Vous êtes sur la page 1sur 48

Chapitre II

Chapitre II Paramètres physiques des sols 1

Paramètres physiques des sols

Eléments constitutifs du sol

En géotechnique, le sol est un système triphasique constitué, généralement, de trois phases en proportions variables:

Une phase solide constituée essentiellement des minéraux et de la

matière organique.

Une phase liquide (solutions du sol) qui outre l’eau, contient

l’ensemble des substances et des gaz dissous)

Une phase gazeuse (air et gaz) de composition assez différente de celle de l’air atmosphérique. La teneur en CO 2 par exemple, est plus élevée (0,5 à 5%) contre 0,035% dans l'atmosphère.

La phase solide

Les sols fins et les sols grenus:

Selon la classification des sols d’« Atterberg », basée sur une progression

géométrique de raison 1/10, on distingue: les sols fins et les sols

grenus (pulvérulent).

3

basée sur une progression géométrique de raison 1/10, on distingue: les sols fins et les sols

Les sols grenus

Sols grenus (pulvérulents) (d > 20 µm) Sable: 50% au moins des particules entre 0.02 et 2mm

Gravier: 50% au moins des particules entre 2 et 20 mm

Sols sans cohésion (Les grains glissent entre les doigts);

Peu influencés par l’eau, comportement régi par les

propriétés du squelette solide (forme, angularité …);

Résistants au cisaillement, aucune résistance à la traction;

Existence du phénomène de capillarité (sols sableux);

Généralement perméables;

 Existence du phénomène de capillarité (sols sableux);  Généralement perméables; Sable Gravier 4

Sable

 Existence du phénomène de capillarité (sols sableux);  Généralement perméables; Sable Gravier 4

Gravier

Le sable:

Le sable est un matériau granulaire constitué de petites particules minérales et organiques provenant de l’altération des roches, des squelettes de coraux,

des coquilles

(exemple: sable alluvionnaire, sable de mer…)

La dimension des particules du sable est comprise entre 0,063 et 2 mm.

Il existe, également, du sable artificiel résultant du concassage de blocs de

laitier des hauts-fourneaux ayant subi un refroidissement rapide.

Les sables naturels et artificiels sont employés dans le domaine de la

construction pour la fabrication de mortier et de béton.

Le sable augmente l’ouvrabilité du mortier ou du béton en le rendant plus dense.

Contrairement aux sables naturels, le sable de concassage, présente des arêtes

anguleuses qui ne sont pas autant appréciés pour la maçonnerie.

5
5

Grave, gravier et gravillon

Grave

Granulat composé d'un mélange de gravillons et sables.

Gravier

Sable grossier.Techniquement, il s'agit de granulats ou fragments de roches minérales dont le diamètre varie entre 2 et 75 mm.

Gravillon

gravier fin

Grave non

Mélange à granularité continue de cailloux, de graviers et de sable, avec une

traitée

certaine proportion de particules plus fines

Grave

Matériaux traités aux ciments ou aux liants hydrauliques

traitée

Graves 0/80 Graviers 20/31,5 7 Graves 0/10 0/20 - 0/31,5 Graviers 4/6 6/10 - 10/14

Graves 0/80

Graves 0/80 Graviers 20/31,5 7 Graves 0/10 0/20 - 0/31,5 Graviers 4/6 6/10 - 10/14 Gravillon

Graviers 20/31,5

7

Graves 0/80 Graviers 20/31,5 7 Graves 0/10 0/20 - 0/31,5 Graviers 4/6 6/10 - 10/14 Gravillon

Graves 0/10 0/20 - 0/31,5

Graves 0/80 Graviers 20/31,5 7 Graves 0/10 0/20 - 0/31,5 Graviers 4/6 6/10 - 10/14 Gravillon

Graviers 4/6

6/10 - 10/14

Graves 0/80 Graviers 20/31,5 7 Graves 0/10 0/20 - 0/31,5 Graviers 4/6 6/10 - 10/14 Gravillon

