Vous êtes sur la page 1sur 17

FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 1 sur 17

Chapitre 7
Connecteurs et épissures

Objectifs : Dans ce chapitre, vous devriez apprendre :


La différence entre les connecteurs et les épissures
Les conditions d’utilisation pour les connecteurs et épissures
Les modèles de connecteurs
Les types de terminaisons de connecteurs
Les types d’épissures
Les procédures d’épissure

Connecteurs ou épissures ?

Les joints ou terminaisons de fibre optique sont faits de deux façons : 1) avec des connecteurs qui
s’accouplent à deux fibres pour créer un joint temporaire et/ou connecter la fibre à une pièce
d’équipement de réseau ou 2) avec des épissures qui créent un joint permanent entre les deux fibres.
Les deux méthodes de terminaison doivent avoir deux caractéristiques principales : un bon
rendement optique indiqué par une faible perte et une réflectance minimale, ainsi qu’une résistance
mécanique élevée. Les terminaisons doivent également être du bon genre pour être compatibles à
l’équipement concerné et être protégées contre l’environnement dans lequel elles sont installées.
Il n’y a probablement aucun élément de fibre optique auquel plus d’attention n’a été donnée qu’au
connecteur. Les fabricants ont mis au point plus de 80 modèles de connecteurs et une douzaine de
différentes façons de les installer. Il y a seulement deux types d’épissures, mais de nombreuses
façons de les mettre en œuvre. Heureusement pour les fabricants et les installateurs, seulement
quelques types parmi ceux-ci sont utilisés pour la plupart des applications.
Les fibres multimodes et monomodes requièrent des connecteurs et procédures de terminaison
différentes. Les fibres multimodes sont relativement faciles à terminer, de sorte que la terminaison
sur le terrain se fait généralement par l’installation de connecteurs directement sur les fibres à
gainage serré en utilisant les procédures décrites ci-dessous. La plupart des terminaisons sur le
terrain pour fibres monomodes sont faites par épissure d’une fibre amorce d’usine sur le câble
installé plutôt que de terminer la fibre optique directement comme on le fait avec la fibre multimode.
Les terminaisons monomodes nécessitent un soin extrême dans l’assemblage, en particulier le
polissage, pour obtenir de bonnes performances (pertes et réflectance faibles), de sorte qu’elles sont
généralement effectuées dans une usine de fabrication propre à l’aide d’époxy durcie à chaud et de
polissage à la machine.
Le choix d’un type de connecteur pour une installation doit prendre en compte si le connecteur est
compatible avec les systèmes prévus pour l’utilisation de l’installation de câbles de fibre optique, si
l’installateur est familier avec le processus de terminaison et si le connecteur est acceptable pour le
client. Si les systèmes ne sont pas encore précisés, des cordons de raccordement hybrides avec des
connecteurs différents à chaque extrémité peuvent être nécessaires. Si l’installateur n’est pas
familier avec l’installation du connecteur, une formation peut être nécessaire. Et parfois, l’utilisateur

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 2 sur 17

peut avoir été convaincu d’un type de connecteur qui n’est pas idéal pour l’installation, de sorte que
l’installateur peut se voir obligé de discuter des mérites d’autres types de connecteurs avec
l’utilisateur avant de s’engager dans le projet.

Les épissures sont considérées comme des joints permanents. L’épissurage par fusion est le plus
largement utilisé car il donne la perte la plus faible et le moins de réflectance, en plus de fournir la
jointure la plus fiable. Pratiquement toutes les épissures monomodes sont faites par fusion.
L’épissure mécanique est utilisée pour la restauration temporaire et pour la plupart des épissures
multimodes. Pour plus de détails sur l’épissure, voir ci-dessous.
Pertes de connecteur et épissures

Spécifications de performances

Perte optique
La spécification primaire pour les connecteurs ou épissures est la perte ou la quantité de lumière
perdue dans la connexion. Au lieu de dire « perte de connecteur », on devrait en faite dire « perte de
connexion » – la perte d’une paire de connecteurs joints, exprimée en « dB ». Un seul connecteur ne
peut avoir aucune perte, par définition. La perte d’une épissure est évidemment la lumière perdue
dans le joint entre deux fibres.
Pour tester un connecteur, il s’agit de l’accoupler à un connecteur de référence qui doit être un
connecteur de haute qualité afin de ne pas nuire à la mesure de la perte lors de l’accouplement à un
connecteur inconnu. C’est un point important souvent mal compris. Afin de mesurer la perte de
connecteurs, vous devez les accoupler à un connecteur similaire, reconnu comme fonctionnant bien.
Quand un connecteur à tester est accouplé à plusieurs connecteurs différents, il peut avoir des pertes
différentes, car ces pertes dépendent du connecteur de référence auquel il est accouplé. Le test d’une
épissure est plus difficile, étant un joint permanent, de sorte que le test de l’épissure est effectué
indirectement à l’aide d’un instrument appelé un réflectomètre optique temporel (OTDR).
La perte d’un connecteur ou d’une épissure est provoquée par un certain nombre de facteurs. La
perte est réduite lorsque les deux cœurs de fibres sont identiques, parfaitement alignés et se touchent
l’un l’autre, les connecteurs ou épissures sont bien terminés et il n’y a pas de saleté au niveau du
joint. Seule la lumière qui est couplée dans le cœur de la fibre de réception va se propager, de sorte
que tout le reste de la lumière se transforme en perte du connecteur ou de l’épissure.

Les espaces entre les extrémités de deux fibres provoquent deux problèmes, la perte à l’insertion et
la réflectance. Le cône de lumière sortant du connecteur déborde du cœur de la fibre de réception et
se perd. En outre, l’espace d’air dans le joint entre les fibres provoque une réflexion lorsque la
lumière entre en contact avec la variation de l’indice de réfraction entre la fibre de verre et l’air dans
la lacune. Cette réflexion (appelée réflexion de Fresnel) s’élève à environ 5% dans le cas typique de
connecteurs plats polis, et signifie qu’aucun connecteur avec un espace d’air n’aura une perte
inférieure à environ 0,3 dB. Cette réflexion est appelée réflectance ou perte de retour optique, et peut
être un problème dans les systèmes basés sur le laser. Les connecteurs utilisent un certain nombre de
techniques de polissage pour créer une extrémité convexe sur la fibre afin d’assurer le contact
physique de la fibre en son extrémité et de minimiser la réflectance. Sur les épissures mécaniques, il
est possible de réduire la rétro-réflexion à l’aide d’un clivage (ou coupure) non-perpendiculaire, qui
permet à la rétro-réflexion d’être absorbée par la gaine de la fibre.

