Vous êtes sur la page 1sur 2

IUT C de Roubaix

DUT STID 1 re Année

2011-2012

Corrigé interrogation d’algèbre semestre 2

Exercice 1 :

a) Trois vecteurs dans R 3 sont linéairement indépendants si et seulement si le déterminant de la matrice formée

par ces vecteurs est non nul. On calcule |u v w|

1

2

3

1

2

4

0

2

3

=

0

2

3

= 1 × (1) 1+1 ×

2

2

6

L 3

L 3 2L 1

0

2

2

2

2

3

2

= 4 + 6 = 2

= 0

Donc u, v, w sont linéairement indépendants. On aurait aussi pu répondre à cette question en repartant de la

définition de l’indépendance linéaire comme ce qui est fait dans la question suivante.

b) u, v, w linéairement indépendants si et seulement si

λ 1 u + λ 2 v + λ 3 w = 0 λ 1 = λ 2 = λ 3 = 0

On résout donc λ 1 u + λ 2 v + λ 3 w = 0 ce qui est équivalent à

λ

λ

1

1

λ 2

2λ 2

+λ 2

+λ 3

+2λ

+4λ

+3λ

3

3

3

=

=

=

=

0

0

0

0

Ce qui après réduction sous forme échelonnée donne le système suivant :

λ 1

λ 2

+λ 3

+2λ 3

=

=

0

0

Le système a été mis sous formé échelonnée, il comporte 3 inconnues et 2 équations, il admet donc une infinité de solutions, on en déduit alors que

λ 1 u + λ 2 v + λ 3 w = 0 λ 1 = λ 2 = λ 3 = 0

les vecteurs u, v, w ne sont donc pas linéairement indépendants. Pour écrire l’un d’entre eux comme combinaison linéaire des autres, on cherche une solution particulière du système précédent ; on pose λ 3 = 1, on en déduit λ 2 = 2 et λ 1 = 1. On a donc u 2v + w = 0 w = u + 2v.

Exercice 2 :

x = 2y = 3z

x

2y

=

0

2y

3z

=

0

A est donc l’ensemble des solutions d’un système linéaire homogène donc A est un sous espace vectoriel de R 3 .

Remarque : on peut aussi faire la démonstration en repartant de la définition d’un sous-espace vectoriel :

A R 3

(0; 0; 0) A car 0 = 2 × 0 = 3 × 0.

– Stabilité pour l’addition

: u, v A, u = (u 1 , u 2 , u 3 ) avec

u 1 = 2u 2 = 3u 3 , v = (v 1 , v 2 , v 3 ) avec v 1 = 2v 2 = 3v 3 ,

alors u + v = (u 1 + v 1 , u 2 + v 2 , u 3 + v 3 ) avec (u 1 + v 1 ) = 2(u 2 + v 2 ) = 3(u 3 + v 3 ) donc u + v A

– Stabilité pour la multiplication par un scalaire : λ R, u A, u = (u 1 , u 2 , u 3 ) avec u 1 = 2u 2 = 3u 3 , alors

λu = (λu 1 , λu 2 , λu 3 ) avec λu 1 = 2(λu 2 ) = 3(λu 3 ) donc λu Donc A est un sous espace vectoriel de R 3 .

A

B R 3 , (0; 0; 0) / B

Exercice 3 :

C n’est pas une base car il y a moins de vecteurs que la dimension de l’espace.

Remarque : on pourrait aussi repartir de la définition d’une base pour démontrer que C n’en est pas une. Pour cela il faudrait montrer qu’il n’est pas possible d’écrire tout vecteur de R 3 de manière unique sous forme de combinaison linéaire des vecteurs de C.

car 0 + 0 + 0

= 1 donc B n’est pas un sous espace vectoriel.

1

D est une base si et seulement si le déterminant de la matrice formée par ses vecteurs est non nul :

2

0

4

2

0

4

3

1

5

=

3

1

5

= 1 × (1) 2+2

1

4

6

L 3 L 3 + 4L 1

13

0

26

2

13

4

16

= 52 + 52 = 0

Donc D n’est pas une base de R 3 .

Exercice 4 :

a) E est un sous espace vectoriel de R 3 car il s’agit de l’ensemble des solutions d’un système linéaire homogène.

b) Pour trouver la dimension et une bas de E on commence par réduire le système sous forme échelonnée, ce qui

donne :

x

y

+2z

=

0

2y

z

=

0

Ce système mis sous forme échelonnée comporte 3 inconnues et 2 équations, donc il admet une variable libre dimE = 1. Pour trouver une base de E on exprime la solution générale de ce système. On pose z = λ, λ R on en déduit y = λ , x = 3λ

. Donc E = 3λ , λ , λ ; λ R = λ 3

Exercice 5 :

u 1 et u 2 ne sont pas colinéaires, donc v combinaison linéaire u 1 et u 2 ⇔ |u 1 u 2 v| = 0. Soit v = (x, y, z). On calcule :

2

2

2

2

2 1 , 1 ; λ R . Donc le vecteur 3

2 ,

2 1 , 1 forme une base de E.

2 ,

1

2

1

2

3

1

x

y

z

L 2

L 3

L 2 + 2L 1

L 3 L 1

=

1

0

0

2

7

1

x

y + 2x

z x

=
=

7

1

y + 2x z x

= 7(z x) + y + 2x = 5x + y + 7z.

Donc v combinaison linéaire de u 1 et u 2 ⇔ −5x + y + 7z = 0

Remarque on recherche en fait les conditions sur v pour que l’équation v = λ 1 u 1 + λ 2 u 2 admette au moins un couple (λ 1 , λ 2 ) solution, ce qui se ramène à la résolution du système :


λ 1

2λ 1

λ 1

+2λ 2

+3λ 2

+λ 2

=

=

=

x

y

z

Après avoir mis ce système sous forme échelonnée, on en déduit qu’une condition nécessaire et suffisante pour que ce système admette au moins une solution est 5x + y + 7z = 0. Cette méthode est plus générale que la première méthode proposée.

2