Vous êtes sur la page 1sur 2
A A A W W W h h h i i i t t t

AAA WWWhhhiiittteeerrr SSShhhaaadddeee ooofff PPPaaallleee (((111999666777)))

(((GGGaaarrryyy BBBrrrooooookkkeeerrr///KKKeeeiiittthhh RRReeeeeeddd))) PPPrrrooocccooolll HHHaaarrruuummm

Autopsie dun tube

Des « hits », qui n’en connaît pas ? Mais certains « méga tubes » résistent à l’épreuve du temps bien mieux que d’autres, aussi beaux qu’au premier jour. C’est le cas de A Whiter Shade of Pale, un slow planétaire et torride qui berça moultes amourettes depuis l’été 1967 ! Un des emblème de la période psychédélique, n°1 dans le monde entier, et écoulé à des millions d’exemplaires. La raison d’un succès tient parfois de l’énigme, du mystère. Mais pour que cette magie puisse avoir lieu, il faut la plupart de temps qu’elle naisse du savoir faire, de l’habileté de l’ « artisan ».

Autopsie d’un tube :A Whiter Shade of Pale.

۞ Premières impressions

Ecoutons cette chanson une première fois entièrement en faisant abstraction des paroles en

anglais : il s’agit bien sûr d’une chanson d’…………………

۞ Construire : forme et structure

En somme, il y a seulement 3 parties différentes :

……………………. (B) ……………………. (C) En réutilisant les lettres, ces trois parties s’organisent ainsi : …………………………………………………

……………………. (A)

Il s’agit donc d’une forme ………………… (couplets et refrains) dans laquelle intervient un

, (on dira plutôt coda). Un tel passage instrumental qui

puis au milieu d’………………………. et

passage instrumental qui sert au début d’……………………

(presque à la fin) de ………………

revient régulièrement au cours d’une chanson s’appelle une ………………………

On notera que la simplicité de la structure en garantit l’efficacité, d’autant que si l’on essaie d’ignorer la voix dans les couplets, on reconnaît en filigrane l’air de la ritournelle.

۞ Rassurer, installer : le choix des accords

Ces trois parties (passage instrumental, couplet et refrain) sont-elles très différentes les unes des autres ? …… En effet, elles sont construites sur : (plusieurs réponses sont possibles) beaucoup d’accords

: (plusieurs réponses sont possibles) beaucoup d’accords des accords compliqués peu d’accords des accords

des accords compliqués peu d’accords des accords simples

۞ Séduire l’auditeur, l’émouvoir : des mélodies, une voix

Dès le début du morceau, on entend donc une mélodie instrumentale un peu « racoleuse », notre fameuse ritournelle, qui agit sur l’auditeur comme une accroche et dont la répétition ……………. (on l’entend ……… fois dans la chanson) tient presque lieu de « jingle » publicitaire.

Cette mélodie instrumentale a été jouée sur un ………….………… (le célèbre Hammond B3 et sa
Cette mélodie instrumentale a été jouée sur un ………….………… (le célèbre Hammond B3 et sa

Cette mélodie instrumentale a été jouée sur un ………….………… (le célèbre Hammond B3 et sa cabine Leslie) L’organiste de Procol Harum avoue s’être inspiré de la mélodie de l’Air extrait de la Suite n°3 en Ré majeur de Jean-Sébastien Bach.

Réécoutons cette oeuvre du Cantor déjà étudiée afin de vérifier nos propos.

On remarque effectivement que, tant d’un point de vue mélodique qu’harmonique (la partie de basse notamment), l’influence du célèbre Air de J.-S. Bach est sensible.

Cela ne suffit pourtant pas à assurer le succès définitif du morceau : un bon groupe de

rock, c’est d’abord et avant tout une …………………

Ici celle de Gary Brooker est :

un e ………………… Ici celle de Gary Brooker est : dure et agressive lyrique, façon «

dure et agressive lyrique, façon « opéra »

est : dure et agressive lyrique, façon « opéra » chaleureuse et émouvante volontairement un peu

chaleureuse et émouvante volontairement un peu « soul » (« âme »)

Cette voix transporte également l’auditeur dans une atmosphère solennelle, déjà présente chez Bach, mais probablement aussi influencée par les « ballades » (ou « slows ») imprégnées de ………………… (musique vocale religieuse noire américaine) comme cet autre tube planétaire de Percy Sledge : When a man loves a woman. Une des plus belles pages de musique « soul » paru en 1966, un an avant A Whiter Shade of Pale. Il est évident que Procol Harum s’en est également inspiré, tant à travers l’invention mélodique, qu’à travers l’interprétation, mais aussi en ce qui concerne l’enchaînement des accords.

Mais c’est bel et bien à Jean-Sébastien Bach - rappelons qu’il a vécu entre 1685 et 1750 ! - que revient si l’on peut dire la « primeur » de la géniale influence.

Influence de la musique classique, plus précisément baroque (dont Bach représente l’aboutissement), influence de la musique soul noire américaine : profane ou religieux, c’est bien l’expression la plus authentique de sentiments, d’émotions conjugués (amour, douleur) qui ont guidés à la création de ce tube.

۞ Tenir l’auditeur : ne plus le lâcher

Ici, l’instrument assure bien son rôle de squelette

rythmique en marquant de manière énergique les 2 ème et 4 ème temps de chaque mesure (…………………) avec la caisse claire.

Néanmoins, pas de rock sans ……………

۞ Conclusion : simple donc génial ?

Introduction accrocheuse, mélodie aisément mémorisable, voix émouvante, accords simples, structure évidente, référence aux maîtres du passé : le génie semble à la portée de tous! Oui, mais la difficulté réside dans le dosage de l’ensemble. Ultime recommandation :

toujours laisser planer une part de mystère. Ainsi, le texte n’est quand à lui pas vraiment simple. Il est même complètement obscur…Des paroles surréalistes faisant allusion aux Contes de Canterbury, à l’Iliade et à l’Odyssée. Est-ce donc bien une chanson d’amour ? Et la réponse est-elle bien importante ? A Whiter Shade of Pale, un tube ! Mais pourquoi ?