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 3 sur 17

L’extrémité de la fibre doit être bien polie et propre pour minimiser les pertes. Une surface rugueuse
ou de la saleté peut disperser et absorber la lumière. La fibre optique étant si petite, la poussière en
suspension dans l’air peut être une source majeure de perte. Tant que des connecteurs ne sont pas
terminés, ils devraient être couverts avec des capuchons de protection fournis par le fabricant pour
protéger l’extrémité de la férule de la saleté. Il ne faut jamais toucher l’extrémité de la férule, car la
graisse de la peau fait adhérer la poussière à la fibre. Avant la connexion et les essais, il est conseillé
de nettoyer les connecteurs avec des lingettes d’un matériau non-pelucheux, humidifiées avec de
l’alcool isopropylique ou des nettoyeurs de fibres à sec.
Les deux sources de pertes causées par des fibres dépareillées sont directionnelles : des différences
inhérentes à l’ouverture numérique (NA) et au diamètre de base des fibres jointes. Les différences
dans ces deux paramètres vont créer des connexions qui subiront différentes pertes en fonction de la
direction de propagation de la lumière. La lumière d’une fibre avec une plus grande NA débordera
du cœur de la fibre de réception et sera plus sensible à l’angularité et la lacune d’extrémité, de sorte
que la transmission à partir d’une fibre de plus grande NA à une NA plus petite provoquera une
perte plus élevée que la direction inverse. De même, la lumière provenant d’une fibre de cœur plus
grand aura une perte élevée couplée à une fibre de plus petit diamètre, tandis que l’on peut coupler
une fibre de petit diamètre à une fibre de grand diamètre avec un minimum de perte, car elle est
beaucoup moins sensible aux lacunes d’extrémité ou au décalage latéral.
Ces asymétries de fibres se produisent pour deux raisons : le besoin occasionnel d’interconnecter
deux fibres différentes et les écarts de production dans les fibres de mêmes dimensions nominales.
Les écarts de production ne sont que de quelques microns et ne provoquent que des pertes limitées,
mais la perte causée par l’inadéquation sera directionnelle, ce qui provoque des pertes plus
importantes lors de la transmission de fibres d’un cœur plus grand à un plus petit.
Avec deux fibres multimodes d’usage courant aujourd’hui (50/125 et 62,5/125) et deux autres qui
ont été utilisées occasionnellement dans le passé (100/140 et 85/125) et plusieurs types de fibre
monomode en usage, il peut arriver parfois qu’on doive connecter des fibres dissemblables ou
utiliser des systèmes conçus pour une taille de fibre sur une autre. Si vous connectez une fibre plus
petite à une plus grande, les pertes de couplage seront minimes, mais la connexion de fibres plus
grandes à de plus petites provoque des pertes importantes au niveau du joint.
La perte typique d’un connecteur est généralement inférieure à 0,3 dB pour le monomode poli
d’usine ou des connecteurs multimodes utilisant des techniques adhésif/polissage. Peu
d’installateurs s’attaquent à la terminaison du monomode sur le terrain, généralement il s’agit
d’épissure par fusion de fibres amorces fabriquées en usine sur les fibres, car le polissage
monomode n’est pas si facile sur le terrain, notamment en termes de réflectance. Les terminaisons
sur le terrain de multimode sont communes, car les installateurs expérimentés peuvent obtenir des
résultats comparables aux terminaisons d’usine avec des techniques d’adhésif/polissage. Les
terminaisons sur le terrain de connecteurs prépoli/épissurés par l’utilisation d’un couperet de
précision (ceux qui sont faits pour l’épissurage par fusion) peut produire des résultats régulièrement
autour de 0,5 dB, tandis qu’un couperet simple produit des pertes plus souvent de l’ordre de 0,75
dB. Peu de normes de l’industrie mettent des limites aux pertes de connexion, mais TIA 568
demande des pertes de connexion de moins de 0,75 dB et des pertes d’épissure de moins de 0,3 dB ;
des pertes élevées, mais ces limites permettront l’utilisation de connecteurs prépoli/épissurés et la
plupart des épissures mécaniques.

Réflectance
La réflectance ou « perte de retour optique » (qui est également appelée « rétro-réflexion ») du
connecteur est la quantité de lumière qui est réfléchie en retour dans la fibre vers la source par
réflexions de la lumière sur l’interface entre la surface de l’extrémité polie du connecteur et l’air.
C’est ce qu’on appelle la réflexion de Fresnel qui est provoquée par le passage de la lumière à
travers le changement d’indice de réfraction à l’interface entre la fibre (n = 1,5) et l’air (n = 1). La
réflectance est d’abord un problème de connexion, mais elle peut également affecter les épissures
mécaniques qui contiennent un gel d’adaptation d’indice pour éviter la réflectance.
La réflectance est une composante de la perte du connecteur, qui représente environ 0,3 dB de perte
pour un connecteur sans contact ou présentant une lacune d’air où les deux fibres ne sont pas en

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 4 sur 17

contact. Minimiser la réflexion est nécessaire pour obtenir une performance maximale sur les
systèmes monomode à haut débit binaire basés sur le laser et surtout dans le cas des signaux AM
modulés de TVCA. Dans les systèmes multimodes, la réflexion est moins problématique, mais elle
peut ajouter du bruit de fond dans la fibre.
Comme il s’agit plus d’un problème avec les systèmes monomodes, les fabricants se sont concentrés
sur la résolution du problème de leurs composants monomodes mais les connecteurs multimodes en
bénéficient aussi, vu que toute réduction de la réflectance réduit également la perte. Plusieurs
systèmes ont été utilisés pour réduire la réflectance, essentiellement en utilisant un polissage de
contact physique (CP, ou PC en anglais) convexe sur l’extrémité de la férule du connecteur, ce qui
réduit la réflexion de Fresnel. La technique implique le polissage de la surface de l’extrémité de la
fibre pour obtenir une surface convexe ou, mieux encore, à un léger angle (contact physique anglé,
ou APC en anglais) pour empêcher la réflexion.

Connecteurs

Styles de connecteurs de fibre optique


Depuis que la technologie de la fibre optique a été introduite à la fin des années 70, de nombreux
types de connecteurs ont été développés – sans doute plus de 100 conceptions différentes. Chaque
nouveau type est conçu pour offrir de meilleures performances (moins de perte de lumière et de
réflectance) et une terminaison plus facile, plus rapide et/ou moins coûteuse.
Bien sûr, c’est le marché qui détermine finalement quels sont les connecteurs qui sont un succès.
Toutefois, plusieurs tentatives de standardisation des connecteurs ont été faites. Certains étaient
uniques à des réseaux ou systèmes. FDDI, la première fibre LAN, et ESCON, le réseau périphérique
d’unité centrale d’IBM, requéraient des connecteurs uniques. TIA 568 exigeait initialement que les
connecteurs SC soient standards, mais vu que les utilisateurs ont continué à utiliser plus de ST que
de SC et que toute une nouvelle génération de connecteurs plus petits a été introduite, TIA-568B a
été changée pour préciser que n’importe quel connecteur standardisé par un document standard
FOCIS était acceptable.

Les quatre connecteurs ci-dessus montrent comment les connecteurs de fibres optiques ont évolué.
Le connecteur inférieur est un Deutsch 1000, le premier connecteur de fibre optique disponible sur
le marché. C’était vraiment une épissure mécanique, où les fibres étaient maintenues à l’intérieur du
connecteur avec un tout petit mandrin serré par une vis. Le nez contenait un ressort, permettant
l’exposition de la fibre pour la couper et l’accoupler avec une petite lentille en plastique dans un
adaptateur d’accouplement. L’adaptateur d’accouplement comprenait aussi un fluide d’adaptation
d’indice pour réduire les pertes, mais il provoquait un problème de poussière.
Le Biconic d’AT&T a été développé par Bell Labs dans la fin des années 1970. La férule conique
était moulée à partir de plastique rempli de verre. Les premiers Biconics avaient des férules moulées
autour de la fibre, jusqu’à ce qu’une filière avec une petite tige de 125 microns (0,005 pouce)
exactement dans le centre soit développée. Lorsque les Biconics ont été adaptés à la fibre
monomode, les férules étaient meulées dans une machine de meulage spéciale pour centrer la fibre.

