Vous êtes sur la page 1sur 134

SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 1 / 122

SPECIFICATION TECHNIQUE
TRAITEMENT ANTICORROSION
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES

Date Révision Objet de la modification

14/11/2008 02 Révision

27/06/2008 01 Révision

15/12/2006 00 Première Emission

Propriété : RM/AMO/LA/LOG

Rédaction : Stéphane MAUVERNAY Ingénieur d’affaires

Validation : Régis BARLE Bureau d’études

Validation : Vincent COMYN Responsable département logistique

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 2 / 122

OBJET

La présente spécification couvre les règles applicables aux travaux de peinture des
équipements et ouvrages métalliques dans les dépôts opérés par TOTAL OUTRE MER.

DOMAINE D’APPLICATION

Cette spécification s’applique pour tous projets relatifs à des travaux dans les dépôts opérés par la
Direction.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 3 / 122

Table des Matières

1 Introduction générale ___________________________________________________ 5


1.1 Réglementation et procédures applicables __________________________________ 5
1.2 Intervenants______________________________________________________________ 10
1.3 Synoptique de référence __________________________________________________ 12
2 Audit d’installation et spécifications particulières de travaux _____________ 13
2.1 Objet ____________________________________________________________________ 13
2.2 Méthode d’audit __________________________________________________________ 13
2.3 Présentation générale du dossier d’audit ___________________________________ 14
2.3.1 Page de garde : Références du document________________________________________ 14
2.3.2 Première partie du document : descriptif du site ___________________________________ 15
2.3.3 Deuxième partie du document : descriptif des installations __________________________ 15
2.3.4 Troisième partie du document : planification ______________________________________ 16
2.3.5 Quatrième partie du document : audit de chaque élément __________________________ 16
3 Travaux de peinture des équipements métalliques. ______________________ 18
3.1 Surfaces à peindre ou à ne pas peindre ____________________________________ 18
3.2 État des subjectiles avant travaux _________________________________________ 18
3.3 Protection des travailleurs, des équipements et de l’environnement __________ 19
3.4 Préparation de surface ____________________________________________________ 23
3.5 Application des peintures _________________________________________________ 26
3.6 Protection des équipements voisins de ceux à peindre ______________________ 27
4 Application des couches de peinture ___________________________________ 27
4.1 Généralités_______________________________________________________________ 27
4.1.1 Application de la couche primaire antirouille ou d’accrochage _______________________ 27
4.1.2 Application des couches intermédiaires et de finition _______________________________ 28
4.2 Application à la brosse et au rouleau_______________________________________ 29
4.3 Application au pistolet pneumatique ou « airless » __________________________ 29
4.3.1 Conditions atmosphériques ____________________________________________________ 30
4.3.2 Durée de séchage ____________________________________________________________ 31
4.3.3 Les différentes couches________________________________________________________ 31
4.3.4 Épaisseur des couches ________________________________________________________ 31
4.3.5 Systèmes de peinture _________________________________________________________ 32
4.3.6 Teintes de finition _____________________________________________________________ 35
4.3.7 Repérage des équipements ____________________________________________________ 42

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 4 / 122

5 Contrôle des travaux de peinture _______________________________________ 44


5.1 Contrôles internes de l’entrepreneur _______________________________________ 44
5.1.1 Réception des produits ________________________________________________________ 44
5.1.2 Préparation de chantier ________________________________________________________ 44
5.1.3 Déroulement du chantier _______________________________________________________ 45
5.1.4 Journal de chantier____________________________________________________________ 46
5.2 Contrôle par tierce société ________________________________________________ 46
5.2.1 Contenu de la mission sur site __________________________________________________ 46
5.2.2 Planification des missions sur site _______________________________________________ 47
5.2.3 Constitution du dossier de fin d’affaire ___________________________________________ 47
6 Obligation de l’entreprise ______________________________________________ 48
7 Garantie du système de protection anticorrosion ________________________ 49
7.1 Garantie anticorrosion ____________________________________________________ 49
7.2 Garantie d’aspect_________________________________________________________ 50
8 Inspections de fin de garantie __________________________________________ 50
9 Assurance ____________________________________________________________ 51
10 Traitement fonds de bac______________________________________________ 51
11 Annexes ____________________________________________________________ 51
ANNEXE 1________________________________________________________________ 52
ANNEXE 2________________________________________________________________ 76
ANNEXE 3________________________________________________________________ 79
ANNEXE 4________________________________________________________________ 87
ANNEXE 5________________________________________________________________ 89
ANNEXE 6________________________________________________________________ 91
ANNEXE 7________________________________________________________________ 98
ANNEXE 8_______________________________________________________________ 108
ANNEXE 9_______________________________________________________________ 117
ANNEXE 10______________________________________________________________ 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 5 / 122

1 INTRODUCTION GENERALE

Cette spécification définit la démarche à suivre pour mener à bien une affaire de Traitement
anticorrosion dans un dépôt pétrolier.

TOTAL doit s'assurer que les dispositions notifiées dans ce document sont bien respectées par
les entrepreneurs et que ces derniers nous fournissent l'ensemble des documents nécessaires
relatifs à leur prestation.

Chacune des dispositions se justifie suivant des critères réglementaires ou selon des choix
déterminés par TOTAL OUTRE MER.

La qualité est le maître mot du succès dans ce domaine. 80 % des défaillances prématurées d’un
revêtement sont dues à une mauvaise préparation du subjectile ou une mauvaise application de
la peinture.

En plus du rôle principal de protection des supports contre la corrosion atmosphérique, les
revêtements extérieurs ont aussi un rôle esthétique et de réduction des pertes par évaporation.

Les principaux facteurs de réussite sont :

- la bonne appréciation de l’agressivité de l’environnement (ambiance industrielle, maritime,


humidité, température)
- l’excellente préparation de surface
- le choix du type de peinture
- le respect de l’épaisseur de peinture
- la compétence des applicateurs
- les conditions d’application

1.1 Rég lem en tati on et pro céd ures ap pli c ables

Décret n° 69-558 du 6 juin 1969 portant règlement d’administration publique en ce qui concerne
les mesures particulières de protection des travailleurs applicables aux travaux de décapage, de
dépolissage ou de décapage au jet à l’abrasif.

Circulaire TE.7/72 du 8 mars 1972 relative à l’application du décret n° 69-558 du 6 juin 1969
précité.

Le règlement de sécurité propre à chaque établissement.

Normes

Seules, les références principales sont mentionnées ; il appartient au Contracteur de respecter les
références secondaires couvrant l'objet du présent document.

Sauf indications contraires mentionnées dans des conditions particulières contractuelles, tous
les documents cités en référence, ainsi que leurs addendas, sont applicables dans leur dernière
révision.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 6 / 122

NF E 30 001
Peintures – Dictionnaire technique des travaux de peintures et des
ISO 4199
travaux de peinture

Peintures et vernis - Anticorrosion des structures en acier par systèmes de peinture :

Partie 1 : Introduction générale ISO 12944-1

Partie 2 : Classification des environnements ISO 12944-2

Partie 3 : Conception et dispositions constructives ISO 12944-3

Partie 4 : Types de surface et de préparation de surface ISO 12944-4

Partie 7 : Exécution et surveillance des travaux de peinture ISO 12944-7

Partie 8 : Développement de spécifications pour les travaux neufs et


ISO 12944-8
l'entretien

ISO 8503-01
État de surface - moyen de mesure, échantillon de comparaison visco
NF E 05-051
tactile
ISO 20632-1 à 3

Préparation de surface d’acier déjà revêtue - Décapage à l’eau sous


NF T 35 520
pression.

Préparation des subjectiles d'acier avant application de peintures et de produits


assimilés :

a) Spécifications pour abrasifs métalliques destinés à la préparation


ISO 11124-2 à 4
par projection

b) Méthodes d'essai pour abrasifs métalliques destinés à la


ISO 11125-1 à 7
préparation par projection

c) Spécifications pour abrasifs non métalliques destinés à la


ISO 11126-3
préparation par projection : Scories de raffinage du cuivre

d) Spécifications pour abrasifs non métalliques destinés à la


ISO 11126-6
préparation par projection : Scories de four de métallurgie

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 7 / 122

e) Spécifications pour abrasifs non métalliques destinés à la


ISO 11126-7
préparation par projection : Oxyde d'aluminium fondu

f) Spécifications pour abrasifs non métalliques destinés à la


ISO 11126-8
préparation par projection : Sable à l'olivine

g) Méthodes d'essai pour abrasifs non métalliques destinés à la


ISO 11127-1 à 7
préparation par projection

Préparation des subjectiles d'acier avant application de peintures et de produits


assimilés. Évaluation visuelle de la propreté d'un subjectile :

Partie 1 : Degrés de rouille et degrés de préparations des subjectiles


d'acier non recouverts et des subjectiles d'acier après ISO 8501-1
décapage sur toute la surface des revêtements précédents

Partie 2 : Évaluation visuelle de la propreté d'un subjectile ISO 8501-2

Préparation des subjectiles d'acier avant application de peintures et de


ISO 8502-1 à 4
produits assimilés - Essais pour apprécier la propreté d'une surface

Préparation des subjectiles d'acier avant application de peintures et de


produits assimilés - Essais pour apprécier la propreté d'une surface :
ISO 8502-6
Échantillonnage des impuretés solubles sur les surfaces à peindre
Méthode de Bresle
Préparation des subjectiles d'acier avant application de peintures et de
produits assimilés - Caractéristiques de rugosité des subjectiles d'acier ISO 8503-1 à 4
décapés

Préparation des subjectiles d'acier avant application de peintures et de


lSO 8504-1 à 3
produits assimilés - Méthodes de préparation des subjectiles

Fabrication details, surface finish requirements, and proper design


NACE RP0178
considerations for tanks and vessels to be lined for immersion service

Standard test method for conductimetric analysis of water soluble ionic


ASTM D4940
contamination of Blasting abrasives

Peinture - Essai de pelage des adhésifs structuraux lSO 4578

Peintures et vernis - Examen et préparation des échantillons pour


ISO 1513
essais

Peintures et vernis - Détermination de la résistance à l'arrachement par


lSO 4624
traction

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 8 / 122

Peintures et vernis - Mesurage de l'épaisseur du feuil sec - Méthode


NF T 30-124
non destructive à flux magnétique.
ISO 19840
Directives sur mesurage de l’épaisseur.

Peintures - Détermination de l'épaisseur du feuil frais NF T 30-125

Peintures et vernis - Essai de quadrillage lSO 2409

Standard test method for measuring MEK resistance of ethyl silicate


ASTM D4752
(inorganic) Zinc-rich primer by solvent rub

Peintures et vernis - Détermination de la résistance au brouillard salin


lSO 7253
neutre

Matières de charges pour peintures - Partie 10 : Détermination de la


ISO 787-10
masse volumique - Méthode pycnométrique

Peintures et vernis - Détermination de la résistance aux liquides -


lSO 2812-1
Partie 1 : Méthodes générales

Peintures et vernis - Détermination de la résistance aux liquides -


ISO 2812-2
Partie 2 : Méthode par immersion dans l'eau

Peintures et vernis - Détermination de la résistance à l'humidité (par


ISO 6270
condensation continue)

Peintures et vernis - Évaluation de la dégradation des surfaces peintes - Désignation de


l'intensité, de la quantité et de la dimension des types courants de défauts :

Généralités -
ISO 4628/ 1
Partie 1 : Principes généraux et modes de cotation

Partie 2 : Désignation du degré de cloquage lSO 4628/ 2

Partie 3 : Désignation du degré de corrosion ISO 4628/ 3

Partie 4 : Désignation du degré de craquelage ISO 4628/ 4

Partie 5 : Désignation du degré d'écaillage ISO 4628/5

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 9 / 122

Partie 6 : Cotation du degré de farinage par la méthode du ruban


ISO 4628/ 6
adhésif.

NF E 86 901
Mesure de porosité au peigne électrique
NF T 58 111

Corrosion des métaux et alliages - Corrosivité des atmosphères -


ISO 9223
Classification.

Peintures et vernis : Essai de séchage "apparent complet" ISO 3678

Peinture et vernis - Colorimétrie ISO 7724-1 à 3

Peinture et vernis - Essais de pliage sur mandrin cylindrique de feuils de NF T 30 040


peinture, vernis et préparations assimilées sur subjectiles métalliques ISO 1519

Revêtement externe triple couche à base de polypropylène -


Annexe K : Essai d'évaluation de la résistance au décollement sous Pr EN 10286
polarisation négative

Autres documents:

Spécification technique de décapage par projection d’abrasifs de l’OHGPI (Office d’Homologation


des Garanties de Peinture Industrielle).

Échelle européenne de degrés de corrosion pour peinture antirouille de l’OHGPI.

DRC-2 1992 de l’OHGPI : modalités de réception des épaisseurs de revêtement de peinture sur
ouvrages métalliques.

DGO 12 2005 de l’OHGPI : code des conditions techniques des garanties de peinture sur
structures neuves ou anciennes en acier.

NF EN 14015 : Spécification pour la conception et la fabrication de réservoir en acier, soudés,


aériens, à fond plat, cylindriques, verticaux construits sur sites destinés au stockage des liquides
à la température ambiante ou supérieure de Juin 2005 :
Annexe Q : isolation et revêtements.
Annexe R : Etats de surface

G30 / Rev. 1 / 1998 : Conditions de choix de réception et de garantie revêtements intérieurs de


réservoirs et capacités neufs ou anciens en acier.

G32 / Rev. 7 / 2001 : Durée de garantie pour revêtements intérieurs de réservoirs et capacités en
acier pour les produits pétroliers, carburants divers et hydrocarbures.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 10 / 122

1.2 Inte rv ena nts

TERMINOLOGIE GÉNÉRALE

a) Entrepreneur général

Personne physique ou morale qui assume la responsabilité de la conception et de la


réalisation d'un ouvrage conformément à la réglementation en vigueur et aux clauses
contractuelles.

b) Société d'Ingénierie

Personne physique ou morale qui gère une ou plusieurs commandes de travaux, objet de la
présente spécification, suivant un contrat la liant au Service Technique du Dépôt.

La Société d'ingénierie peut être aussi l'Entrepreneur général ou le Service Technique.

c) Acheteur ou Maître-d’œuvre

Personne physique ou morale qui commande à l'applicateur les travaux suivant la présente
spécification.
L'Acheteur peut être Service Technique ou l'Entrepreneur général.

d) Constructeur

Personne physique ou morale qui conçoit, pré-fabrique ou fait pré-fabriquer le matériel


concerné par les travaux de peinture, objet de la présente spécification.

e) Applicateur (Entrepreneur)

Personne physique ou morale qui réalise les travaux de revêtement anticorrosion, objet de la
présente spécification.

f) Sous-traitant

Personne physique ou morale qui effectue, pour le compte de l'applicateur, des travaux sur le
matériel concerné par la spécification.

Le choix du sous-traitant par l’applicateur doit être fait avec l'accord préalable de TOTAL, de
l'Entrepreneur général ou de la Société d'ingénierie.

g) Producteur (Fabricant)

Personne physique ou morale qui produit la matière d’œuvre nécessaire aux travaux faisant
l’objet de la présente spécification.
ATTENTION : le fabricant reste le seul expert pour l’emploi de ses produits sur une
affaire, quelles que soient les circonstances du chantier.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 11 / 122

h) Organisme d’inspection spécialisé

Organisme spécialisé dans une discipline particulière indépendant du Constructeur ou de


l'Applicateur, désigné par l'Acheteur et chargé d'effectuer les opérations de contrôle prévues
par la réglementation en vigueur, les codes applicables aux travaux relatifs à la présente
spécification et le cahier des charges.

i) Maître d’ouvrage

Personne physique ou morale propriétaire ou utilisateur reconnu de l’ouvrage.

TERMINOLOGIE SPÉCIFIQUE

La norme NF T 30-001 "Dictionnaire technique des peintures et des travaux de peinture" définit
les principaux termes dans les domaines de l'industrie des peintures, vernis, produits connexes et
de leur mise en œuvre.

Cette norme précise l'acceptation des termes utilisés pour définir :

− les constituants d'une peinture


− le support (subjectile) sur lequel est appliquée la peinture
− les qualités et les défauts de la peinture sèche

DÉROGATIONS

Toute dérogation aux prescriptions de la présente spécification peut être proposée par
l'Applicateur, la Société d'ingénierie ou le Constructeur s'il l'estime avantageuse pour réduire le
coût et/ou le délai d'exécution, en ne mettant en cause ni la sécurité du personnel, ni la fiabilité en
service, ni l'économie du Projet concerné, ni les exigences de la réglementation (lorsqu'elle est
applicable). Elle doit être présentée à TOTAL en variante avec les justifications nécessaires et
recevoir l'accord écrit de TOTAL.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 12 / 122

1.3 S yn o p t i q u e d e r é f é r e n c e

L'objectif de cette partie est de proposer une représentation schématique complète des
opérations de traitement anticorrosion des ouvrages concernés dans un dépôt pétrolier.
Chaque thème sera indiqué par le numéro de chapitre y faisant référence dans la suite du
document.
Chap 2

AUDIT Dossier
D'Audit

Chap 2.3

Planification des
travaux

Commande de travaux

TRAVAUX DE PEINTURE
Chap 4

Protections Préparation Application des


de Surface Peintures

Chap 6
Obligations de
l'applicateur

Chap 5 CONTROLES Journal de Chap 5.1


INTERNES
Chantier

Dossier de CONTROLES Compte-rendu


PAR TIERS Chap 5.2
Fin d'Affaire de Contrôle

GARANTIES Fiches
Chap 7
d'Homologation

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 13 / 122

2 AUDIT D’INSTALLATION ET SP EC IFICATIONS PARTICULIERE S DE


TRAV AUX

2.1 Ob jet
Le premier objectif de l’audit est d’obtenir, à un instant donné, la représentation complète de
l’état de la protection anticorrosion de tout ou partie d’une installation.

Le deuxième objectif est d’établir une procédure particulière de travaux à réaliser sur
l’équipement audité afin d’amener la protection anticorrosion du-dit équipement au niveau
convenu contractuellement (voir les niveaux de garantie au chapitre 7-1)
NOTA : Les préconisations doivent être impérativement portées à la connaissance de
l’applicateur lors de l’établissement du bordereau de prix. Une copie de l’audit sera également
adressée systématiquement au contrôleur lors de la commande.

Le troisième objectif de l’audit est d’établir une planification des travaux de protection
anticorrosion suivant les priorités.

Les Audits peuvent être réalisés par la Société PPG


division antico-France (FREITAG) :

Contact : M.GROSSELIN
Tél : (33).1.57.61.01.63.
Fax : (33).1.57.61.01.66
Mobile : (33).6.85.30.94.59.
Adresse :
PPG
Direction des marchés Professionnels
Immeuble les Fontaines
10, rue Henri Sainte Claire Deville
92565 Rueil Malmaison Cedex
E.Mail : consultant.freitag@ppg.com

2.2 Mé tho de d’au dit

L’audit des différents ensembles et équipements est réalisé suivant les normes applicables.

a) Contrôle visuel du feuil de peinture

Ce contrôle est utilisé pour vérifier l’aspect du feuil de peinture afin de repérer les défauts
(coulure, farinage, bullage, décollement…)
L’auditeur doit repérer ces défauts afin de pouvoir définir les différents travaux à réaliser.

b) Contrôle de l’épaisseur du feuil de peinture

Les épaisseurs sont mesurées à l’aide d’appareils à variation de flux magnétique pour les
peintures appliquées sur des subjectiles ferro-magnétiques (étalonnage et mesures suivant la
norme NF T 30 124 rev. de 1991 ou ISO 19840).

Les épaisseurs mini, maxi et moyennes ainsi que le nombre de points relevés apparaissent dans
le dossier d’audit.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 14 / 122

c) Évaluation de l’adhérence du feuil de peinture


Les essais sont effectués soit :
- Par quadrillage pour les systèmes inférieurs à 200 microns :

Essai effectué conformément à la norme ISO 2409 (1994)


Les résultats d’adhérence à l’outil et après application du ruban adhésif conformément à la
classification 0 à 5.
L’auditeur doit repérer ces défauts afin de pouvoir définir les différents travaux à réaliser.
Toute classification supérieure à 2 entraîne l’élimination complète des revêtements existants.

- Au moyen d'un arrachement par traction pour les systèmes supérieurs à 200 microns :

Essai effectué conformément à la norme NF EN 24624, le niveau de performance minimum


doit être de 1,5 MPa.
L’appareil de mesure doit être équipé de préférence d’un manomètre à conservation de
mesure.
L’auditeur doit repérer ces défauts afin de pouvoir définir les différents travaux à réaliser.
Toute performance inférieure à 1,5 MPa entraînera l’élimination complète du revêtement.

d) Appréciation de farinage

Essai suivant norme NF T 30 081 rev. de 1986 ou ISO 4628-6.

e) Appréciation de l’environnement

Météo locale, évaluation de l’environnement pour détecter toutes pollutions éventuelles et


classification de la catégorie de corrosivité atmosphérique du site suivant norme ISO 12 944-2.

Pour information, les catégories se distinguent de la manière suivante :


C1 >> corrosivité très faible (intérieur de bâtiments chauffés)
C2 >> corrosivité faible (atmosphère en zone rurale ou intérieur de bâtiments non
chauffés)
C3 >> corrosivité moyenne (atmosphères urbaines et industrielles, pollution modérée)
C4 >> corrosivité élevée (zones industrielles avec présence usines chimiques et zones
côtières à salinité modérée)
C5 >> corrosivité très élevée (zones industrielles avec humidité élevée et atmosphère
agressive, zones côtières à salinité élevée)

2.3 Présen ta tion g éné rale d u d o ssie r d ’a udit

2.3.1 Page de garde : Références du document

Les points suivants doivent clairement apparaître sur la page de garde du document :

¾ Nom du dépôt ¾ Référence de la société auditrice


¾ Adresse du dépôt ¾ Nom, téléphone et fax du rapporteur
¾ Dates de la visite ¾ Nom du ou des inspecteurs
¾ Numéro de référence document

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 15 / 122

2.3.2 Première partie du document : descriptif du site

La première partie du document permet de donner un descriptif succinct du site audité.


Nous devons trouver les informations suivantes :

¾ Nom du dépôt

¾ Mini plan du site (il sera fourni par TOTAL à la société auditrice)

¾ Type de météo locale

¾ Situation du site par rapport à son environnement :


− Zone d’implantation
− Maillage industriel avoisinant pouvant causer d’éventuelles pollutions

¾ Catégorie de corrosivité atmosphérique

2.3.3 Deuxième partie du document : descriptif des installations

La deuxième partie du document donne un descriptif succinct des installations auditées.


Nous devons trouver les informations suivantes en fonction des installations auditées :

• Parc de stockage
− Bacs concernés
− Accès concernés (Escalier ou passerelles)

• Poste de chargement
− Type de poste
− Auvent

• Pomperie
− Pomperie principale
− Pomperie secondaire
− Pompe isolée en pied de bac ou en cuvette
− Local ou auvent (charpente, poteaux, bardage, murs)

• Canalisation
− En cuvette
− Hors cuvette
− Autres

• Appontement
− Passerelles
− Duc d’albe
− Tuyauteries

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 16 / 122

2.3.4 Troisième partie du document : planification

La troisième partie du document donne une planification des travaux de peinture à réaliser sur les
installations auditées.

Cette planification est présentée sous la forme d’un tableau dans lequel nous trouvons pour
chaque partie d’installation concernée :

− La date préconisée de réalisation des travaux avec degré d’urgence


− La préparation de surface définie si les travaux sont réalisés à cette date
− L’évolution de la préparation de surface selon échéances si les travaux sont reportés
Planification des contrôles à effectuer après travaux jusqu’à la garantie et au-delà de la
garantie

2.3.5 Quatrième partie du document : audit de chaque élément

La quatrième partie du document regroupe l’ensemble des ouvrages audités avec pour chacun
d’eux, le descriptif précis de l’élément, l’inspection de celui-ci, et un rapport photographique.

