Vous êtes sur la page 1sur 6

BIOLOGIE

THÉMATIQUE
HORMONALE
À TAPER

Exploration biologique de la thyroïde


Michèle d’Herbomeza,*

RÉSUMÉ
SUMMARY
L d
Les dosages ddes paramètres
èt thyroïdiens
th ïdi se sontt considérablement
idé bl t amé-
é
liorés ces vingt dernières années. Ce sont des outils fiables et précis, en Biological exploration of the thyroid gland.
général automatisés. Tous les dosages ne sont pas cependant équiva- The thyroid parameters assays increased their
lents. La connaissance de leurs limites et de leurs indications permet une sensitivity and specificity during the last twenty
utilisation optimale. years. They are reliable and accurate tools, gene-
rally automated. Nevertheless all assays are not
Dosages – TSH – auto-immunité – hormones thyroïdiennes – equivalent. The knowledge of their limits and of
marqueurs de cancer thyroïdien. their indications allow an optimal use.

Thyrotropin (TSH) – auto-immunity –


thyroid hormones – thyroid cancer markers.
1. Introduction
trait aux marqueurs sériques des cancers thyroïdiens [6-8]
L’exploration biologique de la fonction thyroïdienne inter- et enfin les Guidelines pour le diagnostic et le traitement des
vient en complément de l’examen clinique. Elle permet : MEN de type 1 et 2 [9] et de la grossesse [10].
- de confirmer les situations d’eu, d’hyper, ou d’hypo-
thyroïdie ;
- d’aider à l’enquête étiologique pour préciser l’origine 2. Les hormones et leurs dosages
auto-immune, iatrogène, génétique de l’affection ;
- d’effectuer la surveillance de la dysfonction, ou de la Les dosages présentent actuellement de bonnes et même
pathologie tumorale. très bonnes sensibilités et spécificités grâce à l’utilisation
Des outils performants, qui contribuent à ces objectifs, d’anticorps monoclonaux et à l’amélioration des signaux
sont actuellement à la disposition des médecins. Il est de détection. Les méthodes utilisées étaient des dosages
essentiel de bien les utiliser en connaissant leurs limites compétitifs radioactifs de plus en plus remplacés par
et leurs indications en se fondant sur les divers consen- des dosages immunométriques automatisés utilisant des
sus multidisciplinaires de prises en charge des patholo- traceurs enzymatique ou luminescent. Quelles notions
gies thyroïdiennes publiés ces dernières années [1-10]. techniques sont reportées dans l’encadré 1.
On citera notamment les Guidelines Devlopment de la
National Academy of Clinical Biochemistry et les Guidelines 2.1. La thyrotropine : TSH
de l’American Thyroid Association [1], les recommandations L’hormone thyréostimulante est produite par les cellules
pour la pratique clinique de l’ANAES (Agence nationale d’ac- thyréotropes de l’antéhypophyse. Celles-ci sont extrême-
créditation et d’évaluation en santé) concernant le diagnostic
et la surveillance biologique de l’hypothyroïdie [2], de l’hyper-
thyroïdie [3], de hypothyroïdie fruste [4], les recommandations Abréviations
de l’ANDEM (Agence nationale pour le développement de TSH : thyrotropine ou thyroid stimulating hormon
l’évaluation médicale) [5], les Options et recommandations RTSH : récepteur de la TSH
de la Fédération nationale des centres de lutte contre le Anti-RTSH : anticorps anti-récepteur de la TSH
cancer et les consensus (européen et français) de prise de TRH : thyrotropin releasing hormon
charge des cancers différenciés de la glande thyroïde ayant NIS : sodium iodide symporter
IgG : immunoglobuline de type G
T 3 : triiodothyronine
a Département de médecine nucléaire
T 4 : thyroxine
Plateau d’immuno-analyse TPO : thyroperoxydase
Centre de biologie-pathologie Anti-TPO : anticorps antithyroperoxydase
Centre hospitalier régional universitaire Tg : thyroglobuline
59037 Lille cedex Anti-Tg : anticorps antithyroglobuline
CT : calcitonine
* Correspondance TBG : thyroid binding globulin
m-dherbomez@chru-lille.fr CRP : protéine C réactive
VS : vitesse de sédimentation
TEP : tomographie par émission de positons
article reçu le 23 février, accepté le 9 mars 2009.
ACE : antigène carcino-embryonnaire
© 2009 – Elsevier Masson SAS – Tous droits réservés.

