Vous êtes sur la page 1sur 4

 Le royaume a retardé durant des années son entrée dans la finance

islamique, en raison de la complexité du processus d'adaptation du


dispositif réglementaire.

 Ainsi, le Maroc a choisi, à l'instar de pays comme la Jordanie, le


Koweït ou la Turquie, d'avoir une seule loi bancaire incluant un
chapitre sur les banques participatives.

 Mais le texte de projet de loi a été voté par le parlement marocain


le 25 novembre 2014.==> la loi 103-12 adopté le 25 novembre
2014.

 Après deux ans de débat. Fondée sur la « charia », loi islamique, la


finance islamique interdit le recours aux intérêts, à la spéculation et
aux investissements considérés comme impurs (jeu, alcool,
armement, pornographie, tabac...).

 L'objectif selon les autorités est de favoriser l'essor de la finance


islamique pour attirer les capitaux étrangers en provenance
majoritairement du Golfe et de répondre à une forte demande
marocaine alors que la population n'est bancarisée qu'à hauteur
de 56 %.

 c'est le Conseil supérieur des oulémas qui est la seule instance


habilitée à émettre des fatwas (décrets) sur la conformité des
produits de la finance participative.

 Dix demandes d'agrément avaient été soumises à la banque


centrale en juin dernier, principalement par des groupes bancaires
marocains associés avec des banques islamiques des pays du Golfe.

 Seulement cinq d'entre elles ont reçu le feu vert de l'institution


bancaire dont :

o la CIH Bank en partenariat avec la Qatar International


Islamic Bank,

o BMCE Bank of Africa conjointement avec le groupe


saoudo-bahreini Dalla Al Baraka,
o la Banque centrale populaire avec le groupe saoudien
Guidance,

o Crédit Agricole du Maroc avec l’Islamic Corporation for


the Development of the Private Sector,

o et Attijariwafa Bank qui est toujours en discussion pour


un futur partenariat.

 Al Akhdar Bank, filiale du groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM)


(51 %) et de la Société islamique pour le développement du secteur
privé (SID) (49 %), a officiellement lancé ses activités ce lundi 16
octobre.

 Al Akhdar Bank reste fidèle au positionnement de sa maison mère


en mettant l’agriculture et les agriculteurs au cœur de sa stratégie,
visant tous les segments de clients qu’ils soient particuliers,
professionnels ou entreprises.

 En termes de réseau de distribution, la filiale du Crédit Agricole


commence avec un réseau timide de quatre agences à Casablanca,
Rabat, Berkane et Benslimane. Le choix de ces deux dernières
localisations s’explique par le désir de la banque d’être présente
"dans les grands bassins agricoles".

 Le réseau sera porté à 8 agences avant la fin de l’année. Il en


comptera 21 en 2018, pour atteindre les 40 agences en 2021.
 Actuellement, j’occupe une tache au sein de la ste biopharma qui est
une ste anonyme d’etat à conseil de directoire et de sureveillance
son activité principale c’est laprod et la commercialisation des
produit vétérinaire.
 Au sein de cette société je suis affecté au service financier et
comptable dont je suis chargé de la trésorerie et des déclarations
fiscales.
 Au niveau de la trésorerie je :

 Supervise l’ensemble des opérations de trésorerie


 m’assure de la rentabilité financière par un contrôle actif des
encaissements et des décaissements ;
 de m’assurer de la permanence des ressources disponibles ;

 au niveau des déclarations fiscales :


 j’établie les déclarations de TVA ET IR
 IS

 Dans 5 ans, j’aimerais que mes compétences se soient multipliées.


Par exemple en développant mes responsabilités dans ce domaine.
Toujours curieux, je recherche en permanence les missions qui me
feront évoluer dans la mesure de mes ambitions professionnelles.
 Elle consiste à mettre en place une expertise par un agent
compétent et impartial et à porter un jugement sur l'organisation, la
procédure, ou une opération quelconque de l'entité.

 Outil d'amélioration continue, l’Audit permet de faire le point sur


l'existant (état des lieux) afin d'en dégager les points faibles et/ou
non-conformes (suivant les référentiels d'audit). Cela, afin de mener
par la suite les actions adéquates qui permettront de corriger les
écarts et dysfonctionnements constatés.

 Le contrôle de gestion est un processus permanent de pilotage


global de l’entreprise et de mesure en temps réel des
réalisations dans une optique de perfectionnement de la
performance au sein de l’entreprise.

 est un système d’information qui permet de gérer et suivre au


quotidien, l’ensemble des informations et des services opérationnels
d’une entreprise.