Vous êtes sur la page 1sur 12

Volume 4, numéro 3 Le bulletin de liaison et d’information de

Automne 2006 l’Association de la fibromyalgie de l’Estrie

L’information contenue dans ce journal ne remplace en rien l’avis d’un spécialiste reconnu.

L'inutile et le superflu
Mot de la présidente
sont plus
indispensables à Bonjour, aussi les conférences mensuelles à la
l'homme que le Déjà l’automne est à nos portes et la bibliothèque Eva-Senécal, la piscine avec
nécessaire. Le chant rentrée scolaire est faite. Je profite de Nadia Savard, des rencontres du groupe de
du merle est inutile, l’occasion qui m’est donnée de vous souhaiter soutien et des rencontres amicales si vous le
la rose est superflue. à tous et à toutes un bon retour à la vie désirez.
Le travail est quotidienne et j’espère que vous avez su Donc au plaisir de se voir et revoir.
nécessaire... profiter de votre été.
Armande Faucher
Comme par les années passées, nous
dans aurons à chaque mois nos déjeuners. Il y aura
Si j'étais Dieu...
de René Barjavel LE BÉNÉVOLE : FORCE VIVE DES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES

L’association de la FM de l’Estrie poursuit Lac-Mégantic, Coaticook et Magog a amené


actuellement un projet qui lui tient à cœur et qui une plus grande expansion de notre associa-
DANS CE BULLETIN: vous concerne tous : l’implantation d’un pro- pro- tion. Ce rayonnement nous amène à créer des
gramme de gestion des bénévoles. La mise sur unités de base dans ces régions qui devront
pied d’un tel programme vise l’engagement du se développer et s’autogérer progressivement
La douleur: une question de plus grand nombre de personnes possible et en lien avec l’association mère de l’Estrie. Il
perception, même pour ceux veut surtout apporter à l’association une vigueur faudra des mentors et des personnes qui au-
qui évaluent celle des autres 2,10 nouvelle. ront la responsabilité de former, d’accompa-
gner et de superviser la création et le dévelop-
L’association compte parmi ses membres un pement de ces différentes unités en région.
Le coin du livre bassin d’au-delà de 50 personnes qui se sont
Quand le corps dit NON – 3, 9,
dites intéressées à faire du bénévolat. C’EST QUOI UN BÉNÉVOLE?
Le stress qui démolit 10

École de la FM Plusieurs activités auxquelles l’association Les bénévoles sont la ressource la plus
La gestion des limites 5-7 est appelée à participer nécessitent actuelle- importante qu’aient les organisations commu-
ment la contribution de bénévoles qui viennent nautaires. L’aptitude des gens à travailler en-
Chronique des régions 8 aider au bon déroulement de celles-ci. Les be- semble avec cœur à l’enrichissement de leur
soins actuels de l’association sont : collectivité et à leur épanouissement personnel
Méditation et mouvement 11
est quelque chose de précieux. Le portrait du
Activités à venir 11  Envois postaux
12 bénévole a évolué au fil des années. De nos
 Tenue de kiosques d’information jours, les bénévoles sont des personnes de
 Levées de fonds toutes conditions sociales. Idéalement, le bé-
 Montage de pochettes névole a le sentiment que le temps et l’énergie
 Décoration/emballage de cadeaux qu’il consacre à l’organisation profitent à cette
 Accueil à certains événements ex. : Jour- dernière tout en lui permettant de vivre une
Dans ce bulletin, le mot
née internationale de la FM expérience enrichissante sur le plan person-
fibromyalgie est remplacé
 Etc. nel. L’activité ne fait alors que des gagnants.
par FM afin d’économiser
de l’espace.
De plus, le développement des régions, soit (Suite page 4)
PAGE 2 L’INFO-FIBRO ESTRIEN

