Vous êtes sur la page 1sur 99

| 


 

 

 


| 

 
 


   
 


|   


= Définition et Enjeux de la Communication

= Obstacles à la communication

=Comment communiquer dans une organisation?

= Comment animer efficacement une réunion?


GGOn ne peut pas ne pas communiquer͛͛

On peut décider de ne pas parler; mais,


cette décision communique quelque chose.
De plus, les expressions de notre visage,
nos gestes, nos comportements,
etc.͙ —    — .

M La communication est toujours présente dans notre vie quotidienne

Paul WATZLAWICK
ëu͛est ce que communiquer ?
Principes Fondamentaux
`   
 
    
 
   
 
 

   
   !
` La communication peut être volontaire ou non
` La communication est unique et irréversible
` Plus de 70% de notre communication passe par le non-verbal
` Les limites de la communication:
D Communiquer n͛est pas toujours dans les mots
D Communiquer davantage n͛est pas toujours préférable
D Communiquer ne résoudre pas toujours les problèmes
D Communication n͛est pas un don naturel mais un talent qui
se développe.
` Communiquer peut avoir plusieurs objectifs : discuter des
opinions, convaincre, informer, etc ͙.
Degré de sympathie de Mehrabian
ëuand quelqu͛un vous parle, quels sont les facteurs qui le rendent sympathique?

Appréciation positive visage et Appréciation verbal positive


expression 7%
58 %

Appréciation vocale positive


38 %
ëu͛est ce que communiquer ?
Principes Fondamentaux
`   
 
    
 
   
 
 

   
   !
` La communication peut être volontaire ou non
` La communication est unique et irréversible
` Plus de 70% de notre communication passe par le non-verbal
` Les limites de la communication:
D Communiquer n͛est pas toujours dans les mots
D Communiquer davantage n͛est pas toujours préférable
D Communiquer ne résoudre pas toujours les problèmes
D Communication n͛est pas un don naturel mais un talent qui
se développe.
` Communiquer peut avoir plusieurs objectifs : discuter des
opinions, convaincre, informer, etc ͙.
ë   
 $

` Acte au cours duquel un individu


·   " traduit un fait, un
concept, un sentiment en un  
qu͛il adresse par     qui lui paraît
le plus approprié, à un autre individu
·   " avec l͛intention que ce
dernier puisse prendre connaissance du
fait, du concept, du sentiment envoyé
#w A 
ë   
 $

Ñ   %
Il émet le message : c͛est un
individu, un groupe (parti
politique, entreprise), une machine
(répondeur, un ordinateur), un
animal,͙

Ñ   %
Il est le récepteur du message :
c͛est un individu, un groupe, une
machine, un animal,͙
ë   
 $

Ñ %
Pour l͛émetteur, l͛acte de communication consiste à
transmettre au récepteur un concept, une idée, une
pensée, une information. Pour cela, il va devoir
l͛exprimer au travers d͛un message

D Au sens large,    est le contenu général des


informations

D Plus spécifiquement, le message est une succession


de signes #& correspondants à des règles précises
transmise par    au   via    
ë   
 $

D Ñ     %
un élément de l͛interface émetteur/récepteur ;
le lieu d͛échange, de contact émetteur/récepteur.
On distingue :
Les canaux physiologiques internes de l͛émetteur et du
récepteur (audition, vision, odorat͙)
Les canaux techniques externes (radio, ordinateur,͙) qui
servent à convoyer le message à travers le temps et
l͛espace.
ë   
 $

D La forme du message V  en fonction du 


servant à transmission :
L͛émetteur choisit le langage qu͛il va utiliser, puise
ensuite dans le cadre de chaque langage les
éléments nécessaires à constituer son message;
Le récepteur recevra le message codé et, à partir
du répertoire et de sa connaissance des règles de
combinaison procédera au décodage partiel ou
total du message.
ë   
 $

D [n code peut être composé de signes tels que :


Des sons = code linguistique
Des signes écrits = code graphique
Des signes gestuels
Des images symboles ex : logo
Des signaux mécaniques = morse,..
Modèles théoriques de Communication

