Vous êtes sur la page 1sur 25
Institut d’Optique Graduate School Descriptif des enseignements de première année 2009-2010 1
Institut d’Optique Graduate School Descriptif des enseignements de première année 2009-2010 1

Institut d’Optique Graduate School

Descriptif des enseignements de première année

2009-2010

1

2
2
Table des matières Mathématiques et traitement du signal Mathématiques et signal Calcul scientifique Traitement du
Table des matières Mathématiques et traitement du signal Mathématiques et signal Calcul scientifique Traitement du

Table des matières

Mathématiques et traitement du signal

Mathématiques et signal Calcul scientifique Traitement du signal

Physique

Mécanique quantique Physique atomique Electromagnétisme

Optique et photonique

Optique instrumentale Optique physique Polarisation de la lumière Travaux pratiques d’optique – Semestre 1 Travaux pratiques d’optique – Semestre 2

Sciences de l’ingénieur

Electronique – Composants Electronique – Fonctions Travaux pratiques d’électronique – Semestre 1 Travaux pratiques d’électronique – Semestre 2 Micro-processeurs Semi-conducteurs Automatique

Formation généraliste de l’ingénieur

Economie et entreprise Communication Anglais Deuxième langue vivante (allemand, espagnol, chinois, japonais, suédois).

3

M ATHEMATIQUES ET SIGNAL Enseignants : François Goudail, Gaétan Messin, Fabienne Bernard. Volume horaire :
M ATHEMATIQUES ET SIGNAL Enseignants : François Goudail, Gaétan Messin, Fabienne Bernard. Volume horaire :

MATHEMATIQUES ET SIGNAL

Enseignants : François Goudail, Gaétan Messin, Fabienne Bernard.

Volume horaire : 72h

Ce cours introduit les notions essentielles de mathématiques pour la représentation des signaux en physique. Il fournit les bases mathématiques nécessaires à de nombreux autres cours de l’école (optique physique, électronique, traitement du signal et des images, asservissements, TP d’optique, …).

Il existe deux grandes classes de modèles de signaux : les signaux déterministes (certains) et les signaux aléatoires. Ce cours des donc structuré en deux grandes parties traitant de chacun de ces thèmes. Dans la partie « signaux déterministes », l’accent est mis sur les notions qui doivent être maîtrisées par tout ingénieur : transformée de Fourier, convolution et corrélation, distributions, échantillonnage … La partie « signaux aléatoires » introduit les outils nécessaire à l’ingénieur et au physicien pour représenter et traiter les signaux non déterministes. Elle est constituée de deux sous- partie : l’une est consacrée aux notions de probabilités et variables aléatoire et l’autre aux fonctions aléatoires et aux bruits, avec un accent particulier sur les notions de bruit thermique et bruits de photons.

Ce cours est accompagné d’un grand nombre de séances de travaux dirigés sur table mais aussi sur ordinateur, car l’assimilation des notions enseignées est grandement facilitée par la réalisation de simulations informatiques simples.

Partie 1 : Signaux déterministes (F. Goudail)

Notions sur l’intégration de Lebesgue, espaces de fonctions, bases d’un espace de Hilbert Transformation de Fourier des fonctions Convolution et corrélation Introduction à la théorie des distributions : propriétés de base, transformation de Fourier, convolution Théorie de l’échantillonnage La transformée de Fourier discrète, éléments d’analyse spectrale Introduction à l’analyse temps-fréquence

Partie 2 : Signaux aléatoires (G. Messin)

I. Probabilités et variables aléatoires :

Espace probabilisé, probabilités. Tirage répétés et lois asymptotiques.

Variable aléatoire, fonction d’une variable aléatoire. Paire de variables aléatoires, corrélations.

Généralisations : vecteur aléatoire. Loi d’addition des variances, théorème central limite.

II. Fonctions aléatoires et bruits :

Fonctions aléatoires : stationnarité et ergodicité, fonction de corrélation, signaux gaussiens.

Analyse harmonique : filtrage des signaux aléatoires, densité spectrale de puissance

Bruit thermique : fluctuations – dissipations, bruit de Johnson-Nyquist et circuits électroniques équivalent.

Bruit de photons : processus à points de Poisson, bruit de photodétection, modélisationd’une photodiode.

4

C A L C U L SCIENTIFIQUE Enseignant : Hervé Sauer Volume horaire : 50h
C A L C U L SCIENTIFIQUE Enseignant : Hervé Sauer Volume horaire : 50h

CALCUL SCIENTIFIQUE

Enseignant : Hervé Sauer

Volume horaire : 50h

Cet enseignement a pour objet d'initier les élèves à l'utilisation efficace et raisonnée des ordinateurs dans un contexte scientifique. Il est composé de deux parties : un ensemble de cours- TD pour acquérir les compétences de base et un projet.

Partie 1 (26h) :

Un premier volet concerne la résolution de problèmes numériques classiques accompagnée d'une sensibilisation aux possibilités et limitations du calcul numérique. Un deuxième volet introduit les notions principales de la programmation, en insistant sur les méthodologies de conception et de mise en œuvre. Pour une bonne assimilation des concepts, cet enseignement s'appuie exclusivement sur des «cours-TD» en salle d'informatique, avec une large participation pratique des élèves sur ordinateur avec le logiciel Matlab®, très utilisé dans le monde scientifique et industriel.