REVUE FRANCOPHONE DES LABORATOIRES - AVRIL 2009 - N°411 // 39


Encadré 1 – Quelques notions techniques. ment sensibles au rétrocontrôle par les hormones thyroï-
diennes, au point que les taux de TSH sont corrélés avec
r De préférence les dosages sont réalisés sur sérum ceux de T4 circulante selon une courbe exponentielle :
plutôt que sur plasma hépariné ou sur EDTA qui peu- une réduction de moitié de la T4 libre multiplie par 100 la
vent induire des interférences dans les dosages utili- concentration de TSH (figure 1).
sant de la phosphatase alcaline. Cette relation et ce phénomène d’amplification expliquent
r Les hormones thyroïdiennes présentent une bonne pourquoi en situation d’équilibre :
stabilité. Il est possible de garder les sérums prélevés - T4 libre et TSH représentent le même paramètre. Leur
quelques jours à 4 °C et quelques mois à -20 °C et dosage conjoint est donc ordinairement redondant ;
ainsi réaliser des explorations complémentaires de - la TSH est beaucoup plus informative que la T4 libre :
deuxième intention. une imprégnation légèrement insuffisante par les hormones
r Le GBEA (Guide de bonne exécution des analyses) ne thyroïdiennes est déjà détectée par une augmentation de
recommande pas de conserver congelés les prélève- la TSH alors que le taux de T4 libre se situe encore dans
ments de chaque patient ayant bénéficié d’un dosage les limites de la normale (hypothyroïdie fruste ou « sub-
de thyroglobuline ou de calcitonine, contrairement clinique »).
à d’autres marqueurs tumoraux. Ceci est pourtant La TSH occupe une place centrale au sein de l’axe hypo-
conseillé par les sociétés savantes (au minimum thalamao-hypophysaire (figure 2), son dosage est actuel-
6 mois à -20 °C pour la thyroglobuline). lement très sensible et spécifique. Elle constitue par
r Tout dosage immunométrique peut être faussé par un conséquent le paramètre le plus précieux pour l’appré-
« effet crochet ». Celui-ci consiste à mesurer une concen- ciation de la fonction thyroïdienne. C’est « le » paramètre
tration faussement abaissée par suite de la saturation à demander en première intention (encadré 2).
d’un ou des anticorps du dosage. En pratique, cet effet Son utilisation exclusive présuppose toutefois l’inté-
est peu probable pour le dosage de TSH mais fréquent gralité de l’antéhypophyse et l’état d’équilibre (sujets
pour celui de thyroglobuline (concentrations > 2 000 μg/l). ambulatoires).
L’utilisation de techniques de dosages en deux étapes Les concentrations de TSH varient au cours du nycthé-
avec lavages ou la réalisation de dilutions sériées per- mère, cependant elles sont relativement stables pendant
mettent de s’affranchir de ce phénomène. les horaires des services de consultation.
r Les anticorps hétérophiles (anticorps humains Les valeurs de référence admises, en Europe, toutes
dirigés contre des immunoglobulines animales) dont techniques confondues sont de 0,4 à 4 mUI/L pour les
les plus connus sont les HAMA (human anti-mouse sujets ambulatoires. Des études cliniques récentes ont
antibodies) peuvent interférer dans les dosages immu- montré la variabilité de la norme supérieure de ce dosage
nométriques en créant des élévations artéfactuelles. en fonction de nombreux paramètres comme le BMI (body
À ce jour, toutes les trousses de dosages contiennent mass index), la présence d’anticorps antithyroperoxydase,
des immunoglobulines non spécifiques pouvant neu- le diabète, l’hypertension, les taux de lipides, les facteurs
traliser ces anticorps hétérophiles mais elles ne sont de risque cardio-vasculaire….et la méthode de dosage.
pas toujours en quantité suffisante. Les tubes HBT Pour les patients hospitalisés (pour lesquels l’état d’équi-
(Laboratoires Scantibodies) sont capables de bloquer libre de l’axe hypothalamo-hypophysaire peut ne pas être
les anticorps hétérophiles. Les facteurs rhumatoïdes respecté), les valeurs normales de TSH sont plus larges,
peuvent se comporter comme des anticorps hétéro- comprises entre 0,05 et 10 mUI/L.
philes. et induire le même type d’interférence. Les conséquences du vieillissement sur le statut thyroï-
dien ont été diversement appréciées. Les modifications du
statut hormonal attribuées aux effets de l’âge sont le plus
souvent la conséquence de pathologies ou traitements
Figure 1 – Relation Log linéaire associés. Le contexte médical et nutritionnel y joue un
entre les concentrations de TSH et de T4 libre. rôle important.