Gravillon 4/10 - 10/14

Graves 0/80 Graviers 20/31,5 7 Graves 0/10 0/20 - 0/31,5 Graviers 4/6 6/10 - 10/14 Gravillon

Gravillon 6/10

Les sols fins et les sols grenus

Les sols fins (cohérents)

Argile et limon, d < 20µm

Sols cohérents,

Comportement influencé par la teneur en eau (état solide, plastique ou liquide)

Résistance au cisaillement et à la traction

Imperméables et gélifs

plastique ou liquide)  Résistance au cisaillement et à la traction  Imperméables et gélifs Limon

Limon

plastique ou liquide)  Résistance au cisaillement et à la traction  Imperméables et gélifs Limon

Argile

9

Les sols fins

Sols Limoneux

Particules relativement serrées permettant à

l'air et à l'eau de circuler plus ou moins facilement (porosité moyenne);

Dimension intermédiaire, entre le sable et

l’argile.

A l’état humide, le limon est facilement malléable mais très peu plastique.

A l’état sec, le limon est poussiéreux et tache

les mains.

Limon

malléable mais très peu plastique.  A l’état sec, le limon est poussiéreux et tache les

Les sols fins

Sols argileux

Particules très fins, invisibles à l’œil nu (d < 2 µm).

Les argiles humides forment une pâte

imperméable.

matériau plastique et malléable à l’état humide, dur et cassant lorsqu'il est asséchée;

L’argile est souvent colorée par des oxydes de fer provenant de la décomposition de micas.

argile

 L’argile est souvent colorée par des oxydes de fer provenant de la décomposition de micas.
Argile/Minéraux argileux
Argile/Minéraux argileux

Les argiles sont des roches sédimentaires, majoritaires résultant d’un processus d’érosion complexe de roches silicatées (Ex. hydrolyse des

feldspaths).

Les argiles sont des phyllosilicates hydratés, généralement constitués d’un mélange de minéraux argileux et d’impuretés (oxydes métalliques,

matière organique

);

Il s’agit de cristaux de diamètre extrêmement petit (d < 2µm);

Les argiles sont caractérisées par leur forte affinité avec l’eau (un mètre

cube d’argile peut retenir environ 500 l d’eau);

Au contact de l’eau l’argile devient plus ou moins plastique « cohérent »., ce qui lui confère une bonne plasticité et des propriétés importantes de

compaction par expulsion d’eau.

Les argiles imbibées d’eau sont imperméables.

11

Capacité d’échange cationique (CEC) des argiles

La capacité d'échange cationique s'exprime en moles de charge électrique par unité de masse. C’est la quantité maximale de cations que l’argile peut retenir sur son complexe adsorbant à un pH donné.

Les argiles possèdent à leur surface une charge électrique négative permanente due aux substitutions isomorphiques = substitution d’un cation de la maille

cristalline par un cation de même dimension mais de moindre valence.

Dans la couche tétraédrique (Si 4+ Al 3+ )

Dans la couche octaédrique (Al 3+ Fe 2+ ou Mg 2+ ; Mg 2+ L + ).

création d’un déficit de charge apparition de charges négatives

adsorption de cations compensateurs (K + , Na 2+ , Ca 2+

)

Surface spécifique des argiles

La surface spécifique est le rapport entre la surface d’un solide et son

volume ou sa masse:

entre la surface d’un solide et son volume ou sa masse:  La surface spécifique est

La surface spécifique est inversement proportionnelle à la dimension

des particules du sol.

Les argiles présentent une très grande surface spécifique(Kaolinite 10- 30 m 2 /g, montmorillonites 700-800 m 2 /g);

La quantité d'eau adsorbée que peut renfermer un sol est directement

fonction de ce paramètre (faible pour la kaolinite dont Ss =20 m²/g)

Structures des minéraux argileux

La structure cristalline des minéraux argileux est constituée d’ un

empilement de deux types de feuillets sous forme de simples plaquettes

bidimensionnelles:

Feuillets en tétraèdre de silice;

Feuillets en octaèdre d'alumine).

