Vous êtes sur la page 1sur 25

ETUDE

DE DANGER

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 1

LEGISLATION – PRINCIPAUX TEXTES

Arrêté du 16 septembre 1980


Fixe les règles de détermination des distances d’isolement relatives aux installations
pyrotechniques
•Instruction ministériel du 9 novembre 1989
Relative aux dépôts aériens de liquide inflammables envisage des distance de sécurité de
100 à 200 m.
•Arrêté du 9 novembre 1989
Relatif aux conditions d’éloignement auxquels est subordonnée la délivrance de l’autorisation
des nouveaux réservoirs de gaz combustibles liquéfiés.
•Arrêté du 20 juillet 1998
Relatifs aux silos de céréales, impose une distance d’éloignement par rapport à toute
installation fixe occupée par des tiers.
•Arrêté du 10 octobre 1996
Relatif aux installations spécialisées d’incinération et de coïncinération, de certains déchets
industriels spéciaux et impose un éloignement d’au moins 200 m des habitations
•Circulaire du 4 février 1987
Relatif aux entrepôts donne pour les produits phytosanitaires une distance d’éloignement de
200 m et pour les autres produits une distance égale à 3 fois la hauteur de l’entrepôt.

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 2
ETUDE DE DANGER

L’exploitant d’une installation qui peut générer des risques est tenu
de réaliser une étude de danger qui a pour but :
l’examen des scénarios d’accident susceptibles de se produire et
leurs conséquences.

Au travers de cette étude et de ses conclusions, l’inspection des


installations classées propose des mesures de prévention qui visent à
diminuer les risques dus à l’activité industrielle. L’arrêté préfectoral
d’autorisation reprend les prescriptions techniques à respecter.

Un réexamen périodique des études de danger s’avère nécessaire,


notamment dans les installations qui présentent les risques les plus
significatifs, pour tenir compte de l’évolution permanente de la
réglementation et de l’amélioration des techniques.

Ces remises à jour conduisent, dans les établissements anciens, à une


réactualisation des prescriptions techniques.
Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 3

ETUDE DE DANGER

L’ étude des dangers doit,

• exposer les dangers que peut présenter l'installation en


cas d'accident, en présentant une description des accidents
susceptibles d'intervenir, que leur cause soit d'origine
interne ou externe, et en décrivant la nature et l'extension
des conséquences que peut avoir un accident éventuel,
•justifier les mesures propres à réduire la probabilité et les
effets d'un accident, déterminées sous la responsabilité du
demandeur.

L'étude des dangers, comme le dossier ICPE est


rédigée par l'industriel, sous sa responsabilité.

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 4
ETUDE DE DANGER

Le contenu de l'étude de dangers doit être en relation avec


l'importance des dangers de l'installation et de leurs
conséquences prévisibles en cas de sinistre sur les intérêts
visés par l'article 1er de la loi du 19 juillet 1976 et l'article 2
de la loi du 3 janvier 1992.

Cette étude doit, en particulier :


•rendre compte de l'examen qu'a effectué l'exploitant en vue
de réduire les risques pour l'environnement et les populations
•assurer l'information du public et des travailleurs au travers
notamment de l'enquête publique
•apporter tous les éléments utiles pour la délibération du
Conseil Départemental d'Hygiène ou de la Commission
Départementale des Carrières qui donne son avis sur la
demande.
Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 5

ETUDE DE DANGER

LES RISQUES DEPENDENT : 2000


2600

INDUSTRIE : STOCKAGE,
2400
1000

TRANSPORT, PROCESS,... 0
2000

1600

-1000
1200

PRODUIT : INFLAMMABLE,
-2000
TOXIQUE, LIQUIDE, GAZ,...
800

400
1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000 9000 10000

A PRIORI :
INCENDIE : MILIEUX OUVERTS/CONFINES
EXPLOSION : EXPLOSIONS CONFINES/UVCE
NUAGE TOXIQUE : REJET CONTINU/BOUFFEE
POLLUTION : EAU, SOL, AIR
SANTE PUBLIQUE : GAZ, POUSSIERES

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 6
ETUDE DE DANGER

Diminuer la probabilité d’occurrence


Identification systématique des risques (conception,
La Prévention modifications)
Fiabilisation des procédés
Formation, qualification des intervenants
Maintenance, …

