Vous êtes sur la page 1sur 9
eepumuugue DMATT COUR SUPERIEURE DES COMPTES ET DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF 1 RUE 6 AWENUE CHRISTOPHE Thr 4s09) 2227-968 RE roo BE. ; wo BER MELE Me PortauePrince te snc 2 MAR, 2016: LIBERTE EGALITE FRATERNITE REPUBLIQUE D’HAITI Extrait des utes du Greffe de la Cour Supérieure des Comptes et du Contenticux Administratif (CSCCA). AU NOM DE LA REPUBLIQUE La Cour supérieure des Comptes et du Contenticux administratif, compétemment réunie en la ‘Chambre des Affaires Financiéres, a rendu en audience ordinaire et publique, sur la demande de décharge produite par le Sieur Michel-Olivier MARTELLY, nommé Caordonnateur de la in dappui & lx Coordination des Infrastructures de Sport et d’Accompagnement, par lentiel en date du 7 juin 2012, Marrét avant-dire droit suivant : Par requéte en date du 2 octobre 2013, le sieur Michel-Olivier Martelly, propriétaire, demeurant et domicilié 4 Pétionville, identifié au No :003-386-115-3, ayant pour Avocat, Maitre Joseph Rigaud Duplan, identifié, patenté et imposé sur le revenu professionnel aux Nos :003-000-147-1, 4407233476 et 4073620, avec élection de domicile en son Cabinet sis & Port-au-Prince au No: 105 de "Avenue Lamartinigre Bois Verna, Pont Morin, ex-Coordonnateur de la Commission dappui & la Coordination des Infrastructures de Sport et d’Accompagnement a sollicité de la Cour: -lc conirdle réglementaire exigé par la loi afin de dégager ses responsabilités au sein de ladite commission A V'audience ordinaire et publique de la Chambre des Affaires Financiéres de la Cour supérieure des Comptes et du Contenticux administratif en date du jeudi vingt-huit (28) janvier detrx mille seize (2016), l'aifaire relative a la demande de décharge du sieur Michel-Olivier MARTELLY est évoquée et retenue par Me Rigaud DUPLAN. Du coup, i! demande acte de sa constitution pour la défense des droits et des intéréts du sieur Michel-Olivier MARTELLY, ex- Coordonnateur de la Commission d’Appui & la Coordination des Infrastructures de Sport et 4d’ Accompagnement de la Jeunesse Haitienne (CACISAJH). Ont &@ lus suecessivement Ia requéte du Sieur Michel-Olivier MARTELLY adressée aux Honorables Membres de la Cour, le Rapport d’audit et de Vérification de la Directioi V'Apurement des Comptes, le Rapport de l’Auditorat et I"Ordonnanee du Conseiller Instructeur. visés respeetivement aux nos 1, 2,3 et 4 dont les teneurs se lisent comme suit: Port-au-Prince, le 2 octobre 2013 Honorables Membres de La Cour, Par arrété du Président de la République, en date du 7 juin 2012, publié le 15 suivant, au journal officiel « Le Moniteur », j'ai é nommé Coordonnateur du consti! exécutit de la Commission présidentielle d’appui 4 la coordination des infrastructures de sport et ’accompagnement de la jeunesse haftienne (CACISAJH), La durée dumandat de la Commission est de douze mois renouvelable: Ce mandat n'ayant pas été renouvelé a date, je sollicite de votre Institution le controle réglementaire exigé par la loi afin de dégager mes responsabilités au sein de ladite commission Bien que, dans les faits, je n°aie point été comptable de fonds publics, il s'avére indispensable qu'un contrdle soit effectué sur ma gestion en tant que Coordonnateur dudit Conseil Vous remereiant par anticipation des suites urgentes que vous voudrez bien avcordées d ma présente requéte, je vous prie d’agréer, Honorables Membres de la Cour, expression de mes salutations distinguées, Michel-Olivier MARTELLY Aux Honorables Membres de la Cour Supérieure des Comptes et du Contenticux Administratif En leurs bureaux.