14

plaquettes bidimensionnelles:  Feuillets en tétraèdre de silice;  Feuillets en octaèdre d'alumine). 14
plaquettes bidimensionnelles:  Feuillets en tétraèdre de silice;  Feuillets en octaèdre d'alumine). 14

Feuillets tétraédriques

Le feuillet en tétraèdre (couche T) est une combinaison d’unités tétraédriques formées d'un cation Si 4+ entouré de quatre anions O 2-

L'épaisseur de la couche T est de 5,05 Å.

Les trois atomes d'oxygène à la base de chaque tétraèdre sont reliés et forment la structure en feuillets. Le quatrième anion O 2- n'est pas partagé.

tétraèdre sont reliés et forment la structure en feuillets. Le quatrième anion O 2 - n'est
tétraèdre sont reliés et forment la structure en feuillets. Le quatrième anion O 2 - n'est

Feuillets octaédriques

La couche en octaèdre (couche O) ou feuillet d'alumine est une combinaison d’unités octaédrique formées de cations Al 3+ (ou Mg 2+ ) entourés de six groupements hydroxyle OH - ou atomes d'oxygène.

L'épaisseur de la couche T est de 4,63 Å.

Les rangées d'atomes d'oxygène ou d'hydroxyle dans le feuillet se trouvent sur deux plans symétriques.

Les rangées d'atomes d'oxygène ou d'hydroxyle dans le feuillet se trouvent sur deux plans symétriques. 16
Les rangées d'atomes d'oxygène ou d'hydroxyle dans le feuillet se trouvent sur deux plans symétriques. 16

Kaolinite (1:1 , d:7A)

 La kaolinite est constituée d’une succession de feuillets en tétraèdre de
 La kaolinite est constituée d’une succession de feuillets en tétraèdre de

silice et de feuillets d'octaèdres d'aluminium.

Les liens entre les couches sont assez forts pour permettre un

empilement important de couches et la formation d'un cristal de grandes

dimensions (70 à 100 couches).

Charge des feuillets neutre les substitutions isomorphiques sont

pratiquement absentes (argile non gonflante).

La kaolinite est le principal constituant de la porcelaine.

17

sont pratiquement absentes (argile non gonflante).  La kaolinite est le principal constituant de la porcelaine.

T:O

sont pratiquement absentes (argile non gonflante).  La kaolinite est le principal constituant de la porcelaine.

Illites (2:1, d:10A")



L’illite est une association d'une couche O et de deux couches T. les cations potassium (K + ) intercalés dans l'espace inter foliaire sont très faiblement échangeables. Ils créent des liens très forts entre les couches;

L’illite possède une faible CEC.

18

échangeables. Ils créent des liens très forts entre les couches;  L’illite possède une faible CEC.
T:O:T
T:O:T

Chlorites (2:1:1, d: 14 A")

Chlorites (2:1:1, d: 14 A")  Les chlorites sont formées d’une alternance de couches (T:O:T) et

Les chlorites sont formées d’une alternance de couches (T:O:T) et d’une couche isolée (O; Gibsite (Al) brucite (Mg) ).

Les substitutions isomorphiques sont relativement importantes ce qui

permet la pénétration de l’eau dans l’espace inter-feuillets (gonflement).

19

ce qui permet la pénétration de l’eau dans l’espace inter -feuillets (gonflement). 19 T O T
T O T O T O T
T
O
T
O
T
O
T

Montmorillonite (2:1, d: 14 A')



La montmorillonite (smectites, bentonites) est constituée de deux couches

T entourant une couche O.

L'épaisseur de chaque couche 2:1 est d'environ 10 A° (1 nm)

Les substitutions isomorphiques très importantes; grande CEC

Grande affinité avec l’eau (argile gonflante et expansive).

