Vous êtes sur la page 1sur 7

Le contrat de communication politique

Quand le discours se construit à l’intersection d’un champ d’action, lieu d’échanges
symboliques, et un champ d’énonciation,lieu de mise en scene du langage, on a le
contrat de communication.
Le dispositif d’interaction
On peut dire que le dispositif est le mécanisme de l’interaction. Dans une prospective
d’analyse des faits de communication, il joue le role de garant du contrat de
communication, signalant comment est organisé et regulé le champ d’énonciation
selon des normes de comportements.
Les instances du dispositif
Les instances représentent les partenaires du contrat. Ils sont de catégories abstraites,
désincarnées et détemporalisées, définies par la place qu’elles occupent dans le
dispositif.
Le dispositif du politique se compose de quatre instances: l’instance politique,l’istance
adversaire,l’istance citoyenne et l’istance médiatique.
L’istance politique elle se trouve dans le lieu où les actores ont un pouvoir de
décision et d’action et un pouvoir de manipulation: le lieu de la governance. Elle
s’occupe de proposer des programmes politiques, justifier les décisions des actions,
critiquer les idées des partis adverses et appeler au consensus social pour obtenir le
soutien des citoyens à travers les diverses strategies de persuasion et de seduction.
Le noyeu de cette istance est constitué par les représentants de l’Etat, des
gouvernments, des parlaments et des insitutions afférentes. Les satellites sont
constitué par un premier cercle où se trouvent les partis politiques, un deuxième
cercle ou se trouvent les instances juridiques,financieres,scientifiques et techniques
qui dependent du pouvoir politique et enfin, un troisieme cercle où se trouvent les
organismes supranationaux,internationaux et non gouvernamentaux.
L’istance adversaire elle se trouve dans le meme lieu de gouvernance dans la
mesure où elle est mue par les memes motivations. Elle doit proposer au citoyen un
projet de societé idéale, doit se rendre crédible ai doit tenter de persuader du bienfondé de sa position. La seule difference est que il est dans l’opposition. Elle utilise les
memes strategies discoursives que l’istance politique.
L’istance citoyenneelle se trouve dans le lieu où l’opinion se construit hors
governance. C’est le lieu où les acteurs sont en quete de savoir, afin de pouvoir juger
les programmes qui leur sont proposé et choisir les persone politiques qui ils vont
mandater ou critiquer. Cette istance se trouve dans un rapport réciproque d’influence
avec l’istance politique, mais de non-gouvernance. Elle est une entità qui recouvre des
organisations et des situations diverses: organisation plus ou moins
institutionnelles(syndacats); situations de protestation en manifestant dans la rue, en
refusant de voter, en faisant pression aux personnalités politiques ou de déclarations
dans les medias.

le sujet politique cherche à se costruire l’image d’un bienfaiteur. plutôt. la seconde construit la position du sujet dans le processus communicatif. Le logos d’un coté. doit etre fondée sur une légitimité acquise et attribuée. Les acteurs qui composent cette istance sont légitimés par avance (in anticipo) dans leur role d’informateur. Il convient de distinguer la conviction et la persuasion. le pathos de l’autre.il est porteur de valeurs transcendentales: il est la voix de tous à travers sa voix. Il faut que l’homme politique sache inspirer confiance et admiration. L’ethos. La gestion des passions est l’art de la bonne politique.mais ils sont en meme temps en quete (in cerca) de crédibiité des citoyens.le sujet politique doit se montrer crédible et persuader le plus grand nombre d’individus qu’il doit partager certaines valeurs. C’est le lieu qui relie(collega) l’istance politique à l’istance citoyenne à l’aide de differents moyens de mediation. capable de relier l’humaine condition de la réalité sociale à celle d’une invisible idéalité sociale. La premiere relèverait du raisonnement et serait tournée vers la verité. parle pour tous. concerne l’image de celui qui parle à l’auditoire. L’homme politique. La dramatisation du discours politique La dramatisation du discours politique peut etre un instrument efficace pour influencer les sentiments de l’électorat.L’istance médiatique elle se trouve également hors governance . Ce sujet doit donc utiliser la persuasion pour jouer le double role de représentant et de garant du bien-etre social. . davantage en raison de son image et des quelques phrases slogans qu’il ou elle profère que pour son programma politique. et en le meme temps se fait porte-parole d’une idealité sociale. La seconde relèverait des sentiments et serait tournée vers l’auditoire. Pour cette raison. Elle. Les stratégies du discours politique En democrazie le peuple vote en faveur d’une homme ou d’une femme politique. Donc. Le succès d’un discours politique est possible par la combination de trois facteurs :  La nature de l’univers de croyance auquel renvoie le discours.donc. La politique est un domaine de pratique sociale où se jouent des raports de force symboliques pour la conquete et la gestion du pouvoir. L’homme politique a une double identité discorsive: la premiére construit le positionnement ideologique. On peut dire que les trois catégories ont la même importance dont le discours en è l'exemple parfait.

