Vous êtes sur la page 1sur 52

THX TO MIMIL

Restitution Eau et
Territoire
REVISITED CORECT
AND RE-GRADING FOR
GB
REQUIEM FOR US
THUESDAY
Bilan des GE 2ème année sur les 3 jours
Le pays des trois frontières
 Une zone située au Nord de la Lorraine et
couvrant la jonction des frontières de
l’Allemagne, du Luxembourg et de la France

 Un Paysage s’articulant autour de la Moselle

 Une région profondément marquée par l'histoire

 Un espace multiculturel

ON SAIT MERCI
NB : les diapos suivantes inutiles on été supprimées
Un milieu d’une grande
diversité
 Une réserve naturelle nationale de Montenach

 Une pelouse calcaire xérophile avec une


biodiversité

 Une agriculture nouvelle et adaptée au sol

 Un réseau hydrique important et particulier


Géologie du pays des trois
frontières
 Socle dévonien inférieur : Quartzites du Taunus (300-400
millions d'années)

 Massif ancien datant de l'ère primaire : Trias (200 millions


d'années)

 Failles tectoniques en grand nombre

 Plissement synclinal et anticlinal

 Dominance calcaire du Muschelkalk et des marnes

 Couverture sédimentaire (bassin parisien) avec socle


dévonien qui apparait dans les fonds de vallée
Topographie
 Plateaux calcaires marneux du Muschelkalk à plus de
370 mètres

 Profondes entailles causées par la Moselle et ses


affluents

 Fortes pentes dues aux expositions variées et vastes,


étendues planes en hauteur

 Villages principalement installés aux creux des vallées


et des vallons

 Originalité géologique locale : les quartzites


Les quartzites du dévonien
 Roche rouge très résistante,
composée de silice et de sels
ferrugineux

 Présence de quartz purs

 Formé au dévonien (400


millions d'années)

 Socle apparaissant dans les


fonds de la vallée

 Milieu acide
Carrière de Calcaire de
Apach
 Formation : dépôt de
couches calcaires issu
d'une sédimentation
(mer germanique)

 Calcaires de type
récifaux, largement
fracturés

 Activité biologique
importante
Carrière de Calcaire de
Apach
 Structure :
 Pas de bancs massifs seuls mais des bancs
intermédiaires
 Épisodes de sédimentation bien visibles
 Nombreuses fissures de décompression

 Caractéristiques du sol :
 Calcaires rares
 Roches cohérentes dans les couches supérieures
 Peu développé et humide car présence de marnes
bariolées
 Constitué de deux grandes couches géologiques
consécutives t6b et t6c
Pédologie
 Le sol est un milieu:

 Organisé
 Polyphasique
 Réactif
 En relation avec les autres compartiments de
l’environnement
Les 2 types de sol

 Localisation :

 Ancienne prairie qui a été retournée

 Plateau datant du Trias à l’étage Lettenkohle


dans un horizon de marnes coquilliers
Présentation du sol 1
 Plusieurs horizons:

 Horizon A: organo-minéral, enrichi en matière


organique (couleur marron), possède une
structure grumeleuse due à des facteurs
biologiques.

 Horizon C: Couleur brun-violacée, plus argileux


que l'horizon A, possède une structure
polyédrique qui est due à l’alternance de
l’humectation et de la dessication. Comme il y a
effervescence, il y a des carbonates, ce qui
signifie que le milieu est riche en cations.

 Horizon R: C’est la roche mère. Couleur gris-


verdâtre car le fer est réduit. Réaction avec HCl
qui s'apparente à l'abondance de carbonate.
Présentation du sol 2
 Plusieurs horizons :

 Horizon A: Couleur brun foncé, ce qui signifie beaucoup


de matières organiques. Structure grumeleuse,
facilement cultivable. Les limons forment un horizon
imperméable en période humide.

 Horizon S: Roche sédimentaire obtenue par


évaporation du milieu marin. La roche se détache en
polyèdres

 Horizon C: Effervescence donc beaucoup de


carbonates. Présence de calcaire dolomitique très
profond (1,20m), riche en limons, roche meuble donc
toujours cultivable.

