Vous êtes sur la page 1sur 10

PROTOCOLE EIGRP

L’objectif principal du développement d’EIRGP était la création d’une version


sans classe du protocole IGRP.
Remarque : le terme de protocole de routage hybride est parfois utilisé pour
définir le protocole EIGRP. Toutefois, il peut être trompeur, car EIGRP n’est
pas un protocole hybride entre les protocoles à vecteur de distance et les
protocoles d’état des liaisons. Il s’agit d’un protocole de routage à vecteur de
distance à part entière.

Le protocole RTP (Reliable Transport Protocol)


Le protocole RTP (Reliable Transport Protocol) est propre à EIRGP, et il permet
la livraison et la réception fiable et non fiable des paquets EIGRP. Commented [BL1]: Comment une livraison fiable et non
fiable est-elle possible ?
Le protocole RTP et le suivi des contiguïtés de voisinage préparent le terrain
pour le moteur du protocole EIGRP, l’algorithme DUAL (Algorithme de
diffusion de mises à jour).
EIGRP peut adopter un mode de fonctionnement par classe ou sans classe.

Les origines du protocole EIGRP : IGRP

Cisco a développé le protocole propriétaire IGRP en 1985, pour pallier certaines


des limites du protocole RIPv1, notamment l’utilisation du nombre de sauts
comme mesure et la taille maximale du réseau égale à 15 sauts.

Détermination du chemin
L’algorithme DUAL du protocole EIGRP garde une table topologique et une
table de routage distinctes. La table topologique inclut à la fois le meilleur
chemin vers le réseau de destination et tous les chemins de secours que DUAL a
déterminés comme étant sans boucle.
Sans boucle signifie qu’aucune route du voisin vers le réseau de destination ne
passe par ce routeur.

Tout chemin de secours conforme à la condition de faisabilité est garanti exempt


de boucle. EIGRP étant un protocole de routage à vecteur de distance, il est
possible qu’il existe des chemins de secours sans boucle vers un réseau de
destination ne respectant pas la condition de faisabilité. L’algorithme DUAL
n’inclut donc pas ces chemins dans la table topologique en tant que chemins de
secours sans boucle valides.
Lorsqu’une route devient indisponible, DUAL recherche un chemin de secours
valide dans la table topologique. S’il en existe un, il est immédiatement intégré à
la table de routage. S’il n’en existe pas, DUAL lance un processus de détection
sur le réseau pour voir s’il existe un chemin de secours ne satisfaisant pas à la
condition de faisabilité.

Convergence
Le protocole EIGRP, lui, n’utilise pas les minuteurs de mise hors service. Il
obtient des chemins sans boucle grâce à un système de calcul de route (calculs
de diffusion) effectués de façon coordonnée parmi les routeurs.

Format de message EIGRP


La partie données d’un message EIGRP est encapsulée dans un paquet.
Ce champ de données est nommé Type/Longueur/Valeur ou TLV.
L’en-tête de paquet EIGRP est inclus dans chaque paquet EIGRP, quel que soit
son type.
L’en-tête de paquet EIGRP et TLV sont ensuite encapsulés dans un paquet IP.
Dans l’en-tête de paquet IP, le champ protocole est défini à 88 pour indiquer
EIGRP, et l’adresse de destination est définie à l’adresse multidiffusion
224.0.0.10.
Si le paquet EIGRP est encapsulé dans une trame Ethernet, l’adresse MAC de
destination est elle aussi une adresse multidiffusion : 01-00-5E-00-00-0A.
Le code opération indique le type de paquet EIGRP :
 Mise à jour
 Demande
 Réponse
 Hello

Le système autonome spécifie le processus de routage EIGRP.


Le numéro de système autonome (AS) est utilisé pour assurer le suivi de
plusieurs instances du protocole EIGRP.
Le message de paramètres EIGRP contient les pondérations que le protocole
EIGRP utilise pour sa mesure composite. Par défaut, seuls la bande passante et
le délai sont pondérés.
Le temps d’attente correspond au délai pendant lequel le voisin EIGRP qui
reçoit le message doit attendre avant de considérer que le routeur qui fait
l’annonce est hors service.

IP interne
Le message interne IP sert à annoncer les routes EIGRP dans un système
autonome.
Le délai est calculé comme la somme des délais depuis la source jusqu’à la
destination, l’unité étant de 10 microsecondes.
La bande passante correspond à la valeur minimale de bande passante
configurée pour les différentes interfaces le long du chemin.

IP externe dans le schéma


Le message Externe IP est utilisé lorsque des routes externes sont importées
dans le processus de routage EIGRP.
La partie inférieure du TLV IP Externe contient l’ensemble des champs utilisés
dans le TLV IP Interne.