LA DOULEUR : UNE QUESTION DE PERCEPTION MÊME POUR CEUX


QUI ÉVALUENT CELLE DES AUTRES
L’une des choses les plus frustrantes pes auxquels ils ont montré des images chances qu’elle réalise comment vous
avec la FM est certainement de réussir à de personnes avec des expressions fa- souffrez.
faire comprendre aux autres à quel point ciales dénotant des niveaux de douleur
nous avons mal. Comme on le sait, per- différents; ils ont varié la période d’expo- FACTEUR 3 : L’EXPÉRIENCE
sonne ne le voit sur notre visage; il arrive sition de même que le nombre d’images Certains scientifiques se sont interro-
même qu’on nous dise à quel point nous auxquelles les sujets étaient exposés. Il gés sur la pertinence d’une formation
avons l’air en forme! en ressort que plus une personne était pour apprendre à évaluer plus justement
Plusieurs chercheurs dans le domaine exposée à des images de douleur in- la douleur ressentie par autrui. Leur re-
de la douleur se sont penchés sur l’éva- tense, moins elle était en mesure d’éva- cherche a conclu que cette formation
luation qu’en font ceux qui sont placés luer de façon juste toute expression de n’est d’aucune utilité. Par contre, une au-
devant des personnes qui souffrent. Il est douleur, qu’elle soit intense ou légère. À tre étude a démontré que l’expérience de
clair que plus un professionnel de la san- la lumière de tout ceci, il est peut-être la douleur augmente la justesse de l’éva-
té évaluera de façon juste le niveau de plus facile de comprendre que nos méde- luation qu’on en fait. Un groupe de sujets
douleur d’un patient, mieux sera ciblé le cins et les personnes de notre entourage a été exposé à des images de personnes
traitement qu’il lui prescrira, avec, de sur- aient tendance à sous-estimer la douleur subissant une stimulation douloureuse.
croît, une plus grande dose de compré- que nous ressentons. Toutefois, la moitié de ces sujets ont subi
hension et même d’empathie. Toutefois, la même stimulation douloureuse que les
cette évaluation est sujette à plusieurs FACTEUR 2 : LE GENRE personnes sur les images avant de les
facteurs. Je ne vous apprendrai rien en disant voir, alors que l’autre moitié n’a que vu
que la douleur des femmes est souvent les images. Les personnes ayant subi la
FACTEUR 1 : L’INTENSITÉ moins prise au sérieux que celle des stimulation ont toujours estimé la douleur
Dans une première étude, le hommes. En s’inspirant de cette réalité, le de celles qu’elles voyaient sur les images
Dr Kenneth Pkrachin et son équipe ont Dr Michael Robinson et son équipe ont comme plus élevée que ne l’ont fait les
tenté d’évaluer la capacité de percevoir décidé de mener une étude visant à véri- personnes de l’autre partie du groupe.
de façon juste la douleur d’autrui. Ils ont fier s’il existait des facteurs d’influence de Conséquemment, elles donnaient une
donc fait visionner aux sujets des bandes la perception de la douleur des autres évaluation plus juste de cette douleur.
vidéos de personnes souffrantes affichant reliés au sexe des personnes souffrantes Bien sûr, on ne peut pas soumettre
différentes expressions faciales afin qu’ils et des personnes qui jugeaient de cette les autres à notre douleur. Mais, comme
estiment leur niveau de douleur. La majo- douleur. Voici les résultats qu’ils ont dé- nous nous le sommes tous dit un jour ou
rité d’entre eux l’ont sous-évaluée. Se gagés : les femmes estimaient toujours l’autre, c’est sûr que s’ils la subissaient,
demandant si la fréquence d’exposition à comme plus grande la douleur que sem- ils comprendraient!
des personnes souffrantes n’affectait pas blaient démontrer les personnes souffran- Avec toutes ces données en main,
cette perception, les chercheurs ont me- tes auxquelles elles étaient exposées, ce vous pourriez vous décourager car votre
né une autre expérience avec deux grou- qui, en définitive, en faisait de meilleures douleur, il va de soi, sera souvent sous-
pes de sujets : des gens n’ayant pas été juges de la réelle douleur ressentie par estimée par ceux qui vous entourent.
exposés régulièrement à la douleur des ces personnes. Tous les sujets, hommes Toutefois, lorsque c’est le cas, rappelez-
autres et des professionnels qui traitaient ou femmes, évaluaient la douleur et l’an- vous que ceci est typique donc, ne le pre-
régulièrement des personnes souffrantes. xiété chez les femmes souffrantes nez pas personnellement! Par ailleurs,
Résultats : les professionnels ont fré- comme étant supérieure à celle des hom- ces données vous permettent aussi d’an-
quemment sous-estimé la douleur res- mes. De plus, les hommes voyant des ticiper la réaction des autres et de ne pas
sentie par autrui et de façon marquée par hommes souffrant et l’exprimant perce- être déçu. Elles vous confirment qu’il est
rapport au premier groupe. On peut en vaient ces derniers comme plus féminins. préférable d’attirer l’attention sur votre
déduire que, lorsqu’une personne est ex- On peut donc se rappeler que les person- douleur lorsque vous en avez vraiment
posée à la souffrance d’autrui régulière- nes qui nous évaluent sont influencées besoin puisqu’une exposition constante
ment, au bout d’un certain temps, elle par leur genre et le nôtre. Ceci explique désensibilise autrui. De plus, ne vous
s’insensibilise à cette souffrance et a ten- en partie les résultats sans pour autant contentez pas de grimacer : soyez clair et
dance à la sous-estimer. assurer que les femmes seront mieux explicite quant à votre crise de douleur et
Pour raffiner leurs données, les cher- traitées par leur médecin. Mais si votre quant à ce que vous ressentez – et de-
cheurs ont ensuite constitué quatre grou- médecin est une femme, il y a plus de (Suite page 10)
L’INFO-FIBRO ESTRIEN PAGE 3

Le coin du livre: Quand le corps dit NON – Le stress qui démolit

du Dr Gabor Maté au Éditions de vivent un stress continuel ». apporte sa dose de stress par le seul fait
l’homme (2003) Cela ne veut pas dire qu’il affirme que qu’elle est présente, quels que soient les
le stress émotionnel serait la cause d’une stress présents à son origine. Nous
« Non seulement la maladie a une histoire, maladie; mais il joue un grand rôle dans avons donc en quelque sorte une double
mais elle raconte aussi une histoire. Elle son apparition et ensuite, dans son dérou- portion de stress, si je puis m’exprimer
est la culmination de l’histoire d’une vie lement. De plus, un stress chronique aura ainsi, puisque nous subissons aussi cer-
de lutte pour le soi .» des effets insidieux et plus dommageables tains stress de la vie quotidienne en plus de
sur le plan biologique qu’un stress ponc- celui provoqué par la présence de la FM.
Voilà un livre qui m’a simplement en- tuel. Il explique ce qu’est le stress en se L’auteur entre ensuite dans diverses
chantée. Je l’ai demandé en cadeau à référant aux observations de Hans Selye1 explications sur la nature du stress émo-
mon anniversaire cette année et je suis qui a choisi ce mot pour désigner le méca- tionnel chronique et sur les différents vi-
très contente de l’avoir fait. C’est pour- nisme physiologique activé lorsque l’orga- sages qu’il présente. Tout comme les ani-
quoi je vous en parlerai plus longuement. nisme perçoit une menace. En génie, le maux de laboratoire qui développaient
Pour ceux que cela intéressera, j’imagine mot stress fait référence aux effets d’une divers problèmes de santé lorsqu’ils ne
qu’il est disponible à la bibliothèque; si- force qui agit contre une résistance – par pouvaient s’évader d’un stress qu’on leur
non, son coût n’est pas très élevé (27 $). exemple, les changements provoqués sur imposait, les gens se retrouvent souvent
Tout ce qui est avancé dans cet ou- un élastique parce qu’il est étiré. Cette prisonniers de styles de vie et de patterns
vrage repose sur le principe de l’unité du analogie est simple mais très parlante : émotionnels qui leur nuisent physiolo-
corps et de l’esprit malgré la division ac- quand l’élastique se rompt, c’est que la giquement. Le Dr Maté explique bien ceci
tuelle qui prévaut dans le monde médical. force exercée était trop grande par rapport avec plusieurs exemples qui appellent à
La maladie n’est pas présentée comme à ses capacités d’étirement. Ainsi peut-il en la réflexion sur notre passé et sur l’envi-
indépendante et d’origine purement exté- être de même pour tout organisme qui su- ronnement dans lequel nous avons gran-
rieure; c’est une manifestation intelligente bit des demandes excessives. En matière di. Il nous rappelle comment notre orga-
de notre organisme. humaine : « La réaction au stress peut être nisme et ses réactions évoluent dans un
Le livre débute avec des présen- déclenchée par une lésion physique, contexte biopsychosocial c’est-à-dire
tations de cas, c’est-à-dire des personnes qu’elle soit causée par une infection ou une comment il est influencé par le monde
que le Dr Maté (l’auteur), médecin de fa- blessure. Elle peut aussi être provoquée physique et l’environnement culturel, so-
mille à Vancouver, a accompagnées lors par un traumatisme émotionnel ou par la cial et familial dans lesquels il vit, ainsi
de leurs maladies diverses. Il parle aussi simple menace d’un tel traumatisme, et que par sa psychologie personnelle.
de personnages connus qui ont fait face à cela même lorsque celle-ci est purement Par la suite, il nous explique ce qui se
de difficiles pathologies. La façon dont il imaginaire. Des réactions physiologiques passe réellement dans notre corps en
en parle nous amène à réfléchir sur le de stress peuvent se produire lorsque la introduisant, entre autres, la notion d’un
sens de la maladie. En effet, le stress menace demeure étrangère à la cons- système PNI (psychoneuroimmuno-
dont il traite dans son livre est surtout cience du sujet et même lorsque celui-ci endrocrinologique), lequel englobe des
émo-tionnel : c’est le stress que nous vi- croit être stressé de manière "positive" ». organes et des glandes qui régularisent
vons intérieurement, celui issu de nos Dans notre vie moderne, le stress n’est notre comportement et notre équilibre
pensées, de nos croyances et de nos fa- pas de même nature que celui que subis- physiologique. La chose peut sembler
çons d’appréhender le monde – souvent saient les premiers humains. Hans Selye complexe, mais elle met en relief l’inter-
toutes inconscientes mais bien ancrées écrivait d’ailleurs : « On peut dire sans hé- dépendance des activités biologique et
en nous. Par exemple, il écrit : « La sitation que les plus importants facteurs de psychologique. Plusieurs recherches ont
confusion des limites psychologiques stress pour l’homme sont d’ordre émotion- permis d’observer la véracité d’une telle
pendant l’enfance est une importante nel ». De ce type de stress, les recherches interdépendance. Il nous parle aussi de
source de stress psychologique futur pour ont identifié trois éléments qui causent du l’axe HHS – hypotalamo-hypophyso-
l’adulte. Cette confusion a des effets né- stress pour tout être humain : l’incertitude, surrénalien – qui est le premier à être
gatifs persistants sur les systèmes hor- le manque d’information et la perte de activé lorsqu’un stimulus psychologique
monal et immunitaire de l’organisme, car contrôle. Avec ceci en lumière, il est clair ou physique est perçu comme une me-
les personnes dont les limites sont floues qu’une maladie chronique comme la FM (Suite page 9)