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 5 sur 17

Le SC, qui a été introduit dans le milieu des années 1980, utilisait une nouvelle invention, la férule
moulée en céramique, qui a révolutionné la terminaison de la fibre optique. La céramique était un
matériau idéal pour la férule. Il pouvait être fabriqué à bon marché par moulage, beaucoup moins
cher que l’usinage du métal, par exemple. Il est extrêmement stable à la température, présentant des
caractéristiques de dilatation similaires au verre, ce qui empêchait le « pistonnage » lorsque la férule
se décollait, un problème avec les férules métalliques ou plastiques. Sa dureté est semblable au
verre, ce qui rend le polissage beaucoup plus facile. Et il adhère facilement aux fibres en utilisant
des résines époxy ou des adhésifs anaérobies. Aujourd’hui, pratiquement tous les connecteurs
utilisent des férules en céramique, habituellement de 2,5 mm de diamètre (SC, ST, FC) ou 1,25 mm
de diamètre (LC, MU).
Le connecteur LC, tout en haut, été introduit à la fin des années 1990 pour miniaturiser les
connecteurs afin de permettre une densité supérieure dans les cabinets de raccordements ou
équipements. Il utilise une petite férule en céramique, de 1,25 mm de diamètre. Le LC est le
connecteur de choix pour les réseaux de télécommunications et de données à haute vitesse (>1Gb/s).

Alors que plus d’une centaine de types de connecteurs ont été développés dans l’histoire de la fibre
optique, les trois connecteurs indiqués ci-dessus, le SC, le LC et le ST sont les connecteurs de fibres
optiques les plus utilisés aujourd’hui.
Le ST (une marque d’AT&T) a été l’un des premiers connecteurs à utiliser des férules en céramique
et est encore l’un des connecteurs les plus populaires pour les réseaux multimodes, comme la plupart
des bâtiments et campus. Il dispose d’une monture à baïonnette et d’une longue férule cylindrique
pour maintenir la fibre. La plupart des férules sont en céramique, mais certaines sont en métal ou en
plastique. Et parce qu’ils sont à ressort, vous devez vous assurer qu’ils sont bien en place. Si vous
avez une perte importante, reconnectez-les pour voir si cela fait une différence.
Le SC est un connecteur enfichable qui est largement utilisé dans les systèmes monomodes pour ses
excellentes performances et dans les systèmes multimodes car ce fut le premier connecteur choisi
comme connecteur standard par la norme TIA-568 (maintenant tout connecteur avec un standard
FOCIS est acceptable.) C’est un connecteur enfichable qui se branche avec un simple mouvement de
va-et-vient. Il est également disponible dans une configuration de duplex.
Le LC est un connecteur relativement nouveau qui utilise une férule de 1,25 mm, la moitié de la
taille du ST. Il est souvent utilisé en duplex. Il s’agit d’un connecteur à férule de céramique
standard, facilement terminable avec de l’adhésif. C’est un connecteur de bonne performance, très
prisé pour le monomode et le choix préférentiel pour les émetteurs-récepteurs multimodes pour des
vitesses d’1 gigabit et au-dessus, y compris l’Ethernet multimode et canal à fibre.
Pour voir d’autres types de connecteurs de fibres optiques, allez sur la page « Tech Topics » du site
de la FOA.

Popularité des connecteurs


La ST est encore l’un des connecteurs multimodes les plus populaires, car il est peu coûteux et facile
à installer. Le connecteur SC avait été érigé en norme par l’ancienne spécification EIA/TIA 568A,
mais son coût élevé et sa difficulté d’installation (jusqu’à récemment) ont dans un premier temps
limité sa popularité dans les applications de réseaux locaux. Cependant, les SC plus récents étant
bien meilleurs, à la fois en coût et en facilité d’installation, ce connecteur a été de plus en plus
utilisé ; néanmoins il est concurrencé à présent par le LC, qui est le connecteur de choix pour les
émetteurs-récepteurs pour les systèmes fonctionnant à des vitesses en gigabit en raison de sa petite
taille et de sa haute performance.

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 6 sur 17

Les réseaux monomodes ont utilisé le connecteurs FC ou SC dans environ la même proportion que
celle des ST et SC pour les installations multimodales. Quelques D4S ont été installés aussi. Mais
les LC sont devenus les plus populaires, à nouveau pour leur performance et leur petite taille.
La EIA/TIA 568 autorise désormais un connecteur de fibre optique tant qu’il est validé par une
documentation FOCIS (standard d’interconnectibilité des connecteurs à fibre optique). Cela a ouvert
la voie au développement de plusieurs nouveaux connecteurs, que nous appelons les connecteurs de
« de taille compacte » (SFF), à savoir le LC d’AT&T, le MT-RJ, le Panduit « Opti-Jack », le
Volition de 3M, le E2000/LX-5 et le MU. Le LC a eu beaucoup de succès aux États-Unis.

Connecteurs de fibre optique spécialisés

Il y a un certain nombre de connecteur de fibre optique spéciaux disponibles, comme ce connecteur


MTP multifibres utilisé dans les systèmes de câblage préfabriqués, les connecteurs militaires, les
connecteurs sous-marins ou d’avions, les connecteurs pour fibres optiques en plastique (FOP), etc.
La plupart ont été conçus pour des applications très spécifiques et nécessitent des tests de
qualification extrêmement rigoureux. Certains, comme le MIL-C-38999, sont des connecteurs de
câbles de cuivre adaptés pour porter des férules de fibre optique. Beaucoup de ces connecteurs
nécessitent des types de câbles ainsi que des procédures de terminaison, de nettoyage, de
manutention et de test spéciaux. Reportez-vous aux instructions du fabricant lorsque vous avez
affaire à de ces types de connecteurs.

Construction de connecteur
La plupart des connecteurs disponibles aujourd’hui utilisent des férules en céramique pour maintenir
et aligner les fibres. La céramique est utilisée parce qu’elle adhère bien au verre, est facile à polir et
a une très faible dilatation thermique, à l’image de la fibre de verre. L’extrémité arrière de la férule
en céramique est collée ou sertie sur le corps du connecteur. L’arrière du connecteur est configuré
pour accepter un manchon sertisseur qui est utilisé avec des câbles simplex à enveloppe pour sertir
les éléments de renfort en fibres d’aramide au corps de connecteur, offrant de cette manière une
résistance mécanique à la terminaison du câble.

Formes et polissages des férules de connecteurs


Les connecteurs de fibres optiques peuvent avoir plusieurs formes ou finitions de férules différentes,
habituellement dénommées comme finition d’extrémité ou type de polissage. Les premiers
connecteurs, qui n’avaient pas de férules à clé et pouvaient tourner dans les adaptateurs
d’accouplement, avaient toujours un espace d’air entre les connecteurs pour éviter qu’ils tournent et

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 7 sur 17

que des rayures se marquent sur les extrémités des fibres. Les extrémités des férules étaient polies
sur des surfaces planes et dures.