• Descriptif de l’élément

¾ Pour un bac
− Référence du bac
− Type de bac
− Diamètre du bac
− Volume du bac
− Hauteur du bac

¾ Poste de chargement (PCC principal ou secondaire)


− Poste dôme
Référence du poste (N° d’îlot, nombre de bras)
Parties concernées par l’audit (passerelle, tuyauterie, abattant, ensemble de mesurage)
− Poste source
Référence du poste (N° d’îlot)
Parties concernées par l’audit (tuyauterie, ensemble de mesurage…)
− Nature du bardage (matière et type de revêtement s’il y a lieu)

¾ Pomperie
− Localisation
− Nombre de pompes
− Hauteur de l’auvent ou du local
− Nature du bardage

¾ Canalisations
− Localisation
− Type de tuyauteries (Produit, Défense incendie…)
− Nature de tuyauterie (Acier, Inox…)

¾ Appontement
− Passerelles
− Type de tuyauteries (Produit, Défense incendie…)
− Nature de tuyauterie (Acier, Inox…)

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 17 / 122

• Audit de l’élément

¾ Type de revêtement existant


− Méthode de détermination utilisée
− Nature du revêtement

¾ Aspect Visuel
− Défauts (Cloquage, Craquelage, Écaillage, Farinage)
− Pourcentage de surface affectée par les défauts
− Corrosion (Degré d’enrouillement, % de corrosion, type de corrosion)
− Causes éventuelles des défauts et de la corrosion :
- Configuration du pied de bac
- Configuration de la construction de certains éléments entraînant une rétention d’eau
- Exposition particulière de certaines zones ou de certains équipements…

− Localisation éventuelle des défauts sur une cartographie ou un croquis de l’élément


− Illustration photographique référencée

¾ Contrôles effectués
− Épaisseurs
− Tests d’adhérence
− Autres tests à définir
− Présence ou non de minium de plomb
− Nature du subjectile (support déjà décapé ou non)

¾ Classification de l’état de surface existant (cliché)

¾ Remise en cause du revêtement existant


− Préparation de surface
− Système appliqué

• Résultat de l’audit de l’élément

¾ Préconisation des travaux à effectuer


− Degré d’urgence par zone
− Planification des travaux, schéma d’entretien périodique des installations
− Prescription de la préparation de surface (par zones si la préparation est différente)
- Type de préparation (présence ou non de minium de plomb)
- Degré de soin à obtenir

− Prescription du système et des moyens d’applications (par zones si le système est


différent)
- Type du système (par zones si le système est différent)
- Moyens d’application préconisés
- Épaisseurs Minimales contractuelles

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 18 / 122

3 TRAVAUX DE PEI NTURE DES EQ UIPEMENTS MET ALLIQUES.

Pour toutes les opérations de préparation de surface ou d’application de revêtement, une


attention particulière est portée sur la protection de l’environnement pendant les travaux.

3.1 Su rfa ces à pei nd re ou à ne pas p ein d re

Les surfaces à peindre sont celles qui sont susceptibles de subir une corrosion du fait du milieu
environnant et celles qui présentent un intérêt esthétique.

Les surfaces à ne pas peindre sont :

− Les surfaces en acier inoxydables (sauf corrosion possible ou esthétique exigée)


− Les surfaces en matériaux non ferreux (aluminium, cuivre…sauf esthétique exigée)
− Les surfaces revêtues de matières plastiques, résistant au rayonnement ultraviolet
− Les surfaces galvanisées ou aluminées (sauf esthétique exigée)
− Les surfaces des parties mobiles apparentes des machines
− Les plaques constructeurs des ensembles (réservoirs, pompes, …)

En cas de doute, l’applicateur doit faire une demande écrite de confirmation à TOTAL.
Dans le cas contraire, la prestation de remise en état complète ou partielle de l’équipement est à
la charge de l’applicateur.

3.2 Éta t d es subje cti l es av ant tra vau x

La préparation de surface et le système de peinture sont subordonnés à l'état des subjectiles


avant travaux.

a) Travaux neufs

Les aciers neufs présentent des écailles de laminage (calamine) : par exemple sur les ouvrages
d'accès (escaliers, passerelles, échelles à crinoline) ou sur les tôles de construction des
réservoirs. Ces couches d’oxydes très adhérentes, ont des caractéristiques dilatomètriques très
différentes de celles de l’acier pouvant entraîner des décollements ou ruptures du revêtement.

Ouvrages réalisés par une entreprise de serrurerie, de chaudronnerie ou de tuyauterie

Deux cas peuvent se présenter :

-Ensembles pouvant être livrés nus :

Seuls les ouvrages (ensembles ou sous-ensembles) subordonnés à un projet anticorrosion dès


leur installation, peuvent être livrés nus. Dans un tel cas ils reçoivent par l’applicateur retenu un
traitement approprié supprimant la calamine et permettant d’obtenir la rugosité contractuelle.
Ce n’est qu’à cette condition que l’applicateur peut s’engager sur une durée de garantie
contractuelle.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 19 / 122

-Les ensembles pouvant être livrés pré-peints en atelier :


Pour les ensembles pouvant générer des dégradations d’aspects sur les équipements alentours
(coulures de rouille), il faut prévoir une prestation de peinture suivant la présente spécification
avant leur installation.
Ceci doit être précisé dans l’appel d’offres et dans la commande envoyée aux constructeurs.
Dans ce cas, les préparations de surfaces et les systèmes de protection anticorrosion appliqués
doivent être conformes à la présente spécification avec les mêmes exigences de garantie.
Pour les ensembles qui subiront des opérations d’assemblage ou d’usinage sur site (soudage,
meulage…), le constructeur a en charge la remise en état de la protection anticorrosion
conformément à la présente spécification, et doit fournir l’ensemble des documents relatifs à sa
prestation de peinture (homologation)
Tout désordre survenant durant la période de garantie quinquennale, en raison d’une mauvaise
préparation de surface reconnue, sera imputable au constructeur. Ainsi, les remises en état ou
compléments de protection qui découleraient de sa négligence seraient effectués à ses seuls
frais.

b) Travaux d’entretien
L’applicateur doit se conformer aux préconisations consignées dans le rapport d’audit, ainsi qu’à
la présente spécification.
En conséquence, un extrait du rapport d’audit correspondant à l’élément concerné ainsi qu’une
copie de la présente spécification seront remis à l’applicateur et à l’organisme de contrôle par le
chargé d’affaires.

3.3 Prote cti o n des tra vaill eu rs, des équ i peme nts et d e l’ en vironne m ent

a) Protection des travailleurs


Application intégrale de la charte de sécurité des Entrepôts et en particulier de la démarche
Sécurité Chantier (plan de prévention, comité de sécurité)
Le personnel intervenant sur un chantier anticorrosion devra être pourvu des habilitations N1
et N2 (habilitation à la sécurité Niveau 2 pour le personnel d’encadrement, et Niveau 1 pour les
autres intervenants)

L’applicateur doit fournir les agréments et certificats de conformité des engins de chantier ainsi
que l’homologation du matériel de sécurité utilisé.

En outre, dans le cas où l’applicateur n’aurait pas l’agrément Hygiène Sécurité Environnement
conformément aux spécifications de l’association GEHSE ou MASE, l’entrepreneur s’engage à
lancer la procédure d’agrément pour l’ensemble de ses agences intervenantes avant la
commande de travaux, et en fournira la preuve écrite à TOTAL OUTRE MER (seront traités par
des agréments équivalents, la problématique des pays anglophones).

L’intervention de l’entrepreneur étant prévue sur un site en exploitation, les travaux peuvent être
affectés par des arrêts de chantier décidés par le chef de dépôt en fonction des risques
spécifiques de son exploitation. Dans de tels cas, le responsable de chantier fera signer le jour
même une pièce justificative des heures improductives par le chef de dépôt.

L’un des intervenants sur un même chantier doit avoir la certification ACQPA niveau 2
(Association pour la Certification et la Qualification en Peinture Anticorrosion), correspondant à la
certification pour un chef d’équipe ou chef de chantier.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 20 / 122

En cas de doute sur la présence de plomb dans un revêtement, effectuer une analyse complète
de celui-ci, notamment lorsqu’on ne dispose plus des documents sur la composition des peintures
ou qu’elles sont très anciennes.

En présence de silico chromate de plomb et minium de plomb, les intervenants habilités à la


projection et collecte de l'abrasif, devront être équipés d'une protection individuelle adaptée.
En cas de doute sur la présence d’amiante, notamment faisant parti des composants du
revêtement de protection et d’étanchéité des caissons flottants d’appontement (ex. : Sea line ou
appontement) effectuer une analyse complète du revêtement.
Si la présence d’amiante s’avère positive, les intervenants habilités devront être équipés d'une
protection individuelle adaptée.
→ Voir Analyse De Risques en annexe 8

- MOYENS D’ACCES AUX SUPPORTS A TRAITER

- Nacelle élévatrice à utiliser principalement pour :


ƒ Préparation de surface sauf décapage à l’abrasif
ƒ Nettoyage
ƒ Application peinture
ƒ Retouches

- Échafaudage avec filet micro mailles à utiliser principalement pour :


ƒ Toutes préparations de surface, particulièrement le décapage à l’abrasif
ƒ Nettoyage
ƒ Application peinture
ƒ Utilisations mixtes (interventions chaudronnerie ou serrurerie)
ƒ Écourter le délai de réalisation (renforcement des équipes)

- Service de cordistes à utiliser dans les cas particuliers de :


ƒ Interventions ponctuelles avec accès difficile
ƒ Emplacement ne permettant pas de recourir à l’emploi d’une nacelle
ƒ Nettoyage

Quel que soit le moyen employé, les intervenants doivent impérativement présenter un certificat
de formation à l’utilisation ou au montage du matériel.

Pour ce qui concerne les échafaudages, l’applicateur doit s’enquérir auprès de son sous-traitant
des informations suivantes, et les consigner dans le document Qualité Chantier (voir
chapitre 5.1.2) :
- Nom de l’entreprise et coordonnées
- Adhésion à la charte des professionnels du Syndicat National de l’Échafaudage (SNE)
- Certification SNE (1a ou 1b service courant ou haute technicité)
- Qualifications : - Qualibat N° 1411 - Echafaudages fixes technicité courante
- Qualibat N° 1412 - Echafaudages fixes technicité confirmée
- Qualibat N° 1413 - Echafaudages fixes technicité supérieure
- Système d’astreinte pour intervention urgente 7/7
- Mise en place d’équipement de protection collective (ligne de vie, filet)

Tout échafaudage mis en place et prêt à l’usage, doit systématiquement être contrôlé par un
organisme agréé avant utilisation par le personnel de l’applicateur. Cette intervention est à la
charge de l’entrepreneur. Les déchets de décapage ne devront en aucun cas s'accumuler sur les
plates-formes de l'échafaudage ; des dispositions pour évacuer régulièrement ces derniers seront
prises.

Les harnais de sécurité doivent être régulièrement contrôlés.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 21 / 122

b) Protection des équipements

Pour les opérations de préparation de surface et de mise en peinture, toutes les précautions
doivent être prises par l’entrepreneur pour protéger les équipements voisins des projections
d’abrasifs et de peinture.

Voici une liste non exhaustive des équipements à protéger :

− Les joints entre brides


− Les têtes de jaugeurs automatiques (montés sur la verticale de pige ou sur la tête de
lecture jaugeur mécanique)
− Les sondes multi éléments
− Les sondes de niveaux
− Les thermomètres
− Les jaugeurs mécaniques
− Les plaques constructeurs
− Les plaques DRIRE
− Les pompes en pied de bac et cuvettes avoisinantes (pompes produit et relevage)
− Les tuyauteries en cuvette ne recevant pas de revêtement anticorrosion
− Les tuyauteries en inox (couronne de refroidissement et d’alimentation des boîtes à
mousses, pulvérisateurs)
− Les vannes et clapets
− Les motorisations de vannes
− Les boîtiers électriques
− Les sondes de températures au poste de chargement
− Tous les équipements non prévus pour être peints
− Les ouvertures de "respiration" des bacs en exploitation, y compris ceux non concernés
par le chantier anticorrosion mais risquant "d’avaler" des projections d’abrasifs.

ATTENTION

Une attention particulière doit être portée sur les ouïes de respiration et évents de bac :
S’il est indispensable d’empêcher l’eau et l’abrasif d’entrer dans le bac par ces orifices, il
est néanmoins impératif de ne pas occulter totalement l’ensemble de celles-ci, mais
procéder par étapes, ceci pour éviter l’écrasement du bac en cas de pompage de produit
dans celui-ci.

En cas de doute, l’entrepreneur demande conseil auprès de TOTAL ou du chef de dépôt.

L’applicateur reste responsable de la tenue de la protection face aux différentes opérations. Les
remises en état ou compléments de protection qui découleraient de sa négligence seraient
effectués à ses frais exclusifs.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 22 / 122

c) Protection de l’environnement

Pour les opérations de préparation de surface par décapage à l’abrasif, l’entrepreneur prévoit un
moyen efficace de canalisation et de récupération des abrasifs et des déchets de peinture.

Mise en place d’un filet micro mailles autour d’un échafaudage lors de l’utilisation de ce type
d’accès pour le traitement de la robe d’un bac ou bien autour du garde-corps périphérique lors du
traitement unique du toit.

- EN CUVETTE DE RETENTION BETONNEE :

Stockage impératif des déchets rassemblés sur film polyane et couvert de ce même matériau
avant toutes précipitations importantes (orage, pluie soutenue, vent violent...)

Évacuation des déchets immédiatement en fin d’opération de décapage par Bigs Bags ou par
benne ou tout autre moyen de manutention homologué, certificat à l’appui.

- EN CUVETTE NON BETONNEE :

Mise en place d’un géotextile sur une surface suffisante pour permettre l’écoulement de l’eau et
piéger ainsi les déchets de décapage.

Stockage impératif des déchets rassemblés sur film polyane et couvert de ce même matériau
avant toutes précipitations importantes (orage, pluie soutenue, vent violent...)

Évacuation des déchets immédiatement en fin d’opération de décapage par Bigs Bags ou par
benne ou tout autre moyen de manutention homologué, certificat à l’appui.

En outre, dans tous les cas l’entrepreneur doit mettre en place une protection efficace au niveau
du système d’évacuation des eaux pluviales afin d’éviter le colmatage des regards et d’inhiber les
détecteurs d’hydrocarbures liquides, mais aussi pour éviter toute détérioration de pompe par les
abrasifs ou toute pollution du réseau de traitement des eaux huileuses.

Les déchets seront évacués dans un centre de traitement correspondant à ce type de déchet.
L'entrepreneur délivrera un justificatif de pesée pour chaque transfert (poids à vide et poids en
charge du véhicule transporteur). Une analyse préalable obligatoire, (présence de : chrome,
plomb, amiante, cadmium, etc.) déterminera le classement des déchets concernés, et
l’entrepreneur fournira impérativement au dépôt un bordereau de suivi de déchets industriels.

L'enfouissement des déchets de décapage sera interdit.

Tout désordre survenant lors des travaux ou après les travaux et dont la responsabilité de
l’applicateur sera reconnue (grippage de pompe, pollution du décanteur, colmatage du réseau ou
des regards d’évacuation des eaux…), sera imputable à l’entrepreneur. Les remises en état ou
compléments de protection qui découleraient de sa négligence seraient effectués à ses frais
exclusifs.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 23 / 122

3.4 Prépa ra ti on d e su rface

La meilleure qualité de peinture peut donner de bien mauvais résultats si elle est appliquée sur un
support mal préparé ou sale. En conséquence, la préparation de surface est une phase du
traitement anticorrosion à considérer avec sérieux. (voir annexe 7 pour préparation de surface)

La norme ISO 8501-1 classe les différents états de surface du métal, avec de nombreux clichés à
l’appui, de la façon suivante :
- A = métal neuf de laminage avec présence de calamine
- B = métal avec calamine en cours de décollement
- C = métal franchement rouillé
- D = métal corrodé avec chancres

La préparation de surface est donc subordonnée à l’état des subjectiles avant travaux.

Toutes les surfaces prêtes à peindre doivent être sèches et propres c’est-à-dire : exemptes de
corps gras, de calamine et de rouille résiduelle, débarrassées d’abrasif, poussières ou tout corps
étranger nuisant à l’adhérence des couches de peinture. Elles doivent présenter un degré de soin
et une rugosité optimale.

Les défauts et irrégularités n’ayant pas été détectés à la fabrication et qui apparaissent après la
préparation de surface, devront être éliminés par le moyen mécanique le mieux adapté.

Le métal est mis à nu sur toutes les surfaces dégradées par la rouille ou présentant des piqûres,
écaillages, cloques, chancres, craquelures. Ce traitement sera étendu également aux zones
avoisinantes.

Pour les dépôts déjà en exploitation, les outils utilisés pour la préparation des surfaces doivent
être en bronze au béryllium pour éviter toute formation d’étincelle. Dans les cas particuliers où le
traitement de surface nécessite l’emploi d’autres matériaux, l’obtention d’un permis de feu sera
impérativement nécessaire.

a) Choix de la préparation

Le choix de la préparation de surface est subordonné directement à la préconisation consignée


dans l'audit préparé par PPG ou toute autre société consultée à cet effet.

Dans le cas où l’audit du dépôt concerné n’aurait pas eu lieu ou un équipement particulier
n’apparaîtrait pas dans un rapport existant, prévoir la réalisation d’une visite sur site. En outre, en
cas d’évolution plus rapide de la corrosion décelée sur l’ensemble d’un dépôt ou un ouvrage
particulier, un nouvel audit doit être organisé.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 24 / 122

b) Décalaminage

Les aciers laminés à chaud comportent toujours à l’état neuf une couche d’oxyde très adhérente
appelée «calamine».
Or, dans la majeure partie des cas, les tôles, fers ou tuyauteries existantes qui ont permis la
construction des ensembles en dépôt n’ont pas été décalaminés avant leur assemblage.
Il subsiste donc des zones de calamine, celles-ci devront être éliminées par décapage au jet
d'abrasif, seule condition pour qu’un applicateur s’engage sans réserve sur une durée de garantie.

Néanmoins, en raison d'éventuels désordres que peut entraîner une telle intervention sur des
installations existantes (toit flottant ou autres parties), toutes les précautions sont prises pour
assurer des protections efficaces contre les projections d'abrasifs. (film souple d'épaisseur 150 µ
ou géotextile)

c) Dégraissage

Quelle que soit la préparation de surface retenue, un éventuel dégraissage peut être nécessaire
en présence de surfaces contaminées par des corps gras (gazole ou graisse par exemple). Le
subjectile est alors nettoyé au moyen d'un solvant approprié suivi d'un rinçage à l'eau chaude, de
préférence sous pression avec détergent biodégradable.

d) Grattage-brossage

Lorsque le subjectile ou l’environnement ne permet pas ou difficilement la projection d’abrasifs,


(tuyauteries, garde-corps …) on peut avoir recours à ces modes de préparation de surface au
moyen d’outils tels que grattoirs, brosses métalliques, marteaux à aiguilles, etc.
Il est suivi d'un dépoussiérage soigné exécuté avec un aspirateur ou à l'air comprimé exempt
d'humidité et d'huile.
Cela concerne essentiellement les ouvrages à rénover.
La norme NF T 35-506 définit 4 degrés de soin : PS 1 à PS 4.
Nous retiendrons pour nos ouvrages en dépôt le degré de soin PS 3 soit : oxydation et corps
étrangers retirés.

e) Décapage à l’abrasif

Le décapage par projection d’abrasifs s’avère le plus efficace et le plus fiable pour l’obtention
d’une bonne rugosité de surface, l’élimination de la calamine et tout corps étranger à la surface de
l’acier telles que les anciennes peintures. Il doit être réalisé en conformité avec la réglementation
en vigueur.

La norme ISO 8501-1 définit 4 degrés de soin DS ou Sa (norme suédoise) : DS 1, DS 2, DS 2 ½


et DS 3. L’OHGPI publie un opuscule de 6 feuillets présentant à l’aide de clichés, l’efficacité du
décapage suivant les degrés de soin désirés.
Nous retiendrons pour nos ouvrages en dépôt le degré de soin : DS 2 ½ soit : décapage très
soigné.

Cette opération permet d’une part d’éliminer complètement les anciens fonds et toute trace de
calamine mais d’autre part de donner la rugosité nécessaire à une bonne adhérence de la
peinture.

La rugosité obtenue se mesure par comparaison viso-tactile microscope ou palpeur.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 25 / 122

Cette rugosité favorise l’adhérence du revêtement, et donc la durabilité. Pour la définir, on utilise
la valeur « Ra » qui est une moyenne arithmétique des critères de rugosité, mais aussi de plus en
plus souvent la valeur « Rt » mesurée en microns et correspondant à la distance entre le point le
plus haut des saillies et le point le plus bas des creux.
Pour information : pour un revêtement dont l’épaisseur sèche totale est
de 200 µ et plus, la valeur Rt doit être de 50 à 75 µ.

Nous pouvons distinguer deux types de décapage par projection


d’abrasifs : le décapage à sec ou humide.

• Décapage à l’abrasif à sec

Méthode à utiliser uniquement dans le cas de capacités vides et dégazées.

Il doit être effectué avec :


− de l'air exempt d'humidité et d'huile et sur des surfaces dégraissées
− des abrasifs parfaitement secs et de caractéristiques permettant d’obtenir le degré de
soin demandé (rugosité)
− un degré d'hygrométrie de l'atmosphère inférieure à 80 %
− des températures supérieures à 5 °C
− une température du subjectile dépassant le point de rosée d’au-moins 3 °C

Tout décapage est suivi d'un dépoussiérage soigné exécuté avec un aspirateur ou à l'air
comprimé exempt d'humidité et d'huile.

• Décapage à l’abrasif humide

Méthode employée essentiellement pour les capacités en exploitation qui ne peuvent


être vides et dégazées.

Il doit être effectué avec :


− de l'air exempt d'huile et sur des surfaces dégraissées
− des abrasifs de caractéristiques permettant d’obtenir le degré de soin demandé
− un degré d'hygrométrie de l'atmosphère indifférent
− des températures supérieures à 5 °C

Un tel système de décapage génère inévitablement une «boue» qui souille en partie le
subjectile. Un lavage à l’eau douce immédiatement après décapage est vivement conseillé
pour permettre l’application du primaire sur une surface propre et asséchée.

Suivant le mode de préparation de surface utilisé et particulièrement en présence d’eau, un


phénomène naturel provoque l’oxydation instantanée du métal mis à nu, appelé oxydation
flash (flash rusting). Cette oxydation est très superficielle et ne présente pas d’inconvénient
majeur pour l’application de la couche primaire si le degré de soin est respecté.

Réservoir en cours
de décapage

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 26 / 122

Pour définir le degré de soin à atteindre en flash rusting, la norme NF T 35 – 520 précise trois
classes d’état de subjectile :

OF 0 = acier mis à nu dès la fin des opérations de décapage et de séchage sans trace
d’oxydation
OF 1 = acier mis à nu après l’opération de décapage et séchage, présentant une faible
oxydation non pulvérulente
OF 2 = état de l’acier mis à nu présentant une faible oxydation pulvérulente
Pour nos ouvrages en dépôt le degré de soin d’oxydation flash maximum exigé est : le degré OF1

f) Décapage à l’eau sous pression

Ce décapage ne peut être utilisé qu’uniquement dans le cas de subjectiles ayant déjà reçu
une préparation de surface antérieure avec élimination de la calamine et obtention de la
rugosité appropriée.

On distingue aujourd’hui trois méthodes :

- La Haute Pression qui utilise des pressions comprises entre 200 bars et 1000 bars
- La Très Haute Pression qui utilise des pressions comprises entre 1000 bars et 1400 bars
- La Ultra Haute Pression qui utilise des pressions supérieures à 1400 bars, voir 3000 bars

Ces techniques peuvent permettre de conserver une partie de l’ancien revêtement mais ne créent
pas de rugosité particulière et ne peuvent restituer que partiellement la rugosité d’origine
(présence de primaire au zinc).

La norme ISO 4618, NFT 35-520 définit quatre degrés de soins :

- DHP 4 = mise à nu de l’acier


- DHP 3 = décapage poussé
- DHP 2 = décapage moyen
- DHP 1 = décapage léger

La couche de primaire doit être appliquée sur un subjectile ayant un degré maximum OF1
(oxydation flash) de la norme NFT 35520. Par ailleurs, s’il s’écoule plusieurs jours entre la fin du
décapage à l’abrasif humide et le moment d’application du primaire, un brossage manuel s’avère
impératif.

