Vous êtes sur la page 1sur 5

SS2 C53

( Qui doit faire le premier pas ? Le maître de maison ou bien l'hôte ? Terre ou
bien Soleil ? Ici, dans la onzième galerie, tout est simple, lisse et blanc, et
dans le milieu, il y a deux colonnes, comme signe de section, entourées
d'une rotonde, composée de dix colonnes. Explication de ce symbole.
Les deux colonnes correspondent aux deux commandements de l'Amour.
Les changements continuels que les dix colonnes présentent à la vue.
L'amour pour le Seigneur, et l'amour qui s'en suit pour le prochain,
conduisent à la perfection de la Vie. La simplicité représente la nue
Vérité ! )

-31 Juillet 1843-de 17h à 19h15-

-1- Maintenant que vous avez assez regardé à l'entour, vous pouvez déjà
commencer à décrire ce que vous avez vu.
-2- Vous dites: * Cher frère et ami, ici, nous avons vu une infinité de
choses merveilleuses, mais avec notre disponibilité limitée d'idées et de paroles, comment
pouvons-nous les décrire assez parfaitement, au point de pouvoir être compris, et que
quelqu'un puisse déduire de la description de quoi il s'agit vraiment ?
-3- * C'est pourquoi nous sommes d'avis que la meilleure chose serait que
tu fusses notre interprète. *
-4- Certes, mes chers amis et frères, votre affirmation préoccupée en ce qui
concerne l'étroitesse de votre disponibilité d'idées et de paroles, est indubitablement vraie,
mais malgré cela, c'est vous qui, de ce que vous avez vu, devez dire ce que vous pouvez
décliner avec vos concepts et avec vos paroles.
-5- En effet, ici vous devez tenir toujours présent, que vous vous trouvez
toujours sur votre propre terrain, afin que mon explication puisse ensuite être pour vous
spirituellement d'utilité.
-6- Si je vous disais quelque chose à cet égard, sans une description
préliminaire de votre part de ce que vous avez aperçu, je vous priverais de votre base, et alors,
cesserait immédiatement d'exister n'importe quel point de connexion entre l'explication que je
vous adresserais et votre capacité intérieure d'accueil.
-7- Ce serait à peu près comme si deux amis dont l'un reçoit l'autre en sa
maison voulaient se saluer avec une poignée de mains. Selon les règles de l'amitié, c'est le
maître de maison qui en premier doit tendre la main à l'ami qui vient le trouver, et, après
seulement, c'est au visiteur.
-8- A ce point vous pourriez penser et dire: * Mais nous, nous ne nous
tenons pas à ces règles, d'autant que pour nous elles ne peuvent pas constituer une preuve
complètement normale, par suite de laquelle nous devrions auparavant faire un rapport
préliminaire. *
-9- Mais, moi, je vous dis, mes chers amis et frères, que si cet exemple, tiré
des règles de l'hospitalité; vous semble pas très bien trouvé, je peux vous en servir un plus
digne de foi.
-10- Regardez le rapport de votre Terre avec le Soleil; la Terre est, en ce qui
la concerne, certainement chez elle, et le Soleil en face d'elle doit être considéré seulement
comme un hôte ami, en visite. Mais que doit faire avant tout la Terre, si elle veut être éclairée
par les rayons du Soleil ?
-11- Vous dites: * La Terre doit d'abord tourner vers le Soleil une partie de
sa surface après l'autre; après quoi les rayons du Soleil ne tardent pas à tomber sur la partie
qui est tournée vers lui. *
-12- Bien, mes chers amis et frères; regardez la Terre durant les heures
nocturnes; n'est-elle pas alors aussi, pleine également des plus diverses choses, autant que de
jour ?
-13- Et vous cependant, vous ne pouvez apercevoir seulement que la plus
petite partie de ce qu'il y a, et comment cela est. Mais qu'il y ait quelque chose, c'est
indubitable, certain et vrai.
-14- Mais si la Terre s'arrêtait et voulait attendre jusqu'à ce que le Soleil se
levât au-dessus de ses parties non éclairées, elle aurait avant tout à attendre très longtemps, et
ce qu'il y a sur elle ne serait jamais visible complètement, et pas non plus dans sa constitution
formelle.
-15- Etant donné, au contraire, que la Terre tourne continuellement, poussant
sous le Soleil une partie après l'autre de sa surface, ce qui se trouve sur elle devient visible
dans sa totalité, alors que dans la nuit, on pouvait à peine s'apercevoir de sa présence et avec
beaucoup de difficultés.