La montmorillonie est la principale composante de la boue des forages

T:O:T 20
T:O:T
20
( argile gonflante et expansive).  La montmorillonie est la principale composante de la boue des

Retrait-gonflement des argiles

Les argiles présentent la particularité de voir leur consistance se modifier en

fonction de la teneur en eau.

Le phénomène de retrait-gonflement des argiles dites dits « gonflantes ou

actives» désigne les mouvements répétés et alternatifs de retrait et de

gonflement du sol respectivement associés aux périodes de sécheresse et

d’hydratation de sols.

lorsque la teneur en eau augmente, les argiles adsorbent les molécules d’eau

et gonflent, se qui se traduit par l’expansion du sol.

En périodes de sécheresse, les sols argileux se rétractent fissuration et

affaissement sous contraintes statiques.

Au niveau de la surface, les argiles sont souvent humidifiées et déconsolidées

et peuvent se rétracter si leur teneur en eau diminue de façon notable.

En profondeur, les argiles sont souvent surconsolidées mais, susceptibles de

gonfler si elles voient leur teneur en eau augmenter.

Retrait-gonflement des argiles

La

structure

en

«feuillets»

des

minéraux

argileux

explique

leur

comportement face aux variations de la teneur en eau :

 

L’eau est susceptible de s’introduire entre les feuillets des minéraux argileux sous l’effet de différents phénomènes physico-chimiques;

Le gonflement des argiles se traduit par l’écartement des feuillets et donc

 

l’augmentation du volume de la particule ce qui provoque la déformation de

la structure du sol (développement des pressions de soulèvement).

22

de la particule ce qui provoque la déformation de la structure du sol (développement des pressions

Aléas des sols argileux!!!

Un sol argileux = question centrale en géotechnique???
Un sol argileux = question centrale en géotechnique???

Le phénomène de retrait-gonflement des sols argileux ou riches en

argile « gonflante », peut engendrer des dégâts considérables aux ouvrages GC

(destruction ou fragilisation de fondations, de maisons, de réseaux enterrés,

de routes

En raison notamment de leurs fondations superficielles, les maisons

).

individuelles sont particulièrement les plus vulnérables à ce phénomène.

23

fondations superficielles, les maisons ). individuelles sont particulièrement les plus vulnérables à ce phénomène. 23
fondations superficielles, les maisons ). individuelles sont particulièrement les plus vulnérables à ce phénomène. 23

Propriété colloïdale des argiles

Le contact eau-sol, change très rapidement le comportement des sols

argileux et les rendent incompatibles avec les conditions initiales

désirées.

la fraction argileuse dans le sol est très érosive en présence de l’eau par

le processus de défloculation, phénomène par le quel les particules argileuses se détachent et forment une suspension colloïdale. Ceci se

produit lorsque les forces de répulsion entre les particules dépassent les

forces d’attraction.

La présence des argiles (matériaux sensibles à l’eau et dispersives) au

corps d’un barrage en remblai peut déséquilibrer la stabilité interne et

globale de la structure.

24
24
La phase liquide Selon le degré de saturation d’un sol, on peut définir trois états:

La phase liquide

Selon le degré de saturation d’un sol, on peut

définir trois états:

• L’état sec: les vides (pores ou interstices) entre

les grains du sol ne contient pas de l’eau.

• L’état non saturé: système à trois phases (solide, liquide, gaz) le vide est rempli d’eau et d’air.

• L’état saturé: l’ensemble des vides entre les

grains est comblé d’eau. C’est système à deux

phases (solide et liquide) li

La capillarité: ascension de l’eau dans les capillaires du sol par développement d’une

tension superficielle générée par le frottement de l’eau et des grains du sol.

Ce phénomène est à l’origine d’une cohésion apparente dans les cas des sables fins et

25 des silts (limons).

