Vous êtes sur la page 1sur 7

Politiques économiques

Exam : question d'actu/10 + questions de cours 2/3 à choisir à 5 pts.

Intro :
La fin du XXème siècle et le début du XXIème ont été marqués par des fluctuations économiques
très importantes. La fin des années 90 a connu une très forte croissance économique (4 à 5% par an
entre 1995-2000 aux Etats-Unis). A partir de 2007, c'est catastrophique avec -5% en Allemagne.
Les 15 dernières années ont été marquées par une mondialisation très importante avec l'émergence
de l'Asie (Chine et Inde). Les prévisions actuelles pour 2010 donne le marché chinois premier
consommateur d'automobiles.
Le retrait du rôle de l'État sur les 15 dernières années même si en 2009 l'État a repris du pouvoir.
C'est notamment le cas au Royaume-Uni, en France moins, aux États-Unis un petit peu aussi.

Est-ce que le concept de nation à encore du sens aujourd'hui ? Les politiques économiques que l'on
va étudier sont nationales. La réponse est nuancé mais affirmative, en particulier parce que la
politique budgétaire et fiscale reste du domaine national. Pour nous européens, l'euro partagé par 17
pays, la politique monétaire et du taux de change n'est plus nationale.

Plan du cours :

Chapitre 1 : L'analyse économique de l'État : le pourquoi de l'intervention de l'État dans la vie


économique.
Chapitre 2 : La politique budgétaire et fiscale qui est encore aujourd'hui strictement nationale.
Chapitre 3 : La politique monétaire, européenne mais qui fait toujours partie des politiques
économiques.
Chapitre 4 : La politique du taux de change : partagée entre les nations et l'Europe.

Chapitre 1 : Analyse économique de l'État

Il s'agit d'expliquer le pourquoi de l'intervention de l'État car cette intervention de l'État n'est pas
inscrite dans le fonctionnement de l'économie libérale. Au début du XXème siècle, l'ensemble des
prélèvements obligatoires représentent moins de 15% du PIB, aujourd'hui 45%.

Section 1 : Problématique générale de l'intervention de l'État

§1 : Définitions

En France, l'État occupe une place très importante dans les décisions économiques. L'État s'occupe
pratiquement de tout dans l'industrie, les transports. L'État est remis en cause parce qu'il est porteur
de bureaucratie, d'arbitraire et de découragement à cause d'une pression fiscale élevée. Des voix
s'élèvent pour demander le cantonnement de l'État dans les domaines régaliens. Lorsqu'on par de
l'État dans ce cours, ce sera une définition large de l'État, c'est-à-dire non seulement l'État au sens
classique du terme avec ses 3 pouvoirs mais aussi l'ensemble des institutions ayant le pouvoir de
promulguer des lois et des règlements dans le but d'exercer une influence dans la vie économique.
Ces institutions agissent grâce à une délégation de pouvoir de l'État classique et elles sont de plus en
plus nombreuses. La Banque centrale européenne a reçu une délégation de tous les gouvernements
qui constituent l'euro. Au niveau national il existe le CSA, l'ART (autorité de régulation des télécom
qui s'occupe de la téléphonie), le Comité de régulation de l'électricité (CRE) chargé de réguler la
production et la régulation d'électricité en France.
§2 : Niveau et affectation de l'impôt

l'État intervient dans la vie économique pour les décisions spectaculaires mais aussi dans la vie de
tous les jours de façon répétitive et continue. Par la fiscalité, chaque fois que l'on achète un produit,
on paye la TVA, la TIPP si c'est l'essence. Le poids croissant des impôts pourrait conduire les
contribuables à contester le paiement de l'impôt. C'est pour cela qu'on a posé un principe général de
non-affectation de l'impôt. Reste la question de l'optimum fiscal : est-ce que l'État va utiliser les
recettes fiscales de façon plus efficiente que les ménages qui ont été ponctionnés. C'est le débat
entre les libéraux et les sociaux-démocrates. Les libéraux soutenant que l'État utilisera toujours
moins bien que les ménages l'argent des impôts.
L'impôt doit en principe garantir l'équité entre les agents économiques. Mais il y a 3 définitions de
l'équité :
– la première est tout simplement l'égalité : tous les individus doivent payer le même impôt (il
est très rare dans l'impôt et fréquent pour les taxes).
– La deuxième est l'impôt proportionnel au revenus : celui qui gagne 2 fois plus paye 2 fois
plus d'impôts (TVA, l'impôt le plus important de France).
– La troisième est l'impôt progressif : celui qui gagne 2 fois plus paye 3 fois plus d'impôts.
C'est le système d'impôt sur le revenu en France où la première tranche est taxée à zéro et la
tranche maximale à 40% d'impôt. La justification de la progressivité réside dans la loi
universelle de l'utilité marginale décroissante. L'ISF a des tranches allant de 0 à 2%.