 La roche mère est de la marne dolomitique


(jaunâtre), difficile à extraire.
 On se trouve dans un humus MODER. NON
Comparaison des 2 types de
sol
Atouts Contraintes

Sol 1 - Sol argileux donc bonne - Difficile à cultiver


réserve en eau. - Il faut le labourer à des
- Eau facilement exploitable périodes précises
par les racines - Evolution du sol très lente
- Carbonates libèrent des (argile)
cations utiles au sol
- Tendance à floculer =
favorise la circulation de l’eau
dans les racines

Sol 2 - Facilement cultivable - La pluie tasse les limons,


- Riche en réserve utile donc formation de croûte
- Présence de cailloux qui
tassent le limon
- L’eau ne peut pas pénétrer
Vulnérabilité du sol
 Elle est due à des facteurs anthropiques:

 Tassement / Ameublissement
 Assainissement / Irrigation
 Drainage (En période humide les argiles sont
imperméables)
 Labours

 Mais il y a aussi des facteurs climatiques et


biologiques qui entraînent l’altération du sol
I.Introduction
 Gestion de l’eau = distribution et
assainissement

 Problématique essentielle dans notre société

 Marché important géré par 3 entreprises qui en


ont le monopole
C’est
Montenach qui
prend soin de
 MONTENACH a moi!
choisi l’auto-gestion
de ses réserves d’eau,
de la source au MERCI HEIN !
robinet
II. Montenach : village « eau-
tonome »
 Vallée encaissée entourée par 7 collines =
amphithéâtre
 450 habitants
naturel

 Présence du
seul « torrent »
de Moselle

 Gestion directe et autonome de ses


ressources en eau
III. Le cheminement de l’eau
1) Origine de la
ressource en eau

Infiltration
de l’eau Muschelkalk
(calcaires Roche perméable
fissurés)
SCHEMA FAUX
Marnes bariolées du
Keuper – Couche imperméable
2) Les étapes du cheminement
de l’eau
Chambre de captage de la source
250 m
Réservoir du Nack (330 m3)
321 m

3
Ecoulement
Gravitaire de m
Refoulement
Alimentation
l’eau 9 vers
sous pression
de Montenach
le réservoir

Station de pompage 210 m Distribution à la commune


2.1) Description des
captages
 Présence de 3 sources

 Protection par 3 périmètres (immédiat,


rapproché et éloigné)

 Pas de traitement chimique à la source,


filtration des éléments grossiers grâce à une
crépine.

 Captages classés « Grenelle »: « Identifiés


suivant un processus de concertation locale,
sur la base de trois critères : l’état de la
ressource vis-à-vis des pollutions par les
nitrates ou les pesticides ; le caractère
stratégique de la ressource au vu de la
population desservie, enfin la volonté de
reconquérir certains captages abandonnés. »
2.2) Station de pompage
(1/2)
 Arrivée de l’eau captée par système
gravitaire jusqu’à la station de pompage

 Présence de 2 pompes

 Chloration permanente + filtre

 Télésurveillance constante

 Contrat avec Veolia (6000€/an) pour les


interventions d’entretien
2.2) Station de pompage
(2/2)
 Présence d’un compteur d’eau installé par l’agence de l’eau
à l’entrée de la station

 9m3 d’eau sont envoyés au château d’eau s’il y a une


demande. Contenance du château d’eau = 330 m3 dont
130 m3 de réserve en cas de fuites ou d’incendie.

 Problème de pression (12 bars) :


la pression d’eau qui monte rencontre
la pression d’eau qui descend d’où
« coup de bélier » pouvant être évité
grâce à un ballon amortisseur.
2.3) Distribution de l’eau
 A Montenach : 1,80€/m3

 Réseau neuf, de moins de 20 ans

 Analyses régulières par le laboratoire central de la


Moselle.
2 Constats : (d’après les relevés issus de l’ARS):
 Nitrates

NITRATES OK Evolution de la teneur en


nitrates au niveau de la
réunion des sources
(Entre 2003 et 2009)

50

Source: AERM - SIERM


Atrazine & Atrazine Déséthyl

Evolution de la teneur en
atrazine au niveau de la
réunion des sources
(Pour 2008 et 2009)

Valeur atrazine Au 30 Août 2010 :


0.1 µg/L

Evolution de la teneur en
atrazine déséthyl au
ATRAZINE OK
niveau de la réunion des
sources
(Pour 2008 et 2009)
MAIS
REMONTE
Valeur atrazine déséthyl Au 30 Août 2010 :
0.3 µg/L
0.1

Source: AERM - SIERM


2.4) Assainissement
 Actuellement système autonome dans chaque
maison = fosses septiques ou fosses toutes eaux

 Station d’épuration à boues activées impossible (charge


polluante trop faible)

 Lagunage impossible (trop emprise au sol et zones inondables)

 Projet «filtres plantés de roseaux»


(traitement extensif)

 En France, principe de «l’eau paye l’eau»: Mais problème entre


entrée d’eau non facturée si utilisation de récupérateurs d’eau
pluie ou de puits et sortie d’eau usée.
Déficit pour assurer l’assainissement des eaux usées.
 Subvention à hauteur de 80% par le Conseil Général de la
Moselle et État soit 1,3 millions d’€ + 300 000 € financés par
la commune
IV. Problématique de la
sécurisation des captages
d’eau
 Montenach = les trois captages étant situés sur un même bassin
versant, en cas de pollution, l’ensemble de la ressource est contaminé.