2.2. Les hormones thyroïdiennes :


T3 et T4 totales, T3 et T4 libres
La thyroxine (T4) est produite en totalité par la glande
thyroïde. Sa concentration est un excellent reflet de
la production thyroïdienne. La T4 circule dans le sang
sous formes libre (0,02 %) et liée aux protéines vectrices
(albumine, transthyrétine et TBG).
La triiodothyronine (T3) est l’hormone la plus active. La
majorité de la T3 circulante (80 %) provient de la désio-
dation de la T4 au niveau des tissus périphériques (foie,
rein, muscle, cerveau..). T3 et T3 libres sont le reflet de la
production périphérique et leur valeur diagnostique dans
l’évaluation de la fonction thyroïdienne est limitée.
Les dosages des formes libres ont supplanté ceux des
D’après C. Spencer. hormones totales trop tributaires des modifications de

40 // REVUE FRANCOPHONE DES LABORATOIRES - AVRIL 2009 - N°411


BIOLOGIE HORMONALE

Encadré 2 – Indications du dosage de la TSH. Figure 2 – Axe hypothalamo-hypophyso-thyroïdien.

1. Ce dosage, seul, est suffisant pour affirmer l’euthy-


roïdie en présence :
- d’un goitre simple
- d’un nodule thyroïdien isolé
- en cas d’adaptation du traitement par la LT4 des
hypothyroïdies d’origine primitivement thyroïdienne.

2. Il permet de dépister les dysfonctions thyroïdien-


nes chez :
- le nouveau-né
- lors de la prise de certaines médications : amiodarone,
carbonate de lithium, interféron (tous les six mois)
- chez les patients hospitalisés pour une maladie
sévère
- après irathérapie (annuellement)
- chez les patients porteurs d’anticorps antithyroïdiens
(annuellement). 3.2. Les anticorps
anti-thyroglobuline (anti-Tg)
3. Dosage tous les 5 ans à partir de 35 ans et plus L’immunisation se fait le plus souvent conjointement contre
fréquemment chez les sujets à risque de dysfonction la TPO et la Tg. Les anti-TPO apparaissent plus vite et/ou
thyroïdienne (recommandations de l’ATA) ? sont mieux détectés que les anti-Tg. Donc, dans l’éva-
luation de l’auto-immunité thyroïdienne, la recherche des
anti-Tg ne doit pas être systématique en première intention.
concentration, ou d’affinité des protéines de transport Elle ne sera réalisée qu’en cas de forte suspicion clinique
(grossesse, traitement oestrogénique, insuffisance rénale). et/ou échographique et devant un résultat d’anti-TPO négatif.
Ils font une estimation des concentrations des hormones Seulement 3 % de la population présentent des anti-Tg sans
libres. Ces dosages sont actuellement automatisés mais anti-TPO détectables (étude américaine NHANES III).
des problèmes méthodologiques persistent dans cer- D’importantes variations existent entre les différents dosa-
taines situations particulières que sont la grossesse et ges compétitifs ou immunométriques.
l’insuffisance rénale [11]. Pour une bonne interprétation,
des normes spécifiques à chaque dosage doivent être 3.3. Les anticorps anti-récepteur
fournies à la naissance, pendant la grossesse, chez les de la TSH (anti-RTSH)
sujets âgés. Ils se lient aux récepteurs de la TSH présents à la surface
des thyréocytes. La majorité de ces anticorps se comportent
3. Les anticorps antithyroïdiens comme des anticorps stimulants et constituent un marqueur
diagnostique et pronostic de la maladie de Basedow. Dans
Les principaux antigènes thyroïdiens sont constitués par de rares situations, ils ont une activité bloquante responsable
la thyroperoxydase (TPO) enzyme clé de la synthèse des d’hypothyroïdie avec hypotrophie de la glande. Ils étaient
hormones thyroïdiennes, la thyroglobuline (Tg), le récepteur jusqu’ici détectés par des techniques d’inhibition de liaison
de la TSH (RTSH), le symporteur sodium-iodure NIS et la
pendrine (figure 3). Ils sont susceptibles d’induire, lors de
maladies autoimmunes thyroïdiennes, la formation d’auto- Figure 3 – Principaux antigènes du follicule thyroïdien.
anticorps d’affinité et concentrations élevées.