En commençant par le ST et le FC, qui avaient des férules à clé, les connecteurs étaient conçus pour
avoir un contact étroit, ce que nous appelons maintenant les connecteurs à contact physique (PC, en
anglais). Ces premiers connecteurs étaient encore polis à plat en leur extrémité. La réduction de la
lacune d’air a réduit la perte et la réflectance (très important pour les systèmes monomodes basés sur
le laser), car la lumière a une perte d’environ 5% (~ 0,25dB) à chaque intervalle d’air et elle est
réfléchie en arrière dans la fibre. Bien que les connecteurs à lacune d’air avaient généralement des
pertes de 0,5 dB ou plus et une réflectance de -20 dB, les connecteurs PC avaient des pertes
normales inférieures, de 0,3 dB, et une réflectance inférieure, de -30 et -40 dB. Les connecteurs PC
requéraient un polissage sur une surface plane avec un tapis en caoutchouc souple pour permettre un
polissage convexe de l’extrémité.
Peu de temps après, il a été déterminé que le polissage des férules de raccordement à une face
d’extrémité convexe produirait une connexion encore meilleure. La férule convexe garantissait que
les cœurs de fibres étaient en contact. Les pertes étaient inférieures à 0,3 dB et la réflectance à -40dB
ou mieux.
La solution ultime pour les systèmes monomodes, extrêmement sensibles aux réflexions, comme la
TVCA et les connexions de télécoms à haut débit, était d’angler l’extrémité de la férule de 8 degrés
pour créer ce que nous appelons un APC ou connecteur PC anglé. De cette manière, toute la lumière
réfléchie l’est à un angle qui lui permet d’être absorbée dans la gaine de la fibre, résultant une
réflectance de >-60dB.

Code de couleur des connecteurs :


Depuis les premiers jours de la fibre optique, orange, noir ou gris renvoient au multimode et jaune
au monomode. Cependant, l’avènement de connecteurs métalliques comme le FC et ST ont rendu le
codage par couleur difficile, de sorte que les éléments de réduction des tractions de couleur sur la
fibre ou le câble étaient le plus souvent utilisés pour identifier les connecteurs. Parfois, la couleur du
connecteur est ignorée, ce qui oblige l’utilisateur à identifier le type de fibre à partir du câble.
Le code de couleur TIA 568 pour le corps des connecteurs et/ou les éléments de réduction des
traction est : beige pour la fibre multimode, sauf pour la fibre optimisée par laser (turquoise), bleu
pour la fibre monomode et vert pour les connecteurs APC (anglés).

Procédures de terminaison

Les connecteurs multimodes sont généralement installés sur le terrain sur les câbles après le tirage,
alors que les connecteurs monomodes sont généralement installés par épissure sur une fibre amorce
fabriquée en usine sur la fibre. Les tolérances sur les terminaisons monomodes sont beaucoup plus
serrées que pour le multimode et les procédés de polissage sont plus critiques, de sorte que mieux
vaut effectuer une terminaison monomode dans un environnement d’usine en utilisant des machines
à polir (à droite). Vous pouvez installer des connecteurs monomodes sur le terrain pour des réseaux
de données à basse vitesse, mais vous pourriez ne pas être en mesure d’obtenir des pertes inférieures
à 1 dB et la réflectance pourrait être un problème !
Les connecteurs peuvent être montés directement sur la plupart des types de câble, y compris les
types à enveloppe à gainage serrés comme les câbles simplex, zipcord et d’épanouissement, où le où
les porteur(s) central/aux en fibres d’aramide dans le câble sont sertis ou collés sur le corps du

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 8 sur 17

connecteur pour créer un connecteur solide. Les connecteurs peuvent être fixés à des fibres
protégées par un revêtement (« buffered fibers ») de 900 microns dans les câbles de distribution,
mais la terminaison n’est pas aussi robuste que celles qui sont faites aux câbles à enveloppe, de sorte
qu’ils doivent être placés dans des cabinets de raccordements ou boîtes de connexion pour leur
protection. Les fibres à revêtement de protection de 250 microns dans des câbles à gaine
intermédiaire flottante ne peuvent pas être facilement terminées, sauf si elles ont un renforcement
appelé kit de dérivation ou kit de bifurcation installé, dans lequel chaque fibre est couverte par un
tube en plastique plus grand. Généralement les câbles à gaine intermédiaire flottante et les câbles-
ruban sont terminés par épissure sur une fibre amorce terminée.
Les câbles peuvent être tirés avec des connecteurs déjà montés si – et c’est un grand « si » – vous
pouvez faire face à deux problèmes : d’abord, la longueur doit être précise. Trop court et vous devez
tirer une autre fibre plus longue (ce n’est pas rentable d’épissurer), trop long et vous perdez de
l’argent et devrez stocker la longueur de câble supplémentaire. D’autre part, les connecteurs doivent
être protégés. Certains fabricants de câbles et de connecteurs offrent des manchons de protection
pour couvrir les connecteurs, mais vous devez toujours être beaucoup plus prudent en tirant des
câbles. Vous pourriez envisager de terminer une extrémité et de tirer la fin sans terminaison afin de
ne pas risquer les connecteurs. Il y a une tendance de plus en plus grande à installer des systèmes
préterminés avec le connecteur multifibre MTP 12. C’est un très petit connecteur, pas beaucoup plus
gros qu’un ST ou SC, mais il termine jusqu’à 12 fibres. Les fabricants vendent des câbles
multifibres avec le MTP déjà monté qui se connecte à des cabinets de raccordements préterminés
avec des ST ou SC.

Terminaisons multimodes
Plusieurs types de terminaisons différentes sont disponibles pour les fibres multimodes. Chaque
version a ses avantages et inconvénients, aussi en apprendre plus sur le fonctionnement de chacune
aide à décider laquelle utiliser.

Terminaisons monomodes
La fibre monomode requiert des connecteurs différents et des techniques de polissage qui sont
mieux mises en œuvre dans un environnement industriel. Par conséquent, la plupart des fibres
monomode est généralement terminée sur le terrain par épissure sur une fibre amorce terminée en
usine. La terminaison monomode requiert des connecteurs spéciaux avec des tolérances plus strictes
sur la férule, en particulier le trou pour la fibre. Le polissage requiert une feuille de polissage de
diamant spéciale sur un tapis de caoutchouc souple et une barbotine de polissage pour obtenir une
faible réflectance. Mais vous pouvez mettre des connecteurs monomode sur le terrain si vous savez
ce que vous faites. Attendez-vous à une perte plus élevée et à une haute réflectance.