1
Selye, Hans. Le stress de la vie, Paris, Gallimard/Lacombe, 1975.
PAGE 4 L’INFO-FIBRO ESTRIEN

LE BÉNÉVOLE : FORCE VIVE DES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES (suite)

(Suite de la page 1)
dont une nouvelle répartition des tâches tion et/ou d’accompagnement face à l’en-
ÉTAPES PRÉALABLES À L’IMPLAN-
L’IMPLAN- afin que cette nouvelle force vive soit gagement que vous venez de prendre. Il
TATION D’UN PROGRAMME DE utilisée à bon escient. La publication d’un est important que les bénévoles soient
article dans L’INFO–FIBRO pourrait per- motivés et qu’ils voient et apprécient ce
GESTION DES BÉNÉVOLES mettre au conseil de faire connaître les que l’activité leur apporte.
besoins de l’associaiton et de lancer une
1. Préparer le terrain : Il s’agit d’abord de campagne de recrutement. Moyen : Réunion spéciale de tous les
faire la cueillette de données auprès des bénévoles qui ont choisi de s’engager :
membres ayant déjà signifié leur désir de 3. Recruter et développer différents co- co- échange et partage entre bénévoles pour
faire du bénévolat au sein de l’association mités de travail : À la suite de cette pé- que se développent de nouveaux liens
pour connaître leurs intérêts, leurs goûts, riode de recrutement auprès de nos interpersonnels et se créent une force
leur motivation, leur disponibilité et leur membres et des gens ouverts et empathi- d’action et un sentiment d’accomplisse-
désir de s’engager plus à fond comme ques à notre cause, mettre à jour la liste ment. Cueillette par les membres du
bénévoles. des bénévoles. Mettre en place différents conseil des besoins de formation ou au-
comités qui regroupent les intérêts et tres en vue d’un plan d’action adapté aux
Moyen : Vous avez reçu au cours de l’été compétences des personnes ayant mani- besoins des bénévoles.
un appel de notre secrétaire ou un cour- festé leur désir de s’engager comme bé-
rier et vous avez répondu à un question- névoles. Selon les caractéristiques des 5. Superviser et assurer un mentorat de
naire qui nous a permis de vous connaî- personnes engagées, créer et/ou déve- qualité : À partir du moment où l’ensem-
tre davantage et de vous exprimer sur lopper de nouvelles activités, s’il y a lieu, ble des bénévoles sont en action et font
différentes facettes de votre personne. pour répondre aux différents besoins de un travail qui les intéressent et qu’ils for-
Cette cueillette va nous permettre de faire l’association. ment des équipes fonctionnelles, il faut
le profil de l’ensemble des compétences qu’en tout temps une supervision soit dis-
et intérêts des bénévoles de l’AFE. Moyen : L’AFE verra à nommer une per- ponible pour répondre aux demandes
sonne ressource responsable qui s’occu- ponctuelles d’aide autant sur les plans
2. Faire connaître nos besoins en ma- ma-
pera de l’implantation du programme de personnel que technique.
tière de programme de bénévolat : Le
gestion de ses bénévoles. Elle verra à
conseil d’administration, conscient des
créer les différents comités et à les faire Moyen : La supervision pourra être assu-
besoins de plus en plus grands de l’AFE
se rencontrer pour que se développe une rée par la personne ressource responsa-
et sensibilisé à la ressource que repré-
dynamique de groupe et que s’élabore ble de la gestion des bénévoles. Il s’agit
sente l’ensemble de ses bénévoles, de-
une première équipe de travail. Cette per- ici de créer entre la personne supervi-
vra cerner les sphères nécessitant la pré-
sonne ressource fera le pont entre les seure et les bénévoles un sentiment de
sence et l’action de bénévoles compé-
comités et le conseil. complicité. Pour un mentorat de qualité,
tents : définir les champs d’action dans
il faudra rechercher à l’intérieur des mem-
lesquels des bénévoles pourraient agir et
4. Orienter et former les bénévoles : Les bres de notre association celles et ceux
accomplir des tâches qui permettraient à
comités étant constitués, il sera primor- qui voudraient jouer ce rôle clé auprès
l’AFE de devenir plus efficace et d’avoir
dial qu’ils soient tous réunis afin de créer des différents comités. Une personne
un plus grand rayonnement, identifier dif-
un esprit de collaboration et de fraternité. d’expérience et avisée apporte toujours
férentes activités suggérées par des
Pour être un bon bénévole, il faut bien une sécurité et un support fort apprécia-
membres qui pourraient être mises sur
connaître son association et les membres bles.
pied et organisées pour le mieux-être des
qui la composent. L’AFE présentera son
membres, etc.
histoire, son fonctionnement, ses diffé- 6. Évaluer le travail des bénévoles et
rents services, ses projets, son rayonne- reconnaître leur apport : Le bénévole a
Moyen : Après l’analyse détaillée des
ment, etc. Ce sera alors le moment où des droits dont celui de se voir confier
données recueillies, s’approprier et dis-
vous pourrez présenter votre comité et une tâche compatible avec ses préféren-
cuter au sein du conseil de cette nou-
communiquer à l’ensemble des membres ces personnelles, son tempérament, sa
velle réalité. Introduire une nouvelle fa-
vos motivations et vos besoins de forma- (Suite page 8)
çon de gérer les ressources humaines
L’INFO-FIBRO ESTRIEN PAGE 5