La simplicité L’homme politique doit chercher quel peut etre le plus grand denominateur commun des idées du groupe auquel il s’adresse. on peut déchiffrer la scansion des phrases. et l’état d’esprit dans lequel il se trouve. Les procédés linguistiques Chaque locuteur a une façon de parler unique par rapport aux autres. indépendamment d’autre chose.les contradictions et la manipulation. La mise en scéne discoursive. La réparation du probléme par l’intervention d’un heros. La determination de la source de ce mal. Pour ce qui concerne les procédés expressifs on peut distinguer :  Le bien parler il est le parler avec élégance et style. quant aux univers de croyance qui sont convoqués. ces caracteristiques contribuent à fabriquer dans l’homme politique un ethos d’élites cultivée et professionnelle. Mais pour caractériser les façons de parler des hommes politiques on peut distinguer:les procédés expressifs et le procédé enonciatifs. L’essentialisation consiste à faire qu’une idée soit contenue en une notion. une façon de parler cultivée qui designe la position élevée du locuteur dans la hiérarchie sociale. Il possède certains caractéristique de voalité comme un ton de voix ni trop fort ni trop faible.ou du public. à travers la quelle. La disqualification de l’adversaire Le sujet politique. Le triangle de la drammaturgie politique C’est un procedé linguistique et discursif qui concerne effectivement la mise en scène.  Le positionnement de l’interlocuteur.doit rejeter les valeurs opposé. en montrant par une bonne argumentation quels sont la faiblesse et le danger de ces idées adversaires. Le sujet politique utilise l’ironie. La singularisation consiste à eviter de multiplier les idées. parce que cela peut crée confusion. le rythme. un rythme bien cadencé etc. en position d’avoir à combattre un adversaire. Il se caracterise par une vocalité specifique. Plus une formule est conciseet chargée sémantiquement. l’articulation des syllabes et des pauses. plus elle aura de force d’attirance. le politicien doit convaincre le plus grand nombre de citoyens. . Le triangle est composé de trois etapes fondamentales:    La description d’un mal(désordre social). Le double procedé donne lieu à l’existence de formules.

une fragmentation puisque cette dissimulation a pour effet d’apposer les groupes entre eux. Le parler tranquille pour parler tranquille est requise une force d’ame intérieure. Il se caracterise par un debit lent avec un ton de voix qui ne soit ni terne ni eclatant.le parler fort construit un ethos de leader politique puissant et combatif. pour se faire bien écouter par le public.bien timbré. Le debit doit etre ni lent ni accéleré. Pour ce qui concerne les procédés énonciatifs on peut dire que ils permettent à celui qui parle de se mettre lui-meme en scene(énonciation élocutive “Je-nous”). susceptible de prendre au charge les problémes du monde. de presente ce qui est dit comme si personne n’etait impliqué(énonciation délocutive”voix tierce”). il evoque un ethos ambigu d’authenticité et d’Humanité. Le parler local qu’il révèle le terroir auquel appartient l’orateur. d’intelligence. il peut evoquer plusieurs ethos: de caractére. De l’idéologie aux imaginaires sociodiscursif L’homme a besoin de la realité pour la signifier et la realité a besoin de l’homme pour etre signifiée. puisque cette rationalisation tend à naturaliser l’histoire comme si elle était atemporelle.   Le parler fort il evoque un imaginaire de puissance. une réification enfin. Cette tranquillité renvoie àl’idee d’une personne qui est capable de controler ses pulsions et ses émotions. L’idéologie est un mode d’articulation entre signification et pouvoir qui repose sur :une légitimation qui consiste à rationaliser sa propre légitimité pour se justifier et signifier sa position de domination . il établit une relation de proximité avec ceux qui appartiennent à ce même terroir. une dissimulation puisque cette activité de rationalisation a pour effet de masquer les rapports de domination . de chef.il faut donner l’impression d’une grande simplicité naturelle discursive. Il se rapproche de la conversation familiére ou amicale. L’orateur doit avoir une voix fort. mais parfois il peut évoquer la figure du « paysan ». donc il faut que l’orateur présente un physique importante t fort. C’est à travers des systemes de répresentation qu’il saisit (ha colto?) ce monde. (inserisci ideologie Eagleton) La représentation sociale elle est un phénomène cognitivo-discursif géneral fondé par des systemes de savoir. d’impliquer son interlocuteur dans son acte de langage (énonciation allocutive”Vous”). La représentation a la fonction d’interpréter la realité qui nous entoure en entretenant des . Ce personnage parle vers un large auditoire avec résonance.