D De nombreux théoriciens de la communication ont


cherché à conceptualiser ce qu'était « une
communication ».
D Il ne s'agit pas là d'une liste exhaustive, tant les modèles
sont nombreux et complémentaires
D Le but recherché est de cerner une évolution générale en
donnant les plus connus de ces modèles et l'apport qu'ils
ont induit :
o Lasswell (politologue et psychiatre)
o Shannon et Weaver (mathématiciens)
o Wiener
. Le modèle de Ñ '
Le modèle de Ñ '
D Lasswell ( 8) pose 5 questions qui
tentent de décrire tout phénomène de
communication
D Ce premier modèle théorique va fortement
orienter les recherches ultérieures en



  ( de la communication
interpersonnelle
Le modèle de Ñ '

ëui ? metteur

dit ëuoi ? |essage

par ëuels moyens ? anal

à ëui ? Récepteur

avec ëuels effets ? ens


ù. Le modèle informationnel de
)*++,+-
)*++,+ - . */ #0121&
Le modèle informationnel de
)*++,+-
)*++,+ - . */ #0121&
D Ce modèle élaboré par )*++,+ - . */ 
(  ) est centré sur l͛étude d͛une transmission
optimale d͛un message dans tout moyen de
communication canalisable
D Il désigne un modèle linéaire simple de la
communication : cette dernière y est réduite à sa
plus simple expression, la transmission d'un
message
Le modèle informationnel
On peut résumer ce modèle en :
 , grâce à un  ,
« [n    envoie un   à un récepteur qui effectue
le   dans un contexte perturbé de bruit »

   

Oral Oral
Ecrit Message (Info + Code) Ecrit
Niveau
Figural Figural
formel
Représentations Représentations
Info en retour (Décodage)
Valeurs Valeurs
Idéologie Idéologie
Bruits
Sentiments Sentiments
Emotions Emotions Niveau
Affects Affects Informel
Le modèle informationnel

C   D

C
C
O C  
  O
D
D
A C  
A
G
G



  

D La transmission de l͛information chez l͛homme exploite souvent


 
    3 sensoriels qui disposent de codages spécifiques
(
)
3. Le schéma Cybernétique de
. ++ #0124&
Le schéma Cybernétique de
. ++ #0124&
D Le concept théorique de ë    
 (ou feed-
back) est introduit par Norman . +  ( 8)
dans son livre « Cyb »
D L͛approche cybernétique introduit le concept clé de
  
  
    ë    
 et traite la
communication d͛un point de vue  
 
D L͛apport de ce modèle est essentiel. Il différentie la
transmission d͛information, d͛une  
 
 



   
   
ë

  5ë 
Le schéma Cybernétique de
. ++ #0124&

ß   

  ü  

Le «    » permet une régulation :


la communication est une série de « 5ë »
, 
   
 


Toute action de communication se situe dans un contexte dont il est nécessaire


de tenir en compte :
D Les composantes de communication
D Les pertes de communication (Bruits)
 

ë, *ë

D les idées D le groupe, l͛individu


D le message D la cible
D le contenu D la nature
D les informations D le contexte langage
D mes attentes D l͛historique

u,ë, ,|| +

D l͛objectif D sensibiliser
D convaincre? Informer? D rendre disponible
D les échanges D la forme : dialogue, exposé, autres
D le contrôle D les moyens
D les étapes D le langage
D l͛organisation
 
 
%


Statistiquement, il se perd environ 50% d͛efficacité entre CE ë[E JE VE[ DIRE et ce que
l͛interlocuteur VA REPERC[TER.