3.1. Les anticorps


antithyroperoxydase (anti-TPO)
Ce sont généralement des IgG dont les taux sont corrélés
à l’abondance de l’infiltrat lymphocytaire thyroïdien. Ils sont
observés dans les maladies d’Hashimoto à des titres très
élevés mais aussi dans les autres thyropathies auto-immu-
nes (maladie de Basedow, thyroïdite atrophiante, thyroïdite
du post-partum, thyroïdite auto-immune asymptomati-
que….). Les dosages sont actuellement très sensibles et
spécifiques. La concordance (en terme de +/-) entre les
trousses est bonne (> 90 %) bien que des problèmes de
standardisation persistent. La prévalence des anti-TPO
dans la population générale sans dysfonction thyroïdienne
est de 12 %.

REVUE FRANCOPHONE DES LABORATOIRES - AVRIL 2009 - N°411 // 41


Encadré 3 – Intérêt clinique des dosages 4. Quelles indications ? Pour
d’anticorps antithyroïdiens.
quels sujets ? Quelles stratégies
1. Anticorps antithyroperoxydase (anti-TPO) de dépistage biologique ?
r Place dans décision thérapeutique limitée
r Prédictifs de dysfonction thyroïdienne lors de :
Les attitudes ici recommandées relèvent de la pratique
- grossesse
adoptée par les thyroïdologues. Le principe qui les guide
- certaines médications : amiodarone, lithium, interleu-
est celui de l’efficacité diagnostique maximum pour le
kines
coût le moins élevé. On est de ce fait amené à distinguer
les examens utiles pour le dépistage, ceux qui concourent
2. Anticorps antithyroglobuline (anti-Tg)
à la quantification du déséquilibre hormonal, à l’enquête
r Validation des dosages de thyroglobuline
étiologique et à la surveillance (tableau I).
r Suivi des patients avec cancers différenciés
En France, les RMO (références médicales opposa-
thyroïdiens (ATg+)
bles, RMO XIV, 1993) avaient précisé : « Il n’y a pas lieu
r Recherche d’une auto-immunité thyroïdienne
de prescrire un dosage d’hormones thyroïdiennes dans
si ATPO négatifs et forte suspicion clinique et/ou
échographique le cadre de bilan biologique effectué chez des patients
asymptomatiques ». Mais toute symptomatologie
3. Anticorps anti-récepteur de la TSH d’appel (asthénie, amaigrissement, thermophobie, sudations,
(anti-RTSH) diarrhée….ou au contraire prise de poids, frilosité, constipa-
r Diagnostic étiologique d’une hyperthyroïdie tion…) peut résulter d’une dysfonction thyroïdienne. De ce
r Évaluation de la rémission avant arrêt du traitement fait, les médecins effectuent les déterminations hormonales
médical des maladies de Basedow thyroïdiennes dès la moindre consultation d’un patient.
- Orbitopathie basedowienne Certains sujets hommes et femmes sont de plus à risque
- Grossesse et maladie de Basedow : prédiction de de dysfonctions thyroïdiennes soit parce qu’ils présentent
dysfonction néonatale des facteurs de risque personnel (épisode antérieur de
dysfonction thyroïdienne, goitre, présence d’anticorps
antithyroïdiens, autre maladie auto-immune, traitement
par des médications iodées, lithium, interféron), soit en
de la TSH marquée à des récepteurs humains ou porcins. De
raison d’une hérédité de maladie thyroïdienne.
nouvelles méthodes, automatisées ou non, avec utilisation
Le dépistage des dysfonctions thyroïdiennes est déjà
d’anticorps monoclonal hautement spécifique apparaissent.
largement mis en place.
Leur évaluation clinique est en cours.
r Chez l’enfant nouveau-né, il est légalement indispensable
dès le 3e jour de vie. Il permet d’assurer précocement la
3.4. Les autres anticorps correction du déficit hormonal et de prévenir efficacement
Anticorps anti-T3 et anti-T4, anticorps anti-symporteur de ses conséquences dramatiques.
l’iodure (anti-NIS), anti-pendrine. r L’amiodarone est responsable, en France, d’hypothyroï-
Les anticorps anti-T3 et/ou anti-T4 sont des variants des die dans 2 à 3 % des cas et d’hyperthyroïdie dans plus
anticorps anti-Tg. Ils peuvent être responsables d’arté- de 10 % des cas. La prévalence de l’hypothyroïdie sous
facts de dosages. Les anticorps anti-NIS et anti-pendrine lithium est estimée à 2 % par an. Il est communément
présentent des titres corrélés à ceux des anti-TPO. Leur recommandé d’effectuer un dosage de TSH avant tout
intérêt en pratique clinique n’est pas démontré. traitement par l’amiodarone, le carbonate de lithium, l’in-
Dans l’encadré 3 sont reportés les intérêts cliniques des terféron et de le répéter tous les six mois.
dosages d’anticorps antithyroïdiens. r La surveillance annuelle du taux de TSH est aussi recom-
mandée chez les patients qui ont bénéficié d’un traitement
Tableau I – Exploration et surveillance biologique radio-isotopique pour hyperthyroïdie et chez les sujets
des maladies thyroïdiennes. porteurs d’anticorps antithyroïdiens.
r La rentabilité du dépistage est aussi reconnue chez tous
Exploration Enquête
Initiale étiologique
Suivi les patients âgés hospitalisés, tant il est vrai qu’alors la
fréquence des dysfonctions thyroïdiennes est élevée, que
Goitre simple TSH TSH
la symptomatologie est souvent peu évocatrice, masquée
Nodule isolé TSH, (CT)
par le contexte polypathologique. Un élargissement de
Hypothyroïdies TSH, (T4L) anti-TPO, (Iodurie) TSH l’intervalle de référence de la TSH entre 0,05 et 10 mUI/l
Hyperthyroïdies TSH, anti-TPO, anti-RTSH T4L, TSH a été recommandé.
(T3, T4 libres) (iodurie, Tg, HCG) (anti-RTSH) r Une hypothyroïdie est présente chez 2,5-3 % des fem-
Thyroïdites TSH, VS, CRP anti-TPO TSH, CRP mes enceintes et cette situation apparaît préjudiciable au
(sérodiagnostics viraux)
développement intellectuel de l’enfant. L’hyperthyroïdie
Cancers différenciés TSH TSH, anti-Tg, Tg maternelle est rare (0,2 %). Des guidelines cliniques ont
de la thyroïde
été récemment publiés [10]. Aucune étude clinique ne
Cancer médullaire TSH, CT TSH, CT, ACE démontre le bénéfice d’un dépistage universel des fem-
de la thyroïde
mes enceintes vis-à-vis de pathologies thyroïdiennes.

