Manifeste de Maintenant la Gauche

Une alternative de gauche est possible ici et maintenant
Préambule :
Le manifeste de Maintenant la Gauche est le fruit d’une démarche collaborative et des débats de
l'université de rentrée de Bierville les 3-4-5 octobre dernier.
Les militants socialistes qui souhaitent romouvoir une autre olitique !ouvernementale ici et maintenant"
qui veulent que s’ouvre une nouvelle hase du quinquennat our la réussite de la !auche et de la #rance
euvent continuer d'envo$er leurs su!!estions sur le site de la motion 3 %%%.maintenantla!auche.fr.
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant '(')
Manifeste de Maintenant la Gauche
Une alternative de gauche est possible ici et maintenant
*ans un monde bouleversé" l'+uroe et la #rance traversent une crise rofonde. ,rise économique et
sociale" bien s-r" mais aussi crise de confiance dans la olitique. .ro souvent" nos concito$ens
doutent de l'efficacité de leur vote tant la distance entre les ro!rammes de cama!ne et les actes
semble se creuser. .ro souvent" nos concito$ens ont l'imression que leurs diri!eants crai!nent lus
les mouvements d'humeur des marchés financiers que la col/re des eules.
+n #rance" nous constatons" am/rement" les conséquences d'une telle défiance 0 l'e1tr2me-droite
ro!resse" l'abstention e1lose. 3ous ne nous résolvons as & laisser notre a$s s'enfoncer dans la
crise sans réa!ir. 3ous ne nous résolvons as & laisser la !auche au ouvoir décevoir les siens et
tourner le dos & son histoire" & ses valeurs" & ses mots. 3otre conviction" c'est que le sursaut est
encore ossible.
Le tems est venu de résenter une alternative réaliste. Mais le réalisme ne consiste as &
accoma!ner un s$st/me qui rend l'eau de toutes arts et qui charrie désillusions" col/res et tensions.
Le réalisme au4ourd'hui" c'est avoir l'audace de la ruture.
5uture avec des olitiques qui échouent" ruture avec des do!mes qui" deuis lus de 35 ans"
conduisent des a$s entiers dans l'imasse.
L’ur!ence commande d’en!a!er ici et maintenant des chan!ements concrets" des reformes 4ustes" des
nouvelles ratiques olitiques et démocratiques qui donnent du contenu & cette alternative.
« Un manifeste pour une alternative à gauche ici et maintenant »
6 Maintenant la !auche 7 n’a 4amais versé dans le simle commentaire de l’action de l’e1écutif" as
lus que dans la seule condamnation de la dérive libérale de celui-ci. *euis lus de deu1 ans" nous ne
cessons de rooser un autre chemin our la !auche au ouvoir. 3ous défendons une réorientation
euroéenne contre l’austérité ar un raort de force avec nos artenaires. 3ous laidons our la
relance" la riorité & l’emloi" le redressement industriel" la transition écolo!ique" la réforme fiscale et le
cibla!e des aides.
8i nos anal$ses se sont souvent trouvées validées ar les faits" nos critiques ont tou4ours été
accoma!nées de roositions concr/tes" éta$ées" renant aui sur les en!a!ements ris devant les
#ran9ais tant lors des résidentielles que des élections lé!islatives.
Mais nous avons concomitamment entreris un travail sérieu1 de réfle1ion" d’échan!e avec les
diverses comosantes de la !auche de !ouvernement et les écolo!istes : en articulier au sein du club
Gauche Avenir.
Le rassemblement a besoin d’un contenu ro!rammatique et d’une ersective de transformation
sociale.
Les idées de 6 Maintenant la !auche 7 font leur chemin. Le front de ceu1 qui arta!ent nos critiques et
la nécessité d’infléchir la olitique s’est élar!i. La nécessité du rassemblement & Gauche est de lus en
lus arta!ée. +n tout cas" c’est ce qu’affirme le remier secrétaire transitoire du ;8 et la luart de
celles et ceu1 qui se résentent devant les électeurs.
L’an dernier notre université de rentrée avait" & travers la résence de ersonnalités de remier lan du
;,# et d’++L<" ermis de manifester une volonté unitaire entre les rou!es" les roses" les verts et la
ossibilité d’a!ir ensemble.
+n cette rentrée" il nous arait indisensable d’aller lus loin et de formuler en commun les oints clefs"
our un sursaut & !auche et une réorientation de la olitique !ouvernementale. ,’est l’ambition du
manifeste que nous rooserons & toute la !auche et au mouvement écolo!iste.
,e manifeste sera en remier lieu résenté au1 militants socialistes qui attendent un débat constructif
et ne se rési!nent as & écrire la chronique de défaites annoncées.
Les points clefs pour l’alternative
 L'alternative à la finance folle : la régulation ;
 L'alternative doit être économique : vite la relance
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant =(')
 L'alternative doit être sociale : défendre les salariés! l'emploi et la protection sociale ;
 L'alternative doit être émancipatrice : la culture et l'éducation au c"ur de notre action ;
 L'alternative doit être démocratique : vers la #$
%me
&épublique
 L'alternative doit être européenne : la nécessaire réorientation ;
L’alternative à la finance folle : la régulation
Réguler la finance
La finance nuit au4ourd'hui & l’économie réelle. 3ombre des dérives assées demeurent" de nouveau1
risques se récisent dans le cham bancaire ou dans ce qu’il est convenu d’aeler le hors banque.
3ous ne ouvons as nous satisfaire des timides avancées en!ran!ées au niveau mondial" euroéen
ou fran9ais. >ne nouvelle loi bancaire doit 2tre résentée au lus t?t.
L'économie réelle demeure tr/s fra!ilisée tant ar les ratiques bancaires que ar le oids e1a!éré de
la rémunération du caital.

Renforcer l'intervention publiue au service de l'économie réelle! ,e n'est as au moment o@ les
fonds souverains se déveloent dans le monde que la #rance doit renoncer & travers des
nationalisations ou du caital ublic & soutenir ses industries. ;ar ailleurs" la #rance emrunte & des
tau1 tr/s bas et la luart des actions ubliques ont un rendement suérieur. La olitique de relance
doit renouer avec la hilosohie d'aména!ement du territoire" en instaurant avec les collectivités
locales des formes nouvelles de lanification" en!a!eant réellement chacun sur des actions et
résultats !arantis dans la durée.

La régulation c’est aussi faire obstacle au mouvement de libéralisation généralisée, qui va du
.A#.A au1 accords entre multinationales ou au sein l’>+ qui oursuit le démant/lement des
services ublics" imosant la concurrence quasi absolue artout.

Les discours sur la baisse des prix que ces politiques induiraient sont un leurre. +n #rance
lut?t que de tout déré!lementer mieu1 vaudrait mieu1 encadrer" simlifier" ré!uler et contr?ler. ,ela
va des activités immobili/res & des secteurs o@ l’intér2t ublic doit 2tre affirmé.
"e ue nous proposons immédiatement
 une seconde loi bancaire, qui va lus loin dans la séaration entre banque de dé?t et banque
d'investissement" qui interdit le 'rading & tr/s haute fréquence" qui dote la uissance ublique
d'outils efficaces our combattre l'évaoration fiscale" via les laces offshore. 3ous voulons cette
séaration entre dé?t et investissement" ou un élar!issement substantiel du cham des activités
séculatives & cantonner. 3ous voulons é!alement qu'elle définisse les missions de services ublics
de l'ensemble du secteur bancaire Brivé" cooératif" mutualiste ...C et adate le code monétaire et
financier en ce sens D
 Mettre en Euvre rerendre l'en!a!ement nFG du candidat Hollande 0 interdiction au1 banques
fran9aises d’e1ercer dans les aradis fiscau1 Bau-del& d’une simle obli!ation déclarativeC"
interdiction des roduits financiers to1iques" suression des stocI-otions sauf our les entrerises
naissantes" encadrement des bonus" ta1ation comlémentaire des bénéfices de banques Bde '5J -
l& encore bien au-del& de ce qui a été faitC D
 >n mandat imératif au !ouvernement" d'une art our aboutir & un accord euroéen lus ambitieu1
et raide en faveur de la taxe sur les transactions financières" d'autre art our que les r/!les
rudentielles euroéennes n'am/nent as & abandonner les r2ts & tau1 fi1e dans de nombreu1
secteurs" notamment l'immobilier D
 n moratoire sur la mise en !uvre des normes de "#le $$$" Bré!lementation bancaire établie en
=K'K qui imose un tr/s haut niveau de fonds rores au1 banques our sécuriser le s$st/me mais
réduit aussi leurs caacités de r2tsC comme c'est le cas au1 >8A. ,es normes bancaires ne sont
as seulement techniques mais éminemment olitiques. Au4ourd’hui" elles contribuent & réduire &
l’e1c/s la rise de risques. *e nombreuses ;M+ en font les frais.