Diminuer les conséquences


Réduire les distances Diminution des quantités en jeu
de sécurité Equipements de sécurité active et passive

Organiser Plan d ’Opération Interne


l’intervention Plan Particulier d ’Intervention
Exercices périodiques

POS : Plan d ’Occupation des Sols


Maîtriser l urbanisation PLU : Plan Local d ’Urbanisme
PIG : Projet d ’Intérêt Général
PPRT : Plan de Prévention des Risques Technologiques

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 7

LOGIGRAMME D’UNE ETUDE DE DANGER

Analyse approfondie
Analyse des risques
des dangers

Description Recensement des


détaillée de : risques
Identification,
-L’installation Modélisation
-L’environnement Contexte des Scénarios
-Le site réglementaire Majeurs
d’Accident
Identification des
cibles à protéger
Préconisation
Prévention
Analyse préliminaire
Précaution

FIN RISQUES
D’ETUDE ACCEPTABLES NON

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 8
DESCRIPTION DETAILLEE DU SITE
1.2Localisation
1.3Production
Description 1.4Organisation de la production
détaillée de : 1.5Historique des principales étapes du site
-L’installation 1.6Politique environnementale
1.7Le Plan d’Action Santé Sécurité
-L’environnement 1.8Organisation générale en matière de sécurité
-Le site 1.8.1Principes généraux
1.8.2Moyens internes
1.8.3Secours extérieurs
1.8.4Plan d'alerte
•Procédés de fabrication 1.8.5Procédures générales en matière de formation et
d'entraînement du personnel
•Moyens techniques 1.8.6Procédures générales concernant la rédaction et la
mise à jour des consignes et modes opératoires
•Formation 1.8.7Procédures générales en matière de conception,
modification, maintenance
•Procédures 1.8.8Procédures générales en matières de travaux
2.LES INSTALLATIONS D’EXPLOITATION
•Service sécurité 2.1Plan du site
2.2Approvisionnement en matière première
•Service pompiers 2.3Préparation des mélanges
2.4Fours
2.4.1Fours droits
2.4.2Four tournant
2.5Traitement des petits cokes secs…

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 9

DESCRIPTION DETAILLEE DU SITE

3. DESCRIPTION DE L’ENVIRONNEMENT
3.1Situation par à l’environnement extérieur Rose des vents
0
340 7% 20
3.2Données météorologiques 6%
320 40
3.2.1 Rose des vents 5%
4%
3.2.2 Vitesse des vents 300
3%
60

3.2.3 Pluviométrie 2%

3.2.4 Les températures 280


1%
80

0%

260 100
3.3Les intérêts à protéger
3.3.1 Internes au site 240 120
3.3.2 Externes au site
220 140

3.4Les éléments susceptibles de générer des 200 160


180
risques

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 10
ANALYSE PRELIMINAIRE DES RISQUES

ANALYSE METHODOLOGIE
DES • L'analyse préliminaire des risques EST VALIDEE
RISQUES au cours de différentes réunions avec ,
EXTERNES notamment, des responsables de chacun des
services ou experts du site

• Pour chaque risque existant pour les installations,


on établit :
ANALYSE - l’origine du risque
DES - la nature du risque
RISQUES - les conséquences prévisibles
-traitement du risque (fait ou à prévoir)
INTERNES

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 11

ANALYSE DES RISQUES EXTERNES


•Crues
1. ENVIRONNEMENT NATUREL •Intempéries
•Gel
1.1 INTEMPERIES •Vent
1.2 CRUES •Brouillard
1.3 RISQUES LIES AU SOL ET AU SOUS-SOL •Neige
1.4 RISQUE SISMIQUE •Pluie
•Humidité
2 ACTIVITES INDUSTRIELLES VOISINES •Foudre

3 AXES DE COMMUNICATION •Engorgement du réseau


d’égouts
3.1 TRANSPORT ROUTIER •Inondations
3.2 TRANSPORT FERROVIAIRE •Endommagement des
3.3 TRANSPORT PAR CANALISATION installations
3.4 CHUTES D’AERONEFS
•Effondrement de galeries
•Glissement de terrain
•Gonflement de terrain

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 12
ANALYSE DES RISQUES EXTERNES