Terminaisons adhésives
La plupart des connecteurs utilisent des résines époxydes ou d’autres adhésifs pour maintenir la fibre
dans la férule du connecteur et polir l’extrémité de la fibre pour une finition lisse. Suivez les
procédures de terminaison attentivement, car elles ont été développées pour produire les pertes les
plus fiables et les terminaisons les plus fiables. Utilisez uniquement des adhésifs spécifiques, vu que
le lien entre la fibre et la férule est essentiel pour une perte faible et la fiabilité à long terme ! Nous
avons vu des gens utiliser des résines époxy de quincaillerie, des colles de contact, tout et n’importe
quoi. Ils ont ensuite regretté de l’avoir fait. Seuls les adhésifs approuvés par les fabricants ou
d’autres distributeurs de connecteurs doivent être utilisés. Si l’adhésif ne fonctionne pas, ce qui
n’était pas inhabituel quand les férules de connexion étaient faites de métal, la fibre va « pistonner »
– saillir de la férule ou y être enfoncée, ce qui entraînera une forte perte et potentiellement des
dommages au connecteur accouplé.
Le processus de polissage comprend trois étapes mais ne prend qu’une minute : le « polissage
aérien » pour limer la fibre qui dépasse, le polissage sur un support souple avec la fibre maintenue
perpendiculairement à la surface de polissage avec une rondelle de polissage et un dernier polissage
fin, rapidement.

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 9 sur 17

Epoxy/polissage
La plupart des connecteurs, y compris pratiquement toutes les terminaisons faites en usine, sont de
type simple « époxy/polissage » où la fibre est collée dans le connecteur avec de l’époxy et son
extrémité polie avec une feuille de polissage spéciale. Ceux-ci fournissent la connexion la plus
fiable, les pertes les plus faibles (moins de 0,5 dB) et les coûts les plus bas, surtout si vous faites
beaucoup de connecteurs. La petite couche de résine époxy durcie qui entoure la fibre sur
l’extrémité de la férule rend même les procédés de clivage et de polissage beaucoup plus faciles –
pratiquement inratable. On peut laisser reposer l’époxy une nuit ou le durcir dans un four peu
coûteux. Un « pistolet à air chaud » ne doit jamais être utilisé pour tenter de durcir l’époxy
rapidement, étant donné que la chaleur inégale pourrait ne pas durcir tout l’époxy ou surchauffer
certaines parties, ce qui l’empêchera de durcir. Ne pas non plus utiliser les fours de fusion à chaud
(« Hot Melt ») car ils utilisent une température beaucoup plus élevée et vont ruiner l’époxy.

Les polissages/adhésifs « Hot Melt »


Il s’agit d’une dénomination commerciale de 3M pour un connecteur dans lequel la résine époxy (en
fait une colle à chaud) est déjà appliquée. Vous insérez le connecteur dans un four spécial. En
quelques minutes, la colle est fondue, de sorte que vous retirez le connecteur, insérez la fibre
dénudée, laissez refroidir et elle est prête à être polie. Rapide et facile, de faible perte, mais un peu
plus cher que le type époxy, il est devenu le favori de beaucoup d’entrepreneurs qui installent des
quantités relativement faibles de connecteurs. N’oubliez pas que vous avez besoin d’un four spécial
de fusion à chaud, car il faut une température beaucoup plus élevée que celle utilisée pour le
durcissement de l’époxy.

Adhésif/polissage anaérobie
Ces connecteurs utilisent une colle à prise rapide « anaérobie » qui prend plus vite que les autres
types d’adhésifs. Différentes techniques d’application d’adhésif sont utilisées, y compris celle
consistant à l’injecter dans le connecteur avant d’insérer la fibre ou simplement d’applique l’adhésif
sur la fibre avant de l’insérer dans le connecteur. Ces adhésifs sèchent seuls en 5 minutes ou en 30
secondes quand ils sont utilisés avec un accélérateur chimique.
Les connecteurs anaérobies fonctionnent bien si votre technique est bonne, mais certains n’ont pas
une plage de température aussi large que les résines époxy. Un grand nombre d’installateurs utilisent
Loctite 648, avec ou sans la solution d’accélérateur, qui est facile à utiliser et permet un résultat
propre.

Le processus de terminaison

Pour tous les types de connecteurs à adhésif/polissage, le processus de terminaison est similaire.
Vous commencez par la préparation du câble, en retirant l’enveloppe extérieure et en coupant les
éléments de renfort. Ensuite, vous dépouillez la fibre avec un outil spécial qui élimine la couche de
revêtement en plastique sans endommager la fibre. La fibre est ensuite nettoyée et mise de côté. Un
adhésif est appliqué sur le connecteur ou sur la fibre et la fibre est insérée et sertie dans le corps du
connecteur.

Après que l’adhésif a pris, la fibre est coupée près de l’extrémité de la férule. Le polissage se fait en
trois étapes. Premièrement, on effectue un « polissage aérien » pour limer la fibre coupée et
rapprocher la surface de l’extrémité de la férule. Puis vient le polissage sur deux qualités différentes

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 10 sur 17

de feuilles abrasives placées sur un support de caoutchouc à l’aide d’une rondelle de polissage pour
maintenir la fibre perpendiculaire à la surface.

Inspectez l’extrémité polie de la férule du connecteur avec un microscope d’inspection à fibre


optique. Voir le chapitre « Test » pour plus d’informations sur l’inspection du connecteur.

Un installateur expérimenté peut raccorder des câbles multifibres en une minute environ par fibre,
en profitant du temps nécessaire pour que l’adhésif prenne pour préparer d’autres connecteurs et
réduire ainsi le temps par connecteur.

Il est important de suivre attentivement les procédures de terminaison, car elles ont été développées
pour produire les pertes les plus faibles et les terminaisons les plus fiables. Utilisez uniquement les
adhésifs spécifiques, étant donné que le lien entre la fibre et la férule est essentiel pour une faible
perte et la fiabilité à long terme. Et, comme pour tout le reste, la pratique rend parfait !

Sertissage/polissage
Plutôt que de coller la fibre dans le connecteur, ces connecteurs utilisent un sertissage sur la fibre
pour la retenir à l’intérieur. La plupart de ces types de connecteurs disponibles dans le passé
souffraient de pertes de performances marginales et ne sont donc plus disponibles. Attendez-vous à
avoir, en contrepartie d’une terminaison plus rapide, des pertes plus élevées. Un bon choix si vous
installez seulement de petites quantités et si votre client les accepte.

Prépoli/épissure (aussi appelés « couper et sertir »)


Certains fabricants proposent des connecteurs qui ont un court bout de fibre déjà fixée avec de
l’époxy dans la férule et polie, ainsi qu’une épissure mécanique à l’arrière du connecteur, de sorte
qu’il vous suffit de couper une fibre et de l’insérer comme une épissure, un processus qui peut être
fait très rapidement. Plusieurs connecteurs utilisent une épissure par fusion au lieu d’une épissure
mécanique pour fixer le connecteur.

Cette méthode a des côtés positifs et négatifs. Le processus de fabrication est complexe, de telle
manière que ces connecteurs sont coûteux, jusqu’à dix fois plus qu’un connecteur de type
adhésif/polissage, car ils nécessitent une fabrication minutieuse. Certains de ces frais
supplémentaires peuvent être compensés par la réduction des coûts de main-d’œuvre pour
l’installation. Vous devez avoir un bon clivage sur la fibre que vous terminez pour que les pertes
soient faibles, étant donné que le clivage de la fibre est un facteur majeur dans les pertes d’une
épissure mécanique. L’utilisation d’un couperet de haute qualité comme ceux utilisés pour
l’épissurage par fusion, disponible chez certains fabricants dans leurs trousses de terminaison, est
recommandée. Même si vous faites tout bien, la perte sera néanmoins un peu plus élevée, parce que
vous avez une perte de connexion, plus une perte d’épissure dans chaque connecteur. La meilleure
façon de terminer ces connecteurs est de vérifier la perte de l’épissure avec un localisateur visuel de
défauts et de les « fignoler » comme on le fait avec les épissures mécaniques.