3.5 App lica ti on d es p e intu re s


De même qu’en préparation de surface, les conditions d’intervention lors de l’application des
revêtements sont déterminantes sur la qualité du résultat obtenu et la durée de vie de la
protection anticorrosion.
La norme NF P 74-201 aborde suivant l’article 6.1 les conditions minimales d’intervention pour la
garantie d’un résultat satisfaisant, à savoir :
Subjectiles secs, propres, dégraissés, dépoussiérés, non salins* et non surchauffés ni gelés.

*NOTA : Les ouvrages situés en bord de mer, recevront systématiquement entre chaque couche un
lavage soigné à l’eau douce suivi d’un séchage. Une méthode de détermination de la teneur en
chlorure ou sulfate d’un subjectile est possible au moyen du test de BRESLE (selon ISO 8502-6) pour
définir le seuil minimum admis qui est de : 40 milligrammes / litre.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 27 / 122

3.6 Prote cti o n des éq u ipem ents voisi ns d e ceu x à pein dre

Au cours des travaux de préparation de surface et de mise en peinture, toutes les précautions doivent
être prises par l’Entrepreneur, pour protéger contre les projections d’abrasifs et de peinture les
équipements voisins de ceux à peindre (plaques des constructeurs, parties mobiles apparentes des
machine, pompes, vannes, appareils de contrôle, soupapes de respiration des réservoirs…)

La projection de peinture renfermant du zinc ou de l’aluminium doit être évitée, sur les équipements en
aciers inoxydables austénitiques ou sur les aciers et alliages riches en nickel, ces aciers étant sensibles
à la corrosion intergranulaire lorsqu’ils sont en contact avec le zinc, le cadmium ou l’aluminium contenu
dans certaines peintures.

L’Entrepreneur doit prendre les dispositions nécessaires pour protéger le matériel présentant les
risques ci-dessus.

En cas de dégradations causées par l’Entrepreneur sur le matériel présentant les risques ci-dessus et le
matériel voisin, les travaux de remise en état sont exécutés à la charge de celui-ci.

4 APPLICATION DES COUCHES DE PEINTURE

4.1 Gé né rali tés

Les couches de peinture sont, dans tous les cas, appliquées à la brosse, au pistolet ou par toute autre
solution préconisée par le Producteur et ayant reçu l’accord préalable de TOTAL ou de son
représentant.

L’utilisation du gant à peinture est interdite.

L’Entrepreneur doit se conformer aux fiches techniques du Producteur.

4.1.1 Application de la couche primaire antirouille ou d’accrochage

4.1.1.1 Application en atelier du Constructeur

Dans le cas d’utilisation de tôles, de tuyauteries et de profilés prépeints en usine (PGP) TOTAL ou son
représentant précisera au constructeur dans la commande la qualité de la couche de peinture primaire
afin qu’elle soit compatible avec le système final.

Avant l’application de la couche de peinture primaire, les surfaces des éléments prépeints doivent être
nettoyées pour éliminer, d’une part les sels déposés lors du stockage ou de transport, notamment dans
le cas des peintures riches en zinc, d’autre part les composés organiques pouvant provenir d’une
pollution accidentelle. Les zones dégradées durant le stockage ou le transport sont décapées au degré
Sa 2 ½.

Dans le cas d’utilisation de matériaux bruts de forge, la couche de peinture primaire est appliquée le jour
même du décapage, afin d’éviter l’oxydation des surfaces.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 28 / 122

Les délais maxima entre le décapage et l’application de la couche de peinture primaire sont les
suivants :

- 6 heures si HR < 60 %
- 4 heures si HR < 75% HR = humidité relative
- 2 heures si HR < 85 %

Le constructeur doit assurer une protection du feuil de peinture afin d’éviter toute souillure.

La couche intermédiaire du système peut être également appliquée en atelier en respectant le délai de
recouvrement minimum indiqué dans la fiche technique du primaire.

La vérification des travaux de peinture en atelier est à la charge du constructeur. Les résultats des
contrôles sont présentés à TOTAL ou à son représentant, à leur demande.

4.1.1.2 Application sur site

Les recommandations, mentionnées au 4.1.1.1, concernant le constructeur pour l’application de la ou


des couches de peinture en atelier, concernent également l’entrepreneur pour les travaux de peinture
réalisés sur le site.

4.1.2 Application des couches intermédiaires et de finition

Les retouches éventuelles sur le site de la ou des couches de peinture appliquée(s) en atelier sont à la
charge de l’Entrepreneur.

Toute dégradations de la ou des couches appliquée(s) en atelier est avivée soit par un brossage, soit
par jet d’abrasifs, puis repeinte avec une couche de peinture identique, avant l’application de la couche
suivante.

L’application des couches intermédiaires et de finition sur le site doit être faite par le même
entrepreneur.

Toutes les surfaces doivent être totalement recouvertes par l’ensemble des couches du système. Une
couleur différente pourra être utilisée lors de l’application des différentes couches afin de mieux
visualiser le recouvrement de chacune des couches.

L’épaisseur de chaque couche doit être conforme aux indications données pour les différents systèmes
de peinture.

En cas d’insuffisance dans l’épaisseur des couches, l’entrepreneur est tenu d’exécuter, à ses frais, les
rechargements nécessaires.

La durée de séchage entre couches doit être conforme à la durée préconisée par le fabricant pour le
système utilisé.

Avant l’application d’une couche de peinture, demander à TOTAL ou à son représentant la réception de
la couche précédente.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 29 / 122

4.2 App lica ti on à la brosse et a u roule au

Les brosses doivent être d’un type et d’une qualité qui permettent l’application correcte de la peinture.

Les brosses rondes et ovales doivent être employées pour les rivets, les boulons et les surfaces
irrégulières ou rugueuses.

Les brosses plates et larges sont utilisées pour les grandes surfaces planes mais elles ne doivent pas
avoir une largeur supérieure à 125 mm.

La longueur des manches des brosses et des rouleaux doit être adaptée au type et à la position du
travail.

4.3 App lica ti on a u pi s tole t p ne umatiqu e ou « ai rl ess »

L’équipement utilisé doit permettre une pulvérisation satisfaisante de la peinture et une application en
couches uniformes.

La pression d’air doit être ajustée pour l’obtention d’une parfaite atomisation suivant les
recommandations du producteur.

L’entrepreneur indiquera à TOTAL ou son représentant le n° de la buse utilisée.

L’air doit être sec et exempt d’huile ; à cet effet des pièges ou des séparateurs doivent être aménagés.

Le matériel doit être maintenu en bon état de fonctionnement pour permettre une application correcte de
la peinture durant toute la durée des travaux.

Lors de l’application de peinture primaire riche en zinc, l’entrepreneur doit porter son attention sur le
suivi de l’état des buses et doit assurer, si nécessaire, leur remplacement.

Des précautions de sécurité doivent être prises pour l’utilisation de ce mode d’application à proximité de
feux nus (contrôle de l’explosivité, isolement physique des lieux …)

Application en atmosphère non susceptible de donner lieu à des condensations (variation de


température ou hygrométrie trop importante)
Le fabricant informe systématiquement l’utilisateur des conditions d’emploi de ses produits.
Quelques chiffres donnés par l’ACQPA pour information :
- conditions atmosphériques durant l’application :
échelle de température ambiante : +7 °C << >> +35 °C (peintures sans solvants)
échelle de température ambiante : +5 °C << >> +50 °C (peintures solvantées)
degré hygrométrique ambiant : inférieur ou égal à 85 %
température du support : +3 °C au-dessus du point de rosée, et 40 °C maxi

Toutes les applications se font à la brosse ou au rouleau (recommandation du fabricant)


L’utilisation du pistolet pneumatique ou sans air est interdite sur nos dépôts pétroliers
sauf cas particuliers à l’appréciation exceptionnelle de TOTAL et du chef de dépôt.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 30 / 122

NOTA : les cordons de soudures sur réservoirs, recevront systématiquement une pré-touche à la
brosse avant application au rouleau.
L’applicateur doit se conformer aux fiches techniques produit du
fabricant de peinture dans lesquelles il trouvera :
− La définition du produit
− Les propriétés du produit
− Les conditions de stockage
− Les caractéristiques du produit sur son emploi, sa
dilution, son application, son conditionnement et son
stockage, ses caractéristiques en terme d’hygiène et de
sécurité.
L’applicateur est tenu de respecter l’ensemble des préconisations du fabricant de peinture :
− Les proportions de mélanges
− La préparation du produit
− Le diluant et le pourcentage de diluant associé au produit
− La durée de mûrissement du mélange
− La durée pratique d’utilisation du mélange
− Les épaisseurs film sec/humide
− Les durées de séchage
− Les délais de recouvrement

4.3.1 Conditions atmosphériques


Pour avoir l’assurance de travailler dans des conditions correctes, il
est indispensable de mesurer l’humidité de l’air et la température
ambiante en permanence au moyen d’un thermomètre hygromètre
enregistreur. La température du support en revanche est contrôlée
à l’aide d’un thermomètre de contact.
Suivant les paramètres ainsi relevés, le point de rosée doit être
défini par l’applicateur selon le tableau situé en Annexe 5. Ce
contrôle du point de rosée est consigné dans le journal de chantier
au moins deux fois par jour et avant le début des travaux. Le
thermomètre de contact doit fournir impérativement une
température supérieure au point de rosée relevé, +3 °C.
Ainsi, aucune application de peinture ne doit être effectuée si la
température de l'atmosphère ambiante et celle des surfaces à
revêtir sont respectivement :
− Inférieure à 5 °C et supérieure à 50 °C pour les peintures comportant des solvants.
− Inférieure à 7 °C et supérieure à 35 °C pour les peintures sans solvant tels que les
époxydiques, les époxy-brais et les polyuréthannes.
− Si un risque apparent de gel peut apparaître avant que la peinture ne soit sèche,
− Si le degré hygrométrique de l'atmosphère ambiante est supérieur à 85 %
− Si la température des surfaces ne dépasse pas de 3 °C au moins celle du point de
rosée.
Aucune application de peinture, également par temps de pluie, de vent, de neige, de brouillard
sauf dans le cas où l'applicateur mettrait les moyens possibles et nécessaires pour maintenir
l'hygrométrie et la température requises durant toute la durée d’application.
Remarque :
Ces généralités ne se substituent pas aux caractéristiques très précises données par le fabricant
pour chaque produit.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 31 / 122

4.3.2 Durée de séchage

En général, les fabricants subdivisent la durée de séchage en quatre périodes pour une épaisseur
donnée :
− hors incrustation de poussière
− sec au toucher
− manipulable
− recouvrement possible par une autre couche
Elle est donnée pour une température de 20 °C et une hygrométrie de 65 %. Elle est susceptible
de variation si les conditions atmosphériques ne correspondent pas à ces caractéristiques.

4.3.3 L e s d i f f é r e n t e s c o u c h e s
LE PRIMAIRE : première couche, appliquée sur le subjectile nu, son adhérence est déterminante.
C’est le primaire qui assure la fonction d’inhibiteur de corrosion. A lui seul, il peut assurer une
certaine protection dans l’attente de couches suivantes, mais par définition, il doit lui-même être
revêtu dans un délai prescrit dans les fiches techniques du fabricant.
L’INTERMEDIAIRE : assure la fonction d’étanchéité, et contribue à constituer l’épaisseur totale du
système.
LA FINITION : protège l’ensemble des couches sous-jacentes de l’environnement, contribuant
ainsi à la protection globale contre la corrosion assurée par le système.

4.3.4 Épaisseur des couches


Une évaluation de l’épaisseur humide est réalisée pendant l’application à l’aide d’une jauge
d’épaisseur à film frais.

Après séchage, les épaisseurs sont mesurées à l’aide d’appareils à variation de flux magnétique
pour les peintures appliquées sur des subjectiles ferro-magnétiques (étalonnage et mesures
suivant la norme NF T 30 124 ou ISO 19840).
Cette norme très importante comporte deux niveaux de contrôle : niveau A et niveau B
Les épaisseurs mesurées sont considérées comme conformes à la spécification du contrat si elles
conduisent aux résultats de niveau A défini dans le paragraphe 3-2 du document DRC-2 1992 de
l’OHGPI, dont les obligations sont les suivantes :
- aucune mesure inférieure à 80 % de l’épaisseur nominale et contractuelle : E
- pas plus de 20 % des mesures comprises entre l’épaisseur nominale E et 80 % de E
Pour les travaux de maintenance, l'épaisseur sèche maximale pouvant être déposée avec un
rouleau adapté pour les couches primaires et intermédiaires de la présente spécification, est de
120 microns. (cf. ISO 2808, 12944-7 et 8502-4)
En cas d’insuffisance des épaisseurs, l’entrepreneur procèdera, à ses frais, à l'application d'une
ou plusieurs couches afin d'obtenir l'épaisseur nominale.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 32 / 122

4.3.5 Systèmes de peinture

Il s’agit de préconisations suivant différents critères rencontrés.

Un système est défini suivant :


- la catégorie de corrosivité atmosphérique
- l’état de subjectile audité
- la préparation de surface
- la nature et les propriétés des produits devant constituer l’ensemble des couches
- les épaisseurs sèches minimales pour chaque couche (primaire, intermédiaire et finition)

Des repères (a à m) ont été retenus pour définir les différentes structures à peindre et des codes
A et AM, B et BM pour représenter les systèmes de préconisations.

Ci-dessous, vous trouvez une liste des différents systèmes de peinture pouvant être réalisés. (le
détail de ces systèmes de peinture est donné en Annexe 1)

>>>>>> Systèmes de Peinture présents en ANNEXE 1 :

A) STRUCTURES OU APPAREILS NON CALORIFUGES

1) Équipements chaudronnés, supports divers, charpentes métalliques


Repères a – b – c
Système code A1 : ensemble neuf
Système code AM1 / AM1 bis : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 100 °C

2) Passerelles - garde-corps - abattant PCC - bras de chargement en acier carbone


Repère d-1
Système code A5 / A5 bis : ensemble neuf
Système code AM1 / AM1 bis : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 100 °C

3) Passerelles - garde-corps - abattant PCC - bras de chargement en acier galvanisé ou inox


Repère d-2
Système code A10 / A10 bis : ensemble neuf
Système code AM10 : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 100 °C

4) Tuyauteries en acier carbone avec température maximum de service : 100 °C


Repère e-1
Système code A5 / A5 bis : ensemble neuf
Système code AM5 : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 100 °C

5) Tuyauteries en acier carbone avec température maximum de service : 180 °C


Repère e-2
Système code A2 : ensemble neuf
Système code AM2 : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 180 °C

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 33 / 122

6) Tuyauteries en acier galvanisé ou inox avec température maximum de service : 100 °C


Repère e-3
Système code A10 / A10 bis : ensemble neuf
Système code AM10 : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 100 °C

7) Robe de bac, toit fixe, accessoires fixés à la robe, face interne robe de bac à toit flottant,
sphères et réservoirs horizontaux de gaz liquéfiés
Repères f - g-1 - h
Système code A1 : ensemble neuf
Système code AM1 : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 100 °C

8) Toit flottant : dessus toit


Repère g-2
Système code A9 / A9 bis : ensemble neuf
Système code AM9 : ensemble en maintenance
Température ambiante

9) Fond de bac côté sol à la construction


Repère i-1
Système code A12 / A12 bis : ensemble neuf
Température de service inférieure à 60 °C

10) Tôles larmées et marches d’escalier


Repère j
Système code A11 : ensemble neuf
Système code AM11 : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 100 °C

11) Caillebotis galvanisés et tôles de calorifuge galvanisées ou inox


Repère k
Système code A10 / A10 bis : ensemble neuf
Système code AM10 : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 100 °C

12) Antidérapant sur toit de bac ou passerelle


Repère l
Système code AM7 : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 100 °C

13) Poste de chargement : bras de chargement en inox, toiture en fibro ciment, bardage laqué
Repère m
Système code AM10 bis : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 100 °C

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 34 / 122

B) SRUCTURES OU APPAREILS CALORIFUGES

1) Tuyauteries calorifugées avec température de service maximum de 200 °C


Repère a
Système code B1 : ensemble neuf
Système code BM1 : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 200 °C

2) Robe de réservoir calorifugée


Repère b
Système code B1 : ensemble neuf
Système code BM1 : ensemble en maintenance
Température de service inférieure à 100 °C

C) DIVERS (voir Annexe 1)

D) INTÉRIEUR DE RÉSERVOIR (voir détail des SYSTÈMES en Annexe 2)

1) Fond et virole
Repère a
Système code AM IR : ensemble en maintenance
Température ambiante

2) Dessous de toit ou écran


Repère b
Système code AM IT : ensemble en maintenance
Température ambiante

E) PIED DE RÉSERVOIRS
Repère i-2
Système code BM6 : ensemble en maintenance
Un schéma de principe complétant ce système est donné en Annexe 3.

>>>>>>> Principe de Protection Pied de Bac présent en Annexe 3


Ce principe de protection externe s’il est fait dans les règles de l’art, peut permettre d’éviter dans
certains cas une accumulation d’eau sur la liaison robe-fond du bac. Une telle rétention pouvant
favoriser la corrosion, mais aussi, la pénétration de l’eau sous la tôle de fond. En revanche ce
procédé ne sera pas systématiquement employé sur l’ensemble des sites, l’alternative entre ce
principe et un simple revêtement anticorrosion du même style que sur la robe du bac avec la mise
en place du joint sous marginale, restera à l’appréciation du chargé d’affaires.
Dans certains cas, le pied de bac est pris dans le matériau de l’assise (enrobé ou béton).
Il est alors nécessaire de prévoir des travaux de génie civil (à la charge de TOTAL) afin de
dégager le talon de bac, et de re-profiler l’assise pour retrouver une pente d’écoulement des eaux
pluviales vers la cuvette. En outre, un espace suffisant doit exister entre l’assise et le dessous du
talon de bac afin d’y insérer un joint d’étanchéité souple.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 35 / 122

4.3.6 Teintes de finition

a) Teintes générales

Depuis la Directive européenne N° 92 C 227/07 du 3/9/92, renforcée par la Directive 94/63/CE,


parue au journal Officiel des communautés européennes, les parois et le toit des réservoirs
d'hydrocarbures dont la tension de vapeur REID est égale à 27,6 kilos pascal ou plus doivent être
recouverts d'une peinture affectée d’une teinte présentant un coefficient de chaleur rayonnée
totale de 70 % ou plus. Cette limitation n’est par conséquent pas liée à un manque de stabilité des
teintes à la lumière, mais a pour but de protéger les parois de chocs thermiques importants.

LES TEINTES ADMISSIBLES SONT DONNEES EN ANNEXE 4.

Pour les autres ouvrages les teintes que nous employons sont les suivantes :

Tuyauteries produits et corps des pompes au sol Aluminium RAL 9006


Ensemble de mesurage au P.C.C et tuyauteries sous
Aluminium RAL 9006
passerelle
Abattants du P.C.C Jaune orangé RAL 2000

Bras de chargement Gris RAL 7040

Mains courantes et volants des vannes Noir RAL 9004

Matériels électriques Vert RAL 6017

Structure P.C.C. + escaliers Gris RAL 7011

Eau utilité Bleu RAL 5015

Air comprimé Vert RAL 6032


Bleu RAL 5015
Réservoir Incendie
ou Blanc RAL 9001

Remarques :

− Les teintes, notamment des bacs surtout s'il s'agit de la peinture complète d'un stockage,
ne doivent pas être choisies sans avoir consulté les commissions locales, en mairie ou
préfecture. Certains sites ont réalisé une étude colorimétrique de l’ensemble des ouvrages.
Il est important de contrôler que les teintes définies par cette étude seront applicables.

− Les tuyauteries pétrolières montant le long de la robe d'un bac ou en charpente d'un P.C.C.
(hors D.C.I.) sont à peindre dans la teinte du bac ou de la charpente du P.C.C. sauf
lorsqu’elles sont en acier inoxydable.

− Dans certains cas, la première virole d’un réservoir pourra être teinte d’une couleur plus
sombre que celle utilisée pour l’ensemble de la robe : l’objectif étant de ne pas avoir de
salissures en pied de réservoir. La solution durable est de prévoir une assise de réservoir
en béton.

− Les passages de toit, les accès aux accessoires, les escaliers et les passerelles pourront
être revêtus tel que préconisé dans les codes A7, AM7, A11 ou AM11 (utilisation de silice
séchée 50/100).

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 36 / 122

b) Teintes Réseau Défense Incendie

Les teintes de finition des matériels D.C.I. sont en partie conformes à la norme GESIP référencée
7.10.00, extraite du Manuel Sécurité Exploitation de décembre 1974. Toutefois, certaines teintes
ont été arrêtées par TOTAL OUTRE MER et figurent dans le tableau de la page suivante.

Les principales dérogations à cette norme concernent les anneaux de couleur d'identification des
fluides sur les conduites, que nous n'avons pas retenus afin de ne pas "barioler" les nappes de
tuyauteries aériennes.

MATÉRIELS FLUIDES ALIMENTATION COULEUR ALIMENTATION COULEUR

ROUGE +
Poteau Pression eau Réseau eau
Eau ANNEAU ROUGE
Incendie de Ville Surpressée
BLEU

Prises Pression eau Réseau eau


Eau BLEU ROUGE
pompiers de Ville Surpressée

Pression eau Réseau eau


Conduite Eau BLEU ROUGE
de Ville Surpressée

Pression eau Réseau eau


Vanne Eau BLEU ROUGE
de Ville Surpressée

Prises Réseau associé au


Émulseur ORANGE
pompiers stockage d’émulseur

Réseau associé au
Conduite Émulseur ORANGE
stockage d’émulseur

Réseau associé au
Vanne Émulseur ORANGE
stockage d’émulseur

Poteau Pré-
Réseau pré-mélange JAUNE
Incendie mélange

Prises Pré-
Réseau pré-mélange JAUNE
pompiers mélange

Réseau mixte eau ROUGE +


Pré-
Conduite supressée ou ANNEAU Réseau pré-mélange JAUNE
mélange
prémélange JAUNE

Pré-
Vanne Réseau pré-mélange JAUNE
mélange

Les conduites d'eau ou de solution moussante en acier au carbone montant le long de la robe
d'un bac sont peintes dans les coloris indiqués sur le tableau ci-dessus.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 37 / 122

Les boîtes à mousse situées en extrémité des colonnes de solution moussante en acier au
carbone sont de la même teinte que la conduite concernée.

Seule une demande exceptionnelle émanant de la Direction Départementale de l'Équipement, du


Service Départemental d'Incendie et de Secours ou des Services Techniques Municipaux de la
commune concernée peut déroger à ces règles.

(Exemple: intégration des réservoirs de stockage dans un site particulier)

N.B. DANS TOUS LES CAS, IL EST EXCLU DE METTRE EN PEINTURE LES TUYAUTERIES
INOX.

COULEUR RÉFÉRENCE

BLEU BLEU CIEL / RAL 5015

ROUGE ORANGE VIF


ROUGE
Afnor 801 / RAL 3020

JAUNE LUMINEUX
JAUNE
Afnor 330 / RAL 1018

ORANGE ORANGE / RAL 2010

c) Dépôts GPL

Le tableau ci-dessous a pour objet de fixer les teintes conventionnelles permettant le repérage
des fluides circulant dans les tuyauteries et pour certaines d’entre elles, le repérage des fluides
et de leur état.
Les teintes d’identification et d’état seront apposées sur toutes les brides de tuyauteries
considérées.
o Le fléchage de la tuyauterie (sens du fluide) pourra être réalisé soit par le biais d’une
peinture noire ou soit par la pose d’un adhésif noir approprié spécialement adapté pour
résister aux intempéries.
o En l’absence de bride(s), le marquage se fera au plus près du ou des raccords vissés.
o Il est recommandé que ces couleurs soient portées à la connaissance du personnel de
l’entreprise ou des éventuels intervenants en figurant par exemple sur un tableau de
correspondance disposé de façon apparente à proximité du stockage.