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant 3(')
 %largir et renforcer l&action de la "'$ : La banque ublique d'investissement doit ouvoir a!ir m2me
lorsque les banques n'accetent as de financer certaines ;M+ ou certains ro4ets industriels
ambitieu1. ,ette distinction est essentielle our sauver des entrerises viables" que les banques
refusent de financer au re!ard de leur ratio risques Bdes banques et as tou4ours des ro4etsC. .ro
d'entrerises ferment la orte" aient des a!ios bancaires insuortables" sont bloquées faute
d'aides adatées de la B;L. Ll faut renforcer le #8L et le caital ublic dans les entrerises et ne as
craindre des nationalisations fussent-elles temoraires. Les () milliards du Livret * qui ne sont
pas centralisés à la +,+ -soit )./ de la collecte0 et que les banques conservent sans 2tre
caables de rendre comte de leur usa!e devraient 1tre consacrés à des programmes d’intér1t
général et à la "'$ qui ourrait a minima récuérer immédiatement les 3K Milliards récemment
octro$é sans conditions au1 banques.
 le gouvernement doit appliquer la loi *L2 Bvotée ar les deu1 chambres du ;arlementC sur la
régulation des lo3ers et mettre en lace raidement les observatoires locau1. Ll doit" en lien avec la
,*," créer de nouveau1 outils financiers our ermettre au1 or!anismes HLM de baisser des
lo$ers" afin qu'ils soient mieu1 adatés au1 revenus des locataires et ne déassent as les aides
ersonnalisées au lo!ement. Les déenses lo!ement rerésentent r/s de =)J des revenus des
#ran9ais" avec de !randes iné!alités. Les lus auvres euvent $ consacrer lus de 4KJ.
L&alternative doit 1tre économique : vite, la relance 4
;olitique monétaire tro lon!tems restrictive" cours de l'euro tro élevé" austérité bud!étaire" course
au moins disant social" absence d’harmonisation fiscale 0 si le continent euroéen vient de connaMtre
une des ériodes de croissance la lus faible de son histoire" cela ne doit rien au hasard. Les décisions
des diri!eants de l’>nion" insirées ar une idéolo!ie archaNque" lon!ent des a$s entiers dans la
récession et contribuent & accroMtre les iné!alités.
Une politiue de relance est indispensable :
$l ( a un quasi)consensus des économistes sur le fait que l*austérité ne marche pas+ M2me le #ML" qui
a inlassablement e1horté nos a$s & la réduction massive des déenses ubliques" reconnaMt
au4ourd’hui son erreur. La réduction des déficits & marche forcée conduit & la sta!nation et & un
redressement lent et énible des finances ubliques et" dans certains cas" elle eut a!!raver leur état.
Les e1erts du #ML vont m2me lus loin dans la remise en cause de leur do!me uisqu’ils estiment
our l’heure qu’il vaut mieu1 avoir recours & la déense ublique lut?t qu’au1 baisses d’im?t " dont
l’effet sur l’activité est au4ourd’hui bien lus uissant.
#on seulement la $rance doit agir réellement pour une réorientation des politiues
européennes% mais elle a des marges de man&uvre propre :
,ontrairement & ce que l’on entend arfois" notre a$s a encore une autonomie suffisante en +uroe
our rendre les devants. Le co-t de sa dette" qui n’a 4amais été aussi bas Bmoins de =J ar anC" le fait
que les #ran9ais aient un des tau1 d’éar!ne les lus élevés de l’O,*+" créent des mar!es de
manEuvre qu’il serait couable de ne as e1loiter.
Aussi nous roosons un tournant de la relance fondé sur ' piliers 0
 la relance de la consommation populaire : des mesures immédiates d’une rerise franche et
d$namique" afin de faire face & l’ur!ence économique et sociale" qui est aussi la condition de la
croissance & lon! terme.
 la relance par des investissements publics et des grands pro5ets mobilisateurs" & effet raide
sur la demande mais contribuant dans le m2me mouvement & remettre & niveau notre a$s" alors
qu’il accumule du retard dans de nombreu1 domaines" faute de se ro4eter dans l’avenir. ,eci
concerne la modernisation industrielle" les infrastructures" le lo!ement et la transition écolo!ique.
 ne réforme fiscale fondatrice" !arante d’une croissance & lon! terme.
3ous avons détaillé et chiffré un lan de relance de 43 Mds d’euros" dont seulement =) Mds d’euros
financés sur fonds ublics. Allant de la mi-=K'4 & la mi-=K'P" il ermettrait d’in4ecter dans l’économie
un eu lus de =J du ;LB" ce qui constitue un minimum our e1ercer un véritable effet d’entraMnement.
5aelons que la ,ommission euroéenne" au lus fort de la récession de =KK)-=KKQ" réconisait une
relance concertée en +uroe de l’ordre de '"5J du ;LB. ;our sa art" le ;arti socialiste avait roosé &
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant 4(')
la m2me éoque un contre-lan de relance" d’un montant de 5K Mds d’euros" dont 4K d’effort
bud!étaire" soit =J du ;LB.
() Lever le tabou de la relance du pouvoir d’achat et de la consommation :
La relance des investissements des entrerises" ar une amélioration de leurs mar!es" est illusoire
alors que la demande fait défaut et que les tau1 d’utilisation des caacités de roduction sont
articuli/rement faibles.
;our leur art" les investissements ublics" dont la mise en Euvre réclame souvent de lon!s délais" ne
créent de l’activité qu’un certain tems ar/s la rise de décision. Bien s-r" on eut les accélérer" mais
sans rendre le risque de orter atteinte & la qualité de leur sélection et de leur !estion D des
ro!rammes bRclés débouchent sur de véritables !abe!ies" voire des scandales financiers" au
détriment des contribuables.
Ll convient donc d’assumer clairement un volet substantiel de relance de la consommation" 4ustifiée ar
des considérations de 4ustice mais aussi d’efficacité.
,ertains estiment cette olitique vouée & l’échec" en raison de la art élevée des roduits imortés
dans la consommation des ména!es. Lls raellent" comme d’habitude" la relance de 'Q)'-'Q)="
6 éché ori!inel 7 de la !auche. Ll est navrant que certains" & !auche" rerennent & leur comte ce r2t
& enser libéral. On ourrait tout & fait soutenir que la olitique de relance de 'Q)' a étéS un succ/s"
ermettant le redémarra!e de la croissance" qui a atteint un tau1 de ="4J en 'Q)=. 8i cette olitique a
été interromue" ce n’est as arce qu’elle aurait échoué & relancer l’activité" mais arce qu’elle était
considérée comme incomatible avec le choi1 de rester dans le s$st/me monétaire euroéen.
La art des imortations dans la consommation des ména!es n’est as aussi imortante qu’on le
ense !énéralement" ne serait-ce que arce qu’elle comrend de lus en lus de services" fournis
nécessairement en #rance" et arce que d’autres biens" notamment alimentaires" restent tr/s
ma4oritairement roduits sur le sol national. L’O#,+ évalue en mo$enne & '4J le contenu en
imortations de la consommation des ména!es et ce tau1 est m2me moins imortant our les fo$ers
modestes" c'est une raison de lus our les rivilé!ier. >ne !rande artie des imortations tient en
réalité au1 biens d’équiement que notre économie ne fabrique lus asseT.
Au!menter les revenus des lus modestes" des salariés les lus récaires" dont la roension &
consommer est lus imortante et qui ne euvent au4ourd’hui resque lus s’endetter" semble donc le
lus oortun.
(* Une profonde révision du pacte de responsabilité et l’annulation des +, -illiards d'euros
de réduction des dépenses :
On ne eut laisser toutes les entrerises bénéficier de 4' Milliards d'euros de ,L,+" d’all/!ement de
cotisations et d’im?ts" sans cibla!e et sans contrearties sérieuses. ,’est du !asilla!e d’ar!ent
ublic" inoérant our la croissance et l’emloi et ce n’est as 4uste. Les aides ubliques doivent 2tre
toutes ciblées et faire l’ob4et de contrearties. *e ce oint de vue" il convient de revoir coml/tement le
mécanisme du ,L,+ et susendre les autres mécanismes d’all/!ement de cotisations ou d’im?t. >ne
remise & lat des aides au1 entrerises doit 2tre raidement en!a!ée.
La réduction massive de la déense ublique va avoir un effet défla!rateur sur l’activité économique et
l’emloi" en remier lieu la réduction des dotations au1 collectivités locales" remiers investisseurs
ublics. Mieu1 vaut avoir" avec elles" une réfle1ion sur les meilleurs choi1 d’investissement &
romouvoir que d’en réduire le volume.
(' Une autre voie pour une politiue industrielle ambitieuse pour développer% moderniser et
décarbonner notre tissu productif :
La ré-industrialisation de notre a$s doit 2tre une riorité our !arantir le redressement du a$s et
l’emloi dans la durée. 8i les services créent de l’emloi" la restauration d’un haut niveau de roduction
industrielle est essentielle our restaurer notre balance commerciale et irri!uer & nouveau tout le tissu
économique. +lle asse moins ar une course & la baisse des co-ts et des ri1 que ar une montée en
!amme" une innovation !énéralisée et par des plans de filières qui concernent de nouveau1 secteurs
comme la mutation écolo!ique et la modernisation technolo!ique de l’e1istant.
,es lans de fili/res ourront associer la uissance ublique Bnationale" ré!ionaleC" les différentes
entrerises B!rosses entrerises" sous-traitants" etc.C" les artenaires sociau1" les centres de
recherche. ,’est d’autant lus imortant si l’on veut effectivement en!a!er la transition écolo!ique et
éner!étique.
