Vous êtes sur la page 1sur 2

I- LES ORGANES

La PJ intervient après la commission de l’infraction, elle est régie par les articles 16 à 35 du CPP.
Les membres de la PJ relèvent de différentes institutions judiciaires ou administratives : de la
justice, de l’administration de la défense nationale, de la sûreté nationale, du ministère de
l’intérieur, des départements ministériels et des collectivités locales.
La PJ exerce ses fonctions sous l’autorité du procureur général du Roi dans le cadre de chaque
CA (articles 17 et 49 du CPP). La chambre correctionnelle de la CA met la PJ sous le contrôle de
chaque CA qu’elle contrôle (article 17 du CPP).
A- MISSION HABITUELLE DE POLICE JUDICIAIRE

1- Officier supérieur de police judiciaire :


Magistrat du parquet (procureur général du Roi, procureur du Roi et leurs substituts), juge
d’instruction. Ils dirigent les fonctions des OPJ qui sont obligés d’exécuter leurs instructions. La
présence de l’un des OSPJ au lieu de l’infraction dispense l’OPJ sauf si l’OSPJ y renonce.

2- Officier de police judiciaire :


Les OPJ de plein droit : directeur général de la sécurité nationale, préfets de police, contrôleurs
généraux de la police, commissaires de police, officiers de police, officiers et gradés de la
gendarmerie, gendarmes ayant le commandement d’une brigade ou d’un poste de gendarmerie
pendant la durée de ce commandement et pachas et caïds.
Les OPJ désignés : inspecteurs de police ayant 3 ans de service et qui sont désignés par arrêtés
conjoints des ministres de la justice et de l’intérieur, gendarmes ayant 3 ans de service et qui sont
désignés par arrêtés conjoints du ministre de la justice et de l’autorité gouvernementale chargée
de la défense nationale.
OPJ chargés des mineurs : A été créée par le NCPP spécialisée dans la délinquance des
mineurs mais reste qualifiée pour remplir la mission de PJ de façon générale (article 20 du CPP).

3- Les agents de police judiciaire :


Sont constitués par les khalifas du pacha et les khalifas du caïd. Ils aident les OPJ et exécutent
leurs ordres mais ne peuvent accomplir d’eux-mêmes les actes dévolus à l’OPJ dans le cadre de
l’enquête. Ils ne peuvent prendre l’initiative d’une enquête, ni rédiger des PV (article 25 du
CPP).
B- MISSION OCCASIONNELLE DE POLICE JUDICIAIRE

1- Wali et gouverneur :
Ils ordonnent par écrit la PJ d’accomplir les investigations nécessaires pour s’assurer de la
commission des infractions contre la sûreté intérieure ou extérieure de l’état et sont tenus
d’informer d’urgence le représentant du MP auprès de la juridiction compétente et de se
dessaisir dans les 24heures au profit de celui-ci en lui transmettant les pièces et en lui présentant
toutes les personnes arrêtées.
2- Les fonctionnaires et agents de certaines administrations :
Il s’agit des ingénieurs et préposés des eaux et forêts, des contrôleurs des prix, de certains agents
de l’ONCF, des services de la répression des fraudes et des impôts, de l’administration des
douanes et des commandants de ports et leurs adjoints. Leurs pouvoirs se limitent à la recherche
et à la constatation des infractions commises au préjudice de leurs propres administrations : ils
dressent des PV, effectuent des saisies et peuvent en présence d’un OPJ procéder à des
perquisitions. Ils peuvent dans l’exercice de leur fonctions requérir la force publique (article 27
du CPP).
3- Compétence territoriale de la police judiciaire :
Lieu : Selon l’article 22 du CPP, les OPJ exercent leurs fonctions dans la circonscription de leur
compétence territoriale qui peut être une simple commune rurale ou circonscription urbaine ou
une province ou préfecture, région ou sur tout le territoire du royaume tel l’OPJ chargé par les
services de l’administration générale de la sûreté nationale ou la direction de la gendarmerie
royale est habilité à exercer ses fonctions au niveau de tout le territoire national.
En cas d’urgence : et suite à la demande des autorités publiques ou judiciaires, les OPJ peuvent
être amenés à étendre leurs fonctions à l’ensemble du territoire national. L’urgence est retenue en
cas de flagrance et permet à l’OPJ de se déplacer à l’extérieur du cadre territorial de ses
compétences où il exerce habituellement ses fonctions.