Origine du Conséquences Prévention et A


Nature du risque Fait
risque prévisibles protection prévoir

Galeries Glissements de Effondrement des Vérification qu'il X

souterraines terrain ouvrages n'existe pas de réseaux


de mines souterraines X
sous la cokerie
Etudes géologiques
préalables
Séisme Mouvements de Effondrement des Sismographe dans les X

terrain ouvrages locaux techniques à


Rupture de canalisations, côté de la lagune X
des réservoirs La Moselle est classée
Incendie, explosion,… en zone 0 : la zone est
donc très peu sensible
aux séismes

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 13

ANALYSE DES RISQUES EXTERNES

Origine Nature du Conséquences Prévention et Fai A


t prévoir
du risque risque prévisibles protection
Accident d’un Fuite de gaz Explosion Vérifier s’il existe X
TMD explosible Destruction des une réglementation
(transport de Dérive d’un installations particulière pour les
matières nuage TMD
dangereuses) explosible sur Vérifier X
le site l’éloignement des
Fuite de gaz Intoxication pouvant installations les plus
toxique conduire au décès du délicates par rapport
Dérive d’un personnel aux voies de
circulation, à nous X
nuage toxique
sur le site Moyens
d’intervention risque
Fuite d’un Endommagement chimique
liquide des équipements dus
inflammable aux flux thermiques

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 14
ANALYSE DES RISQUES EXTERNES
Origine du Conséquences Prévention et A
Nature du risque Fait prévoir
risque prévisibles protection
SOCIETE Incendie (réservoir de Détérioration sur le site Convention d’alerte X X
WXC Benzol,…) Création de points chauds Evacuation des produits
Débuts d’incendie stockés à proximité
Dispersion de gaz Intoxication du personnel Plan particulier X
toxique Risque sur le site entier d’intervention X
(La cokerie est totalement Information mutuelle X
intégrée dans le périmètre Convention d’alerte
de sécurité WXC)
BLEVE (Boiling liquid Destruction des Plan particulier X
expansion vapour installations d’intervention X
explosion) Information mutuelle X
Convention d’alerte
Fuite de gaz Explosion sur le site de la Plan particulier X
cokerie d’intervention X
Convention d’alerte X
Information mutuelle X
Installation électrique aux
normes

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 15

MECANISMES

Chute d’aéronefs

Selon la Protection Civile, les risques les plus importants de


chute d’aéronef se situent au moment du décollage ou de
l’atterrissage.

La zone admise comme étant la plus exposée est celle qui se


trouve à l’intérieur d’un rectangle délimité par :
•une distance de 3 km de part et d’autre en bout de piste,
•une distance de 1 km de part et d’autre dans le sens de la
largeur.

Aucun aéroport n’a été recensé dans une zone de 10 km


autour du site, il sera donc considéré le risque de chute
d’aéronef n’est pas à retenir

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 16
ANALYSE DES RISQUES INTERNES
1 Les produits stockés
1.1 Les solides combustibles
1.2 Les gaz
1.3 Les liquides inflammables
1.4 Les produits chimiques
1.5 Parc à charbon
Stocks
1.6 Déchargement par wagon charbons
1.7 silos de préparation
1.8 Transport par convoyeurs Déchargement
Silos
d’alimentation
1.9 Broyeurs charbons

1.10Tours à charbons
FOUR TOURNANT
2 Fours Site eau
FUMEES

air
2.1 Détail 1 gaz
2.2 Détail 2 eau CRIBLES
d’extinction

Extinction du coke
CHARGEMENT
COKES 0/22/77/20

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 17

ANALYSE DES RISQUES INTERNES


A
Produits Toxicité aiguë Inflammabilité Risque présenté Mesures Fait prévo
ir
Limiter les quantités stockées et X
Charbon Poussières Incendie ou les durées de stockage (3 jours
de charbon : auto- maximum en silos, 6 mois à
LIE = inflammation l’extérieur)
Limiter les contacts avec les X
50 g/m3 du charbon points chauds (permis feu)
LSE = 2 – brut Contrôler la génération de
poussière lors des phases de
3 kg/m3 Explosion des déchargement et de transport : X

poussières mise en place de carter, de


dépoussiéreur, …
Utilisation de charbon très X
humide, le risque d'explosion est X
diminué