Initiation à l'utilisation du logiciel Matlab [~6h] :

Les objets Matlab de base: scalaires, vecteurs, matrices. Les expressions de type tableau. Graphiques 2D et 3D. Affichage d'images

Introduction aux méthodes de la programmation [~8h] :

Les qualités du logiciel: justesse, robustesse, maintenabilité, efficacité - modularité, lisibilité. Notions de conception modulaire: analyses descendante et ascendante, interface explicite. La mise en œuvre avec Matlab: structures de contrôle, fonctions, notions de variables locales et d'arguments formels et actuels, exemples d'algorithmes simples, structures de données,

Rudiments de calcul numérique [~12h] :

Erreur d'arrondi. Erreur de méthode. Stabilité numérique des algorithmes. Résolution des systèmes linéaires de Cramer. Notion sur le nombre de condition des matrices. Résolution des systèmes linéaires au sens des moindres carrés. Recherche de zéro, utilisation d'outils d'intégration numérique, de résolution de systèmes d'équations différentielles, d'optimisation non-linéaire,

(Nota: les trois thèmes indiqués ci-dessus sont en fait enseignés de manière imbriquées au fur et à mesure de la progression des connaissances et compétences pratiques des élèves )

Partie 2 (24h) :

C’est un projet permettant de lettre en œuvre les méthodes du calcul numérique et de la conception de programmes sur des exemples réalistes de problèmes auxquels un ingénieur peut être confronté.

Réalisé en binôme sur un sujet d'ingénierie, de physique ou de calcul numérique choisi par les élèves, le projet implique un travail personnel important, de la compréhension du problème à l'analyse critique des résultats en passant par la conception et la mise en œuvre des méthodes numériques et informatiques de résolution (avec le logiciel Matlab®). Des séances encadrées permettent aux étudiants de surmonter les difficultés qu'ils n'ont pu résoudre seuls. Le projet s'achève par la rédaction d'un rapport et une présentation orale publique des travaux réalisés.

5

T RAITEMENT DU SIGNAL Enseignant : François Goudail Volume horaire : 27h Le signal provenant
T RAITEMENT DU SIGNAL Enseignant : François Goudail Volume horaire : 27h Le signal provenant

TRAITEMENT DU SIGNAL

Enseignant : François Goudail

Volume horaire : 27h

Le signal provenant de tout système de mesures physiques doit subir un traitement afin d’en extraire l’information utile. Tout scientifique, qu’il soit ingénieur ou chercheur, doit donc maîtriser les notions fondamentales de traitement du signal.

Ce cours introduit les méthodes permettant d’extraire l’information d’un signal de manière optimale. Il présente les méthodes de bases en estimation, détection et restauration de signal. Ces concepts sont ensuite appliqués au domaine de la modulation des signaux analogiques et numériques. Ce cours est accompagné de travaux dirigés et de deux séances de travaux pratiques sur ordinateur.

1. Rappels sur les signaux déterministes et aléatoires Signaux d’énergie et de puissance finie, fonctions aléatoires, exemple d’application : la détection synchrone

2. Filtrage adapté et estimation de paramètres Optimalité du filtre adapté, biais et variance d’un estimateur, application à l’estimation de retard, compression d’impulsion

3. Filtrage adapté et détection Critères d’optimalité d’un détecteur, détection en présence de bruit additif gaussien.

4. Restauration d’un signal : le filtre de Wiener Optimalité du filtre de Wiener, application à la déconvolution.

5. Modulation analogique Modulation d’amplitude, modulations angulaires.

6. Modulation numérique Conversion analogique-numérique, transmission en bande de base, transmission sur porteuse (ASK, PSK, QAM) .

6

M ECANIQUE QUANTIQUE Enseignant : Gaétan Messin Volume horaire : 30h L’objectif de ce cours
M ECANIQUE QUANTIQUE Enseignant : Gaétan Messin Volume horaire : 30h L’objectif de ce cours

MECANIQUE QUANTIQUE

Enseignant : Gaétan Messin

Volume horaire : 30h

L’objectif de ce cours est l’introduction des principes fondamentaux de la mécanique quantique.

I. Introduction : corps noir, photons, atome de Bohr, dualité ondes-corpuscules, interférences d’ondes de matière

II.

Mécanique

ondulatoire :

fonction

d’onde,

interférences,

paquet

d’onde

libre,

impulsion,

équation de Schrödinger

 

III.

Grandeurs

physiques

et

mesure :

observables,

résultats

d’une

mesure,

énergie

et

états

stationnaires

IV. Espaces de Hilbert : vecteur d’état, opérateurs, décomposition spectrale, mesure d’une gradeur physique, principes de la mécanique quantique, structure de l’espace de Hilbert.

V. Commutation des observables : relations de communtation, relation d’incertitude, théorème

d’Ehrenfest, observables qui commutent, oscillateur harmonique.

7

P HYSIQUE ATOMIQUE Enseignant : Denis Boiron Volume horaire : 30h Le but du cours
P HYSIQUE ATOMIQUE Enseignant : Denis Boiron Volume horaire : 30h Le but du cours

PHYSIQUE ATOMIQUE

Enseignant : Denis Boiron

Volume horaire : 30h

Le but du cours est d'aborder l'interaction entre un atome et une onde électromagnétique. Les étapes nécessaires sont une compréhension au niveau quantique de la structure des atomes (moment cinétique, état lié), des méthodes perturbatives pour le calcul de l'intéraction et finalement la nécessité du postulat d'indiscernabilité (existence de bosons et de fermions). Ce cours est relié aux cours de diode laser, de laser, d'interaction matière-rayonnement entre autres.