Les tuyauteries incendie seront uniformément peintes en rouge.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 38 / 122

CARACTERISTIQUES COULEURS

Canalisation Î blanc

Sens du fluide Î flèche noire avant bride(s)

Butane gazeux Î bleu (RAL 5012) et jaune TOTALGAZ (RAL 1003) sur bride(s)

Butane liquéfié Î bleu (RAL 5012) sur bride(s)

Propane gazeux Î rouge (RAL 2002) et jaune TOTALGAZ (RAL 1003) sur bride(s)

Propane liquéfié Î rouge (RAL 2002) sur bride(s)

GPLC gazeux Î vert (RAL 6018) et jaune TOTALGAZ (RAL 1003) sur bride(s)

GPLC liquéfié Î vert (RAL 6018) sur bride(s)

Air comprimé : gris artillerie ou RAL 7040

BUTANE GAZEUX

BUTANE LIQUEFIE

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 39 / 122

PROPANE GAZEUX

PROPANE LIQUEFIE

GPLC GAZEUX

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 40 / 122

GPLC LIQUIDE

TABLEAU TEINTES FINALES

SUBJECTILE TEINTE FINALE


Réservoirs, sphères, stockage GPL Laque brillante blanche
Soupapes du stockage RAL 9010
Vannes et accessoires de robinetterie des stockages
Tuyauteries GPL
Châssis de machines tournantes Gris fenêtre
Supports RAL 7040
Pieds des appareils à pression
Pomperie GPL Laque brillante blanche
Machines tournantes et accessoires de robinetterie RAL 9010
Bras de chargement et tous les raccords
Clés de manœuvre des vannes Laque brillante noire
Extrémité des bras de chargement et de déchargement jusqu'à la
vanne
Extrémité des flexibles de déchargement
Raccords des flexibles
Pomperie incendie Laque brillante rouge
Machines tournantes incendie et accessoires de robinetterie Rouge sécurité
Equipements incendie Norme NF X08-003-1 de 07/2006
Raccords pompier
Tuyauterie incendie
Poteaux support chaîne de réserve incendie Bande rouge et blanche
Massifs de réservoir cylindrique Peinture pliolite mate grise
Massif support de tuyauterie
Charpente, escalier, garde-corps, sous lisses, montants, garde Jaune pamplemousse
pieds RAL 1023
Marche d'escalier (non galvanisées) Laque brillante noire
Main courante
Supports métalliques enterrés Revêtement bitumineux
noir

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 41 / 122

d) Dépôts Aviation

Extrait du MOCQAT (Manuel des Opérations et de Contrôle Qualité Air Total)


Le code de couleur doit être utilisé pour peindre les vannes de chargement/déchargement, les raccords,
les pompes et les éléments de contrôle. Il peut aussi être utilisé pour peindre l’ensemble des tuyauteries
relatives à un produit mais la préférence sera donnée au système de bandes décrit plus bas.

Remarque : le carburéacteur n’est jamais teinté et peut prendre des couleurs allant de transparent à
jaune paille. Par contre, les essences aviations sont teintées conformément à leur code de couleur.

¾ Le système d’étiquettes
Les étiquettes sont nécessaires afin d’éviter du premier coup d’oeil toute confusion avec d’autres
produits.
Ces étiquettes consistent à écrire le type de carburant en lettres majuscules blanches :
• Sur fond rectangulaire noir pour le carburéacteur ( JET-A1 par exemple)
• Sur fond rectangulaire rouge pour les essences aviation ( AVGAS 100LL par exemple)

¾ Le système de bandes de couleur


Le système de bandes concerne les tuyauteries. En effet, pour éviter d’avoir à lire les marquages (qui ne
sont pas forcément dans le bon sens et du bon côté de la tuyauterie), et pour éviter de peindre
l’ensemble des tuyauteries avec la couleur correspondant au code de couleur, le système de bandes de
couleur suivant a été conçu.
Les tuyauteries dans ce cas seront peintes en blanc ou en gris aluminium. Les bandes feront le tour du
tuyau.
Pour les tuyauteries contenant :
• des essences aviation, on utilisera une seule bande colorée respectant le code de couleurs
• du JET A, on utilisera une bande noire
• du JET A-1, on utilisera deux bandes noires
• du JET B, on utilisera trois bandes jaunes.
Il est recommandé que le système de bandes soit d’au moins 10 cm (4 pouces) de large et qu’il soit
placé à intervalles inférieurs à 6 mètres (20 pieds).

Remarque 1: si la tuyauterie est peinte conformément au code de couleur, il ne faut pas utiliser le
système de bandes

Remarque 2: il est possible d’associer le marquage et le système de bandes ce qui donne par exemple
l’illustration suivante.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 42 / 122

4.3.7 Repérage des équipements

a) Identification des Réservoirs

La police de caractères, ainsi que les différentes dimensions des lettres et chiffres sont
précisées en Annexe 6. L’implantation et le choix de la dimension des repères sont laissés à
l’initiative du Chef de Dépôt. Ces caractères sont à reproduire en peinture laquée noire.

Pour chaque réservoir, le numéro ou la lettre est précisé dans la commande.

La capacité sera inscrite en m³, sans décimale ; sa valeur est fournie par le Chef de Dépôt.

b) Repérage des tuyauteries

Les fluides transportés par les tuyauteries doivent être repérés sur celles-ci (couleurs et
repérage conventionnels normalisés).

Le sens de circulation du fluide sur une tuyauterie a la forme d’un triangle isocèle (base :
50 mm hauteur : 150 mm) et possède la couleur conventionnelle du fluide pour les lignes

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 43 / 122

affectées d’une teinte aluminium. En revanche pour les tuyauteries incendie, le sens de
circulation sera reproduit en peinture laquée noire.
Le repérage et le sens du fluide sont indiqués tous les dix mètres, ainsi qu’à l’entrée et à la
sortie des obstacles (passage de mur, passage en caniveau, entrée dans le sol, sortie du
sol….)

c) Repérage des regards de visite

Les teintes suivantes seront à respecter pour différencier les différents regards, à savoir :
o Regard d'eau pluviale : Bleu RAL 5015
o Regard d'eau huileuse : Rouge RAL 2002
o Regard électrique : Jaune RAL 1018

d) Repérage des zones de danger


Bandes obliques de deux couleurs :
¾ Peindre une ligne autour des PCC.
o Bandes obliques jaunes inclinées de 45° sur fond noir
o Proportion du jaune : 50%
o Coordonnées chromatiques : Jaune RAL 1003 et Noir RAL 9004
o Largeur de bande environ 15 cm
o Zone à délimiter : zone 2 de 15 mètres (cf. plan de zones)

¾ Ajouter au sol un panneau triangulaire.


o Pochoir 1m x 1m, à l’intérieur de la zone à proximité de la ligne
o Espacer environ tous les 30 mètres

Nota : Ne pas oublier la signalétique sur le dépôt à l’aide de panneau 360 x 500 (existe
aussi en format moyen) à installer sur les différentes zones de danger potentiel :

¾ PCC (De chaque côté du poste, fixé en hauteur sur les piliers)
¾ URV et additif (Panneau sur pied en limite de zone (si possible))
¾ Pomperie, décanteur (Panneau fixé sur rambardes sur 2 faces au
minimum)
¾ Cuvettes (Escalier d’accès et face interne des cuvettes (si possible))
¾ Zones de réception (Panneau sur pied ou rambardes existantes)

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 44 / 122

5 CONTRO LE DES TRAV AUX DE PEI NTURE

Nous distinguons les contrôles internes des travaux par l’entrepreneur et les contrôles des travaux
d’application par une tierce société (voir documents à utiliser en annexe 9). Ces contrôles
pourront être réalisés en interne à l’aide du kit d’inspection peinture (voir annexe 10).

5.1 Con trôle s internes de l’ entre pre neu r

L’entrepreneur doit contrôler l’ensemble de sa prestation : la réception des produits, la préparation


de chantier et le déroulement du chantier.

5.1.1 Réception des produits

Pour chaque réception de produit sur le chantier, l’applicateur doit consigner sur un document :
− Dénomination commerciale du produit
− Référence du produit
− N° de lot de fabrication et date de péremption du produit
− Certificat d'identification du fabricant

5.1.2 Préparation de chantier

L’entrepreneur doit consigner sur un document Qualité Chantier :


− Chantier concerné : ensemble et lieu, maître d’ouvrage et maître d’œuvre
− Référence commande, présente spécification et contrat
− Période d’exécution
− Nom et agence de l’entrepreneur
− Nom et fonction du rédacteur
− Nom du contrôleur
− Nature du projet
− Descriptif du procédé (type de traitement de surface, épaisseur des couches….)
− Moyen d’accès au subjectile et coordonnées du ou des sous-traitants + agréments
− Copie des fiches techniques produits du fabricant
− Liste des procédures applicables (réceptions, exécutions, contrôles, sécurité)
− L’identification du matériel utilisé sur le chantier (matériel de traitement de surface, de
mise en peinture : énergie, protection, homologation du matériel)
− Les quantités à respecter, composants et mélanges, et le matériel disponible pour
effectuer ces mélanges
− Les délais d’application des peintures après décapage et entre chaque couche
− Précisions sur le traitement des déchets (coordonnées du sous-traitant)
− Définitions de l’ensemble des contrôles opérés par l’entrepreneur (support, conditions
climatiques, préparation de surface, produits et matériaux épaisseurs)

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 45 / 122

5.1.3 Déroulement du chantier

Un document de contrôle doit être renseigné quotidiennement suivant avancement du chantier :

− Chantier concerné : ensemble et lieu


− Fiche sécurité (consignes sur produit ou matériel employé)
− Date des contrôles
− Nom et agence de l’entrepreneur
− Nom et fonction du contrôleur
− Les conditions climatiques avant chaque application de produit :
- Heure de chaque relevé
- La température ambiante
- Hygrométrie relative de l’air
- Température du support ou du subjectile (point de rosée)

− La préparation de surface prévue après ou pendant le contrôle


− L’application de la couche prévue après ou pendant le contrôle
− Les heures de début et de fin pour chaque opération effectuée
− Fiche de réception produit avec étiquetage, numéro de lot, date limite d’utilisation
− Le produit utilisé après ou pendant le contrôle (dénomination du produit, n° de lot de la
base et du durcisseur ou du diluant)
− Les actions prévues à J+1
− Le contrôle de la qualité de la préparation de surface (préciser la norme et la méthode)
− Le contrôle des épaisseurs sèches et humides des couches appliquées (préciser la
norme et la méthode)
− Le contrôle visuel des couches appliquées (préciser la norme et les défauts relevés)
− Le contrôle de l’adhérence des films appliqués (préciser la norme, la méthode et les
défauts relevés)
− Fiche de non-conformité avec analyse des causes et traitement

En outre, l’entrepreneur doit consigner sur une fiche de contrôle journalière :

− Chantier concerné : ensemble et lieu


− Maître d’ouvrage
− Date des contrôles
− Nom et agence de l’entrepreneur
− Nom et fonction du contrôleur
− Surface en cours de traitement
− Conditions climatiques générales
− Précisions sur produit en cours d’application (appellation commerciale, numéro de lot,
dates de fabrication et de péremption, diluant employé)
− Conditions d’application (température ambiante, hygrométrie, point de rosée deux fois
par jour au moins….)
− Les difficultés rencontrées, les solutions apportées
− Actions prévues pour le lendemain.

L’entrepreneur doit envoyer ce dernier document par télécopie chaque jour au


contrôleur.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 46 / 122

5.1.4 Journal de chantier

Ainsi, pendant le déroulement des travaux, un journal de chantier est tenu à jour par le chef de
chantier.
L’objectif de ce journal est de permettre à l’entrepreneur et au contrôleur de connaître à tout
moment l’avancement des travaux, la consommation des peintures, les surfaces traitées et les
problèmes rencontrés et leurs incidences sur la qualité et l’exécution des travaux.
Ce journal doit être tenu sur le chantier à disposition de TOTAL OUTRE MER ou de la société de
contrôle de travaux.
Nous retrouvons dans ce journal :
− L’ensemble des relevés cités précédemment y compris bilan matière par produit utilisé
− Les fiches de contrôle
− Les fiches produits et bordereaux de livraison
− Une copie des BSDI (bulletin de suivi des déchets industriels)
En fin de chantier, l’ensemble du journal de chantier est transmis dans un délai de deux semaines
à la société de contrôle de travaux qui constitue le dossier de fin de chantier.

5.2 Con trôle par tie rc e soci été

5.2.1 Contenu de la mission sur site

La ou les tierces sociétés effectuent pour le compte de TOTAL OUTRE MER des missions de
contrôle de travaux sur les chantiers de peinture.

Elles contrôlent, suivant les normes applicables, le respect de la présente spécification et les
préconisations particulières consignées dans l’audit de l’élément dont l’applicateur a pris
connaissance.

Elles effectuent lors de leurs visites les contrôles cités précédemment, mais s’assurent également
de la réalisation et de la consignation des contrôles par les applicateurs.

Elles ont délégation pour arrêter l'entreprise en cas de problème de non-conformité.

Un compte rendu écrit de la mission est envoyé sous 24 H au chargé d’affaires, au chef de dépôt
ainsi qu’à l’applicateur. L’entrepreneur renseigne alors systématiquement par retour de courrier le
chargé d’affaires et le contrôleur des actions correctives envisagées si une non-conformité se
présente.

Sans réponse de l’entrepreneur, et seulement après s’être assuré de la bonne réception du


compte rendu par ce dernier, une fiche de réclamation est rédigée à son encontre.

Ce compte rendu est composé :


− Des résultats de tests et de leurs commentaires
− Des commentaires sur le respect ou non des spécifications générales et particulières
− De clichés photographiques sur les infractions relevées

Ces documents seront joints au dossier de fin d'affaire.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 47 / 122

5.2.2 Planification des missions sur site


Il est souhaitable de planifier les missions de contrôles. En conséquence, une fiche de déclaration
d’ouverture de chantier est adressée au contrôleur par l’entrepreneur.

Les interventions ont lieu de préférence :


− Lors de la préparation de surface
− Lors de l’application de la couche de primaire
− Lors de la couche intermédiaire
− Lors de la couche de finition et du système complet

Les dates de mission de contrôle sont définies par le contrôleur en fonction de l’avancement des
travaux. Ce dernier se charge de prévenir à l’avance, l’applicateur et le chargé d’affaires.

Si des défauts ou des non-respects de spécifications sont identifiés, une mission supplémentaire
est alors programmée afin de contrôler la remise à niveau de la prestation de l’entrepreneur.
L’ensemble des frais inhérents à cette mission de contrôle et aux compléments de travaux qui
découlent de la remise à niveau de sa prestation sont exclusivement imputables à l’entrepreneur.

5.2.3 Constitution du dossier de fin d’affaire

La société de contrôle reçoit le journal de chantier de l’entrepreneur deux semaines après la fin
des travaux.

La société de contrôle compose le dossier de fin d’affaire dans un délai de deux semaines. Ce
dossier est constitué :
− de fiches d’audit (fournies par PPG ou autre société) donnant la spécification particulière
− de système réalisé suivant spécification PPG ou équivalent
− de fiches techniques des produits appliqués
− de comptes rendus de visites
− de relevés et diagrammes effectués
− de clichés, photographies
− de commentaires
− de la fiche d’homologation de garantie de l’OHGPI (Office d’Homologation des Garanties
de Peinture Industrielle)
− du journal de chantier complet de l’entrepreneur

La société de contrôle a en charge la relance de l’entrepreneur et du fournisseur des produits


pour la collecte de l’ensemble des documents.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 48 / 122

6 O B L I GA T IO N D E L ’E N T REPRISE

L’entrepreneur doit fournir les éléments suivants :

Avant l’ouverture de chantier :


− Le planning des travaux de préparation de surface et d’application du système de
peinture
− Les fiches techniques des peintures
− Les fiches de données de sécurité
− L’ensemble des documents demandés au plan de prévention
− La fiche d’homologation de l’OHGPI (Office d’Homologation des Garanties de Peinture
Industrielle)
− L’attestation d’assurance

Pendant le chantier :
− Les fiches journalières
− Le journal de chantier
− Les abrasifs
− La peinture et les diluants éventuels
− Le personnel compétent et la main-d’œuvre nécessaire à l’exécution des travaux. Au
cours de l'année, les opérateurs devront être certifiés individuellement par un organisme
agréé (ACQPA, FROSIO…)
− Le personnel compétent pour le contrôle des travaux. Au cours de l'année, les
opérateurs devront être certifiés individuellement par un organisme agréé (ACQPA,
FROSIO…)
− Le matériel d’accès
− L’éclairage nécessaire aux travaux
− Les malaxeurs agitateurs nécessaires à l’homogénéisation des produits
− Le matériel permettant la préparation de surface et l’application des peintures
− L’air comprimé, les pièges et les séparateurs pour l’obtention d’un air sec et exempt
d’huile
− Le matériel permettant de déterminer le point de rosée, les conditions d’humidité relative
et de température pour la préparation de surface et l’application des peintures, afin de
contrôler si les conditions requises sont respectées
− L'étalon ISO pour le contrôle des états de surfaces obtenus avec le décapage par
abrasif et le matériel de prise de répliques selon ISO 8503-1
− Les appareils nécessaires à la vérification de l’épaisseur et de la qualité des feuils de
peinture
− Les moyens à mettre en œuvre pour la protection des équipements qui ne doivent pas
subir de dégradation par projection d’abrasifs ou de peintures
− La mise en benne, l’évacuation des bidons et déchets de chantier avec certificats de
destruction (peintures, diluants, etc.)
− L’évacuation de l’abrasif vers un centre de traitement agréé
− Le balisage permanent du chantier
− La propreté permanente du chantier et son nettoyage en fin de travaux
− L’accès aisé et avec toute sécurité, des parties qui sont prévues pour être contrôlées
par la société de contrôle retenue

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 49 / 122

7 GARANT IE DU SY STEME DE PRO TECTION ANTICORROSION

La garantie de bonne tenue du système de peinture est due par l’entrepreneur. Elle doit être
conforme aux codes de l’Office d’Homologation des Garanties de Peinture Industrielle.
L’entrepreneur doit remettre à TOTAL OUTRE MER, via la société de contrôle, la fiche
d’homologation de l’OHGPI (Office d’Homologation des Garanties de Peinture Industrielle).
La garantie de bonne tenue couvre en particulier les garanties anticorrosion, d’aspect, de bonne
fourniture et de bonne exécution de travaux.
L’entrepreneur doit remettre à TOTAL OUTRE MER, via la société de contrôle, l’attestation d’une
Compagnie d’assurance couvrant cette garantie.
Durant la période de garantie, l’entrepreneur doit réaliser, à ses frais, toutes les réparations qui
seraient nécessaires pour maintenir les performances et les caractéristiques du système de
peintures.
La garantie prend effet à compter de la réception du système complet par les deux parties.
Dans le cas où le subjectile a déjà reçu une couche de peinture primaire ou des couches
intermédiaires en usine, la garantie s’appliquerait au système complet. En cas de pré-peinture,
l'applicateur devra réceptionner les supports avant travaux sur site.
La réparation du système de peinture d’un équipement est couverte par une garantie courant
jusqu’à l’expiration de la garantie initiale de cet équipement.

7.1 Ga ra ntie anti co rro sion

Cette garantie couvre les dégradations dues à la corrosion.


Les degrés d’enrouillement sont estimés par comparaison aux clichés de l’échelle européenne de
degrés d’enrouillement pour peinture antirouille éditée par l’OHGPI ou suivant le degré
d’enrouillement des surfaces peintes défini par la norme ISO 4628-3 et conformément au code
DGO 12 de l’OHGPI.
Les dégradations du feuil de peinture qui se manifestent par apparition de zones corrodées, c’est-
à-dire affectées par des oxydes provenant de l’attaque du subjectile, ne doivent pas dépasser à la
fin de la période de garantie :
Sur les surfaces ayant été décapées à l'abrasif au degré de soin Sa 2 ½ selon ISO 8501-1
pour les travaux neufs ou en Psa 2 ½ selon ISO 8501-2 pour les travaux de maintenance.
Rugosité 10/12 Ra selon ISO 8503-1
- Travaux de neuvage
Garantie de 5 ans cliché 8 (Re 2) selon Échelle européenne ou 5 ans Ri 2 selon
ISO 4628-3 en décapage à sec, degré maximum d'oxydation OF 1 (oxydation flash) selon
NFT 35520 si décapage humide.
- Travaux de maintenance
Garantie de 5 ans cliché 7 (Re 3) selon Échelle européenne ou 5 ans Ri 3 selon ISO
4628-3 en décapage à sec, degré maximum d'oxydation OF 1 (oxydation flash) selon NFT
35520 si décapage humide.
Sur les surfaces brossées au degré de soin PSt2 selon ISO 8501-2, la garantie est de 3
ans Cliché 7 (Re 3) selon Échelle européenne ou 3 ans Ri 3 selon ISO 4628-3.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 50 / 122

Cette garantie joue lorsque le degré d'enrouillement (Norme ISO 4628-3) est dépassé à la
fin de la période indiquée.

7.2 Ga ra ntie d’asp ect

Cette garantie couvre les dégradations telles que le cloquage, le craquelage, l’écaillage et le
farinage.

La durée de garantie d’aspect est de 3 ans.

Pour ces défauts, les degrés d’importance sont estimés, à la fin de la période de garantie, par
comparaison aux clichés de la norme ISO 4628 et aux classes définies par les clichés de cette
norme.

DÉFAUTS CRITÈRES REFERENDUMS


Dimension 4
Cloquage ISO 4628-2
Degré 3
Degré 3
Craquelage ISO 4628-4
Avec ou sans direction préférentielle
Classe 3
Écaillage ISO 4628-5
Avec ou sans direction préférentielle
Farinage Quotation 3 ISO 4628-6

8 INSPE CT IONS DE FIN DE GARANT IE

Elles doivent avoir lieu peu avant expiration de la période de garantie.

Nous rappelons que la garantie est de 5 ans pour les équipements qui ont bénéficié d’une
préparation de surface par projection d’abrasifs, et de 3 ans pour les surfaces brossées.

Une inspection détaillée de l’ensemble des surfaces peintes doit alors être réalisée en présence
du chargé d’affaires, de l’auditeur et de l’entrepreneur.

Si les dégradations constatées dépassent celles admises aux titres de la garantie, l’entrepreneur
doit prendre toutes les dispositions pour effectuer à ses frais exclusifs les réparations nécessaires
dans les délais précisés par TOTAL.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 51 / 122

9 ASS URANCE

L’entrepreneur doit remettre à TOTAL OUTRE MER, via la société de contrôle, l’attestation d’une
Compagnie d’assurance couvrant la garantie du système de peinture.

Dans le cadre de ces travaux, il s’applique les mêmes dispositions que celles présentes dans les
Conditions Générales d’Exécution de travaux et Services de TOTAL OUTRE MER.

10 TRAITE MENT FONDS DE BAC

Les particularités des fonds de bac ne faisant pas partie de l’audit anticorrosion d’un dépôt, il est
impératif de faire appel à la Société PPG ou toute autre société compétente lorsque décision est
prise de réaliser un traitement (cette intervention est très souvent gratuite).

La préparation de surface suivant l’état du fond (tôles nues ou époxy en mauvais état) doit être
réalisée soit au moyen d’un grenaillage, soit à l’UHP suivie d’un grenaillage pour obtenir l’état de
surface souhaité (degré de soin SA 2,5).
Un contrôle par peigne électromagnétique effectué par un intervenant habilité permet de vérifier
l’état d’un revêtement type époxy vitrifié armé neuf ou existant en contrôlant son isolation
électrique.

Les degrés d’enrouillement sont définis suivant la norme ISO 8501-1 classement A à D.

Principe de revêtement, réception et garantie suivant code G32/rév7/2001 de l’OHGPI

11 ANNEXES

ANNEXE 1 : SYSTÈMES DE PEINTURE

ANNEXE 2 : INTÉRIEUR DE RÉSERVOIRS

ANNEXE 3 : PIED DE RÉSERVOIRS

ANNEXE 4 : TEINTES ADMISSIBLES

ANNEXE 5 : TABLEAU DÉFINITION POINT DE ROSÉE

ANNEXE 6 : IDENTIFICATION DES RÉSERVOIRS

ANNEXE 7 : PREPARATION DE SURFACE

ANNEXE 8 : AIDE A LA REALISATION D’UNE ANALYSE DE RISQUES + EXTRAIT PLAN


DE PREVENTION TRAVAUX DE PEINTURE

ANNEXE 9 : DOCUMENTS DE CONTRÔLE ET SUIVI DE CHANTIER

ANNEXE 10 : KIT D’INSPECTION PEINTURE

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 52 / 122

ANNEXE 1
SYSTÈMES DE PEINTURES
POUR APPLICATIONS SUR
STRUCTURES ET OUVRAGES
EXTÉRIEURS

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 53 / 122

ANNEXE 1

LES SYSTEMES DE PEINTURE

Les systèmes recommandés sont définis dans les tableaux ci-après. Ces tableaux proposent
un ou plusieurs systèmes de peinture selon la codification des structures à peindre.