Remarque : dans certains ouvrages concernant EIGRP, on affirme de façon


erronée que la MTU (Maximum Transmission Unit) est une des mesures utilisée
par le protocole EIGRP. MTU n’est pas une mesure utilisée par EIGRP. La
MTU est incluse dans les mises à jour de routage, mais n’est pas utilisée pour
déterminer la mesure de routage.

Types de paquets RTP et EIGRP


EIGRP a été conçu comme un protocole de routage indépendant des couches
réseau et ne peut donc pas utiliser les services UDP ou TCP car IPX et
Appletalk n’utilisent pas les protocoles de la suite de protocoles TCP/IP.
Le RTP peut envoyer des paquets en unicast ou en multidiffusion.
Les paquets EIGRP en multidiffusion utilisent l’adresse multidiffusion réservée
de 224.0.0.10.
Le protocole EIGRP utilise cinq types de paquets différents, certains par paires :
 Paquet Hello
 paquets de mise à jour : utilisés par EIGRP pour propager des
informations de routage. Ils sont envoyés en multicast lorsqu’ils
concernent plusieurs routeurs, ou en unicast si seul un routeur en a besoin.

 Paquet ACK (reçu) : sont envoyés par EIGRP lorsque la livraison fiable
est utilisée.
 Les paquets de demande et de réponse : utilisés par l’algorithme DUAL
lors de la recherche de réseaux et d’autres tâches. Les demandes et les
réponses utilisent la livraison fiable. Les demandes peuvent être multicast
ou unicast, tandis que les réponses sont toujours unicast.

RTP utilise la livraison fiable pour les paquets de mise à jour, de demande et de
réponse EIGRP.
Les paquets d’accusé de réception EIGRP sont toujours envoyés en unicast non
fiable.
Remarque : vous vous demandez peut-être pourquoi un routeur enverait une
demande pour un réseau dont il sait qu’il est hors service. En fait, seule
l’interface liée au réseau est hors service. Un autre routeur pourrait être rattaché
au même réseau local. C’est pour cette raison qu’un routeur envoie une demande
à ce routeur avant de supprimer le réseau de sa base de données.

Protocoles Hello
Les paquets Hello sont utilisés par EIGRP pour découvrir des voisins et former
des contiguïtés avec ces voisins.
Les paquets hello EIGRP sont de type multidiffusion.

Avant que quelque paquet EIGRP que ce soit puisse être échangé entre routeurs,
EIGRP doit détecter ses voisins.
Sur la plupart des réseaux, des paquets Hello EIGRP sont envoyés toutes les 5
secondes.
Sur les réseaux multipoints à accès multiple sans diffusion (multipoint
nonbroadcast multiaccess networks : NBMA) tels que les interfaces X.25, Frame
Relay et ATM avec liaisons d’accès T1 (1 544 Mb/s) ou plus lentes, les paquets
Hello sont envoyés en monodiffusion toutes les 60 secondes.
Un routeur EIGRP suppose que tant qu’il reçoit des paquets Hello d’un voisin,
ce dernier et ses routes restent praticables.
Le temps d’attente indique au routeur le délai maximum pendant lequel il doit
attendre pour recevoir le Hello suivant avant de déclarer le voisin inaccessible.
Par défaut, le temps d’attente est égale à trois fois l’intervalle Hello ou 15
secondes sur la plupart des réseaux et 180 secondes sur les réseaux NBMA à bas
débit.

Mises à jour limitées EIGRP


EIGRP utilise le terme partiel ou limité pour qualifier ses paquets de mise à
jour.
La mise à jour partielle est automatiquement « limitée », de sorte que seuls les
routeurs qui ont besoin de l’information sont mis à jour.

Algorithme DUAL
L’algorithme DUAL permet d’éviter les boucles à tout moment, grâce au calcul
de route. Cela permet à tous les routeurs concernés par une modification de
topologie de se synchroniser simultanément.
Le processus de décision de tous les calculs de route est exécuté par la Finite
State Machine DUAL. Généralement une Finite State Machine (FSM) est un
modèle de comportement composé d’un nombre fini d’états, de transitions entre
ces différents états, et d’événements ou d’actions créant ces transitions.
La DUAL FSM recherche toutes les routes, utilise sa mesure pour sélectionner
les chemins d’accès efficaces, sans boucle et sélectionne les routes
correspondant aux chemins ayant le coût le plus faible pour constituer la table de
routage.
DUAL conserve donc une liste de routes de secours déjà déterminées comme
étant sans boucle. Si la route principale de la table de routage est mise hors
service, la meilleure route de secours est immédiatement ajoutée à la table de
routage.