1. Perturbations indépendantes puis dépendantes du temps

2. Moment cinétique - Addition de moments cinétiques

3. Description quantique de l'atome d'hydrogène - d'atomes pluriélectroniques

4. Interaction atome - rayonnement

8

E LECTROMAGNETISME Enseignant : Jean-Jacques Greffet Volume horaire : 36h Le cours porte sur l'étude
E LECTROMAGNETISME Enseignant : Jean-Jacques Greffet Volume horaire : 36h Le cours porte sur l'étude

ELECTROMAGNETISME

Enseignant : Jean-Jacques Greffet

Volume horaire : 36h

Le cours porte sur l'étude des ondes électromagnétiques avec un accent sur les ondes optiques. C'est un cours de consolidation en électromagnétisme avec un spectre assez large de l'étude des sources jusqu'à la propagation dans divers types de milieu. Ce cours sert également de base pour introduire des notions approfondies dans d'autres cours de l'école : optique non linéaire, optique guidée, diffusion de la lumière, radiométrie, physique atomique, …

Le cours comprend 14 cours et 10 travaux dirigés. Dans l'ordre, les cours sont :

1. Équations de Maxwell

2. Propagation dans le vide. Spectre angulaire.

3-4. Rayonnement d'une source électromagnétique - potentiels retardés - directivité d'une antenne

5. Diffusion dans les milieux dilués - notion de facteur de structure pour une diffusion par un

ensemble de diffuseurs

6. Equations de Maxwell dans la matière

7. Relations constitutives

8. Propagation des ondes dans un milieu linéaire, dispersif, absorbant

9. Réflexion - réfraction à une interface entre deux milieux diélectriques ou métalliques

10. Réflexion et rayonnement

11. Ondes de surface

12. Ondes guidées

13. Limite grande longueur d'onde : de l'électromagnétisme à l'optique géométrique

14. Propagation en milieu périodique, cristaux photoniques

9

O P T I Q U E INSTRUMENTALE Enseignant : Lionel Jacubowiez, Sébastien de Rossi
O P T I Q U E INSTRUMENTALE Enseignant : Lionel Jacubowiez, Sébastien de Rossi

OPTIQUE INSTRUMENTALE

Enseignant : Lionel Jacubowiez, Sébastien de Rossi

Volume horaire : 61,5 h

L’objectif de ce cours est de comprendre les bases de la conception des instruments d'optique et de leur utilisation. Cet objectif passe par une maîtrise parfaite de l'optique de Gauss, première étape pour l'analyse des systèmes optiques.

Les instruments visuels seront particulièrement étudiés pour les applications de mesures par voie optique en lien étroit avec les travaux pratiques. Une bonne compréhension de ces applications nécessite des connaissances de base sur le mécanisme de la vision.

On montre les étapes qui conduisent des principes généraux (propagation des rayons, imagerie et stigmatisme, recherche du stigmatisme, domaine de Gauss) à l'approximation de l'optique géométrique linéaire. L'accent est mis sur les propriétés générales à tout système optique dans le domaine paraxial (dioptres, lentilles, miroirs, systèmes centrés et associations de systèmes centrés).

La maîtrise de l'optique de Gauss est ensuite utilisée pour l'étude des instruments d'optique visuels et de projection (microscopes, viseurs, lunettes, télescope, etc…). On insistera en particulier sur les notions de pupilles et de lucarnes afin d'étudier les caractéristiques des instruments : champs des instruments en largeur et en profondeur. Cette dernière partie nous conduira à définir la notion d'étendue géométrique et à montrer sa conservation dans les systèmes optiques et à aborder ainsi la photométrie des instruments qui sera développée en deuxième année. On étudiera enfin l'effet du chromatisme des verres dans l'approximation de Gauss.

On étudiera aussi dans les détails les instruments d'optiques visuels utilisés pour les mesures (lunettes, viseurs). On évaluera les précisions des pointés longitudinaux et transversaux que l'on pourra obtenir compte tenu des propriétés de résolution de l'oeil. On précisera, en lien étroit avec les travaux pratiques, l'utilisation de ces instruments pour des mesures de focales et des mesures d'indice ou d'angles avec les divers goniomètres. En parallèle, le cours d'optique physiologique étudiera l'anatomie du système visuel et ces conséquences sur les mécanismes de la vision (vision emmétrope, défauts classiques, vision des couleurs, vision en relief, etc…).

10

O P T I Q U E PHYSIQUE Enseignant : Henri Benisty Volume horaire :
O P T I Q U E PHYSIQUE Enseignant : Henri Benisty Volume horaire :

OPTIQUE PHYSIQUE

Enseignant : Henri Benisty

Volume horaire : 50,5h

- Maîtriser les raisons physiques et les conditions d’obtention des interférences à deux ondes et à N Ondes.

- Maitriser les raisons physiques et les conditions d’obtention de la diffraction de Fresnel et de Fraunhofer

- Comprendre le lien avec les instruments usuels (Michelson, Fabry-Perot, réseaux)

INTERFÉRENCES

- Interférences à deux ondes

- Conditions d'interférences : introduction à la cohérence spatiale et temporelle.

- Les interféromètres à séparation spatiale.

- Les interféromètres à séparation de luminance : surface de localisation, interféromètre de

Michelson, interféromètre de Twyman-Green, Interféromètre de Mach-Zehnder.

- Les principales sources de lumière : propriétés spectrales (en lien avec la spectroscopié à

Transformée de Fourier).

- Les interférences à ondes multiples : ondes stationnaires et procédé couleur Lippmann ; interféromètre de Fabry-Pérot, applications à la spectroscopie

DIFFRACTION

- Principe d'Huygens-Fresnel : formulation et expression analytique.

- Diffraction de Fresnel et de Fraunhofer.

- Formation des images en éclairage cohérent, applications au filtrage des fréquences spatiales, fonction de transfert en éclairage cohérent.