Ce que je veux dire


 

Ce que je dis

Ce qu͛il entend

Ce qu͛il écoute avec attention


 
Ce qu͛il comprend

Ce qu͛il retient

Ce qu͛il fait
 
 
%



ëuelques remèdes à apporter pour éviter les pertes de communication:

$ Bien communiquer c͛est d͛abord  


 , encore faut-il   pour
montrer à l͛autre qu͛on l͛écoute, encore faut-il  
 s͛il y a lieu
$ L͛adaptation du    à celui de l͛interlocuteur
+,+et des réactions observables (le
$ La prudence à l͛égard du +,+
+,+/ *Ñ)
*Ñ
$ La vérification systématique de  6
 et de   

$ S͛assurer de la non-influence des  qui peuvent survenir.
 
 
%



Expliquer quelque chose comporte différents aspects à prendre en compte :

&  7
3
 %

D S͛adapter au LANGAGE et à la compréhension de l͛interlocuteur


D Expliquer implique une FORME pour que l͛explication soit efficace.

ë& 3
 %

En règle générale il faut adopter le style suivant :


) Commencer par une idée donnant une IMAGE ou une explication GLOBALE de ce que
l͛on va exprimer
ù) APP[ER les mots essentiels résumant les IDEES que l͛on veut faire passer
3) EPLICITER ces idées en illustrant par des faits, des exemples, des comparaisons
) Rester simple dans le langage, éviter les redondances
5) RES[MER à la fin en reprenant point par point les IDEES émises sans les recommencer
6) CONCL[RE en précisant l͛objectif atteint.
 
 
%




Le cas d͛exprimer un sentiment on peut employer la méthode ! !! :

-  comme Décrire la situation

- comme Exprimer ses sentiments

-  comme Suggérer des solutions

- comme Conséquences positives


6 3   
 


` Les enjeux identitaires

` Les enjeux de territoire

` Les enjeux relationnels

` Les enjeux d͛influence


6 3   
 


D Nous ne communiquons pas seulement pour


transmettre ou recevoir des informations, mais
aussi parce que nous sommes poussés par
certains motifs, désireux d͛atteindre certains buts
et, plus largement, pour maîtriser certains enjeux
psychologiques
D Il existe  types d͛enjeux qui ont été repris par
différents auteurs dont (M[CCHIELLI et
LIPIANSK)
6 3



Pour parler, il faut avoir une identité


Toute communication définit l͛identité de
l͛émetteur
L͛identité du locuteur va se manifester dans la
phraséologie utilisée, dans l͛usage d͛un code
particulier
L͛identité est aussi un enjeu, la personne qui
communique va mettre en danger son identité
pour produire chez l͛autre une certaine image
6 3



Au cours de la communication , il est important de prendre Gles bonnes distances͛.

Dans l͛interaction nous intervenons dans quatre zone distincte :

$ La zone intime de 0 à 60 cm : c͛est la zone réservée aux personnes très


familières.
$ La zone personnelle de 60 cm à  m ù0 cm : distance choisie entre deux
amis.
$ La zone sociale de  m ù0 cm à 3 m : cette zone se trouve dans un
relationnel courant.
$ La zone publique au delà de 3 m : c͛est la zone des prises de parole
en public.
6 3


6 3


6 3  



L͛enjeu est de préserver un espace intime pour ne


pas se mettre en danger dans la communication

Ces enjeux vont se mettre en place à la fois dans


l͛espace physique et psychique

Les enjeux de l͛espace psychique font référence aux


aspects d͛intimité, aux éléments
personnels, privés, aux limites où
on accepte l͛autre dans son espace
6 3 


Les enjeux relationnels :


Il y a · 6 " d͛entrer en relation, d͛avoir des
contacts, d͛œuvrer à avoir des contacts
satisfaisants par rapport à:
D son objectif,
D en fonction de la situation de l͛individu,
D du moment (besoin de gratification, de
protection͙).
6 3 


Ces enjeux reposent sur des questions d͛identité et de


frontières

D Comment rentrer en communication avec l͛autre ?


