Vous êtes sur la page 1sur 3

Mécanique et thermodynamique des fluides

2eme année

BE1 – Explorations de couches limites


au dessus d’une plaque plane

On considère des essais effectués dans une des souffleries subsoniques atmosphériques du DAEP
(section d’essais 0.45 m * 0.45 m). L’écoulement y évolue à Patm et Tatm pour une vitesse U∞ maximum
de 30 m/s. Une plaque plane, d’épaisseur 8 mm, de largeur b=0.45 m et de longueur L=0.5 m est
positionnée au centre de la veine d’essais parallèle à l’écoulement (voir photo ci-dessous). On propose
ici d’analyser des relevés expérimentaux en vue d’extraire les caractéristiques de la couche limite se
développant au dessus de cette plaque et de les confronter aux résultats théoriques.

Figure 1 – Montage expérimental et système de coordonnées

1 Protocole expérimental
Une sonde de pression totale très mince (d’épaisseur 0.3 mm) est déplacée perpendiculairement
à la plaque pour relever la pression totale Pi (x, y) dans la couche limite. Par ailleurs, trois prises de
pression statique Ps (x, 0) sont percées à la surface de la plaque à une distance x1 = 110 mm, x2 = 230
mm et x3 = 370 mm du bord d’attaque de la plaque (voir schéma ci-dessus).
La température Tatm et pression Patm atmosphériques sont également relevées au cours de l’essai.

1. Rappelez ce qui différencie une prise de pression totale d’une prise de pression statique.
2. Qu’elles sont les évolutions attendues dans l’écoulement pour
- la pression statique Ps (x, y) ?
- la pression totale Pi (x, y) ?
3. Montrez que la mesure, en une abscisse ”xn ” donnée, de [Pi (xn , y) − Ps (xn , 0)] et la connais-
sance de Tatm et Patm permettent de calculer le profil de vitesse longitudinal dans la couche
limite u(xn , y).

2 Couche limite laminaire, épaisseurs caractéristiques et autosimi-


larité des profils de vitesse
Les relevés expérimentaux sont fournis dans un fichier Excel téléchargeable sur le LMS (”sondage
CL.xlsx”).
1. Superposez les 3 profils de vitesses u(x1 , y), u(x2 , y) et u(x3 , y).

2. Calculez les épaisseurs conventionnelles δ(xn ), les épaisseurs de déplacement δ ∗ (xn ) et de quan-
δ∗
tité de mouvement θ(xn ) ainsi que le facteur de forme H12 (xn ) = pour les 3 positions.
θ
Pour le calcul des intégrales, on pourra utiliser la méthode des trapèzes
Z an n−1
X f (ai ) + f (ai+1 )
f (t)dt ' (ai+1 − ai )
a1 2
i=1

Commentez l’évolution des épaisseurs et du facteur de forme le long de la plaque.

3. Proposez une représentation pour mettre en évidence l’autosimilarité des profils de vitesse dans
la couche limite. Vérifiez l’autosimilarité dans le cas des relevés expérimentaux.

4. La solution théorique autosimilaire du profil de couche limite au dessus d’une plaque plane est
obtenue par résolution de l’équation de Prandtl (solution de Blasius, cours C4).
u(η) y
La solution est donnée sous la forme avec η = √ (voir onglet ”CL laminaire Blasius”
UE x/ Rex
du fichier Excel ).
En s’appuyant sur ces données, trouvez l’expression théorique de l’épaisseur d’une couche limite
δ(x) 4.92
laminaire =√ .
x Rex
On pourra également vérifier que les calculs intégraux des épaisseurs de déplacement et de quan-
δ ∗ (x) 1.72 θ(x) 0.664
tité de mouvement issues de la solution de Blasisus fournissent =√ et =√ ,
x Rex x Rex
soit H = 2.59.

5. Comparez les relevés expérimentaux à la solution autosimilaire de Blasius.



∂u/UE
6. La solution théorique de Blasius fournit également = 0.332. Calculez alors la
∂η η→0
contrainte locale τp (x), le coefficient de frottement local Cf (x) et le coefficient de traı̂née global
CD s’exerçant sur une face de la plaque. On s’efforcera de faire explicitement apparaitre dans
ρUE (x)x ρU∞ L
chaque expression le nombre de Reynolds local Rex = , ou global Re = .
µ µ
3 Comparaison des couches limites laminaire et turbulente
En fixant un élément rugueux au bord d’attaque de la plaque, il est possible de forcer la transition
de la couche limite se développant sur celle-ci. Les relevés expérimentaux ainsi obtenus sont référencés
comme ”turbulents”.

1. Les relevés obtenus à l’abscisse x1 = 150mm sont fournis dans l’onglet ”CL turbulente” du
fichier Excel. Ils représentent la vitesse moyenne locale ū(x1 , y) obtenue dans la couche limite
turbulente pour les mêmes réglages soufflerie (soit même nombre de Reynolds) que pour le cas
laminaire. On pourra vérifier que dans ces conditions les épaisseurs caractéristiques et le facteur
de forme deviennent respectivement :

δ(x1 ) = 2.5mm; δ ∗ (x1 ) = 0.41mm; θ(x1 ) = 0.25mm; H12 = 1.64;

Comparez ces épaisseurs aux épaisseurs équivalentes pour la couche limite laminaire calculées
à la même station x1 .

2. Superposez les profil de vitesse laminaire et turbulent relevés à la même abscisse x = x1 . Quels
commentaires pouvez-vous faire sur la forme des profils ? Quelles conséquences sur le frotte-
ment ?