Conseils pour les terminaisons sur le terrain


Voici quelques points à retenir lorsque vous terminez des connecteurs sur le terrain. Suivre ces
directives vous fera économiser du temps, de l’argent et des frustrations.

Quoi que vous fassiez, suivez toujours de près les instructions de terminaison du fabricant.

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 11 sur 17

Choisissez soigneusement le connecteur et mettez le client au courant s’il s’agit d’un connecteur
autre qu’un type époxy/polissage. Certains clients ont des opinions bien arrêtées sur les types ou
marques de connecteurs utilisés dans leur travail.

Ne prenez JAMAIS un nouveau type de connecteur sur le terrain avant d’en avoir installé assez en
bureau ou en laboratoire, de sorte que vous sachiez que vous pouvez les installer avec succès. Le
terrain n’est pas un endroit pour expérimenter ou apprendre ! Un des plus grands facteurs dans le
coût de montage des connecteurs est le rendement – combien passent le test. Le plus grand facteur
dans le rendement est l’expérience de l’installateur.

Ayez les bons outils pour le travail. Assurez-vous que vous avez les outils adéquats et qu’ils sont en
bon état avant de partir pour le travail. Ceci inclut tous les outils de terminaison, des outils de câbles
et les équipements de test. Savez-vous si vos câbles de test sont bons ? Sans cela, les tests que vous
ferez sur de bonnes terminaisons seront à chaque fois mauvais. De plus en plus, les installateurs sont
propriétaires de leur propres outils, comme la mécanicien sur automobile, considérant que c’est là la
seule façon de s’assurer que les outils sont correctement pris en charge.

La poussière et la saleté sont vos ennemis. Il est très difficile d’effectuer une terminaison ou une
épissure dans un endroit poussiéreux. Essayez de travailler dans un endroit le plus propre possible.
Utiliser des lingettes d’un matériau non-pelucheux (pas de coton ou de chiffons fabriqués à partir de
vieux t-shirts !) pour nettoyer chaque connecteur avant de le brancher ou de le tester. Ne pas
travailler sous des bouches de chauffage, car elles soufflent de la poussière sur vous en permanence.
Mettez les couvercles sur les connecteurs et cabinet de raccordements lorsqu’ils ne sont pas utilisés.
Gardez-les couverts pour les garder propres.

Ne sur-polissez pas. Contrairement à ce que pourrait indiquer le sens commun, trop de polissage est
tout aussi mauvais que trop peu. La férule en céramique dans la plupart des connecteurs
d’aujourd’hui est beaucoup plus dure que la fibre de verre. Si vous polissez trop, vous pouvez saper
la fibre et créer une surface de fibre concave et non convexe comme elle devrait être, augmentant
par la même les pertes. Quelques coups suffisent.

Changer de feuille de polissage régulièrement. Le polissage fait s’accumuler des résidus et de la


poussière sur le film qui peuvent causer des problèmes après trop de connecteurs et provoquer une
mauvaise finition des extrémités. Vérifiez les spécifications du fabricant.

Inspecter et tester, puis documenter. Il est très difficile de résoudre des problèmes de câbles quand
vous ne savez pas quelle est leur longueur, où ils vont et quels ont été leurs résultats aux tests
d’origine ! Gardez donc de bonnes archives, les utilisateurs intelligents les exigent et s’attendent à
payer un supplément pour de bonnes archives.

Devez-vous effectuer les terminaisons sur le terrain ?


De nombreux fabricants proposent des systèmes de câblage de fibre optique préfabriqués pour les
systèmes de réseaux locaux et extérieurs. En fait, l’application la plus répandue pour les systèmes
préfabriqués est la fibre jusqu’au domicile (FTTH) où ce système permet de réaliser de très
importantes économies en temps d’installation et en coût. L’utilisation de systèmes préfabriqués
requiert une connaissance précise d’où les câbles seront placés de manière à ce que les longueurs de
câble puissent être spécifiées. En utilisant des systèmes de CAO et de dessins de conception, un
système complet de câblage en fibre optique est conçu selon les spécifications du client et construit
dans une usine utilisant des composants standard. Les premiers systèmes préfabriqués (certains sont
encore disponibles) terminaient simplement les câbles avec des connecteurs standard de type ST ou
SC et les protégeaient dans un manchon de traction plastique muni d’une boucle de traction attachée
aux éléments de renfort de la fibre. Le câble se plaçait avec le manchon puis celui-ci était retiré pour
procéder au raccordement dans les cabinets de raccordement.

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 12 sur 17

Aujourd’hui, il est plus courant d’utiliser des câbles de réseau fédérateur terminés en de petits
connecteurs MTP multifibres qui sont tirés de pièce en pièce et connectés à des modules montés en
baie qui possèdent des connecteurs MTP au dos et des connecteurs de fibres simples sur l’avant.
Comme pour tout le reste, il faut trouver le juste équilibre. Les connecteurs assemblés en usine ont
généralement une perte inférieure aux terminaisons sur le terrain, mais les connecteurs MTP, même
assemblés en usine, ne sont pas à faible perte, de sorte que la perte totale peut être plus élevées que
celle des systèmes terminés sur le terrain. Les coûts impliquent également de trouver un compromis
favorable : les systèmes d’usine sont plus chers pour les composants, mais le temps d’installation est
bien moindre. Dans les nouvelles installations, tenir compte des systèmes préfabriqués est toujours
une bonne idée, mais tous les facteurs doivent être considérés avant de prendre une décision.

Gestion et protection des terminaisons


Bien que les connecteurs soient conçus pour être suffisamment robustes pour être manipulés – et
ceux qui terminent les câbles à enveloppe sont assez robustes –, les connecteurs ont quand même
besoin d’être protégés contre les dommages. Etant donné que les câbles multifibres ont de
nombreuses terminaisons où les fibres peuvent être accessibles pour des tests ou des modifications
de configurations, les points d’interconnexion requièrent la gestion des terminaisons, ce qui
comprend l’identification de chaque extrémité de connecteur/fibre.
Les connexions peuvent être faites à de nombreux types d’équipements, y compris des baies de
cabinets de raccordement ou des boîtes murales. Les bons types d’équipements doivent être choisis
en fonction de l’installation ; ce sujet sera traité plus en détail dans le chapitre d’installation.