Coke Explosion des Contrôler la génération de X


poussière lors des phases de
poussières de broyage et de criblage : mise en
coke place de dépoussiéreur, …
Eteindre le coke de façon à ce
Incendie qu’il ne puisse pas propager un X X
incendie aux bandes (Zone1) (Zone
transporteuses notamment X 2)
Une étude a été réalisée par
l'INERIS démontrant que les
poussières de coke ne peuvent pas
exploser

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 18
ANALYSE APPROFONDIE DES RISQUES

METHODES D ’ANALYSE DE RISQUE

• HAZOP (HAZard and OPerability studies)


• AMDE(C) (Analyse des Modes de Défaillances et de leurs
Effets (et de leur Criticité))
• MOSAR (Méthode Organisée et Systémique d ’Analyse de
Risques)
• What-if
• Arbre des causes
• Arbre des conséquences

La finalité des méthodes est :


-la recherche des causes des déviations des paramètres de fonctionnement,
- l’identification des moyens de détection
- la mise en place des mesures suffisantes de prise en compte du risque
existant ou à envisager

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 19

Grille d’analyse de chaque accident


(tous scénarios agrégés)

Proba E D C B A
Gravité
Désastreux

Catastrophique

Important

Sérieux

Modéré

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 20
Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 21

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 22
ETUDE DE DANGER

DEUX ASPECTS :

PROBABILITE : PREVENTION

GRAVITE : PROTECTION, INTERVENTION

CRITERES D’ACCEPTABILITE DU RISQUE

Grave

« ACCEPTABLE »
Gravité

« NON ACCEPTABLE »
Bénin
Fréquent Rare
Rareté
Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 23

Grille d’analyse
P E D C B A
G
Désastreux Non* Non 1 Non 2 Non 3 Non 4
MMR 2
Catastrophique MMR 1 Non* Non 1 Non 2 Non 3
MMR 2
Important MMR 1 MMR 1 Non* Non 1 Non 2
MMR 2
Sérieux MMR 1 MMR 2 Non 1

modéré MMR 1

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 24
Pour un établissement SEVESO :
3 situations sont possibles :
Nouvelles AS existant Seuil bas existant
autorisations
1 ou plusieurs Non autorisable en Mesures PPRT sur rachat à l’amiable
accidents situés l’état : changer le les constructions par l’exploitant des
dans la zone “NON” lieu d’implantation existantes pour biens environnants.
malgré les mesures réduire le risque A défaut, fermeture
à la source par décret CE.
possibles
un ou plusieurs Autorisable après Mesures PPRT Vérifier la réduction
accidents en zone réduction de l’aléa après réduction de de l’aléa jusqu’à la
MMR et aucun en jusqu’à la limite l’aléa jusqu’à la limite d’efficacité
zone “NON” d’efficacité limite d’efficacité
aucun accident en Autorisable en l’état Pas d’expro ni de RAS
zone MMR ni en délaissement dans
zone NON les PPRT
Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 25

ETUDE DE DANGER
•Tenir compte
• la conception de l'installation,
• la nature des produits utilisés, fabriqués ou stockés,
• le mode d'exploitation des produits
• les processus de production,
• les contrôles et les régulations mis en œuvres,
• la formation
• l'organisation des personnels en matière de sécurité
sont déterminants
• les causes externes d'accidents
• la proximité d'installations dangereuses ou
d'ouvrages de transport. C'est aussi le cas de la
malveillance et de l'attentat.
Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 26
ETUDE DE DANGER
L'analyse des accidents passés montre que ceux-ci résultent le
plus souvent de la combinaison d'évènements élémentaires peu
graves en eux-mêmes.
L'étude doit apporter la preuve que les conjonctions
d'événements simples ont bien été prises en compte dans
l'identification des causes d'accident.

02/02/80 73 - HERMILLON
Production de métaux non ferreux
Dans une usine transformant de l'aluminium, un feu de poussières d'Al se déclare à 8h15 sur une
vis sans fin alimentant un transporteur. Des travaux (enveloppe de la vis découpée au chalumeau)
génèrent des battitures qui enflamment de la poussière sur le sol. La poussière d'Al incandescente
entraînée par le vent se propage vers des tunnels d'atomisation, des égouts et un puits perdu. Cette
poussière et l'hydrogène formé au contact de l'eau provoquent 4 explosions violentes. L'incendie
gagne un stock de poudre d'Al en sacs et en fûts. Violent jusqu'à 12 h, il est maîtrisé vers 15 h.
Les dommages internes sont importants (toits soufflés, cratère, ...). Des missiles sont retrouvés
dans un rayon de 50 m. Il n'y a ni victime ni dommage sur l'environnement.

