· ὅσα δὲ ἁπλᾶ καὶ ἀσύνθετα ὄντα ἐν τῶ ἁπλῶ ὑποστάσεως τ῅ς κέκτηται τὸ εἶναι. λυτὰ la ἂν εἴη καὶ διὰ τοῦτο génération. qu'il donne de μετά τινος ὑφιστάμενα φθορᾶς ὑφίσταται ἠ μεταβολ῅ς. ἀλλὰ composées. Toute chose engendrée tient d'autrui κέκτηται τὸ εἶναι. Mais. n'étant pas τῶ σύνθετα εἶναι. même périssables. la [l'être qui participe de la corruption et du XXVIII. comme génération sensible]. la procession (πρόοδος) φθειρόντων τι αὐτ῵ν s'opère de telle sorte que εἰς τὴν τ῵ν ὑπ᾽ αὐτὰ le ὑπόστασιν demeure γίνονται καὶ οὐδὲ principe supérieur ferme et μεταβαλλόντων· ὥστε inébranlable οὐδὲ τὰ nature. Quant γενητὰ δὲ λέγεται οὐ à celles qui. τ῵ν γε γενητ῵ν ὅσα μὲν et XXVIII. προτέρων ἑδραίων καὶ βεβαίων XXVII. celles qui doivent leur être à une réunion d'éléLXIXments sont par cela ἄφθαρτα. οὗ δὴ τοῦτο οὐδὲ γίνεται ὡς ἟ φθορᾶς sa son être à qui est audessous de lui. Il est donc γενητὸν ἀπ᾽ ἄλλου τὴν non-engendré αἰτίαν τ῅ς incorruptible parce qu'il ἔχει. il n'est pas ἀγενήτως engendré καὶ ἀφθάρτως γεγονότα κατὰ τοῦτο. sans rien perdre et sans changer en rien. ce qui reçoit l'être ne reçoit pas μετέχουσα γένεσις καὶ l'être μεταβολ῅ς· corruption ἀγένητα dans avec une ou un ἄρα καὶ ἄφθαρτα καὶ changement. Dans la vie οὐ des incorporels.

τὰ δὲ μόνον ἐπέστραπται πρὸς τὰ γεννήματα εἰς ἑαυτὰ ἐπιστρέφοντα. ὡς γενητὰ αἰτίας μὲν μὴν καὶ ὡς qu'elles sont qu'elles soient composées. Tout engendré se être tourne . ὡς ἀπ᾽ αἰτίου ἞ρτημένα. οὖν Τὰ σώματα διχ῵ς en tant qu'indissolubles. τὰ δὲ ensuite ἀγένητα composés. mais seulement qu'elles dépendent d'une cause. XXIX. n'étant pas τ῵ν δὲ γεννώντων τὰ engendrées μὲν rapport qu'elles ne sont οὐδ᾽ ἐπιστρέφει ὅλως πρὸς τὰ pas sous composées. Tout principe qui engendre en vertu de son essence est supérieur au produit qu'il engendre. γενητὰ καὶ comme λυτὰ καὶ φθαρτά. σύνθετα· τὰ μὲν ἄρα d'abord ᾽σώματα dépendant d'une cause. ψυχὴ δὲ καὶ νοῦς γενητὰ ὡς ἀπ᾽ αἰτίας ἞ρτημένα μόνον. on n'entend ὡς pas καὶ παραγούσης καὶ σύνθετα. mais non sous ce rapport γενν῵ν τῆ οὐσίᾳ αὐτοῦ φύσει comme τὸ ἐπιστρέφει· qu'elles seraient composées. XXIX. οὐ impérissables. καὶ πᾶν τὸ γεννηθὲν πρὸς γενν῅σαν L'âme l'intelligence engendrées et sont sous rapport ce qu'elles dépendent d'une cause. en ἀπ᾽ disant ἞ρτημένα τ῅ς engendrées. Ainsi les doublement corps sont engendrés. μὲν ὡς ἀσύνθετα καὶ ταύτῃ καὶ ἄλυτα καὶ γενητὰ δὲ ἄφθαρτα. τὰ δὲ καὶ indissolubles ἐπιστρέφει καὶ οὐκ impérissables: car elles ἐπιστρέφει. sont dissolubles et périssables. L'âme et l'intelligence. Πᾶν τὸ χεῖρον ἑαυτοῦ γεννᾷ. étant doublement engendrés. Donc les corps. ce sont γεννηθέντα. μὴ et ne sont engendrées que sous ce rapport qu'elles dépendent d'une cause (66).ἀνηρτ῅σθαι.

Toutes les ὑποστάσεων πρὸς τὸ πᾶσαι δὲ πρὸς γεννήσαντά τὰ εἰσιν ἀνηγμέναι ἄχρι καὶ τοῦ κοσμικοῦ σώματος· substances parfaites se ramènent aux principes qui les ont engendrées. Tous les êtres aspirent donc au . d'autres [les substances particulières LXX et sujettes à incliner vers le multiple] se tournent en partie vers leur produit et restent tournés en partie vers eux- mêmes.naturellement vers son principe Quant générateur. ὅλων Τ῵ν καὶ au Premier. aux principes générateurs. et l'Intelligence au Premier (68). Du Retour des êtres XXX. L'Âme du monde se τὸν πρὸς νοῦν. se ramène à πρὸς l'Âme τὴν ψυχὴν intelligente. κύκλῳ c'est pour cela que son διὰ τοῦτο κινούμενον. τὸ νοῦς δὲ πρ῵τον. son produit. mouvement est circulaire ἟ δὲ ψυχὴ αὐτοῦ πρὸς (67). quelques- uns [les substances universelles et parfaites] ne se tournent pas vers leur produit. et νοερὰν οὖσαν. Des substances οὐδεμία universelles et parfaites. Διήκει τοίνυν ἐπὶ τοῦτο ramène à l'Intelligence. d'autres enfin se tournent vers leur produit et ne se tournent pas vers eux-mêmes. ἑαυτ῅ς aucune ne se tourne vers γέννημα ἐπέστραπται. par cela seul qu'il τέλειον γὰρ ὂν ἀν῅κται est parfait. μὲν τελείων XXX. Le corps du monde luimême.

il est dans leur nature de se tourner seulement non vers leur ἀπιστία. ἕκαστον· ἟ depuis celui qui occupe le τὸ πρ῵τον ἀναγωγὴ προσεχ῵ς μέντοι ἠ πόρρωθεν. ἐπ᾽ cela que ἟ ὕλη ἐπιστρέφεσθαι C'est résulte de leur δύνασθαι. πρὸς Quant τὰ γεννήματα ἐπιστρέφειν· ὅθεν καὶ ἐν ταύταις ἦν ἟ ἁμαρτία. ἖ν δὲ ταῖς n'aspirent pas seulement μερισταῖς ὑποστάσεσι à Dieu. δυναμέναις ἐστράφθαι La matière les pervertit αὐτὴν πρὸς τὸ θεῖον. Ταύταις οὖν auteur. mais qu'ils en καὶ πρὸς πολλὰ ῥέπειν jouissent encore chacun δυναμέναις ἔνεστι καὶ selon son pouvoir (69). puissent tourner Ainsi. L'imperfection. d'ailleurs qu'il soit médiat ou immédiat. principes tourne et les choses supérieures vers les choses inférieures. ἐν ταύταις ἟ λελοιδορημένη aux substances particulières et sujettes à incliner vers le multiple. Ὥσθ᾽ ἟ μὲν τελειότης ὑφίστησι τὰ δεύτερα ἀπὸ τ῵ν προτέρων αὐτὰ τηροῦσα ἐπεστραμμένα parce qu'elles incliner peuvent vers quoiqu'elles aussi se Dieu (70). Διὸ ταῦτα οὐκ ἐφίεσθαι μόνον τοῦ θεοῦ λέγοιτ᾽ ἄν. Premier. mais encore vers κακὸν τῶ leur produit. Aussi peut-on dire que les êtres δύναμιν. chacun dans la ἀλλὰ καὶ ἀπολαύειν κατὰ dernier rang dans l'univers. chute et leur infidélité. contraire. τὸ δὲ premiers ἀτελὲς καὶ tourne vers eux les êtres πρὸς τὰ ὕστερα τὰ qui occupent le second πρ῵τα καὶ φιλεῖν ταῦτα rang.ἀπὸ τοῦ ἐσχάτου ἀρξάμενον δύναται πρὸς καθ᾽ ὃ mesure de son pouvoir. et leur inspire de l'amour pour ce qui s'est avant elles-mêmes éloigné des . au στρέφει ποιεῖ τ῵ν πρὸ αὐτ῵ν ἀποστραφέντα. elle. vers la perfection fait naître des πρὸς τὰ πρ῵τα. Ce retour des êtres au Premier (἟ πρὸς τὸ πρ῵τον ἀναγωγή) est nécessaire.

Εἰ δὴ ὅρασις μὲν καὶ πᾶσα tient évidemment pas sa substance de l'être dont il peut. ἀπολαμβάνον ἑαυτὸ ἀπ᾽ ἐκείνου καὶ οἷόν τε ὂν ἄνευ τ῅ς ἑαυτοῦ pour : car se il s'altérerait et il périrait en se séparant de son être. auquel il est uni. Τὸ ἐν ἄλλῳ SUPÉRIEUR (72) ἔχον τὸ εἶναι καὶ ἐφ᾽ ἑαυτοῦ χωριστ῵ς ἀπ᾽ ἄλλου μὴ οὐσιωμένον ἐὰν εἰς εἰς τὸ ἑαυτὸ ἄνευ ἐκείνου ἐν ᾧ οὐσίωται. DES HYPOSTASES QUI CONNAISSENT ET DU PRINCIPE XXXI. φθείρεται lui-même αὐτὸ τοῦ εἶναι χωρίζον connaître en se séparant ἑαυτό· τὸ δὲ γινώσκειν du sujet par lequel il ἑαυτὸ δυνάμενον ἄνευ subsiste ἐκείνου ἐν ᾧ ἐστιν. (73) Quand un être subsiste par autrui. sans périr. qu'il ne subsiste point par lui-même en se séparant d'autrui. χωρίζουσα lui-même manière . qu'il le fait sans ἐκείνου s'exposer à périr.premiers principes [pour la matière] (71). Mais quand un être se connaît lui-même en se séparant de celui φθορᾶς τοῦτο ποιεῖν. στρέφειν lui-même ἑαυτὸ ᾽ἀπ᾽ ἄνευ φθορᾶς καὶ γινώσκειν ἑαυτὸ ἄνευ ἐκείνου ἐδύνατο. il ne ἐκείνῳ. qu'il se ἀμήχανον saisit ἐν οὐσι῵σθαι ἀφ᾽ οὗ indépendamment de cet ἑαυτὸ εἰς être. se séparer pour se tourner vers lui-même et pour se αἰσθητικὴ δύναμις οὔτε connaître ἑαυτ῅ς ἐστιν αἴσθησις d'une οὔτε indépendante. Si la vue. il ne saurait se tourner vers γὰρ αὑτὸ καὶ. ἑαυτὸ στρέφηται γν῵ναι L'Intelligence se ἑαυτὸ ἐκείνου νοήσει XXXI. ἀπολαμβάνον ἀπ᾽ connaît par un retour sur elle-même. LIVRE TROISIÈME.

᾽τὸ νῶ. αἰσθήσει δὲ l'intelligible. l'acte et l'être. si l'intelligence. (74) Autre Καὶ νῶ μὲν τὸ νοητὸν chose est l'intelligence et σύζυγον. et non par le corps.. τὸ est saisi par l'intelligence αἰσθητόν. ne se sent point ἠ σῴζεται. δ῅λον ὡς αἱ μὲν αἰσθητικαὶ la sensibilité. que les corps. L'acte de l'intelligence est éternel et indivisible. Mais νοητὸν ᾽αἰσθήσει τῶ δὲ νοητὸν σύζυγον ὂν καὶ τὸ νοητὸν αἰσθήσει τῶ νῶ οὐδαμ῵ς lui-même L'intelligible. LXXI XXXII Ἄλλο νοῦς καὶ νοητόν. XXXII. pense mieux en se séparant du corps. est pour Si . facultés tandis que l'intelligence possède par elle-même. étant uni à l'intelligence. Ἀλλ᾽ οὔτε ἟ αἴσθησις ἀντιλαμβάνεται αὑτ῅ς καθ᾽ αὑτὴν οὔτε τὸ le sens et le sensible.ἑαυτὴν τοῦ σώματος si ἑαυτ῅ς ἀντιλαμβάνεται général. Νῶ δὲ τὸ et non par le sens. ne se perçoit χωρίζων ἑαυτὸν ἀπὸ pas en se séparant du σώματος τότε μάλιστα corps. clair ὁ ἐν sensibles ne passent à σώματι. L'intelligible est uni à l'intelligence comme le sensible l'est au sens. l'intelligence intelligible l'intelligence. et ne en subsiste point par elle-même. νοῦς δὲ elle-même. νοεῖ καὶ εἰς στρέφεται ἑαυτὸν καὶ οὐ φθείρεται. et se tourne vers elle- δυνάμεις διὰ σώματος même sans périr : il est κέκτηνται τὸ ἐνεργεῖν. Mais le sens ne peut se αἰσθητόν· νῶ δὲ τὸ percevoir νοητὸν σύζυγον ὂν καὶ (75). autre chose τὸ αἰσθητόν. καὶ ἄλλο αἴσθησις καὶ αἰσθητόν. au contraire.. ἐν ἑαυτῶ δὲ l'acte que par le secours κέκτηται τὸ ἐνεργεῖν τε du δὲ νοῦς οὐκ καὶ εἶναι.

ἑαυτῶ ἂν εἴη l'intelligence est à elle- νοητὸν ὁ νοῦς. τόδε ἀνόητος ἔσται. elle sera νοούμενον ὅλον ὅλῳ. Ὁ αὐτὸς l'intelligence. en tant αὐτοῦ τόδε ἐπ᾽ γίνεται.ἐστιν ὑπόπτωτον. et dans une autre. tout ce τριβόμενος. τόδε δὲ οὐ objet de la pensée. elle non est un objet intelligible. Εἰ οὖν ἐπ᾽ αὐτοῦ qu'elle ne penserait pas. (76) » L'intelligence tout μεταβαίνει· ἀφ᾽ οὗ γὰρ entière exclut toute idée d'inintelligence (ἀνοησία). ἀλλὰ l'intelligence νῶ νοῦς ἐστι νοητόν. νοῦς. elle est tout οὐχὶ νοεῖ. Εἰ μὲν même son propre objet. » Elle n'abandonne pas un objet pour penser à un autre : car elle cesserait de penser l'objet qu'elle . Elle est donc καὶ οὐχ ὡς ὁ τρίβων à la fois ce qui pense et καὶ ce qui est pensé. une partie d'elle-même Διὸ μὲν sujet. ἅμα πάντα νοεῖ· ἐπεὶ οὖν πάντα ἅμα καὶ οὐ τὸ μὲν νῦν. ἑαυτοῦ νοεῖ. Si elle est intelligible par νοοῦν ἂν εἴη. elle νοεῖ· καθ᾽ ὃ γὰρ οὐ est simple. intelligible Εἰ δὲ νοητὸν τῶ νῶ ὁ l'intelligence. ἀνόητος κατ᾽ partie qui pense. « elle serait inintelligente (ἀνόητος). Εἰ δὲ μὴ que l'autre ne penserait τόδε μετὰ pas: car alors. Οὐδὲ ἀφιστάμενος οὖν τοῦδε ἐπὶ τόδε entière intelligible pour elle-même tout entière. νοητὸν ἂν εἴη· εἰ δὲ νοητὸς νῶ καὶ οὐκ αἰσθήσει. qui pense et tout ce qui est pensé. intelligente. ἀφίσταται II n'y a pas en elle une μὴ νο῵ν ἐκεῖνο. πάντα ἅμα νῦν καὶ ἀεί. τὸ δὲ αὖθις. Elle n'agit pas d'ailleurs à la manière d'un instrument qui frotte et qui est frotté ἐπίνοιαν οὐδεμίαν ἐν : « Elle n'est pas dans ἑαυτῶ ἀνοησίας ἔχων. Οὐκ ἄλλῳ οὖν μέρει νοεῖται καὶ ἄλλῳ νοεῖ· ἀμερὴς γὰρ καὶ νοητὸς ὅλος ὅλῳ καὶ νοῦς δι᾽ ὅλου. tandis ἐκεῖνο γίνεται. Si est pour l'intelligence intelligible est et sensible. οὖν νοητὸς ὁ νοῦς καὶ οὐκ αἰσθητός. et non par ἄρα le νο῵ν καὶ sens.