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant 5(')
,ette olitique suose aussi une réfle1ion arofondie et des mesures oérationnelles de conversion
sociale our les salariés des fili/res industrielles en voie de mutation.
L’avenir industriel du a$s suose aussi la mise en Euvre de mesures défensives contre les O;A
hostiles et les délocalisations" su4ets sur lesquels les salariés doivent ouvoir intervenir.
"e ue nous proposons immédiatement :
() le vote d.s la loi de finances *,)+ d’un plan de relance avec * volets / le soutien la
consommation populaire 0*1 -ds 23 et des investissements publics et privés 0)+ -ds 23 :
,oté pouvoir d*achat" il convient d’au!menter les salaires dans les secteurs abrités de la concurrence
internationale" our lesquels le crédit d’im?t cométitivité emloi B,L,+C comlété ar les mesures du
6 acte de resonsabilité 7" constitue un effet d’aubaine. Ll nous araMt é!alement nécessaire
d’améliorer temorairement l’indemnisation ch?ma!e : & l’instar de ce qu’a décidé BaracI Obama dans
son a$s :" de rallon!er le ch?ma!e artiel et de orter son tau1 & )KJ du salaire" tout en rendant le
disositif réellement accessible au1 ;M+" de revaloriser et verser le 6 58A activité 7 & tous les
travailleurs modestes qui $ ont droit et dont beaucou l’i!norent" de réduire la auvreté des enfants et
des 4eunes en revalorisant" selon l’évolution des revenus" les restations familiales sous condition de
ressources" et d’ouvrir l’acc/s des minima sociau1 & ') ans.
,ela asse aussi ar une olitique de réduction des déenses contraintes qui /sent lourd our nos
concito$ens avec la ré!ulation stricte et raide des lo$ers" la lutte renforcée contre les déassements
d’honoraires des rofessions médicales en rendant oosable les tarifs de sécurité sociale sous eine
de dé-conventionnement" la recherche de la suression des doublons d’assurances arfois i!noré des
intéressés" qui a$ent donc deu1 fois le m2me service.
,oté investissement! un ro!ramme d’investissements modernisateurs est aussi nécessaire & court
terme qu’& lon! terme. *ans le conte1te d’un équilibre de sous-emloi" l’investissement rivé" tr/s
fluctuant" est le remier sacrifié et il revient & l’Utat de stabiliser le niveau !lobal de l’investissement en
au!mentant le sien" comme le recommandait Ve$nes.
,omme les entrerises" les administrations ubliques doivent saisir les oortunités d’investissement
rentable Bi.e dont le tau1 de rentabilité e1c/de le co-t de l’endettementC" éventuellement ma4oré d’une
rime de risque. Or" les tau1 d’intér2t n’ont 4amais été aussi bas. 8ur les marchés financiers" l’Utat
fran9ais emrunte & 'K ans & un tau1 inférieur & =J. *onc" en bonne lo!ique" l’investissement ublic
devrait s’intensifier. ;our 2tre lus efficace" on eut dé4& artir de ro4ets ro!rammés qui einent & se
concrétiser faute de financement Bfaute" arfois aussi" d’une lanification efficaceC et bien s-r"
rivilé!ier ceu1 qui romeuvent un déveloement durable.
;ar e1emle on eut doubler les crédits affectés our l’accélération d’infrastructure de transorts
comme les li!nes de fret ferroviaire" de canau1" ou encore les tram%a$s urbains Bcf. canal 8eine-3ord-
+uroe et lan de transorts en Wle-de-#ranceC.
;our réussir" effectivement et dans les tems la !énéralisation du .r/s haut débit" =K milliards d’euros
doivent 2tre dé!a!és our les 'K rochaines années. Mais" la char!e ne eut as 2tre insuortable
our les collectivités et il faut désormais un ro!ramme oérationnel assorti d’un calendrier d’e1écution.
Le lo!ement doit 2tre une riorité absolue. Au c?té du ro!ramme 6 rénovation thermique des
bRtiments 7" un lan volontariste de construction de lo!ements sociau1 ou abordables s’imose et
suose le lancement avant fin =K'4 d’oérations d’intér2t national simlifiées levant les obstacles
d’urbanisme ou la création d’une rime & l’achat de lo!ements neufs" limitée dans le tems et réservée
au1 ména!es les lus modestes.
Ll convient de donner une imulsion décisive & des fili/res industrielles straté!iques our la transition
éner!étique" de romouvoir les voitures & motorisation électrique et h$bride ar un ro!ramme d’achat
ublic et d’installation d’ infrastructures de rechar!e d/s =K'5" de restaurer le bon état de l’eau sur
l’ensemble du territoire" de romouvoir l’éco-concetion et de rattraer le niveau de l’effort de
recherche ublique en Allema!ne.
(* -obiliser l’épargne des $ran4ais au service du développement économiue et industriel :
3ous faisons une autre roosition" celle d’un financement mobilisateur. L’aort de l’Utat ourrait
donner lieu & l’émission d’un emprunt national à long terme. L’éar!ne fran9aise trouverait ainsi &
s’investir utilement et directement au service du a$s. ,et élan de cito$enneté réfi!urerait un
retournement des anticiations et une conversion des esrits & un certain otimisme. Les traditionnels
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant P(')
contre-ar!uments" tenant au co-t de la dette ou au manque de liquidité de tels titres n’ont !u/re
d’intér2t quand il s’a!it d’établir un lien fort entre la 3ation et son économie" ainsi que de sécuriser des
financements & lon! terme.
,es investissements devraient s’inscrire au bud!et de l’Utat" dans un comte & art" qui ermette au1
cito$ens de ouvoir clairement suivre l’évolution de ces ro!rammes.
*’une certaine mani/re" la crédibilité bud!étaire des !ouvernements déend au4ourd’hui en !rande
artie de leur caacité & relancer la croissance.
(' 5ngager la réforme fiscale promise lors de la présidentielle / réhabiliter l’imp6t
par la 7ustice fiscale :
La réforme fiscale demeure une priorité absolue pour la gauche. Elle doit permettre plus de lisibilité et de
justice dans notre système fiscal et redonner confiance dans l’impôt, élément central du pacte social. Or les
annonces se multiplient, la réalité ne suit pas, l’opacité totale des mécanismes retenus n’a d’égal que les
censures à répétition du Conseil constitutionnel.
Une réforme fiscale est urgente, elle peut être mise en œuvre graduellement mais son architecture doit être
claire, simple et juste.
Elle doit comprendre :
 Une remise à plat fiscale, pour réduire les inégalités et soutenir l’économie productive et écologique ;
 Plus de justice, avec la restauration de la progressivité de l’impôt, ce qui passe en particulier par un nouvel
impôt sur le revenu, qui doit être majeur dans notre système fiscal ;
 L’impôt indirect doit être réduit, sauf lorsqu’il induit réellement des changements de comportement et de
consommation favorables à l’écologie ;
 Une alliance des productifs (PME, salariés) avec un impôt sur les sociétés, progressif et différencié selon la
taille des entrerises" et selon la art des bénéfices affectée au travail Bsalaires" emloi" formationC ou
& l’investissement D
 La suression de nombreuses niches fiscales" en articulier celles qui ont un imact anti-
écolo!ique D
 >ne correction face au1 iné!alités scandaleuses de atrimoines B!randes fortunes et successions
imortantesC D
 L’arr2t de la constitution d’une rente fonci/re considérable" iné!alitaire et anti-économique" ar une
réforme de l’im?t foncier D
 *es incitations & réduire les !aT & effet de serre Bfret" imortationsSC.
6ous proposons la création d’une commission nationale chargée de présenter d’ici 5uin 789.
une nouvelle architecture de l’imp:t et des prélèvements;
Mais la priorité de la loi de finances sera d&instaurer la progressivité de la +<G" en fonction des
revenus du fo$er" en vue d’une fusion de l’L5 et de la ,8G" c’est-&-dire d’un !rand im?t cito$en
réellement redistributif" ce qui est un engagement pris devant les =ran>ais;
(8 Une mobilisation accrue contre la fraude et l’optimisation fiscales :
;our cela" il faut renforcer les mesures lé!islatives" ar e1emle en ré!lementant les prix de transfert,
en instaurant un droit de suite fiscal et rené!ocier les accords fiscau1 bilatérau1.
Ll faut aussi doter notre a$s de services spécialisés très performants, mettant en réseaux des
compétences et des administrations" our ouvoir s’attaquer au1 tr/s !rosses fraudes comme celle &
la .<A.
,omme il $ a des conseils de défense et du rensei!nement informant des arlementaires tenus au
secret" il faudrait créer un conseil de suivi de la lutte contre la fraude" l'otimisation et l’évasion fiscales.
,e sont des diTaines de milliards qui" & terme" euvent 2tre récuérés.
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant G(')
L’alternative doit 1tre sociale : défendre les salariés, l’emploi,
la protection sociale
Ll est imératif que la !auche réaffirme avec force que les salariés sont ceu1 qui créent des richesses"
qu’ils doivent 2tre mieu1 considérés" bien rémunérés" que leur droits doivent 2tre consolidés et élar!is.
,’est our la !auche de surcroMt un en4eu olitique considérable" quand on voit l’influence croissante du
#3 cheT les ouvriers" les emlo$és et maintenant m2me dans la fonction ublique. Mais c’est d’abord
une affaire d’identité" de valeurs. La !auche doit rerésenter et défendre le monde du travail.