-16- Vous voyez, en tant que propriétaires de la demeure, vous devez
d'abord par vous-mêmes, vous tourner vers moi, qui maintenant suis près de vous au Nom du
Seigneur; et ce côté que vous tournez vers moi, sera également immédiatement éclairé, afin
que vous puissiez plus clairement le reconnaître, et plus exactement le décrire.
-17- Commencez donc à énumérer ce qui vous est le plus connu; comptez les
colonnes de cette rotonde; combien en voyez-vous en ce dixième plan ?
-18- Vous dites: * Cher ami et frère, si nous ne nous trompons pas dans le
décompte en faisant ainsi le tour, ici, il devrait y en avoir deux de moins que dans la galerie
précédente, et donc, dix seulement.
-19- * Cependant, en revanche, nous observons qu'ici, dans le milieu de la
colonnade ronde, au lieu d'un autre ornement comme dans les autres galeries, il y a deux
puissantes colonnes placées très près l'une de l'autre, qui, à l'instar des dix autres, aident à
soutenir le plafond de la rotonde, comme aussi celui de la galerie entière.
-20- * En outre, l'escalier qui conduit vers le haut, n'appuie pas ici sur la
partie interne des dix colonnes qui forment la rotonde, mais se trouve au milieu, autour des
deux colonnes.
-21- * Enfin, ici, tout nous apparaît parfaitement lisse, et nous pouvons
regarder autant que nous voulons, nous n'arrivons à apercevoir en aucun lieu un ornement
quelconque.
-22- * A ce que nous pouvons voir, le plafond de cette onzième galerie n'est
plus arqué, mais bien plutôt plat sur toute sa longueur.
-23- * Ensuite, tout est également blanc comme la neige, et transparent;
seule la partie interne continue semble tendre au rouge bleuâtre, et les portes d'accès semblent
être d'argent transparent.
-24- * Maintenant, cher ami et frère, nous avons déjà fini notre description
des choses qui se trouvent ici, dans les limites de nos possibilités.
-25- * Nous ne pouvons pas par contre décrire les formes fugitives qui se
présentent toujours changeantes dans la masse solide des colonnes, de même que dans celles
des autres parties de cette galerie; car, en premier lieu, elles sont trop instables et alternent
trop rapidement, et en second lieu, de telles formes sont trop peu intenses, et notre œil ne peut
découvrir qu'un chaos qui s'agite continuellement; ainsi, avec cela nous aurions complètement
la description de ce que nous avons vu. Ce que tout cela signifie, nous te laissons l'illustrer. *
-26- C'est bien, chers amis et frères, je suis complètement satisfait de votre
rapport, et ce serait folie de ma part que de prétendre de vous, plus que vous n'êtes en mesure
de donner. Mais faites attention, car nous ferons immédiatement un peu plus de lumière sur ce
que vous avez vu.
-27- Les dix colonnes de cette rotonde ont une signification à toucher de la
main, tant il est évident qu'elles indiquent le Décalogue qui émerge proprement de la Sagesse
divine.
-28- En effet, l'Amour ne donne pas de lois, mais en donne seulement la
Sagesse divine qui est la base de l'Ordre divin; car les lois sont une voie prescrite que l'on
devrait parcourir pour arriver au but de la Vie, et elles sont en même temps les piliers
fondamentaux sur lesquels, selon l'Ordre divin, la Vie s'établit et se concrétise.
-29- Mais à quoi servirait la voie, dans la nuit sombre, même si quelqu'un
voulait la parcourir ? - Tout aussi peu qu'un point d'appui, si ce quelqu'un devait seulement le
chercher dans les ténèbres nocturnes.
-30- C'est pourquoi les lois sont données, en tant que voie, et en même
temps, point d'appui pour l'Amour - car autrement ce serait la nuit noire - et elles doivent être
éclairées afin que le voyageur ne s'égare pas au long de la voie, et puisse toujours trouver le
point d'appui, pour conquérir la Vie, selon l'Ordre.
-31- Donc, ici il est clairement visible, comment ces dix colonnes blanches
irradiantes, indiquent de manière évidente, le Décalogue de l'Ordre de la Vie de Dieu.
-32- Dans la galerie inférieure, nous avons vu aussi les * deux colonnes de
l'Amour *, mais encore enfermées dans la colonnade de la rotonde; mais en revanche, il y
avait dans le centre cette extraordinaire Croix qui représente aussi l'Amour souffrant.