dans la multitude est ramenée à l'unité. qui exclut ἄρα. τὸ δὲ développement. pense tout ensemble . μὲν καταλείπειν. οὐδὲ τὸ ποθέν ποι ἐν elle ne pense pas tantôt l'une. ἀδιαστάτῳ τῶ ὥστε τὸ ὁμοῦ κατά τε τὸ πλ῅θος κατά τε τὸ χρονικὸν διάστημα ἐπ᾽ αὐτοῦ· διὸ καθ᾽ πάντα ἐν ἑνὶ ἀδιαστάτῳ ἓν καὶ καὶ ἀχρόνῳ. tantôt l'autre. si l'acte intellectuel est indivisible . ἀνάγκη παρυποστ῅ναι tout y sous est le bien que sous le rapport du temps. ἀλλὰ est selon l'unité et dans μεταβατικ῵ς l'unité. pas en [comme Τῶ δὲ μὴ καθ᾽ ἓν l'âme]. Si l'intelligence pense tout présentement. elle ἀχρόνῳ παραστήματι. ἀνῄρηται δὲ ἐπ᾽ abandonnerait. sans que τῆ rien y tombe dans le τοιαύτῃ οὐσίᾳ τὸ ἀεὶ ἐν temps ou dans l'espace. point en et est n'est mouvement ainsi. μεταβολ῅ς καὶ rapport du nombre aussi διεξόδου πάσης. l'intelligence. tout intervalle de temps. elle pense tout présentement et toujours (77). ἐν ne passe pas d'un νῦν objet à un autre. ἀλλὰ ἐνέργεια καθ᾽ ἓν ἐν ἑνὶ αὔξης τε Ainsi ἀφῃρημένη καὶ ensemble. Εἰ δὲ τοῦτο. sa pensée est un τῶ νῶ οὐδὲ κίνησις acte simple.τὸ νῦν. ἑνὶ ὄν· τοῦτο δέ ἐστιν S'il αἰών· παρυπέστη ἄρα l'intelligence ne discourt νῶ ὁ αἰών. Donc. L'intelligence pense donc toutes choses selon l'unité et dans l'unité. si αὐτοῦ τὸ παρεληλυθὸς elle καὶ successivement τὸ μέλλον. c'est un acte qui ἐν ἑνὶ νοοῦντι.. qui répugne au καὶ ἐν κινήσει καὶ ἐν τῶ τὸ changement. Εἰ δὲ τὸ πλ῅θος καθ᾽ ἓν καὶ ἅμα ἟ ἐνέργεια καὶ ἄχρονος. au discursive Si. s'il n'y a pour elle ni passé ni futur. à toute ἐπιλαμβάνειν καὶ μερίζειν καὶ διεξοδεύειν παρυπέστη χρόνος· τῆ γὰρ τοιαύτῃ κινήσει παρυφίσταται τὸ opération (78)..

tout en paraissant venir d'ailleurs. ὁ χρόνος ἐκ ψυχ῅ς.μέλλειν καὶ et ne tombe point dans παρεληλυθέναι. ἀφίκετο δ᾽ οὐκ changement et dans le ἀλλαχόθεν. n'en viennent réellement point. τ῵ν δευτέρων. La distinction du passé et du futur convient à son mouvement. et celles-ci. En passant Τῆ μὲν οὖν ταύτης κινήσει qui παρυφίσταται χρόνος. οὐ διῃρημένος subitement d'une autre ἀπ᾽ αὐτοῦ ὥσπερ οὐδ᾽ source . τὰ δ᾽ ὥσπερ il pareille l'être est essence éternel l'unité. ἀλλὰ τὰ μὲν temps. mais naissent du sein même de l'âme qui ne se meut . se divise et se livre à une action discursive (80). κύκλῳ ἀλλὰ εἰς ἑαυτὴν ἀναβλυζούσῃ ἃ ἔχει. ἥνωνται ἐκεῖ. τῆ δὲ τοῦ νοῦ d'un objet à un autre. Διαψεύδεται δὲ τὸ κινούμενον πρὸς τὸ μένον αἰ῵να ἑαυτοῦ. qui τὸ ὄμμα φερούσης εἰς ἃ ἔχει κατὰ μέρος· πηγῆ γὰρ ἔοικεν οὐκ ἀπορρύτῳ. ψυχὴ le δὲ nécessaire d'attribuer à μεταβαίνει ἄλλου ἀπ᾽ εἰς ἄλλο ἐπαμείβουσα τὰ νοήματα. elle a pour essence le temps (81). Or dans c'est l'éternité Donc là (79). ἀλλὰ παρ᾽ mouvement. l'âme change de pensées: non les premières que périssent et μονῆ τῆ ἐν ἑαυτῶ ὁ que les secondes sortent αἰών. αὐτ῅ς καὶ αὐτόθεν εἰς abandonne un objet pour ἑαυτὴν κινουμένης καὶ s'occuper d'un autre. l'éternité LXXII constitue l'essence même de l'intelligence. Quant à cette intelligence d'autre espèce qui ne pense pas selon l'unité et dans ἀλλαχόθεν l'unité. τὸ ἄμετρον τ῅ς en semblant demeurent dans l'âme. qui tombe dans le ἔπεισιν. mais celles-là. ὅτι tout καὶ αἱ παρυποστάσεις évanouies. οὐκ ἐξισταμένων τ῵ν προτέρων οὐδέ ποθεν ἄλλοθεν ἐπεισιόντων une ὥσπερ παρελήλυθε καίπερ μένοντα ἐν αὐτῆ.

σελήνης. comme l'âme ne l'est point du temps. ἄλλος ἟λίου. τοῦ μὲν κινουμένου τοῦ ἀεὶ ἑστ῵τος l'éternité. en elle- C'est ce mouvement de l'âme qui τινὲς οὐχ ἧττον ἠ ἐν constitue κινήσει comme θεωρεῖσθαι regard le la temps permanence ὑπελάμβανον καὶ τὸν de l'intelligence en elle- αἰ῵να. et qui λαμβανόμενον αἰ῵νος. ἑωσφόρου. ἑκατέρου τὰ πάθη τὰ ἑαυτοῦ τῶ ἑτέρῳ προστιθέντος. καὶ οἷον Ce qui simule la se l'éternité perpétuité indéfinie de son mouvement. Διὸ καὶ chacune de ces choses ἄλλου ἐνιαυτὸς ἄλλος· les attributs de l'autre. τὸν même ἄπειρον χρόνον. C'est que ce qui . au lieu de s'écouler au dehors. l'éternité. C'est pourquoi quelquesuns ont dit que le temps se manifestait dans le repos aussi bien que dans le mouvement.κινήσεως εἰς ἔννοιαν que d'elle à elle. καὶ τοῦ ἑστ῵τος ἐν ταυτότητι ἐνεργείας τὸν χρόνον τῆ ἑαυτοῦ μονῆ ἀπὸ τ῅ς ἐνεργείας προσάπτοντος. Λοιπὸν δὲ ἐν τοῖς ὁ διῃρημένος χρόνος ἄλλος ἄλλου. Διὸ καὶ ἐν στάσει τὸν χρόνον son telle partie qu'elle de possède. meut ἑαυτοῦ par αἰ῵να ἀπεικονίζοντος. ὡς ἔφαμεν. L'intelligence et l'éternité ἀπὸ ne forment qu'une seule κατὰ hypostase. ὥσπερ τὸ νῦν αὐτοῦ καὶ διεξοδεῦον καὶ πολλαπλασιάζον κατὰ πάροδον τοῦ χρόνου. et ἄλλος que l'éternité n'était que ἄλλος l'infinité du temps. porte καὶ τὸ μένον πρὸς τὸ successivement sur telle κινούμενον ou χρόνον ἑαυτοῦ. et ce qui demeure simule immobile le temps en paraissant multiplier son continuel présent mesure que αἰσθητοῖς L'intelligence n'est point séparée de ταυτότητα τῶ ἀεὶ τῶ τὸν constitue le temps passe. reflue circulairement même. ce Elle ressemble à une source qui. Ils ἐφ᾽ transportaient ainsi à ἑκάστου ἄλλος.

dans les choses sensibles. autre est l'année de chacun de ces astres.καὶ ὁ τούτους persiste toujours dans un περιέχων ἐνιαυτὸς mouvement identique κεφαλαιούμενος εἰς τὴν figure l'éternité par la τ῅ς ψυχ῅ς κίνησιν· ἧς perpétuité κατὰ μίμησιν mouvement. Comme le mouvement diffère de du l'Âme mouvement des astres. sur lequel les astres règlent leurs mouvements. autre est l'année du Soleil. la durée ἐκείνης chacune τούτων. . enfin autre est l'année embrasse qui toutes les autres années et qui est conforme au mouvement de l'Ame. autre la durée du τόπον cours de la Lune. identique figure le temps par la permanence de son acte. autre la Διαστηματικὸς κινήσεσι μεταβάσεσι καὶ durée du cours de Vénus. en . Au reste. etc. et que ce κινουμένων τούτων. Autre μὲν est la durée du cours du οὗτος καὶ ταῖς κατὰ Soleil. ἀλλοίας δὲ τ῅ς ἐκείνης κινήσεως οὔσης καὶ ἀλλοίας τ῅ς τούτων. son qui persiste dans un acte ἀλλοῖος καὶ ὁ χρόνος τοῦ de diffère selon d'elles. son temps diffère aussi du temps des astres: divisions car de dernière les cette espèce de temps correspondent aux espaces parcourus par chaque astre et par des passages successifs divers lieux.

Donc. ἂν νοῦς.XXXIII. γάρ XXXIII. κείμενον. τοῖς νοητοῖς. Γνωστικαὶ δὲ penser (νοεῖν). l'Intelligence ἐν ἑαυτῶ ἔχων τοῦτο elle-même est θεωρήσει ἠ ἐν ἄλλῳ (84). Εἰ οὖν ὁ αὐτός ἐστιν αὐτοῖς. Καὶ ὅτι Quant à l'identité de μὲνθεωρεῖ δ῅λον· σὺν l'intelligence γὰρ l'intelligible τῶ νοεῖν εἴη comment τοῦ νοεῖν ἀφῄρηται τ῅ς démontrer. évident que l'intelligence γὰρ ἀεὶ ἀλλὰ πολλὰ καὶ οὐκ ἄλλα ὄντα παρ᾽ ἐκεῖνον. ἤτοι multitude. οὐκ Ὁ νοῦς ἔστιν πάντων· LXXIII ἀρχὴ πολλὰ L'Intelligence est multiple. Πάντῃ δὲ lui enlever son essence τὸ (85). πολλὰ ἂν εἴη Ὅτι δὲ ὁ αὐτός suppose et une ils sont avec elle. Il est νοήματα οὐχ ἓν ὄντα. καὶ ὁ νοῦς. (82) ἐστιν ὁ νοῦς. puisque l'Intelligence et les intelligibles sont identiques et que les intelligibles forment une τι ἔστιν ὃ θεωρεῖ. Or πολλὰ ὁ νοῦς δ῅λον· le νοεῖ τὰ avant lui l'Un (83). πρὸ δὲ L'Intelligence n'est pas le τ῵ν πολλ῵ν ἀνάγκη principe de toutes choses εἶναι τὸ ἕν. Ὅτι δὲ : car elle est multiple. οὐσίας.. il faut déterminer de quelle . c'est être δυνάμεις ἟μῖν intelligence (νοῦς) . Il est évident d'ailleurs que ἀνιχνεῦσαι τὴν ἐκείνου l'intelligence contemple (θεωρεῖ) : car pour elle. ἐκεῖνα δὲ multiple est multiple ne forment unité. multitude. lui αἴσθησις. enlever la pensée. ἀφαιρεθεὶς δὲ Δεῖ multiple voici peut L'objet la que contemple en elle ou exister hors d'elle. νοῦς. c'est ἀθρόον ἐν φαντασία. θεωρίαν.Ceci posé. l'intelligence τοίνυν ἐπιστήσαντας τοῖς πάθεσιν ἃ συμβαίνει περὶ τὰς γνώσεις doit et on être de . οὕτως δείκνυται· εἰ γάρ les pas une mais identiques ἐστι : intelligibles qu'elle pense πολλά.

loin de ὡσαύτως δὲ καὶ τὸ s'unir aux objets de sa ἁπτόμενον ἐν ταυτότητι contemplation. l'Intelligence. hors Καὶ τούτων μὲν d'elle pour s'en former une image. c'est par cette attention même . ἀμήχανον ἐν ταυτότητι γενέσθαι y objet. applique εἰκονίσματος son attention à ce qui est ἐνδεικνύμενον. il ne peut s'identifier avec cet objet: car il ne le verrait pas s'il n'en était à une certaine distance. et le principe qui se sert εἰκόνισμα des sens. τὸ τοῦ ὁρωμένου· οὐ γὰρ ἂν ἴδοι. et. il s'évanouirait. s'appliquent à παρυφίσταται _ ἤτοι ce qui est hors d'eux καὶ pour παρασκευάζον ἔξωθεν ἠ αὐτῆ τῆ πρὸς ὄντος l'objet sensible. γενόμενον φθαρείη. Le principe qui se sert des Sens contemple ne qu'en saisissant des choses γένοιτο· extérieures. εἰ μέλλει τὸ αἰσθητὸν καταλήψεσθαι. Nous οὐχ ἑνούμενον ἐκείνοις examinant ἃ θεωρεῖ. Il est donc évident que les sens. ἖ξ recueille ὧν δ῅λον ὅτι ἀεὶ ἥ τε perception qu'une image αἴσθησις καὶ τὸ αἰσθήσει προσχρώμενον εἰς τὸ ἔξω φέρεται. De même.αἰσθήσει προσχρώμενον τοῖς manière l'intelligence contemple son ἔξω ἐπιβάλλον θεωρεῖ. Ὅταν οὖν ἴδῃ ὀφθαλμὸς ὁρώμενον. τὸ ἔξω τάσει τὴν ὡς ἔξω percevoir De l'Imagination même. φαντασία ἀεὶ ἐπὶ τὸ φέρεται τάσει de ne cette Donc quand l'œil voit l'objet visible. ἀλλὰ μόνον facultés τύπον αὐτ῵ν ἐκ τ῅ς πρὸς αὐτὰ προσβολ῅ς λαμβάνον. l'Imagination. si l'objet du tact Ὡσαύτως δὲ καὶ ἟ ἔξω (86) il καὶ αὐτ῅ς τῆ τὸ se confondait avec l'organe qui le touche. nous εἰ μὴ διαστάσει ἐν arriverons les par en diverses lesquelles acquérons des connaissances : ce sont la Sensation.

cessait d'en ἐκτεινομένη εἰς τὸ ἔξω. ὧν à ce qui est hors d'elle οὐδεμία qu'elle εἰς ἑαυτὴν συννεύουσα καὶ se comme extérieur l'objet συναγομένη ἐντύχοι ἂν dont ἠ τῶ αἰσθητῶ ἠ τῶ l'image. ἀλλὰ συννεύοντος εἰς καὶ elle se forme Telle est la manière ἖πὶ δὲ τοῦ νοῦ οὐ ἑαυτὸν représente ἑαυτὸν dont la sensation l'imagination et perçoivent leurs objets. en contemplant elle-même. l'intuition. contempler l'objet intelligible.κατάληψις τοιαύτη. par pour l'objet la sensation προστεθείσης τῆ τοῦ s'applique à ce qui est νοῦ ὑποστάσει καὶ τ῅ς hors φαντασίας· ἟ γὰρ ἐν son objet est matériel. ὁ δὲ νοῦς εἰς l'objet intelligible comme αὐτὸν συναγόμενος· εἰ δὲ μὴ ἔξω ἐκτεινόμενος . Si LXXIV elle sortait de la contemplation propres de ses si elle actes. que θεωροῦντος· l'objet de leur perception παρεξελθὼν γὰρ τοῦ soit une forme corporelle θεάσασθαι τὰς ἑαυτοῦ ou incorporelles (87). concentre en que pour elle- . contempler sensible. l'intelligence Ἀλλ᾽ εἰ ἐκείνοις μὲν se d'elle. Aucune de ces deux facultés ne se replie et ne se concentre sur elle-même. Ὡς μὲν οὖν ἦν ᾽἟ αἴσθησίς τε καὶ τὸ αἰσθητόν. οὕτως ἐστὶ νοῦς τε καὶ τὸ νοητόν. parce contraire. ἐνεργείας εἶναι καὶ ὄμμα τ῵ν αὐτοῦ Ce n'est pas de cette manière que perçoit ἐνεργει῵ν οὐσ῵ν τὸ l'Intelligence (88) : c'est ὅραμα en se tournant vers elle- οὐδὲν ἂν νοήσειεν. Θεωρεῖ δὲ ἟ μὲν même. λογικῶ ζῴῳ φαντασία Au δέδοκτο αὐτοῖς νόησις. intuition. Mais. αἰσθητὸν ἐν τῆ ὕλῃ L'intelligence κείμενον.ὅπερ καὶ ἐδόκει τισὶν ὀνόματος διαφορᾶς la perçoit sensation l'objet perçoit sensible. εὑρίσκουσα penserait τὸ se être elle ne plus rien. ἀναισθήτῳ εἴδει. τοῦτον τὸν τρόπον ἟ κατάληψις.