- Étude des réseaux de diffraction.

11

P OLARISATION DE LA LUMIERE Enseignant : François Goudail, Nathalie Westbrook Volume horaire : 28,5
P OLARISATION DE LA LUMIERE Enseignant : François Goudail, Nathalie Westbrook Volume horaire : 28,5

POLARISATION DE LA LUMIERE

Enseignant : François Goudail, Nathalie Westbrook

Volume horaire : 28,5 h

La polarisation de la lumière intervient à différents niveaux dans le métier d’ingénieur :

- C’est une propriété fondamentale de la lumière, et donc une notion essentielle en optique

théorique

- Le fonctionnement de nombreux systèmes optiques repose sur des phénomènes de polarisation

(écrans à cristaux liquides, ellipsomètres, …). Une bonne connaissance de ce domaine est donc un

élément essentiel de la créativité de l’ingénieur SupOptique

- Même s’il n’utilise pas de manière explicite la polarisation, l’ingénieur a besoin de prendre en

compte ses effets dans la grande majorité des applications qu’il a à traiter. Il utilise au quotidien

des composants modifiant la polarisation.

L’objectif de ce cours est de présenter les outils essentiels dans l’étude des phénomènes de polarisation. On insiste en particulier les différentes représentations de l’état de polarisation de la lumière et de son interaction avec la matière. On traite en détail la propagation de la lumière dans les milieux anisotropes, et on donne de nombreuses applications pratiques des phénomènes de polarisation.

Le plan du cours est le suivant :

1. Lumière purement polarisée :

Représentation : vecteur de Jones, sphère de Poincaré Interaction avec la matière : matrices de Jones

2. Propagation dans les milieux anisotropes :

Surface des indices, surfaces d'onde, milieux uniaxes, construction des rayons réfractés Pouvoir rotatoire

3. Lumière partiellement polarisée Représentation : matrice de cohérence, vecteur de Stokes, notion de dépolarisation Interaction avec la matière : matrice de Mueller

4. Interférences en lumière polarisée Teintes de Newton, interférences en lumière convergente, applications

5. Anisotropie induite et applications Effet photoélastiques, électrooptiques, magnétooptiques - Cristaux liquides

6. Composants et instruments utilisés en optique anisotrope Polariseurs, déphaseurs, dépolariseurs, ellipsomètres, systèmes d’imagerie.

12

T R A V A U X PRATIQUES D ’ OPTIQUE – SEMESTRE 1 Enseignants
T R A V A U X PRATIQUES D ’ OPTIQUE – SEMESTRE 1 Enseignants

TRAVAUX PRATIQUES DOPTIQUE SEMESTRE 1

Enseignants : Lionel Jacubowiez, Thierry Avignon

Volume horaire : 27h

4 séances, mesures sur banc et goniomètre, sont consacrées aux premiers exemples de mesures

optiques. On s’attachera d’une part à la qualité des réglages optiques, d’autre part, à l’analyse précise des incertitudes sur les mesures effectuées. Les 2 séances consacrées à l’interféromètre de Michelson sont des illustrations du cours d’optique physique de 1 ère année, en particulier en ce qui concerne les notions de cohérences spatiale et temporelle.

6 manipulations effectuées en binômes:

MESURES DE FOCALES ET DE RAYONS DE COURBURE : 2 Séances

· Étude des caractéristiques optiques d'un objectif photographique dans l'approximation de Gauss. Distance focale. Plans principaux.

· Mesures de rayon de courbure sur banc. Viseurs autocollimateurs. Interférométrie Laser. MESURES D'ANGLES AU GONIOMETRE : 2 Séances

a) Étude de prismes dispersifs : Étude d'un goniomètre, réglage, mesure d'angles, autocollimation.

Mesure de l'indice d'un prisme en lumière visible .

b) Étude de réseaux : Mesure du pas. Etude de la résolution, du recouvrement d'ordre, de l'angle

de " Blaze ". INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON : 2 Séances Réglage, étude des cohérences spatiale et temporelle. Franges localisées sur les miroirs et à l'infini. Battements. Etude des défauts d’épaisseur d'une lame de verre. Interférences en lumière blanche.

13

T R A V A U X PRATIQUES D ’ OPTIQUE – SEMESTRE 2 Enseignants
T R A V A U X PRATIQUES D ’ OPTIQUE – SEMESTRE 2 Enseignants

TRAVAUX PRATIQUES DOPTIQUE SEMESTRE 2

Enseignants : Lionel Jacubowiez, Thierry Avignon

Volume horaire : 27h

A l’exception du TP sur la photodiode, les sujets de ce trimestre sont des illustrations et des applications importantes des cours d’optique instrumentale et d’optique physique de 1 ère année. Diffraction, filtrage-détramage et holographie portent sur les notions essentielles d’optique de Fourier. Microscope et lunette afocale sont deux exemples d’études des caractéristiques de systèmes optiques visuels. Ces 8 séances doivent aussi permettre aux étudiants d’acquérirdes méthodes expérimentales usuelles en optique.

8

manipulations effectuées en binômes:

1

-

MICROSCOPIE :

Etude des différents éléments d’un microscope biologique. Etude et réalisation pratique de l'éclairage Köhler. Détermination expérimentale de diverses caractéristiques géométriques du

microscope (grossissement, puissance, ouverture numérique,

spécificités de l'imagerie sous forte ouverture numérique (compensation de lamelle comme objet-

longueur de tube,

).

Etude

expérimentale

des

).

Influence de la cohérence de l’éclairage.