L͛ouverture comporte le risque d͛intrusion, de non-réponse, de non-
maîtrise du déroulement de l͛interaction qui, une fois engagée,
échappe pour une part à l͛emprise de chaque protagoniste
La fermeture peut faire résonance avec l͛abandon et il faut rassurer
l͛interlocuteur sur le fait qu͛il n͛en est rien
6 3  

D Ces enjeux représentant la possibilité


d͛influencer l͛autre
D Dans toute communication, l͛émetteur
cherche à influencer l͛autre, le convaincre
sur une opinion, sur un comportement, à le
faire changer d͛avis
6 3  

Ces enjeux peuvent prendre deux voies :


la séduction : qui recherche un rapport de complicité,
d͛attirance, de sympathie en mettant en avant les aspects
relationnels
le pouvoir : qui instaure un rapport de force entre les
interlocuteurs (autorité, sanctions, menaces͙)
Il existe des circonstances où la persuasion sera admise et
des circonstances où elle ne le sera pas
Ces enjeux sont aussi un processus dynamique, ils
interagissent les uns par rapport aux autres.
,ë 8   
 


  
 
3
 8  
 

7
 ë 



   ë 8  
 
! 79
8%

` Ñ 7
 
%le lieu, l͛ambiance (sonore, visuelle, olfactive),
la disposition de la pièce, en individuel, en collectif ͙

` Ñ  
 %la qualité du média, l͛utilisation de méthodes ou pas,
l͛utilisation d͛outils de communication ou pas ͙

` Ñ %polymésie des termes employés

` Ñ 
%l͛influence du statut social, ou hiérarchique, l͛intérêt,
les motivations, les représentations, l͛état psychologique ͙
,ë 8   
 


Nous pouvons regrouper les obstacles à la communication sous


deux catégories :

Ñë 8  


 
 

7
 
#   &

Ñë 8  


 
  
 
# &
,ë 8   
 

 

7
 

   

` L͛émetteur possède un cadre de référence implicite que le


récepteur ne connaît pas. (la perception de la réalité)
` L͛émetteur est rigide. Il est certain d͛avoir raison.
` L͛émetteur pense de toute façon que son interlocuteur ne
l͛estime pas.
` L͛émetteur adopte une attitude moralisante.
` L͛émetteur manque de temps, fait plusieurs choses à la fois.
` Le message est peu clair. Il est complexe (à plusieurs
dimensions)
,ë 8   
 

 

7
 

   

` Le récepteur n͛est pas du tout préparé à recevoir le message.


` L͛émetteur est une personne non crédible pour le récepteur.
` Le récepteur ne possède pas les connaissances nécessaires
pour comprendre le message.
` Le récepteur est fatigué.
` Le récepteur a le souci de ne rien oublier de l͛échange.
` Le récepteur est hostile à la démarche.
` L͛émetteur et le récepteur n͛ont pas envie de se rencontrer.
` L͛émetteur et récepteur se font une idée différente du but de
la communication.
,ë  

7
 

Au niveau des individus, les obstacles peuvent être de deux sortes :

` u
  


` *
 %
$ Elles sont définis comme une disposition à formuler
certaines opinions à l͛égard de quelqu͛un ou de quelque
chose.
$ Elles forment un ensemble de jugements et de tendances
poussant l͛individu à agir dans tel ou tel sens en situation
de communication.
,ë  

7
 

u
  


D Chacun observe et évalue la réalité avec son propre  


,, d͛où les nombreuses opinions sur un même sujet.


Ñ  de chacun vient de ce que:


- Ñ 
(on ne peut tenir compte de ce qu͛on ignore)
- Ñ (savoir est une chose, comprendre en est une autre)
- Ñ  (comprendre est une chose, accepter en une autre)
u
  


D ëuelle représentation
a-t-on de cette image?
u
  


D Cet exercice permet de constater que, sur un fait objectif,


nous ne voyons pas tous la même chose.
D On peut donc en déduire qu͛il peut être difficile de
communiquer avec une personne qui ne voit pas, en toute
bonne foi, la même chose que nous.
D On peut alors essayer d͛expliquer la ou les raisons de cette
divergence : la culture, l͛éducation la personnalité, l͛âge, le
groupe de travail, de loisir, l͛expérience, la classe sociale͙
D En fait, tout ce qui constitue notre système de référence.
u
  