Chronique de l’École interactionnelle de la fibromyalgie (CHUS)

La « Gestion des limites »


Par Patricia Bourgault, inf. Ph.D. et Juliana Barcellos de Souza, pht, Ph.D.(c)

Divers traitements existants visent à Exemples de gestion des limites


contrer les symptômes associés à la FM.
Nous n’avons qu’à penser à la pharmaco-
logie qui aide à diminuer la douleur, à la
relaxation qui favorise le sommeil ou en- Limites bien gérées Limites mal gérées
core à l’exercice qui réduit la raideur. Or,
ces traitements sont souvent appliqués
de façon non-concertée ce qui peut en « J’ai pas dit non mais quand j’ai « Je n’ai pas osé dire à ma fille que
affecter l’efficacité. Pour assurer un regardé mon horaire, j’ai vu que je ne pouvais garder mes petits-
contrôle optimal des symptômes, L’École c’était trop. Alors, j’ai rappelé la enfants car je ne voulais pas lui
de FM propose une approche globale personne et lui ai précisé que ce faire de peine et surtout je ne
dont l’objectif est d’apprendre à la per- n’était pas une urgence et que ce voulais pas de chicane. Toutefois,
sonne fibromyalgique à s’auto- s’auto-traiter.
traiter pourrait être fait plus tard. » ça m’a pris trois jours à m’en
Cette notion d’auto-traitement est essen- remettre. Mais tu sais, j’aime
tielle puisque le contrôle des symptômes tellement mes petits-enfants! »
revient alors à la personne qui les connaît
le mieux. Pour arriver à cet auto-
traitement, l’École présente de nombreux
outils que la participante est invitée à ap- dernières. Il serait faux de penser que la Ces signes apparaissent le plus souvent
pliquer dans son quotidien et qui l’aide- non-reconnaissance et le dépassement lorsque la personne refuse ses limites
ront à gérer ses symptômes le plus effica- des limites ne concernent que les person- mais ils peuvent aussi se manifester lors-
cement possible. Il est important de préci- nes fibromyalgiques. Toutefois, nous ob- que la personne se laisse abattre par ces
ser que ces outils ne remplacent aucune- servons que chez ces personnes, ce dé- dernières. Cette situation est moins cou-
ment le traitement médical en cours mais passement s’accompagne plus directe- rante mais peut se produire, par exemple,
en sont plutôt un complément. Ainsi, nous ment et plus rapidement de conséquen- si la journée semble tellement insurmon-
traiterons dans les prochaines chroniques ces négatives notamment de douleur, de table que la personne préfère rester au lit
de certains de ces outils soit : la relaxa- fatigue et d’insomnie. Plutôt que de voir plutôt que de l’affronter. Il est possible de
tion, l’exercice physique, l’alimentation, ces manifestations comme étant négati- distinguer deux types de signes, ceux qui
les stratégies, les conséquences indésira- ves, nous proposons que celles-ci soient se traduisent au plan physique aux ni-
bles et la gestion des limites. Ce dernier vues comme un signe d’alarme et appré- veaux respiratoire, cardio-vasculaire,
thème fait l’objet de la présente chroni- ciées à ce titre. Afin d’illustrer notre pro- musculaire ou cutané et ceux affectant
que. pos, nous vous présentons dans le ta- davantage l’aspect psychologique via
bleau ci-haut deux citations de personnes l’humeur et le stress. Afin d’illustrer ces
Pourquoi parler de « Gestion des limi-
limi- atteintes de FM, l’une ayant difficilement signes, nous vous proposons le tableau à
tes » ? géré ses limites et l’autre les ayant gé- la page 7. Il est important de noter que
rées adéquatement. ces signes observables ne sont pas ex-
Une limite se définit comme « une haustifs mais représentent les signes dis-
borne, un point au-delà duquel ne peu- Comment reconnaître qu’on a dépassé cutés par les participantes lors des Éco-
vent aller ou s’étendre une action, une ses limites ? les de FM. Il est possible que certaines
influence, un état, etc. » (Larousse, personnes notent d’autres signes, signes
1999, p. 598). Or, bien que cette défini- L’objectif en regard de la gestion des qui demandent tout autant d’attention et
tion nous mentionne que l’on ne peut aller limites est donc d’identifier des signes qui de considération.
au-delà des limites, il semble néanmoins permettront de réagir avant que ne s’ins-
que l’humain franchisse facilement ces tallent leurs conséquences négatives. (Suite page 6)
PAGE 6 L’INFO-FIBRO ESTRIEN

La gestion des limites (suite)

(Suite de la page 5) tions, il est recommandé de planifier des d’organiser ses activités afin de bien gé-
journées modérées. Ainsi, même si la rer et ainsi de ne pas dépasser ses limi-
personne se sent très énergique, elle tes. La gestion inadéquate de ses limites
Est-
Est-ce que tous ont les mêmes limites et conservera son énergie, ce qui lui évitera semble motivée bien souvent par la
est--ce qu’elles sont toujours les mêmes ?
est de se sentir épuisée les jours suivants et crainte de blesser les autres, de les cho-
lui assurera plus de constance dans ses quer et/ou d’en subir les répercussions.
En fait, les limites sont variables non capacités. Citons à titre d’exemple cette dame qui
seulement entre les individus mais égale- disait : « Dire non, c’est beaucoup plus
ment chez une même personne. En plus, Maintenant que la notion de limites a complexe parce qu’il faut toujours se jus-
ces limites peuvent varier d’une journée à été explicitée, que les signaux d’alarme tifier ». Ainsi, chez une personne qui avait
l’autre voire même à l’intérieur d’une ont été identifiés et que leur variabilité est l’habitude de toujours aider les autres, le
même journée. Cette variabilité des limi- connue, il faut se demander qu’est-ce qui refus peut créer certaines réactions dans
tes renforce l’importance de bien identifier amène une personne à dépasser ses li- son entourage qui peuvent l’amener à se
les signes, d’y réagir rapidement et ainsi mites tout en sachant quelles conséquen- demander s’il n’est pas mieux de ne pas
de ne pas dépasser ses limites person- ces pourrait entraîner ce dépassement. tenir compte de ses limites. Cette même
nelles. Par exemple, certains matins, la personne qui maintenant refuse en ré-
personne peut se sentir pleine d’énergie Force est de constater que nous som- ponse à ses propres limites, peut voir son
alors qu’à d’autres non et ce, bien que mes bien souvent notre propre ennemie entourage réagir à ce refus. C’est pour-
ses activités aient été les mêmes. Il est face au dépassement de nos limites. Bien quoi nous proposons trois stratégies vi-
toutefois possible que la personne se entendu, des événements extérieurs peu- sant à se respecter à travers ses limites :
sente épuisée après une journée très vent contribuer à leur dépassement. Pre- refuser une tâche, accepter une tâche et
chargée. Cette situation est fréquente nons l’exemple d’un travail où la per- se valoriser. Ces stratégies sont présen-
lorsque la personne ressent un regain sonne doit maintenir une position qui exa- tées dans le tableau à la page 7 et sont
d’énergie et s’engage dans une foule cerbe ses douleurs comme, par exemple, accompagnées de divers moyens de faci-
d’activités qu’elle ne peut pas habituelle- la coiffure. Néanmoins, en dernier lieu, la liter leur utilisation.
ment effectuer. Pour contrer ces situa- personne concernée demeure maître (Suite page 7)
L’INFO-FIBRO ESTRIEN PAGE 7