L'épaisseur des différentes couches est l'épaisseur nominale du feuil sec.

L'épaisseur finale est l'épaisseur nominale du système suivant NFT 30-124 Niveau A.

1. CODIFICATION DES APPAREILS

Température CODE
STRUCTURES A PEINDRE maximum
de service Neuvage Maintenance

A) STRUCTURES NON CALORIFUGEES

a ) Équipements chaudronnés 100°C A1 AM1/AM1 bis


b ) Supports divers 100°C A1 AM1/AM1 bis
c ) Charpentes métalliques 100°C A1 AM1/AM1 bis
Passerelles, garde-corps, abattants PCC
bras de chargement
d-1 ) en acier carbone 100 °C A5 / A5 bis AM1/AM1 bis
d-2 ) en acier galvanisé ou inox 100 °C A10 / A10 bis AM10

Tuyauteries :
e-1 ) en acier carbone 100 °C A5 / A5 bis AM5
e-2 ) en acier carbone 350 °C A2
e-3 ) en acier galvanisé ou inox 100 °C A10 / A10 bis AM10

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 54 / 122

Température CODE
APPAREILS A PEINDRE maximum
de service Neuvage Maintenance

Réservoirs à toit fixe :


f) Robe, toit et accessoires fixés à la 100 °C A1 AM1
robe
Réservoirs à toit flottant :
g-1) Robe de réservoir à toit flottant :
peinture interne à la partie supérieure 100 °C A1 AM1
d'une bande de 1m de hauteur
Toit flottant :
g-2 ) dessus du toit Ambiante A9 / A9 bis AM9

g-3 ) intérieur du toit A préciser dans A préciser dans


Ambiante
la commande la commande

h) Sphères et réservoirs de gaz liquéfiés


horizontaux
peinture de la surface extérieure et 100 °C A1 AM1
des parties métalliques apparentes
des pieds
Tous réservoirs verticaux :
i-1) fond côté sol à la construction 60 °C A12 / A12 bis Non applicable
i-2) pieds de réservoirs Ambiante BM6
j ) Tôles larmées, marches d'escaliers 100 °C A11 AM11
k) Caillebotis et tôles de Calorifuge
100 °C A10 / A10 bis AM10
- Galvanisés ou en Inox
l ) Antidérapant sur toit de bac ou
100 °C A7 AM7
passerelle
m) Poste de chargement
ΠBras de chargement en inox
Œ Toiture fibro ciment 100°C AM 10 bis
Œ Bardage laqué

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 55 / 122

CODE
Température maximum
APPAREILS A PEINDRE
de service
Neuvage Maintenance

B ) STRUCTURES CALORIFUGÉES

a) Tuyauteries calorifugées 200 °C B1 BM1

Les tuyauteries fonctionnant en


marche continue à une
température maximum de
service (température de paroi)
supérieure à 200 °C ne sont
pas revêtues

b) Robe de réservoir calorifugée 100 °C B1 BM1

C ) DIVERS
Structure hors équipements
chaudronnés et tuyauteries
(machines, moteurs, vannes,
instruments, matériel électrique…)
Le Constructeur garantit ses systèmes
standards selon la présente
spécification. Dans le cas contraire, le
Constructeur doit utiliser les systèmes
définis par cette spécification pour les
équipements chaudronnés.

D) INTÉRIEUR DE RÉSERVOIR

a ) Fond + Virole Ambiante AM IR

b ) Dessous de toit (flottant et fixe) Ambiante AM IT

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 56 / 122

MAINTENANCE

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 57 / 122

MAINTENANCE

SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES

Code AM1 Pour : f / g-1) Réservoirs : Robe - Toit fixe - Accessoires fixés à la robe
h) Sphères et réservoirs horizontaux à gaz liquéfié

T° de service : Ambiante / +100 °C

ENVIRONNEMENT

C3 C4 C5
Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds ≥ 1,5 MPa
Nettoyage + :
- sur zones corrodées : Décapage PSa 2 ½ ou Martelage + PMa
- ensemble des surfaces : Avivage par balayage à l'abrasif ou
Décapage DHP 2

+ -------------------------------------------------------------------------------

Retouches : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 80 µ 80 µ 100 µ
ou équivalent

Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds ≤ 1,5 MPa


Nettoyage + Décapage Sa 2 ½ ou Décapage DHP 4 - degré OF 1

+ -------------------------------------------------------------------------------

Couche primaire : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 80 µ 80 µ 100 µ
ou équivalent

Couche de renforcement : époxy modifié surface tolérant


SIGMACOVER 456 ou SIGMACOVER 650 80 µ 90 µ 120 µ
ou équivalent
Couche de finition : polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique
SIGMADUR 520 50 µ 60 µ 60 µ
ou équivalent

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30-124 Niveau A 210 µ 230 µ 280 µ

Ce document est la propriété de TOTAL OUTRE MER - toute communication ou reproduction est soumise à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 58 / 122

MAINTENANCE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES

Code AM1bis Pour : a) Equipements chaudronnés


b) Supports divers
c) Charpentes métalliques - garde corps - passerelles abattants PCC
Finition Aluminium
T° de service : Ambiante / +100 °C

ENVIRONNEMENT

C3 C4 C5
Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds ≥ 1,5 MPa
Nettoyage + :
- sur zones corrodées : Décapage PSa 2 ½ ou Martelage + PMa
- ensemble des surfaces : Avivage par balayage à l'abrasif ou
décapage DHP 2
+ --------------------------------------------------------------------------

Retouches : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 80 µ 80 µ 100 µ
ou équivalent

Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds ≤ 1,5 MPa


Nettoyage + Décapage Sa 2 ½ ou Décapage DHP 4 - degré OF 1

+ --------------------------------------------------------------------------

Couche primaire : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 80 µ 80 µ 100 µ
ou équivalent
Couche de renforcement : époxy modifié surface tolérant
SIGMACOVER 456 ou SIGMACOVER 650 80 µ 90 µ / 80 µ 120/100 µ
ou équivalent
Couche de finition : polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique

SIGMADUR 520 50 µ 60 µ 60 µ
Ou époxy modifié aluminium
FREITACOAT ALU 206 - 70 µ 80 µ
ou équivalent
Épaisseur nominale du système suivant NFT 30-124 Niveau A 210 µ 230 µ 280 µ

Ce document est la propriété de TOTAL OUTRE MER - toute communication ou reproduction est soumise à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 59 / 122

MAINTENANCE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES

Code AM5 Pour : e-1) Tuyauteries

T° de service : Ambiante / +100 °C

ENVIRONNEMENT

C3 C4 C5
Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds ≥ 1,5 MPa
Nettoyage + :
- sur zones corrodées : Décapage PSa2 ½ ou Martelage + PMa
- ensemble des surfaces : Avivage par balayage à l'abrasif ou
Décapage DHP 2

+ ---------------------------------------------------------------------------

Retouches : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 80 µ 80 µ 100 µ
ou équivalent
Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds ≤ 1,5 MPa
Nettoyage + Décapage Sa 2 ½ ou Décapage DHP 4 - degré OF 1
+ ---------------------------------------------------------------------------

Couche primaire : époxy modifié surface tolérant

SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 80 µ 80 µ 100 µ


ou équivalent
Couche de renforcement : époxy modifié surface tolérant
SIGMACOVER 456 ou SIGMACOVER 650 80 µ 100 / 80 µ 120 / 100 µ
ou équivalent
Couche de finition : polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique

SIGMADUR 520 50 µ 50 µ 60 µ
Ou époxy modifié aluminium
FREITACOAT ALU 206 - 70 µ 80 µ
ou équivalent

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30-124 Niveau A 210 µ 230 µ 280 µ

Ce document est la propriété de TOTAL OUTRE MER - toute communication ou reproduction est soumise à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 60 / 122

MAINTENANCE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES

Code AM7 Pour : l ) Antidérapant sur toit de bac ou passerelle

T° de service : Ambiante / +100 °C

ENVIRONNEMENT

C3 C4 C5
Préparation de surface :
Nettoyage + Décapage Sa 2 ½ ou Décapage DHP 4 - degré OF 1
+ ---------------------------------------------------------------------------

Couche primaire: époxy modifié surface tolérant

SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 125 µ 125 µ 125 µ


ou équivalent

Couche de renforcement : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 ou SIGMACOVER 650 125 µ 125 µ 125 µ
ou équivalent
¾ saupoudrage de silice séchée 50/100

Couche de finition : (si couleur) polyester à durcisseur aliphatique


SIGMADUR 1800 ou PANTECTONIQUE R 51 (2 x 40µ) 80 µ 80 µ 80 µ

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30-124 Niveau A 250/330µ 250/330µ 250/330µ

Ce document est la propriété de TOTAL OUTRE MER - toute communication ou reproduction est soumise à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 61 / 122

MAINTENANCE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES

Code AM9 Pour : g-2) Réservoirs : dessus de toit flottant et poutre raidisseuse de robe de
réservoir à toit flottant
T° de service : Ambiante
ENVIRONNEMENT
C3 C4 C5
Préparation de surface :
Si adhérence des anciens fonds époxy/polyuréthanne ≥ 3 MPa
Nettoyage + :
- sur zones corrodées : Décapage PSa 2 ½ ou Martelage + PMa
- ensemble des surfaces : Avivage par balayage à l'abrasif ou Décapage DHP 2

+ -------------------------------------------------------------------------------

Retouches : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650
110 µ 120 µ 150 µ

ou équivalent
Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds ≤ 3 Mpa
Nettoyage + Décapage Sa 2 ½ ou Décapage DHP 4 - degré OF 1
+ -------------------------------------------------------------------------------

Couche primaire : époxy modifié surface tolérant

SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 110 µ 120 µ 150µ

FREITACOAT HV 236 - - 300 µ


ou équivalent

Couche de renforcement : époxy modifié surface tolérant


150 µ
SIGMACOVER 456 ou SIGMACOVER 650 120 µ 130 µ
-
ou équivalent

Couche de finition : polyuréthanne modifié durcisseur aliphatique


SIGMADUR 520 60 µ 60 µ 60 µ
ou équivalent

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30-124 Niveau A 280 µ 310 µ 360 µ

Ce document est la propriété de TOTAL OUTRE MER - toute communication ou reproduction est soumise à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 62 / 122

MAINTENANCE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES

Code AM10 Pour : d-2) Équipements chaudronnés bras de chargement en galvanisé peint
e-3) Tuyauteries en galvanisé peint
k) Caillebotis ou tôle de calorifuge galvanisés ou inox peints
T° de service : Ambiante / +100 °C

ENVIRONNEMENT
C3 C4 C5
Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds époxy ≥ 1,5 MPa
Nettoyage + :
- sur zones corrodées : Décapage PSa 2 ½ ou Martelage + PMa
- ensemble des surfaces : Avivage par balayage à l'abrasif
ou Décapage DHP 2
+ ------------------------------------------------------------------------------

Retouches : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 80 µ 80 µ 100 µ
ou équivalent
Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds ≤ 1,5 MPa
Nettoyage + :
- sur zones corrodées : Décapage Sa 2 ½ ou Martelage + PMa
- ensemble des surfaces : Balayage jusqu'au galvanisé
ou Décapage DHP 4

+ ------------------------------------------------------------------------------

Retouches du galvanisé : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 80 µ 80 µ 100 µ
ou équivalent

Couche de renforcement : époxy modifié surface tolérant


SIGMACOVER 456 ou SIGMACOVER 650 80 µ 100 µ 120µ
80 µ 100 µ
ou équivalent
Couche de finition : polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique

SIGMADUR 520 ou équivalent 50 µ 50 µ 60 µ


Couche de finition aluminium : SIGMADUR 520 aluminium
ou : époxy modifié aluminium :
FREITACOAT ALU 206 - 70 µ 80 µ
ou équivalent
Épaisseur nominale du système suivant NFT 30-124 Niveau A 210 µ 230 µ 280 µ

Ce document est la propriété de TOTAL OUTRE MER - toute communication ou reproduction est soumise à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 63 / 122

MAINTENANCE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGÉES

Code AM 10 Bis m ) Pour : Poste de chargement


- bras de chargement en inox
- toiture fibro ciment
- bardages laqués

T° de service : Ambiante / + 100 °C

ENVIRONNEMENT
C3 C4 C5
Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds ≥ 1,5 MPa
Nettoyage + :
- sur zones corrodées : Décapage PSa 2 ½ ou Martelage + PMa
- ensemble des surfaces : Avivage par balayage à l'abrasif
ou Décapage DHP 2

+ -------------------------------------------------------------------------------

Retouches : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 80 µ 80 µ 80 µ
ou équivalent

Couche de renforcement : époxy polyamide

SIGMACOVER 280 60 µ 60 µ 60 µ
ou équivalent

Couche de finition : polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique


SIGMADUR 520 60 µ 60 µ 60 µ
ou équivalent

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30-124 Niveau A 200 µ 200 µ 200 µ

Ce document est la propriété de TOTAL OUTRE MER - toute communication ou reproduction est soumise à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 64 / 122

MAINTENANCE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES

Code AM11 Pour : j) Tôles larmées, marches d'escaliers

T° de service : Ambiante / +100 °C

ENVIRONNEMENT
C3 C4 C5
Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds ≥ 1,5 Mpa
Nettoyage + :
- sur zones corrodées : Décapage PSa 2 ½ ou Martelage + PMa
- ensemble des surfaces : Avivage par balayage à l'abrasif
ou Décapage DHP 2

+ -------------------------------------------------------------------------------

Retouches : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 80 µ 80 µ 80 µ
ou équivalent
Préparation de surface : Si adhérence des anciens fonds ≤ 1,5 Mpa
Nettoyage + Décapage Sa 2 ½ ou Décapage DHP 4 - degré OF 1
+ -------------------------------------------------------------------------------

Couche primaire : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 80 µ 80 µ 80 µ
ou équivalent
Couche de renforcement : époxy modifié surface tolérant
SIGMACOVER 456 ou SIGMACOVER 650 80 µ 100 µ 150 µ
ou équivalent
Couche de finition : époxy modifié surface tolérant
SIGMACOVER 456 ou SIGMACOVER 650 150 µ 150 µ 150 µ
+ SILICE SECHEE 50/100
ou équivalent

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30-124 Niveau A 310 µ 330 µ 380 µ

Ce document est la propriété de TOTAL OUTRE MER - toute communication ou reproduction est soumise à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 65 / 122

MAINTENANCE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES CALORIFUGEES

Code BM1 Pour : a) Tuyauteries


b) Réservoir

T° de service : Ambiante / +200 °C

ENVIRONNEMENT
C3 C4 C5
Préparation de surface :
Nettoyage + Décapage Sa 2 ½ ou Martelage + PMa
ou Décapage DHP 4 - degré OF 1
+ -------------------------------------------------------------------------------

Couche primaire :
SIGMACOVER 435 époxy polyamide MIO 80 µ 80 µ 80 µ
ou équivalent

Couche de renforcement :
ou équivalent
SIGMACOVER 435 époxy polyamide MIO 80 µ 80 µ 80 µ

Couche de finition :
ou équivalent
SIGMACOVER 435 époxy polyamide MIO 80 µ 80 µ 80 µ

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30-124 Niveau A 240 µ 240 µ 240 µ

Ce document est la propriété de TOTAL OUTRE MER - toute communication ou reproduction est soumise à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 66 / 122

NEUVAGE

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 67 / 122

NEUVAGE
SYSTEMES DE PEINTURE – STRUCTURES NON CALORIFUGEES
Code A1 Pour : a) Équipements chaudronnés
b / c) Supports divers et charpente métallique
f / g-1) Réservoirs : Robe, Toit fixe, Accessoires fixés à la robe
h) Sphères et réservoirs horizontaux à gaz liquéfié
T° de service : ambiante / +100 °C
EN V I R O N N E M E N T
TRAITEMENT EN ATELIER
C3 C4 C5
Préparation de surface : Décapage Sa 2 ½ - Rugosité moyen G
Primaire : époxy zinc silicate complexe
SIGMAFAST 302 ou VIGOR ZN 302 SR* 50 µ 50 µ 60 µ

Couche de renforcement : époxy vinylique


SIGMAFAST 213 ou FREITAPOX SR 213* 110 µ 140 µ 240 µ
ou équivalent
T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
Préparation de surface : Nettoyage + décapage Sa 2 ½ des zones dégradées
Retouches : Reconstitution du système
appliqué en atelier
Couche de finition : polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique
SIGMADUR 520 ou FREITANE 501* 40 µ 40 µ 50 µ
ou équivalent
Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 200 µ 230 µ 350 µ
Certification ACQPA - Haute durabilité suivant NF EN ISO 12-944-2* ANV 566 ANV 424 ANV 619
Code A1bis Pour : c) Fours : Plate-forme, Supports divers

T° de service : ambiante / +100 °C


EN V I R O N N E M E N T
TRAITEMENT EN ATELIER C3 C4 C5
Préparation de surface : Décapage Sa 2 ½ - Rugosité moyen G
Primaire : époxy vinylique
SIGMAFAST 213 100 µ 100 µ 150 µ
ou équivalent
T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
Préparation de surface : Nettoyage + décapage PSa 2 ½ des zones dégradées
Retouches : époxy modifié surface tolérant
SIGMAPRIME 220 ou SIGMACOVER 650 100 µ 100 µ 150 µ
ou équivalent
Couche primaire :

Couche de renforcement : époxy modifié


SIGMACOVER 456 ou SIGMACOVER 650 150 µ
ou équivalent 70 µ 80 µ 130 µ
Couche de finition : polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique
SIGMADUR 520 aluminium 60 µ
40 µ 50 µ
ou Epoxy modifié aluminium 80 µ
FREITACOAT Alu 206
ou équivalent
Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 210 µ 230 µ 360 µ

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 68 / 122

NEUVAGE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES
Code A2 Pour : e-2) Tuyauteries

T° de service : ambiante / +350 °C


T R A I T E M E N T E N A T E L I E R
EN V I R O N N E M E N T
C3 C4 C5
Préparation de surface : Décapage Sa 2 ½ - Rugosité moyen G
Primaire : zinc silicate complexe d’éthyl
SIGMAFAST 302 ou SIGMAZINC 160 50 µ 70 µ 80 µ
ou équivalent
Couche de renforcement : Silicone acrylique
SIGMATHERM 350 white 40 µ 40 µ 40 µ
ou équivalent
T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
Préparation de surface : Nettoyage + décapage Sa 2 ½ des zones dégradées
Retouches : Reconstitution du système
appliqué en atelier
Couche de renforcement : Silicone acrylique
SIGMATHERM 350 white - - 40 µ
ou équivalent
Couche de finition : Silicone acrylique
SIGMATHERM 350 alu 40 µ 40 µ 40 µ
ou équivalent
Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 130 µ 150 µ 200 µ

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 69 / 122

NEUVAGE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES
Code A5 Pour : e-1) Tuyauteries acier carbone
d-1) Charpentes métalliques - Passerelles - Garde-corps - Abattants PCC
T° de service : Ambiante / +100 °C
T R A I T E M E N T E N A T E L I E R
EN V I R O N N E M E N T
C3 C4 C5
Préparation de surface : Décapage Sa 2 ½ - Rugosité moyen G
Primaire : époxy zinc silicate complexe
SIGMAFAST 302 ou VIGOR ZN 302 SR* 50 µ 50 µ 60 µ

Couche de renforcement : époxy vinylique


SIGMAFAST 213 ou FREITAPOX SR 213* 110 µ 140 µ 240 µ
ou équivalent
T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
Préparation de surface : Nettoyage + décapage PSa 2 ½ des zones dégradées
Retouches : Reconstitution du système
appliqué en atelier
Couche de finition : Polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique
SIGMADUR 520 ou FREITANE 501* 40 µ 40 µ 50 µ

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 200 µ 230 µ 350 µ
Certification ACQPA - Haute durabilité suivant NF EN ISO 12-944-2* ANV 566 ANV 424 ANV 619
Code A5bis

T° de service : Ambiante / +100 °C


EN V I R O N N E M E N T
T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
C3 C4 C5
Préparation de surface : Nettoyage + décapage Sa 2 ½ - Rugosité moyen G
Couche primaire : époxy modifié surface tolérant
SIGMACOVER 650 80 µ / 70 µ 90 µ / 80 µ 150/150 µ
ou équivalent
Couche de renforcement : époxy modifié
SIGMACOVER 456 ou SIGMACOVER 650 80 µ / 70 µ 90 µ / 80 µ 150/130 µ
ou équivalent
Couche de finition :
polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique 50 µ 60 µ 60 µ
SIGMADUR 520
ou époxy modifié aluminium 70 µ 80 µ 80 µ
FREITACOAT ALU 206
ou équivalent
Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 210 µ 240 µ 360 µ

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 70 / 122

NEUVAGE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES

Code A7 Pour : l ) Antidérapant sur toit de bac ou passerelle

T° de service : Ambiante / +100 °C

ENVIRONNEMENT

C3 C4 C5
Préparation de surface :
Nettoyage + Décapage Sa 2 ½ ou Décapage DHP 4 - degré OF 1
+ ---------------------------------------------------------------------------

Couche primaire: époxy modifié surface tolérant

SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 125 µ 125 µ 125 µ


ou équivalent

Couche de renforcement : époxy modifié surface tolérant


SIGMAPRIME 200 ou SIGMACOVER 650 125 µ 125 µ 125 µ
ou équivalent
¾ saupoudrage à refus de silice séchée 50/100

Couche de finition : (si couleur) polyester à durcisseur aliphatique


SIGMADUR 1800 ou PANTECTONIQUE R 51 (2 x 40µ) 80 µ 80 µ 80 µ

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30-124 Niveau A 250/330µ 250/330µ 250/330µ

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 71 / 122

NEUVAGE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES
Code A9 Pour : g-2) Réservoirs : Dessus de toit flottant

T° de service : Ambiante
T R A I T E M E N T E N A T E L I E R
EN V I R O N N E M E N T
C3 C4 C5
Préparation de surface :
Primaire : Tôle revêtue PGP zinc

T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
Préparation de surface : Nettoyage + décapage PSa 2 ½ - Rugosité moyen G sur cordon de soudure ou zone
dégradée + avivage par balayage à l’abrasif de l’ensemble des surfaces
Couche primaire : époxy zinc silicate complexe
SIGMAFAST 302 50 µ 60 µ 60 µ
ou équivalent
Couche de renforcement : époxy vinylique
SIGMAFAST 213 140 µ 140 µ 180 µ
ou équivalent
Couche de finition : polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique
SIGMADUR 520 50 µ 100 µ 120 µ

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 240 µ 300 µ 360 µ
Code A9bis

T° de service : Ambiante
EN V I R O N N E M E N T
T R A I T E M E N T E N A T E L I E R
C3 C4 C5
Préparation de surface :
Primaire : Tôle revêtue PGP zinc

T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
Préparation de surface : Nettoyage + décapage PSa 2 ½ - Rugosité moyen G sur cordon de soudure ou zone
dégradée + avivage par balayage à l’abrasif de l’ensemble des surfaces
Couche primaire : époxy modifié surface tolérant
SIGMAPRIME 200 gris/vert ou SIGMACOVER 650 110 µ 150 µ
ou équivalent
Couche de renforcement : époxy modifié surface tolérant
SIGMACOVER 456 ou SIGMACOVER 650 110 µ 150 µ
ou FREITACOAT HV 236 300 µ 330 µ
ou équivalent
Couche de finition : polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique
SIGMADUR 580 ou SIGMADUR 520 80 µ 100 µ 120 µ
ou équivalent
Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 300 µ 400 µ 450 µ

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 72 / 122

NEUVAGE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES
Code A10 Pour : d-2) Équipements chaudronnés bras de chargement en acier galvanisé
ou en inox
e-3) Tuyauteries en acier galvanisé ou en inox
k) Caillebotis galvanisés - Tôle de calorifuge
T° de service : Ambiante
T R A I T E M E N T E N A T E L I E R
ENVIRONNEMENT
C3 C4 C5
Préparation de surface : Balayage à l'abrasif ou Dérochage au LITHOFORME N° 2 (galva) - DEOXYDINE 670
(inox) + rinçage eau douce
Couche primaire : époxy polyamide
SIGMACOVER 522 ou VIGOR EP 201 C* 60 µ 60 µ 30 µ
ou équivalent
Couche de renforcement : époxy vinylique
SIGMAFAST 213 ou FREITAPOX SR 213* - - 120 µ
ou équivalent