Si les intelligibles sont dans l'intelligence.. εἰ νοερά. comme ils καὶ ταύτῃ δ῅λον ὡς voulaient νοερὰ dépendît de la matière et καὶ νοήσει συναχθήσεται καὶ τοίνυν.πολλὰ γὰρ ὁ philosophes] elle contemplera ces νοῦς νοεῖ καὶ οὐχ ἕν . ὥστε conséquent. Il est donc évident τὸ ἕν.πάντα ἀπαρτήσασιν même au lieu de ἀπὸ τ῅ς ὕλης καὶ τ῅ς s'appliquer à ce qui est σωματικ῅ς hors d'elle.. qu'il faut elles ne placer intelligibles les dans l'intelligence. εἰς τὸν νοῦν καὶ τὸ νοητόν . Mais ces essences sont hors de la matière . καὶ ἑαυτὸν θεωρήσει νο῵ν τὰ νοητὰ καὶ que tout de la nature corporelle. par πολλ῵ν τὸ ἕν. philosophes ὁ δ᾽ ἟μέτερος σωμάτων καὶ ἑτέρων θεωρὸς οὐσι῵ν. l'imagination de l'animal οὐδαμοῦ ἂν εἴη ταῦτα raisonnable. τὸ εἰς ἐκεῖνα Donc [dans χωρεῖν. De là vient φύσεως ἀκόλουθον ἦν καὶ τὸν que νοῦν τούτων ἀναρτᾶν. Mais notre intelligence contemple χωρ῵ν εἰς ἑαυτὸν νοεῖ d'autres essences que les διὰ corps. ils devaient naturellement en faire dépendre aussi l'intelligence. ποῦ τοίνυν κειμένας καταλήψεται αὐτάς. l'intelligence contemplera les intelligibles contemplera et se elle-même . quelques qu'il n'y ont pensé avait entre l'intelligence et l'imagination qu'une différence nominale: car ils croyaient que l'intelligence était ἔξω δὲ ὄντων ὕλης. Εἰ δὲ πολλὰ τὰ l'hypothèse νοητά . πρὸ τ῵ν essences de ces placées dans quelque lieu. ἀνάγκη πρὸ τοῦ νοῦ sauraient être dans un εἶναι lieu. πολλὰ ἂν εἴη ᾽καὶ ἐξ ἀνάγκης Κεῖται δὲ καὶ αὐτός.

donc elle est multiple. et non une unité) . ὄντα νῶ εἶναι τὰ καὶ ἐν τῶ παντελείῳ· ἀλλ᾽ ἐν μὲν τῶ καθόλου καὶ τὰ μερικὰ καθολικ῵ς. LXXV SIXIÈME ENNÉADE. parce qu'elle comprendra les intelligibles. ἐν δὲ τῶ μερικῶ καὶ τὰ καθόλου μερικ῵ς. substance (90) La intellectuelle ἐστιν. Or les intelligibles forment une multitude (car l'intelligence pense une multitude d'intelligibles (89). par il est nécessaire qu'au-dessus de l'Intelligence il y ait l'Un. ὡς καὶ ἐν τῶ est composée de parties μερικῶ semblables. en se comprenant même. les essences particulières elles-mêmes sont conçues universellement. XXXIV. conçues particulièrement aussi bien que essences particulières. καὶ μερικὰ de telle sorte que les essences existent à la fois dans l'intelligence et dans universelle. Ἡ νοερὰ οὐσία ὁμοιομερής XXXIV. les essences universelles sont. elle elle- pensera.en les contemplant. les . dans l'intelligence particulière. Mais le multiple suppose avant lui conséquent. dans l'intelligence universelle. l'Un. particulière l'intelligence Mais.

l'incorporel de la première espèce subsiste σωμάτων καὶ τ῵ν περὶ dans τὰ σώματα ἀσωμάτων· l'incorporel de la seconde σώματα μὲν γὰρ ἐν espèce est complètement τόπῳ καὶ πέρατα ἐν séparé du corps et de σώματι. τὰ δὲ κατὰ τὸ δεύτερον χωριστὰ τέλεον non corps. c'est à cela qu'il doit son nom. καὶ αἱ XXXV. la matière. κατὰ δὲ τὸ μὴ quand par γεννᾶν σ῵μα. mais qu'elles ne engendrer parce parce peuvent de corps. le temps. de Τὰ τοιαῦτα γὰρ πάντα στέρησιν κατὰ σώματος λέγεται. Toutes ces choses effet sont appelées incorporelles parce en qu'elles ne sont pas des corps. Ἀσώματα PARTOUT PRÉSENT τὰ μὲν κατὰ στέρησιν TOUT ENTIER (91). la surface. selon les φύσεις καὶ αἱ δυνάμεις· Anciens. οὐ κατὰ στέρησιν sensible. le σώματος. A ce genre appartiennent. dans le corps. Διὸ τὰ catachrèse. L'ÊTRE UN ET IDENTIQUE EST XXXV. lieu. Le corps en effet occupe un lieu et . L'incorporel est ce que l'on conçoit par abstraction du corps. les facultés. μὲν κατὰ τὸ πρ῵τον qu'elles ne sont pas des σημαινόμενον πρὸς τὰ σώματα ὑφίσταται. ἐπινο῅ται ὅταν ἀποληφθὲν ἀπὸ τ῅ς ὕλης. ἐπινοεῖται κυρίως. Il est d'autres qu'on appelle choses ὅλως incorporelles πεφυκέναι les natures. la οὕτως δὲ καὶ ὁ τόπος forme καὶ ὁ χρόνος καὶ τὰ elle est conçue séparée πέρατα. Ἤδη δὲ ἦν ἄλλα καταχρηστικ῵ς λεγόμενα ἀσώματα. ὡς ἟ ὕλη κατὰ τοὺς ἀρχαίους καὶ τὸ εἶδος τὸ ἐπὶ ὕλης. σώματος λέγεται καὶ De l'Incorporel. la matière. Ainsi. νοῦς δὲ καὶ l'incorporel qui subsiste νοερὸς λόγος οὔτε ἐν τόπῳ οὔτε ἐν ᾽τῶ le corps .LIVRE QUATRIÈME.

devraient reconnaitre ils cependant que . δὲ D'un autre côté. mais il ne peut contenir ὅλως οἱ ἀπὸ Ζήνωνος l'acte de l'intelligence ni ἀντελάβοντο. Le vide en effet peut recevoir un corps. pas de lieu. et qui n'a pas d'existence hors du voyant corps] LXXVI : ne pas que la première espèce d'incorporel n'est pas semblable à la seconde. τὸ ἕτερον τοιοῦτον μὴ εἶναι καθορ῵ντες ἀναιροῦσιν αὐτό. Mais l'intelligence et la raison παρυφίσταται σώμασιν Intellectuelle [la ἠ τοῖς κατὰ στέρησιν discursive] n'occupent σώματος λεγομένοις ἀσωμάτοις. τὸ δ᾽ ἕτερον παραδεξάμενοι Des καὶ d'incorporel dont venons parler. κενὸν Οὐδ᾽ οὖν εἰ τι ἐπινοηθείη ἀσώματον. servir de lieu à cet acte.σώματι ὑφίσταται οὔτε la surface n'existe pas προσεχ῵ς hors ὑφίστησι σώματα οὔτε du corps. ils refusent à la première toute réalité. Διττοῦ δὲ φανέντος τοῦ γένους. ne subsistent pas dans le corps. si l'on χωρ῅σαι conçoit le vide comme νοῦ ἐνέργειαν ἀμήχανον καὶ τόπον δοῦναι ἐνεργείᾳ. ne dépendent point du corps ni d'aucune ἐν κενῶ οἷόν τε εἶναι choses νοῦν· incorporelles σώματος μὲν raison qu'on des appelle par γὰρ δεκτικὸν ἂν εἴη τὸ abstraction κενόν. δέον ὡς ἄλλο γένος ἦν ὑποπτεῦσαι καὶ μὴ ὅτι οὐκ ἔστι τὸ deux de sectateurs espèces nous de les Zénon rejettent l'une [l'incorporel qui hors corps] du admettent existe et l'autre ἕτερον [l'incorporel qu'on sépare μηδὲ τοῦτο μὴ εἶναι du corps par abstraction δοξάσαι. ne peut corps. l'intelligence être dans le vide. τοῦ μὲν οὐδ᾽ du incorporel. ne constituent pas le corps.

τὸ ἐν πρόσεστιν. y est d'une manière οὖν ἐν ὕλῃ καὶ ὄγκῳ ὑφεστ῵τι τὸ εἶναί πού ἐστι τὸ ἐν τόπῳ εἶναι· διὸ καὶ τῶ σώματι τοῦ κόσμου ἐνύλῳ ἐνόγκῳ se compose de matière et possède un volume. ἀόγκῳ ὄντι ἀδιαστάτῳ. Σώματι μὲν part. et en général l'être immatériel incorporel en et soi. Rapport de XΧΧVI. εἰ ὅλως ἔστι XXXVI. en sorte que l'ubiquité (τὸ εἶναι πανταχοῦ) de τὸ l'incorporel n'est pas une τῶ présence locale. (93) Toute που. οὐδ᾽ τόπῳ ὥστε πανταχοῦ ἀσωμάτῳ μέρος qui matériel et possédant un διαστάσεως. n'occupe point de lieu. « Il n'a ἦν pas une partie ici et une ἄρα ἐστιν partie là (94) » : car de cette manière. et ne pas croire que. si elle est quelque τὴν φύσιν. il ne serait pas hors de tout . Le monde intelligible au contraire. a de l'étendue et occupe un lieu.l'incorporel [qui subsiste hors du corps] est une autre espèce l'incorporel subsiste [que qui pas ne hors du corps] . Aussi. corps ὄντι τὸ διαστάσει τε καὶ τόπῳ εἶναι le dans un lieu. parce qu'une espèce d'incorporel n'a pas de réalité . Ἕκαστον l'incorporel et du corporel. être quelque part. τοπικόν. le εἶναι ὑπ῅ρξεν ὅλως Pour καὶ πανταχοῦ καὶ conforme à sa nature. étant ἐν Τῶ δὲ νοητῶ κόσμῳ καὶ ὅλως τῶ ἀύλῳ καὶ καθ᾽ αὑτὸ ἀσωμάτῳ. l'autre n'en a pas non plus (92). κατὰ τὴν ἑαυτοῦ φύσιν ἔστι που. οὐκ Οὔτε μέν τί volume. c'est être corps du monde. οὐ μέντοι παρὰ chose.

il faut qu'il devienne τοῦ inétendu et simple dans πλήθους καὶ παντὶ τῶ son rapport avec l'être . οὔτε non πληθυνθέν. « partout où il ἔσται οὐδὲ est. « il est tout entier dans chaque partie. ἀλλαχοῦ δὲ οὔ κατειλημμένον γὰρ ἔσται ὑπὸ τοῦ τῆδε. l'indivisible est Quand présent dans le divisible. il est tout entier. ἐγγὺς μέντοι que τοῦδε. ἀμερὲς ἐν Τὸ δ᾽ διαστατῶ ὅλον γίνεται κατὰ πᾶν μέρος ταὐτὸν ὂν καὶ ἓν ἀριθμῶ. ἀλλ᾽ ὅλον πᾶσί τε τοῖς μέρεσι τοῦ ὠγκωμένου ἑνί τε ἑκάστῳ tel qu'il est réellement. Il ἀδιάστατον . rapport à l'être étendu et τῶ μέρει διδὸν μέρος. « Il n'est pas non plus voisin d'un lieu ni éloigné d'un ἐκεῖσε . ὅλον τὸ παρὸν dans l'espace. τὸ l'intelligible est présent δὲ τῶ au monde sensible sans καὶ avoir de parties ni être ἀσώματον κόσμῳ ἀμερ῵ς ἀδιαστάτως. » identique et numériquement un. mais διαστατ῵ς πάρεστι.αὐτοῦ τῆδε. ce n'est que par οὔτε μερισθὲν πάρεστι. μέρος δὲ lieu τῆδε . Ὅθεν ὁ μὲν κόσμος τῶ νοητῶ les de choses un qui lieu qui distance. multiple qui le possède.οὐκέτι γὰρ ἐκτὸς étendue. ὅπου καὶ ἔστιν· absent : » car. « Si l'être indivisible et simple devient étendu et ἀδιάστατον multiple. Par le monde sensible est présent à l'intelligible dans l'espace. » parce qu'il n'y a μὲν τοῦδε. de cette τόπου οὔτε ἐνθάδε μέν ἐστιν. ὡς τὸ πόρρω occupent καὶ ἐγγὺς τ῵ν ἐν τόπῳ comportent des rapports πεφυκότων λέγεται εἶναι κατὰ μέτρα διαστημάτων. mais de la manière dont il peut le posséder. τῶ πλήθει παρέχον ἑαυτὸ πολλαπλασιασθέν.οὐδὲ πόρρω autre. Κἀν ἀπείροις μέρεσιν εἰ τύχοι τοῦ διαστατοῦ. conséquent. » Quant à l'être étendu et multiple. ἀφεστηκὸς δὲ τοῦ ni sans manière serait il LXXVII contenu dans tel lieu et exclu de tel autre.ἀλλ᾽ ὅλον n'est pas présent ici et là ἐστίν.

on ne s'en ἀμερ῵ς ἔστιν. Personne ne prête aux corps les caractères de l'incorporel. Τὸ δὲ μερικ῵ς conformément καὶ διῃρημένως ἀπολαύειν αὐτοῦ προσ῅ν τοῖς εἰς μέρη ἑτεροδύναμα c'est οἷς à sa nature. occuper l'être de ni lieu. ἀπὸ τ῅ς αὐτοῖς εἰωθυίας ἟ εἰς τὴν ἐκείνης μεταβᾶσι. locale. d'autres à l'être naturellement divisible. ni se multiplier. mais c'est d'une φύσεως manière ἐκείνης καταψεύδεσθαι καὶ ἠ ἀπορεῖν γε περὶ τ῅ς οὐσίας. ne pas confondre leurs caractères. sans se diviser. mais. et bien πεπλήθυνται καὶ οὕτως nous garder d'aller. comme on a peine τοῦτ᾽ αὐτὸ à connaître les essences καὶ incorporelles. οὐχ ὡς ἐκεῖνό ἐστι· τῶ δ᾽ ἀμερεῖ καὶ ἀπληθύντῳ φύσει ἀμερές ἐστι καὶ ἀπλήθυντον τὸ opinion. οὕτως αὐτῶ πάρεστι. que l'être qui occupe un lieu est présent à « l'être qui n'a point de rapport avec l'espace. συνέβαινε πολλάκις τὸ multiple et contenu dans αὐτ῵ν ἐλάττωμα τ῅ς un lieu. En ἀπληθύντως καὶ ὡς ἓν termes. par αὐτοῦ imagination ἀπολαύει ὡς αὐτὸ πέφυκεν. Τῶ μὲν ἄρα πεπληθυσμένῳ φύσει καὶ μεμεγεθυσμένῳ τὸ ἀμερὲς καὶ ἀπλήθυντον divisible. ἀριθμῶ. μεριστὸν καὶ chacun πεπληθυσμένον. καὶ commerce parce vit. que intelligible est présent ἐσκεδασμένοις. dans des que le corps.ὄγκῳ καὶ παντὶ πλήθει τῶ naturellement étendu et πάρεστιν simple pour jouir de sa ἀμερ῵ς καὶ présence. multiple. πάρεστι ἀπληθύντως καὶ ἀτόπως τὴν κατὰ forme que des conceptions vagues et on . ou par attribuer l'incorporel qualités à certaines des corps. » Il faut donc. dans nos spéculations l'être corporel sur et sur l'être incorporel. conserver à μεμεγέθυνται καὶ chacun sa nature.