- RAPPORT DES VERIFICATEURS, La Commission chargée de procéder a fa vérification de la gestion de Monsieur Michel-Olivier MARTELLY, Coordonnateur de la Commission Présidentielle d'Appui 4 la Coordination des Infrastructures de Sports et d’Accompagnement de la Jeunesse Haitienne désignée sous le sigle “CACISAJH'', conformément aux instructions de Ja Présidente du Conseil (réf.: sa ‘correspondance datée du 06 novembre 2013 #009) et la lettre de confirmation de la Direction de l'Aprement des comptes, datée du 7 novembre 2013, #006 donnant suite & la requéte de Fintéressé, datée du 02 octobre 2013, a avantage de présenter son rapport eirconstancié, En exéeution du mandat regu, la commission s'est présentée sur les lieux au Palais ‘National, le 08 novembre 2013 en vue de recucillir les informations préliminaires lui permettant de planifier som travail. A cette date, elle a rencontré Monsieur Michel-Olivier MARTELLY qui lui a remis une opie de l'arnété du 07 juin 2013 le nommant a la téte de la « CACISATH ». Au terme de Farticle 2 de cet artété la Commission d'Appui A In Coordination des Infrastructures de sport et d*Accompagnement de la Jeunesse Haftienne « CACISAJH » a pour mandat de : a) Appuyer les grands projets infrastructurels relatifs au sport du Président de la République ; b) S‘assurer que les calendriers de construction de complexes multisports soient respectés de maniére adéquate, gérés et contrdlés du début jusqu’a la fin ; ¢) Planifier les évenements relatifs aux inaugurations de complexes sportifs ; d) Réaliser des visites dans le cadre de I'exécution des projets intrastructurels relatif au sport sur une base réguliére et faire la liaison entre les acteurs locaux, communautaires et la Présidence ; ) Accompagner les organisations de jeunes dans les activités eiviques, eréer et renforcer les capacités des groupes de volontaires dans les communautés sportives ; f) Elaborer les termes de références pour les appels offre en rapport avec les infrastructures de sport ; g) Identifier les sites potentiels sur le territoire national pouvant accueillir les infrastructures de sport, notamment dans les zones priorisées par le Président de la République ; fh) Assurer le suivi et |’évaluation des projets d’ordre infrastructure! en rapport avec le sport et l'action civique entrepris par la Présidence ; 1) Travailler avec les firmes d’€valuation retenue dans le cadre de l'exécution des projets relatifs au sport. Le méme jour, elle a eu une importante réunion avec Monsieur Michel-Olivier MARTELLY, accompagné de Monsieur Mario Florvil, secrétaire exéeutif de la CACISATH, Monsieur Djovany Dorelien, Directeur Genéral Adjoint du Ministére de la Planification de la coopération exierne (MPCE), de Monsieur Enex Jean Charles et Grégory Mayard-Paul tous deux Conseillers juridiques au sein de cette commission, Ces interlocuteurs lui ont expliqué que cette commission dent son mandat n’ayant pas été renouvelé est caduc depuis le quinze juin 2013. Is ont profité de l'occasion pour lui faire savoir que cette commission ne jouissait pas en fait d'une autonomie financigre, matérielles et logistiques, en dépit des dispositions de l'article 5 de l’arrété du 07 juin 2013 qui stipule que «|’Etat Haitien » mettra 4 la disposition de la Commission d’Appui & la Coordination des Infrastructures de sport et d’Accompagnement de la Jeunesse: Hattienne « CACISAJH » des moyens financiers matériels et logistiques nécessaires a Ia réalisation de son mandat, Les membres de cette commission y compris le eoordonnateur Michel-Olivier Martelly dans le cadre de leurs missions regoivent leurs émoluments ainsi que les avantages & titre de fonctionnaire du Palais National. Par ailleurs le Consciller juridique de cette Commission monsicur Enex Jean Charles tient & préciset pour la Commission que le mode de fonctionnement de toutes les commissions présidentielles c’était toujours ainsi. Il n'y a jamais eu de fonds particuliers mise 4 leurs dispositions. Les chantiers en cours d'exécution e infrastructures sportives faisant objet des visites négulitres de Ia « CACISAJH », projets gérés par le Ministére de 1a planification et de Ia Coopération exteme (MPCE) et ce, en vertu des prescrits de l'article 23 du décret de septembre: 198dsur les fonds dinvestissements a déclaré Monsieur Djovany Dorelien, Assistant Directeur Général audit ministére présent également & cette réunion A la lumigre des faits rappartés ci-dessus. Il est évident que Monsieur Michel-Olivier Martelly, en dépit de son titre de Coordonnateur de la « CACISAJH », n'a jamais eu a manipuler de fonds dans le cadre dudit projet ; par