Le but d'un système fiscal ne doit pas être confiscatoire. Les impôts sont votés chaque année par le
parlement donc de façon démocratique. Cela aussi bien pour les impôts que les dépenses publiques
financées par les impôts sont décidés de façon sérieuse en fonction des préférences collectives de la
population. Or on sait que les préférences collectives ne peuvent pas être déduites des préférences
individuelles. Et pire que les préférences collectives d'une assemblée ne sont pas toujours
transitives.
Transitivité (Paradoxe de Condorcet) : 3 choix possibles A, B et C :
Individu 1 : A B C
Individu 2 : B C A
Individu 3 : C A B

On ne peut pas départager de manière relative. Il faut des éliminatoires pour obtenir que 2 choix.

Si on organise :
A contre B : A gagne avec 2 voix contre 1
B contre C : B gagne avec 2 voix contre 1
C contre A : C gagne avec 2 voix contre 1

Un autre reproche adressé au vote des assemblées démocratiques est donc à la régularité des impôts
et des dépenses publiques. C'est la question des coalitions. Il arrive que certains groupes composant
une assemblée se coalisent pour faire passer des projets qui sont minoritaires sur un vote simple
mais qui deviennent majoritaires par un système donnant-donnant.

2 Projets A B
Individu 1 -2 -2
Individu 2 4 -3 Utilité de + 1
Individu 3 -3 4 Utilité de + 1
Si les individus 2 et 3 se coalisent, ils gagnent chacun une utilité pour les projets.
Les décisions sont-elles prises par les élus ou par les fonctionnaires ? Est-ce que les élus
représentants du peuple ont les moyens de faire des choix optimaux sur des questions extrêmement
complexes dont les dossiers sont montés par des fonctionnaires experts ?
Pour les économistes libéraux, ceci est une raison supplémentaire pour ne pas laisser l'État s'occuper
de tout puisque les hauts fonctionnaires ne sont pas soumis au vote démocratique et à la sanction
des électeurs.
L'État peut s'attribuer 3 rôles différents :
– dans la production
– dans la répartition
– dans la régulation

Nous n'étudierons pas la répartition car c'est la répartition des revenus dont aucune théorie
économique ne peut justifier un degré d'inégalités des revenus qui soit optimal. Personne n'a pu
prouvé que plus d'égalités ou plus d'inégalités favorisent la croissance, l'emploi, etc... Donc le degré
d'inégalité reste une question éthique et philosophique mais les économistes n'ont aucun argument
pour prendre partie.
Mesure par la courbe de Lorentz

Section 2 : L'État producteur

Dans tous les pays modernes, l'État est devenu producteur de biens et services, la France était allée
très loin dans les nationalisations de 1946 (25% de la production dans le PIB par ces entreprises
nationalisées dans les années 60). Par la suite, avec la domination libérale, c'est un phénomène de
privatisation qui est en cours, les banques, le pétrole...
Pourquoi l'État est devenu légitime en tant que producteur dans les années d'après-guerre et
pourquoi est-il moins légitime aujourd'hui ? Pourquoi certains services publics sont financés par
l'usager et d'autres par l'impôt ?

§1 : Rappel sur le fonctionnement de l'économie de marché

Les biens et services privés marchands répondent à 2 caractères spécifiques qui sont le principes de
rivalités et l'exclusion par le prix.
Le principe de rivalité signifie que les biens sont appropriés de façon privative. Un bien peut
satisfaire un consommateur et non pas plusieurs. Donc il faut un système de rationnement puisque
la rareté interdit de satisfaire tout le monde. Les systèmes de rationnement possibles sont le marché,
la file d'attente ou le tirage au sort. Les 2 derniers donnent lieu à création légale ou illégale de
marché, le marché noir, et donc le marché est donc bien le système de rationnement universel.
L'exclusion par le prix signifie que pour qu'un marché fonctionne, il faut pouvoir exclure de la
consommation ceux qui n'ont pas payé le prix.

§2 : Justification de la production
Pour que l'État soit producteur légitime, il faut être sur qu'il fera mieux ou au moins aussi bien que
le marché. Ce sont les situations connues sous le nom d'échec du marché. Il y a 4 situations :

A – Le monopole naturel

Le monopole privé est considéré par les économistes comme une situation sous-optimale parce qu'il
vend peu et vend cher. Lorsqu'un marché se trouve en situation de rendement d'échelle croissant, la
grande taille est un avantage de coût donc les entreprises vont chercher à s'agrandir le plus vite
possible par fusion, acquisition de concurrents et concentration maximale jusqu'à un oligopole se
comportant comme un cartel. Cela peut aller jusqu'au monopole privé.
Dans cette situation, les gouvernements ont pris des mesures de 2 ordres : les Etats-Unis avec les
lois anti-trusts (1911 : Sherman Act) et la France avec les nationalisations.