Remontée capillaire: pathologies des bâtiments la plus destructrice. L’humidité

contenue dans le sol remonte dans les maçonneries poreuses, puis s'évapore

lorsqu'elle atteint l'air libre.

dans le sol remonte dans les maçonneries poreuses, puis s'évapore lorsqu'elle atteint l'air libre. 26

La phase liquide

L’eau contenue dans le sol se trouve sous différentes formes:

l’eau de constitution: du réseau cristallin, généralement sous forme de radicaux hydroxyle et récupérable par destruction du grain à haute température;

l’eau interstitielle: située dans les pores et les interstices du sol:

Eau capillaire: retenue par capillarité entre les grains du sol non saturé, elle

occupe principalement la microporosité du

qui est l'objet de mesure de la teneur en eau.

C'est cette fraction d’eau

Eau gravitaire ou libre: circule librement dans la macroporosité du sol;

cette fraction est soumise à la seule force de gravité et peut s’accumuler en une

nappe d’eau.

l’eau liée (adsorbée/pelliculaire): adsorbée aux grains par des forces d’attraction moléculaires très forte; elle forme une fine pellicule autour du

27 grain (de l'ordre du 10 ème de m). Cette eau est immobile et ne gèle pas.

Les d ifférentes formes de l’eau dans les sols 28

Les différentes formes de l’eau dans les sols

La phase liquide

La molécule d'eau dipolaire s'oriente de façon que leur extrémité positive soit dirigée vers la surface de l'argile chargée négativement, Le pôle négatif de la molécule d’eau étant orientée vers l'extérieur et attirent d’autres molécules d’eau

Le rôle de l’eau liée dans le

comportement mécanique des

argiles est très apprécié dans le

domaine de GC. Elle empêche

généralement tout contact direct

entre les particules (lubrifiant).

tout contact direct entre les particules (lubrifiant). 29 Double couche = la surface négative du minéral

29 Double couche = la surface négative du minéral + la 1 ère couche de l'eau liée

Caractéristiques physiques du sol

Les trois phases du sol peuvent être schématisées par un diagramme

simplifié dit de phases.

W : poids total du sol (KN) W s : poids des particules solides (KN) W w : poids de l'eau (KN) V ouV t : volume total du sol (m 3 ) V s : volume des particules solides

V v : volume des vides entre les particules

.100

.100

V t = V s + V v V w : volume de l'eau V
V t =
V s + V v
V w : volume de l'eau
V a : volume de l'air
V v = V a + V w

Paramètres dimensionnels

Le poids volumique (kN/m 3 ):

Le poids volumique est un paramètre très utilisé en géotechnique. C’est le

rapport entre le poids du sol et son volume.

On distingue pour un sol donné: Le poids volumique total γ, le pv des grains solides γ s ,le pv du sol sec γ d et celui de l'eau γ w .

Pour obtenir les poids volumiques, nous multiplions les masses volumiques par l'accélération de la pesanteur g =9,81m/s 2

= rg

r: Masse volumique Kg/m 3

g: accélération de la pesanteur m/s 2

Paramètres dimensionnels

Poids volumique total ou apparent (KN/m 3 ):

Poids volumique total ou apparent (KN/m 3 ): Sables:  de 17 à 20 KN/m 3

Sables: de 17 à 20 KN/m 3 Argiles: de 16 à 22 KN/m 3

Poids volumique des grains solides (KN/m 3 ):

Les valeurs de s varient en fonction de la minéralogie du sol, généralement comprises entre 26 et 28kN/m 3 et à défaut d'informations, on peut prendre une valeur de 27kN/m 3 .

on peut prendre une valeur de 27kN/m 3 .  Poids volumique du sol sec (KN/m

Poids volumique du sol sec (KN/m 3 ):

d est largement utilisé pour le contrôle du compactage.