D Conclusion : On améliore la communication


en apprenant à observer, à tenir compte
d͛autrui (acceptation de l͛autre), et en
adoptant une attitude de contrôle à l͛égard
de ses propres perceptions, de ses
interprétations.
ëue privilégier?
La forme ou alors
le fond?
Sleon une édtue de l'[vinertisé de Cmabrigde,
l'odrre des ltteers dnas un mot n'a pas
d'ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que
la pmeirère et la drenèire lteetrs sinoet à la
bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un
dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas
porblmèe. C'est prace que le creaveu hmauin ne
lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot
cmome un tuot.
u
  


D La réalité passe à travers de nombreux filtres et nous ne


sommes jamais objectifs
D Nous n'avons que des représentations de la réalité
D ëu'est-ce qui fait que l'on ne voit pas les objets d'une
façon objective ? Pas de la même façon que d'autres ?
D Déjà à tous les niveaux, tant auditifs que visuels, nous
n'avons qu'une connaissance partielle de la réalité (nous
ne voyons que certaines longueurs d'onde, nous
n'entendons que certains sons...).
D La raison de notre non-objectivité vient du fait que nous
avons une " appréhension fantasmatique de cette réalité "
l'action du réel sur nos sens (la perception),
notre mémoire ( des schèmes mémorisés),
les fantasmes qui nous font privilégier certains
aspects plutôt que d'autres.
D Cette construction que nous projetons ensuite sur
le réel forme une boucle qui achève de nous
mettre en relation avec ce réel
D Cette boucle est sélective (dans le sens où une
partie de la réalité est éliminée), additive, dans la
mesure ou nous rajoutons des aspects
mémorisées (des schèmes),ce qui fait que toute
perception a une composante quasi
hallucinatoire.
u
  

[ne femme conduit sur la route͙
[n homme conduit sur la même route
mais en sens inverse͙
ëuand ils se croisent, la femme
descend sa vitre et lui crie :
5 ) /*Ñ:

Immédiatement, l͛homme descend


sa vitre et lui répond :
5 ;, /* ) :
Ils continuent chacun leur chemin
chemin..

L͛homme, qui rit encore de ce qu͛il


L͛homme,
a répondu à la femme, prend la
première courbe et ͙
Ñ

  ——      
Ñ  


Ñ
Ñ  
  
  —
 —
     
 

   
 
 
  
ëue feriez-vous dans cette situation ?
D [ne compagnie qui recrutait du personnel, a posé
la question suivante à presque ù00 candidats
( autant hommes que femmes ) et leur a
demandé une réponse écrite, ce que je souhaite
également
D Des ù00 candidats, seulement un a obtenu le
travail, et sa réponse vous la trouverez plus bas,
mais auparavant, réfléchissez à ce que vous feriez
si vous étiez dans cette situation et ensuite,
comparez votre réponse avec celle de l'unique
personne qui a été engagée par l'entreprise.
ëue feriez-vous dans cette situation ?
D De retour à la maison, dans votre voiture sport, en plein
milieu d'une terrible tempête, vous passez devant un arrêt
de bus et vous y voyez 3 personnes:
D a) [ne dame âgée gravement malade et qui mourra si elle
n'arrive pas à l'hôpital à temps.
D b) [n médecin, bon ami à vous, qui vous a sauvé la vie il y
a quelques années.
D c) L'être le plus beau que vous n'ayez jamais eu la chance
de rencontrer, la personne à qui vous avez toujours rêvé et
avec laquelle vous seriez disposé à passer le reste de votre
vie.
D Comme votre auto est du genre sport, vous pouvez
seulement amener un passager.
ëue feriez-vous dans cette situation ?

D Réfléchissez comme il faut:


a) La vie de la dame âgée est en jeu.
b) Le médecin qui vous a sauvé la vie, vous
pourriez toujours le rétribuer d'une
manière ou d'une autre.
c) Mais, comment faire pour ne pas perdre
cette future femme?
ëue feriez-vous dans cette situation ?