Marché du pétrole :
En 1911, la Standard Oil devient 33 compagnies, 1 dans chaque Etat
En 1928, 3 entreprises nationales
Aujourd'hui, 5 entreprises mondiales

Le monopole public vend lui au minimum du coût moyen avec profit zéro pour satisfaire le plus
grand nombre de consommateurs. Cela a été le cas avec la SNCF, EDF, GDF, France Télécom.
Pourquoi aujourd'hui la théorie du monopole naturel est très affaiblie ?
Pour 2 raisons : les monopoles publics n'ont pas convaincu tout le monde qui cherche à minimiser
leur cout de production, notamment sur les effectifs. Chaque fois qu'un progrès technique permet
d'économiser du travail, l'entreprise en concurrence est obligée de l'adopter. Mais le monopole n'est
pas obligé de l'adopter et en général ne l'adoptera parce que ce progrès technique serait synonyme
de suppression d'emplois.
Il y a aussi la théorie des marchés contestables. Un monopole privé n'est jamais à l'abri de la
concurrence donc de nouveaux concurrents peuvent apparaître à tout moment à conditions qu'il y ait
libre entrée et libre sortie dans le secteur considéré. La libre sortie signifie qu'un nouveau
concurrent qui créerait une entreprise doit pouvoir éventuellement vendre ses actifs au prix du
marché et récupérer une grande partie de sa mise de fonds initiale par opposition à un capitaliste qui
ne pourrait pas vendre ses actifs et qui perdrait totalement sa mise de fond initial.

B – Les biens collectifs purs

Ce sont des biens et des services pour lesquels on ne peut pas faire confiance au marché car ils leur
manquent un à 2 des caractères, le principe de rivalités et l'exclusion par le prix. Lorsqu'il y a
impossibilité d'exclusion, c'est la situation d'un service qui est consommer par le fait même qu'il est
produit (défense nationale, éclairage public, amélioration de la qualité de l'air). Dans ces exemples
on ne peut pas empêcher un individu qui se trouve sur le territoire concerné de bénéficier du service
dès lors qu'il est produit. Lorsque la rivalité n'existe pas, il n'y a a priori aucune raison d'exclure les
consommateurs potentiels puisque le cout marginal est nul, un consommateur supplémentaire ne
coute rien. C'est le cas des biens indivisibles comme les réseaux routiers, téléphoniques ou
électrique. Chaque consommateur qui utilise le réseau n'empêche un autre de l'utiliser, sauf si le
réseau est saturé, dans ce cas la rivalité réapparait, c'est un effet d'encombrement. Si le réseau est
saturé, il faut faire payer le prix à l'usager.
Exclusion possible Exclusion impossible
Rivalité ou encombrement Biens marchands Biens communs (Gestion des
cours d'eau)
Non rivalité, pas Biens de club (chaines de Biens collectifs purs
d'encombrement télévision hertzienne payantes :
Canal +)

Les biens collectifs purs sont pris en charge par l'État, les biens mixtes sont laissés à l'appréciation
des gouvernements.

C – Les externalités

Une externalités ou effet externe est une production involontaire de biens ou services au profit d'un
tiers sans contrepartie.

A(producteur) ---prod. volontaire---> B(consommateur)


<---paiement du prix---
---production involontaire---> C(tiers)
positive ou négative

Chaque fois qu'il y a un effet externe positif, suite à une production privée, concerne la collectivité
dans son ensemble, il peut être judicieux pour l'État de prendre en charge cette production, de
développer cette production pour maximiser l'effet externe positif. L'éducation par exemple, selon
ce tableau, est un bien marchand car pour l'enseignement primaire l'externalité est la socialisation.
L'enseignement secondaire a pour but d'acquérir les bases de la solidarité nationale. L'enseignement
supérieur est payant, privé car l'effet externe est beaucoup plus faible, l'essentiel de la prestation va
à l'individu lui-même. Pour la santé, c'est la même, pour les enfants et les adolescents, les
externalités sont maximales pour la société car entre 0 et 20 ans, les jeunes coutent de l'argent à
l'État, donc il faut absolument préserver leur santé pour rendre à l'État ce qu'il leur a donné.

Bilan financier /
État

0 20 40 60 100

L'éducation a un effet externe pour les entreprises et devraient payer pour participer à l'éducation.
Elles se défaussent en acceptant de ne payer que la formation technique.

D – Le défaut d'information

Pour que le marché fonctionne correctement si l'information est importante. Si l'information est très
faible, on est en situation d'échec du marché. Ce qui peut conduire l'État à intervenir pour obliger à
consommer des biens ou services qu'il juge indispensables ou interdire la consommation de biens
ou service qu'il juge nuisibles.