Epissures

Les épissures créent un joint permanent entre deux fibres, de sorte que son utilisation est limitée à
des endroits où les câbles ne sont pas censés être disponibles pour la maintenance à l’avenir.
L’application la plus courante pour l’épissage est la concaténation (jointure) des câbles dans de
longues installations en réseau extérieur où la longueur du parcours requiert plus d’un câble.
L’épissure peut être utilisée pour mélanger un certain nombre de différents types de câbles, comme
par exemple la connexion d’un câble de 48 fibres à six câbles de 8 fibres allant à divers endroits.
L’épissure est généralement utilisée pour terminer des fibres monomodes par épissure d’une fibre
amorce préconfectionnée sur chaque fibre. Et bien sûr, l’épissure est utilisée pour la restauration en
réseau extérieur.
Il existe deux types d’épissures, par fusion et mécanique. L’épissure par fusion est la plus largement
utilisée car elle fournit la perte et la réflectance les plus faibles, en plus de permettre fournir la
jointure la plus forte et la plus fiable. Pratiquement toutes les épissures monomodes se font par
fusion. L’épissure mécanique est principalement utilisée pour la restauration temporaire et pour
l’épissure multimode. Dans la photo ci-dessous, l’épissure par fusion se trouve sur la gauche, tandis
que les autres sont différents types d’épissures mécaniques.

Epissures par fusion


Les épissures de fusion sont réalisées par la « soudure » de deux fibres entre elles en général par un
arc électrique. Par mesure de sécurité, l’épissure par fusion ne doit pas être effectuée dans un espace
clos tel qu’une bouche d’égout ou toute atmosphère potentiellement explosive. L’équipement pour
l’épissure par fusion est généralement trop volumineux pour la plupart des applications aériennes,
aussi l’épissure par fusion se fait-elle habituellement dans un camion ou une remorque spécialement
équipée à cette fin.
Les appareils d’épissure par fusions monomode sont fortement automatisés et il est difficile de faire
une mauvaise épissure tant que vous nettoyez et coupez les fibres correctement, puis suivez les

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 13 sur 17

instructions pour utiliser correctement l’appareil d’épissure par fusion. Les épissures par fusion sont
tellement performantes aujourd’hui que les points de jonction peuvent ne pas être détectables dans
les tracés OTDR. Certaines machines d’épissure ne font qu’une fibre à la fois, mais les fusionneuses
en masse peuvent faire les 12 fibres d’un ruban à la fois.

Le processus d’épissure par fusion

Préparation des fibres


Le processus d’épissure par fusion est essentiellement le même pour toutes les machines
automatiques d’épissure. La première étape consiste à dénuder, nettoyer et couper les fibres à
épisser. Dénudez le revêtement secondaire afin d’exposer la bonne longueur de fibre nue. Nettoyez
la fibre avec des lingettes appropriées. Coupez la fibre en suivant les instructions appropriées pour le
couperet utilisé. Placez chaque fibre dans les guides de la machine d’épissure par fusion et fixez-la à
sa place.

Exécution du programme d’épissure


Choisissez d’abord le programme approprié pour les types de fibres à épisser. L’appareil d’épissure
par fusion affichera les fibres à épisser sur un écran. Les extrémités des fibres seront inspectées pour
vérifier que les coupures (clivages) sont bonnes et les mauvaises seront rejetées. Cette fibre doit être
coupée à nouveau. Les fibres seront mises en position, préfusionnées pour enlever toute saleté sur
les extrémités et préchauffées pour l’épissure. Les fibres sont alignées en utilisant la méthode
d’alignement de cœur utilisée par cet appareil d’épissure par fusion. Ensuite, les fibres sont fondues
par un cycle d’arc automatique qui les chauffe dans un arc électrique et fusionne les fibres entre
elles à une vitesse contrôlée.
Lorsque la fusion est achevée, la machine d’épissure inspecte l’épissure et estime la perte optique de
l’épissure. Elle dira à l’opérateur si une épissure doit être refaite. L’opérateur retire les fibres des
guides et fixe un protecteur d’épissure permanent par thermo-rétraction ou monte des coquilles
jointives protectrices.

Les épissures mécaniques


Les épissures mécaniques sont des dispositifs d’alignement qui maintiennent les extrémités des deux
fibres ensemble avec un gel ou une colle d’adaptation d’indice entre elles. Il existe un certain
nombre de types d’épissures mécaniques, telles que les petits tubes de verre ou des pinces
métalliques en forme de V. Les outils pour faire des épissures mécaniques sont peu coûteux, mais
les épissures elles-mêmes peuvent être plus chères. Beaucoup d’épissures mécaniques sont utilisées
pour la restauration, mais avec de la pratique, elles peuvent fonctionner aussi bien avec les fibres
monomode qu’avec les multimode, à l’aide d’un couperet de qualité tel que ceux utilisés pour
l’épissure par fusion.

Processus d’épissure mécanique

Préparation des fibres

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 14 sur 17

Le processus d’épissure est fondamentalement la même pour tous les types d’épissures mécaniques.
La première étape consiste à dénuder, nettoyer et couper les fibres à épisser. Dénudez le revêtement
secondaire afin d’exposer la bonne longueur de fibre nue. Nettoyez la fibre avec des lingettes
appropriées. Coupez la fibre en suivant les instructions adéquates en fonction du couperet utilisé.
L’utilisation d’un couperet de haute qualité tels que ceux fournis avec les appareils d’épissure par
fusion donnera des résultats d’épissures plus constants et moins de pertes.

Effectuer l’épissure mécanique


Insérez la première fibre dans l’épissure mécanique. La plupart des épissures sont conçues pour
limiter la profondeur d’insertion de la fibre en fonction de la longueur du dénudage du revêtement
secondaire sur la fibre. Fixez la fibre en place si les fibres sont bloquées séparément. Certaines
épissures fixent les deux fibres à la fois. Répétez ces étapes pour la deuxième fibre.
Vous pouvez optimiser la perte d’une épissure mécanique visuellement en utilisant un localisateur
visuel de défauts, une source de test laser visible si les extrémités de la fibre épissées sont visibles.
Retirez doucement l’une des fibres de quelques millimètres, faites-la tourner légèrement et
réinsérez-la jusqu’à ce que la lumière visible soit réduite au minimum, indiquant une perte plus
faible.

Faire de bonnes épissures


Faire régulièrement des épissures à faible perte dépend de l’utilisation des techniques adéquates et
du bon entretien du matériel. La propreté est un gros problème, bien sûr. Les dénudeurs de fibres
doivent être maintenus propres et en bon état et remplacés lorsqu’ils sont entaillés ou usés. Les
couperets sont ce qu’il y a de plus importants, car le secret d’une bonne épissure – que ce soit par
fusion ou mécanique – est d’avoir de bonnes coupures sur les des deux fibres. Maintenez vos
couperets propres et les lames de rainurage alignées et remplacées régulièrement. Les appareils
d’épissure par fusions doivent être bien entretenus et les paramètres de fusion réglés pour les fibres à
épisser. Pour les épissures mécaniques, une légère pression sur la fibre pour maintenir les extrémités
ensemble durant le sertissage est importante. Utilisez un localisateur visuel de défauts (VFL) pour
optimiser l’épissure avant le sertissage si possible.

Protéger les épissures


Pour la protection contre l’environnement et les dommages, les épissures requièrent leur placement
dans un étui de protection. Elles sont généralement placées dans un plateau d’épissure qui est lui-
même fixé à l’intérieur d’un boîtier d’épissure pour les installations en réseau extérieur ou une boîte
de cabinet de raccordement pour les applications de réseaux locaux. Aux boîtiers d’épissure et à
chaque extrémité, les câbles possédant des blindages ou des éléments de renfort métalliques doivent
être correctement mis à la terre et à la masse.