La gestion des limites (suite)


STRATÉGIES DE GESTION DES LIMITES
Refuser la tâche Accepter la tâche
Dire NON PLANIFIER
Répondre avec franchise : Désolé, mais je n’ai pas le temps Donner des priorités aux tâches à effectuer.
ou je ne peux effectuer cette tâche. Être flexible et changer l’ordre de priorité si nécessaire.
Désolé, mais j’ai fait ma part. Prévoir un scénario pour faire face à l’imprévu.
Prendre son temps pour répondre i.e. dire non sur le moment Planifier des pauses ou des arrêts.
ou demander une période de réflexion.
Revoir la demande, faire un bilan de ses activités et se donner VARIER
le droit de changer d’idée si nécessaire. Faire plusieurs types de tâches différentes.
Varier le nombre et le format des tâches selon la journée.
DÉLÉGUER Débuter par les tâches qu’on aime moins et continuer avec
Identifier les ressources disponibles autour de nous. celles qu’on préfère, ou l’inverse.
Accepter que les choses soient faites différemment une fois la Débuter par les tâches plus exigeantes mentalement et
tâche déléguée. continuer avec celles exigeantes physiquement, ou l’inverse.

Se valoriser
S’OBSERVER
S’auto-observer durant la journée.
Faire un bilan de la journée.
Observer l’environnement et adapter sa journée en conséquence.

SE VALORISER
Mieux vaut 3 journées d’activités modérées qu’une journée excessive suivie de 2 jours en épuisement.
Valoriser le temps pour soi, pour les amis et pour la famille.

(Suite de la page 6) Cette gestion des limites demande


Est-
Est-ce parfois rentable de dépasser ses avant tout un changement de mentalité
Quels sont les ingrédients nécessaires à limites ? marqué par le respect de ses limites, par
une gestion adéquate de ses limites ? Malgré l’importance de respecter ses l’utilisation de stratégies et par la recon-
Autant le respect de ses propres limi- limites, la vie nous présente parfois des naissance de la difficulté à gérer ses limi-
tes n’est pas facile, autant ce change- situations où leur respect semble inoppor- tes. Il est souhaité qu’une fois bien inté-
ment d’attitude peut provoquer, comme tun. Il est alors pertinent de se demander grée dans son quotidien, la gestion de
nous en avons discuté précédemment, si ces dernières méritent d’être dépas- ses limites prenne la forme d’une gestion
des réactions dans l’entourage. Comme il sées. La réponse est OUI si ce dépasse- de ses capacités. Puisqu’une capacité est
est impossible de contrôler les réactions ment aboutit à une situation marquée par une « aptitude à faire, à comprendre
des autres, il est essentiel de se concen- le PLAISIR. Pensons à la joie de prendre quelque chose » (Larousse, 1999, p.174),
trer sur son attitude et non sur celle d’au- ses petits-enfants, à un jardin fleuri, fruit ce changement traduit le passage d’une
trui; d’autant plus que la gestion des limi- d’un travail constant ou encore à une soi- vision pessimiste à une vision plus opti-
tes demande une grande discipline, disci- rée de danse en bonne compagnie. Que miste. Il permet de constater que plus la
pline qui exige une constance dans l’ob- faut-il faire alors? Deux possibilités : la gestion est adéquate, plus les capacités
servation des signes, dans son attitude première est de planifier un temps de ré- seront grandes. Ainsi, la gestion des limi-
face aux demandes des autres, dans la cupération et la seconde, la plus difficile, tes deviendra un outil de plus dans l’auto-
planification de ses activités et dans la est de ne pas se culpabiliser. traitement de la FM et ce, en combinai-
valorisation de sa réussite à gérer ses limites. son avec les traitements en cours.
PAGE 8 L’INFO-FIBRO ESTRIEN

LE BÉNÉVOLE : FORCE VIVE DES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES (suite)


(Suite de la page 4) ger, de s’organiser, de s’entraider, de bri-
formation, ses compétences, ses forces UN PROJET RÉALISTE ou ser l’isolement à court, moyen et long
et ses limites. Il a aussi des devoirs dont UN RÊVE UTOPIQUE?Co
UTOPIQUE? terme ne serait-il pas une forme d’auto-
celui d’être sincère dans le service qu’il guérison? C’est un pensez-y bien et une
rend et de croire en la valeur des tâches Comme vous le constaterez, l’idée de question sur laquelle les chercheurs de
qu’il accomplit, d’être loyal, etc. Par ce projet est très stimulante. L’opérationna- l’École interactionnelle de FM se sont
conséquent, les bénévoles sont des gens lisation et la réalisation de chacune des penchés. Voilà un lieu d’application qui
de valeur qui méritent qu’on leur témoi- étapes proposées va nécessiter une me semble fort intéressant!
gne de la gratitude pour le temps et l’é- somme de travail considérable et des res-
nergie qu’ils consacrent à l’organisation. sources tant humaines que financières L’ACTION BÉNÉVOLE POUR TOUS
On doit leur témoigner notre reconnais- d’autant plus que les personnes qui for- LES GOÛTS!
sance. ment l’association sont atteintes de FM,
donc malades et sujettes à de fréquents En ce début d’année, l’association de
Moyen : Plusieurs façons pourraient être problèmes de santé et d’instabilité au ni- FM vous invite donc à réfléchir, ne serait-
trouvées… Ex. : publication du portrait du veau de leur engagement. Des subven- ce que quelques secondes, à votre action
bénévole de l’année dans le journal ou tions pouvant assurer une permanence et à vous rappeler qu’il n’est pas néces-
remise d’une plaque lors de la journée pour mener ce programme à terme et par saire d’avoir une spécialité quelconque
internationale de la FM; petit message la suite, pour assurer son maintien, appa- pour ¨bénévoler¨. Nous vous attendons!
personnalisé après chacune des contribu- raîtraient la solution viable au regard de la
tions…
… clientèle visée. Un tel programme permet- Francine Lacroix Roy
tant aux personnes atteintes de FM ayant Secrétaire de l’AFE
la chance de se rencontrer, d’agir, de bou-
1
Source : Les bénévoles, une ressource indispensable, Trousse de recrutement et de gestion des bénévoles pour les projets de PACE
et du PCNP.