Ll $ a beaucou & faire our remonter la ente du désamour" voire de la défiance qui s’est accrue
deuis notre arrivée au ouvoir. Ll est ur!ent de contrer les offensives idéolo!iques du M+*+# et de la
droite qui confondent entrerise et atronat et ne 4urent que ar la fle1ibilisation" la baisse des co-ts du
travail et du niveau de rotection sociale. Mais les bonnes aroles ne suffiront as" il faut des actes.
3icolas 8arIoT$ a déveloer une straté!ie de mise en oosition des #ran9ais les uns contre les
autres " les ch?meurs contre les salariés" le rivé contre les fonctionnaires" les vieu1 contre les 4eunes.
La !auche doit au contraire unir et souder" dans une communauté de destin" d’intér2t et surtout de
ro4et et de ro!r/s" un lar!e front de ce qui fait l’essentiel du eule de notre a$s" les couches
oulaires et mo$ennes.
;our orter la cohésion de cette base sociale" il faut a!ir concomitamment dans lusieurs directions 0

une meilleure reconnaissance des salariés et l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail D

un volontarisme en faveur de l’emloi 0 une action déterminée our l’emloi des 4eunes" la romotion
d’un nouveau mode de déveloement" durable et local D

la défense de la rotection sociale et la rise en comte des nouveau1 défis comme le vieillissement
et la santé au travail.
Une meilleure reconnaissance des salariés et l’amélioration de leurs conditions de
vie et de travail :
La richesse d’un a$s est créée d’abord ar ceu1 qui travaillent. Ll faut rééquilibrer le travail face au
caital. La feuille de aie n’est as l’ennemi de l’emloi. 8ans consommation intérieure" les entrerises
sont fra!ilisées" faute de clients suffisants. 8i certains secteurs" confrontés & la concurrence mondiale"
doivent 2tre soutenus" la baisse du co-t du travail n’est as le bon mo$en. .ro nombreu1 sont ceu1
qui travaillent et ne euvent vivre correctement et sont m2me au-dessous du niveau de auvreté.
,e n’est arce que le ch?ma!e est élevé qu’il faut que la !auche renonce & améliorer les conditions de
travail et les rémunérations" et diff/re les indisensables ro!r/s attendus ar le monde du travail. La
!auche devrait s’insirer du -e. /eal de #.-*. 5oosevelt" qui a consacré" endant le Grande
*éression des années 3K" les avancées les lus imortantes de toute l’histoire du mouvement ouvrier
au1 Utats->nis. *éfendre la 6 valeur travail 7 asse d’abord ar la valorisation des travailleurs.
Le M+*+# arle sans cesse de la nécessaire reconnaissance de l’entrerise" oubliant " & savoir celles
et ceu1 qui la font e1ister et rosérer" les salariés. Lls rétendent défendre la démocratie sociale" mais
ils refusent d’accorder des droits" des caacités d’intervention au1 salariés dans la vie et les choi1 de
l’entrerise.
*e surcroMt" nombre d’enqu2tes montrent qu’une tr/s lar!e artie des salariés ne se sentent as
correctement reconnus" resectés dans leur travail" que le oids de la hiérarchie $ est souvent lus
forte qu’ailleurs" que le mana!ement n’est as suffisamment soucieu1 de donner des resonsabilités et
que l’accélération des cadences" l’isolement des salariés" la ression au1 résultats créent des
souffrances au travail et nuit & l’efficacité !lobale.
La !auche doit imérativement en!a!er de rofondes transformations sociales en faveur des salariés"
qui assent ar une revalorisation des salaires" mais aussi ar le recul de la récarité" ar une nouvelle
or!anisation du travail et de la vie des entrerises.
5ien n’est lus imortant que de retrouver la confiance des ouvriers" des emlo$és" des salariés.
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant )(')
Un volontarisme en faveur de l’emploi / une action déterminée pour l’emploi des
7eunes% la promotion d’un nouveau mode de développement% durable et local :
Ar/s avoir romis l'inversion de la courbe du ch?ma!e fin =K'3" on ne eut rester assif" sans
nouvelles initiatives quand toutes les révisions annoncent la oursuite de la dé!radation en =K'5 et
as d’amélioration si!nificative avant =K'G.
,’est la raison our laquelle nos roositions économiques choisissent clairement la riorité & l’emloi
lut?t qu’au1 do!mes de la réduction de la déense ublique" d’autant qu’& se fi1er un ca de
restriction bud!étaire" on finit ar réduire les recettes et accroMtre le déficit et l’endettement du a$s.
Au-del&" d’autres olitiques ubliques 4ouent un r?le imortant our la création d’emlois" notamment
en faveur des 4eunes.
Ll faut tou4ours rivilé!ier le maintien des salariés dans l’entrerise en renfor9ant tr/s fortement les
mécanismes de ch?ma!e artiel" & l’ima!e de ce qui s’est mis en lace en Allema!ne. +nsuite" il faut
monter en uissance" donner lus de visibilité et d’efficacité & des actions our l’emloi des 4eunes.
+nfin" il ne faut as né!li!er les caacités de créer des emlois en romouvant l’économie sociale et
solidaire" le déveloement durable local" l’économie circulaire. +t lus !énéralement" il faut 4ouer &
fond la carte du 6 made in 0rance 7" de la rotection de nos emlois et de la qualité des roduits et
services" en veillant & l’alication et le resect de normes environnementales" sanitaires" voire
sociales.
La défense de la protection sociale et la prise en compte des nouveau9 défis
comme le vieillissement :
La rotection sociale est une chance" as une char!e.
5aelons une évidence 0 le déficit de la sécurité sociale est d'abord et avant tout la conséquence
d'une insuffisance de recettes. ,'est donc sur le terrain de la bataille our l'emloi" de la olitique
économique et industrielle" que se noue la sauve!arde et l'arofondissement du mod/le social
fran9ais. +t certainement as dans le rabota!e ro!ressif des restations sociales Bfamille" retraite"
assurance-maladieC et la soumission au discours dominant sur la baisse des char!es sociales" qui sont
d'abord et avant tout des cotisations sociales" destinées & financer un s$st/me qui contribue & la
qualité de vie mais aussi & la cométitivité...
;ar ailleurs" l'insuffisance des recettes s'e1lique aussi" comme la ,our des ,omtes vient de le dire
Bet au assa!e de tordre le cou au1 fantasmes sur la fraude sociale des allocatairesC ar l'amleur de
la fraude au1 cotisations sociales 0 =K milliards d'euros" soit l'équivalent du déficit de la 8écurité
8ociale X Ll est donc nécessaire" & l'instar de ce qui a été : timidement mais réellement : en!a!é en
mati/re de lutte contre la fraude fiscale" de mettre en lace un lan de lutte contre la fraude au1
cotisations sociales" avec un ob4ectif chiffré annuel et un renforcement des mo$ens des cors de
contr?le.
Au-del& de son financement" qui bénéficiera utilement de la nécessaire réforme des rél/vements
fiscau1 et sociau1 introduisant lus de ro!ressivité" notre s$st/me de rotection sociale doit évoluer"
our tenir comte de l'évolution des besoins sociau1" de l'allon!ement de la vie et des ro!r/s du
s$st/me de santé.
Les rincies directeurs & l'ori!ine de la création de la 8écurité sociale au lendemain de la deu1i/me
!uerre mondiale" dans un conte1te bien lus difficile" demeurent ertinents. Ainsi" en mati/re de
olitique familiale" le double ob4ectif d'universalité Bsoutien & toutes les famillesC et de lutte contre les
iné!alités doit 2tre maintenu.
+n mati/re de santé" arce que le service ublic !arantit le rincie d'é!alité" un lan de consolidation
de l’h?ital ublic" en termes d’investissements" de création de oste" de mailla!e territorial" d’évolution
des ratiques médicales doit 2tre établi en sortant de la vision bud!étaire du rationnement au rofit
d’un souci de la qualité des soins. La situation des ur!ences demeure alarmante.
La santé au travail doit 2tre refondée en rivilé!iant la révention et la rotection des risques" la rise
en comte de l'er!onomie" l'indéendance des médecins face au1 ressions des emlo$eurs" le
contr?le social des administrations de l’Utat et en donnant de véritables mo$ens au1 rerésentants des
salariés.
L'en4eu de l'acc/s au1 soins est central. ;our $ réondre" la rise en char!e financi/re ar les ré!imes
de base de la sécurité sociale doit 2tre consolidée" lut?t que de renvo$er au1 ré!imes comlémen-
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant Q(')
taires Bmutuelles et assurances rivéesC. +n mati/re de soins comme de rise en char!e des er -
sonnes R!ées" & domicile ou en établissement" le reste & char!e est devenu un su4et ma4eur de réoc-
cuation de nos concito$ens" et les seules solidarités familiales ne euvent 2tre sollicitées. ,'est arti -
culi/rement vrai aussi en mati/re d'otique et de frais dentaires. L'acc/s au1 soins requiert é!alement
une lutte contre les déserts médicau1 et une lanification assumée de l'installation des médecins" l& o@
les mécanismes seulement incitatifs ont montré leurs limites. 8urtout le nécessaire renforcement de la
révention" arent auvre chronique d'un s$st/me essentiellement curatif" milite aussi our une réforme
de la tarification de la rémunération des médecins" our sortir du aiement & l'acte e1clusif.