Choisir un type d’épissure


Le choix entre l’épissure par fusion et l’épissure mécanique peut être fait en fonction de plusieurs
paramètres, parmi lesquels la performance, la fiabilité et le coût. En outre, les installateurs peuvent
choisir le type avec lequel ils sont les plus familiers ou pour lequel ils ont déjà les équipements.
Du point de vue de la performance, les épissures par fusion donnent des pertes et réflectances très
faibles, aussi sont-elles préférées pour les réseaux monomodes. Cependant, la fusion peut ne pas
fonctionner correctement sur certaines fibres multimodes, ainsi les épissures mécaniques peuvent-
elles être pratiques pour le multimode – sauf s’il s’agit d’une application sous-marine ou aérienne,
où la plus grande fiabilité de l’épissure par fusion est préférable.
Du point de vue de la fiabilité, l’épissure par fusion est le meilleur choix. Bien faite et scellée dans
un protecteur d’épissure, l’épissure devrait durer aussi longtemps que le câble lui-même. Des essais
ont montré que les épissures mécaniques sont également de longue durée, mais ne possèdent pas la
résistance mécanique d’une épissure par fusion.
Si le problème est le coût, le choix dépend du nombre d’épissures qui vont être réalisées. Les
épissures par fusion requièrent un équipement coûteux mais celui-ci effectue des épissures peu
coûteuses, alors que les épissures mécaniques nécessitent des équipements peu onéreux mais du

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 15 sur 17

matériel d’épissure plus cher. Si vous faites beaucoup d’épissures (et il peut y en avoir des milliers
dans un grand réseau de télécommunications ou de TVCA), les épissures par fusion seront moins
chères. Si vous avez juste besoin de quelques épissures ou si vous préparez une restauration et que
vous n’avez pas d’appareil d’épissure par fusion disponible, les épissures mécaniques peuvent être
un choix logique.

Questions de révision

Vrai/Faux
Indiquez si l’affirmation est vraie ou fausse.

____ 1. La plupart des terminaisons de fibre monomode sur le terrain sont faites par
l’épissure par fusion d’une fibre amorce faite en usine sur la câble.

____ 2. Les connecteurs SC et LC ont des férules de différentes tailles et ne peuvent pas être
accouplés.

Choix multiple
Identifiez l’option qui complète le mieux l’affirmation ou répond à la question.

____ 3. La première version de la norme TIA/EIA 568 pour les installations en réseau local
exigeait l’utilisation de quel connecteur ?
A. ST
B. SC
C. LC
D. N’importe quel connecteur respectant la norme FOCIS
____ 4. Quel type de connecteur est maintenant spécifié dans la dernière norme 568 ?
A. SC
B. LC
C. MT-RJ
D. Tout connecteur avalisé par un document FOCIS
____ 5. Quelle méthode utilisent les terminaisons d’usine, telles que celles qui sont utilisées
pour faire des cordons de raccordement, pour fixer le connecteur au câble ?
A. Epoxy/polissage
B. Adhésif anaérobique
C. Prépolissage/épissurage
D. N’importe laquelle des précédentes
____ 6. Qu’est-ce qui est nécessaire pour obtenir une faible perte d’un connecteur à
prépolissage/épissurage ?
A. Une bonne technique de dénudage
B. Un bon clivage
C. Un sertissage doux
D. Le type de câble correct
____ 7. La différence entre un connecteur de fibre optique et une épissure est __________.
A. Les connecteurs sont plus grands que les épissures
B. Les connecteurs sont démontables, alors que les épissures sont permanentes
C. Les connecteurs requièrent de l’adhésif
D. Les épissures requièrent des outils chers
____ 8. Laquelle de ces exigences de performance ne sont pas partagées par les connecteurs
et les épissures ?

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 16 sur 17

A. Pertes faibles
B. Rétro-réflexion faible
C. Répétibilité
D. Durabilité au long d’accouplements répétés
____ 9. Dans les connecteurs monomode, __________ est aussi important(e) que de faibles
pertes.
A. La facilité de la terminaison sur le terrain
B. Une faible réflectance
C. Un coût bas
D. La compatibilité avec beaucoup de types de câbles
____ 10. Les épissures mécaniques et les connecteurs à prépolissage/épissurage requièrent un
(e) bon(ne) __________ pour avoir de faibles pertes.
A. Technique de polissage sur le terrain
B. Clivage sur la fibre qu’on est en train de terminer
C. Perte de fibre
D. Conception de câble
____ 11. Le polissage de contact physique (PC) sur les connecteurs est prévu pour réduire
__________.
A. Les pertes
B. La réflectance
C. Les pertes et la réflectance
D. Le temps de polissage

Correspondance

Identifiez les connecteurs suivants :

____ 12. ST
____ 13. SC
____ 14. LC
____ 15. MTP

Etudes additionnelles
Lisez la page « Connector Identifier » dans le Guide de référence en ligne de la FOA pour en
apprendre davantage sur d’autres modèles de connecteurs.
Lisez les pages « Virtual Hands-On » du Guide de référence en ligne de la FOA pour voir des
explications détaillées sur la façon dont les connecteurs époxy/polissage, anaérobie/polissage,
HotMelt/polissage et prépolissage/épissurage sont faits et comment les terminaisons monomodes
sont polies.
Lisez les pages « Fusion Splice » et « Mechanical Splice » du Guide de référence en ligne de la FOA
pour apprendre plus de détails sur ces épissures.
Lisez les pages « Virtual Hands-On » du Guide de référence en ligne de la FOA pour voir des
explications détaillées sur la façon dont les épissures par fusion sont faites sur les fibres simples et à
ruban et sur comment les épissures mécaniques sont effectuées.

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014
FOA Reference Guide To Fiber Optics Page 17 sur 17

Parcourez des sites internet de fabricants pour y lire des fiches techniques de connecteurs et des
notices d’application.

Projets de laboratoire
Terminez des câbles simplex à enveloppe et/ou des fibres 900 microns à revêtement avec des
connecteurs à l’aide de plusieurs méthodes et modèles de connecteurs. Inspecter chaque connecteur
et testez pour évaluer les pertes lorsque vous avez terminé.
Epissez des fibres individuelles et/ou des fibres à ruban avec un appareil d’épissure par fusion.
Testez avec un OTDR (voir le chapitre sur les tests) et comparez les résultats des tests OTDR avec
l’estimation fournie par le dispositif d’épissurage.
Epissez des fibres individuelles avec des épissures mécaniques. Optimisez avec un localisateur
visuel de défauts. Testez la perte avec un OTDR ou équipement de test de perte. Epissez plusieurs
fois en utilisant différents couperets pour voir comment cela affecte la perte.

Table des matières

The Fiber Optic Association, Inc.


1119 S. Mission Road #355, Fallbrook, CA 92028
Tél : 1-760-451-3655 Fax 1-781-207-2421
E-mail : info@thefoa.org Site internet : http://www.thefoa.org

http://www.thefoa.org/FR/Chapitre%207.htm 25/07/2014