CHRONIQUE DES RÉGIONS


Le 14 août dernier, la région de LAC-
LAC- groupe, entourée de Brigitte Roy, Huguette du conseil l’AFE et développera son pro-
MÉGANTIC, en présence de deux mem- Vachon et Chantal Rouillard, qui l’assiste- pre fonctionnement interne. Les modali-
bres du conseil de l’AFE, a créé la pre- ront dans différentes tâches tels qu’appels tés de financement et d’encadrement
mière UNITÉ DE BASE composée de téléphoniques auprès des membres, prise sont encore à définir. Félicitations à ces
membres bénévoles issus du milieu. Les de notes lors des rencontres et consulta- bénévoles qui ont choisi de s’engager et
personnes nommées sont Carole Du- tions lors de projets internes. Cette unité longue vie à cette première UNITÉ DE
mont, qui agira comme responsable du de base sera supervisée par un membre BASE!

MOT DE LA RESPONSABLE DE LAC-MÉGANTIC


Bonjour à toutes et à tous,
Je vous présente donc les personnes En espérant être à la hauteur de l’As-
Je prends quelques instants pour re- qui ont bien voulu me prêter main forte sociation de la fibromyalgie de l’Estrie, je
mercier Mme Armande Faucher, prési- dans cette entreprise : Mme Brigitte Roy, vous souhaite une très bonne année,
dente ainsi que Mme Francine Lacroix, assistante, Mme Huguette Vachon, conseil- sans trop de douleurs…
secrétaire, de s’être déplacées à Lac- lère et Mme Chantal Rouillard, conseillère.
Mégantic afin d’entamer la formation Quant à moi, je serai la personne respon- Carole Dumont,
d’une cellule de base de personnes at- sable de notre région et celle qui gardera Responsable de Lac-Mégantic
teintes de FM dans la région du Granit. un contact avec les administratrices de
l’association.
L’INFO-FIBRO ESTRIEN PAGE 9

Quand le corps dit NON – Le stress qui démolit (suite)

(Suite de la page 3) drome du colon irritable, comme les gens n’est plus adéquat dans notre vie d’a-
nace2. souffrant de fatigue chronique ou de fibro- dulte. Il peut être effrayant de faire face à
Le Dr Maté a une bonne expérience et myalgie, se trouvent souvent dans cette ces douleurs et l’accompagnement théra-
un point de vue très compatissant. Son situation ». peutique est fortement conseillé lorsqu’on
livre ne donne pas de solution miracle Son exposé fait ensuite nombre de décide de s’aventurer dans cette zone, au
mais il nous amène à réfléchir et peut- liens entre divers types de refoulements risque de se perdre dans le méandre de
être à revoir certains aspects de notre émotionnels, de patterns comportemen- ses émotions.
vie, à s’intéresser à ce qui nous habite et taux, de croyances inconscientes et di- Bien sûr, l’accueil, la compassion et la
à mieux nous écouter pour mieux nous verses pathologies. Il nous amène aussi compréhension face à soi sont essentiels.
comprendre et nous aimer. Il est cons- à voir que nos expériences de l’enfance Et la patience aussi. Mieux se connaître,
cient de la difficulté éprouvée par les per- peuvent avoir un rôle majeur dans la s’aimer et se donner des droits est sou-
sonnes qui souffrent, surtout lorsque leur structure de notre personnalité et que de vent l’apprentissage de toute une vie.
maladie est mal reconnue. En médecin revisiter ces souvenirs pour nous com- Voici sept ingrédients mentionnés par le
qu’il est, il explique : « Après de nom- prendre mieux peut être salutaire. C’est Dr Maté pour favoriser notre mieux-être :
breuses visites chez le médecin et de ainsi qu’il fait l’apologie de la pensée né- • L’acceptation – Reconnaître et accueillir
nombreux examens, Patricia a reçu un gative au chapitre 18 : « Pour guérir, il est les choses telles qu’elles sont et être
diagnostic du colon irritable. Selon la ter- essentiel de rassembler la force de pen- indulgent envers soi. « Avoir une curio-
minologie médicale, il s’agit d’un trouble ser négativement. La pensée négative sité indulgente envers soi ne veut pas
fonctionnel. On entend par trouble fonc- n’est pas un point de vue pénible et pes- dire qu’on aime tout ce qu’on découvre
tionnel un trouble dans lequel les symptô- simiste sous couvert de "réalisme". Au sur soi, mais plutôt qu’on se voit avec la
mes ne s’expliquent ni par une anomalie contraire, c’est une volonté d’envisager même acceptation indulgente qu’on ac-
anatomique, pathologique ou biochimique ce qui ne marche pas. Où est la source corderait à n’importe quelle personne
ni par une infection. Les médecins ont du déséquilibre? Qu’est-ce que j’ai négli- qui souffre et qui a besoin d’aide ».
l’habitude de lever les yeux au ciel lors- gé? Qu’est-ce que mon corps refuse? Si • La prise de conscience – Porter plus
qu’ils ont un patient qui présente des nous ne nous posons pas de telles ques- attention à nos états intérieurs et leur
symptômes fonctionnels, car ce qualifica- tions, les stress responsables de notre accorder de l’importance. « La prise de
tif laisse entendre qu’il s’agit d’une mala- manque d’équilibre demeurent cachés ». conscience consiste aussi à apprendre
die imaginaire. […] L’incertitude découle En fait, comme il l’écrit plus tôt dans ce quels sont les signes de stress de notre
de notre méfiance innée à l’égard des chapitre, « Dès que nous qualifions le corps et comment celui-ci nous commu-
renseignements fournis par les patients mot pensée de l’adjectif positive, nous nique ses messages quand l’esprit re-
lorsque nous n’arrivons pas à les jumeler excluons les parties négatives de la réali- fuse de comprendre ».
à des données concrètes obtenues à té qui nous frappent. C’est du moins ce • La colère – Se donner le droit de la sen-
l’aide de techniques d’examen et de sca- que semblent croire les gens qui épou- tir et de l’exprimer. « De plus, la colère
nographies, de rayons X, d’examens san- sent la pensée positive. Or, la véritable a une valeur cognitive, c’est-à-dire
guins, de biopsies et d’autres moyens pensée positive commence par l’inclusion qu’elle fournit de l’information essen-
d’électrodiagnostics. Dans ces cas, les de toute notre réalité ». La maladie pour- tielle. Comme la colère n’existe pas
patients ont l’impression que les méde- rait provenir d’un refoulement excessif et dans le vide, on peut conclure qu’elle
cins font fi de leurs symptômes. Pis en- d’un refus de souffrir, d’un mécanisme survient en réaction à la perception qu’a
core, ils sont parfois accusés de vouloir psychologique conscient ou inconscient le sujet d’une perte, d’une menace à sa
des médicaments, d’être névrosés ou qui nous a protégé et qui s’est peut-être relation ou d’une invasion réelle ou ap-
manipulateurs ou de simplement vouloir développé en trait de caractère ou en préhendée de ses frontières. En se lais-
de l’attention. Les gens atteints du syn- style d’adaptation dans le passé mais qui (Suite page 10)