D Voici la réponse de la seule personne qui a


fait un excellent choix:

" Je donne les clés de mon auto au


médecin pour qu'il amène la dame âgée à
l'hôpital et je reste pour attendre l'autobus
avec la personne de mes rêves"
,ë 8   
 

  
 

D 
    



 7 
 
7   

  %
Å / ë 

  <
Å 3
 
<
Å |   <
Å   
<
Å u    

 7
ë <
Å 7 7
3<
Å | 7 
,ë 8   
 

  
 

D  
  6 %
Å Ñ 
  
7 3 
 
 
      <
Å Ñ 


 
     

7
  3
  3
 !
,ë 8   
 

  
 

D [ne communication efficace:


 Nécessite l͛adaptation du langage utilisé à la
capacité de compréhension du récepteur;
 La communication doit se faire dans le langage du
récepteur ou selon ses conditions pour que le
message soit compris.

  
7
= ë 
 
  
7

  n͛est pas entendre. Ecouter, c͛est :

$   à fond l͛interlocuteur, sans interruption


$ prendre en considération ce qui dit l͛interlocuteur et 
son point de vue
$ ne pas 
 ë  d͛écouter
$ c͛est   pour témoigner de la prise en considération du
point de vue adverbe
$ c͛est 
  de ce point de vue dans la suite de communication
$ c͛est 
 (mémoriser) ce qui a été formulé.

, * /  ë


 
  
7

0>  8 


   ë
   :

0! MARë[ER VOTRE ATTENTION


?! PRENEZ DES NOTES
@! PRÉPAREZ-VO[S D͛AVANCE
2! POSEZ DES ë[ESTIONS
A! PENSEZ A[ PHRASES DE RAPPEL
B! NE PARLEZ PAS TROP VITE
C! NE CONCL[EZ PAS TROP VITE
4! N͛INTERROMPEZ PAS
1! RESPIREZ
0>!!REFORM[LEZ LES FAITS IMPORTANTS
0>
3
)

 *


 
 
=
=  

ÑA    


 
%

05 CLARTÉ : Précision et concision,

?5 CONFIANCE : En soi et dans les autres,

@5 CRÉATIVITÉ : Ouverture d͛esprit et souplesse,

25 CONCENTRATION : Capacité d͛écoute active,

A5 CONSIDÉRATION : ëualité d͛accepter et de respecter l͛autre.




 
 
=
=  

Il arrive souvent, pour des motifs variés, qu͛un message soit mal compris.

  
  
7et

  
7  


Provoquer la Communication :
- uD des questions,
- du feed-back,
-   la communication dans les deux sens.
[

  
   =
= 5 
Règles d͛application de feed-back (d͛après George F. J. LEHNER) :

Centrer le feed-back sur le    plutôt que sur


la personne,

Centrer le feed-back sur des ë 7 


   
plutôt que sur des impressions,

Dire les bonnes choses à la ë


ë,

Centrer le feed-back sur des comportements reliés à





  et maintenant,
une 
 


 ici
suite
[

 
 
=
=55 
Centrer le feed-back sur un   

 

plutôt que sur le don des conseils,

Centrer le feed-back sur  3 


 

  plutôt que sur la recherche de réponses et de
solutions toutes faites

Centrer le feed-back sur  7  que


  celui-ci peut avoir pour
 

Donner du feed-back à un  


pour

 le
récepteur

Centrer le feed-back sur   


plutôt

 que
sur ses motifs de le dire.


 
 
=
=55 
  
 
7
On appelle reformulation une intervention de rétroaction qui consiste à redire en d͛autres
termes et d͛une manière soit plus concise ou plus explicite, ce que l͛interlocuteur vient
d͛exprimer.