conséquent il n’a pas été compiable de deniers publics tel que défini a Marticle 67 de ta toi du 30 septembre 1985 sur le Budget et Ia Compiabilité Publique qui stipule que ‘est comptable de Deniers Publics toute personne régulirement chargéc, a titre quelconque, du maniement, de fa conservation ou de la gestion ou de la gestion des deniers publics ou des biais de l'état, des communes ou d’un organisme public sont assimilés aux deniers publics et aux biais de Iétat, ceux déposés auprés du trésor ou dont Ja gestion est confige & l'état par de tiers ou en vertu de dispositions Iégales ou réglementaires. Ainsi, sur la base des explications fournies par les interlocuteurs susmentionnés, la commission de Vétrification estime que son mandat est opérant, puisqu’il n'y a pas lieu de procédés & aucun contrble de gestion. En effet, Ia commission Présenticlle ne dispose d’aucun rapport tant administratif que financier concemant ledit projet qui est plutét géré par le MPCE qui a dane la responsabilité de rendre compte dans les conditions prévues par l'article 23 du décret de septembre 1984, La Commission de verification mandaté par la Cour, estime nécessaire de son devoir, en guise de rapport, de fournir ces précisions 4 In Cour supérieure des Comptes a telle fin que son atoit, Yves Ketler BORGA Augustin ELOGE Vérifieateur (Membre) Véeril (Membre) Augustin JACQUESAINT Vérifieateur (Président) A: Monsieur Fritz Robert SAINT-PAUL, Président de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif De: L'Auditorat Objet : Rapport de 'Auditorat sur les conclusions du rapport de vérification de Monsi des Sports d*Accompagnement de la Jeunesse Huitienne. ‘Monsieur le Président, Par correspondance du 6 novembre 2013 émange de l'ex-Présidente de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif, la direction de !’Apurement des Comptes a regu mandat de vérifié la gestion de Monsieur Michel-Olivier MARTELLY, Coordinateur de la Commission Présidentielle d'appui a la Coordination des sports et ’accompagnement de Ia jeunesse Haftienne. Pour y parvenir une commission a été formée conformément & la loi Les informations recucillies au Palais National par la commission dans Je cadre d'un échange avec Michel-Olivier MARTELLY, Djovany DORELIEN, Directeur Général Adjoint du Ministére de la planification et de la Coopération exteme, Gregory Mayard PAUL ct Enex Jean CHARLES en tant que deux conseillers 4 la commission présidentielle @appui a la coordination des sports et d°accompagnement de Ia jeunesse , il a été révélé que Monsieur Michel-Olivier MARTELLY, dans le cadre du fonctionnement de cette commission n’avait recu que ses émoluments ainsi que d'autres avantages titre de fonctionnaire au Palais National, qu'il ny a jamais eu de fonds particuliers mis a sa disposition d’autant plus que, les chantiers d'exécutions et les infrastructures sportives étaient gérés par le Ministre de la Planification et de coopération externe, A la lumiére des faits ci-dessus rappories, la commission a conclu que Monsieur Michel- Olivier MARTELLY 17a jamais eu a manipuler de fonds dans le cadre de l'exécution dudit projet et par voie de conséquence on ne saurait le retenir comme comptable de deniers publics. L*Auditorat requiert qu'il plaise a la Cour, vu que la commission de vérification a conclu que le Sieur Michel-Olivier MARTELLY en tant que coordonnateur de la commission Présienticlle d’appui 4 la coordination des sports et d'accompagnement de Ia jeunesse haitienne: n’a pas eu d manipuler les deniers publics dans le cadre de "exécution. du projet, classer dire que dans le cadre de Vexéeution de ce projet il n'y a pas lieu d'engager la responsabilité du Sieur Michel-Olivier MATELLY comme agent d’exécution budgétaire du dit projet. Ce, suivant les conclusions du rapport de la commission chargé de vérifier la gestion de Monsieur Michel- Olivier MARTELLY ‘euillez recevoir, Monsieur le Président mes Salutations distinguées Me Napoléon LAUTUTURE Av. Auditeur en chef a la Cour AUDIT DE LA GESTION DE MONSIEUR MICHEL-OLIVIER MARTELLY EN TANT QUE PRESIDENT DE LA COMMISSION PRESIDENTIELLE D’APPUL A LA COORDINATION DES SPORTS ET D’ACCOMPAGNEMENT DE LA JEUNESSE HAITIENNE (CACISAJ) ORDONNANCE DU JUGE INSTRUCTEUR 19 NOVEMBRE 2015 Par mémorandum du 5 janvier 2015, le rapport d’audit de la gestion de monsieur Michel-Olivier MARTELLY nous a été transmis en qualité de Juge Instructeur. Ala lecture de ce rapport et des conclusions y relatives produites par l'auditorat, il ressort que monsicur Michel-Olivier MARTELLY n’eut pas a manipuler des. fonds publics pendant son passage & la tée de la Commission Présidentielle d’Appui a la Coordination des Sports et d’Accompagnement de la Jeunesse haitienne (CACISAJH) et de ce fait, n'a été & aucun titre comptable des deniers publics. Cependant, les responsabilités dévolues a In commission par Varrété portant sa eréation autorisent & penser qu’elle ait pu oriemter ou influencer les activités placées sous son contrac, L’attribution des marches d’infrastructutes sportives est entre autres Tune des activités sensibles qui pourraient pitir des pouvoirs de la commission. Cette présomption parait d’autant plus séricuse que la structure institulionnelle, le Ministere & la Jeunesse au Sport et a !’Action Civique (MJSAC), dotée de I'expertise permettant d’encadret les interventions de I'Etat dans le domaine sportifa été tenue al’ écart dans cette entreprise En outre, il n°est mulle part fait allusion dans le rapport de vérification aux activités conduites par Ja commission pendant son mandat, & la qualité des supports qu'elle avait obtenus, & son mode opératoire en quelque sorte. Le rapport de vérification n’est pas soutenu par le rapport de fin d’activités du demandeur de décharge a Ia téte de la commission, La responsabilité constitutionnelle d’assurer le contrdle de I'effieacité des dépenses publiques oblige la Cour & questionner la pertinence de certaines dépenses publiques. Quel était donc le role de cette commission ? Qu’a elle fait pendant son mandat ? Qui répondra des défaillances éventuelles que Yavenir pourrait mettre & jour dans les ceuvres ayant bénéficié de cet encadrement ? C'est aussi l'occasion de questionner le Ministére de la Planification et de 1a coopération exteme (MPCE) qui serait selon le rapport responsable de la gestion des projets d’infrastructures sportives de la Présidence ou du gouvernement. La conformité d'une dépense publique se mesure son adéquation aux lois de la République. En ce sens, les premiers dispositifs Kgaux & interroger dans le cas d'espéce sont ccux portant sur la distribution des compétences entre les structures administratives étatiques, Le Ministére de la planification et de la coopération exteme (MPCE) est-il autorisé par son décret organique & ecxécuter directement des projets d'investissement relevant des attributions d'une autre structure publique? A quoi sert le Ministére a la Jeunesse, au Sport et & "Action Civique ? L'arrété portant eréation de la CACISAJH lui confére des pouvoirs exorbitants en ses alinéas f, gh, i 'habilitant ainsi a influencer directement I’ action publique et done I’utilisation des fonds publics: «elle ¢labore les termes de référence pour les appels d'offres en rapport avec les infrastructures de sport » alinéa f, «elle identifie les sites potentiels sur le territoire national pouvant aecueillir les infrastructures de sport » alinéa g, «elle assure le suivi et I’évaluation des projets d’ordre infrastructurel en rapport avec le sport »alinga h, «elle travaille avec les firmes a'évaluation retenues dans le cadre de l'exécution des projets relatifs au sport » alinéa i, I n’est done pas indispensable de détenir un droit de signature pour se trouver en situa Responsable, il suffit seulement d’en avoir les ressorts. Il est done du devoir de institution de contidle, du juge des comptes de s"assurer du role de chaque acteur impliqué dans la mise en mouvement des fonds publics. Dans le cas d’espéce, les responsabilités attribuées par larrété nommant la CACISAJH sont assez étendues et substantielles pour que les bénéficiaires soient tenus de rendre compte. De ce fait, I’Instruction recommande la Cour de procéder & l’audit de tous les travaux réalisés sous I'égide dudit arrété pour la période concernée afin de fixer les responsabilités avant son délibéré et le prononeé de son arrét Saint Juste MOMPRE VIL, Juge Instructeur, “Me Rigaud DUPLAN demande nete a la Cour de ce que le Rapport des Wérificateurs au sujet de la gestion de Monsicur Michel-Olivier MARTELLY en tant que Caordonnateur de la Commission présidenticlle d'Appui 4 la Coordination des Infrastructures de Sport et d’Accompagnement de la Jeunesse Haltienne est tout a fait clair et juste, Il ne peut en aucune fagon faire l'objet de mésinterprétation ; Monsieur Michel-Olivier MARTELLY na jamais eu a occuper son poste en tant que comptable de deniers publics. Le Rapport du Juge Instructeur est contraire & la réalité des faits et uu Droit, nayant aucune référence légale, La Cour youdra bien I'éearter purement et simplement en faisant droit a la requéte de Michel-Olivier MARTELLY en lui délivrant une attestation prouvant qu'il n'a jamais eu a poser aucun acte en tant que comptable de deniers publics. -La Cour fait remarquer & Me DUPLAN que I"attestation est un accessoire et que lacte qui prévaut, c'est la décision du Collége de Jugement. L’Auditorat,- L’Auditorat attire attention de la Chambre financiére sur Varticle 5 de l'arnété du 7 juin 2012, nommant le Citoyen Michel-Olivier MARTELLY, Coordonnateur de la Commission Présidentielie €Appui a la Coordination des Sports et d'Accompagnement de fa Jeunesse Haitienne, laquelle Commission est dotée d'une autonomie complete et injonction était faite & Etat de mettre des moyens financiers sa disposition, ~ Atfendu que la Direction de Iapurement des Comptes n’a produit aucun document justificatif d'une enquéte séricuse sur la gestion des fonds alloués & la Commission mise sous examen ; Atlendu que l'art 16 du décret du 23 novembre 2005 portant les structures administratives de la CSC/CA. preserit que la reddition des comptes s’impose & tous les camptables de droit ou de fait et que la chambre financiére n'est constituée que pour juger lesdits comptables ; + Vu les articles précités, notamment l'article 5 de l'amété présidentiel et 16 du Décret du 23 novembre 2005 L'Auditorat requiert qu'il plaise & Ia Cour, d'écarter le soi-disant rapport de vérification émané de la Direction De I'Apurement des Comptes pour dire que cette affaire n'est pas en état de Tecevoir jugement tout en ordonnant qu'une nouvelle Commission soit constitude en vue de vérifier la gestion de Monsieur Michel-Olivier MARTELLY, Coordonnateur de la Commission Présidentielle «Appui a la Coordination des infrastructures de Sports et d’Aceompagnement de la Jeunesse Haiticnne (CACISAJH) pour voir s°il a droit ou nom a la décharge sollicitée. Ce sera droit. Par avant-dire droit la Cour se prononce comme suits vu la lettre de demande de décharge de Monsieur Miche!-Olivier MARTELLY, adressée ‘au Président de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentiewx Administratif, en date du 2 octobre 2013, dans laquelle on lit: «il s’avére indispensable qu'un contrdle soit effectué sur ma gestion en tant que Coordonnateur dudit Conseil »; vu Farrété pris en date du 7 juin 2012 eréant la Commission Présidentielle d"Appui a la Coordination des Infrastructures de Sport et d’Accompagnement de la Jeunesse Haftienne (CACISAJH) dont Michel-Olivier MARTELLY en est le Coordonnateur ; vu le document présenté par la Commission de Vérification de la Cour ; vu le Rapport de 1" Auditorat ; vu 'Ordonnance du Conseiller Instructeur ; vu les articles 200, 200.3, 200.4, 220, 222, amendée le 9 mai 2011 ; vu les articles 2, 3, 3.1, 5.1, 5.6 et 5.7 du décret du 23 novembre 2005 portant organisation ct fonctionnement de la CSCCA ; considérant que par correspondance en date du 2 octobre 2013, adressée au Président de la CSCCA, le citoyen Michel-Olivier MARTELLY, Coordonnateur de Ia CACISAJH, a sollicité de la Cour un contrdle sur sa gestion en sa qualité d’ex-Coordonnateur de ladite Commission ; considérant qu'a l'audience de ce jour, l'affaire est évoquée et retenue par Me, Rigaud DUPLAN, avocat constitué pour le sieur Michel-Olivier MARTELLY, en présence de Vauditeur, Me, Jean Miguel FORTUNE ; considérant qu'aprés lecture des différentes pitees et des différents rapports du dossier, la partie requérante, représentée par Me. Rigaud DUPLAN, demande a la Cour d’écarter FOrdonnance du Conseiller Instructeur et d’ordonner a a Présidente de la Cour de délivrer une attestation a Monsieur Michel-Olivier MARTELLY, sur sa gestion en tant qu’ex-Coordonnateur de la CACISAJH ; considérant que |’ Auditorat sollicitant la parole a fait état des dispositions de article 5 de Parété du 7 juin 2012 qui stipule que « I’Etat Haitien mettra a la disposition de la Commission d’Appui la Coordination des Infrastructures de Sport et d’Accompagnement de la Jeunesse Hattienne (CACISAJH) les moyens financiers, matériels ct logistiques nécessaires a la réalisation de son mandat » ; sconsidérant que 1"Auditorat a donné lecture de article 16 du déeret du 23 novembre 2005, arguant que selon les preserits de l'article suscité Monsieur Michel-Olivier MARTELLY est complable de fait et doit rendre compte, conformément a la Loi ; en ‘eonséquence requiert a ln Cour d”écarter le soi-disant rapport produit par la Commission de la Direction de FApurement des Comptes: dire que laffaire n'est pas en état de recevoit jugement tout en ordonnant la formation d'une nouvelle Commission de vérification ; Attendu que par arrété pris en date du 7 juillet 2012, il a été eréée une Commission d’Appui a Ia Coordination des Infrastructures de Sport et d’Accompagnement de la Jeunesse Haitienne désigné sou le sigle de : « CACISAJH »; Attendu que selon l'article 3 de cet arété, le Citoyen Michel-Olivier MARTELL) nommé Coordonnateur de ladite Commission ; y 123, 234, 241 de ta Constitution haitienne Attendu que larticle 5 dudit arrét dispose : « L’Etat Haltien mettra & la disposition de la Commission” d'Appui 4 la Coordination des Infrastructures de Sport et d’Accompagnement de la Jeunesse Haitienne (CACISAJH) les mayens financiers, matériels et logistiques nécessaires 4 la réalisation de son mandat » ; Auendu qu'en date du 2 octobre 2013, Monsieur Michel-Olivier MARTELLY a lui- méme demandé & la Cour supérieure des Comptes et du Contentieux administratif’ de procéder @ "audit de sa gestion en sa qualité d’ex-Coordonnateur de la Commission @'Appui @ la Coordination des Infrastructures de Sport et d'Accompagnement de la Jeunesse Haitienne (CACISAJH) ; Attendu que suite a la requéte de Monsieur Michel-Olivier MARTELLY, la CSCCA via la Direction de I’ Apurement des Comptes, a formé une Commission chargée d'auditer, de vérifier la gestion de Vintéressé ; Atiendu que le document produit par la Commission d'audit et de Vérification de la Direetion de I’Apurement des Comptes en date du 8 novembre 2013 n'est ni un rapport daudit de gestion financiére, ni un rapport de earence, ni un rapport bast: sur des eas de force majeure, ni un rapport établissant la prescription Par ces motifs, Ja Cour sur les conclusions en partic conformes de I'Auditorat prises a audience, écarte le soi-disant rapport produit par la Commission d’audit et de vérification de la, Direction de I"Apurement des Comptes en date du 8 novembre 2013 ; dit et déclare que I'affaire: n'est pas en état de recevoir jugement par devant une Chambre Financiére: ‘Ainsi jugé et prononeé par nous, Me. Rogavil BOISGUENE, Président du Collége de Jugement, Me, Marie France H, MONDESIR, Me. Méhu Milius GARCON, Juges Financiers en audience ordinaire et publique du jeudi vingt-huit (28) janvier deux mille seize (2016). En présence de Me, Jean Miguel FORTUNE, Auditeur: avec l'assistance de Me, Nathan LAGUERRE, Greffier du sige et de l'huissier Jooby-Bonel Jr, Stealey AMEDE. I est ardonné 4 tous huissiers sur ce requis de mettre le présent arrét a exécution, aux officiers dur Ministére Public prés des Tribunaux Civils d'y tenir la main, & tous Commandants et autres Officiers de la force publique d°y préter la main forte lorsqu'ils en seront léalement requis. En foi de quoi, la minute du présent arét est signée du Président, des Juges Financiers et du Greffier susdits Pour expéditi