2
Les docteurs Pierre Arsenault et Serge Marchand en parlent justement dans leur article La fibromyalgie en l’an 2002 :des pistes in-
téressantes. On peut lire en page 2 : « L’une des découvertes intéressantes des dernières années sur la fibromyalgie est l’identifica-
tion d’une dysfonction de l’axe hypothalamo-hypophysaire-surrénalien. En effet, chez les fibromyalgiques, en réponse à un stress, on
ne retrouve pas des augmentations aussi importantes de cortisol que chez les personnes en bonne santé, et ce, malgré des niveaux de
base légèrement plus élevés. Il semble que la surrénale n’arrive pas à répondre aussi efficacement à une stimulation par l’ACTH. En
ce sens, les fibromyalgiques pourraient donc souffrir d’un syndrome de dérégulation au stress ».
PAGE 10 L’INFO-FIBRO ESTRIEN

Quand le corps dit NON – Le stress qui démolit (suite)


(Suite de la page 9) rabilité qui nous a amenés au départ à • L’affirmation de soi – « Il y a deux affir-
sant aller à la colère, sans faire de mal refouler nos sentiments. Nous ne som- mations fondamentales qui peuvent
à personne, le sujet peut ensuite réflé- mes plus des enfants dépendants et nous aider à guérir et à demeurer en-
chir à l’événement qui l’a provoquée. impuissants; nous n’avons plus besoin tiers. […] La première grande affirma-
Selon les circonstances, il peut choisir d’avoir peur de la vulnérabilité émotion- tion est celle de notre créativité intrinsè-
de la manifester d’une manière ou d’une nelle. Nous pouvons nous permettre à que. […] La deuxième affirmation est
autre, ou de laisser tomber. Qu’on dé- la fois d’honorer le besoin humain et l’affirmation de l’Univers lui-même,
cide de la manifester en paroles ou en universellement réciproque de c’est-à-dire notre connexion avec tout
actes, le secret consiste à ne pas refou- connexion avec les autres et de remet- ce qui est ».
ler l’expérience de la colère ni à se lais- tre en question la croyance bien ancrée Bref, je recommande fortement ce li-
ser aller à des débordements de rage qui accable inconsciemment tant de vre à toute personne qui adhère aux
incontrôlée. Dans une expression saine gens malades, c’est-à-dire la croyance idées qui y sont énoncées. Le livre est
de la colère, l’individu ne cède pas le de ne pas être digne d’amour. Pour très bien rédigé et les concepts sont très
contrôle à l’émotion débridée ». guérir, il faut rechercher les relations bien expliqués. Il va de soi qu’il est aussi
• L’autonomie – Établir nos frontières et avec les autres ». une excellente porte d’entrée pour tous
nos limites et se référer à notre centre • L’affirmation générale – Reconnaître sa ceux qui veulent explorer les théories qui
de contrôle intérieur. « En dernière ana- valeur intrinsèque. « Elle est une décla- y sont avancées. Et surtout, les propos
lyse, la maladie elle-même est une ration et une évaluation positive de no- du Dr Maté sont teintés d’une grande
question de frontières et de limites ». tre être, indépendamment de nos anté- compréhension et d’une sincère compas-
• L’attachement – Rechercher et entrete- cédents, de notre personnalité, de nos sion face à la souffrance humaine, ce qui
nir les relations avec les autres. « Pour compétences et des perceptions que s’est révélé un baume pour mon cœur
guérir, nous devons retrouver la vulné- les autres ont de nous ». lorsque j’en ai fait la lecture.
Diane Leroux

La douleur, …. (Suite de la page 2) l’anxiété, mais le médecin pourrait mini- qu’elle affecte plusieurs parties de votre
mandez l’aide correspondante. Depuis, miser votre état douloureux dans un tel corps, et nommez-les. Ceci leur permet-
lorsque vous êtes en crise et que vous cas et l’attribuer à votre anxiété. tra sans doute de mieux évaluer ce que
devenez frustré et anxieux, il serait judi- Puis, finalement, lorsque vous désirez vous ressentez puisqu’elles peuvent aller
cieux de ne pas vous étendre sur ces parler à quelqu’un de votre douleur, ten- pêcher dans leur expériences passées
émotions en entrant dans le bureau de tez de trouver des analogies avec quel- pour le faire. Et surtout, n’oubliez pas
votre médecin puisque ceci peut modifier que chose que cette personne a déjà res- qu’avec des personnes qui vivent elles
la qualité et le type de soins qu’il vous senti. Par exemple, si celle-ci a déjà eu aussi avec la FM vous serez compris sans
prodiguera. Il est normal que lorsque une tendinite, dites-lui comment l’intensité avoir recours à toutes ces stratégies de
nous sommes en douleur nous vivions de de votre douleur est semblable mais communication! Rédigé par Diane Leroux

Source : Face to Face with Pain, Fibromyalgia Network Newsletter, January 2005, p. 1-2.