Couche de finition : polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique


SIGMADUR 520 ou FREITANE 501* 40 µ 40 µ 50 µ
ou équivalent

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 100 µ 100 µ 200 µ
Certification ACQPA – Haute durabilité suivant NF EN ISO 12 944-2* GNV 821 GNV 821 GNV 835
Code 10bis

T° de service : Ambiante
ENVIRONNEMENT
T R A I T E M E N T E N A T E L I E R
C3 C4 C5
Préparation de surface : balayage à l'abrasif ou Dérochage au LITHOFORME N° 2 (galva) - DEOXYDINE 670
(inox) + rinçage eau douce
Primaire : époxy polyamide
SIGMACOVER 522 ou VIGOR EP 201 C 70 µ 40 µ 40 µ
ou équivalent
T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
Préparation de surface : Dépolissage
Retouches : Reconstitution du système
appliqué en atelier
Couche de renforcement : époxy modifié
SIGMACOVER 456 ou SIGMACOVER 650 - 50 µ 110 µ
ou équivalent

Couche de finition : polyuréthanne modifié à durcisseur aliphatique


SIGMADUR 520 50 µ 50 µ 50 µ
ou équivalent
Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 120 µ 140 µ 200 µ

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 73 / 122

NEUVAGE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES
Code A11 Pour : j) Tôles larmées, marches d'escaliers

T° de service : Ambiante / +100 °C

T R A I T E M E N T E N A T E L I E R
E N V I R O N N E M E N T
C3 C4 C5
Préparation de surface : Décapage Sa 2 ½ - Rugosité moyen G
Primaire : époxy
SIGMAFAST 205 50 µ 50 µ 50 µ
ou équivalent

T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
Préparation de surface : Nettoyage + décapage PSa 2 ½
Retouches : Reconstitution du système appliqué
en atelier
Couche de renforcement : époxy polyamine avec écailles de verre
SIGMASHIELD 460 + SILICE SECHEE 50/100 300 µ 300 µ 350 µ
ou équivalent

Couche de finition : si finition couleur : Polyester isocyanate aliphatique


SIGMADUR 1800 ou PANTECTONIQUE R51 (2 couches à 40 µ) 80 µ 80 µ 80 µ
ou équivalent
Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 430 µ 430 µ 480 µ

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 74 / 122

NEUVAGE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES NON CALORIFUGEES
Code A12 Pour : i-1) Réservoirs : Fond côté sol

T° de service : Ambiante / +60 °C


T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
E N V I R O N N E M E N T
C3 C4 C5
Préparation de surface : Nettoyage + décapage Sa 2 ½ - Rugosité moyen G
Couche primaire : époxy polyamine
SIGMACOVER 805 200 µ 200 µ 200 µ
ou équivalent
Couche de finition : époxy polyamine
SIGMACOVER 805 200 µ 200 µ 200 µ
ou équivalent

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 400 µ 400 µ 400 µ

Code A12bis

T° de service : Ambiante / +60 °C


E N V I R O N N E M E N T
T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
C3 C4 C5
Préparation de surface : Nettoyage + Décapage Sa 2 ½ + Rugosité moyen G
Couche primaire : bitume + résines vinyliques
SIGMA VIKOTE 63 ou FREITABITUME HV 700 NF 250 µ 250 µ 250 µ
ou équivalent
Couche de renforcement :

Couche de finition : bitume + résines vinyliques


SIGMA VIKOTE 63 ou FREITABITUME HV 700 NF 250 µ 250 µ 250 µ
ou équivalent
Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 500 µ 500 µ 500 µ

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 75 / 122

NEUVAGE
SYSTEMES DE PEINTURE - STRUCTURES CALORIFUGEES
Code B1 Pour : a-1) Tuyauteries
b) Robe de réservoir
T° de service : Ambiante / +200 °C
T R A I T E M E N T E N A T E L I E R
E N V I R O N N E M E N T
C3 C4 C5
Préparation de surface : Décapage Sa 2 ½ - Rugosité moyen G
Primaire : époxy polyamide MIO
SIGMACOVER 435 70 µ 70 µ 100 µ
ou équivalent
Couche de renforcement : époxy polyamide MIO
SIGMACOVER 435 70 µ 70 µ 100 µ
ou équivalent

T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
Préparation de surface : Nettoyage + décapage PSa 2 ½
Retouches : Reconstitution du système appliqué en
atelier

Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 140 µ 140 µ 200 µ
Code B1bis

T° de service : Ambiante / +180 °C (200 °C en pointe)


E N V I R O N N E M E N T
T R A I T E M E N T E N A T E L I E R
C3C4 C5
Préparation de surface : Décapage Sa 2 ½ - Rugosité moyen G
Primaire : époxy polyamide MIO
SIGMACOVER 435 70 µ 70 µ 60 µ
ou équivalent
Couche de renforcement : époxy polyamide MIO
SIGMACOVER 435 70 µ 70 µ 60 µ
ou équivalent
T R A I T E M E N T S U R S I T E A P R E S M O N T A G E
Préparation de surface : Nettoyage + Décapage PSa 2 ½
Retouches : Reconstitution du système appliqué en
atelier

Couche de finition : époxy polyamide MIO


SIGMACOVER 435 - - 60 µ
ou équivalent
Épaisseur nominale du système suivant NFT 30124 Niveau A 140 µ 140 µ 180 µ

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 76 / 122

ANNEXE 2
SYSTÈMES DE PEINTURES
INTERIEUR DE CAPACITE DE
STOCKAGE

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 77 / 122

CODE AM IR Traitement des intérieurs des réservoirs Tôles de fond & V1 en totalité ou partiellement

Préparation de Homologation
T° Etat de surface Primaire Masticage/Ragréage Système de revêtement
surface Aptitude
Décapage
SIGMAGUARD CSF 650
A–B jusqu’au degré Primaire époxy 5 ans
600 microns
de soin Sa 2 ½ 50 microns 10 ans
1000 microns
Suivant ISO 8501.1 Rugosité : SIGMACOVER 280
(2 x 500 microns en vertical sur V1)
≤ 60°C Moyen G Masticage à l’aide de
SIGMAGUARD 830 SIGMAGUARD CSF 650
C
Décapage ou light green clear
jusqu’au degré Primaire époxy SIGMAGUARD CSF 650 + fibres projetées
Suivant ISO 8501.1
de soin Sa 2 ½ 50 microns chargé ou non de silice ou 10 ans
Forte corrosion
Rugosité : SIGMACOVER 280 SIGMAGUARD CSF 650
interne
Moyen G Ragréage/Ratissage + 450 g/m² mat de verre
non traversante
à l’aide de 1500 microns
D SIGMAGUARD CSF 650
Décapage
light green clear SIGMAGUARD CSF 650
jusqu’au degré Primaire époxy 10 ans*
Suivant ISO 8501.1 Chargé ou non de silice avec light green clear
≤ 60°C de soin Sa 2 ½ 50 microns
Forte corrosion lissage à la raclette caoutchouc + 1200 g/m² mat de verre
Rugosité : SIGMACOVER 280
interne 3000 microns
Moyen G
non traversante Si revêtement stratifié
A-B Décapage Réalisation d’un solin liaison SIGMAGUARD CSF 650
jusqu’au degré Primaire époxy fond/V1 400 microns 3 ans
Jet A1 Suivant ISO 8501.1 de soin Sa 2 ½ 50 microns 600 microns 5 ans
AVGAS Intérieur complet du Rugosité : SIGMACOVER 280 1000 microns 10 ans
100 LL réservoir Moyen G (2 x 500 microns en vertical sur V1)
Décapage
Primaire époxy Ragréage / ratissage
≤ 90°C B–C–D jusqu’au degré
phénolique À l’aide du
SIGMA NOVAGUARD 840 5 ans*
de soin Sa 2 ½ 800 microns 10 ans*
50 microns SIGMA NOVAGUARD 840
Suivant ISO 8501-1 Rugosité : 1000 microns
SIGMAGUARD 260 chargé ou non de silice
Moyen G
* Si réservoirs calorifugés

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 78 / 122

CODE AM IT Traitement des intérieurs des réservoirs Dessous de toit fixe ou toit flottant (b)

T° Etat de surface Préparation de Primaire Système/revêtement Homologation /Aptitude


surface
Balayage à l’abrasif

Ou
AMBIANTE

Décapage HP
A–B–D type DHP 2

Suivant ISO ------------------------------ -------------------------------


8501.1 Primaire époxy
Epoxy sans solvant
Décapage Sa 2 ½ 50 microns
SIGMACOVER 280
SIGMAGUARD CSF 650
400 microns 3 ans
600 microns 5 ans

* En présence de chancres de profondeur supérieure à 1 mm l’entreprise procèdera après l’application de la couche primaire à un ragréage ou masticage des chancres suivant
la procédure définie par le fournisseur. Au-delà de 3 mm les chancres seront traités par le maître d’ouvrage en métallurgie.

Les systèmes armés de fibres de verre comportent une finition d’épaisseur minimale de 400 microns. L’armature peut être constituée par des fibres projetées ou sous forme de
mats de verre non tissés, type M5 ou M123 de VETROTEX SAINT GOBAIN.
La première virole (V1) se traite en totalité jusqu’au premier cordons de soudure liaison V1/V2, sauf en présence d’écran flottant le traitement sera alors effectué sur une
remontée de 0.5 m.
Pour plus de détails sur les revêtements intérieurs de réservoir d’hydrocarbure et JET, voir les guides d’applications de Mai 2006.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 79 / 122

ANNEXE 3
PRINCIPE DE PROTECTION

DE PIED DE RESERVOIR

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 80 / 122

PRINCIPE DE PROTECTION ANTICORROSION DU PIED DE BAC


TABLEAU 1 – CHOIX D’UNE PROTECTION DE PIED DE BAC
Schéma n°4 Schéma n°5
Schéma n°3 Schéma n°6 Schéma n°7 Schéma n°8
Peinture Peinture
Peinture Mât de verre Goudron Solin béton
+ déflecteur acier + caniveau
Protection anti-corrosion
Protection mécanique
Résistance du revêtement aux UV
finition anti-UV
Simplicité
Coût

Durée de vie
Entretien / Retouches

Facilité de pose
Facilité de dépose
Outil de meulage Sablage Burin + sablage
Facilité de contrôle de la marginale
Fréquence des contrôles

Solution ter si En dernier recours En dernier recours


Solution bis si A proscrire ; utiliser
Remarques Solution à privilégier problème de si gros problème si gros problème
problème de rétention le schéma n°4
rétention de rétention de rétention

- Il est nécessaire de préparer l'assise et d'assurer une pente (Schéma n°2)


Remarques diverses - Ces systèmes s'appliquent sur une surface propre, saine et sablée
- S'il existe un jeu entre la marginale et l'assise, on ajoutera sur chaque système un joint de mastique souple (Schéma n°2)

La solution du schéma n°3 : Peinture seule + joint souple sera


systématiquement utilisée. Les solutions n° 6 & 7 ne seront utilisées
qu’en solution dégradée, quand les travaux de génie civil ne sont pas
réalisables et que l’assise est soumise à de nombreux facteurs de
corrosion.

SCHEMA 2 –DISPOSITION OPTIMALE DE L’ASSISE

Robe du
réservoir

Fond du
réservoir Joint souple

Pente 5%

Sable
bitumineux Chape béton

Joint

Assise tout-venant

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 81 / 122

PRINCIPE DE PROTECTION ANTICORROSION DU PIED DE BAC

SCHEMA 3 – PROTECTION ADOPTEE EN PRIORITE

Robe du
réservoir

Surface préalablement sablée ou grenaillée SA2.5


Système de peinture époxy - polyuréthane type
Vigor EP235 ou SIGMACOVER 280 (2x80µm) +
Finition polyuréthane

Fond du réservoir
Tôles marginales

Mastic d’étanchéité :
TOTAL SEAL AUTO 34

Pente 5%

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 82 / 122

SCHEMA 4 – PROTECTION PAR REVETEMENT + DEFLECTEUR ACIER


Surface préalablement sablée ou grenaillée SA2.5
Système de peinture époxy – polyuréthane type
Vigor EP235 ou SIGMACOVER 280 (2 x 80µm) +
Finition Polyuréthane
Robe du
réservoir

Déflecteur acier ép.4


fixe ou démontable

Fond du réservoir
type hémisphérique Mastic d’étanchéité
TOTAL SEAL AUTO 34

Pente 5%

Assise

SCHEMA 5 – PROTECTION PAR REVETEMENT + CANIVEAU

Robe du Surface préalablement sablée ou grenaillée SA2.5


réservoir Système de peinture époxy - polyuréthane type
Vigor EP235 ou SIGMACOVER 280 (2 x 80µm) +
Finition Polyuréthane

Mastic d’étanchéité
TOTAL SEAL AUTO 34

Fond du réservoir
Caniveau à creuser en périphérie du réservoir
Tôles marginales
Position à ajuster en fonction de l’assise du réservoir
Dimensions en fonction du Ø du réservoir et du débit
d’évacuation

Evacuation(s) en pente vers


le point bas de la cuvette

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 83 / 122

PRINCIPE DE PROTECTION ANTICORROSION DU PIED DE BAC

SCHEMA 6 – PROTECTION SUR ASSISE BETON AVEC MAT DE VERRE


Surface préalablement sablée ou grenaillée SA2.5
Système de peinture époxy – polyuréthane type
Vigor EP235 ou SIGMACOVER 280 (2 x 80µm) + Finition Polyuréthane
Robe du
réservoir
Revêtement Stratifié : SIGMACOVER CSF 650 +
Mât de verre 450g/m² M123 de Vetrotex St Gobain

Finition Anti UV : Freitane 501 à 50 µm


Freitane 806 à 80 µm

Mastic d’étanchéité
Fond du réservoir TOTAL SEAL AUTO 34
Tôles marginales

Désolidarisation : Freitabitume HV700 NF 500 g/m²


ou adhésif de désolidarisation

Pente 5%

Assise

SCHEMA 7 – PROTECTION SUR ASSISE BETON AVEC GOUDRON

Robe du
réservoir

Surface préalablement sablée ou grenaillée SA2.5


Système de peinture époxy-polyuréthane type
Vigor EP235 ou SIGMACOVER 280 (2 x 80µm) +
Finition polyuréthane

Fond du réservoir
Tôles marginales
Goudron ép. 5mm

Pente 5%

Assise

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 84 / 122

PRINCIPE DE PROTECTION ANTICORROSION DU PIED DE BAC

S CHÉMA 8 - A SSISE BÉTON

ère 5 cm
1 virole

Primaire EP 235 ou
Marginale SIGMACOVER 280

5 cm

Solin
Assise

Béton

Première virole

Marginale

Assise Béton plan

Pour toute préparation de surface


Primaire
VIGOR EP 235 ou SIGMACOVER 280 sur les parties acier et béton (80 microns x 2)

Solin Mortier de résine SIGMAGUARD CSF 650 + Silice

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 85 / 122

PRINCIPE DE PROTECTION ANTICORROSION DU PIED DE BAC


S CHEMA 9 - A SSISE TOUT - VENANT AVEC BETON DE PROPRETE

ère
1 virole

Marginale 30 cm

Primaire EP 235 ou SIGMACOVER 280

Stratifié

20 cm : Cote qui dépend de la configuration du pied de bac

20 mm Drain
Joint souple
Finition anti UV : Freitane 501 ou 520
Assise
Désolidarisation
20 mm
Ciment ou terre

Béton

Première virole

Marginale

Dallage béton Béton de propreté (non de supportage)

Assise Enrobé, sable, tout-venant, béton, brique

Pour toute préparation de surface


Primaire
VIGOR EP 235 ou SIGMACOVER 280 sur les parties acier et béton (80 microns)

TOTAL SEAL 34 (Le Joint Français) ou joint PR 1750-B (Le Joint Français) : résiste
Joint souple
aux hydrocarbures.

FREITABITUME HV 700 NF (500 g/m²) ou Adhésif de désolidarisation ou SIGMA


Désolidarisation stratifié/béton
VIKOTE 63

SIGMAGUARD CSF 650 + Mat de verre 450 g/m² (épaisseur totale : 1,5 mm) M 5 ou
Stratifié
M 123 de Vetrotex St Gobain

Mise en peinture de la robe et protection pied de bac


Finition anti UV - FREITANE 501 (50 microns) ou FREITANE 520
- FREITANE 806 (80 microns) ou SIGMADUR 580

Nota : Sur la périphérie du réservoir, tous les 8/10 m, mise en place de drains en PVC ∅ 10/12 mm permettant une ventilation de la sous-
face du réservoir.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 86 / 122

PRINCIPE DE PROTECTION ANTICORROSION DU PIED DE BAC

S CHEMA 10 - A SSISE COURONNE EN BETON


ère
1 virole

Marginale 30 cm
Primaire EP 235 ou
SIGMACOVER 280

Stratifié

Drain
Assise

Finition anti UV: Freitane 501

Béton
Désolidarisation

Première virole

Marginale

Dallage béton Béton de supportage

Assise Enrobé, sable, tout-venant, béton, brique

Pour toute préparation de surface


Primaire
VIGOR EP 235 ou SIGMACOVER 280 sur les parties acier et béton (80 microns)

Joint souple Absence de joint souple

FREITABITUME HV 700 NF (500 g/m²) ou Adhésif de désolidarisation ou SIGMA


Désolidarisation stratifié/béton
VIKOTE 63

SIGMAGUARD CSF 650 + Mat de verre 450 g/m² (épaisseur totale : 1,5 mm) M 5
Stratifié
ou M 123 de Vetrotex St Gobain

Mise en peinture de la robe et protection pied de bac


Finition anti UV - FREITANE 501 (50 microns) ou FREITANE 520
- FREITANE 806 (80 microns) ou SIGMADUR 580

Nota : Sur la périphérie du réservoir, tous les 8/10 m, mise en place de drains en PVC ∅ 10/12 mm permettant une ventilation de la
sous-face du réservoir.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 87 / 122

ANNEXE 4
TEINTES ADMISSIBLES

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 88 / 122

TEINTES ADMISSIBLES
(pour extérieur de réservoirs)
NUANCIER RAL

RAL 9001 Blanc Crème Î Nuance à privilégier


RAL 9003 Blanc Sécurité
RAL 9010 Blanc pur
RAL 9016 Blanc signalisation
NUANCIER CHROMATIC

NP3001 Blanc Albertville


NP3005 Blanc cassé NP3121 Vert Anis
NP3006 Blanc Finnois NP3126 Vert Serpolet
NP3011 Blanc Argentière NP3129 Bleu Norvège
NP3016 Blanc Avoriaz NP3131 Vert Bardane
NP3U21 Blanc Mégève NP3136 Vert Baikal
NP3026 Beige Agate NP3141 Bleu Garde
NP3031 Beige Sable NP3146 Bleu Michigan
NP3036 Beige Calcaire NP3151 Bleu Paladru
NP3046 Beige carrière NP3156 Bleu Aberdeen
NP3056 Beige Orival MP3186 Blanc Saint Véran
NP3061 Rose Agapanthe NP3191 Beige Ferreux
NP3062 Rose Bagatelle NP3196 Beige lunaire
NP3066 Rose Aubépine NP3201 Beige Pyramide
NP3068 Beige Sarlat NP3206 Beige Granit
NP3071 Beige Trilobite NP3236 Rose Cognassier
NP3076 Jaune Monet NP3239 Rose Camargue
NP3081 Jaune Bazille NP3241 Rose Giroflée
NP3086 Jaune Corot NP3246 Rose Blétia
NP3096 Jaune Vuillard NP3251 Rose Lilas
NP3099 Jaune Sahara NP3256 Rose Bégonia
NP3101 Jaune Botticelli NP3261 Violet Figue
NP3103 Jaune Pampa NP3291 Bleu Strobel
NP3106 Jaune Seurat NP3311 Bleu Livingston
NP3107 Jaune Shanghaï NP3331 Vert Chélidoine
NP3108 Jaune Bombay NP3391 Jaune Van Dongen
NP3111 Vert Mousse
NP3116 Vert Nénuphar

NUANCIER PORCELAINE

4Z6004 Jaune Salvador

Les couleurs seront “foncées” pour les produits dits “noirs” (exemples :
Nota :
F02, bitume, …)

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 89 / 122

ANNEXE 5
TABLEAU DE DEFINITION
DU POINT DE ROSEE

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 90 / 122

TABLEAU I
Point de rosée = f (T. HR %)

T de l'air Humidité relative de l'air


en °C
50 % 55 % 60 % 65 % 70 % 75 % 80 % 85 % 90 %
5 -4,1 -2,9 -1,8 -0,9 0,0 0,9 1,8 2,7 3,6
6 -3,2 -2,1 -1,0 -0,1 0,9 1,8 2,8 3,7 4,5
7 -2,4 -1,3 -0,2 0,8 1,8 2,8 3,7 4,6 5,5
8 -1,6 -0,4 0,8 1,8 2,8 3,8 4,7 5,6 6,5
9 -0,8 0,4 1,7 2,7 3,8 4,7 5,7 6,6 7,5
10 0,1 1,3 2,6 3,7 4,7 5,7 6,7 7,6 8,4
11 1,0 2,3 3,5 4,6 5,6 6,7 7,6 8,6 9,4
12 1,9 3,2 4,5 5,6 6,6 7,7 8,6 9,6 10,4
13 2,8 4,2 5,4 6,6 7,6 8,6 9,6 10,6 11,4
14 3,7 5,1 6,4 7,5 8,6 9,6 10,6 11,5 12,4
15 4,7 5,1 7,3 8,5 9,5 10,6 11,5 12,5 13,4
16 5,6 7,0 8,3 9,5 10,5 11,6 12,5 13,5 14,4
17 6,5 7,9 9,2 10,4 11,5 12,5 13,5 14,5 15,3
18 7,4 8,8 10,2 11,4 12,4 13,5 14,5 15,4 16,3
19 8,3 9,7 11,1 12,3 13,4 14,5 15,5 16,4 17,3
20 9,3 10,7 12,0 13,3 14,4 15,4 16,4 17,4 18,3
21 10,2 11,6 12,9 14,2 15,3 16,4 17,4 18,4 19,3
22 11,1 12,5 13,8 15,2 16,3 17,4 18,4 19,4 20,3
23 12,0 13,5 14,8 16,1 17,2 18,4 19,4 20,3 21,3
24 12,9 14,4 15,7 17,0 18,2 19,3 20,3 21,3 22,3
25 13,8 15,3 16,7 17,9 19,1 20,3 21,3 22,3 23,2
26 14,8 16,2 17,6 18,8 20,1 21,2 22,3 23,3 24,2
27 15,7 17,2 18,6 19,8 21,1 22,2 23,2 24,3 25,2
28 16,6 18,1 19,5 20,8 22,0 23,2 24,2 25,2 26,2
29 17,5 19,1 20,5 21,7 22,9 24,1 25,2 26,2 27,2
30 18,4 20,0 21,4 22,7 23,9 25,1 26,2 27,2 28,2
31 19,4 20,9 22,4 23,7 24,9 26,1 27,2 28,2 29,2
32 20,3 21,9 23,3 24,6 25,9 27,0 28,1 29,2 30,2
33 21,2 22,8 24,2 25,6 26,8 28,0 29,1 30,1 31,1
34 22,1 23,7 25,2 26,5 27,8 28,9 30,1 31,1 32,1
35 23,1 24,6 26,1 27,4 28,7 29,9 31,0 32,1 33,1

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 91 / 122

ANNEXE 6
IDENTIFICATION
DES RESERVOIRS

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 92 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 93 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 94 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 95 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 96 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 97 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 98 / 122