ἐκείνων δὲ μόλις de καθαρ῵ς τις de tient προσγράψειε ἐν γνώσει γίνεται ἀοριστ῵ν περὶ αὐτά. II rappeler du faut les corporel bien se propriétés et de l'incorporel pour ne point s'étonner qu'ils diffèrent τοῦ malgré leur union. l'union de mais à substances dont les propriétés sont complètement incompatibles. « l'être intelligible n'est pas dans un lieu. s'il est ἀσωμάτου τοῖς permis de donner le nom d'union (σύνοδος) à leur σώμασι. » parce qu'il n'a point de volume. mais en luimême. τ῅ς ἑκατέρου ἰδιότητος μὴ ἐπαλλάττειν τὰς φύσεις. οὐχ ὅτι αὐτόθεν καὶ ἐπιβάλλων. τὸ δὲ μεριστὸν se II faut se dire à soi- καὶ même : l'être sensible πεπληθυσμένον καὶ ἐν occupe un lieu et est τόπῳ πάρεστι θατέρῳ hors de lui-même parce τούτων qu'il ἐκτὸς ὄντι μεριστ῵ς καὶ πεπληθυσμένως καὶ τοπικ῵ς. μᾶλλον δὲ τὰ προσόντα τοῖς σώμασιν ᾗ τοιαῦτα μὴ φαντάζεσθαι δοξάζειν καὶ περὶ τὸ ἀσώματον· οὐ γὰρ ἂν τὰ ἴδιά l'autre le trouve en luimême : car toute image est une image de l'intelligence. ni une union véritable. de celle des substances Οὕτως οὖν ἐρεῖς· εἰ τὸ μὲν ἐν τόπῳ καὶ ἔξω ἑαυτοῦ. ni une mixtion.αὐτοῦ φύσιν μεριστῶ τῶ ne peut les saisir tant καὶ qu'on πεπληθυσμένῳ φύσει laisse guider par l'imagination. Τ῵ν μὲν γὰρ rapport : car il ne faut σωμάτων ἐν συνηθείᾳ pas ici penser à l'union πᾶς. l'un κατακρατοῦντας l'être l'intelligible. substances corporelles. l'autre est un σκέψεσι archétype. L'un est Δεῖ τοίνυν ἐν ταῖς une copie. a un volume. Cette ἕως ἂν ὑπὸ φαντασίας union diffère entièrement κρατ῅ται. ὅτι εἰς qui ont la même essence : aussi n'est-elle ni un mélange. καὶ ὄντι ἐν τόπῳ. ni .

ἀλλήλων κατ᾽ ἰδιότητα Il est tout entier dans ὑποστάσεως. des de même mais dont aucune opération corporelle ne peut ἐν ἑαυτῶ· πᾶσα γὰρ donner une idée (95): εἰκὼν νοῦ ἐστιν εἰκών. ὅλως σύνοδον λέγειν· chacune de ses parties à οὐ γὰρ δὴ σωμάτων une des parties de l'être σύνοδον σκοπούμεθα. en conservant son unité numérique (96). εἰ τὸ μὲν εἰκών. de en . qui se manifeste dans la communication substances nature. τὸ ἀρχέτυπον. Οὔτε οὖν κρᾶσις ἠ μῖξις ἠ σύνοδος ἠ παράθεσις. τὸ δὲ Le s'établit façon différente. ὅτι l'incorporel οὐκ d'une εἰς ὄγκον προελήλυθεν. πασ῵ν δὲ parties et par fractions. enfin. τόπῳ καὶ ἐν ἑαυτῶ. Ce φαντάζων μὲν παρὰ n'est qu'aux êtres dont la τὰς puissance ὁπωσοῦν se disperse γινομένας ἄλλων πρὸς qu'il ἄλλα τ῵ν posséder l'intelligible par ὁμοουσίων. Διὸ καὶ ἟ toutes les σύνοδος ἐκβεβηκυῖα l'être étendu. » il pas être ne devient multiple pour LXXVIII présent d'une manière multiple à une multitude de parties. τὸ une δὲ rapport du corporel et de νοητὸν οὔτε ἐν juxtaposition. κοινωνίας Souvent appartient ces êtres. ἀλλ᾽ ἕτερος τρόπος parties de dans toute la masse. ἀλλὰ πραγμάτων παντελ῵ς ἐκβεβηκότων ἀπ᾽ étendu. τ῵ν θεωρεῖσθαι chacune d'elles et dans εἰωθότων ἐπὶ τ῵ν ὁμοουσίων. πρὸς δὲ τὸ τὸ μὲν νοητὸν κέκτηται τὸ εἶναι. « il est fût-il présent παρηλλαγμένον ἐν τῆ d'une συνόδῳ. sans faire correspondre εἰ δεῖ façon indivisible. le nombre de ces parties infini.ὄγκον προελήλυθε. sans se diviser ni devenir multiple pour entrer en rapport avec le multiple. l'être incorporel est tout Καὶ ὡς μεμνημένον ἀμφοῖν δεῖ ἰδιότητος θαυμάζειν τ῅ς μὴ τὸ entier sans étendue dans toutes les parties de l'être étendu.

εἰ comment δὲ μή. Par son identité son unité et numérique. et nous hésitons à reconnaître leur essence parce qu'ils semblent l'avoir changée contre l'essence incorporelle. ἐκβεβηκὸς δὲ τὸ μέγα καὶ μικρὸν καὶ ὑπὲρ τὸ μέγα ὂν καὶ ὑπὲρ τὸ μικρὸν καὶ ὑπὸ τοῦ sont de la les masse corporelle.εἰ δὲ μή. Concevant à la fois .ἐκβεβηκὼς πιπτουσ῵ν ὑπὸ τ῵ν s'écartant de leur nature. ἀπορήσεις μέγιστον ὂν ἐλαχίστοις π῵ς Qu'on ne donc saurait concevoir comment il alors peut se espace sans être diminué τοῖς ni resserré. τὴν imitent par une apparence trompeuse les αἴσθησιν. ni très grand ni très petit. Qu'on ne se ὄγκοις le représente pas comme μειωθὲν ἠ συσταλέν - comprendrait μήτε ὡς ἐλάχιστον . ἀπορήσεις π῵ς μεγίστοις pas trouver dans le plus petit petit: ὂν le comme grand : on ne πάρεστι μὴ μερισθὲν ἠ ἐλάχιστον se τοῖς ὄγκοις présent grand on ne plus il peut dans corps tout être un sans être augmenté ni étendu. εὑρίσκεται de plus grand et de plus καὶ ἅμα ὑπὸ παντὸς petit.τὸ γὰρ petit. (97) L'être οὔτε réel n'est ni grand ni μικρόν ἐστι . êtres intelligibles. μεγίστου καὶ ὑπὸ τοῦ quoiqu'il fasse participer ἐλαχίστου ταὐτὸ καὶ ἓν à sa nature ce qu'il y a ἀριθμῶ ὄν. l'être réel n'est ni grand ni petit. La grandeur et la μέγα καὶ μικρὸν κυρίως petitesse ὄγκου attributs ἴδια - . μεγίστου τοῦτο καὶ ὑπὸ représente παντὸς ἐλαχίστου· μήτε γὰρ ὡς μέγιστον αὐτὸ ὑπονοήσῃς . XXXVII Τὸ ὄντως ὂν οὔτε μέγα XXXVII.

ὥσπερ αὖ ὁ L'être réel est infini et κόσμος τῆ ἑαυτοῦ πολυμερείᾳ πολυμερ῵ς αὐτῶ σύνεστι καὶ καθ᾽ ὅσον οἷός τε. le monde s'unit à l'être réel par toutes ses parties. on doit αὐξηθὲν ἠ παραταθέν - se représenter. cependant μέρος ᾽καὶ τοῦ πᾶν κόσμου l'embrasser tout entier ni περιλαβὸν τῆ ἑαυτοῦ toute ἀμερείᾳ. π῵ς ἅμα corps de différente. grandeur l'être réel conservant son identité et demeurant en lui- même : car il est uni à καὶ ἐν τῶ τυχόντι καὶ ἐν l'étendue du monde sans παντὶ καὶ ἐν ἀπείροις s'étendre ni se diviser. ἀλλ᾽ ἐν πᾶσιν αὐτῶ ὡς ἀπείρῳ καὶ ἀδιεξιτήτῳ ἐντυγχάνει κατά τε ἄλλα καὶ καθ᾽ ὅσον ὄγκου καθαρεύει. autant que le lui permet φθάνει τὸν ὄγκον τοῦ sa nature. παντὸς sa contenir puissance.πάρεστι μὴ πολλαπλασιασθὲν l'infiniment grand et ἠ l'infiniment petit. dans le ἀλλὰ τὸ ἐκβεβηκὸς τὸν premier corps venu et μέγιστον ὄγκον εἰς τὸ dans une infinité d'autres μέγιστον καὶ ἐλάχιστον τὸν εἰς τὸ ἐλάχιστον ἅμα λαβὼν ἐπινοήσεις. De même. et il ne peut κόσμου. incompréhensible pour le monde parce que. . entre autres attributs. καὶ οὐ δύναται αὐτὸ περιλαβεῖν οὔτε καθ᾽ ὅλου οὔτε κατὰ πᾶσαν αὐτοῦ τὴν δύναμιν. et θεωρεῖται πλήθεσί τε il dépasse l'étendue du καὶ ὄγκοις τὸ αὐτὸ ὂν monde aussi bien que καὶ ἐν ἑαυτῶ μένον· celle de ses parties en σύνεστι γὰρ τῶ μεγέθει τοῦ κόσμου κατὰ τὴν αὐτοῦ ἰδιότητα ἀμερ῵ς τε καὶ ἀμεγέθως καὶ les embrassant dans son unité. il possède celui de n'avoir aucune étendue.

de même l'être . que. Aussi ὄντως ὂν ἐν ὄγκῳ οὐκ μένον en à ne mais s'affaiblit l'être pas μεγέθει τ῅ς αὐτοῦ διὰ dans l'étendue. en s'étendant dans l'espace. on le considère par rapport aux choses qui ont une essence différente : car le volume ἑαυτοῦ ὁ ὄγκος καὶ est en quelque sorte une κατακερματισμὸς procession τ῅ς δυνάμεως. réel ἐν elle- toute son énergie. perd-il de sa force et s'éloigne-t-il de la puissance qui appartient à l'être réel et incorporel. Ce possède puissance une qui supérieure est étranger à toute étendue : car la puissance n'arrive καὶ ἑαυτὴν δυναμοῦσα posséder toute sa τὸ plénitude qu'en se οἰκεῖον Διόπερ τὸ concentrant προελθὸν εἰς même. La grandeur du volume est ἔλαττον. De même que l'être réel n'a ni étendue ni volume par rapport au corps. elle a besoin de τοσοῦτον se fortifier pour acquérir κράτος.XXXVIII. ὄντος ὅσον τὸ le corps. ἐκενώθη. Τὸ δυνάμει ὑπερέχον ὄγκου ἄρα παντὸς ἀλλότριον· πεπλήρωται γὰρ ἑαυτ῅ς ἟ δύναμις εἰς ἑαυτὴν κεχωρηκυῖα. n'ayant point Ὡς οὖν τὸ ὄντως ὂν πρὸς ὄγκον ἀμέγεθες καὶ ἄογκον. Τὸ ὄγκῳ μεῖζον δυνάμει XXXVIII. une συγκρινόμενον pour un corps si. πρὸς δὲ τὰ κατ᾽ εἶδος ἐξηλλαγμένα δι᾽ ἑτερότητα οὐσίας· οἷον γὰρ ἔκβασις ἦν ἀφ᾽ de cause le d'infériorité comparer aux choses de même espèce. σ῵μα κέκτηται ὄγκον ἀφέστηκεν ἐν ἐλαττώσει δυνάμεως τ῅ς ἀσωμάτου τοῦ ὄντως δυνάμεως. οὕτω τὸ σωματικὸν πρὸς τὸ ὄντως ὂν ἀσθενὲς καὶ d'étendue. au lieu οὐ πρὸς τὰ ὅμοια γένη. parce τὸ ἄογκον δυνάμεως. il conserve la grandeur de sa puissance. l'être de LXXIX hors de lui- même et un morcellement de sa puissance.

mais par assimilation. καθ᾽ ὁμοιοῦσθαι ἔνυλον rendu ὁμοιοῦσθαι ἀσωμάτῳ ὅσον d'être τὸ τῶ καθαρ῵ς se manifester en lui (100). ἀλλ᾽ ἀμεγέθως καὶ ἀόγκως.ἀδύναμον· τὸ μὲν γὰρ corporel μεγέθει impuissant par rapport à δυνάμεως μέγιστον ὄγκου ἀλλότριον. τὸ s'assimiler L'incorporel non l'incorporel plus à lui. ἑνοῦται καταδοχ῅ς· τῶ Οὐ διὰ μὴν τ῅ς ἐφθάρη γὰρ ἂν ἑκάτερον. Aussi. manière et Donc parties. qu'il soit uni partout à l'être réel. Il est uni à l'être τὸ τ῅ς réel. quoique le monde remplisse l'espace. ὡς λέγεται cependant embrasser la πανταχοῦ εἶναι. δυνάμεως οὐ δύναται. en tant que le matériel est incapable de s'assimiler à un principe complètement ἀύλῳ οὐχ οἷόν τε. il ne saurait τῶ ὄντι. tant que le corps est καθ᾽ capable ὅσον σ῵μα οἷόν τε semblable à l'incorporel καὶ et que l'incorporel peut ἀσώματον θεωρεῖσθαι ἐν σώματι ὁμοιουμένῳ αὐτῶ. καὶ immatériel. Ὥστε πανταχοῦ réel. πάρεστι. ὅσον est présent au corporel. indéfinie l'incorporel est présent au corps. mais μέγεθος ἐντυγχάνει δὲ οὐ μεριστ῵ς συνόντι. autrement le . faible δὲ τὸ μεγέθει l'être est ὢν ὁ κόσμος πανταχοῦ ὄντι d'étendue. ὁμοιοῦσθαι δύναται τὸ en tant que le corporel σωματικὸν peut καθ᾽ ἀσωμάτῳ. grandeur de sa puissance ἐντυγχάνων περιλαβεῖν (98). non d'une manière locale. en τοπική. μέγιστον L'être et qui possède la plus grande ὄγκου puissance n'occupe point δυνάμεως λειπόμενον. Καὶ οὐ πάρεστιν οὖν τὸ ἀσώματον. Ἡ οὖν παρουσία οὐ non par d'une indivisible (99). n'est pas présent au matériel par réceptivité [en ce sens qu'une des deux substances μὲν ἔνυλον δεξάμενον recevrait quelque chose τὸ ἄυλον διὰ τ῅ς εἰς de l'autre]. L'incorporel n'est pas présent au matériel. ἐξομοιωτικὴ δέ.

τὸ δὲ matériel et l'immatériel ἄυλον γεγονὸς ἔνυλον. LXXX Rapport des âmes particulières avec l'Âme universelle. puisqu'il se καὶ transformerait en lui. τῶ δὲ ὄντι τ῅ς participation réciproque à ἀδυναμίας τοῦ ἐνύλου· la puissance de l'un et à τὸ δ᾽ ἐν μέσῳ ὁμοιοῦν l'impuissance de l'autre. en le recevant τ῵ν l'immatériel. XXXIX Οὐ διὰ τὸ πλ῅θος τ῵ν σωμάτων δεῖ νομίζειν τὸ πλ῅θος τ῵ν ψυχ῵ν γενέσθαι. il τ῅ς y δυνάμεως τοῦ a assimilation et ὄντος. καὶ ὁμοιούμενον συνάπτον ταυτὶ τ῅ς καὶ τὰ ἄκρα γέγονεν αἴτιον περὶ ἀπάτης τὰ διὰ ἄκρα τὸ τῆ C'est pourquoi le monde reste toujours fort loin de la puissance de l'être réel. parce qu'il rapproche par l'assimilation des substances fort différentes. une à leur cause sujet. unit les devient d'erreur ce qui extrêmes. Donc. en devenant matériel. Πολὺ ἄρα le second. assimile et est assimilé tout ensemble. seraient Ὁμοιώσεις premier. μετοχαὶ οὖν καὶ ἀπὸ δυνάμεων ἀδυναμι῵ν οὕτως εἰς altérés. et τὰ ἑτεροούσια φοιτ῵σι παρ᾽ ἀλλήλων εἰς ἄλληλα. ce qui τῶ ἑτέρῳ τὰ ἕτερα. et celui-ci l'impuissance matériel. de de Mais l'être ce qui ὁμοιώσει προστιθέναι tient le milieu. quand un rapport deux s'établit entre substances aussi différentes que le τὸ ἀπὸν τῶ μὲν κόσμῳ corporel et l'incorporel. (101) « Il ne faut pas croire que la pluralité des âmes vienne de la pluralité des πρὸ δὲ τ῵ν σωμάτων corps. εἶναι καὶ πολλὰς καὶ particulières Les âmes subsistent . XXXIX.αὐτὸ μεταβολ῅ς.