42 // REVUE FRANCOPHONE DES LABORATOIRES - AVRIL 2009 - N°411


BIOLOGIE HORMONALE

Il est cependant recommandé de dépister les femmes à Encadré 4 – Grossesse.


haut risque de dysfonction thyroïdienne. Les principales
modifications hormonales rencontrées lors de la grossesse r Au premier trimestre de la grossesse, le taux de
sont reportées dans l’encadré 4. TSH doit être compris entre 0,4 et 2,5 mUI/L. Il s’élève
r L’American Thyroid Association (ATA) a recommandé ensuite modérément.
le dosage de TSH, tous les cinq ans, à partir de 35 ans r Dix huit % des femmes peuvent présenter, en début
et plus fréquemment encore chez les sujets à risque de de gestation, des taux abaissés de TSH qui sont le
dysfonction thyroïdienne. reflet de l’activité thyrotropique de l’HCG. Ce phéno-
Lorsqu’un taux de TSH a été mesuré en dehors des nor- mène s’atténue au cours du second trimestre.
mes (bas ou élevé), une dysthyroïdie est probable. Pour r Les hormones libres de T3 et de T4 diminuent
confirmer et quantifier la dysfonction, le seul dosage de pendant la grossesse. L’abaissement est méthode
la T4 libre est requis en cas d’hypothyroïdie, ceux de T4L dépendant. Il est donc impératif que chaque labora-
et/ou T3L en cas d’hyperthyroïdie. L’étiologie est précisée toire fournisse des normes adaptées pour les 2e et
par le contexte clinique et par la recherche d’anticorps 3e trimestres.
antithyroïdiens. r Si on utilise le dosage de T4 totale, les normes sont
Certaines situations particulières, rares, nécessiteront la alors 1,5 fois celles habituelles de l’adulte.
réalisation d’autres actes prescrits lors de consultations en r Les anticorps antithyroïdiens passent la barrière
milieu spécialisé : iodurie pour la détection de surcharge placentaire. Seuls les anticorps anti-RTSH sont patho-
iodée, thyroglobuline sérique en cas de thyrotoxicose fac- gènes et donc susceptibles d’induire des dysfonctions
tice, dosages de TSH et de chaîne alpha lors d’un test de thyroïdiennes chez le fœtus et l’enfant nouveau-né.
stimulation par la TRH lors des hyperthyroïdies centrales
par résistance aux hormones thyroïdiennes ou adénome
thyréotrope. Un organigramme décisionnel est présenté
sur la figure 4. actif et d’une modification des pratiques. On découvre,
en France, environ 4 à 5 000 nouveaux cas chaque année.
Le pronostic d’ensemble est favorable. Seuls 5 % des
5. Les marqueurs patients meurent de leur cancer et 10 à 20 % présente-
de cancers thyroïdiens ront une récidive. Ces dernières années sont apparus de
nouveaux outils de surveillance, l’échographie, la TSH
5.1. Les cancers différenciés recombinante, la tomographie d’émission de positons, de
de la glande thyroïde nouveaux dosages de Tg et d’anti-Tg. Des recommanda-
Les cancers thyroïdiens différenciés sont les cancers endo- tions européennes et françaises pour la prise en charge
criniens les plus fréquents. Leur incidence s’est accrue des cancers différenciés de souche vésiculaire ont été
ces dernières années sous l’effet d’un dépistage plus publiées récemment [7, 8].

Figure 4 – Organigramme décisionnel (en dehors de la grossesse).

REVUE FRANCOPHONE DES LABORATOIRES - AVRIL 2009 - N°411 // 43


Encadré 5 – Dosage de thyroglobuline Le dosage de Tg dans le liquide de rinçage des aiguilles de
dans le suivi des patients ponction des nodules ou ganglions se généralise. Il révèle