ANNEXE 7
Préparation de surface
Dossier issu du site OHGPI

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 99 / 122

Tableau présentant les documents disponibles pour l’évaluation visuelle des préparations de surfaces DS
Préparation de surface Document ou ouvrage de référence
Mode de
Etat initial Degré de Concepteur Désignation du document
préparation Résultat Avis OHGPI
de l’acier soins Auteur Titre ou sous titre
concerné
Opuscule de 6 pages avec
DS 3 Décapage à blanc (parfait) Pratique,
DS photos
DS 2 ½ Très soigné abondam-
Projection d’abrasif à Calaminé ou rouillé OHGPI Spécifications techniques de
DS 2 Soigné ment utilisé et
sec décapage par projection
DS 1 Léger indispensable
d’abrasifs
Décapages divers
ISO 8501 – 1
Calaminé ou rouillé Sa 3 Décapage à blanc (parfait)
Sa : projection Préparation des subjectiles Complète la
définit aussi 4 Sa 2 ½ Très soigné
d’abrasif d’acier spécification
degrés Sa 2 Soigné ISO
St : nettoyage à la Evaluation visuelle de la OHGPI ci-
d’enrouillement St
main et à la machine propreté du subjectile et de dessus
initiaux : A, B, C, D. Fl
Fl : nettoyage à la son état de surface
flamme
ISO 8501
Exemples de clichés Sa 3
Projection représentatifs du changement
ISO Secondaire
d’abrasif à sec d’aspect de l’acier et de son
état de surface par l’emploi de
différents abrasifs
GPEM / PV
DS 3 Décapage à blanc (parfait) JO n°5568 Complète la
Commission
Projection DS 2 ½ Très soigné Travaux de peinturage spécification
Calaminé ou rouillé Centrale des
d’abrasif à sec DS 2 Soigné Spécifications techniques de OHGPI ci-
marchés
DS 1 Léger préparation des surfaces dessus
neuves en acier

Tableau présentant les documents disponibles pour l’évaluation visuelle des préparations de surfaces PS
Préparation de surface Document ou ouvrage de référence
Mode de
Etat initial Degré de Concepteur Désignation du document
préparation Résultat Avis OHGPI
de l’acier soins Auteur Titre ou sous titre
concerné
PS A : soudures
Au maxi reste de zinc dans les
Préparation manuelles PS 4
cavités (parfait)
secondaire : B : soudures
oxydation et corps étrangers NF T 35 508
Brossage, automatiques PS 3
retirés Définition des degrés de
chiffonnage, marteau C : brûlures AFNOR Essentiel
traces d’oxydation ou de corps préparation secondaire de
à aiguilles, discage, chaudes de retrait PS 2
étrangers surface
découpage à l’abrasif D : sels de zinc
ce qui n’est pas adhérent est
projeté, lavage à E : oxydation en PS 1
éliminé
l’abrasif projeté pleine tôle
PS A : soudures
Au maxi reste de zinc dans les
Préparation manuelles PS 4
cavités (parfait) Document
secondaire : B : soudures IRCN 33 1954
oxydation et corps étrangers particulièrem
Brossage, automatiques PS 3 Institut de Recherche de la
retirés ent adapté à
chiffonnage, marteau C : brûlures IRCN Construction Navale
traces d’oxydation ou de corps la
à aiguilles, discage, chaudes de retrait PS 2 Standard de préparation de
étrangers construction
découpage à l’abrasif D : sels de zinc surface
ce qui n’est pas adhérent est navale
projeté, lavage à E : oxydation en PS 1
éliminé
l’abrasif projeté pleine tôle
Décapage localisé PSa3 Parfait
ISO 8501-2
PSa : projection PSa2 ½ Très soigné (le plus courant)
Non calaminé Préparation des subjectiles
d’abrasif PSa2 Soigné
Préalablement déjà revêtus
PSt : nettoyage à la PSt3 Très soigné ISO Essentiel
revêtu avec défauts Décapage localisé
main PSt2 Soigné
à reprendre Evaluation visuelle de la
PMa : Nettoyage à la PMa Un seul cliché
propreté du subjectile
machine
DHP 4 Acier mis à nu (anciennes
DHP 3 peintures éliminées)
Surfaces peintes
Décapage à l’eau DHP 2 Poussé (traces anciennes
dégradées par
sous pression DHP 1 peintures jusqu’à 5%) NF T 35 520
enrouillement,
HP : de 70 à 100 MPa Préparation de surface d’acier
cloquage, Document à
THP de 100 à 140 Moyen (trace jusqu’à 70%) AFNOR déjà revêtue
craquelage, l’étude
Mpa Léger (traces supérieures à Décapage à l’eau sous
écaillage (état
UHP : supérieur à 140 70%) pression
définis par ISO
Mpa Oxydation test (après fin des
4828 parties 1 à 6)
opérations) OF 0 pas de trace
d’oxydation.

Tableau récapitulant les modes de préparation de surface et les degrés de soins à atteindre

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 100 / 122

Préparation primaire (totale)


Caractéristiques essentielles Référence
Mode de préparation Degré de soins
des surfaces ainsi préparées de l’extrait
La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères sont
DS 3 ou Sa 3
éliminés. La surface doit avoir une couleur uniforme métallique.
La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères sont
DS 2 ½ ou Sa 2 ½ éliminées. Les traces de contamination qui subsistent doivent apparaître
Projection simplement comme de légères taches sous forme de points ou de traînées. Annexe A
d’abrasif La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères sont ISO 12 944-4
DS 2 ou Sa 2
éliminés. Toute contamination résiduelle doit être très adhérente.

Seuls la calamine, la rouille et les revêtements peu adhérents et les matières


DS 1 ou Sa 1
étrangères sont éliminés.

La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères peu


adhérents sont éliminés. Toutefois, la surface doit être traitées beaucoup plus
St 3
soigneusement que St2 pour donner un reflet dû à la nature metallique du
Nettoyage à la main subjectile. Annexe A
ou à la machine ISO 12 944-4
La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères peu
St 2
adhérents sont éliminés.

La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères sont


Annexe A
Nettoyage à la flamme Fl éliminés. Tous résidus restants doivent apparaître seulement comme une
ISO 12 944-4
décoloration de la surface (ombre ou différentes couleurs).

La calamine, la rouille, les restes de revêtements sont éliminés


Annexe A
Décapage à l’acide Be complètement. Les revêtements doivent avoir été éliminés par des moyens
ISO 12 944-4
appropriés avant décapage à l’acide.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 101 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 102 / 122

Tableau récapitulant les modes de préparation de surface et les degrés de soins à atteindre
Préparation secondaire (partielle)
Caractéristiques essentielles Référence
Mode de préparation Degré de soins
des surfaces ainsi préparées de l’extrait
L’oxydation et les corps étrangers sont retirés. Il ne peut subsister du zinc
Projection d’abrasif PS 4
d’atelier à la poussière de zinc

d’atelier que dans les cavités.


protégées par un primaire
Surfaces préalablement

Brossage rotatif L’oxydation et les corps étrangers sont retirés de sorte que les surfaces ont
PS 3
Marteau à aiguilles un aspect brillant, à l’exception des cavités qui peuvent rester colorées.
NFT 35-506

Brossage manuel
PS 2 Presque toute l’oxydation et les corps étrangers sont éliminés.
Marteau à aiguilles

Brossage manuel L’oxydation peu adhérente et les corps étrangers peu adhérents sont
PS 1
Chiffonnage éliminés.
Les revêtements très adhérents doivent être intacts.
Sur la surface des autres parties, les revêtements peu adhérents et la plus
P Sa 3
grande partie de la calamine, de la rouille, et des matières étrangères sont
éliminées. La surface doit avoir une couleur uniforme métallique.
Les revêtements très adhérents doivent être intacts.
Sur la surface des autres parties, les revêtements peu adhérents et la plus
Décapage localisé P Sa 2 ½ grande partie de la calamine, de la rouille, et des matières étrangères sont Annexe B
par projection d’abrasif éliminées. Toutes traces restantes de contamination doivent se présenter ISO 12 944-4
seulement comme de légères taches sous forme de points ou de traînées.
Les revêtements très adhérents doivent être intacts.
Sur la surface des autres parties, les revêtements peu adhérents et la plus
P Sa 2 grande partie de la calamine, de la rouille, et des matières étrangères sont
éliminées.
Toute contamination résiduelle doit être très adhérente.
Les revêtements très adhérents doivent être intacts.
Sur la surface des autres parties, les revêtements peu adhérents et la plus
Annexe B
Meulage mécanique localisé PMa grande partie de la calamine, de la rouille, et des matières étrangères sont
ISO 12 944-4
éliminées. Toutes traces restantes de contamination doivent se présenter
seulement comme de légères taches sous forme de points ou de traînées.
Les revêtements très adhérents doivent être intacts.
Sur la surface des autres parties, les revêtements peu adhérents et la plus
grande partie de la calamine, de la rouille, et des matières étrangères sont
P St 3
éliminées. Toutefois, la surface doit être traitée beaucoup plus
Nettoyage à la main ou à la Annexe B
soigneusement que P St 2 pour donner un reflet dû à la nature métallique du
machine localisé ISO 12 944-4
subjectile.
Les revêtements très adhérents doivent être intacts.
P St 2 Sur la surface des autres parties, les revêtements peu adhérents et la plupart
de la calamine, de la rouille, et des matières étrangères sont éliminées.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 103 / 122

Selon norme NFT 35520, clichés d’oxydation

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 104 / 122

Tableau récapitulant les modes de préparation de surface et les degrés de soins à atteindre
Préparation secondaire (partielle)
Caractéristiques essentielles Référence
Mode de préparation Degré de soins
des surfaces ainsi préparées de l’extrait
Elimination de toute huile, graisse, boue, concrétions, anciennes peintures,
rouille et calamine non adhérents et tous anciens revêtements et matières
DHP 4 étrangères.
L’acier mis à nu présente une finition uniforme d’aspect « métal d’origine »
(mais aussitôt suivi de l’oxydation-flash)
Elimination de toute huile, graisse, boue, concrétions, anciennes peintures,
rouille et calamine non adhérents et tous anciens revêtements et matières
étrangères.
DHP 3
Les fonds ainsi traités sont encore partiellement recouverts d’anciennes
peintures ayant résisté au jet d’eau, sur une surface représentant jusqu’à 5%
Décapage à l’eau de la surface totale. Les traces de peinture sont irrégulièrement dispersées.
sous pression de surfaces Elimination de toute huile, graisse, boue, concrétions, anciennes peintures, NFT 35-520
déjà revêtues rouille et calamine non adhérents et tous anciens revêtements et matières
étrangères.
DHP 2
Les fonds ainsi traités sont encore partiellement recouverts d’anciennes
peintures ayant résisté au jet d’eau, sur une surface représentant jusqu’à
70% de la surface totale.
Elimination de toute huile, graisse, boue, concrétions, anciennes peintures,
rouille et calamine non adhérents et tous anciens revêtements et matières
étrangères.
DHP 1
Les fonds ainsi traités sont encore partiellement recouverts d’anciennes
peintures ayant résisté au jet d’eau, sur une surface supérieure à 70% de la
surface totale.
Etat de l’acier mis à nu dès la fin des opérations de décapage et de séchage,
OF 0
sans trace d’oxydation.
Etat de l’acier mis à nu après l’opération de décapage, présentant une faible
Flash rusting OF 1 NFT 35-520
oxydation superficielle non pulvérulente.
Etat de l’acier mis à nu, postérieur à l’état OF 1, présentant une faible
OF 2
oxydation superficielle pulvérulente.
Rugosité : synthèse des moyens disponibles
Et recommandations correspondantes en fonction des épaisseurs des systèmes

Méthode Rugotest * ISO 8503-1 **

Recommandations indicatives ***


Description de l’appareillage 1 Plaque en nickel 2 Plaques en inox En fonction des épaisseurs totales
des systèmes de peinture
NFT 35-520

Moyen de mesure Visco-tactile Visco-tactile


(segment)

G S Moins 100 Plus


Cadran
Classe

Références des Ra Rt
abrasif abrasif de à de
critères mesurés (µm) (µm)
angulaire nodulaire 100µ 200µ 200µ

Fin (G) Fin (S)


9 5,3 19 à 45 1
22 à 28 22 à 28

Moyen (G) Moyen (S)


Echelles 10 12,5 50 à 75 2
50 à 70 35 à 45
de
mesure
Grossier (G) Grossier (S)
11 25 110 à 170 3
85 à 115 60 à 80

4 130 à 170 85 à 115


* les valeurs Rt indiquées sont des ordres de grandeur permettant de faire la liaison avec ISO
8503-1
** les valeurs indiquées (h, ou R, selon cette norme), qui correspondent à Rt, varient selon la forme
du grain d’abrasif
** se référer à la fiche technique du fabricant qui peut préciser des valeurs spécifiques pour certains
produits
Quelques précisions :

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 105 / 122

Décapage à l’abrasif : l'efficacité des revêtements de protection sur l'acier est influencée de
façon importante par les conditions de la surface en acier avant la peinture. Les facteurs
principaux qui influent sur cette opération sont la présence de rouille et de scories d'usinage,
la présence d'impuretés comme la poussière, l'huile et le gras, ainsi que le profil de la
surface. Le sablage est effectué selon ISO 8504-2. La grenaille métallique est « projetée »
sur la surface des profils en éliminant toute trace de contamination.

Niveaux de rouille : Vous trouverez ci-dessous une série de degrés de rouille et de


préparation des surfaces en acier. Les degrés accompagnés par les photos sont des
exemples représentatifs du degré de tolérance de chaque degré compte tenu du degré
considéré.

A Surfaces en acier recouvertes abondamment par des scories de laminage adhérentes mais
peu ou pas rouillées.

[A]

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 106 / 122

B Surfaces en acier avec début de rouille et sur lesquelles les scories de laminage ont
commencé à se détacher.

[B]

C Surfaces en acier sur lesquelles les scories de laminage sont emportées par la rouille ou
qui peuvent être raclées, mais présentant encore une légère pointe visible à l'œil nu.

D Surfaces en acier sur lesquelles les scories de laminage sont emportées par la rouille et qui
présentent un poinçonnage abondant visible à l'œil nu.

Degrés de préparation
Chaque degré de préparation est désigné par les lettres « Sa », « St » ou « FI » pour indiquer
la méthode de nettoyage utilisée. Le numéro qui suit, si présent, indique le degré de
nettoyage des scories de laminage, de rouille ou des revêtements précédents.

La préparation de la surface par sablage est désignée par les lettres « Sa ».

Sa 1 Décapage à l’abrasif à jet doux


A l'œil, sans agrandissement, la surface doit être dégraissée, sans huiles ou impuretés, sans
scories de laminage, rouille ou autres substances.

Sa 2 Décapage à l’abrasif à jet puissant


A l'œil, sans agrandissement, la surface doit être dégraissée, sans huiles ou impuretés, et en
grande partie sans scories de laminage, rouille ou autres substances. Tout résidu de
contamination doit être parfaitement adhérent.

Sa 2 ½ Décapage à l’abrasif très puissant – décapage à l’abrasif standard


A l'œil, sans agrandissement, la surface doit être dégraissée, sans huiles ou impuretés, sans
scories de laminage, rouille ou autres substances. Tout résidu de contamination doit
apparaître sous forme de taches, points ou lignes.

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 107 / 122

[A Sa 2½] [B Sa 2½]

Sa 3 Décapage à l’abrasif pour obtenir une surface propre à l'œil nu


Elle doit présenter une couleur métallique uniforme.

[A Sa 3] [B Sa 3]

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 108 / 122

ANNEXE 8
ANALYSE DE RISQUES

REVETEMENT EXTERNE

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 109 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 110 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 111 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 112 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 113 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 114 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 115 / 122

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 116 / 122

Extrait du plan de prévention travaux


11. Travaux de peinture (traitement de surface)
Phases d’activités

Tous travaux de traitement de surface, peinture et rénovation


Ex. : Application de résine EPOXY, travaux de sablage, crépis…
Nature des risques
Santé : Sécurité : Environnement :
Intoxication, Affection des Incendie / Explosion Pollution sol, eau, air
voies respiratoires, Dégradation de matériel,
digestives, des yeux et de la Déformation de bac
peau Travaux Haute Pression
Applicable L’Entreprise Utilisatrice doit

Interdire tous mouvements de produit pour les bacs dont les évents sont colmatés
En raison de la présence de composés volatiles lors de l’application de résines époxy, interdire les travaux par
points chauds à proximité et effectuer un contrôle de l’atmosphère avant de reprendre les travaux dans le bac
(y compris sur écran flottant)
Applicable L’Entreprise Extérieure doit

Fournir la liste des produits ainsi que les FDS (peintures, produits de nettoyage, résines, catalyseurs, sable…)
Elaborer un mode opératoire détaillé
Baliser le chantier
Appliquer la signalisation de rigueur (interdiction de pénétrer)
Porter les équipements de protection individuels appropriés (vêtements, gants, lunettes, masque voies
respiratoires,…)
Mettre en place une ventilation permanente, naturelle ou forcée
Dans le cas de travaux dans un réservoir, se reporter à la phase 5. Travaux en atmosphère confinée
Dans le cas de travaux en hauteur, se reporter à la phase 6. Travaux en hauteur
Veiller à la bonne protection des couronnes DCI en inox sur les bacs
Protéger le sol et récupérer les déchets pour élimination (réaliser un BSDI)
S’assurer que le chantier n’incommode pas les riverains (les prévenir le cas échéant)
dans le cas de travaux de sablage

Protéger le matériel et le sol à l’aide de bâches


Protéger les réseaux d’assainissement (regards,…)
Faire surveiller en permanence par une personne à l’extérieur
Prévoir et repérer une coupure extérieure des alimentations en air et en sable de la lance de sablage
Définir des pauses pour les opérateurs (en accord avec la réglementation)
Réaliser un sablage humide dans la zone à risque (zone de type 1 et type 2)
Mesures de prévention Action à réaliser par
EE + nom (si nécessaire) EU
− Obturation ou détournement des ouies des bacs exposés
Mesures complémentaires Action à réaliser par
EE + nom (si nécessaire) EU




Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 117 / 122

ANNEXE 9
DOCUMENTS DE CONTRÔLE

ET DE SUIVI DE CHANTIER

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 118 / 122

AUDIT EXTERNE
RAPPORT DE VISITE N° : DATE :

MAITRE D’OUVRAGE : ADRESSE :

REFERENCES DE L’OUVRAGE :

TYPE D’OUVRAGE : Bac †


Charpentes †
Tuyauteries †
Accessoires †
Equipements †

PRODUIT STOCKE : Température :

NATURE DU SUBJECTILE : Acier † Acier peint †


Inox † Galvanisé †

SI ACIER PEINT, TYPE DE SYSTEME : Glycéro † Epoxy-PU † Température †

SURFACE A TRAITER : …………………….. m²

EPAISSEUR FILM SEC SELON ISO 2808 : mini : maxi : moyenne : Ì:

ADHERENCE DU SYSTEME :
Par traction selon ISO 4624 :

Par quadrillage selon ISO 2409 :

RESULTAT : Anciens fonds à conserver si ≥ 1,5 MPa selon ISO 4624


si ≤ Codification 3 selon ISO 2409

ISO 2409 : 0 = Très bon


5 = très mauvais

CONCLUSION : anciens fonds à conserver † à éliminer †

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 119 / 122

TRAVAUX EXTERNES
PREPARATION DE SURFACE

SI ANCIENS FONDS CONSERVES

DEGRAISSAGE : oui † non †

PAR PREPARATION MANUELLE OU MECANIQUE SELON ISO 12944-4

Brossage/grattage manuel ST………… Mécanique PS…………

Décapage localisé selon ISO 8501-2 degré de soin : PSA :

Balayage à l’abrasif : oui † non †

Dépoussiérage selon ISO 8502-1 à 4 oui † non †

PAR DECAPAGE A L’EAU SOUS PRESSION SELON NFT 35-520

Degré de soin : DHP2 † DHP3 †


Oxydation flash : OF1 † OF2 †

SI ANCIENS FONDS ELIMINES

DEGRAISSAGE : oui † non †

PAR PROJECTION D’ABRASIFS SELON ISO 8501-1

Décapage à l’abrasif – degré de soins : Sa 2 † Sa 2 ½ † Sa 3 †

Rugosité selon ISO 8503-1 : Ra : Rt : Moyen G :

Dépoussiérage selon ISO 8502-1 à 4 : oui † non †

PAR DECAPAGE A L’EAU SOUS PRESSION SELON NFT 35-520 :

HP (70-100 MPa) † THP (100-140 MPa) † UHP (> 140 MPa) †

DEGRE DE SOINS : DHP 2 (< 30%) † DHP 3 (< 95 %) † DHP 4 (100 %) †


Soit 70% de peinture Soit 5% de peinture Soit 0% de peinture
résiduelle résiduelle résiduelle

OXYDATION FLASH : OF0 (Robot) † OF1 † OF2 †

CONCLUSION: Support conforme † non conforme †

COMMENTAIRE :

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 120 / 122

TRAVAUX EXTERNES
SUIVI DES TRAVAUX JOURNALIERS

MAITRE D’OUVRAGE : DATE :

LIEU : REFERENCE DE L’OUVRAGE :

CLASSE D’ENVIRONNEMENT SELON ISO 12944-6 : C3 † C4 † C5 †

Type de préparation de surface : Rugosité :

Surface à traiter :

SYSTEME SELON CODE : DE LA SPECIFICATION : DOC-SPEC-028

Primaire : Epaisseur : Diluant :


Intermédiaire : Epaisseur : Diluant :
Intermédiaire : Epaisseur : Diluant :
Finition : Epaisseur : Diluant :
Finition : Epaisseur : Diluant :
TOTAL SELON ISO 2808 NIVEAU A EPAISSEUR :

MODE D’APPLICATION : brosse/rouleau † Pistolet air † sans air †

EPAISSEURS HUMIDES RELEVEES SELON ISO 2808 NFT 30-125 :

Mini : maxi : Moyenne : Ì:

CONDITIONS DE MISES EN ŒUVRE :

Démarrage chantier 11h 14h 16h


Hygrométrie :
T° ambiante :
T° support :
Point de rosée :
Conformité : oui † non † oui † non † oui † non † oui † non †

CONTROLE VISUEL DU FILM SELON ISO 4628 1 A 4

Coulures † Micro piqûres † Cloquage † Frisage †


Bullage † Décollement † Nuançage † Teinte †

MATERIEL DE CONTROLE UTILISE : Marque : Référence :

TRAVAUX conformes † non conformes †

COMMENTAIRES :

MAITRE D’OUVRAGE CONTRÔLEUR FABRICANT APPLICATEUR


Signature Signature Signature Signature

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 121 / 122

INTERIEUR DE RESERVOIR
SUIVI DES TRAVAUX JOURNALIERS

MAITRE D’OUVRAGE : REFERENCE DE L’OUVRAGE :

LIEU : RESERVOIR :

DATE : PRODUIT STOCKE : TEMPERATURE :

SYSTEME

Primaire : Epaisseur : microns


Revêtement : Epaisseur : microns

CONDITIONS DE MISE EN ŒUVRE :

Contrôle de la température ambiante :


Contrôle de la températuredu support :
Hygrométrie :
Point de rosée :
Conditions de mise en œuvre : conformes † non conformes †

PREPARATION DE SURFACE :

Décapage à l’abrasif selon ISO 8501-1

Degré de soins : Sa 2 ½ Conforme † non conforme †


Rugosité selon ISO 8503-1 Moyen G Conforme † non conforme †
Visu tactile : Ra : Rt : Conforme † non conforme †
Dépoussiérage selon ISO 8501-2 Conforme † non conforme †

REVETEMENT :

Epaisseur du film sec selon ISO 2808 :


Mini : Maxi : Moyenne : Ì: conforme : † non conforme : †

Contrôle du fil de verre : Référence :


Contrôle du mat de verre : Référence :
Contrôle de la polymérisation à l’acétone selon ASTM D 4752 oui † non †

CONTROLE AU BALAI ELECTRIQUE SELON NFT 34-650 / C :


Voltage : 300/400 µ : 2 500 volts †
600/800 µ : 3 000 volts † 1 500 µ : 6 000 volts †
1000 µ : 4 500 volts † 3 000 µ : 12 000 volts †

Essai de traction selon ISO 4624 MPa conforme † non conforme †

Réception des travaux : oui † non †

COMMENTAIRES :

MAITRE D’OUVRAGE CONTRÔLEUR FABRICANT APPLICATEUR


Sgnature Signature Signature Signature

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
SPECIFICATION DOC-SPEC-028

Révision : 2
TRAITEMENT ANTICORROSION Date : 14/11/2008
DES EQUIPEMENTS METALLIQUES
RM/AMO/LA/LOG Page 122 / 122

ANNEXE 10
KIT D’INSPECTION PEINTURE

DISPONIBLE VIA LE DEPARTEMENT


ACHAT AMO

Ce document est la propriété de TOTAL AFRIQUE / MOYENT-ORIENT - Communication et reproduction soumises à son accord
KIT D’INSPECTION

05/02/2008 page 1
CONTENU DE LA VALISE

Peignes pour films humides Elcometer 115

Usinés avec précision en acier inoxydable pour durer longtemps et être réutilisables, ces
peignes indiquent des mesures métriques et impériales. Les peignes Elcometer 115 vous sont
proposés individuellement dans une poche protectrice.