 Réglementation : Tout village doit avoir un point d’apport de secours.

 Solutions envisagées : MAIS PEUT PAS ^^

1/ Créer un autre château d’eau = mais trop fort impact paysager et


coûts trop élevés.

2/ Rachat d’eau au Syndicat Intercommunal des Eaux voisin:


-Présence d’un forage profond dans la nappe des grès vosgiens (plus de 350
m de profondeur).
-Ce forage pourrait alimenter directement le château d’eau de Montenach,
en récupérant l’eau au niveau de Kirch-les-Sierck (village voisin).
Problème : Montenach souhaiterait acheter de l’eau uniquement en cas de
besoin et non en permanence (en moyenne, 4 mois dans l’année).
Le SIE impose que le village achète au moins 10 000 m3/an, soit près de
50% de la consommation annuelle du village, à 2.70 €/m3.
 Donc en renforçant, en plus, le réseau actuel, le prix du m3 d’eau
passerait à 3,10€…
V. Relation entre la qualité
de l’eau et l’agriculture
La qualité de l’eau est dépendante des pratiques culturales (agricoles et
sylvicoles, entre autres) exercées sur l’aire d’alimentation des 3 sources.

Deux indicateurs primordiaux de la qualité de l’eau:

1/ Teneur en nitrates:
A Montenach, l'évolution des teneurs en nitrates présente deux principales
caractéristiques :
- Des moyennes en baisse : la teneur en nitrates des 3 sources tend
nettement à la baisse au cours des dernières années et est inférieure,
depuis début 2009, au seuil de 50 mg/l.
- La quasi disparition des pics de concentration (Cf graphique)

2/ La détection de produits phytosanitaires:


- A Montenach, détection d’atrazine (herbicide à usage agricole et non
agricole, INTERDIT depuis 2003): l’atrazine est pourtant détectée
aujourd’hui??
Le changement de pratiques, pour recouvrer
la qualité de l’eau, motivé par:

1/ La réglementation:
 4ème programme d’action en zone vulnérable:
arrêté « Directive nitrates »:
- Mise en place obligatoire d’une couverture des sols
en hiver (100% en 2012)
- Implantation de bande enherbée le long des cours
d’eau,
2/ L’Opération
- Limitation de la « Agrimieux
fertilisation » Kg N/ha/an)
(170
- Opération de conseil rapproché pour
 Le Grenelle de l’Environnement: réduction de
accompagner les agriculteurs dans leurs
50% de l’utilisation des produits phytosanitaires d’ici
changements de pratiques.
3/
2018. Des incitations financières agri-
- Travail concerté avec tous les acteurs de la
environnementales
protection de l’eau.
- MAE « réduction de l’utilisation des produits
Amélioration de la qualité de l’eau de la
phytosanitaires »
Agriculture traditionnelle
 Polyculture: culture de
différents éléments

 Elevage des bovins:


viande, lait, fumier

 Utilisation intensif
d’engrais: augmentation
de la production

Ces techniques ont permis


de subvenir aux besoin de
la population.
Technique de labour

 Definition :

= Travail superficiel
pas du tout superficiel
du sol permettant de
retourner la terre
avant d’ensemencer
Inconvénients du labour

 Compaction du sol

 Expose le sol à l’érosion

 Favorise l’acidification du sol

 Perturbe les lombrics


Engrais
 Trois grandes familles :

 Azotés

 Potassiques

 Phosphatés

 Conséquences : pollution des sols et de l’eau


(nappe phréatique, eau potable), eutrophisation
de l’eau (colonisation d’espèces nuisibles)
Les produits phytosanitaires
 Ensemble des produits
qui permettent la
conservation et le
traitement des cultures
contre les rongeurs et
autres afin d’améliorer
la qualité et le
rendement de la
récolte (par exemple:
herbicides,
fongicides…)
Le strip-till
 Travail seulement les
lignes de semi

 Lignes espacées de 40 à
60 cm

 Une profondeur de 15 cm

 10 à 20 pieds au m² (au
lieu de 60)

Photo de Pauline
Avantages
 Labourage localisé (juste sur la ligne de semi)

 Utilisation de moins de semence

 Pas de déstructuration du sol

 Meilleur développement de la plante

 Augmentation de la population de lombrics

 Meilleure aération des parcelles

 Eau circule plus facilement

Photos de Pauline
Inconvénients

 Développement des adventices

 Prise de risques, pas le droit à l’erreur


(parasites...)