» Ἀπειροδύναμος ἟ elles sont distinctes les παρὰ γὰρ τὰ les âmes particulières ne sont pas dans l'Âme universelle comme des corps. ce σώματα ἐπ᾽ ἄπειρον sont des actes divers de l'Âme universelle (τ῅ς τεμνόμενα οὐ ψυχ῅ς ποιαὶ ἐνέργειαι). sans que l'unité μίαν de εἰς αὐτὰς μεριζουσ῵ν. ἄλλη Ὡς les sciences Enfin. c'està-dire comme substances différentes des réellement (103) . elles sont unies les unes aux autres sans se confondre et sans faire de l'Âme universelle un simple total: « car elles ne sont αἱ pas séparées entre elles πολλαὶ ἐν ψυχῆ μιᾷ καὶ par des limites et elles πάλιν οὐκ ἔγκεινται ὡς ne se confondent pas les τὰ σώματα τῆ ψυχῆ unes avec les autres. καὶ καθ᾽ ἕκαστον τὸ τυχὸν αὐτ῅ς ψυχή. καὶ âmes particulières sont πάρεισιν ἀλλήλαις οὐ distinctes συγκεχυμέναι séparées les unes des οὐδὲ sans σωρὸν ποιοῦσαι τὴν autres ὅλην· l'Âme universelle en une οὔτε γὰρ πέρασίν εἰσι διειλημμέναι οὔτε πάλιν ἀλλήλαις συγκεχυμέναι. οὔτε τ῅ς μιᾶς καὶ aussi que l'Âme ὅλης κωλυούσης τὰς universelle πολλὰς ἐν αὐτῆ εἶναι indépendamment des οὔτε τ῵ν πολλ῵ν τὴν corps. « ἑτεροουσίως.μίαν. καταλήγει εἰς ἀσώματον. » Les ἑαυτὰς τὴν ὅλην. ὥσπερ οὐδὲ ἐπιστ῅μαι συνεχύθησαν foule et sans être de diviser parties. de « la l'Âme . κατ᾽ ὄγκον En puissance effet. Διέστησαν γὰρ ἀποκοπεῖσαι οὐκ οὐδὲ ἀποκερματίσασαι εἰς bien l'Âme absorbe universelle la multiplicité des âmes particulières. γὰρ ἟ τ῅ς ψυχ῅ς φύσις ὅλη unes des autres comme diverses dans une seule âme. ἀλλὰ τ῅ς ψυχ῅ς ποιαὶ ἦσαν ἐνέργειαι. καὶ αἱ πᾶσαι μία καὶ πάλιν πάσας. ni que la multiplicité de celles-ci morcelle l'unité de celle-là (102).

et elle existe ἟νωμένα μὲν κατὰ τὴν tout entière avec elles οὐσίαν. n'est pas morcelée par leur union principe tous. l'unité et divisés que qualités et ne sont par les de les autres formes. δὲ même.λαμβανόντων τ῵ν universelle est infinie. où la diversité l'emporte sur l'identité. qui est l'Espèce vivante (εἶδος ζωτικόν). que en sous le divisant à l'infini l'Âme. de ὧν ἟ ἑτερότης ἐκράτει μᾶλλον τ῅ς ταυτότητος. Si l'unité des corps. οὐδὲν ἐπεισελθὸν ἀσώματον διέκοψε τὴν μένει ἕνωσιν. καίπερ πρὸς τὰς un incorporel. ποιότησι καὶ τοῖς En effet. ἑτερότητος καὶ οὐδὲν καὶ τοῖς σώμασιν ἟ avec au si contraire. parce ἑτερότης ἦν μενούσης que cette division ne les τ῅ς ταυτότητος. ἐφ᾽ ἧς ταυτότης ἟ μᾶλλον κεκράτηκε τ῅ς diversité ne détruit pas son identité. où l'identité l'emporte sur la . » τμημάτων τὴν et tout ce qui participe à διαφοράν. ταῖς δὲ aussi bien que sans elles. παραλλαγὰς ἔχουσα εἰδητικὰς καὶ ἟ ὅλη σὺν ταύταις οὖσα καὶ ἄνευ τούτων· ἟ γὰρ αὐτ῅ς οἷον ἐπ᾽ forment l'Âme l'Âme universelle existe indépendamment toutes de les âmes particulières.οὐδὲ σ῵μα συνεμπεσὸν ἀποκόπτει τὴν ἕνωσιν. De même qu'on n'arrive l'incorporel point en à divisant τομὴ les corps à l'infini. ὑπόκειται ἀλλοῖον possèdent παρὰ τὸ εἶδος . τί χρὴ καὶ λέγειν καὶ ὑπονοεῖν ἐπὶ τ῅ς εἰδικ῅ς ἀσωμάτου ζω῅ς. Εἰ δ᾽ modifie ἐπὶ τ῵ν σωμάτων.ἀφ᾽ ἧς substance ἑνότης . on n'arrive qu'à des espèces : car l'Âme contient des différences πάντα spécifiques. ἐφ᾽ rapport du volume . οὕτω ψυχὴ elle est âme. que dire et que penser de l'Espèce de la vie incorporelle. si l'Âme est εἴδεσι divisée en elle-même. et cependant συνείληπται. toutes les εἶδος οὖσα ζωτικὸν ἐπ᾽ âmes ἄπειρον κατὰ τὰ εἴδη universelle. sa ἄλλοις διειλημμένα.

conserve les ψυχ῅ς ἀύλου τὸ ὡς propriétés de la semence μέρος ἐπινοούμενον universelle. δι᾽ un sujet étranger à la ταυτότης forme et d'où les corps αὐτὴν αὐτὴ ἟ αὐτ῅ς πάντα ποιεῖ καὶ εὑρίσκει διὰ τ῅ς ἐπ᾽ ἄπειρον εἰδητικ῅ς ἐνεργείας. d'un τ῅ς πάσης ψυχ῅ς ἔχει autre côté. comme μέρεσι κρατεῖται τῆ καὶ ὕλῃ πάλιν συναχθὲν εἰς τὴν τοῦ σπέρματος καθ᾽ δύναμιν ἕκαστον τ῵ν tous que les possède une semence particulière a les mêmes propriétés que la semence universelle. chacune de ses parties σπέρμα καθ᾽ ἕκαστον possède ὧν ἐδύνατο λόγων ἐν pouvoirs τοῖς l'Âme elle-même. τοῦ τυχόντος μέρους πάντα δυναμένου ὅταν σωμάτων καθαρεύῃ. Quand l'Âme est Ὥσπερ κρατηθὲν δὲ ἐν ὕλῃ τι séparée des corps. ainsi. σπέρματος ses τοῦ l'Âme fait et découvre tout par ὡς τὸ τυχὸν μέρος τοῦ τὴν L'u- parce que sont des quelque loin actes παντὸς σπέρματος ἔχει espèces. καὶ la matière. De qu'une même semence μερ῵ν ἔχει τὴν πᾶσαν particulière.ἐνεργείας ἐν πολλοῖς diversité. elle-même. où il n'y a pas ἐμποδίζον. quoique le corps entrave souvent ses opérations. L'âme ἐντυγχάνει ἤδη οὔσῃ particulière. δύναμιν. les parties que l'Âme l'on conçoit séparée dans de la ἔχει δὲ τὴν τ῅ς ὅλης matière possèdent toutes δύναμιν καὶ les puissances de l'Âme ἐν universelle (104). que l'on pousse la division. la semence οὕτω τὴν δύναμιν. et que. reçoivent LXXXI l'unité? nité de l'Âme ne saurait être morcelée par son union avec un corps. qui incline . Étant identique. étant unie à δύναμιν. universelle possède toutes les propriétés des semences particulières dispersées dans la matière. Τὸ δὲ πρὸς ὕλην ῥέψαν κεκράτηται μὲν καθ᾽ ὃ εἶδος ῥέψαν ἐπιτηδείως ἔσχε προσομιλεῖν ἐνύλῳ.

LIVRE CINQUIÈME. εἰς δὲ τὸν νοῦν ἀναγομένη τὸ πλ῅ρες αὐτ῅ς κατὰ choisir. comme contraire. ὅταν ἀπὸ τοῦ vers la matière. en vers au s'élevant l'intelligence. L'ÊTRE UN ET IDENTIQUE EST XL. de ses facultés propres. langage dans leur mystique. τὴν δὲ Πόρον complet par l'épuisement οἱ total μὲν τοῦτο πρ῵τον γνόντες τ῅ς ψυχ῅ς τὸ πάθος ᾐνίξαντο. τὸ τὴν δύναμιν ἔχειν Or comme. les anciens (105) ont eu raison de désigner. en inclinant τ῅ς πάσης εὑρίσκετο. ὅταν αὐτὸ ἓν εἴπωσι. ἖πεὶ δὲ que sa disposition lui a πρὸς fait ἀποστὰν μὲν ῥεπούσῃ ὕλην ἀπορία πάντων καὶ τ῅ς οἰκείας δυνάμεως κένωσις. PARTOUT PRÉSENT TOUT ENTIER (107) L'être incorporel est tout entier en tout. est liée à ἐνύλου ἐν la matière par la forme ἑαυτῶ γένηται. et elle s'y unit quand elle se détourne du corps pour se concentrer en elle- même. Παραστ῅σαι βουλόμενοι ἐνδέχεται ὡς διὰ λόγου ᾽παραστ῅σαι τὴν τοῦ ὄντος ἰδιότητα ᾽ἀσωμάτου οἱ παλαιοί. XL. vers la matière. l'âme est τὴν εἰκότως réduite à un dénuement Πενίαν.(108) exprimer Pour le mieux possible la nature propre .ἑαυτῶ. ces deux états opposés de l'Âme sous les noms de Penia et de Poros (106). mais elle conserve les puissances de l'Âme universelle. elle recouvre la plénitude des puissances de l'Âme universelle .

ἀποστ῵μεν. comme ὑπονοήσωμεν. dit: il est Après avoir partout. Mais LXXXII cette unité sensible comme de l'objet contient une diversité (car dans l'objet sensible l'unité totale n'est pas toutes choses en tant qu'elle est une et que toutes εἶναι ἐπὶ τοῦ ὄντος καὶ constituent σωρείας totale). ἵνα τὰς ἀναπλαστικὰς ἀπὸ dans toutes les choses particulières qui ont la disposition pour le ajoutent nécessaire recevoir. ne un objet sensible est un ὅλον τοῦτο ἓν πάντα καθ᾽ ὃ (109) choses l'unité les anciens Καὶ ὅταν ᾽δὲ πανταχοῦ ajoutent aussi : en tant αὐτὸ qu'un. écarter toutes les τὰς fausses imaginations qui sont tirées de la nature . les πάντα. ils veulent εἶναι εἴπωσι. οὐχ ὁρ῵ντες ἐπὶ τοῦ αἰσθητοῦ τὸ ἕν. αἳ ainsi à la fois sous les παρασκιάζουσι attributs les plus γνωριστικὰς ἰδιότητας contraires. τῶ πάντα αὐτὸ ᾽ἓν εἶναι συν῅ψαν τὸ ἓν καθ᾽ ὃ ἕν. afin d'en τοῦ ὄντος. Par là. c'est-à-dire προστιθέασιν αὐτὸ ὅτι δεδηλώκασιν. ὅλῳ ὅλον. δυναμένῳ μεριστῶ. Καὶ ὅλως Enfin après avoir dit: il διὰ τ῵ν ἐναντιωτάτων est en tout. ils ἐν ajoutent : et nulle part.προστιθέασιν εὐθὺς de l'être incorporel. καθ᾽ ὃ ἕν τι τ῵ν anciens κατ᾽ αἴσθησιν contentent pas de dire : συνεγνωσμένων· ὅταν il est un: ils ajoutent δὲ ἀλλοῖον τὸ ἓν τοῦτο aussitôt : et tout. ἵνα ἀσύνθετόν τι νοήσωμεν τὸ πάντα se tout. ils encore:tout σωμάτων ἐξορίσωμεν entier. προστιθέασιν ὅτι οὐδαμοῦ· ὅταν δὲ ἐν πᾶσιν εἶναι καὶ ἐν παντὶ τῶ ἐπιτηδείως empêcher s'imagine qu'on un ne tout de collection et indiquer que l'être réel n'est tout qu'en vertu de son unité αὐτὸ δέχεσθαι indivisible. Ils le représentent ἀπ᾽ αὐτοῦ ἐπινοίας. ἅμα ταῦτα λαμβάνοντες.

simple. indissoluble. τοῦ αἰσθητοῦ καὶ ἐνύλου XLI. véritable τὸ μήτε λυτὸν μήτε ἐν τόπῳ εἶναι μήτε εἰς ὄγκον διαπεφορ῅σθαι. intelligible et de l'être Τὰ κατηγορούμενα sensible. τὸ σύνθετον εἶναι. τὸ ἐν τόπῳ. Différente de l'être XLI. étendue. τὸ a l'identité pour essence. τὸ ἐν ταυτότητι périt. etc. l'être réel et τὸ ἐν ὄγκῳ θεωρεῖσθαι subsistant par lui-même καὶ τούτοις est édifié sur lui-même παραπλήσια. τὸ ἀσύνθετον. contraire. οὐσι῵σθαι. λυτὸν il a un volume. τὸ μήτε γινόμενον μήτε ἀπολλύμενον εἶναι καὶ ὅσα τούτοις ὅμοια· ὧν ἐχομένους δεῖ μηδὲν ἐπαλλάττοντας περὶ etc. il occupe un lieu. τὸ nous à ces caractères de ἀμετάβλητον εἶναι κατ᾽ l'être sensible et de l'être οὐσίαν. composé. τὸ καθ᾽ αὑτὸ : il est étendu. Attachons- . τὸ μεταβλητὸν τὸ εἶναι.des corps et qui ne peuvent qu'obscurcir la véritable idée de l'être réel. il ne naît ni ne ἔχειν. toujours autre qu'il n'était. il ne subsiste point par lui- même. ὑφεστάναι ἐν ἑτερότητι. il ὅσα ὄντως ὄντος καὶ καθ᾽ αὑτὸ ὑφεστηκότος ἀύλου τὸ εἶναι ἀεὶ ἐν ἑαυτῶ ἱδρυμένον. il est essentiellement immuable. (110) Voici les ἀληθ῵ς ἐστι ταῦτα· τὸ caractères véritables de πάντῃ l'être sensible et matériel εἶναι πεφορημένον. Τοῦ δὲ et toujours identique . . sans hors de tout ὡσαύτως κατὰ ταὐτὰ lieu . muable. ne leur donnons pas et ne leur laissons pas donner des attributs différents. Au ὑπάρχειν.

Il reste un en ἀλλ᾽ πολλά. Τὸ ὄντως ὂν πολλὰ λέγεται οὐ XLII. ἑτερότητι ἀλλ᾽ ἀύλῳ καὶ ἀόγκῳ καὶ ἀπληθύντῳ κατὰ soit véritablement la figure ou à l'étendue des parties. μερ῵ν au volume. sa division est une diversité sans matière. parce ses qu'il tient sa diversité de son identité même. d'un volume. Ces ἐν θατέρου ἕτερον καθάπερ διαφορότητι πρὸς τὸ θεωρουμένην ἐπὶ τ῵ν hétérogènes.τ῅ς διαφόρου αὐτ῵ν φύσεως καὶ λέγειν αὐτοὺς καὶ λεγόντων ἄλλων ἐπακούειν. en eux. ὡς εἷς ὄγκος. derniers possèdent l'unité dans la diversité : car. Sa diversité implique à la fois division et union : car elle n'est pas extérieure adventice . au nombre. c'est la . sans volume. mais par lui- γὰρ même. XLII. Διὸ καὶ ἕν· Son unité ne ressemble καὶ οὐκ ὡς ἓν σ῵μα pas à celle d'un corps. Καὶ ἟ ἑτερότης αὐτοῦ διῄρηται καὶ ἥνωται· οὐ γὰρ ἔξωθεν ἐπίκτητος οὐδὲ multitude. Ταῖς πάσαις ἐνεργείαις ἐνεργεῖ μένον ὃ ἔστιν. parties οὐκ comme les corps. ὅτι τὴν ἑτερότητα πᾶσαν διὰ τ῅ς pas multiple exerçant par toutes puissances. ὅτι καθ᾽ ὃ ἓν ἕτερον. οὐδ᾽ ὡς ἓν τόπῳ οὐδ᾽ d'un lieu. διῃρημένον. sans τόποις διαφόροις οὐδὲ qu'il ὄγκου οὐ divers quant à l'espace. Il possède la diversité dans l'unité. οὐ μερισταῖς περιγραφαῖς ἠ διαλήψεσιν. ἀλλὰ ἓν d'une πολλά. πλ῅θος Aussi. ni l'être réel ἐπεισοδιώδης αὐτοῦ ἟ n'est ἑτερότης· οὐδὲ ἄλλου participation à une autre μεθέξει. l'être réel est un. et non d'un assemblage de ταυτότητος ὑπέστησεν. σωρείᾳ. (111) L'être réel est dit multiple. sans multiplicité réelle. ἑαυτῶ essence. à μέτροις.