Selon normes:
ASTM D 4414-A BS 3900-C5-7B
ISO 2808-7B NFT 30-125

Comparateurs de surface Rubert & Rugotest Elcometer 129

Les comparateurs permettent d’estimer la rugosité des surfaces à la fois au toucher et à la


vue.
L’ Elcometer 129 Rugotest comprend les profilés grenaillé et décapé sur le même bloc.

Selon normes:
ASTM D 4417 Method A

Peigne de quadrillage Elcometer 1542

Méthode simple mais efficace pour déterminer l’adhérence d’une grande variété de
revêtements. L’instrument est idéal pour les recouvrements fins sur les surfaces plates.
Livré avec une cale de réglage pour le positionnement précis de la lame de coupe.

Selon normes:
ASTM D3359 BS 3900 E6
DIN EN ISO NF
ECCA T-6
2409

05/02/2008 page 2
Mesureur d’épaisseur de revêtement Elcometer 456

L’Elcometer 456 est désormais le mesureur d’épaisseur portatif le plus performant du marché
actuel. Une large gamme de sondes vous est proposée, en version intégrée ou séparée, pour
des mesures de revêtements sur support ferreux (F), non-ferreux (NF) ou bien ferreux et non-
ferreux (FNF).
L’appareil est très simple d’utilisation ; il a été conçu selon les exigences des utilisateurs.
L’opérateur peut sélectionner les fonctions statistiques de son choix : nombre de mesures,
moyenne écart-type, cœfficient de variation, valeur minimale, valeur maximale.

- sonde à large base pour des résultats répétables et fiables


- Menu déroulant à l’écran
- Fonction « aide » à l’écran
- Sortie infrarouge
- Calibration en 2 points
- Sonde intégrée pour grandes surfaces

Caractéristiques
Plage de mesure, précision 0-1500 microns, +- 3% ou 2.5 microns
Résolution 0.10 au-delà de 100 et 1.00 de 100 à 1500 microns
Durée de vie des piles 15 000 – 20 000 lectures
Piles livrées avec l’appareil 2 piles AAA (LR03)
Cadence des mesures Plus de 60 mesures à la minute

05/02/2008 page 3
Mesureur de point de rosée Elcometer 319

L'Elcometer 319 a ete conçu pour incorporer toutes les mesures nécessaires au suivi des
conditions climatiques, dans une seule jauge.

• Temperature de l'air
• Humidité relative
• Température de surface
• Température du point de rosee
• ∆T - La différence entre le point de rosée et la température de surface

05/02/2008 page 4
fiche technique
Peignes pour films humides Elcometer 115

Peignes pour films humides Epaisseur de film humide


Elcometer 115
La mesure de l’épaisseur des
Usinés avec précision en acier revêtements est essentielle.
inoxydable pour durer longtemps et Appliquer un revêtement trop épais
être réutilisables, ces peignes serait non seulement une perte de
indiquent des mesures métriques et temps, mais également une perte
impériales. d’argent. De plus, le revêtement
Peignes pour films humides Elcometer 115
pourrait craquer pendant le
Quatre plages distinctes d’épaisseur processus de durcissement. A
Selon normes: sont disponibles avec une épaisseur l’inverse, une pièce insuffisament
maximale de 1270µm (50mils). revêtue n’entre pas non plus en
ASTM D 4414-A BS 3900-C5-7B conformité. Afin de contrôler les
Chaque peigne est composé de 10
ISO 2808-7B NFT 30-125 variables du process, il est souvent
dents.
souhaitable de prendre des
Les peignes Elcometer 115 vous mesures lorsque le film est encore
sont proposés individuellement dans humide. Les mesureurs d’epaisseur
une poche protectrice ou en jeu de de film humide sont également
4 dans un étui en cuir. utilisés pour les systèmes où une
prise de mesure sur film sec serait
destructive.

Plage
Modèle Description Code article
µm mils
Elcometer 115/1 Peigne pour film humide Elcometer 115 25-330 1-13 B11529451
Elcometer 115/2 Peigne pour film humide Elcometer 115 51-457 2-18 B11529452
Elcometer 115/3 Peigne pour film humide Elcometer 115 51-762 2-30 B11529453
Elcometer 115/4 Peigne pour film humide Elcometer 115 127 -1270 5-50 B11529454
Elcometer 115/W Jeu de 4 (Graduations à déterminer par le client lors de la commande) B11529459W
Personnalisable, l’Elcometer 115 peut recovoir le logo de votre sociélé. Contactez Elcometer pour de plus amples
informations.

www.elcometer.com Epaisseur de film humide


V3: 15/01/07
1/2
fiche technique
Comparateurs de surface Rubert & Rugotest Elcometer 129

Comparateurs de surface Rubert Etat de surface


& Rugotest Elcometer 129
La préparation efficace et adéquate
Les comparateurs permettent d’une surface avant peinture est
d’estimer la rugosité des surfaces à essentielle. Contrôler la rugosité, ou
la fois au toucher et à la vue. profil, est essentiel. Si la rugosité
est trop faible, l’adhérence du
L’Elcometer 129 est disponible en revêtement en sera affectée. Si elle
deux modèles: est trop importante, les pics risquent
de ne pas être recouverts,
• L’Elcometer 129 Rubert – permettant à la rouille de s’installer.
disponible en version grenaillé
Comparateurs de surface Rubert & Rugotest et décapé
Elcometer 129
• L’ Elcometer 129 Rugotest –
Selon normes: comprend les profilés grenaillé
ASTM D 4417 Method A et décapé sur le même bloc.

• Unités métriques uniquement

• La rugosité est affichée à la


fois en classes et groupes
pour une identification plus
aisée.

Elcometer 129/1 Rubert Elcometer 129/2 Rubert Elcometer 129/3 Rugotest


Décapé Grenaillé Grenaillé et Décapé
N6; N7; N8; N9; N10 et N11
Profiles de 0,4; 0,8; 1,6; 3,2; 6,3 et 0,4; 0,8; 1,6; 3,2; 6,3 et équivalent à 0,8; 1,6; 3,2; 6,3;
section 12,5µm 12,5µm 12,5 et 25µm moyennes
rugosité respectivement
Code article E129----1 E129----2 E129----3

www.elcometer.com Etat de surface


V2: 09/06/06
1/2
fiche technique
Peigne de quadrillage Elcometer 1542

Peigne de quadrillage Elcometer Adhérence


1542
Des plus grosses structures construites
par l’homme aux plus petits appareils
Méthode simple mais efficace pour domestiques, la plupart des produits
déterminer l’adhérence d’une manufacturés présentent un revêtement
grande variété de revêtements. de protection ou d’habillage. La
L’instrument est idéal pour les défailance prématurée d’un revêtement
recouvrements fins sur les surfaces peut entrainer des frais de
plates, disponible avec trois remplacement ou de réparation, ainsi
espacements différents, qu’une perte de crédibilité vis à vis du
correspondant à l’épaisseur de la client. L’essai d’adhérence après la
Peigne de quadrillage Elcometer 1542 couche à tester. procédure de revêtement quantifiera la
force d’adhérence entre le substrat et le
revêtement ou entre les différentes
1 mm d’espacement - pour couches de revêtement ou substrats
Selon normes: épaisseur de revêtement de moins cohésifs.
de 60 µm Ces essais sont également utilisés dans
ASTM D3359 BS 3900 E6
2 mm d’espacement - pour le cadre des procédures d’inspection et
DIN EN ISO NF épaisseur de revêtement de moins de maintenance pour dêtecter des
ECCA T-6
2409 de 120 µm défaillances potentielles de revêtement.
3 mm d’espacement - pour Elcometer offre une gamme très
épaisseur de revêtement de plus de intéressante de tests d’adhérence
conçus pour répondre à toutes vos
120 µm demandes. Il existe 3 catégories de
tests:
Ces types d’instrument sont livrés
séparément et sont combinés dans Méthode par quadrillage
un boîtier avec brosse standard et Le revêtement est découpé en petits
loupe. carrés, ensuite l’adhérence est évaluée
Cutter de quadrillage puissant avec par rapport aux normes d’entreprise,
8 outils de coupe. ISO ou ASTM.
Poignée en aluminium anodisé,
Méthode d’adhérence par traction
avec une molette de stabilisation, Des plots de tension (dollies) sont collés
idéal pour les panneaux tests et sur le revêtement. Lorsque la colle est
revêtements fins. sèche, la force nécessaire pour décoller
Livré avec une cale de réglage pour le plot de la surface est mesurée.
le positionnement précis de la lame
de coupe Méthode l’adhérence par tension
Similaire à la méthode d’adhérence par
Modèle Description Code article traction, des plots sont collés sur le
Cutter de quadrillage Elcometer 1542 revêtement. Ces plots sont composés
Elcometer 1542/1 K0001542M001 de 2 parties séparées par une bague de
6 x 1mm
Cutter de quadrillage Elcometer 1542 couleur. Une fois la colle sèche, il suffit
Elcometer 1542/2 K0001542M002 d’apposer l’outil de traction – le
6 x 2mm
decollement du plot indique une
Cutter de quadrillage Elcometer 1542 défaillance de
Elcometer 1542/3 K0001542M003
6 x 3mm l’adhérence. La rupture du plot indique
Cutter de rechange 6 x 1mm KT001542P001 que l’adhérence est acceptable. La
bague de couleur indique la force que le
Cutter de rechange 6 x 2mm KT001542P002
revêtement a supporté.
Cutter de rechange 6 x 3mm KT001542P003
Accessoires
Cale de réglage pour Elcometer 1542 KT001542F006
Adhésif ASTM 03359 (2 rouleaux) T1078894-
Adhésif ISO 2409 (2 rouleaux) T1079358-

www.elcometer.com Adhérence
Version 2:01/08/05
1/2
fiche technique
Jauge d’épaisseur de revêtement Elcometer 456
Jauge d’épaisseur de revêtement Jauges d’épaisseur de revêtement
Elcometer 456 - digitales

Equipé d’un menu déroulant digital, Simples d’utilisation, ces instruments


l’Elcometer 456 est certainement le portatifs permettent de mesurer de
mesureur d’épaisseur de revêtement le nombreux revêtements sur surfaces
plus moderne sur le marché actuel. métalliques – les mesureurs
d’épaisseur de revêtement digitaux
Ce produit phare est disponible en modèle sont plus précis et offrent un plus
Basic, Standard et Top; avec sonde large éventail de mesures que les
intégrée ou séparée. autres appareils proposés sur le
marché actuel.
Nous vous proposons une large gamme
de sondes; il y aura donc toujours un Elcometer est leader mondial sur le
marché des mesureurs d’épaisseur
Elcometer 456 pour répondre à vos
digitaux portatifs. Développés pour
besoins.
substrats ferreux (F), non ferreux
(NF) ou bien à la fois ferreux et non
Jauge d’épaisseur de revêtement Elcometer L’Elcometer 456 est détaillé selon les ferreux (FNF) ces appareils sont
points suivants: déclinables avec différentes sondes.
• Caractéristiques de la sonde
• Sondes intégrées et options Afin de bien sélectionner votre
• Sondes séparées appareil ainsi que votre sonde, nous
• Sonde séparées en option: sondes vous invitons à vous poser ces
droites, miniatures et PINIP™ questions spécifiques:

1 Quel est le substrat (le métal de


surface) que vous
recouvrez/inspectez?
Le métal est-il un substrat ferreux (F),
non-ferreux (NF)? Il est parfois
difficile de répondre. Le substrat peut
avoir déjà été recouvert. La méthode
la plus facile pour identifier le métal
est de voir si un aimant adhère à la
surface. Si c’est le cas, alors le
substrat est ferreux, si ce n’est pas le
cas, alors le substrat est non-ferreux.

2 Mesurez-vous uniquement ce
substrat?
Si vous n’inspectez qu’un type de
Peut être utilisé conformément à: produit, alors la réponse est oui. Si
avez divers supports à inspecter,
FERREUX (F) NON-FERREUX (NF) DUAL FERREUX et alors vous devez vérifier qu’ils aient
NON-FERREUX (FNF) tous la même composition. Vous
ASTM B 499 ASTM D 1400 Toute la liste des devez également prendre en compte
ASTM D 1186 ASTM B 244 ferreux et non ferreux l’éventualité de mesures postérieures
ASTM D 7091 BS 5411-3 plus; ASTM E 376 sur d’autres substrats. Si c’est le cas,
BS 5411-11 BS 3900-C5-6Ba vous devez prendre une jauge FNF.
BS 3900-C5-6Aa BS 5599
BS EN ISO 1461 DIN 50984 3 Quelle est votre combinaison
DIN 50981 ISO 2360 revêtement/substrat?
ISO 2178 ISO 2808-6Ba Assurez-vous de la compatibilité du
ISO 2808-6Aa revêtement et du substrat; Voir
ISO 19840 annexe 1: Quelle est ma
SSPC-PA2 combinaison revêtement/substrat

www.elcometer.com Jauges d’épaisseur de revêtement - digitales


1 V4: 10/05/06
fiche technique
CARACTERISTIQUES ELCOMETER 456 4 Généralement, quel type
Basic Standard Top d’épaisseur de revêtement devez-
vous mesurer?
Option de sonde séparée complètement interchange-
able
● ● ● Cela vous aidera à sélectionner la
bonne plage de mesure de la sonde.
Affichage piloté par menus ● ● ●
Exemple: La plage 1 permet de
Options menu étendu/normal sélectionnées par mesurer jusqu'à 1500 µm (60mils).
● ● ●
l’utilisateur
Fonction d’aide à l’écran ● ● ● 5 De quel type de sonde avez-vous
Unités métrique/impériale sélectionnées par besoin?
● ● ●
l’utilisateur Suivant l’application, vous pouvez
Instructions d’étalonnage à l’écran en 25 langues ● ● ● sélectionner différentes sondes:
Options de calibrage**
substrat lisse, deux points, surfaces rugueuses • Sonde intégrée (la sonde est
● ● ●
et substrat spécial intégrée dans l’appareil pour
correction de zéro (déduit une valeur fixe des des mesures précises sur de
● ● ●
mesures) grandes surfaces, pipelines,
ISO, SSPC, norme suédoise et australienne etc.).

prédéfinie
Rétro-éclairage pour mesure dans des zones sombres ● ● ● • Sonde séparée (la sonde est
Sorties données infrarouge ● ● ● connectée à l’appareil par un
Sorties données immédiate ● ● ●
câble pour toutes les
applications)
Sorties données par lot ● ●
Câble de Sortie données vers PC ● ● • PINIP™ (la sonde PINIP est
Logiciel PC gratuit et câble de téléchargement fixée directement à la base de
● ●
(RS232) l’instrument, permettant ainsi
Statistiques (en lectures simples ou par lots) de convertir un appareil à
- Nombre de lectures, moyenne, écart type, ● ● ● sonde séparée en sonde
coefficient de variation, mesure la plus haute intégrée).
et la plus basse
jusqu’à Vous pouvez choisir vos sondes
250 lectures 40.000 parmi une large gamme comprenant:
Mémorisation des données
en un lot dans 999
lots • Sondes classiques: droite, à
Relecture des mesures ● ● angle droit (90°) et
Etalonnage de lots individuels ● télescopique.
Limites de lecture (valeurs hautes et basses peuvent
● ●
être réglées par l’utilisateur) • Sondes miniatures: droite, à
Horloge et alarme – invitation à prendre les mesures angle droit (90°) à angle 45°.
● Les sondes miniatures sont
suivantes
disponibles dans 2 longueurs
Impression date et heure ●
* Décalage automatique du zéro, Patente américaine numéro 6243661
6 Devez-vous enregistrer vos
mesures pour vos dossiers ISO ou
comme preuve pour vos clients?
SPECIFICATIONS ELCOMETER 456 Les jauges Elcometer sont
disponibles en trois versions:
Vitesse de mesure supérieure à 60 lectures par minute
STN Graphiques (LCD), 128 x 64 pixels; 19,8 x 39,6mm (0,78 • BASIC – Statistiques simples
Affichage
x 1,56") mais sans mémoire.
2 x AAA (LR03), Les piles rechargeables peuvent également
Type de pile
être utilisées • STANDARD – Statistiques,
30-40 heures d’utilisation continue avec piles alcalines mémoire limitée et sortie des
Autonomie sèches (15000 - 20000 lectures à une moyenne de 8 lectures données sur PC.
par minute)
Epaisseur minimale de sub- Ferreux: 0,3mm (12mils); Non-Ferreux: 0,1mm (4mils) sauf si • TOP – Statistiques, large
mémoire, mémorisation par
Options de mesure Ferreux (F), Non Ferreux (NF) et Dual (FNF) lots et sortie des données sur
PC.
Température de fonctionne- 0 à 50°C (32 à 120°F)

Dimensions 128 x 68 x 28mm (5,0" x 2,7" x 1,1")


Poids ((y compris batteries
130g (4,58oz)
sèches)

Jauges d’épaisseur de revêtement - digitales


www.elcometer.com V4: 10/05/06
2
fiche technique
Options sonde intégrée Elcometer 456

Options sonde intégrée Elcometer 456

L’Elcometer 456 à sonde intégrée est idéal pour les surfaces planes ou
irrégulières. Sa sonde à large base permet des mesures réguliéres et
répétitives.

Aucun câble n’étant nécessaire, les mesures peuvent être prises d’une
seule main.

Les sondes intégrées sont idéales pour mesurer à la fois les revêtements
organiques et non organiques et sont disponibles en version:

• Ferreux (F)
• Non-Ferreux (NF) ou
• Dual ferreux et non-ferreux (FNF)

Options sonde intégrée Elcometer 456

ELCOMETER 456 SONDE INTEGREE – CARACTERISTIQUES ET CODES ARTICLES


Métrique Impériale Code article

Ferreux Basic sonde intégrée – plage 1 0 – 1500µm 0 – 60 mils A456FBI1

Ferreux Basic sonde intégrée – plage 1 2* 0 – 5mm 0 – 200 mils A456FBI12


BASIC Ferreux Basic sonde intégrée – plage 3 0 – 13mm 0 – 500 mils A456FBI3
Non ferreux, Basic sonde integrée 0 – 1500µm 0 – 60 mils A456NBI1
Dual (FNF) Basic sonde integrée 0 – 1500µm 0 – 60 mils A456FNFBI1
Ferreux Standard sonde intégrée – plage 1 0 – 1500µm 0 – 60 mils A456FSI1

Ferreux Standard sonde intégrée – plage 1 2* 0 – 5mm 0 – 200 mils A456FBSI12


STANDARD Ferreux Standard sonde intégrée – plage 3 0 – 13mm 0 – 500 mils A456FSI3
Non ferreux, Standard sonde integrée 0 – 1500µm 0 – 60 mils A456NSI1
Dual (FNF) Standard sonde integrée 0 – 1500µm 0 – 60 mils A456FNFSI1
Ferreux Top sonde intégrée – plage 1 0 – 1500µm 0 – 60 mils A456FTI1

Ferreux Top sonde intégrée – plage 1 2* 0 – 5mm 0 – 200 mils A456FBTI12

TOP Ferreux Top sonde intégrée – plage 3 0 – 13mm 0 – 500 mils A456FTI3
Non ferreux, Top sonde integrée 0 – 1500µm 0 – 60 mils A456NTI1

Dual (FNF) Top sonde integrée 0 – 1500µm 0 – 60 mils A456FNFTI1


* L’échelle F1 2 combine F1 et F2 dans une seule sonde. (Patente anglaise numéro GB2367135B). L’utilisateur sélectionne la plage adaptée (et ensuite la résolution
pour le travail en cours).

Jauges d’épaisseur de revêtement - digitales


www.elcometer.com V4: 10/05/06
3
fiche technique
Le mesureur de point de rosée Elcometer 319

Le mesureur de point de rosée Essai des conditions climatiques


Elcometer 319
Pendant l’application d’un
L’Elcometer 319 a été conçu pour revêtement, la présence d’humidité
incorporer toutes les mesures dans l’environnement ou sur la
nécessaires au suivi des conditions surface de travail conduit souvent à
climatiques, dans une seule jauge. une finition de mauvaise qualité.
Des problèmes tels qu’une
• Température de l’air mauvaise adhérence du revêtement
• Humidité relative ou une corrosion prématurée du
• Température de surface substrat peuvent se produire.
Pour déterminer la probabilité
• Température du point de
Le mesureur de point de rosée Elcometer 319
rosée d’humidité affectant la qualité du fini,
il est essentiel de mesurer la
• ∆T - La différence entre le
Selon normes: température de surface, la
point de rosée et la
température de l’air, l’humidité
BS 7079-B4 ISO 8502-4 température de surface
relative (HR) et le point de rosée.
NACE RP propo 97
Les accessoires disponibles pour
l’Elcometer 319 comprennent:

• Câble d’interface et Logiciel


EDTS + Excel Link pour
télécharger vos mesures
enregistrées pour des
analyses ultérieures sur PC.
• Imprimante infrarouge pour
impression directe de chaque
relevé de données
• Sonde de température liquide
pour mesurer les liquides
jusqu'à 300°C/572°F

Alarme Signalant que les conditions climatiques ne sont pas “idéales” pour peindre
Chaque Elcometer 319 peut stocker jusqu’à 99 jeux de mémoire de donnée* dans sa mémoire
Mémoire
interne
Chaque jeu de données est stocké avec un marquage de date et heure. La date et l’heure peuvent
Date et heure
également être affichées à l’écran.
Sortie IR Sortie infrarouge directe vers une imprimante IR
Sorties données par Tous les mesureurs sont livrés avec une sortie données via un câble de liaison vers un PC.
câble (Note: Câble d’interface et logiciel livrés séparément, Code article T31916504)
Pour mesurer dans les zones de faible éclairage et dans l’obscurité, allumer le rétro-éclairage
Rétro-éclairage

Relecture des valeurs Permet de voir à l’écran toutes les mesures stockées en mémoire
de jeux de données
Avec deux gammes d’échelle qui changent automatiquement suivant les lectures, fournit une
Résolution améliorée
meilleure résolution et une plus grande précision de lecture sous 60° C(140°F).
Durabilité améliorée Un étui de rangement spécialement conçu fournit à l’utilisateur une plus grande protection.
Précision et stabilité Fabriqué par la société suisse Rotronic®, le capteur d’humidité est peut-être le plus stable et
accrues précis sur le marché actuel.
Sonde de surface plus Les utilisateurs peuvent prendre plus de mesures en moins de temps avec le capteur de contact
rapide rapide

* Un jeu de données est un ensemble de mesures, c’est à dire température de l’air, température de surface, humidité relative,
point de rosée et ∆T-.

www.elcometer.com Essai des conditions climatiques


Version 1:01/01/05
1/3
fiche technique

Métrique Impériale
Plage de température de l’air -20 à 60ºC -4 à 140ºF
Précision température de l’air ±0,3ºC ±0,6ºF
Résolution 0,1ºC 0,1ºF
Plage de température de surface -15 à 115ºC 5 à 239ºF
Plage de température de surface 1 -30 à 60ºC -22 à 140ºF
Plage de température de surface 1 Précision ±0,5ºC ±1,0ºF
Plage de température de surface 1 Résolution 0,1ºC 0,1ºF
Plage de température de surface 2* 60 à 300ºC 140 à 572ºF
Plage de température de surface 2 Précision ±1,5ºC ±3,0ºF
Plage de température de surface 2 Résolution 1ºC 1ºF
Plage d’humidité relative 3 à 98% RH 3 à 98% RH
Précision humidité relative ±3% RH ±3% RH
Résolution humidité relative 0,1% RH 0,1% RH
Poids 260g 0,57lb
Type de piles 3 x AA MN1500 LR6 Batteries
Plus de 500 heures
Autonomie des piles
(sans utilisation du rétro-éclairage)
* L’Elcometer 319 passe automatiquement d’une gamme à l’autre pour augmenter la résolution à température plus
basse.

Modèle Description Code article


Elcometer 319 Calculateur de point de rosée Elcometer 319 G319----1
Accessoires Sonde pour température de liquide T31916465
Sonde pour température de surface T31916466
Câble d’interface et logiciel EDTS+ Excel Link T31916504
Imprimante IR X99913877

www.elcometer.com Essai des conditions climatiques


Version 1:01/01/05
2/3