télématique) • Des systèmes de mesure ou de calcul.(statistique. à travers une acitivité de conceptualization on peut render le monde intelligible en lui attribuant des valeurs.(microscope.rapports de symbolisation et en attribuant des significations. Entre la realité et la perception existe un processus d’interpretation.informatique) • Des procedes de configuration codée.(cartographie) Les savoirs de connaissance dependent des cultures dans lesquelles ils naissent. Les plusieurs jugements sur le monde on peut etre objet de confrontation ou de partage. Les savoirs À travers des discours on crée des savoir qui sont des maniers de dire configuré par le langage. Savoirs de connaissance Ils déterminent une verité sur le phénomènes du monde. Ils contribuent à la construition des systemes de pensée et en sont dependent. Ils visent à porter un jugement sur le monde. Les representations sociales ont une triple dimension:    Cognitive: organization mentale de la perception. cette realité depend de la position du sujet et de conditions de production qui proviennent du context sociale où il vit.Ces savoirs utilisent une “raison savente” pour comprendre et expliquer le phénomènes du monde. Cette verité est fondé par qualque chose d’exterieur à l’homme.lunettes. Symbolique: interpretation du réel. L’homme à travers des pratiques sociales concretes. Ils peuvent etre regroupes en deux types: Savoirs de connaissance et savoirs de croyance.En autre. Ces savoirs ne concernent pas la connaissance du monde mais le valeurs qu’on lui attribue. Ideologique: attribution de valeurs qui ont un role de normes sociales. interagit avec les autres. donc ils utilisent de garants: • des instruments de visualization du monde. . Savoir de croyance Par contre.

” les imaginaires. “Dans la mesure. Cette activité produit l’imaginaire.on parlera d’imaginaires sociodiscursifs.Les deux savoirs structurent les representations sociales mais la frontière entre ces deux types de savoir est poreuse et souvente les individues jouent avec cette porositè à des fins stratégiques. Par exemple. Certains imaginaires peuvent etre rationalisés par des discours-textes qui circulent dans les institutions. Les uns se fixent dans des teste écrits et peuvent etre transumi de géneration en génération. le discours politique cherche à eriger en norme universelle relevant de la connaissance. cette image interprète la réalité et la fait entrer dans un univers de significations.construisent le réel en univers de signification. les autres circulent dans les communautés sous des configurations variables. présentant un type de savoir au lieu de l’autre.comme une evidence partagée par tous. on peut parler de l’imaginaire: “Dans la mesure où ces savoirs. L’imaginaire reflète la vision que l’homme porte sur le monde social.selon un principe de cohérance. La realité a besoin d’etre perçue par l’homme pour signifier et c’est cette activité de perception significante qui produit les imaginaires.” L’imaginaire est un image de la realité mais il interprete la realité et la fait entrer dans un univers de significations. Elle a besoin d’etre perçue par l’homme pour signifier.pour jouer leur role ont besoin d’etre matérialisés.mais sémantiquement regroupables. ils fonctionnent de façon naturelle.enfin. Ils se materialisent de différentes manierès: dans des types de comportaments . d’autres circulent dans la societé de façon non consciente. on peut parler de l’imaginaire socio-discursif. les groupes sociaux produisent des discours diversament configurés qui donnent un sens à ces matérialisations. en tant que représentations sociales. existe mais ne signifie pas. Cette materialisation a besoin d’etre soutenue par une rationalisation discorsive et donc.où ceux-ci circulent à l’intérieur d’un groupe social s’instituant en normes de référence pour ses membres. il est une image de la realitè. on les appellera des imaginaire discursifs. D’autres imaginaires encore sont enfouis dans l’inconscient collectif. Enfin.des activité collectives et tout cela qui donne corp aux imaginaires. “Dans la mesure où ces imaginaires sont repérables par des énoncés langagiers qui sont produit sous différentes forms. La realité en elle-meme. ce qui est une norme morale relevant de la croyance: il cherce à faire se confondre une vérité de croyance avec une vérité de connaissance.” . Maintenant. on parlera d’imaginaires.

Dans le champ du discours politique. l’imaginaire sociodiscursif. ils témoignent les identités collectives et ils deviennent des normes de référence pour les membres de la communauté.Il est un concept que nous pouvons utiliser pour la notion d’imaginaire dans l’analyse des discours. on peut parler d’imaginaire sociodiscursif. quand ces imaginaires circulent dans un espace d’interdiscursivité. . est souvent instrumentalisés à des fins de persuation.