τὸ δὲ πλ῅θος ἑνιζόμενον. μὲν c'est l'unité qui domine ἐν αὐτοῖς τ῅ς ἑτερότητος. subsiste que καθ᾽ ἓν ὂν ἐν ἑαυτῶ extension. Le jamais fondé sur lui- même. et ne Πιέζειν οὖν δεῖ. comment le corps est multiple et un. τοῦτο δὲ ἐν πλήθει καὶ ὄγκῳ ἥνωται· κἀκεῖνο ὡς ἐκστάσει ἂν ἐν λαβὸν τὴν ὑπόστασιν. Διόπερ ἐκεῖνο μὲν ἐν ἀμερεῖ πεπλήθυνται. diversité est de Aussi. καὶ attributs de l'autre. L'être réel est καὶ οὐκ ἐξιστάμενον. adventice. l'être réel μὲν ἑνότης προηγεῖται conserve son indivisibilité καὶ ἟ ταυτότης. l'être l'identité : la née du développement de la puissance l'unité. Τὸ μὲν ἄρα ἓν παντενέργητον. τοῦτο δὲ οὐδέποτε ἐν et le corps une multitude ἑαυτῶ. est édifié sur lui-même. καὶ μὴ ἐπαλλάττειν ἑτέρου τὰ ἴδια τοῦ εἰς τὰ θατέρῳ προσόντα.σωμάτων. conserve le son ἐνεργητικὴν εἶναι τὴν volume et sa multiplicité ἑνότητα en s'unifiant. XLIII. parce qu'il ne μὲν ἐν ἑαυτῶ ἵδρυται. au contraire. L'être réel γέγονε. ἟ δὲ en ἑτερότης corps ἐκ τοῦ se multipliant. ἔξωθεν δὲ καὶ ἐπεισοδιώδους τ῅ς ἑνότητος ἐγγενομένης· ἐπὶ γὰρ τοῦ ὄντος ἟ qui LXXXIII avec domine. π῵ς πάλιν τοῦτο πλ῅θος καὶ ἕν. ἖πὶ τούτων diversité μὲν γὰρ ἀνάπαλιν καὶ l'unité est extérieure et ἟ ἑνότης ἐν ἑτερότητι. Ὁ θεὸς nulle part. Dans ὡς ἂν προηγουμένης réel. π῵ς ἓν pas donner à l'un les ἐκεῖνο καὶ ἕτερον. unifiée. (112) Dieu est . parce qu'il est un par luimême. Il corps n'est par faut donc déterminer exactitude l'être réel son avec comment est un et divers. donc une unité féconde. Dieu est partout et XLIII.

ἕτερα δὲ αὐτοῦ. il n'est nulle part. ὅτι αὐτὸς οὐδαμοῦ οὕτω πανταχοῦ καὶ - . si l'Intelligence . est en partout et L'Âme est dans l'intelligence et en Dieu. en mais. c'est par πανταχοῦ rapport à tous les êtres ὅτι οὐδαμοῦ. mais ce n'est que δὲ καὶ οὐδαμοῦ τ῵ν par rapport aux choses μετ᾽ αὐτόν· καὶ ψυχὴ ἐν qui viennent après elle νῶ τε καὶ πανταχοῦ θεῶ. corps qu'elle est partout Καὶ ὡς πάντα τὰ ὄντα et nulle part (114). ni dans aucune d'elles. (113). tout est donc engendré en lui et par lui. αὐτὸς ἂν ἦν τὰ πάντα καὶ ἐν πᾶσιν· Dieu. il serait αὐτὸν καὶ ἐν αὐτῶ. Dieu τὰ πάντα γίνεται δι᾽ présent partout. De οὐκ αὐτὸς ψυχὴ οὔτε même. mais rien ne se confond avec lui. Ἀλλ᾽ ὁ θεὸς μὲν πανταχοῦ οὐδαμοῦ τ῵ν καὶ μετ᾽ αὐτὸν πάντων . Toutes les ne possèdent pas l'être procèdent de Dieu et sont en Dieu. καὶ ὁ νοῦς nulle part.πανταχοῦ ὅτι partout parce qu'il n'est οὐδαμοῦ. mais Dieu n'est aucune d'elles. parce καὶ τ῵ν μετ᾽ αὐτὰς καὶ qu'il n'est nulle part. Mais. parce qu'il est partout. δὲ καὶ οὐδαμοῦ ἐν σώματι· σ῵μα δὲ καὶ ἐν ψυχῆ sa qu'elle nulle volonté est part. πανταχοῦ Dieu. νοῦς ὢν καὶ οὐδαμοῦ αἴτιος ψυχ῵ν était seulement choses choses et .. mais c'est seulement par rapport au καὶ ἐν νῶ καὶ ἐν θεῶ. καὶ ἟ ψυχὴ de l'Âme. Le καὶ μὴ ὄντα ἐκ τοῦ corps est dans l'Âme et θεοῦ καὶ ἐν θεῶ καὶ en οὐκ αὐτὸς τὰ ὄντα καὶ choses qui possèdent ou μὴ ὄντα καὶ ἐν αὐτοῖς εἰ γὰρ μόνον ἦν πανταχοῦ.αὐτοῦ qu'il surpasse que Dieu est partout et nulle part : sa présence et absence son dépendent seulement de son être et δέ ἐστι μόνον ὡς ἔστι de τε καὶ ἐθέλει . ὅτι toutes πανταχοῦ toutes ἐκεῖνος. Si ἐπεὶ δὲ καὶ οὐδαμοῦ. νοῦς δὲ L'Intelligence ἐν μὲν θεῶ. d'un autre côté. Il en est de πανταχοῦ ὅτι même de l'Intelligence et οὐδαμοῦ.

non- seulement partout. Ὅταν λάβῃς ἀένναον ἑαυτῆ οὐσίαν κατὰ ἐν δύναμιν unie par son essence à l'Être universel. L'âme humaine est XLIV. De même ἅμα enfin l'Âme n'est ni un μήτε μηδαμοῦ εἶναι δυνάμενον. ἀλλ᾽ ἀνὰ μέρος ἑκατέρων μετέχον. ni dans aucune d'elles c'est qu'elle est . οὔτε ἀλλ᾽ ἐν αἰτία σώματος. et que vous commencez à entrevoir . Ainsi. nulle part par corps ni dans le corps. οὐδαμῆ μὲν ἐλλείπουσαν. il y a procession (πρόοδος) dans l'univers [depuis ce qui est partout et nulle part] LXXXIV jusqu'à ce qui ne peut être à la fois partout et nulle part et qui se borne à participer de cette double propriété. c'est qu'elle n'est ni Âme. mais seulement la cause du corps. mais οὐδαμοῦ. ni aucune des choses qui viennent après l'Âme. ἄπειρον καὶ νοεῖν ἄρξῃ (115). Καὶ ἔστη γε encore ἟ πρόοδος τοῦ παντὸς rapport aux êtres qui lui εἰς τὸ μήτε πανταχοῦ sont inférieurs. ἀλλὰ καὶ c'est qu'elle est partout οὐδαμοῦ· καὶ ἟ ψυχὴ et οὐ σ῵μα σώματι. ἄτρυτον. ὅτι πανταχοῦ οὖσα σώματός τοῦ ἐστιν des choses nulle part qui . XLIV. ὅτι οὐκ ἦν et μόνον πανταχοῦ τ῵ν viennent après les âmes. vous inépuisable et infinie de l'Être en soi. μετ᾽ αὐτόν. « Lorsque ὑπόστασιν avez conçu la puissance ἀκάματον. parla qu'elle est partout et à raison la nulle fois part dans le corps.τὰ μετὰ ψυχὴν οὐδὲ ἐν est le principe des âmes τούτοις.

ne ni fixer. ni resserrer dans d'étroites limites la nature de l'Être en soi. à elle- se posséder pleinement elle-même. » Elle est la source συνθέειν οὖν δυνηθεὶς la plus intarissable qu'on καὶ puisse ἀδιάλειπτον. en ἀπέστρεψας. « ne pas bornant une par une considération de lieu ou de relation. comme si elle n'avait plus rien à donner au-delà [de certaines μᾶλλον ἠ πᾶς πηγ῵ν limites] et qu'elle τὸ ἀεὶ χεόμενον νο῵ν s'épuisait καὶ Ἢ peu. de ne désirer et de ne chercher rien en ἞λαττ῵σθαι ἐξ ἐνδείας dehors τοῦ ποῦ ἠ πρός τι attribuez εὐθὺς ἐκείνην μὲν οὐκ détermination locale » ou ἞λάττωσας. « Vous ἀπαρτήσεις οὐδὲ pouvez οὐκέτι ἐχούσης διδόναι ἐν τῶ κατὰ μικρὸν ἐπιλείπειν· ἀδιάλειπτος γὰρ en votre οὐδ᾽ ὡς ne bornez pas sans doute στήσεις καταλήξεις εἰς μικρόν. καὶ οὐδ᾽ ἑαυτὴν ζητούσῃ. κάλυμμα vous λαβὼν τὴν ὑποδραμοῦσαν τ῅ς ὑπονοίας φαντασίαν. ταύτῃ ἐάνπερ τὸ ποῦ ἐπιβάλῃς ἠ τὸ πρός τι. ἑαυτὸν δὲ une relation : car. τῶ παντὶ ὁμοιωθ῅ναι τοῦ ὄντος οὐδὲν ἐπιζητήσεις. ἠ ζητ῵ν παρεκβήσῃ εἰς ἄλλο καὶ πεσῆ παρὸν οὐκ ἰδὼν τῶ εἰς ἄλλο βλέψαι. Εἰ δ᾽ οὐδὲν peu concevoir.ὑπερεξαίρουσαν δὲ τῆ sa ζωῆ τῆ ἀκραιφνεστάτῃ infatigable.» qui a le privilège κεκορεσμένῃ ἐξ ἑαυτ῅ς d'être la vie la plus pure. qui se suffit καὶ πλήρει ἀφ᾽ ἑαυτ῅ς complètement ἐν αὐτῆ τε ἱδρυμένῃ καὶ même. et que vous serez devenu semblable universel. ni déterminer. d'être édifiée sur ellemême. à « Quand vous aurez atteint cette nature (116). à ne rien au delà. ἅμα τῶ nature de incessante. mais vous vous en détournez étendant pensée sur le voile de l'imagination. lui dépasser. Οὐ γὰρ δὴ ὑπερβήσῃ παρελθὼν τοιαύτην τὴν οὐδ᾽ αὖ d'elle. » l'Être cherchez . vous l'Être en soi .

attacherez τῶ παντὶ vous vos regards οὐκ sur un autre objet. « Si ἐνεσχέθης ἔν τινι τ῵ν vous ne cherchez rien au ὡμοιώθης καὶ ἀπ᾽ αὐτοῦ· οὐδ᾽ εἶπας οὐδὲ σύ τοσοῦτός εἰμι. déjà Vous l'Être étiez universel. κόρος αὐτὸς que vous possédiez outre ἑαυτοῦ· ὥστε ** ἀπολαμβάνει δ᾽ ἑαυτὸν ἀφεὶς τὰ ταπεινώσαντα καὶ κατασμικρύναντα καὶ μάλιστα. ὅταν l'Être universel venait du non-être. ἐκεῖνα εἶναι αὑτὸν τὰ on σμικρὰ τῆ φύσει καὶ pauvreté οὐχ ὅστις ἐστὶν αὐτὸς dénuement τῆ complet. « Abandonnez ἀληθείᾳ ἀπέστη γὰρ δοξάζῃ· ἀφ᾽ ἑαυτοῦ ἅμα καὶ ἀπέστη τοῦ ὄντος .ἐπιζητήσεις στὰς ἐπὶ Sinon. et vous vous posséderez pleinement vous-même. ὅτι μὴ ἐκ pas : voilà ce que je suis. vous καὶ étiez ἐνδεὴς πάντων· par cela même ἀφεὶς οὖν τὸ μὴ ὄν. [en sorte que vous aurez l'Être universel en παρόντι. vous deviendrez l'Être universel. τότε παρ῅ν écartant tout le reste: καὶ τῶ ὄντι πανταχοῦ car. » Lorsqu'on lui ajoute quelque chose d'emprunté au non-être. Ὅταν οὖν τις καὶ ἐκ τοῦ En oubliant ce que vous êtes (117). τοῦ ὄντος ἦν ἟ προσθήκη· οὐδὲν γὰρ ἐκείνῳ προσθήσεις. οὐσίας. parce que ce τότε πᾶς. inférieur. tant qu'on est avec . οὐ mais vous aviez quelque πᾶς. » si vous vous renfermez en vous- dans votre même et propre essence.κἂν στῆ τις ἐν αὐτῶ παρὼν tombe et dans la dans un donc le non-être. l'Être universel et vous ἀλλὰ ne καὶ ἄλλο τι vous arrêterez à προσ῅ν σοι μετὰ τοῦ aucune des choses qui lui πᾶς καὶ ἐλάττων ἐγίνου sont inférieures. Ne dites τῆ προσθήκῃ. on l'Être ne peut rien ajouter. ἀφεὶς _δ_ὲ τὸ τοσοῦτος γέγονας πᾶς· καίτοι καὶ delà. τῆ πενίᾳ σύνοικος chose en outre . Â universel. vous vous en σαυτοῦ καὶ τ῅ς σαυτοῦ éloignerez. « vous deviendrez semblable à πρότερον ἦσθα πᾶς. μὴ ὄντος γένηται.

« Il πάντα μᾶλλον εις n'approche pas de nous πάρει καὶ πόρρω σου pour nous faire jouir de ὄντα ἠ sa présence. αὐτὸς γὰρ « vous êtes à la fois loin . Or présent en nous quand nous n'en sommes pas détournés σαυτὸν ἀγνοεῖς καὶ par d'autres choses. et à τε ὅταν s'éloigner de ce qui est βλέπῃς hors d'elle : car l'Être est καὶ πρὸς ἀπών. Εἰ δ᾽ οὕτω σαυτῶ παρὼν οὐ πάρει καὶ διὰ τοῦτο qu'il y a en nous. quand on s'éloigne de soi- même. Εἰ δὲ παροῦσιν ἑαυτοῖς LXXXV corde présence] ne se n'ac- pas sa (118). En οὐ effet. Καὶ τί θαυμαστόν. ἄπεστι δὲ τὸ μὴ ὄν. ἀποστῆ ἑαυτοῦ. ἀλλ᾽ ἟μεῖς ἀπήλθομεν ὅτε οὐ πάρεστι. πάρεστιν. en écartant tout ce qui le rabaisse et l'amoindrit. C'est nous σαυτὸν σαυτῶ φύσει qui nous écartons de lui. γεγονότος. εὑρίσκεις παρόντα. en cessant de le confondre avec des objets inférieurs et de s'en faire une fausse πάρεστι μὲν ἟μῖν τὸ ὄν. οὐκ ἦλθεν ἵνα παρῆ. τί θαυμάζεις. l'Être αὑτὸν manifeste pas. ἄλλα παρεὶς σαυτὸν βλέπειν. Telle est αὐτοῦ· καὶ οὐ πάρει l'importance σαυτῶ καίπερ παρὼν pour l'âme à s'approcher καὶ αὐτὸς ὢν ὁ παρών de ce qui est en elle. s'éloigne μετὰ δὲ ἄλλων οὖσιν l'Être et de soi-même. la quand on fois de on est présent à soi-même. γὰρ ἀφ᾽ Τοιαύτην ἀξίαν παρεῖναι εἴληφε τῶ αὐτῶ παρόντι καὶ ἀπεῖναι τῶ αὐτοῦ ἐκστάντι. on s'éloigne aussi de lui. ἀπέστη κἀκείνου. » On trouve l'Être. et le non-être est hors l'Être est de nous. vous n'avez pas besoin d'être πόρρω loin de vous-même : car.ὄντι· ὅταν δὲ ἀφεὶς le reste. εἰ τὸ οὐ παρὸν πόρρω σοῦ ἐστι τοῦ πόρρω αὐτοῦ σαυτοῦ διὰ τὸ καὶ quand il ne nous est pas présent. idée. » Qu'y a t-il d'étonnant ? Pour être près de l'Être. on possède l'Être qui est présent partout. αὐτὸς γάρ σοι παρὼν οὐκ ἀπ῅ς Sans à cela.

au lieu de vous καίτοι παρόντι γὰρ πρόσεισι τόσῳ κἀκείνῳ πρόσει. par cela même ὥστε καὶ πάρεστί σοι vous vous ignorez vous- καθόλου γινώσκειν. si τε πάρεστι τῶ ὄντι καὶ connaissez toutes τί ἄπεστι τοῦ ὄντος choses auxquelles vous παρόντος καὶ πανταχοῦ πάλιν ὄντος οὐδαμοῦ. il vous est donné de connaître ce ἟μεῖς ἐπεφύκειμεν ἱδρῦσθαι qui se trouve près de l'Être et ce qui s'en trouve loin. si. ἀποῦσιν ἑαυτ῵ν ἄπεστι καὶ τὸ ὄν. ᾽καὶ éloigner. ὃ δὴ οὕτω σοῦ ἐστιν ἀναπόσπαστον κατ᾽ considérer vous-même. » Si donc vous êtes près de l'Être tout en étant loin οὐσίαν ὡς σὺ σαυτοῦ· de lui. Εἰ δ᾽ ne puissiez vous vous en êtes substantiellement aussi inséparable que de vousmême. Par là. près qu'y de a-t-il οὐσίαν d'étonnant à ce que ce νοερ῵ς καὶ τὴν αὑτ῵ν qui n'est pas près de γινώσκειν οὐσίαν καὶ vous ἐν αὐτῆ τῆ γνώσει καὶ étranger. ᾽αὐτὸς ὅσῳ quand.ὅσῳ πρόσει σοι ᾽ὅσῳ de l'Être et près de lui. il faut que vous παροῦσιν soyez présent à vous- αὐτοῖς πάρεστι καὶ τὸ même pour jouir de la ὄν· présence de l'Être dont τούτοις ὅσοι δ᾽ ἂν παρεξέλθωσιν ἀπὸ τοῦ εἶναι ἑαυτ῵ν πρὸς τὰ ἄλλα. Τοῖς μὲν γὰρ δυναμένοις χωρεῖν εἰς τὴν αὑτ῵ν vous les êtes présent et qui sont éloignées de vous plutôt que vous-même qui êtes naturellement vous. puisque vous τῆ vous en éloignez en vous εἰδήσει τ῅ς γνώσεως αὑτοὺς ἀπολαμβάνειν ἑνότητα καθ᾽ τὴν τοῦ vous éloignant même? reste de vous- Quoique vous soyez toujours près de vous même et que vous γινώσκοντος καὶ γινωσκομένου. τί même. et qui vous en écartez. quoiqu'il soit . vous considérez ce qui vous est étranger. γὰρ en ce sens que c'est vous ἑαυτῶ πρόσει καὶ qui vous approchez de lui ἀναποστάτῳ ὄντι.