2 -

Détermination des caractéristiques d'une lunette afocale. Etudes expérimentales des champs de la

lunette. (Méthodes photométriques et visuelles). Comparaison avec les constructions théoriques déduites des caractéristiques géométriques de l'instrument.

ETUDE DES CHAMPS D'UNE LUNETTE AFOCALE :

3 et 4 MESURES ET CONTROLES INTERFÉROMETRIQUES : 2 séances Interféromètre de Fizeau - interféromètre à "phase-shift" (ZYGO) Contrôles de lames à faces parallèles : mesures de défauts d'épaisseur (parallélisme) avec les interféromètres de Fizeau. Mesure de planéité de surface par interférences en lumière blanche avec un plan étalon. Contrôles de miroirs plans : mesures de défauts de planéité avec un calibre plan à l'interféromètre de Fizeau. Reconstitution précise de la forme de la surface d'un miroir (représentation en perspective) par analyse d'interférogrammes assistée par ordinateur. (méthode du basculement et du "phase-shift").

5- DIFFRACTION :

Diffraction à l’infini par des ouvertures circulaires, rectangulaires, des trous d’Young, etc… Etude des figures obtenues par Matlab. Comparaison avec les résultats de l’optique de Fourier.

Illustration du Théorème de Babinet.

6- FILTRAGE DES FREQUENCES SPATIALES – CONTRASTE DE PHASE ET STRIOSCPIE :

Filtrage – Détramage en éclairage cohérent. Mise en évidence expérimentale de la Transformée de Fourier.

Étude sur banc du contraste de phase et de la strioscopie. Visualisation de défauts de surface.

7 ÉTUDE D'UNE PHOTODIODE :

Visualisation pour différents flux lumineux de la caractéristique courant/tension d'une photodiode

silicium. Montage classique à générateur et résistance de charge. Etude du phénomène de saturation en grand et en petits signaux. Bande passante du montage détecteur. Étude de la sensibilité spectrale d'une photodiode.

8- INITIATION A L’HOLOGRAPHIE :

Prise d'un hologramme par réflexion. Étude de déformations par un hologramme à double exposition.

14

E LECTRONIQUE 1 - C OMPOSANTS Enseignant : Franck Delmotte Volume horaire : 35h L’objectif
E LECTRONIQUE 1 - C OMPOSANTS Enseignant : Franck Delmotte Volume horaire : 35h L’objectif

ELECTRONIQUE 1 - COMPOSANTS

Enseignant : Franck Delmotte

Volume horaire : 35h

L’objectif de ce cours est de fournir aux étudiants les notions de bases sur le fonctionnement, les différents modes d’utilisation et les limitations des composants électroniques. Ces composants constituent les briques de base qui serviront à fabriquer des fonctions analogiques ou numériques (voir cours du second semestre). Ce cours débute par un bref rappel sur les circuits analogiques linéaires. Les principaux composants électroniques sont ensuite détaillés : amplificateur opérationnel, diodes, transistors. Le dernier chapitre porte sur les notions fondamentales d’électronique numérique et sur ses composants de bases : les portes logiques. Des travaux dirigés associés au cours permettent aux étudiants d’assimiler les notions importantes de chaque chapitre.

Chapitre 1 : Circuits analogiques linéaires

1 Réseaux linéaires

2 Régime variable

3 Les composants réels

Chapitre 2 : Les amplificateurs opérationnels

1 Caractéristiques essentielles des AO

2 Modèles AO idéal / AO réel : principaux défauts

3 AO en contre-réaction

4 Comportement en fréquence des AO

Chapitre 3 : Les diodes

1 Introduction à la physique des semiconducteurs

2 Diode à jonction

3 autres types de diodes

4 applications – exemples de montage

Chapitre 4 : Les transistors

1 Introduction

2 Transistors à effet de champ (TEC)

3 Transistors bipolaires

Chapitre 5 : Les portes logiques

1 L'information logique : bit et signaux électriques 2 Le codage de l'information : du bit au mot

3 Algèbre de Boole et portes logiques

4 Simplification des fonctions logiques

15

E LECTRONIQUE 2 - F ONCTIONS Enseignant : Franck Delmotte Volume horaire : 31.5 h
E LECTRONIQUE 2 - F ONCTIONS Enseignant : Franck Delmotte Volume horaire : 31.5 h

ELECTRONIQUE 2 - FONCTIONS

Enseignant : Franck Delmotte

Volume horaire : 31.5 h

L'électronique analogique et numérique intervient couramment dans les systèmes optiques ou optroniques, de l'objet de grande consommation au matériel de pointe. C'est un élément clef qui confère au dispositif sa puissance de traitement tout en permettant de plus en plus souvent une grande souplesse d'évolution grâce aux composants reprogrammables. Un ingénieur opticien, sans prétendre être un spécialiste de cette discipline très pointue et en perpétuelle évolution, se doit de connaître les fonctions de celle-ci afin d'être capable de dialoguer en connaissance de cause avec un spécialiste du sujet et d'opérer le cas échéant les choix des grandes lignes technologiques adaptées à ses développements. Cet enseignement a donc pour objet de fournir aux futurs ingénieurs opticiens une connaissance générale des possibilités et des technologies actuelles. Une première partie a pour objectif l’apprentissage des principes et des caractéristiques essentielles des fonctions analogiques ; l’influence des choix technologiques sur les performances des circuits est également abordée au travers de différents exemples de réalisations. La seconde partie porte sur les fonctions logiques combinatoires et séquentielles ainsi que sur la logique programmable. Des travaux dirigés associés au cours permettent aux étudiants d’assimiler les principales notions d’électronique analogique et numérique sur des exemples concrets. Ils sont aussi l’occasion d’initier les étudiants à un logiciel de conception et simulation de circuits analogiques (PSPice).