avec cancer différencié de la thyroïde. d’excellentes performances pour détecter des métastases
ganglionnaires en complément de la cytologie.
r Le dosage doit être immunométrique, calibré sur
le standard CRM 457, avec une sensibilité fonction- 5.2. Les cancers médullaires de la thyroïde
nelle < 1 ng/ml. La calcitonine (CT) constitue un marqueur biologique du
r Une recherche d’anticorps anti-Tg est réalisée de cancer médullaire de la thyroïde (CMT). La prévalence
façon systématique. Le test de récupération n’est plus du CMT est faible, proche de 0,4 % (un sur 300 nodules
recommandé à cause de son manque de sensibilité. thyroïdiens explorés). Depuis une dizaine d’années, en
r Le taux de Tg est interprété en fonction du taux de Europe, ce dosage s’est généralisé en pathologie nodulaire
TSH et de la présence ou non d’anticorps anti-Tg. thyroïdienne, optimisant la détection précoce du CMT, le
r En cas de présence d’Ac anti-Tg : geste chirurgical, et survie. Une relation linéaire entre la
- il faut suivre le titre de ces anticorps dans le temps, concentration sérique de CT et la masse tumorale a été mise
- le résultat de Tg peut être minoré. Un taux de Tg en évidence. Un μCMT (< 1 cm) correspond, en général, à
indétectable, dans ce contexte, ne signifie pas for- des valeurs de CT comprises entre 5 et 100 pg/ml.
cément rémission et un taux de Tg détectable est à Mais la calcitonémie peut être élevée dans d’autres cir-
considérer comme étant a minima, constances. La prévalence de ces hypercalcitonémies
- il n’est pas utile de faire une stimulation par de la non liées à un CMT a été évaluée dans deux séries euro-
TSH recombinante car il n’y aura pas de réponse.
péennes à 4,5 % [12, 13]. De nombreux facteurs peuvent
influencer un taux de CT sérique. Ce sont : les facteurs liés
à la méthode de dosage, ceux liés au patient (sexe, âge,
Le dosage de la thyroglobuline (Tg), marqueur de la pré- BMI), ceux d’origine fonctionnelle (l’insuffisance rénale
sence et de l’activité du parenchyme thyroïdien, n’a pas chronique, l’hypergastrinémie, l’hypercalcémie), et les
d’intérêt dans l’évaluation pré-opératoire des goitres et autres en particulier l’existence d’une autre tumeur endo-
des nodules. crine, et ceux pouvant créer une hyperplasie des cellules C
Après thyroïdectomie totale pour cancer et destruction réactionnelle à l’auto-immunité ou au tabac.
radio-isotopique des résidus thyroïdiens, la surveillance
biologique se réalise par les dosages de TSH, d’anti-Tg
et de Tg. Le taux de Tg doit donc être indétectable. Sa 6. Conclusion
permanence ou sa réapparition signe la récidive ou la
métastase. Il n’est pas utile d’évaluer le taux de Tg à moins Les outils biologiques se sont, pour la majorité d’entre
de 3 mois de la thyroïdectomie. Afin d’éviter les variations eux, considérablement améliorés ces quinze dernières
inter-méthodes, il est essentiel que la surveillance biologique années. Ce sont actuellement des outils fiables et précis.
des patients se fasse dans le même laboratoire. L’adap- La connaissance de leurs indications et de leurs limites
tation de la posologie de thyroxine doit tenir compte de permet une prescription et une utilisation optimales.
l’inertie de l’axe hypothalamo-hypophysaire c’est-à-dire
6 à 8 semaines. Les principales données concernant le
dosage de Tg sont mentionnées dans l’encadré 5. Conflit d’intérêt : aucun.