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 27

ETUDE DE DANGER

Des méthodes telles que la construction d'arbres de cause ou


d'arbres de défaillance permettent de systématiser cette
recherche, si nécessaire.
Ces méthodes peuvent faciliter également l'étude du
déroulement des accidents, et permettre une évaluation
correcte des conséquences.
L'étude doit en effet décrire la nature et l'extension des
conséquences que peut avoir un accident éventuel pour
l'environnement et les populations concernées. Les hypothèses
et scénarii d'accidents qui sont utilisés à ce stade doivent être
clairement explicités et l'examen doit prendre en compte les
caractéristiques du site où l'installation est projetée.

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 28
ETUDE DE DANGER
EVALUATION DES CONSEQUENCES

MOYENS : Flux radiatif incident (kW.m-2) Température de surface (°C)

METHODES ANALYTIQUES :
EDF R & D (France)
TNO (Pays Bas)
UIC (France),...

LOGICIELS DE SIMULATION :
Spécifiques aux risques : Incendie, Explosion
Mécanique des fluides, des milieux continus :
Dispersion
Tenue mécanique,..

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 29

ETUDE DE DANGER

EVALUATION DES CONSEQUENCES

BUT : EVALUATION DES DISTANCES DE SECURITE

TROIS ZONES : Z1, Z2, Z3 48 m


70 m
Z1 : Zone effets létaux significatifs 3 Incendie
Bâtiment 3
12
Z2 : Zone effets létaux 7 5 kW/m2
Z3 : Zone effets irréversibles 3 kW/m2

1 TYPE DE RISQUE 1 CRITERE


Issu de la réglementation
Incendie milieu ouvert : flux thermiques de 3, 5 , 8 kW.m-2
Explosion milieu ouvert : surpression de 50, 140 , 200 mbar
Etc...

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 30
ETUDE DE DANGER

INCENDIE EN MILIEU OUVERT


Risque lié aux flux thermiques

SCHEMA DE LA COMBUSTION PROFIL DU FLUX THERMIQUE GENERE

Fumées

Bord de Flamme

Hauteur (m)
Jet
Z3
RAYONNEMENT THERMIQUE
Z2
Arrivée Air Frais

Flamme Z1
T = 1200°C

Surface Distance (m)


T = 600 - 800°C

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 31

ETUDE DE DANGER

INCENDIE EN MILIEU CONFINE


Risques liés : aux flux thermiques, à la température,
à la perte de visibilité, à l ’intoxication

EXEMPLE DE MODELISATION INCENDIE


AU MOYEN DU CODE MAGIC V3.4.8

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 32
ETUDE DE DANGER
Panache : vue de face
NUAGE TOXIQUE
Réservoir de produit Nuage de gaz

Risque d’intoxication par inhalation

Phase d ’ effondrement Phase de dispersion passive

Abscisse de transition

Panache : vue de dessus

Vent

Panache : vue de dessus


X
Source X(RISQUE Z1)

Synthèse Direction de Vent

Synthèse sur
les directions de vent Vent

Z
Variation de la direction de vent
Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 33

ETUDE DE DANGER

NUAGE EXPLOSIBLE
Risque lié à la surpression

Panache : vue de dessus


Temps allumage 1

Vent Vent

R(t1)
X X
Source xLii(t1) Source xC(t1) xLii(t1)

Temps allumage 2

Vent Vent

R(t2)
X X
Source xLii(t2) Source xC(t2) xLii(t2)

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 34
ETUDE DE DANGER

NUAGE EXPLOSIBLE

Synthèse sur
les délais d’allumage Vent

X
Source Z1 Z2

Panache : vue de dessus

Synthèse sur
les directions de vent
Vent

Z1 Z2
Variation de la direction de vent

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 35

ETUDE DE DANGER

Mesures de prévention
Le demandeur doit justifier les mesures qu'il envisage en
matière de prévention.
Ces mesures ne doivent pas être déterminées seulement en
fonction des causes et des conséquences des accidents
possibles, mais également de l'existence de techniques
permettant d'améliorer la sécurité en comparaison avec les
installations analogues les mieux équipées, qu'elles soient en
France ou à l'étranger.