PARTIE A : Fonctions analogiques

Chapitre 1 : L'amplification des signaux

1 Quadripôles

2 Classes des amplificateurs

3 L'amplificateur différentiel

Chapitre 2 : Le filtrage des signaux

1 La fonction de filtrage : définitions

2 Principales formes de réponse

3 Filtres passifs

4 Filtres actifs

5 Comparaison filtres passifs/filtres actifs

Chapitre 3 : Les oscillateurs sinusoïdaux

1 Introduction

2 Principe d'un oscillateur sinusoïdal

3 Oscillateurs basses fréquences

4 Oscillateurs hautes fréquences

5 Stabilité en fréquence

6 Oscillateur à quartz

PARTIE B : Fonctions numériques Chapitre 1 : Circuits logiques combinatoires Codeurs, décodeurs et transcodeurs. Multiplexeurs et démultiplexeurs. Circuits arithmétiques.

Chapitre 2 : Circuits logiques séquentiels Définition et modes de fonctionnements. Composants élémentaires : les bascules. Circuits standards : registres et compteurs.

Chapitre 3 : Circuits logiques programmables et VHDL Les différents types de circuits : PLD, CPLD, FPGA, ASIC. Initiation au langage VHDL.

16

T R A V A U X PRATIQUES D ’ ELECTRONIQUE – S EMESTRE 1
T R A V A U X PRATIQUES D ’ ELECTRONIQUE – S EMESTRE 1

TRAVAUX PRATIQUES DELECTRONIQUE – SEMESTRE 1

Enseignant : Fabienne Bernard

Volume horaire : 27 h

Le premier objectif de ces Travaux Pratiques est d’acquérir la maîtrise des techniques et des instruments de mesure familiers aux ingénieurs. Le deuxième objectif est de maîtriser l’utilisation de composants de base : diodes, transistors jusqu’à l’amplificateur opérationnel.

TP1S 1 - Instrumentation : mesures a l'oscilloscope. Cette première séance de Travaux Pratiques est destinée à se familiariser avec le matériel disponible en salle de laboratoire et à effectuer quelques rappels sur les méthodes de mesures classiques.

TP1S 2 - Différents types de diodes. Après un tracé de caractéristiques statiques de diodes courantes (signal, LED, photodiodes, Zener,…) deux applications : détecteur de crête et redresseur en pont, sont étudiées.

TP1S3 – L’amplificateur opérationnel. Application aux photodiodes. Les caractéristiques dynamiques d’un amplificateur opérationnels sont mesurées dans un premier temps : slew-rate et bande passante. Ensuite les circuits à amplificateurs utilisés en aval de photodiodes sont étudiés. En particulier les avantages du montage transimpédance sont mis en évidence ainsi que le phénomène de « gain-peaking » rencontré avec ce type de circuit.

TP1S4 – Montages à transistors. Une première partie du TP est consacrée à la mesure des caractéristiques des transistors bipolaires et à effet de champ. La deuxième partie concerne l’utilisation des transistors en source de courants pour des applications simples (Testeur de télécommande IR et capteur de température) et la dernière partie présente les sorties « collecteur ouvert » de certains circuits intégrés.

TP1S5 – Instrumentation numérique. L'objectif de ce TP est de sensibiliser les étudiants aus problèmes que l'on peut rencontrer lors de l’utilisation d’instruments numériques et aussi, bien sûr, de dégager les possibilités de ces techniques. Après une présentation des instruments numériques en général, l'exemple particulier de l'acquisition sur ordinateur via le logiciel LabVIEW est abordé en pratique. Les performances de l’oscilloscope numérique sont mesurées. Enfin la Transformée de Fourier Discrète est utilisée pour déterminer le diagramme de Bode de filtres inconnus.

TP1S6 – Circuits intégrés logiques. Ce TP est une introduction pratique aux signaux et aux composants logiques. Une comparaison des performances entre les technologies TTL et CMOS fait l’objet d’une première partie puis des applications en logique séquentielle sont abordées.

17

T R A V A U X PRATIQUES D ’ ELECTRONIQUE – S EMESTRE 2
T R A V A U X PRATIQUES D ’ ELECTRONIQUE – S EMESTRE 2

TRAVAUX PRATIQUES DELECTRONIQUE – SEMESTRE 2

Enseignant : Fabienne Bernard

Volume horaire : 27 h

Les six séances de Travaux Pratiques d’électronique du second semestre sont l’occasion de réfléchir à des problèmes de conception de circuits électroniques simples et de réaliser des fonctions d’électronique numérique à l’aide de composants logiques programmables.

Savoir réaliser une fonction électronique simple (analogique et/ou numérique) avec les performances voulues est l’objectif des trois TP (chacun de deux séances) de ce semestre.

TP 2S1 – Mini projet « Capteur ». Ces deux séances de TP sont un exercice de conception de différents circuits à amplificateurs opérationnels et transistors permettant de réaliser, au choix :

L’asservissement en position d’in faisceau laser à l’aide d’un capteur optique de position,

un télémètre à ultrasons,

un capteur de courant à effet Hall,

ou un détecteur optique de fumée.

TP 2S2 – Circuits logiques programmables. Une première séance est consacrée à la prise en main de la maquette des TPs et à la présentation du langage VHDL. Au cours de deuxième séance, les étudiants réalisent toutes les étapes de la conception d’un programme pour, au choix :

piloter une transmission numérique infrarouge,

ou mesurer la vitesse de rotation à l’aide d’un codeur incrémental optique.