32

est largement utilisé pour le contrôle du compactage. 32 Sables:  d de 14 à 18

Sables: d de 14 à 18 KN/m 3 Argiles: d de 10 à 20 KN/m 3

Paramètres dimensionnels

Poids volumique de l’eau (KN/m 3 ):

 Poids volumique de l’eau (KN/m 3 ):  Poids volumique du sol saturé (KN/m 3
 Poids volumique de l’eau (KN/m 3 ):  Poids volumique du sol saturé (KN/m 3

Poids volumique du sol saturé (KN/m 3 ):

3 ):  Poids volumique du sol saturé (KN/m 3 ): Sables et Argiles: de 19

Sables et Argiles: de 19 à 22 KN/m 3

Poids volumique du sol déjaugé (KN/m 3 ): concerne un sol entièrement immergé. Il tient compte de la poussée d'Archimède.

’= sat - w

33

Sables et Argiles: de 9 à 12 KN/m 3

Paramètres adimensionnels:

Ces paramètres définissent les rapports dans lesquels se trouvent les différentes phases

d'un sol à un instant donné. Ils caractérisent l'état dans lequel se trouve le sol c'est à

dire son état de compacité ainsi que les quantités d'eau et d'air contenues dans le sol.

les quantités d'eau et d'air contenues dans le sol. On définit également: • Gravité spécifique ou

On définit également:

Gravité spécifique ou densité des grains:

Densité sèche: D d = d

w

Paramètres adimensionnels

La porosité:

C’est le rapport du volume des vides au volume total de l’échantillon du sol.

= V v .100

V

La porosité s’exprime en pourcentage et prend des valeurs de 0 à 100 %.

entre 0,25 et 0,5 pour le sable, et entre 0,2 et 0,8 pour les argiles

n donne une bonne indication sur l’état de compacité du sol: lâche ou

serré (compact)

Paramètres adimensionnels

L’indice des vides:

C’est le rapport du volume des vides au volume occupé par les grains

solides.

e= V v

V

s

La valeur de e s’étend de 0 à l’infini.

La valeur de e se situe entre 0,4 et 1 pour le sable et, entre 0,3 et 1,5

pour les argiles et quelques sols organiques.

Il existe des relation qui relie l’indice de vide e et la porosité n:

n=

e

1+e

n

e= 1−n

Le rôle de l’arrangement des grains sur les valeurs de la porosité et de l’indice de vide

sur les valeurs de la porosité et de l’indice de vide   Nbre de points Porosité
 

Nbre de points

Porosité

Indice

de contact

des vides

Cubique

6

0,476

0,91

Rhombique

12

0,26

0,35

Paramètres adimensionnels

Le degré de saturation :

Les vides du sol peuvent contenir plus ou moins d'eau et le degré de

saturation indique dans quelle proportion ces vides sont remplis par

l’eau.

S r = V w .100

V

v

Le degré de saturation s’exprime en % et prend des valeurs de 0 à 100 %.

S r = 0 % pour un sol complétement sec,

S r = 100 % pour un sol saturé.

Relation entre les paramètres

Relation entre les paramètres 39

39

Relation entre les paramètres

Relation entre les paramètres 40

Détermination des caractéristiques physiques du sol

Teneur en eau pondérale w: NF P 94-050

La teneur en eau est définie par le rapport du poids de l'eau W w au poids des particules solides W s d'un volume donné de sol.

Elle s’exprime en pourcentage (= la masse d’eau présente dans 100 g de sol);

w= W w 100

W

s

Pour le sable: w = 1 à 15 %; pour l’argile: w=10 à 20 %

La teneur en eau de la plupart des sols naturels se situ au deçà de 100 %.

L’argile et la tourbes sont caractérisées par des teneurs en eau très élevées

pouvant dépasser 100 %.

Principe de l’essai de la teneur en eau : NF P 94-050

Principe de l’essai de la teneur en eau : NF P 94-050 1 è r e

1 ère pesée (m 1 ) du matériau humide

Méthode par étuvage

pesée (m 1 ) du matériau humide Méthode par étuvage séchage à l’étuve à105° pdt 24h

séchage à l’étuve à105° pdt 24h

par étuvage séchage à l’étuve à105° pdt 24h 2 è m e pesée (m 2 )

2 ème pesée (m 2 ) du matériau ces

m w = (m 1 – m 2 )

m

2

100

42

La masse de l’échantillon à tester dépend du D max : 500g pour une classe 0/5 mm , 20 Kg pour 0/50 mm.