Récepteur vérifie qu͛il n͛a pas introduit quelque chose de différent dans le message reçu,
L͛émetteur du message est certain d͛être en bonne voie de se faire comprendre,
Le récepteur a fait preuve d͛une bonne qualité d͛écoute du message exprimé.
Exemple :
Exemple:
Emetteur (visaage rouge et voix cassée) :
GG Mon patron m͛a: GGmis
Emetteur Monà lapatron
porte m͛a mis à la
car j͛étais porte car
toujours en j͛étais
retard͛͛toujours en retard͛͛
Récepteur
Récepteur : GGVous: êtes
GGVous avezetété
déçu en congédié car vous
colère d͛avoir n͛étiez pas
été congédié ponctuel͛͛
à cause de vos retard͛͛

  

 
 
%   

%
la reproduction exacte de message Reformulation de message en faisant ressortir
énoncé. les émotions.
[

 
 =
=55 
  
 
7
Ce type de reformulation permet à la personne qui   
de vérifier sa
compréhension et favorise la Communication.

 ë 


u


ë 
, 7: elles stimulent l͛interlocuteur à développer son idée, à donner plus
d͛information descriptive de son choix.

ë 
=: Elles permettent d͛obtenir des informations précises et factuelles.

ë 

 : Elles induisent une réponse et ne permettent pas au récepteur
de donner son opinion véritable.

ë 
 ë: Elles contiennent en fait deux éléments différents.


 
 
=
=55 

3
%ë ë 
$
. Est-ce que tu m͛as compris?
Fermée: vérification, sans stimulation à développer.
ù. ëuelles sont tes difficultés?
Ouverte : permet des informations descriptives et subjectives.

3. Comment cela s͛est passé et pourquoi?


Double : deux éléments distincts.

. Tu ne comprends pas n͛est-ce pas?


Tendancieuse : induit fortement une réponse.

5. Combien as-tu de bonnes réponses?


Fermée : permet d͛obtenir une information précise et factuelle.


 
 
=
=55 
=
 =55 

=5ë 7  

=5
Ce type de feed-back évalue une idée, un comportement ou une
attitude de la personne à qui il s͛adresse.
Exemple : GGTu parles trop͛͛

=5ë 


=5
Ce type de feed-back fait une description factuelle d͛un comportement
ou une attitude.
Exemple : GGTu parles presque sans arrêt et je n͛arrive pas à placer un mot͛͛
=55ë 
=
Ce type de feed-back contient l͛expression d͛une émotion personnelle
de celui qui parle.
Exemple : GGJe me sens frustré͛͛


 
 
=
=55 

=
 =55 

Le feed-back idéal est ainsi celui qui contient des


informations exactes et suffisantes, c͛est le feed-back descriptif-
personnel.

Exemple : GGJe me sens frustré car tu parles presque


sans arrêt et que je n͛arrive pas à placer un mot͛͛
Ñë  
 


D Ñ 
  
      
 
 
  7 


     
    8   
  
 
 
 
 

 !
D          
  
 
  7    7
 
 
!
D *            ë

 

 
    

 !
Ñë  
 


D   %
Ñ  ë    ·  E "
 F
7  
    ·   "
     
 

  

 
   
    !
          
    
  
    
    !
Ñ 

 

 

 7
  


Ñ 

 

` Papier
D tes, c ptes re s, ta lea x e r , affic es, j r a x,
` Electronique
D Messagerie, fax, vidéo, intranet, blogs d͛entreprise

Ñ  
 
, 
` Directe
D E tretie s, r i s
` Indirecte
D Boite vocale, vidéo
Ñ  
 
  
 

 7 
  


` Les rapports interpersonnels à l͛intérieur


de l͛organisation
` La distribution, la circulation et le partage
de l͛information
` La communication managériale
` La communication externe
` La communication interne
Ñ  
 
  
%

 
u


    

u =,|*+  
 
ë 

**u*,+



  


 
 
  ë6
 |
7 
  7

8 
   

,ë6
  
 u6  
   ë6

 
 
    
 ë  
 

 u6 
 



 
   
 

 
 


G    6 
 
 

 
 

 

ë  (


  7
   
u, ,+

,) ,+
# 
  7 
&
Ñ 


Ñ  
  
   7
  !

Ñ  

   %

 
% 

7
   !