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 36
ETUDE DE DANGER

Cette étude précise notamment, compte-tenu des moyens de


secours publics portés à sa connaissance, la nature et
l'organisation des moyens de secours privés dont le demandeur
dispose ou dont il s'est assuré le concours en vue de combattre
les effets d'un éventuel sinistre.

Dans le cas des installations susceptibles de créer, par danger


d'explosion ou d'émanation de produits nocifs, des risques très
importants pour la santé et la sécurité des populations voisines
et pour l'environnement, pour lesquelles des servitudes
d'utilité publique peuvent être instituées, le demandeur doit
fournir les éléments indispensables pour l'élaboration par les
autorités publiques d'un plan particulier d'intervention.

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 37

HALL 1
EMPLACEMENT DES EXTINCTEURS ETUDE DE DANGER
Ver s H all 2 ===>

6
3 8 5 7 4
A W F H
C O
C
C
C
26 P

Extérieur 30 29 28 27 25 24 23
3
22
N
I
Z X
60 S M
H1 T O
O D Q 3 4 2 1 18
L
O
20 O 19
E
J
O Méthodes et moyens
E
59
K
N
d'intervention en cas
I1
58
V
3 2 1 N
17 16 15 14
d'accident
B N

N
C

R
O 2 1
J1

6 7 8 9 10 11 12 13

Identification des zones Identification des zones Identification des zones


A Stockage des charges du FR1 et FR2 N Stock piglets 1 Local chlore
+ bennes vide O Fonds de four (démoulage) 2 Local électrique
B Stockage des charges du FR3 plaques scories 3 Maintenance
+ bennes vides P Bascule 4 Bureaux production-expédition
C Stockage des scories par FR Q Consommables (argile, kaolin) 5 Bureau et Laboratoire qualité
D Zone d'entretien des poches R Refroidissement des crasses 6 Transformateur
E Zone de coulé en blocs 500 kg S Fonds de four à refondre 7 Bureau Chefs de Poste
F Blocs 500 kg à refondre T Piglets et galettes 8 Local préparation métallographique et
Michel RUIU - GESSTIN
Benne à feraille V
- Management Environnemental Ecoulures
- Année 2003 - 2004 - Analyses
Partie 5 -Environnement
Etude de danger 38
H Zone de parachèvement des W Stockage produits d'apport
produits finis X Rangement chargeuse
ETUDE DE DANGER

Dans le cas d'installations complexes, ou pour plus de détails, il


est préférable de vous référer au guide méthodologique
"Réalisation et analyse de l'étude des dangers d'une installation
industrielle" du Ministère de l'Environnement, édité par
l'Imprimerie Nationale.
Si des éléments font déjà l'objet d'une présentation suffisante
dans une autre pièce du dossier, comme par exemple l'étude
d'impact, vous pourrez simplement vous y reporter.
Les différentes parties :
• Présentation générale de l’étude associée à un résumé
• Description de l’environnement
• Description de l’installation- Procédé et fonctionnement
• Risques d’accidents
• Conséquences possibles dans l’environnement
• Méthodes et moyens d’intervention en cas d’accidents
Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 39

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 40
2. Description de l'environnement ETUDE DE DANGER
Conditions naturelles, notamment en ce qu'elles sont susceptibles
de provoquer ou aggraver des accidents :
•climat, régime des vents ou des précipitations
•hydrographie
•topographie
•conditions géologiques
•Proximités dangereuses :
•autres installations
•voies de circulation ou installations de transport
•Intérêts à protéger :
•habitat, point de concentration de personnes
•points d'eau, captages
•voies de communication ou de transport
•autres activité
•sites remarquables

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 41

ETUDE DE DANGER
3. Description de l'installation - Procédé et fonctionnement
Description :
•implantation, accès
•description détaillée de l'installation, articulation des ateliers, organisation de l'encadrement
•autres installations analogues ou utilisant des produits analogues, accidents provoqués par ces installations
•utilisation de la production
•choix du procédé retenu
•Fonctionnement de l'installation :
•circulation des matières
•réactions chimiques
•réactions normales en régime permanent ou transitoire
•réactions parasites
•cinétique de ces réactions
•bilan matières
•conditions opératoires
•organisation des ateliers ou des sous-systèmes
•schémas de régulation
•utilités
•Produits mis en oeuvre ou stockés, matières premières, produits intermédiaires, produits finis, déchets :
•importance des stocks et des flux
•fiches produits
•présence d'impuretés
•conditions de stockage
Eléments dangereux de gros oeuvre, notamment terrils, barrages, cuvettes de rétention, bassins de décantation de grandes
dimensions.