TP 2S3 – Transmission numérique sur fibre optique. Ces deux séances sont une introduction pratique aux communications numériques. Le travail demandé ici fait appel à la fois aux notions apprises en TP sur les circuits à DEL/Photodiodes et fonctions de l’électronique logique programmées en VHDL. Ce travail consiste à réaliser trois éléments :

Un générateur de signaux logiques pseudo aléatoire,

La liaison optique : LED (visible) et photodiode reliées par une fibre plastique,

Le circuit de mise en forme et de détection du signal à la réception.

Enfin, le diagramme de l’œil de la transmission est utilisé pour apprécier les performances obtenues.

18

M ICROPROCESSEURS Enseignant : Hervé Sauer Volume horaire : 18 h Les microprocesseurs équipent la
M ICROPROCESSEURS Enseignant : Hervé Sauer Volume horaire : 18 h Les microprocesseurs équipent la

MICROPROCESSEURS

Enseignant : Hervé Sauer

Volume horaire : 18 h

Les microprocesseurs équipent la plupart des dispositifs techniques actuels, de l'ordinateur à l'instrument de mesure, afin de leur conférer la puissance de traitement et la souplesse de fonctionnement requises. Cet enseignement d'initiation, qui est un complément au cours d'électronique numérique, a pour objet de donner aux ingénieurs opticiens de SupOptique les connaissances générales nécessaires pour comprendre les grandes lignes du sujet, entrevoir les possibilités ouvertes par cette technique (en particulier dans le domaine de l'instrumentation optique ou des systèmes optroniques) et être capable de dialoguer avec un spécialiste du domaine. Cet enseignement est exclusivement réalisé sous la forme de «TP-cours» en salle de travaux pratiques d'électronique afin de privilégier les aspects pratiques et l'assimilation réelle des concepts clefs.

Tous les enseignements sont basés sur la manipulation pratique d'une maquette simple à microprocesseur 16 bits (microcontrôleur Infineon C167) équipée de diverses entrées/sorties et accompagnée d'outils de développement croisé conviviaux fonctionnant sur ordinateur PC:

Architecture générale d'un processeur (registres, instructions de base, modes d'adressage, …) / Découverte de la maquette et de ses outils

Notions d'entrées-sorties parallèles / Sorties sur DEL, entrées par boutons -Usage de bibliothèques de sous-programmes. / Usage d'un afficheur LCD

Usage d'un convertisseur Analogique-Numérique - Notion d'application embarquée / Réalisation d'un voltmètre.

Lecture d'une barrette de photodiodes - Traitement et affichage en temps-réel. / Réalisation d'un détecteur d'ombre à barrettes de photodiode

19

S EMI - CONDUCTEURS Enseignant : Gaelle Lucas-Leclin Volume horaire : 19.5 h Ce cours
S EMI - CONDUCTEURS Enseignant : Gaelle Lucas-Leclin Volume horaire : 19.5 h Ce cours

SEMI-CONDUCTEURS

Enseignant : Gaelle Lucas-Leclin

Volume horaire : 19.5 h

Ce cours expose les principes essentiels de la physique des semiconducteurs et la théorie des électrons dans les solides cristallins. Le but est de permettre une description simple du fonctionnement des composants optoélectroniques tels que la photodiode ou la diode laser, en s'appuyant sur les diagrammes de bandes énergétiques et les courants de porteurs.

Le plan du cours est le suivant :

STRUCTURE CRISTALLINE DES SEMICONDUCTEURS USUELS Propriétés électroniques et cristallines du Si/Ge et des alliages SC Le réseau réciproque

DESCRIPTION DE L'ETAT D'UN ELECTRON DANS UN CRISTAL PARFAIT ISOLE États énergétiques possibles d'un électron dans un cristal Modèle de l'électron quasi-libre dans un potentiel périodique Densités de porteurs mobiles dans un semiconducteur

DYNAMIQUE DES PORTEURS Action d'une force extérieure à grande échelle Courants de porteurs de charges dans les semi-conducteurs Génération et recombinaison des porteurs mobiles Composants optoélectroniques

20

A UTOMATIQUE Enseignant : Fabienne Bernard Volume horaire : 27 h Le signal provenant de
A UTOMATIQUE Enseignant : Fabienne Bernard Volume horaire : 27 h Le signal provenant de

AUTOMATIQUE

Enseignant : Fabienne Bernard

Volume horaire : 27 h

Le signal provenant de tout système de mesures physiques doit subir un traitement afin d’en extraire l’information utile. De plus, pour assurer une précision suffisante, beaucoup de ces systèmes sont stabilisés de manière automatique. Tout scientifique, qu’il soit ingénieur ou chercheur, doit donc maîtriser les notions fondamentales d’automatique.

Des démonstrations expérimentales introduisent ce cours consacré à l’analyse et à la conception de boucles d’asservissement PID. Après avoir défini sur ces exemples expérimentaux les objectifs de tels dispositifs, les concepts mathématiques nécessaires à leur analyse sont présentés. L’objectif de ce cours est de donner une méthodologie de conception de correcteurs analogiques et donner une première approche des asservissements numériques. Les travaux dirigés et une séance de travaux pratiques sur ordinateur permettent d’analyser des manipulations expérimentales telle que l’asservissement en position d’un faisceau laser à l’aide de miroirs montés sur des actionneurs électromécaniques.

1. Modélisation/outils mathématiques pour les signaux et systèmes a temps continu Introduction/Définitions. : Systèmes linéaires invariants. Stabilité La transformée de Laplace : Définition. Propriétés. Notion de fonction de transfert. Représentation par schémas blocs. Schéma fonctionnel d'un asservissement analogique. Condition de stabilité d'un système. Exemples. Rappel sur les systèmes du premier et second ordre Dernières définitions : Traduction mathématique des objectifs d'un asservissement : précision, rapidité, rejet de perturbation, stabilité.