πάλιν lui-même pour s'attacher ἐν τῆ καὶ de nous établir au sein καίτοι de nous-mêmes. c'est notre conversion vers le non-être.ἐν τῆ αὑτ῵ν οὐσίᾳ καὶ lui-même πλουτεῖν ἀφ᾽ ἑαυτ῵ν partout καὶ ἀπέρχεσθαι Celui qui peut pénétrer πρὸς ὃ μὴ ἦμεν καὶ par la pensée dans sa πένεσθαι ἑαυτ῵ν καὶ propre substance et en μὴ διὰ τοῦτο πάλιν τῆ πενίᾳ συνεῖναι καίπερ παρόντος κόρου. Celui qui sort de ἄλλῳ μὴ ὂν στροφῆ χωριζόμεθα. complète Sinon. δίκην ἄρα ταύτην ἀποτίννυμεν τῆ τοῦ ὄντος ἀποστροφῆ αὐτοὺς aux objets extérieurs. où le sujet οὐκ οὐσίᾳ qui connaît est identique κεχωρισμένοι οὐδ᾽ à l'objet qui est connu. πρὸς quoiqu'il τὰ τῆδε ἐστραμμένου καὶ nous : car ce n'est ni le ὄντα lieu. et de ne pas nous φιλίᾳ τῶ θεῶ συναπτόμενοι. ὡς ἄν του nous éloignons de l'Être. il possède aussi τὸ l'Être. ainsi la connaissance se trouve lui-même dans cet acte de connaissance et de conscience. où nous αὑτ῵ν jouissons de toute la ἑαυτούς τε richesse de notre propre ἀπολαμβάνοντες καὶ fonds. Notre entraînement hors πλήρης καὶ ἀσεβείας nous-mêmes et καὶ διὰ τοῦτο ἄθεός τε ignorance de de notre nous- . καὶ ἀπὸ τοῦ τόπῳ. en s'éloignant de lui-même. φησι. ni la substance. λύειν δὲ ἐκ τ῵ν δεσμ῵ν détourner mêmes de LXXXVI nous- vers ce qui nous est étranger et où nous ne trouvons que la plus pauvreté. Ὥστε πᾶς φαῦλος βίος δουλείας un soit obstacle près qui de nous sépare de l'Être. ὄντος οὐ présent et nulle acquérir part. en se possédant lui- ἀποτετμημένοι τῆ πρὸς même. s'éloigne aussi de l'Être. II est dans notre nature ἀποστρεφόμενοι ἀγνοοῦντες. φυγὰς ὥς θεόθεν καὶ ἀλήτης. nous πειρᾶσθαι. ὡς ἔν τινι φρουρᾷ ** ἀποδιδράσκοντα. Καὶ ὀρθ῵ς ἄρα εἴρηται. τινὶ Or. ni ἑαυτὸν θεῖον καταλελοιπότος.

πνεῦμα διὰ ἀδικίας. au contraire. car. comme le dit [Empédocle]. Rendre à chacun ce qui lui est dû.καὶ ἄδικος ἐν αὐτῶ mêmes sont ainsi une πλ῅ρες juste punition de notre ὑπάρχον τ῅ς ἀσεβείας éloignement de l'Être. pourquoi la Voilà vie de l'homme vicieux est une vie servile. et qu'il tache κεῖσθαι καὶ εἴδωλον τ῅ς de rompre ses liens : ἀληθιν῅ς δικαιοσύνης. La justice. Aussi a-t-on dit avec raison que l'homme est ici-bas dans une prison κατ᾽ ἀξίαν ἑκάστῳ τ῵ν parce qu'il s'est enfui du συζώντων εἰκόνα ciel (120):. il abandonné lui- même et s'est écarté de sa divine origine. . un fugitif qui a déserté la patrie divine (121). Au καὶ contraire. en se tournant vers les choses s'est d'ici-bas. consiste. πάλιν τοῦτο Καὶ ἐν ὀρθ῵ς καὶ οὕτω ἰδιοπραγίᾳ εἴρηται εὑρίσκεσθαι τὸ δίκαιον. Introduction à ta théorie des intelligibles. son esprit (122) est plein d'impiété et d'injustice. ἐν δὲ ἀπονεμήσει τοῦ l'amour que l'âme a pour elle-même la conduit à se connaître et à s'unir à Dieu (119). impie et injuste. (01) Un manuscrit porte pour titre: Ἔφοδος εἰς τὰ νοητά. c'est. voilà l'image de la véritable justice. à ce que chacun remplisse sa fonction (123). comme on l'a dit avec raison.

(06) Cette expression nous parait fort bien caractériser l'absence de toute liaison qu'on remarque dans les Principes de la théorie des intelligibles. par le savant M. 1. et dont nous avons parlé plus haut. p. p. 22-24. 52-62 de la traduction.55. les notes placées au bas des pages de notre traduction. Sed ne sic quidem integrum esse arguunt ea quae Stobaeus in Eclogas suas inde retulit et quae a me primae parti suo quaeque loco inseruntur. Didot. Florilegium. p. § 1. Iiv II. Essai sur la Métaphysique d'Aristote. Quant aux éclaircissements relatifs au sujet qui est traité ici. II. § 3. p.-F. 397-403. XXVII de l'édition publiée par M. t. (10) Proemium in Porphyrii sententias. (15) Porphyre dit dans sa Lettre à Marcella : « Le meilleur culte que tu puisses rendre à Dieu. p. éd. quorum tamen pleraque in Lolino codice postea reperi. II. Voy. Val. A. (11) Le § 1 est cité par Stobée. (09) Ces phrases sont indiquées par des guillemets. p. ubi hactenus delituit.(02) Voy. XXVIII-XXX. c'est de former ton âme à sa ressemblance : car seule la vertu élève l'âme vers la patrie d'où elle . 1845. Tit. (04) Voici comment Holstenius s'exprime à ce sujet (p. (03) Ce travail a été refait. » (05) Pour trouver à quels numéros correspondent dans notre traduction les numéros que les 44 paragraphes de Porphyre portent dans l'édition de Creuzer. Parisiis. (07) Proemium in Porphyrii Sententias. Gesner. d'une manière plus complète et plus exacte. C'est un commentaire complet du livre II de l'Ennéade I (Des Vertus). voyez le tableau placé en regard de cet avertissement. Parisot : De Porphyrio tria tmemata. p. I. p. XLVI. et ceux qu'ils portaient dans l'édition d'Holstenius. in-8°. p. (08) Voy. liv. (12) Voy. (14) Voy. 74) : « Illum librum nunc triplo auctiorem habes ex Vaticana bibliotheca. 467. Enn. 52. les Notes placées à la fin de ce volume. 13) Nous mettons entre guillemets les phrases où Porphyre reproduit les termes mêmes de Plotin.

Il faut savoir . (23) Porphyre avait composé un long traité sur le précepte: Connais-toi toi-même. Enn. (20) Voy. II. § 4. Histoire de L'École d'Alexandrie.est issue. t. p. p. Ce ne sont pas les discours du sage qui ont du prix près de Dieu.. 115.... 184-186. 57. de savoir ce qu'est l'homme immortel et ce qu'est l'homme extérieur. liv. (21) Ibid. par ses propres œuvres. Voy. pour tout dire en un mot. § 9. § 7. I. p. Tit. A l'homme intérieur appartient l'intelligence parfaite. Stobée nous a conservé des extraits des livres I et IV dans son Florilegium. Platon a raison de nous recommander dans le Philèbe de nous séparer de tout ce qui nous entoure et nous est étranger. 61. Mais il est plus difficile d'y parvenir quand on n'a point purifié son âme que de regarder le soleil quand on a les yeux malades. et ce qui appartient à chacun d'eux.. Basile. le précepte Connais-toi toi-même est fort propre à nous faire connaître quelles facultés constituent notre essence. A l'homme extérieur appartient le corps avec les biens qui le concernent. elle constitue l'homme même. p. 62. » Voy. 56. II. les Notes. p. (16) Voy. p. éd. Enn. Gesner.) (18) Voy. (22) Ibid. 61. qui se rend agréable à Dieu. C'est l'homme luimême. § 7. M. image du premier. p. qui se divinise en conformant son âme à l'Être qui jouit d'une incorruptible béatitude. I. Or. afin de nous connaître nous-mêmes à fond. ibid. c'est ne pas comprendre celte sage maxime que ce qu'on voit de l'homme n'est pas l'homme même.. Vacherol. XXI. 378. c'est ne point se connaître soi-même. et qu'il faut posséder une sagesse supérieure qui enseigne à chacun à se connaître soi-même. 60. § 6.. liv. dont chacun de nous est l'image. (17) « Rechercher le bien-être du corps. II. purifier l'âme. En voici un passage qui se rapporte parfaitement à notre texte : «Comme en descendant ici-bas nous sommes revêtus de l'homme extérieur et que nous tombons dans l'erreur de croire que ce qu'on voit de nous est nous-même. mais ses œuvres. p.. § 7. Il n'est rien de grand après Dieu que la vertu. p. mais Dieu est plus grand que la vertu. (19) Ibid. » (S. c'est dédaigner les plaisirs des sens. Homélie aux jeunes gens. § 4.

des principes de piété. Il suffit d'ailleurs de comparer le texte de Porphyre à celui de Plotin pour corriger ces fautes. le § 5 de Plotin. Il faut retrancher ἐν θυμῶ pour ne pas rompre l'enchaînement des idées et se . 63. » (24) Les réflexions qui précèdent se rapportent au § 5 de Plotin. II. de la nourriture et des vêtements . l'autre essentielle à l'âme et sans limite. Observe-toi toi-même. des mœurs douces. avec de légers changements. Voici un passage extrait du § 3 de cette homélie : « Examine qui tu es et connais ta nature. c'est-à-tire ne t'attache pas aux choses mortelles comme si elles étaient immortelles. Voy. (24d) Il y a dans le texte de Porphyre ἐν θυμῶ καὶ φόβῳ. l'une propre au corps et passagère. 58. p. (24c) Sur l'âme irraisonnable et animale. M. à l'âme. et il en résulte qu'il y a plusieurs erreurs dans sa traduction latine. p. Histoire de l'Ecole d'Alexandrie. et devenir ainsi un objet de rire et de pitié dans la tragédie et la comédie de cette vie insensée. Saint Basile nous paraît ne pas s'être inspiré seulement du Philèbe et du Phédon de Platon. Fr. Vacherin. Dédaigne la chair: car elle est périssable. 324.quelles sont les facultés propres à chacun de ces deux hommes et quels soins il convient d'accorder à chacun d'eux. (24b) Le morceau que nous mettons ici entre guillemets reproduit. Il a été mal ponctué par Holstenius. sache aussi qu'il y a en nous deux vies. 58. la pratique de la vertu et la répression des passions. p. les Noies. Porphyre les a longuement développées dans le livre I de son traité De L'Abstinence des viandes. enfin pour ne pas prêter à la partie immortelle la bassesse de la partie mortelle et devenir misérables et injustes par ignorance de ce que nous devons à chacune de ces deux parties. pour ne pas préférer la partie mortelle et terrestre à la partie immortelle. Voy. Aie soin de ton âme : car elle est immortelle. Creuzer les ait laissées subsister dans l'édition qu'il a donnée des Principes de la théorie des intelligibles.362. Sache que ton corps est mortel et ton âme immortelle. p. » On retrouve les mêmes idées développées de la manière la plus brillante dans l'homélie de saint Basile Sur le précepte : Observe-toi toi-même. afin d'accorder à la chair et à l'âme ce qui convient à chacune d'elles : à la chair. Observe-toi avec la plus grande attention. et ne méprise pas les choses éternelles comme si elles étaient périssables. Il est regrettable que M. mais encore avoir beaucoup emprunté au traité de Porphyre. t.

Voy. éd. CXVII. Il ne s'agit plus ici d'un mythe poétique. 140. la Raison l'Appétit irascible. ρ. si l'âme boit ce breuvage. Le véritable Mercure à la baguette d'or. Florilegium. (23z) Le § iii est reproduit et développé dans l'extrait de Macrobe qui se trouve dans les Notes. elle passe dans un corps de lion ou de loup . I. parties dont chacune contient le principe d'une incli-» nation pour une vie qui soit en harmonie avec elle. 600. affranchir son âme de toute mauvaise passion. Heeren) et qui paraît appartenir au traité Du Styx. 141. et ils reçoivent une existence impure et souillée par les excès de l'amour et de la bonne chère. En voici le passage le plus remarquable : « Le trivium des enfers correspond aux trois parties de l'âme.conformer au texte de Plotin (23x) Les § ii et iii se rapportent au livre ix de l'Ennéade l (Du Suicide). en arrivant à » la seconde génération. comme lorsqu'on est initié aux mystères. Par conséquent. alors. éloigne et préserve notre âme du breuvage de Circé [de l'union avec le corps]. en calmer les emportements. 441. lui conserve du moins aussi longtemps qu'il est possible . comme » elle est encore remplie de la violence et de la colère à laquelle elle s'abandonnait précédemment. éd. ρ. c'est la Raison qui. Voy. 62. Les hommes dans la transformation et la génération desquels l'Appétit concupiscible domine avec une grande supériorité passent dans des corps d'ânes. 1053. le passage de Porphyre qui est cité page 140 (note 3) (23y) Le § ii est cité par Stobée. la haine et la colère. comme le dit Platon [dans le Phëdon]. On peut consulter à ce sujet un fragment de Porphyre que nous a conservé Stobée (Eclogœ physicœ. aussi l'extrait de Macrobe qui se trouve dans les Notes. nous montrant clairement l'honnête. (24y) Pour comprendre le § iii et le précédent. l'Appétit concupiscible. en bannir l'envie. elle s'unit ainsi à un organisme qui est en harmonie avec sa passion dominante et qui en est la punition. p. a un Appétit irascible qui s'est transformé en véritable férocité par suite de haines acharnées et de cruautés sanglantes. p. au nom de la doctrine de la métempsycose. il faut se purifier au moment de la mort. afin de posséder la sagesse quand on sort du corps. il faut se rappeler que Porphyre défend le suicide. Quand une âme. Tit. 440-441. comme Plotin. ou. Gesner. mais d'une vérité enseignée par la Physique. p.