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 42
ETUDE DE DANGER
4. Risques d'accidents
Classification des accidents selon leur nature, par exemple :
•incendie
•explosion
•dispersion de produit nocif, brouillards
•effets mécaniques
•effondrements
•inondations
•projections solides
•Estimation des événements ou de leurs combinaisons les plus redoutées.
•Classification des accidents par leur cause immédiate :
Il peut s'agir par exemple de défaillance du matériel, d'erreur humaine ou d'atteinte de l'extérieur, telles que :
•produits
•réactivité des produits entre eux-mêmes ou avec les matériaux
•atteintes au stockage
•dispersion accidentelle
•réactions chimiques
•modification des conditions opératoires, dérive, emballement, étouffement...
•apparition de produits chimiques anormaux
•autres activités
•activités spécifiques présentant des dangers dans un atelier
- activité de routine
- activité exceptionnelles
•circulation dans l'établissement
•accidents liés au gros-oeuvre
•caractéristiques de construction des bâtiments
•autres gros-oeuvres : terrasses, terrils, barrages, bassins, bacs de rétention...
•environnement extérieur
•voies de circulation ou installations de transport
•autres installations
•malveillance
Estimation de la forme que peuvent prendre les accidents provoqués par des défaillances ci-dessus.
Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 43

ETUDE DE DANGER
Concentration maximale Valeur de référence ou
Polluants calculée après excès de risque Commentaires
dispersion (4 m/s) unitaire (ERU)

10 mg/m3 sur 8 heures La concentration maximale calculée dans des


CO 1,6 mg (objectif de qualité de conditions pénalisantes est inférieure à l’objectif
l’air) de qualité de l’air.

La concentration maximale calculée dans des


120 µg/m3 sur 24 conditions pénalisantes est inférieure à la valeur
SO2 122,5 µg/m3
heures (valeur OMS) recommandée de l’OMS compte tenu de la marche de
cubilot.
Ces poussières sont
19,9 g/m2/j retenues par les Cette valeur est élevée : il y a donc une forte
Poussières (pour un muqueuses nasales du quantité de poussières non inhalables qui se
sédimentables fonctionnement du fait de leur taille et ne déposent sur les habitations, les véhicules … dans les
cubilot de 4 h/j) pénètrent pas les environs du site.
poumons.
Il s’agit ici de la concentration maximale calculée
100 à 150 µg/m3
Poussières en obtenue dans un périmètre restreint de l’émetteur
1 744 µg/m3 (objectif de qualité de
suspension (50 m). Néanmoins, le risque sanitaire ne peut être
l’air)
écarté.
Compte tenu de la marche du cubilot, la
0,5 µg/m3 (valeur guide
Plomb 0,91 µg/m3 concentration maximale calculée (0,076µg/m3) est
annuelle de l’OMS)
inférieure à la valeur guide de l’OMS
Il s’agit ici de la concentration maximum calculée en
1,1 à 13.10-2 (µg/m3)-1 chrome total. Le facteur de risque est associé
Chrome 0,24 µg/m3 (facteur de risque OMS uniquement au chrome VI éventuellement contenu
du chrome VI) dans le chrome total. Le risque sanitaire ne peut
cependant être écarté.
5.10-3 µg/m3 sur 1 an La concentration maximale sur 4 h est inférieure à
Cadmium 4,5 µg/m3
(valeur OMS) la valeur guide de l’OMS.

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 44
ETUDE DE DANGER

5. Conséquences possibles dans l'environnement


Compte tenu des accidents répertoriés en 4, évaluer l'étendue
des effets à redouter de chacun des accidents. Il faut donc
tenir compte également de l'environnement tel qu'il est décrit
en 2, et notamment :
•des conditions naturelles
•aggravation, atténuation du danger
•déplacements préférentiels du danger
•de l'environnement à protéger
•En fonction de la nature de l'installation et des dangers qui y
sont associés, il pourra être utile de classer par ordre
d'importance les différents scénarii d'accidents possibles avec
les conséquences qu'ils peuvent entraîner.