 Jugements de leurs pratiques


Interculture
 Semence de
différentes plantes
gélives sur trois
strates afin de couvrir
le sol

 Choix stratégiques

 En 2010, 80% des


Photo de Virginie
sols sont couverts
Avantages
 Piège à nitrates, captage de l’azote

 Maintien de l’humidité au niveau du sol

 Limitation du développement des adventices

 Apport de matière organique au sol

 Peut servir de nourriture aux élevages

 Certaines plantes libèrent des toxines


Inconvénients

 Le coût : 60 € par hectares

 Avoir 100% de ses sols couverts


Utilisation

 Utilisation modérée des produit


phytosanitaires

 Des doses de fongicides divisées par 4


par rapport aux anciennes pratiques

 De doses optimales lors de l’épandage


Conclusion

 Précurseur de l’agriculture nouvelle

 A l’initiative de nouveaux procédés

 Obtention de résultats concluants

 Sert de modèle aux autres agriculteurs


Présentation de la réserve de
Montenach
 Pays des trois frontières

 Classée réserve nationale le 08/02/1994

 Six des sept collines constituant un amphithéâtre naturel

 Pelouses calcaires, fructicées,


zones arborescentes,
tourbières alcalines

 Altitude :
225 m à 325 m

 Superficie : 107 ha
Pourquoi protéger le site?
 Préservation des espèces:

 Floristiques : 550 espèces répertoriées (marguerite de


St Michel, orchis grenouille, crépis en rosette,…)

 Faunistiques : nombreux reptiles (lézards,


salamandres …), papillons, oiseaux,
cigales et grillons des montagnes

 Habitats : gamme de biotopes très variés (forêts,


pelouse calcicoles, lisières, pâtures)
Historique de la gestion de la
réserve

 Déforestation de la
préhistoire jusqu’au
moyen âge afin de
cultiver vignes et vergers

 Versants nord restent


boisés

 Agriculture traditionnelle
permettant
l’épanouissement d’une
flore d’orchidées
SUR PELOUSES XEROPHILES VERSANT SUD
Gestion de la réserve
 Différents techniciens travaillent sur le site

 Création d’un réseau entre les différentes pelouses


calcicoles avec déforestation des ligneux envahissants
(cornouiller sanguin, aubépine,…)

 Fauchage

 Plan de gestion
tous les 5 ans

 Mise en place d'un


compteur de fréquentation
Relationnel de la réserve
 Relation avec la population locale :

OSEF A MOINS QUE VOUS


 Chasseurs (suspension d’activité une semaine avant chaque
battue)
VOULEZ VOUS ECLATER
 Les habitants de Montenach (coupe de sapin, inondation...)
 les propriétaires (agriculteurs,…)

 A LIRE !! XD
Ouverture de nouveaux sentiers
afin de mieux gérer l’affluence
des touristes

 Pédagogie : panneaux de
présentation et visite guidée
du site, sentiers de découverte
Site naturel de Sierck-les-
Bains
 Affleurement de quartzite

 Site de 19 hectares

 Géré par le conservatoire


des sites lorrains

 Grande originalité dans la composition des


habitats avec notamment la présence d’un cours
d’eau
Histoire
 Biface pour les hommes
préhistoriques

 Utilisation du quartzite comme


matériel de construction, pour les
chemins de fer, pour l’isolement des
casernes, absorption des explosions
de bombes

 Dernière exploitation du quartzite


par la famille Charton qui a cessé en
1967
Une biodiversité
remarquable
 Aspect floristique :

 Le quartzite rend le sol


très acide, ce qui favorise
la présence de plantes
acidophiles très rares sur
le plateau lorrain

 Présence d’espèces
spécifiques du milieu :

 Fétuque à longues
feuilles, jasione des
montagnes, épervière
piloselle, doradille du nord
et doradille noire
Une biodiversité
remarquable
BCP D'ESPECES PROTEGEES !
 Aspect faunistique :

 De nombreuses espèces
rares :

 Principales espèces
protégées : coronelle lisse,
salamandre tachetée

 Autres espèces spécifiques :


lézard des souches, lézard
des murailles, couleuvre à
collier, nombreuses espèces
de grenouilles
Gestion CONCLUSION

 Objectifs du plan de gestion :

 Accueil du public, approche pédagogique

 Conservation du patrimoine naturel sur le plan


écologique et paysager (débroussaillage…)

 Réflexions pour la conservation de ce site


(CSL)
THX TO MIMIL

Conclusion
Une pédologie et une géologie
Un paysage particulière
d’exception Un cycle de l’eau spécifique en
découlant
Une flore et une faune adaptées
et uniques
qu’il nous faut
apprendre à Exploitation agricole
mettre en valeur rentable
Présence urbaine
et protéger tout en
y vivant et en La réserve de Montenach
l’exploitant. Les nouvelles techniques d’agriculture
La gestion de l’eau
La mise en place de corridors

GOOD LUCK FOR HERBARIUM AND DOM'S CLASS SOIL