Références European thyroid cancer taskforce. European consensus for the mana-
gement of patients with differentiated thyroid carcinoma of the follicular
epithelium. Eur J Endocrinol 2006;154(6):787-803.
[1] NACB (National academy of clinical biochemestry). Guidelines deve-
[8] Recommandations pour la prise en charge des cancers thy-
lopment. international thyroid testing guidelines. Implications for clinical
roïdiens différenciés de souche vésiculaire. Ann Endocrinol
practice. Thyroid 2003;13(1):3-126.
2007;68:Suppl2p:S53-4.
[2] ANAES (Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé),
décembre 1998. Diagnostic et surveillances biologiques de l’hypothy- [9] Guidelines for diagnosis and therapy of MEN type 1 and type 2. J
roïdie de l’adulte. 61 p. Clin Endocrinol Metab 2001;86:5658-91.
[3] ANAES (Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé), [10] Les Guidelines cliniques pour le management des dysfonctions
février 2000. Diagnostic et surveillance biologiques de l’hyperthyroïdie thyroïdiennes pendant la grossesse et le post-partum. J Clin Endocrinol
de l’adulte. 44 p. Metab 2007;Aug suppl:S1-47.
[4] ANAES (Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé), [11] Sapin R. Interferences in immunoassays: mechanisms and outco-
avril 2007 : www.has-santé.fr mes in endocrinology. Ann Endocrinol 2008;69:415-25.
[5] ANDEM (Agence nationale pour le développement de l’évaluation [12] Costante G, Meringolo D, Durante C, Bianchi D, Nocera M, Tumino
médicale), décembre 1995. La prise en charge diagnostique du nodule S, et al. Predictive value of serum calcitonin levels for preoperative dia-
thyroïdien. Recommandations pour la pratique clinique. Editions Norbert gnosis of medullary thyroid carcinoma in a cohort of 5817 consecutive
Attali, 256 p. patients with thyroid nodules. J Clin Endocrinol Metab 2007;92:450-5.
[6] SOR (Standards, options et recommandations). Marqueurs tumo- [13] Vierhapper H, Niederle B, Bieglmayer C, Kaserer K, Baumgartner-
raux sériques des cancers de la thyroïde. Fédération Nationale des cen- Parzer S. Early diagnosis and curative therapy of medullary thyroid
tres de lutte contre le cancer. Bull Cancer 2001:775-792. carcinoma by routine measurement of serum calcitonin in patients with
[7] Pacini F, Schlumberger M, Dralle H, Elisei R, Smit JW, Wiersinga W. thyroid disorders. Thyroid 2005;15(11):1267-72.

44 // REVUE FRANCOPHONE DES LABORATOIRES - AVRIL 2009 - N°411