"e ue nous proposons immédiatement :
() Une relance de la politiue salariale :
La relance de la olitique salariale doit 2tre au cEur des rochaines conférences sociales et faire
l’ob4et d’une conférence salariale annuelle afin de réondre & lusieurs ob4ectifs essentiels comme 0

la revalorisation du 8ML, D

la refonte des !rilles salariales réduisant les iné!alités de rémunération D

la !arantie que tous les minima conventionnels de branche soient suérieurs ou é!au1 au 8ML, D

La levée du gel des salaires de la fonction publique s’imose.
(* Une nouvelle étape des lois :urou9 / une loi renfor4ant les droits des travailleurs dans
l’entreprise et leurs conditions de travail :
3ous ne devons as céder au chanta!e : vieu1 comme le monde : du atronat 0 6 *éré!uleT les droits
des salariés et nous embaucherons X 7 ,ela n’a 4amais été le cas. *e surcroMt" on ne eut se contenter
d’avoir de meilleurs statistiques du ch?ma!e" si ceu1 qui ont un emloi ne euvent vivre di!nement de
leur travail.
+ette loi devrait d’abord mettre en !uvre les engagements de la campagne présidentielle,
comme l’au!mentation des cotisations ch?ma!e sur les entrerises qui abusent des emlois récaires"
l’encadrement des licenciements économiques our combattre les licenciements boursiers" ou encore
un droit de rerise rioritaire ar les salariés en cas de cession ou de transmission d’entrerise.
Les salariés doivent 2tre reconnus comme acteurs de leur entrerise et as seulement comme une
force de travail. Ll est tr/s imortant de renforcer le droit d’information des ,omités d’+ntrerise B,+C et
des instances rerésentatives du ersonnel tr/s en amont des mutations" des chan!ements ou des
ro4ets de licenciements. La loi doit prévoir de donner progressivement aux +? du droit de veto
sur des su4ets clefs our le devenir de l’entrerise Blicenciements" investissements" lans de formation"
etc.C.
8’a!issant de l’information des salariés" il faut rendre obli!atoire la ublication ar les entrerises de
l’usa!e des fonds touchés au titre du ,L,+" mais de fa9on lus !énérale des aides ubliques.
L’obligation d’informer les salariés avant toute reprise ou transmission et votée par le parlement
doit 1tre immédiatement appliquée; Le comte énibilité" issu des né!ociations entre les artenaires
sociau1 doit 2tre mis en Euvre avec ses 'K crit/res comme révu.
8'a!issant de la santé au travail" la loi doit ermettre un renforcement des ouvoirs et des cométences
des ,H8,..
La présence des salariés au +onseil d’administration des entreprises doit 2tre renforcée bien au-
del& de ce que révoit l’A3L.
Les droits s3ndicaux doivent 1tre mieux garantis et les mo3ens de l’inspection du travail
renforcés;
(' Lancer le grand chantier de l’amélioration des conditions de travail :
ne conférence gouvernement@organisations s3ndicales pourrait annuellement fixer une feuille
de route législative, réglementaire ou budgétaire sur l’amélioration des droits des travailleurs et
conditions de travail. ,ette démarche ourrait aussi mettre en évidence les revendications et les
oints de vue suscetibles de rassembler lar!ement les s$ndicats. ;our la !auche" si le cham de la
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant 'K(')
né!ociation aritaire et la né!ociation sociale doit 2tre consolidé" il est au4ourd’hui indisensable de
rééquilibrer la donne au rofit des s$ndicats et des travailleurs.
,ette rencontre annuelle ourrait aussi traiter du su4et ma4eur de l’Utat emlo$eur; Les collectivités
locales, les entreprises publiques ou celles oA l’%tat est actionnaire devraient donner l’exemple
en ce qui concerne les conditions de travail et la reconnaissance des salariés et la lutte contre
la précarité;
Au titre des valeurs d'e1emlarité de l’Utat" la médecine du travail doit 2tre résente et effective dans
toutes ses administrations Belle n'e1iste as & l’Uducation 3ationale" elle est ratiquement ine1istante &
la 8écurité sociale" au1 #inances ;ubliques" etc.C. Le d$sfonctionnement du fonctionnement de la santé
au travail est actuellement manifeste"
,'est ourquoi" il est nécessaire de créer un service ublic de la santé au travail.
(8 Une loi(programme pour l’emploi des 7eunes :
Au-del& de la nécessaire consolidation et du renforcement des emplois d’avenir Ben articulier our
veiller & ce que les 4eunes dil?més des quartiers ne restent as au ch?ma!e et uissent valoriser leurs
cométencesC" il faut accroBtre massivement le nombre de 5eunes en apprentissage, en lien étroit
avec l’%ducation nationale;
,ela suose de financer correctement l’accoma!nement ar des tuteurs dans l’entrerise et ar les
ensei!nants. Ll faut aussi améliorer la rémunération du 4eune et les conditions dans son accueil.
La mise en !uvre progressive de l’allocation d’autonomie devrait ermettre aux étudiants de ne
lus devoir travailler our suivre leur cursus universitaire. *u cou ils libéreraient des ostes our
d’autres salariés et réussiraient mieu1 dans leurs études.
8’a!issant des 4eunes dil?més" les entrerises fran9aises" & l’oosé de leurs homolo!ues
allemandes ou an!lo-sa1onnes sont tr/s malthusiennes dans le recrutement de docteurs issus du
troisi/me c$cle universitaire. L’Utat ourrait lancer un programme 98 888 docteurs pour nos
entreprises aidant sérieusement celles qui recruteraient en lus de tels dil?més : en articulier
scientifiques : et m/neraient avec eu1 de nouveau1 ro!rammes de recherche" d’innovation ou de
déveloement.
(+ ;es initiatives immédiates pour promouvoir un nouveau mode de développement%
durable et local :
 Les contrats de pro5ets %tatC2égions devraient nécessairement comorter des actions récises et
des ob4ectifs chiffrés de création d’emloi en faveur de l’Uconomie 8ociale et 8olidaire B+88C"
l’économie circulaire" le déveloement local durable. Au-del& des 'KK MY dé4& ro!rammés our
l’+88 & la B;L" il faut mobiliser des sommes nouvelles our accoma!ner ce volet des contrats de
ro4ets D
 ,es contrats de relocalisation des activités seront né!ociés avec les entrerises Ben!a!ement
nF 3 de #ran9ois HollandeC D
 *es postes de douaniers seront créés our renforcer le contr:le des marchandises importées
et le strict respect des règles et normes sanitaires" environnementales et de toute sorte. +n
attendant la ossibilité de créer des écluses" ou des ta1es au1 fronti/res de l’>+ Bce qui est un
combat essentielC" aliquons scruuleusement les lé!islations e1istantes.
(< La protection sociale / santé% vieillissement : deu9 défis ma7eurs :
La santé est l’un des remiers secteurs touchés ar les olitiques d’austérité en +uroe. La sécurité
sociale est un des iliers de notre mod/le social et réublicain. 3os concito$ens $ accordent & 4uste
titre une lace essentielle.
La santé et les actions de révention en direction des 4eunes doivent 2tre renforcées en dotant les
services de médecine scolaire de mo$ens suffisants.
n plan de consolidation de l’h:pital public, en termes d’investissements" de création de ostes" de
mailla!e territorial" d’évolution des ratiques médicales doit 2tre établi en sortant de la vision bud!étaire
du rationnement au rofit d’un souci de la qualité des soins. La situation des ur!ences est alarmante.
;lut?t que la !énéralisation des mutuelles our la couverture de certains soins" mieu1 vaudrait
renforcer et universaliser certains remboursements ar la 8écurité sociale dont le co-t de
fonctionnement est moindre. ;ar ailleurs" les soins dentaires et les lunettes doivent 2tre mieu1 ris en
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant ''(')
char!e. Au re!ard de la situation sanitaire du a$s" du vieillissement" des retards & rattraer" il n’est
as raisonnable de révoir 'K Mds d'euros d’économies : sur 3 ans : dans la rotection sociale" m2me
si des chan!ements et la lutte contre certains !asilla!es euvent donner des mar!es d’économies.
On ne eut se résoudre & devoir massivement recruter des médecins étran!ers" alors que tant de
4eunes #ran9ais souhaiteraient e1ercer cette rofession. Le numerus clausus pour les études
médicales doit 1tre supprimé; *e surcroMt" cette mesure eut contribuer & résorber les déserts
médicau1. ,ette mesure devrait s’accoma!ner" a contrario" d’un numerus clausus & l’installation afin
que les médecins et membres des autres rofessions médicales soient conduits & offrir leurs services
l& o@ l’on a besoin d’eu1. >n meilleur remboursement ar la sécurité sociale" comme nous le
roosons" devrait aller de air avec l’interdiction effective des déassements.
Le schéma de civilisation que roose la #rance reose notamment sur le droit de chacun & la santé.
La rotection sociale doit ro!resser et ne as ré!resser" en déit de la crise.
L’alternative doit 1tre émancipatrice : la culture et l&éducation
au c!ur de notre action
L’émanciation de chacun est au cEur de notre en!a!ement socialiste. L’éducation et la culture" ar la
maMtrise des ratiques et des savoirs qu’elles aortent" ar le re!ard critique et informé qu’elles
euvent ermettre d’acquérir" constituent les voies de l’autonomie" de l’é!alité et de la cito$enneté.
