Vous êtes sur la page 1sur 22

CHU Béni Messous

Service ORL et CCF

Pr O. Zemirli

Mastoïdites aigues

Généralités

Complication la plus fréquente, la plus précoce.

Infection des cavités mastoïdiennes : atteinte osseuse (ostéite)

Mastoïdisme : simple atteinte de la muqueuse (os sain)

Rappel anatomique

A la naissance, il ny a quune seule cellule mastoïdienne, lantre, qui

communique avec la caisse du

tympan par un canal étroit, ladditus ad antrum .

La mastoïde continue à se

pneumatiser après la naissance par

résorption ostéoblastique de los temporal et dédifférenciation de la moelle osseuse en mésenchyme

lâche.

Lantre sélargit et des cellules

mastoïdiennes communiquant les unes avec les autres, apparaissent

tout autour. Ces cavités sont

recouvertes dune muqueuse de type respiratoire.

les unes avec les autres, apparaissent tout autour. Ces cavités sont recouvertes d ’ une muqueuse

Rappel anatomique

Lapophyse mastoïde est constituée de 02

corticales - externe et interne entre

lesquelles se distribue un groupe de cavités aériennes ou cellules ( séparées par des travées osseuses ) qui

communiquent entre elles par des petits

orifices ou ostia.

4 types histologiques dapophyse mastoïde

:

Eburnée : tissu osseux compact, absence

de cellules mastoïdiennes à lexception de lantre

Diploïque : formée par un tissu spongieux avec qq cavitées aériennes disposées en

groupes

Pneumatisé : nombreuses cellules volumineuses

Pneumato-diploique : type fréquent

disposées en groupes  Pneumatisé : nombreuses cellules volumineuses  Pneumato-diploique : type fréquent

Etiopathogénie

Fréquence : devenues rares (1 pour 10.000 otites).

Age : enfant et adolescent

Sexe : indifférent

Bactériologie : monobicrobienne Pneumocoque :

- prédominant+++

- pouvoir nécrosant et ostéolytique important.

Plus rarement : Streptocoque pyogène, Haemophilus influenzae, Staphylocoque doré

Etiopathogénie

Facteurs favorisants :

Virulence du germe +++

Anatomiques : myringotomie mal placée ou insuffisante, défilé antro-attical cloisonné

Thérapeutique : traitement inadapté (insuffisant en doses ou en durée)

Terrain fragilisé de l'enfant (diabète)

Anatomie pathologique

Macro : os = aspect de sucre mouillé

Micro : toutes les lésions muqueuses sont visibles

Clinique

TDD : M. A . de lenfant

1-Signes fonctionnels:

Otalgie : signe constant, pulsatile,continue avec paroxysmes

Insomnie

Hypoacousie

Vertiges ou sensation de déséquilibre

Otorrhée purulente

2- Signes généraux : enfant pâle, abattu

Fébricule : 38°c

Anoréxie

Courbe pondérale : chute

Labsence de signes infectieux nélimine pas le diagnostic

3- Signes physiques :

a - Inspection :

œdème inflammatoire rétroauriculaire

Comblement inflammatoire du sillon rétro- auriculaire et décollement du pavillon de

l'oreille : signe de JACQUES

(caractéristique)

A un stade ultérieur: tuméfaction fluctuante, témoignant de la présence

d'un abcès sous-périosté.

b- Palpation : douleur dintensité variable

témoignant de la présence d'un abcès sous-périosté . b- Palpation : douleur d ’ intensité variable
témoignant de la présence d'un abcès sous-périosté . b- Palpation : douleur d ’ intensité variable

C- Otoscopie : otoendoscopie, microscope

CAE : pus franc, épais, crémeux , après nettoyage : Chute de la paroi

postéro-supérieure du conduit avec

disparition de l'angle de raccordement :

signe pathognomonique (rarement

retrouvé).

Tympan : plusieurs aspects :

épaissi et infiltré, sans otorrhée.

ou bien déformé en pis de vache avec un écoulement purulent pulsatile à

travers une petite perforation

écoulement purulent pulsatile à travers une petite perforation postérieure. d- Acoumétrie : surdité de transmission

postérieure. d- Acoumétrie : surdité de transmission

4- Examens complémentaires:

Radiologie :

4- Examens complémentaires: • Radiologie : - Schüller : peu contributive (flou mastoïdien, destruction des travées

- Schüller : peu contributive (flou

mastoïdien, destruction des

travées intercellulaires avec lacunes)

- Tomodensitométrie : dépistage

des cp intracrâniennes

- Tomodensitométrie : dépistage des cp intracrâniennes • Audiométrie : confirme ST. • Biologie : NFS

Audiométrie : confirme ST.