Détermination du poids volumique total du sol () NF P 94-053

Méthode par immersion dans l'eau (ou à la paraffine)

Principe de la mesure

Cette méthode repose sur la loi d’Archimède:

« Tout corps plongé dans un liquide reçoit une poussée verticale dirigée de bas en haut, égale à la masse du volume du liquide déplacé. »

L’essais se fait comme suit:

- 1 ère pesée (m e ): masse de l’échantillon

- 2 ème

pesée (m ep ): masse de l’échantillon paraffiné (ρ p = 0,88g/cm 3 )

- 3 ème pesée hydrostatique (V ep ) = Peser l'échantillon suspendu par un fil : volume de l’échantillon paraffiné .

V e =V ep V p

e =W e /V e

43

par un fil : volume de l’échantillon paraffiné . V e =V e p – V

Détermination du poids volumique des particules solides (s ) Méthode du pycnomètre NF P 94-054

Principe de l’essai:

La méthode du pycnomètre consiste à déterminer le

volume d'un échantillon (0/4 mm) de sol par la méthode

de déplacement du fluide à partir duquel on peut trouver

s .

Le poids volumique des particules solides s'écrit comme

suit:

s =

w . W s

(W 1 + Ws – W 2 )

poids volumique des particules solides s'écrit comme suit:  s =  w . W s
poids volumique des particules solides s'écrit comme suit:  s =  w . W s

Teneurs en eau et poids volumiques des

principaux sols

 

Type de sol

Teneur en eau (%)

Poids volumique (KN/m 3 )

Argile humide

37,5

22

Argile sèche

 

16

Sol végétal humide

25

20

Sol végétal sec

 

16

Sable humide

31,5

21

Sable sec

 

16

Gravier humide

22

22

Gravier sec

 

18

Rocher calcaire

 

26

45

Rocher sain

 

29

Indice de densité NF P 94-059

L’indice de densité permet de caractériser l'état de compacité d’un sol grenu

à l'état naturel Définir le comportement mécanique du sol et son aptitude

à supporter des charges;

mécanique du sol et son aptitude à supporter des charges; • I D d’un dépôt de

I D d’un dépôt de sol naturel influence très fortement son comportement géotechnique:

L’augmentation de la densité relative conduit à une importante amélioration de la résistance à la liquéfaction des sables.

Un sable de densité relative élevée aura une faible compressibilité et une

résistance au cisaillement élevée.

Un sable de faible densité relative (lâche) montrera une compressibilité élevée et une résistance au cisaillement faible.

si la densité du sol compactée est comprise dans l’intervalle de 0,85 à 1,

46
46

il ne se produira pas de gonflement du sol lors de son humidification.

Indice de densité NF P 94-059

Principe de l’essai:

La détermination pratique de l’indice des vides naturels est délicate et

demande beaucoup de soins

(e max ) s'obtient en versant soigneusement, sans provoquer de vibrations, le sable sec dans un moule étalon de volume connu. La masse de sol déversé permet de déterminer γ d , γ s étant connu, cela donne e.

(e min ) s'obtient en soumettant une masse de sol connu à des vibrations élevées dans un récipient où on détermine le volume occupé par le sable qui

permet d’obtenir e (e est mesuré sur sol intact).

qui permet d’obtenir e (e est mesuré sur sol intact). - e - e m a

- e

- e max : indice des vides du sol à l’état le plus lâche ou le moins compact.

: indice des vides du sol en place.

47 -e min

: indice des vides du sol à l’état le plus dense ou compacte

Interprétation des résultats

 

I

D

Etat de compacité des sols grenus

0 - 15

 

Très Lâche

15- 35

 

Peu compact

35

-65

Compacité moyenne

65-85

 

Compact

85

- 100

très compact

Sol lâche e = e max l D = 0

Sol serré e = e min l D = 1