2. Conception de correcteurs analogiques Conception de la boucle ouverte pour améliorer la précision - la rapidité - Le rejet de perturbation Et assurer la stabilité (BF) : Critères de Nyquist et du revers. Marges de phase et de gain. Principaux correcteurs. Intérêts respectifs des actions proportionnelle, intégrale et dérivée. Critères de choix des paramètres.

3. Asservissements échantillonnés Introduction : technologie. Filtrage numérique La transformée en Z. : Définition. Propriétés. Première approche : Choix d'un correcteur par copie d'un correcteur analogique. Deuxième approche : Modélisation complète de l'asservissement échantillonné avec la transformée en Z. Limites de la première approche.

21

E C O N O M I E ET ENTREPRISE Enseignant : Olivier Fortin Volume
E C O N O M I E ET ENTREPRISE Enseignant : Olivier Fortin Volume

ECONOMIE ET ENTREPRISE

Enseignant : Olivier Fortin

Volume horaire : 20 h

Donner une grille de lecture du monde économique actuel. Donner des notions de base sur l’entreprise.

Le cours est divisé en deux parties. La première partie aborde les concepts fondamentaux et les présupposés sous-jacents au monde économique actuel. La deuxième partie traite des grands concepts relatifs à l’entreprise. Ce cours est évalué par un examen écrit.

Concepts fondamentaux de l’économie (12H)

(O. FORTIN) Fondements de la démarche économique, Concepts sous-jacents Notions de marchés Les comportements du consommateur Les remises en cause actuelles

Introduction à l’entreprise (6H)

(G. Le BOUDEC) Définition de l’entreprise Définition, objectifs et moyens (financiers, matériels et humains) Les différents types d’entreprise (industrielles et commerciales, de négoces, de services…) Le fonctionnement de l’entreprise La notion de processus Les processus de réalisation du produit Les processus support Les processus de pilotage La nécessité d’une structure d’organisation- principe d’établissement de cette structure

22

C OMMUNICATION Enseignant : Mireille DA FRE Volume horaire : 12 h Les objectifs de
C OMMUNICATION Enseignant : Mireille DA FRE Volume horaire : 12 h Les objectifs de

COMMUNICATION

Enseignant : Mireille DA FRE

Volume horaire : 12 h

Les objectifs de ce cours sont les suivants :

- Connaître les ressorts d’une communication orale efficace en situation professionnelle

- S’entraîner à la prise de parole en public

- Apprendre à argumenter et convaincre

- Conduire une réunion de manière productive et apprendre à prendre sa place dans la discussion

1ère journée : communication orale

Matin :

- Connaître les ressorts d’une communication orale efficace

- Repérer les obstacles et apprendre à les dépasser

- Prendre conscience des critères de réussite d’une prise de parole en public

Après-midi :

- Apprendre à argumenter et convaincre

- S’entrainer à la prise de parole en public

2ème journée : conduite de réunion

Matin :

- Appréhender le fonctionnement d’un groupe

- Prendre conscience de l’intérêt du rôle de l’animateur de réunion

Après-midi :

- Conduire une réunion de manière productive et prendre sa place dans la discussion

- S’entraîner à jouer le rôle d’animateur

- Observer les rôles des participants dans la réunion

- Développer le sens de l’écoute et de la reformulation

23

A NGLAIS Enseignant : Annick Manco Volume horaire : 54h L’anglais est un outil de

ANGLAIS

Enseignant : Annick Manco

Volume horaire : 54h

L’anglais est un outil de travail et d’étude pour l’élève ingénieur. L'objectif des deux premières années est d'atteindre ce niveau, quelle que soit la première langue vivante acquise dans le secondaire.

Un test de niveau est prévu afin de déterminer le groupe dans lequel l'étudiant pourra le mieux s'épanouir. La promotion est donc divisée en trois groupes : A, B et C. Les élèves moins entraînés doivent avoir à peu près le même niveau que les autres en début de troisième année, c'est pourquoi des cours de consolidation sont proposés en première année.

Les thèmes dominants des deux semestres sont respectivement :

a) Culture générale, presse et média, travail d'écoute intensive, enrichissement lexical.

b) Révisions grammaticales, travail sur la prononciation.

24

D EUXIEME LANGUE VIVANTE Enseignant : Annich Manco Volume horaire : 52h L'apprentissage d'une deuxième

DEUXIEME LANGUE VIVANTE

Enseignant : Annich Manco

Volume horaire : 52h

L'apprentissage d'une deuxième langue est obligatoire à l'Ecole. Les langues proposées sont l’allemand, l’espagnol, le chinois, le japonais et le suédois.

Les cours d'Espagnol, d'Italien et d'Allemand sont proposés pour trois niveaux, et les débutants sont acceptés. Les élèves peuvent aussi débuter le Chinois et le Japonais. Un stage linguistique en Chine est organisé en fin d’année pour accélérer l’apprentissage de la langue.

Les cours visent à élargir et approfondir la culture des élèves et à les préparer à leurs stages à l'étranger. Théâtre, traduction de brochures, voyages : les objectifs sont variés mais toujours d'un authentique intérêt culturel.

Dans le cadre des échanges avec les établissements d'enseignement supérieur voisins qui font partie de Paris Pôle Sud, certains cours de langues (par exemple les langues dites rares, ou FLE) peuvent être proposés dans ces établissements, et inversement nos cours leurs sont ouverts.

25