Zuand certains réduisent l'école & l’ensei!nement des fondamentau1 Blire" écrire comterC et que
d’autres ne lui assi!nent qu'une finalité économique" quand la culture est tro souvent ran!ée au
ma!asin des accessoires facultatifs et considérée comme une variable d’a4ustement bud!étaire
ratique" nous réaffirmons que l’en4eu est décisif 0 il s'a!it de doter les cito$ens d’outils our anal$ser et
comrendre le monde et les autres.
Mais" si elles constituent des leviers incontournables & qui veut rarocher le réel de l’idéal" il n’en
demeure as moins que de fortes iné!alités demeurent dans l’acc/s & ces conditions de l’émanciation
Biné!alités sociales" iné!alités territoriales" iné!alités de !enreSC. Le s$st/me éducatif reroduit tro
souvent les iné!alités e1istantes dans la société 0 on assiste au4ourd'hui & une sta!nation" voire & une
ré!ression de la démocratisation de l'acc/s & l'ensei!nement et au1 dil?mes et les 6 décrocheurs 7
sont beaucou tro nombreu1 X *'un c?té" l'acc/s au1 dil?mes les lus resti!ieu1 est de lus en lus
réservé & une élite" qui a d'autant mieu1 inté!ré la culture scolaire que c'estS la sienne. *'un autre
c?té" au moins 'KK & '3K KKK él/ves sortent chaque année du s$st/me scolaire sans aucun dil?me. Ll
faut donc s'attaquer au no$au dur des él/ves en situation d'échec" en se donnant les mo$ens
d'aorter & chaque robl/me que rencontre un él/ve une réonse adatée. ,ertains tendent & enser
qu'il e1iste des él/ves 6 irréductibles 7 & l'acquisition des savoirs" qu'il faudrait e1clure our réserver
les autres. Acceter cette fatalité" c'est renier l'e1i!ence d'é!alité. L'iné!alité et l'accetation du
déterminisme commencent dans les t2tes des enfants.
;ermettre & notre eule de s’investir dans la construction de son avenir ermet & la fois de le rendre
artie renante du acte réublicain mais aussi d’2tre acteur cito$en défendant l’intér2t !énéral et
mettant de c?té tout intér2t articulier s$non$me de division" d’individualisme" de communautarisme.
,ette méthode est celle de l’éducation oulaire qui doit retrouver le soutien de la uissance ublique"
qui a rivilé!ié deuis lusieurs années une lo!ique consumériste et de restation de service lut?t que
de articiation des cito$ens ou empo.erment. L'éducation oulaire contribue tout & la fois &
romouvoir l'esrit civique de nos concito$ens et & construire les contre-ouvoirs nécessaires dans
notre esace ublic.
8’il faut doter la 4eunesse d’un esrit et de caacités critiques" il faut aussi déveloer le droit cito$en &
l’information de qualité 0 6 8ans l'afflu1 d'informations! dont la recherche peut être co2teuse! et sans
une reprise de cette information au mo(en d'arguments qui supposent une e1pertise qui n'est pas non
plus précisément gratuite! la communication publique ne peut que perdre sa vitalité discursive+ La
sph%re publique risque alors de n'être plus à même de résister au1 tendances populistes et de remplir
la fonction qu'il est de son devoir de remplir dans le cadre d'un 3tat de droit démocratique 7 alertait
ainsi Habermas en =KKG en souli!nant la nécessité démocratique d’un subventionnement ublic & la
6 resse de qualité 7" le marché ne ouvant 6 remplir cette fonction qu'aussi longtemps que la légalité
économique ne cherche pas à asph(1ier les contenus politiques et culturels qui portent sur lui 7. 8e
donner les mo$ens d’une alternative & [la mise & disosition de tems de cerveau disonible’ est une
ur!ence démocratique.
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant '=(')
+e que nous proposons immédiatement :
'- <anctuariser le budget de l’%ducation 6ationale et les D8 888 postes annoncés. *'autre art"
les dotations de l’%tat pour les premières années de la mise en !uvre des r3thmes scolaires
dans les communes doivent 2tre pérennisées sauf & vouloir accroMtre les iné!alités scolaires entre
elles. Au-del&" il convient d’assurer un financement ublic national suffisant ermettant de !arantir
l’é!alité réublicaine et l’or!anisation d’activité de qualité artout et our tous. Le !el des
rémunérations des fonctionnaires de l’Uducation 3ationale" dévalorisant leur travail" doit cesser.
=- 2ecréer de véritables écoles de formation de professeurs avec un ré-recrutement d/s la
deu1i/me année de licence" insiré des L;+8 ou anciennes écoles normales d’instituteurs" seule
solution our diversifier l’ori!ine sociale des ensei!nants" mettre fin au1 robl/mes de recrutement" et
mettre en lace un véritable arentissa!e des métiers.
3- Lancer un lan de revalorisation des métiers de l’ensei!nement et revisiter des statuts vieillissants.
4- =aire de l’école primaire,véritable parent pauvre de notre s3stème, une priorité au sein du
s3stème éducatif : Ll est moins difficile d’em2cher un 4eune de décrocher que de mettre en lace des
straté!ies co-teuses our essa$er de le remettre & niveau X B#aut-il raeler que la #rance déense =K
& 3KJ de moins ar él/ve que la mo$enne des a$s de l’O,*+ comarables our les él/ves du
rimaire \C
5- *éveloer la ré-scolarisation d/s = ans.
P- ;oursuivre la réforme des r$thmes & tous les niveau1 et sur l’année.
G- Mettre en !uvre au sein de l’école le grand plan d’éducation artistique et culturel que nous
avions annoncé en 7897. ,e ro4et devait ermettre au1 enfants de arta!er une e1érience de
travail avec des rofessionnels de l’art" de la culture" du sort" dans un cadre ré!i ar les r/!les de
l’éducation oulaire Bé!alité" laNcité" ouverture au monde et & l’AutreC et mis en lace ar un bin?me de
minist/res BUducation 3ationale et ,ultureC our une véritable é!alité territoriale Brurale" suburbaine"
éri-urbaine et urbaineC" en ermettant donc & toutes les collectivités d'avoir la m2me qualité
d'intervention aur/s de chaque enfant. Ll convient é!alement de donner toute sa lace & l&E éducation
à l&image F et à la maBtrise des médias numériques.
)- en!a!er un débat national our la création du service ublic de la etite enfance roosé dans le
ro!ramme socialiste" afin de lé!iférer sur sa création avant la fin du quinquennat
Q- >n !ouvernement de !auche se doit de !arantir les rincies qui ont été édictés our l'indéendance
de la resse dans le ro!ramme du conseil national de la résistance. Ll s'a!it notamment d'em2cher
leur tutelle ar des uissances financi/res qui ont intér2t & maniuler l'oinion ublique. 3ous
roosons donc de mettre en Euvre une loi interdisant la prise de contr:le des médias et des
groupes de presse par des sociétés bénéficiant de la commande publique. 5évisons é!alement le
mode de subvention ublic & la resse en inté!rant dans leur calcul le niveau de création ori!inale
Bartistique ou 4ournalistiqueC.
'K- 5edonner toute sa force & l’éducation oulaire dont la fonction constitutive est de doter chacun
des outils de comréhension de notre monde. >ne généralisation du service civique orientée vers
les mouvements d'éducation oulaire et les associations eut $ contribuer" s'il est élar!i & toutes les
!énérations.
''- *ssurer l’actualisation du budget de la culture et soutenir la création artistique et les artistes. La
réforme de l’intermittence du sectacle" qui aurait u annihiler les méfaits de celle de =KK3" n’a as du
tout ris en comte les anal$ses faites deuis lus de 'K ans. Alors qu’au4ourd’hui" les artistes et
techniciens du sectacle se réoccuent d’ouvrir leurs droits & tous les travailleurs récaires de lus en
lus nombreu1" nous leur avons claqué la orte au neT en allant dans le m2me sens que la réforme
menée ar ]ean-]acques Ailla!on & l’éoque 0 lus d’heures" moins d’indemnités" lus de difficultés
our les etites structures & se maintenir en vie. 6ous réaffirmons donc clairement que le régime
des intermittents du spectacle ne saurait 1tre qu’amélioré" loin du renforcement de la récarisation
acté en =KK3. Ll ne saurait" en outre" 2tre onctionné sur le bud!et de la culture" dé4& mis & mal. Ll est
aussi imortant de enser au1 artistes hors du monde du sectacle Bauteurs" lasticiens...C qui sont tout
autant imortants our le ra$onnement et le d$namisme du a$s.
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant '3(')
L&alternative doit 1tre démocratique : vers la G$
ème
2épublique 4
Année ar/s année" de réformes constitutionnelles hasardeuses Bquinquennat et inversion du
calendrierC en réformes constitutionnelles artiales" les institutions de la <
e
5éublique ont
confirmé leur nocivité.
Les cito$ens n'ont lus le sentiment que leurs choi1 et leurs votes /sent sur l'évolution des
événements et de la société. Lls se sentent déossédé de leur caacité & a!ir sur leur destinée
collective D désormais" c'est la notion de souveraineté oulaire qui est clairement mise en cause.