Biologie : NFS + VS : syndrome inflammatoire avec HL à PN

Prélèvement bactériologique (+ antibiogramme) :

par ponction directe de l'abcès sous-périosté rétroauriculaire aprés paracentèse.

Evolution

1- avec traitement : Dc et traitée précocement , la mastoidite aigue est réversible

2- sans traitement : (et /ou trt tardif)

PF

Abcés cérébral

Méningite

Labyrhintite

Complications veineuses

Formes cliniques

1- Formes anatomiques : extériorisées ( le plus souvent

unilatérales).

La forme rétroauriculaire est la plus fréquente

Extériorisation temporo-zygomatique :infiltration oedémateuse pré-tragienne et de la région temporo-

zygomatique, avec pavillon de l'oreille décollé vers le

bas (un œdème de la paupière inférieure peut s'y associer ), risque dankylose de latm;

Extériorisation postérieure : vers la peau ou les muscles de la nuque le long de la veine émissaire mastoïdienne .

Extériorisation inférieure :par effraction de la corticale de lapex mastoidien soit sur face interne(mastoïdite de

bezold) soit sur sa face externe(pseudo-bezold). Il existe un torticolis douloureux et un empâtement de la partie

haute (insertions) du sternocléido mastoïdien.

Extériorisation profonde: ostéite pétreuse (sous

labyrinthique):

de la paroi pharyngée latérale

trismus,gène à la déglutition,voussure

ostéite pétreuse (sous labyrinthique): de la paroi pharyngée latérale trismus,gène à la déglutition,voussure
ostéite pétreuse (sous labyrinthique): de la paroi pharyngée latérale trismus,gène à la déglutition,voussure

2-Formes selon lâge :

Adulte : idem

Vieillard : aspect torpide et insidieux

Nourrisson : oto-antrite , 2 formes :

Forme sthénique ( ORL) :

Franche Sd infectieux peu important , EG conservé Signes otologiques marqués Radio : flou mastoidien CAT : -trt médical -Paracentése -Antrotomie (si Dc tardif)

Forme asthénique ( pédiatre) : camouflée, srt 6 premiers mois de

la vie

o Graves désordres de lEG (DHA, chute pondérale, déséquilibre ionique, fièvre inexpliquée)

o

Parfois Sd digestif et neurologique

o

Examen ORL + radio : muets

o

CAT : hospitalisation

o

réhydratation H-E

o

ATB en IVD, adaptés selon ATBgramme)

o

Paracentése + Antrotomie

3-selon le terrain : diabète = forme foudroyante

4- Formes selon le germe : Mastoidite à anaérobies : sévère, isolement difficile , antibiothérapie prolongée.

5- Mastoïdites subaiguës ou latentes : diagnostic évoqué devant

otite traînante, SG (fébricule), tympan épaissi et lexamen clé est la scintigraphie (Tc 99, Ga 67). Elle est due à linadaptation du

traitement ATB.

6- Mastoïdites masquées : trompeuse à tympan normal, limagerie redresse le diagnostic . Les complications sont fréquentes en particulier intracrâniennes. Imagerie +++ 7- Mastoïdites secondaires à une autre affection du rocher :

Poussée de réchauffement dune otite chronique Rhabdomyosarcome : examen anapath des granulations.

Diagnostic

Dc positif :

facile = SF + ex. clinique + radio,

forme camouflée : Dc = surveillance du patient

Dc différentiel :

OMA avec périostite
OMC réchauffée

Furoncle CAE, adénite ou adénophlegmon rétroauriculaires

Otite trainante

Traitement

Buts :

o Supprimer les foyers infectieux

o Eviter les complications

o Assécher loreille

Trt médical :

Aspiration bi quotidienne

DRP Symptomatique : antalgiques et antipyrétiques

ATB à large spectre, voie générale (adaptés après

antibiogramme: nécessitant parfois une fenêtre thérapeutique de 24 à 48 heures, permettant d'identifier un germe).

Durée totale de l'antibiothérapie : 14 à 21 jours

Traitement

LE TRAITEMENT CHIRURGICAL : consensus existant :

Myringotomie (± tube) + cultures

Drainage par incision ou à laiguille dune collection /

abcès souspériosté

Mastoïdectomie simple si pas d'amélioration x 4872h (otorrhée ,

fièvre, état local)

Conclusion

Linfection de la mastoïde réalise une affection à expression

clinique caractéristique qui permet de faire le diagnostic

précoce et la mise en route dun traitement médical afin déviter une évolution défavorable avec des complications redoutables, dont le traitement chirurgical est inévitable.