Section 3 : l'État régulateur

En tant que régulateur, l'État constitue le cœur de l'activité économique. Cette action de l'État est
légitime dans tous les pays, y compris les plus libéraux. A cause des crises récurrentes du
capitalisme et grâce aux succès des politiques de régulation dans les situations économiques graves.

§1 : La périodicité des crises économiques depuis le XIXème siècle

Les crises économiques endogènes sont apparues avec le capitalisme libéral et sa logique
d'accumulation du capital. Ce sont des crises périodiques qui sont décrites par un Français, Juglar,
caractérisant le cycle majeur du capitalisme. Le cycle long Kondratiev (50 ans), le cycle majeur
Juglar (7-8 ans), le cycle mineur Kitchin (2-3 ans).

Production
90 93 Interventions
00 03 contracycliques
07 10?
Tensions
inflationnistes
82 Chômage
93
03 Crise
Récession
1/3
Expansion
2/3

Temps
Juglar a décrit le phénomène mais ne l'a pas expliqué. L'explication est venue au XXème siècle, elle
est due à l'investissement pendant la période de croissance, les entreprises investissent de plus en
plus puis elles stoppent leurs investissements, ce qui précipite la crise. La crise est due à l'amplitude
de l'investissement, très fort puis faible ou nul.
Ex : avant le choc pétrolier, une entreprise fabriquait 300 grues, un mois après 1...
Alcatel en Bourse en 2000 : 90€, 2003 : 2€

§2 : La justification de l'intervention de l'État

Les crises provoquent le chomage, la faillite de nombreuses entreprises et donc la dispersion de


compétences qu'il faudra ensuite rassembler à nouveau. D'où des gaspillages économiques et
sociaux importants. La régulation étatique aura donc pour effet de lisser la courbe en atténuant les
pics et les creux. C'est une politique anti-cyclique. Depuis 1990, les taux de croissance de la France
ont été compris dans un intervalle [-3 ; +3], amplitude trop forte que l'État voudrait limiter en [+1 ;
+2]. Est-ce que l'État dispose de « régulations scientifiques » ou doit-il subir l'alternance de
politiques économiques de droite puis de gauche ? Des années 60 à 80, il y avait clairement une
opposition forte sur ce terrain, le paroxysme étant entre Mitterrand et Giscard en 81. Depuis c'est
beaucoup moins vrai et les mesures prises par les gouvernements depuis 89 sont les mêmes que ce
soit par les gouvernements de droite ou les gouvernements de gauche.
Section 4 : Les objectifs de la politique conjoncturelle

Les politiques conjoncturelles servent à améliorer l'équilibre macroéconomique à court-moyen


terme dans un horizon de 1 à 3 ans. L'objectif général est d'atténuer le cycle Juglar, mais il y a des
objectifs plus précis qui sont au nombre de 4 :

§1 : Le carré magique et les conflits d'objectifs

Croissance Plein-emploi
ips
hil
P
de
be
ur
Co

Stabilité des prix Equilibre


extérieur

La croissance est importante car elle permet de redistribuer quelque chose. En 1963, la CGT a signé
un accord avec le gouvernement pour la redistribution du pouvoir d'achat.
Le plein-emploi qui est écrit dans le préambule de la Constitution de 1948.
Stabilité des prix : l'inflation est un « impôt » sur la trésorerie des entreprises. Donc il ne faut pas
tolérer une inflation nocive (+3%). La politique monétaire est dirigée par des banques centrales
indépendantes dans les pays développés, depuis cela l'inflation est bas.
L'équilibre extérieur est un objectif pour le gouvernement. En zone euro elle est excédentaire, aux
E.-U. déficitaire, en Chine excédentaire, le Japon excédentaire, les pays en développement
déficitaire. L'objectif raisonnable est l'équilibre car un pays excédentaire oblige un autre à être
déficitaire. Un pays excédentaire est un pays qui vit en-dessous de ses moyens, un pays déficitaire
au-dessus de ses moyens.
Les 2 objectifs du haut sont compatibles entre eux, les 2 objectifs du bas sont compatibles entre eux.
Mais les objectifs du haut et les objectifs du bas sont incompatibles entre eux, surtout les diagonales
sont pratiquement impossibles à réaliser.
C'est pourquoi la réalisation simultanée des 4 objectifs est extrêmement rare. Les politiques qui
arrivent à concilier les 4 sont considérés comme des gourous, comme Antoine Pinay qui a réalisé le
carré magique en 1953 : 15% d'inflation en 52 à 1% en 53, il a effectué un emprunt pour diminuer
la base monétaire, le truc en plus est l'avantage fiscal avec exonération des droits de successions.