Les deu1 remi/res années du quinquennat de #ran9ois Hollande n'ont fait que renforcer cette
imression oulaire. Alors que le candidat avait clairement affiché sa volonté de ruture avec la
ratique du ouvoir de 3icolas 8arIoT$" le ;résident s'est : comme ses rédécesseurs :
coml/tement moulé dans les institutions monarchisantes de la <
e
5éublique. ,ertes" la ]ustice
est au4ourd'hui lus indéendante qu'elle ne l'était récédemment" mais les rincies de la
délibération collective et du débat démocratique serein n'ont as été renforcés.
+n tournant le dos & tout ou artie de ses en!a!ements" notamment dans le domaine économique"
le ;résident a 4oué leinement de la soumission du ouvoir lé!islatif au ouvoir e1écutif D les
velléités de contestation en interne & la ma4orité arlementaire des choi1 économiques
résidentiels se sont heurtés et continuent de se heurter & la lo!ique institutionnelle de notre
ré!ime 0 elle renvoie toute décision réelle au sommet de la $ramide" avec un ;remier ministre qui
6 e1écute 7 la olitique définie ar le ;résident" une ma4orité arlementaire contrainte" un arti
ma4oritaire sans !rande mar!e d’initiative" dont les militants s’interro!ent sur leur utilité.
,'est ourquoi la crise actuelle trouve ses racines autant dans les mécanismes économiques que
dans le bloca!e des institutions fran9aises. Le m$the de l’homme rovidentiel dont découleraient
tous les choi1 et la luart des ouvoirs a démontré son inadéquation. La faiblesse du ;arlement"
la crise de rerésentation des couches oulaires" le oids des élites technocratiques et leur
orosité avec le monde de la finance constituent des dan!ers ma4eurs our notre démocratie.
Une vraie réforme constitutionnelle pour poser les bases d'une VI
ème
République :
Ainsi" une réforme institutionnelle ma4eure s’imose. Les conditions de sa mise en Euvre sont
comle1es" au re!ard des ma4orités & réunir. +lles étaient dé4& difficiles lorsque le 8énat disosait
d'une courte ma4orité de !auche. La voie du con!r/s est au4ourd'hui imrobable" alors que le
8énat a été rendu au1 conservateurs.
3éanmoins" il revient & la !auche de préparer une véritable réforme constitutionnelle pour le
prochain mandat" d’en clarifier la lo!ique et le sens" mais aussi de modifier la pratique des
institutions en donnant lus de ouvoir d’initiative au ;arlement" en ne craignant pas de
recourir au référendum & un moment o@ nos concito$ens ont le sentiment que leur avis ne
comte as.
Ll est essentiel que les réformes en!a!ées sur le non-cumul et la arité avancent effectivement
dans les faits Bnon-cumul" arité" etc.C.
8’a!issant du r?le du ;arlement" le !ouvernement doit s’en!a!er & ne as utiliser la rocédure du
vote bloqué ou du 4Q.3. Mais beaucou se 4oue dans la caacité des arlementaires eu1-m2mes &
rendre des initiatives" & manifester leurs réro!atives en e1er9ant leur droit d’amendement et de
contr?le.
^ mo$en terme" c'est-&-dire au-del& de =K'G" nous devrons revenir sur les e1c/s résidentiels
induits ar la <
/me
5éublique" en limitant son ouvoir de nomination révu & l'article '3 et la durée
des ouvoirs e1cetionnels révu ar l'article 'P 0 le arlement réuni en con!r/s doit ouvoir se
rononcer sur la ertinence des ouvoirs e1cetionnels dans les 3K 4ours qui suivent leur mise en
alication.
Ll conviendra é!alement de rénover le fonctionnement du conseil constitutionnel our le
transformer en véritable cour constitutionnelle" qui ermette de consolider son r?le de défenseur
des rincies et libertés constitutionnelles sans qu'il n'emi/te sur des domaines qui devraient
aartenir au seul ouvoir lé!islatif Bnotamment dans le domaine économique et socialC.
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant '4(')
Le ;arlement doit ouvoir se rononcer sur les questions internationales. L'en!a!ement de la
#rance dans les conflits armés ne eut as résulter du seul ressort du résident de la 5éublique.
Réformer la haute fonction publique :
Ll faut en!a!er une mutation de la haute fonction ublique" !arantir son indéendance et son
inté!rité. L’aller-retour entre la fonction ublique et le rivé doit 2tre interdit" les r/!les de
déontolo!ie cessées d’2tre tournées. Ll faut rallon!er le délai ermettant de quitter le ublic our
une mission rivée dans le m2me domaine d’activité. Le mode de formation et de recrutement des
hauts fonctionnaires devra 2tre reensé comme leurs carri/res" tant s’est creusé l’écart entre les
cito$ens et ceu1 qui devraient 2tre les 6 hussards de la 5éublique 7.
Le pacte républicain, en acte et pas seulement en mots :
Les institutions doivent incarner" orter et défendre les valeurs réublicaines. ,ela suose
d’abord qu’elles soient clairement énoncées. 3otre constitution doit consacrer des droits
contemorains nouveau1 0 droit au lo!ement" droits des salariés dans l’entrerise ou our
défendre leur emloi et outil de travail" etc.
La consolidation du lien entre les cito$ens" la olice et la 4ustice" la lutte our la sécurité" contre les
trafics de stuéfiants et d’armes" ainsi que celle contre les réseau1 terroristes" e1i!ent des mo$ens
renforcés our les services de olice" mais aussi our tous les services ublics" et un soutien au1
associations locales. Les mesures concr/tes" notamment comme l’accoma!nement des victimes
ou l’arr2t des ratiques de 6 contr?le au faci/s 7" doivent 2tre accoma!nées ar une offensive
idéolo!ique sur le resect du droit" des ersonnes" et de l’é!alité réelle.
Remettre la réforme territoriale sur les rails de l'engagement n° 54
Il faut consolider la légitimité de l'action publique à tous les niveaux. La France n'a ni trop d'élus, ni trop
d'échelons. Les vrais enjeux sont :
 la clarification des compétences ;
 la simplification de la prise de décision ;
 la redistribution des richesses et la solidarité ;
 la garantie de l'égalité républicaine dans la décentralisation.
Appliquons strictement le non cumul, dotons les élus d'un statut, améliorons les capacités d'intervention des
citoyens, augmentons transparence de la gestion publique.
L'engagement n° 54 de F. Hollande exposait nos priorités : « renforcement de la démocratie et des libertés locales
[…] clarification des compétences […] pacte de confiance et de solidarité […] entre l’État et les collectivités
garantissant le niveau des dotations […] réforme de la fiscalité locale en donnant plus d’autonomie […] et plus de
responsabilité. Une véritable péréquation. »
Le candidat n'a jamais évoqué la fin des départements. Le président les défendait encore lors des états
généraux de la démocratie locale le 5 octobre 2012.
Les dotations des collectivités ont connu une baisse considérable et nous savons que le gouvernement
souhaite qu'elle se poursuivre.
La réforme territoriale de Manuel Valls est contraire à nos engagements. Nous ne pouvons approuver cette
réforme en l'état. Aucune concertation sérieuse, aucune économie réelle attendue, aucun sens donné à
l'action publique.
Respectons l'engagement n° 54. Menons la réforme fiscale, notamment pour la fiscalité locale. Les doublons
constituent des handicaps pour l’efficacité de l’action publique. Faisons le ménage avec précision.
Garantissons l’égalité républicaine avec une vraie péréquation, le maillage des services publics et
l’aménagement du territoire.
Un enjeu politique est négligé : des populations entières ne se sentent plus représentées, fragilisant la
République, favorisant le vote FN.
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant '5(')
Les élus locaux ne sont pas des gestionnaires mais des représentants du peuple. Les transformer en
techniciens traitant de dossiers stratégiques est délétère.
Si des régions ou des départements veulent se regrouper, aidons les. Mais réduire la carte de France à 14
régions, avec une règle à calcul, et supprimer les départements réduira l'efficacité des politiques publiques,
notamment dans les zones rurales, le périurbain et les petites villes en région.
L'impuissance publique vient d'abord de l’État lui-même et du contournement de la souveraineté populaire
dans l'Europe actuelle et la mondialisation libérale.
L’implication citoyenne, le militantisme, la rénovation du politique :
*’une mani/re !énérale" sortir de la crise de défiance olitique suose de romouvoir la culture
de la articiation" ouvrir des lieu1 d’e1ression" faire des artis des lieu1 de débat et de contre-
ouvoir" valoriser le militantisme et redonner du ouvoir au1 cito$ens.
La !auche doit interro!er sa ratique du ouvoir & tous les niveau1 de la société. *euis 3K ans"
notre conduite dans les collectivités s'est souvent accoma!né d'une volonté de tout contr?ler
arfois dans un souci d'efficacité de l'action ublique mais aussi malheureusement dans l'ob4ectif
de limiter les contre-ouvoirs sur lesquels la !auche s'était ourtant au$ée our conquérir de
nombreuses a!!lomérations.
Les socialistes doivent donc retrouver le chemin de relations saines avec le monde associatif et lui rendre
sa capacité de contre-pouvoir et d'interpellation des pouvoirs publics à tous les niveaux.