%  F
!
ë6
 

 

7

 





Ñ 

Ñ  

[ne atmosphère informelle, confortable et détendue,


[n leadership souple,
e nombreuses interactions entre les participants,
[ne écoute de tous par tous,
[ne reconnaissance de l͛autre de sa différence,
[ne absence d͛attaque personnelle,
[ne liberté totale d͛expression,
[ne tâche bien définie et acceptée par tous,
es responsabilités claires
es décisions prise en consensus
es actions décidées qui seront respectées
Ñ 


Pour informer ou s͛informer


9 Pour résoudre un problème
 
% Pour négocier
Pour dialoguer
Pour décider

Réunions d͛information


 
% Réunions de production

Réunions de prise de décision


Ñ 

 

Ñ  

 
  %
= Recueillir des informations, des suggestions, des
propositions, obtenir un feed-back auprès de ses collaborateurs

Ñ  

 
 %

= Informer, fixer des objectifs, transmettre des instructions,


expliquer , former

Ñ  

 
  %
= Echanger des informations, entretenir le dialogue, renforcer
la cohésion de l͛équipe
Ñ 
u 


Ñ  
 
ë%
= Rechercher les causes d͛un problème, d͛un dysfonctionnement,
proposer des solutions.

Ñ  
3
%

= Etudier un thème, une question particulière, partager l͛expérience,


enrichir les connaissances des participants.
Ñ 
u




Ñ  


%

= Recenser les désaccords, réduire les oppositions, formaliser


les points de vue, trouver un accord.

Ñ  


%

= Fixer un objectif, enclencher l͛action, répartir les tâches,


trancher un désaccord
u   

u  6 
  ë:



D

- Ñ ë6  
   
7  
- Ñ ë6
  
    ë 7  

uD57 C 


%

- ë
 

 $
- 5

 
$
- 
5
   
$
- ,H   
$
- ë  ë
$
- *7  
$
- 
  

 $
u   

  

 
La disposition classe d͛école La disposition en rond

*
  
*
  

Réunion d͛information
Réunion de production
« Je parle ͙ vous m͛écoutez »
« Tous égaux »
u   

  

 
La disposition en [
*
  
La disposition face à face
Collabo Rigolo

Ñ 
Bavard Le sage

Ñ 
Timide Dormeur

Réunion de prise de décision Orgueilleux Savant Agressif Têtu Retors

« A armes égales » « Ensemble sous ma responsabilité »


 
 

2 
 


  L͛information est en sens unique.



 L͛animateur impose ses idées et ses objectifs.
Le groupe s͛exprime peu.

u 

 
 L͛animateur établit un objectif commun.
Il facilite l͛expression libre et tient compte
des opinions divergentes.

Ñ

 L͛animateur démissionne ses tâches.
Le groupe qui manager la réunion.
Ñ=
 
  

u 
 L͛animateur est garant des résultats.
Il s͛assure que le groupe produit.

= 

 
 L͛animateur apporte la méthode.
Il distribue la parole et fait participer.

L͛animateur facilite l͛expression.


  

Il prévient et traite les conflits.
£
 



 
5 Ñ

!  ë    ë  


5  ë6 ë6




5 / 



 
 

5  6 

5   



£
 

/   £! ! !,! !!

£
7
Vigilance permanente ,ë6
7
Ecoute active Pas de préférence manifestée
Impartialité de jugements

7
7

Non directif
Participatif

7
Humour Accepte les opinions des autres
Reformule


7
Il connaît le but
Exploite les idées du groupe

 
ë
S͛intéresse à chacun
Prend en compte les difficultés
£



= 
 
#  &

[ne écoute objective


Il prend les notes
Il prend peu la parole
Il fait des synthèses partielles
Il fait la synthèse globale
Il rédige le compte rendu de réunion
Il s͛assure de la diffusion du compte rendu
*
  

Ñ 
 
 


Ñ  
  3   %

u'u


3 9 !7


  97

 3
 
A>I

Entendu Vu
ù0% 30%