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 45

ETUDE DE DANGER
6. Justification des mesures retenues
Compte tenu des conclusions précédentes :
•justification du procédé, améliorations adoptées
•justification des mesures particulières prises, par exemple :
•nature des constructions, du contrôle de l'exécution
•isolement des unités, compartimentage interne
•volume de stockage
•consignes de fonctionnement
•qualification et formation du personnel
•établissement de sécurités passives / actives
•programme d'entretien du matériel
•examens périodiques
•exercices périodiques
•périodes d'interruption de fonctionnement compte tenude dangers
particuliers
•précautions contre l'intrusion et la malveillance
•conclusions sur la sûreté de l'installation

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 46
ETUDE DE DANGER

7. Méthodes et moyens d'intervention en cas d'accident


Mesures particulières :
•établissement répertorié par les Services d'Incendie, établissement relié à la Préfecture
•Moyens :
•moyens privés propres ou par accord avec d'autres établissements
•présence, distance
•compétence et qualification
•équipement
•équipements particuliers
•stocks d'émulseurs
•stock de neutralisants
•moyens publics (mêmes questions que ci-dessus, en particulier distance et équipement)
•autres moyens extérieurs, notamment moyens spéciaux d'intervention (distance, disponibilité)
•Traitement de l'alerte :
•alerte de secours - moyens et procédure d'alerte - service de secours
•alerte du voisinage - information
•Plan d'intervention (éventuellement) :
•plan d'opération interne
•plan particulier d'intervention
•Information des riverains

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 47

ETUDE DE DANGER
1.1.1.1.1 Les moyens de prévention et de lutte - Les mesures compensatoires

Chaque cuve est équipée d'évents qui empêchent tout risque d'éclatement. Il n'y a pas de présence d'eau ni
de produit inflammable à proximité de ce stockage. Il existe également un système de détection de
remplissage avec action sur une vanne située sur la canalisation de remplissage de la cuve. Les citernes sont
mises en sécurité en cas de sous ou surpression.

L'ensemble du local est équipé d'une détection incendie et d'extincteurs disposés comme indiqué sur le
plan en annexe IIIa. Deux bornes RIA situées dans l'atelier Panneaux présentent un rayon d'action
incluant ce local de stockage. Le local est construit en matériaux incombustibles et correctement ventilé.
Compte tenu des risques d'inflammabilité de certains produits (les catalyseurs en particulier), il y a
interdiction de fumer dans l'ensemble de l'atelier Panneaux.

Un système d’extinction automatique sera installé à compter du 1er semestre 2000 dans le local de
stockage des produits chimiques stockés en cuves.

L'ensemble du local est sur rétention (165 m3) réalisée grâce à la mise sous le niveau du sol (75 cm) du
local. Cette rétention est bétonnée et équipée d'une détection de niveau de remplissage relié à une alarme.
Un absorbant chimique est stocké à proximité des cuves pour limiter la propagation d'un éventuel épandage
de produit. Ainsi, l'épandage de liquide resterait confiné au local. Les canalisations sont en caniveau : le
risque d'arrachement ou de rupture suite à une collision contre les canalisations est ainsi réduit.

Afin d'éviter le mélange de produits incompatibles (polyol et MDI) en cas de rupture accidentelle des
cuves, XXXXXXX a aménagé en décembre 1999 la rétention globale du local de façon à ce que chaque type
de produit (polyol et MDI) ait sa propre rétention (voir plan en annexe Ie).

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 48
MECANISMES

Boiling Liquid Expanding Vapour Explosion

MECANISMES DU BLEVE

ETAPE 1
MISE A FEU
SOUS LE RESERVOIR

ETAPE 2
INCENDIE et
AUGMENTATION de la TEMPERATURE

ETAPE 3
SURPRESSION
A L ’INTERIEUR
DU RESERVOIR
ETAPE 4
RUPTURE DU RESERVOIR

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 49

MECANISMES

BOIL OVER
Risque lié aux flux thermiques

Michel RUIU - ESSTIN - Management Environnemental - Année 2003 - 2004 - Partie 5 - Etude de danger 50