"e ue nous proposons immédiatement :
. 1
faire entrer dans les actes la loi sur le non cumul des mandats, en imposant aux élus de gauche de s’y
soumettre avant les délais fixés par la loi ;
. 2
introduire par la loi une dose de proportionnelle substantielle pour les élections législatives ;
. 3
un moratoire sur la réforme territoriale telle qu'elle est aujourd'hui pour la remettre sur les rails de
l'engagement n° 54 ; engager dans le cadre de la réforme fiscale, une révision profonde de la fiscalité
locale ; renforcer les dotations des collectivités territoriales pour qu'elles puissent garantir l'investissement
public et accompagne réellement le développement économique des territoires ;
. 4
renforcer l'initiative arlementaires et la caacité des déutés et sénateurs & résenter des
amendements sur les ro4ets de loi de finance et le bud!et de la sécurité sociale D
. 5
améliorer la loi our rendre effectif le principe du référendum d’initiative populaire D
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant 'P(')
. 6
constituer un comité national rassemblant les forces de !auche" des ersonnalités" des
rerésentants du monde s$ndical et associatif afin de travailler à des grandes modifications
constitutionnelles;
L&alternative doit 1tre européenne : l’indispensable
réorientation
La !rave déression qui saisit l'+uroe ar/s la lus lon!ue ériode de faible croissance de son
histoire ne tombe as du ciel0 elle est le résultat des choi1 olitiques et économiques que les libérau1 et
les sociau1-libérau1 continuent & imoser au1 eules de notre continent.
3ous avons tou4ours soutenu le ;résident de la 5éublique qui avait mis la réorientation des olitiques
euroéennes au cEur de sa cama!ne. Mais le tems resse et les aroles ne suffisent lus. *’autant
que le !ouvernement donne l’imression de contester une voie & Bru1elles tout en rétendant la mettre
en Euvre en #rance.
3ous restons fid/les au messa!e du candidat Hollande 0 il faut construire un raort de forces our
imoser l’indisensable réorientation de la construction euroéenne. +t" comte tenu de l’ur!ence" la
straté!ie des 6 etits as 7 est inefficace. ;ire encore" elle affaiblit la #rance et l’+uroe.
;our nous" il est tems de renverser la table. +t de choisir" enfin" une straté!ie offensive X
,ommen9ons d’abord ar cesser de battre notre coule 0 il est insuortable de voir des resonsables
de notre a$s se résenter eu1 m2me comme le mauvais él/ve enaud et contrit de l’+uroe libéral X
3e nous laissons as donner des le9ons ar la droite allemande qui ratique le dumping social"
refusant de orter une relance concertée et imosant une austérité qui accroMt les iné!alités X Arr2tons
de romettre que nous atteindrons l’année suivante des ob4ectifs de réduction de déficits ublics que
nous n'avons as u atteindre hier et dont nous savons qu’ils sont irréalistes et dan!ereu1.
Assumons notre refus de suivre le cadre actuel du acte de stabilité" assumons la nécessité de
réorienter vite la construction euroéenne" roosons une nouvelle feuille de route en ciblant
clairement les riorités" non seulement our notre a$s mais aussi our tous les eules qui
déses/rent de l’avenir.
On ne saurait oublier le résultat des élections euroéennes" qui a lacé le #3 en t2te des formations
olitiques de notre a$s et le ;8 en 3
/me
osition avec un score tr/s bas.
Le décrocha!e entre les diri!eants de notre arti et notre électorat sur la question euroéenne n’est
as nouveau. Ll ne fait que croMtre et les #ran9ais ne croient lus en nos caacités & modifier le cours
des choses.
3ous a$ons lourdement la ratification du .raité our la 8tabilité" la ,onver!ence et la Gouvernance
B.8,GC sans la moindre modification et la irouette sur les '=K Milliards d'euros our une relance et
des investissements dont nul n’a vu la couleur.
;artout en +uroe" la montée des nationalismes s’observe avec lus ou moins d’acuité. ,e n'est as
avec des discours moralisateurs ou des romesses sans l’once d’une concrétisation qu’on ourra
contrecarrer la défiance des eules que l’actuelle construction euroéenne met en concurrence" alors
qu’il faudrait romouvoir une solidarité active.
"e ue nous proposons immédiatement :
() Un moratoire sur le pacte de stabilité et une feuille de route de sortie de crise :
La #rance serait bien insirée de demander un moratoire sur la mise en Euvre du acte de stabilité.
Lndiquons clairement & nos artenaires que nous refusons d’accorder la riorité & la réduction des
déficits ublics" que nous entendons réviser le calendrier et le r$thme de leur diminution. *ans le m2me
mouvement" roosons & nos artenaires de né!ocier l’élaboration commune d'une feuille de route de
sortie de crise étalée sur 5 ans.
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant 'G(')
,ette feuille de route ourrait 2tre né!ociée et suivie ar un comité réaratoire & un !ouvernement
économique de la Tone euro" constituée en artie de rerésentants des arlements nationau1.
(* Un mémorandum fran4ais approuvé par le Parlement pour une stratégie de relance
économiue% sociale et environnementale en 5urope :
;lut?t que d’attendre un imrobable consensus" le résident de la 5éublique et le !ouvernement
doivent" comme la !auche au ouvoir l’avait fait en octobre 'Q)' ou en 4uin 'Q)4 Bar des
mémorandums reris ensuite ar la ,ommission euroéenne de ]acques *elorsC" adresser & ses
artenaires : en renant les eules & témoin : des roositions de relance économique et sociale et
un ro!ramme de transition écolo!ique.
+lle devrait soumettre ce mémorandum au vote du ;arlement afin de manifester clairement
l’en!a!ement lar!e des #ran9ais autour de cette e1i!ence de chan!ement.
,ette méthode aurait un double intér2t" rassembler la !auche et bon nombre de #ran9ais autour de
riorités our l’+uroe et clarifier au1 $eu1 de nos artenaires euroéens les intentions fran9aises &
court et mo$en terme. ,’est une base our nouer un nouveau comromis" indisensable our une
nouvelle étae de la construction euroéenne.
>ne olitique de relance doit révoir la mise en Euvre de !rands ro4ets industriels our la transition
éner!étique. Ll faut que les investissements d’avenir Béducation" ensei!nement suérieur et recherche"
infrastructures écolo!iques" numériques et de transortC soient soustraits du calcul des déficits ublics.
5emettons en débat la question du statut de la B,+" de l’harmonisation fiscale et de la lutte contre
l’évasion fiscale" roosons une révision & la hausse du bud!et euroéen" relan9ons le ro4et
d’emrunt euroéen.
(' :gir pour une nouvelle politiue monétaire et revoir le r6le de la ="5 :
3ous devons défendre une olitique monétaire favorable au1 e1ortations et & la croissance
euroéenne. On eut se ré4ouir de voir l’euro baisser. .outefois" il faut que la arité entre l’euro et les
autres monnaies" sin!uli/rement le dollar" soit durablement arbitrée ar les olitiques.
,'est d'ailleurs révu dans les traités. Mais le ,onseil euroéen ne s'est 4amais saisi de cette
cométence" ourtant essentielle de la olitique de chan!e.
3ous devons obtenir un nouveau r?le our la B,+ 0 r2ter au1 Utats" !arantir la dette ublique" soutenir
la croissance.
(8 ;es convergences sociales vers le haut% condition de la relance et de la solidarité
européenne :
>ne straté!ie de relance euroéenne doit s'au$er sur un soutien & la consommation oulaire et au
déveloement d'un marché intérieur fondé sur un ro!r/s arta!é et non sur le dumping+
,'est ourquoi il nous faut un en!a!ement ma4eur en faveur de conver!ences sociales vers le haut" en
articulier avec la ersective d’un 8ML, euroéen. ,e qui" hier" a été réalisé our unifier les monnaies
doit ouvoir l’2tre our des standards sociau1 de base.
3ous roosons que la #rance or!anise en =K'5" une conférence our l’+uroe sociale avec la ,+8"
les or!anisations s$ndicales" les forces olitiques ro!ressistes afin que soient 4etées les bases de ses
conver!ences.
(+ "ontre les dangers du >raité transatlantiue et le libre(échange généralisé% promouvoir le
7uste échange :
L’>nion +uroéenne ne saurait 2tre l’idiot du villa!e lanétaire. Le culte du libre-échan!e !énéralisé
constitue une menace our les industries et les salariés du continent. ;artisans du 6 4uste échan!e 7"
nous ensons que l’+uroe a un r?le & 4ouer our que les échan!es mondiau1 soient lus équilibrés.
>ne +uroe qui rivilé!ie le sort des eules et des salariés & celui des multinationales. >ne +uroe
qui renne la t2te du la lutte contre le chan!ement climatique et le dumin! social.
*ans ce conte1te" nous ensons indisensables de refuser le .A#.A Btraité de libre-échan!e entre
l’>+ et les >8C mais aussi le ,+.A B.raité de libre-échan!e entre l’>+ et le ,anadaC qui constituent de
réelles menaces our les travailleurs et les industries de l’>nion" et qui révoient des mécanismes de
r/!lement de différends entre les multinationales et les Utats clairement défavorables & ces derniers.
Manifeste de Maintenant la Gauche our une alternative & !auche" ici et maintenant ')(')

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful