Vous êtes sur la page 1sur 26
Les conjonctivites infectieuses Anne Faucher, MD, FRCS Université de Sherbrooke Octobre 2000
Les conjonctivites
infectieuses
Anne Faucher, MD, FRCS
Université de Sherbrooke
Octobre 2000
Signes à surveiller Écoulement: Souvent séreux au début: PMN Devient mucoïde avec production mucus par
Signes à surveiller
Écoulement:
Souvent séreux au début: PMN
Devient mucoïde avec production mucus par
cellules à gobelet et accumulation de cellules
inflammatoires
Devient ensuite purulent
Signes à surveiller Papilles: Petites masses polygonales, opaques, hyperémiques Corps central de vx et cellules
Signes à surveiller
Papilles:
Petites masses polygonales,
opaques, hyperémiques
Corps central de vx et
cellules inflammatoires:
parapluie à la surface
Séparées par fibrilles
attachés au tarse
Rare a/n bulbaire
Non-spécifiques
Signes à surveiller Follicules: Plus gros: 1 à 2mm Élévations transparentes, lisses Vx par dessus
Signes à surveiller
Follicules:
Plus gros: 1 à 2mm
Élévations transparentes,
lisses
Vx par dessus séparant
base de chaque follicule
Hyperplasie lymphoïde
locale avec centre
germinatif
Significatifs: conj. palp.
inf., 2/3 inf. conj. palp.
sup.
Virus, Chlamydia, toxique
Signes à surveiller Pseuso-membrane: Coagulation exsudat Peut être pelée sans saignement Membrane: Coagulation
Signes à surveiller
Pseuso-membrane:
Coagulation exsudat
Peut être pelée sans
saignement
Membrane:
Coagulation dans les
tissus et à la surface
conjonctivale
Exsudat: bcp fibrine
Pelage saignement
Conjonctivites bactériennes Incidence ? Distribution des bactéries varie: Géographie Saison Âge du patient
Conjonctivites bactériennes
Incidence ?
Distribution des bactéries varie:
Géographie
Saison
Âge du patient
Sévérité infection:
Virulence organisme
Capacité à produire toxine
Statut immunologique du patient
Conjonctivites bactériennes Bactéries doivent déjouer système de défense de l’œil: Paupières Épithélium
Conjonctivites bactériennes
Bactéries doivent déjouer système de
défense de l’œil:
Paupières
Épithélium conjonctive/ cornée
Larmes: ‘flushing’, enzymes, IgA
Sécrétions mucoïdes
Flore normale: S. epidermidis, diphtéroïdes
Conjonctivites bactériennes Facteurs de risque: Sécheresse oculaire Exposition: rétraction palpébrale,
Conjonctivites bactériennes
Facteurs de risque:
Sécheresse oculaire
Exposition: rétraction palpébrale, lagophtalmos,
exophtalmie, clignement inadéquat…
Déficience en vitamine A
Immunosuppression locale ou systémique
Obstruction et infection voies lacrymales
RöRx
Trauma, chirurgie
Inflammation/ infection paupières
Infection systémique
Inoculation exogène
Conjonctivites bactériennes Symptomatologie: Rougeur et œdème paupières Rougeur conjonctivale Larmoiement
Conjonctivites bactériennes
Symptomatologie:
Rougeur et œdème paupières
Rougeur conjonctivale
Larmoiement
Irritation, sensation CE
Paupières collées le matin
Conjonctivites bactériennes Manifestations cliniques: Œdème et rougeur des paupières Rougeur conjonctivale
Conjonctivites bactériennes
Manifestations cliniques:
Œdème et rougeur des paupières
Rougeur conjonctivale
Papilles
Écoulement purulent
Pseudo-membrane/ membrane
Kératite
Conjonctivites bactériennes
Conjonctivites bactériennes
Conjonctivites bactériennes hyperaiguës Neisseria: gonorrhea, meningitidis Incidence: 1 pour 700 à 800 cas de
Conjonctivites bactériennes
hyperaiguës
Neisseria: gonorrhea,
meningitidis
Incidence: 1 pour 700 à
800 cas de gonorrhée
Plus fréquent chez ado.
et jeunes adultes mâles
Transmission oculo-
digitale; uréthrite
Incubation: quelques
heures à 3 jours
Conjonctivite hyperaiguë Bilatéral dans 40% des cas ADNP pré-auriculaire douloureuse Pseudo-membranes possibles
Conjonctivite hyperaiguë
Bilatéral dans 40% des cas
ADNP pré-auriculaire douloureuse
Pseudo-membranes possibles
Infiltrats cornéens périphériques stériles
Nécrose épithélium: pus accumulé sous
paupière supérieure faisant pression
Conjonctivite hyperaiguë Kératite dans 34 à 60% des cas: KPS à perforation Le + souvent:
Conjonctivite hyperaiguë
Kératite dans 34 à
60% des cas: KPS à
perforation
Le + souvent: infiltrat
stromal antérieur a/n
limbe
Peut pénétrer
épithélium intact:
perforation possible en
24 heures
Conjonctivite hyper aiguë Bilan: Gram: diplocoques gram – intra- cellulaires et multiples PMN Cultures: gellose
Conjonctivite hyper aiguë
Bilan:
Gram: diplocoques
gram – intra-
cellulaires et multiples
PMN
Cultures: gellose
chocolat et Thayer-
Martin modifié
Conjonctivite hyper aiguë Traitement: débuter le + rapidement possible Systémique: ceftriaxone 1 g IM Topique:
Conjonctivite hyper aiguë
Traitement: débuter le + rapidement possible
Systémique: ceftriaxone 1 g IM
Topique:
Lavage
ATB: érythro, genta ou bacitracin QID
Traiter chlamydia: tétracyclines
Conjonctivites bactériennes aigues Réaction papillaire Conjonctive bulbaire souvent plus inflammée que la
Conjonctivites bactériennes
aigues
Réaction papillaire
Conjonctive bulbaire
souvent plus inflammée
que la palpébrale
ADNP pré-auriculaire rare
Souvent ‘self-limited’: 10
à 14 jours
Peut devenir chronique: S.
aureus et Moraxella
Conjonctivites bactériennes aigues Staphylococcus aureus: Cocci gram + Le + fréquent Flore normale Toxine et
Conjonctivites bactériennes aigues
Staphylococcus aureus:
Cocci gram +
Le + fréquent
Flore normale
Toxine et enzymes
Durée: 7 à 10 jours
Conjonctivites bactériennes aigues Streptococcus pneumoniae: Diplocoque gram + Incubation: 2 jours Durée: 9 à 10
Conjonctivites bactériennes
aigues
Streptococcus pneumoniae:
Diplocoque gram +
Incubation: 2 jours
Durée: 9 à 10 jours
Max sx: 2 à 3 jours
HSC fréquentes
Enfants; climats froids
Pneumonie rare
Conjonctivites bactériennes aigues Haemophilus inluenza: Coccobacille gram – Durée: 10 à 14 jours Pétéchies
Conjonctivites bactériennes
aigues
Haemophilus inluenza:
Coccobacille gram –
Durée: 10 à 14 jours
Pétéchies conjonctivales
Enfants; climats chauds
Très contagieux
Sx systémiques?: OMA, arthrite, méningite,
septicémie
Cellulite pré-septale: paupières ont coloration
bleutée
Conjonctivites bactériennes aigues Aigue chez l’enfant: Aigue chez l’adulte: 1. H. influenzae 1. S. aureus
Conjonctivites bactériennes aigues
Aigue chez l’enfant:
Aigue chez l’adulte:
1. H. influenzae
1. S. aureus
2. S. pneumoniae
2. S. pneumoniae
3. Anaérobes
3. Anaérobes gram +
(Peptostreptococcus sp et
Peptococcus sp)
4. Haemophilus sp
5. H. influenzae
4. S. aureus
6. S. pyogenes
7. Gram -
Conjonctivites bactériennes chroniques Durée > 4 semaines Sx + insidieux et variant beaucoup: rougeur, sensation
Conjonctivites bactériennes
chroniques
Durée > 4 semaines
Sx + insidieux et variant beaucoup: rougeur,
sensation CE, croûtes dans les cils,
sécrétions légères
Sx souvent hors de proportion p/r signes
Conjonctivites bactériennes chroniques Causes: Staphylococcus aureus: le + fréquent Staphylococcus epidermidis
Conjonctivites bactériennes
chroniques
Causes:
Staphylococcus aureus: le
+ fréquent
Staphylococcus
epidermidis
Moraxella lacunata:
• Blépharite angulaire
• Conjonctivite folliculaire
• ADNP pré-auriculaire
Infection canalicule/ sac
lacrymal
Conjonctivites bactériennes Bilan: cultures si sévère Traitement: hyperaigue: Tx systémique (Ceftriaxone et
Conjonctivites bactériennes
Bilan: cultures si sévère
Traitement:
hyperaigue: Tx systémique (Ceftriaxone et
tétracycline)
aigue: ATB à large spectre
Polymixine B- néomycine- gramicidine
Aminoglycosides
Érythromycine
Fluoroquinolones
Chloramphénicol
chronique: hygiène
Conjonctivites virales
Conjonctivites virales
Conjonctivites virales Signe le plus caractéristique: follicule Plus dans fornix inférieur Autres causes:
Conjonctivites virales
Signe le plus
caractéristique:
follicule
Plus dans fornix
inférieur
Autres causes:
Chlamydia
Toxicité
médicamenteuse
Adénovirus Virus à ADN double hélice Stable dans l’environnement et résistant aux solvents Saisonnier: mois
Adénovirus
Virus à ADN double hélice
Stable dans l’environnement et résistant aux
solvents
Saisonnier: mois chauds
6 sous-genres: A à F
Au moins 47 sérotypes
N’affecte que les humains
Adénovirus Cause plusieurs syndromes: Conjonctivite folliculaire aiguë Kératoconjonctivite épidémique (EKC)
Adénovirus
Cause plusieurs syndromes:
Conjonctivite folliculaire aiguë
Kératoconjonctivite épidémique (EKC)
Fièvre pharyngoconjonctivale (PCF)
Kératoconjonctivite papillaire chronique
Kératoconjonctivite épidémique (EKC) Surtout types 8 et 19 Universel Épidémies fréquentes Épidémies
Kératoconjonctivite épidémique
(EKC)
Surtout types 8 et 19
Universel
Épidémies fréquentes
Épidémies iatrogènes possibles: peut
survivre ad 35 jours sur instruments
Plus fréquent chez adultes
Très contagieux: pour 14 jours après début
sx
EKC Incubation: 5 à 12 jours Sx systémiques (T°, mal de gorge, sx gastro-intestinaux…) rares
EKC
Incubation: 5 à 12 jours
Sx systémiques (T°, mal de gorge, sx
gastro-intestinaux…) rares chez l’adulte,
possibles chez l’enfant
Bilatéral; unilatéral dans 25% des cas
ADNP pré-auriculaire
EKC Conjonctivite folliculaire aiguë 2 e jour: hyperémie et chémosis conjonctive, écoulement aqueux à fibrineux
EKC
Conjonctivite folliculaire aiguë
2 e jour: hyperémie et chémosis conjonctive,
écoulement aqueux à fibrineux
3 e jour: follicules fornix et tarse, pseudo-
membranes possibles
Entre 7 e et 14 e jour: kératite
Causée par par infection directe et
multiplication du virus
EKC
EKC
EKC Infiltrats sub-épithéliaux: cellules mononucléées, PMN, cellules épithéliales et stromales dégénérées
EKC
Infiltrats sub-épithéliaux: cellules mononucléées,
PMN, cellules épithéliales et stromales dégénérées
Réaction d’hypersensibilité probable
Œdème stromal possible
Photophobie et AV: peut durer semaines à mois
Iritis non-granulomateux
Sclérite antérieure diffuse possible
Névrite optique
EKC Pseudo-membranes et symblépharons possibles Conjonctivite et kératite s’améliorent en 10 à 16 jours
EKC
Pseudo-membranes et symblépharons
possibles
Conjonctivite et kératite s’améliorent en 10
à 16 jours
Follicules et ADNP disparaissent après 2 à
4 semaines
EKC Diagnostic: Frottis: prédominance de lympho. (plus de PMN si pseudo-membrane) Cultures: cellules rénales
EKC
Diagnostic:
Frottis: prédominance de lympho. (plus de
PMN si pseudo-membrane)
Cultures: cellules rénales embryonnaires
humaines
ELISA: Adenoclone
Sérologie: dx = d’au moins 4 X des titres
EKC Traitement: Support: compresses froides, larmes, vasoconstricteurs, analgésiques Symblépharons: briser die
EKC
Traitement:
Support: compresses froides, larmes,
vasoconstricteurs, analgésiques
Symblépharons: briser die
Stéroïdes: si infiltrats centraux qui AV
Dépendance…
Faibles doses suffisantes: Pred mild TID…
Attention au HSV…
PCF Types 3, 4 et 7 Souvent en petites épidémies Plus souvent enfants et jeunes
PCF
Types 3, 4 et 7
Souvent en petites épidémies
Plus souvent enfants et jeunes adultes
Transmission: gouttelettes et piscine
Incubation: 2 à 14 jours
Contagieux: 7 à 10 jours
PCF Conjonctivite folliculaire aiguë avec pharyngite et fièvre Céphalée, malaise, myalgies, sx gastro-
PCF
Conjonctivite folliculaire aiguë avec
pharyngite et fièvre
Céphalée, malaise, myalgies, sx gastro-
intestinaux: possibles
ADNP pré-auriculaire; cervicales possibles
Kératite comme EKC rare: KPS diffuse
possible 3 à 5 jours après début des sx
PCF Pharyngite et T entrent dans l’ordre avant conjonctivite Conjonctivite dure 7 à 10 jours
PCF
Pharyngite et T entrent dans l’ordre avant
conjonctivite
Conjonctivite dure 7 à 10 jours
Traitement:
support
Conjonctivite chronique à adénovirus Rare Souvent après conjonctivite aiguë: récidives intermittentes des sx
Conjonctivite chronique à
adénovirus
Rare
Souvent après conjonctivite aiguë: récidives
intermittentes des sx
Peut être associée à kératite superficielle
focale
Type 2 (kératite); types 3, 4, 5 et 19
(kératoconjonctivite chronique)
Dx: exclusion, cultures, sérologie
Conjonctivite hémorragique aiguë Coxsackievirus type A-24 et entérovirus type 70 Très rare: souvent épidémique
Conjonctivite hémorragique
aiguë
Coxsackievirus type A-24 et entérovirus type 70
Très rare: souvent épidémique
Transmission: main-œil ou fomites
Incubation: 12 à 48 heures
Céphalée, malaise, myalgies, mal de gorge:
fréquents au début, disparaissent en 3 à 4 jours
Radiculomyélite et paralysie faciale faciale
transitoire possibles
Conjonctivite hémorragique aiguë Conjonctivite folliculaire aiguë avec hypertrophie papillaire Rapidement
Conjonctivite hémorragique
aiguë
Conjonctivite
folliculaire aiguë avec
hypertrophie papillaire
Rapidement bilatéral
ADNP pré-auriculaire
KPS possible
HSC: conjonctive
bulbaire et palpébrale;
plus en supérieur
Conjonctivite hémorragique aiguë Diagnostic: Frottis = lympho Sérologie, cultures Traitement: support
Conjonctivite hémorragique
aiguë
Diagnostic:
Frottis = lympho
Sérologie, cultures
Traitement: support
‘self-limited’: 4 à 12 jours
Interféron : peut prévenir transmission, pas de
bénéfices dans infections établies
Molluscum contagiosum Poxvirus Infection épiderme: lésion ombiliquée, blanche, ronde, cireuse, 2 à 5mm N’importe
Molluscum contagiosum
Poxvirus
Infection épiderme: lésion ombiliquée,
blanche, ronde, cireuse, 2 à 5mm
N’importe où sauf paumes mains et pieds
Auto-inoculation, contact direct, MTS
Incubation: quelques jours à plusieurs mois
Molluscum contagiosum Lésion paupières: Conjonctivite folliculaire chronique KPS possible Fines érosions et
Molluscum contagiosum
Lésion paupières:
Conjonctivite
folliculaire chronique
KPS possible
Fines érosions et
infiltrats intra et sub-
épithéliaux
Molluscum contagiosum ‘Self limited’: peuvent durer ad 4 ans Peut être agressif chez immuno-supprimés
Molluscum contagiosum
‘Self limited’: peuvent
durer ad 4 ans
Peut être agressif chez
immuno-supprimés
Traitement:
Excision
Cautérisation
Cryothérapie
Saignement
Papillomavirus Virus à ADN à double hélice Infecte épithélium peau et muqueuse Oncogène Au moins
Papillomavirus
Virus à ADN à double hélice
Infecte épithélium peau et muqueuse
Oncogène
Au moins 50 types chez l’humain:
Types 6 et 11: lésion bénigne et pré-maligne;
papillomes conjonctive
Types 16 et 18: carcinomes
Transmission: abrasion peau/ muqueuse, MTS,
naissance
Papillomes conjonctivaux Enfants et jeunes adultes Pédiculés ou ‘sessile’ Apparence en chou-fleur ou framboise
Papillomes conjonctivaux
Enfants et jeunes adultes
Pédiculés ou ‘sessile’
Apparence en chou-fleur ou
framboise
Multiples bourgeons de tissu
semi-transparent avec corps
fibrovasculaire central
TX: résolution spontanée,
excision, cryo, azote,
interféron
Autres virus… Rougeole Oreillons Maladie de Newcastle: poules… Rubéole Variole et vaccinia CMV EBV HSV/
Autres virus…
Rougeole
Oreillons
Maladie de Newcastle: poules…
Rubéole
Variole et vaccinia
CMV
EBV
HSV/ HZV
Infections à Chlamydia Eubactéries Cycle de vie intra-cellulaire obligatoire Antigène qui fixe le complément 2
Infections à Chlamydia
Eubactéries
Cycle de vie intra-cellulaire obligatoire
Antigène qui fixe le complément
2 formes distinctes:
Corps élémentaire: forme extra-cellulaire
infectieuse
Corps initial: forme réplicative intra-cellulaire
(re a besoin de l’ATP et GTP de la cellules
hôte)
Chlamydia 3 espèces: C. trachomatis: • N’affecte que les humains • Se réplique dans cellules
Chlamydia
3 espèces:
C. trachomatis:
• N’affecte que les humains
• Se réplique dans cellules épithéliales des muqueuses
• Trachome: A, B, Ba, C
• MTS: D, Da, E, F, G, H, I, Ia, J, K
• Lymphogranulum venereum: L1, L2, L2a, L3
C.
psittaci: perroquets et volailles
C.
pneumoniae
C. trachomatis: trachome Forme épidémique Transmission œil-œil Sérotypes A, B, Ba, C Débute souvent en
C. trachomatis: trachome
Forme épidémique
Transmission œil-œil
Sérotypes A, B, Ba, C
Débute souvent en bas âge
Maladie chronique
Conjonctivite folliculaire avec réaction
papillaire et épaississement conjonctival:
plus proéminent a/n tarse supérieur
C. trachomatis: trachome Kératite: KPS: surtout sup. Infiltrats stromaux ant. Pannus sup. Follicules limbe sup.
C. trachomatis: trachome
Kératite:
KPS: surtout sup.
Infiltrats stromaux ant.
Pannus sup.
Follicules limbe sup.
‘Herbert’s pits’
Cicatrisation
progressive de la
conjonctive palpébrale
= lignes de Arlt
C. trachomatis: trachome Cicatrice trichiasis et entropion Destruction cellules à gobelet + fermeture canaux
C. trachomatis: trachome
Cicatrice trichiasis
et entropion
Destruction cellules à
gobelet + fermeture
canaux glandes
lacrymales
insuffisance lacrymale
sévère
C. trachomatis: conjonctivite d’inclusion de l’adulte 1: 300 cas de Chlamydia génital au UK Auto-inoculation
C. trachomatis: conjonctivite
d’inclusion de l’adulte
1: 300 cas de
Chlamydia génital au
UK
Auto-inoculation ou
MTS
Conjonctivite
folliculaire aiguë
ADNP pré-auriculaire
Léger écoulement
muco-purulent
C. trachomatis: conjonctivite d’inclusion de l’adulte 2 e semaine: hypermémie conj. et écoulement Ensuite,
C. trachomatis: conjonctivite
d’inclusion de l’adulte
2 e semaine: hypermémie
conj. et écoulement
Ensuite, follicules et
kératite prédominent
Kératite:
KPS
Infiltrats marginaux ou
centraux
Opacités sub-épithéliales
Micropannus
C. trachomatis: conjonctivite d’inclusion de l’adulte Follicules moins évidents avec le temps Cicatrisation du
C. trachomatis: conjonctivite
d’inclusion de l’adulte
Follicules moins évidents avec le temps
Cicatrisation du tarse possible si chronique
Peut durer 3 à 12 mois si non-traité
C. trachomatis: Conjonctivite d’inclusion du nouveau-né 5 à 19 jours après naissance Œdème paupières,
C. trachomatis: Conjonctivite
d’inclusion du nouveau-né
5 à 19 jours après naissance
Œdème paupières, hyperémie et infiltration
de la conjonctive, écoulement purulent
Kératite possible
Pneumonite souvent associée
C. trachomatis: bilan
C. trachomatis: bilan
C. trachomatis: traitement Trachome: But: réduire transmission et sévérité Sulfonamides, tétracyclines,
C. trachomatis: traitement
Trachome:
But: réduire transmission et sévérité
Sulfonamides, tétracyclines, érythromycine
Topique
Systémique si modéré à sévère
Conjonctivite d’inclusion adulte:
Tx systémique: doxycycline, ofloxacine,
érythromycine, azithromycine: 3 sem.
Conjonctivite d’inclusion du nouveau-né
Érythro. systémique
Conjonctivites néo-natales Conjonctivite débutant dans le 1 er mois de vie Incidence: 1.6 à 12%
Conjonctivites néo-natales
Conjonctivite débutant dans le 1 er mois de vie
Incidence: 1.6 à 12%
Se présente souvent comme conjonctivite
hyperaiguë avec réaction papillaire: bébé ne peut
faire de follicules avant âge de 6 à 8 sem.
Œdème paupières et conjonctives, écoulement
purulent, 1 PMN ou plus/ champs de haute
puissance au gram
Conjonctivites néo-natales Cultures conjonctivales +: 75% accouchement vaginal 25% césarienne Risques : Ruptures
Conjonctivites néo-natales
Cultures conjonctivales +:
75% accouchement vaginal
25% césarienne
Risques :
Ruptures prématurées des membranes
Trauma surface oculaire à l’accouchement
Conjonctivites néo-natales Système de défense moins fort: Dépend des IgG de la mère: IgA transmis
Conjonctivites néo-natales
Système de défense moins fort:
Dépend des IgG de la mère: IgA transmis dans
lait
Moins de larmes
Concentration plus basse de lysozyme
Infection nosocomiale ou ‘caregivers’
Causes: chimique Nitrate d’argent: Recommandé par Crédé Solution 2% Agglutine les gonocoques et les inactive
Causes: chimique
Nitrate d’argent:
Recommandé par Crédé
Solution 2%
Agglutine les gonocoques et les inactive
Conjonctivite dans 90% des cas: légère
hyperémie et larmoiement
Se résout en 24- 48 heures
Causes: bactériennes Gonocoque: Incidence aux USA: 0.3/ 1000 naissances 42% des bb exposés développent conj.
Causes: bactériennes
Gonocoque:
Incidence aux USA: 0.3/ 1000 naissances
42% des bb exposés développent conj.
2 à 5 jours après naissance
Écoulement séro-sanguignolent purulent en
24 heures
Membranes possibles
Peut pénétrer cornée intacte et causer
perforation
Causes: bactériennes 5 à 8 jours après naissance Haemophilus S. pneumoniae S.aureus Pseudomonas: rare mais
Causes: bactériennes
5 à 8 jours après naissance
Haemophilus
S. pneumoniae
S.aureus
Pseudomonas: rare mais ne pas manquer re
risques de perforation
Causes: Chlamydia Cause la + fréquente dans pays industrialisés 60% des bb exposés à la
Causes: Chlamydia
Cause la + fréquente
dans pays
industrialisés
60% des bb exposés
à la naissance vont
développer
conjonctivite
Incidence aux USA: 5
– 60/ 1000 naissances
Causes: Chlamydia Débute 5 à 14 jours après naissance Conjonctivite d’inclusion Uni- ou bilatéral Peut
Causes: Chlamydia
Débute 5 à 14 jours après naissance
Conjonctivite d’inclusion
Uni- ou bilatéral
Peut être hyperaiguë si sévère
Pas de follicules
Infiltrats cornéens rares mais possibles
Si non-traitée: peut durer ad 1 an (moy. = 4.5
mois)
Causes: HSV HSV 2 Incidence aux USA: 1 cas/ 3500 naissances 40- 60% développent infection
Causes: HSV
HSV 2
Incidence aux USA: 1 cas/ 3500 naissances
40- 60% développent infection si exposés
Mère souvent asymptomatique ou infection non-
reconnue, souvent hx –
Risques plus élevés si touche col utérin, enfant
prématuré, accouchement nécessitant instruments
10% développent HSV 1 après naissance
Causes: HSV Débute 6 à 14 jours après naissance Uni- ou bilatéral 80% ont lésions
Causes: HSV
Débute 6 à 14 jours après naissance
Uni- ou bilatéral
80% ont lésions vésiculaires
Conjonctivite non-spécifique possible
Kératite: micro-dendrites ou ulcère
géographique
Pas de follicules
Causes: fungi Candida Rare Plus de 5 jours après naissance Conjonctivite pseudo-membraneuse ou plaque conjonctivale
Causes: fungi
Candida
Rare
Plus de 5 jours après naissance
Conjonctivite pseudo-membraneuse ou
plaque conjonctivale blanchâtre
Conjonctivites néo-natales Diagnostic: frottis et cultures Chimique: neutro et quelques lympho Bactérien: neutro et
Conjonctivites néo-natales
Diagnostic: frottis et cultures
Chimique: neutro et quelques lympho
Bactérien: neutro et bactéries
Chlamydia: neutro, lympho, basophiles,
inclusions intra-cellulaires
HSV: lympho, plasmocytes, cellules géantes
multi-nucléées, inclusion intra-nucléaires
éosinophiles
Candida: neutro et pseudohyphes
Conjonctivites néo-natales Traitement Chimique : pas de tx Bactérien: • Gram +: érythro • Gram
Conjonctivites néo-natales
Traitement
Chimique : pas de tx
Bactérien:
• Gram +: érythro
• Gram -: cipro ou tobra
• Gono: ceftriaxone IM, nettoyage, érythro ou
fluoroquinolone topique
Chlamydia: érythro systémique et topique
HSV: anti-viraux topiques et systémiques
Conjonctivites néo-natales Prophylaxie: Césarienne si lésions génitales de HSV ou hx de gono ou Chlamydia
Conjonctivites néo-natales
Prophylaxie:
Césarienne si lésions génitales de HSV ou hx
de gono ou Chlamydia à l’accouchement
Nitrate d’argent ou érythromycine topique
Solution opthalmique de Povidone-iodine 2.5%
Syndrome oculoglandulaire de Parinaud Conjonctivite unilatérale avec ADNP pré- auriculaire ou cervicale Causes:
Syndrome oculoglandulaire de
Parinaud
Conjonctivite unilatérale avec ADNP pré-
auriculaire ou cervicale
Causes:
‘Cat-scratch disease’: morsure de chaton
Tularémie
Sporotrichose
Syphilis
TB
Lymphogranuleum venereum
Syndrome oculoglandulaire de Parinaud Lésions conjonctivales granulomateuses aux rebords érythémateux: deviennent
Syndrome oculoglandulaire de
Parinaud
Lésions conjonctivales
granulomateuses aux
rebords érythémateux:
deviennent des
végétations puis
régressent
ADNP pré-auriculaire
Syndrome oculoglandulaire de Parinaud
Syndrome oculoglandulaire de
Parinaud