Méditation et mouvement
C'est avec enthousiasme que je ment Fondamental, le Body-Mind Cente- Maryse Richard détient une
vous offre un groupe intitulé « Mé- ring et diverses autres formes thérapeuti- maîtrise en Psychologie Somatique
ditation et Mouvement ». Ce groupe a ques basées sur l'écoute et l'expression de l'Université Naropa et est professeure
pour but de vous donner des outils pour spontanée du ressenti corporel. certifiée de Yoga. Elle a une pratique pri-
accroître votre présence au corps, élé- Je ne suis pas une spécialiste de la FM. vée en psychothérapie corporelle à Sher-
ment essentiel, selon moi, de toute guéri- J'offre simplement de vous partager ma brooke et est membre de l'Académie des
son. Il est le fruit de ma démarche per- passion pour le corps, dans un cadre d'ex- Naturopathes et Naturothérapeutes. Vous
sonnelle à travers plusieurs approches ploration, d'échange et d'écoute de vos pouvez la contacter au (819) 212-3311
comme la danse africaine, le yoga, le besoins. Pour inscription, voir annonce à l’endos du
massage Trager, la méditation, le Mouve- Maryse Richard journal.
L’INFO-FIBRO ESTRIEN PAGE 11

ACTIVITÉS À VENIR
CONFÉRENCES
Salle 3 de la bibliothèque Eva-Senécal, 420, rue Marquette à 19 h Droit d’entrée: 2 $ / gratuit pour les membres

20 septembre : Soirée de partage 18 octobre : S’auto-


S’auto-traiter, comment le faire?
Animatrice: Maryse Richard, M.A. psychologie s. Outils et résultats de l’École Interactionnelle de FM
Venez partager votre expérience de la FM avec d’autres personnes Juliana Barcellos de Souza, physiothérapeute et étudiante au doc-
atteintes. Comment avez-vous vécu l’apparition des symptômes et le torat en sciences cliniques à l’U. de Sherbrooke, sous la direction
diagnostic? Comment avez-vous fait pour vous adapter à votre nou- de Serge Marchand, Ph.D. et Jacques Charest, Ph.D.
velle réalité? Quels sont les trucs que vous avez trouvés pour que les
choses aillent mieux pour vous? En raison de la diversité des symptômes de la FM et de ses possibles
causes, une approche multifactorielle est nécessaire pour son traitement.
Les effets d’une telle approche ont été étudiés lors de l’École interaction-
15 novembre : De la gestion de ses limites à la nelle de la FM (recherche auprès de patientes suivies pendant un an).
gestion de ses capacités Comme nous voulons vous aider à choisir des stratégies qui visent à
gérer vos symptômes et à vous auto-traiter, nous vous présenterons les
Patricia Bourgault, infirmière et docteure en sciences cliniques outils élaborés lors de cette recherche accompagnés de suggestions
Que comporte la notion de limites? Comment identifier nos propres pour que vous puissiez les ajouter à votre routine. Nous allons aussi
limites et les signes qui démontrent que nous les avons atteintes, vous parler des résultats de cette recherche. Votre discipline associée à
voire dépassées? Quelles sont les difficultés à bien les gérer et com- des outils simples (ex.: respiration, journées modérées) pourront vrai-
ment y remédier? Voici des questions auxquelles nous répondrons et ment vous aider à améliorer votre condition physique.
que nous illustrerons à partir d’exemples tirés de l’École interaction-
nelle de la FM. Nous amorcerons ensuite une réflexion sur le concept
de gestion des capacités. CAFÉS RENCONTRES
LAC-MÉGANTIC SHERBROOKE
4 octobre, 1er novembre, 6 décembre
Rencontres de la FM À 9 h 30 au Catalina, rue King Est
19 septembre, 24 octobre et 21 novembre à 14 h
Au Centre local d’emploi
MAGOG
5527, rue Frontenac à Lac-Mégantic
(au sous-sol à l'arrière de l'édifice de l'hôtel de ville) 15 septembre, 20 octobre, 17 novembre, 15 décembre
Conférence en octobre (date à déterminer) avec À 9 h 30 à la Pizzeria Johnny, 66, rue St-Patrice Est
Mme J. Miranda, infirmière
COATICOOK
Surveillez la section communautaire de l’Écho de Frontenac
pour les infos 22 septembre, 27 octobre, 24 novembre, 15 décembre
Contact: Carole Dumont au (819) 583-2917 À 9 h 30 au Jack-O, 385, rue Child

TAI CHI ADAPTÉ AQUA-FIBRO


Habitués: mardi 12 septembre de 11 h à 12 h avec Pauline Beaudry Du 28 septembre au 14 décembre
Besoins spéciaux:* : mercredi 20 septembre à 13 h 30 avec Isabelle St-Jean Heure:
Heure à 17 h 30 ou à 18 h 30
Ou le mardi 26 septembre à 13 h avec Céline Dion Lieu : CRE, 300 King Est, porte 22 ou 25
Lieu : Local de la Société au 815, rue Short Coût : 40 $
Coût : 20 $ par année pour les membres de l’AFE Animatrice:
Animatrice Nadia Savard
Activité partiellement financée par l’ARLPPHE.
*Sous réserves: Début à confirmer avec la Société au (819) 821-4002
Méditation et mouvement
Association Groupe animé par Maryse Richard
de la fibromyalgie Les personnes intéressées à se joindre à ce groupe sont
de l’Estrie priées de contacter le bureau pour connaître les
Votre alliée dans la recherche modalités de participation ainsi que l’horaire qui est encore
d’une meilleure qualité de vie à définir.
Pour en savoir plus sur Mme Richard et cette activité,
1335, rue King Ouest, bureau 230
Sherbrooke (Québec) J1J 2B8
vous pouvez consulter l’article en page 10 du journal.
Téléphone : (819) 566-1067
Courriel: fmestrie@aide-internet.org

N OTRE SITE WEB


HTTP: / / WWW. FIBROMYALGIE. CA

Le bureau est habituellement ouvert de 9 h à 12 h et Groupe d’entraide


de 13 h à 16 h 30 les lundi, mardi et jeudi et de 13 h à
16 h 30 le mercredi. Toutefois, appelez avant de À déterminer
vous y présenter car le bureau peut être fermé.

Rédaction: Juliana Barcelos de Souza, Patricia


Bourgault, Carole Dumont, Armande Faucher, Fran-
cine Lacroix, Diane Leroux, Maryse Richard
Révision : Francine Lacroix, Annie Lavoie, Diane
Artisanat
Leroux Mise en page: Diane Leroux Toute personne intéressée à venir faire du tricot et du crochet est
priée de contacter Armande au (819) 569-9201
ISSN 1708-3311
Dépôt légal – Bibliothèque nationale du Canada, 2006
Dépôt légal – Bibliothèque nationale du Québec, 2006

Vous désirez soutenir les personnes atteintes de fibromyalgie?


Devenez membre ou faites un don.

Association de la fibromyalgie de l’Estrie


1335, King Ouest, bureau 230 Don  Adhésion  Renouvellement 
Sherbrooke (Québec) J1J 2B8

NOM : PRÉNOM :
ADRESSE : VILLE :
CODE POSTAL :
ADRESSE ÉLECTRONIQUE :
NOM DU MEMBRE AUXILIAIRE :
Membre actif : 20,00 $  Membre auxiliaire : 10,00 $  Membre soutien : 20,00 $  DON : ____ $
Je suis prêt (e) à faire du bénévolat à l’occasion oui  non 
Préférences pour bénévolat: ________________________________________________________________
SIGNATURE : DATE :