Authentification
Les protocoles RIPv2, EIGRP, OSPF, IS-IS et BGP peuvent tous être configurés
afin de chiffrer et d’authentifier leurs informations de routage.
L’authentification des informations de routage transmises est une saine pratique.
Elle garantit que les routeurs n’accepteront que les informations en provenance
de routeurs ayant été configurés avec le même mot de passe ou les mêmes
informations d’authentification.
Remarque : l’authentification ne chiffre pas la table de routage du routeur.

Topologie du réseau EIGRP


EIGRP résume automatiquement les routes aux frontières de classes, comme
RIP.
Une interface de bouclage peut être utilisée pour représenter une interface sur un
routeur n’ayant pas de connexion réelle avec une liaison physique sur le réseau.
Les adresses de bouclage peuvent être contrôlées à l’aide d’une commande ping
et être incluses dans les mises à jour de routage.

Systèmes autonomes
Les principes directeurs de la création, de la sélection et de l’enregistrement
d’un système autonome sont décrits dans le document RFC 1930.

ID de processus
EIGRP et OSPF utilisent tous les deux un ID de processus pour représenter une
instance de leur protocole de routage respectif s’exécutant sur le routeur.
Router(config)#router eigrp autonomous-system

Bien qu’EIGRP appelle ce paramètre un numéro de « système autonome »,


celui-ci fonctionne en fait comme un ID de processus. Ce numéro n’est pas
associé au numéro de système autonome et toute valeur de 16 bits peut lui être
attribuée.
Pour établir des contiguïtés de voisinage, le protocole EIGRP requiert que tous
les routeurs du même domaine de routage soient configurés selon le même ID de
processus.
En général, un seul ID de processus de n’importe quel protocole de routage est
configuré sur un routeur.
Remarque : RIP n’utilise pas les ID de processus et ne peut donc prendre en
charge qu’une seule instance de RIP. EIGRP et OSPF peuvent tous les deux
prendre en charge plusieurs instances de chaque protocole de routage, bien que
ce type de mise en œuvre ne soit en général ni nécessaire, ni conseillé.

Commande router EIGRP


La commande de configuration globale router eigrp système-autonome active
EIGRP.
Le paramètre de système autonome est un nombre choisi entre 1 et 65 535 choisi
par l’administrateur réseau.

La commande network
Router(config-router)#network network-address
La network-address est l’adresse réseau par classe pour cette interface.

Commande network avec masque générique


Par défaut, lorsqu’on utilise la commande network et une adresse de réseau par
classe, toutes les interfaces du routeur appartenant à cette adresse de réseau par
classe sont activées pour EIGRP.
Pour configurer EIGRP afin d’annoncer des sous-réseaux spécifiques
uniquement, on utilise l’option wildcard-mask de la commande network :
Router(config-router)#network network-address [wildcard-mask]

Vérification du protocole EIGRP


La commande show ip eigrp neighbors permet de visualiser la table de
voisinage et vérifier que EIGRP a établi une contiguïté avec ses voisins.
La sortie de la commande show ip eigrp neighbors inclut :
 Colonne H - qui répertorie les voisins dans l’ordre dans lequel ils ont été
détectés.
 SRTT (Smooth Round Trip Timer - Temps moyen nécessaire pour
envoyer un message et recevoir sa réponse d’un voisin) et RTO (Intervalle
de retransmission) – Utilisé par RTP pour la gestion des paquets EIGRP
fiables.
 Queue Count (En attente d’envoi) - Doit toujours être à zéro. Si la
valeur est supérieure à 0, des paquets EIGRP attendent pour être envoyés.
 Sequence Number (Numéro d’ordre) - Permet de suivre les paquets de
mise à jour, de demande et de réponse.

Comme avec RIP, la commande show ip protocols peut être utilisée pour
vérifier que EIGRP est activé. La commande show ip protocols affiche les
différents types de sorties spécifiques à chaque protocole de routage.

Un successeur est un routeur voisin utilisé pour le transfert de paquets. Un


successeur est la route à moindre coût permettant d’accéder au réseau de
destination. L’adresse IP d’un successeur est indiquée dans une entrée de table
de routage après le mot «via».
La distance de faisabilité (FD) est la mesure calculée la plus basse pour
atteindre cette destination. Dans l’entrée de la table de routage, FD est la
mesure qui correspond au deuxième nombre entre crochets.

Utilisez la commande show ip eigrp topology pour afficher la table topologique


EIGRP du routeur R2.
La commande redistribute static est utilisée pour inclure la route statique dans
les mises à jour EIGRP envoyées à partir d’un routeur.

R2(config)#router eigrp 1
R2(config-router)#redistribute static
R2(config-router)#