-33- Ici au contraire, nous voyons les deux colonnes de l'amour à la place de
la Croix, au centre de la rotonde; Elles sont placées l'une très près de l'autre, et l'escalier qui
conduit vers le haut, a été enlevé aux dix colonnes extérieures, et entouré autour des deux
colonnes centrales.
-34- Je suppose que même la signification de cette position ne sera pas
difficile à deviner. Il suffit que vous preniez l'Evangile du Seigneur, et vous y trouverez la Loi
Mosaïque et les prophètes, transférés dans l'unique, mais double Loi de l'Amour, à savoir:
-35- * Aime Dieu par-dessus tout, et ton prochain comme toi-même ! * Le
Seigneur Lui-Même a défini ces deux lois, comme des lois égales; c'est pourquoi les deux
colonnes qui se trouvent au centre sont, d'abord, parfaitement égales, et, en second lieu,
alignées très proches l'une de l'autre, et sont les uniques véritables soutiens de la Voie vers le
Haut.
-36- En ce qui concerne ensuite ce chaotique changement de formes qui
arrive si prodigieusement dans les colonnes, il est là pour signifier la versatilité de l'esprit
humain qui se trouve à l'intérieur des Lois elles-mêmes.
-37- D'où provient un tel chaotique changement de formes constamment
ondoyant en ces colonnes ? Quelle est la cause d'un tel phénomène ?
-38- La cause de cela doit être recherchée dans la lumière violente qui influe
de l'extérieur; par suite de quoi cet air est mis dans une continuelle vibration; mais étant donné
que le matériau de ces colonnes a été poli comme un miroir, et qu'en plus de cela il est très
transparent ainsi que apte à la réfraction des rayons, ces petites ondes dans l'air, ou vibrations,
s'y reflètent avec vivacité, et pour nous, il nous semble apercevoir certaines formes dans les
colonnes, qui ondoient ça et là, ou de haut en bas.
-30- Mettons donc qu'ici il y ait un homme qui se trouve sous les lois; avec
cela il se trouve dans la claire lumière de la Loi qui influe continuellement sur lui, de manière
vive, depuis l'intérieur; tandis qu'ensuite, cet homme, selon son extérieur, se trouve dans la
lumière du monde, qui du dehors, influe également continuellement sur lui, comme un
ondoiement.
-40- Quel est le résultat de tout cela dans l'homme ? - Un continuel
changement d'idées; tantôt se présentent à lui les formes du monde, tantôt celles de sa lumière
intérieure. Si la lumière extérieure influe fortement sur l'homme, alors les formes de la
Lumière intérieure s'obscurcissent, et n'envoient plus de lueur; par contre, les formes de la
lumière extérieure deviennent toujours plus vaines et plus faiblement perceptibles, d'autant
plus la Lumière intérieure commence à réagir.
-41- Si alors l'homme saisit les formes de la Lumière intérieure, et les fixe
toujours plus avec son esprit, en ce cas, ce qui était une souplesse de formes de lumière
toujours changeante, devient ensuite une forme constante, qui oppose continuellement à la lui
ère qui influe du dehors une résistance qui l'humilie; et l'homme avec cela a atteint
visiblement une idée stable de la Vie éternelle intérieure de l'Esprit.
-42- L'image correspondante vous est montrée par les deux colonnes
centrales, dans lesquelles et sur lesquelles, vous n'apercevez pas une telle danse de formes !
Mais si vous les observez soigneusement, vous pourrez apercevoir dans les deux, une forme
humaine parfaitement identique, et noblement modelée, qui est complètement et clairement
pénétrée par la Lumière, en toutes ses parties.
-43 Vous voyez, cela démontre que l'homme peut atteindre la perfection de
la Vie dans son fondement originaire, uniquement et seulement à travers l'amour pour le
Seigneur, et à travers celui pour le prochain qui s'ensuit.
-44- Je suppose que désormais vous y verrez assez clair. En ce qui concerne
les autres parties de la galerie, elles ne signifient rien autre sinon que la complète conformité à
l'Ordre de la Vraie Sagesse, laquelle est la Vérité fondamentale dans l'Esprit, et une lumière
sans aucun autre ornement et embellissement, et c'est ce que vous appelez la Vérité nue.
-45- A présent que nous savons cela, nous voulons sans autre monter les
escaliers qui tournent autour des deux colonnes, et nous rendre sur le grand espace libre qui se
trouve là-haut.

Centres d'intérêt liés