I. 220-221. (37) Le § XI est le sommaire des § 8-19 du livre VI. p. liv. 208-210 de ce volume. Il. Voy. 254-257). (40) Le § XIII se rapporte principalement au § 7 du livre VIII. 818 et 820. p. » (25) Le § IV se rapporte au § 10 du livre IV de l'Ennéade II (De la Matière). les Notes. Voy. (33) Ce qui suit se rapporte au § 4. § 15. p. est appelé le Non-être par Porphyre parce qu'il est supérieur à l'Etre et à l'Intelligence (Enn. 52. (30) Le § VIII se rapporte à la fin du § 3 du livre VI. éd. IX. duquel il faut le rapprocher pour en comprendre le sens. p. voy. p. p. (32) Le commencement du § VIII est le sommaire des § 2 et 3 du livre VI. liv. Heeren. la première des trois Hypostases divines. II. p. (39) Le § XII se rapporte principalement au § 1 du livre VIII. Eclogae physicae.la vie et les mœurs de la nature humaine. (35) Voy. (36) Le § X est un extrait du § 7 du livre VI. (28) Le § V se rapporte au commencement du § 6 du livre VI où Plotin dit « La matière est incorporelle dans un autre sens que l'âme. . ainsi que le § VIII et le § IX. Il est. (27) Les § V-XI forment un commentaire du livre VI de l'Ennéade III (De l'impassibilité des choses incorporelles). les Notes. I. Enn. (38) Les § XII-XIV sont un sommaire incomplet du livre VIII de l'Ennéade III (De la Nature. Porphyre a développé la comparaison du musicien que Plotin indique brièvement à la fin du § 4. § 1. (29) Le § VI est le sommaire du § 1 du livre VI. 814. 384. IV. (26) L'Un. (34) Le § IX est le sommaire du § 5 du livre VI. Eclogae physicae. de la Contemplation et de l'Un). 52. 380-385. (31) La mort de l'âme selon les Néoplatoniciens consiste à vivre dans un corps terrestre. » II est nécessaire de le rapprocher du § XXXV qui expose les mêmes idées avec plus de développement. cite par Stobée. II est cité par Stobée. Sur le rapport de l'Un et de la Matière.

. p. 1038. où Ptotin dit : « Si l'âme est dans un corps comme dans un vase. p. (45) Le § XIX est cité par Stobée. p. liv. p. I). I. I. La leçon qu'il donne est en contradiction complète avec le sens général de ce passage. t. 52. On trouve encore la même idée dans le § 20 du livre III. p. (43) Voy.(41) Le § XIV est le sommaire du § 8 du livre VIII. (42) L'Un est la première des trois hypostases divines.. (52) Le § XXIII est cité par Stobée. p. dont un extrait est cité dans les Notes. Eclogae physicæ. le corps approchera de l'âme par sa surface et non par lui-même. 454. M. I). où Plotin prouve contre les Stoïciens que. (46) Le § XX se rapporte au commencement du § 2 du livre II. Enn. II. p. 208. p. le passage de Dante cité dans les Notes. XXXVIII. p. (51) Voy. Enn. (56) Voy. le corps n'agit pas sur l'âme par transmission de proche en proche jusqu'au principe dirigeant. Voy. LVII. 455. . ci-après § XXXVI. (44) Les § XV-XIX sont le sommaire du § 1 du livre II de l'Ennéade IV (De l'Essence de l'âme). Ravaisson. Il se rapporte au § 9 du livre III de l'Ennéade IV (Doutes sur l'âme.. 814. note 4. I. (49) Le § XXII est le sommaire des § XXI-XXIV du livre III. II. Eclogae physicae. liv. p. 356-360. 321. » (47) Les § XXI-XXII se rapportent aux § 20-24 du livre III de l'Ennéade IV (Doutes sur l'âme. Essai sur la Métaphysique d'Aristote. 116. 384. (48) Le § XXI est le sommaire du § 20 du livre III. (53) Voy. 52. VIII. IV. p. (54) Voy. (50) Il faut lire ἀπὸ cum semetipso conjunctione) τ῅ς au πρὸς lieu αὑτὸ de πρὸς ἐνώσεως (a αὐτὸ (a sui sui cum corpore conjunctione) que porte le texte d'Holstenius. les Notes. les Notes. (55) Voy. § 1. qui est cité et commenté dans les Notes. 484. dans la sensation.

. p. 816. p. De la Nature de l'homme. mise en rapport avec les objets visibles. Il se rapporte principalement à l'extrait du livre VI qui est cité dans ce volume. c'est de tomber dans la génération. et que toutes choses ne sont que l'âme contenant les différents êtres. Les âmes éprises d'amour pour les corps attirent un esprit humide qui se condense comme un nuage. Eclogae physicae. apparaissent aux hommes sous la forme de spectres. De la Mémoire). p.. ni par une image. » (Némésius. ces âmes deviennent visibles.) Sur ce point que. 335. (63) Ibid. C'est ce qui a fait dire au même Héraclite : L'âme sèche est très sage. parce qu'elle contient tous les êtres. I. (58) Dans son traité De l'Antre des Nymphes. ont de l'aversion pour la génération. selon Porphyre. II paraît les avoir empruntées à Héraclite dont il fait plusieurs citations remarquables dans le passage suivant: « Les âmes qui descendent dans la génération volent sur les vapeurs humides. » (59) Les § XXIV et XXV sont un sommaire du livre VI de l'Ennéade IV (De la Sensation. Ailleurs Héraclite dit encore : Notre vie est la mort des âmes. 338-341. au contraire. I. LVII. 388. (60) Le § XXIV est cité par Stobée. (61) La même idée se retrouve dans un passage de Porphyre. il a raison de dire que l'âme se reconnaît dans tous les êtres. le même ouvrage de Némésius.. chap. reconnaît qu'elle est elle-même ces objets. ayant souillé leur esprit. laquelle est l'âme raisonnable. Voy. Ce sont en effet des vapeurs condensées qui forment des nuages dans l'air. que la vision n'est produite ni par un cône. VII. . (62) Voy. p. ni par toute autre chose. le passage de Plotin cité dans les Notes. que Némésius cite en ces termes : « Porphyre dit. chap.(57) Voy. et la mort des âmes est notre vie. Foy. ce n'est pas de mourir. dans son traité De la Sensation. note 1. les Notes. toutes les âmes sont raisonnables. encore p. mais que l'âme. 62. note 3. Porphyre a longuement développé ces idées. Quand l'esprit qui entoure les âmes s'est condensé par l'abondance des vapeurs. De ce nombre sont les âmes qui. 325.. De là vient que Héraclite dit : Ce qui plaît aux âmes humides. puisque Porphyre prétend qu'il n'y a qu'une seule espèce d'âme pour toutes choses. En effet. Les âmes pures. p.

de même. » Voy. Gesner. Voy. quand une sensation arrive à l'imagination. Tit. En effet. mais non la réminiscence. c'est-à-dire de la représentation sensible dont est née l'image. liv. la représentation qui en naît dans l'imagination remplit le rôle de portrait à l'égard de l'objet imaginé: car elle est en quelque sorte le portrait de ce qui est tombé sous le sens. que l'homme est le seul être qui possède ces deux facultés. â ce sujet M. p. » (Stobée. I. (67) Voy. en considérant la mémoire. (65)Les § XXVI-XXX sont un commentaire du livre II de l'Ennéade V (De la Génération et de d'Ordre des choses qui sont après le Premier). aussi l'extrait du traité De l'âme d'Aristote. cette faculté éprouve alors une modification passive qui est appelée image. liv. La faculté de l'âme que nous appelons mémoire. § 1. 51. Des théories de l'Entendement humain dans l'antiquité. . C'est pourquoi Aristote dit que les brutes ont la mémoire. 159. Chauvet. 338-340. 778. Florilegium. Ainsi. p.) Il faut aussi rapprocher du § XXV de Porphyre un fragment du même auteur qui appartient au traité Des Facultés de l'âme : « De même que nous connaissons les autres facultés de l'âme par leurs opérations. est définie par Aristote l'habitude de l'image. (66) Le § XXVIII est cité par Stobée. (Enn. (68) Le Premier.(64) Cette définition de la mémoire est la reproduction de celle que Plotin en donne: « Il ne faut pas oublier que la mémoire ne consiste pas à garder des impressions. II. § 2. p. XXV. p. p. Eclogae physicae. Quand l'imagination est devenue l'habitude de l'image. nous avons établi qu'elle consiste à se rappeler les choses qui ont été perçues par les sens ou par la raison. quand la sensibilité se trouve mise en jeu par la sensation. elle est appelée mémoire. en tant qu'elle est le portrait de la chose dont elle est l'image. Mais l'imagination abstraite ou réminiscence n'est accordée qu'aux êtres raisonnables. Cette faculté appartient même aux animaux privés de raison. où Aristote définit cette faculté en ces termes : « La mémoire est l'habitude de l'image. Voy. 320. mais que c'est la faculté qu'a l'âme de se rappeler et de se rendre présentes les choses qui ne lui sont pas présentes. III. Il. 182.) Porphyre fait ici allusion au traité De la Mémoire. qui est cité dans les Notes. parce qu'elle consiste dans le rappel. VI. éd. l'Intelligence et l'Âme du monde sont les trois hypostases divines. 337. Enn. p.

(69) « Tout astre, en quelque endroit qu'il se trouve, est
transporté de joie en embrassant Dieu; ce n'est point par raison,
mais par une nécessité naturelle. » (Enn II, liv. II, § 2, p.163.)
(70) Porphyre avait composé sur ce sujet le traité Du Retour de
l'âme à Dieu, qui est souvent cité par saint Augustin dans le livre X
de la Cité de Dieu.
(71) Voy. p. LIV, note 4; p. LXXXVI.
(72) Les § XXXII-XXXIV sont un commentaire du livre III de
l'Ennéade V (Des hypostases qui connaissent et du principe
supérieur).
(73) Le § XXXI se rapporte principalement au § 1 du livre III.
(74) Le § XXXII se rapporte aux § 3, 5-7 du livre III. Nous
mettons entre guillemets les phrases empruntées â Plotin.
(75) Il y a ici une lacune.
(76) Voy. § 6 du livre III.
(77) Il y a ici une seconde lacune.
(78) Voy. § 3 du livre III. Sur la Raison discursive, Voy. p. 326,
340.
(79) Voy. Enn III, liv. VII, § 2.
(80)

Cette

seconde

espèce

d'intelligence

est

la

Raison

discursive qui, selon Plotin, constitue l'essence même de l'âme.
(81) Voy. Enn. III, liv. VII, § 1.
(82) Le § XXXIII se rapporte aux §10-12 du livre III. II est cité
par Stobée, Eclogae physlcae, I, 51, p. 778.
(83) L'Un est la première des trois Hypostases divines. Voy.
les Notes, p. 321.
(84) Voy. la fin du § XXXIII.
(85) Voy. § 6 du livre III.
(86) Voy. § 2 du livre III.
(87) Voy. § XXXl, p. LXX.
(88) Voy. § 6-8 du livre III.
(89) Voy. § 10-12 du Ilvre III.

(90) Le § XXXIV se rapporte au § 5 du livre III.
(91) Les § XXXV-XL sont un commentaire du livre IV de
l'Ennéade VI (L'être un et identique est partout présent tout entier,
I).
(92) Voy. les § 25-30 du livre I de l'Ennéade VI (Des Genres de
l'être), où Plotin combat la doctrine des quatre catégories de Zénon
dont il est parlé p. 195 de ce volume, note 4.
(93) Le § XXXVI est un commentaire des § 2, 3, 4 du livre IV.
Nous mettons entre guillemets les membres de phrase empruntés à
Plotin.
(94) Voy. le § 3 du livre IV.
(95) On retrouve les mêmes idées dans un passage de
Porphyre cité par Némésius : « Porphyre s'exprime ainsi dans le
second livre de ses Mélanges : Il est indubitable qu'une substance
peut devenir le complément d'une autre substance; qu'elle fait alors
partie de cette autre substance, tout en demeurant en elle-même
après être devenue le complément de cette substance; qu'après
s'être unie avec elle, elle conserve elle-même son unité. » Porphyre
ajoute : « L'âme, sans être modifiée elle-même, modifie selon son
activité propre ce à quoi elle est unie. » (De la Nature de l'homme,
ch. III.) Il faut rapprocher aussi de ce passage le fragment
d'Ammonius cité plus loin, p. XCVI.
(96) Voy. § 11, 12,13 du livre VI.
(97) Le § XXXVII est un commentaire du § 5 du livre IV.
(98) Voy. § 2 du livre IV.
(99) Voy. § 3 du livre IV.
100) Voy § 12 du livre IV.
(101) Le § XXXIX est un commentaire des § 4 et 9 du livre IV.
Il est cité par Stobée, Eclogae physicae, I, 52, p. 820.
(102) Nous mettons entre guillemets les phrases qui se
trouvent textuellement dans Plotin, à la fin du § 4.
(103) II faut mettre une virgule après ὡς τὰ σώματα, comme l'a
fait Creuzer, et ne pas unir ὡς τὰ σώματα à τῆ ψυχῆ, comme l'a fait
Holstenius, qui traduit : « Quemadmodum corpora subsistunt per
animam. »

(104) Cette partie du § XXXIX se rapporte au § 9 du livre IV.
(105) Cette phrase se rapporte au § 16 du livre IV.
(106) Voy. Enn. III, liv. v, § 7-9.
(107) Les § XL-XLVI sont un commentaire du livre v de
l'Ennéade VI (L'être un et identique est partout présent tout entier,
II).
(108) Le § XL est un commentaire du § 1 du livre v.
(109) Porphyre paraît faire ici allusion à la doctrine de
Paménide, que Plotin cite à ce sujet dans le § 4 du livre IV.
(110) Le § XLI est un commentaire du § 2 du livre V. II est cité
par Stobée, Eclogae physicae, I, 43, p. 716.
(111) Le § suiv se rapporte aux § 3 et 6 du livre V.
(112) Le § XLIII est un commentaire du § 4 du livre V.
(113) Voy. Enn. VI, liv. VIII, § 4.
(114) Cette phrase est mal ponctuée dans le texte et dans la
traduction latine. II faut mettre la virgule avant πανταχοῦ : Anima in
Mente et in Deo, ubique et nusquam in corpore.
(115) Le § XLIV est un commentaire du § 12 du livre V. Nous
mettons entre guillemets les phrases qui reproduisent le texte de
Plotin à peu près dans les mêmes termes.
(116) On voit par le texte de Plotin qu'il faut retrancher la
négation qui se trouve dans Porphyre.
(117) II faut également retrancher la négation dans ce membre
de phrase.
(118) II y a ici dans Porphyre une lacune que nous suppléons à
l'aide du texte de Plotin.
(119) « Le

zèle

que

nous

mettons

à

accomplir

le

précepte Connais-toi toi-même nous conduit au véritable bonheur,
dont les conditions sont l'amour de la sagesse, la contemplation du
Bien qui est la source de la sagesse, enfin la connaissance des êtres
qui existent réellement. » (Porphyre, Du précepte Connais-toi toimême; fragment cité par Stobée, Florilegium, Tit. XXI, p. 185, éd.
Gesner.)
(120) Il y a ici dans le texte de Porphyre une lacune de

et il est plus naturel de sousentendre ἀνθρώπου que δούλου pour expliquerκαταλελειπότος. Hostenius propose de suppléer ainsi cette lacune: «Quapropter recte dictum fuit veluti in quodam carcere inclusum animum in corpore. où Plotin cite ce passage d'Empédocle d'une manière plus complète.quelques mots: καὶ ὀρθ῵ς εἴρηται ὡς ἔν τινι φρουρᾷ… ἀποδιδράσκοντα. (123) Au lieu de ἰδιοπραγία nous lisons οἰκειοπραγία. encore à ce sujet le § 1 du livre VIII de l'Ennéade IV. et dont on trouvera la traduction dans les Notes de ce volume (p. πνεῦμα . (122) Sur l'esprit. note 4). . p. 440. Voy. Voy. nous croyons qu'il faut suppléerἄνθρωπον θεόθεν ἀποδιδράσκοντα : car Porphyre dit ensuite ἑαυτὸν θεῖον ὄντα καταλελειπότος. III) et que le propre de l'injustice est de ne pas accorder à l'âme et au corps ce qui convient à chacun d'eux (p. Porphyre a dit ci-dessus que la justice consiste dans l'accomplissement par toutes les facultés de la fonction propre à chacune d'elles (p. et vinculis istic adstrictum teneri. LXV. (121) C'est une expression empruntée à Empédocle. » En comparant cette phrase de Porphyre au passage du Phédon de Platon auquel elle fait allusion. ut solent mancipia fugitiva. plus haut. LIV. comme on le voit par le § I du livre VIII de l'Ennéade IV.